Des pages

4SP – L’Esprit de Prophétie Volume Quatre (1884)

Chapitre . . . . . Titre
Chapitre 1 . . . . . Destruction de Jérusalem.
Le siège et le renversement annoncés par Jésus.–La faveur de Dieu pour Israël.–Son amour rejeté.–Jérusalem un symbole du monde.–Les premier et second temples comparés.–La double prophétie.–Le Christ avertit ses disciples.–Le signal pour Fuite.–Force des défenses de Jérusalem.–La prophétie de Michée sur sa destruction.–Jugements retardés.–La miséricorde de Dieu méprisée.–Conflit et effusion de sang.–Présentations de désastre.–Évasion des chrétiens.–Le siège de Titus.–Famine et souffrance .–Efforts pour sauver le temple.–Le sanctuaire en flammes.–Le temple et la ville démolis.–Les habitants tués ou dispersés.–Un symbole du jugement futur.
Chapitre 2 . . . . . La persécution aux premiers siècles.
Martyrs sous le paganisme.–Les catacombes un refuge.–La foi et la constance des chrétiens.–Un temps de paix.–Union du christianisme et du paganisme.–Réveil de la persécution.–Pourquoi l’Évangile occasionne des conflits.
Chapitre 3 . . . . . L’église romaine.
La montée de la papauté annoncée.–À qui appartient l’accusation d’hérésie ?–La Bible supprimée.–Deuxième commandement mis de côté.–Quatrième commandement changé.–L’Église primitive a honoré le sabbat.–Dimanche progressivement introduit.–Enfin exalté au pré -éminence.–Établissement de la papauté.–Début de l’âge des ténèbres.–Formes superstitieuses multipliées.–Prévalence de l’iniquité.–La suprématie universelle accordée au pape.–L’Église infaillible.–Le pape revendique le pouvoir sur les dirigeants civils.–Les païens Philosophie.–Son influence se fait sentir au début dans l’Église.–Erreurs papales.–L’Inquisition.–Le papisme gouverne le monde.–Résultats du bannissement des Écritures.
Chapitre 4 . . . . . Les Vaudois
Chrétiens à l’âge des ténèbres.–Leur histoire inconnue.–Christianisme primitif en Grande-Bretagne.–Missionnaires romains.–Églises détruites ou contraintes de se soumettre à Rome.–Chrétiens d’autres pays.–Églises du Piémont tenues de s’incliner devant la papauté.– Les manifestants fuient vers les montagnes.–Les Vaudois possèdent la Bible.–Formation des jeunes.–Connaissance des Écritures.–L’Église des Alpes.–Les Écritures transcrites.–Les jeunes à l’école dans les grandes villes.–Missionnaires déguisés .–Etendue de leurs travaux.–L’esclavage du romanisme.–L’Evangile dévoilé en secret.–Croisades contre les Vaudois.–La bulle d’extermination du Pape.–Fermeté des souffrants.–Graines semées pour la Réforme.
Chapitre 5 . . . . . Les premiers réformateurs.
Le soin de Dieu pour sa parole.–La vraie foi ravivée.–“L’étoile du matin de la Réforme.’–Les talents et l’éducation de Wycliffe.–Son étude de la Bible.–Il s’oppose à Rome.–Accusé d’hérésie.–La papauté affaiblie par Divisions.–Wycliffe traduit les Écritures.–Les prêtres renoncent au romanisme.–Propagation de l’Évangile.–Wycliffe meurt en paix.–John Huss.–Au Concile de Constance.–Brûlé sur le bûcher.–Rêve prophétique.–Jérôme un martyr .–Impression des Écritures.–Le sommeil des siècles brisé.
Chapitre 6 . . . . . La séparation de Luther d’avec Rome.
Luther l’homme de son temps.–Enfance.–Discipline sévère.–À l’université.–Découverte de la Bible.–Condamnation du péché.–Il entre dans un cloître.–La Bible enchaînée.–Ordination comme prêtre.–Appelé à Wittemberg.–Voyage à Rome.–Abominations du papisme.–Justification par la foi.–Fait docteur en théologie.–Engagé à enseigner les Écritures.–Trafic de Rome dans la grâce de Dieu.–Thèses contre les indulgences.–Luther à Augsbourg. – Complots pour sa destruction. – Frédéric de Saxe son protecteur. – Luther excommunié. – Dans tous les âges, la vérité excite l’opposition.
Chapitre 7 . . . . . Luther devant la Diète.
Charles Quint et les émissaires de Rome.–Demande d’exécution de Luther.–Le légat du pape.–Son discours contre Luther.–Une présentation des abus du pape.–Le réformateur convoqué à Worms.–Trahison des papistes.–Luther devant le Régime alimentaire.–Une victoire pour la vérité.–Sa seconde apparition.–Refus de se rétracter.–Son courage et sa fermeté.–Le message de l’empereur.–Complots papaux.–Efforts de compromis.–Luther adhère à la Bible.–Départ de Worms .–Condamné et hors-la-loi.–Un prisonnier dans la Wartburg.–Travaux en captivité.–Desseins de la Providence.
Chapitre 8 . . . . . Progrès de la Réforme.
Effet de la disparition de Luther.–La Réforme gagne du terrain.–Les prétendus prophètes.–La Bible mise de côté.–La Réforme au bord de la ruine.–Le retour de Luther à Wittemberg.–La Parole de Dieu comme norme de foi.–Le fanatisme vérifié.–Son Réveil ultérieur.–Enseignements révolutionnaires.–Conflits et effusion de sang.–La Réforme dénoncée.–Luther défend l’Évangile.–Traduction de la Bible.–Propagation de la vraie foi.
Chapitre 9 . . . . . Protestation des Princes.
La Diète des Spires.–Un jour sombre pour la Réforme.–Le message impérial.–La tolérance religieuse interdite.–Les princes refusent de céder la liberté religieuse.–La protestation.–Les principes de la protestation.–Danger des protestants.–Melancthon et Grynée.–Un avertissement céleste.–La diète d’Augsbourg.–La confession protestante.–La foi et le courage des princes.–La confession lue devant l’empereur.–Une glorieuse victoire.–Les soins de Dieu pour ses serviteurs.– Prière la force des réformateurs.
Chapitre 10 . . . . . Réformateurs ultérieurs.
Tyndale traduit la Bible.–Opposition à son travail.–Il s’enfuit en Allemagne.–Impression du Nouveau Testament.–Introduit en Angleterre par furtivité.–L’emprisonnement et le martyre de Tyndale.–John Knox.–Latimer défend la Bible.–Barnes et Frith.–Les Ridley et Cranmer.–Persécution par l’Église d’Angleterre.–Propagation de l’Évangile.–John Bunyan.–Baxter, Flavel, Alleine.–Résultats de leurs travaux.–Whitefield et les Wesley.–Première expérience.– Pouvoir et succès de leur ministère.–Méthodistes ridiculisés et persécutés.–John Wesley protégé par un ange.–Réfutation des accusations contre le méthodisme.–Une autre classe de réformateurs.–Traitement injuste par les historiens.–Carlstadt.–Témoignage de John Frith.– Persécution de John Trask.–Mme. Trask emprisonnée.–Sa seule offense.–Premiers observateurs du sabbat en Amérique.–Les baptistes du septième jour.–Eld. JW Morton.–Réforme progressiste.
Chapitre 11 . . . . . Les deux témoins.
L’Ancien et le Nouveau Testaments, les témoins.–Dans l’obscurité pendant 1260 ans.–Rome remplace les faux témoins.–Guerre contre la Bible.–Massacre de la Saint-Barthélemy–L’athéisme prévaut.–Révolution française.–La Bible exaltée.
Chapitre 12 . . . . . Dieu honore les humbles.
Les chrétiens cessent de se réformer.–Satan pervertit les vérités bibliques.–La venue du Christ approche.–L’avertissement à donner.–Proclamation du premier avènement.–Prêtres et dirigeants dans les ténèbres.–Lumière donnée aux hommes humbles.–Scènes finales Révélé à Jean. – L’avertissement n’est pas confié aux chefs religieux.
Chapitre 13 . . . . . Guillaume Miller.
Un honnête chercheur de vérité.–Sa conversion.–La Bible son propre interprète.–Les prophéties peuvent être comprises.–Preuve de l’avènement du Christ proche.–Années d’études.–Ouverture de ses travaux publics.–Dieu avertit le monde de la venue Jugements.–Le déluge un exemple.–La révélation n’est pas un livre scellé.–Le monde s’oppose aux réformateurs.–Luther une illustration.–Aussi Whitefield et les Wesley.–Pourquoi la doctrine du second avènement n’est pas la bienvenue.–Opposition à Miller et son travail.–Ses travaux une bénédiction pour le monde.
Chapitre 14 . . . . . Le message du premier ange.
Accomplissement de la prophétie.–Un avertissement mondial.–Le travail en Amérique.–Puissance du message.–Œuvre solennelle de préparation.–Opposition à la foi.–Expérience précieuse.–Une déception.–L’hypocrisie exposée.–Dieu soutient son peuple.
Chapitre 15 . . . . . Le message du deuxième ange.
Rejet du premier message.–Les ténèbres qui ont suivi.–La négligence de la lumière endurcit le cœur.–“Babylone est tombée.”–Une profession de religion populaire.–Union avec le monde.–Les fausses doctrines dans l’Église.
Chapitre 16 . . . . . Le temps d’attente.
Fin de l’année 1843.–Une période de doute et de perplexité.–La prophétie d’Habacuc.–Un temps d’attente révélé.–Les paroles d’Ézéchiel sont un réconfort.–La parabole des dix vierges.–Le fanatisme apparaît.–L’influence de la moitié déséquilibrée -personnes converties.–Parallèle à l’époque de Paul, Luther et les Wesley.–Adventists United.
Chapitre 17 . . . . . Le cri de minuit.
Le bon moment découvert.–« Voici, l’époux vient ! le temps.–Moquerie des impies.–Amère déception.–Déception similaire à la mort de Christ.–Paroles réconfortantes de Paul.
Chapitre 18 . . . . . Le sanctuaire.
Fin des 2300 jours.–La Terre supposée être le sanctuaire.–Interprétation erronée de la prophétie.–Calcul correct des périodes prophétiques.–Qu’est-ce que le sanctuaire ?–Témoignage des Écritures.–Le sanctuaire terrestre, une figure du Céleste.–Le service mosaïque.–Le jour des expiations.–Le ministère du Christ.–Le jugement d’investigation.
Chapitre 19 . . . . . Une porte ouverte et une porte fermée.
La porte fermée expliquée.–Le changement de ministère du Sauveur.–Une connaissance de son travail essentielle.–La lumière retirée à ceux qui la rejettent.–Le Christ plaide toujours pour les pécheurs.
Chapitre 20 . . . . . Le message du troisième ange.
Moment de sa proclamation.–Un changement dans le ministère du Christ.–La loi de Dieu dans l’arche.–Quatrième commandement inchangé.–Pourquoi le troisième message est opposé.–Explication des symboles.–La véritable Église.–Le paganisme et la papauté.–Une autre puissance .–Son ascension pacifique.–Profession douce.–Esprit persécuteur.–Signe de l’autorité de Rome.–Un avertissement solennel.–Une réforme du sabbat annoncée par Isaïe.–Le sceau de la loi de Dieu.–Le sabbat sanctifié à chaque époque.
Chapitre 21 . . . . . Le troisième message rejeté.
Coutumes mondaines contre la vérité.–La Bible, le seul guide pour les chrétiens.–Les adventistes rejettent le message.–Vues contradictoires des prophéties.–Mettre une erreur dans le temps.–Admonition importante.–Pourquoi la venue du Christ est retardée.–Devoir de ceux qui entendent les messages de Dieu.
Chapitre 22 . . . . . Renaissances modernes.
Leurs résultats insatisfaisants.–Une religion de l’imagination.–Les amateurs de plaisir.–Chrétiens de toutes les dénominations.–Vastes réveils dans le futur.–Caractère des réveils modernes.–Nature de la conversion.–Conviction du péché.–La foi en Christ. –Sanctification, théories vraies et fausses.–La loi de Dieu est la norme de la sainteté.–La vraie sanctification progressive.–La douceur et l’humilité sont les fruits de l’esprit.–La sanctification comprend la tempérance.–Le privilège du chrétien.–Le grand besoin de l’Église.
Chapitre 23 . . . . . Le jugement d’instruction.
Ouverture du jugement.–Le Christ l’avocat.–Les livres d’archives.–Chaque cas examiné.–Le dernier acte de médiation.–Immensité de l’œuvre.–Le plaidoyer du Sauveur.–Notre récit quotidien.–Préparation pour le jugement. –Cas des vivants bientôt décidés.
Chapitre 24 . . . . . Origine du mal.
Péché inexplicable.–Lucifer avant sa chute.–Sa sagesse et son honneur.–Exaltation de lui-même.–Rejet des avertissements.–Accusations contre Christ.–Auto-justification.–Révolte et bannissement.–Esprit de rébellion parmi les hommes.–Haine de Réprimande.–Satan accuse Dieu d’injustice.–La chute de l’homme.–L’expiation.–Démonstration de l’amour de Dieu.–Le ministère terrestre du Christ.–Le caractère de Satan démasqué.–La justice de Dieu justifiée.–Aucune cause de péché n’existe.
Chapitre 25 . . . . . Inimitié entre l’homme et Satan.
La première prophétie.–Le pécheur en harmonie avec Satan.–La grâce de Dieu crée l’inimitié.–Pourquoi le monde haïssait Christ.–Sa haine de ses disciples.–Pourquoi la résistance contre Satan est si faible.–Les chrétiens sont indifférents à leur danger.–Satan Œuvres déguisées.–Sa vigilance sans sommeil.–Danger d’association avec les impies.–Salomon un exemple.–Effet de la familiarité avec le péché.–Le dernier conflit.–Christ, l’aide de ses disciples.
Chapitre 26 . . . . . Agence des mauvais esprits.
L’existence de Satan.–Témoignage des Écritures.–Les anges déchus.–Leur intelligence et leur subtilité.–Le pouvoir de Satan sur les hommes.–Les démoniaques de Gadara.–Nombre d’esprits maléfiques.–Le Christ expulse les démons.–Objet du Miracle.–Autres illustrations.–L’esprit de divination.–Pourquoi Satan nie son existence.–Les impies exposés aux mauvais anges.–Dieu protège son peuple.
Chapitre 27 . . . . . Les pièges de Satan.
Conseils à ses anges.–Retenir les esprits dans les ténèbres.–Séparer les hommes du Christ.–Favoriser la mondanité et l’orgueil.–Encourager la convoitise.–Introduire de faux enseignants.–Exciter l’égoïsme et l’inimitié.–Comment les plans de Satan sont exécutés.–Sa présence dans les religions Assemblées.–Il empêche les hommes d’écouter la Parole de Dieu.–Auxiliaires de Satan.–Accusateurs des frères.–Interprétations fantaisistes des Écritures.–Libéralité erronée.–«La science faussement appelée».–Doctrines trompeuses.–Spiritualisme. –Incrédulité en la préexistence du Christ.–Non-existence de Satan.–Venir du Christ à la mort.–Miracles impossibles.–Rejet de la vérité.–Danger de chérir le doute.–Utilisations de la tentation.
Chapitre 28 . . . . . La première grande tromperie.
Le tentateur en Eden.–Un plan pour le renversement de l’homme.–L’avertissement de Dieu n’a pas été cru.–La mort, la peine de la transgression.–L’immortalité, le don de Dieu.–La tromperie de Satan.–La vie dans la désobéissance.–Introduction de la doctrine du tourment éternel.–Le caractère de Dieu Déformé.–La cruauté est satanique.–Dieu ne prend aucun plaisir à la torture.–Théorie du tourment éternel révoltante.–Une cause d’infidélité.–L’universalisme l’erreur opposée.–Un sermon universaliste.–Le destin d’Amnon.–L’arrachement des Écritures .–Le salut est conditionnel.–Les méchants ne pouvaient pas profiter du ciel.–La miséricorde de Dieu dans leur destruction.–La conscience des morts est une erreur.–Ce que la Bible enseigne.–Le jugement et la résurrection.
Chapitre 29 . . . . . Spiritualisme.
L’immortalité naturelle est son fondement.–La matérialisation est une contrefaçon.–Les hérésies enseignées par les esprits.–Les manifestations spirituelles ne sont pas le résultat d’une supercherie.–Un renouveau de la sorcellerie ancienne.–Adapté pour tromper toutes les classes.–Aspects raffinés et intellectuels.–Formes grossières de spiritisme .–Aucune distinction entre la justice et le péché.–La Bible rejetée.–L’heure de la tentation.–Le refuge des mensonges à balayer.
Chapitre 30 . . . . . Caractère et buts de la papauté.
Le romanisme gagne en faveur.–Son ancienne cruauté excusée.–La prétention d’infaillibilité.–Les vrais chrétiens dans l’Église romaine.–Le catholicisme opposé à l’Évangile.–Sa puissance augmente dans ce pays.–Une cause d’appréhension.–Pompe et splendeur d’elle Culte.–L’Église romaine et l’Église juive comparées.–Le caractère de Dieu déformé.–Contraste entre le Christ et le pape.–L’Église romaine inchangée.–Les protestants aveuglés par la fausse charité.–Le secret de la puissance de Rome.–Comment un âge d’intellectuel La lumière est favorable à son succès.–Les protestants suivant les traces des papistes.–Le mouvement du dimanche.–Comment le dimanche est venu le premier à être observé.–La loi du premier dimanche est un statut païen.–Le terme «jour du Seigneur».–Mesures pour le dimanche Application.–Manque d’autorité scripturaire.–Le rouleau du ciel.–Un faux audacieux.–Des miracles simulés.–Une confession remarquable.–L’Église d’Abyssinie.– L’inimitié de Rome envers le vrai sabbat. – L’histoire du passé à répéter. – Le papisme renforçant ses forces. – Le but des romanistes.
Chapitre 31 . . . . . Le conflit à venir.
La faveur de Dieu pour ce pays.–Ses bénédictions récompensées par l’ingratitude.–Le conflit imminent.–Les agences à combiner contre la justice et la vérité.–La prévalence du scepticisme.–Le mépris croissant pour les Écritures.–L’idolâtrie philosophique.–Résultats de la mise de côté de la loi de Dieu .–La réforme de la tempérance et le mouvement du dimanche.–Le spiritisme changeant de forme.–Accepté par les papistes et les protestants.–Le pouvoir de Satan de contrôler les éléments.–Des terribles calamités.–Le peuple de Dieu accusé de troubler la nation.–La liberté de conscience ignorée. –La tyrannie romaine ravivée.–Notre terre en danger.
Chapitre 32 . . . . . Les Écritures une sauvegarde.
L’activité de Satan.–La dernière grande illusion.–La Bible comme détecteur d’erreur.–Une compréhension des prophéties essentielles.–Danger de suivre des dirigeants humains.–Les Juifs un exemple.–L’ignorance de la Bible est un péché.–Comment comprendre les Écritures.–Un esprit humble et enseignable.–Pourquoi les théologiens se trompent-ils si souvent.–La nécessité de la prière.–L’infidélité moderne.–Chaque caractère doit être testé.–Qui supportera l’épreuve?
Chapitre 33 . . . . . Le grand cri.
L’ange puissant.–Application de son message.–Lumière pour tous ceux qui la recherchent.–Réformateurs des temps passés.–Prédication du troisième message.–Effet de l’avertissement.–L’opposition étend la connaissance de la vérité.–Les ambassadeurs du Christ ne sont pas Garder le silence.–La providence de Dieu dans les conseils nationaux.–L’œuvre finale.–Etendue mondiale.–Puissance et gloire.–Fruits des efforts missionnaires.
Chapitre 34 . . . . . Le temps des troubles.
Le ministère du Christ est clos.–Le peuple de Dieu dans l’affliction et la détresse.–Illustration de l’époque des troubles de Jacob.–La nuit de lutte de Jacob.–La foi et la pénitence prévalent.–Dieu ne peut pas excuser le mal.–Sa miséricorde envers le pénitent.–Le pouvoir de l’importun Prière.–Le malheur prophétique.–Le pouvoir destructeur des anges maléfiques.–Les faux christs.–Satan personnifie le Rédempteur du monde.–Les autorités religieuses et laïques se liguent contre le peuple de Dieu.–Décret qu’ils peuvent être mis à mort.–Les montagnes une cachette -lieu.–Emprisonnement et servitude.–Dieu n’abandonne pas ses serviteurs.–Le cri du jour et de la nuit.–Les anges gardent les justes.–Leur apparence sous forme humaine.–La promesse de Dieu à son peuple.
Chapitre 35 . . . . . Le peuple de Dieu délivré.
Les méchants s’unissent pour les détruire.–L’attaque nocturne.–Les ténèbres surnaturelles.–L’arc-en-ciel de la gloire de Dieu.–Voix célestes.–Le soleil apparaît à minuit.–La voix de Dieu.–Un puissant tremblement de terre.–Guerre des éléments .–Une résurrection spéciale.–Le jour de Dieu.–Représentation prophétique.–L’étoile de l’espoir.–Un chant de confiance.–Tables du décalogue révélées dans les cieux.–L’alliance éternelle.–Le peuple de Dieu glorifié.–“ Le signe du Fils de l’homme. » – La venue du Christ dans la gloire. – Contemplé par ceux qui l’ont percé. – Les méchants fuient vers les rochers et les montagnes. – Les morts justes ont été appelés. – Ascension vers la Cité de Dieu. – La récompense des Justes.–Rencontre des Deux Adams.–Eden Restauré.
Chapitre 36 . . . . . Désolation de la Terre.
Les jugements de Dieu sur les méchants.–Leurs trésors emportés.–Les faux enseignants exposés.–Fureur des multitudes.–Dispute et carnage.–La terre dévastée.–La prison de Satan.–Une œuvre de jugement.
Chapitre 37 . . . . . La controverse est terminée.
Le retour du Christ sur la terre.–Les méchants morts appelés.–Descente de la nouvelle Jérusalem.–Le dernier combat de Satan pour la suprématie.–Il rassemble ses forces.–Une puissante armée.–La ville sainte encerclée.–Le Christ « sur le Trône de sa gloire. »–Les sujets de son royaume.–Le couronnement final.–Le jugement des méchants.–Les livres des archives ouverts.–Une représentation panoramique.–Les scènes de la rédemption.–La croix du Calvaire.–Le Résultats de la rébellion.–Satan reconnaît la justice de Dieu.–Sa persistance dans la rébellion.–Le feu de la destruction.–Satan et ses armées consumés.–La terre renouvelée.–La maison des sauvés.–L’hymne universel.
ANNEXE
Chapitre 1 . . . . . Destruction de Jérusalem.
« Les jours viendront sur toi où tes ennemis jetteront une tranchée autour de toi, et t’entoureront, et te retiendront de tous côtés, et t’étendront jusqu’au sol, et tes enfants en toi ; et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre; parce que tu ne savais pas le temps de ta visitation. [Luc 19:43, 44.] {4SP 17.1}
De la crête d’Olivet, Jésus regarde Jérusalem. Juste et paisible est la scène qui s’étale devant lui. Au milieu des jardins, des vignes et des pentes verdoyantes parsemées de tentes de pèlerins, s’élèvent les collines en terrasses, les palais majestueux et les remparts massifs de la capitale d’Israël. La fille de Sion semble dire dans son orgueil : « Je siège en reine et je ne verrai pas de chagrin » ; aussi belle maintenant, et se jugeant aussi en sécurité dans la faveur du Ciel, que lorsque, jadis, le ménestrel royal chantait : « Belle pour la situation, la joie de toute la terre, est le mont Sion », « la ville du grand roi ». [Psaume 48:2.] En pleine vue sont les magnifiques bâtiments du temple. Les rayons du soleil couchant illuminent la blancheur enneigée de ses murs de marbre et brillent depuis la porte, la tour et le pinacle dorés. « La perfection de la beauté » se dresse-t-elle, la fierté de la nation juive. Quel enfant d’Israël pourrait contempler la scène sans un frisson de joie et d’admiration ! Mais bien d’autres pensées occupent l’esprit de Jésus. “Quand il fut approché, il vit la ville et pleura sur elle.” [Luc 19:41.] Au milieu de la joie universelle de l’entrée triomphale, tandis que des branches de palmier ondulent, tandis que de joyeux hosannas réveillent les échos des collines, et que des milliers de voix le déclarent roi, le Rédempteur du monde est submergé par un chagrin soudain et mystérieux . Lui, le Fils de Dieu, le Promis d’Israël, dont le pouvoir a vaincu la mort et appelé ses captifs du tombeau, est en larmes, non pas de chagrin ordinaire, mais d’une agonie intense et irrépressible. {4SP 17.2} ” [Luc 19:41.] Au milieu de la joie universelle de l’entrée triomphale, tandis que les branches de palmier s’agitent, tandis que de joyeux hosannas réveillent les échos des collines, et que des milliers de voix le déclarent roi, le Rédempteur du monde est submergé par un soudain et mystérieux tristesse. Lui, le Fils de Dieu, le Promis d’Israël, dont le pouvoir a vaincu la mort et appelé ses captifs du tombeau, est en larmes, non pas de chagrin ordinaire, mais d’une agonie intense et irrépressible. {4SP 17.2} ” [Luc 19:41.] Au milieu de la joie universelle de l’entrée triomphale, tandis que les branches de palmier s’agitent, tandis que de joyeux hosannas réveillent les échos des collines, et que des milliers de voix le déclarent roi, le Rédempteur du monde est submergé par un soudain et mystérieux tristesse. Lui, le Fils de Dieu, le Promis d’Israël, dont le pouvoir a vaincu la mort et appelé ses captifs du tombeau, est en larmes, non pas de chagrin ordinaire, mais d’une agonie intense et irrépressible. {4SP 17.2} pas d’un chagrin ordinaire, mais d’une agonie intense et irrépressible. {4SP 17.2} pas d’un chagrin ordinaire, mais d’une agonie intense et irrépressible. {4SP 17.2}
Ses larmes n’étaient pas pour lui, bien qu’il sût bien où ses pieds tendaient. Devant lui gisait Gethsémané. Non loin de là se trouvait le lieu de la crucifixion. Sur le chemin qu’il allait bientôt emprunter, devait tomber l’horreur des grandes ténèbres alors qu’il devait faire de son âme une offrande pour le péché. Pourtant ce n’était pas la contemplation de ces scènes qui projetait son ombre sur lui en cette heure de joie. Aucun pressentiment de sa propre angoisse surhumaine n’obscurcissait cet esprit désintéressé. Il pleura les milliers de Jérusalem condamnés, à cause de l’aveuglement et de l’impénitence de ceux qu’il venait bénir et sauver. {4SP 18.1}
L’histoire de mille ans de privilèges et de bénédictions, accordés au peuple juif, s’est déroulée aux yeux de Jésus. Le Seigneur avait fait de Sion sa demeure sainte. Là, des prophètes avaient descellé leurs rouleaux et prononcé leurs avertissements. Là, les prêtres avaient agité leurs encensoirs et offraient quotidiennement le sang des agneaux immolés, pointant vers l’Agneau de Dieu. Là, Jéhovah avait habité dans la gloire visible, dans la shekinah au-dessus du propitiatoire. Là reposait la base de cette échelle mystique reliant la terre au ciel, cette échelle sur laquelle les anges de Dieu descendaient et montaient, et qui ouvrait au monde le chemin du plus saint de tous. Si Israël, en tant que nation, avait préservé son allégeance au ciel, Jérusalem aurait été à jamais la métropole élue de Dieu. Mais l’histoire de ce peuple favorisé était un record de recul et de rébellion. Ils avaient résisté à la grâce du Ciel, abusé de leurs privilèges, négligé leurs opportunités. {4SP 18.2}
Au milieu de l’oubli et de l’apostasie, Dieu avait traité Israël comme un père aimant traite un fils rebelle, réprimandant, avertissant, corrigeant, disant encore dans la tendre angoisse de l’âme d’un parent : Comment puis-je te donner ? Lorsque les remontrances, les supplications et les réprimandes eurent échoué, Dieu envoya à ce peuple le meilleur don du Ciel ; non, il leur a versé tout le ciel dans ce seul don. {4SP 19.1}
Pendant trois ans, le Fils de Dieu frappa à la porte de la ville impénitente. Il est venu dans sa vigne chercher du fruit. Israël avait été comme une vigne transplantée d’Egypte dans un sol agréable. Il a bêché autour de sa vigne ; il l’a taillé et chéri. Il était infatigable dans ses efforts pour sauver cette vigne de sa propre plantation. Pendant trois ans, le Seigneur de lumière et de gloire s’était promené parmi son peuple. Il a guéri les malades; il a consolé les affligés; il a ressuscité les morts; il parlait de pardon et de paix aux repentis. Il rassembla autour de lui les faibles et les fatigués, les impuissants et les découragés, et adressa à tous, sans égard à l’âge ou au caractère, l’invitation de miséricorde : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous procurera du repos. [Matthieu 11:28.] {4SP 19.2}
Malgré l’indifférence et le mépris, il avait résolument poursuivi son ministère d’amour. Aucun froncement de sourcils sur son front ne repoussait le suppliant. Lui-même soumis aux privations et aux reproches, il avait vécu pour répandre des bénédictions sur son chemin, pour implorer les hommes d’accepter le don de la vie. Les vagues de miséricorde, repoussées par le cœur obstiné, sont revenues dans une marée d’amour infatigable. Mais Israël s’était détourné de son meilleur ami et de sa seule aide. Les supplications de son amour avaient été méprisées, ses conseils rejetés, ses avertissements ridiculisés. {4SP 20.1}
L’heure de la grâce et du sursis passait vite ; la coupe de la colère longtemps différée de Dieu était presque pleine. Le nuage de colère qui s’était accumulé à travers des siècles d’apostasie et de rébellion était sur le point de fondre sur un peuple coupable, et Celui qui seul pouvait le sauver de son destin imminent avait été méprisé, abusé, rejeté et devait bientôt être crucifié. Lorsque Christ serait suspendu à la croix du Calvaire, l’époque d’Israël en tant que nation favorisée et bénie de Dieu serait terminée. La perte d’une seule âme est une calamité en comparaison de laquelle le gain d’un monde tombe dans l’insignifiance ; mais tandis que Christ regardait Jérusalem, le destin de toute une ville, de toute une nation était devant lui ; cette ville, cette nation qui avait été autrefois l’élu de Dieu, son trésor particulier. {4SP 20.2}
Les prophètes avaient pleuré sur l’apostasie d’Israël. Jérémie souhaitait que ses yeux soient une fontaine de larmes, afin qu’il puisse “pleurer jour et nuit pour la mort de la fille de son peuple”. Quelle était donc la douleur de Celui dont le regard prophétique embrassa non pas des années, mais des siècles ? Il contemple l’ange destructeur planant au-dessus de l’ancienne métropole des patriarches et des prophètes. De la crête d’Olivet, l’endroit même occupé par la suite par Titus et son armée, il regarde à travers la vallée sur les cours sacrées et les portiques, et avec des yeux aveuglés par les larmes, il voit, dans une perspective terrible, les murs entourés d’armées étrangères. Il entend le pas des hôtes qui se rassemblent pour la bataille. Il entend la voix des mères et des enfants qui réclament du pain dans la ville assiégée. Il voit sa sainte et belle maison, ses palais et ses tours, livrés aux flammes, et où ils se tenaient autrefois, seulement un tas de ruines fumantes. {4SP 20.3}
Il regarde les âges et voit le peuple de l’alliance dispersé dans tous les pays, comme des épaves sur un rivage désert. Il ne voit dans le châtiment temporel qui va s’abattre sur ses enfants, que la première gorgée de cette coupe de colère qu’au Jugement dernier elle devra vider jusqu’à sa lie. La pitié divine, l’amour ardent, trouve son expression dans les paroles lugubres : « Ô Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui t’ont été envoyés, combien de fois aurais-je rassemblé tes enfants, comme une poule poulets sous ses ailes, et vous ne voudriez pas ! [Matthieu 23:37.] Oh que toi, une nation favorisée par-dessus toute autre, tu avais connu le temps de ta visitation, et les choses qui appartiennent à ta paix! J’ai arrêté l’ange de justice, je t’ai appelé à la repentance, mais en vain. Ce ne sont pas seulement des serviteurs, des délégués, et des prophètes que tu as rejetés et rejetés, mais le Saint d’Israël, ton Rédempteur. Si tu es détruit, tu es seul responsable. “Vous ne viendrez pas à moi pour avoir la vie.” {4SP 21.1}
Christ a vu à Jérusalem le symbole d’un monde endurci dans l’incrédulité et la rébellion, et se précipitant pour affronter les jugements punitifs de Dieu. Les malheurs d’une race déchue, pressant sur son âme, ont forcé de ses lèvres ce cri extrêmement amer. Il a vu le récit du péché tracé dans la misère humaine, dans les larmes et le sang ; son cœur était ému d’une infinie pitié pour les affligés et les souffrants de la terre ; il aspirait à soulager tout le monde. Mais il savait que même sa main ne pourrait pas renverser la marée montante du malheur humain ; peu chercheraient leur seule source d’aide. Il était prêt à souffrir et à mourir pour mettre le salut à leur portée ; mais peu viendraient à lui pour avoir la vie. {4SP 22.1}
La Majesté du Ciel en larmes ! le Fils du Dieu infini troublé d’esprit, courbé d’angoisse ! La scène a rempli tout le ciel d’émerveillement. Cette scène nous révèle l’excès de péché du péché ; cela montre à quel point il est difficile, même pour un pouvoir infini, de sauver le coupable des conséquences de la transgression de la loi de Dieu. Jésus, regardant la dernière génération, vit le monde enfermé dans une tromperie semblable à celle qui causa la destruction de Jérusalem. Le grand péché des Juifs était leur rejet de Christ ; le grand péché du monde chrétien serait leur rejet de la loi de Dieu, fondement de son gouvernement au ciel et sur la terre. Les préceptes de Jéhovah seraient méprisés et réduits à néant. Des millions esclaves du péché, esclaves de Satan, condamnés à subir la seconde mort, refuseraient d’écouter les paroles de vérité au jour de leur visitation. Terrible cécité ! étrange engouement ! {4SP 22.2}
Deux jours avant la Pâque, lorsque le Christ eut pour la dernière fois quitté le temple, après avoir dénoncé l’hypocrisie des dirigeants juifs, il sortit de nouveau avec ses disciples au mont des Oliviers, et s’assit avec eux sur une pente herbeuse dominant la ville. Une fois de plus, il regarda ses murs, ses tours et ses palais. Une fois de plus, il vit le temple dans sa splendeur éblouissante, un diadème de beauté couronnant la montagne sacrée. {4SP 23.1}
Mille ans auparavant, le psalmiste avait magnifié la faveur de Dieu envers Israël en faisant de sa sainte maison sa demeure : « A Salem est son tabernacle, et sa demeure à Sion. [Psaume 76:2.] « Il a choisi la tribu de Juda, la montagne de Sion qu’il aimait. Et il bâtit son sanctuaire comme de hauts palais. [Psaume 78:68, 69.] Le premier temple avait été érigé pendant la période la plus prospère de l’histoire d’Israël. De vastes réserves de trésors à cet effet avaient été rassemblées par le roi David, et les plans de sa construction ont été faits par inspiration divine. Salomon, le plus sage des monarques d’Israël, avait achevé l’œuvre. Ce temple était le bâtiment le plus magnifique que le monde ait jamais vu. Pourtant, le Seigneur avait déclaré par le prophète Aggée, concernant le second temple : « La gloire de cette dernière maison sera plus grande que celle de la première. ” ” J’ébranlerai toutes les nations, et le désir de toutes les nations viendra, et je remplirai cette maison de gloire, dit l’Éternel des armées. ” [Aggée 2:9, 7.] {4SP 23.2}
Après la destruction du temple par Nabuchodonosor, il a été reconstruit environ cinq cents ans avant la naissance du Christ, par un peuple qui, après une captivité de toute une vie, était retourné dans un pays dévasté et presque désert. Il y avait alors parmi eux des hommes âgés qui avaient vu la gloire du temple de Salomon, et qui pleuraient à la fondation du nouvel édifice, qu’il devait être si inférieur à l’ancien. Le sentiment qui prévalait est décrit avec force par le prophète : « Qui reste parmi vous qui a vu cette maison dans sa première gloire ? et comment le vois-tu maintenant ? n’est-ce pas à vos yeux en comparaison de cela comme rien? [Aggée 2:3.] Alors fut donnée la promesse que la gloire de cette dernière maison serait plus grande que celle de la première. {4SP 23.3}
Mais le second temple n’avait pas égalé le premier en magnificence ; il n’était pas non plus sanctifié par ces signes visibles de la présence divine qui appartenaient au premier temple. Il n’y avait aucune manifestation de pouvoir surnaturel pour marquer son dévouement. Aucun nuage de gloire n’a été vu pour remplir le sanctuaire nouvellement érigé. Aucun feu du ciel n’est descendu pour consumer le sacrifice sur son autel. La shekinah ne demeurait plus entre les chérubins dans le lieu très saint ; l’arche, le propitiatoire et les tables du témoignage ne s’y trouvaient pas. Aucune voix ne retentit du ciel pour faire connaître au prêtre interrogateur la volonté de Jéhovah. {4SP 24.1}
Pendant des siècles, les Juifs s’étaient vainement efforcés de montrer en quoi la promesse de Dieu, donnée par Aggée, s’était accomplie ; pourtant l’orgueil et l’incrédulité ont aveuglé leurs esprits quant au vrai sens des paroles du prophète. Le deuxième temple n’était pas honoré de la nuée de la gloire de Jéhovah, mais de la présence vivante de Celui en qui habitait corporellement la plénitude de la Divinité, qui était Dieu lui-même manifesté dans la chair. Le « Désir de toutes les nations » était en effet venu dans son temple lorsque l’Homme de Nazareth enseignait et guérissait dans les parvis sacrés. En présence de Christ, et en cela seulement, le second temple dépassa le premier en gloire. Mais Israël avait retiré d’elle le don offert du Ciel. Avec l’humble Enseignant qui était sorti ce jour-là de sa porte d’or, la gloire avait à jamais quitté le temple. Déjà se sont accomplies les paroles du Sauveur, “Votre maison vous est laissée désolée.” [Matthieu 23:38.] {4SP 24.2}
Les disciples avaient été remplis d’admiration et d’émerveillement devant la prédiction du Christ concernant le renversement du temple, et ils désiraient mieux comprendre le sens de ses paroles. La richesse, le travail et l’habileté architecturale avaient pendant plus de quarante ans été librement dépensés pour rehausser ses splendeurs. Hérode le Grand y avait prodigué à la fois les richesses romaines et les trésors juifs, et même l’empereur du monde l’avait enrichi de ses dons. Des blocs massifs de marbre blanc, d’une taille presque fabuleuse, expédiés de Rome à cet effet, faisaient partie de sa structure ; et sur ceux-ci les disciples avaient attiré l’attention de leur Maître, en disant : “Voyez quelle sorte de pierres et quels bâtiments sont ici !” [Marc 13:1.] {4SP 25.1}
A ces paroles, Jésus fit la réponse solennelle et saisissante : « En vérité, je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. [Matthieu 24:2.] {4SP 25.2}
Avec le renversement de Jérusalem, les disciples associaient les événements de la venue personnelle du Christ dans la gloire temporelle pour prendre le trône de l’empire universel, punir les Juifs impénitents et briser de dessus la nation le joug romain. Le Seigneur leur avait dit qu’il reviendrait une deuxième fois. C’est pourquoi, à la mention des jugements sur Jérusalem, leur esprit revient à cette venue, et alors qu’ils sont rassemblés autour du Sauveur sur le mont des Oliviers, ils demandent : « Quand cela arrivera-t-il ? et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? [Matthieu 24:3.] {4SP 25.3}
L’avenir était miséricordieusement voilé aux disciples. S’ils avaient à ce moment-là pleinement compris les deux faits affreux, les souffrances et la mort du Rédempteur et la destruction de leur ville et de leur temple, ils auraient été paralysés d’horreur. Christ a présenté devant eux un aperçu des événements importants qui devaient se produire avant la fin des temps. Ses paroles n’étaient alors pas pleinement comprises; mais leur signification devait être dévoilée car son peuple aurait besoin de l’instruction qui y était donnée. La prophétie qu’il prononça avait un double sens : tout en préfigurant la destruction de Jérusalem, elle préfigurait aussi les terreurs du dernier grand jour. {4SP 26.1}
Jésus a déclaré aux disciples qui écoutaient les jugements qui devaient s’abattre sur Israël apostat, et en particulier la vengeance rétributive qui viendrait sur eux pour leur rejet et la crucifixion du Messie. Des signes indéniables précéderaient l’horrible apogée. L’heure redoutée viendrait soudainement et rapidement. Et le Sauveur a averti ses disciples : « Lorsque donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont parle Daniel le prophète, se tenir dans le lieu saint (quiconque lit, qu’il comprenne), alors que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans les montagnes. ” [Matthieu 24:15, 16.] Lorsque les étendards idolâtres des Romains seraient érigés dans la terre sainte, qui s’étendait sur plusieurs stades à l’extérieur des murs de la ville, alors les disciples du Christ devaient trouver la sécurité en s’enfuyant. Lorsque le panneau d’avertissement doit être vu, le jugement devait suivre si vite que ceux qui échapperaient ne devaient pas tarder. Celui qui se trouverait sur le toit ne doit pas descendre par sa maison dans la rue ; mais il doit se frayer un chemin de toit en toit jusqu’à ce qu’il atteigne le mur de la ville, et être sauvé ” comme par le feu “. Ceux qui travaillaient dans les champs ou dans les vignes ne doivent pas prendre le temps de revenir chercher le vêtement extérieur mis de côté alors qu’ils devraient travailler dans la chaleur du jour. Ils ne doivent pas hésiter un instant, de peur d’être impliqués dans la destruction générale. {4SP 26.2} ” Ceux qui travaillaient dans les champs ou les vignes ne doivent pas prendre le temps de revenir chercher le vêtement extérieur mis de côté alors qu’ils devraient travailler dans la chaleur du jour. Ils ne doivent pas hésiter un instant, de peur d’être impliqués dans la destruction générale. {4SP 26.2} ” Ceux qui travaillaient dans les champs ou les vignes ne doivent pas prendre le temps de revenir chercher le vêtement extérieur mis de côté alors qu’ils devraient travailler dans la chaleur du jour. Ils ne doivent pas hésiter un instant, de peur d’être impliqués dans la destruction générale. {4SP 26.2}
Sous le règne d’Hérode, Jérusalem avait non seulement été grandement embellie, mais par l’érection de tours, de murailles et de forteresses, ajoutée à la force naturelle de sa situation, elle avait été rendue apparemment imprenable. Celui qui, à cette époque, aurait prédit publiquement sa destruction, aurait, comme Noé en son temps, été traité d’alarmiste fou. Mais le Christ avait dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. [Matthieu 24:35.] À cause de ses péchés, la colère avait été dénoncée contre Jérusalem, et son incrédulité obstinée rendait sa perte certaine. {4SP 27.1}
Le Seigneur avait déclaré par le prophète Michée : « Écoutez ceci, je vous prie, chefs de la maison de Jacob et princes de la maison d’Israël, qui abhorrez le jugement et pervertissez toute équité. Ils édifient Sion avec du sang, et Jérusalem avec l’iniquité. Ses chefs jugent pour une récompense, et ses prêtres enseignent pour un salaire, et ses prophètes divinisent pour de l’argent; cependant s’appuieront-ils sur le Seigneur, et diront-ils : Le Seigneur n’est-il pas parmi nous ? aucun mal ne peut venir sur nous. [Michée 3: 9-11.] {4SP 27.2}
Comment exactement ces mots décrivaient-ils les habitants corrompus et pharisaïques de Jérusalem ! Tout en prétendant observer rigoureusement la loi de Dieu, ils transgressaient tous ses principes. Ils haïssaient Christ parce que sa pureté et sa sainteté révélaient leur iniquité ; et ils l’accusèrent d’être la cause de tous les troubles qui leur étaient arrivés à cause de leurs péchés. Bien qu’ils savaient qu’il était sans péché, ils avaient déclaré que sa mort était nécessaire à leur sécurité en tant que nation. « Si nous le laissons ainsi seul », dirent les chefs juifs, « tous les hommes croiront en lui ; et les Romains viendront et prendront notre place et notre nation. [Jean 11:48.] Si Christ était sacrifié, ils pourraient redevenir un peuple fort et uni. Ils raisonnèrent ainsi, et ils concoururent à la décision de leur souverain sacrificateur, qu’il vaudrait mieux qu’un seul homme meure que toute la nation périsse. {4SP 28.1}
C’est ainsi que les dirigeants juifs avaient “édifié Sion avec du sang, et Jérusalem avec l’iniquité”. Et pourtant, alors qu’ils tuaient leur Sauveur parce qu’il réprimandait leurs péchés, leur propre justice était telle qu’ils se considéraient comme le peuple préféré de Dieu et s’attendaient à ce que le Seigneur les délivre de leurs ennemis. « C’est pourquoi, poursuivit le prophète, Sion sera labourée à cause de vous comme un champ, et Jérusalem deviendra des monceaux, et la montagne de la maison comme les hauts lieux de la forêt. [Michée 3:12.] {4SP 28.2}
Pendant quarante ans après que le châtiment de Jérusalem eut été prononcé par le Christ lui-même, le Seigneur retarda ses jugements sur la ville et la nation. Merveilleuse était la longanimité de Dieu envers ceux qui rejettent son évangile et les meurtriers de son Fils. La parabole de l’arbre infructueux représentait les relations de Dieu avec la nation juive. Le commandement était parti. “Coupe; pourquoi encombre-t-il le sol ? [Luc 13:7.] mais la miséricorde divine l’avait épargné encore un peu plus longtemps. Il y avait encore beaucoup parmi les Juifs qui ignoraient le caractère et l’œuvre de Christ. Et les enfants n’avaient pas apprécié les opportunités ni reçu la lumière que leurs parents avaient rejetées. Par la prédication des apôtres et de leurs associés, Dieu ferait briller la lumière sur eux ; ils pouvaient voir comment la prophétie s’était accomplie, non seulement dans la naissance et la vie du Christ, mais dans sa mort et sa résurrection. Les enfants n’étaient pas condamnés pour les péchés des parents ; mais quand, connaissant toute la lumière donnée à leurs parents, les enfants ont rejeté la lumière supplémentaire qui leur était accordée, ils sont devenus participants des péchés des parents et ont rempli la mesure de leur iniquité. {4SP 28.3}
La patience de Dieu envers Jérusalem n’a fait que confirmer les Juifs dans leur impénitence obstinée. Dans leur haine et leur cruauté envers les disciples de Jésus, ils ont rejeté la dernière offre de miséricorde. Alors Dieu leur retira sa protection, et retira son pouvoir de retenue de Satan et de ses anges, et la nation fut laissée au contrôle du chef qu’elle avait choisi. Ses enfants avaient rejeté la grâce du Christ, qui leur aurait permis de maîtriser leurs mauvaises impulsions, et maintenant ceux-ci sont devenus les vainqueurs. Satan a éveillé les passions les plus féroces et les plus avilis de l’âme. Les hommes ne raisonnaient pas ; ils étaient au-delà de la raison, contrôlés par l’impulsion et la rage aveugle. Ils sont devenus sataniques dans leur cruauté. Dans la famille et dans la nation, aussi bien parmi les classes les plus hautes que les plus basses, il y avait de la méfiance, de l’envie, de la haine, des querelles, de la rébellion, du meurtre. Il n’y avait aucune sécurité nulle part. Amis et parents se sont trahis. Les parents tuaient leurs enfants et les enfants leurs parents. Les dirigeants du peuple n’avaient pas le pouvoir de se gouverner eux-mêmes. Des passions incontrôlées en ont fait des tyrans. Les Juifs avaient accepté de faux témoignages pour condamner le Fils innocent de Dieu. Désormais, de fausses accusations rendaient leur propre vie incertaine. Par leurs actions, ils disaient depuis longtemps : “Fais que le Saint d’Israël cesse d’être devant nous.” [Ésaïe 30:11.] Maintenant, leur désir a été exaucé. La crainte de Dieu ne les dérangeait plus. Satan était à la tête de la nation, et les plus hautes autorités civiles et religieuses étaient sous son emprise. {4SP 29.1} Des passions incontrôlées en ont fait des tyrans. Les Juifs avaient accepté de faux témoignages pour condamner le Fils innocent de Dieu. Désormais, de fausses accusations rendaient leur propre vie incertaine. Par leurs actions, ils disaient depuis longtemps : “Fais que le Saint d’Israël cesse d’être devant nous.” [Ésaïe 30:11.] Maintenant, leur désir a été exaucé. La crainte de Dieu ne les dérangeait plus. Satan était à la tête de la nation, et les plus hautes autorités civiles et religieuses étaient sous son emprise. {4SP 29.1} Des passions incontrôlées en ont fait des tyrans. Les Juifs avaient accepté de faux témoignages pour condamner le Fils innocent de Dieu. Désormais, de fausses accusations rendaient leur propre vie incertaine. Par leurs actions, ils disaient depuis longtemps : “Fais que le Saint d’Israël cesse d’être devant nous.” [Ésaïe 30:11.] Maintenant, leur désir a été exaucé. La crainte de Dieu ne les dérangeait plus. Satan était à la tête de la nation, et les plus hautes autorités civiles et religieuses étaient sous son emprise. {4SP 29.1} et les plus hautes autorités civiles et religieuses étaient sous son emprise. {4SP 29.1} et les plus hautes autorités civiles et religieuses étaient sous son emprise. {4SP 29.1}
Les chefs des factions opposées s’unissaient parfois pour piller et torturer leurs misérables victimes, et de nouveau ils se jetaient les uns sur les autres et les massacraient sans pitié. Même le caractère sacré du temple ne pouvait retenir leur horrible férocité. Les fidèles furent frappés devant l’autel, et le sanctuaire fut souillé par les corps des morts. Pourtant, dans leur présomption aveugle et blasphématoire, les instigateurs de cette œuvre infernale ont déclaré publiquement qu’ils ne craignaient pas que Jérusalem soit détruite, car c’était la propre ville de Dieu. Pour asseoir leur pouvoir plus solidement, ils ont soudoyé de faux prophètes pour qu’ils proclament, même lorsque les légions romaines assiégeaient le temple, que le peuple devait attendre la délivrance de Dieu. Jusqu’au bout, des multitudes s’accrochèrent à la croyance que le Très-Haut interviendrait pour la défaite de leurs adversaires. Mais Israël avait rejeté la protection divine, et maintenant elle n’avait plus de défense. Malheureuse Jérusalem ! déchiré par des dissensions internes, le sang de ses enfants, tués les uns par les autres, cramoisi ses rues, tandis que des armées étrangères abattaient ses fortifications et tuaient ses hommes de guerre ! {4SP 30.1}
Toutes les prédictions données par le Christ concernant la destruction de Jérusalem se sont réalisées à la lettre. Les Juifs ont fait l’expérience de la vérité de ses paroles d’avertissement : « Avec quelle mesure vous mesurez, cela vous sera mesuré de nouveau. {4SP 31.1}
Des signes et des prodiges sont apparus, annonçant désastre et malheur. Une comète, ressemblant à une épée flamboyante, a plané pendant un an au-dessus de la ville. Une lumière non naturelle a été vue planant au-dessus du temple. Sur les nuages ​​étaient représentés des chars se rassemblant pour la bataille. Des voix mystérieuses dans la cour du temple ont prononcé les paroles d’avertissement : « Partons d’ici. La porte orientale de la cour intérieure, qui était d’airain, et si lourde qu’elle était difficilement fermée par une vingtaine d’hommes, et ayant des verrous profondément enfoncés dans le sol ferme, se vit à minuit s’ouvrir d’elle-même. {4SP 31.2}
Pendant sept ans, un homme continua à parcourir les rues de Jérusalem, annonçant les malheurs qui devaient s’abattre sur la ville. De jour comme de nuit, il chantait le chant sauvage : « Une voix de l’est ; une voix de l’ouest; une voix des quatre vents; une voix contre Jérusalem et le temple; une voix contre l’époux et l’épouse; et une voix contre tout le peuple. Cet être étrange fut emprisonné et flagellé ; mais aucune plainte ne s’échappa de ses lèvres. Aux insultes et aux injures, il répondit seulement : « Malheur à Jérusalem ! malheur, malheur à ses habitants ! Son cri d’avertissement n’a pas cessé jusqu’à ce qu’il soit tué dans le siège qu’il avait prédit. {4SP 31.3}
Pas un seul chrétien n’a péri dans la destruction de Jérusalem. Christ avait averti ses disciples, et tous ceux qui croyaient en ses paroles attendaient le signe promis. Après que les Romains aient encerclé la ville, ils ont retiré leurs forces de manière inattendue, à un moment où tout semblait favorable à une attaque immédiate. Dans la providence de Dieu, le signal promis fut ainsi donné aux chrétiens qui attendaient, et sans un instant de retard, ils s’enfuirent vers un lieu sûr, la ville de refuge Pella, dans le pays de Perea, au-delà du Jourdain. {4SP 32.1}
Terribles furent les calamités qui tombèrent sur Jérusalem lors du siège de la ville par Titus. Le dernier assaut désespéré eut lieu au moment de la Pâque, lorsque des millions de juifs s’étaient rassemblés dans ses murs pour célébrer la fête nationale. Leurs magasins de provisions, qui s’ils étaient soigneusement conservés auraient été suffisants pour approvisionner les habitants pendant des années, avaient auparavant été détruits par la jalousie et la vengeance des factions rivales, et maintenant toutes les horreurs de la famine étaient vécues. Une mesure de blé se vendait pour un talent. Un grand nombre de personnes sortaient la nuit pour apaiser leur faim en dévorant des herbes et des plantes sauvages poussant à l’extérieur des murs de la ville, bien qu’elles soient souvent détectées et punies de torture et de mort. Certains rongeaient le cuir de leurs boucliers et de leurs sandales. Les tortures les plus inhumaines étaient infligées par les gouvernants pour arracher au peuple miséreux les dernières maigres provisions qu’il aurait pu dissimuler. Et ces cruautés n’étaient pas rarement pratiquées par des hommes eux-mêmes bien nourris, et qui ne cherchaient qu’à se constituer une provision pour l’avenir. {4SP 32.2}
Des milliers ont péri à cause de la famine et de la peste. L’affection naturelle semblait avoir été complètement détruite. On verrait des enfants arracher la nourriture de la bouche de leurs parents âgés. La question du prophète : « Une femme peut-elle oublier son enfant qui tète ? [Ésaïe 49:15.] a reçu la réponse dans les murs de cette ville condamnée : « Les mains des femmes pitoyables ont trempé leurs propres enfants ; ils étaient leur viande dans la destruction de la fille de mon peuple. [Lamentations 4:10.] {4SP 33.1}
Les dirigeants romains s’efforcèrent de semer la terreur chez les Juifs et de les amener ainsi à se rendre. Les prisonniers qui ont résisté lors de leur prise ont été flagellés, torturés et crucifiés devant le mur de la ville. Des centaines de personnes étaient quotidiennement mises à mort de cette manière, et le terrible travail se poursuivait jusqu’à ce que, le long de la vallée de Josaphat et au Calvaire, des croix aient été érigées en si grand nombre qu’il y avait à peine de la place pour se déplacer parmi elles. Ainsi s’accomplit terriblement la prière profane prononcée quarante ans auparavant : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants. [Matthieu 27:25.] {4SP 33.2}
Titus aurait volontairement mis fin à la scène effrayante, et aurait ainsi épargné à Jérusalem la pleine mesure de son destin. Il fut rempli d’horreur en voyant les corps des morts gisant en tas dans les vallées. Comme un ravi, il regarda du sommet d’Olivet le magnifique temple, et ordonna qu’on n’en touchât pas une pierre. Avant de tenter de s’emparer de cette place forte, il lança un appel pressant aux dirigeants juifs pour qu’ils ne l’obligent pas à souiller de sang le lieu sacré. S’ils sortaient et combattaient ailleurs, aucun Romain ne devrait violer le caractère sacré du temple. Josèphe lui-même, dans un appel des plus éloquents, les a suppliés de se rendre, de se sauver eux-mêmes, leur ville et leur lieu de culte. Mais ses paroles furent répondues par des malédictions amères. Des fléchettes ont été lancées sur lui, leur dernier médiateur humain, alors qu’il les suppliait. Les Juifs avaient rejeté les supplications du Fils de Dieu, et maintenant les récriminations et les supplications ne faisaient que les rendre plus déterminés à résister jusqu’au bout. En vain furent les efforts de Titus pour sauver le temple ; Un plus grand que lui avait déclaré qu’il ne fallait pas laisser pierre sur pierre. {4SP 33.3}
L’obstination aveugle des chefs juifs et les crimes détestables perpétrés dans la ville assiégée excitèrent l’horreur et l’indignation des Romains, et Titus décida enfin de prendre d’assaut le temple. Il a déterminé, cependant, que si possible, il devrait être sauvé de la destruction. Mais ses ordres ont été ignorés. Après qu’il se fut retiré la nuit dans sa tente, les Juifs, sortant du temple, attaquèrent les soldats à l’extérieur. Dans la lutte, un tison a été lancé par un soldat à travers une ouverture dans le porche, et immédiatement les chambres autour de la sainte maison ont été en flammes. Titus se précipita sur les lieux, suivi de ses généraux et de ses légionnaires, et ordonna aux soldats d’éteindre les flammes. Ses paroles sont restées lettre morte. Dans leur fureur, les soldats lançaient des tisons enflammés dans les chambres attenantes au temple, puis avec leurs épées ils massacrèrent en grand nombre ceux qui y avaient trouvé refuge. Le sang coulait sur les marches du temple comme de l’eau. Des milliers et des milliers de Juifs ont péri. Au-dessus du bruit de la bataille se faisaient entendre des voix criant : « Ichabod ! » – la gloire est partie. {4SP 34.1}
Le feu n’avait pas atteint la sainte maison elle-même lorsque Titus entra, et, voyant sa splendeur inégalée, il fut poussé à un dernier effort pour sa préservation. Mais en sa présence même, un soldat enfonça une torche allumée entre les gonds de la porte, et en un instant les flammes éclatèrent dans le sanctuaire. Alors que l’éclat rouge révélait les murs des lieux saints, scintillants d’or, une frénésie s’empara des soldats. Aiguillonnés par un désir de pillage, et remplis de rage par la résistance des Juifs, ils étaient incontrôlables. {4SP 35.1}
Les structures hautes et massives qui avaient couronné le mont Moriah étaient en flammes. Les tours du temple envoyaient des colonnes de feu et de fumée. Alors que la marée sinistre roulait, dévorant tout devant elle, tout le sommet de la colline flamboyait comme un volcan. Mêlés au rugissement du feu, aux cris des soldats et au fracas des immeubles qui s’effondrent, on entendait les cris frénétiques et déchirants des vieux et des jeunes, des prêtres et des dirigeants. Les montagnes elles-mêmes semblaient rendre l’écho. L’éclat terrible de l’incendie éclaira la campagne environnante, et le peuple se rassembla sur les collines et regarda avec terreur la scène. {4SP 35.2}
Après la destruction du temple, toute la ville tomba bientôt entre les mains des Romains. Les chefs des Juifs abandonnèrent leurs tours imprenables, et Titus les trouva solitaires. Il les regarda avec étonnement et déclara que Dieu les avait livrés entre ses mains ; car aucun moteur, aussi puissant soit-il, n’aurait pu prévaloir contre ces prodigieux remparts. La ville et le temple furent tous deux rasés jusqu’à leurs fondations, et le sol sur lequel s’élevait la sainte maison fut ” labouré comme un champ “. Plus d’un million de personnes ont été massacrées; les survivants ont été emmenés comme captifs, vendus comme esclaves, traînés à Rome pour honorer le triomphe du conquérant, jetés aux bêtes sauvages dans les amphithéâtres ou dispersés comme des vagabonds sans abri à travers la terre. {4SP 36.1}
Les Juifs avaient forgé leurs propres chaînes; ils s’étaient chargé le nuage de la vengeance. Dans la destruction totale qui leur est arrivée en tant que nation, et dans tous les malheurs qui les ont suivis dans leur dispersion, ils ne faisaient que récolter la moisson que leurs propres mains avaient semée. Leurs souffrances sont souvent représentées comme une punition infligée par le décret direct de Dieu. C’est un stratagème par lequel le grand trompeur cherche à dissimuler son propre travail. Par un refus obstiné de l’amour et de la miséricorde divins, les Juifs avaient fait en sorte que la protection de Dieu leur soit retirée, et Satan a été autorisé à les gouverner selon sa volonté. Les horribles cruautés commises lors de la destruction de Jérusalem sont une démonstration du pouvoir vindicatif de Satan sur ceux qui cèdent à son contrôle. {4SP 36.2}
Nous ne pouvons pas savoir combien nous devons au Christ pour la paix et la protection dont nous jouissons. C’est le pouvoir de retenue de Dieu qui empêche l’humanité de passer entièrement sous le contrôle de Satan. Les désobéissants et les ingrats ont de grandes raisons d’être reconnaissants pour la miséricorde et la longanimité de Dieu en tenant en échec le pouvoir cruel et malin du malin. Mais lorsque les hommes dépassent les limites de la patience divine, cette retenue est supprimée. Dieu ne se tient pas devant le pécheur comme un bourreau de la sentence contre la transgression ; mais il laisse à eux-mêmes ceux qui rejettent sa miséricorde, pour récolter ce qu’ils ont semé. Chaque rayon de lumière rejeté, chaque avertissement méprisé ou ignoré, chaque passion assouvie, chaque transgression de la loi de Dieu, est une semence semée, qui produit sa moisson infaillible. L’Esprit de Dieu, obstinément résisté, est finalement retirée du pécheur, et alors il ne reste plus aucun pouvoir pour contrôler les mauvaises passions de l’âme, et aucune protection contre la malice et l’inimitié de Satan. La destruction de Jérusalem est un avertissement effrayant et solennel pour tous ceux qui se moquent des offres de la grâce divine et détournent les supplications de la miséricorde divine. Jamais un témoignage plus décisif n’a été rendu à la haine de Dieu pour le péché et au châtiment certain qui tombera sur les coupables. {4SP 36.3} et au châtiment certain qui tombera sur les coupables. {4SP 36.3} et au châtiment certain qui tombera sur les coupables. {4SP 36.3}
La prophétie du Sauveur concernant la visitation des jugements sur Jérusalem doit avoir un autre accomplissement, dont cette scène terrible n’était qu’une faible ombre. Le second avènement du Fils de Dieu est annoncé par des lèvres qui ne s’y trompent pas : « Alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel, avec puissance et grande gloire. Et il enverra ses anges avec un grand son de trompette, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, d’une extrémité du ciel à l’autre. [Matthieu 24:30, 31.] Alors ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile seront consumés par l’esprit de sa bouche, et détruits par l’éclat de son avènement. [2 Thessaloniciens 2:8.] {4SP 37.1}
Que les hommes prennent garde de ne pas négliger la leçon qui leur est transmise dans les paroles du Christ. Il a déclaré qu’il reviendrait une seconde fois, pour rassembler ses fidèles et se venger de ceux qui rejettent sa miséricorde. Comme il a averti ses disciples de la destruction de Jérusalem, leur donnant un signe de la ruine prochaine pour qu’ils puissent s’échapper, ainsi il a averti son peuple du jour de la destruction finale, et leur a donné des signes de son approche, afin que tous ceux qui le voudront puissent fuyez la colère à venir. Ceux qui voient les signes promis doivent ” savoir qu’ils sont proches, même à la porte “. « Veillez donc », sont ses paroles d’avertissement. “Si tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur.” {4SP 38.1}
Le monde n’est pas plus prêt maintenant à croire à l’avertissement que ne l’étaient les Juifs au temps de notre Sauveur. Quand cela arrivera, la fin viendra à l’improviste pour les impies. Quand la vie continue dans son tour invariable ; quand les hommes sont absorbés dans le plaisir, dans les affaires, dans le trafic, dans l’argent ; lorsque les chefs religieux magnifient le progrès et l’illumination du monde, et que les gens sont endormis dans une fausse sécurité, – alors, comme le voleur de minuit vole dans la demeure non gardée, la destruction soudaine viendra sur les négligents et les impies, “et ils ne seront pas s’échapper.” {4SP 38.2}
Chapitre 2 . . . . . La persécution aux premiers siècles.
Lorsque Jésus révéla à ses disciples le sort de Jérusalem et les scènes du second avènement, il prédit aussi l’expérience de son peuple depuis le moment où il leur serait enlevé jusqu’à son retour en puissance et en gloire pour leur délivrance. D’Olivet le Sauveur vit les tempêtes sur le point de s’abattre sur l’église apostolique, et, pénétrant plus profondément dans l’avenir, son œil discerna les tempêtes féroces et dévastatrices qui devaient s’abattre sur ses disciples dans les âges à venir de ténèbres et de persécution. Dans quelques brèves déclarations, d’une terrible signification, il a prédit la part que les dirigeants de ce monde alloueraient à l’église de Dieu. Les disciples du Christ doivent suivre le même chemin d’humiliation, de reproche et de souffrance que leur Maître a suivi. L’inimitié qui a éclaté contre le Rédempteur du monde, se manifesterait contre tous ceux qui croiraient en son nom. {4SP 39.1}
L’histoire de l’Église primitive témoigne de l’accomplissement des paroles du Sauveur. Les puissances de la terre et de l’enfer se sont dressées contre Christ dans la personne de ses disciples. Le paganisme prévoyait qu’en cas de triomphe de l’évangile, ses temples et ses autels seraient emportés ; c’est pourquoi elle a appelé ses forces pour détruire le christianisme. Les feux de la persécution ont été allumés. Les chrétiens ont été dépouillés de leurs biens et chassés de leurs maisons. Ils « endurèrent un grand combat d’afflictions ». Ils « ont été jugés de cruelles moqueries et de flagellations, oui, en outre de liens et d’emprisonnement ». [Hébreux 11:36.] Un grand nombre scella leur témoignage de leur sang. Nobles et esclaves, riches et pauvres, savants et ignorants, furent pareillement tués sans pitié. {4SP 39.2}
Partout où ils cherchaient refuge, les disciples du Christ étaient chassés comme des bêtes de proie. Ils ont été forcés de chercher refuge dans des endroits désolés et solitaires. “Démunis, affligés, tourmentés, dont le monde n’était pas digne, ils ont erré dans les déserts, et dans les montagnes, et dans les tanières et les cavernes de la terre.” [Hébreux 11:37, 38.] Les fouilles souterraines liées à la ville de Rome offraient un abri à des milliers de personnes. De longues galeries avaient été creusées dans la terre et la roche pour fournir du matériel aux vastes structures de la capitale, et le réseau sombre et complexe de passages s’étendait sur des kilomètres au-delà des murs. Dans ces retraites souterraines, de nombreux disciples du Christ, suspects et proscrits, trouvèrent un foyer ; et ici aussi ils enterraient leurs morts. Quand le Donneur de vie réveillera ceux qui ont combattu le bon combat, bien des martyrs pour l’amour du Christ sortiront de ces sombres cavernes. {4SP 40.1}
Sous la persécution la plus féroce, ces témoins de Jésus ont gardé leur foi sans tache. Bien que privés de tout confort, enfermés à l’abri de la lumière du soleil, élus au sein obscur mais amical de la terre, ils n’émettaient aucune plainte. Avec des paroles de foi, de patience et d’espérance, ils se sont mutuellement encouragés à endurer les privations et la détresse. La perte de toute bénédiction terrestre ne pouvait pas les forcer à renoncer à leur croyance en Christ. Les épreuves et les persécutions n’étaient que des étapes les rapprochant de leur repos et de leur récompense. {4SP 40.2}
Ils se souvenaient des paroles de leur Maître, selon lesquelles, lorsqu’ils seraient persécutés à cause de Christ, ils seraient extrêmement heureux ; car grande serait leur récompense dans le Ciel ; car c’est ainsi que les prophètes avaient été persécutés avant eux. Comme les serviteurs de Dieu d’autrefois, ils ont été ” torturés, n’acceptant pas la délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection “. [Hébreux 11:35.] Ils se réjouissaient d’être jugés dignes de souffrir pour la vérité, et des chants de triomphe s’élevèrent au milieu des flammes crépitantes. Regardant vers le haut par la foi, ils virent le Christ et les anges penchés sur les remparts du ciel, les regardant avec le plus profond intérêt et considérant leur fermeté avec approbation. Une voix leur parvint du trône de Dieu : « Soyez fidèle jusqu’à la mort, et je vous donnerai une couronne de vie. [Apocalypse 2:10.] {4SP 41.1}
Les efforts de Satan pour détruire l’église de Christ par la violence ont été vains. La grande controverse dans laquelle les disciples de Jésus ont sacrifié leur vie n’a pas cessé lorsque ces fidèles porte-drapeaux sont tombés à leur poste. Par la défaite, ils ont vaincu. Les ouvriers de Dieu ont été tués, mais son œuvre avançait régulièrement. L’évangile a continué à se répandre et le nombre de ses adhérents à augmenter. Elle pénétra dans des régions inaccessibles, même aux aigles de Rome. Un chrétien a dit, s’adressant aux dirigeants païens qui poussaient à la persécution : « Vous pouvez nous tourmenter, nous affliger et nous vexer. Votre méchanceté met notre faiblesse à l’épreuve, mais votre cruauté ne sert à rien. Ce n’est qu’une invitation plus forte à amener les autres à notre persuasion. Plus nous sommes fauchés, plus nous renaissons. Le sang des chrétiens est semence. {4SP 41.2}
Des milliers ont été emprisonnés et tués; mais d’autres surgirent pour prendre leur place. Et ceux qui ont été martyrisés pour leur foi ont été attachés à Christ et l’ont considéré comme des vainqueurs. Ils avaient combattu le bon combat, et ils devaient recevoir la couronne de gloire lorsque Christ viendrait. Les souffrances qu’ils ont endurées ont rapproché les chrétiens les uns des autres et de leur Rédempteur. Leur exemple vivant et leur témoignage mourant étaient un témoignage constant de la vérité ; et, là où on s’y attendait le moins, les sujets de Satan quittaient son service et s’enrôlaient sous la bannière de Christ. {4SP 42.1}
Satan a donc établi ses plans de guerre avec plus de succès contre le gouvernement de Dieu, en plantant sa bannière dans l’église chrétienne. Si les disciples de Christ pouvaient être trompés et amenés à déplaire à Dieu, alors leur force, leur courage et leur fermeté échoueraient et ils deviendraient une proie facile. {4SP 42.2}
Le grand adversaire s’efforçait maintenant d’obtenir par artifice ce qu’il n’avait pas réussi à obtenir par la force. La persécution cessa, et à sa place furent substituées les attraits dangereux de la prospérité temporelle et de l’honneur mondain. Les idolâtres étaient amenés à recevoir une partie de la foi chrétienne, tandis qu’ils rejetaient d’autres vérités essentielles. Ils professaient accepter Jésus comme le Fils de Dieu et croire en sa mort et sa résurrection ; mais ils n’avaient aucune conviction de péché et n’éprouvaient aucun besoin de repentance ou de changement de cœur. Avec quelques concessions de leur part, ils ont proposé que les chrétiens fassent des concessions, que tous puissent s’unir sur la plate-forme de la croyance en Christ. {4SP 42.3}
L’église était maintenant en péril. La prison, la torture, le feu et l’épée étaient des bénédictions en comparaison de cela. Certains chrétiens sont restés fermes, déclarant qu’ils ne pouvaient faire aucun compromis. D’autres ont estimé que s’ils cédaient ou modifiaient certains traits de leur foi et s’unissaient à ceux qui avaient accepté une partie du christianisme, cela pourrait être le moyen de leur pleine conversion. Ce fut une période de profonde angoisse pour les fidèles disciples du Christ. Sous un manteau de prétendu christianisme, Satan s’insinuait dans l’église, pour corrompre leur foi et détourner leur esprit de la parole de vérité. {4SP 43.1}
Enfin, la plus grande partie de la société chrétienne a abaissé son niveau et une union s’est formée entre le christianisme et le paganisme. Bien que les adorateurs d’idoles professaient être convertis et unis à l’église, ils s’accrochaient encore à leur idolâtrie, ne changeant les objets de leur culte qu’en images de Jésus, et même de Marie et des saints. Le mauvais levain de l’idolâtrie, ainsi introduit dans l’Église, continuait son œuvre funeste. Des doctrines malsaines, des rites superstitieux et des cérémonies idolâtres ont été incorporés dans sa foi et son culte. Alors que les disciples du Christ s’unissaient aux idolâtres, la religion chrétienne s’est corrompue et l’église a perdu sa pureté et sa puissance. Certains, cependant, n’ont pas été induits en erreur par ces illusions. Ils restèrent fidèles à l’Auteur de la vérité et n’adorèrent que Dieu seul. {4SP 43.2}
Il y a toujours eu deux classes parmi ceux qui professent être des disciples de Christ. Tandis qu’une classe étudie la vie du Sauveur et cherche sincèrement à corriger ses défauts et à se conformer au Modèle, l’autre classe évite les vérités simples et pratiques qui exposent ses erreurs. Même dans son meilleur état, l’église n’était pas entièrement composée de vrais, purs et sincères. Notre Sauveur a enseigné que ceux qui s’adonnent volontairement au péché ne doivent pas être reçus dans l’église ; pourtant il s’unit à des hommes qui avaient un caractère défectueux, et leur accorda les avantages de ses enseignements et de son exemple, afin qu’ils aient l’occasion de voir et de corriger leurs erreurs. Parmi les douze apôtres se trouvait un traître. Judas fut accepté, non pas à cause de ses défauts de caractère, mais malgré eux. Il était lié aux disciples, qui, à travers les instructions et l’exemple du Christ, il pourrait apprendre ce qui constitue le caractère chrétien, et ainsi être amené à voir ses erreurs, à se repentir et, avec l’aide de la grâce divine, à purifier son âme “en obéissant à la vérité”. Mais Judas n’a pas marché dans la lumière si gracieusement autorisée à briller sur lui. Par l’indulgence dans le péché, il a invité les tentations de Satan. Ses mauvais traits de caractère sont devenus prédominants. Il a cédé son esprit au contrôle des puissances des ténèbres, il s’est mis en colère lorsque ses fautes ont été réprimandées, et ainsi il a été amené à commettre le crime effrayant de trahir son Maître. De la même manière, tous ceux qui chérissent le mal sous une profession de piété haïssent ceux qui troublent leur paix en condamnant leur conduite du péché. Lorsqu’une occasion favorable se présentera, ils trahiront, comme Judas, ceux qui, pour leur bien, ont cherché à les reprendre.
Les apôtres ont rencontré ceux de l’église qui professaient la piété alors qu’ils chérissaient secrètement l’iniquité. Ananias et Saphira ont joué le rôle de trompeurs, prétendant faire un sacrifice entier pour Dieu, alors qu’ils retenaient avec convoitise une part pour eux-mêmes. L’Esprit de vérité révéla aux apôtres le véritable caractère de ces prétendants, et les jugements de Dieu débarrassèrent à jamais l’Église de cette tache immonde sur sa pureté. Cette preuve éclatante du discernement de l’Esprit de Christ dans l’église était une terreur pour les hypocrites et les malfaiteurs. Ils ne pouvaient rester longtemps en rapport avec ceux qui étaient, par leurs habitudes et leurs dispositions, des représentants constants du Christ ; et tandis que les épreuves et la persécution s’abattaient sur ses disciples, ceux-là seuls qui étaient disposés à tout abandonner pour l’amour de la vérité désiraient devenir ses disciples. Ainsi, tant que la persécution a continué, l’église est restée relativement pure. Mais à mesure qu’elle cessa, des convertis moins sincères et moins dévoués s’y ajoutèrent, et la voie s’ouvrit à Satan pour prendre pied. {4SP 45.1}
Mais il n’y a pas d’union entre le Prince de la lumière et le prince des ténèbres, et il ne peut y avoir d’union entre leurs partisans. Lorsque les chrétiens ont consenti à s’unir à ceux qui n’étaient qu’à moitié convertis du paganisme, ils se sont engagés dans une voie qui s’éloignait de plus en plus de la vérité. Satan se réjouissait d’avoir réussi à tromper un si grand nombre de disciples de Christ. Il a ensuite exercé son pouvoir sur eux plus pleinement et les a inspirés à persécuter ceux qui restaient fidèles à Dieu. Nul ne pouvait aussi bien comprendre comment s’opposer à la vraie foi chrétienne que ceux qui en avaient été autrefois les défenseurs ; et ces chrétiens apostats, s’unissant à leurs compagnons à moitié païens, dirigeaient leur guerre contre les traits les plus essentiels des doctrines du Christ. {4SP 45.2}
Il a fallu une lutte désespérée pour que ceux qui seraient fidèles tiennent bon contre les tromperies et les abominations qui étaient déguisées en vêtements sacerdotaux et introduites dans l’église. La Bible n’était pas acceptée comme norme de foi. La doctrine de la liberté religieuse était qualifiée d’hérésie et ses tenants étaient haïs et proscrits. {4SP 46.1}
Après un long et sévère conflit, quelques fidèles ont décidé de dissoudre toute union avec l’église apostate si elle refusait toujours de se libérer du mensonge et de l’idolâtrie. Ils ont vu que la séparation était une nécessité absolue s’ils voulaient obéir à la parole de Dieu. Ils n’osaient pas tolérer des erreurs fatales à leur âme et donnaient un exemple qui mettrait en péril la foi de leurs enfants et des enfants de leurs enfants. Pour assurer la paix et l’unité, ils étaient prêts à faire toute concession conforme à la fidélité à Dieu ; mais ils sentaient que même la paix serait trop chèrement achetée au sacrifice du principe. Si l’unité ne pouvait être assurée que par le compromis de la vérité et de la justice, alors qu’il y ait différence, et même guerre. {4SP 46.2}
Ce serait bien pour l’église et le monde si les principes qui animaient ces âmes inébranlables étaient ravivés dans les cœurs du peuple professé de Dieu. Il y a une indifférence alarmante à l’égard des doctrines qui sont les piliers de la foi chrétienne. L’opinion gagne du terrain, que, après tout, ce ne sont pas d’une importance vitale. Cette dégénérescence renforce les mains des agents de Satan, de sorte que les fausses théories et les illusions fatales auxquelles les fidèles des siècles passés ont mis leur vie en péril pour résister et exposer, sont maintenant considérées avec faveur par des milliers de personnes qui prétendent être des disciples du Christ. {4SP 46.3}
Les premiers chrétiens étaient en effet un peuple particulier. Leur comportement irréprochable et leur foi inébranlable étaient une réprimande continuelle qui troublait la paix du pécheur. Bien que peu nombreux, sans fortune, sans position ni titres honorifiques, ils étaient une terreur pour les malfaiteurs partout où leur caractère et leurs doctrines étaient connus. C’est pourquoi ils étaient haïs des méchants, comme Abel était haï de l’impie Caïn. Pour la même raison que Caïn a tué Abel, ceux qui voulaient se débarrasser de la retenue du Saint-Esprit, ont mis à mort le peuple de Dieu. C’est pour la même raison que les Juifs ont rejeté et crucifié le Sauveur, – parce que la pureté et la sainteté de son caractère étaient un reproche constant à leur égoïsme et à leur corruption. Depuis les jours de Christ jusqu’à maintenant, ses fidèles disciples ont excité la haine et l’opposition de ceux qui aiment et suivent les voies du péché.
Comment, alors, l’évangile peut-il être appelé un message de paix ? Quand Esaïe a prédit la naissance du Messie, il lui a attribué le titre de « Prince de la paix ». Lorsque les anges ont annoncé aux bergers que le Christ était né, ils ont chanté au-dessus des plaines de Bethléem : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre, bonne volonté envers les hommes. [Luc 2:14.] Il y a une contradiction apparente entre ces déclarations prophétiques et les paroles du Christ : « Je ne suis pas venu envoyer la paix, mais l’épée. [Matthieu 10:34.] Mais bien compris, les deux sont en parfaite harmonie. L’évangile est un message de paix. Le christianisme est un système qui, reçu et obéi, répandrait la paix, l’harmonie et le bonheur sur toute la terre. La religion du Christ unira dans une étroite fraternité tous ceux qui acceptent ses enseignements. C’était la mission de Jésus de réconcilier l’homme avec Dieu, et donc à son prochain. Mais le monde dans son ensemble est sous le contrôle de Satan, l’ennemi le plus acharné de Christ. L’évangile leur présente des principes de vie qui sont totalement en désaccord avec leurs habitudes et leurs désirs, et ils se révoltent contre lui. Ils haïssent la pureté qui révèle et condamne leurs péchés, et ils persécutent et détruisent ceux qui voudraient leur faire valoir ses justes et saintes prétentions. C’est dans ce sens – parce que les vérités exaltées qu’il apporte, occasionnent haine et conflits – que l’évangile est appelé une épée. {4SP 47.2} et ils persécutent et détruisent ceux qui voudraient faire valoir sur eux ses justes et saintes revendications. C’est dans ce sens – parce que les vérités exaltées qu’il apporte, occasionnent haine et conflits – que l’évangile est appelé une épée. {4SP 47.2} et ils persécutent et détruisent ceux qui voudraient faire valoir sur eux ses justes et saintes revendications. C’est dans ce sens – parce que les vérités exaltées qu’il apporte, occasionnent haine et conflits – que l’évangile est appelé une épée. {4SP 47.2}
La providence mystérieuse qui permet aux justes d’être persécutés par les méchants a été une cause de grande perplexité pour beaucoup de ceux qui sont faibles dans la foi. Certains sont même prêts à rejeter leur confiance en Dieu parce qu’il laisse prospérer le plus vil des hommes, tandis que les meilleurs et les plus purs sont affligés et tourmentés par leur puissance cruelle. Comment, demande-t-on, Celui qui est juste et miséricordieux, et qui est aussi infini en puissance, peut-il tolérer une telle injustice et une telle oppression ? C’est une question dont nous n’avons rien à voir. Dieu nous a donné des preuves suffisantes de son amour, et nous ne devons pas douter de sa bonté parce que nous ne pouvons pas comprendre le fonctionnement de sa providence. Le Sauveur dit à ses disciples, prévoyant les doutes qui pèseraient sur leurs âmes aux jours d’épreuve et de ténèbres : « Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite, Le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi. [Jean 15:20.] Jésus a souffert pour nous plus qu’aucun de ses disciples ne peut être amené à souffrir par la cruauté d’hommes méchants. Ceux qui sont appelés à endurer la torture et le martyre ne font que suivre les traces du cher Fils de Dieu. {4SP 48.1}
“Le Seigneur ne néglige pas sa promesse.” [2 Pierre 3:9.] Il n’oublie ni ne néglige ses enfants ; mais il permet aux méchants de révéler leur véritable caractère, afin qu’aucun de ceux qui désirent faire sa volonté ne soit trompé à leur sujet. De plus, les justes sont placés dans la fournaise de l’affliction, afin qu’ils soient eux-mêmes purifiés ; que leur exemple puisse convaincre les autres de la réalité de la foi et de la piété ; et aussi que leur conduite cohérente peut condamner les impies et les incrédules. {4SP 49.1}
Dieu permet aux méchants de prospérer et de révéler leur inimitié contre lui, afin que lorsqu’ils auront comblé la mesure de leur iniquité, tous puissent voir sa justice et sa miséricorde dans leur destruction totale. Le jour de sa vengeance se hâte, quand tous les transgresseurs de sa loi et les oppresseurs de son peuple recevront la juste récompense de leurs actes ; où chaque acte de cruauté ou d’oppression envers les fidèles de Dieu sera puni comme s’il avait été fait à Christ lui-même. {4SP 49.2}
Il y a une autre question, plus importante, qui devrait retenir l’attention des Églises d’aujourd’hui. L’apôtre Paul déclare que “tous ceux qui vivront pieusement en Jésus-Christ subiront la persécution”. [2 Timothée 3:12.] Pourquoi donc la persécution semble-t-elle dans une large mesure s’endormir ? – La seule raison est que l’église s’est conformée à la norme du monde et ne suscite donc aucune opposition. La religion courante de nos jours n’a pas le caractère pur et saint qui marquait la foi chrétienne au temps du Christ et de ses apôtres. C’est seulement à cause de l’esprit de compromis avec le péché, parce que les grandes vérités de la parole de Dieu sont considérées avec tant d’indifférence, parce qu’il y a si peu de piété vitale dans l’église, que le christianisme est apparemment si populaire dans le monde. Qu’il y ait un réveil de la foi et de la puissance de l’église primitive, et l’esprit de persécution sera ravivé, et les feux de la persécution seront ravivés. {4SP 49.3}
Chapitre 3 . . . . . L’église romaine.
L’apôtre Paul, dans sa deuxième lettre aux Thessaloniciens, a prédit la grande apostasie qui résulterait de l’établissement du pouvoir papal. Il a déclaré que le jour de Christ ne devait pas venir, « à moins qu’il n’arrive d’abord une apostasie, et que l’homme de péché ne soit révélé, le fils de perdition ; qui s’oppose et s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou qu’on adore ; de sorte qu’en tant que Dieu, il s’assied dans le temple de Dieu, se montrant lui-même Dieu. De plus, l’apôtre avertit ses frères que ” le mystère de l’iniquité opère déjà “. [2 Thessaloniciens 2:3, 4, 7.] Même à cette date précoce, il a vu, rampant dans l’église, des erreurs qui prépareraient la voie au développement de la papauté. {4SP 51.1}
Peu à peu, d’abord furtivement et en silence, puis plus ouvertement à mesure qu’il gagnait en force et prenait le contrôle de l’esprit des hommes, le mystère de l’iniquité poursuivit son œuvre trompeuse et blasphématoire. Presque imperceptiblement, les coutumes du paganisme se sont introduites dans l’église chrétienne. L’esprit de compromis et de conformité a été retenu pendant un certain temps par les persécutions féroces que l’église a endurées sous le paganisme. Mais lorsque la persécution cessa et que le christianisme pénétra dans les cours et les palais des rois, elle abandonna l’humble simplicité du Christ et de ses apôtres pour la pompe et l’orgueil des prêtres et des dirigeants païens ; et aux exigences de Dieu, elle substitua les théories et les traditions humaines. La conversion nominale de Constantin, au début du IVe siècle, provoqua de grandes réjouissances ; et le monde, revêtus de robes de justice, sont entrés dans l’église. Maintenant, le travail de corruption progressait rapidement. Le paganisme, tout en paraissant vaincu, est devenu vainqueur. Son esprit contrôlait l’église. Ses doctrines, cérémonies et superstitions ont été incorporées dans la foi et le culte des disciples professés du Christ. {4SP 51.2}
Ce compromis entre le paganisme et le christianisme a abouti au développement de l’homme de péché annoncé dans la prophétie comme s’opposant et s’exaltant au-dessus de Dieu. Ce gigantesque système de fausse religion est un chef-d’œuvre de la puissance de Satan, un monument de ses efforts pour s’asseoir sur le trône afin de gouverner la terre selon sa volonté. {4SP 52.1}
Satan a essayé une fois de former un compromis avec Christ. Il vint vers le Fils de Dieu dans le désert de la tentation et, lui montrant tous les royaumes du monde et leur gloire, offrit de tout remettre entre ses mains s’il voulait seulement reconnaître la suprématie du prince des ténèbres. Le Christ réprimanda le tentateur présomptueux et le força à partir. Mais Satan rencontre un plus grand succès en présentant les mêmes tentations à l’homme. Pour s’assurer des gains et des honneurs mondains, l’Église fut amenée à rechercher la faveur et le soutien des grands hommes de la terre, et ayant ainsi rejeté le Christ, elle fut amenée à céder allégeance au représentant de Satan, l’évêque de Rome. {4SP 52.2}
C’est l’une des principales doctrines du romanisme que le pape est le chef visible de l’Église universelle du Christ, investi de l’autorité suprême sur les évêques et les pasteurs dans toutes les parties du monde. Plus que cela, le pape s’est arrogé les titres mêmes de divinité. Il se fait appeler “Seigneur Dieu le Pape”, assume l’infaillibilité et exige que tous les hommes lui rendent hommage. Ainsi, la même réclamation soutenue par Satan dans le désert de la tentation est toujours soutenue par lui à travers l’église de Rome, et un grand nombre est prêt à lui rendre hommage. {4SP 53.1}
Mais ceux qui craignent et vénèrent Dieu répondent à cette hypothèse audacieuse comme le Christ a répondu aux sollicitations de l’ennemi rusé : « Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. [Luc 4:8.] Dieu n’a jamais laissé entendre dans sa parole qu’il a nommé un homme à la tête de l’église. La doctrine de la suprématie papale est directement opposée aux enseignements des Écritures. Le pape ne peut avoir aucun pouvoir sur l’église du Christ, sauf par usurpation. {4SP 53.2}
Les romanistes ont persisté à porter contre les protestants l’accusation d’hérésie et de séparation volontaire d’avec la véritable église. Mais ces accusations s’appliquent plutôt à eux-mêmes. Ce sont eux qui ont déposé la bannière du Christ et se sont détournés de la foi transmise une fois aux saints. {4SP 53.3}
Satan savait bien que les Saintes Écritures permettraient aux hommes de discerner ses tromperies et de résister à sa puissance. C’est par la parole que même le Sauveur du monde a résisté à ses attaques. À chaque assaut, Christ a présenté le bouclier de la vérité éternelle, en disant : « Il est écrit. A toute suggestion de l’adversaire, il opposait la sagesse et la puissance de la parole. Pour que Satan maintienne son emprise sur les hommes et établisse l’autorité de l’usurpateur papal, il doit les maintenir dans l’ignorance des Écritures. La Bible exalterait Dieu et placerait les hommes finis dans leur véritable position ; donc ses vérités sacrées doivent être cachées et supprimées. Cette logique a été adoptée par l’Église romaine. Pendant des centaines d’années, la circulation de la Bible a été interdite. Il était interdit aux gens de le lire ou de l’avoir dans leurs maisons, et des prêtres et des prélats sans scrupules ont interprété ses enseignements pour soutenir leurs prétentions. Ainsi, le pape en est venu à être presque universellement reconnu comme le vice-gérant de Dieu sur terre, doté de l’autorité suprême sur l’Église et l’État. {4SP 53.4}
Le détecteur d’erreur ayant été enlevé, Satan a travaillé selon sa volonté. La prophétie avait déclaré que la papauté devait “penser à changer les temps et les lois”. [Daniel 7:25.] Ce travail, il n’a pas tardé à tenter. Pour offrir aux convertis du paganisme un substitut au culte des idoles, et ainsi favoriser leur acceptation nominale du christianisme, l’adoration des images et des reliques fut progressivement introduite dans le culte chrétien. Le décret d’un concile général établit définitivement ce système d’idolâtrie papiste. Pour achever l’œuvre sacrilège, Rome a osé rayer de la loi de Dieu le deuxième commandement, interdisant le culte des images, et diviser le dixième commandement, afin de conserver le nombre. {4SP 54.1}
L’esprit de concession au paganisme a ouvert la voie à un mépris encore plus grand de l’autorité du Ciel. Satan a également altéré le quatrième commandement et a essayé de mettre de côté l’ancien sabbat, le jour que Dieu avait béni et sanctifié, et à sa place d’exalter la fête observée par les païens comme “le jour vénérable du soleil”. Ce changement n’a pas d’abord été tenté ouvertement. Au cours des premiers siècles, le vrai sabbat avait été observé par tous les chrétiens. Ils étaient jaloux de l’honneur de Dieu, et, croyant que sa loi est immuable, ils gardaient avec zèle le caractère sacré de ses préceptes. Mais avec une grande subtilité, Satan a travaillé à travers ses agents pour réaliser son objectif. Afin que l’attention du peuple soit attirée sur le dimanche, on en fit une fête en l’honneur de la résurrection du Christ. Des services religieux y étaient célébrés; pourtant, il était considéré comme un jour de récréation, le sabbat étant encore sacrément observé. {4SP 55.1}
Constantin, alors qu’il était encore païen, a publié un décret enjoignant l’observance générale du dimanche en tant que fête publique dans tout l’empire romain. Après sa conversion, il est resté un ardent défenseur du dimanche, et son édit païen a ensuite été appliqué par lui dans l’intérêt de sa nouvelle foi. Mais l’honneur montré ce jour n’était pas encore suffisant pour empêcher les chrétiens de considérer le vrai sabbat comme le saint du Seigneur. Une autre étape doit être franchie; le faux sabbat doit être exalté à une égalité avec le vrai. Quelques années après la publication du décret de Constantin, l’évêque de Rome conféra au dimanche le titre de jour du Seigneur. Ainsi, le peuple a été progressivement amené à le considérer comme possédant un certain degré de sacralité. Le sabbat originel était toujours observé. {4SP 55.2}
L’archi-trompeur n’avait pas terminé son œuvre. Il était résolu à rassembler le monde chrétien sous sa bannière et à exercer son pouvoir par l’intermédiaire de son vice-gérant, l’orgueilleux pontife qui prétendait être le représentant du Christ. Grâce à des païens à moitié convertis, des prélats ambitieux et des ecclésiastiques amoureux du monde, il a atteint son objectif. De vastes conciles se tenaient, de temps à autre, dans lesquels les dignitaires de l’Église étaient convoqués du monde entier. Dans presque tous les conciles, le sabbat que Dieu avait institué était abaissé un peu plus bas, tandis que le dimanche était en conséquence exalté. Ainsi, la fête païenne en vint finalement à être honorée comme une institution divine, tandis que le sabbat biblique était déclaré relique du judaïsme et que ses observateurs étaient déclarés maudits. {4SP 56.1}
Le grand apostat avait réussi à s’élever « au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou qu’on adore ». [2 Thessaloniciens 2:4.] Il avait osé changer le seul précepte de la loi divine qui dirige sans équivoque toute l’humanité vers le Dieu vrai et vivant. Dans le quatrième commandement, Dieu se révèle comme le Créateur des cieux et de la terre, et se distingue ainsi de tous les faux dieux. C’est en mémoire de l’œuvre de la création que le septième jour a été sanctifié comme jour de repos pour l’homme. Il a été conçu pour garder le Dieu vivant toujours présent à l’esprit des hommes comme la source de l’être et l’objet de révérence et d’adoration. Satan s’efforce de détourner les hommes de leur allégeance à Dieu et de l’obéissance à sa loi ; c’est pourquoi il dirige ses efforts spécialement contre ce commandement qui désigne Dieu comme le Créateur. {4SP 56.2}
Les protestants insistent maintenant sur le fait que la résurrection du Christ le dimanche en a fait le sabbat chrétien. Mais les preuves bibliques manquent. Aucun tel honneur n’a été donné à ce jour par Christ ou ses apôtres. L’observance du dimanche en tant qu’institution chrétienne trouve son origine dans ce « mystère d’anarchie » qui, même du temps de Paul, avait commencé son œuvre. Où et quand le Seigneur a-t-il adopté cet enfant de la papauté ? Quelle raison valable peut-on donner pour un changement au sujet duquel les Écritures sont muettes ? {4SP 57.1}
Au sixième siècle, la papauté s’était solidement établie. Son siège du pouvoir était fixé dans la ville impériale, et l’évêque de Rome était déclaré chef de toute l’Église. Le paganisme avait fait place à la papauté. Le dragon avait donné à la bête ” son pouvoir, et son siège, et une grande autorité “. [Apocalypse 13:2.] Et maintenant commencèrent les 1260 années d’oppression papale prédites dans les prophéties de Daniel et de Jean. [Daniel 7:25 ; Apocalypse 13: 5-7.] Les chrétiens ont été forcés de choisir, soit de céder leur intégrité et d’accepter les cérémonies et le culte papaux, soit de porter leur vie dans des cellules de cachot, ou de subir la mort par le rack, le fagot ou le bourreau. hache. Maintenant s’accomplissaient les paroles de Jésus : « Vous serez trahis par vos parents, vos frères, vos parents et vos amis ; et ils feront mourir quelques-uns d’entre vous. Et vous serez haïs de tous à cause de mon nom. [Luc 21:16, 17.] La persécution s’est ouverte sur les fidèles avec plus de fureur que jamais auparavant, et le monde est devenu un vaste champ de bataille. Pendant des centaines d’années, l’église du Christ a trouvé refuge dans l’isolement et l’obscurité. Ainsi parle le prophète : « La femme s’enfuit dans le désert, où elle a un lieu préparé par Dieu, pour qu’on la nourrisse là mille deux cent soixante jours. [Apocalypse 12:16.] {4SP 57.2} qu’on la nourrisse là-bas mille deux cent soixante jours. [Apocalypse 12:16.] {4SP 57.2} qu’on la nourrisse là-bas mille deux cent soixante jours. [Apocalypse 12:16.] {4SP 57.2}
L’accession de l’Église romaine au pouvoir marque le début de l’âge des ténèbres. Au fur et à mesure que son pouvoir augmentait, les ténèbres s’approfondissaient. La foi a été transférée du Christ, le vrai fondement, au pape de Rome. Au lieu de faire confiance au Fils de Dieu pour le pardon des péchés et pour le salut éternel, le peuple s’est tourné vers le pape, les prêtres et les prélats à qui il a délégué l’autorité. On leur a appris que le pape était leur médiateur, et que nul ne pouvait s’approcher de Dieu que par lui, et, de plus, qu’il se tenait à la place de Dieu pour eux, et devait donc être implicitement obéi. Un écart par rapport à ses exigences était une cause suffisante pour que la punition la plus sévère soit infligée aux corps et aux âmes des contrevenants. Ainsi, les esprits du peuple se détournèrent de Dieu vers des hommes faillibles, égarés et cruels, voire plus, au prince des ténèbres lui-même, qui exerçait son pouvoir à travers eux. Le péché était déguisé sous un habit de sainteté. Lorsque les Écritures sont supprimées et que l’homme en vient à se considérer comme suprême, nous n’avons qu’à rechercher la fraude, la tromperie et l’iniquité avilissante. Avec l’élévation des lois et des traditions humaines, s’est manifestée la corruption qui résulte toujours du rejet de la loi de Dieu. {4SP 58.1}
Ce furent des jours de péril pour l’église du Christ. Les fidèles porte-drapeaux étaient en effet peu nombreux. Bien que la vérité n’ait pas été laissée sans témoins, il semblait parfois que l’erreur et la superstition prévaudraient entièrement et que la vraie religion serait bannie de la terre. L’évangile était perdu de vue, mais les formes de religion se multipliaient, et le peuple était accablé d’exactions rigoureuses. {4SP 58.2}
On leur a appris non seulement à considérer le pape comme leur médiateur, mais à se fier à leurs propres œuvres pour expier le péché. De longs pèlerinages, des actes de pénitence, le culte des reliques, l’érection d’églises, de sanctuaires et d’autels, le paiement de grosses sommes à l’église, – ces actes et de nombreux actes similaires ont été ordonnés pour apaiser la colère de Dieu ou pour s’assurer sa faveur ; comme si Dieu était comme les hommes, pour être irrité par des bagatelles, ou apaisé par des dons ou des actes de pénitence ! {4SP 59.1}
Malgré le vice qui régnait, même parmi les dirigeants de l’Église romaine, son influence semblait augmenter régulièrement. Vers la fin du huitième siècle, les papistes ont avancé l’affirmation que dans les premiers âges de l’Église, les évêques de Rome avaient possédé le même pouvoir spirituel qu’ils assumaient maintenant. Pour établir cette revendication, certains moyens doivent être employés pour lui donner une démonstration d’autorité; et cela a été facilement suggéré par le père du mensonge. Des écrits anciens ont été forgés par des moines. Des décrets de conciles inouïs ont été découverts, établissant la suprématie universelle du pape depuis les temps les plus reculés. Et une église qui avait rejeté la vérité a avidement accepté ces tromperies. {4SP 59.2}
Les quelques bâtisseurs fidèles sur le vrai fondement étaient perplexes et entravés alors que les ordures de la fausse doctrine entravaient l’œuvre. Comme les bâtisseurs de la muraille de Jérusalem à l’époque de Néhémie, certains étaient prêts à dire : « La force des porteurs de fardeaux s’est affaiblie, et il y a beaucoup de déchets, de sorte que nous ne pouvons pas bâtir. [Néhémie 4:10.] Fatigués par la lutte constante contre la persécution, la fraude, l’iniquité et tout autre obstacle que Satan pouvait concevoir pour entraver leur progrès, certains qui avaient été de fidèles bâtisseurs se sont découragés ; et pour la paix et la sécurité de leurs biens et de leurs vies, ils se sont détournés du véritable fondement. D’autres, intrépides par l’opposition de leurs ennemis, ont déclaré sans crainte : « N’ayez pas peur d’eux ; souvenez-vous du Seigneur, qui est grand et redoutable ; » [Néhémie 4:14. ] et ils se mirent à l’ouvrage, chacun son épée ceinte au côté. {4SP 59.3}
Le même esprit de haine et d’opposition à la vérité a inspiré les ennemis de Dieu à toutes les époques, et la même vigilance et la même fidélité ont été exigées de ses serviteurs. Les paroles du Christ aux premiers disciples s’appliquent à ses disciples jusqu’à la fin des temps : « Ce que je vous dis, je le dis à tous, veillez. [Marc 13:37.] {4SP 60.1}
L’obscurité semblait devenir plus dense. Le culte des images est devenu plus général. Des bougies étaient brûlées devant les images et des prières leur étaient offertes. Les coutumes les plus absurdes et les plus superstitieuses prévalaient. L’esprit des hommes était si complètement contrôlé par la superstition que la raison elle-même semblait avoir perdu son emprise. Alors que les prêtres et les évêques étaient eux-mêmes épris de plaisir, sensuels et corrompus, on ne pouvait que s’attendre à ce que les gens qui se tournaient vers eux pour obtenir des conseils soient plongés dans l’ignorance et le vice. {4SP 60.2}
Une autre étape dans l’hypothèse papale a été franchie lorsque, au XIe siècle, le pape Grégoire VII. proclamait la perfection de l’Église romaine. Parmi les propositions qu’il a avancées, il y en avait une déclarant que l’église ne s’était jamais trompée, et qu’elle ne se tromperait jamais, selon les Écritures. Mais les preuves de l’Ecriture n’accompagnaient pas l’affirmation. L’orgueilleux pontife revendiquait ensuite le pouvoir de déposer les empereurs, et déclara qu’aucune sentence qu’il prononçait ne pouvait être renversée par personne, mais que c’était sa prérogative de renverser les décisions de tous les autres. {4SP 60.3}
Une illustration frappante du caractère tyrannique de cet avocat de l’infaillibilité a été donnée dans son traitement du roi allemand, Henri IV. Pour avoir prétendu méconnaître l’autorité du pape, ce monarque fut déclaré excommunié et détrôné. Afin de faire la paix avec Rome, Henri franchit les Alpes au milieu de l’hiver pour s’humilier devant le pape. Arrivé au château où Grégoire s’était retiré, il fut conduit, sans ses gardes, dans une cour extérieure, et là, dans le froid rigoureux de l’hiver, la tête découverte et les pieds nus et dans une misérable robe, il attendit la permission du pape de venir en sa présence. Ce n’est qu’après avoir continué trois jours à jeûner et à se confesser que le pontife daigna lui accorder le pardon. Même alors, ce n’était qu’à la condition que l’empereur attende la sanction du pape avant de reprendre les insignes ou d’exercer le pouvoir de la royauté. Et Grégoire, ravi de son triomphe, se vantait qu’il était de son devoir « d’abattre l’orgueil des rois ». {4SP 61.1}
Comme il est frappant le contraste entre l’orgueil arrogant de ce pontife hautain et la douceur et la douceur du Christ, qui se présente comme implorant à la porte du cœur d’être admis, afin qu’il puisse venir apporter le pardon et la paix, et qui a enseigné à ses disciples , “Quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre serviteur.” [Matthieu 20:27.] {4SP 61.2}
Les siècles qui avançaient ont été témoins d’une augmentation constante de l’erreur dans les doctrines émises par Rome. Même avant l’établissement de la papauté, les enseignements des philosophes païens avaient attiré l’attention et exercé une influence dans l’église. Beaucoup de ceux qui professaient la conversion s’accrochaient encore aux principes de leur philosophie païenne, et non seulement continuaient eux-mêmes son étude, mais l’exhortaient à d’autres comme un moyen d’étendre leur influence parmi les païens. Ainsi furent introduites de graves erreurs dans la foi chrétienne. Au premier rang de ceux-ci figurait la croyance en l’immortalité naturelle de l’homme et sa conscience de la mort. Cette doctrine a jeté les bases sur lesquelles Rome a établi l’invocation des saints et l’adoration de la vierge Marie. De là est née aussi l’hérésie du tourment éternel pour les finalement impénitents, qui a été tôt incorporé dans la foi papale. {4SP 62.1}
Alors la voie fut préparée pour l’introduction d’encore une autre invention du paganisme, que Rome nomma purgatoire, et employée pour terrifier les multitudes crédules et superstitieuses. Par cette hérésie est affirmée l’existence d’un lieu de tourment, dans lequel les âmes de ceux qui n’ont pas mérité la damnation éternelle doivent subir le châtiment de leurs péchés, et d’où, une fois libérées de l’impureté, elles sont admises au ciel. {4SP 62.2}
Encore fallait-il une autre fabrication pour permettre à Rome de profiter des craintes et des vices de ses adhérents. Cela a été fourni par la doctrine des indulgences. La pleine rémission des péchés, passés, présents et futurs, et la libération de toutes les peines et peines encourues, étaient promises à tous ceux qui s’enrôleraient dans les guerres du pontife pour étendre sa domination temporelle, punir ses ennemis ou exterminer ceux qui osaient nier sa suprématie spirituelle. Les gens ont également appris qu’en versant de l’argent à l’église, ils pouvaient se libérer du péché et également libérer les âmes de leurs amis décédés qui étaient confinés dans les flammes tourmentantes. C’est ainsi que Rome remplissait ses coffres et soutenait la magnificence, le luxe et le vice des prétendus représentants de celui qui n’avait pas où reposer la tête. {4SP 62.3}
L’ordonnance scripturaire du repas du Seigneur avait été supplantée par le sacrifice idolâtre de la messe. Les prêtres papistes prétendaient, par leurs mimiques insensées, convertir le simple pain et le vin en le corps et le sang réels du Christ. Avec une présomption blasphématoire, ils revendiquaient ouvertement le pouvoir de “créer leur Créateur”. Tous les chrétiens étaient tenus, sous peine de mort, d’avouer leur foi en cette horrible hérésie qui insultait le ciel. Ceux qui refusaient étaient livrés aux flammes. {4SP 63.1}
Au treizième siècle fut établie la plus terrible de toutes les machines de la papauté, l’Inquisition. Le prince des ténèbres travaillait avec les chefs de la hiérarchie papale. Dans leurs conseils secrets, Satan et ses anges présidaient, tandis qu’invisible au milieu se tenait un ange de Dieu, prenant le terrible récit de leurs décrets iniques et écrivant l’histoire d’actes trop horribles pour apparaître aux yeux humains. « Babylone la grande » était « ivre du sang des saints ». Les formes mutilées de millions de martyrs ont crié à Dieu pour se venger de ce pouvoir apostat. {4SP 63.2}
Le papisme était devenu le despote du monde. Les rois et les empereurs se sont inclinés devant les décrets du pontife romain. Les destinées des hommes, à la fois pour le temps et pour l’éternité, semblaient sous son contrôle. Pendant des centaines d’années, les doctrines de Rome avaient été abondamment et implicitement reçues, ses rites exécutés avec respect, ses fêtes généralement observées. Son clergé était honoré et généreusement soutenu. Jamais depuis l’Église romaine n’a atteint une dignité, une magnificence et une puissance plus grandes. {4SP 64.1}
Le midi de la papauté était le minuit moral du monde. Les Saintes Écritures étaient presque inconnues, non seulement du peuple, mais des prêtres. Comme les pharisiens d’autrefois, les chefs papistes détestaient la lumière qui révélerait leurs péchés. La loi de Dieu, la norme de la justice, ayant été supprimée, ils exerçaient un pouvoir sans limite et pratiquaient le vice sans retenue. La fraude, l’avarice et la débauche ont prévalu. Les hommes ne reculaient devant aucun crime par lequel ils pourraient gagner de la richesse ou une position. Les palais des papes et des prélats étaient le théâtre de la plus vile débauche. Certains des pontifes régnants étaient coupables de crimes si révoltants que les dirigeants séculiers s’efforçaient de déposer ces dignitaires de l’Église comme des monstres trop vils pour être tolérés sur le trône. Pendant des siècles, il n’y a eu aucun progrès dans l’apprentissage, les arts ou la civilisation. Une paralysie morale et intellectuelle s’était abattue sur la chrétienté. {4SP 64.2}
Dans l’état du monde sous le pouvoir romain se présentait un accomplissement effrayant et saisissant des paroles du prophète Osée : « Mon peuple est détruit faute de connaissance. Parce que tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai aussi. « Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants. » « Il n’y a ni vérité, ni miséricorde, ni connaissance de Dieu dans le pays. En jurant, en mentant, en tuant, en volant et en commettant l’adultère, ils éclatent, et le sang touche le sang. [Osée 4:6, 1, 2.] Tels étaient les résultats du bannissement de la parole de Dieu. {4SP 64.3}
Chapitre 4 . . . . . Les Vaudois
Au milieu de l’obscurité qui s’est installée sur la terre pendant la longue période de suprématie papale, la lumière de la vérité ne pouvait pas être complètement éteinte. À chaque époque, il y avait des témoins de Dieu, des hommes qui chérissaient la foi en Christ comme le seul médiateur entre Dieu et l’homme, qui considéraient la Bible comme la seule règle de vie et qui sanctifiaient le vrai sabbat. Combien le monde doit à ces hommes, la postérité ne le saura jamais. Ils ont été stigmatisés comme hérétiques, leurs motivations contestées, leurs personnages calomniés, leurs écrits supprimés, déformés ou mutilés. Pourtant, ils ont tenu bon et, d’âge en âge, ont maintenu leur foi en sa pureté, comme un héritage sacré pour les générations à venir. {4SP 66.1}
L’histoire du peuple fidèle de Dieu pendant des centaines d’années après l’accession de Rome au pouvoir, n’est connue que du ciel. Ils ne peuvent pas être retrouvés dans les archives humaines, sauf si des indices de leur existence se trouvent dans les censures et les accusations de leurs persécuteurs. C’était la politique de Rome d’effacer toute trace de dissidence de ses doctrines ou décrets. Tout ce qui était hérétique, qu’il s’agisse de personnes ou d’écrits, était détruit. Une seule expression de doute, une question sur l’autorité des dogmes papaux, suffisait pour coûter la vie à des riches ou des pauvres, des grands ou des petits. Rome s’est également efforcée de détruire tous les enregistrements de sa cruauté envers les dissidents. Les conciles pontificaux ont décrété que les livres et les écrits contenant de tels documents devraient être jetés aux flammes. Avant l’invention de l’imprimerie, les livres étaient peu nombreux et sous une forme peu favorable à la conservation ; donc il y avait peu pour empêcher les romanistes de réaliser leur dessein. {4SP 66.2}
Aucune église dans les limites de la juridiction romaine n’a été longtemps laissée intacte dans la jouissance de la liberté de conscience. A peine la papauté a-t-elle obtenu le pouvoir qu’elle étend les bras pour écraser tous ceux qui refusent de reconnaître son emprise, et l’une après l’autre, les églises se soumettent à sa domination. {4SP 67.1}
En Grande-Bretagne, un christianisme primitif s’était très tôt implanté. Des hommes fidèles avaient prêché l’évangile dans ce pays avec beaucoup de zèle et de succès. Parmi les principaux évangélistes se trouvait un observateur du sabbat biblique, et ainsi cette vérité trouva son chemin parmi les gens pour lesquels il travaillait. Vers la fin du VIe siècle, des missionnaires furent envoyés de Rome en Angleterre pour convertir les barbares saxons. Ils incitèrent des milliers de personnes à professer la foi romaine et, au fur et à mesure que l’œuvre progressait, les dirigeants pontificaux et leurs convertis rencontrèrent les chrétiens primitifs. Un contraste saisissant s’est présenté. Ces derniers étaient simples, humbles et bibliques dans leur caractère, leur doctrine et leurs manières, tandis que les premiers manifestaient la superstition, la pompe et l’arrogance du papisme. L’émissaire de Rome exigeait que ces églises chrétiennes reconnaissent la suprématie du souverain pontife. Les Bretons répondirent docilement qu’ils désiraient aimer tous les hommes, mais que le pape n’avait pas droit à la suprématie dans l’Église, et qu’ils ne pouvaient lui rendre que la soumission qui était due à tout disciple du Christ. Des tentatives répétées ont été faites pour assurer leur allégeance à Rome; mais ces humbles chrétiens, émerveillés de l’orgueil dont ses apôtres faisaient preuve, lui répondaient fermement qu’ils ne connaissaient d’autre maître que le Christ. Maintenant, le véritable esprit de la papauté était révélé. Le chef romain a dit : « Si vous ne recevez pas des frères qui vous apportent la paix, vous recevrez des ennemis qui vous apporteront la guerre. Si vous ne vous unissez pas à nous pour montrer aux Saxons le chemin de la vie, vous recevrez d’eux le coup de la mort. Ce n’étaient pas de vaines menaces. La guerre, l’intrigue et la tromperie ont été employées contre ces témoins d’une foi biblique, jusqu’à ce que les églises de Grande-Bretagne soient détruites ou forcées de se soumettre à l’autorité du pape. {4SP 67.2}
Dans les pays au-delà de la juridiction de Rome, il a existé pendant de nombreux siècles des corps de chrétiens qui sont restés presque entièrement exempts de corruption papale. Ils étaient entourés de paganisme et, au cours des siècles, ont été affectés par ses erreurs ; mais ils ont continué à considérer la Bible comme la seule règle de foi et ont adhéré à plusieurs de ses vérités. Ces chrétiens croyaient à la perpétuité de la loi de Dieu et observaient le sabbat du quatrième commandement. Des églises qui tenaient à cette foi et à cette pratique existaient en Afrique centrale et parmi les Arméniens d’Asie. {4SP 68.1}
Mais parmi ceux qui ont résisté aux empiètements du pouvoir papal, les Vaudois se sont tenus en tête. Pendant des siècles, les églises du Piémont ont conservé leur indépendance ; mais le moment vint enfin où Rome demanda leur soumission. Après des luttes inefficaces contre sa tyrannie, les dirigeants de ces églises ont reconnu à contrecœur la suprématie du pouvoir devant lequel le monde entier semblait s’incliner. Un nombre considérable, cependant, refusa de céder à l’autorité du pape ou du prélat. Ils étaient déterminés à maintenir leur allégeance à Dieu et à préserver la pureté et la simplicité de leur foi. Une séparation a eu lieu. Certains des manifestants ont traversé les Alpes et élevé l’étendard de la vérité dans des pays étrangers. D’autres se sont retirés dans les vallées les plus isolées des montagnes et y ont maintenu leur liberté d’adorer Dieu. {4SP 68.2}
La croyance religieuse des Vaudois était fondée sur la parole écrite de Dieu, le véritable système du christianisme, et était en contraste marqué avec les erreurs de Rome. Mais ces pâtres et ces vignerons, dans leurs retraites obscures, à l’écart du monde, n’étaient pas eux-mêmes arrivés à la vérité contre les dogmes et les hérésies de l’Église apostate. Ce n’était pas une foi nouvellement reçue. Leur croyance religieuse était leur héritage de leurs pères. Ils ont combattu pour la foi de l’église apostolique, – “la foi transmise une fois aux saints”. {4SP 69.1}
Parmi les principales causes qui avaient conduit à la séparation de la véritable église de Rome, il y avait la haine invétérée de cette dernière envers le sabbat biblique. Comme prédit par la prophétie, le pouvoir papal a jeté la vérité par terre. La loi de Dieu a été piétinée dans la poussière, tandis que les traditions et les coutumes des hommes ont été exaltées. Les églises qui étaient sous la domination de la papauté ont été très tôt obligées d’honorer le dimanche comme un jour saint. Au milieu de l’erreur et de la superstition qui prévalaient, beaucoup, même parmi le vrai peuple de Dieu, devinrent si perplexes que pendant qu’ils observaient le sabbat, ils s’abstinrent de travailler aussi le dimanche. Mais cela n’a pas satisfait les dirigeants pontificaux. Ils ont exigé non seulement que le dimanche soit sanctifié, mais que le sabbat soit profané ; et ils dénonçaient dans le langage le plus fort ceux qui osaient lui faire honneur. Ce n’est qu’en fuyant le pouvoir de Rome que l’on pouvait obéir en paix à la loi de Dieu. {4SP 69.2}
Les Vaudois furent les premiers de tous les peuples d’Europe à obtenir une traduction des Ecritures. Des centaines d’années avant la Réforme, ils possédaient toute la Bible manuscrite dans leur langue maternelle. Ils possédaient la vérité pure, ce qui en faisait des objets particuliers de haine et de persécution. Ils ont déclaré que l’Église de Rome était la Babylone apostate de l’Apocalypse et, au péril de leur vie, ils se sont levés pour résister à ses corruptions. Tandis que, sous la pression d’une longue persécution, les uns compromettaient leur foi, cédant peu à peu à ses principes distinctifs, d’autres maintenaient fermement la vérité. A travers des âges de ténèbres et d’apostasie, il y eut des Vaudois qui nièrent la suprématie de Rome, qui rejetèrent le culte des images comme de l’idolâtrie et qui observèrent le vrai Sabbat. Sous les tempêtes les plus féroces de l’opposition, ils ont maintenu leur foi. Bien qu’entaillés par la lance savoyarde et brûlés par le fagot romain, ils ont défendu sans broncher la parole de Dieu et son honneur. Ils ne donneraient pas un iota de vérité. {4SP 70.1}
Derrière les hautes murailles des montagnes, refuge de tous les temps des persécutés et des opprimés, les Vaudois trouvèrent une cachette. Ici, la lampe de la vérité a été maintenue allumée pendant la longue nuit qui est descendue sur la chrétienté. Ici, pendant mille ans, ils ont maintenu leur ancienne foi. {4SP 70.2}
Dieu avait fourni à son peuple un sanctuaire d’une effroyable grandeur, convenant aux puissantes vérités confiées à sa confiance. Pour ces fidèles exilés, les montagnes étaient un emblème de la justice immuable de Jéhovah. Ils pointaient leurs enfants vers les hauteurs qui les dominaient d’une majesté immuable, et leur parlaient de Celui chez qui il n’y a ni variation ni ombre de virage, dont la parole est aussi durable que les collines éternelles. Dieu avait affermi les montagnes et les avait ceints de force; aucun bras autre que celui d’une puissance infinie ne pouvait les faire sortir de leur place. De même avait-il établi sa loi, fondement de son gouvernement dans le ciel et sur la terre. Le bras de l’homme pourrait atteindre ses semblables et détruire leur vie ; mais ce bras pouvait tout aussi bien déraciner les montagnes de leurs fondations et les précipiter dans la mer, comme cela pourrait changer un précepte de la loi de Jéhovah, ou effacer une de ses promesses à ceux qui font sa volonté. Dans leur fidélité à sa loi, les serviteurs de Dieu devraient être aussi fermes que les collines immuables. {4SP 71.1}
Les montagnes qui ceignaient leurs basses vallées étaient un témoignage constant de la puissance créatrice de Dieu et une assurance infaillible de sa protection. Ces pèlerins ont appris à aimer les symboles silencieux de la présence de Jéhovah. Ils ne se laissèrent pas plaindre à cause des difficultés de leur sort ; ils n’étaient jamais seuls au milieu des solitudes des montagnes. Ils ont remercié Dieu de leur avoir fourni un asile contre la colère et la cruauté des hommes. Ils se réjouissaient de leur liberté d’adorer devant lui. Souvent poursuivis par leurs ennemis, la force des collines s’est avérée une défense sûre. Du haut de nombreuses falaises élevées, ils chantaient la louange de Dieu, et les armées de Rome ne pouvaient faire taire leurs chants d’action de grâces. {4SP 71.2}
Pure, simple et fervente était la piété de ces disciples du Christ. Les principes de vérité qu’ils plaçaient au-dessus des maisons et des terres, des amis, de la parenté, même de la vie elle-même. Ces principes, ils cherchaient sincèrement à les imposer au cœur des jeunes. Dès la plus tendre enfance, les jeunes ont été instruits dans les Écritures et ont appris à considérer de manière sacrée les exigences de la loi de Dieu. Les exemplaires de la Bible étaient rares; c’est pourquoi ses précieuses paroles étaient gravées dans la mémoire. Beaucoup ont pu répéter de grandes parties de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les pensées de Dieu étaient associées à la fois aux paysages sublimes de la nature et aux humbles bénédictions de la vie quotidienne. Les petits enfants ont appris à considérer Dieu avec gratitude comme le dispensateur de toutes les faveurs et de tous les réconforts. {4SP 72.1}
Les parents, tout tendres et affectueux qu’ils étaient, aimaient trop sagement leurs enfants pour les accoutumer à la complaisance. Avant eux était une vie d’épreuves et de difficultés, peut-être la mort d’un martyr. Ils ont été éduqués dès l’enfance à endurer la dureté, à se soumettre au contrôle, et pourtant à penser et à agir par eux-mêmes. Très tôt, on leur a appris à assumer des responsabilités, à se garder de parler et à comprendre la sagesse du silence. Un mot indiscret laissé tomber à l’oreille de leurs ennemis pourrait mettre en péril non seulement la vie de l’orateur, mais la vie de centaines de ses frères ; car, comme des loups chassant leur proie, les ennemis de la vérité poursuivent ceux qui osent réclamer la liberté de religion. {4SP 72.2}
Les Vaudois avaient sacrifié leur prospérité mondaine pour l’amour de la vérité, et avec une patience persévérante, ils peinaient pour leur pain. Chaque tache de terre cultivable parmi les montagnes a été soigneusement améliorée ; les vallées et les coteaux les moins fertiles ont été amenés à rapporter leur accroissement. L’économie et l’abnégation sévère faisaient partie de l’éducation que les enfants recevaient comme leur seul héritage. On leur a appris que Dieu conçoit la vie comme une discipline et que leurs besoins ne peuvent être satisfaits que par un travail personnel, par la prévoyance, le soin et la foi. Le processus était laborieux et fastidieux, mais il était sain, juste ce dont l’homme a besoin dans son état déchu, l’école que Dieu a prévue pour sa formation et son développement. {4SP 73.1}
Tandis que les jeunes étaient habitués au labeur et aux épreuves, la culture de l’intellect n’était pas négligée. On leur enseignait que tous leurs pouvoirs appartenaient à Dieu et que tous devaient être améliorés et développés pour son service. {4SP 73.2}
L’église des Alpes, dans sa pureté et sa simplicité, ressemblait à l’église des premiers siècles. Les bergers du troupeau conduisaient leur charge à la source d’eau vive, la parole de Dieu. Sur les pentes herbeuses des vallées, ou dans quelque vallée abritée parmi les collines, le peuple se rassemblait autour des serviteurs du Christ pour écouter les paroles de vérité. {4SP 73.3}
Ici, les jeunes recevaient une instruction. La Bible était leur manuel. Ils ont étudié et mémorisé les paroles de l’Ecriture Sainte. Une partie considérable de leur temps était également consacrée à la reproduction de copies des Écritures. Certains manuscrits contenaient toute la Bible, d’autres seulement de brèves sélections, auxquelles quelques explications simples du texte étaient ajoutées par ceux qui étaient capables d’exposer les Écritures. Ainsi furent révélés les trésors de la vérité si longtemps cachés par ceux qui cherchaient à s’élever au-dessus de Dieu. {4SP 73.4}
Par un travail patient et infatigable, parfois dans les cavernes profondes et sombres de la terre, à la lueur des torches, les Saintes Écritures ont été écrites, verset par verset, chapitre par chapitre. Ainsi l’œuvre se poursuivait, la volonté révélée de Dieu resplendissant comme de l’or pur ; combien plus brillante, plus claire et plus puissante à cause des épreuves subies pour elle, seuls ceux qui étaient engagés dans le travail pouvaient se rendre compte. Des anges du Ciel entouraient ces fidèles ouvriers. {4SP 74.1}
Satan avait exhorté les évêques et les prélats pontificaux à enterrer la parole de vérité sous les décombres de l’erreur, de l’hérésie et de la superstition ; mais d’une manière merveilleusement préservée, elle a été préservée à travers tous les âges des ténèbres. Il ne portait pas la marque de l’homme, mais l’empreinte de Dieu. Les hommes ont été inlassables dans leurs efforts pour obscurcir le sens clair et simple des Écritures et pour les amener à contredire leur propre témoignage ; mais, comme l’arche sur l’abîme agité, la parole de Dieu dépasse les tempêtes qui la menacent de destruction. Comme la mine a de riches veines d’or et d’argent cachées sous la surface, de sorte que tous doivent creuser pour découvrir ses précieuses réserves, de même les Saintes Écritures ont des trésors de vérité qui ne sont révélés qu’au chercheur sérieux, humble et priant. Dieu a conçu la Bible pour être un livre de leçons pour toute l’humanité, dans l’enfance, la jeunesse et la virilité, et d’être étudié à travers le temps. Il a donné sa parole aux hommes comme une révélation de lui-même. Chaque nouvelle vérité discernée est une nouvelle révélation du caractère de son auteur. L’étude des Écritures est le moyen divinement ordonné pour rapprocher les hommes de leur Créateur et leur donner une connaissance plus claire de sa volonté. C’est le moyen de communication entre Dieu et l’homme. {4SP 74.2}
Lorsque la jeunesse vaudoise avait passé quelque temps dans ses écoles de montagne, certains d’entre eux étaient envoyés compléter leur éducation dans les grandes villes, où ils pouvaient avoir un plus large champ de réflexion et d’observation que dans leurs maisons isolées. Les jeunes ainsi envoyés furent exposés à la tentation, ils furent témoins du vice, ils rencontrèrent les agents rusés de Satan, qui leur imposaient les hérésies les plus subtiles et les tromperies les plus dangereuses. Mais leur éducation dès l’enfance avait été de nature à les préparer à tout cela. {4SP 75.1}
Dans les écoles où ils allaient, ils ne devaient en faire des confidents. Leurs vêtements étaient préparés de manière à cacher leur plus grand trésor, les précieux manuscrits des Écritures. Ceux-ci, le fruit de mois et d’années de labeur, ils emportaient avec eux, et chaque fois que cela pouvait être fait sans éveiller les soupçons, ils plaçaient avec précaution une portion sur le chemin de ceux dont le cœur semblait ouvert pour le recevoir. Du genou de leur mère, la jeunesse vaudoise avait été formée dans ce but ; ils comprenaient leur travail et l’exécutaient fidèlement. Des convertis à la vraie foi ont été gagnés dans ces institutions d’apprentissage, et fréquemment ses principes se sont avérés imprégner toute l’école; pourtant les dirigeants papistes ne pouvaient pas, par une enquête plus approfondie, retracer la soi-disant hérésie corruptrice jusqu’à sa source. {4SP 75.2}
Les Vaudois sentaient que Dieu exigeait d’eux plus que simplement maintenir la vérité dans leurs propres montagnes ; qu’une responsabilité solennelle reposait sur eux de faire briller leur lumière vers ceux qui étaient dans les ténèbres; que par la grande puissance de la parole de Dieu, ils devaient briser l’esclavage que Rome avait imposé. C’était une loi parmi eux que tous ceux qui entraient dans le ministère devaient, avant de prendre en charge une église chez eux, servir trois ans dans le champ missionnaire. Alors que les mains des hommes de Dieu étaient posées sur leur tête, les jeunes virent devant eux, non pas la perspective de la richesse ou de la gloire terrestre, mais peut-être le destin d’un martyr. Les missionnaires commencèrent leurs travaux dans les plaines et les vallées au pied de leurs propres montagnes, allant deux par deux, comme Jésus envoyait ses disciples. Ces collaborateurs n’étaient pas toujours ensemble, mais se rencontraient souvent pour la prière et le conseil, se fortifiant ainsi mutuellement dans la foi. {4SP 76.1}
Faire connaître la nature de leur mission aurait assuré sa défaite ; ils cachaient donc leur véritable caractère sous le couvert d’une profession laïque, le plus souvent celle de marchands ou de colporteurs. Ils offraient à la vente des soieries, des bijoux et d’autres objets de valeur, et étaient reçus comme marchands où ils auraient été repoussés comme missionnaires. Pendant tout ce temps, leurs cœurs s’élevaient vers Dieu pour la sagesse de présenter un trésor plus précieux que l’or ou les pierres précieuses. Ils emportaient avec eux des portions des Saintes Écritures cachées dans leurs vêtements ou leurs marchandises, et chaque fois qu’ils pouvaient le faire en toute sécurité, ils attiraient l’attention des habitants de la demeure sur ces manuscrits. Quand ils ont vu qu’un intérêt s’était éveillé, ils en ont laissé une partie avec eux en cadeau. {4SP 76.2}
Pieds nus et en vêtements grossiers, ces missionnaires traversaient de grandes villes et traversaient des provinces éloignées de leurs vallées natales. Partout ils ont répandu la précieuse semence. Des églises ont surgi sur leur chemin et le sang des martyrs a témoigné de la vérité. Le jour de Dieu révélera une riche moisson d’âmes récoltées par les travaux de ces hommes fidèles. Voilée et silencieuse, la parole de Dieu se frayait un chemin à travers la chrétienté et rencontrait un accueil heureux dans les foyers et les cœurs des hommes. {4SP 77.1}
Pour les Vaudois, les Écritures n’étaient pas simplement un récit des relations de Dieu avec les hommes dans le passé, et une révélation des responsabilités et des devoirs du présent, mais un dévoilement des périls et des gloires de l’avenir. Ils croyaient que la fin de toutes choses n’était pas très éloignée ; et tandis qu’ils étudiaient la Bible avec prière et larmes, ils étaient d’autant plus profondément impressionnés par ses précieuses paroles et par leur devoir de faire connaître aux autres ses vérités salvatrices. Ils ont vu le plan de salut clairement révélé dans la parole de Dieu, et ils ont trouvé du réconfort, de l’espoir et de la paix en croyant en Jésus. Alors que la lumière illuminait leur compréhension et réjouissait leur cœur, ils aspiraient à répandre ses rayons sur ceux qui étaient dans les ténèbres de l’erreur papale. {4SP 77.2}
Ils virent que sous la conduite du pape et des prêtres, des multitudes s’efforçaient vainement d’obtenir le pardon, en affligeant leur corps pour le péché de leur âme. Appris à faire confiance à leurs bonnes œuvres pour les sauver, ils regardaient toujours à eux-mêmes, leur esprit s’attardant sur leur condition pécheresse, se voyant exposés à la colère de Dieu, affligeant l’âme et le corps, mais ne trouvant aucun soulagement. Ainsi les âmes consciencieuses étaient liées par les doctrines de Rome. Des milliers d’amis et de parents ont été abandonnés et ont passé leur vie dans des cellules de couvent. Par des jeûnes souvent répétés et des flagellations cruelles, par des veillées de minuit, par des heures de prostration sur les pierres froides et humides de leur morne demeure, par de longs pèlerinages, par d’humiliantes pénitences et d’effroyables tortures, beaucoup ont cherché en vain à obtenir la paix de leur conscience. Opprimé par le sens du péché, et hantés par la crainte de la colère vengeresse de Dieu, ils ont souffert jusqu’à ce que la nature épuisée cède, et sans un seul rayon de lumière ou d’espoir, ils s’enfoncèrent dans la tombe. {4SP 77.3}
Les Vaudois aspiraient à rompre le pain de vie pour ces âmes affamées, à leur ouvrir les messages de paix dans les promesses de Dieu et à les diriger vers le Christ comme leur seul espoir de salut. La doctrine selon laquelle les bonnes œuvres peuvent donner satisfaction pour la transgression de la loi de Dieu, ils la soutenaient comme étant basée sur le mensonge. La confiance dans les mérites humains intercepte la vue de l’amour infini du Christ. Jésus est mort comme sacrifice des hommes, parce qu’ils ne peuvent rien faire pour se recommander à Dieu. Les mérites d’un Sauveur crucifié et ressuscité sont le fondement de la foi chrétienne. L’union de l’âme au Christ par la foi est aussi réelle, aussi proche que celle d’un membre au corps ou d’un sarment au cep. {4SP 78.1}
Les enseignements des papes et des prêtres avaient conduit les hommes à considérer le caractère de Dieu, et même du Christ, comme sévère, sombre et menaçant. Le Sauveur du monde était représenté comme si dépourvu de toute sympathie pour l’homme dans son état déchu qu’il fallait invoquer la médiation des prêtres et des saints. Comment ceux dont les esprits avaient été éclairés par la parole de Dieu aspiraient à diriger ces âmes vers Jésus comme leur Sauveur compatissant et aimant, se tenant les bras tendus, invitant tous à venir à lui avec leur fardeau de péché, leurs soucis et leur lassitude. Ils aspiraient à éliminer les obstacles que Satan avait accumulés pour que les hommes ne voient pas les promesses et viennent directement à Dieu, confessant leurs péchés et obtenant le pardon et la paix. {4SP 78.2}
Avec empressement, le missionnaire vaudois révélait à l’esprit curieux les précieuses vérités de l’Évangile. Avec précaution, il produisit les parties soigneusement écrites de la parole de Dieu. C’était sa plus grande joie de donner de l’espoir à l’âme consciencieuse et pécheresse, qui ne voyait qu’un Dieu de vengeance, attendant d’exécuter la justice. La lèvre tremblante et l’œil larmoyant, il ouvrait souvent à genoux à ses frères les précieuses promesses qui révèlent l’unique espoir du pécheur. Ainsi, la lumière de la vérité a pénétré de nombreux esprits obscurcis, faisant reculer le nuage de ténèbres, jusqu’à ce que le Soleil de Justice ait brillé dans le cœur avec la guérison dans ses rayons. Certaines parties de l’Écriture étaient lues et relues, l’auditeur souhaitant qu’elles soient souvent répétées, comme s’il voulait s’assurer qu’il avait bien entendu. Surtout la répétition de ces paroles était ardemment désirée : “Le sang de Jésus-Christ son Fils nous purifie de tout péché.” [1 Jean 1:7.] “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l’homme doit-il être élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.” [Jean 3:14, 15.] {4SP 79.1}
Beaucoup furent détrompés sur les prétentions de Rome. Ils ont vu combien vaine est la médiation des hommes ou des anges en faveur du pécheur. Alors que la vraie lumière se levait dans leur esprit, ils s’exclamèrent avec joie : « Le Christ est mon prêtre ; son sang est mon sacrifice; son autel est mon confessionnal. Ils s’appuyaient entièrement sur les mérites de Jésus, répétant les paroles : « Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu. [Hébreux 11:6.] “Il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.” [Actes 4:12.] {4SP 79.2}
L’assurance de l’amour d’un Sauveur semblait trop difficile à réaliser pour certaines de ces pauvres âmes secouées par la tempête. Si grand était le soulagement qu’il apportait, un tel flot de lumière se répandait sur eux, qu’ils semblaient transportés au ciel. Leur main était posée avec confiance dans la main de Christ; leurs pieds étaient plantés sur le Rocher des Âges. Toute peur de la mort était bannie. Ils pouvaient désormais convoiter la prison et le fagot s’ils pouvaient ainsi honorer le nom de leur Rédempteur. {4SP 80.1}
Dans des lieux secrets, la parole de Dieu était ainsi portée et lue, tantôt à une seule âme, tantôt à un petit groupe qui aspirait à la lumière et à la vérité. Souvent toute la nuit se passait ainsi. L’émerveillement et l’admiration des auditeurs seraient si grands que le messager de la miséricorde était souvent obligé de cesser sa lecture jusqu’à ce que l’entendement puisse saisir la nouvelle du salut. Souvent, des mots comme ceux-ci étaient prononcés : « Dieu acceptera-t-il vraiment mon offrande ? Me sourira-t-il ? Me pardonnera-t-il ? La réponse fut lue : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. [Matthieu 11:23.] {4SP 80.2}
La foi saisit la promesse, et la réponse joyeuse se fait entendre : « Plus de longs pèlerinages à faire ; plus de voyages pénibles vers des sanctuaires sacrés. Je peux venir à Jésus tel que je suis, pécheur et impie, et il ne rejettera pas la prière pénitentielle. ‘Tes péchés te sont pardonnés.’ Le mien, même le mien, peut être pardonné. {4SP 80.3}
Une marée de joie sacrée remplirait le cœur, et le nom de Jésus serait magnifié par la louange et l’action de grâce. Ces âmes heureuses rentraient chez elles pour diffuser la lumière, pour répéter aux autres, tant bien que mal, leur nouvelle expérience ; qu’ils avaient trouvé le Chemin vrai et vivant. Il y avait une puissance étrange et solennelle dans les paroles de l’Écriture qui parlaient directement au cœur de ceux qui aspiraient à la vérité. C’était la voix de Dieu, et elle a convaincu ceux qui l’ont entendue. {4SP 81.1}
Le messager de la vérité continua son chemin ; mais son apparence d’humilité, sa sincérité, son sérieux et sa ferveur profonde, étaient des sujets de remarques fréquentes. Dans de nombreux cas, ses auditeurs ne lui avaient pas demandé d’où il venait ni où il allait. Ils avaient été tellement accablés, d’abord de surprise, puis de reconnaissance et de joie, qu’ils n’avaient pas songé à l’interroger. Quand ils l’avaient pressé de les accompagner chez eux, il avait répondu qu’il devait rendre visite aux brebis perdues du troupeau. Aurait-il pu être un ange du ciel ? se sont-ils interrogés. {4SP 81.2}
Dans de nombreux cas, le messager de la vérité n’a plus été vu. Il avait fait son chemin vers d’autres terres, il épuisait sa vie dans un cachot inconnu, ou peut-être que ses os blanchissaient à l’endroit où il avait témoigné pour la vérité. Mais les mots qu’il avait laissés ne pouvaient être détruits. Ils faisaient leur œuvre dans le cœur des hommes : les résultats bénis ne seront pleinement connus qu’au Jugement. {4SP 81.3}
Les missionnaires vaudois envahissaient le royaume de Satan, et les puissances des ténèbres éveillaient une plus grande vigilance. Tout effort pour faire avancer la vérité était surveillé par le prince du mal, et il excitait les craintes de ses agents. Les dirigeants pontificaux virent un présage de danger pour leur cause dans les travaux de ces humbles itinérants. Si la lumière de la vérité était autorisée à briller sans entrave, elle balayerait les lourds nuages ​​d’erreur qui enveloppaient le peuple ; elle dirigerait l’esprit des hommes vers Dieu seul et finirait par détruire la suprématie de Rome. {4SP 82.1}
L’existence même de ce peuple, tenant de la foi de l’ancienne église, était un témoignage constant de l’apostasie de Rome, et par conséquent excitait la haine et la persécution les plus amères. Leur refus de livrer les Écritures était aussi une offense que Rome ne pouvait pas tolérer. Elle a décidé de les effacer de la terre. Alors commencèrent les plus terribles croisades contre le peuple de Dieu dans ses maisons de montagne. Les inquisiteurs furent mis sur leur piste, et la scène de l’innocent Abel tombant devant le meurtrier Caïn se répéta souvent. {4SP 82.2}
Encore et encore leurs terres fertiles furent dévastées, leurs habitations et leurs chapelles balayées, de sorte que là où étaient autrefois des champs florissants et les maisons d’un peuple innocent et industrieux, il ne restait plus qu’un désert. De même que la bête vorace est rendue plus furieuse par le goût du sang, la rage des papistes s’enflamme avec plus d’intensité par les souffrances de leurs victimes. Beaucoup de ces témoins d’une foi pure furent poursuivis à travers les montagnes et traqués dans les vallées où ils étaient cachés, enfermés par de puissantes forêts et des pinacles de roche. {4SP 82.3}
Aucune accusation ne pouvait être portée contre le caractère moral de cette classe proscrite. Même leurs ennemis les déclaraient être un peuple paisible, calme et pieux. Leur grande offense était de ne pas adorer Dieu selon la volonté du pape. Pour ce crime, toutes les humiliations, insultes et tortures que les hommes ou les démons pouvaient inventer ont été entassées sur eux. {4SP 83.1}
Lorsque Rome, à un moment donné, décida d’exterminer la secte détestée, une bulle fut publiée par le pape les condamnant comme hérétiques et les livrant à l’abattoir. Ils n’étaient pas accusés d’être oisifs, ou malhonnêtes, ou désordonnés ; mais on déclara qu’ils avaient une apparence de piété et de sainteté qui séduisait « les brebis de la vraie bergerie ». Par conséquent, le pape a ordonné “que la secte malveillante et abominable des malins”, si elle refuse d’abjurer, “soit écrasée comme des serpents venimeux”. Ce hautain potentat s’attendait-il à rencontrer à nouveau ces mots ? Savait-il qu’ils étaient inscrits dans les livres du Ciel, pour le confronter au Jugement ? « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, dit Jésus, c’est à moi que vous l’avez fait. [Matthieu 25:40.] {4SP 83.2}
Cette bulle invitait tous les catholiques à prendre la croix contre les hérétiques. Afin de les stimuler dans ce travail cruel, elle les absout de toutes les peines et peines ecclésiastiques, elle libère tous ceux qui se joignent à la croisade des serments qu’ils auraient pu prêter ; il légalisait leur titre sur toute propriété qu’ils auraient pu acquérir illégalement, et promettait la rémission de tous leurs péchés à ceux qui tueraient un hérétique. Elle a annulé tous les contrats passés en faveur des Vaudois, ordonné à leurs domestiques de les abandonner, interdit à toute personne de leur prêter quelque aide que ce soit et habilité toute personne à prendre possession de leurs biens. Comment ce document révèle clairement l’esprit maître dans les coulisses ! C’est le rugissement du dragon, et non la voix du Christ, qui s’y fait entendre. {4SP 83.3}
Les chefs pontificaux n’ont pas voulu conformer leurs caractères au grand standard de la loi de Dieu, mais ont érigé un standard à leur convenance et ont décidé de contraindre tous à s’y conformer parce que Rome le voulait. Les tragédies les plus horribles se sont produites. Des prêtres et des papes corrompus et blasphémateurs faisaient le travail que Satan leur avait assigné. La miséricorde n’avait pas sa place dans leur nature. Le même esprit qui a crucifié le Christ et qui a tué les apôtres, le même qui a poussé le sanguinaire Néron contre les fidèles à son époque, était à l’œuvre pour débarrasser la terre de ceux qui étaient aimés de Dieu. {4SP 84.1}
Les persécutions infligées pendant de nombreux siècles à ce peuple craignant Dieu furent endurées par eux avec une patience et une constance qui honorèrent leur Rédempteur. Malgré les croisades contre eux et la boucherie inhumaine à laquelle ils ont été soumis, ils ont continué à envoyer leurs missionnaires pour répandre la précieuse vérité. Ils ont été chassés à mort; pourtant leur sang a arrosé la semence semée, et elle n’a pas manqué de porter du fruit. Ainsi les Vaudois ont témoigné pour Dieu, des siècles avant la naissance de Luther. Dispersés sur de nombreuses terres, ils ont planté les graines de la Réforme qui a commencé à l’époque de Wycliffe, s’est élargie et profonde à l’époque de Luther, et doit être poursuivie jusqu’à la fin des temps par ceux qui sont également prêts à tout souffrir. choses pour « la parole de Dieu et pour le témoignage de Jésus-Christ ». [Apocalypse 1 : 9.] {4SP 84.2}
Chapitre 5 . . . . . Les premiers réformateurs.
La guerre menée contre la Bible avait été si amère qu’il en restait parfois très peu d’exemplaires ; mais Dieu n’avait pas laissé sa parole entièrement détruite. Ses vérités ne devaient pas être cachées à jamais. Il pouvait aussi facilement déchaîner les mots de la vie qu’il pouvait ouvrir les portes de la prison et déverrouiller les grilles de fer pour libérer ses serviteurs. Dans les différents pays d’Europe, des hommes ont été poussés par l’Esprit de Dieu à rechercher la vérité comme un trésor caché. Providentiellement guidés vers les Saintes Écritures, ils étudiaient les pages sacrées avec un intérêt intense. Ils étaient prêts à accepter la lumière, à n’importe quel prix pour eux-mêmes. Bien qu’ils n’aient pas tout vu clairement, ils ont pu percevoir de nombreuses vérités enfouies depuis longtemps. En tant que messagers envoyés par le ciel, ils sont allés de l’avant, déchirant les chaînes de l’erreur et de la superstition, et invitant ceux qui avaient été si longtemps asservis à se lever et à affirmer leur liberté. {4SP 85.1}
Sauf chez les Vaudois, la parole de Dieu était depuis des siècles enfermée dans des langues connues des seuls savants ; mais le temps était venu pour que les Écritures soient traduites et données aux peuples des différents pays dans leur langue maternelle. Le monde avait passé son minuit. Les heures de ténèbres s’écoulaient et, dans de nombreux pays, apparurent les signes de l’aube à venir. {4SP 85.2}
Au XIVe siècle naquit en Angleterre « l’étoile du matin de la Réforme ». John Wycliffe était le héraut de la réforme, non seulement pour l’Angleterre, mais pour toute la chrétienté. Il était l’ancêtre des puritains; son époque était une oasis dans le désert. {4SP 86.1}
Wycliffe a reçu une éducation libérale, et avec lui la crainte du Seigneur était le début de la sagesse. Il était connu au collège pour sa piété fervente ainsi que pour ses talents remarquables et sa solide érudition. Il a été instruit dans le droit civil et le droit canonique, et a cherché à se familiariser avec toutes les branches de la connaissance. Dans ses travaux ultérieurs, la valeur de cette première discipline était évidente. S’il savait manier l’épée de l’Esprit, il connaissait aussi la pratique des écoles. Cette combinaison de réalisations lui a valu le respect de toutes les parties. Ses disciples virent avec satisfaction que leur maître était le premier parmi les sages et les docteurs de son temps. Le Seigneur jugea bon de confier l’œuvre de réforme à quelqu’un dont la capacité intellectuelle donnerait caractère et dignité à ses travaux. Cela a fait taire la voix du mépris, et empêchait les adversaires de la vérité de tenter de jeter le discrédit sur sa cause en ridiculisant l’ignorance de l’avocat. {4SP 86.2}
Lorsque Wycliffe eut maîtrisé l’apprentissage des écoles, il entreprit l’étude des Écritures. Chaque sujet sur lequel il tournait son attention, il avait l’habitude de l’étudier à fond, et il suivit la même voie avec la Bible. Jusque-là, il avait éprouvé un grand besoin que ni ses études scolaires ni les enseignements de l’Église ne pouvaient satisfaire. Dans les Écritures, il trouva ce qu’il avait cherché auparavant en vain. Ici, il a vu le plan de salut révélé, et Christ présenté comme le seul avocat de l’homme. Il a vu que Rome avait abandonné les voies bibliques pour les traditions humaines. Il s’est donné au service du Christ et a décidé de proclamer les vérités qu’il avait découvertes. {4SP 86.3}
Il commença avec une grande prudence, mais à mesure qu’il discernait plus clairement les erreurs de la papauté, il enseigna plus sérieusement la doctrine de la foi. Sa connaissance de la théologie, son esprit pénétrant, la pureté de sa vie, son courage et son intégrité inébranlables lui ont valu la confiance et l’estime générales. Il était un enseignant capable et sérieux, et un prédicateur éloquent, et sa vie quotidienne était une démonstration des vérités qu’il prêchait. Il accusa le clergé d’avoir banni les Saintes Écritures et demanda que l’autorité de la Bible fût rétablie dans l’Église. Beaucoup de gens étaient devenus mécontents de leur ancienne foi en voyant l’iniquité qui prévalait dans l’Église romaine, et ils saluaient avec une joie non dissimulée les vérités mises en évidence dans ces discussions; mais les chefs papistes tremblèrent de rage en s’apercevant que ce réformateur acquérait une influence plus grande que la leur. {4SP 87.1}
Wycliffe était un penseur clair et un fin détecteur d’erreurs, et il s’opposa hardiment à de nombreux abus sanctionnés par l’autorité de Rome. Ainsi, il s’attira l’inimitié du pape et de ses partisans. Des tentatives répétées ont été faites pour le condamner et l’exécuter pour hérésie; mais Dieu lui avait accordé la faveur des princes, qui se tenaient à sa défense. Tout en agissant comme aumônier du roi, il avait pris une position audacieuse contre le paiement de l’hommage réclamé par le pape au monarque anglais et avait déclaré que la prise d’autorité papale sur les dirigeants séculiers était contraire à la fois à la raison et à la révélation. Quelques années plus tard, il défendit habilement les droits de la couronne anglaise contre les empiétements du pouvoir romain. Le peuple et la noblesse d’Angleterre se rangent du côté de lui, et ses ennemis ne peuvent rien contre lui. A une occasion, lorsqu’il fut traduit en justice devant un synode d’évêques, le peuple entoura le bâtiment où se réunissait le synode et, se précipitant, se dressa entre lui et tout mal. {4SP 87.2}
À peu près à cette époque, des conflits ont été provoqués dans l’église par les revendications contradictoires de deux papes rivaux. Chacun professait l’infaillibilité et exigeait l’obéissance. Chacun appelait les fidèles à l’aider à faire la guerre à l’autre, imposant sa demande par de terribles anathèmes contre ses adversaires et des promesses de récompenses célestes à ses partisans. Cet événement a considérablement affaibli le pouvoir de la papauté et a sauvé Wycliffe de nouvelles persécutions. {4SP 88.1}
Dieu avait réservé son serviteur pour des travaux plus importants. Wycliffe, comme son maître, a prêché l’évangile aux pauvres. En tant que professeur de théologie, il a présenté la vérité aux étudiants sous sa direction et a reçu le titre de “Docteur de l’Evangile”. Dans sa paroisse, il s’adressait aux gens comme un ami et un pasteur. {4SP 88.2}
Mais la plus grande œuvre de sa vie a été la traduction des Écritures en anglais. Ce fut la première traduction complète en anglais jamais réalisée. L’art de l’imprimerie étant encore inconnu, ce n’est que par un travail lent et fastidieux que l’on pouvait multiplier les exemplaires de l’ouvrage ; pourtant cela fut fait, et le peuple d’Angleterre reçut la Bible dans sa propre langue. Ainsi, la lumière de la parole de Dieu a commencé à répandre ses rayons brillants à travers les ténèbres. Une main divine préparait la voie à la Grande Réforme. {4SP 88.3}
L’appel à la raison des hommes les a tirés de leur soumission passive aux dogmes papaux. Les Écritures furent accueillies avec faveur par les classes supérieures, qui seules à cette époque possédaient la connaissance des lettres. Wycliffe enseignait alors les doctrines distinctives du protestantisme, le salut par la foi en Christ et la seule infaillibilité des Écritures. De nombreux prêtres se joignirent à lui pour faire circuler la Bible et prêcher l’évangile ; et si grand fut l’effet de ces travaux et des écrits de Wycliffe, que la nouvelle foi fut acceptée par près de la moitié du peuple anglais. Le royaume des ténèbres trembla. Les moines mendiants, qui pullulaient en Angleterre, écoutaient avec colère et étonnement ses paroles audacieuses et éloquentes. La haine de Rome a été allumée à une plus grande intensité, et de nouveau elle a comploté pour faire taire la voix du réformateur. Mais le Seigneur a couvert de son bouclier le messager de la vérité. Les efforts de ses ennemis pour arrêter son travail et pour détruire sa vie furent également infructueux, et dans sa soixante et unième année, il mourut en paix au service même de l’autel. {4SP 89.1}
Les doctrines qui avaient été enseignées par Wycliffe continuèrent pendant un certain temps à se répandre ; mais bientôt la tempête impitoyable de la persécution éclata sur ceux qui avaient osé accepter la Bible comme leur guide et leur norme. Le martyre a succédé au martyre. Les avocats de la vérité, proscrits et torturés, ne pouvaient que déverser leurs cris de souffrance à l’oreille du Seigneur de Sabaoth. Les réformateurs traqués trouvèrent refuge du mieux qu’ils purent parmi les classes inférieures, prêchant dans des lieux secrets, et se cachant même dans des tanières et des cavernes. Beaucoup ont témoigné sans peur de la vérité dans des donjons massifs et des tours Lollard. {4SP 89.2}
Les papistes n’avaient pas réussi à travailler leur volonté avec Wycliffe au cours de sa vie, et leur haine ne pouvait être satisfaite pendant que son corps reposait tranquillement dans la tombe. Plus de quarante ans après sa mort, ses ossements furent exhumés et brûlés publiquement, et les cendres furent jetées dans un ruisseau voisin. “Le ruisseau”, dit un vieil écrivain, “a transporté ses cendres dans Avon, Avon dans Severn, Severn dans les mers étroites, et elles dans l’océan principal, et ainsi les cendres de Wycliffe sont l’emblème de sa doctrine, qui maintenant est dispersé dans le monde entier. Ses ennemis ne réalisaient pas l’importance de leur acte malveillant. {4SP 90.1}
C’est par les écrits de Wycliffe que Jean Huss de Bohême fut amené à renoncer à de nombreuses erreurs du romanisme et à entreprendre l’œuvre de réforme. Comme Wycliffe, Huss était un chrétien noble, un homme de savoir et d’une dévotion inébranlable à la vérité. Ses appels aux Écritures et ses dénonciations audacieuses de la vie scandaleuse et immorale du clergé ont éveillé un large intérêt et des milliers de personnes ont accepté avec joie une foi plus pure. Cela a excité la colère du pape et des prélats, des prêtres et des frères, et Huss a été sommé de comparaître devant le concile de Constance pour répondre à l’accusation d’hérésie. {4SP 90.2}
Un sauf-conduit lui fut accordé par l’empereur allemand et, à son arrivée à Constance, il fut personnellement assuré par le pape qu’aucune injustice ne lui serait faite. En peu de temps, cependant, il fut mis en état d’arrestation, par ordre du pape et des cardinaux, et jeté dans un cachot répugnant. Quelques-uns des nobles et du peuple de Bohême adressèrent au conseil de vives protestations contre cet outrage. L’empereur, qui répugnait à permettre la violation d’un sauf-conduit, s’opposa aux poursuites contre lui. Mais les ennemis du réformateur étaient malins et déterminés. Ils faisaient appel aux préjugés de l’empereur, à ses craintes, à son zèle pour l’Église. Ils avançaient des arguments très longs pour prouver qu’il était parfaitement libre de ne pas garder la foi avec un hérétique ; et que le concile, étant au-dessus de l’empereur, pouvait l’affranchir de sa parole. Ainsi ils ont prévalu. {4SP 90.3}
Après un long procès, au cours duquel il a fermement maintenu la vérité, Huss a dû choisir s’il abjurerait ses doctrines ou subirait la mort. Il choisit le sort du martyr, et après avoir vu ses livres livrés aux flammes, il fut lui-même brûlé sur le bûcher. En présence des dignitaires assemblés de l’Église et de l’État, le serviteur de Dieu avait poussé une protestation solennelle et fidèle contre les corruptions de la hiérarchie papale. Son exécution, en violation éhontée de la promesse de protection la plus solennelle et la plus publique, montra au monde entier la cruauté perfide de Rome. Les ennemis de la vérité, bien qu’ils ne le sachent pas, faisaient avancer la cause qu’ils cherchaient vainement à détruire. {4SP 91.1}
Dans l’obscurité de son cachot, Jean Huss avait entrevu le triomphe de la vraie foi. De retour, en rêve, dans l’humble paroisse où il avait prêché l’évangile, il vit le pape et ses évêques effacer les images du Christ qu’il avait peintes sur les murs de sa chapelle. La vue lui a causé une grande détresse; mais le lendemain, il fut rempli de joie en voyant de nombreux artistes occupés à remplacer les figures en plus grand nombre et avec des couleurs plus vives. Quand leur travail fut achevé, les peintres s’écrièrent à la foule immense qui les entourait : « Que viennent maintenant les papes et les évêques ! Ils ne les effaceront plus ! Le réformateur a dit, en racontant son rêve : « Je suis certain que l’image du Christ ne s’effacera jamais. Ils ont voulu le détruire, mais il sera peint dans tous les cœurs par de bien meilleurs prédicateurs que moi. {4SP 91.2}
Peu de temps après la mort de Huss, son fidèle ami Jérôme, un homme de la même piété fervente et d’une plus grande érudition, a également été condamné, et il a rencontré son sort de la même manière. Ainsi périrent les fidèles porteurs de lumière de Dieu. Mais la lumière des vérités qu’ils proclamaient, la lumière de leur exemple héroïque, ne pouvait s’éteindre. Aussi bien les hommes pouvaient-ils tenter de faire reculer le soleil dans sa course, que d’empêcher l’aube de ce jour qui se levait alors déjà sur le monde. {4SP 92.1}
Malgré la rage de la persécution, une protestation calme, dévote, sérieuse et patiente contre la corruption dominante de la foi religieuse a continué à être prononcée après la mort de Wycliffe. Comme les croyants des jours apostoliques, beaucoup ont librement sacrifié leurs biens matériels pour la cause de Christ. Ceux qui ont été autorisés à habiter dans leurs maisons, ont accueilli avec joie leurs frères qui avaient été bannis de la maison et de la parenté. Lorsqu’eux aussi ont été chassés, ils ont accepté le sort du paria et se sont réjouis d’avoir été autorisés à souffrir pour l’amour de la vérité. {4SP 92.2}
Des efforts acharnés ont été faits pour renforcer et étendre le pouvoir de la papauté; mais alors que les papes prétendaient toujours être les représentants du Christ, leurs vies étaient si corrompues qu’elles dégoûtaient le peuple. Grâce à l’invention de l’imprimerie, les Écritures ont été plus largement diffusées et beaucoup ont été amenés à voir que les doctrines papales n’étaient pas soutenues par la parole de Dieu. {4SP 93.1}
Quand un témoin a été forcé de laisser tomber le flambeau de la vérité, un autre l’a saisi de sa main, et avec un courage intrépide l’a tenu haut. La lutte s’était ouverte qui devait aboutir à l’émancipation, non seulement des individus et des églises, mais des nations. De l’autre côté du gouffre de cent ans, des hommes tendirent la main pour saisir les mains des Lollards du temps de Wycliffe. Sous Luther commença la Réforme en Allemagne ; Calvin a prêché l’évangile en France, Zwingle en Suisse. Le monde a été réveillé du sommeil des âges, alors que d’un pays à l’autre résonnaient les mots magiques “Liberté Religieuse”. {4SP 93.2}
Chapitre 6 . . . . . La séparation de Luther d’avec Rome.
Au premier rang de ceux qui ont été appelés à conduire l’Église des ténèbres du papisme à la lumière d’une foi plus pure, se tenait Martin Luther. Zélé, ardent et dévoué, ne connaissant d’autre crainte que la crainte de Dieu, et ne reconnaissant d’autre fondement à la foi religieuse que les Saintes Ecritures, Luther était l’homme de son temps ; à travers lui, Dieu a accompli une grande œuvre pour la réforme de l’église et l’illumination du monde. {4SP 94.1}
Comme les premiers hérauts de l’évangile, Luther est sorti des rangs de la pauvreté. Il passa ses premières années dans l’humble maison d’un paysan allemand. Par le labeur quotidien de mineur, son père gagnait les moyens de son éducation. Il le destinait à un avocat; mais Dieu a conçu pour faire de lui un bâtisseur dans le grand temple qui s’élevait si lentement à travers les siècles. Les difficultés, les privations et la discipline sévère étaient l’école dans laquelle la Sagesse infinie a préparé Luther à l’importante mission de sa vie. {4SP 94.2}
Le père de Luther était un homme d’esprit fort et actif, et d’une grande force de caractère, honnête, résolu et direct. Il était fidèle à ses convictions du devoir, quelles que soient les conséquences. Son excellent bon sens l’amène à considérer le système monastique avec méfiance. Il fut très mécontent lorsque Luther, sans son consentement, entra dans un monastère ; et il fallut deux ans avant que le père ne se réconcilie avec son fils, et même alors ses opinions restèrent les mêmes. {4SP 94.3}
Les parents de Luther accordaient un grand soin à l’éducation et à la formation de leurs enfants. Ils s’efforcèrent de les instruire dans la connaissance de Dieu et la pratique des vertus chrétiennes. La prière du père montait souvent à l’écoute de son fils, afin que l’enfant se souvienne du nom du Seigneur et l’aide un jour à faire progresser sa vérité. Tous les avantages de culture morale ou intellectuelle dont leur vie de labeur leur permettait de jouir étaient avidement améliorés par ces parents. Leurs efforts étaient sérieux et persévérants pour préparer leurs enfants à une vie de piété et d’utilité. Avec leur fermeté et leur force de caractère, ils exerçaient parfois une trop grande sévérité ; mais le réformateur lui-même, bien que conscient qu’ils s’étaient trompés à certains égards, trouva dans leur discipline plus à approuver qu’à condamner. {4SP 95.1}
À l’école, où il a été envoyé dès son plus jeune âge, Luther a été traité avec dureté et même violence. Si grande était la pauvreté de ses parents, que pendant un certain temps il fut obligé de se procurer sa nourriture en chantant de porte en porte, et il souffrit souvent de la faim. Les idées sombres et superstitieuses de la religion qui prévalaient alors lui faisaient peur. Il se couchait la nuit avec un cœur attristé, regardant en avant avec tremblement le futur sombre, et dans une terreur constante à la pensée de Dieu comme un juge sévère et implacable, un tyran cruel, plutôt qu’un Père céleste bienveillant. Pourtant, sous tant de découragements si grands, Luther s’avança résolument vers le haut niveau d’excellence morale et intellectuelle qu’il s’était déterminé à atteindre. {4SP 95.2}
Il avait soif de connaissances, et le caractère sérieux et pratique de son esprit l’amenait à désirer le solide et l’utile plutôt que le voyant et le superficiel. Quand, à l’âge de dix-huit ans, il entra à l’Université d’Erfurth, sa situation était plus favorable et ses perspectives plus brillantes que dans ses premières années. Ses parents ayant par épargne et industrie acquis une compétence, ils ont su lui apporter toute l’assistance nécessaire. Et l’influence d’amis judicieux avait quelque peu atténué les sombres effets de son ancienne formation. Il s’appliquait maintenant assidûment à l’étude des meilleurs auteurs, enrichissant sa compréhension de leurs pensées les plus importantes, et faisant sienne la sagesse des sages. Une mémoire rémanente, une imagination vive, de solides capacités de raisonnement et une application énergique à l’étude, lui valut bientôt le premier rang parmi ses associés. {4SP 96.1}
La crainte du Seigneur habitait le cœur de Luther, lui permettant de maintenir la fermeté de son objectif et le conduisant à une profonde humilité devant Dieu. Il avait un sentiment constant de sa dépendance à l’égard de l’aide divine, et il ne manquait pas de commencer chaque journée par la prière, tandis que son cœur respirait continuellement une demande de conseils et de soutien. ” Bien prier “, disait-il souvent, ” est la meilleure moitié de l’étude “. {4SP 96.2}
En examinant un jour les livres de la bibliothèque de l’université, Luther découvrit une Bible en latin. Il avait déjà entendu des fragments des évangiles et des épîtres lors d’un culte public, et il pensait qu’ils étaient la totalité de la parole de Dieu. Maintenant, pour la première fois, il regarda toute la Bible. Avec un mélange d’admiration et d’émerveillement, il tourna les pages sacrées ; avec un pouls accéléré et un cœur battant, il lut pour lui-même les paroles de la vie, s’arrêtant de temps en temps pour s’exclamer : “Oh, si Dieu me donnait un tel livre pour moi !” Les anges du ciel étaient à ses côtés et les rayons de lumière du trône de Dieu révélaient les trésors de la vérité à son entendement. Il avait toujours craint d’offenser Dieu, mais maintenant la profonde conviction de sa condition de pécheur s’empara de lui comme jamais auparavant. {4SP 96.3}
Un désir ardent d’être libéré du péché et de trouver la paix avec Dieu, l’a finalement conduit à entrer dans un cloître et à se consacrer à une vie monastique. Ici, il était tenu d’accomplir les pires corvées et de mendier de maison en maison. Il était à un âge où le respect et l’appréciation sont les plus implorés, et ces fonctions subalternes étaient profondément mortifiantes pour ses sentiments naturels ; mais il endura patiemment cette humiliation, croyant qu’elle était nécessaire à cause de ses péchés. {4SP 97.1}
Chaque moment qui pouvait être épargné de ses devoirs quotidiens, il l’employait à étudier, se privant de sommeil et renonçant même aux moments passés à ses humbles repas. Par-dessus tout, il se plaisait à l’étude de la parole de Dieu. Il avait trouvé une Bible enchaînée au mur du couvent, et il y reparait souvent. Au fur et à mesure que ses convictions de péché s’approfondissaient, il cherchait par ses propres œuvres à obtenir le pardon et la paix. Il mena une vie des plus rigoureuses, s’efforçant de crucifier la chair par des jeûnes, des veilles et des flagellations. Il n’a reculé devant aucun sacrifice pour devenir saint et gagner le Ciel. À la suite de cette discipline douloureuse, il a perdu des forces et a souffert de spasmes d’évanouissement, dont il ne s’est jamais complètement remis. Mais malgré tous ses efforts, son âme accablée ne trouva aucun soulagement. Il était enfin poussé au bord du désespoir. {4SP 97.2}
Lorsqu’il apparut à Luther que tout était perdu, Dieu lui suscita un ami et une aide. Le pieux Staupitz ouvrit la parole de Dieu à l’esprit de Luther et lui ordonna de détourner son regard de lui-même, de cesser de contempler le châtiment infini pour la violation de la loi de Dieu et de se tourner vers Jésus, son Sauveur qui pardonne les péchés. « Au lieu de te torturer à cause de tes péchés, jette-toi dans les bras de ton Rédempteur. Ayez confiance en lui, en la justice de sa vie, en l’expiation de sa mort. Écoutez le Fils de Dieu. Il s’est fait homme pour vous donner l’assurance de la faveur divine. Aimez celui qui vous a aimé le premier. Ainsi parlait ce messager de miséricorde. Ses paroles firent une profonde impression sur l’esprit de Luther. Après de nombreuses luttes contre des erreurs longtemps caressées, il put saisir la vérité, et la paix revint dans son âme troublée. {4SP 98.1}
Luther a été ordonné prêtre et a été appelé du cloître à un poste de professeur à l’Université de Wittemberg. Ici, il s’est appliqué à l’étude des Écritures dans les langues originales. Il a commencé à donner des conférences sur la Bible; et le livre des Psaumes, les Evangiles et les Epîtres furent ouverts à la compréhension de foules d’auditeurs ravis. Staupitz, son ami et supérieur, le pressa de monter en chaire et de prêcher la parole de Dieu. Luther hésita, se sentant indigne de parler au peuple à la place du Christ. Ce n’est qu’après une longue lutte qu’il céda aux sollicitations de ses amis. Déjà il était puissant dans les Ecritures, et la grâce de Dieu reposait sur lui. Son éloquence captivait ses auditeurs, la clarté et la puissance avec laquelle il présentait la vérité convainquaient leur entendement, et sa profonde ferveur a touché leur cœur. {4SP 98.2}
Luther était toujours un vrai fils de l’église papale et ne pensait pas qu’il serait jamais autre chose. Dans la providence de Dieu, il décida de visiter Rome. Il poursuivit son voyage à pied, logeant dans les monastères en chemin. Dans un couvent en Italie, il fut émerveillé en voyant la splendeur des appartements, la richesse des robes, le luxe de la table, l’extravagance partout. Avec de douloureuses appréhensions, il opposait cette scène à l’abnégation et aux difficultés de sa propre vie. Son esprit devenait perplexe. {4SP 99.1}
Enfin, il aperçut au loin la ville aux sept collines. Avec une profonde émotion, il se prosterna sur la terre en s’écriant : « Sainte Rome, je te salue ! Il entrait dans la ville, visitait les églises, écoutait les contes merveilleux répétés par les prêtres et les moines, et accomplissait toutes les cérémonies requises. Partout il regardait des scènes qui le remplissaient d’étonnement et d’horreur. Il vit que l’iniquité existait dans toutes les classes du clergé. Il a entendu des blagues indécentes de la part des prélats et a été rempli d’horreur devant leurs horribles grossièretés, même pendant la messe. En se mêlant aux moines et aux citoyens, il rencontra la dissipation, la débauche. Tourner où il voulait, dans le lieu de sainteté il trouva la profanation. « C’est incroyable », écrit-il, « quels péchés et atrocités sont commis à Rome ». « S’il y a un enfer, Rome est bâtie au-dessus. C’est un abîme d’où procèdent tous les péchés.
Une indulgence avait été promise par le pape à tous ceux qui monteraient à genoux ce qu’on appelait l’escalier de Pilate. Luther accomplissait un jour cet acte, quand tout à coup une voix comme le tonnerre sembla lui dire : « Le juste vivra par la foi ! Il sauta sur ses pieds de honte et d’horreur, et s’enfuit de la scène de sa folie. Ce texte n’a jamais perdu son pouvoir sur son âme. Dès lors, il vit plus clairement que jamais l’erreur de se fier aux œuvres humaines pour le salut, et la nécessité d’une foi constante dans les mérites de Christ. Ses yeux s’étaient ouverts, et ne devaient plus jamais se fermer, aux illusions sataniques de la papauté. Lorsqu’il détourna son visage de Rome, il s’était également détourné de son cœur, et à partir de ce moment, la séparation s’est élargie, jusqu’à ce qu’il ait rompu tout lien avec l’église papale. {4SP 100.1}
Après son retour de Rome, Luther reçut à l’Université de Wittemberg le diplôme de docteur en théologie. Maintenant, il était libre de se consacrer, comme jamais auparavant, aux Écritures qu’il aimait. Il avait fait vœu solennel d’étudier attentivement et de prêcher avec fidélité la parole de Dieu, et non les paroles et les doctrines des papes, tous les jours de sa vie. Il n’était plus le simple moine ou professeur, mais le héraut autorisé de la Bible. Il avait été appelé comme berger pour paître le troupeau de Dieu, qui avait faim et soif de la vérité. Il déclara fermement que les chrétiens ne devaient recevoir d’autres doctrines que celles qui reposent sur l’autorité des Saintes Ecritures. Ces mots ont frappé au fondement même de la suprématie papale. Ils contenaient le principe vital de la Réforme. {4SP 100.2}
Luther a vu le danger d’exalter les théories humaines au-dessus de la parole de Dieu. Il attaqua sans crainte l’infidélité spéculative des scolastiques et s’opposa à la philosophie et à la théologie qui avaient si longtemps exercé une influence déterminante sur le peuple. Il a dénoncé de telles études non seulement sans valeur mais pernicieuses, et a cherché à détourner l’esprit de ses auditeurs des sophismes des philosophes et des théologiens vers les vérités éternelles énoncées par les prophètes et les apôtres. {4SP 100.3}
Précieux était le message qu’il portait aux foules avides qui s’accrochaient à ses paroles. Jamais auparavant de tels enseignements ne leur étaient parvenus. La bonne nouvelle de l’amour d’un Sauveur, l’assurance du pardon et de la paix par son sang expiatoire réjouissaient leurs cœurs et inspiraient en eux une espérance immortelle. A Wittemberg fut allumée une lumière dont les rayons devaient s’étendre jusqu’aux extrémités de la terre, et dont l’éclat devait augmenter jusqu’à la fin des temps. {4SP 101.1}
Mais la lumière et les ténèbres ne peuvent s’harmoniser. Entre la vérité et l’erreur, il y a un conflit irrépressible. Soutenir et défendre l’un, c’est attaquer et renverser l’autre. Notre Sauveur lui-même a déclaré : « Je ne suis pas venu envoyer la paix, mais l’épée. [Matthieu 10:34.] Luther a dit, quelques années après l’ouverture de la Réforme, « Dieu ne conduit pas, mais me pousse en avant. Je ne suis pas maître de mes propres actions. Je vivrais volontiers au repos, mais je suis jeté au milieu des tumultes et des révolutions. Il était maintenant sur le point d’être invité au concours. {4SP 101.2}
L’Église romaine avait fait de la grâce de Dieu une marchandise. Les tables des changeurs étaient dressées à côté de ses autels, et l’air retentissait des cris des acheteurs et des vendeurs. Sous le prétexte de lever des fonds pour l’érection de l’église Saint-Pierre à Rome, des indulgences pour le péché étaient publiquement offertes à la vente par l’autorité du pape. Au prix du crime, un temple devait être construit pour le culte de Dieu, la pierre angulaire posée avec le salaire de l’iniquité. Mais les moyens mêmes de l’agrandissement de Rome provoquèrent le coup le plus meurtrier à sa puissance et à sa grandeur. C’est ce qui a réveillé les ennemis les plus déterminés et les plus heureux du papisme, et a conduit à la bataille qui a ébranlé le trône papal jusqu’à sa fondation, et a secoué la triple couronne sur la tête du pontife. {4SP 101.3}
Le fonctionnaire nommé pour conduire la vente des indulgences en Allemagne – Tetzel par son nom – avait été reconnu coupable des offenses les plus basses contre la société et contre la loi de Dieu ; mais ayant échappé au châtiment dû à ses crimes, il fut employé à favoriser les projets mercenaires et sans scrupules de l’Église romaine. Avec une grande effronterie, il répétait les mensonges les plus flagrants et racontait des histoires merveilleuses pour tromper un peuple ignorant, crédule et superstitieux. S’ils avaient possédé la parole de Dieu, ils n’auraient pas été ainsi trompés. C’était pour les garder sous le contrôle de la papauté, afin qu’ils puissent gonfler le pouvoir et la richesse de ses dirigeants ambitieux, que la Bible leur avait été refusée. {4SP 102.1}
Comme Tetzel entrait dans une ville, un messager alla devant lui, annonçant : « La grâce de Dieu et du saint père est à vos portes. Et le peuple accueillit le prétendant blasphémateur comme s’il était Dieu lui-même descendu du Ciel vers eux. L’infâme trafic s’établit dans l’église, et Tetzel, montant en chaire, vanta les indulgences comme le don le plus précieux de Dieu. Il déclara qu’en vertu de ses certificats de grâce, tous les péchés que l’acquéreur voudrait plus tard commettre lui seraient pardonnés, et que même le repentir n’était pas indispensable. Plus que cela, il assura à ses auditeurs que les indulgences avaient le pouvoir de sauver non seulement les vivants mais les morts ; qu’à l’instant même où l’argent résonnerait au fond de sa poitrine, l’âme au nom de laquelle il avait été payé s’échapperait du purgatoire et se dirigerait vers le ciel.
Quand Simon Magus offrit aux apôtres d’acheter le pouvoir de faire des miracles, Pierre lui répondit : « Ton argent périt avec toi, parce que tu as pensé que le don de Dieu peut être acheté avec de l’argent. [Actes 8:20.] Mais l’offre de Tetzel fut saisie par des milliers d’impatients. L’or et l’argent affluaient dans son trésor. Un salut qui pouvait être acheté avec de l’argent était plus facilement obtenu que celui qui exige la repentance, la foi et un effort diligent pour résister et vaincre le péché. {4SP 103.1}
La doctrine des indulgences avait été combattue par des hommes de savoir et de piété dans l’Église romaine, et il y en avait beaucoup qui n’avaient aucune foi dans des prétentions si contraires à la fois à la raison et à la révélation. Pourtant, aucun évêque n’osa élever la voix contre la fraude et la corruption de ce trafic inique. Les esprits des hommes devenaient troublés et inquiets, et beaucoup demandaient avec empressement si Dieu ne travaillerait pas à travers quelque instrument pour la purification de son église. {4SP 103.2}
Luther, bien qu’étant encore un papiste de l’espèce la plus droite, était rempli d’horreur devant les suppositions blasphématoires des marchands d’indulgence. Beaucoup de membres de sa propre congrégation avaient acheté des certificats de grâce, et ils ont bientôt commencé à venir voir leur pasteur, confessant leurs divers péchés et s’attendant à l’absolution, non pas parce qu’ils étaient pénitents et souhaitaient se réformer, mais sur la base de l’indulgence. Luther leur a refusé l’absolution et les a avertis qu’à moins qu’ils ne se repentent et ne réforment leur vie, ils devaient périr dans leurs péchés. Dans une grande perplexité, ils ont cherché Tetzel et l’ont informé qu’un moine augustin avait traité ses lettres avec mépris. Le frère était rempli de rage. Il prononça les jurons les plus terribles, fit allumer des feux sur la place publique, et déclara qu’il avait l’ordre du pape de brûler les hérétiques qui osaient s’opposer à ses très saintes indulgences. {4SP 104.1}
Luther s’engagea alors hardiment dans son travail de champion de la vérité. Sa voix a été entendue de la chaire en un avertissement solennel et sérieux. Il a présenté au peuple le caractère offensant du péché et lui a enseigné qu’il est impossible à l’homme, par ses propres œuvres, d’atténuer sa culpabilité ou d’échapper à sa punition. Seule la repentance envers Dieu et la foi en Christ peuvent sauver le pécheur. La grâce de Christ ne peut être achetée ; c’est un cadeau gratuit. Il a conseillé au peuple de ne pas acheter les indulgences, mais de regarder avec foi vers un Rédempteur crucifié. Il a raconté sa propre expérience douloureuse en cherchant vainement par l’humiliation et la pénitence à assurer le salut, et a assuré à ses auditeurs que c’était en détournant le regard de lui-même et en croyant au Christ qu’il avait trouvé la paix et la joie. {4SP 104.2}
Tandis que Tetzel poursuivait son trafic et ses prétentions impies, Luther se décida à protester plus efficacement contre ces abus criants. La fête de la Toussaint était un jour important pour Wittemberg. Les reliques coûteuses de l’église ont ensuite été exposées et la rémission des péchés a été accordée à tous ceux qui visitaient l’église et se confessaient. En conséquence, ce jour-là, le peuple s’y rendit en grand nombre. La veille de la fête, Luther se rendit hardiment à l’église, où des foules de fidèles se rendaient déjà, et apposa sur la porte quatre-vingt-quinze propositions contre la doctrine des indulgences. Ces thèses, il se déclare prêt à les défendre contre tous les opposants. {4SP 105.1}
Ses propositions ont attiré l’attention universelle. Ils ont été lus et relus et répétés dans tous les sens. Une grande effervescence s’est créée à l’université et dans toute la ville. Par ces thèses, il était démontré que le pouvoir d’accorder le pardon du péché et d’en remettre la peine n’avait jamais été confié au pape ni à aucun autre homme. L’ensemble du plan était une farce, – un artifice pour extorquer de l’argent en jouant sur les superstitions du peuple, – un stratagème de Satan pour détruire les âmes de tous ceux qui devraient se fier à ses prétentions mensongères. Il a également été clairement démontré que l’évangile de Christ est le trésor le plus précieux de l’église, et que la grâce de Dieu, qui y est révélée, est librement accordée à tous ceux qui la recherchent par la repentance et la foi. {4SP 105.2}
Les thèses de Luther défiaient la discussion ; mais personne n’a osé relever le défi. Les questions qu’il proposait s’étaient en peu de jours répandues dans toute l’Allemagne, et en quelques semaines elles avaient retenti dans toute la chrétienté. Beaucoup de romanistes dévoués, qui avaient vu et déploré la terrible iniquité régnant dans l’église, mais n’avaient pas su comment arrêter ses progrès, lurent les propositions avec une grande joie, reconnaissant en elles la voix de Dieu. Ils pensaient que le Seigneur avait gracieusement mis la main pour arrêter la marée montante de la corruption qui sortait du siège de Rome. Princes et magistrats se réjouissaient secrètement qu’un échec fût mis sur le pouvoir arrogant dont il n’y avait pas d’appel. {4SP 105.3}
Mais les multitudes pécheresses et superstitieuses furent terrifiées lorsque les sophismes qui avaient apaisé leurs peurs furent balayés. Des ecclésiastiques rusés, interrompus dans leur travail de sanction du crime, et voyant leurs acquis menacés, s’enragent et se rallient pour soutenir leurs prétentions. Le réformateur avait des accusateurs amers à rencontrer. Certains l’ont accusé d’avoir agi à la hâte et par impulsion. D’autres l’ont accusé de présomption, déclarant qu’il n’était pas dirigé par Dieu, mais qu’il agissait par orgueil et audace. « Qui ne sait, répondit-il, qu’on peut rarement avancer une idée nouvelle sans avoir quelque apparence d’orgueil, et sans être accusé de querelles excitantes ? Pourquoi le Christ et tous les martyrs ont-ils été mis à mort ? – Parce qu’ils semblaient mépriser fièrement la sagesse des temps dans lesquels ils vivaient, et parce qu’ils ont apporté de nouvelles vérités sans avoir consulté au préalable les oracles des anciennes opinions. {4SP 106.1}
Il a de nouveau déclaré : « Ce que je fais ne sera pas effectué par la prudence de l’homme, mais par le conseil de Dieu. Si l’œuvre est de Dieu, qui l’arrêtera ? Si ce n’est pas le cas, qui le transmettra ? Pas ma volonté, pas la leur, pas la nôtre, mais ta volonté, saint Père qui es aux cieux ! {4SP 106.2}
Bien que Luther ait été poussé par l’Esprit de Dieu à commencer son œuvre, il ne devait pas la poursuivre sans de graves conflits. Les reproches de ses ennemis, leur fausse représentation de ses buts, et leurs réflexions injustes et malveillantes sur son caractère et ses motifs, sont venus sur lui comme une inondation écrasante ; et ils n’étaient pas sans effet. Il s’était senti confiant que les dirigeants de l’église et les philosophes de la nation seraient heureux de s’unir à lui dans les efforts de réforme. Les mots d’encouragement de ceux qui occupaient des postes élevés l’avaient inspiré avec joie et espoir. Déjà par anticipation, il avait vu un jour meilleur se lever pour l’église. Mais les encouragements s’étaient changés en reproches et en condamnations. De nombreux dignitaires, tant de l’Église que de l’État, furent convaincus de la véracité de ses thèses ; mais ils virent bientôt que l’acceptation de ces vérités entraînerait de grands changements. Éclairer et réformer le peuple reviendrait virtuellement à saper l’autorité papale, à arrêter des milliers de ruisseaux qui coulent maintenant dans son trésor, et ainsi à réduire considérablement l’extravagance et le luxe des chefs romains. De plus, apprendre au peuple à penser et à agir comme des êtres responsables, regardant au Christ seul pour le salut, renverserait le trône du pontife et finirait par détruire leur propre autorité. C’est pourquoi ils refusèrent la connaissance qu’on leur offrait de Dieu, et se dressèrent contre le Christ et la vérité par leur opposition à l’homme qu’il avait envoyé pour les éclairer. {4SP 107.1} pour arrêter des milliers de ruisseaux qui coulent maintenant dans son trésor, et ainsi réduire considérablement l’extravagance et le luxe des dirigeants romains. De plus, apprendre au peuple à penser et à agir comme des êtres responsables, regardant au Christ seul pour le salut, renverserait le trône du pontife et finirait par détruire leur propre autorité. C’est pourquoi ils refusèrent la connaissance qu’on leur offrait de Dieu, et se dressèrent contre le Christ et la vérité par leur opposition à l’homme qu’il avait envoyé pour les éclairer. {4SP 107.1} pour arrêter des milliers de ruisseaux qui coulent maintenant dans son trésor, et ainsi réduire considérablement l’extravagance et le luxe des dirigeants romains. De plus, apprendre au peuple à penser et à agir comme des êtres responsables, regardant au Christ seul pour le salut, renverserait le trône du pontife et finirait par détruire leur propre autorité. C’est pourquoi ils refusèrent la connaissance qu’on leur offrait de Dieu, et se dressèrent contre le Christ et la vérité par leur opposition à l’homme qu’il avait envoyé pour les éclairer. {4SP 107.1} C’est pourquoi ils refusèrent la connaissance qu’on leur offrait de Dieu, et se dressèrent contre le Christ et la vérité par leur opposition à l’homme qu’il avait envoyé pour les éclairer. {4SP 107.1} C’est pourquoi ils refusèrent la connaissance qu’on leur offrait de Dieu, et se dressèrent contre le Christ et la vérité par leur opposition à l’homme qu’il avait envoyé pour les éclairer. {4SP 107.1}
Luther tremblait en se regardant, un homme opposé aux puissances les plus puissantes de la terre. Il doutait parfois s’il avait bien été amené par Dieu à s’opposer à l’autorité de l’Église. « Qui étais-je, écrit-il, pour m’opposer à la majesté du pape, devant qui tremblaient les rois de la terre et du monde entier ? “Personne ne peut savoir ce que j’ai souffert pendant ces deux premières années, et dans quel abattement et même désespoir j’ai été plongé.” Mais il n’a pas été laissé pour devenir complètement découragé. Lorsque l’appui humain a échoué, il s’est tourné vers Dieu seul et a appris qu’il pouvait s’appuyer en toute sécurité sur ce bras tout-puissant. {4SP 108.1}
À un ami de la Réforme, Luther écrivait : « Nous ne pouvons parvenir à la compréhension des Écritures ni par l’étude ni par la force de l’intellect. Par conséquent, votre premier devoir doit être de commencer par la prière. Priez le Seigneur de daigner vous accorder, dans sa riche miséricorde, de bien comprendre sa parole. Il n’y a pas d’autre interprète du mot que l’Auteur de ce mot lui-même. Comme il l’a dit, ‘Ils seront tous enseignés de Dieu.’ N’espérez rien de votre étude et de votre force intellectuelle ; mais placez simplement votre confiance en Dieu et dans la direction de son Esprit. Croyez celui qui a fait le procès de cette affaire. Voici une leçon d’une importance vitale pour ceux qui sentent que Dieu les a appelés à présenter aux autres les vérités solennelles de ce temps. Ces vérités attiseront l’inimitié de Satan et des hommes qui aiment les fables qu’il a imaginées. Dans le conflit avec les puissances du mal, il faut quelque chose de plus que l’intellect et la sagesse humaine. {4SP 108.2}
Lorsque les ennemis faisaient appel à la coutume et à la tradition, ou aux affirmations et à l’autorité du pape, Luther les rencontrait avec la Bible et la Bible seule. Voilà des arguments auxquels ils ne pouvaient répondre ; c’est pourquoi les esclaves du formalisme et de la superstition réclamaient son sang, comme les Juifs avaient réclamé le sang de Christ. « C’est un hérétique », s’écriaient les fanatiques romains ; « c’est un péché de lui permettre de vivre une heure de plus ! Emmenez-le tout de suite à l’échafaud ! Mais Luther n’est pas tombé en proie à leur fureur. Dieu avait une œuvre à lui confier, et des anges du ciel furent envoyés pour le protéger. Beaucoup, cependant, qui avaient reçu de Luther la précieuse lumière, ont été les objets de la colère de Satan, et pour l’amour de la vérité ont souffert sans crainte la torture et la mort. {4SP 108.3}
Les enseignements de Luther ont attiré l’attention des esprits réfléchis dans toute l’Allemagne. De ses sermons et de ses écrits sortaient des faisceaux de lumière qui réveillaient et illuminaient des milliers de personnes. Une foi vivante remplaçait le formalisme mort dans lequel l’Église s’était tenue si longtemps. Le peuple perdait chaque jour confiance dans les superstitions du romanisme. Les barrières des préjugés s’effondraient. La parole de Dieu, par laquelle Luther testait chaque doctrine et chaque prétention, était comme une épée à double tranchant, se frayant un chemin jusqu’au cœur du peuple. Partout s’éveille un désir de progrès spirituel. Partout il y avait une telle faim et soif de justice qu’on n’en avait pas connu depuis des siècles. Les yeux du peuple, si longtemps tournés vers les rites humains et les médiateurs humains, se tournent maintenant, dans la pénitence et la foi, vers le Christ et le crucifié.
Cet intérêt généralisé suscita encore les craintes des autorités papales. Luther reçut une citation à comparaître à Rome pour répondre de l’accusation d’hérésie. L’ordre remplit ses amis de terreur. Ils savaient bien le danger qui le menaçait dans cette ville corrompue, déjà ivre du sang des martyrs de Jésus. Ils protestèrent contre son départ pour Rome et demandèrent qu’il subisse son examen en Allemagne. {4SP 110.1}
Cet arrangement a finalement été effectué et le légat du pape a été nommé pour entendre l’affaire. Dans les instructions communiquées par le pontife à ce fonctionnaire, il était dit que Luther avait déjà été déclaré hérétique. Le légat fut donc chargé de le poursuivre et de le soumettre sans délai. S’il restait ferme, et si le légat ne parvenait pas à s’emparer de sa personne, il avait le pouvoir de le proscrire dans tous les lieux de l’Allemagne, de mettre à l’écart, de maudire et d’excommunier tous ceux qui lui étaient attachés. Et de plus, le pape a demandé à son légat, afin d’extirper entièrement l’hérésie pestilentielle, d’excommunier tous, de quelque dignité que ce soit dans l’Église ou l’État, sauf l’empereur, qui devrait négliger de saisir Luther et ses adhérents, et de les livrer. subir la vengeance de Rome. {4SP 110.2}
Ici se manifeste le véritable esprit du papisme. Pas une trace de principe chrétien, ni même de justice commune, ne se voit dans tout le document. Luther était à une grande distance de Rome ; il n’avait pas eu l’occasion d’expliquer ou de défendre sa position ; pourtant, avant que son cas n’eût été instruit, il fut sommairement déclaré hérétique, et le même jour, exhorté, accusé, jugé et condamné ; et tout cela par le soi-disant saint père, la seule autorité suprême et infaillible dans l’Église ou l’État ! {4SP 110.3}
Augsbourg avait été fixé comme lieu du procès, et le réformateur partit à pied pour y faire le voyage. De sérieuses craintes ont été entretenues en son nom. Des menaces avaient été proférées ouvertement qu’il serait attrapé et assassiné en chemin, et ses amis le suppliaient de ne pas s’aventurer. Ils l’ont même supplié de quitter Wittemberg pour un temps et de trouver refuge auprès de ceux qui le protégeraient volontiers. Mais il ne quitterait pas la position où Dieu l’avait placé. Il doit continuer fidèlement à maintenir la vérité, malgré les tempêtes qui s’abattent sur lui. Son langage était : « Je suis comme Jérémie, un homme de querelles et de querelles ; mais plus ils multiplient leurs menaces, plus ils multiplient ma joie. . . . Ils ont déjà déchiré mon honneur et mon nom. Il ne me reste plus que mon corps misérable ; laissez-les l’avoir; ils raccourciront alors ma vie de quelques heures. Mais quant à mon âme, ils n’auront pas cela. Celui qui décide de porter la parole du Christ au monde doit s’attendre à la mort à chaque heure. {4SP 111.1}
La nouvelle de l’arrivée de Luther à Augsbourg donna une grande satisfaction au légat pontifical. L’hérétique gênant qui excitait l’attention du monde entier semblait maintenant au pouvoir de Rome, et le légat décida qu’il ne devait pas quitter la ville comme il y était entré. Le réformateur ne s’était pas muni d’un sauf-conduit. Ses amis le pressaient de ne pas se présenter sans un légat, et ils s’engageaient eux-mêmes à se le procurer auprès de l’empereur. Le légat entend forcer Luther, si possible, à se rétracter, ou, à défaut, le faire transporter à Rome, pour partager le sort de Hus et de Jérôme. C’est pourquoi, par l’intermédiaire de ses agents, il s’efforça de faire comparaître Luther sans sauf-conduit, se confiant à sa miséricorde. Ce que le réformateur a fermement refusé de faire. Ce n’est qu’après avoir reçu le document l’engageant à la protection de l’empereur qu’il parut en présence de l’ambassadeur pontifical. {4SP 111.2}
Par politique, les romanistes avaient décidé de tenter de gagner Luther par une apparence de douceur. Le légat, dans ses entretiens avec lui, professait une grande amitié ; mais il exigea que Luther se soumette implicitement à l’autorité de l’Église et cède chaque point sans discussion ni question. Il n’avait pas bien estimé le caractère de l’homme à qui il avait affaire. Luther, en réponse, exprima son respect pour l’Église, son désir de la vérité, sa disposition à répondre à toutes les objections à ce qu’il avait enseigné et à soumettre ses doctrines à la décision de certaines grandes universités. Mais en même temps il protesta contre la démarche du cardinal qui lui demandait de se rétracter sans l’avoir prouvé dans son erreur. {4SP 112.1}
La seule réponse a été : « Abjurez, abjurez ». Le réformateur a montré que sa position était soutenue par les Écritures et a fermement déclaré qu’il ne pouvait pas renoncer à la vérité. {4SP 112.2}
Lorsque le prélat vit que le raisonnement de Luther était irréfutable, il perdit tout contrôle de lui-même et, furieux, s’écria : « Rétractez-vous, ou je vous enverrai à Rome, pour y comparaître devant les juges chargés de connaître de votre cause. Je vous excommunierai, vous et tous vos partisans, et tous ceux qui vous accepteront à tout moment, et je les chasserai de l’église. Et il a finalement déclaré, d’un ton hautain et colérique : “Retirez-vous, ou ne revenez plus.” {4SP 112.3}
Le réformateur se retira avec ses amis, laissant le cardinal et ses partisans se regarder dans la plus grande confusion du résultat inattendu de la conférence. {4SP 113.1}
Les efforts de Luther à cette occasion n’ont pas été sans bons résultats. La grande assemblée présente eut l’occasion de comparer les deux hommes et de juger par elle-même de l’esprit qu’ils manifestaient, ainsi que de la force et de la véracité de leurs positions. Quel contraste marqué ! Le réformateur, simple, humble, ferme, s’est levé dans la force de Dieu, ayant la vérité de son côté ; le représentant du pape, orgueilleux, autoritaire, hautain et déraisonnable, était sans un seul argument des Écritures mais criait avec véhémence : « Rétractez-vous ou soyez envoyé à Rome pour être puni ». {4SP 113.2}
Bien que Luther ait obtenu un sauf-conduit, les romanistes complotaient pour le saisir et l’emprisonner. Ses amis l’exhortèrent à ce que, puisqu’il lui était inutile de prolonger son séjour, il retournât sans délai à Wittemberg, et qu’il fût observé la plus grande prudence pour dissimuler ses intentions. Il quitta donc Augsbourg avant le point du jour, à cheval, accompagné seulement d’un guide que lui avait fourni le magistrat. Avec de nombreux pressentiments, il se fraya secrètement un chemin à travers les rues sombres et silencieuses de la ville. Des ennemis, vigilants et cruels, complotaient sa destruction. Échapperait-il aux pièges qui lui étaient préparés ? Ce furent des moments d’anxiété et de prière fervente. Il atteignit une petite porte dans le mur de la ville. Elle lui fut ouverte et, avec son guide, il la traversa sans encombre. Une fois au-delà des limites, il laissa bientôt la ville loin derrière. Satan et ses émissaires ont été vaincus. L’homme qu’ils croyaient en leur pouvoir était parti, échappé comme un oiseau au piège de l’oiseleur. {4SP 113.3}
A la nouvelle du départ de Luther, le légat est saisi de surprise et de colère. Il s’était attendu à recevoir un grand honneur pour sa sagesse et sa fermeté face à ce perturbateur de l’église ; mais son espoir a été déçu. Il exprima sa colère dans une lettre à Frédéric, l’électeur de Saxe, dénonçant amèrement Luther et exigeant que Frédéric envoie le réformateur à Rome ou le bannisse de Saxe. {4SP 114.1}
En défense, Luther a exhorté le légat ou le pape à lui montrer ses erreurs dans les Écritures et s’est engagé de la manière la plus solennelle à renoncer à ses doctrines s’il pouvait être démontré qu’elles contredisaient la parole de Dieu. Et il exprima sa reconnaissance à Dieu d’avoir été jugé digne de souffrir dans une si sainte cause. Ces paroles firent une profonde impression sur l’électeur, et il résolut de se poser en protecteur de Luther. Il refusa de l’envoyer à Rome ou de l’expulser de ses territoires. {4SP 114.2}
L’électeur vit qu’il y avait un effondrement général des contraintes morales de la société. Un grand travail de réforme était nécessaire. Les arrangements compliqués et coûteux pour restreindre et punir le crime seraient inutiles si les hommes reconnaissaient et obéissaient aux exigences de Dieu et aux préceptes d’une conscience éclairée. Il vit que Luther travaillait à s’assurer ce but, et il se réjouit secrètement qu’une meilleure influence se faisait sentir dans l’Église. {4SP 114.3}
Il vit aussi qu’en tant que professeur à l’université, Luther réussissait éminemment. De toutes les régions d’Allemagne, les étudiants se pressaient à Wittemberg pour écouter ses enseignements. Les jeunes hommes, venant en vue de la ville pour la première fois, levaient leurs mains vers le ciel, et remerciaient Dieu d’avoir fait briller la lumière de sa vérité de ce lieu comme dans les temps anciens de Jérusalem. {4SP 115.1}
Luther n’était encore que partiellement converti des erreurs du romanisme. Mais alors qu’il comparait les saints oracles avec les décrets et les constitutions papaux, il était émerveillé. « Je lis, écrit-il, les décrétales des papes, et . . . Je ne sais pas si le pape est l’antéchrist lui-même, ou s’il est son apôtre, tant le Christ, déformé et même crucifié, y apparaît. Pourtant, à cette époque, Luther était encore un partisan de l’Église romaine et ne pensait pas qu’il se séparerait un jour de sa communion. {4SP 115.2}
Les écrits du réformateur et sa doctrine s’étendaient à toutes les nations de la chrétienté. L’œuvre se répandit en Suisse et en Hollande. Des copies de ses écrits ont trouvé leur chemin vers la France et l’Espagne. En Angleterre, ses enseignements furent reçus comme la parole de vie. A la Belgique et à l’Italie aussi la vérité s’était étendue. Des milliers de personnes s’éveillaient de leur stupeur mortelle à la joie et à l’espérance d’une vie de foi. {4SP 115.3}
Rome devenait de plus en plus exaspérée par les attaques de Luther, et il fut secrètement déclaré par quelques-uns de ses adversaires fanatiques, que celui qui s’ôterait la vie serait sans péché. Un jour, un étranger, un pistolet dissimulé sous son manteau, s’approcha du réformateur et lui demanda pourquoi il s’en allait ainsi seul. « Je suis entre les mains de Dieu », répondit Luther. « Il est mon aide et mon bouclier. Que peuvent me faire les hommes ? En entendant ces paroles, l’étranger pâlit et s’enfuit comme devant les anges du ciel. {4SP 115.4}
Rome s’acharnait à détruire Luther ; mais Dieu était sa défense. Ses doctrines se faisaient entendre partout, dans les couvents, dans les chaumières, dans les châteaux des nobles, dans les universités, dans les palais des rois ; et des hommes nobles se levaient de toutes parts pour soutenir ses efforts. {4SP 116.1}
Dans un appel à l’empereur et à la noblesse d’Allemagne au nom de la Réforme du christianisme, Luther écrivit à propos du pape : « Il est monstrueux de voir celui qui est appelé le vicaire du Christ, afficher une magnificence sans égale par celle d’aucun empereur. Est-ce pour représenter le pauvre et humble Jésus ou l’humble Saint Pierre ? Le pape, disent-ils, est le seigneur du monde ! Mais le Christ, dont il se vante d’être le vicaire, a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde. Les domaines d’un vicaire peuvent-ils s’étendre au-delà de ceux de son supérieur ? {4SP 116.2}
Il écrivit ainsi à propos des universités : « Je crains fort que les universités ne se révèlent être de grandes portes menant à l’enfer, à moins qu’elles ne prennent un soin diligent d’expliquer les Saintes Écritures et de les graver dans le cœur des jeunes. Je ne conseille à personne de placer son enfant là où les Saintes Ecritures ne sont pas considérées comme la règle de vie. Toute institution où la parole de Dieu n’est pas étudiée avec diligence doit devenir corrompue. {4SP 116.3}
Cet appel se répandit rapidement dans toute l’Allemagne et exerça une puissante influence sur le peuple. La nation entière a été réveillée pour se rallier autour de l’étendard de la réforme. Les adversaires de Luther, brûlant d’un désir de vengeance, pressent le pape de prendre contre lui des mesures décisives. Il fut décrété que ses doctrines seraient immédiatement condamnées. Soixante jours furent accordés au réformateur et à ses partisans, après quoi, s’ils ne se rétractaient pas, ils devaient tous être excommuniés. {4SP 117.1}
Ce fut une crise terrible pour la Réforme. Pendant des siècles, la sentence d’excommunication de Rome avait été rapidement suivie d’un coup de mort. Luther n’était pas aveugle à la tempête qui allait éclater sur lui ; mais il est resté ferme, faisant confiance au Christ pour être son soutien et son bouclier. Avec la foi et le courage d’un martyr, il écrivit : « Ce qui va arriver, je ne le sais pas, et je me soucie de ne pas le savoir. « Partout où le coup peut m’atteindre, je n’ai pas peur. Pas même une feuille ne tombe sans la volonté de notre Père ; combien plutôt s’occupera-t-il de nous ! C’est peu de chose de mourir pour le Verbe, puisque son Verbe, qui s’est fait chair pour nous, est lui-même mort. Si nous mourons avec lui, nous vivrons avec lui ; et, traversant ce qu’il a traversé avant nous, nous serons là où il est, et nous habiterons avec lui pour toujours. {4SP 117.2}
Lorsque la bulle papale parvint à Luther, il dit : « Je la méprise et je lui résiste, comme impie et fausse. C’est le Christ lui-même qui y est condamné. « Je me glorifie de la perspective de souffrir pour la meilleure des causes. Déjà je sens une plus grande liberté ; car je sais maintenant que le pape est l’antéchrist, et que son trône est celui de Satan lui-même. {4SP 117.3}
Pourtant la parole du pontife de Rome avait encore du pouvoir. La prison, la torture et l’épée étaient des armes puissantes pour imposer la soumission. Tout semblait indiquer que l’œuvre du réformateur était sur le point de se terminer. Les faibles et les superstitieux tremblaient devant le décret du pape, et alors qu’il y avait une sympathie générale pour Luther, beaucoup estimaient que la vie était trop chère pour être risquée dans la cause de la réforme. {4SP 118.1}
Mais Luther se mit à brûler publiquement la bulle du pape, avec les lois canoniques, les décrétales et certains écrits soutenant le pouvoir papal. Par cette action, il déclara hardiment sa séparation définitive de l’Église romaine. Il accepta son excommunication et proclama au monde qu’entre lui et le pape il devait y avoir désormais la guerre. Le grand concours était maintenant pleinement engagé. Peu de temps après, une nouvelle bulle parut, et l’excommunication qui avait été menacée auparavant, fut finalement prononcée contre le réformateur et tous ceux qui devaient recevoir ses doctrines. {4SP 118.2}
L’opposition est le lot de tous ceux que Dieu emploie pour présenter des vérités spécialement applicables à leur temps. Il y avait une vérité présente, une vérité d’une importance particulière à cette époque, du temps de Luther ; il y a une vérité présente pour l’église aujourd’hui. Mais la vérité n’est pas plus souhaitée par la majorité aujourd’hui qu’elle ne l’était par les papistes qui s’opposaient à Luther. Il y a la même disposition à accepter les théories et les traditions des hommes pour la parole de Dieu qu’aux temps anciens. Ceux qui présentent la vérité pour cette époque ne doivent pas s’attendre à être reçus avec plus de faveur que ne l’étaient les réformateurs précédents. La grande controverse entre la vérité et l’erreur, entre le Christ et Satan, va s’intensifier à la fin de l’histoire de ce monde. {4SP 118.3}
Chapitre 7 . . . . . Luther devant la Diète.
Un nouvel empereur, Charles Quint, était monté sur le trône d’Allemagne, et les émissaires de Rome s’empressèrent de présenter leurs félicitations et d’engager le monarque à employer son pouvoir contre la Réforme. D’autre part, l’électeur de Saxe, à qui Charles était en grande partie redevable de sa couronne, le supplia de ne faire aucune démarche contre Luther avant qu’il ne l’eût accordé une audience. L’empereur était ainsi placé dans une position de grande perplexité et d’embarras. Les papistes ne se contenteraient que d’un édit impérial condamnant Luther à mort. L’électeur avait déclaré fermement que ni sa majesté impériale ni personne d’autre ne lui avait encore fait croire que les écrits du réformateur avaient été réfutés ; il demanda donc que le docteur Luther soit muni d’un sauf-conduit, afin qu’il répondît de lui-même devant un tribunal de juges savants, pieux et impartiaux. {4SP 119.1}
L’attention de toutes les parties était maintenant dirigée vers l’assemblée des États allemands qui se réunissait à Worms peu après l’accession de Charles à l’empire. Il y avait des questions et des intérêts politiques importants à considérer par ce conseil national; mais ceux-ci semblaient de peu d’importance lorsqu’ils étaient mis en contraste avec la cause du moine de Wittemberg. {4SP 119.2}
Charles avait auparavant ordonné à l’électeur d’amener Luther avec lui à la diète, l’assurant que le réformateur serait protégé de toute violence, et devrait être autorisé à une conférence libre avec une personne compétente pour discuter les points litigieux. Luther tenait à comparaître devant l’empereur. Sa santé était alors fort altérée ; pourtant il écrivit à l’électeur : « Si je ne puis faire le voyage de Worms en bonne santé, j’y serai porté, tout malade que je suis. Car, puisque l’empereur m’a convoqué, je ne puis douter que ce soit l’appel de Dieu lui-même. S’ils ont l’intention d’user de violence contre moi, comme ils le font probablement, car assurément ce n’est pas dans le but de s’informer qu’ils me demandent de comparaître devant eux, je remets l’affaire entre les mains du Seigneur. Il vit et règne encore celui qui a préservé les trois Israélites dans la fournaise ardente. Si ce n’est pas sa volonté de me sauver, ma vie est de peu d’importance. Veillons seulement à ce que l’Evangile ne soit pas exposé au mépris des impies, et versons notre sang pour sa défense plutôt que de les laisser triompher. Qui dira si ma vie ou ma mort contribuera le plus au salut de mes frères ? « Attendez-vous à tout de moi, sauf à fuir ou à vous rétracter. Voler je ne peux pas ; encore moins puis-je me rétracter. {4SP 120.1}
Comme la nouvelle circulait à Worms que Luther devait comparaître devant la Diète, une agitation générale se créa. Aleander, le légat papal à qui son cas avait été spécialement confié, était alarmé et furieux. Il comprit que le résultat serait désastreux pour la cause papale. Instituer une enquête sur un cas où le pape aurait déjà prononcé un arrêt de condamnation, ce serait mépriser l’autorité du souverain pontife. De plus, il craignait que les arguments éloquents et puissants de cet homme ne détournèrent beaucoup de princes de la cause du pape. Il fit donc, de la manière la plus pressante, des remontrances à Charles contre l’apparition de Luther à Worms. Il avertit, supplia et menaça jusqu’à ce que l’empereur cédât, et écrivit à l’électeur que si Luther ne se rétractait pas, il devait rester à Wittemberg.
Non content de cette victoire, Aleander a travaillé avec toute la puissance et la ruse à sa disposition pour obtenir la condamnation de Luther. Avec une persistance digne d’une meilleure cause, il pressa l’affaire à l’attention des princes, des prélats et des autres membres de l’assemblée, accusant le réformateur de sédition, de rébellion, d’impiété et de blasphème. Mais la véhémence et la passion manifestées par le légat révélaient clairement qu’il était animé par la haine et la vengeance plutôt que par le zèle pour la religion. C’était le sentiment dominant de l’assemblée que Luther était innocent. {4SP 121.1}
Avec un zèle redoublé, Aléandre pressa l’empereur du devoir d’exécuter les édits pontificaux. Vaincu enfin par cette importunité, Charles chargea le légat de présenter son cas à la Diète. Rome avait peu d’avocats mieux faits, par nature et par éducation, pour défendre sa cause. Les amis du réformateur attendaient avec une certaine anxiété le résultat du discours d’Aleander. {4SP 121.2}
Il n’y eut pas peu d’émotion lorsque le légat, avec beaucoup de dignité et de pompe, se présenta devant l’assemblée nationale. Beaucoup se sont souvenus de la scène du procès de notre Sauveur, quand Anne et Caïphe, devant le siège du jugement de Pilate, ont exigé la mort de celui « qui a perverti le peuple ». {4SP 121.3}
Avec toute la puissance du savoir et de l’éloquence, Aleander se mit à renverser la vérité. Accusation après accusation, il lança contre Luther en tant qu’ennemi de l’Église et de l’État, des vivants et des morts, du clergé et des laïcs, des conseils et des chrétiens privés. “Il y a assez dans les erreurs de Luther.” déclara-t-il, « pour justifier l’incendie de cent mille hérétiques ». {4SP 122.1}
En conclusion, il s’efforça de jeter le mépris sur les adhérents de la foi réformée : ont induit en erreur et perverti. Combien le parti catholique est supérieur en nombre, en intelligence et en puissance ! Un décret unanime de cette illustre assemblée ouvrira les yeux des simples, montrera aux imprudents leur danger, déterminera les hésitations et fortifiera les faibles. {4SP 122.2}
Avec de telles armes, les défenseurs de la vérité de toutes les époques ont été attaqués. Les mêmes arguments sont encore invoqués contre tous ceux qui osent présenter, en opposition aux erreurs établies, les enseignements clairs et directs de la parole de Dieu. « Qui sont ces prédicateurs de nouvelles doctrines ? s’écrient ceux qui désirent une religion populaire. «Ils sont ignorants, peu nombreux et de la classe la plus pauvre. Pourtant, ils prétendent détenir la vérité et être le peuple élu de Dieu. Ils sont ignorants et trompés. Combien nos dénominations sont supérieures en nombre et en influence ! Combien y a-t-il d’hommes grands et savants dans nos églises ! Combien plus de pouvoir est de notre côté ! Ce sont les arguments qui ont une influence révélatrice sur le monde ; mais elles ne sont pas plus concluantes aujourd’hui qu’au temps du réformateur. {4SP 122.3}
La Réforme ne s’est pas terminée, comme beaucoup le supposent, avec Luther. Elle doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’histoire de ce monde. Luther avait un grand travail à faire en reflétant aux autres la lumière que Dieu avait permis de briller sur lui ; pourtant il n’a pas reçu toute la lumière qui devait être donnée au monde. Depuis ce temps-là, une nouvelle lumière a continuellement brillé sur les Écritures et de nouvelles vérités se sont constamment dévoilées. {4SP 123.1}
L’adresse du légat fit une profonde impression sur la Diète. Il n’y avait pas de Luther présent, avec les vérités claires et convaincantes de la parole de Dieu, pour vaincre le champion papal. Aucune tentative n’a été faite pour défendre le réformateur. Il y avait manifeste une impulsion générale pour extirper l’hérésie luthérienne de l’empire. Rome avait joui de l’occasion la plus favorable pour défendre sa cause. Le plus grand de ses orateurs avait parlé. Tout ce qu’elle pouvait dire dans sa propre justification avait été dit. Mais la victoire apparente était le signal de la défaite. Désormais, le contraste entre la vérité et l’erreur serait plus clair, car ils devraient entrer en campagne dans une guerre ouverte. Jamais à partir de ce jour-là Rome n’aurait été aussi sûre qu’elle l’avait été. {4SP 123.2}
La majorité de l’assemblée était prête à sacrifier Luther aux exigences du pape ; mais beaucoup d’entre eux ont vu et déploré la dépravation existante dans l’église, et ont souhaité la suppression des abus subis par le peuple allemand en conséquence de la corruption et de la cupidité de Rome. Le légat avait présenté la règle papale sous le jour le plus favorable. Maintenant, le Seigneur demanda à un membre de la Diète de donner une véritable description des effets de la tyrannie papale. Avec une noble fermeté, le duc Georges de Saxe se leva dans cette assemblée princière, et précisa avec une exactitude terrible les déceptions et les abominations du papisme, et leurs terribles résultats. En terminant, il a dit : – {4SP 123.3}
“Ce ne sont là que quelques-uns des abus qui crient contre Rome pour obtenir réparation. Toute honte est écartée, et un seul objet poursuivi sans cesse : l’argent ! toujours de l’argent ! de sorte que les hommes mêmes dont le devoir est d’enseigner la vérité, ne prononcent que des mensonges, et sont non seulement tolérés mais récompensés ; parce que plus leurs mensonges sont grands, plus grands sont leurs gains. C’est la source immonde d’où jaillissent tant de courants corrompus de toutes parts. La débauche et l’avarice vont de pair. Hélas! c’est le scandale causé par le clergé qui plonge tant de pauvres âmes dans une perdition éternelle. Une réforme en profondeur doit être effectuée. {4SP 124.1}
Une dénonciation plus habile et plus énergique des abus papaux n’aurait pas pu être faite par Luther lui-même ; et le fait que l’orateur était un ennemi déterminé du réformateur, a donné une plus grande influence à ses paroles. {4SP 124.2}
Si les yeux de l’assemblée avaient été ouverts, ils auraient vu des anges de Dieu au milieu d’eux, répandant des rayons de lumière à travers les ténèbres de l’erreur et ouvrant les esprits et les cœurs à la réception de la vérité. C’était la puissance du Dieu de vérité et de sagesse qui contrôlait même les adversaires de la Réforme et préparait ainsi la voie à la grande œuvre qui allait s’accomplir. Martin Luther n’était pas présent ; mais la voix d’un plus grand que Luther avait été entendue dans cette assemblée. {4SP 124.3}
Le conseil demanda alors la comparution du réformateur devant eux. Malgré les instances, les protestations et les menaces d’Aléandre, l’empereur finit par consentir, et Luther fut sommé de comparaître devant la diète. Avec la sommation a été émis un sauf-conduit, assurant son retour dans un lieu sûr. Ceux-ci furent portés à Wittemberg par un héraut chargé de le conduire à Worms. {4SP 125.1}
Les amis de Luther étaient terrifiés et affligés. Connaissant les préjugés et l’inimitié dont il était l’objet, ils craignaient que même son sauf-conduit ne fût respecté, et ils le suppliaient de ne pas mettre sa vie en péril. Il répondit : « Les papistes ont peu envie de me voir à Worms, mais ils aspirent à ma condamnation et à ma mort. Cela n’a pas d’importance. Ne priez pas pour moi, mais pour la parole de Dieu. . . . Christ me donnera son Esprit pour vaincre ces ministres de Satan. je les méprise pendant que je vis; Je triompherai d’eux par ma mort. Ils sont occupés à Worms à me forcer à me rétracter. Ma rétractation sera celle-ci : j’ai dit autrefois que le pape était le vicaire du Christ ; maintenant je dis qu’il est l’adversaire du Seigneur et l’apôtre du diable. {4SP 125.2}
Luther ne devait pas faire seul son périlleux voyage. Outre le messager impérial, trois de ses amis les plus fidèles décidèrent de l’accompagner. Une multitude d’étudiants et de citoyens, à qui l’évangile était précieux, lui firent leurs adieux en pleurant, en partant. Ainsi le réformateur et ses compagnons partirent de Wittemberg. {4SP 125.3}
Pendant le voyage, ils virent que l’esprit des gens était oppressé par de sombres pressentiments. Dans certaines villes, aucun honneur ne leur a été décerné. Alors qu’ils s’arrêtaient pour la nuit, un prêtre ami exprima ses craintes en brandissant devant Luther le portrait d’un réformateur italien qui avait subi le martyre pour la vérité. Le lendemain, ils apprirent que les écrits de Luther avaient été condamnés à Worms. Des messagers impériaux proclamaient le décret de l’empereur et pressaient tous les hommes d’apporter aux magistrats les ouvrages proscrits. Le héraut, alarmé, demanda au réformateur s’il voulait encore avancer. Il répondit : « Je continuerai, quoique je sois interdit dans toutes les villes. » {4SP 126.1}
A Erfurth, Luther fut reçu avec honneur. Entouré d’une foule admirative, il pénétra dans la ville où, dans ses premières années, il mendiait souvent un morceau de pain. Il a été invité à prêcher. Cela lui avait été interdit de faire; mais le héraut donna son consentement, et le moine dont le devoir était autrefois d’ouvrir les portes et de balayer les allées, monta maintenant en chaire, tandis que le peuple écoutait ses paroles comme ensorcelé. Le pain de vie a été rompu pour ces âmes affamées. Christ a été élevé devant eux comme au-dessus des papes, des légats, des empereurs et des rois. Luther n’a fait aucune référence à sa propre position périlleuse. Il ne cherchait pas à se faire l’objet de réflexion ou de sympathie. Dans la contemplation du Christ, il s’était perdu de vue. Il se cache derrière l’Homme du Calvaire, cherchant seulement à présenter Jésus comme le Rédempteur du pécheur. {4SP 126.2}
Au fur et à mesure que le réformateur poursuivait son voyage, il était partout considéré avec un grand intérêt. Une multitude avide se pressait autour de lui ; et des voix amicales l’avertirent du but des Romanistes. « Vous serez brûlé vif, dirent-ils, et votre corps sera réduit en cendres, comme le fut celui de Jean Hus. Luther répondit : « S’ils allumaient un feu de Worms à Wittemberg, dont les flammes s’élèveraient jusqu’au ciel, je le traverserais au nom du Seigneur et je me tiendrais devant eux ; J’entrerais dans les mâchoires de ce mastodonte et lui briserais les dents, confessant le Seigneur Jésus-Christ. {4SP 127.1}
La nouvelle de son approche de Worms a créé une grande agitation. Ses amis tremblaient pour sa sécurité ; ses ennemis craignaient pour le succès de leur cause. Des efforts acharnés ont été faits pour le dissuader d’entrer dans la ville. Les papistes le pressèrent de se rendre au château d’un chevalier ami, où, déclaraient-ils, toutes les difficultés pouvaient être réglées à l’amiable. Les avocats de la vérité s’efforçaient d’exciter ses craintes en décrivant les dangers qui le menaçaient. Tous leurs efforts ont échoué. Luther, toujours inébranlable, déclara : “Quand il y aurait autant de démons à Worms qu’il y a de tuiles sur ses toits, j’entrerais.” {4SP 127.2}
A son arrivée à Worms, la foule qui se presse aux portes pour l’accueillir est encore plus nombreuse qu’à l’entrée publique de l’empereur lui-même. L’excitation était intense, et du milieu de la foule une voix aiguë et plaintive chantait un chant funèbre, comme un avertissement à Luther du sort qui l’attendait. – Dieu me défendra, dit-il en descendant de voiture. {4SP 127.3}
L’empereur convoqua aussitôt son conseil pour examiner la marche à suivre vis-à-vis de Luther. L’un des évêques, un papiste rigide, a déclaré : « Nous avons longtemps consulté à ce sujet. Que Votre Majesté se débarrasse de cet homme immédiatement. Sigismond n’a-t-il pas amené Jean Huss au bûcher ? Nous ne sommes tenus ni de donner ni d’observer le sauf-conduit d’un hérétique. « Pas ainsi, » a dit l’empereur ; “nous devons tenir notre promesse.” Il fut donc décidé que le réformateur serait entendu. {4SP 127.4}
Toute la ville était impatiente de voir cet homme remarquable, et il n’avait joui que de quelques heures de repos lorsque nobles, chevaliers, prêtres et citoyens se rassemblèrent autour de lui. Même ses ennemis marquaient son allure ferme et courageuse, l’expression bienveillante et joyeuse de son visage, l’élévation solennelle et le profond sérieux qui donnaient à ses paroles une puissance irrésistible. Certains étaient convaincus qu’une influence divine l’accompagnait ; d’autres ont déclaré, comme l’avaient fait les pharisiens concernant le Christ, “Il a un démon.” {4SP 128.1}
Le lendemain, Luther est convoqué à la Diète. Un officier impérial fut nommé pour le conduire à la salle d’audience ; pourtant c’est avec difficulté qu’il atteint l’endroit. Toutes les avenues étaient encombrées de spectateurs impatients de voir le moine qui avait osé résister à l’autorité du pape. {4SP 128.2}
Comme il allait entrer en présence de ses juges, un vieux général, héros de bien des batailles, lui dit gentiment : « Pauvre moine ! pauvre moine ! tu vas maintenant prendre une position plus noble que moi, ou que n’importe quel autre capitaine, ai jamais prise dans nos batailles les plus sanglantes. Mais si ta cause est juste et que tu en es sûr, avance au nom de Dieu et ne crains rien ! Il ne t’abandonnera pas. {4SP 128.3}
Enfin Luther se tint devant le concile. L’empereur occupait le trône. Il était entouré des personnages les plus illustres de l’empire. Jamais homme ne s’était présenté en présence d’une assemblée plus imposante que celle devant laquelle Martin Luther devait répondre de sa foi. {4SP 129.1}
Le fait même de cette apparition était une victoire éclatante pour la vérité. Qu’un homme que le pape avait condamné soit jugé par un autre tribunal, c’était pratiquement une négation de l’autorité suprême du pontife. Le réformateur, mis au ban et dénoncé par le pape de la société humaine, s’était vu assurer la protection et avait été entendu par les plus hauts dignitaires de la nation. Rome lui avait ordonné de se taire ; mais il était sur le point de parler en présence de milliers de personnes de toutes les parties de la chrétienté. {4SP 129.2}
En présence de cette assemblée puissante et titrée, le réformateur d’humble naissance semblait intimidé et embarrassé. Plusieurs des princes, observant son émotion, s’approchèrent de lui, et l’un d’eux murmura : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l’âme. Un autre dit : « Quand vous serez amenés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi, il vous sera donné, par l’Esprit de votre Père, ce que vous direz. Ainsi, les paroles du Christ ont été apportées par les grands hommes du monde pour fortifier son serviteur à l’heure de l’épreuve. {4SP 129.3}
Luther a été conduit à une position directement devant le trône de l’empereur. Un profond silence tomba sur l’assemblée nombreuse. Alors un officier impérial se leva et, montrant une collection d’écrits de Luther, demanda au réformateur de répondre à deux questions, s’il les reconnaissait comme siennes, et s’il proposait de rétracter les opinions qu’il y avait avancées. Luther répondit qu’à la première question, il reconnaissait que les livres étaient les siens. « Quant à la seconde, dit-il, étant donné qu’il s’agit d’une question qui concerne la foi, le salut des âmes et la parole de Dieu, qui est le plus grand et le plus précieux trésor soit au ciel, soit sur la terre, il serait téméraire et périlleux pour moi de répondre sans réfléchir. Je pourrais affirmer moins que les circonstances ne l’exigent, ou plus que la vérité ne l’exige ; dans les deux cas, je devrais tomber sous la sentence du Christ : « Quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant le Père qui est dans les cieux. C’est pourquoi je supplie Votre Majesté Impériale, en toute humilité, de me laisser du temps, afin que je puisse répondre sans offenser la parole de Dieu. {4SP 129.4}
En faisant cette demande, Luther a agi avec sagesse. Son parcours convainquit l’assemblée qu’il n’agissait pas par passion ou par impulsion. Un tel calme et une telle maîtrise de soi, inattendus chez celui qui s’était montré audacieux et intransigeant, ajoutaient à sa puissance, et lui permettaient ensuite de répondre avec une prudence, une décision, une sagesse et une dignité qui surprenaient et déçevaient ses adversaires, et réprimandaient leurs l’insolence et l’orgueil. {4SP 130.1}
Le lendemain, il devait comparaître pour rendre sa seconde réponse. Pendant un moment, son cœur se serra en lui alors qu’il contemplait les forces qui s’unissaient contre la vérité. Sa foi a faibli alors que ses ennemis semblaient se multiplier devant lui et que les puissances des ténèbres prévalaient. Des nuages ​​s’amoncelaient autour de lui et semblaient le séparer de Dieu. Il aspirait à l’assurance que le Seigneur des armées serait avec lui. Dans l’angoisse de l’esprit, il se jeta le visage contre terre et poussa ces cris brisés et déchirants que nul autre que Dieu ne peut pleinement comprendre. Dans son impuissance, son âme s’est attachée au Christ, le puissant libérateur. Ce n’était pas pour sa propre sécurité, mais pour le succès de la vérité, qu’il luttait avec Dieu ; et il a prévalu. Il fut fortifié de l’assurance qu’il ne comparaîtrait pas seul devant le concile. La paix revint dans son âme et il se réjouit d’avoir été autorisé à soutenir et à défendre la parole de Dieu devant les dirigeants de la nation. Une providence toute sage avait permis à Luther de se rendre compte de son péril, afin qu’il ne pût se fier à sa propre force et à sa sagesse, et se précipiter présomptueusement dans le danger. Dieu préparait son serviteur pour la grande œuvre qui l’attendait. {4SP 130.2}
Comme le moment de son apparition approchait, Luther s’approcha d’une table sur laquelle reposaient les Saintes Écritures, posa sa main gauche sur le volume sacré, et, levant sa main droite vers le ciel, il fit le vœu d’adhérer constamment à l’Évangile et de confesser librement sa foi, même s’il devait être appelé à sceller son témoignage de son sang. {4SP 131.1}
Lorsqu’il fut de nouveau introduit en présence de la Diète, son visage ne portait aucune trace de peur ou d’embarras. Calme et paisible, mais d’une grande bravoure et noblesse, il était le témoin de Dieu parmi les grands de la terre. L’officier impérial demanda maintenant sa décision quant à savoir s’il désirait revenir sur ses doctrines. Luther répondit d’un ton bas et humble, sans violence ni passion. Son attitude était timide et respectueuse ; pourtant il manifesta une confiance et une joie qui surprirent l’assemblée. {4SP 131.2}
Il a déclaré que ses œuvres publiées n’étaient pas toutes du même caractère. Dans quelques-uns, il avait traité de la foi et des bonnes œuvres, et même ses ennemis les déclaraient non seulement inoffensives, mais profitables. Les rétracter serait condamner des vérités que tous les partis ont avoués. La deuxième classe consistait en des écrits exposant les corruptions et les abus de la papauté. Révoquer ces œuvres renforcerait la tyrannie de Rome et ouvrirait une porte plus large à de nombreuses et grandes impiétés. Dans la troisième classe de ses livres, il avait attaqué des individus qui avaient défendu des maux existants. A ce propos, il avoua librement qu’il avait été plus violent qu’il ne le convenait. Il n’a pas prétendu être exempt de faute; mais même ces livres, il ne pouvait pas les révoquer, car une telle conduite enhardirait les ennemis de la vérité, et ils prendraient alors l’occasion d’écraser le peuple de Dieu avec une cruauté encore plus grande. {4SP 132.1}
« Mais comme je ne suis qu’un homme et non Dieu, poursuivit-il, je me défendrai comme l’a fait le Christ, qui a dit : ‘Si j’ai dit du mal, rends témoignage du mal.’ Par la miséricorde de Dieu, j’implore votre majesté impériale, ou tout autre qui pourra, quel qu’il soit, de me prouver par les écrits des prophètes que je suis dans l’erreur. Dès que je serai convaincu, je rétracterai à l’instant toutes mes erreurs, et je serai le premier à jeter mes livres au feu. Ce que je viens de dire montrera que j’ai considéré et pesé les dangers auxquels je m’expose ; mais loin d’en être consterné, je me réjouis extrêmement de voir l’évangile aujourd’hui, comme jadis, une cause de trouble et de dissension. C’est le caractère, le destin de la parole de Dieu. Le Christ a dit : ‘Je ne suis pas venu pour envoyer la paix, mais l’épée.’ Dieu est merveilleux et terrible dans ses conseils. Gardons-nous de craindre que, dans nos efforts pour arrêter les discordes, nous ne nous trouvions en train de lutter contre la sainte parole de Dieu, et que nous ne fassions tomber sur nos têtes un affreux déluge de dangers inextricables, de désastres présents et de désolations éternelles. . . . Je pourrais citer des exemples tirés des oracles de Dieu. Je pourrais parler des pharaons, des rois de Babylone ou d’Israël, qui n’ont jamais plus contribué à leur propre ruine que lorsque, par des mesures en apparence des plus prudentes, ils ont cru asseoir leur autorité. Dieu “déplace les montagnes, et ils ne le savent pas”. {4SP 132.2} des rois de Babylone ou d’Israël, qui n’ont jamais plus contribué à leur propre ruine que lorsque, par des mesures en apparence des plus prudentes, ils ont cru asseoir leur autorité. Dieu “déplace les montagnes, et ils ne le savent pas”. {4SP 132.2} des rois de Babylone ou d’Israël, qui n’ont jamais plus contribué à leur propre ruine que lorsque, par des mesures en apparence des plus prudentes, ils ont cru asseoir leur autorité. Dieu “déplace les montagnes, et ils ne le savent pas”. {4SP 132.2}
Luther avait parlé en allemand ; on lui demandait maintenant de répéter les mêmes mots en latin. Bien qu’épuisé par l’effort précédent, il s’exécuta et prononça de nouveau son discours, avec la même clarté et la même énergie qu’au premier. La providence de Dieu a dirigé cette affaire. L’esprit de beaucoup de princes était tellement aveuglé par l’erreur et la superstition qu’au premier accouchement ils ne virent pas la force du raisonnement de Luther ; mais la répétition leur a permis de bien percevoir les points présentés. {4SP 133.1}
Ceux qui obstinément fermaient les yeux à la lumière, et décidaient de ne pas être convaincus de la vérité, étaient furieux contre la puissance des paroles de Luther. Comme il cessait de parler, le porte-parole de la Diète dit avec colère : « Vous n’avez pas répondu à la question. Une réponse claire et expresse est exigée. Allez-vous ou ne voulez-vous pas vous rétracter ? {4SP 133.2}
Le Réformateur répondit : « Puisque votre majesté très sereine et les princes demandent une réponse simple, je la donnerai ainsi : A moins que je ne sois convaincu par des preuves tirées de l’Ecriture ou par une raison évidente (car je ne crois ni aux papes ni aux conciles, puisqu’ils se sont souvent trompés et se sont contredits), je ne peux qu’adhérer à la parole de Dieu, qui possède ma conscience. Je ne peux ni ne ferai jamais de rétractation, car il n’est ni sûr ni honnête d’agir contre la conscience. Ici, je prends position; Je ne peux pas faire autrement. Dieu soit mon aide ! Amen.” {4SP 133.3}
Ainsi se tenait cet homme juste, sur le fondement sûr de la parole de Dieu. La lumière du Ciel éclairait son visage. Sa grandeur et sa pureté de caractère, sa paix et sa joie de cœur se sont manifestées à tous lorsqu’il a témoigné contre le pouvoir de l’erreur et témoigné de la supériorité de cette foi qui triomphe du monde. {4SP 134.1}
Toute l’assemblée resta un moment muette d’étonnement. L’empereur lui-même et de nombreux princes étaient frappés d’admiration. Les partisans de Rome avaient été vaincus ; leur cause apparaissait sous le jour le plus défavorable. Ils cherchaient à maintenir leur pouvoir, non en faisant appel aux Ecritures, mais en recourant aux menaces, l’argument indéfectible de Rome. Le porte-parole de la Diète a déclaré: “Si vous ne vous rétractez pas, l’empereur et les États de l’empire examineront comment traiter un hérétique obstiné.” {4SP 134.2}
Les amis de Luther, qui avaient écouté avec une grande joie sa noble défense, tremblèrent à ces paroles ; mais le médecin lui-même dit calmement : « Que Dieu soit mon aide ! car je ne puis rien rétracter. {4SP 134.3}
Il se tenait ferme comme un roc, tandis que les flots les plus féroces de la puissance mondaine battaient sans danger contre lui. L’énergie simple de ses paroles, son allure intrépide, son œil calme et parlant et la détermination inaltérable exprimée dans chaque mot et chaque acte ont fait une profonde impression sur l’assemblée. Il était évident qu’il ne pouvait être amené, ni par des promesses ni par des menaces, à céder au mandat de Rome. {4SP 134.4}
Les chefs papistes étaient chagrinés que leur pouvoir, qui avait fait trembler les rois et les nobles, fût ainsi méprisé par un humble moine ; ils aspiraient à lui faire ressentir leur colère en torturant sa vie. Mais Luther, comprenant son danger, avait parlé à tous avec une dignité et un calme chrétiens. Ses paroles étaient exemptes d’orgueil, de passion et de fausses déclarations. Il perdit de vue lui-même et les grands hommes qui l’entouraient, et se sentit seulement en présence d’Un infiniment supérieur aux papes, aux prélats, aux rois et aux empereurs. Le Christ avait parlé à travers le témoignage de Luther avec une puissance et une grandeur qui, pour l’époque, inspiraient respect et émerveillement à la fois amis et ennemis. L’Esprit de Dieu avait été présent dans ce conseil, impressionnant le cœur des chefs de l’empire. Plusieurs des princes reconnurent ouvertement la justice de la cause de Luther. Beaucoup étaient convaincus de la vérité ; mais chez quelques-uns les impressions reçues n’ont pas duré. Il y avait une autre classe qui, à l’époque, n’exprimait pas ses convictions, mais qui, après avoir sondé les Écritures pour elle-même, se déclara plus tard avec une grande audace pour la Réforme. {4SP 135.1}
L’électeur Frédéric avait attendu avec anxiété la comparution de Luther devant la diète, et avec une profonde émotion il écoutait son discours. Il se réjouissait du courage, de la fermeté et de l’aplomb du médecin, et était fier d’être son protecteur. Il opposait les partis en concurrence et vit que la sagesse des papes, des rois et des prélats avait été réduite à néant par le pouvoir de la vérité. La papauté avait subi une défaite qui se ferait sentir parmi toutes les nations et à toutes les époques. {4SP 135.2}
Lorsque le légat perçut l’effet produit par le discours de Luther, il craignit, comme jamais auparavant, pour la sécurité du pouvoir romain, et résolut d’employer tous les moyens à sa disposition pour effectuer le renversement du réformateur. Avec toute l’éloquence et l’habileté diplomatique qui le distinguaient si éminemment, il représenta au jeune empereur la folie et le danger de sacrifier, à la cause d’un moine insignifiant, l’amitié et l’appui du puissant siège de Rome. {4SP 136.1}
Ses propos ne sont pas restés sans effet. Au lendemain de la réponse de Luther, Charles Quint fait présenter à la Diète un message annonçant sa volonté de poursuivre la politique de ses prédécesseurs de maintenir et de protéger la religion catholique. Puisque Luther avait refusé de renoncer à ses erreurs, les mesures les plus vigoureuses devaient être employées contre lui et contre les hérésies qu’il enseignait. Néanmoins, le sauf-conduit qui lui a été accordé doit être respecté et, avant que des poursuites ne puissent être engagées contre lui, il doit être autorisé à regagner son domicile en toute sécurité. {4SP 136.2}
“Je suis fermement résolu à marcher sur les traces de mes ancêtres”, a écrit le monarque. Il avait décidé qu’il ne sortirait pas du chemin de la coutume, même pour marcher dans les voies de la vérité et de la justice. Parce que ses pères l’ont fait, il soutiendrait la papauté, avec toute sa cruauté et sa corruption. Ainsi, il a pris sa position, refusant d’accepter toute lumière avant ce que ses pères avaient reçu, ou d’accomplir tout devoir qu’ils n’avaient pas accompli. {4SP 136.3}
Il semblait estimer qu’un changement de vues religieuses serait incompatible avec la dignité d’un roi. Ils sont nombreux aujourd’hui à s’accrocher ainsi aux us et coutumes de leurs pères. Lorsque le Seigneur leur envoie une lumière supplémentaire, ils refusent de l’accepter, car, n’ayant pas été accordée à leurs pères, elle n’a pas été reçue par eux. Nous ne sommes pas placés là où étaient nos pères ; par conséquent, nos devoirs et nos responsabilités ne sont pas les mêmes que les leurs. Nous ne serons pas approuvés par Dieu en regardant à l’exemple de nos pères pour déterminer notre devoir au lieu de rechercher la parole de vérité pour nous-mêmes. Notre responsabilité est plus grande que ne l’était celle de nos ancêtres. Nous sommes responsables de la lumière qu’ils ont reçue et qui nous a été transmise en héritage, et nous sommes également responsables de la lumière supplémentaire qui brille maintenant sur nous à partir de la parole de Dieu. {4SP 137.1}
Le Christ a dit au sujet des Juifs incrédules : « Si je n’étais pas venu et ne leur avais pas parlé, ils n’auraient pas eu de péché ; mais maintenant ils n’ont plus de manteau pour leur péché. [Jean 15:22] La même puissance divine avait parlé par Luther à l’empereur et aux princes d’Allemagne. Et comme la lumière jaillissait de la parole de Dieu, son Esprit a plaidé pour la dernière fois avec beaucoup dans cette assemblée. Comme Pilate, des siècles auparavant, avait permis à l’orgueil et à la popularité de fermer son cœur au Rédempteur du monde ; comme Félix tremblant ordonnait au messager de la vérité : « Va-t’en pour cette fois ; quand j’aurai une saison convenable, je t’appellerai; comme l’orgueilleux Agrippa l’a avoué, “Tu me persuades presque d’être chrétien”, mais s’est détourné du message envoyé par le ciel, – ainsi Charles Quint, cédant aux préceptes de l’orgueil et de la politique mondains, avait décidé de rejeter la lumière de la vérité . {4SP 137.2}
Plusieurs partisans du pape demandent que le sauf-conduit de Luther ne soit pas respecté. « Le Rhin, disaient-ils, devrait recevoir ses cendres, comme il a reçu celles de Jean Huss il y a un siècle. Les rumeurs des desseins contre Luther ont été largement diffusées, provoquant une grande agitation dans toute la ville. Le réformateur s’était fait beaucoup d’amis qui, connaissant la perfide cruauté de Rome envers tous ceux qui osaient exposer ses corruptions, résolurent de ne pas le sacrifier. Des centaines de nobles se sont engagés à le protéger. Bon nombre d’entre eux ont ouvertement dénoncé le message royal comme témoignant d’une faible soumission au pouvoir de contrôle de Rome. Aux grilles des maisons et dans les places publiques, des pancartes sont affichées, les unes condamnant, les autres soutenant Luther. Sur l’une d’elles étaient écrites simplement les paroles significatives du sage : « Malheur à toi, ô terre, quand ton roi est un enfant. L’enthousiasme populaire en faveur de Luther dans toute l’Allemagne convainquit à la fois l’empereur et la Diète que toute injustice qui lui serait manifestée mettrait en danger la paix de l’empire, voire la stabilité du trône. {4SP 138.1}
Frédéric de Saxe gardait une réserve étudiée, dissimulant soigneusement ses vrais sentiments envers le réformateur, tout en le gardant avec une vigilance infatigable, surveillant tous ses mouvements et tous ceux de ses ennemis. Mais nombreux étaient ceux qui n’essayaient pas de dissimuler leur sympathie. Des princes, des chevaliers, des gentilshommes, des ecclésiastiques et des gens ordinaires entouraient les logements de Luther, entrant et le regardant comme s’il était plus qu’humain. Même ceux qui le croyaient dans l’erreur ne pouvaient qu’admirer cette noblesse d’âme qui le portait à mettre sa vie en péril plutôt qu’à violer sa conscience. {4SP 138.2}
Des efforts sérieux ont été faits pour obtenir le consentement de Luther à un compromis avec Rome. Nobles et princes lui représentèrent que s’il s’obstinait à opposer son propre jugement à celui de l’Église et des conciles, il serait bientôt banni de l’empire, et alors n’aurait plus de défense. A cet appel, Luther répondit : « Il est impossible de prêcher l’Evangile du Christ sans offense. Pourquoi donc la crainte du danger m’éloignerait-elle du Seigneur et de cette parole divine qui seule est la vérité ? Non; Je préférerais abandonner mon corps, mon sang et ma vie. {4SP 139.1}
De nouveau, on le pressa de se soumettre au jugement de l’empereur, et alors il n’aurait rien à craindre. « Je consens, dit-il en réponse, de tout mon cœur, que l’empereur, les princes, et même le plus humble chrétien, examinent et jugent mes écrits ; mais à une condition, qu’ils prennent la parole de Dieu pour guide. Les hommes n’ont rien d’autre à faire que d’obéir à cela. Ma conscience dépend de cette parole et je suis le sujet de son autorité. {4SP 139.2}
À un autre appel, il dit : « Je consens à renoncer à mon sauf-conduit et à remettre ma personne et ma vie à la disposition de l’empereur ; mais quant à la parole de Dieu, jamais ! Il a déclaré sa volonté de se soumettre à la décision d’un conseil général, mais seulement à condition que le conseil soit tenu de décider selon les Écritures. Amis et ennemis étaient enfin convaincus que de nouveaux efforts de réconciliation seraient inutiles. {4SP 139.3}
Si le réformateur avait cédé un seul point, Satan et ses armées auraient remporté la victoire. Mais sa fermeté inébranlable était le moyen d’émanciper l’église et de commencer une ère nouvelle et meilleure. L’influence de ce seul homme, qui osa penser et agir par lui-même en matière religieuse, devait affecter l’Église et le monde, non seulement à son époque, mais dans toutes les générations futures. Sa fermeté et sa fidélité fortifieraient tous, jusqu’à la fin des temps, ceux qui traverseraient une expérience semblable. La puissance et la majesté de Dieu s’élevaient au-dessus des conseils des hommes, au-dessus de la puissance puissante de Satan. {4SP 140.1}
Luther fut bientôt commandé par l’autorité de l’empereur de rentrer chez lui, et il savait que cet avis serait bientôt suivi de sa condamnation. Des nuages ​​menaçants surplombaient son chemin ; mais en quittant Worms, son cœur était rempli de joie et de louanges. « Satan lui-même, disait-il, gardait la citadelle du pape ; mais Christ y a fait une large brèche, et le diable a été obligé de confesser que Christ est plus puissant que lui. Au cours de ce voyage, le réformateur reçut les attentions les plus flatteuses de toutes les classes. Les dignitaires de l’église ont accueilli le moine sur lequel reposait la malédiction du pape, et les officiers séculiers ont honoré l’homme qui était sous le ban de l’empire. {4SP 140.2}
Il n’avait pas été longtemps absent de Worms, lorsque les papistes obtinrent de l’empereur un édit contre lui. Dans ce décret, Luther était dénoncé comme « Satan lui-même sous l’apparence d’un homme portant une cagoule de moine ». Il fut ordonné qu’aussitôt que son sauf-conduit expirerait, des mesures seraient prises pour arrêter son travail. Il était interdit à toute personne de l’héberger, de lui donner à manger ou à boire, ou par parole ou acte, en public ou en privé, de l’aider ou de l’encourager. Il devait être saisi où qu’il fût et livré aux autorités. Ses adhérents devaient également être emprisonnés et leurs biens confisqués. Ses écrits devaient être détruits, et enfin, tous ceux qui oseraient agir contrairement à ce décret étaient inclus dans sa condamnation. L’empereur avait parlé, et la Diète avait donné sa sanction au décret. Les romanistes jubilaient. Maintenant, ils considéraient le sort de la Réforme scellé. {4SP 140.3}
Dieu avait prévu un moyen d’évasion pour son serviteur en cette heure de péril. Un œil vigilant avait suivi les mouvements de Luther, et un cœur vrai et noble s’était résolu à le sauver. Il était évident que Rome ne se contenterait de rien de moins que sa mort ; ce n’est que par la dissimulation qu’il pouvait être préservé de la gueule du lion. Dieu a donné la sagesse à Frédéric de Saxe pour concevoir un plan pour la préservation du réformateur. Avec la coopération de vrais amis, le dessein de l’électeur fut réalisé, et Luther fut effectivement caché à ses amis et à ses ennemis. Lors de son voyage de retour, il fut saisi, séparé de ses serviteurs et transporté à la hâte à travers les forêts jusqu’au château de Wartburg, une forteresse de montagne isolée. Sa saisie et sa dissimulation étaient si mystérieuses que même Frédéric lui-même ne sut longtemps où il avait été conduit. Cette ignorance n’était pas sans dessein : tant que l’électeur ignorait où se trouvait Luther, il ne pouvait rien révéler. Il s’est assuré que le réformateur était en sécurité, et avec cette connaissance, il était content. {4SP 141.1}
Le printemps, l’été et l’automne passèrent, et l’hiver vint, et Luther resta toujours prisonnier. Aleander et ses partisans se sont réjouis que la lumière de l’évangile semble sur le point de s’éteindre. Mais au lieu de cela, le réformateur remplissait sa lampe du magasin de la vérité, pour briller en temps voulu d’un éclat plus brillant. {4SP 142.1}
Dans la sécurité amicale de la Wartburg, Luther se réjouit pendant un certain temps d’être libéré de la chaleur et de l’agitation de la bataille. Mais il ne put trouver longtemps satisfaction dans le calme et le repos. Habitué à une vie d’activité et de conflits sévères, il supportait mal de rester inactif. En ces jours solitaires, l’état de l’église s’est dressé devant lui, et il s’est écrié de désespoir : « Hélas ! il n’y a personne en ce dernier jour de sa colère pour se dresser comme une muraille devant l’Éternel et sauver Israël ! Encore une fois, ses pensées revinrent à lui-même et il craignit d’être accusé de lâcheté en se retirant du concours. Puis il se reprocha son indolence et son indulgence. Pourtant, en même temps, il accomplissait chaque jour plus qu’il ne semblait possible à un seul homme de faire. Sa plume ne chômait jamais. Tandis que ses ennemis se flattaient qu’il était réduit au silence, ils étaient étonnés et troublés par la preuve tangible qu’il était toujours actif. Une foule de tracts, sortis de sa plume, circulaient dans toute l’Allemagne. Il a également rendu un service des plus importants à ses compatriotes en traduisant le Nouveau Testament en langue allemande. De son Patmos rocailleux, il a continué pendant presque une année entière à proclamer l’évangile et à réprimander les péchés et les erreurs de l’époque. {4SP 142.2}
Mais ce n’était pas seulement pour préserver Luther de la colère de ses ennemis, ni même pour lui accorder un temps de repos pour ces importants travaux, que Dieu avait retiré son serviteur de la scène de la vie publique. Il y avait des résultats plus précieux que ceux-là à obtenir. Dans la solitude et l’obscurité de sa retraite montagnarde, Luther était éloigné des appuis terrestres et exclu des louanges humaines. Il a ainsi été sauvé de l’orgueil et de la confiance en soi qui sont si souvent causés par le succès. Par la souffrance et l’humiliation, il était de nouveau prêt à marcher en toute sécurité sur les hauteurs vertigineuses auxquelles il avait été si soudainement exalté. {4SP 143.1}
Tandis que les hommes se réjouissent de la liberté que leur apporte la vérité, ils sont enclins à glorifier ceux que Dieu a employés pour briser les chaînes de l’erreur et de la superstition. Satan cherche à détourner de Dieu les pensées et les affections des hommes et à les fixer sur les agents humains ; honorer le simple instrument, et ignorer la Main qui dirige tous les événements de la providence. Trop souvent, les chefs religieux qui sont ainsi loués et vénérés perdent de vue leur dépendance à l’égard de Dieu et sont amenés à avoir confiance en eux-mêmes. En conséquence, ils cherchent à contrôler les esprits et les consciences des gens, qui sont disposés à se tourner vers eux pour être guidés au lieu de se tourner vers la parole de Dieu. L’œuvre de réforme est souvent retardée à cause de cet esprit indulgent chez ses partisans. De ce danger, Dieu garderait la cause de la Réforme. Il a désiré que le travail reçoive, pas l’empreinte de l’homme, mais celle de Dieu. Les yeux des hommes s’étaient tournés vers Luther comme exposant de la vérité ; il a été enlevé afin que tous les regards soient dirigés vers l’éternel Auteur de la vérité. {4SP 143.2}
Chapitre 8 . . . . . Progrès de la Réforme.
La disparition mystérieuse de Luther excita la consternation dans toute l’Allemagne. Des demandes de renseignements le concernant ont été entendues partout. Même ses ennemis étaient plus agités par son absence qu’ils n’auraient pu l’être par sa présence. Les rumeurs les plus folles ont circulé, et beaucoup ont cru qu’il avait été assassiné. Il y avait de grandes lamentations, non seulement par ses amis déclarés, mais par des milliers de personnes qui n’avaient pas ouvertement pris position avec la Réforme. Beaucoup se sont engagés par un serment solennel à venger sa mort. {4SP 144.1}
Les romanistes virent avec effroi à quel point le sentiment était monté contre eux. Bien qu’au début exultant de la mort supposée de Luther, ils désiraient maintenant se cacher de la colère du peuple. Ceux qui étaient furieux contre lui quand il était en fuite, étaient remplis de peur maintenant qu’il était en captivité. « Le seul moyen de nous en sortir », dit l’un, « est d’allumer nos torches et d’aller chercher Luther sur la terre, jusqu’à ce que nous puissions le rendre à une nation qui le possédera. L’édit de l’empereur semblait tomber impuissant. Les légats pontificaux furent remplis d’indignation en voyant qu’il attirait beaucoup moins d’attention que le sort de Luther. {4SP 144.2}
La nouvelle qu’il était sain et sauf, bien que prisonnier, calma les craintes du peuple, tout en suscitant encore plus son enthousiasme en sa faveur. Ses écrits étaient lus avec plus d’empressement que jamais. De plus en plus de personnes se sont jointes à la cause de l’homme héroïque qui avait, à de si terribles moments, défendu la parole de Dieu. La Réforme gagnait constamment en force. La semence que Luther avait semée germa partout. Son absence a accompli une œuvre que sa présence n’aurait pas accomplie. D’autres travailleurs se sentaient une nouvelle responsabilité, maintenant que leur grand chef avait été démis de ses fonctions. Avec une foi et une ardeur nouvelles, ils s’empressèrent de faire tout ce qui était en leur pouvoir, afin que l’œuvre si noblement commencée ne fût pas entravée. {4SP 145.1}
Mais Satan n’était pas inactif. Il a maintenant tenté ce qu’il a tenté dans tous les autres mouvements réformateurs, – tromper et détruire le peuple en lui refilant une contrefaçon à la place de la véritable œuvre. De même qu’il y avait de faux christs au premier siècle de l’Église chrétienne, de même il y eut de faux prophètes au seizième siècle. {4SP 145.2}
Quelques hommes, profondément touchés par l’agitation du monde religieux, s’imaginaient avoir reçu des révélations spéciales du Ciel, et prétendaient avoir été divinement chargés de mener à son terme la Réforme, mais faiblement commencée par Luther. En vérité, ils défaisaient l’œuvre même qu’il avait accomplie. Ils ont rejeté le principe fondamental de la Réforme, la parole de Dieu comme la règle tout-suffisante de la foi et de la pratique ; et à ce guide infaillible, ils ont substitué la norme changeante et incertaine de leurs propres sentiments et impressions. Par cet acte de mettre de côté le grand détecteur d’erreur et de mensonge, la voie a été ouverte à Satan pour contrôler les esprits comme il lui plaisait le mieux. {4SP 145.3}
L’un de ces prophètes prétendait avoir été instruit par l’ange Gabriel. Un étudiant qui s’est uni à lui a abandonné ses études, déclarant qu’il avait reçu de Dieu lui-même la capacité d’expliquer les Écritures. D’autres, naturellement enclins au fanatisme, se joignirent à eux. Les démarches de ces enthousiastes ne provoquaient pas peu d’excitation. La prédication de Luther avait éveillé partout le peuple à sentir la nécessité de la réforme, et maintenant quelques personnes vraiment honnêtes étaient trompées par les prétentions des nouveaux prophètes. {4SP 146.1}
Les chefs du mouvement se rendirent à Wittemberg et firent valoir leurs droits sur Melanchthon et ses collaborateurs. Ils dirent : « Nous sommes envoyés par Dieu pour instruire le peuple. Nous avons reçu des révélations spéciales de Dieu lui-même et savons donc ce qui va arriver. Nous sommes des apôtres et des prophètes, et appelons le docteur Luther quant à la vérité de ce que nous disons. {4SP 146.2}
Les réformés étaient étonnés et perplexes. C’était un élément tel qu’ils n’en avaient jamais rencontré auparavant, et ils ne savaient quelle voie suivre. Dit Melanchthon : « Il y a en effet des esprits d’une espèce non ordinaire dans ces hommes ; mais quels esprits ? « D’une part, gardons-nous d’éteindre l’Esprit de Dieu et, d’autre part, d’être séduits par l’esprit de Satan. {4SP 146.3}
Le fruit du nouvel enseignement devint bientôt apparent. Les esprits du peuple étaient détournés de la parole de Dieu, ou décidément prévenus contre elle. Les écoles étaient plongées dans la confusion. Les étudiants, refusant toute retenue, ont abandonné leurs études. Les hommes qui s’estimaient capables de relancer et de contrôler l’œuvre de la Réforme n’ont réussi qu’à la mener au bord de la ruine. Les romanistes regagnèrent alors leur confiance et s’exclamèrent avec joie : « Encore un effort, et tout sera à nous. {4SP 146.4}
Luther à la Wartburg, apprenant ce qui s’était passé, dit avec une profonde inquiétude : « J’ai toujours pensé que Satan nous enverrait ce fléau. Il perçut le vrai caractère de ces prétendus prophètes, et vit le danger qui menaçait la cause de la vérité. L’opposition du pape et de l’empereur ne lui avait pas causé autant de perplexité et de détresse qu’il en éprouvait maintenant. Des amis déclarés de la Réforme s’étaient élevés ses pires ennemis. Les vérités mêmes qui avaient apporté la paix à son cœur troublé avaient été la cause de dissension dans l’église. {4SP 147.1}
Dans l’œuvre de réforme, Luther avait été poussé en avant par l’Esprit de Dieu et porté au-delà de lui-même. Il n’avait pas l’intention de prendre des positions comme il l’a fait, ou de faire des changements aussi radicaux. Il n’avait été que l’instrument entre les mains d’un pouvoir infini. Pourtant, il tremblait souvent pour le résultat de son travail. Il avait dit un jour : « Si je savais que ma doctrine avait blessé un être humain, même pauvre et inconnu, ce qu’elle ne pourrait pas, car c’est l’évangile même, je préférerais affronter la mort dix fois plutôt que de ne pas la rétracter. ” {4SP 147.2}
Et maintenant toute une ville, et cette ville de Wittemberg elle-même, sombrait rapidement dans la confusion. Les doctrines enseignées par Luther n’avaient pas causé ce mal ; mais dans toute l’Allemagne ses ennemis la chargeaient sur lui. Dans l’amertume de l’âme, il demandait parfois : « Cela peut-il être la fin de cette grande œuvre de la Réforme ? Encore une fois, alors qu’il luttait avec Dieu dans la prière, la paix coulait dans son cœur. « Le travail n’est pas le mien, mais le tien », dit-il ; “tu ne souffriras pas qu’il soit corrompu par la superstition ou le fanatisme.” Mais l’idée de rester plus longtemps hors du conflit dans une telle crise, devenait insupportable. Il décida de retourner à Wittemberg. {4SP 147.3}
Sans tarder, il entreprit son périlleux voyage. Il était sous le ban de l’empire. Les ennemis étaient libres de lui ôter la vie ; il était interdit aux amis de l’aider ou de l’abriter. Le gouvernement impérial adoptait les mesures les plus sévères contre ses partisans. Mais il vit que l’œuvre de l’évangile était en péril et, au nom du Seigneur, il sortit une fois de plus pour combattre pour la vérité. {4SP 148.1}
Avec beaucoup de prudence et d’humilité, mais avec décision et fermeté, il entreprit son travail. « Par la parole, dit-il, il faut réfuter et expulser ce qui a gagné place et influence par la violence. Je ne recourrais pas à la force contre les superstitieux et les incroyants. « Qu’il n’y ait pas de contrainte. J’ai travaillé pour la liberté de conscience. La liberté est l’essence même de la foi. Montant en chaire, avec une grande sagesse et douceur, il instruisit, exhorta et reprit, et par la puissance de l’évangile ramena le peuple égaré dans le chemin de la vérité. {4SP 148.2}
Luther n’avait aucune envie de rencontrer les fanatiques dont la marche avait produit un si grand mal. Il les connaissait comme des hommes d’un tempérament hâtif et violent, qui, tout en se prétendant particulièrement illuminés du Ciel, ne supporteraient pas la moindre contradiction, ni même la plus aimable admonestation. S’arrogeant l’autorité suprême, ils exigeaient de chacun, sans discuter, qu’il reconnaisse ses prétentions. Mais comme ils réclamaient une entrevue avec lui, il consentit à les rencontrer ; et il exposa avec tant de succès leurs prétentions, que les imposteurs quittèrent aussitôt Wittemberg. {4SP 148.3}
Le fanatisme a été vérifié pendant un certain temps; mais quelques années plus tard, elle éclata avec une plus grande violence et des résultats plus terribles. Au sujet des dirigeants de ce mouvement, Luther a déclaré : « Pour eux, les Saintes Ecritures n’étaient qu’une lettre morte, et ils se mirent tous à crier : ‘L’Esprit ! l’esprit!’ Mais assurément je ne suivrai pas où leur esprit les mène. Que Dieu dans sa miséricorde me préserve d’une église où il n’y a que des saints. Je souhaite être en communion avec les humbles, les faibles, les malades, qui connaissent et ressentent leurs péchés, et qui soupirent et crient continuellement à Dieu du fond de leur cœur pour obtenir sa consolation et son soutien. {4SP 149.1}
Thomas Munzer, le plus actif des fanatiques, était un homme d’une habileté considérable, qui, bien dirigée, lui aurait permis de faire le bien ; mais il n’avait pas appris les premiers principes de la vraie religion. Il s’imaginait ordonné de Dieu pour réformer le monde, oubliant, comme bien d’autres enthousiastes, que la réforme devait commencer par lui-même. Il avait l’ambition d’obtenir position et influence, et ne voulait pas être second, même après Luther. Il chargea les réformés d’établir, par leur seule adhésion à la Bible, une espèce de papisme. Il se considérait comme appelé par Dieu pour remédier au mal, et soutenait que les manifestations de l’Esprit étaient le moyen par lequel cela devait être accompli, et que celui qui avait l’Esprit possédait la vraie foi, bien qu’il puisse ne jamais voir la parole écrite. {4SP 149.2}
Les enseignants fanatiques se laissèrent dominer par les impressions, appelant chaque pensée de l’esprit la voix de Dieu ; par conséquent, ils sont allés à de grands extrêmes. Certains ont même brûlé leur Bible en s’écriant : « La lettre tue, mais l’Esprit vivifie. Les hommes aiment naturellement le merveilleux et tout ce qui flatte leur orgueil, et beaucoup étaient prêts à accepter les enseignements de Munzer. Il dénonça bientôt tout ordre dans le culte public et déclara qu’obéir aux princes, c’était essayer de servir à la fois Dieu et Bélial. {4SP 150.1}
Les esprits du peuple, qui commençaient déjà à secouer le joug de la papauté, s’impatientaient aussi sous les contraintes de l’autorité civile. Les enseignements révolutionnaires de Munzer, se réclamant de la sanction divine, les ont amenés à rompre avec tout contrôle et à laisser libre cours à leurs préjugés et à leurs passions. Les scènes les plus terribles de sédition et de lutte s’ensuivirent, et les champs d’Allemagne furent inondés de sang. {4SP 150.2}
L’agonie de l’âme que Luther avait éprouvée si longtemps auparavant dans sa cellule d’Erfurth, pesait maintenant sur lui avec une puissance redoublée lorsqu’il voyait les résultats du fanatisme imputés à la Réforme. Les princes papistes ont déclaré, et beaucoup ont cru, que la doctrine de Luther avait été la cause de la rébellion. Bien que cette accusation fût sans le moindre fondement, elle ne pouvait que causer une grande détresse au réformateur. Que l’œuvre du Ciel soit ainsi dégradée en étant classée avec le fanatisme le plus vil, semblait plus qu’il ne pouvait supporter. D’autre part, les chefs de la révolte haïssent Luther parce qu’il s’est non seulement opposé à leurs doctrines et a nié leurs prétentions à l’inspiration divine, mais les a déclarés rebelles à l’autorité civile. En représailles, ils l’ont dénoncé comme un vil prétendant. Il semblait s’être attiré l’inimitié des princes et du peuple. {4SP 150.3}
Les romanistes exultaient, s’attendant à assister à la chute rapide de la Réforme ; et ils blâmèrent Luther, même pour les erreurs qu’il s’était efforcé de corriger avec le plus grand sérieux. Le parti fanatique, en prétendant à tort avoir été traité avec une grande injustice, a réussi à gagner les sympathies d’une grande classe du peuple et, comme c’est généralement le cas avec ceux qui prennent le mauvais côté, ils en sont venus à être considérés comme des martyrs. . Ainsi, ceux qui déployaient toutes leurs énergies contre la Réforme étaient plaints et loués comme les victimes de la cruauté et de l’oppression. C’était l’œuvre de Satan, poussé par le même esprit de rébellion qui s’était d’abord manifesté au Ciel. {4SP 151.1}
Satan cherche constamment à tromper les hommes et à les amener à appeler le péché justice et la justice péché. Quel succès a été son travail ! Combien de fois la censure et l’opprobre sont-ils jetés sur les fidèles serviteurs de Dieu parce qu’ils se tiendront sans crainte à la défense de la vérité ! Les hommes qui ne sont que des agents de Satan sont loués et flattés, et même considérés comme des martyrs, tandis que ceux qui devraient être respectés et soutenus pour leur fidélité à Dieu, sont laissés seuls, suspects et méfiants. {4SP 151.2}
La sainteté contrefaite, la fausse sanctification, fait encore son œuvre de tromperie. Sous diverses formes, elle manifeste le même esprit qu’au temps de Luther, détournant les esprits des Écritures et amenant les hommes à suivre leurs propres sentiments et impressions plutôt que d’obéir à la loi de Dieu. C’est l’un des moyens les plus efficaces de Satan pour jeter des reproches sur la pureté et la vérité. {4SP 152.1}
Sans crainte, Luther défendit l’Evangile contre les attaques qui venaient de toutes parts. La parole de Dieu s’est révélée être une arme puissante dans chaque conflit. Avec ce mot, il luttait contre l’autorité usurpée du pape et la philosophie rationaliste des scolastiques, tandis qu’il se tenait ferme comme un roc contre le fanatisme qui cherchait à s’allier à la Réforme. {4SP 152.2}
Chacun de ces éléments opposés mettait de côté à sa manière les Saintes Écritures et exaltait la sagesse humaine comme source de la vérité et de la connaissance religieuses. Le rationalisme idolâtre la raison et en fait le critère de la religion. Le romanisme, revendiquant pour son souverain pontife une inspiration descendant en ligne ininterrompue des apôtres, et immuable à travers les temps, donne amplement l’occasion de dissimuler toutes les espèces d’extravagance et de corruption sous la sainteté de la commission apostolique. L’inspiration revendiquée par Munzer et ses associés ne provenait d’aucune source supérieure aux caprices de l’imagination, et son influence était subversive de toute autorité, humaine ou divine. Le vrai christianisme reçoit la parole de Dieu comme le grand trésor de la vérité inspirée et le test de toute inspiration. {4SP 152.3}
À son retour de la Wartburg, Luther termina sa traduction du Nouveau Testament, et l’évangile fut peu après donné au peuple allemand dans sa propre langue. Cette traduction fut reçue avec une grande joie par tous ceux qui aimaient la vérité ; mais elle a été rejetée avec mépris par ceux qui ont choisi les traditions humaines et les commandements des hommes. {4SP 152.4}
Les prêtres s’alarmaient à l’idée que les gens du peuple pourraient maintenant discuter avec eux des préceptes de la parole de Dieu, et que leur propre ignorance serait ainsi mise à nu. Les armes de leur raisonnement charnel étaient impuissantes contre l’épée de l’Esprit. Rome fit appel à toute son autorité pour empêcher la circulation des Ecritures ; mais les décrets, les anathèmes et les tortures étaient en vain. Plus elle condamnait et interdisait la Bible, plus le peuple s’inquiétait de savoir ce qu’elle enseignait vraiment. Tous ceux qui savaient lire étaient impatients d’étudier la parole de Dieu par eux-mêmes. Ils l’emportaient avec eux, lisaient et relisaient, et ne pouvaient être satisfaits qu’après en avoir mémorisé de grandes parties. Voyant la faveur avec laquelle le Nouveau Testament a été reçu, Luther a immédiatement commencé la traduction de l’Ancien, et l’a publié en parties aussi vite qu’il est terminé. {4SP 153.1}
Les écrits de Luther sont accueillis aussi bien en ville qu’en hameau. Le soir, les instituteurs des écoles du village les lisaient à haute voix à de petits groupes réunis au coin du feu. A force d’efforts, certaines âmes seraient convaincues de la vérité, et, recevant la parole avec joie, annonceraient à leur tour la bonne nouvelle aux autres. {4SP 153.2}
Les paroles d’inspiration ont été vérifiées : « L’entrée de tes paroles éclaire ; il donne l’intelligence aux simples. [Psaume 119:130.] L’étude des Écritures produisait un grand changement dans l’esprit et le cœur des gens. La règle papale avait placé sur ses sujets un joug de fer qui les tenait dans l’ignorance et la dégradation. Une observance superstitieuse des formes avait été scrupuleusement maintenue ; mais dans tout leur service, le cœur et l’intellect avaient eu peu de part. La prédication de Luther, énonçant les vérités claires de la parole de Dieu, puis la parole elle-même, placée entre les mains des gens ordinaires, avait réveillé leurs pouvoirs dormants, non seulement purifiant et ennoblissant la nature spirituelle, mais conférant une nouvelle force et vigueur. à l’intellect. {4SP 153.3}
Des personnes de tous rangs se voyaient avec la Bible à la main, défendant les doctrines de la Réforme. Les papistes qui avaient laissé l’étude des Écritures aux prêtres et aux moines, les appelaient maintenant à venir réfuter les nouveaux enseignements. Mais, ignorants à la fois des Écritures et de la puissance de Dieu, prêtres et frères furent totalement vaincus par ceux qu’ils avaient dénoncés comme ignorants et hérétiques. “Malheureusement”, a déclaré un écrivain catholique, “Luther avait persuadé ses disciples que leur foi ne devait être fondée que sur les oracles des Saintes Écritures.” Des foules se rassemblaient pour entendre la vérité prônée par des hommes peu instruits, et même discutée par eux avec des théologiens savants et éloquents. La honteuse ignorance de ces grands hommes a été mise en évidence lorsque leurs arguments ont été confrontés aux simples enseignements de la parole de Dieu. Femmes et enfants, artisans et soldats, connaissaient mieux les Écritures que les docteurs savants ou les prêtres surpliés. {4SP 154.1}
Comme le clergé romain voyait ses congrégations diminuer, il invoqua l’aide des magistrats, et par tous les moyens en son pouvoir s’efforça de ramener ses auditeurs. Mais le peuple avait trouvé dans les nouveaux enseignements ce qui subvenait aux besoins de son âme, et il se détourna de ceux qui l’avaient si longtemps nourri des écorces sans valeur des rites superstitieux et des traditions humaines. {4SP 155.1}
Lorsque la persécution s’enflamma contre les docteurs de la vérité, ils prêtèrent attention aux paroles du Christ : « Lorsqu’on vous persécutera dans cette ville, fuyez dans une autre. [Matthieu 10:23.] La lumière a pénétré partout. Les fugitifs trouveraient quelque part une porte hospitalière ouverte pour eux, et y demeurant, ils prêcheraient le Christ, parfois dans l’église, ou, si ce privilège leur était refusé, dans des maisons privées ou en plein air. Partout où ils pouvaient obtenir une audience, il y avait un temple consacré. La vérité, proclamée avec tant d’énergie et d’assurance, s’est propagée avec une puissance irrésistible. {4SP 155.2}
En vain furent-elles invoquées à la fois les autorités ecclésiastiques et civiles pour écraser l’hérésie. En vain, ils recoururent à l’emprisonnement, à la torture, au feu et à l’épée. Des milliers de croyants ont scellé leur foi de leur sang, et pourtant l’œuvre a continué. La persécution n’a servi qu’à étendre la vérité ; et le fanatisme que Satan s’efforça d’unir à elle eut pour résultat de rendre plus clair le contraste entre l’œuvre de Satan et l’œuvre de Dieu. {4SP 155.3}
Chapitre 9 . . . . . Protestation des Princes.
L’un des témoignages les plus nobles jamais prononcés pour la Réforme fut la protestation offerte par les princes chrétiens d’Allemagne à la diète de Spires. Le courage, la foi et la fermeté de ces hommes de Dieu ont acquis pour les siècles suivants la liberté de pensée et de conscience. Leur Protestation donna à l’Église réformée le nom de Protestante ; ses principes sont l’essence même du protestantisme. {4SP 156.1}
Un jour sombre et menaçant était venu pour la Réforme. Pendant une saison, la tolérance religieuse avait régné dans l’empire ; La providence de Dieu avait tenu en échec les éléments opposés, afin que l’évangile puisse avoir une assise plus solide ; mais Rome avait maintenant appelé ses forces pour écraser la vérité. A Spires, les papistes manifestaient ouvertement leur hostilité envers les réformés et tous ceux qui les favorisaient. Dit Melanchthon, « Nous sommes l’exécration et les balayures de la terre ; mais Christ méprisera son pauvre peuple et le préservera. Il était interdit même aux princes évangéliques présents à la diète de faire prêcher l’Évangile dans leurs demeures. Mais le peuple de Spires avait soif de la parole de Dieu, et, malgré l’interdiction, des milliers de personnes accouraient au culte du matin et du soir qui se tenait encore dans la chapelle de l’électeur de Saxe. {4SP 156.2}
Cela a accéléré la crise. Un message impérial annonça à la Diète que la résolution accordant la liberté de conscience ayant donné lieu à de grands désordres, l’empereur la déclara annulée. Cet acte arbitraire excita l’indignation et l’alarme des chrétiens évangéliques. L’un d’eux a dit: “Le Christ est de nouveau tombé entre les mains de Caïphe et de Pilate.” Les romanistes sont devenus plus violents. Un papiste fanatique a déclaré : « Les Turcs valent mieux que les Luthériens ; car les Turcs observent les jours de jeûne, et les Luthériens les violent. Si nous devons choisir entre les Saintes Écritures de Dieu et les anciennes erreurs de l’Église, nous devons rejeter les premières. Dit Melanchthon, “Chaque jour, en pleine assemblée, Faber jette une nouvelle pierre contre les Evangélistes.” {4SP 157.1}
La tolérance religieuse était légalement établie, et les États évangéliques étaient résolus à s’opposer à l’atteinte à leurs droits. Luther, étant encore sous l’interdiction imposée par l’édit de Worms, n’était pas autorisé à être présent à Spires; mais sa place était fournie par ses collaborateurs et les princes que Dieu avait suscités pour défendre sa cause dans cette urgence. Le noble Frédéric de Saxe, ancien protecteur de Luther, avait été enlevé par la mort ; mais le duc Jean son frère, qui succéda au trône, avait accueilli avec joie la Réforme, et tout en étant ami de la paix, il déployait une grande énergie et un grand courage dans toutes les questions relatives aux intérêts de la foi. {4SP 157.2}
Les prêtres exigeaient que les États qui avaient accepté la Réforme se soumettent implicitement à la juridiction romaine. Les réformés, d’autre part, réclamaient la liberté qui leur avait été précédemment accordée. Ils ne pouvaient consentir à ce que Rome ramène sous son contrôle ces nations qui avaient reçu avec une si grande joie la parole de Dieu. La diète décréta enfin que, là où la réforme ne s’était pas établie, l’édit de Worms serait rigoureusement appliqué ; et que dans les États évangéliques, où il y aurait danger de révolte, aucune nouvelle réforme ne devrait être introduite, il ne devrait y avoir aucune prédication sur des points contestés, la célébration de la messe ne devrait pas être opposée, et aucun catholique romain ne devrait être autorisé à embrasser Luthéranisme. {4SP 157.3}
Si ce décret devenait une loi, la Réforme ne pourrait ni s’étendre là où elle n’était pas encore arrivée, ni s’établir sur des bases solides là où elle existait déjà. La liberté d’expression serait interdite. Aucune conversion ne serait autorisée. Et à ces restrictions et interdictions, les amis de la Réforme devaient se soumettre sur-le-champ. Les espoirs du monde semblaient sur le point de s’éteindre. Le rétablissement de la hiérarchie papale provoquerait inévitablement une renaissance des anciens abus ; et l’on trouverait facilement l’occasion d’achever la destruction d’une œuvre déjà ébranlée par le fanatisme et la dissension. {4SP 158.1}
Alors que le parti évangélique se réunissait pour consultation, l’un regardait l’autre avec une consternation vide. De l’un à l’autre passa la demande : « Que faire ? De grands enjeux pour le monde étaient en jeu. Si ces hommes avaient été dominés par l’ambition ou l’égoïsme, ils auraient peut-être accepté le décret. Eux-mêmes ont apparemment été laissés libres de maintenir leur foi. Ne devraient-ils pas s’en contenter ? Devraient-ils se jeter dans la lutte pour lutter pour la liberté de conscience dans le monde entier ? Devraient-ils s’exposer à la vengeance de Rome ? {4SP 158.2}
Jamais ces hommes n’ont été placés dans une position plus éprouvante ; mais ils sont sortis de l’épreuve avec des principes immaculés. Alors que le brouillard qui planait sur leurs esprits se dissipait, ils virent ce qui serait le résultat de ce décret. Doivent-ils prêter leur influence pour rétablir le bûcher et la torture ? Devraient-ils s’opposer à l’avancement de la vérité, s’opposer à l’Esprit de Dieu dans son œuvre d’appel des hommes à Christ ? Pourraient-ils refuser d’obéir au commandement du Sauveur : « Allez par tout le monde, et prêchez l’évangile à toute créature » ? [Marc 16:15.] Doivent-ils consentir à ce que ceux qui désirent renoncer à l’erreur se voient refuser le privilège ? Entrés eux-mêmes dans le royaume des cieux, devaient-ils barrer le chemin pour que d’autres ne puissent pas y entrer ? Ils sacrifieraient plutôt leurs dominions, leurs titres et leur propre vie. {4SP 159.1}
« Rejetons ce décret », dirent les princes. “En matière de conscience, la majorité n’a aucun pouvoir.” Les députés déclarèrent que l’Allemagne était redevable au décret de tolérance de la paix dont elle jouissait, et que son abolition remplirait l’empire de troubles et de divisions. “La Diète est incompétente”, disaient-ils, “pour faire plus que préserver la liberté religieuse jusqu’à ce qu’un conseil se réunisse.” Protéger la liberté de conscience est le devoir de l’Etat, et c’est la limite de son autorité en matière de religion. Chaque gouvernement séculier qui tente de réglementer ou d’imposer les observances religieuses par l’autorité civile sacrifie le principe même pour lequel les chrétiens évangéliques ont si noblement lutté. {4SP 159.2}
Les papistes décidèrent de réprimer ce qu’ils appelaient l’obstination audacieuse. Ils commencèrent par s’efforcer de diviser les partisans de la Réforme et d’intimider tous ceux qui ne s’étaient pas ouvertement déclarés en sa faveur. Les princes furent enfin convoqués devant la Diète. Ils ont plaidé pour un délai, mais en vain. Ceux qui refusaient encore de sacrifier la liberté de conscience et le droit de jugement individuel savaient bien que leur position les marquait pour de futures critiques, condamnations et persécutions. L’un des réformateurs a dit : “Nous devons soit renier la parole de Dieu, soit être brûlés.” {4SP 160.1}
Le roi Ferdinand, représentant de l’empereur à la Diète, vit que le décret causerait de sérieuses divisions à moins que les princes ne puissent être amenés à l’accepter et à le soutenir. Il s’essaya donc à l’art de la persuasion, sachant bien qu’employer la force avec de tels hommes ne ferait que les rendre plus déterminés. Il les pria d’accepter le décret, les assurant qu’un tel acte serait très gratifiant pour l’empereur. Mais ces hommes fidèles reconnaissaient une autorité supérieure à celle des dirigeants terrestres, et ils répondirent calmement : « Nous obéirons à l’empereur en tout ce qui peut contribuer à maintenir la paix et l’honneur de Dieu. {4SP 160.2}
En présence de la Diète, le roi annonça enfin à l’électeur et à ses amis qu’il ne leur restait plus qu’à se soumettre à la majorité. Ayant ainsi parlé, il se retira de l’assemblée, ne laissant aux réformés aucune occasion de délibération ni de réponse. En vain, ils envoyèrent des messagers le suppliant de revenir. A leurs remontrances, il répondit seulement : « C’est une affaire réglée ; la soumission est tout ce qui reste. {4SP 160.3}
Le parti impérial était convaincu que les princes chrétiens adhéreraient aux Saintes Écritures comme supérieures aux doctrines et aux exigences humaines ; et ils savaient qu’une acceptation de ce principe finirait par renverser la papauté. Mais ils se flattaient que la faiblesse était du côté de la Réforme, tandis que la force était du côté de l’empereur et du pape. Si les réformés avaient fait de la chair leur bras, ils auraient été aussi impuissants que les papistes le supposaient. Mais bien que faibles en nombre et en désaccord avec Rome, ils avaient leur force. Ils en appelaient de la décision de la Diète à la parole de Dieu, et de l’empereur d’Allemagne au Roi des rois et Seigneur des seigneurs. {4SP 161.1}
Comme Ferdinand avait refusé de tenir compte de leurs convictions de conscience, les princes décidèrent de ne pas tenir compte de son absence, mais de porter sans délai leur protestation devant le conseil national. Une déclaration solennelle fut donc rédigée et présentée à la Diète :– {4SP 161.2}
« Nous protestons par ces présents, devant Dieu, notre seul Créateur, Conservateur, Rédempteur et Sauveur, et qui sera un jour notre Juge, ainsi que devant tous les hommes et toutes les créatures, que nous, pour nous et notre peuple, ni consentir ni adhérer de quelque manière que ce soit au décret proposé en quoi que ce soit de contraire à Dieu, à sa parole, à notre droite conscience, ou au salut de nos âmes. . . . Nous ne pouvons pas affirmer que lorsque Dieu Tout-Puissant appelle un homme à sa connaissance, il n’ose pas embrasser cette connaissance divine. . . . Il n’y a de vraie doctrine que celle qui est conforme à la parole de Dieu. Le Seigneur interdit l’enseignement de toute autre foi. Les Saintes Écritures, avec un texte expliqué par d’autres textes plus clairs, sont, en toutes choses nécessaires au chrétien, faciles à comprendre et propres à éclairer. Nous sommes donc résolus par la grâce divine de maintenir la pure prédication de la seule parole de Dieu, telle qu’elle est contenue dans les écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament, sans rien y ajouter. Ce mot est la seule vérité. C’est la règle sûre de toute doctrine et de toute vie, et elle ne peut jamais nous faire défaut ni nous tromper. Celui qui bâtit sur ce fondement résistera à toutes les puissances de l’enfer, tandis que toutes les vanités qui s’élèvent contre lui tomberont devant la face de Dieu. “Nous rejetons donc le joug qui nous est imposé.” {4SP 161.3} tandis que toutes les vanités qui s’élèvent contre elle tomberont devant la face de Dieu. “Nous rejetons donc le joug qui nous est imposé.” {4SP 161.3} tandis que toutes les vanités qui s’élèvent contre elle tomberont devant la face de Dieu. “Nous rejetons donc le joug qui nous est imposé.” {4SP 161.3}
Une profonde impression fut faite sur la Diète. La majorité était stupéfaite et alarmée par l’audace des manifestants. L’avenir leur apparaissait orageux et incertain. Les dissensions, les conflits et les effusions de sang semblaient inévitables. Mais les réformés, assurés de la justice de leur cause, et s’appuyant sur le bras de la toute-puissance, étaient pleins de courage et de fermeté. {4SP 162.1}
La protestation a nié le droit des dirigeants civils de légiférer sur les questions entre l’âme et Dieu, et a déclaré avec les prophètes et les apôtres : « Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Elle rejetait aussi le pouvoir arbitraire de l’Église et exposait le principe infaillible que tout enseignement humain devait être soumis aux oracles de Dieu. Les protestataires avaient secoué le joug de la suprématie de l’homme, et avaient exalté le Christ comme suprême dans l’église, et sa parole dans la chaire. Le pouvoir de la conscience était placé au-dessus de l’État, et l’autorité des Saintes Écritures au-dessus de l’Église visible. La couronne du Christ était élevée au-dessus de la tiare du pape et du diadème de l’empereur. Les manifestants avaient d’ailleurs affirmé leur droit d’exprimer librement leurs convictions de vérité. Ils ne croiraient pas seulement et obéiraient, mais enseigneraient ce que la parole de Dieu présente, et ils ont nié le droit du prêtre ou du magistrat d’intervenir. La Protestation de Spires était un témoignage solennel contre l’intolérance religieuse et une affirmation du droit de tous les hommes à adorer selon les préceptes de leur propre conscience. {4SP 162.2}
La déclaration avait été faite. Il a été écrit dans la mémoire de milliers de personnes et enregistré dans les livres du Ciel, où aucun effort de l’homme ne pourrait l’effacer. Toute l’Allemagne évangélique adopta la Protestation comme l’expression de sa foi. Partout les hommes voyaient dans cette déclaration la promesse d’une ère nouvelle et meilleure. Un des princes dit aux protestants de Spires : « Que le Tout-Puissant, qui vous a fait la grâce de vous confesser énergiquement, librement et sans crainte, vous garde dans cette fermeté chrétienne jusqu’au jour de l’éternité. {4SP 163.1}
Si la Réforme, après avoir atteint un degré de succès, avait consenti à temporiser pour s’assurer la faveur du monde, elle aurait été infidèle à Dieu et à elle-même, et aurait ainsi assuré sa propre destruction. L’expérience de ces premiers réformateurs contient une leçon pour toutes les époques suivantes. La manière dont Satan travaille contre Dieu et sa parole n’a pas changé ; il est toujours aussi opposé à ce que l’Écriture devienne le guide de la vie qu’au seizième siècle. De nos jours, il y a un large écart par rapport à ses doctrines et préceptes, et il est nécessaire de revenir au grand principe protestant, la Bible et la Bible seulement comme règle de foi et de devoir. Satan travaille toujours par tous les moyens qu’il peut contrôler pour détruire la liberté religieuse. Le pouvoir anti-chrétien que les contestataires de Spires ont répudié, cherche maintenant avec une vigueur renouvelée à rétablir sa suprématie perdue. La même adhésion inébranlable à la parole de Dieu manifestée lors de cette crise de la Réforme est le seul espoir de réforme aujourd’hui. {4SP 163.2}
Des signes de danger sont apparus pour les protestants. Il y avait aussi des signes que la main divine était tendue pour protéger les fidèles. Ce fut à peu près à cette époque que Melanchthon pressa son ami Grynaeus à travers les rues de Spires jusqu’au Rhin, et le pressa de traverser le fleuve sans délai. Grynée, étonné, voulut connaître la raison de cette fuite soudaine. Dit Melanchthon, “Un vieillard d’aspect grave et solennel, mais qui m’est inconnu, se présenta devant moi, et me dit : ‘Dans une minute, les officiers de justice seront envoyés par Ferdinand pour arrêter Grynée.'” Sur les rives du du Rhin, Mélanchthon attendit que les eaux de ce fleuve s’interposent entre son ami bien-aimé et ceux qui cherchaient sa vie. Quand il le vit enfin de l’autre côté, il dit : « Il est arraché des mâchoires cruelles de ceux qui ont soif de sang innocent. {4SP 164.
Grynaeus avait entretenu des relations intimes avec un grand médecin papiste ; mais, choqué d’un de ses sermons, il alla vers lui et le supplia de ne plus faire la guerre à la vérité. Le papiste cacha sa colère, mais se rendit aussitôt auprès du roi, et obtint de lui l’autorisation d’arrêter le protestataire. Lorsque Melanchthon retourna dans sa maison, il fut informé qu’après son départ des officiers à la poursuite de Grynaeus l’avaient fouillée de fond en comble. Il a toujours cru que le Seigneur avait sauvé son ami en envoyant un saint ange pour l’avertir. {4SP 164.2}
La Réforme devait être mise en évidence devant les puissants de la terre. Les princes évangéliques s’étaient vu refuser l’audience par le roi Ferdinand ; mais on devait leur accorder l’occasion de présenter leur cause en présence de l’empereur et des dignitaires assemblés de l’Église et de l’État. Pour apaiser les dissensions qui troublaient l’empire, Charles Quint convoqua une diète à Augsbourg, à laquelle il annonça son intention de présider en personne. Là, les chefs protestants ont été convoqués. {4SP 165.1}
De grands dangers menaçaient la Réforme ; mais ses avocats confiaient toujours leur cause à Dieu et s’engageaient à être fermes envers l’évangile. Ils ont décidé de préparer une déclaration de leurs vues sous une forme systématique, avec les preuves des Écritures, à présenter devant la Diète ; et la tâche fut confiée à Luther, Melanchthon et leurs associés. La Confession ainsi préparée fut acceptée par les protestants comme un exposé de leur foi, et ils s’assemblèrent pour apposer leurs noms sur l’important document. C’était une époque solennelle et éprouvante. Les réformés tenaient à ce que leur cause ne fût pas confondue avec des questions politiques ; ils estimaient que la Réforme ne devait exercer d’autre influence que celle qui procède de la parole de Dieu. Comme les princes chrétiens s’avançaient pour signer la Confession, Melanchthon s’interposa en disant : “C’est aux théologiens et aux ministres de proposer ces choses, tandis que l’autorité des puissants de la terre doit être réservée pour d’autres questions.” « A Dieu ne plaise, répondit Jean de Saxe, que vous m’excluiez. Je suis résolu à faire mon devoir sans m’inquiéter de ma couronne. Je désire confesser le Seigneur. Mon chapeau et mes robes électorales ne me sont pas aussi précieux que la croix de Jésus-Christ. Ayant ainsi parlé, il écrivit son nom. Dit un autre des princes en prenant la plume: “Si l’honneur de mon Seigneur Jésus-Christ l’exige, je suis prêt à laisser mes biens et ma vie derrière moi.” « Plutôt renoncerais-je à mes sujets et à mes États, plutôt quitterais-je la patrie de mes pères, le bâton à la main, continua-t-il, que de recevoir une autre doctrine que celle contenue dans cette Confession. Telle était la foi et l’audace de ces hommes de Dieu. {4SP 165.
L’heure fixée arriva pour se présenter devant l’empereur. Charles Quint, assis sur son trône, entouré des électeurs et des princes, donna audience aux réformés protestants. La confession de leur foi a été lue. Dans cette auguste assemblée, les vérités de l’évangile furent clairement exposées, et les erreurs de l’église papale furent signalées. Eh bien, ce jour a été déclaré “le plus grand jour de la Réforme, et l’un des plus glorieux de l’histoire du christianisme et du monde”. {4SP 166.1}
Mais quelques années s’étaient écoulées depuis que le moine de Wittemberg était seul à Worms devant le conseil national. Maintenant à sa place se trouvaient les princes les plus nobles et les plus puissants de l’empire. Luther avait été interdit de comparaître à Augsbourg, mais il y avait été présent par ses paroles et ses prières. « Je suis ravi, écrivait-il, d’avoir vécu jusqu’à cette heure où le Christ a été publiquement exalté par de si illustres confesseurs et dans une si glorieuse assemblée. Ici s’accomplit ce que dit l’Ecriture: “Je publierai ton témoignage en présence des rois.” {4SP 166.2}
Au temps de Paul, l’évangile pour lequel il fut emprisonné fut ainsi porté devant les princes et les nobles de la ville impériale. Ainsi, à cette occasion, ce que l’empereur avait interdit de prêcher du haut de la chaire, fut proclamé dans le palais ; ce que beaucoup avaient considéré comme impropre à écouter même pour les serviteurs, a été entendu avec émerveillement par les maîtres et les seigneurs de l’empire. “Les rois et les grands hommes étaient les auditeurs, les princes couronnés étaient les prédicateurs, et le sermon était la vérité royale de Dieu.” “Depuis l’âge apostolique”, dit un écrivain, “il n’y a jamais eu de plus grande œuvre, ni de plus magnifique confession de Jésus-Christ”. {4SP 167.1}
« Tout ce que les luthériens ont dit est vrai, et nous ne pouvons pas le nier », a déclaré un évêque papiste. « Pouvez-vous par de bonnes raisons réfuter la Confession faite par l’électeur et ses alliés ? demanda un autre au docteur Eck. « Pas avec les écrits des apôtres et des prophètes », fut la réponse ; “mais avec les Pères et les conseils je peux.” “Je comprends donc”, a répondu l’interrogateur, “que les luthériens sont retranchés dans les Écritures, et nous ne sommes qu’à l’extérieur.” Quelques-uns des princes d’Allemagne furent gagnés à la foi réformée. L’empereur lui-même déclara que les articles protestants n’étaient que la vérité. La Confession a été traduite dans de nombreuses langues et a circulé dans toute l’Europe, et elle a été acceptée par des millions de générations successives comme l’expression de leur foi. {4SP 167.2}
Les bâtisseurs fidèles de Dieu ne travaillaient pas seuls. Tandis que « des principautés, des puissances et des esprits méchants dans les hauts lieux » se liguèrent contre eux, le Seigneur n’abandonna pas son peuple. Si leurs yeux avaient été ouverts, ils auraient vu une preuve aussi marquée de la présence et de l’aide divines que celle accordée à un prophète d’autrefois. Lorsque le serviteur d’Elisée a pointé son maître vers l’armée ennemie qui les entourait et coupait toute possibilité de s’échapper, le prophète a prié : “Seigneur, je te prie, ouvre ses yeux, afin qu’il voie.” [2 Rois 6:17.] Et voici, la montagne était remplie de chars et de chevaux de feu, l’armée du ciel stationnée pour protéger l’homme de Dieu. C’est ainsi que les anges ont gardé les ouvriers dans la cause de la Réforme. Dieu avait ordonné à ses serviteurs de construire, et aucune force opposée ne pouvait les chasser des murs. {4SP 168.1}
Du lieu secret de la prière est venue la puissance qui a secoué le monde lors de la Grande Réforme. Là, avec un saint calme, les serviteurs du Seigneur posèrent leurs pieds sur le roc de ses promesses. Pendant la lutte d’Augsbourg, Luther ne manqua pas de consacrer trois heures par jour à la prière ; et ceux-ci ont été pris de cette partie du jour la plus favorable à l’étude. Dans l’intimité de sa chambre, on l’entendit épancher son âme devant Dieu en paroles pleines d’adoration, de crainte et d’espérance, comme s’il parlait à un ami. « Je sais que tu es notre Père et notre Dieu, dit-il, et que tu disperseras les persécuteurs de tes enfants ; car tu es toi-même en danger avec nous. Toute cette affaire est à toi, et ce n’est que par ta contrainte que nous y avons mis la main. Défendez-nous donc, ô Père ! A Mélanchthon, écrasé sous le poids de l’angoisse et de la peur, il a écrit : « Grâce et paix en Christ ! En Christ, dis-je, et non dans le monde, Amen ! Je hais d’une haine extrême ces soucis extrêmes qui te consument. Si la cause est injuste, abandonnez-la ; si la cause est juste, pourquoi démentirions-nous les promesses de Celui qui nous ordonne de dormir sans crainte ? « Le Christ ne manquera pas à l’œuvre de justice et de vérité. Il vit, il règne ; quelle crainte pouvons-nous donc avoir ? {4SP 168.2}
Dieu a écouté les cris de ses serviteurs. Il a donné aux princes et aux ministres la grâce et le courage de maintenir la vérité contre les dirigeants des ténèbres de ce monde. Le Seigneur dit : « Voici, je pose en Sion une pierre angulaire principale, élue, précieuse, et celui qui croit en lui ne sera pas confondu. [1 Pierre 2:6.] Les réformateurs protestants avaient bâti sur Christ, et les portes de l’enfer ne pouvaient prévaloir contre eux. {4SP 169.1}
Chapitre 10 . . . . . Réformateurs ultérieurs.
Alors que Luther ouvrait une Bible fermée au peuple allemand, Tyndale fut poussé par l’Esprit de Dieu à faire de même pour l’Angleterre. Il était un étudiant assidu des Écritures et prêchait sans crainte ses convictions de vérité, exhortant à ce que toutes les doctrines soient mises à l’épreuve de la parole de Dieu. Son zèle ne pouvait qu’exciter l’opposition des papistes. Un savant médecin catholique qui s’est engagé dans une controverse avec lui s’est exclamé: “Il valait mieux pour nous être sans la loi de Dieu que sans celle du pape.” Tyndale répondit : « Je défie le pape et toutes ses lois ; et si Dieu épargne ma vie, avant de nombreuses années, je ferai en sorte qu’un garçon qui conduit la charrue en sache plus que vous sur les Écritures. {4SP 170.1}
Le but qu’il avait commencé à caresser, de donner au peuple les Écritures du Nouveau Testament dans sa propre langue, était maintenant confirmé, et il s’appliqua immédiatement à l’œuvre. Chassé de chez lui par la persécution, il se rendit à Londres, et là, pendant un certain temps, il poursuivit ses travaux sans être dérangé. Mais à nouveau la violence des papistes l’oblige à fuir. Toute l’Angleterre lui semblait fermée, et il résolut de se réfugier en Allemagne. Ici, il a commencé l’impression du Nouveau Testament anglais. Deux fois le travail a été arrêté; mais lorsqu’on lui a interdit d’imprimer dans une ville, il est allé dans une autre. Il se rendit enfin à Worms, où, quelques années auparavant, Luther avait défendu l’Évangile devant la Diète. Dans cette ancienne ville se trouvaient de nombreux amis de la Réforme, et Tyndale y poursuivit son œuvre sans autre entrave. Trois mille exemplaires du Nouveau Testament furent bientôt achevés et une autre édition suivit la même année. {4SP 170.2}
Avec beaucoup de sérieux et de persévérance, il poursuivit ses travaux. Bien que les autorités anglaises aient gardé leurs ports avec la plus stricte vigilance, la parole de Dieu fut, de diverses manières, secrètement transmise à Londres, et de là circula dans tout le pays. Les papistes ont tenté de supprimer la vérité, mais en vain. L’évêque de Durham acheta à un moment donné à un libraire ami de Tyndale, tout son stock de Bibles, dans le but de les détruire, en supposant que cela gênerait considérablement le travail. Mais, au contraire, l’argent ainsi fourni, a acheté du matériel pour une nouvelle et meilleure édition, qui, sans cela, n’aurait pas pu être publiée. Lorsque Tyndale a ensuite été fait prisonnier, sa liberté lui a été offerte à condition qu’il révèle les noms de ceux qui l’avaient aidé à faire face aux dépenses d’impression de ses Bibles. Il répondit que l’évêque de Durham avait fait plus que toute autre personne ; car en payant cher les livres qui lui restaient, il lui avait permis de continuer avec bon courage. {4SP 171.1}
Tyndale a été trahi entre les mains de ses ennemis et, à un moment donné, a été emprisonné pendant plusieurs mois. Il a finalement témoigné de sa foi par la mort d’un martyr; mais les armes qu’il a préparées ont permis à d’autres soldats de combattre à travers tous les siècles jusqu’à nos jours. {4SP 171.2}
En Ecosse, l’Evangile a trouvé un champion en la personne de John Knox. Ce réformateur sincère ne craignait pas la face de l’homme. Les feux du martyre, flambant autour de lui, n’ont servi qu’à accélérer son zèle à une plus grande intensité. Avec la hache du tyran tenue d’un air menaçant au-dessus de sa tête, il a tenu bon, portant des coups vigoureux sur la main droite et sur la gauche, pour démolir l’idolâtrie. Ainsi, il s’en tint à son but, priant et combattant les batailles du Seigneur, jusqu’à ce que l’Écosse soit libre. {4SP 172.1}
En Angleterre, Latimer soutenait du haut de la chaire que la Bible devait être lue dans la langue du peuple. « L’Auteur de la Sainte Ecriture, dit-il, c’est Dieu lui-même, et cette Ecriture participe de la puissance et de l’éternité de son Auteur. Il n’est ni roi ni empereur qui ne soit tenu de lui obéir. Méfions-nous de ces chemins détournés de la tradition humaine, pleins de pierres, de ronces et d’arbres déracinés. Suivons le droit chemin de la parole. Il ne s’agit pas de ce que les Pères ont fait, mais plutôt de ce qu’ils auraient dû faire. {4SP 172.2}
Barnes et Frith, les fidèles amis de Tyndale, se sont levés pour défendre la vérité. Les Ridley et Cranmer ont suivi. Ces chefs de la Réforme anglaise étaient des hommes de savoir, et la plupart d’entre eux avaient été très estimés pour leur zèle ou leur piété dans la communion romaine. Leur opposition à la papauté était le résultat de leur connaissance des erreurs du saint-siège. Leur connaissance des mystères de Babylone, a donné plus de puissance à leurs témoignages contre elle. {4SP 172.3}
« Savez-vous, dit Latimer, qui est l’évêque le plus diligent d’Angleterre ? Je vous vois écouter et entendre que je devrais le nommer. Je vais vous dire que c’est le diable. Il n’est jamais hors de son diocèse ; vous ne le trouverez jamais oisif. Appelez-le quand vous voulez, il est toujours à la maison, il est toujours à la charrue. Vous ne le trouverez jamais négligent, je vous le garantis. Là où le diable est résident, là-bas avec des livres, et avec des bougies; enlevez les Bibles, et relevez les chapelets ; loin avec la lumière de l’évangile, et avec la lumière des cierges de cire, oui, à midi ; vers le bas avec la croix du Christ, vers le haut avec la bourse du purgatoire; débarrassez-vous de l’habillement des nus, des pauvres, des impuissants; fini le parement d’images et le gai garnissage de pierres et de ceps ; à bas Dieu et sa très sainte parole ; avec des traditions, des conseils humains et un pape aveuglé. Oh que nos prélats seraient aussi diligents à semer le grain de la bonne doctrine que Satan l’est à semer la coque et l’ivraie ! {4SP 173.1}
Le grand principe soutenu par Tyndale, Frith, Latimer et les Ridley était l’autorité divine et la suffisance des Saintes Ecritures. Ils ont rejeté l’autorité supposée des papes, des conciles, des pères et des rois pour gouverner la conscience en matière de foi religieuse. La Bible était leur norme, et à cela ils apportaient toutes les doctrines et toutes les prétentions. {4SP 173.2}
La foi en Dieu et en sa parole a soutenu ces saints hommes alors qu’ils donnaient leur vie sur le bûcher. “Soyez de bonne consolation”, s’écria Latimer à son compagnon martyr alors que les flammes étaient sur le point de faire taire leurs voix, “nous allons aujourd’hui allumer une telle bougie en Angleterre qui, je l’espère, par la grâce de Dieu ne s’éteindra jamais.” {4SP 173.3}
L’Église d’Angleterre, suivant les traces de Rome, a persécuté les dissidents de la foi établie. Au dix-septième siècle, des milliers de pasteurs pieux ont été expulsés de leurs fonctions. Il était interdit au peuple, sous peine de lourdes amendes, d’emprisonnement et de bannissement, d’assister à des réunions religieuses, sauf celles qui étaient sanctionnées par l’église. Ces âmes fidèles qui ne pouvaient s’empêcher de se rassembler pour adorer Dieu, étaient obligées de se réunir dans des ruelles sombres, dans des greniers obscurs, et à certaines saisons dans les bois à minuit. Dans les profondeurs abritantes de la forêt, un temple de la propre construction de Dieu, ces enfants du Seigneur dispersés et persécutés se rassemblèrent pour répandre leur âme dans la prière et la louange. Mais malgré toutes leurs précautions, beaucoup ont souffert pour leur foi. Les prisons étaient bondées. Des familles ont été brisées. Beaucoup ont été bannis vers des terres étrangères. Pourtant, Dieu était avec son peuple, et la persécution ne pouvait prévaloir pour faire taire leur témoignage. Beaucoup ont été chassés de l’autre côté de l’océan vers l’Amérique, et y ont jeté les bases de la liberté civile et religieuse qui ont été le rempart et la gloire de notre pays. {4SP 174.1}
Comme aux jours apostoliques, la persécution s’est avérée plutôt à l’avancement de l’évangile. Dans un cachot répugnant encombré de débauchés et de criminels, John Bunyan a respiré l’atmosphère même du paradis, et là il a écrit sa merveilleuse allégorie du voyage du pèlerin de la terre de destruction à la cité céleste. Pendant deux cents ans, cette voix de la prison de Bedford a parlé avec une puissance palpitante au cœur des hommes. “Pilgrim’s Progress” et “Grace Abounding to the Chief Sinners” de Bunyan ont guidé de nombreux pas sur le chemin de la vie. {4SP 174.2}
Baxter, Flavel, Alleine et d’autres hommes de talent, d’éducation et d’une profonde expérience chrétienne se sont levés pour défendre vaillamment “la foi transmise une fois aux saints”. L’œuvre accomplie par ces hommes, proscrite et proscrite par les dirigeants de ce monde, ne peut jamais périr. La « Fontaine de vie » et la « Méthode de grâce » de Flavel ont enseigné à des milliers de personnes comment confier la garde de leur âme à Christ. Le “pasteur réformé” de Baxter s’est avéré être une bénédiction pour beaucoup de ceux qui désirent un renouveau de l’œuvre de Dieu, et son “repos éternel des saints” a fait son travail en guidant les âmes vers le “repos qui reste pour le peuple de Dieu”. {4SP 175.1}
Cent ans plus tard, en un jour de grande obscurité spirituelle, Whitefield et les Wesley sont apparus comme des porteurs de lumière pour Dieu. Sous le règne de l’Église établie, le peuple d’Angleterre était tombé dans un état de déclin religieux qu’il était difficile de distinguer du paganisme. La religion naturelle était l’étude favorite du clergé et comprenait la majeure partie de sa théologie. Les classes supérieures se moquaient de la piété et se piquaient d’être au-dessus de ce qu’elles appelaient son fanatisme. Les classes inférieures étaient grossièrement ignorantes et abandonnées au vice, tandis que l’église n’avait ni le courage ni la foi pour soutenir plus longtemps la cause déchue de la vérité. {4SP 175.2}
Whitefield et les Wesley ont été préparés pour leur travail par de longues et aiguës convictions personnelles de leur propre condition perdue ; et afin qu’ils puissent endurer la dureté comme de bons soldats du Christ, ils furent soumis à l’épreuve ardente du mépris, de la dérision et de la persécution, à la fois à l’université et au moment où ils entrèrent dans le ministère. Eux et quelques autres qui sympathisaient avec eux étaient appelés avec mépris des méthodistes par leurs camarades impies, un nom qui est actuellement considéré comme honorable par l’une des plus grandes dénominations d’Angleterre et d’Amérique. {4SP 175.3}
Ils étaient membres de l’Église d’Angleterre et étaient fortement attachés à ses formes de culte; mais le Seigneur leur avait présenté dans sa parole une norme plus élevée. Le Saint-Esprit les a poussés à prêcher le Christ et le crucifié. La puissance du Très-Haut accompagnait leurs travaux. Des milliers ont été condamnés et véritablement convertis. Il fallait que ces moutons soient protégés des loups ravisseurs. Wesley n’avait pas pensé à former une nouvelle dénomination, mais il les a organisées sous ce qu’on appelait la connexion méthodiste. {4SP 176.1}
Mystérieuse et éprouvante était l’opposition que ces prédicateurs rencontrèrent de la part de l’église établie ; pourtant Dieu, dans sa sagesse, avait renversé les événements pour faire commencer la réforme là où elle l’avait fait. Si elle venait entièrement de l’extérieur, elle n’aurait pas pénétré là où elle était si nécessaire. Comme les prédicateurs du réveil étaient des hommes d’église et travaillaient dans le giron de l’église partout où ils pouvaient trouver l’occasion, la vérité avait une entrée où les portes seraient autrement restées fermées. Certains membres du clergé furent tirés de leur stupeur morale et devinrent des prédicateurs zélés dans leurs propres paroisses. Les églises qui avaient été pétrifiées par le formalisme ont été vivifiées. {4SP 176.2}
Des hommes de différents dons accomplissaient leur travail désigné. Ils ne s’accordaient pas sur tous les points de doctrine, mais tous étaient poussés par l’Esprit de Dieu et unis dans le but absorbant de gagner des âmes à Christ. Les différences entre Whitefield et les Wesley ont menacé à un moment donné de créer une aliénation; mais à mesure qu’ils apprenaient la douceur à l’école du Christ, la patience et la charité mutuelles les réconciliaient. Ils n’avaient pas le temps de se disputer, tandis que l’erreur et l’iniquité grouillaient partout, et que les pécheurs tombaient en ruine. Ils ont travaillé et prié ensemble, et leur amitié s’est renforcée en semant la semence de l’Évangile dans les mêmes champs. {4SP 176.3}
Les serviteurs de Dieu ont suivi un chemin accidenté. Des hommes influents et savants utilisèrent leurs pouvoirs contre eux. Au bout d’un certain temps, de nombreux membres du clergé manifestèrent une hostilité déterminée, et les portes des églises furent fermées à une foi pure et à ceux qui la proclamaient. Le cours du clergé en les dénonçant du haut de la chaire, a réveillé les éléments de ténèbres, d’ignorance et d’iniquité. À maintes reprises, John Wesley a échappé à la mort par un miracle de la miséricorde de Dieu. Lorsque la rage de la foule s’excita contre lui et qu’il ne semblait pas y avoir moyen de s’échapper, un ange sous forme humaine vint à ses côtés, la foule recula et le serviteur du Christ passa en toute sécurité hors du lieu du danger. {4SP 177.1}
Les méthodistes de ces premiers jours – les gens aussi bien que les prédicateurs – ont enduré le ridicule et la persécution, de la part des membres de l’église et des ouvertement irréligieux qui étaient enflammés par leurs fausses déclarations. Ils furent traduits devant des cours de justice, qui n’avaient que le nom, car la justice n’avait pas sa place dans les cours de ce temps-là. Souvent, ils ont subi la violence de leurs persécuteurs. Des foules allaient de maison en maison, détruisant meubles et biens, pillant tout ce qu’elles voulaient et abusant brutalement d’hommes, de femmes et d’enfants. Dans certains cas, des avis publics ont été affichés, invitant ceux qui souhaitaient aider à briser les fenêtres et à cambrioler les maisons des méthodistes à se rassembler à un moment et à un endroit donnés. Ces violations ouvertes de toutes les lois, humaines et divines, ont été autorisées à passer sans réprimande. Une persécution systématique était menée contre un peuple dont le seul tort était de chercher à détourner les pieds des pécheurs du chemin de la destruction vers le chemin de la sainteté. {4SP 177.2}
John Wesley a déclaré, se référant aux accusations portées contre lui-même et ses associés : « Certains prétendent que les doctrines de ces hommes sont fausses, erronées et enthousiastes ; qu’ils sont nouveaux et inconnus jusqu’à ces derniers temps ; qu’ils sont quakerisme, fanatisme, papisme. Toute cette prétention a déjà été coupée par les racines, il a été démontré en général que chaque branche de cette doctrine est la doctrine claire de l’Écriture interprétée par notre propre église. Elle ne peut donc être fausse ou erronée, pourvu que l’Ecriture soit vraie. « D’autres prétendent que leurs doctrines sont trop strictes ; ils rendent le chemin du Ciel trop étroit ; et c’est bien là l’objection originelle, car elle fut presque la seule pendant quelque temps, et se trouve secrètement au fond d’un millier d’autres qui se présentent sous diverses formes. Mais rendent-ils le chemin du ciel plus étroit que ne l’ont fait notre Seigneur et ses apôtres ? Leur doctrine est-elle plus stricte que celle de la Bible ? Considérez seulement quelques textes clairs : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de tout ton esprit ; et ton prochain comme toi-même. [Luc 10:27.] ‘Toute parole vaine que les hommes diront, ils en rendront compte au jour du Jugement.’ [Matthieu 12:36.] ‘Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.’ [1 Corinthiens 10:31.] {4SP 178.1} ] ‘Toute parole vaine que les hommes diront, ils en rendront compte au jour du Jugement.’ [Matthieu 12:36.] ‘Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.’ [1 Corinthiens 10:31.] {4SP 178.1} ] ‘Toute parole vaine que les hommes diront, ils en rendront compte au jour du Jugement.’ [Matthieu 12:36.] ‘Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.’ [1 Corinthiens 10:31.] {4SP 178.1}
« Si leur doctrine est plus stricte que cela, ils sont à blâmer ; mais vous savez dans votre conscience que ce n’est pas le cas. Et qui peut être un rien moins strict sans corrompre la parole de Dieu ? Un intendant des mystères de Dieu peut-il être trouvé fidèle s’il change une partie de cette déposition sacrée ? – Non ; il ne peut rien diminuer ; il ne peut rien adoucir ; il est contraint de déclarer à tous les hommes, je ne peux pas faire descendre les Écritures à votre goût. Vous devez y arriver, ou périr pour toujours. Le cri populaire est : Le manque de charité de ces hommes ! Pas charitables, sont-ils ? A quel titre ? Ne nourrissent-ils pas les affamés et ne vêtissent-ils pas les nus ? Non; ce n’est pas la chose; ils n’y manquent pas, mais ils sont si peu charitables pour juger ; ils pensent que personne ne peut être sauvé que ceux qui suivent leur propre voie. {4SP 179.1}
Combien semblables sont les arguments invoqués contre ceux qui présentent les vérités de la parole de Dieu applicables à cette époque ! {4SP 179.2}
Parmi les réformateurs de l’église, une place honorable devrait être donnée à ceux qui défendaient une vérité généralement ignorée, même par les protestants, – ceux qui maintenaient la validité du quatrième commandement et l’obligation du sabbat biblique. Lorsque la Réforme a balayé les ténèbres qui s’étaient abattues sur toute la chrétienté, les observateurs du sabbat ont été mis en lumière dans de nombreux pays. Aucune classe de chrétiens n’a été traitée avec plus d’injustice par les historiens populaires que ceux qui ont honoré le sabbat. Ils ont été stigmatisés comme semi-judaïsants, ou dénoncés comme superstitieux et fanatiques. Les arguments qu’ils ont présentés à partir des Écritures à l’appui de leur foi ont été rencontrés comme de tels arguments sont toujours rencontrés, avec le cri : Les Pères, les Pères ! ancienne tradition, l’autorité de l’église ! {4SP 179.3}
Luther et ses collaborateurs ont accompli une noble œuvre pour Dieu ; mais, venant de l’Église romaine, ayant eux-mêmes cru et défendu ses doctrines, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’ils discernassent toutes ces erreurs. C’était leur travail de briser les chaînes de Rome et de donner la Bible au monde ; pourtant il y avait des vérités importantes qu’ils n’ont pas découvertes, et de graves erreurs auxquelles ils n’ont pas renoncé. La plupart d’entre eux ont continué à observer le dimanche avec d’autres fêtes papales. Ils ne le considéraient pas, en effet, comme possédant une autorité divine, mais croyaient qu’il devait être observé comme un jour de culte généralement accepté. {4SP 180.1}
Il y en avait cependant parmi eux qui honoraient le sabbat du quatrième commandement. Telle était la croyance et la pratique de Carlstadt, et il y en eut d’autres qui s’unirent à lui. John Frith, qui a aidé Tyndale dans la traduction des Écritures, et qui a été martyrisé pour sa foi, énonce ainsi ses vues concernant le sabbat : « Les Juifs ont la parole de Dieu pour leur samedi, puisque c’est le septième jour, et ils ont reçu l’ordre de garder solennel le septième jour. Et nous n’avons pas la parole de Dieu pour nous, mais plutôt contre nous ; car nous n’observons pas le septième jour, comme le font les Juifs, mais le premier, qui n’est pas commandé par la loi de Dieu. {4SP 180.2}
Cent ans plus tard, John Trask a reconnu l’obligation du vrai sabbat et a utilisé la voix et la plume pour sa défense. Il fut bientôt appelé à rendre des comptes par le pouvoir persécuteur de l’Église d’Angleterre. Il a déclaré la suffisance des Écritures comme guide de la foi religieuse et a soutenu que les autorités civiles ne devraient pas contrôler la conscience en matière de salut. Il fut traduit en justice devant l’infâme tribunal de la Chambre étoilée, où s’engagea une longue discussion sur le sabbat. Trask ne s’écarterait pas des injonctions et des commandements de Dieu pour obéir aux commandements des hommes. Il fut donc condamné, et condamné à être mis au pilori, et de là à être publiquement fouetté à la flotte, pour y rester prisonnier. Cette phrase cruelle a été exécutée, et après un certain temps, son esprit a été brisé. Il a enduré ses souffrances en prison pendant un an, puis s’est rétracté. Oh qu’il avait souffert et gagné la couronne d’un martyr ! {4SP 181.1}
La femme de Trask était aussi une observatrice du sabbat. Elle était déclarée, même par ses ennemis, comme une femme douée de nombreuses vertus dignes d’être imitées par tous les chrétiens. Elle était une institutrice d’excellence reconnue et était connue pour sa prudence dans le traitement des pauvres. «Ceci», disaient ses ennemis, «elle professait le faire par conscience, comme croyant qu’elle devait un jour venir être jugée pour tout ce qui était fait dans la chair. Par conséquent, elle résolut de suivre la règle la plus sûre, plutôt contre que pour son intérêt personnel. Pourtant on disait qu’elle possédait un esprit d’obstination étrange et sans pareille à adhérer à ses propres opinions, ce qui la gâtait. En vérité, elle a choisi d’obéir à la parole de Dieu plutôt qu’aux traditions des hommes. Enfin cette noble femme fut saisie et jetée en prison. L’accusation portée contre elle était qu’elle n’enseignait que cinq jours par semaine et se reposait le samedi, sachant qu’elle le faisait en obéissance au quatrième commandement. Elle n’a été accusée d’aucun crime; le motif de son acte était le seul motif de plainte. {4SP 181.2}
Elle était souvent visitée par ses persécuteurs, qui employaient leurs arguments les plus rusés pour l’inciter à renoncer à sa foi. En réponse, elle les pria de montrer à partir des Écritures qu’elle était dans l’erreur, et insista sur le fait que si le dimanche était vraiment un jour saint, le fait devait être énoncé dans la parole de Dieu. Mais en vain, elle a demandé un témoignage biblique. Elle a été exhortée à étouffer ses convictions et à croire ce que l’église déclarait être juste. {4SP 182.1}
Elle a refusé d’acheter la liberté en renonçant à la vérité. Les promesses de Dieu ont soutenu sa foi : « Ne crains aucune de ces choses que tu souffriras. Voici, le diable jettera certains d’entre vous en prison pour que vous soyez jugés. “Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai une couronne de vie.” [Apocalypse 2:10.] Pendant près de seize ans, cette faible femme est restée prisonnière, dans la privation et de grandes souffrances. Le livre de Dieu seul peut témoigner de ce qu’elle a enduré pendant ces années de fatigue. Fidèlement, elle a témoigné pour la vérité; sa patience et son courage n’ont pas faibli jusqu’à ce qu’elle soit libérée par la mort. {4SP 182.2}
Son nom a été rejeté comme maléfique sur terre, mais il est honoré dans les annales célestes. Elle a été inscrite au nombre de ceux qui ont été traqués, calomniés, chassés, emprisonnés, martyrisés ; “dont le monde n’était pas digne.” “Et ils seront à moi, dit l’Éternel des armées, en ce jour où je confectionnerai mes bijoux.” [Malachie 3:17.] {4SP 182.3}
Dieu a, dans sa providence, conservé l’histoire de quelques-uns de ceux qui ont souffert pour leur obéissance au quatrième commandement ; mais il y en eut beaucoup, dont le monde ne sait rien, qui, pour la même vérité, endurèrent la persécution et le martyre. Ceux qui ont opprimé ces disciples du Christ se sont appelés protestants ; mais ils ont abjuré le principe fondamental du protestantisme, la Bible et la Bible seulement comme règle de foi et de pratique. Le témoignage des Ecritures, ils les rejetaient avec dédain. Cet esprit vit toujours, et il augmentera de plus en plus à mesure que nous approchons de la fin des temps. Ceux qui honorent le sabbat biblique sont même maintenant déclarés volontaires et têtus par une grande partie du monde chrétien, et le temps n’est pas loin où l’esprit de persécution se manifestera contre eux. {4SP 183.1}
Au dix-septième siècle, il y avait plusieurs églises sabbatiques en Angleterre, alors qu’il y avait des centaines d’observateurs du sabbat dispersés dans tout le pays. Grâce à leurs travaux, cette vérité a été plantée en Amérique à une date précoce. Moins d’un demi-siècle après le débarquement des pèlerins à Plymouth, les observateurs du sabbat de Londres envoyèrent l’un des leurs pour élever le niveau de la réforme du sabbat dans le nouveau monde. Ce missionnaire soutenait que les dix commandements tels qu’ils étaient délivrés du mont Sinaï sont moraux et immuables, et que c’est la puissance antichrétienne qui pensait changer les temps et les lois, qui avait changé le sabbat du septième au premier jour. À Newport, RI, plusieurs membres d’église ont adopté ces points de vue, mais ont continué pendant quelques années dans l’église avec laquelle ils étaient auparavant liés. Finalement, des difficultés surgirent entre les Sabbatariens et les observateurs du dimanche, et les premiers furent contraints de se retirer de l’église, afin de pouvoir observer paisiblement le saint jour de Dieu. Peu de temps après, ils formèrent une organisation, formant ainsi la première église observant le sabbat en Amérique. Ces observateurs du sabbat s’étaient flattés de pouvoir obéir au quatrième commandement tout en restant en contact avec les observateurs du dimanche. C’était une bénédiction pour eux et pour les générations futures qu’une telle union ne puisse pas exister; car s’il avait continué, il aurait éventuellement causé la lumière du saint sabbat de Dieu à s’éteindre dans les ténèbres. {4SP 183.2} formant ainsi la première église observant le sabbat en Amérique. Ces observateurs du sabbat s’étaient flattés de pouvoir obéir au quatrième commandement tout en restant en contact avec les observateurs du dimanche. C’était une bénédiction pour eux et pour les générations futures qu’une telle union ne puisse pas exister; car s’il avait continué, il aurait éventuellement causé la lumière du saint sabbat de Dieu à s’éteindre dans les ténèbres. {4SP 183.2} formant ainsi la première église observant le sabbat en Amérique. Ces observateurs du sabbat s’étaient flattés de pouvoir obéir au quatrième commandement tout en restant en contact avec les observateurs du dimanche. C’était une bénédiction pour eux et pour les générations futures qu’une telle union ne puisse pas exister; car s’il avait continué, il aurait éventuellement causé la lumière du saint sabbat de Dieu à s’éteindre dans les ténèbres. {4SP 183.2}
Quelques années plus tard, une église a été formée dans le New Jersey. Un observateur zélé du dimanche, ayant réprimandé une personne pour avoir travaillé ce jour-là, s’est vu demander son autorité par les Écritures. En cherchant cela, il trouva, à la place, le commandement divin d’observer le septième jour, et il commença aussitôt à l’observer. Grâce à ses travaux, une église sabbatarienne a été élevée. {4SP 184.1}
À partir de ce moment, le travail s’est progressivement étendu jusqu’à ce que des milliers de personnes commencent à observer le sabbat. Parmi les baptistes du septième jour de ce pays, il y a eu des hommes éminents pour le talent, l’érudition et la piété. Ils ont accompli une grande et bonne œuvre en défendant l’ancien sabbat pendant deux cents ans. {4SP 184.2}
Au cours du siècle actuel, peu ont pris une position plus noble pour cette vérité que celle prise par Eld. JW Morton, dont les travaux et les écrits en faveur du sabbat ont conduit de nombreuses personnes à son observance. Il fut envoyé comme missionnaire à Haïti par les presbytériens réformés. Les publications sabbatiques tombèrent entre ses mains, et après avoir examiné attentivement le sujet, il devint convaincu que le quatrième commandement exige l’observance du sabbat du septième jour. Sans attendre de considérer ses propres intérêts, il se décida aussitôt à obéir à Dieu. Il rentra chez lui, fit connaître sa foi, fut jugé pour hérésie et expulsé de l’Église presbytérienne réformée sans être autorisé à présenter les raisons de sa position. {4SP 185.1}
Le cours du synode presbytérien en condamnant Eld. Morton sans lui accorder d’audience, est une preuve de l’esprit d’intolérance qui existe encore, même parmi ceux qui se prétendent réformateurs protestants. Le Dieu infini, dont le trône est dans les cieux, daigne s’adresser à son peuple : “Venez maintenant, et raisonnons ensemble” ; [Ésaïe 1:18.] mais les hommes fragiles et égarés refusent fièrement de raisonner avec leurs frères. Ils sont prêts à censurer celui qui accepte toute lumière qu’ils n’ont pas reçue, comme si Dieu s’était engagé à ne donner à personne plus de lumière qu’il ne leur en avait donnée. C’est la voie suivie par les opposants à la vérité à chaque époque. Ils oublient la déclaration des Écritures : « La lumière est semée pour les justes. [Psaume 97:11.] « Le sentier du juste est comme la lumière éclatante, qui brille de plus en plus jusqu’au jour parfait. ” [Proverbes 4:18.] C’est une chose triste quand un peuple qui prétend être des réformateurs cesse de se réformer. {4SP 185.2}
Si les chrétiens de profession ne faisaient que comparer soigneusement et dans la prière leurs points de vue avec les Écritures, mettant de côté tout orgueil d’opinion et tout désir de suprématie, un flot de lumière serait versé sur les églises qui errent maintenant dans les ténèbres de l’erreur. Aussi vite que son peuple peut le supporter, le Seigneur lui révèle ses erreurs de doctrine et ses défauts de caractère. D’âge en âge, il a élevé des hommes et les a qualifiés pour faire un travail spécial nécessaire à leur époque. Mais à aucun de ceux-ci il n’a confié toute la lumière qui devait être donnée au monde. La sagesse ne meurt pas avec eux. Ce n’était pas la volonté de Dieu que l’œuvre de réforme cesse avec la fin de la vie de Luther ; ce n’était pas sa volonté qu’à la mort des Wesley, la foi chrétienne devienne stéréotypée. Le travail de réforme est progressif. Aller de l’avant, est le commandement de notre grand chef, – en avant vers la victoire. {4SP 186.1}
Nous ne serons pas acceptés et honorés de Dieu en faisant le même travail que nos pères ont fait. Nous n’occupons pas la position qu’ils occupaient dans le déploiement de la vérité. Pour être acceptés et honorés comme ils étaient, nous devons améliorer la lumière qui brille sur nous, comme ils ont amélioré celle qui brille sur eux ; nous devons faire comme ils auraient fait s’ils avaient vécu de nos jours. Luther et les Wesley étaient des réformateurs à leur époque. Il est de notre devoir de poursuivre le travail de réforme. Si nous négligeons de faire attention à la lumière, elle deviendra ténèbres ; et le degré d’obscurité sera proportionné à la lumière rejetée. {4SP 186.2}
Le prophète de Dieu déclare que dans les derniers jours la connaissance sera augmentée. Il y a de nouvelles vérités à révéler à l’humble chercheur. Les enseignements de la parole de Dieu doivent être libérés des erreurs et des superstitions dont ils ont été encombrés. Les doctrines qui ne sont pas sanctionnées par les Écritures ont été largement enseignées, et beaucoup les ont honnêtement acceptées ; mais quand la vérité est révélée, il devient le devoir de chacun de l’accepter. Ceux qui permettent aux intérêts mondains, au désir de popularité ou à l’orgueil d’opinion de les séparer de la vérité doivent rendre compte à Dieu de leur négligence. {4SP 186.3}
Chapitre 11 . . . . . Les deux témoins.
La suppression des Écritures sous la domination de Rome, les terribles résultats de cette suppression, et l’exaltation finale de la parole de Dieu, sont clairement dépeints par le crayon prophétique. À Jean, l’exil sur la solitude de Patmos a donné une vision des 1260 années au cours desquelles le pouvoir papal a été autorisé à piétiner la parole de Dieu et à opprimer son peuple. L’ange du Seigneur a dit : « Ils fouleront aux pieds la ville sainte [la véritable Église] pendant quarante-deux mois. Et je donnerai pouvoir à mes deux témoins, et ils prophétiseront mille deux cent soixante jours, vêtus de sacs. [Apocalypse 11:2, 3.] Les périodes mentionnées ici sont les mêmes, représentant également le temps pendant lequel les témoins fidèles de Dieu sont restés dans un état d’obscurité. {4SP 188.1}
Les deux témoins représentent les Écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les deux sont des témoignages importants de l’origine et de la perpétuité de la loi de Dieu. Tous deux sont aussi témoins du plan de salut. Les types, les sacrifices et les prophéties de l’Ancien Testament pointent vers un Sauveur à venir. Les évangiles et les épîtres du Nouveau Testament parlent d’un Sauveur qui est venu de la manière exacte prédite par le type et la prophétie. {4SP 188.2}
“Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Dieu de la terre.” [Apocalypse 11:4.] Le psalmiste a dit : « Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier. [Psaume 119:105.] {4SP 189.1}
Le pouvoir papal a cherché à cacher au peuple la parole de vérité, et a mis devant lui de faux témoins pour contredire son témoignage. Lorsque la Bible a été proscrite par l’autorité religieuse et laïque; quand son témoignage a été perverti, et tous les efforts faits que les hommes et les démons pouvaient inventer pour en détourner l’esprit des gens ; lorsque ceux qui ont osé proclamer ses vérités sacrées ont été chassés, trahis, torturés, enterrés dans des cachots, martyrisés pour leur foi, ou contraints de fuir vers les montagnes et vers les tanières et les grottes de la terre, alors les fidèles témoins ont prophétisé dans toile à sac. {4SP 189.2}
Mais les hommes ne peuvent impunément piétiner la parole de Dieu. Le Seigneur avait déclaré concernant ses deux témoins : « Si quelqu’un veut leur faire du mal, un feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis ; et si quelqu’un veut leur faire du mal, il doit être tué de cette manière. [Apocalypse 11:5.] La signification de cette dénonciation effrayante est exposée dans le dernier chapitre du livre de l’Apocalypse : « Je témoigne à tout homme qui entend les paroles de la prophétie de ce livre, si quelqu’un ajoute à ces choses, Dieu lui ajoutera les plaies qui sont écrites dans ce livre. Et si quelqu’un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la ville sainte, et des choses qui sont écrites dans ce livre. [Apocalypse 22:18, 19.] {4SP 189.3}
Tels sont les avertissements que Dieu a donnés pour empêcher les hommes de changer de quelque manière que ce soit ce qu’il a révélé ou commandé. Ces dénonciations solennelles s’adressent à tous ceux qui, par leur influence, amènent les hommes à considérer légèrement la loi de Dieu. Ils devraient faire craindre et trembler ceux qui déclarent avec désinvolture qu’il importe peu que nous obéissions ou non à la loi de Dieu. Tous ceux qui exaltent leurs propres opinions au-dessus de la parole écrite, tous ceux qui voudraient changer le sens ordinaire de l’Écriture à leur convenance ou pour se conformer au monde, assument une responsabilité effrayante. La parole écrite, la loi de Dieu, mesurera le caractère de chaque homme et condamnera tous ceux que cette épreuve infaillible déclarera défaillants. {4SP 190.1}
Bien que les témoins du Seigneur aient été vêtus de sacs, ils ont continué à prophétiser pendant toute la période de 1260 ans. Dans les temps les plus sombres, il y avait des hommes fidèles qui aimaient la parole de Dieu et étaient jaloux de son honneur. A ces fidèles serviteurs ont été donnés la sagesse, le pouvoir et l’autorité de déclarer sa vérité pendant toute cette période. {4SP 190.2}
« Et quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera. Et leurs cadavres reposeront sur la place de la grande ville, qui est spirituellement appelée Sodome et Égypte, où aussi notre Seigneur a été crucifié. [Apocalypse 11 :7, 8.] {4SP 190.3}
Ces événements devaient avoir lieu vers la fin de la période au cours de laquelle les témoins ont témoigné en toile de sac. Par l’intermédiaire de la papauté, Satan contrôlait depuis longtemps les pouvoirs qui régnaient dans l’Église et l’État. Les résultats effrayants étaient particulièrement apparents dans les pays qui ont rejeté la lumière de la Réforme. Il y avait un état d’avilissement moral et de corruption semblable à la condition de Sodome juste avant sa destruction, et à l’idolâtrie et aux ténèbres spirituelles qui régnaient en Égypte à l’époque de Moïse. {4SP 190.4}
Dans aucun pays l’esprit d’inimitié contre le Christ et la vérité n’avait été plus manifestement manifesté que dans la France étourdie et impie. Nulle part l’évangile n’avait rencontré une opposition plus amère et plus cruelle. Dans les rues de Paris, le Christ avait en effet été crucifié en la personne de ses saints. Le monde se souvient encore avec une horreur frissonnante des scènes de cet assaut des plus lâches et des plus cruels, le massacre de la Saint-Barthélemy. Le roi de France, poussé par des prêtres romains et des prélats, donna sa sanction à l’effroyable œuvre. La cloche du palais, sonnant à minuit, donna le signal du début du massacre. Des protestants par milliers, dormant tranquillement dans leurs maisons, se fiant à l’honneur juré de leur roi, furent traînés sans avertissement et assassinés de sang-froid. {4SP 191.1}
Satan, en la personne des fanatiques romains, conduisait la camionnette. Comme Christ était le chef invisible de son peuple depuis l’esclavage égyptien, Satan était le chef invisible de ses sujets dans cette horrible œuvre de multiplication des martyrs. Pendant trois jours, la boucherie dura ; plus de trente mille périrent. Le résultat a causé une grande joie aux hôtes des ténèbres. Le pontife romain, partageant les réjouissances diaboliques, proclama un jubilé à observer dans tous ses États, pour célébrer l’événement. {4SP 191.2}
Le même maître-esprit qui a poussé dans le massacre de la Saint-Barthélemy, a également conduit dans les scènes de la Révolution française. Satan semblait triompher. Malgré les travaux des réformateurs, il avait réussi à maintenir de vastes multitudes dans l’ignorance de Dieu et de sa parole. Maintenant, il est apparu sous une nouvelle apparence. En France s’éleva un pouvoir athée qui déclara ouvertement la guerre à l’autorité du Ciel. Les hommes ont abandonné toute retenue. La loi de Dieu a été foulée aux pieds. Ceux qui pouvaient se livrer au blasphème le plus audacieux et à la méchanceté la plus abominable étaient les plus exaltés. La fornication était sanctionnée par la loi. Le blasphème et la corruption semblaient inonder la terre. Dans tout cela, un hommage suprême a été rendu à Satan, tandis que le Christ, dans ses caractéristiques de vérité, de pureté et d’amour désintéressé, a été crucifié. La Bible a été publiquement brûlée. Le sabbat a été effacé. Le romanisme avait prescrit le culte des images ; maintenant les honneurs divins étaient rendus aux objets les plus vils. L’œuvre que la papauté avait commencée, l’athéisme l’a achevée. Celui qui a caché au peuple les vérités de la Bible ; l’autre leur enseignait à rejeter à la fois la Bible et son Auteur. La semence semée par les prêtres et les prélats portait ses mauvais fruits. {4SP 192.1}
Terrible en effet était la condition de la France infidèle. La parole de vérité gisait morte dans ses rues, et ceux qui détestaient les restrictions et les exigences de la loi de Dieu jubilaient. Mais la transgression et la rébellion ont été suivies d’un résultat sûr. La malheureuse France a récolté dans le sang la moisson qu’elle avait semée. La guerre contre la Bible et la loi de Dieu a banni la paix et le bonheur des cœurs et des foyers des hommes. Personne n’était en sécurité : celui qui triomphait aujourd’hui était suspect, condamné, demain. La violence et la terreur régnaient en maître. Le pays était rempli de crimes trop horribles pour qu’une plume puisse les retracer. {4SP 192.2}
Les fidèles témoins de Dieu ne tardèrent pas à se taire. “L’Esprit de vie venant de Dieu est entré en eux, et ils se sont tenus sur leurs pieds, et une grande frayeur est tombée sur ceux qui les ont vus.” [Apocalypse 11:11.] Le monde était consterné par l’énormité de la culpabilité qui avait résulté du rejet des oracles sacrés, et les hommes étaient heureux de revenir une fois de plus à la foi en Dieu et en sa parole. {4SP 193.1}
Concernant les deux témoins, le prophète déclare plus loin : « Et ils entendirent une grande voix du ciel leur disant : Montez ici. Et ils montèrent au ciel dans une nuée; et leurs ennemis les virent. [Apocalypse 11:12.] Depuis la Révolution française, la parole de Dieu a été honorée comme jamais auparavant. La Bible a été traduite dans presque toutes les langues parlées par les hommes et dispersée dans toutes les parties du globe. Après avoir été pour ainsi dire précipitée en enfer, elle a, en vérité, été élevée au ciel. {4SP 193.2}
Chapitre 12 . . . . . Dieu honore les humbles.
Ceux qui reçurent les grandes bénédictions de la Réforme ne s’avancèrent pas dans la voie si noblement engagée par Luther. Quelques hommes fidèles se levaient de temps en temps pour proclamer une nouvelle vérité et exposer une erreur longtemps chérie ; mais la plupart, comme les Juifs du temps du Christ ou les papistes du temps de Luther, se contentaient de croire comme croyaient leurs pères et de vivre comme eux. Par conséquent, la religion a de nouveau dégénéré en formalisme; et les erreurs et les superstitions qui auraient été rejetées si l’église avait continué à marcher à la lumière de la parole de Dieu, ont été conservées et chéries. Ainsi l’esprit inspiré par la Réforme s’éteignit peu à peu, jusqu’à ce qu’il y ait presque autant de besoin de réforme dans les Églises protestantes que dans l’Église romaine au temps de Luther. C’était la même stupeur spirituelle, le même respect pour les opinions des hommes, le même esprit de mondanité, la même substitution des théories humaines aux enseignements de la parole de Dieu. L’orgueil et l’extravagance étaient encouragés sous le couvert de la religion. Les églises se sont corrompues en s’alliant avec le monde. Ainsi furent dégradés les grands principes pour lesquels Luther et ses compagnons avaient tant fait et tant souffert. {4SP 194.1}
Lorsque Satan a vu qu’il n’avait pas réussi à écraser la vérité par la persécution, il a de nouveau recouru au même plan de compromis qui avait conduit à la grande apostasie et à la formation de l’église de Rome. Il incita les chrétiens à s’allier, non plus aux païens, mais à ceux qui, par leur culte du dieu de ce monde, se montrèrent véritablement idolâtres. Satan ne pouvait plus cacher la Bible aux gens ; il avait été mis à la portée de tous. Mais il a amené des milliers de personnes à accepter de fausses interprétations et des théories erronées, sans chercher dans les Écritures pour apprendre la vérité par eux-mêmes. Il avait corrompu les doctrines de la Bible, et les traditions qui devaient ruiner des millions de personnes prenaient profondément racine. L’église soutenait et défendait ces traditions, au lieu de lutter pour la foi autrefois transmise aux saints. {4SP 195.1}
Et alors qu’ils étaient totalement inconscients de leur condition et de leur péril, l’église et le monde approchaient rapidement de la période la plus solennelle et la plus importante de l’histoire de la terre, la période de la révélation du Fils de l’homme. Déjà les signes que le Christ lui-même avait promis – le soleil revêtu de ténèbres le jour et la lune la nuit – avaient annoncé son approche. Lorsque Jésus a dirigé ses disciples vers ces signes, il a également prédit l’état actuel de mondanité et de rétrogradation, et a averti du résultat ceux qui refusaient de se réveiller de leur sécurité insouciante : « Tu as un nom que tu vis, et tu es mort. ” “Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi.” [Apocalypse 3:1, 3.] {4SP 195.2}
Celui qui connaît la fin dès le commencement, et qui a inspiré les prophètes et les apôtres pour écrire l’histoire future des églises et des nations, allait accomplir une autre réforme semblable à celle du temps de Luther. Le Seigneur a suscité des hommes pour enquêter sur sa parole, pour examiner le fondement sur lequel le monde chrétien était en train de s’édifier, et pour poser la question solennelle : Qu’est-ce que la vérité ? Construisons-nous sur le roc ou sur du sable mouvant ? {4SP 196.1}
Dieu vit que beaucoup de ceux qu’il professait ne bâtissaient pas pour l’éternité ; et dans ses soins et son amour, il était sur le point d’envoyer un message d’avertissement pour les réveiller de leur stupeur et les préparer à la venue de leur Seigneur. L’avertissement ne devait pas être confié à de savants docteurs de la divinité ou à des ministres populaires de l’évangile. S’ils avaient été de fidèles veilleurs, sondant diligemment et dans la prière les Écritures, ils auraient connu l’heure de la nuit ; les prophéties de Daniel et de Jean leur auraient révélé les grands événements sur le point d’avoir lieu. S’ils avaient fidèlement suivi la lumière déjà donnée, une étoile de rayonnement céleste aurait été envoyée pour les guider dans toute la vérité. {4SP 196.2}
Au moment du premier avènement du Christ, les prêtres et les scribes de la ville sainte, à qui étaient confiés les oracles de Dieu, auraient dû discerner les signes des temps et annoncer la venue du Promis. La prophétie de Michée désignait son lieu de naissance ; [Michée 5:2.] Daniel a précisé le moment de son avènement. [Daniel 9:25.] Dieu avait confié ces prophéties aux dirigeants juifs ; c’est pourquoi ils étaient sans excuse s’ils ne savaient pas et n’annonçaient pas au peuple que la venue du Messie était proche. Leur ignorance était le résultat d’une négligence coupable. {4SP 196.3}
Dieu n’a pas envoyé ses messagers dans les palais des rois, dans les assemblées des philosophes ou dans les écoles des rabbins, pour faire connaître le fait merveilleux que le Rédempteur des hommes allait apparaître sur la terre. Les Juifs construisaient des monuments pour les prophètes de Dieu tués, tandis que par leur déférence envers les grands hommes de la terre, ils rendaient hommage aux serviteurs de Satan. Absorbés dans leur lutte ambitieuse pour la place et le pouvoir parmi les hommes, ils perdirent de vue les honneurs divins que leur offrait le Roi des Cieux. {4SP 197.1}
Avec quel profond et respectueux intérêt les anciens d’Israël auraient-ils dû étudier le lieu, le moment, les circonstances du plus grand événement de l’histoire du monde, la venue du Fils de Dieu pour accomplir la rédemption de l’homme ! Oh, pourquoi les gens ne regardaient-ils pas et n’attendaient-ils pas d’être parmi les premiers à accueillir le Rédempteur du monde ! Mais voici, à Bethléem, deux voyageurs fatigués des collines de Nazareth traversent toute la longueur de la rue étroite jusqu’à l’extrémité orientale de la ville, cherchant vainement un lieu de repos et un abri pour la nuit. Aucune porte n’est ouverte pour les recevoir. Dans un misérable taudis préparé pour le bétail, ils trouvent enfin refuge, et là naît le Sauveur du monde. {4SP 197.2}
Les anges célestes avaient vu la gloire que le Fils de Dieu partageait avec le Père avant que le monde fût, et ils avaient attendu avec un intérêt intense son apparition sur terre comme un événement chargé de la plus grande joie pour tous. Des anges ont été désignés pour porter la bonne nouvelle à ceux qui étaient prêts à la recevoir et qui la feraient connaître avec joie aux habitants de la terre. Le Christ s’est abaissé pour prendre sur lui la nature de l’homme ; il doit porter un poids infini de malheur car il fera de son âme une offrande pour le péché ; pourtant les anges désirent que même dans son humiliation, le Fils du Très-Haut puisse apparaître devant les hommes avec une dignité et une gloire dignes de son caractère. Les grands hommes de la terre se réuniront-ils dans la capitale d’Israël pour saluer sa venue ? Des légions d’anges le présenteront-ils à la future compagnie ? {4SP 197.3}
Un ange visite la terre pour voir qui est prêt à accueillir Jésus. Mais il ne discerne aucun signe d’attente. Il n’entend aucune voix de louange et de triomphe que la période de la venue du Messie soit proche. L’ange plane un temps au-dessus de la ville choisie et du temple où la présence divine s’est manifestée pendant des siècles ; mais même ici, c’est la même indifférence. Les prêtres, dans leur faste et leur orgueil, offrent des sacrifices souillés dans le temple. Les pharisiens s’adressent à haute voix au peuple, ou font des prières vantardes au coin des rues. Il n’y a aucune preuve que le Christ est attendu, et aucune préparation pour le Prince de la vie. {4SP 198.1}
Dans l’étonnement, le messager céleste est sur le point de retourner au ciel avec la nouvelle honteuse, lorsqu’il découvre un groupe de bergers qui surveillent leurs troupeaux la nuit et, alors qu’ils regardent les cieux étoilés, contemplent la prophétie d’un Messie à venir. sur la terre et aspirant à l’avènement du Rédempteur du monde. Voici une entreprise à qui on peut faire confiance avec le message céleste. Et soudain l’ange du Seigneur apparut, annonçant la bonne nouvelle d’une grande joie. La gloire céleste a inondé toute la plaine, une compagnie innombrable d’anges s’est révélée, et comme si la joie était trop grande pour qu’un seul messager puisse l’apporter du ciel, une multitude de voix ont éclaté dans l’hymne que toutes les nations des sauvés doivent un jour chantez : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre, bienveillance envers les hommes ». {4SP 198.2}
Oh, quelle leçon est cette merveilleuse histoire de Bethléem ! Comment cela réprimande notre incrédulité, notre fierté et notre autosuffisance. Comment il nous avertit de prendre garde, de peur que, par notre indifférence criminelle, nous manquions également de discerner les signes des temps, et par conséquent ne sachions pas le jour de notre visitation. C’est « à ceux qui l’attendent » que Christ doit « apparaître une seconde fois sans péché pour le salut ». [Hébreux 9:28.] {4SP 199.1}
Jésus envoie à son peuple un message d’avertissement pour le préparer à sa venue. Au prophète Jean fut révélée l’œuvre finale du grand plan de rédemption de l’homme. Il vit un ange voler “au milieu des cieux, ayant l’Evangile éternel à prêcher aux habitants de la terre, à toute nation, et tribu, et langue, et peuple, disant d’une voix forte : Craignez Dieu, et rendez-lui gloire; car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux. [Apocalypse 14:6, 7.] {4SP 199.2}
L’ange représenté dans la prophétie comme délivrant ce message, symbolise une classe d’hommes fidèles qui, obéissant aux incitations de l’Esprit de Dieu et aux enseignements de sa parole, proclament cet avertissement aux habitants de la terre. Ce message ne devait pas être confié aux chefs religieux du peuple. Ils n’avaient pas réussi à préserver leur lien avec Dieu et avaient refusé la lumière du Ciel ; c’est pourquoi ils n’étaient pas du nombre décrit par l’apôtre Paul : « Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Vous êtes tous les enfants de la lumière et les enfants du jour ; nous ne sommes ni de la nuit ni des ténèbres. [1 Thessaloniciens 5: 4, 5.] {4SP 199.3}
Les sentinelles sur les murs de Sion devraient être les premières à entendre la nouvelle de l’avènement du Sauveur, les premières à élever la voix pour le proclamer proche, les premières à avertir le peuple de se préparer à sa venue. Mais ils étaient à l’aise, rêvant de paix et de sécurité, tandis que le peuple dormait dans ses péchés. Jésus a vu son église, comme le figuier stérile, couverte de feuilles prétentieuses, mais dépourvue de fruits précieux. Il y avait une observance vantarde des formes de la religion, tandis que l’esprit de vraie humilité, de pénitence et de foi – qui seul pouvait rendre le service agréable à Dieu – faisait défaut. Au lieu des grâces de l’Esprit, se sont manifestés l’orgueil, le formalisme, la vaine gloire, l’égoïsme, l’oppression. Une église rétrograde a fermé les yeux sur les signes des temps. Dieu ne les a pas abandonnés, ni n’a laissé sa fidélité échouer ; mais ils le quittèrent et se séparèrent de son amour. Comme ils ont refusé de se conformer aux conditions, ses promesses envers eux n’ont pas été tenues. {4SP 200.1}
L’amour pour le Christ et la foi en sa venue se sont refroidis. Tel est le résultat certain de la négligence d’apprécier et d’améliorer la lumière et les privilèges que Dieu accorde. A moins que l’église ne poursuive dans sa providence initiale, acceptant chaque rayon de lumière, accomplissant chaque devoir qui peut être révélé, la religion dégénérera inévitablement dans l’observance des formes, et l’esprit de piété vitale disparaîtra. Cette vérité a été illustrée à maintes reprises dans l’histoire de l’Église. Dieu exige de son peuple des œuvres de foi et d’obéissance correspondant aux bénédictions et privilèges accordés. L’obéissance exige un sacrifice et implique une croix ; et c’est pourquoi tant de ceux qui professaient suivre le Christ refusèrent de recevoir la lumière du Ciel et, comme les Juifs d’autrefois, ne connaissaient pas le moment de leur visitation. [Luc 19:44. ] A cause de leur orgueil et de leur incrédulité, le Seigneur passa à côté d’eux et révéla sa vérité aux hommes dans une vie humble, qui avaient prêté attention à toute la lumière qu’ils avaient reçue. {4SP 200.2}
Chapitre 13 . . . . . Guillaume Miller.
Un fermier droit et honnête, qui avait été amené à douter de l’autorité divine des Écritures, mais qui désirait sincèrement connaître la vérité, était l’homme choisi de Dieu pour proclamer la proximité de la seconde venue du Christ. Comme beaucoup d’autres réformateurs, William Miller avait, au début de sa vie, lutté contre la pauvreté et avait ainsi appris les grandes leçons de l’énergie et de l’abnégation. Son esprit était actif et bien développé, et il avait une grande soif de connaissances. Bien qu’il n’ait pas joui des avantages d’une éducation collégiale, son amour de l’étude et une habitude de réflexion approfondie et de critique attentive en ont fait un homme de jugement sain et de vues globales. {4SP 202.1}
Il possédait un caractère moral irréprochable et une réputation enviable, étant généralement estimé pour son intégrité, son épargne et sa bienveillance. Dans son enfance, il avait été sujet à des impressions religieuses ; mais au début de l’âge adulte, étant jeté presque exclusivement dans la société des déistes, il fut amené à adopter leurs sentiments, qu’il continua à défendre pendant environ douze ans. À l’âge de trente-quatre ans, cependant, le Saint-Esprit imprimait à son cœur le sentiment de sa condition de pécheur. Il ne trouva dans son ancienne croyance aucune assurance de bonheur au-delà de la tombe. L’avenir était sombre et sombre. Se référant ensuite à ses sentiments à ce moment-là, il a dit : – {4SP 202.2}
“L’annihilation était une pensée froide et effrayante, et la responsabilité était une destruction certaine pour tous. Les cieux étaient comme de l’airain sur ma tête, et la terre comme du fer sous mes pieds. L’éternité, qu’est-ce que c’était ? Et la mort, pourquoi était-ce ? Plus je raisonnais, plus je m’éloignais de la démonstration. Plus je réfléchissais, plus mes conclusions étaient dispersées. J’ai essayé d’arrêter de penser; mais mes pensées ne seraient pas contrôlées. J’étais vraiment misérable, mais je n’en comprenais pas la cause. Je murmurais et me plaignais, mais je ne savais pas de qui. Je savais qu’il y avait un mal, mais je ne savais pas où ni comment trouver le bien. J’ai pleuré, mais sans espoir. {4SP 203.1}
Dans cet état, il resta quelques mois. « Soudain, dit-il, le caractère d’un Sauveur s’est vivement imprimé dans mon esprit. Il semblait qu’il pouvait y avoir un être si bon et compatissant qu’il expie lui-même nos transgressions, et nous sauve ainsi de la souffrance du châtiment du péché. J’ai tout de suite senti à quel point un tel être devait être beau, et j’ai imaginé que je pouvais me jeter dans les bras d’un tel être et avoir confiance en sa miséricorde. Mais la question se pose : comment peut-on prouver qu’un tel être existe ? En dehors de la Bible, j’ai découvert que je ne pouvais obtenir aucune preuve de l’existence d’un tel Sauveur, ni même d’un état futur. {4SP 203.2}
« J’ai vu que la Bible me présentait exactement le Sauveur dont j’avais besoin ; et j’étais perplexe de voir comment un livre sans inspiration pouvait développer des principes si parfaitement adaptés aux besoins d’un monde déchu. J’étais contraint d’admettre que les Ecritures devaient être une révélation de Dieu. Ils sont devenus mon délice; et en Jésus j’ai trouvé un ami. Le Sauveur est devenu pour moi le premier parmi dix mille; et les Écritures, qui auparavant étaient sombres et contradictoires, sont maintenant devenues une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. Mon esprit est devenu calme et satisfait. J’ai découvert que le Seigneur Dieu était un rocher au milieu de l’océan de la vie. La Bible est maintenant devenue ma principale étude, et je peux vraiment dire que je l’ai cherchée avec un grand plaisir. J’ai trouvé la moitié ne m’a jamais été dit. Je me suis demandé pourquoi je n’avais pas vu sa beauté et sa gloire auparavant, et je me suis émerveillé d’avoir pu le rejeter. J’ai trouvé tout révélé que mon cœur pouvait désirer, et un remède pour chaque maladie de l’âme. J’ai perdu tout goût pour d’autres lectures et j’ai appliqué mon cœur à obtenir la sagesse de Dieu. {4SP 203.3}
Il professa alors publiquement sa foi dans la religion qu’il avait méprisée. Mais ses associés infidèles ne tardèrent pas à avancer tous ces arguments que lui-même avait souvent avancés contre l’autorité divine des Ecritures. Il n’était alors pas prêt à y répondre ; mais il a raisonné, que si la Bible est une révélation de Dieu, elle doit être cohérente avec elle-même ; et que comme il a été donné pour l’instruction de l’homme, il doit être adapté à son entendement. Il décida d’étudier les Écritures par lui-même et de vérifier si chaque contradiction apparente ne pouvait pas être harmonisée. {4SP 204.1}
S’efforçant de mettre de côté toutes les opinions préconçues et se dispensant de commentaires, il comparait écriture à écriture à l’aide des références marginales et de la concordance. Il poursuivit son étude d’une manière régulière et méthodique ; commençant par la Genèse, et lisant verset par verset, il n’allait pas plus vite que le sens des divers passages ainsi déroulés qu’il le laissait libre de tout embarras. Lorsqu’il trouvait quelque chose d’obscur, il avait l’habitude de le comparer à tout autre texte qui semblait avoir quelque référence au sujet à l’étude. Chaque mot était autorisé à avoir sa propre incidence sur le sujet du texte, et si sa vision de celui-ci s’harmonisait avec chaque passage collatéral, cela cessait d’être une difficulté. Ainsi, chaque fois qu’il rencontrait un passage difficile à comprendre, il a trouvé une explication dans une autre partie des Ecritures. Alors qu’il étudiait avec ferveur la prière pour l’illumination divine, ce qui avait auparavant semblé sombre à sa compréhension fut rendu clair. Il a expérimenté la vérité des paroles du psalmiste : « L’entrée de tes paroles éclaire ; il donne l’intelligence aux simples. [Psaume 119:130.] {4SP 204.2}
Après deux ans d’investigations minutieuses, il était pleinement convaincu que la Bible est son propre interprète ; qu’il s’agit d’un système de vérités révélées si clairement et si simplement que le vagabond, bien qu’insensé, n’a pas à s’y tromper ; que « toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » ; [2 Timothée 3:16.] que «la prophétie n’est pas venue autrefois par la volonté de l’homme; mais de saints hommes de Dieu parlaient, poussés par le Saint-Esprit ; [2 Pierre 1:21.] qu’il a été écrit “pour notre instruction, afin que, par la patience et la consolation des Écritures, nous ayons l’espérance”. [Romains 15:4.] {4SP 205.1}
Avec un intérêt intense, il étudia les livres de Daniel et de l’Apocalypse, employant les mêmes principes d’interprétation que dans les autres écritures, et découvrit, à sa grande joie, que les symboles prophétiques pouvaient être compris. Les anges du ciel guidaient son esprit et ouvraient à sa compréhension des prophéties qui avaient toujours été obscures pour le peuple de Dieu. Maillon après maillon de la chaîne de la vérité récompensait ses efforts ; étape par étape, il a tracé les grandes lignes de la prophétie, jusqu’à ce qu’il parvienne à la conclusion solennelle que dans quelques années, le Fils de Dieu viendrait une seconde fois, en puissance et en gloire, et que les événements liés à cette venue et à la fin de la probation humaine aurait lieu vers l’année 1843. [POUR UNE DÉCLARATION DE WM. LA POSITION DE MILLER ET UNE EXPLICATION DE SA DÉCEPTION, VOIR APPENDICE, NOTE 1.] {4SP 205.2}
Profondément impressionné par ces vérités capitales, il a estimé qu’il était de son devoir de donner l’avertissement au monde. Il s’attendait à rencontrer l’opposition des impies, mais il était convaincu que tous les chrétiens se réjouiraient dans l’espoir de rencontrer le Sauveur qu’ils professaient aimer. Sa seule crainte était que, dans leur grande joie à la perspective d’une délivrance glorieuse, si bientôt consommée, beaucoup recevraient la doctrine sans suffisamment examiner les Écritures pour démontrer sa vérité. Il hésita donc à le présenter, de peur d’être dans l’erreur et d’être le moyen d’induire les autres en erreur. Il fut ainsi amené à passer en revue les preuves à l’appui des conclusions auxquelles il était arrivé, et à considérer avec soin toutes les difficultés qui se présentaient à son esprit. Il découvrit que les objections s’évanouissaient devant la lumière de la parole de Dieu, comme de la brume devant les rayons du soleil. Cinq années passées ainsi, l’ont laissé pleinement convaincu de la justesse de sa position. Et maintenant, le devoir de faire connaître aux autres ce qu’il croyait être si clairement enseigné dans les Écritures, s’imposait à lui avec une force nouvelle. “Quand j’étais à mes affaires,” dit-il, “cela résonnait continuellement dans mes oreilles, Allez dire au monde leur danger. Ce texte me revenait constamment : « Quand je dis au méchant : Ô méchant, tu mourras sûrement ; si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité; mais je te redemanderai son sang. Néanmoins, si tu avertis le méchant de sa voie pour qu’il s’en détourne; s’il ne se détourne pas de sa voie, il mourra dans son iniquité ; mais tu as délivré ton âme. [Ézéchiel 33:8, 9. ] Je sentais que si les méchants pouvaient être efficacement avertis, des multitudes d’entre eux se repentiraient ; et que s’ils n’étaient pas avertis, leur sang pourrait être requis de ma part. {4SP 206.1}
Il a commencé à présenter ses vues en privé dès qu’il en avait l’occasion, priant pour qu’un ministre puisse sentir leur force et se consacrer à leur promulgation. Mais il ne pouvait écarter la conviction qu’il avait un devoir personnel à accomplir en donnant l’avertissement. Les mots lui revenaient constamment à l’esprit : « Va et dis-le au monde ; je te redemanderai leur sang. Pendant neuf ans, il attendit, le fardeau pesant toujours sur son âme, jusqu’à ce qu’en 1831, il donne pour la première fois publiquement les raisons de sa foi. {4SP 207.1}
Comme Élisée a été appelé de suivre ses bœufs dans les champs, pour recevoir le manteau de consécration à la fonction prophétique, Wm. Miller a appelé à quitter sa charrue et à ouvrir au peuple les mystères du royaume de Dieu. En tremblant, il entreprit son œuvre, conduisant ses auditeurs, pas à pas, à travers les périodes prophétiques jusqu’à la seconde apparition du Christ. Avec chaque effort, il a gagné en force et en courage en voyant l’intérêt général suscité par ses paroles. {4SP 207.2}
Bien qu’il ait peu appris des écoles, il est devenu sage parce qu’il s’est connecté à la Source de la sagesse. Il possédait de puissants pouvoirs mentaux, unis à une véritable bonté de cœur, à l’humilité chrétienne, au calme et à la maîtrise de soi. C’était un homme d’une grande valeur, qui ne pouvait qu’inspirer le respect et l’estime partout où l’intégrité du caractère et l’excellence morale étaient appréciées. Il était attentif et affable avec tous, prêt à écouter les opinions des autres et à peser leurs arguments. Sans passion ni excitation, il testa toutes les théories et doctrines par la parole de Dieu ; et son raisonnement solide et sa connaissance intime des Écritures lui ont permis de réfuter l’erreur et d’exposer le mensonge. {4SP 208.1}
Le Seigneur, dans sa grande miséricorde, n’apporte pas de jugements sur la terre sans avertir ses habitants par la bouche de ses serviteurs. Le prophète Amos dit : « Assurément, le Seigneur Dieu ne fera rien, mais il révèle son secret à ses serviteurs les prophètes. [Amos 3:7.] Lorsque l’iniquité des antédiluviens le poussa à amener un déluge d’eaux sur la terre, il leur fit d’abord connaître son dessein, afin qu’ils aient l’occasion de se détourner de leurs mauvaises voies. Pendant cent vingt ans résonna à leurs oreilles l’avertissement de se repentir, de peur que la colère de Dieu ne se manifeste dans leur destruction. Mais le message leur semblait une histoire vaine, et ils n’y croyaient pas. De l’incrédulité, ils sont passés au mépris et au mépris, ridiculisant l’avertissement comme hautement improbable et indigne de leur attention. Enhardis dans leur méchanceté, ils se moquaient du messager de Dieu, tournaient à la légère ses supplications et l’accusaient même de présomption. Comment un seul homme ose-t-il se dresser contre tous les grands hommes de la terre ? Si le message de Noé était vrai, pourquoi le monde entier ne l’a-t-il pas vu et n’y a-t-il pas cru ? L’affirmation d’un homme contre la sagesse de milliers ! Ils ne créditeraient pas l’avertissement, ni ne chercheraient refuge dans l’arche. {4SP 208.2}
Les moqueurs pointaient du doigt les choses de la nature, la succession invariable des saisons, les cieux bleus qui n’avaient jamais versé de pluie, les champs verts rafraîchis par la douce rosée de la nuit, et ils s’écriaient : parler des paraboles ? Avec mépris, ils déclarèrent que le prédicateur de la justice était un enthousiaste sauvage ; et ils ont continué, plus avides dans leur poursuite du plaisir, plus attachés à leurs mauvaises voies que jamais auparavant. Mais leur incrédulité n’a pas empêché l’événement prédit. Dieu supporta longtemps leur méchanceté, leur donnant amplement l’occasion de se repentir ; mais au temps fixé, ses jugements s’abattirent sur ceux qui rejetaient sa miséricorde. {4SP 209.1}
Christ déclare qu’il existera une incrédulité similaire concernant sa seconde venue. Comme le peuple du temps de Noé « n’a pas su jusqu’à ce que le déluge soit venu et les ait tous emportés, ainsi », selon les paroles de notre Sauveur, « sera aussi la venue du Fils de l’homme ». [Matthieu 24:39.] Quand le prétendu peuple de Dieu s’unit au monde, vivant comme il vit, et se joignant à lui dans un plaisir interdit ; quand le luxe du monde devient le luxe de l’église ; lorsque les cloches du mariage sonneront et que tous attendent avec impatience de nombreuses années de prospérité mondaine, alors, tout à coup, alors que la foudre jaillit des cieux, viendra la fin de leurs visions lumineuses et de leurs espoirs illusoires. {4SP 209.2}
Comme Dieu a envoyé son serviteur pour avertir le monde du déluge à venir, il a envoyé des messagers choisis pour faire connaître la proximité du jour du jugement dernier. Mais comme les contemporains de Noé se moquaient de mépriser les prédictions du prédicateur solitaire de la justice, beaucoup à l’époque de Miller traitaient ses paroles d’avertissement. {4SP 210.1}
Dans leurs travaux pour les églises protestantes, Wm. Miller et ses compagnons rencontrèrent un esprit de haine et d’opposition un peu moins amer que celui que Luther éprouva de Rome. Par les romanistes du temps de Luther, et par les protestants du temps de Miller, les fables, les fausses théories, les formes humaines et les coutumes étaient reçues et honorées à la place des enseignements de la parole de vérité. Au seizième siècle, l’Église romaine a caché les Écritures au peuple ; au XIXe siècle, alors que les Bibles sont éparpillées partout comme des feuilles d’automne, les églises protestantes enseignent qu’une partie importante de la parole sacrée – et celle qui fait apparaître des vérités particulièrement applicables à notre temps – est scellée et incompréhensible. {4SP 210.2}
Les ministres et le peuple ont déclaré que les prophéties de Daniel et de Jean étaient une collection de mystères que personne ne pouvait comprendre ou expliquer. Mais le titre même du livre de l’Apocalypse contredit ces affirmations : « La révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée, pour montrer à ses serviteurs des choses qui doivent arriver sous peu ; et il l’envoya et le signifia par son ange à son serviteur Jean, qui rendit témoignage de la parole de Dieu, et du témoignage de Jésus-Christ, et de tout ce qu’il vit. Heureux celui qui lit, et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et gardent ce qui y est écrit; car le temps est proche. [Apocalypse 1:1-3.] {4SP 210.3}
Le prophète dit : « Béni soit celui qui lit » – il y en a qui ne liront pas ; la bénédiction n’est pas pour eux. “Et ceux qui écoutent” – il y en a aussi qui refusent d’entendre quoi que ce soit concernant les prophéties; la bénédiction n’est pas pour cette classe. “Et gardez ce qui y est écrit” – beaucoup refusent de tenir compte des avertissements et des instructions contenus dans l’Apocalypse. Aucun de ceux-ci ne peut réclamer la bénédiction promise. Tous ceux qui ridiculisent les sujets de la prophétie et se moquent des symboles ici solennellement donnés, tous ceux qui refusent de réformer leur vie et de se préparer à la venue du Fils de l’homme, ne seront pas bénis. {4SP 211.1}
Au vu du témoignage de l’Inspiration, comment les ministres osent-ils enseigner que la Révélation est un mystère au-delà de la portée de l’entendement humain ? C’est un mystère révélé, un livre ouvert. L’étude de l’Apocalypse dirige l’esprit vers les prophéties de Daniel, et les deux présentent les instructions les plus importantes, données par Dieu aux hommes, concernant les événements qui auront lieu à la fin de l’histoire de ce monde. {4SP 211.2}
Pour John ont été ouvertes des scènes d’un intérêt profond et passionnant pour l’expérience de l’église. Il a vu la position, les dangers, les conflits et la délivrance finale du peuple de Dieu. Il enregistre les derniers messages qui doivent faire mûrir la moisson de la terre, soit comme des gerbes pour le grenier céleste, soit comme des fagots pour les feux du dernier jour. Des sujets d’une grande importance lui ont été révélés spécialement pour la dernière église, afin que ceux qui passeraient de l’erreur à la vérité puissent être instruits des périls et des conflits qui les attendaient. Personne n’a besoin d’être dans les ténèbres en ce qui concerne ce qui vient sur la terre. {4SP 211.3}
Pourquoi alors cette ignorance généralisée concernant une partie importante de l’Ecriture Sainte ? Pourquoi cette réticence générale à enquêter sur ses enseignements ? C’est le résultat d’un effort étudié du prince des ténèbres pour cacher aux hommes ce qui révèle ses tromperies. Pour cette raison, le Christ Révélateur, prévoyant la guerre qui serait menée contre l’étude de l’Apocalypse, a prononcé une bénédiction sur tous ceux qui devraient lire, entendre et observer les paroles de la prophétie. {4SP 212.1}
Ceux qui croyaient que le mouvement Adventiste était de Dieu, sont allés de l’avant comme Luther et ses collaborateurs, avec leurs Bibles à la main, et avec une fermeté intrépide ont rencontré l’opposition des grands enseignants du monde. Il s’est avéré que beaucoup de ceux à qui le peuple s’était attendu pour être instruits sur les choses divines ignoraient à la fois les Écritures et la puissance de Dieu. Pourtant leur ignorance même les rendait plus déterminés ; ils ne pouvaient pas maintenir leur position par les Écritures, et ils étaient poussés à recourir aux paroles et aux doctrines des hommes, aux traditions des Pères. {4SP 212.2}
Mais la parole de Dieu était le seul témoignage accepté par les avocats de la vérité. « La Bible et la Bible seulement », était leur mot d’ordre. La faiblesse de tous les arguments avancés contre eux, a révélé aux adventistes la force de la fondation sur laquelle ils se tenaient. En même temps, cela a provoqué la colère de leurs adversaires qui, faute d’armes plus puissantes, ont eu recours à des violences personnelles. De graves docteurs en divinité se sont moqués de Wm. Miller comme un adversaire ignorant et faible. Parce qu’il a expliqué les visions de Daniel et John, il a été dénoncé comme un homme aux idées fantaisistes, qui faisait des visions et des rêves son passe-temps. Les déclarations les plus claires des faits bibliques, qui ne pouvaient être contestées, étaient accueillies par le cri de l’hérésie, de l’ignorance, de la stupidité, de l’insolence. {4SP 212.3}
De nombreuses églises ont été ouvertes aux ennemis de la foi adventiste, alors qu’elles étaient fermées à ses amis. Les sentiments exprimés par le docteur Eck concernant Luther étaient les mêmes qui ont inspiré les ministres et les gens à refuser une audience aux adventistes. Dit le champion papal : « Je suis surpris de l’humilité et de la modestie avec lesquelles le révérend docteur [Luther] entreprend de s’opposer, seul, à tant de Pères illustres, affirmant ainsi qu’il en sait plus que les souverains pontifes, les conciles, les médecins et les universités. “Il serait sans doute étonnant que Dieu ait caché la vérité à tant de saints et de martyrs jusqu’à l’avènement du révérend père.” Ainsi pensaient les hommes grands et sages du temps de Noé, ainsi disputaient les adversaires de Wm. Meunier, et ainsi argumentent encore ceux qui s’opposent à la proclamation de la foi adventiste et des commandements de Dieu. {4SP 213.1}
Lorsque Luther fut accusé de prêcher des nouveautés, il déclara : « Ce ne sont pas des nouveautés que je prêche. Mais j’affirme que les doctrines du christianisme ont été perdues de vue par ceux dont le devoir spécial était de les conserver ; par les savants, par les évêques. Je ne doute pas en effet que la vérité ait encore trouvé une demeure dans quelques cœurs. “Les pauvres cultivateurs et les enfants simples de nos jours comprennent mieux Jésus-Christ que le pape, les évêques ou les docteurs.” Quand Wm. Miller a été accusé de montrer du mépris pour les docteurs de la divinité, il a désigné la parole de Dieu comme la norme par laquelle toutes les doctrines et théories doivent être testées; et, sachant qu’il avait la vérité de son côté, il avança dans son travail sans se décourager. {4SP 213.2}
À chaque époque, Dieu a appelé ses serviteurs à élever la voix contre les erreurs et les péchés dominants de la multitude. Noé a été appelé à se tenir seul pour avertir le monde antédiluvien. Moïse et Aaron étaient seuls contre le roi et les princes, les magiciens et les sages, et les multitudes d’Égypte. Élie était seul lorsqu’il témoigna contre un roi apostat et un peuple rétrograde. Daniel et ses compagnons se sont tenus seuls contre les décrets de puissants monarques. La majorité se trouve généralement du côté de l’erreur et du mensonge. Le fait que les docteurs en divinité aient le monde de leur côté ne prouve pas qu’ils soient du côté de la vérité et de Dieu. La porte large et la route large attirent les multitudes, tandis que la porte étroite et le chemin étroit ne sont recherchés que par quelques-uns. {4SP 214.1}
Si les ministres et le peuple avaient vraiment désiré connaître la vérité et avaient accordé à la doctrine adventiste l’attention sincère et priante qu’exige son importance, ils auraient vu qu’elle était en harmonie avec les Écritures. S’ils s’étaient unis à ses avocats dans leurs travaux, il en aurait résulté un tel renouveau de l’œuvre de Dieu que le monde n’en a jamais vu. Comme Whitefield et les Wesley ont été poussés par le Saint-Esprit à éveiller les églises formelles et aimant le monde de leur temps, Wm. Miller s’est déplacé pour proclamer la venue du Christ et la nécessité d’un travail de préparation. Sa seule offense a été d’avoir révélé au monde la “parole certaine de la prophétie, à quoi”, dit l’apôtre Pierre, “vous faites bien de prendre garde, comme à une lumière qui brille dans un lieu obscur”. [2 Pierre 1:19.] Il a insisté sur ses vérités sur le peuple, non avec dureté, mais d’une manière plus douce et plus persuasive que celle employée par d’autres réformateurs. {4SP 214.2}
L’opposition qu’il rencontra était très semblable à celle qui avait été éprouvée par Wesley et ses compagnons de travail. Que les églises populaires d’aujourd’hui se souviennent que les hommes dont elles chérissent la mémoire avec révérence ont enduré la même haine, le même mépris et les mêmes abus de la part de la presse et de la chaire qui ont été entassés sur Wm. Meunier. {4SP 215.1}
Pourquoi la doctrine et la prédication de la seconde venue de Christ étaient-elles si offensantes pour les églises ? Lorsque Jésus fit savoir à ses disciples qu’il devait être séparé d’eux, il dit : « Je vais vous préparer une place ; et si je m’en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai et je vous recevrai auprès de moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. [Jean 14: 2, 3.] Lorsqu’il est monté d’Olivet, le Sauveur compatissant, anticipant la solitude et le chagrin de ses disciples, a chargé des anges de les réconforter avec l’assurance qu’il reviendrait en personne, alors même qu’il monterait au ciel. . Alors que les disciples regardaient attentivement vers le haut pour attraper le dernier aperçu de celui qu’ils aimaient, leur attention a été arrêtée par les mots : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ? Ce même Jésus qui est enlevé de vous au ciel, viendra de la même manière que vous l’avez vu monter au ciel. [Actes 1:11.] L’espoir a été ravivé par le message des anges. Les disciples “ retournèrent à Jérusalem avec une grande joie, et furent continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu ”. [Luc 24:52, 53.] Ils ne se réjouissaient pas parce que Jésus avait été séparé d’eux et qu’ils devaient lutter contre les épreuves et les tentations du monde, mais à cause de l’assurance des anges qu’il reviendrait. {4SP 215.2} ] Ils ne se réjouissaient pas parce que Jésus avait été séparé d’eux et qu’ils devaient lutter contre les épreuves et les tentations du monde, mais à cause de l’assurance des anges qu’il reviendrait. {4SP 215.2} ] Ils ne se réjouissaient pas parce que Jésus avait été séparé d’eux et qu’ils devaient lutter contre les épreuves et les tentations du monde, mais à cause de l’assurance des anges qu’il reviendrait. {4SP 215.2}
Ceux qui aiment vraiment le Sauveur ne peuvent que saluer avec joie un message fondé sur la parole de Dieu, celui en qui sont centrées leurs espérances de vie éternelle revient, pour ne pas être insulté, méprisé et rejeté, comme lors de son premier avènement , mais en puissance et en gloire, pour racheter son peuple. La proclamation de la venue du Christ devrait maintenant être, comme lorsqu’elle fut faite par les anges aux bergers de Bethléem, une bonne nouvelle de grande joie. Il ne peut y avoir de preuve plus concluante que les églises se sont éloignées de Dieu que l’irritation et l’animosité suscitées par ce message envoyé du Ciel. {4SP 216.1}
Ce sont ceux qui n’aiment pas le Sauveur qui désirent qu’il reste loin, et ceux-là reçoivent avec empressement le témoignage rendu par des serviteurs infidèles : « Mon Seigneur retarde sa venue. [Matthieu 24:48.] Alors qu’ils refusent de sonder les Écritures pour savoir si ces choses sont ainsi, ils saisissent toutes les fables qui retarderont la venue du Christ dans un avenir lointain, ou la rendront spirituelle, accomplie lors de la destruction de Jérusalem. , ou survenant au moment du décès. {4SP 216.2}
Encore et encore Wm. Miller a insisté pour que si sa doctrine était fausse, on devrait lui montrer son erreur à partir des Écritures. Dans une adresse aux chrétiens de toutes confessions, il écrit : « Qu’avons-nous cru qu’il ne nous a pas été commandé de croire par la parole de Dieu, que vous-mêmes reconnaissez être la règle et la seule règle de notre foi et de notre pratique ? Qu’avons-nous fait pour attirer des dénonciations aussi virulentes contre nous de la chaire et de la presse, et vous donner une juste raison de nous exclure (les adventistes) de vos églises et de votre fraternité ? « Si nous nous trompons, montrez-nous en quoi consiste notre tort. Montrez-nous par la parole de Dieu que nous sommes dans l’erreur ; nous avons assez ridiculisé ; cela ne peut jamais nous convaincre que nous avons tort ; la parole de Dieu seule peut changer nos vues. Nos conclusions ont été formées délibérément et dans la prière, comme nous en avons vu la preuve dans les Écritures. {4SP 217.1}
Plus tard, il déclara : « J’ai franchement pesé les objections avancées contre ces vues ; mais je n’ai vu aucun argument soutenu par les Écritures qui, à mon avis, ait invalidé ma position. Je ne peux donc consciencieusement m’abstenir de chercher mon Seigneur, ou d’exhorter mes semblables, quand j’en ai l’occasion, à être prêts pour cet événement. {4SP 217.2}
Dans une lettre à un ami et compagnon de travail, il parlait ainsi : « Je ne voyais pas que je ferais du mal à mes semblables, même en supposant que l’événement n’aurait pas lieu au moment spécifié ; car c’est un ordre de notre Sauveur de le chercher, de veiller, de s’y attendre et d’être prêt. Alors, si je pouvais par quelque moyen que ce soit, conformément à la parole de Dieu, persuader les hommes de croire en un Sauveur crucifié, ressuscité et à venir, je sentais que cela aurait une incidence sur le bien-être et le bonheur éternels de ceux-ci. Je n’avais pas la moindre pensée de déranger nos églises, ministres, éditeurs religieux, ou de m’écarter des meilleurs commentaires bibliques ou des règles qui avaient été recommandées pour l’étude des Écritures. Et même à ce jour, mes opposants n’ont pas été en mesure de montrer où j’ai dérogé à une règle établie par nos anciens auteurs standard de la foi protestante. J’ai seulement interprété les Écritures conformément à leurs règles. {4SP 217.3}
Au lieu d’arguments tirés des Écritures, les opposants à la foi adventiste ont choisi d’employer le ridicule et la moquerie. Les insouciants et les impies, enhardis par la position des enseignants religieux, recoururent à des épithètes opprobres, à des mots d’esprit bas et blasphématoires, dans leurs efforts pour accabler Wm. Miller et son travail. L’homme aux cheveux gris qui avait quitté une maison confortable pour voyager à ses frais de ville en ville, de ville en village, peinant sans cesse pour porter au monde l’avertissement solennel du Jugement proche, fut dénoncé en ricanant comme un fanatique, un menteur, un fripon spéculant. {4SP 218.1}
Du temps, des moyens et des talents ont été employés à déformer et à calomnier les Adventistes, à exciter des préjugés contre eux et à les exposer au mépris du public. Les ministres s’occupaient à recueillir des rapports nuisibles, des fabrications absurdes et malveillantes, et à les distribuer du haut de la chaire. Les efforts déployés pour détourner l’esprit du peuple du sujet du second avènement furent sérieux. Mais en cherchant à écraser l’adventisme, le ministère populaire a sapé la foi en la parole de Dieu. Il a été fait apparaître comme un péché, quelque chose dont les hommes devraient avoir honte, d’étudier les prophéties qui se rapportent à la venue du Christ et à la fin du monde. Cet enseignement a fait des hommes des infidèles, et beaucoup ont accepté de suivre leurs propres convoitises impies. Ensuite, les auteurs du mal ont tout imputé aux Adventistes. {4SP 218.2}
Les Wesley rencontrèrent des accusations similaires de la part des ministres aisés et impies qui interceptaient constamment leurs travaux et cherchaient à détruire leur influence. Ils furent déclarés peu charitables et accusés d’orgueil et de vanité, parce qu’ils ne rendaient pas hommage aux maîtres populaires de leur temps. Ils ont été accusés de scepticisme, de pratiques désordonnées et de mépris de l’autorité. John Wesley rejeta sans crainte ces accusations sur ceux qui les avaient formulées, montrant qu’ils étaient eux-mêmes responsables des maux mêmes dont ils accusaient les méthodistes. De la même manière, les accusations portées contre l’adventisme peuvent être réfutées. {4SP 219.1}
La grande controverse entre la vérité et l’erreur s’est poursuivie de siècle en siècle depuis la chute de l’homme. Dieu et les anges, et ceux qui s’unissent à eux, ont invité, exhorté les hommes à la repentance, à la sainteté et au Ciel ; tandis que Satan et ses anges, et les hommes inspirés par eux, se sont opposés à tous les efforts pour aider et sauver la race déchue. Wm. Miller dérangeait le royaume de Satan, et l’ennemi juré cherchait non seulement à contrecarrer l’effet du message, mais à détruire le messager lui-même. Alors que le père Miller appliquait concrètement la vérité des Écritures au cœur de ses auditeurs, la colère des chrétiens de profession s’enflamma contre lui, de même que la colère des Juifs s’excita contre le Christ et ses apôtres. Les membres de l’Église ont agité les classes inférieures, et à plusieurs reprises, des ennemis complotèrent pour lui ôter la vie alors qu’il devait quitter le lieu de rendez-vous. Mais de saints anges étaient dans la foule, et l’un d’eux, sous la forme d’un homme, prit le bras de ce serviteur du Seigneur, et le conduisit à l’abri de la foule en colère. Son œuvre n’était pas encore terminée, et Satan et ses émissaires furent déçus de leur dessein. {4SP 219.2}
Comparant ses propres attentes quant à l’effet de sa prédication avec la manière dont elle avait été reçue par le monde religieux, Wm. Miller a dit : « C’est vrai, mais pas merveilleux, quand nous nous familiarisons avec l’état et la corruption de l’époque actuelle, . . . que j’ai rencontré une grande opposition de la part de la chaire et de la presse religieuse professée ; et j’ai contribué, par la prédication de la doctrine adventiste, à rendre tout à fait manifeste que bon nombre de nos professeurs de théologie sont des infidèles déguisés. Je ne peux pas croire un seul instant que nier la résurrection du corps, ou le retour du Christ sur cette terre, ou un jour de jugement encore futur, est moins infidèle aujourd’hui qu’il ne l’était au temps de la France infidèle ; et pourtant qui ne sait que ces choses sont aussi communes que le sont les chaires et les presses ? Et lesquelles de ces questions ne sont pas niées publiquement dans nos chaires, et par les écrivains et éditeurs des journaux publics ? {4SP 220.1}
« Certes, nous sommes tombés sur des temps étranges. Je m’attendais bien sûr à ce que la doctrine de la venue prochaine du Christ soit combattue par des infidèles, des blasphémateurs, des ivrognes, des joueurs, etc. mais je ne m’attendais pas à ce que les ministres de l’évangile et les professeurs de religion s’unissent aux personnages de la description ci-dessus, dans les magasins et les lieux publics, pour ridiculiser la doctrine solennelle du second avènement. Beaucoup de ceux qui n’étaient pas professeurs de religion m’ont affirmé ces faits, et disent les avoir vus et en avoir senti le sang se glacer à leur vue. {4SP 221.1}
“Ce sont quelques-uns des effets produits par la prédication de cette doctrine solennelle et émouvante parmi nos pharisiens d’aujourd’hui. Est-il possible que de tels ministres et membres obéissent à Dieu, et observent et prient pour son apparition glorieuse, alors qu’ils se joignent à ces moqueurs dans leurs remarques profanes et impies ? Si Christ vient, où doivent-ils apparaître ? et quel récit épouvantable ils rencontreront en cette heure formidable ! {4SP 221.2}
C’est le lot des serviteurs de Dieu de subir l’opposition et les reproches de leurs contemporains. Maintenant, comme au temps de notre Sauveur, les hommes bâtissent les sépulcres et font retentir les louanges des prophètes morts, tandis qu’ils persécutent les messagers vivants du Très-Haut. Wm. Miller était méprisé et haï par les impies et les incrédules ; mais son influence et ses travaux étaient une bénédiction pour le monde. Sous sa prédication, des milliers de pécheurs ont été convertis, des rétrogrades ont été récupérés et des multitudes ont été amenées à étudier les Écritures et à trouver en elles une beauté et une gloire inconnues auparavant. {4SP 221.3}
Chapitre 14 . . . . . Le message du premier ange.
La prophétie du message du premier ange, présentée dans Apocalypse 14, a trouvé son accomplissement dans le mouvement adventiste de 1840-1844. En Europe et en Amérique, les hommes de foi et de prière ont été profondément émus lorsque leur attention a été attirée sur les prophéties, et, retraçant le récit inspiré, ils ont vu des preuves convaincantes que la fin de toutes choses était proche. L’Esprit de Dieu a exhorté ses serviteurs à donner l’avertissement. Partout et largement répandu le message de l’évangile éternel : « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire ; car l’heure de son jugement est venue. [Apocalypse 14 : 7.] {4SP 222.1}
Partout où les missionnaires avaient pénétré, étaient envoyés la bonne nouvelle du retour rapide du Christ. Dans différents pays se trouvaient des corps isolés de chrétiens qui, par la seule étude des Écritures, étaient arrivés à croire que l’avènement du Sauveur était proche. Dans certaines parties de l’Europe, où les lois étaient si oppressives qu’elles interdisaient la prédication de la doctrine adventiste, de petits enfants furent poussés à la déclarer, et beaucoup écoutèrent l’avertissement solennel. {4SP 222.2}
À Wm. Miller et ses collaborateurs ont été chargés de prêcher le message en Amérique, et la lumière allumée par leurs travaux a brillé jusqu’aux terres lointaines. Le témoignage des Écritures indiquant la venue du Christ en 1843 a éveillé un large intérêt. Beaucoup étaient convaincus que les arguments des périodes prophétiques étaient corrects et, sacrifiant leur fierté d’opinion, ils ont joyeusement reçu la vérité. Certains ministres ont mis de côté leurs opinions et sentiments sectaires, ont quitté leurs salaires et leurs églises et se sont unis pour proclamer la venue de Jésus. Il n’y avait que peu de ministres, cependant, qui accepteraient ce message; par conséquent, il était en grande partie réservé aux humbles laïcs. Les fermiers ont quitté leurs champs, les mécaniciens leurs outils, les commerçants leurs marchandises, les hommes de métier leurs positions ; et pourtant le nombre des ouvriers était petit par rapport au travail à accomplir. La condition d’une église impie et d’un monde plongé dans la méchanceté accablait les âmes des véritables veilleurs, et ils enduraient volontairement le labeur, les privations et les souffrances afin d’appeler les hommes à la repentance pour le salut. Malgré l’opposition de Satan, l’œuvre progressa régulièrement et la vérité adventiste fut acceptée par des milliers de personnes. {4SP 222.3}
Partout on entendit le témoignage pénétrant avertir les pécheurs, aussi bien les mondains que les membres de l’église, de fuir la colère à venir. Comme Jean-Baptiste, le précurseur du Christ, les prédicateurs ont mis la cognée à la racine de l’arbre et ont exhorté tous à produire des fruits dignes de la repentance. Leurs appels émouvants étaient en contraste marqué avec les assurances de paix et de sécurité qui étaient entendues des chaires populaires ; et partout où le message a été donné, il a ému les gens. Le témoignage simple et direct des Écritures, mis en évidence par la puissance du Saint-Esprit, apportait un poids de conviction auquel peu étaient capables de résister complètement. Les professeurs de religion ont été réveillés de leur fausse sécurité. Ils ont vu leurs rétrogradations, leur mondanité et leur incrédulité, leur orgueil et leur égoïsme. Beaucoup cherchaient le Seigneur avec repentance et humiliation. Les affections qui s’étaient attachées si longtemps aux choses terrestres se fixaient maintenant sur le Ciel. L’Esprit de Dieu reposa sur eux, et avec des cœurs adoucis et soumis, ils s’unirent pour faire retentir le cri : « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire ; car l’heure de son jugement est venue. {4SP 223.1}
Les pécheurs demandaient en pleurant : « Que dois-je faire pour être sauvé ? Ceux dont la vie avait été marquée par la malhonnêteté étaient impatients de faire restitution. Tous ceux qui ont trouvé la paix en Christ aspiraient à voir les autres partager la bénédiction. Le cœur des parents était tourné vers leurs enfants, et le cœur des enfants vers leurs parents. Les barrières de l’orgueil et de la réserve ont été balayées. Des confessions sincères ont été faites et les membres de la maison ont travaillé pour le salut de ceux qui étaient les plus proches et les plus chers. On entendait souvent le son d’une intercession sérieuse. Partout il y avait des âmes dans une profonde angoisse, suppliant Dieu. Beaucoup ont lutté toute la nuit dans la prière pour l’assurance que leurs propres péchés étaient pardonnés, ou pour la conversion de leurs parents ou voisins. Cette foi sérieuse et déterminée a atteint son but. Si le peuple de Dieu avait continué à être aussi importun dans la prière, pressant ses requêtes au propitiatoire, il serait en possession d’une expérience bien plus riche que celle qu’il a maintenant. Il y a trop peu de prière, trop peu de réelle conviction de péché ; et le manque de foi vivante laisse beaucoup de personnes dépourvues de la grâce si richement fournie par notre gracieux Rédempteur. {4SP 224.1}
Toutes les classes ont afflué aux réunions adventistes. Riches et pauvres, grands et petits, étaient, pour diverses raisons, anxieux d’entendre par eux-mêmes la doctrine du second avènement. Le Seigneur a tenu l’esprit d’opposition en échec pendant que ses serviteurs expliquaient les raisons de leur foi. Parfois l’instrument était faible ; mais l’Esprit de Dieu a donné de la puissance à sa vérité. La présence de saints anges se faisait sentir dans ces assemblées, et beaucoup s’ajoutaient quotidiennement aux croyants. Alors que les preuves de la venue prochaine de Christ se répétaient, de vastes foules écoutaient dans un silence haletant les paroles solennelles. Le ciel et la terre semblaient se rapprocher. La puissance de Dieu se ferait sentir sur les personnes âgées, les jeunes et les personnes d’âge moyen. Les hommes recherchaient leurs maisons avec des louanges sur leurs lèvres, et le son joyeux résonnait dans l’air immobile de la nuit. Aucun de ceux qui ont assisté à ces réunions ne pourra jamais oublier ces scènes les plus intéressantes. {4SP 225.1}
La proclamation d’un temps défini pour la venue de Christ suscita une grande opposition de la part de beaucoup de toutes les classes, du ministre en chaire jusqu’au pécheur le plus téméraire et le plus audacieux. “Nul ne connaît le jour ni l’heure !” [VOIR APPENDICE, NOTE 2.] a été entendu de la même manière par le ministre hypocrite et le moqueur audacieux. Ils ont fermé leurs oreilles à l’explication claire et harmonieuse du texte par ceux qui pointaient vers la fin des périodes prophétiques et les signes que le Christ lui-même avait annoncés comme signes de son avènement. Beaucoup de ceux qui professaient aimer le Sauveur, déclarèrent qu’ils n’avaient aucune opposition à la prédication de sa venue ; ils se sont simplement opposés au temps défini. L’œil qui voit tout de Dieu lit dans leurs cœurs. Ils ne voulaient pas entendre parler de la venue de Christ pour juger le monde avec justice. Ils avaient été des serviteurs infidèles, leurs œuvres ne supportaient pas l’inspection du Dieu qui sonde le cœur, et ils craignaient de rencontrer leur Seigneur. Comme les Juifs au moment du premier avènement de Christ, ils n’étaient pas préparés à accueillir Jésus. Satan et ses anges ont exulté et ont jeté la raillerie à la face du Christ et des saints anges, que son peuple professait avoir si peu d’amour pour lui qu’ils ne désiraient pas son apparition. {4SP 225.2}
Des veilleurs infidèles ont entravé la progression de l’œuvre de Dieu. Alors que le peuple se réveillait et commençait à s’enquérir de la voie du salut, ces dirigeants se sont interposés entre eux et la vérité, cherchant à apaiser leurs peurs en interprétant faussement la parole de Dieu. Dans cette œuvre, Satan et les ministres non consacrés s’unirent, criant, Paix, paix, alors que Dieu n’avait pas parlé de paix. Comme les pharisiens à l’époque du Christ, beaucoup ont refusé d’entrer eux-mêmes dans le royaume des cieux, et ceux qui y entraient, ils ont fait obstacle. Le sang de ces âmes leur sera demandé. {4SP 226.1}
Partout où le message de la vérité a été proclamé, les plus humbles et les plus dévoués dans les églises ont été les premiers à le recevoir. Ceux qui étudiaient la Bible pour eux-mêmes ne pouvaient que voir le caractère non scripturaire des vues populaires de la prophétie, et partout où les gens n’étaient pas trompés par les efforts du clergé pour déformer et pervertir la foi, partout où ils chercheraient la parole de Dieu pour eux-mêmes, la doctrine adventiste n’avait qu’à être comparée aux Écritures pour établir son autorité divine. {4SP 226.2}
Beaucoup ont été persécutés par leurs frères incrédules. Afin de conserver leur position dans l’église, certains ont consenti à se taire sur leur espérance ; mais d’autres sentaient que la fidélité à Dieu leur interdisait de cacher ainsi les vérités qu’il avait confiées à leur confiance. Pas quelques-uns ont été coupés de la communauté de l’église pour aucune autre raison que d’exprimer leur croyance en la venue du Christ. Les paroles du prophète étaient très précieuses pour ceux qui supportaient l’épreuve de leur foi : « Vos frères qui vous haïssaient, qui vous ont chassés à cause de mon nom, ont dit : Que le Seigneur soit glorifié. Mais il apparaîtra à votre joie, et ils auront honte. [Ésaïe 66:5.] {4SP 227.1}
Les anges de Dieu regardaient avec le plus grand intérêt le résultat de l’avertissement. Lorsque les églises en tant que corps ont rejeté le message, les anges se sont détournés d’elles avec tristesse. Pourtant, il y avait dans les églises beaucoup de personnes qui n’avaient pas encore été testées en ce qui concerne la vérité adventiste. Beaucoup ont été trompés par des maris, des femmes, des parents ou des enfants, et ont été amenés à croire que c’était un péché même d’écouter des hérésies telles qu’elles étaient enseignées par les Adventistes. Les anges étaient chargés de veiller fidèlement sur ces âmes ; car une autre lumière devait encore briller sur eux depuis le trône de Dieu. {4SP 227.2}
Avec un désir inexprimable, ceux qui avaient reçu le message attendaient la venue de leur Sauveur. Le moment où ils comptaient le rencontrer était proche. Ils abordèrent cette heure avec une calme solennité. Ils se reposèrent dans une douce communion avec Dieu, gage de la paix qui devait être la leur dans l’au-delà radieux. Aucun de ceux qui ont connu cet espoir et cette confiance ne peut oublier ces précieuses heures d’attente. Les affaires mondaines étaient pour la plupart mises de côté pendant quelques semaines. Les croyants examinaient attentivement chaque pensée et chaque émotion de leur cœur comme s’ils étaient sur leur lit de mort et en quelques heures pour fermer les yeux sur des scènes terrestres. Il n’y avait pas de fabrication de “robes d’ascension” ; [VOIR APPENDICE, NOTE 3.] mais tous ont ressenti le besoin d’une preuve interne qu’ils étaient prêts à rencontrer le Sauveur; leurs robes blanches étaient la pureté de l’âme, –des personnages purifiés du péché par le sang expiatoire du Christ. {4SP 227.3}
Dieu a conçu pour éprouver son peuple. Sa main couvrit une erreur dans le calcul des périodes prophétiques. [VOIR APPENDICE, NOTE 1.] Les adventistes n’ont pas découvert l’erreur, pas plus qu’elle n’a été découverte par les plus érudits de leurs adversaires. Ce dernier a dit: «Votre calcul des périodes prophétiques est correct. Un grand événement est sur le point d’avoir lieu; mais ce n’est pas ce que M. Miller prédit ; c’est la conversion du monde, et non le second avènement du Christ. {4SP 228.1}
Le temps de l’attente est passé et le Christ n’est pas apparu pour la délivrance de son peuple. Ceux qui, avec une foi et un amour sincères, avaient cherché leur Sauveur, ont connu une amère déception. Pourtant, le Seigneur avait accompli son dessein : il avait éprouvé le cœur de ceux qui professaient attendre son apparition. Il y en avait parmi eux beaucoup qui n’avaient été animés que par la peur. Leur profession de foi n’avait pas affecté leur cœur ni leur vie. Lorsque l’événement attendu n’a pas eu lieu, ces personnes ont déclaré qu’elles n’étaient pas déçues ; ils n’avaient jamais cru que Christ viendrait. Ils ont été parmi les premiers à ridiculiser le chagrin des vrais croyants. {4SP 228.2}
Mais Jésus et toute l’armée céleste ont regardé avec amour et sympathie ceux qui ont été éprouvés et fidèles mais qui ont été déçus. Si le voile qui séparait le monde visible du monde invisible avait été rabattu, on aurait vu des anges s’approcher de ces âmes inébranlables et les protéger des traits de Satan. {4SP 229.1}
Chapitre 15 . . . . . Le message du deuxième ange.
Les églises qui ont refusé de recevoir le message du premier ange ont rejeté la lumière du Ciel. Ce message a été envoyé dans la miséricorde pour les éveiller à voir leur véritable condition de mondanité et de rétrogradation, et à rechercher une préparation pour rencontrer leur Seigneur. Dieu a toujours demandé à son peuple de rester séparé du monde, afin qu’il ne puisse pas être détourné de son allégeance envers lui. Il a délivré les Israélites de la servitude en Égypte parce qu’il ne voulait pas qu’ils soient corrompus par l’idolâtrie dont ils étaient entourés là-bas. Les enfants de ce monde sont les enfants des ténèbres. Leur attention n’est pas dirigée vers le Soleil de justice, mais est centrée sur eux-mêmes et sur les trésors de la terre. Aveuglés par le dieu de ce monde, ils n’ont pas une juste perception de la gloire et de la majesté du vrai Dieu. Tandis qu’ils profitent de ses cadeaux, ils oublient les prétentions du Donateur. Ceux-là ont choisi de marcher dans les ténèbres, et ils sont conduits par le prince des puissances des ténèbres. Ils n’aiment pas et n’apprécient pas les choses divines, parce qu’ils ne discernent pas leur valeur ou leur beauté. Ils se sont éloignés de la lumière de Dieu, et leur compréhension devient si confuse en ce qui concerne ce qui est juste, vrai et saint, que les choses de l’Esprit de Dieu sont une folie pour eux. {4SP 230.1} que les choses de l’Esprit de Dieu sont une folie pour eux. {4SP 230.1} que les choses de l’Esprit de Dieu sont une folie pour eux. {4SP 230.1}
C’était pour séparer l’église de Christ de l’influence corruptrice du monde que le message du premier ange fut donné. Mais avec la multitude, même des chrétiens de profession, les liens qui les unissaient à la terre étaient plus forts que les attractions vers le ciel. Ils ont choisi d’écouter la voix de la sagesse mondaine et se sont détournés du message de vérité qui sonde le cœur. {4SP 231.1}
Pierre, écrivant sous l’inspiration du Saint-Esprit, a décrit la manière dont le message de la seconde venue du Christ serait reçu : « Il viendra dans les derniers jours des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse ? de sa venue ? car depuis que les pères se sont endormis, toutes choses continuent comme elles étaient depuis le commencement de la création. Car ils ignorent volontairement que, par la parole de Dieu, les cieux étaient anciens, et la terre debout hors de l’eau et dans l’eau ; par quoi le monde qui était alors, étant inondé d’eau, périt; mais les cieux et la terre qui sont maintenant, par la même parole, sont gardés en réserve, réservés au feu contre le jour du jugement et de la perdition des hommes impies. [2 Pierre 3:3-7.] {4SP 231.2}
Ceux qui ont péri dans les eaux du déluge ont eu l’occasion de s’échapper. Tous ont été invités à trouver refuge dans l’arche; mais les multitudes ont refusé de tenir compte de l’avertissement. Ainsi, lorsque le message du premier ange a été donné, tous ceux qui ont entendu ont été invités à le recevoir et à partager la bénédiction pour suivre son acceptation ; mais beaucoup ont méprisé et rejeté l’appel. L’un se tournait vers sa ferme, l’autre vers sa marchandise, et ils ne se souciaient de rien de tout cela. L’Inspiration déclare que lorsque les antédiluviens ont rejeté les paroles de Noé, l’Esprit de Dieu a cessé de lutter avec eux. Ainsi, lorsque les hommes méprisent maintenant les avertissements que Dieu leur envoie dans sa miséricorde, son Esprit après un certain temps cesse d’éveiller la conviction dans leurs cœurs. Dieu donne la lumière pour être chérie et obéie, non pour être méprisée et rejetée. La lumière qu’il envoie devient ténèbres pour ceux qui l’ignorent. Lorsque l’Esprit de Dieu cesse d’imprimer la vérité dans le cœur des hommes, toute écoute est vaine, et toute prédication aussi est vaine. {4SP 231.3}
Lorsque les églises ont rejeté le conseil de Dieu en rejetant le message de l’Avent, le Seigneur les a rejetées. Le premier ange fut suivi d’un second, proclamant : « Babylone est tombée, est tombée, cette grande ville, parce qu’elle a abreuvé toutes les nations du vin de la colère de sa fornication. [Apocalypse 14:8] Ce message a été compris par les adventistes comme une annonce de la chute morale des églises en conséquence de leur rejet du premier message. La proclamation « Babylone est tombée » a été donnée à l’été 1844 et, en conséquence, environ cinquante mille se sont retirés de ces églises. {4SP 232.1}
Le terme Babylone, dérivé de Babel, et signifiant confusion, est appliqué dans l’Écriture aux diverses formes de religion fausse ou apostate. Mais le message annonçant la chute de Babylone doit s’appliquer à un corps religieux qui était autrefois pur et qui est devenu corrompu. Ce ne peut être l’Église romaine dont il s’agit ici ; car cette église est en ruine depuis plusieurs siècles. Mais combien approprié le chiffre appliqué aux églises protestantes, toutes professant tirer leurs doctrines de la Bible, mais divisées en sectes presque innombrables. L’unité pour laquelle le Christ a prié n’existe pas. Au lieu d’un seul Seigneur, d’une seule foi, d’un seul baptême, il existe d’innombrables croyances et théories contradictoires. La foi religieuse apparaît si confuse et discordante que le monde ne sait que croire comme vérité. Dieu n’est pas dans tout cela; c’est l’oeuvre de l’homme, –l’œuvre de Satan. {4SP 232.2}
Dans Apocalypse 17, Babylone est représentée comme une femme, une figure qui est utilisée dans les Écritures comme le symbole d’une église. Une femme vertueuse représente une église pure, une femme vile une église apostate. On dit que Babylone est une prostituée ; et le prophète la vit ivre du sang des saints et des martyrs. La Babylone ainsi décrite représente Rome, cette église apostate qui a si cruellement persécuté les disciples de Christ. Mais Babylone la prostituée est la mère de filles qui suivent son exemple de corruption. Ainsi sont représentées ces églises qui s’accrochent aux doctrines et aux traditions de Rome et suivent ses pratiques mondaines, et dont la chute est annoncée dans le message du deuxième ange. {4SP 233.1}
L’étroite relation de l’Église avec Christ est représentée sous la figure du mariage. Le Seigneur avait uni son peuple à lui par une alliance solennelle, lui promettant d’être leur Dieu, et eux s’engageant à être à lui, et à lui seul. Paul dit en s’adressant à l’église: “Je vous ai fiancée à un seul mari, afin de vous présenter comme une vierge chaste à Christ.” [2 Corinthiens 11:2.] Mais quand sa confiance et son affection se sont détournées de lui, et qu’elle a recherché la vanité, et a permis à l’amour des choses du monde de la séparer de Dieu, elle a perdu les privilèges inclus dans cette relation particulière et sacrée. . Par l’apôtre Jacques, ceux qui s’assimilent au monde sont traités comme des “adultères et adultères”. [Jacques 4:4.] {4SP 233.2}
Une profession religieuse est devenue populaire dans le monde. Les dirigeants, les politiciens, les avocats, les médecins, les marchands rejoignent l’église comme un moyen de s’assurer le respect et la confiance de la société et de faire avancer leurs propres intérêts mondains. Ainsi, ils cherchent à couvrir toutes leurs transactions injustes sous une profession de christianisme. Les divers corps religieux, renforcés par la richesse et l’influence de ces mondains baptisés, font une offre encore plus élevée pour la popularité et le patronage. De splendides églises, embellies de la manière la plus extravagante, sont érigées sur les avenues populaires. Les fidèles se parent de vêtements coûteux et à la mode. Un salaire élevé est versé à un ministre talentueux pour divertir et attirer le peuple. Ses sermons ne doivent pas toucher aux péchés populaires, mais être rendus doux et agréables pour les oreilles à la mode. Ainsi, les pécheurs à la mode sont inscrits sur les registres de l’église, et les péchés à la mode sont dissimulés sous un prétexte de piété. Dieu méprise ces corps apostats et les déclare filles d’une prostituée. Pour s’assurer la faveur et le soutien des grands hommes de la terre, ils ont rompu leurs vœux solennels d’allégeance et de fidélité au Roi des Cieux. {4SP 234.1}
Le grand péché imputé à Babylone est qu’elle “a fait boire à toutes les nations le vin de la colère de sa fornication”. Cette coupe d’ivresse qu’elle présente au monde, représente les fausses doctrines qu’elle a acceptées à la suite de sa liaison illicite avec les grands de la terre. L’amitié avec le monde corrompt sa foi et, à son tour, elle exerce une influence corruptrice sur le monde en enseignant des doctrines qui s’opposent aux déclarations les plus claires de la parole de Dieu. {4SP 234.2}
Au premier rang de ces fausses doctrines se trouve celle du millénium temporel, un millier d’années de paix et de prospérité spirituelles, dans lesquelles le monde doit être converti, avant la venue de Christ. Ce chant de sirène a endormi des milliers d’âmes dans l’abîme de la ruine éternelle. {4SP 235.1}
La doctrine de l’immortalité naturelle de l’âme a ouvert la voie à l’œuvre astucieuse de Satan à travers le spiritisme moderne ; et outre les erreurs romaines, le purgatoire, les prières pour les morts, l’invocation des saints, etc., qui sont sorties de cette source, elle a conduit de nombreux protestants à nier la résurrection et le jugement, et a donné lieu à l’hérésie révoltante de l’éternel. tourments et la dangereuse illusion de l’universalisme. {4SP 235.2}
Et encore plus dangereuses et plus largement répandues que celles-ci sont les suppositions que la loi de Dieu a été abolie à la croix, et que le premier jour de la semaine est maintenant un jour saint, au lieu du sabbat du quatrième commandement. {4SP 235.3}
Lorsque des enseignants fidèles exposent la parole de Dieu, des érudits se lèvent, des ministres professant comprendre les Écritures, qui dénoncent la saine doctrine comme une hérésie, et détournent ainsi ceux qui cherchent la vérité. Si le monde n’était pas désespérément intoxiqué par le vin de Babylone, des multitudes seraient convaincues et converties par les vérités claires et tranchantes de la parole de Dieu. Le péché de l’impénitence du monde est à la porte de l’église. {4SP 235.4}
Dieu a envoyé à son peuple professé un message qui aurait corrigé les maux qui les séparaient de sa faveur. Un état d’union, de foi et d’amour s’était produit parmi ceux qui, de toutes les dénominations de la chrétienté, avaient reçu la doctrine adventiste ; et si les églises en général avaient accepté la même vérité, les mêmes résultats bénis auraient suivi. Mais Babylone rejeta avec mépris les derniers moyens que le Ciel avait en réserve pour sa restauration, et alors, avec un plus grand empressement, elle se tourna vers l’amitié du monde. {4SP 236.1}
Ceux qui ont prêché le premier message n’avaient aucun but ou attente de causer des divisions dans les églises, ou de former des organisations séparées. “Dans tous mes travaux”, a déclaré Wm. Miller, « Je n’ai jamais eu le désir ou la pensée d’établir un intérêt distinct de celui des dénominations existantes, ou de profiter à l’une au détriment d’une autre. Je pensais profiter à tous. En supposant que tous les chrétiens se réjouiraient de la perspective de la venue du Christ, et que ceux qui ne pourraient pas voir comme moi n’en aimeraient pas moins ceux qui embrasseraient cette doctrine, je ne concevais pas qu’il y aurait jamais besoin de réunions séparées. Tout mon objet était un désir de convertir les âmes à Dieu, d’informer le monde d’un jugement à venir, et d’inciter mes semblables à faire cette préparation de cœur qui leur permettra de rencontrer leur Dieu en paix. La grande majorité de ceux qui se sont convertis sous mes travaux se sont unis aux diverses églises existantes. Quand des individus venaient me voir pour s’enquérir de leur devoir, je leur disais toujours d’aller où ils se sentiraient chez eux ; et je n’ai jamais favorisé aucune dénomination dans mes conseils à ceux-là. {4SP 236.2}
Pendant un certain temps, de nombreuses églises ont accueilli ses travaux; mais comme ils se sont prononcés contre la vérité adventiste, ils ont voulu supprimer toute agitation du sujet. Ceux qui avaient accepté la doctrine étaient ainsi placés dans une position de grande épreuve et de perplexité. Ils aimaient leurs églises et répugnaient à s’en séparer ; mais comme ils étaient ridiculisés et opprimés, privés du privilège de parler de leur espérance ou d’assister à la prédication de la venue du Seigneur, beaucoup se levèrent enfin et se débarrassèrent du joug qui leur avait été imposé. {4SP 237.1}
Au temps de la Réforme, le doux et pieux Melanchthon déclarait : « Il n’y a d’autre Église que l’assemblée de ceux qui ont la parole de Dieu et qui sont purifiés par elle. Les adventistes, voyant que les églises rejetaient le témoignage de la parole de Dieu, ne pouvaient plus les considérer comme constituant l’église du Christ, “la colonne et le fondement de la vérité” ; et alors que le message « Babylone est tombée » commençait à être proclamé, ils se sentaient justifiés de se séparer de leur ancien lien. {4SP 237.2}
Depuis le rejet du premier message, un triste changement s’est produit dans les églises. Comme la vérité est rejetée, l’erreur est reçue et chérie. L’amour de Dieu et la foi en sa parole se sont refroidis. Les églises ont attristé l’Esprit du Seigneur, et il s’est en grande partie retiré. Les paroles du prophète Ézéchiel sont terriblement applicables : « Fils de l’homme, ces hommes ont érigé leurs idoles dans leur cœur et ont mis devant leur face la pierre d’achoppement de leur iniquité. Dois-je être interrogé par eux ? “Moi, le Seigneur, je répondrai à celui qui vient selon la multitude de ses idoles.” [Ézéchiel 14:3, 4.] Les hommes ne peuvent pas se prosterner devant des idoles de bois et de pierre, mais tous ceux qui aiment les choses du monde et prennent plaisir à l’injustice ont érigé des idoles dans leur cœur. La majorité des chrétiens professés servent d’autres dieux que le Seigneur. L’orgueil et le luxe sont chéris, des idoles sont érigées dans le sanctuaire et ses lieux saints sont souillés. {4SP 237.3}
Anciennement, l’Éternel a déclaré à ses serviteurs au sujet d’Israël : ” Les chefs de ce peuple les égarent, et ceux qui sont conduits par eux sont détruits. ” [Ésaïe 9:16.] « Les prophètes prophétisent faussement, et les sacrificateurs gouvernent par leurs moyens, et mon peuple aime qu’il en soit ainsi ; et que ferez-vous à la fin de celle-ci ? [Jérémie 5:31.] « Car depuis le plus petit d’entre eux jusqu’au plus grand d’entre eux, chacun est avide de convoitise ; et depuis le prophète jusqu’au sacrificateur, chacun agit faussement. [Jérémie 6:13.] L’église juive, autrefois si hautement favorisée par le Seigneur, est devenue un étonnement et un reproche en négligeant d’améliorer les bénédictions qui leur étaient accordées. L’orgueil et l’incrédulité ont conduit à leur ruine. Mais ces écritures ne s’appliquent pas uniquement à l’ancien Israël. Le caractère et l’état de nombreuses églises nominalement chrétiennes sont ici dépeints. Bien que possédant des bénédictions bien plus grandes que celles accordées aux Juifs, ils suivent les traces de ce peuple ; et plus la lumière et les privilèges accordés sont grands, plus la culpabilité de ceux qui leur permettent de passer sans amélioration est grande. {4SP 238.1}
L’image que l’apôtre Paul a tracée du prétendu peuple de Dieu dans les derniers jours est une délimitation triste mais fidèle des églises populaires de notre temps. “Ayant une forme de piété, mais reniant sa puissance”, “amateurs des plaisirs plus qu’amants de Dieu”, “aimants eux-mêmes, cupides, vantards, orgueilleux” [2 Timothée 3: 2-7.] – telles sont quelques spécifications du sombre catalogue qu’il a donné. Et vu les fréquentes et surprenantes révélations de crimes, même parmi ceux qui exercent le ministère dans les choses saintes, qui oserait affirmer qu’il y a un péché énuméré par l’apôtre qui ne soit caché sous une profession de christianisme ? {4SP 239.1}
« Mais qu’y a-t-il de commun entre la justice et l’injustice ? « Et quelle concorde a Christ avec Bélial ? « Et quel accord le temple de Dieu a-t-il avec les idoles ? Car vous êtes le temple du Dieu vivant ; comme Dieu l’a dit, j’habiterai en eux et je marcherai en eux; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur, et ne touchez pas à l’impur, et je vous recevrai, et je serai pour vous un père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. ” [2 Corinthiens 6:14-18.] {4SP 239.2}
A la proclamation du message du premier ange, le peuple de Dieu était à Babylone ; et beaucoup de vrais chrétiens se trouvent encore dans sa communion. Bon nombre de ceux qui n’ont jamais vu les vérités spéciales pour cette époque sont mécontents de leur situation actuelle et aspirent à une lumière plus claire. Ils cherchent en vain l’image du Christ dans l’église. Comme les églises s’éloignent de plus en plus de la vérité et s’allient plus étroitement avec le monde, le temps viendra où ceux qui craignent et honorent Dieu ne pourront plus rester en contact avec elles. Ceux qui « n’ont pas cru à la vérité, mais ont pris plaisir à l’injustice », seront abandonnés pour recevoir « une forte illusion » et pour « croire au mensonge ». [2 Thessaloniciens 2:11, 12.] Alors l’esprit de persécution sera de nouveau révélé. Mais la lumière de la vérité brillera sur tous ceux dont le cœur est ouvert pour la recevoir, et tous les enfants du Seigneur encore à Babylone répondront à l’appel : « Sortez d’elle, mon peuple. {4SP 239.3}
Chapitre 16 . . . . . Le temps d’attente.
Lorsque l’année 1843 [VOIR APPENDICE, NOTE 4.] passa entièrement sans être marquée par l’avènement de Jésus, ceux qui attendaient avec foi son apparition furent pour un temps laissés dans le doute et la perplexité. Mais malgré leur déception, beaucoup ont continué à sonder les Écritures, examinant à nouveau les preuves de leur foi et étudiant attentivement les prophéties pour obtenir davantage de lumière. Le témoignage biblique à l’appui de leur position semblait clair et concluant. Des signes qui ne pouvaient être confondus indiquaient que la venue du Christ était proche. Les croyants ne pouvaient expliquer leur déception ; pourtant, ils se sentaient assurés que Dieu les avait conduits dans leur expérience passée. {4SP 241.1}
Leur foi fut grandement renforcée par l’application directe et énergique de ces Écritures qui annonçaient un temps d’attente. Dès 1842, l’Esprit de Dieu avait incité Charles Fitch à concevoir la carte prophétique, qui était généralement considérée par les adventistes comme un accomplissement du commandement donné par le prophète Habacuc, “d’écrire la vision et de la rendre claire sur des tables. ” Personne, cependant, n’a alors vu le temps d’attente, qui a été mis en évidence dans la même prophétie. Après la déception, la pleine signification de cette Écriture est devenue évidente. Ainsi parle le prophète : « Écris la vision, et écris-la clairement sur des tables, afin que celui qui la lit puisse courir. Car la vision est encore pour un temps fixé, mais à la fin elle parlera et ne mentira pas : même si elle tarde, attendez-la ; car il viendra sûrement, il ne tardera pas. [Habakuk 2:2, 3.] {4SP 241.
Une partie de la prophétie d’Ézéchiel était aussi une source de force et de réconfort pour les croyants : les jours se prolongent et toute vision échoue? Dis-leur donc : Ainsi parle le Seigneur Dieu : « Les jours sont proches, et l’effet de toute vision. « Je parlerai, et la parole que je dirai s’accomplira ; il ne sera plus prolongé. « Ceux de la maison d’Israël disent : La vision qu’il a est pour plusieurs jours, et il prophétise pour des temps lointains. C’est pourquoi dis-leur : Ainsi a dit le Seigneur Dieu : Aucune de mes paroles ne se prolongera plus, mais la parole que j’ai prononcée s’accomplira. [Ézéchiel 12:21-25, 27, 28.] {4SP 242.1}
Ceux qui attendaient se réjouissaient que Celui qui connaît la fin depuis le commencement ait regardé à travers les âges et, prévoyant leur déception, leur ait donné des paroles de courage et d’espoir. S’il n’y avait pas eu de telles portions de l’Écriture, montrant qu’ils étaient sur le bon chemin, leur foi aurait échoué à cette heure éprouvante. {4SP 242.2}
Dans la parabole des dix vierges, Matthieu 25, l’expérience des adventistes est illustrée par les incidents d’un mariage oriental. “Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges, qui prirent leurs lampes et sortirent à la rencontre de l’époux.” “Pendant que l’époux tardait, ils s’endormirent tous et s’endormirent.” Le mouvement généralisé sous la proclamation du premier message répondait à la sortie des vierges, tandis que le passage du temps d’attente, la déception et le retard étaient représentés par l’attente de l’époux. Une fois le temps défini passé, les vrais croyants étaient toujours unis dans la croyance que la fin de toutes choses était proche ; mais il devint bientôt évident qu’ils perdaient, dans une certaine mesure, leur zèle et leur dévouement, et tombaient dans l’état indiqué dans la parabole par le sommeil des vierges pendant le temps d’attente. {4SP 242.3}
Vers cette époque, le fanatisme a commencé à apparaître. Certains qui professaient être des croyants zélés dans le message ont rejeté la parole de Dieu comme le seul guide infaillible et, prétendant être conduits par l’Esprit, se sont livrés au contrôle de leurs propres sentiments, impressions et imaginations. Il y en avait qui manifestaient un zèle aveugle et sectaire, dénonçant tous ceux qui ne sanctionneraient pas leur cours. Leurs idées fanatiques et leurs exercices ne rencontrèrent aucune sympathie de la part du grand nombre d’adventistes ; pourtant ils ont servi à jeter l’opprobre sur la cause de la vérité. {4SP 243.1}
Satan cherchait par ce moyen à s’opposer et à détruire l’œuvre de Dieu. Le peuple avait été fortement agité par le mouvement adventiste, des milliers de pécheurs s’étaient convertis et des hommes fidèles se consacraient à l’œuvre de proclamation de la vérité, même dans les temps attardés. Le prince du mal perdait ses sujets ; et afin d’attirer l’opprobre sur la cause de Dieu, il cherchait à tromper ceux qui professaient la foi et à les pousser à l’extrême. Alors ses agents se tenaient prêts à saisir chaque erreur, chaque échec, chaque acte inconvenant, et à le présenter au peuple sous le jour le plus exagéré, pour rendre les Adventistes et leur foi odieux. Ainsi, plus grand était le nombre de ceux qu’il pouvait rassembler pour faire profession de foi adventiste tandis que son pouvoir contrôlait leurs cœurs, d’autant plus qu’il gagnerait à attirer l’attention sur eux en tant que représentants de l’ensemble des croyants. {4SP 243.2}
Satan est un accusateur des frères, et c’est son esprit qui inspire les hommes à surveiller les erreurs et les défauts du peuple du Seigneur, et à les attirer l’attention, tandis que leurs bonnes actions sont passées sous silence. Il est toujours actif lorsque Dieu est à l’œuvre pour le salut des âmes. Lorsque les fils de Dieu viennent se présenter devant le Seigneur, Satan vient aussi parmi eux. Dans chaque réveil, il est prêt à faire venir ceux qui sont non sanctifiés de cœur et déséquilibrés d’esprit. Lorsqu’ils ont accepté certains points de vérité et gagné une place parmi les croyants, il travaille à travers eux pour introduire des théories qui tromperont les imprudents. Aucun homme n’est prouvé être un vrai chrétien parce qu’il se trouve en compagnie des enfants de Dieu, même dans la maison de culte et autour de la table du Seigneur. Satan est souvent là dans les occasions les plus solennelles, sous la forme de ceux qu’il peut utiliser comme ses agents. {4SP 244.1}
Le grand trompeur professera n’importe quoi, afin de gagner des adhérents. Mais s’il prétendait être converti, s’il devait, si cela était possible, entrer au ciel et s’associer aux anges, il ne changerait pas de caractère. Alors que les vrais adorateurs seraient prosternés en adoration devant leur Créateur, il comploterait des méfaits contre la cause et le peuple de Dieu, concevant des moyens pour piéger les âmes, considérant la méthode la plus efficace pour semer l’ivraie. {4SP 244.2}
Satan conteste chaque centimètre de terrain sur lequel le peuple de Dieu avance dans son voyage vers la cité céleste. Dans toute l’histoire de l’Église, aucune réforme ne s’est faite sans rencontrer de sérieux obstacles. Ainsi en était-il du temps de Paul. Partout où l’apôtre élevait une église, il y en avait qui professaient recevoir la foi, mais qui apportaient des hérésies qui, si elles étaient reçues, finiraient par évincer l’amour de la vérité. Luther souffrit d’une grande perplexité et d’une grande détresse face au comportement de personnes fanatiques qui prétendaient que Dieu avait parlé directement à travers eux, et qui plaçaient donc leurs propres idées et opinions au-dessus du témoignage des Écritures. Beaucoup de ceux qui manquaient de foi et d’expérience, mais qui avaient une grande autonomie, et qui aimaient entendre et dire quelque chose de nouveau, ont été séduits par les prétentions des nouveaux enseignants, et ils se sont joints aux agents de Satan dans leur travail de démolition de ce que Dieu avait poussé Luther à édifier. Les Wesley aussi, et d’autres qui bénirent le monde par leur influence et leur foi, rencontrèrent à chaque pas les ruses de Satan en poussant des personnes trop zélées, déséquilibrées et non sanctifiées dans le fanatisme de tous les degrés. {4SP 245.1}
Wm. Miller n’avait aucune sympathie pour ces influences qui conduisaient au fanatisme. Il a déclaré, avec Martin Luther, que chaque esprit devrait être testé par la parole de Dieu : « Le diable a un grand pouvoir sur l’esprit de certains à l’heure actuelle. Et comment saurons-nous de quel esprit ils sont ? La Bible répond : ‘ C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. ‘ » « Il y a beaucoup d’esprits sortis dans le monde ; et il nous est commandé d’éprouver les esprits. L’esprit qui ne nous pousse pas à vivre sobrement, justement et pieusement, dans ce monde actuel, n’est pas l’esprit de Christ. Je suis de plus en plus convaincu que Satan a beaucoup à faire dans ces mouvements sauvages. “Beaucoup d’entre nous, qui prétendent être entièrement sanctifiés, suivent les traditions des hommes et sont apparemment aussi ignorants de la vérité que d’autres qui ne font pas de telles prétentions et ne sont pas à moitié aussi modestes. » « L’esprit d’erreur nous conduira loin de la vérité ; et l’Esprit de Dieu nous conduira dans la vérité. Mais, dites-vous, un homme peut être dans l’erreur et croire qu’il a la vérité. Quoi alors ? Nous répondons, L’Esprit et la parole sont d’accord. Si un homme se juge par la parole de Dieu, et trouve une harmonie parfaite à travers toute la parole, alors il doit croire qu’il a la vérité ; mais s’il trouve que l’esprit par lequel il est conduit ne s’harmonise pas avec toute la teneur de la loi ou du livre de Dieu, alors qu’il marche avec prudence, de peur qu’il ne soit pris dans le piège du diable. “J’ai souvent obtenu plus de preuves de piété intérieure d’un œil allumé, d’une joue humide et d’une parole étouffée que de tout le bruit de la chrétienté.” {4SP 245.2} Quoi alors ? Nous répondons, L’Esprit et la parole sont d’accord. Si un homme se juge par la parole de Dieu, et trouve une harmonie parfaite à travers toute la parole, alors il doit croire qu’il a la vérité ; mais s’il trouve que l’esprit par lequel il est conduit ne s’harmonise pas avec toute la teneur de la loi ou du livre de Dieu, alors qu’il marche avec prudence, de peur qu’il ne soit pris dans le piège du diable. “J’ai souvent obtenu plus de preuves de piété intérieure d’un œil allumé, d’une joue humide et d’une parole étouffée que de tout le bruit de la chrétienté.” {4SP 245.2} Quoi alors ? Nous répondons, L’Esprit et la parole sont d’accord. Si un homme se juge par la parole de Dieu, et trouve une harmonie parfaite à travers toute la parole, alors il doit croire qu’il a la vérité ; mais s’il trouve que l’esprit par lequel il est conduit ne s’harmonise pas avec toute la teneur de la loi ou du livre de Dieu, alors qu’il marche avec prudence, de peur qu’il ne soit pris dans le piège du diable. “J’ai souvent obtenu plus de preuves de piété intérieure d’un œil allumé, d’une joue humide et d’une parole étouffée que de tout le bruit de la chrétienté.” {4SP 245.2} de peur qu’il ne soit pris au piège du diable. “J’ai souvent obtenu plus de preuves de piété intérieure d’un œil allumé, d’une joue humide et d’une parole étouffée que de tout le bruit de la chrétienté.” {4SP 245.2} de peur qu’il ne soit pris au piège du diable. “J’ai souvent obtenu plus de preuves de piété intérieure d’un œil allumé, d’une joue humide et d’une parole étouffée que de tout le bruit de la chrétienté.” {4SP 245.2}
Les ennemis de la Réformation imputaient tous les maux du fanatisme à ceux-là mêmes qui travaillaient le plus vivement contre elle. Une voie similaire a été poursuivie par les opposants au mouvement Adventiste. Et non content de déformer et d’exagérer les erreurs des extrémistes et des fanatiques, ils ont fait circuler des rapports défavorables qui n’avaient pas le moindre semblant de vérité. Ces personnes étaient animées de préjugés et de haine. Leur paix a été troublée par la proclamation du Christ à la porte. Ils craignaient que cela ne soit vrai, mais espéraient que ce n’était pas le cas, et c’était le secret de leur guerre contre les adventistes et leur foi. {4SP 246.1}
Le fait que quelques fanatiques se soient frayés un chemin dans les rangs des Adventistes n’est pas plus une raison pour décider que le mouvement n’était pas de Dieu, que la présence de fanatiques et de trompeurs dans l’église à l’époque de Paul ou de Luther n’est une excuse suffisante pour rejeter ou ridiculiser leur travail. Que le peuple de Dieu se réveille et commence sérieusement l’œuvre de repentance et de réforme, qu’il sonde les Écritures pour apprendre la vérité telle qu’elle est en Jésus, qu’il se consacre entièrement à Dieu, et la preuve ne sera pas voulant que Satan soit toujours actif et vigilant. Avec toute la tromperie possible, il manifestera sa puissance, appelant à son aide tous les anges déchus de son royaume. {4SP 247.1}
Ce n’est pas la proclamation du message adventiste qui a créé le fanatisme et la division. Ceux-ci sont apparus à l’été 1844, lorsque les adventistes étaient dans un état de doute et de perplexité concernant leur position réelle. La prédication du premier message en 1843, et du cri de minuit en 1844, tendait directement à réprimer le fanatisme et la dissension. Ceux qui participaient à ces mouvements solennels étaient en harmonie ; leurs cœurs étaient remplis d’amour les uns pour les autres et pour Jésus, qu’ils s’attendaient à voir bientôt. L’unique foi, l’unique espérance bénie les a élevés au-dessus du contrôle de toute influence humaine et s’est avéré un bouclier contre les assauts de Satan. {4SP 247.2}
Chapitre 17 . . . . . Le cri de minuit.
“Pendant que l’époux tardait, ils s’assoupirent tous et s’endormirent. Et à minuit, un cri retentit : Voici, l’époux vient ; sortez à sa rencontre. Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes. [Matthieu 25:5-7.] {4SP 248.1}
Au cours de l’été 1844, les adventistes ont découvert l’erreur dans leur ancien calcul des périodes prophétiques et ont choisi la position correcte. Les 2300 jours de Daniel 8:14, que tous croyaient s’étendre jusqu’à la seconde venue de Christ, avaient été pensés pour se terminer au printemps 1844; mais on voyait maintenant que cette période s’étendait jusqu’à l’automne de la même année, [VOIR APPENDICE, NOTE 1.] et l’esprit des Adventistes était fixé sur ce point comme étant le moment de l’apparition du Seigneur. La proclamation de ce message du temps était une autre étape dans l’accomplissement de la parabole du mariage, dont l’application à l’expérience des adventistes avait déjà été clairement vue. Comme dans la parabole le cri s’éleva à minuit annonçant l’approche de l’époux, ainsi dans l’accomplissement, à mi-chemin entre le printemps de 1844, quand on a supposé pour la première fois que les 2300 jours se termineraient, et l’automne de 1844, date à laquelle on s’est rendu compte par la suite qu’ils devaient vraiment se terminer, un tel cri s’éleva, dans les paroles mêmes de l’Écriture : « Voici, l’Époux vient; sortez à sa rencontre. {4SP 248.2}
Comme un raz de marée, le mouvement a balayé la terre. De ville en ville, de village en village, et dans des régions éloignées, il est allé, jusqu’à ce que le peuple de Dieu qui attendait soit pleinement réveillé. Avant cette proclamation, le fanatisme disparaissait, comme les premières gelées avant le soleil levant. Les croyants retrouvèrent leur position, et l’espérance et le courage animèrent leur cœur. L’œuvre était exempte de ces extrêmes qui se manifestent toujours lorsqu’il y a une excitation humaine sans l’influence dominante de la parole et de l’Esprit de Dieu. C’était semblable dans son caractère à ces saisons d’humiliation et de retour au Seigneur qui, parmi l’ancien Israël, suivaient les messages de réprimande de ses serviteurs. Elle portait les caractéristiques qui marquent l’œuvre de Dieu à chaque époque. Il y avait peu de joie extatique, mais plutôt une recherche profonde du cœur, la confession du péché, et l’abandon du monde. Une préparation pour rencontrer le Seigneur était le fardeau d’esprits agonisants. Il y avait une prière persévérante et une consécration sans réserve à Dieu. {4SP 249.1}
Dit Wm. Miller, en décrivant ce travail : « Il n’y a pas de grande expression de joie ; c’est-à-dire, pour ainsi dire, supprimé pour une occasion future, quand tout le ciel et la terre se réjouiront ensemble avec une joie indicible et pleine de gloire. Il n’y a pas de cris; cela aussi est réservé au cri du Ciel. Les chanteurs se taisent ; ils attendent de rejoindre les hôtes angéliques, le chœur du Ciel. Aucun argument n’est utilisé ou nécessaire ; tous semblent convaincus de détenir la vérité. Il n’y a pas de heurts de sentiments; tous sont d’un même cœur et d’un même esprit. {4SP 249.2}
De tous les grands mouvements religieux depuis l’époque des apôtres, aucun n’a été plus exempt d’imperfection humaine et des ruses de Satan que celui de l’automne de 1844. Même maintenant, après quarante ans, tous ceux qui ont partagé ce mouvement et qui se sont tenus fermement sur la plate-forme de la vérité, ressentent encore la sainte influence de cette œuvre bénie et témoignent qu’elle était de Dieu. {4SP 250.1}
À l’appel, « L’Époux vient ; sortez à sa rencontre », ceux qui l’attendaient « se levèrent et préparèrent leurs lampes » ; ils étudiaient la parole de Dieu avec une intensité d’intérêt jusque-là inconnue. Des anges ont été envoyés du Ciel pour éveiller ceux qui s’étaient découragés et les préparer à recevoir le message. L’œuvre ne reposait pas sur la sagesse et le savoir des hommes, mais sur la puissance de Dieu. Ce ne sont pas les plus talentueux, mais les plus humbles et les plus dévoués, qui ont été les premiers à entendre et à obéir à l’appel. Les agriculteurs ont laissé leurs récoltes debout dans les champs, les mécaniciens ont déposé leurs outils et, avec des larmes et de la joie, sont sortis pour donner l’avertissement. Ceux qui avaient autrefois mené la cause furent parmi les derniers à se joindre à ce mouvement. Les églises en général fermèrent leurs portes contre cela, et une grande société qui avait le témoignage vivant se retira de leur lien. Dans la providence de Dieu, ce cri s’est uni au message du deuxième ange et a donné de la puissance à cette œuvre. {4SP 250.2}
Le cri de minuit n’était pas tellement porté par l’argument, bien que la preuve de l’Écriture soit claire et concluante. Il y avait avec elle une force motrice qui remuait l’âme. Il n’y avait aucun doute, aucun questionnement. A l’occasion de l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem, le peuple qui s’était assemblé de toutes les parties du pays pour célébrer la fête, afflua vers le Mont des Oliviers, et alors qu’il se joignait à la foule qui escortait Jésus, il reçut l’inspiration du heure, et a contribué à faire grossir le cri : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! [Matthieu 21:9.] De la même manière, les incroyants qui affluaient aux réunions adventistes – certains par curiosité, d’autres simplement pour se moquer – ont ressenti la puissance convaincante qui accompagnait le message : « Voici, l’Époux vient ! {4SP 250.3}
À cette époque, il y avait une foi qui apportait des réponses à la prière, une foi qui avait du respect pour la récompense de la récompense. Comme des averses de pluie sur la terre assoiffée, l’Esprit de grâce est descendu sur les chercheurs sérieux. Ceux qui s’attendaient à se trouver bientôt face à face avec leur Rédempteur éprouvaient une joie solennelle inexprimable. La puissance adoucissante et subjuguée du Saint-Esprit a fait fondre le cœur, alors que vague après vague de la gloire de Dieu déferlait sur les fidèles et les croyants. {4SP 251.1}
Soigneusement et solennellement, ceux qui ont reçu le message sont arrivés au moment où ils espéraient rencontrer leur Seigneur. Chaque matin, ils sentaient que c’était leur premier devoir d’obtenir la preuve de leur acceptation par Dieu. Leurs cœurs étaient étroitement unis et ils priaient beaucoup les uns avec les autres et pour eux. Ils se réunissaient souvent dans des endroits isolés pour communier avec Dieu, et la voix de l’intercession montait au ciel depuis les champs et les bosquets. L’assurance de l’approbation du Sauveur leur était plus nécessaire que leur nourriture quotidienne, et si un nuage assombrissait leur esprit, ils ne s’arrêtaient pas tant qu’il n’était pas balayé. Alors qu’ils sentaient le témoignage de la grâce qui pardonne, ils aspiraient à voir celui que leurs âmes aimaient. {4SP 251.2}
Mais encore une fois, ils étaient voués à la déception. Le temps de l’attente est passé et leur Sauveur n’est pas apparu. Avec une confiance inébranlable, ils avaient attendu sa venue, et maintenant ils se sentaient comme Marie, quand, venant au tombeau du Sauveur et le trouvant vide, elle s’exclama en pleurant : « Ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils sont. l’ont couché. [Jean 20:13.] {4SP 252.1}
Un sentiment d’admiration, la crainte que le message puisse être vrai, avait pendant un temps servi de frein au monde incrédule. Après le passage du temps, cela n’a pas disparu immédiatement; ils n’osaient pas triompher des déçus ; mais comme aucun signe de la colère de Dieu n’a été vu, ils se sont remis de leurs peurs et ont repris leurs reproches et leurs moqueries. Une grande classe qui avait professé croire en la venue prochaine du Seigneur, a renoncé à sa foi. Certains qui avaient été très confiants étaient si profondément blessés dans leur orgueil qu’ils avaient envie de fuir le monde. Comme Jonas, ils se sont plaints de Dieu et ont choisi la mort plutôt que la vie. Ceux qui avaient fondé leur foi sur les opinions des autres, et non sur la parole de Dieu, étaient maintenant tout aussi prêts à échanger à nouveau leurs points de vue. Les moqueurs ont gagné les faibles et les lâches dans leurs rangs, et tous unis pour déclarer qu’il ne pouvait plus y avoir de peurs ou d’attentes maintenant. Le temps était passé, le Seigneur n’était pas venu, et le monde pourrait rester le même pendant des milliers d’années. {4SP 252.2}
Les croyants fervents et sincères avaient tout abandonné pour Christ et avaient partagé sa présence comme jamais auparavant. Ils avaient, comme ils le croyaient, donné leur dernier avertissement au monde, et, s’attendant à être bientôt reçus dans la société de leur divin Maître et des anges célestes, ils s’étaient en grande partie retirés de la multitude incrédule. Avec un désir intense, ils avaient prié : « Viens, Seigneur Jésus, et viens vite. Mais il n’était pas venu. Et maintenant, reprendre le lourd fardeau des soucis et des perplexités de la vie, et endurer les railleries et les ricanements d’un monde moqueur, était en effet une terrible épreuve de foi et de patience. {4SP 253.1}
Pourtant, cette déception n’était pas aussi grande que celle éprouvée par les disciples au moment du premier avènement du Christ. Lorsque Jésus arriva triomphalement à Jérusalem, ses disciples crurent qu’il était sur le point de monter sur le trône de David et de délivrer Israël de ses oppresseurs. Avec de grands espoirs et de joyeuses anticipations, ils rivalisaient d’honneur pour rendre hommage à leur roi. Beaucoup étendaient leurs vêtements de dessus comme un tapis sur son chemin, ou jonchaient devant lui les branches feuillues du palmier. Dans leur joie enthousiaste, ils s’unirent dans l’acclamation joyeuse : « Hosanna au Fils de David ! Quand les pharisiens, troublés et irrités par cet éclat de joie, voulurent que Jésus reprenne ses disciples, il répondit : « Si ceux-ci se taisaient, les pierres crieraient aussitôt. [Luc 19:40.] La prophétie doit s’accomplir. Les disciples accomplissaient le dessein de Dieu ; pourtant ils étaient voués à une amère déception. Mais quelques jours s’étaient écoulés avant qu’ils ne voient la mort atroce du Sauveur et ne le déposent dans la tombe. Leurs attentes n’avaient pas été réalisées en un seul détail, et leurs espoirs sont morts avec Jésus. Ce n’est que lorsque leur Seigneur sortit triomphant du tombeau qu’ils purent s’apercevoir que tout avait été prédit par la prophétie, et “que Christ avait dû souffrir et ressusciter d’entre les morts”. [Actes 17:3.] De la même manière, la prophétie s’est accomplie dans les messages des premier et deuxième anges. Ils ont été donnés au bon moment et ont accompli l’œuvre que Dieu avait voulu accomplir par eux. {4SP 253.2} et le mit au tombeau. Leurs attentes n’avaient pas été réalisées en un seul détail, et leurs espoirs sont morts avec Jésus. Ce n’est que lorsque leur Seigneur sortit triomphant du tombeau qu’ils purent s’apercevoir que tout avait été prédit par la prophétie, et “que Christ avait dû souffrir et ressusciter d’entre les morts”. [Actes 17:3.] De la même manière, la prophétie s’est accomplie dans les messages des premier et deuxième anges. Ils ont été donnés au bon moment et ont accompli l’œuvre que Dieu avait voulu accomplir par eux. {4SP 253.2} et le mit au tombeau. Leurs attentes n’avaient pas été réalisées en un seul détail, et leurs espoirs sont morts avec Jésus. Ce n’est que lorsque leur Seigneur sortit triomphant du tombeau qu’ils purent s’apercevoir que tout avait été prédit par la prophétie, et “que Christ avait dû souffrir et ressusciter d’entre les morts”. [Actes 17:3.] De la même manière, la prophétie s’est accomplie dans les messages des premier et deuxième anges. Ils ont été donnés au bon moment et ont accompli l’œuvre que Dieu avait voulu accomplir par eux. {4SP 253.2} ] De la même manière, la prophétie s’est accomplie dans les messages des premier et deuxième anges. Ils ont été donnés au bon moment et ont accompli l’œuvre que Dieu avait voulu accomplir par eux. {4SP 253.2} ] De la même manière, la prophétie s’est accomplie dans les messages des premier et deuxième anges. Ils ont été donnés au bon moment et ont accompli l’œuvre que Dieu avait voulu accomplir par eux. {4SP 253.2}
Le monde avait regardé, s’attendant à ce que si le temps passait et que le Christ n’apparaissait pas, tout le système de l’Adventisme serait abandonné. Mais alors que beaucoup, sous la forte tentation, ont cédé leur foi, il y en a eu qui sont restés fermes. Ils ne pouvaient détecter aucune erreur dans leur calcul des périodes prophétiques. Les plus habiles de leurs adversaires n’avaient pas réussi à renverser leur position. Certes, il y avait eu un échec quant à l’événement attendu, mais même cela ne pouvait ébranler leur foi en la parole de Dieu. Quand Jonas proclama dans les rues de Ninive que dans quarante jours la ville serait renversée, le Seigneur accepta l’humiliation des Ninivites et prolongea leur période de probation ; pourtant le message de Jonas a été envoyé par Dieu, et Ninive a été éprouvée selon sa volonté. Les adventistes croyaient que Dieu les avait amenés de la même manière à avertir le monde du jugement à venir, et malgré leur déception, ils se sentaient assurés qu’ils avaient atteint une crise des plus importantes. {4SP 254.1}
La parabole du méchant serviteur était considérée comme s’appliquant à ceux qui désiraient différer la venue du Seigneur : « Si ce méchant serviteur dit en son cœur : Mon seigneur retarde sa venue ; et commencera à frapper ses compagnons de service, et à manger et à boire avec les ivrognes; le maître de ce serviteur viendra un jour où il ne l’attend pas, et à une heure qu’il ne connaît pas, et le coupera en deux, et lui assignera sa part avec les hypocrites. [Matthieu 24:48-51.] {4SP 254.2}
Les sentiments de ceux qui tenaient fermement à la vérité adventiste sont exprimés dans les paroles de Wm. Miller: “Si je devais revivre ma vie, avec la même preuve que j’avais alors, pour être honnête avec Dieu et les hommes, je devrais faire ce que j’ai fait.” « J’espère avoir purifié mes vêtements du sang des âmes ; Je sens que, dans la mesure du possible, je me suis libéré de toute culpabilité dans leur condamnation. « Bien que j’aie été deux fois déçu, écrit cet homme de Dieu, je ne suis pas encore abattu ni découragé. « Mon espérance dans la venue du Christ est plus forte que jamais. Je n’ai fait que ce que, après des années de réflexion sérieuse, j’ai senti qu’il était de mon devoir solennel de faire. Si j’ai erré, c’est du côté de la charité, de l’amour de mon prochain et de ma conviction du devoir envers Dieu. « Une chose que je sais, c’est que je n’ai prêché que ce que je croyais ; et la main de Dieu a été avec moi, sa puissance s’est manifestée dans l’œuvre, et beaucoup de bien a été fait. « Plusieurs milliers, selon toute apparence humaine, ont été amenés à étudier les Écritures par la prédication du temps ; et par ce moyen, par la foi et l’aspersion du sang de Christ, vous avez été réconciliés avec Dieu. “Je n’ai jamais courtisé les sourires des fiers, ni tremblé quand le monde a froncé les sourcils. Je n’achèterai pas maintenant leur faveur, et je n’irai pas au-delà de mon devoir pour tenter leur haine. Je ne chercherai jamais ma vie entre leurs mains, ni ne reculerai, j’espère, de la perdre, si Dieu dans sa bonne providence l’ordonne. {4SP 255.1} ont été réconciliés avec Dieu. “Je n’ai jamais courtisé les sourires des fiers, ni tremblé quand le monde a froncé les sourcils. Je n’achèterai pas maintenant leur faveur, et je n’irai pas au-delà de mon devoir pour tenter leur haine. Je ne chercherai jamais ma vie entre leurs mains, ni ne reculerai, j’espère, de la perdre, si Dieu dans sa bonne providence l’ordonne. {4SP 255.1} ont été réconciliés avec Dieu. “Je n’ai jamais courtisé les sourires des fiers, ni tremblé quand le monde a froncé les sourcils. Je n’achèterai pas maintenant leur faveur, et je n’irai pas au-delà de mon devoir pour tenter leur haine. Je ne chercherai jamais ma vie entre leurs mains, ni ne reculerai, j’espère, de la perdre, si Dieu dans sa bonne providence l’ordonne. {4SP 255.1}
Dieu n’a pas abandonné son peuple; son Esprit demeurait toujours avec ceux qui n’avaient pas nié imprudemment la lumière qu’ils avaient reçue et dénoncé le mouvement Adventiste. L’apôtre Paul, regardant à travers les âges, avait écrit des paroles d’encouragement et d’avertissement pour ceux qui sont éprouvés et qui attendent dans cette crise : « Ne rejetez donc pas votre confiance, qui a une grande récompense. Car vous avez besoin de patience, afin qu’après avoir fait la volonté de Dieu, vous receviez la promesse. Car encore un peu de temps, et Celui qui doit venir viendra, et ne tardera pas. Maintenant, le juste vivra par la foi ; mais si quelqu’un recule, mon âme n’aura aucun plaisir en lui. Mais nous ne sommes pas de ceux qui reculent vers la perdition, mais de ceux qui croient au salut de l’âme. [Hébreux 10:35-39.] {4SP 256.1}
Les personnes ici adressées risquaient de faire naufrage de la foi. Ils avaient fait la volonté de Dieu en suivant la direction de son Esprit et de sa parole ; pourtant, ils ne pouvaient pas comprendre son dessein dans leur expérience passée, ni discerner le chemin devant eux, et ils étaient tentés de douter que Dieu les ait effectivement conduits. A cette époque, les mots étaient particulièrement applicables, “Maintenant, le juste vivra par la foi.” Comme la lumière brillante du cri de minuit avait brillé sur leur chemin, et qu’ils avaient vu les prophéties descellées, et les signes qui s’accomplissaient rapidement indiquant que la venue du Christ était proche, les Adventistes avaient marché, pour ainsi dire, par la vue. Mais maintenant, accablés par des espoirs déçus, ils ne pouvaient tenir debout que par la foi en Dieu et en sa parole. Le monde moqueur disait : « Vous avez été trompé. Abandonnez votre foi, et dire que le mouvement adventiste était de Satan. Mais la parole de Dieu a déclaré : « Si quelqu’un recule, mon âme n’aura aucun plaisir en lui. Renoncer à leur foi maintenant, et nier la puissance du Saint-Esprit qui avait accompagné le message, reviendrait à reculer vers la perdition. Ils ont été encouragés à la constance par les paroles de Paul : « Ne rejette donc pas ta confiance » ; « vous avez besoin de patience » ; “Encore un peu de temps, et Celui qui doit venir viendra, et ne tardera pas.” Leur seul moyen sûr était de chérir la lumière qu’ils avaient déjà reçue de Dieu, de s’accrocher à ses promesses et de continuer à sonder les Écritures, et d’attendre patiemment et de veiller à recevoir davantage de lumière. {4SP 256.2} et nier la puissance du Saint-Esprit qui avait accompagné le message, reviendrait à reculer vers la perdition. Ils ont été encouragés à la constance par les paroles de Paul : « Ne rejette donc pas ta confiance » ; « vous avez besoin de patience » ; “Encore un peu de temps, et Celui qui doit venir viendra, et ne tardera pas.” Leur seul moyen sûr était de chérir la lumière qu’ils avaient déjà reçue de Dieu, de s’accrocher à ses promesses et de continuer à sonder les Écritures, et d’attendre patiemment et de veiller à recevoir davantage de lumière. {4SP 256.2} et nier la puissance du Saint-Esprit qui avait accompagné le message, reviendrait à reculer vers la perdition. Ils ont été encouragés à la constance par les paroles de Paul : « Ne rejette donc pas ta confiance » ; « vous avez besoin de patience » ; “Encore un peu de temps, et Celui qui doit venir viendra, et ne tardera pas.” Leur seul moyen sûr était de chérir la lumière qu’ils avaient déjà reçue de Dieu, de s’accrocher à ses promesses et de continuer à sonder les Écritures, et d’attendre patiemment et de veiller à recevoir davantage de lumière. {4SP 256.2} ” Leur seule voie sûre était de chérir la lumière qu’ils avaient déjà reçue de Dieu, de s’accrocher à ses promesses et de continuer à sonder les Écritures, et d’attendre patiemment et de veiller à recevoir davantage de lumière. {4SP 256.2} ” Leur seule voie sûre était de chérir la lumière qu’ils avaient déjà reçue de Dieu, de s’accrocher à ses promesses et de continuer à sonder les Écritures, et d’attendre patiemment et de veiller à recevoir davantage de lumière. {4SP 256.2}
Chapitre 18 . . . . . Le sanctuaire.
L’Écriture qui, par-dessus tout, avait été à la fois le fondement et le pilier central de la foi adventiste était la déclaration : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le sanctuaire sera purifié. [Daniel 8:14.] Ces paroles étaient familières à tous ceux qui croyaient en la venue prochaine du Seigneur. Par la bouche de milliers de personnes, cette prophétie a été joyeusement répétée comme le mot d’ordre de leur foi. Tous sentaient que des événements qui s’y rapportaient dépendaient leurs attentes les plus brillantes et leurs espérances les plus chères. Il avait été démontré que ces jours prophétiques se terminaient à l’automne 1844. Comme le reste du monde chrétien, les adventistes soutenaient alors que la terre, ou une partie de celle-ci, était le sanctuaire, et que la purification du sanctuaire était la purification de la terre par les feux du dernier grand jour. Ils comprirent que cela aurait lieu lors de la seconde venue de Christ. D’où la conclusion que le Christ reviendrait sur la terre en 1844. {4SP 258.1}
Mais le temps fixé est venu, et le Seigneur n’est pas apparu. Les croyants savaient que la parole de Dieu ne pouvait pas faillir ; leur interprétation de la prophétie doit être erronée ; mais où était l’erreur ? Beaucoup ont témérairement coupé le nœud de la difficulté en niant que les 2300 jours se sont terminés en 1844. Aucune raison ne pouvait être donnée pour cette position, sauf que le Christ n’était pas venu au moment de l’attente. Ils soutenaient que si les jours prophétiques s’étaient terminés en 1844, le Christ serait alors venu purifier le sanctuaire par la purification de la terre par le feu ; et que puisqu’il n’était pas venu, les jours n’auraient pas pu finir. {4SP 258.2}
Accepter cette conclusion, c’était renoncer à l’ancien calcul des périodes prophétiques, et embrouiller toute la question. C’était un abandon délibéré de positions qui avaient été atteintes par une étude sérieuse et priante des Écritures, par des esprits éclairés par l’Esprit de Dieu et des cœurs brûlant de sa puissance vivante ; des positions qui avaient résisté aux critiques les plus pénétrantes et à l’opposition la plus amère des religieux populaires et des sages du monde, et qui avaient résisté aux forces combinées de l’érudition et de l’éloquence, ainsi qu’aux railleries et aux injures des honorables et des vils. Et tout ce sacrifice a été fait pour maintenir la théorie selon laquelle la terre est le sanctuaire. {4SP 259.1}
Dieu avait conduit son peuple dans le grand mouvement adventiste ; sa puissance et sa gloire avaient accompagné l’œuvre, et il ne voulait pas qu’elle se terminât dans les ténèbres et la déception, qu’on lui reprochât une excitation fausse et fanatique. Il ne laisserait pas sa parole impliquée dans le doute et l’incertitude. Bien que la majorité des adventistes aient abandonné leur ancien calcul des périodes prophétiques et, par conséquent, nié l’exactitude du mouvement basé sur celui-ci, quelques-uns n’étaient pas disposés à renoncer à des points de foi et d’expérience soutenus par les Écritures et par le témoignage spécial de l’Esprit. de Dieu. Ils croyaient qu’ils avaient adopté de solides principes d’interprétation dans leur étude des Écritures et qu’il était de leur devoir de retenir les vérités déjà acquises et de poursuivre toujours le même cours de recherche biblique. Avec une prière sincère, ils ont revu leur position et ont étudié les Écritures pour découvrir leur erreur. Comme ils ne voyaient aucune erreur dans leur explication des périodes prophétiques, ils furent amenés à examiner de plus près le sujet du sanctuaire. [VOIR APPENDICE, NOTE 5.] {4SP 259.2}
Dans leur enquête, ils apprirent que le sanctuaire terrestre, construit par Moïse sur l’ordre de Dieu, selon le modèle qui lui était montré sur la montagne, était “une figure pour le temps alors présent, dans laquelle étaient offerts à la fois des dons et des sacrifices” ; que ses deux lieux saints étaient « des modèles de choses dans les cieux » ; que Christ, notre grand Souverain Sacrificateur, est « un ministre du sanctuaire et du vrai tabernacle, que le Seigneur a dressé, et non un homme » ; que « Christ n’est pas entré dans les lieux saints faits de mains, qui sont les figures du vrai, mais dans le Ciel lui-même, pour apparaître maintenant en présence de Dieu pour nous ». [Hébreux 9:9, 23 ; 8:2 ; 9:24.] {4SP 260.1}
Le sanctuaire céleste, dans lequel Jésus exerce son ministère en notre faveur, est le grand original, dont le sanctuaire construit par Moïse était une copie. Dieu plaça son Esprit sur les bâtisseurs du sanctuaire terrestre. La compétence artistique déployée dans sa construction était une manifestation de la sagesse divine. Les murs avaient l’apparence d’or massif, reflétant dans toutes les directions la lumière des sept lampes du chandelier d’or. La table des pains de proposition et l’autel des parfums brillaient comme de l’or poli. Le magnifique rideau qui formait le plafond, orné de figures d’anges en bleu, pourpre et écarlate, ajoutait à la beauté de la scène. Et au-delà du second voile se trouvait la sainte shekinah, la manifestation visible de la gloire de Dieu, devant laquelle nul autre que le souverain sacrificateur ne pouvait entrer et vivre. La splendeur incomparable du tabernacle terrestre reflétait à la vision humaine les gloires de ce temple céleste où le Christ, notre précurseur, nous sert devant le trône de Dieu. {4SP 260.2}
Comme le sanctuaire sur terre avait deux appartements, le saint et le très saint, ainsi il y a deux lieux saints dans le sanctuaire céleste. Et l’arche contenant la loi de Dieu, l’autel des parfums et d’autres instruments de service trouvés dans le sanctuaire d’en bas ont aussi leur contrepartie dans le sanctuaire d’en haut. Dans une vision sainte, l’apôtre Jean reçut la permission d’entrer au ciel, et il y vit le chandelier et l’autel des parfums, et comme “le temple de Dieu s’ouvrit”, il vit aussi “l’arche de son testament”. [Apocalypse 4:5 ; 8:3 ; Apocalypse 11:19.] {4SP 261.1}
Ceux qui cherchaient la vérité trouvèrent la preuve indiscutable de l’existence d’un sanctuaire au Ciel. Moïse fit le sanctuaire terrestre selon un modèle qui lui fut montré. Paul déclare que ce modèle était le vrai sanctuaire qui est dans le ciel. Jean témoigne qu’il l’a vu au paradis. {4SP 261.2}
Dans le temple céleste, la demeure de Dieu, son trône est établi dans la justice et le jugement. Dans le lieu très saint se trouve sa loi, la grande règle de droit par laquelle toute l’humanité est testée. L’arche qui contient les tables de la loi est couverte du propitiatoire, devant lequel le Christ plaide son sang en faveur du pécheur. Ainsi est représentée l’union de la justice et de la miséricorde dans le plan de rédemption humaine. Cette union, la sagesse infinie pouvait seule concevoir, et la puissance infinie accomplir ; c’est une union qui remplit tout le Ciel d’émerveillement et d’adoration. Les chérubins du sanctuaire terrestre, regardant avec respect le propitiatoire, représentent l’intérêt avec lequel l’armée céleste contemple l’œuvre de la rédemption. C’est le mystère de la miséricorde dans lequel les anges désirent regarder, – que Dieu puisse être juste pendant qu’il justifie le pécheur repentant, et renoue avec la race déchue; que Christ pouvait s’abaisser pour relever des multitudes innombrables de l’abîme de la ruine, et les revêtir des vêtements immaculés de sa propre justice, pour s’unir aux anges qui ne sont jamais tombés, et pour demeurer éternellement en présence de Dieu. {4SP 261.3}
A la fin des 2300 jours, en 1844, aucun sanctuaire n’avait existé sur terre depuis plusieurs siècles ; c’est pourquoi le sanctuaire céleste doit être celui qui apparaît dans la déclaration : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le sanctuaire sera purifié. Mais comment un sanctuaire céleste aurait-il besoin d’être nettoyé ? Se tournant à nouveau vers les Écritures, les étudiants en prophétie ont appris que la purification n’était pas une élimination des impuretés physiques, car elle devait être accomplie avec du sang, et devait donc être une purification du péché. Ainsi parle l’apôtre : « Il était donc nécessaire que les schémas des choses dans les Cieux soient purifiés avec ceux-ci [le sang des animaux] ; mais les choses célestes elles-mêmes avec de meilleurs sacrifices que ceux-ci [même le précieux sang de Christ]. [Hébreux 9:23. ] Pour obtenir une connaissance plus approfondie de la purification à laquelle la prophétie pointe, il était nécessaire de comprendre le ministère du sanctuaire céleste. Cela ne pouvait être appris que du ministère du sanctuaire terrestre ; car Paul déclare que les prêtres qui y officiaient servaient « à l’exemple et à l’ombre des choses célestes ». [Hébreux 8 : 5.] {4SP 262.1}
Le ministère du sanctuaire terrestre se composait de deux divisions : les prêtres servaient quotidiennement dans le lieu saint, tandis qu’une fois par an le souverain sacrificateur exécutait une œuvre spéciale d’expiation dans le lieu très saint, pour la purification du sanctuaire. Jour après jour, le pécheur repentant apportait son offrande à la porte du tabernacle et, posant sa main sur la tête de la victime, confessait ses péchés, les transférant ainsi en figure au sacrifice innocent. L’animal était alors tué, et le sang ou la chair était transporté par le prêtre dans le lieu saint. Ainsi le péché était, en figure, transféré au sanctuaire. Tel a été le travail qui s’est poursuivi tout au long de l’année. Le transfert continuel des péchés au sanctuaire, a rendu un autre travail de ministère nécessaire pour leur suppression. Le dixième jour du septième mois, le souverain sacrificateur entra dans l’appartement intérieur, ou lieu très saint, dans lequel il lui était interdit, sous peine de mort, d’entrer à tout autre moment. La purification du sanctuaire alors effectuée terminait la ronde annuelle de service. {4SP 263.1}
Le grand jour des expiations, deux chevreaux furent amenés à la porte du tabernacle et tirés au sort sur eux, “un lot pour le Seigneur, et l’autre lot pour le bouc émissaire”. Le bouc sur lequel est tombé le sort pour le Seigneur devait être immolé en sacrifice pour le péché pour le peuple. Et le sacrificateur devait apporter son sang dans le voile, et en faire aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire. « Et il fera l’expiation pour le lieu saint, à cause de l’impureté des enfants d’Israël, et à cause de leurs transgressions dans tous leurs péchés ; et il fera de même pour le tabernacle d’assignation, qui demeure parmi eux au milieu de leur impureté. [Lévitique 16:8, 16.] {4SP 263.2}
«Et Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d’Israël, et toutes leurs transgressions dans tous leurs péchés, les mettant sur la tête du bouc, et enverra emmenez-le par la main d’un homme apte dans le désert; et le bouc portera sur lui toutes leurs iniquités dans un pays inhabité. [Lévitique 16:21, 22.] Le bouc émissaire n’entrait plus dans le camp d’Israël, et l’homme qui l’emmenait devait se laver et laver ses vêtements avec de l’eau avant de retourner au camp. {4SP 264.1}
Toute la cérémonie avait pour but d’impressionner les Israélites par la sainteté de Dieu et son horreur du péché, et, en outre, de leur montrer qu’ils ne pouvaient pas entrer en contact avec le péché sans devenir souillés. Chaque homme était tenu d’affliger son âme pendant que cette œuvre d’expiation se poursuivait. Toutes les affaires ont été mises de côté et toute la congrégation d’Israël a passé la journée dans une humiliation solennelle devant Dieu, avec prière, jeûne et profonde recherche du cœur. {4SP 264.2}
Des vérités importantes concernant l’expiation peuvent être apprises du service typique. Un substitut était accepté à la place du pécheur ; mais le péché n’a pas été annulé par le sang de la victime. Un moyen a donc été fourni par lequel il a été transféré au sanctuaire. Par l’offrande du sang, le pécheur reconnaissait l’autorité de la loi, confessait sa culpabilité dans la transgression et exprimait son désir de pardon par la foi en un Rédempteur à venir ; mais il n’était pas encore entièrement dégagé de la condamnation de la loi. Le jour des expiations, le souverain sacrificateur, ayant pris une offrande de la congrégation, entra dans le lieu très saint avec le sang de cette offrande générale, et en fit aspersion sur le propitiatoire, directement au-dessus de la loi, pour faire satisfaction pour son réclamations. Puis, en sa qualité de médiateur, il prit les péchés sur lui, et les enfanta du sanctuaire. Plaçant ses mains sur la tête du bouc émissaire, il confessa sur lui tous ces péchés, les transférant ainsi en figure de lui au bouc. Le bouc les emporta alors, et ils furent considérés comme à jamais séparés du peuple. {4SP 265.1}
Tel était le service rendu ” à l’exemple et à l’ombre des choses célestes “. Et ce qui a été fait en type dans le ministère du terrestre, est fait en réalité dans le ministère du céleste. Après son ascension, notre Sauveur a commencé son œuvre en tant que notre souverain sacrificateur. Paul dit : « Christ n’est pas entré dans les lieux saints faits de mains, qui sont les figures du vrai ; mais dans le ciel même, pour apparaître maintenant en présence de Dieu pour nous. [Hébreux 9:24.] En harmonie avec le service typique, il commença son ministère dans le lieu saint, et à la fin des jours prophétiques en 1844, comme prédit par Daniel le prophète, il entra dans le lieu très saint pour accomplir la dernière partage de son œuvre solennelle, pour purifier le sanctuaire. {4SP 265.2}
Comme les péchés du peuple étaient anciennement transférés, en figure, au sanctuaire terrestre par le sang de l’offrande pour le péché, nos péchés sont, en fait, transférés au sanctuaire céleste par le sang de Christ. Et comme la purification typique du terrestre a été accomplie par l’élimination des péchés par lesquels il avait été pollué, de même la purification réelle du céleste doit être accomplie par l’élimination ou l’effacement des péchés qui y sont enregistrés. Cela nécessite un examen des registres pour déterminer qui, par la repentance du péché et la foi en Christ, a droit aux bénéfices de son expiation. La purification du sanctuaire implique donc un travail de Jugement investigatif. Cette œuvre doit être accomplie avant la venue de Christ pour racheter son peuple ; car quand il viendra, sa récompense est avec lui pour rendre à chacun selon ses oeuvres. [Apocalypse 22:12.] {4SP 266.1}
Ainsi, ceux qui ont suivi dans la lumière avancée de la parole prophétique ont vu qu’au lieu de venir sur la terre à la fin des 2300 jours en 1844, le Christ est alors entré dans le lieu très saint du sanctuaire céleste, en présence de Dieu, pour accomplir l’œuvre finale d’expiation, préparatoire à sa venue. {4SP 266.2}
On a vu aussi que, tandis que l’offrande pour le péché désignait Christ comme un sacrifice, et que le souverain sacrificateur représentait Christ comme un médiateur, le bouc émissaire symbolisait Satan, l’auteur du péché, sur qui les péchés du vrai pénitent tomberont. être enfin placé. Lorsque le souverain sacrificateur, en vertu du sang du sacrifice pour le péché, ôta les péchés du sanctuaire, il les plaça sur le bouc émissaire. Lorsque Christ, en vertu de son propre sang, enlèvera les péchés de son peuple du sanctuaire céleste à la fin de son ministère, il les placera sur Satan, qui, dans l’exécution du jugement, devra porter le châtiment final. Le bouc émissaire a été envoyé dans un pays inhabité, pour ne plus jamais revenir dans la congrégation d’Israël. Ainsi Satan sera-t-il à jamais banni de la présence de Dieu et de son peuple, et il sera effacé de l’existence dans la destruction finale du péché et des pécheurs. {4SP 266.3}
Chapitre 19 . . . . . Une porte ouverte et une porte fermée.
Le sujet du sanctuaire était la clé qui ouvrait le mystère de la déception, montrant que Dieu avait conduit son peuple dans le grand mouvement adventiste. Elle ouvrait à la vue un système complet de vérité, connecté et harmonieux, et révélait le devoir présent en mettant en lumière la position et l’œuvre du peuple de Dieu. {4SP 268.1}
Après le passage du temps de l’attente, en 1844, les Adventistes croyaient encore que le Sauveur viendrait très près ; ils soutenaient qu’ils avaient atteint une crise importante, et que l’œuvre de Christ en tant qu’intercesseur de l’homme devant Dieu, avait cessé. Ayant donné l’avertissement du Jugement proche, ils ont senti que leur travail pour le monde était accompli, et ils ont perdu le fardeau de leur âme pour le salut des pécheurs, tandis que les moqueries audacieuses et blasphématoires des impies leur semblaient une autre preuve que l’Esprit de Dieu avait été retiré à ceux qui rejetaient sa miséricorde. Tout cela les a confirmés dans la conviction que la probation était terminée, ou, comme ils l’ont alors exprimé, “la porte de la miséricorde était fermée”. [VOIR APPENDICE, NOTE 6.] {4SP 268.2}
Mais une lumière plus claire est venue avec l’enquête sur la question du sanctuaire. On voyait maintenant l’application de ces paroles de Christ dans l’Apocalypse, adressées à l’Église à ce moment précis : « Voici ce que dit le saint, le véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre et l’homme ferme, et ferme et personne n’ouvre; je connais tes oeuvres; voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. [Apocalypse 3:7, 8.] Ici, une porte ouverte aussi bien qu’une porte fermée apparaît. À la fin des 2300 jours prophétiques en 1844, Christ a changé son ministère du lieu saint au lieu très saint. Lorsque, dans le ministère du sanctuaire terrestre, le grand prêtre, le jour de l’expiation, entra dans le lieu très saint, la porte du lieu très saint fut fermée et la porte du lieu très saint fut ouverte. Alors, lorsque Christ passa du saint au très saint du sanctuaire céleste, la porte, ou ministère, du premier appartement fut fermée, et la porte, ou ministère, du second fut ouverte. Christ avait terminé une partie de son travail comme notre intercesseur, pour entrer dans une autre partie du travail ; et il offrait encore son sang devant le Père en faveur des pécheurs. “Voici,” déclare-t-il, “j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3} “J’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3} “J’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3}
Ceux qui, par la foi, suivent Jésus dans la grande œuvre de l’expiation, reçoivent les bénéfices de sa médiation en leur faveur ; mais ceux qui rejettent la lumière qui apporte à voir ce travail de ministère, n’en bénéficient pas. Les Juifs qui ont rejeté la lumière donnée lors du premier avènement du Christ, et ont refusé de croire en lui comme le Sauveur du monde, ne pouvaient pas recevoir le pardon par lui. Lorsque Jésus, lors de son ascension, entra par son propre sang dans le sanctuaire céleste pour répandre sur ses disciples les bénédictions de sa médiation, les Juifs furent laissés dans l’obscurité totale, pour continuer leurs sacrifices et offrandes inutiles. Le ministère des types et des ombres avait cessé. Cette porte par laquelle les hommes avaient autrefois trouvé accès à Dieu n’était plus ouverte. Les Juifs avaient refusé de le chercher par le seul moyen de le trouver alors, par le ministère dans le sanctuaire céleste. Par conséquent, ils n’ont trouvé aucune communion avec Dieu. Pour eux, la porte était fermée. Ils n’avaient aucune connaissance de Christ comme le vrai sacrifice et le seul médiateur devant Dieu ; par conséquent, ils ne pouvaient pas recevoir les bénéfices de sa médiation. {4SP 269.1}
La condition des Juifs incroyants illustre la condition des insouciants et des incrédules parmi les chrétiens de profession, qui ignorent volontairement l’œuvre de notre miséricordieux Souverain Sacrificateur. Dans le service typique, lorsque le souverain sacrificateur entrait dans le lieu très saint, tout Israël devait se rassembler autour du sanctuaire et, de la manière la plus solennelle, humilier son âme devant Dieu, afin qu’il puisse recevoir le pardon de ses péchés et ne pas être coupé de la congrégation. Combien plus essentiel en ce jour d’expiation anti-typique que nous comprenions le travail de notre Souverain Sacrificateur et sachions quels devoirs nous sont demandés. {4SP 270.1}
Les hommes ne peuvent impunément rejeter les avertissements que Dieu leur envoie dans sa miséricorde. Un message a été envoyé du Ciel au monde à l’époque de Noé, et leur salut dépendait de la manière dont ils traitaient ce message. Parce qu’ils ont rejeté l’avertissement, l’Esprit de Dieu a été retiré de cette race pécheresse, et ils ont péri dans les eaux du déluge. Au temps d’Abraham, la miséricorde cessa de plaider contre les habitants coupables de Sodome, et tous sauf Lot avec sa femme et ses deux filles furent consumés par le feu envoyé du ciel. Ainsi aux jours de Christ. Le Fils de Dieu a déclaré aux Juifs incrédules de cette génération : « Votre maison vous est laissée désolée. [Matthieu 23:38.] Regardant vers les derniers jours, la même puissance infinie déclare, concernant ceux qui « n’ont pas reçu l’amour de la vérité, afin d’être sauvés, » « C’est pourquoi Dieu leur enverra une puissante illusion, afin qu’ils croient au mensonge ; afin que soient damnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. [2 Thessaloniciens 2:10-12.] Comme ils rejettent les enseignements de sa parole, Dieu retire son Esprit, et les laisse aux tromperies qu’ils aiment. {4SP 270.2}
Mais Christ intercède toujours en faveur de l’homme, et la lumière sera donnée à ceux qui la recherchent. Bien que cela n’ait pas été compris au début par les Adventistes, cela a ensuite été rendu clair lorsque les écritures qui définissent leur véritable position ont commencé à s’ouvrir devant eux. {4SP 271.1}
Le passage du temps en 1844 a été suivi d’une période de grande épreuve pour ceux qui avaient encore la foi adventiste. Leur seul soulagement, en ce qui concerne la détermination de leur véritable position, était la lumière qui dirigeait leur esprit vers le sanctuaire d’en haut. Comme cela a été dit, les Adventistes furent pendant une courte période unis dans la conviction que la porte de la miséricorde était fermée. Cette position fut bientôt abandonnée. Certains ont renoncé à leur foi dans leur ancien calcul des périodes prophétiques et ont attribué aux agents humains ou sataniques la puissante influence du Saint-Esprit qui avait accompagné le mouvement adventiste. Une autre classe soutenait fermement que le Seigneur les avait conduits dans leur expérience passée ; et tandis qu’ils attendaient, veillaient et priaient pour connaître la volonté de Dieu, ils virent que leur grand Souverain Sacrificateur était entré dans une autre œuvre de ministère, et, le suivant par la foi,
Chapitre 20 . . . . . Le message du troisième ange.
Lorsque le Christ est entré dans le lieu très saint du sanctuaire céleste pour accomplir l’œuvre finale de l’expiation, il a confié à ses serviteurs le dernier message de miséricorde à donner au monde. Tel est l’avertissement du troisième ange d’Apocalypse 14. Immédiatement après sa proclamation, le Fils de l’homme est vu par le prophète venant dans la gloire pour récolter la moisson de la terre. {4SP 273.1}
Comme prédit dans les Écritures, le ministère de Christ dans le lieu très saint a commencé à la fin des jours prophétiques en 1844. À cette époque s’appliquent les paroles du Révélateur : « Le temple de Dieu s’est ouvert dans le ciel, et on a vu dans son temple l’arche de son testament. [Apocalypse 11:19] L’arche du testament de Dieu est dans le deuxième appartement du sanctuaire. Lorsque Christ y entra, pour exercer son ministère en faveur du pécheur, le temple intérieur fut ouvert et l’arche de Dieu apparut. À ceux qui, par la foi, ont vu le Sauveur dans son œuvre d’intercession, la majesté et la puissance de Dieu ont été révélées. Alors que le cortège de sa gloire remplissait le temple, la lumière du saint des saints était répandue sur son peuple qui attendait sur la terre. {4SP 273.2}
Ils avaient par la foi suivi leur Souverain Sacrificateur du saint au très saint, et ils l’ont vu plaider son sang devant l’arche de Dieu. Dans cette arche sacrée se trouve la loi du Père, celle-là même qui a été prononcée par Dieu lui-même au milieu des tonnerres du Sinaï et écrite de son propre doigt sur les tables de pierre. Pas un seul commandement n’a été annulé; pas un iota ou un titre n’a été changé. Alors que Dieu a donné à Moïse une copie de sa loi, il a conservé le grand original dans le sanctuaire au-dessus. Retraçant ses saints préceptes, les chercheurs de vérité trouvèrent, au sein même du décalogue, le quatrième commandement, tel qu’il fut proclamé pour la première fois : « Souviens-toi du jour du sabbat, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est le sabbat de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni ton étranger qui est dans tes portes; car en six jours l’Éternel a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et il s’est reposé le septième jour; c’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié. [Exode 20:8-11.] {4SP 273.3}
L’Esprit de Dieu a impressionné les cœurs de ces étudiants de sa parole. La conviction leur fut imposée qu’ils avaient transgressé par ignorance le quatrième commandement en négligeant le jour de repos du Créateur. Ils ont commencé à examiner les raisons d’observer le premier jour de la semaine au lieu du jour que Dieu avait sanctifié. Ils ne pouvaient trouver aucune preuve dans les Écritures que le quatrième commandement avait été aboli, ou que le sabbat avait été changé ; la bénédiction qui avait d’abord sanctifié le septième jour n’avait jamais été supprimée. Ils avaient honnêtement cherché à connaître et à faire la volonté de Dieu, et maintenant, alors qu’ils se voyaient eux-mêmes transgresseurs de sa loi, le chagrin remplissait leur cœur. Ils montrèrent aussitôt leur loyauté envers Dieu en sanctifiant son sabbat. {4SP 274.1}
Nombreux et sérieux furent les efforts déployés pour renverser leur foi. Nul ne pouvait manquer de voir que si le sanctuaire terrestre était une figure ou un modèle du céleste, la loi déposée dans l’arche sur terre était une transcription exacte de la loi dans l’arche au ciel, et qu’une acceptation de la vérité concernant le céleste sanctuaire impliquait une reconnaissance des prétentions de la loi de Dieu et l’obligation du sabbat du quatrième commandement. C’était là le secret de l’opposition amère et déterminée à l’exposition harmonieuse des Écritures qui mettait en évidence le ministère de Christ dans le sanctuaire céleste. Combien les hommes ont essayé de fermer la porte que Dieu avait ouverte, et d’ouvrir la porte qu’il avait fermée ! Mais « Celui qui ouvre et personne ne ferme, et qui ferme et personne n’ouvre », avait déclaré : « Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. [Apocalypse 3: 7, 8.] Christ avait ouvert la porte, ou le ministère, du lieu très saint, la lumière brillait de cette porte ouverte du sanctuaire céleste, et le quatrième commandement s’est avéré être inclus dans la loi à l’intérieur. l’Arche; ce que Dieu avait établi, personne ne pouvait le renverser. {4SP 275.1}
Ceux qui avaient accepté la lumière concernant la médiation de Christ et la perpétuité de la loi de Dieu, trouvèrent que telles étaient les vérités révélées dans le troisième message. [VOIR APPENDICE, NOTE 7.] L’ange déclare : “Voici ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus.” Cette déclaration est précédée d’un avertissement solennel et effrayant : « Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit sa marque sur son front ou sur sa main, celui-là boira du vin de la colère de Dieu, qui est versé sans mélange dans la coupe de son indignation. [Apocalypse 14:9, 10.] Une interprétation des symboles employés était nécessaire pour comprendre ce message. Que représentaient la bête, l’image et la marque ? De nouveau, ceux qui cherchaient la vérité retournèrent à l’étude des prophéties. {4SP 275.2}
Dans le livre de l’Apocalypse, sous les symboles d’un grand dragon rouge, d’une bête ressemblant à un léopard et d’une bête avec des cornes semblables à des agneaux, [Apocalypse 12 ET 13.] sont amenés à voir ces gouvernements terrestres qui sont particulièrement engagés dans piétinant la loi de Dieu et persécutant son peuple. Leur guerre est reportée à la fin des temps. Le peuple de Dieu, symbolisé par une sainte femme et ses enfants, est largement minoritaire. Dans les derniers jours, seul un reste existe. Jean parle d’eux comme de ceux qui ” gardent les commandements de Dieu et ont le témoignage de Jésus-Christ “. [Apocalypse 12:17.] {4SP 276.1}
À travers les grandes puissances contrôlées par le paganisme et la papauté, symbolisées par le dragon et la bête ressemblant à un léopard, Satan pendant de nombreux siècles a détruit les fidèles témoins de Dieu. Sous la domination de Rome, ils ont été torturés et tués pendant plus de mille ans ; mais la papauté fut enfin privée de sa force et forcée de renoncer à la persécution. [Apocalypse 13:3, 10.] À ce moment-là, le prophète vit monter une nouvelle puissance, représentée par la bête aux cornes semblables à celles d’un agneau. L’apparition de cette bête et la manière de son ascension semblent indiquer que la puissance qu’elle représente est différente de celles mises en évidence sous les symboles précédents. Les grands royaumes qui ont gouverné le monde ont obtenu leur domination par la conquête et la révolution, et ils ont été présentés au prophète Daniel comme des bêtes de proie, se levant lorsque les “quatre vents du ciel s’abattirent sur la grande mer”. [Daniel 7:2.] Mais on voit la bête avec des cornes comme un agneau « monter de la terre » ; [Apocalypse 13:11.] signifiant qu’au lieu de renverser d’autres puissances pour s’établir, la nation ainsi représentée s’éleva dans un territoire précédemment inoccupé, et grandit progressivement et paisiblement. {4SP 276.2}
Voici une figure frappante de l’essor et de la croissance de notre propre nation. Et les cornes d’agneau, emblèmes d’innocence et de douceur, représentent bien le caractère de notre gouvernement, tel qu’il s’exprime dans ses deux principes fondamentaux, le républicanisme et le protestantisme. Les exilés chrétiens qui ont d’abord fui en Amérique, ont cherché un asile contre l’oppression royale et l’intolérance sacerdotale, et ils ont décidé d’établir un gouvernement sur la large base de la liberté civile et religieuse. Ces principes sont le secret de notre puissance et de notre prospérité en tant que nation. Des millions d’autres pays ont cherché nos rivages, et les États-Unis se sont hissés parmi les nations les plus puissantes de la terre. {4SP 277.1}
Mais les tracés sévères du crayon prophétique révèlent un changement dans cette scène paisible. La bête aux cornes d’agneau parle avec la voix d’un dragon et ” exerce toute la puissance de la première bête devant lui “. L’esprit de persécution manifesté par le paganisme et la papauté doit à nouveau être révélé. La prophétie déclare que cette puissance dira “à ceux qui habitent sur la terre, qu’ils fassent une image à la bête”. [Apocalypse 13:14.] L’image est faite à la première bête ou bête ressemblant à un léopard, qui est celle présentée dans le message du troisième ange. Par cette première bête est représentée l’Église romaine, corps ecclésiastique revêtu du pouvoir civil, ayant autorité pour punir tous les dissidents. L’image de la bête représente un autre corps religieux revêtu d’un pouvoir similaire. La formation de cette image est l’œuvre de cette bête dont l’ascension paisible et les douces professions en font un symbole si frappant des États-Unis. Ici se trouve une image de la papauté. Lorsque les églises de notre pays, s’unissant sur les points de foi qu’elles ont en commun, influenceront l’État pour faire appliquer leurs décrets et soutenir leurs institutions, alors l’Amérique protestante aura formé une image de la hiérarchie romaine. Alors la vraie église sera assaillie par la persécution, comme le fut l’ancien peuple de Dieu. Presque chaque siècle fournit des exemples de ce que la bigoterie et la méchanceté peuvent faire sous prétexte de servir Dieu en protégeant les droits de l’Église et de l’État. Les églises protestantes qui ont suivi les traces de Rome en s’alliant aux puissances du monde ont manifesté un désir similaire de restreindre la liberté de conscience. Au XVIIe siècle, des milliers de ministres non conformistes ont souffert sous le règne de l’Église d’Angleterre. La persécution suit toujours le favoritisme religieux de la part des gouvernements laïcs. {4SP 277.2}
La bête aux cornes d’agneau commande « à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, de recevoir une marque sur leur main droite ou sur leur front ; et que personne ne pût acheter ni vendre, s’il n’avait la marque, ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. [Apocalypse 13:16, 17.] C’est la marque à propos de laquelle le troisième ange prononce son avertissement. C’est la marque de la première bête, ou de la papauté, et doit donc être recherchée parmi les caractéristiques distinctives de cette puissance. Le prophète Daniel a déclaré que l’Église romaine, symbolisée par la petite corne, devait penser à changer les temps et les lois, [Daniel 7:25.] tandis que Paul l’appelait l’homme de péché, [2 Thessaloniciens 2:3, 4.] qui devait s’élever au-dessus de Dieu. Ce n’est qu’en changeant la loi de Dieu que la papauté pourrait s’élever au-dessus de Dieu ; quiconque observerait avec intelligence la loi ainsi modifiée donnerait un honneur suprême au pouvoir par lequel le changement a été opéré. Un tel acte d’obéissance aux lois papales serait une marque d’allégeance au pape à la place de Dieu. {4SP 279.1}
La papauté a tenté de changer la loi de Dieu. Le deuxième commandement, interdisant le culte des images, a été supprimé de la loi, et le quatrième commandement a été modifié de manière à autoriser l’observance du premier au lieu du septième jour comme sabbat. Mais les papistes invoquent comme raison pour omettre le deuxième commandement, qu’il est inutile, étant inclus dans le premier, et qu’ils donnent la loi exactement comme Dieu a voulu qu’elle soit comprise. Cela ne peut pas être le changement annoncé par le prophète. Un changement intentionnel et délibéré est mis en évidence : « Il pensera à changer les temps et les lois. Le changement dans le quatrième commandement accomplit exactement la prophétie. Pour ce changement, la seule autorité revendiquée est celle de l’église. Ici, le pouvoir papal se place ouvertement au-dessus de Dieu. {4SP 279.2}
L’affirmation si souvent avancée, que Christ a changé le sabbat, est réfutée par ses propres paroles. Dans son sermon sur la montagne, il déclara : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes ; Je ne suis pas venu pour détruire, mais pour accomplir. Car en vérité, je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un iota ou un trait ne passera en aucune manière de la loi, jusqu’à ce que tout soit accompli. Quiconque donc enfreindra l’un de ces plus petits commandements, et en enseignera aux hommes, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais quiconque les mettra en pratique et les enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. [Matthieu 5:17-19.] {4SP 280.1}
Les catholiques romains reconnaissent que le changement du sabbat a été fait par leur église ; et ils citent ce changement comme une preuve de l’autorité de l’église à légiférer dans les choses divines, et déclarent que les protestants, en observant le sabbat ainsi changé, reconnaissent son pouvoir. L’Église romaine n’a pas renoncé à sa prétention à la suprématie ; et quand le monde et les églises protestantes acceptent un sabbat de sa création, alors qu’ils rejettent le sabbat biblique, ils admettent virtuellement cette hypothèse. Ils peuvent revendiquer l’autorité des apôtres et des Pères pour le changement ; mais ce faisant, ils ignorent le principe même qui les sépare de Rome, à savoir que “la Bible, et la Bible seule, est la religion des protestants”. Le papiste peut voir qu’ils se trompent, fermant volontairement les yeux sur les faits de l’affaire. Alors que l’institution dominicale gagne en faveur, il se réjouit, se sentant assuré qu’elle finira par amener tout le monde protestant sous la bannière de Rome. {4SP 280.2}
Le quatrième commandement, que Rome s’est efforcé d’écarter, est le seul précepte du décalogue qui désigne Dieu comme le Créateur des cieux et de la terre, et distingue ainsi le vrai Dieu de tous les faux dieux. Le sabbat a été institué pour commémorer l’œuvre de la création, et ainsi diriger l’esprit des hommes vers le Dieu vrai et vivant. Le fait de son pouvoir créateur est cité tout au long des Écritures comme preuve que le Dieu d’Israël est supérieur aux divinités païennes. Si le sabbat avait toujours été observé, les pensées et les affections de l’homme auraient été dirigées vers son Créateur comme objet de révérence et d’adoration, et il n’y aurait jamais eu d’idolâtre, d’athée ou d’infidèle. {4SP 281.1}
Cette institution qui désigne Dieu comme le Créateur est un signe de son autorité légitime sur les êtres qu’il a créés. Le changement du sabbat est le signe ou la marque de l’autorité de l’Église romaine. Ceux qui, comprenant les prétentions du quatrième commandement, choisissent d’observer le faux à la place du vrai sabbat, rendent ainsi hommage à ce pouvoir par lequel seul il est commandé. Le changement dans le quatrième commandement est le changement indiqué dans la prophétie, et l’observation du sabbat contrefait est la réception de la marque. Mais les chrétiens des générations passées ont observé le premier jour, en supposant qu’ils gardaient le sabbat biblique, et il y a dans les églises d’aujourd’hui beaucoup qui croient honnêtement que le dimanche est le sabbat de la divine
rendez-vous. Aucun d’entre eux n’a reçu la marque de la bête. Il y a de vrais chrétiens dans toutes les églises, sans en excepter la communion catholique romaine. Le test sur cette question ne vient pas avant que l’observance du dimanche ne soit imposée par la loi, et que le monde soit éclairé sur l’obligation du vrai sabbat. Ce n’est que lorsque la question est ainsi clairement posée devant le peuple, et qu’il est amené à choisir entre les commandements de Dieu et les commandements des hommes, que ceux qui persévèrent dans la transgression recevront la marque de la bête. {4SP 281.2}
La menace la plus effrayante jamais adressée aux mortels est contenue dans le message du troisième ange. Ce doit être un péché terrible qui appelle la colère de Dieu sans miséricorde. Les hommes ne doivent pas être laissés dans l’obscurité concernant cette question importante ; l’avertissement contre ce péché doit être donné au monde avant la visitation des jugements de Dieu, afin que tous sachent pourquoi ils doivent être infligés et aient la possibilité d’y échapper. {4SP 282.1}
Dans l’enjeu du grand concours, deux classes distinctes et opposées se développent. Une classe « adore la bête et son image, et reçoit sa marque », et s’attire ainsi les terribles jugements menacés par le troisième ange. L’autre classe, en contraste marqué avec le monde, ” garde les commandements de Dieu et la foi de Jésus “. [Révélation 14:9, 12.] Bien que les puissances de la terre rassemblent leurs forces pour contraindre « tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves », à recevoir la marque de la bête, le peuple de Dieu pas le recevoir. Le prophète de Patmos voit « ceux qui avaient remporté la victoire sur la bête, et sur son image, et sur sa marque, et sur le nombre de son nom, se tiennent sur la mer de verre, ayant les harpes de Dieu » [Apocalypse 15:2.] et chantant le cantique de Moïse et de l’Agneau. {4SP 282.2}
Telles étaient les vérités capitales qui se sont ouvertes devant ceux qui ont reçu le message du troisième ange. Alors qu’ils passaient en revue leur expérience depuis la première proclamation du second avènement jusqu’au passage du temps en 1844, ils virent leur déception expliquée, et l’espoir et la joie animèrent à nouveau leurs cœurs. La lumière du sanctuaire illuminait le passé, le présent et l’avenir, et ils savaient que Dieu les avait conduits par sa providence infaillible. Maintenant, avec un nouveau courage et une foi plus ferme, ils s’unirent pour donner l’avertissement du troisième ange. {4SP 283.1}
L’œuvre de la réforme du sabbat à accomplir dans les derniers jours est clairement mise en évidence dans la prophétie d’Isaïe : « Ainsi dit l’Éternel : Gardez le jugement et pratiquez la justice ; car mon salut est proche d’arriver, et ma justice d’être révélée. Heureux l’homme qui fait cela, et le fils de l’homme qui s’y accroche ; qui empêche le sabbat de le souiller et empêche sa main de faire le mal. « Les fils de l’étranger, qui s’unissent au Seigneur pour le servir et pour aimer le nom du Seigneur, pour être ses serviteurs, tous ceux qui empêchent le sabbat de le souiller et qui s’emparent de mon alliance ; je les amènerai aussi sur ma sainte montagne, et je les réjouirai dans ma maison de prière. [Ésaïe 56:1, 2, 6, 7.] {4SP 283.2}
Ces paroles s’appliquent à l’ère chrétienne, comme le montre le contexte : « Le Seigneur Dieu, qui rassemble les exilés d’Israël, dit : J’en rassemblerai d’autres auprès de lui, en dehors de ceux qui sont rassemblés auprès de lui. [Ésaïe 56:8.] Ici est annoncé le rassemblement des Gentils par l’évangile. Et sur ceux qui honorent alors le sabbat, une bénédiction est prononcée. Ainsi, l’obligation du quatrième commandement s’étend au-delà de la crucifixion, de la résurrection et de l’ascension du Christ, jusqu’au moment où ses serviteurs devraient prêcher à toutes les nations le message de la bonne nouvelle. {4SP 283.3}
Le Seigneur ordonne par le même prophète : « Reliez le témoignage, scellez la loi parmi mes disciples. [Ésaïe 8:16.] Le sceau de la loi de Dieu se trouve dans le quatrième commandement. Celle-ci seule, de toutes les dix, fait apparaître à la fois le nom et le titre du Législateur. Il déclare qu’il est le Créateur des cieux et de la terre, et montre ainsi sa prétention à la révérence et à l’adoration au-dessus de tous les autres. En dehors de ce précepte, il n’y a rien dans le décalogue pour montrer par qui l’autorité la loi est donnée. Lorsque le sabbat a été modifié par le pouvoir papal, le sceau a été retiré de la loi. Les disciples de Jésus sont appelés à le restaurer, en exaltant le sabbat du quatrième commandement à sa juste place en tant que mémorial du Créateur et signe de son autorité. {4SP 284.1}
« À la loi et au témoignage. Alors que les doctrines et théories contradictoires abondent, la loi de Dieu est la seule norme infaillible à laquelle toutes les opinions, doctrines et théories doivent être ramenées. Le prophète dit : « S’ils ne parlent pas selon cette parole, c’est qu’il n’y a pas de lumière en eux. [Ésaïe 8:20.] {4SP 284.2}
Encore une fois, l’ordre est donné: “Crie à haute voix, ne t’épargne pas, élève ta voix comme une trompette, et montre à mon peuple sa transgression, et à la maison de Jacob ses péchés.” Ce n’est pas le monde méchant, mais ceux que le Seigneur désigne comme « mon peuple », qui doivent être réprimandés pour leurs transgressions. Il déclare encore : « Pourtant, ils me recherchent chaque jour et prennent plaisir à connaître mes voies, comme une nation qui pratique la justice et n’abandonne pas l’ordonnance de leur Dieu. [Ésaïe 58: 1, 2.] Ici est présenté une classe qui se croit juste et semble manifester un grand intérêt pour le service de Dieu; mais la réprimande sévère et solennelle du Sondeur des cœurs prouve qu’ils foulent aux pieds les préceptes divins. {4SP 284.3}
Le prophète rappelle ainsi l’ordonnance qui a été abandonnée : « Tu relèveras les fondements de plusieurs générations ; et tu seras appelé, le réparateur de la brèche, le restaurateur des sentiers où habiter. Si tu détournes ton pied du sabbat, pour ne pas faire ton plaisir en mon saint jour; et appelez le sabbat un délice, le saint du Seigneur, honorable; et tu l’honoreras, ne faisant pas tes propres voies, ne trouvant pas ton propre plaisir, ni ne prononçant tes propres paroles; alors tu te plairas dans le Seigneur. [Ésaïe 58:12, 13.] Cette prophétie s’applique également à notre époque. La brèche a été faite dans la loi de Dieu lorsque le sabbat a été changé par la puissance romaine. Mais le temps est venu pour que cette institution divine soit restaurée. La brèche doit être réparée et le fondement de nombreuses générations doit être relevé. {4SP 285.1}
Avec une convenance particulière, le sabbat peut être appelé le fondement de nombreuses générations. Sanctifié par le repos et la bénédiction du Créateur, il a été gardé par Adam dans son innocence dans le saint Eden ; par Adam, tombé mais repentant, lorsqu’il fut chassé de son heureux domaine. Il a été gardé par tous les patriarches, d’Abel au juste Noé, à Abraham, à Jacob. Lorsque le peuple élu était en servitude en Égypte, beaucoup, au milieu de l’idolâtrie dominante, ont perdu leur connaissance de la loi de Dieu ; mais quand le Seigneur délivra Israël, il proclama sa loi dans une grandeur terrible à la multitude assemblée, afin qu’ils puissent connaître sa volonté, le craindre et lui obéir à jamais. {4SP 285.2}
Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, la connaissance de la loi de Dieu a été préservée sur la terre, et le sabbat du quatrième commandement a été observé. Bien que l’homme de péché ait réussi à fouler aux pieds le sabbat, même à l’époque de sa suprématie, il y avait, cachées dans des lieux secrets, des âmes fidèles qui honoraient le repos du Créateur. {4SP 286.1}
Depuis la Réforme, il y a eu à chaque génération des témoins pour que Dieu maintienne la norme de l’ancien sabbat. Bien que souvent au milieu des reproches et des persécutions, un témoignage constant a été rendu à cette vérité. Depuis 1844, en accomplissement de la prophétie du message du troisième ange, l’attention du monde a été attirée sur le vrai sabbat, et un nombre sans cesse croissant revient à l’observance du saint jour de Dieu. {4SP 286.2}
Chapitre 21 . . . . . Le troisième message rejeté.
Comme ceux qui reçurent les premiers le message du troisième ange virent la beauté et l’harmonie du système de vérité qui s’ouvrait à leur entendement, ils désirèrent que la lumière qui leur paraissait si précieuse soit transmise à tous les chrétiens ; et ils ne pouvaient que croire qu’elle serait acceptée avec joie. Mais les vérités qui les placeraient en désaccord avec le monde n’étaient pas les bienvenues pour beaucoup de ceux qui prétendaient être des disciples du Christ. L’obéissance au quatrième commandement exigeait un sacrifice devant lequel la majorité, même des adventistes, se retiraient. {4SP 287.1}
Alors que les revendications du sabbat étaient présentées, beaucoup de ceux qui avaient enduré des reproches et des persécutions pour la foi adventiste, ont commencé à raisonner du point de vue du mondain. Ils dirent : « Nous avons toujours observé le dimanche, nos pères l’ont observé, et beaucoup d’hommes bons et pieux sont morts heureux en l’observant. S’ils avaient raison, nous aussi. L’observance de ce nouveau sabbat nous mettrait hors d’harmonie avec le monde, et nous n’aurions aucune influence sur eux. Qu’est-ce qu’une petite compagnie observant le septième jour peut espérer accomplir contre tout le monde qui observe le dimanche ? C’est par des arguments similaires que les Juifs s’efforcèrent de justifier leur rejet du Christ. Leurs pères avaient été acceptés de Dieu en présentant les offrandes sacrificielles, et pourquoi les enfants ne pourraient-ils pas trouver le salut en poursuivant le même parcours ? Ainsi, au temps de Luther, les papistes ont estimé que les vrais chrétiens étaient morts dans la foi catholique, et donc que la religion était suffisante pour le salut. Un tel raisonnement s’avérerait un obstacle efficace à tout avancement dans la foi ou la pratique religieuse. {4SP 287.2}
Beaucoup ont insisté sur le fait que l’observation du dimanche était une doctrine établie et une coutume répandue dans l’Église depuis de nombreux siècles. Contre cet argument, il a été démontré que le sabbat et son observance étaient plus anciens et plus répandus, même aussi vieux que le monde lui-même, et portant la sanction à la fois des anges et de Dieu. Lorsque les fondations de la terre furent posées, lorsque les étoiles du matin chantèrent ensemble et que tous les fils de Dieu poussèrent des cris de joie, alors fut posée la fondation du sabbat. [Job 38:6, 7 ; Genèse 2:1-3.] Eh bien, cette institution peut exiger notre révérence : elle n’a été ordonnée par aucune autorité humaine et ne repose sur aucune tradition humaine ; elle a été établie par l’Ancien des jours et commandée par sa parole éternelle. {4SP 288.1}
Alors que l’attention du peuple était attirée sur le sujet de la réforme du sabbat, des ministres populaires ont perverti la parole de Dieu, donnant à son témoignage les interprétations qui calmeraient le mieux les esprits curieux. Et ceux qui n’ont pas sondé les Écritures pour eux-mêmes se sont contentés d’accepter les conclusions des ministres. Par des arguments, des sophismes, les traditions des Pères et l’autorité de l’Église, les opposants s’efforçaient de renverser la vérité. Ses avocats ont été conduits à leurs Bibles pour défendre la validité du quatrième commandement. Des hommes humbles, armés de la seule parole de vérité, rencontrèrent et résistèrent aux attaques des savants. Avec surprise et colère, les ministres populaires trouvèrent leurs éloquents sophismes impuissants contre les raisonnements simples et directs d’hommes qui n’avaient que peu de savoir des écoles. {4SP 288.2}
En l’absence de témoignages bibliques en leur faveur, beaucoup, avec une persistance infatigable, demandèrent – ​​oubliant comment le même raisonnement avait été employé contre Christ et ses apôtres – « Pourquoi nos grands hommes ne comprennent-ils pas cette question du sabbat ? Mais peu croient comme vous, et même ceux-là sont des personnes sans éducation. Il ne se peut pas que vous ayez raison et que tous les savants du monde aient tort. {4SP 289.1}
Pour réfuter de tels arguments, il suffisait de citer les enseignements des Écritures et l’histoire des relations du Seigneur avec son peuple à toutes les époques. Dieu agit à travers ceux qui entendent et obéissent à sa voix, ceux qui, au besoin, diront des vérités désagréables, ceux qui ne craignent pas de réprouver les péchés populaires. La raison pour laquelle il ne choisit pas plus souvent des hommes savants et de haute position, c’est qu’ils se fient à leurs croyances, théories et systèmes théologiques, et ne ressentent pas le besoin d’être enseignés par Dieu. Seuls ceux qui ont un lien personnel avec la Source de sagesse sont capables de comprendre ou d’expliquer les Écritures. Les hommes qui ont peu appris des écoles sont appelés à déclarer la vérité, non parce qu’ils sont ignorants, mais parce qu’ils ne se suffisent pas trop à eux-mêmes pour être enseignés de Dieu. Ils apprennent à l’école du Christ, et leur humilité et leur obéissance les rendent grands. En leur confiant la connaissance de sa vérité, Dieu leur confère un honneur, en comparaison duquel l’honneur terrestre et la grandeur humaine tombent dans l’insignifiance. {4SP 289.2}
Alors que la majorité des adventistes rejetaient les vérités concernant le sanctuaire et la loi de Dieu, beaucoup ont également renoncé à leur foi dans le mouvement adventiste et ont adopté des vues erronées et contradictoires sur les prophéties qui s’appliquaient à cette œuvre. Certains ont été induits en erreur par des mises à l’heure répétées. La lumière du troisième message leur aurait montré qu’aucune période prophétique ne s’étend jusqu’à la venue de Christ ; que l’heure exacte de sa venue n’est pas prédite. Mais, se détournant de la lumière, ils ont continué à fixer maintes et maintes fois la venue du Seigneur et, comme souvent, ils ont été déçus. {4SP 290.1}
Lorsque l’église de Thessalonique a reçu des vues erronées concernant la venue de Christ, l’apôtre Paul leur a conseillé de tester soigneusement leurs espoirs et leurs anticipations par la parole de Dieu. Il les a cités à des prophéties révélant les événements devant avoir lieu avant que le Christ ne vienne, et a montré qu’ils n’avaient aucune raison de l’attendre à leur époque. « Que personne ne vous trompe par quelque moyen que ce soit », sont ses paroles d’avertissement. S’ils se laissaient aller à des attentes qui n’étaient pas sanctionnées par les Écritures, ils seraient conduits à une ligne de conduite erronée ; la déception les exposerait à la dérision des incrédules, et ils risqueraient de céder au découragement, et seraient tentés de douter des vérités essentielles à leur salut. L’avertissement de l’apôtre aux Thessaloniciens contient une leçon importante pour ceux qui vivent dans les derniers jours. De nombreux adventistes ont estimé qu’à moins qu’ils ne puissent fixer leur foi sur un moment précis pour la venue du Seigneur, ils ne pourraient pas être zélés et diligents dans le travail de préparation. Mais comme leurs espoirs sont encore et encore excités, seulement pour être détruits, leur foi reçoit un tel choc qu’il leur devient presque impossible d’être impressionnés par les grandes vérités de la prophétie. Plus un moment défini est fréquemment fixé pour le second avènement, et plus il est largement enseigné, mieux il convient aux desseins de Satan. Une fois le temps écoulé, il excite le ridicule et le mépris de ses défenseurs, et jette ainsi des reproches sur le véritable mouvement temporel de 1843 et 1844. Ceux qui persistent dans cette erreur fixeront enfin une date trop lointaine pour le futur. du Christ. Ainsi ils seront amenés à se reposer dans une fausse sécurité, et beaucoup ne seront pas détrompés avant qu’il ne soit trop tard. {4SP 290.2}
L’histoire de l’ancien Israël est une illustration frappante de l’expérience passée du corps adventiste. Dieu a conduit son peuple dans le mouvement adventiste, tout comme il a conduit les enfants d’Israël hors d’Egypte. Dans la grande déception, leur foi fut mise à l’épreuve, tout comme celle des Hébreux à la Mer Rouge. S’ils avaient encore fait confiance à la main directrice qui avait été avec eux dans leur expérience passée, ils auraient vu le salut de Dieu. Si tous ceux qui avaient travaillé ensemble à l’œuvre en 1844 avaient reçu le message du troisième ange et l’avaient proclamé dans la puissance du Saint-Esprit, le Seigneur aurait travaillé puissamment avec leurs efforts. Un flot de lumière aurait été versé sur le monde. Il y a des années, les habitants de la terre auraient été avertis, l’œuvre finale achevée, et Christ serait venu pour la rédemption de son peuple. {4SP 291.1}
Ce n’était pas la volonté de Dieu qu’Israël erre quarante ans dans le désert ; il désirait les conduire directement au pays de Canaan, et les y établir, peuple saint et heureux. Mais ” ils ne pouvaient pas entrer à cause de leur incrédulité “. [Hébreux 3:19.] À cause de leur rétrogradation et de leur apostasie, ils périrent dans le désert, et d’autres furent suscités pour entrer dans la terre promise. De la même manière, ce n’était pas la volonté de Dieu que la venue de Christ soit si longtemps retardée, et que son peuple reste tant d’années dans ce monde de péché et de douleur. Mais l’incrédulité les a séparés de Dieu. Comme ils refusaient de faire le travail qu’il leur avait assigné, d’autres furent suscités pour proclamer le message. Par pitié pour le monde, Jésus retarde sa venue, afin que les pécheurs aient l’occasion d’entendre l’avertissement, et trouve en lui un abri avant que la colère de Dieu ne se déverse. {4SP 292.1}
Maintenant, comme dans les âges antérieurs, la présentation d’une vérité qui réprouve les erreurs et les péchés des temps suscitera une tempête d’opposition. « Quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient pas à la lumière, de peur que ses actions ne soient réprimandées. » [Jean 3:20.] Ceux qui ne peuvent pas soutenir leur position par les Écritures sont obstinément déterminés à ce qu’elle soit maintenue à tous les risques, et avec un esprit malveillant, ils attaquent le caractère et les motifs de ceux qui défendent la vérité impopulaire. Bien que très incrédules à l’égard de la parole sûre de la prophétie, ils manifestent la plus grande crédulité en acceptant tout ce qui est préjudiciable à l’intégrité chrétienne de ceux qui osent réprouver les péchés à la mode. Cet esprit augmentera de plus en plus à mesure que nous approchons de la fin des temps. {4SP 292.2}
Et quel est notre devoir face à cela ? Devons-nous en conclure que la vérité ne doit pas être présentée, puisque son effet est si souvent d’inciter les hommes à éluder ou à résister à ses prétentions ? – Non ; nous n’avons pas plus de raison de retenir le témoignage de la parole de Dieu parce qu’elle suscite de l’opposition que ne l’avait fait Martin Luther. Luther se déclara poussé, contraint par l’Esprit de Dieu, à lutter contre les maux de son temps ; et de la même manière doivent travailler ceux qui poursuivent encore l’œuvre de réforme. Aux serviteurs de Dieu en ce moment est adressé le commandement : « Élève ta voix comme une trompette, et montre à mon peuple sa transgression, et à la maison de Jacob ses péchés. {4SP 293.1}
Les vrais disciples de Christ n’attendent pas que la vérité devienne populaire. Convaincus de leur devoir, ils acceptent délibérément la croix et lèvent ainsi le plus grand obstacle à la réception de la vérité, le seul argument que ses défenseurs n’aient jamais pu réfuter. Ce sont des serviteurs du monde faibles et inefficaces qui pensent qu’il est louable de n’avoir aucun principe dans les choses religieuses. Nous devrions choisir le bien parce qu’il est bien, et laisser les conséquences à Dieu. Aux hommes de principes, de foi et d’audace, le monde est redevable de ses grandes réformes. C’est par de tels hommes que l’œuvre de réforme pour cette époque doit être poursuivie. {4SP 293.2}
Ainsi parle le Seigneur : « Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, le peuple au cœur duquel est ma loi ; ne craignez pas l’opprobre des hommes, et ne craignez pas leurs injures. Car la teigne les dévorera comme un vêtement, et le ver les dévorera comme la laine; mais ma justice durera à jamais, et mon salut de génération en génération. [Ésaïe 51:7, 8.] {4SP 293.3}
Chapitre 22 . . . . . Renaissances modernes.
Le caractère et la tendance des réveils modernes ont éveillé pas mal d’inquiétude dans les esprits réfléchis de toutes les dénominations. Beaucoup des réveils qui se sont produits au cours des quarante dernières années n’ont donné aucune preuve de l’œuvre de l’Esprit de Dieu. La lumière qui s’enflamme pendant un certain temps s’éteint bientôt, laissant l’obscurité plus dense qu’auparavant. Les renouveaux populaires sont trop souvent portés par des appels à l’imagination, en excitant les émotions, en flattant l’amour pour ce qui est nouveau et surprenant. Les convertis ainsi acquis n’ont pas plus envie d’écouter les vérités bibliques, pas plus d’intérêt pour le témoignage des prophètes et des apôtres, que le lecteur de romans. À moins qu’un service religieux n’ait quelque chose d’un caractère sensationnel, il n’a aucun attrait pour eux. Un message qui fait appel à la raison non passionnée n’éveille aucune réponse. Les simples avertissements de la parole de Dieu, se rapportant directement à leurs intérêts éternels, tombent comme sur les oreilles des morts. {4SP 294.1}
Les convertis ne sont pas renouvelés dans leur cœur ni changés dans leur caractère. Ils ne renoncent pas à leur fierté et à leur amour du monde. Ils ne sont pas plus disposés à renoncer à eux-mêmes, à prendre la croix et à suivre le doux et humble Jésus qu’avant leur conversion. Dans un véritable réveil, lorsque l’Esprit de Dieu convainc la conscience, la question sérieuse et anxieuse sera entendue : « Que dois-je faire pour être sauvé ? Et ce pas seulement pour une journée. Chez toute âme véritablement convertie, la relation à Dieu et aux choses éternelles sera le grand sujet de la vie. Mais où, dans les églises populaires d’aujourd’hui, est la profonde conviction de péché ? où est l’esprit de consécration à Dieu ? L’esprit qui contrôle le monde règne dans l’église. La religion est devenue le sport des infidèles et des sceptiques parce que tant de ceux qui portent son nom ignorent ses principes. La puissance de la piété a presque quitté les églises. L’union du cœur avec Christ est une chose rare maintenant. La majorité des membres d’église ne connaissent d’autre lien que celui qui les unit à un corps organisé de chrétiens professés. L’amour du plaisir et la soif d’excitation sont partout répandus. Les pique-niques, les représentations théâtrales d’église, les foires d’église, les belles maisons, l’affichage personnel, ont banni les pensées de Dieu. Les terres, les biens et les occupations mondaines occupent l’esprit, et les choses d’un intérêt éternel reçoivent à peine une attention passagère. {4SP 294.2} affichage personnel, ont banni les pensées de Dieu. Les terres, les biens et les occupations mondaines occupent l’esprit, et les choses d’un intérêt éternel reçoivent à peine une attention passagère. {4SP 294.2} affichage personnel, ont banni les pensées de Dieu. Les terres, les biens et les occupations mondaines occupent l’esprit, et les choses d’un intérêt éternel reçoivent à peine une attention passagère. {4SP 294.2}
Les amateurs de plaisir peuvent avoir leur nom sur les registres de l’église, ils peuvent se tenir haut en tant qu’hommes sages du monde; mais ils n’ont aucun lien avec le Christ du Calvaire. L’apôtre Paul décrit une classe qui « aime les plaisirs plus qu’il n’aime Dieu ; ayant une forme de piété, mais reniant la puissance de celle-ci. À leur sujet, il dit : « Détournez-vous d’eux. [2 Timothée 3:4, 5.] Ne vous y trompez pas, n’imitez pas leurs pratiques. {4SP 295.1}
Malgré la large déclinaison de la foi et de la piété dans les églises, le Seigneur a encore parmi elles d’honnêtes enfants ; et avant que ses jugements ne soient visités sur la terre, de nombreux ministres et membres laïcs se sépareront de ces corps et recevront avec joie les vérités spéciales pour ce temps. L’ennemi des âmes désire entraver ce travail, et avant que le temps ne vienne pour un tel mouvement, il éveillera ce qui semble être un grand intérêt religieux dans les églises. Ils exulteront que Dieu travaille merveilleusement pour eux, quand le travail est celui d’un autre esprit. Sous une apparence religieuse, Satan étendra son influence sur le pays. Il espère en tromper beaucoup en les faisant croire que Dieu est toujours avec les églises. {4SP 295.2}
Bon nombre des réveils qui se sont produits depuis 1844, dans les églises qui ont rejeté la vérité adventiste, sont de caractère similaire à ces mouvements plus étendus dont on sera témoin à l’avenir. L’excitation manifestée est bien propre à tromper les imprudents ; pourtant personne n’a besoin d’être trompé. A la lumière de la parole de Dieu, il n’est pas difficile de déterminer la nature de ces mouvements religieux. L’histoire des relations de Dieu avec son peuple dans le passé témoigne que son Esprit n’est pas répandu sur ceux qui négligent ou s’opposent aux avertissements envoyés par ses serviteurs. Et par la règle que le Christ lui-même a donnée : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits », il est évident que ces mouvements ne sont pas l’œuvre de l’Esprit de Dieu. {4SP 296.1}
La doctrine scripturaire de la conversion a été presque entièrement perdue de vue. Christ a déclaré à Nicodème : « Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Le cœur doit être renouvelé par la grâce divine, l’homme doit avoir une nouvelle vie d’en haut, ou sa profession de piété ne servira à rien. {4SP 296.2}
L’apôtre Paul, en relatant son expérience, présente une vérité importante concernant l’œuvre à accomplir dans la conversion. Il dit : « J’étais vivant sans la loi une fois », il n’a ressenti aucune condamnation ; « mais quand le commandement est venu », quand la loi de Dieu a été pressée sur sa conscience, « le péché a repris vie, et je suis mort ». [Romains 7:9.] Alors il se vit pécheur, condamné par la loi divine. Remarquez, c’est Paul, et non la loi, qui est mort. Il dit encore : « Je n’ai connu le péché que par la loi ; car je n’avais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit : Tu ne convoiteras point. [Romains 7: 7.] “Le commandement qui a été ordonné à la vie, j’ai trouvé qu’il était pour la mort.” [Romains 7:10.] La loi qui promettait la vie à l’obéissant, prononçait la mort sur le transgresseur. « C’est pourquoi, dit-il, la loi est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. [Romains 7:12.] {4SP 297.1}
Combien est grand le contraste entre ces paroles de Paul et celles qui viennent de nombreuses chaires d’aujourd’hui. Le peuple apprend que l’obéissance à la loi de Dieu n’est pas nécessaire au salut ; qu’ils n’ont qu’à croire en Jésus, et qu’ils sont en sécurité. Sans la loi, les hommes n’ont aucune conviction de péché et ne ressentent aucun besoin de repentance. Ne voyant pas leur condition perdue de violateurs de la loi de Dieu, ils ne ressentent pas leur besoin du sang expiatoire de Christ comme leur seul espoir de salut. {4SP 297.2}
La loi de Dieu est un agent de toute conversion authentique. Il ne peut y avoir de véritable repentance sans conviction de péché. Les Écritures déclarent que « le péché est la transgression de la loi » [1 Jean 3:4.] et que « par la loi est la connaissance du péché ». [Romains 3:20.] Afin de voir sa culpabilité, le pécheur doit tester son caractère par le grand standard de justice de Dieu. Pour découvrir ses défauts, il doit se regarder dans le miroir des statuts divins. Mais alors que la loi révèle ses péchés, elle ne fournit aucun remède. L’évangile de Christ seul peut offrir le pardon. Pour être pardonné, le pécheur doit exercer sa repentance envers Dieu, dont la loi a été transgressée, et la foi en Christ, son sacrifice expiatoire. Sans véritable repentance, il ne peut y avoir de véritable conversion. Beaucoup sont trompés ici, et trop souvent toute leur expérience s’avère être une tromperie. C’est pourquoi tant de ceux qui sont joints à l’église n’ont jamais été joints à Christ. {4SP 297.3}
« L’esprit charnel est inimitié contre Dieu ; car elle n’est pas soumise à la loi de Dieu, et ne peut l’être non plus. [Romains 8:7.] Dans la nouvelle naissance, le cœur est renouvelé par la grâce divine, et mis en harmonie avec Dieu comme il est soumis à sa loi. Lorsque ce grand changement a eu lieu chez le pécheur, il est passé de la mort à la vie, du péché à la sainteté, de la transgression et de la rébellion à l’obéissance et à la loyauté. L’ancienne vie d’aliénation de Dieu est terminée ; la nouvelle vie de réconciliation, de foi et d’amour, a commencé. Alors « la justice de la loi » « s’accomplira en nous qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit ». [Romains 8:4.] {4SP 298.1}
La doctrine de la sanctification, ou sainteté parfaite, qui occupe une place de choix dans certains des mouvements religieux de l’époque, est parmi les causes qui ont rendu les réveils modernes si inefficaces. La vraie sanctification est une doctrine biblique. L’apôtre Paul a déclaré à l’église de Thessalonique : « C’est la volonté de Dieu, même votre sanctification. [1 Thessaloniciens 4:3.] Et de nouveau il pria : « Le Dieu même de paix vous sanctifie entièrement ; et je prie Dieu que tout ton esprit, ton âme et ton corps soient préservés sans reproche jusqu’à la venue de notre Seigneur Jésus-Christ. [1 Thessaloniciens 5:23.] Mais la sanctification maintenant si largement préconisée n’est pas celle qui est mise en évidence dans les Écritures. Elle est fausse en théorie et dangereuse dans ses résultats pratiques. {4SP 298.2}
Ses défenseurs enseignent que la loi de Dieu est un joug douloureux. et que par la foi en Christ, les hommes sont libérés de toute obligation de garder les commandements de son Père. La sanctification biblique est une conformité à la volonté de Dieu, atteinte en obéissant à sa loi, par la foi en son Fils. Notre Sauveur a prié pour ses disciples : « Sanctifie-les par ta vérité ; ta parole est la vérité. [Jean 17:17.] Il n’y a de véritable sanctification que par l’obéissance à la vérité ; et le psalmiste déclare : « Ta loi est la vérité. [Psaume 119:142.] La loi de Dieu est la seule norme de perfection morale. Cette loi a été illustrée dans la vie de Christ. Il dit : « J’ai gardé les commandements de mon Père. [Jean 15:10.] Et l’apôtre Jean affirme: “Celui qui dit qu’il demeure en lui doit aussi marcher ainsi, comme il a marché.” Et encore, “C’est l’amour de Dieu, que nous gardions ses commandements. [1 Jean 2:6; 5:3.] Ceux qui aiment Dieu aimeront aussi ses commandements. Le cœur vraiment sanctifié est en harmonie avec les préceptes divins ; car ils sont « saints, justes et bons ». {4SP 299.1}
Ce n’est que lorsque la loi de Dieu est mise de côté, et que les hommes n’ont aucune norme de droit, aucun moyen de détecter le péché, que les mortels égarés peuvent prétendre à la sainteté parfaite. Mais que personne ne se trompe en croyant que Dieu les acceptera et les bénira alors qu’ils violent volontairement l’une de ses exigences. La commission d’un péché connu fait taire la voix témoin de l’Esprit et sépare l’âme de Dieu. Jésus ne peut pas demeurer dans un cœur qui ne tient pas compte de la loi divine. Dieu n’honorera que ceux qui l’honorent. « Quiconque commet un péché transgresse aussi la loi ; car le péché est la transgression de la loi. « Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche [transgresse la loi] ne l’a pas vu, ni ne l’a connu. [1 Jean 3:4, 6.] Bien que Jean dans ses épîtres traite si pleinement de l’amour, pourtant il n’hésite pas à révéler le vrai caractère de cette classe qui prétend être sanctifiée tout en vivant dans la transgression de la loi de Dieu : « Celui qui dit : Je le connais, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est pas en lui. [1 Jean 2:4.] {4SP 299.2}
La sanctification est considérée par beaucoup comme étant accomplie instantanément. « Croyez seulement », disent-ils, « et la bénédiction est à vous ». Aucun effort supplémentaire de la part du récepteur n’est censé être requis. Mais la Bible enseigne que la sanctification est progressive. Le chrétien ressentira les incitations du péché, mais il maintiendra une guerre constante contre lui. C’est ici que l’aide de Christ est nécessaire. La faiblesse humaine s’unit à la force divine, et la foi s’écrie : « Grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. [1 Corinthiens 15:57.] Paul exhorte ses frères : « Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement » ; [Philippiens 2:12.] et concernant lui-même, il déclare : « Je cours vers le but pour le prix de la haute vocation de Dieu en Jésus-Christ. [Philippiens 3:14. ] Les étapes successives de la réalisation de la sanctification biblique nous sont présentées dans les paroles de Pierre : « Faisant tout votre possible, ajoutez à votre foi la vertu ; et à la vertu, la connaissance ; et à la connaissance, la tempérance ; et à la tempérance, la patience; et à la patience, la piété; et à la piété, la bonté fraternelle ; et à la bonté fraternelle, la charité. « C’est pourquoi, frères, appliquez-vous plutôt à affermir votre vocation et votre élection ; car si vous faites ces choses, vous ne tomberez jamais. [2 Pierre 1:5-7, 10.] C’est un travail quotidien, continuant aussi longtemps que durera la vie. {4SP 300.1} charité.” « C’est pourquoi, frères, appliquez-vous plutôt à affermir votre vocation et votre élection ; car si vous faites ces choses, vous ne tomberez jamais. [2 Pierre 1:5-7, 10.] C’est un travail quotidien, continuant aussi longtemps que durera la vie. {4SP 300.1} charité.” « C’est pourquoi, frères, appliquez-vous plutôt à affermir votre vocation et votre élection ; car si vous faites ces choses, vous ne tomberez jamais. [2 Pierre 1:5-7, 10.] C’est un travail quotidien, continuant aussi longtemps que durera la vie. {4SP 300.1}
La fausse sanctification porte en elle un esprit vantard et pharisaïque qui est étranger à la religion de la Bible. La douceur et l’humilité sont les fruits de l’Esprit. Le prophète Daniel était un exemple de vraie sanctification. Sa longue vie fut remplie de nobles services pour son Maître. Il était un homme “très aimé” [Daniel 10:11.] du Ciel, et a reçu des honneurs qui ont rarement été accordés aux mortels. Pourtant, sa pureté de caractère et sa fidélité inébranlable n’avaient d’égal que son humilité et sa contrition. Au lieu de prétendre être pur et saint, ce prophète honoré s’est identifié avec les vrais pécheurs d’Israël, alors qu’il plaidait devant Dieu en faveur de son peuple : « Nous ne te présentons pas nos supplications pour notre justice, mais pour ta grande miséricorde. .” “Nous avons péché, nous avons fait le mal.” Et « pour nos péchés, et à cause des iniquités de nos pères, Jérusalem et ton peuple sont devenus un opprobre. Il déclare : « Je parlais, je priais et je confessais mon péché et le péché de mon peuple. [Daniel 9:18, 15, 16, 20.] Et quand plus tard le Fils de Dieu apparut en réponse à ses prières pour lui donner des instructions, il déclara : “ Ma beauté s’est changée en moi en corruption, et j’ai retenu pas de force.” [Daniel 10:8.] {4SP 301.1}
Ceux qui cherchent vraiment à perfectionner leur caractère chrétien ne se laisseront jamais aller à l’idée qu’ils sont sans péché. Plus leur esprit s’attarde sur le caractère de Christ, et plus ils s’approchent de son image divine, plus ils discerneront clairement sa perfection immaculée, et plus profondément ils sentiront leur propre faiblesse et leurs propres défauts. Ceux qui prétendent être sans péché donnent la preuve qu’ils sont loin d’être saints. C’est parce qu’ils n’ont aucune véritable connaissance du Christ qu’ils peuvent se considérer comme reflétant son image. Plus la distance entre eux et leur Sauveur est grande, plus ils paraissent justes à leurs propres yeux. {4SP 302.1}
La sanctification énoncée dans les Écritures embrasse l’être tout entier, l’esprit, l’âme et le corps. Paul a prié pour les Thessaloniciens, afin que “leur esprit, leur âme et leur corps soient conservés sans reproche jusqu’à l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ”. Il écrit encore aux croyants : « Je vous supplie donc, frères, par la miséricorde de Dieu, d’offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. [Romains 12:1.] Les Juifs reçurent l’ordre d’offrir en sacrifice à Dieu uniquement les animaux qui étaient exempts de maladie ou de défaut. Ainsi, les chrétiens sont tenus de conserver tous leurs pouvoirs dans les meilleures conditions possibles pour le service du Seigneur. Pierre dit : « Abstenez-vous des convoitises charnelles, qui font la guerre à l’âme. [1 Pierre 2:11.] La parole de Dieu ne fera qu’une faible impression sur ceux dont les facultés sont engourdies par une gratification pécheresse. Le cœur ne peut conserver la consécration à Dieu alors que les appétits et les passions animales sont assouvies aux dépens de la santé et de la vie. Paul écrit aux Corinthiens : « Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant la sanctification dans la crainte de Dieu. [2 Corinthiens 7:1.] Et avec les fruits de l’Esprit – « amour, joie, paix, longanimité, douceur, bonté, foi, douceur », il classe la tempérance. [Galates 5:22, 23.] {4SP 302.2} ”–il classe la tempérance. [Galates 5:22, 23.] {4SP 302.2} ”–il classe la tempérance. [Galates 5:22, 23.] {4SP 302.2}
Malgré ces déclarations inspirées, combien de chrétiens de profession affaiblissent leurs pouvoirs dans la poursuite du gain ou le culte de la mode ; combien avilissent leur virilité divine par la gourmandise, par la consommation de vin, par des plaisirs interdits. Et l’Église, au lieu de réprimander, encourage trop souvent le mal en faisant appel à l’appétit, au désir du gain ou à l’amour du plaisir, pour reconstituer son trésor, que l’amour du Christ est trop faible pour combler. Si Jésus entrait dans les églises d’aujourd’hui, et voyait les festins et le trafic impie qui s’y déroulaient au nom de la religion, ne chasserait-il pas ces profanateurs, comme il a banni les changeurs du temple ? {4SP 303.1}
L’apôtre Jacques déclare que la sagesse d’en haut est “première pure”. S’il avait rencontré ceux qui prennent le précieux nom de Jésus sur des lèvres souillées par le tabac, ceux dont l’haleine et la personne sont contaminées par son odeur nauséabonde, et qui polluent l’air du ciel et forcent tout autour d’eux à inhaler le poison, – avait l’apôtre entrer en contact avec une pratique si opposée à la pureté de l’évangile, ne l’aurait-il pas dénoncée comme « terrestre, sensuelle, diabolique » ? Les esclaves du tabac, réclamant la bénédiction de l’entière sanctification, parlent de leur espérance du Ciel ; mais la parole de Dieu déclare clairement que « rien de souillé n’y entrera en aucune manière ». [Apocalypse 21:27.] {4SP 303.2}
« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit, qui est en vous, que vous avez de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas ? Car vous avez été rachetés à un prix ; Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. [1 Corinthiens 6:19, 20.] Celui dont le corps est le temple du Saint-Esprit ne sera pas asservi par une habitude pernicieuse. Ses pouvoirs appartiennent au Christ, qui l’a racheté au prix du sang. Sa propriété appartient au Seigneur. Comment pourrait-il être innocent en dilapidant ce capital confié ? Les chrétiens professés dépensent chaque année une somme immense en indulgences inutiles et pernicieuses, tandis que les âmes périssent pour la parole de vie. Dieu est volé dans les dîmes et les offrandes, alors qu’ils offrent sur l’autel de la luxure destructrice plus qu’ils ne donnent pour soulager les pauvres ou pour le soutien de l’évangile. Si tous ceux qui professent être des disciples du Christ étaient vraiment sanctifiés, chaque canal de dépenses inutiles serait transformé en trésor du Seigneur, et les chrétiens donneraient l’exemple de la tempérance, de l’abnégation et du sacrifice de soi. Alors ils seraient la lumière du monde. {4SP 304.1}
Le monde est livré à l’auto-indulgence. La convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie contrôlent les masses du peuple. Mais les disciples de Christ ont une vocation plus sainte. « Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur, et ne touchez pas à l’impur ; et je vous recevrai, et je serai pour vous un père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. [2 Corinthiens 6:17, 18.] {4SP 304.2}
C’est le privilège et le devoir de chaque chrétien de maintenir une union étroite avec le Christ et d’avoir une riche expérience dans les choses de Dieu. Alors sa vie sera féconde en bonnes œuvres. Lorsque nous lisons la vie d’hommes qui se sont distingués par leur piété, nous considérons souvent leurs expériences et leurs réalisations comme hors de notre portée. Mais ce n’est pas le cas. Le Christ a dit : « En ceci mon Père est glorifié, afin que vous portiez beaucoup de fruit. “Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, vous non plus, si vous ne demeurez en moi.” “Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là produit beaucoup de fruit.” [Jean 15:8, 4, 5.] Les prophètes et les apôtres n’ont pas perfectionné le caractère chrétien par un miracle. Ils ont utilisé les moyens que Dieu avait mis à leur portée, et tous ceux qui fourniront un effort semblable obtiendront un résultat semblable. {4SP 305.1}
Paul s’est adressé à ses frères corinthiens comme “ceux qui sont sanctifiés en Jésus-Christ” ; et il remerciait Dieu de ce qu’ils étaient enrichis par lui en tout, « en toute parole et en toute connaissance », de sorte qu’ils n’étaient en retard sur aucun don. [1 Corinthiens 1:2, 5, 7.] Dans son épître aux Colossiens, il expose les glorieux privilèges accordés aux enfants de Dieu. L’apôtre a dit : Nous « ne cessons de prier pour vous et de désirer que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté en toute sagesse et intelligence spirituelle ; afin que vous marchiez d’une manière digne du Seigneur et agréables à tous, étant fructueux en toute bonne œuvre et augmentant dans la connaissance de Dieu ; fortifié de toutes ses forces, selon sa puissance glorieuse, jusqu’à toute patience et longanimité avec joie. [Colossiens 1:9-11.] Tels sont les fruits de la sanctification biblique. {4SP 305.2}
En mettant de côté les revendications de la loi de Dieu, l’église a perdu de vue les bénédictions de l’évangile. La conversion et la sanctification bibliques, un changement radical de cœur et une transformation de caractère, sont le grand besoin des églises d’aujourd’hui. Les réveils dans lesquels les hommes deviennent membres de l’église sans réelle conviction de péché, sans repentir et sans reconnaître les exigences de la loi de Dieu, sont une cause de faiblesse pour l’église et une occasion de chute pour le monde. {4SP 306.1}
Chapitre 23 . . . . . Le jugement d’instruction.
« Je vis », dit le prophète Daniel, « jusqu’à ce que les trônes soient renversés, et que l’Ancien des jours s’assit, dont le vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête comme de la pure laine ; son trône était comme une flamme ardente, et ses roues comme un feu ardent. Un torrent ardent jaillit et sortit de devant lui ; mille milliers le servaient, et dix mille fois dix mille se tenaient devant lui; le jugement a été rendu, et les livres ont été ouverts. « Et voici, un homme semblable au Fils de l’homme vint avec les nuées du ciel, et vint vers l’Ancien des jours, et ils l’amenèrent près de lui. Et il lui fut donné la domination, et la gloire, et un royaume, afin que tous les peuples, nations et langues le servent ; sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas. [Daniel 7:9, 10, 13, 14.] {4SP 307.1}
Ainsi fut présentée à la vision du prophète l’ouverture du Jugement investigatif. La venue de Christ décrite ici n’est pas sa seconde venue sur la terre. Il vient à l’Ancien des jours dans le Ciel pour recevoir la domination, la gloire et un royaume, qui lui seront donnés à la fin de son travail de médiation. C’est cette venue, et non son second avènement sur la terre, qui a été prédite par la prophétie à la fin des 2300 jours, en 1844. Assisté par une nuée d’anges célestes, notre grand Souverain Sacrificateur entre dans le saint des saints , et il apparaît en présence de Dieu pour s’engager dans les derniers actes de son ministère en faveur de l’homme, – pour accomplir l’œuvre du jugement d’investigation et pour faire l’expiation pour tous ceux qui ont droit à ses avantages. {4SP 307.2}
« Les morts ont été jugés, dit Jean, d’après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs œuvres. [Apocalypse 20:12.] Les anges de Dieu ont tenu un registre fidèle de la vie de tous, et ils doivent être jugés selon leurs actes. En vue de ce jugement, Pierre exhorta les hommes d’Israël : « Repentez-vous donc, et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés, lorsque des temps de rafraîchissement viendront de la part de l’Éternel ; et il enverra Jésus », « que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé par la bouche de tous ses saints prophètes depuis le commencement du monde ». [Actes 3:19-21.] {4SP 308.1}
Christ lui-même déclare : « Celui qui vaincra, celui-là sera revêtu de vêtements blancs ; et je n’effacerai pas son nom du livre de vie, mais je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. [Apocalypse 3:5.] Il dit encore à ses disciples : « Quiconque donc me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. Mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. [Matthieu 10:32, 33.] {4SP 308.2}
La vie de tous ceux qui ont cru en Jésus passe en revue solennelle devant Dieu. En commençant par ceux qui ont d’abord vécu sur la terre, notre avocat examine les cas de chaque génération successive et termine avec les vivants. Chaque nom est mentionné, chaque cas fait l’objet d’une enquête approfondie. Les noms sont acceptés, les noms rejetés. D’âge en âge, tous ceux qui se sont vraiment repentis de leurs péchés et qui, par la foi, ont réclamé le sang de Christ comme leur sacrifice expiatoire, ont vu le pardon écrit contre leur nom dans les livres du ciel, et dans l’œuvre finale du jugement, leurs péchés sont effacés. dehors, et eux-mêmes sont jugés dignes de la vie éternelle. {4SP 309.1}
L’intérêt le plus profond manifesté parmi les hommes pour les décisions des tribunaux terrestres ne représente que faiblement l’intérêt manifesté dans les tribunaux célestes lorsque les noms inscrits dans le livre de vie sont passés en revue devant le juge de toute la terre. L’intercesseur divin présente l’appel que tous ceux qui, parmi les fils déchus des hommes, ont vaincu par la foi en son sang, soient pardonnés de leurs transgressions, qu’ils soient restaurés dans leur maison d’Eden, et couronnés comme cohéritiers avec lui du “premier domination.” [Michée 4:8.] Satan, dans ses efforts pour tromper et tenter notre race, avait pensé contrecarrer le plan divin dans la création de l’homme ; mais le Christ demande maintenant que ce plan soit mis à exécution comme si l’homme n’était jamais tombé. Il demande pour son peuple non seulement le pardon et la justification pleine et entière, mais une part de sa gloire et un siège sur son trône.
Alors que Jésus plaide pour les sujets de sa grâce, Satan les accuse devant Dieu de transgresseurs. Le grand trompeur a cherché à les conduire au scepticisme, à leur faire perdre confiance en Dieu, à se séparer de son amour et à enfreindre sa loi. Maintenant, il signale leurs caractères défectueux, leur dissemblance avec le Christ qui a déshonoré leur Rédempteur, tous les péchés qu’il les a tentés de commettre, et à cause de ceux-ci, il les revendique comme ses sujets. {4SP 309.3}
Jésus n’excuse pas leurs péchés, mais montre leur pénitence et leur foi, et, réclamant pour eux le pardon, il lève ses mains blessées devant le Père et les saints anges, en disant : « Je les connais par leur nom. Je les ai gravés sur la paume de mes mains. « Les sacrifices de Dieu sont un esprit brisé ; un cœur brisé et contrit, ô Dieu, tu ne mépriseras pas. ‘” [Psaume 51:17.] Et à l’accusateur de son peuple, il déclare: “Le Seigneur te réprimande, ô Satan; même le Seigneur qui a choisi Jérusalem te réprimande. N’est-ce pas un brandon arraché au feu ? [Zacharie 3:2.] Christ placera son propre sceau sur ses fidèles, afin qu’il puisse les présenter à son Père “une Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable”. Leurs noms sont inscrits dans le livre de vie, et il est écrit à leur sujet : « Ils marcheront avec moi en vêtements blancs ; car ils sont dignes. {4SP 310.1}
Ceux qui sont possédés et approuvés par Dieu ne sont donc pas reconnus et honorés par le monde. Les noms mêmes qui sont pris sur les lèvres de Jésus comme appartenant à ses propres fils et filles, cohéritiers du Roi de gloire, honorés parmi les anges célestes, sont souvent ceux qui sont prononcés avec mépris et moquerie par les impies. Les âmes inébranlables que Jésus se plaît à honorer sont à cause de lui diffamées, emprisonnées, assaillies, chassées et tuées. Le peuple de Dieu doit vivre par la foi. Ils doivent regarder vers le grand au-delà et choisir les honneurs divins et la récompense de la récompense au-dessus de tout gain ou avancement terrestre. Tant que la probation se poursuit, ils doivent s’attendre à ce que le monde ne les connaisse pas, “parce qu’il ne l’a pas connu”. {4SP 310.2}
Grands et petits, grands et petits, riches et pauvres doivent être jugés ” d’après les choses qui sont écrites dans les livres, selon leurs oeuvres “. Jour après jour, passant dans l’éternité, porte son fardeau d’enregistrements pour les livres du Ciel. Les mots une fois prononcés, les actes une fois accomplis, ne peuvent jamais être rappelés. Les anges de Dieu ont enregistré à la fois le bien et le mal. Le conquérant le plus puissant de la terre ne peut rappeler l’histoire d’un seul jour. Nos actes, nos paroles, même nos motivations les plus secrètes, ont tous leur poids pour décider de notre destin pour le bonheur ou le malheur. Bien qu’ils puissent être oubliés par nous, ils rendront leur témoignage pour justifier ou condamner. Ils nous précèdent au Jugement. {4SP 311.1}
L’utilisation faite de chaque talent sera scrutée. Avons-nous amélioré le capital que Dieu nous a confié ? Le Seigneur, à sa venue, recevra-t-il les siens avec usure ? Aucune valeur n’est attachée à la simple profession de foi en Christ; rien n’est considéré comme authentique sauf cet amour qui se manifeste par les œuvres. {4SP 311.2}
Comme les traits du visage sont reproduits avec une exactitude merveilleuse dans l’appareil photo de l’artiste, le caractère est fidèlement délimité dans les livres ci-dessus. Si les chrétiens étaient aussi soucieux de se tenir irréprochables dans les annales célestes qu’ils le sont d’être représentés sans défaut dans l’image, combien leur histoire de vie serait différente. {4SP 311.3}
Si le voile qui sépare le monde visible du monde invisible pouvait être balayé et que les enfants des hommes apercevaient un ange enregistrant chaque parole et chaque action pour les rencontrer à nouveau dans le Jugement, combien de paroles prononcées quotidiennement resteraient tacites ; combien d’actes resteraient inachevés. Lorsque tous les détails de la vie apparaîtront dans les livres qui ne contiennent jamais une fausse entrée, beaucoup découvriront trop tard que le dossier témoigne contre eux. Là, leur égoïsme caché se révèle. Il y a le récit des devoirs non remplis envers leurs semblables, de l’oubli des revendications du Sauveur. Là, ils verront combien de fois ont été donnés à Satan le temps, la pensée et la force qui appartenaient à Christ. Triste est le récit que les anges portent au Ciel. Êtres intelligents, prétendus disciples du Christ, sont absorbés par l’acquisition de biens mondains ou la jouissance de plaisirs terrestres. L’argent, le temps et la force sont sacrifiés pour l’étalage et l’auto-indulgence ; mais rares sont les moments consacrés à la prière, à la recherche des Ecritures, à l’humiliation de l’âme et à la confession du péché. {4SP 312.1}
Satan invente des plans innombrables pour occuper nos esprits afin qu’ils ne s’attardent pas sur le travail même avec lequel nous devrions être le mieux familiarisés. L’archi-trompeur hait les grandes vérités qui font apparaître un sacrifice expiatoire et un Médiateur tout-puissant. Il sait qu’avec lui tout dépend maintenant de son détournement d’esprit de Jésus et de sa vérité. {4SP 312.2}
Ceux qui voudraient partager les bienfaits de la médiation du Sauveur ne devraient permettre à rien d’interférer avec leur devoir de perfectionner la sainteté dans la crainte de Dieu. Les heures consacrées jusque-là au plaisir, à l’étalage ou à la recherche d’un gain devraient maintenant être consacrées à une étude sérieuse et priante de la parole de vérité. Le sujet du sanctuaire et le jugement d’investigation doivent être clairement compris par le peuple de Dieu. Tous ont besoin de connaître par eux-mêmes la position et l’œuvre de leur grand Souverain Sacrificateur. Sinon, il leur sera impossible d’exercer la foi essentielle à ce moment, ou d’occuper la position que Dieu les destine à remplir. {4SP 312.3}
Nous devons rendre témoignage des grandes vérités que Dieu nous a confiées. Le sanctuaire céleste est le centre même de l’œuvre de Christ en faveur des hommes. Il concerne chaque âme vivant sur la terre. Elle ouvre à notre vue le plan de rédemption, nous ramenant à la toute fin des temps et révélant l’issue triomphale de la lutte entre la justice et le péché. Il est de la plus haute importance que tous ceux qui ont reçu la lumière, jeunes et vieux, étudient ces sujets à fond et soient capables de répondre à quiconque leur demande une raison de l’espérance qui est en eux. {4SP 313.1}
L’intercession de Christ en faveur de l’homme dans le sanctuaire d’en haut est aussi essentielle au plan de salut que l’était sa mort sur la croix. Par sa mort, il a commencé cette œuvre qu’après sa résurrection il est monté pour achever au ciel. Nous devons par la foi entrer dans le voile, “où le précurseur est pour nous entré”. Là se reflète la lumière de la croix du Calvaire. Là, nous pourrons mieux comprendre les mystères de la rédemption. Le salut de l’homme s’accomplit à des frais infinis pour le Ciel ; le sacrifice consenti est égal aux exigences les plus larges de la loi brisée de Dieu. Jésus a ouvert la voie vers le trône du Père et, par sa médiation, le désir sincère de tous ceux qui viennent à lui avec foi peut être présenté devant Dieu. {4SP 313.2}
« Celui qui couvre ses péchés ne prospère pas ; mais quiconque les confesse et les abandonne obtiendra miséricorde. [Proverbes 28:13.] Si ceux qui cachent et excusent leurs fautes pouvaient voir comment Satan exulte sur eux, comment il nargue le Christ et les saints anges avec eux, ils se hâteraient de confesser leurs péchés et de les ôter. Satan cherche continuellement à tromper les disciples de Christ avec son sophisme fatal que leurs traits de caractère défectueux les rendent impossible à vaincre. Mais Jésus plaide en leur faveur ses mains blessées, son corps meurtri ; et il déclare à tous ceux qui veulent le suivre : « Ma grâce te suffit. « Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi ; car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau est léger. [Matthieu 11:29, 30.] Que personne donc, considèrent leurs défauts comme incurables. Dieu donnera la foi et la grâce pour les vaincre. {4SP 314.1}
Tous ceux qui voudraient voir leurs noms conservés dans le livre de vie devraient maintenant, dans les quelques jours restants de leur probation, affliger leur âme devant Dieu par la douleur du péché et la vraie repentance. Il doit y avoir une recherche profonde et fidèle du cœur. L’esprit léger et frivole auquel se livrent la majorité des chrétiens de profession doit être mis de côté. Il y a une guerre sérieuse devant tous ceux qui voudraient soumettre les mauvaises tendances qui luttent pour la maîtrise. {4SP 314.2}
Solennelles sont les scènes liées à l’œuvre finale de l’expiation. Importants sont les intérêts qui y sont impliqués. Le Jugement passe maintenant dans le sanctuaire d’en haut. Quarante ans que ce travail est en cours. Bientôt – personne ne sait combien de temps – cela passera aux cas des vivants. Dans la terrible présence de Dieu, nos vies doivent être passées en revue. En ce moment, plus que tous les autres, il incombe à chaque âme de tenir compte de l’avertissement du Sauveur : « Veillez et priez, car vous ne savez pas quand le moment est venu. « Veillez donc, . . . de peur qu’en venant tout à coup il ne vous trouve endormi. [Marc 13:33, 35, 36.] {4SP 314.3}
« Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur ; et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. [Apocalypse 3:3.] Combien périlleuse est la condition de ceux qui, las de leur surveillance, se tournent vers les attraits du monde. Tandis que l’homme d’affaires est absorbé par la poursuite du gain, tandis que l’amateur de plaisir recherche l’indulgence, tandis que la fille de la mode arrange ses ornements, – il se peut qu’à cette heure-là le Juge de toute la terre prononce la sentence, “Tu es pesé dans la balance, et tu es trouvé léger.” {4SP 315.1}
Toute âme qui a nommé le nom de Christ a un procès en instance devant le tribunal céleste. C’est la semaine du tribunal avec nous, et la décision rendue sur chaque cas sera définitive. {4SP 315.2}
Chapitre 24 . . . . . Origine du mal.
Pour beaucoup d’esprits, l’origine du péché et la raison de son existence sont une source de grande perplexité. Dans leur intérêt pour ces questions, les vérités clairement révélées dans la parole de Dieu et essentielles au salut sont négligées ; et le fait que les Ecritures ne fournissent aucune explication est utilisé comme excuse pour rejeter les paroles de l’Ecriture Sainte. {4SP 316.1}
Il est impossible d’expliquer l’origine du péché, ou de donner une raison de son existence. C’est un intrus, dont l’existence ne peut être donnée. C’est mystérieux, inexplicable; l’excuser, c’est le défendre. S’il pouvait être excusé, si une cause de son existence pouvait être démontrée, il cesserait d’être un péché. Notre seule définition du péché est celle donnée dans la parole de Dieu ; c’est « la transgression de la loi ». {4SP 316.2}
Le péché est né avec lui, qui, après Christ, était le plus élevé dans la faveur de Dieu, et le plus élevé en puissance et en gloire parmi les habitants du ciel. Avant sa chute, Lucifer était le chérubin protecteur, saint et sans tache. Le prophète de Dieu déclare : « Tu as été parfait dans tes voies depuis le jour où tu as été créé, jusqu’à ce que l’iniquité ait été trouvée en toi. [Ézéchiel 28:15.] La paix et la joie, en parfaite soumission à la volonté du Ciel, existaient dans toute l’armée angélique. L’amour envers Dieu était suprême, l’amour les uns pour les autres impartial. Telle était la condition qui existait depuis des siècles avant l’entrée du péché. {4SP 316.3}
Mais au-dessus de cet état heureux, il y eut un changement. Le prophète dit en s’adressant au prince du mal : « Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, tu as corrompu ta sagesse à cause de ton éclat. [Ézéchiel 28:17.] Bien que Dieu ait créé Lucifer noble et beau, et l’ait élevé à un grand honneur parmi l’armée angélique, il ne l’avait pourtant pas placé au-delà de la possibilité du mal. C’était au pouvoir de Satan, a-t-il choisi de le faire, de pervertir ces dons. Il aurait pu rester en faveur auprès de Dieu, aimé et honoré par toute la foule angélique, présidant dans sa position exaltée avec des soins généreux et désintéressés, exerçant ses nobles pouvoirs pour bénir les autres et glorifier son Créateur. Mais, peu à peu, il a commencé à rechercher son propre honneur et à employer ses pouvoirs pour attirer l’attention et se faire louange. Il conduisit aussi progressivement les anges sur lesquels il régnait à lui rendre service, au lieu de consacrer tous leurs pouvoirs au service de leur Créateur. Ce cours pervertit sa propre imagination et pervertit ceux qui cédaient implicitement à son autorité. {4SP 317.1}
Les conseils célestes ont exhorté Lucifer à changer de cap. Le Fils de Dieu l’a averti et l’a supplié de ne pas risquer ainsi de déshonorer son Créateur et de se ruiner. Mais au lieu de céder, Satan représenta à ceux qui l’aimaient, qu’il avait été mal jugé, que sa dignité n’était pas respectée, et que sa liberté devait être abrégée. {4SP 317.2}
Que le Christ le considérât comme ayant besoin d’être corrigé, et qu’il osât prendre la position de supérieur, suscita en lui un esprit de résistance, et il chargea le Fils de Dieu d’un dessein de l’humilier devant les anges. Par la déformation des paroles du Christ, par la prévarication et le mensonge direct, Satan s’est assuré la sympathie des anges sous son contrôle, et ils se sont unis à lui dans la révolte contre l’autorité du Ciel. {4SP 318.1}
Jusqu’au bout, il refusa de reconnaître que sa propre conduite méritait d’être censurée. Lorsque la conséquence de sa désaffection devint apparente, et qu’il fut décrété qu’avec tous ses sympathisants, il devait être banni à jamais de la demeure de la béatitude, l’archi-trompeur rejeta entièrement le blâme sur le Christ. D’un commun accord, Satan et ses armées ont déclaré que s’ils n’avaient pas été réprimandés, la rébellion n’aurait jamais eu lieu, rendant ainsi Christ responsable de leur cours. Ainsi têtus et provocateurs dans leur déloyauté, cherchant vainement à renverser le gouvernement de Dieu, mais prétendant blasphématoirement être eux-mêmes les victimes innocentes du pouvoir oppressif, l’archi-rebelle et tous ses sympathisants furent finalement bannis du Ciel. {4SP 318.2}
La rébellion au Ciel a été provoquée par le même esprit qui inspire la rébellion sur la terre. Satan a continué avec les hommes la même politique qu’il a poursuivie avec les anges. Son esprit règne maintenant dans les enfants de la désobéissance. Il y a une haine constante de la réprimande et une disposition à se rebeller contre elle. Lorsque Dieu envoie aux malfaiteurs un message d’avertissement ou de correction, Satan les amène à se justifier et à rechercher la sympathie des autres. Au lieu de changer de cap, ils manifestent une grande indignation contre le réprobateur, comme s’il était la seule cause de difficulté. Depuis les jours du juste Abel jusqu’à nos jours, tel est l’esprit qui s’est manifesté envers ceux qui osent condamner le péché. {4SP 318.3}
Satan avait excité la sympathie en sa faveur en représentant que Dieu l’avait injustement traité en accordant un honneur suprême à Christ. Avant qu’il ne soit condamné à être banni du ciel, sa conduite s’est avérée erronée avec une clarté convaincante, et il a eu l’occasion de confesser son péché et de se soumettre à l’autorité de Dieu en tant que juste et juste. Mais il a choisi d’emporter ses points à tout prix. Pour soutenir son accusation d’injustice de Dieu envers lui, il a eu recours à une fausse représentation, même des paroles et des actes du Créateur. {4SP 319.1}
Ici, pour un temps, Satan eut l’avantage ; et il exultait de sa supériorité arrogée, à cet égard, sur les anges du ciel, et même sur Dieu lui-même. Tandis que Satan peut employer la fraude et le sophisme pour accomplir ses objectifs, Dieu ne peut pas mentir ; tandis que Lucifer, comme le serpent, peut choisir une course tortueuse, tournant, se tordant, glissant, pour se cacher, Dieu n’avance qu’en ligne droite et droite. Satan s’était déguisé dans un manteau de mensonge, et pendant un certain temps, il fut impossible d’arracher la couverture, de sorte que la difformité hideuse de son caractère pouvait être vue. Il faut le laisser se révéler dans ses œuvres cruelles, astucieuses et méchantes. {4SP 319.2}
Il n’a pas été immédiatement détrôné lorsqu’il s’est aventuré pour la première fois à se livrer à l’esprit de mécontentement et d’insubordination, ni même lorsqu’il a commencé à présenter sa fausse revendication et ses représentations mensongères devant les anges loyaux. Longtemps il fut retenu au Ciel. À maintes reprises, on lui a offert le pardon à condition de se repentir et de se soumettre. Les efforts que Dieu seul pouvait faire furent faits pour le convaincre de son erreur et le remettre sur le chemin de la rectitude. Dieu préserverait l’ordre des cieux, et si Lucifer avait voulu retourner à son allégeance, humble et obéissant, il aurait été rétabli dans sa fonction de chérubin protecteur. Mais comme il justifiait obstinément sa conduite, et soutenait qu’il n’avait pas besoin de repentance, il devint nécessaire que le Seigneur du Ciel fasse valoir sa justice et l’honneur de son trône ; et Satan et tous ceux qui sympathisaient avec lui furent chassés. {4SP 319.3}
Par la même fausse représentation du caractère de Dieu qu’il avait pratiquée au Ciel, le faisant passer pour sévère et tyrannique, Satan incita l’homme à pécher. Et ayant réussi jusqu’ici, il déclara que les restrictions injustes de Dieu avaient conduit à la chute de l’homme, comme elles avaient conduit à sa propre rébellion. {4SP 320.1}
Mais l’Éternel lui-même proclame son caractère : « Le Seigneur Dieu, miséricordieux et miséricordieux, longanime et abondant en bonté et en vérité, gardant miséricorde pour des milliers, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché, et cela ne disculpera en aucun cas le coupable. .” [Exode 34:6, 7.] {4SP 320.2}
Dans le bannissement de Satan du ciel, Dieu déclara sa justice et maintint l’honneur de son trône. Mais lorsque l’homme a péché en cédant aux tromperies de cet esprit apostat, Dieu a donné une preuve de son amour en abandonnant son Fils unique pour qu’il meure pour la race déchue. Dans l’expiation, le caractère de Dieu se révèle. Le puissant argument de la croix démontre à tout l’univers que Dieu n’était en aucune façon responsable du cours du péché que Lucifer avait choisi ; que ce n’était pas un retrait arbitraire de la grâce divine, pas un manque dans le gouvernement divin, qui lui inspirait l’esprit de rébellion. {4SP 320.3}
Dans le combat entre Christ et Satan, pendant le ministère terrestre du Sauveur, le caractère du grand trompeur a été démasqué. Rien n’aurait pu aussi efficacement déraciner Satan de l’esprit et de l’affection des anges célestes et de tout l’univers loyal que sa guerre cruelle contre le Rédempteur du monde. Le blasphème audacieux de sa demande que le Christ lui rende hommage, son audace présomptueuse en le portant au sommet de la montagne et au pinacle du temple, l’intention malveillante trahie en le pressant de se jeter du haut vertigineux, la malice persistante qui l’ont chassé d’un endroit à l’autre, inspirant le cœur des prêtres et des gens à rejeter son amour, et à la fin à pousser le cri « Crucifie-le ! crucifiez-le ! » – tout cela excita l’étonnement et l’indignation de l’univers. {4SP 321.1}
C’est Satan qui a poussé le monde à rejeter Christ. Le prince du mal a exercé toute sa puissance et sa ruse pour détruire Jésus ; car il vit que la miséricorde et l’amour du Sauveur, sa compassion et sa tendresse compatissante représentaient pour le monde le caractère de Dieu. Satan a contesté toutes les prétentions avancées par le Fils de Dieu et a employé des hommes comme ses agents pour remplir la vie du Sauveur de souffrances et de chagrin. Les sophismes et les mensonges par lesquels il avait cherché à entraver l’œuvre de Jésus, la haine manifestée par les enfants de la désobéissance, ses cruelles accusations contre Celui dont la vie était d’une bonté sans exemple, tout cela découlait d’une profonde vengeance. Les feux refoulés de l’envie et de la méchanceté, de la haine et de la vengeance éclatèrent sur le Calvaire contre le Fils de Dieu, tandis que tout le Ciel regardait la scène avec une horreur silencieuse. {4SP 321.2}
Quand le grand sacrifice fut consommé, le Christ monta en haut, refusant l’adoration des anges jusqu’à ce qu’il ait préféré la demande : « Je veux que ceux aussi que tu m’as donnés soient avec moi là où je suis. [Jean 17:24.] Alors, avec un amour et une puissance inexprimables, la réponse vint du trône du Père : « Que tous les anges de Dieu l’adorent. [Hébreux 1:6.] Pas une tache ne reposa sur Jésus. Son humiliation terminée, son sacrifice achevé, il lui fut donné un nom qui est au-dessus de tout nom. {4SP 322.1}
Maintenant, la culpabilité de Satan se présentait sans excuse. Ses accusations mensongères contre le caractère divin et le gouvernement apparurent sous leur vrai jour. Il avait accusé Dieu de rechercher simplement l’exaltation de lui-même en exigeant la soumission et l’obéissance de ses créatures, et avait déclaré que si le Créateur exigeait l’abnégation de tous les autres, lui-même ne pratiquait aucune abnégation et ne faisait aucun sacrifice. Maintenant, on voyait que pour le salut d’une race déchue et pécheresse, le Souverain de l’univers avait fait le plus grand sacrifice que Dieu pouvait faire. On vit aussi que tandis que Lucifer avait ouvert la porte à l’entrée du péché, par son désir d’honneur et de suprématie, Christ s’était, pour détruire le péché, humilié et obéi jusqu’à la mort. {4SP 322.2}
Dieu avait manifesté son horreur des principes de rébellion. Tout le ciel a vu sa justice révélée, à la fois dans la condamnation de Satan et dans la rédemption de l’homme. Lucifer avait déclaré que la loi de Dieu était d’un caractère tel que sa peine ne pouvait être remise, et donc tout transgresseur devait être à jamais exclu de la faveur du Créateur. Il avait affirmé que la race pécheresse était placée au-delà de la rédemption et était donc sa proie légitime. Mais la mort de Christ était un argument en faveur de l’homme qui ne pouvait être écarté. Il a subi la peine de la loi. Dieu était juste en permettant à sa colère de tomber sur Celui qui était égal à lui-même, et l’homme a été libéré pour accepter la justice de Christ, et par une vie de pénitence et d’humiliation pour triompher comme le Fils de Dieu avait triomphé de la puissance de Satan. {4SP 323.1}
La loi de Dieu est pleinement justifiée. Il est juste, et pourtant le justificateur de tous ceux qui croient en Jésus. Rien de moins que ce plan d’expiation ne pouvait convaincre l’univers entier de la justice de Dieu. {4SP 323.2}
Dans l’exécution finale du jugement, on verra qu’il n’existe aucune cause de péché. Quand le Juge de toute la terre demandera à Satan : “Pourquoi t’es-tu rebellé contre moi, et m’as-tu dépouillé des sujets de mon royaume ?” l’auteur du mal ne peut donner aucune excuse. Toute bouche sera fermée, et toutes les armées de la rébellion seront sans voix devant le grand tribunal. {4SP 323.3}
Chapitre 25 . . . . . Inimitié entre l’homme et Satan.
« Je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta postérité et sa postérité ; il t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. [Genèse 3:15.] La sentence divine prononcée contre Satan après la chute de l’homme, était aussi une prophétie, embrassant tous les âges jusqu’à la fin des temps, et préfigurant le grand conflit pour engager toutes les races d’hommes qui devraient vivre sur La terre. {4SP 324.1}
Dieu déclare : « Je mettrai l’inimitié. Cette inimitié n’est pas naturellement entretenue. Lorsque l’homme a transgressé la loi divine, sa nature est devenue mauvaise, et il était en harmonie, et non en désaccord, avec Satan. Il n’existe naturellement aucune inimitié entre l’homme pécheur et l’auteur du péché. Tous deux sont devenus mauvais par apostasie. L’apostat n’est jamais en repos, sauf s’il obtient sympathie et soutien en incitant les autres à suivre son exemple. Pour cette raison, les anges déchus et les hommes méchants s’unissent dans une compagnie désespérée. Si Dieu ne s’était pas spécialement interposé, Satan et l’homme auraient conclu une alliance contre le Ciel ; et au lieu de chérir l’inimitié contre Satan, toute la famille humaine aurait été unie dans l’opposition à Dieu. {4SP 324.2}
Satan a tenté l’homme de pécher, comme il avait provoqué la rébellion des anges, afin qu’il puisse ainsi s’assurer la coopération dans sa guerre contre le Ciel. Il n’y avait pas de dissension entre lui et les anges déchus en ce qui concerne leur haine du Christ ; tandis que sur tous les autres points il y avait discorde, ils étaient fermement unis pour s’opposer à l’autorité du Souverain de l’univers. Mais lorsque Satan entendit la déclaration selon laquelle l’inimitié devait exister entre lui et la femme, et entre sa semence et sa semence, il sut que ses efforts pour dépraver la nature humaine seraient interrompus ; que par quelque moyen l’homme devait pouvoir résister à sa puissance. {4SP 325.1}
La grâce que Christ implante dans l’âme crée l’inimitié contre Satan. Sans cette grâce de conversion et cette puissance de renouvellement, l’homme resterait le captif de Satan, un serviteur toujours prêt à exécuter ses ordres. Mais le nouveau principe dans l’âme crée un conflit là où jusqu’alors régnait la paix. Le pouvoir que Christ donne, permet à l’homme de résister au tyran et à l’usurpateur. Quiconque est vu abhorrer le péché au lieu de l’aimer, quiconque résiste et vainc ces passions qui ont régné à l’intérieur, manifeste l’opération d’un principe entièrement d’en haut. {4SP 325.2}
L’antagonisme qui existe entre l’esprit de Christ et l’esprit de Satan s’est manifesté de la manière la plus frappante dans la réception de Jésus par le monde. Ce n’est pas tant parce qu’il apparaissait sans richesses, fastes ou grandeurs mondaines que les Juifs furent amenés à le rejeter. Ils virent qu’il possédait un pouvoir qui compenserait largement l’absence de ces avantages extérieurs. Mais la pureté et la sainteté du Christ ont suscité contre lui la haine des impies. Sa vie d’abnégation et de dévotion sans péché était un perpétuel reproche à un peuple fier et sensuel. C’est ce qui a suscité l’inimitié contre le Fils de Dieu. Satan et les anges mauvais se sont joints aux hommes mauvais. Toutes les énergies de l’apostasie ont conspiré contre le champion de la vérité. {4SP 325.3}
La même inimitié est manifestée envers les disciples de Christ que celle manifestée envers leur Maître. Quiconque voit le caractère répulsif du péché, et, en force d’en haut, résiste à la tentation, excitera assurément la colère de Satan et de ses sujets. La haine des principes purs de la vérité, et le reproche et la persécution de ses défenseurs, existeront aussi longtemps que le péché et les pécheurs demeureront. Les disciples de Christ et les serviteurs de Satan ne peuvent s’harmoniser. L’offense de la croix n’a pas cessé. “Tous ceux qui vivront pieusement en Jésus-Christ subiront la persécution.” [2 Timothée 3:12.] {4SP 326.1}
Les agents de Satan travaillent constamment sous sa direction pour établir son autorité et édifier son royaume en opposition au gouvernement de Dieu. À cette fin, ils cherchent à tromper les disciples du Christ et à les détourner de leur allégeance. Comme leur chef, ils interprètent mal et pervertissent les Écritures pour accomplir leur objectif. Comme Satan s’est efforcé de jeter l’opprobre sur Dieu, ses agents cherchent à calomnier le peuple de Dieu. L’esprit qui a mis le Christ à mort pousse le méchant à détruire ses disciples. Tout cela est annoncé dans cette première prophétie : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta postérité et sa postérité. Telle est l’œuvre qui se poursuivra dans le grand conflit entre Christ et Satan jusqu’à la fin des temps. {4SP 326.2}
Satan rassemble toutes ses forces et jette toute sa puissance dans le combat. Pourquoi ne rencontre-t-il pas plus de résistance ? Pourquoi les soldats du Christ sont-ils si somnolents et indifférents ? – Parce qu’ils ne réalisent pas leur péril. Il n’y a que peu d’inimitié contre Satan et ses œuvres, parce qu’il y a une si grande ignorance concernant sa puissance et sa méchanceté, et la vaste étendue de sa guerre contre Christ et son église. Des multitudes sont trompées ici. Ils ne savent pas que leur ennemi est un général puissant, qui contrôle l’esprit des anges maléfiques, et qu’avec des plans bien mûris et des mouvements habiles, il fait la guerre contre le Christ pour empêcher le salut des âmes. Parmi les chrétiens de profession, et même parmi les ministres de l’évangile, on entend à peine une référence à Satan, sauf peut-être une mention fortuite dans la chaire. Ils négligent les preuves de son activité continue et de son succès ; ils négligent les nombreux avertissements de sa subtilité ; ils semblent ignorer son existence même. {4SP 327.1}
Alors que les hommes ignorent ses dispositifs, cet ennemi vigilant est sur leur piste à chaque instant. Il s’immisce dans chaque département de la maison, dans chaque rue de nos villes, dans les églises, dans les conseils, dans les cours de justice, déroutant, trompant, séduisant, ruinant partout les âmes et les corps des hommes, des femmes, et des enfants, brisant les familles, semant la haine, l’émulation, les querelles, la sédition, le meurtre. Et le monde chrétien semble considérer ces choses comme si Dieu les avait désignées, et elles doivent exister. {4SP 327.2}
Satan cherche continuellement à vaincre le peuple de Dieu en brisant les barrières qui le séparent du monde. L’ancien Israël a été entraîné dans le péché lorsqu’il s’est aventuré dans une association interdite avec les païens. De la même manière, l’Israël moderne est induit en erreur. “Le dieu de ce monde a aveuglé l’esprit de ceux qui ne croient pas, de peur que la lumière du glorieux évangile de Christ, qui est l’image de Dieu, ne brille sur eux.” [2 Corinthiens 4:4.] Tous ceux qui ne sont pas des disciples décidés de Christ sont des serviteurs de Satan. Dans le cœur non régénéré, il y a l’amour du péché et une disposition à le chérir et à l’excuser. Dans le cœur renouvelé, il y a la haine du péché et une résistance déterminée contre lui. Lorsque les chrétiens choisissent la société des impies et des incroyants, ils s’exposent à la tentation. Satan se cache de la vue, et dessine furtivement son bandeau sur leurs yeux. Ils ne peuvent pas voir qu’une telle compagnie est calculée pour leur faire du mal, et tout en s’assimilant au monde en caractère, en paroles et en actions, ils deviennent de plus en plus aveuglés. La familiarité avec le péché le fait inévitablement paraître moins repoussant. Celui qui choisit de s’associer avec les serviteurs de Satan cesse bientôt de craindre leur maître. {4SP 327.3}
Le tentateur travaille souvent avec plus de succès à travers ceux qui sont le moins soupçonnés d’être sous son contrôle. L’opinion prévaut chez beaucoup que tout ce qui apparaît comme courtoisie ou raffinement doit, dans un certain sens, se rapporter au Christ. Jamais il n’y a eu une plus grande erreur. Ces qualités devraient embellir le caractère de chaque chrétien, car elles exerceraient une puissante influence en faveur de la vraie religion ; mais ils doivent être consacrés à Dieu, sinon ils sont une puissance pour le mal. Beaucoup de ceux qui sont affables et intelligents, et qui ne s’abaisseraient pas à ce qui est communément considéré comme un acte immoral, ne sont que des instruments raffinés entre les mains de Satan. Le caractère insidieux et trompeur de leur influence et de leur exemple les rend des ennemis plus dangereux pour la cause de Christ que ne le sont ceux qui sont peu attirants, grossiers, grossiers et dégradés. {4SP 328.1}
Par une prière fervente et une dépendance envers Dieu, Salomon obtint la sagesse qui suscita l’émerveillement et l’admiration du monde. Mais lorsqu’il s’est détourné de la source de sa force et qu’il est allé de l’avant en s’appuyant sur lui-même, il est tombé en proie à la tentation. Puis les merveilleux pouvoirs conférés à ce roi des plus sages n’en firent qu’un agent plus efficace de l’adversaire des âmes. {4SP 329.1}
Alors que Satan cherche constamment à aveugler leur esprit sur ce fait, que les chrétiens n’oublient jamais qu’ils ” ne luttent pas contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les dirigeants des ténèbres de ce monde, contre les esprits méchants [marge] en haut lieu. » [Éphésiens 6:12.] L’avertissement inspiré retentit depuis des siècles jusqu’à nos jours : « Soyez sobres, soyez vigilants ; parce que votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. [1 Pierre 5:8.] “Revêtez toute l’armure de Dieu, afin que vous puissiez résister aux ruses du diable.” [Éphésiens 6:11.] {4SP 329.2}
Depuis l’époque d’Adam jusqu’à nos jours, notre grand ennemi a exercé son pouvoir d’opprimer et de détruire. Il prépare maintenant sa dernière campagne contre l’église. Tous ceux qui cherchent à suivre Jésus seront mis en conflit avec cet ennemi implacable. Plus le chrétien imite de près le modèle divin, plus il se fera sûrement une marque pour les attaques de Satan. Tous ceux qui sont activement engagés dans la cause de Dieu, cherchant à dévoiler les tromperies du malin et à présenter le Christ devant le peuple, pourront se joindre au témoignage de Paul, dans lequel il parle de servir le Seigneur en toute humilité. d’esprit, avec beaucoup de larmes et de tentations. {4SP 329.3}
Satan a assailli le Christ avec ses tentations les plus féroces et les plus subtiles ; mais il était repoussé dans tous les conflits. Ces batailles ont été menées en notre nom ; ces victoires nous permettent de vaincre. Christ donnera la force à tous ceux qui la recherchent. Aucun homme sans son propre consentement ne peut être vaincu par Satan. Le tentateur n’a pas le pouvoir de contrôler la volonté ou de forcer l’âme à pécher. Il peut angoisser, mais il ne peut pas contaminer. Il peut causer l’agonie, mais pas la souillure. Le fait que Christ a vaincu devrait inspirer à ses disciples le courage de mener vaillamment la bataille contre le péché et Satan. {4SP 330.1}
Chapitre 26 . . . . . Agence des mauvais esprits.
L’existence de Satan et l’action des mauvais esprits sont des faits pleinement établis à la fois par l’Ancien et le Nouveau Testament. Depuis l’époque d’Adam jusqu’à Moïse, et à travers tous les âges qui suivirent jusqu’à Jean, le dernier écrivain de l’évangile, Satan est reconnu comme un agent actif et personnel, l’initiateur du mal, l’ennemi de Dieu et de l’homme. Il est vrai que l’imagination et la superstition ont donné leur propre coloration à ces faits, et les ont liés aux légendes et aux traditions des nations païennes, juives et même chrétiennes ; mais tels qu’ils sont révélés dans la parole de Dieu, ils sont de la plus grande solennité et importance. La connexion du monde visible avec le monde invisible, le ministère des anges de Dieu et l’action des anges maléfiques sont inséparablement liés à l’histoire humaine. On nous raconte la chute des anges de leur pureté, de Lucifer leur chef, l’instigateur de la rébellion, de leur confédération et de leur gouvernement, de leurs divers ordres, de leur grande intelligence et subtilité, et de leurs desseins malveillants contre l’innocence et le bonheur des hommes. On nous parle de Celui qui est plus puissant que l’ennemi déchu,–Celui par l’autorité duquel le pouvoir de Satan est limité et contrôlé ; et on nous parle aussi du châtiment préparé pour l’auteur de l’iniquité. {4SP 331.1}
Pendant le temps où Christ était sur la terre, les mauvais esprits ont manifesté leur puissance de la manière la plus frappante. Et pourquoi était-ce? – Christ était venu pour entreprendre le plan conçu pour la rédemption de l’homme, et Satan a donc décidé d’affirmer son droit de contrôler le monde. Il avait réussi à établir l’idolâtrie dans toutes les parties de la terre à l’exception de la terre de Palestine. Dans le seul pays qui n’avait pas complètement cédé à l’emprise du tentateur, le Christ est venu répandre sur le peuple la lumière du ciel. Ici, deux puissances rivales revendiquent la suprématie. Jésus tendait ses bras d’amour, invitant tous ceux qui le voulaient à trouver en lui le pardon et la paix. Les armées des ténèbres comprirent que si sa mission devait réussir, leur règne allait bientôt prendre fin. Satan faisait rage comme un lion enchaîné et exhibait avec défi son pouvoir sur les corps aussi bien que sur les âmes des hommes. {4SP 332.1}
Le fait que des hommes aient été possédés par des démons est clairement énoncé dans le Nouveau Testament. Les personnes ainsi affligées ne souffraient pas simplement de maladies d’origine naturelle. Christ avait une compréhension parfaite de ce dont il s’agissait, et il reconnaissait la présence directe et le libre arbitre des mauvais esprits. {4SP 332.2}
Un exemple frappant de leur nombre, de leur puissance et de leur malignité, ainsi que de la puissance et de la miséricorde de Christ, est donné dans le récit biblique de la guérison des démoniaques à Gadara. Ces misérables maniaques, méprisant toute retenue, se tordant, écumant, furieux, remplissaient l’air de leurs cris, se faisaient violence et mettaient en danger tous ceux qui les approcheraient. Leurs corps saignants et défigurés et leurs esprits distraits offraient un spectacle agréable au prince des ténèbres. L’un des démons contrôlant les victimes a déclaré : « Je m’appelle Légion ; car nous sommes nombreux. [Marc 5:9.] Dans l’armée romaine, une légion se composait de trois à cinq mille hommes. Les hôtes de Satan sont également rassemblés en compagnies, et la seule compagnie à laquelle ces démons appartenaient ne comptait pas moins d’une légion. {4SP 332.3}
Sur l’ordre de Jésus, les mauvais esprits quittèrent leurs victimes, les laissant calmement assises aux pieds du Sauveur, soumises, intelligentes et douces. Mais les démons ont été autorisés à balayer un troupeau de porcs dans la mer; et pour les habitants de Gadara, leur perte l’emporta sur les bénédictions que Christ avait accordées, et le divin Guérisseur fut supplié de partir. C’était le résultat que Satan avait l’intention d’obtenir. En jetant le blâme sur Jésus, il a suscité les craintes égoïstes du peuple et les a empêchés d’écouter ses paroles. Satan accuse constamment les chrétiens d’être la cause de la perte, du malheur et de la souffrance, au lieu de laisser le reproche tomber là où il doit être, sur lui-même et ses agents. {4SP 333.1}
Mais les desseins de Christ n’ont pas été contrecarrés. Il a permis aux mauvais esprits de détruire le troupeau de porcs en guise de réprimande aux Juifs qui, en élevant ces bêtes impures pour le gain, avaient transgressé le commandement de Dieu. Si Christ n’avait pas retenu les démons, ils auraient plongé dans la mer, non seulement les porcs, mais aussi leurs gardiens et propriétaires. La conservation des gardiens et des propriétaires était due uniquement à son interposition miséricordieuse pour leur délivrance. De plus, cette scène a été autorisée à avoir lieu afin que les disciples puissent être témoins de la puissance cruelle de Satan sur l’homme et la bête. Le Sauveur désirait que ses disciples connaissent l’ennemi qu’ils allaient rencontrer, afin qu’ils ne soient pas trompés et vaincus par ses stratagèmes. C’était aussi sa volonté que les habitants de cette région voient son pouvoir de briser l’esclavage de Satan et de libérer ses captifs. Et bien que Jésus lui-même soit parti, les hommes si merveilleusement délivrés sont restés pour déclarer la miséricorde de leur Bienfaiteur. {4SP 333.2}
D’autres exemples de nature similaire sont enregistrés dans les Écritures. La fille de la femme syrophénicienne fut affligée d’un démon, que Jésus chassa par sa parole. [Marc 7:26-30.] Un “possédé d’un démon, aveugle et muet”, [Matthieu 12:22.] un jeune homme qui avait un esprit muet, qui souvent “le jetait dans le feu et dans les eaux, pour le détruire », [Marc 9:17-27.] le maniaque, qui, tourmenté par «l’esprit d’un démon impur», [Luc 4:33-36.] troublait le silence du sabbat de la synagogue de Capharnaüm, était tous guéris par le Sauveur compatissant. Dans presque tous les cas, le Christ s’est adressé au démon comme à une entité intelligente, lui ordonnant de sortir de sa victime et de ne plus la tourmenter. Les adorateurs de Capharnaüm, voyant sa grande puissance, « furent tous étonnés et parlèrent entre eux, disant : Quelle parole est-ce là ! car avec autorité et puissance il commande aux esprits impurs, et ils sortent. {4SP 334.1}
Les possédés de démons sont généralement représentés comme étant dans un état de grande souffrance ; pourtant il y avait des exceptions à cette règle. Dans le but d’obtenir un pouvoir surnaturel, certains ont accueilli favorablement l’influence satanique. Ceux-ci n’avaient bien sûr aucun conflit avec les démons. De cette classe étaient ceux qui possédaient l’esprit de divination,–Simon Magus, Elymas le sorcier, et la demoiselle qui suivit Paul et Silas à Philippes. {4SP 334.2}
Personne n’est plus exposé à l’influence des mauvais esprits que ceux qui, malgré le témoignage direct et ample des Écritures, nient l’existence et le libre arbitre du diable et de ses anges. Tant que nous ignorons leurs ruses, ils ont un avantage presque inconcevable ; beaucoup prêtent attention à leurs suggestions tout en supposant qu’ils suivent les préceptes de leur propre sagesse. C’est pourquoi, alors que nous approchons de la fin des temps, lorsque Satan doit travailler avec le plus grand pouvoir pour tromper et détruire, il répand partout la croyance qu’il n’existe pas. C’est sa politique de se cacher et de cacher sa manière de travailler. {4SP 335.1}
Il n’y a rien que le grand trompeur redoute tant que nous devions prendre connaissance de ses artifices. Pour mieux déguiser son caractère et ses buts réels, il s’est fait représenter de manière à n’exciter aucune émotion plus forte que le ridicule ou le mépris. Il est bien content d’être peint comme un objet grotesque ou répugnant, difforme, mi-animal, mi-humain. Il est heureux d’entendre son nom utilisé dans le sport et la moquerie par ceux qui se considèrent intelligents et bien informés. {4SP 335.2}
C’est parce qu’il s’est masqué avec une habileté consommée que la question est si largement posée : « Un tel être existe-t-il vraiment ? C’est une preuve de son succès que les théories qui démentent le témoignage le plus clair des Écritures soient si généralement reçues dans le monde religieux. Et c’est parce que Satan peut le plus facilement contrôler l’esprit de ceux qui sont inconscients de son influence que la parole de Dieu nous donne tant d’exemples de son œuvre maligne, dévoilant devant nous ses forces secrètes, et nous mettant ainsi en garde contre son action. agressions. {4SP 335.3}
La puissance et la malice de Satan et de son armée pourraient à juste titre nous alarmer, si nous ne pouvions trouver refuge et délivrance dans la puissance supérieure de notre Rédempteur. Nous sécurisons soigneusement nos maisons avec des verrous et des serrures pour protéger nos biens et nos vies des hommes malfaisants ; mais nous pensons rarement aux mauvais anges qui cherchent constamment à nous atteindre et contre les attaques desquels nous n’avons aucun moyen de défense. Si elles sont autorisées, elles peuvent distraire nos esprits, troubler, tourmenter nos corps, détruire nos biens et nos vies. Leur seul plaisir est dans la misère et la destruction. Craintif est la condition de ceux qui résistent aux prétentions divines et cèdent aux tentations de Satan jusqu’à ce que Dieu les livre au contrôle des mauvais esprits. Mais ceux qui suivent le Christ sont toujours en sécurité sous sa surveillance. Des anges qui excellent en force sont envoyés du Ciel pour les protéger. Le méchant ne peut briser la garde que Dieu a placée autour de son peuple. {4SP 336.1}
Chapitre 27 . . . . . Les pièges de Satan.
Alors que le peuple de Dieu approche des périls des derniers jours, Satan consulte sérieusement ses anges sur le plan le plus efficace pour renverser leur foi. Il voit que les églises populaires sont déjà endormies par son pouvoir trompeur. En complaisant les sophismes et en mentant, il peut continuer à les tenir sous son contrôle. C’est pourquoi il ordonne à ses anges de tendre leurs pièges spécialement à ceux qui attendent le second avènement de Christ et s’efforcent de garder tous les commandements de Dieu. {4SP 337.1}
Le grand trompeur dit : “ Nous devons surveiller ceux qui attirent l’attention du peuple sur le sabbat de Jéhovah ; ils amèneront beaucoup de gens à voir les revendications de la loi de Dieu ; et la même lumière qui révèle le vrai sabbat, révèle aussi le ministère de Christ dans le sanctuaire céleste, et montre que la dernière œuvre pour le salut de l’homme avance maintenant. Maintenez l’esprit des gens dans les ténèbres jusqu’à ce que cette œuvre soit terminée, et nous sécuriserons aussi le monde et l’église. {4SP 337.2}
« Le sabbat est la grande question qui doit décider du sort des âmes. Nous devons exalter le sabbat de notre création. Nous l’avons fait accepter à la fois par les mondains et les membres de l’église ; maintenant l’église doit être amenée à s’unir au monde dans son soutien. Nous devons travailler par des signes et des prodiges pour aveugler leurs yeux sur la vérité, et les amener à abandonner la raison et la crainte de Dieu, et à suivre la coutume et la tradition. {4SP 337.3}
« J’influencerai les ministres populaires pour qu’ils détournent l’attention de leurs auditeurs des commandements de Dieu. Ce que les Écritures déclarent être une loi parfaite de liberté sera représenté comme un joug de servitude. Les gens acceptent les explications de leurs ministres sur les Écritures et n’enquêtent pas par eux-mêmes. Par conséquent, en travaillant à travers les ministres, je peux contrôler les gens selon ma volonté. {4SP 338.1}
« Mais notre principale préoccupation est de faire taire cette secte d’observateurs du sabbat. Il faut exciter l’indignation populaire contre eux. Nous enrôlerons de grands hommes et des sages du monde à nos côtés, et inciterons ceux qui détiennent l’autorité à réaliser nos desseins. Alors le sabbat que j’ai établi sera imposé par les lois les plus sévères et les plus exigeantes. Ceux qui les négligent seront chassés des villes et des villages, et souffriront de la faim et des privations. Une fois que nous aurons le pouvoir, nous montrerons que nous pouvons faire avec ceux qui ne dévieront pas de leur allégeance à Dieu. Nous avons amené l’Église romaine à infliger l’emprisonnement, la torture et la mort à ceux qui refusaient de se plier à ses décrets, et maintenant que nous mettons les églises protestantes et le monde en harmonie avec ce bras droit de notre force, nous aurons enfin une loi pour exterminer tous ceux qui ne se soumettront pas à notre autorité. Lorsque la mort deviendra la peine de violer notre sabbat, alors beaucoup de ceux qui sont maintenant classés parmi les gardiens des commandements viendront à nos côtés. {4SP 338.2}
« Mais avant de procéder à ces mesures extrêmes, nous devons exercer toute notre sagesse et notre subtilité pour tromper et prendre au piège ceux qui honorent le vrai sabbat. Nous pouvons séparer beaucoup de Christ par la mondanité, la convoitise et l’orgueil. Ils peuvent se croire en sécurité parce qu’ils croient la vérité, mais l’indulgence de l’appétit ou des passions inférieures, qui embrouilleront le jugement et détruiront la discrimination, causeront leur chute. {4SP 339.1}
« Allez, enivrez les possesseurs de terres et d’argent des soucis de cette vie. Présentez-leur le monde sous son jour le plus attrayant, afin qu’ils y déposent leur trésor et fixent leurs affections sur les choses terrestres. Nous devons faire tout notre possible pour empêcher ceux qui travaillent dans la cause de Dieu d’obtenir des moyens à utiliser contre nous. Gardez l’argent dans nos propres rangs. Plus ils obtiendront de moyens, plus ils nuiront à notre royaume en nous enlevant nos sujets. Faites-les se soucier plus de l’argent que de l’édification du royaume de Christ et de la propagation des vérités que nous haïssons, et nous n’avons pas à craindre leur influence ; car nous savons que toute personne égoïste et cupide tombera sous notre pouvoir et sera finalement séparée du peuple de Dieu. {4SP 339.2}
“Grâce à ceux qui ont une forme de piété mais n’en connaissent pas le pouvoir, nous pouvons en gagner beaucoup qui, autrement, nous feraient beaucoup de mal. Les amoureux du plaisir plus que les amoureux de Dieu seront nos aides les plus efficaces. Ceux de cette classe qui sont aptes et intelligents serviront de leurres pour attirer les autres dans nos pièges. Beaucoup ne craindront pas leur influence, car ils professent la même foi. Nous les amènerons ainsi à conclure que les exigences du Christ sont moins strictes qu’ils ne le croyaient autrefois, et qu’en se conformant au monde ils exerceraient une plus grande influence sur les mondains. Ainsi ils se sépareront de Christ ; alors ils n’auront plus la force de résister à notre puissance, et bientôt ils seront prêts à ridiculiser leur ancien zèle et leur dévouement. {4SP 339.3}
« Jusqu’à ce que le grand coup décisif soit porté, nos efforts contre les gardiens des commandements doivent être inlassables. Nous devons être présents à tous leurs rassemblements. Dans leurs grandes réunions surtout, notre cause souffrira beaucoup, et nous devons exercer une grande vigilance, et employer tous nos arts de séduction pour empêcher les âmes d’entendre la vérité et d’en être impressionnées. {4SP 340.1}
« J’aurai sur le terrain, comme agents, des hommes tenant de fausses doctrines mêlées de juste assez de vérité pour tromper les âmes. J’aurai aussi des incroyants présents, qui exprimeront des doutes concernant les messages d’avertissement du Seigneur à son église. Si les gens lisaient et croyaient ces remontrances, nous pourrions avoir peu d’espoir de les surmonter. Mais si nous pouvons détourner leur attention de ces avertissements, ils resteront ignorants de notre puissance et de notre ruse, et nous les sécuriserons enfin dans nos rangs. Dieu ne permettra pas que ses paroles soient bafouées impunément. Si nous pouvons garder les âmes trompées pendant un certain temps, la miséricorde de Dieu sera retirée et il les livrera à notre plein contrôle. {4SP 340.2}
« Nous devons provoquer la distraction et la division. Nous devons détruire leur anxiété pour leur propre âme et les amener à se critiquer, à se juger, à s’accuser et à se condamner les uns les autres, et à chérir l’égoïsme et l’inimitié. Pour ces péchés, Dieu nous a bannis de sa présence ; et tous ceux qui suivront notre exemple connaîtront un sort similaire. {4SP 340.3}
Les Écritures déclarent qu’à une occasion, lorsque les anges de Dieu vinrent se présenter devant le Seigneur, Satan vint aussi parmi eux, non pour s’incliner devant le Roi éternel, mais pour favoriser ses propres desseins malveillants contre les justes. Dans le même but, il est présent lorsque les hommes s’assemblent pour adorer Dieu. Bien qu’il ne soit pas visible, il travaille avec diligence pour contrôler l’esprit des fidèles. Comme un général habile, il établit ses plans à l’avance. En voyant le messager de Dieu sonder les Écritures, il prend note du sujet à présenter au peuple. Alors il emploie toute sa ruse et sa perspicacité pour contrôler les circonstances de manière à ce que le message n’atteigne pas ceux qu’il trompe sur ce point précis. Celui qui a le plus besoin de l’avertissement sera poussé à une transaction commerciale qui nécessite sa présence, ou sera empêché par d’autres moyens d’entendre les paroles qui pourraient lui prouver une saveur de vie pour la vie. {4SP 341.1}
Encore une fois, Satan voit les serviteurs du Seigneur accablés par les ténèbres spirituelles qui enveloppent le peuple. Il entend leurs prières sincères pour la grâce divine et le pouvoir de briser le charme de l’indifférence, de l’insouciance et de l’indolence. Puis, avec un zèle renouvelé, il exerce ses arts. Il tente les hommes à l’indulgence de l’appétit ou à une autre forme de satisfaction personnelle, et engourdit ainsi leur sensibilité, de sorte qu’ils n’entendent pas les choses mêmes qu’ils ont le plus besoin d’apprendre. {4SP 341.2}
Satan sait bien que tous ceux qu’il peut amener à négliger la prière et la recherche des Écritures seront vaincus par ses attaques. Par conséquent, il invente tous les moyens possibles pour capter l’esprit. Il y a toujours eu une classe professant la piété qui, au lieu de continuer à connaître la vérité, se fait une religion de rechercher quelque faute de caractère ou erreur de foi chez ceux avec qui elle n’est pas d’accord. Tels sont les bras droits de Satan. Les accusateurs des frères ne sont pas rares ; et ils sont toujours actifs quand Dieu est à l’œuvre, et que ses serviteurs lui rendent un véritable hommage. Ils mettront une fausse coloration sur les paroles et les actes de ceux qui aiment et obéissent à la vérité. Ils représenteront les serviteurs de Christ les plus sincères, les plus zélés et les plus désintéressés comme trompés ou trompeurs. C’est leur travail de déformer les motifs de toute action vraie et noble, faire circuler des insinuations, et éveiller la suspicion dans l’esprit des inexpérimentés. De toutes les manières imaginables, ils chercheront à faire que ce qui est pur et juste soit considéré comme immonde et trompeur. Et dans ce travail les agents de Satan ont leur maître et ses anges pour les aider. {4SP 341.3}
Mais personne ne doit être trompé à leur sujet. On voit facilement de qui ils sont les enfants, de qui ils suivent l’exemple et de qui ils font le travail. « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. [Matthieu 7:16.] Ils ressemblent étroitement à Satan, le calomniateur venimeux, l’accusateur des frères. {4SP 342.1}
C’est le plan de Satan d’introduire dans l’église des éléments non sincères et non régénérés qui encourageront le doute et l’incrédulité, et entraveront tous ceux qui désirent voir l’œuvre de Dieu avancer, et avancer avec elle. Beaucoup de ceux qui n’ont aucune foi réelle en Dieu ou en sa parole, adhèrent à certains principes de vérité et passent pour chrétiens ; et ainsi ils sont capables d’introduire leurs erreurs comme des doctrines scripturaires. {4SP 342.2}
La position selon laquelle ce que les hommes croient n’a aucune importance est l’une des tromperies les plus réussies de Satan. Il sait que la vérité, reçue dans l’amour d’elle, sanctifie l’âme de celui qui la reçoit ; aussi cherche-t-il constamment à y substituer de fausses théories, des fables, un autre évangile. Dès le début, les serviteurs de Dieu ont lutté contre les faux enseignants, non seulement comme des hommes vicieux, mais comme des inculcateurs de mensonges qui étaient fatals à l’âme. Élie, Jérémie, Paul se sont opposés fermement et sans crainte à ceux qui détournaient les hommes de la parole de Dieu. Cette libéralité qui considère une foi religieuse correcte comme sans importance, n’a trouvé aucune faveur auprès de ces saints défenseurs de la vérité. {4SP 343.1}
Les interprétations vagues et fantaisistes de l’Écriture, et les nombreuses théories contradictoires concernant la foi religieuse, que l’on trouve dans le monde chrétien, sont l’œuvre de notre grand adversaire pour confondre les esprits au point qu’ils ne discerneront pas la vérité. Et la discorde et la division qui existent parmi les églises de la chrétienté sont en grande partie dues à la coutume dominante d’arracher les Écritures pour soutenir une théorie favorite. Au lieu d’étudier attentivement la parole de Dieu avec humilité de cœur pour obtenir une connaissance de sa volonté, beaucoup cherchent seulement à découvrir quelque chose d’étrange ou d’original. {4SP 343.2}
Afin de soutenir des doctrines erronées ou des pratiques non chrétiennes, ils s’emparent de passages de l’Écriture séparés du contexte, citant peut-être la moitié d’un seul verset comme preuve de leur point de vue, alors que la partie restante montrerait que le sens est tout à fait le contraire. Avec la ruse du serpent, ils se retranchent derrière des propos décousus interprétés pour convenir à leurs désirs charnels. C’est ainsi que beaucoup pervertissent volontairement la parole de Dieu. D’autres, qui ont une imagination active, saisissent les figures et les symboles de l’Ecriture Sainte, interprètent à leur guise, sans se soucier du témoignage de l’Ecriture comme son propre interprète, puis ils présentent leurs caprices comme les enseignements de la parole de Dieu. {4SP 343.3}
Chaque fois que l’on entreprend l’étude des Écritures sans un esprit de prière, d’humilité et d’enseignement, les passages les plus clairs et les plus simples ainsi que les passages les plus difficiles seront arrachés à leur véritable sens. Les dirigeants pontificaux sélectionnent les parties de l’Écriture qui servent le mieux leur objectif, les interprètent à leur convenance, puis les présentent au peuple, tout en leur refusant le privilège d’étudier la Bible et de comprendre par eux-mêmes ses vérités sacrées. À moins que toute la Bible ne soit donnée aux gens telle qu’elle se lit, il serait préférable qu’ils ne l’aient pas du tout. {4SP 344.1}
La Bible a été conçue pour être un guide pour tous ceux qui souhaitent se familiariser avec la volonté de leur Créateur. Dieu a donné aux hommes la parole sûre de la prophétie ; des anges et même le Christ lui-même vinrent faire connaître à Daniel et à Jean les choses qui devaient bientôt arriver. Ces questions importantes qui concernent notre salut n’ont pas été laissées dans le mystère. Ils n’ont pas été révélés de manière à rendre perplexe et à induire en erreur l’honnête chercheur de la vérité. Le Seigneur a dit par le prophète Habacuc : « Écrivez la vision, et mettez-la clairement sur des tables, afin que celui qui la lise coure ». [Habakuk 2:2, 3.] La parole de Dieu est claire pour tous ceux qui l’étudient avec un cœur priant. Toute âme vraiment honnête viendra à la lumière de la vérité. “La lumière est semée pour les justes.” [Psaume 97:11. ] Aucune église ne peut progresser dans la sainteté à moins que ses membres ne recherchent sincèrement la vérité comme un trésor caché. {4SP 344.2}
Par le cri de la libéralité, les hommes sont aveuglés aux desseins de leur adversaire, alors qu’il travaille constamment à l’accomplissement de son objet. Comme il réussit à supplanter la parole de vérité par des spéculations humaines, la loi de Dieu est mise de côté, et les églises sont sous l’esclavage du péché alors qu’elles prétendent être libres. {4SP 345.1}
Pour beaucoup, la recherche scientifique est devenue une malédiction ; leurs esprits finis sont si faibles qu’ils perdent l’équilibre. Ils ne peuvent pas harmoniser leurs vues sur la science avec les déclarations des Écritures, et ils pensent que la Bible doit être testée selon leur norme de « science faussement soi-disant ». Ainsi, ils s’égarent de la foi et sont séduits par le diable. Les hommes se sont efforcés d’être plus sages que leur Créateur ; la philosophie humaine a tenté de rechercher et d’expliquer des mystères qui ne seront jamais révélés, à travers les âges éternels. Si seulement les hommes cherchaient et comprenaient ce que Dieu a fait connaître de lui-même et de ses desseins, ils obtiendraient une telle vue de la gloire, de la majesté et de la puissance de Jéhovah qu’ils réaliseraient leur propre petitesse et se contenteraient de ce qui a été révélé pour eux-mêmes et leurs enfants. {4SP 345.2}
C’est un chef-d’œuvre des tromperies de Satan que de garder l’esprit des hommes en quête et en conjecture au sujet de ce que Dieu n’a pas fait connaître, et qu’il n’a pas l’intention que nous comprenions. C’est ainsi que Lucifer lui-même fut chassé du Ciel. Il est devenu mécontent parce que tous les secrets des desseins de Dieu ne lui ont pas été confiés, et il a complètement ignoré ce qui a été révélé concernant son propre travail dans la position élevée qui lui était assignée. En suscitant le même mécontentement chez les anges sous ses ordres, il provoqua leur chute. Maintenant, il cherche à imprégner l’esprit des hommes du même esprit, et à les amener aussi à ignorer les commandements directs de Dieu. {4SP 345.3}
Ceux qui ne veulent pas accepter les vérités claires et tranchantes de la Bible recherchent continuellement des fables agréables qui apaiseront leur conscience. Moins les doctrines présentées sont spirituelles, désintéressées et humiliantes, plus la faveur avec laquelle elles sont reçues est grande. Ces personnes dégradent les facultés intellectuelles pour servir leurs désirs charnels. Trop sages dans leur propre vanité pour sonder la parole de Dieu avec une contrition d’âme et une prière fervente pour être guidés par Dieu, ils n’ont aucun bouclier contre l’illusion. Satan est prêt à satisfaire le désir du cœur, et il remet ses tromperies à la place de la vérité. C’est ainsi que la papauté acquit son pouvoir sur l’esprit des hommes ; et en rejetant la vérité parce qu’elle implique une croix, les protestants suivent le même chemin. Tous ceux qui négligent la parole de Dieu pour étudier la convenance et la politique, afin qu’ils ne soient pas en désaccord avec le monde, il leur restera à recevoir une hérésie damnable pour la vérité religieuse. L’apôtre Paul parle d’une classe qui n’a pas reçu l’amour de la vérité, afin d’être sauvée. Il dit à leur sujet : « C’est pourquoi Dieu leur enverra une puissante illusion, afin qu’ils croient au mensonge, afin que soient damnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. [2 Thessaloniciens 2:10-12.] Avec un tel avertissement devant nous, il nous appartient d’être sur nos gardes quant aux doctrines que nous recevons. {4SP 346.1} afin que soient damnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. [2 Thessaloniciens 2:10-12.] Avec un tel avertissement devant nous, il nous appartient d’être sur nos gardes quant aux doctrines que nous recevons. {4SP 346.1} afin que soient damnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. [2 Thessaloniciens 2:10-12.] Avec un tel avertissement devant nous, il nous appartient d’être sur nos gardes quant aux doctrines que nous recevons. {4SP 346.1}
Toutes les formes imaginables d’erreur seront acceptées par ceux qui rejettent délibérément la vérité. Satan a différentes tromperies préparées pour atteindre différents esprits ; et certains qui regardent avec horreur une tromperie en recevront facilement une autre. {4SP 347.1}
Parmi les agences les plus efficaces du grand trompeur figurent les doctrines illusoires et les merveilles mensongères du spiritisme. Déguisé en ange de lumière, il étend ses filets là où on le soupçonne le moins. Si seulement les hommes étudiaient la parole de Dieu avec une prière fervente afin de comprendre ses enseignements, ils ne seraient pas laissés dans les ténèbres pour recevoir de fausses doctrines. Mais comme ils rejettent la vérité, ils deviennent la proie de ces tromperies. {4SP 347.2}
Une autre hérésie dangereuse est la doctrine qui nie la divinité du Christ. Les hommes qui n’ont aucune connaissance expérimentale de Jésus assumeront encore une apparence de grande sagesse, comme si leur jugement était incontestable, et déclareront hardiment que le Fils de Dieu n’existait pas avant son premier avènement dans ce monde. Cette position contredit directement les déclarations les plus claires de notre Sauveur à son sujet ; pourtant, il est reçu avec faveur par une grande classe qui prétend croire aux Écritures. Avec de telles personnes, c’est une folie de discuter. Aucun argument, aussi concluant soit-il, ne convaincra ceux qui rejettent le témoignage direct du Fils de Dieu. « L’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu ; car ils sont une folie pour lui; il ne peut pas non plus les connaître, parce qu’ils sont spirituellement discernés. [1 Corinthiens 2:14. ] Ceux qui s’accrochent avec persistance à de telles erreurs témoignent de leur propre ignorance de Dieu et de son Fils. {4SP 347.3}
Encore une autre erreur subtile et malicieuse est la croyance qui se répand rapidement que Satan n’a pas d’existence en tant qu’être personnel ; que le nom est utilisé dans les Écritures simplement pour représenter les mauvaises pensées et les mauvais désirs des hommes. {4SP 348.1}
L’enseignement si largement repris dans les chaires populaires, que le second avènement du Christ est sa venue à chaque individu à la mort, est un moyen de détourner l’esprit des hommes de sa venue personnelle sur les nuées du ciel. Depuis des années, Satan dit ainsi : « Voici, il est dans les chambres secrètes » ; et beaucoup d’âmes ont été perdues en acceptant cette tromperie. {4SP 348.2}
Encore une fois, la sagesse du monde enseigne que la prière n’est pas essentielle. Les hommes de science prétendent qu’il ne peut y avoir de véritable réponse à la prière ; que ce serait une violation de la loi, un miracle, et que les miracles n’existent pas. L’univers, disent-ils, est gouverné par des lois fixes, et Dieu lui-même ne fait rien de contraire à ces lois. Ainsi, ils représentent Dieu comme lié par ses propres lois ; comme si l’opération des lois divines pouvait exclure la liberté divine. Un tel enseignement s’oppose au témoignage des Ecritures. Des miracles n’ont-ils pas été opérés par le Christ et ses apôtres ? Le même Sauveur compatissant vit aujourd’hui, et il est aussi disposé à écouter la prière de la foi que lorsqu’il marchait visiblement parmi les hommes. Le naturel coopère avec le surnaturel. Cela fait partie du plan de Dieu de nous accorder, en réponse à la prière de la foi, ce qu’il n’accorderait pas, si nous ne le demandions pas ainsi.
Innombrables sont les doctrines erronées et les idées fantaisistes qui se répandent parmi les églises de la chrétienté. Il est impossible d’estimer les mauvais résultats de la suppression d’un des repères fixés par la parole de Dieu. Peu de ceux qui s’aventurent à le faire s’arrêtent au rejet d’une seule vérité. La majorité continue à mettre de côté l’un après l’autre ses principes, jusqu’à devenir de véritables infidèles. {4SP 348.4}
Et c’est le but que Satan cherche à accomplir. Il n’y a rien qu’il désire plus que de détruire la confiance en Dieu et en sa parole. Satan se tient à la tête de la grande armée des sceptiques, et il travaille au maximum de son pouvoir pour séduire les âmes dans ses rangs. Il devient à la mode de douter. Nombreux sont ceux qui semblent penser que c’est une vertu de se tenir du côté de l’incrédulité, du scepticisme et de l’infidélité. Mais sous une apparence de franchise et d’humilité, on trouvera que ces personnes sont animées par la confiance en soi et la fierté. C’est une chose terrible de perdre la foi en Dieu ou en sa parole. L’incrédulité se renforce à mesure qu’elle est encouragée. Il y a danger à ne serait-ce qu’une fois exprimer un doute ; une semence est semée qui produit une récolte de son espèce. Satan nourrira la récolte à chaque instant. Ceux qui se permettent de parler de leurs doutes les trouveront de plus en plus confirmés. Dieu n’enlèvera jamais toutes les occasions de douter. Il ne fera jamais de miracle pour enlever l’incrédulité quand il a donné des preuves suffisantes pour la foi. {4SP 349.1}
Dieu regarde avec mécontentement ceux qui se suffisent à eux-mêmes et les incrédules, qui doutent toujours de ses promesses et se méfient de l’assurance de sa grâce. Ce sont des arbres improductifs qui étendent leurs branches sombres au loin, bloquant la lumière du soleil des autres plantes et les faisant s’affaisser et mourir sous l’ombre glaciale. L’œuvre de ces personnes apparaîtra comme un témoignage incessant contre eux. Ils sèment des graines de doute et de scepticisme qui produiront une récolte infaillible. {4SP 349.2}
Les disciples de Christ connaissent peu les complots que Satan et ses armées forment contre eux. Mais Celui qui est assis dans les cieux renversera tous ces dispositifs pour l’accomplissement de ses desseins profonds. Le Seigneur permet que son peuple soit soumis à l’épreuve ardente de la tentation, non pas parce qu’il prend plaisir à sa détresse et à son affliction, mais parce que ce processus est essentiel à sa victoire finale. Il ne pouvait pas, conformément à sa propre gloire, les protéger de la tentation ; car le but même de l’épreuve est de les préparer à résister à tous les attraits du mal. {4SP 350.1}
Satan est bien conscient que l’âme la plus faible qui demeure en Christ est plus qu’un match pour les armées des ténèbres, et que, s’il se révélait ouvertement, il serait rencontré et résisté. C’est pourquoi il cherche à éloigner les soldats de la croix de leur forte fortification, tandis qu’il se tient en embuscade avec ses forces, prêt à détruire tous ceux qui s’aventurent sur son sol. Aucun homme n’est en sécurité un jour ou une heure sans prière. Surtout devrions-nous implorer le Seigneur pour qu’il ait la sagesse de comprendre sa parole. Satan est un expert dans la citation des Écritures, plaçant sa propre interprétation sur les passages par lesquels il espère nous faire trébucher. Nous devons étudier la Bible avec humilité de cœur, sans jamais perdre de vue notre dépendance à l’égard de Dieu. Alors que nous devons constamment nous garder contre les artifices de Satan, nous devons prier continuellement avec foi : « Ne nous soumets pas à la tentation. {4SP 350.2}
Chapitre 28 . . . . . La première grande tromperie.
Avec l’histoire la plus ancienne de l’homme, Satan a commencé ses efforts pour tromper notre race. Celui qui avait incité la rébellion dans le ciel désirait amener toute la création à s’unir à lui dans sa guerre contre le gouvernement de Dieu. Son envie et sa jalousie étaient excitées en regardant la belle maison préparée pour l’heureux et saint couple, et il a immédiatement élaboré ses plans pour provoquer leur chute. S’il s’était révélé sous son vrai caractère, il aurait été immédiatement repoussé, car Adam et Eve avaient été avertis contre ce dangereux ennemi ; mais il a travaillé dans l’obscurité, cachant son but, qu’il pourrait plus efficacement accomplir son objet. {4SP 351.1}
Utilisant comme médium le serpent, alors une créature d’apparence fascinante, il s’adressa à Eve : « Dieu a-t-il dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? [Genèse 3:1.] Si Eve s’était abstenue d’entrer en discussion avec le tentateur, elle aurait été en sécurité ; mais elle se hasarda à parlementer avec lui, et fut victime de ses ruses. C’est ainsi que beaucoup sont encore vaincus. Ils doutent et discutent des exigences de Dieu, et au lieu d’obéir aux commandements divins, ils acceptent les théories humaines, qui ne font que déguiser les artifices de Satan. {4SP 351.2}
« La femme dit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin ; mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez pas, et vous n’y toucherez pas, de peur que vous ne mouriez. Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez certainement pas ; car Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. [Genèse 3: 2-5.] Eve a cédé à la tentation et, par son influence, Adam a également été trompé. Ils acceptèrent les paroles du serpent, que Dieu ne pensait pas ce qu’il disait ; ils se méfiaient de leur Créateur, et s’imaginaient qu’il restreignait leur liberté, et qu’ils pourraient obtenir une grande lumière et liberté en transgressant sa loi. {4SP 352.1}
Mais qu’est-ce qu’Adam, après son péché, a trouvé comme étant le sens des mots : « Le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement » ? A-t-il trouvé qu’ils signifiaient, comme Satan l’avait amené à le croire, qu’il devait être introduit dans un état d’existence plus exalté ? Alors, en effet, il y avait un grand bien à gagner par la transgression, et Satan s’est avéré être un bienfaiteur de la race. Mais Adam n’a pas ainsi compris la sentence divine. Dieu déclara qu’en punition de son péché, l’homme devait retourner sur le sol d’où il avait été pris : « Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. [Genèse 3:19.] Les paroles de Satan, « Tes yeux s’ouvriront », se sont révélées vraies uniquement dans ce sens : après qu’Adam et Ève eurent désobéi à Dieu, leurs yeux s’ouvrirent pour discerner leur folie ; ils connaissaient le mal, et ils goûtaient le fruit amer de la transgression. {4SP 352.2}
L’immortalité avait été promise à condition d’obéir aux exigences de Dieu. Il a été perdu par désobéissance, et Adam est devenu sujet à la mort. Il ne pouvait transmettre à sa postérité ce qu’il ne possédait pas ; et il n’y aurait eu aucun espoir pour la race déchue, si Dieu, par le sacrifice de son Fils, n’avait mis l’immortalité à leur portée. “Le salaire du péché est la mort; mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur. [Romains 6:23.] Il ne peut être obtenu d’aucune autre manière. Mais chaque homme peut entrer en possession de cette bénédiction inestimable s’il se conforme aux conditions. Tous « ceux qui, par une persévérance patiente dans le bien, recherchent la gloire, l’honneur et l’immortalité », recevront la vie éternelle. [Romains 2:7.] {4SP 352.3}
Celui qui a promis à Adam la vie dans la désobéissance était le grand trompeur. Le premier sermon jamais prêché sur l’immortalité de l’âme fut prêché par le serpent à Ève en Éden : « Vous ne mourrez certainement pas » ; et cette déclaration, reposant uniquement sur l’autorité de Satan, trouve un écho dans les chaires de la chrétienté et est reçue par la majorité de l’humanité aussi facilement qu’elle a été reçue par nos premiers parents. La phrase divine, « L’âme qui pèche, elle mourra » [Ézéchiel 18:20.] est faite pour signifier, L’âme qui pèche, elle ne mourra pas, mais vivra éternellement. On ne peut que s’étonner de l’étrange engouement qui rend les hommes si crédules à l’égard des paroles de Satan, et si incrédules à l’égard des paroles de Dieu. {4SP 353.1}
Le fruit de l’arbre de vie avait le pouvoir de perpétuer la vie. Si l’homme après sa chute avait été autorisé à accéder librement à cet arbre, il aurait vécu éternellement, et ainsi le péché aurait été immortalisé. Mais une épée flamboyante a été placée « pour garder le chemin de l’arbre de vie », et aucun membre de la famille d’Adam n’a été autorisé à franchir cette barrière et à goûter au fruit qui donne la vie. Il n’y a donc pas de pécheur immortel. {4SP 353.2}
Mais après la chute, Satan ordonna à ses anges de faire un effort particulier pour favoriser la croyance en l’immortalité naturelle de l’homme ; et quand ils eurent amené le peuple à recevoir cette erreur, ils l’amenèrent à conclure que le pécheur vivrait dans la misère éternelle. Or le prince des ténèbres, agissant par l’intermédiaire de ses agents, représente Dieu comme un tyran vindicatif, déclarant qu’il plonge dans l’enfer tous ceux qui ne lui plaisent pas, et leur fait toujours ressentir sa colère ; et que pendant qu’ils souffrent d’une angoisse inexprimable et se tordent dans les flammes éternelles, leur Créateur les regarde avec satisfaction. {4SP 354.1}
Ainsi l’archidémon revêt de ses propres attributs le Créateur et le Bienfaiteur de l’humanité. La cruauté est satanique. Dieu est amour; et tout ce qu’il a créé était pur, saint et beau, jusqu’à ce que le péché soit introduit par le premier grand rebelle. Satan lui-même est l’ennemi qui tente l’homme à pécher, puis le détruit s’il le peut ; et quand il s’est assuré de sa victime, alors il se réjouit de la ruine qu’il a forgée. S’il était autorisé, il balayerait toute la course dans son filet. Sans l’intervention de la puissance divine, pas un fils ou une fille d’Adam n’échapperait. {4SP 354.2}
Il cherche à vaincre les hommes aujourd’hui, comme il a vaincu nos premiers parents, en ébranlant leur confiance en leur Créateur et en les faisant douter de la sagesse de son gouvernement et de la justice de ses lois. Satan et ses émissaires représentent Dieu comme encore pire qu’eux-mêmes, afin d’excuser leur propre malignité et rébellion. Le grand trompeur s’efforce de déplacer son horrible cruauté de caractère sur notre Père céleste, afin qu’il puisse se faire apparaître comme quelqu’un de très lésé parce qu’il ne se soumettra pas à un gouverneur aussi injuste. Il présente au monde la liberté dont ils peuvent jouir sous sa douce domination, en contraste avec la servitude imposée par les sévères décrets de Jéhovah. Ainsi, il réussit à détourner les âmes de leur allégeance à Dieu. {4SP 354.3}
Combien répugne à toute émotion d’amour et de miséricorde, et même à notre sens de la justice, la doctrine selon laquelle les méchants morts sont tourmentés par le feu et le soufre dans un enfer éternellement brûlant, que pour les péchés d’une brève vie terrestre ils doivent souffrir torture tant que Dieu vivra. Pourtant, cette doctrine a été généralement incorporée dans les croyances de la chrétienté. Un savant docteur en théologie dit : « La vue des tourments de l’enfer exaltera à jamais le bonheur des saints. Quand ils verront d’autres qui sont de même nature et nés dans les mêmes circonstances, plongés dans une telle misère, et qu’ils sont si distingués, cela leur fera sentir combien ils sont heureux. Un autre utilise ces mots : « Tandis que le décret de réprobation s’exécute éternellement sur les vases de colère, la fumée de leur tourment montera éternellement en vue des vases de miséricorde, qui, au lieu de prendre le parti de ces misérables objets, diront : Amen, alléluia ! louez le Seigneur ! {4SP 355.1}
Où dans les pages de la Parole de Dieu ces sentiments sont-ils exprimés ? Ceux qui les présentent peuvent être des hommes savants et même honnêtes ; mais ils sont trompés par les sophismes de Satan. Il les conduit à méconnaître les expressions fortes de l’Écriture, donnant à la langue la coloration d’amertume et de malignité qui appartient à lui-même, mais pas à notre Créateur. {4SP 355.2}
Que gagnerait Dieu si nous admettions qu’il se plaît à assister à des tortures incessantes ; qu’il se régale des gémissements, des cris et des imprécations des créatures souffrantes qu’il tient dans les flammes de l’enfer ? Ces sons horribles peuvent-ils être de la musique à l’oreille d’Infinite Love ? On insiste sur le fait que le fait d’infliger une misère sans fin aux méchants montrerait la haine de Dieu pour le péché comme un mal ruineux pour la paix et l’ordre de l’univers. Oh, affreux blasphème ! Comme si la haine de Dieu pour le péché était la raison pour laquelle il perpétue le péché. Car, selon la théologie reçue, la torture continue sans espoir de miséricorde affole ses misérables victimes, et tandis qu’elles déversent leur rage en malédictions et en blasphèmes, elles augmentent sans cesse leur charge de culpabilité. La gloire de Dieu n’est pas rehaussée en perpétuant ainsi un péché sans cesse croissant à travers les âges incessants.
Il est au-delà du pouvoir de l’esprit humain d’estimer le mal qui a été provoqué par l’hérésie du tourment éternel. La religion de la Bible, pleine d’amour et de bonté, et pleine de compassion, est obscurcie par la superstition et revêtue de terreur. Quand nous considérons sous quelles fausses couleurs Satan a peint le caractère de Dieu, pouvons-nous nous demander si notre Créateur miséricordieux est craint, redouté et même haï ? Les vues épouvantables de Dieu qui se sont répandues dans le monde à partir des enseignements de la chaire ont fait des milliers, voire des millions, de sceptiques et d’infidèles. {4SP 356.2}
La théorie des tourments éternels est une des fausses doctrines qui constituent le vin des abominations de Babylone, dont elle fait boire toutes les nations. Que des ministres du Christ aient accepté cette hérésie et l’aient proclamée du bureau sacré, est en effet un mystère. Ils l’ont reçu de Rome, comme ils ont reçu le faux sabbat. Il est vrai qu’elle a été enseignée par de grands et bons hommes ; mais la lumière sur ce sujet ne leur était pas venue comme elle nous est venue. Ils n’étaient responsables que de la lumière qui brillait en leur temps ; nous sommes responsables de ce qui brille à notre époque. Si nous nous détournons du témoignage de la parole de Dieu et acceptons de fausses doctrines parce que nos pères les ont enseignées, nous tombons sous la condamnation prononcée sur Babylone ; nous buvons du vin de ses abominations. {4SP 357.1}
Une classe nombreuse pour qui la doctrine des tourments éternels est révoltante est poussée à l’erreur contraire. Ils voient que les Ecritures représentent Dieu comme un être d’amour et de compassion, et ils ne peuvent pas croire qu’il livrera ses créatures aux feux d’un enfer éternel. Mais, considérant que l’âme est naturellement immortelle, ils ne voient pas d’autre alternative que de conclure que toute l’humanité sera finalement sauvée. Beaucoup considèrent les menaces de la Bible comme conçues simplement pour effrayer les hommes dans l’obéissance, et non pour être littéralement accomplies. Ainsi, le pécheur peut vivre dans un plaisir égoïste, sans tenir compte des exigences de Dieu, et pourtant s’attendre à être finalement reçu en sa faveur. Une telle doctrine, présumant de la miséricorde de Dieu, mais ignorant sa justice, plaît au cœur charnel et enhardit les méchants dans leur iniquité. {4SP 357.2}
Pour montrer comment les croyants au salut universel arrachent les Écritures pour soutenir leurs dogmes destructeurs d’âmes, il suffit de citer leurs propres déclarations. Lors des funérailles d’un jeune homme irréligieux, qui fut tué sur le coup par un accident, un pasteur universaliste choisit comme texte la déclaration biblique concernant David : « Il fut consolé au sujet d’Amnon, voyant qu’il était mort. [2 Samuel 13:39.] {4SP 357.3}
« On me demande souvent, dit l’orateur, quel sera le sort de ceux qui quittent le monde dans le péché, meurent, peut-être, en état d’ébriété, meurent avec les taches écarlates du crime non lavées de leurs robes, ou meurent car ce jeune homme est mort, n’ayant jamais fait de profession ni vécu d’expérience religieuse. Nous nous contentons des Ecritures ; leur réponse résoudra le terrible problème. Amnon était extrêmement pécheur ; il était impénitent, il a été rendu ivre, et alors qu’il était ivre a été tué. David était un prophète de Dieu; il devait savoir s’il serait bien ou mal pour Amnon dans le monde à venir. Quelles étaient les expressions de son cœur ? – « L’âme du roi David avait envie d’aller vers Absalom ; car il était consolé au sujet d’Amnon, voyant qu’il était mort. {4SP 358.1}
« Et quelle est l’inférence à déduire de ce langage ? N’est-ce pas que des souffrances sans fin ne faisaient pas partie de sa croyance religieuse ? – Ainsi, nous concevons ; et nous découvrons ici un argument triomphal à l’appui de l’hypothèse plus agréable, plus éclairée, plus bienveillante de la pureté et de la paix universelles ultimes. Il était réconforté de voir que son fils était mort. Et pourquoi donc ? – Parce que par l’œil de la prophétie, il pouvait regarder vers l’avenir glorieux, et voir ce fils éloigné de toutes les tentations, libéré de l’esclavage et purifié des corruptions du péché, et après avoir été rendu suffisamment saint et éclairé , admis à l’assemblée des esprits ascensionnés et réjouissants. Sa seule consolation était qu’en étant retiré de l’état actuel de péché et de souffrance, son fils bien-aimé était allé là où les souffles les plus élevés du Saint-Esprit seraient répandus sur son âme obscurcie ; où son esprit serait ouvert à la sagesse du Ciel et aux doux ravissements de l’amour immortel, et ainsi préparé avec une nature sanctifiée à jouir du repos et de la société de l’héritage céleste. {4SP 358.2}
« Dans ces pensées, nous serions censés croire que le salut du Ciel ne dépend de rien de ce que nous pouvons faire dans cette vie ; ni sur un changement de cœur actuel, ni sur une croyance actuelle, ou une profession religieuse actuelle. {4SP 359.1}
C’est ainsi que le prétendu ministre du Christ réitère le mensonge proféré par le serpent en Éden : « Vous ne mourrez certainement pas. “Le jour où vous en mangerez, alors vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux.” Le plus vil des pécheurs, le meurtrier, le voleur et l’adultère, sera après la mort préparé à entrer dans la béatitude immortelle. {4SP 359.2}
Et de quoi ce pervertisseur des Écritures tire-t-il ses conclusions ? – D’une seule phrase exprimant la soumission de David à la dispensation de la Providence. Son âme « aspirait à aller vers Absalom ; car il était consolé au sujet d’Amnon, voyant qu’il était mort. L’intensité de son chagrin s’étant adoucie avec le temps, sa pensée se tourna du mort vers le fils vivant, banni par lui-même par crainte du juste châtiment de son crime. Et c’est la preuve qu’Amnon, incestueux et ivre, a été à la mort immédiatement transporté dans les demeures de la béatitude, pour y être purifié et préparé pour la compagnie d’anges sans péché ! Une fable agréable en effet, bien propre à satisfaire le cœur charnel ! C’est la propre doctrine de Satan, et elle fait son travail efficacement. Faut-il s’étonner qu’avec une telle instruction, la méchanceté abonde ? N’est-il pas nécessaire de lutter avec ferveur pour la foi une fois transmise aux saints ? {4SP 359.3}
Le cours suivi par ce seul faux enseignant illustre celui de beaucoup d’autres. Quelques mots de l’Écriture sont séparés du contexte, ce qui, dans de nombreux cas, montrerait que son sens est exactement opposé à l’interprétation qui lui est donnée ; et de tels passages incohérents sont pervertis et utilisés pour prouver des doctrines qui n’ont aucun fondement dans la parole de Dieu. Le témoignage cité comme preuve que l’Amnon ivre est au Ciel, est une simple inférence, directement contredite par la déclaration claire et positive des Écritures, qu’aucun ivrogne n’héritera du royaume de Dieu. C’est ainsi que les sceptiques, les incrédules et les sceptiques transforment la vérité en mensonge. Et des multitudes ont été trompées par leurs sophismes et endormies dans le berceau de la sécurité charnelle. {4SP 360.1}
Si les âmes de tous les hommes passent directement au Ciel à l’heure de la dissolution, alors nous pouvons bien convoiter la mort plutôt que la vie. Beaucoup ont été amenés par cette croyance à mettre fin à leur existence. Lorsqu’il est submergé par les ennuis, la perplexité et la déception, il semble facile de rompre le fil fragile de la vie et de s’envoler vers la béatitude du monde éternel. {4SP 360.2}
Dieu a donné dans sa parole des preuves abondantes qu’il punira les transgresseurs de sa loi. Soyez témoin de la visitation de ses jugements sur les anges qui n’ont pas gardé leur premier état, sur les habitants du monde antédiluvien, sur le peuple de Sodome, sur Israël incrédule. Leur histoire est enregistrée pour notre avertissement. {4SP 360.3}
Considérons ce que la Bible enseigne plus loin concernant les impies et les impénitents, que l’Universaliste place au Ciel comme des anges saints et heureux. {4SP 361.1}
“Je suis l’Alpha et l’Oméga, le début et la fin. Je donnerai gratuitement à celui qui a soif de la source de l’eau de la vie. Cette promesse est seulement pour ceux qui ont soif. Seuls ceux qui ressentent leur besoin de l’eau de la vie et la recherchent au détriment de toutes les autres choses seront satisfaits. « Celui qui vaincra héritera de toutes choses ; et je serai son Dieu, et il sera mon fils. [Apocalypse 21:6, 7.] Ici aussi, les conditions sont spécifiées. Pour hériter de toutes choses, nous devons résister et vaincre le péché. {4SP 361.2}
“Aucun fornicateur, ni personne impure, ni homme cupide, qui est un idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.” [Éphésiens 5:5, RÉV. VER.] “Recherchez la paix avec tous et la sainteté, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.” [Hébreux 12:14.] « Heureux ceux qui mettent en pratique ses commandements, afin qu’ils aient droit à l’arbre de vie et qu’ils puissent entrer par les portes dans la ville. Car dehors sont les chiens, et les enchanteurs, et les impudiques, et les meurtriers, et les idolâtres, et quiconque aime et fait le mensonge. [Apocalypse 22:14, 15.] {4SP 361.3}
Dieu a donné aux hommes une déclaration de son caractère : « Le Seigneur Dieu, miséricordieux et miséricordieux, longanime et abondant en bonté et en vérité, gardant miséricorde pour des milliers, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché, et cela ne sera nullement clair. le coupable ». [Exode 34:6, 7.] Le pouvoir et l’autorité du gouvernement divin seront employés pour réprimer la rébellion ; pourtant toutes les manifestations de la justice rétributive seront parfaitement compatibles avec le caractère de Dieu en tant qu’être miséricordieux, longanime et bienveillant. {4SP 361.4}
Dieu ne force la volonté ou le jugement de personne. Il ne prend aucun plaisir à une obéissance servile. Il désire que les créatures de ses mains l’aiment parce qu’il est digne d’amour. Il voudrait qu’ils lui obéissent parce qu’ils ont une appréciation intelligente de sa sagesse, de sa justice et de sa bienveillance. Et tous ceux qui ont une juste conception de ces qualités l’aimeront parce qu’ils sont attirés vers lui par l’admiration de ses attributs. {4SP 362.1}
Les principes de bonté, de miséricorde et d’amour enseignés et illustrés par notre Sauveur sont une copie de la volonté et du caractère de Dieu. Le Christ a déclaré qu’il n’enseignait rien d’autre que ce qu’il avait reçu de son Père. Les principes du gouvernement divin sont en parfaite harmonie avec le précepte du Sauveur : « Aimez vos ennemis ». Dieu exécute la justice sur les méchants, pour le bien de l’univers, et même de ceux sur lesquels ses jugements sont visités. Il les rendrait heureux s’il pouvait le faire conformément aux lois de son gouvernement et à la justice de son caractère. Il les entoure des signes de son amour, il leur accorde la connaissance de sa loi, et les suit des offres de sa miséricorde ; mais ils méprisent son amour, annulent sa loi et rejettent sa miséricorde. Tout en recevant constamment ses dons, ils déshonorent le Donateur ; ils haïssent Dieu parce qu’ils savent qu’il abhorre leurs péchés. Le Seigneur endure longtemps leur perversité ; mais l’heure décisive viendra enfin, où leur sort se décidera. Va-t-il alors enchaîner ces rebelles à ses côtés ? Va-t-il les forcer à faire sa volonté ? {4SP 362.2}
Ceux qui ont choisi Satan comme chef, et qui ont été contrôlés par son pouvoir, ne sont pas préparés à entrer dans la présence de Dieu. L’orgueil, la tromperie, le libertinage, la cruauté se sont fixés dans leurs caractères. Peuvent-ils entrer au Ciel pour demeurer éternellement avec ceux qu’ils méprisaient et haïssaient sur la terre ? La vérité ne sera jamais agréable à un menteur ; la douceur ne satisfera pas l’estime de soi et l’orgueil; la pureté n’est pas acceptable pour les corrompus ; l’amour désintéressé ne semble pas attrayant pour les égoïstes. Le destin des méchants est fixé par leur propre choix. Leur exclusion du Ciel est volontaire ; c’est juste. {4SP 363.1}
Comme les eaux du déluge, les feux du grand jour proclament le verdict de Dieu selon lequel les méchants sont incurables. Ils n’ont aucune disposition à se soumettre à l’autorité divine. Leur volonté s’est exercée dans la révolte ; et quand la vie est finie, il est trop tard pour tourner le courant de leurs pensées dans la direction opposée, trop tard pour passer de la transgression à l’obéissance, de la haine à l’amour. {4SP 363.2}
Par pitié pour le monde, Dieu a effacé ses méchants habitants au temps de Noé. Par miséricorde, il a détruit les habitants corrompus de Sodome. Par le pouvoir trompeur de Satan, les ouvriers de l’iniquité obtiennent sympathie et admiration, et conduisent ainsi constamment les autres à la rébellion. Il en était ainsi du temps de Noé et du temps d’Abraham et de Lot ; il en est ainsi à notre époque. C’est dans la miséricorde de l’univers que Dieu détruira finalement ceux qui rejettent sa grâce. {4SP 363.3}
Mais la doctrine du tourment sans fin n’a aucune sanction dans la Bible. Jean dans l’Apocalypse, décrivant la joie et la gloire futures des rachetés, déclare qu’il a entendu toutes les voix dans le ciel et sur la terre, et sous la terre, attribuant des louanges à Dieu. Il n’y aura pas d’êtres perdus en enfer pour mêler leurs cris aux chants des sauvés. {4SP 364.1}
“Le salaire du péché est la mort; mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur. [Romains 6:23.] Alors que la vie est l’héritage des justes, la mort est le partage des méchants. La peine menacée n’est pas simplement la mort temporelle, car tous doivent la subir. C’est la seconde mort, le contraire de la vie éternelle. Dieu ne peut pas sauver le pécheur dans ses péchés ; mais il déclare que les méchants, ayant subi le châtiment de leur culpabilité, seront comme s’ils n’avaient pas été. Un écrivain inspiré dit : « Tu considéreras assidûment sa place, et elle ne sera pas. [Psaume 37:10.] En conséquence du péché d’Adam, la mort passa sur toute l’humanité. Tous pareillement descendent dans la tombe. Mais grâce aux dispositions du plan de salut, tous doivent sortir de leurs tombes. Alors ceux qui n’ont pas obtenu le pardon de leurs péchés doivent recevoir le châtiment de la transgression. Ils subissent des châtiments variant en durée et en intensité selon leurs œuvres, mais se terminant finalement par la seconde mort. Couverts d’infamie, ils sombrent dans un oubli sans espoir et éternel. {4SP 364.2}
Sur l’erreur fondamentale de l’immortalité naturelle repose la doctrine de la conscience dans la mort, doctrine, comme le tourment éternel, opposée aux enseignements des Écritures, aux préceptes de la raison et à nos sentiments d’humanité. Selon la croyance populaire, les rachetés du Ciel connaissent tout ce qui se passe sur la terre, et surtout la vie des amis qu’ils ont laissés derrière eux. Mais comment cela pourrait-il être une source de bonheur pour les morts de connaître les ennuis des vivants, d’être témoins des péchés commis par leurs propres proches et de les voir endurer toutes les peines, déceptions et angoisses de la vie ? Quelle part de la béatitude céleste profiterait à ceux qui planaient au-dessus de leurs amis sur terre ? Et combien révoltante est la croyance que dès que le souffle quitte le corps, l’âme de l’impénitent est livrée aux flammes de l’enfer ! À quelles profondeurs d’angoisse doivent être plongés ceux qui voient leurs amis passer au tombeau sans préparation, pour entrer dans une éternité de malheur et de péché ! Beaucoup ont été conduits à la folie par cette pensée déchirante. {4SP 364.3}
Que disent les Écritures concernant ces choses ? David déclare que l’homme n’est pas conscient dans la mort. « Son souffle sort, il retourne sur sa terre ; en ce jour même ses pensées périssent. [Psaume 146:4.] Salomon rend le même témoignage : “ Les vivants savent qu’ils mourront ; mais les morts ne savent rien. « Leur amour, et leur haine, et leur envie, sont maintenant péris ; ils n’ont plus de part pour toujours dans tout ce qui se fait sous le soleil. “Il n’y a ni travail, ni artifice, ni connaissance, ni sagesse, dans la tombe, où tu vas.” [Ecclésiaste 9: 5, 6, 10.] {4SP 365.1}
Lorsque, en réponse à sa prière, la vie d’Ézéchias fut prolongée de quinze ans, le roi reconnaissant rendit à Dieu un hommage de louange pour sa grande miséricorde. Dans cette chanson, il dit la raison pour laquelle il se réjouit ainsi : « La tombe ne peut pas te louer ; la mort ne peut te célébrer ; ceux qui descendent dans la fosse ne peuvent espérer ta vérité. Le vivant, le vivant, il te louera, comme je le fais aujourd’hui. Le père aux enfants fera connaître ta vérité. [Ésaïe 38:18, 19.] La théologie populaire représente les justes morts comme au Ciel, entrés dans la béatitude, et louant Dieu avec une langue immortelle ; mais Ézéchias ne pouvait voir aucune perspective aussi glorieuse dans la mort. A ses paroles s’accorde le témoignage du psalmiste : « Dans la mort, il n’y a aucun souvenir de toi ; dans la tombe, qui te rendra grâce ? « Les morts ne louent pas le Seigneur, ni aucun de ceux qui se taisent. ” [Psaume 6:5; 115:17.] {4SP 365.2}
Pierre, parlant par le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte, a dit : « Hommes et frères, permettez-moi de vous parler librement du patriarche David, qu’il est à la fois mort et enterré, et que son sépulcre est avec nous jusqu’à ce jour. “Car David n’est pas monté aux cieux.” [Actes 2:29, 34.] Le fait que David reste dans la tombe jusqu’à la résurrection prouve que les justes ne vont pas au ciel à la mort. Ce n’est que par la résurrection, et en vertu du fait que le Christ est ressuscité, que David peut enfin s’asseoir à la droite de Dieu. {4SP 366.1}
Paul déclare : « Si les morts ne ressuscitent pas, Christ n’est donc pas ressuscité. Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine ; vous êtes encore dans vos péchés. Alors aussi ceux qui se sont endormis en Christ sont péris. [1 Corinthiens 15:16-18.] Si pendant quatre mille ans les justes étaient allés directement au ciel à la mort, comment pourrait-on dire qu’ils périssent, même s’il ne devrait jamais y avoir de résurrection ? {4SP 366.2}
Alors qu’il était sur le point de quitter ses disciples, Jésus ne leur dit pas qu’ils viendraient bientôt à lui. « Je vais vous préparer une place », dit-il. “Et si je m’en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai et je vous recevrai auprès de moi.” [Jean 14:2, 3.] Et Paul nous dit, plus loin, que « le Seigneur lui-même descendra du ciel avec un cri de voix, avec la voix de l’archange, et avec la trompette de Dieu ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Alors nous qui sommes vivants et qui restons, nous serons enlevés avec eux dans les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs ; et ainsi serons-nous toujours avec le Seigneur. Et il ajoute : « Consolez-vous les uns les autres avec ces paroles. [1 Thessaloniciens 4:16-18.] Quel contraste entre ces paroles de réconfort et celles du ministre cité précédemment. Ce dernier a consolé les amis endeuillés avec l’assurance que, si pécheur qu’ait pu être le mort, il fut reçu parmi les anges dès qu’il expira sa vie ici. Paul indique à ses frères la venue future du Seigneur, lorsque les chaînes du tombeau seront brisées et que les « morts en Christ » seront ressuscités pour la vie éternelle. {4SP 367.1}
Avant que quelqu’un puisse entrer dans les demeures des bienheureux, son cas doit être étudié, et son caractère et ses actes doivent passer en revue devant Dieu. Tous doivent être jugés selon les choses écrites dans les livres, et être récompensés comme l’ont été leurs œuvres. Ce jugement n’a pas lieu à la mort. Notez les paroles de Paul : « Il a fixé un jour où il jugera le monde avec justice par l’homme qu’il a établi ; dont il a donné l’assurance à tous les hommes, en ce qu’il l’a ressuscité des morts. [Actes 17:31.] Ici, l’apôtre a clairement déclaré qu’un temps spécifié, alors futur, avait été fixé pour le jugement du monde. {4SP 367.2}
Jude se réfère à la même période : « Les anges qui n’ont pas gardé leur premier état, mais qui ont quitté leur propre habitation, il les a réservés dans des chaînes éternelles sous les ténèbres jusqu’au jugement du grand jour. Et encore une fois, il cite les paroles d’Enoch : “Voici, le Seigneur vient avec dix mille de ses saints, pour exécuter le jugement sur tous.” [Jude 6, 14, 15.] Jean déclare qu’il “a vu les morts, petits et grands, se tenir devant Dieu, et les livres ont été ouverts”; “et les morts furent jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les livres.” [Apocalypse 20:12.] {4SP 368.1}
Mais si les morts jouissent déjà de la béatitude du ciel ou se tordent dans les flammes de l’enfer, à quoi bon un futur jugement ? Les enseignements de la parole de Dieu sur ces points importants ne sont ni obscurs ni contradictoires ; ils peuvent être compris par des esprits communs. Mais quel esprit candide peut voir soit la sagesse soit la justice dans la théorie actuelle ? Les justes, après l’examen de leur cas au Jugement, recevront-ils la recommandation : “C’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton Seigneur”, alors qu’ils ont habité en sa présence, peut-être pendant de longs siècles ? Les méchants sont-ils appelés du lieu des tourments pour recevoir la sentence du Juge de toute la terre : « Allez, maudits, au feu éternel » ? Ô moquerie solennelle ! impeachment honteux de la sagesse et de la justice de Dieu ! {4SP 368.2}
Nulle part dans les Saintes Écritures se trouve la déclaration selon laquelle les justes vont à leur récompense ou les méchants à leur châtiment à mort. Les patriarches et les prophètes n’ont pas laissé une telle assurance. Le Christ et ses apôtres n’en ont donné aucune allusion. La Bible enseigne clairement que les morts ne vont pas immédiatement au Ciel. Ils sont représentés endormis jusqu’à la résurrection. Le jour même où la corde d’argent est déliée et la coupe d’or brisée, les pensées de l’homme périssent. Ceux qui descendent au tombeau sont en silence. Ils ne savent plus rien de ce qui se fait sous le soleil. Repos béni pour les justes fatigués ! Le temps, qu’il soit long ou court, n’est qu’un instant pour eux. Ils dorment, ils sont réveillés par la trompette de Dieu à une glorieuse immortalité. Lorsqu’ils sont sortis de leur profond sommeil, ils commencent à penser exactement là où ils se sont arrêtés. La dernière sensation était l’agonie de la mort, la dernière pensée qu’ils tombaient sous le pouvoir de la tombe. Lorsqu’ils sortiront du tombeau, leur première pensée heureuse trouvera un écho dans le cri triomphal : « Ô mort, où est ton aiguillon ? O tombe, où est ta victoire?” {4SP 369.1}
Chapitre 29 . . . . . Spiritualisme.
La doctrine de l’immortalité naturelle a préparé la voie au spiritisme moderne. Si les morts sont admis en la présence de Dieu et des saints anges, et privilégiés d’une connaissance bien supérieure à ce qu’ils possédaient auparavant, pourquoi ne retourneraient-ils pas sur la terre pour éclairer et instruire les vivants ? Comment ceux qui croient en la conscience de l’homme dans la mort peuvent-ils rejeter ce qui leur vient comme lumière divine communiquée par des esprits glorifiés ? Voici un canal considéré comme sacré, par lequel Satan travaille pour l’accomplissement de ses desseins. Les anges déchus qui obéissent à ses ordres apparaissent comme des messagers du monde des esprits. Tout en prétendant mettre les vivants en communication avec les morts, Satan exerce son influence envoûtante sur leurs esprits. {4SP 370.1}
Il a même le pouvoir de faire apparaître devant les hommes l’apparition de leurs amis défunts. La contrefaçon est parfaite ; le regard familier, les mots, le ton, sont reproduits avec une netteté merveilleuse. Beaucoup sont réconfortés par l’assurance que leurs proches jouissent de la béatitude du Ciel ; et sans soupçon de danger, ils prêtent l’oreille aux esprits séducteurs et aux doctrines des démons. {4SP 370.2}
Lorsqu’ils ont été amenés à croire que les morts reviennent réellement pour communiquer avec eux, Satan fait apparaître ceux qui sont entrés dans la tombe sans préparation. Ils prétendent être heureux au Ciel, et même y occuper des positions élevées ; et ainsi l’erreur est largement enseignée, qu’aucune différence n’est faite entre les justes et les méchants. Les prétendus visiteurs du monde des esprits émettent parfois des mises en garde et des avertissements qui s’avèrent justes. Puis, à mesure que la confiance est acquise, ils présentent des doctrines qui sapent directement la foi dans les Écritures. Avec une apparence de profond intérêt pour le bien-être de leurs amis sur terre, ils insinuent les erreurs les plus dangereuses. Le fait qu’ils énoncent certaines vérités, et qu’ils soient parfois capables de prédire des événements futurs, donne à leurs affirmations une apparence de fiabilité ; et leurs faux enseignements sont acceptés par les multitudes aussi facilement et crus aussi implicitement que s’ils étaient les vérités les plus sacrées de la Bible. La loi de Dieu est rejetée, l’Esprit de grâce méprisé, le sang de l’alliance compté comme une chose impie. Les esprits nient la divinité du Christ et mettent même le Créateur au niveau d’eux-mêmes. Ainsi, sous un nouveau déguisement, le grand rebelle poursuit encore sa guerre contre Dieu, commencée au ciel, et poursuivie pendant près de six mille ans sur la terre. {4SP 370.3} Ainsi, sous un nouveau déguisement, le grand rebelle poursuit encore sa guerre contre Dieu, commencée au ciel, et poursuivie pendant près de six mille ans sur la terre. {4SP 370.3} Ainsi, sous un nouveau déguisement, le grand rebelle poursuit encore sa guerre contre Dieu, commencée au ciel, et poursuivie pendant près de six mille ans sur la terre. {4SP 370.3}
Beaucoup s’efforcent d’expliquer les manifestations spirituelles en les attribuant entièrement à la fraude et au tour de passe-passe de la part du médium. Mais s’il est vrai que les résultats de la ruse ont souvent été présentés comme de véritables manifestations, il y a eu aussi des démonstrations marquées de pouvoir surnaturel. Le frappement mystérieux avec lequel le spiritisme moderne a commencé n’était pas le résultat de la ruse ou de la ruse humaine, mais le travail direct d’anges maléfiques, qui ont ainsi introduit l’une des illusions destructrices d’âme les plus réussies. Beaucoup seront piégés par la croyance que le spiritisme est une imposture purement humaine ; mis en présence de manifestations qu’ils ne peuvent que considérer comme surnaturelles, ils seront trompés et seront amenés à les accepter comme la grande puissance de Dieu. {4SP 371.1}
Ces personnes négligent le témoignage des Ecritures concernant les prodiges opérés par Satan et ses agents. C’est grâce à l’aide satanique que les magiciens de Pharaon ont pu contrefaire l’œuvre de Dieu. L’apôtre Jean, décrivant la puissance miraculeuse qui se manifestera dans les derniers jours, déclare : « Il fait de grands prodiges, de sorte qu’il fait descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes, et trompe les habitants. sur la terre par le moyen de ces miracles qu’il avait le pouvoir de faire. [Révélation 13:13, 14.] Ici, aucune simple imposture n’est mise en évidence. Les hommes sont trompés par les miracles que les agents de Satan ont le pouvoir de faire, et non ceux qu’ils prétendent faire. {4SP 372.1}
Le nom même de sorcellerie est désormais méprisé. L’affirmation selon laquelle les hommes peuvent avoir des relations sexuelles avec des esprits maléfiques est considérée comme une fable de l’âge des ténèbres. Mais le spiritisme, qui compte ses convertis par centaines de milliers, oui, par millions, qui s’est frayé un chemin dans les cercles scientifiques, qui a envahi les églises et a trouvé grâce dans les corps législatifs et même dans les cours des rois – cette tromperie gigantesque n’est qu’une renaissance sous un nouveau déguisement de la sorcellerie condamnée et interdite d’autrefois. {4SP 372.2}
Satan séduit les hommes maintenant, comme il séduisit Ève en Éden, en excitant le désir d’obtenir une connaissance interdite. « Vous serez comme des dieux », déclare-t-il, « connaissant le bien et le mal ». Mais la sagesse que le spiritisme donne est celle décrite par l’apôtre Jacques, qui “ne descend pas d’en haut, mais est terrestre, sensuelle, diabolique”. [Jacques 3:15.] {4SP 373.1}
Le prince des ténèbres a un esprit magistral et il adapte habilement ses tentations aux hommes de toutes les conditions et de toutes les cultures. Il travaille « avec toute la tromperie de l’injustice » pour prendre le contrôle des enfants des hommes ; mais il ne peut accomplir son but que s’ils cèdent volontairement à ses tentations. Ceux qui se placent en son pouvoir en s’adonnant à leurs mauvais traits de caractère, ne se rendent pas compte où leur course s’arrêtera. Le tentateur accomplit leur ruine, puis les emploie à ruiner les autres. {4SP 373.2}
A ceux qui se considèrent comme instruits et raffinés, Satan s’adresse en excitant l’imagination à des envolées élevées dans des domaines interdits, les amenant à être si fiers de leur sagesse supérieure qu’ils méprisent dans leur cœur l’Éternel. A cette classe, le grand trompeur présente le spiritisme dans ses aspects les plus raffinés et intellectuels, et il réussit ainsi à en attirer beaucoup dans son piège. Celui qui a pu apparaître revêtu de l’éclat des séraphins célestes devant le Christ dans le désert de la tentation, vient aux hommes de la manière la plus attrayante, comme un ange de lumière. Il fait appel à la raison par la présentation de thèmes édifiants, il ravit l’imagination avec des scènes ravissantes et il enrôle les affections par ses représentations éloquentes de l’amour et de la charité. Cet être puissant qui pourrait emmener le Rédempteur du monde sur une montagne extrêmement haute, et amener devant lui tous les royaumes de la terre et leur gloire, présentera ses tentations aux hommes de manière à pervertir les sens de tous ceux qui ne sont pas protégés. par la puissance divine. {4SP 373.3}
A l’auto-indulgent, à l’amateur de plaisir, au sensuel, les formes les plus grossières du spiritisme sont adaptées ; et des multitudes acceptent avec empressement des enseignements qui les laissent libres de suivre les inclinations du cœur charnel. Satan étudie chaque indice de la fragilité de la nature humaine, il marque les péchés que chaque individu est enclin à commettre, puis il veille à ce que les occasions ne manquent pas pour satisfaire la tendance au mal. Il tente les hommes à l’excès dans ce qui est en soi licite, les obligeant par l’intempérance à affaiblir leur puissance physique, mentale et morale. Il a détruit et détruit des milliers par l’indulgence des passions, brutalisant ainsi la nature entière de l’homme. Quand le peuple est amené à croire que le désir est la loi la plus élevée, que la liberté est la licence, et que l’homme n’est comptable qu’à lui-même, qui peut s’étonner que la corruption et la dépravation pullulent de toutes parts ? Les rênes de la maîtrise de soi sont posées sur le cou de la luxure, les pouvoirs de l’esprit et de l’âme sont soumis aux propensions animales, et Satan emporte avec jubilation dans ses filets des milliers de personnes qui professent être des disciples de Christ. {4SP 374.1}
Mais personne ne doit être trompé par les affirmations mensongères du spiritisme. Dieu a donné au monde suffisamment de lumière pour lui permettre de découvrir le piège. S’il n’y avait pas d’autre preuve, il suffirait au chrétien que les esprits ne fassent aucune différence entre la justice et le péché, entre le plus noble et le plus pur des apôtres de Christ et le plus corrompu des serviteurs de Satan. En représentant les hommes les plus vils comme au Ciel, et hautement exaltés là-bas, Satan déclare virtuellement au monde, Peu importe à quel point vous êtes méchants ; peu importe si vous croyez ou ne croyez pas Dieu et la Bible. Vivez comme bon vous semble; Le ciel est votre maison. {4SP 374.2}
De plus, les apôtres, personnifiés par ces esprits menteurs, sont amenés à contredire ce qu’ils ont écrit sous la dictée du Saint-Esprit lorsqu’ils étaient sur terre. Ils nient l’origine divine de la Bible et arrachent ainsi le fondement de l’espérance chrétienne et éteignent la lumière qui révèle le chemin du Ciel. {4SP 375.1}
Satan fait croire au monde que la Bible n’est qu’une fiction, ou du moins un livre adapté à l’enfance de la race, mais qu’il faut maintenant considérer avec légèreté ou rejeter comme obsolète. Et pour prendre la place de la parole de Dieu, il propose des manifestations spirituelles. Voici un canal entièrement sous son contrôle ; par ce moyen, il peut faire croire au monde ce qu’il veut. Le livre qui doit le juger, lui et ses disciples, il le met dans l’ombre, là où il le veut ; le Sauveur du monde qu’il fait n’être qu’un homme ordinaire. Et comme la garde romaine qui surveillait le tombeau de Jésus répandait le rapport mensonger que les prêtres et les anciens mettaient dans leur bouche pour réfuter sa résurrection, de même les croyants dans les manifestations spirituelles essaient de faire croire qu’il n’y a rien de miraculeux dans les circonstances de la vie de notre Sauveur. Après avoir ainsi cherché à mettre Jésus au second plan, ils attirent l’attention sur leurs propres miracles, déclarant que ceux-ci dépassent de loin les œuvres du Christ. {4SP 375.2}
Le prophète Isaïe dit : « Quand ils vous diront : Cherchez ceux qui ont des esprits familiers, et les sorciers qui guettent et qui murmurent : un peuple ne devrait-il pas chercher son Dieu ? pour les vivants aux morts? A la loi et au témoignage. S’ils ne parlent pas selon cette parole, c’est qu’il n’y a pas de lumière en eux. [Ésaïe 8:19, 20.] Si les hommes avaient été disposés à recevoir la vérité si clairement énoncée dans les Écritures, que les morts ne savent rien, ils verraient dans les revendications et les manifestations du spiritisme l’action de Satan avec puissance et signes. et des merveilles mensongères. Mais plutôt que de céder la liberté si agréable au cœur charnel et de renoncer aux péchés qu’ils aiment, les multitudes ferment les yeux à la lumière et marchent droit, sans tenir compte des avertissements, tandis que Satan tisse ses pièges autour d’eux, et ils deviennent sa proie. “Parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité, afin d’être sauvés”, donc “Dieu leur enverra une puissante illusion, afin qu’ils croient au mensonge”. [2 Thessaloniciens 2:10, 11.] {4SP 376.1}
Ceux qui s’opposent aux enseignements du spiritisme attaquent non seulement les hommes, mais Satan et ses anges. Ils se sont lancés dans une lutte contre les principautés, les puissances et les esprits méchants en haut lieu. Satan ne cédera pas un pouce de terrain sauf s’il est repoussé par le pouvoir des messagers célestes. Le peuple de Dieu devrait pouvoir le rencontrer, comme l’a fait notre Sauveur, avec les mots : « Il est écrit ». Satan peut citer l’Écriture maintenant comme au temps de Christ, et il pervertira ses enseignements pour entretenir ses illusions. Mais les déclarations claires de la Bible fourniront des armes puissantes dans chaque conflit. {4SP 376.2}
Ceux qui voudraient se tenir debout en ce temps de péril doivent comprendre le témoignage des Écritures concernant la nature de l’homme et l’état des morts ; car dans un avenir proche, beaucoup seront confrontés aux esprits des démons personnifiant des parents ou des amis bien-aimés, et déclarant les hérésies les plus dangereuses. Ces visiteurs feront appel à nos plus tendres sympathies et feront des miracles pour soutenir leurs prétentions. Nous devons être prêts à leur résister avec la vérité biblique que les morts ne savent rien, et que ceux qui apparaissent ainsi sont les esprits des démons. {4SP 377.1}
Juste devant nous est “l’heure de la tentation, qui viendra sur tout le monde, pour éprouver les habitants de la terre”. [Apocalypse 3:10.] Tous ceux dont la foi n’est pas fermement établie sur la parole de Dieu seront trompés et vaincus. Mais pour ceux qui recherchent sincèrement la connaissance de la vérité, faisant ainsi ce qu’ils peuvent pour se préparer au conflit, le Dieu de vérité sera une défense sûre. « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, je te garderai aussi », telle est la promesse du Sauveur. Il préférerait envoyer tous les anges du ciel pour protéger son peuple, plutôt que de laisser une âme qui a confiance en lui être vaincue par Satan. {4SP 377.2}
Le prophète Isaïe met en évidence la terrible tromperie qui s’abattra sur les méchants, les amenant à se croire à l’abri des jugements de Dieu : « Nous avons fait alliance avec la mort, et nous sommes d’accord avec l’enfer. Quand le fléau débordant passera, il ne viendra pas jusqu’à nous ; car nous avons fait du mensonge notre refuge, et sous le mensonge nous nous sommes cachés. [Ésaïe 28:15.] Dans la classe décrite ici sont inclus ceux qui, dans leur impénitence obstinée, se consolent avec l’assurance qu’il n’y aura pas de punition pour le pécheur ; que toute l’humanité, peu importe à quel point elle est corrompue, doit être élevée au ciel pour devenir comme les anges de Dieu. Mais plus catégoriquement encore sont ceux qui font alliance avec la mort et pactisent avec l’enfer, qui renoncent aux vérités que le Ciel a fournies pour défendre les justes au jour de la détresse, et acceptent le refuge des mensonges offert par Satan à sa place, les prétentions trompeuses du spiritisme. {4SP 377.3}
Merveilleux au-delà de toute expression est l’aveuglement des gens de cette génération. Des milliers rejettent la parole de Dieu comme indigne de croyance, et avec une confiance ardente reçoivent les tromperies de Satan. Les sceptiques et les moqueurs dénoncent avec une grande clameur le sectarisme de ceux qui se disputent la foi des prophètes et des apôtres, et ils se détournent en ridiculisant les déclarations solennelles des Écritures concernant le Christ et le plan de salut, et la rétribution à subir. sur ceux qui rejettent la vérité. Ils affectent une grande pitié pour les esprits si étroits, faibles et superstitieux qu’ils reconnaissent les prétentions de Dieu et obéissent aux exigences de sa loi. Ils manifestent autant d’assurance que s’ils avaient en effet conclu une alliance avec la mort et un accord avec l’enfer, – comme s’ils avaient érigé un infranchissable, barrière impénétrable entre eux et la vengeance de Dieu. Rien ne peut éveiller leurs peurs. Ils ont tellement cédé au tentateur, ils sont si étroitement unis à lui et si profondément imprégnés de son esprit, qu’ils n’ont ni le pouvoir ni l’envie de se détacher de son piège. {4SP 378.1}
Satan se prépare depuis longtemps à son dernier effort pour tromper le monde. Le fondement de son œuvre a été posé par l’assurance donnée à Ève en Éden : « Vous ne mourrez certainement pas. “Le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.” Peu à peu, il a préparé la voie à son chef-d’œuvre de tromperie dans le développement du spiritisme. Il n’est pas encore arrivé au plein accomplissement de ses desseins ; mais il sera atteint dans le dernier reste des temps, et le monde sera entraîné dans les rangs de cette illusion. Ils sont rapidement endormis dans une sécurité fatale, pour être réveillés seulement par l’effusion de la colère de Dieu. {4SP 379.1}
Dit le Seigneur Dieu : et la grêle emportera le refuge des mensonges, et les eaux déborderont de la cachette. Et ton alliance avec la mort sera annulée, et ton accord avec l’enfer ne tiendra pas. Quand le fléau débordant passera, alors vous serez foulés aux pieds par lui. [Ésaïe 28:17, 18.] {4SP 379.2}
Chapitre 30 . . . . . Caractère et buts de la papauté.
Le romanisme est maintenant considéré par les protestants avec beaucoup plus de faveur que par le passé. Il y a une indifférence croissante concernant les doctrines qui séparent les églises réformées de la hiérarchie papale ; l’opinion se répand qu’après tout nous ne différons pas autant sur des points vitaux qu’on l’a supposé, et qu’une petite concession de notre part nous amènera à une meilleure entente avec Rome. C’était le temps où les protestants accordaient un grand prix à la liberté de conscience si chèrement achetée. Ils ont appris à leurs enfants à détester le papisme et ont soutenu que rester en paix avec Rome serait une déloyauté envers Dieu. Mais combien différents sont les sentiments exprimés aujourd’hui. {4SP 380.1}
Les défenseurs du papisme déclarent qu’elle a été calomniée ; et le monde protestant est enclin à accepter cette affirmation. Beaucoup soutiennent qu’il est injuste de juger l’Église romaine d’aujourd’hui par les abominations et les absurdités qui ont marqué son règne au cours des siècles d’ignorance et de ténèbres. Ils excusent son horrible cruauté comme résultat de la barbarie des temps, et plaident que la civilisation a changé ses sentiments. {4SP 380.2}
Ces personnes ont-elles oublié la prétention d’infaillibilité depuis huit cents ans mise en avant par ce pouvoir hautain ? Loin de renoncer à cette prétention, l’Église du dix-neuvième siècle l’a affirmée avec plus de positivité que jamais auparavant. Comme Rome affirme qu’elle ne s’est jamais trompée et qu’elle ne peut jamais se tromper, comment peut-elle renoncer aux principes qui ont gouverné sa marche dans les siècles passés ? {4SP 381.1}
L’église papale ne renoncera jamais à sa prétention à l’infaillibilité. Tout ce qu’elle a fait dans sa persécution de ceux qui rejettent ses dogmes, elle le tient pour juste ; et ne répéterait-elle pas les mêmes actes, si l’occasion se présentait ? Que les restrictions maintenant imposées par les gouvernements séculiers soient supprimées et que Rome soit rétablie dans son ancien pouvoir, et il y aurait rapidement un renouveau de sa tyrannie et de sa persécution. {4SP 381.2}
Il est vrai qu’il y a de vrais chrétiens dans la communion catholique romaine. Des milliers dans cette église servent Dieu selon la meilleure lumière qu’ils ont. Ils ne sont pas autorisés à accéder à sa parole, et donc ils ne discernent pas la vérité. Ils n’ont jamais vu le contraste entre un service du cœur vivant et une série de simples formes et cérémonies. Mais Dieu regarde avec une tendresse pleine de pitié ces âmes, éduquées qu’elles sont dans une foi trompeuse et insatisfaisante. Il fera pénétrer des rayons de lumière dans les ténèbres denses qui les entourent. Il leur révélera la vérité telle qu’elle est en Jésus, et ils prendront encore leur place auprès de son peuple. {4SP 381.3}
Mais le romanisme en tant que système n’est pas plus en harmonie avec l’évangile de Christ aujourd’hui qu’à n’importe quelle période antérieure de son histoire. Les églises protestantes sont dans de grandes ténèbres, sinon elles discerneraient les signes des temps. L’Église romaine va loin dans ses plans et ses modes de fonctionnement. Elle emploie tous les moyens pour étendre son influence et accroître son pouvoir en vue d’un conflit féroce et déterminé pour reprendre le contrôle du monde, rétablir la persécution et défaire tout ce que le protestantisme a fait. Le catholicisme gagne du terrain dans notre pays de toutes parts. Regardez le nombre de ses églises et chapelles. Regardez ses collèges et ses séminaires, si largement fréquentés par les protestants. Ces choses devraient éveiller l’anxiété de tous ceux qui attachent du prix aux purs principes de l’Évangile. {4SP 381.4}
Les protestants ont trafiqué et patronné le papisme ; ils ont fait des compromis et des concessions que les papistes eux-mêmes sont surpris de voir et ne comprennent pas. Les hommes ferment les yeux sur le caractère réel du romanisme et sur les dangers à appréhender de sa suprématie. Le peuple de notre pays doit être réveillé pour résister aux avancées de cet ennemi le plus dangereux pour la liberté civile et religieuse. {4SP 382.1}
Beaucoup supposent que la religion catholique n’est pas attrayante et que son culte est une cérémonie ennuyeuse et stupide. Ici, ils se trompent. Alors que le romanisme est basé sur la tromperie, ce n’est pas une imposture grossière et maladroite. Le service religieux de l’église romaine est un cérémonial des plus impressionnants. Son affichage magnifique et ses rites solennels fascinent les sens du peuple et font taire la voix de la raison et de la conscience. L’oeil est charmé. Des églises magnifiques, des processions imposantes, des autels dorés, des sanctuaires ornés de bijoux, des peintures de choix et des sculptures exquises font appel à l’amour de la beauté. L’oreille aussi est captivée. Il n’y a rien pour exceller dans la musique. Les notes riches de l’orgue aux tons profonds, se mêlant à la mélodie de nombreuses voix alors qu’elle gonfle à travers les hauts dômes et les allées à piliers de ses grandes cathédrales, ne peut manquer d’impressionner l’esprit avec crainte et révérence. {4SP 382.2}
Cette splendeur extérieure, cette pompe et cette cérémonie, qui ne font que se moquer des désirs de l’âme malade du péché, sont une preuve de corruption intérieure. La religion du Christ n’a pas besoin de tels attraits pour la recommander. A la lumière de la croix, le vrai christianisme apparaît si pur et si beau que les décorations extérieures ne font que cacher sa vraie valeur. C’est la beauté de la sainteté, un esprit doux et tranquille, qui a de la valeur auprès de Dieu. {4SP 383.1}
L’éclat du style n’est pas l’indice d’une pensée pure et élevée. Les plus hautes conceptions de l’art, les raffinements les plus délicats du goût naissent souvent d’esprits tout terrestres et sensuels. Ils sont souvent employés par Satan pour amener les hommes à oublier les nécessités de l’âme, à perdre de vue la vie future et immortelle, à se détourner de leur Aide infinie et à ne vivre que pour ce monde. {4SP 383.2}
Une religion de l’extérieur attire le cœur non renouvelé. La pompe et le cérémonial du culte catholique ont un pouvoir de séduction et d’envoûtement par lequel beaucoup sont trompés ; et ils en viennent à considérer l’Église romaine comme la porte même du Ciel. Nul n’est à l’abri de son influence, sauf ceux qui ont planté leurs pieds fermement sur le fondement de la vérité, et dont les cœurs sont renouvelés par l’Esprit de Dieu. Des milliers de personnes qui n’ont pas une connaissance expérimentale de Christ seront entraînées dans cette tromperie. Une forme de piété sans pouvoir est exactement ce qu’ils désirent. Le romaniste se sent libre de pécher, parce que l’Église revendique le droit de pardonner. A celui qui aime se complaire, il est plus agréable de se confesser à un semblable que d’ouvrir son âme à Dieu. Il est plus agréable à la nature humaine de faire pénitence que de renoncer au péché. Il est plus facile de mortifier la chair avec des sacs, des orties et des chaînes irritantes que de crucifier les convoitises charnelles. Lourd est le joug que le cœur charnel est prêt à porter plutôt que de se plier au joug de Christ. {4SP 383.3}
Il y a une similitude frappante entre l’église de Rome et l’église juive à l’époque du premier avènement du Christ. Alors que les Juifs piétinaient secrètement tous les principes de la loi de Dieu, ils étaient extérieurement rigoureux dans l’observance de ses préceptes, la chargeant d’exactions et de traditions qui rendaient l’obéissance douloureuse et onéreuse. Comme les Juifs professaient vénérer la loi, les romanistes prétendent vénérer la croix. Ils exaltent le symbole des souffrances du Christ, tandis que dans leur vie ils renient celui qu’il représente. {4SP 384.1}
Les papistes placent des croix sur leurs églises, sur leurs autels et sur leurs vêtements. Partout on voit l’insigne de la croix. Partout il est extérieurement honoré et exalté. Mais les enseignements du Christ sont ensevelis sous une masse de traditions insensées, de fausses interprétations et d’exactions rigoureuses. Les paroles du Sauveur concernant les juifs sectaires s’appliquent avec encore plus de force aux dirigeants romains : « Ils lient des fardeaux lourds et pénibles à porter, et les font peser sur les épaules des hommes ; mais eux-mêmes ne les déplaceront pas d’un seul de leurs doigts. [Matthieu 23:4.] Les âmes consciencieuses sont maintenues dans une terreur constante, craignant la colère d’un Dieu offensé, tandis que les dignitaires de l’église vivent dans le luxe et le plaisir sensuel. {4SP 384.2}
Satan suscite le culte des images, l’invocation des saints et l’exaltation du pape, pour attirer l’esprit du peuple de Dieu et de son Fils. Pour accomplir leur ruine, il s’efforce de détourner leur attention de Celui par qui seul ils peuvent trouver le salut. Il les dirigera vers quiconque pourra remplacer Celui qui a dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. [Matthieu 11:28.] {4SP 385.1}
C’est l’effort constant de Satan pour déformer le caractère de Dieu, la nature du péché et les véritables enjeux du grand conflit. Par ses sophismes, il aveugle l’esprit des hommes et les sécurise comme ses agents pour faire la guerre à Dieu. Par des conceptions perverties des attributs divins, les nations païennes ont été amenées à croire que les sacrifices humains étaient nécessaires pour s’assurer la faveur de la Divinité ; et les cruautés les plus horribles ont été perpétrées sous les diverses formes de l’idolâtrie. L’Église romaine, unissant les formes du paganisme et du christianisme, et déformant de la même manière le caractère de Dieu, a eu recours à des pratiques non moins cruelles et révoltantes. Au temps de la suprématie de Rome, il y avait des instruments de torture pour forcer l’assentiment à ses doctrines. Il y avait l’enjeu pour ceux qui ne céderaient pas à ses prétentions. Il y a eu des massacres d’une ampleur que les mortels ne connaîtront jamais. Des dignitaires de l’église étudièrent, sous Satan leur maître, à inventer des moyens pour provoquer le plus grand supplice possible, et ne pas mettre fin à la vie de leur victime. Le processus infernal s’est répété jusqu’à la limite extrême de l’endurance humaine, jusqu’à ce que la nature abandonne la lutte et que la victime salue la mort comme une douce délivrance. {4SP 385.2}
Tel fut le sort des adversaires de Rome. Pour ses adhérents, elle avait la discipline du fléau, de la faim affamée, des austérités corporelles sous toutes les formes imaginables et déchirantes. Pour s’assurer la faveur du Ciel, les pénitents ont violé les lois de Dieu en violant les lois de la nature. On leur a appris à rompre tout lien qu’il a formé pour bénir et réjouir le séjour terrestre de l’homme. Le cimetière contient des millions de victimes qui ont passé leur vie en vains efforts pour maîtriser leurs affections naturelles, pour réprimer, comme offensant pour Dieu, toute pensée et tout sentiment de sympathie avec leurs semblables. {4SP 386.1}
Si nous désirons comprendre la cruauté déterminée de Satan, manifestée pendant des centaines d’années, non parmi ceux qui n’ont jamais entendu parler de Dieu, mais au cœur même et dans toute l’étendue de la chrétienté, nous n’avons qu’à regarder l’histoire du romanisme. Et comme nous voyons comment il réussit à se déguiser et à accomplir son travail à travers les dirigeants de l’église, nous pouvons mieux comprendre pourquoi il a une si grande antipathie envers la Bible. Si ce livre est lu, la miséricorde et l’amour de Dieu seront révélés ; on verra qu’il ne fait peser sur les hommes aucun de ces lourds fardeaux. Tout ce qu’il demande, c’est un cœur brisé et contrit, un esprit humble et obéissant. {4SP 386.2}
Le Christ ne donne aucun exemple dans sa vie pour que des hommes et des femmes s’enferment dans des monastères afin de devenir aptes au Ciel. Il n’a jamais enseigné que l’amour et la sympathie doivent être réprimés. Le cœur du Sauveur débordait d’amour. Plus l’homme s’approche de la perfection morale, plus sa sensibilité est aiguë, plus sa perception du péché est aiguë et plus sa sympathie pour les affligés est profonde. Le pape prétend être le vicaire du Christ. Comment son caractère supporte-t-il la comparaison avec celui de notre Sauveur ? Le Christ a-t-il jamais été connu pour envoyer des hommes en prison ou au râtelier parce qu’ils ne lui ont pas rendu hommage en tant que Roi des cieux ? A-t-on entendu sa voix condamner à mort ceux qui ne l’acceptaient pas ? Lorsqu’il a été méprisé par les habitants d’un village samaritain, l’apôtre Jean a été rempli d’indignation et a demandé: «Seigneur, veux-tu que nous ordonnions au feu de descendre du ciel et de les consumer, comme l’a fait Élie ? Jésus regarda son disciple avec pitié et réprimanda son esprit dur en disant : « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour détruire la vie des hommes, mais pour les sauver. [Luc 9:54, 56.] Combien différent de l’esprit manifesté par Christ est celui de son vicaire professé. {4SP 386.3}
L’Église romaine présente maintenant une belle façade au monde, couvrant d’excuses son bilan d’horribles cruautés. Elle s’est revêtue de vêtements à l’image de Christ; mais elle est inchangée. Tous les principes du papisme qui existaient dans le passé existent aujourd’hui. Les doctrines conçues dans les âges les plus sombres sont toujours d’actualité. Que personne ne se trompe. Le papisme que les protestants sont maintenant si prêts à embrasser et à honorer est le même qui régnait sur le monde à l’époque de la Réforme, lorsque les hommes de Dieu se sont levés au péril de leur vie pour exposer son iniquité. Elle possède la même fierté et la même prétention arrogante qui l’ont dominée sur les rois et les princes, et ont réclamé les prérogatives de Dieu. Son esprit n’est pas moins cruel et despotique aujourd’hui que lorsqu’elle a écrasé la liberté humaine et tué les saints du Très-Haut. {4SP 387.1}
Le papisme est exactement ce que la prophétie a déclaré qu’elle serait, l’apostasie des derniers temps. C’est une partie de sa politique d’assumer le caractère qui accomplira le mieux son dessein ; mais sous l’apparence variable du caméléon, elle cache l’invariable venin du serpent. “Nous ne sommes pas tenus de garder la foi et les promesses faites aux hérétiques”, déclare-t-elle. Cette puissance, dont les annales de mille ans sont écrites dans le sang des saints, sera-t-elle maintenant reconnue comme faisant partie de l’église de Christ ? {4SP 388.1}
Ce n’est pas sans raison que l’on prétend que le catholicisme est maintenant presque comme le protestantisme. Il y a eu un changement; mais le changement est chez les protestants, pas chez les romanistes. Le catholicisme ressemble en effet au protestantisme actuel ; mais il est très éloigné du protestantisme tel qu’il était du temps de Cranmer, Ridley, Knox et d’autres réformateurs. {4SP 388.2}
Alors que les églises protestantes cherchaient la faveur du monde, la fausse charité a aveuglé leurs yeux. Ils ne voient qu’il est juste de croire le bien de tout mal ; et comme résultat inévitable, ils croiront finalement le mal de tout bien. Au lieu de se tenir à la défense de la foi autrefois transmise aux saints, ils sont maintenant, pour ainsi dire, en train de s’excuser auprès de Rome pour leur opinion peu charitable à son égard, demandant pardon pour leur sectarisme. {4SP 388.3}
Une grande classe, même parmi ceux qui regardent le romanisme sans faveur, appréhende peu de danger de sa puissance et de son influence. Beaucoup soutiennent que les ténèbres intellectuelles et morales qui régnaient au Moyen Âge ont favorisé la propagation de ses dogmes, de ses superstitions et de son oppression, et que la plus grande intelligence des temps modernes, la diffusion générale des connaissances et la libéralité croissante en matière de religion, interdisent un regain d’intolérance et de tyrannie. La pensée même qu’un tel état de choses existera à cette époque éclairée est ridiculisée. Il est vrai qu’une grande lumière, intellectuelle, morale et religieuse, brille sur cette génération. Dans les pages ouvertes de la sainte parole de Dieu, la lumière du ciel a été répandue sur le monde. Mais il faut se rappeler que plus grande est la lumière accordée, plus grandes sont les ténèbres de ceux qui la pervertissent ou la rejettent.
Une étude priante de la Bible montrerait aux protestants le véritable caractère de la papauté, et les amènerait à l’abhorrer et à la fuir ; mais les hommes sont si sages dans leur propre vanité qu’ils n’éprouvent pas le besoin de chercher Dieu humblement pour être conduits dans la vérité. Bien qu’ils se targuent d’être éclairés, ils ignorent à la fois les Écritures et la puissance de Dieu. Il faut qu’ils aient quelque moyen d’apaiser leur conscience ; et ils recherchent ce qui est le moins spirituel et le moins humiliant. Ce qu’ils désirent, c’est un moyen d’oublier Dieu qui passera pour un moyen de se souvenir de lui. La papauté est bien adaptée pour répondre aux besoins de tous. Il est préparé pour deux classes d’humanité, embrassant presque le monde entier, – ceux qui seraient sauvés par leurs mérites, et ceux qui seraient sauvés dans leurs péchés. Voici le secret de sa puissance. {4SP 389.1}
Une journée de grande obscurité intellectuelle s’est révélée favorable au succès du papisme. Il sera encore démontré qu’un jour de grande lumière intellectuelle est également favorable à son succès. Dans les âges passés, quand les hommes étaient sans la parole de Dieu, et sans la connaissance de la vérité, leurs yeux avaient les yeux bandés, et des milliers étaient pris au piège, ne voyant pas le filet se tendre sous leurs pieds. Dans cette génération, il y en a beaucoup dont les yeux deviennent éblouis par l’éclat des spéculations humaines, “la science faussement soi-disant” ; ils ne discernent pas le filet et y pénètrent aussi facilement que s’ils avaient les yeux bandés. Dieu a voulu que les facultés intellectuelles de l’homme soient considérées comme un don de son Créateur et employées au service de la vérité et de la justice ; mais quand ils sont idolâtrés et déposés sur le tombeau de Satan pour être employés au service d’une fausse religion, alors l’intelligence peut faire plus de mal que l’ignorance. {4SP 390.1}
Dans les mouvements en cours dans ce pays pour assurer aux institutions et aux usages de l’Église l’appui de l’État, les protestants suivent les pas des papistes. Bien plus, ils ouvrent la porte au papisme pour regagner dans l’Amérique protestante la suprématie qu’elle a perdue dans l’Ancien Monde. Et ce qui donne plus d’importance à ce mouvement, c’est le fait que l’objet principal visé est l’application de l’observance du dimanche, – une coutume originaire de Rome, et qu’elle revendique comme le signe de son autorité. {4SP 390.2}
L’esprit de la papauté, l’esprit de conformité aux coutumes mondaines, la vénération des traditions humaines au-dessus des commandements de Dieu, imprègne les églises protestantes et les conduit à faire le même travail d’exaltation dominicale que la papauté a fait avant eux. Le lecteur comprendrait-il les agences qui seront employées dans le concours à venir ? Il n’a qu’à tracer le récit des moyens que Rome a employés pour le même objet dans les âges passés. Saurait-il comment papistes et protestants unis traiteront ceux qui rejettent leurs dogmes ? Qu’il voie l’esprit que Rome manifesta envers le sabbat et ses défenseurs. {4SP 390.3}
Les édits royaux, les conseils humains et les ordonnances ecclésiastiques soutenus par le pouvoir séculier furent les étapes par lesquelles la fête païenne atteignit sa position d’honneur dans le monde chrétien. La première mesure publique imposant l’observance du dimanche fut la loi promulguée [AD 321.] par Constantin, deux ans avant sa profession de christianisme. Cet édit obligeait les citadins à se reposer le vénérable jour du soleil, mais permettait aux ruraux de poursuivre leurs activités agricoles. Bien qu’à l’origine un statut païen, il a été appliqué par l’empereur après son acceptation nominale de la religion chrétienne. {4SP 391.1}
Le mandat royal ne se révélant pas un substitut suffisant à l’autorité divine, l’évêque de Rome conféra peu après au dimanche le titre de jour du Seigneur. Un autre évêque, qui recherchait aussi la faveur des princes, et qui était l’ami spécial et le flatteur de Constantin, avança l’affirmation que le Christ avait transféré le sabbat au dimanche. Pas un seul témoignage des Écritures n’a été produit pour prouver la nouvelle doctrine. Les vêtements sacrés dans lesquels le faux sabbat était revêtu étaient de la propre fabrication de l’homme ; mais ils ont servi à enhardir les hommes à piétiner la loi de Dieu. Tous ceux qui désiraient être honorés par le monde acceptaient la fête populaire. {4SP 391.2}
Au fur et à mesure que la papauté s’établissait fermement, le travail d’exaltation du dimanche se poursuivait. Pendant un certain temps, les gens se livraient à des travaux agricoles lorsqu’ils n’allaient pas à l’église, et le nom de sabbat était toujours attaché au septième jour. Mais régulièrement et sûrement un changement s’opérait. Il était interdit à ceux qui occupaient un saint office de porter un jugement dans toute controverse civile le dimanche. Peu de temps après, les personnes de tout rang reçurent l’ordre de s’abstenir du travail commun, sous peine d’amende pour les hommes libres et de coups pour les domestiques. Plus tard, il fut décrété que les hommes riches seraient punis de la perte de la moitié de leurs biens ; et enfin, que s’ils s’obstinaient encore, ils deviendraient esclaves. Les classes inférieures devaient subir un bannissement perpétuel. {4SP 392.1}
Les miracles aussi étaient appelés en réquisition. Parmi d’autres merveilles, il a été rapporté qu’en tant que laboureur qui était sur le point de labourer son champ le dimanche, il nettoya sa charrue avec un fer, le fer fermement coincé dans sa main, et pendant deux ans, il le porta avec lui, “à son plus haut degré”. grande douleur et honte. {4SP 392.2}
Plus tard, le pape a donné des instructions pour que le curé de la paroisse avertisse les contrevenants du dimanche et leur souhaite d’aller à l’église et de dire leurs prières, de peur qu’ils n’apportent une grande calamité sur eux-mêmes et sur leurs voisins. Un concile ecclésiastique a avancé l’argument depuis si largement utilisé, que parce que des personnes avaient été frappées par la foudre en travaillant le dimanche, ce devait être le sabbat. “Il est évident”, ont dit les prélats, “à quel point le mécontentement de Dieu était élevé sur leur négligence de ce jour.” Un appel fut alors lancé pour que les prêtres et les ministres, les rois et les princes, et tous les fidèles, « fassent tous leurs efforts et veillent à ce que le jour soit restauré dans son honneur et, pour le crédit du christianisme, plus dévotement observé pour les temps à venir. .” {4SP 392.3}
Les décrets des conciles s’avérant insuffisants, les autorités laïques furent priées de publier un édit qui épouvanterait le cœur du peuple et le forcerait à s’abstenir de travailler le dimanche. Lors d’un synode tenu à Rome, toutes les décisions antérieures ont été réaffirmées avec plus de force et de solennité. Ils ont également été incorporés dans la loi ecclésiastique et appliqués par les autorités civiles dans presque toute la chrétienté. {4SP 393.1}
Pourtant, l’absence d’autorité scripturaire pour l’observation du dimanche n’occasionnait pas peu d’embarras. Le peuple a mis en doute le droit de leurs enseignants de nier la déclaration positive de Jéhovah : « Le septième jour est le sabbat de l’Éternel, ton Dieu », afin d’honorer le jour du soleil. Pour suppléer au manque de témoignage biblique, Satan était prêt avec des expédients. Un avocat zélé du dimanche, qui vers la fin du douzième siècle visita les églises d’Angleterre, se heurta à la résistance de fidèles témoins de la vérité ; et ses efforts furent si vains qu’il quitta le pays pour une saison, et chercha autour de lui des moyens de faire respecter ses enseignements. Quand il revint, le manque fut suppléé, et dans ses travaux ultérieurs il rencontra un plus grand succès. Il a apporté avec lui un rouleau prétendant être de Dieu lui-même, et contenant la commande nécessaire pour l’observance du dimanche, et des menaces terribles pour terrifier les désobéissants. Ce précieux document, aussi ignoblement contrefait que l’institution qu’il soutenait, aurait été tombé du ciel et aurait été trouvé à Jérusalem, sur l’autel de saint Siméon, au Golgotha. Le palais pontifical de Rome était la source d’où elle provenait. Les fraudes et les contrefaçons visant à faire progresser le pouvoir et la prospérité de l’Église ont été, à toutes les époques, considérées comme licites par la hiérarchie papale. {4SP 393.2} Les fraudes et les contrefaçons visant à faire progresser le pouvoir et la prospérité de l’Église ont été, à toutes les époques, considérées comme licites par la hiérarchie papale. {4SP 393.2} Les fraudes et les contrefaçons visant à faire progresser le pouvoir et la prospérité de l’Église ont été, à toutes les époques, considérées comme licites par la hiérarchie papale. {4SP 393.2}
Le rôle interdisait le travail à partir de la neuvième heure, trois heures, le samedi après-midi, jusqu’au lever du soleil le lundi; et son autorité a été déclarée être confirmée par de nombreux miracles. Il a été rapporté que des personnes travaillant au-delà de l’heure fixée étaient frappées de paralysie. Un meunier qui essayait de moudre son grain, vit, au lieu de farine, un torrent de sang sortir, et la roue du moulin s’arrêta, malgré le fort ruissellement de l’eau. Une femme qui plaçait de la pâte dans le four la trouva crue lorsqu’elle la sortit, bien que le four fût très chaud. Un autre qui avait fait préparer de la pâte pour la cuisson à la neuvième heure, mais déterminé à la mettre de côté jusqu’au lundi, découvrit le lendemain qu’elle avait été transformée en pains et cuite par la puissance divine. Un homme qui faisait cuire du pain après la neuvième heure le samedi, a trouvé, quand il l’a cassé le lendemain matin, que du sang en sortait. Par de telles fabrications absurdes et superstitieuses, les partisans du dimanche s’efforçaient d’établir sa sacralité. {4SP 394.1}
En Ecosse, comme en Angleterre, une plus grande considération pour le dimanche a été assurée en unissant à lui une partie de l’ancien sabbat. Mais le temps requis pour être sanctifié variait. Une loi a été passée que le samedi de midi à midi doit être considéré comme saint, et que personne, à partir de cette heure jusqu’au lundi matin, ne doit s’engager dans des affaires mondaines. {4SP 394.2}
Mais malgré tous les efforts pour établir la sacralité du dimanche, les papistes eux-mêmes confessaient publiquement l’autorité divine du sabbat et l’origine humaine de l’institution par laquelle il avait été supplanté. Au seizième siècle, un concile papal déclara clairement : « Que tous les chrétiens se souviennent que le septième jour a été consacré par Dieu, et a été reçu et observé, non seulement par les Juifs, mais par tous ceux qui prétendent adorer Dieu ; quoique nous, chrétiens, nous ayons changé leur sabbat en jour du Seigneur. Ceux qui altéraient la loi divine n’ignoraient pas le caractère de leur travail. Ils se plaçaient délibérément au-dessus de Dieu. {4SP 395.1}
Une illustration frappante de la politique de Rome envers ceux qui honorent le sabbat a été donnée dans la longue et sanglante persécution des Vaudois. D’autres ont souffert de la même manière pour leur fidélité à la même vérité. Au milieu des ténèbres de l’âge des ténèbres, les chrétiens d’Afrique centrale ont été perdus de vue et oubliés du monde, et pendant de nombreux siècles, ils ont joui de la liberté dans l’exercice de leur foi. Mais enfin Rome apprit leur existence, et l’empereur d’Abyssinie fut bientôt séduit par une reconnaissance du pape comme vicaire du Christ. D’autres concessions ont suivi. Un édit a été publié interdisant l’observance du sabbat sous les peines les plus sévères. Mais la tyrannie papale devint bientôt un joug irritant ; et les Abyssins résolurent de le briser de leur cou. Après une lutte terrible, les Romanistes ont été bannis de leurs dominions, et l’ancienne foi a été restaurée. Les églises se sont réjouies de leur liberté, et elles n’ont jamais oublié la leçon qu’elles avaient apprise concernant la tromperie, le fanatisme et le pouvoir despotique de Rome. Dans leur royaume solitaire, ils se contentaient de rester, inconnus du reste de la chrétienté. {4SP 395.2}
Les églises d’Afrique ont tenu le sabbat comme il l’était par l’église papale avant son apostasie complète. Tandis qu’ils observaient le septième jour en obéissance au commandement de Dieu, ils s’abstenaient de travailler le dimanche conformément à la coutume de l’église. En obtenant le pouvoir suprême, Rome avait piétiné le sabbat de Dieu pour exalter le sien ; mais les églises d’Afrique, cachées depuis près de mille ans, n’ont pas participé à cette apostasie. Lorsqu’ils furent amenés sous l’emprise de Rome, ils furent forcés de mettre de côté le vrai et d’exalter le faux sabbat ; mais à peine avaient-ils recouvré leur indépendance qu’ils revinrent à l’obéissance au quatrième commandement. {4SP 396.1}
Ces archives du passé révèlent clairement l’inimitié de Rome envers le vrai sabbat et ses défenseurs, et les moyens qu’elle emploie pour honorer l’institution de sa création. La parole de Dieu enseigne que ces scènes doivent se répéter lorsque papistes et protestants s’uniront pour l’exaltation du dimanche. [Apocalypse 13:11, 12. VOIR APPENDICE, NOTE 8.] Pendant près de quarante ans, les réformateurs du sabbat ont présenté ce témoignage au monde. Dans les événements qui se déroulent actuellement, on voit une avancée rapide vers l’accomplissement de la prédiction. Il y a la même revendication d’autorité divine pour l’observation du dimanche, et le même manque de preuves scripturaires, qu’à l’époque de la suprématie papale. L’affirmation que les jugements de Dieu sont visités sur les hommes pour leur violation du dimanche-sabbat, sera répétée. Elle commence déjà à être pressée. {4SP 396.2}
Merveilleuse dans sa perspicacité et sa ruse est l’Église romaine. Elle peut lire ce qui doit être. Elle attend son heure, voyant que les églises protestantes lui rendent hommage en acceptant le faux sabbat, et qu’elles se préparent à employer les moyens mêmes qu’elle employait elle-même autrefois. Ceux qui rejettent la lumière de la vérité chercheront encore l’aide de ce soi-disant pouvoir infaillible pour exalter une institution qui a pris naissance avec elle. Avec quelle facilité elle viendra en aide aux protestants dans ce travail, il n’est pas difficile de le conjecturer. Qui comprend mieux que le papisme comment traiter ceux qui désobéissent à l’église ? {4SP 397.1}
Le monde chrétien apprendra ce qu’est réellement le romanisme, lorsqu’il sera trop tard pour échapper au piège. Elle grandit silencieusement vers le pouvoir. Ses doctrines exercent leur influence dans les salles législatives, dans les églises et dans le cœur des hommes. Dans tout le pays, elle entasse ses hautes et massives constructions, dans les recoins secrets desquels ses anciennes persécutions se répéteront. Elle renforce furtivement et de manière insoupçonnée ses forces pour servir ses propres fins lorsque le moment viendra pour elle de frapper. Tout ce qu’elle désire, c’est un terrain d’observation, et cela va bientôt lui être donné. Dans un proche avenir, nous verrons et sentirons quel est le but de l’élément romain. Quiconque croit et obéit à la parole de Dieu encourra ainsi l’opprobre et la persécution. {4SP 397.2}
Chapitre 31 . . . . . Le conflit à venir.
La nation la plus grande et la plus favorisée sur la terre est les États-Unis. Une gracieuse Providence a protégé ce pays et a déversé sur elle la meilleure des bénédictions du ciel. Ici, les persécutés et les opprimés ont trouvé refuge. Ici, la foi chrétienne dans sa pureté a été enseignée. Ce peuple a été le récipiendaire d’une grande lumière et d’une miséricorde inégalée. Mais ces dons ont été remboursés par l’ingratitude et l’oubli de Dieu. L’Infini tient un compte avec les nations, et leur culpabilité est proportionnée à la lumière rejetée. Un record effrayant se tient maintenant dans le registre du Ciel contre notre terre; mais le crime qui comblera la mesure de son iniquité est celui d’avoir annulé la loi de Dieu. {4SP 398.1}
Entre les lois des hommes et les préceptes de Jéhovah viendra le dernier grand conflit de la controverse entre la vérité et l’erreur. Nous entrons maintenant dans cette bataille, une bataille non pas entre des églises rivales se disputant la suprématie, mais entre la religion de la Bible et la religion de la fable et de la tradition. Les agences qui s’uniront contre la vérité et la droiture dans ce concours sont maintenant activement au travail. {4SP 398.2}
La sainte parole de Dieu, qui nous a été transmise au prix de tant de souffrances et de sang, n’a que peu de valeur. La Bible est à la portée de tous, mais rares sont ceux qui l’acceptent vraiment comme guide de vie. L’infidélité prévaut dans une mesure alarmante, non seulement dans le monde, mais dans l’église. Beaucoup en sont venus à nier les doctrines qui sont les piliers mêmes de la foi chrétienne. Les grands faits de la création présentés par les écrivains inspirés, la chute de l’homme, l’expiation et la perpétuité de la loi de Dieu, sont pratiquement rejetés par une grande partie du monde prétendument chrétien. Des milliers de personnes qui se targuent de leur sagesse et de leur indépendance considèrent que c’est une preuve de faiblesse de placer une confiance implicite dans la Bible, et une preuve de talent supérieur et d’apprendre à ergoter sur les Écritures, et pour spiritualiser et expliquer leurs vérités les plus importantes. De nombreux ministres enseignent à leur peuple, et de nombreux professeurs et enseignants instruisent leurs étudiants, que la loi de Dieu a été changée ou abrogée ; et ils ridiculisent ceux qui sont assez simples d’esprit pour reconnaître toutes ses prétentions. {4SP 398.3}
En rejetant la vérité, les hommes rejettent son Auteur. En piétinant la loi de Dieu, ils renient l’autorité du Législateur. Il est aussi facile de faire une idole de fausses doctrines et théories que de façonner une idole de bois ou de pierre. Satan amène les hommes à concevoir Dieu sous un faux caractère, comme ayant des attributs qu’il ne possède pas. Une idole philosophique est intronisée à la place de Jéhovah ; tandis que le vrai Dieu, tel qu’il est révélé dans sa parole, en Christ et dans les œuvres de la création, n’est adoré que par peu de personnes. Des milliers déifient la nature, tandis qu’ils renient le Dieu de la nature. Bien que sous une forme différente, l’idolâtrie existe dans le monde chrétien aujourd’hui aussi véritablement qu’elle existait parmi l’ancien Israël à l’époque d’Elie. Le dieu de nombreux hommes soi-disant sages, des philosophes, des poètes, des politiciens, des journalistes, le dieu des cercles élégants à la mode, de nombreux collèges et universités, même de certaines institutions théologiques, n’est guère mieux que Baal, le dieu solaire de la Phénicie. {4SP 399.1}
Aucune erreur acceptée par le monde chrétien ne frappe plus hardiment contre l’autorité du ciel, aucune n’est plus directement opposée aux préceptes de la raison, aucune n’est plus pernicieuse dans ses résultats que la doctrine moderne, qui gagne si rapidement du terrain, que la loi de Dieu n’est pas plus obligatoire pour les hommes. Chaque nation a ses lois, qui commandent le respect et l’obéissance ; et le Créateur des cieux et de la terre n’a-t-il aucune loi pour gouverner les êtres qu’il a créés ? Supposons que des ministres éminents enseignent publiquement que les statuts qui régissent notre nation et protègent les droits de ses citoyens ne sont pas obligatoires, qu’ils restreignent les libertés du peuple et ne doivent donc pas être obéis ; Combien de temps de tels hommes seraient-ils tolérés en chaire ? Mais est-ce une offense plus grave de méconnaître les lois des États et des nations que de fouler aux pieds ces préceptes divins qui sont le fondement de tout gouvernement ? Lorsque la norme ou la justice est mise de côté, la voie est ouverte au prince du mal pour établir son règne sur la terre. {4SP 400.1}
Il serait beaucoup plus cohérent pour les nations d’abolir leurs statuts et de permettre aux gens de faire ce qu’ils veulent, que pour le souverain de l’univers d’annuler sa loi et de laisser le monde sans norme pour condamner les coupables ou justifier les obéissants. . Connaîtrions-nous le résultat de l’annulation de la loi de Dieu ? L’expérience a été tentée. Terribles ont été les scènes qui se sont déroulées en France lorsque l’athéisme est devenu le pouvoir dominant. Il a alors été démontré au monde que rejeter les contraintes que Dieu a imposées, c’est accepter le règne du plus cruel des tyrans. {4SP 400.2}
Partout où les préceptes divins sont mis de côté, le péché cesse d’apparaître comme un péché ou la justice désirable. Ceux qui refusent de se soumettre au gouvernement de Dieu sont totalement inaptes à se gouverner eux-mêmes. Grâce à leurs enseignements pernicieux, l’esprit d’insubordination est implanté dans le cœur des enfants et des jeunes, qui sont naturellement impatients de tout contrôle ; et il en résulte un état de société anarchique et licencieux. Tout en se moquant de la crédulité de ceux qui obéissent aux exigences de Dieu, les multitudes acceptent avec empressement les illusions de Satan. Ils cèdent le pas à la luxure et pratiquent les péchés qui appellent des jugements sur les païens. {4SP 401.1}
Que la contrainte imposée par la loi divine soit entièrement supprimée, et les lois humaines seraient bientôt ignorées. Parce que Dieu interdit les pratiques malhonnêtes, la convoitise, le mensonge et la fraude, les hommes sont prêts à piétiner ses statuts comme un obstacle à leur prospérité mondaine ; mais les résultats du bannissement de ces préceptes seraient tels qu’ils ne le prévoient pas. Si la loi n’était pas contraignante, pourquoi quelqu’un devrait-il craindre de transgresser ? La propriété ne serait plus en sécurité. Les hommes obtiendraient les biens de leur voisin par la violence ; et les plus forts deviendraient les plus riches. La vie elle-même ne serait pas respectée. Ceux qui ne respectent pas les commandements de Dieu sèment la désobéissance pour récolter la désobéissance. Le vœu de mariage ne serait plus un rempart sacré pour protéger la famille. Celui qui avait le pouvoir prendrait, s’il le voulait, la femme de son voisin par la violence. Le cinquième commandement serait mis de côté avec le quatrième. Les enfants n’hésiteraient pas à ôter la vie à leurs parents si, ce faisant, ils pouvaient obtenir le désir de leurs cœurs corrompus. Le monde civilisé deviendrait une horde de voleurs et d’assassins ; et la paix, le repos et le bonheur seraient bannis de la terre. {4SP 401.2}
Déjà la doctrine selon laquelle les hommes sont libérés de l’obéissance aux exigences de Dieu a affaibli la force de l’obligation morale et ouvert les écluses de l’iniquité sur le monde. L’anarchie, la dissipation et la corruption déferlent sur nous comme une marée écrasante. Dans la famille, Satan est à l’œuvre. Sa bannière flotte, même dans les foyers prétendument chrétiens. Il y a l’envie, les mauvaises suppositions, l’hypocrisie, l’éloignement, l’émulation, les conflits, la trahison des devoirs sacrés, l’indulgence de la luxure. Tout le système des principes et des doctrines religieuses, qui doit former le fondement et l’ossature de la vie sociale, semble être une masse chancelante, prête à tomber en ruine. Les plus vils des criminels, lorsqu’ils sont jetés en prison pour leurs délits, sont souvent les destinataires de cadeaux et d’attentions, comme s’ils avaient atteint une distinction enviable. La plus grande publicité est donnée à leur caractère et à leurs crimes. La presse publie les détails révoltants du vice, initiant ainsi les autres à la pratique de la fraude, du vol et du meurtre ; et Satan exulte du succès de ses plans infernaux. L’engouement pour le vice, la prise gratuite de la vie, la terrible augmentation de l’intempérance et de l’iniquité de tous ordres et degrés, devraient éveiller tous ceux qui craignent Dieu, pour s’enquérir de ce qui peut être fait pour arrêter la marée du mal. {4SP 402.1} pour savoir ce qui peut être fait pour arrêter la marée du mal. {4SP 402.1} pour savoir ce qui peut être fait pour arrêter la marée du mal. {4SP 402.1}
Les cours de justice sont corrompues. Les dirigeants sont animés par le désir de gain et l’amour du plaisir sensuel. L’intempérance a obscurci les facultés de beaucoup, de sorte que Satan les contrôle presque complètement. Les juristes sont pervertis, soudoyés, trompés. L’ivresse et les réjouissances, la passion, l’envie, la malhonnêteté de toutes sortes, sont représentées parmi ceux qui administrent les lois. « La justice se tient au loin ; car la vérité est tombée dans la rue, et l’équité ne peut entrer. {4SP 403.1}
L’iniquité et les ténèbres spirituelles qui régnaient sous la suprématie de Rome étaient le résultat inévitable de sa suppression des Écritures ; mais où trouver la cause de l’infidélité généralisée, du rejet de la loi de Dieu et de la corruption qui en résulte, sous le plein éclat de la lumière de l’évangile à une époque de liberté religieuse ? Maintenant que Satan ne peut plus garder le monde sous son contrôle en retenant les Écritures, il recourt à d’autres moyens pour accomplir le même objectif. Détruire la foi dans la Bible sert son objectif ainsi que détruire la Bible elle-même. En introduisant la croyance que la loi de Dieu n’est pas contraignante, il conduit aussi efficacement les hommes à transgresser que s’ils ignoraient totalement ses préceptes. Et maintenant, comme dans les âges précédents, il a travaillé à travers l’église pour faire avancer ses desseins. Comme les organisations religieuses de l’époque ont refusé d’écouter des vérités impopulaires clairement exposées dans les Écritures, elles ont semé les graines du scepticisme. S’accrochant à l’erreur papale de l’immortalité naturelle et de la conscience de l’homme dans la mort, ils rejettent la seule défense contre les illusions du spiritisme. Ce n’est pas tout. Alors que les revendications du quatrième commandement sont imposées au peuple, les enseignants populaires trouvent que l’observance du sabbat du septième jour y est enjointe; et comme seul moyen de se libérer d’un devoir qu’ils ne veulent pas accomplir, ils déclarent que la loi de Dieu n’est plus contraignante. Ainsi, ils rejetèrent ensemble la loi et le sabbat. Au fur et à mesure que le travail de la réforme du sabbat s’étendra, ce rejet de la loi divine pour éviter les prétentions du quatrième commandement deviendra presque universel. Sur ces chefs religieux dont les enseignements ont ouvert la porte à l’infidélité, au spiritisme et au mépris de la sainte loi de Dieu, repose une terrible responsabilité pour l’iniquité qui existe dans le monde chrétien. {4SP 403.2}
Pourtant, cette même classe a avancé l’affirmation que la corruption à propagation rapide est largement attribuable à la profanation du soi-disant «sabbat chrétien», et que l’application de l’observance du dimanche améliorerait considérablement la moralité de la société. Combinant la réforme de la tempérance avec le mouvement dominical, ils se présentent comme travaillant à promouvoir les intérêts les plus élevés de la société ; et ceux qui refusent de s’unir à eux sont dénoncés comme les ennemis de la tempérance et de la réforme. Mais le fait qu’un mouvement pour établir l’erreur soit lié à une œuvre qui est bonne en elle-même, n’est pas un argument en faveur de l’erreur. Nous pouvons déguiser le poison en le mêlant à des aliments sains, mais nous n’en changeons pas pour autant sa nature. Au contraire, il est rendu plus dangereux, car il est plus susceptible d’être pris au dépourvu. C’est l’un des stratagèmes de Satan de combiner avec le mensonge juste assez de vérité pour lui donner de la plausibilité. Les dirigeants du mouvement dominical peuvent préconiser des réformes dont le peuple a besoin, des principes qui sont en harmonie avec la Bible, mais alors qu’il y a avec eux une exigence qui est contraire à la loi de Dieu, ses serviteurs ne peuvent pas s’unir à eux. Rien ne peut les justifier à écarter les commandements de Dieu pour les préceptes des hommes. {4SP 404.1}
A travers les deux grandes erreurs, l’immortalité de l’âme et la sacralité du dimanche, Satan amènera le peuple sous ses tromperies. Alors que le premier jette les bases du spiritisme, le second crée un lien de sympathie avec Rome. Le Protestantisme étendra encore sa main à travers le gouffre pour saisir la main du Spiritisme ; elle atteindra l’abîme pour serrer la main à la puissance romaine ; et sous l’influence de cette triple union, notre pays suivra les pas de Rome en foulant aux pieds les droits de la conscience. {4SP 405.1}
Le spiritisme change maintenant de forme, voilant certaines de ses caractéristiques les plus répréhensibles et immorales, et prenant une apparence chrétienne. Autrefois il dénonçait le Christ et la Bible ; maintenant il prétend accepter les deux. La Bible est interprétée d’une manière attrayante pour le cœur non renouvelé, tandis que ses vérités solennelles et vitales sont rendues sans effet. Un Dieu d’amour est présenté; mais sa justice, ses dénonciations du péché, les exigences de sa sainte loi, sont toutes cachées. Des fables agréables et envoûtantes captivent les sens de ceux qui ne font pas de la parole de Dieu le fondement de leur foi. Christ est aussi véritablement rejeté qu’auparavant ; mais Satan a tellement aveuglé les yeux du peuple que la tromperie n’est pas discernée. {4SP 405.2}
Comme le spiritisme s’assimile plus étroitement au christianisme nominal de l’époque, il a un plus grand pouvoir de tromper et de piéger. Satan lui-même est converti, selon l’ordre moderne des choses. Il apparaîtra sous la forme d’un ange de lumière. Par l’intermédiaire du spiritisme, des miracles seront opérés, les malades seront guéris et de nombreuses merveilles indéniables seront accomplies. Et comme les esprits professeront la foi dans la Bible et exprimeront leur respect pour le dimanche, leur travail sera accepté comme une manifestation de la puissance divine. {4SP 405.3}
La ligne de distinction entre les chrétiens professants et les impies est maintenant à peine discernable. Les membres de l’Église aiment ce que le monde aime et sont prêts à se joindre à eux ; et Satan décide de les unir en un seul corps et de renforcer ainsi sa cause en balayant tous dans les rangs du spiritisme. Les papistes qui se vantent des miracles comme une marque certaine de la véritable église, seront facilement trompés par cette puissance miraculeuse ; et les protestants, ayant rejeté le bouclier de la vérité, seront également trompés. Les papistes, les protestants et les mondains accepteront de la même manière la forme de la piété sans le pouvoir, et ils verront dans cette union un grand mouvement pour la conversion du monde et l’introduction du millénaire tant attendu. {4SP 406.1}
À travers le spiritisme, Satan apparaît comme un bienfaiteur de la race, guérissant les maladies du peuple et professant présenter un nouveau système de foi religieuse plus exalté ; mais en même temps il travaille comme destructeur. Ses tentations conduisent des multitudes à la ruine. L’intempérance détrône la raison ; l’indulgence sensuelle, les conflits et les effusions de sang s’ensuivent. Satan prend plaisir à la guerre ; car elle excite les pires passions de l’âme, puis emporte dans l’éternité ses victimes imprégnées de vice et de sang. Son objet est d’inciter les nations à se faire la guerre les unes contre les autres ; car il peut ainsi détourner l’esprit du peuple de l’œuvre de préparation pour se tenir debout au jour de Dieu. {4SP 406.2}
Satan travaille également à travers les éléments pour récolter sa moisson d’âmes non préparées. Il a étudié les secrets des laboratoires de la nature, et il utilise tout son pouvoir pour contrôler les éléments dans la mesure où Dieu le permet. Lorsqu’il a souffert d’affliger Job, avec quelle rapidité les troupeaux de troupeaux, les serviteurs, les maisons, les enfants ont été emportés, une peine se succédant à une autre comme en un instant. C’est Dieu qui protège ses créatures et les protège du pouvoir du destructeur. Mais le monde chrétien a méprisé la loi de Jéhovah ; et le Seigneur fait exactement ce qu’il a déclaré qu’il ferait, il retire ses bénédictions de la terre et retire son soin protecteur à ceux qui se rebellent contre sa loi, et enseignent et forcent les autres à faire de même. Satan a le contrôle de tous ceux que Dieu ne garde pas particulièrement. Il favorisera et fera prospérer certains afin de favoriser ses propres desseins, et il attirera des ennuis sur d’autres, et amènera les hommes à croire que c’est Dieu qui les afflige. {4SP 407.1}
En apparaissant aux enfants des hommes comme un grand médecin qui peut guérir toutes leurs maladies, il apportera la maladie et le désastre jusqu’à ce que les villes populeuses soient réduites à la ruine et à la désolation. Même maintenant, il est au travail. Dans les accidents et les calamités sur mer et sur terre, dans les grandes conflagrations, dans les tornades féroces et les terribles tempêtes de grêle, dans les tempêtes, les inondations, les cyclones, les raz-de-marée et les tremblements de terre, en tout lieu et sous mille formes, Satan exerce son pouvoir. Il balaie la moisson qui mûrit, et la famine et la détresse s’ensuivent. Il donne à l’air une souillure mortelle, et des milliers périssent par la peste. Ces visites vont devenir de plus en plus fréquentes et désastreuses. La destruction sera sur les habitants du monde. Les bêtes des champs gémiront et la terre languira. {4SP 407.2}
Et alors le grand trompeur persuadera les hommes que ceux qui servent Dieu causent ces maux. La classe qui a provoqué le mécontentement du Ciel chargera tous ses ennuis sur les quelques fidèles que le Seigneur leur a envoyés avec des messages d’avertissement et de réprimande. Il sera déclaré que la nation offense Dieu par la violation du dimanche-sabbat, que ce péché a apporté des calamités qui ne cesseront pas jusqu’à ce que l’observance du dimanche soit strictement appliquée, et que ceux qui présentent les revendications du quatrième commandement, ainsi détruisant le respect pour le dimanche, sont des perturbateurs de la nation, empêchant sa restauration à la faveur divine et à la prospérité temporelle. Ainsi l’accusation portée jadis contre le serviteur de Dieu sera répétée, et sur des bases également bien établies. « Et il arriva, quand Achab vit Élie, qu’Achab lui dit : Es-tu celui qui trouble Israël ? Et il répondit: Ce n’est pas moi qui ai troublé Israël, mais toi et la maison de ton père, en ce que vous avez abandonné les commandements de l’Éternel, et que vous avez suivi les Baals. [1 Rois 18:17, 18.] Comme la colère du peuple sera excitée par de fausses accusations, il poursuivra une voie vers les ambassadeurs de Dieu très semblable à celle qu’Israël apostat a poursuivie envers Élie. {4SP 408.1}
Le pouvoir miraculeux manifesté par le spiritisme exercera son influence contre ceux qui choisissent d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Des messages viendront des esprits déclarant que Dieu les a envoyés pour informer ceux qui rejettent le dimanche qu’ils sont dans l’erreur et que les lois du pays doivent être obéies comme la loi de Dieu. Ils déploreront la grande méchanceté dans le monde, et seconderont le témoignage des enseignants religieux, que l’état dégradé des mœurs est causé par la profanation du dimanche. Grande sera l’indignation suscitée contre tous ceux qui refusent d’accepter leur témoignage. {4SP 409.1}
Ceux qui honorent le sabbat biblique seront dénoncés comme des ennemis de la loi et de l’ordre, comme brisant les contraintes morales de la société, provoquant l’anarchie et la corruption, et appelant les jugements de Dieu sur la terre. Leurs scrupules de conscience seront marqués par l’obstination, l’entêtement et le mépris de l’autorité. Ils seront accusés de désaffection envers le gouvernement. Les ministres qui nient l’obligation de la loi divine présenteront du haut de la chaire le devoir d’obéir aux autorités civiles comme ordonné de Dieu. Dans les salles législatives et les cours de justice, les gardiens des commandements seront censurés et déformés. Une fausse coloration sera donnée à leurs paroles ; la pire construction possible sera mise sur leurs motivations. {4SP 409.2}
Les églises protestantes ont rejeté les arguments clairs et scripturaires en défense de la loi de Dieu, et elles aspirent à fermer la bouche de ceux dont la foi ne peut être renversée par la Bible. Bien qu’ils aveuglent leurs propres yeux sur ce fait, ils adoptent maintenant une voie qui conduira à la persécution de ceux qui refusent consciencieusement de faire ce que le reste du monde chrétien fait et reconnaissent les revendications du sabbat papal. {4SP 409.3}
Les dignitaires de l’Église et de l’État s’uniront pour soudoyer, persuader ou contraindre toutes les classes à honorer le dimanche. Le manque d’autorité divine sera comblé par des lois oppressives. La corruption politique détruit l’amour de la justice et le respect de la vérité, et afin de s’assurer la faveur du public, les législateurs cèderont à la demande populaire d’une loi imposant l’observance du dimanche. La liberté de conscience, qui a coûté un si grand sacrifice à cette nation, ne sera plus respectée. Dans le conflit à venir, nous verrons illustrés les paroles du prophète : « Et le dragon se mit en colère contre la femme, et alla faire la guerre au reste de sa postérité, qui garde les commandements de Dieu et a le témoignage de Jésus-Christ. .” [Apocalypse 12:17.] {4SP 410.1}
Notre terre est en danger. Le temps approche où ses législateurs abjureront tellement les principes du protestantisme qu’ils donneront la contenance à l’apostasie romaine. Le peuple pour lequel Dieu a si merveilleusement travaillé, en le fortifiant pour secouer le joug exaspérant du papisme, donnera par un acte national de la vigueur à la foi corrompue de Rome, et réveillera ainsi la tyrannie qui n’attend qu’un coup pour repartir dans cruauté et despotisme. A pas rapides nous approchons déjà de cette période. Lorsque les églises protestantes chercheront l’appui du pouvoir séculier, suivant ainsi l’exemple de cette église apostate, pour s’opposer à laquelle leurs ancêtres ont enduré la persécution la plus féroce, alors il y aura une apostasie nationale qui n’aboutira qu’à la ruine nationale. {4SP 410.2}
Chapitre 32 . . . . . Les Écritures une sauvegarde.
« À la loi et au témoignage. S’ils ne parlent pas selon cette parole, c’est qu’il n’y a pas de lumière en eux. [Ésaïe 8:20.] Le peuple de Dieu est dirigé vers les Écritures comme sa protection contre l’influence des faux enseignants et le pouvoir trompeur des esprits des ténèbres. Satan emploie tous les moyens possibles pour empêcher les hommes d’acquérir une connaissance de la Bible ; car ses paroles claires révèlent ses tromperies. À chaque reprise de l’œuvre de Dieu, le prince du mal est éveillé à une activité plus intense ; il déploie maintenant ses plus grands efforts pour une lutte finale et désespérée contre le Christ et ses disciples. La dernière grande illusion va bientôt s’ouvrir devant nous. L’Antéchrist doit accomplir ses œuvres merveilleuses à nos yeux. Si étroitement la contrefaçon ressemblera-t-elle au vrai, qu’il sera impossible de les distinguer si ce n’est par les Saintes Ecritures. Par leur témoignage, chaque déclaration et chaque miracle doit être testé. {4SP 411.1}
Ceux qui s’efforcent d’obéir à tous les commandements de Dieu seront combattus et tournés en dérision ; leur chemin sera rendu très difficile. Ils ne peuvent se tenir qu’en Dieu. Afin de supporter l’épreuve devant eux, ils doivent comprendre la volonté de Dieu telle qu’elle est révélée dans sa parole ; ils ne peuvent l’honorer que s’ils ont une juste conception de son caractère, de son gouvernement et de ses desseins, et agissent conformément à eux. Seuls ceux qui ont entraîné leur intellect à saisir les vérités de la Bible résisteront au dernier grand conflit. Pour chaque âme viendra le test de recherche, Dois-je obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes? L’heure décisive est déjà proche. Nos pieds sont-ils plantés sur le roc de la parole immuable de Dieu ? Sommes-nous prêts à tenir ferme pour défendre les commandements de Dieu et la foi de Jésus ? {4SP 411.2}
Avant sa crucifixion, le Sauveur expliqua à ses disciples qu’il devait être mis à mort et ressusciter du tombeau ; et les anges étaient présents pour imprimer ses paroles dans les esprits et les cœurs. Mais les disciples cherchaient une délivrance temporelle du joug romain, et ils ne pouvaient tolérer l’idée que Celui en qui se concentraient tous leurs espoirs devait subir une mort ignominieuse. Les mots dont ils avaient besoin de se souvenir étaient bannis de leur esprit ; et quand vint le moment de l’épreuve, il les trouva pris au dépourvu. La mort de Jésus a complètement détruit leurs espoirs comme s’il ne les avait pas prévenus. Ainsi, dans les prophéties, l’avenir est ouvert devant nous aussi clairement qu’il a été ouvert aux disciples par les paroles du Christ. Les événements liés à la fin de la probation et au travail de préparation pour le temps de détresse sont clairement mis en évidence. Mais les multitudes n’ont pas plus de compréhension de ces vérités importantes que si elles n’avaient jamais été révélées. Satan veille à emporter toute impression qui les rendrait sages à salut, et le temps de trouble les trouvera non prêts. {4SP 412.1}
Lorsque Dieu envoie aux hommes des avertissements si importants qu’ils sont représentés comme proclamés par de saints anges volant au milieu des cieux, il demande à toute personne dotée de pouvoirs de raisonnement de tenir compte du message. Les jugements effrayants dénoncés contre l’adoration de la bête et de son image, [Apocalypse 14:9-12.] devraient conduire tous à une étude diligente des prophéties pour savoir quelle est la marque de la bête, et comment elles doivent éviter de recevoir il. Mais les masses du peuple détournent leurs oreilles d’entendre la vérité et se tournent vers les fables. L’apôtre Paul a déclaré, regardant les derniers jours : “Le temps viendra où ils ne supporteront pas la saine doctrine.” [2 Timothée 4:3.] Ce temps est pleinement venu. Les multitudes ne veulent pas de la vérité biblique, parce qu’elle interfère avec les désirs du cœur pécheur et épris du monde ; et Satan fournit les tromperies qu’ils aiment. {4SP 413.1}
Mais Dieu aura un peuple sur la terre pour maintenir la Bible, et la Bible seulement, comme la norme de toutes les doctrines et la base de toutes les réformes. Les opinions des savants, les déductions de la science, les croyances ou les décisions des conseils ecclésiastiques, aussi nombreuses et discordantes que soient les églises qu’ils représentent, la voix de la majorité, – pas une ou toutes ces choses ne doivent être considérées comme des preuves pour ou contre tout point de foi religieuse. Avant d’accepter une doctrine ou un précepte, nous devrions exiger un simple « Ainsi dit le Seigneur » à l’appui. {4SP 413.2}
Satan s’efforce constamment d’attirer l’attention sur l’homme à la place de Dieu. Il conduit les gens à se tourner vers les évêques, les pasteurs, les professeurs de théologie, comme leurs guides, au lieu de chercher dans les Écritures pour apprendre leur devoir pour eux-mêmes. Puis, en contrôlant l’esprit de ces dirigeants, il peut influencer les multitudes selon sa volonté. {4SP 413.3}
Lorsque le Christ est venu prononcer les paroles de vie, le peuple l’a entendu avec joie ; et beaucoup, même parmi les prêtres et les chefs, croyaient en lui. Mais le chef de la prêtrise et les dirigeants de la nation étaient déterminés à condamner et à répudier ses enseignements. Bien qu’ils aient été déconcertés dans tous leurs efforts pour trouver des accusations contre lui, bien qu’ils ne pouvaient que sentir l’influence de la puissance et de la sagesse divines qui accompagnaient ses paroles, ils se sont pourtant enfermés dans des préjugés ; ils ont rejeté les preuves les plus claires de sa messianité, de peur qu’ils ne soient forcés de devenir ses disciples. Ces adversaires de Jésus étaient des hommes que le peuple avait appris dès l’enfance à respecter, à l’autorité desquels ils avaient été habitués implicitement à s’incliner. « Comment ça ? », ont-ils demandé, « que nos dirigeants et nos scribes érudits ne croient pas en Jésus ? Ces hommes pieux ne le recevraient-ils pas s’il était le Christ ? C’est l’influence de tels enseignants qui a conduit la nation juive à rejeter son Rédempteur. {4SP 414.1}
L’esprit qui animait ces prêtres et dirigeants est encore manifesté par beaucoup de ceux qui font une haute profession de piété. Ils refusent d’examiner le témoignage des Ecritures concernant les vérités spéciales pour ce temps. Ils soulignent leur propre nombre, leur richesse et leur popularité, et considèrent avec mépris les défenseurs de la vérité comme peu nombreux, pauvres et impopulaires, ayant une foi qui les sépare du monde. {4SP 414.2}
Le Christ a prévu que l’hypothèse indue d’autorité pratiquée par les scribes et les pharisiens ne cesserait pas avec la dispersion des Juifs. Il avait une vision prophétique de l’œuvre d’exaltation de l’autorité humaine pour gouverner la conscience, qui a été une si terrible malédiction pour l’église à toutes les époques. Et ses dénonciations effrayantes des scribes et des pharisiens, et ses avertissements au peuple de ne pas suivre ces dirigeants aveugles, ont été enregistrés comme un avertissement aux générations futures. {4SP 414.3}
Avec les nombreux avertissements contre les faux enseignants, pourquoi les gens sont-ils si prêts à confier la garde de leurs âmes au clergé ? Il y a aujourd’hui des milliers de professeurs de religion qui ne peuvent donner d’autre raison pour les points de foi qu’ils tiennent que d’avoir été ainsi instruits par leurs chefs religieux. Ils passent à côté des enseignements du Sauveur presque inaperçus et placent une confiance implicite dans les paroles des ministres. Mais les ministres sont-ils infaillibles ? Comment pouvons-nous confier nos âmes à leurs conseils si nous ne savons pas par la parole de Dieu qu’ils sont des porteurs de lumière ? Un manque de courage moral pour s’écarter des sentiers battus du monde conduit beaucoup à suivre les traces des savants ; et par leur réticence à enquêter par eux-mêmes, ils s’enchaînent désespérément dans les chaînes de l’erreur. Ils voient que la vérité pour ce temps est clairement exposée dans la Bible, et ils sentent la puissance du Saint-Esprit qui accompagne sa proclamation ; pourtant ils laissent l’opposition du clergé les détourner de la lumière. Bien que la raison et la conscience soient convaincues, ces âmes trompées n’osent pas penser autrement que le ministre ; et leur jugement individuel, leurs intérêts éternels, sont sacrifiés à l’incrédulité, à l’orgueil et aux préjugés d’autrui. {4SP 415.1} d’un autre. {4SP 415.1} d’un autre. {4SP 415.1}
Nombreuses sont les formes d’influence humaine par lesquelles Satan travaille pour lier ses captifs. Il s’assure des multitudes en les attachant par les cordes de soie de l’affection à ceux qui sont ennemis de la croix du Christ. Quel que soit cet attachement, parental, filial, conjugal ou social, l’effet est le même ; les opposants à la vérité gouvernent avec un pouvoir despotique, et les âmes tenues sous leur domination n’ont pas assez de courage ou d’indépendance pour obéir à leurs propres convictions du devoir. {4SP 416.1}
La vérité et la gloire de Dieu sont inséparables ; il nous est impossible, la Bible à notre portée, d’honorer Dieu par des opinions erronées. C’est le premier et le plus haut devoir de tout être rationnel d’apprendre des Écritures ce qu’est la vérité, puis de marcher dans la lumière et d’encourager les autres à suivre son exemple. L’ignorance de la parole de Dieu est un péché, quand toutes les dispositions ont été prises pour que nous devenions sages. Nous devons étudier la Bible jour après jour avec diligence, en pesant chaque pensée et en comparant les Écritures avec les Écritures. Avec l’aide divine, nous devons former nos opinions par nous-mêmes, comme nous devons répondre de nous-mêmes devant Dieu. {4SP 416.2}
Les vérités les plus clairement révélées dans la Bible ont été plongées dans le doute et les ténèbres par des savants qui, avec un semblant de grande sagesse, enseignent que les Écritures ont une signification mystique, secrète et spirituelle qui n’apparaît pas dans le langage employé. Ces hommes sont de faux enseignants. C’est à une telle classe que Jésus a déclaré : « Vous ne connaissez pas les Écritures, ni la puissance de Dieu. [Marc 12:24.] Le langage de la Bible doit être expliqué selon son sens évident à moins qu’un symbole ou une figure ne soit employé. Christ a fait la promesse : « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra la doctrine. [Jean 7:17.] Si seulement les hommes prenaient la Bible telle qu’elle se lit, s’il n’y avait pas de faux docteurs pour égarer et confondre leur esprit, une œuvre serait accomplie qui réjouirait les anges, et cela amènerait dans la bergerie de Christ des milliers et des milliers qui errent maintenant dans l’erreur. {4SP 416.3}
Nous devons exercer tous les pouvoirs de l’esprit dans l’étude des Écritures et charger l’entendement de comprendre, autant que les mortels le peuvent, les choses profondes de Dieu ; mais nous ne devons pas oublier que la docilité et la soumission d’un enfant sont le véritable esprit de l’apprenant. Les difficultés scripturaires ne peuvent jamais être maîtrisées par les mêmes méthodes que celles employées pour s’attaquer aux problèmes philosophiques. Nous ne devrions pas nous engager dans l’étude de la Bible avec cette confiance en soi avec laquelle tant de personnes entrent dans les domaines de la science, mais avec une dépendance priante envers Dieu et un désir sincère d’apprendre sa volonté. Nous devons venir avec un esprit humble et enseignable pour obtenir la connaissance du grand JE SUIS. Sinon, les mauvais anges vont tellement aveugler nos esprits et endurcir nos cœurs que nous ne serons pas impressionnés par la vérité. {4SP 417.1}
Beaucoup de passages de l’Ecriture que les savants prononcent comme un mystère, ou passent sous silence, sont pleins de consolation et d’instruction pour celui qui a été instruit à l’école de Christ. L’une des raisons pour lesquelles de nombreux théologiens n’ont pas une compréhension plus claire de la parole de Dieu est qu’ils ferment les yeux sur des vérités qu’ils ne souhaitent pas mettre en pratique. Une compréhension de la vérité biblique ne dépend pas tant de la puissance de l’intellect apporté à la recherche que de l’unicité du but, le désir ardent de la justice. {4SP 417.2}
La Bible ne devrait jamais être étudiée sans prière. Seul le Saint-Esprit peut nous faire sentir l’importance de ces choses faciles à comprendre, ou nous empêcher d’arracher des vérités difficiles à comprendre. C’est le rôle des anges célestes de préparer le cœur à comprendre la parole de Dieu de manière à ce que nous soyons charmés par sa beauté, avertis par ses avertissements ou animés et fortifiés par ses promesses. Nous devrions faire nôtre la requête du psalmiste : « Ouvre mes yeux, afin que je contemple les merveilles de ta loi. [Psaume 119:18.] Les tentations semblent souvent irrésistibles parce qu’en négligeant la prière et l’étude de la Bible, la personne tentée ne peut pas facilement se souvenir des promesses de Dieu et affronter Satan avec les armes des Écritures. Mais les anges entourent ceux qui veulent être instruits dans les choses divines, et dans les temps de grande nécessité, ils rappelleront à leur mémoire les vérités mêmes qui sont nécessaires. Ainsi, lorsque l’ennemi viendra comme un déluge, l’Esprit du Seigneur élèvera une bannière contre lui. {4SP 418.1}
Tous ceux qui attachent de la valeur à leurs intérêts éternels devraient être sur leurs gardes contre les incursions du scepticisme. Les piliers mêmes de la vérité seront assaillis. Il est impossible de rester à l’abri des sarcasmes et des sophismes, des enseignements insidieux et pestilentiels de l’infidélité moderne. Satan adapte ses tentations à toutes les classes. Il assaille les analphabètes avec une plaisanterie ou un ricanement, tandis qu’il rencontre les instruits avec des objections scientifiques et des raisonnements philosophiques, également calculés pour exciter la méfiance ou le mépris des Écritures. Même des jeunes peu expérimentés ont la présomption d’insinuer des doutes sur les principes fondamentaux du christianisme. Et cette infidélité juvénile, aussi superficielle soit-elle, a son influence. Beaucoup sont ainsi amenés à se moquer de la foi de leurs pères et à faire du mal à l’Esprit de grâce. De nombreuses vies qui promettaient d’être un honneur pour Dieu et une bénédiction pour le monde ont été gâchées par le souffle fétide de l’infidélité. Tous ceux qui se fient aux décisions fanfaronnes de la raison humaine et s’imaginent pouvoir expliquer les mystères divins et arriver à la vérité sans l’aide de la sagesse de Dieu, sont pris dans le piège de Satan. {4SP 418.2}
Nous vivons la période la plus solennelle de l’histoire de ce monde. Le destin des multitudes grouillantes de la terre est sur le point d’être décidé. Notre propre bien-être futur et aussi le salut des autres âmes dépendent de la voie que nous suivons maintenant. Nous devons être guidés par l’Esprit de vérité. Tout disciple de Christ devrait sincèrement se demander : « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Nous devons nous humilier devant le Seigneur, par le jeûne et la prière, et méditer beaucoup sur sa parole, en particulier sur les scènes du Jugement. Nous devrions maintenant chercher une expérience profonde et vivante dans les choses de Dieu. Nous n’avons pas un instant à perdre. Des événements d’une importance vitale se déroulent autour de nous ; nous sommes sur le terrain enchanté de Satan. Ne dormez pas, sentinelles de Dieu ; l’ennemi se cache tout près, prêt à tout moment, si vous devenez relâché et somnolent, fondre sur toi et faire de toi sa proie. {4SP 419.1}
Beaucoup sont trompés quant à leur véritable condition devant Dieu. Ils se félicitent des mauvaises actions qu’ils ne commettent pas, et oublient d’énumérer les bonnes et nobles actions que Dieu exige d’eux, mais qu’ils ont négligé d’accomplir. Il ne suffit pas qu’ils soient des arbres dans le jardin de Dieu. Ils doivent répondre à son attente en portant du fruit. Il les tient pour responsables de leur échec à accomplir tout le bien qu’ils auraient pu faire, par sa grâce qui les renforce. Dans les livres du Ciel, ils sont enregistrés comme des encombrants du sol. {4SP 419.2}
Lorsque le temps de l’épreuve viendra, ceux qui ont fait de la parole de Dieu leur règle de vie seront révélés. En été, il n’y a pas de différence notable entre les conifères et les autres arbres; mais quand les souffles de l’hiver viennent, les conifères restent inchangés, tandis que d’autres arbres sont dépouillés de leur feuillage. Ainsi, le professeur au cœur faux ne peut plus être distingué du vrai chrétien, mais le moment est venu où la différence sera apparente. Que l’opposition s’élève, que la voix du dragon soit entendue, que la persécution soit allumée, et les tièdes et les hypocrites vacilleront et céderont la foi ; mais le vrai chrétien se tiendra ferme comme un roc, sa foi plus forte, son espérance plus brillante qu’aux jours de prospérité. {4SP 420.1}
« Heureux l’homme qui ne marche pas dans le conseil des impies, ni ne se tient dans la voie des pécheurs, ni ne s’assied sur le siège des méprisants. Mais son plaisir est dans la loi du Seigneur ; et dans sa loi il médite jour et nuit. Et il sera comme un arbre planté près des fleuves d’eau, qui produit son fruit en sa saison; sa feuille ne se fanera pas non plus; et tout ce qu’il fera réussira. [Psaume 1:1-3.] {4SP 420.2}
Chapitre 33 . . . . . Le grand cri.
« J’ai vu un autre ange descendre du Ciel, ayant un grand pouvoir ; et la terre fut illuminée de sa gloire. Et il cria puissamment d’une voix forte, disant : Babylone la grande est tombée, est tombée, et est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et la cage de tout oiseau impur et odieux. “Et j’entendis une autre voix du Ciel, disant : Sortez d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés, et que vous ne receviez pas de ses fléaux.” [Apocalypse 18:1, 2, 4.] {4SP 421.1}
Dans cette écriture, l’annonce de la chute de Babylone, telle que faite par le deuxième ange, [Apocalypse 14:8.] est répétée, avec la mention supplémentaire des corruptions qui sont entrées dans les églises depuis 1844. Une terrible condition des religieux monde est ici décrit. Avec chaque rejet de la vérité, les esprits des gens sont devenus plus sombres, leurs cœurs plus têtus, jusqu’à ce qu’ils soient retranchés dans une hardiesse infidèle. Au mépris des avertissements que Dieu a donnés, ils continuent à piétiner l’un des préceptes du décalogue et ils persécutent ceux qui le tiennent pour sacré. Le Christ est mis à néant dans le mépris placé sur sa parole et son peuple. Comme les enseignements du spiritisme sont acceptés par les églises, aucune contrainte réelle n’est imposée au cœur charnel, et la profession de religion devient un manteau pour dissimuler la plus basse des iniquités. La croyance aux manifestations spirituelles ouvre la porte à la séduction des esprits et des doctrines des démons. L’influence des mauvais anges se fait sentir dans les églises de tout le pays. {4SP 421.2}
De Babylone, à cette époque, il est déclaré : “Ses péchés ont atteint le ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités”. [Apocalypse 18:5.] Elle a rempli la mesure de sa culpabilité, et la destruction est sur le point de tomber sur elle. Mais Dieu a toujours un peuple à Babylone ; et avant la visitation de ses jugements, ces fidèles doivent être appelés, afin qu’ils “ne participent pas à ses péchés et ne reçoivent pas ses fléaux”. D’où le mouvement symbolisé par l’ange descendant du Ciel, éclairant la terre de sa gloire, et criant puissamment d’une voix forte, annonçant les péchés de Babylone. En relation avec son message, l’appel est entendu : “Sortez d’elle, mon peuple”. Alors que ces avertissements rejoignent le message du troisième ange, il se transforme en un grand cri. {4SP 422.1}
Effrayante est la question à laquelle le monde doit être amené. Les puissances de la terre, s’unissant pour faire la guerre aux commandements de Dieu, décréteront que nul ne pourra acheter ni vendre, sauf celui qui a la marque de la bête, et, enfin, que quiconque refusera de recevoir la marque sera mis à mort. . [Révélation 13:15, 17.] La parole de Dieu déclare : « Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit sa marque sur son front ou sur sa main, celui-là boira du vin de la colère de Dieu, qui est versé sans mélange dans la coupe de son indignation. [Apocalypse 14:9, 10.] Mais personne n’est amené à ressentir la colère de Dieu jusqu’à ce que la vérité ait été mise en contact avec son esprit et sa conscience, et ait été rejetée. Il y en a beaucoup dans les églises de notre pays qui n’ont jamais, même en cette terre de lumière et de connaissance, eu l’occasion d’entendre les vérités spéciales pour cette époque. L’obligation du quatrième commandement ne leur a jamais été présentée sous son vrai jour. Jésus lit chaque cœur et essaie chaque motif. Le décret ne doit pas être imposé au peuple aveuglément. Chacun doit avoir suffisamment de lumière pour prendre intelligemment sa décision. Le sabbat sera le grand test de loyauté ; car c’est le point de vérité particulièrement controversé. {4SP 422.2}
Jusqu’à présent, ceux qui ont présenté les vérités du troisième message ont souvent été considérés comme de simples alarmistes. La prédiction selon laquelle l’Église et l’État s’uniraient pour persécuter ceux qui gardent les commandements de Dieu a été déclarée sans fondement et absurde. Il a été déclaré avec confiance que cette terre ne pourrait jamais devenir autre que ce qu’elle a été, le défenseur de la liberté religieuse. Mais comme la question d’imposer l’observance du dimanche est largement agitée, l’événement si longtemps mis en doute et incrédule est vu approcher, et le troisième message produit un effet qu’il n’aurait pas pu avoir auparavant. {4SP 423.1}
Dans chaque génération, Dieu a envoyé ses serviteurs pour réprimander le péché, à la fois dans le monde et dans l’église. Mais les gens désirent des choses douces qui leur sont dites, et la vérité pure et sans fard n’est pas acceptable. Beaucoup de réformateurs, en entrant dans leur œuvre, décidèrent d’exercer une grande prudence en s’attaquant aux péchés de l’Église et de la nation. Ils espéraient, par l’exemple d’une vie chrétienne pure, ramener le peuple aux doctrines de la Bible. Mais l’Esprit de Dieu vint sur eux comme il vint sur Elie, et ils ne purent s’empêcher de prêcher les paroles claires de la Bible, des doctrines qu’ils avaient été réticentes à présenter. Ils étaient poussés à déclarer avec zèle la vérité et le danger qui menaçait les âmes. Les paroles que le Seigneur leur a données, ils les ont prononcées sans crainte de conséquences, et le peuple a été contraint d’entendre l’avertissement. {4SP 423.
Ainsi sera proclamé le message du troisième ange. Au moment où le grand cri sera lancé, le Seigneur agira au moyen d’instruments humbles, guidant l’esprit de ceux qui se consacrent à son service. Les ouvriers seront qualifiés plutôt par l’onction de son Esprit que par la formation des institutions littéraires. Les hommes de foi et de prière seront contraints d’aller de l’avant avec un saint zèle, déclarant les paroles que Dieu leur donne. Les péchés de Babylone seront dévoilés. Les résultats effrayants d’une union de l’Église et de l’État, les incursions du spiritisme, les progrès furtifs mais rapides du pouvoir papal, tout sera démasqué. Par ces avertissements solennels, le peuple sera ému. Des milliers et des milliers n’ont jamais écouté des mots comme ceux-ci. Dans l’étonnement, ils entendent le témoignage que Babylone est l’église, déchue à cause de ses erreurs et de ses péchés, à cause de son rejet de la vérité qui lui a été envoyée du Ciel. Les gens vont vers leurs anciens professeurs avec l’ardeur de la question : Est-ce ainsi ? Les ministres présentent des fables, prophétisent des choses douces, pour apaiser leurs peurs, et calmer la conscience éveillée. Mais beaucoup refusent de se contenter de la simple autorité des hommes et exigent un simple « Ainsi dit le Seigneur ». Le ministère populaire, comme les pharisiens d’autrefois, est rempli de colère lorsque son autorité est remise en question ; ils dénoncent le message comme venant de Satan, et incitent les multitudes qui aiment le péché à insulter et à persécuter ceux qui le proclament. {4SP 424.1} pour apaiser leurs peurs, et calmer la conscience éveillée. Mais beaucoup refusent de se contenter de la simple autorité des hommes et exigent un simple « Ainsi dit le Seigneur ». Le ministère populaire, comme les pharisiens d’autrefois, est rempli de colère lorsque son autorité est remise en question ; ils dénoncent le message comme venant de Satan, et incitent les multitudes qui aiment le péché à insulter et à persécuter ceux qui le proclament. {4SP 424.1} pour apaiser leurs peurs, et calmer la conscience éveillée. Mais beaucoup refusent de se contenter de la simple autorité des hommes et exigent un simple « Ainsi dit le Seigneur ». Le ministère populaire, comme les pharisiens d’autrefois, est rempli de colère lorsque son autorité est remise en question ; ils dénoncent le message comme venant de Satan, et incitent les multitudes qui aiment le péché à insulter et à persécuter ceux qui le proclament. {4SP 424.1}
Tandis que la controverse s’étend à de nouveaux domaines et que l’esprit des gens est appelé à la loi de Dieu qui a été foulée aux pieds, Satan s’agite. Le pouvoir qui accompagne le message ne fait qu’affoler ceux qui s’y opposent. Le clergé faisait des efforts presque surhumains pour étouffer la lumière, de peur qu’elle ne brille sur ses ouailles. Par tous les moyens à leur disposition, ils s’efforcent de supprimer la discussion de ces questions vitales. L’Église fait appel au bras fort du pouvoir civil, et dans cette œuvre, les papistes sont sollicités pour venir en aide aux protestants. Le mouvement pour l’application dominicale devient plus audacieux et décidé. La loi est invoquée contre les gardiens des commandements. Ils sont menacés d’amendes et d’emprisonnement, et certains se voient offrir des postes d’influence, ainsi que d’autres récompenses et avantages, comme incitations à renoncer à leur foi. Mais leur réponse inébranlable est, “Montrez-nous d’après la parole de Dieu notre erreur”, le même plaidoyer qui a été fait par Luther dans des circonstances similaires. Ceux qui sont traduits devant les tribunaux font une forte justification de la vérité, et certains qui les entendent sont amenés à prendre position pour garder tous les commandements de Dieu. Ainsi la lumière est apportée devant des milliers de personnes qui, autrement, ne sauraient rien de ces vérités. {4SP 425.1}
L’obéissance consciencieuse à la parole de Dieu sera traitée comme une rébellion. Aveuglé par Satan, le parent exercera dureté et sévérité envers l’enfant croyant ; le maître ou la maîtresse opprimera le serviteur qui garde les commandements. L’affection sera aliénée ; les enfants seront déshérités et chassés de chez eux. Les paroles de Paul seront littéralement accomplies : « Tous ceux qui vivront pieusement en Jésus-Christ subiront la persécution. [2 Timothée 3:12.] Comme les défenseurs de la vérité refusent d’honorer le dimanche-sabbat, certains d’entre eux seront jetés en prison, certains seront exilés, certains seront traités comme des esclaves. Pour la sagesse humaine, tout cela semble désormais impossible ; mais à mesure que l’Esprit modérateur de Dieu sera retiré des hommes, et qu’ils seront sous le contrôle de Satan, qui hait les préceptes divins, il y aura d’étranges développements. Le cœur peut être très cruel lorsque la crainte et l’amour de Dieu sont supprimés. {4SP 425.2}
À l’approche de la tempête, une grande classe qui a professé la foi dans le troisième message, mais n’a pas été sanctifiée par lui, abandonne sa position et se réfugie sous la bannière des puissances des ténèbres. En s’unissant au monde et en partageant son esprit, ils en viennent à voir les choses presque sous le même jour ; et quand l’épreuve est amenée, ils sont prêts à choisir le côté facile et populaire. Des hommes de talent et d’adresse agréable, qui se réjouissaient autrefois de la vérité, emploient leurs pouvoirs pour tromper et égarer les âmes. Ils deviennent les ennemis les plus acharnés de leurs anciens frères. Lorsque les observateurs du sabbat sont amenés devant les tribunaux pour répondre de leur foi, ces apostats sont les agents les plus efficaces de Satan pour les déformer et les accuser, et par de faux rapports et insinuations pour exciter les dirigeants contre eux. {4SP 426.1}
Les serviteurs du Seigneur ont fidèlement donné l’avertissement, regardant à Dieu et à sa parole seule. Ils n’ont pas froidement calculé les conséquences pour eux-mêmes. Ils n’ont pas consulté leurs intérêts temporels, ni cherché à préserver leur réputation ou leur vie. Pourtant, lorsque la tempête d’opposition et de reproche éclate sur eux, ils sont accablés de consternation ; et certains sont prêts à s’exclamer : « Si nous avions prévu les conséquences de nos paroles, nous aurions gardé le silence. Ils sont entourés de difficultés. Satan les assaille avec des tentations féroces. Le travail qu’ils ont entrepris semble bien au-delà de leur capacité à accomplir. Ils sont menacés de destruction. L’enthousiasme qui les animait a disparu ; pourtant ils ne peuvent pas revenir en arrière. Puis, sentant leur impuissance totale, ils fuient vers le Tout-Puissant pour avoir de la force. Ils se souviennent que les paroles qu’ils ont dites n’étaient pas les leurs, mais celui qui leur a ordonné de donner l’avertissement. Dieu a mis la vérité dans leur cœur, et ils ne pouvaient s’empêcher de la proclamer. {4SP 427.1}
Les mêmes épreuves ont été vécues par les hommes de Dieu dans le passé. Wycliffe, Huss, Luther, Tyndale, Baxter, Wesley, insistèrent pour que toutes les doctrines soient mises à l’épreuve de la Bible, et déclarèrent qu’ils renonceraient à tout ce qu’elle condamnait. Contre ces hommes, la persécution faisait rage avec une fureur implacable; pourtant ils n’ont cessé de déclarer la vérité. Différentes périodes de l’histoire de l’Église ont chacune été marquées par le développement d’une vérité particulière, adaptée aux besoins du peuple de Dieu à cette époque. Chaque nouvelle vérité a fait son chemin contre la haine et l’opposition ; ceux qui ont été bénis par sa lumière ont été tentés et éprouvés. Le Seigneur donne une vérité spéciale pour les gens en situation d’urgence. Qui ose refuser de le publier ? Il ordonne à ses serviteurs de présenter la dernière invitation de miséricorde au monde. Ils ne peuvent pas rester silencieux, sauf au péril de leur âme. Les ambassadeurs du Christ n’ont rien à voir avec les conséquences. Ils doivent accomplir leur devoir et laisser les résultats à Dieu. {4SP 427.2}
Alors que l’opposition monte à une hauteur plus féroce, les serviteurs de Dieu sont de nouveau perplexes; car il leur semble qu’ils ont apporté la crise. Mais la conscience et la parole de Dieu leur assurent que leur chemin est juste ; et bien que les épreuves continuent, ils sont fortifiés pour les supporter. Le combat se rapproche et s’intensifie, mais leur foi et leur courage grandissent avec l’urgence. Leur témoignage est : « Nous n’osons pas altérer la parole de Dieu, divisant sa sainte loi, appelant une partie essentielle et une autre non essentielle pour gagner la faveur du monde. Le Seigneur que nous servons est capable de nous délivrer. Christ a vaincu les puissances de la terre ; et aurons-nous peur d’un monde déjà conquis ? {4SP 428.1}
La persécution sous ses diverses formes est le développement d’un principe qui existera tant que Satan existera, et le christianisme a un pouvoir vital. Aucun homme ne peut servir Dieu sans s’enrôler contre lui-même l’opposition des armées des ténèbres. Les anges maléfiques l’assailliront, alarmés que son influence leur enlève la proie. Des hommes mauvais, réprimandés par son exemple, s’uniront à eux pour chercher à le séparer de Dieu par des tentations séduisantes. Quand ceux-ci ne réussissent pas, alors un pouvoir contraignant est employé pour forcer la conscience. {4SP 428.2}
Mais aussi longtemps que Jésus demeure l’intercesseur de l’homme dans le sanctuaire d’en haut, l’influence restrictive du Saint-Esprit est ressentie par les dirigeants et le peuple. Il contrôle toujours, dans une certaine mesure, les lois du pays. Sans ces lois, la condition du monde serait bien pire qu’elle ne l’est actuellement. Alors que beaucoup de nos dirigeants sont des agents actifs de Satan, Dieu a aussi ses agents parmi les dirigeants de la nation. L’ennemi pousse ses serviteurs à proposer des mesures qui entraveraient grandement l’œuvre de Dieu ; mais les hommes d’État qui craignent le Seigneur sont influencés par les saints anges pour opposer à de telles propositions des arguments sans réplique. Ainsi quelques hommes tiendront en échec un puissant courant de mal. L’opposition des ennemis de la vérité sera contenue afin que le troisième message puisse faire son œuvre. Quand le grand cri sera donné, cela retiendra l’attention de ces hommes dirigeants à travers lesquels le Seigneur travaille maintenant, et certains d’entre eux l’accepteront et se tiendront aux côtés du peuple de Dieu pendant le temps de détresse. {4SP 429.1}
L’ange qui s’unit dans la proclamation du troisième message doit éclairer toute la terre de sa gloire. Une œuvre d’envergure mondiale et d’une puissance inouïe est ici présentée. Le mouvement adventiste de 1840-1844 était une glorieuse manifestation de la puissance de Dieu ; le premier message a été porté à chaque station missionnaire dans le monde, et dans ce pays il y avait le plus grand intérêt religieux qui a été témoin dans n’importe quelle terre depuis la réforme du seizième siècle ; mais ceux-ci doivent être largement dépassés par le puissant mouvement sous le grand cri du troisième message. L’œuvre sera semblable à celle du jour de la Pentecôte. Les serviteurs de Dieu, le visage illuminé et resplendissant de la sainte consécration, se hâtent de lieu en lieu pour proclamer l’avertissement du Ciel. Par des milliers de voix, partout sur la terre, le message sera donné. Des miracles sont opérés, les malades sont guéris, et des signes et des prodiges suivent les croyants. Satan travaille aussi avec des merveilles mensongères, faisant même descendre le feu du ciel à la vue des hommes. Ainsi les habitants de la terre sont amenés à prendre position. {4SP 429.2}
Le message sera porté, comme le fut le cri de minuit de 1844, non pas tant par l’argumentation que par la profonde conviction de l’Esprit de Dieu. Les arguments ont été présentés. La graine a été semée, et maintenant elle va germer et porter du fruit. Les publications diffusées par les missionnaires ont exercé leur influence ; pourtant, beaucoup dont les esprits ont été impressionnés ont été empêchés de comprendre pleinement la vérité ou de céder à l’obéissance. Maintenant les rayons de lumière pénètrent partout, la vérité est vue dans sa clarté, et les honnêtes enfants de Dieu coupent les liens qui les retenaient. Les relations familiales, les relations d’église, sont impuissantes à les retenir maintenant. La vérité est plus précieuse que tout. Malgré les agences combinées contre la vérité, un grand nombre prend position du côté du Seigneur. {4SP 430.1}
Chapitre 34 . . . . . Le temps des troubles.
« En ce temps-là se lèvera Michel, le grand prince qui défend les enfants de ton peuple ; et il y aura un temps de détresse, tel qu’il n’y en a jamais eu depuis qu’il y a eu une nation jusqu’à ce même temps ; et en ce temps-là ton peuple sera délivré, tous ceux qui seront trouvés écrits dans le livre. [Daniel 12:1.] {4SP 431.1}
Lorsque le troisième message se termine, la miséricorde ne plaide plus pour les habitants coupables de la terre. Le peuple de Dieu a accompli son œuvre ; ils ont reçu la pluie de l’arrière-saison, ou le rafraîchissement de la présence du Seigneur, et ils sont préparés pour l’heure éprouvante qui les attend. Les anges vont et viennent au paradis. Un ange revenant de la terre annonce que son œuvre est accomplie, que le sceau de Dieu [VOIR APPENDICE, NOTE 9.] a été apposé sur son peuple. Alors Jésus cesse son intercession dans le sanctuaire d’en haut. Il lève les mains et dit d’une voix forte : « C’est fait » ; et toute l’armée angélique dépose ses couronnes alors qu’il fait l’annonce solennelle : « Celui qui est injuste, qu’il soit encore injuste ; et celui qui est souillé, qu’il soit encore souillé; et celui qui est juste, qu’il soit encore juste; et celui qui est saint, qu’il soit encore saint. [Apocalypse 22:11] Chaque cas a été tranché pour la vie ou la mort. Christ a fait l’expiation pour son peuple et a effacé ses péchés. Le nombre de ses sujets est composé ; « le royaume et la domination et la grandeur du royaume sous tous les cieux » sont sur le point d’être donnés aux héritiers du salut, et Jésus doit régner en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs. {4SP 431.2}
Lorsqu’il quitte le sanctuaire, les ténèbres couvrent les habitants de la terre. En cette période effrayante, les justes doivent vivre aux yeux d’un Dieu saint sans intercesseur. La contrainte qui pesait sur les méchants est supprimée, et Satan a le contrôle total sur ceux qui sont finalement impénitents. La puissance qui accompagne le dernier avertissement les a rendus furieux, et leur colère s’est enflammée contre tous ceux qui ont reçu le message. Le peuple de Dieu est alors plongé dans ces scènes d’affliction et de détresse décrites par le prophète comme le temps des troubles de Jacob :– {4SP 432.1}
“Ainsi dit le Seigneur : Nous avons entendu une voix de tremblement, de crainte, et non de paix.” “Tous les visages sont devenus pâles. Hélas! car ce jour est grand, de sorte qu’aucun n’est comme lui : c’est même le temps de trouble de Jacob ; mais il en sera sauvé. [Jérémie 30:5-7.] {4SP 432.2}
La nuit d’angoisse de Jacob, quand il luttait dans la prière pour être délivré de la main d’Esaü, [Genèse 32:24-30.] représente l’expérience du peuple de Dieu au temps de détresse. En raison de la tromperie pratiquée pour obtenir la bénédiction de son père, destinée à Ésaü, Jacob s’était enfui pour sauver sa vie, alarmé par les menaces mortelles de son frère. Après être resté de nombreuses années en exil, il était parti, sur l’ordre de Dieu, pour retourner avec ses femmes et ses enfants, ses brebis et ses troupeaux, dans son pays natal. Arrivé aux confins du pays, il fut rempli de terreur par la nouvelle de l’approche d’Esaü à la tête d’une troupe de guerriers, sans doute résolus à se venger. La compagnie de Jacob, désarmée et sans défense, semblait sur le point de devenir des victimes impuissantes de la violence et du massacre. Et au fardeau de l’anxiété et de la peur s’ajoutait le poids écrasant de l’autoreprobation ; car c’était son propre péché qui avait amené ce danger. Son seul espoir était dans la miséricorde de Dieu ; sa seule défense doit être la prière. Pourtant, il ne laisse rien inachevé de sa part pour expier le tort fait à son frère et pour écarter le danger menacé. De même, les disciples de Christ, à l’approche du temps de détresse, devraient faire tous leurs efforts pour se placer sous un jour convenable devant le peuple, pour désarmer les préjugés et pour écarter le danger qui menace la liberté de conscience. {4SP 432.3} s’efforcer de se placer sous un jour convenable devant le peuple, de désarmer les préjugés et d’écarter le danger qui menace la liberté de conscience. {4SP 432.3} s’efforcer de se placer sous un jour convenable devant le peuple, de désarmer les préjugés et d’écarter le danger qui menace la liberté de conscience. {4SP 432.3}
Ayant renvoyé sa famille pour qu’elle ne soit pas témoin de sa détresse, Jacob reste seul pour intercéder auprès de Dieu. Il confesse son péché et reconnaît avec gratitude la miséricorde de Dieu envers lui, tandis qu’avec une profonde humiliation, il plaide l’alliance conclue avec ses pères et les promesses faites à lui-même dans la vision nocturne à Béthel et dans le pays de son exil. La crise de sa vie est arrivée ; tout est en jeu. Dans l’obscurité et la solitude, il continue à prier et à s’humilier devant Dieu. Soudain, une main se pose sur son épaule. Il pense qu’un ennemi cherche sa vie, et avec toute l’énergie du désespoir, il lutte avec son agresseur. Alors que le jour commence à se lever, l’étranger met en avant son pouvoir surhumain; à son contact, l’homme fort semble paralysé, et il tombe, suppliant impuissant et pleurant, sur le cou de son mystérieux antagoniste. Jacob sait maintenant que c’est l’Ange de l’alliance avec qui il a été en conflit. Bien qu’handicapé et souffrant des douleurs les plus vives, il ne renonce pas à son but. Longtemps il a enduré la perplexité, le remords et les ennuis pour son péché ; maintenant il doit avoir l’assurance qu’il est pardonné. Le visiteur divin semble sur le point de partir ; mais Jacob s’accroche à lui, plaidant pour une bénédiction. L’Ange exhorte : « Laisse-moi partir ; car le jour se lève ; » mais le patriarche s’écrie : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Quelle confiance, quelle fermeté et quelle persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} et souffrant de la douleur la plus vive, il ne renonce pas à son but. Longtemps il a enduré la perplexité, le remords et les ennuis pour son péché ; maintenant il doit avoir l’assurance qu’il est pardonné. Le visiteur divin semble sur le point de partir ; mais Jacob s’accroche à lui, plaidant pour une bénédiction. L’Ange exhorte : « Laisse-moi partir ; car le jour se lève ; » mais le patriarche s’écrie : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Quelle confiance, quelle fermeté et quelle persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} et souffrant de la douleur la plus vive, il ne renonce pas à son but. Longtemps il a enduré la perplexité, le remords et les ennuis pour son péché ; maintenant il doit avoir l’assurance qu’il est pardonné. Le visiteur divin semble sur le point de partir ; mais Jacob s’accroche à lui, plaidant pour une bénédiction. L’Ange exhorte : « Laisse-moi partir ; car le jour se lève ; » mais le patriarche s’écrie : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Quelle confiance, quelle fermeté et quelle persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} maintenant il doit avoir l’assurance qu’il est pardonné. Le visiteur divin semble sur le point de partir ; mais Jacob s’accroche à lui, plaidant pour une bénédiction. L’Ange exhorte : « Laisse-moi partir ; car le jour se lève ; » mais le patriarche s’écrie : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Quelle confiance, quelle fermeté et quelle persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} maintenant il doit avoir l’assurance qu’il est pardonné. Le visiteur divin semble sur le point de partir ; mais Jacob s’accroche à lui, plaidant pour une bénédiction. L’Ange exhorte : « Laisse-moi partir ; car le jour se lève ; » mais le patriarche s’écrie : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Quelle confiance, quelle fermeté et quelle persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} quelle fermeté et persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1} quelle fermeté et persévérance s’affichent ici ! Si cela avait été une revendication présomptueuse et présomptueuse, Jacob aurait été instantanément détruit ; mais c’était l’assurance de celui qui confesse sa faiblesse et son indignité, mais qui fait confiance à la miséricorde d’un Dieu qui respecte son alliance. {4SP 433.1}
“Il avait le pouvoir sur l’Ange et a prévalu.” [Osée 12:4.] Par l’humiliation, la repentance et l’abandon de soi, ce mortel pécheur et égaré a prévalu avec la Majesté du Ciel. Il avait attaché sa poigne tremblante sur les promesses de Dieu, et le cœur de l’Amour Infini ne pouvait pas détourner l’appel du pécheur. Comme preuve de son triomphe et pour encourager les autres à imiter son exemple, son nom a été changé de celui qui rappelait son péché à celui qui commémorait sa victoire. Et le fait que Jacob avait triomphé avec Dieu était une assurance qu’il triompherait avec les hommes. Il ne craignait plus de rencontrer la colère de son frère ; car le Seigneur était sa défense. {4SP 434.1}
Satan avait accusé Jacob devant les anges de Dieu, réclamant le droit de le détruire à cause de son péché ; il avait poussé Esaü à marcher contre lui ; et pendant la longue nuit de lutte du patriarche, Satan s’efforça de lui imposer le sentiment de sa culpabilité, afin de le décourager et de briser son emprise sur Dieu. Jacob était poussé presque au désespoir ; mais il savait que sans l’aide du Ciel, il devait périr. Il s’était sincèrement repenti de son grand péché et il a fait appel à la miséricorde de Dieu. Il ne se détournerait pas de son dessein, mais serrait fermement l’Ange et poussait sa pétition avec des cris sincères et angoissants, jusqu’à ce qu’il l’emporte. Des messagers célestes ont été envoyés pour agir sur le cœur d’Esaü, et son but de haine et de vengeance a été changé en affection fraternelle. {4SP 434.2}
Comme Satan a poussé Esaü à marcher contre Jacob, il incitera les méchants à détruire le peuple de Dieu en temps de trouble. Et comme il a accusé Jacob, il poussera ses accusations contre le peuple de Dieu. Il compte le monde comme ses sujets ; mais le petit groupe qui garde les commandements de Dieu résiste à sa suprématie. S’il pouvait les effacer de la terre, son triomphe serait complet. Il voit que de saints anges les gardent, et il en déduit que leurs péchés ont été pardonnés ; mais il ne sait pas que leurs cas ont été jugés dans le sanctuaire d’en haut. Il a une connaissance exacte des péchés qu’il les a tentés de commettre, et il les présente devant Dieu sous le jour le plus exagéré, représentant ce peuple comme méritant tout autant que lui d’être exclu de la faveur de Dieu. Il déclare que le Seigneur ne peut pas en justice pardonner leurs péchés, et pourtant le détruire lui et ses anges. Il les revendique comme sa proie et exige qu’ils soient livrés entre ses mains pour les détruire. {4SP 435.1}
Alors que Satan accuse le peuple de Dieu à cause de ses péchés, le Seigneur lui permet de le mettre à l’épreuve jusqu’au bout. Leur confiance en Dieu, leur foi et leur fermeté seront mises à rude épreuve. Alors qu’ils passent en revue le passé, leurs espoirs sombrent; car dans toute leur vie, ils ne peuvent voir que peu de bien. Ils sont pleinement conscients de leur faiblesse et de leur indignité. Satan s’efforce de les terrifier en pensant que leur cas est sans espoir, que la tache de leur souillure ne sera jamais lavée. Il espère tellement détruire leur foi qu’ils céderont à ses tentations et se détourneront de leur allégeance à Dieu. {4SP 436.1}
Bien que le peuple de Dieu soit entouré d’ennemis déterminés à sa destruction, l’angoisse qu’il subit n’est pas une crainte de persécution pour l’amour de la vérité ; ils craignent que tout péché ne se soit pas repenti et que, par quelque faute en eux-mêmes, ils ne réalisent pas l’accomplissement de la promesse du Sauveur : « Je te garderai de l’heure de la tentation qui viendra sur le monde entier. S’ils pouvaient avoir l’assurance du pardon, ils ne reculeraient pas devant la torture ou la mort ; mais s’ils s’avéraient indignes et perdaient la vie à cause de leurs propres défauts de caractère, alors le saint nom de Dieu serait insulté. {4SP 436.2}
De tous côtés, ils entendent les complots de trahison et voient le travail actif de la rébellion ; et il s’éveille en eux un désir intense, un désir ardent de l’âme, que cette grande apostasie puisse prendre fin et que la méchanceté des méchants prenne fin. Mais alors qu’ils implorent Dieu d’arrêter l’œuvre de la rébellion, il y a un élan d’auto-reproche qu’eux-mêmes n’ont plus le pouvoir de résister et de repousser la puissante marée du mal. Ils pensent que s’ils avaient toujours employé toute leur capacité au service de Christ, allant de l’avant de force en force, les forces de Satan auraient moins de pouvoir pour prévaloir contre eux. {4SP 436.3}
Ils affligent leurs âmes devant Dieu, montrant leur repentir passé de leurs nombreux péchés et plaidant la promesse du Sauveur : « Qu’il saisisse ma force, afin qu’il puisse faire la paix avec moi, et il fera la paix avec moi. [Ésaïe 27:5.] Leur foi ne faiblit pas parce que leurs prières ne sont pas immédiatement exaucées. Bien que souffrant de l’anxiété, de la terreur et de la détresse les plus vives, ils ne cessent pas leurs intercessions. Ils se sont emparés de la force de Dieu comme Jacob s’est emparé de l’Ange; et le langage de leurs âmes est : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. {4SP 437.1}
Si Jacob ne s’était pas déjà repenti de son péché en obtenant le droit d’aînesse par fraude, Dieu n’aurait pas entendu sa prière et miséricordieusement préservé sa vie. Ainsi, en temps de trouble, si le peuple de Dieu avait des péchés non confessés à comparaître devant lui alors qu’il était torturé par la peur et l’angoisse, il serait accablé ; le désespoir couperait leur foi, et ils ne pourraient pas avoir la confiance nécessaire pour plaider avec Dieu pour la délivrance. Mais alors qu’ils ont un sens profond de leur indignité, ils n’ont aucun tort caché à révéler. Leurs péchés sont allés d’avance en jugement et ont été effacés; et ils ne peuvent pas les rappeler. {4SP 437.2}
Satan amène beaucoup de gens à croire que Dieu négligera leur infidélité dans les petites affaires de la vie ; mais le Seigneur montre dans ses relations avec Jacob qu’il ne sanctionnera ni ne tolérera en aucune façon le mal. Tous ceux qui s’efforcent d’excuser ou de dissimuler leurs péchés, et leur permettent de rester dans les livres du Ciel, non confessés et non pardonnés, seront vaincus par Satan. Plus leur profession est élevée et plus la position qu’ils occupent est honorable, plus leur course est pénible aux yeux de Dieu, et plus le triomphe de leur grand adversaire est assuré. Ceux qui retardent une préparation pour le jour de Dieu ne peuvent pas l’obtenir en temps de trouble ou à tout moment ultérieur. Le cas de tout cela est sans espoir. Ces chrétiens de profession qui arrivent sans préparation à ce dernier combat effrayant, dans leur désespoir, confesseront leurs péchés avec des paroles d’angoisse brûlante, tandis que les méchants exultent de leur détresse. {4SP 437.3}
Pourtant, l’histoire de Jacob est une assurance que Dieu ne rejettera pas ceux qui ont été trompés, tentés et livrés au péché, mais qui sont revenus à lui avec une vraie repentance. Alors que Satan cherche à détruire cette classe, Dieu enverra ses anges pour les réconforter et les protéger en temps de péril. Les assauts de Satan sont féroces et déterminés, ses illusions sont terribles ; mais les yeux du Seigneur sont sur son peuple, et son oreille écoute leurs cris. Leur affliction est grande, les flammes de la fournaise semblent sur le point de les consumer ; mais le Raffineur les fera sortir comme de l’or éprouvé par le feu. L’amour de Dieu pour ses enfants pendant la période de leur épreuve la plus dure est aussi fort et tendre qu’aux jours de leur prospérité la plus ensoleillée ; mais il faut qu’ils soient placés dans le feu de la fournaise ; leur caractère terrestre doit être enlevé afin que l’image de Christ puisse être parfaitement reflétée. {4SP 438.1}
La saison de détresse et d’angoisse devant nous exigera une foi capable de supporter la lassitude, le retard et la faim, une foi qui ne faiblira pas, même si elle est sévèrement éprouvée. La période de probation est accordée à tous pour se préparer à cette période. Jacob a prévalu parce qu’il était persévérant et déterminé. Sa victoire est une preuve du pouvoir de la prière importune. Tous ceux qui saisiront les promesses de Dieu comme il l’a fait, et seront aussi sérieux et persévérants qu’il l’était, réussiront comme il a réussi. Ceux qui ne veulent pas renoncer à eux-mêmes, agoniser devant Dieu, prier longtemps et avec ferveur pour sa bénédiction, ne l’obtiendront pas. Lutter avec Dieu – combien peu savent ce que c’est ! Combien peu ont vu leurs âmes attirées après Dieu avec une intensité de désir jusqu’à ce que chaque pouvoir soit sur le qui-vive. Quand des vagues de désespoir qu’aucune langue ne peut exprimer déferlent sur le suppliant, combien peu s’accrochent avec une foi inflexible aux promesses de Dieu. {4SP 438.2}
Ceux qui n’exercent que peu de foi maintenant courent le plus grand danger de tomber sous le pouvoir des illusions sataniques et du décret pour contraindre la conscience. Et même s’ils endurent l’épreuve, ils seront plongés dans une détresse et une angoisse plus profondes en temps de trouble, car ils n’ont jamais pris l’habitude de faire confiance à Dieu. Les leçons de foi qu’ils ont négligées, ils seront forcés d’apprendre sous une terrible pression de découragement. {4SP 439.1}
Nous devrions maintenant nous familiariser avec Dieu en prouvant ses promesses. Les anges enregistrent chaque prière sérieuse et sincère. Nous devrions plutôt nous passer des gratifications égoïstes que négliger la communion avec Dieu. La pauvreté la plus profonde, le plus grand renoncement, avec son approbation, vaut mieux que les richesses, les honneurs, l’aisance et l’amitié sans cela. Nous devons prendre le temps de prier. Si nous permettons à nos esprits d’être absorbés par les intérêts mondains, le Seigneur peut nous donner du temps en nous ôtant nos idoles d’or, de maisons ou de terres fertiles. {4SP 439.2}
Les jeunes ne seraient pas entraînés dans le péché s’ils refusaient d’entrer dans n’importe quel chemin, sauf celui sur lequel ils pourraient demander la bénédiction de Dieu. Si les messagers qui portent le dernier avertissement solennel au monde priaient pour la bénédiction de Dieu, non pas d’une manière froide, apathique et paresseuse, mais avec ferveur et foi, comme l’a fait Jacob, ils trouveraient de nombreux endroits où ils pourraient dire : “J’ai vu Dieu face à face, et ma vie est préservée.” Ils seraient considérés du Ciel comme des princes, ayant le pouvoir de prévaloir auprès de Dieu et des hommes. {4SP 440.1}
Le temps de détresse tel qu’il n’y en a jamais eu va bientôt s’ouvrir sur nous ; et nous aurons besoin d’une expérience que nous ne possédons pas maintenant, et que beaucoup sont trop indolents pour obtenir. Il arrive souvent que les troubles soient plus grands en prévision qu’en réalité ; mais ce n’est pas le cas de la crise qui nous attend. La présentation la plus vivante ne peut atteindre l’ampleur de l’épreuve. Et maintenant, pendant que le précieux Sauveur fait l’expiation pour nous, nous devrions chercher à devenir parfaits en Christ. La providence de Dieu est l’école où nous devons apprendre la douceur et l’humilité de Jésus. Le Seigneur met toujours devant nous, non pas la voie que nous choisirions, qui est plus facile et plus agréable pour nous, mais les vrais buts de la vie. Personne ne peut négliger ou différer ce travail, mais au péril le plus effrayant de son âme. {4SP 440.2}
L’apôtre Jean, en vision, entendit une voix forte dans le Ciel s’exclamer : « Malheur aux habitants de la terre et de la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, parce qu’il sait qu’il n’a que peu de temps. [Apocalypse 12:12.] Effrayantes sont les scènes qui appellent cette exclamation de la voix céleste. La colère de Satan augmente à mesure que son temps s’amenuise, et son œuvre de tromperie et de destruction atteint son point culminant en temps de trouble. La longanimité de Dieu est terminée. Le monde a rejeté sa miséricorde, méprisé son amour et foulé aux pieds sa loi. Les méchants ont passé la limite de leur probation, et le Seigneur retire sa protection, et les laisse à la merci du chef qu’ils ont choisi. Satan aura pouvoir sur ceux qui se sont soumis à son contrôle, et il plongera les habitants de la terre dans un grand trouble final. Lorsque les anges de Dieu cesseront de tenir en échec les vents féroces de la passion humaine, tous les éléments de conflit seront déchaînés. Le monde entier sera impliqué dans une ruine plus terrible que celle qui s’est abattue sur Jérusalem autrefois. {4SP 440.3}
Un seul ange a détruit tous les premiers-nés des Égyptiens et a rempli le pays de deuil. Quand David a offensé Dieu en dénombrant le peuple, un ange a causé cette terrible destruction par laquelle son péché a été puni. Le même pouvoir destructeur exercé par les saints anges lorsque Dieu commande, sera exercé par les mauvais anges lorsqu’il le permet. Il y a des forces maintenant prêtes, et n’attendant que la permission divine, pour semer partout la désolation. {4SP 441.1}
Des visions effrayantes d’un caractère surnaturel seront bientôt révélées dans les cieux, en signe de la puissance des démons thaumaturges. Les esprits des démons iront vers les rois de la terre et vers le monde entier. Les gouvernants et les sujets seront également trompés. Des personnes se lèveront prétendant être le Christ et revendiquant le titre et le culte qui appartiennent au Rédempteur du monde. Ils accompliront de merveilleux miracles de guérison et professeront avoir des révélations du Ciel contredisant le témoignage des Écritures. {4SP 441.2}
Comme couronnement du grand drame de la tromperie, Satan lui-même tentera de se faire passer pour le Christ. L’église a longtemps professé considérer l’avènement du Sauveur comme la consommation de ses espoirs. Maintenant, le grand trompeur fera croire que Christ est venu. Dans différentes parties de la terre, Satan se manifestera parmi les hommes comme un être majestueux d’une luminosité éblouissante, ressemblant à la description du Fils de Dieu donnée par Jean dans l’Apocalypse. [Apocalypse 1:13-15.] La gloire qui l’entoure est inégalée par tout ce que les yeux mortels ont encore vu. Le cri de triomphe résonne dans les airs : « Le Christ est venu ! Christ est venu !” Le peuple se prosterne en adoration devant lui, tandis qu’il lève les mains et prononce une bénédiction sur eux, comme le Christ a béni ses disciples lorsqu’il était personnellement sur la terre. Sa voix est douce et feutrée, mais pleine de mélodie. Dans des tons doux et compatissants, il présente certaines des mêmes vérités gracieuses et célestes que le Sauveur a prononcées; il guérit les maladies du peuple, puis, dans son caractère assumé de Christ, il prétend avoir changé le sabbat en dimanche, et ordonne à tous de sanctifier le jour qu’il a béni. Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec lumière et vérité. C’est le délire fort, presque irrésistible. Comme les Samaritains qui ont été trompés par Simon Magus, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est « la grande puissance de Dieu ». {4SP 442.1} les vérités célestes que le Sauveur a prononcées ; il guérit les maladies du peuple, puis, dans son caractère assumé de Christ, il prétend avoir changé le sabbat en dimanche, et ordonne à tous de sanctifier le jour qu’il a béni. Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec lumière et vérité. C’est le délire fort, presque irrésistible. Comme les Samaritains qui ont été trompés par Simon Magus, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est « la grande puissance de Dieu ». {4SP 442.1} les vérités célestes que le Sauveur a prononcées ; il guérit les maladies du peuple, puis, dans son caractère assumé de Christ, il prétend avoir changé le sabbat en dimanche, et ordonne à tous de sanctifier le jour qu’il a béni. Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec lumière et vérité. C’est le délire fort, presque irrésistible. Comme les Samaritains qui ont été trompés par Simon Magus, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est « la grande puissance de Dieu ». {4SP 442.1} Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec lumière et vérité. C’est le délire fort, presque irrésistible. Comme les Samaritains qui ont été trompés par Simon Magus, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est « la grande puissance de Dieu ». {4SP 442.1} Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec lumière et vérité. C’est le délire fort, presque irrésistible. Comme les Samaritains qui ont été trompés par Simon Magus, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est « la grande puissance de Dieu ». {4SP 442.1}
Mais le peuple de Dieu ne sera pas induit en erreur. Les enseignements de ce faux christ ne sont pas conformes aux Ecritures. Sa bénédiction est prononcée sur les adorateurs de la bête et de son image, la classe même sur laquelle la Bible déclare que la colère sans mélange de Dieu sera déversée. Et, de plus, il n’est pas permis à Satan de contrefaire la manière de l’avènement de Christ. Les Écritures enseignent que « comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’à l’occident ; ainsi en sera-t-il de la venue du Fils de l’homme ; [Matthieu 24:27.] qu’il « vient avec des nuées ; et tout œil le verra ; [Apocalypse 1: 7.] qu’il « descendra du ciel avec un cri, avec la voix de l’archange, et avec la trompette de Dieu » ; [1 Thessaloniciens 4:16.] qu’il « viendra dans sa gloire, et tous les saints anges avec lui » [Matthieu 25:31. ] et “enverra ses anges avec un grand son de trompette, et ils rassembleront ses élus”. [Matthieu 24:31.] Ceux qui ont reçu l’amour de la vérité seront protégés de la puissante illusion qui prend le monde en captivité. Par le témoignage des Écritures, ils découvriront le trompeur sous son déguisement. {4SP 443.1}
Pour tous, le temps des tests viendra. Par le tamisage de la tentation, le véritable chrétien sera révélé. Le peuple de Dieu est-il maintenant si fermement établi sur sa parole qu’il ne céderait pas à l’évidence de ses sens ? Seraient-ils, dans une telle crise, attachés à la Bible, et à la Bible seulement ? Satan les empêchera, si possible, d’obtenir une préparation pour se tenir debout ce jour-là. Il organisera les affaires de manière à obstruer leur chemin, à les empêtrer de trésors terrestres, à leur faire porter un fardeau lourd et ennuyeux, afin que leurs cœurs soient surchargés des soucis de cette vie, et que le jour de l’épreuve vienne sur eux. en tant que voleur. {4SP 443.2}
Satan continuera à jouer un double rôle. Apparaissant comme le dispensateur de grandes bénédictions et de vérités divines, il tiendra, par ses prodiges mensongers, le monde sous son contrôle ; et en même temps il se livrera à sa malignité en provoquant la détresse et la destruction, et accusera le peuple de Dieu d’être la cause des terribles convulsions de la nature et des conflits et des effusions de sang parmi les hommes qui désolent la terre. Ainsi, il excitera à une plus grande intensité l’esprit de haine et de persécution contre eux. Dieu ne force jamais la volonté ou la conscience ; mais Satan emploiera les mesures les plus cruelles pour contrôler la conscience des hommes et s’assurer le culte. Et ce travail de contrainte est toujours en faveur des croyances et des lois humaines, et au mépris de la sainte loi de Dieu. {4SP 444.1}
Dans le dernier conflit, le sabbat sera le point spécial de controverse dans toute la chrétienté. Les dirigeants séculiers et les chefs religieux s’uniront pour imposer l’observance du dimanche ; et à mesure que les mesures plus douces échoueront, les lois les plus oppressives seront promulguées. On insistera sur le fait que les quelques personnes qui s’opposent à une institution de l’Église et à une loi du pays ne doivent pas être tolérées, et un décret sera finalement publié les dénonçant comme méritant le châtiment le plus sévère et donnant au peuple la liberté , après un certain temps, de les mettre à mort. Le Romanisme dans l’Ancien Monde, et le Protestantisme apostat dans le Nouveau, poursuivront un cours similaire envers ceux qui honorent les préceptes divins. {4SP 444.2}
Le peuple de Dieu fuira alors les villes et les villages, et s’associera en compagnies, demeurant dans les endroits les plus désolés et les plus solitaires. Beaucoup trouveront refuge dans les forteresses des montagnes. Comme les chrétiens des vallées du Piémont, ils feront des hauts lieux de la terre leurs sanctuaires, et remercieront Dieu pour les « munitions des rochers ». Mais beaucoup de toutes les nations et de toutes les classes, hautes et basses, riches et pauvres, noirs et blancs, seront jetés dans l’esclavage le plus injuste et le plus cruel. Les bien-aimés de Dieu passent des jours fatigués, enchaînés, enfermés par des barreaux de prison, condamnés à être tués, certains apparemment laissés mourir de faim dans des cachots sombres et répugnants. Aucune oreille humaine n’est ouverte pour entendre leurs gémissements ; aucune main humaine n’est prête à leur venir en aide. {4SP 445.1}
Le Seigneur oubliera-t-il son peuple en cette heure éprouvante ? A-t-il oublié le fidèle Noé lorsque les jugements ont frappé le monde antédiluvien ? A-t-il oublié Lot quand le feu est descendu du ciel pour consumer les villes de la plaine ? A-t-il oublié Joseph entouré d’idolâtres en Egypte ? A-t-il oublié Élie lorsque le serment de Jézabel le menaçait du sort des prophètes de Baal ? A-t-il oublié Jérémie dans la fosse sombre et lugubre de sa prison ? A-t-il oublié les trois dignes dans la fournaise ardente ? ou Daniel dans la fosse aux lions ? Christ ne peut pas abandonner ceux qui sont comme la prunelle de ses yeux, l’achat de son précieux sang. {4SP 445.2}
Bien que le peuple de Dieu endure les privations et souffre même du manque de nourriture, il ne doit pas périr. Alors que les jugements de Dieu sont visités sur la terre et que les méchants meurent de faim et de soif, les anges fournissent aux justes de la nourriture et de l’eau. Jésus a dit, dans ses leçons de foi à ses disciples : « Considérez les corbeaux ; car ils ne sèment ni ne moissonnent; qui n’ont ni magasin ni grange; et Dieu les nourrit; Combien plus valez-vous mieux que les volailles ? [Luc 12:24.] “ Ne vend-on pas deux moineaux pour un sou ? et l’un d’eux ne tombera pas à terre sans votre Père. Mais les cheveux mêmes de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc rien, vous valez plus que beaucoup de moineaux. [Matthieu 10:29-31.] {4SP 446.1}
Pourtant, à la vue humaine, il apparaîtra que le peuple de Dieu doit bientôt sceller son témoignage de son sang, comme l’ont fait les martyrs avant lui. Ils commencent eux-mêmes à craindre que le Seigneur ne les ait laissé tomber entre les mains de leurs ennemis. C’est un temps d’agonie effrayante. Jour et nuit, ils crient à Dieu pour être délivrés. Le méchant exulte, et le cri moqueur se fait entendre : « Où est maintenant ta foi ? Pourquoi Dieu ne vous délivre-t-il pas de nos mains si vous êtes vraiment son peuple ? Mais ceux qui attendaient se souvenaient de la mort de Jésus sur la croix du Calvaire, et des principaux sacrificateurs et dirigeants criant en moquerie : « Il a sauvé les autres ; lui-même, il ne peut pas sauver. S’il est le roi d’Israël, qu’il descende maintenant de la croix, et nous le croirons. [Matthieu 27:42.] Comme Jacob, tous luttent avec Dieu. Leurs visages expriment leur lutte intérieure. La pâleur est assise sur chaque visage. Pourtant, ils ne cessent pas leur fervente intercession. {4SP 446.2}
Si les hommes pouvaient voir avec une vision céleste, ils verraient des compagnies d’anges qui excellent en force stationnés autour de ceux qui ont gardé la parole de la patience du Christ. Avec une tendresse compatissante, les anges ont été témoins de leur détresse et ont entendu leurs prières. Ils attendent la parole de leur Commandant pour les arracher à leur péril. Mais ils doivent attendre encore un peu. Le peuple de Dieu doit boire la coupe et être baptisé du baptême. Le retard même, si pénible pour eux, est la meilleure réponse à leurs requêtes. Alors qu’ils s’efforcent d’attendre avec confiance que le Seigneur agisse, ils sont amenés à exercer la foi, l’espérance et la patience, qui ont été trop peu exercées au cours de leur expérience religieuse. Pourtant, à cause des élus, le temps de détresse sera raccourci. La fin viendra plus vite que les hommes ne le pensent. Le froment sera ramassé et lié en gerbes pour le grenier de Dieu ; l’ivraie sera liée comme des fagots pour les feux de destruction. {4SP 447.1}
Les sentinelles célestes, fidèles à leur confiance, continuent leur garde. Dans certains cas, avant l’heure indiquée dans le décret, les ennemis se précipiteront sur ceux qui attendent pour les mettre à mort. Mais personne ne peut dépasser les puissants gardiens postés autour de chaque âme fidèle. Certains sont assaillis dans leur fuite des villes et des villages ; mais les épées levées contre eux se brisent et tombent aussi impuissantes qu’une paille. D’autres sont défendus par des anges sous la forme d’hommes de guerre. {4SP 447.2}
Dans tous les âges, Dieu a opéré par de saints anges pour le secours et la délivrance de son peuple. Les êtres célestes ont pris une part active aux affaires des hommes. Ils sont apparus vêtus de vêtements qui brillaient comme l’éclair ; ils sont venus comme des hommes, en habit de voyageurs. Les anges sont apparus sous forme humaine aux hommes de Dieu. Ils se sont reposés, comme fatigués, sous les chênes à midi. Ils ont accepté l’hospitalité des foyers humains. Ils ont servi de guides aux voyageurs aveuglés. Ils ont, de leurs propres mains, allumé les feux de l’autel. Ils ont ouvert les portes des prisons et libéré les serviteurs du Seigneur. Revêtues de la panoplie du Ciel, elles sont venues rouler la pierre du tombeau du Sauveur. {4SP 447.3}
Sous la forme d’hommes, les anges sont souvent dans les assemblées des justes, et ils visitent les assemblées des méchants, alors qu’ils se rendaient à Sodome, pour enregistrer leurs actes, pour déterminer s’ils ont dépassé la limite de la patience de Dieu. . Le Seigneur prend plaisir à la miséricorde ; et pour quelques-uns qui le servent réellement, il retient les calamités et prolonge la tranquillité des multitudes. Les pécheurs contre Dieu ne se rendent pas compte qu’ils sont redevables de leur propre vie aux quelques fidèles qu’ils se plaisent à ridiculiser et à opprimer. {4SP 448.1}
Bien que les dirigeants de ce monde ne le sachent pas, pourtant, dans leurs conseils, les anges ont souvent été les porte-parole. Des yeux humains les ont regardés ; des oreilles humaines ont écouté leurs appels ; des lèvres humaines se sont opposées à leurs suggestions et ont ridiculisé leurs conseils ; des mains humaines les ont accueillis avec insultes et injures. Dans la salle du conseil et la cour de justice, ces messagers célestes ont montré une connaissance intime de l’histoire humaine ; ils se sont montrés plus aptes à plaider la cause des opprimés que leurs défenseurs les plus habiles et les plus éloquents. Ils ont défait des objectifs et arrêté des maux qui auraient grandement retardé l’œuvre de Dieu et auraient causé de grandes souffrances à son peuple. A l’heure du péril et de la détresse, n’oublions jamais que «l’ange du Seigneur campe autour de ceux qui le craignent et les délivre.
Avec un désir ardent, le peuple de Dieu attend les signes de son Roi à venir. Alors que les gardiens sont accostés, “Et la nuit?” la réponse est donnée sans hésitation : « ‘Le matin vient, et aussi la nuit.’ La lumière brille sur les nuages ​​au-dessus des sommets des montagnes. Il y aura bientôt une révélation de Sa gloire. Le Soleil de justice est sur le point de briller. Le matin et la nuit viennent main dans la main, l’ouverture du jour sans fin aux justes, l’apaisement de la nuit éternelle aux méchants. {4SP 449.1}
Tandis que ceux qui luttent pressent leurs requêtes devant Dieu, le voile qui les sépare de l’invisible semble presque retiré. Les cieux brillent à l’aube du jour éternel et, comme la mélodie des chants d’anges, les mots tombent à l’oreille : « Tenez ferme à votre allégeance. L’aide arrive. Le Christ, le vainqueur tout-puissant, tend à ses soldats fatigués une couronne de gloire immortelle ; et sa voix sort des portes entrouvertes : « Voici, je suis avec vous. N’aie pas peur. Je connais toutes vos douleurs; J’ai supporté vos chagrins. Vous ne faites pas la guerre à des ennemis inexpérimentés. J’ai combattu la bataille en votre nom, et en mon nom vous êtes plus que vainqueurs. {4SP 449.2}
Le précieux Sauveur enverra de l’aide au moment où nous en aurons besoin. Le chemin du Ciel est consacré par ses pas. Chaque épine qui blesse nos pieds a blessé les siens. Chaque croix que nous sommes appelés à porter, il l’a portée devant nous. Le Seigneur permet les conflits, pour préparer l’âme à la paix. Si nous n’avions pas d’orages, pas d’ombres, nous ne pourrions pas apprécier le soleil. Le temps de détresse est une épreuve effrayante pour le peuple de Dieu ; mais c’est le moment pour chaque vrai croyant de lever les yeux, et par la foi, il peut voir l’arc de la promesse qui l’entoure. {4SP 449.3}
« Les rachetés du Seigneur reviendront, et viendront en chantant à Sion ; et une joie éternelle sera sur leur tête; ils obtiendront l’allégresse et la joie; et la douleur et le deuil s’enfuiront. c’est moi, c’est moi même qui vous console; qui es-tu, pour avoir peur d’un homme qui mourra, et du fils de l’homme qui deviendra comme l’herbe; et oublie le Seigneur ton Créateur; . . . et as-tu craint continuellement chaque jour à cause de la fureur de l’oppresseur, comme s’il était prêt à détruire? et où est la fureur de l’oppresseur ? Le captif exilé se hâte d’être délié, et qu’il ne meure pas dans la fosse, ni que son pain manque. Mais je suis l’Éternel, ton Dieu, qui a divisé la mer, dont les vagues ont rugi. Le Seigneur des armées est son nom. Et j’ai mis mes paroles dans ta bouche, et je t’ai couvert de l’ombre de ma main.
« C’est pourquoi, écoute maintenant ceci, toi affligé et ivre, mais pas de vin : Ainsi parle ton Seigneur, ton Seigneur, et ton Dieu qui plaide la cause de son peuple : Voici, j’ai ôté de ta main la coupe du tremblement, la lie de la coupe de ma fureur; tu n’en boiras plus. Mais je la mettrai entre les mains de ceux qui t’affligent; qui ont dit à ton âme : Incline-toi, afin que nous passions ; et tu as mis ton corps comme le sol et comme la rue, pour ceux qui passaient. [Ésaïe 51:11-16, 21-23.] {4SP 450.2}
L’œil de Dieu, regardant les âges, était fixé sur la crise que son peuple doit affronter, lorsque les puissances terrestres se dresseront contre lui. Comme l’exilé captif, ils craindront de mourir de faim ou de violence. Mais le Saint qui a divisé la mer Rouge devant Israël, manifestera sa grande puissance et transformera leur captivité. « Ils seront à moi, dit l’Éternel des armées, en ce jour où je confectionnerai mes bijoux ; et je les épargnerai, comme un homme épargne son propre fils qui le sert. [Malachie 3:17.] Si le sang des fidèles témoins de Christ était versé à cette époque, il ne serait pas, comme le sang des martyrs, comme une semence semée pour produire une moisson pour Dieu. Leur fidélité ne serait pas un témoignage pour convaincre les autres de la vérité ; car le cœur obstiné a repoussé les vagues de miséricorde jusqu’à ce qu’elles ne reviennent plus. Si les justes devaient maintenant devenir la proie de leurs ennemis, ce serait un triomphe pour le prince des ténèbres. Mais le Christ a parlé : « Viens, mon peuple, entre dans tes chambres, et ferme tes portes autour de toi ; cache-toi pour un petit moment, jusqu’à ce que l’indignation soit passée. Car voici, le Seigneur sort de son lieu pour punir les habitants de la terre pour leur iniquité. [Ésaïe 26:20, 21.] Glorieuse sera la délivrance de ceux qui l’ont patiemment attendu, et dont les noms sont écrits dans le livre de vie. {4SP 451.1} le Seigneur sort de son lieu pour punir les habitants de la terre pour leur iniquité. [Isaïe 26:20, 21.] Glorieuse sera la délivrance de ceux qui l’ont patiemment attendu, et dont les noms sont écrits dans le livre de vie. {4SP 451.1} le Seigneur sort de son lieu pour punir les habitants de la terre de leur iniquité. [Isaïe 26:20, 21.] Glorieuse sera la délivrance de ceux qui l’ont patiemment attendu, et dont les noms sont écrits dans le livre de vie. {4SP 451.1}
Chapitre 35 . . . . . Le peuple de Dieu délivré.
Alors que vient le temps fixé dans le décret contre le peuple de Dieu, les habitants de la terre s’unissent pour détruire les perturbateurs de leur paix. En une nuit, ils décident de porter le coup décisif qui fera taire à jamais la voix du réprobateur. Ceux qui attendent, dans leurs retraites solitaires, implorent toujours la protection divine. Dans chaque quartier, des compagnies d’hommes armés, poussés par des nuées d’anges maléfiques, se préparent à l’œuvre de la mort. Avec des cris de triomphe, avec des quolibets et des imprécations, ils s’apprêtent à fondre sur leur proie. {4SP 452.1}
Mais voici, une obscurité dense, plus profonde que l’obscurité de la nuit, tombe sur la terre. Puis un arc-en-ciel, brillant de la gloire du trône de Dieu, s’étend sur les cieux et semble encercler chaque groupe de prières. Les multitudes en colère sont soudainement arrêtées. Leurs cris moqueurs s’éteignent. Les objets de leur rage meurtrière sont oubliés. Avec des pressentiments effrayants, ils regardent le symbole de l’alliance de Dieu, et aspirent à être protégés de son éclat irrésistible. {4SP 452.2}
Par le peuple de Dieu, une voix claire et mélodieuse se fait entendre, disant: «Lève les yeux», et, levant les yeux au ciel, ils voient l’arc de la promesse. Les nuages ​​noirs et furieux qui couvraient le firmament se sont écartés et, comme Etienne, ils regardent fermement vers le ciel et voient la gloire de Dieu et le Fils de l’homme assis sur son trône. Dans sa forme divine, ils discernent les marques de son humiliation ; et de ses lèvres ils entendent la demande, présentée devant son Père et les saints anges, “Je veux que ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi où je suis.” De nouveau une voix, musicale et triomphante, se fait entendre, en disant : « Ils viennent ! Ils viennent! saint, inoffensif et sans souillure. Ils ont tenu parole de ma patience ; ils marcheront parmi les anges ; et les lèvres pâles et tremblantes de ceux qui ont maintenu leur foi poussent un cri de victoire. {4SP 452.3}
C’est à minuit que Dieu manifeste sa puissance pour la délivrance de son peuple. Le soleil apparaît brillant dans sa force. Des signes surprenants et des prodiges se succèdent rapidement. Les méchants regardent la scène avec terreur et étonnement, tandis que les justes contemplent avec une joie solennelle les signes de leur délivrance. Tout dans la nature semble détourné de son cours. Les ruisseaux cessent de couler. Des nuages ​​sombres et lourds se lèvent et se heurtent les uns aux autres. Au milieu des cieux en colère, il y a un espace clair de gloire indescriptible, d’où vient la voix de Dieu comme le bruit de nombreuses eaux, disant : « C’est fait. {4SP 453.1}
Cette voix secoue les cieux et la terre. Il y a un puissant tremblement de terre. Le firmament semble s’ouvrir et se fermer. La gloire du trône de Dieu semble briller. Les montagnes tremblent comme un roseau dans le vent, et des rochers déchiquetés sont éparpillés de tous côtés. Il y a un rugissement comme d’une tempête à venir. La mer est fouettée dans la fureur. On entend le cri de l’ouragan, comme la voix des démons en mission de destruction. La terre entière se soulève et se gonfle comme les vagues de la mer. Sa surface se brise. Ses fondements mêmes semblent céder. Les chaînes de montagnes s’effondrent. Les îles habitées disparaissent avec leur fret vivant. Les ports maritimes qui sont devenus comme Sodome pour la méchanceté sont engloutis par les eaux furieuses. De gros grêlons, chacun « à peu près le poids d’un talent », [Apocalypse 16:21.] font leur œuvre de destruction. Les villes les plus fières de la terre sont abattues. Les palais coûteux, sur lesquels les grands hommes du monde ont prodigué leurs richesses pour se glorifier, s’effondrent sous leurs yeux. Les murs de la prison sont déchirés et le peuple de Dieu, qui a été retenu en servitude pour sa foi, est libéré. {4SP 453.2}
Des tombes sont ouvertes, et “beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre” “se réveillent, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et le mépris éternel”. [Daniel 12:2.] Tous ceux qui sont morts dans la foi sous le message du troisième ange sortent du tombeau glorifiés, pour entendre l’alliance de paix de Dieu avec ceux qui ont gardé sa loi. “Ceux aussi qui l’ont percé”, ceux qui se moquaient et se moquaient des agonies mourantes de Christ, et les opposants les plus violents à sa vérité et à son peuple, sont ressuscités pour le contempler dans sa gloire et pour voir l’honneur placé sur les fidèles et les obéissants. {4SP 454.1}
D’épais nuages ​​couvrent encore le ciel ; pourtant le soleil perce de temps en temps, apparaissant comme l’œil vengeur de l’Éternel. Des éclairs féroces jaillissent des cieux, enveloppant la terre d’une nappe de flammes. Au-dessus du terrible grondement du tonnerre, des voix, mystérieuses et affreuses, déclarent le destin des méchants. Les paroles prononcées ne sont pas comprises de tous ; mais ils sont distinctement compris par les faux sentinelles. Ceux qui, un peu auparavant, étaient si téméraires, si vantards et provocateurs, si exultants dans leur cruauté envers le peuple qui observe les commandements de Dieu, sont maintenant submergés de consternation et frissonnant de peur. Leurs gémissements se font entendre au-dessus du bruit des éléments. Les démons reconnaissent la divinité du Christ et tremblent devant sa puissance, tandis que les hommes implorent miséricorde et rampent dans une terreur abjecte. {4SP 454.2}
Les prophètes d’autrefois ont dit, alors qu’ils voyaient dans une sainte vision le jour de Dieu : « Sonnez de la trompette dans Sion, et sonnez l’alarme dans ma sainte montagne : que tous les habitants du pays tremblent ; car le jour du Seigneur vient, car il est proche. « Et le Seigneur fera entendre sa voix devant son armée ; car son camp est très grand ; car il est fort celui qui exécute sa parole; car le jour du Seigneur est grand et très terrible ; et qui peut le supporter ? [Joël 2:1, 11.] « Hurlez ; car le jour du Seigneur est proche; cela viendra comme une destruction de la part du Tout-Puissant. [Ésaïe 13:6.] « Entre dans le rocher, et cache-toi dans la poussière, par crainte de l’Éternel et à cause de la gloire de sa majesté. Les regards hautains de l’homme seront humiliés, et l’arrogance des hommes sera abaissée, et le Seigneur seul sera exalté en ce jour-là. Car le jour de l’Éternel des armées sera sur tout homme hautain et hautain, et sur tout homme élevé; et il sera abaissé. [Ésaïe 2:10-12.] « En ce jour-là, l’homme jettera ses idoles d’argent et ses idoles d’or, qu’ils se sont faites chacun pour adorer, aux taupes et aux chauves-souris ; pour entrer dans les fentes des rochers et au sommet des rochers déchiquetés, par crainte du Seigneur et pour la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour ébranler terriblement la terre. [Ésaïe 2:20, 21.] {4SP 455.1} et au sommet des rochers déchiquetés, par crainte du Seigneur et pour la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour ébranler terriblement la terre. [Ésaïe 2:20, 21.] {4SP 455.1} et au sommet des rochers déchiquetés, par crainte du Seigneur et pour la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour ébranler terriblement la terre. [Ésaïe 2:20, 21.] {4SP 455.1}
A travers une faille dans les nuages, rayonne une étoile dont l’éclat est multiplié par quatre en contraste avec l’obscurité. Il parle d’espoir et de joie aux fidèles, mais de sévérité et de colère aux transgresseurs de la loi de Dieu. Ceux qui ont tout sacrifié pour Christ sont maintenant en sécurité, cachés comme dans le secret du pavillon du Seigneur. Ils ont été éprouvés, et devant le monde et les contempteurs de la vérité, ils ont manifesté leur fidélité à celui qui est mort pour eux. Un changement merveilleux s’est produit sur ceux qui ont maintenu leur intégrité face à la mort. Ils ont été soudainement délivrés de la sombre et terrible tyrannie des hommes transformés en démons. Leurs visages, si jadis pâles, anxieux et hagards, sont maintenant illuminés d’émerveillement, de foi et d’amour. Leurs voix s’élèvent dans un chant triomphal : « Dieu est notre refuge et notre force, une aide très présente dans les difficultés. C’est pourquoi nous n’aurons pas peur, même si la terre est déplacée, et si les montagnes sont emportées au milieu de la mer ; même si ses eaux rugissent et qu’elles sont troublées, même si les montagnes tremblent sous leur gonflement. [Psaume 46:1-3.] {4SP 456.1}
Pendant que ces paroles de sainte confiance montent vers Dieu, les nuages ​​reculent et les cieux étoilés sont vus, d’une gloire indescriptible en contraste avec le firmament noir et en colère de chaque côté. La gloire du Ciel rayonne depuis les portes entrouvertes. Puis apparaît contre le ciel une main tenant deux tables de pierre pliées l’une contre l’autre. La main ouvre les tables, et là se révèlent les préceptes du décalogue, tracés comme avec une plume de feu. Les mots sont si clairs que tout le monde peut les lire. La mémoire est éveillée, les ténèbres de la superstition et de l’hérésie sont balayées de tous les esprits, et les dix paroles de Dieu, brèves, complètes et faisant autorité, sont présentées à la vue de tous les habitants de la terre. Merveilleux code ! merveilleuse occasion ! {4SP 456.2}
Il est impossible de décrire l’horreur et le désespoir de ceux qui ont piétiné les saintes exigences de Dieu. Le Seigneur leur a donné sa loi; ils auraient pu y comparer leurs caractères et apprendre leurs défauts alors qu’il y avait encore une occasion de se repentir et de se réformer ; mais afin de s’assurer la faveur du monde, ils ont mis de côté ses préceptes et ont appris aux autres à transgresser. Ils se sont efforcés de contraindre le peuple de Dieu à profaner son sabbat. Maintenant, ils sont condamnés par cette loi qu’ils ont méprisée. Avec une netteté affreuse, ils voient qu’ils sont sans excuse. Ils ont choisi qui ils serviraient et adoreraient. « Alors vous retournerez, et vous discernerez entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas. [Malachie 3:18.] {4SP 457.1}
Les ennemis de la loi de Dieu, depuis les ministres jusqu’aux plus petits d’entre eux, ont une nouvelle conception de la vérité et du devoir. Trop tard, ils voient que le sabbat du quatrième commandement est le sceau du Dieu vivant. Trop tard, ils voient la vraie nature de leur faux sabbat et la fondation sablonneuse sur laquelle ils ont bâti. Ils découvrent qu’ils se sont battus contre Dieu. Les maîtres religieux ont conduit des âmes à la perdition tout en prétendant les guider vers les portes du Paradis. Ce n’est qu’au jour des comptes définitifs que l’on saura combien est grande la responsabilité des hommes dans le saint office, et combien terribles sont les résultats de leur infidélité. Ce n’est que dans l’éternité que nous pouvons estimer correctement la perte d’une seule âme. Le destin de celui à qui Dieu dira : Va-t’en, méchant serviteur, sera terrible. {4SP 457.2}
La voix de Dieu se fait entendre du ciel annonçant le jour et l’heure de la venue de Jésus et délivrant l’alliance éternelle à son peuple. Comme les coups de tonnerre les plus forts, ses paroles roulent à travers la terre. L’Israël de Dieu se tient à l’écoute, les yeux fixés vers le haut. Leurs visages sont illuminés de sa gloire et resplendissent comme le visage de Moïse lorsqu’il descendit du Sinaï. Les méchants ne peuvent pas les regarder. Et quand la bénédiction est prononcée sur ceux qui ont honoré Dieu en sanctifiant son sabbat, il y a un puissant cri de victoire. {4SP 458.1}
Bientôt apparaît à l’est un petit nuage noir, environ la moitié de la taille d’une main d’homme. C’est la nuée qui entoure le Sauveur, et qui semble au loin être enveloppée de ténèbres. Le peuple de Dieu sait que c’est le signe du Fils de l’homme. Dans un silence solennel, ils le regardent alors qu’il se rapproche de la terre, devenant plus léger et plus glorieux, jusqu’à ce qu’il soit un grand nuage blanc, sa base une gloire semblable à un feu dévorant, et au-dessus de lui l’arc-en-ciel de l’alliance. Jésus chevauche comme un puissant conquérant, et les armées du ciel le suivent. Avec des chants de triomphe, une vaste suite de saints anges l’escorte sur son chemin. Le firmament semble rempli de formes brillantes, dix mille fois dix mille et des milliers de milliers. Aucune plume ne peut imaginer, aucun esprit humain ne peut concevoir la gloire de la scène. Alors que le nuage vivant se rapproche encore, Jésus peut être clairement vu. Il ne porte pas de couronne d’épines, mais une couronne de gloire repose sur son saint front. Son visage brille comme le soleil de midi. Sur son vêtement et sa cuisse est écrit un nom : « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ». {4SP 458.2}
Devant lui tous les visages pâlissent, et sur ceux que Dieu a rejetés, tombe la noirceur du désespoir. Les justes crient en tremblant : « Qui pourra tenir debout ? Le chant des anges cesse, et il y a une période de silence affreux. Alors la voix de Jésus se fait entendre, disant : « Ma grâce te suffit. Les visages des justes s’illuminent et la joie remplit tous les cœurs. Et les anges frappent une note plus haute, et chantent encore, alors qu’ils se rapprochent encore de la terre. {4SP 459.1}
Le Roi des rois descend sur la nuée, enveloppé d’un feu flamboyant. La terre tremble devant lui, les cieux s’enroulent comme un rouleau, et chaque montagne et chaque île est déplacée de sa place. Le psalmiste dit : « Notre Dieu viendra et ne gardera pas le silence ; un feu dévorera devant lui, et il y aura une grande tempête autour de lui. Il appellera les cieux d’en haut et la terre pour juger son peuple. Rassemblez-moi mes saints; ceux qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice. Et les cieux proclameront sa justice; car Dieu est lui-même juge. [Psaume 50:3-6.] {4SP 459.2}
«Et les rois de la terre, et les grands hommes, et les hommes riches, et les capitaines en chef, et les hommes forts, et tous les esclaves, et tous les hommes libres, se cachèrent dans les tanières et dans les rochers des montagnes, et dit aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous de la face de celui qui est assis sur le trône, et de la colère de l’Agneau ; car le grand jour de sa colère est venu, et qui pourra subsister ? [Apocalypse 6:15-17.] {4SP 460.1}
Les plaisanteries moqueuses ont cessé. Les lèvres mensongères sont réduites au silence. Le fracas des armes, le tumulte de la bataille, « avec un bruit confus, et des vêtements roulés dans le sang », [Ésaïe 9 : 5] s’est calmé. On n’entend plus rien maintenant que la voix de la prière et le son des pleurs et des lamentations. Le cri jaillit de lèvres si naguère moqueuses : « Le grand jour de sa colère est venu ; et qui pourra se tenir debout ? Les méchants prient pour être couverts par les rochers des montagnes, plutôt que de rencontrer la face de Celui qu’ils ont méprisé et rejeté. {4SP 460.2}
Ceux qui se sont moqués de Christ dans son humiliation font partie de cette foule. Avec une puissance palpitante leur viennent à l’esprit les paroles du Souffrant, lorsque, adjuré par le souverain sacrificateur, il déclara solennellement : « Désormais, vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance et venant sur les nuées du ciel. [Matthieu 26:64.] Maintenant, ils voient Christ dans sa gloire, et ils doivent encore le voir assis à la droite de la puissance. {4SP 460.3}
Cette voix qui pénètre l’oreille des morts, ils la connaissent. Combien de fois ses accents plaintifs et tendres les ont-ils appelés au repentir. Combien de fois l’a-t-on entendu dans les touchantes supplications d’un ami, d’un frère, d’un Rédempteur. Pour ceux qui rejettent sa grâce, nul autre ne pourrait être aussi plein de condamnation, aussi accablé de dénonciation, que cette voix qui a si longtemps supplié : « Tournez-vous, tournez-vous ; car pourquoi mourrez-vous ? Oh que c’était pour eux la voix d’un étranger ! Jésus dit : « J’ai appelé, et vous avez refusé ; J’ai tendu la main, et personne ne m’a regardé. Mais vous avez réduit à néant tous mes conseils, et vous n’avez rien voulu de ma réprimande. [Proverbes 1:24, 25.] Cette voix réveille des souvenirs qu’ils voudraient effacer, les avertissements méprisés, les invitations refusées, les privilèges bafoués. {4SP 460.4}
Ceux qui se sont moqués de sa prétention d’être le Fils de Dieu sont maintenant sans voix. Il y a le hautain Hérode qui se moquait de son titre royal et ordonnait aux soldats moqueurs de le couronner roi. Il y a ceux-là mêmes qui, avec des mains impies, posèrent sur sa forme la robe pourpre, sur son front sacré la couronne épineuse, et dans sa main sans résistance le sceptre mimique, et s’inclinèrent devant lui dans une moquerie blasphématoire. Les hommes qui ont frappé et craché sur le Prince de la vie se détournent maintenant de son regard perçant et cherchent à fuir la gloire accablante de sa présence. Ceux qui lui ont enfoncé les clous dans les mains et les pieds, le soldat qui lui a percé le côté, voient ces marques avec terreur et remords. {4SP 461.1}
Avec une netteté terrible, les prêtres et les dirigeants se souviennent des événements du Calvaire. Avec une horreur frissonnante, ils se souviennent comment, hochant la tête dans une exultation satanique, ils se sont exclamés : « Il a sauvé les autres ; lui-même, il ne peut pas sauver. S’il est le roi d’Israël, qu’il descende maintenant de la croix, et nous le croirons. Il s’est fié à Dieu; qu’il le délivre maintenant, s’il le veut. [Matthieu 27:42, 43.] {4SP 461.2}
Ils rappellent vivement la parabole du Sauveur sur les vignerons qui refusèrent de rendre à leur seigneur le fruit de la vigne, qui maltraitèrent ses serviteurs et tuèrent son fils. Ils se souviennent aussi de la sentence qu’ils ont eux-mêmes prononcée : Le maître de la vigne détruira misérablement ces méchants. Dans le péché et la punition de ces hommes infidèles, les prêtres et les anciens voient leur propre cours et leur propre juste destin. Et maintenant s’élève un cri d’agonie mortelle. Plus fort que le cri : « Crucifie-le ! crucifie-le ! qui résonnait dans les rues de Jérusalem, enfle le gémissement affreux et désespéré : « Il est le Fils de Dieu ! Il est le vrai Messie ! Ils cherchent à fuir la présence du Roi des rois. Dans les cavernes profondes de la terre, déchirées par la guerre des éléments, ils tentent vainement de se cacher. {4SP 462.1}
Dans la vie de tous ceux qui rejettent la vérité, il y a des moments où la conscience s’éveille, où la mémoire présente le souvenir torturant d’une vie d’hypocrisie, et où l’âme est harcelée de vains regrets. Mais que sont-ils comparés aux remords de ce jour où « la peur vient comme une désolation », où « la destruction vient comme un tourbillon ! [Proverbes 1:27.] Ceux qui auraient détruit Christ et son peuple fidèle, sont maintenant témoins de la gloire qui repose sur eux. Au milieu de leur terreur, ils entendent les voix des saints dans des accents joyeux s’exclamant : « Voici, c’est notre Dieu, nous l’avons attendu, et il nous sauvera. [Ésaïe 25:9.] {4SP 462.2}
Au milieu de l’ébranlement de la terre, de l’éclat des éclairs et du grondement du tonnerre, la voix du Fils de Dieu appelle les saints endormis. Il regarde les tombes des justes, puis, levant les mains vers le ciel, il crie : « Réveillez-vous, réveillez-vous, réveillez-vous, vous qui dormez dans la poussière, et levez-vous ! Sur toute la longueur et la largeur de la terre, les morts entendront cette voix, et ceux qui l’entendront vivront. Et toute la terre résonnera du pas de la très grande armée de toute nation, tribu, langue et peuple. De la prison de la mort, ils sortent, revêtus d’une gloire immortelle, criant : « Ô mort, où est ton aiguillon ? O tombe, où est ta victoire?” [1 Corinthiens 15:55.] Et les justes vivants et les saints ressuscités unissent leurs voix dans un long et joyeux cri de victoire. {4SP 463.1}
Tous sortent de leurs tombes de la même stature que lorsqu’ils y sont entrés. Adam, qui se tient parmi la foule ressuscitée, est d’une taille élevée et d’une forme majestueuse, de stature mais peu au-dessous du Fils de Dieu. Il présente un contraste marqué avec les gens des générations ultérieures; sous ce seul rapport se montre la grande dégénérescence de la race. Mais tous sortent de leur dernier sommeil profond avec la fraîcheur et la vigueur de l’éternelle jeunesse. Au commencement, l’homme a été créé à la ressemblance de Dieu, non seulement dans son caractère, mais dans sa forme et ses caractéristiques. Le péché a dégradé et presque effacé l’image divine ; mais Christ est venu pour restaurer ce qui avait été perdu. Il changera nos corps vils et les façonnera comme son corps glorieux. La forme mortelle, corruptible, dépourvue de beauté, une fois polluée par le péché, devient parfaite, belle et immortelle. Toutes les imperfections et difformités sont laissées dans la tombe. Les rachetés portent l’image de leur Seigneur. Oh, merveilleuse rédemption ! longtemps parlé, longtemps espéré, contemplé avec impatience, mais jamais entièrement compris. {4SP 463.2}
Les justes vivants sont changés en un instant, en un clin d’œil. A la voix de Dieu, ils ont été glorifiés; maintenant ils sont rendus immortels, et avec les saints ressuscités sont enlevés pour rencontrer leur Seigneur dans les airs. Des amis longtemps séparés par la mort sont unis, ne se séparent plus jamais. Les petits enfants sont portés par de saints anges dans les bras de leurs mères, et ensemble, avec des chants d’allégresse, ils montent vers la cité de Dieu. {4SP 464.1}
De chaque côté du char nuageux se trouvent des ailes, et en dessous se trouvent des roues vivantes ; et tandis que le char roule vers le haut, les roues crient : « Saint », et les ailes, pendant qu’elles bougent, crient : « Saint », et la suite des anges crie : « Saint, saint, saint, Seigneur Dieu Tout-Puissant. Et le peuple de Dieu crie « Alléluia ! tandis que le char avance vers la Nouvelle Jérusalem. {4SP 464.2}
Avant d’entrer dans la ville, les saints sont disposés dans un carré creux, avec Jésus au milieu. En hauteur, il surpasse à la fois les saints et les anges. Sa forme majestueuse et son beau visage peuvent être vus par tous sur la place. Sur la tête des vainqueurs, le Sauveur, de sa main droite, place les couronnes de gloire. Pour chaque saint, il y a une couronne, portant son nouveau nom, et l’inscription : « Sainteté au Seigneur ». Dans chaque main est placée la paume du vainqueur et la harpe brillante. Les anges commandants frappent la note, et chaque voix s’élève dans des louanges reconnaissantes, chaque main balaie les cordes de la harpe avec un toucher habile, éveillant une douce musique dans des accords riches et mélodieux. {4SP 464.3}
Devant la foule rachetée est la ville sainte. Jésus ouvre toutes grandes les portes de perles, et les nations qui ont gardé la vérité entrent. Là, elles voient le paradis de Dieu, la demeure d’Adam dans son innocence. Alors cette voix, plus riche que n’importe quelle musique qui soit jamais tombée dans l’oreille d’un mortel, se fait entendre, disant : “Votre conflit est terminé.” Le visage du Sauveur rayonne d’un amour inexprimable alors qu’il accueille les rachetés dans la joie de leur Seigneur. {4SP 465.1}
Soudain, retentit dans l’air un cri exultant d’adoration. Les deux Adam sont sur le point de se rencontrer. Le Fils de Dieu se tient debout, les bras étendus, pour recevoir le père de notre race, l’être qu’il a créé, qui a péché contre son Créateur et pour le péché duquel les marques de la crucifixion sont portées sur la forme du Sauveur. Alors qu’Adam discerne les empreintes des clous cruels, il ne tombe pas sur le sein de son Seigneur, mais dans l’humiliation se jette à ses pieds, criant : « Digne, digne est l’Agneau qui a été immolé ! Tendrement, le Sauveur le soulève et dirige son attention vers la maison d’Eden dont il a été si longtemps exilé. {4SP 465.2}
Après son expulsion d’Eden, la vie d’Adam sur terre fut remplie de chagrin. Chaque feuille mourante, chaque victime de sacrifice, chaque fléau sur le beau visage de la nature, chaque tache sur la pureté de l’homme, était un nouveau rappel de son péché. Terrible était l’agonie du remords alors qu’il voyait l’iniquité abondante, et, en réponse à ses reproches, rencontra les reproches jetés sur lui-même comme cause du péché. Avec une humilité patiente, il supporta, pendant près de mille ans, la peine de la transgression. Il s’est repenti fidèlement de son péché et a eu confiance dans les mérites du Sauveur promis, et il est mort dans l’espoir d’une résurrection. Le Fils de Dieu a racheté l’échec et la chute de l’homme, et maintenant, grâce à l’œuvre de l’expiation, Adam est rétabli dans sa première domination. {4SP 465.3}
Transporté de joie, il contemple les arbres qui faisaient autrefois ses délices, les arbres mêmes dont il cueillait les fruits lorsqu’il se réjouissait de la perfection de l’innocence et de la sainteté. Il voit les vignes que ses propres mains ont formées, les fleurs mêmes dont il aimait jadis s’occuper. Son esprit saisit la réalité de la scène ; il comprend que c’est bien l’Eden restauré, bien plus beau maintenant que lorsqu’il en a été banni. Le Sauveur le conduit à l’arbre de vie, cueille le fruit glorieux et lui ordonne de manger. Il regarde autour de lui et voit une multitude de sa famille rachetée, debout dans le paradis de Dieu. Alors il jette sa couronne étincelante aux pieds de Jésus, et, tombant sur sa poitrine, embrasse le Rédempteur. Il touche la harpe d’or, et les voûtes célestes font écho au chant triomphant : « Digne, digne, digne est l’Agneau qui a été immolé, et revit ! La famille d’Adam reprend l’effort et jette ses couronnes aux pieds du Sauveur alors qu’ils s’inclinent devant lui en adoration. {4SP 466.1}
Cette réunion est attestée par les anges qui ont pleuré à la chute d’Adam et se sont réjouis lorsque Jésus, après sa résurrection, est monté au ciel, ayant ouvert la tombe pour tous ceux qui croiraient en son nom. Maintenant, ils voient l’œuvre de rédemption accomplie et ils unissent leurs voix dans le chant de louange. {4SP 466.2}
Les élus du Sauveur ont été éduqués et disciplinés à l’école de l’épreuve. Ils ont marché dans des sentiers étroits sur terre; ils ont été purifiés dans la fournaise de l’affliction. Pour l’amour de Jésus, ils ont enduré l’opposition, la haine, la calomnie. Ils l’ont suivi à travers des conflits douloureux; ils ont enduré l’abnégation et ont connu d’amères déceptions. Par leur propre expérience douloureuse, ils ont appris le mal du péché, sa puissance, sa culpabilité, son malheur ; et ils le regardent avec horreur. Le sentiment du sacrifice infini fait pour sa guérison les humilie à leurs propres yeux et remplit leur cœur de gratitude et de louanges que ceux qui ne sont jamais tombés ne peuvent apprécier. Ils aiment beaucoup, parce qu’on leur a beaucoup pardonné. Ayant participé aux souffrances du Christ, ils sont aptes à participer avec lui à sa gloire. {4SP 467.1}
Les héritiers de Dieu sont sortis des mansardes, des taudis, des cachots, des échafauds, des montagnes, des déserts, des cavernes de la terre, des cavernes de la mer. Mais ils ne sont plus faibles, affligés, dispersés et opprimés. Désormais, ils doivent être à jamais avec le Seigneur. Ils se tiennent devant le trône vêtus de robes plus riches que celles que les plus honorés de la terre ont jamais portées. Ils sont couronnés de diadèmes plus glorieux qu’il n’y en a jamais eu sur le front des monarques terrestres. Les jours de douleur et de pleurs sont à jamais terminés. Le Roi de gloire a essuyé les larmes de tous les visages ; toutes les causes de chagrin ont été supprimées. Au milieu de l’ondulation des palmes, ils répandent un chant de louange clair, doux et harmonieux ; chaque voix reprend la tension, jusqu’à ce que l’hymne gonfle à travers les voûtes du Ciel, “Salut à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’Agneau.” Et tous les habitants du Ciel répondent par l’attribution : « Amen ; bénédiction, et gloire, et sagesse, et actions de grâces, et honneur, et puissance, et puissance, soient à notre Dieu pour toujours et à jamais. [Apocalypse 7:10, 12.] {4SP 467.2}
Le thème de la rédemption commence à peine à être compris. Avec notre compréhension finie, nous pouvons considérer très sérieusement la honte et la gloire, la vie et la mort, la justice et la miséricorde, qui se rencontrent dans la croix ; pourtant, avec la plus grande extension de nos facultés mentales, nous ne parvenons pas à saisir sa pleine signification. La longueur et la largeur, la profondeur et la hauteur de l’amour rédempteur ne sont que vaguement comprises. Le plan de rédemption ne sera pas entièrement compris, même lorsque les rachetés verront comme ils sont vus et connaîtront comme ils sont connus ; mais à travers les âges éternels, de nouvelles vérités se dévoileront continuellement à l’esprit émerveillé et ravi. Bien que les chagrins, les douleurs et les tentations de la terre soient terminés et que la cause soit supprimée, le peuple de Dieu aura toujours une connaissance distincte et intelligente de ce que son salut a coûté. {4SP 468.1}
La croix du Christ sera la science et le chant des rachetés de toute éternité. En Christ glorifié, ils verront Christ crucifié. On n’oubliera jamais que Celui qui pouvait commander toutes les puissances de la nature, qui par un mot pouvait appeler de puissants anges pour faire sa volonté et exécuter la vengeance sur ses ennemis, – le bien-aimé de Dieu, la Majesté du Ciel, – soumis à l’insulte , la torture et la mort, afin que les pécheurs soient rachetés. Que le Créateur de tous les mondes, l’Arbitre de toutes les destinées, renonce à sa gloire et s’humilie par amour pour l’homme, excitera toujours l’émerveillement et l’admiration de l’univers. Comme les nations des sauvés regardent leur Rédempteur, et voient la gloire éternelle du Père briller sur son visage ; comme ils voient son trône, qui est d’éternité en éternité, et sachent que son royaume n’aura pas de fin, ils éclatent dans un chant ravissant : « Digne, digne est l’Agneau qui a été immolé et qui nous a rachetés à Dieu par son sang le plus précieux ! {4SP 468.2}
Le mystère de la croix explique tous les autres mystères. Dans la lumière qui jaillit du Calvaire, les attributs de Dieu qui nous avaient remplis de crainte et d’admiration apparaissent beaux et attirants. La miséricorde, la tendresse et l’amour parental se mêlent à la sainteté, à la justice et au pouvoir. Tandis que nous contemplons la majesté de son trône, élevé et élevé, nous voyons son caractère dans ses manifestations gracieuses et comprenons, comme jamais auparavant, la signification de ce titre attachant, notre Père. {4SP 469.1}
On verra que celui qui est infini en sagesse ne pouvait concevoir aucun plan pour notre salut, sauf le sacrifice de son Fils. La récompense de ce sacrifice est la joie de peupler la terre d’êtres rachetés, saints, heureux et immortels. Le résultat du conflit du Sauveur avec les puissances des ténèbres est la joie des rachetés, redonnant à la gloire de Dieu, à travers l’éternité. Et telle est la valeur de l’âme que le Père est satisfait du prix payé ; et Christ lui-même, voyant les fruits de son grand sacrifice, est satisfait. {4SP 469.2}
Chapitre 36 . . . . . Désolation de la Terre.
« C’est pourquoi ses fléaux viendront en un seul jour, la mort, le deuil et la famine ; et elle sera entièrement brûlée par le feu; car fort est le Seigneur Dieu qui la juge. Et les rois de la terre, qui ont commis la fornication et vécu délicieusement avec elle, se lamenteront sur elle, et se lamenteront sur elle, quand ils verront la fumée de sa combustion, se tenant au loin par crainte de son tourment, disant : Hélas ! hélas, cette grande ville Babylone, cette ville puissante ! car dans une heure ton jugement est venu. Et les marchands de la terre pleureront et se lamenteront sur elle; car personne n’achète plus leurs marchandises. [Apocalypse 18:8-11.] Tels sont les jugements qui tombent sur Babylone au jour de la visitation de la colère de Dieu. Elle a comblé la mesure de son iniquité ; son heure est venue ; elle est mûre pour la destruction. {4SP 470.1}
Lorsque la voix de Dieu tourne la captivité de son peuple, il y a un terrible réveil de ceux qui ont tout perdu dans le grand jeu de la vie. Alors que la probation se poursuivait, ils étaient aveuglés par les tromperies de Satan et ils justifiaient leur conduite du péché. Les riches se vantaient de leur supériorité sur les moins favorisés ; mais ils avaient obtenu leurs richesses en violant la loi de Dieu. Ils avaient négligé de nourrir les affamés, de vêtir les nus, d’agir avec justice et d’aimer la miséricorde. Ils avaient cherché à s’exalter et à obtenir l’hommage de leurs semblables. Maintenant, ils sont dépouillés de tout ce qui les a rendus grands et se retrouvent sans ressources et sans défense. Ils regardent la destruction des idoles qu’ils ont préférées à leur Créateur. Ils ont vendu leurs âmes pour les richesses et les plaisirs terrestres, et n’ont pas cherché à devenir riches envers Dieu. Le résultat est que leur vie est un échec; leurs plaisirs se sont maintenant transformés en fiel, leurs trésors en corruption. Le gain d’une vie est balayé en un instant. Les riches déplorent la destruction de leurs grandes maisons, la dispersion de leur or et de leur argent. Mais leurs lamentations sont étouffées par la crainte qu’eux-mêmes ne périssent avec leurs idoles. {4SP 470.2}
Les méchants sont remplis de regrets, non pas parce qu’ils négligent Dieu et leurs semblables, mais parce que Dieu a vaincu. Ils déplorent que le résultat soit ce qu’il est ; mais ils ne se repentent pas de leur méchanceté. Ils ne laisseraient aucun moyen de conquérir s’ils le pouvaient. {4SP 471.1}
Le monde voit la classe même dont il s’est moqué et ridiculisé, et qu’il a voulu exterminer, passer indemne à travers la tempête, le tremblement de terre et la peste. Celui qui est pour les transgresseurs de sa loi un feu dévorant, est pour son peuple un pavillon sûr. {4SP 471.2}
Le ministre qui a sacrifié la vérité pour gagner la faveur des hommes, discerne maintenant le caractère et l’influence de ses enseignements. Il est évident qu’un œil omniscient le suivait alors qu’il se tenait à son bureau, qu’il marchait dans les rues, qu’il se mêlait aux hommes dans les différentes scènes de la vie. Chaque émotion de l’âme, chaque ligne écrite, chaque mot prononcé, chaque acte qui a conduit les hommes à se reposer dans un refuge de mensonge, a été une semence éparpillée ; et maintenant, dans les âmes misérables et perdues qui l’entourent, il voit la moisson. {4SP 471.3}
Les ministres et les gens voient qu’ils n’ont pas maintenu la bonne relation avec Dieu. Ils voient qu’ils se sont rebellés contre l’Auteur de toute loi juste et juste. La mise de côté des préceptes divins a fait naître des milliers de sources de mal, de discorde, de haine, d’iniquité, jusqu’à ce que la terre devienne un vaste champ de lutte, un puits de corruption. C’est le point de vue qui apparaît maintenant à ceux qui ont rejeté la vérité et choisi de chérir l’erreur. Aucune langue ne peut exprimer le désir que ressentent les désobéissants et les déloyaux pour ce qu’ils ont perdu pour toujours, la vie éternelle. Les hommes que le monde a vénérés pour leurs talents et leur éloquence voient maintenant ces choses sous leur vrai jour. Ils réalisent ce qu’ils ont perdu par transgression, et ils tombent aux pieds de ceux dont ils ont méprisé et bafoué la fidélité, et confessent que Dieu les a aimés. {4SP 472.
Les gens voient qu’ils ont été trompés. Ils s’accusent avidement les uns les autres de les avoir conduits à la destruction ; mais tous s’unissent pour accabler les ministres de leur plus amère condamnation. Des pasteurs infidèles ont prophétisé des choses douces ; ils ont amené leurs auditeurs à annuler la loi de Dieu et à persécuter ceux qui voudraient la sanctifier. Maintenant, dans leur désespoir, ces enseignants confessent devant le monde leur travail de tromperie. Les multitudes sont remplies de fureur. “Nous sommes perdus!” crient-ils, « et vous êtes la cause de notre ruine » ; et ils se tournent vers les faux sentinelles. Ceux-là mêmes qui les admiraient le plus jadis prononceront sur eux les plus terribles malédictions. Les mains mêmes qui les ont autrefois couronnés de lauriers se lèveront pour leur destruction. Les épées qui devaient tuer le peuple de Dieu sont maintenant employées pour détruire leurs ennemis. Partout il y a des conflits et des effusions de sang. {4SP 472.2}
La marque de la délivrance a été placée sur ceux « qui soupirent et qui pleurent à cause de toutes les abominations qui se commettent ». Maintenant l’ange de la mort s’avance, représenté dans la vision d’Ézéchiel par les hommes avec les armes d’abattage, à qui l’ordre est donné : mais ne vous approchez d’aucun homme sur qui est la marque; et commence par mon sanctuaire. Le prophète dit : « Ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. [Ézéchiel 9:6.] L’œuvre de destruction commence parmi ceux qui professent être les gardiens spirituels du peuple. Les faux bergers sont les premiers à tomber. Il n’y a personne à plaindre ou à épargner. Hommes, femmes, jeunes filles et petits enfants périssent ensemble. {4SP 473.1}
« Le Seigneur sort de son lieu pour punir les habitants de la terre pour leur iniquité ; la terre dévoilera aussi son sang, et ne couvrira plus ses morts. [Ésaïe 26:21.] “Et ce sera le fléau dont l’Éternel frappera tout le peuple qui a combattu contre Jérusalem : leur chair se consumera tandis qu’ils se tiendront sur leurs pieds, et leurs yeux se consumeront dans leurs trous, et leur langue se consumera dans leur bouche. Et il arrivera, en ce jour-là, qu’il y aura parmi eux un grand tumulte de la part du Seigneur; et ils saisiront chacun la main de son prochain, et sa main se dressera contre la main de son prochain. [Zacharie 14:12, 13.] Dans la lutte folle de leurs propres passions ardentes, et par le terrible déversement de la colère sans mélange de Dieu, tombent les méchants habitants de la terre, les prêtres, les dirigeants, et les gens, riches et pauvres, hauts et bas. « Et les morts du Seigneur seront en ce jour-là depuis une extrémité de la terre jusqu’à l’autre extrémité de la terre ; ils ne seront ni pleurés, ni recueillis, ni ensevelis. [Jérémie 25:33.] {4SP 473.2}
A la venue de Christ, les méchants sont effacés de la face de toute la terre, consumés par l’esprit de sa bouche et détruits par l’éclat de sa gloire. Le Christ emmène son peuple dans la cité de Dieu, et la terre est vidée de ses habitants. «Voici, le Seigneur rend la terre vide, et la rend déserte, et la renverse, et disperse ses habitants. « Le pays sera complètement vidé et complètement gâté ; car le Seigneur a prononcé cette parole. « Parce qu’ils ont transgressé les lois, changé l’ordonnance, rompu l’alliance éternelle. C’est pourquoi la malédiction a dévoré la terre, et ceux qui y habitent sont désolés; c’est pourquoi les habitants de la terre sont brûlés. [Ésaïe 24:1, 3, 5, 6.] {4SP 474.1}
La terre entière apparaît comme un désert désolé. Les ruines des villes et des villages détruits par le tremblement de terre, les arbres déracinés, les rochers déchiquetés jetés par la mer ou arrachés à la terre elle-même, sont éparpillés sur sa surface, tandis que de vastes cavernes marquent l’endroit où les montagnes ont été arrachées à leurs fondations. . Ici doit être la demeure de Satan avec ses anges maléfiques pendant mille ans. Ici, il sera confiné, pour errer de long en large sur la surface brisée de la terre, et voir les effets de sa rébellion contre la loi de Dieu. Pendant mille ans, il peut jouir du fruit de la malédiction qu’il a causée. Limité seul à la terre, il n’aura pas le privilège d’aller sur d’autres planètes, de tenter et d’agacer ceux qui ne sont pas tombés. Pendant ce temps, Satan souffre extrêmement. Depuis sa chute, sa vie d’intense activité a banni la réflexion ; mais il est maintenant privé de son pouvoir, et laissé pour contempler le rôle qu’il a joué depuis qu’il s’est d’abord rebellé contre le gouvernement du ciel, et pour envisager avec tremblement et terreur l’avenir terrible, quand il devra souffrir pour tout le mal. ce qu’il a fait, et qu’il soit puni pour les péchés qu’il a fait commettre. {4SP 474.2}
Des cris de triomphe montent des anges et des saints rachetés, qu’ils ne doivent plus être ennuyés et tentés par Satan, et que les habitants des autres mondes sont délivrés de sa présence et de ses tentations. {4SP 475.1}
Pendant les mille ans entre la première et la deuxième résurrection, le Jugement des méchants morts a lieu. Les justes règnent comme rois et sacrificateurs pour Dieu ; et en union avec Christ, ils jugent les méchants, comparant leurs actes avec le livre de la loi, la Bible, et décidant de chaque cas selon les actes accomplis dans le corps. Alors la portion que les méchants doivent souffrir est distribuée selon leurs œuvres; et c’est écrit contre leurs noms dans le livre de la mort. Satan aussi et les mauvais anges sont jugés par Christ et son peuple. {4SP 475.2}
Chapitre 37 . . . . . La controverse est terminée.
À la fin des mille ans, le Christ revient de nouveau sur la terre. Il est accompagné de l’armée des rachetés et assisté d’une suite d’anges. Alors qu’il descend dans une majesté terrifiante, il ordonne aux méchants morts de se lever pour recevoir leur destin. Ils sortent, une armée puissante, innombrables comme les sables de la mer. Quel contraste avec ceux qui ont été ressuscités à la première résurrection ! Les justes étaient revêtus d’une jeunesse et d’une beauté immortelles. Les méchants portent les traces de la maladie et de la mort. {4SP 476.1}
Tous les yeux de cette vaste multitude sont tournés vers la gloire du Fils de Dieu. D’une seule voix, les armées méchantes s’exclament : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Ce n’est pas l’amour de Jésus qui inspire cette parole. La force de la vérité excite les mots des lèvres réticentes. Comme les méchants sont entrés dans leurs tombes, ils en sortent, avec la même inimitié envers Christ et le même esprit de rébellion. Ils ne doivent pas avoir de nouvelle probation pour remédier aux défauts de leurs vies passées. Rien n’y gagnerait. Une vie de transgression n’a pas adouci leur cœur. Une seconde probation, si elle leur était accordée, serait occupée, comme la première, à se soustraire aux exigences de Dieu et à exciter la rébellion contre lui. {4SP 476.2}
Le Christ descend sur le mont des Oliviers, et lorsque ses pieds touchent la montagne, celle-ci se sépare et devient une vaste plaine. Alors la Nouvelle Jérusalem, dans sa splendeur éblouissante, descend du Ciel. Comme il repose sur le lieu purifié et préparé pour le recevoir, le Christ, avec son peuple et les anges, entre dans la ville sainte. {4SP 477.1}
Maintenant, Satan se prépare pour une dernière lutte puissante pour la suprématie. Pendant qu’il était privé de son pouvoir et coupé de son travail de tromperie, le prince du mal était misérable et découragé; mais alors que les méchants morts sont ressuscités et qu’il voit les vastes multitudes à ses côtés, ses espoirs ravivent et il décide de ne pas céder à la grande controverse. Il rassemblera toutes les armées des perdus sous sa bannière et, par leur intermédiaire, s’efforcera d’exécuter ses plans. Les méchants sont les captifs de Satan. En rejetant Christ, ils ont accepté le règne du chef rebelle. Ils sont prêts à recevoir ses suggestions et à faire ses enchères. Pourtant, fidèle à sa ruse du début, il ne se reconnaît pas comme Satan. Il prétend être le prince qui est le propriétaire légitime du monde et dont l’héritage lui a été illégalement arraché. Il se présente à ses sujets trompés comme un rédempteur, les assurant que sa puissance les a fait sortir de leurs tombes, et qu’il est sur le point de les délivrer de la tyrannie la plus cruelle. La présence de Christ ayant été supprimée, Satan fait des merveilles pour étayer ses prétentions. Il rend les faibles forts et inspire tout le monde avec son propre esprit et son énergie. Il se propose de les mener contre le camp des saints, et de prendre possession de la cité de Dieu. Avec une exultation diabolique, il désigne les millions innombrables qui ont été ressuscités d’entre les morts et déclare qu’en tant que leur chef, il est tout à fait capable de renverser la ville et de regagner son trône et son royaume. {4SP 477.2} La présence de Christ ayant été supprimée, Satan fait des merveilles pour étayer ses prétentions. Il rend les faibles forts et inspire tout le monde avec son propre esprit et son énergie. Il se propose de les mener contre le camp des saints, et de prendre possession de la cité de Dieu. Avec une exultation diabolique, il désigne les millions innombrables qui ont été ressuscités d’entre les morts et déclare qu’en tant que leur chef, il est tout à fait capable de renverser la ville et de regagner son trône et son royaume. {4SP 477.2} La présence de Christ ayant été supprimée, Satan fait des merveilles pour étayer ses prétentions. Il rend les faibles forts et inspire tout le monde avec son propre esprit et son énergie. Il se propose de les mener contre le camp des saints, et de prendre possession de la cité de Dieu. Avec une exultation diabolique, il désigne les millions innombrables qui ont été ressuscités d’entre les morts et déclare qu’en tant que leur chef, il est tout à fait capable de renverser la ville et de regagner son trône et son royaume. {4SP 477.2} et déclare qu’en tant que leur chef, il est bien capable de renverser la ville et de regagner son trône et son royaume. {4SP 477.2} et déclare qu’en tant que leur chef, il est bien capable de renverser la ville et de regagner son trône et son royaume. {4SP 477.2}
Dans cette vaste foule se trouvent des multitudes de la race de longue durée qui existait avant le déluge ; des hommes de haute stature et d’intelligence géante, qui, cédant au contrôle des anges déchus, ont consacré toute leur habileté et leurs connaissances à l’exaltation d’eux-mêmes; des hommes dont les œuvres d’art merveilleuses ont amené le monde à idolâtrer leur génie, mais dont la cruauté et les inventions mauvaises, souillant la terre et défigurant l’image de Dieu, l’ont fait les effacer de la face de sa création. Il y a des rois et des généraux qui ont conquis des nations, des hommes vaillants qui n’ont jamais perdu une bataille, des guerriers fiers et ambitieux dont l’approche a fait trembler les royaumes. Dans la mort, ceux-ci n’ont subi aucun changement. En sortant de la tombe, ils reprennent le courant de leurs pensées là où il s’est arrêté. Ils sont animés par le même désir de conquérir qui les a gouvernés lorsqu’ils sont tombés. {4SP 478.1}
Satan consulte ses anges, puis ces rois, conquérants et hommes puissants. Ils regardent la force et le nombre de leur côté, et déclarent que l’armée dans la ville est petite en comparaison avec la leur, et qu’elle peut être vaincue. Ils établissent leurs plans pour prendre possession des richesses et de la gloire de la Nouvelle Jérusalem. Tous commencent immédiatement à se préparer au combat. Des artisans habiles fabriquent des instruments de guerre. Les chefs militaires, célèbres pour leur succès, rassemblent les foules d’hommes guerriers en compagnies et divisions. {4SP 478.2}
Enfin, l’ordre d’avancer est donné, et l’armée innombrable se déplace, – une armée telle qu’elle n’a jamais été convoquée par les conquérants terrestres, telle que les forces combinées de tous les âges depuis le début de la guerre ne pourraient jamais égaler. Satan, le plus puissant des guerriers, mène la camionnette et ses anges unissent leurs forces pour cette lutte finale. Les rois et les guerriers sont à sa suite, et les multitudes suivent dans de vastes compagnies, chaque armée sous son chef désigné. Avec une précision militaire, les rangs serrés avancent sur la surface accidentée et inégale de la terre jusqu’à la cité de Dieu. Par l’ordre de Jésus, les portes de la Nouvelle Jérusalem sont fermées et les armées de Satan entourent la ville et se préparent pour le début. {4SP 479.1}
Maintenant, le Christ apparaît à nouveau à la vue de ses ennemis. Loin au-dessus de la ville, sur une fondation d’or poli, est un trône, élevé et élevé. Sur ce trône est assis le Fils de Dieu, et autour de lui sont les sujets de son royaume. La puissance et la majesté du Christ qu’aucune langue ne peut décrire, qu’aucune plume ne peut décrire. La gloire du Père Éternel enveloppe son Fils. L’éclat de sa présence remplit la cité de Dieu et s’écoule au-delà des portes, inondant toute la terre de son éclat. {4SP 479.2}
Les plus proches du trône sont ceux qui étaient autrefois zélés dans la cause de Satan, mais qui, arrachés comme des marques de l’incendie, ont suivi leur Sauveur avec une dévotion profonde et intense. Viennent ensuite ceux qui ont perfectionné les caractères chrétiens au milieu du mensonge et de l’infidélité, ceux qui ont honoré la loi de Dieu lorsque le monde chrétien l’a déclarée nulle, et les millions, de tous les âges, qui ont été martyrisés pour leur foi. Et au-delà est la « grande multitude que personne ne pouvait dénombrer, de toutes nations et tribus et peuples et langues », « devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains ». Leur guerre est terminée, leur victoire remportée. Ils ont couru la course et atteint le prix. La branche de palmier dans leurs mains est un symbole de leur triomphe, la robe blanche un emblème de la justice sans tache du Christ qui est maintenant la leur.
Les rachetés élèvent un chant de louange qui résonne et résonne à travers les voûtes célestes : « Salut à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’Agneau. Et l’ange et le séraphin unissent leurs voix dans l’adoration. Comme les rachetés ont vu la puissance et la malignité de Satan, ils ont vu, comme jamais auparavant, qu’aucune puissance autre que celle de Christ n’aurait pu faire d’eux des vainqueurs. Dans toute cette foule brillante, il n’y a personne pour s’attribuer le salut, comme s’il avait triomphé par sa propre puissance et sa bonté. Rien n’est dit de ce qu’ils ont fait ou subi ; mais le fardeau de chaque cantique, la tonalité de chaque hymne, c’est : Salut à notre Dieu et à l’Agneau. {4SP 480.1}
En présence des habitants assemblés de la terre et du ciel a lieu le couronnement définitif du Fils de Dieu. Et maintenant, investi de la majesté et du pouvoir suprêmes, le Roi des rois prononce la sentence contre les rebelles contre son gouvernement, et exécute la justice contre ceux qui ont transgressé sa loi et opprimé son peuple. Le prophète de Dieu dit : « J’ai vu un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus, devant la face duquel la terre et le ciel se sont enfuis ; et il n’y a pas eu de place pour eux. Et j’ai vu les morts, petits et grands, se tenir devant Dieu; et les livres ont été ouverts; et un autre livre a été ouvert, qui est le livre de vie; et les morts ont été jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs œuvres. [Apocalypse 20:11, 12.] {4SP 480.2}
Dès que les registres sont ouverts et que l’œil de Jésus regarde les méchants, ils sont conscients de tous les péchés qu’ils ont jamais commis. Ils voient à quel point leurs pas ont divergé du chemin de la pureté et de la sainteté, à quel point l’orgueil et la rébellion les ont menés dans la violation de la loi de Dieu. Les tentations séduisantes qu’ils encourageaient en s’adonnant au péché, les bénédictions perverties, les messagers de Dieu méprisés, les avertissements rejetés, les vagues de miséricorde repoussées par le cœur obstiné et impénitent, tout cela apparaît comme écrit en lettres de feu. {4SP 481.1}
Au-dessus du trône se révèle la croix ; et comme une vue panoramique apparaissent les scènes de la tentation et de la chute d’Adam, et les étapes successives du grand plan de rédemption. La naissance humble du Sauveur; sa jeunesse de simplicité et d’obéissance ; son baptême en Jordanie; le jeûne et la tentation dans le désert ; son ministère public, révélant aux hommes les bénédictions les plus précieuses du Ciel ; les jours remplis d’actes d’amour et de miséricorde, les nuits de prière et de veille dans la solitude des montagnes ; les complots d’envie, de haine et de méchanceté qui remboursaient ses bienfaits ; l’horrible et mystérieuse agonie à Gethsémané, sous le poids écrasant des péchés du monde entier ; sa trahison entre les mains de la foule meurtrière; les événements effrayants de cette nuit d’horreur, le prisonnier sans résistance, abandonné par ses disciples les plus aimés, grossièrement précipité dans les rues de Jérusalem; le Fils de Dieu exultant exhibé devant Anne, mis en accusation dans le palais du grand prêtre, dans la salle du jugement de Pilate, devant le lâche et cruel Hérode, moqué, insulté, torturé et condamné à mort, – tous sont dépeints de manière vivante. {4SP 481.2}
Et maintenant, devant la multitude se balançant, les scènes finales sont révélées, le patient souffrant marchant sur le chemin du Calvaire ; le Prince du Ciel suspendu à la croix ; les prêtres hautains et la populace moqueuse se moquant de son agonie expirante ; les ténèbres surnaturelles ; la terre soulevée, les rochers déchirés, les tombes ouvertes, marquant le moment où le Rédempteur du monde a donné sa vie. {4SP 482.1}
L’horrible spectacle apparaît tel qu’il était. Satan, ses anges et ses sujets n’ont pas le pouvoir de se détourner de l’image de leur propre travail. Chaque acteur rappelle le rôle qu’il a joué. Hérode, qui a tué les enfants innocents de Bethléem afin de faire périr le roi d’Israël ; l’ignoble Hérodias, sur l’âme duquel repose le sang de Jean-Baptiste ; le faible Pilate qui sert le temps; les soldats moqueurs ; les prêtres et les dirigeants et la foule affolée qui criait : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ! -tous voient l’énormité de leur culpabilité. Ils cherchent en vain à se cacher de la majesté divine de son visage, éclipsant la gloire du soleil, tandis que les rachetés jettent leurs couronnes aux pieds du Sauveur en s’écriant : « Il est mort pour moi ! {4SP 482.2}
Au milieu de la foule rachetée se trouvent les apôtres du Christ, l’héroïque Paul, l’ardent Pierre, le bien-aimé et aimant Jean, et leurs frères sincères, et avec eux la vaste armée des martyrs ; tandis qu’à l’extérieur des murs, avec toutes les choses viles et abominables, sont ceux par qui ils ont été persécutés, emprisonnés et tués. Il y a Néron, ce monstre de cruauté et de vice, voyant la joie et l’exaltation de ceux qu’il a autrefois torturés, et dans l’angoisse extrême duquel il a trouvé le plaisir satanique. Sa mère est là pour témoigner du résultat de son propre travail ; voir comment la mauvaise empreinte de caractère transmise à son fils, les passions encouragées et développées par son influence et son exemple, ont porté leurs fruits dans des crimes qui ont fait frémir le monde. {4SP 482.3}
Il y a des prêtres et des prélats papistes, qui prétendaient être les ambassadeurs du Christ, mais employaient le chevalet, le cachot et le bûcher pour contrôler les consciences de son peuple. Il y a les pontifes orgueilleux qui s’élevaient au-dessus de Dieu et prétendaient changer la loi du Très-Haut. Ces prétendus pères de l’Église ont un compte à rendre à Dieu dont ils voudraient être excusés. On leur fait voir trop tard que l’Omniscient est jaloux de sa loi, et qu’il ne disculpera en aucune façon les coupables. Ils apprennent maintenant que le Christ identifie son intérêt avec celui de son peuple souffrant ; et ils sentent la force de ses propres paroles : « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. {4SP 483.1}
Le monde méchant tout entier est mis en accusation à la barre de Dieu, sous l’accusation de haute trahison contre le gouvernement du Ciel. Ils n’ont personne pour plaider leur cause ; ils sont sans excuse ; et la sentence de mort éternelle est prononcée contre eux. {4SP 483.2}
Il est maintenant évident pour tous que le salaire du péché n’est pas la noble indépendance et la vie éternelle, mais l’esclavage, la ruine et la mort. Les méchants voient ce qu’ils ont perdu par leur vie de rébellion. Le poids bien plus excessif et éternel de la gloire était méprisé lorsqu’on les offrait; mais comme cela paraît désirable maintenant. « Tout cela, s’écrie l’âme perdue, j’aurais pu l’avoir ; mais j’ai choisi de mettre ces choses loin de moi. Oh, étrange engouement ! J’ai échangé la paix, le bonheur et l’honneur contre la misère, l’infamie et le désespoir. Tous voient que leur exclusion du Ciel est juste. Dans leur vie, ils ont déclaré : Nous n’aurons pas ce Jésus pour régner sur nous. {4SP 483.3}
Comme ravis, les méchants ont contemplé le couronnement du Fils de Dieu. Ils voient dans ses mains les tables de la loi divine, les statuts qu’ils ont méprisés et transgressés. Ils sont témoins de l’explosion d’émerveillement, de ravissement et d’adoration des sauvés; et tandis que la vague de la mélodie déferle sur les multitudes hors de la ville, tous s’exclament d’une seule voix : « Merveilleuses sont tes œuvres, Seigneur Dieu tout-puissant ; justes et vraies sont tes voies, toi Roi des saints ; » et se prosternant, ils adorent le Prince de la vie. {4SP 484.1}
Satan semble paralysé alors qu’il contemple la gloire et la majesté de Christ. Celui qui était autrefois un chérubin protecteur se souvient d’où il est tombé. Un séraphin brillant, “fils du matin” ; combien changé, combien dégradé ! Du conseil où autrefois il était honoré, il est exclu à jamais. Il en voit un autre qui se tient maintenant près du Père, voilant sa gloire. Il a vu la couronne placée sur la tête du Christ par un ange d’une stature élevée et d’une présence majestueuse, et il sait que cet office aurait pu être le sien. {4SP 484.2}
La mémoire rappelle la maison de son innocence et de sa pureté, la paix et le contentement qui étaient les siens jusqu’à ce qu’il se livre à des murmures contre Dieu et à l’envie du Christ. Ses accusations, sa rébellion, ses tromperies pour gagner la sympathie et le soutien des anges, sa persistance obstinée à ne faire aucun effort pour se rétablir alors que Dieu lui aurait accordé le pardon, – tout se présente clairement devant lui. Il passe en revue son travail parmi les hommes et ses résultats, l’inimitié de l’homme envers son prochain, la terrible destruction de la vie, la montée et la chute des royaumes, le renversement des trônes, la longue succession de tumultes, de conflits et de révolutions. Il rappelle ses efforts constants pour s’opposer à l’œuvre du Christ et faire sombrer l’homme de plus en plus bas. Il voit que ses complots infernaux ont été impuissants à détruire ceux qui ont mis leur confiance en Jésus. Alors que Satan regarde son royaume, fruit de son labeur, il ne voit que l’échec et la ruine. Il a fait croire aux multitudes que la cité de Dieu serait une proie facile ; mais il sait que c’est faux. Maintes et maintes fois, au cours de la grande controverse, il a été vaincu et contraint de céder. Il connaît trop bien la puissance et la majesté de l’Éternel. {4SP 485.1}
Le but du grand rebelle a toujours été de se justifier et de prouver le gouvernement divin responsable de la rébellion. À cette fin, il a utilisé toute la puissance de son intellect géant. Il a travaillé délibérément et systématiquement, et avec un succès merveilleux, amenant de vastes multitudes à accepter sa version de la grande controverse qui dure depuis si longtemps. Pendant des milliers d’années, ce chef du complot a remplacé le mensonge par le vrai. Mais le temps est maintenant venu où la rébellion doit être finalement vaincue, et l’histoire et le caractère de Satan révélés. Dans son dernier grand effort pour détrôner le Christ, détruire son peuple et prendre possession de la cité de Dieu, l’archi-trompeur a été entièrement démasqué. Ceux qui se sont unis à lui voient l’échec total de sa cause. Les disciples de Christ et les anges loyaux voient toute l’étendue de ses machinations contre le gouvernement de Dieu. Il est l’objet d’une horreur universelle. {4SP 485.2}
Satan voit que sa rébellion volontaire l’a rendu inapte au Ciel. Il a entraîné ses pouvoirs à faire la guerre à Dieu ; la pureté, la paix et l’harmonie du ciel seraient pour lui le suprême supplice. Ses accusations contre la miséricorde et la justice de Dieu sont maintenant réduites au silence. L’opprobre qu’il s’est efforcé de jeter sur Jéhovah repose entièrement sur lui-même. Et maintenant, Satan se prosterne et confesse la justice de sa sentence. {4SP 486.1}
Chaque question de vérité et d’erreur dans la controverse de longue date est claire. La justice de Dieu est pleinement justifiée. Devant le monde entier est clairement présenté le grand sacrifice fait par le Père et le Fils en faveur de l’homme. L’heure est venue où Christ occupe sa position légitime et est glorifié au-dessus des principautés et des puissances et de tout nom qui est nommé. {4SP 486.2}
C’est pour la joie qui lui était réservée, afin d’amener plusieurs fils à la gloire, qu’il a enduré la croix et méprisé la honte. Et aussi grands que soient le chagrin et la honte, aussi grands sont la joie et la gloire. Il regarde les rachetés, renouvelés à son image, chaque visage reflétant la ressemblance de leur Roi. Dans leur pureté parfaite et leur joie sans pareille, il voit le résultat du travail de son âme, et il est satisfait. Puis, d’une voix qui atteint les multitudes assemblées des justes et des méchants, il déclare : « Voici l’achat de mon sang ! Pour ceux-ci j’ai souffert; pour ceux-ci je suis mort; afin qu’ils habitent en ma présence à travers les siècles éternels. Et le chant de louange monte des hommes vêtus de blanc autour du trône : « Digne est l’Agneau qui a été immolé de recevoir puissance, et richesse, et sagesse, et force, et honneur, et gloire et bénédiction. {4SP 486.3}
Bien que Satan ait été contraint de reconnaître la justice de Dieu et de s’incliner devant la suprématie de Christ, son caractère demeure inchangé. L’esprit de rébellion, comme un puissant torrent, éclate à nouveau. Rempli de frénésie, il décide de ne pas céder à la grande controverse. L’heure est venue d’un dernier combat désespéré contre le Roi des Cieux. Il se précipite au milieu de ses sujets et s’efforce de leur inspirer sa propre fureur et de les exciter à un combat instantané. Mais de tous les innombrables millions qu’il a attirés dans la rébellion, il n’y en a plus aujourd’hui pour reconnaître sa suprématie. Son pouvoir est à bout. Les méchants sont remplis de la même haine de Dieu qui inspire Satan ; mais ils voient que leur cas est sans espoir, qu’ils ne peuvent pas prévaloir contre l’Éternel. Leur rage s’enflamme contre Satan et ceux qui ont été ses agents dans la tromperie. Avec la fureur des démons, ils se retournent contre eux, et il s’ensuit une scène de lutte universelle. {4SP 487.1}
Alors s’accomplissent les paroles du prophète : « L’indignation de l’Éternel est sur toutes les nations, et sa fureur sur toutes leurs armées : il les a entièrement détruites, il les a livrées à l’abattoir. [Ésaïe 34: 2.] “Sur les méchants, il fera pleuvoir des charbons ardents, du feu et du soufre, et une tempête horrible: ce sera la portion de leur coupe.” [Psaume 11:6. MARGE.] Le feu descend de Dieu du ciel. La terre est brisée. Les armes dissimulées dans ses profondeurs sont sorties. Des flammes dévorantes jaillissaient de chaque gouffre béant. Les rochers mêmes sont en feu. Le jour est venu qui brûlera comme un four. [Malachie 4:1.] Les éléments fondent avec une chaleur ardente, la terre aussi, et les œuvres qui s’y trouvent sont brûlées. [2 Pierre 3:10.] Le feu de Tophet est « préparé pour le roi », le chef de la rébellion ; le tas en est profond et large, et “le souffle du Seigneur, comme un torrent de soufre, l’allume”. [Ésaïe 30:33.] La surface de la terre semble une masse en fusion, un vaste lac de feu bouillonnant. C’est le temps du jugement et de la perdition des hommes impies, “le jour de la vengeance du Seigneur, et l’année des récompenses pour la controverse de Sion”. [Ésaïe 34:8.] {4SP 487.2}
Les méchants reçoivent leur récompense sur la terre. Ils « seront du chaume ; et le jour qui vient les embrasera, dit l’Éternel des armées. Certains sont détruits en un instant, tandis que d’autres souffrent plusieurs jours. Tous sont punis selon leurs actes. Les péchés des justes ont été transférés à Satan, l’initiateur du mal, qui doit en supporter le châtiment. Ainsi, il est fait souffrir non seulement pour sa propre rébellion, mais pour tous les péchés qu’il a fait commettre au peuple de Dieu. Son châtiment sera bien plus grand que celui de ceux qu’il a trompés. Après que tous ceux qui sont tombés par ses déceptions ont péri, il doit encore vivre et souffrir. Dans les flammes purificatrices, les méchants sont enfin détruits, racine et branche, – Satan la racine, ses disciples les branches. La justice de Dieu est satisfaite, et les saints et toute l’armée angélique disent d’une voix forte : Amen. {4SP 488.1}
Tandis que la terre es