Des pages

Conseils sur l’alimentation et les aliments (1938)

VOUS DEVEZ LIRE CECI
Comment ce livre est né
Des décennies avant que de nombreux physiologistes ne se préoccupent de la relation étroite entre l’alimentation et la santé, Ellen G. White, dans ses écrits, a clairement souligné le lien entre la nourriture que nous mangeons et notre bien-être physique et spirituel. Dans ses discours et ses écrits à partir de 1863, elle a fréquemment discuté de l’importance d’un régime alimentaire et d’une nutrition adéquate. Ses conseils, tels qu’ils sont conservés dans des brochures et des livres, dans les journaux de la dénomination et dans des témoignages personnels, ont exercé une forte influence sur les habitudes diététiques des adventistes du septième jour et ont indirectement laissé leur empreinte sur le grand public.
Les écrits de Mme White concernant les aliments et une alimentation saine ont été rassemblés en 1926 dans un ouvrage thématique conçu pour servir principalement de manuel aux étudiants en diététique du College of Medical Evangelists de Loma Linda. Cette première impression, intitulée Études de témoignages sur l’alimentation et les aliments, fut bientôt épuisée.
Un nouveau volume agrandi, intitulé Conseils sur l’alimentation et les aliments, parut en 1938. Il fut appelé « deuxième édition » et fut préparé sous la direction du conseil d’administration du Ellen G. White Estate [Domaine]. Une troisième édition, imprimée dans une taille de page plus petite pour se conformer aux exigences de la série Christian Home Library, a été publiée en 1946. La présente édition est la quatrième et n’implique aucun changement de texte ou de pagination.
Ceci est une compilation unique
En rassemblant les matériaux comprenant les Conseils sur l’alimentation et les aliments, un effort a été fait pour inclure toute la gamme d’instructions sur le sujet de la plume de Mme White. La compilation qui en résulte est unique parmi les livres d’Ellen G. White, car elle présente les conseils regroupés par sujet sous un titre général, sans aucune tentative de fournir une continuité dans la lecture.
Chaque section contient les matériaux EG White qui, assemblés, font une présentation représentative du sujet traité. rien de ce qui apporterait une contribution substantielle n’a été ignoré. Souvent, dans les sources originales, de nombreuses phases de l’instruction sanitaire sont traitées ensemble dans un seul paragraphe. Donner tout le contexte dans de tels cas aurait entraîné de nombreuses répétitions. grâce à l’utilisation de références croisées, ces répétitions sont réduites au minimum.
Alors que les limites de l’espace et l’effort pour éviter les répétitions ont rendu déconseillé d’inclure toutes les déclarations sur les phases plus générales de la question de l’alimentation, une présentation complète et complète des enseignements d’EG White a été donnée.
Péril de prendre une partie pour le tout
Le fait que ce volume soit construit un peu comme une encyclopédie, isolant les principales présentations et les regroupant par thème, en fait un ouvrage de référence pratique. mais la conception de l’encyclopédie fait également du livre un livre qui peut facilement être mal utilisé. Pour obtenir l’intention de l’auteur et le plein impact de tous ses enseignements, il est impératif que le livre soit étudié dans son ensemble.
Le lecteur doit garder à l’esprit qu’une seule déclaration d’Ellen White sur une phase du sujet de la nutrition peut être loin d’exprimer sa pleine intention et sa compréhension des besoins nutritionnels du corps. par exemple, dans une phrase apparaissant à la page 314 de ce livre, extraite de Témoignages, tome 2, page 352, dit-elle ; “des grains et des fruits préparés sans graisse et dans un état aussi naturel que possible devraient être la nourriture des tables de tous ceux qui prétendent se préparer à la traduction.” À la lumière d’autres de ses déclarations, il est clair que Mme White n’avait pas l’intention d’enseigner que ceux qui se préparent à la traduction devraient réduire leur alimentation à simplement « céréales et fruits ». Rédigée en 1869 dans le cadre d’un conseil contre l’utilisation de la viande, cette déclaration semble faire en sorte que «céréales et fruits» représentent le régime sans viande. La déclaration ne mentionne pas les noix, les légumes ou les produits laitiers, tous reconnus par Ellen White comme importants pour un programme nutritionnel équilibré.
Une autre déclaration sur la même page (314), écrite une vingtaine d’années plus tard, décrivant un régime alimentaire destiné à donner de la nourriture et à donner de l’endurance et de la vigueur à l’intellect, mentionne “des fruits, des céréales et des légumes” préparés avec “du lait ou de la crème”. Les noix ne sont pas mentionnées. à travers la page dans un autre paragraphe écrit en 1905, “les céréales, les noix, les légumes et les fruits” sont répertoriés comme remplaçant la viande. Dans cette déclaration, le lait n’est pas mentionné. Pourtant, le lait est inclus dans sa déclaration de 1909 qui apparaît à la page 355 : « Les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème, ou quelque chose d’équivalent. . . . certains, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, n’ont pas réussi à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, sont devenus faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée.
Il existe un certain nombre d’autres cas similaires à ceux cités ci-dessus où Ellen White n’énumère pas dans une déclaration donnée tous les éléments d’un régime alimentaire adéquat. Des précautions doivent être prises pour obtenir sa pensée complète sur chaque sujet. Une déclaration isolée ne doit pas être utilisée seule, de peur que la partie ne soit prise pour le tout.
Un appel à tous pour étudier
Ellen White n’avait pas l’intention que ses écrits sur les lignes nutritionnelles excluent la nécessité d’une étude sérieuse pour trouver le régime le meilleur et le plus agréable, profitant d’une connaissance croissante, de l’expérience et de la recherche des autres. Elle a écrit:
“Maintenir le corps dans un état sain, afin que toutes les parties de la machinerie vivante puissent agir harmonieusement, devrait être l’étude de notre vie.” – Page 18.
« Il est clairement de notre devoir d’étudier attentivement ces lois [de la nature]. Nous devrions étudier leurs exigences à l’égard de notre propre corps et nous y conformer. L’ignorance de ces choses est un péché. » – Ibid.
Il est clair que Mme White a estimé que chaque personne devrait être bien informée, en profitant des progrès de la science dans les enquêtes nutritionnelles, tant que les conclusions s’harmonisent avec les conseils donnés par l’inspiration.
Les aléas des extrêmes
Ellen White n’a pas tardé à souligner les dangers des extrêmes, de l’inattention ou du laxisme dans l’apport d’une alimentation adéquate à la famille. Ce fait est illustré par l’affirmation selon laquelle la mère « par une nourriture mal préparée et malsaine » pourrait en fait « entraver et même ruiner à la fois l’utilité de l’adulte et le développement de l’enfant » (p. 476). Dans la même déclaration, elle a appelé à “fournir une nourriture adaptée aux besoins du corps, et en même temps invitante et agréable au goût”.
Alors que les raisons d’inclure certains produits laitiers dans une alimentation équilibrée et adéquate n’étaient pas pleinement comprises, Ellen White s’est prononcée en leur faveur, et a même mis en garde contre leur élimination. Aujourd’hui, à la lumière de la connaissance que certains nutriments infimes sont vitaux pour les fonctions du corps, nous avons une meilleure compréhension. certains de ces nutriments, bien qu’apparemment absents d’un régime entièrement végétal, sont disponibles en quantités adéquates dans un régime lacto-ovo-végétarien. Ceci est particulièrement important pour les enfants dont le bon développement, selon Ellen White, pourrait être entravé par « des aliments malsains mal préparés ».
Vers le tournant du siècle, Ellen White a commencé à écrire qu’en raison de l’accumulation de maladies dans le règne animal, tous les aliments d’origine animale, y compris le lait, devront avec le temps être abandonnés (voir pp. 356, 357) ; pourtant, en même temps, elle a mis en garde à plusieurs reprises contre des mesures prématurées dans cette direction et, en 1909, a déclaré que le moment viendrait où cela pourrait être nécessaire, mais a exhorté à ne pas créer de perplexité par des “restrictions prématurées et extrêmes”. Elle a conseillé que nous « attendions que les circonstances l’exigent, et que le Seigneur prépare le chemin pour cela » (pp. 355-359).
C’est le régime lacto-ovo-végétarien qui a maintenu Ellen White en service actif pendant une bonne partie de sa quatre-vingt-huitième année.
Utiliser des principes sains dans l’étude
Certains principes sains doivent toujours être appliqués dans l’étude des conseils diététiques contenus dans ce livre. Toutes les instructions, en tant qu’ensemble large, cohérent et bien équilibré, doivent être étudiées avec un esprit ouvert. Il faut prendre soin de lire l’intégralité de la déclaration sur un sujet donné. ensuite, pour obtenir la pleine intention de l’auteur, la déclaration doit être placée avec la déclaration. Si une affirmation ne semble pas s’accorder avec une autre, l’étudiant ferait bien d’en retracer une, ou les deux, jusqu’aux paramètres d’origine.
L’étudiant devrait également suivre l’exemple d’Ellen White en reconnaissant les trois principes de base énumérés à la page 481 :
1. “La réforme de l’alimentation doit être progressive.” – MH 320.
2. “Nous ne marquons aucune ligne précise à suivre dans l’alimentation.” – 9T 159.
3. “Je me fais un critère pour personne d’autre.” – Lettre 45, 1903.
Une recommandation pour la réforme de la santé
La vraie réforme de l’alimentation se recommandera en raison de son bon sens. son fruit se verra dans une bonne santé, de la force, une haleine douce et un sentiment de bien-être. même la vie spirituelle peut être aidée par de bonnes habitudes de santé. Il a été gratifiant d’être témoin, à travers la marche en avant de l’étude scientifique, d’une justification complète de nombreux grands principes et même de points d’instruction minutieux révélés aux adventistes du septième jour par la plume inspirée d’Ellen White.
Que ce volume puisse aider ses lecteurs à obtenir une meilleure santé, à la fois physique et spirituelle, est notre souhait le plus sincère.
LES ADMINISTRATEURS DU DOMAINE ELLEN G. WHITE
Washington DC
17 septembre 1976
Table des matières
1. Raisons de la réforme ………………………………………. 15
2. Alimentation et spiritualité ……………………………………………. 43
i Le rapport de l’alimentation à la morale …………………….. 60
3. La Réforme de la Santé et le Message du Troisième Ange ………………… 69
4. La bonne alimentation ………………………………………. 81
i Le régime original ……………………………… 81
ii Le régime simple ………………………………….. 82
iii Une alimentation adéquate …………………………………. 91
iv Alimentation dans divers pays …………………………. 94
5. Physiologie de la digestion …………………………………………. 101
6. Mauvaise alimentation une cause de maladie ………………………. 117
7. Trop manger …………………………………………….. 131
8. Contrôle de l’appétit …………………………………………….. 145
9. Régularité dans l’alimentation ……………………………………………. 173
i Nombre de repas …………………………………. 173
ii Manger entre les repas …………………………….. 179
10. Le jeûne ……………………………………………….. 185
11. Alimentation extrême ……………………………………….. 195
12. Régime pendant la grossesse …………………………………………… 217
13. Alimentation pendant l’enfance ………………………………………. 225
14. Cuisine Saine ………………………………………. 251
15. Aliments diététiques et restaurants hygiéniques …………………….. 267
16. Sanatorium Diététique ……………………………………… 281
17. L’alimentation un remède rationnel ………………………………………….. 301
18. Fruits, céréales et légumes ………………………….. 309
i Fruits ………………………………………… 309
ii Céréales ………………………………………… 313
iii Pain …………………………………………. 315
iv Légumes …………………………………….. 321
19. Desserts ………………………………………………………. 327
i Sucre………………………………………….. 327
ii Lait et Sucre …………………………………. 330
iii Tarte, Gâteau, Pâtisserie, Puddings ……………………… 331
20. Condiments, Etc. ……………………………………….. 339
i Épices et Condiments …………………………… 339
ii Bicarbonate de soude et levure chimique ………………………….. 342
iii Sel ………………………………………….. 344
iv Cornichons et vinaigre …………………………….. 345
21. Graisses ………………………………………………….. 349
i Beurre ………………………………………… 349
ii Saindoux et Graisse ………………………………… 353
iii Lait et crème …………………………………. 355
iv Olives et huile d’olive ……………………………. 359
22. Protéines ………………………………………………………. 363
i Noix et aliments à base de noix ……………………… 363
ii Oeufs ………………………………………….. 365
iii Fromage ………………………………………… 368
23. Viandes (Protéines Suite)………………………….. 373
i Réforme diététique progressive dans le septième jour
ii Institutions Adventistes ………………………….. 405
24. Boissons ……………………………………………… 419
i Boire de l’eau …………………………………. 419
ii Thé et café …………………………………. 420
iii Substituts céréaliers au thé et au café …………….. 431
iv Cidre …………………………………………. 432
v Jus de fruits ……………………………………. 436
25. Enseignement des principes de santé ………………………………. 441
i Instruction à donner sur les sujets de santé ………….. 441
ii Comment présenter les principes de la réforme de la santé …….. 457
iii Écoles de cuisine ………………………………… 469
annexe
i Expérience personnelle d’Ellen G. White
en tant que réformateur de la santé ………………………….. 481
ii Une déclaration de James White relative à l’enseignement de
Réforme de la santé ………………………………… 495
Dates de rédaction ou de première publication
Pour aider l’étudiant, la date d’écriture ou de première publication de chaque sélection est indiquée en lien avec la référence source. Lorsque les articles ont été tirés de volumes publiés, la date de publication apparaît avant la référence. Dans le cas de la matière tirée des articles de périodiques et des dossiers manuscrits, l’année d’écriture ou de première publication fait partie de la référence source.
Dans un certain nombre de cas, les articles tirés de livres ultérieurs, tels que «Counsels on Health», sont apparus en premier dans des ouvrages désormais épuisés. La référence à l’ouvrage en cours est donnée, mais les informations relatives à la première publication de l’article sont notées entre parenthèses en lien avec la référence source.
– COMPILATEURS.
Légende des crédits et des abréviations
Les articles composant ce livre ont été rassemblés à partir des écrits d’Ellen G. White tels qu’ils apparaissent dans les livres actuels, les livres épuisés, les articles de périodiques, les brochures et les fichiers manuscrits d’EG White. Dans chaque cas, la source de la sélection est indiquée. Les abréviations suivantes des sources ont été utilisées :
COL – “Leçons d’objets du Christ”
CTBH – « Tempérance chrétienne et hygiène biblique » [Épuisé.]
CH–« Conseils sur la santé »
CT–« Conseils aux enseignants »
DA – “Le désir des siècles”
ÉD.–« Éducation »
E. de UT–Extraits de témoignages non publiés concernant les aliments carnés [Épuisé.]
FE – “Fondamentaux de l’éducation chrétienne”
GW – ” Travailleurs de l’Évangile “
H. TO L.–“How to Live” [Épuisé.] (six brochures)
Lettre–Déclaration des fichiers manuscrits d’EG White [+ La source des articles sélectionnés à partir des fichiers manuscrits est indiquée par l’utilisation du numéro de fichier des manuscrits originaux tels qu’ils apparaissent dans les fichiers Ellen G. White du White Estate Office [Bureau de Succession], tels que Lettre 3, 1884, et MS 49, 1908.]
L. & T. – “Vie et enseignements d’Ellen G. White”
MS.–Déclaration des fichiers manuscrits d’EG White [+ La source des articles sélectionnés à partir des fichiers manuscrits est indiquée par l’utilisation du numéro de fichier des manuscrits originaux tels qu’ils apparaissent dans les fichiers Ellen G. White du White Estate Office [Bureau de Succession], comme Lettre 3, 1884, et MS 49, 1908.]
MH – « Ministère de la guérison »
MM – « Ministère médical »
R. & H.–Revue et Annonce
Sp. Cadeaux IV–« Dons spirituels », Vol. IV (Également appelé « Facts of Faith », Vol. II)
1T – « Témoignages pour l’Église », Vol. 1
Instructeur YI-Youth
CHAPITRE 1 – Raisons de la réforme
Pour la Gloire de Dieu
[CTBH 41, 42] (1890) CH 107, 108
1. Un seul bail à vie nous est accordé ; et l’enquête auprès de chacun devrait être : « Comment puis-je investir mes pouvoirs afin qu’ils puissent rapporter le plus grand profit ? Comment puis-je faire le plus pour la gloire de Dieu et le bénéfice de mes semblables ? Car la vie n’a de valeur que dans la mesure où elle est utilisée pour atteindre ces fins. {CD 15.1}
Notre premier devoir envers Dieu et nos semblables est celui du développement personnel. Chaque faculté dont le Créateur nous a dotés doit être cultivée au plus haut degré de perfection, afin que nous soyons capables de faire la plus grande quantité de bien dont nous sommes capables. Par conséquent, ce temps est dépensé à bon escient qui est utilisé dans l’établissement et la préservation de la santé physique et mentale. Nous ne pouvons pas nous permettre d’éclipser ou de paralyser toute fonction du corps ou de l’esprit. Aussi sûrement que nous le faisons, nous devons en subir les conséquences. {CD 15.2}
CHOIX DE VIE OU DE MORT
Chaque homme a la possibilité, dans une large mesure, de devenir ce qu’il veut être. Les bénédictions de cette vie, et aussi de l’état immortel, sont à sa portée. Il peut se forger un caractère de valeur solide, acquérant une nouvelle force à chaque pas. Il peut avancer chaque jour dans la connaissance et la sagesse, conscient de nouveaux délices à mesure qu’il progresse, ajoutant vertu à vertu, grâce à grâce. Ses facultés s’amélioreront par l’usage ; plus il acquerra de sagesse, plus sa capacité d’acquisition sera grande. Son intelligence, sa connaissance et sa vertu se développeront ainsi en une plus grande force et une symétrie plus parfaite. {CD 15.3}
D’un autre côté, il peut laisser ses pouvoirs s’user faute d’utilisation ou être pervertis par de mauvaises habitudes, un manque de maîtrise de soi ou une endurance morale et religieuse. Son cours tend alors vers le bas ; il désobéit à la loi de Dieu et aux lois de la santé. L’appétit le gagne ; l’inclination l’emporte. Il lui est plus facile de laisser les puissances du mal, toujours actives, l’entraîner en arrière, que de lutter contre elles et d’aller de l’avant. La dissipation, la maladie et la mort suivent. C’est l’histoire de nombreuses vies qui auraient pu être utiles à la cause de Dieu et de l’humanité. {CD 15.4}
Rechercher la perfection
(1905) MH 114, 115
2. Dieu désire que nous atteignions le niveau de perfection rendu possible pour nous par le don de Christ. Il nous appelle à faire notre choix du bon côté, à nous connecter avec les agences célestes, à adopter des principes qui restaureront en nous l’image divine. Dans sa parole écrite et dans le grand livre de la nature, il a révélé les principes de la vie. C’est notre travail d’acquérir la connaissance de ces principes et, par l’obéissance, de coopérer avec lui pour restaurer la santé du corps aussi bien que de l’âme. {CD 16.1}
Lettre 73a, 1896
3. L’organisme vivant est la propriété de Dieu. Elle lui appartient par création et par rédemption ; et par un abus de l’un de nos pouvoirs, nous privons Dieu de l’honneur qui lui est dû. {CD 16.2}
Une question d’obéissance
MS 49, 1897
4. Les obligations que nous devons à Dieu en lui présentant des corps propres, purs et sains ne sont pas comprises. {CD 16.3}
Lettre 120, 1901
5. Ne pas prendre soin de la machinerie vivante est une insulte au Créateur. Il existe des règles divinement établies qui, si elles sont observées, protégeront les êtres humains de la maladie et de la mort prématurée. {CD 16.4}
R. & H., 8 mai 1883
6. L’une des raisons pour lesquelles nous ne jouissons pas davantage de la bénédiction du Seigneur est que nous ne tenons pas compte de la lumière qu’il a voulu nous donner en ce qui concerne les lois de la vie et de la santé. {CD 16.5}
(1900) COL 347, 348
7. Dieu est aussi véritablement l’auteur des lois physiques qu’il est l’auteur de la loi morale. Sa loi est écrite de son propre doigt sur chaque nerf, chaque muscle, chaque faculté qui a été confiée à l’homme. {CD 17.1}
MS 3, 1897
8. Le Créateur de l’homme a arrangé la machinerie vivante de notre corps. Chaque fonction est merveilleusement et judicieusement réalisée. Et Dieu s’est engagé à maintenir cette machinerie humaine en action saine si l’agent humain obéit à ses lois et coopère avec Dieu. Toute loi régissant la machinerie humaine doit être considérée comme aussi véritablement divine dans son origine, dans son caractère et dans son importance que la parole de Dieu. Toute action négligente et inattentive, tout abus mis sur le merveilleux mécanisme du Seigneur, en négligeant Ses lois spécifiques dans l’habitation humaine, est une violation de la loi de Dieu. Nous pouvons contempler et admirer l’œuvre de Dieu dans le monde naturel, mais l’habitation humaine est la plus merveilleuse.
[Péché de suivre un cours qui dépense inutilement de la vitalité ou obscurcit le cerveau–194] {CD 17.2}
(1890) CTBH 53
9. C’est aussi véritablement un péché de violer les lois de notre être que d’enfreindre les dix commandements. Faire l’un ou l’autre, c’est enfreindre les lois de Dieu. Ceux qui transgressent la loi de Dieu dans leur organisme physique seront enclins à violer la loi de Dieu prononcée depuis le Sinaï.
[Voir aussi 63] {CD 17.3}
Notre Sauveur a averti ses disciples que juste avant sa seconde venue, un état de choses très similaire à celui qui a précédé le déluge existerait. Manger et boire seraient poussés à l’excès, et le monde serait livré au plaisir. Cet état de choses existe à l’heure actuelle. Le monde est en grande partie livré à l’indulgence de l’appétit; et la disposition à suivre les coutumes mondaines nous rendra esclaves d’habitudes perverties, habitudes qui nous rendront de plus en plus semblables aux habitants condamnés de Sodome. Je me suis demandé si les habitants de la terre n’avaient pas été détruits, comme les habitants de Sodome et de Gomorrhe. Je vois une raison suffisante pour l’état actuel de dégénérescence et de mortalité dans le monde. La passion aveugle contrôle la raison, et toute haute considération est, pour beaucoup, sacrifiée à la luxure. {CD 17.4}
Maintenir le corps dans un état sain, afin que toutes les parties de la machinerie vivante puissent agir harmonieusement, devrait être une étude de notre vie. Les enfants de Dieu ne peuvent pas Le glorifier avec des corps malades ou des esprits nains. Ceux qui se livrent à une espèce d’intempérance, soit en mangeant, soit en buvant, gaspillent leurs énergies physiques et affaiblissent leur pouvoir moral. {CD 18.1}
(1900) 6T 369, 370
10. Puisque les lois de la nature sont les lois de Dieu, il est clairement de notre devoir d’étudier attentivement ces lois. Nous devrions étudier leurs exigences à l’égard de notre propre corps et nous y conformer. L’ignorance de ces choses est un péché.
[L’ignorance délibérée augmente le péché–53] {CD 18.2}
« Ne savez-vous pas que vos corps sont les membres de Christ ? “Quoi! Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas ? Car vous avez été rachetés à un prix ; Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Corinthiens 6:15, 19, 20. Nos corps sont la propriété achetée de Christ, et nous ne sommes pas libres d’en faire ce que nous voulons. L’homme a fait cela. Il a traité son corps comme si ses lois n’avaient pas de peine. Par appétit perverti, ses organes et ses pouvoirs sont devenus affaiblis, malades et paralysés. Et ces résultats que Satan a provoqués par ses propres tentations spécieuses, il les utilise pour narguer Dieu avec. Il présente devant Dieu le corps humain que Christ a acquis comme Sa propriété ; et quelle représentation disgracieuse de son homme créateur ! Parce que l’homme a péché contre son corps et a corrompu ses voies, Dieu est déshonoré. {CD 18.3}
Lorsque les hommes et les femmes seront vraiment convertis, ils respecteront consciencieusement les lois de la vie que Dieu a établies dans leur être, cherchant ainsi à éviter la faiblesse physique, mentale et morale. L’obéissance à ces lois doit devenir un devoir personnel. Nous devons nous-mêmes subir les maux de la loi violée. Nous devons répondre devant Dieu de nos habitudes et de nos pratiques. Par conséquent, la question pour nous n’est pas : « Que dira le monde ? mais : « Comment vais-je, prétendant être chrétien, traiter l’habitation que Dieu m’a donnée ? Dois-je travailler pour mon bien temporel et spirituel le plus élevé en gardant mon corps comme un temple pour le séjour du Saint-Esprit, ou dois-je me sacrifier aux idées et aux pratiques du monde ? {CD 18.4}
Pénalité pour ignorance
Réformateur de la santé, octobre 1866
11. Dieu a formé des lois qui régissent nos constitutions, et ces lois qu’il a placées dans notre être sont divines, et à chaque transgression est attachée une peine, qui doit tôt ou tard se réaliser. La majorité des maladies dont la famille humaine a souffert et souffre encore, ils les ont créées par ignorance de leurs propres lois organiques. Ils semblent indifférents en matière de santé et travaillent avec persévérance à se mettre en pièces, et lorsqu’ils sont décomposés et affaiblis de corps et d’esprit, ils envoient chercher le médecin et se droguent à mort. {CD 19.1}
Pas toujours ignorant
(1900) 6T 372
12. Lorsqu’on s’adresse à des personnes au sujet de la santé, elles disent souvent : “Nous en savons beaucoup plus que nous.” Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont responsables de chaque rayon de lumière en ce qui concerne leur bien-être physique, et que chacune de leurs habitudes est ouverte à l’inspection de Dieu. La vie physique ne doit pas être traitée au hasard. Chaque organe, chaque fibre de l’être, doit être sacrément préservé des pratiques nuisibles. {CD 19.2}
Responsabilité de la lumière
Bonne santé, novembre 1880
13. À l’époque où la lumière de la réforme de la santé s’est fait jour sur nous, et depuis ce temps, les questions reviennent tous les jours : « Est-ce que je pratique la vraie tempérance en toutes choses ? » “Mon régime alimentaire est-il tel qu’il me mettra dans une position où je pourrai accomplir le plus grand bien ?” Si nous ne pouvons pas répondre à ces questions par l’affirmative, nous sommes condamnés devant Dieu, car il nous tiendra tous responsables de la lumière qui a brillé sur notre chemin. Le temps de l’ignorance auquel Dieu a fait un clin d’œil, mais aussi vite que la lumière brille sur nous, il nous demande de changer nos habitudes destructrices de santé et de nous placer dans une juste relation avec les lois physiques. {CD 19.3}
(1890) CTBH 150
14. La santé est un trésor. De tous les biens temporels, c’est le plus précieux. La richesse, le savoir et l’honneur sont chèrement achetés à la perte de la vigueur de la santé. Aucun de ceux-ci ne peut assurer le bonheur, si la santé fait défaut. C’est un péché terrible d’abuser de la santé que Dieu nous a donnée ; de tels abus nous affaiblissent pour la vie, et nous font perdre, même si nous gagnons par de tels moyens quelque somme d’instruction.
[Exemples de souffrance due au mépris de la lumière–119, 204] {CD 20.1}
(1890) CTBH 151
15. Dieu a abondamment pourvu à la subsistance et au bonheur de toutes ses créatures ; si ses lois n’étaient jamais violées, si tout agissait en harmonie avec la volonté divine, la santé, la paix et le bonheur, au lieu de la misère et du mal continuel, en résulteraient. {CD 20.2}
Réformateur de la santé, août 1866
16. Une conformité soigneuse aux lois que Dieu a implantées dans notre être, assurera la santé, et il n’y aura pas de rupture de la constitution.
[La santé réforme les moyens du Seigneur pour diminuer la souffrance–788] {CD 20.3}
Une offrande sans tache
(1890) CTBH 15
17. Dans l’ancien service juif, il était exigé que chaque sacrifice soit sans défaut. Dans le texte, on nous dit de présenter nos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est notre service raisonnable. Nous sommes l’ouvrage de Dieu. Le psalmiste, méditant sur l’œuvre merveilleuse de Dieu dans le corps humain, s’est exclamé : « Je suis terriblement et merveilleusement fait. Il y en a beaucoup qui sont éduqués dans les sciences et sont familiers avec la théorie de la vérité, qui ne comprennent pas les lois qui régissent leur propre être. Dieu nous a donné des facultés et des talents ; et il est de notre devoir, en tant que ses fils et filles, d’en faire le meilleur usage. Si nous affaiblissons ces pouvoirs de l’esprit ou du corps par de mauvaises habitudes ou par l’indulgence d’un appétit perverti, il nous sera impossible d’honorer Dieu comme nous le devrions. {CD 20.4}
[CTBH 52, 53] (1890) CH 121
18. Dieu exige que le corps lui soit rendu en sacrifice vivant, et non en sacrifice mort ou mourant. Les offrandes des anciens Hébreux devaient être sans défaut, et sera-t-il agréable à Dieu d’accepter une offrande humaine remplie de maladie et de corruption ? Il nous dit que notre corps est le temple du Saint-Esprit ; et Il exige que nous prenions soin de ce temple, afin qu’il soit une habitation digne de Son Esprit. L’apôtre Paul nous donne cet avertissement : « Vous ne vous appartenez pas ; car vous avez été rachetés à un prix ; glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. Tous doivent être très attentifs à conserver le corps dans le meilleur état de santé, afin de rendre à Dieu un service parfait et de faire leur devoir dans la famille et dans la société. {CD 21.1}
Une offre pitoyable
(1872) 3T 164, 165
19. Il faut acquérir des connaissances sur la façon de manger, de boire et de s’habiller de manière à préserver la santé. La maladie est causée par la violation des lois de la santé ; c’est le résultat de la violation de la loi de la nature. Notre premier devoir, celui que nous devons à Dieu, à nous-mêmes et à nos semblables, est d’obéir aux lois de Dieu, qui incluent les lois de la santé. Si nous sommes malades, nous imposons une lourde taxe à nos amis et nous sommes inaptes à remplir nos devoirs envers nos familles et nos voisins. Et lorsque la mort prématurée est le résultat de notre violation de la loi de la nature, nous apportons chagrin et souffrance aux autres ; nous privons nos voisins du secours que nous devons leur rendre pour vivre ; nous privons nos familles du confort et de l’aide que nous pourrions leur rendre, et nous privons Dieu du service qu’il réclame de nous pour faire avancer sa gloire. Alors, ne sommes-nous pas, au pire sens, transgresseurs de la loi de Dieu? {CD 21.2}
Mais Dieu est tout miséricordieux, miséricordieux et tendre, et quand la lumière vient à ceux qui ont nui à leur santé par des indulgences pécheresses, et qu’ils sont convaincus de péché, et se repentent et demandent pardon, Il accepte la pauvre offrande qui Lui est faite, et les reçoit. Oh, quelle tendre miséricorde qu’Il ne refuse pas le reste de la vie maltraitée du pécheur souffrant et repentant ! Dans Sa gracieuse miséricorde, Il sauve ces âmes comme par le feu. Mais quel sacrifice inférieur, pitoyable au mieux, à offrir à un Dieu pur et saint ! De nobles facultés ont été paralysées par de mauvaises habitudes d’indulgence pécheresse. Les aspirations sont perverties, l’âme et le corps défigurés. {CD 22.1}
Pourquoi la lumière sur la réforme de la santé
(1870) 2T 399, 400
20. Le Seigneur a laissé sa lumière briller sur nous en ces derniers jours, afin que les ténèbres et les ténèbres qui se sont accumulées au cours des générations passées à cause de l’indulgence pécheresse, puissent être dissipées dans une certaine mesure, et que la suite de maux qui en ont résulté de manger et de boire sans modération, pourrait être atténuée. {CD 22.2}
Le Seigneur, dans sa sagesse, a conçu pour amener son peuple dans une position où il serait séparé du monde en esprit et en pratique, afin que ses enfants ne soient pas si facilement entraînés dans l’idolâtrie et soient souillés par les corruptions dominantes de cet âge. C’est le dessein de Dieu que les parents croyants et leurs enfants se présentent comme des représentants vivants de Christ, candidats à la vie éternelle. Tous ceux qui participent à la nature divine échapperont à la corruption qui est dans le monde par la luxure. Il est impossible à ceux qui se laissent aller à l’appétit d’atteindre la perfection chrétienne. {CD 22.3}
(1890) CTBH 75
21. Dieu a permis que la lumière de la réforme sanitaire brille sur nous ces derniers jours, afin qu’en marchant dans la lumière, nous puissions échapper à de nombreux dangers auxquels nous serons exposés. Satan travaille avec une grande puissance pour amener les hommes à satisfaire leur appétit, à satisfaire leurs penchants et à passer leurs journées dans une folie insouciante. Il présente des attractions dans une vie de plaisir égoïste et d’indulgence sensuelle. L’intempérance sape les énergies de l’esprit et du corps. Celui qui est ainsi vaincu, s’est placé sur le terrain de Satan, où il sera tenté et irrité, et finalement contrôlé à volonté par l’ennemi de toute justice. {CD 22.4}
[CTBH 52] (1890) CH 120, 121
22. Afin de conserver la santé, la tempérance en toutes choses est nécessaire, la tempérance dans le travail, la tempérance dans le manger et le boire. Notre Père céleste a envoyé la lumière de la réforme sanitaire pour se prémunir contre les maux résultant d’un appétit dégradé, pour que ceux qui aiment la pureté et la sainteté sachent user avec discernement des bonnes choses qu’il leur a prévues, et qu’en exerçant la tempérance au quotidien vie, ils peuvent être sanctifiés par la vérité. {CD 23.1}
(1890) CTBH 120
23. Qu’il soit toujours présent à l’esprit que le grand objet de la réforme hygiénique est d’assurer le développement le plus élevé possible de l’esprit, de l’âme et du corps. Toutes les lois de la nature – qui sont les lois de Dieu – sont conçues pour notre bien. Leur obéissance favorisera notre bonheur dans cette vie et nous aidera à nous préparer pour la vie à venir. {CD 23.2}
Importance des principes de santé
(1909) 9T 158-160
24. Il m’a été montré que les principes qui nous ont été donnés dans les premiers jours du message sont aussi importants et doivent être considérés tout aussi consciencieusement aujourd’hui qu’ils l’étaient alors. Il y en a qui n’ont jamais suivi la lumière donnée sur la question de l’alimentation. Il est maintenant temps de prendre la lumière sous le boisseau et de la laisser briller en rayons clairs et brillants. {CD 23.3}
Les principes d’une vie saine signifient beaucoup pour nous individuellement et en tant que peuple. . . . {CD 23.4}
Tous sont maintenant testés et éprouvés. Nous avons été baptisés en Christ, et si nous faisons notre part en nous séparant de tout ce qui pourrait nous entraîner vers le bas et faire de nous ce que nous ne devrions pas être, il nous sera donné la force de grandir en Christ, qui est notre tête vivante. , et nous verrons le salut de Dieu. {CD 23.5}
Ce n’est que lorsque nous sommes intelligents en ce qui concerne les principes d’une vie saine que nous pouvons être pleinement éveillés pour voir les maux résultant d’une mauvaise alimentation. Ceux qui, après avoir vu leurs erreurs, ont le courage de changer leurs habitudes trouveront que le processus de réforme exige une lutte et beaucoup de persévérance ; mais quand les goûts corrects seront une fois formés, ils se rendront compte que l’utilisation de la nourriture qu’ils considéraient autrefois comme inoffensive, posait lentement mais sûrement les bases de la dyspepsie et d’autres maladies. {CD 24.1}
Aux premiers rangs des réformateurs
(1909) 9T 158
25. Les adventistes du septième jour manipulent des vérités capitales. Il y a plus de quarante ans, le Seigneur nous a donné une lumière particulière sur la réforme de la santé, mais comment marchons-nous dans cette lumière ? Combien ont refusé de vivre en harmonie avec les conseils de Dieu ! En tant que peuple, nous devons faire des progrès proportionnés à la lumière reçue. Il est de notre devoir de comprendre et de respecter les principes de la réforme de la santé. Au sujet de la tempérance, nous devrions être en avance sur tous les autres peuples ; et pourtant il y a parmi nous des membres bien instruits de l’église, et même des ministres de l’évangile, qui ont peu de respect pour la lumière que Dieu a donnée sur ce sujet. Ils mangent comme ils veulent et travaillent comme ils veulent. {CD 24.2}
Que ceux qui sont des enseignants et des dirigeants de notre cause prennent fermement position sur le terrain biblique en ce qui concerne la réforme de la santé et donnent un témoignage direct à ceux qui croient que nous vivons les derniers jours de l’histoire de cette terre. Une ligne de distinction doit être tracée entre ceux qui servent Dieu et ceux qui se servent eux-mêmes. {CD 24.3}
(1867) 1T 487
26. Ceux qui “attendent cette bienheureuse espérance, et l’apparition glorieuse du grand Dieu et notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité et de se purifier un peuple particulier, zélés pour les bonnes œuvres », être derrière les religieux de l’époque qui n’ont aucune foi en l’apparition prochaine de notre Sauveur ? Le peuple particulier qu’il est en train de purifier pour lui-même, pour être transporté au ciel sans voir la mort, ne devrait pas être en retard sur les autres dans les bonnes œuvres. Dans leurs efforts pour se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit, perfectionnant la sainteté dans la crainte de Dieu, ils devraient être aussi loin devant toute autre classe de personnes sur la terre, que leur profession est plus élevée que celle des autres. {CD 24.4}
Réforme de la santé et prière pour les malades
(1909) 9T 164, 165
27. Afin d’être purifiés et de rester purs, les adventistes du septième jour doivent avoir le Saint-Esprit dans leur cœur et dans leur foyer. Le Seigneur m’a donné la lumière que lorsque l’Israël d’aujourd’hui s’humiliera devant lui et purifiera le temple de l’âme de toute souillure, il entendra leurs prières en faveur des malades et bénira l’utilisation de ses remèdes contre la maladie. Lorsque, dans la foi, l’agent humain fait tout ce qu’il peut pour combattre la maladie, en utilisant les méthodes simples de traitement que Dieu a fournies, ses efforts seront bénis de Dieu. {CD 25.1}
Si, après que tant de lumière ait été donnée, le peuple de Dieu chérit de mauvaises habitudes, se laisse aller à lui-même et refuse de se réformer, il subira les conséquences certaines de la transgression. S’ils sont déterminés à satisfaire à tout prix un appétit perverti, Dieu ne les sauvera pas miraculeusement des conséquences de leur indulgence. Ils « se coucheront dans la douleur ». Esaïe 50:11. {CD 25.2}
Ceux qui choisissent d’être présomptueux en disant : « Le Seigneur m’a guéri, et je n’ai pas besoin de restreindre mon alimentation ; Je peux manger et boire à ma guise », aura bientôt besoin, dans son corps et dans son âme, de la puissance réparatrice de Dieu. Parce que le Seigneur vous a gracieusement guéris, vous ne devez pas penser que vous pouvez vous lier aux pratiques auto-indulgentes du monde. Faites comme le Christ l’a commandé après son œuvre de guérison : « va, et ne pèche plus ». Jean 8:11. L’appétit ne doit pas être votre dieu. {CD 25.3}
(1867) 1T 560, 561
28. La réforme de la santé est une branche de l’œuvre spéciale de Dieu au profit de son peuple. . . . {CD 25.4}
J’ai vu que la raison pour laquelle Dieu n’entendait pas plus pleinement les prières de ses serviteurs pour les malades parmi nous était qu’il ne pouvait pas être glorifié en agissant ainsi alors qu’ils violaient les lois de la santé. Et j’ai aussi vu qu’Il a conçu la réforme de la santé et l’Institut de la Santé pour préparer la voie pour que la prière de la foi soit pleinement exaucée. La foi et les bonnes œuvres devraient aller de pair pour soulager les affligés parmi nous et les préparer à glorifier Dieu ici-bas et à être sauvés à la venue de Christ. {CD 25.5}
(1864) Esp. Dons IV, 144, 145
29. Beaucoup s’attendaient à ce que Dieu les préserve de la maladie simplement parce qu’ils le lui avaient demandé. Mais Dieu n’a pas tenu compte de leurs prières, parce que leur foi n’a pas été rendue parfaite par les œuvres. Dieu ne fera pas de miracle pour protéger de la maladie ceux qui ne se soucient pas d’eux-mêmes, mais qui violent continuellement les lois de la santé et ne font aucun effort pour prévenir la maladie. Lorsque nous faisons tout ce que nous pouvons de notre côté pour avoir la santé, alors pouvons-nous nous attendre à ce que des résultats bénis suivent, et nous pouvons demander à Dieu avec foi de bénir nos efforts pour la préservation de la santé. Il répondra alors à notre prière, si son nom peut être ainsi glorifié. Mais que tous comprennent qu’ils ont un travail à faire. Dieu n’opérera pas de manière miraculeuse pour préserver la santé des personnes qui prennent un cours sûr pour se rendre malades, par leur inattention insouciante aux lois de la santé. {CD 26.1}
Ceux qui satisferont leur appétit, puis souffriront à cause de leur intempérance, et prendront des médicaments pour les soulager, peuvent être assurés que Dieu n’interviendra pas pour sauver la santé et la vie qui sont si imprudemment menacées. La cause a produit l’effet. Beaucoup, en dernier recours, suivent les instructions de la parole de Dieu et demandent les prières des anciens de l’église pour leur rétablissement à la santé. Dieu ne juge pas bon de répondre aux prières offertes en leur faveur, car Il sait que s’ils devaient retrouver la santé, ils la sacrifieraient à nouveau sur l’autel d’un appétit malsain.
[Voir aussi 713] {CD 26.2}
Une leçon de l’échec d’Israël
(1909) 9T 165
30. Le Seigneur a donné sa parole à l’ancien Israël, que s’ils s’attachaient strictement à lui et faisaient toutes ses exigences, il les garderait de toutes les maladies telles qu’il avait amenées sur les Égyptiens ; mais cette promesse était donnée sous condition d’obéissance. Si les Israélites avaient obéi à l’instruction qu’ils avaient reçue et profité de leurs avantages, ils auraient été la leçon de santé et de prospérité du monde. Les Israélites n’ont pas réussi à accomplir le dessein de Dieu et n’ont donc pas reçu les bénédictions qui auraient pu être les leurs. Mais dans Joseph et Daniel, dans Moïse et Elie, et bien d’autres, nous avons de nobles exemples des résultats du véritable plan de vie. La même fidélité produira aujourd’hui les mêmes résultats. Il nous est écrit : « Vous êtes une génération élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple particulier ; afin que vous proclamiez les louanges de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière. 1 Pierre 2:9. {CD 26.3}
(1905) MH 283
31. Si les Israélites avaient obéi à l’instruction qu’ils avaient reçue et profité de leurs avantages, ils auraient été la leçon de santé et de prospérité du monde. Si, en tant que peuple, ils avaient vécu selon le plan de Dieu, ils auraient été préservés des maladies qui affligeaient les autres nations. Au-dessus de tout autre peuple, ils auraient possédé la force physique et la vigueur de l’intellect.
[Voir aussi 641-644] {CD 27.1}
La race chrétienne
(1890) CTBH 25
32. « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans une course courent tous, mais un seul reçoit le prix ? Courez donc, afin que vous puissiez obtenir. Et tout homme qui lutte pour la maîtrise est tempéré en toutes choses. Maintenant, ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous sommes incorruptibles. {CD 27.2}
Ici, les bons résultats de la maîtrise de soi et des habitudes tempérées sont exposés. Les divers jeux institués chez les anciens Grecs en l’honneur de leurs dieux nous sont présentés par l’apôtre Paul pour illustrer le combat spirituel et sa récompense. Ceux qui devaient participer à ces jeux étaient entraînés par la discipline la plus sévère. Toute indulgence qui tendrait à affaiblir les facultés physiques était interdite. La nourriture et le vin de luxe étaient interdits, afin de favoriser la vigueur physique, le courage et la fermeté. {CD 27.3}
Gagner le prix pour lequel ils s’efforçaient, un chapelet de fleurs périssables, accordé aux applaudissements de la multitude, était considéré comme le plus grand honneur. Si tant de choses pouvaient être endurées, tant d’abnégation pratiquée, dans l’espoir de gagner un prix aussi sans valeur, qu’un seul au mieux pourrait obtenir, combien plus grand devrait être le sacrifice, combien plus volontaire l’abnégation, car une couronne incorruptible, et pour la vie éternelle ! {CD 28.1}
Nous avons du travail à faire – un travail sérieux et sérieux. Toutes nos habitudes, nos goûts et nos inclinations doivent être éduqués en harmonie avec les lois de la vie et de la santé. Par ce moyen, nous pouvons obtenir les meilleures conditions physiques et avoir la clarté mentale pour discerner entre le mal et le bien. {CD 28.2}
L’exemple de Daniel
(1890) CTBH 25-28
33. Afin de bien comprendre le sujet de la tempérance, nous devons le considérer d’un point de vue biblique ; et nulle part nous ne pouvons trouver une illustration plus complète et plus convaincante de la vraie tempérance et des bénédictions qui l’accompagnent, que celle offerte par l’histoire du prophète Daniel et de ses associés hébreux à la cour de Babylone. . . . {CD 28.3}
Dieu honore toujours le droit. Les jeunes les plus prometteurs de tous les pays soumis par le grand conquérant avaient été rassemblés à Babylone, mais parmi eux tous, les captifs hébreux étaient sans rival. La taille droite, le pas ferme et élastique, le beau visage, les sens intacts, l’haleine intacte, tout cela était autant de certificats de bonnes habitudes, insignes de la noblesse dont la nature honore ceux qui obéissent à ses lois. {CD 28.4}
L’histoire de Daniel et de ses compagnons a été enregistrée sur les pages de la Parole Inspirée pour le bénéfice des jeunes de tous les âges successifs. Ce que les hommes ont fait, les hommes peuvent le faire. Ces jeunes Hébreux ont-ils résisté à de grandes tentations et ont-ils rendu un noble témoignage en faveur de la vraie tempérance ? La jeunesse d’aujourd’hui peut rendre un témoignage similaire. {CD 28.5}
La leçon présentée ici en est une que nous ferions bien de méditer. Notre danger ne vient pas de la rareté, mais de l’abondance. Nous sommes constamment tentés par l’excès. Ceux qui voudraient conserver leurs pouvoirs intacts pour le service de Dieu, doivent observer une stricte tempérance dans l’utilisation de ses bienfaits, ainsi qu’une abstinence totale de toute indulgence nuisible ou avilissante. {CD 29.1}
La génération montante est entourée d’attraits propres à tenter l’appétit. Surtout dans nos grandes villes, chaque forme d’indulgence est rendue facile et invitante. Ceux qui, comme Daniel, refusent de se souiller, récolteront la récompense de leurs habitudes tempérées. Avec leur plus grande endurance physique et leur capacité d’endurance accrue, ils disposent d’une banque de dépôt dans laquelle puiser en cas d’urgence. {CD 29.2}
De bonnes habitudes physiques favorisent la supériorité mentale. La puissance intellectuelle, la force physique et la longévité dépendent de lois immuables. Il n’y a pas de chance, donc pas de chance, à ce sujet. Le Dieu de la nature n’interviendra pas pour préserver les hommes des conséquences de la violation des lois de la nature. Il y a beaucoup de vérité dans l’adage “Chaque homme est l’architecte de sa propre fortune”. Bien que les parents soient responsables de la marque de caractère, ainsi que de l’éducation et de la formation de leurs fils et filles, il n’en reste pas moins vrai que notre position et notre utilité dans le monde dépendent, dans une large mesure, de notre propre ligne de conduite. . Daniel et ses compagnons ont bénéficié des avantages d’une formation et d’une éducation correctes au début de leur vie, mais ces avantages seuls n’auraient pas fait d’eux ce qu’ils étaient. Le moment est venu où ils doivent agir pour eux-mêmes – où leur avenir dépend de leur propre cours. Puis ils ont décidé d’être fidèles aux leçons qu’on leur avait données dans leur enfance. La crainte de Dieu, qui est le commencement de la sagesse, était le fondement de leur grandeur. Son Esprit a renforcé chaque vrai but, chaque noble résolution. {CD 29.3}
R. & H., 25 janvier 1881
34. Les jeunes [DANIEL, HANANIAH, MISHAEL ET AZARIAH] de cette école de formation ne devaient pas seulement être admis au palais royal, mais il était prévu qu’ils mangeraient de la viande et boiraient du vin qui venait de la table du roi. En tout cela, le roi considérait qu’il ne leur accordait pas seulement un grand honneur, mais qu’il leur assurait le meilleur développement physique et mental qui pouvait être atteint. {CD 29.4}
Parmi les viandes placées devant le roi se trouvaient de la chair de porc et d’autres viandes déclarées impures par la loi de Moïse, et qu’il était expressément interdit aux Hébreux de manger. Ici, Daniel a été soumis à une rude épreuve. Doit-il adhérer aux enseignements de ses pères concernant les viandes et les boissons, et offenser le roi, perdant probablement non seulement sa position mais sa vie, ou doit-il ignorer le commandement du Seigneur et conserver la faveur du roi, s’assurant ainsi une grande des avantages intellectuels et les longues perspectives mondaines les plus flatteuses ? {CD 30.1}
Daniel n’a pas hésité. Il a décidé de défendre fermement son intégrité, que le résultat soit ce qu’il pourrait être. Il « a résolu dans son cœur de ne pas se souiller avec la portion de viande du roi, ni avec le vin qu’il a bu ». {CD 30.2}
Il y a beaucoup parmi les chrétiens professés aujourd’hui qui décideraient que Daniel était trop particulier, et le déclareraient étroit et sectaire. Ils considèrent que la question de manger et de boire a trop peu d’importance pour exiger une position aussi décidée, – une position impliquant le sacrifice probable de tous les avantages terrestres. Mais ceux qui raisonnent ainsi découvriront au jour du jugement qu’ils se sont détournés des exigences expresses de Dieu et ont établi leur propre opinion comme norme du bien et du mal. Ils découvriront que ce qui leur paraissait sans importance n’était pas ainsi considéré par Dieu. Ses exigences doivent être sacrément respectées. Ceux qui acceptent et obéissent à l’un de ses préceptes parce qu’il convient de le faire, tandis qu’ils en rejettent un autre parce que son observance exigerait un sacrifice, abaissent la norme du droit, et par leur exemple, conduisez les autres à considérer avec légèreté la sainte loi de Dieu. « Ainsi dit le Seigneur » doit être notre règle en toutes choses. . . . {CD 30.3}
Le personnage de Daniel est présenté au monde comme un exemple frappant de ce que la grâce de Dieu peut faire des hommes déchus par nature et corrompus par le péché. Le récit de sa vie noble et désintéressée est un encouragement pour notre humanité commune. Grâce à elle, nous pouvons puiser la force de résister noblement à la tentation, et fermement, et dans la grâce de la douceur, défendre le bien dans l’épreuve la plus sévère. {CD 30.4}
Daniel aurait pu trouver une excuse plausible pour s’écarter de ses habitudes strictement tempérées ; mais l’approbation de Dieu lui était plus chère que la faveur du plus puissant potentat terrestre, plus chère même que la vie elle-même. Ayant obtenu par sa conduite courtoise les faveurs de Melzar, l’officier en charge de la jeunesse hébraïque, Daniel fit une demande qu’ils ne puissent pas manger de la viande du roi, ni boire de son vin. Melzar craignait que s’il se conformait à cette demande, il pourrait encourir le mécontentement du roi, et ainsi mettre en danger sa propre vie. Comme beaucoup à l’heure actuelle, il pensait qu’une alimentation sobre rendrait ces jeunes d’apparence pâle et maladive et déficients en force musculaire, tandis que la nourriture luxueuse de la table du roi les rendrait rouges et beaux, et leur conférerait une activité physique supérieure. {CD 31.1}
Daniel a demandé que la question soit tranchée par un procès de dix jours, les jeunes Hébreux pendant cette brève période étant autorisés à manger de la nourriture simple, tandis que leurs compagnons prenaient part aux friandises du roi. La demande a finalement été accordée, puis Daniel s’est senti assuré qu’il avait obtenu gain de cause. Bien que jeune, il avait vu les effets néfastes du vin et de la vie luxueuse sur la santé physique et mentale. {CD 31.2}
Au bout de dix jours, le résultat s’est avéré tout à fait à l’opposé des attentes de Melzar. Non seulement en apparence personnelle, mais en activité physique et en vigueur mentale, ceux qui avaient été modérés dans leurs habitudes montraient une supériorité marquée sur leurs compagnons qui avaient cédé à l’appétit. À la suite de cette épreuve, Daniel et ses associés ont été autorisés à continuer leur régime alimentaire simple pendant tout le cours de leur formation pour les devoirs du royaume. {CD 31.3}
L’APPROBATION DE DIEU GAGNE
Le Seigneur regarda avec approbation la fermeté et l’abnégation de ces jeunes Hébreux, et sa bénédiction les accompagna. Il « leur a donné des connaissances et des compétences en toute connaissance et sagesse ; et Daniel avait de l’intelligence dans toutes les visions et tous les rêves. À l’expiration des trois années d’entraînement, lorsque leur capacité et leurs acquis furent testés par le roi, il «n’en trouva aucun comme Daniel, Hananiah, Mishael et Azariah; ils se tinrent donc devant le roi. Et dans toutes les matières de sagesse et de compréhension que le roi exigeait d’eux, il les trouva dix fois meilleurs que tous les magiciens et astrologues qui étaient dans tout son royaume. {CD 31.4}
Voici une leçon pour tous, mais surtout pour les jeunes. Une stricte conformité aux exigences de Dieu est bénéfique pour la santé du corps et de l’esprit. Afin d’atteindre le niveau le plus élevé de réalisations morales et intellectuelles, il est nécessaire de rechercher la sagesse et la force de Dieu, et d’observer une stricte tempérance dans toutes les habitudes de vie. Dans l’expérience de Daniel et de ses compagnons, nous avons un exemple du triomphe du principe sur la tentation de satisfaire l’appétit. Cela nous montre que, grâce au principe religieux, les jeunes hommes peuvent triompher des convoitises de la chair et rester fidèles aux exigences de Dieu, même si cela leur a coûté un grand sacrifice. [RÉGIME DE DANIEL–117, 241, 242] {CD 32.1}
Pas prêt pour le grand cri
(1867) 1T 486, 487
35. La réforme de la santé, m’a-t-on montré, fait partie du message du troisième ange et y est tout aussi étroitement liée que le sont le bras et la main avec le corps humain. J’ai vu que nous, en tant que peuple, devons avancer dans cette grande œuvre. Les ministres et le peuple doivent agir de concert. Le peuple de Dieu n’est pas préparé au grand cri du troisième ange. Ils ont un travail à faire pour eux-mêmes qu’ils ne devraient pas laisser à Dieu de faire pour eux. Il leur a laissé ce travail à faire. C’est un travail individuel; on ne peut pas le faire pour un autre. “Ayant donc ces promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant la sainteté dans la crainte de Dieu.” La gourmandise est le péché dominant de cet âge. L’appétit lubrique rend les hommes et les femmes esclaves, et obscurcit leurs intellects et stupéfie leurs sensibilités morales à un tel degré que les vérités sacrées et élevées de la parole de Dieu ne sont pas appréciées. Les plus faibles propensions ont gouverné les hommes et les femmes. {CD 32.2}
Pour être apte à la traduction, le peuple de Dieu doit se connaître. Ils doivent comprendre, en ce qui concerne leurs propres cadres physiques, qu’ils peuvent être capables de s’exclamer avec le psalmiste : « Je te louerai, car je suis terriblement et merveilleusement fait. Ils devraient toujours avoir l’appétit dans la soumission aux organes moraux et intellectuels. Le corps doit être au service de l’esprit, et non l’esprit du corps. {CD 33.1}
Préparation pour le Rafraîchissement
(1867) 1T 619
36. Dieu demande à son peuple de se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant la sainteté dans la crainte du Seigneur. Tous ceux qui sont indifférents et s’excusent de cette œuvre, attendant que le Seigneur fasse pour eux ce qu’il leur demande de faire pour eux-mêmes, seront trouvés insuffisants lorsque les doux de la terre, qui ont exercé ses jugements, seront cachés dans le jour de la colère du Seigneur. {CD 33.2}
Il m’a été montré que si le peuple de Dieu ne fait aucun effort de sa part, mais attend que le rafraîchissement vienne sur lui et supprime ses torts et corrige ses erreurs ; s’ils comptent sur cela pour les purifier de la souillure de la chair et de l’esprit, et les préparer à s’engager dans le grand cri du troisième ange, ils seront trouvés insuffisants. Le rafraîchissement ou la puissance de Dieu ne vient que sur ceux qui s’y sont préparés en accomplissant l’œuvre que Dieu leur demande, à savoir, se purifiant de toute souillure de la chair et de l’esprit, perfectionnant la sainteté dans la crainte de Dieu. {CD 33.3}
Appels aux hésitants
(R. & H., 27 mai 1902) CH 578, 579
37. Le non-respect de principes sains a entaché l’histoire du peuple de Dieu. Il y a eu un recul continu dans la réforme de la santé et, par conséquent, Dieu est déshonoré par un grand manque de spiritualité. Des barrières ont été érigées qui n’auraient jamais été vues si le peuple de Dieu avait marché dans la lumière. {CD 33.4}
Nous qui avons eu de si grandes opportunités, allons-nous permettre aux peuples du monde de nous devancer dans la réforme de la santé ? Allons-nous déprécier notre esprit et abuser de nos talents en mangeant mal ? Allons-nous transgresser la sainte loi de Dieu en suivant des pratiques égoïstes ? Notre incohérence deviendra-t-elle un synonyme ? Vivrons-nous si peu chrétiennement que le Sauveur aura honte de nous appeler frères ? {CD 33.5}
Ne devrions-nous pas plutôt faire ce travail missionnaire médical qu’est l’évangile en pratique, vivant de telle manière que la paix de Dieu puisse régner dans nos cœurs ? N’ôterons-nous pas toute pierre d’achoppement aux pieds des incroyants, en nous souvenant toujours de ce qui est dû à une profession chrétienne ? Mieux vaut abandonner le nom de chrétien que de faire une profession et de se livrer en même temps à des appétits qui renforcent les passions profanes. {CD 34.1}
Dieu appelle chaque membre d’église à consacrer sa vie sans réserve au service du Seigneur. Il appelle à une réforme décidée. Toute la création gémit sous la malédiction. Le peuple de Dieu devrait se placer là où il grandira en grâce, étant sanctifié, corps, âme et esprit, par la vérité. Lorsqu’ils rompront avec toutes les indulgences destructrices de santé, ils auront une perception plus claire de ce qui constitue la vraie piété. Un changement merveilleux sera vu dans l’expérience religieuse. {CD 34.2}
Tout étant prouvé
R. & H., 10 février 1910
38. Il est d’une grande importance qu’individuellement nous jouions bien notre rôle et que nous comprenions intelligemment ce que nous devrions manger et boire, et comment nous devrions vivre pour préserver la santé. Tous sont mis à l’épreuve pour voir s’ils accepteront les principes de la réforme de la santé ou suivront un cours d’auto-indulgence. {CD 34.3}
Que personne ne pense qu’il peut faire ce qu’il veut en matière de régime. Mais devant tous ceux qui sont assis à table avec vous, qu’il apparaisse que vous suivez le principe en matière de nourriture, comme en toutes autres choses, afin que la gloire de Dieu soit révélée. Vous ne pouvez pas vous permettre de faire autrement ; car vous avez un caractère à former pour la future vie immortelle. De grandes responsabilités reposent sur chaque âme humaine. Comprenons ces responsabilités et assumons-les noblement au nom du Seigneur. {CD 34.4}
A tous ceux qui sont tentés de satisfaire leur appétit, je dirais : ne cédez pas à la tentation, mais limitez-vous à l’usage d’aliments sains. Vous pouvez vous entraîner à profiter d’une alimentation saine. Le Seigneur aide ceux qui cherchent à s’aider eux-mêmes ; mais quand les hommes ne s’efforcent pas spécialement de suivre la pensée et la volonté de Dieu, comment peut-il travailler avec eux ? Faisons notre part, travaillant à notre salut avec crainte et tremblement,–avec crainte et tremblement de peur de nous tromper dans le traitement de notre corps, que, devant Dieu, nous sommes tenus de maintenir dans l’état le plus sain possible. {CD 35.1}
La vraie réforme est la réforme du cœur
(1896) Témoignages spéciaux, série A, n° 9, p. 54
39. Ceux qui voudraient travailler au service de Dieu ne doivent pas rechercher les gratifications mondaines et l’indulgence égoïste. Les médecins de nos établissements doivent être imprégnés des principes vivants de la réforme de la santé. Les hommes ne seront jamais vraiment tempérés jusqu’à ce que la grâce de Christ soit un principe permanent dans le cœur. Toutes les promesses du monde ne feront pas de vous ou de votre femme des réformateurs de la santé. Aucune simple restriction de votre alimentation ne guérira votre appétit malade. Frère et sœur —– ne pratiqueront pas la tempérance en toutes choses jusqu’à ce que leurs cœurs soient transformés par la grâce de Dieu. {CD 35.2}
Les circonstances ne peuvent pas faire avancer les réformes. Le christianisme propose une réforme du cœur. Ce que Christ travaille à l’intérieur sera élaboré sous la dictée d’un intellect converti. Le plan consistant à commencer à l’extérieur et à essayer de travailler à l’intérieur a toujours échoué et échouera toujours. Le plan de Dieu avec vous est de commencer au siège même de toutes les difficultés, le cœur, puis du cœur sortiront les principes de la justice ; la réforme sera extérieure aussi bien qu’intérieure. {CD 35.3}
Lettre 3, 1884
40. Ceux qui élèvent la norme autant qu’ils le peuvent à l’ordre de Dieu, selon la lumière que Dieu leur a donnée par sa parole et les témoignages de son Esprit, ne changeront pas leur ligne de conduite pour répondre aux souhaits de leurs amis. ou des parents, qu’ils soient un ou deux ou un hôte, qui vivent contrairement à l’arrangement sage de Dieu. Si nous nous éloignons du principe dans ces choses, si nous observons des règles strictes de régime, si en tant que chrétiens nous éduquons nos goûts selon le plan de Dieu, nous exercerons une influence qui rencontrera l’esprit de Dieu. La question est : « Sommes-nous prêts à être de vrais réformateurs de la santé ?
[Pour le contexte, voir 720] {CD 35.4}
Une question de première importance
(1909) 9T 153-156
41. Je suis chargé de porter un message à tout notre peuple au sujet de la réforme de la santé ; car beaucoup ont renoncé à leur loyauté envers les principes de la réforme de la santé. {CD 36.1}
Le dessein de Dieu pour Ses enfants est qu’ils grandissent jusqu’à la pleine stature d’hommes et de femmes en Christ. Pour ce faire, ils doivent utiliser correctement tous les pouvoirs de l’esprit, de l’âme et du corps. Ils ne peuvent pas se permettre de gaspiller leur force mentale ou physique. {CD 36.2}
La question de savoir comment préserver la santé est de première importance. Lorsque nous étudierons cette question dans la crainte de Dieu, nous apprendrons qu’il est préférable, pour notre avancement physique et spirituel, d’observer la simplicité dans l’alimentation. Etudions patiemment cette question. Nous avons besoin de connaissances et de jugement pour agir avec sagesse dans ce dossier. Les lois de la nature ne doivent pas être résistées, mais obéies. {CD 36.3}
Ceux qui ont reçu des instructions concernant les méfaits de l’utilisation des aliments carnés, du thé et du café, et des préparations alimentaires riches et malsaines, et qui sont déterminés à faire une alliance avec Dieu par le sacrifice, ne continueront pas à assouvir leur appétit pour la nourriture qu’ils savoir être malsain. Dieu exige que les appétits soient purifiés et que l’abnégation soit pratiquée en ce qui concerne les choses qui ne sont pas bonnes. C’est une œuvre qui devra être accomplie avant que son peuple puisse se tenir devant lui en tant que peuple rendu parfait. {CD 36.4}
Le reste du peuple de Dieu doit être un peuple converti. La présentation de ce message doit aboutir à la conversion et à la sanctification des âmes. Nous devons ressentir la puissance de l’Esprit de Dieu dans ce mouvement. C’est un message merveilleux et précis; il signifie tout pour celui qui le reçoit, et il doit être proclamé d’un grand cri. Nous devons avoir une foi véritable et inébranlable que ce message ira de l’avant avec une importance croissante jusqu’à la fin des temps. {CD 36.5}
Il y a des croyants de profession qui acceptent certaines parties des Témoignages comme le message de Dieu, alors qu’ils rejettent les parties qui condamnent leurs indulgences préférées. De telles personnes travaillent contrairement à leur propre bien-être et au bien-être de l’église. Il est essentiel que nous marchions dans la lumière tant que nous avons la lumière. Ceux qui prétendent croire en la réforme de la santé, et pourtant vont à l’encontre de ses principes dans la pratique de la vie quotidienne, blessent leur propre âme et laissent de fausses impressions sur l’esprit des croyants et des incroyants. {CD 37.1}
Une responsabilité solennelle repose sur ceux qui savent la vérité que toutes leurs œuvres correspondront à leur foi, et que leurs vies seront raffinées et sanctifiées, et qu’ils seront préparés pour le travail qui doit être rapidement accompli en ces derniers jours du message. Ils n’ont ni temps ni force à consacrer à l’indulgence de l’appétit. Les paroles devraient nous venir maintenant avec une ferveur impérieuse : « Repentez-vous donc et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés, lorsque des temps de rafraîchissement viendront de la part du Seigneur. Actes 3:19. Il y en a beaucoup parmi nous qui manquent de spiritualité, et qui, à moins qu’ils ne soient entièrement convertis, seront certainement perdus. Pouvez-vous vous permettre de courir le risque ? . . . {CD 37.2}
Seule la puissance du Christ peut opérer la transformation du cœur et de l’esprit que doivent connaître tous ceux qui veulent participer avec lui à la nouvelle vie dans le royaume des cieux. « Si un homme ne naît de nouveau », a dit le Sauveur, « il ne peut voir le royaume de Dieu ». Jean 3:3. La religion qui vient de Dieu est la seule religion qui peut conduire à Dieu. Afin de bien Le servir, nous devons être nés de l’Esprit Divin. Cela conduira à la vigilance. Elle purifiera le cœur et renouvellera l’esprit, et nous donnera une nouvelle capacité de connaître et d’aimer Dieu. Cela nous donnera une obéissance volontaire à toutes ses exigences. C’est le vrai culte. {CD 37.3}
Un front uni
Lettre 48, 1902
42. Nous avons été chargés de faire progresser la réforme de la santé. Le Seigneur désire que son peuple soit en harmonie les uns avec les autres. Comme vous devez le savoir, nous ne quitterons pas la position dans laquelle, depuis trente-cinq ans, [ÉCRIT EN 1902.] le Seigneur nous invite à nous tenir. Méfiez-vous de la façon dont vous vous placez en opposition avec le travail de réforme de la santé. Il ira de l’avant; car c’est le moyen du Seigneur d’atténuer la souffrance dans notre monde et de purifier son peuple. {CD 38.1}
Faites attention à l’attitude que vous adoptez, de peur d’être surpris en train de causer la division. Mon frère, même si vous n’apportez pas dans votre vie et dans votre famille la bénédiction qui découle du respect des principes de la réforme de la santé, ne faites pas de mal aux autres en vous opposant à la lumière que Dieu a donnée à ce sujet. {CD 38.2}
[Témoignages spéciaux, série A, n° 7, p. 40] CH 561, 562
43. Le Seigneur a donné à son peuple un message concernant la réforme de la santé. Cette lumière brille sur leur chemin depuis trente ans ; et le Seigneur ne peut pas soutenir ses serviteurs dans une voie qui la contrecarre. Il est mécontent lorsque ses serviteurs agissent à l’encontre du message sur ce point, qu’il leur a donné de donner aux autres. Peut-il être content lorsque la moitié des ouvriers travaillant dans un lieu enseignent que les principes de la réforme sanitaire sont aussi étroitement liés au message du troisième ange que le bras l’est au corps, tandis que leurs collègues, par leur pratique, enseignent des principes qui sont tout à fait opposés ? Ceci est considéré comme un péché aux yeux de Dieu. . . . {CD 38.3}
Rien n’amène les veilleurs du Seigneur à un tel découragement que d’être liés à ceux qui ont la capacité mentale et qui comprennent les raisons de notre foi, mais qui manifestent par le précepte et l’exemple une indifférence aux obligations morales. {CD 38.4}
La lumière que Dieu a donnée sur la réforme de la santé ne peut être jouée à la légère sans nuire à ceux qui la tentent ; et aucun homme ne peut espérer réussir dans l’œuvre de Dieu alors que, par le précepte et l’exemple, il agit à l’encontre de la lumière que Dieu a envoyée. {CD 38.5}
(1867) IT 618
44. Il est important que des instructions soient données par les ministres en ce qui concerne la vie sobre. Ils doivent montrer la relation que manger, travailler, se reposer et s’habiller entretiennent avec la santé. Tous ceux qui croient la vérité pour ces derniers jours ont quelque chose à faire dans cette affaire. Elle les concerne, et Dieu leur demande de s’éveiller et de s’intéresser à cette réforme. Il ne sera pas content de leur conduite s’ils regardent cette question avec indifférence. {CD 39.1}
Trébucher sur la bénédiction
(1867) 1T 546
45. L’ange dit : « Abstiens-toi des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. Vous avez buté sur la réforme de la santé. Il vous apparaît comme un appendice inutile à la vérité. Ce n’est pas ainsi; c’est une partie de la vérité. Voici un travail devant vous qui se rapprochera et sera plus éprouvant que tout ce qui s’est encore présenté à vous. Pendant que vous hésitez et que vous reculez, ne parvenant pas à saisir la bénédiction que vous avez le privilège de recevoir, vous subissez une perte. Vous trébuchez sur la bénédiction même que le ciel a placée sur votre chemin pour rendre les progrès moins difficiles. Satan vous présente cela sous le jour le plus répréhensible, afin que vous combattiez ce qui vous apporterait le plus grand bénéfice, c’est-à-dire pour votre santé physique et spirituelle. [Excuses pour des actes répréhensibles encadrés sous des influences sataniques–710] {CD 39.2}
Considérez le jugement
Lettre 135, 1902
46. ​​Le Seigneur appelle des volontaires pour entrer dans son armée. Les hommes et les femmes malades doivent devenir des réformateurs de la santé. Dieu coopérera avec Ses enfants pour préserver leur santé, s’ils mangent avec soin, refusant de mettre des fardeaux inutiles sur l’estomac. Il a gracieusement rendu le chemin de la nature sûr et sûr, suffisamment large pour tous ceux qui l’empruntent. Il a donné pour notre subsistance les produits sains et salutaires de la terre. {CD 39.3}
Celui qui ne tient pas compte de l’instruction que Dieu a donnée dans sa parole et dans ses œuvres, celui qui n’obéit pas aux commandements divins, a une expérience défectueuse. C’est un chrétien maladif. Sa vie spirituelle est faible. Il vit, mais sa vie est dépourvue de parfum. Il gaspille de précieux moments de grâce. {CD 39.4}
Beaucoup ont fait beaucoup de mal au corps en négligeant les lois de la vie, et ils ne se remettront peut-être jamais des effets de leur négligence ; mais même maintenant, ils peuvent se repentir et se convertir. L’homme a essayé d’être plus sage que Dieu. Il est devenu sa propre loi. Dieu nous appelle à prêter attention à ses exigences, à ne plus le déshonorer en éclipsant les capacités physiques, mentales et spirituelles. La décadence prématurée et la mort sont le résultat de s’éloigner de Dieu pour suivre les voies du monde. Celui qui se livre à lui-même doit en supporter la peine. Dans le jugement, nous verrons à quel point Dieu considère sérieusement la violation des lois de la santé. Alors, en prenant une vue rétrospective de notre ligne de conduite, nous verrons quelle connaissance de Dieu nous aurions pu acquérir, quels nobles caractères nous aurions pu former, si nous avions pris la Bible comme conseillère. {CD 40.1}
Le Seigneur attend que son peuple devienne sage dans sa compréhension. Alors que nous voyons la misère, la difformité et la maladie qui sont venues dans le monde à la suite de l’ignorance en ce qui concerne les soins appropriés du corps, comment pouvons-nous nous abstenir de donner l’avertissement ? Christ a déclaré que, comme il en était aux jours de Noé, lorsque la terre était remplie de violence et corrompue par le crime, il en sera de même lorsque le Fils de l’homme sera révélé. Dieu nous a donné une grande lumière, et si nous marchons dans cette lumière, nous verrons Son salut. {CD 40.2}
Il faut des changements décidés. Il est temps pour nous d’humilier nos cœurs fiers et entêtés et de chercher le Seigneur pendant qu’il se trouve. En tant que peuple, nous devons humilier nos cœurs devant Dieu ; car les cicatrices de l’incohérence sont sur notre pratique. {CD 40.3}
Le Seigneur nous demande de nous mettre en ligne. La journée est bien passée. La nuit est proche. Les jugements de Dieu sont déjà vus, à la fois sur terre et sur mer. Aucune seconde probation ne nous sera accordée. Ce n’est pas le moment de faire de faux pas. Que chacun remercie Dieu que nous ayons encore l’occasion de former des caractères pour la vie éternelle future. {CD 40.4}
CHAPITRE 2 – Alimentation et spiritualité
L’intempérance un péché
[R. & H., 25 janvier 1881] CH 67
47. Que personne qui professe la piété ne regarde avec indifférence la santé du corps et ne se flatte que l’intempérance n’est pas un péché et n’affectera pas sa spiritualité. Une étroite sympathie existe entre la nature physique et la nature morale. {CD 43.1}
(1905) MH 129
48. Chez nos premiers parents, le désir intempérant a entraîné la perte d’Eden. La tempérance en toutes choses a plus à voir avec notre restauration en Eden que les hommes ne le réalisent. {CD 43.2}
MS 49, 1897
49. La transgression de la loi physique est la transgression de la loi de Dieu. Notre Créateur est Jésus-Christ. Il est l’auteur de notre être. Il a créé la structure humaine. Il est l’auteur des lois physiques, comme Il est l’auteur de la loi morale. Et l’être humain qui est négligent et insouciant des habitudes et des pratiques qui concernent sa vie physique et sa santé, pèche contre Dieu. Beaucoup de ceux qui professent aimer Jésus-Christ ne montrent pas la révérence et le respect appropriés pour celui qui a donné sa vie pour les sauver de la mort éternelle. Il n’est ni vénéré, ni respecté, ni reconnu. Ceci est démontré par la blessure faite à leur propre corps en violation des lois de leur être. {CD 43.3}
(1876) 4T 30
50. Une transgression continuelle des lois de la nature est une transgression continuelle de la loi de Dieu. Le poids actuel de la souffrance et de l’angoisse que nous voyons partout, la difformité, la décrépitude, la maladie et l’imbécillité qui inondent maintenant le monde, en font, par rapport à ce qu’il pourrait être et à ce que Dieu a voulu qu’il soit, une maison de lazare ; et la génération actuelle est faible en puissance mentale, morale et physique. Toute cette misère s’est accumulée de génération en génération car l’homme déchu enfreindra la loi de Dieu. Des péchés de la plus grande ampleur sont commis par l’indulgence d’un appétit perverti. {CD 43.4}
(1880) 4T 417
51. Une indulgence excessive à manger, boire, dormir ou voir est un péché. L’action saine et harmonieuse de toutes les puissances du corps et de l’esprit aboutit au bonheur ; et plus les pouvoirs sont élevés et raffinés, plus le bonheur est pur et sans mélange.
[Dieu marque le péché d’indulgence–246] {CD 44.1}
Quand la sanctification est impossible
Réformateur de la santé, mars 1878
52. Une grande proportion de toutes les infirmités qui affligent la famille humaine, sont les résultats de leurs propres mauvaises habitudes, à cause de leur ignorance volontaire, ou de leur mépris de la lumière que Dieu a donnée en relation avec les lois de leur être. Il ne nous est pas possible de glorifier Dieu tout en vivant en violation des lois de la vie. Le cœur ne peut pas maintenir la consécration à Dieu alors que l’appétit lubrique est satisfait. Un corps malade et un intellect désordonné, à cause de l’indulgence continuelle dans la luxure blessante, rendent la sanctification du corps et de l’esprit impossible. L’apôtre comprenait l’importance des conditions saines du corps pour le perfectionnement réussi du caractère chrétien. Il dit: «Je garde sous mon corps et je le soumets à la soumission, de peur que, par quelque moyen que ce soit, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé. » Il mentionne le fruit de l’Esprit, parmi lesquels la tempérance. “Ceux qui sont à Christ ont crucifié la chair avec les affections et les convoitises.”
[Impossibilité d’atteindre la perfection chrétienne en donnant les rênes à l’appétit–356] {CD 44.2}
L’ignorance volontaire augmente le péché
(1868) 2T 70, 71
53. C’est un devoir de savoir comment conserver le corps dans les meilleures conditions de santé, et c’est un devoir sacré d’être à la hauteur de la lumière que Dieu a gracieusement donnée. Si nous fermons les yeux à la lumière de peur de voir nos torts, que nous ne voulons pas abandonner, nos péchés ne sont pas diminués, mais augmentés. Si la lumière est éteinte dans un cas, elle sera ignorée dans un autre. C’est tout autant un péché de violer les lois de notre être que d’enfreindre l’un des dix commandements, car nous ne pouvons faire ni l’un ni l’autre sans enfreindre la loi de Dieu. Nous ne pouvons pas aimer le Seigneur de tout notre cœur, esprit, âme et force alors que nous aimons nos appétits, nos goûts, bien mieux que nous n’aimons le Seigneur. Nous diminuons chaque jour notre force pour glorifier Dieu, alors qu’il exige toute notre force, tout notre esprit. Par nos mauvaises habitudes, nous diminuons notre emprise sur la vie, et pourtant professant être les disciples de Christ, se préparant à la touche finale de l’immortalité. {CD 44.3}
Mon frère et ma sœur, vous avez un travail à faire que personne ne peut faire pour vous. Réveillez-vous de votre léthargie, et le Christ vous donnera la vie. Changez votre mode de vie, votre alimentation, votre consommation d’alcool et votre travail. Pendant que vous poursuivez le cours que vous suivez depuis des années, vous ne pouvez pas discerner clairement les choses sacrées et éternelles. Votre sensibilité est émoussée et votre intellect obscurci. Vous n’avez pas grandi dans la grâce et dans la connaissance de la vérité comme c’était votre privilège. Vous n’avez pas augmenté en spiritualité, mais vous vous êtes de plus en plus obscurci. {CD 45.1}
R. & H., 18 juin 1895
54. L’homme était l’acte suprême de la création de Dieu, fait à l’image de Dieu et conçu pour être la contrepartie de Dieu. . . . L’homme est très cher à Dieu, parce qu’il a été formé à son image. Ce fait devrait nous impressionner par l’importance d’enseigner par le précepte et l’exemple le péché de souiller, par l’indulgence de l’appétit ou par toute autre pratique pécheresse, le corps qui est conçu pour représenter Dieu au monde.
[Loi naturelle proclamée distinctement–97] {CD 45.2}
Effets mentaux de la désobéissance à la loi physique
(1909) 9T 156
55. Dieu exige de son peuple un avancement continuel. Nous devons apprendre que l’appétit satisfait est le plus grand obstacle à l’amélioration mentale et à la sanctification de l’âme. Avec toute notre profession de réforme de la santé, beaucoup d’entre nous mangent mal. {CD 45.3}
(1905) MH 307
56. Nous ne devons pas fournir pour le sabbat un approvisionnement plus généreux ou une plus grande variété de nourriture que pour les autres jours. Au lieu de cela, la nourriture devrait être plus simple, et moins devrait être mangée, afin que l’esprit puisse être clair et vigoureux pour comprendre les choses spirituelles. Un estomac bouché signifie un cerveau bouché. Les mots les plus précieux peuvent être entendus et non appréciés, car l’esprit est confus par une mauvaise alimentation. En mangeant avec excès le jour du sabbat, beaucoup font plus qu’ils ne le pensent, pour se rendre inaptes à recevoir le bénéfice de ses opportunités sacrées. {CD 46.1}
(1882) 5T 162-164
57. On m’a montré que certaines de nos réunions de camp sont loin d’être ce que le Seigneur a voulu qu’elles soient. Les gens viennent non préparés pour la visitation du Saint-Esprit de Dieu. En général, les sœurs consacrent un temps considérable avant la réunion à la préparation des vêtements pour la parure extérieure, tandis qu’elles oublient entièrement la parure intérieure, qui est aux yeux de Dieu d’un grand prix. Il y a aussi beaucoup de temps passé à cuisiner inutilement, à préparer des tartes et des gâteaux riches et d’autres aliments qui font du tort à ceux qui les mangent. Si nos sœurs fournissaient du bon pain et d’autres types d’aliments sains, elles et leurs familles seraient mieux préparées à apprécier les paroles de vie et beaucoup plus sensibles à l’influence du Saint-Esprit. {CD 46.2}
Souvent l’estomac est surchargé d’aliments qui sont rarement aussi clairs et simples que ceux consommés à la maison, où la quantité d’exercice prise est le double ou le triple. Cela amène l’esprit à être dans une telle léthargie qu’il est difficile d’apprécier les choses éternelles, et la réunion se termine, et ils sont déçus de ne pas avoir joui davantage de l’Esprit de Dieu. . . . Laissez la préparation pour manger et s’habiller être une question secondaire, mais laissez une profonde recherche du cœur commencer à la maison.
[L’appétit satisfait empêche de comprendre la vérité présente–72]
[L’appétit indulgent paralyse les sens–227]
[L’appétit indulgent provoque un engourdissement du cerveau–209, 226]
[L’appétit indulgent disqualifie quelqu’un dans l’élaboration de plans et de conseils–71]
[L’appétit satisfait affaiblit les pouvoirs spirituels, mentaux et physiques des enfants–346]
[Dormant sous les vérités brûlantes de la parole–222]
[Vigueur mentale et morale augmentée par une alimentation sobre–85, 117,206]
[Effet du régime de chair sur la vigueur mentale–678, 680, 682, 686]
[En savoir plus sur le camp meeting diététique–124] {CD 46.3}
Effet sur l’appréciation de la vérité
(1868) 2T 66
58. Vous avez besoin d’esprits clairs et énergiques, afin d’apprécier le caractère exalté de la vérité, d’apprécier l’expiation et d’évaluer correctement les choses éternelles. Si vous suivez une mauvaise voie et vous adonnez à de mauvaises habitudes alimentaires, affaiblissant ainsi les facultés intellectuelles, vous n’accorderez pas cette haute estimation au salut et à la vie éternelle qui vous incitera à conformer votre vie à la vie de Christ ; vous ne ferez pas ces efforts sincères et pleins d’abnégation pour vous conformer entièrement à la volonté de Dieu, que sa parole exige et qui sont nécessaires pour vous donner une aptitude morale à la touche finale de l’immortalité. {CD 47.1}
(1870) 2T 364
59. Même si vous êtes stricts dans la qualité de votre nourriture, glorifiez-vous Dieu dans vos corps et esprits qui sont les siens, en prenant une telle quantité de nourriture ? Ceux qui placent tant de nourriture sur l’estomac, et chargent ainsi la nature, ne pourraient pas apprécier la vérité s’ils l’entendaient s’attarder dessus. Ils ne pouvaient pas éveiller les sensibilités engourdies du cerveau pour réaliser la valeur de l’expiation et le grand sacrifice qui a été fait pour l’homme déchu. Il leur est impossible d’apprécier la grande, la précieuse et la très riche récompense qui est réservée aux fidèles vainqueurs. La partie animale de notre nature ne devrait jamais être laissée gouverner la morale et l’intellectuel. {CD 47.2}
(1867) 1T 548, 549
60. Certains se livrent à un appétit lubrique, qui fait la guerre à l’âme et est un obstacle constant à leur avancement spirituel. Ils ont constamment une conscience accusatrice, et si des vérités pures sont dites, ils sont prêts à être offensés. Ils se condamnent eux-mêmes et ont le sentiment que des sujets ont été délibérément choisis pour toucher leur cas. Ils se sentent affligés et blessés, et se retirent des assemblées des saints. Ils renoncent à se rassembler, car alors leur conscience n’est pas si troublée. Ils perdent bientôt leur intérêt pour les réunions et leur amour pour la vérité, et, à moins qu’ils ne se réforment entièrement, retourneront et prendront leur position avec l’armée rebelle, qui se tient sous la bannière noire de Satan. Si ceux-ci crucifient les convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme, ils s’écarteront du chemin, où les flèches de la vérité passeront sans danger par eux. Mais tandis qu’ils se livrent à un appétit lubrique, et chérissent ainsi leurs idoles, ils se font une marque pour que les flèches de la vérité frappent, et si la vérité est dite du tout, ils doivent être blessés. . . . {CD 47.3}
L’utilisation de stimulants non naturels est destructrice pour la santé et a une influence engourdissante sur le cerveau, rendant impossible l’appréciation des choses éternelles. Ceux qui chérissent ces idoles ne peuvent pas apprécier à juste titre le salut que le Christ a opéré pour eux par une vie d’abnégation, de souffrances et de reproches continus, et en abandonnant finalement sa propre vie sans péché pour sauver de la mort l’homme qui périt. {CD 48.1}
(1870) 2T 486
61. Le beurre et la viande stimulent. Ceux-ci ont blessé l’estomac et perverti le goût. Les nerfs sensitifs du cerveau se sont engourdis et l’appétit animal s’est fortifié aux dépens des facultés morales et intellectuelles. Ces pouvoirs supérieurs, qui devraient contrôler, se sont affaiblis, de sorte que les choses éternelles n’ont pas été discernées. La paralysie a engourdi le spirituel et le dévotionnel. Satan a triomphé de voir avec quelle facilité il peut entrer par l’appétit et contrôler les hommes et les femmes intelligents, calculés par le Créateur pour faire une bonne et grande œuvre.
[Impossible pour les intempérants de valoriser l’expiation–119]
[L’intempérant ne peut être sensible à l’influence sanctifiante de la vérité–780] {CD 48.2}
Effet sur le discernement et la décision
(1900) COL 346
62. Tout ce qui diminue la force physique affaiblit l’esprit et le rend moins capable de faire la distinction entre le bien et le mal. Nous devenons moins capables de choisir le bien et avons moins de force de volonté pour faire ce que nous savons être juste. {CD 48.3}
Le mauvais usage de nos pouvoirs physiques raccourcit la période de temps pendant laquelle nos vies peuvent être utilisées pour la gloire de Dieu. Et cela nous empêche d’accomplir l’œuvre que Dieu nous a confiée. {CD 49.1}
(1890) CTBH 159
63. Ceux qui, ayant eu la lumière au sujet de manger et de s’habiller avec simplicité, en obéissance aux lois morales et physiques, se détournent encore de la lumière qui indique leur devoir, fuiront le devoir en d’autres choses. En fuyant la croix qu’ils auraient à prendre pour être en harmonie avec la loi naturelle, ils émoussent la conscience ; et ils violeront les dix commandements pour éviter tout reproche. Il y a chez certains une réticence décidée à endurer la croix et à mépriser la honte. {CD 49.2}
(1864) Esp. Dons IV, 148, 149
64. Ceux qui s’attirent la maladie, par satisfaction personnelle, n’ont pas un corps et un esprit sains. Ils ne peuvent pas peser les preuves de la vérité et comprendre les exigences de Dieu. Notre Sauveur n’atteindra pas son bras assez bas pour les relever de leur état dégradé, alors qu’ils persistent à suivre une voie pour s’enfoncer encore plus bas. {CD 49.3}
Tous sont tenus de faire ce qu’ils peuvent pour préserver un corps sain et un esprit sain. S’ils satisfont un appétit grossier et, ce faisant, émoussent leur sensibilité et obscurcissent leurs facultés de perception au point qu’ils ne peuvent apprécier le caractère exalté de Dieu ou se délecter de l’étude de sa parole, ils peuvent être assurés que Dieu n’acceptera pas leur offrande indigne pas plus tôt que celle de Caïn. Dieu leur demande de se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit, perfectionnant la sainteté dans la crainte du Seigneur. Après que l’homme a fait tout ce qui était en son pouvoir pour assurer la santé, en renonçant à l’appétit et aux passions grossières, afin qu’il puisse posséder un esprit sain et une imagination sanctifiée, afin qu’il puisse offrir à Dieu une offrande dans la justice, alors il est sauvé seul. par un miracle de la miséricorde de Dieu, comme l’était l’arche sur les flots orageux. Noé avait fait tout ce que Dieu lui avait demandé pour sécuriser l’arche ; alors Dieu fit ce que l’homme ne pouvait pas faire, et préserva l’arche par sa puissance miraculeuse. {CD 49.4}
(1867) 1T 618, 619
65. Les abus de l’estomac par la satisfaction de l’appétit sont la source féconde de la plupart des épreuves de l’église. Ceux qui mangent et travaillent de manière intempérante et irrationnelle, parlent et agissent de manière irrationnelle. Un homme intempérant ne peut pas être un homme patient. Il n’est pas nécessaire de boire des liqueurs alcoolisées pour être intempérant. Le péché de manger intempestif, de manger trop souvent, trop, et d’aliments riches et malsains, détruit l’action saine des organes digestifs, affecte le cerveau et pervertit le jugement, empêchant une pensée et une action rationnelles, calmes et saines. Et c’est une source fructueuse d’épreuves d’église. Par conséquent, pour que le peuple de Dieu soit dans un état acceptable avec lui, où il puisse le glorifier dans ses corps et ses esprits, qui sont les siens, il doit avec intérêt et zèle renier la satisfaction de ses appétits, et fais preuve de tempérance en toutes choses. Alors puissent-ils comprendre la vérité dans sa beauté et sa clarté, et la mettre en pratique dans leur vie, et par une conduite judicieuse, sage et directe, ne donner aux ennemis de notre foi aucune occasion de reprocher la cause de la vérité. {CD 50.1}
(1870) 2T 404
66. Frère et sœur G, réveillez-vous, je vous en supplie. Vous n’avez pas reçu la lumière de la réforme de la santé et n’avez pas agi en conséquence. Si vous aviez limité vos appétits, vous auriez économisé beaucoup de travail et de dépenses supplémentaires ; et ce qui est bien plus important, vous auriez conservé une meilleure condition de santé physique, et un plus grand degré de force intellectuelle pour apprécier les vérités éternelles ; vous auriez l’esprit plus clair pour peser les évidences de la vérité, et vous seriez mieux préparé à donner aux autres raison de l’espérance qui est en vous. {CD 50.2}
(1867) 1T 487-489
67. Certains se sont moqués de ce travail de réforme et ont dit que tout cela était inutile ; que c’était une excitation de détourner les esprits de la vérité présente. Ils ont dit que les choses étaient poussées à l’extrême. Ces derniers ne savent pas de quoi ils parlent. Alors que les hommes et les femmes qui professent la piété sont malades du sommet de la tête à la plante des pieds, alors que leurs énergies physiques, mentales et morales sont affaiblies par la satisfaction d’un appétit dépravé et d’un travail excessif, comment peuvent-ils peser les preuves de la vérité, et comprendre les exigences de Dieu? Si leurs facultés morales et intellectuelles sont obscurcies, ils ne peuvent apprécier la valeur de l’expiation ou le caractère exalté de l’œuvre de Dieu, ni se délecter de l’étude de sa parole. Comment un dyspeptique nerveux peut-il être toujours prêt à donner une réponse à tout homme qui lui demande une raison de l’espérance qui est en lui, avec douceur et crainte ? Combien de temps une telle personne deviendrait-elle confuse et agitée, et par son imagination malade serait-elle amenée à voir les choses sous un tout autre jour, et par un manque de cette douceur et de ce calme qui ont caractérisé la vie de Christ, serait-elle amenée à déshonorer sa profession tout en face à des hommes déraisonnables ? Considérant les choses d’un point de vue religieux élevé, nous devons être des réformateurs complets afin d’être semblables à Christ. {CD 50.3} être amené à déshonorer sa profession en luttant contre des hommes déraisonnables ? Considérant les choses d’un point de vue religieux élevé, nous devons être des réformateurs complets afin d’être semblables à Christ. {CD 50.3} être amené à déshonorer sa profession en luttant contre des hommes déraisonnables ? Considérant les choses d’un point de vue religieux élevé, nous devons être des réformateurs complets afin d’être semblables à Christ. {CD 50.3}
J’ai vu que notre Père céleste nous a accordé la grande bénédiction de la lumière sur la réforme de la santé, afin que nous puissions obéir aux exigences qu’il a sur nous, et le glorifier dans nos corps et nos esprits, qui sont les siens, et enfin nous tenir sans faute devant le trône de Dieu. Notre foi exige que nous élevions la norme et que nous prenions des mesures à l’avance. Alors que beaucoup remettent en question la voie suivie par d’autres réformateurs de la santé, eux, en tant qu’hommes raisonnables, devraient faire quelque chose eux-mêmes. Notre race est dans un état déplorable, souffrant de maladies de toutes sortes. Beaucoup ont hérité d’une maladie et souffrent beaucoup à cause des mauvaises habitudes de leurs parents ; et pourtant ils poursuivent le même chemin erroné à l’égard d’eux-mêmes et de leurs enfants qui a été poursuivi envers eux. Ils sont ignorants d’eux-mêmes. Ils sont malades et ne savent pas que leurs propres mauvaises habitudes leur causent d’immenses souffrances. {CD 51.1}
Rares sont encore ceux qui sont suffisamment éveillés pour comprendre à quel point leurs habitudes alimentaires ont à voir avec leur santé, leur caractère, leur utilité en ce monde et leur destinée éternelle. J’ai vu qu’il est du devoir de ceux qui ont reçu la lumière du ciel et qui ont compris le bienfait d’y marcher, de manifester un plus grand intérêt pour ceux qui souffrent encore faute de savoir. Les observateurs du sabbat qui attendent l’apparition prochaine de leur Sauveur devraient être les derniers à manifester un manque d’intérêt pour cette grande œuvre de réforme. Les hommes et les femmes doivent être instruits, et les ministres et les gens doivent sentir que le fardeau du travail repose sur eux pour agiter le sujet et le pousser à la maison sur les autres. {CD 51.2}
Lettre 93, 1898
68. Les habitudes physiques ont beaucoup à voir avec le succès de chaque individu. Plus vous serez prudent dans votre alimentation, plus la nourriture qui soutient le corps dans son action harmonieuse sera simple et peu stimulante, plus claire sera votre conception du devoir. Il doit y avoir un examen attentif de chaque habitude, de chaque pratique, de peur qu’un état morbide du corps ne jette un nuage sur tout. {CD 52.1}
MS 129, 1901
69. Notre santé physique est entretenue par ce que nous mangeons ; si nos appétits ne sont pas sous le contrôle d’un esprit sanctifié, si nous ne sommes pas tempérés dans tout ce que nous mangeons et buvons, nous ne serons pas dans un état de santé mentale et physique pour étudier la parole dans le but d’apprendre ce que dit l’Écriture. – que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? Toute habitude malsaine produira une condition malsaine dans le système, et la délicate machinerie vivante de l’estomac sera blessée et ne pourra pas faire son travail correctement. Le régime a beaucoup à voir avec la disposition à entrer en tentation et à commettre le péché. {CD 52.2}
(1869) 2T 202, 203
70. Si le Sauveur des hommes, avec sa force divine, a ressenti le besoin de la prière, combien plus les mortels faibles et pécheurs doivent-ils ressentir la nécessité de la prière – une prière fervente et constante ! Lorsque Christ était le plus férocement assailli par la tentation, Il ne mangeait rien. Il s’est confié à Dieu et, par une prière fervente et une parfaite soumission à la volonté de son Père, il est sorti vainqueur. Ceux qui professent la vérité pour ces derniers jours, au-dessus de toute autre classe de chrétiens professés, devraient imiter le grand Modèle dans la prière. {CD 52.3}
“Il suffit au disciple qu’il soit comme son Maître, et au serviteur comme son Seigneur.” Nos tables sont souvent garnies de luxes ni sains ni nécessaires, parce que nous aimons ces choses plus que nous n’aimons l’abnégation, l’absence de maladie et la santé mentale. Jésus recherchait avec ferveur la force de son Père. C’est ce que le divin Fils de Dieu considérait comme plus précieux, même pour lui-même, que de s’asseoir à la table la plus luxueuse. Il nous a donné la preuve que la prière est essentielle pour recevoir la force de lutter contre les puissances des ténèbres et d’accomplir le travail qui nous est confié. Notre propre force est faiblesse, mais celle que Dieu donne est puissante et fera de quiconque l’obtiendra plus que vainqueur.
[l’appétit assouvi déséquilibre l’esprit–237]
[L’appétit satisfait émousse la conscience–72] {CD 53.1}
Effet sur l’influence et l’utilité
MS 93, 1901
71. Quel dommage que souvent, lorsque le plus grand renoncement à soi-même doit être exercé, l’estomac soit encombré d’une masse de nourriture malsaine, qui reste là à se décomposer. L’affliction de l’estomac affecte le cerveau. Le mangeur imprudent ne se rend pas compte qu’il se disqualifie pour donner de sages conseils, se disqualifie pour établir des plans pour le meilleur avancement de l’œuvre de Dieu. Mais c’est ainsi. Il ne peut pas discerner les choses spirituelles, et dans les réunions du conseil, quand il devrait dire Oui et Amen, il dit Non. Il fait des propositions qui sont loin du compte. La nourriture qu’il a mangée a engourdi son cerveau. {CD 53.2}
L’auto-indulgence empêche l’agent humain de témoigner de la vérité. La gratitude que nous offrons à Dieu pour ses bénédictions est grandement affectée par la nourriture placée dans l’estomac. L’indulgence de l’appétit est la cause de la dissension, des conflits, de la discorde et de bien d’autres maux. Des mots impatients sont prononcés et des actes méchants sont commis, des pratiques malhonnêtes sont suivies et la passion se manifeste, et tout cela parce que les nerfs du cerveau sont malades par les abus accumulés sur l’estomac. {CD 53.3}
(1870) 2T 368
72. Certains ne peuvent être impressionnés par la nécessité de manger et de boire à la gloire de Dieu. L’indulgence de l’appétit les affecte dans toutes les relations de la vie. Cela se voit dans leur famille, dans leur église, dans la réunion de prière et dans la conduite de leurs enfants. Cela a été la malédiction de leur vie. Vous ne pouvez pas leur faire comprendre les vérités de ces derniers jours. Dieu a abondamment pourvu à la subsistance et au bonheur de toutes ses créatures ; et si Ses lois n’étaient jamais violées, et que tout agissait en harmonie avec la volonté divine, la santé, la paix et le bonheur, au lieu de la misère et du mal continuel, seraient expérimentés. {CD 54.1}
(1875) 3T 486, 487
73. Le Rédempteur du monde savait que l’indulgence de l’appétit amènerait la débilité physique, et étoufferait tellement les organes perceptifs que les choses sacrées et éternelles ne seraient pas discernées. Le Christ savait que le monde était livré à la gourmandise, et que cette indulgence pervertirait les puissances morales. Si l’indulgence de l’appétit était si forte sur la race que, pour briser sa puissance, le divin Fils de Dieu, au nom de l’homme, devait jeûner près de six semaines, quelle œuvre est devant le chrétien pour qu’il peut vaincre comme Christ a vaincu ! La force de la tentation de se laisser aller à un appétit perverti ne peut se mesurer qu’à l’inexprimable angoisse du Christ dans ce long jeûne dans le désert. {CD 54.2}
Le Christ savait que pour mener à bien le plan de salut, il devait commencer l’œuvre de rédemption de l’homme là où la ruine avait commencé. Adam est tombé par l’indulgence de l’appétit. Afin d’imposer à l’homme son obligation d’obéir à la loi de Dieu, le Christ a commencé son œuvre de rédemption en réformant les habitudes physiques de l’homme. La baisse de la vertu et la dégénérescence de la race sont principalement attribuables à l’indulgence d’un appétit perverti. {CD 54.3}
RESPONSABILITÉS SPÉCIALES ET TENTATIONS DES MINISTRES
Il y a une responsabilité solennelle sur tous, en particulier sur les ministres qui enseignent la vérité, de vaincre sur le point de l’appétit. Leur utilité serait bien plus grande s’ils avaient le contrôle de leurs appétits et de leurs passions ; et leurs pouvoirs mentaux et moraux seraient plus forts s’ils combinaient le travail physique avec l’effort mental. Avec des habitudes strictement tempérées, et avec un travail mental et physique combiné, ils pourraient accomplir une quantité de travail beaucoup plus grande et conserver la clarté d’esprit. S’ils suivaient une telle voie, leurs pensées et leurs paroles couleraient plus librement, leurs exercices religieux seraient plus énergiques et les impressions faites sur leurs auditeurs seraient plus marquées. {CD 54.4}
L’intempérance dans l’alimentation, même d’une nourriture de bonne qualité, aura une influence prosternante sur le système et émoussera les émotions les plus vives et les plus saintes. {CD 55.1}
MS 88 non daté
74. Certaines personnes apportent sur le terrain de camping des aliments qui ne conviennent absolument pas à de telles occasions, des gâteaux et des tartes riches, et une variété de plats qui dérangeraient la digestion d’un travailleur en bonne santé. Bien sûr, le mieux est de ne pas être trop bon pour le ministre. Les gens envoient ces choses à sa table, et l’invitent à leurs tables. De cette façon, les ministres sont tentés de trop manger et d’aliments nuisibles. Non seulement leur efficacité lors de la réunion de camp est-elle diminuée; mais beaucoup deviennent dyspeptiques. {CD 55.2}
Le ministre devrait refuser cette hospitalité bien intentionnée mais imprudente, même au risque de paraître discourtois. Et le peuple devrait avoir trop de vraie bonté pour lui imposer une telle alternative. Ils se trompent lorsqu’ils tentent le ministre avec de la nourriture malsaine. Un talent précieux a ainsi été perdu pour la cause de Dieu ; et beaucoup, pendant qu’ils vivent, sont privés de la moitié de la vigueur et de la force de leurs facultés. Les ministres, au-dessus de tous les autres, devraient économiser la force du cerveau et des nerfs. Ils doivent éviter tout aliment ou boisson qui a tendance à irriter ou à exciter les nerfs. L’excitation sera suivie par la dépression ; une indulgence excessive assombrit l’esprit et rend la pensée difficile et confuse. Aucun homme ne peut devenir un ouvrier prospère dans les choses spirituelles s’il n’observe pas une stricte tempérance dans ses habitudes diététiques. Dieu ne peut pas laisser son Saint-Esprit reposer sur ceux qui, tout en sachant comment manger pour être en bonne santé, persistent dans une voie qui affaiblira l’esprit et le corps. {CD 55.3}
« Faites tout pour la gloire de Dieu »
(1896) Témoignages spéciaux, série A, n° 9, p. 58
75. Par l’inspiration de l’Esprit de Dieu, l’apôtre Paul écrit que “tout ce que vous faites”, même l’acte naturel de manger ou de boire, doit être fait, non pour satisfaire un appétit perverti, mais avec un sens de responsabilité, – “faites tout pour la gloire de Dieu”. Chaque partie de l’homme doit être gardée; nous devons prendre garde que ce qui est pris dans l’estomac ne bannisse de l’esprit les pensées hautes et saintes. Ne puis-je pas faire ce que je veux de moi-même ? demandent les uns, comme si on cherchait à les priver d’un grand bien, quand on leur présente la nécessité de manger intelligemment, et de conformer toutes leurs habitudes aux lois que Dieu a établies. {CD 56.1}
Il y a des droits qui appartiennent à chaque individu. Nous avons une individualité et une identité qui nous sont propres. Nul ne peut submerger son identité dans celle d’autrui. Chacun doit agir pour lui-même, selon les préceptes de sa propre conscience. En ce qui concerne notre responsabilité et notre influence, nous sommes soumis à Dieu comme dérivant notre vie de Lui. Cela, nous ne l’obtenons pas de l’humanité, mais de Dieu seul. Nous sommes siens par création et par rédemption. Nos corps mêmes ne sont pas les nôtres, à traiter comme bon nous semble, à paralyser par des habitudes qui conduisent à la décadence, rendant impossible de rendre à Dieu un service parfait. Nos vies et toutes nos facultés Lui appartiennent. Il prend soin de nous à chaque instant ; Il maintient la machinerie vivante en action ; si on nous laissait courir un instant, nous mourrions. Nous dépendons absolument de Dieu. {CD 56.2}
Une grande leçon est apprise lorsque nous comprenons notre relation avec Dieu et sa relation avec nous. Les mots « Vous ne vous appartenez pas, vous avez été rachetés à un prix », devraient être accrochés dans la salle de la mémoire, afin que nous puissions toujours reconnaître les droits de Dieu sur nos talents, notre propriété, notre influence, notre moi individuel. Nous devons apprendre à traiter ce don de Dieu, dans l’esprit, dans l’âme, dans le corps, afin que, en tant que possession acquise par Christ, nous puissions lui rendre un service sain et savoureux. {CD 56.3}
(1868) 2T 60
76. La lumière a brillé sur votre chemin en ce qui concerne la réforme de la santé et le devoir qui incombe au peuple de Dieu en ces derniers jours d’exercer la tempérance en toutes choses. Vous, j’ai vu, étiez parmi le nombre qui serait arriéré pour voir la lumière, et corriger votre façon de manger, de boire et de travailler. Au fur et à mesure que la lumière de la vérité est reçue et suivie, elle opérera une réforme entière dans la vie et le caractère de tous ceux qui sont sanctifiés par elle. {CD 57.1}
Relation avec la vie victorieuse
YI, 31 mai 1894
77. Manger, boire et s’habiller ont tous une incidence directe sur notre avancement spirituel. {CD 57.2}
(1905) MH 280
78. De nombreux articles de nourriture consommés librement par les païens autour d’eux étaient interdits aux Israélites. Ce n’était pas une distinction arbitraire qui a été faite. Les choses interdites étaient malsaines. Et le fait qu’ils aient été déclarés impurs a enseigné la leçon que l’utilisation d’aliments nuisibles est souillante. Ce qui corrompt le corps tend à corrompre l’âme. Cela rend l’utilisateur inapte à la communion avec Dieu, inapte à un service élevé et saint. {CD 57.3}
Réformateur de la santé, septembre 1871
79. L’Esprit de Dieu ne peut pas venir à notre secours et nous aider à perfectionner les caractères chrétiens, tandis que nous assouvissons nos appétits au détriment de la santé et que l’orgueil de la vie domine. {CD 57.4}
(1870) 2T 400
80. Tous ceux qui participent à la nature divine échapperont à la corruption qui est dans le monde par la convoitise. Il est impossible à ceux qui se laissent aller à l’appétit d’atteindre la perfection chrétienne. {CD 57.5}
R. & H., 25 janvier 1881
81. C’est la vraie sanctification. Ce n’est pas simplement une théorie, une émotion ou une forme de mots, mais un principe vivant, actif, entrant dans la vie quotidienne. Il exige que nos habitudes de manger, de boire et de nous habiller soient telles qu’elles assurent la préservation de la santé physique, mentale et morale, afin que nous puissions présenter notre corps au Seigneur, non pas une offrande corrompue par de mauvaises habitudes, mais “une sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu.
[Pour le contexte voir 254] {cd 57.6}
(1900) 6T372
82. Nos habitudes de manger et de boire montrent si nous sommes du monde ou parmi le nombre que le Seigneur par son puissant fendoir de vérité a séparé du monde. {CD 58.1}
Lettre 135, 1902
83. C’est l’intempérance dans l’alimentation qui cause tant d’invalidité et prive le Seigneur de la gloire qui lui est due. En raison d’un échec à se renier, de nombreux membres du peuple de Dieu sont incapables d’atteindre le haut niveau de spiritualité qu’il a établi pour eux, et bien qu’ils se repentent et se convertissent, toute l’éternité témoignera de la perte qu’ils ont subie en cédant à l’égoïsme. {CD 58.2}
(1909) 9T 165, 166
84. O combien perdent les bénédictions les plus riches que Dieu a en réserve pour eux en matière de santé et de dotations spirituelles ! Il y a beaucoup d’âmes qui luttent pour des victoires spéciales et des bénédictions spéciales afin qu’elles puissent faire quelque chose de grand. À cette fin, ils sentent toujours qu’ils doivent mener une lutte atroce dans la prière et les larmes. Lorsque ces personnes sondent les Écritures avec prière pour connaître la volonté exprimée de Dieu, puis font Sa volonté du fond du cœur sans une seule réserve ou complaisance, elles trouveront le repos. Toutes les angoisses, toutes les larmes et toutes les luttes ne leur apporteront pas la bénédiction à laquelle ils aspirent. Le moi doit être entièrement abandonné. Ils doivent faire le travail qui se présente, s’appropriant l’abondance de la grâce de Dieu qui est promise à tous ceux qui demandent avec foi. {CD 58.3}
“Si quelqu’un veut venir après moi”, a dit Jésus, “qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive.” Luc 9:23. Suivons le Sauveur dans sa simplicité et son abnégation. Élevons l’Homme du Calvaire par la parole et par une vie sainte. Le Sauveur est très proche de ceux qui se consacrent à Dieu. S’il y a jamais eu un moment où nous avons eu besoin de l’action de l’Esprit de Dieu sur nos cœurs et nos vies, c’est maintenant. Accrochons-nous de ce pouvoir divin pour avoir la force de vivre une vie de sainteté et d’abandon de soi. {CD 58.4}
(1875) 3T 491, 492
85. Comme nos premiers parents ont perdu Eden par l’indulgence de l’appétit, notre seul espoir de regagner Eden est par le refus ferme de l’appétit et de la passion. L’abstinence dans le régime alimentaire et le contrôle de toutes les passions préserveront l’intellect et donneront de la vigueur mentale et morale, permettant aux hommes de soumettre toutes leurs propensions au contrôle des puissances supérieures et de discerner entre le bien et le mal, le sacré et le commun. . Tous ceux qui ont un vrai sens du sacrifice consenti par le Christ en quittant sa demeure céleste pour venir dans ce monde afin qu’il puisse, par sa propre vie, montrer à l’homme comment résister à la tentation, se renieront joyeusement et choisiront d’être participants avec le Christ de son souffrances. {CD 59.1}
La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. Ceux qui vainquent comme Christ a vaincu devront constamment se protéger contre les tentations de Satan. L’appétit et les passions doivent être restreints et sous le contrôle d’une conscience éclairée, afin que l’intellect puisse être intact, les facultés de perception claires, afin que l’action de Satan et ses pièges ne puissent être interprétés comme étant la providence de Dieu. Beaucoup désirent la récompense finale et la victoire qui doivent être données aux vainqueurs, mais ne sont pas disposés à endurer le labeur, les privations et le renoncement à eux-mêmes, comme l’a fait leur Rédempteur. Ce n’est que par l’obéissance et un effort continuel que nous vaincrons comme Christ a vaincu. {CD 59.2}
Le pouvoir de contrôle de l’appétit entraînera la ruine de milliers, alors que, s’ils avaient vaincu sur ce point, ils auraient eu le pouvoir moral de remporter la victoire sur toutes les autres tentations de Satan. Mais ceux qui sont esclaves de l’appétit échoueront à perfectionner le caractère chrétien. La transgression continuelle de l’homme pendant six mille ans a apporté la maladie, la douleur et la mort comme fruits. Et alors que nous approchons de la fin des temps, la tentation de Satan de se laisser aller à l’appétit sera plus puissante et plus difficile à surmonter. {CD 59.3}
[CTBH 10] (1890) CH 22
86. Celui qui chérit la lumière que Dieu lui a donnée sur la réforme de la santé a une aide importante dans le travail de devenir sanctifié par la vérité et apte à l’immortalité.
[Relation entre régime alimentaire simple et discernement spirituel–119]
[L’incapacité à contrôler l’appétit affaiblit la résistance à la tentation–237]
[Les murs de la maîtrise de soi ne doivent pas être abattus–260]
[Le régime carné est un obstacle à l’avancement spirituel–655, 656, 657, 660, 682, 683, 684, 688]
[Puissance pour la victoire sur les autres tentations donnée à ceux qui surmontent par appétit–253]
[Formation du caractère entravée par des soins inappropriés de l’estomac–719] {CD 59.4}
LA RELATION DE L’ALIMENTATION À LA MORALE
La pollution morale des premiers temps
(1864) Esp. Dons IV, 121
87. Les gens qui vivaient avant le déluge mangeaient de la nourriture animale et satisfaisaient leurs convoitises jusqu’à ce que leur coupe d’iniquité soit pleine, et Dieu nettoya la terre de sa pollution morale par un déluge. . . . {CD 60.1}
Le péché a prévalu depuis la chute. Alors que quelques-uns sont restés fidèles à Dieu, la grande majorité a corrompu ses voies devant lui. La destruction de Sodome et Gomorrhe était à cause de leur grande méchanceté. Ils laissèrent libre cours à leurs appétits intempérants, puis à leurs passions corrompues, jusqu’à ce qu’ils soient si avilis, et leurs péchés si abominables, que leur coupe d’iniquité fut pleine, et qu’ils furent consumés par le feu du ciel. {CD 60.2}
(1873) 3T 163, 164
88. Les mêmes péchés existent de nos jours qui ont attiré la colère de Dieu sur le monde aux jours de Noé. Hommes et femmes portent désormais leur manger et leur boire à la gourmandise et à l’ivresse. Ce péché dominant, l’indulgence d’un appétit perverti, enflamma les passions des hommes au temps de Noé, et conduisit à la corruption générale, jusqu’à ce que leur violence et leurs crimes atteignent le ciel, et que Dieu lave la terre de sa pollution morale par un déluge. {CD 60.3}
Les mêmes péchés de gourmandise et d’ivresse engourdissaient la sensibilité morale des habitants de Sodome, de sorte que les crimes semblaient être le délice des hommes et des femmes de cette ville méchante. Christ avertit ainsi le monde : « De même qu’il en était aux jours de Lot ; ils ont mangé, ils ont bu, ils ont acheté, ils ont vendu, ils ont planté, ils ont bâti ; mais le jour même où Lot sortit de Sodome, il fit pleuvoir du feu et du soufre du ciel, et les détruisit tous. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme sera révélé. {CD 60.4}
Christ nous a laissé ici une leçon des plus importantes. Il n’encourage pas dans son enseignement l’indolence. Son exemple était à l’opposé de cela. Christ était un travailleur sérieux. Sa vie a été faite d’abnégation, de diligence, de persévérance, d’industrie et d’économie. Il exposerait devant nous le danger de faire passer le manger et le boire au premier plan. Il révèle le résultat de l’abandon à l’indulgence de l’appétit. Les pouvoirs moraux sont affaiblis, de sorte que le péché n’apparaît pas comme un péché. Les crimes sont ignorés et les passions basses contrôlent l’esprit, jusqu’à ce que la corruption générale extirpe les bons principes et les bonnes impulsions, et que Dieu soit blasphémé. Tout cela est le résultat de manger et de boire à l’excès. C’est la condition même des choses qu’il déclare existera à sa seconde venue. {CD 61.1}
Les hommes et les femmes seront-ils avertis ? Chériront-ils la lumière, ou deviendront-ils esclaves de l’appétit et des passions basses ? Christ nous présente quelque chose de plus élevé pour travailler que simplement ce que nous mangerons, et ce que nous boirons, et de quoi nous serons vêtus. Manger, boire et s’habiller sont portés à un tel excès qu’ils deviennent des crimes, et font partie des péchés marqués des derniers jours, et constituent un signe de la prochaine venue de Christ. Le temps, l’argent et la force, qui appartiennent au Seigneur, mais qu’il nous a confiés, sont gaspillés en superflus vestimentaires inutiles et en produits de luxe pour l’appétit perverti, qui diminuent la vitalité et apportent souffrance et décadence. Il est impossible de présenter nos corps en sacrifice vivant à Dieu, alors qu’ils sont remplis de corruption et de maladie par notre propre indulgence pécheresse. {CD 61.2}
Corruptions courantes dues à un appétit effréné
(1864) Esp. Dons IV, 124
89. Beaucoup s’étonnent que la race humaine ait tellement dégénéré, physiquement, mentalement et moralement. Ils ne comprennent pas que c’est la violation de la constitution et des lois de Dieu, et la violation des lois de la santé, qui a produit cette triste dégénérescence. La transgression des commandements de Dieu a causé le retrait de Sa main prospère. {CD 61.3}
L’intempérance à manger et à boire, l’indulgence des basses passions ont engourdi les belles sensibilités, de sorte que les choses sacrées ont été mises au niveau des choses communes. {CD 62.1}
(1864) Esp. Dons IV, 131
90. Ceux qui se laissent devenir esclaves d’un appétit gourmand, vont souvent plus loin encore, et s’abaissent en se livrant à leurs passions corrompues, excitées par l’intempérance à manger et à boire. Ils laissent libre cours à leurs passions avilissantes, jusqu’à ce que la santé et l’intellect en souffrent grandement. Les facultés de raisonnement sont en grande partie détruites par les mauvaises habitudes. {CD 62.2}
Réformateur de la santé, octobre 1871
91. L’irrégularité dans le manger et le boire, et l’habillement inconvenant, dépravent l’esprit et corrompent le cœur, et amènent les nobles attributs de l’âme en esclavage aux passions animales. {CD 62.3}
R. & H., 25 janvier 1881
92. Que personne qui professe la piété ne regarde avec indifférence la santé du corps et ne se flatte que l’intempérance n’est pas un péché et n’affectera pas sa spiritualité. Une étroite sympathie existe entre la nature physique et la nature morale. Le niveau de vertu est élevé ou dégradé par les habitudes physiques. La consommation excessive de la meilleure nourriture produira un état morbide des sentiments moraux. Et si la nourriture n’est pas la plus saine, les effets seront encore plus nuisibles. Toute habitude qui ne favorise pas une action saine dans le système humain, dégrade les facultés supérieures et plus nobles. De mauvaises habitudes de manger et de boire conduisent à des erreurs de pensée et d’action. L’indulgence de l’appétit renforce les penchants animaux, leur donnant l’ascendant sur les pouvoirs mentaux et spirituels. {CD 62.4}
« Abstenez-vous des convoitises charnelles, qui font la guerre à l’âme », est le langage de l’apôtre Pierre. Beaucoup considèrent cet avertissement comme applicable uniquement aux licencieux ; mais il a un sens plus large. Elle protège contre toute satisfaction nuisible de l’appétit ou de la passion. C’est un avertissement des plus énergiques contre l’usage de stimulants et de narcotiques comme le thé, le café, le tabac, l’alcool et la morphine. Ces indulgences peuvent bien être rangées parmi les convoitises qui exercent une influence pernicieuse sur le caractère moral. Plus ces habitudes nuisibles se forment tôt, plus elles maintiendront fermement leur victime dans l’esclavage de la luxure, et plus elles abaisseront certainement le niveau de spiritualité. {CD 62.5}
(1870) 2T 413, 414
93. Vous devez faire preuve de tempérance en toutes choses. Cultivez les pouvoirs supérieurs de l’esprit, et il y aura moins de force de croissance de l’animal. Il vous est impossible d’augmenter votre force spirituelle tant que votre appétit et vos passions ne sont pas parfaitement maîtrisés. L’apôtre inspiré dit : « Je garde sous mon corps, et je le soumets ; de peur qu’en aucune manière, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé. {CD 63.1}
Mon frère, réveille-toi, je te prie, et laisse l’œuvre de l’Esprit de Dieu atteindre plus profondément que l’extérieur ; laissez-la descendre jusqu’aux sources profondes de chaque action. C’est le principe qu’il faut, principe ferme et vigueur d’action dans les choses spirituelles aussi bien que temporelles. Vos efforts manquent de sérieux. Oh, combien sont bas dans l’échelle de la spiritualité, parce qu’ils ne renieront pas leur appétit ! L’énergie nerveuse du cerveau est engourdie et presque paralysée par la suralimentation. Quand de telles personnes vont à la maison de Dieu le jour du sabbat, elles ne peuvent garder les yeux ouverts. Les appels les plus fervents ne parviennent pas à réveiller leurs intellects plombés et insensibles. La vérité peut être présentée avec un sentiment profond ; mais elle n’éveille pas les sensibilités morales, ni n’éclaire l’entendement. Ont-ils étudié pour glorifier Dieu en toutes choses ? {CD 63.2}
Influence d’un régime simple
(1869) 2T 352
94. Si tous ceux qui professent obéir à la loi de Dieu étaient exempts d’iniquité, mon âme serait soulagée ; mais ils ne le sont pas. Même certains qui professent garder tous les commandements de Dieu sont coupables du péché d’adultère. Que puis-je dire pour réveiller leurs sensibilités engourdies ? Le principe moral, strictement appliqué, devient la seule sauvegarde de l’âme. S’il y a jamais eu un moment où le régime alimentaire devait être le plus simple, c’est maintenant. La viande ne doit pas être placée devant nos enfants. Son influence est d’exciter et de fortifier les passions inférieures, et a tendance à étouffer les facultés morales. Les céréales et les fruits préparés sans graisse et dans des conditions aussi naturelles que possible devraient être la nourriture des tables de tous ceux qui prétendent se préparer à être transportés au ciel. Moins le régime est fébrile, plus il est facile de contrôler les passions. La gratification du goût ne doit pas être consultée quelle que soit la santé physique, intellectuelle ou morale. {CD 63.3}
L’indulgence des passions les plus basses en amènera beaucoup à fermer les yeux sur la lumière ; car ils craignent de voir des péchés qu’ils ne veulent pas abandonner. Tous peuvent voir s’ils le feront. S’ils choisissent l’obscurité plutôt que la lumière, leur criminalité n’en sera pas moins. Pourquoi les hommes et les femmes ne lisent-ils pas et ne deviennent-ils pas intelligents sur ces choses qui affectent si décidément leur force physique, intellectuelle et morale ? Dieu vous a donné une habitation dont vous devez prendre soin et la conserver dans les meilleures conditions pour son service et sa gloire. {CD 64.1}
La tempérance une aide au contrôle moral
(1870) 2T 404, 405
95. Votre nourriture n’est pas de cette qualité simple et saine qui fera le meilleur type de sang. Le sang infect obscurcira sûrement les pouvoirs moraux et intellectuels, et éveillera et renforcera les passions les plus basses de votre nature. Aucun de vous ne peut se permettre un régime fiévreux ; car c’est aux dépens de la santé du corps, et de la prospérité de vos propres âmes et des âmes de vos enfants. {CD 64.2}
Vous mettez sur votre table des aliments qui fatiguent les organes digestifs, excitent les passions animales et affaiblissent les facultés morales et intellectuelles. Les aliments riches et les viandes charnues ne vous sont d’aucune utilité. . . . {CD 64.3}
Je vous supplie, pour l’amour du Christ, de mettre de l’ordre dans votre maison et dans vos cœurs. Laissez la vérité d’origine céleste vous élever et vous sanctifier, âme, corps et esprit. « Abstenez-vous des convoitises charnelles, qui font la guerre à l’âme. Frère G, votre alimentation a tendance à renforcer les passions les plus basses. Vous ne contrôlez pas votre corps comme c’est votre devoir de le faire pour parfaire la sainteté dans la crainte de Dieu. La tempérance dans l’alimentation doit être pratiquée avant de pouvoir être un homme patient. {CD 64.4}
(1876) 4T 35, 36
96. Le monde ne devrait pas être un critère pour nous. Il est à la mode de satisfaire l’appétit avec des aliments luxueux et des stimuli contre nature, renforçant ainsi les propensions animales et paralysant la croissance et le développement des facultés morales. Aucun des fils ou des filles d’Adam n’est encouragé à devenir des vainqueurs victorieux dans la guerre chrétienne à moins qu’il ne décide de pratiquer la tempérance en toutes choses. S’ils le font, ils ne combattront pas comme celui qui bat l’air. {CD 65.1}
Si les chrétiens veulent soumettre leur corps et soumettre tous leurs appétits et leurs passions à une conscience éclairée, sentant le devoir qu’ils doivent à Dieu et à leurs voisins d’obéir aux lois qui régissent la santé et la vie, ils auront le droit bénédiction de la vigueur physique et mentale. Ils auront le pouvoir moral de s’engager dans la guerre contre Satan ; et au nom de Celui qui a conquis l’appétit pour eux, ils peuvent être plus que vainqueurs pour leur propre compte. Cette guerre est ouverte à tous ceux qui s’y livrent.
[Effet du régime carné sur le pouvoir moral–658, 683, 684, 685, 686, 687]
[La maison de campagne–ses relations avec l’alimentation et la morale–711]
[Manque de pouvoir moral dû à l’indulgence des enfants à manger et à boire–347]
[Aliments qui provoquent l’irritabilité et la nervosité–556, 558, 562, 574]
[L’appétit satisfait affaiblit les facultés morales–231] {CD 65.2}
CHAPITRE 3 – La réforme de la santé et le message du troisième ange
Comme la main au corps
(1873) 3T 161, 162
97. Le 10 décembre 1871, on m’a de nouveau montré que la réforme sanitaire est une branche de la grande œuvre qui consiste à préparer un peuple à la venue du Seigneur. Elle est aussi étroitement liée au message du troisième ange que la main l’est avec le corps. La loi des dix commandements a été considérée à la légère par l’homme ; mais le Seigneur ne viendrait pas punir les transgresseurs de cette loi sans leur envoyer d’abord un message d’avertissement. Le troisième ange proclame ce message. Si les hommes avaient jamais été obéissants à la loi des dix commandements, mettant en pratique dans leur vie les principes de ces préceptes, la malédiction de la maladie qui inonde actuellement le monde ne serait pas. {CD 69.1}
POUR PREPARER UN PEUPLE
Les hommes et les femmes ne peuvent pas violer la loi naturelle en se livrant à un appétit dépravé et à des passions lubriques, et ne pas violer la loi de Dieu. C’est pourquoi il a permis à la lumière de la réforme sanitaire de briller sur nous, afin que nous puissions voir notre péché en violant les lois qu’il a établies dans notre être. Tous nos plaisirs ou nos souffrances peuvent être attribués à l’obéissance ou à la transgression de la loi naturelle. Notre bienveillant Père céleste voit la condition déplorable des hommes qui, certains en connaissance de cause mais beaucoup dans l’ignorance, vivent en violation des lois qu’Il a établies. Et dans l’amour et la pitié pour la race, Il fait briller la lumière sur la réforme de la santé. Il publie Sa loi, et la peine qui suivra la transgression de celle-ci, afin que tous puissent apprendre, et veiller à vivre en harmonie avec la loi naturelle. Il proclame sa loi si distinctement et la rend si visible, que c’est comme une ville située sur une colline. Tous les êtres responsables peuvent le comprendre s’ils le veulent. Les idiots ne seront pas responsables. Établir une loi naturelle claire et inciter à son obéissance est l’œuvre qui accompagne le message du troisième ange, pour préparer un peuple à la venue du Seigneur. {CD 69.2}
LA DÉFAITE D’ADAM – LA VICTOIRE DU CHRIST
Adam et Eve sont tombés par appétit intempestif. Christ est venu et a résisté à la tentation la plus féroce de Satan et, au nom de la race, a vaincu l’appétit, montrant que l’homme peut vaincre. De même qu’Adam tomba par appétit et perdit l’Eden bienheureux, les enfants d’Adam peuvent, par le Christ, vaincre l’appétit et, par la tempérance en toutes choses, regagner l’Eden. {CD 70.1}
AIDES À DISCERNER LA VÉRITÉ
L’ignorance n’est plus une excuse pour la transgression de la loi. La lumière brille clairement, et nul n’a besoin d’être ignorant, car le grand Dieu lui-même est l’instructeur de l’homme. Tous sont liés par les obligations les plus sacrées envers Dieu de tenir compte de la saine philosophie et de l’expérience authentique qu’il leur donne maintenant en référence à la réforme de la santé. Il conçoit que le grand sujet de la réforme de la santé soit agité et que l’esprit public soit profondément incité à enquêter ; car il est impossible pour les hommes et les femmes, avec toutes leurs habitudes pécheresses, destructrices de santé et énervantes pour le cerveau, de discerner la vérité sacrée, par laquelle ils doivent être sanctifiés, raffinés, élevés et rendus aptes à la société des anges célestes dans le royaume de gloire. . . . {CD 70.2}
SANCTIFIE OU PUNIE
L’apôtre Paul exhorte l’église : « Je vous supplie donc, frères, par les miséricordes de Dieu, d’offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre service raisonnable. Les hommes peuvent donc rendre leur corps impie par des indulgences pécheresses. S’ils sont impies, ils ne sont pas aptes à être des adorateurs spirituels et ne sont pas dignes du ciel. Si l’homme chérit la lumière que Dieu lui donne avec miséricorde sur la réforme de la santé, il peut être sanctifié par la vérité et apte à l’immortalité. Mais s’il ne tient pas compte de cette lumière et vit en violation de la loi naturelle, il doit payer la pénalité. {CD 70.3}
Oeuvre d’Elie et Jean un Type
(1872) 3T 61-64
98. Depuis des années, le Seigneur attire l’attention de son peuple sur la réforme de la santé. C’est l’une des grandes branches de l’œuvre de préparation à la venue du Fils de l’homme. Jean-Baptiste s’avança dans l’esprit et la puissance d’Elie, pour préparer le chemin du Seigneur et pour ramener le peuple à la sagesse des justes. Il était un représentant de ceux qui vivaient dans ces derniers jours, à qui Dieu a confié des vérités sacrées à présenter devant le peuple, pour préparer la voie à la seconde apparition de Christ. Jean était un réformateur. L’ange Gabriel, venu directement du ciel, a prononcé un discours sur la réforme sanitaire au père et à la mère de Jean. Il a dit qu’il ne devait pas boire de vin ni de boisson forte et qu’il devait être rempli du Saint-Esprit dès sa naissance. {CD 70.4}
John s’est séparé de ses amis et du luxe de la vie. La simplicité de sa robe, un vêtement tissé de poil de chameau, était une réprimande permanente à l’extravagance et à l’étalage des prêtres juifs et du peuple en général. Son régime, purement végétal, de sauterelles et de miel sauvage, était un reproche à l’indulgence de l’appétit et à la gourmandise qui régnait partout. Le prophète Malachie déclare : « Voici, je vous enverrai Élie le prophète avant la venue du jour grand et redoutable de l’Éternel ; et il ramènera le cœur des pères vers les enfants, et le cœur des enfants vers leurs pères. Ici, le prophète décrit le caractère de l’œuvre. Ceux qui doivent préparer le chemin pour la seconde venue du Christ, sont représentés par le fidèle Élie, comme Jean est venu dans l’esprit d’Elie pour préparer le chemin pour le premier avènement de Christ. {CD 71.1}
Le grand sujet de la réforme doit être agité, et l’esprit public doit être agité. La tempérance en toutes choses doit être liée au message, pour détourner le peuple de Dieu de son idolâtrie, de sa gourmandise et de son extravagance vestimentaire et autres. {CD 71.2}
UN CONTRASTE MARQUÉ
L’abnégation, l’humilité et la tempérance exigées des justes, que Dieu conduit et bénit en particulier, doivent être présentées au peuple en contraste avec les habitudes extravagantes et nocives pour la santé de ceux qui vivent à cette époque dégénérée. Dieu a montré que la réforme de la santé est aussi étroitement liée au message du troisième ange que la main l’est avec le corps. On ne trouve nulle part une si grande cause de dégénérescence physique et morale que la négligence de cet important sujet. Ceux qui se livrent à l’appétit et à la passion, et ferment les yeux à la lumière de peur de voir des indulgences coupables qu’ils ne veulent pas abandonner, sont coupables devant Dieu. {CD 71.3}
Quiconque se détourne de la lumière dans un cas s’endurcit le cœur à ignorer la lumière sur d’autres sujets. Quiconque viole les obligations morales en matière de manger et de s’habiller, prépare le terrain pour violer les prétentions de Dieu en matière d’intérêts éternels. . . . {CD 72.1}
Le peuple que Dieu conduit sera particulier. Ils ne seront pas comme le monde. Mais s’ils suivent les directives de Dieu, ils accompliront Ses desseins et soumettront leur volonté à Sa volonté. Christ habitera dans le cœur. Le temple de Dieu sera saint. Votre corps, dit l’apôtre, est le temple du Saint-Esprit. {CD 72.2}
Dieu n’exige pas de ses enfants qu’ils se refusent à l’injure de la force physique. Il leur demande d’obéir à la loi naturelle, de préserver la santé physique. Le chemin de la nature est le chemin qu’il trace, et il est assez large pour tout chrétien. Dieu nous a, d’une main somptueuse, fourni des générosités riches et variées pour notre subsistance et notre plaisir. Mais pour que nous puissions profiter de l’appétit naturel, qui préservera la santé et prolongera la vie, Il restreint l’appétit. Il dit : Méfiez-vous ; restreindre, nier, appétit contre nature. Si nous créons un appétit perverti, nous violons les lois de notre être et assumons la responsabilité d’abuser de notre corps et d’apporter la maladie sur nous-mêmes. {CD 72.3}
Donner sa place au travail de santé
(1900) 6T 327
99. L’indifférence avec laquelle les carnets de santé ont été traités par beaucoup est une offense à Dieu. Séparer l’œuvre de santé du grand corps de l’œuvre n’est pas dans Son ordre. La vérité actuelle réside dans l’œuvre de la réforme sanitaire aussi bien que dans d’autres aspects de l’œuvre évangélique. Aucune branche, lorsqu’elle est séparée des autres, ne peut être un tout parfait. {CD 72.4}
L’évangile de la santé a des défenseurs compétents, mais leur travail a été rendu très difficile parce que tant de ministres, de présidents de conférences et d’autres personnes influentes n’ont pas accordé à la question de la réforme de la santé l’attention qu’elle mérite. Ils ne l’ont pas reconnu dans sa relation avec le travail du message en tant que bras droit du corps. Alors que très peu de respect a été montré à ce département par beaucoup de gens et par certains des ministres, le Seigneur a montré son respect pour lui en lui donnant une prospérité abondante. {CD 73.1}
Lorsqu’il est correctement mené, le travail de santé est un coin d’entrée, ouvrant la voie à d’autres vérités pour atteindre le cœur. Lorsque le message du troisième ange sera reçu dans sa plénitude, la réforme de la santé aura sa place dans les conseils de la conférence, dans le travail de l’église, au foyer, à table et dans tous les arrangements du ménage. Ensuite, le bras droit servira et protégera le corps. {CD 73.2}
Mais si l’œuvre de santé a sa place dans la promulgation du message du troisième ange, ses défenseurs ne doivent en aucun cas s’efforcer de lui faire prendre la place du message. {CD 73.3}
Besoin de maîtrise de soi
(1905) MH 129, 130
100. L’un des effets les plus déplorables de l’apostasie originelle fut la perte du pouvoir de maîtrise de soi de l’homme. Ce n’est que lorsque ce pouvoir est retrouvé qu’il peut y avoir de réels progrès. {CD 73.4}
Le corps est le seul moyen par lequel l’esprit et l’âme sont développés pour l’édification du caractère. C’est pourquoi l’adversaire des âmes oriente ses tentations vers l’affaiblissement et l’avilissement des puissances physiques. Son succès signifie ici l’abandon au mal de tout l’être. Les tendances de notre nature physique, à moins qu’elles ne soient sous la domination d’une puissance supérieure, produiront sûrement la ruine et la mort. {CD 73.5}
Le corps doit être soumis. Les puissances supérieures de l’être doivent régner. Les passions doivent être contrôlées par la volonté, qui doit elle-même être sous le contrôle de Dieu. Le pouvoir royal de la raison, sanctifié par la grâce divine, doit dominer nos vies. {CD 73.6}
Les exigences de Dieu doivent être ramenées à la conscience. Les hommes et les femmes doivent être éveillés au devoir de maîtrise de soi, au besoin de pureté, à la liberté de tout appétit dépravant et de toute habitude souillante. Ils ont besoin d’être impressionnés par le fait que tous leurs pouvoirs d’esprit et de corps sont le don de Dieu, et doivent être préservés dans les meilleures conditions possibles pour Son service. {CD 74.1}
Les ministres et le peuple doivent agir de concert
(1867) 1T 469, 470
101. Une partie importante du travail du ministère est de présenter fidèlement au peuple la réforme de la santé, telle qu’elle est liée au message du troisième ange, comme une partie intégrante du même travail. Ils ne devraient pas manquer de l’adopter eux-mêmes, et devraient l’exhorter à tous ceux qui professent croire à la vérité. {CD 74.2}
(1867) 1T 486
102. La réforme de la santé, m’a-t-on montré, fait partie du message du troisième ange et y est tout aussi étroitement liée que le sont le bras et la main avec le corps humain. J’ai vu que nous, en tant que peuple, devons avancer dans cette grande œuvre. Les ministres et le peuple doivent agir de concert. Le peuple de Dieu n’est pas préparé au grand cri du troisième ange. Ils ont un travail à faire pour eux-mêmes qu’ils ne devraient pas laisser à Dieu de faire pour eux. Il leur a laissé ce travail à faire. C’est un travail individuel; on ne peut pas le faire pour un autre. {CD 74.3}
Une partie du message, mais pas tout
(1867) 1T 559
103. La réforme de la santé est étroitement liée au travail du troisième message, mais ce n’est pas le message. Nos prédicateurs devraient enseigner la réforme de la santé, mais ils ne devraient pas en faire le thème principal à la place du message. Sa place est parmi ces sujets qui exposent le travail préparatoire pour rencontrer les événements mis en évidence par le message ; parmi ceux-ci, il est éminent. Nous devons nous saisir de toute réforme avec zèle, mais éviter de donner l’impression que nous sommes vacillants et sujets au fanatisme. {CD 74.4}
Lettre 57, 1896
104. La réforme sanitaire est aussi étroitement liée au message du troisième ange que le bras au corps ; mais le bras ne peut pas prendre la place du corps. La proclamation du message du troisième ange, les commandements de Dieu et le témoignage de Jésus, est le fardeau de notre travail. Le message doit être proclamé avec un grand cri et doit aller dans le monde entier. La présentation des principes de santé doit être solidaire de ce message, mais ne doit en aucun cas en être indépendante, ni en aucune manière s’y substituer. {CD 75.1}
Sa relation avec les institutions médicales
MS 23, 1901
105. Les sanatoriums qui sont établis doivent être étroitement et inséparablement liés à l’évangile. Le Seigneur a donné l’instruction que l’évangile doit être proclamé ; et l’évangile inclut la réforme de la santé dans toutes ses phases. Notre travail est d’éclairer le monde; car elle est aveugle aux mouvements qui s’opèrent, préparant la voie aux fléaux que Dieu permettra de venir sur le monde. Les fidèles veilleurs de Dieu doivent donner l’avertissement. . . . {CD 75.2}
La réforme de la santé doit se démarquer plus en évidence dans la proclamation du message du troisième ange. Les principes de la réforme de la santé se trouvent dans la parole de Dieu. L’évangile de la santé doit être fermement lié au ministère de la parole. C’est le dessein du Seigneur que l’influence restauratrice de la réforme de la santé fasse partie du dernier grand effort pour proclamer le message de l’Évangile. {CD 75.3}
Nos médecins doivent être les ouvriers de Dieu. Ils doivent être des hommes dont les pouvoirs ont été sanctifiés et transformés par la grâce du Christ. Leur influence doit être liée à la vérité qui doit être donnée au monde. En parfaite et complète unité avec le ministère de l’évangile, l’œuvre de la réforme de la santé révélera sa puissance donnée par Dieu. Sous l’influence de l’évangile, de grandes réformes seront faites par le travail missionnaire médical. Mais séparez le travail missionnaire médical de l’évangile, et le travail sera paralysé. {CD 75.4}
Lettre 146, 1909
106. Nos sanatoriums et nos églises peuvent atteindre un niveau plus élevé et plus saint. La réforme de la santé doit être enseignée et pratiquée par notre peuple. Le Seigneur appelle à un renouveau des principes de la réforme de la santé. Les adventistes du septième jour ont un travail spécial à faire en tant que messagers pour travailler pour les âmes et les corps des hommes. {CD 76.1}
Christ a dit de son peuple : « Vous êtes la lumière du monde. Nous sommes le peuple dénommé du Seigneur, pour proclamer les vérités d’origine céleste. L’œuvre sacrée la plus solennelle jamais donnée aux mortels est la proclamation des messages du premier, du deuxième et du troisième ange à notre monde. Dans nos grandes villes, il devrait y avoir des instituts de santé pour soigner les malades et enseigner les grands principes de la réforme sanitaire. {CD 76.2}
Un coin entrant
Lettre 203, 1905
107. J’ai été instruit que nous ne devons pas tarder à faire le travail qui doit être fait dans les lignes de réforme de la santé. Par ce travail, nous devons atteindre les âmes sur les routes et les chemins de traverse. {CD 76.3}
[Traité] (1893) CH 535
108. Je peux voir dans la providence du Seigneur que le travail missionnaire médical doit être un grand coin d’entrée, par lequel l’âme malade peut être atteinte. {CD 76.4}
Pour éliminer les préjugés et augmenter l’influence
(1890) CTBH 121, 122
109. Une grande partie des préjugés qui empêchent la vérité du message du troisième ange d’atteindre le cœur des gens, pourraient être éliminés si plus d’attention était accordée à la réforme de la santé. Lorsque les gens s’intéressent à ce sujet, la voie est souvent préparée pour l’entrée d’autres vérités. S’ils voient que nous sommes intelligents en matière de santé, ils seront plus disposés à croire que nous sommes solides dans les doctrines bibliques. {CD 76.5}
Cette branche de l’œuvre du Seigneur n’a pas reçu l’attention qu’elle mérite et, à cause de cette négligence, beaucoup a été perdu. Si l’église manifestait un plus grand intérêt pour les réformes par lesquelles Dieu lui-même cherche à les préparer pour sa venue, leur influence serait bien plus grande qu’elle ne l’est maintenant. Dieu a parlé à son peuple, et il veut qu’il entende et obéisse à sa voix. Bien que la réforme de la santé ne soit pas le message du troisième ange, elle y est étroitement liée. Ceux qui proclament le message devraient également enseigner la réforme de la santé. C’est un sujet que nous devons comprendre, afin d’être préparés pour les événements qui sont proches de nous, et il devrait avoir une place prépondérante. Satan et ses agents cherchent à entraver cette œuvre de réforme et feront tout leur possible pour rendre perplexes et accabler ceux qui s’y engagent de tout leur cœur. Pourtant, personne ne devrait s’en décourager, ou cesser leurs efforts à cause de cela. Le prophète Isaïe parle ainsi d’une caractéristique de Christ : « Il ne faillira ni ne se découragera jusqu’à ce qu’il ait établi un jugement sur la terre. Alors ne laissez pas ses disciples parler d’échec ou de découragement, mais souvenez-vous du prix payé pour sauver l’homme afin qu’il ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. {CD 76.6}
(1909) 9T 112, 113
110. L’œuvre de réforme de la santé est le moyen du Seigneur pour diminuer la souffrance dans notre monde et pour purifier son église. Enseignez aux gens qu’ils peuvent agir comme la main secourable de Dieu, en coopérant avec le Maître Ouvrier pour rétablir la santé physique et spirituelle. Ce travail porte la signature du ciel et ouvrira des portes pour l’entrée d’autres vérités précieuses. Il y a de la place pour tous ceux qui s’empareront intelligemment de ce travail.
[Voir Ministère Médical, Section 2, “Le Plan Divin dans le Travail Missionnaire Médical,” et Section 13, “Le Travail Missionnaire Médical et le Ministère de l’Evangile”] {CD 77.1}
CHAPITRE 4 – La bonne alimentation
PARTIE I – LE RÉGIME ORIGINAL
Choisi par le Créateur
(1905) MH 295, 296
111. Afin de savoir quels sont les meilleurs aliments, nous devons étudier le plan original de Dieu pour le régime alimentaire de l’homme. Celui qui a créé l’homme et qui comprend ses besoins a fait d’Adam sa nourriture. « Voici, dit-il, je vous ai donné toute herbe portant semence. . . . et tout arbre dans lequel se trouve le fruit d’un arbre portant semence; ce sera pour vous votre nourriture. En quittant Eden pour gagner sa vie en labourant la terre sous la malédiction du péché, l’homme a reçu la permission de manger aussi “l’herbe des champs”. {CD 81.1}
Les céréales, les fruits, les noix et les légumes constituent le régime alimentaire choisi pour nous par notre Créateur. Ces aliments, préparés de la manière la plus simple et la plus naturelle possible, sont les plus sains et les plus nourrissants. Ils confèrent une force, une puissance d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas fournies par une alimentation plus complexe et plus stimulante. {CD 81.2}
(1864) Esp. Dons IV, 120
112. Dieu a donné à nos premiers parents la nourriture qu’Il a conçue pour que la race mange. Il était contraire à Son plan de faire prendre la vie à une créature. Il ne devait pas y avoir de mort en Eden. Le fruit des arbres du jardin était la nourriture dont l’homme avait besoin.
[Pour le contexte, voir 639] {CD 81.3}
Un appel au retour
(Écrit en 1890) E. de UT 5, 6
113. Le Seigneur a l’intention de ramener son peuple à vivre de simples fruits, légumes et céréales. . . . Dieu a fourni des fruits dans leur état naturel pour nos premiers parents. {CD 81.4}
(1902) 7T 125, 126
114. Dieu travaille au nom de son peuple. Il ne veut pas qu’ils soient sans ressources. Il les ramène au régime initialement donné à l’homme. Leur régime alimentaire doit consister en des aliments fabriqués à partir des matériaux qu’Il a fournis. Les matières principalement utilisées dans ces aliments seront les fruits, les céréales et les noix, mais diverses racines seront également utilisées. {CD 81.5}
Lettre 3, 1884
115. Maintes et maintes fois, on m’a montré que Dieu ramène son peuple à son dessein originel, c’est-à-dire qu’il ne se nourrit pas de la chair d’animaux morts. Il voudrait que nous enseignions aux gens une meilleure façon. . . . {CD 82.1}
Si la viande est jetée, si le goût n’est pas éduqué dans cette direction, si le goût des fruits et des céréales est encouragé, ce sera bientôt comme Dieu l’a conçu au commencement. Aucune viande ne sera utilisée par Son peuple.
[Israël ramené au régime d’origine–644]
[Le but de Dieu en restreignant le régime alimentaire d’Israël–641, 643, 644] {CD 82.2}
PARTIE II–LE RÉGIME SIMPLE
Une aide à la perception rapide
(1869) 2T 352
116. S’il y a jamais eu un temps où le régime alimentaire devait être le plus simple, c’est maintenant. {CD 82.3}
(1880) 4T 515, 516
117. Dieu veut que les hommes cultivent la force de caractère. Ceux qui ne sont que des serviteurs du temps ne sont pas ceux qui recevront bientôt une riche récompense. Il veut que ceux qui œuvrent pour sa cause soient des hommes au sentiment vif et à la perspicacité rapide. Ils doivent être modérés en mangeant; la nourriture riche et luxueuse ne devrait pas trouver place sur leurs tables ; et quand le cerveau est constamment sollicité et qu’il y a un manque d’exercice physique, ils doivent manger avec parcimonie, même de la nourriture ordinaire. La clarté d’esprit et la fermeté d’esprit de Daniel, sa force intellectuelle dans l’acquisition de connaissances, étaient dues en grande partie à la simplicité de son alimentation, en rapport avec sa vie de prière.
[Régime simple choisi par Daniel–33, 34, 241, 242] {CD 82.4}
(1885) 5T 311
118. Mes chers amis, au lieu de prendre un cours pour déjouer la maladie, vous la caressez et cédez à son pouvoir. Vous devez éviter l’usage de drogues et observer attentivement les lois de la santé. Si vous considérez votre vie, vous devriez manger des aliments simples, préparés de la manière la plus simple, et faire plus d’exercice physique. Chaque membre de la famille a besoin des avantages de la réforme de la santé. Mais la drogue devrait être définitivement abandonnée ; car s’il ne guérit aucune maladie, il affaiblit le système, le rendant plus sensible aux maladies. {CD 82.5}
Sauver beaucoup de souffrance
(1868) 2T 45, 46
119. Vous devez mener à bien la réforme de la santé dans votre vie ; renier toi-même et manger et boire à la gloire de Dieu. Abstenez-vous des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. Vous devez pratiquer la tempérance en toutes choses. Voici une croix que vous avez évitée. Vous limiter à un régime simple, qui vous maintiendra dans le meilleur état de santé, vous incombe. Si vous aviez été à la hauteur de la lumière que le ciel a permise de briller sur votre chemin, bien des souffrances auraient pu être épargnées à votre famille. Votre propre ligne de conduite a apporté le résultat certain. Pendant que vous continuez dans cette voie, Dieu n’entrera pas dans votre famille, et surtout ne vous bénira pas, et ne fera pas de miracle pour sauver votre famille de la souffrance. Un régime simple, exempt d’épices, de viandes et de graisses de toutes sortes, serait une bénédiction pour vous, et épargnerait à votre femme une grande quantité de souffrance, de chagrin et de découragement. . . . {CD 83.1}
INDUCTIONS À LA VIE SIMPLE
Afin de rendre un service parfait à Dieu, vous devez avoir une conception claire de ses exigences. Vous devez utiliser la nourriture la plus simple, préparée de la manière la plus simple, afin que les nerfs fins du cerveau ne soient pas affaiblis, engourdis ou paralysés, vous empêchant de discerner les choses sacrées et d’apprécier l’expiation, le sang purificateur. du Christ, comme d’une valeur inestimable. « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans une course courent tous, mais un seul reçoit le prix ? Courez donc pour obtenir. Et tout homme qui lutte pour la maîtrise est tempéré en toutes choses. Maintenant, ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous sommes incorruptibles. Je cours donc ainsi, pas comme incertitude; combats-moi donc, non comme celui qui bat l’air. Mais je garde sous mon corps, et je le soumets; de peur qu’en aucun cas, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé.
Si les hommes, pour aucun objet plus élevé qu’une couronne ou une couronne périssable en récompense de leur ambition, se sont soumis à la tempérance en toutes choses, combien plus devraient être disposés à pratiquer l’abnégation qui professent rechercher non seulement une couronne de gloire immortelle, mais une vie qui doit durer aussi longtemps que le trône de Jéhovah, et des richesses éternelles, des honneurs impérissables et un poids éternel de gloire. {CD 84.1}
Les incitations présentées devant ceux qui courent dans la race chrétienne ne les amèneront-elles pas à pratiquer l’abnégation et la tempérance en toutes choses, afin qu’ils puissent garder leurs penchants animaux en sujétion, garder sous le corps et contrôler l’appétit et les passions lubriques ? Alors peuvent-ils être participants de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise. {CD 84.2}
La récompense de la persévérance
(1905) MH 298, 299
120. Les personnes qui se sont habituées à un régime riche et hautement stimulant ont un goût contre nature, et elles ne peuvent pas tout de suite savourer une nourriture simple et pure. Il faudra du temps pour que le goût devienne naturel, et pour que l’estomac se remette des abus qu’il a subis. Mais ceux qui persévèrent dans l’utilisation d’aliments sains, après un certain temps, le trouveront agréable au goût. Ses saveurs délicates et délicieuses seront appréciées, et il sera mangé avec plus de plaisir que ne peuvent en tirer des friandises malsaines. Et l’estomac, dans un état sain, ni fiévreux ni surmené, peut facilement remplir sa tâche. {CD 84.3}
Faisons avancer
(1864) Esp. Dons IV, 132
121. Une réforme de l’alimentation serait une économie de frais et de travail. Les besoins d’une famille peuvent être facilement satisfaits par une alimentation simple et saine. Les aliments riches décomposent les organes sains du corps et de l’esprit. {CD 84.4}
Lettre 309, 1905
122. Nous devons tous considérer qu’il ne doit y avoir d’extravagance dans aucune ligne. Il faut se contenter d’aliments purs, simples, préparés de manière simple. Cela devrait être le régime des hauts et des bas. Les substances frelatées sont à éviter. Nous nous préparons pour l’avenir, la vie immortelle dans le royaume des cieux. Nous nous attendons à faire notre travail à la lumière et dans la puissance du grand et puissant Guérisseur. Tous doivent jouer le rôle d’abnégation. {CD 85.1}
Réformateur de la santé, août 1866
123. Beaucoup m’ont demandé : Quel parti dois-je prendre pour préserver ma santé ? Ma réponse est : Cessez de transgresser les lois de votre être ; cessez de satisfaire un appétit dépravé, mangez des aliments simples, habillez-vous sainement, ce qui demandera une modeste simplicité, travaillez sainement, et vous ne serez pas malade. {CD 85.2}
Régime de réunion de camp
(1870) 2T 602, 603
124. Rien ne doit être apporté à la réunion de camp, sauf les articles les plus sains, cuits d’une manière simple, exempts de toutes épices et graisses. {CD 85.3}
Je suis convaincu que personne n’a besoin de se rendre malade en se préparant pour un camp meeting, s’il respecte les lois de la santé dans sa cuisine. S’ils ne font pas de gâteaux ou de tartes, mais cuisinent du pain graham simple et dépendent des fruits, en conserve ou séchés, ils n’ont pas besoin de tomber malades en se préparant pour la réunion, et ils n’ont pas besoin d’être malades pendant la réunion. Personne ne devrait passer toute la réunion sans un repas chaud. Il y a toujours des fourneaux sur le sol, où cela peut être obtenu. {CD 85.4}
Les frères et sœurs ne doivent pas être malades sur le campement. S’ils s’habillent convenablement dans la fraîcheur du matin et du soir, et s’attachent à varier leurs vêtements en fonction des changements de temps, afin de préserver une bonne circulation, et observent strictement la régularité dans le sommeil et dans la consommation d’aliments simples, ne prenant rien entre les repas , ils n’ont pas besoin d’être malades. Ils peuvent être en bonne santé pendant la réunion, leur esprit peut être clair et capable d’apprécier la vérité, et ils peuvent retourner chez eux rafraîchis dans leur corps et leur esprit. Ceux qui ont été astreints à des travaux forcés au jour le jour cessent maintenant leur exercice ; par conséquent, ils ne devraient pas manger leur quantité moyenne de nourriture. S’ils le font, leurs estomacs seront surchargés. {CD 85.5}
Nous souhaitons avoir le cerveau particulièrement vigoureux lors de ces réunions, et dans les conditions les plus saines pour entendre la vérité, l’apprécier et la retenir, afin que tous puissent la pratiquer après leur retour de la réunion. Si l’estomac est surchargé de nourriture, même simple, la force cérébrale est appelée au secours des organes digestifs. Il y a une sensation d’engourdissement sur le cerveau. Il est presque impossible de garder les yeux ouverts. Les vérités mêmes qui devraient être entendues, comprises et pratiquées sont entièrement perdues par indisposition, ou parce que le cerveau est presque paralysé en raison de la quantité de nourriture consommée. {CD 86.1}
Je conseillerais à tous de prendre quelque chose de chaud dans l’estomac, au moins tous les matins. Vous pouvez le faire sans trop de travail. Vous pouvez faire de la bouillie Graham. Si la farine graham est trop grossière, tamisez-la et pendant que le gruau est chaud, ajoutez du lait. Cela fera un plat des plus savoureux et sain pour le terrain de camping. Et si votre pain est sec, émiettez-le dans la bouillie, et il sera apprécié. Je n’approuve pas de manger beaucoup d’aliments froids, pour la raison que la vitalité doit être tirée du système pour réchauffer la nourriture jusqu’à ce qu’elle atteigne la même température que l’estomac avant que le travail de digestion puisse être poursuivi. Un autre plat très simple mais sain est les haricots bouillis ou cuits au four. Diluez-en une portion avec de l’eau, ajoutez du lait ou de la crème et faites un bouillon; le pain peut être utilisé comme dans la bouillie graham.
[Vendre des bonbons, des glaces, etc., sur le terrain de camping–529, 530]
[Cuisine inutile pour préparer le camp meeting–57] {CD 86.2}
Le déjeuner pique-nique
(1867) 1T 514
125. Que plusieurs familles vivant dans une ville ou un village s’unissent et quittent les occupations qui les ont imposées physiquement et mentalement, et fassent une excursion dans la campagne, au bord d’un beau lac, ou dans un beau bosquet, où le paysage de la nature est belle. Ils devraient se procurer une nourriture simple et hygiénique, les meilleurs fruits et céréales, et étendre leur table à l’ombre d’un arbre ou sous la voûte céleste. La chevauchée, l’exercice et le paysage ouvriront l’appétit, et ils pourront profiter d’un repas que les rois pourraient envier.
[Éviter les excès en cuisine–793]
[Conseils aux travailleurs sédentaires–225]
[Simplicité dans l’alimentation du sabbat–56] {CD 86.3}
Lettre 135, 1902
126. Que ceux qui prônent la réforme de la santé s’efforcent sincèrement d’en faire tout ce qu’ils prétendent être. Laissez-les jeter tout ce qui est préjudiciable à la santé. Utilisez des aliments simples et sains. Les fruits sont excellents et économisent beaucoup de cuisson. Jetez les pâtisseries riches, les gâteaux, les desserts et les autres plats préparés pour tenter l’appétit. Mangez moins de types d’aliments en un seul repas et mangez avec action de grâces. {CD 87.1}
Simplicité de divertissement
(1900) 6T 345
127. Le Christ a donné dans sa propre vie une leçon d’hospitalité. Lorsqu’il fut entouré par la multitude affamée au bord de la mer, il ne les envoya pas sans repos dans leurs maisons. Il dit à ses disciples : « Donnez-leur à manger. Matthieu 14:16. Et par un acte de puissance créatrice, Il a fourni de la nourriture en quantité suffisante pour satisfaire leurs besoins. Pourtant, comme la nourriture était simple! Il n’y avait pas de luxe. Celui qui disposait de toutes les ressources du ciel aurait pu offrir au peuple un riche repas. Mais il ne fournissait que ce qui suffisait à leurs besoins, ce qui était la nourriture quotidienne des pêcheurs de la mer. {CD 87.2}
Si les hommes étaient aujourd’hui simples dans leurs habitudes, vivant en harmonie avec les lois de la nature, il y aurait une provision abondante pour tous les besoins de la famille humaine. Il y aurait moins de désirs imaginaires et plus d’opportunités de travailler dans les voies de Dieu. Le Christ n’a pas cherché à attirer les hommes à Lui en satisfaisant le désir du luxe. Le simple repas qu’il fournissait était une assurance non seulement de sa puissance, mais de son amour, de sa tendre sollicitude pour eux dans les besoins communs de la vie. {CD 87.3}
(1865) H. à L., ch. 1, 54, 55
128. Les hommes et les femmes qui professent être des disciples du Christ sont souvent esclaves de la mode et d’un appétit gourmand. Pour préparer les réunions à la mode, le temps et la force, qui devraient être consacrés à des buts plus élevés et plus nobles, sont dépensés pour cuisiner une variété de plats malsains. Parce que c’est la mode, beaucoup de ceux qui sont pauvres et dépendants de leur travail quotidien, seront aux dépens de la préparation de différents types de gâteaux riches, de conserves, de tartes et d’une variété de plats à la mode pour les visiteurs, qui ne nuisent qu’à ceux qui les mangent. ; quand, en même temps, ils ont besoin de la somme ainsi dépensée pour acheter des vêtements pour eux-mêmes et pour les enfants. Ce temps occupé à cuire des aliments pour satisfaire le goût aux dépens de l’estomac doit être consacré à l’instruction morale et religieuse de leurs enfants. {CD 88.1}
La visite à la mode devient une occasion de gourmandise. La nourriture et les boissons nocives sont consommées dans une mesure telle qu’elles sollicitent grandement les organes de la digestion. Les forces vitales sont appelées à agir inutilement pour en disposer, ce qui produit l’épuisement et perturbe grandement la circulation du sang, et, par conséquent, le manque d’énergie vitale se fait sentir dans tout le système. Les bénédictions qui pourraient résulter de visites sociales sont souvent perdues pour la raison que votre animateur, au lieu de profiter de votre conversation, travaille sur la cuisinière, préparant une variété de plats pour vous régaler. Les hommes et les femmes chrétiens ne devraient jamais permettre à leur influence d’approuver un tel cours en mangeant des friandises ainsi préparées. Faites-leur comprendre que votre but en les visitant n’est pas de satisfaire l’appétit, mais que votre association et votre échange de pensées et de sentiments pourraient être une bénédiction mutuelle. La conversation doit être de ce caractère élevé et ennoblissant qui pourrait ensuite être rappelé au souvenir avec des sentiments du plus grand plaisir. {CD 88.2}
(1865) H. à L., ch. 1, 55, 56
129. Ceux qui divertissent les visiteurs devraient avoir une nourriture saine et nutritive, à base de fruits, de céréales et de légumes, préparée d’une manière simple et de bon goût. Une telle cuisine ne demandera que peu de travail ou de dépenses supplémentaires, et, consommée en quantités modérées, ne blessera personne. Si les mondains choisissent de sacrifier du temps, de l’argent et de la santé pour satisfaire l’appétit, qu’ils le fassent et payent la peine de la violation des lois de la santé ; mais les chrétiens doivent prendre leur position à l’égard de ces choses, et exercer leur influence dans la bonne direction. Ils peuvent faire beaucoup pour réformer ces coutumes à la mode, qui détruisent la santé et l’âme.
[Exemple de chrétiens à leur table une aide à ceux qui sont faibles dans la maîtrise de soi–354]
[Les fêtes élaborées sont un fardeau et une blessure–214]
[Effet d’un divertissement élaboré sur ses propres enfants et sa famille–348]
[Péché de suralimentation pour la famille et excès pour les visiteurs–284]
[Un régime simple idéal pour les enfants–349, 356, 357, 360, 365]
[Simplicité dans la préparation des aliments diététiques–399, 400, 401, 402, 403, 404, 405, 407, 410] {CD 88.3}
Prêt pour l’invité inattendu
(1905) MH 322
130. Certains propriétaires occupent la table familiale afin d’offrir des divertissements coûteux aux visiteurs. Ce n’est pas sage. Dans le divertissement des invités, il devrait y avoir une plus grande simplicité. Laissez les besoins de la famille avoir la première attention. {CD 89.1}
L’économie imprudente et les coutumes artificielles empêchent souvent l’exercice de l’hospitalité là où elle est nécessaire et serait une bénédiction. L’approvisionnement régulier en nourriture pour nos tables doit être tel que l’invité inattendu puisse être accueilli sans que la ménagère ne soit obligée de faire des préparatifs supplémentaires.
[Pratique d’EG White – pas de cuisine supplémentaire pour les visiteurs – Annexe 1: 8]
[Nourriture simple servie dans la maison Blanche–Appendice i:1, 13, 14, 15]
[Le menu doit être varié d’un repas à l’autre et préparé avec délicatesse–320] {CD 89.2}
Pensez moins à la nourriture temporelle
Lettre 73, 1896
131. Nous devons constamment méditer sur la parole, la manger, la digérer et, par la pratique, l’assimiler, afin qu’elle soit prise dans le courant de la vie. Celui qui se nourrit quotidiennement du Christ apprendra par son exemple aux autres à moins penser à ce qu’ils mangent, et à ressentir beaucoup plus d’inquiétude pour la nourriture qu’ils donnent à l’âme. {CD 89.3}
Le vrai jeûne qui devrait être recommandé à tous, c’est l’abstinence de toute sorte d’aliments stimulants, et l’usage approprié d’aliments sains et simples, que Dieu a fournis en abondance. Les hommes ont besoin de penser moins à ce qu’ils vont manger et boire, à la nourriture temporelle, et beaucoup plus à la nourriture du ciel, qui donnera du tonus et de la vitalité à toute l’expérience religieuse. {CD 90.1}
Influence réformatrice de la vie simple
(1882) 5T 206
132. Devrions-nous nous habiller en vêtements simples et modestes sans référence aux modes ? faut-il que nos tables soient toujours dressées avec une nourriture simple et saine, en évitant tout luxe, toute extravagance ; si nos maisons étaient construites avec une simplicité convenable et meublées de la même manière, cela montrerait le pouvoir sanctifiant de la vérité et aurait une influence révélatrice sur les incroyants. Mais tandis que nous nous conformons au monde dans ces matières, dans certains cas cherchant apparemment à surpasser les mondains dans des arrangements fantaisistes, la prédication de la vérité n’aura que peu ou pas d’effet. Qui croira la vérité solennelle pour ce temps, quand ceux qui professent déjà y croire contredisent leur foi par leurs œuvres ? Ce n’est pas Dieu qui nous a fermé les écluses du ciel, mais c’est notre propre conformité aux us et coutumes du monde. {CD 90.2}
(1905) MH 47
133. C’est par un miracle de la puissance divine que Christ a nourri la multitude ; pourtant combien humble était le prix fourni, – seulement les poissons et les pains d’orge qui étaient le prix quotidien des pêcheurs de Galilée. {CD 90.3}
Le Christ aurait pu offrir au peuple un riche repas, mais la nourriture préparée simplement pour la satisfaction de l’appétit n’aurait donné aucune leçon pour leur bien. Par ce miracle, le Christ a voulu donner une leçon de simplicité. Si les hommes d’aujourd’hui étaient simples dans leurs habitudes, vivant en harmonie avec les lois de la nature, comme l’ont fait Adam et Eve au début, il y aurait une provision abondante pour les besoins de la famille humaine. Mais l’égoïsme et l’indulgence de l’appétit ont amené le péché et la misère, par excès d’une part, et par manque de l’autre. {CD 90.4}
(1875) 3T 401
134. Si les chrétiens de profession utilisaient moins de leur richesse pour orner leur corps et embellir leurs propres maisons, et consommaient moins de luxes extravagants et destructeurs de santé sur leurs tables, ils pourraient placer des sommes beaucoup plus importantes dans le trésor de Dieu. Ils imiteraient ainsi leur Rédempteur, qui a quitté le ciel, ses richesses et sa gloire, et s’est fait pauvre à cause de nous, afin que nous ayons des richesses éternelles. {CD 91.1}
PARTIE III – UNE ALIMENTATION ADÉQUATE
Pas une question d’indifférence
[CTBH 49, 50] (1890) CH 118
135. Parce qu’il est mal de manger simplement pour satisfaire un goût perverti, il ne s’ensuit pas que nous soyons indifférents à notre nourriture. C’est une question de la plus haute importance. Personne ne devrait adopter un régime appauvri. Beaucoup sont affaiblis par la maladie et ont besoin d’aliments nourrissants et bien cuits. Les réformateurs de la santé, par-dessus tout, devraient veiller à éviter les extrêmes. Le corps doit être suffisamment nourri. Le Dieu qui donne le sommeil à ses bien-aimés leur a également fourni une nourriture appropriée pour maintenir le système physique dans un état sain. {CD 91.2}
(1905) MH 271
136. Pour avoir une bonne santé, il faut avoir du bon sang ; car le sang est le courant de la vie. Il répare les déchets, et nourrit l’organisme. Lorsqu’il est fourni avec les éléments alimentaires appropriés et lorsqu’il est nettoyé et revitalisé par le contact avec de l’air pur, il apporte vie et vigueur à chaque partie du système. Plus la circulation sera parfaite, mieux ce travail sera accompli.
[Relation entre une alimentation adéquate et la santé mentale–314]
[Relation entre une alimentation adéquate et une solide expérience spirituelle–324, par. 4] {CD 91.3}
La provision abondante de Dieu
[CTBH 47] (1890) CH 114, 115
137. Dieu a fourni à l’homme des moyens abondants pour la satisfaction d’un appétit non perverti. Il a répandu devant lui les produits de la terre, une abondante variété d’aliments agréables au goût et nutritifs pour le système. De ceux-ci, notre Père céleste bienveillant dit que nous pouvons manger librement. Fruits, céréales et légumes, préparés de manière simple, exempts d’épices et de graisses de toutes sortes, constituent, avec du lait ou de la crème, l’alimentation la plus saine. Ils nourrissent le corps et donnent une force d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas produites par un régime stimulant. {CD 92.1}
MS 27, 1906
138. Dans les céréales, les fruits, les légumes et les noix se trouvent tous les éléments alimentaires dont nous avons besoin. Si nous venons au Seigneur avec simplicité d’esprit, Il nous apprendra comment préparer une nourriture saine exempte de la souillure de la viande. {CD 92.2}
Une alimentation pauvre discrédite la réforme de la santé
Lettre 135, 1902
139. Certains de nos gens s’abstiennent consciencieusement de manger des aliments inappropriés, et en même temps négligent de manger les aliments qui fourniraient les éléments nécessaires à la bonne subsistance du corps. Ne témoignons jamais contre la réforme de la santé en omettant d’utiliser des aliments sains et agréables au goût à la place des articles diététiques nocifs que nous avons jetés. Beaucoup de tact et de discrétion doivent être employés dans la préparation d’aliments nourrissants pour remplacer ceux qui ont constitué le régime alimentaire de nombreuses familles. Cet effort exige la foi en Dieu, un objectif sérieux et une volonté de s’entraider. Une alimentation dépourvue des éléments nutritifs appropriés jette le blâme sur la cause de la réforme sanitaire. Nous sommes mortels et devons nous fournir de la nourriture qui fournira une nourriture appropriée au corps.
[Une alimentation pauvre non recommandée–315, 317, 318, 388]
[Une alimentation appauvrie le résultat d’opinions extrêmes–316]
[Se prémunir contre une alimentation appauvrie lors de l’élimination de la viande de chair–320, 816]
[Expérience spirituelle non approfondie par une alimentation pauvre–323]
[Exemple de membres d’une famille périssant faute d’une nourriture simple et nourrissante–329] {CD 92.3}
[CTBH 58] (1890) CH 155, 156
140. Étudiez vos habitudes alimentaires. Étudiez la cause à effet, mais ne portez pas de faux témoignage contre la réforme de la santé en poursuivant par ignorance une voie qui milite contre elle. Ne négligez pas ou n’abusez pas du corps, et ne le rendez pas ainsi apte à rendre à Dieu le service qui lui est dû. À ma connaissance, certains des travailleurs les plus utiles à notre cause sont morts à cause d’une telle négligence. Prendre soin du corps en lui fournissant une nourriture savoureuse et fortifiante est l’un des premiers devoirs du maître de maison. Mieux vaut de loin avoir des vêtements et des meubles moins chers, que de lésiner sur la fourniture des articles nécessaires à la table. {CD 93.1}
Ajuster le régime aux besoins individuels
(1902) 7T 133, 134
141. Dans l’utilisation des aliments, nous devons faire preuve de bon sens et de bon sens. Lorsque nous constatons qu’un certain aliment ne nous convient pas, nous n’avons pas besoin d’écrire des lettres d’enquête pour connaître la cause de la perturbation. Changez le régime alimentaire; utilisez moins de certains aliments; essayez d’autres préparations. Bientôt nous connaîtrons l’effet que certaines combinaisons ont sur nous. En tant qu’êtres humains intelligents, étudions individuellement les principes et utilisons notre expérience et notre jugement pour décider quels aliments nous conviennent le mieux.
[Tous ne peuvent pas subsister avec le même régime–322] {CD 93.2}
(1905) MH297
142. Dieu nous a donné une grande variété d’aliments sains, et chacun doit y choisir les choses que l’expérience et le bon jugement s’avèrent être les mieux adaptées à ses propres besoins. {CD 93.3}
L’abondante provision de fruits, de noix et de grains de la nature est abondante, et d’année en année, les produits de toutes les terres sont plus généralement distribués à tous, grâce aux facilités accrues de transport. De ce fait, de nombreux produits alimentaires qui, il y a quelques années, étaient considérés comme des produits de luxe onéreux, sont désormais à la portée de tous en tant qu’aliments de tous les jours. C’est notamment le cas des fruits secs et en conserve.
[Ne pas limiter son alimentation en prévision d’un moment de trouble–323]
[Variété et finesse dans la préparation–320]
[Une alimentation adéquate dans nos sanatoriums–426, 427, 428, 429, 430]
[Pas de régime appauvri dans la maison blanche–Appendice 1:8, 17] {CD 93.4}
PARTIE IV–ALIMENTATION DANS DIFFÉRENTS PAYS
Adapté à la saison et au climat
Lettre 14, 1901
143. Les aliments utilisés doivent correspondre au climat. Certains aliments adaptés à un pays ne conviendraient pas du tout à un autre endroit. {CD 94.1}
(1905) MH 296, 297
144. Tous les aliments sains en eux-mêmes ne sont pas également adaptés à nos besoins en toutes circonstances. Il faut être prudent dans le choix des aliments. Notre alimentation doit être adaptée à la saison, au climat dans lequel nous vivons et à l’occupation que nous exerçons. Certains aliments adaptés à une saison ou à un climat ne conviennent pas à un autre. Il existe donc différents aliments les mieux adaptés aux personnes exerçant différentes professions. Souvent, les aliments qui peuvent être utilisés avec profit par ceux qui sont engagés dans un travail physique pénible ne conviennent pas aux personnes sédentaires ou à l’application mentale intense. Dieu nous a donné une grande variété d’aliments sains, et chacun devrait y choisir les choses que l’expérience et le bon jugement s’avèrent être les mieux adaptées à ses propres besoins. {CD 94.2}
Des aliments nourrissants trouvés dans tous les pays
Lettre 135, 1902
145. Faisons des progrès intelligents en simplifiant notre alimentation. Dans la providence de Dieu, chaque pays produit des denrées alimentaires contenant la nourriture nécessaire à l’édification du système. Ceux-ci peuvent être transformés en plats sains et appétissants. {CD 94.3}
(1905) MH 299
146. Si nous planifions avec sagesse, ce qui est le plus propice à la santé peut être assuré dans presque tous les pays. Les diverses préparations de riz, de blé, de maïs et d’avoine sont expédiées partout, ainsi que les haricots, les pois et les lentilles. Ceux-ci, avec des fruits indigènes ou importés, et la variété de légumes qui poussent dans chaque localité, permettent de choisir un régime alimentaire complet sans l’utilisation de viandes…. Partout où les fruits secs, tels que les raisins secs, les pruneaux, les pommes, les poires, les pêches et les abricots, sont disponibles à des prix modérés, on constatera qu’ils peuvent être utilisés comme aliments de base beaucoup plus librement que d’habitude, avec les meilleurs résultats. à la santé et à la vigueur de toutes les classes de travailleurs. {CD 94.4}
Une suggestion pour les tropiques
Lettre 91, 1898
147. Dans les climats chauds et chauds, il devrait être donné à l’ouvrier, dans quelque métier qu’il ait à faire, moins de travail que dans un climat plus tonique. Le Seigneur se souvient que nous ne sommes que poussière. . . . {CD 95.1}
Moins on introduit de sucre dans l’aliment lors de sa préparation, moins on éprouve de difficultés à cause de la chaleur du climat. {CD 95.2}
Tact nécessaire dans l’enseignement de la réforme de la santé
Lettre 37, 1901
148. Afin de faire notre travail en lignes droites et simples, nous devons reconnaître les conditions auxquelles la famille humaine est soumise. Dieu a pris des dispositions pour ceux qui vivent dans les différents pays du monde. Ceux qui désirent être des collaborateurs de Dieu doivent réfléchir attentivement à la façon dont ils enseignent la réforme de la santé dans la grande vigne de Dieu. Ils doivent se déplacer avec soin en spécifiant exactement quels aliments doivent et ne doivent pas être consommés. Le messager humain doit s’unir à l’Aide divine pour présenter le message de miséricorde aux multitudes que Dieu veut sauver.
[Pour le contexte, voir 324]
[Soins particuliers nécessaires dans les nouveaux pays et les districts pauvres concernant la viande, le lait et les œufs–324] {CD 95.3}
(1909) 9T 159
149. Nous ne marquons aucune ligne précise à suivre dans l’alimentation ; mais nous disons que dans les pays où il y a des fruits, des céréales et des noix en abondance, la nourriture carnée n’est pas la bonne nourriture pour le peuple de Dieu. {CD 95.4}
(1902) 7T 126
150. Le Seigneur désire que ceux qui vivent dans des pays où l’on peut se procurer des fruits frais pendant une grande partie de l’année, s’éveillent à la bénédiction qu’ils ont dans ce fruit. Plus nous dépendons du fruit frais tel qu’il est cueilli de l’arbre, plus grande sera la bénédiction.
[Pour le contexte, voir 397] {CD 96.1}
Une assurance de conseils divins
(1902) 7T 124, 125
151. Le Seigneur enseignera à beaucoup dans toutes les parties du monde à combiner des fruits, des céréales et des légumes dans des aliments qui maintiendront la vie et n’apporteront pas de maladie. Ceux qui n’ont jamais vu les recettes pour fabriquer les aliments sains actuellement sur le marché, travailleront intelligemment, expérimentant les productions alimentaires de la terre, et seront éclairés sur l’utilisation de ces productions. Le Seigneur leur montrera quoi faire. Celui qui donne de l’habileté et de la compréhension à son peuple dans une partie du monde donnera de l’habileté et de la compréhension à son peuple dans d’autres parties du monde. C’est Son dessein que les trésors alimentaires de chaque pays soient préparés de manière à pouvoir être utilisés dans les pays pour lesquels ils sont adaptés. Comme Dieu a donné la manne du ciel pour nourrir les enfants d’Israël, ainsi Il va maintenant donner à Son peuple dans différents endroits l’habileté et la sagesse d’utiliser les productions de ces pays dans la préparation d’aliments pour remplacer la viande. {CD 96.2}
(1902) 7T 133
152. C’est le dessein du Seigneur qu’en tout lieu les hommes et les femmes soient encouragés à développer leurs talents en préparant des aliments sains à partir des produits naturels de leur propre section du pays. S’ils se tournent vers Dieu, exerçant leurs compétences et leur ingéniosité sous la direction de son Esprit, ils apprendront comment transformer des produits naturels en aliments sains. Ainsi pourront-ils apprendre aux pauvres à se procurer des aliments qui remplaceront les viandes. Ceux qui sont ainsi aidés peuvent à leur tour instruire les autres. Un tel travail sera encore fait avec un zèle et une énergie consacrés. Si cela avait été fait auparavant, il y aurait aujourd’hui beaucoup plus de gens dans la vérité, et beaucoup plus qui pourraient donner des instructions. Apprenons quel est notre devoir, puis faisons-le. Nous ne devons pas être dépendants et impuissants,
[Voir aussi 401, 407] {CD 96.3}
CHAPITRE 5 – Physiologie de la digestion
La récompense du respect des lois de la nature
Lettre 274, 1908
153. Le respect accordé au traitement approprié de l’estomac sera récompensé par la clarté de pensée et la force d’esprit. Vos organes digestifs ne seront pas prématurément usés pour témoigner contre vous. Nous devons montrer que nous apprécions notre intelligence donnée par Dieu en mangeant, en étudiant et en travaillant avec sagesse. Un devoir sacré nous incombe de maintenir le corps dans un état tel que nous ayons une haleine douce et propre. Nous devons apprécier la lumière que Dieu a donnée sur la réforme de la santé, par la parole et la pratique reflétant une lumière claire pour les autres sur ce sujet. {CD 101.1}
Effets physiques de la suralimentation
(1870) 2T 364
154. Quelle influence la suralimentation a-t-elle sur l’estomac ? Il s’affaiblit, les organes digestifs s’affaiblissent et la maladie, avec tout son cortège de maux, en résulte. Si des personnes étaient malades auparavant, elles accroissent ainsi les difficultés sur elles et diminuent leur vitalité chaque jour qu’elles vivent. Ils font appel à leurs pouvoirs vitaux en actions inutiles pour prendre soin de la nourriture qu’ils placent dans leur estomac. {CD 101.2}
Lettre 73a, 1896
155. Souvent cette intempérance se fait sentir à la fois sous forme de maux de tête, d’indigestion et de coliques. Une charge a été placée sur l’estomac dont il ne peut pas s’occuper, et un sentiment d’oppression vient. La tête est confuse, l’estomac est en rébellion. Mais ces résultats ne suivent pas toujours une suralimentation. Dans certains cas, l’estomac est paralysé. Aucune sensation de douleur n’est ressentie, mais les organes digestifs perdent leur force vitale. Le fondement de la machinerie humaine est peu à peu miné et la vie est rendue très désagréable. {CD 101.3}
Lettre 142, 1900
156. Je vous conseille de faire un régime sobre. Assurez-vous qu’en tant que sentinelle chrétienne rationnelle, vous gardez la porte de votre estomac, ne laissant rien passer de vos lèvres qui soit un ennemi de votre santé et de votre vie. Dieu vous tient responsable d’obéir à la lumière qu’il vous a donnée sur la réforme de la santé. L’afflux de sang à la tête doit être surmonté. Il y a de gros vaisseaux sanguins dans les membres dans le but de distribuer le courant vital à toutes les parties du corps. Le feu que vous allumez dans votre estomac fait de votre cerveau une fournaise chauffée. Mangez beaucoup plus avec parcimonie et mangez des aliments simples, qui ne nécessitent pas d’assaisonnement lourd. Vos passions animales doivent être affamées, pas choyées et nourries. La congestion du sang dans le cerveau renforce les instincts animaux et affaiblit les pouvoirs spirituels. . . . {CD 102.1}
Ce qu’il vous faut, c’est moins de nourriture temporelle et beaucoup plus de nourriture spirituelle, plus de pain de vie. Plus votre alimentation sera simple, mieux ce sera pour vous. {CD 102.2}
Obstrue la machinerie
(1870) 2T 412, 413
157. Mon frère, tu as beaucoup à apprendre. Vous vous laissez aller à votre appétit en mangeant plus de nourriture que votre système ne peut convertir en bon sang. C’est un péché d’être intempérant dans la quantité de nourriture consommée, même si la qualité est irréprochable. Beaucoup pensent que s’ils ne mangent pas de viande et les aliments les plus grossiers, ils peuvent manger des aliments simples jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus manger. C’est une erreur. De nombreux réformateurs de la santé professés ne sont rien de moins que des gloutons. Ils font peser sur les organes digestifs un si grand fardeau que la vitalité du système s’épuise dans l’effort pour s’en débarrasser. Il a aussi une influence déprimante sur l’intellect ; car la puissance nerveuse du cerveau est sollicitée pour assister l’estomac dans son travail. Trop manger, même de la nourriture la plus simple, engourdit les nerfs sensitifs du cerveau et affaiblit sa vitalité. Trop manger a un effet pire sur le système que le surmenage ; les énergies de l’âme sont plus efficacement anéanties par une alimentation intempérante que par un travail intempérant. {CD 102.3}
Les organes digestifs ne doivent jamais être surchargés d’une quantité ou d’une qualité d’aliments qu’il serait difficile pour l’organisme de s’approprier. Tout ce qui est pris dans l’estomac, au-delà de ce que le système peut utiliser pour se convertir en bon sang, obstrue la machinerie ; car il ne peut être transformé ni en chair ni en sang, et sa présence alourdit le foie et produit un état morbide du système. L’estomac est surmené dans ses efforts pour s’en débarrasser, puis il y a un sentiment de langueur, qui est interprété comme signifiant la faim, et sans laisser aux organes digestifs le temps de se reposer de leur dur labeur, de recruter leurs énergies, une autre quantité immodérée. est pris dans l’estomac, pour remettre en marche la machinerie fatiguée. Le système est moins nourri par une trop grande quantité de nourriture, même de bonne qualité, qu’à partir d’une quantité modérée prise à des périodes régulières. {DC 103.1}
DIGESTION AIDÉE PAR UN EXERCICE MODÉRÉ
Mon frère, ton cerveau est engourdi. Un homme qui dispose de la quantité de nourriture que vous faites, devrait être un travailleur. L’exercice est important pour la digestion et pour un état sain du corps et de l’esprit. Vous avez besoin d’exercice physique. Vous bougez et agissez comme si vous étiez en bois, comme si vous n’aviez aucune élasticité. L’exercice sain et actif est ce dont vous avez besoin. Cela revigorera l’esprit. Ni les études ni les exercices violents ne doivent être pratiqués immédiatement après un repas complet ; ce serait une violation des lois du système. Immédiatement après avoir mangé, il y a un fort courant d’air sur l’énergie nerveuse. La force cérébrale est appelée dans un exercice actif pour aider l’estomac; par conséquent, lorsque l’esprit ou le corps est fortement sollicité après avoir mangé, le processus de digestion est entravé. La vitalité du système, nécessaire pour poursuivre le travail dans un seul sens, est appelé et mis au travail dans un autre. {CD 103.2}
(1890) CTBH 101
158. L’exercice aide le dyspeptique en donnant aux organes digestifs un tonus sain. S’engager dans une étude approfondie ou un exercice violent immédiatement après avoir mangé entrave le processus digestif; car la vitalité du système, qui est nécessaire pour continuer le travail de la digestion, est appelée vers d’autres parties. Mais une courte marche après un repas, la tête droite et les épaules en arrière, en faisant de l’exercice modérément, est un grand bienfait. L’esprit est détourné de soi vers les beautés de la nature. Moins l’attention est attirée sur l’estomac, mieux c’est. Si vous craignez constamment que votre nourriture vous fasse du mal, ce sera certainement le cas. Oubliez vos problèmes; pensez à quelque chose de joyeux.
[La suralimentation provoque un flux sanguin excessif vers le cerveau–276]
[Exercice particulièrement nécessaire pour ceux qui ont un tempérament lent–225]
[Sommeil perturbé résultant de soupers tardifs–270]
[La cause de cette sensation de faiblesse–213, 218, 245, 269, 270, 561, 705, 707]
[L’indulgence affaiblit les organes digestifs et diminue le pouvoir d’assimilation–202]
[L’estomac a besoin de repos tranquille–267] {CD 103.3}
Aidé par Pure Air
(1868) 1T 702
159. L’influence de l’air pur et frais est de faire circuler le sang sainement à travers le système. Il rafraîchit le corps et tend à le rendre fort et sain, tandis qu’en même temps son influence se fait nettement sentir sur l’esprit, lui donnant un degré de calme et de sérénité. Il excite l’appétit, rend la digestion des aliments plus parfaite et induit un sommeil profond et doux. {DC 104.1}
(1905) MH 272, 273
160. Les poumons devraient avoir la plus grande liberté possible. Leur capacité se développe par l’action libre ; il diminue s’ils sont à l’étroit et comprimés. D’où les méfaits de l’habitude si courante, surtout dans les activités sédentaires, de se baisser à son travail. Dans cette position, il est impossible de respirer profondément. La respiration superficielle devient vite une habitude et les poumons perdent leur pouvoir de dilatation. Un effet similaire est produit par un laçage serré. . . . {DC 104.2}
Ainsi, une alimentation insuffisante en oxygène est reçue. Le sang se déplace lentement. Les déchets, les matières toxiques, qui devraient être rejetées dans les exhalaisons des poumons, sont retenus et le sang devient impur. Non seulement les poumons, mais l’estomac, le foie et le cerveau sont touchés. La peau devient jaunâtre, la digestion est retardée ; le cœur est déprimé; le cerveau est obscurci; les pensées sont confuses ; l’obscurité s’installe sur les esprits; tout le système devient déprimé et inactif, et particulièrement sensible aux maladies. {CD 104.3}
Gêné par le régime liquide
(1872) 3T 74
161. Si votre santé physique n’avait pas été altérée, vous auriez fait une femme éminemment utile. Vous avez longtemps été malade, et cela a affecté votre imagination de sorte que vos pensées se sont concentrées sur vous-même, et l’imagination a affecté le corps. Vos habitudes n’ont pas été bonnes à bien des égards. Votre nourriture n’a pas été de la bonne quantité ou de la bonne qualité. Vous avez mangé trop abondamment, et d’une nourriture de mauvaise qualité, qui n’a pu être convertie en bon sang. Vous avez éduqué l’estomac à ce genre de régime. Ceci, votre jugement vous l’a appris, était le meilleur, parce que vous en avez réalisé la moindre perturbation. Mais ce n’était pas une expérience correcte. Votre estomac ne recevait pas cette vigueur qu’il devrait recevoir de votre nourriture. Pris à l’état liquide, votre nourriture ne donnerait pas de vigueur ou de tonus sain au système. Mais lorsque vous changez cette habitude et que vous mangez plus de solides et moins de liquides, votre estomac se sentira dérangé. Malgré cela, vous ne devriez pas céder le point; vous devez éduquer votre estomac à supporter une alimentation plus solide. {DC 105.1}
Lettre 9, 1887
162. Je leur ai dit que la préparation de leur nourriture était mauvaise, et que vivre principalement de soupes, de café et de pain n’était pas une réforme sanitaire ; que tant de liquide pris dans l’estomac n’était pas sain, et que tous ceux qui subsistaient d’un tel régime mettaient un grand impôt sur les reins, et que tant de substance aqueuse affaiblissait l’estomac. {DC 105.2}
J’étais profondément convaincu que beaucoup dans l’établissement souffraient d’indigestion à cause de la consommation de ce genre de nourriture. Les organes digestifs étaient affaiblis et le sang appauvri. Leur petit-déjeuner était composé de café et de pain avec l’ajout de sauce aux pruneaux. Ce n’était pas sain. L’estomac, après le repos et le sommeil, supportait mieux un repas substantiel que lorsqu’il était fatigué par le travail. Ensuite, le repas de midi était généralement de la soupe, parfois de la viande. L’estomac est petit, mais l’appétit, insatisfait, participe en grande partie à cette nourriture liquide ; donc c’est chargé.
[Les fruits apaiseront l’irritation qui demande tant de boisson aux repas–475] {CD 105.3}
Aliments chauds, mais pas chauds
(1870) 2T 603
163. Je conseillerais à tous de prendre quelque chose de chaud dans l’estomac, au moins tous les matins. Vous pouvez le faire sans trop de travail. {DC 106.1}
Lettre 14, 1901
164. Les boissons chaudes ne sont pas obligatoires, sauf comme médicament. L’estomac est fortement blessé par une grande quantité d’aliments chauds et de boissons chaudes. Ainsi la gorge et les organes digestifs, et par eux les autres organes du corps, sont affaiblis. {CD 106.2}
Force vitale épuisée par la nourriture froide
(1905) MH 305
165. Les aliments ne doivent pas être consommés très chauds ou très froids. Si les aliments sont froids, la force vitale de l’estomac est sollicitée pour les réchauffer avant que la digestion puisse avoir lieu. Les boissons froides sont nocives pour la même raison ; tandis que l’utilisation gratuite de boissons chaudes est débilitante.
[Vitalité sollicitée pour réchauffer beaucoup d’aliments froids dans l’estomac–124] {CD 106.3}
[CTBH 51] (1890) CH 119, 120
166. Beaucoup font l’erreur de boire de l’eau froide avec leurs repas. Les aliments ne doivent pas être lavés. Prise avec les repas, l’eau diminue le flux de salive ; et plus l’eau est froide, plus la blessure à l’estomac est importante. L’eau glacée ou la limonade glacée, prise avec les repas, arrêtera la digestion jusqu’à ce que le système ait communiqué suffisamment de chaleur à l’estomac pour lui permettre de reprendre son travail. Mastiquez lentement et laissez la salive se mêler à la nourriture. {CD 106.4}
Plus il y a de liquide dans l’estomac avec les repas, plus la nourriture est difficile à digérer ; car le liquide doit d’abord être absorbé.
[Boire de l’eau aux repas–731] {CD 106.5}
Une mise en garde pour les personnes occupées
Lettre 274, 1908.
167. Je suis chargé de dire aux travailleurs de nos sanatoriums et aux enseignants et étudiants de nos écoles qu’il est nécessaire de se garder de l’appétit. Il y a danger de devenir laxiste à cet égard, et de laisser nos soucis et responsabilités individuels absorber tellement notre temps que nous ne prendrons pas le temps de manger comme nous le devrions. Mon message pour vous est : Prenez le temps de manger et ne vous entassez pas dans l’estomac d’une grande variété d’aliments en un seul repas. Consommer à la hâte plusieurs sortes d’aliments lors d’un repas est une grave erreur. {DC 107.1}
Mangez lentement, mastiquez bien
[CTBH 51, 52] (1890) CH 120
168. Afin d’assurer une digestion saine, les aliments doivent être consommés lentement. Ceux qui veulent éviter la dyspepsie et ceux qui se rendent compte de leur obligation de maintenir toutes leurs forces dans un état qui leur permette de rendre le meilleur service à Dieu feront bien de s’en souvenir. Si votre temps pour manger est limité, ne boulonnez pas votre nourriture, mais mangez moins et mastiquez lentement. Le bénéfice tiré de la nourriture ne dépend pas tant de la quantité consommée que de sa digestion complète ; ni la satisfaction du goût tant sur la quantité de nourriture avalée que sur la durée de son séjour dans la bouche. Ceux qui sont excités, anxieux ou pressés feraient bien de ne pas manger avant d’avoir trouvé du repos ou du soulagement ; car les forces vitales, déjà fortement sollicitées, ne peuvent fournir les fluides digestifs nécessaires. {CD 107.2}
(1905) MH 305
169. Les aliments doivent être consommés lentement et bien mastiqués. Cela est nécessaire pour que la salive puisse être correctement mélangée à la nourriture et que les fluides digestifs soient mis en action. {CD 107.3}
Une leçon à répéter
Lettre 27, 1905
170. Si nous voulons travailler pour la restauration de la santé, il est nécessaire de restreindre l’appétit, de manger lentement, et seulement une variété limitée à un repas. Cette instruction doit être répétée fréquemment. Il n’est pas en harmonie avec les principes de la réforme de la santé d’avoir autant de plats différents au même repas. {CD 107.4}
MS 3, 1897
171. Lorsque l’on passe d’un régime à base de viande à un régime végétarien, il faut prendre grand soin de fournir à la table des aliments judicieusement préparés et bien cuits. Manger autant de bouillie est une erreur. La nourriture sèche qui nécessite une mastication est de loin préférable. Les préparations diététiques sont une bénédiction à cet égard. Un bon pain brun et des petits pains, préparés de manière simple mais avec un effort minutieux, seront sains. Le pain ne doit jamais avoir la moindre trace d’acidité. Il doit être cuit jusqu’à ce qu’il soit le plus complètement fait. Ainsi tout mou et collant sera évité. {CD 108.1}
Pour ceux qui peuvent les utiliser, de bons légumes, préparés de manière saine, valent mieux que des bouillies molles ou du porridge. Les fruits utilisés avec du pain bien cuit de deux ou trois jours seront plus sains que du pain frais. Ceci, avec une mastication lente et complète, fournira tout ce dont le système a besoin. {CD 108.2}
R. &. H., 8 mai 1883
172. Pour faire des petits pains, utilisez de l’eau douce et du lait, ou un peu de crème ; faire une pâte ferme, et la pétrir comme pour des crackers. Cuire sur la grille du four. Ceux-ci sont doux et délicieux. Ils nécessitent une mastication approfondie, ce qui est bénéfique à la fois pour les dents et pour l’estomac. Ils font du bon sang et donnent de la force. {CD 108.3}
Évitez l’anxiété excessive
Lettre 142, 1900
173. Il est impossible de prescrire en poids la quantité de nourriture qui doit être consommée. Il n’est pas conseillé de suivre ce processus, car ce faisant, l’esprit devient égocentrique. Manger et boire deviennent tout à fait trop une question de pensée. . . . Nombreux sont ceux qui ont porté une lourde responsabilité quant à la quantité et à la qualité des aliments les mieux adaptés pour nourrir le système. Certains, surtout les dyspeptiques, se sont tellement inquiétés de leur menu qu’ils n’ont pas pris suffisamment de nourriture pour nourrir l’organisme. Ils ont fait beaucoup de mal à la maison dans laquelle ils vivent, et nous craignons qu’ils se soient gâtés pour cette vie. {CD 108.4}
(1905) MH 321
174. Certains craignent continuellement que leur nourriture, aussi simple et saine soit-elle, ne leur nuise. A ceux-là, permettez-moi de dire : Ne pensez pas que votre nourriture vous nuira ; n’y pense pas du tout. Mangez selon votre meilleur jugement; et quand vous avez demandé au Seigneur de bénir la nourriture pour fortifier votre corps, croyez qu’il entend votre prière, et reposez-vous.
[Extremes en prescrivant le nombre exact et la quantité d’aliments–317] {CD 109.1}
(1905) MH 306
175. Un autre mal grave est de manger à des heures indues, comme après un exercice violent ou excessif, quand on est très épuisé ou échauffé. Immédiatement après avoir mangé, il y a un fort courant d’air sur les énergies nerveuses ; et lorsque l’esprit ou le corps est fortement sollicité juste avant ou juste après avoir mangé, la digestion est entravée. Quand on est excité, anxieux ou pressé, il vaut mieux ne pas manger avant d’avoir trouvé le repos ou le soulagement. {CD 109.2}
L’estomac est étroitement lié au cerveau; et quand l’estomac est malade, la puissance nerveuse est appelée du cerveau au secours des organes digestifs affaiblis. Lorsque ces demandes sont trop fréquentes, le cerveau se congestionne. Lorsque le cerveau est constamment sollicité et qu’il y a un manque d’exercice physique, même la nourriture ordinaire doit être consommée avec parcimonie. A l’heure du repas, rejetez les soucis et les pensées anxieuses ; ne vous pressez pas, mais mangez lentement et avec gaieté, le cœur rempli de gratitude envers Dieu pour toutes ses bénédictions. {CD 109.3}
Combinaison d’aliments
Lettre 213, 1902
176. La connaissance des bonnes combinaisons alimentaires est d’une grande valeur et doit être reçue comme sagesse de Dieu. {CD 109.4}
R. & H., 29 juillet 1884
177. N’ayez pas une trop grande variété à un repas ; trois ou quatre plats suffisent. Au prochain repas, vous pouvez avoir un changement. La cuisinière doit mettre à l’épreuve ses facultés inventives pour varier les plats qu’elle prépare pour la table, et l’estomac ne doit pas être contraint de prendre les mêmes types d’aliments repas après repas. {CD 109.5}
(1868) 2T 63
178. Il ne devrait pas y avoir plusieurs sortes à un même repas, mais tous les repas ne devraient pas être composés des mêmes sortes d’aliments sans variation. La nourriture doit être préparée avec simplicité, mais avec une délicatesse qui invitera l’appétit. {CD 110.1}
Lettre 73a, 1896
179. Il vaudrait bien mieux ne manger que deux ou trois types d’aliments différents par repas plutôt que de charger l’estomac de nombreuses variétés. {CD 110.2}
MS 86, 1897
180. Beaucoup sont rendus malades par l’indulgence de leur appétit. . . . Tant de variétés sont introduites dans l’estomac qu’il en résulte une fermentation. Cette condition entraîne une maladie aiguë et la mort s’ensuit fréquemment. {CD 110.3}
Lettre 54, 1896
181. La variété des aliments d’un même repas cause des désagréments et détruit le bien que chaque article, pris isolément, ferait au système. Cette pratique cause des souffrances constantes et souvent la mort. {CD 110.4}
Lettre 73a, 1896
182. Si votre travail est sédentaire, faites de l’exercice tous les jours, et à chaque repas ne mangez que deux ou trois sortes d’aliments simples, n’en prenant pas plus qu’il n’en suffira pour satisfaire les exigences de la faim.
[Autres suggestions aux travailleurs sédentaires–225] {CD 110.5}
(1902) 7T 257
183. La perturbation est créée par de mauvaises combinaisons d’aliments ; la fermentation s’installe ; le sang est contaminé et le cerveau confus. {CD 110.6}
L’habitude de trop manger, ou de manger trop de types d’aliments en un seul repas, provoque fréquemment la dyspepsie. Des lésions graves sont ainsi infligées aux organes digestifs délicats. En vain l’estomac proteste et fait appel au cerveau pour raisonner de cause à effet. La quantité excessive de nourriture consommée, ou la mauvaise combinaison, fait son travail nuisible. En vain les pressentiments désagréables avertissent-ils. La souffrance en est la conséquence. La maladie prend la place de la santé. {CD 110.7}
Guerre dans l’estomac
(1892) GW 174 (ancienne édition)
184. Une autre cause, à la fois de mauvaise santé et d’inefficacité du travail, est l’indigestion. Il est impossible pour le cerveau de faire son meilleur travail lorsque les pouvoirs digestifs sont abusés. Beaucoup mangent à la hâte divers types d’aliments, ce qui déclenche une guerre dans l’estomac et perturbe ainsi le cerveau. {CD 111.1}
MS 3, 1897
185. Il n’est pas bon de prendre une grande variété d’aliments en un seul repas. Lorsque des fruits et du pain, ainsi qu’une variété d’autres aliments qui ne s’accordent pas, sont entassés dans l’estomac lors d’un repas, à quoi pouvons-nous nous attendre sinon qu’une perturbation sera créée ? {CD 111.2}
MS 93, 1901
186. Beaucoup mangent trop rapidement. D’autres mangent en un seul repas des aliments qui ne conviennent pas. Si les hommes et les femmes se rappelaient seulement à quel point ils affligent l’âme quand ils affligent l’estomac, et à quel point le Christ est déshonoré quand l’estomac est abusé, ils seraient courageux et abnégation, donnant à l’estomac l’occasion de retrouver son action saine. Assis à table, nous pouvons faire un travail missionnaire médical en mangeant et en buvant à la gloire de Dieu. {CD 111.3}
Estomacs paisibles et dispositions paisibles
MS 41, 1908
187. Il faut prendre soin des organes digestifs et ne pas leur imposer une grande variété d’aliments. Celui qui se gorge de toutes sortes d’aliments lors d’un repas se fait du tort. Il est plus important que nous mangions ce qui nous convient que de goûter à tous les plats qui peuvent être placés devant nous. Il n’y a pas de porte dans notre estomac par laquelle nous puissions regarder à l’intérieur et voir ce qui se passe ; nous devons donc utiliser notre esprit et raisonner de cause à effet. Si vous vous sentez bouleversé et que tout semble aller mal, c’est peut-être parce que vous souffrez des conséquences d’une alimentation très variée. {CD 111.4}
Les organes digestifs ont un rôle important à jouer dans notre bonheur de vivre. Dieu nous a donné l’intelligence, afin que nous puissions apprendre ce que nous devons utiliser comme nourriture. Ne devrions-nous pas, en tant qu’hommes et femmes sensés, étudier si les choses que nous mangeons seront en accord, ou si elles causeront des ennuis ? Les gens qui ont un estomac aigre sont très souvent d’humeur aigre. Tout semble leur être contraire, et ils ont tendance à être maussades et irritables. Si nous voulons avoir la paix entre nous, nous devrions penser plus que nous ne le faisons à avoir un estomac paisible.
[Effets nocifs d’une trop grande variété d’aliments et de mauvaises combinaisons 141, 225, 226, 227, 264, 387, 546, 551, 722]
[Combinaison de plusieurs aliments dans nos restaurants–415]
[Soins en combinaison alimentaire pour les malades–441, 467]
[EG White soigneuse dans ses combinaisons alimentaires–Appendice 1:19, 23, 25] {CD 112.1}
Fruits et légumes
(1905) MH 299, 300
188. Il ne devrait pas y avoir une grande variété à un seul repas, car cela encourage à trop manger et provoque une indigestion. {CD 112.2}
Il n’est pas bon de manger des fruits et des légumes au même repas. Si la digestion est faible, l’utilisation des deux provoquera souvent de la détresse et une incapacité à fournir un effort mental. Il est préférable d’avoir les fruits à un repas et les légumes à un autre. {CD 112.3}
Les repas doivent être variés. Les mêmes plats, préparés de la même manière, ne doivent pas figurer sur la table repas après repas et jour après jour. Les repas sont consommés avec plus de goût, et l’organisme est mieux nourri, lorsque la nourriture est variée. {CD 112.4}
Desserts Riches et Légumes
Lettre 142, 1900
189. Les puddings, les crèmes anglaises, les gâteaux sucrés et les légumes, tous servis au même repas, causeront des troubles de l’estomac. {CD 112.5}
Lettre 312, 1908
190. Vous devez garder dans votre maison la meilleure sorte d’aide pour le travail de préparation de votre nourriture. Pendant les saisons nocturnes, il semblait qu’Elder —– était tombé malade, et un médecin expérimenté vous a dit : « J’ai pris note de votre régime alimentaire. Vous mangez une trop grande variété à un repas. Les fruits et légumes pris en un seul repas produisent une acidité de l’estomac ; alors l’impureté du sang en résulte, et l’esprit n’est pas clair parce que la digestion est imparfaite. Vous devez comprendre que chaque organe du corps doit être traité avec respect. En matière d’alimentation, il faut raisonner de cause à effet. {CD 112.6}
Sucre et lait
(1905) MH 302
191. Beaucoup trop de sucre est habituellement utilisé dans les aliments. Les gâteaux, les puddings sucrés, les pâtisseries, les gelées, les confitures, sont des causes actives d’indigestion. Particulièrement nocifs sont les flans et les puddings dans lesquels le lait, les œufs et le sucre sont les principaux ingrédients. L’utilisation gratuite de lait et de sucre pris ensemble doit être évitée. {DC 113.1}
[CTBH 57] (1890) CH 154
192. Certains utilisent du lait et une grande quantité de sucre sur de la bouillie, pensant qu’ils procèdent à une réforme de la santé. Mais le sucre et le lait combinés sont susceptibles de provoquer une fermentation dans l’estomac, et sont donc nocifs.
[Voir lait et sucre–533, 534, 535, 536] {CD 113.2}
Mélanges riches et compliqués
Lettre 72, 1896
193. Moins on mettra de condiments et de desserts sur nos tables, mieux ce sera pour tous ceux qui y prendront part. Tous les aliments mélangés et compliqués sont nuisibles à la santé des êtres humains. Les bêtes muettes ne mangeraient jamais un mélange tel qu’on le met souvent dans l’estomac humain. . . . {CD 113.3}
La richesse des aliments et les mélanges compliqués d’aliments détruisent la santé.
[Les aliments riches et la variété des plats ne sont pas les meilleurs pour le régime des réunions de camp–74]
[Combinaison de viande épicée, de gâteaux riches et de tartes–673]
[Voir Section XIX, « Desserts »] {CD 113.4}
CHAPITRE 6 – Une alimentation inappropriée est une cause de maladie
Un héritage de dégénérescence
[CTBH 7-11] (1890) CH 19-23
194. L’homme est sorti de la main de son Créateur parfait dans l’organisation et beau dans la forme. Le fait qu’il ait résisté pendant six mille ans au poids sans cesse croissant de la maladie et du crime est une preuve concluante du pouvoir d’endurance dont il fut d’abord doté. Et bien que les antédiluviens s’abandonnaient généralement au péché sans retenue, il fallut plus de deux mille ans avant que la violation de la loi naturelle ne se fit sensiblement sentir. Si Adam n’avait pas possédé à l’origine un plus grand pouvoir physique que celui que possèdent actuellement les hommes, la race aurait disparu avant qu’elle ne se soit éteinte. {DC 117.1}
Au fil des générations successives depuis la chute, la tendance a été continuellement à la baisse. La maladie a été transmise des parents aux enfants, génération après génération. Même les enfants au berceau souffrent d’afflictions causées par les péchés de leurs parents. {CD 117.2}
Moïse, le premier historien, donne un compte rendu assez précis de la vie sociale et individuelle dans les premiers jours de l’histoire du monde, mais nous ne trouvons aucune trace qu’un enfant soit né aveugle, sourd, estropié ou imbécile. Pas un cas n’est enregistré d’une mort naturelle dans la petite enfance, l’enfance ou l’âge adulte. Les notices nécrologiques du livre de la Genèse se déroulent ainsi : « Et tous les jours qu’Adam vécut furent de neuf cent trente ans ; et il est mort. « Et tous les jours de Seth furent de neuf cent douze ans ; et il est mort. Concernant les autres, le récit déclare : « Il est mort dans une bonne vieillesse, un vieil homme et plein d’années. Il était si rare qu’un fils meure avant son père, qu’un tel événement était considéré comme digne d’être enregistré : « Haran mourut avant son père Terah. Les patriarches d’Adam à Noé, à quelques exceptions près, ont vécu près de mille ans. Depuis lors, la durée de vie moyenne a diminué. {CD 117.3}
Au moment du premier avènement de Christ, la race avait déjà tellement dégénéré que non seulement les vieillards, mais aussi les personnes d’âge moyen et les jeunes, furent amenés de toutes les villes au Sauveur, pour être guéris de leurs maladies. Beaucoup peinaient sous un poids de misère inexprimable. {CD 117.4}
La violation de la loi physique, avec les souffrances et la mort prématurée qui en résultent, a prévalu si longtemps que ces résultats sont considérés comme le sort réservé à l’humanité ; mais Dieu n’a pas créé la race dans une si faible condition. Cet état de choses n’est pas l’œuvre de la Providence, mais de l’homme. Elle a été provoquée par de mauvaises habitudes, en violant les lois que Dieu a faites pour régir l’existence de l’homme. Une transgression continuelle des lois de la nature est une transgression continuelle de la loi de Dieu. Si les hommes avaient toujours été obéissants à la loi des dix commandements, mettant en pratique dans leur vie les principes de ces préceptes, la malédiction de la maladie qui inonde actuellement le monde n’existerait pas. {DC 118.1}
« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas ? car vous avez été rachetés à un prix ; Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. Lorsque les hommes prennent une voie qui dépense inutilement leur vitalité ou obscurcit leur intellect, ils pèchent contre Dieu ; ils ne le glorifient pas dans leur corps et leur esprit, qui sont les siens. {CD 118.2}
Pourtant, malgré l’insulte que l’homme lui a offerte, l’amour de Dieu est toujours étendu à la race ; et Il permet à la lumière de briller, permettant à l’homme de voir que pour vivre une vie parfaite, il doit obéir aux lois naturelles qui gouvernent son être. Combien important, alors, que l’homme marche dans cette lumière, exerçant tous ses pouvoirs, à la fois du corps et de l’esprit, à la gloire de Dieu ! {CD 118.3}
Nous sommes dans un monde qui s’oppose à la droiture, ou à la pureté de caractère, et surtout à la croissance dans la grâce. Partout où nous regardons, nous voyons la souillure et la corruption, la difformité et le péché. Comme tout cela s’oppose au travail qui doit s’accomplir en nous juste avant de recevoir le don de l’immortalité ! Les élus de Dieu doivent se tenir intacts au milieu des corruptions qui pullulent autour d’eux en ces derniers jours. Leurs corps doivent être rendus saints, leurs esprits purs. Si ce travail doit être accompli, il doit être entrepris immédiatement, sérieusement et avec compréhension. L’Esprit de Dieu devrait avoir un contrôle parfait, influençant chaque action. . . . {CD 118.4}
Les hommes ont pollué le temple de l’âme, et Dieu les appelle à se réveiller et à lutter de toutes leurs forces pour regagner leur virilité donnée par Dieu. Seule la grâce de Dieu peut convaincre et convertir le cœur ; de Lui seul les esclaves de la coutume peuvent obtenir le pouvoir de briser les chaînes qui les lient. Il est impossible pour un homme de présenter son corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, tout en continuant à se livrer à des habitudes qui le privent de vigueur physique, mentale et morale. L’apôtre dit encore : « Ne vous conformez pas à ce monde ; mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous puissiez prouver quelle est cette volonté bonne, acceptable et parfaite de Dieu. {DC 119.1}
Ignorance volontaire des lois de la vie
(1872) 3T 140, 141
195. L’étrange absence de principe qui caractérise cette génération, et qui se manifeste dans son mépris des lois de la vie et de la santé, est étonnante. L’ignorance prévaut sur ce sujet, tandis que la lumière brille tout autour d’eux. Avec la majorité, leur principale inquiétude est : que vais-je manger ? que dois-je boire ? et de quoi serai-je vêtu? Nonobstant tout ce qui est dit et écrit sur la façon dont nous devons traiter notre corps, l’appétit est la grande loi qui régit les hommes et les femmes en général. {CD 119.2}
Les pouvoirs moraux sont affaiblis, car les hommes et les femmes ne vivront pas dans l’obéissance aux lois de la santé, et feront de ce grand sujet un devoir personnel. Les parents lèguent à leur progéniture leurs propres habitudes perverses, et des maladies répugnantes corrompent le sang et énervent le cerveau. La majorité des hommes et des femmes restent dans l’ignorance des lois de leur être, et se livrent à l’appétit et à la passion aux dépens de l’intellect et de la morale, et semblent désireux de rester dans l’ignorance du résultat de leur violation des lois de la nature. Ils se livrent à l’appétit dépravé par l’usage de poisons lents, qui corrompent le sang et minent les forces nerveuses, et en conséquence s’attirent la maladie et la mort. Leurs amis appellent le résultat de ce cours la dispense de la Providence. En cela, ils insultent le Ciel. Ils se sont rebellés contre les lois de la nature, et souffrit le châtiment d’avoir ainsi abusé de ses lois. La souffrance et la mortalité sévissent désormais partout, surtout chez les enfants. Quel est le contraste entre cette génération et ceux qui ont vécu pendant les deux mille premières années ! {CD 119.3}
Résultats sociaux de l’appétit incontrôlé
[CTBH 44, 45] (1890) CH 112
196. Contre toute transgression des lois de la vie, la nature élèvera sa protestation. Elle supporte les abus aussi longtemps qu’elle le peut; mais finalement le châtiment arrive, et il retombe sur les facultés mentales aussi bien que sur les facultés physiques. Cela ne se termine pas non plus avec le transgresseur; les effets de son indulgence se voient dans sa progéniture, et ainsi le mal se transmet de génération en génération. {CD 120.1}
La jeunesse d’aujourd’hui est un indice sûr de l’avenir de la société ; et comme nous les voyons, que pouvons-nous espérer pour cet avenir ? La majorité aime s’amuser et s’abstenir de travailler. Ils manquent de courage moral pour se renier et pour répondre aux exigences du devoir. Ils ont peu de maîtrise d’eux-mêmes et s’excitent et se fâchent à la moindre occasion. Un très grand nombre, à toutes les époques et à tous les stades de la vie, sont sans principe ni conscience ; et avec leurs habitudes oisives et dépensières, ils se précipitent dans le vice et corrompent la société, jusqu’à ce que notre monde devienne une seconde Sodome. Si les appétits et les passions étaient sous le contrôle de la raison et de la religion, la société présenterait un tout autre aspect. Dieu n’a jamais voulu que la triste condition actuelle des choses existe ; elle a été provoquée par la violation flagrante des lois de la nature. {CD 120.2}
Lois violées – naturelles et spirituelles
(1898) AD 824
197. À beaucoup d’affligés qui ont reçu la guérison, le Christ a dit : « Ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. Ainsi, il a enseigné que la maladie est le résultat de la violation des lois de Dieu, à la fois naturelles et spirituelles. La grande misère du monde n’existerait pas si les hommes ne vivaient en harmonie avec le plan du Créateur. {CD 120.3}
Le Christ avait été le guide et l’enseignant de l’ancien Israël, et il leur avait enseigné que la santé est la récompense de l’obéissance aux lois de Dieu. Le grand médecin qui guérissait les malades en Palestine avait parlé à son peuple depuis la colonne de nuée, leur disant ce qu’ils devaient faire et ce que Dieu ferait pour eux. « Si tu écoutes diligemment la voix de l’Éternel, ton Dieu, dit-il, et que tu fasses ce qui est droit à ses yeux, et que tu prêtes l’oreille à ses commandements, et que tu gardes toutes ses lois, je n’en mettrai aucune. ces maladies sur toi, que j’ai apportées sur les Égyptiens; car je suis l’Éternel qui te guérit. Christ a donné à Israël des instructions précises concernant leurs habitudes de vie, et il leur a assuré : « Le Seigneur éloignera de toi toute maladie. Lorsqu’ils ont rempli les conditions, la promesse leur a été vérifiée. “Il n’y avait pas une seule personne faible parmi leurs tribus.” {CD 121.1}
Ces leçons sont pour nous. Il y a des conditions à observer par tous ceux qui voudraient préserver la santé. Tous devraient apprendre quelles sont ces conditions. Le Seigneur n’est pas satisfait de l’ignorance en ce qui concerne Ses lois, qu’elles soient naturelles ou spirituelles. Nous devons être des ouvriers avec Dieu pour la restauration de la santé du corps aussi bien que de l’âme. {CD 121.2}
Souffrance auto-infligée
(1866) H. à L., ch. 3, p. 49
198. La famille humaine s’est attirée des maladies de diverses formes par ses mauvaises habitudes. Ils n’ont pas étudié comment vivre sainement, et leur transgression des lois de leur être a produit un état de choses déplorable. Les gens ont rarement attribué leurs souffrances à la véritable cause – leur propre ligne de conduite erronée. Ils se sont livrés à l’intempérance en mangeant et ont fait de leur appétit un dieu. Dans toutes leurs habitudes, ils ont manifesté une insouciance à l’égard de la santé et de la vie ; et quand, comme résultat, la maladie est venue sur eux, ils se sont fait croire que Dieu en était l’auteur, alors que leur propre mauvaise conduite a amené le résultat sûr. {CD 121.3}
(1905) MH 234, 235
199. La maladie ne vient jamais sans cause. La voie est préparée, et la maladie invitée, par le mépris des lois de la santé. Beaucoup souffrent à cause de la transgression de leurs parents. S’ils ne sont pas responsables de ce que leurs parents ont fait, il est néanmoins de leur devoir de vérifier ce qui est et ce qui n’est pas une violation des lois de la santé. Ils doivent éviter les mauvaises habitudes de leurs parents et, en vivant correctement, se placer dans de meilleures conditions. {CD 122.1}
Le plus grand nombre, cependant, souffre à cause de sa propre ligne de conduite erronée. Ils négligent les principes de la santé par leurs habitudes de manger, de boire, de s’habiller et de travailler. Leur transgression des lois de la nature produit le résultat sûr ; et quand la maladie tombe sur eux, beaucoup n’attribuent pas leur souffrance à la vraie cause, mais murmurent contre Dieu à cause de leurs afflictions. Mais Dieu n’est pas responsable de la souffrance qui suit le mépris de la loi naturelle…. {CD 122.2}
Une alimentation intempérante est souvent la cause de la maladie, et ce dont la nature a le plus besoin, c’est d’être soulagée du fardeau excessif qui lui a été imposé.
[Les parents sèment les graines de la maladie et de la mort–635]
[La peine inévitable–11, 29, 30, 221, 227, 228, 250, 251, 294] {CD 122.3}
La maladie suit l’indulgence de l’appétit
(1905) MH 227
200. Beaucoup de personnes s’attirent la maladie par leur auto-indulgence. Ils n’ont pas vécu conformément à la loi naturelle ou aux principes de stricte pureté. D’autres ont ignoré les lois de la santé dans leurs habitudes de manger et de boire, de s’habiller ou de travailler. {CD 122.4}
YI, 31 mai 1894
201. L’esprit ne s’épuise pas ni ne s’affaiblit aussi souvent à cause d’un travail diligent et d’une étude acharnée, qu’à cause de la consommation d’aliments inappropriés à des moments inappropriés et d’une inattention insouciante aux lois de la santé. . . . L’étude diligente n’est pas la principale cause de la dégradation des facultés mentales. La cause principale est une mauvaise alimentation, des repas irréguliers et un manque d’exercice physique. Des heures irrégulières pour manger et dormir sapent les forces du cerveau. {CD 122.5}
(1900) 6T 372, 373
202. Beaucoup souffrent, et beaucoup vont dans la tombe, à cause de l’indulgence de l’appétit. Ils mangent ce qui convient à leur goût perverti, affaiblissant ainsi les organes digestifs et nuisant à leur pouvoir d’assimilation des aliments qui doivent entretenir la vie. Cela provoque une maladie aiguë et, trop souvent, la mort s’ensuit. L’organisme délicat du corps est usé par les pratiques suicidaires de ceux qui devraient savoir mieux. {CD 123.1}
Les églises doivent être fermes et fidèles à la lumière que Dieu a donnée. Chaque membre doit travailler intelligemment pour écarter de sa pratique de vie tout appétit perverti.
[Maladies dues à une alimentation pauvre difficiles à guérir–315]
[Effet d’une mauvaise alimentation sur le tempérament et l’atmosphère de la maison–234]
[Effets d’une réforme erronée–316] {CD 123.2}
Préparer le chemin de l’ivresse
(1905) MH 334
203. Souvent l’intempérance commence à la maison. Par l’utilisation d’aliments riches et malsains, les organes digestifs sont affaiblis et un désir est créé pour une nourriture encore plus stimulante. Ainsi l’appétit est éduqué à implorer continuellement quelque chose de plus fort. La demande de stimulants devient plus fréquente et plus difficile à résister. Le système devient plus ou moins empoisonné, et plus il s’affaiblit, plus grand est le désir de ces choses. Un pas dans la mauvaise direction en prépare un autre. Beaucoup de ceux qui ne seraient pas coupables de mettre sur leur table du vin ou de l’alcool de quelque nature que ce soit chargeront leur table d’aliments qui créent une telle soif de boissons fortes qu’il est presque impossible de résister à la tentation. Les mauvaises habitudes de manger et de boire détruisent la santé et préparent la voie à l’ivresse. {CD 123.3}
Foie malade à cause d’un mauvais régime
(1868) 2T 67-70
204. Sabbat dernier, pendant que je parlais, vos visages pâles se sont dressés distinctement devant moi, comme on me les avait montrés. J’ai vu votre état de santé et les maux dont vous avez souffert si longtemps. On m’a montré que vous n’avez pas vécu sainement. Vos appétits ont été malsains et vous avez satisfait le goût aux dépens de l’estomac. Vous avez pris dans votre estomac des objets qu’il est impossible de convertir en bon sang. Cela a mis un lourd tribut sur le foie, pour la raison que les organes digestifs sont dérangés. Vous avez tous les deux des foies malades. La réforme de la santé vous serait d’un grand avantage à tous les deux, si vous la mettiez strictement à exécution. Cela, vous n’avez pas réussi à le faire. Vos appétits sont morbides, et parce que vous ne raffolez pas d’une alimentation simple et simple, composée de farine de blé non bouillie, de légumes et de fruits préparés sans épices ni graisse, vous transgressez continuellement les lois que Dieu a établies dans votre système. Pendant que vous faites cela, vous devez subir la pénalité ; car à toute transgression est attachée une peine. Pourtant, vous vous interrogez sur votre mauvaise santé continue. Soyez assuré que Dieu ne fera pas de miracle pour vous sauver du résultat de votre propre ligne de conduite. . . . {CD 123.4}
NOURRITURE RICHE ET FIEVRES
Il n’existe aucun traitement qui puisse vous soulager de vos difficultés actuelles pendant que vous mangez et buvez comme vous le faites. Vous pouvez faire cela par vous-mêmes, ce que le médecin le plus expérimenté ne peut jamais faire. Régulez votre alimentation. Afin de satisfaire le goût, vous mettez fréquemment à rude épreuve vos organes digestifs en recevant dans l’estomac des aliments qui ne sont pas des plus sains, et parfois en quantités démesurées. Cela fatigue l’estomac et le rend inapte à recevoir même les aliments les plus sains. Vous gardez vos estomacs constamment affaiblis, à cause de vos mauvaises habitudes alimentaires. Votre nourriture est trop riche. Il n’est pas préparé de manière simple et naturelle, mais est totalement inadapté à l’estomac lorsque vous l’avez préparé à votre goût. La nature est accablée et s’efforce de résister à vos efforts pour la paralyser. Les frissons et la fièvre sont le résultat de ces tentatives pour se débarrasser du fardeau que vous lui imposez. Vous devez subir le châtiment des lois violées de la nature. Dieu a établi des lois dans votre système que vous ne pouvez pas violer sans en subir le châtiment. Vous avez consulté le goût sans référence à la santé. Vous avez fait quelques changements, mais vous n’avez fait que faire les premiers pas vers une réforme de l’alimentation. Dieu exige de nous la tempérance en toutes choses. « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. {CD 124.1} mais ont simplement fait les premiers pas dans la réforme du régime alimentaire. Dieu exige de nous la tempérance en toutes choses. « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. {CD 124.1} mais ont simplement fait les premiers pas dans la réforme du régime alimentaire. Dieu exige de nous la tempérance en toutes choses. « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. {CD 124.1}
BLAMER LA PROVIDENCE
De toutes les familles que je connais, aucune n’a plus besoin du bénéfice de la réforme sanitaire que la vôtre. Vous gémissez sous des douleurs et des prosternations dont vous ne pouvez vous rendre compte, et vous essayez de vous soumettre de la meilleure grâce possible, pensant que l’affliction est votre lot, et que la Providence l’a ainsi ordonné. Si vous pouviez avoir les yeux ouverts et que vous pouviez voir les mesures prises au cours de votre vie pour entrer directement dans votre état actuel de mauvaise santé, vous seriez étonné de votre aveuglement à ne pas avoir vu l’état réel du cas auparavant. Vous avez créé des appétits contre nature et ne tirez pas de votre nourriture la moitié du plaisir que vous obtiendriez si vous n’aviez pas utilisé vos appétits à tort. Vous avez perverti la nature et en avez subi les conséquences, et cela a été douloureux. {CD 125.1}
LE PRIX D’UN « BON REPAS »
La nature supporte les abus aussi longtemps qu’elle le peut sans résister ; puis elle se réveille et fait un grand effort pour se débarrasser des encombrements et des mauvais traitements qu’elle a subis. Viennent ensuite les maux de tête, les frissons, les fièvres, la nervosité, la paralysie et d’autres maux trop nombreux pour être mentionnés. Une mauvaise façon de manger ou de boire détruit la santé et avec elle la douceur de vivre. Oh, combien de fois avez-vous acheté ce que vous avez appelé un bon repas au prix d’un système fiévreux, d’une perte d’appétit et d’une perte de sommeil ! Incapacité à apprécier la nourriture, une nuit sans sommeil, des heures de souffrance, tout cela pour un repas où le goût était gratifié ! {CD 125.2}
Des milliers ont assouvi leurs appétits pervers, ont mangé un bon repas, comme ils l’appelaient, et en conséquence, ont provoqué la fièvre, ou une autre maladie aiguë, et une mort certaine. C’était un plaisir acheté à un coût immense. Pourtant, beaucoup l’ont fait, et ces auto-meurtriers ont été loués par leurs amis et le ministre, et transportés directement au ciel à leur mort. Quelle pensée ! Gloutons au paradis ! Non non; ceux-là n’entreront jamais dans les portes nacrées de la cité dorée de Dieu. Ceux-là ne seront jamais élevés à la droite de Jésus, le précieux Sauveur, l’Homme souffrant du Calvaire, dont la vie fut une constante abnégation et sacrifice. Il y a une place désignée pour tous ceux-là parmi les indignes, qui ne peuvent avoir aucune part dans la vie meilleure, l’héritage immortel. {CD 125.3}
Effet d’une mauvaise alimentation sur la disposition
Lettre 274, 1908
205. Beaucoup gâtent leurs dispositions en mangeant mal. Nous devons être tout aussi attentifs à tirer les leçons de la réforme sanitaire qu’à préparer parfaitement nos études ; car les habitudes que nous adoptons dans ce sens contribuent à former nos caractères pour la vie future. Il est possible de gâcher son expérience spirituelle par un mauvais usage de l’estomac. {CD 126.1}
Appels à la réforme
(1905) MH 308
206. Là où de mauvaises habitudes alimentaires ont été adoptées, il ne devrait y avoir aucun retard dans la réforme. Lorsque la dyspepsie a résulté de l’abus de l’estomac, des efforts doivent être faits avec soin pour préserver la force restante des forces vitales, en supprimant tout fardeau excessif. L’estomac peut ne jamais recouvrer entièrement la santé après de longs abus ; mais un bon régime alimentaire épargnera davantage de débilité, et beaucoup se rétabliront plus ou moins complètement. Il n’est pas facile de prescrire des règles qui répondront à tous les cas ; mais avec une attention aux principes justes en matière d’alimentation, de grandes réformes peuvent être faites, et le cuisinier n’a pas besoin de travailler continuellement pour tenter l’appétit. {CD 126.2}
L’abstinence dans le régime alimentaire est récompensée par la vigueur mentale et morale ; il aide aussi au contrôle des passions. {CD 126.3}
(1905) MH 295
207. Il faut choisir les aliments qui fournissent le mieux les éléments nécessaires à la construction du corps. Dans ce choix, l’appétit n’est pas un guide sûr. Par de mauvaises habitudes alimentaires, l’appétit s’est perverti. Souvent, il exige des aliments qui nuisent à la santé et causent de la faiblesse au lieu de la force. Nous ne pouvons pas nous laisser guider en toute sécurité par les coutumes de la société. La maladie et la souffrance qui sévissent partout sont dues en grande partie à des erreurs populaires en matière d’alimentation. {CD 126.4}
(1909) 9T 160
208. Ce n’est que lorsque nous sommes intelligents en ce qui concerne les principes d’une vie saine que nous pouvons être pleinement éveillés pour voir les maux résultant d’une mauvaise alimentation. Ceux qui, après avoir vu leurs erreurs, ont le courage de changer leurs habitudes, trouveront que le processus de réforme exige une lutte et beaucoup de persévérance ; mais quand les goûts corrects seront une fois formés, ils se rendront compte que l’utilisation de la nourriture qu’ils considéraient autrefois comme inoffensive, posait lentement mais sûrement les bases de la dyspepsie et d’autres maladies. {CD 127.1}
(1909) 9T 156
209. Dieu exige de son peuple un avancement continuel. Nous devons apprendre que l’appétit satisfait est le plus grand obstacle à l’amélioration mentale et à la sanctification de l’âme. Avec toute notre profession de la réforme de la santé, beaucoup d’entre nous mangent mal. L’indulgence de l’appétit est la plus grande cause de débilité physique et mentale, et se trouve en grande partie à la base de la faiblesse et de la mort prématurée. Que l’individu qui cherche à posséder la pureté d’esprit garde à l’esprit qu’en Christ il y a le pouvoir de contrôler l’appétit.
[La suralimentation est une cause de maladie : voir la section VII, « La suralimentation », et la section VIII, « Le contrôle de l’appétit »]
[Relation entre le régime alimentaire de la chair et la maladie – 668-677, 689, 690, 691, 692, 713, 722]
[Maladie causée par la consommation de thé et de café–734, 736, 737, 741] {CD 127.2}
CHAPITRE 7 – Trop manger
Un péché commun mais grave
Lettre 17, 1895
210. Surmener l’estomac est un péché commun, et quand on utilise trop de nourriture, tout le système est surchargé. La vie et la vitalité, au lieu d’être augmentées, sont diminuées. C’est comme Satan prévoit de l’avoir. L’homme épuise ses forces vitales dans un travail inutile en prenant soin d’un excès de nourriture. {DC 131.1}
En prenant trop de nourriture, non seulement nous gaspillons imprudemment les bénédictions de Dieu, fournies pour les nécessités de la nature, mais nous causons un grand tort à tout le système. Nous profanons le temple de Dieu ; il est affaibli et estropié ; et la nature ne peut pas faire son travail sagement et bien, comme Dieu l’a prévu. En raison de l’indulgence égoïste de son appétit, l’homme a opprimé le pouvoir de la nature en l’obligeant à faire un travail qu’elle ne devrait jamais être obligée de faire. {CD 131.2}
Si tous les hommes connaissaient la machinerie vivante et humaine, ils ne seraient pas coupables de faire cela, à moins, en effet, qu’ils n’aimaient si bien l’auto-indulgence qu’ils continueraient leur cours suicidaire et mourraient d’une mort prématurée, ou vivraient pendant des années un fardeau. à eux-mêmes et à leurs amis. {CD 131.3}
Obstruer la machinerie humaine
[CTBH 51] (1890) CH 119
211. Il est possible de manger immodérément, même des aliments sains. Il ne s’ensuit pas que parce que quelqu’un a renoncé à l’utilisation d’aliments nuisibles, il puisse manger autant qu’il lui plaît. Trop manger, quelle que soit la qualité de la nourriture, obstrue la machine vivante, et la gêne ainsi dans son travail. {CD 131.4}
Signes, 1er septembre 1887
212. L’intempérance en mangeant, même des aliments sains, aura un effet nuisible sur le système, et émoussera les facultés mentales et morales. {CD 131.5}
Lettre 73a, 1896
213. Presque tous les membres de la famille humaine mangent plus que le système ne l’exige. Cet excès se désintègre et devient une masse putride. . . . Si plus de nourriture, même de qualité simple, est placée dans l’estomac que la machinerie vivante n’en a besoin, ce surplus devient un fardeau. Le système fait des efforts désespérés pour s’en débarrasser, et ce travail supplémentaire provoque un sentiment de fatigue et de lassitude. Certains qui mangent continuellement appellent cette sensation de faim disparue, mais elle est causée par l’état de surmenage des organes digestifs.
[Effets de la suralimentation même d’aliments simples et sains–33, 157] {CD 132.1}
(1900) 6T 343
214. Des soucis et des fardeaux inutiles sont créés par le désir de faire une démonstration en divertissant les visiteurs. Afin de préparer une grande variété pour la table, la ménagère travaille trop; à cause des nombreux plats préparés, les convives mangent trop ; et la maladie et la souffrance, du surmenage d’une part et de la suralimentation de l’autre, en sont le résultat. Ces fêtes élaborées sont un fardeau et une blessure. {CD 132.2}
Réformateur de la santé, juin 1878
215 Les fêtes gourmandes et les aliments pris dans l’estomac aux saisons inopportunes laissent une influence sur chaque fibre du système ; et l’esprit aussi est sérieusement affecté par ce que nous mangeons et buvons. {CD 132.3}
(1876) 4T 96
216. L’application étroite d’un travail sévère est préjudiciable aux cadres de croissance des jeunes ; mais là où des centaines ont détruit leur constitution par le seul surmenage, l’inactivité, la suralimentation et l’oisiveté délicate ont semé les graines de la maladie dans le système de milliers de personnes qui se précipitent vers une décadence rapide et sûre. {CD 132.4}
La gourmandise un crime capital
(1880) 4T 454, 455
217. Certains n’exercent pas de contrôle sur leur appétit, mais se livrent au goût aux dépens de la santé. En conséquence, le cerveau est assombri, leurs pensées sont lentes et ils ne parviennent pas à accomplir ce qu’ils pourraient s’ils étaient égoïstes et sobres. Ceux-ci privent Dieu de la force physique et mentale qui pourrait être consacrée à son service si la tempérance était observée en toutes choses. {CD 132.5}
Paul était un réformateur de la santé. Il dit : « Je garde sous mon corps, et je le soumets ; de peur qu’en aucune manière, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé. Il sentait qu’une responsabilité reposait sur lui de conserver tous ses pouvoirs dans leur force, afin qu’il puisse les utiliser à la gloire de Dieu. Si Paul était en danger d’intempérance, nous sommes en plus grand danger, parce que nous ne sentons pas et ne réalisons pas comme lui la nécessité de glorifier Dieu dans nos corps et nos esprits, qui sont les siens. Trop manger est le péché de cet âge. {DC 133.1}
La parole de Dieu place le péché de gourmandise dans le même catalogue que l’ivresse. Ce péché était si offensant aux yeux de Dieu qu’il a donné des instructions à Moïse qu’un enfant qui ne serait pas retenu sur le point d’appétit, mais se gorgerait de tout ce que son goût pourrait implorer, devrait être amené par ses parents devant les dirigeants. d’Israël, et devrait être lapidé à mort. La condition du glouton était considérée comme désespérée. Il ne serait d’aucune utilité pour les autres et était une malédiction pour lui-même. Aucune dépendance ne pouvait être placée sur lui en quoi que ce soit. Son influence contaminerait toujours les autres, et le monde serait meilleur sans un tel personnage ; car ses terribles défauts seraient perpétués. Aucun de ceux qui ont le sens de leur responsabilité envers Dieu ne permettra aux propensions animales de contrôler la raison. Ceux qui font cela ne sont pas chrétiens, quels qu’ils soient, et quelle que soit l’élévation de leur profession. L’injonction du Christ est : « Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est dans les cieux est parfait. Il nous montre ici que nous pouvons être aussi parfaits dans notre sphère que Dieu l’est dans la sienne. {CD 133.2}
Le plan de cours incite à la gourmandise
(1905) MH 306, 307
218. Beaucoup de ceux qui se débarrassent de la viande et d’autres articles grossiers et nuisibles pensent que parce que leur nourriture est simple et saine, ils peuvent se laisser aller à l’appétit sans retenue, et ils mangent avec excès, parfois avec gourmandise. C’est une erreur. Les organes digestifs ne doivent pas être grevés d’une quantité ou d’une qualité de nourriture qu’il serait difficile pour l’organisme de s’approprier. {CD 133.3}
La coutume a décrété que la nourriture devait être placée sur les tables dans les plats. Ne sachant pas ce qui va suivre, on peut manger une quantité suffisante de nourriture qui ne lui convient peut-être pas le mieux. Quand le dernier plat est apporté, il s’aventure souvent à dépasser les limites et à prendre le dessert tentant, qui pourtant s’avère tout sauf bon pour lui. Si tous les aliments destinés à un repas sont placés sur la table au début, on a la possibilité de faire le meilleur choix. {DC 134.1}
Parfois, le résultat de la suralimentation se fait sentir à la fois. Dans d’autres cas, il n’y a pas de sensation de douleur; mais les organes digestifs perdent leur force vitale, et le fondement de la force physique est miné. {CD 134.2}
Le surplus de nourriture alourdit le système et produit des états morbides et fébriles. Il appelle une quantité excessive de sang dans l’estomac, provoquant un refroidissement rapide des membres et des extrémités. Elle met à rude épreuve les organes digestifs, et lorsque ces organes ont accompli leur tâche, il y a sensation de malaise ou de langueur. Certains qui mangent continuellement avec excès appellent cette sensation de faim disparue; mais elle est causée par l’état de surmenage des organes digestifs. Parfois, il y a un engourdissement du cerveau, avec une réticence à l’effort mental ou physique. {CD 134.3}
Ces symptômes désagréables sont ressentis parce que la nature a accompli son œuvre avec une dépense inutile de force vitale et qu’elle est complètement épuisée. L’estomac dit: “Donnez-moi du repos.” Mais chez beaucoup, l’évanouissement est interprété comme une demande de plus de nourriture ; ainsi, au lieu de donner du repos à l’estomac, un autre fardeau qu’il a placé sur lui. En conséquence, les organes digestifs sont souvent usés alors qu’ils devraient être capables de faire du bon travail.
[Les organes peuvent perdre leur force vitale bien qu’aucune douleur ne soit ressentie–155]
[Les ouvriers de Dieu pratiquent la tempérance en mangeant–117]
[EG White ne pouvait pas demander la bénédiction de Dieu sur son travail si elle mangeait trop–Appendice 1:7] {CD 134.4}
La cause de la débilité physique et mentale
(1890) CTBH 154
219. En tant que peuple, avec toute notre profession de réforme de la santé, nous mangeons trop. L’indulgence de l’appétit est la plus grande cause de débilité physique et mentale, et est à la base d’une grande partie de la faiblesse qui se manifeste partout. {DC 135.1}
(1870) 2T 362-365
220. Beaucoup de ceux qui ont adopté la réforme sanitaire ont laissé de côté tout ce qui était nuisible ; mais s’ensuit-il que parce qu’ils ont abandonné ces choses, ils peuvent manger autant qu’ils veulent ? Ils se mettent à table, et au lieu de considérer combien ils doivent manger, ils se donnent à l’appétit et mangent avec excès. Et l’estomac a tout ce qu’il peut faire, ou tout ce qu’il doit faire, le reste de la journée, pour se débarrasser du fardeau qui lui est imposé. Toute la nourriture qui est mise dans l’estomac, dont le système ne peut tirer profit, est un fardeau pour la nature dans son travail. Il entrave la machine vivante. Le système est obstrué et ne peut pas poursuivre son travail avec succès. Les organes vitaux sont inutilement sollicités, et la puissance nerveuse du cerveau est appelée dans l’estomac pour aider les organes digestifs à poursuivre leur travail d’élimination d’une quantité de nourriture qui ne fait aucun bien au système. . . . {CD 135.2}
Et quelle influence la suralimentation a-t-elle sur l’estomac ? Il s’affaiblit, les organes digestifs s’affaiblissent et la maladie, avec tout son cortège de maux, en résulte. Si des personnes étaient malades auparavant, elles accroissent ainsi les difficultés sur elles et diminuent leur vitalité chaque jour qu’elles vivent. Ils font appel à leurs pouvoirs vitaux en actions inutiles pour prendre soin de la nourriture qu’ils placent dans leur estomac. Dans quel état terrible cela se trouve-t-il ! {CD 135.3}
Nous savons quelque chose de la dyspepsie par expérience. Nous l’avons eu dans notre famille; et nous sentons que c’est une maladie très redoutable. Lorsqu’une personne devient complètement dyspeptique, elle souffre beaucoup, mentalement et physiquement ; et ses amis doivent aussi souffrir, à moins qu’ils ne soient aussi insensibles que des brutes. {CD 135.4}
Et pourtant direz-vous : “Ce que je mange, ou quelle voie je poursuis ne vous regarde pas ?” Quelqu’un autour des dyspeptiques souffre-t-il ? Suivez simplement un cours qui les irritera de quelque façon que ce soit. Comme c’est naturel d’être agité ! Ils se sentent mal et il leur semble que leurs enfants vont très mal. Ils ne peuvent leur parler calmement, ni, sans grâce particulière, agir calmement dans leurs familles. Tout autour d’eux est affecté par la maladie qui les frappe ; tous doivent subir les conséquences de leur infirmité. Ils jettent une ombre noire. Alors, vos habitudes de manger et de boire n’affectent-elles pas les autres ? Ils le font certainement. Et vous devez prendre grand soin de vous conserver dans le meilleur état de santé, afin de rendre à Dieu un service parfait et de faire votre devoir dans la société et envers votre famille. {CD 135.5}
Mais même les réformateurs de la santé peuvent se tromper dans la quantité de nourriture. Ils peuvent manger sans modération des aliments de qualité saine. {DC 136.1}
MS 93, 1901
221. Le Seigneur m’a dit qu’en règle générale, nous plaçons trop de nourriture dans l’estomac. Beaucoup se mettent mal à l’aise en mangeant avec excès, et la maladie est souvent le résultat. Le Seigneur n’a pas apporté cette punition sur eux. Ils l’ont apporté sur eux-mêmes; et Dieu désire qu’ils réalisent que la douleur est le résultat de la transgression. {CD 136.2}
Beaucoup mangent trop rapidement. D’autres mangent en un seul repas des aliments qui ne conviennent pas. Si les hommes et les femmes se rappelaient seulement à quel point ils affligent l’âme quand ils affligent l’estomac, et à quel point le Christ est déshonoré quand l’estomac est abusé, ils seraient courageux et abnégation, donnant à l’estomac l’occasion de retrouver son action saine. Assis à table, nous pouvons faire un travail missionnaire médical en mangeant et en buvant à la gloire de Dieu. {CD 136.3}
Somnolence pendant le service religieux
(1870) 2T 374
222. Lorsque nous mangeons sans modération, nous péchons contre notre propre corps. Le jour du sabbat, dans la maison de Dieu, les gloutons s’assiéront et dormiront sous les vérités brûlantes de la parole de Dieu. Ils ne peuvent ni garder les yeux ouverts, ni comprendre les discours solennels prononcés. Pensez-vous que ceux-là glorifient Dieu dans leurs corps et leurs esprits, qui sont les siens ? Non; ils Le déshonorent. Et le dyspeptique – ce qui l’a rendu dyspeptique suit ce cours. Au lieu d’observer la régularité, il a laissé son appétit le contrôler et a mangé entre les repas. Peut-être, s’il a des habitudes sédentaires, n’a-t-il pas eu l’air vivifiant du ciel pour aider au travail de la digestion ; il n’a peut-être pas fait suffisamment d’exercice pour sa santé. {CD 136.4}
(1905) MH 307
223. Nous ne devons pas fournir pour le sabbat un approvisionnement plus généreux ou une plus grande variété de nourriture que pour les autres jours. Au lieu de cela, la nourriture devrait être plus simple, et moins devrait être mangée, afin que l’esprit puisse être clair et vigoureux pour comprendre les choses spirituelles. Un estomac bouché signifie un cerveau bouché. Les mots les plus précieux peuvent être entendus et non appréciés, car l’esprit est confus par une mauvaise alimentation. En mangeant avec excès le jour du sabbat, beaucoup font plus qu’ils ne le pensent, pour se rendre inaptes à recevoir le bénéfice de ses opportunités sacrées.
[Somnolence dans les offices du sabbat–93]
[Une alimentation sobre donne de la vigueur mentale et morale–85, 117, 206]
[Effets de la suralimentation sur la spiritualité–56, 57, 59, 251]
[Effets de la suralimentation sur l’esprit–74]
[Trop manger au camp meeting–57, 124]
[Pratiques suicidaires–202]
[Desserts une tentation de trop manger–538, 547, 550]
[Une source d’épreuves d’église–65]
[La gourmandise le péché dominant de l’âge–35]
[La suralimentation conduit à la dissipation–244]
[Garder une conscience pure–263]
[Intempérance et excès alimentaires encouragés par les mères–351, 354] {CD 137.1}
Une cause d’oubli
Lettre 17, 1895
224. Le Seigneur m’a éclairé pour vous au sujet de la tempérance en toutes choses. Vous êtes intempérant dans votre alimentation. Souvent, vous placez dans votre estomac le double de la quantité de nourriture dont votre système a besoin. Cette nourriture se décompose; votre haleine devient offensive; vos difficultés catarrhales sont aggravées ; votre estomac est surmené; et la vie et l’énergie sont appelées du cerveau pour faire fonctionner le moulin qui broie la matière que vous avez placée dans votre estomac. En cela, vous avez montré peu de pitié envers vous-même. {CD 137.2}
Vous êtes un gormand à table. C’est une grande cause de votre oubli et de votre perte de mémoire. Vous dites des choses que je sais que vous avez dites, puis vous vous retournez et dites que vous avez dit quelque chose d’entièrement différent. Je le savais, mais je l’ai ignoré comme le résultat certain d’une suralimentation. A quoi servirait-il d’en parler ? Cela ne guérirait pas le mal. {CD 138.1}
Conseillère aux Travailleurs Sédentaires et aux Ministres
(1905) MH 308-310
225. La suralimentation est particulièrement nocive pour ceux qui ont un tempérament paresseux ; ceux-ci doivent manger avec parcimonie et faire beaucoup d’exercice physique. Il y a des hommes et des femmes d’excellentes capacités naturelles qui n’accomplissent pas la moitié de ce qu’ils pourraient faire s’ils exerçaient la maîtrise de soi dans le refus de l’appétit. {CD 138.2}
De nombreux écrivains et orateurs échouent ici. Après avoir bien mangé, ils se livrent à des occupations sédentaires, à la lecture, à l’étude ou à l’écriture, sans laisser le temps à l’exercice physique. En conséquence, la libre circulation de la pensée et des mots est freinée. Ils ne peuvent ni écrire ni parler avec la force et l’intensité nécessaires pour atteindre le cœur ; leurs efforts sont faibles et stériles. {CD 138.3}
Ceux à qui incombent d’importantes responsabilités, ceux, surtout, qui sont les gardiens des intérêts spirituels, doivent être des hommes de sens aigu et de perception rapide. Plus que d’autres, ils ont besoin d’être tempérés dans leur alimentation. La nourriture riche et luxueuse ne devrait pas avoir sa place sur leurs tables. {CD 138.4}
Chaque jour, des hommes en position de confiance ont des décisions à prendre dont dépendent des résultats d’une grande importance. Souvent, ils doivent réfléchir rapidement, et cela ne peut être fait avec succès que par ceux qui pratiquent une stricte tempérance. L’esprit se renforce sous le traitement correct des pouvoirs physiques et mentaux. Si la tension n’est pas trop grande, une nouvelle vigueur accompagne chaque taxation. Mais souvent, le travail de ceux qui ont des plans importants à considérer et des décisions importantes à prendre est affecté pour le mal par les résultats d’une mauvaise alimentation. Un estomac désordonné produit un état d’esprit désordonné et incertain. Souvent, cela provoque de l’irritabilité, de la dureté ou de l’injustice. De nombreux plans qui auraient été une bénédiction pour le monde ont été mis de côté, de nombreuses mesures injustes, oppressives, voire cruelles ont été prises, à la suite de conditions pathologiques dues à de mauvaises habitudes alimentaires.
Voici une suggestion pour tous ceux dont le travail est sédentaire ou principalement mental ; que ceux qui ont suffisamment de courage moral et de maîtrise de soi s’y essaient : à chaque repas, ne prenez que deux ou trois sortes d’aliments simples, et ne mangez pas plus qu’il n’en faut pour satisfaire la faim. Faites de l’exercice actif tous les jours et voyez si vous n’en tirez aucun bénéfice. {DC 139.1}
Les hommes forts qui sont engagés dans un travail physique actif ne sont pas obligés d’être aussi attentifs à la quantité ou à la qualité de leur nourriture que les personnes aux habitudes sédentaires ; mais même ceux-ci auraient une meilleure santé s’ils pratiquaient la maîtrise de soi en mangeant et en buvant. {CD 139.2}
Certains souhaitent qu’une règle exacte puisse être prescrite pour leur alimentation. Ils mangent avec excès, puis le regrettent, et ainsi ils continuent à penser à ce qu’ils mangent et boivent. Ce n’est pas comme il se doit. Une personne ne peut pas imposer une règle exacte à une autre. Chacun doit faire preuve de raison et de maîtrise de soi et doit agir par principe.
[Dîners tardifs particulièrement nocifs–270] {CD 139.3}
Indigestion et réunions du conseil d’administration
(1902) 7T 257, 258
226. Aux tables copieuses, les hommes mangent souvent beaucoup plus que ce qui peut être facilement digéré. L’estomac surchargé ne peut pas faire son travail correctement. Le résultat est une désagréable sensation d’engourdissement dans le cerveau, et l’esprit n’agit pas rapidement. La perturbation est créée par des combinaisons inappropriées d’aliments; la fermentation s’installe ; le sang est contaminé et le cerveau confus. {CD 139.4}
L’habitude de trop manger, ou de manger trop de types d’aliments en un seul repas, provoque fréquemment la dyspepsie. Des lésions graves sont ainsi infligées aux organes digestifs délicats. En vain l’estomac proteste et fait appel au cerveau pour raisonner de cause à effet. La quantité excessive de nourriture consommée, ou la mauvaise combinaison, fait son travail nuisible. En vain les pressentiments désagréables avertissent-ils. La souffrance en est la conséquence. La maladie prend la place de la santé. {CD 139.5}
Certains peuvent se demander : qu’est-ce que cela a à voir avec les réunions du conseil d’administration ? Beaucoup. Les effets d’une mauvaise alimentation sont présentés aux réunions du conseil et du conseil d’administration. Le cerveau est affecté par l’état de l’estomac. Un estomac désordonné est à l’origine d’un état d’esprit désordonné et incertain. Un estomac malade produit un état maladif du cerveau, et rend souvent obstiné à maintenir des opinions erronées. La prétendue sagesse d’un tel homme est une folie devant Dieu. {DC 140.1}
Je présente cela comme une cause de la situation dans de nombreuses réunions de conseils et de conseils d’administration, où des questions exigeant une étude approfondie ont été accordées mais peu de considération, et des décisions de la plus haute importance ont été prises à la hâte. Souvent, alors qu’il aurait dû y avoir unanimité de sentiments pour l’affirmative, des décisions négatives décidées ont complètement changé l’atmosphère d’une réunion. Ces résultats m’ont été présentés maintes et maintes fois. {CD 140.2}
Je présente ces questions maintenant parce qu’il m’a été demandé de dire à mes frères dans le ministère : Par l’intempérance en mangeant, vous vous disqualifiez pour voir clairement la différence entre le feu sacré et le feu commun. Et par cette intempérance, vous révélez aussi votre mépris pour les avertissements que le Seigneur vous a donnés. Sa parole pour vous est : « Qui est parmi vous qui craint le Seigneur, qui obéit à la voix de son serviteur, qui marche dans les ténèbres et qui n’a pas de lumière ? Qu’il se confie au nom du Seigneur et s’appuie sur son Dieu. … Ne nous approcherons-nous pas du Seigneur, afin qu’il nous sauve de toute intempérance dans le manger et le boire, de toute passion profane et lubrique, de toute méchanceté ? Ne devons-nous pas nous humilier devant Dieu, rejetant tout ce qui corrompt la chair et l’esprit, afin que, dans sa crainte, nous puissions parfaire la sainteté de caractère ? {CD 140.3}
Aucune recommandation de réforme de la santé
(1880) 4T 416, 417
227. Nos prédicateurs ne sont pas assez attentifs à leurs habitudes alimentaires. Ils consomment de trop grandes quantités de nourriture et une trop grande variété en un seul repas. Certains ne sont réformateurs que de nom. Ils n’ont pas de règles pour régler leur régime alimentaire, mais s’adonnent à manger des fruits ou des noix entre les repas, et imposent ainsi des charges trop lourdes aux organes digestifs. Certains mangent trois repas par jour, alors que deux seraient plus propices à la santé physique et spirituelle. Si les lois que Dieu a faites pour régir le système physique sont violées, la pénalité doit sûrement suivre. {CD 140.4}
A cause de l’imprudence de manger, les sens de certains semblent être à moitié paralysés, et ils sont paresseux et somnolents. Ces ministres au visage pâle qui souffrent en raison de l’indulgence égoïste de l’appétit, ne sont pas une recommandation de réforme sanitaire. En cas de surmenage, mieux vaut s’abstenir de manger de temps en temps, et ainsi donner à la nature une chance de se rallier. Nos travailleurs pourraient faire plus par leur exemple pour faire avancer la réforme de la santé qu’en la prêchant. Lorsque des préparations élaborées sont faites pour eux par des amis bien intentionnés, ils sont fortement tentés d’ignorer les principes ; mais en refusant les plats délicats, les condiments riches, le thé et le café, ils peuvent se révéler être des réformateurs pratiques de la santé. Certains souffrent maintenant d’avoir transgressé les lois de la vie, provoquant ainsi une stigmatisation sur la cause de la réforme de la santé.
Une indulgence excessive à manger, à boire, à dormir ou à voir est un péché. L’action harmonieuse et saine de toutes les puissances du corps et de l’esprit aboutit au bonheur ; et plus les pouvoirs sont élevés et raffinés, plus le bonheur est pur et sans mélange. {CD 141.2}
Creuser leurs tombes avec leurs dents
(1880) 4T 408, 409
228. La raison pour laquelle beaucoup de nos ministres se plaignent de la maladie est qu’ils ne font pas suffisamment d’exercice et se livrent à des excès alimentaires. Ils ne se rendent pas compte qu’un tel cours met en danger la constitution la plus forte. Ceux qui, comme vous, ont un tempérament paresseux, devraient manger très modérément et ne pas éviter les impôts physiques. Beaucoup de nos ministres creusent leur tombe avec leurs dents. Le système, en prenant soin de la charge placée sur les organes digestifs, souffre, et un sévère courant d’air est fait sur le cerveau. Pour chaque infraction commise contre les lois de la santé, le transgresseur doit payer la peine dans son propre corps. {CD 141.3}
CHAPITRE 8 – Contrôle de l’appétit
Échec de la maîtrise de soi le premier péché
(1864) Esp. Dons IV, 120
229. Adam et Eve en Eden étaient nobles de stature et parfaits en symétrie et en beauté. Ils étaient sans péché et en parfaite santé. Quel contraste avec la race humaine maintenant ! La beauté est partie. La santé parfaite n’est pas connue. Partout où nous regardons, nous voyons la maladie, la difformité et l’imbécillité. J’ai demandé la cause de cette merveilleuse dégénérescence, et on m’a renvoyé à Eden. La belle Eve a été séduite par le serpent pour manger du fruit du seul arbre dont Dieu leur avait interdit de manger, ou même de le toucher, de peur qu’ils ne meurent. {DC 145.1}
Eve avait tout pour la rendre heureuse. Elle était entourée de fruits de toutes sortes. Pourtant le fruit de l’arbre défendu lui paraissait plus désirable que le fruit de tous les autres arbres du jardin dont elle pouvait librement manger. Elle était intempérante dans ses désirs. Elle mangea, et par son influence, son mari mangea aussi, et une malédiction reposa sur eux deux. La terre aussi a été maudite à cause de leur péché. Et depuis la chute, l’intempérance sous presque toutes les formes existe. L’appétit a dominé la raison. La famille humaine a suivi une voie de désobéissance et, comme Eve, a été séduite par Satan pour ignorer les interdictions que Dieu a faites, se flattant que les conséquences ne seraient pas aussi effrayantes qu’on l’avait appréhendé. La famille humaine a violé les lois de la santé, et a couru à l’excès dans presque tout. La maladie n’a cessé d’augmenter. La cause a été suivie de l’effet. {CD 145.2}
Le jour de Noé et le nôtre
[CTBH 11, 12] (1890) CH 23, 24
230. Jésus, assis sur le mont des Oliviers, donna des instructions à ses disciples concernant les signes qui devaient précéder sa venue : « Comme furent les jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme. Car comme aux jours qui étaient avant le déluge, ils mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et ne le sut pas, jusqu’à ce que le déluge vint et les emporta tous ; ainsi en sera-t-il de la venue du Fils de l’homme. Les mêmes péchés qui ont amené des jugements sur le monde aux jours de Noé, existent de nos jours. Les hommes et les femmes poussent maintenant leur manger et leur boire si loin qu’ils se terminent par la gourmandise et l’ivresse. Ce péché dominant, l’indulgence d’un appétit perverti, enflamma les passions des hommes à l’époque de Noé et conduisit à une corruption généralisée. La violence et le péché ont atteint le ciel. Cette pollution morale a finalement été balayée de la terre au moyen du déluge. Les mêmes péchés de gourmandise et d’ivresse engourdissaient la sensibilité morale des habitants de Sodome, de sorte que le crime semblait être le délice des hommes et des femmes de cette ville méchante. Le Christ avertit ainsi le monde : « De même qu’il en était aux jours de Lot : ils mangèrent, ils burent, ils achetèrent, ils vendirent, ils plantèrent, ils bâtirent ; mais le jour même où Lot sortit de Sodome, il fit pleuvoir du feu et du soufre du ciel et les détruisit tous. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme sera révélé. {CD 145.3} Le Christ avertit ainsi le monde : « De même qu’il en était aux jours de Lot : ils mangèrent, ils burent, ils achetèrent, ils vendirent, ils plantèrent, ils bâtirent ; mais le jour même où Lot sortit de Sodome, il fit pleuvoir du feu et du soufre du ciel et les détruisit tous. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme sera révélé. {CD 145.3} Le Christ avertit ainsi le monde : « De même qu’il en était aux jours de Lot : ils mangèrent, ils burent, ils achetèrent, ils vendirent, ils plantèrent, ils bâtirent ; mais le jour même où Lot sortit de Sodome, il fit pleuvoir du feu et du soufre du ciel et les détruisit tous. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme sera révélé. {CD 145.3}
Christ nous a laissé ici une leçon des plus importantes. Il nous exposerait au danger de faire de notre alimentation et de notre boisson une priorité. Il présente le résultat d’une indulgence effrénée de l’appétit. Les pouvoirs moraux sont affaiblis, de sorte que le péché n’apparaît pas comme un péché. Le crime est considéré à la légère et la passion contrôle l’esprit, jusqu’à ce que les bons principes et les impulsions soient extirpés et que Dieu soit blasphémé. Tout cela est le résultat de manger et de boire à l’excès. C’est la condition même des choses dont Christ déclare qu’elles existeront à Sa seconde venue. {DC 146.1}
Le Sauveur nous présente quelque chose de plus élevé pour lequel travailler que simplement ce que nous mangerons et boirons, et de quoi nous serons vêtus. Manger, boire et s’habiller sont portés à un tel excès qu’ils deviennent des crimes. Ils font partie des péchés marqués des derniers jours et constituent un signe de la venue prochaine de Christ. Le temps, l’argent et la force, qui appartiennent au Seigneur, mais qu’il nous a confiés, sont gaspillés dans des vêtements superflus et des luxes pour l’appétit perverti, qui diminuent la vitalité et apportent souffrance et décadence. Il est impossible de présenter notre corps en sacrifice vivant à Dieu lorsque nous le remplissons continuellement de corruption et de maladie par notre propre indulgence pécheresse. {CD 146.2}
[CTBH 42, 43] (1890) CH 108-110
231. L’une des tentations les plus fortes auxquelles l’homme doit faire face est celle de l’appétit. Au commencement, le Seigneur a fait l’homme droit. Il a été créé avec un esprit parfaitement équilibré, la taille et la force de tous ses organes étant pleinement et harmonieusement développées. Mais à travers les séductions de l’ennemi rusé, l’interdiction de Dieu a été ignorée, et les lois de la nature ont exercé leur plein châtiment. . . . {DC 147.1}
Depuis le premier abandon à l’appétit, l’humanité est devenue de plus en plus complaisante, jusqu’à ce que la santé soit sacrifiée sur l’autel de l’appétit. Les habitants du monde antédiluvien étaient intempérants à manger et à boire. Ils auraient des viandes de chair, bien que Dieu n’ait à ce moment-là donné à l’homme aucune permission de manger de la nourriture animale. Ils mangèrent et burent jusqu’à ce que l’indulgence de leur appétit dépravé ne connaisse plus de limites, et ils devinrent si corrompus que Dieu ne put plus les supporter. Leur coupe d’iniquité était pleine, et Il a nettoyé la terre de sa pollution morale par un déluge. {CD 147.2}
SODOME ET GOMORRHE
Alors que les hommes se multipliaient sur la terre après le déluge, ils oublièrent de nouveau Dieu et corrompirent leurs voies devant lui. L’intempérance sous toutes ses formes s’accrut, jusqu’à ce que presque le monde entier fût livré à son empire. Des villes entières ont été balayées de la face de la terre à cause des crimes avilissants et de l’iniquité révoltante qui en ont fait une tache sur le beau champ des œuvres créées de Dieu. La satisfaction d’un appétit contre nature a conduit aux péchés qui ont causé la destruction de Sodome et Gomorrhe. Dieu attribue la chute de Babylone à sa gourmandise et à son ivresse. L’indulgence de l’appétit et de la passion était le fondement de tous leurs péchés. {CD 147.3}
Esaü vaincu par l’appétit
(1868) 2T 38
232. Esaü convoitait un plat favori et sacrifia son droit d’aînesse pour satisfaire son appétit. Après que son appétit lubrique ait été satisfait, il a vu sa folie, mais n’a trouvé aucune place pour le repentir bien qu’il l’ait recherché avec soin et avec des larmes. Il y en a beaucoup qui ressemblent à Esaü. Il représente une classe qui a une bénédiction spéciale et précieuse à sa portée, l’héritage immortel, une vie aussi durable que la vie de Dieu, le Créateur de l’univers, un bonheur incommensurable et un poids éternel de gloire, mais qui ont si longtemps assouvi leurs appétits, leurs passions et leurs inclinations, que leur faculté de discerner et d’apprécier la valeur des choses éternelles s’en trouve affaiblie. {CD 148.1}
Ésaü avait un désir spécial et fort pour un aliment particulier, et il s’était si longtemps satisfait de lui-même qu’il ne ressentait pas la nécessité de se détourner du plat tentant et convoité. Il y réfléchit, ne faisant aucun effort particulier pour restreindre son appétit, jusqu’à ce que le pouvoir de l’appétit l’emporte sur toute autre considération, et le contrôle, et il s’imagina qu’il subirait de grands inconvénients, et même la mort, s’il ne pouvait pas avoir cet appétit particulier. assiette. Plus il y pensait, plus son désir se renforçait, jusqu’à ce que son droit d’aînesse, qui était sacré, perde sa valeur et sa sacralité. {CD 148.2}
La soif d’Israël pour la chair
[CTBH 43, 44] (1890) CH 111, 112
233. Lorsque le Dieu d’Israël fit sortir son peuple d’Égypte, il leur refusa en grande quantité de la viande, mais leur donna du pain du ciel et de l’eau du rocher de silex. Avec cela, ils n’étaient pas satisfaits. Ils détestaient la nourriture qui leur était donnée et souhaitaient retourner en Égypte, où ils pourraient s’asseoir près des marmites. Ils ont préféré endurer l’esclavage, et même la mort, plutôt que d’être privés de chair. Dieu exauça leur désir, leur donnant de la chair et les laissant manger jusqu’à ce que leur gourmandise produise un fléau, dont beaucoup d’entre eux moururent. {CD 148.3}
TOUS CE SONT DES ÉCHANTILLONS
On pourrait citer exemple après exemple pour montrer les effets de céder à l’appétit. Il semblait peu de chose à nos premiers parents de transgresser le commandement de Dieu dans ce seul acte, – manger d’un arbre qui était si beau à voir et si agréable au goût, – mais cela a brisé leur allégeance à Dieu, et a ouvert les portes à un flot de culpabilité et de malheur qui a inondé le monde. {DC 149.1}
LE MONDE AUJOURD’HUI
La criminalité et la maladie ont augmenté avec chaque génération successive. L’intempérance dans le manger et le boire, et l’indulgence des passions les plus basses, ont engourdi les plus nobles facultés de l’homme. La raison, au lieu d’être la maîtresse, est devenue l’esclave de l’appétit dans une mesure alarmante. Un désir croissant d’aliments riches a été assouvi, jusqu’à ce qu’il soit devenu à la mode d’entasser dans l’estomac toutes les délices possibles. C’est surtout dans les fêtes de plaisir que l’appétit est satisfait avec peu de retenue. Des dîners riches et des soupers tardifs sont servis, composés de viandes très assaisonnées, avec des sauces riches, des gâteaux, des tartes, des glaces, du thé, du café, etc. . {CD 149.2}
(1864) Esp. Dons IV, 131, 132
234. L’état corrompu actuel du monde m’a été présenté. La vue était terrible. Je me suis demandé si les habitants de la terre n’avaient pas été détruits, comme les habitants de Sodome et de Gomorrhe. J’ai vu une raison suffisante pour l’état actuel de dégénérescence et de mortalité dans le monde. La passion aveugle contrôle la raison, et toute haute considération chez beaucoup est sacrifiée à la luxure. {CD 149.3}
Le premier grand mal était l’intempérance en mangeant et en buvant. Des hommes et des femmes se sont rendus esclaves de l’appétit. Ils sont intempérants dans le travail. Une grande quantité de travail acharné est effectuée pour obtenir de la nourriture pour leurs tables, ce qui nuit grandement au système déjà surchargé. Les femmes passent une grande partie de leur temps sur une cuisinière chauffée, préparant des plats très assaisonnés d’épices pour satisfaire le goût. En conséquence, les enfants sont délaissés et ne reçoivent pas d’instruction morale et religieuse. La mère surmenée néglige de cultiver une douceur de caractère qui est le soleil de la demeure. Les considérations éternelles deviennent secondaires. Tout le temps doit être employé à préparer ces choses pour l’appétit qui ruinent la santé, aigrissent l’humeur et obscurcissent les facultés de raisonnement. {CD 149.4}
(1890) CTBH 16
235. Nous rencontrons partout de l’intempérance. Nous le voyons sur les voitures, les bateaux à vapeur, et partout où nous allons ; et nous devrions nous demander ce que nous faisons pour sauver les âmes de l’emprise du tentateur. Satan est constamment en alerte pour amener la race entièrement sous son contrôle. Son emprise la plus forte sur l’homme se fait par l’appétit, et il cherche à le stimuler de toutes les manières possibles. Tous les excitants non naturels sont nocifs et cultivent le désir d’alcool. Comment pouvons-nous éclairer le peuple et prévenir les terribles maux qui résultent de l’utilisation de ces choses ? Avons-nous fait tout ce que nous pouvions faire dans ce sens ? {CD 150.1}
Adoration au sanctuaire de l’appétit pervers
(1882) 5T 196, 197
236. Dieu a accordé à ce peuple une grande lumière, mais nous ne sommes pas à l’abri de la tentation. Qui d’entre nous demande l’aide des dieux d’Ekron ? Regardez cette image – pas tirée de l’imagination. Chez combien, même parmi les adventistes du septième jour, ses caractéristiques principales peuvent-elles être vues ? Un invalide – apparemment très consciencieux, mais sectaire et autosuffisant – avoue librement son mépris pour les lois de la santé et de la vie, que la miséricorde divine nous a fait accepter en tant que peuple. Sa nourriture doit être préparée de manière à satisfaire ses envies morbides. Plutôt que de s’asseoir à une table où une nourriture saine est fournie, il fréquentera les restaurants, car il peut y satisfaire son appétit sans retenue. Ardent défenseur de la tempérance, il en méconnaît les principes fondateurs. Il veut du soulagement, mais refuse de l’obtenir au prix de l’abnégation. Cet homme adore au sanctuaire de l’appétit perverti. C’est un idolâtre. Les puissances qui, sanctifiées et anoblies, pourraient être employées à honorer Dieu, sont affaiblies et rendues de peu de service. Un tempérament irritable, un cerveau confus et des nerfs détendus sont parmi les résultats de son mépris des lois de la nature. Il est inefficace, peu fiable. {CD 150.2}
La victoire du Christ en notre faveur
(1876) 4T 44
237. Dans le désert de la tentation, Christ rencontra les grandes tentations majeures qui assailleraient l’homme. Là, il a rencontré, à lui seul, l’ennemi rusé et subtil, et l’a vaincu. La première grande tentation était sur l’appétit; le second, la présomption ; le troisième, l’amour du monde. Satan a vaincu ses millions en les tentant à l’indulgence de l’appétit. Grâce à la satisfaction du goût, le système nerveux s’excite et la puissance cérébrale s’affaiblit, ce qui rend impossible de penser calmement ou rationnellement. L’esprit est déséquilibré. Ses facultés supérieures et plus nobles sont perverties pour servir la convoitise animale, et les intérêts sacrés et éternels ne sont pas pris en compte. Lorsque cet objet est atteint, Satan peut venir avec ses deux autres principales tentations et trouver un accès facile. Ses multiples tentations découlent de ces trois grands points de repère. {DC 151.1}
(1898) DA 122, 123
238. De toutes les leçons à tirer de la première grande tentation de Notre-Seigneur, aucune n’est plus importante que celle portant sur le contrôle des appétits et des passions. À toutes les époques, les tentations faisant appel à la nature physique ont été les plus efficaces pour corrompre et dégrader l’humanité. Par l’intempérance, Satan travaille à détruire les pouvoirs mentaux et moraux que Dieu a donnés à l’homme comme une dotation inestimable. Ainsi, il devient impossible pour les hommes d’apprécier les choses d’une valeur éternelle. Par l’indulgence sensuelle, Satan cherche à effacer de l’âme toute trace de ressemblance avec Dieu. {CD 151.2}
L’indulgence incontrôlée et la maladie et la dégradation conséquentes qui existaient au premier avènement de Christ, existeront à nouveau, avec une intensité de mal, avant Sa seconde venue. Christ déclare que la condition du monde sera comme aux jours avant le déluge, et comme à Sodome et Gomorrhe. Toute imagination des pensées du cœur sera continuellement mauvaise. Nous vivons actuellement au seuil même de cette époque effrayante, et nous devrions recevoir la leçon du jeûne du Sauveur. Ce n’est que par l’angoisse inexprimable que le Christ a endurée que nous pouvons estimer le mal d’une indulgence effrénée. Son exemple déclare que notre seul espoir de vie éternelle est de soumettre les appétits et les passions à la volonté de Dieu. {CD 151.3}
REGARDEZ VERS LE SAUVEUR
Par nos propres forces, il nous est impossible de nier les clameurs de notre nature déchue. Par ce canal, Satan apportera la tentation sur nous. Le Christ savait que l’ennemi viendrait à chaque être humain, pour profiter de la faiblesse héréditaire, et par ses fausses insinuations pour piéger tous ceux dont la confiance n’est pas en Dieu. Et en passant sur le terrain que l’homme doit parcourir, notre Seigneur nous a préparé le chemin de la victoire. Ce n’est pas Sa volonté que nous soyons désavantagés dans le conflit avec Satan. Il ne voulait pas que nous soyons intimidés et découragés par les assauts du serpent. « Soyez de bonne humeur », dit-il ; “J’ai vaincu le monde.” {DC 152.1}
Que celui qui lutte contre le pouvoir de l’appétit regarde au Sauveur dans le désert de la tentation. Voyez-le dans son agonie sur la croix, alors qu’il s’exclamait : « J’ai soif. Il a enduré tout ce qu’il nous est possible de supporter. Sa victoire est la nôtre. {CD 152.2}
Jésus s’est reposé sur la sagesse et la force de son Père céleste. Il a déclaré : « Le Seigneur Dieu m’aidera ; c’est pourquoi je ne serai pas confondu. . . . Et je sais que je n’aurai pas honte. . . . Voici, le Seigneur Dieu m’aidera. Invoquant son propre exemple, il nous dit : « Qui d’entre vous craint l’Éternel, . . . qui marche dans les ténèbres et n’a pas de lumière? Qu’il se confie au nom du Seigneur et s’appuie sur son Dieu. {CD 152.3}
« Le prince de ce monde vient, dit Jésus, et il n’a rien en moi. Il n’y avait rien en Lui qui répondait aux sophismes de Satan. Il n’a pas consenti au péché. Pas même par une pensée il n’a cédé à la tentation. Donc c’est peut-être avec nous. L’humanité du Christ était unie à la divinité ; Il a été préparé pour le conflit par le séjour du Saint-Esprit. Et Il est venu pour nous faire participer à la nature divine. Tant que nous sommes unis à Lui par la foi, le péché n’a plus de pouvoir sur nous. Dieu tend la main de la foi en nous pour la diriger afin qu’elle saisisse fermement la divinité de Christ, afin que nous puissions atteindre la perfection de caractère. {CD 152.4}
(1875) 3T 561
239. Satan vient à l’homme, comme il est venu au Christ, avec ses tentations irrésistibles pour satisfaire l’appétit. Il connaît bien son pouvoir de vaincre l’homme sur ce point. Il a vaincu Adam et Eve en Eden par appétit, et ils ont perdu leur foyer bienheureux. Que de misère et de crime accumulés ont rempli notre monde à la suite de la chute d’Adam. Des villes entières ont été effacées de la surface de la terre à cause des crimes avilissants et de l’iniquité révoltante qui en ont fait une tache sur l’univers. L’indulgence de l’appétit était le fondement de tous leurs péchés. {DC 153.1}
(1890) CTBH16
240. Le Christ a commencé l’œuvre de rédemption là où la ruine a commencé. Son premier test était sur le même point où Adam a échoué. C’est par des tentations adressées à l’appétit que Satan avait vaincu une grande partie de la race humaine, et son succès lui avait fait sentir que le contrôle de cette planète déchue était entre ses mains. Mais en Christ, il a trouvé quelqu’un qui était capable de lui résister, et il a quitté le champ de bataille un ennemi vaincu. Jésus dit : « Il n’a rien en moi. Sa victoire est une assurance que nous pouvons nous aussi sortir vainqueurs de nos conflits avec l’ennemi. Mais ce n’est pas le but de notre Père céleste de nous sauver sans un effort de notre part pour coopérer avec Christ. Nous devons faire notre part, et la puissance divine, s’unissant à nos efforts, apportera la victoire.
[Pour nous, Christ a exercé une maîtrise de soi plus forte que la faim ou la mort – 295]
[Christ fortifié pour endurer par son jeûne ; Sa victoire un encouragement pour tous–296]
[Lorsqu’il a été le plus férocement tenté, Christ n’a rien mangé – 70]
[La force de la tentation de se laisser aller à l’appétit mesurée par l’angoisse du Christ pendant son jeûne–298] {CD 153.2}
L’exemple de Daniel pour vaincre
(1890) CTBH 22, 23
241. Les tentations à l’indulgence de l’appétit possèdent un pouvoir qui ne peut être surmonté que par l’aide que Dieu peut donner. Mais avec chaque tentation, nous avons la promesse de Dieu qu’il y aura un moyen d’échapper. Pourquoi, alors, tant de personnes sont-elles vaincues ? C’est parce qu’ils ne mettent pas leur confiance en Dieu. Ils ne se prévalent pas des moyens prévus pour leur sécurité. Les excuses offertes pour la satisfaction d’un appétit perverti n’ont donc aucun poids auprès de Dieu. {DC 154.1}
Daniel appréciait ses capacités humaines, mais il ne leur faisait pas confiance. Sa confiance était dans cette force que Dieu a promise à tous ceux qui viendront à lui dans une humble dépendance, s’appuyant entièrement sur sa puissance. {CD 154.2}
Il pensa dans son cœur qu’il ne se souillerait pas avec la portion de viande du roi, ni avec le vin qu’il buvait ; car il savait qu’un tel régime ne renforcerait pas ses capacités physiques ni n’augmenterait ses capacités mentales. Il n’utiliserait pas de vin, ni aucun autre stimulant non naturel ; il ne ferait rien pour obscurcir son esprit ; et Dieu lui a donné «la connaissance et l’habileté dans toute science et sagesse», et aussi «l’intelligence dans toutes les visions et tous les rêves». . . {CD 154.3}
Les parents de Daniel l’avaient formé dans son enfance à des habitudes de stricte tempérance. Ils lui avaient appris qu’il devait se conformer aux lois de la nature dans toutes ses habitudes ; que manger et boire avaient une influence directe sur sa nature physique, mentale et morale, et qu’il était responsable devant Dieu de ses capacités ; car il les considérait tous comme un don de Dieu et ne devait, par aucune ligne de conduite, les éclipser ou les paralyser. À la suite de cet enseignement, la loi de Dieu était exaltée dans son esprit et vénérée dans son cœur. Durant les premières années de sa captivité, Daniel traverse une épreuve qui va le familiariser avec la grandeur courtoise, l’hypocrisie et le paganisme. Étrange école en effet pour le préparer à une vie de sobriété, d’industrie et de fidélité ! Et pourtant, il a vécu sans être corrompu par l’atmosphère de mal dont il était entouré.
L’expérience de Daniel et de ses jeunes compagnons illustre les avantages qui peuvent résulter d’une alimentation sobre et montre ce que Dieu fera pour ceux qui coopéreront avec lui dans la purification et l’élévation de l’âme. Ils étaient un honneur pour Dieu, et une lumière brillante et éclatante dans la cour de Babylone. {DC 155.1}
Dans cette histoire, nous entendons la voix de Dieu s’adresser à nous individuellement, nous enjoignant de recueillir tous les précieux rayons de lumière sur ce sujet de la tempérance chrétienne, et de nous mettre en juste relation avec les lois de la santé. {CD 155.2}
[R. & H., 25 janvier 1881] CH 66
242. Et si Daniel et ses compagnons avaient fait un compromis avec ces officiers païens, et avaient cédé à la pression de l’occasion en mangeant et en buvant comme c’était la coutume chez les Babyloniens ? Ce seul cas de dérogation au principe aurait affaibli leur sens du bien et leur horreur du mal. L’indulgence de l’appétit aurait impliqué le sacrifice de la vigueur physique, de la clarté de l’intellect et de la puissance spirituelle. Un faux pas en aurait probablement entraîné d’autres, jusqu’à ce que, leur lien avec le ciel étant rompu, ils auraient été emportés par la tentation.
[Clarté d’esprit de Daniel due à un régime alimentaire simple et à une vie de prière–117]
[En savoir plus sur Daniel–33, 34, 117] {CD 155.3}
Notre devoir chrétien
(1868) 2T 65
243. Lorsque nous réaliserons les exigences de Dieu, nous verrons qu’Il exige que nous soyons tempérés en toutes choses. La fin de notre création est de glorifier Dieu dans nos corps et nos esprits qui sont les siens. Comment pouvons-nous faire cela quand nous nous livrons à l’appétit de blesser les pouvoirs physiques et moraux ? Dieu exige que nous offrions notre corps en sacrifice vivant. Ensuite, le devoir nous est imposé de conserver ce corps dans le meilleur état de santé possible, afin que nous puissions nous conformer à ses exigences. « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. {CD 155.4}
(1900) 6T 374, 375
244. L’apôtre Paul écrit : « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans une course courent tous, mais qu’un seul remporte le prix ? Courez donc, afin que vous puissiez obtenir. Et tout homme qui lutte pour la maîtrise est tempéré en toutes choses. Maintenant, ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous sommes incorruptibles. Je cours donc ainsi, pas comme incertitude; ainsi je combats, pas comme celui qui bat l’air; mais je garde sous mon corps, et le soumets ; de peur qu’en aucune manière, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé. 1 Corinthiens 9:24-27. {DC 156.1}
Il y en a beaucoup dans le monde qui s’adonnent à des habitudes pernicieuses. L’appétit est la loi qui les gouverne ; et à cause de leurs mauvaises habitudes, le sens moral est obscurci et le pouvoir de discerner les choses sacrées est en grande partie détruit. Mais il faut que les chrétiens soient strictement tempérés. Ils devraient placer leur standard haut. La modération en mangeant, en buvant et en s’habillant est essentielle. Le principe devrait régner au lieu de l’appétit ou de la fantaisie. Ceux qui mangent trop, ou dont la nourriture est d’une qualité répréhensible, sont facilement entraînés dans la dissipation et dans d’autres ” convoitises folles et nuisibles, qui noient les hommes dans la destruction et la perdition “. 1 Timothée 6:9. Les « ouvriers avec Dieu » devraient utiliser chaque parcelle de leur influence pour encourager la propagation des vrais principes de tempérance. {CD 156.2}
Cela signifie beaucoup d’être fidèle à Dieu. Il a des droits sur tous ceux qui sont engagés à Son service. Il désire que l’esprit et le corps soient conservés dans le meilleur état de santé, chaque pouvoir et dotation sous le contrôle divin, et aussi vigoureux que des habitudes soigneuses et strictement tempérées peuvent les rendre. Nous sommes dans l’obligation envers Dieu de nous consacrer sans réserve à Lui, corps et âme, avec toutes les facultés appréciées comme Ses dons confiés, pour être employés à Son service. {CD 156.3}
Toutes nos énergies et nos capacités doivent être constamment renforcées et améliorées pendant cette période probatoire. Seuls ceux qui apprécient ces principes et ont été formés pour prendre soin de leur corps intelligemment et dans la crainte de Dieu, devraient être choisis pour assumer des responsabilités dans ce travail. Ceux qui sont depuis longtemps dans la vérité, mais qui ne peuvent pas distinguer entre les principes purs de la justice et les principes du mal, dont la compréhension en ce qui concerne la justice, la miséricorde et l’amour de Dieu est obscurcie, devraient être relevés de leurs responsabilités. Chaque église a besoin d’un témoignage clair et net, donnant à la trompette un certain son. {CD 156.4}
Si nous pouvons éveiller la sensibilité morale de notre peuple au sujet de la tempérance, une grande victoire sera remportée. La tempérance dans toutes les choses de cette vie doit être enseignée et pratiquée. La tempérance dans le manger, le boire, le dormir et l’habillement est un des grands principes de la vie religieuse. La vérité introduite dans le sanctuaire de l’âme guidera dans le traitement du corps. Rien de ce qui concerne la santé de l’agent humain ne doit être considéré avec indifférence. Notre bien-être éternel dépend de l’utilisation que nous faisons au cours de cette vie de notre temps, de notre force et de notre influence. {DC 157.1}
Esclaves de l’appétit
(1864) Esp. Dons IV, 129-131
245. Il y a une classe qui professe croire la vérité, qui n’utilise pas de tabac, de tabac à priser, de thé ou de café, mais qui est coupable de satisfaire l’appétit d’une manière différente. Ils ont soif de viandes très assaisonnées, avec des sauces riches, et leur appétit est devenu si perverti qu’ils ne peuvent même pas être satisfaits de la viande, à moins qu’elle ne soit préparée de la manière la plus nuisible. L’estomac est fiévreux, les organes digestifs sont sollicités, et pourtant l’estomac travaille dur pour se débarrasser de la charge qui lui est imposée. Une fois que l’estomac a accompli sa tâche, il s’épuise, ce qui provoque des évanouissements. Ici, beaucoup se trompent et pensent que c’est le manque de nourriture qui produit de telles sensations, et sans donner à l’estomac le temps de se reposer, ils prennent plus de nourriture, ce qui, pour le moment, fait disparaître le malaise. Et plus l’appétit est satisfait, plus ses clameurs de gratification seront nombreuses. Ce malaise est généralement le résultat de manger de la viande, et de manger fréquemment, et trop. . . . {CD 157.2}
Parce que c’est la mode, en harmonie avec l’appétit morbide, les gâteaux riches, les tartes et les puddings, et toutes les choses nuisibles, s’entassent dans l’estomac. La table doit être chargée avec une variété, ou l’appétit dépravé ne peut être satisfait. Le matin, ces esclaves de l’appétit ont souvent une haleine impure et une langue fourrée. Ils ne jouissent pas de la santé et se demandent pourquoi ils souffrent de douleurs, de maux de tête et de divers maux. Beaucoup mangent trois fois par jour, et encore juste avant d’aller se coucher. En peu de temps les organes digestifs s’usent, car ils n’ont pas eu le temps de se reposer. Ceux-ci deviennent de misérables dyspeptiques et se demandent ce qui les a rendus ainsi. La cause a apporté le résultat sûr. Un deuxième repas ne doit jamais être pris avant que l’estomac n’ait eu le temps de se reposer du travail de digestion du repas précédent. Si un troisième repas est consommé, il doit être léger, et plusieurs heures avant d’aller au lit. {CD 158.1}
Beaucoup sont si dévoués à l’intempérance qu’ils ne changeront pas leur tendance à se livrer à la gourmandise sous aucun prétexte. Ils préféreraient sacrifier leur santé et mourir prématurément, que de restreindre leur appétit intempérant. Et nombreux sont ceux qui ignorent la relation entre leur alimentation et leur consommation d’alcool et la santé. Pourraient-ils être éclairés, ils pourraient avoir le courage moral de nier l’appétit et de manger avec plus de parcimonie, et de cette seule nourriture qui est saine, et par leur propre ligne de conduite s’épargner une grande quantité de souffrances. {CD 158.2}
ÉDUQUER L’APPÉTIT
Les personnes qui ont satisfait leur appétit en mangeant librement de la viande, des sauces très assaisonnées et diverses sortes de gâteaux riches et de conserves, ne peuvent pas immédiatement savourer un régime simple, sain et nutritif. Leur goût est si perverti qu’ils n’ont aucun appétit pour une alimentation saine composée de fruits, de pain ordinaire et de légumes. Ils ne doivent pas s’attendre à goûter d’abord une nourriture si différente de celle qu’ils se sont permis de manger. S’ils ne peuvent pas d’abord profiter de la nourriture ordinaire, ils doivent jeûner jusqu’à ce qu’ils le puissent. Ce jeûne leur sera plus bénéfique que la médecine, car l’estomac malmené trouvera le repos dont il a longtemps besoin, et la vraie faim pourra être satisfaite par un régime simple. Il faudra du temps au goût pour se remettre des abus qu’il a reçus et retrouver son ton naturel. Mais la persévérance dans un cours d’abnégation de manger et de boire rendra bientôt agréable au goût une nourriture simple et saine, et elle sera bientôt mangée avec une plus grande satisfaction que l’épicurien n’en apprécie ses riches friandises. {CD 158.3}
L’estomac n’est pas fiévreux de viande et surmené, mais il est en bonne santé et peut facilement s’acquitter de sa tâche. La réforme ne devrait pas tarder. Des efforts doivent être faits pour préserver soigneusement la force restante des forces vitales, en supprimant tout fardeau excessif. L’estomac peut ne jamais recouvrer complètement la santé, mais un régime alimentaire approprié évitera une plus grande faiblesse, et beaucoup se rétabliront plus ou moins, à moins qu’ils ne soient allés très loin dans l’auto-meurtre glouton. {DC 159.1}
Ceux qui se laissent devenir esclaves d’un appétit glouton, vont souvent plus loin encore, et s’avilissent en se livrant à leurs passions corrompues, excitées par l’intempérance à manger et à boire. Ils laissent libre cours à leurs passions avilissantes, jusqu’à ce que la santé et l’intellect en souffrent grandement. Les facultés de raisonnement sont en grande partie détruites par les mauvaises habitudes. {CD 159.2}
Effet de l’indulgence, physique, mental, moral
(1890) CTBH 83
246. Beaucoup d’étudiants ignorent déplorablement le fait que l’alimentation exerce une puissante influence sur la santé. Certains n’ont jamais fait d’effort déterminé pour contrôler leur appétit ou pour observer des règles appropriées en matière de régime alimentaire. Ils mangent trop, même à leurs repas, et certains mangent entre les repas chaque fois que la tentation se présente. Si ceux qui professent être chrétiens désirent résoudre les questions qui les embarrassent tant, pourquoi leur esprit est si obtus, pourquoi leurs aspirations religieuses sont si faibles, ils n’ont pas besoin, dans de nombreux cas, d’aller plus loin que la table ; voilà une cause suffisante, s’il n’y en avait pas d’autre. {CD 159.3}
Beaucoup se séparent de Dieu par l’indulgence de leur appétit. Celui qui remarque la chute d’un moineau, qui compte jusqu’aux cheveux de la tête, marque le péché de ceux qui se livrent à un appétit perverti aux dépens d’affaiblir les pouvoirs physiques, d’engourdir l’intellect et d’amortir les perceptions morales. {CD 159.4}
Un futur jour de remords
(1882) 5T 135
247. Beaucoup sont incapables à la fois mentalement et physiquement par la suralimentation et la satisfaction des passions lubriques. Les penchants animaux sont renforcés, tandis que la nature morale et spirituelle est affaiblie. Quand nous nous tiendrons autour du grand trône blanc, quel record la vie de beaucoup de personnes alors présentes sera-t-elle. Alors verront-ils ce qu’ils auraient pu faire s’ils n’avaient pas avili leurs pouvoirs donnés par Dieu. C’est alors qu’ils se rendront compte du sommet de grandeur intellectuelle qu’ils auraient pu atteindre s’ils avaient donné à Dieu toute la force physique et mentale qu’il leur avait confiée. Dans leur agonie ou leurs remords, ils aspireront à revivre leur vie.
[Effets mentaux et physiques de la suralimentation–219, 220] {CD 160.1}
Appétit contre nature à contenir
(1890) CTBH 150, 151
248. La Providence a conduit le peuple de Dieu hors des habitudes extravagantes du monde, loin de l’indulgence de l’appétit et de la passion, pour prendre position sur la plate-forme de l’abnégation et de la tempérance en toutes choses. Le peuple que Dieu conduit sera particulier. Ils ne seront pas comme le monde. S’ils suivent les directives de Dieu, ils accompliront Ses desseins et soumettront leur volonté à Sa volonté. Christ habitera dans le cœur. Le temple de Dieu sera saint. Votre corps, dit l’apôtre, est le temple du Saint-Esprit. Dieu n’exige pas de ses enfants qu’ils se refusent à l’injure de la force physique. Il les oblige à obéir à la loi naturelle, afin de préserver la santé physique. Le chemin de la nature est le chemin qu’il trace, et il est assez large pour tout chrétien. D’une main somptueuse, Dieu nous a fourni des générosités riches et variées pour notre subsistance et notre plaisir. Mais pour que nous puissions profiter de l’appétit naturel, qui préservera la santé et prolongera la vie, Il restreint l’appétit. Il dit : Attention ! restreindre, nier, appétit contre nature. Si nous créons un appétit perverti, nous violons les lois de notre être et assumons la responsabilité d’abuser de notre corps et d’apporter la maladie sur nous-mêmes. {CD 160.2}
(1909) 9T 153, 154
249. Ceux qui ont reçu des instructions concernant les méfaits de l’utilisation des aliments carnés, du thé et du café, et des préparations alimentaires riches et malsaines, et qui sont déterminés à faire alliance avec Dieu par le sacrifice, ne continueront pas à assouvir leur appétit pour aliments qu’ils savent malsains. Dieu exige que les appétits soient purifiés et que l’abnégation soit pratiquée en ce qui concerne les choses qui ne sont pas bonnes. C’est une œuvre qui devra être accomplie avant que son peuple puisse se tenir devant lui en tant que peuple rendu parfait. {CD 161.1}
Réformateur de la santé, septembre 1871
250. Dieu n’a pas changé, Il ne propose pas non plus de changer notre organisme physique, afin que nous puissions violer une seule loi sans ressentir les effets de sa violation. Mais beaucoup ferment volontiers les yeux à la lumière…. En se livrant à leurs penchants et à leurs appétits, ils violent les lois de la vie et de la santé ; et s’ils obéissent à leur conscience, ils doivent être contrôlés par principe dans leur alimentation et leur habillement, plutôt que d’être conduits par l’inclination, la mode et l’appétit. {CD 161.2}
L’utilité des ouvriers de Dieu dépend d’un appétit contrôlé
Lettre 158, 1909
251. Présentez au peuple la nécessité de résister à la tentation de se laisser aller à l’appétit. C’est là que beaucoup échouent. Expliquez à quel point le corps et l’esprit sont étroitement liés et montrez la nécessité de maintenir les deux dans les meilleures conditions…. {CD 161.3}
Tous ceux qui se livrent à l’appétit, gaspillent les énergies physiques et affaiblissent le pouvoir moral, ressentiront tôt ou tard le châtiment qui suit la transgression de la loi physique. {CD 161.4}
Christ a donné sa vie pour acheter la rédemption du pécheur. Le Rédempteur du monde savait que l’indulgence de l’appétit amenait la débilité physique et étouffait les facultés de perception de sorte que les choses sacrées et éternelles ne pouvaient pas être discernées. Il savait que l’auto-indulgence pervertissait les pouvoirs moraux, et que le grand besoin de l’homme était la conversion, dans le cœur, l’esprit et l’âme, d’une vie d’auto-indulgence à une vie d’abnégation et d’abnégation. Que le Seigneur vous aide en tant que serviteur à faire appel aux ministres et à réveiller les églises endormies. Que vos travaux de médecin et de ministre soient en harmonie. C’est pour cela que nos sanatoriums sont établis, pour prêcher la vérité de la vraie tempérance. . . . {CD 161.5}
En tant que peuple, nous devons nous réformer, et en particulier les ministres et les enseignants de la parole doivent se réformer. Je suis chargé de dire à nos ministres et aux présidents de nos conférences : Votre utilité en tant qu’ouvriers pour Dieu dans l’œuvre de récupération des âmes périssantes dépend beaucoup de votre succès à vaincre l’appétit. Surmontez le désir de satisfaire l’appétit, et si vous le faites, vos passions seront facilement contrôlées. Alors vos pouvoirs mentaux et moraux seront plus forts. « Et ils ont vaincu. . . par le sang de l’Agneau et par la parole de leur témoignage. {CD 162.1}
Un appel à un compagnon de travail
Lettre 49, 1892
252. Le Seigneur vous a choisi pour faire Son œuvre, et si vous travaillez soigneusement, prudemment, et apportez vos habitudes alimentaires sous contrôle strict à la connaissance et à la raison, vous passerez des heures beaucoup plus agréables et confortables que si vous agissiez imprudemment. Freinez, maintenez votre appétit sous stricte charge, puis laissez-vous entre les mains de Dieu. Prolongez votre vie en vous surveillant attentivement. {CD 162.2}
L’abstinence augmente la vigueur
(1875) 3T 490-492
253. Les hommes qui sont occupés à donner le dernier message d’avertissement au monde, un message qui doit décider du destin des âmes, devraient faire une application pratique dans leur propre vie des vérités qu’ils prêchent aux autres. Ils devraient être des exemples pour les gens dans leur alimentation, dans leur consommation d’alcool, dans leur conversation chaste et leur conduite. La gourmandise, l’indulgence des passions les plus basses et les péchés graves sont cachés sous le couvert de la sainteté par de nombreux représentants professés du Christ à travers notre monde. Il y a des hommes d’une excellente capacité naturelle dont le travail n’accomplit pas la moitié de ce qu’il pourrait s’ils étaient modérés en toutes choses. L’indulgence de l’appétit et de la passion obscurcit l’esprit, diminue la force physique et affaiblit la puissance morale. Leurs pensées ne sont pas claires. Leurs paroles ne sont pas prononcées avec puissance, ne sont pas vivifiés par l’Esprit de Dieu pour atteindre le cœur des auditeurs. {CD 162.3}
Comme nos premiers parents ont perdu Eden par l’indulgence de l’appétit, notre seul espoir de regagner Eden est par le refus ferme de l’appétit et de la passion. L’abstinence dans le régime alimentaire et le contrôle de toutes les passions préserveront l’intellect et donneront de la vigueur mentale et morale, permettant aux hommes de soumettre toutes leurs propensions au contrôle des puissances supérieures et de discerner entre le bien et le mal, le sacré et le commun. . Tous ceux qui ont un vrai sens du sacrifice consenti par le Christ en quittant sa demeure céleste pour venir dans ce monde afin qu’il puisse, par sa propre vie, montrer à l’homme comment résister à la tentation, se renieront joyeusement et choisiront d’être participants avec le Christ de sa souffrances. {CD 163.1}
La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. Ceux qui vainquent comme Christ a vaincu devront constamment se protéger contre les tentations de Satan. L’appétit et les passions doivent être restreints et sous le contrôle d’une conscience éclairée, afin que l’intellect puisse être intact, les facultés de perception claires, afin que l’action de Satan et ses pièges ne puissent être interprétés comme étant la providence de Dieu. Beaucoup désirent la récompense finale et la victoire qui doivent être données aux vainqueurs, mais ne sont pas disposés à endurer le labeur, les privations et le renoncement à eux-mêmes, comme l’a fait leur Rédempteur. Ce n’est que par l’obéissance et un effort continuel que nous vaincrons comme Christ a vaincu. {CD 163.2}
Le pouvoir de contrôle de l’appétit entraînera la ruine de milliers, alors que, s’ils avaient vaincu sur ce point, ils auraient eu le pouvoir moral de remporter la victoire sur toutes les autres tentations de Satan. Mais ceux qui sont esclaves de l’appétit échoueront à perfectionner le caractère chrétien. La transgression continuelle de l’homme pendant six mille ans a apporté la maladie, la douleur et la mort comme fruits. Et alors que nous approchons de la fin des temps, la tentation de Satan de se laisser aller à l’appétit sera plus puissante et plus difficile à surmonter.
[Le chemin de l’abnégation dans l’alimentation est le chemin de la santé–473] {CD 163.3}
Relation entre les habitudes et la sanctification
R. & H., 25 janvier 1881
254. Il est impossible à quiconque de jouir de la bénédiction de la sanctification tant qu’il est égoïste et gourmand. Ceux-ci gémissent sous un fardeau d’infirmités à cause de mauvaises habitudes de manger et de boire, qui violent les lois de la vie et de la santé. Beaucoup affaiblissent leurs organes digestifs en se livrant à un appétit perverti. Le pouvoir de la constitution humaine de résister aux abus qu’on lui inflige est merveilleux ; mais les mauvaises habitudes persistantes de manger et de boire excessivement affaibliront toutes les fonctions du corps. Que ces faibles considèrent ce qu’ils auraient pu être s’ils avaient vécu avec modération et favorisé la santé au lieu d’en abuser. Dans la satisfaction d’un appétit et d’une passion pervertis, même les soi-disant chrétiens paralysent la nature dans son travail et diminuent sa puissance physique, mentale et morale. Certains qui font cela prétendent être sanctifiés par Dieu ; mais une telle prétention est sans fondement. . . . {CD 164.1}
« Un fils honore son père, et un serviteur son maître ; si donc je suis un père, où est mon honneur ? et si je suis un Maître, où est ma peur ? vous dit l’Éternel des armées, ô prêtres, qui méprisez mon nom. Et vous dites : En quoi avons-nous méprisé ton nom ? Vous offrez du pain souillé sur Mon autel; et vous dites : En quoi t’avons-nous souillé ? En ce que vous dites : La table du Seigneur est méprisable. Et si vous offrez des aveugles en sacrifice, n’est-ce pas mal ? et si vous offrez des boiteux et des malades, n’est-ce pas mal? offre-le maintenant à ton gouverneur; sera-t-il content de toi, ou acceptera-t-il ta personne ? dit le Seigneur des armées. Vous avez apporté ce qui était déchiré, et les boiteux, et les malades; ainsi vous avez apporté une offrande; dois-je accepter cela de ta main? dit le Seigneur. {CD 164.2}
Portons une attention particulière à ces avertissements et à ces reproches. Bien qu’adressées à l’ancien Israël, elles ne s’appliquent pas moins au peuple de Dieu d’aujourd’hui. Et nous devrions considérer les paroles de l’apôtre dans lesquelles il appelle ses frères, par la miséricorde de Dieu, à présenter leurs corps, “un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu”. C’est la vraie sanctification. Ce n’est pas simplement une théorie, une émotion ou une forme de mots, mais un principe vivant, actif, entrant dans la vie quotidienne. Cela exige que nos habitudes de manger, de boire et de nous habiller soient telles qu’elles assurent la préservation de la santé physique, mentale et morale, afin que nous puissions présenter notre corps au Seigneur – non pas une offrande corrompue par de mauvaises habitudes mais – “une sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. {CD 164.3}
Que personne qui professe la piété ne regarde avec indifférence la santé du corps et ne se flatte que l’intempérance n’est pas un péché et n’affectera pas sa spiritualité. Une étroite sympathie existe entre la nature physique et la nature morale. {CD 165.1}
Décision de caractère requise
Lettre 166, 1903
255. Nier l’appétit exige une décision de caractère. Faute de cette décision, des multitudes sont ruinées. Faibles, flexibles, faciles à diriger, beaucoup d’hommes et de femmes échouent totalement à devenir ce que Dieu veut qu’ils soient. Ceux qui sont dépourvus de décision de caractère ne peuvent pas réussir le travail quotidien de vaincre. Le monde est plein d’hommes et de femmes abrutis, intempérants, faibles d’esprit, et combien il est difficile pour eux de devenir de véritables chrétiens. {CD 165.2}
Que dit le grand missionnaire médical ? – « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. C’est le travail de Satan de tenter les hommes pour tenter leurs semblables. Il s’efforce d’inciter les hommes à être des ouvriers avec lui dans son œuvre de destruction. Il s’efforce de les amener à se donner si complètement à l’indulgence de l’appétit et aux amusements excitants et aux folies dont la nature humaine a naturellement besoin, mais que la parole de Dieu interdit décidément, qu’ils peuvent être classés comme ses aides – travaillant avec lui pour détruire l’image de Dieu dans l’homme. {CD 165.3}
A travers les fortes tentations des principautés et des puissances, beaucoup sont pris au piège. Esclaves du caprice de l’appétit, ils sont abrutis et dégradés. . . . {CD 165.4}
“Quoi? Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez de Dieu, et que vous ne vous appartenez pas ? Car vous avez été rachetés à grand prix : glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. {CD 166.1}
Ceux qui réalisent constamment qu’ils sont dans cette relation avec Dieu ne mettront pas dans l’estomac des aliments qui plaisent à l’appétit, mais qui blessent les organes digestifs. Ils ne gâcheront pas la propriété de Dieu en se livrant à de mauvaises habitudes de manger, de boire ou de s’habiller. Ils prendront grand soin de la machinerie humaine, réalisant qu’ils doivent le faire afin de travailler en partenariat avec Dieu. Il veut qu’ils soient sains, heureux et utiles. Mais pour qu’ils soient cela, ils doivent placer leur volonté du côté de Sa volonté. {CD 166.2}
Réformateur de la santé, mai 1878
256. Les tentations envoûtantes de suivre la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie se rencontrent de tous côtés. L’exercice d’un principe ferme et un contrôle strict des appétits et des passions, au nom de Jésus le Conquérant, seuls nous mèneront en toute sécurité dans la vie. {CD 166.3}
La vaine tentative de réformer progressivement
MS 86, 1897
257. Quelques-uns disent que lorsqu’on s’efforcera de les éclairer sur ce point [USAGE DES ALCOOLS ET DU TABAC], je m’arrêterai peu à peu. Mais Satan se moque de toutes ces décisions. Il dit : Ils sont en sécurité en mon pouvoir. Je n’ai pas peur d’eux sur ce terrain. Mais il sait qu’il n’a aucun pouvoir sur l’homme qui, lorsque les pécheurs l’attirent, a le courage moral de dire non carrément et positivement. Un tel homme a rejeté la compagnie du diable, et tant qu’il tient à Jésus-Christ, il est en sécurité. Il se tient là où les anges célestes peuvent se connecter avec lui, lui donnant le pouvoir moral de vaincre. {CD 166.4}
L’appel de Pierre
(1890) CTBH 53, 54
258. L’apôtre Pierre comprenait la relation entre l’esprit et le corps, et éleva la voix pour avertir ses frères : « Bien-aimés, je vous en supplie, en tant qu’étrangers et pèlerins, abstenez-vous des convoitises charnelles, qui font la guerre à l’âme. Beaucoup considèrent ce texte uniquement comme un avertissement contre la licence ; mais il a un sens plus large. Elle interdit toute satisfaction nuisible de l’appétit ou de la passion. Tout appétit perverti devient une convoitise guerrière. L’appétit nous a été donné pour une bonne fin, ne pas devenir ministre de la mort en étant perverti, et dégénérer ainsi en « convoitises qui font la guerre à l’âme ». . . . {CD 166.5}
La force de la tentation de se laisser aller à l’appétit ne peut se mesurer qu’à l’inexprimable angoisse de notre Rédempteur dans ce long jeûne dans le désert. Il savait que l’indulgence d’un appétit perverti étoufferait tellement les perceptions de l’homme que les choses sacrées ne pourraient pas être discernées. Adam est tombé par l’indulgence de l’appétit; Christ a vaincu par le refus de l’appétit. Et notre seul espoir de regagner Eden passe par une ferme maîtrise de soi. Si le pouvoir de l’appétit satisfait était si fort sur la race que, pour briser son emprise, le divin Fils de Dieu, au nom de l’homme, devait endurer un jeûne de près de six semaines, quelle œuvre est devant le chrétien ! Pourtant, aussi grande que soit la lutte, il peut vaincre. Avec l’aide de cette puissance divine qui a résisté aux tentations les plus féroces que Satan ait pu inventer, lui aussi peut être entièrement couronné de succès dans sa guerre contre le mal, et qu’il puisse enfin porter la couronne du vainqueur dans le royaume de Dieu. {CD 167.1}
Par le Pouvoir de la Volonté et la Grâce de Dieu
(1890) CTBH 37
259. Par l’appétit, Satan contrôle le mental et tout l’être. Des milliers qui auraient pu vivre sont tombés dans la tombe, naufrages physiques, mentaux et moraux, parce qu’ils ont sacrifié toutes leurs forces à l’indulgence de l’appétit. La nécessité pour les hommes de cette génération d’appeler à leur aide la puissance de la volonté, renforcée par la grâce de Dieu, pour résister aux tentations de Satan, et résister à la moindre indulgence d’appétit perverti, est bien plus grande qu’elle ne l’était. il y a plusieurs générations. Mais la génération actuelle a moins de pouvoir de maîtrise de soi que ceux qui ont vécu alors. {CD 167.2}
(1881) 4T 574
260. Rares sont ceux qui ont la force morale de résister à la tentation, en particulier de l’appétit, et de pratiquer l’abnégation. Pour certains, c’est une tentation trop forte pour résister de voir les autres manger le troisième repas ; et ils s’imaginent avoir faim, alors que la sensation n’est pas un appel de l’estomac pour la nourriture, mais un désir de l’esprit qui n’a pas été fortifié par un principe ferme et discipliné à l’abnégation. Les murs de la maîtrise de soi et de l’auto-restriction ne doivent pas être affaiblis et brisés en un seul cas. Paul, l’apôtre des Gentils, dit : « Je garde sous mon corps, et je le soumets ; de peur qu’en aucune manière, après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même un naufragé. {CD 168.1}
Ceux qui ne triomphent pas dans les petites choses n’auront pas le pouvoir moral de résister à de plus grandes tentations. {CD 168.2}
(1905) MH 323
261. Considérez attentivement votre alimentation. Étude de cause à effet. Cultivez la maîtrise de soi. Gardez l’appétit sous le contrôle de la raison. N’abusez jamais de l’estomac en mangeant avec excès, mais ne vous privez pas des aliments sains et savoureux qu’exige la santé. {CD 168.3}
(1900) 6T 336
262. Dans votre association avec les incroyants, ne vous laissez pas détourner des principes justes. Si vous vous asseyez à leur table, mangez avec modération, et seulement de la nourriture qui ne confondra pas l’esprit. Restez à l’écart de l’intempérance. Vous ne pouvez pas vous permettre d’affaiblir vos pouvoirs mentaux ou physiques, de peur de devenir incapable de discerner les choses spirituelles. Gardez votre esprit dans un état tel que Dieu puisse l’imprimer avec les précieuses vérités de sa parole. {CD 168.4}
Une question de courage moral
(1870) 2T 374
263. Certains d’entre vous ont l’impression que vous aimeriez que quelqu’un vous dise combien manger. Ce n’est pas ainsi que cela devrait être. Nous devons agir d’un point de vue moral et religieux. Nous devons être tempérés en toutes choses, car une couronne incorruptible, un trésor céleste, est devant nous. Et maintenant je veux dire à mes frères et sœurs, j’aurais le courage moral de prendre ma position et de me gouverner. Je ne voudrais pas mettre ça sur quelqu’un d’autre. Vous mangez trop et ensuite vous êtes désolé, et donc vous continuez à penser à ce que vous mangez et buvez. Mangez simplement ce qui est pour le mieux et partez tout de suite, vous sentant clair aux yeux du Ciel, et n’ayant pas de remords de conscience. Nous ne croyons pas qu’il faille éliminer complètement les tentations des enfants ou des adultes. Nous avons tous une guerre devant nous, et doit se tenir en position de résister aux tentations de Satan; et nous voulons savoir que nous possédons en nous le pouvoir de le faire. {CD 168.5}
Lettre 324, 1905
264. On me donne un message à vous donner : Mangez à des heures régulières. Par de mauvaises habitudes alimentaires, vous vous préparez à de futures souffrances. Il n’est pas toujours prudent de se conformer aux invitations à des repas, même si elles sont faites par vos frères et amis, qui souhaitent vous prodiguer de nombreuses sortes de nourriture. Vous savez que vous pouvez manger deux ou trois types d’aliments lors d’un repas sans endommager vos organes digestifs. Lorsque vous êtes invité à un repas, évitez les nombreuses variétés de nourriture que ceux qui vous ont invités vous proposent. C’est ce que vous devez faire si vous voulez être une sentinelle fidèle. Lorsqu’on place devant nous des aliments qui, s’ils étaient consommés, causeraient aux organes digestifs des heures de dur labeur, nous ne devons pas, si nous mangeons ces aliments, blâmer ceux qui les ont mis devant nous pour le résultat.
[Le corps au service de l’esprit–35]
[Éducation précoce de l’appétit–346, 353]
[Appétit à nier avec intérêt et zèle–65]
[Prière pour la guérison par les intempérants–29]
[Effets de l’indulgence sur l’influence et l’utilité–72] {CD 169.1}
Victoire par le Christ
(1890) CTBH 19
265. Christ a combattu la bataille sur le point de l’appétit, et est sorti victorieux ; et nous pouvons aussi vaincre par la force dérivée de Lui. Qui entrera par les portes dans la ville ? – Pas ceux qui déclarent qu’ils ne peuvent pas briser la force de l’appétit. Christ a résisté à la puissance de celui qui voudrait nous tenir en servitude ; bien qu’affaibli par son long jeûne de quarante jours, il a résisté à la tentation et a prouvé par cet acte que nos cas ne sont pas désespérés. Je sais que nous ne pouvons pas obtenir la victoire seuls ; et combien nous devrions être reconnaissants d’avoir un Sauveur vivant, qui est prêt et désireux de nous aider ! {CD 169.2}
(1905) MH 176
266. Une vie pure et noble, une vie de victoire sur l’appétit et la convoitise, est possible à quiconque unira sa volonté humaine faible et hésitante à la volonté toute-puissante et inébranlable de Dieu. {CD 170.1}
CHAPITRE 9 – Régularité dans l’alimentation
PARTIE I–NOMBRE DE REPAS
Repos nécessaire à l’estomac
Lettre 73a, 1896
267. L’estomac doit faire l’objet d’une attention particulière. Il ne doit pas être maintenu en fonctionnement continu. Donnez à cet organe mal utilisé et très maltraité un peu de paix et de calme et de repos. Une fois que l’estomac a fait son travail pour un repas, ne le surchargez pas de travail avant qu’il n’ait eu la chance de se reposer et avant qu’un apport suffisant de suc gastrique ne soit fourni par la nature pour s’occuper de plus de nourriture. Cinq heures au moins doivent s’écouler entre chaque repas, et gardez toujours à l’esprit que si vous l’essayez, vous constaterez que deux repas valent mieux que trois. {CD 173.1}
Mangez un petit-déjeuner substantiel
Lettre 3, 1884
268. C’est la coutume et l’ordre de la société de prendre un petit déjeuner léger. Mais ce n’est pas la meilleure façon de traiter l’estomac. Au petit-déjeuner, l’estomac est en meilleure condition pour s’occuper de plus de nourriture qu’au deuxième ou au troisième repas de la journée. L’habitude de manger un petit déjeuner copieux et un grand dîner est mauvaise. Faites en sorte que votre petit-déjeuner corresponde davantage au repas le plus copieux de la journée. {CD 173.2}
Soupers tardifs
(1905) MH 304
269. Pour les personnes aux habitudes sédentaires, les soupers tardifs sont particulièrement nocifs. Chez eux, la perturbation créée est souvent le début d’une maladie qui se termine par la mort. {CD 173.3}
Dans de nombreux cas, le malaise qui entraîne une envie de nourriture se fait sentir parce que les organes digestifs ont été trop fortement sollicités au cours de la journée. Après avoir éliminé un repas, les organes digestifs ont besoin de repos. Au moins cinq ou six heures doivent s’écouler entre les repas ; et la plupart des personnes qui essaient le plan trouveront que deux repas par jour valent mieux que trois. {CD 173.4}
(1865) H. à L., ch. 1, p. 55-57
270. Beaucoup s’adonnent à l’habitude pernicieuse de manger juste avant les heures de sommeil. Ils peuvent avoir pris trois repas réguliers; pourtant, parce qu’ils ressentent un malaise, comme s’ils avaient faim, ils mangeront un déjeuner ou un quatrième repas. En se livrant à cette mauvaise pratique, c’est devenu une habitude, et ils ont l’impression qu’ils ne pourraient pas dormir sans prendre un déjeuner avant de se retirer. Dans de nombreux cas, la cause de cet évanouissement est que les organes digestifs ont déjà été trop sollicités tout au long de la journée en se débarrassant trop fréquemment et en trop grande quantité d’aliments malsains imposés à l’estomac. Les organes digestifs ainsi sollicités se fatiguent et ont besoin d’une période de repos complet du travail pour récupérer leurs énergies épuisées. Un deuxième repas ne doit jamais être pris avant que l’estomac n’ait eu le temps de se reposer du travail de digestion du repas précédent. Si un troisième repas est pris, il doit être léger et plusieurs heures avant d’aller se coucher. {CD 174.1}
Mais chez beaucoup, le pauvre estomac fatigué peut se plaindre en vain de la lassitude. Plus de nourriture lui est imposée, ce qui met les organes digestifs en mouvement, encore une fois pour effectuer le même cycle de travail pendant les heures de sommeil. Le sommeil de ces personnes est généralement troublé par des rêves désagréables et le matin, ils se réveillent sans repos. Il y a un sentiment de langueur et de perte d’appétit. Un manque d’énergie se fait sentir dans tout le système. En peu de temps les organes digestifs s’usent, car ils n’ont pas eu le temps de se reposer. Ceux-ci deviennent de misérables dyspeptiques et se demandent ce qui les a rendus ainsi. La cause a apporté le résultat sûr. Si cette pratique est pratiquée pendant une longue période de temps, la santé en sera sérieusement altérée. Le sang devient impur, le teint devient jaunâtre et des éruptions apparaissent fréquemment. Vous entendrez souvent des plaintes de tels, de fréquentes douleurs et douleurs dans la région de l’estomac, et pendant l’accouchement, l’estomac devient si fatigué qu’ils sont obligés de s’abstenir de travailler et de se reposer. Ils semblent incapables de rendre compte de cet état de choses ; car, mis à part cela, ils sont apparemment en bonne santé. {CD 174.2}
LA CAUSE ET LE REMÈDE DE CE SENTIMENT DE TOUTE DISPARITION
Ceux qui passent de trois repas par jour à deux, seront d’abord plus ou moins troublés par des malaises, surtout vers le moment où ils ont pris l’habitude de prendre leur troisième repas. Mais s’ils persévèrent un court instant, ce malaise disparaîtra. {CD 175.1}
L’estomac, lorsque nous nous couchons pour nous reposer, doit avoir fait son travail, afin qu’il puisse profiter du repos, ainsi que d’autres parties du corps. Le travail de digestion ne doit pas être poursuivi pendant toute période des heures de sommeil. Après que l’estomac, qui a été surmené, a accompli sa tâche, il s’épuise, ce qui provoque des évanouissements. Ici, beaucoup se trompent et pensent que c’est le manque de nourriture qui produit de telles sensations, et sans donner à l’estomac le temps de se reposer, ils prennent plus de nourriture, ce qui, pour le moment, fait disparaître le malaise. Et plus l’appétit est satisfait, plus ses clameurs de gratification seront nombreuses. Ce malaise est généralement le résultat de manger de la viande, et de manger fréquemment, et trop. L’estomac se fatigue à force d’être constamment au travail, en se débarrassant des aliments les moins sains. N’ayant pas le temps de se reposer, les organes digestifs s’affaiblissent, d’où le sentiment de « disparition » et le désir de manger fréquemment. Le remède qu’ils demandent, c’est de manger moins fréquemment et moins généreusement, et de se contenter d’une nourriture simple et ordinaire, en mangeant deux ou, au plus, trois fois par jour. L’estomac doit avoir ses périodes régulières de travail et de repos ; par conséquent, manger irrégulièrement et entre les repas est une violation des plus pernicieuses des lois de la santé. Avec des habitudes régulières et une alimentation adéquate, l’estomac se rétablira progressivement. {CD 175.2} est une violation des plus pernicieuses des lois de la santé. Avec des habitudes régulières et une alimentation adéquate, l’estomac se rétablira progressivement. {CD 175.2} est une violation des plus pernicieuses des lois de la santé. Avec des habitudes régulières et une alimentation adéquate, l’estomac se rétablira progressivement. {CD 175.2}
R. & H., 8 mai 1883
271. L’estomac peut être si éduqué qu’il désire de la nourriture huit fois par jour, et se sentir mal s’il n’est pas approvisionné. Mais ce n’est pas un argument en faveur d’une alimentation aussi fréquente.
[Se réveiller avec une haleine impure et une langue fourrée–245] {CD 175.3}
Le plan à deux repas
(1903) Éd. 205
272. Dans la plupart des cas, deux repas par jour sont préférables à trois. Le souper, pris à une heure matinale, interfère avec la digestion du repas précédent. Lorsqu’il est pris plus tard, il n’est pas lui-même digéré avant le coucher. Ainsi, l’estomac ne parvient pas à se reposer correctement. Le sommeil est perturbé, le cerveau et les nerfs sont fatigués, l’appétit pour le petit déjeuner est altéré, tout le système n’est pas rafraîchi et n’est pas prêt pour les tâches de la journée.
[Plan de deux repas pour les enfants–343, 344] {CD 176.1}
(1905) MH 321
273. La pratique de ne manger que deux repas par jour est généralement considérée comme bénéfique pour la santé ; pourtant, dans certaines circonstances, certaines personnes peuvent avoir besoin d’un troisième repas. Cela devrait, cependant, si pris du tout, être très léger, et de la nourriture la plus facile à digérer. Les craquelins – le biscuit anglais – ou zwieback, et les fruits, ou le café aux céréales, sont les aliments les mieux adaptés pour le repas du soir. {CD 176.2}
[CTBH 58] (1890) CH 156
274. La plupart des gens sont en meilleure santé lorsqu’ils mangent deux repas par jour plutôt que trois ; d’autres, dans leurs circonstances actuelles, peuvent avoir besoin de quelque chose à manger au souper; mais ce repas doit être très léger. Que personne ne se considère comme un critère pour tous, que chacun doive faire exactement ce qu’il fait. {CD 176.3}
Ne trompez jamais l’estomac de ce que la santé exige, et n’en abusez jamais en lui imposant une charge qu’il ne devrait pas supporter. Cultivez la maîtrise de soi. Retenir l’appétit ; gardez-le sous le contrôle de la raison. Ne vous sentez pas obligé de charger votre table avec des aliments malsains lorsque vous avez des visiteurs. La santé de votre famille et l’influence sur vos enfants doivent être prises en compte, ainsi que les habitudes et les goûts de vos invités. {CD 176.4}
(1881) 4T 574
275. Pour certains, c’est une tentation trop forte pour résister de voir les autres manger le troisième repas, et ils s’imaginent qu’ils ont faim, alors que la sensation n’est pas un appel de l’estomac pour la nourriture, mais un désir de l’esprit qui n’a pas été fortifié par des principes fermes et discipliné à l’abnégation.
[Pour le contexte, voir 260] {CD 176.5}
Comme remède contre l’irritabilité
(1880) 4T 501, 502
276. Le parcours du Frère H n’a pas été ce qu’il aurait dû être. Ses goûts et dégoûts sont très forts et il n’a pas gardé ses propres sentiments sous le contrôle de la raison. Frère H, votre santé est grandement affectée par une suralimentation et une consommation à des heures inappropriées. Cela provoque une détermination du sang vers le cerveau. L’esprit devient confus, et vous n’avez pas le contrôle approprié de vous-même. Vous apparaissez comme un homme dont l’esprit est déséquilibré. Vous faites des mouvements forts, êtes facilement irrité et voyez les choses sous un jour exagéré et pervers. Beaucoup d’exercice en plein air et une alimentation sobre sont essentiels à votre santé. Vous ne devriez pas manger plus de deux repas par jour. Si vous sentez que vous devez manger le soir, prenez un verre d’eau froide, et le matin vous vous sentirez beaucoup mieux de ne pas avoir mangé. {CD 177.1}
Personne ne doit être forcé de jeter son troisième repas
Lettre 145, 1901
277. En ce qui concerne la question du régime alimentaire, cette question doit être traitée avec une telle sagesse qu’aucun excès n’apparaîtra. Il faudrait montrer que manger deux repas est bien meilleur pour la santé que d’en manger trois. Mais il ne doit y avoir aucun forçage autoritaire vu. Aucune personne liée au sanatorium ne devrait être contrainte d’adopter le système des deux repas. La persuasion est plus appropriée que la force. . . . {CD 177.2}
Les jours raccourcissent maintenant, et ce sera un bon moment pour présenter cette affaire. Au fur et à mesure que les jours raccourcissent, laissez le dîner être un peu plus tard, et alors le troisième repas ne sera pas jugé nécessaire. {CD 177.3}
Lettre 200, 1902
278. En ce qui concerne le troisième repas, n’imposez de manger que deux repas obligatoires. Certains réussissent mieux sur le plan de la santé lorsqu’ils mangent trois repas légers, et lorsqu’ils sont limités à deux, ils ressentent sévèrement le changement.
[Possibilité de nuire en jetant le troisième repas dans nos sanatoriums–424] {CD 178.1}
Ne pas être un test
Lettre 30, 1903
279. Je ne mange que deux repas par jour. Mais je ne pense pas que le nombre de repas doive être un test. S’il y en a qui sont en meilleure santé en mangeant trois repas, c’est leur privilège d’en avoir trois. Je choisis deux repas. Pendant trente-cinq ans, j’ai pratiqué le système des deux repas. {CD 178.2}
Résultats répréhensibles de l’application du plan de deux repas dans les écoles de formation
Lettre 141, 1899
280. Beaucoup d’esprits ont l’impression que la question de l’alimentation est poussée à l’extrême. Lorsque les étudiants combinent l’imposition physique et mentale, aussi largement qu’ils le font dans cette école (Avondale), l’objection au troisième repas est dans une large mesure supprimée. Alors personne n’a besoin de se sentir abusé. Ceux qui ne mangent consciencieusement que deux repas n’ont pas besoin de changer du tout. . . . {CD 178.3}
Le fait que certains, enseignants et étudiants, aient le privilège de manger dans leur chambre, ne crée pas une influence salutaire. Il doit y avoir une action harmonieuse dans la conduite des repas. Si ceux qui ne font que deux repas ont l’idée qu’ils doivent manger suffisamment au deuxième repas pour répondre aussi du troisième repas, ils blesseront leurs organes digestifs. Laissez les élèves prendre le troisième repas, préparé sans légumes, mais avec des aliments simples et sains, comme des fruits et du pain.
[Pour les ministres deux repas plus propices à la santé physique et spirituelle–227]
[Plan de deux repas suivi par EG White–Annexe i : 4, 5, 20, 22, 23]
[Mme. La table de White dressée deux fois par jour–27] {CD 178.4}
PARTIE II–MANGER ENTRE LES REPAS
L’importance de la régularité
MS 1, 1876
281. Une fois le repas régulier consommé, l’estomac doit pouvoir se reposer pendant cinq heures. Pas une particule de nourriture ne doit être introduite dans l’estomac jusqu’au prochain repas. Dans cet intervalle, l’estomac accomplira son travail et sera alors en état de recevoir plus de nourriture. {CD 179.1}
En aucun cas les repas ne doivent être irréguliers. Si le dîner est pris une heure ou deux avant l’heure habituelle, l’estomac n’est pas préparé au nouveau fardeau ; car il n’a pas encore disposé de la nourriture consommée au repas précédent, et n’a pas de force vitale pour un nouveau travail. Ainsi, le système est surtaxé. {CD 179.2}
Les repas ne doivent pas non plus être retardés d’une ou deux heures, selon les circonstances, ou afin qu’une certaine quantité de travail puisse être accomplie. L’estomac réclame de la nourriture au moment où il est habitué à la recevoir. Si ce temps est retardé, la vitalité du système diminue et atteint finalement un niveau si bas que l’appétit a complètement disparu. Si de la nourriture est ensuite prise, l’estomac est incapable de s’en occuper correctement. La nourriture ne peut pas être convertie en bon sang. {CD 179.3}
Si tous mangeaient à des heures régulières, sans rien goûter entre les repas, ils seraient prêts pour leurs repas et trouveraient un plaisir à manger qui les récompenserait de leurs efforts. {CD 179.4}
(1905) MH 303, 304
282. La régularité dans l’alimentation est d’une importance vitale. Il devrait y avoir une heure précise pour chaque repas. À ce moment, laissez chacun manger ce dont le système a besoin, puis ne prenez rien de plus jusqu’au prochain repas. Nombreux sont ceux qui mangent lorsque l’organisme n’a pas besoin de nourriture, à intervalles irréguliers et entre les repas, parce qu’ils n’ont pas la force de volonté suffisante pour résister à l’inclination. En voyage, certains grignotent constamment si quelque chose de mangeable est à leur portée. C’est très préjudiciable. Si les voyageurs mangeaient régulièrement des aliments simples et nourrissants, ils ne ressentiraient pas une si grande lassitude et ne souffriraient pas autant de maladies. {CD 179.5}
(1905) MH 384
283. La régularité des repas doit être soigneusement observée. Rien ne doit être mangé entre les repas, pas de confiserie, de noix, de fruits ou d’aliments d’aucune sorte. Les irrégularités alimentaires détruisent le tonus sain des organes digestifs, au détriment de la santé et de la gaieté. Et quand les enfants viennent à table, ils ne savourent pas une nourriture saine ; leurs appétits recherchent ce qui leur est nuisible. {CD 180.1}
(1870) 2T 485
284. Il n’y a pas eu dans cette famille la bonne gestion en matière de régime alimentaire ; il y a eu irrégularité. Il aurait dû y avoir une heure précise pour chaque repas et la nourriture aurait dû être préparée sous une forme simple et exempte de graisse; mais il aurait fallu s’efforcer de le rendre nutritif, sain et invitant. Dans cette famille, comme aussi dans beaucoup d’autres, un défilé spécial a été fait pour les visiteurs ; de nombreux plats préparés et souvent trop riches, de sorte que ceux qui sont assis à table seraient tentés de manger à l’excès. Puis, en l’absence de compagnie, il y eut une grande réaction, une chute dans les préparatifs apportés sur la table. Le régime alimentaire était maigre et manquait de nourriture. Cela n’était pas considéré comme une question “juste pour nous-mêmes”. Les repas étaient fréquemment ramassés et l’heure habituelle pour manger n’était pas respectée. Chaque membre de la famille a été lésé par une telle gestion. C’est un péché pour n’importe laquelle de nos sœurs de faire de si grands préparatifs pour les visiteurs, et de faire du tort à leurs propres familles par un régime de rechange qui ne parviendra pas à nourrir le système. {CD 180.2}
(1869) 2T 373
285. Je suis étonné d’apprendre qu’après toute la lumière qui a été donnée en ce lieu, beaucoup d’entre vous mangent entre les repas ! Vous ne devriez jamais laisser un morceau passer vos lèvres entre vos repas réguliers. Mangez ce que vous devez, mais mangez-le à un repas, puis attendez le suivant. {CD 180.3}
[CTBH 50] (1890) CH 118
286. Beaucoup se détournent de la lumière et de la connaissance, et sacrifient le principe au goût. Ils mangent lorsque le système n’a pas besoin de nourriture, et à intervalles irréguliers, car ils n’ont aucune endurance morale pour résister à l’inclination. En conséquence, l’estomac maltraité se rebelle et la souffrance s’ensuit. La régularité dans l’alimentation est très importante pour la santé du corps et la sérénité de l’esprit. Jamais un morceau de nourriture ne doit passer les lèvres entre les repas. {CD 180.4}
(1869) 2T 374
287. Et le dyspeptique, ce qui l’a rendu dyspeptique, c’est de suivre ce cours. Au lieu d’observer la régularité, il a laissé son appétit le contrôler et a mangé entre les repas. {CD 181.1}
Réformateur de la santé, mai 1877
288. Les enfants ne sont généralement pas informés de l’importance de savoir quand, comment et ce qu’ils doivent manger. Il leur est permis de se livrer librement à leurs goûts, de manger à toute heure, de se servir de fruits quand cela tente leurs yeux, et cela, avec le pâté en croûte, le gâteau, le pain et le beurre et les sucreries mangés presque constamment, les rend gormands et dyspeptiques. . Les organes digestifs, comme un moulin qu’on fait continuellement tourner, s’affaiblissent, la force vitale est appelée du cerveau pour aider l’estomac dans son surmenage, et ainsi les facultés mentales sont affaiblies. La stimulation et l’usure anormales des forces vitales les rendent nerveux, impatients de se retenir, obstinés et irritables.
[Importance pour les enfants de la régularité de l’alimentation–343, 344, 345, 346, 348] {CD 181.2}
(1875) 3T 564
289. Beaucoup de parents, pour éviter la tâche d’éduquer patiemment leurs enfants à des habitudes d’abnégation et de leur apprendre à faire un bon usage de toutes les bénédictions de Dieu, leur permettent de manger et de boire quand bon leur semble. L’appétit et l’indulgence égoïste, à moins qu’ils ne soient positivement retenus, grandissent avec la croissance et se renforcent avec la force.
[Pour le contexte, voir 347] {CD 181.3}
R. & H., 29 juillet 1884
290. C’est une coutume assez courante chez les gens du monde de manger trois fois par jour, en plus de manger à intervalles irréguliers entre les repas ; et le dernier repas est généralement le plus copieux, et est souvent pris juste avant de se coucher. C’est renverser l’ordre naturel; un repas copieux ne doit jamais être pris si tard dans la journée. Si ces personnes changeaient leur pratique et ne mangeaient que deux repas par jour, et rien entre les repas, pas même une pomme, une noix ou n’importe quel fruit, le résultat se verrait dans un bon appétit et une santé grandement améliorée. {CD 181.4}
R. & H., 29 juillet 1884
291. En voyage, certains grignotent presque constamment, s’il y a quelque chose à leur portée. C’est une pratique des plus pernicieuses. Les animaux qui n’ont pas de raison et qui ne connaissent rien à la taxation mentale peuvent le faire sans dommage, mais ils ne sont pas un critère pour les êtres rationnels, qui ont des pouvoirs mentaux qui devraient être utilisés pour Dieu et l’humanité. {CD 182.1}
Réformateur de la santé, juin 1878
292. Les festins gourmands et les aliments pris dans l’estomac aux saisons inopportunes laissent une influence sur chaque fibre de l’organisme. {CD 182.2}
(1892) GW 174 (ancienne édition)
293. Beaucoup mangent à toute heure, sans tenir compte des lois de la santé. Alors l’obscurité couvre l’esprit. Comment les hommes peuvent-ils être honorés de l’illumination divine, alors qu’ils sont si imprudents dans leurs habitudes, si inattentifs à la lumière que Dieu a donnée à propos de ces choses ? Frères, n’est-il pas temps pour vous de vous convertir sur ces points d’indulgence égoïste ? {CD 182.3}
R. & H., 8 mai 1883
294. Trois repas par jour et rien entre les repas – pas même une pomme – devraient être la limite ultime de l’indulgence. Ceux qui vont plus loin violent les lois de la nature et en subiront le châtiment.
[Ministres qui ne respectent pas cette règle–227]
[Manger entre les repas lors des réunions de camp–124]
[Les enfants ne doivent pas manger de bonbons, de fruits, de noix ou quoi que ce soit entre les repas–344]
[Permettre aux enfants de manger à toute heure–348, 355, 361]
[Résultats aux élèves–246] {CD 182.4}
CHAPITRE 10 – Le jeûne
La victoire du Christ par le refus de l’appétit
(1898) DA 117, 118
295. Avec Christ, comme avec le saint couple d’Eden, l’appétit fut le fondement de la première grande tentation. Là où la ruine a commencé, l’œuvre de notre rédemption doit commencer. Comme par l’indulgence de l’appétit Adam est tombé, ainsi par le refus de l’appétit Christ doit vaincre. « Et après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut ensuite faim. Et quand le tentateur s’approcha de lui, il dit : Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Mais il répondit et dit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. {CD 185.1}
Depuis l’époque d’Adam jusqu’à celle du Christ, l’auto-indulgence avait augmenté la puissance des appétits et des passions, jusqu’à ce qu’ils aient eu un contrôle presque illimité. Ainsi les hommes étaient devenus avilis et malades, et d’eux-mêmes il leur était impossible de vaincre. Au nom de l’homme, Christ a vaincu en endurant l’épreuve la plus sévère. Pour nous, il a exercé une maîtrise de soi plus forte que la faim ou la mort. Et dans cette première victoire étaient impliqués d’autres problèmes qui entrent dans tous nos conflits avec les puissances des ténèbres. {CD 185.2}
Lorsque Jésus est entré dans le désert, il a été enfermé par la gloire du Père. Absorbé dans la communion avec Dieu, il a été élevé au-dessus de la faiblesse humaine. Mais la gloire s’en est allée, et Il a été abandonné pour lutter contre la tentation. Cela pressait sur Lui à chaque instant. Sa nature humaine recula devant le conflit qui l’attendait. Pendant quarante jours, il jeûna et pria. Faible et émacié par la faim, usé et hagard par l’agonie mentale, “Son visage était plus entaché que n’importe quel homme, et sa forme plus que les fils des hommes.” C’était maintenant l’occasion pour Satan. Maintenant, il supposait qu’il pouvait vaincre Christ. {CD 185.3}
Lettre 158, 1909
296. Christ est entré dans l’épreuve sur le point de l’appétit, et pendant près de six semaines a résisté à la tentation au nom de l’homme. Ce long jeûne dans le désert devait être une leçon pour l’homme déchu pour toujours. Christ n’a pas été vaincu par les fortes tentations de l’ennemi, et c’est un encouragement pour toute âme qui lutte contre la tentation. Le Christ a permis à chaque membre de la famille humaine de résister à la tentation. Tous ceux qui veulent vivre une vie pieuse peuvent vaincre comme Christ a vaincu, par le sang de l’Agneau et la parole de leur témoignage. Ce long jeûne du Sauveur l’a fortifié pour endurer. Il a donné la preuve à l’homme qu’il commencerait l’œuvre de la victoire là où la ruine commençait, sur le point d’appétit. {CD 186.1}
(1869) 2T 202, 203
297. Lorsque Christ était le plus férocement assailli par la tentation, Il ne mangeait rien. Il s’est confié à Dieu et, par une prière fervente et une parfaite soumission à la volonté de son Père, il est sorti vainqueur. Ceux qui professent la vérité pour ces derniers jours, au-dessus de toute autre classe de chrétiens professés, devraient imiter le grand Modèle dans la prière.
[Pour le contexte, voir 70] {CD 186.2}
(1875) 3T 486
298. Le Rédempteur du monde savait que l’indulgence de l’appétit amènerait la débilité physique, et étoufferait tellement les organes perceptifs que les choses sacrées et éternelles ne seraient pas discernées. Le Christ savait que le monde était livré à la gourmandise, et que cette indulgence pervertirait les puissances morales. Si l’indulgence de l’appétit était si forte sur la race que, pour briser sa puissance, le divin Fils de Dieu, au nom de l’homme, devait jeûner près de six semaines, quelle œuvre est devant le chrétien afin qu’il puisse vaincre comme Christ a vaincu ! La force de la tentation de se laisser aller à un appétit perverti ne peut se mesurer qu’à l’inexprimable angoisse du Christ dans ce long jeûne dans le désert. {CD 186.3}
Comme préparation à l’étude des Écritures
(1870) 2T 692
299. Il y a dans les Écritures des choses difficiles à comprendre, et que, selon le langage de Pierre, les ignorants et les instables arrachent à leur propre destruction. Il se peut que nous ne soyons pas capables, dans cette vie, d’expliquer le sens de chaque passage de l’Écriture ; mais il n’y a pas de points vitaux de la vérité pratique qui seront obscurcis par le mystère. {CD 187.1}
Lorsque le temps viendra, dans la providence de Dieu, pour que le monde soit testé sur la vérité pour ce temps-là, les esprits seront exercés par Son Esprit à sonder les Écritures, même avec le jeûne et la prière, jusqu’à ce que lien après lien soit recherché. dehors, et unis dans une chaîne parfaite. {CD 187.2}
Tout fait qui concerne immédiatement le salut des âmes sera rendu si clair que personne n’aura besoin de se tromper ou de marcher dans les ténèbres. {CD 187.3}
(1870) 2T 650, 651
300. Des points difficiles de la vérité présente ont été atteints grâce aux efforts sérieux de quelques-uns qui se consacraient à l’œuvre. Le jeûne et la prière fervente adressée à Dieu ont poussé le Seigneur à ouvrir ses trésors de vérité à leur compréhension. {CD 187.4}
[R. & H., 26 juillet 1892] L. & T. 47
301. Ceux qui désirent sincèrement la vérité n’hésiteront pas à exposer leurs positions à l’investigation et à la critique, et ne seront pas ennuyés si leurs opinions et leurs idées sont croisées. C’était l’esprit que nous chérissions il y a quarante ans. Nous nous réunissions chargés d’âme, priant pour être un dans la foi et la doctrine ; car nous savions que Christ n’est pas divisé. Un point à la fois a fait l’objet d’une enquête. La solennité caractérisait ces conseils d’investigation. Les Écritures ont été ouvertes avec un sentiment de crainte. Souvent, nous jeûnions, afin d’être mieux équipés pour comprendre la vérité. {CD 187.5}
Quand une aide divine spéciale est nécessaire
Lettre 73, 1896
302. Pour certaines choses, le jeûne et la prière sont recommandés et appropriés. Dans la main de Dieu, ils sont un moyen de purifier le cœur et de promouvoir un état d’esprit réceptif. Nous obtenons des réponses à nos prières parce que nous humilions nos âmes devant Dieu. {CD 187.6}
(1892) GW 236 (ancienne édition)
303. Il est dans l’ordre de Dieu que ceux qui ont des responsabilités se réunissent souvent pour se consulter et prier avec ferveur pour obtenir cette sagesse que Lui seul peut transmettre. Unis, faites connaître vos problèmes à Dieu. Parler moins; beaucoup de temps précieux est perdu dans des conversations qui n’apportent aucune lumière. Que les frères s’unissent dans le jeûne et la prière pour la sagesse que Dieu a promis de fournir généreusement. {CD 188.1}
(1867) 1T 624
304. Chaque fois qu’il est nécessaire pour l’avancement de la cause de la vérité et de la gloire de Dieu, qu’un adversaire soit rencontré, avec quel soin et avec quelle humilité doivent-ils [LES AVOCATS DE LA VÉRITÉ] entrer dans le conflit. Avec un examen de cœur, une confession de péché, une prière fervente et souvent un jeûne pendant un certain temps, ils devraient implorer Dieu de les aider particulièrement et de donner à sa vérité salvatrice et précieuse une victoire glorieuse, afin que l’erreur puisse apparaître dans sa véritable difformité, et ses avocats soient complètement déconfits.
[Le jeûne du Sauveur est une leçon pour nous, qui vivons dans des temps effrayants–238] {CD 188.2}
Le vrai jeûne
[Lettre 73, 1896] MM. 283
305. Le vrai jeûne qui doit être recommandé à tous, c’est l’abstinence de toute sorte d’aliments stimulants, et le bon usage d’aliments sains et simples, que Dieu a pourvus en abondance. Les hommes ont besoin de penser moins à ce qu’ils mangeront et boiront de la nourriture temporelle, et beaucoup plus à la nourriture du ciel, qui donnera du tonus et de la vitalité à toute l’expérience religieuse. {CD 188.3}
R. & H., 11 février 1904
306. Maintenant et jusqu’à la fin des temps, le peuple de Dieu devrait être plus sérieux, plus éveillé, ne se fiant pas à sa propre sagesse, mais à la sagesse de son Chef. Ils devraient réserver des jours pour le jeûne et la prière. L’abstinence totale de nourriture n’est peut-être pas nécessaire, mais ils doivent manger avec parcimonie les aliments les plus simples. {CD 188.4}
Lettre 206, 1908
307. Tous les jeûnes du monde ne remplaceront pas la simple confiance en la parole de Dieu. « Demandez », dit-il, « et vous recevrez ». … Vous n’êtes pas appelé à jeûner quarante jours. Le Seigneur a porté ce jeûne pour vous dans le désert de la tentation. Il n’y aurait aucune vertu dans un tel jeûne; mais il y a de la vertu dans le sang de Christ. {CD 189.1}
MS 28, 1900
308. L’esprit du vrai jeûne et de la prière est l’esprit qui soumet son esprit, son cœur et sa volonté à Dieu. {CD 189.2}
Comme remède contre la maladie
(1905) MH 235
309. L’alimentation excessive est souvent la cause de la maladie, et ce dont la nature a le plus besoin, c’est d’être soulagée du fardeau excessif qui lui a été imposé. Dans de nombreux cas de maladie, le meilleur remède consiste pour le patient à jeûner pendant un repas ou deux, afin que les organes digestifs surmenés aient l’occasion de se reposer. Un régime de fruits pendant quelques jours a souvent apporté un grand soulagement aux cerveaux. Plusieurs fois, une courte période d’abstinence totale de nourriture, suivie d’une alimentation simple et modérée, a conduit à la récupération grâce à l’effort de récupération de la nature. Un régime sobre pendant un mois ou deux convaincrait de nombreux malades que le chemin de l’abnégation est le chemin de la santé. {CD 189.3}
(1902) 7T 134
310. Il y en a qui bénéficieraient davantage d’une abstinence alimentaire pendant un jour ou deux chaque semaine que d’un quelconque traitement ou avis médical. Jeûner un jour par semaine leur serait d’un bénéfice incalculable. {CD 189.4}
(1864) Esp. Dons IV, 133, 134
311. Se livrer à manger trop fréquemment et en trop grande quantité, surcharge les organes digestifs et produit un état fébrile du système. Le sang devient impur, et alors des maladies de toutes sortes surviennent. . . . {CD 189.5}
Les malades dans de tels cas peuvent faire pour eux-mêmes ce que d’autres ne peuvent pas faire aussi bien pour eux. Ils devraient commencer à soulager la nature de la charge qu’ils lui ont imposée. Ils devraient éliminer la cause. Jeûnez un peu de temps et donnez à l’estomac une chance de se reposer. Réduisez l’état fébrile du système par une application soigneuse et compréhensive de l’eau. Ces efforts aideront la nature dans ses luttes pour libérer le système des impuretés. {CD 190.1}
[Sp. Dons IV, 130, 131] CH 148
312. Les personnes qui ont laissé libre cours à leur appétit en mangeant librement de la viande, des sauces hautement assaisonnées et diverses sortes de gâteaux riches et de conserves, ne peuvent pas immédiatement savourer un régime simple, sain et nutritif. Leur goût est si perverti qu’ils n’ont aucun appétit pour une alimentation saine composée de fruits, de pain ordinaire et de légumes. Ils ne doivent pas s’attendre à goûter d’abord une nourriture si différente de celle qu’ils se sont permis de manger. S’ils ne peuvent pas d’abord profiter de la nourriture ordinaire, ils doivent jeûner jusqu’à ce qu’ils le puissent. Ce jeûne leur sera plus bénéfique que la médecine, car l’estomac malmené trouvera le repos dont il a longtemps besoin, et la vraie faim pourra être satisfaite par un régime simple. Il faudra du temps au goût pour se remettre des abus qu’il a reçus et retrouver son ton naturel. Mais la persévérance dans un cours d’abnégation de manger et de boire rendra bientôt agréable au goût une nourriture simple et saine, et elle sera bientôt mangée avec une plus grande satisfaction que l’épicurien n’en apprécie ses riches friandises. {CD 190.2}
Se prémunir contre l’abstinence affaiblissante
(1870) 2T 384, 385
313. En cas de forte fièvre, l’abstinence de nourriture pendant une courte période diminuera la fièvre et rendra l’utilisation de l’eau plus efficace. Mais le médecin agissant doit comprendre l’état réel du patient et ne pas lui permettre d’être limité dans son alimentation pendant une longue période jusqu’à ce que son système s’affaiblisse. Pendant que la fièvre fait rage, les aliments peuvent irriter et exciter le sang ; mais dès que la force de la fièvre est brisée, la nourriture doit être donnée d’une manière prudente et judicieuse. Si la nourriture est retenue trop longtemps, l’appétit de l’estomac créera de la fièvre, qui sera soulagée par une quantité appropriée d’aliments de bonne qualité. Cela donne à la nature quelque chose à travailler. S’il y a un grand désir exprimé pour la nourriture, même pendant la fièvre, assouvir ce désir avec une quantité modérée d’aliments simples serait moins préjudiciable que de le refuser au patient. Lorsqu’il peut se concentrer sur rien d’autre, la nature ne sera pas surchargée d’une petite portion de nourriture simple. {CD 190.3}
Conseils à un ministre âgé
Lettre 2, 1872
314. J’ai été informé que vous n’avez pris qu’un seul repas par jour pendant un certain temps ; mais je sais que c’est faux dans votre cas, car on m’a montré que vous aviez besoin d’un régime nutritif, et que vous risquiez d’être trop sobre. Votre force n’admettrait pas votre discipline sévère. . . . {CD 191.1}
Je pense que vous avez commis une erreur en jeûnant deux jours. Dieu ne vous l’a pas demandé. Je vous prie d’être prudent et de manger librement de la bonne nourriture saine deux fois par jour. Vous perdrez sûrement de la force et votre esprit deviendra déséquilibré à moins que vous ne changiez votre régime alimentaire sobre. {CD 191.2}
CHAPITRE 11 – Régime alimentaire extrême
La valeur d’un cours cohérent
[CTBH 55] (1890) CH 153-155
315. De nombreuses opinions des adventistes du septième jour diffèrent largement de celles du monde en général. Ceux qui prônent une vérité impopulaire devraient, par-dessus tout, chercher à être cohérents dans leur propre vie. Ils ne devraient pas essayer de voir à quel point ils peuvent être différents des autres, mais à quel point ils peuvent se rapprocher de ceux qu’ils souhaitent influencer, afin qu’ils puissent les aider à accéder aux positions qu’ils apprécient tant. Un tel cours fera l’éloge des vérités qu’ils détiennent. {CD 195.1}
Ceux qui prônent une réforme de l’alimentation doivent, par les provisions qu’ils font pour leur propre table, présenter sous leur meilleur jour les avantages de l’hygiène. Ils devraient illustrer ses principes de manière à le recommander au jugement des esprits francs. {CD 195.2}
Il y a une grande classe qui rejettera tout mouvement de réforme, aussi raisonnable soit-il, s’il restreint l’appétit. Ils consultent le goût, au lieu de la raison et des lois de la santé. Par cette classe, tous ceux qui sortent des sentiers battus de la coutume et prônent la réforme seront opposés et considérés comme radicaux, laissez-les suivre une voie toujours aussi cohérente. Mais personne ne devrait permettre à l’opposition ou au ridicule de le détourner de l’œuvre de réforme, ou de l’amener à la considérer à la légère. Celui qui est imprégné de l’esprit qui a animé Daniel, ne sera pas étroit ou vaniteux, mais il sera ferme et décidé à défendre le droit. Dans toutes ses associations, que ce soit avec ses frères ou avec d’autres, il ne s’écartera pas du principe, tandis qu’en même temps il ne manquera pas de manifester une patience noble et chrétienne. Lorsque ceux qui prônent la réforme de l’hygiène poussent les choses à l’extrême, les gens ne sont pas à blâmer s’ils deviennent dégoûtés. Trop souvent, notre foi religieuse est ainsi discréditée, et dans de nombreux cas, ceux qui sont témoins de telles manifestations d’incohérence ne peuvent jamais être amenés à penser qu’il y a quelque chose de bon dans la réforme. Ces extrémistes font plus de mal en quelques mois qu’ils ne peuvent en réparer en une vie. Ils sont engagés dans une œuvre que Satan aime voir se poursuivre. {CD 195.3} Ils sont engagés dans une œuvre que Satan aime voir se poursuivre. {CD 195.3} Ils sont engagés dans une œuvre que Satan aime voir se poursuivre. {CD 195.3}
Deux classes ont été présentées devant moi : premièrement, ceux qui ne vivent pas selon la lumière que Dieu leur a donnée ; deuxièmement, ceux qui sont trop rigides dans la réalisation de leurs idées unilatérales de réforme et les imposent aux autres. Quand ils prennent position, ils s’y tiennent obstinément et portent presque tout au-dessus de la marque. {CD 196.1}
La première classe a adopté la réforme parce que quelqu’un d’autre l’a fait. Ils n’ont pas obtenu une compréhension claire de ses principes pour eux-mêmes. Beaucoup de ceux qui professent la vérité l’ont reçue parce que quelqu’un d’autre l’a reçue, et pour leur vie ils n’ont pas pu donner la raison de leur foi. C’est pourquoi ils sont si instables. Au lieu de peser leurs motivations à la lumière de l’éternité, au lieu d’acquérir une connaissance pratique des principes qui sous-tendent toutes leurs actions, au lieu de creuser jusqu’au fond et de construire sur une base juste pour eux-mêmes, ils marchent à la lumière de la torche d’un autre , et échouera sûrement. {CD 196.2}
L’autre classe a une vision erronée de la réforme. Ils adoptent une alimentation trop maigre. Ils se nourrissent d’une nourriture de mauvaise qualité, préparée sans référence à la nourriture du système. Il est important que la nourriture soit préparée avec soin, afin que l’appétit, lorsqu’il n’est pas perverti, puisse la savourer. {CD 196.3}
Parce que nous rejetons par principe l’usage de ces choses qui irritent l’estomac et détruisent la santé, il ne faut jamais donner l’idée que peu importe ce que nous mangeons. Je ne recommande pas une alimentation pauvre. Beaucoup de ceux qui ont besoin des avantages d’une vie saine et qui, pour des motifs consciencieux, adoptent ce qu’ils croient être tels, sont trompés en supposant qu’un maigre menu, préparé sans peine, et composé principalement de bouillies et de soi-disant pierres précieuses, lourdes et lourdes. détrempé, c’est ce que l’on entend par un régime réformé. Certains utilisent du lait et une grande quantité de sucre sur de la bouillie, pensant qu’ils procèdent à une réforme de la santé. Mais le sucre et le lait combinés sont susceptibles de provoquer une fermentation dans l’estomac et sont donc nocifs. L’utilisation gratuite de sucre sous quelque forme que ce soit a tendance à obstruer le système et est souvent une cause de maladie. Certains pensent qu’ils ne doivent manger qu’une telle quantité, et une telle qualité, et se limiter à deux ou trois sortes d’aliments. Mais en mangeant une trop petite quantité et qui n’est pas de la meilleure qualité, ils ne reçoivent pas une nourriture suffisante. . . . {CD 196.4}
Les idées étroites et le surmenage de petits points ont été un grand tort à la cause de l’hygiène. Il peut y avoir un tel effort d’économie dans la préparation des aliments, qu’au lieu d’un régime sain, cela devient un régime pauvre. Quel est le résultat ? – Pauvreté du sang. J’ai vu plusieurs cas de maladies des plus difficiles à guérir, qui étaient dues à une alimentation appauvrie. Les personnes ainsi affligées n’étaient pas contraintes par la pauvreté d’adopter un régime maigre, mais l’ont fait afin de suivre leurs propres idées erronées sur ce qui constitue une réforme de la santé. Jour après jour, repas après repas, les mêmes aliments étaient préparés sans variation, jusqu’à ce qu’il en résulte une dyspepsie et une débilité générale. {CD 197.1}
Idées erronées de réforme
(1905) MH 318-320
316. Tous ceux qui professent croire à la réforme diététique ne sont pas vraiment des réformateurs. Chez beaucoup de personnes, la réforme consiste simplement à se débarrasser de certains aliments malsains. Ils ne comprennent pas bien les principes de la santé, et leurs tables, encore chargées de friandises nuisibles, sont loin d’être un exemple de tempérance et de modération chrétiennes. {CD 197.2}
Une autre classe, dans son désir de donner le bon exemple, va à l’extrême opposé. Certains sont incapables d’obtenir les aliments les plus désirables, et au lieu d’utiliser ce qui comblerait le mieux le manque, ils adoptent un régime alimentaire appauvri. Leur nourriture ne fournit pas les éléments nécessaires à la fabrication d’un bon sang. Leur santé en souffre, leur utilité est altérée et leur exemple est plutôt contre qu’en faveur d’une réforme de l’alimentation. {CD 197.3}
D’autres pensent que puisque la santé exige un régime simple, il faut peu de soin dans le choix ou la préparation des aliments. Certains se limitent à une alimentation très maigre, n’ayant pas une variété suffisante pour subvenir aux besoins du système, et ils souffrent en conséquence. {CD 197.4}
EXIGENCES PERSONNELLES
Ceux qui n’ont qu’une compréhension partielle des principes de la réforme sont souvent les plus rigides, non seulement dans la réalisation de leurs vues eux-mêmes, mais dans leur incitation à leurs familles et à leurs voisins. L’effet de leurs réformes erronées, comme on le voit dans leur propre mauvaise santé, et leurs efforts pour imposer leurs vues aux autres, donnent à beaucoup une fausse idée de la réforme diététique et les conduisent à la rejeter complètement. {CD 198.1}
Ceux qui comprennent les lois de la santé et qui sont gouvernés par des principes éviteront les extrêmes, à la fois l’indulgence et les restrictions. Leur régime alimentaire est choisi, non pour la simple satisfaction de l’appétit, mais pour l’édification du corps. Ils cherchent à préserver chaque pouvoir dans les meilleures conditions pour le plus haut service à Dieu et à l’homme. L’appétit est sous le contrôle de la raison et de la conscience, et ils sont récompensés par la santé du corps et de l’esprit. Bien qu’ils n’expriment pas leurs opinions de manière offensante sur les autres, leur exemple est un témoignage en faveur des principes justes. Ces personnes ont une large influence pour le bien. {CD 198.2}
Il y a un vrai bon sens dans la réforme diététique. Le sujet doit être étudié largement et profondément, et personne ne doit critiquer les autres parce que leur pratique n’est pas, en toutes choses, en harmonie avec la sienne. Il est impossible de faire une règle invariable pour régler les habitudes de chacun, et personne ne doit se considérer comme un critère pour tous. Tous ne peuvent pas manger les mêmes choses. Les aliments qui sont agréables au goût et sains pour une personne peuvent être désagréables et même nocifs pour une autre. Certains ne peuvent pas utiliser de lait, tandis que d’autres s’en nourrissent. Certaines personnes ne peuvent pas digérer les pois et les haricots ; d’autres les trouvent sains. Pour certains, les préparations de grains plus grossiers sont de la bonne nourriture, tandis que d’autres ne peuvent pas les utiliser. {CD 198.3}
Éviter une alimentation pauvre
(1870) 2T 366 367
317. Mais qu’en est-il d’une alimentation pauvre ? J’ai parlé de l’importance que la quantité et la qualité des aliments soient strictement conformes aux lois de la santé. Mais nous ne recommanderions pas une alimentation pauvre. On m’a montré que beaucoup ont une vision erronée de la réforme de la santé et adoptent une alimentation trop pauvre. Ils se nourrissent d’une nourriture bon marché et de mauvaise qualité, préparée sans soin ni référence à la nourriture du système. Il importe que la nourriture soit préparée avec soin, que l’appétit, lorsqu’il n’est pas perverti, puisse la savourer. Parce que nous écartons par principe l’usage de la viande, du beurre, des pâtés, des épices, du saindoux et de ce qui irrite l’estomac et détruit la santé, il ne faut jamais donner l’idée que peu importe ce que nous mangeons. {CD 198.4}
Il y en a qui vont dans les extrêmes. Ils doivent manger telle quantité et telle qualité, et se borner à deux ou trois choses. Ils n’autorisent que peu de choses à être placées devant eux ou leurs familles à manger. En mangeant une petite quantité de nourriture, et qui n’est pas de la meilleure qualité, ils ne prennent pas dans l’estomac ce qui nourrira convenablement l’organisme. Une mauvaise nourriture ne peut pas être convertie en bon sang. Une alimentation pauvre appauvrit le sang. {CD 199.1}
[CTBH 49, 50] (1890) CH 118
318. Parce qu’il est mal de manger simplement pour satisfaire un goût perverti, il ne s’ensuit pas que nous soyons indifférents à notre nourriture. C’est une question de la plus haute importance. Personne ne devrait adopter un régime appauvri. Beaucoup sont affaiblis par la maladie et ont besoin d’aliments nourrissants et bien cuits. Les réformateurs de la santé, par-dessus tout, devraient veiller à éviter les extrêmes. Le corps doit être suffisamment nourri. {CD 199.2}
MS 59, 1912
319. Cher frère —–,
Dans le passé, vous avez pratiqué la réforme de la santé trop rigoureusement pour votre propre bien. Une fois, alors que tu étais très malade, le Seigneur m’a donné un message pour te sauver la vie. Vous avez été trop ardu en limitant votre alimentation à certains aliments. Pendant que je priais pour vous, des paroles m’ont été données pour que vous vous remettiez sur le droit chemin. Le message a été envoyé que vous deviez vous permettre une alimentation plus généreuse. L’utilisation de viande de chair n’était pas conseillée. Des instructions ont été données quant à la nourriture à prendre. Vous avez suivi les instructions données, vous êtes rallié et êtes toujours avec nous. {CD 199.3}
Je pense souvent à l’instruction qui vous a alors été donnée. J’ai reçu tant de précieux messages à transmettre aux malades et aux affligés. Pour cela, je suis reconnaissant et je loue le Seigneur. {CD 200.1}
Variez les menus
(1868) 2T 63
320. Nous vous conseillons de changer vos habitudes de vie ; mais pendant que vous faites cela, nous vous avertissons de vous déplacer de manière compréhensive. Je connais des familles qui sont passées d’un régime carné à un régime appauvri. Leur nourriture est si mal préparée que l’estomac la répugne, et tels m’ont dit que la réforme sanitaire n’était pas d’accord avec eux ; qu’ils diminuaient de force physique. Voici une des raisons pour lesquelles certains n’ont pas réussi dans leurs efforts pour simplifier leur alimentation. Ils ont une alimentation pauvre. La nourriture est préparée sans effort, et il y a une uniformité continuelle. Il ne devrait pas y avoir plusieurs sortes à un même repas, mais tous les repas ne devraient pas être composés des mêmes sortes d’aliments sans variation. La nourriture doit être préparée avec simplicité, mais avec une délicatesse qui invitera l’appétit. Vous devriez garder la graisse hors de votre nourriture. Il souille toute préparation de nourriture que vous pouvez faire. Mangez en grande partie des fruits et légumes. {CD 200.2}
YI, 31 mai 1894
321. Beaucoup ont mal interprété la réforme de la santé et ont reçu des idées perverties sur ce qui constitue une vie juste. Certains pensent honnêtement qu’un régime alimentaire approprié se compose principalement de bouillie. Manger en grande partie de la bouillie n’assurerait pas la santé des organes digestifs, car elle ressemble trop à du liquide. {CD 200.3}
Prise en compte des besoins individuels
(1869) 2T 254
322. Vous vous êtes trompé et pensiez que c’était l’orgueil qui poussait votre femme à désirer avoir des choses plus confortables autour d’elle. Elle a été avare et traitée de près par vous. Elle a besoin d’une alimentation plus généreuse, d’une alimentation plus abondante sur sa table ; et dans sa maison, elle a besoin de choses aussi confortables et commodes que vous pouvez les rendre, des choses pour rendre son travail aussi facile que possible. Mais vous avez vu les choses d’un mauvais point de vue. Vous avez pensé que presque tout ce qui pouvait être mangé était assez bon si vous pouviez en vivre et conserver vos forces. Vous avez plaidé la nécessité d’une alimentation de rechange à votre faible épouse. Mais elle ne peut pas faire du bon sang ou de la bonne chair avec le régime auquel vous pourriez vous confiner et vous épanouir. Certaines personnes ne peuvent pas subsister avec la même nourriture dont d’autres peuvent bien se passer, même si elle est préparée de la même manière.
Vous risquez de devenir un extrémiste. Votre système ne pourrait pas convertir une alimentation très grossière et pauvre en bon sang. Vos organes producteurs de sang sont en bon état. Mais votre femme a besoin d’une alimentation plus sélective. Laissez-la manger la même nourriture que votre système pourrait convertir en bon sang, et son système ne pourrait pas se l’approprier. Elle manque de vitalité et a besoin d’une alimentation généreuse et fortifiante. Elle devrait avoir une bonne provision de fruits et ne pas être confinée aux mêmes choses d’un jour à l’autre. Elle a une mince emprise sur la vie. Elle est malade et les besoins de son système sont très différents de ceux d’une personne en bonne santé. {CD 201.1}
Ne pas être la cause d’un moment de trouble
(1859) 1T 205, 206
323. J’ai vu que vous aviez des notions erronées sur le fait d’affliger votre corps, de vous priver de nourriture nourrissante. Ces choses amènent certains membres de l’église à penser que Dieu est sûrement avec vous, sinon vous ne vous renieriez pas et ne vous sacrifieriez pas ainsi. Mais j’ai vu qu’aucune de ces choses ne vous rendra plus saint. Les païens font tout cela, mais ne reçoivent aucune récompense pour cela. Un esprit brisé et contrit devant Dieu est à ses yeux d’un grand prix. J’ai vu que vos vues concernant ces choses sont erronées, et que vous regardez l’église et que vous les observez, remarquant de petites choses, alors que votre attention devrait être tournée vers l’intérêt de votre propre âme. Dieu n’a pas fait peser sur vous le fardeau de son troupeau. Vous pensez que l’église est à l’arrière-plan, parce qu’elle ne peut pas voir les choses comme vous, et parce qu’ils ne suivent pas le même cours rigide que vous pensez devoir suivre. J’ai vu que vous vous trompiez sur votre propre devoir et sur le devoir des autres. Certains sont allés à l’extrême en matière de régime alimentaire. Ils ont suivi un cours rigide et ont vécu si simplement que leur santé a souffert, que la maladie s’est renforcée dans le système et que le temple de Dieu s’est affaibli. . . . {CD 201.2}
J’ai vu que Dieu n’exige de personne qu’il adopte un cours d’une économie si rigide qu’il affaiblisse ou blesse le temple de Dieu. Il y a des devoirs et des exigences dans sa parole pour humilier l’église et les amener à affliger leurs âmes, et il n’est pas nécessaire de faire des croix et de fabriquer des devoirs pour affliger le corps afin de provoquer l’humilité. Tout cela est en dehors de la parole de Dieu. {CD 202.1}
Le temps des troubles est juste devant nous ; et alors une nécessité impérieuse exigera du peuple de Dieu qu’il renonce à lui-même et qu’il mange juste assez pour entretenir la vie ; mais Dieu nous préparera pour ce temps-là. En cette heure effrayante, notre nécessité sera l’occasion pour Dieu de transmettre sa puissance fortifiante et de soutenir son peuple. . . . {CD 202.2}
Ceux qui travaillent de leurs mains doivent nourrir leur force pour accomplir ce travail, et ceux aussi qui travaillent dans la parole et la doctrine doivent nourrir leur force ; car Satan et ses mauvais anges font la guerre contre eux pour abattre leur force. Ils devraient rechercher le repos du corps et de l’esprit en travaillant quand ils le peuvent, et devraient manger des aliments nourrissants et fortifiants pour développer leur force; car ils seront obligés d’exercer toutes leurs forces. J’ai vu qu’il ne glorifiait pas Dieu le moins du monde que l’un de Son peuple se crée un temps de détresse. Il y a un temps de détresse juste devant le peuple de Dieu, et Il les préparera à ce terrible conflit. {CD 202.3}
Quand la réforme de la santé devient une déformation de la santé
Lettre 37, 1901
324. J’ai quelque chose à dire au sujet des vues extrêmes sur la réforme de la santé. La réforme de la santé devient une déformation de la santé, un destructeur de la santé, lorsqu’elle est poussée à l’extrême. Vous ne réussirez pas dans les sanatoriums, où les malades sont soignés, si vous prescrivez aux patients le même régime alimentaire que vous avez prescrit pour vous et votre femme. Je vous assure que vos idées sur l’alimentation des malades ne sont pas recommandables. Le changement est trop grand. Alors que je rejetterais la viande de chair comme nuisible, quelque chose de moins répréhensible peut être utilisé, et cela se trouve dans les œufs. Ne retirez pas le lait de la table et n’interdisez pas qu’il soit utilisé dans la cuisson des aliments. Le lait utilisé doit provenir de vaches en bonne santé et doit être stérilisé. {CD 202.4}
Ceux qui adoptent une vision extrême de la réforme de la santé risquent de préparer des plats insipides. Cela a été fait maintes et maintes fois. La nourriture est devenue si insipide qu’elle est refusée par l’estomac. La nourriture donnée aux malades doit être variée. Il ne faut pas leur donner les mêmes plats encore et encore. . . . {CD 203.1}
Je vous ai dit ce que j’ai parce que j’ai reçu la lumière que vous nuisez à votre corps par un régime pauvre. Je dois vous dire qu’il ne sera pas préférable pour vous d’instruire les étudiants comme vous l’avez fait en ce qui concerne la question de l’alimentation, car vos idées concernant l’élimination de certaines choses ne seront pas pour l’aide de ceux qui ont besoin d’aide. {CD 203.2}
Frère et Sœur —–, j’ai toute confiance en vous, et je désire ardemment que vous ayez la santé physique, afin que vous ayez une parfaite santé spirituelle. C’est le manque de nourriture appropriée qui vous a fait tant souffrir. Vous n’avez pas pris la nourriture indispensable pour nourrir votre frêle force physique. Vous ne devez pas vous priver d’une bonne nourriture saine. {CD 203.3}
À un moment donné, le docteur —– a essayé d’apprendre à notre famille à cuisiner selon la réforme de la santé, telle qu’il la considérait, sans sel ni rien d’autre pour assaisonner les aliments. Eh bien, j’ai décidé d’essayer, mais mes forces étaient si faibles que j’ai dû faire un changement ; et une politique différente fut entreprise avec un grand succès. Je vous dis cela parce que je sais que vous êtes en danger positif. Les aliments doivent être préparés de manière à être nourrissants. Il ne faut pas le priver de ce dont le système a besoin. {CD 203.4}
Le Seigneur appelle Frère et Sœur —– à se réformer, à prendre des périodes de repos. Il n’est pas juste que vous preniez des fardeaux comme vous l’avez fait dans le passé. Si vous n’y prêtez pas attention, vous sacrifierez cette vie qui est si précieuse aux yeux du Seigneur. « Vous ne vous appartenez pas ; car vous avez été rachetés à grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. . . . {CD 203.5}
N’allez pas dans les extrêmes en ce qui concerne la réforme de la santé. Certains de nos concitoyens sont très négligents en ce qui concerne la réforme de la santé. Mais parce que certains sont loin derrière, il ne faut pas, pour leur être un exemple, être un extrémiste. Vous ne devez pas vous priver de cette classe d’aliments qui font du bon sang. Votre dévouement aux vrais principes vous amène à vous soumettre à un régime alimentaire qui vous donne une expérience qui ne recommandera pas une réforme de la santé. C’est votre danger. Lorsque vous voyez que vous vous affaiblissez physiquement, il est essentiel que vous fassiez des changements, et tout de suite. Mettez dans votre alimentation quelque chose que vous avez omis. C’est votre devoir de le faire. Procurez-vous des œufs de volailles saines. Utilisez ces œufs cuits ou crus. Déposez-les crus dans le meilleur vin non fermenté que vous puissiez trouver. Cela fournira ce qui est nécessaire à votre système. Ne supposez pas un seul instant qu’il ne sera pas juste de faire cela. . . . {CD 204.1}
Nous apprécions votre expérience en tant que médecin, et pourtant je dis que le lait et les œufs devraient être inclus dans votre alimentation. On ne peut pas se passer de ces choses à l’heure actuelle, et la doctrine de s’en passer ne devrait pas être enseignée. {CD 204.2}
Vous risquez d’adopter une vision trop radicale de la réforme de la santé et de vous prescrire un régime qui ne vous suffira pas. . . . {CD 204.3}
J’espère que vous tiendrez compte des paroles que je vous ai dites. Il m’a été présenté que vous ne serez pas en mesure d’exercer l’influence la plus réussie sur la réforme de la santé à moins que, dans certaines choses, vous ne deveniez plus libéral envers vous-même et envers les autres. Le temps viendra où le lait ne pourra plus être utilisé aussi librement qu’il l’est actuellement ; mais le temps présent n’est pas le moment de s’en débarrasser. Et les œufs contiennent des propriétés qui sont des agents correctifs pour lutter contre les poisons. Et tandis que des avertissements ont été donnés contre l’utilisation de ces articles de régime dans les familles où les enfants étaient dépendants, oui, imprégnés d’habitudes d’auto-abus ; pourtant il ne faut pas considérer comme un déni de principe l’utilisation d’œufs de poules bien soignées et convenablement nourries. . . . {CD 204.4}
Dieu appelle ceux pour qui Christ est mort à prendre soin d’eux-mêmes et à donner le bon exemple aux autres. Mon frère, vous ne devez pas faire une épreuve pour le peuple de Dieu, sur la question de l’alimentation ; car ils perdront confiance dans les enseignements qui sont tendus jusqu’au point d’extension le plus éloigné. Le Seigneur désire que son peuple soit sain sur tous les points de la réforme de la santé, mais nous ne devons pas aller aux extrêmes. . . . {DC 205.1}
La mauvaise santé du docteur —– s’explique par le fait qu’il a trop puisé dans son stock bancaire de santé, puis qu’il n’a pas réussi à remplacer le montant prélevé par des aliments sains, nutritifs et agréables au goût. Mon frère, consacre toute ta vie à Celui qui a été crucifié pour toi, mais ne t’attache pas à une maigre alimentation ; car c’est ainsi que vous déformez la réforme de la santé. {CD 205.2}
Tout en travaillant contre la gourmandise et l’intempérance, nous devons nous rappeler les moyens et les appareils de la vérité de l’évangile, qui se recommandent à un jugement sain. Afin de faire notre travail en lignes droites et simples, nous devons reconnaître les conditions auxquelles la famille humaine est soumise. Dieu a pris des dispositions pour ceux qui vivent dans les différents pays du monde. Ceux qui désirent être des collaborateurs de Dieu doivent réfléchir attentivement à la façon dont ils enseignent la réforme de la santé dans la grande vigne de Dieu. Ils doivent se déplacer avec soin en spécifiant exactement quels aliments doivent et ne doivent pas être consommés. Le messager humain doit s’unir à l’Aide divine pour présenter le message de miséricorde aux multitudes que Dieu veut sauver. {CD 205.3}
Nous devons être mis en contact avec les masses. Si la réforme de la santé leur était enseignée dans sa forme la plus extrême, le mal serait fait. Nous leur demandons d’arrêter de manger de la viande et de boire du thé et du café. C’est bien. Mais certains disent qu’il faut aussi renoncer au lait. C’est un sujet qui doit être traité avec précaution. Il y a des familles pauvres dont le régime alimentaire se compose de pain et de lait, et, s’ils peuvent s’en procurer, d’un peu de fruits. Tous les aliments carnés doivent être jetés, mais les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème ou quelque chose d’équivalent. Les pauvres disent, lorsqu’on leur présente la réforme de la santé : « Que mangerons-nous ? Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter les aliments à base de noix. Alors que je prêche l’évangile aux pauvres, je suis chargé de leur dire de manger la nourriture la plus nourrissante. Je ne peux pas leur dire : vous ne devez pas manger d’œufs, ni de lait, ni de crème ; vous ne devez pas utiliser de beurre dans la préparation des aliments. L’évangile doit être prêché aux pauvres, et le temps n’est pas encore venu de prescrire le régime le plus strict. {CD 205.4}
Le temps viendra où nous devrons peut-être nous débarrasser de certains des articles de régime que nous utilisons actuellement, tels que le lait, la crème et les œufs ; mais mon message est que vous ne devez pas vous amener à un moment de trouble à l’avance, et ainsi vous affliger de la mort. Attendez que le Seigneur prépare le chemin devant vous. {CD 206.1}
Les réformes qui sont tendues à la plus haute tension pourraient convenir à une certaine classe, qui peut obtenir tout ce dont elle a besoin pour prendre la place des choses abandonnées ; mais cette classe forme une très petite minorité de personnes à qui ces tests paraissent inutiles. Il y a ceux qui essaient de s’abstenir de ce qui est déclaré nocif. Ils ne parviennent pas à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, deviennent faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée. L’œuvre que nous avons essayé d’édifier solidement se confond avec des choses étranges que Dieu n’a pas exigées. Les énergies de l’église sont paralysées. {CD 206.2}
Mais Dieu interviendra pour empêcher les résultats de ces idées trop ardues. L’évangile doit harmoniser la race pécheresse. C’est réunir les riches et les pauvres aux pieds de Jésus. . . . {CD 206.3}
Mais je tiens à dire que le moment venu où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait, de la crème, du beurre et des œufs, Dieu le révélera. Aucun extrême dans la réforme de la santé ne doit être préconisé. La question de l’utilisation du lait, du beurre et des œufs résoudra son propre problème. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune charge sur cette ligne. Que votre modération soit connue de tous les hommes. {CD 206.4}
Lettre 37, 1904
325. La nuit dernière, j’étais dans mon sommeil en train de parler avec le docteur —–. Je lui ai dit : Tu dois encore faire attention aux régimes alimentaires extrêmes. Vous ne devez pas aller à l’extrême ni dans votre propre cas ni en ce qui concerne la nourriture fournie aux aides et aux patients du sanatorium. Les patients paient un bon prix pour leur pension, et ils devraient avoir un tarif libéral. Certains peuvent venir au sanatorium dans un état exigeant un sévère déni d’appétit et le repas le plus simple, mais à mesure que leur santé s’améliore, ils doivent être généreusement nourris.
[Sanitariums pour éviter les régimes alimentaires extrêmes.–427, 428, 429] {CD 206.5}
La nourriture doit être rendue appétissante
(1867) 2T 538
326. Les réformateurs de la santé, par-dessus tout, devraient veiller à éviter les extrêmes. Le corps doit être suffisamment nourri. Nous ne pouvons pas vivre uniquement de l’air ; nous ne pouvons pas non plus conserver la santé si nous n’avons pas de nourriture nourrissante. Les aliments doivent être préparés en bon ordre, afin qu’ils soient agréables au goût. {CD 207.1}
(1909) 9T 161-163
327. Un régime qui manque des éléments nutritifs appropriés fait blâmer la cause de la réforme sanitaire. Nous sommes mortels et devons nous fournir de la nourriture qui nourrira correctement le corps. {CD 207.2}
Certains de nos gens, tout en s’abstenant consciencieusement de manger des aliments impropres, négligent de se fournir les éléments nécessaires à la subsistance du corps. Ceux qui adoptent une vision extrême de la réforme de la santé risquent de préparer des plats insipides, les rendant si insipides qu’ils ne sont pas satisfaisants. La nourriture doit être préparée de manière à ce qu’elle soit aussi appétissante que nourrissante. Il ne faut pas le priver de ce dont le système a besoin. J’utilise du sel, et je l’ai toujours fait, car le sel, au lieu d’être nocif, est en fait essentiel pour le sang. Les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème, ou quelque chose d’équivalent. {CD 207.3}
Bien que des avertissements aient été donnés concernant les dangers de la maladie par le beurre et le mal de l’utilisation gratuite d’œufs par de jeunes enfants, nous ne devrions pas considérer comme une violation du principe d’utiliser des œufs de poules bien soignées et convenablement nourries. Les œufs contiennent des propriétés qui sont des agents correctifs pour contrecarrer certains poisons. {CD 207.4}
Certains, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, n’ont pas réussi à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, sont devenus faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée. L’œuvre que nous avons essayé de construire solidement est confuse avec des choses étranges que Dieu n’a pas exigées, et les énergies de l’église sont paralysées. Mais Dieu interviendra pour empêcher les résultats de ces idées trop ardues. L’évangile doit harmoniser la race pécheresse. C’est réunir riches et pauvres aux pieds de Jésus. {CD 207.5}
Le temps viendra où nous devrons peut-être nous débarrasser de certains des articles de régime que nous utilisons actuellement, tels que le lait, la crème et les œufs ; mais il ne faut pas s’attirer la perplexité par des restrictions prématurées et extrêmes. Attendez que les circonstances l’exigent et que le Seigneur y prépare le chemin. {CD 208.1}
Ceux qui réussiraient à proclamer les principes de la réforme de la santé doivent faire de la parole de Dieu leur guide et leur conseiller. Ce n’est que lorsque les enseignants des principes de la réforme de la santé le font qu’ils peuvent se tenir sur un terrain avantageux. Ne témoignons jamais contre la réforme de la santé en omettant d’utiliser des aliments sains et agréables au goût à la place des aliments nocifs que nous avons jetés. N’encouragez en aucun cas l’appétit pour les stimulants. Ne mangez que des aliments clairs, simples et sains, et remerciez constamment Dieu pour les principes de la réforme sanitaire. Soyez vrai et droit en toutes choses, et vous remporterez de précieuses victoires. {CD 208.2}
Influence néfaste des extrémistes
(1870) 2T 374, 375
328. Et tandis que nous vous avertirions de ne pas trop manger, même de la meilleure qualité de nourriture, nous avertirions également ceux qui sont des extrémistes de ne pas élever une fausse norme, et ensuite de nous efforcer d’y amener tout le monde. {CD 208.3}
(1870) 2T 384-387
329. Il m’a été montré que B et C ont déshonoré la cause de Dieu. Ils y ont apporté une souillure qui ne sera jamais complètement effacée. On m’a montré la famille de notre cher frère D. Si ce frère avait reçu une aide appropriée au bon moment, chaque membre de sa famille serait en vie aujourd’hui. Il est étonnant que les lois du pays n’aient pas été appliquées dans ce cas de mauvais traitements. Cette famille périssait pour la nourriture – la nourriture la plus ordinaire et la plus simple. Ils mouraient de faim dans un pays d’abondance. Un novice s’y entraînait. Le jeune homme n’est pas mort de maladie, mais de faim. La nourriture aurait renforcé le système et maintenu la machinerie en mouvement. . . . {CD 208.4}
Il est temps que quelque chose soit fait pour empêcher les novices de prendre le terrain et de prôner une réforme de la santé. Leurs œuvres et leurs paroles peuvent être épargnées ; car ils font plus de mal que les hommes les plus sages et les plus intelligents, avec la meilleure influence qu’ils peuvent exercer, ne peuvent contrecarrer. Il est impossible, ou aux défenseurs les plus qualifiés de la réforme de la santé, de soulager complètement l’esprit du public des préjugés reçus par la voie erronée de ces extrémistes, et de placer le grand sujet de la réforme de la santé sur une bonne base dans la communauté où ces les hommes ont compris. La porte est également fermée dans une grande mesure, de sorte que les incroyants ne peuvent pas être atteints par la vérité présente sur le sabbat et la venue prochaine de notre Sauveur. Les vérités les plus précieuses sont rejetées par le peuple comme indignes d’être entendues. Ces hommes sont appelés représentants des réformateurs de la santé et des observateurs du sabbat en général. Une grande responsabilité repose sur ceux qui ont ainsi été une pierre d’achoppement pour les incroyants. {CD 209.1}
Demander des opinions personnelles et des tests personnels
Lettre 39, 1901
330. Le moment est venu où la réforme de la santé sera perçue dans son importance par de nombreux hauts et bas. Mais nous ne devons rien permettre d’éclipser le message que nous devons porter, le message du troisième ange, lié aux messages du premier et du deuxième ange. Nous ne devons pas laisser des choses mineures nous lier dans un petit cercle, où nous ne pouvons pas avoir accès au grand public. {CD 209.2}
L’église et le monde ont besoin de toute l’influence, de tous les talents que Dieu nous a donnés. Tout ce que nous avons devrait être approprié à son usage. En présentant l’évangile, écartez toutes vos propres opinions. Nous avons un message mondial, et le Seigneur veut que ses serviteurs gardent sacrément la confiance qu’il leur a donnée. A chaque homme de Dieu a donné son travail. Alors qu’aucun faux message ne soit transmis. Qu’il n’y ait pas de tension dans des problèmes incohérents la grande lumière de la réforme de la santé. Les incohérences de l’un reposent sur tout le corps des croyants ; donc quand on va aux extrêmes, un grand mal est fait à la cause de Dieu. {CD 209.3}
La poussée des choses à l’extrême est une chose à redouter. Il en résulte toujours que je suis obligé de parler pour éviter que les choses ne soient mal comprises, afin que le monde n’ait pas de raison de penser que les adventistes du septième jour sont un groupe d’extrémistes. Lorsque nous cherchons à tirer les gens du feu d’une part, les mots mêmes qui doivent ensuite être prononcés pour corriger les maux sont utilisés pour justifier l’indulgence d’autre part. Que le Seigneur nous garde des épreuves et des extrêmes humains. {DC 210.1}
Que personne n’avance des opinions extrêmes sur ce que nous mangerons et ce que nous boirons. Le Seigneur a donné la lumière. Que notre peuple accepte la lumière et marche dans la lumière. Il doit y avoir une grande augmentation dans la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ. Cette connaissance est la vie éternelle. Une augmentation de la piété, d’une religion bonne, humble et spirituelle placerait notre peuple dans une position où il pourrait apprendre du Grand Maître. {DC 210.2}
Le moment peut venir où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait. Mais si les vaches sont en bonne santé et le lait bien cuit, il n’est pas nécessaire de créer un temps de trouble à l’avance. Que personne ne sente qu’il doit porter un message sur ce que notre peuple placera sur ses tables dans tous les détails. Ceux qui adoptent une position extrême finiront par voir que les résultats ne sont pas ce qu’ils pensaient qu’ils seraient. Le Seigneur nous conduira par sa droite, si nous sommes conduits. L’amour et la pureté sont les fruits portés par un bon arbre. Quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. {CD 210.3}
J’ai été chargé de dire à ceux de la Conférence qui avaient été si assidus sur le sujet de la réforme de la santé, poussant leurs idées et leurs points de vue sur les autres, que Dieu ne leur avait pas donné leur message. Je leur ai dit que s’ils voulaient adoucir et maîtriser leurs tendances héritées et cultivées, dans lesquelles il y a une grande quantité d’entêtement, ils verraient qu’ils ont besoin d’être convertis. « Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu habite en nous et son amour est parfait en nous. . . . Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. . . . {CD 210.4}
La sagesse humaine doit être combinée avec la sagesse divine et la miséricorde de Dieu. Cachons-nous en Christ. Travaillons diligemment pour atteindre le niveau élevé que Dieu a établi pour nous, la transformation morale par l’évangile. Dieu nous demande d’avancer en ligne droite, de tracer des voies droites pour nos pieds, de peur que le boiteux ne soit détourné du chemin. Alors Christ sera satisfait. {DC 211.1}
Erreur du côté des personnes préférable à l’extrême opposé
Lettre 57, 1886
331. Frère et Sœur —– ont poussé la question de l’indulgence à manger à l’extrême, et l’institut est devenu démoralisé. Maintenant, l’ennemi vous pousserait dans l’extrême opposé s’il le pouvait, pour avoir un régime pauvre. Attention à garder la tête froide et les idées sensées. Cherchez la sagesse du ciel et agissez avec compréhension. Si vous prenez des positions extrêmement radicales, vous serez obligé de reculer, et alors, si consciencieux que vous ayez été, vous avez perdu confiance en votre propre jugement, et nos frères et incroyants vont perdre confiance en vous. Assurez-vous de ne pas aller plus vite que vous n’avez la lumière positive de Dieu. Ne prenez pas les idées d’un homme, mais avancez intelligemment dans la crainte du Seigneur. {CD 211.2}
Si vous vous trompez, que ce ne soit pas en vous éloignant le plus possible des gens, car alors vous coupez le fil de votre influence et ne pouvez leur faire aucun bien. Mieux vaut se tromper du côté du peuple que s’en éloigner complètement, car il y a de l’espoir dans ce cas que vous puissiez emporter le peuple avec vous, mais il n’y a pas besoin d’erreur de part et d’autre. {CD 211.3}
Vous n’avez pas besoin d’aller dans l’eau ou dans le feu, mais prenez le chemin du milieu, en évitant tous les extrêmes. Ne donnez pas l’impression que vous êtes des gestionnaires unilatéraux et déséquilibrés. N’ayez pas une alimentation maigre et pauvre. Ne laissez personne vous influencer pour que le régime soit frappé de pauvreté. Faites préparer vos aliments de manière saine et de bon goût; préparez votre nourriture avec une délicatesse qui représentera correctement la réforme de la santé. {CD 211.4}
Le grand recul de la réforme de la santé est dû au fait que des esprits imprudents l’ont manipulée et portée à de tels extrêmes qu’elle a dégoûté au lieu d’y convertir les gens. J’ai été là où ces idées radicales ont été réalisées. Légumes préparés uniquement avec de l’eau, et tout le reste de la même manière. Ce genre de cuisine est déformant pour la santé, et il y a des esprits ainsi constitués qu’ils acceptent tout ce qui porte les traits d’un régime rigoureux ou d’une réforme quelconque. {DC 212.1}
Mes frères, je voudrais que vous soyez tempérés en toutes choses, mais veillez à ne pas forcer le propos ou à ne pas diriger notre institution dans un canal si étroit qu’il en sortira jusqu’au bout. Vous ne devez pas tomber dans les notions de tout homme, mais être pondéré, calme, confiant en Dieu. {CD 212.2}
Les deux extrêmes à éviter
(1900) 6T 373, 374
332. Je sais que beaucoup de nos frères sont de cœur et de pratique opposés à la réforme sanitaire. Je ne préconise aucun extrême. Mais en parcourant mes manuscrits, j’ai vu les témoignages décidés rendus et les avertissements de dangers qui viennent à notre peuple en imitant les coutumes et les pratiques du monde dans l’auto-indulgence, la satisfaction de l’appétit et la fierté de l’habillement. Mon cœur est malade et triste de l’état actuel des choses. Certains disent que certains de nos frères ont trop insisté sur ces questions. Mais parce que certains ont peut-être agi indiscrètement en faisant valoir leurs sentiments concernant la réforme de la santé en toutes occasions, osera-t-on cacher la vérité à ce sujet ? Les peuples du monde sont généralement loin de l’extrême opposé de l’indulgence et de l’intempérance en mangeant et en buvant ; et par conséquent, les pratiques lubriques abondent.
Il y en a beaucoup maintenant sous l’ombre de la mort qui se sont préparés à faire un travail pour le Maître, mais qui n’ont pas senti qu’une obligation sacrée reposait sur eux d’observer les lois de la santé. Les lois du système physique sont en effet les lois de Dieu ; mais ce fait semble avoir été oublié. Certains se sont limités à un régime qui ne peut pas les maintenir en bonne santé. Ils n’ont pas fourni d’aliments nourrissants pour remplacer les articles nuisibles ; et ils n’ont pas considéré qu’il fallait faire preuve de tact et d’ingéniosité pour préparer les aliments de la manière la plus saine. Le système doit être correctement alimenté afin d’effectuer son travail. Il est contraire à la réforme sanitaire, après avoir supprimé la grande variété de plats malsains, d’aller à l’extrême opposé, en réduisant la quantité et la qualité des aliments à un bas niveau.
[Importance de l’instruction dans la préparation d’aliments sains et appétissants – voir Écoles de cuisine à la section XXV] {CD 212.4}
CHAPITRE 12 – Régime pendant la grossesse
Influences prénatales
(1905) MH 372, 373
333. L’effet des influences prénatales est considéré par beaucoup de parents comme une question de peu d’importance ; mais le Ciel ne l’envisage pas ainsi. Le message envoyé par un ange de Dieu, et donné deux fois de la manière la plus solennelle, montre qu’il mérite notre plus grande attention. {DC 217.1}
Dans les paroles adressées à la mère hébraïque, Dieu parle à toutes les mères de toutes les époques. « Qu’elle prenne garde », dit l’ange ; “tout ce que je lui ai commandé, qu’elle l’observe.” Le bien-être de l’enfant sera affecté par les habitudes de la mère. Ses appétits et ses passions sont à contrôler par principe. Il y a quelque chose qu’elle doit éviter, quelque chose contre laquelle elle doit travailler, si elle accomplit le dessein de Dieu pour elle en lui donnant un enfant. Si avant la naissance de son enfant elle est complaisante, si elle est égoïste, impatiente et exigeante, ces traits se refléteront dans la disposition de l’enfant. Ainsi, de nombreux enfants ont reçu comme un droit de naissance des tendances presque invincibles au mal. {CD 217.2}
Mais si la mère adhère inébranlablement aux principes justes, si elle est tempérée et abnégation, si elle est gentille, douce et désintéressée, elle peut donner à son enfant ces mêmes précieux traits de caractère. Très explicite était l’ordre interdisant l’usage du vin par la mère. Chaque goutte de boisson forte prise par elle pour satisfaire son appétit met en danger la santé physique, mentale et morale de son enfant, et est un péché direct contre son Créateur. {CD 217.3}
De nombreux conseillers insistent pour que chaque souhait de la mère soit satisfait; que si elle désire un aliment quelconque, si nocif soit-il, elle doit se livrer librement à son appétit. De tels conseils sont faux et malveillants. Les besoins physiques de la mère ne doivent en aucun cas être négligés. Deux vies dépendent d’elle, et ses souhaits doivent être considérés avec tendresse, ses besoins généreusement satisfaits. Mais à cette époque, par-dessus tout, elle doit éviter, dans le régime alimentaire et dans toute autre ligne, tout ce qui diminuerait la force physique ou mentale. Par l’ordre de Dieu lui-même, elle est placée sous l’obligation la plus solennelle d’exercer la maîtrise de soi. {CD 217.4}
(1890) CTBH 37, 38
334. Lorsque le Seigneur a suscité Samson comme libérateur de son peuple, il a enjoint à la mère de bonnes habitudes de vie avant la naissance de son enfant. Et la même interdiction devait être imposée, dès le début, à l’enfant; car il devait être consacré à Dieu comme nazaréen dès sa naissance. {DC 218.1}
L’ange de Dieu apparut à la femme de Manoah et l’informa qu’elle aurait un fils ; et en vue de cela, il lui donna des instructions importantes : « Maintenant donc, prends garde, je te prie, et ne bois ni vin ni boisson forte, et ne mange rien d’impur. {CD 218.2}
Dieu avait une œuvre importante à confier à l’enfant promis de Manoah, et c’était pour lui assurer les qualifications nécessaires à cette œuvre que les habitudes de la mère et de l’enfant devaient être si soigneusement réglées. « Qu’elle ne boive ni vin ni boisson forte », fut l’instruction de l’ange pour la femme de Manoah, « et qu’elle ne mange rien d’impur ; tout ce que je lui ai commandé, qu’elle l’observe. L’enfant sera affecté en bien ou en mal par les habitudes de la mère. Elle doit elle-même être contrôlée par principe, et doit pratiquer la tempérance et l’abnégation, si elle veut rechercher le bien-être de son enfant. {CD 218.3}
« Qu’elle se méfie »
Signes, 26 février 1902
335. Les paroles dites à la femme de Manoah contiennent une vérité que les mères d’aujourd’hui feraient bien d’étudier. En parlant à cette seule mère, le Seigneur a parlé à toutes les mères anxieuses et affligées de cette époque, et à toutes les mères des générations suivantes. Oui, chaque mère peut comprendre son devoir. Elle peut savoir que le caractère de ses enfants dépendra beaucoup plus de ses habitudes avant leur naissance et de ses efforts personnels après leur naissance, que d’avantages ou d’inconvénients extérieurs. {CD 218.4}
« Qu’elle se méfie », dit l’ange. Qu’elle soit prête à résister à la tentation. Ses appétits et ses passions sont à contrôler par principe. On peut dire de chaque mère : « Qu’elle prenne garde. Il y a quelque chose qu’elle doit éviter, quelque chose contre laquelle elle doit travailler, si elle accomplit le dessein de Dieu pour elle en lui donnant un enfant. . . . {DC 219.1}
La mère qui est une bonne éducatrice pour ses enfants doit, avant leur naissance, prendre des habitudes d’abnégation et de maîtrise de soi ; car elle leur transmet ses propres qualités, ses propres traits forts ou faibles de caractère. L’ennemi des âmes comprend cette affaire bien mieux que beaucoup de parents. Il attirera la tentation sur la mère, sachant que si elle ne lui résiste pas, il peut par elle affecter son enfant. Le seul espoir de la mère est en Dieu. Elle peut fuir vers lui pour la grâce et la force. Elle ne cherchera pas de l’aide en vain. Il lui permettra de transmettre à sa progéniture des qualités qui l’aideront à réussir dans cette vie et à gagner la vie éternelle. {CD 219.2}
Appétit de ne pas courir Riot
(1870) 2T 381-383
336. C’est une erreur généralement commise que de ne faire aucune différence dans la vie d’une femme avant la naissance de ses enfants. A cette période importante, le travail de la mère doit être allégé. De grands changements se produisent dans son système. Il nécessite une plus grande quantité de sang, et donc une augmentation des aliments de la qualité la plus nourrissante pour se transformer en sang. À moins qu’elle ne dispose d’une alimentation abondante en nourriture nutritive, elle ne peut pas conserver sa force physique et sa progéniture est privée de vitalité. Ses vêtements demandent également de l’attention. Des précautions doivent être prises pour protéger le corps contre une sensation de froideur. Elle ne doit pas faire remonter inutilement de la vitalité à la surface pour combler le manque de vêtements suffisants. Si la mère est privée d’une abondance d’aliments sains et nutritifs, elle manquera de quantité et de qualité de sang. Sa circulation sera mauvaise et son enfant manquera des mêmes choses. Il y aura une incapacité chez la progéniture à s’approprier la nourriture qu’elle peut convertir en bon sang pour nourrir le système. La prospérité de la mère et de l’enfant dépend beaucoup de bons vêtements chauds et d’un approvisionnement en nourriture nourrissante. L’apport supplémentaire sur la vitalité de la mère doit être considéré et pourvu. {CD 219.3}
Mais, d’autre part, l’idée que les femmes, en raison de leur condition particulière, peuvent laisser libre cours à leur appétit, est une erreur fondée sur la coutume, mais non sur le bon sens. L’appétit des femmes dans cet état peut être variable, agité et difficile à satisfaire ; et la coutume lui permet d’avoir tout ce qu’elle peut désirer, sans consulter la raison pour savoir si cette nourriture peut fournir la nutrition pour son corps et pour la croissance de son enfant. La nourriture doit être nutritive, mais ne doit pas être d’une qualité excitante. La coutume dit que si elle veut de la viande, des cornichons, de la nourriture épicée ou des tartes hachées, qu’elle les ait ; l’appétit seul doit être consulté. C’est une grande erreur, et fait beaucoup de mal. Le préjudice ne peut être estimé. S’il est jamais besoin de simplicité d’alimentation et de soins particuliers quant à la qualité des aliments consommés, c’est dans cette période importante. {DC 220.1}
Les femmes qui ont des principes et qui sont bien instruites ne s’écarteront pas de la simplicité de l’alimentation à cette époque comme à toutes les autres. Ils considéreront qu’une autre vie dépend d’eux, et seront prudents dans toutes leurs habitudes, et surtout dans leur alimentation. Ils ne devraient pas manger ce qui est nutritif et excitant, simplement parce que c’est bon. Il y a trop de conseillers prêts à les persuader de faire des choses que la raison leur dirait de ne pas faire. {CD 220.2}
Les enfants malades naissent à cause de la satisfaction de l’appétit par les parents. Le système n’exigeait pas la variété de nourriture sur laquelle l’esprit s’attardait. Car une fois dans l’esprit ça doit être dans l’estomac, c’est une grande erreur que les femmes chrétiennes devraient rejeter. L’imagination ne devrait pas être autorisée à contrôler les désirs du système. Ceux qui laissent régner le goût subiront la peine de transgresser les lois de leur être. Et l’affaire ne s’arrête pas là; leur progéniture innocente souffrira également. {CD 220.3}
Les organes producteurs de sang ne peuvent pas convertir les épices, les tartes hachées, les cornichons et les viandes malades en bon sang. Et si tant de nourriture est prise dans l’estomac que les organes digestifs sont obligés de se surmener pour en disposer et pour libérer le système des substances irritantes, la mère se fait injustice et jette les bases de la maladie chez sa progéniture. . Si elle choisit de manger à sa guise et selon ses envies, quelles qu’en soient les conséquences, elle en subira la peine, mais pas seule. Son enfant innocent doit souffrir à cause de son indiscrétion. {CD 220.4}
Effets du surmenage et de l’appauvrissement de l’alimentation
(1865) H. à L., ch. 2, p. 33,34
337. La mère, dans de nombreux cas avant la naissance de ses enfants, est autorisée à travailler tôt et tard, en chauffant son sang. . . .Sa force aurait dû être tendrement chérie. . . . Ses fardeaux et ses soucis sont rarement atténués, et cette période, qui devrait être pour elle entre toutes un temps de repos, est une période de fatigue, de tristesse et de morosité. Par un trop grand effort de sa part, elle prive sa progéniture de cette nutrition que la nature lui a procurée, et en échauffant son propre sang, elle lui donne un sang de mauvaise qualité. La progéniture est dépouillée de sa vitalité, dépouillée de sa force physique et mentale. {DC 221.1}
(1870) 2T 378, 379
338. On m’a montré le cours de B dans sa propre famille. Il a été sévère et autoritaire. Il a adopté la réforme de la santé telle que préconisée par le frère C et, comme lui, a adopté des vues extrêmes sur le sujet ; et n’ayant pas l’esprit bien équilibré, il a fait de terribles bévues, dont le temps n’effacera pas les résultats. Aidé par des éléments recueillis dans des livres, il commença à mettre en pratique la théorie qu’il avait entendue préconisée par le frère C et, comme lui, mit un point d’honneur à tout mettre au niveau qu’il avait érigé. Il a amené sa propre famille à ses règles rigides, mais n’a pas réussi à contrôler ses propres propensions animales. Il n’a pas réussi à se mettre à la marque et à garder son corps sous. S’il avait eu une connaissance correcte du système de réforme sanitaire, il aurait su que sa femme n’était pas en état de donner naissance à des enfants sains. Ses propres passions insoumises l’avaient emporté sans raisonner de cause à effet. {CD 221.2}
Avant la naissance de ses enfants, il ne traitait pas sa femme comme une femme dans son état doit être traitée. . . . Il n’a pas fourni la qualité et la quantité de nourriture nécessaires pour nourrir deux vies au lieu d’une. Une autre vie dépendait d’elle et son système ne recevait pas la nourriture saine et nutritive nécessaire pour maintenir sa force. Il y avait un manque dans la quantité et dans la qualité. Son système nécessitait des changements, une variété et une qualité d’aliments plus nourrissants. Ses enfants sont nés avec de faibles pouvoirs digestifs et un sang appauvri. De la nourriture que la mère était obligée de recevoir, elle ne pouvait fournir une bonne qualité de sang, et donna donc naissance à des enfants pleins d’humeurs. {CD 221.3}
CHAPITRE 13 – Alimentation pendant l’enfance
Conseil basé sur l’instruction divine
Signes, 13 septembre 1910
339. La question des pères et des mères devrait être : « Que ferons-nous à l’enfant qui nous naîtra ? Nous avons présenté au lecteur ce que Dieu a dit concernant le cours de la mère avant la naissance de ses enfants. Mais ce n’est pas tout. L’ange Gabriel a été envoyé des parvis célestes pour donner des directives sur le soin des enfants après leur naissance, afin que les parents puissent pleinement comprendre leur devoir. {DC 225.1}
À peu près au moment du premier avènement du Christ, l’ange Gabriel est venu à Zacharie avec un message similaire à celui donné à Manoah. On a dit au vieux prêtre que sa femme aurait un fils, dont le nom devrait s’appeler Jean. « Et, dit l’ange, tu auras de la joie et de l’allégresse ; et beaucoup se réjouiront de sa naissance. Car il sera grand aux yeux de l’Éternel, et ne boira ni vin ni boisson forte; et il sera rempli du Saint-Esprit. Cet enfant de la promesse devait être élevé avec des habitudes strictement tempérées. Une importante œuvre de réforme devait lui être confiée, pour préparer la voie au Christ. {CD 225.2}
L’intempérance sous toutes ses formes existait parmi le peuple. L’indulgence dans le vin et la nourriture de luxe diminuait la force physique et avilissait les mœurs à tel point que les crimes les plus révoltants n’apparaissaient pas comme des péchés. La voix de Jean devait résonner du désert en réprimandant sévèrement les indulgences coupables du peuple, et ses propres habitudes sobres devaient également être une réprimande des excès de son temps. {CD 225.3}
LE VÉRITABLE DÉBUT DE LA RÉFORME
Les efforts de nos travailleurs de la tempérance ne vont pas assez loin pour bannir la malédiction de l’intempérance de notre pays. Les habitudes une fois formées sont difficiles à surmonter. La réforme doit commencer par la mère avant la naissance de ses enfants ; et si les instructions de Dieu étaient fidèlement suivies, l’intempérance n’existerait pas. {CD 225.4}
Ce devrait être l’effort constant de chaque mère de conformer ses habitudes à la volonté de Dieu, afin qu’elle puisse travailler en harmonie avec lui pour préserver ses enfants des vices qui détruisent la santé et la vie d’aujourd’hui. Que les mères se placent sans tarder dans de justes relations avec leur Créateur, afin qu’elles puissent, par sa grâce secourable, construire autour de leurs enfants un rempart contre la dissipation et l’intempérance. Si les mères suivaient un tel cours, elles pourraient voir leurs enfants, comme le jeune Daniel, atteindre un niveau élevé de réalisations morales et intellectuelles, devenant une bénédiction pour la société et un honneur pour leur Créateur. {CD 226.1}
Le nourrisson
(1905) MH 383
340. La meilleure nourriture pour le nourrisson est la nourriture que la nature fournit. De cela, il ne faut pas le priver inutilement. C’est une chose sans cœur pour une mère, pour des raisons de commodité ou de plaisir social, de chercher à se libérer de la tendre charge d’allaiter son petit. {CD 226.2}
La mère qui permet à son enfant d’être nourri par un autre doit bien considérer ce qui peut en résulter. Dans une plus ou moins grande mesure, la nourrice transmet son tempérament et son tempérament à l’enfant allaité. {CD 226.3}
Réformateur de la santé, septembre 1871
341. Pour suivre la mode, on a abusé de la nature au lieu de la consulter. Les mères dépendent parfois d’un mercenaire, ou un biberon doit être remplacé par le sein maternel. Et l’un des devoirs les plus délicats et les plus gratifiants qu’une mère puisse remplir pour sa progéniture dépendante, qui mêle sa vie à la sienne et qui éveille les sentiments les plus saints dans le cœur des femmes, est sacrifié à la folie meurtrière de la mode. {CD 226.4}
Il y a des mères qui sacrifieront leurs devoirs maternels en allaitant leurs enfants simplement parce que c’est trop pénible d’être confinées à leur progéniture, qui est le fruit de leur propre corps. La salle de bal et les excitantes scènes de plaisir ont eu l’influence d’engourdir les fines sensibilités de l’âme. Ceux-ci ont été plus attrayants pour la mère à la mode que les devoirs maternels envers ses enfants. Peut-être confie-t-elle ses enfants à un mercenaire, pour qu’il fasse à leur place les devoirs qui doivent lui appartenir exclusivement. Ses fausses habitudes lui rendent désagréables les devoirs nécessaires, qu’elle devrait avoir la joie d’accomplir, parce que le soin de ses enfants interférera avec les exigences de la vie mondaine. Un étranger accomplit les devoirs de la mère et donne de son sein la nourriture pour maintenir la vie. {CD 226.5}
Ce n’est pas tout. Elle transmet également son tempérament et son tempérament à l’enfant allaité. La vie de l’enfant est liée à la sienne. Si la mercenaire est une femme grossière, passionnée et déraisonnable ; si elle n’est pas prudente dans ses mœurs, le nourrisson sera, selon toute probabilité, du même type ou d’un type similaire. La même qualité de sang grossier qui coule dans les veines de la nourrice à gages se retrouve dans celle de l’enfant. Les mères qui détourneront ainsi leurs enfants de leurs bras, et refuseront les devoirs maternels, parce qu’ils sont un fardeau qu’elles ne peuvent bien supporter, tout en consacrant leur vie à la mode, sont indignes du nom de mère. Ils dégradent les nobles instincts et les attributs sacrés des femmes, et choisissent d’être des papillons de plaisir à la mode, ayant moins le sens de leur responsabilité envers leur postérité que les brutes muettes. De nombreuses mères substituent le biberon au sein. C’est nécessaire parce qu’ils n’ont pas de nourriture pour leurs enfants. Mais dans neuf cas sur dix, leurs mauvaises habitudes de s’habiller et de manger depuis leur jeunesse les ont rendus incapables d’accomplir les devoirs que la nature leur avait assignés. . . . {CD 227.1}
Cela m’a toujours semblé être une affaire froide et sans cœur pour les mères qui peuvent allaiter leurs enfants pour les faire passer du sein maternel au biberon. Dans ce cas, le plus grand soin est nécessaire pour avoir le lait d’une vache saine, et pour que le biberon, ainsi que le lait, soient parfaitement sucrés. Ceci est souvent négligé et, par conséquent, le nourrisson est amené à souffrir inutilement. Des troubles de l’estomac et des intestins sont susceptibles de se produire, et l’enfant très à plaindre devient malade, s’il était en bonne santé à sa naissance. {CD 227.2}
(1865) H. à L., ch. 2, p. 39, 40
342. La période pendant laquelle l’enfant reçoit sa nourriture de la mère est critique. De nombreuses mères, tout en allaitant leurs enfants, ont été autorisées à travailler trop fort et à chauffer leur sang en cuisinant, et le nourrisson a été gravement affecté, non seulement par une alimentation fébrile du sein de la mère, mais son sang a été empoisonné par le régime alimentaire malsain. de la mère, qui a fiévreux tout son système, affectant ainsi l’alimentation de l’enfant. Le nourrisson sera également affecté par l’état d’esprit de la mère. S’il est malheureux, facilement agité, irritable, donnant libre cours à des accès de passion, la nourriture que l’enfant reçoit de sa mère sera enflammée, produisant souvent des coliques, des spasmes et, dans certains cas, provoquant des convulsions et des accès. {CD 228.1}
Le caractère aussi de l’enfant est plus ou moins affecté par la nature de la nourriture reçue de la mère. Il est donc important que la mère, tout en allaitant son enfant, conserve un état d’esprit heureux, ayant le contrôle parfait de son propre esprit. En agissant ainsi, la nourriture de l’enfant n’est pas blessée, et le cours calme et sûr de soi que la mère suit dans le traitement de son enfant a beaucoup à faire dans la formation de l’esprit de l’enfant. S’il est nerveux et facilement agité, les manières prudentes et calmes de la mère auront une influence apaisante et correctrice, et la santé de l’enfant pourra s’en trouver grandement améliorée. {CD 228.2}
Les nourrissons ont été grandement maltraités par des traitements inappropriés. S’il était agité, on l’a généralement nourri pour le calmer, alors que, dans la plupart des cas, la raison même de son agacement était qu’il avait reçu trop de nourriture, rendue nuisible par les mauvaises habitudes de la mère. Plus de nourriture ne faisait qu’empirer les choses, car son estomac était déjà surchargé. {CD 228.3}
Régularité dans l’alimentation
(1865) H. à L., ch. 2, p. 47
343. La première éducation que les enfants doivent recevoir de la mère dans la petite enfance doit concerner leur santé physique. On ne devrait leur permettre que de la nourriture ordinaire, de la qualité qui leur conserverait le meilleur état de santé, et qui ne devrait être consommée qu’à des périodes régulières, pas plus souvent que trois fois par jour, et deux repas valent mieux que trois. Si les enfants sont correctement disciplinés, ils apprendront bientôt qu’ils ne peuvent rien recevoir en pleurant ou en s’inquiétant. Une mère judicieuse agira dans la formation de ses enfants, non seulement en ce qui concerne son propre confort actuel, mais pour leur bien futur. Et à cette fin, elle enseignera à ses enfants la leçon importante du contrôle de l’appétit et de l’abnégation, qu’ils doivent manger, boire et s’habiller en référence à la santé. {CD 228.4}
(1880) 4T 502
344. Vos enfants ne devraient pas être autorisés à manger des bonbons, des fruits, des noix ou quoi que ce soit dans la gamme des aliments entre leurs repas. Deux repas par jour valent mieux pour eux que trois. Si les parents donnent l’exemple et s’éloignent du principe, les enfants se mettront bientôt au pas. Les irrégularités dans l’alimentation détruisent le tonus sain des organes digestifs, et lorsque vos enfants viennent à table, ils n’apprécient pas la nourriture saine ; leurs appétits recherchent ce qui leur fait le plus mal. Vos enfants ont souvent souffert de fièvre et de fièvre causées par une mauvaise alimentation, alors que leurs parents étaient responsables de leur maladie. C’est le devoir des parents de veiller à ce que leurs enfants adoptent des habitudes favorables à la santé, épargnant ainsi beaucoup de détresse. {DC 229.1}
Réformateur de la santé, septembre 1866
345. Les enfants sont également nourris trop fréquemment, ce qui produit de la fièvre et des souffrances de diverses manières. L’estomac ne doit pas être maintenu constamment au travail, mais doit avoir ses périodes de repos. Sans elle, les enfants seront maussades et irritables et souvent malades.
[Enseigner aux enfants quand et comment manger–288]
[Formation précoce de Daniel–241]
[Voir Section IX, Régularité dans l’alimentation] {CD 229.2}
Éducation précoce de l’appétit
(1905) MH 383-385
346. L’importance de former les enfants à de bonnes habitudes diététiques ne peut guère être surestimée. Les tout-petits doivent apprendre qu’ils mangent pour vivre et non pour manger. La formation doit commencer avec le nourrisson dans les bras de sa mère. L’enfant ne doit recevoir de la nourriture qu’à intervalles réguliers et moins fréquemment à mesure qu’il grandit. Il ne faut pas lui donner de sucreries, ni la nourriture des personnes âgées, qu’il est incapable de digérer. Le soin et la régularité dans l’alimentation des nourrissons ne favoriseront pas seulement la santé, et tendront ainsi à les rendre calmes et doux, mais jetteront les bases d’habitudes et seront une bénédiction pour eux dans les années à venir. {CD 229.3}
Au fur et à mesure que les enfants sortent de la petite enfance, un grand soin doit encore être apporté à l’éducation de leurs goûts et de leur appétit. Souvent, ils sont autorisés à manger ce qu’ils veulent et quand ils le veulent, sans référence à leur santé. Les peines et l’argent si souvent prodigués à des friandises malsaines amènent les jeunes à penser que le but le plus élevé de la vie, et celui qui procure le plus de bonheur, est de pouvoir satisfaire l’appétit. Le résultat de cet entraînement est la gourmandise, puis vient la maladie, qui est généralement suivie par l’administration de médicaments toxiques. {DC 230.1}
Les parents doivent stimuler l’appétit de leurs enfants et ne doivent pas permettre l’utilisation d’aliments malsains. Mais dans l’effort de régulation du régime alimentaire, nous devons veiller à ne pas nous tromper en exigeant des enfants qu’ils mangent ce qui est désagréable ou qu’ils mangent plus que nécessaire. Les enfants ont des droits, ils ont des préférences, et lorsque ces préférences sont raisonnables, elles doivent être respectées…. {CD 230.2}
Les mères qui satisfont les désirs de leurs enfants au détriment de la santé et de la bonne humeur sèment des graines de mal qui germeront et porteront des fruits. L’auto-indulgence grandit avec la croissance des petits, et la vigueur mentale et physique est sacrifiée. Les mères qui font ce travail récoltent avec amertume la semence qu’elles ont semée. Ils voient leurs enfants grandir inaptes d’esprit et de caractère à jouer un rôle noble et utile dans la société ou dans le foyer. Les pouvoirs spirituels ainsi que les pouvoirs mentaux et physiques souffrent sous l’influence d’aliments malsains. La conscience s’engourdit et la susceptibilité aux bonnes impressions est altérée. {CD 230.3}
Alors qu’il faut apprendre aux enfants à contrôler leur appétit et à manger en se référant à la santé, qu’il soit clair qu’ils ne se refusent que ce qui leur ferait du mal. Ils abandonnent les choses blessantes pour quelque chose de mieux. Que la table soit rendue accueillante et attrayante, car elle est pourvue des bonnes choses que Dieu a si abondamment accordées. Que l’heure du repas soit un moment joyeux et heureux. Alors que nous jouissons des dons de Dieu, répondons par des louanges reconnaissantes au Donateur. {DC 231.1}
(1875) 3T 564
347. Beaucoup de parents, pour éviter la tâche d’éduquer patiemment leurs enfants à des habitudes d’abnégation et de leur apprendre à faire un bon usage de toutes les bénédictions de Dieu, leur permettent de manger et de boire quand bon leur semble. L’appétit et l’indulgence égoïste, à moins qu’ils ne soient positivement retenus, grandissent avec la croissance et se renforcent avec la force. Lorsque ces enfants commencent leur vie et prennent leur place dans la société, ils sont impuissants à résister à la tentation. L’impureté morale et l’iniquité grossière abondent partout. La tentation de se livrer au goût et de satisfaire l’inclination n’a pas diminué avec l’augmentation des années, et les jeunes en général sont gouvernés par l’impulsion et sont esclaves de l’appétit. Chez le glouton, l’amateur de tabac, le buveur de vin et l’ivrogne, nous voyons les mauvais résultats d’une éducation défectueuse. {CD 231.2}
Indulgence et dépravation
(1864) Esp. Dons IV, 132, 133
348. Les enfants qui mangent mal sont souvent faibles, pâles et nains et sont nerveux, excitables et irritables. Tout ce qui est noble est sacrifié à l’appétit, et les passions animales prédominent. La vie de nombreux enfants de cinq à dix et quinze ans semble marquée par la dépravation. Ils possèdent la connaissance de presque tous les vices. Les parents sont, dans une large mesure, fautifs en cette matière, et à eux seront crédités les péchés de leurs enfants que leur mauvaise conduite les a indirectement conduits à commettre. Ils tentent leurs enfants pour satisfaire leur appétit en plaçant sur leurs tables des viandes et autres aliments préparés avec des épices, qui ont tendance à exciter les passions animales. Par leur exemple, ils enseignent à leurs enfants l’intempérance en mangeant. Ils se sont permis de manger presque à n’importe quelle heure de la journée, qui maintient les organes digestifs constamment sollicités. Les mères n’ont eu que peu de temps pour instruire leurs enfants. Leur temps précieux était consacré à la cuisson de divers types d’aliments malsains à placer sur leurs tables. {CD 231.3}
De nombreux parents ont laissé leurs enfants être ruinés alors qu’ils essayaient de régler leur vie à la mode. Si des visiteurs doivent venir, ils souhaitent les faire asseoir à une aussi bonne table qu’ils en trouveraient parmi n’importe quel cercle de connaissances. Beaucoup de temps et de dépenses sont consacrés à cet objet. Pour l’apparence, une nourriture riche est préparée selon l’appétit, et même les chrétiens de profession font tellement de parade qu’ils appellent autour d’eux une classe dont le principal objet en les visitant est les friandises qu’ils mangent. Les chrétiens devraient se réformer à cet égard. S’ils doivent divertir leurs visiteurs avec courtoisie, ils ne doivent pas être aussi esclaves de la mode et de l’appétit. {DC 232.1}
Simplicité d’étude
(1890) CTBH 141
349. La nourriture doit être si simple que sa préparation n’absorbe pas tout le temps de la mère. Il est vrai qu’il faut prendre soin de garnir la table d’aliments sains préparés de manière saine et invitante. Ne pensez pas que tout ce que vous pouvez mélanger avec insouciance pour servir de nourriture est assez bon pour les enfants. Mais moins de temps devrait être consacré à la préparation de plats malsains pour la table, pour plaire à un goût pervers, et plus de temps à l’éducation et à la formation des enfants. Que la force qui est maintenant donnée à la planification inutile de ce que vous mangerez et boirez, et de quoi vous serez vêtus, soit dirigée vers la propreté de leurs personnes et leurs vêtements soignés. {CD 232.2}
Lettre 72, 1896
350. Les viandes très assaisonnées, suivies de pâtisseries riches, fatiguent les organes vitaux de la digestion des enfants. S’ils étaient habitués à une nourriture simple et saine, leur appétit n’aurait pas besoin de luxes contre nature et de préparations mixtes. . . . La viande donnée aux enfants n’est pas la meilleure chose pour assurer le succès. . . . Éduquer vos enfants à vivre d’un régime carné leur serait nocif. Il est beaucoup plus facile de créer un appétit contre nature que de corriger et de réformer le goût après qu’il soit devenu une seconde nature. {CD 232.3}
Favoriser l’intempérance
(1875) 3T 563
351. Beaucoup de mères qui déplorent l’intempérance qui existe partout, ne regardent pas assez profondément pour en voir la cause. Ils préparent quotidiennement une variété de plats et des aliments très assaisonnés, qui stimulent l’appétit et encouragent à trop manger. Les tables de notre peuple américain sont généralement dressées de manière à faire des ivrognes. L’appétit est le principe dominant avec une grande classe. Quiconque laisse libre cours à son appétit en mangeant trop souvent, et en mangeant des aliments qui ne sont pas de qualité saine, affaiblit son pouvoir de résister aux clameurs de l’appétit et de la passion à d’autres égards, à mesure qu’il a renforcé la propension à des habitudes alimentaires incorrectes. Les mères doivent être impressionnées par leur obligation envers Dieu et envers le monde de fournir à la société des enfants ayant des caractères bien développés. Les hommes et les femmes qui arrivent sur la scène de l’action avec des principes fermes seront aptes à rester intacts au milieu des pollutions morales de cet âge corrompu. . . . {CD 233.1}
Les tables de nombreuses femmes chrétiennes professées sont quotidiennement dressées avec une variété de plats qui irritent l’estomac et produisent un état fébrile du système. Les viandes de chair constituent le principal aliment sur la table de quelques familles, jusqu’à ce que leur sang soit rempli d’humeurs cancéreuses et scrofuleuses. Leur corps est composé de ce qu’ils mangent. Mais quand la souffrance et la maladie les surprennent, cela est considéré comme une affliction de la Providence. {CD 233.2}
Nous le répétons, l’intempérance commence à nos tables. L’appétit est assouvi jusqu’à ce que son indulgence devienne une seconde nature. Par l’utilisation du thé et du café, un appétit se forme pour le tabac, ce qui encourage l’appétit pour les liqueurs. {CD 233.3}
(1905) MH 334
352. Que les parents commencent une croisade contre l’intempérance à leur propre foyer, dans les principes qu’ils enseignent à leurs enfants à suivre dès l’enfance, et ils peuvent espérer réussir. {DC 234.1}
[CTBH 46] (1890) CH 113
353. Les parents devraient se donner pour premier objet de devenir intelligents quant à la manière convenable de traiter leurs enfants, afin de leur assurer des esprits sains dans des corps sains. Les principes de tempérance doivent être appliqués dans tous les détails de la vie familiale. L’abnégation devrait être enseignée aux enfants et leur être imposée, dans la mesure du possible, dès la petite enfance.
[Les aliments irritants qui provoquent une soif d’eau ne s’éteindront pas–558] {CD 234.2}
(1875) 3T 488, 489
354. Beaucoup de parents éduquent les goûts de leurs enfants et forment leurs appétits. Ils les incitent à manger de la viande et à boire du thé et du café. Les viandes très assaisonnées et le thé et le café, que certaines mères encouragent leurs enfants à utiliser, leur préparent le terrain pour avoir envie de stimulants plus puissants, comme le tabac. L’usage du tabac stimule l’appétit pour l’alcool ; et l’usage du tabac et de l’alcool diminue invariablement la puissance nerveuse. {CD 234.3}
Si la sensibilité morale des chrétiens s’éveillait au sujet de la tempérance en toutes choses, ils pourraient, par leur exemple, dès leur table, aider ceux qui sont faibles dans la maîtrise d’eux-mêmes, qui sont presque impuissants à résister aux envies de l’appétit. Si nous pouvions réaliser que les habitudes que nous formons dans cette vie affecteront nos intérêts éternels, que notre destinée éternelle dépend d’habitudes strictement tempérées, nous travaillerions jusqu’à la stricte tempérance dans le manger et le boire. {CD 234.4}
Par notre exemple et nos efforts personnels, nous pouvons être le moyen de sauver de nombreuses âmes de la dégradation de l’intempérance, du crime et de la mort. Nos sœurs peuvent faire beaucoup dans le grand travail pour le salut des autres en ne garnissant leurs tables que d’aliments sains et nourrissants. Ils peuvent employer leur temps précieux à éduquer les goûts et les appétits de leurs enfants, à former des habitudes de tempérance en toutes choses et à encourager l’abnégation et la bienveillance pour le bien des autres. {CD 234.5}
Malgré l’exemple que le Christ nous a donné dans le désert de la tentation en refusant l’appétit et en surmontant sa puissance, il y a beaucoup de mères chrétiennes qui, par leur exemple et par l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants, les préparent à devenir gloutons et buveurs de vin. . Les enfants sont souvent amenés à manger ce qu’ils veulent et quand ils le veulent, sans référence à leur santé. Il y a beaucoup d’enfants qui sont éduqués gormands depuis leur enfance. Par l’indulgence de l’appétit, ils deviennent dyspeptiques à un âge précoce. L’auto-indulgence et l’intempérance dans l’alimentation grandissent avec leur croissance et se renforcent avec leur force. La vigueur mentale et physique est sacrifiée par l’indulgence des parents. Un goût se forme pour certains aliments dont ils ne peuvent tirer aucun profit, mais seulement un préjudice, et comme le système est taxé,
[Le fondement de l’intempérance–203] {CD 235.1}
Enseigner une horreur pour les stimulants
(1890) CTBH 17
355. Apprenez à vos enfants à détester les stimulants. Combien par ignorance nourrissent en eux un appétit pour ces choses ! J’ai vu en Europe des nourrices porter le verre de vin ou de bière aux lèvres de petits innocents, cultivant ainsi en eux le goût des stimulants. En vieillissant, ils apprennent à dépendre de plus en plus de ces choses, jusqu’à ce que peu à peu ils soient vaincus, dérivent hors de portée de l’aide et finissent par remplir la tombe d’un ivrogne. {CD 235.2}
Mais ce n’est pas ainsi seulement que l’appétit est perverti et fait piège. La nourriture est souvent de nature à exciter le désir de boissons stimulantes. Des plats luxueux sont placés devant les enfants, des aliments épicés, des sauces riches, des gâteaux et des pâtisseries. Cette nourriture hautement assaisonnée irrite l’estomac et provoque une envie de stimulants encore plus forts. Non seulement l’appétit est tenté par des aliments inadaptés, dont les enfants sont autorisés à manger librement à leurs repas, mais ils sont autorisés à manger entre les repas, et au moment où ils ont douze ou quatorze ans, ils sont souvent des dyspeptiques confirmés. {CD 235.3}
Vous avez peut-être vu une photo de l’estomac d’une personne qui est accro à la boisson forte. Une condition similaire est produite sous l’influence irritante des épices ardentes. Avec l’estomac dans un tel état, il y a un besoin impérieux de quelque chose de plus pour répondre aux exigences de l’appétit, quelque chose de plus fort et encore plus fort. Ensuite, vous trouvez vos fils dans la rue en train d’apprendre à fumer. {CD 236.1}
Aliments particulièrement nocifs pour les enfants
[CTBH 46, 47] (1890) CH 114
356. Il est impossible à ceux qui donnent les rênes à l’appétit d’atteindre à la perfection chrétienne. La sensibilité morale de vos enfants ne peut pas être facilement éveillée, à moins que vous ne choisissiez soigneusement leur nourriture. Beaucoup de mères dressent une table qui est un piège pour leur famille. Les viandes, le beurre, le fromage, les pâtisseries riches, les aliments épicés et les condiments sont consommés librement par les jeunes et les moins jeunes. Ces choses agissent en dérangeant l’estomac, en excitant les nerfs et en affaiblissant l’intellect. Les organes producteurs de sang ne peuvent pas convertir de telles choses en bon sang. La graisse cuite dans les aliments les rend difficiles à digérer. L’effet du fromage est délétère. Le pain de farine fine ne donne pas à l’organisme la nourriture que l’on trouve dans le pain de blé non boulonné. Son utilisation courante ne maintiendra pas le système dans les meilleures conditions. Les épices irritent d’abord l’enveloppe tendre de l’estomac, mais finissent par détruire la sensibilité naturelle de cette membrane délicate. Le sang devient fiévreux, les penchants animaux s’excitent, tandis que les facultés morales et intellectuelles s’affaiblissent et deviennent les servantes des passions les plus basses. La mère devrait étudier pour établir un régime simple mais nutritif avant sa famille. {CD 236.2}
Contrecarrer les mauvaises tendances
(1875) 3T 567, 568
357. Les mères de cette génération sentiront-elles le caractère sacré de leur mission, et ne chercheront-elles pas à rivaliser avec leurs voisines riches en apparence, mais chercheront-elles à les surpasser en accomplissant fidèlement le travail d’instruire leurs enfants pour une vie meilleure ? Si les enfants et les jeunes étaient formés et éduqués à des habitudes d’abnégation et de maîtrise de soi, si on leur enseignait qu’ils mangent pour vivre au lieu de vivre pour manger, il y aurait moins de maladies et moins de corruption morale. Il y aurait peu de nécessité pour les croisades de tempérance, qui s’élèvent à si peu, si dans la jeunesse qui forme et façonne la société, de bons principes concernant la tempérance pouvaient être implantés. Ils auraient alors une valeur morale et une intégrité morale pour résister, dans la force de Jésus, aux pollutions de ces derniers jours. . . . Les parents peuvent avoir transmis à leurs enfants des tendances à l’appétit et à la passion, ce qui rendra plus difficile le travail d’éducation et d’entraînement de ces enfants à être strictement tempérés et à avoir des habitudes pures et vertueuses. Si l’appétit pour les aliments malsains et pour les stimulants et les narcotiques leur a été transmis comme un héritage de leurs parents, quelle responsabilité terriblement solennelle repose sur les parents pour contrer les mauvaises tendances qu’ils ont données à leurs enfants ! Avec quel sérieux et diligence les parents doivent-ils travailler pour accomplir leur devoir, dans la foi et l’espérance, envers leur infortunée progéniture ! {CD 236.3} leur a été transmis comme un héritage de leurs parents, quelle responsabilité terriblement solennelle repose sur les parents pour contrecarrer les mauvaises tendances qu’ils ont données à leurs enfants ! Avec quel sérieux et diligence les parents doivent-ils travailler pour accomplir leur devoir, dans la foi et l’espérance, envers leur infortunée progéniture ! {CD 236.3} leur a été transmis comme un héritage de leurs parents, quelle responsabilité terriblement solennelle repose sur les parents pour contrecarrer les mauvaises tendances qu’ils ont données à leurs enfants ! Avec quel sérieux et diligence les parents doivent-ils travailler pour accomplir leur devoir, dans la foi et l’espérance, envers leur infortunée progéniture ! {CD 236.3}
Les parents devraient se donner pour priorité de comprendre les lois de la vie et de la santé, qu’ils ne doivent rien faire dans la préparation de la nourriture, ou par toute autre habitude, qui développerait de mauvaises tendances chez leurs enfants. Avec quel soin les mères doivent-elles étudier pour préparer leurs tables avec la nourriture la plus simple et la plus saine, afin que les organes digestifs ne soient pas affaiblis, que les forces nerveuses ne soient pas déséquilibrées, et que l’instruction qu’elles doivent donner à leurs enfants soit contrecarrée par la nourriture placée devant eux. Cette nourriture affaiblit ou renforce les organes de l’estomac, et a beaucoup à faire dans le contrôle de la santé physique et morale des enfants, qui sont la propriété de Dieu rachetée par le sang. Quelle mission sacrée est confiée aux parents, pour veiller à la constitution physique et morale de leurs enfants, afin que le système nerveux soit bien équilibré, et l’âme ne soit pas en danger ! Ceux qui se livrent à l’appétit de leurs enfants et ne contrôlent pas leurs passions verront la terrible erreur qu’ils ont commise chez l’esclave qui aime le tabac et qui boit de l’alcool, dont les sens sont engourdis et dont les lèvres prononcent des mensonges et des blasphèmes. {CD 237.1}
La gentillesse cruelle de l’indulgence
(1873) 3T 141
358. On m’a montré qu’une grande cause de l’état déplorable actuel des choses est que les parents ne se sentent pas obligés d’élever leurs enfants conformément à la loi physique. Les mères aiment leurs enfants d’un amour idolâtre, et cèdent à leur appétit quand elles savent que cela nuira à leur santé, et leur apportera ainsi la maladie et le malheur. Cette bonté cruelle se manifeste en grande partie dans la génération actuelle. Les désirs des enfants sont satisfaits aux dépens de la santé et de la bonne humeur, parce qu’il est plus facile à la mère, pour le moment, de les satisfaire que de retenir ce qu’ils réclament. {CD 238.1}
Ainsi les mères sèment la semence qui germera et portera des fruits. Les enfants ne sont pas éduqués à renier leurs appétits et à restreindre leurs désirs. Et ils deviennent égoïstes, exigeants, désobéissants, ingrats et impies. Les mères qui font ce travail récolteront avec amertume le fruit de la semence qu’elles ont semée. Ils ont péché contre le Ciel et contre leurs enfants, et Dieu les tiendra pour responsables. {CD 238.2}
(1890) CTBH 76, 77
359. Quand les parents et les enfants se rencontrent au dernier compte, quelle scène se présentera ! Des milliers d’enfants qui ont été esclaves de l’appétit et du vice avilissant, dont la vie est une épave morale, se retrouveront face à face avec les parents qui ont fait d’eux ce qu’ils sont. Qui d’autre que les parents doit porter cette redoutable responsabilité ? Le Seigneur a-t-il rendu ces jeunes corrompus ? Oh non! Qui donc a fait cet effroyable travail ? Les péchés des parents ne se sont-ils pas transmis aux enfants dans des appétits et des passions pervertis ? et l’œuvre n’a-t-elle pas été achevée par ceux qui ont négligé de les former selon le modèle que Dieu a donné ? Aussi sûrement qu’ils existent, tous ces parents passeront en revue devant Dieu. {CD 238.3}
Observations pendant le voyage
Réformateur de la santé, décembre 1870
360. Tandis que sur les voitures, j’ai entendu des parents remarquer que l’appétit de leurs enfants était délicat, et que s’ils n’avaient pas de viande et de gâteau, ils ne pouvaient pas manger. Lorsque le repas de midi a été pris, j’ai observé la qualité de la nourriture donnée à ces enfants. C’était du pain de blé fin, des tranches de jambon enrobées de poivre noir, des cornichons épicés, du gâteau et des conserves. Le teint pâle et jaunâtre de ces enfants indiquait bien les abus dont souffrait l’estomac. Deux de ces enfants ont observé une autre famille d’enfants manger du fromage avec leur nourriture, et ils ont perdu l’appétit pour ce qui était devant eux jusqu’à ce que leur mère indulgente supplie un morceau de fromage à donner à ses enfants, craignant que les chers enfants ne parviennent pas à comprendre leur repas. La mère remarqua : Mes enfants aiment tellement ceci ou cela, et je leur laisse ce qu’ils veulent ; car l’appétit réclame les types de nourriture dont le système a besoin. {DC 239.1}
Cela pourrait être correct si l’appétit n’avait jamais été perverti. Il y a un appétit naturel et un appétit dépravé. Les parents qui ont appris à leurs enfants à manger des aliments malsains et stimulants, toute leur vie, jusqu’à ce que le goût soit perverti, et qu’ils aient envie d’argile, de crayons d’ardoise, de café brûlé, de marc de thé, de cannelle, de clous de girofle et d’épices, ne peuvent pas prétendre que l’appétit exige ce que le système exige. L’appétit a été faussement éduqué, jusqu’à ce qu’il soit dépravé. Les organes fins de l’estomac ont été stimulés et brûlés, jusqu’à ce qu’ils aient perdu leur délicate sensibilité. Une nourriture simple et saine leur paraît fade. L’estomac maltraité n’accomplira pas le travail qui lui est confié, à moins d’y être poussé par les substances les plus stimulantes. Si ces enfants avaient été entraînés dès leur plus jeune âge à ne prendre que des aliments sains, préparés de la manière la plus simple, en préservant au maximum ses propriétés naturelles, en évitant les viandes, les graisses et toutes les épices, le goût et l’appétit n’en seraient pas altérés. Dans son état naturel, il pourrait indiquer, dans une large mesure, la nourriture la mieux adaptée aux besoins du système. {CD 239.2}
Pendant que parents et enfants mangeaient leurs friandises, mon mari et moi avons pris part à notre simple repas, à notre heure habituelle, à 13 heures, de pain graham sans beurre et d’une généreuse provision de fruits. Nous mangâmes notre repas avec un vif goût et le cœur reconnaissant de ne pas avoir à emporter avec nous une épicerie populaire pour satisfaire un appétit capricieux. Nous avons mangé copieusement et n’avons ressenti aucune sensation de faim jusqu’au lendemain matin. Le garçon avec ses oranges, ses noix, son pop-corn et ses bonbons nous a trouvé de pauvres clients. {CD 239.3}
La qualité de la nourriture consommée par les parents et les enfants ne pouvait être convertie en bon sang ou en bonne humeur. Les enfants étaient pâles. Certains avaient des plaies dégoûtantes sur le visage et les mains. D’autres étaient presque aveugles avec des yeux endoloris, ce qui gâchait grandement la beauté du visage. Et d’autres encore n’ont montré aucune éruption sur la peau, mais ont été affligés de toux, de catarrhe ou de problèmes de gorge et de poumons. J’ai remarqué un garçon de trois ans qui souffrait de diarrhée. Il avait pas mal de fièvre, mais semblait penser qu’il n’avait besoin que de nourriture. Il appelait, toutes les quelques minutes, pour du gâteau, du poulet, des cornichons. La mère répondait à chacun de ses appels comme une esclave obéissante ; et quand la nourriture demandée n’arriva pas aussi vite qu’on la désirait, les cris et les appels devenant désagréablement urgents, la mère répondit : « Oui, oui, ma chérie, tu l’auras. ” Après que la nourriture ait été placée dans sa main, elle a été jetée avec passion sur le plancher de la voiture, car elle n’est pas arrivée assez tôt. Une petite fille mangeait son jambon bouilli, des cornichons épicés, du pain et du beurre, lorsqu’elle a aperçu une assiette dans laquelle je mangeais. Voici quelque chose qu’elle n’avait pas, et elle a refusé de manger. La fille de six ans a dit qu’elle aurait une assiette. Je pensais que c’était la belle pomme rouge que je mangeais qu’elle désirait; et quoique nous en eussions peu, j’éprouvai une telle pitié pour les parents, que je lui donnai une belle pomme. Elle me l’a arraché des mains et l’a jeté avec dédain rapidement sur le plancher de la voiture. J’ai pensé : Cette enfant, si on lui permet d’agir ainsi, fera vraiment honte à sa mère. {DC 240.1} Une petite fille mangeait son jambon bouilli, des cornichons épicés, du pain et du beurre, lorsqu’elle a aperçu une assiette dans laquelle je mangeais. Voici quelque chose qu’elle n’avait pas, et elle a refusé de manger. La fille de six ans a dit qu’elle aurait une assiette. Je pensais que c’était la belle pomme rouge que je mangeais qu’elle désirait; et quoique nous en eussions peu, j’éprouvai une telle pitié pour les parents, que je lui donnai une belle pomme. Elle me l’a arraché des mains et l’a jeté avec dédain rapidement sur le plancher de la voiture. J’ai pensé : Cette enfant, si on lui permet d’agir ainsi, fera vraiment honte à sa mère. {DC 240.1} Une petite fille mangeait son jambon bouilli, des cornichons épicés, du pain et du beurre, lorsqu’elle a aperçu une assiette dans laquelle je mangeais. Voici quelque chose qu’elle n’avait pas, et elle a refusé de manger. La fille de six ans a dit qu’elle aurait une assiette. Je pensais que c’était la belle pomme rouge que je mangeais qu’elle désirait; et quoique nous en eussions peu, j’éprouvai une telle pitié pour les parents, que je lui donnai une belle pomme. Elle me l’a arraché des mains et l’a jeté avec dédain rapidement sur le plancher de la voiture. J’ai pensé : Cette enfant, si on lui permet d’agir ainsi, fera vraiment honte à sa mère. {DC 240.1} Je pensais que c’était la belle pomme rouge que je mangeais qu’elle désirait; et quoique nous en eussions peu, j’éprouvai une telle pitié pour les parents, que je lui donnai une belle pomme. Elle me l’a arraché des mains et l’a jeté avec dédain rapidement sur le plancher de la voiture. J’ai pensé : Cette enfant, si on lui permet d’agir ainsi, fera vraiment honte à sa mère. {DC 240.1} Je pensais que c’était la belle pomme rouge que je mangeais qu’elle désirait; et quoique nous en eussions peu, j’éprouvai une telle pitié pour les parents, que je lui donnai une belle pomme. Elle me l’a arraché des mains et l’a jeté avec dédain rapidement sur le plancher de la voiture. J’ai pensé : Cette enfant, si on lui permet d’agir ainsi, fera vraiment honte à sa mère. {DC 240.1}
Cette démonstration de passion était le résultat du cours d’indulgence de la mère. La qualité de la nourriture qu’elle fournissait à son enfant était une épreuve continuelle pour les organes digestifs. Le sang était impur et l’enfant maladif et irritable. La qualité de la nourriture donnée quotidiennement à cet enfant était de nature à exciter l’ordre inférieur des passions, et à déprimer le moral et l’intellectuel. Les parents formaient les habitudes de leur enfant. Ils la rendaient égoïste et sans amour. Ils n’ont pas restreint ses désirs ni contrôlé ses passions. Que peuvent-ils attendre d’une telle enfant, si elle arrive à maturité ? Beaucoup ne semblent pas comprendre la relation que l’esprit entretient avec le corps. Si le système est dérangé par une mauvaise alimentation, le cerveau et les nerfs sont affectés et les passions sont facilement excitées. {CD 240.2}
Un enfant d’une dizaine d’années était affligé de frissons et de fièvre, et n’avait pas envie de manger. La mère l’a exhortée : « Mange un peu de cette génoise. Voici du bon poulet. Voulez-vous goûter à ces conserves ? » L’enfant a finalement mangé un gros repas pour une personne bien portante. La nourriture qu’on lui demandait n’était pas propre à l’estomac en bonne santé, et ne devait en aucun cas être prise pendant qu’elle était malade. La mère, au bout de deux heures environ, baignait la tête de l’enfant, disant qu’elle ne pouvait pas comprendre pourquoi elle devait avoir une fièvre aussi brûlante. Elle avait ajouté de l’huile sur le feu et se demandait si le feu brûlait. Si l’on avait laissé cet enfant laisser la nature suivre son cours, et l’estomac prendre le repos si nécessaire, ses souffrances auraient pu être bien moindres. Ces mères n’étaient pas préparées à élever des enfants. La plus grande cause de souffrance humaine est l’ignorance sur la façon de traiter notre propre corps. {DC 241.1}
La question que beaucoup se posent est : que mangerai-je et comment vivrai-je pour profiter au mieux du temps présent ? Le devoir et le principe sont mis de côté pour la satisfaction actuelle. Si nous voulons avoir la santé, nous devons vivre pour elle. Si nous perfectionnons le caractère chrétien, nous devons vivre pour cela. Les parents sont, dans une large mesure, responsables de la santé physique et morale de leurs enfants. Ils doivent instruire leurs enfants et les exhorter à se conformer aux lois de la santé pour leur propre bien, pour s’épargner le malheur et la souffrance. Comme il est étrange que des mères gâtent leurs enfants jusqu’à la ruine de leur santé physique, mentale et morale ! Quel peut être le caractère d’une telle tendresse ! Ces mères rendent leurs enfants impropres au bonheur dans cette vie et rendent la perspective de la vie future très incertaine. {DC 241.2}
Cause de l’irritabilité et de la nervosité
[CTBH 61, 62] (1890) FE 150, 151
361. La régularité doit être la règle dans toutes les habitudes des enfants. Les mères commettent une grave erreur en leur permettant de manger entre les repas. L’estomac devient dérangé par cette pratique et les fondations sont posées pour de futures souffrances. Leur agitation peut avoir été causée par des aliments malsains, encore non digérés ; mais la mère sent qu’elle ne peut pas passer du temps à raisonner sur la question et corriger sa conduite nuisible. Elle ne peut pas non plus s’arrêter pour apaiser leurs inquiétudes impatientes. Elle donne aux petits malades un morceau de gâteau ou une autre friandise pour les calmer, mais cela ne fait qu’augmenter le mal. Certaines mères, dans leur souci de faire beaucoup de travail, s’emballent dans une telle hâte nerveuse qu’elles sont plus irritables que les enfants, et par des réprimandes et même des coups elles essaient d’effrayer les petits jusqu’à la quiétude. {DC 242.1}
Les mères se plaignent souvent de la santé délicate de leurs enfants, et consultent le médecin, quand, si elles voulaient faire preuve d’un peu de bon sens, elles verraient que le mal est causé par des erreurs de régime. {DC 242.2}
Nous vivons à une époque de gourmandise, et les habitudes auxquelles les jeunes sont éduqués, même par de nombreux adventistes du septième jour, sont en opposition directe avec les lois de la nature. J’étais assis une fois à table avec plusieurs enfants de moins de douze ans. La viande était abondamment servie, puis une fille délicate et nerveuse a demandé des cornichons. Une bouteille de chow-chow, fougueuse de moutarde et piquante d’épices, lui fut tendue, dont elle se servit librement. L’enfant était proverbiale pour sa nervosité et son irritabilité d’humeur, et ces condiments enflammés étaient bien calculés pour produire une telle condition. L’aîné des enfants pensait qu’il ne pouvait pas manger un repas sans viande et montrait une grande insatisfaction, voire un manque de respect, si on ne lui en fournissait pas. La mère l’avait laissé aller à ses goûts et à ses dégoûts jusqu’à ce qu’elle soit devenue un peu mieux qu’une esclave de ses caprices. Le garçon n’avait pas reçu de travail, et il passait la plus grande partie de son temps à lire ce qui était inutile ou pire qu’inutile. Il se plaignait presque constamment de maux de tête et n’avait aucun goût pour les aliments simples. {CD 242.3}
Les parents doivent fournir un emploi à leurs enfants. Rien ne sera une source de mal plus sûre que l’indolence. Un travail physique qui fatigue sainement les muscles donnera l’appétit d’une nourriture simple et saine, et le jeune homme bien employé ne se lèvera pas de table en bougonnant parce qu’il ne voit pas devant lui un plateau de viande et de friandises diverses à tenter. son appétit. {DC 243.1}
Jésus, le Fils de Dieu, en travaillant de ses mains au métier de charpentier, a donné un exemple à tous les jeunes. Que ceux qui dédaignent d’assumer les devoirs communs de la vie se souviennent que Jésus était soumis à ses parents et a contribué sa part à la subsistance de la famille. Peu de luxes ont été vus sur la table de Joseph et de Marie, car ils étaient parmi les pauvres et les humbles. {CD 243.2}
Relation entre l’alimentation et le développement moral
(1890) CTB 134
362. Le pouvoir de Satan sur les jeunes de cet âge est effrayant. À moins que l’esprit de nos enfants ne soit fermement équilibré par des principes religieux, leur moralité sera corrompue par les exemples vicieux avec lesquels ils entrent en contact. Le plus grand danger des jeunes vient d’un manque de maîtrise de soi. Les parents indulgents n’enseignent pas à leurs enfants l’abnégation. La nourriture même qu’ils placent devant eux est de nature à irriter l’estomac. L’excitation ainsi produite est communiquée au cerveau, et par conséquent les passions sont excitées. On ne saurait trop répéter que tout ce qui est pris dans l’estomac affecte non seulement le corps, mais aussi l’esprit. La nourriture grossière et stimulante embaume le sang, excite le système nerveux et émousse trop souvent les perceptions morales, de sorte que la raison et la conscience sont dominées par les impulsions sensuelles. Il est difficile, et souvent presque impossible, pour quelqu’un qui est intempérant dans son régime alimentaire de faire preuve de patience et de maîtrise de soi. D’où l’importance particulière de permettre aux enfants, dont les caractères sont encore uniformes, de n’avoir que des aliments sains et non stimulants. C’est dans l’amour que notre Père céleste a envoyé la lumière de la réforme sanitaire pour se prémunir contre les maux qui résultent de l’indulgence effrénée de l’appétit. {CD 243.3}
« Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu. Les parents font-ils cela lorsqu’ils préparent de la nourriture pour la table et appellent la famille à en prendre ? Placent-ils devant leurs enfants le seul dont ils savent qu’il fera le meilleur sang, celui qui maintiendra le système dans l’état le moins fébrile et le mettra dans les meilleures relations avec la vie et la santé ? Ou bien, quel que soit le bien futur de leurs enfants, leur fournissent-ils des aliments malsains, stimulants, irritants ? {DC 244.1}
(1870) 2T 365
363. Mais même les réformateurs de la santé peuvent se tromper dans la quantité de nourriture. Ils peuvent manger sans modération des aliments de qualité saine. Certains dans cette maison se trompent sur la qualité. Ils n’ont jamais pris position sur la réforme de la santé. Ils ont choisi de manger et de boire ce qui leur plaisait et quand cela leur plaisait. Ils blessent leurs systèmes de cette façon. Non seulement cela, mais ils nuisent à leurs familles en mettant sur leurs tables un régime fébrile, qui augmentera les passions animales de leurs enfants, et les amènera à se soucier peu des choses célestes. Les parents renforcent ainsi l’animal et diminuent les pouvoirs spirituels de leurs enfants. Quelle lourde peine devront-ils payer à la fin ! Et puis ils s’étonnent que leurs enfants soient si faibles moralement ! {CD 244.2}
La corruption chez les enfants
(1870) 2T 359-362
364. Nous vivons à une époque corrompue. C’est une époque où Satan semble avoir un contrôle presque parfait sur les esprits qui ne sont pas entièrement consacrés à Dieu. Il y a donc une très grande responsabilité qui incombe aux parents et aux tuteurs qui ont des enfants à élever. Les parents ont pris la responsabilité de faire exister ces enfants; et maintenant quel est leur devoir? Est-ce pour les laisser monter comme ils peuvent, et comme ils veulent ? Laissez-moi vous dire qu’une lourde responsabilité repose sur ces parents. . . . {CD 244.3}
J’ai dit que certains d’entre vous sont égoïstes. Vous n’avez pas compris ce que je voulais dire. Vous avez étudié quelle nourriture aurait le meilleur goût. Le goût et le plaisir, au lieu de la gloire de Dieu, et le désir d’avancer dans la vie divine, et de se perfectionner dans la crainte de Dieu, ont régné. Vous avez consulté votre propre plaisir, votre propre appétit ; et pendant que vous faisiez cela, Satan a pris de l’avance sur vous et, comme c’est généralement le cas, a frustré vos efforts à chaque fois. {CD 244.4}
Certains d’entre vous, pères, avez emmené vos enfants chez le médecin pour voir ce qu’ils avaient. J’aurais pu vous dire en deux minutes quel était le problème. Vos enfants sont corrompus. Satan en a obtenu le contrôle. Il est passé juste devant vous, tandis que vous, qui êtes comme Dieu pour eux, pour les garder, étiez à l’aise, stupéfait et endormi. Dieu vous a commandé de les élever dans la crainte et l’éducation du Seigneur. Mais Satan est passé juste devant vous et a tissé de solides liens autour d’eux. Et pourtant tu dors. Que le Ciel ait pitié de vous et de vos enfants, car chacun de vous a besoin de sa pitié. {DC 245.1}
LES CHOSES ONT PU ÊTRE DIFFÉRENTES
Aviez-vous pris position sur la réforme sanitaire ; si vous aviez ajouté à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance et à la connaissance la tempérance, les choses auraient pu être différentes. Mais vous n’avez été qu’en partie excités par l’iniquité et la corruption qui règnent dans vos maisons. . . . {DC 245.2}
Vous devriez enseigner à vos enfants. Vous devriez leur enseigner comment éviter les vices et les corruptions de cet âge. Au lieu de cela, beaucoup étudient comment obtenir quelque chose de bon à manger. Vous mettez sur vos tables du beurre, des œufs et de la viande, et vos enfants en mangent. Ils sont nourris avec les choses mêmes qui exciteront leurs passions animales, puis vous venez à la rencontre et demandez à Dieu de bénir et de sauver vos enfants. Jusqu’où vont vos prières ? Vous avez d’abord un travail à faire. Lorsque vous avez fait pour vos enfants tout ce que Dieu vous a laissé faire, alors vous pouvez avec confiance réclamer l’aide spéciale que Dieu a promis de vous donner. {CD 245.3}
Vous devriez étudier la tempérance en toutes choses. Vous devez l’étudier dans ce que vous mangez et dans ce que vous buvez. Et pourtant vous dites : “Ce que je mange, ou ce que je bois, ou ce que je mets sur ma table ne regarde personne.” C’est l’affaire de quelqu’un, à moins que vous ne preniez vos enfants et les enfermiez, ou que vous n’alliez dans le désert où vous ne serez pas un fardeau pour les autres, et où vos enfants indisciplinés et vicieux ne corrompent pas la société dans laquelle ils se mêlent. {CD 245.4}
Apprenez aux enfants comment faire face à la tentation
[CTBH 63, 64] (1890) FE 152, 153
365. Mettez une garde à l’appétit ; enseignez à vos enfants par l’exemple ainsi que par le précepte d’utiliser un régime simple. Apprenez-leur à être industrieux, non seulement occupés, mais engagés dans un travail utile. Cherchez à éveiller les sensibilités morales. Apprenez-leur que Dieu a des droits sur eux, même dès les premières années de leur enfance. Dites-leur qu’il y a des corruptions morales à rencontrer de toutes parts, qu’ils ont besoin de venir à Jésus et de se donner à Lui, corps et esprit, et qu’en Lui ils trouveront la force de résister à toute tentation. Gardez à l’esprit qu’ils n’ont pas été créés simplement pour leur propre plaisir, mais pour être l’agent du Seigneur à de nobles fins. Enseignez-leur, lorsque les tentations poussent sur des voies d’indulgences égoïstes, lorsque Satan cherche à exclure Dieu de leur vue, à regarder vers Jésus, suppliant : « Sauve, Seigneur, afin que je ne sois pas vaincu. « Des anges se rassembleront autour d’eux en réponse à leur prière et les conduiront sur des chemins sûrs. {DC 246.1}
Christ a prié pour ses disciples, non pour qu’ils soient retirés du monde, mais pour qu’ils soient préservés du mal, afin qu’ils puissent être empêchés de céder aux tentations qu’ils rencontreraient de toutes parts. C’est une prière qui devrait être offerte par chaque père et mère. Mais devraient-ils ainsi plaider auprès de Dieu en faveur de leurs enfants, puis les laisser faire ce qu’ils veulent ? Doivent-ils dorloter l’appétit jusqu’à ce qu’il soit maîtrisé, puis s’attendre à restreindre les enfants ? Non; la tempérance et la maîtrise de soi doivent être enseignées dès le berceau. C’est à la mère que revient en grande partie la responsabilité de ce travail. Le lien terrestre le plus tendre est celui qui unit la mère à son enfant. L’enfant est plus facilement impressionné par la vie et l’exemple de la mère que par celle du père, à cause de ce lien d’union plus fort et plus tendre. Pourtant la responsabilité de la mère est lourde et doit avoir l’aide constante du père. {CD 246.2}
[CTBH 79, 80] (1890) FE 143
366. Il vous sera payé, mères, d’employer les heures précieuses qui vous sont données par Dieu à former le caractère de vos enfants et à leur apprendre à adhérer strictement aux principes de la tempérance en mangeant et en buvant. . . . {DC 247.1}
Satan voit qu’il ne peut pas avoir autant de pouvoir sur les esprits lorsque l’appétit est maîtrisé que lorsqu’il est satisfait, et il travaille constamment à amener les hommes à l’indulgence. Sous l’influence d’aliments malsains, la conscience s’engourdit, l’esprit s’obscurcit et sa sensibilité aux impressions est altérée. Mais la culpabilité du transgresseur n’est pas diminuée parce que la conscience a été violée jusqu’à ce qu’elle soit devenue insensible. {CD 247.2}
(1909) 9T 160, 161
367. Pères et mères, veillez dans la prière. Protégez-vous strictement contre l’intempérance sous toutes ses formes. Enseignez à vos enfants les principes d’une véritable réforme de la santé. Apprenez-leur ce qu’il faut éviter pour préserver la santé. Déjà la colère de Dieu a commencé à s’abattre sur les enfants de la désobéissance. Quels crimes, quels péchés, quelles pratiques iniques se révèlent de toutes parts ! En tant que peuple, nous devons prendre grand soin de protéger nos enfants contre des associés dépravés.
[La maison de campagne ; sa relation avec l’alimentation et la morale–711] {CD 247.3}
CHAPITRE 14 – Une Cuisine Saine
Pauvre cuisiner un péché
MS 95, 1901
368. C’est un péché de mettre sur la table des aliments mal préparés, car la question de l’alimentation concerne le bien-être de tout l’organisme. Le Seigneur désire que son peuple comprenne la nécessité d’avoir de la nourriture préparée de telle manière qu’elle ne donne pas d’aigreur d’estomac et, par conséquent, d’humeur aigre. Rappelons-nous qu’il y a de la religion pratique dans une miche de bon pain. {DC 251.1}
UN SAVOIR-FAIRE EN CUISINE VAUT DIX TALENTS
Que le travail de la cuisine ne soit pas considéré comme une sorte d’esclavage. Que deviendraient les gens de notre monde si tous ceux qui font la cuisine abandonnaient leur travail sous l’excuse futile qu’il n’est pas suffisamment digne ? La cuisine peut être considérée comme moins désirable que certaines autres branches de travail, mais en réalité, c’est une science qui a une valeur supérieure à toutes les autres sciences. Ainsi, Dieu considère la préparation d’une nourriture saine. Il accorde une haute estime à ceux qui rendent un service fidèle en préparant des aliments sains et savoureux. Celui qui comprend l’art de préparer correctement la nourriture et qui utilise cette connaissance mérite des éloges plus élevés que ceux qui sont engagés dans toute autre ligne de travail. Ce talent doit être regardé comme égal en valeur à dix talents ; car son bon usage a beaucoup à voir avec le maintien de l’organisme humain en bonne santé. Parce qu’il est si inséparablement lié à la vie et à la santé, c’est le plus précieux de tous les cadeaux. {DC 251.2}
Respect dû au cuisinier
(1870) 2T 370
369. J’estime ma couturière, j’estime mon copiste; mais mon cuisinier, qui sait bien préparer les aliments pour entretenir la vie et nourrir le cerveau, les os et les muscles, occupe la place la plus importante parmi les auxiliaires de ma famille. {CD 251.3}
(1890) CTB 74
370. Certaines personnes qui apprennent à être couturières, typographes, relecteurs, comptables ou institutrices se considèrent trop aristocratiques pour s’associer à la cuisinière. {DC 252.1}
Ces idées ont envahi presque toutes les classes de la société. La cuisinière est amenée à sentir que son occupation est de celles qui la placent au bas de l’échelle de la vie sociale et qu’elle ne doit pas s’attendre à s’associer à la famille sur un pied d’égalité. Pouvez-vous être surpris, alors, que les filles intelligentes cherchent un autre emploi ? Vous étonnez-vous qu’il y ait si peu de cuisiniers instruits ? La seule merveille est qu’il y en ait tellement qui se soumettront à un tel traitement. {CD 252.2}
Le cuisinier occupe une place importante dans le ménage. Elle prépare des aliments à ingérer dans l’estomac, pour former le cerveau, les os et les muscles. La santé de tous les membres de la famille dépend en grande partie de son habileté et de son intelligence. Les tâches ménagères ne recevront jamais l’attention qu’elles exigent tant que ceux qui les accomplissent fidèlement ne seront pas tenus pour dignes de respect. {CD 252.3}
(1873) 3T 156-158
371. Il y a de très nombreuses filles qui se sont mariées et ont des familles, qui n’ont que peu de connaissances pratiques sur les devoirs dévolus à une épouse et à une mère. Ils savent lire et jouer sur un instrument de musique ; mais ils ne savent pas cuisiner. Ils ne peuvent pas faire du bon pain, ce qui est très essentiel à la santé de la famille. . . . Pour bien cuisiner, pour présenter des aliments sains sur la table d’une manière invitante, il faut de l’intelligence et de l’expérience. Celui qui prépare la nourriture qui doit être placée dans nos estomacs, pour être convertie en sang pour nourrir le système, occupe une position la plus importante et la plus élevée. La position de copiste, de couturière ou de professeur de musique ne peut égaler en importance celle de cuisinier. {CD 252.4}
Le devoir de chaque femme de devenir une cuisinière habile
(1870) 2T 370
372. Souvent nos sœurs ne savent pas cuisiner. À ceux-là, je dirais que j’irais chez le meilleur cuisinier qu’on puisse trouver dans le pays, et que j’y resterais, s’il le fallait, pendant des semaines, jusqu’à ce que je sois devenue maîtresse de l’art, un cuisinier intelligent et habile. Je poursuivrais ce cours si j’avais quarante ans. C’est votre devoir de savoir cuisiner, et c’est votre devoir d’apprendre à cuisiner à vos filles. Lorsque vous leur enseignez l’art de la cuisine, vous construisez autour d’eux une barrière qui les préservera de la folie et du vice dans lesquels ils pourraient autrement être tentés de s’engager. {CD 252.5}
[CTBH 49] ​​(1890) CH 117
373. Pour apprendre à cuisiner, les femmes doivent étudier, puis réduire patiemment ce qu’elles apprennent à pratiquer. Les gens souffrent parce qu’ils ne prendront pas la peine de le faire. Je leur dis : Il est temps pour vous de réveiller vos énergies endormies et de vous informer. Ne pensez pas au temps perdu qui est consacré à l’acquisition d’une connaissance et d’une expérience approfondies dans la préparation d’aliments sains et savoureux. Quelle que soit la durée de votre expérience en cuisine, si vous avez encore les responsabilités d’une famille, il est de votre devoir d’apprendre à en prendre soin correctement. {DC 253.1}
Laissez les hommes et les femmes apprendre à cuisiner
[CTBH 56, 57] (1890) CH 155
374. Beaucoup de ceux qui adoptent la réforme sanitaire se plaignent qu’elle ne leur convient pas ; mais après m’être assis à leurs tables j’arrive à la conclusion que ce n’est pas la réforme sanitaire qui est en cause, mais la nourriture mal préparée. J’appelle les hommes et les femmes à qui Dieu a donné l’intelligence : Apprenez à cuisiner. Je ne me trompe pas lorsque je dis « les hommes », car eux, tout comme les femmes, doivent comprendre la préparation simple et saine de la nourriture. Leurs affaires les amènent souvent là où ils ne peuvent pas obtenir de nourriture saine. Ils peuvent être appelés à rester des jours et même des semaines dans des familles totalement ignorantes à cet égard. Ensuite, s’ils ont les connaissances, ils peuvent les utiliser à bon escient. {CD 253.2}
Étudier les revues de santé
Lettre 135, 1902
375. Ceux qui ne savent pas cuisiner hygiéniquement devraient apprendre à combiner des aliments sains et nourrissants de manière à faire des plats appétissants. Que ceux qui désirent acquérir des connaissances dans cette ligne s’abonnent à nos revues de santé. Ils y trouveront des informations sur ce point. . . . {CD 253.3}
Sans exercer continuellement de l’ingéniosité, personne ne peut exceller dans une cuisine saine, mais ceux dont le cœur est ouvert aux impressions et aux suggestions du Grand Instructeur apprendront beaucoup de choses et pourront aussi enseigner aux autres ; car il leur donnera de l’habileté et de l’intelligence. {DC 254.1}
Encourager le développement du talent individuel
(1902) 7T 133
376. C’est le dessein du Seigneur qu’en tout lieu les hommes et les femmes soient encouragés à développer leurs talents en préparant des aliments sains à partir des produits naturels de leur propre section du pays. S’ils se tournent vers Dieu, exerçant leurs compétences et leur ingéniosité sous la direction de son Esprit, ils apprendront comment transformer des produits naturels en aliments sains. Ainsi pourront-ils apprendre aux pauvres à se procurer des aliments qui remplaceront la viande. Ceux qui sont ainsi aidés peuvent à leur tour instruire les autres. Un tel travail sera encore fait avec un zèle et une énergie consacrés. Si cela avait été fait auparavant, il y aurait aujourd’hui beaucoup plus de gens dans la vérité, et beaucoup plus qui pourraient donner des instructions. Apprenons quel est notre devoir, puis faisons-le. Nous ne devons pas être dépendants et impuissants, attendre que d’autres fassent le travail que Dieu nous a confié. {CD 254.2}
Un appel aux écoles de cuisine
MS 95, 1901
377. En liaison avec nos sanatoriums et nos écoles, il devrait y avoir des écoles de cuisine, où l’on instruit sur la bonne préparation des aliments. Dans toutes nos écoles, il devrait y avoir ceux qui sont aptes à éduquer les élèves, jeunes hommes et femmes, dans l’art de cuisiner. Les femmes en particulier devraient apprendre à cuisiner. {CD 254.3}
R. & H., 6 juin 1912
378. Un bon service peut être rendu en enseignant aux gens comment préparer des aliments sains. Cette ligne de travail est aussi essentielle que toutes celles qui peuvent être prises. Plus d’écoles de cuisine devraient être créées, et certaines devraient travailler de maison en maison, donnant des instructions dans l’art de cuisiner des aliments sains.
[Voir « Écoles de cuisine » à la section XXV] {CD 254.4}
Réforme sanitaire et bonne cuisine
[CTBH 119] (1890) CH 450, 451
379. L’une des raisons pour lesquelles beaucoup se sont découragés dans la pratique de la réforme sanitaire est qu’ils n’ont pas appris à cuisiner de manière à ce qu’une nourriture appropriée, simplement préparée, puisse remplacer le régime auquel ils étaient habitués. Ils se dégoûtent des plats mal préparés, et ensuite on les entend dire qu’ils ont essayé la réforme sanitaire, et qu’ils ne peuvent pas vivre ainsi. Beaucoup tentent de suivre de maigres instructions en matière de réforme de la santé et font un travail si triste qu’il en résulte une atteinte à la digestion et un découragement pour tous ceux qui sont concernés par cette tentative. Vous professez être des réformateurs de la santé, et pour cette raison même, vous devriez devenir de bons cuisiniers. Ceux qui peuvent se prévaloir des avantages d’écoles de cuisine hygiéniques bien conduites y trouveront un grand avantage, à la fois dans leur propre pratique et dans l’enseignement des autres. {DC 255.1}
Changer d’un régime à base de viande
(1868) 2T 63
380. Nous vous conseillons de changer vos habitudes de vie ; mais pendant que vous faites cela, nous vous avertissons de vous déplacer de manière compréhensive. Je connais des familles qui sont passées d’un régime carné à un régime appauvri. Leur nourriture est si mal préparée que l’estomac la répugne, et tels m’ont dit que la réforme sanitaire n’était pas d’accord avec eux ; qu’ils diminuaient de force physique. Voici une des raisons pour lesquelles certains n’ont pas réussi dans leurs efforts pour simplifier leur alimentation. Ils ont une alimentation pauvre. La nourriture est préparée sans effort et il y a une similitude continuelle. Il ne devrait pas y avoir plusieurs sortes à un même repas, mais tous les repas ne devraient pas être composés des mêmes sortes d’aliments sans variation. La nourriture doit être préparée avec simplicité, mais avec une délicatesse qui invitera l’appétit. Vous devriez garder la graisse hors de votre nourriture. Il souille toute préparation de nourriture que vous pouvez faire. Mangez en grande partie des fruits et légumes. {DC 255.2}
Lettre 60a, 1896
381. La bonne cuisson des aliments est un accomplissement des plus importants. Surtout lorsque la viande n’est pas un aliment principal, une bonne cuisson est une exigence essentielle. Quelque chose doit être préparé pour remplacer la viande, et ces substituts de viande doivent être bien préparés, de sorte que la viande ne soit pas désirée. {DC 256.1}
Lettre 73a, 1896
382. C’est le devoir positif des médecins d’éduquer, d’éduquer, d’éduquer, par la plume et la voix, tous ceux qui ont la responsabilité de préparer la nourriture pour la table. {CD 256.2}
YI, 31 mai 1894
383. Nous avons besoin de personnes qui s’éduqueront pour cuisiner sainement. Beaucoup savent cuisiner des viandes et des légumes sous différentes formes, mais ne savent pas encore comment préparer des plats simples et appétissants.
[Plats sans goût–324, 327]
[Démonstrations de camp meeting–763]
[Le besoin de substitut de viande souligné en 1884–720]
[Arrangement habile des primes, une aide à la réforme de la santé–710]
[Tact et discernement requis dans le travail d’enseignement de la cuisine sans viande–816] {CD 256.3}
Une mauvaise cuisine est une cause de maladie
(1890) CTBH 156-158
384. Faute de savoir et d’habileté en matière de cuisine, plus d’une femme et d’une mère présentent chaque jour à sa famille des aliments mal préparés, qui altèrent régulièrement et sûrement les organes digestifs, et rendent le sang de mauvaise qualité ; il en résulte de fréquentes attaques de maladie inflammatoire et parfois la mort. . . . {CD 256.4}
Nous pouvons avoir une variété de bons aliments sains, cuisinés de manière saine, afin qu’ils soient agréables au goût pour tous. Il est primordial de savoir cuisiner. Une mauvaise cuisine produit la maladie et la mauvaise humeur; le système devient dérangé et les choses célestes ne peuvent être discernées. Il y a plus de religion dans la bonne cuisine que vous ne l’imaginez. Quand j’ai été parfois loin de chez moi, j’ai su que le pain sur la table, ainsi que la plupart des autres aliments, me ferait mal ; mais je serais obligé de manger un peu pour me maintenir en vie. C’est un péché aux yeux du ciel d’avoir une telle nourriture. {CD 256.5}
Épitaphes appropriées
(1905) MH 302, 303
385. La nourriture peu abondante et mal cuite déprave le sang en affaiblissant les organes producteurs de sang. Il dérange le système et apporte la maladie, avec son accompagnement de nerfs irritables et de mauvaise humeur. Les victimes d’une mauvaise cuisine se comptent par milliers et par dizaines de milliers. Sur de nombreuses tombes, on pourrait écrire : “Mort à cause d’une mauvaise cuisine” ; “Mort d’un estomac abusé.” {DC 257.1}
ÂMES PERDUES À CAUSE D’UNE MAUVAISE CUISINE
C’est un devoir sacré pour ceux qui cuisinent d’apprendre à préparer des aliments sains. Beaucoup d’âmes sont perdues à cause d’une mauvaise cuisine. Il faut de la réflexion et du soin pour faire du bon pain; mais il y a plus de religion dans une miche de bon pain que beaucoup ne le pensent. Il y a peu de vrais bons cuisiniers. Les jeunes femmes pensent qu’il est subalterne de cuisiner et d’effectuer d’autres tâches ménagères ; et pour cette raison, beaucoup de filles qui se marient et ont la charge de familles n’ont qu’une faible idée des devoirs dévolus à une épouse et à une mère. {CD 257.2}
PAS DE SCIENCE MOYENNE
La cuisine n’est pas une mince science et c’est l’une des plus essentielles de la vie pratique. C’est une science que toutes les femmes devraient apprendre, et elle devrait être enseignée de manière à bénéficier aux classes les plus pauvres. Rendre les aliments appétissants et en même temps simples et nourrissants demande de l’habileté; Mais cela peut être fait. Les cuisiniers doivent savoir comment préparer des aliments simples d’une manière simple et saine, et afin qu’ils soient trouvés plus agréables au goût, ainsi que plus sains, à cause de leur simplicité. {CD 257.3}
Toute femme qui est à la tête d’une famille et qui ne comprend pas encore l’art de cuisiner sainement devrait se déterminer à apprendre ce qui est si essentiel au bien-être de son ménage. Dans de nombreux endroits, les écoles de cuisine hygiénique offrent la possibilité d’enseigner dans ce domaine. Celle qui n’a pas le secours de pareilles facilités doit se mettre sous l’instruction d’un bon cuisinier, et persévérer dans ses efforts de perfectionnement jusqu’à ce qu’elle soit maîtresse de l’art culinaire.
[Cuisiner un art des plus précieux car si étroitement lié à la vie–817] {CD 257.4}
Étudier l’économie
MS 3, 1897
386. Dans chaque ligne de cuisson, la question à considérer est : “Comment la nourriture doit-elle être préparée de la manière la plus naturelle et la moins coûteuse ?” Et il devrait y avoir une étude minutieuse pour que les fragments de nourriture qui restent de la table ne soient pas gaspillés. Étudiez comment, d’une manière ou d’une autre, ces fragments de nourriture ne seront pas perdus. Cette compétence, cette économie et ce tact sont une fortune. Dans les parties les plus chaudes de la saison, préparez moins de nourriture. Utilisez plus de substance sèche. Il y a beaucoup de familles pauvres qui, bien qu’elles aient à peine de quoi manger, peuvent souvent être éclairées sur la raison de leur pauvreté ; il y a tellement de jots et de tittles gaspillés. {DC 258.1}
Des vies sacrifiées pour manger à la mode
(1890) CTB 73
387. Chez beaucoup, l’objet de la vie qui absorbe tout – ce qui justifie toute dépense de travail – est d’apparaître dans le style le plus récent. L’éducation, la santé et le confort sont sacrifiés au sanctuaire de la mode. Jusque dans la disposition des tables, la mode et le spectacle exercent leur funeste influence. La préparation saine des aliments devient une affaire secondaire. Le service d’une grande variété de plats absorbe du temps, de l’argent et un travail pénible, sans accomplir aucun bien. Il peut être à la mode d’avoir une demi-douzaine de plats à un repas, mais la coutume est ruineuse pour la santé. C’est une mode que les hommes et les femmes sensés devraient condamner, à la fois par le précepte et par l’exemple. Ayez un peu d’égard pour la vie de votre cuisinier. « La vie n’est-elle pas plus que la viande, et le corps plus que le vêtement ? {CD 258.2}
De nos jours, les tâches ménagères accaparent presque tout le temps de la femme de ménage. Combien ce serait mieux pour la santé du ménage, si les préparations de table étaient plus simples. Des milliers de vies sont sacrifiées chaque année sur cet autel, des vies qui auraient pu être prolongées sans cette ronde interminable de tâches manufacturées. Beaucoup de mères descendent dans la tombe, qui, si leurs habitudes avaient été simples, auraient pu vivre pour être une bénédiction dans la maison, l’église et le monde.
[Maux du système de cours–218] {CD 258.3}
Le choix et la préparation des aliments importants
Lettre 72, 1896
388. La grande quantité de cuisson faite n’est pas du tout nécessaire. Il ne devrait pas non plus y avoir de régime pauvre en qualité ou en quantité. {DC 259.1}
(1870) 2T 367
389. Il importe que la nourriture soit préparée avec soin, que l’appétit, lorsqu’il n’est pas perverti, puisse la savourer. Parce que nous écartons par principe l’usage de la viande, du beurre, des pâtés, des épices, du saindoux et de ce qui irrite l’estomac et détruit la santé, il ne faut jamais donner l’idée que peu importe ce que nous mangeons. {CD 259.2}
(1905) MH 300
390. Il est mal de manger simplement pour satisfaire l’appétit, mais aucune indifférence ne doit être manifestée concernant la qualité de la nourriture ou la manière de la préparer. Si la nourriture consommée n’est pas savourée, le corps ne sera pas aussi bien nourri. La nourriture doit être soigneusement choisie et préparée avec intelligence et habileté. {CD 259.3}
Le petit-déjeuner stéréotypé
Lettre 19c, 1892
391. Je paierais un prix plus élevé pour un cuisinier que pour toute autre partie de mon travail. . . . Si cette personne n’est pas apte et n’a aucune compétence en cuisine, vous verrez, comme nous l’avons vu dans notre expérience, le petit-déjeuner stéréotypé, – la bouillie, comme on l’appelle, – nous l’appelons bouillie, pain de boulanger et une sorte de sauce , et c’est tout à l’exception d’un peu de lait. Or, ceux qui, après avoir mangé de cette manière pendant des mois, sachant ce qui se présentera devant eux à chaque repas, en viennent à redouter l’heure qui devrait les intéresser, comme la période redoutée de la journée. Je suppose que vous ne comprendrez pas tout cela tant que vous n’en aurez pas fait l’expérience. Mais je suis vraiment perplexe à ce sujet. Si je devais agir sur la préparation en venant ici, je dirais : Donnez-moi un cuisinier expérimenté, qui a des pouvoirs inventifs, pour préparer sainement des plats simples, et cela ne dégoûtera pas l’appétit. {CD 259.4}
Étude et pratique
(1868) IT 681-685
392. Beaucoup ne pensent pas que cette [cuisine] est une question de devoir, c’est pourquoi ils n’essaient pas de préparer correctement la nourriture. Cela peut être fait d’une manière simple, saine et facile, sans l’utilisation de saindoux, de beurre ou de viande. La compétence doit être unie à la simplicité. Pour ce faire, les femmes doivent lire, puis réduire patiemment ce qu’elles lisent à la pratique. Beaucoup souffrent parce qu’ils ne prendront pas la peine de le faire. Je leur dis : Il est temps pour vous de réveiller vos énergies endormies et de lire. Apprenez à cuisiner avec simplicité, tout en garantissant les aliments les plus savoureux et les plus sains. {CD 260.1}
Parce qu’il est mal de cuisiner simplement pour plaire au goût ou pour satisfaire l’appétit, personne ne devrait entretenir l’idée qu’une alimentation pauvre est juste. Beaucoup sont affaiblis par la maladie et ont besoin d’une alimentation nourrissante, abondante et bien préparée. . . . {CD 260.2}
UNE BRANCHE IMPORTANTE DE L’ÉDUCATION
C’est un devoir religieux pour ceux qui cuisinent d’apprendre à préparer des aliments sains de différentes manières, afin qu’ils puissent être consommés avec plaisir. Les mères devraient apprendre à leurs enfants à cuisiner. Quelle branche de l’éducation d’une jeune femme peut être aussi importante que celle-ci ? Le manger a à voir avec la vie. Des aliments maigres, appauvris, mal cuits dépravent constamment le sang, en affaiblissant les organes producteurs de sang. Il est essentiel que l’art culinaire soit considéré comme l’une des branches les plus importantes de l’éducation. Il n’y a que peu de bons cuisiniers. Les demoiselles considèrent que c’est se baisser pour devenir cuisinière. Ce n’est pas le cas. Ils ne voient pas le sujet du bon point de vue. Savoir comment préparer sainement les aliments, en particulier le pain, n’est pas une mince affaire. . . . {CD 260.3}
Les mères négligent cette branche dans l’éducation de leurs filles. Ils prennent le fardeau des soins et du travail, et s’épuisent rapidement, tandis que la fille est excusée, pour visiter, crocheter ou étudier son propre plaisir. C’est de l’amour erroné, de la gentillesse erronée. La mère fait une blessure à son enfant, qui dure souvent toute sa vie. A l’âge où elle devrait être capable de supporter certains des fardeaux de la vie, elle n’est pas qualifiée pour le faire. Tels ne prendront pas soin et charge. Ils vont légers, s’exonérant des responsabilités, tandis que la mère est pressée sous son fardeau de soins, comme une charrette sous des gerbes. La fille ne veut pas être méchante, mais elle est négligente et insouciante, sinon elle remarquerait le regard fatigué, et marquerait l’expression de douleur sur le visage de la mère, et chercherait à faire sa part, pour porter la partie la plus lourde du fardeau et soulager la mère, qui doit être libérée des soins ou être amenée sur un lit de souffrance, et peut-être de mort. {DC 261.1}
Pourquoi les mères seront-elles si aveugles et négligentes dans l’éducation de leurs filles ? J’ai été affligé, au cours de mes visites dans différentes familles, de voir la mère porter de lourds fardeaux, tandis que la fille, qui manifestait une vivacité d’esprit et avait un bon degré de santé et de vigueur, ne ressentait aucun souci, aucun fardeau. Quand il y a de grands rassemblements et que les familles sont accablées de compagnie, j’ai vu la mère porter le fardeau, avec soin de tout sur elle, tandis que les filles sont assises à bavarder avec de jeunes amis, en visite sociale. Ces choses me semblent si mauvaises que je peux à peine m’abstenir de parler aux jeunes étourdis et de leur dire d’aller travailler. Relâchez votre mère fatiguée. Conduisez-la à un siège dans le salon et exhortez-la à se reposer et à profiter de la société de ses amis. {CD 261.2}
Mais les filles ne sont pas les seules à blâmer entièrement dans cette affaire. La mère est en faute. Elle n’a pas appris patiemment à ses filles à cuisiner. Elle sait qu’ils manquent de connaissances dans le département de la cuisine et ne ressent donc aucune libération du travail. Elle doit s’occuper de tout ce qui demande du soin, de la réflexion et de l’attention. Les jeunes filles doivent être parfaitement formées à la cuisine. Quelles que soient les circonstances de leur vie, voici des connaissances qui peuvent être mises en pratique. C’est une branche de l’éducation qui a l’influence la plus directe sur la vie humaine, en particulier sur la vie de ceux qui lui sont le plus chers. {CD 261.3}
Beaucoup d’épouses et de mères qui n’ont pas eu la bonne éducation et manquent de compétences dans le département de la cuisine, présentent quotidiennement à leur famille des aliments mal préparés, qui détruisent régulièrement et sûrement les organes digestifs, rendant le sang de mauvaise qualité et entraînant fréquemment des crises aiguës de maladie inflammatoire et causant une mort prématurée. . . . {DC 262.1}
ENCOURAGER LES APPRENANTS
C’est un devoir religieux pour chaque fille et femme chrétienne d’apprendre immédiatement à faire du bon pain doux et léger avec de la farine de blé non boulonnée. Les mères devraient emmener leurs filles dans la cuisine avec elles dès leur plus jeune âge et leur apprendre l’art de cuisiner. La mère ne peut pas s’attendre à ce que ses filles comprennent les mystères du ménage sans éducation. Elle devrait les instruire patiemment, avec amour, et rendre le travail aussi agréable que possible par son visage joyeux et ses paroles d’approbation encourageantes. S’ils échouent une, deux ou trois fois, ne les blâmez pas. Déjà le découragement fait son œuvre et les pousse à dire : « Cela ne sert à rien ; Je ne peux pas le faire. L’heure n’est pas à la censure. La volonté s’affaiblit. Il a besoin d’être encouragé par des mots encourageants, joyeux et pleins d’espoir, comme : « Peu importe les erreurs que vous avez commises. Tu n’es qu’un apprenti, et doit s’attendre à faire des gaffes. Réessayer. Mettez votre esprit sur ce que vous faites. Soyez très prudent et vous réussirez certainement. {CD 262.2}
Beaucoup de mères ne se rendent pas compte de l’importance de cette branche du savoir, et plutôt que d’avoir la peine et le soin d’instruire leurs enfants et de supporter leurs échecs et leurs erreurs tout en apprenant, elles préfèrent tout faire elles-mêmes. Et quand leurs filles échouent dans leurs efforts, ils les renvoient avec : « Ça ne sert à rien, tu ne peux pas faire ceci ou cela. Vous me perplexez et me troublez plus que vous ne m’aidez. {CD 262.3}
Ainsi les premiers efforts des apprenants sont repoussés, et le premier échec refroidit tellement leur intérêt et leur ardeur d’apprendre qu’ils redoutent une nouvelle épreuve, et proposeront de coudre, tricoter, faire le ménage, tout sauf cuisiner. Ici, la mère était grandement fautive. Elle aurait dû les instruire patiemment, afin qu’ils puissent, par la pratique, acquérir une expérience qui supprimerait la maladresse et remédierait aux mouvements maladroits de l’ouvrier inexpérimenté. {CD 262.4}
Des cours de cuisine plus essentiels que la musique
MS 95, 1901
393. Certains sont appelés à ce que l’on considère comme des devoirs humbles – il peut s’agir de cuisiner. Mais la science de la cuisine n’est pas une mince affaire. La préparation habile de la nourriture est l’un des arts les plus essentiels, au-dessus de l’enseignement de la musique ou de la couture. Je ne veux pas dire par là de négliger l’enseignement de la musique ou la confection de vêtements, car ils sont essentiels. Mais plus important encore est l’art de préparer les aliments de manière à ce qu’ils soient à la fois sains et appétissants. Cet art doit être considéré comme le plus précieux de tous les arts, car il est si étroitement lié à la vie. Il devrait recevoir plus d’attention; car pour faire du bon sang, le système a besoin d’une bonne nourriture. Le fondement de ce qui maintient les gens en bonne santé est le travail missionnaire médical de la bonne cuisine. {DC 263.1}
Souvent, la réforme de la santé est déformée par la préparation d’aliments désagréables au goût. Le manque de connaissances en matière de cuisine saine doit être comblé avant que la réforme de la santé ne soit un succès. {CD 263.2}
Les bons cuisiniers sont peu nombreux. Beaucoup, beaucoup de mères ont besoin de prendre des cours de cuisine, afin de pouvoir proposer à la famille des plats bien préparés et bien servis. {CD 263.3}
Avant que les enfants ne prennent des leçons d’orgue ou de piano, il faut leur donner des leçons de cuisine. Le travail d’apprendre à cuisiner n’exclut pas nécessairement la musique, mais apprendre la musique est moins important que d’apprendre à préparer des aliments sains et appétissants. {CD 263.4}
(1870) 2T 538, 539
394. Vos filles peuvent aimer la musique, et c’est peut-être bien ; cela peut ajouter au bonheur de la famille; mais la connaissance de la musique sans la connaissance de la cuisine ne vaut pas grand-chose. Quand vos filles auront leur propre famille, l’intelligence de la musique et des fantaisies ne fournira pas à la table un dîner bien cuit, préparé avec raffinement, de sorte qu’elles ne rougiront pas de le placer devant leurs amis les plus estimés. Mères, la vôtre est une œuvre sacrée. Que Dieu vous aide à l’assumer avec sa gloire en vue, et à travailler avec ferveur, patience et amour, pour le bien présent et futur de vos enfants, n’ayant d’yeux que pour la gloire de Dieu.
[Alimentation irrégulière et repas « à emporter » lorsque la famille est seule–284] {CD 263.5}
Enseignez les mystères de la cuisine
(1870) 2T 537, 538
395. Ne négligez pas d’apprendre à vos enfants à cuisiner. Ce faisant, vous leur communiquez des principes qu’ils doivent avoir dans leur éducation religieuse. En donnant à vos enfants des leçons de physiologie et en leur apprenant à cuisiner avec simplicité et pourtant avec adresse, vous posez les bases des branches les plus utiles de l’éducation. Il faut de l’habileté pour faire du bon pain léger. Il y a de la religion dans la bonne cuisine, et je mets en doute la religion de cette classe qui est trop ignorante et trop négligente pour apprendre à cuisiner. . . . {CD 264.1}
Une mauvaise cuisine épuise lentement les énergies vitales de milliers de personnes. Il est dangereux pour la santé et la vie de manger à certaines tables le pain lourd et aigre, et les autres aliments préparés en conséquence. Mères, au lieu de chercher à donner à vos filles une éducation musicale, instruisez-les dans ces branches utiles qui ont le plus de rapport avec la vie et la santé. Apprenez-leur tous les mystères de la cuisine. Montrez-leur que cela fait partie de leur éducation et qu’ils sont essentiels pour devenir chrétiens. À moins que la nourriture ne soit préparée d’une manière saine et agréable au goût, elle ne peut pas être convertie en bon sang, pour accumuler les tissus qui s’atrophient.
[Une tentative de faire de la fourniture de sucre le lieu d’une bonne cuisine – 527]
[Influence de la table sur le principe de tempérance–351, 354]
[Si la digestion est taxée, une enquête est nécessaire–445]
[moins de cuisine, plus d’aliments naturels–466, 546] {CD 264.2}
CHAPITRE 15 – Aliments diététiques et restaurants hygiéniques
Du fournisseur céleste
(1902) 7T 114
396. Du récit des miracles du Seigneur en fournissant du vin au festin des noces et en nourrissant la multitude, nous pouvons tirer une leçon de la plus haute importance. Le commerce d’aliments naturels est l’un des instruments du Seigneur pour répondre à une nécessité. Le Pourvoyeur céleste de tous les aliments ne laissera pas Son peuple dans l’ignorance en ce qui concerne la préparation des meilleurs aliments pour tous les temps et toutes les occasions. {CD 267.1}
Être comme la manne
(1902) 7T 124, 126
397. Au cours de la nuit passée, beaucoup de choses se sont ouvertes devant moi. La fabrication et la vente d’aliments diététiques exigeront un examen attentif et pieux. {CD 267.2}
Il y a beaucoup d’esprits dans de nombreux endroits à qui le Seigneur donnera sûrement des connaissances sur la façon de préparer des aliments sains et agréables au goût, s’il voit qu’ils utiliseront cette connaissance avec justice. Les animaux deviennent de plus en plus malades, et il ne faudra pas longtemps avant que la nourriture animale soit jetée par beaucoup d’autres que les adventistes du septième jour. Des aliments sains et vitaux doivent être préparés, afin que les hommes et les femmes n’aient pas besoin de manger de viande. {CD 267.3}
Le Seigneur enseignera à de nombreuses personnes dans toutes les régions du monde à combiner des fruits, des céréales et des légumes dans des aliments qui maintiendront la vie et n’apporteront pas de maladie. Ceux qui n’ont jamais vu les recettes pour fabriquer les aliments sains actuellement sur le marché, travailleront intelligemment, expérimentant les productions alimentaires de la terre, et seront éclairés sur l’utilisation de ces productions. Le Seigneur leur montrera quoi faire. {CD 267.4}
Celui qui donne de l’habileté et de la compréhension à son peuple dans une partie du monde donnera de l’habileté et de la compréhension à son peuple dans d’autres parties du monde. C’est Son dessein que les trésors alimentaires de chaque pays soient préparés de manière à pouvoir être utilisés dans les pays pour lesquels ils sont adaptés. Comme Dieu a donné la manne du ciel pour nourrir les enfants d’Israël, il va maintenant donner à son peuple dans différents endroits l’habileté et la sagesse d’utiliser les productions de ces pays pour préparer des aliments à la place de la viande. {CD 267.5}
Lettre 25, 1902
398. Le même Dieu qui a donné la manne du ciel aux enfants d’Israël vit et règne. Il donnera compétence et compréhension dans la préparation d’aliments santé. Il guidera son peuple dans la préparation d’une nourriture saine. Il désire qu’ils voient ce qu’ils peuvent faire dans la préparation de cette nourriture, non seulement pour leur propre famille, qui est leur première responsabilité, mais pour l’aide des pauvres. Ils doivent montrer une libéralité semblable à celle de Christ, en réalisant qu’ils représentent Dieu et que tout ce qu’ils ont est Sa dotation. {CD 268.1}
Connaissance divinement transmise
MS 96, 1905
399. Le Seigneur voudrait que la connaissance de la réforme alimentaire soit transmise au peuple de Dieu. C’est une partie essentielle de l’éducation à donner dans nos écoles. Comme la vérité est présentée dans de nouveaux endroits, des leçons de cuisine hygiénique devraient être données. Enseignez aux gens comment ils peuvent vivre sans utiliser de viande. Apprenez-leur la simplicité de la vie. {CD 268.2}
Le Seigneur a travaillé, et travaille encore, pour amener les hommes à préparer à partir de fruits et de céréales, des aliments plus simples et moins chers que beaucoup de ceux qu’on peut maintenant se procurer. Beaucoup ne peuvent pas obtenir ces préparations alimentaires coûteuses, mais ils ne doivent pas nécessairement vivre avec un régime alimentaire appauvri. Le même Dieu qui a nourri des milliers de personnes dans le désert avec du pain du ciel donnera à son peuple aujourd’hui une connaissance de la façon de fournir de la nourriture d’une manière simple. {CD 268.3}
MS 156, 1901
400. Quand le message vient à ceux qui n’ont pas entendu la vérité pour ce temps, ils voient qu’une grande réforme doit avoir lieu dans leur alimentation. Ils voient qu’ils doivent mettre de côté la nourriture carnée, car cela crée un appétit pour l’alcool et remplit le système de maladies. En mangeant de la viande, les pouvoirs physiques, mentaux et moraux sont affaiblis. L’homme est construit à partir de ce qu’il mange. Les passions animales dominent en raison de la consommation de viande, de l’usage du tabac et de la consommation d’alcool. Le Seigneur donnera à son peuple la sagesse de préparer, à partir de ce que produit la terre, des aliments qui remplaceront la viande. Des combinaisons simples de noix, de céréales et de fruits, fabriquées avec goût et habileté, se recommanderont aux non-croyants. Mais comme d’habitude, trop de noix sont utilisées dans les combinaisons faites. {CD 268.4}
Simple, facile à préparer, sain
MS 78, 1902
401. Je dois maintenant donner à mes frères l’instruction que le Seigneur m’a donnée en ce qui concerne la question des aliments de santé. Pour beaucoup, les aliments sains sont considérés comme une invention de l’homme, mais ils sont d’origine divine, comme une bénédiction pour son peuple. Le travail sur les aliments de santé est la propriété de Dieu et ne doit pas être transformé en spéculation financière pour un gain personnel. La lumière que Dieu a donnée et continuera de donner sur la question de la nourriture doit être aujourd’hui pour son peuple ce que la manne était pour les enfants d’Israël. La manne tomba du ciel, et le peuple reçut l’ordre de la ramasser et de la préparer pour la manger. Ainsi, dans les différents pays du monde, la lumière sera donnée au peuple du Seigneur, et des aliments sains adaptés à ces pays seront préparés. {CD 269.1}
Les membres de chaque église doivent cultiver le tact et l’ingéniosité que Dieu leur donnera. Le Seigneur a de l’habileté et de la compréhension pour tous ceux qui utiliseront leur capacité à s’efforcer d’apprendre à combiner les productions de la terre afin de faire des aliments simples, faciles à préparer et sains, qui remplaceront les viandes, de sorte que les gens n’ont aucune excuse pour manger de la viande. {CD 269.2}
Ceux à qui l’on apprend comment préparer de tels aliments doivent utiliser leurs connaissances de manière désintéressée. Ils doivent aider leurs frères pauvres. Ils doivent être aussi bien producteurs que consommateurs. {CD 269.3}
C’est le dessein de Dieu que des aliments sains soient fabriqués dans de nombreux endroits. Ceux qui acceptent la vérité doivent apprendre à préparer ces aliments simples. Ce n’est pas le plan du Seigneur que les pauvres souffrent pour les nécessités de la vie. Le Seigneur appelle son peuple dans les différents pays à lui demander la sagesse, puis à utiliser correctement la sagesse qu’il donne. Nous ne devons pas nous installer dans le désespoir et le découragement. Nous devons faire de notre mieux pour éclairer les autres. {CD 269.4}
Plus simple et moins cher
(1902) 7T 127, 128
402. À bien des égards, des améliorations peuvent être apportées aux aliments diététiques expédiés de nos usines. Le Seigneur enseignera à ses serviteurs comment faire des préparations alimentaires plus simples et moins coûteuses. Il y en a beaucoup à qui il enseignera dans cette ligne s’ils marchent dans son conseil et en harmonie avec leurs frères. {DC 270.1}
MS 75, 1906
403. Traiter des aliments beaucoup moins coûteux, et qui, préparés sous une forme nutritive, répondront à tous les usages. . . . S’efforcer de produire des préparations moins coûteuses de céréales et de fruits. Tout cela nous est donné gratuitement par Dieu pour subvenir à nos besoins. La santé n’est pas assurée par l’utilisation de préparations coûteuses. Nous pouvons avoir une aussi bonne santé en utilisant des préparations simples à base de fruits, de céréales et de légumes. {DC 270.2}
(1902) 7T 125, 126
404. C’est notre sagesse de préparer des aliments simples, peu coûteux et sains. Beaucoup de nos concitoyens sont pauvres et il faut leur fournir des aliments sains à des prix que les pauvres peuvent se permettre de payer. C’est le dessein du Seigneur que les personnes les plus pauvres de chaque endroit soient approvisionnées en aliments bon marché et sains. Dans de nombreux endroits, des industries pour la fabrication de ces aliments doivent être établies. Ce qui est une bénédiction pour le travail dans un endroit sera une bénédiction dans un autre endroit où l’argent est beaucoup plus difficile à obtenir. {CD 270.3}
Dieu travaille au nom de son peuple. Il ne veut pas qu’ils soient sans ressources. Il les ramène au régime initialement donné à l’homme. Leur régime alimentaire doit consister en des aliments fabriqués à partir des matériaux qu’Il a fournis. Les matières principalement utilisées dans ces aliments seront les fruits, les céréales et les noix, mais diverses racines seront également utilisées. {CD 270.4}
À mesure que la famine augmente, les aliments seront simplifiés
MS 14, 1901
405. La question alimentaire n’a pas encore atteint la perfection. Il reste encore beaucoup à apprendre dans cette ligne. Le Seigneur désire que l’esprit de son peuple dans le monde entier soit dans un tel état qu’il puisse recevoir ses impressions concernant la combinaison de certains articles dans la production d’aliments, qui seront une nécessité, mais ne sont pas encore produits. {DC 271.1}
Comme la famine, le besoin et la détresse augmenteront de plus en plus dans le monde, la production des aliments de santé sera grandement simplifiée. Ceux qui sont engagés dans ce travail devraient apprendre constamment du Grand Instructeur, qui aime Son peuple et garde toujours son bien en vue.
[Objectif des aliments diététiques en suppléant la viande de chair, ainsi que le lait et le beurre–583] {CD 271.2}
La leçon du Christ sur l’économie
Lettre 27, 1902
406. L’enjeu de ce travail est important. Les productions saines de la terre doivent être expérimentées dans le but de fabriquer des aliments sains et peu coûteux. {CD 271.3}
Le commerce alimentaire doit faire l’objet de prières ferventes. Que les gens demandent à Dieu la sagesse de préparer des aliments sains. Celui qui a nourri les cinq mille avec cinq pains et deux petits poissons, pourvoira aux besoins de ses enfants aujourd’hui. Après que Christ eut accompli ce merveilleux miracle, Il donna une leçon sur l’économie. Après que la faim de la multitude eut été satisfaite, Il dit : « Rassemblez les fragments qui restent, afin que rien ne soit perdu. “Et ils ramassèrent les fragments qui restaient remplis de douze paniers.” {CD 271.4}
Aliments à base de produits locaux dans différents pays
MS 40, 1902
407. A beaucoup de gens en différents endroits, le Seigneur donnera des renseignements sur les aliments sains. Il peut dresser une table dans le désert. Les aliments santé devraient être préparés par nos églises qui essaient de mettre en pratique les principes de la réforme sanitaire. Mais aussi sûrement qu’ils devraient le faire, certains diraient qu’ils enfreignaient leurs droits. Mais qui leur a donné la sagesse de préparer ces aliments ? – Le Dieu du ciel. Ce même Dieu donnera la sagesse à Son peuple dans les différents pays pour utiliser les productions de ces pays dans la préparation d’aliments sains. De manière simple et peu coûteuse, nos gens doivent expérimenter les fruits, les céréales et les racines des pays dans lesquels ils vivent. Dans les différents pays, des aliments sains bon marché doivent être fabriqués au profit des pauvres et des familles de notre propre peuple. {CD 271.5}
Le message que Dieu m’a donné est que son peuple dans des pays étrangers ne doit pas dépendre pour son approvisionnement en aliments sains des importations d’aliments sains d’Amérique. Le fret et la taxe rendent le coût de ces aliments si élevé que les pauvres, qui sont tout aussi précieux aux yeux de Dieu que les riches, ne peuvent en profiter. {DC 272.1}
Les aliments sains sont les productions de Dieu, et Il enseignera à Son peuple dans les champs missionnaires afin de combiner les productions de la terre, afin que des aliments simples, peu coûteux et sains soient fournis. S’ils recherchent la sagesse de Dieu, Il leur enseignera comment planifier et concevoir pour utiliser ces productions. Je suis chargé de dire : Ne les en empêchez pas. {CD 272.2}
Les aliments diététiques précéderont les phases avancées de la réforme de la santé
Lettre 98, 1901
408. Dans le domaine où vous travaillez, il y a beaucoup à apprendre concernant la préparation d’aliments sains. Des aliments parfaitement sains et pourtant peu coûteux doivent être préparés. Aux pauvres, l’évangile de la santé doit être prêché. Dans la fabrication de ces aliments, des voies seront ouvertes grâce auxquelles ceux qui acceptent la vérité et perdent leur travail pourront gagner leur vie. Les produits que Dieu a fournis doivent être transformés en aliments sains, que les gens peuvent se préparer eux-mêmes. Ensuite, nous pourrons présenter de manière appropriée les principes de la réforme de la santé, et ceux qui entendront seront convaincus de la cohérence de ces principes et les accepteront. Mais jusqu’à ce que nous puissions présenter des aliments de réforme sanitaire qui soient agréables au goût, nourrissants et pourtant peu coûteux, nous ne sommes pas libres de présenter les phases les plus avancées de la réforme sanitaire dans l’alimentation.
[Encourager le développement des talents individuels–376] {CD 272.3}
(1902) 7T 132
409. Partout où la vérité est proclamée, des instructions doivent être données sur la préparation d’aliments sains. Dieu désire qu’en tout lieu les gens soient enseignés à utiliser sagement les produits qui peuvent être facilement obtenus. Des enseignants habiles devraient montrer aux gens comment utiliser au mieux les produits qu’ils peuvent cultiver ou obtenir dans leur partie du pays. Ainsi, les pauvres, ainsi que les mieux nantis, peuvent apprendre à vivre sainement. {DC 273.1}
Ingrédients de noix à utiliser avec parcimonie
Lettre 188, 1901
410. Le Seigneur voudrait que les gens de toutes les parties du monde deviennent intelligents en ce qui concerne l’utilisation des productions du sol dans chaque localité. Les produits de chaque localité doivent être étudiés et soigneusement étudiés, pour voir s’ils ne peuvent pas être combinés de manière à simplifier la production des aliments et à diminuer les frais de fabrication et de transport. Que tous fassent de leur mieux sous la supervision du Seigneur pour accomplir cela. Il y a beaucoup d’aliments coûteux que le génie de l’homme peut combiner ; et pourtant il n’y a pas vraiment besoin d’utiliser les préparations les plus chères. {CD 273.2}
Il y a trois ans, une lettre m’est parvenue, disant : « Je ne peux pas manger les aliments à base de noix ; mon estomac ne peut pas s’en occuper. Ensuite, il y avait plusieurs recettes présentées devant moi; l’une était qu’il devait y avoir d’autres ingrédients combinés avec les noix, qui s’harmoniseraient avec eux, et ne pas utiliser une proportion aussi importante. Un dixième à un sixième de noix suffirait, selon la combinaison. Nous avons essayé cela, et avec succès.
[Voir « Noix et aliments à base de noix » à la section XXII] {DC 273.3}
Craquelins sucrés
D’autres choses ont été évoquées. Une chose dont on parlait était des craquelins ou des biscuits sucrés. Ils sont faits parce que quelqu’un les aime, et alors beaucoup les obtiennent qui ne devraient pas les manger. Il y a encore beaucoup d’améliorations à faire, et Dieu travaillera avec tous ceux qui travailleront avec Lui.
[Voir Pains sucrés, biscuits, craquelins–507, 508]
[Certaines soi-disant « confiseries de santé », non inoffensives–530] {CD 274.1}
(1902) 7T 126
411. Un grand soin doit être exercé par ceux qui préparent des recettes pour nos revues de santé. Certains des aliments spécialement préparés actuellement fabriqués peuvent être améliorés et nos plans concernant leur utilisation devront être modifiés. Certains ont utilisé les préparations de noix trop librement. Beaucoup m’ont écrit : « Je ne peux pas utiliser les aliments à base de noix ; que dois-je utiliser à la place de la viande ? » Une nuit, j’ai semblé me ​​tenir devant une compagnie de gens, leur disant que les noix sont utilisées trop librement dans leur préparation des aliments ; que le système ne peut pas prendre soin d’eux lorsqu’il est utilisé comme dans certaines des recettes données, et que, s’il est utilisé avec plus de parcimonie, les résultats seraient plus satisfaisants. {CD 274.2}
Service de restauration hygiénique lors des réunions de camp
(1902) 7T 41
412. Lors de nos réunions de camp, des dispositions doivent être prises pour que les pauvres puissent obtenir des aliments sains et bien préparés au meilleur prix possible. Il devrait également y avoir un restaurant dans lequel des plats sains sont préparés et servis de manière accueillante. Cela prouvera une éducation à beaucoup de gens qui ne sont pas de notre foi. Ne laissez pas cette ligne de travail être considérée comme distincte des autres lignes de travail des réunions de camp. Chaque ligne de l’œuvre de Dieu est étroitement unie à toutes les autres lignes, et toutes doivent avancer en parfaite harmonie. {CD 274.3}
MS 79, 1900
413. Dans nos villes, les ouvriers intéressés s’occuperont de diverses lignes d’effort missionnaire. Des restaurants hygiéniques seront mis en place. Mais avec quel soin ce travail doit-il être fait ! Ceux qui travaillent dans ces restaurants devraient constamment expérimenter, afin d’apprendre à préparer des aliments savoureux et sains. Chaque restaurant hygiénique devrait être une école pour les travailleurs qui y sont liés. Dans les villes, cette ligne de travail peut être effectuée à une échelle beaucoup plus grande que dans des endroits plus petits. Mais partout où il y a une église et une école paroissiale, des instructions devraient être données sur la préparation d’aliments sains simples à l’usage de ceux qui souhaitent vivre conformément aux principes de la réforme sanitaire. Et dans tous nos champs missionnaires, un travail similaire peut être fait. {CD 274.4}
Nos restaurants défendent leurs principes
Lettre 201, 1902
414. Vous devrez constamment vous prémunir contre l’introduction de ceci et cela, qui, bien qu’apparemment inoffensifs, conduirait au sacrifice de principes qui devraient toujours être maintenus dans notre travail de restaurant. . . . Il ne faut pas s’attendre à ce que ceux qui, toute leur vie, se sont laissé aller à l’appétit sachent comment préparer une nourriture à la fois saine, simple et appétissante. C’est la science que chaque sanatorium et restaurant santé doit enseigner. . . . {DC 275.1}
Si la fréquentation de nos restaurants diminue parce que nous refusons de nous écarter des bons principes, alors laissez-la diminuer. Nous devons garder la voie du Seigneur, à travers de mauvaises comme de bonnes nouvelles. {CD 275.2}
Je vous présente ces choses dans mes lettres pour vous aider à vous attacher à la droite et à vous débarrasser de ce que nous ne pouvons pas apporter dans nos sanatoriums et restaurants sans sacrifier le principe. {CD 275.3}
Évitez les combinaisons complexes
Lettre 271, 1905
415. Dans tous les restaurants de nos villes, il y a danger que la combinaison de plusieurs aliments dans les plats servis soit poussée trop loin. L’estomac souffre quand tant de sortes de nourriture y sont placées en un seul repas. La simplicité fait partie de la réforme de la santé. Il y a danger que notre œuvre cesse de mériter le nom qu’elle a porté. {CD 275.4}
Si nous voulons travailler pour la restauration de la santé, il est nécessaire de restreindre l’appétit, de manger lentement et seulement une variété limitée à la fois. Cette instruction doit être répétée fréquemment. Il n’est pas en harmonie avec les principes de la réforme de la santé d’avoir autant de plats différents au même repas. Nous ne devons jamais oublier que c’est la partie religieuse du travail, le travail de fournir de la nourriture à l’âme, qui est plus essentielle que toute autre chose. {CD 275.5}
La mission des restaurants hygiéniques
(1902) 7T 55
416. Il m’a été présenté que nous ne devrions pas rester satisfaits parce que nous avons un restaurant végétarien à Brooklyn, mais que d’autres devraient être établis dans d’autres quartiers de la ville. Les habitants d’une partie du Grand New York ne savent pas ce qui se passe dans les autres parties de cette grande ville. Les hommes et les femmes qui mangent dans les restaurants implantés dans des lieux différents prendront conscience d’une amélioration de leur santé. Une fois leur confiance acquise, ils seront plus disposés à accepter le message spécial de vérité de Dieu. {DC 276.1}
Partout où le travail missionnaire médical est effectué dans nos grandes villes, des écoles de cuisine devraient être organisées ; et partout où une solide œuvre missionnaire éducative est en cours, un restaurant hygiénique quelconque devrait être établi, qui donnerait une illustration pratique de la sélection appropriée et de la préparation saine des aliments. {CD 276.2}
(1902) 7T 115
417. Le Seigneur a un message pour nos villes, et ce message, nous devons le proclamer dans nos réunions de camp et par d’autres efforts publics, ainsi que par nos publications. En plus de cela, des restaurants hygiéniques doivent être établis dans les villes, et par eux le message de tempérance doit être proclamé. Des dispositions doivent être prises pour tenir des réunions en lien avec nos restaurants. Dans la mesure du possible, laissez une salle être prévue où les clients peuvent être invités à des conférences sur la science de la santé et la tempérance chrétienne, où ils peuvent recevoir des instructions sur la préparation d’aliments sains et sur d’autres sujets importants. Dans ces réunions, il devrait y avoir des prières, des chants et des discussions, non seulement sur des sujets de santé et de tempérance, mais aussi sur d’autres sujets bibliques appropriés. Au fur et à mesure que les gens apprennent à préserver leur santé physique, de nombreuses occasions se présenteront pour semer les graines de l’évangile du royaume. {CD 276.3}
But ultime du travail santé-alimentation
MS 10, 1906
418. Lorsqu’elle est conduite de manière à ce que l’évangile de Christ soit porté à l’attention du peuple, l’œuvre d’alimentation sanitaire peut être engagée avec profit. Mais j’élève la voix pour mettre en garde contre les efforts qui n’aboutissent qu’à la production de aliments pour subvenir aux besoins physiques. C’est une grave erreur d’employer tant de temps et tant de talents d’hommes et de femmes à fabriquer des aliments, alors qu’aucun effort particulier n’est fait en même temps pour fournir aux multitudes le pain de vie. De grands dangers guettent une œuvre qui n’a pas pour objet la révélation du chemin de la vie éternelle.
[Pour une étude approfondie des aliments diététiques et du travail en restauration, voir 7T 110-131 ; CH 471-496] {CD 277.1}
CHAPITRE 16 – Régime alimentaire du sanatorium
Soins rationnels et bonne nourriture
MS 50, 1905
419. Des institutions pour le soin des malades doivent être établies, où ceux qui souffrent de la maladie peuvent être placés sous la garde de missionnaires médicaux craignant Dieu, et être traités sans médicaments. Dans ces institutions viendront ceux qui se sont attirés la maladie par de mauvaises habitudes de manger et de boire, et un régime simple, sain et agréable au goût doit leur être fourni. Il ne doit y avoir aucun régime de famine. Les aliments sains doivent être combinés de manière à faire des plats appétissants. {DC 281.1}
MS 44, 1896
420. Nous souhaitons construire un sanatorium où les maladies peuvent être guéries par les propres dispositions de la nature, et où les gens peuvent apprendre à se soigner lorsqu’ils sont malades ; où ils apprendront à manger avec modération des aliments sains, et seront éduqués à refuser tous les narcotiques, thé, café, vins fermentés et stimulants de toutes sortes, et à rejeter la chair des animaux morts. {CD 281.2}
Responsabilité des médecins, des diététistes et des infirmières
Lettre 112, 1909
421. Il est du devoir du médecin de veiller à ce que des aliments sains soient fournis, et ils doivent être préparés de manière à ne pas créer de perturbations dans l’organisme humain. {CD 281.3}
MS 93, 1901
422. Les médecins doivent veiller dans la prière, conscients qu’ils se trouvent dans une position de grande responsabilité. Ils doivent prescrire à leurs patients les aliments qui leur conviennent le mieux. Cette nourriture doit être préparée par quelqu’un qui se rend compte qu’il occupe une position des plus importantes, dans la mesure où une bonne nourriture est nécessaire pour faire du bon sang. {CD 281.4}
(1905) MH 221
423. Une partie importante de la tâche de l’infirmière consiste à s’occuper du régime alimentaire du patient. Il ne faut pas laisser le patient souffrir ou s’affaiblir indûment par manque de nourriture, ni surmener les facultés digestives affaiblies. Il faut prendre soin de préparer et de servir la nourriture de manière à ce qu’elle soit agréable au goût, mais il faut faire preuve de discernement pour l’adapter aux besoins du patient, tant en quantité qu’en qualité. {CD 282.1}
Rechercher le confort et la bonne volonté des patients
Lettre 213, 1902
424. Les patients doivent recevoir une abondance d’aliments sains et savoureux, préparés et servis d’une manière si appétissante qu’ils n’auront aucune tentation de désirer de la viande. Les repas peuvent devenir le moyen d’une éducation à la réforme sanitaire. Des précautions doivent être prises en ce qui concerne les combinaisons d’aliments donnés aux patients. La connaissance des bonnes combinaisons alimentaires est d’une grande valeur et doit être reçue comme sagesse de Dieu. {CD 282.2}
Les heures des repas doivent être aménagées de manière à ce que les malades aient le sentiment que les responsables de l’établissement travaillent à leur confort et à leur santé. Puis, en quittant l’institution, ils n’emporteront pas avec eux le levain du préjugé. En aucun cas il ne faut suivre une marche qui donne aux malades l’impression que l’heure des repas a été fixée par des lois inaltérables. {DC 282.3}
Si, après avoir renoncé au troisième repas au sanatorium, vous voyez par les résultats que cela éloigne les gens de l’établissement, votre devoir est clair. Il faut se rappeler que s’il y en a qui sont mieux pour ne manger que deux repas, il y en a d’autres qui mangent léger à chaque repas, et qui sentent qu’ils ont besoin de quelque chose le soir. Il faut manger suffisamment de nourriture pour donner de la force aux tendons et aux muscles. Et nous devons nous rappeler que c’est à partir de la nourriture consommée que l’esprit gagne en force. Une partie du travail missionnaire médical que nos travailleurs de sanatorium doivent faire est de montrer la valeur d’une alimentation saine. {CD 282.4}
Il est juste qu’aucun thé, café ou viande ne soit servi dans nos sanatoriums. Pour beaucoup, c’est un grand changement et une grave privation. Appliquer d’autres changements, comme un changement du nombre de repas par jour, est susceptible, dans le cas de certains, de faire plus de mal que de bien.
[Voir le nombre de repas dans la Section IX, Régularité dans l’alimentation] {CD 283.1}
N’exiger que les changements nécessaires dans les habitudes et les coutumes
Lettre 213, 1902
425. Ceux qui sont liés à cette institution doivent se rappeler que Dieu veut qu’ils rencontrent les malades là où ils se trouvent. Nous devons être la main secourable de Dieu dans la présentation des grands problèmes de la vérité pour cette époque ; et nous ne devons pas tenter d’interférer inutilement avec les us et coutumes de ceux qui sont dans le sanatorium en tant que patients ou invités. Beaucoup de ces personnes viennent dans ce lieu retiré pour y rester quelques semaines seulement. Les obliger, pour si peu de temps, à changer leurs heures de repas, c’est leur faire subir de grands inconvénients. Si vous faites cela, vous découvrirez, après des tests et des essais, que vous avez fait une erreur. Apprenez ce que vous pouvez en ce qui concerne les habitudes des patients, et ne leur demandez pas de changer ces habitudes si, par ce changement, rien de spécial n’est gagné. {CD 283.2}
L’atmosphère de l’institution doit être gaie et chaleureuse, et aussi sociale que possible. Ceux qui viennent se faire soigner doivent se sentir chez eux. Des changements brusques en ce qui concerne les repas les maintiendront dans un état d’esprit instable. Les sensations d’inconfort seront le résultat de l’interruption de leurs habitudes. Leurs esprits seront perturbés, et cela entraînera des conditions non naturelles, par lesquelles ils seront privés des bénédictions qu’ils pourraient autrement obtenir. Lorsqu’il est nécessaire de changer leurs habitudes, faites-le avec tant de soin et de manière agréable qu’ils considéreront le changement comme une bénédiction plutôt qu’un inconfort. . . . {CD 283.3}
Que vos règlements soient si cohérents qu’ils feront appel à la raison de ceux même qui n’ont pas été éduqués pour voir toutes choses clairement. Alors que vous vous efforcez d’introduire les principes de vérité rénovateurs et transformateurs dans la pratique de vie de ceux qui viennent au sanatorium pour améliorer leur santé, faites qu’ils voient qu’aucune exigence arbitraire ne leur est imposée. Ne leur donnez aucune raison de se sentir obligés de suivre une voie qu’ils n’ont pas choisie. {CD 283.4}
Faire des changements diététiques progressivement
Lettre 331, 1904
426. Pendant la nuit, je parlais avec vous deux. J’avais des choses à vous dire sur la question de l’alimentation. Je parlais librement avec vous, vous disant que vous auriez à changer vos idées quant au régime alimentaire à donner à ceux qui viennent du monde au sanatorium. Ces gens ont vécu de manière inappropriée sur des aliments riches. Ils souffrent en raison de l’indulgence de l’appétit. Une réforme de leurs habitudes de manger et de boire est nécessaire. Mais cette réforme ne peut se faire d’un coup. Le changement doit se faire progressivement. Les aliments diététiques qui leur sont proposés doivent être appétissants. Toute leur vie, peut-être, ils ont pris trois repas par jour et mangé des aliments riches. Il est important d’atteindre ces personnes avec les vérités de la réforme de la santé. Mais pour les amener à adopter une alimentation raisonnable, vous devez leur proposer une abondante provision de produits sains, nourriture appétissante. Les changements ne doivent pas être apportés si brusquement qu’ils seront détournés de la réforme de la santé, au lieu d’y être conduits. La nourriture qui leur est servie doit être bien préparée et elle doit être plus riche que vous ou moi ne mangerions. . . . {CD 284.1}
J’écris ceci parce que je suis sûr que le Seigneur veut que vous ayez du tact pour rencontrer les gens là où ils se trouvent, dans leurs ténèbres et leur complaisance. En ce qui me concerne, personnellement, je suis résolument favorable à une alimentation simple et pure. Mais il ne sera pas préférable de soumettre les patients mondains et complaisants à un régime si strict qu’ils se détourneront de la réforme de la santé. Cela ne les convaincra pas de la nécessité d’un changement dans leurs habitudes de manger et de boire. Dites-leur les faits. Apprenez-leur à voir la nécessité d’un régime simple et simple et faites le changement progressivement. Donnez-leur le temps de réagir au traitement et aux instructions qui leur sont données. Travaillez et priez, et conduisez-les aussi doucement que possible. {CD 284.2}
Je me souviens une fois à —–, quand au sanatorium là-bas, on m’a invité à m’asseoir à table avec les patients et à manger avec eux, afin que nous puissions faire connaissance. J’ai vu alors qu’une erreur décisive était commise dans la préparation de la nourriture. Il était assemblé de telle manière qu’il était insipide et qu’il n’y en avait pas plus des deux tiers. Je trouvais impossible de faire un repas qui satisferait mon appétit. J’ai essayé d’amener un ordre différent des choses, et je pense que les choses ont été aidées. {DC 285.1}
L’ÉDUCATION POUR ACCOMPAGNER LES RÉFORMES
Dans nos relations avec les patients de nos sanatoriums, nous devons raisonner de cause à effet. Nous devons nous rappeler que les habitudes et les pratiques d’une vie ne peuvent pas être changées en un instant. Avec un cuisinier intelligent et un approvisionnement abondant en aliments sains, des réformes peuvent être apportées qui fonctionneront bien. Mais cela peut prendre du temps pour les concrétiser. Un effort intense ne doit pas être fait à moins qu’il ne soit réellement exigé. Nous devons nous rappeler qu’une nourriture qui serait appétissante pour un réformateur de la santé pourrait être très insipide pour ceux qui ont été habitués à des aliments très assaisonnés. Des conférences devraient être données, expliquant pourquoi les réformes de l’alimentation sont essentielles et montrant que l’utilisation d’aliments très assaisonnés provoque une inflammation de la délicate muqueuse des organes digestifs. Que l’on montre pourquoi nous, en tant que peuple, avons changé nos habitudes de manger et de boire. Montrez pourquoi nous jetons le tabac et toutes les boissons enivrantes. Énoncez clairement et clairement les principes de la réforme sanitaire et, avec cela, placez sur la table une abondance d’aliments sains, préparés avec goût; et le Seigneur vous aidera à rendre impressionnante l’urgence de la réforme, et les conduira à voir que cette réforme est pour leur plus grand bien. La nourriture hautement assaisonnée à laquelle ils étaient habitués leur manquera, mais un effort doit être fait pour leur donner une nourriture si saine et si appétissante qu’ils cesseront de regretter les plats malsains. Montrez-leur que le traitement qui leur est administré ne leur sera pas bénéfique s’ils n’apportent pas les changements nécessaires à leurs habitudes de manger et de boire. {CD 285.2} que l’on place sur la table une abondance de nourriture saine, préparée avec goût ; et le Seigneur vous aidera à rendre impressionnante l’urgence de la réforme, et les conduira à voir que cette réforme est pour leur plus grand bien. La nourriture hautement assaisonnée à laquelle ils étaient habitués leur manquera, mais un effort doit être fait pour leur donner une nourriture si saine et si appétissante qu’ils cesseront de regretter les plats malsains. Montrez-leur que le traitement qui leur est administré ne leur sera pas bénéfique s’ils n’apportent pas les changements nécessaires à leurs habitudes de manger et de boire. {CD 285.2} que l’on place sur la table une abondance de nourriture saine, préparée avec goût ; et le Seigneur vous aidera à rendre impressionnante l’urgence de la réforme, et les conduira à voir que cette réforme est pour leur plus grand bien. La nourriture hautement assaisonnée à laquelle ils étaient habitués leur manquera, mais un effort doit être fait pour leur donner une nourriture si saine et si appétissante qu’ils cesseront de regretter les plats malsains. Montrez-leur que le traitement qui leur est administré ne leur sera pas bénéfique s’ils n’apportent pas les changements nécessaires à leurs habitudes de manger et de boire. {CD 285.2} mais il faut s’efforcer de leur donner une nourriture si saine et si appétissante qu’ils cesseront de regretter les plats malsains. Montrez-leur que le traitement qui leur est administré ne leur sera pas bénéfique s’ils n’apportent pas les changements nécessaires à leurs habitudes de manger et de boire. {CD 285.2} mais il faut s’efforcer de leur donner une nourriture si saine et si appétissante qu’ils cesseront de regretter les plats malsains. Montrez-leur que le traitement qui leur est administré ne leur sera pas bénéfique s’ils n’apportent pas les changements nécessaires à leurs habitudes de manger et de boire. {CD 285.2}
Lettre 45, 1903
427. Dans tous nos sanatoriums, une facture libérale devrait être établie pour la salle à manger des malades. Je n’ai rien vu de très extravagant dans aucune de nos institutions médicales ; mais j’ai vu des tables qui manquaient décidément de nourriture bonne, invitante et agréable au goût. Souvent, les patients de ces institutions, après être restés un certain temps, ont décidé qu’ils payaient une grosse somme pour la chambre, la nourriture et le traitement, sans recevoir grand-chose en retour, et sont donc partis. Bien sûr, des plaintes au grand discrédit de l’institution ont bientôt circulé. {CD 286.1}
DEUX EXTREMES
Il y a deux extrêmes, qu’il faut éviter tous les deux. Que le Seigneur aide tous ceux qui sont liés à nos institutions médicales à ne pas préconiser un maigre approvisionnement en nourriture. Les hommes et les femmes du monde qui viennent dans nos sanatoriums ont souvent des appétits pervers. Des changements radicaux ne peuvent pas être faits soudainement pour tout cela. Certains ne peuvent pas être immédiatement soumis à un régime de réforme de la santé aussi simple que ce qui serait acceptable dans une famille privée. Dans une institution médicale, il y a des appétits variés à satisfaire. Certains ont besoin de légumes bien préparés pour répondre à leurs besoins particuliers. D’autres n’ont pas pu consommer de légumes sans en subir les conséquences. Les pauvres dyspeptiques malades ont besoin de beaucoup de mots d’encouragement. Laissez l’influence religieuse d’un foyer chrétien envahir le sanatorium. Cela favorisera la santé des patients. Toutes ces choses doivent être gérées avec soin et dans la prière. Le Seigneur voit les difficultés à régler, et Il sera votre aide…. {CD 286.2}
VARIER LE TARIF
Hier, je vous ai écrit des choses qui, je l’espère, ne vous troubleront en rien. J’ai peut-être trop écrit sur l’importance d’avoir une alimentation libérale dans nos sanatoriums. J’ai été dans plusieurs établissements médicaux où l’approvisionnement en nourriture n’était pas aussi libéral qu’il aurait dû l’être. Comme vous le savez bien, pour subvenir aux besoins des malades, nous ne devons pas suivre un régime fixe, mais nous devons fréquemment varier le menu et préparer la nourriture de différentes manières. Je crois que le Seigneur vous donnera à tous un bon jugement dans la préparation de la nourriture. {CD 286.3}
Lettre 37, 1904
428. Ceux qui viennent dans nos sanatoriums pour se faire soigner devraient recevoir une quantité abondante d’aliments bien cuits. La nourriture placée devant eux doit nécessairement être de nature plus variée que ce qui serait nécessaire dans une famille d’accueil. Que le régime soit tel qu’une bonne impression soit faite sur les invités. C’est une question de grande importance. La fréquentation d’un sanatorium sera plus grande si un approvisionnement généreux en nourriture appétissante est fourni. {CD 287.1}
Encore et encore, j’ai quitté les tables de notre sanatorium affamé et insatisfait. J’ai parlé avec les responsables des institutions et je leur ai dit que leur alimentation devait être plus libérale et la nourriture plus appétissante. Je leur ai dit de mettre leur ingéniosité à l’œuvre pour faire le changement nécessaire de la meilleure façon. Je leur ai dit de se rappeler que ce qui conviendrait peut-être au goût des réformateurs de la santé ne conviendrait pas du tout à ceux qui ont toujours mangé du luxe, comme on les appelle. On peut apprendre beaucoup des repas préparés et servis dans un restaurant hygiénique mené avec succès. . . . {CD 287.2}
ÉVITER LES EXTRÊMES
À moins que vous n’accordiez beaucoup d’attention à cette question, votre clientèle diminuera au lieu d’augmenter. Il y a danger d’aller à l’extrême dans la réforme de l’alimentation. {CD 287.3}
La nuit dernière, j’étais dans mon sommeil en train de parler avec le docteur —–. Je lui ai dit : Tu dois encore faire attention aux régimes alimentaires extrêmes. Vous ne devez pas aller à l’extrême ni dans votre propre cas ni en ce qui concerne la nourriture fournie aux aides et aux patients du sanatorium. Les patients paient un bon prix pour leur pension, et ils devraient avoir un tarif libéral. Certains peuvent venir au sanatorium dans un état exigeant un sévère déni d’appétit et le repas le plus simple, mais à mesure que leur santé s’améliore, ils doivent être généreusement nourris. {CD 287.4}
Vous serez peut-être surpris que j’écrive ceci, mais hier soir, on m’a dit qu’un changement de régime ferait une grande différence dans votre clientèle. Une alimentation plus libérale est nécessaire. {CD 288.1}
Lettre 127, 1904
429. Le danger d’aller à l’extrême dans le régime alimentaire doit être évité dans le sanatorium. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les mondains acceptent immédiatement ce que notre peuple a appris pendant des années. Même maintenant, il y a beaucoup de nos ministres qui ne pratiquent pas la réforme de la santé, malgré la lumière qu’ils ont eue. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que ceux qui ne se rendent pas compte de la nécessité de l’abstinence dans l’alimentation, qui n’ont eu aucune expérience pratique sur ce sujet, fassent immédiatement le grand pas entre l’auto-indulgence dans la nourriture et le régime le plus ardu dans la réforme de la santé. {CD 288.2}
Ceux qui viennent au sanatorium doivent recevoir une nourriture saine, préparée de la manière la plus agréable au goût et conforme aux principes justes. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’ils vivent comme nous vivons. Le changement serait trop grand. Et il y en a très peu dans nos rangs qui vivent aussi sobrement que le docteur… a pensé qu’il était sage de vivre. Les changements ne doivent pas être faits brusquement, lorsque les patients n’y sont pas préparés. {CD 288.3}
La nourriture servie aux malades doit être de nature à faire sur eux une impression favorable. Les œufs peuvent être préparés de différentes manières. La tarte au citron ne devrait pas être interdite. {CD 288.4}
Trop peu de réflexion et d’efforts minutieux ont été consacrés à rendre la nourriture savoureuse et nourrissante. Nous ne voulons pas que le sanatorium soit dépourvu de malades. Nous ne pouvons pas convertir les hommes et les femmes de l’erreur de leurs voies si nous ne les traitons pas avec sagesse. {CD 288.5}
Obtenez le meilleur cuisinier possible et ne limitez pas la nourriture à ce qui conviendrait au goût de certains réformateurs rigides de la santé. Si les patients ne recevaient que cette nourriture, ils seraient dégoûtés, car elle aurait un goût si fade. Ce n’est pas ainsi qu’il faut gagner les âmes à la vérité dans nos sanatoriums. Que les mises en garde que le Seigneur a données à Frère et Sœur —– en ce qui concerne les régimes alimentaires extrêmes, soient prises en compte. On m’a dit que le docteur —– devait changer son régime alimentaire et manger des aliments plus nourrissants. Il est possible d’éviter une cuisson riche tout en rendant la nourriture agréable au goût. Je sais que chaque régime extrême introduit dans le sanatorium nuira à la réputation de l’institution. . . . {CD 288.6}
Il existe une façon de combiner et de préparer des aliments qui les rendront à la fois sains et nourrissants. Les responsables de la cuisine dans nos sanatoriums devraient comprendre comment faire cela. La question doit être traitée d’un point de vue biblique. Il y a une telle chose que de priver le corps de la nutrition. La préparation de la nourriture de la meilleure manière possible est de devenir une science.
[Autres déclarations concernant les extrêmes dans le régime alimentaire des sanatoriums – 324, 331] {CD 289.1}
Influence des rations courtes ou des aliments désagréables
Lettre 61, 1886
430. Ils doivent avoir . . . la meilleure qualité de toutes sortes d’aliments sains. Ceux qui ont l’habitude de se livrer à l’appétit avec tous les luxes, s’ils viennent à la retraite et trouvent à leur premier repas une maigre alimentation, l’impression est faite immédiatement dans leur esprit que les rapports qu’ils ont entendus concernant les Adventistes vivre si pauvre et mourir de faim, c’est vrai. Un repas de rations courtes fera plus pour discréditer l’institution que toutes les influences dans d’autres directions qui peuvent être faites pour la contrecarrer. Si jamais nous espérons rencontrer les gens là où ils se trouvent et les amener à suivre un régime de réforme sanitaire sensé, nous ne devons pas commencer par leur proposer un régime radical. Il doit y avoir sur la table des plats bien cuisinés et une abondance de nourriture bonne et agréable au goût, sinon ceux qui pensent tant à ce qu’ils mangent penseront qu’ils vont sûrement mourir de faim. Nous voulons avoir de bons plats bien préparés. {CD 289.2}
Les aliments carnés ne font pas partie du régime alimentaire du sanatorium
Lettre 37, 1904
431. J’ai reçu des instructions concernant l’utilisation de la viande dans nos sanatoriums. La viande de chair doit être exclue du régime alimentaire et remplacée par des aliments sains et savoureux, préparés de manière à être appétissants. {CD 289.3}
Lettre 45, 1903
432. Frère et Sœur —–, je désire soumettre à votre considération quelques points qui m’ont été révélés depuis qu’ont surgi les difficultés liées à la question de l’élimination de la viande des tables de nos institutions médicales. . . . {DC 290.1}
J’ai été clairement instruit par le Seigneur que la viande de chair ne devrait pas être placée devant les patients dans nos salles à manger de sanatorium. La lumière m’a été donnée que les patients pouvaient avoir de la viande, si, après avoir entendu les conférences de salon, ils nous pressaient encore de le leur donner ; mais que, dans de tels cas, il doit être mangé dans leur propre chambre. Tous les assistants doivent se débarrasser de la chair. Mais, comme dit précédemment, si, sachant que la chair des animaux ne peut être placée sur les tables de la salle à manger, quelques malades insistent pour qu’ils aient de la viande, donnez-en gaiement dans leur chambre. {DC 290.2}
Habitués, comme beaucoup le sont, à l’usage de la viande de chair, il n’est pas étonnant qu’ils s’attendent à en voir sur la table du sanatorium. Il se peut que vous trouviez déconseillé de publier le menu, donnant une liste des aliments fournis à table; car l’absence de viande de chair dans l’alimentation peut sembler un obstacle redoutable à ceux qui songent à devenir les patrons du sanatorium. {CD 290.3}
Laissez la nourriture être préparée de manière agréable et bien servie. Plus de plats devront être préparés qu’il n’en faudrait si de la viande était servie. D’autres choses peuvent être fournies, de sorte que les viandes puissent être jetées. Le lait et la crème peuvent être utilisés par certains. {CD 290.4}
Aucune ordonnance pour les aliments carnés
MS 64, 1901
433. L’instruction m’a été donnée que les médecins qui utilisent de la viande de chair et la prescrivent à leurs patients, ne devraient pas être employés dans nos institutions, parce qu’ils échouent décidément à éduquer les patients à se débarrasser de ce qui les rend malades. Le médecin qui utilise et prescrit de la viande ne raisonne pas de cause à effet, et au lieu d’agir comme un restaurateur, il amène le patient par son propre exemple à se livrer à un appétit perverti. {CD 290.5}
Les médecins employés dans nos institutions devraient être des réformateurs à cet égard et à tous les autres. Beaucoup de patients souffrent à cause d’erreurs alimentaires. Il faut leur montrer le meilleur chemin. Mais comment un médecin mangeur de viande peut-il faire cela ? Par ses mauvaises habitudes, il entrave son travail et paralyse son utilité. {DC 291.1}
Beaucoup de patients de nos sanatoriums ont réfléchi par eux-mêmes à la question de la consommation de viande et, désireux de préserver leurs facultés mentales et physiques de la souffrance, ont exclu la viande de leur régime alimentaire. Ils ont ainsi obtenu un soulagement des maux qui ont tourmenté leur vie. Beaucoup de gens qui ne sont pas de notre foi sont devenus des réformateurs de la santé parce que, d’un point de vue égoïste, ils ont vu la cohérence de le faire. Beaucoup ont consciencieusement pris position sur la réforme de la santé en matière d’alimentation et d’habillement. Les adventistes du septième jour continueront-ils à suivre des pratiques malsaines ? Ne respecteront-ils pas l’injonction : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu » ? {CD 291.2}
Prudence dans la prescription d’aliments sans chair
Lettre 54, 1896
434. La lumière que Dieu a donnée sur le sujet de la maladie et de ses causes, a besoin d’être largement approfondie ; car ce sont les mauvaises habitudes d’indulgence de l’appétit, et l’inattention insouciante et téméraire aux soins appropriés pour le corps qui se répercutent sur les gens. Des habitudes de propreté, de soin à l’égard de ce qui est introduit dans la bouche, doivent être observées. {CD 291.3}
Vous ne devez faire aucune prescription selon laquelle les viandes de chair ne seront jamais utilisées, mais vous devez éduquer l’esprit et laisser la lumière briller. Que la conscience individuelle soit éveillée en ce qui concerne l’auto-préservation et l’auto-purification de tout appétit perverti. . . . {CD 291.4}
Cette question de la consommation de viande doit être gardée. Quand on passe d’un régime stimulant de viande à un régime de fruits et légumes, il y aura toujours d’abord un sentiment de faiblesse et de manque de vitalité, et beaucoup invoquent cela comme argument pour la nécessité d’un régime carné. Mais ce résultat est l’argument même qui devrait être utilisé pour rejeter un régime carné. {CD 291.5}
Le changement ne doit pas être poussé à se faire brusquement, surtout pour ceux qui sont imposés avec un travail continu. Que la conscience soit éduquée, la volonté dynamisée, et le changement pourra se faire beaucoup plus facilement et volontairement. {DC 292.1}
Les phtisiques qui descendent régulièrement dans la tombe ne doivent pas faire de changements particuliers à cet égard, mais il faut prendre soin d’obtenir la viande d’animaux aussi sains que possible. {CD 292.2}
Les personnes atteintes de tumeurs qui fuient leur vie ne devraient pas être accablées par la question de savoir si elles doivent ou non cesser de manger de la viande. Veillez à ne prendre aucune résolution stricte à l’égard de cette question. Cela n’aidera pas le cas à forcer des changements, mais nuira aux principes de non-manger de la viande. Donner des conférences dans le salon. Éduquez l’esprit, mais ne forcez personne ; car une telle réforme faite sous presse est sans valeur. . . . {CD 292.3}
Il doit être présenté à tous les étudiants et médecins, et par eux aux autres, que toute la création animale est plus ou moins malade. La viande malade n’est pas rare, mais courante. Chaque phase de la maladie est introduite dans le système humain en se nourrissant de la chair d’animaux morts. La faiblesse et la faiblesse résultant d’un changement d’un régime carné seront bientôt surmontées, et les médecins doivent comprendre qu’ils ne doivent pas rendre le stimulus de la consommation de viande essentiel pour la santé et la force. Tous ceux qui l’abandonnent intelligemment, après s’être habitués au changement, auront la santé des nerfs et des muscles. {CD 292.4}
Lettre 231, 1905
435. Le docteur —– m’a demandé si, en aucune circonstance, je conseillerais de boire du bouillon de poulet, si quelqu’un était malade et ne pouvait rien prendre d’autre dans l’estomac. J’ai dit: «Il y a des personnes qui meurent de consomption qui, si elles demandent du bouillon de poulet, devraient l’avoir. Mais je serais très prudent. L’exemple ne devrait pas blesser un sanatorium ou donner une excuse aux autres pour penser que leur cas nécessitait le même régime alimentaire. J’ai demandé au docteur —– si elle avait un tel cas au sanatorium. Elle a dit non; mais j’ai une sœur au sanatorium de —–, qui est très faible. Elle a de faibles sorts de naufrage, mais du poulet cuit, elle peut manger. J’ai dit : « Il vaudrait mieux la retirer du sanatorium. . . . La lumière qui m’a été donnée est que si la sœur dont vous parlez se redressait et cultivait son goût pour la nourriture saine, tous ces sorts de naufrage passeraient. {CD 292.5}
Elle a cultivé son imagination ; l’ennemi a profité de sa faiblesse de corps ; et son esprit n’est pas armé pour affronter les difficultés de la vie quotidienne. C’est une bonne cure d’esprit sanctifiée dont elle a besoin, une augmentation de la foi et un service actif pour Christ. Elle a aussi besoin de l’exercice de ses muscles dans des travaux pratiques extérieurs. L’exercice physique sera pour elle l’une des plus grandes bénédictions de sa vie. Elle n’a pas besoin d’être une invalide, mais une femme saine d’esprit et en bonne santé, prête à jouer son rôle noblement et bien. {DC 293.1}
Tout le traitement qui peut être donné à cette sœur sera de peu d’avantage à moins qu’elle ne joue son rôle. Elle a besoin de renforcer ses muscles et ses nerfs par un travail physique. Elle n’a pas besoin d’être invalide, mais peut faire un bon travail sérieux.
[Reconnaissance des conditions d’urgence–699, 700] {CD 293.2}
“Ne le laissez pas apparaître”
Lettre 84, 1898
436. J’ai rencontré les médecins et le frère —–, et j’ai parlé avec eux pendant environ deux heures, et j’ai libéré mon âme. Je leur ai dit qu’ils avaient été tentés et qu’ils cédaient à la tentation. Afin de s’assurer le patronage, ils mettaient une table de viande, puis ils seraient tentés d’aller plus loin, d’utiliser du thé et du café et des drogues. . . . J’ai dit, Il y aura des tentations à travers ceux dont l’appétit pour la viande a été gratifié, et si ceux-ci ont un lien avec la Maison de santé, ils présenteront des tentations de sacrifier le principe. Il ne doit pas y avoir la première introduction de la consommation de viande. Ensuite, il n’y aura pas besoin d’expulsion de viande, car elle ne sera jamais apparue sur la table. . . . L’argument avait été utilisé, qu’ils pourraient utiliser de la viande sur la table jusqu’à ce qu’ils puissent éduquer en ce qui concerne sa désuétude. Mais comme de nouveaux patients arrivaient continuellement, la même excuse établirait la consommation de viande. Non; ne le laissez pas apparaître une seule fois sur la table. Alors vos conférences concernant la question de la viande correspondront au message que vous devez porter. {CD 293.3}
Servir du thé, du café et de la viande de chair dans les chambres des patients
Lettre 213, 1902
437. Dans nos sanatoriums . . . on ne servira ni thé, ni café, ni viande, à moins que ce ne soit dans un cas particulier où le malade le désire particulièrement, et alors ces denrées lui seront servies dans sa chambre. {DC 294.1}
Thé, café et viande de chair à ne pas prescrire
(1896) E. de UT 4, 5
438. Les médecins ne sont pas chargés de prescrire un régime carné aux malades, car c’est ce genre de régime qui les a rendus malades. Cherchez le Seigneur. Lorsque vous le trouverez, vous serez doux et humble de cœur. Individuellement, vous ne subsisterez pas de la chair d’animaux morts, et vous ne mettrez pas non plus un morceau dans la bouche de vos enfants. Vous ne prescrirez pas de viande, de thé ou de café à vos patients, mais vous ferez des causeries au parloir montrant la nécessité d’un régime simple. Vous supprimerez les choses nuisibles de votre carte de transport. {CD 294.2}
Le fait que les médecins de nos institutions éduquent par des préceptes et des exemples ceux dont ils ont la charge à utiliser un régime carné, après des années d’instruction du Seigneur, les disqualifie pour être surintendants de nos instituts de santé. Le Seigneur ne donne pas la lumière sur la réforme de la santé afin qu’elle puisse être ignorée par ceux qui occupent des positions d’influence et d’autorité. Le Seigneur pense exactement ce qu’il dit, et il doit être honoré dans ce qu’il dit. La lumière doit être donnée sur ces sujets. C’est la question de l’alimentation qui nécessite une enquête approfondie et les prescriptions doivent être faites conformément aux principes de santé.
[Voir la réforme diététique progressive dans les institutions adventistes du septième jour–720-725] {CD 294.3}
Alcool à ne pas servir
(1902) 7T 95
439. Nous ne construisons pas de sanatoriums pour les hôtels. Ne recevez dans nos sanatoriums que ceux qui désirent se conformer aux principes justes, ceux qui accepteront les aliments que nous pouvons consciencieusement leur proposer. Admettons-nous aux malades d’avoir des boissons enivrantes dans leur chambre, ou leur servons-nous de la viande, nous ne saurions leur donner l’aide qu’ils devraient recevoir pour venir dans nos sanatoriums. Nous devons faire savoir que nous excluons par principe ces articles de nos sanatoriums et restaurants hygiéniques. Ne désirons-nous pas voir nos semblables libérés de la maladie et de l’infirmité, et jouir de la santé et de la force ? Alors soyons aussi fidèles au principe que l’aiguille au pôle. {CD 294.4}
Des plats qui invitent à l’appétit
Lettre 54, 1907
440. Nous ne pouvons pas façonner d’un seul coup l’esprit des mondains aux principes de la réforme de la santé ; il ne faut donc pas imposer de règles trop strictes en ce qui concerne l’alimentation des malades. Quand les patients mondains viennent au sanatorium, ils doivent faire un grand changement dans leur régime alimentaire ; et pour qu’ils ressentent le moins possible le changement, la meilleure cuisine dans des lignes saines devrait être apportée, les plats les plus appétissants et les plus invitants placés sur la table. . . . {DC 295.1}
Ceux qui paient pour la pension et le traitement devraient avoir leur nourriture préparée sous la forme la plus savoureuse. La raison de ceci est évidente. Lorsque les patients sont privés d’aliments carnés, le système ressent le changement. Il y a un sentiment de déception et ils exigeront une libéralité dans leur alimentation. Il faut préparer des plats qui invitent à l’appétit et qui plaisent à la vue. {CD 295.2}
Aliments pour invalides
Lettre 171, 1903
441. Un régime libéral doit être fourni aux malades, mais il faut faire attention à la préparation et à la combinaison des aliments pour les malades. La table d’un sanatorium ne peut pas être dressée exactement comme la table d’un restaurant. Cela fait une grande différence si la nourriture doit être placée devant des hommes en bonne santé, qui peuvent digérer presque tout dans la ligne de nourriture, ou devant des invalides. {CD 295.3}
Il y a danger de fournir une alimentation trop limitée à des personnes qui viennent directement d’une alimentation si abondante qu’elle encourage la gourmandise. Le tarif doit être libéral. Mais en même temps, cela devrait être simple. Je sais que la nourriture peut être préparée simplement, et pourtant être si agréable au goût qu’elle peut être appréciée même par ceux qui ont été habitués à une cuisine plus riche. {CD 296.1}
Que les fruits soient mis sur la table en abondance. Je suis heureux que vous puissiez fournir à la table du sanatorium des fruits frais de vos propres vergers. C’est en effet un grand avantage.
[Tout le monde ne peut pas utiliser de légumes–516] {CD 296.2}
L’éducation de la table du sanatorium
Lettre 71, 1896
442. Dans la préparation de la nourriture, les rayons dorés de la lumière doivent briller, enseignant à ceux qui sont assis à table comment vivre. Cette éducation doit également être donnée à ceux qui visitent la retraite de santé, afin qu’ils puissent en emporter des principes de réforme. {CD 296.3}
Lettre 73, 1905
443. La préparation des aliments pour les patients des sanatoriums nécessite une attention particulière et minutieuse. Certains des malades viennent de foyers où les tables sont quotidiennement chargées d’aliments riches, et tous les efforts doivent être faits pour leur proposer des aliments à la fois appétissants et sains. {CD 296.4}
POUR RECOMMANDER LA RÉFORME SANITAIRE
Le Seigneur voudrait que l’institution à laquelle vous êtes lié soit l’un des endroits les plus satisfaisants et les plus agréables au monde. Je veux que vous fassiez preuve d’un soin particulier en fournissant aux patients un régime qui ne mettra pas la santé en danger, et en même temps recommanderez nos principes de réforme sanitaire. Cela peut être fait, et étant fait, cela fera une impression favorable sur l’esprit des patients. Ce sera une éducation pour eux, leur montrant l’avantage d’une vie hygiénique au-dessus de leur propre mode de vie. Et lorsqu’ils quitteront l’établissement, ils emporteront avec eux un rapport qui incitera d’autres à s’y rendre. {CD 296.5}
La table des assistants
Lettre 54, 1896
444. Vous vous souciez trop peu et ressentez trop légèrement le fardeau de fournir un repas copieux et ordonné à vos ouvriers. Ce sont eux qui ont besoin d’une abondance de provisions fraîches et saines. Ils sont constamment taxés ; leur vitalité doit être préservée. Leurs principes doivent être éduqués. Eux, de tous dans le sanatorium, devraient être abondamment pourvus de la nourriture la meilleure et la plus saine qui donne de la force. La table de vos assistants doit être garnie, non de viande, mais d’une abondante provision de bons fruits, céréales et légumes, préparés d’une manière agréable et saine. Votre négligence à le faire a augmenté vos revenus à un coût tout à fait trop élevé pour la force et l’âme de vos ouvriers. Cela n’a pas plu au Seigneur. L’influence de tout le tarif ne recommande pas vos principes à ceux qui sont assis à la table des aides. {CD 297.1}
Le cuisinier, un missionnaire médical
Lettre 100, 1903
445. Obtenez la meilleure aide possible pour cuisiner. Si la nourriture est préparée de telle manière qu’elle constitue un impôt sur les organes digestifs, assurez-vous qu’une enquête est nécessaire. Les aliments peuvent être préparés de manière à être à la fois sains et savoureux. {CD 297.2}
MS 93, 1901
446. Le cuisinier d’un sanatorium devrait être un réformateur sanitaire complet. Un homme n’est converti que si son appétit et son alimentation correspondent à sa profession de foi. {CD 297.3}
Le cuisinier d’un sanatorium doit être un missionnaire médical bien formé. Il devrait être une personne capable, capable d’expérimenter par lui-même. Il ne doit pas se limiter aux recettes. Le Seigneur nous aime et il ne veut pas que nous nous nuisions en suivant des recettes malsaines. {CD 297.4}
Dans chaque sanatorium, il y en aura qui se plaindront de la nourriture, disant qu’elle ne leur convient pas. Ils ont besoin d’être éduqués sur les méfaits d’une alimentation malsaine. Comment le cerveau peut-il être clair alors que l’estomac souffre ? {CD 297.5}
Lettre 37, 1901
447. Il devrait y avoir dans notre sanatorium un cuisinier qui comprenne parfaitement le travail, qui ait un bon jugement, qui puisse expérimenter, qui n’introduise pas dans la nourriture ce qu’il faut éviter. {CD 298.1}
Lettre 331, 1904
448. Avez-vous un cuisinier qui puisse préparer des plats que les malades ne peuvent s’empêcher de voir comme une amélioration du régime auquel ils ont été habitués ? Celui qui fait la cuisine dans un sanatorium devrait être capable de faire des combinaisons d’aliments sains et appétissants, et ces combinaisons d’aliments doivent nécessairement être un peu plus riches que vous ou moi ne mangerions. {CD 298.2}
MS 88, 1901
449. Celui qui occupe le poste de cuisinier a la place la plus responsable. Il doit être formé aux habitudes d’économie et doit réaliser qu’aucune nourriture ne doit être gaspillée. Christ a dit : « Rassemblez les fragments, afin que rien ne soit perdu. Que ceux qui sont engagés dans n’importe quel département, tiennent compte de cette instruction. L’économie doit être apprise par les éducateurs et enseignée aux aides non seulement par le précepte, mais par l’exemple. {CD 298.3}
CHAPITRE 17 – L’alimentation, un remède rationnel
Agences de réparation de la nature
MS 86, 1897
450. Il est important de se familiariser avec les avantages d’un régime en cas de maladie. Tous devraient comprendre quoi faire [pour] eux-mêmes. {CD 301.1}
(1885) 5T 443
451. Il existe de nombreuses manières de pratiquer l’art de guérir ; mais il n’y a qu’une seule manière que le Ciel approuve. Les remèdes de Dieu sont les simples agents de la nature, qui ne taxeront ni n’affaibliront le système grâce à leurs puissantes propriétés. L’air et l’eau purs, la propreté, une bonne alimentation, la pureté de la vie et une ferme confiance en Dieu sont des remèdes dont des milliers meurent ; pourtant ces remèdes se démodent car leur utilisation habile demande un travail que les gens n’apprécient pas. L’air frais, l’exercice, l’eau pure et des locaux propres et doux sont à la portée de tous, à peu de frais ; mais les médicaments coûtent cher, tant par la dépense de moyens que par l’effet produit sur le système. {CD 301.2}
(1905) MH 127
452. L’air pur, le soleil, l’abstinence, le repos, l’exercice, une bonne alimentation, l’usage de l’eau, la confiance dans la puissance divine, voilà les vrais remèdes. Chaque personne devrait avoir une connaissance des organismes de réparation de la nature et comment les appliquer. Il est indispensable à la fois de comprendre les principes du traitement des malades et d’avoir une formation pratique qui permette d’utiliser à juste titre ces connaissances. {CD 301.3}
L’utilisation de remèdes naturels nécessite une quantité de soins et d’efforts que beaucoup ne sont pas disposés à donner. Le processus de guérison et d’édification de la nature est graduel et, pour l’impatient, il semble lent. L’abandon d’indulgences blessantes exige des sacrifices. Mais à la fin on s’apercevra que la nature, sans entrave, fait son travail sagement et bien. Ceux qui persévéreront dans l’obéissance à ses lois récolteront la récompense dans la santé du corps et la santé de l’esprit. {CD 301.4}
(1890) CTBH 160
453. Les médecins conseillent souvent aux invalides de visiter des pays étrangers, d’aller à quelque source minérale ou de traverser l’océan, afin de recouvrer la santé ; alors que, dans neuf cas sur dix, s’ils mangeaient avec modération et s’adonnaient à des exercices sains avec un esprit joyeux, ils recouvreraient la santé et économiseraient du temps et de l’argent. L’exercice et une utilisation libre et abondante de l’air et de la lumière du soleil – bénédictions que le ciel a accordées à tous – donneraient dans de nombreux cas la vie et la force à l’invalide émacié. {DC 302.1}
Certaines choses que nous pouvons faire pour nous-mêmes
Lettre 35, 1890
454. En ce qui concerne ce que nous pouvons faire par nous-mêmes, il y a un point qui demande une réflexion attentive et réfléchie. {DC 302.2}
Il faut que je me connaisse, que je sache toujours comment prendre soin de cet édifice, le corps que Dieu m’a donné, afin de le conserver dans les meilleures conditions de santé. Je dois manger les choses qui seront pour mon bien physique, et je dois faire particulièrement attention à ce que mes vêtements conduisent à une saine circulation du sang. Je ne dois pas me priver d’exercice et d’air. Je dois obtenir toute la lumière du soleil qu’il m’est possible d’obtenir. Je dois avoir la sagesse d’être un fidèle gardien de mon corps. {DC 302.3}
Je ferais une chose très imprudente pour entrer dans une pièce fraîche quand je suis en sueur ; Je me montrerais un intendant imprudent pour me permettre de m’asseoir dans un courant d’air, et ainsi m’exposer pour prendre froid. Je serais imprudent de m’asseoir avec les pieds et les membres froids, et ainsi de refouler le sang des extrémités vers le cerveau ou les organes internes. Je dois toujours protéger mes pieds par temps humide. Je dois manger régulièrement les aliments les plus sains qui produisent la meilleure qualité de sang, et je ne dois pas travailler avec intempérance s’il est en mon pouvoir de m’en abstenir. Et quand je viole les lois que Dieu a établies dans mon être, je dois me repentir et me réformer, et me placer dans la condition la plus favorable sous les médecins que Dieu a fournis, l’air pur, l’eau pure et la lumière solaire précieuse et curative. {DC 302.4}
L’eau peut être utilisée de plusieurs façons pour soulager la souffrance. Des courants d’eau claire et chaude pris avant de manger (un demi-litre, plus ou moins), ne feront jamais de mal, mais produiront plutôt du bien. {DC 303.1}
Foi et manger et boire correctement
Lettre 5, 1904
455. Que ceux qui sont malades fassent tout ce qui est en leur pouvoir, en s’entraînant correctement à manger, à boire et à s’habiller, et en faisant des exercices judicieux, pour assurer le rétablissement de la santé. Que les patients qui viennent dans nos sanatoriums apprennent à coopérer avec Dieu dans la recherche de la santé. “Vous êtes l’élevage de Dieu, vous êtes l’édifice de Dieu.” Dieu a créé les nerfs et les muscles afin qu’ils puissent être utilisés. C’est l’inaction de la machinerie humaine qui apporte souffrance et maladie. {DC 303.2}
(1867) 1T 561
456. Ceux qui soignent les malades doivent avancer dans leur travail important avec une forte confiance en Dieu pour sa bénédiction pour assister les moyens qu’il a gracieusement fournis, et auxquels il a miséricordieusement attiré notre attention en tant que peuple, comme l’air pur , la propreté, une alimentation saine, des périodes de travail et de repos appropriées et l’utilisation de l’eau. {DC 303.3}
Remèdes rationnels dans les sanatoriums
Lettre 79, 1905
457. La lumière qui m’a été donnée était qu’un sanatorium devait être établi, et qu’il fallait y jeter les médicaments et utiliser des méthodes simples et rationnelles de traitement pour la guérison des maladies. Dans cette institution, les gens devaient apprendre à s’habiller, à respirer et à manger correctement – comment prévenir la maladie par de bonnes habitudes de vie. {DC 303.4}
MS 49, 1908
458. Dans nos sanatoriums, nous préconisons l’usage de remèdes simples. Nous décourageons l’usage des drogues, car elles empoisonnent le courant sanguin. Dans ces institutions, on devrait donner des instructions sensées sur la façon de manger, de boire, de s’habiller et de vivre de manière à préserver la santé. {CD 303.5}
Lettre 73a, 1896
459. La question de la réforme de la santé n’est pas agitée comme elle le doit et le sera. Une alimentation simple et l’absence totale de médicaments, laissant la nature libre de récupérer les énergies gaspillées du corps, rendraient nos sanatoriums beaucoup plus efficaces pour rétablir la santé des malades. {DC 304.1}
Un régime réparateur
(1864) Esp. Dons IV, 133-135
460. Se livrer à manger trop fréquemment et en trop grande quantité, surcharge les organes digestifs et produit un état fébrile du système. Le sang devient impur, et alors des maladies de toutes sortes surviennent. On fait venir un médecin qui prescrit un médicament qui procure un soulagement actuel, mais qui ne guérit pas la maladie. Cela peut changer la forme de la maladie, mais le vrai mal est décuplé. La nature faisait de son mieux pour débarrasser le système d’une accumulation d’impuretés, et si elle avait été laissée à elle-même, aidée par les bénédictions communes du ciel, telles que l’air pur et l’eau pure, une guérison rapide et sûre aurait été effectuée. {DC 304.2}
Les malades dans de tels cas peuvent faire pour eux-mêmes ce que d’autres ne peuvent pas faire aussi bien pour eux. Ils devraient commencer à soulager la nature de la charge qu’ils lui ont imposée. Ils devraient éliminer la cause. Jeûnez peu de temps et laissez l’estomac se reposer. Réduisez l’état fébrile du système par une application soigneuse et compréhensive de l’eau. Ces efforts aideront la nature dans ses luttes pour libérer le système des impuretés. Mais généralement les personnes qui souffrent s’impatientent. Ils ne sont pas disposés à recourir à l’abnégation et souffrent un peu de la faim. . . . {DC 304.3}
L’usage de l’eau ne peut accomplir que peu de chose, si le malade ne sent pas la nécessité de s’occuper aussi strictement de son alimentation. {DC 304.4}
Beaucoup vivent en violation des lois de la santé et ignorent la relation que leurs habitudes de manger, de boire et de travailler entretiennent avec leur santé. Ils ne s’éveilleront à leur vraie condition que lorsque la nature protestera contre les abus qu’elle subit, par des maux et des douleurs dans le système. Si, même alors, les malades ne faisaient que commencer le travail correctement et recouraient aux moyens simples qu’ils ont négligés, l’utilisation de l’eau et une alimentation appropriée, la nature aurait exactement l’aide dont elle a besoin et qu’elle devrait avoir. avait bien avant. Si ce cours est poursuivi, le patient récupérera généralement sans être affaibli. {CD 304.5}
(1905) MH 235
461. L’alimentation excessive est souvent la cause de la maladie, et ce dont la nature a le plus besoin, c’est d’être soulagée du fardeau indu qui lui a été imposé. Dans de nombreux cas de maladie, le meilleur remède consiste pour le patient à jeûner pendant un repas ou deux, afin que les organes digestifs surmenés aient l’occasion de se reposer. Un régime de fruits pendant quelques jours a souvent apporté un grand soulagement aux cerveaux. Plusieurs fois, une courte période d’abstinence totale de nourriture, suivie d’une alimentation simple et modérée, a conduit à la récupération grâce à l’effort de récupération de la nature. Un régime sobre pendant un mois ou deux convaincrait de nombreux malades que le chemin de l’abnégation est le chemin de la santé. {DC 305.1}
La tempérance stricte un remède contre la maladie
(1905) MH 114
462. Lorsqu’un médecin voit un patient souffrant d’une maladie causée par une alimentation et une boisson inappropriées ou par d’autres mauvaises habitudes, mais néglige de le lui dire, il fait du mal à son prochain. Les ivrognes, les maniaques, les adonnés au libertinage, tous font appel au médecin pour déclarer clairement et distinctement que la souffrance résulte du péché. Ceux qui comprennent les principes de la vie devraient s’efforcer sérieusement de lutter contre les causes de la maladie. Voyant le conflit continuel avec la douleur, travaillant constamment à soulager la souffrance, comment le médecin peut-il se taire ? Est-il bienveillant et miséricordieux s’il n’enseigne pas la stricte tempérance comme remède contre la maladie ? {DC 305.2}
La meilleure nourriture nécessaire
MS 93, 1901
463. Les médecins doivent veiller dans la prière, conscients qu’ils se trouvent dans une position de grande responsabilité. Ils doivent prescrire à leurs patients les aliments qui leur conviennent le mieux. Cette nourriture doit être préparée par quelqu’un qui se rend compte qu’il occupe une position des plus importantes, dans la mesure où une bonne nourriture est nécessaire pour faire du bon sang.
[Olives comme laxatif–614, 615]
[Valeur curative des œufs–628, 629, 631] {CD 305.3}
CHAPITRE 18 – Fruits, céréales et légumes
PARTIE I-FRUITS
Une bénédiction dans les fruits frais
Lettre 157, 1900
464. Je suis tellement reconnaissant à Dieu que lorsqu’Adam a perdu sa maison d’Eden, le Seigneur n’a pas coupé l’approvisionnement en fruits. {DC 309.1}
(1902) 7T 136
465. Le Seigneur désire que ceux qui vivent dans des pays où l’on peut se procurer des fruits frais pendant une grande partie de l’année, s’éveillent à la bénédiction qu’ils ont dans ce fruit. Plus nous dépendons du fruit frais tel qu’il est cueilli de l’arbre, plus grande sera la bénédiction. {DC 309.2}
(1902) 7T 134
466. Il serait bon que nous fassions moins de cuisine et que nous mangions plus de fruits à l’état naturel. Apprenons au peuple à manger librement des raisins frais, des pommes, des pêches, des poires, des baies et de toutes les autres sortes de fruits qui peuvent être obtenus. Laissez-les être préparés pour l’hiver en les mettant en conserve, en utilisant du verre, dans la mesure du possible, au lieu de l’étain.
[Les fruits sont un excellent aliment, économisent beaucoup de cuisson–546] {CD 309.3}
(1870) 2T 373
467. Pour un estomac dyspeptique, vous pouvez mettre sur vos tables des fruits de différentes sortes, mais pas trop à un repas. {DC 309.4}
MS 43, 1908
468. Fruits que nous recommandons particulièrement comme agent de santé. Mais même les fruits ne doivent pas être consommés après un repas complet composé d’autres aliments. {CD 309.5}
Lettre 12, 1887
469. Des légumes et des fruits bien préparés en leur saison seront bénéfiques s’ils sont de la meilleure qualité, ne montrant pas le moindre signe de pourriture, mais sont sains et non affectés par aucune maladie ou pourriture. Plus de personnes meurent en mangeant des fruits et des légumes pourris qui fermentent dans l’estomac et entraînent un empoisonnement du sang, que nous n’en avons aucune idée. {CD 309.6}
Lettre 103, 1896
470. Une provision claire, simple, mais abondante de fruits est la meilleure nourriture qui puisse être placée devant ceux qui se préparent pour l’œuvre de Dieu.
[Fruits et grains, nourriture pour ceux qui préparent la traduction–488, 515] {CD 310.1}
Une partie d’un régime alimentaire adéquat
(1905) MH 296
471. Les céréales, les fruits, les noix et les légumes constituent le régime alimentaire choisi pour nous par notre Créateur. Ces aliments préparés de la manière la plus simple et la plus naturelle possible sont les plus sains et les plus nourrissants. Ils confèrent une force, une puissance d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas fournies par une alimentation plus complexe et plus stimulante.
[Fruits, céréales, légumes avec du lait et de la crème, le régime le plus sain–487]
[Légumes sur la table d’EG White–Appendice I:4, 8, 15] {CD 310.2}
MS 27, 1906
472. Dans les céréales, les fruits, les légumes et les noix se trouvent tous les éléments alimentaires dont nous avons besoin. Si nous venons au Seigneur avec simplicité d’esprit, Il nous apprendra comment préparer une nourriture saine exempte de la souillure de la viande.
[Les fruits font partie d’un régime alimentaire adéquat–483, 486, 513]
[La nature abondante de fruits, de noix et de céréales–485]
[Fruit constituant des aliments diététiques–399, 400, 403, 404, 407, 810] {CD 310.3}
Un régime de fruits temporaire
(1905) MH 235
473. L’alimentation excessive est souvent la cause de la maladie, et ce dont la nature a le plus besoin, c’est d’être soulagée du fardeau indu qui lui a été imposé. Dans de nombreux cas de maladie, le meilleur remède consiste pour le patient à jeûner pendant un repas ou deux, afin que les organes digestifs surmenés aient l’occasion de se reposer. Un régime de fruits pendant quelques jours a souvent apporté un grand soulagement aux cerveaux. Plusieurs fois, une courte période d’abstinence totale de nourriture, suivie d’une alimentation simple et modérée, a conduit à la récupération grâce à l’effort de récupération de la nature. Un régime sobre pendant un mois ou deux convaincrait de nombreux malades que le chemin de l’abnégation est le chemin de la santé. {DC 310.4}
Remplacement d’articles préjudiciables
Lettre 145, 1904
474. Dans nos institutions médicales, des instructions claires doivent être données en ce qui concerne la tempérance. On devrait montrer aux patients le mal de l’alcool enivrant et la bénédiction de l’abstinence totale. On devrait leur demander de se débarrasser des choses qui ont ruiné leur santé, et la place de ces choses devrait être pourvue d’une abondance de fruits. Des oranges, des citrons, des pruneaux, des pêches et de nombreuses autres variétés peuvent être obtenus ; car le monde du Seigneur est productif, si des efforts minutieux sont déployés. {DC 311.1}
(1905) MH 305
475. Ne mangez pas beaucoup de sel, évitez l’utilisation de cornichons et d’aliments épicés, mangez beaucoup de fruits, et l’irritation qui réclame tant de boisson au moment des repas disparaîtra en grande partie.
[Pour remplacer la viande de chair–149, 312, 320, 492, 514, 649, 795]
[Pour remplacer les desserts–546]
[Pas apprécié par ceux qui sont habitués aux aliments riches et très assaisonnés–563]
[Pour remplacer une grande quantité de bouillie–490, 499] {CD 311.2}
Mise en conserve et séchage
(1905) MH 299
476. Partout où les fruits peuvent être cultivés en abondance, un approvisionnement généreux doit être préparé pour l’hiver, par mise en conserve ou séchage. Les petits fruits, tels que les groseilles, les groseilles, les fraises, les framboises et les mûres, peuvent être cultivés avec avantage dans de nombreux endroits où ils ne sont que peu utilisés et leur culture est négligée. {DC 311.3}
Pour la mise en conserve domestique, le verre plutôt que les boîtes de conserve doit être utilisé dans la mesure du possible. Il faut surtout que les fruits à conserver soient en bon état. Utilisez peu de sucre et ne faites cuire les fruits que le temps nécessaire pour assurer leur conservation. Ainsi préparé, il est un excellent substitut aux fruits frais. {CD 311.4}
Partout où les fruits secs, tels que les raisins secs, les pruneaux, les pommes, les poires, les pêches et les abricots, sont disponibles à des prix modérés, on constatera qu’ils peuvent être utilisés comme aliments de base beaucoup plus librement que d’habitude, avec les meilleurs résultats. à la santé et à la vigueur de toutes les classes de travailleurs. {CD 311.5}
Lettre 195, 1905
477. La compote de pommes, mise en verre, est saine et agréable au goût. Les poires et les cerises, si elles peuvent être obtenues, font une très bonne sauce pour l’hiver. {DC 312.1}
Lettre 5, 1870
478. Si vous pouvez vous procurer des pommes, vous êtes en bonne condition en ce qui concerne les fruits, si vous n’avez rien d’autre. . . . Je ne pense pas que de si grandes variétés de fruits soient essentielles, mais elles doivent être soigneusement cueillies et conservées dans leur saison pour être utilisées lorsqu’il n’y a pas de pommes à avoir. Les pommes sont supérieures à n’importe quel fruit pour une veille qui pousse. {DC 312.2}
Frais du verger et du jardin
MS 114, 1902
479. Il y a un autre avantage à gagner en continuant la culture des fruits en rapport avec nos sanatoriums. Ainsi, des fruits absolument exempts de pourriture et frais des arbres peuvent être obtenus pour la consommation de table. {DC 312.3}
MS 13, 1911
480. Les familles et les institutions doivent apprendre à faire plus dans la culture et l’amélioration des terres. Si seulement les gens connaissaient la valeur des produits du sol que la terre produit en leur saison, des efforts plus diligents seraient faits pour cultiver le sol. Tous devraient connaître la valeur particulière des fruits et légumes frais du verger et du jardin. À mesure que le nombre de patients et d’étudiants augmentera, il faudra plus de terrain. Des vignes pourraient être plantées, permettant ainsi à l’institution de produire ses raisins. Le verger d’orangers qui se trouve sur place serait un avantage.
[Importance de cultiver des fruits et légumes pour la table–519]
[Fruits et légumes au même repas–188, 190, 722]
[Utilisation des fruits sur la table d’EG White–Appendice i : 4, 9, 15, 22, 23]
[Fruit en sanatorium diététique–441]
[Utilisation de fruits sur la table des aides–444, 651]
[Fruits dans le régime de la réunion de camp–124, 765]
[À inclure dans un régime alimentaire simple pour les visiteurs–129]
[Une partie d’un régime alimentaire sain et agréable au goût–204, 503]
[Tomates recommandées par EG White–Annexe I : 16, 22, 23] {CD 312.4}
PARTIE II-GRAINS DANS UN RÉGIME AU CHOIX DU CRÉATEUR
(1905) MH 296
481. Les céréales, les fruits, les noix et les légumes constituent le régime alimentaire choisi pour nous par notre Créateur. Ces aliments, préparés de la manière la plus simple et la plus naturelle possible, sont les plus sains et les plus nourrissants. Ils confèrent une force, une puissance d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas fournies par une alimentation plus complexe et plus stimulante.
[Pour le contexte, voir 111] {CD 313.1}
(1905) MH 313
482. Ceux qui mangent de la chair ne mangent que des céréales et des légumes de seconde main ; car l’animal reçoit de ces choses la nutrition qui produit la croissance. La vie qui était dans les céréales et les légumes passe dans le mangeur. Nous le recevons en mangeant la chair de l’animal. Combien mieux l’obtenir directement, en mangeant la nourriture que Dieu a prévue pour notre usage !
[Les personnes à ramener à un régime de fruits, de légumes et de céréales–515] {CD 313.2}
Une partie d’un régime alimentaire adéquat
(1905) MH 316
483. C’est une erreur de supposer que la force musculaire dépende de l’usage de la nourriture animale. Les besoins du système peuvent être mieux satisfaits, et une santé plus vigoureuse peut être appréciée, sans son utilisation. Les grains, avec les fruits, les noix et les légumes, contiennent toutes les propriétés nutritives nécessaires pour faire du bon sang. {DC 313.3}
MS 27, 1906
484. Dans les céréales, les fruits, les légumes et les noix se trouvent tous les éléments alimentaires dont nous avons besoin. Si nous venons au Seigneur avec simplicité d’esprit, Il nous apprendra comment préparer une nourriture saine exempte de la souillure de la viande.
[Contient les propriétés nutritives nécessaires–513] {CD 313.4}
Abondamment fourni
(1905) MH 297
485. L’abondante provision de fruits, de noix et de grains de la nature est abondante, et d’année en année les produits de toutes les terres sont plus généralement distribués à tous, par l’augmentation des facilités de transport. De ce fait, de nombreux produits alimentaires qui, il y a quelques années, étaient considérés comme des produits de luxe onéreux, sont désormais à la portée de tous en tant qu’aliments de tous les jours. {CD 313.5}
(1905) MH 299
486. Si nous planifions avec sagesse, ce qui est le plus propice à la santé peut être assuré dans presque tous les pays. Les diverses préparations de riz, de blé, de maïs et d’avoine sont expédiées partout, ainsi que les haricots, les pois et les lentilles. Ceux-ci, avec des fruits indigènes ou importés, et la variété de légumes qui poussent dans chaque localité, permettent de choisir un régime alimentaire complet sans l’utilisation de viandes.
[Les céréales, l’un des luxes abondants de la nature–503] {CD 314.1}
Bien préparé
[CTBH 47] (1890) CH 115
487. Les fruits, les grains et les légumes, préparés d’une manière simple, exempts d’épices et de graisses de toutes sortes, font, avec du lait ou de la crème, le régime le plus sain. Ils nourrissent le corps et donnent une force d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas produites par un régime stimulant.
[Pour le contexte, voir 137] {CD 314.2}
(1869) 2T 352
488. Les céréales et les fruits préparés sans graisse et dans un état aussi naturel que possible devraient être la nourriture des tables de tous ceux qui prétendent se préparer à être transportés au ciel.
[Pour nous éduquer à subsister sur les fruits, les céréales et les légumes–514]
[Céréales constituant des aliments diététiques–399, 400, 403, 404, 407, 810] {CD 314.3}
Bouillie
(1905) MH 301
489. Les céréales utilisées pour la bouillie ou la « bouillie » doivent cuire plusieurs heures. Mais les aliments mous ou liquides sont moins sains que les aliments secs, qui nécessitent une mastication approfondie. {DC 314.4}
YI, 31 mai 1894
490. Certains pensent honnêtement qu’un régime alimentaire approprié consiste principalement en bouillie. Manger en grande partie de la bouillie n’assurerait pas la santé des organes digestifs ; car il ressemble trop à un liquide. Encouragez la consommation de fruits et légumes et de pain.
[Trop de bouillie en mangeant une erreur–499] {CD 314.5}
Graham Gruel
(1871) 2T 603
491. Vous pouvez faire du gruau graham. Si la farine graham est trop grossière, tamisez-la et pendant que le gruau est chaud, ajoutez du lait. Cela fera un plat des plus savoureux et sain pour le terrain de camping. {DC 315.1}
Remplacer la viande de chair
(1905) MH 316, 317
492. Lorsque la nourriture carnée est jetée, sa place doit être fournie avec une variété de céréales, de noix, de légumes et de fruits, qui seront à la fois nourrissants et appétissants. . . . La place de la viande doit être approvisionnée en aliments sains et peu coûteux.
[Prendre la place de la viande de chair–765, 795]
[La viande de chair n’est pas nécessaire là où il y a des fruits, des céréales et des noix–138]
[À inclure dans un régime alimentaire simple pour les visiteurs–129]
[Utilisation des grains à la table des aides–444, 651]
[Sur la table d’EG White–Appendice 1:15-23]
[Les patients du sanatorium apprendront à utiliser–767] {CD 315.2}
PARTIE III-PAIN
Le Bâton de Vie
MS 34, 1899
493. La religion conduira les mères à faire du pain de la meilleure qualité. . . . Le pain doit être bien cuit, à l’intérieur comme à l’extérieur. La santé de l’estomac exige qu’il soit léger et sec. Le pain est le véritable bâton de la vie, et donc chaque cuisinier devrait exceller dans sa fabrication. {DC 315.3}
La religion dans un bon pain
[CTBH 49] ​​(1890) CH 117
494. Certains ne pensent pas que ce soit un devoir religieux de préparer correctement la nourriture ; par conséquent, ils n’essaient pas d’apprendre comment. On laisse le pain aigrer avant de le cuire, et le saleratus ajouté pour remédier à l’insouciance du cuisinier le rend totalement impropre à l’estomac humain. Il faut de la réflexion et du soin pour faire du bon pain. Mais il y a plus de religion dans une bonne miche de pain que beaucoup ne le pensent. {DC 315.4}
(1868) 1T 684
495. C’est un devoir religieux pour chaque fille et femme chrétienne d’apprendre immédiatement à faire du pain bon, doux et léger avec de la farine de blé non boulonnée. Les mères devraient emmener leurs filles dans la cuisine avec elles dès leur plus jeune âge et leur apprendre l’art de cuisiner.
[Connaissance de la panification indispensable–822] {CD 316.1}
Utilisation de soda dans le pain
(1905) MH 300-302
496. L’utilisation de bicarbonate de soude ou de levure chimique dans la panification est nocive et inutile. La soude provoque une inflammation de l’estomac et empoisonne souvent tout le système. Beaucoup de ménagères pensent qu’elles ne peuvent pas faire du bon pain sans soda, mais c’est une erreur. S’ils prenaient la peine d’apprendre de meilleures méthodes, leur pain serait plus sain et, au goût naturel, il serait plus agréable au goût.
[Utilisation de saleratus dans le pain–Voir « Soda et Levure Chimique », 565, 569] {CD 316.2}
UTILISER DU LAIT DANS LE PAIN À LA LEVURE
Dans la fabrication du pain levé ou à la levure, le lait ne doit pas être utilisé à la place de l’eau. L’usage du lait est une dépense supplémentaire, et il rend le pain beaucoup moins sain. Le pain au lait ne reste pas sucré aussi longtemps après la cuisson que celui fait avec de l’eau, et il fermente plus facilement dans l’estomac. {DC 316.3}
PAIN À LA LEVURE CHAUDE
Le pain doit être léger et sucré. Pas la moindre souillure d’acidité ne doit être tolérée. Les pains doivent être petits et si bien cuits que, dans la mesure du possible, les germes de levure seront détruits. Lorsqu’il est chaud ou neuf, le pain levé, quel qu’il soit, est difficile à digérer. Il ne doit jamais apparaître sur la table. Cette règle ne s’applique cependant pas au pain sans levain. Les petits pains frais faits de farine de blé, sans levure ni levain, et cuits dans un four bien chauffé, sont à la fois sains et savoureux. . . . {CD 316.4}
BISCOTTE
Le zwieback, ou pain cuit deux fois, est l’un des aliments les plus faciles à digérer et les plus savoureux. Laissez le pain ordinaire levé être coupé en tranches et séché dans un four chaud jusqu’à ce que la dernière trace d’humidité disparaisse. Laisser ensuite dorer légèrement tout le long. Dans un endroit sec, ce pain se conserve beaucoup plus longtemps que le pain ordinaire et, s’il est réchauffé avant utilisation, il sera aussi frais qu’à l’état neuf.
[Zwieback bon pour le repas du soir–273]
[Zwieback dans l’alimentation d’EG White–Annexe 1:22] {CD 317.1}
Vieux pain préférable au frais
Lettre 142, 1900
497. Le pain vieux de deux ou trois jours est plus sain que le pain nouveau. Le pain séché au four est l’un des aliments les plus sains. {DC 317.2}
Les maux du pain aigre
(1868) 1T 681-684
498. Nous trouvons fréquemment du pain graham lourd, aigre et partiellement cuit. C’est faute d’intérêt à apprendre et de souci d’accomplir l’important devoir de cuisinier. Parfois, nous trouvons des gâteaux aux pierres précieuses, ou des biscuits moelleux, séchés, non cuits, et d’autres choses après la même commande. Et puis les cuisiniers vous diront qu’ils peuvent très bien faire la cuisine à l’ancienne, mais à vrai dire, leurs familles n’aiment pas le pain graham ; qu’ils mourraient de faim pour vivre ainsi. {CD 317.3}
Je me suis dit, je ne m’en étonne pas. C’est votre manière de préparer les aliments qui les rend si désagréables. Manger une telle nourriture donnerait certainement la dyspepsie. Ces pauvres cuisiniers, et ceux qui doivent manger leur nourriture, vous diront gravement que la réforme sanitaire ne leur convient pas. {CD 317.4}
L’estomac n’a pas le pouvoir de convertir un pain pauvre, lourd et aigre en une bonne nourriture ; mais ce mauvais pain transformera un estomac sain en un estomac malade. Ceux qui mangent de tels aliments savent qu’ils manquent de force. N’y a-t-il pas une cause ? Certaines de ces personnes se disent réformatrices de la santé, mais elles ne le sont pas. Ils ne savent pas cuisiner. Ils préparent des gâteaux, des pommes de terre et du pain graham, mais il y a le même tour, avec à peine une variation, et le système n’est pas renforcé. Ils semblent penser au temps perdu qui est consacré à l’acquisition d’une expérience approfondie dans la préparation d’aliments sains et savoureux. . . . {CD 317.5}
Dans de nombreuses familles, nous trouvons des dyspeptiques, et souvent la cause en est le mauvais pain. La maîtresse de maison décide qu’il ne faut pas le jeter, et ils le mangent. Est-ce ainsi que l’on se débarrasse du mauvais pain ? Allez-vous le mettre dans l’estomac pour le transformer en sang ? L’estomac a-t-il le pouvoir de rendre le pain aigre-doux sucré ? pain lourd léger? pain moisi frais? . . . {DC 318.1}
Beaucoup d’épouses et de mères qui n’ont pas reçu la bonne éducation et manquent de compétences dans le domaine de la cuisine, présentent chaque jour à leur famille des aliments mal préparés qui détruisent régulièrement et sûrement les organes digestifs, produisent un sang de mauvaise qualité et apportent fréquemment lors d’attaques aiguës de maladies inflammatoires et causant une mort prématurée. Beaucoup ont été amenés à la mort en mangeant du pain lourd et aigre. Un exemple m’a été rapporté d’une fille engagée qui a fait un lot de pain aigre et lourd. Afin de s’en débarrasser et de dissimuler la matière, elle l’a jetée à deux très gros cochons. Le lendemain matin, l’homme de la maison trouva ses porcs morts et, en examinant l’auge, trouva des morceaux de ce pain lourd. Il s’est renseigné et la fille a reconnu ce qu’elle avait fait. Elle n’avait pas une pensée de l’effet d’un tel pain sur les porcs. Si lourd, le pain aigre tue les porcs, qui peuvent dévorer les serpents à sonnette, et presque toutes les choses détestables, quel effet aura-t-il sur cet organe tendre, l’estomac humain ? {DC 318.2}
L’avantage d’utiliser du pain et d’autres aliments durs
MS 3, 1897
499. Lorsque l’on passe d’un régime à base de viande à un régime végétarien, il faut prendre grand soin de fournir à la table des aliments savamment préparés et bien cuits. Manger autant de bouillie est une erreur. La nourriture sèche qui nécessite une mastication est de loin préférable. Les préparations diététiques sont une bénédiction à cet égard. Du bon pain brun et des petits pains, préparés de manière simple, mais avec un effort minutieux, seront sains. Le pain ne doit jamais avoir la moindre trace d’acidité. Il doit être cuit jusqu’à ce qu’il soit bien cuit. Ainsi tout mou et collant sera évité. {CD 318.3}
Pour ceux qui peuvent les utiliser, de bons légumes, préparés de manière saine, valent mieux que des bouillies molles ou du porridge. Les fruits utilisés avec du pain bien cuit de deux ou trois jours seront plus sains que du pain frais. Ceci, avec une mastication lente et complète, fournira tout ce dont le système a besoin.
[Du bon pain à la place des aliments riches-312] {CD 319.1}
Biscuits chauds
(Écrit en 1884) E. de UT 2
500. Les biscuits chauds et les viandes de chair sont totalement en contradiction avec les principes de la réforme sanitaire. {DC 319.2}
Lettre 72, 1896
501. Les biscuits au soda chaud sont souvent tartinés de beurre et consommés comme régime de choix; mais les organes digestifs affaiblis ne peuvent que ressentir les abus qu’on leur inflige. {DC 319.3}
Lettre 3, 1884
502. Nous sommes retournés en Égypte plutôt qu’en Canaan. N’inverserons-nous pas l’ordre des choses ? N’aurons-nous pas de la nourriture simple et saine sur nos tables ? Ne faut-il pas renoncer aux biscuits chauds, qui ne provoquent que la dyspepsie ?
[Une cause de dyspepsie–720] {CD 319.4}
Gemmes et rouleaux
R. & H., 8 mai 1883
503. Le biscuit chaud relevé de soude ou de levure chimique ne doit jamais apparaître sur nos tables. De tels composés sont inaptes à pénétrer dans l’estomac. Le pain levé chaud de toute sorte est difficile à digérer. Les gemmes Graham, qui sont à la fois saines et agréables au goût, peuvent être fabriquées à partir de farine non boulonnée, mélangée à de l’eau froide pure et du lait. Mais il est difficile d’enseigner la simplicité à notre peuple. Lorsque nous recommandons des gemmes graham, nos amis disent : « Oh, oui, nous savons comment les fabriquer. Nous sommes très déçus lorsqu’ils apparaissent élevés avec de la levure chimique ou avec du lait aigre et du soda. Ceux-ci ne donnent aucune preuve de réforme. La farine non boulonnée, mélangée à de l’eau douce pure et du lait, fait les meilleurs joyaux que nous ayons jamais goûtés. Si l’eau est dure, utilisez plus de lait sucré ou ajoutez un œuf à la pâte. Les pierres précieuses doivent être bien cuites dans un four bien chauffé, avec un feu constant. {CD 319.5}
Pour faire des petits pains, utilisez de l’eau douce et du lait, ou un peu de crème ; faire une pâte ferme et la pétrir comme pour des crackers. Cuire sur la grille du four. Ceux-ci sont doux et délicieux. Ils nécessitent une mastication approfondie, ce qui est bénéfique à la fois pour les dents et pour l’estomac. Ils font du bon sang et donnent de la force. Avec un tel pain, et les fruits, légumes et grains abondants dont notre pays regorge, aucun luxe ne devrait être désiré. {DC 320.1}
Pain de blé entier meilleur que blanc
(1868) 2T 68
504. Le pain de farine fine ne peut donner à l’organisme la nourriture que vous trouverez dans le pain de blé non boulonné. L’utilisation courante du pain de blé boulonné ne peut pas maintenir le système dans un état sain. Vous avez tous les deux des foies inactifs. L’usage de la farine fine aggrave les difficultés dans lesquelles vous travaillez. {DC 320.2}
(1905) MH 300
505. Pour une utilisation en panification, la farine blanche surfine n’est pas la meilleure. Son utilisation n’est ni saine ni économique. Le pain de farine fine manque d’éléments nutritifs que l’on retrouve dans le pain de blé entier. C’est une cause fréquente de constipation et d’autres conditions malsaines.
[La farine non boulonnée ou graham est la meilleure pour le corps–171, 495, 499,503]
[Céréales à utiliser à l’état naturel–481]
[Pain Graham dans le régime de réunion de camp–124]
[Un devoir religieux de savoir faire du bon pain avec de la farine de blé non boulonnée–392] {CD 320.3}
Les céréales dans le pain peuvent être variées
Lettre 91, 1898
506. Toute la farine de blé n’est pas la meilleure pour un régime continu. Un mélange de blé, d’avoine et de seigle serait plus nutritif que le blé dont les propriétés nutritives seraient séparées. {DC 321.1}
Pains Sucrés
Lettre 363, 1907
507. Pains sucrés et biscuits que nous avons rarement sur notre table. Moins on mange d’aliments sucrés, mieux c’est; ceux-ci causent des troubles dans l’estomac, et produisent de l’impatience et de l’irritabilité chez ceux qui s’habituent à leur usage. {DC 321.2}
Lettre 37, 1901
508. Il est bon de laisser le sucre hors des biscuits que l’on fait. Certains apprécient mieux les craquelins les plus sucrés, mais ceux-ci sont une blessure pour les organes digestifs.
[Craquelins sucrés–410]
[Pain non apprécié par ceux qui sont habitués aux aliments riches et très assaisonnés–563] {CD 321.3}
PARTIE IV-LÉGUMES
Légumes frais, préparés simplement
MS 13, 1911
509. Tous devraient connaître la valeur particulière des fruits et légumes frais du verger et du jardin.
[Encourager la consommation de légumes–490]
[Pas de plus grand luxe–503] {CD 321.4}
[CTBH 47] (1890) CH 115
510. Les fruits, les grains et les légumes, préparés d’une manière simple, exempts d’épices et de graisses de toutes sortes, font, avec du lait et de la crème, le régime le plus sain. Ils nourrissent le corps et donnent une force d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas produites par un régime stimulant.
[Fruits, céréales et légumes bons aliments pour les visiteurs–129]
[Danger d’utiliser des légumes pourris–469]
[Sali par l’utilisation de graisse dans la préparation–320]
[Dans le régime du Choix du Créateur–471]
[Un constituant des aliments diététiques–403, 404, 407, 810] {CD 321.5}
MS 3, 1897
511. Pour ceux qui peuvent les utiliser, de bons légumes, préparés d’une manière saine, valent mieux que des bouillies molles ou de la bouillie. {DC 322.1}
(1909) 9T 162
512. Les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème, ou quelque chose d’équivalent. {DC 322.2}
Une partie d’un régime complet
Lettre 72, 1896
513. Les grains simples, les fruits des arbres, les légumes, ont toutes les propriétés nutritives nécessaires pour faire du bon sang. Ce qu’un régime de chair ne peut pas faire.
[Dans le régime alimentaire adéquat–483, 484, 486] {CD 322.3}
Beaucoup de légumes
Lettre 3, 1884
514. Nous sommes construits à partir de ce que nous mangeons. Doit-on renforcer les passions animales en mangeant de la nourriture animale ? Au lieu d’éduquer le goût d’aimer ce régime grossier, il est grand temps que nous nous éduquions à nous nourrir de fruits, de grains et de légumes. . . . Une variété de plats simples, parfaitement sains et nourrissants, peuvent être fournis, en dehors de la viande. Les hommes courageux doivent avoir beaucoup de légumes, de fruits et de céréales.
[Pour la table des aides–444, 651]
[Pour remplacer la viande de chair–492, 649, 765, 795]
[Pour remplacer les aliments riches–312]
[Pas apprécié par ceux qui sont habitués à transgresser les lois de la nature–204, 563]
[Légumes diététiques chair d’occasion–482] {CD 322.4}
Lettre 72, 1896
515. Le Seigneur a l’intention de ramener son peuple à vivre de simples fruits, légumes et céréales. {CD 322.5}
Certains ne peuvent pas utiliser de légumes
Lettre 45, 1903
516. Dans une institution médicale, il y a des appétits variés à satisfaire. Certains ont besoin de légumes bien préparés pour répondre à leurs besoins particuliers. D’autres n’ont pas pu consommer de légumes sans en subir les conséquences. {CD 322.6}
Pommes de terre, irlandaises et sucrées
Lettre 322, 1905
517. Nous ne pensons pas que les pommes de terre frites soient saines, car il y a plus ou moins de graisse ou de beurre utilisé dans leur préparation. De bonnes pommes de terre cuites au four ou bouillies servies avec de la crème et une pincée de sel sont les plus saines. Les restes de patates irlandaises et douces sont préparés avec un peu de crème et de sel et recuits, et non frits; ils sont excellents. {DC 323.1}
Haricots un plat sain
(1871) 2T 603
518. Un autre plat très simple mais sain est les haricots bouillis ou cuits au four. Diluez-en une portion avec de l’eau, ajoutez du lait ou de la crème et faites un bouillon. {CD 323.2}
Cultiver et conserver des légumes
Lettre 5, 1904
519. Beaucoup ne voient pas l’importance d’avoir de la terre à cultiver, et de cultiver des fruits et des légumes, pour que leurs tables en soient approvisionnées. Je suis chargé de dire à chaque famille et à chaque église : Dieu vous bénira si vous travaillez à votre propre salut avec crainte et tremblement, craignant que, par un traitement imprudent du corps, vous ne gâchiez le plan du Seigneur pour vous.
[Tous devraient connaître la valeur des fruits et légumes frais du verger et du jardin—480] {CD 323.3}
Lettre 195, 1905
520. Des dispositions devraient être prises pour obtenir un approvisionnement en maïs doux séché. Les citrouilles peuvent être séchées et utilisées avantageusement pendant l’hiver pour faire des tartes. {CD 323.4}
Verts et tomates dans le régime d’Ellen G. White
Lettre 31, 1901
521. Vous parlez de mon régime alimentaire. Je ne me suis pas attaché à une chose au point de ne pouvoir rien manger d’autre. Mais en ce qui concerne le matériel pour les verts, vous n’avez pas à vous inquiéter ; car, à ma connaissance certaine, il y a dans la section de pays où vous habitez plusieurs espèces de productions végétales que je puis utiliser comme verdures. Je pourrai me procurer les feuilles du dock jaune, du jeune pissenlit et de la moutarde. Il y aura là-bas un approvisionnement beaucoup plus abondant et d’une qualité supérieure à ce que nous pourrions obtenir en Australie. Et s’il n’y avait rien d’autre, il y a les productions céréalières. {CD 323.5}
Lettre 10, 1902
522. Mon appétit m’a quitté quelque temps avant que j’aille en Orient. Mais maintenant il est revenu ; et j’ai très faim à l’heure du repas. Mes feuilles de chardon, bien cuites et assaisonnées de crème stérilisée et de jus de citron, sont très appétissantes. J’ai de la soupe vermicelle-tomate un repas et des légumes verts le suivant. J’ai recommencé à manger de la farine de pommes de terre. Mes plats ont tous bon goût. Je suis comme un malade de la fièvre qui a été à moitié affamé et je suis en danger de trop manger. {DC 324.1}
Lettre 70, 1900
523. Les tomates que vous avez envoyées étaient très belles et très appétissantes. Je trouve que les tomates sont le meilleur article de régime pour moi.
[Voir aussi Appendice 1:16, 22, 23] {CD 324.2}
Lettre 363, 1907
524. De blé et de pois, nous en avons récolté assez pour nous et nos voisins. Le maïs sucré que nous séchons pour l’hiver ; puis quand on en a besoin on le broie dans un moulin et on le fait cuire. Il fait la plupart des soupes et autres plats savoureux. . . . {CD 324.3}
En leur saison, nous avons des raisins en abondance, aussi des pruneaux et des pommes, et quelques cerises, pêches, poires et olives, que nous préparons nous-mêmes. Nous cultivons également une grande quantité de tomates. Je ne fais jamais d’excuses pour la nourriture qui est sur ma table. Je ne pense pas que Dieu soit content que nous le fassions. Nos visiteurs mangent comme nous et semblent apprécier notre menu.
[Maïs utilisé par EG White–Appendice 1:22, 23]
[Mise en garde concernant l’utilisation avec des fruits–188, 190]
[Mise en garde concernant l’utilisation de légumes avec des desserts–189, 722]
[Dans le régime d’EG White–Appendice 1:4, 8, 15] {CD 324.4}
CHAPITRE 19 – Desserts
PARTIE I – SUCRE
MS 93, 1901
525. Le sucre n’est pas bon pour l’estomac. Cela provoque une fermentation, ce qui obscurcit le cerveau et apporte de la mauvaise humeur dans la disposition. {DC 327.1}
(1905) MH 302
526. Beaucoup trop de sucre est habituellement utilisé dans les aliments. Les gâteaux, les puddings sucrés, les pâtisseries, les gelées, les confitures, sont des causes actives d’indigestion. Particulièrement nocifs sont les flans et les puddings dans lesquels le lait, les œufs et le sucre sont les principaux ingrédients. L’utilisation gratuite de lait et de sucre pris ensemble doit être évitée.
[Voir lait et sucre–533, 536]
[Utiliser seulement un peu dans les conserves de fruits–476]
[Un peu de sucre permis–550] {CD 327.2}
(1870) 2T 369, 370
527. Le sucre obstrue le système. Il entrave le fonctionnement de la machine vivante. {CD 327.3}
Il y a eu un cas dans le comté de Montcalm, au Michigan, auquel je vais me référer. L’individu était un homme noble. Il mesurait six pieds et avait une belle apparence. J’ai été appelé à le visiter dans sa maladie. Je m’étais auparavant entretenu avec lui de sa manière de vivre. « Je n’aime pas l’apparence de vos yeux », dis-je. Il mangeait de grandes quantités de sucre. Je lui ai demandé pourquoi il avait fait ça. Il a dit qu’il avait cessé de manger de la viande et qu’il ne savait pas ce qui la remplacerait en plus du sucre. Sa nourriture ne le satisfaisait pas, simplement parce que sa femme ne savait pas cuisiner. {CD 327.4}
Certains d’entre vous envoient leurs filles, qui ont presque atteint l’âge adulte, à l’école pour apprendre les sciences avant de savoir cuisiner, alors que cela devrait être de première importance. Voici une femme qui ne savait pas cuisiner ; elle n’avait pas appris à préparer des aliments sains. L’épouse et la mère étaient déficientes dans cette branche importante de l’éducation ; et en conséquence, les aliments mal cuits n’étant pas suffisants pour subvenir aux besoins du système, le sucre était consommé de manière immodérée, ce qui provoquait un état pathologique de l’ensemble du système. La vie de cet homme a été sacrifiée inutilement à une mauvaise cuisine. {CD 327.5}
Quand je suis allé voir le malade, j’ai essayé de leur dire du mieux que je pouvais comment faire, et bientôt il a commencé à s’améliorer lentement. Mais il a imprudemment exercé sa force lorsqu’il n’en était pas capable, a mangé une petite quantité pas de la bonne qualité et a été de nouveau abattu. Cette fois, il n’y avait pas d’aide pour lui. Son système apparaissait comme une masse vivante de corruption. Il est mort victime d’une mauvaise cuisine. Il a essayé de faire de l’approvisionnement en sucre le lieu d’une bonne cuisine, et cela n’a fait qu’empirer les choses. {DC 328.1}
Je m’assieds fréquemment aux tables des frères et sœurs, et je vois qu’ils utilisent une grande quantité de lait et de sucre. Ceux-ci obstruent le système, irritent les organes digestifs et affectent le cerveau. Tout ce qui entrave le mouvement actif de la machinerie vivante affecte très directement le cerveau. Et d’après la lumière qui m’a été donnée, le sucre, lorsqu’il est largement utilisé, est plus nocif que la viande. Ces changements doivent être apportés avec prudence, et le sujet doit être traité d’une manière non calculée pour dégoûter et porter préjudice à ceux que nous voudrions instruire et aider.
[Pains sucrés et craquelins–410, 507, 508] {CD 328.2}
R. & H., 7 janvier 1902
528. Nous ne devrions pas être amenés à prendre quoi que ce soit dans la bouche qui amènerait le corps dans un état malsain, peu importe à quel point nous l’aimons. Pourquoi ? – Parce que nous sommes la propriété de Dieu. Vous avez une couronne à gagner, un paradis à gagner et un enfer à fuir. Alors, pour l’amour du Christ, je vous demande : Voulez-vous que la lumière brille devant vous en rayons clairs et distincts, puis détournez-vous d’elle et dites : « J’aime ceci et j’aime cela » ? Dieu appelle chacun de vous à commencer à planifier, à coopérer avec Dieu dans son grand soin et son amour, à élever, ennoblir et sanctifier l’âme, le corps et l’esprit tout entiers, afin que nous puissions être des ouvriers avec Dieu. . . . {CD 328.3}
Il vaut mieux laisser les choses sucrées tranquilles. Sans parler de ces desserts sucrés qui sont placés sur la table. Vous n’en avez pas besoin. Vous voulez un esprit clair pour penser selon l’ordre de Dieu.
[Voir Partie III – Tarte, gâteau, pâtisserie et puddings]
[Bonbons à ne pas donner aux nourrissons–346] {CD 328.4}
Vente de bibelots sur le camping
Lettre 25a, 1889
529. Il y a des années, j’ai eu un témoignage de réprimande pour les gérants de nos réunions de camp qui apportaient sur le terrain et vendaient à notre peuple du fromage et d’autres choses nuisibles, et présentaient des bonbons à vendre lorsque je travaillais pour demander aux jeunes et aux vieux de mettre le l’argent qu’ils avaient dépensé pour des bonbons dans la boîte missionnaire et ainsi enseigner à leurs enfants l’abnégation. {DC 329.1}
MS 87, 1908
530. La lumière m’a été donnée en ce qui concerne les aliments fournis lors de nos réunions de camp. Des aliments sont parfois apportés sur le terrain de camping qui ne sont pas conformes aux principes de la réforme sanitaire. {CD 329.2}
Si nous voulons marcher dans la lumière que Dieu nous a donnée, nous devons éduquer notre peuple, vieux et jeune, à se passer de ces aliments qui ne sont consommés que pour satisfaire l’appétit. Nos enfants devraient apprendre à se priver de choses inutiles telles que des bonbons, de la gomme, de la crème glacée et d’autres bibelots, afin qu’ils puissent mettre l’argent économisé par leur abnégation dans la boîte d’abnégation, dont il devrait y avoir une dans chaque maison. Par ce moyen, des sommes grandes et petites seraient épargnées pour la cause de Dieu. {CD 329.3}
Bon nombre de nos concitoyens ont besoin d’être instruits sur les principes de la réforme sanitaire. Il existe diverses confiseries qui ont été inventées par les fabricants d’aliments diététiques, et recommandées comme parfaitement inoffensives ; mais j’ai un témoignage différent à rendre à leur sujet. Ils ne sont pas vraiment sains et leur utilisation ne doit pas être encouragée. Nous devons nous en tenir plus strictement à un régime alimentaire simple composé de fruits, de noix, de céréales et de légumes. {CD 329.4}
Ne laissez pas des aliments ou des confiseries être apportés sur notre terrain de camping qui contrecarreront la lumière donnée à notre peuple sur la réforme de la santé. Ne cachons pas la tentation de se laisser aller à l’appétit, en disant que l’argent reçu de la vente de telles choses doit être utilisé pour faire face aux dépenses d’un bon travail. Toutes ces tentations à l’auto-indulgence doivent être fermement combattues. Ne nous persuadons pas de faire ce qui n’est pas profitable à l’individu sous prétexte qu’il en sortira du bien. Apprenons individuellement ce que cela signifie d’être des missionnaires actifs, mais en bonne santé. {CD 329.5}
Le sucre dans le régime d’Ellen G. White
Lettre 5, 1870
531. Tout est simple mais sain parce qu’il n’est pas simplement mélangé au hasard. Nous n’avons pas de sucre sur notre table. Notre sauce qui est notre dépendance, ce sont les pommes, cuites au four ou en compote, sucrées à volonté avant d’être mises sur la table. {DC 330.1}
Lettre 1, 1873
532. Nous avons toujours utilisé un peu de lait et un peu de sucre. Cela, nous ne l’avons jamais dénoncé, ni dans nos écrits ni dans notre prédication. Nous croyons que le bétail deviendra tellement malade que ces choses seront encore jetées, mais le temps n’est pas encore venu pour que le sucre et le lait soient complètement abolis de nos tables. {DC 330.2}
PARTIE II–LAIT ET SUCRE
(1870) 2T 368, 369
533. Maintenant en ce qui concerne le lait et le sucre : Je connais des personnes qui se sont effrayées de la réforme sanitaire, et ont dit qu’elles n’en auraient rien à faire, parce qu’elle s’est prononcée contre le libre usage de ces choses. Les modifications doivent être apportées avec beaucoup de soin; et nous devrions agir avec prudence et sagesse. Nous voulons suivre cette voie qui se recommandera aux hommes et aux femmes intelligents du pays. De grandes quantités de lait et de sucre consommées ensemble sont nocives. Ils transmettent des impuretés au système. Les animaux dont le lait est obtenu ne sont pas toujours en bonne santé. Ils peuvent être malades. Une vache peut être apparemment en bonne santé le matin et mourir avant la nuit. Puis elle était malade le matin, et son lait était malade, mais vous ne le saviez pas. La création animale est malade. Les viandes de chair sont malades. Pouvait-on savoir que les animaux étaient en parfaite santé, Je recommanderais aux gens de manger de la viande plutôt que de grandes quantités de lait et de sucre. Cela ne ferait pas le mal que font le lait et le sucre. Le sucre obstrue le système. Il entrave le fonctionnement de la machine vivante. {DC 330.3}
(1870) 2T 370
534. Je m’assieds fréquemment aux tables des frères et sœurs, et je vois qu’ils utilisent de grandes quantités de lait et de sucre. Ceux-ci obstruent le système, irritent les organes digestifs et affectent le cerveau.
[Pour le contexte, voir 527] {CD 331.1}
[CTBH 57] (1890) CH 154
535. Certains utilisent du lait et une grande quantité de sucre sur de la bouillie, pensant qu’ils procèdent à une réforme sanitaire. Mais le sucre et le lait combinés sont susceptibles de provoquer une fermentation dans l’estomac et sont donc nocifs. {DC 331.2}
(1905) MH 302
536. Particulièrement nocifs sont les flans et les puddings dont le lait, les œufs et le sucre sont les ingrédients principaux. L’utilisation gratuite de lait et de sucre pris ensemble doit être évitée.
[crème glacée–530, 540]
[Gâteau mangé avec du lait ou de la crème–552] {CD 331.3}
PARTIE III–TARTE, GÂTEAU, PÂTISSERIE, PUDDINGS
[Spécification. Test. sur l’éducation, Octobre 1893] FE 227
537. Les desserts qui demandent tant de temps à préparer, sont, pour beaucoup d’entre eux, préjudiciables à la santé. {CD 331.4}
Une tentation à l’excès
Lettre 73a, 1896
538. À de trop nombreuses tables, lorsque l’estomac a reçu tout ce dont il a besoin pour mener à bien son travail d’alimentation de l’organisme, un autre service, composé de tartes, de puddings et de sauces très parfumées, est placé sur la table. . . . Beaucoup, bien qu’ils aient déjà assez mangé, dépasseront les limites et mangeront le dessert tentant, qui, cependant, s’avère tout sauf bon pour eux. . . . Si les extras qui sont fournis pour le dessert étaient complètement supprimés, ce serait une bénédiction. {CD 331.5}
(1864) Esp. Dons IV, 130
539. Parce que c’est la mode, en harmonie avec l’appétit morbide, les gâteaux riches, les tartes et les puddings, et toutes les choses nuisibles, s’entassent dans l’estomac. La table doit être chargée avec une variété, ou l’appétit dépravé ne peut être satisfait. Le matin, ces esclaves de l’appétit ont souvent une haleine impure et une langue fourrée. Ils ne jouissent pas de la santé et se demandent pourquoi ils souffrent de douleurs, de maux de tête et de divers maux. {DC 332.1}
(1865) H. à L., ch. 1, p. 53
540. La famille humaine s’est livrée à un désir croissant d’aliments riches, jusqu’à ce qu’il soit devenu une mode d’entasser dans l’estomac toutes les délices possibles. C’est surtout dans les fêtes de plaisir que l’appétit est satisfait avec peu de retenue. Des dîners riches et des soupers tardifs sont pris, composés de viandes très assaisonnées avec des sauces riches, des gâteaux riches, des tartes, de la crème glacée, etc. {CD 332.2}
(1865) H. à L., ch. 1, p. 54
541. Parce que c’est la mode, beaucoup de ceux qui sont pauvres et dépendants de leur travail quotidien, seront aux dépens de la préparation de différents types de gâteaux riches, de conserves, de tartes et d’une variété de plats à la mode pour les visiteurs, qui ne nuisent qu’à ceux qui y participent. d’eux; quand, en même temps, ils ont besoin de la somme ainsi dépensée, pour acheter des vêtements pour eux-mêmes et pour les enfants. Ce temps occupé à cuire des aliments pour satisfaire le goût aux dépens de l’estomac, doit être consacré à l’instruction morale et religieuse de leurs enfants.
[Pour le contexte, voir 128]
[Les aliments riches créent le désir de stimulants–203] {CD 332.3}
Ne fait pas partie d’un régime alimentaire sain et nourrissant
YI, 31 mai 1894
542. Beaucoup savent comment faire différentes sortes de gâteaux, mais le gâteau n’est pas le meilleur aliment à mettre sur la table. Les gâteaux sucrés, les puddings sucrés et les crèmes anglaises perturberont les organes digestifs ; et pourquoi tenterions-nous ceux qui entourent la table en plaçant de tels articles devant eux ? {CD 332.4}
(1870) 2T 400
543. Les viandes de chair et les riches gâteaux et tartes préparés avec des épices de toutes sortes, ne sont pas le régime le plus sain et le plus nourrissant. {DC 333.1}
Lettre 91, 1898
544. Les desserts pris sous forme de flans sont susceptibles de faire plus de mal que de bien. Le fruit, s’il peut être obtenu, est le meilleur aliment. {CD 333.2}
(1905) MH 302
545. Beaucoup trop de sucre est habituellement utilisé dans les aliments. Les gâteaux, les puddings sucrés, les pâtisseries, les gelées, les confitures, sont des causes actives d’indigestion. Particulièrement nocifs sont les flans et les puddings dans lesquels le lait, les œufs et le sucre sont les principaux ingrédients. L’utilisation gratuite de lait et de sucre pris ensemble doit être évitée. {CD 333.3}
Lettre 135, 1902
546. Que ceux qui prônent la réforme de la santé s’efforcent sincèrement d’en faire tout ce qu’ils prétendent être. Laissez-les jeter tout ce qui est préjudiciable à la santé. Utilisez des aliments simples et sains. Les fruits sont excellents et économisent beaucoup de cuisson. Jetez les pâtisseries riches, les gâteaux, les desserts et autres plats préparés pour tenter l’appétit. Mangez moins de types d’aliments en un seul repas et mangez avec action de grâces. {CD 333.4}
Desserts simples non interdits
Lettre 17, 1895
547. Un pâté tout simple peut servir de dessert, mais quand on en mange deux ou trois morceaux simplement pour satisfaire un appétit démesuré, on se rend impropre au service de Dieu. Certains, après avoir consommé en grande partie d’autres aliments, prendront un dessert, non pas parce qu’ils en ont besoin, mais parce qu’il a bon goût. Si on leur demande d’en prendre un deuxième morceau, la tentation est trop grande pour qu’on puisse y résister, et deux ou trois morceaux de tarte viennent s’ajouter à la charge placée sur l’estomac déjà surmené. Celui qui fera cela ne s’est jamais éduqué à pratiquer l’abnégation. La victime de l’appétit est tellement attachée à sa propre voie qu’elle ne peut pas voir le mal qu’elle se fait. {CD 333.5}
(1870) 2T 383, 384
548. Puis, lorsqu’elle avait besoin de vêtements supplémentaires et de nourriture supplémentaire, et de qualité simple mais nutritive, cela ne lui était pas permis. Son système avait besoin de matériel pour se convertir en sang; mais il ne le fournirait pas. Une quantité modérée de lait et de sucre, un peu de sel, du pain blanc levé avec de la levure pour changer, de la farine graham préparée de diverses manières par d’autres mains qu’elle, un gâteau nature aux raisins secs, du riz au lait aux raisins secs, pruneaux et figues, occasionnellement, et bien d’autres plats que je pourrais mentionner, auraient répondu à l’exigence de l’appétit. {DC 334.1}
Lettre 127, 1904
549. La nourriture servie aux malades doit être de nature à faire sur eux une impression favorable. Les œufs peuvent être préparés de différentes manières. La tarte au citron ne devrait pas être interdite.
[Tarte au citron utilisée par EG White–Annexe 1:22] {CD 334.2}
Lettre 53, 1898
550. Le dessert doit être placé sur la table et servi avec le reste de la nourriture ; car souvent, après que l’estomac a reçu tout ce qu’il devait avoir, le dessert est apporté, et c’est tout simplement trop. {CD 334.3}
Pour des esprits clairs et des corps forts
Lettre 10, 1891
551. J’aimerais que nous soyons tous des réformateurs de la santé. Je suis opposé à l’utilisation de pâtisseries. Ces mélanges sont malsains ; personne ne peut avoir de bons pouvoirs digestifs et un cerveau clair qui mangera en grande partie des biscuits sucrés et des gâteaux à la crème et toutes sortes de tartes, et participera à une grande variété d’aliments en un seul repas. Lorsque nous faisons cela, puis que nous prenons froid, tout le système est tellement obstrué et affaibli qu’il n’a aucun pouvoir de résistance, aucune force pour combattre la maladie. Je préférerais un régime à base de viande aux gâteaux sucrés et aux pâtisseries si généralement utilisés. {CD 334.4}
Lettre 142, 1900
552. Que les réformateurs de la santé se souviennent qu’ils peuvent faire du mal en publiant des recettes qui ne recommandent pas la réforme de la santé. Un grand soin doit être apporté à l’ameublement des recettes de crèmes et de pâtisseries. Si, pour le dessert, un gâteau sucré est mangé avec du lait ou de la crème, une fermentation se créera dans l’estomac, puis les points faibles de l’organisme humain raconteront l’histoire. Le cerveau sera affecté par la perturbation de l’estomac. Cela peut être facilement guéri si les gens étudient la cause à effet, en supprimant de leur alimentation ce qui blesse les organes digestifs et provoque des douleurs à la tête. En mangeant imprudemment, les hommes et les femmes sont inaptes au travail qu’ils pourraient faire sans se blesser s’ils mangeaient simplement. {CD 334.5}
(1871) 2T 602
553. Je suis convaincu que personne n’a besoin de se rendre malade en se préparant pour le camp meeting, s’il observe les lois de la santé dans sa cuisine. S’ils ne font pas de gâteaux ou de tartes, mais cuisinent du pain graham simple et dépendent des fruits, en conserve ou séchés, ils n’ont pas besoin de tomber malades en se préparant pour la réunion, et ils n’ont pas besoin d’être malades pendant la réunion. {DC 335.1}
R. & H., 7 janvier 1902
554. Il vaut mieux laisser les choses douces tranquilles. Sans parler de ces desserts sucrés qui sont placés sur la table. Vous n’en avez pas besoin. Vous voulez un esprit clair pour penser selon l’ordre de Dieu. Nous devons maintenant nous aligner sur les principes de la réforme de la santé.
[Gâteaux, tartes, glaces, servis lors de dîners riches et de soupers tardifs–233]
[Préparatifs pour les rassemblements à la mode–128]
[Éduquer l’appétit pour accepter un régime ordinaire–245]
[Le jeûne aide à surmonter l’appétit perverti–312]
[Bien que les tartes hachées, les épices, etc. soient jetées, les aliments doivent être préparés avec soin–389]
[Gâteaux ou tartes à ne pas inclure dans les préparatifs de la réunion de camp–57, 74]
[Nourriture riche et desserts non servis dans la maison blanche–Appendice 1:4, 13]
[Moins il y a de condiments et de desserts, mieux c’est–193]
[Desserts riches servis avec des légumes–722]
[La pâtisserie riche dérange l’estomac et excite les nerfs–356]
[Effets néfastes des desserts dans l’alimentation des enfants–288, 350, 355, 360]
[Les aliments riches ne conviennent pas aux travailleurs sédentaires–225]
[Faire une alliance avec Dieu pour cesser l’utilisation d’aliments riches–41] {CD 335.2}
CHAPITRE 20 – Condiments, etc.
PARTIE I–ÉPICES ET CONDIMENTS
Lettre 142, 1900
555. Les condiments, si fréquemment employés par ceux du monde, sont ruineux pour la digestion. {DC 339.1}
(1905) MH 325
556. Sous la rubrique des stimulants et des narcotiques sont rangés une grande variété d’articles qui, pris ensemble comme nourriture ou comme boisson, irritent l’estomac, empoisonnent le sang et excitent les nerfs. Leur utilisation est un mal positif. Les hommes recherchent l’excitation des stimulants, car, pour l’instant, les résultats sont agréables. Mais il y a toujours une réaction. L’utilisation de stimulants non naturels tend toujours à l’excès, et c’est un agent actif dans la promotion de la dégénérescence physique et de la décomposition. {CD 339.2}
À cette époque rapide, moins la nourriture est excitante, mieux c’est. Les condiments sont nuisibles par nature. La moutarde, le poivre, les épices, les cornichons et autres choses du même genre irritent l’estomac et rendent le sang fébrile et impur. L’état enflammé de l’estomac de l’ivrogne est souvent décrit comme illustrant l’effet des liqueurs alcoolisées. Une condition similaire enflammée est produite par l’utilisation de condiments irritants. Bientôt, la nourriture ordinaire ne satisfait plus l’appétit. Le système ressent un besoin, une envie, pour quelque chose de plus stimulant. {CD 339.3}
(1896) E. de UT 6
557. Les condiments et les épices utilisés dans la préparation des aliments pour la table aident à la digestion de la même manière que le thé, le café et l’alcool sont censés aider le travailleur à accomplir ses tâches. Une fois les effets immédiats disparus, ils chutent d’autant plus au-dessous de la normale qu’ils ont été élevés au-dessus de la normale par ces substances stimulantes. Le système est fragilisé. Le sang est contaminé et l’inflammation en est le résultat certain. {CD 339.4}
Les épices irritent l’estomac et provoquent
Envies non naturelles
R. & H., 6 novembre 1883
558. Nos tables ne doivent contenir que les aliments les plus sains, exempts de toute substance irritante. L’appétit pour l’alcool est encouragé par la préparation d’aliments avec des condiments et des épices. Ceux-ci provoquent un état fébrile du système, et la boisson est exigée pour apaiser l’irritation. Lors de mes fréquents voyages à travers le continent, je ne fréquente pas les restaurants, les wagons-restaurants ou les hôtels, pour la simple raison que je ne peux pas manger la nourriture qui y est fournie. Les plats sont fortement assaisonnés de sel et de poivre, créant une soif presque intolérable. . . . Ils irriteraient et enflammeraient le revêtement délicat de l’estomac. . . . Telle est la nourriture qu’on sert ordinairement sur des tables à la mode et qu’on donne aux enfants. Son effet est de provoquer de la nervosité et de créer une soif que l’eau n’étanche pas… La nourriture doit être préparée de la manière la plus simple possible,
[Les aliments épicés créent le désir de boire pendant les repas–570] {CD 339.5}
Lettre 53, 1898
559. Certains ont tellement gâté leur goût, qu’à moins qu’ils n’aient l’aliment même qu’il réclame, ils ne trouvent aucun plaisir à manger. Si des condiments et des aliments épicés sont placés devant eux, ils font travailler l’estomac en appliquant ce fouet ardent; car il a été tellement traité qu’il ne reconnaîtra pas la nourriture non stimulante. {DC 340.1}
(1890) CTBH 17
560. Des mets luxueux sont placés devant les enfants, mets épicés, sauces riches, gâteaux et pâtisseries. Cette nourriture hautement assaisonnée irrite l’estomac et provoque une envie de stimulants encore plus forts. Non seulement l’appétit est tenté par des aliments inadaptés, dont les enfants sont autorisés à manger librement à leurs repas, mais ils sont autorisés à manger entre les repas ; et au moment où ils ont douze ou quatorze ans, ils sont souvent des dyspeptiques confirmés. {DC 340.2}
Vous avez peut-être vu une photo de l’estomac d’une personne qui est accro à la boisson forte. Une condition similaire est produite sous l’influence irritante des épices ardentes. Avec l’estomac dans un tel état, il y a un besoin impérieux de quelque chose de plus pour répondre aux exigences de l’appétit, quelque chose de plus fort et encore plus fort.
[Pour le contexte, voir 355] {CD 340.3}
Leur utilisation une cause de malaise
(1864) Esp. Dons IV, 129
561. Il y a une classe qui professe croire la vérité, qui n’utilise pas de tabac, de tabac à priser, de thé ou de café, mais qui est coupable de satisfaire l’appétit d’une manière différente. Ils ont soif de viandes très assaisonnées, avec des sauces riches, et leur appétit est devenu si perverti qu’ils ne peuvent même pas être satisfaits de la viande, à moins qu’elle ne soit préparée de la manière la plus nuisible. L’estomac est fiévreux, les organes digestifs sont sollicités, et pourtant l’estomac travaille dur pour se débarrasser de la charge qui lui est imposée. Une fois que l’estomac a accompli sa tâche, il s’épuise, ce qui provoque des évanouissements. Ici, beaucoup se trompent et pensent que c’est le manque de nourriture qui produit de telles sensations, et sans donner à l’estomac le temps de se reposer, ils prennent plus de nourriture, ce qui, pour le moment, fait disparaître le malaise. Et plus l’appétit est satisfait, plus ses clameurs de gratification seront nombreuses.
[CTBH 47] (1890) CH 114
562. Les épices irritent d’abord la tendre enveloppe de l’estomac, mais finalement détruisent la sensibilité naturelle de cette délicate membrane. Le sang devient fiévreux, les penchants animaux s’excitent, tandis que les facultés morales et intellectuelles s’affaiblissent et deviennent les servantes des passions les plus basses. La mère devrait étudier pour établir un régime simple mais nutritif avant sa famille. {DC 341.2}
(1864) Esp. Dons IV, 130
563. Les personnes qui ont laissé libre cours à leur appétit en mangeant librement de la viande, des sauces hautement assaisonnées et diverses sortes de gâteaux riches et de conserves, ne peuvent pas immédiatement savourer un régime simple, sain et nutritif. Leur goût est si perverti qu’ils n’ont pas d’appétit pour une alimentation saine composée de fruits, de pain ordinaire et de légumes. Ils ne doivent pas s’attendre à goûter d’abord une nourriture si différente de celle à laquelle ils se sont livrés. {DC 341.3}
MS 33, 1909
564. Avec toute la précieuse lumière qui nous a continuellement été donnée dans les publications sur la santé, nous ne pouvons pas nous permettre de vivre une vie insouciante et insouciante, mangeant et buvant à notre guise, et nous livrant à l’usage de stimulants, de narcotiques et de condiments. Prenons en considération le fait que nous avons des âmes à sauver ou à perdre, et que la façon dont nous nous rapportons à la question de la tempérance est d’une importance vitale. Il est d’une grande importance qu’individuellement nous jouions bien notre rôle et que nous comprenions intelligemment ce que nous devrions manger et boire, et comment nous devrions vivre pour préserver la santé. Tous sont mis à l’épreuve pour voir si nous accepterons les principes de la réforme de la santé ou suivrons un cours d’auto-indulgence.
[Les réformateurs de la tempérance devraient s’éveiller aux maux de l’utilisation des condiments–747]
[Bien que les tartes hachées, les épices, etc. soient jetées, la nourriture doit être préparée avec soin–389]
[Temps perdu à préparer des aliments assaisonnés d’épices, qui ruinent la santé, aigrissent l’humeur et obscurcissent la raison – 234]
[Épices et condiments autorisés aux enfants–348, 351, 354, 360]
[Les aliments très assaisonnés encouragent à trop manger et produisent des états fébriles–351]
[Utilisation gratuite de cornichons et de condiments par un enfant nerveux et irritable–574]
[Ne peut pas être converti en bon sang–576]
[Le refus des plats délicats et des condiments riches, etc., prouve que les travailleurs sont des réformateurs pratiques de la santé – 227]
[Passions animales excitées par les aliments épicés–348]
[Les aliments apportés à la réunion de camp doivent être exempts de toutes épices et graisses–124]
[Épices non utilisées dans la maison blanche–Appendice 1:4]
[Les aliments épicés et les condiments excitent les nerfs et affaiblissent l’intellect–356]
[La bénédiction d’un régime sans épices–119]
[Les aliments simples, sans épices, sont les meilleurs–487]
[Ceux qui ont soif de condiments pour être éclairés–779] {CD 341.4}
PARTIE II-SODA ET POUDRE À PÂTE
(1905) MH 300, 301
565. L’utilisation de bicarbonate de soude ou de levure chimique dans la panification est nocive et inutile. La soude provoque une inflammation de l’estomac et empoisonne souvent tout le système. Beaucoup de ménagères pensent qu’elles ne peuvent pas faire du bon pain sans soda, mais c’est une erreur. S’ils prenaient la peine d’apprendre de meilleures méthodes, leur pain serait plus sain et, au goût naturel, il serait plus agréable au goût. {DC 342.1}
R. & H., 8 mai 1883
566. Le biscuit chaud relevé de soude ou de levure chimique ne doit jamais apparaître sur nos tables. De tels composés sont inaptes à pénétrer dans l’estomac. Le pain levé chaud de toute sorte est difficile à digérer. {DC 343.1}
Les gemmes Graham qui sont à la fois saines et agréables au goût peuvent être fabriquées à partir de farine non boulonnée, mélangée à de l’eau froide pure et du lait. Mais il est difficile d’enseigner la simplicité à notre peuple. Lorsque nous recommandons des gemmes graham, nos amis disent : « Oh, oui, nous savons comment les fabriquer. Nous sommes très déçus quand ils apparaissent, relevés avec de la levure chimique ou avec du lait caillé et du soda. Ceux-ci ne donnent aucune preuve de réforme. La farine non boulonnée, mélangée à de l’eau douce pure et du lait, fait les meilleurs joyaux que nous ayons jamais goûtés. Si l’eau est dure, utilisez plus de lait sucré ou ajoutez un œuf à la pâte. Les pierres précieuses doivent être bien cuites dans un four bien chauffé, avec un feu constant. {DC 343.2}
Réformateur de la santé, août 1873
567. Au cours de mes voyages, je vois des familles entières souffrir de maladies à cause d’une mauvaise cuisine. Du pain sucré, agréable et sain est rarement vu sur leurs tables. Les biscuits jaunes saleratus et le pain lourd et moite détruisent les organes digestifs de dizaines de milliers de personnes. {CD 343.3}
[CTBH 49] ​​(1890) CH 117
568. Certains ne pensent pas que ce soit un devoir religieux de préparer correctement la nourriture ; par conséquent, ils n’essaient pas d’apprendre comment. On laisse le pain s’acidifier avant de le cuire, et le saleratus ajouté pour remédier à l’incurie du cuisinier, le rend totalement impropre à l’estomac humain. {CD 343.4}
(1870) 2T 537
569. Partout où nous allons, nous voyons des teints jaunâtres et des dyspeptiques gémissant. Lorsque nous nous asseyons à table et mangeons la nourriture cuite de la même manière qu’elle l’a été pendant des mois, voire des années, je me demande si ces personnes sont vivantes. Le pain et le biscuit sont jaunes avec saleratus. Ce recours au saleratus était pour épargner un peu de soin ; par suite d’oublis, on laisse souvent le pain s’aigrir avant de le cuire, et pour remédier au mal on y ajoute une grande portion de saleratus, ce qui ne fait que le rendre totalement impropre à l’estomac humain. Saleratus sous quelque forme que ce soit ne doit pas être introduit dans l’estomac; car l’effet est effrayant. Il mange les revêtements de l’estomac, provoque une inflammation et empoisonne fréquemment tout le système. Certains plaident : “Je ne peux pas faire du bon pain ou des pierres précieuses à moins d’utiliser du soda ou du saleratus.” Vous le pouvez sûrement si vous devenez un érudit et que vous apprendrez. La santé de votre famille n’a-t-elle pas une valeur suffisante pour vous donner l’ambition d’apprendre à cuisiner et à manger ? {CD 343.5}
PARTIE III-SEL
(1905) MH 305
570. Ne mangez pas beaucoup de sel, évitez l’utilisation de cornichons et d’aliments épicés, mangez beaucoup de fruits, et l’irritation qui demande tant de boisson au moment des repas disparaîtra en grande partie. {DC 344.1}
(1909) 9T 162
571. La nourriture doit être préparée de manière à être aussi appétissante que nourrissante. Il ne faut pas le priver de ce dont le système a besoin. J’utilise du sel, et je l’ai toujours fait, car le sel, au lieu d’être nocif, est en fait essentiel pour le sang. {DC 344.2}
Lettre 37, 1901
572. À un moment donné, le docteur —– a essayé d’apprendre à notre famille à cuisiner selon la réforme de la santé, telle qu’il la considérait, sans sel ni rien d’autre pour assaisonner la nourriture. Eh bien, j’ai décidé d’essayer, mais mes forces étaient si faibles que j’ai dû faire un changement ; et une politique différente fut entreprise avec un grand succès. Je vous dis cela parce que je sais que vous êtes en danger positif. Les aliments doivent être préparés de manière à être nourrissants. Il ne faut pas le priver de ce dont le système a besoin. . . . {CD 344.3}
J’utilise du sel, et depuis toujours, car d’après la lumière que Dieu m’a donnée, cet article, au lieu d’être délétère, est en fait essentiel pour le sang. Je n’en sais ni le pourquoi ni le pourquoi, mais je vous donne l’instruction telle qu’elle m’a été donnée.
[Un peu de sel devrait être utilisé–548]
[Éviter une quantité excessive de sel–558]
[Un peu de sel utilisé par EG White–Appendice 1:4] {CD 344.4}
PARTIE IV-MARINAGES ET VINAIGRE
(1905) MH 325
573. En cet âge rapide, moins la nourriture est excitante, mieux c’est. Les condiments sont nuisibles par nature. La moutarde, le poivre, les épices, les marinades et autres choses du même genre irritent l’estomac et rendent le sang fébrile et impur. {DC 345.1}
[CTBH 61, 62] (1890) FE 150, 151
574. Je fus assis une fois à table avec plusieurs enfants de moins de douze ans. La viande était abondamment servie, puis une fille délicate et nerveuse a demandé des cornichons. Une bouteille de chow-chow, ardente de moutarde et piquante d’épices, lui fut tendue, dont elle se servit librement. L’enfant était proverbiale pour sa nervosité et son irritabilité d’humeur, et ces condiments enflammés étaient bien calculés pour produire une telle condition. {DC 345.2}
(1870) 2T 368
575. Les pâtés en croûte et les cornichons, qui ne devraient jamais trouver place dans aucun estomac humain, donneront une qualité de sang misérable. {DC 345.3}
(1870) 2T 383
576. Les organes producteurs de sang ne peuvent convertir les épices, les tourtières, les cornichons et les viandes malades en bon sang.
[Pour le contexte, voir 336] {CD 345.4}
(1905) MH 305
577. Ne mangez pas beaucoup de sel, évitez l’utilisation de cornichons et d’aliments épicés, mangez une abondance de fruits, et l’irritation qui réclame tant de boisson au moment des repas disparaîtra en grande partie.
[Les cornichons irritent l’estomac et rendent le sang impur–556] {CD 345.5}
Le vinaigre
Lettre 9, 1887
578. Les salades sont préparées avec de l’huile et du vinaigre, la fermentation a lieu dans l’estomac, et la nourriture ne se digère pas, mais se décompose ou se putréfie ; en conséquence, le sang n’est pas nourri, mais se remplit d’impuretés, et des troubles hépatiques et rénaux apparaissent.
[Expérience personnelle dans la conquête de l’habitude du vinaigre–Appendice 1:6] {CD 345.6}
CHAPITRE 21 – Graisses
PARTIE I-BEURRE
Réforme progressive
(1902) 7T 135
579. Que la réforme alimentaire soit progressive. Que les gens apprennent à préparer la nourriture sans utiliser de lait ou de beurre. Dites-leur que le temps viendra bientôt où il n’y aura aucune sécurité à utiliser des œufs, du lait, de la crème ou du beurre, car la maladie chez les animaux augmente en proportion de l’augmentation de la méchanceté parmi les hommes. Le temps est proche où, à cause de l’iniquité de la race déchue, toute la création animale gémira sous les maladies qui maudissent notre terre. {DC 349.1}
Dieu donnera à son peuple la capacité et le tact de préparer une nourriture saine sans ces choses. Que notre peuple se débarrasse de toutes les recettes malsaines.
[Les efforts d’éducation sanitaire de James et Ellen White dans lesquels un “témoignage positif” a été porté contre “le thé, le café, la viande, le beurre, les épices”, etc., en 1871-803] {CD 349.2}
(1905) MH 302
580. Le beurre est moins nocif lorsqu’il est consommé sur du pain froid que lorsqu’il est utilisé en cuisine ; mais, en règle générale, il vaut mieux s’en passer complètement.
[Biscuits au soda chaud et beurre–501] {CD 349.3}
Remplacer par des olives, de la crème, des noix et des aliments diététiques
(1902) 7T 134
581. Les olives peuvent être préparées de manière à être mangées avec de bons résultats à chaque repas. Les avantages recherchés par l’usage du beurre peuvent être obtenus par la consommation d’olives convenablement préparées. L’huile d’olive soulage la constipation, et pour les phtisiques et pour ceux qui ont l’estomac enflammé et irrité, c’est mieux que n’importe quel médicament. En tant qu’aliment, c’est mieux que n’importe quelle huile d’occasion provenant d’animaux. {CD 349.4}
(1905) MH 298
582. Lorsqu’elles sont convenablement préparées, les olives, comme les noix, remplacent le beurre et les viandes. L’huile, telle qu’elle est consommée dans l’olive, est de loin préférable à l’huile ou à la graisse animale. Il sert de laxatif. Son utilisation sera bénéfique pour les phtisiques et il guérit un estomac enflammé et irrité. {CD 350.1}
Union Conference Record (Australasian), 1er janvier 1900
583. Le commerce des aliments diététiques a besoin de moyens et de la coopération active de notre peuple pour accomplir le travail qu’il doit faire. Son but est de fournir au peuple des aliments qui remplaceront la viande de chair, ainsi que du lait et du beurre, qui, à cause des maladies du bétail, deviennent de plus en plus répréhensibles.
[Remplacer par de la crème–586, 610] {CD 350.2}
Pas mieux pour les enfants
(1873) 3T 136
584. Les enfants sont autorisés à manger de la viande, des épices, du beurre, du fromage, du porc, des pâtisseries riches et des condiments en général. Ils sont également autorisés à manger irrégulièrement et entre les repas des aliments malsains. Ces choses font leur travail de déranger l’estomac, d’exciter les nerfs à une action contre nature et d’affaiblir l’intellect. Les parents ne se rendent pas compte qu’ils sèment la graine qui apportera la maladie et la mort.
[Beurrer un stimulant–61]
[Utilisation gratuite du beurre par les enfants–288, 356, 364]
[Éliminer le beurre du principe–389] {CD 350.3}
L’utilisation gratuite obstrue la digestion
Lettre 37, 1901
585. Le beurre ne doit pas être placé sur la table ; car s’il l’est, certains l’utiliseront trop librement, et il obstruera la digestion. Mais pour vous, vous devriez utiliser de temps en temps un peu de beurre sur du pain froid, si cela rend la nourriture plus appétissante. Cela vous ferait beaucoup moins de mal que de vous borner à des préparations d’aliments peu appétissants. {CD 350.4}
Quand le beurre le plus pur ne peut pas être obtenu
Lettre 45, 1903
586. Je ne mange que deux repas par jour et je suis toujours la lumière qui m’a été donnée il y a trente-cinq ans. Je n’utilise pas de viande. Quant à moi, j’ai réglé la question du beurre. Je ne l’utilise pas. Cette question devrait être facilement réglée partout où l’article le plus pur ne peut être obtenu. Nous avons deux bonnes vaches laitières, une Jersey et une Holstein. Nous utilisons de la crème, et tous en sont satisfaits.
[Utilisation de la crème à la place du beurre dans la maison blanche–Appendice I:20, 23]
[Utilisation du beurre au Foyer Blanc–Annexe I : 4]
[Le beurre n’est pas sur la table blanche, mais utilisé en cuisine–Annexe I : 14]
[Le beurre n’est pas sur la table de la maison des Blancs et n’est pas utilisé par EG White – Annexe I : 5, 8, 9, 16, 20, 21, 22, 23] {CD 351.1}
Ne pas être classé avec la viande de chair
(1902) 7T 135
587. Le lait, les œufs et le beurre ne doivent pas être classés avec la chair. Dans certains cas, l’utilisation d’œufs est bénéfique. Le moment n’est pas venu de dire que l’utilisation du lait et des œufs doit être totalement abandonnée. Il y a des familles pauvres dont le régime alimentaire se compose en grande partie de pain et de lait. Ils ont peu de fruits et n’ont pas les moyens d’acheter des noix. En enseignant la réforme sanitaire, comme dans toute autre œuvre évangélique, nous devons rencontrer les gens là où ils se trouvent. Jusqu’à ce que nous puissions leur apprendre à préparer des aliments de réforme de la santé qui soient agréables au goût, nourrissants et pourtant peu coûteux, nous ne sommes pas libres de présenter les propositions les plus avancées concernant le régime de la réforme de la santé. {DC 351.2}
Autoriser les autres à leurs convictions
[Lettre 331, 1904] MM 269
588. Nous devons nous rappeler qu’il y a un grand nombre d’esprits différents dans le monde, et nous ne pouvons pas nous attendre à ce que chacun voie exactement comme nous en ce qui concerne toutes les questions de régime. Les esprits ne fonctionnent pas exactement dans le même canal. Je ne mange pas de beurre, mais il y a des membres de ma famille qui en mangent. Il n’est pas posé sur ma table ; mais je ne dérange pas car certains membres de ma famille choisissent d’en manger occasionnellement. Beaucoup de nos frères consciencieux ont du beurre sur leur table, et je ne me sens nullement obligé de les forcer à faire autrement. Ces choses ne devraient jamais être autorisées à causer des troubles parmi les frères. Je ne vois pas le besoin de beurre, là où il y a abondance de fruits et de crème stérilisée. {DC 351.3}
Ceux qui aiment et servent Dieu devraient être autorisés à suivre leurs propres convictions. Nous ne nous sentons peut-être pas justifiés de faire comme eux, mais nous ne devons pas laisser les différences d’opinion créer la désunion. {DC 352.1}
Lettre 104, 1901
589. Je ne peux pas voir mais que vous faites de votre mieux pour vivre les principes de la réforme de la santé. Étudiez l’économie en tout, mais ne retenez pas les aliments diététiques dont le système a besoin. En ce qui concerne les aliments à base de noix, nombreux sont ceux qui ne peuvent pas les manger. Si votre mari aime le beurre laitier, laissez-le en manger jusqu’à ce qu’il soit convaincu que ce n’est pas bon pour sa santé. {DC 352.2}
Attention aux extrêmes
Lettre 98, 1901
590. Il y a un danger qu’en présentant les principes de la réforme de la santé, certains soient en faveur d’apporter des changements qui seraient pour le pire plutôt que pour le mieux. La réforme de la santé ne doit pas être préconisée de manière radicale. Dans la situation actuelle, nous ne pouvons pas dire que le lait, les œufs et le beurre doivent être entièrement jetés. Il faut se garder de faire des innovations, car sous l’influence d’un enseignement extrême il y a des âmes consciencieuses qui iront sûrement à l’extrême. Leur apparence physique nuira à la cause de la réforme sanitaire ; car peu savent bien suppléer à la place de ce dont ils se débarrassent. {DC 352.3}
(1909) 9T 162
591. Bien que des avertissements aient été donnés concernant les dangers de la maladie par le beurre et le mal de l’utilisation gratuite d’œufs par de jeunes enfants, nous ne devrions pas considérer comme une violation du principe d’utiliser des œufs de poules bien soignées et convenablement nourris. Les œufs contiennent des propriétés qui sont des agents correctifs pour contrecarrer certains poisons. {CD 352.4}
Certains, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, n’ont pas réussi à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, sont devenus faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée. L’œuvre que nous avons essayé de construire solidement est confuse avec des choses étranges que Dieu n’a pas exigées, et les énergies de l’église sont paralysées. Mais Dieu interviendra pour empêcher les résultats de ces idées trop ardues. L’évangile doit harmoniser la race pécheresse. C’est réunir les riches et les pauvres aux pieds de Jésus. {DC 353.1}
Lettre 37, 1901
592. Les pauvres disent, lorsqu’on leur présente la réforme de la santé : « Que mangerons-nous ? Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter les aliments à base de noix. Alors que je prêche l’évangile aux pauvres, je suis chargé de leur dire de manger la nourriture la plus nourrissante. Je ne peux pas leur dire : « Vous ne devez pas manger d’œufs, ni de lait, ni de crème. Vous ne devez pas utiliser de beurre dans la préparation des aliments. L’évangile doit être prêché aux pauvres, et le temps n’est pas encore venu de prescrire le régime le plus strict. . . . {DC 353.2}
DIEU GUIDERA
Mais je tiens à dire que le moment venu où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait, de la crème, du beurre et des œufs, Dieu le révélera. Aucun extrême dans la réforme de la santé ne doit être préconisé. La question de l’utilisation du lait, du beurre et des œufs résoudra son propre problème. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune charge sur cette ligne. Que votre modération soit connue de tous les hommes. {CD 353.3}
PARTIE II – SAINDOUX ET GRAISSE
[La graisse est définie par Webster comme «la graisse animale, en particulier lorsqu’elle est molle; toute substance grasse, huileuse ou onctueuse. Ellen White a déclaré que les olives, correctement préparées, peuvent être consommées avec profit à chaque repas, l’huile qu’elles contiennent fournissant un substitut à l’huile animale et au beurre. (Voir MH 298; 7T 134.) Cela semble indiquer qu’une quantité limitée de matières grasses, en particulier de sources végétales, fait partie d’une alimentation saine.]
(1868) 1T 681
593. Beaucoup ne pensent pas qu’il s’agit là d’un devoir, c’est pourquoi ils n’essaient pas de préparer correctement la nourriture. Cela peut être fait d’une manière simple, saine et facile, sans l’utilisation de saindoux, de beurre ou de viande. La compétence doit être unie à la simplicité. Pour ce faire, les femmes doivent lire, puis réduire patiemment ce qu’elles lisent à la pratique.
[Saindoux rejeté du principe–317] {CD 353.4}
[CTBH 47] (1890) CH 115
594. Les fruits, les grains et les légumes, préparés d’une manière simple, exempts d’épices et de graisses de toutes sortes, font, avec du lait ou de la crème, le régime le plus sain. {DC 354.1}
(1868) 2T 63
595. La nourriture doit être préparée avec simplicité, mais avec une délicatesse qui invite à l’appétit. Vous devriez garder la graisse hors de votre nourriture. Il souille toute préparation de nourriture que vous pouvez faire. {DC 354.2}
[CTBH 46, 47] (1890) CH 114
596. Plus d’une mère dresse une table qui est un piège pour sa famille. Les viandes, le beurre, le fromage, les pâtisseries riches, les aliments épicés et les condiments sont consommés librement par les jeunes et les moins jeunes. Ces choses agissent en dérangeant l’estomac, en excitant les nerfs et en affaiblissant l’intellect. Les organes producteurs de sang ne peuvent pas convertir de telles choses en bon sang. La graisse cuite dans les aliments les rend difficiles à digérer. {CD 354.3}
Lettre 322, 1905
597. Nous ne pensons pas que les pommes de terre frites soient saines, car il y a plus ou moins de graisse ou de beurre utilisé pour les préparer. De bonnes pommes de terre cuites au four ou bouillies, servies avec de la crème et une pincée de sel, sont les plus saines. Les restes de patates irlandaises et douces sont préparés avec un peu de crème et de sel et recuits, et non frits; ils sont excellents. {CD 354.4}
Lettre 297, 1904
598. Que tous ceux qui s’assoient à votre table y voient une nourriture bien cuite, hygiénique et agréable au goût. Faites très attention à ce que vous mangez et buvez, Frère —–, afin que vous ne continuiez pas à avoir un corps malade. Mangez régulièrement et ne mangez que des aliments sans graisse. {CD 354.5}
(1868) 2T 45
599. Un régime simple, exempt d’épices, de viandes et de graisses de toutes sortes, serait une bénédiction pour vous et épargnerait à votre femme une grande quantité de souffrances, de chagrin et de découragement. {CD 354.6}
(1869) 2T 352
600. Les céréales et les fruits préparés sans graisse et dans un état aussi naturel que possible devraient être la nourriture des tables de tous ceux qui prétendent se préparer à être transportés au ciel.
[Le saindoux n’est pas utilisé dans la maison des Blancs – Annexe I : 4]
[La nourriture de réunion de camp doit être simple et sans graisse–124]
[Mélanges gras non utilisés au Foyer Blanc–Annexe I:21] {CD 355.1}
PARTIE III–LAIT ET CRÈME
Fait partie d’un régime nourrissant et agréable au goût
[CTBH 47] (1890) CH 114, 115
601. Dieu a fourni à l’homme des moyens abondants pour la satisfaction d’un appétit non perverti. Il a répandu devant lui les produits de la terre, une abondante variété de nourriture agréable au goût et nutritive pour le système. De ceux-ci, notre Père céleste bienveillant dit que nous pouvons manger librement. Fruits, céréales et légumes, préparés de manière simple, exempts d’épices et de graisses de toutes sortes, constituent, avec du lait ou de la crème, l’alimentation la plus saine. Ils nourrissent le corps et donnent une force d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas produites par un régime stimulant. {DC 355.2}
(1909) 9T 162
602. La nourriture doit être préparée de manière à être aussi appétissante que nourrissante. Il ne faut pas le priver de ce dont le système a besoin. J’utilise du sel, et je l’ai toujours fait, car le sel, au lieu d’être nocif, est en fait essentiel pour le sang. Les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème, ou quelque chose d’équivalent. . . . {CD 355.3}
Certains, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, n’ont pas réussi à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, sont devenus faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée. . . . {CD 355.4}
Le temps viendra où nous devrons peut-être nous débarrasser de certains des articles de régime que nous utilisons actuellement, tels que le lait, la crème et les œufs ; mais il ne faut pas s’attirer la perplexité par des restrictions prématurées et extrêmes. Attendez que les circonstances l’exigent et que le Seigneur y prépare le chemin. {CD 355.5}
Le danger du lait insalubre
(1902) 7T 135
603. Le lait, les œufs et le beurre ne doivent pas être classés avec la viande. Dans certains cas, l’utilisation d’œufs est bénéfique. Le moment n’est pas venu de dire que l’utilisation du lait et des œufs doit être totalement abandonnée. Il y a des familles pauvres dont le régime alimentaire se compose en grande partie de pain et de lait. Ils ont peu de fruits et n’ont pas les moyens d’acheter des noix. En enseignant la réforme sanitaire, comme dans toute autre œuvre évangélique, nous devons rencontrer les gens là où ils se trouvent. Jusqu’à ce que nous puissions leur apprendre à préparer des aliments de réforme de la santé qui soient agréables au goût, nourrissants et pourtant peu coûteux, nous ne sommes pas libres de présenter les propositions les plus avancées concernant le régime de la réforme de la santé. {DC 356.1}
Que la réforme de l’alimentation soit progressive. Que les gens apprennent à préparer la nourriture sans utiliser de lait ou de beurre. Dites-leur que le temps viendra bientôt où il n’y aura aucune sécurité à utiliser des œufs, du lait, de la crème ou du beurre, car la maladie chez les animaux augmente en proportion de l’augmentation de la méchanceté parmi les hommes. Le temps est proche où, à cause de l’iniquité de la race déchue, toute la création animale gémira sous les maladies qui maudissent notre terre.
[Ne pas être complètement jeté par ceux qui ont particulièrement besoin de lait–625]
[Les gens apprendront à cuisiner sans lait–807] {CD 356.2}
Lettre 1, 1873
604. Nous avons toujours utilisé un peu de lait et un peu de sucre. Cela, nous ne l’avons jamais dénoncé, ni dans nos écrits ni dans notre prédication. Nous croyons que le bétail deviendra tellement malade que ces choses seront encore jetées, mais le temps n’est pas encore venu pour que le sucre et le lait soient complètement abolis de nos tables.
[Utilisation du lait et du sucre ensemble, voir « Lait et sucre », section XIX] {CD 356.3}
(1870) 2T 369
605. Les animaux dont le lait est obtenu ne sont pas toujours en bonne santé. Ils peuvent être malades. Une vache peut se porter apparemment bien le matin et mourir avant la nuit. Puis elle était malade le matin, et son lait était malade, mais vous ne le saviez pas. La création animale est malade. {CD 356.4}
Union Conference Record (australasien), 28 juillet 1899
606. La lumière qui m’est donnée est qu’il ne faudra pas longtemps avant que nous devions renoncer à toute nourriture animale. Même le lait devra être jeté. La maladie s’accumule rapidement. La malédiction de Dieu est sur la terre, parce que l’homme l’a maudite. {DC 357.1}
Stérilisation du lait
(1905) MH 302
607. Si du lait est utilisé, il doit être soigneusement stérilisé; avec cette précaution, il y a moins de danger de contracter une maladie à cause de son utilisation. {CD 357.2}
Lettre 39, 1901
608. Le moment peut venir où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait. Mais si les vaches sont en bonne santé et le lait bien cuit, il n’est pas nécessaire de créer un temps de trouble à l’avance. {CD 357.3}
Un substitut au beurre
Lettre 45, 1903
609. Je ne mange que deux repas par jour et je suis toujours la lumière qui m’a été donnée il y a trente-cinq ans. Je n’utilise pas de viande. Quant à moi, j’ai réglé la question du beurre. Je ne l’utilise pas. Cette question devrait être facilement réglée partout où l’article le plus pur ne peut être obtenu. Nous avons de bonnes vaches laitières, une Jersey et une Holstein. Nous utilisons de la crème, et tous en sont satisfaits. {CD 357.4}
[Lettre 331, 1904] MM 269
610. Je ne vois pas le besoin de beurre là où il y a abondance de fruits et de crème stérilisée.
[Pour le contexte, voir 588] {CD 357.5}
Lettre 5, 1870
611. Nous ne mettons pas de beurre sur notre table. Nos légumes sont généralement cuits avec du lait ou de la crème et rendus très appétissants. . . . Nous pensons qu’une quantité modérée de lait provenant d’une vache en bonne santé n’est pas répréhensible.
[Lait et crème utilisés au foyer blanc–Annexe I : 4, 13, 14, 16, 22]
[Utilisation du lait et de la crème dans la préparation des aliments–517, 518, 522]
[Recommandé pour le régime de réunion de camp–491] {CD 357.6}
Le régime le plus strict n’est pas le meilleur
Lettre 37, 1901
612. Nous devons être mis en rapport avec les masses. Si la réforme de la santé leur était enseignée dans sa forme la plus extrême, le mal serait fait. Nous leur demandons d’arrêter de manger de la viande et de boire du thé et du café. C’est bien. Mais certains disent qu’il faut aussi renoncer au lait. C’est un sujet qui doit être traité avec précaution. Il y a des familles pauvres dont le régime alimentaire se compose de pain et de lait, et, s’ils peuvent s’en procurer, d’un peu de fruits. Tous les aliments carnés doivent être jetés, mais les légumes doivent être rendus agréables au goût avec un peu de lait ou de crème ou quelque chose d’équivalent. Les pauvres disent, lorsqu’on leur présente la réforme de la santé : « Que mangerons-nous ? Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter les aliments à base de noix. Alors que je prêche l’évangile aux pauvres, je suis chargé de leur dire de manger la nourriture la plus nourrissante. Je ne peux pas leur dire : « Vous ne devez pas manger d’œufs, ni de lait, ni de crème. Vous ne devez pas utiliser de beurre dans la préparation des aliments. L’évangile doit être prêché aux pauvres, et le temps n’est pas encore venu de prescrire le régime le plus strict. {DC 358.1}
Le temps viendra où nous devrons peut-être jeter certains des articles de régime que nous utilisons maintenant, tels que le lait, la crème et les œufs, mais mon message est que vous ne devez pas vous amener à un moment de trouble à l’avance, et ainsi vous affliger de décès. Attendez que le Seigneur prépare le chemin devant vous. . . . {CD 358.2}
Je vous assure que vos idées sur l’alimentation des malades ne sont pas recommandables. Le changement est trop grand. Alors que je rejetterais la viande de chair comme nuisible, quelque chose de moins répréhensible peut être utilisé, et cela se trouve dans les œufs. Ne retirez pas le lait de la table et n’interdisez pas qu’il soit utilisé dans la cuisson des aliments. Le lait doit provenir de vaches en bonne santé et doit être stérilisé. . . . {CD 358.3}
Le temps viendra où le lait ne pourra plus être utilisé aussi librement qu’il l’est actuellement ; mais le moment n’est pas venu de s’en débarrasser. . . . {CD 358.4}
Mais je tiens à dire que le moment venu où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait, de la crème, du beurre et des œufs, Dieu le révélera. Aucun extrême dans la réforme de la santé ne doit être préconisé. La question de l’utilisation du lait, du beurre et des œufs résoudra son propre problème. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune charge sur cette ligne. Que votre modération soit connue de tous les hommes.
[Les aliments diététiques remplacent le lait et le beurre–583] {CD 359.1}
Dieu fournira
Lettre 151, 1901
613. Nous voyons que le bétail devient gravement malade, la terre elle-même est corrompue, et nous savons que le temps viendra où il ne sera pas préférable d’utiliser du lait et des œufs. Mais ce moment n’est pas encore venu. Nous savons que quand cela arrivera, le Seigneur y pourvoira. La question est posée, signifiant beaucoup pour tous ceux qui sont concernés, Dieu mettra-t-il une table dans le désert ? Je pense que la réponse peut être faite, oui, Dieu fournira de la nourriture à son peuple. {DC 359.2}
Dans toutes les parties du monde, des dispositions seront prises pour remplacer le lait et les œufs. Et le Seigneur nous fera savoir quand le moment sera venu d’abandonner ces articles. Il désire que tous sentent qu’ils ont un Père céleste miséricordieux qui les instruira en toutes choses. Le Seigneur donnera l’art et l’habileté diététiques à son peuple dans toutes les parties du monde, lui enseignant comment utiliser pour la subsistance de la vie les produits de la terre.
[Utilisation du lait en panification–496]
[Utilisation du lait dans les petits pains de blé entier–503] {CD 359.3}
PARTIE IV–OLIVES ET HUILE D’OLIVE
(1905) MH 298
614. Bien préparées, les olives, comme les noix, remplacent le beurre et les viandes. L’huile, telle qu’elle est consommée dans l’olive, est de loin préférable à l’huile ou à la graisse animale. Il sert de laxatif. Son utilisation sera bénéfique pour les phtisiques et il guérit un estomac enflammé et irrité. {CD 359.4}
(1902) 7T 134
615. Les olives peuvent être préparées de manière à être mangées avec de bons résultats à chaque repas. Les avantages recherchés par l’usage du beurre peuvent être obtenus par la consommation d’olives convenablement préparées. L’huile des olives soulage la constipation; et pour les phtisiques et pour ceux qui ont l’estomac enflammé, irrité, c’est mieux que n’importe quel médicament. En tant qu’aliment, c’est mieux que n’importe quelle huile d’occasion provenant d’animaux. {CD 359.5}
Lettre 14, 1901
616. L’huile des olives est un remède contre la constipation et les maladies rénales. {CD 360.1}
CHAPITRE 22 – Protéines
PARTIE I – FRUITS À COQUE ET ALIMENTS À FRUITS À COQUE
Fait partie d’un régime alimentaire adéquat
(1905) MH 296
617. Les céréales, les fruits, les noix et les légumes constituent le régime choisi pour nous par notre Créateur. Ces aliments, préparés de la manière la plus simple et la plus naturelle possible, sont les plus sains et les plus nourrissants. Ils confèrent une force, une puissance d’endurance et une vigueur intellectuelle qui ne sont pas fournies par une alimentation plus complexe et plus stimulante. {CD 363.1}
MS 27, 1906
618. Dans les céréales, les fruits, les légumes et les noix se trouvent tous les éléments alimentaires dont nous avons besoin. Si nous venons au Seigneur avec simplicité d’esprit, Il nous apprendra comment préparer une nourriture saine exempte de la souillure de la viande.
[Dans le régime alimentaire adéquat–483]
[Dans le régime fourni par Dieu–404]
[Les patients du sanatorium doivent apprendre à utiliser–767] {CD 363.2}
Des aliments à base de noix à préparer avec soin et peu coûteux
(1905) MH 297, 298
619. Dieu nous a donné une grande variété d’aliments sains, et chacun doit y choisir les choses que l’expérience et le bon jugement s’avèrent être les mieux adaptées à ses propres besoins. {CD 363.3}
L’abondante provision de fruits, de noix et de grains de la nature est abondante, et d’année en année, les produits de toutes les terres sont plus généralement distribués à tous, grâce aux facilités accrues de transport. . . . {CD 363.4}
Les noix et les aliments à base de noix sont largement utilisés pour remplacer les viandes de chair. Les noix peuvent être combinées avec des céréales, des fruits et certaines racines pour créer des aliments sains et nourrissants. Il faut cependant veiller à ne pas utiliser une trop grande proportion de noix. Ceux qui se rendent compte des effets néfastes de l’utilisation d’aliments à base de noix peuvent trouver la difficulté supprimée en suivant cette précaution.
[Céréales, noix, légumes et fruits comme substituts des aliments carnés–492] {CD 363.5}
Lettre 177, 1901
620. Il faut passer beaucoup de temps à apprendre à préparer des aliments à base de noix. Mais il faut veiller à ne pas réduire la facture à quelques articles, en utilisant peu d’autre que les aliments à base de noix. La majorité de notre peuple ne peut pas obtenir les préparations de noix ; peu savent comment les préparer correctement avant de les utiliser, même s’ils pourraient les acheter. {CD 364.1}
Lettre 14, 1901
621. Les aliments utilisés doivent correspondre au climat. Certains aliments adaptés à un pays ne conviendraient pas du tout à un autre endroit. Et les aliments à base de noix devraient être rendus aussi bon marché que possible, afin qu’ils puissent être achetés par les pauvres. {CD 364.2}
Proportion de noix par rapport aux autres ingrédients
Lettre 135, 1902
622. Une attention particulière devrait être accordée à l’utilisation appropriée des aliments à base de noix. Certains types de noix ne sont pas aussi sains que d’autres. Ne réduisez pas le menu à quelques articles composés en grande partie d’aliments à base de noix. Ces aliments ne doivent pas être utilisés trop librement. S’ils étaient utilisés avec plus de parcimonie par certains, les résultats seraient plus satisfaisants. Comme combinés dans de grandes proportions avec d’autres articles dans certaines des recettes données, ils rendent la nourriture si riche que le système ne peut pas l’assimiler correctement. {CD 364.3}
(1902) 7T 134
623. J’ai été informé que les aliments à base de noix sont souvent utilisés de manière imprudente, qu’une trop grande proportion de noix est utilisée, que certaines noix ne sont pas aussi saines que d’autres. Les amandes sont préférables aux cacahuètes ; mais les cacahuètes, en quantités limitées, peuvent être utilisées en association avec des céréales pour fabriquer des aliments nourrissants et digestibles. {CD 364.4}
Lettre 188, 1901
624. Il y a trois ans, une lettre m’est parvenue disant : « Je ne peux pas manger les aliments à base de noix ; mon estomac ne peut pas s’en occuper. Ensuite, il y avait plusieurs recettes présentées devant moi; l’une était qu’il devait y avoir d’autres ingrédients combinés avec les noix, qui s’harmoniseraient avec eux, et ne pas utiliser une si grande proportion de noix. Un dixième à un sixième de partie de noix suffirait, à varier selon les combinaisons. Nous avons essayé cela, et avec succès.
[Trop grande proportion de noix utilisées–400, 411]
[Tous ne peuvent pas utiliser les aliments à base de noix–589]
[Utilisation d’aliments à base de noix dans la maison blanche–Annexe I : 16] {CD 364.5}
PARTIE II-ŒUFS
L’utilisation des œufs deviendra de plus en plus dangereuse
(1905) MH 320, 321
625. Ceux qui vivent dans des pays neufs ou dans des régions pauvres où les fruits et les noix sont rares, ne devraient pas être exhortés à exclure le lait et les œufs de leur alimentation. Il est vrai que les personnes en pleine chair et chez qui les passions animales sont fortes ont besoin d’éviter l’usage d’aliments stimulants. Surtout dans les familles d’enfants qui ont des habitudes sensuelles, les œufs ne doivent pas être utilisés. Mais dans le cas de personnes dont les organes producteurs de sang sont faibles, – surtout si d’autres aliments pour fournir les éléments nécessaires ne peuvent être obtenus, – le lait et les œufs ne doivent pas être entièrement jetés. Cependant, il faut prendre grand soin d’obtenir du lait de vaches saines et des œufs de volailles saines, bien nourries et bien soignées; et les œufs doivent être cuits de manière à être plus facilement digérés. {CD 365.1}
La réforme de l’alimentation doit être progressive. À mesure que la maladie chez les animaux augmente, l’utilisation du lait et des œufs deviendra de plus en plus dangereuse. Un effort devrait être fait pour fournir à leur place d’autres choses qui sont saines et peu coûteuses. Partout, les gens devraient apprendre à cuisiner sans lait ni œufs, dans la mesure du possible, tout en ayant une nourriture saine et agréable au goût. {CD 365.2}
Ne pas être classé avec la viande de chair
(1902) 7T 135
626. Le lait, les œufs et le beurre ne doivent pas être classés avec la chair. Dans certains cas, l’utilisation d’œufs est bénéfique. Le moment n’est pas venu de dire que l’utilisation du lait et des œufs doit être totalement abandonnée…. {CD 365.3}
Que la réforme de l’alimentation soit progressive. Que les gens apprennent à préparer la nourriture sans utiliser de lait ou de beurre. Dites-leur que le temps viendra bientôt où il n’y aura aucune sécurité à utiliser des œufs, du lait, de la crème ou du beurre, car la maladie chez les animaux augmente en proportion de l’augmentation de la méchanceté parmi les hommes. Le temps est proche où, à cause de l’iniquité de la race déchue, toute la création animale gémira sous les maladies qui maudissent notre terre. Dieu donnera à son peuple la capacité et le tact de préparer une nourriture saine sans ces choses. Que notre peuple se débarrasse de toutes les recettes malsaines. {CD 366.1}
Excitant pour les enfants
(1870) 2T 362
627. Vous devriez enseigner à vos enfants. Vous devriez leur enseigner comment éviter les vices et les corruptions de cet âge. Au lieu de cela, beaucoup étudient comment obtenir quelque chose de bon à manger. Vous mettez sur vos tables du beurre, des œufs et de la viande, et vos enfants en mangent. Ils sont nourris avec les choses mêmes qui exciteront leurs passions animales, puis vous venez à la rencontre et demandez à Dieu de bénir et de sauver vos enfants. Jusqu’où vont vos prières ? Vous avez d’abord un travail à faire. Lorsque vous avez fait pour vos enfants tout ce que Dieu vous a laissé faire, alors vous pouvez avec confiance réclamer l’aide spéciale que Dieu a promis de vous donner. {CD 366.2}
Les propriétés des œufs sont des agences de réparation ; Se prémunir contre les extrêmes
Lettre 37, 1901
628. N’allez pas aux extrêmes en ce qui concerne la réforme de la santé. Certains de nos concitoyens sont très négligents en ce qui concerne la réforme de la santé. Mais parce que certains sont loin derrière, il ne faut pas, pour leur être un exemple, être un extrémiste. Vous ne devez pas vous priver de cette classe d’aliments qui font du bon sang. Votre dévouement aux vrais principes vous amène à vous soumettre à un régime alimentaire qui vous donne une expérience qui ne recommandera pas une réforme de la santé. C’est votre danger. Lorsque vous voyez que vous vous affaiblissez physiquement, il est essentiel que vous fassiez des changements, et tout de suite. Mettez dans votre alimentation quelque chose que vous avez omis. C’est votre devoir de le faire. Procurez-vous des œufs de volailles saines. Utilisez ces œufs cuits ou crus. Déposez-les crus dans le meilleur vin non fermenté que vous puissiez trouver. Cela fournira ce qui est nécessaire à votre système. Ne supposez pas un seul instant qu’il ne sera pas juste de faire cela…. {CD 366.3}
Le temps viendra où le lait ne pourra plus être utilisé aussi librement qu’il l’est actuellement ; mais le moment n’est pas venu de s’en débarrasser. Et les œufs contiennent des propriétés qui sont des agents curatifs pour lutter contre les poisons…. {CD 367.1}
En sanatorium diététique
Alors que je rejetterais la viande de chair comme nuisible, quelque chose de moins répréhensible peut être utilisé, et cela se trouve dans les œufs. Ne retirez pas le lait de la table et n’interdisez pas qu’il soit utilisé dans la cuisson des aliments. Le lait utilisé doit provenir de vaches saines et doit être stérilisé…. {CD 367.2}
Mais je tiens à dire que le moment venu où il ne sera plus sûr d’utiliser du lait, de la crème, du beurre et des œufs, Dieu le révélera. Aucun extrême dans la réforme de la santé ne doit être préconisé. La question de l’utilisation du lait, du beurre et des œufs résoudra son propre problème. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune charge sur cette ligne. Que votre modération soit connue de tous les hommes.
[Pour le contexte, voir 324] {CD 367.3}
Lettre 37, 1904
629. Lorsqu’une lettre m’est parvenue de Cooranbong, disant que le docteur… était mourant, on m’a dit cette nuit-là qu’il devait changer de régime. Un œuf cru, pris deux ou trois fois par jour, lui donnerait la nourriture dont il avait tant besoin. {CD 367.4}
Lettre 127, 1904
630. Ceux qui viennent au sanatorium doivent recevoir une nourriture saine préparée de la manière la plus agréable au goût, conformément aux principes justes. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’ils vivent comme nous vivons…. La nourriture servie aux malades doit être de nature à faire sur eux une impression favorable. Les œufs peuvent être préparés de différentes manières. {CD 367.5}
Défaut de remplacer les éléments alimentaires
(1909) 9T 162
631. Bien que des avertissements aient été donnés concernant les dangers de la maladie par le beurre et le mal de l’utilisation gratuite d’œufs par de jeunes enfants, nous ne devrions pas considérer comme une violation du principe d’utiliser des œufs de poules bien soignées et convenablement nourris. Les œufs contiennent des propriétés qui sont des agents correctifs pour contrecarrer certains poisons. {CD 368.1}
Certains, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, n’ont pas réussi à fournir au système une alimentation adéquate et, par conséquent, sont devenus faibles et incapables de travailler. Ainsi, la réforme de la santé est discréditée. L’œuvre que nous avons essayé de construire solidement est confuse avec des choses étranges que Dieu n’a pas exigées, et les énergies de l’église sont paralysées. Mais Dieu interviendra pour empêcher les résultats de ces idées trop ardues. L’évangile doit harmoniser la race pécheresse. C’est réunir les riches et les pauvres aux pieds de Jésus. {CD 368.2}
Le temps viendra où nous devrons peut-être nous débarrasser de certains des articles de régime que nous utilisons actuellement, tels que le lait, la crème et les œufs ; mais il ne faut pas s’attirer la perplexité par des restrictions prématurées et extrêmes. Attendez que les circonstances l’exigent et que le Seigneur y prépare le chemin.
[Pour le contexte, voir 327] {CD 368.3}
PARTIE III- FROMAGE
Inapte à la nourriture
(1868) 2T 68
632. Le fromage ne doit jamais être introduit dans l’estomac. {CD 368.4}
(1905) MH 302
633. Le beurre est moins nocif lorsqu’il est consommé sur du pain froid que lorsqu’il est utilisé en cuisine ; mais, en règle générale, il vaut mieux s’en passer complètement. Fromage [traduit par « fromage fort et pointu », avec l’approbation d’Ellen White, dans l’édition en langue allemande.] est encore plus répréhensible ; il est tout à fait impropre à la nourriture. {CD 368.5}
[CTBH 46, 47] (1890) CH 114
634. Plus d’une mère dresse une table qui est un piège pour sa famille. Les viandes, le beurre, le fromage, les pâtisseries riches, les aliments épicés et les condiments sont consommés librement par les jeunes et les moins jeunes. Ces choses agissent en dérangeant l’estomac, en excitant les nerfs et en affaiblissant l’intellect. Les organes producteurs de sang ne peuvent pas convertir de telles choses en bon sang. La graisse cuite dans les aliments les rend difficiles à digérer. L’effet du fromage est délétère. {CD 368.6}
(1873) 3T 136
635. Les enfants sont autorisés à manger de la viande, des épices, du beurre, du fromage, du porc, des pâtisseries riches et des condiments en général. Ils sont également autorisés à manger irrégulièrement et entre les repas des aliments malsains. Ces choses font leur travail de déranger l’estomac, d’exciter les nerfs à une action contre nature et d’affaiblir l’intellect. Les parents ne se rendent pas compte qu’ils sèment la graine qui apportera la maladie et la mort. {CD 369.1}
R. & H., 19 juillet 1870
636. Lorsque nous avons commencé la réunion de camp à Nora, Illinois, j’ai senti qu’il était de mon devoir de faire quelques remarques concernant leur alimentation. J’ai raconté l’expérience malheureuse de certains à Marion, et leur ai dit que je l’avais imputée à des préparations inutiles faites pour la réunion, et aussi à manger les préparations inutiles pendant la réunion. Certains ont apporté du fromage à la réunion et en ont mangé; quoique nouveau, il était tout à fait trop fort pour l’estomac, et ne devait jamais y être introduit. {CD 369.2}
Lettre 40, 1893
637. Il fut décidé qu’à une certaine réunion de camp, le fromage ne devait pas être vendu à ceux qui étaient sur le terrain ; mais en venant au sol, le docteur Kellogg découvrit à sa grande surprise qu’une grande quantité de fromage avait été achetée pour la vente à l’épicerie. Lui et quelques autres s’y sont opposés, mais les responsables de l’épicerie ont dit que le fromage avait été acheté avec le consentement de frère —–, et qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre l’argent investi. Sur ce, le docteur Kellogg demanda le prix du fromage et leur acheta le tout. Il avait retracé la question de cause à effet et savait que certains aliments généralement considérés comme sains étaient très nocifs.
[Vente de fromage au camping–529] {CD 369.3}
Pratique de Mme White
Lettre 1, 1873
638. En ce qui concerne le fromage, je suis maintenant tout à fait sûr que nous n’avons pas acheté ou mis sur notre table de fromage depuis des années. On ne pense jamais à faire du fromage un article de régime, encore moins à l’acheter.
[Fromage non utilisé par EG White–Annexe I:21] {CD 370.1}
CHAPITRE 23 – Viandes de chair (suite des protéines)
Régime de chair – Une conséquence du péché
(1864) Esp. Dons IV, 120, 121
639. Dieu a donné à nos premiers parents la nourriture qu’Il a conçue pour que la race mange. Il était contraire à Son plan de faire prendre la vie à une créature. Il ne devait pas y avoir de mort en Eden. Le fruit des arbres du jardin était la nourriture dont l’homme avait besoin. Dieu n’a donné à l’homme la permission de manger de la nourriture animale qu’après le déluge. Tout avait été détruit pour que l’homme puisse subsister, et c’est pourquoi le Seigneur, dans leur nécessité, donna à Noé la permission de manger des animaux purs qu’il avait emmenés avec lui dans l’arche. Mais la nourriture animale n’était pas la nourriture la plus saine pour l’homme. {DC 373.1}
Les gens qui vivaient avant le déluge mangeaient de la nourriture animale et satisfaisaient leurs convoitises jusqu’à ce que leur coupe d’iniquité soit pleine, et Dieu a nettoyé la terre de sa pollution morale par un déluge. Alors la troisième terrible malédiction reposa sur la terre. La première malédiction fut prononcée sur la postérité d’Adam et sur la terre, à cause de la désobéissance. La deuxième malédiction est venue sur le sol après que Caïn ait tué son frère Abel. La troisième malédiction la plus terrible de Dieu est venue sur la terre lors du déluge. {CD 373.2}
Après le déluge, les gens ont mangé en grande partie de la nourriture animale. Dieu vit que les voies de l’homme étaient corrompues et qu’il était disposé à s’élever fièrement contre son Créateur et à suivre les inclinations de son propre cœur. Et Il a permis à cette race à longue durée de vie de manger de la nourriture animale pour raccourcir sa vie pécheresse. Peu de temps après le déluge, la race a commencé à diminuer rapidement en taille et en nombre d’années. {CD 373.3}
Dépravation antédiluvienne
(1865) H. à L., ch. 1, p. 52
640. Les habitants de l’Ancien Monde étaient intempérants à manger et à boire. Ils auraient de la viande, bien que Dieu ne leur ait pas donné la permission de manger de la nourriture animale. Ils mangeaient et buvaient à l’excès, et leurs appétits dépravés ne connaissaient pas de bornes. Ils se livraient à une abominable idolâtrie. Ils sont devenus violents et féroces, et si corrompus que Dieu ne pouvait plus les supporter. Leur coupe d’iniquité était pleine, et Dieu a nettoyé la terre de sa pollution morale par un déluge. Alors que les hommes se multipliaient sur la surface de la terre après le déluge, ils oublièrent Dieu et corrompirent leurs voies devant lui. L’intempérance sous toutes ses formes s’accrut dans une large mesure. {CD 373.4}
L’échec et la perte spirituelle d’Israël
(1905) MH 311, 312
641. Le régime fixé à l’homme au début ne comprenait pas de nourriture animale. Ce n’est qu’après le déluge, lorsque toute chose verte sur la terre fut détruite, que l’homme reçut la permission de manger de la viande. {DC 374.1}
En choisissant la nourriture de l’homme en Eden, le Seigneur a montré quelle était la meilleure alimentation ; dans le choix fait pour Israël, Il a enseigné la même leçon. Il fit sortir les Israélites d’Égypte, et entreprit leur formation, afin qu’ils soient un peuple pour sa possession. A travers eux, il désirait bénir et enseigner le monde. Il leur a fourni la nourriture la mieux adaptée à cette fin, non pas de la chair, mais de la manne, « le pain du ciel ». Ce n’est qu’à cause de leur mécontentement et de leurs murmures pour les pots à viande d’Egypte que la nourriture animale leur fut accordée, et ce pour peu de temps seulement. Son utilisation a apporté la maladie et la mort à des milliers de personnes. Pourtant, la restriction à un régime non carné n’a jamais été acceptée de tout cœur. Il a continué à être la cause du mécontentement et des murmures, ouverts ou secrets, et il n’a pas été rendu permanent. {CD 374.2}
Lors de leur installation à Canaan, les Israélites ont été autorisés à utiliser de la nourriture animale, mais sous des restrictions prudentes, qui tendaient à atténuer les mauvais résultats. L’utilisation de la chair de porc était interdite, ainsi que celle d’autres animaux, d’oiseaux et de poissons dont la chair était déclarée impure. Parmi les viandes autorisées, la consommation de graisse et de sang était strictement interdite. {CD 374.3}
Seuls les animaux en bon état pouvaient être utilisés pour la nourriture. Aucune créature déchirée, morte d’elle-même ou dont le sang n’a pas été soigneusement drainé, ne pouvait servir de nourriture. {CD 374.4}
En s’écartant du plan divinement établi pour leur régime alimentaire, les Israélites subirent une grande perte. Ils désiraient un régime de chair, et ils en ont récolté les résultats. Ils n’ont pas atteint l’idéal de caractère de Dieu ni accompli son dessein. Le Seigneur ” leur a accordé leur demande, mais a envoyé de la maigreur dans leur âme “. Ils plaçaient le terrestre au-dessus du spirituel, et la prééminence sacrée qui était son dessein pour eux, ils ne l’atteignirent pas. {DC 375.1}
Régime sans chair pour modifier la disposition
MS 38, 1898
642. Le Seigneur dit clairement à son peuple que toutes les bénédictions lui parviendraient s’il gardait ses commandements et était un peuple particulier. Il les avertit par Moïse dans le désert, précisant que la santé serait la récompense de l’obéissance. L’état d’esprit est en grande partie lié à la santé du corps, et en particulier à la santé des organes digestifs. En règle générale, le Seigneur n’a pas fourni à son peuple de viande dans le désert, car il savait que l’utilisation de ce régime créerait la maladie et l’insubordination. Afin de modifier le tempérament et d’amener les puissances supérieures de l’esprit à exercer activement, il en a retiré la chair d’animaux morts. Il leur a donné la nourriture des anges, la manne du ciel. {CD 375.2}
La rébellion et sa punition
(1864) Esp. Cadeaux IV, 15-18
643. Dieu continua à nourrir l’armée hébraïque avec le pain tombé du ciel ; mais ils n’étaient pas satisfaits. Leurs appétits dépravés réclamaient de la viande, que Dieu, dans sa sagesse, leur avait en grande partie refusée. . . . Satan, l’auteur de la maladie et de la misère, s’approchera du peuple de Dieu là où il pourra avoir le plus grand succès. Il a contrôlé l’appétit dans une large mesure depuis son expérience réussie avec Eve, en l’amenant à manger le fruit défendu. Il est venu avec ses tentations d’abord à la multitude mélangée, les Égyptiens croyants, et les a excités à des murmures séditieux. Ils ne se contenteraient pas de la nourriture saine que Dieu leur avait fournie. Leurs appétits dépravés recherchaient une plus grande variété, en particulier les viandes. {CD 375.3}
Ce murmure infecta bientôt presque tout le corps du peuple. Au début, Dieu n’a pas satisfait leurs appétits lubriques, mais a fait tomber sur eux ses jugements et a consumé les plus coupables par la foudre du ciel. Pourtant cela, au lieu de les humilier, ne faisait qu’augmenter leurs murmures. Lorsque Moïse entendit le peuple pleurer à la porte de leurs tentes et se plaindre dans leurs familles, il fut mécontent. Il présenta devant le Seigneur les difficultés de sa situation, et l’esprit insoumis des Israélites, et la position dans laquelle Dieu l’avait placé auprès du peuple, celle d’un père nourricier, qui devrait faire siennes les souffrances du peuple. . . . {DC 376.1}
Le Seigneur ordonna à Moïse de rassembler devant lui soixante-dix des anciens, qu’il savait être les anciens du peuple. Ils ne devaient pas être ceux seulement dans les années avancées, mais des hommes de dignité, de bon jugement et d’expérience, qui étaient qualifiés pour être juges ou officiers. « Et amène-les au tabernacle d’assignation, afin qu’ils se tiennent là avec toi. Et je descendrai et je parlerai avec toi là-bas; et je prendrai de l’esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, et ils porteront avec toi le fardeau du peuple, afin que tu ne le portes pas toi-même seul. {CD 376.2}
« Et dis au peuple : Sanctifiez-vous pour demain, et vous mangerez de la chair ; car vous avez pleuré aux oreilles du Seigneur. disant : Qui nous donnera de la chair à manger ? car nous étions bien en Égypte; c’est pourquoi le Seigneur vous donnera de la chair, et vous en mangerez. Vous ne mangerez pas un jour, ni deux jours, ni cinq jours, ni dix jours, ni vingt jours ; mais même un mois entier, jusqu’à ce qu’il sorte par vos narines, et qu’il vous soit répugnant; parce que vous avez méprisé l’Éternel qui est au milieu de vous, et que vous avez pleuré devant lui, en disant : Pourquoi sommes-nous sortis d’Égypte ? {CD 376.3}
« Et Moïse dit : Le peuple au milieu duquel je suis est composé de six cent mille fantassins ; et tu as dit: Je leur donnerai de la viande, afin qu’ils mangent tout un mois. Les brebis et les troupeaux seront-ils tués pour eux, pour leur suffire ? ou tous les poissons de la mer seront-ils rassemblés pour eux, pour leur suffire ? Et l’Éternel dit à Moïse : La main de l’Éternel est-elle devenue courte ? tu verras maintenant si ma parole s’accomplira pour toi ou non ». . . {CD 376.4}
« Et un vent de la part de l’Éternel s’éleva, et fit venir de la mer des cailles, et les laissa tomber près du camp, comme si c’était une journée de marche de ce côté, et comme si c’était une journée de marche de l’autre côté, tout autour. le camp, et, pour ainsi dire, deux coudées de haut sur la face de la terre. Et le peuple se tint debout tout ce jour-là, et toute cette nuit-là, et tout le lendemain, et ils ramassèrent les cailles. Celui qui en rassemblait le moins en rassemblait dix homers, et ils les répandaient tous pour eux autour du camp. {CD 377.1}
“Et tandis que la chair était encore entre leurs dents, la colère de l’Éternel s’enflamma contre le peuple, et l’Éternel frappa le peuple d’une très grande plaie.” {CD 377.2}
Dans ce cas, le Seigneur a donné au peuple ce qui n’était pas pour son bien, parce qu’il voulait l’avoir. Ils ne se soumettraient pas pour recevoir du Seigneur ces choses qui s’avéreraient pour leur bien. Ils se livraient à des murmures séditieux contre Moïse et contre l’Éternel, parce qu’ils n’avaient pas reçu les choses qui leur feraient du mal. Leurs appétits dépravés les contrôlaient, et Dieu leur donna des viandes, comme ils le désiraient, et Il les laissa souffrir les résultats de la satisfaction de leurs appétits lubriques. Des fièvres ardentes décimèrent un très grand nombre de personnes. Ceux qui avaient été les plus coupables dans leurs murmures étaient tués dès qu’ils avaient goûté la viande qu’ils avaient convoitée. S’ils s’étaient soumis pour que le Seigneur choisisse pour eux leur nourriture, et s’ils avaient été reconnaissants et satisfaits de la nourriture qu’ils pouvaient manger librement sans dommage, ils n’auraient pas perdu la faveur de Dieu, et auraient ensuite été punis pour leurs murmures rebelles par un grand nombre d’entre eux tués. {CD 377.3}
Le dessein de Dieu pour Israël
(1890) CTBH 118, 119
644. Lorsque Dieu fit sortir d’Égypte les enfants d’Israël, son dessein était de faire d’eux dans le pays de Canaan un peuple pur, heureux et sain. Examinons les moyens par lesquels Il accomplirait cela. Il les a soumis à un cours de discipline qui, s’il avait été suivi avec joie, aurait eu un effet positif sur eux-mêmes et sur leur postérité. Il leur enleva en grande partie la nourriture carnée. Il leur avait accordé de la chair en réponse à leurs clameurs, juste avant d’atteindre le Sinaï, mais elle n’était fournie que pour un jour. Dieu aurait pu fournir la chair aussi facilement que la manne, mais une restriction a été imposée au peuple pour son bien. Son but était de leur fournir une nourriture mieux adaptée à leurs besoins que le régime fiévreux auquel beaucoup d’entre eux avaient été habitués en Égypte. L’appétit perverti devait être amené dans un état plus sain, afin qu’ils puissent jouir de la nourriture originellement prévue pour l’homme, les fruits de la terre, que Dieu donna à Adam et Eve en Eden. {CD 377.4}
S’ils avaient été disposés à renoncer à l’appétit pour obéir à ses restrictions, la faiblesse et la maladie auraient été inconnues parmi eux. Leurs descendants auraient possédé la force physique et mentale. Ils auraient eu des perceptions claires de la vérité et du devoir, une discrimination aiguë et un bon jugement. Mais ils n’étaient pas disposés à se soumettre aux exigences de Dieu, et ils n’ont pas réussi à atteindre la norme qu’il avait établie pour eux, et à recevoir les bénédictions qui auraient pu être les leurs. Ils murmuraient contre les restrictions de Dieu et convoitaient les pots à chair de l’Égypte. Dieu leur a donné la chair, mais cela s’est avéré une malédiction pour eux. {CD 378.1}
Un exemple pour nous
1 Corinthiens 10:6, 11
645. “Maintenant, ces choses étaient nos exemples, dans l’intention de ne pas convoiter les choses mauvaises, comme ils le désiraient aussi.” “Maintenant, toutes ces choses leur sont arrivées pour des exemples: et elles sont écrites pour notre avertissement, sur qui les fins du monde sont venues.” {CD 378.2}
(1873) 3T 171, 172
646. L’église en général à Battle Creek n’a pas soutenu l’Institut par son exemple. Ils n’ont pas honoré la lumière de la réforme sanitaire en la réalisant dans leurs familles. La maladie qui a touché de nombreuses familles à Battle Creek n’aurait pas dû l’être, si elles avaient suivi la lumière que Dieu leur avait donnée. Comme l’ancien Israël, ils ont ignoré la lumière et ne voyaient pas plus la nécessité de restreindre leur appétit que l’ancien Israël. Les enfants d’Israël voulaient manger de la chair et disaient, comme beaucoup le disent maintenant : Nous mourrons sans viande. Dieu a donné de la chair à Israël rebelle, mais Sa malédiction était avec elle. Des milliers d’entre eux sont morts alors que la viande qu’ils désiraient était entre leurs dents. Nous avons l’exemple de l’ancien Israël, et l’avertissement pour nous de ne pas faire comme eux. Leur histoire d’incrédulité et de rébellion est enregistrée comme un avertissement spécial que nous ne devrions pas suivre leur exemple de murmure aux exigences de Dieu. Comment pouvons-nous passer si indifféremment, choisissant notre propre route, suivant la vue de nos propres yeux, et nous éloignant de plus en plus de Dieu, comme le faisaient les Hébreux ? Dieu ne peut pas faire de grandes choses pour son peuple à cause de sa dureté de cœur et de son incrédulité pécheresse. {CD 378.3}
Dieu ne fait acception de personne; mais à chaque génération ceux qui craignent le Seigneur et pratiquent la justice sont acceptés par lui; tandis que ceux qui murmurent, incrédules et rebelles, n’auront pas sa faveur ou les bénédictions promises à ceux qui aiment la vérité et marchent en elle. Ceux qui ont la lumière et ne la suivent pas, mais ne tiennent pas compte des exigences de Dieu, verront que leurs bénédictions seront changées en malédictions et leurs miséricordes en jugements. Dieu voudrait que nous apprenions l’humilité et l’obéissance en lisant l’histoire de l’ancien Israël, qui était son peuple choisi et particulier, mais qui a apporté sa propre destruction en suivant ses propres voies. {DC 379.1}
(1900) 6T 372
647. Nos habitudes de manger et de boire montrent si nous sommes du monde ou parmi le nombre que le Seigneur par son puissant fendoir de vérité a séparé du monde. C’est son peuple particulier, zélé pour les bonnes œuvres. Dieu a parlé dans sa parole. Dans le cas de Daniel et de ses trois compagnons, il y a des sermons sur la réforme sanitaire. Dieu a parlé dans l’histoire des enfants d’Israël, à qui, pour leur bien, il a cherché à priver un régime de chair. Il les a nourris du pain du ciel; “l’homme a mangé la nourriture des anges.” Mais ils ont encouragé leur appétit terrestre; et plus ils concentraient leurs pensées sur les pots à chair de l’Égypte, plus ils détestaient la nourriture que Dieu leur donnait pour les maintenir en bonne santé physique, mentale et morale. Ils aspiraient aux charcuteries, et en cela ils ont fait tout comme beaucoup l’ont fait à notre époque.
[D’autres déclarations concernant l’utilisation de la viande par les antédiluviens et les Israélites–231, 233] {CD 379.2}
Retour au régime d’origine
[CTBH 119] (1890) CH 450
648. Maintes et maintes fois, on m’a montré que Dieu essaie de nous ramener, pas à pas, à son dessein originel, à savoir que l’homme doit subsister grâce aux produits naturels de la terre. {DC 380.1}
MS 115, 1903
649. Les légumes, les fruits et les céréales doivent composer notre alimentation. Pas une once de viande de chair ne doit entrer dans nos estomacs. Manger de la chair n’est pas naturel. Nous devons revenir au dessein originel de Dieu dans la création de l’homme. {CD 380.2}
(1905) MH 317
650. N’est-il pas temps que tous s’efforcent de se passer des aliments carnés ? Comment ceux qui cherchent à devenir purs, raffinés et saints, afin d’avoir la compagnie des anges célestes, peuvent-ils continuer à utiliser comme nourriture tout ce qui a un effet si nocif sur l’âme et le corps ? Comment peuvent-ils prendre la vie des créatures de Dieu pour consommer la chair comme un luxe ? Qu’ils reviennent plutôt à la nourriture saine et délicieuse donnée à l’homme au début, et pratiquent eux-mêmes, et enseignent à leurs enfants à pratiquer, la miséricorde envers les créatures muettes que Dieu a faites et a placées sous notre domination. {CD 380.3}
Préparation à la traduction
(1890) CTB 119
651. Parmi ceux qui attendent la venue du Seigneur, la consommation de viande finira par disparaître ; la chair cessera de faire partie de leur alimentation. Nous devrions toujours garder ce but en vue et nous efforcer d’y travailler avec constance. Je ne peux pas penser que dans la pratique de manger de la chair nous soyons en harmonie avec la lumière que Dieu s’est plu à nous donner. Tous ceux qui sont liés à nos établissements de santé en particulier devraient s’éduquer pour se nourrir de fruits, de céréales et de légumes. Si nous nous éloignons des principes dans ces choses, si nous, en tant que réformateurs chrétiens, éduquons nos propres goûts et adaptons notre régime alimentaire au plan de Dieu, alors nous pouvons exercer une influence sur les autres dans cette affaire, ce qui sera agréable à Dieu. {CD 380.4}
[CTBH 48] (1890) CH 116
652. La fin principale de l’homme n’est pas de satisfaire son appétit. Il y a des besoins physiques à satisfaire ; mais pour cela est-il nécessaire que l’homme soit dominé par l’appétit ? Les gens qui cherchent à devenir saints, purs, raffinés, afin d’être introduits dans la société des anges célestes, continueront-ils à prendre la vie des créatures de Dieu, et à jouir de leur chair comme un luxe ? D’après ce que le Seigneur m’a montré, cet ordre de choses sera changé, et le peuple particulier de Dieu exercera la tempérance en toutes choses. {DC 381.1}
(1909) 9T 153, 154
653. Ceux qui ont reçu des instructions concernant les méfaits de l’utilisation des aliments carnés, du thé et du café, et des préparations alimentaires riches et malsaines, et qui sont déterminés à faire alliance avec Dieu par le sacrifice, ne continueront pas à assouvir leur appétit pour aliments qu’ils savent malsains. Dieu exige que l’appétit soit purifié et que l’abnégation soit pratiquée en ce qui concerne les choses qui ne sont pas bonnes. C’est une œuvre qui devra être accomplie avant que son peuple puisse se tenir devant lui en tant que peuple rendu parfait. {CD 381.2}
MS 71, 1908
654. C’est pour leur propre bien que le Seigneur conseille à l’Église du reste de rejeter l’usage de la viande, du thé, du café et d’autres aliments nocifs. Il y a beaucoup d’autres choses sur lesquelles nous pouvons subsister, qui sont saines et bonnes. {CD 381.3}
Perfectionner la sainteté
[R. & H., 27 mai 1902] CH 575, 576
655. De plus grandes réformes devraient être vues parmi les gens qui prétendent attendre l’apparition prochaine du Christ. La réforme sanitaire doit accomplir parmi notre peuple une œuvre qu’elle n’a pas encore accomplie. Il y a ceux qui devraient être conscients du danger de manger de la viande, qui continuent de manger de la chair d’animaux, mettant ainsi en danger la santé physique, mentale et spirituelle. Beaucoup de ceux qui ne sont maintenant qu’à moitié convertis sur la question de la consommation de viande quitteront le peuple de Dieu pour ne plus marcher avec eux. {DC 382.1}
Dans tout notre travail, nous devons obéir aux lois que Dieu a données, afin que les énergies physiques et spirituelles puissent travailler en harmonie. Les hommes peuvent avoir une forme de piété, ils peuvent même prêcher l’évangile, et pourtant être non purifiés et non sanctifiés. Les ministres doivent être strictement modérés dans leur nourriture et leur boisson, de peur qu’ils ne fassent des chemins tortueux pour leurs pieds, détournant les boiteux – ceux qui sont faibles dans la foi – hors du chemin. Si, tout en proclamant le message le plus solennel et le plus important que Dieu ait jamais donné, les hommes font la guerre à la vérité en se laissant aller à de mauvaises habitudes de manger et de boire, ils retirent toute la force du message qu’ils portent. {CD 382.2}
Ceux qui se livrent à la consommation de viande, au thé et à la gourmandise sèment les graines d’une moisson de douleur et de mort. La nourriture malsaine placée dans l’estomac renforce les appétits qui font la guerre à l’âme, développant les penchants inférieurs. Un régime de viande de chair tend à développer l’animalité. Un développement de l’animalité diminue la spiritualité, rendant l’esprit incapable de comprendre la vérité. {CD 382.3}
La parole de Dieu nous avertit clairement que si nous ne nous abstenons pas des convoitises charnelles, la nature physique sera mise en conflit avec la nature spirituelle. L’alimentation lubrique est en guerre contre la santé et la paix. Ainsi s’institue une guerre entre les attributs supérieurs et inférieurs de l’homme. Les penchants inférieurs, forts et actifs, oppriment l’âme. Les intérêts les plus élevés de l’être sont mis en péril par l’indulgence des appétits non sanctionnés par le Ciel. {CD 382.4}
Lettre 48, 1902
656. Ceux qui prétendent croire à la vérité doivent garder soigneusement les pouvoirs du corps et de l’esprit, afin que Dieu et sa cause ne soient en aucune façon déshonorés par leurs paroles ou leurs actions. Les habitudes et les pratiques doivent être soumises à la volonté de Dieu. Nous devons accorder une attention particulière à notre alimentation. Il m’a été clairement présenté que le peuple de Dieu doit prendre une position ferme contre la consommation de viande. Est-ce que Dieu pendant trente ans donnerait à Son peuple le message que s’ils désirent avoir du sang pur et des esprits clairs, ils doivent abandonner l’utilisation de la viande, s’Il ne voulait pas qu’ils tiennent compte de ce message ? Par l’utilisation de viandes, la nature animale est renforcée et la nature spirituelle affaiblie. {DC 383.1}
(1905) MH 315
657. Les maux moraux d’un régime carné ne sont pas moins marqués que les maux physiques. La nourriture carnée est nuisible à la santé, et tout ce qui affecte le corps a un effet correspondant sur l’esprit et l’âme. Pensez à la cruauté envers les animaux que la consommation de viande implique et à ses effets sur ceux qui l’infligent et ceux qui la voient. Comme cela détruit la tendresse avec laquelle nous devrions considérer ces créatures de Dieu ! {CD 383.2}
MS 22, 1887
658. L’usage courant de la chair des animaux morts a eu une influence détériorante sur les mœurs aussi bien que sur l’institution physique. Une mauvaise santé sous diverses formes, si l’effet pouvait être attribué à la cause, révélerait le résultat certain de la consommation de chair. {CD 383.3}
Pacific Union Recorder, 9 octobre 1902
659. Ceux qui consomment de la viande méprisent tous les avertissements que Dieu a donnés concernant cette question. Ils n’ont aucune preuve qu’ils marchent sur des chemins sûrs. Ils n’ont pas la moindre excuse pour manger la chair d’animaux morts. La malédiction de Dieu repose sur la création animale. Souvent, lorsque de la viande est consommée, elle se décompose dans l’estomac et crée des maladies. Les cancers, les tumeurs et les maladies pulmonaires sont en grande partie causés par la consommation de viande. {CD 383.4}
MS 3, 1897
660. Oh, si chacun pouvait discerner ces questions telles qu’elles m’ont été présentées, ceux qui sont maintenant si négligents, si indifférents quant à la formation de leur caractère ; ceux qui plaident pour l’indulgence dans un régime de viande, n’ouvriraient jamais leurs lèvres pour justifier un appétit pour la chair d’animaux morts. Un tel régime contamine le sang de leurs veines et stimule les passions animales inférieures. Elle affaiblit la perception aiguë et la vigueur de la pensée à la compréhension de Dieu et de la vérité, et à la connaissance d’eux-mêmes. {DC 384.1}
Manger de la viande est particulièrement dangereux maintenant
(1905) MH 313
661. La chair n’a jamais été la meilleure nourriture ; mais son utilisation est maintenant doublement répréhensible, puisque la maladie chez les animaux augmente si rapidement. {CD 384.2}
(1902) 7T 124
662. Les animaux deviennent de plus en plus malades, et il ne faudra pas longtemps avant que la nourriture animale soit jetée par beaucoup d’autres que les adventistes du septième jour. Des aliments sains et vitaux doivent être préparés, afin que les hommes et les femmes n’aient pas besoin de manger de viande. {CD 384.3}
MS 133, 1902
663. Quand ceux qui connaissent la vérité prendront-ils position du côté des principes justes pour le temps et pour l’éternité ? Quand seront-ils fidèles aux principes de la réforme de la santé ? Quand apprendront-ils qu’il est dangereux d’utiliser de la viande de chair ? J’ai pour instruction de dire que si jamais manger de la viande était sans danger, ce n’est plus sans danger maintenant. {CD 384.4}
Union Conference Record (australasien), 28 juillet 1899
644. La lumière qui m’est donnée est qu’il ne faudra pas très longtemps avant que nous devions renoncer à toute nourriture animale. Même le lait devra être jeté. La maladie s’accumule rapidement. La malédiction de Dieu est sur la terre, parce que l’homme l’a maudite. Les habitudes et les pratiques des hommes ont amené la terre dans un tel état qu’une autre nourriture que la nourriture animale doit être substituée à la famille humaine. Nous n’avons pas du tout besoin de nourriture carnée. Dieu peut nous donner autre chose. {CD 384.5}
(1870) 2T 404, 405
665. Si vous connaissiez exactement la nature de la viande que vous mangez, si vous voyiez les animaux vivants dont on prélève la chair une fois morts, vous vous détourneriez avec dégoût de vos viandes. Les animaux mêmes dont vous mangez la chair sont fréquemment si malades que, s’ils étaient laissés seuls, ils mourraient d’eux-mêmes ; mais tant qu’ils respirent la vie, ils sont tués et amenés au marché. Vous prenez directement dans votre système des humeurs et des poisons de la pire espèce, et pourtant vous ne vous en rendez pas compte. {DC 385.1}
La souffrance animale et ses effets
(1905) MH 314
666. Souvent, les animaux sont emmenés au marché et vendus comme nourriture, lorsqu’ils sont si malades que leurs propriétaires craignent de les garder plus longtemps. Et certains des processus d’engraissement pour les maladies des produits du marché. Enfermé à l’abri de la lumière et de l’air pur, respirant l’atmosphère des écuries crasseuses, s’engraissant peut-être avec des aliments en décomposition, le corps tout entier est bientôt contaminé par des matières fétides. {CD 385.2}
Les animaux sont souvent transportés sur de longues distances et soumis à de grandes souffrances pour atteindre un marché. Arrachées aux verts pâturages et parcourant des kilomètres de fatigue sur les routes chaudes et poussiéreuses, ou entassées dans des voitures sales, fébriles et épuisées, souvent pendant de nombreuses heures privées de nourriture et d’eau, les pauvres créatures sont conduites à leur mort, afin que les êtres humains puissent se régaler des carcasses. {CD 385.3}
(1864) Esp. Dons IV, 147, 148
667. Beaucoup meurent de maladies causées entièrement par la consommation de viande ; pourtant le monde ne semble pas être le plus sage. On tue fréquemment des animaux qui ont été conduits assez loin pour l’abattage. Leur sang s’est échauffé. Ils sont pleins de chair et ont été privés d’exercices sains, et lorsqu’ils doivent voyager loin, ils deviennent rassasiés et épuisés et, dans cet état, sont tués pour le marché. Leur sang est hautement enflammé, et ceux qui mangent de leur viande, mangent du poison. Certains ne sont pas immédiatement affectés, tandis que d’autres sont attaqués par une douleur intense et meurent de fièvre, de choléra ou d’une maladie inconnue. {CD 385.4}
De très nombreux animaux sont vendus pour le marché de la ville connus pour être malades par ceux qui les ont vendus, et ceux qui les achètent ne l’ignorent pas toujours. Surtout dans les grandes villes, cela se pratique dans une large mesure, et les mangeurs de viande ne savent pas qu’ils mangent des animaux malades. {CD 386.1}
Certains animaux qui sont amenés à l’abattoir semblent réaliser par instinct ce qui va se passer, et ils deviennent furieux, et littéralement fous. Ils sont tués dans cet état et leur chair est préparée pour le marché. Leur viande est un poison et a produit, chez ceux qui en ont mangé, des crampes, des convulsions, l’apoplexie et la mort subite. Pourtant, la cause de toutes ces souffrances n’est pas attribuée à la viande. {CD 386.2}
Certains animaux sont traités de manière inhumaine lorsqu’ils sont amenés à l’abattoir. Ils sont littéralement torturés et, après avoir enduré de nombreuses heures de souffrances extrêmes, sont massacrés. Les porcs ont été préparés pour le marché alors même que la peste était sur eux, et leur chair venimeuse a propagé des maladies contagieuses, et une grande mortalité s’en est suivie. {CD 386.3}
Les résultats physiques d’un régime de chair augmentent le risque de maladie et de mort subite
(1868) 2T 64
668. Le risque de contracter une maladie est décuplé par la consommation de viande. {CD 386.4}
Lettre 83, 1901
669. Les médecins du monde ne peuvent expliquer l’augmentation rapide des maladies dans la famille humaine. Mais nous savons qu’une grande partie de cette souffrance est causée par la consommation de chair morte. {CD 386.5}
(1896) E. de UT 8
670. Les animaux sont malades, et en mangeant leur chair, nous plantons les graines de la maladie dans nos propres tissus et sang. Puis, lorsqu’ils sont exposés aux changements d’une atmosphère maladroite, ceux-ci sont plus sensiblement ressentis ; aussi lorsque nous sommes exposés aux épidémies et aux maladies contagieuses qui prévalent, le système n’est pas en état de résister à la maladie. {CD 386.6}
(1868) 2T 61
671. Vous avez de la chair, mais ce n’est pas une bonne matière. Vous êtes pire pour cette quantité de chair. Si chacun de vous se réduisait à un régime plus maigre, qui vous enlèverait vingt-cinq ou trente livres de votre chair grossière, vous seriez beaucoup moins sujet aux maladies. La consommation de viandes de chair a rendu le sang et la chair de mauvaise qualité. Vos systèmes sont dans un état d’inflammation, prêts à affronter la maladie. Vous êtes susceptible d’attaques aiguës de maladie et de mort subite, parce que vous ne possédez pas la force de constitution nécessaire pour vous rallier et résister à la maladie. Il viendra un moment où la force et la santé que vous vous êtes flattées de posséder se révéleront être de la faiblesse. {CD 387.1}
Sang malade
(1896) E. de UT 4
672. Je me suis senti pressé par l’Esprit de Dieu d’exposer à plusieurs le fait que leurs souffrances et leur mauvaise santé étaient causées par un mépris de la lumière qui leur avait été donnée sur la réforme de la santé. Je leur ai montré que leur régime carné, qui était censé être essentiel, n’était pas nécessaire, et que, comme ils étaient composés de ce qu’ils mangeaient, le cerveau, les os et les muscles étaient dans un état malsain, parce qu’ils vivaient de la chair. d’animaux morts; que leur sang était corrompu par cette mauvaise alimentation ; que la chair qu’ils mangeaient était malade, et que tout leur système devenait grossier et corrompu. {CD 387.2}
(1870) 2T 368
673. Les viandes de chair déprécieront le sang. Faites cuire de la viande avec des épices, et mangez-la avec des gâteaux et des tartes riches, et vous avez une mauvaise qualité de sang. Le système est trop lourdement taxé pour l’élimination de ce type de nourriture. Les tartes hachées et les cornichons, qui ne devraient jamais trouver de place dans l’estomac humain, donneront une qualité de sang misérable. Et une nourriture de mauvaise qualité, mal cuite, et en quantité insuffisante, ne peut faire du bon sang. Les viandes de chair et les aliments riches, ainsi qu’une alimentation appauvrie, produiront les mêmes résultats. {CD 387.3}
(1896) E. de UT 7
674. Les cancers, les tumeurs et toutes les maladies inflammatoires sont en grande partie causés par la consommation de viande. {CD 388.1}
D’après la lumière que Dieu m’a donnée, la prévalence du cancer et des tumeurs est en grande partie due à la grossièreté de la chair morte. {CD 388.2}
Cancer, Tuberculose, Tumeurs
MS 3, 1897
675. Le régime carné est la question sérieuse. Les êtres humains vivront-ils de la chair d’animaux morts ? La réponse, à partir de la lumière que Dieu a donnée, est non, décidément non. Les institutions de réforme de la santé devraient éduquer sur cette question. Les médecins qui prétendent comprendre l’organisme humain ne doivent pas encourager leurs patients à se nourrir de la chair d’animaux morts. Ils devraient souligner l’augmentation des maladies dans le règne animal. Le témoignage des examinateurs est que très peu d’animaux sont exempts de maladie, et que l’habitude de manger en grande partie de la viande contracte des maladies de toutes sortes, cancers, tumeurs, scrofule, tuberculose et nombre d’autres affections similaires. {CD 388.3}
(1905) MH313
676. Ceux qui consomment des aliments carnés savent peu ce qu’ils mangent. Souvent, s’ils pouvaient voir les animaux vivants et connaître la qualité de la viande qu’ils mangent, ils s’en détourneraient avec dégoût. Les gens mangent continuellement de la chair remplie de tuberculose et de germes cancéreux. Tuberculose, cancer et autres maladies mortelles sont ainsi communiquées. {CD 388.4}
(1875) 3T 563
677. Les tables de nombreuses femmes chrétiennes professées sont quotidiennement dressées avec une variété de plats qui irritent l’estomac et produisent un état fébrile du système. Les viandes de chair constituent le principal aliment sur la table de quelques familles, jusqu’à ce que leur sang soit rempli d’humeurs cancéreuses et scrofuleuses. Leur corps est composé de ce qu’ils mangent. Mais quand la souffrance et la maladie les surprennent, cela est considéré comme une affliction de la Providence. {CD 388.5}
Diminue la vigueur mentale
[CTBH 47] (1890) CH 115
678. Ceux qui consomment librement de la viande n’ont pas toujours un cerveau clair et un intellect actif, parce que l’utilisation de la chair des animaux tend à rendre le corps grossier et à engourdir les sensibilités les plus fines de l’esprit. {CD 389.1}
Bulletin de la Conférence générale, 12 avril 1901
679. Dieu veut que les facultés perceptives de son peuple soient claires et capables de dur labeur. Mais si vous suivez un régime carné, vous n’avez pas besoin de vous attendre à ce que votre esprit soit fructueux. Les pensées doivent être nettoyées ; alors la bénédiction de Dieu reposera sur son peuple. {CD 389.2}
(1868) 2T 62, 63
680. Il est impossible à ceux qui se servent librement des viandes de chair d’avoir un cerveau clair et une intelligence active. {CD 389.3}
(1896) E. de UT 4
681. Il y a une léthargie alarmante au sujet du sensualisme inconscient. Il est de coutume de manger la chair des animaux morts. Cela stimule les passions inférieures de l’organisme humain. {CD 389.4}
E. de UT 7
682. Un régime carné change le tempérament et renforce l’animalité. Nous sommes composés de ce que nous mangeons, et manger beaucoup de chair diminuera l’activité intellectuelle. Les étudiants accompliraient beaucoup plus dans leurs études s’ils ne goûtaient jamais de viande. Lorsque la partie animale de l’agent humain est renforcée par la consommation de viande, les facultés intellectuelles diminuent proportionnellement. Une vie religieuse peut être acquise et maintenue avec plus de succès si la viande est jetée, car ce régime stimule dans une activité intense les propensions à la luxure et affaiblit la nature morale et spirituelle. “La chair est en guerre contre l’esprit, et l’esprit contre la chair.” {CD 389.5}
Renforce les passions les plus basses
(1869) 2T 352
683. S’il y a jamais eu un temps où le régime alimentaire devait être le plus simple, c’est maintenant. La viande ne doit pas être placée devant nos enfants. Son influence est d’exciter et de fortifier les passions inférieures, et a tendance à étouffer les facultés morales. {CD 389.6}
MS 50, 1904
684. J’ai été instruit que l’usage de la viande a tendance à animaliser la nature et à priver les hommes et les femmes de l’amour et de la sympathie qu’ils devraient éprouver pour chacun. Nous sommes construits à partir de ce que nous mangeons, et ceux dont le régime alimentaire est composé en grande partie de nourriture animale sont amenés dans une condition où ils permettent aux passions inférieures de prendre le contrôle des hautes puissances de l’être. . . . {DC 390.1}
Nous ne marquons aucune ligne précise à suivre dans l’alimentation. Il existe de nombreux types d’aliments sains. Mais nous disons que la viande de chair n’est pas la bonne nourriture pour le peuple de Dieu. Il animalise les êtres humains. Dans un pays comme celui-ci, où il y a des fruits, des grains et des noix en abondance, comment peut-on penser qu’il faut manger de la chair d’animaux morts ? {DC 390.2}
Lettre 200, 1903
685. Si les choses étaient comme elles doivent être dans les maisons qui composent nos églises, nous pourrions faire un double service pour le Seigneur. La lumière qui m’a été donnée est qu’un message des plus décisifs doit être transmis en ce qui concerne la réforme de la santé. Ceux qui consomment de la viande renforcent les penchants inférieurs et préparent le terrain pour que la maladie s’y attache. {CD 390.3}
(1868) 2T 60, 61
686. Votre famille a consommé en grande partie de la viande, et les penchants pour l’animal ont été renforcés, tandis que l’intellectuel s’est affaibli. Nous sommes composés de ce que nous mangeons, et si nous subsistons en grande partie de la chair d’animaux morts, nous participerons à leur nature. Vous avez encouragé la partie la plus grossière de votre organisation, tandis que la plus raffinée a été affaiblie. {CD 390.4}
Bulletin de la Conférence générale, 12 avril 1901
687. Nous voulons que la vérité omniprésente de la parole de Dieu s’empare de chacun de nos membres avant la fin de cette conférence. Nous voulons qu’ils comprennent que la chair des animaux n’est pas la bonne nourriture pour eux. Un tel régime cultive chez eux et chez leurs enfants les passions animales. Dieu veut que nous inculquions à nos enfants de bonnes habitudes alimentaires, vestimentaires et de travail. Il veut que nous fassions ce que nous pouvons pour réparer les machines en panne.
[Effet sur les enfants de la viande et des aliments riches–348, 350, 356,357, 361, 578, 621, 711] {CD 390.5}
Le parcours le plus sûr
(1868) 2T 64
688. Les facultés intellectuelles, morales et physiques sont dépréciées par l’usage habituel des viandes. Manger de la viande dérange le système, obscurcit l’intellect et émousse les sensibilités morales. Nous vous disons, cher frère et sœur, votre voie la plus sûre est de laisser la viande tranquille. {DC 391.1}
La cause non reconnue
(1905) MH 315
689. Les effets d’un régime carné peuvent ne pas être immédiatement réalisés ; mais ce n’est pas une preuve qu’il n’est pas nocif. Peu de gens peuvent être amenés à croire que c’est la viande qu’ils ont mangée qui a empoisonné leur sang et causé leur souffrance. {CD 391.2}
(1896) E. de UT 8
690. Le sujet m’est présenté sous différents aspects. La mortalité causée par la consommation de viande n’est pas discernée; s’il l’était, nous n’entendrions plus d’arguments et d’excuses en faveur de l’indulgence de l’appétit de chair morte. Nous avons plein de bonnes choses pour satisfaire la faim sans apporter de cadavres sur notre table pour composer notre menu. {CD 391.3}
[CTBH 48] (1890) CH 115
691. Beaucoup meurent de maladies entièrement dues à la consommation de viande, alors que la véritable cause est à peine soupçonnée par eux-mêmes ou par les autres. Certains ne ressentent pas immédiatement ses effets, mais ce n’est pas une preuve que cela ne leur fait pas mal. Il peut certainement faire son travail sur le système, mais pour le moment, la victime peut ne rien en réaliser. {CD 391.4}
(1868) 2T 61
692. Vous avez répété à plusieurs reprises pour défendre votre indulgence envers la consommation de viande : “Aussi nuisible que cela puisse être pour les autres, cela ne me blesse pas, car je l’ai utilisé toute ma vie.” Mais vous ne savez pas à quel point vous auriez pu être si vous vous étiez abstenu de consommer de la viande. {CD 391.5}
Le porc particulièrement condamné
(1868) 2T 96
693. Dieu vous a donné la lumière et la connaissance, que vous avez professé croire qu’elles venaient directement de Lui, vous ordonnant de renier l’appétit. Vous savez que l’utilisation de la chair de porc est contraire à son commandement exprès, donné non pas parce qu’il voulait spécialement montrer son autorité, mais parce qu’il serait préjudiciable à ceux qui en mangeraient. Son usage rendrait le sang impur, de sorte que la scrofule et d’autres humeurs corrompent le système, et tout l’organisme en souffrirait. Surtout les nerfs fins et sensibles du cerveau deviendraient affaiblis et si obscurcis que les choses sacrées ne seraient pas discernées, mais seraient placées au niveau inférieur avec les choses communes. {DC 392.1}
(1905) MH 313, 314
694. Les tissus du porc fourmillent de parasites. Au sujet des porcs, Dieu a dit : « C’est impur pour vous ; vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas à leur cadavre. Cet ordre a été donné parce que la chair du porc est impropre à la nourriture. Les porcs sont des charognards, et c’est la seule utilisation qu’ils étaient censés servir. Jamais, en aucune circonstance, leur chair n’a été mangée par des êtres humains. {CD 392.2}
(1865) H. à L., ch. 1, p. 58
695. La viande de porc, quoique l’un des aliments les plus courants, est l’un des plus nuisibles. Dieu n’a pas interdit aux Hébreux de manger de la viande de porc simplement pour montrer son autorité, mais parce que ce n’était pas un aliment convenable pour l’homme. Il remplirait le système de scrofules, et surtout dans ce climat chaud produisait la lèpre et des maladies de toutes sortes. Son influence sur le système dans ce climat était bien plus nuisible que dans un climat plus froid. Mais Dieu n’a jamais conçu le porc pour qu’il soit mangé en aucune circonstance. Les païens utilisaient le porc comme aliment, et les Américains l’ont utilisé librement comme élément important de l’alimentation. La chair de porc ne serait pas agréable au goût dans son état naturel. Il est rendu agréable à l’appétit par un fort assaisonnement, ce qui aggrave une très mauvaise chose. La chair de porc au-dessus de toutes les autres viandes, produit un mauvais état du sang. Ceux qui mangent librement du porc ne peuvent qu’être malades. Ceux qui font beaucoup d’exercice à l’extérieur ne se rendent pas compte des mauvais effets de la consommation de porc, comme ceux qui vivent principalement à l’intérieur, dont les habitudes sont sédentaires et dont le travail est mental. {CD 392.3}
Mais ce n’est pas seulement la santé physique qui est atteinte par la consommation de porc. L’esprit est affecté, et les sensibilités les plus fines sont émoussées par l’utilisation de cet aliment grossier. Il est impossible que la chair d’aucune créature vivante soit saine lorsque la saleté est son élément naturel et qu’elle se nourrit de toute chose détestable. La chair des porcs est composée de ce qu’ils mangent. Si les êtres humains mangent leur chair, leur sang et leur chair seront corrompus par les impuretés qui leur sont transmises par le porc. {DC 393.1}
La consommation de porc a produit la scrofule, la lèpre et les humeurs cancéreuses. La consommation de porc est toujours à l’origine des souffrances les plus intenses de la race humaine.
[L’attitude de Daniel envers la chair de porc–34] {CD 393.2}
Graisse animale et sang
(1868) 2T 61
696. En tant que famille, vous êtes loin d’être à l’abri de la maladie. Vous avez utilisé la graisse animale que Dieu dans sa parole interdit expressément : « Ce sera un statut perpétuel pour vos générations dans toutes vos habitations, que vous ne mangiez ni graisse ni sang. « De plus, vous ne mangerez aucune sorte de sang, que ce soit de volaille ou de bête, dans aucune de vos habitations. Quelle que soit l’âme qui mange du sang, cette âme-là sera retranchée de son peuple. {CD 393.3}
Lettre 102, 1896
697. La viande est servie puante de graisse, car elle convient au goût pervers. Le sang et la graisse des animaux sont consommés comme un luxe. Mais le Seigneur a donné des instructions spéciales pour que ceux-ci ne soient pas mangés. Pourquoi? Parce que leur utilisation créerait un courant de sang malade dans le système humain. Le mépris des directives spéciales du Seigneur a amené une variété de difficultés et de maladies sur les êtres humains. . . . S’ils introduisent dans leurs systèmes ce qui ne peut pas rendre la chair et le sang bons, ils doivent endurer les résultats de leur mépris de la parole de Dieu. {CD 393.4}
Poissons souvent contaminés
(1905) MH 314, 315
698. Dans de nombreux endroits, les poissons sont tellement contaminés par la crasse dont ils se nourrissent qu’ils deviennent une cause de maladie. C’est particulièrement le cas lorsque les poissons entrent en contact avec les égouts des grandes villes. Les poissons qui se nourrissent du contenu des égouts peuvent passer dans des eaux lointaines et être pêchés là où l’eau est pure et fraîche. Ainsi, lorsqu’ils sont utilisés comme nourriture, ils apportent la maladie et la mort à ceux qui ne soupçonnent pas le danger. {DC 394.1}
Reconnaissance des conditions d’urgence
(1890) CTBH 117, 118
699. Là où l’on peut obtenir beaucoup de bon lait et de bons fruits, il y a rarement une excuse pour manger de la nourriture animale ; il n’est pas nécessaire de prendre la vie d’aucune des créatures de Dieu pour subvenir à nos besoins ordinaires. Dans certains cas de maladie ou d’épuisement, il peut être préférable d’utiliser de la viande, mais il faut prendre grand soin de conserver la chair d’animaux sains. C’est devenu une question très sérieuse de savoir s’il est sûr d’utiliser de la nourriture carnée à cet âge du monde. Il vaut mieux ne jamais manger de viande que d’utiliser la chair d’animaux qui ne sont pas en bonne santé. Quand je ne pouvais pas me procurer la nourriture dont j’avais besoin, j’ai parfois mangé un peu de viande ; mais j’en ai de plus en plus peur.
[Ellen G. White parfois obligée de manger un peu de viande–Appendice I:10] {CD 394.2}
YI, 31 mai 1894
700. Certains pensent sincèrement qu’un bon régime consiste principalement en bouillie. Manger en grande partie de la bouillie n’assurerait pas la santé des organes digestifs ; car il ressemble trop à un liquide. Encouragez la consommation de fruits et légumes et de pain. Un régime à base de viande n’est pas le plus sain des régimes, et pourtant je ne soutiendrais pas que la viande devrait être jetée par tout le monde. Ceux qui ont des organes digestifs faibles peuvent souvent utiliser de la viande, lorsqu’ils ne peuvent pas manger de légumes, de fruits ou de bouillie. Si nous voulons préserver la meilleure santé, nous devrions éviter de manger des légumes et des fruits au même repas. Si l’estomac est faible, il y aura de la détresse, le cerveau sera confus et incapable de fournir un effort mental. Mangez des fruits à un repas et des légumes au suivant. . . . {CD 394.3}
Les gâteaux sucrés, les puddings sucrés et les crèmes anglaises perturberont les organes digestifs ; et pourquoi tenterions-nous ceux qui entourent la table en plaçant de tels articles devant eux ? Plus la nourriture des maîtres et des élèves est composée de chair, moins l’esprit sera susceptible de comprendre les choses spirituelles. Les penchants animaux sont renforcés et les fines sensibilités de l’esprit sont émoussées. L’étude diligente n’est pas la principale cause de la dégradation des facultés mentales. La cause principale est une mauvaise alimentation, des repas irréguliers et un manque d’exercice physique. Des heures irrégulières pour manger et dormir sapent les forces du cerveau.
[Pas prêt en 1884 à supprimer entièrement la consommation de viande dans nos institutions, même si le pas serait éventuellement franchi–720]
[Viande non malade préférable à l’utilisation gratuite de lait et de sucre–527, 533]
[Médecins à éduquer loin de, mais pas à faire des prescriptions interdisant l’utilisation de la viande de chair–434, 438]
[Changements imprudents possibles du régime alimentaire de ceux qui meurent de consommation–435]
[Les aliments carnés ne doivent pas être condamnés lorsqu’un régime alimentaire non carné adéquat n’est pas disponible–796]
[La nourriture carnée n’est pas la bonne nourriture pour le peuple de Dieu dans les pays où les fruits, les céréales et les noix sont disponibles en abondance–719]
[Chair servie aux patients dans les sanatoriums dans leur chambre–437] {CD 395.1}
Un régime sans chair adéquat
R. & H., 8 mai 1883
701. La viande n’est pas essentielle pour la santé ou la force, sinon le Seigneur a commis une erreur lorsqu’Il a fourni de la nourriture à Adam et Eve avant leur chute. Tous les éléments de la nutrition sont contenus dans les fruits, les légumes et les céréales. {CD 395.2}
(1905) MH 316
702. C’est une erreur de supposer que la force musculaire dépende de l’usage de la nourriture animale. Les besoins du système peuvent être mieux satisfaits, et une santé plus vigoureuse peut être appréciée, sans son utilisation. Les grains, avec les fruits, les noix et les légumes, contiennent toutes les propriétés nutritives nécessaires pour faire du bon sang. Ces éléments ne sont pas si bien ou si complètement fournis par un régime carné. Si l’utilisation de la chair avait été essentielle à la santé et à la force, la nourriture animale aurait été incluse dans le régime alimentaire désigné par l’homme au début.
[Viande déconseillée en cas d’alimentation pauvre–319] {CD 396.1}
Pourquoi utiliser de la nourriture d’occasion ?
Lettre 72, 1896
703. Le régime alimentaire des animaux est composé de légumes et de céréales. Les végétaux doivent-ils être animalisés, doivent-ils être incorporés au système des animaux, avant que nous les ayons ? Doit-on obtenir son alimentation végétale en mangeant la chair de créatures mortes ? Dieu a fourni des fruits dans leur état naturel pour nos premiers parents. Il confia à Adam le soin du jardin, de le cultiver et d’en prendre soin, en disant : “Ce sera pour vous la nourriture”. Un animal ne devait pas détruire un autre animal pour se nourrir. {CD 396.2}
(1905) MH 313
704. Ceux qui mangent de la chair ne mangent que des céréales et des légumes de seconde main ; car l’animal reçoit de ces choses la nutrition qui produit la croissance. La vie qui était dans les céréales et les légumes passe dans le mangeur. Nous le recevons en mangeant la chair de l’animal. Combien mieux l’obtenir directement en mangeant la nourriture que Dieu a prévue pour notre usage ! {CD 396.3}
Viande un stimulant typique
(1905) MH 316
705. Lorsque l’utilisation de la nourriture carnée est interrompue, il y a souvent un sentiment de faiblesse, un manque de vigueur. Beaucoup insistent sur ce point comme preuve que la nourriture carnée est essentielle; mais c’est parce que les aliments de cette classe sont stimulants, parce qu’ils fièvrent le sang et excitent les nerfs, qu’ils nous manquent tant. Certains trouveront aussi difficile de cesser de manger de la chair qu’il l’est pour l’ivrogne de renoncer à son dram ; mais ils n’en seront que meilleurs pour le changement.
[Voir aussi 61] {CD 396.4}
(1903) Éd. 203
706. La nourriture carnée est également nocive. Son effet naturellement stimulant devrait être un argument suffisant contre son utilisation ; et la condition presque universellement malade des animaux la rend doublement répréhensible. Il tend à irriter les nerfs et à exciter les passions, donnant ainsi la balance des forces aux penchants inférieurs. {DC 397.1}
Lettre 73a, 1896
707. J’ai été quelque peu surpris de votre argument sur la raison pour laquelle un régime carné vous maintenait en force, car, si vous vous mettez hors de question, votre raison vous apprendra qu’un régime carné n’est pas aussi avantageux que vous. supposer. Vous savez comment vous répondriez à un adepte du tabac s’il invoquait, comme plaidoyer en faveur de l’usage du tabac, les arguments que vous avez avancés comme raison pour laquelle vous devriez continuer à utiliser la chair d’animaux morts comme nourriture. {CD 397.2}
La faiblesse que vous ressentez sans l’utilisation de viande est l’un des arguments les plus solides que je puisse vous présenter comme raison pour laquelle vous devriez cesser d’en consommer. Ceux qui mangent de la viande se sentent stimulés après avoir mangé cet aliment, et ils supposent qu’ils sont rendus plus forts. Après avoir cessé d’utiliser de la viande, il peut ressentir une faiblesse pendant un certain temps, mais lorsque son système est nettoyé de l’effet de ce régime, il ne ressent plus la faiblesse et cessera de souhaiter ce qu’il a plaidé pour. essentielle à sa force.
[Évanouissement ressenti par EG White lors d’un régime à base de viande – Annexe I: 4, 5, 10]
[Lutte d’EG White pour changer de régime carné–Appendice I:4, 5] {CD 397.3}
Fournir des substituts
(1905) MH 316, 317
708. Lorsque la chair est jetée, sa place doit être fournie avec une variété de grains, de noix, de légumes et de fruits, qui seront à la fois nourrissants et appétissants. Cela est particulièrement nécessaire dans le cas de ceux qui sont faibles ou qui sont taxés d’un travail continu. Dans certains pays, où la pauvreté abonde, la chair est la nourriture la moins chère. Dans ces circonstances, le changement se fera plus difficilement ; mais cela peut être effectué. Nous devrions, cependant, considérer la situation des gens et le pouvoir de l’habitude de toute une vie, et nous devrions veiller à ne pas encourager indûment même les bonnes idées. Personne ne devrait être poussé à faire le changement brusquement. La place de la viande doit être approvisionnée en aliments sains et peu coûteux. Dans cette affaire dépend beaucoup du cuisinier. Avec soin et compétence, des plats peuvent être préparés qui seront à la fois nutritifs et appétissants, et qui, dans une large mesure, remplacent la nourriture carnée. {CD 397.4}
Dans tous les cas, éduquez la conscience, engagez la volonté, fournissez une bonne nourriture saine, et le changement se fera facilement, et la demande de chair cessera bientôt. {CD 398.1}
Lettre 60a, 1896
709. La bonne cuisson des aliments est un accomplissement des plus importants. Surtout lorsque la viande n’est pas un aliment principal, une bonne cuisson est une exigence essentielle. Quelque chose doit être préparé pour remplacer la viande, et ces substituts de viande doivent être bien préparés, de sorte que la viande ne soit pas désirée.
[Apportez des modifications de manière compréhensive–320, 380]
[Régime adéquat nécessaire lorsque vous arrêtez de manger de la viande–320]
[Dieu donnera des compétences dans la préparation d’aliments sains pour remplacer les viandes de chair–376, 400, 401, 404]
[Régime de fruits, céréales, noix et légumes pour remplacer la viande–472, 483, 484, 513] {CD 398.2}
Excuses illogiques
(1870) 2T 486, 487
710. Quand Satan prend possession de l’esprit, combien de temps la lumière et l’instruction que le Seigneur a gracieusement données s’estompent et n’ont plus de force ! Combien formulent des excuses et font des nécessités qui n’existent pas, pour les soutenir dans leur conduite du mal, en écartant la lumière et en la foulant aux pieds. Je parle avec assurance. La plus grande objection à la réforme de la santé est que ce peuple ne la vit pas; et pourtant ils diront gravement qu’ils ne peuvent pas vivre la réforme sanitaire et conserver leurs forces. {CD 398.3}
Nous trouvons dans chacun de ces cas une bonne raison pour laquelle ils ne peuvent pas vivre la réforme de la santé. Ils ne le vivent pas et ne l’ont jamais suivi strictement, ils ne peuvent donc pas en bénéficier. Certains tombent dans l’erreur que parce qu’ils se débarrassent de la viande, ils n’ont pas besoin de la remplacer par les meilleurs fruits et légumes, préparés dans leur état le plus naturel, sans graisse ni épices. S’ils arrangeaient habilement les dons dont le Créateur les a entourés, parents et enfants avec une conscience claire s’engageant ensemble dans le travail, ils jouiraient d’une nourriture simple, et pourraient alors parler avec compréhension de la réforme sanitaire. Ceux qui ne se sont pas convertis à la réforme de la santé, et ne l’ont jamais pleinement adoptée, ne sont pas juges de ses bienfaits. Ceux qui s’écartent parfois pour assouvir le goût en mangeant une dinde grasse ou d’autres viandes charnues, pervertissent leurs appétits, et ce ne sont pas eux qui jugent des bienfaits de la réforme du système de santé. Ils sont contrôlés par le goût, pas par principe. {CD 399.1}
Appels sérieux à la réforme
MS 133, 1902
711. Beaucoup de parents agissent comme s’ils étaient dépourvus de raison. Ils sont dans un état de léthargie, paralysés par l’indulgence d’un appétit perverti et d’une passion avilissante. Nos ministres, qui connaissent la vérité, devraient réveiller les gens de leur état de paralysie et les amener à se débarrasser de ces choses qui créent un appétit pour la viande. S’ils négligent de se réformer, ils perdront leur pouvoir spirituel et deviendront de plus en plus avilis par l’indulgence pécheresse. Des habitudes qui dégoûtent l’univers céleste, des habitudes qui dégradent les êtres humains inférieurs aux bêtes, sont pratiquées dans de nombreux foyers. Que tous ceux qui connaissent la vérité disent : « Fuyez les convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. {CD 399.2}
Qu’aucun de nos ministres ne donne le mauvais exemple en mangeant de la viande. Qu’eux et leurs familles soient à la hauteur de la réforme de la santé. Ne laissez pas nos ministres animaliser leur propre nature et la nature de leurs enfants. Les enfants dont les désirs n’ont pas été contenus sont tentés non seulement de se livrer aux habitudes communes d’intempérance, mais de laisser libre cours à leurs passions inférieures et de mépriser la pureté et la vertu. Ceux-ci sont conduits par Satan non seulement pour corrompre leur propre corps, mais pour chuchoter leurs mauvaises communications aux autres. Si les parents sont aveuglés par le péché, ils échoueront souvent à discerner ces choses. {CD 399.3}
Aux parents qui vivent dans les villes, le Seigneur envoie le cri d’avertissement : Rassemblez vos enfants dans vos maisons ; rassemblez-les loin de ceux qui méprisent les commandements de Dieu, qui enseignent et pratiquent le mal. Sortez des villes aussi vite que possible. {CD 400.1}
Les parents peuvent s’assurer de petites maisons à la campagne, avec des terres à cultiver, où ils peuvent avoir des vergers et où ils peuvent cultiver des légumes et des petits fruits pour remplacer la viande de chair, qui corrompt tellement le sang qui coule dans les veines. {CD 400.2}
La force de résister par le jeûne et la prière
Lettre 73, 1896
712. Si nos appétits réclament la chair d’animaux morts, il est nécessaire de jeûner et de prier pour que le Seigneur accorde sa grâce pour nier les convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.
[Jeûner bénéfique pour changer d’un régime de viande et d’aliments riches–312] {CD 400.3}
Quand la prière pour la guérison est incohérente
Lettre 200, 1903
713. Certains adventistes du septième jour ne tiennent pas compte de la lumière qui leur est donnée à ce sujet. Ils font de la viande de chair une partie de leur alimentation. La maladie tombe sur eux. Malades et souffrants à cause de leur propre erreur, ils demandent les prières des serviteurs de Dieu. Mais comment le Seigneur peut-il travailler en leur faveur lorsqu’ils ne sont pas disposés à faire sa volonté, lorsqu’ils refusent de tenir compte de ses instructions concernant la réforme de la santé ? {CD 400.4}
Depuis trente ans, la lumière sur la réforme de la santé est venue au peuple de Dieu, mais beaucoup en ont fait un sujet de plaisanterie. Ils ont continué à consommer du thé, du café, des épices et de la viande. Leurs corps sont remplis de maladies. Comment pouvons-nous, je demande, présenter de telles personnes au Seigneur pour la guérison ? {CD 400.5}
(Écrit en 1884) E. de UT 2
714. Les biscuits chauds et les viandes de chair sont totalement en contradiction avec les principes de la réforme sanitaire. Si nous permettions à la raison de prendre la place de l’impulsion et de l’amour de l’indulgence sensuelle, nous ne devrions pas goûter la chair des animaux morts. Quoi de plus répugnant pour l’odorat qu’un magasin où l’on vend de la viande de chair ? L’odeur de la chair crue est offensante pour tous ceux dont les sens n’ont pas été dépravés par la culture des appétits contre nature. Quel spectacle plus déplaisant pour un esprit réfléchi que les bêtes tuées pour être dévorées ? Si la lumière que Dieu a donnée concernant la réforme de la santé est ignorée, Il ne fera pas de miracle pour maintenir en bonne santé ceux qui suivent une voie pour se rendre malades. {CD 401.1}
Leaders de la réforme
Lettre 48, 1902
715. Bien que nous ne fassions pas de l’utilisation de la viande un test, alors que nous ne voulons forcer personne à renoncer à son utilisation, il est cependant de notre devoir de demander qu’aucun ministre de la conférence ne se moque ou ne s’oppose à la message de réforme sur ce point. Si, face à la lumière que Dieu a donnée concernant l’effet de la consommation de viande sur le système, vous continuez à manger de la viande, vous devez en supporter les conséquences. Mais ne prenez pas devant le peuple une position qui lui permette de penser qu’il n’est pas nécessaire d’appeler à une réforme en matière de consommation de viande ; parce que le Seigneur appelle à une réforme. Le Seigneur nous a confié la tâche de proclamer le message de la réforme de la santé, et si vous ne pouvez pas avancer dans les rangs de ceux qui transmettent ce message, vous ne devez pas le mettre en avant. En contrecarrant les efforts de vos compagnons de travail,
[Le travail de réforme de la santé ira de l’avant ; gardez-vous de vous y opposer–42] {CD 401.2}
Pacific Union Recorder, 9 octobre 1902
716. En tant que messagers de Dieu, ne porterons-nous pas un témoignage décisif contre l’indulgence de l’appétit perverti ?. . . Dieu a fourni une abondance de fruits et de grains, qui peuvent être préparés sainement et utilisés en quantités appropriées. Pourquoi, alors, les hommes continuent-ils à choisir des viandes de chair ? Pouvons-nous avoir confiance dans les ministres qui, aux tables où la viande est servie, se joignent à d’autres pour la manger ? . . . {CD 401.3}
« Vous garderez diligemment les commandements du Seigneur votre Dieu. Quiconque transgresse les lois de la santé sera certainement visité par le mécontentement de Dieu. Oh, combien du Saint-Esprit nous pourrions avoir jour après jour, si nous marchions avec circonspection, en renonçant à nous-mêmes et en pratiquant les vertus du caractère de Christ. {CD 402.1}
MS 113, 1901
717. Que nos ministres et solliciteurs marchent sous les bannières de la stricte tempérance. N’ayez jamais honte de dire : « Non, merci ; Je ne mange pas de viande. J’ai des scrupules de conscience à ne pas manger la chair d’animaux morts. Si du thé est offert, refusez-le en donnant la raison de votre choix. Expliquez qu’il est nocif et que, bien que stimulant pendant un certain temps, le stimulus s’estompe rapidement et une dépression correspondante se fait sentir. {DC 402.2}
Lettre 135, 1902
718. En ce qui concerne la viande de chair, nous pouvons tous dire : Laissez-la tranquille. Et tous devraient témoigner clairement contre le thé et le café, sans jamais les utiliser. Ce sont des narcotiques, nocifs aussi bien pour le cerveau que pour les autres organes du corps. Le moment n’est pas encore venu où je dis que l’utilisation du lait et des œufs doit être totalement abandonnée. Le lait et les œufs ne doivent pas être classés avec les viandes. Dans certaines affections, l’utilisation d’œufs est très bénéfique. {CD 402.3}
Que les membres de nos églises renoncent à tout appétit égoïste. Chaque centime dépensé pour le thé, le café et la viande est pire que gaspillé ; car ces choses entravent le meilleur développement des pouvoirs physiques, mentaux et spirituels.
[Viande de chair non servie dans la maison blanche ou utilisée par EG White – Annexe 1: 4, 5, 8, 10, 14, 15, 16, 17, 18, 21, 23]
[Viande de chair bannie de la table d’EG White–Appendice 1:12, 13] {CD 402.4}
Un résumé
(1909) 9T 156-160
719. Si nous pouvions bénéficier de l’assouvissement du désir d’aliments carnés, je ne vous ferais pas cet appel ; mais je sais que nous ne pouvons pas. Les aliments carnés nuisent au bien-être physique et nous devrions apprendre à nous en passer. Ceux qui sont dans une position où il est possible d’assurer un régime végétarien, mais qui choisissent de suivre leurs propres préférences en la matière, mangeant et buvant à leur guise, deviendront peu à peu indifférents aux instructions que le Seigneur a données concernant d’autres phases de leur vie. la vérité présente, et perdront leur perception de ce qu’est la vérité ; ils récolteront sûrement comme ils ont semé. {CD 402.5}
On m’a dit que les élèves de nos écoles ne devaient pas être servis avec des aliments carnés ou avec des préparations alimentaires connues pour être malsaines. Rien de ce qui servira à encourager le désir de stimulants ne doit être placé sur les tables. Je fais appel aux vieux et aux jeunes et aux personnes d’âge moyen. Niez votre appétit de ces choses qui vous blessent. Servez le Seigneur par le sacrifice. {DC 403.1}
Laissez les enfants jouer un rôle intelligent dans ce travail. Nous sommes tous membres de la famille du Seigneur, et le Seigneur voudrait que ses enfants, jeunes et vieux, soient déterminés à se priver d’appétit et à économiser les moyens nécessaires à la construction de lieux de réunion et au soutien des missionnaires. {DC 403.2}
Je suis chargé de dire aux parents : placez-vous, âme et esprit, du côté du Seigneur sur cette question. Nous devons toujours garder à l’esprit qu’en ces jours de probation, nous sommes jugés devant le Seigneur de l’univers. Ne renoncerez-vous pas aux indulgences qui vous font du mal ? Les mots de profession sont bon marché; laissez vos actes d’abnégation témoigner que vous obéirez aux exigences que Dieu fait de son peuple particulier. Alors mettez au trésor une partie des moyens que vous économisez par vos actes d’abnégation, et il y aura de quoi continuer l’œuvre de Dieu. {DC 403.3}
Nombreux sont ceux qui pensent qu’ils ne peuvent pas se passer d’aliments carnés ; mais si ceux-ci se mettaient du côté du Seigneur, résolument résolus à marcher dans la voie de sa direction, ils recevraient force et sagesse comme l’ont fait Daniel et ses compagnons. Ils découvriraient que le Seigneur leur donnerait un jugement sain. Beaucoup seraient surpris de voir combien d’argent pourrait être épargné pour la cause de Dieu par des actes d’abnégation. Les petites sommes économisées par des actes de sacrifice feront plus pour l’édification de la cause de Dieu que des dons plus importants qui n’ont pas appelé au renoncement de soi. {CD 403.4}
Les adventistes du septième jour manipulent des vérités capitales. Il y a plus de quarante ans [ÉCRIT EN 1909.] le Seigneur nous a donné une lumière particulière sur la réforme de la santé, mais comment marchons-nous dans cette lumière ? Combien ont refusé de vivre en harmonie avec les conseils de Dieu ! En tant que peuple, nous devrions faire des progrès proportionnés à la lumière reçue. Il est de notre devoir de comprendre et de respecter les principes de la réforme de la santé. Au sujet de la tempérance, nous devrions être en avance sur tous les autres peuples ; et pourtant il y a parmi nous des membres bien instruits de l’église, et même des ministres de l’évangile, qui ont peu de respect pour la lumière que Dieu a donnée sur ce sujet. Ils mangent comme ils veulent et travaillent comme ils veulent. . . . {DC 404.1}
Nous ne marquons aucune ligne précise à suivre dans l’alimentation ; mais nous disons que dans les pays où il y a des fruits, des céréales et des noix en abondance, la nourriture carnée n’est pas la bonne nourriture pour le peuple de Dieu. On m’a dit que la nourriture carnée a tendance à animaliser la nature, à priver les hommes et les femmes de cet amour et de cette sympathie qu’ils devraient ressentir pour chacun, et à donner aux passions inférieures le contrôle sur les pouvoirs supérieurs de l’être. Si manger de la viande a jamais été sain, ce n’est pas sûr maintenant. Les cancers, les tumeurs et les maladies pulmonaires sont en grande partie causés par la consommation de viande. {DC 404.2}
Nous ne devons pas faire de l’utilisation d’aliments carnés un test de fraternité, mais nous devons considérer l’influence que les croyants professants qui utilisent des aliments carnés ont sur les autres. En tant que messagers de Dieu, ne dirons-nous pas au peuple : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu » ? 1 Corinthiens 10:31. Ne porterons-nous pas un témoignage décidé contre l’indulgence de l’appétit perverti ? Est-ce que tous ceux qui sont ministres de l’évangile, proclamant la vérité la plus solennelle jamais donnée aux mortels, donner l’exemple en retournant aux pots à chair de l’Egypte ? Ceux qui sont soutenus par la dîme du grenier de Dieu se permettront-ils, par leur indulgence, d’empoisonner le courant vivifiant qui coule dans leurs veines ? Ignoreront-ils la lumière et les avertissements que Dieu leur a donnés ? La santé du corps doit être considérée comme essentielle pour la croissance dans la grâce et l’acquisition d’un tempérament égal. Si l’estomac n’est pas correctement soigné, la formation d’un caractère droit et moral sera entravée. Le cerveau et les nerfs sont en sympathie avec l’estomac. Manger et boire de manière erronée entraîne des pensées et des actions erronées. {DC 404.3} Manger et boire de manière erronée entraîne des pensées et des actions erronées. {DC 404.3} Manger et boire de manière erronée entraîne des pensées et des actions erronées. {DC 404.3}
Tous sont maintenant testés et éprouvés. Nous avons été baptisés en Christ, et si nous faisons notre part en nous séparant de tout ce qui pourrait nous entraîner vers le bas et faire de nous ce que nous ne devrions pas être, il nous sera donné la force de grandir en Christ, qui est notre tête vivante. , et nous verrons le salut de Dieu. {DC 405.1}
RÉFORME DIÉTÉTIQUE PROGRESSIVE DANS LES INSTITUTIONS ADVENTISTES DU SEPTIÈME JOUR
[NOTE : Il est de notoriété publique que les établissements de santé adventistes du septième jour, à leurs débuts, servaient plus ou moins de viande de chair aux patients et aux aides. La réforme de cette phase de vie saine a été progressive. dans les établissements plus anciens, après une longue lutte, la viande de chair a finalement été jetée de toutes les tables. Dans le cas du Battle Creek Sanitarium, cette mesure a été prise en 1898, en grande partie en réponse aux conseils de la plume de Mme White apparaissant dans ce chapitre (722). Au sanatorium de Sainte-Hélène, le changement eut lieu en 1903. A cette époque, l’éducation en matière d’alimentation non carnée s’était largement répandue, et la chair était exclue du régime alimentaire des invités avec moins de difficulté que si elle avait été exclue à un moment donné. date antérieure. C’était une joie pour les responsables des anciennes institutions de savoir que dans les nouvelles usines ouvertes à cette époque, la nourriture carnée n’était pas servie aux patients. {DC 405.2}
Le conseil au sujet de la viande de chair n’est pas complet sans l’image de la lutte pour sa non-utilisation dans nos institutions, telle que présentée dans plusieurs communications de Mme White, et l’instruction demandant une réforme progressive de l’alimentation. Il est essentiel que le lecteur garde à l’esprit ces faits et le moment de la rédaction des différentes déclarations alors qu’il étudie cette phase de la question de la viande. – COMPILATEURS.] {CD 405.3}
Appels pour un régime sans chair dans nos premières institutions médicales (1884)
Lettre 3, 1884
720. Je me suis levé ce matin à quatre heures pour vous écrire quelques lignes. J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps à la façon dont l’institution que vous présidez pourrait être rendue entièrement à la volonté de Dieu, et j’ai quelques réflexions à suggérer. {DC 405.4}
Nous sommes des réformateurs de la santé, cherchant à revenir, autant que possible, au plan originel de tempérance du Seigneur. La tempérance ne consiste pas seulement à s’abstenir des liqueurs enivrantes et du tabac ; il s’étend plus loin que cela. Il doit réglementer ce que nous mangeons. {DC 406.1}
Vous connaissez tous la lumière sur le sujet de la réforme de la santé. Mais quand je visite la Retraite, je vois qu’il y a une rupture très marquée avec la réforme sanitaire en matière de consommation de viande, et je suis convaincu qu’il faut changer, et tout de suite. Votre alimentation est en grande partie composée de viande. Dieu ne mène pas dans cette direction ; l’ennemi cherche à établir la question de l’alimentation sur de fausses bases en amenant les responsables de l’établissement à accommoder l’alimentation à l’appétit des malades. {DC 406.2}
Lorsque le Seigneur a conduit les enfants d’Israël hors d’Égypte, il avait l’intention d’établir en Canaan un peuple pur, heureux et en bonne santé. Étudions le plan de Dieu et voyons comment cela a été accompli. Il a restreint leur alimentation. Dans une large mesure, Il leur a pris de la chair. Mais ils aspiraient aux pots à chair de l’Égypte, et Dieu leur donna de la chair, et avec elle le résultat certain. {DC 406.3}
La retraite de santé a été créée à grands frais pour soigner les malades sans médicaments. Elle doit être menée selon des principes d’hygiène. Les médicaments doivent être éliminés le plus rapidement possible, jusqu’à ce qu’ils soient entièrement jetés. Une éducation devrait être donnée sur le régime alimentaire, l’habillement et l’exercice appropriés. Non seulement notre propre peuple devrait être éduqué, mais ceux qui n’ont pas reçu la lumière sur la réforme de la santé devraient apprendre à vivre sainement, selon l’ordre de Dieu. Mais si nous n’avons nous-mêmes aucune norme à cet égard, à quoi bon faire des dépenses aussi importantes pour fonder un institut de santé ? D’où vient la réforme ? {CD 406.4}
Je ne peux pas admettre que nous avançons dans l’ordre de Dieu. Nous devons changer l’ordre des choses ou abandonner le nom de Health Retreat; car c’est tout à fait inapproprié. Le Seigneur m’a montré que l’Institut de santé ne doit pas être façonné pour répondre à l’appétit ou aux idées de quiconque. Je suis conscient que l’excuse de la consommation de viande autorisée dans l’établissement est que les amateurs de plaisir qui viennent ne sont satisfaits d’aucun autre régime. Laissez-les ensuite aller là où ils peuvent obtenir le régime alimentaire qu’ils souhaitent. Quand l’institution ne peut pas être dirigée, même pour les invités, selon de bons principes, alors laissez-la abandonner le nom qu’elle a pris. Mais l’excuse qu’on a invoquée n’existe plus maintenant ; pour le mécénat extérieur est très faible. {CD 406.5}
Une blessure positive est faite au système par la consommation continue de viande. Il n’y a pas d’excuse à cela, mais un appétit dépravé, perverti. Vous pouvez demander, supprimeriez-vous entièrement la consommation de viande ? Je réponds, cela finira par en arriver là, mais nous ne sommes pas préparés pour cette étape en ce moment. La consommation de viande finira par disparaître. La chair des animaux ne composera plus une partie de notre alimentation ; et nous regarderons une boucherie avec dégoût. . . . {DC 407.1}
Nous sommes construits à partir de ce que nous mangeons. Doit-on renforcer les passions animales en mangeant de la nourriture animale ? Au lieu d’éduquer le goût d’aimer ce régime grossier, il est grand temps que nous nous éduquions à nous nourrir de fruits, de grains et de légumes. C’est le travail de tous ceux qui sont liés à nos institutions. Utilisez de moins en moins de viande, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus utilisée du tout. Si la viande est jetée, si le goût n’est pas éduqué dans cette direction, si le goût des fruits et des céréales est encouragé, ce sera bientôt comme Dieu l’a conçu au commencement. Aucune viande ne sera utilisée par Son peuple. {DC 407.2}
Lorsque la viande n’est pas utilisée comme elle l’a été, vous apprendrez une manière plus correcte de cuisiner et pourrez fournir autre chose à la place de la viande. De nombreux plats sains peuvent être préparés sans graisse ni chair d’animaux morts. Une variété de plats simples, parfaitement sains et nourrissants, peuvent être fournis, en dehors de la viande. Les hommes courageux doivent avoir beaucoup de légumes, de fruits et de céréales. De temps en temps, il peut être nécessaire de donner de la viande à des étrangers qui ont tellement éduqué leur goût qu’ils pensent que s’ils n’ont pas de viande, ils ne peuvent pas maintenir leurs forces. Mais ils auront une plus grande capacité d’endurance s’ils s’abstiennent de viande que s’ils en vivent largement. {DC 407.3}
La principale objection des médecins et des assistants de la retraite de santé à l’abandon d’un régime carné est qu’ils veulent de la viande, puis plaident qu’ils doivent avoir de la viande. Par conséquent, ils encouragent son utilisation. Mais Dieu ne veut pas que ceux qui viennent à la retraite de santé soient éduqués pour vivre avec un régime de chair. Par des discours de salon et par l’exemple, éduquez dans l’autre sens. Cela nécessitera une grande habileté dans la préparation d’aliments sains. Plus de main-d’œuvre sera nécessaire, mais néanmoins, cela doit être fait progressivement. Utilisez moins de viande. Que ceux qui font la cuisine et ceux qui en portent la responsabilité éduquent leurs propres goûts et habitudes alimentaires dans le respect des lois de la santé. {DC 408.1}
Nous sommes retournés en Égypte plutôt qu’en Canaan. N’inverserons-nous pas l’ordre des choses ? N’aurons-nous pas de la nourriture simple et saine sur nos tables ? Ne faut-il pas renoncer aux biscuits chauds, qui ne provoquent que la dyspepsie ? Ceux qui élèvent la norme autant qu’ils le peuvent à l’ordre de Dieu, selon la lumière que Dieu leur a donnée par sa parole et les témoignages de son Esprit, ne changeront pas leur ligne de conduite pour répondre aux souhaits de leurs amis ou parents. , qu’ils soient un ou deux ou un hôte, qui vivent contrairement à l’arrangement sage de Dieu. Si nous nous éloignons du principe dans ces choses, si nous observons des règles strictes de régime, si en tant que chrétiens nous éduquons nos goûts selon le plan de Dieu, nous exercerons une influence qui rencontrera l’esprit de Dieu. La question est : « Sommes-nous prêts à être de vrais réformateurs de la santé ? {DC 408.2}
Il est essentiel d’éviter l’uniformité continue dans le régime alimentaire. L’appétit sera bien meilleur si des changements dans la nourriture sont apportés. Soyez uniforme. N’ayez pas plusieurs types d’aliments sur la table à un repas, et pas de variété le suivant. Étudiez l’économie dans cette ligne. Laissez les gens se plaindre s’ils le veulent. Qu’ils trouvent à redire s’il n’y en a pas assez pour leur convenir. Les Israélites se sont toujours plaints de Moïse et de Dieu. Il est de votre devoir de maintenir le niveau de la réforme de la santé. On peut faire plus pour les malades en réglant leur alimentation que par tous les bains qu’on peut leur donner. {CD 408.3}
Que la même somme d’argent dépensée pour la viande soit utilisée pour acheter des fruits. Montrez aux gens une bonne façon de vivre. Si cela avait été fait dès le début à l’institution de _____, le Seigneur aurait été satisfait et aurait approuvé l’effort. . . . {CD 408.4}
Le soin et la compétence doivent être utilisés dans la préparation des aliments. J’espère que le docteur _____ remplira le poste qui lui est assigné, qu’elle conseillera la cuisinière, afin que la nourriture placée sur les tables de la retraite de santé soit conforme à la réforme sanitaire. Parce qu’on est enclin à se livrer à son appétit, il ne faut pas prétendre que c’est sa façon de vivre ; il ne doit pas par sa ligne de conduite chercher à façonner l’institution selon ses goûts et ses pratiques. Ceux qui portent la responsabilité de l’institution doivent souvent se concerter. Ils doivent évoluer en parfaite harmonie. {DC 409.1}
Ne prétendez pas, je vous prie, que manger de la viande doit être juste, parce que celui-ci ou celui-là, qui est esclave de l’appétit, a dit qu’il ne pouvait pas vivre à la Retraite de Santé sans viande. Vivre de la chair d’animaux morts est une façon grossière de vivre, et en tant que peuple, nous devrions travailler à un changement, à une réforme, en enseignant aux gens qu’il existe des préparations alimentaires saines qui leur donneront plus de force et conserveront mieux leur vie. santé, que la viande. {DC 409.2}
Le péché de cet âge est la gourmandise à manger et à boire. L’indulgence de l’appétit est le dieu que beaucoup adorent. Ceux qui sont liés à l’Institut de la santé devraient donner le bon exemple dans ces domaines. Ils doivent agir consciencieusement dans la crainte de Dieu et ne pas être contrôlés par un goût perverti. Ils doivent être parfaitement éclairés sur les principes de la réforme sanitaire et se tenir en toutes circonstances sous sa bannière. {DC 409.3}
J’espère, Docteur _____, que vous apprendrez de plus en plus à cuisiner sainement. Fournissez une abondance de nourriture bonne et saine. Ne pratiquez pas l’économie dans ce sens. Limitez vos factures de viande, mais ayez beaucoup de bons fruits et légumes, et vous apprécierez alors de voir les appétits copieux avec lesquels tous participeront à vos préparations. N’ayez jamais l’impression que de bons aliments hygiéniques consommés sont perdus. Il produira du sang et des muscles et donnera de la force pour les tâches quotidiennes.
[La cuisson des aliments carnés ne doit pas être enseignée dans nos écoles–817]
[Les médecins mangeurs de viande ne doivent pas être employés dans nos sanatoriums—433] {CD 409.4}
Lettre 2, 1884
721. J’ai beaucoup pensé à l’Institut de santé de _____. Beaucoup de pensées se pressent dans mon esprit, et je veux vous en exprimer quelques-unes. {DC 410.1}
J’ai rappelé à l’esprit la lumière que Dieu m’a donnée, et à travers moi à vous, sur la réforme de la santé. Avez-vous soigneusement et dans la prière cherché à comprendre la volonté de Dieu sur ces questions ? L’excuse a été que les étrangers auraient un régime carné, mais même s’ils avaient de la viande, je sais qu’avec soin et habileté, des plats pourraient être préparés pour remplacer la viande dans une large mesure et en peu de temps. ils pourraient être éduqués à laisser la chair des animaux morts seule. Mais si l’on pratique la cuisine dont la principale dépendance est la viande, elle peut et encouragera la consommation de viande, et l’appétit dépravé encadrera toutes les excuses pour ce type de régime. {DC 410.2}
Quand j’ai vu comment les choses allaient, – que si _____ n’avait pas de viande à cuisiner, elle ne savait pas quoi fournir comme substitut, et que la viande était l’élément principal de l’alimentation, – j’ai senti qu’il devait y avoir un changement à la fois. Il peut y avoir des phtisiques qui demandent de la viande, mais qu’ils en aient chez eux, et ne tentez pas l’appétit déjà perverti de ceux qui ne devraient pas en manger. . . . Vous pensez peut-être que vous ne pouvez pas travailler sans viande. Je l’ai pensé une fois, mais je sais que dans son plan originel, Dieu n’a pas pourvu à la chair d’animaux morts pour composer le régime alimentaire de l’homme. C’est un goût grossier et pervers qui acceptera une telle nourriture. . . . Ensuite, le fait que la viande soit en grande partie malade, devrait nous conduire à faire des efforts acharnés pour en cesser complètement l’utilisation. Ma position est maintenant de laisser la viande tranquille. Il sera difficile pour certains de le faire, aussi dur que pour le buveur de rhum d’abandonner son dram ; mais ils seront meilleurs pour le changement. {DC 410.3}
Répondre au problème carrément
Lettre 59, 1898
722. Le sanatorium fait du bon travail. Nous venons d’en venir à la question controversée de la viande. Ceux qui viennent au sanatorium ne devraient-ils pas avoir de la viande sur leur table, et recevoir l’ordre de s’en débarrasser progressivement ? . . . Il y a des années, la lumière m’a été donnée que la position ne devrait pas être prise positivement pour jeter toute la viande, car dans certains cas, c’était mieux que les desserts et les plats composés de sucreries. Ceux-ci sont sûrs de créer des perturbations. C’est la variété et le mélange de viande, de légumes, de fruits, de vins, de thé, de café, de gâteaux sucrés et de tartes riches qui ruinent l’estomac et placent les êtres humains dans une position où ils deviennent invalides avec tous les effets désagréables de la maladie sur le corps. disposition. . . . {DC 410.4}
Je présente la parole du Seigneur Dieu d’Israël. A cause de la transgression, la malédiction de Dieu est venue sur la terre elle-même, et sur le bétail, et sur toute chair. Les êtres humains souffrent du résultat de leur propre ligne de conduite en s’écartant des commandements de Dieu. Les bêtes souffrent également sous la malédiction. {DC 411.1}
Manger de la viande ne devrait entrer dans la prescription d’aucun invalide d’aucun médecin parmi ceux qui comprennent ces choses. La maladie chez les bovins rend la consommation de viande dangereuse. La malédiction du Seigneur est sur la terre, sur l’homme, sur les bêtes, sur les poissons de la mer ; et comme la transgression devient presque universelle, la malédiction pourra devenir aussi large et aussi profonde que la transgression. La maladie est contractée par l’utilisation de la viande. La chair malade de ces carcasses mortes est vendue sur les marchés, et la maladie parmi les hommes en est le résultat certain. {DC 411.2}
Le Seigneur amènerait son peuple dans une position où il ne toucherait ni ne goûterait la chair d’animaux morts. Alors ne laissez pas ces choses être prescrites par des médecins qui ont une connaissance de la vérité pour ce temps. Il n’y a aucune sécurité à manger de la chair d’animaux morts, et dans peu de temps le lait des vaches sera également exclu du régime alimentaire du peuple qui observe les commandements de Dieu. Dans peu de temps, il ne sera plus sûr d’utiliser tout ce qui provient de la création animale. Ceux qui prennent Dieu au mot et obéissent à ses commandements de tout leur cœur seront bénis. Il sera leur bouclier de protection. Mais le Seigneur ne sera pas joué avec. La méfiance, la désobéissance, l’aliénation de la volonté et de la voie de Dieu placeront le pécheur dans une position où le Seigneur ne peut pas lui accorder sa faveur divine. . . . {DC 411.3}
Encore une fois, je vais me référer à la question de l’alimentation. Nous ne pouvons pas faire maintenant ce que nous nous sommes aventurés à faire dans le passé en ce qui concerne la consommation de viande. Cela a toujours été une malédiction pour la famille humaine, mais maintenant c’est particulièrement vrai dans la malédiction que Dieu a prononcée sur les troupeaux des champs, à cause de la transgression et du péché de l’homme. La maladie sur les animaux devient de plus en plus courante, et notre seule sécurité est maintenant de laisser la viande entièrement seule. Les maladies les plus aggravées sont maintenant répandues, et la dernière chose que les médecins éclairés devraient faire, c’est de conseiller aux patients de manger de la viande. C’est en mangeant de la viande si largement dans ce pays que les hommes et les femmes deviennent démoralisés, leur sang corrompu et la maladie implantée dans le système. À cause de la consommation de viande, beaucoup meurent et ils ne comprennent pas la cause. Si la vérité était connue, cela témoignerait qu’il s’agissait de la chair d’animaux qui ont traversé la mort. L’idée de se nourrir de chair morte est répugnante, mais il y a quelque chose à côté de cela. En mangeant de la viande, nous mangeons de la chair morte malade, et cela sème sa semence de corruption dans l’organisme humain. {DC 412.1}
Je t’écris, mon frère, que la prescription pour manger de la chair d’animaux ne sera plus pratiquée dans notre sanatorium. Il n’y a aucune excuse à cela. Il n’y a aucune sécurité dans l’influence et les résultats ultérieurs sur l’esprit humain. Soyons des réformateurs de la santé dans tous les sens du terme. Faisons savoir dans nos institutions qu’il n’y a plus de table à viande, même pour les pensionnaires ; et alors l’éducation donnée sur le rejet d’un régime carné ne consistera pas seulement à dire mais à faire. Si le patronage est moindre, qu’il en soit ainsi. Les principes auront une bien plus grande valeur quand ils seront compris, quand on saura que la vie d’aucun être vivant ne sera prise pour soutenir la vie du chrétien. {DC 412.2}
Une deuxième lettre répondant au problème
Lettre 84, 1898
723. J’ai reçu votre lettre et je m’expliquerai du mieux que je pourrai au sujet de la viande. Les mots que vous mentionnez se trouvaient dans une lettre à _____ et à d’autres à l’époque où Sœur _____ était à la retraite de santé [720]. J’ai fait rechercher ces lettres. Certaines lettres ont été copiées et d’autres non. Je leur ai dit de donner des dates au moment des déclarations faites. A cette époque, le régime carné était prescrit et utilisé très largement. La lumière qui m’a été donnée était que la viande en bonne santé ne devait pas être coupée d’un coup, mais que des entretiens devaient être donnés dans le salon concernant l’utilisation de la chair morte de toute sorte; que les fruits, les céréales et les légumes, convenablement préparés, étaient tout le système nécessaire pour le maintenir en bonne santé ; mais qu’ils doivent d’abord montrer qu’on n’a pas besoin d’employer de la viande, là où il y avait abondance de fruits, comme en Californie. Mais à la retraite de santé, ils n’étaient pas prêts à faire des gestes brusques, après avoir consommé de la viande aussi abondamment qu’ils l’avaient fait. Il leur faudrait utiliser la viande très parcimonieusement au début et finalement l’arrêter complètement. Mais il ne doit y avoir qu’une seule table appelée table de consommation de viande des malades. Les autres tables devaient être exemptes de cet article. . . . {DC 412.3}
J’ai travaillé très sérieusement pour que toute la viande soit jetée, mais cette question difficile doit être traitée avec discrétion et sans précipitation, après que la viande ait été utilisée trois fois par jour. Les patients doivent être éduqués d’un point de vue sanitaire. {DC 413.1}
C’est tout ce dont je me souviens sur ce point. Une lumière accrue est venue, pour que nous en considérions. La création animale est malade, et il est difficile de déterminer la quantité de maladie dans la famille humaine qui est le résultat de la consommation de viande. Nous lisons constamment dans les quotidiens des articles sur l’inspection de la viande. Les boucheries sont continuellement nettoyées; la viande vendue est condamnée comme impropre à l’usage. {DC 413.2}
La lumière m’est venue depuis de nombreuses années que manger de la viande n’est pas bon pour la santé ou la morale. Et pourtant, cela semble si étrange que je doive répondre encore et encore à cette question carnivore. J’ai eu une conversation très étroite et décidée avec les médecins de la maison de santé. Ils avaient réfléchi à la question, et frère et sœur —– ont été amenés dans des endroits très difficiles. De la viande était prescrite aux patients. . . . Sabbat, alors que j’étais à l’Australian Union Conference, tenue à Stanmore, je me suis senti poussé par l’Esprit du Seigneur à prendre en charge le cas du Health Home établi à Summer Hill, qui n’est qu’à quelques stations de Stanmore. {DC 413.3}
J’ai présenté les avantages à obtenir dans ce sanatorium. J’ai montré que la viande ne devait jamais être placée sur la table comme aliment, que la vie et la santé de milliers de personnes étaient sacrifiées sur les autels où la chair morte était offerte à la consommation. Je n’ai jamais lancé d’appel plus sérieux et plus décidé. J’ai dit : Nous sommes reconnaissants d’avoir ici une institution où la chair d’animaux morts n’est prescrite à aucun patient. Qu’on se le dise, pas un morceau de viande n’a été posé sur les tables, que ce soit pour les médecins, les cadres, les aides ou les malades. J’ai dit : Nous avons confiance en nos médecins que cette question sera traitée du point de vue de la santé ; car les carcasses mortes doivent toujours être considérées comme impropres à composer la diète des chrétiens. {DC 414.1}
Je n’ai pas verni la matière d’une particule. J’ai dit que si ceux de notre maison de santé apportaient de la chair d’animaux morts sur la table, ils mériteraient le déplaisir de Dieu. Ils souilleraient le temple de Dieu, et ils auraient besoin des paroles qui leur seraient dites : Quiconque souille le temple de Dieu, Dieu le détruira. La lumière que Dieu m’a donnée est que la malédiction de Dieu est sur la terre, la mer, le bétail, sur les animaux. Il n’y aura bientôt plus de sécurité dans la possession de troupeaux ou de troupeaux. La terre se décompose sous la malédiction de Dieu. {DC 414.2}
Rester fidèle à nos principes
MS 3a, 1903
724. Dernièrement, le nombre de patients au sanatorium a diminué, en raison d’un éventail de circonstances qui n’ont pu être aidées. L’une des raisons de l’absence de patronage est, je pense, la position que les responsables de l’institution ont prise contre le fait de servir de la viande aux patients. Depuis l’ouverture du sanatorium, la viande est servie dans la salle à manger. Nous avons estimé que le moment était venu de prendre une position résolue contre cette pratique. Nous savions qu’il n’était pas agréable à Dieu que de la viande soit placée devant les patients. {DC 414.3}
Désormais, aucun thé, café ou viande n’est servi dans l’établissement. Nous sommes déterminés à vivre selon les principes de la réforme de la santé, à marcher dans la voie de la vérité et de la justice. Nous ne serons pas, de peur de perdre le patronage, des réformateurs moitié-moitié. Nous avons pris notre position et, avec l’aide de Dieu, nous nous y tiendrons. La nourriture fournie aux patients est saine et agréable au goût. Le régime alimentaire est composé de fruits et de céréales et de noix. Ici, en Californie, il y a une abondance de fruits de toutes sortes. {CD 414.4}
S’il arrive des patients qui sont tellement dépendants d’un régime de viande qu’ils pensent qu’ils ne peuvent pas vivre sans, nous essaierons de leur faire considérer la question d’un point de vue intelligent. Et s’ils ne le font pas, s’ils sont déterminés à utiliser ce qui détruit la santé, nous ne leur refuserons pas de le leur fournir, s’ils sont prêts à le manger dans leur chambre et à en risquer les conséquences. Mais ils doivent assumer la responsabilité de leur action. Nous ne sanctionnerons pas leur parcours. Nous n’osons pas déshonorer notre intendance en sanctionnant l’utilisation de ce qui contamine le sang et apporte la maladie. Nous serions infidèles à notre Maître si nous faisions ce que nous savons qu’il n’approuve pas. {DC 415.1}
C’est la position que nous avons prise. Nous sommes résolus à être fidèles aux principes de la réforme de la santé, et que Dieu nous aide, telle est ma prière. {DC 415.2}
Des plans doivent être mis en œuvre qui apporteront une augmentation de la fréquentation. Mais serait-il juste pour nous, dans le but d’obtenir plus de patients, de revenir au service de la viande de chair ? Donnerons-nous aux malades ce qui les a rendus malades, ce qui les gardera malades s’ils continuent à s’en servir comme nourriture ? N’allons-nous pas plutôt nous positionner comme ceux qui sont résolus à appliquer les principes de la réforme sanitaire ?
[Thé, café et viande servis dans les chambres des patients–437] {CD 415.3}
MS 73, 1908
725. Il y en a dans nos institutions qui prétendent croire aux principes de la réforme sanitaire, et pourtant qui se livrent à l’usage de viandes et d’autres aliments dont ils savent qu’ils sont nuisibles à la santé. Je leur dis au nom du Seigneur : N’acceptez pas de postes dans nos institutions alors que vous refusez de vivre les principes que défendent nos institutions ; car en faisant cela, vous compliquez doublement le travail des enseignants et des dirigeants qui s’efforcent de mener le travail sur la bonne voie. Dégagez la route du roi. Cessez de bloquer le chemin du message qu’Il envoie. {DC 415.4}
Il m’a été montré que les principes qui nous ont été donnés dans les premiers jours du message doivent être considérés comme tout aussi importants par notre peuple aujourd’hui qu’ils l’étaient alors. Il y en a qui n’ont jamais suivi la lumière qui nous est donnée sur la question de l’alimentation. Il est temps maintenant de prendre la lumière sous le boisseau et de la laisser briller en rayons clairs et brillants.
[Ne pas servir dans nos sanatoriums–424, 431, 432]
[Ne pas servir aux aides–432, 444]
[Utilisation excessive d’aliments sucrés aussi nocifs que l’utilisation de viande non malade–533, 556, 722] {CD 416.1}
CHAPITRE 24 – Boissons
PARTIE I – BOIRE DE L’EAU
L’eau pure une bénédiction
(1905) MH 237
726. Dans la santé et dans la maladie, l’eau pure est l’une des meilleures bénédictions du Ciel. Son bon usage favorise la santé. C’est le breuvage que Dieu a fourni pour étancher la soif des animaux et de l’homme. Bu librement, il aide à fournir les nécessités du système et aide la nature à résister aux maladies. {DC 419.1}
Réformateur de la santé, janvier 1871
727. Je devrais manger avec parcimonie, soulageant ainsi mon système d’un fardeau inutile, encourager la gaieté et me donner les bienfaits d’un exercice physique en plein air. Je devrais me baigner fréquemment et boire abondamment de l’eau douce et pure. {DC 419.2}
Utilisation de l’eau en cas de maladie
Lettre 35, 1890
728. L’eau peut être utilisée de plusieurs façons pour soulager la souffrance. Des courants d’eau claire et chaude pris avant de manger (un demi-litre, plus ou moins), ne feront jamais de mal, mais produiront plutôt du bien. {DC 419.3}
(1866) H. à L., ch. 4, p. 56
729. Des milliers sont morts faute d’eau pure et d’air pur, qui auraient pu vivre. . . . Ces bénédictions dont ils ont besoin pour se rétablir. S’ils devenaient éclairés et laissaient la médecine tranquille, et s’habituaient à l’exercice en plein air et à l’air dans leurs maisons, été comme hiver, et utilisaient de l’eau douce pour boire et se laver, ils seraient relativement bien et heureux au lieu de traîner dehors. une existence misérable. {CD 419.4}
Dans les cas de fièvre
(1866) H. à L., ch. 3, p. 62, 63
730. Si, dans leur état fiévreux, on leur avait donné de l’eau à boire librement, et si des applications avaient également été faites à l’extérieur, de longues journées et nuits de souffrance auraient été épargnées, et de nombreuses vies précieuses épargnées. Mais des milliers sont morts avec des fièvres déchaînées qui les dévoraient, jusqu’à ce que le carburant qui alimentait la fièvre soit brûlé, les éléments vitaux consommés, et sont morts dans la plus grande agonie, sans avoir été autorisés à avoir de l’eau pour apaiser leur soif brûlante. L’eau, qui est autorisée à un bâtiment insensé pour éteindre les éléments déchaînés, n’est pas autorisée aux êtres humains à éteindre le feu qui consume les éléments vitaux. {CD 419.5}
Une bonne et une mauvaise utilisation de l’eau
R. & H., 29 juillet 1884
731. Beaucoup font l’erreur de boire de l’eau froide avec leurs repas. Prise avec les repas, l’eau diminue le flux des glandes salivaires ; et plus l’eau est froide, plus la blessure à l’estomac est importante. L’eau glacée ou la limonade glacée, bue avec les repas, arrêtera la digestion jusqu’à ce que le système ait communiqué suffisamment de chaleur à l’estomac pour lui permettre de reprendre son travail. Les boissons chaudes sont débilitantes; et d’ailleurs, ceux qui s’adonnent à leur usage deviennent esclaves de l’habitude. La nourriture ne doit pas être lavée; aucune boisson n’est nécessaire avec les repas. Mangez lentement et laissez la salive se mêler à la nourriture. Plus il y a de liquide dans l’estomac avec les repas, plus la nourriture est difficile à digérer ; car le liquide doit d’abord être absorbé. Ne mangez pas beaucoup de sel; abandonner les cornichons en bouteille ; gardez les aliments épicés ardents hors de votre estomac; mangez des fruits avec vos repas, et l’irritation qui réclame tant de boisson cessera d’exister. Mais s’il faut quelque chose pour étancher la soif, de l’eau pure, bue peu de temps avant ou après le repas, est tout ce dont la nature a besoin. Ne prenez jamais de thé, de café, de bière, de vin ou de liqueurs spiritueuses. L’eau est le meilleur liquide possible pour nettoyer les tissus.
[En savoir plus sur la consommation d’alcool pendant les repas–165, 166]
[Un des médicaments de Dieu–451, 452, 454] {CD 420.1}
PARTIE II–THÉ ET CAFÉ
Les effets stimulants du thé et du café
RH, 21 février 1888
732. Le régime et la boisson stimulants de ce jour ne favorisent pas le meilleur état de santé. Le thé, le café et le tabac sont tous stimulants et contiennent des poisons. Ils sont non seulement inutiles, mais nuisibles, et devraient être écartés si nous voulons ajouter à la connaissance la tempérance. {DC 420.2}
(1868) 2T 64, 65
733. Le thé est toxique pour le système. Les chrétiens devraient le laisser tranquille. L’influence du café est dans une certaine mesure la même que celle du thé, mais l’effet sur le système est encore pire. Son influence est excitante, et juste dans la mesure où elle s’élève au-dessus du pair, elle épuisera et amènera la prostration au-dessous du pair. Les buveurs de thé et de café portent les marques sur leurs visages. La peau devient cireuse et prend un aspect sans vie. La lueur de la santé ne se voit pas sur le visage. {DC 421.1}
MS 22, 1887
734. Des maladies de toutes sortes et de tous types ont été apportées aux êtres humains par l’usage du thé et du café et des stupéfiants, de l’opium et du tabac. Ces indulgences nuisibles doivent être abandonnées, non seulement une mais toutes ; car tous sont nuisibles et ruineux pour les pouvoirs physiques, mentaux et moraux, et doivent être interrompus du point de vue de la santé.
[Semer les graines de la mort–655] {CD 421.2}
R. & H., 29 juillet 1884
735. Ne prenez jamais de thé, de café, de bière, de vin ou de liqueurs spiritueuses. L’eau est le meilleur liquide possible pour nettoyer les tissus. {CD 421.3}
(1890) CTBH 34-36
736. Le thé, le café et le tabac, ainsi que les boissons alcoolisées, sont à différents degrés dans l’échelle des stimulants artificiels. {CD 421.4}
L’effet du thé et du café, comme on l’a vu jusqu’ici, tend dans le même sens que celui du vin et du cidre, de l’alcool et du tabac. . . . {CD 421.5}
Le café est une indulgence blessante. Il excite temporairement l’esprit à des actions inhabituelles, mais l’effet secondaire est l’épuisement, la prostration, la paralysie des pouvoirs mentaux, moraux et physiques. L’esprit s’énerve et, à moins que l’habitude ne soit vaincue par un effort déterminé, l’activité du cerveau est définitivement diminuée. Tous ces irritants nerveux épuisent les forces vitales, et l’agitation causée par les nerfs brisés, l’impatience, la faiblesse mentale, deviennent un élément belligérant, antagoniste au progrès spirituel. Alors ceux qui préconisent la tempérance et la réforme ne devraient-ils pas être éveillés pour contrecarrer les maux de ces boissons nuisibles ? Dans certains cas, il est aussi difficile de rompre l’habitude du thé et du café qu’il l’est pour l’ivrogne de cesser de consommer de l’alcool. L’argent dépensé pour le thé et le café est pire que gaspillé. Ils ne font que du mal à l’utilisateur, et cela continuellement. Ceux qui consomment du thé, du café, de l’opium et de l’alcool peuvent vivre parfois jusqu’à un âge avancé, mais ce fait n’est pas un argument en faveur de l’usage de ces stimulants. Ce que ces personnes auraient pu accomplir, mais n’ont pas réussi à faire à cause de leurs habitudes d’intempérance, le grand jour de Dieu seul le révélera. {CD 421.6}
Ceux qui ont recours au thé et au café pour stimuler le travail ressentiront les effets néfastes de ce cours sur les nerfs tremblants et le manque de maîtrise de soi. Les nerfs fatigués ont besoin de repos et de calme. La nature a besoin de temps pour récupérer ses énergies épuisées. Mais si ses forces sont aiguillonnées par l’utilisation de stimulants, il y a, chaque fois que ce processus se répète, une diminution de la force réelle. Pendant un certain temps, davantage peut être accompli sous le stimulus non naturel, mais graduellement il devient plus difficile d’éveiller les énergies au point désiré, et enfin la nature épuisée ne peut plus répondre. {DC 422.1}
EFFETS NOCIFS ATTRIBUÉS À D’AUTRES CAUSES
L’habitude de boire du thé et du café est un mal plus grand qu’on ne le soupçonne souvent. Beaucoup de ceux qui se sont habitués à l’usage de boissons stimulantes, souffrent de maux de tête et de prostration nerveuse, et perdent beaucoup de temps à cause de la maladie. Ils s’imaginent qu’ils ne peuvent pas vivre sans le stimulus et ignorent son effet sur la santé. Ce qui la rend d’autant plus dangereuse, c’est que ses effets néfastes sont si souvent attribués à d’autres causes. {CD 422.2}
EFFETS SUR L’ESPRIT ET LA MORALE
Grâce à l’utilisation de stimulants, tout le système souffre. Les nerfs sont déséquilibrés, le foie est morbide dans son action, la qualité et la circulation du sang sont affectées, la peau devient inactive et jaunâtre. L’esprit aussi est blessé. L’influence immédiate de ces stimulants est d’exciter le cerveau à une activité excessive, seulement pour le laisser plus faible et moins capable d’effort. La séquelle est la prostration, non seulement mentale et physique, mais morale. En conséquence, nous voyons des hommes et des femmes nerveux, au jugement erroné et à l’esprit déséquilibré. Ils manifestent souvent un esprit hâtif, impatient, accusateur, voyant les défauts des autres comme à travers une loupe, et totalement incapables de discerner leurs propres défauts. {CD 422.3}
Lorsque ces consommateurs de thé et de café se réunissent pour un divertissement social, les effets de leur habitude pernicieuse sont manifestes. Tous prennent librement leurs boissons préférées, et lorsque l’influence stimulante se fait sentir, leur langue se délie et ils commencent le mauvais travail de parler contre les autres. Leurs mots ne sont pas rares ou bien choisis. Les ragots circulent, trop souvent aussi le poison du scandale. Ces bavards irréfléchis oublient qu’ils ont un témoin. Un Observateur invisible écrit leurs paroles dans les livres du ciel. Toutes ces critiques méchantes, ces rapports exagérés, ces sentiments envieux, exprimés sous l’excitation de la tasse de thé, Jésus les enregistre comme contre Lui-même. “Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” {DC 423.1}
Nous souffrons déjà à cause des mauvaises habitudes de nos pères, et pourtant combien prennent un cours en tous points pire que le leur ! L’opium, le thé, le café, le tabac et l’alcool éteignent rapidement l’étincelle de vitalité qui reste dans la course. Chaque année, des millions de gallons de liqueurs enivrantes sont bues et des millions de dollars sont dépensés pour le tabac. Et les esclaves de l’appétit, tout en dépensant constamment leurs gains dans l’indulgence sensuelle, privent leurs enfants de nourriture et de vêtements et des avantages de l’éducation. Il ne peut jamais y avoir un bon état de société tant que ces maux existent. {CD 423.2}
Créez de l’excitation nerveuse, pas de la force
(1879) 4T 365
737. Vous êtes très nerveux et excitable. Le thé a une influence pour exciter les nerfs, et le café engourdit le cerveau ; les deux sont très nocifs. Vous devez faire attention à votre alimentation. Mangez les aliments les plus sains et les plus nourrissants et gardez-vous dans un état d’esprit calme, où vous ne deviendrez pas si excité et ne volerez pas dans une passion. {CD 423.3}
(1905) MH 326, 327
738. Le thé agit comme stimulant et, dans une certaine mesure, produit l’intoxication. L’action du café et de nombreuses autres boissons populaires est similaire. Le premier effet est exaltant. Les nerfs de l’estomac sont excités ; ceux-ci transmettent une irritation au cerveau, et celle-ci est à son tour suscitée pour conférer une action accrue au cœur et une énergie de courte durée à l’ensemble du système. La fatigue est oubliée, la force semble augmentée. L’intellect est éveillé, l’imagination devient plus vive. {DC 424.1}
En raison de ces résultats, beaucoup pensent que leur thé ou leur café leur fait beaucoup de bien. Mais c’est une erreur. Le thé et le café ne nourrissent pas le système. Leur effet se produit avant qu’il y ait eu le temps de la digestion et de l’assimilation, et ce qui semble être de la force n’est qu’une excitation nerveuse. Lorsque l’influence du stimulant a disparu, la force non naturelle diminue, et le résultat est un degré correspondant de langueur et de débilité. {CD 424.2}
L’utilisation continue de ces irritants nerveux est suivie de maux de tête, d’éveil, de palpitations cardiaques, d’indigestion, de tremblements et de bien d’autres maux, car ils épuisent les forces vitales. Les nerfs fatigués ont besoin de repos et de calme au lieu de stimulation et de surmenage. La nature a besoin de temps pour récupérer ses énergies épuisées. Lorsque ses forces sont aiguillonnées par l’utilisation de stimulants, plus sera accompli pendant un certain temps; mais à mesure que le système devient affaibli par leur utilisation constante, il devient progressivement plus difficile d’éveiller les énergies au point désiré. La demande de stimulants devient plus difficile à contrôler, jusqu’à ce que la volonté soit dépassée, et qu’il semble n’y avoir aucun pouvoir pour nier l’envie non naturelle. Des stimulants de plus en plus forts sont nécessaires, jusqu’à ce que la nature épuisée ne puisse plus répondre.
[Le thé et le café abîment l’estomac–722] {CD 424.3}
Aucune valeur alimentaire
Lettre 69, 1896
739. La santé n’est nullement améliorée par l’utilisation de ces choses qui stimulent pendant un certain temps, mais provoquent ensuite une réaction qui laisse le système plus bas qu’auparavant. Le thé et le café attisent les énergies défaillantes pour le moment, mais lorsque leur influence immédiate a disparu, un sentiment de dépression en résulte. Ces breuvages n’ont aucun aliment en eux-mêmes. Le lait et le sucre qu’il contient constituent toute la nourriture que procure une tasse de thé ou de café. {DC 425.1}
Perception spirituelle émoussée
(1864) Esp. Dons IV, 128, 129
740. Le thé et le café sont stimulants. Leurs effets sont similaires à ceux du tabac ; mais ils affectent dans une moindre mesure. Ceux qui utilisent ces poisons lents, comme le fumeur, pensent qu’ils ne peuvent pas s’en passer, car ils se sentent tellement mal quand ils n’ont pas ces idoles. . . .Ceux qui se livrent à un appétit perverti, le font au détriment de la santé et de l’intellect. Ils ne peuvent pas apprécier la valeur des choses spirituelles. Leurs sensibilités sont émoussées, et le péché ne semble pas très pécheur, et la vérité n’est pas considérée comme ayant une plus grande valeur que le trésor terrestre. {DC 425.2}
Lettre 44, 1896
741. Boire du thé et du café est un péché, une indulgence nuisible qui, comme les autres maux, blesse l’âme. Ces idoles chéries créent une excitation, une action morbide du système nerveux ; et après que l’influence immédiate des stimulants a disparu, il descend en dessous de la normale juste dans la mesure où ses propriétés stimulantes s’élèvent au-dessus de la normale. {DC 425.3}
(1861) 1T 222
742. Ceux qui consomment du tabac, du thé et du café doivent abandonner ces idoles et mettre leur prix dans le trésor du Seigneur. Certains n’ont jamais fait de sacrifice pour la cause de Dieu et ne savent pas ce que Dieu exige d’eux. Certains des plus pauvres auront le plus de mal à se priver de ces stimulants. Ce sacrifice individuel n’est pas requis parce que la cause de Dieu souffre pour les moyens. Mais chaque cœur sera testé, chaque caractère développé. C’est un principe sur lequel le peuple de Dieu doit agir. Le principe vivant doit être réalisé dans la vie. {DC 425.4}
Les envies interfèrent avec le culte spirituel
R. & H., 25 janvier 1881
743. Le thé et le café, ainsi que le tabac, ont un effet nuisible sur le système. Le thé est enivrant ; quoique moins en degré, son effet est le même en caractère que celui des liqueurs spiritueuses. Le café a plus tendance à obscurcir l’intellect et à engourdir les énergies. Il n’est pas aussi puissant que le tabac, mais ses effets sont similaires. Les arguments avancés contre le tabac peuvent aussi être invoqués contre l’usage du thé et du café. {DC 426.1}
Ceux qui ont l’habitude de consommer du thé, du café, du tabac, de l’opium ou des liqueurs spiritueuses ne peuvent adorer Dieu lorsqu’ils sont privés de l’indulgence habituelle. Qu’ils, privés de ces stimulants, s’adonnent au culte de Dieu, et la grâce divine serait impuissante à animer, animer ou spiritualiser leurs prières ou leurs témoignages. Ces chrétiens de profession devraient considérer les moyens de leur jouissance. Est-ce d’en haut ou d’en bas ? {CD 426.2}
Le transgresseur stupéfait n’est pas innocent
(1890) CTBH 79, 80
744. Satan voit qu’il ne peut avoir autant de pouvoir sur les esprits lorsque l’appétit est maîtrisé que lorsqu’il est assouvi, et il travaille constamment à amener les hommes à l’indulgence. Sous l’influence d’aliments malsains, la conscience s’engourdit, l’esprit s’obscurcit et sa sensibilité aux impressions est altérée. Mais la culpabilité du transgresseur n’est pas diminuée parce que la conscience a été violée jusqu’à ce qu’elle soit devenue insensible. {CD 426.3}
Puisqu’un état d’esprit sain dépend de l’état normal des forces vitales, quel soin faut-il prendre pour ne pas utiliser de stimulants ni de narcotiques ! Pourtant, nous voyons qu’un grand nombre de ceux qui se disent chrétiens consomment du tabac. Ils déplorent les maux de l’intempérance ; pourtant, tout en parlant contre l’usage des liqueurs, ces mêmes hommes éjecteront le jus du tabac. Il doit y avoir un changement de sentiment en ce qui concerne l’usage du tabac avant que la racine du mal ne soit atteinte. Nous pressons le sujet encore plus près. Le thé et le café favorisent l’appétit pour des stimulants plus forts. Et puis nous nous approchons encore plus de chez nous, de la préparation de la nourriture, et nous demandons : La tempérance est-elle pratiquée en toutes choses ? les réformes indispensables à la santé et au bonheur se font-elles ici ? {CD 426.4}
Chaque vrai chrétien aura le contrôle de ses appétits et de ses passions. À moins qu’il ne soit libéré de la servitude de l’appétit, il ne peut pas être un véritable serviteur obéissant de Christ. L’indulgence de l’appétit et de la passion émousse l’effet de la vérité sur le cœur. {DC 427.1}
Une bataille perdue avec appétit
(1875) 3T 487, 488
745. L’intempérance commence à nos tables, par l’usage d’aliments malsains. Au bout d’un certain temps, par indulgence continue, les organes digestifs s’affaiblissent et la nourriture prise ne satisfait pas l’appétit. Des conditions malsaines sont établies et il y a un besoin impérieux d’aliments plus stimulants. Le thé, le café et les viandes charnues produisent un effet immédiat. Sous l’influence de ces poisons, le système nerveux est excité, et, dans certains cas, pour le moment, l’intellect semble être revigoré et l’imagination plus vive. Parce que ces stimulants produisent pour le moment des résultats si agréables, beaucoup concluent qu’ils en ont vraiment besoin et continuent à les utiliser. Mais il y a toujours une réaction. Le système nerveux, ayant été indûment excité, a emprunté de la puissance pour l’usage présent à ses futures ressources de force. Toute cette revigoration temporaire du système est suivie d’une dépression. A mesure que ces stimulants revigorent temporairement le système, il y aura diminution de la puissance des organes excités après que le stimulus aura perdu sa force. L’appétit est éduqué à désirer quelque chose de plus fort, qui aura tendance à maintenir et à augmenter l’excitation agréable, jusqu’à ce que l’indulgence devienne une habitude, et qu’il y ait un besoin continuel de stimulus plus fort, comme le tabac, les vins et les liqueurs. Plus l’appétit est satisfait, plus ses demandes seront fréquentes et plus il sera difficile de le contrôler. Plus le système s’affaiblit, et moins il est capable de se passer de stimulants contre nature, plus la passion pour ces choses augmente, jusqu’à ce que la volonté soit dépassée, et qu’il semble n’y avoir aucun pouvoir pour nier le désir contre nature de ces indulgences.
LE SEUL PARCOURS SÉCURISÉ
Le seul cours sûr est de ne pas toucher, ne pas goûter, ne pas manipuler le thé, le café, les vins, le tabac, l’opium et les boissons alcoolisées. La nécessité pour les hommes de cette génération d’appeler à leur secours la puissance de la volonté, fortifiée par la grâce de Dieu, pour résister aux tentations de Satan, et résister à la moindre indulgence d’appétit perverti, est deux fois plus grande qu’elle c’était il y a plusieurs générations. {DC 428.1}
Le conflit entre la vérité et l’auto-indulgence
(1864) Esp. Dons IV, 36, 37
746. Les faits relatifs à Koré et à sa compagnie, qui se sont rebellés contre Moïse et Aaron, et contre Jéhovah, sont rapportés pour avertir le peuple de Dieu, spécialement ceux qui vivent sur la terre vers la fin des temps. Satan a conduit des personnes à imiter l’exemple de Koré, Dathan et Abiram, en soulevant l’insurrection parmi le peuple de Dieu. Ceux qui se permettent de s’élever contre le clair témoignage se trompent d’eux-mêmes et ont vraiment pensé que ceux sur qui Dieu a imposé le fardeau de Son œuvre étaient exaltés au-dessus du peuple de Dieu, et que leurs conseils et leurs reproches étaient inutiles. . Ils se sont élevés contre le témoignage clair que Dieu voudrait qu’ils rendent en réprimandant les injustices parmi le peuple de Dieu. Les témoignages portés contre les indulgences nuisibles, comme le thé, le café, le tabac à priser et le tabac, ont irrité une certaine classe, car cela détruirait leurs idoles. Pendant un certain temps, beaucoup n’ont pas décidé s’il fallait faire un sacrifice entier de toutes ces choses blessantes, ou rejeter les témoignages clairs rendus et céder aux clameurs de l’appétit. Ils occupaient une position instable. Il y avait un conflit entre leurs convictions de la vérité et leurs auto-indulgences. Leur état d’indécision les a rendus faibles, et chez beaucoup, l’appétit l’a emporté. Leur sens des choses sacrées était perverti par l’usage de ces poisons lents ; et ils ont enfin pleinement décidé, quelle que soit la conséquence, ils ne se renieraient pas. Cette décision effrayante a immédiatement élevé un mur de séparation entre eux et ceux qui se purifiaient, comme Dieu l’avait commandé, de toute souillure de la chair et de l’esprit, et perfectionnaient la sainteté dans la crainte du Seigneur. Les témoignages directs rendus étaient sur leur chemin et leur causaient un grand malaise, et ils trouvèrent un soulagement en leur faisant la guerre et en s’efforçant de se faire croire, ainsi qu’aux autres, qu’ils étaient faux. Ils ont dit que les gens allaient bien, mais ce sont les témoignages réprobateurs qui ont créé le trouble. Et lorsque les rebelles déploient leur bannière, tous les mécontents se rallient autour de l’étendard, et tous les spirituels déficients, les boiteux, les boiteux et les aveugles, unissent leur influence pour disperser et semer la discorde. {CD 428.2} tous les mécontents se rallient autour de l’étendard, et tous les spirituels déficients, les boiteux, les boiteux et les aveugles, unissent leur influence pour disperser et semer la discorde. {CD 428.2} tous les mécontents se rallient autour de l’étendard, et tous les spirituels déficients, les boiteux, les boiteux et les aveugles, unissent leur influence pour disperser et semer la discorde. {CD 428.2}
Les racines de l’intempérance
(1905) NM 335
747. De grands efforts sont faits pour réprimer l’intempérance ; mais il y a beaucoup d’efforts qui ne sont pas dirigés vers le bon point. Les partisans de la réforme de la tempérance devraient être conscients des maux résultant de l’utilisation d’aliments, de condiments, de thé et de café malsains. Nous souhaitons à tous les travailleurs de la tempérance Godspeed ; mais nous les invitons à examiner plus profondément la cause du mal contre lequel ils combattent, et à s’assurer qu’ils sont cohérents dans la réforme. {DC 429.1}
Il faut garder à l’esprit du peuple que le juste équilibre des pouvoirs mentaux et moraux dépend dans une large mesure de la bonne condition du système physique. Tous les narcotiques et stimulants non naturels qui affaiblissent et dégradent la nature physique tendent à abaisser le tonus de l’intellect et de la morale. L’intempérance est à la base de la dépravation morale du monde. Par l’indulgence de l’appétit perverti, l’homme perd son pouvoir de résister à la tentation. {DC 429.2}
Les réformateurs de la tempérance ont un travail à faire pour éduquer les gens dans ces lignes. Enseignez-leur que la santé, le caractère et même la vie sont mis en danger par l’utilisation de stimulants, qui excitent les énergies épuisées à une action contre nature et spasmodique. {CD 429.3}
PERSÉVÉREZ ET LA NATURE SE RALLIERA
En ce qui concerne le thé, le café, le tabac et les boissons alcoolisées, le seul moyen sûr est de ne pas toucher, de ne pas goûter, de ne pas manipuler. La tendance du thé, du café et des boissons similaires va dans le même sens que celle des alcools et du tabac, et dans certains cas l’habitude est aussi difficile à briser qu’elle l’est pour l’ivrogne à renoncer aux substances intoxicantes. Ceux qui tentent d’abandonner ces stimulants ressentiront pendant un certain temps une perte et souffriront sans eux. Mais par la persévérance, ils surmonteront l’envie et cesseront de ressentir le manque. La nature peut avoir besoin d’un peu de temps pour se remettre de l’abus qu’elle a subi ; mais donnez-lui une chance, et elle se ralliera à nouveau, et accomplira noblement et bien son travail. {DC 430.1}
(1875) 3T 569
748. Satan corrompt les esprits et détruit les âmes par ses tentations subtiles. Notre peuple verra-t-il et ressentira-t-il le péché de satisfaire un appétit perverti ? Vont-ils jeter le thé, le café, les viandes et tous les aliments stimulants, et consacrer les moyens dépensés pour ces indulgences blessantes à répandre la vérité ?… Quel pouvoir l’adepte du tabac peut-il avoir pour arrêter les progrès de l’intempérance ? Il doit y avoir une révolution dans notre monde au sujet du tabac avant que la hache ne soit mise à la racine de l’arbre. Nous pressons le sujet encore plus près. Le thé et le café stimulent l’appétit qui se développe pour des stimulants plus puissants, comme le tabac et l’alcool. {DC 430.2}
Lettre 135, 1902
749. En ce qui concerne la chair, nous pouvons tous dire : Laissez-la tranquille. Et tous devraient porter un témoignage clair contre le thé et le café, ne jamais les utiliser. Ce sont des stupéfiants, nuisibles aussi bien au cerveau qu’aux autres organes du corps…. {DC 430.3}
Que les membres de nos églises renoncent à tout appétit égoïste. Chaque centime dépensé pour le thé, le café et la viande est pire que gaspillé ; car ces choses entravent le meilleur développement des pouvoirs physiques, mentaux et spirituels. {DC 430.4}
Une suggestion de Satan
(1867) 1T 548, 549
750. Certains pensent qu’ils ne peuvent pas se réformer, que la santé serait sacrifiée s’ils tentaient d’abandonner l’usage du thé, du tabac et de la viande. C’est la suggestion de Satan. Ce sont ces stimulants nocifs qui sapent sûrement la constitution et préparent le système aux maladies aiguës, en altérant les fines machines de la nature et en abattant ses fortifications érigées contre la maladie et la décomposition prématurée. . . . {DC 431.1}
L’utilisation de stimulants non naturels est destructrice pour la santé et a une influence engourdissante sur le cerveau, rendant impossible l’appréciation des choses éternelles. Ceux qui chérissent ces idoles ne peuvent pas apprécier à juste titre le salut que Christ a opéré pour eux par une vie d’abnégation, de souffrances continuelles et de reproches, et en abandonnant finalement sa propre vie sans péché pour sauver l’homme qui périt de la mort.
[L’effet du thé et du café sur les enfants–354, 360]
[Thé et café dans nos sanatoriums–420, 424, 437, 438]
[Thé, café et aliments carnés inutiles–805]
[Le refus du thé et du café, etc., prouve que les travailleurs sont des réformateurs pratiques de la santé–227, 717]
[Résultats de la consommation de thé et de café lors des dîners et des soupers–233]
[Ceux qui ont envie de thé et de café pour être éclairés—779]
[Faire alliance avec Dieu de renoncer au thé, au café, etc.–41]
[Thé et café non utilisés par EG White–Appendice I:18, 23]
[Thé utilisé occasionnellement par EG White comme médicament–Appendice 1:18] {CD 431.2}
Partie III – SUBSTITUTS DE CÉRÉALES POUR LE THÉ ET LE CAFÉ
Lettre 200, 1902
751. Ni thé ni café ne doivent être servis. Des céréales au caramel, faites aussi bien que possible, devraient être servies à la place de ces boissons nocives pour la santé. {CD 431.3}
(1905) MH 321
752. Dans certaines circonstances, des personnes peuvent avoir besoin d’un troisième repas. Cela devrait, cependant, si pris du tout, être très léger, et de la nourriture la plus facile à digérer. Les craquelins – le biscuit anglais – ou zwieback, et les fruits, ou le café aux céréales, sont les aliments les mieux adaptés pour le repas du soir. {CD 431.4}
Lettre 73a, 1896
753. J’utilise un peu de lait bouilli dans mon simple café fait maison. {DC 432.1}
Usage immodéré de boissons chaudes et nocives
Lettre 14, 1901
754. Les boissons chaudes ne sont pas exigées, sauf comme médicament. L’estomac est fortement blessé par une grande quantité d’aliments chauds et de boissons chaudes. Ainsi la gorge et les organes digestifs, et par eux les autres organes du corps, sont affaiblis. {DC 432.2}
PARTIE IV–CIDRE
(1885) 5T 354-361
755. Nous vivons à une époque d’intempérance, et satisfaire l’appétit du buveur de cidre est une offense à Dieu. Avec d’autres, vous vous êtes engagé dans ce travail parce que vous n’avez pas suivi la lumière. Si vous vous étiez tenu dans la lumière, vous n’auriez pas, vous n’auriez pas pu faire cela. Chacun d’entre vous qui a joué un rôle dans cette œuvre tombera sous la condamnation de Dieu, à moins que vous ne fassiez un changement complet dans vos affaires. Vous devez être sérieux. Vous devez commencer le travail immédiatement pour débarrasser vos âmes de la condamnation. . . . {CD 432.3}
Après avoir pris une position résolue contre la participation active au travail des sociétés de tempérance, vous auriez peut-être encore conservé une influence positive sur les autres, si vous aviez agi consciencieusement conformément à la sainte foi que vous professez, mais en vous engageant dans la fabrication du cidre, vous avez beaucoup nui à votre influence ; et ce qui est pire, c’est que vous avez attiré l’opprobre sur la vérité, et vos propres âmes ont été blessées. Vous avez construit une barrière entre vous et la cause de la tempérance. Votre cours a conduit les non-croyants à remettre en question vos principes. Vous ne faites pas des chemins droits pour vos pieds ; et les boiteux s’arrêtent et trébuchent sur vous jusqu’à la perdition. {CD 432.4}
Je ne vois pas comment, à la lumière de la loi de Dieu, des chrétiens peuvent s’engager consciencieusement dans l’élev