Des pages

Le Désir des Âges [1898]









Chapitre. . . . . Titre
Chapitre 1 « Dieu avec nous »
Chapitre 2 Le peuple élu
Chapitre 3 « La plénitude du temps »
Chapitre 4 À toi un Sauveur [Basé sur Luc 2:1-20]
Chapitre 5 La dédicace [Luc 2:21-38]
Chapitre 6 « Nous avons vu son étoile » [Matthieu 2]
Chapitre 7 Comme un enfant [Luc 2:39,40]
Chapitre 8 La visite pascale [Luc 2:41-51]
Chapitre 9 Jours de conflit
Chapitre 10 La voix dans le désert [Luc 1:5-23, 57-80 ; 3:1-18 ; Matthieu 3:1-12 ; Marc 1:1-8]
Chapitre 11 Le Baptême [Matthieu 3:13-17; Marc 1:9-11 ; Luc 3:21, 22]
Chapitre 12 La Tentation [Matthieu 4:1-11; Marc 1:12, 13 ; Luc 4:1-13]
Chapitre 13 La victoire [Matthieu 4:5-11; Marc 1:12, 13 ; Luc 4:5-13]
Chapitre 14 “Nous avons trouvé le Messie” [Jean 1:19-51]
Chapitre 15 Au festin du mariage [Jean 2:1-11]
Chapitre 16 Dans son temple [Jean 2:12-22]
Chapitre 17 Nicodème [Jean 3:1-17]
Chapitre 18 “Il doit augmenter” [Jean 3:22-36]
Chapitre 19 Au puits de Jacob [Jean 4:1-42]
Chapitre 20 « Si vous ne voyez ni signes ni prodiges » [Jean 4:43-54]
Chapitre 21 Béthesda et le Sanhédrin [Jean 5]
Chapitre 22 Emprisonnement et mort de Jean [Matthieu 11:1-11; 14:1-11 ; Marc 6:17-28 ; Luc 7:19-28]
Chapitre 23 « Le royaume de Dieu est proche » [Marc 1:14, 15]
Chapitre 24 « N’est-ce pas le fils du charpentier ? [Luc 4:16-30]
Chapitre 25 L’appel par la mer [Matthieu 4:18-22; Marc 1:16-20 ; Luc 5:1-11]
Chapitre 26 À Capharnaüm
Chapitre 27 « Tu peux me rendre pur » [Matthieu 8 :2-4 ; 9:1-8, 32-34 ; Marc 1:40-45 ; 2:1-12 ; Luc 5:12-28]
Chapitre 28 Lévi-Matthieu [Matthieu 9:9-17; Marc 2:14-22 ; Luc 5:27-39]
Chapitre 29 Le sabbat
Chapitre 30 « Il en ordonna douze » [Marc 3 :13-19 ; Luc 6:12-16]
Chapitre 31 Le sermon sur la montagne [Matthieu 5; 6 ; 7]
Chapitre 32 Le Centurion [Matthieu 8:5-13; Luc 7:1-17]
Chapitre 33 Qui sont mes frères ? [Matthieu 12:22-50; Marc 3:20-35]
Chapitre 34 L’invitation [Matthieu 11:28-30]
Chapitre 35 “Paix, tais-toi” [Matthieu 8:23-34; Marc 4:35-41 ; 5:1-20 ; Luc 8:22-39]
Chapitre 36 Le toucher de la foi [Matthieu 9:18-26; Marc 5:21-43 ; Luc 8:40-56]
Chapitre 37 Les premiers évangélistes [Matthieu 10; Marc 6:7-11 ; Luc 9:1-6]
Chapitre 38 Venez vous reposer un moment [Matthieu 14:1, 2, 12, 13; Marc 6:30-32 ; Luc 9:7-10]
Chapitre 39 « Donnez-leur à manger » [Matthieu 14:13-21 ; Marc 6:32-44 ; Luc 9:10-17; Jean 6:1-13]
Chapitre 40 Une nuit sur le lac [Matthieu 14:22-33; Marc 6:45-52 ; Jean 6:14-21]
Chapitre 41 La crise en Galilée [Jean 6:22-71]
Chapitre 42 Tradition [Matthieu 15:1-20; Marc 7:1-23]
Chapitre 43 Barrières abattues [Matthieu 15:21-28; Marc 7:24-30]
Chapitre 44 Le Vrai Signe [Matthieu 15:29-39; 16:1-12 ; Marc 7:31-37 ; 8:1-21]
Chapitre 45 La préfiguration de la croix [Matthieu 16:13-28; Marc 8:27-38 ; Luc 9:18-27]
Chapitre 46 Il a été transfiguré [Matthieu 17:1-8 ; Marc 9:2-8 ; Luc 9:28-36]
Chapitre 47 Ministère [Matthieu 17:9-21 ; Marc 9:9-29 ; Luc 9:37-45]
Chapitre 48 Qui est le plus grand ? [Matthieu 17:22-27; 18:1-20 ; Marc 9:30-50 ; Luc 9:46-48]
Chapitre 49 À la Fête des Tabernacles [Jean 7:1-15, 37-39]
Chapitre 50 Parmi les pièges [Jean 7:16-36, 40-53; 8:1-11]
Chapitre 51 « La lumière de la vie » [Jean 8:12-59 ; 9]
Chapitre 52 Le divin berger [Jean 10:1-30]
Chapitre 53 Le dernier voyage de Galilée [Luc 9:51-56; 10:1-24]
Chapitre 54 Le bon Samaritain [Luc 10:25-37]
Chapitre 55 Pas avec l’apparence extérieure [Luc 17:20-22]
Chapitre 56 Bénédiction des enfants [Matthieu 19:13-15; Marc 10:13-16 ; Luc 18:15-17]
Chapitre 57 “Une chose te manque” [Matthieu 19:16-22; Marc 10:17-22 ; Luc 18:18-23]
Chapitre 58 « Lazare, sors » [Luc 10:38-42 ; Jean 11:1-44]
Chapitre 59 Les complots sacerdotaux [Jean 11:47-54]
Chapitre 60 La loi du Nouvel Empire [Matthieu 20:20-28; Marc 10:32-45 ; Luc 18:31-34]
Chapitre 61 Zachée [Luc 19:1-10]
Chapitre 62 Le festin chez Simon [Matthieu 26:6-13; Marc 14:3-11 ; Luc 7:36-50 ; Jean 11:55-57 ; 12:1-11]
Chapitre 63 « Ton roi vient » [Matthieu 21 :1-11 ; Marc 11:1-10 ; Luc 19:29-44 ; Jean 12:12-19]
Chapitre 64 Un peuple condamné [Marc 11:11-14, 20, 21; Matthieu 21:17-19]
Chapitre 65 Le temple purifié à nouveau [Matthieu 21:12-16, 23-46; Marc 11:15-19, 27-33 ; 12:1-12 ; Luc 19:45-48 ; 20:1-19]
Chapitre 66 Controverse [Matthieu 22:15-46; Marc 12:13-40 ; Luc 20:20-47]
Chapitre 67 Malheurs aux pharisiens [Matthieu 23; Marc 12:41-44 ; Luc 20:45-47 ; 21:1-4]
Chapitre 68 Dans le parvis extérieur [Jean 12:20-43]
Chapitre 69 Sur le mont des Oliviers [Matthieu 24; Marc 13 ; Luc 21:5-38]
Chapitre 70 « Le moindre de ces mes frères » [Matthieu 25:31-46]
Chapitre 71 Un serviteur de serviteurs [Luc 22:7-18, 24; Jean 13:1-17]
Chapitre 72 « En mémoire de moi » [Matthieu 26:20-29 ; Marc 14:17-25 ; Luc 22:14-23; Jean 13:18-30]
Chapitre 73 « Que votre cœur ne soit pas troublé » [Jean 13:31-38 ; 14-17]
Chapitre 74 Gethsémané [Matthieu 26:36-56; Marc 14:32-50 ; Luc 22:39-53 ; Jean 18:1-12]
Chapitre 75 Devant Anne et la cour de Caïphe [Matthieu 26:57-75; 27:1 ; Marc 14:53-72 ; 15:1 ; Luc 22:54-71 ; Jean 18:13-27]
Chapitre 76 Judas
Chapitre 77 Dans la salle du jugement de Pilate [Matthieu 27:2, 11-31; Marc 15:1-20 ; Luc 23:1-25 ; Jean 18:28-40 ; 19:1-16]
Chapitre 78 Calvaire [Matthieu 27:31-53; Marc 15:20-38 ; Luc 23:26-46 ; Jean 19:16-30]
Chapitre 79 “C’est fini”
Chapitre 80 Dans le tombeau de Joseph
Chapitre 81 “Le Seigneur est ressuscité” [Matthieu 28:2-4, 11-15]
Chapitre 82 « Pourquoi pleures-tu ? » [Matthieu 28:1, 5-8 ; Marc 16:1-8 ; Luc 24:1-12; Jean 20:1-18]
Chapitre 83 La marche vers Emmaüs [Luc 24:13-33]
Chapitre 84 “La paix soit avec vous” [Luc 24:33-48; Jean 20:19-29]
Chapitre 85 Encore une fois au bord de la mer [Jean 21:1-22]
Chapitre 86 Allez enseigner à toutes les nations [Matthieu 28:16-20]
Chapitre 87 « A mon Père et à ton Père » [Luc 24:50-53 ; Actes 1:9-12]

Le Désir des Âges
Chapitre 1
“Dieu avec nous”

« Son nom sera appelé Emmanuel, . . . Dieu avec nous.” « La lumière de la connaissance de la gloire de Dieu » se voit « sur la face de Jésus-Christ ». Depuis les jours de l’éternité, le Seigneur Jésus-Christ était un avec le Père ; Il était « l’image de Dieu », l’image de sa grandeur et de sa majesté, « l’éclat de sa gloire ». C’est pour manifester cette gloire qu’Il est venu dans notre monde. Sur cette terre obscurcie par le péché, Il est venu révéler la lumière de l’amour de Dieu, pour être « Dieu avec nous ». C’est pourquoi il a été prophétisé de lui : « Son nom sera appelé Emmanuel ».
En venant habiter avec nous, Jésus devait révéler Dieu aux hommes et aux anges. Il était la Parole de Dieu, la pensée de Dieu rendue audible. Dans sa prière pour ses disciples, il dit : « Je leur ai annoncé ton nom », – « miséricordieux et miséricordieux, patient et abondant en bonté et en vérité », – « afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et moi en eux. Mais pas seulement pour Ses enfants nés sur la terre, cette révélation a été donnée. Notre petit monde est le livre de leçons de l’univers. Le merveilleux dessein de la grâce de Dieu, le mystère de l’amour rédempteur, est le thème sur lequel « les anges désirent regarder », et ce sera leur étude à travers les âges sans fin. Les êtres rachetés et non déchus trouveront dans la croix du Christ leur science et leur chant. On verra que la gloire qui brille sur le visage de Jésus est la gloire de l’amour qui se sacrifie. A la lumière du Calvaire, on verra que la loi de l’amour qui renonce à soi est la loi de la vie pour la terre et le ciel ; que l’amour qui « ne cherche pas le sien » a sa source dans le cœur de Dieu ; et que dans le doux et l’humble se manifeste le caractère de Celui qui demeure dans la lumière dont personne ne peut s’approcher.
Au commencement, Dieu s’est révélé dans toutes les œuvres de la création. C’est Christ qui a étendu les cieux et posé les fondations de la terre. C’est sa main qui a suspendu les mondes dans l’espace et façonné les fleurs des champs. “Sa force affermit les montagnes.” “La mer est à lui, et il l’a créée.” Psaumes 65:6 ; 95:5. C’est lui qui a rempli la terre de beauté et l’air de chants. Et sur toutes choses de la terre, de l’air et du ciel, Il a écrit le message de l’amour du Père.
Maintenant, le péché a gâché l’œuvre parfaite de Dieu, mais cette écriture demeure. Même maintenant, toutes les choses créées proclament la gloire de son excellence. Il n’y a rien, sauf le cœur égoïste de l’homme, qui vit par lui-même. Pas d’oiseau qui fend l’air, pas d’animal qui se meut sur le sol, mais qui sert une autre vie. Il n’y a pas de feuille de la forêt, ou d’humble brin d’herbe, qui n’ait son ministère. Chaque arbre, chaque arbuste et chaque feuille répand cet élément de vie sans lequel ni l’homme ni l’animal ne pourraient vivre ; et l’homme et l’animal, à leur tour, s’occupent de la vie de l’arbre, de l’arbuste et de la feuille. Les fleurs respirent le parfum et déploient leur beauté en bénédiction au monde. Le soleil répand sa lumière pour réjouir mille mondes. L’océan, lui-même la source de toutes nos sources et fontaines, reçoit les courants de toutes les terres, mais prend pour donner.
Les anges de gloire trouvent leur joie à donner, à donner de l’amour et des soins infatigables aux âmes déchues et impies. Les êtres célestes courtisent le cœur des hommes ; ils apportent à ce monde sombre la lumière des parvis d’en haut ; par un ministère doux et patient, ils agissent sur l’esprit humain, pour amener les perdus dans une communion avec le Christ qui est encore plus proche qu’eux-mêmes ne peuvent le savoir.
Mais en nous détournant de toutes les représentations inférieures, nous voyons Dieu en Jésus. En regardant à Jésus, nous voyons que c’est la gloire de notre Dieu de donner. « Je ne fais rien de moi-même », a dit le Christ ; “le Père vivant m’a envoyé, et je vis par le Père.” « Je ne cherche pas ma propre gloire », mais la gloire de celui qui m’a envoyé. Jean 8:28 ; 6:57 ; 8h50 ; 7h18. Dans ces mots est exposé le grand principe qui est la loi de la vie pour l’univers. Christ a tout reçu de Dieu, mais Il a pris pour donner. Ainsi dans les parvis célestes, dans son ministère pour tous les êtres créés : par le Fils bien-aimé, la vie du Père se répand sur tous ; par le Fils, elle renvoie, dans la louange et le service joyeux, une marée d’amour, à la grande Source de tout. Et ainsi, par le Christ, le circuit de la bienfaisance est complet, représentant le caractère du grand Donateur, la loi de la vie.
Au ciel même, cette loi a été violée. Le péché est né de la recherche de soi. Lucifer, le chérubin protecteur, désirait être le premier au ciel. Il a cherché à prendre le contrôle des êtres célestes, à les éloigner de leur Créateur et à gagner leur hommage à lui-même. Par conséquent, il a déformé Dieu, lui attribuant le désir de s’exalter. Avec ses propres caractéristiques mauvaises, il a cherché à investir le Créateur aimant. Ainsi, il a trompé les anges. Ainsi, il a trompé les hommes. Il les a amenés à douter de la parole de Dieu et à se méfier de sa bonté. Parce que Dieu est un Dieu de justice et de terrible majesté, Satan les a amenés à le considérer comme sévère et impitoyable. Ainsi, il attira les hommes à se joindre à lui dans la rébellion contre Dieu, et la nuit de malheur s’abattit sur le monde.
La terre était sombre à cause d’une mauvaise compréhension de Dieu. Afin que les ténèbres s’éclaircissent, que le monde soit ramené à Dieu, la puissance trompeuse de Satan devait être brisée. Cela ne pouvait pas être fait par la force. L’exercice de la force est contraire aux principes du gouvernement de Dieu ; Il ne désire que le service de l’amour ; et l’amour ne se commande pas ; il ne peut être gagné par la force ou l’autorité. Ce n’est que par l’amour que l’amour s’éveille. Connaître Dieu, c’est l’aimer; Son caractère doit être manifesté en contraste avec le caractère de Satan. Ce travail qu’un seul Etre dans tout l’univers pouvait faire. Seul Celui qui connaissait la hauteur et la profondeur de l’amour de Dieu pouvait le faire connaître. Dans la nuit noire du monde, le Soleil de justice doit se lever, “avec la guérison sous ses ailes”. Malachie 4:2.
Le plan pour notre rédemption n’était pas une réflexion après coup, un plan formulé après la chute d’Adam. C’était une révélation du « mystère qui a été gardé en silence à travers les temps éternels ». Romains 16:25, RV C’était un déploiement des principes qui depuis les âges éternels ont été le fondement du trône de Dieu. Dès le début, Dieu et Christ connaissaient l’apostasie de Satan et la chute de l’homme par le pouvoir trompeur de l’apostat. Dieu n’a pas ordonné que le péché existe, mais Il a prévu son existence et a pris des dispositions pour faire face à la terrible urgence. Son amour pour le monde était si grand qu’il a fait alliance de donner son Fils unique, « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle ». Jean 3:16.
Lucifer avait dit : « J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; . . . Je serai comme le Très-Haut. Ésaïe 14:13, 14. Mais Christ, “étant sous la forme de Dieu, n’a pas considéré comme une chose à saisir d’être sur un pied d’égalité avec Dieu, mais s’est vidé, prenant la forme d’un serviteur, étant fait à la ressemblance des hommes.” Philippiens 2:6, 7, RV, marge.
C’était un sacrifice volontaire. Jésus aurait pu rester aux côtés du Père. Il aurait pu conserver la gloire du ciel et l’hommage des anges. Mais il a choisi de remettre le sceptre entre les mains du Père et de descendre du trône de l’univers, afin d’apporter la lumière à ceux qui sont obscurs et la vie à ceux qui périssent.
Il y a près de deux mille ans, une voix d’une importance mystérieuse se fit entendre dans le ciel, depuis le trône de Dieu : « Voici, je viens. «Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. . . . Voici, je viens (dans le volume du Livre, il est écrit à mon sujet) pour faire ta volonté, ô Dieu. Hébreux 10:5-7. Dans ces mots est annoncé l’accomplissement du dessein qui avait été caché depuis les âges éternels. Le Christ était sur le point de visiter notre monde et de s’incarner. Il dit : « Tu m’as formé un corps. S’il était apparu avec la gloire qui était la sienne auprès du Père avant que le monde fût, nous n’aurions pas pu supporter la lumière de sa présence. Afin que nous puissions la contempler et ne pas être détruits, la manifestation de sa gloire a été enveloppée. Sa divinité était voilée d’humanité, la gloire invisible dans la forme humaine visible.
Ce grand dessein avait été mis en évidence par des types et des symboles. Le buisson ardent, dans lequel le Christ est apparu à Moïse, a révélé Dieu. Le symbole choisi pour la représentation de la Divinité était un arbuste modeste, qui n’avait apparemment aucun attrait. Cela a enchâssé l’Infini. Le Dieu tout miséricordieux a enveloppé sa gloire dans un type très humble, afin que Moïse puisse le regarder et vivre. Ainsi, dans la colonne de nuée le jour et la colonne de feu la nuit, Dieu communiquait avec Israël, révélant aux hommes sa volonté et leur communiquant sa grâce. La gloire de Dieu a été subjuguée et sa majesté voilée, afin que la faible vision des hommes finis puisse la contempler. Ainsi, Christ devait venir dans «le corps de notre humiliation» (Philippiens 3:21, RV), «à la ressemblance des hommes». Aux yeux du monde, il ne possédait aucune beauté pour qu’ils le désirent ; pourtant il était le Dieu incarné, la lumière du ciel et de la terre. Sa gloire était voilée, sa grandeur et sa majesté étaient cachées, afin qu’il puisse s’approcher des hommes affligés et tentés.
Dieu ordonna à Moïse pour Israël : « Qu’ils me fassent un sanctuaire ; afin que j’habite au milieu d’eux » (Exode 25:8), et il demeura dans le sanctuaire, au milieu de son peuple. Pendant toute leur errance fatiguée dans le désert, le symbole de sa présence était avec eux. Alors Christ a établi Son tabernacle au milieu de notre campement humain. Il a planté sa tente à côté des tentes des hommes, afin qu’il puisse habiter parmi nous et nous familiariser avec son caractère et sa vie divins. “Le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous (et nous avons contemplé sa gloire, gloire comme le Fils unique du Père), plein de grâce et de vérité.” Jean 1:14, RV, marge.
Depuis que Jésus est venu habiter avec nous, nous savons que Dieu connaît nos épreuves et compatit à nos chagrins. Chaque fils et fille d’Adam peut comprendre que notre Créateur est l’ami des pécheurs. Car dans chaque doctrine de grâce, chaque promesse de joie, chaque acte d’amour, chaque attrait divin présenté dans la vie du Sauveur sur terre, nous voyons « Dieu avec nous ».
Satan représente la loi d’amour de Dieu comme une loi d’égoïsme. Il déclare qu’il nous est impossible d’obéir à ses préceptes. La chute de nos premiers parents, avec tout le malheur qui en a résulté, il impute au Créateur, amenant les hommes à considérer Dieu comme l’auteur du péché, de la souffrance et de la mort. Jésus devait dévoiler cette tromperie. Comme l’un de nous, il devait donner un exemple d’obéissance. Pour cela, il a pris sur lui notre nature et a traversé nos expériences. “En toutes choses, il lui incombait d’être rendu semblable à ses frères.” Hébreux 2:17. Si nous devions supporter quelque chose que Jésus n’a pas enduré, alors sur ce point Satan représenterait la puissance de Dieu comme insuffisante pour nous. C’est pourquoi Jésus a été ” en toutes choses tenté comme nous le sommes “. Hébreux 4:15. Il a enduré toutes les épreuves auxquelles nous sommes soumis. Et Il n’a exercé en Son propre nom aucun pouvoir qui ne nous soit librement offert. En tant qu’homme, il a rencontré la tentation et a vaincu dans la force que Dieu lui a donnée. Il dit : « Je prends plaisir à faire ta volonté, ô mon Dieu : oui, ta loi est dans mon cœur. Psaume 40:8. Alors qu’il allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient affligés par Satan, il expliqua clairement aux hommes le caractère de la loi de Dieu et la nature de son service. Sa vie témoigne qu’il nous est aussi possible d’obéir à la loi de Dieu.
Par son humanité, le Christ a touché l’humanité ; par sa divinité, il s’empare du trône de Dieu. En tant que Fils de l’homme, il nous a donné un exemple d’obéissance ; en tant que Fils de Dieu, il nous donne le pouvoir d’obéir. C’est le Christ qui, du buisson du mont Horeb, parla à Moïse en disant : « Je suis ce que je suis. . . . Tu diras ainsi aux enfants d’Israël : Je suis m’a envoyé vers vous. Exode 3:14. C’était le gage de la délivrance d’Israël. Ainsi, lorsqu’Il est venu « à la ressemblance des hommes », Il s’est déclaré le Je Suis. L’Enfant de Bethléem, le Sauveur doux et humble, est Dieu « manifesté dans la chair ». 1 Timothée 3:16. Et à nous Il dit : « Je Suis le Bon Pasteur. “Je Suis le Pain vivant.” “Je Suis le Chemin, la Vérité et la Vie.” “Tout pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre.” Jean 10:11; 6:51 ; 14:6 ; Matthieu 28:18. Je Suis l’assurance de chaque promesse. Je suis; n’aie pas peur.
En se penchant pour prendre sur lui l’humanité, le Christ a révélé un caractère opposé au caractère de Satan. Mais Il descendit encore plus bas sur le chemin de l’humiliation. « Étant trouvé à la mode en tant qu’homme, il s’est humilié et est devenu obéissant jusqu’à la mort, même la mort de la croix. Philippiens 2:8. Comme le souverain sacrificateur quittait ses magnifiques robes pontificales et officiait dans la robe de lin blanc du vulgaire prêtre, ainsi le Christ prit la forme d’un serviteur et offrit le sacrifice, Lui-même le prêtre, Lui-même la victime. « Il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités : le châtiment de notre paix était sur lui. Esaïe 53:5.
Christ a été traité comme nous le méritons, afin que nous soyons traités comme il le mérite. Il a été condamné pour nos péchés, auxquels il n’avait aucune part, afin que nous soyons justifiés par sa justice, à laquelle nous n’avions aucune part. Il a souffert la mort qui était la nôtre, afin que nous puissions recevoir la vie qui était la sienne. “Avec ses meurtrissures nous sommes guéris.”
Par sa vie et sa mort, Christ a accompli bien plus que la guérison de la ruine provoquée par le péché. C’était le but de Satan de provoquer une séparation éternelle entre Dieu et l’homme ; mais en Christ nous devenons plus étroitement unis à Dieu que si nous n’étions jamais tombés. En prenant notre nature, le Sauveur s’est lié à l’humanité par un lien qui ne se rompra jamais. A travers les âges éternels, Il est lié à nous. “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique.” Jean 3:16. Il ne l’a pas seulement donné pour porter nos péchés et pour mourir en sacrifice ; Il L’a donné à la race déchue. Pour nous assurer de son immuable conseil de paix, Dieu a donné son Fils unique pour faire partie de la famille humaine, pour conserver à jamais sa nature humaine. C’est la promesse que Dieu accomplira Sa parole. « Un enfant nous est né, un fils nous est donné : et le gouvernement reposera sur son épaule. Dieu a adopté la nature humaine dans la personne de son Fils et l’a portée au plus haut des cieux. C’est le “Fils de l’homme” qui partage le trône de l’univers. C’est le “Fils de l’homme” dont le nom sera appelé “Merveilleux, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix”. Esaïe 9:6. Le Je Suis est le Daysman entre Dieu et l’humanité, posant Sa main sur les deux. Celui qui est « saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs », n’a pas honte de nous appeler frères. Hébreux 7:26 ; 2:11. En Christ, la famille terrestre et la famille céleste sont liées. Le Christ glorifié est notre frère. Le Ciel est enchâssé dans l’humanité, et l’humanité est enveloppée dans le sein de l’Amour Infini. et l’a emporté au plus haut des cieux. C’est le “Fils de l’homme” qui partage le trône de l’univers. C’est le “Fils de l’homme” dont le nom sera appelé “Merveilleux, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix”. Esaïe 9:6. Le Je Suis est le Daysman entre Dieu et l’humanité, posant Sa main sur les deux. Celui qui est « saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs », n’a pas honte de nous appeler frères. Hébreux 7:26 ; 2:11. En Christ, la famille terrestre et la famille céleste sont liées. Le Christ glorifié est notre frère. Le Ciel est enchâssé dans l’humanité, et l’humanité est enveloppée dans le sein de l’Amour Infini. et l’a emporté au plus haut des cieux. C’est le “Fils de l’homme” qui partage le trône de l’univers. C’est le “Fils de l’homme” dont le nom sera appelé “Merveilleux, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix”. Esaïe 9:6. Le Je Suis est le Daysman entre Dieu et l’humanité, posant Sa main sur les deux. Celui qui est « saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs », n’a pas honte de nous appeler frères. Hébreux 7:26 ; 2:11. En Christ, la famille terrestre et la famille céleste sont liées. Le Christ glorifié est notre frère. Le Ciel est enchâssé dans l’humanité, et l’humanité est enveloppée dans le sein de l’Amour Infini. Le Prince de la Paix. Esaïe 9:6. Le Je Suis est le Daysman entre Dieu et l’humanité, posant Sa main sur les deux. Celui qui est « saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs », n’a pas honte de nous appeler frères. Hébreux 7:26 ; 2:11. En Christ, la famille terrestre et la famille céleste sont liées. Le Christ glorifié est notre frère. Le Ciel est enchâssé dans l’humanité, et l’humanité est enveloppée dans le sein de l’Amour Infini. Le Prince de la Paix. Esaïe 9:6. Le Je Suis est le Daysman entre Dieu et l’humanité, posant Sa main sur les deux. Celui qui est « saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs », n’a pas honte de nous appeler frères. Hébreux 7:26 ; 2:11. En Christ, la famille terrestre et la famille céleste sont liées. Le Christ glorifié est notre frère. Le Ciel est enchâssé dans l’humanité, et l’humanité est enveloppée dans le sein de l’Amour Infini.
De son peuple, Dieu dit : « Ils seront comme les pierres d’une couronne, élevés comme une bannière sur son pays. Car combien grande est sa bonté, et combien grande est sa beauté ! Zacharie 9:16, 17. L’exaltation des rachetés sera un témoignage éternel de la miséricorde de Dieu. “ Dans les siècles à venir ”, il “ montrera les richesses infinies de sa grâce dans sa bonté envers nous par le Christ Jésus ”. « Dans l’intention que . . . aux principautés et les puissances dans les lieux célestes pourraient être révélées. . . la sagesse multiple de Dieu, selon le dessein éternel qu’il s’est proposé en Jésus-Christ notre Seigneur. Éphésiens 2:7 ; 3:10, 11, RV
Grâce à l’œuvre rédemptrice de Christ, le gouvernement de Dieu est justifié. L’Omnipotent est connu comme le Dieu d’amour. Les accusations de Satan sont réfutées et son caractère dévoilé. La rébellion ne peut plus jamais éclater. Le péché ne pourra plus jamais entrer dans l’univers. A travers les âges éternels, tous sont à l’abri de l’apostasie. Par le sacrifice de soi de l’amour, les habitants de la terre et du ciel sont liés à leur Créateur par des liens d’union indissoluble.
L’œuvre de rédemption sera complète. Là où le péché a abondé, la grâce de Dieu abonde beaucoup plus. La terre elle-même, le champ même que Satan revendique comme sien, doit être non seulement rachetée mais exaltée. Notre petit monde, sous la malédiction du péché, la seule tache noire dans sa glorieuse création, sera honoré au-dessus de tous les autres mondes dans l’univers de Dieu. Ici, où le Fils de Dieu a habité dans l’humanité; là où le Roi de gloire a vécu, a souffert et est mort, ici, quand il fera toutes choses nouvelles, le tabernacle de Dieu sera avec les hommes, « et il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sois avec eux et sois leur Dieu. Et à travers des âges sans fin, alors que les rachetés marchent à la lumière du Seigneur, ils Le loueront pour Son don indescriptible, –
. . . . . Emmanuel, « Dieu avec nous ».

Chapitre 2
Le peuple élu

Pendant plus de mille ans, le peuple juif a attendu la venue du Sauveur. C’est sur cet événement qu’ils avaient fondé leurs espoirs les plus brillants. Dans les chants et les prophéties, dans les rites du temple et les prières domestiques, ils avaient consacré son nom. Et pourtant, à sa venue, ils ne le connaissaient pas. Le Bien-aimé des cieux était pour eux « comme une racine sortie d’un sol aride » ; Il n’avait « ni forme ni beauté » ; et ils ne virent en lui aucune beauté pour le désirer. “Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu.” Esaïe 53:2; Jean 1:11.
Pourtant, Dieu avait choisi Israël. Il les avait appelés à préserver parmi les hommes la connaissance de sa loi, ainsi que des symboles et des prophéties qui pointaient vers le Sauveur. Il a voulu qu’ils soient comme des puits de salut pour le monde. Ce qu’Abraham était dans le pays de son séjour, ce que Joseph était en Égypte et Daniel dans les parvis de Babylone, le peuple hébreu devait être parmi les nations. Ils devaient révéler Dieu aux hommes.
Dans l’appel d’Abraham, le Seigneur avait dit : « Je te bénirai ; . . . et tu seras une bénédiction : . . . et en toi toutes les familles de la terre seront bénies. Genèse 12:2, 3. Le même enseignement a été répété par les prophètes. Même après qu’Israël eut été dévasté par la guerre et la captivité, la promesse était la leur : « Le reste de Jacob sera au milieu d’un peuple nombreux comme une rosée de la part de l’Éternel, comme des ondées sur l’herbe, qui ne tarde pas pour l’homme, ni attend les fils des hommes. Michée 5:7. Concernant le temple de Jérusalem, le Seigneur a déclaré par l’intermédiaire d’Isaïe : « Ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. Esaïe 56:7, RV
Mais les Israélites fixaient leurs espoirs sur la grandeur mondaine. Dès leur entrée au pays de Canaan, ils se sont écartés des commandements de Dieu et ont suivi les voies des païens. C’est en vain que Dieu leur envoya des avertissements par Ses prophètes. En vain ils ont subi le châtiment de l’oppression païenne. Chaque réforme était suivie d’une apostasie plus profonde.
Si Israël avait été fidèle à Dieu, Il aurait pu accomplir Son dessein par son honneur et son exaltation. S’ils avaient marché dans les voies de l’obéissance, il les aurait placés « au-dessus de toutes les nations qu’il a faites, en louange, en nom et en honneur ». « Tous les peuples de la terre, dit Moïse, verront que tu es appelé du nom de l’Éternel ; et ils auront peur de toi. « Les nations qui entendront toutes ces lois » diront : « Assurément, cette grande nation est un peuple sage et intelligent. Deutéronome 26:19 ; 28:10 ; 4:6. Mais à cause de leur infidélité, le dessein de Dieu ne pouvait s’accomplir qu’à travers l’adversité et l’humiliation continuelles.
Ils furent soumis à Babylone et dispersés dans les terres des païens. Dans l’affliction, beaucoup ont renouvelé leur fidélité à son alliance. Tandis qu’ils suspendaient leurs harpes aux saules et pleuraient le saint temple qui était dévasté, la lumière de la vérité brillait à travers eux, et la connaissance de Dieu se répandait parmi les nations. Les systèmes païens de sacrifice étaient une perversion du système que Dieu avait établi ; et beaucoup d’observateurs sincères des rites païens apprirent des Hébreux la signification du service divinement ordonné, et dans la foi saisirent la promesse d’un Rédempteur.
De nombreux exilés ont été persécutés. Beaucoup ont perdu la vie à cause de leur refus d’ignorer le sabbat et d’observer les fêtes païennes. Tandis que les idolâtres étaient excités pour écraser la vérité, le Seigneur a amené ses serviteurs face à face avec des rois et des dirigeants, afin qu’eux et leur peuple puissent recevoir la lumière. Maintes et maintes fois, les plus grands monarques ont été amenés à proclamer la suprématie du Dieu que leurs captifs hébreux adoraient.
Par la captivité babylonienne, les Israélites furent effectivement guéris du culte des images taillées. Au cours des siècles qui ont suivi, ils ont souffert de l’oppression d’ennemis païens, jusqu’à ce que la conviction s’installe que leur prospérité dépendait de leur obéissance à la loi de Dieu. Mais chez trop de gens, l’obéissance n’était pas motivée par l’amour. Le motif était égoïste. Ils ont rendu un service extérieur à Dieu comme moyen d’atteindre la grandeur nationale. Ils ne sont pas devenus la lumière du monde, mais se sont fermés au monde pour échapper à la tentation de l’idolâtrie. Dans l’instruction donnée par Moïse, Dieu avait placé des restrictions sur leur association avec des idolâtres ; mais cet enseignement avait été mal interprété. Il était destiné à les empêcher de se conformer aux pratiques des païens. Mais il a été utilisé pour construire un mur de séparation entre Israël et toutes les autres nations. Les Juifs considéraient Jérusalem comme leur ciel, et ils étaient en fait jaloux que le Seigneur fasse miséricorde aux Gentils.
Après le retour de Babylone, une grande attention a été accordée à l’instruction religieuse. Dans tout le pays, des synagogues ont été érigées, où la loi a été exposée par les prêtres et les scribes. Et des écoles ont été établies, qui, avec les arts et les sciences, professaient enseigner les principes de la justice. Mais ces agences sont devenues corrompues. Pendant la captivité, de nombreuses personnes avaient reçu des idées et des coutumes païennes, et celles-ci ont été intégrées à leur service religieux. En beaucoup de choses, ils se conformaient aux pratiques des idolâtres.
En s’éloignant de Dieu, les Juifs perdirent en grande partie de vue l’enseignement du service rituel. Ce service avait été institué par Christ Lui-même. Dans chaque partie, c’était un symbole de Lui; et il avait été plein de vitalité et de beauté spirituelle. Mais les Juifs ont perdu la vie spirituelle de leurs cérémonies et se sont accrochés aux formes mortes. Ils se fiaient aux sacrifices et aux ordonnances eux-mêmes, au lieu de s’appuyer sur Celui qu’ils indiquaient. Afin de suppléer à ce qu’ils avaient perdu, les prêtres et les rabbins multipliaient leurs propres besoins ; et plus ils devenaient rigides, moins l’amour de Dieu se manifestait. Ils mesuraient leur sainteté à la multitude de leurs cérémonies, tandis que leur cœur était rempli d’orgueil et d’hypocrisie.
Avec toutes leurs injonctions minutieuses et pesantes, c’était une impossibilité d’observer la loi. Ceux qui désiraient servir Dieu, et qui essayaient d’observer les préceptes rabbiniques, peinaient sous un lourd fardeau. Ils ne pouvaient trouver de répit aux accusations d’une conscience troublée. Ainsi, Satan s’est efforcé de décourager le peuple, d’abaisser sa conception du caractère de Dieu et de mépriser la foi d’Israël. Il espérait établir l’affirmation mise en avant lorsqu’il s’est rebellé dans le ciel, que les exigences de Dieu étaient injustes et ne pouvaient être respectées. Même Israël, déclara-t-il, n’observait pas la loi.
Alors que les Juifs désiraient l’avènement du Messie, ils n’avaient aucune véritable conception de Sa mission. Ils ne cherchaient pas la rédemption du péché, mais la délivrance des Romains. Ils attendaient que le Messie vienne en tant que conquérant, pour briser le pouvoir de l’oppresseur et élever Israël à la domination universelle. Ainsi, la voie était préparée pour qu’ils rejettent le Sauveur.
Au moment de la naissance du Christ, la nation était irritée par la domination de ses maîtres étrangers et déchirée par des conflits internes. Les Juifs avaient été autorisés à maintenir la forme d’un gouvernement séparé ; mais rien ne pouvait masquer le fait qu’ils étaient sous le joug romain, ni les réconcilier avec la restriction de leur pouvoir. Les Romains revendiquaient le droit de nommer et de révoquer le grand prêtre, et la fonction était souvent assurée par la fraude, la corruption et même le meurtre. Ainsi, le sacerdoce est devenu de plus en plus corrompu. Pourtant, les prêtres possédaient encore un grand pouvoir, et ils l’employaient à des fins égoïstes et mercenaires. Le peuple était soumis à leurs exigences impitoyables, et était également lourdement taxé par les Romains. Cet état de fait a provoqué un mécontentement généralisé. Les épidémies populaires étaient fréquentes. Avidité et violence, méfiance et apathie spirituelle,
La haine des Romains, l’orgueil national et spirituel amenaient les Juifs à adhérer encore rigoureusement à leurs cultes. Les prêtres s’efforçaient de maintenir une réputation de sainteté par une attention scrupuleuse aux cérémonies de la religion. Le peuple, dans ses ténèbres et son oppression, et les dirigeants, assoiffés de pouvoir, aspiraient à la venue de Celui qui vaincra leurs ennemis et restaurera le royaume d’Israël. Ils avaient étudié les prophéties, mais sans perspicacité spirituelle. Ainsi, ils ont négligé ces écritures qui pointent vers l’humiliation du premier avènement de Christ, et ont mal appliqué ceux qui parlent de la gloire de sa seconde venue. L’orgueil obscurcissait leur vision. Ils ont interprété la prophétie conformément à leurs désirs égoïstes.

Chapitre 3
« La plénitude du temps »

«Quand la plénitude des temps fut venue, Dieu envoya son Fils, . . . pour racheter ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l’adoption de fils. Galates 4:4, 5.
La venue du Sauveur a été annoncée en Éden. Quand Adam et Eve ont entendu la promesse pour la première fois, ils ont attendu son accomplissement rapide. Ils ont accueilli avec joie leur fils premier-né, espérant qu’il pourrait être le Libérateur. Mais l’accomplissement de la promesse tarda. Ceux qui l’ont reçu en premier sont morts sans la vue. Depuis les jours d’Enoch, la promesse a été répétée par les patriarches et les prophètes, gardant vivant l’espoir de Son apparition, et pourtant Il ne vint pas. La prophétie de Daniel a révélé le temps de Son avènement, mais tous n’ont pas correctement interprété le message. Siècle après siècle passé; les voix des prophètes cessèrent. La main de l’oppresseur pesait lourdement sur Israël, et beaucoup étaient prêts à s’exclamer : « Les jours se prolongent et toute vision échoue. Ézéchiel 12:22.
Mais comme les étoiles dans le vaste circuit de leur chemin désigné, les desseins de Dieu ne connaissent ni hâte ni retard. A travers les symboles des grandes ténèbres et de la fournaise fumante, Dieu avait révélé à Abraham la servitude d’Israël en Egypte, et avait déclaré que le temps de leur séjour serait de quatre cents ans. « Ensuite, a-t-il dit, ils sortiront avec une grande substance. Genèse 15:14. Contre ce mot, toute la puissance du fier empire de Pharaon combattit en vain. Au « même jour » fixé dans la promesse divine, « il arriva que toutes les armées de l’Éternel sortirent du pays d’Égypte ». Exode 12:41. Ainsi, dans le conseil céleste, l’heure de la venue de Christ avait été déterminée. Lorsque la grande horloge du temps indiquait cette heure, Jésus est né à Bethléem.
“Quand la plénitude des temps fut venue, Dieu envoya son Fils.” La Providence avait dirigé les mouvements des nations, et la marée de l’impulsion et de l’influence humaines, jusqu’à ce que le monde soit mûr pour la venue du Libérateur. Les nations étaient unies sous un seul gouvernement. Une langue était largement parlée et partout reconnue comme la langue de la littérature. De tous les pays, les Juifs de la dispersion se rassemblaient à Jérusalem pour les fêtes annuelles. Comme ceux-ci retournaient aux lieux de leur séjour, ils pouvaient répandre dans le monde entier la nouvelle de la venue du Messie.
A cette époque, les systèmes du paganisme perdaient leur emprise sur le peuple. Les hommes étaient las des spectacles et des fables. Ils aspiraient à une religion qui puisse satisfaire le cœur. Alors que la lumière de la vérité semblait s’être éloignée des hommes, il y avait des âmes qui cherchaient la lumière et qui étaient remplies de perplexité et de chagrin. Ils avaient soif de connaître le Dieu vivant, d’avoir l’assurance d’une vie d’outre-tombe.
Comme les Juifs s’étaient éloignés de Dieu, la foi s’était affaiblie et l’espérance avait pratiquement cessé d’éclairer l’avenir. Les paroles des prophètes n’étaient pas comprises. Pour les masses populaires, la mort était un mystère redoutable ; au-delà, c’était l’incertitude et la tristesse. Ce n’était pas seulement les lamentations des mères de Bethléem, mais le cri du grand cœur de l’humanité, qui a été porté au prophète à travers les siècles, la voix entendue à Ramah, “lamentation, et pleurs, et grand deuil, Rachel pleurant ses enfants, et ne serait pas consolé, parce qu’ils ne le sont pas. Matthieu 2:18. Dans “la région et l’ombre de la mort”, les hommes étaient assis sans réconfort. Avec des yeux impatients, ils attendaient la venue du Libérateur, quand les ténèbres seraient dissipées et que le mystère de l’avenir serait éclairci.
En dehors de la nation juive, il y avait des hommes qui prédisaient l’apparition d’un instructeur divin. Ces hommes cherchaient la vérité, et l’Esprit d’Inspiration leur fut communiqué. L’un après l’autre, comme des étoiles dans les cieux assombris, de tels enseignants s’étaient levés. Leurs paroles prophétiques avaient allumé l’espoir dans le cœur de milliers de Gentils du monde.
Pendant des centaines d’années, les Écritures avaient été traduites en langue grecque, alors largement parlée dans tout l’Empire romain. Les Juifs étaient dispersés partout, et leur attente de la venue du Messie était dans une certaine mesure partagée par les Gentils. Parmi ceux que les Juifs qualifiaient de païens, il y avait des hommes qui avaient une meilleure compréhension des prophéties des Écritures concernant le Messie que les enseignants en Israël. Certains espéraient sa venue comme un libérateur du péché. Les philosophes se sont efforcés d’approfondir le mystère de l’économie hébraïque. Mais la bigoterie des Juifs a entravé la propagation de la lumière. Soucieux de maintenir la séparation entre eux et les autres nations, ils ne voulaient pas transmettre les connaissances qu’ils possédaient encore concernant le service symbolique. Le véritable Interprète doit venir.
A travers la nature, à travers les types et les symboles, à travers les patriarches et les prophètes, Dieu avait parlé au monde. Des leçons doivent être données à l’humanité dans le langage de l’humanité. Le Messager de l’alliance doit parler. Sa voix doit être entendue dans son propre temple. Le Christ doit venir prononcer des paroles qui doivent être clairement et définitivement comprises. Lui, l’auteur de la vérité, doit séparer la vérité de la paille de la parole de l’homme, qui l’avait rendue sans effet. Les principes du gouvernement de Dieu et le plan de rédemption doivent être clairement définis. Les leçons de l’Ancien Testament doivent être pleinement exposées aux hommes.
Parmi les Juifs, il y avait encore des âmes inébranlables, descendants de cette lignée sainte à travers laquelle la connaissance de Dieu avait été préservée. Ceux-ci cherchaient encore l’espérance de la promesse faite aux pères. Ils renforcèrent leur foi en insistant sur l’assurance donnée par Moïse : « L’Éternel, votre Dieu, vous suscitera parmi vos frères un prophète semblable à moi ; Vous l’entendrez en toutes choses, tout ce qu’il vous dira. Actes 3:22. Encore une fois, ils ont lu comment le Seigneur en oindrait un « pour prêcher de bonnes nouvelles aux doux », « pour panser les cœurs brisés, pour proclamer la liberté aux captifs » et pour déclarer « l’année de grâce du Seigneur ». Ésaïe 61 : 1, 2. Ils ont lu comment il « mettrait le jugement sur la terre », comment les îles devaient « attendre sa loi », comment les Gentils devaient venir à sa lumière, et les rois à l’éclat de son lever. Esaïe 42:4;
Les dernières paroles de Jacob les remplissaient d’espoir : ” Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni un législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que Shilo vienne. ” Genèse 49:10. La puissance décroissante d’Israël témoignait que la venue du Messie était proche. La prophétie de Daniel décrivait la gloire de son règne sur un empire qui devait succéder à tous les royaumes terrestres ; et, dit le prophète, “Elle subsistera pour toujours.” Daniel 2:44. Alors que peu comprenaient la nature de la mission du Christ, il y avait une attente répandue d’un prince puissant qui établirait son royaume en Israël et qui viendrait comme un libérateur pour les nations.
La plénitude des temps était venue. L’humanité, de plus en plus dégradée à travers les âges de la transgression, a appelé à la venue du Rédempteur. Satan avait travaillé pour rendre le gouffre profond et infranchissable entre la terre et le ciel. Par ses mensonges, il avait enhardi les hommes dans le péché. C’était son but d’épuiser la patience de Dieu et d’éteindre son amour pour l’homme, afin qu’il abandonne le monde à la juridiction satanique.
Satan cherchait à priver les hommes de la connaissance de Dieu, à détourner leur attention du temple de Dieu et à établir son propre royaume. Sa lutte pour la suprématie avait semblé être presque entièrement couronnée de succès. Il est vrai qu’à chaque génération, Dieu avait ses agents. Même parmi les païens, il y avait des hommes à travers lesquels Christ travaillait pour élever le peuple de son péché et de sa dégradation. Mais ces hommes étaient méprisés et haïs. Beaucoup d’entre eux ont subi une mort violente. L’ombre sombre que Satan avait projetée sur le monde s’approfondissait de plus en plus.
Par le paganisme, Satan avait pendant des siècles détourné les hommes de Dieu ; mais il remporta son grand triomphe en pervertissant la foi d’Israël. En contemplant et en adorant leurs propres conceptions, les païens avaient perdu la connaissance de Dieu et étaient devenus de plus en plus corrompus. Il en était ainsi avec Israël. Le principe que l’homme peut se sauver par ses propres œuvres est à la base de toute religion païenne ; c’était maintenant devenu le principe de la religion juive. Satan avait implanté ce principe. Partout où il se tient, les hommes n’ont aucune barrière contre le péché.
Le message du salut est communiqué aux hommes par des agents humains. Mais les Juifs avaient cherché à faire le monopole de la vérité qui est la vie éternelle. Ils avaient thésaurisé la manne vivante, et cela s’était transformé en corruption. La religion qu’ils essayaient de se fermer à eux-mêmes devint une offense. Ils ont privé Dieu de sa gloire et ont fraudé le monde par une contrefaçon de l’évangile. Ils avaient refusé de s’abandonner à Dieu pour le salut du monde, et ils sont devenus des agents de Satan pour sa destruction.
Le peuple que Dieu avait appelé pour être le pilier et le fondement de la vérité était devenu des représentants de Satan. Ils faisaient le travail qu’il leur demandait de faire, prenant le parti de déformer le caractère de Dieu et de faire en sorte que le monde le considère comme un tyran. Les prêtres mêmes qui servaient dans le temple avaient perdu de vue l’importance du service qu’ils accomplissaient. Ils avaient cessé de regarder au-delà du symbole vers la chose signifiée. En présentant les offrandes sacrificielles, ils étaient les acteurs d’une pièce de théâtre. Les ordonnances que Dieu lui-même avait établies étaient devenues le moyen d’aveugler l’esprit et d’endurcir le cœur. Dieu ne pouvait rien faire de plus pour l’homme par ces canaux. Tout le système doit être balayé.
La tromperie du péché avait atteint son comble. Toutes les agences de dépravation de l’âme des hommes avaient été mises en marche. Le Fils de Dieu, regardant le monde, vit la souffrance et la misère. Avec pitié, il a vu comment les hommes étaient devenus victimes de la cruauté satanique. Il regarda avec compassion ceux qui étaient corrompus, assassinés et perdus. Ils avaient choisi un souverain qui les enchaînait à sa voiture comme captifs. Perplexes et trompés, ils avançaient en sombre cortège vers la ruine éternelle, vers la mort sans espoir de vie, vers la nuit sans matin. Les agences sataniques ont été incorporées aux hommes. Les corps des êtres humains, faits pour la demeure de Dieu, étaient devenus l’habitation des démons. Les sens, les nerfs, les passions, les organes des hommes, ont été travaillés par des agents surnaturels dans l’indulgence de la luxure la plus vile. La marque même des démons était imprimée sur le visage des hommes. Les visages humains reflétaient l’expression des légions du mal dont ils étaient possédés. Telle était la perspective sur laquelle regardait le Rédempteur du monde. Quel spectacle pour l’Infinie Pureté à voir !
Le péché était devenu une science et le vice était consacré comme faisant partie de la religion. La rébellion avait enfoncé ses racines profondément dans le cœur, et l’hostilité de l’homme était des plus violentes contre le ciel. Il a été démontré devant l’univers que, sans Dieu, l’humanité ne pouvait pas être élevée. Un nouvel élément de vie et de puissance doit être transmis par Celui qui a créé le monde.
Avec un vif intérêt, les mondes non déchus avaient regardé Jéhovah se lever et balayer les habitants de la terre. Et si Dieu devait faire cela, Satan était prêt à exécuter son plan pour s’assurer l’allégeance des êtres célestes. Il avait déclaré que les principes du gouvernement de Dieu rendent le pardon impossible. Si le monde avait été détruit, il aurait prétendu que ses accusations s’étaient avérées vraies. Il était prêt à jeter le blâme sur Dieu et à répandre sa rébellion dans les mondes d’en haut. Mais au lieu de détruire le monde, Dieu a envoyé Son Fils pour le sauver. Bien que la corruption et la défiance puissent être observées dans toutes les parties de la province étrangère, un moyen de le récupérer a été fourni. Au moment même où Satan semblait sur le point de triompher, le Fils de Dieu est venu avec l’ambassade de la grâce divine. À chaque âge, à chaque heure, l’amour de Dieu s’était exercé envers la race déchue. Malgré la perversité des hommes, les signaux de la miséricorde avaient été continuellement exhibés. Et quand la plénitude des temps fut venue, la Divinité fut glorifiée en déversant sur le monde un flot de grâce guérissante qui ne devait jamais être obstrué ou retiré jusqu’à ce que le plan du salut soit accompli.
Satan exultait d’avoir réussi à avilir l’image de Dieu dans l’humanité. Alors Jésus est venu restaurer dans l’homme l’image de son Créateur. Personne d’autre que Christ ne peut façonner à nouveau le caractère qui a été ruiné par le péché. Il est venu chasser les démons qui avaient contrôlé la volonté. Il est venu pour nous relever de la poussière, pour remodeler le caractère entaché selon le modèle de son caractère divin, et pour le rendre beau de sa propre gloire.

Chapitre 4
À toi un Sauveur
[Ce chapitre est basé sur Luc 2:1-20]

Le Roi de gloire s’est abaissé pour prendre l’humanité. Rude et menaçant étaient Son environnement terrestre. Sa gloire était voilée, afin que la majesté de sa forme extérieure ne devienne pas un objet d’attraction. Il a évité tout étalage extérieur. Les richesses, les honneurs mondains et la grandeur humaine ne peuvent jamais sauver une âme de la mort ; Jésus a voulu qu’aucune attraction de nature terrestre n’appelle les hommes à ses côtés. Seule la beauté de la vérité céleste doit attirer ceux qui veulent le suivre. Le caractère du Messie avait été prédit depuis longtemps dans la prophétie, et il désirait que les hommes l’acceptent sur le témoignage de la parole de Dieu.
Les anges s’étaient étonnés du glorieux plan de rédemption. Ils ont regardé pour voir comment le peuple de Dieu recevrait Son Fils, vêtu de l’habit de l’humanité. Les anges sont venus au pays du peuple élu. D’autres nations vendaient des fables et adoraient de faux dieux. Au pays où la gloire de Dieu avait été révélée et où la lumière de la prophétie avait brillé, les anges vinrent. Ils sont venus sans être vus à Jérusalem, aux exposants désignés des oracles sacrés et aux ministres de la maison de Dieu. Déjà à Zacharie le prêtre, alors qu’il servait devant l’autel, la proximité de la venue du Christ avait été annoncée. Déjà le précurseur était né, sa mission attestée par miracle et prophétie. La nouvelle de sa naissance et la merveilleuse signification de sa mission s’étaient répandues à l’étranger. Pourtant Jérusalem ne se préparait pas à accueillir son Rédempteur.
Avec étonnement, les messagers célestes virent l’indifférence de ce peuple que Dieu avait appelé à communiquer au monde la lumière de la vérité sacrée. La nation juive avait été préservée comme témoin que Christ devait naître de la postérité d’Abraham et de la lignée de David ; pourtant ils ne savaient pas que sa venue était maintenant proche. Dans le temple, le sacrifice du matin et du soir indiquait quotidiennement l’Agneau de Dieu ; pourtant, même ici, il n’y avait aucune préparation pour le recevoir. Les prêtres et les enseignants de la nation ne savaient pas que le plus grand événement des âges était sur le point d’avoir lieu. Ils répétaient leurs prières dénuées de sens et accomplissaient les rites d’adoration pour être vus des hommes, mais dans leur lutte pour les richesses et l’honneur mondain, ils n’étaient pas préparés à la révélation du Messie. La même indifférence envahissait la terre d’Israël. Les cœurs égoïstes et absorbés par le monde n’ont pas été touchés par la joie qui a ravi tout le ciel. Seuls quelques-uns aspiraient à contempler l’Invisible. L’ambassade du ciel leur a été envoyée.
Les anges assistent Joseph et Marie alors qu’ils voyagent de leur maison à Nazareth à la ville de David. Le décret de la Rome impériale pour l’enrôlement des peuples de son vaste domaine s’est étendu aux habitants des collines de Galilée. Comme autrefois Cyrus fut appelé sur le trône de l’empire du monde afin qu’il puisse libérer les captifs du Seigneur, ainsi César Auguste est fait l’agent pour l’accomplissement du dessein de Dieu en amenant la mère de Jésus à Bethléem. Elle est de la lignée de David, et le Fils de David doit naître dans la ville de David. De Bethléem, a dit le prophète, « sortira-t-il. . . c’est-à-dire régner sur Israël; dont les sorties ont eu lieu depuis les temps anciens, depuis les jours de l’éternité. Michée 5:2, marge. Mais dans la ville de leur lignée royale, Joseph et Marie sont méconnus et non honorés. Fatigué et sans abri, ils parcourent toute la longueur de la rue étroite, depuis la porte de la ville jusqu’à l’extrémité orientale de la ville, cherchant vainement un lieu de repos pour la nuit. Il n’y a pas de place pour eux dans l’auberge bondée. Dans un bâtiment grossier où les bêtes sont à l’abri, elles trouvent enfin refuge, et ici naît le Rédempteur du monde.
Les hommes ne le savent pas, mais la nouvelle remplit le ciel de joie. Avec un intérêt plus profond et plus tendre, les êtres saints du monde de la lumière sont attirés vers la terre. Le monde entier est plus lumineux pour sa présence. Au-dessus des collines de Bethléem est rassemblée une foule innombrable d’anges. Ils attendent le signal pour annoncer la bonne nouvelle au monde. Si les dirigeants d’Israël avaient été fidèles à leur confiance, ils auraient pu partager la joie d’annoncer la naissance de Jésus. Mais maintenant, ils sont dépassés.
Dieu déclare : « Je répandrai de l’eau sur celui qui a soif, et j’inonderai la terre sèche. “Pour les hommes droits s’élève la lumière dans les ténèbres.” Esaïe 44:3; Psaume 112:4. Pour ceux qui recherchent la lumière et qui l’acceptent avec joie, les rayons lumineux du trône de Dieu brilleront.
Dans les champs où l’enfant David avait conduit son troupeau, des bergers veillaient encore la nuit. Pendant les heures de silence, ils parlèrent ensemble du Sauveur promis et prièrent pour la venue du roi sur le trône de David. « Et voici, l’ange de l’Éternel vint sur eux, et la gloire de l’Éternel resplendit autour d’eux, et ils eurent une grande frayeur. Et l’ange leur dit: Ne craignez rien, car voici, je vous apporte de bonnes nouvelles d’une grande joie, qui seront pour tous les peuples. Car il vous est né aujourd’hui dans la ville de David un Sauveur, qui est le Christ Seigneur.
A ces mots, des visions de gloire remplissent l’esprit des bergers qui écoutent. Le Libérateur est venu en Israël ! La puissance, l’exaltation, le triomphe sont associés à sa venue. Mais l’ange doit les préparer à reconnaître leur Sauveur dans la pauvreté et l’humiliation. « Ceci vous sera un signe », dit-il ; « Vous trouverez le bébé enveloppé de langes, couché dans une crèche. »
Le messager céleste avait apaisé leurs peurs. Il leur avait dit comment trouver Jésus. Avec une tendre considération pour leur faiblesse humaine, il leur avait donné le temps de s’accoutumer au rayonnement divin. Alors la joie et la gloire ne pouvaient plus être cachées. Toute la plaine était illuminée du brillant éclat des armées de Dieu. La terre s’est tue, et le ciel s’est penché pour écouter la chanson, –
. . . . . “Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
. . . . . Et sur la terre la paix, la bonne volonté envers les hommes.
Oh qu’aujourd’hui la famille humaine pourrait reconnaître cette chanson ! La déclaration alors faite, la note alors frappée, gonfleront jusqu’à la fin des temps, et résonneront jusqu’aux extrémités de la terre. Lorsque le soleil de justice se lèvera, avec la guérison sous ses ailes, ce cantique sera répété par la voix d’une grande multitude, comme la voix de nombreuses eaux, disant : « Alléluia, car le Seigneur Dieu tout-puissant règne. Apocalypse 19:6.
Lorsque les anges ont disparu, la lumière s’est estompée et les ombres de la nuit sont tombées à nouveau sur les collines de Bethléem. Mais l’image la plus brillante jamais vue par les yeux humains est restée dans la mémoire des bergers. « Et il arriva que, comme les anges s’en allaient d’avec eux dans le ciel, les bergers dirent l’un à l’autre : Allons maintenant jusqu’à Bethléhem, et voyons cette chose qui est arrivée, que le Seigneur a fait connaître à nous. Et ils vinrent en hâte, et trouvèrent Marie, et Joseph, et l’enfant couché dans une crèche.
Partant avec une grande joie, ils firent connaître les choses qu’ils avaient vues et entendues. « Et tous ceux qui l’entendirent s’étonnèrent de ce que leur disaient les bergers. Mais Marie garda toutes ces choses et les médita dans son cœur. Et les bergers revinrent, glorifiant et louant Dieu.
Le ciel et la terre ne sont pas plus éloignés aujourd’hui que lorsque les bergers écoutaient le chant des anges. L’humanité est toujours autant l’objet de la sollicitude du ciel que lorsque les hommes ordinaires des occupations communes rencontraient les anges à midi et parlaient avec les messagers célestes dans les vignes et les champs. Pour nous dans les milieux ordinaires de la vie, le ciel peut être très proche. Les anges des tribunaux d’en haut suivront les pas de ceux qui vont et viennent au commandement de Dieu.
L’histoire de Bethléem est un thème inépuisable. En elle est cachée « la profondeur des richesses de la sagesse et de la connaissance de Dieu ». Romains 11:33. Nous nous émerveillons devant le sacrifice du Sauveur en échangeant le trône des cieux contre la crèche, et la compagnie des anges adorateurs contre les bêtes de l’étable. L’orgueil humain et l’autosuffisance sont réprimandés en sa présence. Pourtant, ce n’était que le début de sa merveilleuse condescendance. Cela aurait été une humiliation presque infinie pour le Fils de Dieu de prendre la nature de l’homme, même quand Adam se tenait dans son innocence en Eden. Mais Jésus a accepté l’humanité alors que la race avait été affaiblie par quatre mille ans de péché. Comme tout enfant d’Adam, il a accepté les résultats de l’action de la grande loi de l’hérédité. Ce que furent ces résultats est montré dans l’histoire de Ses ancêtres terrestres.
Satan au ciel avait haï Christ pour sa position dans les parvis de Dieu. Il le haït d’autant plus qu’il fut lui-même détrôné. Il haïssait celui qui s’était engagé à racheter une race de pécheurs. Pourtant, dans le monde où Satan revendiquait la domination, Dieu permit à Son Fils de venir, un bébé sans défense, soumis à la faiblesse de l’humanité. Il lui a permis d’affronter le péril de la vie en commun avec toute âme humaine, de mener le combat comme tout enfant de l’humanité doit le mener, au risque d’un échec et d’une perte éternelle.
Le cœur du père humain aspire à son fils. Il regarde le visage de son petit enfant et tremble à l’idée du péril de la vie. Il aspire à protéger son être cher du pouvoir de Satan, à le retenir de la tentation et des conflits. Pour faire face à un conflit plus amer et à un risque plus redoutable, Dieu a donné son Fils unique, afin que le chemin de la vie soit assuré à nos petits. “Ici est l’amour.” Émerveillez-vous, ô cieux ! et sois étonnée, ô terre !

Chapitre 5
La Dédicace
[Ce chapitre est basé sur Luc 2:21-38]

Environ quarante jours après la naissance du Christ, Joseph et Marie l’ont emmené à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur et offrir un sacrifice. Ceci était conforme à la loi juive et, en tant que substitut de l’homme, Christ devait se conformer à la loi dans tous ses détails. Il avait déjà été soumis au rite de la circoncision, comme gage de son obéissance à la loi.
Comme offrande pour la mère, la loi exigeait un agneau de la première année pour un holocauste, et un jeune pigeon ou une tourterelle pour une offrande pour le péché. Mais la loi prévoyait que si les parents étaient trop pauvres pour amener un agneau, un couple de tourterelles ou deux pigeonneaux, l’un pour l’holocauste, l’autre pour le sacrifice pour le péché, pouvaient être acceptés.
Les offrandes présentées au Seigneur devaient être sans défaut. Ces offrandes représentaient le Christ, et il ressort de cela que Jésus lui-même était exempt de difformité physique. Il était “l’agneau sans défaut et sans tache”. 1 Pierre 1:19. Sa structure physique n’était entachée d’aucun défaut; Son corps était fort et sain. Et tout au long de sa vie, il a vécu conformément aux lois de la nature. Physiquement aussi bien que spirituellement, il était un exemple de ce que Dieu voulait que toute l’humanité soit par l’obéissance à ses lois.
Le dévouement du premier-né a son origine dans les temps les plus reculés. Dieu avait promis de donner le Premier-né du ciel pour sauver le pécheur. Ce don devait être reconnu dans chaque foyer par la consécration du fils premier-né. Il devait être consacré au sacerdoce, en tant que représentant du Christ parmi les hommes.
Lors de la délivrance d’Israël d’Egypte, la consécration du premier-né fut de nouveau ordonnée. Pendant que les enfants d’Israël étaient esclaves des Égyptiens, l’Éternel ordonna à Moïse d’aller vers Pharaon, roi d’Égypte, et de dire : « Ainsi parle l’Éternel : Israël est mon fils, même mon premier-né ; et je te dis , Laisse aller mon fils, afin qu’il me serve; et si tu refuses de le laisser partir, voici, je tuerai ton fils, même ton premier-né. Exode 4:22, 23.
Moïse a livré son message; mais la réponse du roi orgueilleux fut : « Qui est l’Éternel, pour que j’obéisse à sa voix pour laisser partir Israël ? Je ne connais pas l’Éternel, et je ne laisserai pas partir Israël. Exode 5:2. Le Seigneur a travaillé pour son peuple par des signes et des prodiges, envoyant des jugements terribles sur Pharaon. Enfin, l’ange destructeur reçut l’ordre de tuer le premier-né de l’homme et de la bête parmi les Égyptiens. Afin que les Israélites puissent être épargnés, ils reçurent l’ordre de placer sur leurs montants de porte le sang d’un agneau immolé. Chaque maison devait être marquée, afin que lorsque l’ange viendrait en mission de mort, il puisse passer au-dessus des maisons des Israélites.
Après avoir envoyé ce jugement sur l’Égypte, le Seigneur dit à Moïse : « Sanctifie-moi tous les premiers-nés, . . . à la fois de l’homme et de la bête: c’est le mien; « car le jour où j’ai frappé tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, je me suis sanctifié tous les premiers-nés en Israël, hommes et bêtes : ils seront à moi : je suis l’Éternel. Exode 13:2 ; Nombres 3:13. Une fois le service du tabernacle établi, le Seigneur choisit la tribu de Lévi à la place du premier-né de tout Israël pour servir dans le sanctuaire. Mais les premiers-nés devaient toujours être considérés comme appartenant au Seigneur et devaient être rachetés par une rançon.
Ainsi la loi sur la présentation des premiers-nés a été rendue particulièrement significative. Alors qu’il s’agissait d’un mémorial de la merveilleuse délivrance par le Seigneur des enfants d’Israël, il préfigurait une plus grande délivrance, qui serait opérée par le Fils unique de Dieu. Comme le sang aspergé sur les montants des portes avait sauvé le premier-né d’Israël, ainsi le sang de Christ a le pouvoir de sauver le monde.
Quelle signification était alors attachée à la présentation du Christ ! Mais le prêtre n’a pas vu à travers le voile ; il n’a pas lu le mystère au-delà. La présentation des nourrissons était une scène courante. Jour après jour, le prêtre recevait l’argent de la rédemption au fur et à mesure que les bébés étaient présentés au Seigneur. Jour après jour, il accomplissait la routine de son travail, accordant peu d’attention aux parents ou aux enfants, à moins qu’il ne voie quelque indication de la richesse ou du rang élevé des parents. Joseph et Marie étaient pauvres ; et quand ils sont venus avec leur enfant, les prêtres n’ont vu qu’un homme et une femme vêtus comme des Galiléens, et dans les vêtements les plus humbles. Il n’y avait rien dans leur apparence pour attirer l’attention, et ils ne présentaient que l’offrande faite par les classes les plus pauvres.
Le prêtre a traversé la cérémonie de son travail officiel. Il prit l’enfant dans ses bras et le tint devant l’autel. Après l’avoir rendu à sa mère, il inscrivit le nom « Jésus » sur le rôle du premier-né. Il ne pensait pas, alors que le bébé reposait dans ses bras, que c’était la Majesté du ciel, le Roi de gloire. Le prêtre ne pensait pas que ce bébé était celui dont Moïse avait écrit : « L’Éternel, votre Dieu, vous suscitera parmi vos frères un prophète semblable à moi ; Vous l’entendrez en toutes choses, tout ce qu’il vous dira. Actes 3:22. Il ne pensait pas que ce bébé était celui dont Moïse avait demandé à voir la gloire. Mais Un plus grand que Moïse gisait dans les bras du prêtre; et quand il inscrivait le nom de l’enfant, il inscrivait le nom de Celui qui était le fondement de toute l’économie juive. Ce nom devait être son arrêt de mort ; car le système des sacrifices et des offrandes vieillissait ; le type avait presque atteint son antitype, l’ombre sa substance.
La Shekinah avait quitté le sanctuaire, mais dans l’Enfant de Bethléem était voilée la gloire devant laquelle les anges s’inclinent. Ce bébé inconscient était la semence promise, à qui le premier autel à la porte d’Eden pointait. C’était Shiloh, le donneur de paix. C’est lui qui s’est déclaré à Moïse comme le je suis. C’était lui qui, dans la colonne de nuée et de feu, avait été le guide d’Israël. C’était Celui que les voyants avaient prédit depuis longtemps. Il était le Désir de toutes les nations, la Racine et la Progéniture de David, et l’Étoile Brillante du Matin. Le nom de ce petit bébé impuissant, inscrit au rôle d’Israël, le déclarant notre frère, était l’espoir de l’humanité déchue. L’enfant pour qui l’argent de la rédemption avait été payé était Celui qui devait payer la rançon pour les péchés du monde entier. Il était le véritable « grand prêtre de la maison de Dieu, ” le chef ” d’un sacerdoce immuable “, l’intercesseur à ” la droite de la Majesté d’en haut “. Hébreux 10:21 ; 7:24 ; 1:3.
Les choses spirituelles sont spirituellement discernées. Dans le temple, le Fils de Dieu était consacré à l’œuvre qu’il était venu accomplir. Le prêtre le regardait comme il regarderait n’importe quel autre enfant. Mais bien qu’il n’ait rien vu ni ressenti d’inhabituel, l’acte de Dieu en donnant Son Fils au monde a été reconnu. Cette occasion ne s’est pas passée sans une certaine reconnaissance du Christ. « Il y avait un homme à Jérusalem, dont le nom était Siméon ; et le même homme était juste et pieux, attendant la consolation d’Israël, et le Saint-Esprit était sur lui. Et il lui fut révélé par le Saint-Esprit qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.
Alors que Siméon entre dans le temple, il voit une famille présenter son fils premier-né devant le prêtre. Leur apparence témoigne de la pauvreté ; mais Siméon comprend les avertissements de l’Esprit, et il est profondément impressionné que l’enfant présenté au Seigneur soit la Consolation d’Israël, Celui qu’il a désiré voir. Au prêtre étonné, Siméon apparaît comme un homme ravi. L’enfant a été rendu à Marie, et il le prend dans ses bras et le présente à Dieu, tandis qu’une joie qu’il n’a jamais ressentie entre dans son âme. Alors qu’il élève le Sauveur enfant vers le ciel, il dit : « Seigneur, laisse maintenant ton serviteur partir en paix, selon ta parole ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé devant la face de tous les peuples ; une lumière pour éclairer les Gentils, et la gloire de ton peuple Israël.
L’esprit de prophétie était sur cet homme de Dieu, et tandis que Joseph et Marie se tenaient là, émerveillés par ses paroles, il les bénit et dit à Marie : « Voici, cet enfant est destiné à la chute et à la résurrection de plusieurs en Israël. ; et pour un signe contre lequel on dira; (oui, une épée transpercera aussi ton âme) afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées.
Anne aussi, une prophétesse, est entrée et a confirmé le témoignage de Siméon concernant Christ. Tandis que Siméon parlait, son visage s’illumina de la gloire de Dieu, et elle déversa ses remerciements sincères d’avoir été autorisés à contempler le Christ, le Seigneur.
Ces humbles adorateurs n’avaient pas étudié les prophéties en vain. Mais ceux qui occupaient des postes de dirigeants et de sacrificateurs en Israël, bien qu’eux aussi aient eu devant eux les précieuses déclarations de la prophétie, ne marchaient pas dans la voie du Seigneur, et leurs yeux n’étaient pas ouverts pour contempler la Lumière de la vie.
Donc c’est encore. Les événements sur lesquels l’attention de tout le ciel est centrée ne sont pas discernés, leur occurrence même est inaperçue, par les chefs religieux et les adorateurs de la maison de Dieu. Les hommes reconnaissent le Christ dans l’histoire, tandis qu’ils se détournent du Christ vivant. Christ dans sa parole appelant au sacrifice de soi, dans les pauvres et les souffrants qui implorent le soulagement, dans la juste cause qui implique la pauvreté, le labeur et l’opprobre, n’est pas plus facilement reçu aujourd’hui qu’il ne l’était il y a mille huit cents ans.
Marie a réfléchi à la prophétie large et de grande envergure de Siméon. Tandis qu’elle regardait l’enfant dans ses bras et se rappelait les paroles prononcées par les bergers de Bethléem, elle était remplie d’une joie reconnaissante et d’un brillant espoir. Les paroles de Siméon rappelèrent à son esprit les paroles prophétiques d’Isaïe : « Du tronc d’Isaï sortira une verge, et une branche poussera de ses racines ; et l’esprit du Seigneur reposera sur lui, l’esprit de la sagesse et l’intelligence, l’esprit de conseil et de force, l’esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. . . . Et la justice sera la ceinture de ses reins, et la fidélité la ceinture de ses reins. « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; ceux qui habitent le pays de l’ombre de la mort, la lumière a brillé sur eux. . . . Car un enfant nous est né, un fils nous est donné : et la domination reposera sur son épaule, et on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. Esaïe 11 :1-5 ; 9:2-6.
Pourtant, Marie n’a pas compris la mission du Christ. Siméon avait prophétisé de Lui comme une lumière pour éclairer les Gentils, ainsi qu’une gloire pour Israël. Ainsi les anges avaient annoncé la naissance du Sauveur comme une bonne nouvelle à tous les peuples. Dieu cherchait à corriger la conception juive étroite de l’œuvre du Messie. Il désirait que les hommes le voient, non seulement comme le libérateur d’Israël, mais comme le Rédempteur du monde. Mais de nombreuses années doivent s’écouler avant même que la mère de Jésus ne comprenne sa mission.
Marie attendait avec impatience le règne du Messie sur le trône de David, mais elle n’a pas vu le baptême de souffrance par lequel il devait être gagné. Grâce à Siméon, il est révélé que le Messie n’aura pas de passage libre à travers le monde. Dans les paroles adressées à Marie : « Une épée transpercera aussi ton âme », Dieu, dans sa tendre miséricorde, donne à la mère de Jésus une indication de l’angoisse qu’elle avait déjà commencé à supporter à cause de lui.
« Voici, avait dit Siméon, cet enfant est destiné à la chute et à la résurrection de plusieurs en Israël ; et pour un signe contre lequel on dira.
Il faut qu’ils tombent qui se relèveraient. Nous devons tomber sur le Rocher et être brisés avant de pouvoir être élevés en Christ. Le moi doit être détrôné, l’orgueil doit être humilié, si nous voulons connaître la gloire du royaume spirituel. Les Juifs n’accepteraient pas l’honneur qui est atteint par l’humiliation. Par conséquent, ils ne recevraient pas leur Rédempteur. Il était un signe contre lequel on s’était prononcé.
“Afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées.” À la lumière de la vie du Sauveur, le cœur de tous, même du Créateur au prince des ténèbres, se révèle. Satan a représenté Dieu comme égoïste et oppresseur, comme réclamant tout et ne donnant rien, comme exigeant le service de ses créatures pour sa propre gloire, et ne faisant aucun sacrifice pour leur bien. Mais le don du Christ révèle le cœur du Père. Cela témoigne que les pensées de Dieu envers nous sont « des pensées de paix et non de mal ». Jérémie 29:11. Il déclare que si la haine de Dieu pour le péché est aussi forte que la mort, son amour pour le pécheur est plus fort que la mort. Ayant entrepris notre rédemption, il n’épargnera rien, si cher soit-il, qui soit nécessaire à l’achèvement de son œuvre. Aucune vérité essentielle à notre salut n’est retenue, aucun miracle de miséricorde n’est négligé, aucune agence divine n’est laissée sans emploi. Les faveurs s’accumulent sur les faveurs, les cadeaux sur les cadeaux. Tout le trésor du ciel est ouvert à ceux qu’il cherche à sauver. Ayant rassemblé les richesses de l’univers et ouvert les ressources d’une puissance infinie, il les remet toutes entre les mains de Christ et dit : Tout cela est pour l’homme. Utilisez ces dons pour le convaincre qu’il n’y a pas d’amour plus grand que le mien sur la terre ou au ciel. Son plus grand bonheur sera de m’aimer.
A la croix du Calvaire, l’amour et l’égoïsme se faisaient face. Voici leur manifestation suprême. Christ n’avait vécu que pour réconforter et bénir, et en le mettant à mort, Satan a manifesté la malignité de sa haine contre Dieu. Il a rendu évident que le véritable but de sa rébellion était de détrôner Dieu et de détruire Celui par qui l’amour de Dieu s’était manifesté.
Par la vie et la mort de Christ, les pensées des hommes sont également révélées. De la crèche à la croix, la vie de Jésus a été un appel à l’abandon de soi et à la communion dans la souffrance. Il a dévoilé les buts des hommes. Jésus est venu avec la vérité du ciel, et tous ceux qui écoutaient la voix du Saint-Esprit ont été attirés vers lui. Les adorateurs de soi appartenaient au royaume de Satan. Dans leur attitude envers Christ, tous montreraient de quel côté ils se tenaient. Et ainsi chacun porte un jugement sur lui-même.
Au jour du jugement dernier, chaque âme perdue comprendra la nature de son propre rejet de la vérité. La croix sera présentée, et sa portée réelle sera vue par tout esprit qui a été aveuglé par la transgression. Devant la vision du Calvaire avec sa mystérieuse Victime, les pécheurs se tiendront condamnés. Toute excuse mensongère sera balayée. L’apostasie humaine apparaîtra dans son caractère odieux. Les hommes verront quel a été leur choix. Chaque question de vérité et d’erreur dans la controverse de longue date aura alors été éclaircie. Au jugement de l’univers, Dieu se dégagera du blâme pour l’existence ou la persistance du mal. Il sera démontré que les décrets divins ne sont pas accessoires au péché. Il n’y avait aucun défaut dans le gouvernement de Dieu, aucune cause de désaffection. Quand les pensées de tous les cœurs seront révélées, les fidèles et les rebelles s’uniront pour déclarer : « Justes et vraies sont tes voies, toi, Roi des saints. Qui ne te craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? . . . car tes jugements sont rendus manifestes. Apocalypse 15:3, 4.

Chapitre 6
“Nous avons vu son étoile”
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 2]

« Lorsque Jésus naquit à Bethléem de Judée, du temps du roi Hérode, voici, des sages vinrent de l’Orient à Jérusalem, disant : Où est celui qui est né Roi des Juifs ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer.
Les sages de l’Orient étaient des philosophes. Ils appartenaient à une classe nombreuse et influente qui comprenait des hommes de naissance noble et comprenait une grande partie de la richesse et du savoir de leur nation. Parmi ceux-ci, il y en avait beaucoup qui s’imposaient à la crédulité du peuple. D’autres étaient des hommes droits qui étudiaient les indications de la Providence dans la nature, et qui étaient honorés pour leur intégrité et leur sagesse. De ce caractère étaient les sages qui sont venus à Jésus.
La lumière de Dieu brille toujours au milieu des ténèbres du paganisme. Alors que ces mages étudiaient les cieux étoilés et cherchaient à sonder le mystère caché dans leurs chemins lumineux, ils virent la gloire du Créateur. Cherchant une connaissance plus claire, ils se sont tournés vers les Écritures hébraïques. Dans leur propre pays se trouvaient des écrits prophétiques précieux qui prédisaient la venue d’un enseignant divin. Balaam appartenait aux magiciens, bien qu’à un moment donné il ait été prophète de Dieu ; par le Saint-Esprit, il avait prédit la prospérité d’Israël et l’apparition du Messie ; et ses prophéties avaient été transmises par la tradition de siècle en siècle. Mais dans l’Ancien Testament, l’avènement du Sauveur était plus clairement révélé. Les mages apprirent avec joie que sa venue était proche et que le monde entier devait être rempli de la connaissance de la gloire du Seigneur.
Les mages avaient vu une lumière mystérieuse dans les cieux cette nuit-là lorsque la gloire de Dieu inonda les collines de Bethléem. Alors que la lumière diminuait, une étoile lumineuse apparut et s’attarda dans le ciel. Ce n’était ni une étoile fixe ni une planète, et le phénomène excita le plus vif intérêt. Cette étoile était une compagnie lointaine d’anges brillants, mais les sages l’ignoraient. Pourtant, ils ont été impressionnés par le fait que la star était d’une importance particulière pour eux. Ils ont consulté des prêtres et des philosophes et ont fouillé les rouleaux des archives anciennes. La prophétie de Balaam avait déclaré : « Il sortira une étoile de Jacob, et un sceptre se lèvera d’Israël. Nombres 24:17. Cette étrange étoile aurait-elle pu être envoyée comme annonciatrice du Promis ? Les mages avaient accueilli la lumière de la vérité céleste ; maintenant, il était répandu sur eux dans des rayons plus brillants.
Comme par la foi, Abraham sortit à l’appel de Dieu, “ne sachant où il allait” (Hébreux 11:8); de même qu’Israël suivit par la foi la colonne de nuée jusqu’à la Terre Promise, de même ces Gentils partirent pour trouver le Sauveur promis. Le pays oriental regorgeait de choses précieuses, et les mages ne partaient pas les mains vides. C’était la coutume d’offrir des cadeaux en hommage à des princes ou à d’autres personnages de rang, et les cadeaux les plus riches que la terre offrait étaient portés en offrande à Celui en qui toutes les familles de la terre devaient être bénies. Il fallait voyager de nuit pour garder l’étoile en vue ; mais les voyageurs séduisaient les heures en répétant les dictons traditionnels et les paroles prophétiques concernant Celui qu’ils cherchaient. A chaque pause, ils sondaient les prophéties ; et la conviction s’approfondit qu’ils étaient divinement guidés. Alors qu’ils avaient l’étoile devant eux comme un signe extérieur, ils avaient aussi la preuve intérieure du Saint-Esprit, qui imprimait leurs cœurs et leur inspirait l’espérance. Le voyage, bien que long, leur a été agréable.
Ils ont atteint le pays d’Israël, et descendent le mont des Oliviers, avec Jérusalem en vue, quand, voici, l’étoile qui les a guidés tout au long du chemin se repose au-dessus du temple, et après une saison s’efface de leur vue. D’un pas impatient, ils avancent, s’attendant avec confiance à ce que la naissance du Messie soit le joyeux fardeau de toutes les langues. Mais leurs recherches sont vaines. Entrant dans la ville sainte, ils se rendent au temple. À leur grand étonnement, ils ne trouvent personne qui semble connaître le roi nouveau-né. Leurs questions ne suscitent aucune expression de joie, mais plutôt de surprise et de peur, non exemptes de mépris.
Les prêtres répètent les traditions. Ils exaltent leur religion et leur propre piété, tandis qu’ils dénoncent les Grecs et les Romains comme des païens et des pécheurs au-dessus des autres. Les sages ne sont pas des idolâtres, et aux yeux de Dieu, ils se tiennent bien plus haut que ceux-ci, Ses prétendus adorateurs ; pourtant ils sont considérés par les Juifs comme des païens. Même parmi les gardiens désignés des Saints Oracles, leurs interrogations avides ne touchent aucune corde sensible.
L’arrivée des mages se fit rapidement entendre dans tout Jérusalem. Leur course étrange créa une agitation parmi le peuple, qui pénétra jusqu’au palais du roi Hérode. Le rusé Edomite fut excité à l’annonce d’un possible rival. D’innombrables meurtres avaient souillé son chemin vers le trône. Étant de sang étranger, il était détesté par le peuple sur lequel il régnait. Sa seule sécurité était la faveur de Rome. Mais ce nouveau prince avait une revendication plus élevée. Il est né au royaume.
Hérode soupçonnait les prêtres de comploter avec les étrangers pour exciter un tumulte populaire et le renverser du trône. Il cachait cependant sa méfiance, décidé à contrecarrer leurs plans par une ruse supérieure. Convoquant les principaux sacrificateurs et les scribes, il les interrogea sur l’enseignement de leurs livres sacrés concernant le lieu de la naissance du Messie.
Cette enquête de l’usurpateur du trône, et faite à la demande d’étrangers, piquait l’orgueil des docteurs juifs. L’indifférence avec laquelle ils se tournèrent vers les rôles de prophétie enragea le tyran jaloux. Il pensait qu’ils essayaient de dissimuler leur connaissance de la question. Avec une autorité qu’ils n’osaient pas ignorer, il leur ordonna de faire des recherches approfondies et de déclarer le lieu de naissance de leur futur roi. « Et ils lui dirent : A Bethléem de Judée ; car ainsi il est écrit par le prophète :
. . . . . « Et toi, Bethléem, terre de Juda,
. . . . . Art en aucun cas parmi les princes de Juda:
. . . . . Car de toi sortira un gouverneur,
. . . . . qui sera le berger de mon peuple Israël.
. . . . . VR
Hérode invita alors les mages à un entretien privé. Une tempête de colère et de peur faisait rage dans son cœur, mais il gardait un extérieur calme et recevait les étrangers avec courtoisie. Il demanda à quelle heure l’étoile était apparue et déclara saluer avec joie l’annonce de la naissance du Christ. Il ordonna à ses visiteurs : « Cherchez diligemment le jeune enfant ; et quand vous l’aurez trouvé, rapportez-moi un mot, afin que je vienne l’adorer aussi. Ce disant, il les renvoya pour qu’ils partent pour Bethléhem.
Les prêtres et les anciens de Jérusalem n’étaient pas aussi ignorants de la naissance du Christ qu’ils le prétendaient. Le rapport de la visite des anges aux bergers avait été apporté à Jérusalem, mais les rabbins l’avaient traité comme indigne de leur attention. Eux-mêmes auraient pu trouver Jésus, et auraient pu être prêts à conduire les mages à son lieu de naissance ; mais au lieu de cela, les mages vinrent attirer leur attention sur la naissance du Messie. « Où est Celui qui est né Roi des Juifs ? ils ont dit; « car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer.
Maintenant, l’orgueil et l’envie fermaient la porte contre la lumière. Si les rapports apportés par les bergers et les sages étaient crédités, ils placeraient les prêtres et les rabbins dans une position des plus peu enviable, réfutant leur prétention à être les exposants de la vérité de Dieu. Ces maîtres savants ne s’abaisseraient pas à être instruits par ceux qu’ils appelaient des païens. Il ne se pouvait pas, disaient-ils, que Dieu les ait ignorés pour communiquer avec des bergers ignorants ou des Gentils incirconcis. Ils décidèrent de montrer leur mépris pour les rapports qui excitaient le roi Hérode et tout Jérusalem. Ils n’iraient même pas à Bethléhem pour voir si ces choses étaient ainsi. Et ils ont amené les gens à considérer l’intérêt pour Jésus comme une excitation fanatique. Ici commença le rejet du Christ par les prêtres et les rabbins. À partir de ce moment, leur orgueil et leur entêtement se sont transformés en une haine établie du Sauveur. Pendant que Dieu ouvrait la porte aux Gentils, les dirigeants juifs se fermaient la porte à eux-mêmes.
Les sages partirent seuls de Jérusalem. Les ombres de la nuit tombaient alors qu’ils quittaient les portes, mais à leur grande joie, ils virent de nouveau l’étoile et furent dirigés vers Bethléem. Ils n’avaient pas reçu une telle indication de l’humble état de Jésus que celle donnée aux bergers. Après le long voyage, ils avaient été déçus par l’indifférence des chefs juifs et avaient quitté Jérusalem moins confiants qu’à leur entrée dans la ville. A Bethléem, ils ne trouvèrent aucune garde royale stationnée pour protéger le roi nouveau-né. Aucun des hommes honorés du monde n’était présent. Jésus a été bercé dans une mangeoire. Ses parents, paysans sans instruction, étaient ses seuls tuteurs. Serait-ce celui dont il a été écrit qu’il devrait « ressusciter les tribus de Jacob » et « rétablir les préservés d’Israël » ; qu’il devrait être “une lumière pour les Gentils, » et pour « le salut jusqu’aux extrémités de la terre » ? Esaïe 49:6.
“Quand ils furent entrés dans la maison, ils virent le jeune enfant avec Marie sa mère, et se prosternèrent et l’adorèrent.” Sous l’humble apparence de Jésus, ils ont reconnu la présence de la Divinité. Ils lui donnèrent leur cœur comme leur Sauveur, puis déversèrent leurs dons, « de l’or, de l’encens et de la myrrhe ». Quelle foi était la leur !
On aurait pu dire des sages d’Orient, comme plus tard du centurion romain : « Je n’ai pas trouvé une si grande foi, non, pas en Israël. Matthieu 8:10.
Les sages n’avaient pas pénétré le dessein d’Hérode envers Jésus. Lorsque le but de leur voyage fut accompli, ils se préparèrent à retourner à Jérusalem, dans l’intention de lui faire part de leur succès. Mais dans un rêve, ils reçurent un message divin de ne plus avoir de communication avec lui. Evitant Jérusalem, ils se mirent en route pour leur propre pays par une autre route.
De la même manière, Joseph reçut l’avertissement de fuir en Égypte avec Marie et l’enfant. Et l’ange dit : « Reste là jusqu’à ce que je t’apporte un mot, car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. Joseph obéit sans tarder, entreprenant le voyage de nuit pour plus de sécurité.
Par l’intermédiaire des mages, Dieu avait attiré l’attention de la nation juive sur la naissance de son Fils. Leurs enquêtes à Jérusalem, l’intérêt populaire excité, et même la jalousie d’Hérode, qui forçait l’attention des prêtres et des rabbins, dirigeaient les esprits vers les prophéties concernant le Messie et vers le grand événement qui venait d’avoir lieu.
Satan était déterminé à exclure la lumière divine du monde, et il a utilisé sa plus grande ruse pour détruire le Sauveur. Mais Celui qui ne sommeille ni ne dort veille sur son Fils bien-aimé. Celui qui avait fait pleuvoir la manne du ciel pour Israël et qui avait nourri Elie au temps de la famine a fourni dans un pays païen un refuge pour Marie et l’enfant Jésus. Et par les dons des mages d’un pays païen, le Seigneur a fourni les moyens pour le voyage en Égypte et le séjour dans un pays étranger.
Les mages avaient été parmi les premiers à accueillir le Rédempteur. Leur don était le premier qui fut déposé à Ses pieds. Et à travers ce don, quel privilège de ministère était leur ! L’offrande du cœur qui aime, Dieu se plaît à l’honorer, lui donnant la plus grande efficacité au service de Lui. Si nous avons donné nos cœurs à Jésus, nous Lui apporterons aussi nos dons. Notre or et notre argent, nos biens terrestres les plus précieux, nos dotations mentales et spirituelles les plus élevées, seront librement consacrés à Celui qui nous a aimés et s’est donné pour nous.
Hérode à Jérusalem attend avec impatience le retour des mages. Au fil du temps, et ils n’apparaissaient pas, ses soupçons ont été éveillés. La réticence des rabbins à indiquer le lieu de naissance du Messie semblait indiquer qu’ils avaient pénétré son dessein et que les mages l’avaient délibérément évité. Il était fou à cette pensée. L’artisanat avait échoué, mais il restait le recours à la force. Il ferait un exemple de cet enfant-roi. Ces Juifs hautains devraient voir à quoi ils pourraient s’attendre dans leurs tentatives de placer un monarque sur le trône.
Des soldats furent aussitôt envoyés à Bethléem, avec l’ordre de mettre à mort tous les enfants de deux ans et moins. Les demeures tranquilles de la cité de David furent témoins de ces scènes d’horreur qui, six cents ans auparavant, avaient été révélées au prophète. “A Rama, une voix s’est fait entendre, des lamentations, des pleurs et un grand deuil, Rachel pleurant ses enfants, et ne serait pas consolé, parce qu’ils ne le sont pas.”
Cette calamité, les Juifs l’avaient attirée sur eux-mêmes. S’ils avaient marché dans la fidélité et l’humilité devant Dieu, Il aurait d’une manière signalée rendu la colère du roi inoffensive pour eux. Mais ils s’étaient séparés de Dieu par leurs péchés, et avaient rejeté le Saint-Esprit, qui était leur seul bouclier. Ils n’avaient pas étudié les Ecritures avec le désir de se conformer à la volonté de Dieu. Ils avaient cherché des prophéties qui pouvaient être interprétées pour s’exalter et montrer comment Dieu méprisait toutes les autres nations. C’était leur fierté de se vanter que le
Le Messie devait venir comme un roi, conquérant ses ennemis et foulant aux pieds les païens dans sa colère. Ainsi avaient-ils excité la haine de leurs gouvernants. Par leur représentation erronée de la mission de Christ, Satan avait l’intention d’entourer la destruction du Sauveur ; mais au lieu de cela, il est revenu sur leurs propres têtes.
Cet acte de cruauté fut l’un des derniers qui obscurcit le règne d’Hérode. Peu de temps après le massacre des innocents, il a lui-même été contraint de céder à ce destin que personne ne peut détourner. Il est mort d’une mort effrayante.
Joseph, qui était encore en Égypte, fut alors invité par un ange de Dieu à retourner au pays d’Israël. Considérant Jésus comme l’héritier du trône de David, Joseph désirait s’établir à Bethléem ; mais apprenant qu’Archelaus régnait en Judée à la place de son père, il craignit que les desseins du père contre Christ ne soient exécutés par le fils. De tous les fils d’Hérode, Archélaos lui ressemblait le plus par le caractère. Déjà sa succession au gouvernement avait été marquée par un tumulte à Jérusalem et le massacre de milliers de Juifs par les gardes romains.
De nouveau, Joseph fut dirigé vers un lieu sûr. Il retourna à Nazareth, son ancienne patrie, et Jésus y habita pendant près de trente ans, “afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé par les prophètes, il sera appelé Nazaréen”. La Galilée était sous le contrôle d’un fils d’Hérode, mais elle avait un mélange beaucoup plus important d’habitants étrangers que la Judée.
Ainsi, il y avait moins d’intérêt pour les questions concernant en particulier les Juifs, et les revendications de Jésus seraient moins susceptibles d’exciter la jalousie de ceux au pouvoir.
Telle fut la réception du Sauveur lorsqu’il vint sur la terre. Il semblait n’y avoir aucun lieu de repos ou de sécurité pour l’enfant Rédempteur. Dieu ne pouvait pas confier son Fils bien-aimé aux hommes, même en poursuivant son œuvre pour leur salut. Il a chargé des anges d’assister Jésus et de le protéger jusqu’à ce qu’il accomplisse sa mission sur terre et meure par les mains de ceux qu’il est venu sauver.

Chapitre 7
En tant qu’enfant
[Ce chapitre est basé sur Luc 2:39,40]

L’enfance et la jeunesse de Jésus se passèrent dans un petit village de montagne. Il n’y avait aucun endroit sur terre qui n’aurait pas été honoré par sa présence. Les palais des rois auraient eu le privilège de le recevoir en hôte. Mais il est passé par les foyers de la richesse, les cours de la royauté et les sièges renommés du savoir, pour établir sa demeure dans l’obscur et méprisé Nazareth.
Merveilleux dans sa signification est le bref récit de sa jeunesse : ” L’enfant grandit et devint fort en esprit, rempli de sagesse : et la grâce de Dieu était sur lui “. À la lumière du soleil du visage de son Père, Jésus ” a augmenté en sagesse et en stature, et en faveur devant Dieu et devant les hommes “. Luc 2:52. Son esprit était actif et pénétrant, avec une réflexion et une sagesse au-delà de ses années. Pourtant Son caractère était beau dans sa symétrie. Les pouvoirs de l’esprit et du corps se sont développés progressivement, selon les lois de l’enfance.
En tant qu’enfant, Jésus a manifesté une beauté particulière de disposition. Ses mains volontaires étaient toujours prêtes à servir les autres. Il manifestait une patience que rien ne pouvait troubler et une sincérité qui ne sacrifierait jamais l’intégrité. En principe ferme comme un roc, sa vie a révélé la grâce d’une courtoisie désintéressée.
Avec un profond sérieux, la mère de Jésus regarda le déploiement de ses pouvoirs et vit l’impression de perfection sur son caractère. Avec délice, elle cherchait à encourager cet esprit brillant et réceptif. Par l’intermédiaire du Saint-Esprit, elle a reçu la sagesse de coopérer avec les agences célestes dans le développement de cet enfant, qui ne pouvait revendiquer que Dieu comme son Père.
Dès les temps les plus reculés, les fidèles d’Israël avaient accordé beaucoup de soin à l’éducation de la jeunesse. Le Seigneur avait ordonné que même dès la petite enfance, les enfants soient instruits de sa bonté et de sa grandeur, particulièrement telles qu’elles sont révélées dans sa loi et illustrées dans l’histoire d’Israël. Le chant, la prière et les leçons tirées des Écritures devaient être adaptés à l’ouverture d’esprit. Les pères et les mères devaient instruire leurs enfants que la loi de Dieu est une expression de son caractère, et qu’à mesure qu’ils recevaient les principes de la loi dans le cœur, l’image de Dieu était tracée dans l’esprit et l’âme. Une grande partie de l’enseignement était oral; mais les jeunes ont aussi appris à lire les écrits hébreux ; et les rouleaux de parchemin des Écritures de l’Ancien Testament étaient ouverts à leur étude.
Au temps du Christ, la ville ou la ville qui ne pourvoyait pas à l’instruction religieuse des jeunes était considérée comme sous la malédiction de Dieu. Pourtant l’enseignement était devenu formel. La tradition avait en grande partie supplanté les Écritures. Une véritable éducation conduirait les jeunes à « chercher le Seigneur, si par hasard ils pouvaient le rechercher et le trouver ». Actes 17:27. Mais les enseignants juifs portaient leur attention sur les questions de cérémonie. L’esprit était encombré de matériel sans valeur pour l’apprenant, et qui ne serait pas reconnu dans l’école supérieure des tribunaux d’en haut. L’expérience obtenue par l’acceptation personnelle de la parole de Dieu n’avait pas sa place dans le système éducatif. Absorbés dans la ronde des externes, les étudiants ne trouvaient pas d’heures tranquilles à passer avec Dieu. Ils n’ont pas entendu sa voix parler au cœur. Dans leur recherche du savoir, ils se sont détournés de la Source de la sagesse. Les grands éléments essentiels du service de Dieu ont été négligés. Les principes de la loi étaient obscurcis. Ce qui était considéré comme une éducation supérieure était le plus grand obstacle au développement réel. Sous la formation des rabbins, les pouvoirs de la jeunesse ont été réprimés. Leurs esprits sont devenus exigus et étroits.
L’enfant Jésus n’a pas été instruit dans les écoles de la synagogue. Sa mère était son premier enseignant humain. De ses lèvres et des rouleaux des prophètes, il a appris les choses célestes. Les paroles mêmes qu’il avait dites lui-même à Moïse pour Israël, il les apprenait maintenant sur les genoux de sa mère. De l’enfance à la jeunesse, il n’a pas cherché les écoles des rabbins. Il n’avait pas besoin de l’éducation à obtenir de telles sources; car Dieu était son instructeur.
La question posée pendant le ministère du Sauveur : « Comment cet homme connaît-il les lettres, n’ayant jamais appris ? n’indique pas que Jésus était incapable de lire, mais simplement qu’il n’avait pas reçu d’éducation rabbinique. Jean 7:15. Puisqu’il a acquis la connaissance comme nous pouvons le faire, sa connaissance intime des Écritures montre avec quelle diligence ses premières années ont été consacrées à l’étude de la parole de Dieu. Et étalée devant lui était la grande bibliothèque des œuvres créées de Dieu. Celui qui avait fait toutes choses étudiait les leçons que sa propre main avait écrites sur la terre, la mer et le ciel. Outre les voies impies du monde, il a rassemblé des réserves de connaissances scientifiques de la nature. Il a étudié la vie des plantes et des animaux, et la vie de l’homme. Dès ses premières années, il était possédé d’un seul but; Il a vécu pour bénir les autres. Pour cela, il a trouvé des ressources dans la nature ; de nouvelles idées de voies et de moyens lui vinrent à l’esprit alors qu’il étudiait la vie végétale et la vie animale. Il cherchait continuellement à tirer des choses vues des illustrations par lesquelles présenter les oracles vivants de Dieu. Les paraboles par lesquelles, au cours de son ministère, il aimait enseigner ses leçons de vérité montrent à quel point son esprit était ouvert aux influences de la nature et comment il avait puisé l’enseignement spirituel dans l’environnement de sa vie quotidienne.
Ainsi, pour Jésus, la signification de la parole et des œuvres de Dieu a été révélée, alors qu’il essayait de comprendre la raison des choses. Les êtres célestes étaient ses assistants, et la culture des pensées et des communions saintes était la sienne. Dès la première aube de l’intelligence, Il grandissait constamment en grâce spirituelle et en connaissance de la vérité.
Chaque enfant peut acquérir des connaissances comme Jésus l’a fait. Alors que nous essayons de faire connaissance avec notre Père céleste par sa parole, les anges s’approcheront, nos esprits seront renforcés, nos caractères seront élevés et affinés. Nous deviendrons plus semblables à notre Sauveur. Et tandis que nous contemplons la nature belle et grandiose, nos affections vont vers Dieu. Alors que l’esprit est intimidé, l’âme est revigorée en entrant en contact avec l’Infini à travers Ses œuvres. La communion avec Dieu par la prière développe les facultés mentales et morales, et les pouvoirs spirituels se renforcent à mesure que nous cultivons des pensées sur les choses spirituelles.
La vie de Jésus était une vie en harmonie avec Dieu. Alors qu’il était enfant, il pensait et parlait comme un enfant ; mais aucune trace de péché n’a entaché l’image de Dieu en Lui. Pourtant, il n’était pas à l’abri de la tentation. Les habitants de Nazareth étaient proverbiaux pour leur méchanceté. La faible estimation dans laquelle ils étaient généralement tenus est montrée par la question de Nathanaël : « Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth ? Jean 1:46. Jésus a été placé là où son caractère serait testé. Il lui fallait être constamment sur ses gardes pour préserver sa pureté. Il était sujet à tous les conflits que nous devons affronter, afin qu’il puisse être un exemple pour nous dans l’enfance, la jeunesse et l’âge adulte.
Satan était infatigable dans ses efforts pour vaincre l’Enfant de Nazareth. Dès ses premières années, Jésus a été gardé par des anges célestes, mais sa vie a été une longue lutte contre les puissances des ténèbres. Qu’il y ait sur la terre une vie exempte de la souillure du mal était une offense et une perplexité pour le prince des ténèbres. Il n’a laissé aucun moyen sans essayer de piéger Jésus. Aucun enfant de l’humanité ne sera jamais appelé à vivre une vie sainte au milieu d’un conflit aussi féroce avec la tentation que l’a été notre Sauveur.
Les parents de Jésus étaient pauvres et dépendants de leur labeur quotidien. Il connaissait la pauvreté, l’abnégation et la privation. Cette expérience était une sauvegarde pour lui. Dans sa vie industrieuse, il n’y avait pas de moments oisifs pour inviter à la tentation. Aucune heure sans but n’a ouvert la voie à la corruption des associations. Autant que possible, Il a fermé la porte au tentateur. Ni le gain ni le plaisir, ni les applaudissements ni la censure ne pouvaient l’inciter à consentir à un acte répréhensible. Il était sage pour discerner le mal, et fort pour y résister.
Christ était le seul sans péché qui ait jamais habité sur terre; Pourtant, pendant près de trente ans, il a vécu parmi les méchants habitants de Nazareth. Ce fait est un reproche à ceux qui se croient dépendants du lieu, de la fortune ou de la prospérité pour vivre une vie irréprochable. La tentation, la pauvreté, l’adversité sont la discipline même nécessaire pour développer la pureté et la fermeté.
Jésus vivait dans la maison d’un paysan et jouait fidèlement et joyeusement sa part en portant les fardeaux de la maison. Il avait été le Commandeur du ciel, et les anges avaient pris plaisir à accomplir sa parole ; maintenant, il était un serviteur volontaire, un fils aimant et obéissant. Il apprit un métier et travailla de ses propres mains dans l’atelier du menuisier avec Joseph. Dans la simple tenue d’un ouvrier ordinaire, il parcourait les rues de la petite ville, allant et revenant de son humble travail. Il n’a pas utilisé son pouvoir divin pour alléger ses fardeaux ou alléger son labeur.
Comme Jésus a travaillé dans l’enfance et la jeunesse, l’esprit et le corps ont été développés. Il n’a pas utilisé ses pouvoirs physiques de manière imprudente, mais de manière à les maintenir en bonne santé, afin qu’il puisse faire le meilleur travail dans chaque ligne. Il ne voulait pas être défectueux, même dans le maniement des outils. Il était parfait comme ouvrier, comme Il était parfait dans son caractère. Par son propre exemple, il a enseigné qu’il est de notre devoir d’être industrieux, que notre travail doit être accompli avec exactitude et minutie, et qu’un tel travail est honorable. L’exercice qui apprend aux mains à être utiles et entraîne les jeunes à supporter leur part des fardeaux de la vie donne de la force physique et développe toutes les facultés. Tous devraient trouver quelque chose à faire qui sera bénéfique pour eux-mêmes et utile aux autres. Dieu a désigné le travail comme une bénédiction, et seul le travailleur diligent trouve la vraie gloire et la joie de la vie. L’approbation de Dieu repose avec une assurance aimante sur les enfants et les jeunes qui prennent joyeusement leur part dans les devoirs de la maison, partageant les fardeaux du père et de la mère. Ces enfants sortiront de chez eux pour devenir des membres utiles de la société.
Tout au long de sa vie sur terre, Jésus a été un travailleur sérieux et constant. Il attendait beaucoup; c’est pourquoi il a beaucoup tenté. Après être entré dans son ministère, il a dit : « Il faut que je fasse les oeuvres de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il fait jour ; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Jean 9:4. Jésus n’a pas esquivé les soins et la responsabilité, comme le font beaucoup de ceux qui professent être ses disciples. C’est parce qu’ils cherchent à échapper à cette discipline que tant d’entre eux sont faibles et inefficaces. Ils possèdent peut-être des traits précieux et aimables, mais ils sont sans nerfs et presque inutiles lorsqu’il s’agit de rencontrer des difficultés ou de surmonter des obstacles. La positivité et l’énergie, la solidité et la force de caractère, manifestées en Christ doivent être développées en nous, à travers la même discipline qu’Il a endurée. Et la grâce qu’Il a reçue est pour nous.
Tant qu’il a vécu parmi les hommes, notre Sauveur a partagé le sort des pauvres. Il connaissait par expérience leurs soucis et leurs difficultés, et il pouvait réconforter et encourager tous les travailleurs humbles. Ceux qui ont une véritable conception de l’enseignement de sa vie ne sentiront jamais qu’il faut faire une distinction entre les classes, que les riches doivent être honorés plus que les pauvres dignes.
Jésus apporta dans son travail de la gaieté et du tact. Il faut beaucoup de patience et de spiritualité pour introduire la religion biblique dans la vie familiale et dans l’atelier, pour supporter la pression des affaires mondaines, et pourtant garder l’œil fixé sur la gloire de Dieu. C’est là que Christ était une aide. Il n’a jamais été assez soucieux du monde au point de n’avoir ni temps ni pensée pour les choses célestes. Il a souvent exprimé la joie de son cœur en chantant des psaumes et des chants célestes. Souvent, les habitants de Nazareth entendaient sa voix s’élever en louange et action de grâces envers Dieu. Il était en communion avec le ciel dans le chant ; et tandis que ses compagnons se plaignaient de la lassitude du travail, ils étaient réconfortés par la douce mélodie de ses lèvres. Ses louanges semblaient bannir les mauvais anges et, comme de l’encens, remplir l’endroit de parfum. Les esprits de ses auditeurs ont été emportés de leur exil terrestre,
Jésus était la fontaine de la miséricorde guérissante pour le monde ; et à travers toutes ces années isolées à Nazareth, sa vie s’écoula dans des courants de sympathie et de tendresse. Les vieillards, les affligés et les pécheurs, les enfants jouant dans leur joie innocente, les petites créatures des bosquets, les patientes bêtes de somme, tous étaient plus heureux de sa présence. Celui dont la parole de puissance soutenait les mondes se pencherait pour soulager un oiseau blessé. Il n’y avait rien sous son attention, rien qu’il n’ait dédaigné de servir.
Ainsi, à mesure qu’il grandissait en sagesse et en stature, Jésus augmentait en grâce auprès de Dieu et des hommes. Il a attiré la sympathie de tous les cœurs en se montrant capable de sympathiser avec tous. L’atmosphère d’espoir et de courage qui l’entourait faisait de lui une bénédiction dans chaque foyer. Et souvent, dans la synagogue, le jour du sabbat, il était appelé à lire la leçon des prophètes, et le cœur des auditeurs frémissait lorsqu’une nouvelle lumière brillait des paroles familières du texte sacré.
Pourtant, Jésus a évité l’étalage. Pendant toutes les années de son séjour à Nazareth, il n’a fait aucune démonstration de sa puissance miraculeuse. Il n’a cherché aucune position élevée et n’a assumé aucun titre. Sa vie tranquille et simple, et même le silence des Écritures concernant ses premières années, enseignent une leçon importante. Plus la vie de l’enfant est tranquille et simple, plus elle est exempte d’excitations artificielles et plus en harmonie avec la nature, plus elle est favorable à la vigueur physique et mentale et à la force spirituelle.
Jésus est notre exemple. Nombreux sont ceux qui s’attardent avec intérêt sur la période de son ministère public, tandis qu’ils passent inaperçus l’enseignement de ses premières années. Mais c’est dans sa vie familiale qu’il est le modèle pour tous les enfants et les jeunes. Le Sauveur a condescendu à la pauvreté, afin d’enseigner à quel point nous pouvons, dans un humble lot, marcher avec Dieu. Il a vécu pour plaire, honorer et glorifier son Père dans les choses communes de la vie. Son œuvre a commencé en consacrant le petit métier des artisans qui peinent pour leur pain quotidien. Il rendait service à Dieu autant lorsqu’il travaillait à l’établi du charpentier que lorsqu’il faisait des miracles pour la multitude. Et chaque jeune qui suit l’exemple de fidélité et d’obéissance du Christ dans sa modeste maison peut revendiquer ces paroles prononcées de lui par le Père par le Saint-Esprit : « Voici mon serviteur, que je soutiens ; Mine élue, en qui mon âme prend plaisir. Esaïe 42:1.

Chapitre 8
La visite pascale
[Ce chapitre est basé sur Luc 2:41-51]

Chez les Juifs, la douzième année était la ligne de démarcation entre l’enfance et la jeunesse. À la fin de cette année, un garçon hébreu a été appelé fils de la loi, et aussi fils de Dieu. Il a reçu des opportunités spéciales pour l’instruction religieuse et devait participer aux fêtes sacrées et aux observances. C’est conformément à cette coutume que Jésus, dans son enfance, fit la visite de la Pâque à Jérusalem. Comme tous les Israélites dévots, Joseph et Marie montaient chaque année pour assister à la Pâque ; et quand Jésus eut atteint l’âge requis, ils l’emmenèrent avec eux.
Il y avait trois fêtes annuelles, la Pâque, la Pentecôte et la Fête des Tabernacles, au cours desquelles tous les hommes d’Israël devaient se présenter devant l’Éternel à Jérusalem. De ces fêtes, la Pâque était la plus fréquentée. Beaucoup étaient présents de tous les pays où les Juifs étaient dispersés. De toutes les parties de la Palestine, les fidèles venaient en grand nombre. Le voyage depuis la Galilée occupa plusieurs jours, et les voyageurs s’unirent en grandes compagnies pour la compagnie et la protection. Les femmes et les vieillards chevauchaient des bœufs ou des ânes sur les routes escarpées et rocailleuses. Les hommes forts et les jeunes voyageaient à pied. L’époque de la Pâque correspondait à la fin de mars ou au début d’avril, et tout le pays était illuminé de fleurs et joyeux du chant des oiseaux. Tout au long du chemin se trouvaient des endroits mémorables de l’histoire d’Israël, et les pères et les mères racontaient à leurs enfants les merveilles que Dieu avait opérées pour son peuple dans les siècles passés. Ils ont séduit leur voyage avec des chants et de la musique, et quand enfin les tours de Jérusalem sont apparues, toutes les voix se sont jointes à la voix triomphante, –
. . . . . “Nos pieds se tiendront
. . . . . Dans tes portes, ô Jérusalem. . . .
. . . . . Que la paix soit entre tes murs,
. . . . . Et la prospérité dans tes palais.
. . . . . Psaume 122 : 2-7.
L’observance de la Pâque a commencé avec la naissance de la nation hébraïque. Lors de la dernière nuit de leur servitude en Égypte, alors qu’il n’y avait aucun signe de délivrance, Dieu leur ordonna de se préparer à une libération immédiate. Il avait averti Pharaon du jugement final sur les Égyptiens, et Il ordonna aux Hébreux de rassembler leurs familles dans leurs propres demeures. Après avoir aspergé les montants des portes du sang de l’agneau immolé, ils devaient manger l’agneau rôti, avec du pain sans levain et des herbes amères. « Et vous le mangerez ainsi », dit-il, « avec vos reins ceints, vos souliers aux pieds et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte : c’est la Pâque de l’Éternel. Exode 12:11. A minuit, tous les premiers-nés des Egyptiens ont été tués. Alors le roi envoya à Israël le message : « Lève-toi, et sors du milieu de mon peuple ; . . . et aller, servez le Seigneur, comme vous l’avez dit. Exode 12:31. Les Hébreux sont sortis d’Égypte en tant que nation indépendante. Le Seigneur avait commandé que la Pâque soit célébrée chaque année. « Il arrivera, dit-il, lorsque vos enfants vous diront : Que voulez-vous dire par ce service ? que vous direz : C’est le sacrifice de la pâque de l’Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Égypte, lorsqu’il a frappé les Égyptiens. Ainsi, de génération en génération, l’histoire de cette merveilleuse délivrance devait se répéter. qui passa par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Égypte, lorsqu’il frappa les Égyptiens. Ainsi, de génération en génération, l’histoire de cette merveilleuse délivrance devait se répéter. qui passa par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Égypte, lorsqu’il frappa les Égyptiens. Ainsi, de génération en génération, l’histoire de cette merveilleuse délivrance devait se répéter.
La Pâque était suivie de la fête des pains sans levain de sept jours. Le deuxième jour de la fête, les premiers fruits de la récolte de l’année, une gerbe d’orge, étaient présentés devant le Seigneur. Toutes les cérémonies de la fête étaient des types de l’œuvre du Christ. La délivrance d’Israël d’Égypte était une leçon de choses sur la rédemption, que la Pâque était censée garder en mémoire. L’agneau immolé, le pain sans levain, la gerbe de prémices représentaient le Sauveur.
Chez la plupart des gens du temps du Christ, l’observance de cette fête avait dégénéré en formalisme. Mais quelle était sa signification pour le Fils de Dieu !
Pour la première fois, l’enfant Jésus regarda le temple. Il a vu les prêtres en robe blanche accomplir leur ministère solennel. Il vit la victime saignante sur l’autel du sacrifice. Avec les fidèles, il s’inclina en prière, tandis que la nuée d’encens montait devant Dieu. Il a été témoin des rites impressionnants du service pascal. Jour après jour, Il a vu leur signification plus clairement. Chaque acte semblait lié à sa propre vie. De nouvelles impulsions s’éveillaient en lui. Silencieux et absorbé, Il semblait étudier un grand problème. Le mystère de sa mission s’ouvrait au Sauveur.
Envoûté par la contemplation de ces scènes, il n’est pas resté à côté de ses parents. Il cherchait à être seul. Lorsque les offices pascaux furent terminés, Il s’attarda encore dans les parvis du temple ; et quand les adorateurs quittèrent Jérusalem, il resta.
Lors de cette visite à Jérusalem, les parents de Jésus ont voulu le mettre en relation avec les grands maîtres d’Israël. Alors qu’il obéissait en tout point à la parole de Dieu, il ne se conformait pas aux rites et usages rabbiniques. Joseph et Marie espéraient qu’il pourrait être amené à vénérer les savants rabbins et à accorder une attention plus diligente à leurs exigences. Mais Jésus dans le temple avait été enseigné par Dieu. Ce qu’il avait reçu, il commença aussitôt à le transmettre.
A ce jour un appartement connexe au temple était consacré à une école sacrée, à la manière des écoles des prophètes. Ici les principaux rabbins avec leurs élèves se sont réunis, et ici l’enfant Jésus est venu. S’asseyant aux pieds de ces hommes graves et savants, il écouta leurs instructions. En tant que chercheur de sagesse, il a interrogé ces enseignants au sujet des prophéties et des événements qui se produisaient alors et qui indiquaient l’avènement du Messie.
Jésus s’est présenté comme quelqu’un qui a soif de connaître Dieu. Ses questions évoquaient des vérités profondes longtemps obscurcies, mais pourtant vitales pour le salut des âmes. Tout en montrant à quel point la sagesse des sages était étroite et superficielle, chaque question mettait devant eux une leçon divine et plaçait la vérité sous un nouvel aspect. Les rabbins parlaient de la merveilleuse élévation que la venue du Messie apporterait à la nation juive ; mais Jésus a présenté la prophétie d’Isaïe et leur a demandé la signification de ces Écritures qui pointent vers la souffrance et la mort de l’Agneau de Dieu.
Les médecins se tournaient vers lui avec des questions, et ils étaient étonnés de ses réponses. Avec l’humilité d’un enfant, il répétait les paroles de l’Ecriture, leur donnant une profondeur de sens que les sages n’avaient pas conçue. Si elles étaient suivies, les lignes de vérité qu’il a soulignées auraient opéré une réforme dans la religion de l’époque. Un profond intérêt pour les choses spirituelles aurait été éveillé ; et quand Jésus a commencé son ministère, beaucoup auraient été préparés à le recevoir.
Les rabbins savaient que Jésus n’avait pas été instruit dans leurs écoles ; pourtant Sa compréhension des prophéties dépassait de loin la leur. Dans ce garçon galiléen pensif, ils ont discerné une grande promesse. Ils désiraient le gagner comme étudiant, afin qu’il puisse devenir enseignant en Israël. Ils voulaient avoir la charge de son éducation, sentant qu’un esprit si original devait être amené sous leur forme.
Les paroles de Jésus avaient ému leurs cœurs comme jamais auparavant ils n’avaient été émus par des paroles de lèvres humaines. Dieu cherchait à éclairer ces dirigeants en Israël, et Il a utilisé le seul moyen par lequel ils pouvaient être atteints. Dans leur orgueil, ils auraient dédaigné d’admettre qu’ils pouvaient recevoir l’instruction de n’importe qui. Si Jésus avait semblé essayer de les enseigner, ils auraient dédaigné d’écouter. Mais ils se flattaient de l’enseigner, ou du moins de tester sa connaissance des Écritures. La pudeur juvénile et la grâce de Jésus ont désarmé leurs préjugés. Inconsciemment, leur esprit s’est ouvert à la parole de Dieu et le Saint-Esprit a parlé à leur cœur.
Ils ne pouvaient que voir que leur attente à l’égard du Messie n’était pas soutenue par la prophétie ; mais ils ne renonceraient pas aux théories qui avaient flatté leur ambition. Ils n’admettraient pas qu’ils avaient mal compris les Écritures qu’ils prétendaient enseigner. De l’un à l’autre passa l’enquête : Comment ce jeune homme a-t-il appris, n’ayant jamais appris ? La lumière brillait dans les ténèbres ; mais “les ténèbres ne l’ont pas appréhendé”. Jean 1:5, RV
Pendant ce temps, Joseph et Marie étaient dans une grande perplexité et détresse. En quittant Jérusalem, ils avaient perdu de vue Jésus, et ils ne savaient pas qu’il était resté en arrière. Le pays était alors densément peuplé et les caravanes venues de Galilée étaient très nombreuses. Il y avait beaucoup de confusion alors qu’ils quittaient la ville. En chemin, le plaisir de voyager avec des amis et des connaissances occupa leur attention, et ils ne remarquèrent son absence qu’à la tombée de la nuit. Puis, alors qu’ils s’arrêtaient pour se reposer, ils manquèrent la main secourable de leur enfant. En le supposant en leur compagnie, ils n’avaient ressenti aucune inquiétude. Aussi jeune qu’il était, ils lui avaient implicitement fait confiance, s’attendant à ce qu’en cas de besoin, il soit prêt à les aider, anticipant leurs désirs comme il l’avait toujours fait. Mais maintenant, leurs peurs étaient réveillées. Ils l’ont cherché dans toute leur compagnie, mais en vain. En frissonnant, ils se rappelèrent comment Hérode avait tenté de le détruire dans son enfance. De sombres pressentiments remplissaient leurs cœurs. Ils se reprochaient amèrement.
De retour à Jérusalem, ils poursuivirent leur recherche. Le lendemain, alors qu’ils se mêlaient aux fidèles du temple, une voix familière attira leur attention. Ils ne pouvaient pas s’y méprendre ; aucune autre voix n’était comme la sienne, si grave et si sérieuse, mais si pleine de mélodie.
A l’école des rabbins, ils trouvèrent Jésus. Réjouis comme ils l’étaient, ils ne pouvaient oublier leur chagrin et leur anxiété. Lorsqu’il fut de nouveau avec eux, la mère dit, dans des mots qui impliquaient une réprimande : « Mon fils, pourquoi nous as-tu agi ainsi ? Voici, ton père et moi t’avons cherché avec tristesse.
« Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? répondit Jésus. « Ne saviez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père ? Et comme ils semblaient ne pas comprendre Ses paroles, Il pointa vers le haut. Sur son visage était une lumière à laquelle ils s’étonnaient. La Divinité brillait à travers l’humanité. En le trouvant dans le temple, ils avaient écouté ce qui se passait entre lui et les rabbins, et ils avaient été étonnés de ses questions et de ses réponses. Ses paroles ont déclenché un train de pensées qui ne serait jamais oublié.
Et Sa question pour eux avait une leçon. « Ne saviez-vous pas, dit-il, que je dois m’occuper des affaires de mon Père ? Jésus était engagé dans l’œuvre pour laquelle il était venu dans le monde ; mais Joseph et Marie avaient négligé les leurs. Dieu leur avait montré un grand honneur en leur confiant son Fils. De saints anges avaient dirigé le cours de Joseph afin de préserver la vie de Jésus. Mais pendant un jour entier, ils avaient perdu de vue Celui qu’ils n’auraient pas dû oublier un seul instant. Et quand leur anxiété fut soulagée, ils ne s’étaient pas censurés, mais avaient jeté le blâme sur Lui.
Il était naturel pour les parents de Jésus de le considérer comme leur propre enfant. Il était quotidiennement avec eux, sa vie à bien des égards ressemblait à celle des autres enfants, et il leur était difficile de réaliser qu’il était le Fils de Dieu. Ils risquaient de ne pas apprécier la bénédiction qui leur était accordée en présence du Rédempteur du monde. Le chagrin de leur séparation d’avec lui, et la douce réprimande que ses paroles véhiculaient, avaient pour but de les impressionner par le caractère sacré de leur confiance.
Dans la réponse à sa mère, Jésus a montré pour la première fois qu’il comprenait sa relation avec Dieu. Avant sa naissance, l’ange avait dit à Marie : « Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père, et il régnera sur la maison de Jacob. toujours.” Luc 1:32, 33. Ces paroles que Marie avait méditées dans son cœur ; pourtant, alors qu’elle croyait que son enfant devait être le Messie d’Israël, elle ne comprenait pas sa mission. Maintenant, elle ne comprenait pas ses paroles ; mais elle savait qu’il avait désavoué sa parenté avec Joseph et avait déclaré sa filiation à Dieu.
Jésus n’a pas ignoré sa relation avec ses parents terrestres. De Jérusalem, il revint chez eux avec eux et les aida dans leur vie de labeur. Il cachait dans son propre cœur le mystère de sa mission, attendant docilement le moment fixé pour qu’il entreprenne son œuvre. Pendant dix-huit ans après qu’il eut reconnu qu’il était le Fils de Dieu, il reconnut le lien qui le liait à la maison de Nazareth et accomplit les devoirs d’un fils, d’un frère, d’un ami et d’un citoyen.
Alors que sa mission s’était ouverte à Jésus dans le temple, il s’est éloigné du contact avec la multitude. Il voulait revenir de Jérusalem dans le calme, avec ceux qui connaissaient le secret de sa vie. Par le service pascal, Dieu cherchait à éloigner son peuple de ses soucis mondains et à lui rappeler son œuvre merveilleuse dans sa délivrance d’Égypte. Dans cette œuvre, il leur a demandé de voir une promesse de délivrance du péché. Comme le sang de l’agneau immolé abritait les maisons d’Israël, ainsi le sang de Christ devait sauver leurs âmes ; mais ils ne pouvaient être sauvés par Christ que si, par la foi, ils devaient s’approprier sa vie. Il n’y avait de vertu dans le service symbolique que dans la mesure où il dirigeait les fidèles vers Christ comme leur Sauveur personnel. Dieu désirait qu’ils soient conduits à l’étude et à la méditation dans la prière en ce qui concerne la mission du Christ. Mais à mesure que les multitudes quittaient Jérusalem, l’excitation des voyages et des relations sociales absorbait trop souvent leur attention, et le service auquel ils avaient assisté était oublié. Le Sauveur n’était pas attiré par leur compagnie.
Comme Joseph et Marie devaient revenir de Jérusalem seuls avec Jésus, il espérait diriger leur esprit vers les prophéties du Sauveur souffrant. Au Calvaire, il a cherché à alléger le chagrin de sa mère. Il pensait à elle maintenant. Marie devait être témoin de sa dernière agonie, et Jésus lui demanda de comprendre sa mission, afin qu’elle puisse être fortifiée pour endurer, lorsque l’épée transpercerait son âme. De même que Jésus avait été séparé d’elle, et qu’elle l’avait cherché affligé pendant trois jours, de même lorsqu’il serait offert pour les péchés du monde, il serait de nouveau perdu pour elle pendant trois jours. Et comme il sortirait du tombeau, son chagrin serait de nouveau changé en joie. Mais combien mieux elle aurait pu supporter l’angoisse de sa mort si elle avait compris les Écritures vers lesquelles il essayait maintenant de tourner sa pensée !
Si Joseph et Marie avaient fixé leur esprit sur Dieu par la méditation et la prière, ils auraient réalisé le caractère sacré de leur confiance et n’auraient pas perdu de vue Jésus. Par négligence d’un jour, ils perdirent le Sauveur ; mais il leur a fallu trois jours de recherche anxieuse pour le trouver. Alors avec nous; par de vaines paroles, de mauvaises paroles ou la négligence de la prière, nous pouvons en un jour perdre la présence du Sauveur, et cela peut prendre plusieurs jours de recherche douloureuse pour le trouver et retrouver la paix que nous avons perdue.
Dans notre association les uns avec les autres, nous devons prendre garde d’oublier Jésus et passer notre chemin sans nous souvenir qu’il n’est pas avec nous. Lorsque nous devenons absorbés par les choses du monde au point de ne plus penser à Celui en qui notre espérance de vie éternelle est centrée, nous nous séparons de Jésus et des anges célestes. Ces êtres saints ne peuvent pas rester là où la présence du Sauveur n’est pas désirée et son absence n’est pas marquée. C’est pourquoi le découragement existe si souvent parmi les prétendus disciples du Christ.
Beaucoup assistent à des services religieux, et sont rafraîchis et réconfortés par la parole de Dieu ; mais par négligence de la méditation, de la vigilance et de la prière, ils perdent la bénédiction et se retrouvent plus démunis qu’avant de la recevoir. Souvent, ils ont l’impression que Dieu ne s’est pas occupé d’eux. Ils ne voient pas que la faute leur appartient. En se séparant de Jésus, ils ont éteint la lumière de sa présence.
Il serait bon que nous passions chaque jour une heure réfléchie à la contemplation de la vie du Christ. Il faut le prendre point par point, et laisser l’imagination saisir chaque scène, surtout celles qui se terminent. Alors que nous insistons ainsi sur son grand sacrifice pour nous, notre confiance en lui sera plus constante, notre amour sera vivifié et nous serons plus profondément imprégnés de son esprit. Si nous voulons enfin être sauvés, nous devons apprendre la leçon de pénitence et d’humiliation au pied de la croix.
Lorsque nous nous associons, nous pouvons être une bénédiction les uns pour les autres. Si nous appartenons à Christ, nos pensées les plus douces seront pour lui. Nous aimerons parler de lui ; et tandis que nous nous parlerons de son amour, nos cœurs seront adoucis par les influences divines. Contemplant la beauté de son caractère, nous serons ” changés en la même image de gloire en gloire “. 2 Corinthiens 3:18.

Chapitre 9
Jours de conflit

Dès ses premières années, l’enfant juif est entouré des exigences des rabbins. Des règles rigides étaient prescrites pour chaque acte, jusque dans les moindres détails de la vie. Sous les maîtres de la synagogue, les jeunes étaient instruits des innombrables règles qu’en tant qu’Israélites orthodoxes, ils étaient censés observer. Mais Jésus ne s’est pas intéressé à ces questions. Dès l’enfance, il a agi indépendamment des lois rabbiniques. Les Écritures de l’Ancien Testament étaient son étude constante, et les mots « Ainsi dit le Seigneur » étaient toujours sur ses lèvres.
Alors que la condition du peuple commençait à s’ouvrir à Son esprit, Il vit que les exigences de la société et les exigences de Dieu étaient en collision constante. Les hommes s’écartaient de la parole de Dieu et exaltaient les théories de leur propre invention. Ils observaient des rites traditionnels qui n’avaient aucune vertu. Leur service était une simple ronde de cérémonies; les vérités sacrées qu’il était destiné à enseigner étaient cachées aux adorateurs. Il a vu que dans leurs services infidèles, ils ne trouvaient pas de paix. Ils ne connaissaient pas la liberté d’esprit qui leur reviendrait en servant Dieu en vérité. Jésus était venu enseigner le sens du culte de Dieu, et il ne pouvait sanctionner le mélange des exigences humaines avec les préceptes divins. Il n’a pas attaqué les préceptes ou les pratiques des savants enseignants; mais quand on lui reprochait ses simples habitudes,
De toutes les manières douces et soumises, Jésus a essayé de plaire à ceux avec qui il est entré en contact. Parce qu’il était si doux et discret, les scribes et les anciens pensaient qu’il serait facilement influencé par leur enseignement. Ils l’ont exhorté à recevoir les maximes et les traditions qui avaient été transmises par les anciens rabbins, mais il a demandé leur autorité dans les Saintes Écritures. Il entendrait toute parole qui sort de la bouche de Dieu ; mais il ne pouvait obéir aux inventions des hommes. Jésus semblait connaître les Ecritures du début à la fin, et Il les a présentées dans leur véritable portée. Les rabbins avaient honte d’être instruits par un enfant. Ils prétendaient que c’était leur rôle d’expliquer les Écritures et que c’était à Lui d’accepter leur interprétation. Ils étaient indignés qu’il s’oppose à leur parole.
Ils savaient qu’aucune autorité ne pouvait être trouvée dans les Écritures pour leurs traditions. Ils ont réalisé qu’en matière de compréhension spirituelle, Jésus était bien en avance sur eux. Pourtant, ils étaient en colère parce qu’il n’obéissait pas à leurs diktats. Ne parvenant pas à le convaincre, ils ont cherché Joseph et Marie, et ont présenté devant eux sa ligne de non-conformité. Ainsi, il a subi la réprimande et la censure.
Très tôt, Jésus avait commencé à agir par lui-même dans la formation de son caractère, et même le respect et l’amour pour ses parents ne pouvaient le détourner de l’obéissance à la parole de Dieu. « Il est écrit » était sa raison pour chaque acte qui s’écartait des coutumes familiales. Mais l’influence des rabbins rendit sa vie amère. Même dans sa jeunesse, il a dû apprendre la dure leçon du silence et de l’endurance patiente.
Ses frères, comme on appelait les fils de Joseph, se rangeaient du côté des rabbins. Ils ont insisté sur le fait que les traditions doivent être respectées, comme si elles étaient les exigences de Dieu. Ils considéraient même les préceptes des hommes plus haut que la parole de Dieu, et ils étaient très ennuyés de la pénétration claire de Jésus dans la distinction entre le faux et le vrai. Sa stricte obéissance à la loi de Dieu qu’ils condamnaient comme de l’entêtement. Ils ont été surpris de la connaissance et de la sagesse dont Il a fait preuve en répondant aux rabbins. Ils savaient qu’il n’avait pas reçu d’instruction des mages, mais ils ne pouvaient que voir qu’il était un instructeur pour eux. Ils ont reconnu que son éducation était d’un type supérieur à la leur. Mais ils n’ont pas discerné qu’il avait accès à l’arbre de vie, une source de connaissance qu’ils ignoraient.
Le Christ n’était pas exclusif, et Il avait particulièrement offensé les Pharisiens en s’écartant à cet égard de leurs règles rigides. Il a trouvé le domaine de la religion clôturé par de hauts murs d’isolement, comme une question trop sacrée pour la vie quotidienne. Ces murs de séparation, il les a renversés. Dans Son contact avec les hommes, Il n’a pas demandé : Quelle est votre croyance ? A quelle église appartenez-vous ? Il a exercé son pouvoir d’aide en faveur de tous ceux qui avaient besoin d’aide. Au lieu de s’isoler dans une cellule d’ermite afin de montrer son caractère céleste, il a travaillé avec ferveur pour l’humanité. Il a inculqué le principe que la religion biblique ne consiste pas dans la mortification du corps. Il a enseigné que la religion pure et sans tache n’est pas destinée uniquement à des moments précis et à des occasions spéciales. En tout temps et en tout lieu, il a manifesté un intérêt affectueux pour les hommes, et jetez autour de lui la lumière d’une piété joyeuse. Tout cela était un reproche aux pharisiens. Elle montrait que la religion ne consiste pas en égoïsme, et que leur dévouement morbide à l’intérêt personnel était loin d’être une vraie piété. Cela avait suscité leur inimitié contre Jésus, de sorte qu’ils ont essayé d’imposer sa conformité à leurs règlements.
Jésus a travaillé pour soulager chaque cas de souffrance qu’il a vu. Il avait peu d’argent à donner, mais il se privait souvent de nourriture pour soulager ceux qui semblaient plus nécessiteux que lui. Ses frères ont estimé que son influence allait bien au-delà de la leur. Il possédait un tact qu’aucun d’eux n’avait ni ne désirait avoir. Lorsqu’ils parlaient durement à des êtres pauvres et dégradés, Jésus les recherchait eux-mêmes et leur adressait des paroles d’encouragement. À ceux qui étaient dans le besoin, il donnait une tasse d’eau froide et plaçait tranquillement son propre repas entre leurs mains. Alors qu’il soulageait leurs souffrances, les vérités qu’il enseignait étaient associées à ses actes de miséricorde, et étaient ainsi gravées dans la mémoire.
Tout cela déplut à ses frères. Étant plus âgés que Jésus, ils estimaient qu’il devait être sous leur dictée. Ils l’accusaient de se croire supérieur à eux et lui reprochaient de se placer au-dessus de leurs maîtres, des prêtres et des chefs du peuple. Souvent, ils le menaçaient et essayaient de l’intimider ; mais Il est passé à autre chose, faisant des Ecritures Son guide.
Jésus aimait ses frères et les traitait avec une bonté sans faille ; mais ils étaient jaloux de lui et manifestaient l’incrédulité et le mépris les plus décidés. Ils ne pouvaient pas comprendre sa conduite. De grandes contradictions se sont présentées en Jésus. Il était le divin Fils de Dieu, et pourtant un enfant sans défense. Créateur des mondes, la terre était sa possession, et pourtant la pauvreté marquait son expérience de vie à chaque pas. Il possédait une dignité et une individualité entièrement distinctes de l’orgueil et de la supposition terrestres ; Il n’a pas lutté pour la grandeur mondaine, et même dans la position la plus basse, Il était content. Cela a irrité ses frères. Ils ne pouvaient pas expliquer sa sérénité constante dans les épreuves et les privations. Ils ne savaient pas que c’était à cause de nous qu’il s’était fait pauvre, que « par sa pauvreté, nous pourrions être riches ». 2 Corinthiens 8:9.
Jésus a été mal compris par ses frères parce qu’il n’était pas comme eux. Son standard n’était pas leur standard. En regardant vers les hommes, ils s’étaient détournés de Dieu, et ils n’avaient pas sa puissance dans leur vie. Les formes de religion qu’ils observaient ne pouvaient transformer le caractère. Ils ont payé ” la dîme de la menthe, de l’anis et du cumin “, mais ont omis ” les questions les plus importantes de la loi, du jugement, de la miséricorde et de la foi “. Matthieu 23:23. L’exemple de Jésus était pour eux une irritation continuelle. Il ne haïssait qu’une seule chose au monde, et c’était le péché. Il ne pouvait pas être témoin d’un acte répréhensible sans douleur qu’il était impossible de déguiser. Entre les formalistes, dont la sainteté de l’apparence cachait l’amour du péché, et un caractère dans lequel le zèle pour la gloire de Dieu était toujours primordial, le contraste était indubitable. Parce que la vie de Jésus condamnait le mal, il s’y est opposé, tant au pays qu’à l’étranger. Son altruisme et son intégrité ont été commentés avec un ricanement. Sa patience et sa gentillesse étaient qualifiées de lâcheté.
De l’amertume qui tombe sur le sort de l’humanité, il n’y a pas eu de part que le Christ n’ait pas goûtée. Certains ont essayé de le mépriser à cause de sa naissance, et même dans son enfance, il a dû affronter leurs regards méprisants et leurs chuchotements pervers. S’il avait répondu par un mot ou un regard impatient, s’il avait cédé à ses frères par un seul acte répréhensible, il n’aurait pas été un exemple parfait. Ainsi, il aurait échoué dans l’exécution du plan de notre rédemption. S’il avait même admis qu’il pouvait y avoir une excuse pour le péché, Satan aurait triomphé et le monde aurait été perdu. C’est pourquoi le tentateur s’est efforcé de rendre sa vie aussi éprouvante que possible, afin qu’il puisse être conduit au péché.
Mais à chaque tentation, il avait une réponse : « Il est écrit. Il réprimandait rarement les méfaits de ses frères, mais il avait une parole de Dieu à leur adresser. Il fut souvent accusé de lâcheté pour avoir refusé de s’unir à eux dans un acte interdit ; mais Sa réponse fut : Il est écrit : « La crainte du Seigneur, c’est la sagesse ; et s’éloigner du mal, c’est comprendre. Job 28:28.
Il y en avait qui recherchaient sa société, se sentant en paix en sa présence ; mais beaucoup l’ont évité, parce qu’ils ont été réprimandés par sa vie sans tache. De jeunes compagnons le pressaient de faire comme eux. Il était brillant et joyeux; ils appréciaient sa présence et accueillaient ses suggestions immédiates ; mais ils s’impatientaient de ses scrupules et le jugeaient étroit et étroit. Jésus répondit : Il est écrit : « Avec quoi le jeune homme purifiera-t-il sa voie ? en y prenant garde selon ta parole. « J’ai caché ta parole dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi. » Psaume 119:9, 11.
On Lui a souvent demandé : Pourquoi tenez-vous à être si singulier, si différent de nous tous ? Il est écrit, Il a dit : « Heureux ceux qui ne sont pas souillés sur le chemin, qui marchent dans la loi du Seigneur. Heureux ceux qui gardent ses témoignages et qui le cherchent de tout leur cœur. Ils ne commettent pas non plus d’iniquité ; ils marchent dans ses voies. Psaume 119:1-3.
Lorsqu’on lui demanda pourquoi il ne participait pas aux ébats de la jeunesse de Nazareth, il dit : Il est écrit : « Je me suis réjoui dans la voie de tes témoignages, autant que dans toutes les richesses. Je méditerai tes préceptes et respecterai tes voies. je me réjouirai de tes statuts; Je n’oublierai pas ta parole. Psaume 119:14-16.
Jésus n’a pas combattu pour ses droits. Souvent, son travail était rendu inutilement sévère parce qu’il était consentant et ne se plaignait pas. Pourtant, Il n’a pas échoué ni ne s’est découragé. Il a vécu au-dessus de ces difficultés, comme à la lumière du visage de Dieu. Il n’a pas riposté lorsqu’il a été brutalement utilisé, mais a supporté patiemment l’insulte.
À maintes reprises, on lui demanda : Pourquoi te soumets-tu à un tel usage malveillant, même de la part de tes frères ? Il est écrit, Il a dit : « Mon fils, n’oublie pas ma loi ; mais que ton cœur garde mes commandements : car ils t’ajouteront de longs jours, une longue vie et la paix. Que la miséricorde et la vérité ne t’abandonnent pas : attache-les à ton cou ; écris-les sur la table de ton cœur : ainsi tu trouveras grâce et bon entendement aux yeux de Dieu et des hommes. Proverbes 3:1-4.
Depuis le moment où les parents de Jésus l’ont trouvé dans le temple, sa ligne de conduite était un mystère pour eux. Il n’entrerait pas dans la controverse, mais son exemple était une leçon constante. Il apparaissait comme quelqu’un qui était mis à part. Ses heures de bonheur ont été trouvées lorsqu’il était seul avec la nature et avec Dieu. Chaque fois que c’était Son privilège, Il se détournait de la scène de Son travail, pour aller dans les champs, pour méditer dans les vertes vallées, pour communier avec Dieu sur le flanc de la montagne ou au milieu des arbres de la forêt. Le petit matin le trouvait souvent dans un endroit isolé, méditant, sondant les Écritures ou en prière. De ces heures tranquilles, il retournait chez lui pour reprendre ses fonctions et donner l’exemple d’un travail patient.
La vie du Christ a été marquée par le respect et l’amour pour sa mère. Marie croyait dans son cœur que le saint enfant né d’elle était le Messie promis depuis longtemps, mais elle n’osait pas exprimer sa foi. Tout au long de sa vie sur terre, elle a participé à ses souffrances. Elle a été témoin avec tristesse des épreuves qu’il a subies dans son enfance et sa jeunesse. Par sa justification de ce qu’elle savait être juste dans sa conduite, elle-même a été amenée dans des positions difficiles. Elle considérait les associations de la maison, et la tendre garde de la mère sur ses enfants, comme d’une importance vitale dans la formation du caractère. Les fils et les filles de Joseph le savaient, et en faisant appel à son anxiété, ils ont essayé de corriger les pratiques de Jésus selon leur norme.
Marie a souvent protesté contre Jésus et l’a exhorté à se conformer aux usages des rabbins. Mais il ne pouvait pas être persuadé de changer ses habitudes de contempler les œuvres de Dieu et de chercher à soulager la souffrance des hommes ou même des animaux muets. Lorsque les prêtres et les enseignants ont demandé l’aide de Marie pour contrôler Jésus, elle a été très troublée; mais la paix est venue dans son cœur lorsqu’il a présenté les déclarations de l’Écriture confirmant ses pratiques.
Parfois, elle oscillait entre Jésus et ses frères, qui ne croyaient pas qu’il était l’Envoyé de Dieu ; mais la preuve était abondante qu’il avait un caractère divin. Elle l’a vu se sacrifier pour le bien des autres. Sa présence a apporté une atmosphère plus pure dans la maison, et sa vie était comme un levain travaillant parmi les éléments de la société. Inoffensif et sans souillure, Il a marché parmi les irréfléchis, les grossiers, les sans courtoisie ; parmi les publicains injustes, les prodigues téméraires, les samaritains injustes, les soldats païens, les paysans rugueux et la multitude mixte. Il prononça un mot de sympathie ici et un mot là, en voyant des hommes fatigués, mais obligés de porter de lourds fardeaux. Il partagea leurs fardeaux et leur répéta les leçons qu’il avait apprises de la nature, de l’amour, de la bonté, de la bonté de Dieu.
Il enseigna à tous à se considérer comme dotés de précieux talents qui, s’ils étaient correctement employés, leur assureraient des richesses éternelles. Il a éliminé toute vanité de la vie et, par son propre exemple, a enseigné que chaque moment du temps est chargé de résultats éternels ; qu’il doit être chéri comme un trésor et être employé à des fins saintes. Il ne considéra aucun être humain comme sans valeur, mais chercha à appliquer le remède salvateur à chaque âme. Quelle que soit la compagnie où il se trouvait, il présentait une leçon appropriée au moment et aux circonstances. Il cherchait à inspirer l’espoir aux plus rudes et aux moins prometteurs, mettant devant eux l’assurance qu’ils pourraient devenir irréprochables et inoffensifs, atteignant un caractère tel qu’ils se manifesteraient comme enfants de Dieu. Il a souvent rencontré ceux qui avaient dérivé sous le contrôle de Satan, et qui n’avait pas le pouvoir de se dégager de son piège. A un tel, découragé, malade, tenté et déchu, Jésus adressait des paroles de pitié des plus tendres, des paroles nécessaires et compréhensibles. Autres
Il a rencontré qui luttaient au corps à corps avec l’adversaire des âmes. Il les encouragea à persévérer, leur assurant qu’ils gagneraient ; car les anges de Dieu étaient de leur côté, et leur donneraient la victoire. Ceux qu’il aidait ainsi étaient convaincus qu’il y avait là quelqu’un en qui ils pouvaient se fier avec une confiance parfaite. Il ne trahirait pas les secrets qu’ils déversaient dans son oreille compatissante.
Jésus était le guérisseur du corps aussi bien que de l’âme. Il s’intéressait à chaque phase de la souffrance qui relevait de Son attention, et à chaque personne souffrante, Il apportait un soulagement, Ses paroles aimables ayant un baume apaisant. Personne ne pouvait dire qu’il avait fait un miracle; mais la vertu – le pouvoir de guérison de l’amour – sortait de Lui vers les malades et les affligés. Ainsi, d’une manière discrète, Il a travaillé pour les gens dès Son enfance. Et c’est pourquoi, après le début de son ministère public, tant de gens l’ont entendu avec joie.
Pourtant, à travers l’enfance, la jeunesse et l’âge adulte, Jésus a marché seul. Dans sa pureté et sa fidélité, il a foulé seul le pressoir, et il n’y avait personne avec lui. Il portait le poids terrible de la responsabilité du salut des hommes. Il savait qu’à moins qu’il n’y ait un changement décidé dans les principes et les buts de la race humaine, tout serait perdu. C’était le fardeau de son âme, et personne ne pouvait apprécier le poids qui reposait sur lui. Rempli d’un objectif intense, il a réalisé le dessein de sa vie qu’il devait être lui-même la lumière des hommes.

Chapitre 10
La voix dans le désert
[Ce chapitre est basé sur Luc 1:5-23, 57-80 ; 3:1-18 ; Matthieu 3:1-12 ; Marc 1:1-8]

Parmi les fidèles d’Israël, qui attendaient depuis longtemps la venue du Messie, le précurseur du Christ s’est levé. Le vieux prêtre Zacharie et sa femme Elisabeth étaient “tous deux justes devant Dieu” ; et dans leur vie tranquille et sainte, la lumière de la foi brillait comme une étoile au milieu des ténèbres de ces mauvais jours. A ce couple pieux fut donnée la promesse d’un fils, qui ” irait devant la face du Seigneur pour préparer ses voies “.
Zacharie habitait « la région des collines de Judée », mais il était monté à Jérusalem pour servir pendant une semaine dans le temple, un service exigé deux fois par an des prêtres de chaque cours. “Et il arriva que, pendant qu’il exécutait l’office de sacrificateur devant Dieu dans l’ordre de sa marche, selon la coutume de l’office de sacrificateur, son lot était de brûler de l’encens lorsqu’il entrait dans le temple du Seigneur.”
Il se tenait devant l’autel d’or dans le lieu saint du sanctuaire. Le nuage d’encens avec les prières d’Israël montait devant Dieu. Soudain, il prit conscience d’une présence divine. Un ange du Seigneur ” se tenait du côté droit de l’autel “. La position de l’ange était une indication de faveur, mais Zacharie n’en a pas tenu compte. Pendant de nombreuses années, il avait prié pour la venue du Rédempteur ; maintenant le ciel avait envoyé son messager pour annoncer que ces prières allaient être exaucées ; mais la miséricorde de Dieu semblait trop grande pour lui. Il était rempli de peur et d’auto-condamnation.
Mais il fut accueilli avec la joyeuse assurance : « Ne crains pas, Zacharie : car ta prière est exaucée ; et ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu appelleras son nom Jean. Et tu auras de la joie et de l’allégresse; et beaucoup se réjouiront de sa naissance. Car il sera grand aux yeux de l’Éternel, et ne boira ni vin ni boisson forte; et il sera rempli du Saint-Esprit. . . . Et beaucoup d’enfants d’Israël se tourneront vers l’Éternel, leur Dieu. Et il ira devant lui avec l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener le cœur des pères vers les enfants, et les désobéissants vers la sagesse des justes ; préparer un peuple préparé pour le Seigneur. Et Zacharie dit à l’ange : A quoi connaîtrai-je cela ? car je suis un vieil homme, et ma femme est bien atteinte d’âge.
Zacharie savait bien comment un enfant fut donné à Abraham dans sa vieillesse parce qu’il crut fidèle celui qui avait promis. Mais, un instant, le vieux prêtre tourne sa pensée vers la faiblesse de l’humanité. Il oublie que ce que Dieu a promis, Il est capable de l’accomplir. Quel contraste entre cette incrédulité et la foi douce et enfantine de Marie, la jeune fille de Nazareth, dont la réponse à la merveilleuse annonce de l’ange fut : « Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole » ! Luc 1:38.
La naissance d’un fils à Zacharie, comme la naissance de l’enfant d’Abraham, et celle de Marie, devait enseigner une grande vérité spirituelle, une vérité que nous sommes lents à apprendre et prêts à oublier. En nous-mêmes, nous sommes incapables de faire quoi que ce soit de bon ; mais ce que nous ne pouvons pas faire sera produit par la puissance de Dieu dans chaque âme soumise et croyante. C’est par la foi que l’enfant de la promesse a été donné. C’est par la foi que la vie spirituelle est engendrée et que nous sommes capables de faire les œuvres de justice.
A la question de Zacharie, l’ange dit: «Je suis Gabriel, qui me tiens en présence de Dieu; et je suis envoyé pour te parler et t’annoncer ces bonnes nouvelles. Cinq cents ans auparavant, Gabriel avait fait connaître à Daniel la période prophétique qui devait s’étendre jusqu’à la venue du Christ. Le fait de savoir que la fin de cette période était proche avait poussé Zacharie à prier pour l’avènement du Messie. Maintenant, le messager même par qui la prophétie avait été donnée était venu annoncer son accomplissement.
Les paroles de l’ange, “Je suis Gabriel, qui me tiens en présence de Dieu”, montrent qu’il occupe une position de grand honneur dans les parvis célestes. Lorsqu’il est venu avec un message à Daniel, il a dit: “Il n’y a personne qui me soutienne dans ces choses, mais Michael [Christ] votre prince.” Daniel 10:21. De Gabriel, le Sauveur parle dans l’Apocalypse, en disant qu'”il l’a envoyé et l’a signifié par son ange à son serviteur Jean”. Apocalypse 1:1. Et l’ange déclara à Jean : ” Je suis ton compagnon de service et celui de tes frères les prophètes “. Apocalypse 22:9, RV Merveilleuse pensée – que l’ange qui se tient le plus en honneur après le Fils de Dieu est celui qui est choisi pour ouvrir les desseins de Dieu aux hommes pécheurs.
Zacharie avait exprimé des doutes sur les paroles de l’ange. Il ne devait plus parler jusqu’à ce qu’ils soient accomplis. “Voici,” dit l’ange, “tu seras muet, . . . jusqu’au jour où ces choses s’accompliront, parce que tu ne crois pas à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. C’était le devoir du prêtre dans ce service de prier pour le pardon des péchés publics et nationaux, et pour la venue du Messie ; mais quand Zacharie a tenté de le faire, il n’a pas pu dire un mot.
S’avançant pour bénir le peuple, “il leur fit signe et resta sans voix”. Ils avaient attendu longtemps et avaient commencé à craindre qu’il ne soit abattu par le jugement de Dieu. Mais comme il sortait du lieu saint, son visage brillait de la gloire de Dieu, ” et ils virent qu’il avait eu une vision dans le temple “. Zacharie leur communiqua ce qu’il avait vu et entendu ; et ” dès que les jours de son ministère furent accomplis, il s’en alla dans sa propre maison “.
Peu de temps après la naissance de l’enfant promis, la langue du père se délia, « et il parla et loua Dieu. Et la frayeur s’empara de tous ceux qui habitaient autour d’eux, et toutes ces paroles se répandirent dans toute la montagne de Judée. Et tous ceux qui les entendirent les gardèrent dans leur cœur, disant : Quelle sorte d’enfant sera-ce ! Tout cela tendait à attirer l’attention sur la venue du Messie, pour laquelle Jean devait préparer la voie.
Le Saint-Esprit reposa sur Zacharie, et dans ces belles paroles il prophétisa la mission de son fils :
. . . . . « Toi, mon enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut ;
. . . . . Car tu iras devant la face du Seigneur pour préparer ses voies ;
. . . . . Donner la connaissance du salut à son peuple
. . . . . Par la rémission de leurs péchés,
. . . . . Par la tendre miséricorde de notre Dieu,
. . . . . Par quoi l’Aurore d’en haut nous a visités,
. . . . . Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l’ombre de la mort,
. . . . . Pour guider nos pieds sur le chemin de la paix.
“Et l’enfant grandit, et devint fort en esprit, et fut dans les déserts jusqu’au jour où il fut montré à Israël.” Avant la naissance de Jean, l’ange avait dit : « Il sera grand aux yeux du Seigneur, et il ne boira ni vin ni boisson forte ; et il sera rempli du Saint-Esprit. Dieu avait appelé le fils de Zacharie à une grande œuvre, la plus grande jamais confiée aux hommes. Afin d’accomplir ce travail, il doit avoir le Seigneur pour travailler avec lui. Et l’Esprit de Dieu serait avec lui s’il suivait l’instruction de l’ange.
Jean devait partir comme messager de Jéhovah, pour apporter aux hommes la lumière de Dieu. Il doit donner une nouvelle direction à leurs pensées. Il doit les impressionner par la sainteté des exigences de Dieu et leur besoin de sa justice parfaite. Un tel messager doit être saint. Il doit être un temple pour l’Esprit de Dieu qui demeure en lui. Afin de remplir sa mission, il doit avoir une constitution physique saine et une force mentale et spirituelle. Il lui faudrait donc maîtriser les appétits et les passions. Il doit être capable de contrôler tous ses pouvoirs de manière à pouvoir se tenir parmi les hommes aussi indifférent aux circonstances environnantes que les rochers et les montagnes du désert.
À l’époque de Jean-Baptiste, l’avidité pour les richesses et l’amour du luxe et de l’étalage s’étaient répandus. Les plaisirs sensuels, festoyer et boire, provoquaient des maladies physiques et la dégénérescence, engourdissaient les perceptions spirituelles et diminuaient la sensibilité au péché. Jean devait se présenter comme un réformateur. Par sa vie sobre et sa robe simple, il devait réprimander les excès de son temps. D’où les instructions données aux parents de Jean, une leçon de tempérance donnée par un ange du trône des cieux.
Dans l’enfance et la jeunesse, le personnage est le plus impressionnant. Le pouvoir de maîtrise de soi devrait alors être acquis. Au coin du feu et au conseil de famille s’exercent des influences dont les résultats sont aussi durables que l’éternité. Plus que toute dotation naturelle, les habitudes établies dans les premières années décident si un homme sera victorieux ou vaincu dans la bataille de la vie. La jeunesse est le temps des semailles. Elle détermine le caractère de la moisson, pour cette vie et pour la vie à venir.
En tant que prophète, Jean devait « ramener le cœur des pères vers les enfants, et les désobéissants à la sagesse des justes ; préparer un peuple préparé pour le Seigneur. En préparant le chemin pour le premier avènement de Christ, il était un représentant de ceux qui doivent préparer un peuple pour la seconde venue de notre Seigneur. Le monde est donné à l’auto-indulgence. Les erreurs et les fables abondent. Les pièges de Satan pour détruire les âmes se multiplient. Tous ceux qui veulent parfaire la sainteté dans la crainte de Dieu doivent apprendre les leçons de tempérance et de maîtrise de soi. Les appétits et les passions doivent être soumis aux puissances supérieures de l’esprit. Cette autodiscipline est essentielle à cette force mentale et à cette perspicacité spirituelle qui nous permettront de comprendre et de mettre en pratique les vérités sacrées de la parole de Dieu.
Dans l’ordre naturel des choses, le fils de Zacharie aurait été éduqué pour le sacerdoce. Mais la formation des écoles rabbiniques l’aurait inapte à son travail. Dieu ne l’a pas envoyé vers les professeurs de théologie pour apprendre à interpréter les Écritures. Il l’a appelé au désert, afin qu’il puisse apprendre la nature et le Dieu de la nature.
C’était une région solitaire où il a trouvé sa maison, au milieu de collines arides, de ravins sauvages et de grottes rocheuses. Mais c’était son choix de renoncer aux plaisirs et au luxe de la vie pour la sévère discipline du désert. Ici, son environnement était propice aux habitudes de simplicité et d’abnégation. Ininterrompu par les clameurs du monde, il put y étudier les leçons de la nature, de la révélation et de la Providence. Les paroles de l’ange à Zacharie avaient été souvent répétées à Jean par ses parents qui craignaient Dieu. Dès l’enfance, sa mission avait été gardée devant lui, et il avait accepté la sainte confiance. Pour lui, la solitude du désert était une évasion bienvenue de la société dans laquelle la suspicion, l’incrédulité et l’impureté étaient devenues presque omniprésentes. Il se méfiait de son propre pouvoir de résister à la tentation et reculait devant un contact constant avec le péché,
Dévoué à Dieu en tant que Nazaréen dès sa naissance, il a fait sien le vœu dans une consécration à vie. Sa robe était celle des anciens prophètes, un vêtement de poil de chameau, retenu par une ceinture de cuir. Il mangea « les sauterelles et le miel sauvage » trouvés dans le désert et but l’eau pure des collines.
Mais la vie de Jean ne s’est pas déroulée dans l’oisiveté, dans une morosité ascétique ou dans un isolement égoïste. De temps en temps, il sortait pour se mêler aux hommes ; et il était toujours un observateur intéressé de ce qui se passait dans le monde. De sa retraite tranquille, il regardait le déroulement des événements. Avec une vision illuminée par l’Esprit divin, il étudia le caractère des hommes, afin de comprendre comment atteindre leur cœur avec le message du ciel. Le poids de sa mission reposait sur lui. Dans la solitude, par la méditation et la prière, il cherchait à s’armer pour l’œuvre de toute une vie qui l’attendait.
Bien que dans le désert, il n’était pas à l’abri de la tentation. Autant que possible, il a fermé toutes les avenues par lesquelles Satan pouvait entrer, mais il était toujours assailli par le tentateur. Mais ses perceptions spirituelles étaient claires ; il avait développé la force et la décision de caractère, et grâce à l’aide du Saint-Esprit, il était capable de détecter les approches de Satan et de résister à sa puissance.
Jean trouva dans le désert son école et son sanctuaire. Comme Moïse au milieu des montagnes de Madian, il était enfermé par la présence de Dieu et entouré des preuves de sa puissance. Ce n’était pas son lot d’habiter, comme le grand chef d’Israël, au milieu de la majesté solennelle des solitudes des montagnes ; mais devant lui étaient les hauteurs de Moab, au-delà du Jourdain, parlant de celui qui avait affermi les montagnes et les avait ceints de force. L’aspect sombre et terrible de la nature dans sa maison du désert décrivait de manière vivante la condition d’Israël. La vigne fructueuse du Seigneur était devenue un désert désolé. Mais au-dessus du désert, les cieux se penchaient brillants et beaux. Les nuages ​​qui s’amoncelaient, assombris par la tempête, étaient arqués par l’arc-en-ciel de la promesse. Ainsi, au-dessus de la dégradation d’Israël brillait la gloire promise du règne du Messie.
Seul dans la nuit silencieuse, il lut la promesse de Dieu à Abraham d’une semence sans nombre comme les étoiles. La lumière de l’aube, dorant les montagnes de Moab, parlait de Celui qui devait être comme “la lumière du matin, quand le soleil se lève, même un matin sans nuages”. 2 Sam. 23:4. Et dans l’éclat de midi, il vit la splendeur de sa manifestation, lorsque “la gloire du Seigneur sera révélée, et toute chair ensemble la verra”. Esaïe 40:5.
Avec un esprit impressionné mais exultant, il chercha dans les rouleaux prophétiques les révélations de la venue du Messie, la semence promise qui devrait écraser la tête du serpent; Silo, « le donneur de paix », qui devait comparaître devant un roi, devait cesser de régner sur le trône de David. Maintenant, le moment était venu. Un souverain romain était assis dans le palais sur le mont Sion. Par la parole sûre du Seigneur, déjà le Christ était né.
Les représentations ravies d’Isaïe de la gloire du Messie étaient son étude jour et nuit,–la Branche de la racine de Jesse; un roi pour régner dans la justice, jugeant « avec équité pour les doux de la terre » ; « un secret de la tempête ; . . . l’ombre d’un grand rocher dans une terre fatiguée ; » Israël ne doit plus être appelé « réprouvé », ni son pays « désolé », mais appelé par l’Éternel, « mon délice », et son pays « Beulah ». Esaïe 11:4; 32:2 ; 62:4, marge. Le cœur de l’exilé solitaire était rempli de la vision glorieuse.
Il regarda le Roi dans Sa beauté, et le moi fut oublié. Il voyait la majesté de la sainteté et se sentait inefficace et indigne. Il était prêt à aller de l’avant en tant que messager du Ciel, sans être intimidé par l’humain, parce qu’il avait regardé le Divin. Il pouvait se tenir droit et sans peur en présence des monarques terrestres, parce qu’il s’était prosterné devant le Roi des rois.
Jean n’a pas pleinement compris la nature du royaume du Messie. Il attendait qu’Israël soit délivré de ses ennemis nationaux ; mais la venue d’un roi dans la justice et l’établissement d’Israël comme nation sainte étaient le grand objet de son espérance. Ainsi, il croyait que s’accomplirait la prophétie donnée à sa naissance, –
. . . . . « Pour se souvenir de sa sainte alliance ; . . .
. . . . . Que nous sommes délivrés de la main de nos ennemis
. . . . . Pourrait le servir sans crainte,
. . . . . Dans la sainteté et la justice devant lui, tous les jours de notre vie.
Il a vu son peuple trompé, satisfait de lui-même et endormi dans ses péchés. Il aspirait à les éveiller à une vie plus sainte. Le message que Dieu lui avait donné à porter était destiné à les faire sursauter de leur léthargie et à les faire trembler à cause de leur grande méchanceté. Avant que la semence de l’évangile puisse se loger, le sol du cœur doit être brisé. Avant qu’ils ne cherchent la guérison de Jésus, ils doivent être éveillés au danger des blessures du péché.
Dieu n’envoie pas de messagers pour flatter le pécheur. Il ne délivre aucun message de paix pour endormir les non-sanctifiés dans une sécurité fatale. Il fait peser de lourds fardeaux sur la conscience du malfaiteur et transperce l’âme de flèches de conviction. Les anges serviteurs lui présentent les terribles jugements de Dieu pour approfondir le sentiment de besoin et lui font crier : « Que dois-je faire pour être sauvé ? Alors la main qui s’est humiliée dans la poussière relève le pénitent. La voix qui a réprimandé le péché et fait honte à l’orgueil et à l’ambition demande avec la plus tendre sympathie : « Que veux-tu que je te fasse ?
Lorsque le ministère de Jean commença, la nation était dans un état d’excitation et de mécontentement frisant la révolution. Lors de la destitution d’Archelaus, la Judée avait été placée directement sous le contrôle de Rome. La tyrannie et l’extorsion des gouverneurs romains, et leurs efforts déterminés pour introduire les symboles et les coutumes païens, ont déclenché une révolte, qui s’était éteinte dans le sang de milliers des plus braves d’Israël. Tout cela a intensifié la haine nationale contre Rome et accru le désir d’être libéré de son pouvoir.
Au milieu de la discorde et des conflits, une voix se fit entendre du désert, une voix surprenante et sévère, mais pleine d’espoir : « Repentez-vous ; car le royaume des cieux est proche. Avec un pouvoir nouveau et étrange, il a ému le peuple. Les prophètes avaient prédit la venue du Christ comme un événement lointain dans le futur ; mais voici une annonce qu’il était à portée de main. L’apparence singulière de Jean a ramené l’esprit de ses auditeurs aux anciens voyants. Par ses manières et son habillement, il ressemblait au prophète Élie. Avec l’esprit et la puissance d’Elie, il a dénoncé la corruption nationale et réprimandé les péchés dominants. Ses paroles étaient claires, pointues et convaincantes. Beaucoup pensaient qu’il était l’un des prophètes ressuscités d’entre les morts. La nation entière était agitée. Des multitudes ont afflué vers le désert.
Jean a proclamé la venue du Messie et a appelé le peuple à la repentance. Comme symbole de purification du péché, il les baptisa dans les eaux du Jourdain. Ainsi, par une importante leçon de choses, il déclara que ceux qui prétendaient être le peuple élu de Dieu étaient souillés par le péché, et que sans purification du cœur et de la vie, ils ne pouvaient avoir aucune part dans le royaume du Messie.
Princes et rabbins, soldats, publicains et paysans venaient entendre le prophète. Pendant un certain temps, l’avertissement solennel de Dieu les alarma. Beaucoup furent amenés à la repentance et reçurent le baptême. Des personnes de tous rangs se soumettaient à l’exigence du Baptiste, afin de participer au royaume qu’il annonçait.
Beaucoup de scribes et de pharisiens sont venus confesser leurs péchés et demander le baptême. Ils s’étaient exaltés comme meilleurs que les autres hommes, et avaient amené le peuple à entretenir une haute opinion de leur piété ; maintenant les coupables secrets de leur vie étaient dévoilés. Mais Jean a été impressionné par le Saint-Esprit que beaucoup de ces hommes n’avaient aucune réelle conviction de péché. Ils étaient des serveurs de temps. En tant qu’amis du prophète, ils espéraient trouver grâce auprès du prince à venir. Et en recevant le baptême des mains de ce jeune enseignant populaire, ils pensaient renforcer leur influence auprès du peuple.
Jean les a rencontrés avec la question cinglante : « Ô génération de vipères, qui vous a avertis de fuir la colère à venir ? Produisez donc des fruits dignes de la repentance ; et pensez à ne pas dire en vous-mêmes,
Nous avons Abraham pour père; car je vous dis que Dieu peut, de ces pierres, susciter des enfants à Abraham.
Les Juifs avaient mal interprété la promesse de faveur éternelle de Dieu à Israël : « Ainsi parle le Seigneur, qui donne le soleil pour lumière le jour, et les ordonnances de la lune et des étoiles pour lumière la nuit, qui divise la mer lorsque le ses vagues rugissent ; L’Éternel des armées est son nom: Si ces ordonnances s’écartent de devant moi, dit l’Éternel, alors la semence d’Israël cessera aussi d’être une nation devant moi pour toujours. Ainsi parle le Seigneur; Si le ciel en haut peut être mesuré, et les fondements de la terre en bas, je rejetterai aussi toute la semence d’Israël pour tout ce qu’elle a fait, dit l’Éternel. Jérémie 31:35-37. Les Juifs considéraient leur descendance naturelle d’Abraham comme leur donnant droit à cette promesse. Mais ils ont négligé les conditions que Dieu avait spécifiées. Avant de donner la promesse, Il avait dit, « Je mettrai ma loi dans leurs parties intimes, et je l’écrirai dans leurs cœurs ; et sera leur Dieu, et ils seront mon peuple. . . . Car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. Jérémie 31:33, 34.
Pour un peuple dans le cœur duquel sa loi est écrite, la faveur de Dieu est assurée. Ils sont un avec Lui. Mais les Juifs s’étaient séparés de Dieu. A cause de leurs péchés, ils souffraient sous Ses jugements. C’était la cause de leur servitude à une nation païenne. Leur esprit était obscurci par la transgression, et parce que dans le passé le Seigneur leur avait montré une si grande faveur, ils excusaient leurs péchés. Ils se flattaient d’être meilleurs que les autres hommes et d’avoir droit à ses bénédictions.
Ces choses « sont écrites pour notre avertissement, sur qui les fins du monde sont venues ». 1 Corinthiens 10:11. Combien de fois nous interprétons mal les bénédictions de Dieu, et nous flattons d’être favorisés à cause de quelque bonté en nous ! Dieu ne peut pas faire pour nous ce qu’il désire faire. Ses dons sont utilisés pour augmenter notre autosatisfaction et pour endurcir nos cœurs dans l’incrédulité et le péché.
Jean a déclaré aux enseignants d’Israël que leur orgueil, leur égoïsme et leur cruauté montraient qu’ils étaient une génération de vipères, une malédiction mortelle pour le peuple, plutôt que les enfants d’Abraham juste et obéissant. Vu la lumière qu’ils avaient reçue de Dieu, ils étaient encore pires que les païens, auxquels ils se sentaient tellement supérieurs. Ils avaient oublié le rocher d’où ils avaient été taillés, et le trou de la fosse d’où ils avaient été creusés. Dieu ne dépendait pas d’eux pour l’accomplissement de Son dessein. Comme Il avait appelé Abraham à sortir d’un peuple païen, ainsi Il pouvait appeler d’autres à Son service. Leurs cœurs pourraient maintenant apparaître aussi sans vie que les pierres du désert, mais Son Esprit pourrait les inciter à faire Sa volonté et à recevoir l’accomplissement de Sa promesse.
« Et maintenant aussi, dit le prophète, la cognée est mise à la racine des arbres : c’est pourquoi tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. Ce n’est pas par son nom, mais par son fruit, que la valeur d’un arbre est déterminée. Si le fruit est sans valeur, le nom ne peut pas sauver l’arbre de la destruction. Jean a déclaré aux Juifs que leur position devant Dieu devait être déterminée par leur caractère et leur vie. La profession ne valait rien. Si leur vie et leur caractère n’étaient pas en harmonie avec la loi de Dieu, ils n’étaient pas Son peuple.
Sous ses mots déchirants, ses auditeurs ont été condamnés. Ils vinrent à lui avec la question : « Que ferons-nous alors ? Il répondit: «Celui qui a deux tuniques, qu’il donne à celui qui n’en a pas; et celui qui a de la viande, qu’il fasse de même. Et il a mis en garde les publicains contre l’injustice, et les soldats contre la violence.
Tous ceux qui deviendraient les sujets du royaume de Christ, disait-il, donneraient des preuves de foi et de repentance. La gentillesse, l’honnêteté et la fidélité se verraient dans leur vie. Ils servaient les nécessiteux et apportaient leurs offrandes à Dieu. Ils protégeraient les sans défense et donneraient un exemple de vertu et de compassion. Ainsi, les disciples de Christ témoigneront de la puissance transformatrice du Saint-Esprit. Dans la vie quotidienne, la justice, la miséricorde et l’amour de Dieu seront visibles. Sinon, ils sont comme la paille qui est donnée au feu.
« En effet, je vous baptise dans l’eau pour la repentance », a dit Jean ; « mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, dont je ne suis pas digne de porter les souliers : il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Matthieu 3:11, RV, marge. Le prophète Isaïe avait déclaré que le Seigneur purifierait son peuple de ses iniquités « par l’esprit de jugement et par l’esprit d’embrasement ». La parole de l’Éternel à Israël était : « Je tournerai ma main sur toi, je purifierai purement et simplement tes scories et j’enlèverai tout ton étain. Esaïe 4:4; 1h25. Pour pécher, où qu’il se trouve, “notre Dieu est un feu dévorant”. Hébreux 12:29. En tous ceux qui se soumettent à sa puissance, l’Esprit de Dieu consumera le péché. Mais si les hommes s’accrochent au péché, ils s’identifient à lui. Alors la gloire de Dieu, qui détruit le péché, doit les détruire. Jacob, après sa nuit de lutte avec l’ange, s’exclama : “J’ai vu Dieu face à face, et ma vie est préservée.” Genèse 32 : 30.
Jacob avait été coupable d’un grand péché dans sa conduite envers Esaü ; mais il s’était repenti. Sa transgression avait été pardonnée, et son péché purgé ; il pouvait donc endurer la révélation de la présence de Dieu. Mais partout où les hommes sont venus devant Dieu en chérissant volontairement le mal, ils ont été détruits. Au second avènement de Christ, les méchants seront consumés ” par l’Esprit de sa bouche ” et détruits ” par l’éclat de sa venue “. 2 Thessaloniciens 2:8. La lumière de la gloire de Dieu, qui donne la vie aux justes, tuera les méchants.
Au temps de Jean-Baptiste, Christ était sur le point d’apparaître comme le révélateur du caractère de Dieu. Sa présence même rendrait manifeste aux hommes leur péché. Ce n’est que s’ils étaient disposés à être purgés du péché qu’ils pouvaient entrer en communion avec Lui. Seuls les cœurs purs pouvaient demeurer en sa présence.
Ainsi, le Baptiste a annoncé le message de Dieu à Israël. Beaucoup prêtèrent attention à ses instructions. Beaucoup ont tout sacrifié pour obéir. Des multitudes suivaient ce nouvel enseignant d’un endroit à l’autre, et bon nombre d’entre eux nourrissaient l’espoir qu’il pourrait être le Messie. Mais comme Jean voyait les gens se tourner vers lui, il cherchait toutes les occasions de diriger leur foi vers Celui qui devait venir.

Chapitre 11
Le Baptême
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 3:13-17; Marc 1:9-11 ; Luc 3:21, 22]

La nouvelle du prophète du désert et sa merveilleuse annonce se sont répandues dans toute la Galilée. Le message a atteint les paysans des villes les plus reculées des collines et les pêcheurs au bord de la mer, et dans ces cœurs simples et sincères a trouvé sa réponse la plus vraie. A Nazareth, on l’a dit dans l’atelier de menuiserie qui avait appartenu à Joseph, et On a reconnu l’appel. Son heure était venue. Se détournant de son labeur quotidien, il dit adieu à sa mère et suivit les traces de ses compatriotes qui affluaient vers le Jourdain.
Jésus et Jean-Baptiste étaient cousins ​​et étroitement liés par les circonstances de leur naissance ; pourtant ils ne se connaissaient pas directement. La vie de Jésus s’était passée à Nazareth en Galilée ; celle de Jean, dans le désert de Judée. Dans un environnement très différent, ils avaient vécu isolés et n’avaient eu aucune communication entre eux. La Providence l’avait ordonné. Aucune occasion ne devait être donnée pour l’accusation qu’ils avaient conspiré ensemble pour soutenir les revendications de l’autre.
Jean était au courant des événements qui avaient marqué la naissance de Jésus. Il avait entendu parler de la visite à Jérusalem dans son enfance et de ce qui s’était passé à l’école des rabbins. Il connaissait sa vie sans péché et croyait qu’il était le Messie; mais il n’en avait aucune assurance positive. Le fait que Jésus soit resté pendant tant d’années dans l’obscurité, ne donnant aucune preuve particulière de sa mission, a donné lieu à des doutes quant à savoir s’il pouvait être le Promis. Le Baptiste, cependant, a attendu dans la foi, croyant qu’au moment voulu par Dieu, tout serait rendu clair. Il lui avait été révélé que le Messie demanderait le baptême de ses mains, et qu’un signe de son caractère divin serait alors donné. Ainsi, il serait en mesure de le présenter au peuple.
Lorsque Jésus vint se faire baptiser, Jean reconnut en lui une pureté de caractère qu’il n’avait encore jamais perçue chez aucun homme. L’atmosphère même de sa présence était sainte et impressionnante. Parmi les multitudes qui s’étaient rassemblées autour de lui au Jourdain, Jean avait entendu de sombres récits de crimes et avait rencontré des âmes courbées sous le fardeau d’une myriade de péchés ; mais jamais il n’avait été en contact avec un être humain d’où respirait une influence aussi divine. Tout cela était en harmonie avec ce qui avait été révélé à Jean concernant le Messie. Pourtant, il a hésité à accéder à la demande de Jésus. Comment pourrait-il, un pécheur, baptiser l’Innocent ? Et pourquoi Celui qui n’avait pas besoin de repentance se soumettrait-il à un rite qui était une confession de culpabilité à effacer ?
Alors que Jésus demandait le baptême, Jean recula en s’exclamant : « J’ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi ? Avec une autorité ferme mais douce, Jésus répondit: “Laissez faire maintenant, car il nous convient d’accomplir ainsi toute justice.” Et Jean, cédant, fit descendre le Sauveur dans le Jourdain, et L’enterra sous l’eau. ” Et aussitôt sortant de l’eau “, Jésus ” vit les cieux s’ouvrir, et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe “.
Jésus n’a pas reçu le baptême comme une confession de culpabilité pour son propre compte. Il s’est identifié aux pécheurs, prenant les mesures que nous devons prendre et accomplissant le travail que nous devons faire. Sa vie de souffrance et d’endurance patiente après son baptême était aussi un exemple pour nous.
En sortant de l’eau, Jésus s’inclina en prière sur la rive du fleuve. Une ère nouvelle et importante s’ouvrait devant Lui. Il entrait maintenant, sur une scène plus vaste, dans le conflit de sa vie. Bien qu’Il fût le Prince de la Paix, Sa venue devait être comme le dégainage d’une épée. Le royaume qu’il était venu établir était à l’opposé de celui que les Juifs désiraient. Celui qui était le fondement du rituel et de l’économie d’Israël serait considéré comme son ennemi et son destructeur. Celui qui avait proclamé la loi sur le Sinaï serait condamné comme transgresseur. Celui qui était venu briser le pouvoir de Satan serait dénoncé comme Belzébuth. Personne sur terre ne l’avait compris, et pendant son ministère, il devait encore marcher seul. Tout au long de sa vie, sa mère et ses frères n’ont pas compris sa mission. Même ses disciples ne l’ont pas compris.
Comme un avec nous, Il doit porter le fardeau de notre culpabilité et de notre malheur. Celui qui est sans péché doit ressentir la honte du péché. Celui qui aime la paix doit vivre avec les conflits, la vérité doit demeurer avec le mensonge, la pureté avec la méchanceté. Chaque péché, chaque discorde, chaque convoitise souillante que la transgression avait apportée, était une torture pour Son esprit.
Seul, il doit fouler le chemin ; seul, il doit porter le fardeau. C’est sur Celui qui a abandonné sa gloire et accepté la faiblesse de l’humanité que doit reposer la rédemption du monde. Il a tout vu et tout ressenti, mais Son dessein est resté inébranlable. De Son bras dépendait le salut de la race déchue, et Il a tendu la main pour saisir la main de l’Amour Tout-Puissant.
Le regard du Sauveur semble pénétrer le ciel alors qu’il épanche son âme dans la prière. Eh bien, Il sait combien le péché a endurci le cœur des hommes et combien il leur sera difficile de discerner Sa mission et d’accepter le don du salut. Il plaide auprès du Père pour avoir le pouvoir de vaincre leur incrédulité, de briser les chaînes avec lesquelles Satan les a fascinés, et en leur nom de vaincre le destructeur. Il demande le témoignage que Dieu accepte l’humanité en la personne de son Fils.
Jamais auparavant les anges n’avaient écouté une telle prière. Ils sont impatients de porter à leur commandant bien-aimé un message d’assurance et de réconfort. Mais non; le Père Lui-même répondra à la requête de Son Fils. Directement du trône sortent les rayons de sa gloire. Les cieux s’ouvrent et sur la tête du Sauveur descend une forme de colombe de la lumière la plus pure, digne emblème de Lui, le doux et l’humble.
De la vaste foule du Jourdain, peu de gens, à l’exception de Jean, discernèrent la vision céleste. Pourtant la solennité de la Présence divine reposait sur l’assemblée. Les gens se tenaient en silence, regardant le Christ. Sa forme était baignée de la lumière qui entoure toujours le trône de Dieu. Son visage renversé était glorifié comme ils n’avaient jamais vu le visage de l’homme. Du haut des cieux, une voix se fit entendre disant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance.
Ces paroles de confirmation ont été données pour inspirer la foi à ceux qui ont été témoins de la scène et pour fortifier le Sauveur dans sa mission. Bien que les péchés d’un monde coupable aient été imputés sur Christ, malgré l’humiliation de prendre sur lui notre nature déchue, la voix du ciel a déclaré qu’il était le Fils de l’Éternel.
Jean avait été profondément ému en voyant Jésus s’incliner comme un suppliant, implorant avec larmes l’approbation du Père. Alors que la gloire de Dieu l’entourait et que la voix du ciel se faisait entendre, Jean reconnut le signe que Dieu avait promis. Il savait que c’était le Rédempteur du monde qu’il avait baptisé. Le Saint-Esprit reposa sur lui et, la main tendue pointant vers Jésus, il s’écria : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.
Aucun parmi les auditeurs, et pas même l’orateur lui-même, n’a discerné la portée de ces mots, “l’Agneau de Dieu”. Sur le mont Moriah, Abraham avait entendu la question de son fils : « Mon père, . . . Où est l’agneau pour l’holocauste ? Le père répondit: “Mon fils, Dieu se pourvoira d’un agneau pour l’holocauste.” Genèse 22:7, 8. Et dans le bélier divinement fourni à la place d’Isaac, Abraham vit un symbole de Celui qui devait mourir pour les péchés des hommes. Le Saint-Esprit, à travers Ésaïe, reprenant l’illustration, a prophétisé du Sauveur : « Il est amené comme un agneau à l’abattoir », « et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:7, 6). ; mais le peuple d’Israël n’avait pas compris la leçon. Beaucoup d’entre eux considéraient les offrandes sacrificielles comme les païens considéraient leurs sacrifices, – comme des dons par lesquels ils pourraient eux-mêmes se concilier la Divinité. Dieu a voulu leur apprendre que de son amour vient le don qui les réconcilie avec lui.
Et la parole qui a été dite à Jésus au Jourdain, « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance », embrasse l’humanité. Dieu a parlé à Jésus en tant que notre représentant. Avec tous nos péchés et nos faiblesses, nous ne sommes pas rejetés comme sans valeur. “Il nous a fait accepter dans le Bien-Aimé.” Ephésiens 1:6. La gloire qui reposait sur Christ est un gage de l’amour de Dieu pour nous. Il nous parle du pouvoir de la prière, comment la voix humaine peut atteindre l’oreille de Dieu, et comment nos requêtes sont acceptées dans les cours célestes. Par le péché, la terre a été coupée du ciel et aliénée de sa communion ; mais Jésus l’a renouée avec la sphère de la gloire. Son amour a encerclé l’homme et atteint le plus haut des cieux. La lumière qui est tombée des portails ouverts sur la tête de notre Sauveur tombera sur nous alors que nous prions pour obtenir de l’aide pour résister à la tentation.
« Bien-aimés, nous sommes maintenant fils de Dieu, et ce que nous serons n’apparaît pas encore ; mais nous savons que, lorsqu’il apparaîtra, nous serons semblables à lui ; car nous le verrons tel qu’il est. 1 Jean 3:2. Notre Rédempteur a ouvert la voie pour que les plus pécheurs, les plus nécessiteux, les plus opprimés et les plus méprisés puissent accéder au Père. Tous peuvent avoir une maison dans les demeures que Jésus est allé préparer. « Voici ce que dit celui qui est saint, celui qui est véridique, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre et personne ne ferme ; et ferme, et personne n’ouvre; . . . voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. Apocalypse 3:7, 8.

Chapitre 12
La tentation
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 4 :1-11 ; Marc 1:12, 13 ; Luc 4:1-13]

Et Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et fut conduit par l’Esprit dans le désert. Les paroles de Marc sont encore plus significatives. Il dit : « Immédiatement l’Esprit le pousse dans le désert. Et Il était là dans le désert quarante jours, tenté par Satan; et était avec les bêtes sauvages. “Et en ces jours-là, il ne mangeait rien.”
Lorsque Jésus a été conduit dans le désert pour être tenté, il a été conduit par l’Esprit de Dieu. Il n’a pas invité la tentation. Il est allé dans le désert pour être seul, pour contempler sa mission et son œuvre. Par le jeûne et la prière, il devait se préparer au chemin sanglant qu’il devait parcourir. Mais Satan savait que le Sauveur était allé dans le désert, et il pensait que c’était le meilleur moment pour l’approcher.
De grands enjeux pour le monde étaient en jeu dans le conflit entre le Prince de la lumière et le chef du royaume des ténèbres. Après avoir tenté l’homme de pécher, Satan a réclamé la terre comme sienne et s’est proclamé le prince de ce monde. Après s’être conformé à sa propre nature le père et la mère de notre race, il a pensé établir ici son empire. Il a déclaré que les hommes l’avaient choisi comme leur souverain. Par son contrôle sur les hommes, il dominait le monde. Christ était venu pour réfuter l’affirmation de Satan. En tant que Fils de l’homme, Christ serait fidèle à Dieu. Ainsi, il serait démontré que Satan n’avait pas obtenu le contrôle complet de la race humaine et que sa prétention au monde était fausse. Tous ceux qui désiraient être délivrés de son pouvoir seraient libérés. La domination qu’Adam avait perdue à cause du péché serait récupérée.
Depuis l’annonce au serpent d’Eden : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta semence et sa semence » (Genèse 3 :15), Satan savait qu’il n’exerçait pas une domination absolue sur le monde. On a vu dans les hommes le travail d’une puissance qui a résisté à sa domination. Avec un intérêt intense, il regarda les sacrifices offerts par Adam et ses fils. Dans ces cérémonies, il discerne un symbole de communion entre la terre et le ciel. Il se mit à intercepter cette communion. Il a déformé Dieu et a mal interprété les rites qui pointaient vers le Sauveur. Les hommes étaient amenés à craindre Dieu comme quelqu’un qui se réjouissait de leur destruction. Les sacrifices qui auraient dû révéler son amour n’ont été offerts que pour apaiser sa colère. Satan a excité les mauvaises passions des hommes, afin d’y imposer sa domination. Lorsque la parole écrite de Dieu a été donnée, Satan a étudié les prophéties de l’avènement du Sauveur. De génération en génération, il a travaillé pour aveugler les gens à ces prophéties, afin qu’ils puissent rejeter Christ à sa venue.
À la naissance de Jésus, Satan savait qu’Un était venu avec une commission divine pour contester sa domination. Il trembla au message de l’ange attestant l’autorité du roi nouveau-né. Satan connaissait bien la position que Christ avait occupée au ciel en tant que Bien-aimé du Père. Que le Fils de Dieu vienne sur cette terre comme un homme l’a rempli d’étonnement et d’appréhension. Il ne pouvait pas sonder le mystère de ce grand sacrifice. Son âme égoïste ne pouvait comprendre un tel amour pour la race trompée. La gloire et la paix du ciel, et la joie de la communion avec Dieu, n’étaient que vaguement comprises par les hommes ; mais ils étaient bien connus de Lucifer, le chérubin protecteur. Puisqu’il avait perdu le paradis, il était déterminé à se venger en faisant partager sa chute aux autres. Il le ferait en leur faisant sous-estimer les choses célestes,
Ce n’est pas sans entrave que le Commandeur des cieux a gagné les âmes des hommes à son royaume. Depuis qu’il était bébé à Bethléem, il a été continuellement assailli par le malin. L’image de Dieu s’est manifestée en Christ, et dans les conseils de Satan, il a été déterminé qu’il devait être vaincu. Aucun être humain n’était venu au monde et n’avait échappé au pouvoir du trompeur. Les forces de la confédération du mal ont été mises sur sa voie pour s’engager dans une guerre contre lui et, si possible, pour l’emporter sur lui.
Au baptême du Sauveur, Satan était parmi les témoins. Il a vu la gloire du Père éclipser son Fils. Il a entendu la voix de Jéhovah attestant la divinité de Jésus. Depuis le péché d’Adam, la race humaine avait été coupée de la communion directe avec Dieu ; l’échange entre le ciel et la terre s’était fait par Christ ; mais maintenant que Jésus était venu « dans la ressemblance d’une chair pécheresse » (Romains 8:3), le Père lui-même a parlé. Il avait auparavant communiqué avec l’humanité par le Christ ; maintenant il communiquait avec l’humanité en Christ. Satan avait espéré que l’horreur de Dieu pour le mal amènerait une séparation éternelle entre le ciel et la terre. Mais maintenant, il était manifeste que la connexion entre Dieu et l’homme avait été rétablie.
Satan a vu qu’il devait soit vaincre, soit être vaincu. Les enjeux du conflit étaient trop importants pour être confiés à ses anges confédérés. Il doit personnellement conduire la guerre. Toutes les énergies de l’apostasie se sont rassemblées contre le Fils de Dieu. Christ est devenu la marque de chaque arme de l’enfer.
Beaucoup considèrent ce conflit entre Christ et Satan comme n’ayant aucune incidence particulière sur leur propre vie ; et pour eux ça n’a que peu d’intérêt. Mais dans le domaine de chaque cœur humain, cette controverse se répète. Jamais on ne quitte les rangs du mal pour le service de Dieu sans rencontrer les assauts de Satan. Les séductions auxquelles le Christ a résisté étaient celles auxquelles nous trouvons si difficile de résister. Ils ont été poussés vers lui d’autant plus que son caractère est supérieur au nôtre. Avec le poids terrible des péchés du monde sur lui, Christ a résisté à l’épreuve de l’appétit, de l’amour du monde et de cet amour de la démonstration qui conduit à la présomption. Ce sont les tentations qui ont vaincu Adam et Eve, et qui nous ont si facilement vaincus.
Satan avait désigné le péché d’Adam comme la preuve que la loi de Dieu était injuste et ne pouvait être obéie. Dans notre humanité, Christ devait racheter l’échec d’Adam. Mais quand Adam a été assailli par le tentateur, aucun des effets du péché n’était sur lui. Il se tenait dans la force d’une virilité parfaite, possédant la pleine vigueur de l’esprit et du corps. Il était entouré des gloires d’Eden et était en communion quotidienne avec les êtres célestes. Il n’en était pas ainsi avec Jésus lorsqu’Il entra dans le désert pour faire face à Satan. Depuis quatre mille ans, la race avait diminué en force physique, en puissance mentale et en valeur morale ; et le Christ a pris sur lui les infirmités de l’humanité dégénérée. Ce n’est qu’ainsi qu’il pouvait sauver l’homme des profondeurs les plus profondes de sa dégradation.
Beaucoup prétendent qu’il était impossible pour le Christ d’être vaincu par la tentation. Alors Il n’aurait pas pu être placé dans la position d’Adam; Il n’aurait pas pu remporter la victoire qu’Adam n’a pas remportée. Si nous avons en quelque sens un conflit plus éprouvant que celui de Christ, alors Il ne pourra pas nous secourir. Mais notre Sauveur a pris l’humanité, avec tous ses passifs. Il a pris la nature de l’homme, avec la possibilité de céder à la tentation. Nous n’avons rien à supporter qu’il n’ait enduré.
Avec Christ, comme avec le saint couple d’Eden, l’appétit était le fondement de la première grande tentation. Là où la ruine a commencé, l’œuvre de notre rédemption doit commencer. Comme par l’indulgence de l’appétit Adam est tombé, ainsi par le refus de l’appétit Christ doit vaincre. « Et après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut ensuite faim. Et quand le tentateur s’approcha de lui, il dit : Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Mais il répondit et dit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Depuis l’époque d’Adam jusqu’à celle du Christ, l’auto-indulgence avait augmenté la puissance des appétits et des passions, jusqu’à ce qu’ils aient eu un contrôle presque illimité. Ainsi les hommes étaient devenus avilis et malades, et d’eux-mêmes il leur était impossible de vaincre. Au nom de l’homme, Christ a vaincu en endurant l’épreuve la plus sévère. Pour nous, il a exercé une maîtrise de soi plus forte que la faim ou la mort. Et dans cette première victoire étaient impliqués d’autres problèmes qui entrent dans tous nos conflits avec les puissances des ténèbres.
Lorsque Jésus est entré dans le désert, il a été enfermé par la gloire du Père. Absorbé dans la communion avec Dieu, il a été élevé au-dessus de la faiblesse humaine. Mais la gloire s’en est allée, et Il a été abandonné pour lutter contre la tentation. Cela pressait sur Lui à chaque instant. Sa nature humaine recula devant le conflit qui l’attendait. Pendant quarante jours, il jeûna et pria. Faible et émacié par la faim, usé et hagard par l’agonie mentale, “Son visage était plus entaché que n’importe quel homme, et sa forme plus que les fils des hommes.” Esaïe 52:14. C’était maintenant l’occasion pour Satan. Maintenant, il supposait qu’il pouvait vaincre Christ.
Il vint au Sauveur, comme en réponse à ses prières, quelqu’un sous l’apparence d’un ange du ciel. Il prétendait avoir une commission de Dieu pour déclarer que le jeûne de Christ était terminé. Comme Dieu avait envoyé un ange pour empêcher la main d’Abraham d’offrir Isaac, ainsi, satisfait de la volonté de Christ d’entrer dans le chemin ensanglanté, le Père avait envoyé un ange pour le délivrer ; c’était le message apporté à Jésus. Le Sauveur était faible de faim, il avait soif de nourriture, quand Satan vint soudainement sur lui. Désignant les pierres qui jonchaient le désert et qui avaient l’apparence de pains, le tentateur dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.
Bien qu’il apparaisse comme un ange de lumière, ces premiers mots trahissent son caractère. « Si tu es le Fils de Dieu. Voici l’insinuation de la méfiance. Si Jésus faisait ce que Satan suggère, ce serait une acceptation du doute. Le tentateur prévoit de renverser le Christ par les mêmes moyens qui ont si bien réussi avec la race humaine au début. Avec quelle habileté Satan avait-il approché Eve en Eden ! « Oui, Dieu a-t-il dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? Genèse 3:1. Jusqu’ici, les paroles du tentateur étaient vraies ; mais dans sa manière de les dire il y avait un mépris déguisé pour les paroles de Dieu. Il y avait un négatif secret, un doute sur la véracité divine. Satan a cherché à instiller dans l’esprit d’Eve la pensée que Dieu ne ferait pas ce qu’il avait dit ; que le refus d’un si beau fruit était une contradiction de son amour et de sa compassion pour l’homme. Alors maintenant, le tentateur cherche à inspirer au Christ ses propres sentiments. « Si tu es le Fils de Dieu. Les mots se mêlent d’amertume dans son esprit. Dans les tons de sa voix est une expression d’incrédulité totale. Dieu traiterait-il ainsi son propre Fils ? Le laisserait-il dans le désert avec des bêtes sauvages, sans nourriture, sans compagnons, sans confort ? Il insinue que Dieu n’a jamais voulu que Son Fils soit dans un tel état. « Si tu es le Fils de Dieu », montre ta puissance en te soulageant de cette faim pressante. Ordonnez que cette pierre devienne du pain. sans compagnons, sans confort ? Il insinue que Dieu n’a jamais voulu que Son Fils soit dans un tel état. « Si tu es le Fils de Dieu », montre ta puissance en te soulageant de cette faim pressante. Ordonnez que cette pierre devienne du pain. sans compagnons, sans confort ? Il insinue que Dieu n’a jamais voulu que Son Fils soit dans un tel état. « Si tu es le Fils de Dieu », montre ta puissance en te soulageant de cette faim pressante. Ordonnez que cette pierre devienne du pain.
Les paroles du ciel, « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance » (Matthieu 3 :17), résonnaient encore aux oreilles de Satan. Mais il était déterminé à faire en sorte que Christ ne croie pas ce témoignage. La parole de Dieu était l’assurance du Christ de sa mission divine. Il était venu vivre comme un homme parmi les hommes, et c’était la parole qui déclarait sa connexion avec le ciel. C’était le but de Satan de le faire douter de cette parole. Si la confiance de Christ en Dieu pouvait être ébranlée, Satan savait que la victoire dans toute la controverse serait la sienne. Il pouvait vaincre Jésus. Il espérait que sous la force du découragement et de la faim extrême, le Christ perdrait la foi en son Père et accomplirait un miracle en son propre nom. S’il avait fait cela, le plan du salut aurait été brisé.
Lorsque Satan et le Fils de Dieu se sont rencontrés pour la première fois en conflit, Christ était le commandant des armées célestes ; et Satan, le chef de la révolte dans le ciel, a été chassé. Maintenant, leur condition est apparemment inversée, et Satan tire le meilleur parti de son prétendu avantage. L’un des anges les plus puissants, dit-il, a été banni du ciel. L’apparition de Jésus indique qu’il est cet ange déchu, abandonné par Dieu et abandonné par l’homme. Un être divin pourrait soutenir sa prétention en accomplissant un miracle ; “Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu’elle devienne du pain.” Un tel acte de puissance créatrice, insiste le tentateur, serait une preuve concluante de la divinité. Cela mettrait fin à la polémique.
Ce n’est pas sans lutte que Jésus put écouter en silence l’archi-trompeur. Mais le Fils de Dieu ne devait pas prouver sa divinité à Satan, ni expliquer la raison de son humiliation. En cédant aux exigences du rebelle, rien pour le bien de l’homme ou la gloire de Dieu ne serait gagné. Si Christ s’était conformé à la suggestion de l’ennemi, Satan aurait quand même dit : Montre-moi un signe afin que je puisse croire que tu es le Fils de Dieu. Les preuves n’auraient servi à rien pour briser le pouvoir de la rébellion dans son cœur. Et Christ ne devait pas exercer la puissance divine pour son propre bénéfice. Il était venu subir l’épreuve comme nous devons le faire, nous laissant un exemple de foi et de soumission. Ni ici ni à aucun moment ultérieur de sa vie terrestre, il n’a accompli de miracle en sa faveur. Ses œuvres merveilleuses étaient toutes pour le bien des autres. Bien que Jésus ait reconnu Satan dès le début, il n’a pas été provoqué à entrer en controverse avec lui. Fort du souvenir de la voix du ciel, il s’est reposé dans l’amour de son Père. Il ne parlementerait pas avec la tentation.
Jésus a rencontré Satan avec les paroles de l’Ecriture. “C’est écrit”, a-t-il dit. Dans chaque tentation, l’arme de son combat était la parole de Dieu. Satan a exigé du Christ un miracle comme signe de sa divinité. Mais ce qui est plus grand que tous les miracles, une confiance ferme dans un “Ainsi dit le Seigneur”, était un signe qui ne pouvait pas être contesté. Tant que Christ s’est tenu à cette position, le tentateur ne pouvait en tirer aucun avantage.
C’est au temps de la plus grande faiblesse que le Christ a été assailli par les tentations les plus féroces. Ainsi, Satan pensait l’emporter. Par cette politique, il avait remporté la victoire sur les hommes. Lorsque la force a manqué, que la volonté s’est affaiblie et que la foi a cessé de reposer en Dieu, alors ceux qui avaient résisté longtemps et vaillamment pour le droit ont été vaincus. Moïse était las des quarante années d’errance d’Israël, quand pour un moment sa foi lâcha son emprise sur la puissance infinie. Il a échoué juste aux confins de la Terre Promise. Il en fut de même pour Élie, qui s’était tenu sans se laisser démonter devant le roi Achab, qui avait fait face à toute la nation d’Israël, avec les quatre cent cinquante prophètes de Baal à leur tête. Après ce jour terrible sur Carmel, où les faux prophètes avaient été tués, et le peuple avait déclaré son allégeance à Dieu, Élie a fui pour sauver sa vie devant les menaces de l’idolâtre Jézabel. Ainsi Satan a profité de la faiblesse de l’humanité. Et il fonctionnera toujours de la même manière. Chaque fois que quelqu’un est entouré de nuages, perplexe devant les circonstances, ou affligé par la pauvreté ou la détresse, Satan est là pour tenter et agacer.
Il attaque nos points faibles de caractère. Il cherche à ébranler notre confiance en Dieu, qui souffre qu’un tel état de choses existe. Nous sommes tentés de nous méfier de Dieu, de remettre en question son amour. Souvent le tentateur vient à nous comme il est venu à Christ, dévoilant devant nous nos faiblesses et nos infirmités. Il espère décourager l’âme et briser notre emprise sur Dieu. Alors il est sûr de sa proie. Si nous le rencontrions comme Jésus l’a fait, nous échapperions à bien des défaites. En parlementant avec l’ennemi, on lui donne un avantage.
Lorsque le Christ dit au tentateur : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu », il répéta les paroles qu’il avait dites à Israël plus de quatorze cents ans auparavant : « L’Éternel, ton Dieu, t’a conduit ces quarante années dans le désert. . . . Et il t’a humilié, et t’a laissé avoir faim, et t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas, ni tes pères ne savaient ; afin qu’il te fasse connaître que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais que l’homme vit de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur. Deutéronome 8:2, 3. Dans le désert, quand tous les moyens de subsistance ont manqué, Dieu a envoyé la manne du ciel à Son peuple ; et un approvisionnement suffisant et constant a été donné. Cette disposition visait à leur enseigner que tant qu’ils auraient confiance en Dieu et marcheraient dans ses voies, il ne les abandonnerait pas. Le Sauveur met alors en pratique la leçon qu’il a enseignée à Israël. Par la parole de Dieu, le secours avait été donné à l’armée hébraïque, et par la même parole il serait donné à Jésus. Il a attendu le temps de Dieu pour apporter le soulagement. Il était dans le désert en obéissance à Dieu, et Il n’obtiendrait pas de nourriture en suivant les suggestions de Satan. En présence de l’univers témoin, il a témoigné que c’est moins une calamité de subir tout ce qui peut arriver que de s’écarter de quelque manière que ce soit de la volonté de Dieu.
“L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole de Dieu.” Souvent, le disciple de Christ est amené là où il ne peut servir Dieu et poursuivre ses entreprises mondaines. Peut-être semble-t-il que l’obéissance à une quelconque exigence claire de Dieu coupera ses moyens de subsistance. Satan lui ferait croire qu’il doit sacrifier ses convictions consciencieuses. Mais la seule chose dans notre monde sur laquelle nous pouvons compter est la parole de Dieu. « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Matthieu 6:33. Même dans cette vie, il n’est pas pour notre bien de s’écarter de la volonté de notre Père céleste. Lorsque nous apprendrons la puissance de sa parole, nous ne suivrons pas les suggestions de Satan pour obtenir de la nourriture ou pour sauver nos vies. Nos seules questions seront : Quel est le commandement de Dieu ? et quelle est sa promesse? Connaissant ceux-ci,
Dans le dernier grand conflit de la controverse avec Satan, ceux qui sont fidèles à Dieu verront tout soutien terrestre coupé. Parce qu’ils refusent d’enfreindre Sa loi en obéissance aux puissances terrestres, il leur sera interdit d’acheter ou de vendre. Il sera finalement décrété qu’ils seront mis à mort. Voir Apocalypse 13:11-17. Mais à l’obéissant est donnée la promesse : « Il habitera en haut : son lieu de défense sera les munitions des rochers : du pain lui sera donné ; ses eaux seront sûres. Esaïe 33:16. Par cette promesse, les enfants de Dieu vivront. Quand la terre sera dévastée par la famine, ils seront nourris. “Ils n’auront pas honte au mauvais temps, et aux jours de famine ils seront rassasiés.” Psaume 37:19. Ce temps de détresse, le prophète Habacuc attendait avec impatience, et ses paroles expriment la foi de l’église : « Bien que le figuier ne fleurisse pas, il n’y aura pas non plus de fruits dans les vignes ; le travail de l’olivier manquera, et les champs ne produiront pas de viande; le troupeau sera retranché de la bergerie, et il n’y aura pas de gros bétail dans les étables; mais je me réjouirai dans le Seigneur, je me réjouirai dans le Dieu de mon salut. Habacuc 3:17,18.
De toutes les leçons à tirer de la première grande tentation de notre Seigneur, aucune n’est plus importante que celle portant sur le contrôle des appétits et des passions. À toutes les époques, les tentations faisant appel à la nature physique ont été les plus efficaces pour corrompre et dégrader l’humanité. Par l’intempérance, Satan travaille à détruire les pouvoirs mentaux et moraux que Dieu a donnés à l’homme comme une dotation inestimable. Ainsi, il devient impossible pour les hommes d’apprécier les choses d’une valeur éternelle. Par l’indulgence sensuelle, Satan cherche à effacer de l’âme toute trace de ressemblance avec Dieu.
L’indulgence incontrôlée et la maladie et la dégradation conséquentes qui existaient au premier avènement de Christ existeront à nouveau, avec une intensité de mal, avant Sa seconde venue. Le Christ déclare que la condition du monde sera comme avant le déluge, et comme à Sodome et Gomorrhe. Toute imagination des pensées du cœur sera continuellement mauvaise. Nous vivons actuellement au seuil même de cette époque effrayante, et nous devrions recevoir la leçon du jeûne du Sauveur. Ce n’est que par l’angoisse inexprimable que le Christ a endurée que nous pouvons estimer le mal d’une indulgence effrénée. Son exemple déclare que notre seul espoir de vie éternelle est de soumettre les appétits et les passions à la volonté de Dieu.
Par nos propres forces, il nous est impossible de nier les clameurs de notre nature déchue. Par ce canal, Satan apportera la tentation sur nous. Le Christ savait que l’ennemi viendrait à chaque être humain, pour profiter de la faiblesse héréditaire, et par ses fausses insinuations pour piéger tous ceux dont la confiance n’est pas en Dieu. Et en passant sur le terrain que l’homme doit parcourir, notre Seigneur nous a préparé le chemin de la victoire. Ce n’est pas Sa volonté que nous soyons désavantagés dans le conflit avec Satan. Il ne voulait pas que nous soyons intimidés et découragés par les assauts du serpent. « Soyez de bonne humeur », dit-il ; “J’ai vaincu le monde.” Jean 16:33.
Que celui qui lutte contre le pouvoir de l’appétit regarde vers le Sauveur dans le désert de la tentation. Voyez-le dans son agonie sur la croix, alors qu’il s’exclamait : « J’ai soif. Il a enduré tout ce qu’il nous est possible de supporter. Sa victoire est la nôtre.
Jésus s’est reposé sur la sagesse et la force de son Père céleste. Il déclare : « Le Seigneur Dieu m’aidera ; donc ne serai-je pas confondu : . . . et je sais que je n’aurai pas honte. . . . Voici, le Seigneur Dieu m’aidera. Invoquant son propre exemple, il nous dit : « Qui d’entre vous craint l’Éternel, . . . qui marche dans les ténèbres et n’a pas de lumière? qu’il se confie au nom du Seigneur et qu’il s’appuie sur son Dieu. Esaïe 50:7-10.
« Le prince de ce monde vient, dit Jésus, et il n’a rien en moi. Jean 14:30. Il n’y avait rien en Lui qui répondait aux sophismes de Satan. Il n’a pas consenti au péché. Pas même par une pensée il n’a cédé à la tentation. Donc c’est peut-être avec nous. L’humanité du Christ était unie à la divinité ; Il a été préparé pour le conflit par le séjour du Saint-Esprit. Et Il est venu pour nous faire participer à la nature divine. Tant que nous sommes unis à Lui par la foi, le péché n’a plus de pouvoir sur nous. Dieu tend la main de la foi en nous pour la diriger afin qu’elle saisisse fermement la divinité de Christ, afin que nous puissions atteindre la perfection de caractère.
Et comment cela s’accomplit, Christ nous l’a montré. Par quels moyens a-t-il vaincu dans le conflit avec Satan ? Par la parole de Dieu. Ce n’est que par la parole qu’il pouvait résister à la tentation. “C’est écrit”, a-t-il dit. Et il nous est donné « des promesses extrêmement grandes et précieuses : afin que par elles vous participiez à la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise ». 2 Pierre 1:4. Chaque promesse dans la parole de Dieu nous appartient. « De toute parole qui sort de la bouche de Dieu » devons-nous vivre. Lorsque vous êtes assailli par la tentation, ne vous tournez pas vers les circonstances ou vers la faiblesse de vous-même, mais vers le pouvoir de la parole. Toute sa force est vôtre. « Ta parole, dit le psalmiste, je l’ai cachée dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi. “Par la parole de tes lèvres, je me suis éloigné des sentiers du destructeur.” Psaumes 119:11 ; 17:4.

Chapitre 13
La victoire
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 4 :5-11 ; Marc 1:12, 13 ; Luc 4:5-13]

Alors le diable le fit monter dans la ville sainte, et le fit asseoir sur un pinacle du temple, et lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit :
. . . . . « Il donnera des instructions à ses anges à ton sujet :
. . . . . Et dans leurs mains ils te porteront,
. . . . . De peur qu’à aucun moment tu ne heurtes ton pied contre une pierre.
Satan suppose maintenant qu’il a rencontré Jésus sur son propre terrain. L’ennemi rusé lui-même présente des paroles qui sont sorties de la bouche de Dieu. Il apparaît toujours comme un ange de lumière, et il montre qu’il connaît les Écritures et comprend la portée de ce qui est écrit. Comme Jésus utilisait auparavant la parole de Dieu pour soutenir sa foi, le tentateur l’utilise maintenant pour approuver sa tromperie. Il affirme qu’il n’a fait que tester la fidélité de Jésus, et il loue maintenant sa constance. Comme le Sauveur a manifesté sa confiance en Dieu, Satan le presse de donner encore une autre preuve de sa foi.
Mais encore une fois, la tentation est précédée de l’insinuation de la méfiance : « Si tu es le Fils de Dieu ». Christ a été tenté de répondre au « si » ; mais Il s’est abstenu de la moindre acceptation du doute. Il ne mettrait pas sa vie en péril pour donner des preuves à Satan.
Le tentateur pensait profiter de l’humanité du Christ et le pousser à la présomption. Mais tandis que Satan peut solliciter, il ne peut pas contraindre à pécher. Il a dit à Jésus : « Jette-toi en bas », sachant qu’il ne pouvait pas le jeter en bas ; car Dieu interviendrait pour le délivrer. Satan ne pouvait pas non plus forcer Jésus à se jeter. À moins que Christ ne consente à la tentation, il ne pourrait pas être vaincu. Toute la puissance de la terre ou de l’enfer ne pouvait pas le forcer le moins du monde à s’écarter de la volonté de son Père.
Le tentateur ne peut jamais nous contraindre à faire le mal. Il ne peut pas contrôler les esprits à moins qu’ils ne soient soumis à son contrôle. La volonté doit consentir, la foi doit lâcher prise sur Christ, avant que Satan puisse exercer son pouvoir sur nous. Mais chaque désir pécheur que nous chérissons lui offre un point d’appui. Chaque point où nous ne parvenons pas à atteindre la norme divine est une porte ouverte par laquelle il peut entrer pour nous tenter et nous détruire. Et chaque échec ou défaite de notre part lui donne l’occasion de faire des reproches à Christ.
Quand Satan a cité la promesse : « Il donnera à ses anges la charge de te garder », il a omis les mots : « De te garder dans toutes tes voies » ; c’est-à-dire dans toutes les voies choisies par Dieu. Jésus a refusé de sortir du chemin de l’obéissance. Tout en manifestant une confiance parfaite en son Père, il ne se placerait pas, sans y être invité, dans une position qui nécessiterait l’intervention de son Père pour le sauver de la mort. Il ne forcerait pas la Providence à venir à son secours, et ainsi manquerait de donner à l’homme un exemple de confiance et de soumission.
Jésus déclara à Satan : « Il est encore écrit : Tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu. Ces paroles furent prononcées par Moïse aux enfants d’Israël lorsqu’ils avaient soif dans le désert, et demandèrent à Moïse de leur donner de l’eau, en s’écriant : « L’Éternel est-il ou non parmi nous ? Exode 17:7. Dieu avait œuvré merveilleusement pour eux ; pourtant, en difficulté, ils ont douté de lui et ont exigé la preuve qu’il était avec eux. Dans leur incrédulité, ils ont cherché à le mettre à l’épreuve. Et Satan exhortait Christ à faire la même chose. Dieu avait déjà témoigné que Jésus était Son Fils ; et maintenant, demander la preuve qu’il était le Fils de Dieu, ce serait mettre la parole de Dieu à l’épreuve, le tenter. Et il en serait de même de demander ce que Dieu n’avait pas promis. Cela manifesterait de la méfiance et le prouverait ou le tenterait vraiment. Nous ne devons pas présenter nos requêtes à Dieu pour prouver s’Il accomplira Sa parole, mais parce qu’Il l’accomplira ; pas pour prouver qu’il nous aime, mais parce qu’il nous aime. “Sans la foi, il est impossible de lui plaire, car celui qui vient à Dieu doit croire qu’il existe et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent avec diligence.” Hébreux 11:6.
Mais la foi n’est en aucun cas liée à la présomption. Seul celui qui a la vraie foi est à l’abri de la présomption. Car la présomption est la contrefaçon de la foi de Satan. La foi réclame les promesses de Dieu et produit du fruit dans l’obéissance. La présomption revendique aussi les promesses, mais les utilise comme Satan l’a fait, pour excuser la transgression. La foi aurait conduit nos premiers parents à faire confiance à l’amour de Dieu et à obéir à ses commandements. La présomption les a conduits à transgresser sa loi, croyant que son grand amour les sauverait des conséquences de leur péché. Ce n’est pas la foi qui revendique la faveur du Ciel sans se conformer aux conditions auxquelles la miséricorde doit être accordée. La foi authentique a son fondement dans les promesses et les dispositions des Écritures.
Souvent quand Satan n’a pas réussi à exciter la méfiance, il réussit à nous conduire à la présomption. S’il peut nous amener à nous placer inutilement sur le chemin de la tentation, il sait que la victoire est à lui. Dieu préservera tous ceux qui marchent sur le chemin de l’obéissance ; mais s’en écarter, c’est s’aventurer sur le terrain de Satan. Là, nous sommes sûrs de tomber. Le Sauveur nous a dit : « Veillez et priez, de peur que vous n’entriez en tentation. Marc 14:38. La méditation et la prière nous empêcheraient de nous précipiter sur la voie du danger, et ainsi nous serions sauvés de bien des défaites.
Pourtant, nous ne devons pas perdre courage lorsque nous sommes assaillis par la tentation. Souvent, lorsque nous sommes placés dans une situation difficile, nous doutons que l’Esprit de Dieu nous ait conduits. Mais c’est la direction de l’Esprit qui a amené Jésus dans le désert pour être tenté par Satan. Lorsque Dieu nous amène à l’épreuve, Il a un but à accomplir pour notre bien. Jésus n’a pas présumé des promesses de Dieu en allant spontanément à la tentation, et il n’a pas non plus abandonné le découragement lorsque la tentation est venue sur lui. Nous ne devrions pas non plus. « Dieu est fidèle, qui ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de ce que vous pouvez ; mais avec la tentation, il fera aussi un chemin pour échapper, afin que vous puissiez la supporter. Il dit : « Offrez à Dieu des actions de grâces ; et rends tes vœux au Très-Haut et invoque-moi au jour de la détresse : je te délivrerai et tu me glorifieras. 1 Corinthiens 10:13; Psaume 50:14, 15.
Jésus a été vainqueur dans la deuxième tentation, et maintenant Satan se manifeste dans son vrai caractère. Mais il n’apparaît pas comme un monstre hideux, aux pieds fourchus et aux ailes de chauve-souris. C’est un ange puissant, bien que déchu. Il se proclame le chef de la rébellion et le dieu de ce monde.
En plaçant Jésus sur une haute montagne, Satan fit défiler devant lui les royaumes du monde dans toute leur gloire. La lumière du soleil éclairait les villes aux temples, les palais de marbre, les champs fertiles et les vignobles chargés de fruits. Les traces du mal étaient cachées. Les yeux de Jésus, si récemment accueillis par l’obscurité et la désolation, regardaient maintenant une scène d’une beauté et d’une prospérité inégalées. Alors la voix du tentateur se fit entendre : « Je te donnerai tout ce pouvoir, et leur gloire ; car cela m’a été remis ; et à qui je veux, je le donne. Si donc tu veux m’adorer, tout sera à toi.
La mission du Christ ne pouvait s’accomplir que par la souffrance. Avant lui était une vie de chagrin, d’épreuves et de conflits, et une mort ignominieuse. Il doit porter les péchés du monde entier. Il doit endurer la séparation de l’amour de son Père. Maintenant, le tentateur offrit de céder le pouvoir qu’il avait usurpé. Christ pourrait se délivrer d’un avenir terrifiant en reconnaissant la suprématie de Satan. Mais faire cela, c’était donner la victoire dans la grande controverse. C’est en cherchant à s’élever au-dessus du Fils de Dieu que Satan avait péché au ciel. S’il l’emportait maintenant, ce serait le triomphe de la rébellion.
Lorsque Satan a déclaré à Christ : Le royaume et la gloire du monde me sont livrés, et je les donne à qui je veux, il a déclaré ce qui n’était vrai qu’en partie, et il l’a déclaré pour servir son propre dessein de tromperie. La domination de Satan était celle arrachée à Adam, mais Adam était le vice-gérant du Créateur. Ce n’était pas une règle indépendante. La terre appartient à Dieu, et Il a confié toutes choses à Son Fils. Adam devait régner soumis à Christ. Quand Adam a livré sa souveraineté entre les mains de Satan, Christ est toujours resté le Roi légitime. Ainsi l’Éternel avait dit au roi Nebucadnetsar : « Le Très-Haut domine sur le royaume des hommes et le donne à qui il veut. Daniel 4:17. Satan ne peut exercer son autorité usurpée que si Dieu le permet.
Lorsque le tentateur a offert à Christ le royaume et la gloire du monde, il proposait que Christ abandonne la véritable royauté du monde et maintienne la domination soumise à Satan. C’était le même dominion sur lequel reposaient les espoirs des Juifs. Ils désiraient le royaume de ce monde. Si le Christ avait consenti à leur offrir un tel royaume, ils l’auraient reçu avec joie. Mais la malédiction du péché, avec tout son malheur, reposait sur lui. Le Christ a déclaré au tentateur : « Retire-toi derrière moi, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.
Par celui qui s’était révolté dans le ciel, les royaumes de ce monde furent offerts à Christ, pour acheter son hommage aux principes du mal ; mais Il ne serait pas acheté; Il était venu établir un royaume de justice et il n’abandonnerait pas son dessein. C’est avec la même tentation que Satan s’approche des hommes, et ici il réussit mieux qu’avec Christ. Aux hommes, il offre le royaume de ce monde à condition qu’ils reconnaissent sa suprématie. Il exige qu’ils sacrifient l’intégrité, négligent la conscience, se livrent à l’égoïsme. Christ leur ordonne de chercher premièrement le royaume de Dieu et sa justice; mais Satan marche à leurs côtés et dit : Quoi qu’il en soit en ce qui concerne la vie éternelle, pour réussir dans ce monde, vous devez me servir. Je tiens votre bien-être entre mes mains. Je peux vous donner richesses, plaisirs, honneur et bonheur. Écoutez mon conseil. Ne vous laissez pas emporter par des notions fantaisistes d’honnêteté ou d’abnégation. Je préparerai le chemin devant toi. Ainsi des multitudes sont trompées. Ils consentent à vivre pour le service de soi, et Satan est satisfait. Alors qu’il les séduit avec l’espoir de la domination du monde, il gagne la domination sur l’âme. Mais il offre ce qui ne lui appartient pas et qui va bientôt lui être arraché. En retour, il les détourne de leur titre à l’héritage des fils de Dieu. et qui va bientôt lui être arraché. En retour, il les détourne de leur titre à l’héritage des fils de Dieu. et qui va bientôt lui être arraché. En retour, il les détourne de leur titre à l’héritage des fils de Dieu.
Satan avait demandé si Jésus était le Fils de Dieu. Dans son renvoi sommaire, il avait la preuve qu’il ne pouvait pas contredire. La Divinité a traversé l’humanité souffrante. Satan n’avait pas le pouvoir de résister à l’ordre. Se tordant d’humiliation et de rage, il fut forcé de se retirer de la présence du Rédempteur du monde. La victoire de Christ fut aussi complète que l’avait été l’échec d’Adam.
Ainsi, nous pouvons résister à la tentation et forcer Satan à s’éloigner de nous. Jésus a remporté la victoire par la soumission et la foi en Dieu, et par l’apôtre Il nous dit : « Soumettez-vous donc à Dieu. Résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Jacques 4:7, 8. Nous ne pouvons pas nous sauver du pouvoir du tentateur ; il a conquis l’humanité, et quand nous essaierons de nous défendre par nos propres forces, nous deviendrons la proie de ses stratagèmes ; mais « le nom de l’Éternel est une tour forte : le juste s’y précipite et est en sécurité ». Proverbes 18:10. Satan tremble et fuit devant l’âme la plus faible qui trouve refuge dans ce nom puissant.
Après le départ de l’ennemi, Jésus tomba épuisé sur la terre, avec la pâleur de la mort sur son visage. Les anges du ciel avaient observé le conflit, voyant leur commandant bien-aimé alors qu’il traversait des souffrances inexprimables pour nous ouvrir une voie d’évasion. Il avait enduré l’épreuve, plus grande que nous ne serons jamais appelés à endurer. Les anges servaient alors le Fils de Dieu alors qu’il gisait comme mourant. Il a été fortifié par la nourriture, réconforté par le message de l’amour de son Père et l’assurance que tout le ciel a triomphé dans sa victoire. Se réchauffant à la vie, Son grand cœur éprouve de la sympathie pour l’homme, et Il s’en va pour achever l’œuvre qu’Il a commencée ; ne pas se reposer jusqu’à ce que l’ennemi soit vaincu et que notre race déchue soit rachetée.
Jamais le coût de notre rédemption ne pourra être réalisé jusqu’à ce que les rachetés se tiennent avec le Rédempteur devant le trône de Dieu. Alors, alors que les gloires de la demeure éternelle éclateront sur nos sens ravis, nous nous souviendrons que Jésus a laissé tout cela pour nous, qu’il est non seulement devenu un exilé des parvis célestes, mais qu’il a pris pour nous le risque d’un échec et d’une perte éternelle. Alors nous jetterons nos couronnes à ses pieds et élèverons le cantique : « Digne est l’Agneau qui a été immolé de recevoir puissance, et richesse, et sagesse, et force, et honneur, et gloire, et bénédiction. Apocalypse 5:12.

Chapitre 14
“Nous avons trouvé le Messie”
[Ce chapitre est basé sur Jean 1:19-51]

Jean-Baptiste prêchait et baptisait maintenant à Béthabara, au-delà du Jourdain. Ce n’était pas loin de cet endroit que Dieu avait arrêté le fleuve dans son cours jusqu’à ce qu’Israël soit passé. A peu de distance d’ici, la forteresse de Jéricho avait été renversée par les armées du ciel. Le souvenir de ces événements fut alors ravivé et donna un intérêt palpitant au message du Baptiste. Celui qui avait œuvré si merveilleusement dans les siècles passés ne manifesterait-il pas de nouveau sa puissance pour la délivrance d’Israël ? Telle était la pensée qui agitait le cœur du peuple qui se pressait chaque jour sur les rives du Jourdain.
La prédication de Jean avait pris une emprise si profonde sur la nation qu’elle exigeait l’attention des autorités religieuses. Le danger d’insurrection faisait que chaque rassemblement populaire était considéré avec suspicion par les Romains, et tout ce qui indiquait un soulèvement du peuple excitait les craintes des dirigeants juifs. Jean n’avait pas reconnu l’autorité du Sanhédrin en recherchant leur sanction pour son travail ; et il avait réprimandé les dirigeants et le peuple, Pharisiens et Sadducéens. Pourtant, les gens le suivaient avec impatience. L’intérêt pour son travail semblait sans cesse croissant. Bien qu’il ne s’en soit pas remis à eux, le Sanhédrin a estimé qu’en tant qu’enseignant public, il était sous leur juridiction.
Ce corps était composé de membres choisis parmi la prêtrise et parmi les principaux dirigeants et enseignants de la nation. Le grand prêtre était généralement le président. Tous ses membres devaient être des hommes avancés en âge, quoique non vieillis ; hommes de savoir, versés non seulement dans la religion et l’histoire juives, mais dans les connaissances générales. Ils devaient être sans défaut physique et devaient être des hommes mariés et des pères, car ils étaient plus susceptibles que les autres d’être humains et prévenants. Leur lieu de rencontre était un appartement lié au temple de Jérusalem. Au temps de l’indépendance juive, le Sanhédrin était la cour suprême de la nation, possédant l’autorité séculière aussi bien qu’ecclésiastique. Bien que maintenant subordonnée aux gouverneurs romains, elle exerçait toujours une forte influence dans les affaires civiles et religieuses.
Le Sanhédrin ne pouvait pas bien différer une enquête sur le travail de John. Certains se souvenaient de la révélation faite à Zacharie dans le temple et de la prophétie du père, qui avait désigné son enfant comme le héraut du Messie. Dans les tumultes et les changements de trente ans, ces choses avaient été en grande partie perdues de vue. Ils étaient maintenant rappelés à l’esprit par l’excitation concernant le ministère de Jean.
Il y avait longtemps qu’Israël n’avait pas eu de prophète, il y avait longtemps qu’on n’avait pas été témoin d’une réforme comme celle qui était en cours. La demande de confession des péchés semblait nouvelle et surprenante. Beaucoup parmi les dirigeants n’iraient pas entendre les appels et les dénonciations de Jean, de peur qu’ils ne soient amenés à révéler les secrets de leur propre vie. Pourtant, sa prédication était une annonce directe du Messie. Il était bien connu que les soixante-dix semaines de la prophétie de Daniel, couvrant l’avènement du Messie, étaient presque terminées ; et tous étaient impatients de partager cette ère de gloire nationale qui était alors attendue. L’enthousiasme populaire était tel que le Sanhédrin serait bientôt contraint soit de sanctionner, soit de rejeter l’œuvre de Jean. Déjà leur pouvoir sur le peuple déclinait. La question de savoir comment maintenir leur position devenait une question sérieuse. Dans l’espoir d’arriver à une conclusion,
Une multitude était rassemblée, écoutant ses paroles, quand les délégués s’approchèrent. Avec un air d’autorité destiné à impressionner le peuple et à imposer la déférence du prophète, les rabbins hautains sont venus. Dans un mouvement de respect, presque de peur, la foule s’ouvrit pour les laisser passer. Les grands hommes, dans leurs riches robes, dans l’orgueil de leur rang et de leur puissance, se tenaient devant le prophète du désert.
“Qui es-tu ?” ils ont exigé.
Sachant ce qu’il y avait dans leurs pensées, Jean répondit : « Je ne suis pas le Christ.
« Et alors ? Es-tu Élie ?
“Je ne suis pas.”
« Es-tu ce prophète ?
“Non.”
« Qui es-tu ? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même ?
« Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Ésaïe.
L’Écriture à laquelle Jean fait référence est cette belle prophétie d’Isaïe : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez confortablement à Jérusalem, et criez-lui que son temps fixé est accompli, que son iniquité est pardonnée. . . . La voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez dans le désert une route pour notre Dieu. Toute vallée sera élevée, et toute montagne et toute colline seront abaissées, et les tortueux seront redressés, et les lieux accidentés seront aplanis, et la gloire de l’Éternel sera révélée, et toute chair ensemble la verra. Esaïe 40:1-5, marge.
Autrefois, lorsqu’un roi parcourait les parties les moins fréquentées de son domaine, une compagnie d’hommes était envoyée devant le char royal pour niveler les endroits escarpés et combler les creux, afin que le roi puisse voyager en toute sécurité et sans encombre. Cette coutume est employée par le prophète pour illustrer l’œuvre de l’évangile. “Toute vallée sera élevée, et toute montagne et colline sera abaissée.” Lorsque l’Esprit de Dieu, avec son merveilleux pouvoir d’éveil, touche l’âme, il abaisse l’orgueil humain. Les plaisirs mondains, la position et le pouvoir sont considérés comme sans valeur. « Les imaginations et toute chose élevée qui s’élève contre la connaissance de Dieu » sont renversées ; toute pensée est amenée en captivité « à l’obéissance de Christ ». 2 Corinthiens 10:5. Alors l’humilité et l’amour désintéressé, si peu estimés parmi les hommes, sont exaltés comme seuls dignes de valeur. C’est l’œuvre de l’évangile, dont le message de Jean faisait partie.
Les rabbins continuaient leur interrogation : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es pas ce Christ, ni Elie, ni ce prophète ? Les mots « ce prophète » faisaient référence à Moïse. Les Juifs avaient été enclins à croire que Moïse serait ressuscité des morts et emmené au ciel. Ils ne savaient pas qu’il avait déjà été élevé. Lorsque le Baptiste a commencé son ministère, beaucoup pensaient qu’il pourrait être le prophète Moïse ressuscité des morts, car il semblait avoir une connaissance approfondie des prophéties et de l’histoire d’Israël.
On croyait aussi qu’avant l’avènement du Messie, Élie apparaîtrait personnellement. Cette attente que John a rencontrée dans son refus; mais ses paroles avaient un sens plus profond. Jésus dit ensuite, se référant à Jean : « Si vous voulez le recevoir, c’est Élie, qui doit venir. Matthieu 11:14, RV Jean est venu dans l’esprit et la puissance d’Elie, pour faire une œuvre comme Elie l’a fait. Si les Juifs l’avaient reçu, cela aurait été accompli pour eux. Mais ils n’ont pas reçu son message. Pour eux, il n’était pas Élie. Il ne pouvait remplir pour eux la mission qu’il était venu accomplir.
Beaucoup de ceux qui étaient rassemblés au Jourdain avaient été présents au baptême de Jésus ; mais le signe alors donné n’avait été manifeste que pour peu d’entre eux. Au cours des mois précédents du ministère baptiste, beaucoup avaient refusé de répondre à l’appel à la repentance. Ainsi, ils avaient endurci leur cœur et obscurci leur entendement. Lorsque le ciel a rendu témoignage à Jésus lors de son baptême, ils ne l’ont pas perçu. Des yeux qui n’avaient jamais été tournés par la foi vers Celui qui est invisible n’ont pas vu la révélation de la gloire de Dieu ; des oreilles qui n’avaient jamais écouté sa voix n’ont pas entendu les paroles du témoignage. C’est donc maintenant. Souvent, la présence de Christ et des anges au service est manifeste dans les assemblées du peuple, et pourtant il y en a beaucoup qui ne le savent pas. Ils ne discernent rien d’inhabituel. Mais pour certains, la présence du Sauveur est révélée. La paix et la joie animent leurs cœurs.
Les députés de Jérusalem avaient demandé à Jean : « Pourquoi baptises-tu ? et ils attendaient sa réponse. Soudain, tandis que son regard balayait la foule, son œil s’embrasa, son visage s’illumina, tout son être fut agité d’une profonde émotion. Les mains tendues, il s’écria : « Je baptise dans l’eau : au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas, celui qui vient après moi, dont je ne suis pas digne de détacher le lacet de la chaussure. Jean 1:27, RV, marge.
Le message était clair et sans équivoque, à rapporter au Sanhédrin. Les paroles de Jean ne pouvaient s’appliquer qu’à Celui qui avait été promis depuis longtemps. Le Messie était parmi eux ! Dans la stupéfaction, les prêtres et les chefs les regardaient, espérant découvrir Celui dont Jean avait parlé. Mais Il ne se distinguait pas parmi la foule.
Lorsqu’au baptême de Jésus, Jean l’a désigné comme l’Agneau de Dieu, une nouvelle lumière a été jetée sur l’œuvre du Messie. L’esprit du prophète était dirigé vers les paroles d’Isaïe : « Il est amené comme un agneau à l’abattoir. Esaïe 53:7. Au cours des semaines qui suivirent, Jean étudia avec un nouvel intérêt les prophéties et l’enseignement du service sacrificiel. Il ne distinguait pas clairement les deux phases de l’œuvre de Christ, en tant que sacrifice souffrant et roi conquérant, mais il voyait que sa venue avait une signification plus profonde que ce que les prêtres ou le peuple avaient discerné. Quand il a vu Jésus parmi la foule à son retour du désert, il l’a attendu avec confiance pour donner au peuple un signe de son vrai caractère. Presque impatiemment, il attendit d’entendre le Sauveur déclarer sa mission ; mais aucune parole n’a été prononcée, aucun signe n’a été donné.
Le lendemain, Jean voit venir Jésus. Avec la lumière de la gloire de Dieu reposant sur lui, le prophète étendit ses mains, déclarant : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ! C’est celui dont j’ai dit : Après moi vient un homme qui est devenu avant moi. . . . Et je ne Le connaissais pas; mais afin qu’il soit manifesté à Israël, c’est pourquoi je suis venu baptiser dans l’eau. . . . J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe ; et cela demeura sur lui. Et je ne le connaissais pas; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, il m’a dit: Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer sur lui, c’est celui-là même qui baptise du Saint-Esprit. Et j’ai vu, et j’ai rendu témoignage qu’il est le Fils de Dieu. Jean 1:29-34, RV, marge.
Était-ce le Christ ? Avec crainte et émerveillement, le peuple regarda Celui qui venait d’être déclaré Fils de Dieu. Ils avaient été profondément émus par les paroles de Jean. Il leur avait parlé au nom de Dieu. Ils l’avaient écouté jour après jour pendant qu’il réprimandait leurs péchés, et chaque jour la conviction qu’il était envoyé du Ciel s’était renforcée. Mais qui était Celui-ci plus grand que Jean-Baptiste ? Dans son habillement et son allure, il n’y avait rien qui indiquât un rang. C’était apparemment un simple personnage, vêtu comme eux des humbles vêtements des pauvres.
Il y avait dans la foule quelques-uns qui, au baptême du Christ, avaient contemplé la gloire divine et avaient entendu la voix de Dieu. Mais depuis ce temps, l’apparence du Sauveur avait beaucoup changé. A son baptême, ils avaient vu son visage transfiguré dans la lumière du ciel ; maintenant, pâle, usé et émacié, il n’avait été reconnu que par le prophète Jean.
Mais alors que les gens le regardaient, ils virent un visage où la compassion divine était mêlée à une puissance consciente. Chaque coup d’œil, chaque trait du visage était empreint d’humilité et exprimait un amour inexprimable. Il semblait être entouré d’une atmosphère d’influence spirituelle. Alors que ses manières étaient douces et modestes, il impressionnait les hommes avec un sentiment de puissance qui était caché, mais qui ne pouvait pas être entièrement dissimulé. Était-ce Celui qu’Israël avait si longtemps attendu ?
Jésus est venu dans la pauvreté et l’humiliation, afin qu’il soit notre exemple aussi bien que notre Rédempteur. S’il était apparu avec une pompe royale, comment aurait-il pu enseigner l’humilité ? comment aurait-il pu présenter des vérités aussi tranchantes que dans le sermon sur la montagne ? Où aurait été l’espoir des humbles dans la vie si Jésus était venu habiter en tant que roi parmi les hommes ?
Pour la multitude, cependant, il semblait impossible que Celui désigné par Jean soit associé à leurs hautes anticipations. Ainsi beaucoup furent déçus et grandement perplexes.
Les paroles que les prêtres et les rabbins désiraient tant entendre, que Jésus allait maintenant restaurer le royaume d’Israël, n’avaient pas été prononcées. Pour un tel roi, ils avaient attendu et veillé; un tel roi qu’ils étaient prêts à recevoir. Mais celui qui cherchait à établir dans leur cœur un royaume de justice et de paix, ils ne l’accepteraient pas.
Le lendemain, alors que deux disciples se tenaient à proximité, Jean revit Jésus parmi le peuple. De nouveau, le visage du prophète fut illuminé par la gloire de l’Invisible, alors qu’il criait : “Voici l’Agneau de Dieu !” Les paroles ont ravi le cœur des disciples. Ils ne les ont pas bien compris. Que signifiait le nom que Jean lui avait donné, « l’Agneau de Dieu » ? John lui-même ne l’avait pas expliqué.
Laissant Jean, ils sont allés chercher Jésus. L’un des deux était André, le frère de Simon ; l’autre était Jean l’évangéliste. Ce sont les premiers disciples du Christ. Poussés par une impulsion irrésistible, ils suivirent Jésus, impatients de lui parler, mais pourtant émerveillés et silencieux, perdus dans la signification accablante de la pensée : « Est-ce le Messie ?
Jésus savait que les disciples le suivaient. Ils étaient les premiers fruits de son ministère, et il y avait de la joie dans le cœur du divin Enseignant alors que ces âmes répondaient à sa grâce. Pourtant, se retournant, il demanda seulement : « Que cherchez-vous ? Il les laisserait libres de rebrousser chemin ou de parler de leur désir.
Ils n’étaient conscients que d’un seul but. Une seule présence remplissait leur pensée. Ils se sont exclamés : « Rabbi, . . . où demeures-tu ? Dans une brève entrevue au bord du chemin, ils ne pouvaient pas recevoir ce qu’ils aspiraient. Ils désiraient être seuls avec Jésus, s’asseoir à ses pieds et entendre ses paroles.
« Il leur dit : Venez et voyez. Ils vinrent et virent où il habitait, et ils demeurèrent avec lui ce jour-là.
Si Jean et André avaient possédé l’esprit incrédule des prêtres et des dirigeants, ils n’auraient pas été trouvés comme apprenants aux pieds de Jésus. Ils seraient venus à Lui en tant que critiques, pour juger Ses paroles. Beaucoup ferment ainsi la porte aux opportunités les plus précieuses. Mais pas ces premiers disciples. Ils avaient répondu à l’appel du Saint-Esprit dans la prédication de Jean-Baptiste. Maintenant, ils ont reconnu la voix du Maître céleste. Pour eux, les paroles de Jésus étaient pleines de fraîcheur, de vérité et de beauté. Une illumination divine a été versée sur l’enseignement des Écritures de l’Ancien Testament. Les thèmes multiples de la vérité se sont démarqués sous un jour nouveau.
C’est la contrition, la foi et l’amour qui permettent à l’âme de recevoir la sagesse du ciel. La foi agissant par l’amour est la clé de la connaissance, et quiconque aime « connaît Dieu ». 1 Jean 4:7.
Le disciple Jean était un homme d’affection sérieuse et profonde, ardent, mais contemplatif. Il avait commencé à discerner la gloire de Christ, non pas la pompe et la puissance mondaines qu’on lui avait appris à espérer, mais « la gloire du Fils unique du Père, pleine de grâce et de vérité ». Jean 1:14. Il était absorbé dans la contemplation du thème merveilleux.
Andrew a cherché à transmettre la joie qui remplissait son cœur. Partant à la recherche de son frère Simon, il s’écria : « Nous avons trouvé le Messie. Simon n’a attendu aucune seconde enchère. Lui aussi avait entendu la prédication de Jean-Baptiste, et il courut vers le Sauveur. L’œil du Christ s’est posé sur lui, lisant son caractère et l’histoire de sa vie. Sa nature impulsive, son cœur aimant et sympathique, son ambition et sa confiance en soi, l’histoire de sa chute, son repentir, ses travaux et sa mort en martyr, le Sauveur a tout lu, et il a dit : « Tu es Simon le fils de Jona : tu seras appelé Céphas, ce qui est, par interprétation, une pierre.
« Le jour suivant, Jésus ira en Galilée, trouvera Philippe et lui dira : Suis-moi. Philippe obéit à l’ordre, et aussitôt il devint aussi un ouvrier pour Christ.
Philippe appela Nathanaël. Ce dernier avait été parmi la foule lorsque le Baptiste désigna Jésus comme l’Agneau de Dieu. Lorsque Nathanaël a regardé Jésus, il a été déçu. Cet homme, qui portait les marques du labeur et de la pauvreté, pourrait-il être le Messie ? Pourtant, Nathanaël ne pouvait pas décider de rejeter Jésus, car le message de Jean avait amené la conviction dans son cœur.
Au moment où Philippe l’appela, Nathanaël s’était retiré dans un bosquet tranquille pour méditer l’annonce de Jean et les prophéties concernant le Messie. Il priait pour que si celui annoncé par Jean était le libérateur, cela lui soit révélé, et le Saint-Esprit reposait sur lui avec l’assurance que Dieu avait visité son peuple et levé une corne de salut pour lui. Philippe savait que son ami cherchait les prophéties, et tandis que Nathanaël priait sous un figuier, Philippe découvrit sa retraite. Ils avaient souvent prié ensemble dans cet endroit reculé caché par le feuillage.
Le message : « Nous l’avons trouvé, celui dont Moïse dans la loi et les prophètes ont écrit », semblait à Nathanaël une réponse directe à sa prière. Mais Philippe avait encore une foi tremblante. Il ajouta dubitatif : « Jésus de Nazareth, fils de Joseph ». Encore une fois, des préjugés ont surgi dans le cœur de Nathanaël. Il s’est exclamé : « Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth ?
Philip est entré dans aucune controverse. Il a dit : « Viens et vois. Jésus vit Nathanaël venir à lui, et dit de lui : Voici vraiment un Israélite, en qui il n’y a pas de fraude ! Surpris, Nathanaël s’exclama : « D’où me connais-tu ? Jésus répondit et lui dit : Avant que Philippe t’ait appelé, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.
C’était suffisant. L’Esprit divin qui avait rendu témoignage à Nathanaël dans sa prière solitaire sous le figuier lui parla maintenant avec les paroles de Jésus. Quoique dans le doute, et cédant quelque peu aux préjugés, Nathanaël était venu à Christ avec un désir sincère de vérité, et maintenant son désir était satisfait. Sa foi dépassait celle de celui qui l’avait amené à Jésus. Il répondit et dit : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu ; Tu es le roi d’Israël.
Si Nathanaël s’était fié aux rabbins pour être guidé, il n’aurait jamais trouvé Jésus. C’est en voyant et en jugeant par lui-même qu’il est devenu disciple. Ainsi dans le cas de beaucoup aujourd’hui que les préjugés privent du bien. Comme le résultat serait différent s’ils « venaient voir » !
Tant qu’ils se confieront aux conseils de l’autorité humaine, aucun n’arrivera à une connaissance salvatrice de la vérité. Comme Nathanaël, nous devons étudier la parole de Dieu pour nous-mêmes et prier pour l’illumination du Saint-Esprit. Celui qui a vu Nathanaël sous le figuier nous verra dans le lieu secret de la prière. Les anges du monde de la lumière sont proches de ceux qui recherchent humblement la direction divine.
Avec l’appel de Jean, d’André et de Simon, de Philippe et de Nathanaël, commença la fondation de l’Église chrétienne. Jean a dirigé deux de ses disciples vers Christ. Alors l’un d’eux, André, trouva son frère et l’appela au Sauveur. Philippe fut alors appelé, et il partit à la recherche de Nathanaël. Ces exemples devraient nous enseigner l’importance de l’effort personnel, des appels directs à nos parents, amis et voisins. Il y a ceux qui, pendant toute leur vie, ont professé connaître le Christ, mais qui n’ont jamais fait d’effort personnel pour amener ne serait-ce qu’une seule âme au Sauveur. Ils laissent tout le travail au ministre. Il peut être bien qualifié pour son appel, mais il ne peut pas faire ce que Dieu a laissé aux membres de l’église.
Il y en a beaucoup qui ont besoin du ministère de cœurs chrétiens aimants. Beaucoup sont tombés en ruine qui auraient pu être sauvés si leurs voisins, hommes et femmes ordinaires, avaient fait des efforts personnels pour eux. Beaucoup attendent d’être personnellement adressés. Dans la famille même, le quartier, la ville, où nous vivons, il y a du travail à faire pour nous en tant que missionnaires du Christ. Si nous sommes chrétiens, ce travail sera notre délice. A peine converti, naît en lui le désir de faire connaître aux autres l’ami précieux qu’il a trouvé en Jésus. La vérité salvatrice et sanctifiante ne peut être enfermée dans son cœur.
Tous ceux qui sont consacrés à Dieu seront des canaux de lumière. Dieu en fait ses agents pour communiquer aux autres les richesses de sa grâce. Sa promesse est : « Je ferai d’eux et des lieux autour de ma colline une bénédiction ; et je ferai tomber l’averse en sa saison; il y aura des averses de bénédiction. Ézéchiel 34:26.
Philippe dit à Nathanaël : « Viens et vois. Il ne lui a pas demandé d’accepter le témoignage d’un autre, mais de contempler Christ pour lui-même. Maintenant que Jésus est monté au ciel, ses disciples sont ses représentants parmi les hommes, et l’un des moyens les plus efficaces de gagner des âmes à lui est d’illustrer son caractère dans notre vie quotidienne. Notre influence sur les autres ne dépend pas tant de ce que nous disons que de ce que nous sommes. Les hommes peuvent combattre et défier notre logique, ils peuvent résister à nos appels ; mais une vie d’amour désintéressé est un argument qu’ils ne peuvent contredire. Une vie cohérente, caractérisée par la douceur de Christ, est une puissance dans le monde.
L’enseignement du Christ était l’expression d’une conviction et d’une expérience forgées, et ceux qui apprennent de lui deviennent des enseignants selon l’ordre divin. La parole de Dieu, prononcée par celui qui est lui-même sanctifié par elle, a un pouvoir vivifiant qui la rend attrayante pour les auditeurs et les convainc qu’elle est une réalité vivante. Quand quelqu’un a reçu la vérité dans l’amour de celle-ci, il le manifestera dans la persuasion de ses manières et le ton de sa voix. Il fait connaître ce qu’il a lui-même entendu, vu et manipulé de la parole de vie, afin que d’autres puissent avoir communion avec lui par la connaissance de Christ. Son témoignage, des lèvres touchées avec un charbon ardent de l’autel, est la vérité pour le cœur réceptif et opère la sanctification sur le caractère.
Et celui qui cherche à éclairer les autres sera lui-même béni. “Il y aura des averses de bénédiction.” “Celui qui arrose sera aussi arrosé lui-même.” Proverbes 11:25. Dieu aurait pu atteindre son but en sauvant les pécheurs sans notre aide ; mais pour que nous développions un caractère semblable à celui de Christ, nous devons partager son œuvre. Pour entrer dans sa joie, la joie de voir des âmes rachetées par son sacrifice, nous devons participer à ses travaux pour leur rédemption.
La première expression de Nathanaël de sa foi, si pleine, sérieuse et sincère, tomba comme une musique sur les oreilles de Jésus. Et il « répondit et lui dit : Parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier, crois-tu ? tu verras des choses plus grandes que celles-ci. Le Sauveur attendait avec joie son œuvre en prêchant de bonnes nouvelles aux doux, en pansant les cœurs brisés et en proclamant la liberté aux captifs de Satan. En pensant aux précieuses bénédictions qu’il avait apportées aux hommes, Jésus ajouta : « En vérité, en vérité, je vous le dis, désormais vous verrez les cieux ouverts, et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme.
Ici, le Christ dit virtuellement : Sur la rive du Jourdain, les cieux s’ouvrirent, et l’Esprit descendit sur moi comme une colombe. Cette scène n’était qu’un signe que je suis le Fils de Dieu. Si vous croyez en Moi comme tel, votre foi sera vivifiée. Vous verrez que les cieux sont ouverts et ne doivent jamais être fermés. Je vous les ai ouverts. Les anges de Dieu montent, portant les prières des nécessiteux et des affligés au Père d’en haut, et descendent, apportant bénédiction et espoir, courage, aide et vie aux enfants des hommes.
Les anges de Dieu passent sans cesse de la terre au ciel et du ciel à la terre. Les miracles du Christ pour les affligés et les souffrants ont été opérés par la puissance de Dieu à travers le ministère des anges. Et c’est par Christ, par le ministère de Ses messagers célestes, que toute bénédiction nous vient de Dieu. En prenant sur lui l’humanité, notre Sauveur unit ses intérêts à ceux des fils et filles déchus d’Adam, tandis que par sa divinité, il saisit le trône de Dieu. Et ainsi Christ est le moyen de communication des hommes avec Dieu, et de Dieu avec les hommes.

Chapitre 15
A la fête du mariage
[Ce chapitre est basé sur Jean 2:1-11]

Jésus n’a pas commencé son ministère par une grande œuvre devant le Sanhédrin à Jérusalem. Lors d’une réunion de famille dans un petit village galiléen, sa puissance a été mise en avant pour ajouter à la joie d’un festin de noces. Ainsi, il a montré sa sympathie pour les hommes et son désir de contribuer à leur bonheur. Dans le désert de la tentation, il avait lui-même bu la coupe du malheur. Il est venu donner aux hommes la coupe de bénédiction, par sa bénédiction pour sanctifier les relations de la vie humaine.
Du Jourdain, Jésus était retourné en Galilée. Il devait y avoir un mariage à Cana, une petite ville non loin de Nazareth ; les parties étaient des parents de Joseph et de Marie ; et Jésus, connaissant cette réunion de famille, se rendit à Cana, et avec ses disciples fut invité à la fête.
Il rencontra de nouveau sa mère, dont il avait été séparé pendant un certain temps. Marie avait entendu parler de la manifestation au Jourdain, lors de son baptême. La nouvelle avait été portée à Nazareth, et avait rappelé à son esprit les scènes qui, pendant tant d’années, avaient été cachées dans son cœur. Comme tout Israël, Marie a été profondément émue par la mission de Jean-Baptiste. Eh bien, elle s’est souvenue de la prophétie donnée à sa naissance. Maintenant, sa connexion avec Jésus a ravivé ses espoirs. Mais la nouvelle lui était également parvenue du départ mystérieux de Jésus vers le désert, et elle était accablée de pressentiments troublés.
Depuis le jour où elle a entendu l’annonce de l’ange dans la maison de Nazareth, Marie avait chéri toutes les preuves que Jésus était le Messie. Sa vie douce et désintéressée lui a assuré qu’il ne pouvait être autre que l’Envoyé de Dieu. Pourtant, elle avait aussi des doutes et des déceptions, et elle avait attendu avec impatience le moment où sa gloire serait révélée. La mort l’avait séparée de Joseph, qui avait partagé sa connaissance du mystère de la naissance de Jésus. Désormais, il n’y avait plus personne à qui confier ses espoirs et ses craintes. Les deux derniers mois avaient été très douloureux. Elle avait été séparée de Jésus, dans la sympathie duquel elle trouvait du réconfort ; elle médita sur les paroles de Siméon : « Une épée transpercera aussi ton âme » (Luc 2 : 35) ; elle se rappela les trois jours d’agonie où elle pensait que Jésus était perdu pour elle à jamais ;
Au festin des noces, elle le rencontre, le même fils tendre et dévoué. Pourtant, Il n’est pas le même. Son visage est changé. Il porte les traces de son combat dans le désert, et une nouvelle expression de dignité et de puissance témoigne de sa mission céleste. Il est accompagné d’un groupe de jeunes gens dont les yeux le suivent avec révérence et qui l’appellent Maître. Ces compagnons racontent à Marie ce qu’ils ont vu et entendu au baptême et ailleurs. Ils concluent en déclarant : « Nous avons trouvé celui dont Moïse, dans la loi, et les prophètes ont écrit. Jean 1:45.
Au fur et à mesure que les invités se rassemblent, beaucoup semblent être préoccupés par un sujet d’intérêt absorbant. Une excitation contenue envahit l’entreprise. De petits groupes conversent ensemble d’un ton enthousiaste mais calme, et des regards émerveillés sont tournés vers le Fils de Marie. Comme Marie avait entendu le témoignage des disciples au sujet de Jésus, elle avait été réjouie avec l’assurance que ses espoirs longtemps caressés n’étaient pas vains. Pourtant elle aurait été plus qu’humaine s’il ne s’était mêlé à cette sainte joie une trace de l’orgueil naturel de la tendre mère. En voyant les nombreux regards tournés vers Jésus, elle aspirait à ce qu’il prouve à la compagnie qu’il était vraiment l’Honoré de Dieu. Elle espérait qu’il pourrait avoir l’occasion de faire un miracle devant eux.
C’était la coutume du temps que les fêtes de mariage durent plusieurs jours. A cette occasion, avant la fin de la fête, il a été constaté que l’approvisionnement en vin avait échoué. Cette découverte a causé beaucoup de perplexité et de regret. Il était rare de se passer de vin lors d’occasions festives, et son absence semblerait indiquer un manque d’hospitalité. En tant que parente des parties, Marie avait aidé à organiser la fête, et elle parla maintenant à Jésus, en disant : « Ils n’ont pas de vin. Ces mots étaient une suggestion qu’Il pourrait subvenir à leurs besoins. Mais Jésus répondit : « Femme, qu’ai-je à faire avec toi ? Mon heure n’est pas encore venue.
Cette réponse, si abrupte qu’elle nous paraisse, n’exprimait ni froideur ni discourtoisie. La forme d’adresse du Sauveur à sa mère était conforme à la coutume orientale. Il était utilisé envers les personnes à qui l’on voulait montrer du respect. Chaque acte de la vie terrestre du Christ était en harmonie avec le précepte qu’il avait lui-même donné : « Honore ton père et ta mère. Exode 20:12. Sur la croix, dans son dernier acte de tendresse envers sa mère, Jésus s’adressa encore à elle de la même manière, en la confiant aux soins de son disciple bien-aimé. Tant au festin des noces que sur la croix, l’amour exprimé dans le ton, le regard et la manière a interprété Ses paroles.
Lors de sa visite au temple dans son enfance, alors que le mystère de l’œuvre de sa vie s’ouvrait devant lui, le Christ avait dit à Marie : « Ne saviez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père ? Luc 2:49. Ces mots ont frappé la note dominante de toute sa vie et de son ministère. Tout était suspendu à Son œuvre, la grande œuvre de rédemption qu’Il était venu dans le monde pour accomplir. Maintenant, Il a répété la leçon. Il y avait danger que Marie considère sa relation avec Jésus comme lui donnant un droit spécial sur Lui, et le droit, dans une certaine mesure, de Le diriger dans Sa mission. Pendant trente ans, il avait été pour elle un fils aimant et obéissant, et son amour n’avait pas changé ; mais Il doit maintenant s’occuper de l’œuvre de Son Père. En tant que Fils du Très-Haut et Sauveur du monde, aucun lien terrestre ne doit l’éloigner de sa mission ou influencer sa conduite. Il doit être libre de faire la volonté de Dieu. Cette leçon est aussi pour nous. Les revendications de Dieu sont primordiales même pour les liens de la relation humaine. Aucune attraction terrestre ne devrait détourner nos pieds du chemin dans lequel il nous invite à marcher.
Le seul espoir de rédemption pour notre race déchue est en Christ ; Marie ne pouvait trouver le salut que par l’Agneau de Dieu. En elle-même, elle n’avait aucun mérite. Sa connexion avec Jésus ne la plaçait pas dans une relation spirituelle différente avec lui de celle de toute autre âme humaine. Ceci est indiqué dans les paroles du Sauveur. Il fait clairement la distinction entre sa relation avec elle en tant que Fils de l’homme et en tant que Fils de Dieu. Le lien de parenté qui les unissait ne la plaçait nullement sur un pied d’égalité avec Lui.
Les mots « Mon heure n’est pas encore venue » indiquent que chaque acte de la vie de Christ sur terre était en accomplissement du plan qui existait depuis les jours de l’éternité. Avant qu’Il ne vienne sur terre, le plan était dressé devant Lui, parfait dans tous ses détails. Mais tandis qu’il marchait parmi les hommes, il était guidé, pas à pas, par la volonté du Père. Il n’a pas hésité à agir à l’heure dite. Avec la même soumission, il attendit que le moment soit venu.
En disant à Marie que son heure n’était pas encore venue, Jésus répondait à sa pensée tacite, à l’attente qu’elle nourrissait en commun avec son peuple. Elle espérait qu’il se révélerait comme le Messie et prendrait le trône d’Israël. Mais le moment n’était pas venu. Non pas comme un roi, mais comme « un homme de douleur et habitué à la douleur », Jésus avait accepté le sort de l’humanité.
Mais bien que Marie n’ait pas une juste conception de la mission du Christ, elle Lui fait implicitement confiance. A cette foi, Jésus a répondu. C’est pour honorer la confiance de Marie et pour fortifier la foi de ses disciples que le premier miracle a été accompli. Les disciples devaient rencontrer de nombreuses et grandes tentations d’incrédulité. Pour eux, les prophéties avaient clairement indiqué au-delà de toute controverse que Jésus était le Messie. Ils attendaient des chefs religieux qu’ils le reçoivent avec une confiance encore plus grande que la leur. Ils ont déclaré parmi le peuple les œuvres merveilleuses du Christ et leur propre confiance en sa mission, mais ils ont été étonnés et amèrement déçus par l’incrédulité, les préjugés profondément enracinés et l’inimitié envers Jésus manifestés par les prêtres et les rabbins. Les premiers miracles du Sauveur ont renforcé les disciples pour qu’ils résistent à cette opposition.
Nullement déconcertée par les paroles de Jésus, Marie dit aux convives : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. Ainsi, elle a fait ce qu’elle a pu pour préparer la voie à l’œuvre de Christ.
À côté de la porte se trouvaient six grandes jarres d’eau en pierre, et Jésus ordonna aux serviteurs de les remplir d’eau. C’était fait. Alors, comme le vin manquait pour un usage immédiat, Il dit : « Puisez maintenant et apportez au gouverneur de la fête. Au lieu de l’eau dont les vases avaient été remplis, il coula du vin. Ni le maître de la fête ni les invités en général n’étaient au courant que l’approvisionnement en vin avait échoué. En goûtant ce que les serviteurs apportaient, le souverain le trouva supérieur à tout ce qu’il avait bu auparavant, et très différent de celui servi au début du festin. Se tournant vers l’époux, il dit : « Au commencement, tout homme propose du bon vin ; et quand les hommes ont bien bu, alors ce qui est pire : mais tu as gardé le bon vin jusqu’à présent.
Comme les hommes proposent d’abord le meilleur vin, puis le pire, le monde fait de même avec ses dons. Ce qu’il propose peut plaire à l’œil et fasciner les sens, mais il s’avère insatisfaisant. Le vin vire à l’amertume, la gaieté à la morosité. Ce qui a commencé par des chants et de la gaieté se termine dans la lassitude et le dégoût. Mais les dons de Jésus sont toujours frais et nouveaux. Le festin qu’il pourvoit à l’âme ne manque jamais de donner satisfaction et joie. Chaque nouveau don augmente la capacité de celui qui le reçoit à apprécier et à jouir des bénédictions du Seigneur. Il donne grâce pour grâce. Il ne peut y avoir de rupture d’approvisionnement. Si vous demeurez en Lui, le fait que vous receviez un don riche aujourd’hui assure la réception d’un don plus riche demain. Les paroles de Jésus à Nathanaël expriment la loi de Dieu traitant avec les enfants de la foi. À chaque nouvelle révélation de son amour, il déclare au cœur réceptif : « Crois-tu ? tu verras des choses plus grandes que celles-ci. Jean 1:50.
Le don du Christ à la fête des noces était un symbole. L’eau représentait le baptême dans sa mort ; le vin, l’effusion de Son sang pour les péchés du monde. L’eau pour remplir les jarres était apportée par des mains humaines, mais seule la parole du Christ pouvait lui conférer une vertu vivifiante. Il en va de même pour les rites qui pointent vers la mort du Sauveur. Ce n’est que par la puissance du Christ, agissant par la foi, qu’ils sont efficaces pour nourrir l’âme.
La parole du Christ a fourni amplement de provisions pour la fête. Si abondante est la provision de sa grâce pour effacer les iniquités des hommes, et pour renouveler et soutenir l’âme.
Lors de la première fête à laquelle il assista avec ses disciples, Jésus leur donna la coupe qui symbolisait son œuvre pour leur salut. Au dernier souper, il l’a redonné, dans l’institution de ce rite sacré par lequel sa mort devait être manifestée « jusqu’à ce qu’il vienne ». 1 Corinthiens 11:26. Et la douleur des disciples en se séparant de leur Seigneur fut consolé par la promesse de la réunion, comme il dit : « Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. .” Matthieu 26:29.
Le vin que le Christ a fourni pour la fête, et celui qu’il a donné aux disciples comme symbole de son propre sang, était le jus pur du raisin. C’est à cela que se réfère le prophète Isaïe lorsqu’il parle du vin nouveau « dans la grappe », et dit : « Ne le détruisez pas ; car une bénédiction est en elle. Esaïe 65:8.
C’est le Christ qui, dans l’Ancien Testament, a donné l’avertissement à Israël : « Le vin est moqueur, la boisson forte fait rage ; et quiconque est trompé par cela n’est pas sage. Proverbes 20:1. Et Lui-même n’a pas fourni une telle boisson. Satan tente les hommes vers une indulgence qui obscurcira la raison et engourdira les perceptions spirituelles, mais le Christ nous enseigne à assujettir la nature inférieure. Toute sa vie a été un exemple d’abnégation. Afin de briser le pouvoir de l’appétit, il a subi en notre nom l’épreuve la plus sévère que l’humanité puisse endurer. C’est le Christ qui a ordonné à Jean-Baptiste de ne boire ni vin ni boisson forte. C’est lui qui a ordonné une abstinence similaire à la femme de Manoah. Et Il prononça une malédiction sur l’homme qui porterait la bouteille aux lèvres de son voisin. Christ n’a pas contredit Son propre enseignement. Le vin non fermenté qu’il a fourni aux invités du mariage était une boisson saine et rafraîchissante. Son effet était d’harmoniser le goût avec un appétit sain.
Au fur et à mesure que les invités au festin remarquaient la qualité du vin, des enquêtes furent faites qui tirèrent des serviteurs un récit du miracle. Pendant un certain temps, la compagnie fut trop émerveillée pour penser à celui qui avait accompli l’œuvre merveilleuse. Lorsqu’enfin ils le cherchèrent, on s’aperçut qu’il s’était retiré si discrètement qu’il était passé inaperçu même de ses disciples.
L’attention de la compagnie était maintenant tournée vers les disciples. Pour la première fois, ils ont eu l’occasion de reconnaître leur foi en Jésus. Ils racontèrent ce qu’ils avaient vu et entendu au Jourdain, et il s’enflamma dans beaucoup de cœurs l’espérance que Dieu avait suscité un libérateur pour son peuple. La nouvelle du miracle se répandit dans toute cette région et fut portée à Jérusalem. Avec un nouvel intérêt, les prêtres et les anciens sondèrent les prophéties annonçant la venue du Christ. Il y avait un désir ardent d’apprendre la mission de ce nouvel enseignant, qui est apparu parmi le peuple d’une manière si modeste.
Le ministère de Christ était en contraste marqué avec celui des anciens juifs. Leur respect de la tradition et du formalisme avait détruit toute véritable liberté de pensée ou d’action. Ils vivaient dans la crainte continuelle de la souillure. Pour éviter le contact avec les « impurs », ils se sont tenus à l’écart, non seulement des Gentils, mais de la majorité de leur propre peuple, ne cherchant ni à leur avantage ni à gagner leur amitié. En s’attardant constamment sur ces questions, ils avaient éclipsé leur esprit et rétréci l’orbite de leur vie. Leur exemple a encouragé l’égoïsme et l’intolérance parmi toutes les classes du peuple.
Jésus a commencé l’œuvre de réforme en entrant en étroite sympathie avec l’humanité. Alors qu’il montrait le plus grand respect pour la loi de Dieu, il réprimanda la piété prétentieuse des pharisiens et essaya de libérer le peuple des règles insensées qui le liaient. Il cherchait à abattre les barrières qui séparaient les différentes classes de la société, afin de rassembler les hommes comme les enfants d’une même famille. Sa présence au festin de mariage a été conçue pour être une étape vers cet effet.
Dieu avait ordonné à Jean-Baptiste d’habiter dans le désert, afin qu’il soit à l’abri de l’influence des prêtres et des rabbins et qu’il soit préparé pour une mission spéciale. Mais l’austérité et l’isolement de sa vie n’étaient pas un exemple pour le peuple. Jean lui-même n’avait pas ordonné à ses auditeurs d’abandonner leurs anciennes fonctions. Il leur ordonna de témoigner de leur repentance par la fidélité à Dieu dans le lieu où il les avait appelés.
Jésus a réprouvé l’auto-indulgence sous toutes ses formes, mais il était social dans sa nature. Il a accepté l’hospitalité de toutes les classes, visitant les maisons des riches et des pauvres, des savants et des ignorants, et cherchant à élever leurs pensées des questions de la vie courante aux choses qui sont spirituelles et éternelles. Il n’a donné aucune licence à la dissipation, et aucune ombre de légèreté mondaine n’a entaché sa conduite; pourtant il trouvait du plaisir dans des scènes de bonheur innocent, et par sa présence sanctionnait le rassemblement mondain. Un mariage juif était une occasion impressionnante, et sa joie ne déplaisait pas au Fils de l’homme. En assistant à cette fête, Jésus a honoré le mariage en tant qu’institution divine.
Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, la relation conjugale est employée pour représenter l’union tendre et sacrée qui existe entre le Christ et son peuple. Dans l’esprit de Jésus, la joie des festivités nuptiales indiquait la joie de ce jour où il ramènera son épouse à la maison du Père, et où les rachetés avec le Rédempteur s’assiéront au festin des noces de l’Agneau. Il dit : “Comme l’époux se réjouit de la mariée, ton Dieu se réjouira de toi.” « Tu ne seras plus appelé Abandonné ; . . . mais tu seras appelé Mon Délice. . . . car le Seigneur prend plaisir en toi. « Il se réjouira de toi avec joie ; Il se reposera dans son amour, il se réjouira de toi en chantant. Ésaïe 62:5, 4, marge ; Sophonie 3:17. Lorsque la vision des choses célestes fut accordée à l’apôtre Jean, il écrivit : « J’ai entendu comme la voix d’une grande multitude, et comme la voix de grandes eaux, et comme la voix de puissants tonnerres, disant : Alléluia, car le Seigneur Dieu tout-puissant règne. Soyons dans l’allégresse et réjouissons-nous, et rendons-Lui gloire, car les noces de l’Agneau sont venues, et sa femme s’est préparée. “Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau.” Apocalypse 19:6, 7, 9.
Jésus a vu dans chaque âme quelqu’un à qui doit être donné l’appel à son royaume. Il a atteint le cœur des gens en allant parmi eux comme quelqu’un qui désirait leur bien. Il les cherchait dans les rues publiques, dans les maisons privées, sur les barques, dans la synagogue, au bord du lac et au festin de mariage. Il les rencontra lors de leurs vocations quotidiennes et manifesta un intérêt pour leurs affaires séculières. Il a porté son instruction dans la maison, amenant les familles dans leurs propres maisons sous l’influence de sa présence divine. Sa forte sympathie personnelle a aidé à gagner les cœurs. Il se rendait souvent dans les montagnes pour la prière solitaire, mais c’était une préparation à son travail parmi les hommes dans la vie active. De ces saisons, il sortit pour soulager les malades, instruire les ignorants et briser les chaînes des captifs de Satan.
C’est par contact personnel et par association que Jésus a formé ses disciples. Parfois, il les enseignait, assis au milieu d’eux sur le flanc de la montagne ; tantôt au bord de la mer, ou marchant avec eux sur le chemin, il révélait les mystères du royaume de Dieu. Il ne prêchait pas comme les hommes le font aujourd’hui. Partout où les cœurs étaient ouverts pour recevoir le message divin, il révélait les vérités de la voie du salut. Il n’a pas ordonné à ses disciples de faire ceci ou cela, mais a dit : “Suivez-moi”. Au cours de ses voyages à travers les campagnes et les villes, il les emmena avec lui, afin qu’ils puissent voir comment il enseignait le peuple. Il a lié leur intérêt au Sien, et ils se sont unis à Lui dans le travail.
L’exemple du Christ en se liant aux intérêts de l’humanité devrait être suivi par tous ceux qui prêchent sa parole et par tous ceux qui ont reçu l’évangile de sa grâce. Nous ne devons pas renoncer à la communion sociale. Nous ne devons pas nous isoler des autres. Afin d’atteindre toutes les classes, nous devons les rencontrer là où elles se trouvent. Ils nous chercheront rarement de leur propre gré. Ce n’est pas seulement de la chaire que le cœur des hommes est touché par la vérité divine. Il y a un autre champ de travail, plus humble soit-il, mais tout aussi prometteur. On le trouve dans la maison des humbles et dans la demeure des grands ; au conseil hospitalier et dans des rassemblements pour un plaisir social innocent.
En tant que disciples du Christ, nous ne nous mêlerons pas au monde par simple amour du plaisir, pour nous unir à lui dans la folie. De telles associations ne peuvent qu’entraîner des dommages. Nous ne devons jamais sanctionner le péché par nos paroles ou nos actes, notre silence ou notre présence. Partout où nous allons, nous devons porter Jésus avec nous et révéler aux autres la valeur de notre Sauveur. Mais ceux qui essaient de préserver leur religion en la cachant dans des murs de pierre perdent de précieuses occasions de faire le bien. A travers les relations sociales, le christianisme entre en contact avec le monde. Tous ceux qui ont reçu l’illumination divine doivent éclairer le chemin de ceux qui ne connaissent pas la Lumière de la vie.
Nous devrions tous devenir des témoins de Jésus. La puissance sociale, sanctifiée par la grâce du Christ, doit être améliorée pour gagner des âmes au Sauveur. Que le monde voie que nous ne sommes pas égoïstement absorbés par nos propres intérêts, mais que nous désirons que les autres partagent nos bénédictions et nos privilèges. Qu’ils voient que notre religion ne nous rend pas antipathiques ou exigeants. Que tous ceux qui professent avoir trouvé Christ agissent comme il l’a fait pour le bien des hommes.
Nous ne devrions jamais donner au monde la fausse impression que les chrétiens sont un peuple sombre et malheureux. Si nos yeux sont fixés sur Jésus, nous verrons un Rédempteur compatissant et nous apercevrons la lumière de son visage. Partout où règne son Esprit, la paix demeure. Et il y aura aussi de la joie, car il y a une confiance calme et sainte en Dieu.
Le Christ est satisfait de ses disciples lorsqu’ils montrent que, bien qu’humains, ils sont participants de la nature divine. Ce ne sont pas des statues, mais des hommes et des femmes vivants. Leurs cœurs, rafraîchis par la rosée de la grâce divine, s’ouvrent et s’élargissent au Soleil de Justice. La lumière qui brille sur eux, ils la reflètent sur les autres dans des œuvres lumineuses de l’amour du Christ.

Chapitre 16
Dans son temple
[Ce chapitre est basé sur Jean 2:12-22]

« Après cela, il descendit à Capharnaüm, lui, sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n’y restèrent pas beaucoup de jours. Et la Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.
Dans ce voyage, Jésus a rejoint l’une des grandes compagnies qui se dirigeaient vers la capitale. Il n’avait pas encore annoncé publiquement sa mission et il se mêlait à la foule sans se faire remarquer. A ces occasions, la venue du Messie, à laquelle une telle importance avait été donnée par le ministère de Jean, était souvent le thème de la conversation. L’espoir d’une grandeur nationale était nourri avec un enthousiasme ardent. Jésus savait que cette espérance allait être déçue, car elle était fondée sur une mauvaise interprétation des Écritures. Avec un profond sérieux, il expliqua les prophéties et essaya d’éveiller le peuple à une étude plus approfondie de la parole de Dieu.
Les dirigeants juifs avaient ordonné au peuple qu’à Jérusalem, ils devaient apprendre à adorer Dieu. Ici, pendant la semaine de la Pâque, de grands nombres se rassemblaient, venant de toutes les parties de la Palestine, et même de pays lointains. Les cours du temple étaient remplies d’une foule de promiscuité. Beaucoup étaient incapables d’apporter avec eux les sacrifices qui devaient être offerts comme typifiant le seul grand Sacrifice. Pour leur commodité, des animaux étaient achetés et vendus dans la cour extérieure du temple. Ici, toutes les catégories de personnes se rassemblaient pour acheter leurs offrandes. Ici, tout l’argent étranger était échangé contre la monnaie du sanctuaire.
Chaque Juif devait payer annuellement un demi-shekel en « rançon pour son âme » ; et l’argent ainsi recueilli servait à l’entretien du temple. Exode 30:12-16. En plus de cela, de grosses sommes ont été apportées en offrandes volontaires, pour être déposées dans le trésor du temple. Et il était exigé que toute pièce de monnaie étrangère soit changée pour une pièce appelée shekel du temple, qui était acceptée pour le service du sanctuaire. Le change d’argent donnait lieu à des fraudes et à des extorsions, et il était devenu un trafic honteux, qui était une source de revenus pour les prêtres.
Les marchands exigeaient des prix exorbitants pour les animaux vendus, et ils partageaient leurs bénéfices avec les prêtres et les souverains, qui s’enrichissaient ainsi aux dépens du peuple. Les fidèles avaient appris à croire que s’ils n’offraient pas de sacrifice, la bénédiction de Dieu ne reposerait pas sur leurs enfants ou leurs terres. Ainsi, un prix élevé pour les animaux pourrait être obtenu; car après avoir parcouru tant de chemin, le peuple ne revenait pas chez lui sans accomplir l’acte de dévotion pour lequel il était venu.
Un grand nombre de sacrifices étaient offerts au moment de la Pâque et les ventes au temple étaient très importantes. La confusion qui en a résulté indiquait un marché aux bestiaux bruyant plutôt que le temple sacré de Dieu. On entendait de vifs marchandages, le meuglement du bétail, le bêlement des moutons, le roucoulement des colombes, mêlés au tintement des pièces et aux disputes rageuses. La confusion était si grande que les fidèles furent troublés, et les paroles adressées au Très-Haut furent noyées dans le tumulte qui envahit le temple. Les Juifs étaient extrêmement fiers de leur piété. Ils se réjouissaient de leur temple et considéraient une parole prononcée en sa défaveur comme un blasphème ; ils étaient très rigoureux dans l’accomplissement des cérémonies qui s’y rattachaient ; mais l’amour de l’argent avait eu raison de leurs scrupules.
Lorsque le Seigneur descendit sur le mont Sinaï, le lieu fut consacré par sa présence. Moïse reçut l’ordre de mettre des bornes autour de la montagne et de la sanctifier, et la parole de l’Éternel fut entendue en avertissement : « Prenez garde de ne pas monter sur la montagne, ni d’en toucher le bord : quiconque touche la montagne sera certainement mis à mort: aucune main ne le touchera, mais il sera certainement lapidé ou transpercé; que ce soit une bête ou un homme, il ne vivra pas. Exode 19:12, 13. Ainsi a été enseignée la leçon que partout où Dieu manifeste Sa présence, le lieu est saint. L’enceinte du temple de Dieu aurait dû être considérée comme sacrée. Mais dans la lutte pour le gain, tout cela a été perdu de vue.
Les prêtres et les dirigeants étaient appelés à être les représentants de Dieu auprès de la nation ; ils auraient dû corriger les abus de la cour du temple. Ils auraient dû donner au peuple un exemple d’intégrité et de compassion. Au lieu d’étudier leur propre profit, ils auraient dû considérer la situation et les besoins des fidèles, et auraient dû être prêts à aider ceux qui n’étaient pas en mesure d’acheter les sacrifices requis. Mais cela, ils ne l’ont pas fait. L’avarice avait endurci leur cœur.
Venaient à cette fête ceux qui souffraient, ceux qui étaient dans le besoin et la détresse. Les aveugles, les boiteux, les sourds étaient là. Certains ont été amenés sur des lits. Beaucoup sont venus qui étaient trop pauvres pour acheter la plus humble offrande pour le Seigneur, trop pauvres même pour acheter de la nourriture avec laquelle satisfaire leur propre faim. Ceux-ci ont été très affligés par les déclarations des prêtres. Les prêtres se vantaient de leur piété ; ils prétendaient être les gardiens du peuple ; mais ils étaient sans sympathie ni compassion. Les pauvres, les malades, les mourants, ont fait leur vain appel à la faveur. Leurs souffrances n’éveillèrent aucune pitié dans le cœur des prêtres.
Lorsque Jésus est entré dans le temple, il a pris toute la scène. Il a vu les transactions déloyales. Il a vu la détresse des pauvres, qui pensaient que sans effusion de sang, il n’y aurait pas de pardon pour leurs péchés. Il a vu la cour extérieure de son temple convertie en un lieu de trafic profane. L’enceinte sacrée était devenue une vaste bourse.
Christ a vu que quelque chose devait être fait. De nombreuses cérémonies ont été imposées au peuple sans l’instruction appropriée quant à leur importance. Les adorateurs offraient leurs sacrifices sans comprendre qu’ils étaient typiques du seul Sacrifice parfait. Et parmi eux, non reconnu et non honoré, se tenait Celui symbolisé par tout leur service. Il avait donné des directives concernant les offrandes. Il a compris leur valeur symbolique, et Il a vu qu’ils étaient maintenant pervertis et mal compris. Le culte spirituel disparaissait rapidement. Aucun lien ne liait les prêtres et les gouvernants à leur Dieu. L’œuvre de Christ consistait à établir un culte tout à fait différent.
Avec un regard pénétrant, le Christ observe la scène devant lui alors qu’il se tient sur les marches de la cour du temple. Avec un œil prophétique, il regarde dans l’avenir et voit non seulement des années, mais des siècles et des âges. Il voit comment les prêtres et les dirigeants détournent les nécessiteux de leur droit et interdisent que l’évangile soit prêché aux pauvres. Il voit comment l’amour de Dieu sera caché aux pécheurs, et les hommes feront de sa grâce une marchandise. Alors qu’il contemple la scène, l’indignation, l’autorité et la puissance s’expriment sur son visage. L’attention du peuple est attirée sur lui. Les yeux de ceux qui sont engagés dans leur trafic impie sont rivés sur son visage. Ils ne peuvent pas retirer leur regard. Ils sentent que cet Homme lit dans leurs pensées les plus intimes et découvre leurs motivations cachées. Certains tentent de dissimuler leur visage,
La confusion est étouffée. Le bruit de la circulation et des marchandages a cessé. Le silence devient douloureux. Un sentiment d’admiration envahit l’assemblée. C’est comme s’ils étaient traduits devant le tribunal de Dieu pour répondre de leurs actes. Regardant le Christ, ils voient la divinité briller à travers l’habit de l’humanité. La majesté des cieux se tient comme le juge se tiendra au dernier jour, non pas maintenant entourée de la gloire qui l’accompagnera alors, mais avec le même pouvoir de lire dans l’âme. Son œil balaie la multitude, embrassant chaque individu. Sa forme semble s’élever au-dessus d’eux dans une dignité imposante, et une lumière divine illumine son visage. Il parle, et sa voix claire et retentissante – la même qui, sur le mont Sinaï, a proclamé la loi que les prêtres et les dirigeants transgressent – ​​se fait entendre résonner à travers les arches du temple : « Prenez ces choses d’ici ;
Descendant lentement les marches, et levant le fléau des cordes ramassées en entrant dans l’enceinte, il ordonne à la compagnie marchande de sortir de l’enceinte du temple. Avec un zèle et une sévérité qu’il n’a jamais manifestés auparavant, il renverse les tables des changeurs. La pièce tombe en résonnant brusquement sur le pavé de marbre. Personne ne prétend remettre en question son autorité. Personne n’ose s’arrêter pour ramasser son gain mal acquis. Jésus ne les frappe pas avec le fouet des cordes, mais dans sa main ce simple fléau semble terrible comme une épée flamboyante. Des officiers du temple, des prêtres spéculateurs, des courtiers et des marchands de bétail, avec leurs moutons et leurs bœufs, se précipitent de la place, avec la seule pensée d’échapper à la condamnation de sa présence.
Une panique s’empare de la multitude, qui sent l’ombre de sa divinité. Des cris de terreur s’échappent de centaines de lèvres blanchies. Même les disciples tremblent. Ils sont émerveillés par les paroles et les manières de Jésus, si différentes de Son comportement habituel. Ils se souviennent qu’il est écrit de lui : « Le zèle de ta maison m’a dévoré. Psaume 69:9. Bientôt la foule tumultueuse avec leurs marchandises est loin du temple du Seigneur. Les tribunaux sont exempts de trafic profane, et un silence et une solennité profonds s’installent sur la scène de la confusion.
La présence du Seigneur, qui jadis sanctifiait la montagne, a maintenant sacralisé le temple élevé en son honneur.
Lors de la purification du temple, Jésus annonçait sa mission de Messie et commençait son œuvre. Ce temple, érigé pour la demeure de la Présence divine, a été conçu pour être une leçon de choses pour Israël et pour le monde. Depuis les âges éternels, le dessein de Dieu était que chaque être créé, du séraphin lumineux et saint à l’homme, soit un temple pour la demeure du Créateur. À cause du péché, l’humanité a cessé d’être un temple pour Dieu. Obscurci et souillé par le mal, le cœur de l’homme ne révèle plus la gloire du Divin. Mais par l’incarnation du Fils de Dieu, le but du Ciel est accompli. Dieu demeure dans l’humanité et, par la grâce salvatrice, le cœur de l’homme redevient son temple. Dieu a voulu que le temple de Jérusalem soit un témoignage continuel de la haute destinée ouverte à toute âme. Mais les Juifs n’avaient pas compris la signification de l’édifice qu’ils considéraient avec tant de fierté. Ils ne se sont pas livrés comme des temples saints pour l’Esprit Divin. Les cours du temple de Jérusalem, remplies du tumulte d’un trafic impie, ne représentaient que trop véritablement le temple du cœur, souillé par la présence de passions sensuelles et de pensées impies. En purifiant le temple des acheteurs et des vendeurs du monde, Jésus a annoncé sa mission de purifier le cœur de la souillure du péché, des désirs terrestres, des convoitises égoïstes, des mauvaises habitudes qui corrompent l’âme. « L’Éternel, que vous cherchez, viendra tout à coup dans son temple, le Messager de l’alliance, en qui vous vous plaisez : voici, il vient, dit l’Éternel des armées. Mais qui peut supporter le jour de sa venue ? et qui se tiendra quand il paraîtra? car il est comme le feu d’un fondeur et comme le savon d’un foulon ; et il siégera comme fondeur et purificateur d’argent ; et il purifiera les fils de Lévi, et les purifiera comme l’or et l’argent. Malachie 3:1-3.
« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un souille le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple. 1 Corinthiens 3:16, 17. Nul ne peut de lui-même chasser la foule méchante qui a pris possession de son cœur. Seul Christ peut purifier le temple de l’âme. Mais Il ne forcera pas l’entrée. Il ne vient pas dans le cœur comme au temple d’autrefois ; mais il dit : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui. Apocalypse 3:20. Il viendra, pas seulement pour un jour ; car il dit : « J’habiterai en eux, et j’y marcherai ; . . . et ils seront mon peuple. « Il subjuguera nos iniquités ; et tu jetteras tous leurs péchés dans les profondeurs de la mer. 2 Corinthiens 6:16; Michée 7:19. Sa présence purifiera et sanctifiera l’âme, afin qu’elle soit un saint temple pour le Seigneur et “une habitation de Dieu par l’Esprit”. Éphésiens 2:21, 22.
Accablés de terreur, les prêtres et les dirigeants s’étaient enfuis de la cour du temple et du regard inquisiteur qui lisait dans leurs cœurs. Dans leur fuite, ils en rencontrèrent d’autres sur le chemin du temple, et leur ordonnèrent de rebrousser chemin, leur racontant ce qu’ils avaient vu et entendu. Christ regarda les hommes en fuite avec une pitié ardente pour leur peur et leur ignorance de ce qui constituait le vrai culte. Dans cette scène, il a vu symbolisé la dispersion de toute la nation juive pour sa méchanceté et son impénitence.
Et pourquoi les prêtres ont-ils fui le temple ? Pourquoi n’ont-ils pas tenu bon ? Celui qui leur ordonna de partir était un fils de charpentier, un pauvre Galiléen, sans rang ni pouvoir terrestre. Pourquoi ne lui ont-ils pas résisté ? Pourquoi ont-ils abandonné le gain si mal acquis et se sont enfuis au commandement de Celui dont l’apparence extérieure était si humble ?
Christ a parlé avec l’autorité d’un roi, et dans son apparition et dans le ton de sa voix, il y avait ce à quoi ils n’avaient pas le pouvoir de résister. Au mot d’ordre, ils ont réalisé, comme ils ne l’avaient jamais réalisé auparavant, leur véritable position d’hypocrites et de voleurs. Lorsque la divinité a traversé l’humanité, non seulement ils ont vu l’indignation sur le visage de Christ ; ils ont réalisé l’importance de Ses paroles. Ils se sentaient comme devant le trône du Juge éternel, avec leur sentence portée sur eux pour le temps et pour l’éternité. Pendant un certain temps, ils furent convaincus que Christ était un prophète ; et beaucoup croyaient qu’il était le Messie. Le Saint-Esprit a fait jaillir dans leur esprit les déclarations des prophètes concernant Christ. Cèderaient-ils à cette conviction ?
Ils ne se repentiraient pas. Ils savaient que la sympathie du Christ pour les pauvres avait été éveillée. Ils savaient qu’ils s’étaient rendus coupables d’extorsion dans leurs relations avec la population. Parce que Christ discernait leurs pensées, ils le haïssaient. Sa réprimande publique était humiliante pour leur orgueil, et ils étaient jaloux de son influence croissante auprès du peuple. Ils décidèrent de le défier quant à la puissance par laquelle il les avait chassés, et qui lui avait donné cette puissance.
Lentement et pensivement, mais la haine au cœur, ils sont retournés au temple. Mais quel changement s’était opéré pendant leur absence !
Lorsqu’ils s’enfuyaient, les pauvres restaient sur place ; et ceux-ci regardaient maintenant Jésus, dont le visage exprimait son amour et sa sympathie. Les larmes aux yeux, il dit à ceux qui tremblaient autour de lui : Ne craignez rien ; Je te délivrerai, et tu me glorifieras. C’est pour cette cause que je suis venu au monde.
Le peuple se pressa dans la présence du Christ avec des appels urgents et pitoyables : Maître, bénis-moi. Son oreille entendait chaque cri. Avec une pitié supérieure à celle d’une mère tendre, il se pencha sur les petits souffrants. Tous ont reçu de l’attention. Tout le monde a été guéri de la maladie qu’il avait. Les muets ouvraient leurs lèvres en signe de louange ; les aveugles virent le visage de leur Restaurateur. Les cœurs des victimes se réjouissaient.
Lorsque les prêtres et les responsables du temple ont été témoins de cette grande œuvre, quelle révélation ont été pour eux les sons qui sont tombés sur leurs oreilles ! Les gens racontaient l’histoire de la douleur qu’ils avaient subie, de leurs espoirs déçus, de journées douloureuses et de nuits blanches. Lorsque la dernière étincelle d’espoir semblait s’être éteinte, le Christ les avait guéris. Le fardeau était si lourd, disait-on ; mais j’ai trouvé une aide. Il est le Christ de Dieu et je consacrerai ma vie à son service. Des parents disaient à leurs enfants : Il vous a sauvé la vie ; élevez votre voix et louez-Le. Les voix d’enfants et d’adolescents, de pères et de mères, d’amis et de spectateurs, mêlées d’actions de grâces et de louanges. L’espoir et la joie remplissaient leurs cœurs. La paix est venue à leur esprit. Ils ont été restaurés corps et âme, et ils sont retournés chez eux, proclamant partout l’amour sans pareil de Jésus.
Lors de la crucifixion du Christ, ceux qui avaient ainsi été guéris ne se sont pas joints à la foule pour crier : « Crucifie-le, crucifie-le. Leurs sympathies allaient à Jésus ; car ils avaient ressenti sa grande sympathie et sa merveilleuse puissance. Ils savaient qu’il était leur Sauveur; car il leur avait donné la santé du corps et de l’âme. Ils ont écouté la prédication des apôtres, et l’entrée de la parole de Dieu dans leurs cœurs leur a donné la compréhension. Ils sont devenus des agents de la miséricorde de Dieu et des instruments de son salut.
La foule qui s’était enfuie de la cour du temple après un certain temps s’est lentement retirée. Ils s’étaient en partie remis de la panique qui les avait saisis, mais leurs visages exprimaient l’irrésolution et la timidité. Ils regardèrent avec étonnement les œuvres de Jésus et furent convaincus qu’en lui les prophéties concernant le Messie s’étaient accomplies. Le péché de la profanation du temple reposait, en grande partie, sur les prêtres. C’était par leur arrangement que la cour avait été transformée en place de marché. Les gens étaient relativement innocents. Ils ont été impressionnés par l’autorité divine de Jésus ; mais avec eux l’influence des prêtres et des dirigeants était primordiale. Ils considéraient la mission du Christ comme une innovation et mettaient en doute son droit d’interférer avec ce qui était permis par les autorités du temple.
Par-dessus tout, les prêtres et les dirigeants auraient dû voir en Jésus l’oint du Seigneur ; car entre leurs mains se trouvaient les rouleaux sacrés qui décrivaient sa mission, et ils savaient que la purification du temple était une manifestation d’une puissance plus qu’humaine. Bien qu’ils haïssaient Jésus, ils ne pouvaient pas se libérer de la pensée qu’il pourrait être un prophète envoyé par Dieu pour restaurer la sainteté du temple. Avec une déférence née de cette crainte, ils s’adressèrent à lui en lui demandant : « Quel signe nous montres-tu, voyant que tu fais ces choses ?
Jésus leur avait montré un signe. En faisant briller la lumière dans leurs cœurs et en accomplissant devant eux les œuvres que le Messie devait accomplir, il avait donné des preuves convaincantes de son caractère. Or, lorsqu’ils demandaient un signe, il leur répondit par une parabole, montrant qu’il avait lu leur malice et vu jusqu’où cela les conduirait. “Détruisez ce temple,” dit-il, “et en trois jours je le relèverai.”
Dans ces paroles, Sa signification était double. Il s’est référé non seulement à la destruction du temple et du culte juifs, mais à sa propre mort, la destruction du temple de son corps. Cela, les Juifs complotaient déjà. Alors que les prêtres et les dirigeants retournaient au temple, ils avaient proposé de tuer Jésus, et ainsi de se débarrasser du troubleur. Pourtant, lorsqu’il leur a exposé leur dessein, ils ne l’ont pas compris. Ils pensèrent que ses paroles ne s’appliquaient qu’au temple de Jérusalem et, avec indignation, ils s’exclamèrent : “Ce temple a été construit pendant quarante-six ans, et le relèveras-tu en trois jours ?” Maintenant, ils sentaient que Jésus avait justifié leur incrédulité, et ils étaient confirmés dans leur rejet de Lui.
Christ n’a pas conçu que ses paroles soient comprises par les Juifs incrédules, ni même par ses disciples à cette époque. Il savait qu’ils seraient mal interprétés par ses ennemis et se retourneraient contre lui. Lors de son procès, ils seraient amenés comme une accusation, et au Calvaire, ils seraient lancés contre lui comme une raillerie. Mais les expliquer maintenant donnerait à ses disciples une connaissance de ses souffrances et leur apporterait une douleur qu’ils n’étaient pas encore capables de supporter. Et une explication révélerait prématurément aux Juifs le résultat de leurs préjugés et de leur incrédulité. Ils étaient déjà entrés dans une voie qu’ils poursuivraient avec constance jusqu’à ce qu’il soit conduit comme un agneau à l’abattoir.
C’était pour ceux qui croiraient en lui que ces paroles de Christ ont été prononcées. Il savait qu’ils se répéteraient. Etant prononcés à la Pâque, ils parviendraient aux oreilles de milliers de personnes et seraient portés dans toutes les parties du monde. Après qu’Il soit ressuscité des morts, leur signification serait rendue claire. Pour beaucoup, ils seraient une preuve concluante de sa divinité.
À cause de leurs ténèbres spirituelles, même les disciples de Jésus ont souvent échoué à comprendre ses leçons. Mais bon nombre de ces leçons leur ont été rendues évidentes par les événements ultérieurs. Quand il ne marchait plus avec eux, ses paroles étaient un arrêt dans leur cœur.
En ce qui concerne le temple de Jérusalem, les paroles du Sauveur : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai », avaient un sens plus profond que ne le percevaient les auditeurs. Christ était le fondement et la vie du temple. Ses services étaient typiques du sacrifice du Fils de Dieu. Le sacerdoce a été établi pour représenter le caractère et l’œuvre de médiation du Christ. Le plan entier du culte sacrificiel était une préfiguration de la mort du Sauveur pour racheter le monde. Il n’y aurait aucune efficacité dans ces offrandes lorsque le grand événement vers lequel elles avaient pointé depuis des siècles serait consommé.
Puisque toute l’économie rituelle était symbolique du Christ, elle n’avait aucune valeur en dehors de Lui. Lorsque les Juifs ont scellé leur rejet du Christ en le livrant à la mort, ils ont rejeté tout ce qui donnait une signification au temple et à ses services. Son caractère sacré avait disparu. Il était voué à la destruction. À partir de ce jour, les offrandes sacrificielles et le service qui s’y rattache n’avaient plus de sens. Comme l’offrande de Caïn, ils n’ont pas exprimé la foi dans le Sauveur. En faisant mourir Christ, les Juifs ont pratiquement détruit leur temple. Lorsque le Christ a été crucifié, le voile intérieur du temple a été déchiré en deux de haut en bas, signifiant que le grand sacrifice final avait été fait et que le système des offrandes sacrificielles était à jamais terminé.
“Dans trois jours, je le relèverai.” Dans la mort du Sauveur, les puissances des ténèbres semblaient l’emporter, et elles exultaient de leur victoire. Mais du sépulcre déchiré de Joseph, Jésus est sorti vainqueur. “Ayant gâté des principautés et des puissances, il les a montrées ouvertement, triomphant d’elles.” Colossiens 2:15. En vertu de sa mort et de sa résurrection
Il est devenu le ministre du “ vrai tabernacle, que le Seigneur a dressé, et non un homme ”. Hébreux 8:2. Des hommes ont élevé le tabernacle juif ; les hommes ont construit le temple juif; mais le sanctuaire d’en haut, dont le terrestre était un type, n’a été construit par aucun architecte humain. «Voici l’homme dont le nom est la branche; . . . Il bâtira le temple du Seigneur ; et il portera la gloire, et s’assiéra et régnera sur son trône; et il sera sacrificateur sur son trône. Zacharie 6:12, 13.
Le service sacrificiel qui avait pointé vers Christ est passé ; mais les yeux des hommes étaient tournés vers le vrai sacrifice pour les péchés du monde. Le sacerdoce terrestre a cessé ; mais nous regardons à Jésus, le ministre de la nouvelle alliance, et « au sang de l’aspersion, qui parle mieux que celui d’Abel ». « Le chemin vers le lieu très saint n’était pas encore manifesté, alors que le premier tabernacle était encore debout : . . . mais Christ étant venu souverain sacrificateur des biens à venir, par un tabernacle plus grand et plus parfait, non fait de mains, . . . par son propre sang, il est entré une fois dans le lieu saint, ayant obtenu pour nous une rédemption éternelle. Hébreux 12:24 ; 9:8-12.
“C’est pourquoi il peut aussi sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.” Hébreux 7:25. Bien que le ministère devait être déplacé du temple terrestre au temple céleste; bien que le sanctuaire et notre grand souverain sacrificateur soient invisibles à la vue humaine, les disciples ne devaient en subir aucune perte. Ils ne réaliseraient aucune rupture dans leur communion, ni aucune diminution de pouvoir à cause de l’absence du Sauveur. Pendant que Jésus exerce son ministère dans le sanctuaire d’en haut, Il est toujours par Son Esprit le ministre de l’église sur la terre. Il est retiré de l’œil des sens, mais sa promesse d’adieu est accomplie : « Voici, je suis avec vous pour toujours, même jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28:20. Alors qu’il délègue son pouvoir à des ministres inférieurs, sa présence énergisante est toujours avec son église.
«Voyant donc que nous avons un grand souverain sacrificateur, . . . Jésus, le Fils de Dieu, gardons ferme notre profession. Car nous n’avons pas de souverain sacrificateur qui ne puisse être touché par le sentiment de nos infirmités ; mais nous avons été tentés en tous points comme nous, mais sans péché. Approchons-nous donc hardiment du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce pour nous aider en cas de besoin. Hébreux 4:14-16.

Chapitre 17
Nicodème
[Ce chapitre est basé sur Jean 3:1-17]

Nicodème occupait une haute position de confiance dans la nation juive. Il était très instruit et possédait des talents hors du commun, et il était un membre honoré du conseil national. Avec d’autres, il avait été touché par l’enseignement de Jésus. Bien que riche, instruit et honoré, il avait été étrangement attiré par l’humble Nazaréen. Les leçons qui étaient tombées des lèvres du Sauveur l’avaient beaucoup impressionné, et il désirait en savoir plus sur ces merveilleuses vérités.
L’exercice de l’autorité du Christ dans la purification du temple avait suscité la haine déterminée des prêtres et des dirigeants. Ils craignaient le pouvoir de cet étranger. Une telle audace de la part d’un Galiléen obscur n’était pas tolérable. Ils étaient déterminés à mettre fin à Son œuvre. Mais tous n’étaient pas d’accord dans ce but. Certains craignaient de s’opposer à Celui qui était si manifestement poussé par l’Esprit de Dieu. Ils se sont rappelé comment des prophètes avaient été tués pour avoir réprimandé les péchés des dirigeants d’Israël. Ils savaient que l’esclavage des Juifs à une nation païenne était le résultat de leur entêtement à rejeter les reproches de Dieu. Ils craignaient qu’en complotant contre Jésus, les prêtres et les dirigeants ne suivent les traces de leurs pères et n’apportent de nouvelles calamités sur la nation. Nicodème partageait ces sentiments. Dans un concile du Sanhédrin, lorsqu’on envisagea la marche à suivre envers Jésus, Nicodème conseilla la prudence et la modération. Il a insisté sur le fait que si Jésus était vraiment investi de l’autorité de Dieu, il serait périlleux de rejeter ses avertissements. Les prêtres n’osèrent pas ignorer ce conseil et, pour le moment, ils ne prirent aucune mesure ouverte contre le Sauveur.
Depuis qu’il avait entendu Jésus, Nicodème avait étudié anxieusement les prophéties relatives au Messie ; et plus il cherchait, plus sa conviction était forte que c’était Celui qui devait venir. Avec beaucoup d’autres en Israël, il avait été très affligé par la profanation du temple. Il fut témoin de la scène où Jésus chassa les acheteurs et les vendeurs ; il vit la merveilleuse manifestation de la puissance divine ; il a vu le Sauveur recevoir les pauvres et guérir les malades ; il vit leurs regards de joie et entendit leurs paroles de louanges ; et il ne pouvait douter que Jésus de Nazareth était l’Envoyé de Dieu.
Il désirait grandement une entrevue avec Jésus, mais hésitait à le rechercher ouvertement. Il serait trop humiliant pour un chef des Juifs de se reconnaître sympathisant avec un maître encore si peu connu. Et si sa visite arrivait à la connaissance du Sanhédrin, elle attirerait sur lui leur mépris et leur dénonciation. Il résolut une entrevue secrète, s’excusant au motif que s’il devait aller ouvertement, d’autres pourraient suivre son exemple. Apprenant par une enquête spéciale le lieu de retraite du Sauveur au mont des Oliviers, il attendit que la ville soit plongée dans le sommeil, puis le chercha.
En présence du Christ, Nicodème éprouvait une timidité étrange, qu’il s’efforçait de dissimuler sous un air de sang-froid et de dignité. « Rabbi, dit-il, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. En parlant des dons rares du Christ en tant qu’enseignant, et aussi de son merveilleux pouvoir d’accomplir des miracles, il espérait ouvrir la voie à son entrevue. Ses mots ont été conçus pour exprimer et inviter la confiance; mais ils ont vraiment exprimé leur incrédulité. Il n’a pas reconnu que Jésus était le Messie, mais seulement un enseignant envoyé par Dieu.
Au lieu de reconnaître cette salutation, Jésus baissa les yeux sur l’orateur, comme s’il lisait dans son âme. Dans son infinie sagesse, il a vu devant lui un chercheur de vérité. Il connaissait l’objet de cette visite, et avec un désir d’approfondir la conviction qui reposait déjà sur l’esprit de son auditeur, il est venu directement au point, disant solennellement, mais gentiment, “En vérité, en vérité, je te le dis, à moins qu’un homme ne soit né d’en haut, il ne peut pas voir le royaume de Dieu. Jean 3:3, marge.
Nicodème était venu au Seigneur en pensant entamer une discussion avec lui, mais Jésus a mis à nu les principes fondamentaux de la vérité. Il dit à Nicodème : Ce n’est pas tant de connaissances théoriques dont tu as besoin que d’une régénération spirituelle. Vous n’avez pas besoin d’avoir votre curiosité satisfaite, mais d’avoir un nouveau cœur. Vous devez recevoir une nouvelle vie d’en haut avant de pouvoir apprécier les choses célestes. Jusqu’à ce que ce changement ait lieu, rendant toutes choses nouvelles, il ne vous sera d’aucune utilité de discuter avec Moi de Mon autorité ou de Ma mission.
Nicodème avait entendu la prédication de Jean-Baptiste concernant la repentance et le baptême, et indiquant au peuple Celui qui devait baptiser du Saint-Esprit. Lui-même avait senti qu’il y avait un manque de spiritualité parmi les Juifs, que, dans une large mesure, ils étaient contrôlés par le sectarisme et l’ambition mondaine. Il avait espéré un meilleur état des choses à la venue du Messie. Pourtant, le message pénétrant du Baptiste n’avait pas réussi à produire en lui la conviction du péché. C’était un pharisien strict et fier de ses bonnes œuvres. Il était largement estimé pour sa bienveillance et sa libéralité dans le maintien du service du temple, et il se sentait assuré de la faveur de Dieu. Il fut surpris à l’idée d’un royaume trop pur pour qu’il puisse le voir dans son état actuel.
La figure de la nouvelle naissance, que Jésus avait utilisée, n’était pas totalement étrangère à Nicodème. Les convertis du paganisme à la foi d’Israël étaient souvent comparés à des enfants qui venaient de naître. Par conséquent, il a dû comprendre que les paroles du Christ ne devaient pas être prises au sens littéral. Mais en vertu de sa naissance en tant qu’Israélite, il se considérait comme sûr d’une place dans le royaume de Dieu. Il sentait qu’il n’avait besoin d’aucun changement. D’où sa surprise face aux paroles du Sauveur. Il était irrité par leur étroite application à lui-même. L’orgueil du pharisien luttait contre l’honnête désir du chercheur de vérité. Il se demandait si Christ lui parlait comme il l’avait fait, sans respecter sa position de dirigeant en Israël.
Surpris par son sang-froid, il répondit au Christ par des paroles pleines d’ironie : « Comment un homme peut-il naître alors qu’il est vieux ? Comme beaucoup d’autres, lorsque la vérité tranchante est portée à la conscience, il a révélé le fait que l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu. Il n’y a rien en lui qui réponde aux choses spirituelles ; car les choses spirituelles sont spirituellement discernées.
Mais le Sauveur n’a pas répondu à l’argument par l’argument. Levant la main avec une dignité solennelle et tranquille, il insista sur la vérité avec une plus grande assurance : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Nicodème savait que Christ se référait ici au baptême d’eau et au renouvellement du cœur par l’Esprit de Dieu. Il était convaincu qu’il était en présence de Celui que Jean-Baptiste avait prédit.
Jésus a poursuivi : « Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Par nature, le cœur est mauvais, et « qui peut tirer une chose pure d’une chose impure ? pas une.” Job 14:4. Aucune invention humaine ne peut trouver un remède à l’âme pécheresse. “L’esprit charnel est inimitié contre Dieu, car il n’est pas soumis à la loi de Dieu, et ne peut l’être non plus.” « C’est du cœur que procèdent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les blasphèmes. » Romains 8:7 ; Matthieu 15:19. La fontaine du cœur doit être purifiée avant que les courants puissent devenir purs. Celui qui essaie d’atteindre le ciel par ses propres œuvres en gardant la loi tente une impossibilité. Il n’y a aucune sécurité pour celui qui n’a qu’une religion légale, une forme de piété. La vie du chrétien n’est pas une modification ou une amélioration de l’ancienne, mais une transformation de la nature. Il y a une mort à soi et au péché, et une nouvelle vie tout à fait. Ce changement ne peut être provoqué que par l’action efficace du Saint-Esprit.
Nicodème était encore perplexe, et Jésus utilisa le vent pour illustrer son propos : « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d’où il vient, ni où il va. l’esprit.”
Le vent se fait entendre parmi les branches des arbres, bruissant les feuilles et les fleurs ; pourtant il est invisible, et personne ne sait d’où il vient ni où il va. Il en est de même de l’oeuvre du Saint-Esprit sur le coeur. Elle ne s’explique pas plus que les mouvements du vent. Une personne peut ne pas être en mesure de dire l’heure ou le lieu exact, ou de retracer toutes les circonstances du processus de conversion ; mais cela ne prouve pas qu’il soit inconverti. Par un agent aussi invisible que le vent, Christ agit constamment sur le cœur. Petit à petit, peut-être inconsciemment pour le récepteur, des impressions se font qui tendent à attirer l’âme vers le Christ. Ceux-ci peuvent être reçus en méditant sur lui, en lisant les Écritures ou en écoutant la parole du prédicateur vivant. Soudain, alors que l’Esprit vient avec un appel plus direct, l’âme s’abandonne volontiers à Jésus. Pour beaucoup, cela s’appelle une conversion soudaine ; mais c’est le résultat d’une longue courtisation par l’Esprit de Dieu, un processus patient et prolongé.
Alors que le vent est lui-même invisible, il produit des effets qui se voient et se ressentent. Ainsi, l’œuvre de l’Esprit sur l’âme se révélera dans chaque acte de celui qui a ressenti sa puissance salvatrice. Lorsque l’Esprit de Dieu prend possession du cœur, il transforme la vie. Les pensées pécheresses sont mises de côté, les mauvaises actions sont renoncées ; l’amour, l’humilité et la paix remplacent la colère, l’envie et les querelles. La joie remplace la tristesse et le visage reflète la lumière du ciel. Personne ne voit la main qui soulève le fardeau, ni ne voit la lumière descendre des parvis d’en haut. La bénédiction vient quand, par la foi, l’âme s’abandonne à Dieu. Alors ce pouvoir qu’aucun œil humain ne peut voir crée un nouvel être à l’image de Dieu.
Il est impossible pour des esprits finis de comprendre l’œuvre de la rédemption. Son mystère dépasse la connaissance humaine ; pourtant celui qui passe de la mort à la vie se rend compte que c’est une réalité divine. Le début de la rédemption que nous pouvons connaître ici à travers une expérience personnelle. Ses résultats traversent les âges éternels.
Pendant que Jésus parlait, quelques lueurs de vérité pénétrèrent dans l’esprit du souverain. L’influence adoucissante et adoucissante du Saint-Esprit a impressionné son cœur. Pourtant, il n’a pas entièrement compris les paroles du Sauveur. Il n’était pas tant impressionné par la nécessité de la nouvelle naissance que par la manière dont elle s’accomplissait. Il a dit, émerveillé : « Comment ces choses peuvent-elles être ?
« Es-tu un maître d’Israël, et ne sais-tu pas ces choses ? demanda Jésus. Certes, celui qui est chargé de l’instruction religieuse du peuple ne doit pas ignorer des vérités si importantes. Ses paroles véhiculaient la leçon qu’au lieu de se sentir irrité par les mots clairs de la vérité, Nicodème aurait dû avoir une opinion très humble de lui-même, à cause de son ignorance spirituelle. Pourtant, le Christ a parlé avec une dignité si solennelle, et le regard et le ton exprimaient un amour si sincère, que Nicodème n’a pas été offensé lorsqu’il a réalisé sa condition humiliante.
Mais lorsque Jésus expliqua que sa mission sur terre était d’établir un royaume spirituel au lieu d’un royaume temporel, son auditeur fut troublé. Voyant cela, Jésus ajouta : « Si je vous ai dit des choses terrestres, et que vous ne croyiez pas, comment croirez-vous, si je vous dis des choses célestes ? Si Nicodème ne pouvait pas recevoir l’enseignement du Christ, illustrant l’œuvre de la grâce sur le cœur, comment pourrait-il comprendre la nature de son glorieux royaume céleste ? Ne discernant pas la nature de l’œuvre de Christ sur terre, il ne pouvait pas comprendre son œuvre dans les cieux.
Les Juifs que Jésus avait chassés du temple prétendaient être des enfants d’Abraham, mais ils s’enfuirent de la présence du Sauveur parce qu’ils ne pouvaient pas supporter la gloire de Dieu qui se manifestait en lui. Ainsi, ils ont témoigné qu’ils n’étaient pas aptes par la grâce de Dieu à participer aux services sacrés du temple. Ils étaient zélés pour maintenir une apparence de sainteté, mais ils ont négligé la sainteté de cœur. Alors qu’ils tenaient à la lettre de la loi, ils en violaient constamment l’esprit. Leur grand besoin était ce changement même que le Christ avait expliqué à Nicodème, une nouvelle naissance morale, une purification du péché et un renouvellement de la connaissance et de la sainteté.
Il n’y avait aucune excuse pour l’aveuglement d’Israël à l’égard de l’œuvre de régénération. Sous l’inspiration du Saint-Esprit, Esaïe avait écrit : « Nous sommes tous comme une chose impure, et toutes nos justices sont comme des haillons souillés. David avait prié : « Crée en moi un cœur pur, ô Dieu ! et renouvelle en moi un bon esprit. Et par Ézéchiel, la promesse avait été donnée : « Je vous donnerai aussi un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; et j’ôterai de votre chair le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Et je mettrai mon Esprit en vous, et je vous ferai marcher dans mes statuts. Esaïe 64:6; Psaume 51:10 ; Ézéchiel 36:26, 27.
Nicodème avait lu ces Écritures avec un esprit obscurci ; mais il commençait alors à comprendre leur signification. Il vit que l’obéissance la plus stricte à la simple lettre de la loi appliquée à la vie extérieure ne pouvait donner à personne le droit d’entrer dans le royaume des cieux. Aux yeux des hommes, sa vie avait été juste et honorable ; mais en présence de Christ, il sentait que son cœur était impur et sa vie impie.
Nicodème était attiré par le Christ. Comme le Sauveur lui a expliqué concernant la nouvelle naissance, il aspirait à ce que ce changement s’opère en lui-même. Par quels moyens pourrait-il être réalisé ? Jésus a répondu à la question tacite : “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l’homme doit-il être élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.”
C’était un terrain avec lequel Nicodème était familier. Le symbole du serpent élevé lui a fait comprendre la mission du Sauveur. Lorsque le peuple d’Israël mourait de l’aiguillon des serpents brûlants, Dieu ordonna à Moïse de fabriquer un serpent d’airain et de le placer en haut au milieu de l’assemblée. Alors la parole retentit dans tout le campement que tous ceux qui regarderaient le serpent devraient vivre. Les gens savaient bien qu’en lui-même le serpent n’avait aucun pouvoir pour les aider. C’était un symbole du Christ. Comme l’image faite à la ressemblance des serpents destructeurs a été élevée pour leur guérison, de même Celui fait « à la ressemblance de la chair pécheresse » devait être leur Rédempteur. Romains 8:3. Beaucoup d’Israélites considéraient le service sacrificiel comme ayant en soi la vertu de les libérer du péché. Dieu voulut leur apprendre qu’il n’avait pas plus de valeur que ce serpent d’airain. C’était pour conduire leur esprit vers le Sauveur. Que ce soit pour la guérison de leurs blessures ou le pardon de leurs péchés, ils ne pouvaient rien faire d’autre que de montrer leur foi dans le Don de Dieu. Ils devaient regarder et vivre.
Ceux qui avaient été mordus par les serpents auraient pu tarder à regarder. Ils auraient pu se demander comment il pouvait y avoir une efficacité dans ce symbole effronté. Ils auraient pu exiger une explication scientifique. Mais aucune explication n’a été donnée. Ils doivent accepter la parole de Dieu à travers Moïse. Refuser de regarder, c’était périr.
Ce n’est pas par la controverse et la discussion que l’âme est éclairée. Il faut regarder et vivre. Nicodème reçut la leçon et l’emporta avec lui. Il a sondé les Écritures d’une manière nouvelle, non pour discuter d’une théorie, mais pour recevoir la vie pour l’âme. Il a commencé à voir le royaume des cieux en se soumettant à la direction du Saint-Esprit.
Il y a des milliers aujourd’hui qui ont besoin d’apprendre la même vérité qui a été enseignée à Nicodème par le serpent élevé. Ils comptent sur leur obéissance à la loi de Dieu pour les recommander à sa faveur. Lorsqu’on leur demande de regarder à Jésus et de croire qu’il les sauve uniquement par sa grâce, ils s’exclament : « Comment ces choses peuvent-elles être ?
Comme Nicodème, nous devons être disposés à entrer dans la vie de la même manière que le chef des pécheurs. En dehors de Christ, “il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés”. Actes 4:12. Par la foi, nous recevons la grâce de Dieu ; mais la foi n’est pas notre Sauveur. Cela ne rapporte rien. C’est la main par laquelle nous saisissons Christ et nous approprions ses mérites, le remède au péché. Et nous ne pouvons même pas nous repentir sans l’aide de l’Esprit de Dieu. L’Ecriture dit à propos de Christ : « Dieu l’a élevé par sa droite pour être un Prince et un Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. Actes 5:31. La repentance vient du Christ aussi véritablement que le pardon.
Comment, alors, allons-nous être sauvés ? “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert”, ainsi le Fils de l’homme a été élevé, et quiconque a été trompé et mordu par le serpent peut regarder et vivre. “Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.” Jean 1:29. La lumière qui brille de la croix révèle l’amour de Dieu. Son amour nous attire à lui. Si nous ne résistons pas à ce dessin, nous serons conduits au pied de la croix dans la repentance pour les péchés qui ont crucifié le Sauveur. Alors l’Esprit de Dieu par la foi produit une nouvelle vie dans l’âme. Les pensées et les désirs sont amenés à obéir à la volonté de Christ. Le cœur, l’esprit sont créés de nouveau à l’image de Celui qui travaille en nous pour s’assujettir toutes choses. Alors la loi de Dieu est écrite dans l’esprit et le cœur, et nous pouvons dire avec Christ, “Je prends plaisir à faire ta volonté, ô mon Dieu.” Psaume 40:8.
Dans l’entretien avec Nicodème, Jésus a dévoilé le plan du salut et sa mission dans le monde. Dans aucun de ses discours ultérieurs, il n’a expliqué aussi complètement, étape par étape, l’œuvre nécessaire à accomplir dans le cœur de tous ceux qui hériteraient du royaume des cieux. Au tout début de Son ministère, Il a ouvert la vérité à un membre du Sanhédrin, à l’esprit le plus réceptif, et à un enseignant désigné du peuple. Mais les dirigeants d’Israël n’ont pas accueilli la lumière. Nicodème a caché la vérité dans son cœur et pendant trois ans, il y a eu peu de fruits apparents.
Mais Jésus connaissait le sol dans lequel il a jeté la semence. Les paroles prononcées la nuit à un auditeur dans la montagne solitaire n’étaient pas perdues. Pendant un certain temps, Nicodème ne reconnut pas publiquement le Christ, mais il surveilla sa vie et médita sur ses enseignements. Au conseil du Sanhédrin, il a à plusieurs reprises déjoué les plans des prêtres pour le détruire. Quand enfin Jésus fut élevé sur la croix, Nicodème se souvint de l’enseignement d’Olivet : « Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi doit-il être élevé le Fils de l’homme, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais avoir la vie éternelle. La lumière de cet entretien secret a illuminé la croix sur le Calvaire, et Nicodème a vu en Jésus le Rédempteur du monde.
Après l’ascension du Seigneur, lorsque les disciples furent dispersés par la persécution, Nicodème vint hardiment au front. Il a utilisé sa richesse pour soutenir l’église naissante que les Juifs s’attendaient à voir anéantie à la mort de Christ. Au temps du péril, celui qui avait été si prudent et interrogateur était ferme comme un roc, encourageant la foi des disciples et fournissant les moyens de faire avancer l’œuvre de l’Évangile. Il fut méprisé et persécuté par ceux qui l’avaient vénéré autrefois. Il est devenu pauvre en biens de ce monde; pourtant il n’a pas faibli dans la foi qui a commencé dans cette conférence nocturne avec Jésus.
Nicodème a raconté à Jean l’histoire de cette entrevue, et par sa plume elle a été enregistrée pour l’instruction de millions de personnes. Les vérités qui y sont enseignées sont aussi importantes aujourd’hui qu’elles l’étaient en cette nuit solennelle dans la montagne ombragée, lorsque le souverain juif vint apprendre le mode de vie de l’humble Maître de Galilée.

Chapitre 18
“Il doit augmenter”
[Ce chapitre est basé sur Jean 3:22-36]

Pendant un certain temps, l’influence du Baptiste sur la nation avait été plus grande que celle de ses dirigeants, prêtres ou princes. S’il s’était annoncé comme le Messie et avait soulevé une révolte contre Rome, les prêtres et le peuple auraient afflué vers son étendard. Toute considération qui fait appel à l’ambition des conquérants du monde, Satan s’était tenu prêt à exhorter Jean-Baptiste. Mais avec la preuve devant lui de son pouvoir, il avait fermement refusé le splendide pot-de-vin. L’attention qui était fixée sur lui, il l’avait dirigée vers un autre.
Maintenant, il voyait la vague de popularité se détourner de lui-même vers le Sauveur. De jour en jour, la foule autour de lui diminuait. Lorsque Jésus vint de Jérusalem dans la région du Jourdain, le peuple afflua pour l’entendre. Le nombre de ses disciples augmentait chaque jour. Beaucoup sont venus pour le baptême, et bien que Christ lui-même ne baptise pas, il a sanctionné l’administration de l’ordonnance par ses disciples. Ainsi, il a apposé son sceau sur la mission de son précurseur. Mais les disciples de Jean considéraient avec jalousie la popularité croissante de Jésus. Ils se tenaient prêts à critiquer Son œuvre, et il ne fallut pas longtemps avant qu’ils n’en trouvent l’occasion. Une question s’éleva entre eux et les Juifs quant à savoir si le baptême servait à purifier l’âme du péché; ils soutenaient que le baptême de Jésus différait essentiellement de celui de Jean.
Les disciples de Jean s’approchèrent de lui avec leurs griefs, en disant : « Rabbi, celui qui était avec toi au delà du Jourdain, à qui tu rends témoignage, voici, celui-là baptise, et tous viennent à lui. Par ces mots, Satan a amené la tentation sur Jean. Bien que la mission de Jean semblait sur le point de se terminer, il lui était toujours possible d’entraver l’œuvre de Christ. S’il avait sympathisé avec lui-même et exprimé de la peine ou de la déception d’avoir été remplacé, il aurait semé les graines de la dissension, aurait encouragé l’envie et la jalousie et aurait sérieusement entravé la progression de l’Évangile.
Jean avait par nature les défauts et les faiblesses communes à l’humanité, mais le toucher de l’amour divin l’avait transformé. Il vivait dans une atmosphère non contaminée par l’égoïsme et l’ambition, et bien au-dessus des miasmes de la jalousie. Il ne manifesta aucune sympathie pour le mécontentement de ses disciples, mais montra avec quelle clarté il comprenait sa relation avec le Messie et avec quelle joie il accueillait Celui pour qui il avait préparé le chemin.
Il a dit : « Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui est donné du ciel. Vous-mêmes m’attestez que j’ai dit : Je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui. Celui qui a l’épouse est l’époux, mais l’ami de l’époux, qui se tient debout et l’écoute, se réjouit beaucoup à cause de la voix de l’époux. John s’est présenté comme l’ami qui a agi comme un messager entre les fiancés, préparant la voie pour le mariage. Lorsque l’époux avait reçu son épouse, la mission de l’ami était accomplie. Il se réjouissait du bonheur de ceux dont il avait favorisé l’union. Jean avait donc été appelé pour diriger le peuple vers Jésus, et c’était sa joie d’être témoin du succès de l’œuvre du Sauveur. Il a dit : « Ma joie est donc accomplie. Il doit augmenter, mais je dois diminuer.
Regardant avec foi le Rédempteur, Jean s’était élevé à la hauteur de l’abnégation. Il ne cherchait pas à attirer les hommes à lui, mais à élever leurs pensées de plus en plus haut, jusqu’à ce qu’elles se reposent sur l’Agneau de Dieu. Lui-même n’avait été qu’une voix, un cri dans le désert. Maintenant, avec joie, il acceptait le silence et l’obscurité, afin que les yeux de tous soient tournés vers la Lumière de la vie.
Ceux qui sont fidèles à leur vocation de messagers de Dieu ne rechercheront pas l’honneur pour eux-mêmes. L’amour de soi sera englouti dans l’amour du Christ. Aucune rivalité ne troublera la précieuse cause de l’évangile. Ils reconnaîtront qu’il est de leur devoir de proclamer, comme l’a fait Jean-Baptiste,
“Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.” Jean 1:29. Ils élèveront Jésus, et avec lui l’humanité sera élevée. «Ainsi parle le haut et le haut qui habite l’éternité, dont le nom est saint; J’habite dans le haut et saint lieu, avec celui aussi qui est d’un esprit contrit et humble, pour raviver l’esprit des humbles et raviver le cœur des contrits. Esaïe 57:15.
L’âme du prophète, vidée d’elle-même, était remplie de la lumière du divin. Alors qu’il témoignait de la gloire du Sauveur, ses paroles étaient presque la contrepartie de celles que le Christ lui-même avait prononcées dans son entretien avec Nicodème. Jean a dit : « Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous ; celui qui est de la terre est terrestre et parle de la terre ; celui qui vient du ciel est au-dessus de tous. . . . Car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu ne lui donne pas l’Esprit avec mesure. Le Christ pouvait dire : « Je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé. Jean 5:30. Il lui est dit : « Tu as aimé la justice et haï l’iniquité ; c’est pourquoi Dieu, ton Dieu, t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes compagnons. Hébreux 1:9. Le Père « ne lui donne pas l’Esprit avec mesure ».
Ainsi avec les disciples de Christ. Nous ne pouvons recevoir la lumière du ciel que si nous acceptons d’être vidés de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas discerner le caractère de Dieu, ou accepter Christ par la foi, à moins que nous ne consentions à amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ. A tous ceux qui font cela, le Saint-Esprit est donné sans mesure. En Christ « habite corporellement toute la plénitude de la Divinité, et en lui vous êtes rassasiés ». Colossiens 2:9, 10, RV
Les disciples de Jean avaient déclaré que tous les hommes venaient à Christ ; mais avec une perspicacité plus claire, Jean a dit: “Personne ne reçoit son témoignage”; si peu étaient prêts à l’accepter comme le Sauveur du péché. Mais « celui qui a reçu son témoignage a apposé son sceau sur ceci, que Dieu est vrai ». Jean 3:33, RV “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle.” Nul besoin de discuter pour savoir si le baptême de Christ ou celui de Jean a été purifié du péché. C’est la grâce du Christ qui donne la vie à l’âme. En dehors de Christ, le baptême, comme tout autre service, est une forme sans valeur. “Celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie.”
Le succès de l’œuvre de Christ, que le Baptiste avait accueillie avec tant de joie, fut également rapporté aux autorités de Jérusalem. Les prêtres et les rabbins avaient été jaloux de l’influence de Jean en voyant les gens quitter les synagogues et affluer vers le désert ; mais en voici un qui avait encore plus de pouvoir pour attirer les multitudes. Ces dirigeants en Israël n’étaient pas disposés à dire avec Jean : « Il faut qu’il grandisse, mais je dois diminuer. Ils se levèrent avec une nouvelle volonté de mettre fin à l’œuvre qui éloignait le peuple d’eux.
Jésus savait qu’ils n’épargneraient aucun effort pour créer une division entre ses propres disciples et ceux de Jean. Il savait que la tempête se préparait et emporterait l’un des plus grands prophètes jamais donnés au monde. Voulant éviter toute occasion de malentendu ou de dissension, il cessa tranquillement ses travaux et se retira en Galilée. Nous aussi, bien que fidèles à la vérité, nous devons essayer d’éviter tout ce qui peut conduire à la discorde et à l’incompréhension. Car chaque fois qu’ils surviennent, ils entraînent la perte d’âmes. Chaque fois que des circonstances menacent de provoquer la division, nous devons suivre l’exemple de Jésus et de Jean-Baptiste.
Jean avait été appelé à diriger en tant que réformateur. A cause de cela, ses disciples risquaient de fixer leur attention sur lui, sentant que le succès de l’œuvre dépendait de ses travaux, et perdant de vue le fait qu’il n’était qu’un instrument par lequel Dieu avait agi. Mais l’œuvre de Jean n’était pas suffisante pour jeter les bases de la
Église chrétienne. Lorsqu’il eut rempli sa mission, une autre œuvre devait être accomplie, que son témoignage ne pouvait accomplir. Ses disciples ne l’ont pas compris. Quand ils virent Christ entrer pour prendre le travail, ils furent jaloux et mécontents.
Les mêmes dangers existent toujours. Dieu appelle un homme à faire un certain travail; et quand il l’a poussée aussi loin qu’il est qualifié pour la porter, le Seigneur en fait venir d’autres pour la porter encore plus loin. Mais, comme les disciples de Jean, beaucoup pensent que le succès de l’œuvre dépend du premier ouvrier. L’attention est fixée sur l’humain au lieu du divin, la jalousie entre et l’œuvre de Dieu est gâchée. Celui qui est ainsi indûment honoré est tenté de chérir la confiance en soi. Il ne se rend pas compte de sa dépendance vis-à-vis de Dieu. Les gens apprennent à compter sur l’homme pour être guidés, et ainsi ils tombent dans l’erreur et sont éloignés de Dieu.
L’œuvre de Dieu n’est pas de porter l’image et l’inscription de l’homme. De temps à autre, le Seigneur fera intervenir différentes agences par lesquelles son dessein peut être le mieux accompli. Heureux ceux qui veulent s’abaisser eux-mêmes, disant avec Jean-Baptiste : « Il faut qu’il grandisse, mais moi, je dois diminuer.

Chapitre 19
Au puits de Jacob
[Ce chapitre est basé sur Jean 4:1-42]

Sur le chemin de la Galilée, Jésus passa par la Samarie. Il était midi lorsqu’il atteignit la belle vallée de Sichem. A l’ouverture de cette vallée se trouvait le puits de Jacob. Fatigué de son voyage, il s’est assis ici pour se reposer pendant que ses disciples allaient acheter de la nourriture.
Les Juifs et les Samaritains étaient des ennemis acharnés et évitaient autant que possible de traiter entre eux. Traiter avec les Samaritains en cas de nécessité était en effet considéré comme licite par les rabbins; mais tout commerce social avec eux était condamné. Un Juif n’emprunterait pas à un Samaritain, ni ne recevrait une bonté, pas même un morceau de pain ou une tasse d’eau. Les disciples, en achetant de la nourriture, agissaient en harmonie avec la coutume de leur nation. Mais au-delà, ils ne sont pas allés. Demander une faveur aux Samaritains, ou chercher de quelque manière que ce soit à leur être bénéfique, n’entrait pas dans la pensée même des disciples du Christ.
Alors que Jésus était assis au bord du puits, il s’évanouit de faim et de soif. Le voyage depuis le matin avait été long, et maintenant le soleil de midi battait sur lui. Sa soif était augmentée par la pensée de l’eau fraîche et rafraîchissante si proche, mais inaccessible pour Lui ; car il n’avait ni corde ni cruche, et le puits était profond. Le lot de l’humanité était à lui, et il attendait que quelqu’un vienne puiser.
Une femme samaritaine s’approcha et, semblant inconsciente de sa présence, remplit sa cruche d’eau. Alors qu’elle se retournait pour s’en aller, Jésus lui demanda à boire. Une telle faveur qu’aucun Oriental ne refuserait. En Orient, l’eau était appelée “le don de Dieu”. Offrir à boire au voyageur assoiffé était considéré comme un devoir si sacré que les Arabes du désert se démenaient pour l’accomplir. La haine entre juifs et samaritains a empêché la femme d’offrir une bonté à Jésus; mais le Sauveur cherchait à trouver la clé de ce cœur, et avec le tact né de l’amour divin, il a demandé, non offert, une faveur. L’offre d’une gentillesse aurait pu être rejetée; mais la confiance éveille la confiance. Le Roi des cieux est venu vers cette âme paria, lui demandant un service. Lui qui a fait l’océan, qui contrôle les eaux du grand abîme,
La femme a vu que Jésus était un Juif. Dans sa surprise, elle a oublié d’accéder à sa demande, mais a essayé d’en apprendre la raison. « Comment se fait-il, dit-elle, que toi, étant Juif, tu me demandes à boire, moi qui suis une Samaritaine ?
Jésus répondit : « Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ; tu lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. Tu t’étonnes que je doive te demander ne serait-ce qu’une aussi petite faveur qu’un trait d’eau du puits à nos pieds. Si vous m’aviez demandé, je vous aurais donné à boire de l’eau de la vie éternelle.
La femme n’avait pas compris les paroles du Christ, mais elle en sentait la portée solennelle. Ses manières légères et plaisantes ont commencé à changer. Supposant que Jésus parlait du puits devant eux, elle dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond : d’où donc as-tu cette eau vive ? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné le puits et qui en a bu lui-même ? Elle ne voyait devant elle qu’un voyageur assoiffé, usé et poussiéreux. Dans son esprit, elle le comparait au patriarche honoré Jacob. Elle chérissait le sentiment, si naturel, qu’aucun autre puits ne pouvait être égal à celui fourni par les pères. Elle regardait en arrière vers les pères, en avant vers la venue du Messie, tandis que l’Espérance des pères, le Messie lui-même, était à côté d’elle, et elle ne le connaissait pas. Combien d’âmes assoiffées sont aujourd’hui près de la fontaine vivante, pourtant chercher au loin les sources de la vie ! « Ne dis pas en ton cœur : Qui montera au ciel ? (c’est-à-dire, faire descendre Christ d’en haut 🙂 ou, Qui descendra dans l’abîme ? (c’est-à-dire pour ressusciter Christ d’entre les morts.) . . . La parole est près de toi, jusque dans ta bouche et dans ton cœur : . . . si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Romains 10:6-9. et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Romains 10:6-9. et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Romains 10:6-9.
Jésus ne répondit pas immédiatement à la question qui le concernait, mais avec un sérieux solennel Il dit : « Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais quiconque boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; mais l’eau que je lui donnerai sera en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle.
Celui qui cherche à étancher sa soif aux fontaines de ce monde ne boira que pour se désaltérer à nouveau. Partout les hommes sont insatisfaits. Ils aspirent à quelque chose pour subvenir aux besoins de l’âme. Un seul peut répondre à ce besoin. Le besoin du monde, « le désir de toutes les nations », c’est Christ. La grâce divine, que lui seul peut donner, est comme une eau vive, purifiante, rafraîchissante et revigorante pour l’âme.
Jésus n’a pas transmis l’idée qu’une simple gorgée d’eau de la vie suffirait au receveur. Celui qui goûte à l’amour de Christ aspirera continuellement à davantage ; mais il ne cherche rien d’autre. Les richesses, les honneurs et les plaisirs du monde ne l’attirent pas. Le cri constant de son cœur est, Plus de toi. Et Celui qui révèle à l’âme sa nécessité attend pour satisfaire sa faim et sa soif. Toutes les ressources humaines et toutes les dépendances échoueront. Les citernes se videront, les bassins s’assècheront ; mais notre Rédempteur est une source intarissable. Nous pouvons boire et boire encore, et toujours trouver un approvisionnement frais. Celui en qui Christ habite a en lui la source de la bénédiction, « une source d’eau qui jaillit en la vie éternelle ». De cette source, il peut puiser la force et la grâce suffisantes pour tous ses besoins.
Alors que Jésus parlait de l’eau vive, la femme le regarda avec une attention émerveillée. Il avait éveillé son intérêt et éveillé le désir du don dont il parlait. Elle comprit que ce n’était pas l’eau du puits de Jacob dont il parlait ; car elle s’en servit continuellement, buvant et ayant encore soif. « Seigneur, dit-elle, donnez-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif et que je ne vienne plus puiser ici.
Jésus tourna brusquement la conversation. Avant que cette âme puisse recevoir le don qu’il désirait accorder, elle devait être amenée à reconnaître son péché et son Sauveur. Il « lui dit : Va, appelle ton mari et viens ici ». Elle répondit : “Je n’ai pas de mari.” Ainsi espérait-elle empêcher tout interrogatoire en ce sens. Mais le Sauveur a poursuivi : « Tu as bien dit : je n’ai pas de mari ; car tu as eu cinq maris ; et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari : en cela tu as dit vrai.
L’auditeur tremblait. Une main mystérieuse tournait les pages de l’histoire de sa vie, révélant ce qu’elle avait espéré garder à jamais caché. Qui était Celui qui pouvait lire les secrets de sa vie ? Des pensées d’éternité lui vinrent, du Jugement futur, quand tout ce qui est maintenant caché sera révélé. A sa lumière, la conscience s’est éveillée.
Elle ne pouvait rien nier ; mais elle a essayé d’éviter toute mention d’un sujet si importun. Avec un profond respect, elle dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète. Puis, espérant faire taire la conviction, elle s’est tournée vers des points de controverse religieuse. S’il s’agissait d’un prophète, il pourrait sûrement lui donner des instructions concernant ces questions qui avaient été si longtemps débattues.
Patiemment, Jésus lui a permis de mener la conversation où elle voulait. Pendant ce temps, Il guettait l’opportunité de ramener à nouveau la vérité dans son cœur. « Nos pères ont adoré sur cette montagne, dit-elle, et vous dites qu’à Jérusalem est le lieu où les hommes doivent adorer. Juste en vue était le mont Garizim. Son temple a été démoli, et seul l’autel est resté. Le lieu de culte avait été un sujet de discorde entre les Juifs et les Samaritains. Certains des ancêtres de ce dernier peuple avaient autrefois appartenu à Israël ; mais à cause de leurs péchés, le Seigneur les laissa vaincre par une nation idolâtre. Pendant de nombreuses générations, ils ont été mêlés à des idolâtres, dont la religion a peu à peu contaminé la leur. Il est vrai qu’ils soutenaient que leurs idoles n’étaient que pour leur rappeler le Dieu vivant, le Souverain de l’univers ;
Lorsque le temple de Jérusalem fut reconstruit à l’époque d’Esdras, les Samaritains voulurent se joindre aux Juifs pour son érection. Ce privilège leur fut refusé, et une âpre animosité s’éleva entre les deux peuples. Les Samaritains ont construit un temple rival sur le mont Garizim. Ici, ils adoraient selon le rituel mosaïque, bien qu’ils n’aient pas totalement renoncé à l’idolâtrie. Mais des désastres les accompagnèrent, leur temple fut détruit par leurs ennemis, et ils semblaient être sous une malédiction ; pourtant ils s’accrochaient encore à leurs traditions et à leurs formes de culte. Ils ne voulaient pas reconnaître le temple de Jérusalem comme la maison de Dieu, ni admettre que la religion des Juifs était supérieure à la leur.
En réponse à la femme, Jésus dit : « Croyez-moi, l’heure vient où vous n’adorerez le Père ni sur cette montagne ni à Jérusalem. Vous adorez vous ne savez quoi ; nous savons ce que nous adorons ; car le salut vient des Juifs. Jésus avait montré qu’il était exempt de préjugés juifs contre les Samaritains. Maintenant, Il a cherché à briser les préjugés de ce Samaritain contre les Juifs. Tout en se référant au fait que la foi des Samaritains était corrompue par l’idolâtrie, Il déclara que les grandes vérités de la rédemption avaient été confiées aux Juifs et que le Messie devait apparaître parmi eux. Dans les Saintes Écritures, ils avaient une présentation claire du caractère de Dieu et des principes de Son gouvernement. Jésus s’est classé parmi les Juifs comme ceux à qui Dieu avait donné la connaissance de lui-même.
Il désirait élever les pensées de son auditeur au-dessus des questions de forme et de cérémonie, et des questions de controverse. « L’heure vient, dit-il, et elle est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car le Père cherche de telles personnes pour l’adorer. Dieu est Esprit : et ceux qui l’adorent doivent l’adorer en esprit et en vérité.
Ici est déclarée la même vérité que Jésus avait révélée à Nicodème lorsqu’il a dit : « Si un homme ne naît d’en haut, il ne peut voir le royaume de Dieu. Jean 3:3, marge. Ce n’est pas en recherchant une montagne sainte ou un temple sacré que les hommes sont amenés à communier avec le ciel. La religion ne doit pas se limiter à des formes et cérémonies extérieures. La religion qui vient de Dieu est la seule religion qui conduira à Dieu. Pour bien le servir, nous devons être nés de l’Esprit divin. Cela purifiera le cœur et renouvellera l’esprit, nous donnant une nouvelle capacité de connaître et d’aimer Dieu. Cela nous donnera une obéissance volontaire à toutes ses exigences. C’est le vrai culte. C’est le fruit de l’action du Saint-Esprit. Par l’Esprit, toute prière sincère est rédigée, et une telle prière est agréable à Dieu. Partout où une âme cherche Dieu, là, l’œuvre de l’Esprit est manifeste, et Dieu se révélera à cette âme. Il recherche de tels adorateurs. Il attend de les recevoir et d’en faire ses fils et ses filles.
Alors que la femme parlait avec Jésus, elle était impressionnée par ses paroles. Jamais elle n’avait entendu de tels sentiments de la part des prêtres de son propre peuple ou des Juifs. Comme le passé de sa vie s’était déroulé devant elle, elle avait été sensibilisée à son grand besoin. Elle a réalisé sa soif d’âme, que les eaux du puits de Sychar ne pourraient jamais satisfaire. Rien de ce qui était jusqu’alors entré en contact avec elle ne l’avait autant éveillée à un besoin supérieur. Jésus l’avait convaincue qu’il lisait les secrets de sa vie ; pourtant elle sentait qu’il était son ami, la prenant en pitié et l’aimant. Alors que la pureté même de sa présence condamnait son péché, il n’avait prononcé aucun mot de dénonciation, mais lui avait parlé de sa grâce, qui pouvait renouveler l’âme. Elle a commencé à avoir une certaine conviction de son caractère. La question se posa dans son esprit : Ne pourrait-il pas être le Messie tant attendu ? Elle lui dit, « Je sais que le Messie vient, qui est appelé Christ : quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus répondit : “C’est moi qui te parle.”
Lorsque la femme a entendu ces paroles, la foi a jailli dans son cœur. Elle a accepté la merveilleuse annonce de la bouche du divin Maître.
Cette femme était dans un état d’esprit reconnaissant. Elle était prête à recevoir la plus noble des révélations ; car elle s’intéressait aux Ecritures, et le Saint-Esprit avait préparé son esprit à recevoir plus de lumière. Elle avait étudié la promesse de l’Ancien Testament : « Le Seigneur, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi ; vous l’écouterez. Deutéronome 18:15. Elle aspirait à comprendre cette prophétie. La lumière clignotait déjà dans son esprit. L’eau de la vie, la vie spirituelle que le Christ donne à toute âme assoiffée, avait commencé à jaillir dans son cœur. L’Esprit du Seigneur travaillait avec elle.
La déclaration claire faite par Christ à cette femme n’aurait pas pu être faite aux Juifs bien-pensants. Christ était beaucoup plus réservé quand il leur parlait. Ce qui avait été caché aux Juifs, et qu’il fut ensuite enjoint aux disciples de garder secret, lui fut révélé. Jésus a vu qu’elle utiliserait ses connaissances pour amener les autres à partager sa grâce.
Lorsque les disciples revinrent de leur course, ils furent surpris de trouver leur Maître en train de parler avec la femme. Il n’avait pas pris la boisson rafraîchissante qu’il désirait, et il ne s’était pas arrêté pour manger la nourriture que ses disciples avaient apportée. Quand la femme fut partie, les disciples le supplièrent de manger. Ils le voyaient silencieux, absorbé, comme dans une méditation ravie. Son visage rayonnait de lumière et ils craignaient d’interrompre sa communion avec le ciel. Mais ils savaient qu’il était faible et fatigué, et pensaient qu’il était de leur devoir de lui rappeler ses nécessités physiques. Jésus a reconnu leur amour et a dit : « J’ai à manger une viande que vous ne connaissez pas.
Les disciples se demandaient qui avait pu lui apporter de la nourriture ; mais il a expliqué : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. Jean 4:34, RV Comme ses paroles à la femme avaient éveillé sa conscience, Jésus se réjouit. Il la vit boire de l’eau de la vie, et sa propre faim et soif furent satisfaites. L’accomplissement de la mission qu’il avait laissée au ciel pour accomplir a fortifié le Sauveur pour son travail et l’a élevé au-dessus des nécessités de l’humanité. Servir une âme affamée et assoiffée de vérité lui était plus reconnaissant que de manger ou de boire. C’était un réconfort, un rafraîchissement, pour Lui. La bienveillance était la vie de son âme.
Notre Rédempteur a soif de reconnaissance. Il a faim de la sympathie et de l’amour de ceux qu’il a rachetés par son propre sang. Il aspire avec un désir inexprimable qu’ils viennent à Lui et qu’ils aient la vie. Comme la mère guette le sourire de reconnaissance de son petit enfant, qui raconte l’aube de l’intelligence, le Christ guette l’expression de l’amour reconnaissant, qui montre que la vie spirituelle commence dans l’âme.
La femme avait été remplie de joie en écoutant les paroles du Christ. La merveilleuse révélation était presque écrasante. Laissant sa cruche, elle retourna en ville, pour porter le message aux autres. Jésus savait pourquoi elle était partie. Laissant son pot d’eau a parlé sans équivoque de l’effet de ses paroles. C’était le désir ardent de son âme d’obtenir l’eau vive ; et elle oublia sa course au puits, elle oublia la soif du Sauveur, qu’elle avait résolu de combler. Le cœur débordant de joie, elle s’empressa de partir, pour transmettre aux autres la précieuse lumière qu’elle avait reçue.
“Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait”, dit-elle aux hommes de la ville. « N’est-ce pas le Christ ? Ses paroles ont touché leur cœur. Il y avait une nouvelle expression sur son visage, un changement dans toute son apparence. Ils étaient intéressés de voir Jésus. “Alors ils sortirent de la ville et vinrent à lui.”
Alors que Jésus était toujours assis au bord du puits, il regarda les champs de céréales qui s’étalaient devant lui, leur vert tendre touché par la lumière dorée du soleil. Indiquant la scène à ses disciples, il l’employa comme symbole : « Ne dites-vous pas : il y a encore quatre mois, et alors vient la moisson ? voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs; car ils sont déjà blancs pour être moissonnés. Et pendant qu’Il parlait, Il regarda les groupes qui venaient au puits. Il restait quatre mois avant la récolte du grain, mais voici une moisson prête pour la moissonneuse.
« Celui qui moissonne, dit-il, reçoit un salaire et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Et ici est vrai ce dicton : l’un sème et l’autre moissonne. Ici, le Christ souligne le service sacré dû à Dieu par ceux qui reçoivent l’évangile. Ils doivent être Ses agents vivants. Il a besoin de leur service individuel. Et que nous semions ou récoltions, nous travaillons pour Dieu. On disperse la semence ; un autre amasse la moisson ; et le semeur et le moissonneur reçoivent un salaire. Ils se réjouissent ensemble de la récompense de leur travail.
Jésus dit aux disciples : « Je vous ai envoyés moissonner ce à quoi vous n’avez pas travaillé ; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leurs travaux. Le Sauveur était ici, attendant avec impatience le grand rassemblement du jour de la Pentecôte. Les disciples ne devaient pas considérer cela comme le résultat de leurs propres efforts. Ils entraient dans les travaux d’autres hommes. Depuis la chute d’Adam, le Christ avait confié la semence de la parole à ses serviteurs choisis, pour qu’elle soit semée dans les cœurs humains. Et une agence invisible, même une puissance omnipotente, avait travaillé silencieusement mais efficacement pour produire la moisson. La rosée, la pluie et le soleil de la grâce de Dieu avaient été donnés pour rafraîchir et nourrir la semence de la vérité. Christ était sur le point d’arroser la semence avec son propre sang. Ses disciples ont eu le privilège d’être des ouvriers avec Dieu. Ils étaient des collaborateurs de Christ et des saints hommes d’autrefois. Par l’effusion du Saint-Esprit à la Pentecôte, des milliers devaient être convertis en un jour. C’était le résultat des semailles de Christ, la moisson de Son œuvre.
Dans les paroles prononcées à la femme au puits, la bonne semence avait été semée, et la rapidité avec laquelle la récolte a été reçue. Les Samaritains vinrent et entendirent Jésus, et crurent en Lui. Se pressant autour de lui au puits, ils lui posaient des questions et recevaient avec empressement ses explications sur de nombreuses choses qui leur étaient restées obscures. Pendant qu’ils écoutaient, leur perplexité commençait à s’estomper. Ils étaient comme un peuple plongé dans une grande obscurité traçant un soudain rayon de lumière jusqu’à ce qu’il ait trouvé le jour. Mais ils n’étaient pas satisfaits de cette courte conférence. Ils étaient impatients d’en savoir plus et que leurs amis écoutent également ce merveilleux professeur. Ils l’invitèrent dans leur ville et le prièrent de rester avec eux. Pendant deux jours, il demeura à Samarie, et beaucoup d’autres crurent en lui.
Les pharisiens méprisaient la simplicité de Jésus. Ils ont ignoré ses miracles et ont exigé un signe qu’il était le Fils de Dieu. Mais les Samaritains n’ont demandé aucun signe, et Jésus n’a fait aucun miracle parmi eux, sauf en révélant les secrets de sa vie à la femme au puits. Pourtant beaucoup L’ont reçu. Dans leur joie nouvelle, ils dirent à la femme :
“Maintenant, ce n’est pas à cause de ta parole que nous croyons, car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Christ, le Sauveur du monde.”
Les Samaritains croyaient que le Messie devait venir en tant que Rédempteur, non seulement des Juifs, mais du monde. Le Saint-Esprit par Moïse l’avait prédit comme un prophète envoyé de Dieu. Par Jacob, il avait été déclaré que c’était à Lui que devait être le rassemblement du peuple ; et par Abraham, qu’en lui toutes les nations de la terre soient bénies. C’est sur ces Écritures que le peuple de Samarie a fondé sa foi au Messie. Le fait que les Juifs avaient mal interprété les derniers prophètes, attribuant au premier avènement la gloire de la seconde venue du Christ, avait conduit les Samaritains à rejeter tous les écrits sacrés, sauf ceux donnés par Moïse. Mais lorsque le Sauveur a balayé ces fausses interprétations, beaucoup ont accepté les prophéties ultérieures et les paroles du Christ lui-même concernant le royaume de Dieu.
Jésus avait commencé à abattre le mur de séparation entre Juifs et Gentils, et à prêcher le salut au monde. Bien qu’il fût juif, il se mêlait librement aux Samaritains, méprisant les coutumes pharisaïques de sa nation. Face à leurs préjugés, il accepta l’hospitalité de ce peuple méprisé. Il dormait sous leurs toits, mangeait avec eux à leurs tables, – partageant la nourriture préparée et servie par leurs mains, – enseigné dans leurs rues, et les traitait avec la plus grande gentillesse et courtoisie.
Dans le temple de Jérusalem, un mur bas séparait la cour extérieure de toutes les autres parties de l’édifice sacré. Sur ce mur se trouvaient des inscriptions en différentes langues, indiquant que seuls les Juifs étaient autorisés à franchir cette frontière. Si un Gentil avait été présumé entrer dans l’enceinte intérieure, il aurait profané le temple et aurait payé la pénalité de sa vie. Mais Jésus, l’initiateur du temple et de son service, attira à lui les Gentils par le lien de la sympathie humaine, tandis que sa grâce divine leur apporta le salut que les Juifs rejetaient.
Le séjour de Jésus en Samarie a été conçu pour être une bénédiction pour ses disciples, qui étaient encore sous l’influence du sectarisme juif. Ils ont estimé que la loyauté envers leur propre nation les obligeait à chérir l’inimitié envers les Samaritains. Ils s’étonnaient de la conduite de Jésus. Ils ne pouvaient pas refuser de suivre son exemple, et pendant les deux jours à Samarie, la fidélité à lui a tenu leurs préjugés sous contrôle ; pourtant, dans leur cœur, ils n’étaient pas réconciliés. Ils ont été lents à comprendre que leur mépris et leur haine doivent faire place à la pitié et à la sympathie. Mais après l’ascension du Seigneur, ses leçons leur sont revenues avec une nouvelle signification. Après l’effusion de l’Esprit Saint, ils ont rappelé le regard du Sauveur, ses paroles, le respect et la tendresse de son attitude envers ces étrangers méprisés. Lorsque Pierre est allé prêcher à Samarie, il a introduit le même esprit dans son propre travail.
Le Sauveur poursuit toujours la même œuvre que lorsqu’il a offert l’eau de la vie à la femme de Samarie. Ceux qui se disent ses disciples peuvent mépriser et fuir les exclus ; mais aucune circonstance de naissance ou de nationalité, aucune condition de vie ne peut détourner son amour des enfants des hommes. A toute âme, si pécheresse soit-elle, Jésus dit : Si tu m’avais demandé, je t’aurais donné de l’eau vive.
L’invitation de l’évangile ne doit pas être restreinte et présentée uniquement à quelques privilégiés, qui, nous le supposons, nous feront honneur s’ils l’acceptent. Le message doit être donné à tous. Partout où les cœurs sont ouverts pour recevoir la vérité, le Christ est prêt à les instruire. Il leur révèle le Père et le culte agréable à Celui qui lit dans les cœurs. Pour cela, Il n’utilise pas de paraboles. A eux, comme à la femme au puits, il dit : “C’est moi qui te parle.”
Lorsque Jésus s’est assis pour se reposer au puits de Jacob, il venait de Judée, où son ministère avait produit peu de fruits. Il avait été rejeté par les prêtres et les rabbins, et même les gens qui professaient être ses disciples n’avaient pas perçu son caractère divin. Il était faible et fatigué ; pourtant Il n’a pas négligé l’opportunité de parler à une femme, bien qu’elle soit une étrangère, une étrangère d’Israël, et vivant dans le péché ouvert.
Le Sauveur n’a pas attendu que les congrégations se rassemblent. Souvent, il commençait ses leçons avec seulement quelques personnes rassemblées autour de lui, mais un par un, les passants s’arrêtaient pour écouter, jusqu’à ce qu’une multitude entende avec émerveillement et crainte les paroles de Dieu par l’intermédiaire de l’Enseignant envoyé du ciel. L’ouvrier pour Christ ne devrait pas sentir qu’il ne peut pas parler avec le même sérieux à quelques auditeurs qu’à une plus grande compagnie. Il se peut qu’il n’y ait qu’un seul pour entendre le message; mais qui peut dire jusqu’où ira son influence ? Cela semblait peu de chose, même à ses disciples, que le Sauveur consacre son temps à une femme de Samarie. Mais il raisonnait avec elle avec plus de sérieux et d’éloquence qu’avec des rois, des conseillers ou des grands prêtres. Les leçons qu’il a données à cette femme ont été répétées jusqu’aux limites les plus reculées de la terre.
Dès qu’elle eut trouvé le Sauveur, la femme samaritaine lui en amena d’autres. Elle s’est révélée être une missionnaire plus efficace que ses propres disciples. Les disciples n’ont rien vu en Samarie pour indiquer que c’était un champ encourageant. Leurs pensées étaient fixées sur une grande œuvre à accomplir dans l’avenir. Ils ne voyaient pas qu’autour d’eux se trouvait une moisson à récolter. Mais par la femme qu’ils méprisaient, toute une ville fut amenée pour entendre le Sauveur. Elle porta aussitôt la lumière à ses compatriotes.
Cette femme représente le travail d’une foi pratique en Christ. Chaque vrai disciple naît dans le royaume de Dieu en tant que missionnaire. Celui qui boit de l’eau vive devient une source de vie. Le receveur devient donneur. La grâce de Christ dans l’âme est comme une source dans le désert, jaillissant pour rafraîchir tous, et rendant ceux qui sont prêts à périr désireux de boire de l’eau de la vie.

Chapitre 20
« Sauf si vous voyez des signes et des prodiges »
[Ce chapitre est basé sur Jean 4:43-54]

Les Galiléens qui revinrent de la Pâque rapportèrent le récit des merveilles de Jésus. Le jugement rendu sur ses actes par les dignitaires de Jérusalem lui ouvrit la voie en Galilée. Beaucoup de gens ont déploré l’abus du temple et la cupidité et l’arrogance des prêtres. Ils espéraient que cet Homme, qui avait mis les dirigeants en fuite, pourrait être le Libérateur attendu. Maintenant, des nouvelles étaient venues qui semblaient confirmer leurs attentes les plus brillantes. Il a été rapporté que le prophète s’était déclaré être le Messie.
Mais les habitants de Nazareth ne croyaient pas en lui. Pour cette raison, Jésus n’a pas visité Nazareth sur son chemin vers Cana. Le Sauveur a déclaré à ses disciples qu’un prophète n’a pas d’honneur dans son propre pays. Les hommes estiment le caractère par ce qu’ils sont eux-mêmes capables d’apprécier. Les esprits étroits et mondains jugeaient Christ par sa naissance humble, son habit modeste et son labeur quotidien. Ils ne pouvaient pas apprécier la pureté de cet esprit sur lequel il n’y avait aucune tache de péché.
La nouvelle du retour du Christ à Cana s’est rapidement répandue dans toute la Galilée, apportant de l’espoir aux personnes souffrantes et affligées. A Capharnaüm, la nouvelle attira l’attention d’un noble juif qui était officier au service du roi. Un fils de l’officier souffrait de ce qui semblait être une maladie incurable. Les médecins l’avaient abandonné pour mourir ; mais quand le père a entendu parler de Jésus, il a décidé de lui demander de l’aide. L’enfant était très bas, et, on le craignait, pourrait ne pas vivre jusqu’à son retour ; pourtant le noble a estimé qu’il devait présenter le cas en personne. Il espérait que les prières d’un père pourraient éveiller la sympathie du Grand Médecin.
Arrivé à Cana, il trouva une foule entourant Jésus. Le cœur anxieux, il s’avança vers la présence du Sauveur. Sa foi vacilla lorsqu’il ne vit qu’un homme vêtu simplement, poussiéreux et usé par les voyages. Il doutait que cette Personne puisse faire ce qu’il était venu Lui demander ; pourtant il obtint une entrevue avec Jésus, raconta sa mission et supplia le Sauveur de l’accompagner chez lui. Mais déjà sa douleur était connue de Jésus. Avant que l’officier ne quitte sa maison, le Sauveur avait vu son affliction.
Mais Il savait aussi que le père avait, dans son esprit, posé des conditions concernant sa croyance en Jésus. À moins que sa demande ne soit accordée, il ne le recevrait pas comme le Messie. Alors que l’officier attendait dans une agonie de suspense, Jésus a dit: “Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez pas.”
Malgré toutes les preuves que Jésus était le Christ, le pétitionnaire avait décidé de faire dépendre sa croyance en lui de l’octroi de sa propre requête. Le Sauveur a opposé cette incrédulité interrogative à la simple foi des Samaritains, qui ne demandaient ni miracle ni signe. Sa parole, la preuve toujours présente de sa divinité, avait un pouvoir convaincant qui atteignait leur cœur. Le Christ était peiné que son propre peuple, à qui les oracles sacrés avaient été confiés, n’entende pas la voix de Dieu qui lui parlait dans son Fils.
Pourtant, le noble avait un degré de foi; car il était venu demander ce qui lui paraissait le plus précieux de tous les biens. Jésus avait un plus grand don à accorder. Il désirait non seulement guérir l’enfant, mais faire participer l’officier et sa maison aux bénédictions du salut, et allumer une lumière à Capharnaüm, qui devait bientôt être le champ de ses propres travaux. Mais le noble doit réaliser son besoin avant de désirer la grâce de Christ. Ce courtisan représentait beaucoup de sa nation. Ils s’intéressaient à Jésus pour des motifs égoïstes. Ils espéraient recevoir un bénéfice spécial par sa puissance, et ils misaient leur foi sur l’octroi de cette faveur temporelle ; mais ils ignoraient leur maladie spirituelle et ne voyaient pas leur besoin de la grâce divine.
Comme un éclair de lumière, les paroles du Sauveur au noble ont mis à nu son cœur. Il a vu que ses motivations dans la recherche de Jésus étaient égoïstes. Sa foi vacillante lui apparaissait dans son vrai caractère. Dans une profonde détresse, il réalisa que son doute pouvait coûter la vie à son fils. Il savait qu’il était en présence de Celui qui pouvait lire les pensées et à qui tout était possible. Dans une agonie de supplications, il s’écria : « Seigneur, descends avant que mon enfant ne meure. Sa foi s’est emparée de Christ comme l’a fait Jacob, quand, luttant avec l’ange, il s’est écrié : « Je ne te laisserai pas partir, à moins que tu ne me bénisses. Genèse 32:26.
Comme Jacob, il a triomphé. Le Sauveur ne peut pas se retirer de l’âme qui s’accroche à Lui, plaidant son grand besoin. « Va, dit-il ; « ton fils vit ». Le noble quitta la présence du Sauveur avec une paix et une joie qu’il n’avait jamais connues auparavant. Non seulement il croyait que son fils serait restauré, mais avec une grande confiance, il faisait confiance au Christ en tant que Rédempteur.
A la même heure, les veilleurs à côté de l’enfant mourant dans la maison de Capharnaüm virent un changement soudain et mystérieux. L’ombre de la mort a été soulevée du visage de la victime. La bouffée de fièvre fit place à la douce lueur de la santé qui revenait. Les yeux sombres s’illuminèrent d’intelligence et la force revint à la silhouette faible et émaciée. Aucun signe de sa maladie ne s’attardait sur l’enfant. Sa chair brûlante était devenue molle et moite, et il sombra dans un sommeil paisible. La fièvre l’avait laissé dans la chaleur même du jour. La famille était émerveillée et grande était la joie.
Cana n’était pas si loin de Capharnaüm que l’officier aurait pu arriver chez lui le soir après son entrevue avec Jésus ; mais il ne se hâta pas pour le voyage de retour. Ce n’est que le lendemain matin qu’il atteignit Capharnaüm. C’était un retour aux sources ! Quand il est allé trouver Jésus, son cœur était lourd de chagrin. Le soleil lui semblait cruel, les chants des oiseaux une dérision. Comme ses sentiments sont différents maintenant ! Toute la nature revêt un nouvel aspect. Il voit avec de nouveaux yeux. Alors qu’il voyage dans le calme du petit matin, toute la nature semble louer Dieu avec lui. Alors qu’il est encore à quelque distance de sa propre demeure, des serviteurs sortent à sa rencontre, soucieux d’apaiser le suspense qu’ils sont sûrs qu’il doit ressentir. Il ne montre aucune surprise aux nouvelles qu’ils apportent, mais avec un intérêt profond qu’ils ne peuvent pas savoir, il demande à quelle heure l’enfant a commencé à se raccommoder. Ils répondent : « Hier, à la septième heure, la fièvre l’a quitté. Au moment même où la foi du père saisit l’assurance : « Ton fils vit », l’amour divin toucha l’enfant mourant.
Le père se précipite pour saluer son fils. Il le serre contre son cœur comme celui qui est ressuscité d’entre les morts et remercie Dieu encore et encore pour cette merveilleuse restauration.
Le noble aspirait à en savoir plus sur le Christ. Après avoir entendu son enseignement, lui et toute sa famille devinrent des disciples. Leur affliction a été sanctifiée pour la conversion de toute la famille. La nouvelle du miracle se répandit ; et à Capharnaüm, où tant de ses œuvres puissantes ont été accomplies, la voie a été préparée pour le ministère personnel de Christ.
Celui qui a béni le seigneur de Capharnaüm est tout aussi désireux de nous bénir. Mais comme le père affligé, nous sommes souvent amenés à chercher Jésus par le désir d’un bien terrestre ; et sur l’octroi de notre demande, nous reposons notre confiance en son amour. Le Sauveur aspire à nous donner une plus grande bénédiction que nous ne demandons ; et il retarde la réponse à notre demande afin de nous montrer la méchanceté de nos propres cœurs et notre profond besoin de sa grâce. Il désire que nous renoncions à l’égoïsme qui nous pousse à le chercher. Confessant notre impuissance et notre besoin amer, nous devons nous confier entièrement à son amour.
Le noble voulait voir l’accomplissement de sa prière avant de croire ; mais il a dû accepter la parole de Jésus que sa demande a été entendue et la bénédiction accordée. Cette leçon, nous devons aussi l’apprendre. Ce n’est pas parce que nous voyons ou sentons que Dieu nous entend que nous devons croire. Nous devons faire confiance à ses promesses. Lorsque nous venons à lui avec foi, chaque demande entre dans le cœur de Dieu. Lorsque nous avons demandé sa bénédiction, nous devons croire que nous la recevons et le remercier de l’avoir reçue. Ensuite, nous devons vaquer à nos devoirs, assurés que la bénédiction se réalisera au moment où nous en aurons le plus besoin. Quand nous aurons appris à faire cela, nous saurons que nos prières sont exaucées. Dieu fera pour nous « en abondance », « selon les richesses de sa gloire » et « l’œuvre de sa grande puissance ». Éphésiens 3:20, 16 ; 1:19.

Chapitre 21
Béthesda et le Sanhédrin
[Ce chapitre est basé sur Jean 5]

« Or il y a à Jérusalem, près de la halle aux brebis, une mare, qui s’appelle en hébreu Béthesda, ayant cinq porches. Dans ceux-ci gisait une grande multitude de gens impuissants, aveugles, arrêtés, flétris, attendant le mouvement de l’eau.
À certaines saisons, les eaux de cette piscine étaient agitées, et on croyait généralement que c’était le résultat d’un pouvoir surnaturel, et que quiconque, après le trouble de la piscine, entrait dans les eaux, serait guéri de la maladie qu’il avait. Des centaines de malades ont visité l’endroit; mais si grande était la foule quand l’eau était troublée, qu’ils se précipitaient en avant, foulant aux pieds des hommes, des femmes et des enfants, plus faibles qu’eux. Beaucoup ne pouvaient pas s’approcher de la piscine. Beaucoup de ceux qui avaient réussi à l’atteindre moururent sur son bord. Des abris avaient été érigés autour de la place, afin que les malades puissent être protégés de la chaleur du jour et du froid de la nuit. Il y en avait qui passaient la nuit sous ces porches, rampant au bord de la piscine jour après jour, dans le vain espoir d’être soulagés.
Jésus était de nouveau à Jérusalem. Marchant seul, apparemment en méditation et en prière, Il est venu à la piscine. Il a vu les misérables malades guetter ce qu’ils supposaient être leur seule chance de guérison. Il aspirait à exercer son pouvoir de guérison et à guérir chaque malade. Mais c’était le jour du sabbat. Des multitudes allaient au temple pour adorer, et il savait qu’un tel acte de guérison exciterait tellement les préjugés des Juifs qu’il écourterait son œuvre.
Mais le Sauveur a vu un cas de misère suprême. C’était celle d’un homme qui avait été infirme sans défense pendant trente-huit ans. Sa maladie était en grande partie le résultat de son propre péché et était considérée comme un jugement de Dieu. Seul et sans amis, se sentant exclu de la miséricorde de Dieu, le malade avait passé de longues années de misère. Au moment où l’on s’attendait à ce que les eaux soient troubles, ceux qui plaindraient son impuissance l’emmèneraient sous les porches. Mais au moment privilégié, il n’avait personne pour l’aider. Il avait vu le clapotis de l’eau, mais n’avait jamais pu aller plus loin que le bord de la piscine. D’autres plus forts que lui plongeraient avant lui. Il ne pouvait pas lutter avec succès avec la foule égoïste et brouillante. Ses efforts persistants vers un seul objet, et son anxiété et sa déception continuelle,
Le malade était allongé sur sa natte et levait de temps en temps la tête pour regarder la piscine, lorsqu’un visage tendre et compatissant se pencha sur lui, et les mots : « Veux-tu être guéri ? retenu son attention. L’espoir est venu à son coeur. Il sentait que d’une manière ou d’une autre, il devait avoir de l’aide. Mais la lueur des encouragements s’est vite estompée. Il se souvint combien de fois il avait essayé d’atteindre la piscine, et maintenant il avait peu de chances de vivre jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau troublée. Il se détourna d’un air las et dit : « Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée ; mais pendant que j’y vais, un autre descend devant moi.
Jésus ne demande pas à celui qui souffre d’exercer sa foi en lui. Il dit simplement : « Lève-toi, prends ton lit et marche. Mais la foi de l’homme s’empare de cette parole. Chaque nerf et muscle vibre d’une nouvelle vie, et une action saine vient à ses membres estropiés. Sans aucun doute, il établit sa volonté d’obéir au commandement du Christ, et tous ses muscles répondent à sa volonté. Sautant sur ses pieds, il se trouve un homme actif.
Jésus ne lui avait donné aucune assurance de l’aide divine. L’homme aurait pu cesser de douter et perdre sa seule chance de guérison. Mais il crut à la parole du Christ et, en agissant sur elle, il reçut de la force.
Par la même foi, nous pouvons recevoir la guérison spirituelle. Par le péché, nous avons été séparés de la vie de Dieu. Nos âmes sont paralysées. De nous-mêmes nous ne sommes pas plus capables de vivre une vie sainte que ne l’était l’homme impuissant capable de marcher. Nombreux sont ceux qui se rendent compte de leur impuissance et qui aspirent à cette vie spirituelle qui les mettra en harmonie avec Dieu ; ils s’efforcent vainement de l’obtenir. Désespérés, ils s’écrient : « Ô misérable que je suis ! qui me délivrera de ce corps de mort ? Romains 7:24, marge. Que ces personnes découragées et en difficulté lèvent les yeux. Le Sauveur se penche sur l’achat de son sang, disant avec une tendresse et une pitié inexprimables : « Veux-tu être guéri ? Il vous ordonne de vous lever en santé et en paix. N’attendez pas de sentir que vous êtes guéri. Croyez en sa parole, et elle s’accomplira. Mettez votre volonté du côté de Christ. Volonté de le servir, et en agissant selon sa parole, vous recevrez de la force. Quelle que soit la mauvaise pratique, la passion maîtresse qui, par une longue indulgence, lie à la fois l’âme et le corps, le Christ est capable et aspire à délivrer. Il donnera la vie à l’âme qui est “morte par ses offenses”. Ephésiens 2:1. Il libérera le captif qui est retenu par la faiblesse et le malheur et les chaînes du péché.
Le paralytique restauré se pencha pour prendre son lit, qui n’était qu’un tapis et une couverture, et, tandis qu’il se redressait avec un sentiment de joie, il chercha autour de lui son Libérateur ; mais Jésus était perdu dans la foule. L’homme craignait de ne pas le connaître s’il le revoyait. Alors qu’il se dépêchait d’avancer d’un pas ferme et libre, louant Dieu et se réjouissant de sa force retrouvée, il rencontra plusieurs pharisiens et leur annonça immédiatement sa guérison. Il fut surpris de la froideur avec laquelle ils écoutèrent son histoire.
Les sourcils froncés, ils l’interrompirent, lui demandant pourquoi il portait son lit le jour du sabbat. Ils lui rappelèrent sévèrement qu’il n’était pas permis de porter des fardeaux le jour du Seigneur. Dans sa joie, l’homme avait oublié que c’était le sabbat ; pourtant il ne ressentait aucune condamnation pour avoir obéi au commandement de Celui qui avait un tel pouvoir de Dieu. Il répondit hardiment : « Celui qui m’a guéri, celui-là m’a dit : Prends ton lit et marche. Ils ont demandé qui c’était qui avait fait ça, mais il ne pouvait pas le dire. Ces dirigeants savaient bien qu’Un seul s’était montré capable d’accomplir ce miracle; mais ils souhaitaient une preuve directe que c’était Jésus, afin de pouvoir le condamner comme transgresseur du sabbat. Selon leur jugement, il avait non seulement enfreint la loi en guérissant le malade le jour du sabbat, mais avait commis un sacrilège en lui ordonnant d’emporter son lit.
Les Juifs avaient tellement perverti la loi qu’ils en faisaient un joug de servitude. Leurs exigences dénuées de sens étaient devenues synonymes parmi les autres nations. En particulier, le sabbat était entouré de toutes sortes de restrictions insensées. Ce n’était pas pour eux un délice, le saint du Seigneur et honorable. Les scribes et les pharisiens avaient fait de son observance un fardeau intolérable. Un Juif n’avait pas le droit d’allumer un feu ni même d’allumer une bougie le jour du sabbat. En conséquence, le peuple dépendait des Gentils pour de nombreux services que leurs règles leur interdisaient de faire pour eux-mêmes. Ils ne réfléchissaient pas que si ces actes étaient des péchés, ceux qui employaient d’autres personnes pour les accomplir étaient aussi coupables que s’ils avaient fait le travail eux-mêmes. Ils pensaient que le salut était réservé aux Juifs, et que la condition de tous les autres, étant déjà sans espoir, ne pouvait être aggravé. Mais Dieu n’a donné aucun commandement auquel tous ne puissent obéir. Ses lois ne sanctionnent aucune restriction déraisonnable ou égoïste.
Dans le temple, Jésus rencontra l’homme qui avait été guéri. Il était venu apporter une offrande pour le péché et aussi une offrande de remerciement pour la grande miséricorde qu’il avait reçue. Le trouvant parmi les adorateurs, Jésus se fit connaître, avec les paroles d’avertissement: “Voici, tu es guéri: ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.”
L’homme guéri était ravi de rencontrer son Libérateur. Ignorant l’inimitié envers Jésus, il dit aux pharisiens qui l’avaient interrogé, que c’était lui qui avait opéré la guérison. “C’est pourquoi les Juifs persécutèrent Jésus et cherchèrent à le faire mourir, parce qu’il avait fait ces choses le jour du sabbat.”
Jésus a été amené devant le Sanhédrin pour répondre à l’accusation d’avoir enfreint le sabbat. Si les Juifs à cette époque avaient été une nation indépendante, une telle accusation aurait servi leur objectif de le mettre à mort. Ceci leur sujétion aux Romains a empêché. Les Juifs n’avaient pas le pouvoir d’infliger la peine capitale, et les accusations portées contre le Christ n’auraient aucun poids dans un tribunal romain. Il y avait d’autres objets, cependant, qu’ils espéraient sécuriser. Malgré leurs efforts pour contrecarrer son œuvre, Christ gagnait, même à Jérusalem, une influence sur le peuple plus grande que la leur. Des multitudes qui n’étaient pas intéressées par les harangues des rabbins étaient attirées par son enseignement. Ils pouvaient comprendre ses paroles et leurs cœurs étaient réchauffés et réconfortés. Il parlait de Dieu, non en juge vengeur, mais en père tendre, et Il a révélé l’image de Dieu reflétée en Lui-même. Ses paroles étaient comme un baume pour l’esprit blessé. Tant par ses paroles que par ses œuvres de miséricorde, il brisait le pouvoir oppressif des anciennes traditions et des commandements créés par l’homme, et présentait l’amour de Dieu dans sa plénitude inépuisable.
Dans l’une des premières prophéties du Christ, il est écrit : « Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni un législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que Shiloh vienne ; et vers lui sera le rassemblement du peuple. Genèse 49:10. Les gens se rassemblaient pour Christ. Les cœurs sympathiques de la multitude acceptaient les leçons d’amour et de bienveillance de préférence aux cérémonies rigides exigées par les prêtres. Si les prêtres et les rabbins ne s’étaient pas interposés, Son enseignement aurait opéré une réforme telle que ce monde n’en a jamais été témoin. Mais afin de maintenir leur propre pouvoir, ces dirigeants ont décidé de briser l’influence de Jésus. Sa comparution devant le Sanhédrin et une condamnation ouverte de ses enseignements aideraient à y parvenir ; car le peuple avait encore une grande vénération pour ses chefs religieux. Quiconque osait condamner les exigences rabbiniques, ou tenter d’alléger les fardeaux qu’elles avaient imposés au peuple, était considéré comme coupable, non seulement de blasphème, mais de trahison. Sur ce terrain, les rabbins espéraient éveiller la méfiance envers le Christ. Ils le représentaient comme essayant de renverser les coutumes établies, provoquant ainsi la division parmi le peuple et préparant la voie à une soumission complète par les Romains.
Mais les plans que ces rabbins travaillaient avec tant de zèle à réaliser provenaient d’un autre concile que celui du Sanhédrin. Après que Satan n’ait pas réussi à vaincre Christ dans le désert, il a uni ses forces pour s’opposer à lui dans son ministère et, si possible, contrecarrer son œuvre. Ce qu’il ne pouvait pas accomplir par un effort direct et personnel, il décida de le réaliser par une stratégie. A peine s’était-il retiré du conflit dans le désert qu’en conseil avec ses anges confédérés, il mûrit ses plans pour aveugler encore plus l’esprit du peuple juif, afin qu’il ne reconnaisse pas son Rédempteur. Il prévoyait de travailler à travers ses agences humaines dans le monde religieux, en les imprégnant de sa propre inimitié contre le champion de la vérité. Il les amènerait à rejeter le Christ et à rendre sa vie aussi amère que possible, espérant le décourager dans sa mission. Et les chefs d’Israël devinrent les instruments de Satan dans la guerre contre le Sauveur.
Jésus était venu « magnifier la loi et la rendre honorable ». Il ne devait pas diminuer sa dignité, mais l’exalter. L’Écriture dit : « Il ne faillira ni ne se découragera jusqu’à ce qu’il ait établi un jugement sur la terre ». Ésaïe 42:21, 4. Il était venu libérer le sabbat de ces lourdes exigences qui en avaient fait une malédiction au lieu d’une bénédiction.
Pour cette raison, il avait choisi le sabbat pour accomplir l’acte de guérison à Béthesda. Il aurait pu aussi guérir le malade n’importe quel autre jour de la semaine ; ou Il aurait pu simplement le guérir, sans lui dire d’emporter son lit. Mais cela ne lui aurait pas donné l’occasion qu’il désirait. Un objectif sage sous-tendait chaque acte de la vie de Christ sur terre. Tout ce qu’il faisait était important en soi et dans son enseignement. Parmi les affligés à la piscine, il choisit le pire des cas sur qui exercer son pouvoir de guérison, et ordonna à l’homme de porter son lit à travers la ville afin de publier le grand travail qui avait été fait sur lui. Cela soulèverait la question de ce qu’il était permis de faire le jour du sabbat, et lui ouvrirait la voie pour dénoncer les restrictions des Juifs concernant le jour du Seigneur et déclarer leurs traditions nulles.
Jésus leur a déclaré que l’œuvre de soulagement des affligés était en harmonie avec la loi du sabbat. C’était en harmonie avec l’œuvre des anges de Dieu, qui descendent et montent sans cesse entre le ciel et la terre pour servir l’humanité souffrante. Jésus a déclaré : « Mon Père travaille jusqu’à présent, et je travaille. Tous les jours sont à Dieu, pour réaliser Ses plans pour la race humaine. Si l’interprétation de la loi par les Juifs était correcte, alors Jéhovah était en faute, dont l’œuvre a vivifié et soutenu tout être vivant depuis qu’Il a d’abord posé les fondations de la terre ; alors Celui qui a déclaré Son œuvre bonne, et institué le Sabbat pour commémorer son achèvement, doit mettre une période à Son travail, et arrêter la routine sans fin de l’univers.
Dieu devrait-il interdire au soleil d’exercer son office le jour du sabbat, empêcher ses rayons agréables de réchauffer la terre et de nourrir la végétation ? Le système des mondes doit-il rester immobile pendant ce jour saint ? Doit-il ordonner aux ruisseaux de s’abstenir d’arroser les champs et les forêts, et ordonner aux vagues de la mer d’arrêter leur flux et reflux incessants ? Le blé et le maïs doivent-ils cesser de pousser, et la grappe qui mûrit doit-elle différer sa floraison pourpre ? Les arbres et les fleurs ne doivent-ils pas bourgeonner ni fleurir le jour du sabbat ?
Dans un tel cas, les hommes manqueraient les fruits de la terre et les bénédictions qui rendent la vie désirable. La nature doit continuer son cours invariable. Dieu ne pouvait pas retenir sa main un instant, sinon l’homme s’évanouirait et mourrait. Et l’homme a aussi un travail à accomplir en ce jour. Les nécessités de la vie doivent être satisfaites, les malades doivent être soignés, les besoins des nécessiteux doivent être satisfaits. Celui qui néglige de soulager la souffrance le jour du sabbat ne sera pas tenu pour innocent. Le saint jour de repos de Dieu a été fait pour l’homme, et les actes de miséricorde sont en parfaite harmonie avec son intention. Dieu ne désire pas que ses créatures souffrent une heure de douleur qui puisse être soulagée le jour du sabbat ou tout autre jour.
Les exigences envers Dieu sont encore plus grandes le jour du sabbat que les autres jours. Son peuple quitte alors son emploi habituel et passe son temps en méditation et en adoration. Ils lui demandent plus de faveurs le jour du sabbat que les autres jours. Ils exigent Son attention particulière. Ils aspirent à ses meilleures bénédictions. Dieu n’attend pas que le sabbat passe avant d’accorder ces demandes. L’œuvre du ciel ne cesse jamais et les hommes ne devraient jamais s’arrêter de faire le bien. Le sabbat n’est pas destiné à être une période d’inactivité inutile. La loi interdit le travail séculier le jour de repos du Seigneur ; le labeur qui gagne sa vie doit cesser ; aucun travail pour le plaisir ou le profit mondain n’est licite ce jour-là; mais comme Dieu a cessé son travail de création, et s’est reposé sur le sabbat et l’a béni, ainsi l’homme doit abandonner les occupations de sa vie quotidienne, et consacrez ces heures sacrées à un repos sain, au culte et à des actions saintes. L’œuvre de Christ dans la guérison des malades était en parfait accord avec la loi. Il honorait le sabbat.
Jésus revendiquait des droits égaux à Dieu pour faire une œuvre également sacrée et du même caractère que celle qui engageait le Père céleste. Mais les pharisiens étaient encore plus furieux. Il avait non seulement enfreint la loi, selon leur compréhension, mais en appelant Dieu « son propre Père », il s’était déclaré égal à Dieu. Jean 5:18, RV
Toute la nation des Juifs appelait Dieu leur Père, c’est pourquoi ils n’auraient pas été aussi furieux si Christ s’était représenté lui-même comme étant dans la même relation avec Dieu. Mais ils l’ont accusé de blasphème, montrant qu’ils le comprenaient comme faisant cette affirmation dans le sens le plus élevé.
Ces adversaires de Christ n’avaient pas d’arguments pour affronter les vérités qu’il a ramenées à leur conscience. Ils ne pouvaient citer que leurs coutumes et leurs traditions, et celles-ci semblaient faibles et insipides par rapport aux arguments que Jésus avait tirés de la parole de Dieu et de la ronde incessante de la nature. Si les rabbins avaient ressenti le moindre désir de recevoir la lumière, ils auraient été convaincus que Jésus a dit la vérité. Mais ils ont éludé les points qu’il a soulevés concernant le sabbat et ont cherché à attiser la colère contre lui parce qu’il prétendait être égal à Dieu. La fureur des dirigeants ne connaissait pas de limites. S’ils n’avaient pas craint le peuple, les prêtres et les rabbins auraient tué Jésus sur-le-champ. Mais le sentiment populaire en sa faveur était fort. Beaucoup reconnurent en Jésus l’ami qui avait guéri leurs maladies et consolé leurs peines, et ils ont justifié sa guérison du malade à Béthesda. Ainsi, pour l’instant, les dirigeants ont été obligés de contenir leur haine.
Jésus a repoussé l’accusation de blasphème. Mon autorité, dit-il, pour faire l’œuvre dont vous m’accusez, est que je suis le Fils de Dieu, un avec lui en nature, en volonté et en dessein. Dans toutes ses œuvres de création et de providence, je coopère avec Dieu. “Le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais ce qu’il voit faire au Père.” Les prêtres et les rabbins réprimandaient le Fils de Dieu pour l’œuvre même pour laquelle il avait été envoyé dans le monde. Par leurs péchés, ils s’étaient séparés de Dieu, et dans leur orgueil avançaient indépendamment de Lui. Ils se sentaient suffisants en eux-mêmes pour toutes choses et n’avaient pas besoin d’une sagesse supérieure pour diriger leurs actes. Mais le Fils de Dieu était soumis à la volonté du Père et dépendant de sa puissance. Christ a été si complètement vidé de lui-même qu’il n’a fait aucun plan pour lui-même. Il a accepté les plans de Dieu pour Lui, et jour après jour, le Père déployait ses plans. Alors devrions-nous dépendre de Dieu, afin que nos vies soient le simple résultat de sa volonté.
Lorsque Moïse était sur le point de construire le sanctuaire comme lieu d’habitation pour Dieu, il lui fut ordonné de faire toutes choses selon le modèle qui lui avait été montré sur la montagne. Moïse était plein de zèle pour faire l’œuvre de Dieu ; les hommes les plus talentueux et les plus habiles étaient là pour exécuter ses suggestions. Pourtant, il ne devait pas faire une cloche, une grenade, un pompon, une frange, un rideau, ou n’importe quel vase du sanctuaire, sauf selon le modèle qui lui était montré. Dieu l’appela sur la montagne et lui révéla les choses célestes. Le Seigneur le couvrit de sa propre gloire, afin qu’il puisse voir le modèle, et selon lui toutes choses furent faites. Ainsi, à Israël, qu’il désirait faire de sa demeure, il avait révélé son glorieux idéal de caractère. Le modèle leur fut montré sur la montagne quand la loi fut donnée du Sinaï, et quand le Seigneur passa devant Moïse et proclama : « Le Seigneur, Le Seigneur Dieu, miséricordieux et miséricordieux, longanime et abondant en bonté et en vérité, gardant miséricorde pour des milliers, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché. Exode 34:6, 7.
Israël avait choisi sa propre voie. Ils n’avaient pas construit selon le modèle ; mais le Christ, le véritable temple de la demeure de Dieu, a façonné chaque détail de sa vie terrestre en harmonie avec l’idéal de Dieu. Il a dit : « Je prends plaisir à faire ta volonté, ô mon Dieu ; oui, ta loi est dans mon cœur. Psaume 40:8. Ainsi, nos caractères doivent être édifiés « pour être une habitation de Dieu par l’Esprit ». Éphésiens 2:22. Et nous devons « faire toutes choses selon le modèle », même celui qui « a souffert pour nous, nous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses pas ». Hébreux 8:5 ; 1 Pierre 2:21.
Les paroles du Christ enseignent que nous devons nous considérer comme inséparablement liés à notre Père céleste. Quelle que soit notre position, nous dépendons de Dieu, qui tient toutes les destinées entre ses mains. Il nous a assigné notre travail, et nous a dotés des facultés et des moyens pour ce travail. Tant que nous abandonnons la volonté à Dieu et que nous avons confiance en sa force et sa sagesse, nous serons guidés sur des chemins sûrs, pour accomplir notre rôle dans son grand plan. Mais celui qui dépend de sa propre sagesse et de sa propre puissance se sépare de Dieu. Au lieu de travailler à l’unisson avec Christ, il accomplit le dessein de l’ennemi de Dieu et de l’homme.
Le Sauveur a poursuivi : « Tout ce qu’il [le Père] fait, le Fils le fait de même. . . . Comme le Père ressuscite les morts et les vivifie ; ainsi le Fils vivifie qui Il veut. Les sadducéens soutenaient qu’il n’y aurait pas de résurrection du corps; mais Jésus leur dit que l’une des plus grandes œuvres de son Père est de ressusciter les morts, et que lui-même a le pouvoir de faire la même œuvre. “L’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’entendront vivront.” Les pharisiens croyaient à la résurrection des morts. Christ déclare que même maintenant la puissance qui donne la vie aux morts est parmi eux, et ils doivent voir sa manifestation. Ce même pouvoir de résurrection est celui qui donne la vie à l’âme “morte dans les offenses et les péchés”. Ephésiens 2:1. Cet esprit de vie en Jésus-Christ, « la puissance de sa résurrection », libère les hommes « de la loi du péché et de la mort ». Philippiens 3:10 ; Romains 8:2. La domination du mal est brisée et, par la foi, l’âme est préservée du péché. Celui qui ouvre son cœur à l’Esprit du Christ devient participant de cette puissance puissante qui fera sortir son corps du tombeau.
L’humble Nazaréen affirme sa véritable noblesse. Il s’élève au-dessus de l’humanité, rejette l’apparence du péché et de la honte, et se révèle, l’Honoré des anges, le Fils de Dieu, Un avec le Créateur de l’univers. Ses auditeurs sont envoûtés. Aucun homme n’a jamais prononcé de paroles comme les siennes, ni ne s’est porté avec une telle majesté royale. Ses paroles sont claires et simples, déclarant pleinement sa mission et le devoir du monde. « Car le Père ne juge personne, mais il a confié tout jugement au Fils, afin que tous les hommes honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. . . . Car comme le Père a la vie en lui-même ; ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir la vie en lui-même; et lui a donné le pouvoir d’exécuter aussi le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme.
Les prêtres et les dirigeants s’étaient érigés en juges pour condamner l’œuvre de Christ, mais il s’est déclaré leur juge et le juge de toute la terre. Le monde s’est engagé envers Christ et, par lui, toutes les bénédictions de Dieu sont venues à la race déchue. Il était le Rédempteur avant comme après son incarnation. Dès qu’il y a eu péché, il y a eu un Sauveur. Il a donné la lumière et la vie à tous, et selon la mesure de la lumière donnée, chacun doit être jugé. Et Celui qui a donné la lumière, Celui qui a suivi l’âme avec la plus tendre supplication, cherchant à la gagner du péché à la sainteté, est en un son avocat et son juge. Dès l’ouverture du grand conflit dans le ciel, Satan a maintenu sa cause par la tromperie ; et Christ s’est efforcé de dévoiler ses projets et de briser sa puissance. C’est Lui qui a rencontré le trompeur,
Et Dieu « lui a aussi donné le pouvoir d’exécuter le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme ». Parce qu’il a goûté à la lie même de l’affliction et de la tentation humaines, et qu’il comprend les fragilités et les péchés des hommes ; parce qu’en notre faveur, il a résisté victorieusement aux tentations de Satan, et qu’il traitera avec justice et tendresse les âmes que son propre sang a été versée pour sauver, – à cause de cela, le Fils de l’homme est désigné pour exécuter le jugement.
Mais la mission de Christ n’était pas pour le jugement, mais pour le salut. « Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde ; mais que le monde par lui soit sauvé. Jean 3:17. Et devant le Sanhédrin, Jésus a déclaré : « Celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. Jean 5:24, RV
Enjoignant à ses auditeurs de ne pas s’émerveiller, le Christ ouvrit devant eux, d’une manière encore plus large, le mystère de l’avenir. « L’heure vient, dit-il, où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix et sortiront ; ceux qui ont fait le bien, jusqu’à la résurrection de la vie; et ceux qui ont mal agi, jusqu’à la résurrection du jugement. Jean 5:28, 29, RV
Cette assurance de la vie future était celle qu’Israël avait si longtemps attendue, et qu’il avait espéré recevoir à l’avènement du Messie. La seule lumière qui peut éclairer l’obscurité de la tombe brillait sur eux. Mais la volonté propre est aveugle. Jésus avait violé les traditions des rabbins, et ignoré leur autorité, et ils ne croiraient pas.
Le moment, le lieu, l’occasion, l’intensité du sentiment qui a envahi l’assemblée, tout s’est combiné pour rendre les paroles de Jésus devant le Sanhédrin d’autant plus impressionnantes. Les plus hautes autorités religieuses de la nation recherchaient la vie de Celui qui s’était déclaré le restaurateur d’Israël. Le Seigneur du sabbat a été traduit devant un tribunal terrestre pour répondre de l’accusation d’avoir enfreint la loi du sabbat. Lorsqu’il a déclaré sa mission avec tant d’intrépidité, ses juges l’ont regardé avec étonnement et rage ; mais Ses paroles étaient sans réponse. Ils ne pouvaient pas Le condamner. Il a nié le droit des prêtres et des rabbins de l’interroger ou d’interférer avec son travail. Ils n’étaient pas investis d’une telle autorité. Leurs revendications étaient fondées sur leur propre fierté et leur arrogance. Il a refusé de plaider coupable de leurs accusations, ou d’être catéchisé par eux.
Au lieu de s’excuser pour l’acte dont ils se sont plaints, ou d’expliquer son but en le faisant, Jésus s’est retourné contre les dirigeants, et l’accusé est devenu l’accusateur. Il les réprimanda pour l’endurcissement de leur cœur et leur ignorance des Écritures. Il déclara qu’ils avaient rejeté la parole de Dieu, dans la mesure où ils avaient rejeté celui que Dieu avait envoyé. « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle ; et ce sont eux qui rendent témoignage de moi. Jean 5:39, RV
Dans chaque page, qu’il s’agisse d’histoire, de précepte ou de prophétie, les Écritures de l’Ancien Testament sont irradiées de la gloire du Fils de Dieu. Dans la mesure où il était d’institution divine, le système entier du judaïsme était une prophétie compacte de l’évangile. Au Christ « rendez témoignage à tous les prophètes ». Actes 10:43. Depuis la promesse faite à Adam, jusqu’à la lignée patriarcale et l’économie légale, la lumière glorieuse du ciel a rendu évidents les pas du Rédempteur. Les voyants virent l’étoile de Bethléem, la Shiloh à venir, tandis que les choses futures défilaient devant eux en une mystérieuse procession. Dans chaque sacrifice, la mort de Christ était montrée. Dans chaque nuage d’encens, sa justice montait. Par chaque trompette de jubilé, son nom retentissait. Dans le terrible mystère du saint des saints, sa gloire habitait.
Les Juifs avaient les Ecritures en leur possession, et supposaient que dans leur simple connaissance extérieure de la parole, ils avaient la vie éternelle. Mais Jésus a dit : « Vous n’avez pas sa parole demeurant en vous. Ayant rejeté Christ dans sa parole, ils l’ont rejeté en personne. « Vous ne viendrez pas à moi », a-t-il dit, « afin que vous ayez la vie.
Les dirigeants juifs avaient étudié les enseignements des prophètes concernant le royaume du Messie ; mais ils l’avaient fait, non avec un désir sincère de connaître la vérité, mais dans le but de trouver des preuves pour soutenir leurs espoirs ambitieux. Lorsque Christ est venu d’une manière contraire à leurs attentes, ils ne l’ont pas reçu ; et pour se justifier, ils ont essayé de prouver qu’il était un trompeur. Une fois qu’ils avaient mis les pieds dans cette voie, il était facile pour Satan de renforcer leur opposition au Christ. Les mots mêmes qui auraient dû être reçus comme preuve de sa divinité ont été interprétés contre lui. Ainsi, ils transformèrent la vérité de Dieu en mensonge, et plus le Sauveur leur parlait directement dans ses œuvres de miséricorde, plus ils étaient déterminés à résister à la lumière.
Jésus a dit : « Je ne reçois pas l’honneur des hommes. Ce n’était pas l’influence du Sanhédrin, ce n’était pas sa sanction qu’il désirait. Il ne pouvait recevoir aucun honneur de leur approbation. Il était investi de l’honneur et de l’autorité du Ciel. S’il l’avait voulu, des anges seraient venus lui rendre hommage ; le Père aurait de nouveau témoigné de sa divinité. Mais pour eux-mêmes, pour le bien de la nation dont ils étaient les chefs, il a demandé aux dirigeants juifs de discerner son caractère et de recevoir les bénédictions qu’il était venu leur apporter.
« Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. Jésus est venu par l’autorité de Dieu, portant son image, accomplissant sa parole et recherchant sa gloire ; pourtant, il n’a pas été accepté par les dirigeants d’Israël; mais quand d’autres viendraient, assumant le caractère de Christ, mais poussés par leur propre volonté et cherchant leur propre gloire, ils seraient reçus. Et pourquoi? Parce que celui qui cherche sa propre gloire fait appel au désir d’auto-exaltation chez les autres. A de tels appels, les Juifs pouvaient répondre.
Ils recevraient le faux enseignant parce qu’il flattait leur orgueil en sanctionnant leurs opinions et leurs traditions chéries. Mais l’enseignement du Christ ne coïncidait pas avec leurs idées. Elle était spirituelle et exigeait le sacrifice de soi ; donc ils ne le recevraient pas. Ils ne connaissaient pas Dieu, et pour eux Sa voix par Christ était la voix d’un étranger.
La même chose ne se répète-t-elle pas de nos jours ? N’y a-t-il pas beaucoup, même des chefs religieux, qui endurcissent leur cœur contre le Saint-Esprit, les empêchant de reconnaître la voix de Dieu ? Ne rejettent-ils pas la parole de Dieu, afin de garder leurs propres traditions ?
« Si vous aviez cru Moïse, dit Jésus, vous m’auriez cru, car il a écrit de moi. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? C’était le Christ qui avait parlé à Israël par l’intermédiaire de Moïse. S’ils avaient écouté la voix divine qui parlait par l’intermédiaire de leur grand chef, ils l’auraient reconnue dans les enseignements du Christ. S’ils avaient cru Moïse, ils auraient cru Celui dont Moïse a parlé.
Jésus savait que les prêtres et les rabbins étaient déterminés à lui ôter la vie ; pourtant, il leur expliqua clairement son unité avec le Père et sa relation avec le monde. Ils ont vu que leur opposition à Lui était sans excuse, mais leur haine meurtrière n’a pas été éteinte. La peur les saisit alors qu’ils étaient témoins de la puissance convaincante qui accompagnait Son ministère ; mais ils ont résisté à ses appels et se sont enfermés dans les ténèbres.
Ils avaient manifestement échoué à renverser l’autorité de Jésus ou à s’aliéner le respect et l’attention du peuple, dont beaucoup étaient convaincus par ses paroles. Les dirigeants eux-mêmes avaient ressenti une profonde condamnation alors qu’Il avait pressé leur culpabilité sur leur conscience ; pourtant cela ne les rendait que plus amers contre lui. Ils étaient déterminés à lui ôter la vie. Ils ont envoyé des messagers dans tout le pays pour avertir les gens contre Jésus comme un imposteur. Des espions ont été envoyés pour le surveiller et rapporter ce qu’il a dit et fait. Le précieux Sauveur se tenait maintenant très certainement à l’ombre de la croix.

Chapitre 22
Emprisonnement et mort de John
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 11 :1-11 ; 14:1-11 ; Marc 6:17-28 ; Luc 7:19-28]

Jean-Baptiste avait été le premier à annoncer le royaume de Christ, et il était aussi le premier à souffrir. De l’air libre du désert et des foules immenses qui s’étaient accrochées à ses paroles, il était maintenant enfermé par les murs d’une cellule de donjon. Il était devenu prisonnier dans la forteresse d’Hérode Antipas. Dans le territoire à l’est de la Jordanie, qui était sous la domination d’Antipas, une grande partie du ministère de Jean avait été dépensée. Hérode lui-même avait écouté la prédication du Baptiste. Le roi dissolu avait tremblé sous l’appel au repentir. « Hérode craignait Jean, sachant qu’il était un homme juste et un saint ; . . . et quand il l’entendit, il fit beaucoup de choses, et l’écoutait avec joie. Jean le traita fidèlement, dénonçant son alliance inique avec Hérodias, la femme de son frère. Pendant un certain temps, Hérode chercha faiblement à briser la chaîne de la convoitise qui le liait ;
La vie de Jean avait été une vie de travail actif, et la morosité et l’inaction de sa vie en prison pesaient lourdement sur lui. Au fil des semaines qui passaient, sans apporter de changement, le découragement et le doute s’installaient en lui. Ses disciples ne l’ont pas abandonné. Ils ont été autorisés à entrer dans la prison, et ils lui ont apporté des nouvelles des œuvres de Jésus, et ont dit comment les gens affluaient vers lui. Mais ils se sont demandé pourquoi, si ce nouvel enseignant était le Messie, il n’a rien fait pour effectuer la libération de Jean. Comment a-t-il pu permettre que son fidèle héraut soit privé de liberté et peut-être de la vie ?
Ces questions n’étaient pas sans effet. Des doutes qui, autrement, n’auraient jamais surgi ont été suggérés à Jean. Satan se réjouit d’entendre les paroles de ces disciples et de voir comment ils ont meurtri l’âme du messager du Seigneur. Oh, que de fois ceux qui se croient les amis d’un homme bon, et qui sont désireux de lui montrer leur fidélité, se révèlent être ses ennemis les plus dangereux ! Combien de fois, au lieu de fortifier sa foi, leurs paroles dépriment et découragent !
Comme les disciples du Sauveur, Jean-Baptiste ne comprenait pas la nature du royaume du Christ. Il s’attendait à ce que Jésus prenne le trône de David; et à mesure que le temps passait et que le Sauveur ne prétendait pas à l’autorité royale, Jean devint perplexe et troublé. Il avait déclaré au peuple que pour que le chemin soit préparé devant le Seigneur, la prophétie d’Isaïe devait s’accomplir ; les montagnes et les collines doivent être abaissées, les terrains tortueux redressés et les lieux accidentés unis. Il avait cherché à renverser les hauts lieux de l’orgueil et du pouvoir humains. Il avait désigné le Messie comme Celui dont l’éventail était dans Sa main, et qui purgerait complètement Son plancher, qui rassemblerait le blé dans Son grenier, et brûlerait la paille avec un feu inextinguible. Comme le prophète Élie, dans l’esprit et la puissance duquel il était venu en Israël,
Dans sa mission, le Baptiste s’était tenu comme un réprobateur intrépide de l’iniquité, tant dans les hauts lieux que dans les bas. Il avait osé affronter le roi Hérode avec le simple reproche du péché. Il n’avait pas compté sa vie chère à lui-même, afin qu’il puisse accomplir son travail désigné. Et maintenant, de son cachot, il guettait le lion de la tribu de Juda pour abattre l’orgueil de l’oppresseur et délivrer le pauvre et celui qui criait. Mais Jésus semblait se contenter de rassembler des disciples autour de lui, de guérir et d’enseigner le peuple. Il mangeait aux tables des publicains, tandis que chaque jour le joug romain pesait plus lourdement sur Israël, tandis que le roi Hérode et son vil amant faisaient leur volonté, et que les cris des pauvres et des souffrants montaient au ciel.
Pour le prophète du désert, tout cela semblait un mystère au-delà de sa compréhension. Il y avait des heures où les chuchotements des démons torturaient son esprit, et l’ombre d’une peur terrible se glissait sur lui. Se pourrait-il que le Libérateur tant espéré ne soit pas encore apparu ? Que signifiait alors le message qu’il avait lui-même été contraint de porter ? John avait été amèrement déçu du résultat de sa mission. Il s’était attendu à ce que le message de Dieu ait le même effet que lorsque la loi était lue aux jours de Josias et d’Esdras (2 Chroniques 34 ; Néhémie 8, 9) ; qu’il s’ensuivrait une profonde œuvre de repentance et de retour au Seigneur. Pour le succès de cette mission, toute sa vie avait été sacrifiée. Était-ce en vain ?
Jean était troublé de voir que par amour pour lui, ses propres disciples chérissaient l’incrédulité à l’égard de Jésus. Son travail pour eux avait-il été vain ? Avait-il été infidèle à sa mission, qu’il était maintenant coupé du travail ? Si le Libérateur promis était apparu et que Jean avait été trouvé fidèle à son appel, Jésus ne renverserait-il pas maintenant la puissance de l’oppresseur et libérerait-il son héraut ?
Mais le Baptiste n’a pas abandonné sa foi en Christ. Le souvenir de la voix du ciel et de la colombe descendante, la pureté sans tache de Jésus, la puissance du Saint-Esprit qui s’était reposée sur Jean alors qu’il venait en présence du Sauveur, et le témoignage des écritures prophétiques, tout témoignait que Jésus de Nazareth était le Promis.
John ne discutait pas de ses doutes et de ses angoisses avec ses compagnons. Il a décidé d’envoyer un message d’interrogation à Jésus. Il confia cela à deux de ses disciples, espérant qu’une entrevue avec le Sauveur confirmerait leur foi et apporterait de l’assurance à leurs frères. Et il aspirait à une parole de Christ prononcée directement pour lui-même.
Les disciples vinrent à Jésus avec leur message : « Es-tu celui qui doit venir, ou en attendons-nous un autre ?
Combien de temps s’était écoulé depuis que le Baptiste avait pointé du doigt Jésus et proclamé : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ! “C’est lui qui vient après moi est préféré avant moi.” Jean 1 : 29, 27. Et maintenant la question : « Es-tu celui qui doit venir ? C’était profondément amer et décevant pour la nature humaine. Si Jean, le fidèle précurseur, n’a pas discerné la mission du Christ, que pourrait-on attendre de la multitude égoïste ?
Le Sauveur ne répondit pas immédiatement à la question des disciples. Alors qu’ils s’étonnaient de son silence, les malades et les affligés venaient à lui pour être guéris. Les aveugles se frayaient un chemin à tâtons dans la foule ; des malades de toutes les classes, certains pressant leur propre voie, d’autres portés par leurs amis, se pressaient avec ardeur dans la présence de Jésus. La voix du puissant Guérisseur a pénétré l’oreille sourde. Un mot, une touche de sa main, ouvrit les yeux aveugles pour contempler la lumière du jour, les scènes de la nature, les visages des amis et le visage du Libérateur. Jésus a réprimandé la maladie et banni la fièvre. Sa voix parvint aux oreilles des mourants, et ils se levèrent en santé et en vigueur. Des démoniaques paralysés ont obéi à sa parole, leur folie les a quittés et ils l’ont adoré. Pendant qu’il guérissait leurs maladies, il enseignait le peuple. Les pauvres paysans et ouvriers,
Ainsi le jour s’écoula, les disciples de Jean voyant et entendant tout. Enfin, Jésus les appela à lui et leur ordonna d’aller dire à Jean ce dont ils avaient été témoins, ajoutant : « Béni soit celui qui ne trouvera aucune occasion de trébucher en moi. Luc 7:23, RV La preuve de sa divinité a été vue dans son adaptation aux besoins de l’humanité souffrante. Sa gloire s’est manifestée dans sa condescendance envers notre basse condition.
Les disciples portaient le message, et cela suffisait. Jean a rappelé la prophétie concernant le Messie : « Le Seigneur m’a oint pour annoncer de bonnes nouvelles aux doux ; Il m’a envoyé pour panser les cœurs brisés, pour proclamer la liberté aux captifs et l’ouverture de la prison à ceux qui sont liés ; pour proclamer l’année de grâce du Seigneur. Ésaïe 61 : 1, 2. Les œuvres de Christ ont non seulement déclaré qu’il était le Messie, mais ont montré de quelle manière son royaume devait être établi. À Jean fut révélée la même vérité qui était venue à Élie dans le désert, quand « un vent grand et fort déchira les montagnes et brisa les rochers devant l’Éternel ; mais le Seigneur n’était pas dans le vent : et après le vent un tremblement de terre ; mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre : et après le tremblement de terre un feu ; mais le Seigneur n’était pas dans le feu: ” et après le feu, Dieu a parlé au prophète par ” une petite voix douce “. 1 Rois 19:11, 12. Jésus devait donc accomplir son œuvre, non par le fracas des armes et le renversement des trônes et des royaumes, mais en parlant au cœur des hommes par une vie de miséricorde et d’abnégation.
Le principe de la propre vie d’abnégation du Baptiste était le principe du royaume du Messie. Jean savait bien à quel point tout cela était étranger aux principes et aux espoirs des dirigeants d’Israël. Ce qui était pour lui une preuve convaincante de la divinité de Christ ne serait pas une preuve pour eux. Ils cherchaient un Messie qui n’avait pas été promis. Jean comprit que la mission du Sauveur ne pouvait leur arracher que haine et condamnation. Lui, le précurseur, ne faisait que boire la coupe que Christ lui-même devait vider jusqu’à sa lie.
Les paroles du Sauveur, « Béni soit celui qui ne trouvera aucune occasion de trébucher en moi », étaient une douce réprimande pour Jean. Ce n’était pas perdu pour lui. Comprenant mieux maintenant la nature de la mission du Christ, il s’abandonna à Dieu pour la vie ou pour la mort, selon ce qui devait le mieux servir les intérêts de la cause qu’il aimait.
Après le départ des messagers, Jésus parla au peuple de Jean. Le cœur du Sauveur sortit en sympathie pour le témoin fidèle maintenant enterré dans le cachot d’Hérode. Il ne laisserait pas le peuple conclure que Dieu avait abandonné Jean ou que sa foi avait failli au jour de l’épreuve. « Qu’êtes-vous allés voir dans le désert ? Il a dit. « Un roseau secoué par le vent ?
Les grands roseaux qui poussaient le long du Jourdain, se courbant à chaque brise, étaient de dignes représentants des rabbins qui s’étaient tenus en tant que critiques et juges de la mission du Baptiste. Ils ont été influencés de-ci de-là par les vents de l’opinion populaire. Ils ne voulaient pas s’humilier pour recevoir le message touchant du Baptiste, mais par peur du peuple, ils n’osaient pas s’opposer ouvertement à son œuvre. Mais le messager de Dieu n’était pas d’un esprit aussi lâche. Les multitudes qui s’étaient rassemblées autour de Christ avaient été témoins de l’œuvre de Jean. Ils avaient entendu sa réprimande intrépide du péché. Aux pharisiens bien-pensants, aux sadducéens sacerdotaux, au roi Hérode et à sa cour, aux princes et aux soldats, aux publicains et aux paysans, Jean avait parlé avec une égale clarté. Il n’était pas un roseau tremblant, balayé par les vents des louanges humaines ou des préjugés. En prison, il était le même dans sa loyauté envers Dieu et son zèle pour la justice que lorsqu’il prêchait le message de Dieu dans le désert. Dans sa fidélité au principe, il était aussi ferme qu’un roc.
Jésus a poursuivi : « Mais qu’êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de vêtements souples ? Voici, ceux qui sont magnifiquement vêtus et vivent délicatement, sont dans les cours des rois. Jean avait été appelé à réprimander les péchés et les excès de son temps, et sa tenue simple et sa vie d’abnégation étaient en harmonie avec le caractère de sa mission. Les vêtements riches et les luxes de cette vie ne sont pas le partage des serviteurs de Dieu, mais de ceux qui vivent « dans les cours des rois », les dirigeants de ce monde, à qui appartiennent son pouvoir et ses richesses. Jésus souhaitait attirer l’attention sur le contraste entre les vêtements de Jean et ceux portés par les prêtres et les dirigeants. Ces fonctionnaires se paraient de riches robes et d’ornements coûteux. Ils aimaient l’étalage, et espéraient éblouir le peuple, et imposer ainsi une plus grande considération. Ils étaient plus soucieux de gagner l’admiration des hommes que d’obtenir la pureté de cœur qui gagnerait l’approbation de Dieu. Ainsi, ils ont révélé que leur allégeance n’était pas donnée à Dieu, mais au royaume de ce monde.
« Mais pourquoi, dit Jésus, êtes-vous sortis pour voir ? Un prophète ? oui, je vous le dis, et plus qu’un prophète. Car c’est celui dont il est écrit, –
. . . . . “Voici, j’envoie mon messager devant ta face,
. . . . . qui préparera ton chemin devant toi.
“En vérité, je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y a pas eu de plus grand que Jean-Baptiste.” Dans l’annonce faite à Zacharie avant la naissance de Jean, l’ange avait déclaré : « Il sera grand aux yeux du Seigneur. Luc 1:15. Aux yeux du Ciel, qu’est-ce qui fait la grandeur ? Pas ce que le monde compte comme grandeur ; pas la richesse, ou le rang, ou la descendance noble, ou les dons intellectuels, en eux-mêmes considérés. Si la grandeur intellectuelle, en dehors de toute considération supérieure, est digne d’honneur, alors notre hommage est dû à Satan, dont aucun homme n’a jamais égalé la puissance intellectuelle. Mais lorsqu’il est perverti à l’égoïsme, plus le don est grand, plus il devient une malédiction. C’est la valeur morale que Dieu apprécie. L’amour et la pureté sont les attributs qu’il apprécie le plus. Jean était grand aux yeux du Seigneur, quand, devant les messagers du Sanhédrin, devant le peuple et devant ses propres disciples, il s’est abstenu de rechercher l’honneur pour lui-même, mais a tout désigné Jésus comme le Promis. Sa joie désintéressée dans le ministère de Christ présente le plus haut type de noblesse jamais révélé chez l’homme.
Le témoignage rendu de lui après sa mort, par ceux qui avaient entendu son témoignage à Jésus, était : « Jean n’a fait aucun miracle, mais tout ce que Jean a dit de cet homme était vrai. Jean 10:41. Il n’a pas été donné à Jean d’appeler le feu du ciel ou de ressusciter les morts, comme Elie l’a fait, ni de manier le bâton de pouvoir de Moïse au nom de Dieu. Il a été envoyé pour annoncer l’avènement du Sauveur et pour inviter le peuple à se préparer à sa venue. Il accomplit si fidèlement sa mission que, tandis que les gens se souvenaient de ce qu’il leur avait enseigné de Jésus, ils pouvaient dire : « Tout ce que Jean a dit de cet homme était vrai. Un tel témoignage au Christ que chaque disciple du Maître est appelé à porter.
En tant que héraut du Messie, Jean était ” bien plus qu’un prophète “. Car tandis que les prophètes avaient vu de loin l’avènement du Christ, il fut donné à Jean de le contempler, d’entendre du ciel le témoignage de sa messianité et de le présenter à Israël comme l’Envoyé de Dieu. Pourtant, Jésus a dit : « Celui qui est le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.
Le prophète Jean était le lien entre les deux dispensations. En tant que représentant de Dieu, il s’est présenté pour montrer la relation de la loi et des prophètes avec la dispensation chrétienne. Il était la moindre lumière, qui devait être suivie d’une plus grande. L’esprit de Jean était illuminé par le Saint-Esprit, afin qu’il puisse éclairer son peuple ; mais aucune autre lumière n’a jamais brillé ni ne brillera jamais aussi clairement sur l’homme déchu que celle qui émanait de l’enseignement et de l’exemple de Jésus. Christ et sa mission n’avaient été que vaguement compris comme caractérisés dans les sacrifices ténébreux. Même Jean n’avait pas pleinement compris la vie future et immortelle par le Sauveur.
Mis à part la joie que John a trouvée dans sa mission, sa vie a été une vie de chagrin. Sa voix avait rarement été entendue, sauf dans le désert. C’était un lot solitaire. Et il n’a pas été autorisé à voir le résultat de ses propres travaux. Ce n’était pas son privilège d’être avec Christ et d’être témoin de la manifestation de la puissance divine accompagnant la plus grande lumière. Il ne lui appartenait pas de voir les aveugles rendus à la vue, les malades guéris et les morts ressuscités. Il n’a pas vu la lumière qui brillait à travers chaque parole du Christ, répandant la gloire sur les promesses de la prophétie. Le moindre disciple qui vit les œuvres puissantes du Christ et entendit ses paroles était en ce sens plus hautement privilégié que Jean-Baptiste, et on dit donc qu’il était plus grand que lui.
Grâce aux foules immenses qui avaient écouté la prédication de Jean, sa renommée s’était répandue dans tout le pays. Un profond intérêt a été ressenti quant au résultat de son emprisonnement. Pourtant, sa vie irréprochable et le fort sentiment public en sa faveur ont fait croire qu’aucune mesure violente ne serait prise contre lui.
Hérode croyait que Jean était un prophète de Dieu, et il avait pleinement l’intention de le remettre en liberté. Mais il a retardé son dessein par peur d’Hérodias.
Hérodias savait que par des mesures directes, elle ne pourrait jamais gagner le consentement d’Hérode à la mort de Jean, et elle résolut d’accomplir son dessein par stratagème. Le jour de l’anniversaire du roi, une fête devait être donnée aux officiers de l’État et aux nobles de la cour. Il y aurait festin et ivresse. Hérode serait ainsi déconcerté, et pourrait alors être influencé selon sa volonté.
Quand le grand jour arriva, et que le roi et ses seigneurs festoyaient et buvaient, Hérodias envoya sa fille dans la salle de banquet pour danser pour le divertissement des invités. Salomé était dans la première vague de féminité et sa beauté voluptueuse captivait les sens des fêtards seigneuriaux. Il n’était pas d’usage que les dames de la cour se présentent à ces festivités, et un compliment flatteur fut adressé à Hérode lorsque cette fille des prêtres et des princes d’Israël dansa pour l’amusement de ses invités.
Le roi était étourdi par le vin. La passion dominait et la raison était détrônée. Il ne vit que la salle des plaisirs, avec ses convives en délire, la table du banquet, le vin pétillant et les gyrophares, et la jeune fille qui dansait devant lui. Dans l’insouciance du moment, il désirait faire quelque démonstration qui l’exalterait devant les grands hommes de son royaume. Sous serment, il promit de donner à la fille d’Hérodias tout ce qu’elle demanderait, même la moitié de son royaume.
Salomé courut chez sa mère, pour savoir ce qu’elle devait demander. La réponse était prête, la tête de Jean-Baptiste. Salomé ne connaissait pas la soif de vengeance dans le cœur de sa mère, et elle a hésité à présenter la demande; mais la détermination d’Hérodias l’emporta. La jeune fille revint avec la terrible demande : « Je veux que tu me donnes sur un destrier la tête de Jean-Baptiste. Marc 6:25, RV
Hérode était étonné et confus. L’hilarité tapageuse cessa et un silence menaçant s’installa sur la scène des festivités. Le roi fut horrifié à l’idée d’ôter la vie à Jean. Pourtant, sa parole était engagée et il ne voulait pas paraître volage ou téméraire. Le serment avait été fait en l’honneur de ses invités, et si l’un d’eux avait offert un mot contre l’accomplissement de sa promesse, il aurait volontiers épargné le prophète. Il leur a donné l’occasion de parler au nom du prisonnier. Ils avaient parcouru de longues distances pour entendre la prédication de Jean, et ils savaient qu’il était un homme sans crime et un serviteur de Dieu. Mais bien que choqués par la demande de la jeune fille, ils étaient trop abasourdis pour interposer une remontrance. Aucune voix ne s’est élevée pour sauver la vie du messager du Ciel. Ces hommes occupaient de hauts postes de confiance dans la nation, et sur eux reposaient de graves responsabilités ; pourtant ils s’étaient adonnés aux festins et à l’ivresse jusqu’à engourdir les sens. Leurs têtes étaient tournées par la scène étourdissante de la musique et de la danse, et la conscience dormait. Par leur silence ils prononcèrent l’arrêt de mort sur le prophète de Dieu pour assouvir la vengeance d’une femme abandonnée.
Hérode attendit en vain d’être relevé de son serment ; puis il ordonna à contrecœur l’exécution du prophète. Bientôt la tête de Jean fut amenée devant le roi et ses invités. Scellées à jamais étaient ces lèvres qui avaient fidèlement averti Hérode de se détourner de sa vie de péché. Jamais plus cette voix ne se fera entendre appelant les hommes à la repentance. Les réjouissances d’une nuit avaient coûté la vie à l’un des plus grands prophètes.
Oh, combien de fois la vie d’innocents a-t-elle été sacrifiée par l’intempérance de ceux qui auraient dû être les gardiens de la justice ! Celui qui porte la coupe enivrante à ses lèvres se rend responsable de toutes les injustices qu’il peut commettre sous son pouvoir accablant. En engourdissant ses sens, il l’empêche de juger calmement ou d’avoir une perception claire du bien et du mal. Il ouvre la voie à Satan pour travailler à travers lui en opprimant et en détruisant les innocents. “Le vin est un moqueur, la boisson forte fait rage: et quiconque s’y trompe n’est pas sage.” Proverbes 20:1. C’est ainsi que « le jugement est détourné vers l’arrière, . . . et celui qui s’éloigne du mal se fait une proie. Ésaïe 59:14, 15. Ceux qui ont autorité sur la vie de leurs semblables devraient être tenus coupables d’un crime lorsqu’ils cèdent à l’intempérance. Tous ceux qui exécutent les lois doivent être des gardiens de la loi. Ils devraient être des hommes de maîtrise de soi. Ils doivent avoir la pleine maîtrise de leurs pouvoirs physiques, mentaux et moraux, afin qu’ils puissent posséder une vigueur intellectuelle et un sens élevé de la justice.
La tête de Jean-Baptiste fut portée à Hérodias, qui la reçut avec une satisfaction diabolique. Elle exulta de sa vengeance et se flatta que la conscience d’Hérode ne serait plus troublée. Mais aucun bonheur ne résulta pour elle de son péché. Son nom devint notoire et abhorré, tandis qu’Hérode était plus tourmenté par le remords qu’il ne l’avait été par les avertissements du prophète. L’influence des enseignements de Jean n’a pas été réduite au silence ; elle devait s’étendre à chaque génération jusqu’à la fin des temps.
Le péché d’Hérode était toujours devant lui. Il cherchait constamment à trouver un soulagement aux accusations d’une mauvaise conscience. Sa confiance en John était inébranlable. Alors qu’il se souvenait de sa vie d’abnégation, de ses appels solennels et sérieux, de son bon jugement en conseil, puis qu’il se rappelait comment il était venu à sa mort, Hérode ne pouvait trouver de repos. Engagé dans les affaires de l’État, recevant les honneurs des hommes, il arborait un visage souriant et une mine digne, tandis qu’il cachait un cœur anxieux, toujours oppressé par la crainte d’une malédiction.
Hérode avait été profondément impressionné par les paroles de Jean, que rien ne peut être caché à Dieu. Il était convaincu que Dieu était présent partout, qu’il avait été témoin des festivités de la salle de banquet, qu’il avait entendu l’ordre de décapiter Jean, et avait vu l’exultation d’Hérodias et l’insulte qu’elle avait faite à la tête coupée de son réprobateur. Et beaucoup de choses qu’Hérode avait entendues de la bouche du prophète parlaient maintenant à sa conscience plus distinctement que la prédication dans le désert.
Quand Hérode entendit parler des œuvres de Christ, il fut extrêmement troublé. Il pensait que Dieu avait ressuscité Jean d’entre les morts et l’avait envoyé avec une puissance encore plus grande pour condamner le péché. Il craignait constamment que Jean venge sa mort en condamnant lui et sa maison. Hérode récoltait ce que Dieu avait déclaré être le résultat d’une suite de péchés, « un cœur tremblant, des yeux défaillants, et de la tristesse dans l’esprit ; et ta vie sera suspendue devant toi ; et tu craindras jour et nuit, et tu n’auras aucune assurance de ta vie : le matin tu diras : Dieu veuille que ce soit le soir ! et le soir tu diras : Dieu voudrait-il que ce soit le matin ! à cause de la crainte de ton cœur dont tu auras peur, et à cause de la vue de tes yeux que tu verras. Deutéronome 28:65-67. Les propres pensées du pécheur sont ses accusateurs ;
Pour beaucoup d’esprits, un profond mystère entoure le sort de Jean-Baptiste. Ils se demandent pourquoi il aurait dû languir et mourir en prison. Le mystère de cette sombre providence que notre vision humaine ne peut pénétrer ; mais cela ne peut jamais ébranler notre confiance en Dieu quand nous nous souvenons que Jean n’a été qu’un participant aux souffrances de Christ. Tous ceux qui suivent le Christ porteront la couronne du sacrifice. Ils seront sûrement incompris par les hommes égoïstes, et seront marqués par les féroces assauts de Satan. C’est ce principe de sacrifice de soi que son royaume est établi pour détruire, et il fera la guerre contre lui partout où il se manifestera.
L’enfance, la jeunesse et la virilité de Jean avaient été caractérisées par la fermeté et la puissance morale. Lorsque sa voix se fit entendre dans le désert disant : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers » (Matthieu 3 : 3), Satan craignit pour la sécurité de son royaume. La nature pécheresse du péché a été révélée de telle manière que les hommes ont tremblé. Le pouvoir de Satan sur beaucoup de ceux qui avaient été sous son contrôle a été brisé. Il avait été infatigable dans ses efforts pour éloigner le Baptiste d’une vie d’abandon sans réserve à Dieu ; mais il avait échoué. Et il n’avait pas réussi à vaincre Jésus. Lors de la tentation dans le désert, Satan avait été vaincu et sa rage était grande. Maintenant, il a décidé d’affliger Christ en frappant Jean. Celui qu’il ne pourrait pas inciter à pécher, il le ferait souffrir.
Jésus n’est pas intervenu pour délivrer son serviteur. Il savait que John supporterait l’épreuve. C’est avec joie que le Sauveur serait venu vers Jean pour éclairer l’obscurité du cachot par sa propre présence. Mais il ne devait pas se mettre entre les mains d’ennemis et mettre en péril sa propre mission. Il aurait volontiers délivré son fidèle serviteur. Mais pour le bien de milliers de personnes qui, après des années, doivent passer de la prison à la mort, Jean devait boire la coupe du martyre. Alors que les disciples de Jésus devraient languir dans des cellules solitaires, ou périr par l’épée, le râtelier ou le fagot, apparemment abandonnés de Dieu et des hommes, quel séjour dans leur cœur serait la pensée que Jean-Baptiste, à la fidélité duquel Christ Lui-même avait témoigné, avait vécu une expérience similaire !
Il fut permis à Satan d’abréger la vie terrestre du messager de Dieu ; mais cette vie qui « est cachée avec Christ en Dieu », le destructeur ne pouvait l’atteindre. Colossiens 3:3. Il exultait d’avoir amené le chagrin sur Christ, mais il n’avait pas réussi à vaincre Jean. La mort elle-même ne faisait que le placer à jamais hors du pouvoir de la tentation. Dans cette guerre, Satan révélait son propre caractère. Devant l’univers témoin, il a manifesté son inimitié envers Dieu et l’homme.
Bien qu’aucune délivrance miraculeuse n’ait été accordée à Jean, il n’a pas été abandonné. Il avait toujours la compagnie des anges célestes, qui lui ouvraient les prophéties concernant le Christ et les précieuses promesses de l’Écriture. Ceux-ci étaient son séjour, comme ils devaient être le séjour du peuple de Dieu à travers les âges à venir. À Jean-Baptiste, comme à ceux qui sont venus après lui, a été donnée l’assurance : « Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin. Matthieu 28:20, RV, marge.
Dieu ne conduit jamais ses enfants autrement qu’ils ne choisiraient d’être conduits, s’ils pouvaient voir la fin dès le début et discerner la gloire du dessein qu’ils accomplissent en tant que collaborateurs avec lui. Pas Enoch, qui fut transporté au ciel, pas Elie, qui monta sur un char de feu, ne fut plus grand ou plus honoré que Jean-Baptiste, qui périt seul dans le cachot. « Il vous est donné, de la part de Christ, non seulement de croire en lui, mais aussi de souffrir pour lui. » Philippiens 1:29. Et de tous les dons que le ciel peut accorder aux hommes, la communion avec le Christ dans ses souffrances est la confiance la plus importante et le plus grand honneur.

Chapitre 23
« Le Royaume de Dieu est proche »
[Ce chapitre est basé sur Marc 1:14, 15]

La venue du Messie avait d’abord été annoncée en Judée. Dans le temple de Jérusalem, la naissance du précurseur avait été prédite à Zacharie alors qu’il servait devant l’autel. Sur les collines de Bethléem, les anges avaient proclamé la naissance de Jésus. A Jérusalem, les mages étaient venus à sa recherche. Dans le temple, Siméon et Anne avaient témoigné de sa divinité. « Jérusalem et toute la Judée » avaient écouté la prédication de Jean-Baptiste ; et la députation du Sanhédrin, avec la multitude, avait entendu son témoignage concernant Jésus. En Judée, le Christ avait reçu ses premiers disciples. Ici, une grande partie de son premier ministère avait été dépensée. L’éclat de sa divinité dans la purification du temple, ses miracles de guérison et les leçons de la vérité divine qui tombaient de ses lèvres,
Si les dirigeants d’Israël avaient reçu Christ, Il les aurait honorés en tant que Ses messagers pour porter l’évangile au monde. C’est à eux d’abord qu’a été donnée l’opportunité de devenir des hérauts du royaume et de la grâce de Dieu. Mais Israël ne savait pas le moment de sa visitation. La jalousie et la méfiance des dirigeants juifs avaient mûri en haine ouverte, et le cœur du peuple s’était détourné de Jésus.
Le Sanhédrin avait rejeté le message du Christ et était décidé à sa mort ; c’est pourquoi Jésus quitta Jérusalem, les prêtres, le temple, les chefs religieux, le peuple qui avait été instruit dans la loi, et se tourna vers une autre classe pour proclamer son message et rassembler ceux qui devaient porter l’évangile à toutes les nations .
Comme la lumière et la vie des hommes ont été rejetées par les autorités ecclésiastiques au temps de Christ, elles ont été rejetées à chaque génération successive. À maintes reprises, l’histoire du retrait de Christ de la Judée s’est répétée. Lorsque les réformateurs prêchaient la parole de Dieu, ils ne songeaient pas à se séparer de l’Église établie ; mais les chefs religieux ne toléraient pas la lumière, et ceux qui la portaient étaient forcés de chercher une autre classe, qui aspirait à la vérité. De nos jours, peu de partisans déclarés des réformateurs sont animés par leur esprit. Peu de gens écoutent la voix de Dieu et sont prêts à accepter la vérité sous quelque forme qu’elle puisse se présenter. Souvent, ceux qui suivent les traces des réformateurs sont forcés de se détourner des églises qu’ils aiment, afin de déclarer l’enseignement clair de la parole de Dieu.
Le peuple de Galilée était méprisé par les rabbins de Jérusalem comme étant grossier et sans instruction, et pourtant il présentait un terrain plus favorable pour l’œuvre du Sauveur. Ils étaient plus sérieux et sincères ; moins sous le contrôle du fanatisme ; leurs esprits étaient plus ouverts à la réception de la vérité. En se rendant en Galilée, Jésus ne cherchait pas la retraite ou l’isolement. La province était à cette époque le foyer d’une population surpeuplée, avec un mélange beaucoup plus important de personnes d’autres nations que ce qui se trouvait en Judée.
Alors que Jésus voyageait à travers la Galilée, enseignant et guérissant, des multitudes affluaient vers lui depuis les villes et les villages. Beaucoup venaient même de Judée et des provinces voisines. Souvent, il était obligé de se cacher du peuple. L’enthousiasme était si grand qu’il fallait prendre des précautions pour ne pas éveiller les autorités romaines à craindre une insurrection. Jamais auparavant il n’y avait eu une telle période comme celle-ci pour le monde. Le ciel a été ramené aux hommes. Les âmes affamées et assoiffées qui avaient attendu longtemps la rédemption d’Israël se régalaient maintenant de la grâce d’un Sauveur miséricordieux.

Le fardeau de la prédication de Christ était : « Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche ; repentez-vous et croyez à l’évangile. Ainsi, le message de l’évangile, tel que donné par le Sauveur lui-même, était basé sur les prophéties. Le “temps” qu’il déclarait être accompli était la période annoncée par l’ange Gabriel à Daniel. ” Soixante-dix semaines “, dit l’ange, ” sont déterminées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour mettre fin à la transgression, et mettre fin aux péchés, et faire la réconciliation pour l’iniquité, et apporter la justice éternelle, et sceller la vision et la prophétie, et pour oindre le très saint. Daniel 9:24. Un jour dans la prophétie représente une année. Voir Nombres 14:34 ; Ézéchiel 4:6. Les soixante-dix semaines, ou quatre cent quatre-vingt-dix jours, représentent quatre cent quatre-vingt-dix ans. Un point de départ pour cette période est donné : « Sachez donc et comprenez qu’à partir de la parution du commandement de restaurer et de bâtir Jérusalem jusqu’au Messie, le Prince sera sept semaines, et soixante-deux semaines », soixante-neuf semaines, ou quatre cent quatre-vingt-trois ans . Daniel 9:25. Le commandement de restaurer et de reconstruire Jérusalem, complété par le décret d’Artaxerxès Longimanus (voir Esdras 6:14 ; 7:1, 9, marge), est entré en vigueur à l’automne 457 av. trois ans s’étendent jusqu’à l’automne de l’an 27. Selon la prophétie, cette période devait atteindre le Messie, l’Oint. En l’an 27 ap. J.-C., lors de son baptême, Jésus reçut l’onction du Saint-Esprit et commença peu après son ministère. Puis le message a été proclamé. “Le temps est accompli.”

Alors, dit l’ange, “Il confirmera l’alliance avec beaucoup pendant une semaine [sept ans].” Pendant sept ans après que le Sauveur eut commencé son ministère, l’évangile devait être prêché spécialement aux Juifs ; pendant trois ans et demi par Christ lui-même; et ensuite par les apôtres. « Au milieu de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’oblation. Daniel 9:27. Au printemps de l’an 31, Christ le vrai sacrifice a été offert sur le Calvaire. Puis le voile du temple se déchira en deux, montrant que le caractère sacré et la signification du service sacrificiel avaient disparu. Le temps était venu de cesser le sacrifice terrestre et l’oblation.
La semaine – sept ans – s’est terminée en 34 ap. J.-C. Puis, par la lapidation d’Etienne, les Juifs ont finalement scellé leur rejet de l’évangile ; les disciples dispersés par la persécution « allaient partout prêcher la parole » (Actes 8 :4) ; et peu de temps après, Saul le persécuteur se convertit et devint Paul, l’apôtre des Gentils.
Le moment de la venue de Christ, son onction par le Saint-Esprit, sa mort et l’annonce de l’évangile aux Gentils ont été clairement indiqués. C’était le privilège du peuple juif de comprendre ces prophéties et de reconnaître leur accomplissement dans la mission de Jésus. Le Christ a insisté auprès de ses disciples sur l’importance de l’étude prophétique. Se référant à la prophétie donnée à Daniel concernant leur temps, Il a dit : « Quiconque lit, qu’il comprenne. Matthieu 24:15. Après sa résurrection, il expliqua aux disciples dans « tous les prophètes » « les choses qui le concernaient ». Luc 24:27. Le Sauveur avait parlé par tous les prophètes. « L’Esprit de Christ qui était en eux » « témoigna d’avance des souffrances de Christ et de la gloire qui devait suivre ». 1 Pierre 1:11.
C’était Gabriel, l’ange suivant en rang après le Fils de Dieu, qui est venu avec le message divin à Daniel. C’était Gabriel, « son ange », que le Christ envoya pour ouvrir l’avenir au bien-aimé Jean ; et une bénédiction est prononcée sur ceux qui lisent et écoutent les paroles de la prophétie, et gardent les choses qui y sont écrites. Apocalypse 1:3.
“Le Seigneur Dieu ne fera rien, mais il révèle son secret à ses serviteurs et prophètes.” Tandis que « les choses secrètes appartiennent au Seigneur notre Dieu », « les choses révélées nous appartiennent à nous et à nos enfants pour toujours ». Amos 3:7 ; Deutéronome 29:29. Dieu nous a donné ces choses, et sa bénédiction accompagnera l’étude respectueuse et priante des écritures prophétiques.
Comme le message du premier avènement de Christ annonçait le royaume de sa grâce, le message de son second avènement annonce le royaume de sa gloire. Et le deuxième message, comme le premier, est basé sur les prophéties. Les paroles de l’ange à Daniel concernant les derniers jours devaient être comprises au temps de la fin. À ce moment-là, “beaucoup courront çà et là, et la connaissance augmentera”. « Les méchants feront le mal, et aucun des méchants ne comprendra ; mais les sages comprendront. Daniel 12:4, 10. Le Sauveur lui-même a donné des signes de sa venue, et il dit : « Lorsque vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. « Et prenez garde à vous-mêmes, de peur qu’à aucun moment vos cœurs ne soient surchargés d’excès, d’ivresse et de soucis de cette vie, et qu’ainsi ce jour ne vienne sur vous à l’improviste. ” ” Veillez donc et priez toujours, afin que vous soyez jugés dignes d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. ” Luc 21:31, 34, 36.
Nous avons atteint la période prédite dans ces Écritures. Le temps de la fin est venu, les visions des prophètes sont descellées et leurs avertissements solennels nous indiquent que la venue de notre Seigneur dans la gloire est proche.
Les Juifs ont mal interprété et mal appliqué la parole de Dieu, et ils n’ont pas su le moment de leur visitation. Les années du ministère de Christ et de ses apôtres – les précieuses dernières années de grâce pour le peuple élu – ils passèrent à comploter la destruction des messagers du Seigneur. Les ambitions terrestres les ont absorbés, et l’offre du royaume spirituel leur est venue en vain. Ainsi, aujourd’hui, le royaume de ce monde absorbe les pensées des hommes, et ils ne prennent aucune note des prophéties qui s’accomplissent rapidement et des signes du royaume de Dieu à venir.
« Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Vous êtes tous les enfants de la lumière et les enfants du jour : nous ne sommes ni de la nuit ni des ténèbres. Alors que nous ne devons pas connaître l’heure du retour de notre Seigneur, nous pouvons savoir quand elle est proche. « Ne dormons donc pas comme les autres ; mais veillons et soyons sobres. 1 Thessaloniciens 5:4-6.

Chapitre 24
« N’est-ce pas le fils du charpentier ?
[Ce chapitre est basé sur Luc 4:16-30]

À travers les jours brillants du ministère de Christ en Galilée, une ombre était posée. Les habitants de Nazareth l’ont rejeté. « N’est-ce pas le fils du charpentier ? ils ont dit.
Pendant son enfance et sa jeunesse, Jésus avait adoré parmi ses frères dans la synagogue de Nazareth. Depuis le début de son ministère, il avait été absent d’eux, mais ils n’avaient pas ignoré ce qui lui était arrivé. Lorsqu’il apparut de nouveau parmi eux, leur intérêt et leur attente furent excités au plus haut point. Voici les formes et les visages familiers de ceux qu’il avait connus depuis l’enfance. Ici se trouvaient sa mère, ses frères et sœurs, et tous les yeux étaient tournés vers lui lorsqu’il entra dans la synagogue le jour du sabbat et prit sa place parmi les adorateurs.
Dans le service régulier du jour, l’ancien lut des passages des prophètes et exhorta le peuple à espérer encore en Celui qui vient, qui amènerait un règne glorieux et bannirait toute oppression. Il a cherché à encourager ses auditeurs en répétant la preuve que la venue du Messie était proche. Il a décrit la gloire de son avènement, gardant bien en évidence la pensée qu’il apparaîtrait à la tête des armées pour délivrer Israël.
Lorsqu’un rabbin était présent à la synagogue, on s’attendait à ce qu’il prononce le sermon, et tout Israélite pouvait donner la lecture des prophètes. Lors de ce sabbat, Jésus a été invité à participer au service. Il « s’est levé pour lire. Et on lui remit un rouleau du prophète Isaïe. Luc 4:16, 17, RV, marge. L’Écriture qu’il a lue était celle qui était comprise comme se référant au Messie :
. . . . . « L’Esprit du Seigneur est sur moi,
. . . . . Parce qu’il m’a oint pour prêcher l’évangile aux pauvres;
. . . . . Il m’a envoyé pour guérir les cœurs brisés,
. . . . . Pour prêcher la délivrance aux captifs,
. . . . . Et redonnant la vue aux aveugles,
. . . . . Pour remettre en liberté ceux qui sont meurtris,
. . . . . Pour prêcher l’année agréable du Seigneur.
« Et Il ferma le rouleau et le rendit au préposé : . . . et les yeux de tous dans la synagogue étaient fixés sur lui. . . . Et tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Luc 4:20-22, RV, marge.
Jésus se tenait devant le peuple comme un exposant vivant des prophéties le concernant. Expliquant les paroles qu’il avait lues, il parla du Messie comme d’un secoureur des opprimés, d’un libérateur de captifs, d’un guérisseur des affligés, rendant la vue aux aveugles et révélant au monde la lumière de la vérité. Ses manières impressionnantes et la merveilleuse portée de ses paroles ont ravi les auditeurs avec une puissance qu’ils n’avaient jamais ressentie auparavant. La marée de l’influence divine a brisé toutes les barrières; comme Moïse, ils virent l’Invisible. Alors que leurs cœurs étaient touchés par le Saint-Esprit, ils ont répondu par de fervents amen et des louanges au Seigneur.
Mais quand Jésus annonça : « Aujourd’hui cette Écriture s’accomplit à vos oreilles », ils furent soudain rappelés à penser à eux-mêmes et aux prétentions de Celui qui s’adressait à eux. Eux, Israélites, enfants d’Abraham, avaient été représentés comme esclaves. Ils avaient été traités comme des prisonniers à délivrer du pouvoir du mal ; comme dans les ténèbres, et ayant besoin de la lumière de la vérité. Leur orgueil a été offensé et leurs peurs ont été réveillées. Les paroles de Jésus indiquaient que son œuvre pour eux devait être tout à fait différente de ce qu’ils désiraient. Leurs actes pourraient être examinés de trop près. Malgré leur exactitude dans les cérémonies extérieures, ils reculaient devant l’inspection de ces yeux clairs et scrutateurs.
Qui est ce Jésus ? se sont-ils interrogés. Celui qui s’était emparé de la gloire du Messie était le fils d’un charpentier, et avait exercé son métier avec son père Joseph. Ils l’avaient vu monter et descendre péniblement les collines, ils connaissaient ses frères et sœurs et connaissaient sa vie et ses travaux. Ils l’avaient vu se développer de l’enfance à la jeunesse, et de la jeunesse à l’âge adulte. Bien que sa vie ait été sans tache, ils ne croiraient pas qu’il était le Promis.
Quel contraste entre son enseignement concernant le nouveau royaume et celui qu’ils avaient entendu de leur aîné ! Jésus n’avait rien dit de les délivrer des Romains. Ils avaient entendu parler de Ses miracles, et avaient espéré que Son pouvoir serait exercé à leur avantage, mais ils n’avaient vu aucune indication d’un tel but.
A mesure qu’ils ouvraient la porte au doute, leur cœur devenait d’autant plus dur d’avoir été momentanément attendri. Satan était déterminé à ce que les yeux des aveugles ne s’ouvrent pas ce jour-là et que les âmes liées en esclavage ne soient pas remises en liberté. Avec une énergie intense, il s’efforça de les ancrer dans l’incrédulité. Ils ne tenaient aucun compte du signe déjà donné, alors qu’ils avaient été agités par la conviction que c’était leur Rédempteur qui s’adressait à eux.
Mais Jésus leur a maintenant donné une preuve de sa divinité en révélant leurs pensées secrètes. « Il leur dit : Vous me direz sans doute cette parabole : Médecin, guéris-toi toi-même ; tout ce que nous avons entendu faire à Capharnaüm, fais-le aussi ici, dans ton propre pays. Et Il dit : En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est acceptable dans son propre pays. Mais en vérité, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d’Elie, quand le ciel fut fermé trois ans et six mois, quand il y eut une grande famine sur tout le pays ; et Elie n’a été envoyé à aucun d’eux, mais seulement à Sarepta, au pays de Sidon, vers une femme qui était veuve. Et il y avait beaucoup de lépreux en Israël au temps d’Elisée, le prophète; et aucun d’eux n’a été purifié, mais seulement Naaman, le Syrien. Luc 4:23-27, RV
Par cette relation d’événements dans la vie des prophètes, Jésus a répondu aux interrogations de ses auditeurs. Les serviteurs que Dieu avait choisis pour un travail spécial n’étaient pas autorisés à travailler pour un peuple au cœur dur et incrédule. Mais ceux qui avaient un cœur pour sentir et une foi pour croire étaient particulièrement favorisés par les preuves de sa puissance par les prophètes. Aux jours d’Elie, Israël s’était éloigné de Dieu. Ils se sont accrochés à leurs péchés et ont rejeté les avertissements de l’Esprit par l’intermédiaire des messagers du Seigneur. Ainsi, ils se sont coupés du canal par lequel la bénédiction de Dieu pouvait leur parvenir. Le Seigneur passa par les maisons d’Israël, et trouva un refuge pour son serviteur dans un pays païen, avec une femme qui n’appartenait pas au peuple élu. Mais cette femme fut favorisée parce qu’elle avait suivi la lumière qu’elle avait reçue,
C’est pour la même raison qu’au temps d’Elisée les lépreux d’Israël étaient passés à côté. Mais Naaman, un noble païen, avait été fidèle à ses convictions de droit et avait ressenti son grand besoin d’aide. Il était en état de recevoir les dons de la grâce de Dieu. Il n’a pas seulement été purifié de sa lèpre, mais il a été béni par la connaissance du vrai Dieu.
Notre position devant Dieu ne dépend pas de la quantité de lumière que nous avons reçue, mais de l’usage que nous faisons de ce que nous avons. Ainsi, même les païens qui choisissent le droit dans la mesure où ils peuvent le distinguer sont dans une condition plus favorable que ceux qui ont eu une grande lumière et professent servir Dieu, mais qui méprisent la lumière et par leur vie quotidienne contredisent leur profession. .
Les paroles de Jésus à ses auditeurs dans la synagogue ont frappé à la racine de leur propre justice, leur faisant comprendre l’amère vérité qu’ils s’étaient éloignés de Dieu et avaient renoncé à leur prétention d’être son peuple. Chaque mot coupait comme un couteau tant leur condition réelle était placée devant eux. Ils méprisaient maintenant la foi que Jésus leur avait d’abord inspirée. Ils n’admettraient pas que celui qui était sorti de la pauvreté et de l’humilité n’était autre qu’un homme ordinaire.
Leur incrédulité a engendré la méchanceté. Satan les contrôlait et, en colère, ils criaient contre le Sauveur. Ils s’étaient détournés de Celui dont la mission était de guérir et de restaurer ; maintenant ils manifestaient les attributs du destructeur.
Lorsque Jésus évoqua les bénédictions accordées aux Gentils, la féroce fierté nationale de ses auditeurs se réveilla et ses paroles furent noyées dans un tumulte de voix. Ces gens s’étaient targués d’observer la loi ; mais maintenant que leurs préjugés étaient offensés, ils étaient prêts à commettre un meurtre. L’assemblée se sépara, et, imposant les mains à Jésus, ils le chassèrent de la synagogue et de la ville. Tous semblaient désireux de sa destruction. Ils le précipitèrent au bord d’un précipice, avec l’intention de le précipiter tête baissée. Des cris et des malédictions emplissaient l’air. Certains lui lançaient des pierres, quand soudain il disparut parmi eux. Les messagers célestes qui avaient été à ses côtés dans la synagogue étaient avec lui au milieu de cette foule affolée. Ils l’ont isolé de ses ennemis et l’ont conduit dans un lieu sûr.
Alors les anges protégèrent Lot et le firent sortir sain et sauf du milieu de Sodome. Ils ont donc protégé Elisée dans la petite ville de montagne. Lorsque les collines environnantes furent remplies des chevaux et des chars du roi de Syrie et de la grande armée de ses hommes armés, Élisée vit les pentes des collines les plus proches couvertes des armées de Dieu, des chevaux et des chars de feu autour du serviteur de le Seigneur.
Ainsi, à toutes les époques, les anges ont été proches des fidèles disciples du Christ. La vaste confédération du mal est dressée contre tous ceux qui voudraient vaincre ; mais Christ voudrait que nous regardions aux choses qui ne se voient pas, aux armées du ciel campées autour de tous ceux qui aiment Dieu, pour les délivrer. De quels dangers, visibles et invisibles, nous avons été préservés par l’interposition des anges, nous ne le saurons jamais, jusqu’à ce que nous voyions à la lumière de l’éternité les providences de Dieu. Alors nous saurons que toute la famille du ciel s’intéressait à la famille d’ici-bas, et que des messagers du trône de Dieu accompagnaient nos pas de jour en jour.
Lorsque Jésus dans la synagogue a lu la prophétie, il s’est arrêté avant la spécification finale concernant l’œuvre du Messie. Après avoir lu les mots : « Pour proclamer l’année de grâce du Seigneur », il a omis la phrase « et le jour de la vengeance de notre Dieu ». Esaïe 61:2. C’était autant de vérité que la première de la prophétie, et par son silence, Jésus n’a pas nié la vérité. Mais cette dernière expression était celle sur laquelle ses auditeurs se plaisaient à s’attarder, et qu’ils désiraient accomplir. Ils ont dénoncé les jugements contre les païens, ne discernant pas que leur propre culpabilité était encore plus grande que celle des autres. Eux-mêmes avaient le plus grand besoin de la miséricorde qu’ils étaient si prêts à refuser aux païens. Ce jour-là dans la synagogue, quand Jésus se tenait parmi eux, était leur opportunité d’accepter l’appel du Ciel.
Ce n’est pas sans un autre appel à la repentance qu’Il pourrait les abandonner. Vers la fin de son ministère en Galilée, il a de nouveau visité la maison de son enfance. Depuis son rejet là-bas, la renommée de sa prédication et de ses miracles avait rempli le pays. Personne ne pouvait plus nier qu’il possédait plus qu’un pouvoir humain. Les habitants de Nazareth savaient qu’il allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient opprimés par Satan. Autour d’eux, il y avait des villages entiers où il n’y avait pas un gémissement de maladie dans aucune maison; car il était passé par eux et avait guéri tous leurs malades. La miséricorde révélée dans chaque acte de sa vie témoignait de son onction divine.
Encore une fois, alors qu’ils écoutaient Ses paroles, les Nazaréens furent touchés par l’Esprit Divin. Mais même maintenant, ils ne voulaient pas admettre que cet Homme, qui avait été élevé parmi eux, était autre ou plus grand qu’eux-mêmes. Pourtant, il y avait toujours le souvenir amer que, tandis qu’Il s’était proclamé être le Promis, Il leur avait en réalité refusé une place auprès d’Israël ; car Il leur avait montré qu’ils étaient moins dignes de la faveur de Dieu qu’un homme et une femme païens. C’est pourquoi, bien qu’ils aient demandé : « D’où cet homme a-t-il cette sagesse et ces œuvres puissantes ? ils ne le recevraient pas comme le Christ de Dieu. À cause de leur incrédulité, le Sauveur ne pouvait pas faire beaucoup de miracles parmi eux. Seuls quelques cœurs étaient ouverts à sa bénédiction, et à contrecœur, il est parti, pour ne jamais revenir.
L’incrédulité, autrefois chérie, a continué à dominer les hommes de Nazareth. Ainsi, il contrôlait le Sanhédrin et la nation. Avec les prêtres et le peuple, le premier rejet de la démonstration de la puissance du Saint-Esprit a été le début de la fin. Afin de prouver que leur première résistance était juste, ils continuèrent à ergoter sur les paroles du Christ. Leur rejet de l’Esprit a culminé dans la croix du Calvaire, dans la destruction de leur ville, dans la dispersion de la nation aux vents du ciel.
Oh, comme le Christ aspirait à ouvrir à Israël les précieux trésors de la vérité ! Mais tel était leur aveuglement spirituel qu’il était impossible de leur révéler les vérités relatives à son royaume. Ils s’accrochaient à leur credo et à leurs cérémonies inutiles quand la vérité du Ciel attendait leur acceptation. Ils dépensaient leur argent en balles et balles, quand le pain de vie était à leur portée. Pourquoi ne sont-ils pas allés à la parole de Dieu et n’ont-ils pas cherché avec diligence pour savoir s’ils étaient dans l’erreur ? Les Écritures de l’Ancien Testament énonçaient clairement chaque détail du ministère de Christ, et encore et encore Il citait les prophètes et déclarait : « Aujourd’hui, cette Écriture s’accomplit à vos oreilles. S’ils avaient honnêtement sondé les Écritures, mettant leurs théories à l’épreuve de la parole de Dieu, Jésus n’aurait pas dû pleurer sur leur impénitence. Il n’a pas besoin d’avoir déclaré, «Voici, votre maison vous est laissée désolée.» Luc 13:35. Ils auraient peut-être été mis au courant des preuves de son statut de Messie, et la calamité qui a réduit leur fière ville en ruines aurait pu être évitée. Mais l’esprit des Juifs s’était rétréci à cause de leur fanatisme irraisonné. Les leçons du Christ révélaient leurs défauts de caractère et exigeaient la repentance. S’ils ont accepté ses enseignements, leurs pratiques doivent être changées et leurs espoirs chéris doivent être abandonnés. Pour être honorés par le Ciel, ils doivent sacrifier l’honneur des hommes. S’ils ont obéi aux paroles de ce nouveau rabbin, ils doivent aller à l’encontre des opinions des grands penseurs et enseignants de l’époque.
La vérité était impopulaire à l’époque du Christ. Il est impopulaire de nos jours. Elle est impopulaire depuis que Satan en a dégoûté l’homme en présentant des fables qui conduisent à l’auto-exaltation. Ne rencontrons-nous pas aujourd’hui des théories et des doctrines qui n’ont aucun fondement dans la parole de Dieu ? Les hommes s’y accrochent avec autant de ténacité que les juifs à leurs traditions.
Les dirigeants juifs étaient remplis de fierté spirituelle. Leur désir de glorification de soi s’est manifesté jusque dans le service du sanctuaire. Ils aimaient les sièges les plus élevés de la synagogue. Ils aimaient les salutations sur les places de marché, et étaient gratifiés du son de leurs titres sur les lèvres des hommes. Au fur et à mesure que la vraie piété déclinait, ils devenaient plus jaloux de leurs traditions et cérémonies.
Parce que leur compréhension était obscurcie par des préjugés égoïstes, ils ne pouvaient pas harmoniser la puissance des paroles de conviction du Christ avec l’humilité de sa vie. Ils n’ont pas apprécié le fait que la vraie grandeur peut se passer de spectacle extérieur. La pauvreté de cet homme semblait totalement incompatible avec sa prétention d’être le Messie. Ils ont demandé, s’il était ce qu’il prétendait être, pourquoi était-il si modeste ? S’il était satisfait d’être sans la force des armes, qu’adviendrait-il de leur nation ? Comment la puissance et la gloire si longtemps attendues pourraient-elles amener les nations comme sujets à la cité des Juifs ? Les sacrificateurs n’avaient-ils pas enseigné qu’Israël devait régner sur toute la terre ? et pourrait-il être possible que les grands enseignants religieux aient été dans l’erreur ?
Mais ce n’était pas simplement l’absence de gloire extérieure dans sa vie qui a conduit les Juifs à rejeter Jésus. Il était l’incarnation de la pureté, et ils étaient impurs. Il a habité parmi les hommes un exemple d’intégrité sans tache. Sa vie irréprochable éclaira leurs cœurs. Sa sincérité a révélé leur manque de sincérité. Elle manifesta le vide de leur piété prétentieuse, et leur découvrit l’iniquité dans son caractère odieux. Une telle lumière n’était pas la bienvenue.
Si le Christ avait attiré l’attention sur les pharisiens et avait exalté leur savoir et leur piété, ils l’auraient salué avec joie. Mais quand Il a parlé du royaume des cieux comme d’une dispensation de miséricorde pour toute l’humanité, Il présentait une phase de la religion qu’ils ne toléreraient pas. Leur propre exemple et leur enseignement n’avaient jamais été tels qu’ils aient rendu désirable le service de Dieu. Quand ils ont vu Jésus prêter attention à ceux-là mêmes qu’ils haïssaient et repoussaient, cela a attisé les pires passions de leurs cœurs orgueilleux. Malgré leur vantardise que sous le “Lion de la tribu de Juda” (Apocalypse 5:5), Israël devrait être exalté à la prééminence sur toutes les nations, ils auraient pu mieux supporter la déception de leurs espoirs ambitieux qu’ils ne pourraient supporter la réprimande du Christ. de leurs péchés, et le reproche qu’ils ressentaient même de la présence de Sa pureté.

Chapitre 25
L’appel de la mer
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 4:18-22; Marc 1:16-20 ; Luc 5:1-11]

Le jour se levait sur la mer de Galilée. Les disciples, las d’une nuit de labeur infructueux, étaient encore dans leurs bateaux de pêche sur le lac. Jésus était venu passer une heure tranquille au bord de l’eau. Au petit matin, il espérait un peu de repos de la multitude qui le suivait jour après jour. Mais bientôt les gens commencèrent à se rassembler autour de Lui. Leur nombre augmenta rapidement, de sorte qu’il fut pressé de toutes parts. Pendant ce temps, les disciples étaient arrivés à terre. Afin d’échapper à la pression de la multitude, Jésus monta dans la barque de Pierre et lui ordonna de s’éloigner un peu du rivage. Ici, Jésus pouvait être mieux vu et entendu de tous, et depuis le bateau, il enseignait la multitude sur la plage.
Quelle scène était-ce pour les anges à contempler ; leur glorieux Commandant, assis dans une barque de pêcheur, secoué de-ci de-là par les flots agités, et proclamant la bonne nouvelle du salut à la foule qui l’écoutait et se pressait au bord de l’eau ! Celui qui était l’Honoré du ciel annonçait les grandes choses de son royaume en plein air, au petit peuple. Pourtant, il n’aurait pas pu avoir de scène plus appropriée pour ses travaux. Le lac, les montagnes, les champs étendus, la lumière du soleil inondant la terre, tous des objets fournis pour illustrer ses leçons et les imprimer dans l’esprit. Et aucune leçon de Christ n’est tombée sans fruit. Chaque message de ses lèvres arrivait à une âme comme la parole de la vie éternelle.
Chaque instant s’ajoutait à la multitude sur le rivage. Des hommes âgés appuyés sur leurs bâtons, des paysans robustes des collines, des pêcheurs de leur labeur sur le lac, des marchands et des rabbins, des riches et des savants, des vieux et des jeunes, amenant leurs malades et leurs souffrants, pressés d’entendre les paroles du divin Maître . Les prophètes s’étaient attendus à de telles scènes, et ils ont écrit :
. . . . . « Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali,
. . . . . Vers la mer, au-delà du Jourdain,
. . . . . Galilée des Gentils,
. . . . . Les gens assis dans les ténèbres
. . . . . J’ai vu une grande lumière,
. . . . . Et à ceux qui étaient assis dans la région et l’ombre de la mort,
. . . . . Pour eux, la lumière a jailli. VR
Outre la foule sur les rives de Génésareth, Jésus dans son sermon au bord de la mer avait d’autres audiences devant son esprit. Regardant à travers les âges, Il a vu Ses fidèles en prison et dans la salle de jugement, dans la tentation, la solitude et l’affliction. Chaque scène de joie, de conflit et de perplexité était ouverte devant Lui. Dans les paroles prononcées à ceux qui étaient rassemblés autour de lui, il parlait aussi à ces autres âmes les paroles mêmes qui leur parviendraient comme un message d’espoir dans l’épreuve, de réconfort dans le chagrin et de lumière céleste dans les ténèbres. Par le Saint-Esprit, cette voix qui parlait depuis la barque du pêcheur sur la mer de Galilée, serait entendue pour apaiser les cœurs humains jusqu’à la fin des temps.
Le discours terminé, Jésus se tourna vers Pierre et lui ordonna de se lancer dans la mer et de jeter son filet pour une gorgée. Mais Pierre était découragé. De toute la nuit, il n’avait rien pris. Pendant les heures solitaires, il avait pensé au sort de Jean-Baptiste, qui languissait seul dans son cachot. Il avait pensé à la perspective devant Jésus et ses disciples, au mauvais succès de la mission en Judée et à la malice des prêtres et des rabbins. Même sa propre occupation lui avait fait défaut ; et tandis qu’il observait les filets vides, l’avenir lui avait semblé sombre de découragement. « Maître, dit-il, nous avons peiné toute la nuit, et nous n’avons rien pris ; néanmoins, sur ta parole, je jetterai le filet.
La nuit était le seul moment favorable pour pêcher au filet dans les eaux claires du lac. Après avoir peiné toute la nuit sans succès, il semblait sans espoir de jeter le filet de jour ; mais Jésus avait donné l’ordre, et l’amour pour leur Maître poussa les disciples à obéir. Simon et son frère ont jeté ensemble le filet. Tandis qu’ils essayaient de l’attirer, la quantité de poissons enfermée était si grande qu’elle commença à se casser. Ils ont été obligés d’appeler James et John à leur aide. Lorsque la prise a été sécurisée, les deux bateaux étaient si lourdement chargés qu’ils risquaient de couler.
Mais Peter ne se souciait plus des bateaux ni du chargement. Ce miracle, au-dessus de tout autre dont il ait jamais été témoin, était pour lui une manifestation de la puissance divine. En Jésus, il a vu Celui qui tenait toute la nature sous son contrôle. La présence de la divinité a révélé sa propre impie. L’amour pour son Maître, la honte de sa propre incrédulité, la gratitude pour la condescendance du Christ, surtout le sentiment de son impureté devant l’infinie pureté, l’accablaient. Pendant que ses compagnons sécurisaient le contenu du filet, Pierre tomba aux pieds du Sauveur en s’écriant : « Eloignez-vous de moi ; car je suis un homme pécheur, ô Seigneur.
C’était la même présence de la sainteté divine qui avait fait tomber le prophète Daniel comme un mort devant l’ange de Dieu. Il a dit: “Ma beauté s’est transformée en moi en corruption, et je n’ai conservé aucune force.” Alors, quand Isaïe vit la gloire du Seigneur, il s’écria : « Malheur à moi ! car je suis perdu; car je suis un homme aux lèvres impures, et j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures; car mes yeux ont vu le roi, l’Éternel des armées. Daniel 10:8 ; Esaïe 6:5. L’humanité, avec sa faiblesse et son péché, était mise en contraste avec la perfection de la divinité, et il se sentait tout à fait déficient et impie. Il en a été ainsi pour tous ceux à qui il a été donné de voir la grandeur et la majesté de Dieu.
Pierre s’écria : « Eloignez-vous de moi ; car je suis un homme pécheur ; pourtant il s’accrochait aux pieds de Jésus, sentant qu’il ne pouvait pas être séparé de lui. Le Sauveur a répondu : « Ne craignez rien ; désormais tu prendras des hommes. C’est après qu’Isaïe a vu la sainteté de Dieu et sa propre indignité qu’il a été chargé du message divin. C’est après que Pierre eut été amené à renoncer à lui-même et à dépendre de la puissance divine qu’il reçut l’appel à son travail pour le Christ.
Jusqu’à cette époque, aucun des disciples ne s’était pleinement uni en tant que collaborateur à Jésus. Ils avaient été témoins de plusieurs de ses miracles et avaient écouté son enseignement ; mais ils n’avaient pas entièrement abandonné leur ancien emploi.
L’emprisonnement de Jean-Baptiste avait été pour eux tous une amère déception. Si tel devait être le résultat de la mission de Jean, ils pourraient avoir peu d’espoir pour leur Maître, avec tous les chefs religieux combinés contre Lui. Dans ces circonstances, c’était un soulagement pour eux de retourner pour une courte période à leur pêche. Mais maintenant, Jésus les a appelés à abandonner leur ancienne vie et à unir leurs intérêts aux siens. Pierre avait accepté l’appel. En arrivant sur le rivage, Jésus ordonna aux trois autres disciples : « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Aussitôt ils quittèrent tout et le suivirent.
Avant de leur demander de quitter leurs filets et bateaux de pêche, Jésus leur avait donné l’assurance que Dieu pourvoirait à leurs besoins. L’utilisation de la barque de Pierre pour l’œuvre de l’évangile avait été richement récompensée. Celui qui est « riche pour tous ceux qui l’invoquent », a dit : « Donnez, et il vous sera donné ; bonne mesure, pressée, secouée et débordante. Romains 10:12 ; Luc 6:38. Dans cette mesure, Il avait récompensé le service du disciple. Et chaque sacrifice qui est fait dans son ministère sera récompensé selon « les richesses excessives de sa grâce ». Éphésiens 3:20 ; 2:7.
Au cours de cette triste nuit sur le lac, lorsqu’ils furent séparés du Christ, les disciples furent pressés par l’incrédulité et fatigués d’un labeur inutile. Mais sa présence a enflammé leur foi et leur a apporté joie et succès. Ainsi en est-il de nous; sans Christ, notre travail est stérile, et il est facile de se méfier et de murmurer. Mais quand il est proche et que nous travaillons sous sa direction, nous nous réjouissons de la preuve de sa puissance. C’est le travail de Satan de décourager l’âme ; c’est l’œuvre du Christ d’inspirer la foi et l’espérance.
La leçon plus profonde que le miracle a transmise aux disciples est une leçon pour nous aussi, à savoir que celui dont la parole pouvait ramasser les poissons de la mer pouvait aussi impressionner les cœurs humains et les attirer par les cordes de son amour, afin que ses serviteurs puissent devenir des “pêcheurs d’hommes”.
C’étaient des hommes humbles et sans instruction, ces pêcheurs de Galilée ; mais Christ, la lumière du monde, était parfaitement capable de les qualifier pour la position pour laquelle il les avait choisis. Le Sauveur ne méprisait pas l’éducation ; car lorsqu’elle est contrôlée par l’amour de Dieu et dévouée à Son service, la culture intellectuelle est une bénédiction. Mais il est passé à côté des sages de son temps, parce qu’ils étaient si sûrs d’eux-mêmes qu’ils ne pouvaient pas sympathiser avec l’humanité souffrante et devenir les collaborateurs de l’homme de Nazareth. Dans leur fanatisme, ils ont méprisé d’être enseignés par le Christ. Le Seigneur Jésus recherche la coopération de ceux qui deviendront des canaux sans entrave pour la communication de sa grâce. La première chose que doivent apprendre tous ceux qui veulent devenir des ouvriers avec Dieu, c’est la leçon de la méfiance envers soi-même ; alors ils sont prêts à se voir conférer le caractère de Christ. Cela ne s’obtient pas par l’éducation dans les écoles les plus scientifiques. C’est le fruit de la sagesse qui s’obtient du seul Maître divin.
Jésus a choisi des pêcheurs sans instruction parce qu’ils n’avaient pas été instruits dans les traditions et les coutumes erronées de leur temps. C’étaient des hommes de capacité native, et ils étaient humbles et enseignables, des hommes qu’il pouvait éduquer pour son travail. Dans les milieux ordinaires de la vie, nombreux sont les hommes qui exécutent patiemment le tour du labeur quotidien, inconscients qu’ils possèdent des pouvoirs qui, s’ils étaient mis en action, l’élèveraient à l’égalité avec les hommes les plus honorés du monde. Le toucher d’une main habile est nécessaire pour éveiller ces facultés endormies. C’étaient de tels hommes que Jésus appelait à être ses collaborateurs; et il leur a donné l’avantage de s’associer à lui-même. Jamais les grands hommes du monde n’ont eu un tel maître. Lorsque les disciples sont sortis de la formation du Sauveur, ils n’étaient plus ignorants et incultes. Ils étaient devenus semblables à lui d’esprit et de caractère,
Ce n’est pas le travail le plus élevé de l’éducation que de simplement communiquer la connaissance, mais de transmettre cette énergie vivifiante qui est reçue par le contact de l’esprit avec l’esprit et de l’âme avec l’âme. Seule la vie peut engendrer la vie. Quel privilège, alors, étaient les leurs qui, pendant trois ans, étaient en contact quotidien avec cette vie divine d’où découlaient toutes les impulsions vivifiantes qui ont béni le monde ! Par-dessus tous ses compagnons, Jean le disciple bien-aimé s’est abandonné au pouvoir de cette vie merveilleuse. Il dit : « La vie a été manifestée, et nous l’avons vue, et nous en rendons témoignage et vous montrons cette vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée. “Nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce.” 1 Jean 1:2; Jean 1:16.
Dans les apôtres de notre Seigneur, il n’y avait rien pour se glorifier eux-mêmes. Il était évident que le succès de leurs travaux n’était dû qu’à Dieu. La vie de ces hommes, le caractère qu’ils ont développé et l’œuvre puissante que Dieu a accomplie à travers eux témoignent de ce qu’il fera pour tous ceux qui sont enseignables et obéissants.
Celui qui aime le Christ le plus fera le plus de bien. Il n’y a pas de limite à l’utilité de celui qui, en se mettant de côté, fait place à l’action du Saint-Esprit sur son cœur et mène une vie entièrement consacrée à Dieu. Si les hommes supportent la discipline nécessaire, sans se plaindre ni s’évanouir en chemin, Dieu les enseignera heure par heure et jour après jour. Il aspire à révéler sa grâce. Si Son peuple enlève les obstructions, Il déversera les eaux du salut en flots abondants à travers les canaux humains. Si les hommes dans une vie humble étaient encouragés à faire tout le bien qu’ils peuvent faire, si des mains restrictives ne leur étaient pas imposées pour réprimer leur zèle, il y aurait cent ouvriers pour Christ là où il n’y en a qu’un maintenant.
Dieu prend les hommes tels qu’ils sont et les éduque à son service, s’ils se soumettent à lui. L’Esprit de Dieu, reçu dans l’âme, vivifiera toutes ses facultés. Sous la direction du Saint-Esprit, l’esprit qui se consacre sans réserve à Dieu se développe harmonieusement et est renforcé pour comprendre et accomplir les exigences de Dieu. Le caractère faible et hésitant se transforme en un caractère fort et ferme. Une dévotion continuelle établit une relation si étroite entre Jésus et son disciple que le chrétien devient semblable à lui d’esprit et de caractère. Grâce à une connexion avec le Christ, il aura des vues plus claires et plus larges. Son discernement sera plus pénétrant, son jugement mieux équilibré.
Les hommes les plus instruits dans les arts et les sciences ont appris de précieuses leçons de la part de chrétiens de vie humble qui ont été désignés par le monde comme des ignorants. Mais ces disciples obscurs avaient reçu une éducation dans la plus haute de toutes les écoles. Ils s’étaient assis aux pieds de Celui qui parlait comme “jamais homme n’a parlé”.

Chapitre 26
A Capharnaüm

À Capharnaüm, Jésus a habité dans les intervalles de ses voyages aller et retour, et il est venu à être connu comme «sa propre ville». C’était sur les rives de la mer de Galilée, et près des bords de la belle plaine de Génésareth, sinon en fait sur elle.
La dépression profonde du lac donne à la plaine qui longe ses rives le climat agréable du sud. Ici, à l’époque du Christ, fleurissaient le palmier et l’olivier, ici se trouvaient des vergers et des vignes, des champs verdoyants et des fleurs épanouies dans une riche luxuriance, le tout arrosé par des ruisseaux vivants jaillissant des falaises. Les rives du lac et les collines qui l’entourent à peu de distance étaient parsemées de villes et de villages. Le lac était couvert de bateaux de pêche. Partout régnait l’agitation d’une vie trépidante et active.
Capharnaüm lui-même était bien adapté pour être le centre de l’œuvre du Sauveur. Étant sur l’autoroute de Damas à Jérusalem et à l’Égypte, et à la mer Méditerranée, c’était une grande artère de voyage. Des gens de nombreux pays passaient par la ville ou s’attardaient pour se reposer dans leurs déplacements. Ici, Jésus pouvait rencontrer toutes les nations et tous les rangs, les riches et les grands ainsi que les pauvres et les humbles, et ses leçons seraient transmises à d’autres pays et dans de nombreux foyers.
L’investigation des prophéties serait ainsi excitée, l’attention serait dirigée vers le Sauveur, et sa mission serait portée devant le monde.
Malgré l’action du Sanhédrin contre Jésus, le peuple attendait avec impatience le développement de sa mission. Tout le ciel s’agitait avec intérêt. Des anges préparaient la voie pour son ministère, agissant sur le cœur des hommes et les attirant vers le Sauveur.
À Capharnaüm, le fils du noble que le Christ avait guéri était un témoin de sa puissance. Et le fonctionnaire de la cour et sa maison ont joyeusement témoigné de leur foi. Lorsqu’on sut que le Maître lui-même était parmi eux, toute la ville se réveilla. Des multitudes ont afflué vers sa présence. Le jour du sabbat, les gens se pressaient dans la synagogue jusqu’à ce qu’un grand nombre de personnes aient dû se détourner, incapables de trouver l’entrée.
Tous ceux qui entendirent le Sauveur « furent étonnés de sa doctrine, car sa parole était puissante ». “Il les enseignait comme ayant autorité, et non comme les scribes.” Luc 4:32; Matthieu 7:29. L’enseignement des scribes et des anciens était froid et formel, comme une leçon apprise par cœur. Pour eux, la parole de Dieu ne possédait aucun pouvoir vital. Leurs propres idées et traditions se sont substituées à son enseignement. Dans le cycle habituel de service, ils professaient expliquer la loi, mais aucune inspiration de Dieu n’agitait leur propre cœur ou le cœur de leurs auditeurs.
Jésus n’avait rien à voir avec les divers sujets de dissension parmi les Juifs. C’était Son travail de présenter la vérité. Ses paroles ont jeté un flot de lumière sur les enseignements des patriarches et des prophètes, et les Écritures sont venues aux hommes comme une nouvelle révélation. Jamais auparavant ses auditeurs n’avaient perçu une telle profondeur de sens dans la parole de Dieu.
Jésus a rencontré les gens sur leur propre terrain, comme quelqu’un qui connaissait leurs perplexités. Il a rendu la vérité belle en la présentant de la manière la plus directe et la plus simple. Sa langue était pure, raffinée et claire comme un courant d’eau. Sa voix était comme une musique pour ceux qui avaient écouté les tons monotones des rabbins. Mais alors que son enseignement était simple, il parlait comme quelqu’un ayant autorité. Cette caractéristique met son enseignement en contraste avec celui de tous les autres. Les rabbins parlaient avec doute et hésitation, comme si les Écritures pouvaient être interprétées comme signifiant une chose ou exactement le contraire. Les auditeurs étaient quotidiennement plongés dans une plus grande incertitude. Mais Jésus a enseigné les Écritures comme ayant une autorité incontestable. Quel que soit son sujet, il était présenté avec puissance, comme si ses paroles ne pouvaient être contestées.
Pourtant, il était sérieux, plutôt que véhément. Il parlait comme quelqu’un qui avait un but précis à remplir. Il apportait à voir les réalités du monde éternel. Dans chaque thème, Dieu s’est révélé. Jésus a cherché à briser le charme de l’engouement qui maintient les hommes absorbés par les choses terrestres. Il a placé les choses de cette vie dans leur vrai rapport, comme subordonnées à celles de l’intérêt éternel ; mais Il n’a pas ignoré leur importance. Il a enseigné que le ciel et la terre sont liés et que la connaissance de la vérité divine prépare mieux les hommes à accomplir les devoirs de la vie quotidienne. Il parlait comme quelqu’un qui connaissait le ciel, conscient de sa relation avec Dieu, tout en reconnaissant son unité avec chaque membre de la famille humaine.
Ses messages de miséricorde étaient variés pour s’adapter à son auditoire. Il a su « adresser une parole de temps à autre à celui qui est fatigué » (Isaïe 50 :4) ; car la grâce a été répandue sur ses lèvres, afin qu’il puisse transmettre aux hommes de la manière la plus attrayante les trésors de la vérité. Il a eu le tact de rencontrer les esprits prévenus et de les surprendre avec des illustrations qui ont retenu leur attention. Par l’imagination, il a atteint le cœur. Ses illustrations étaient tirées des choses de la vie quotidienne, et bien qu’elles soient simples, elles avaient en elles une merveilleuse profondeur de sens. Les oiseaux du ciel, les lis des champs, la semence, le berger et les brebis,–avec ces objets, Christ a illustré la vérité immortelle ; et toujours après, quand ses auditeurs ont eu la chance de voir ces choses de la nature, ils se sont souvenus de ses paroles. Les illustrations de Christ répétaient constamment Ses leçons.
Le Christ n’a jamais flatté les hommes. Il n’a jamais parlé de ce qui exalterait leurs fantaisies et leurs imaginations, ni ne les a loués pour leurs inventions intelligentes ; mais des penseurs profonds et sans préjugés ont reçu son enseignement et ont constaté qu’il mettait leur sagesse à l’épreuve. Ils s’émerveillaient de la vérité spirituelle exprimée dans le langage le plus simple. Les plus instruits étaient charmés par ses paroles, et les incultes en profitaient toujours. Il avait un message pour les analphabètes ; et Il fit même comprendre aux païens qu’Il avait un message pour eux.
Sa tendre compassion tombait avec une touche de guérison sur les cœurs fatigués et troublés. Même au milieu de la turbulence des ennemis en colère, il était entouré d’une atmosphère de paix. La beauté de son visage, la beauté de son caractère, surtout l’amour exprimé dans le regard et le ton, attiraient à lui tous ceux qui n’étaient pas endurcis dans l’incrédulité. S’il n’y avait pas eu l’esprit doux et sympathique qui brillait dans chaque regard et chaque parole, il n’aurait pas attiré les grandes congrégations qu’il a attirées. Les affligés qui venaient à lui sentaient qu’il liait ses intérêts aux leurs en tant qu’ami fidèle et tendre, et ils désiraient en savoir plus sur les vérités qu’il enseignait. Le ciel s’est approché. Ils aspiraient à demeurer en sa présence, afin que la consolation de son amour puisse être continuellement avec eux.
Jésus regardait avec une profonde ferveur les visages changeants de ses auditeurs. Les visages qui exprimaient l’intérêt et le plaisir lui procuraient une grande satisfaction. Tandis que les flèches de la vérité transperçaient l’âme, franchissant les barrières de l’égoïsme, exerçant la contrition et enfin la gratitude, le Sauveur fut réjoui. Lorsque son œil balaya la foule des auditeurs et qu’il reconnut parmi eux les visages qu’il avait déjà vus, son visage s’illumina de joie. Il a vu en eux des sujets pleins d’espoir pour son royaume. Lorsque la vérité, clairement dite, toucha une idole chérie, Il remarqua le changement de visage, le regard froid et menaçant qui indiquait que la lumière n’était pas la bienvenue. Quand il a vu des hommes refuser le message de paix, son cœur a été transpercé jusqu’aux profondeurs.
Dans la synagogue, Jésus a parlé du royaume qu’il était venu établir et de sa mission de libérer les captifs de Satan. Il fut interrompu par un cri de terreur. Un fou s’élança du milieu du peuple en criant : « Laissez-nous tranquilles ; qu’avons-nous à faire avec toi, toi Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous détruire ? Je te connais qui tu es; le Saint de Dieu.
Tout n’était plus que confusion et inquiétude. L’attention du peuple a été détournée de Christ, et Ses paroles ont été ignorées. C’était le but de Satan en conduisant sa victime à la synagogue. Mais Jésus réprimanda le démon en disant : « Taisez-vous et sortez de lui. Et quand le diable l’eut jeté au milieu, il sortit de lui et ne lui fit pas de mal.
L’esprit de cette misérable victime avait été obscurci par Satan, mais en présence du Sauveur, un rayon de lumière avait percé l’obscurité. Il a été poussé à aspirer à être libéré du contrôle de Satan; mais le démon a résisté à la puissance du Christ. Lorsque l’homme a essayé d’appeler Jésus à l’aide, l’esprit maléfique a mis des mots dans sa bouche et il a crié dans une agonie de peur. Le démoniaque comprit partiellement qu’il était en présence de Celui qui pouvait le libérer ; mais lorsqu’il a essayé de s’approcher de cette main puissante, la volonté d’un autre l’a retenu, les paroles d’un autre se sont exprimées à travers lui. Le conflit entre le pouvoir de Satan et son propre désir de liberté était terrible.
Celui qui avait vaincu Satan dans le désert de la tentation fut de nouveau amené face à face avec son ennemi. Le démon exerça tout son pouvoir pour garder le contrôle de sa victime. Perdre du terrain ici serait donner une victoire à Jésus. Il semblait que l’homme torturé devait perdre la vie dans la lutte avec l’ennemi qui avait ruiné sa virilité. Mais le Sauveur parla avec autorité et libéra le captif. L’homme qui avait été possédé se tenait devant les gens émerveillés heureux dans la liberté de la possession de soi. Même le démon avait témoigné de la puissance divine du Sauveur.
L’homme loua Dieu pour sa délivrance. L’œil qui avait si récemment brillé du feu de la folie, rayonnait maintenant d’intelligence et débordait de larmes de gratitude. Les gens étaient muets d’étonnement. Dès qu’ils recouvrèrent la parole, ils s’écrièrent l’un à l’autre : « Qu’est-ce que c’est que ça ? un nouvel enseignement ! avec autorité, il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. Marc 1:27, RV
La cause secrète de l’affliction qui avait fait de cet homme un spectacle effrayant pour ses amis et un fardeau pour lui-même était dans sa propre vie. Il avait été fasciné par les plaisirs du péché et avait pensé faire de la vie un grand carnaval. Il ne rêvait pas de devenir la terreur du monde et le reproche de sa famille. Il pensait que son temps pouvait être passé dans une folie innocente. Mais une fois dans le chemin descendant, ses pieds descendirent rapidement. L’intempérance et la frivolité ont perverti les nobles attributs de sa nature, et Satan a pris le contrôle absolu sur lui.
Les remords sont venus trop tard. Alors qu’il aurait sacrifié la richesse et le plaisir pour retrouver sa virilité perdue, il était devenu impuissant sous l’emprise du malin. Il s’était placé sur le terrain de l’ennemi, et Satan s’était emparé de toutes ses facultés. Le tentateur l’avait séduit par de nombreuses présentations charmantes; mais une fois que le misérable était en son pouvoir, le démon devint implacable dans sa cruauté et terrible dans ses visites en colère. Ainsi en sera-t-il de tous ceux qui cèdent au mal ; le plaisir fascinant de leur début de carrière se termine dans les ténèbres du désespoir ou la folie d’une âme ruinée.
Le même mauvais esprit qui tenta Christ dans le désert, et qui posséda le fou de Capharnaüm, contrôla les Juifs incrédules. Mais avec eux, il prenait un air de piété, cherchant à les tromper sur leurs motifs de rejeter le Sauveur. Leur condition était plus désespérée que celle du démoniaque, car ils ne ressentaient aucun besoin de Christ et étaient donc retenus sous le pouvoir de Satan.
La période du ministère personnel du Christ parmi les hommes fut la période de plus grande activité pour les forces du royaume des ténèbres. Pendant des siècles, Satan avec ses mauvais anges avait cherché à contrôler les corps et les âmes des hommes, à attirer sur eux le péché et la souffrance ; puis il avait imputé toute cette misère à Dieu. Jésus révélait aux hommes le caractère de Dieu. Il brisait la puissance de Satan et libérait ses captifs. La vie nouvelle, l’amour et la puissance du ciel se déplaçaient sur les cœurs des hommes, et le prince du mal fut excité pour lutter pour la suprématie de son royaume. Satan rassembla toutes ses forces et contesta à chaque pas l’œuvre de Christ.
Il en sera de même dans le grand conflit final de la controverse entre la justice et le péché. Tandis qu’une vie, une lumière et une puissance nouvelles descendent d’en haut sur les disciples du Christ, une nouvelle vie jaillit d’en bas et dynamise les agents de Satan. L’intensité prend possession de chaque élément terrestre. Avec une subtilité acquise à travers des siècles de conflits, le prince du mal travaille sous un déguisement. Il apparaît vêtu comme un ange de lumière, et des multitudes ” prêtent attention aux esprits séducteurs et aux doctrines des démons “. 1 Timothée 4:1.
Au temps de Christ, les dirigeants et les enseignants d’Israël étaient impuissants à résister à l’œuvre de Satan. Ils négligeaient le seul moyen par lequel ils auraient pu résister aux mauvais esprits. C’est par la parole de Dieu que Christ a vaincu le méchant. Les dirigeants d’Israël prétendaient être les exposants de la parole de Dieu, mais ils ne l’avaient étudiée que pour soutenir leurs traditions et faire respecter leurs observances faites par l’homme. Par leur interprétation, ils lui faisaient exprimer des sentiments que Dieu n’avait jamais donnés. Leur construction mystique rendait indistinct ce qu’Il avait rendu clair. Ils se disputaient sur des détails techniques insignifiants et niaient pratiquement les vérités les plus essentielles. Ainsi l’infidélité a été semée à grande échelle. La parole de Dieu a été dépouillée de sa puissance, et les mauvais esprits ont fait leur volonté.
L’histoire se répète. Avec la Bible ouverte devant eux, et professant révérer ses enseignements, de nombreux chefs religieux de notre époque détruisent la foi en elle en tant que parole de Dieu. Ils s’occupent de disséquer le mot et placent leurs propres opinions au-dessus de ses déclarations les plus simples. Entre leurs mains, la parole de Dieu perd son pouvoir régénérant. C’est pourquoi l’infidélité se déchaîne et l’iniquité sévit.
Lorsque Satan a sapé la foi dans la Bible, il dirige les hommes vers d’autres sources de lumière et de puissance. Ainsi s’insinue-t-il. Ceux qui se détournent de l’enseignement clair des Écritures et de la puissance de conviction du Saint-Esprit de Dieu invitent le contrôle des démons. Les critiques et les spéculations concernant les Écritures ont ouvert la voie au spiritisme et à la théosophie – ces formes modernisées de l’ancien paganisme – pour prendre pied même dans les églises professées de notre Seigneur Jésus-Christ.
A côté de la prédication de l’Evangile, des agences sont à l’œuvre qui ne sont que l’intermédiaire d’esprits menteurs. Beaucoup d’hommes les falsifient simplement par curiosité, mais voyant la preuve du fonctionnement d’un pouvoir plus qu’humain, ils sont attirés indéfiniment, jusqu’à ce qu’ils soient contrôlés par une volonté plus forte que la sienne. Il ne peut échapper à son pouvoir mystérieux.
Les défenses de l’âme sont brisées. Il n’a pas de barrière contre le péché. Une fois que les contraintes de la parole de Dieu et de son Esprit sont rejetées, personne ne sait à quelles profondeurs de dégradation il peut sombrer. Le péché secret ou la passion maîtresse peuvent le retenir captif aussi impuissant que l’était le démoniaque de Capharnaüm. Pourtant, son état n’est pas désespéré.
Le moyen par lequel nous pouvons vaincre le méchant est celui par lequel Christ a vaincu, la puissance de la parole. Dieu ne contrôle pas nos esprits sans notre consentement ; mais si nous désirons connaître et faire sa volonté, ses promesses sont les nôtres : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. “Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra l’enseignement.” Jean 8:32 ; 7:17, RV Par la foi en ces promesses, chaque homme peut être délivré des pièges de l’erreur et du contrôle du péché.
Chaque homme est libre de choisir quel pouvoir il aura pour régner sur lui. Personne n’est tombé si bas, personne n’est si vil qu’il ne puisse trouver la délivrance en Christ. Le démoniaque, au lieu de la prière, ne pouvait prononcer que les paroles de Satan ; pourtant l’appel tacite du cœur a été entendu. Aucun cri d’une âme dans le besoin, même s’il ne s’exprime pas avec des mots, ne sera ignoré. Ceux qui consentent à entrer en relation d’alliance avec le Dieu des cieux ne sont pas abandonnés au pouvoir de Satan ou à l’infirmité de leur propre nature. Ils sont invités par le Sauveur : « Qu’il s’empare de ma force, afin qu’il fasse la paix avec moi ; et il fera la paix avec moi. Esaïe 27:5. Les esprits des ténèbres se battront pour l’âme une fois sous leur domination, mais les anges de Dieu combattront pour cette âme avec une puissance prédominante. Le Seigneur dit : « La proie sera-t-elle prise aux puissants, ou le captif légitime délivré ? . . . Ainsi dit l’Éternel: Même les captifs des puissants seront enlevés, et la proie des terribles sera délivrée; car je combattrai contre celui qui te combat, et je sauverai tes enfants. Esaïe 49:24, 25.
Alors que la congrégation de la synagogue était encore fascinée par la crainte, Jésus se retira chez Pierre pour un peu de repos. Mais ici aussi une ombre était tombée. La mère de la femme de Pierre était malade, frappée d’une « grande fièvre ». Jésus réprimanda la maladie, et le malade se leva, et s’occupa des besoins du Maître et de ses disciples.
La nouvelle de l’œuvre du Christ se répandit rapidement dans tout Capharnaüm. Par crainte des rabbins, le peuple n’osait pas venir se faire soigner le jour du sabbat ; mais à peine le soleil avait-il disparu sous l’horizon qu’il y eut un grand remue-ménage. Des maisons, des boutiques, des places de marché, les habitants de la ville se pressaient vers l’humble demeure qui abritait Jésus. Les malades étaient amenés sur des divans, ils venaient appuyés sur des bâtons, ou, soutenus par des amis, ils chancelaient faiblement en présence du Sauveur.
Heure après heure, ils allaient et venaient ; car nul ne pouvait savoir si demain trouverait encore le Guérisseur parmi eux. Jamais auparavant Capharnaüm n’avait été témoin d’une journée comme celle-ci. L’air était rempli de voix de triomphe et de cris de délivrance. Le Sauveur était joyeux dans la joie qu’il avait éveillée. Alors qu’il était témoin des souffrances de ceux qui étaient venus à lui, son cœur fut rempli de sympathie et il se réjouit de son pouvoir de leur rendre la santé et le bonheur.
Ce n’est que lorsque le dernier malade a été soulagé que Jésus a cessé son œuvre. Il était tard dans la nuit lorsque la multitude s’en alla, et le silence s’installa sur la maison de Simon. La longue et passionnante journée était passée et Jésus cherchait du repos. Mais tandis que la ville était encore ensommeillée, le Sauveur, « se levant bien avant le jour, . . . sortit, et s’en alla dans un lieu solitaire, et y pria.
Ainsi se passèrent les jours de la vie terrestre de Jésus. Il renvoyait souvent ses disciples pour visiter leurs maisons et se reposer ; mais il résista doucement à leurs efforts pour l’éloigner de ses travaux. Il travailla toute la journée, instruisant les ignorants, guérissant les malades, rendant la vue aux aveugles, nourrissant la multitude ; et le soir ou au petit matin, il s’en allait au sanctuaire des montagnes pour communier avec son Père. Souvent, il passait la nuit entière en prière et en méditation, revenant à l’aube à son travail parmi le peuple.
Tôt le matin, Pierre et ses compagnons s’approchèrent de Jésus, disant que déjà les habitants de Capharnaüm le cherchaient. Les disciples avaient été amèrement déçus de l’accueil que le Christ avait rencontré jusqu’alors. Les autorités de Jérusalem cherchaient à l’assassiner ; même ses propres concitoyens avaient essayé de lui ôter la vie ; mais à Capharnaüm, il fut accueilli avec un enthousiasme joyeux, et les espérances des disciples se ranimèrent. Il se pourrait que parmi les Galiléens épris de liberté se trouvaient les partisans du nouveau royaume. Mais avec surprise, ils entendirent les paroles du Christ : « Il faut aussi que je prêche le royaume de Dieu dans d’autres villes ; car c’est pourquoi je suis envoyé.
Dans l’agitation qui régnait alors à Capharnaüm, il y avait danger que l’objet de sa mission soit perdu de vue. Jésus ne s’est pas contenté d’attirer l’attention sur lui simplement en tant que faiseur de miracles ou guérisseur de maladies physiques. Il cherchait à attirer les hommes à lui comme leur Sauveur. Alors que les gens étaient impatients de croire qu’il était venu en tant que roi, pour établir un règne terrestre, il désirait détourner leur esprit du terrestre vers le spirituel. Le simple succès mondain interférerait avec son travail.
Et l’émerveillement de la foule insouciante secoua son esprit. Dans sa vie, aucune affirmation de soi ne s’est mêlée. L’hommage que le monde rend à la position, ou à la richesse, ou au talent, était étranger au Fils de l’homme. Jésus n’a utilisé aucun des moyens que les hommes emploient pour gagner l’allégeance ou ordonner l’hommage. Des siècles avant sa naissance, il avait été prophétisé de lui,
« Il ne criera pas, ni ne soulèvera, ni ne fera entendre sa voix dans la rue. Il ne brisera pas un roseau froissé, et il n’éteindra pas le lin qui brûle faiblement : il fera jaillir le jugement selon la vérité. Il ne faillira ni ne se découragera jusqu’à ce qu’il ait établi un jugement sur la terre. Esaïe 42:2-4, marge.
Les pharisiens recherchaient la distinction par leur cérémonialisme scrupuleux et l’ostentation de leur culte et de leurs charités. Ils prouvèrent leur zèle pour la religion en en faisant le thème de la discussion. Les disputes entre sectes opposées étaient bruyantes et longues, et il n’était pas rare d’entendre dans les rues la voix de la controverse en colère de la part de savants docteurs de la loi.
En contraste marqué avec tout cela se trouvait la vie de Jésus. Dans cette vie, aucune dispute bruyante, aucun culte ostentatoire, aucun acte pour gagner des applaudissements, n’a jamais été témoin. Christ était caché en Dieu, et Dieu s’est révélé dans le caractère de Son Fils. C’est vers cette révélation que Jésus a voulu que l’esprit du peuple soit dirigé et que son hommage lui soit rendu.
Le Soleil de Justice n’a pas éclaté sur le monde dans sa splendeur, pour éblouir les sens de Sa gloire. Il est écrit de Christ : « Sa sortie est préparée comme le matin. Osée 6:3. Silencieusement et doucement, la lumière du jour se lève sur la terre, dissipant l’ombre des ténèbres et réveillant le monde à la vie. Ainsi s’est levé le Soleil de justice, « avec la guérison sous ses ailes ». Malachie 4:2.

Chapitre 27
“Tu peux me rendre propre”
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 8:2-4; 9:1-8, 32-34 ; Marc 1:40-45 ; 2:1-12 ; Luc 5:12-28]

De toutes les maladies connues en Orient, la lèpre était la plus redoutée. Son caractère incurable et contagieux, et son effet horrible sur ses victimes, remplissaient d’effroi les plus braves. Chez les Juifs, cela était considéré comme un jugement à cause du péché, et c’est pourquoi on l’appelait “le coup”, “le doigt de Dieu”. Profondément enracinée, indéracinable, mortelle, elle était considérée comme un symbole du péché. Selon la loi rituelle, le lépreux était déclaré impur. Comme un déjà mort, il était exclu des habitations des hommes. Tout ce qu’il touchait était impur. L’air était pollué par son haleine. Celui qui était suspecté d’avoir la maladie devait se présenter aux prêtres, qui devaient examiner et décider son cas. S’il était déclaré lépreux, il était isolé de sa famille, coupé de la congrégation d’Israël et condamné à ne s’associer qu’à ceux qui étaient pareillement affligés. La loi était inflexible dans ses exigences. Même les rois et les dirigeants n’étaient pas exemptés. Un monarque atteint de cette terrible maladie doit rendre le sceptre et fuir la société.
Loin de ses amis et de sa parenté, le lépreux doit porter la malédiction de sa maladie. Il a été obligé de publier sa propre calamité, de déchirer ses vêtements et de sonner l’alarme, avertissant tous de fuir sa présence contaminante. Le cri : « Impur ! impur!” venant dans des tons lugubres de l’exil solitaire, était un signal entendu avec crainte et horreur.
Dans la région du ministère du Christ, il y avait beaucoup de ces souffrants, et la nouvelle de son œuvre les parvint, allumant une lueur d’espérance. Mais depuis l’époque d’Elisée, le prophète, une telle chose n’avait jamais été connue comme la purification de celui sur qui cette maladie s’était attachée. Ils n’osaient pas s’attendre à ce que Jésus fasse pour eux ce qu’il n’avait jamais fait pour aucun homme. Il y en avait un, cependant, dans le cœur duquel la foi a commencé à germer. Pourtant, l’homme ne savait pas comment atteindre Jésus. Interdit comme il l’était de tout contact avec ses semblables, comment pouvait-il se présenter au Guérisseur ? Et il s’est demandé si Christ le guérirait. S’abaisserait-il pour remarquer quelqu’un que l’on croit souffrir sous le jugement de Dieu ? N’allait-il pas, comme les pharisiens et même les médecins, prononcer une malédiction sur lui, et l’avertir de fuir les repaires des hommes ? Il pensa à tout ce qu’on lui avait dit de Jésus. Aucun de ceux qui avaient demandé son aide n’avait été renvoyé. Le misérable était déterminé à trouver le Sauveur. Bien qu’exclu des villes, il se pourrait qu’il puisse croiser son chemin par quelque chemin détourné le long des routes de montagne, ou le trouver alors qu’il enseignait en dehors des villes. Les difficultés étaient grandes, mais c’était son seul espoir.
Le lépreux est guidé vers le Sauveur. Jésus enseigne au bord du lac et le peuple est rassemblé autour de lui. Debout au loin, le lépreux capte quelques mots de la bouche du Sauveur. Il Le voit imposer les mains aux malades. Il voit les boiteux, les aveugles, les paralytiques et ceux qui meurent de diverses maladies se relever en santé, louant Dieu pour leur délivrance. La foi se fortifie dans son cœur. Il se rapproche et pourtant plus près de la foule rassemblée. Les restrictions qui lui sont imposées, la sécurité du peuple et la peur avec laquelle tous les hommes le regardent sont oubliées. Il ne pense qu’à la bienheureuse espérance de la guérison.
Il est un spectacle répugnant. La maladie a fait des progrès effrayants et son corps en décomposition est horrible à voir. A sa vue, le peuple recule effrayé. Ils se pressent les uns contre les autres dans leur empressement à échapper à son contact. Certains essaient de l’empêcher d’approcher Jésus, mais en vain. Il ne les voit ni ne les entend. Leurs expressions de dégoût sont perdues pour lui. Il ne voit que le Fils de Dieu. Il n’entend que la voix qui parle de vie aux mourants. Se pressant contre Jésus, il se jette à ses pieds en criant : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur.
Jésus a répondu: «Je le ferai; sois purifié », et posa sa main sur lui. Matthieu 8:3, RV
Aussitôt un changement passa sur le lépreux. Sa chair devint saine, les nerfs sensibles, les muscles fermes. La surface rugueuse et écailleuse propre à la lèpre a disparu, et une douce lueur, comme celle sur la peau d’un enfant en bonne santé, a pris sa place.
Jésus recommanda à l’homme de ne pas faire connaître l’œuvre qui avait été accomplie, mais de se présenter aussitôt avec une offrande au temple. Une telle offrande ne pouvait être acceptée tant que les prêtres n’avaient pas procédé à l’examen et déclaré l’homme totalement indemne de la maladie. Aussi réticents qu’ils soient à rendre ce service, ils ne pouvaient se soustraire à l’examen et à la décision de l’affaire.
Les paroles de l’Ecriture montrent avec quelle urgence le Christ a enjoint à l’homme la nécessité du silence et de l’action prompte. « Il l’a accusé sévèrement et l’a immédiatement renvoyé ; et lui dit : Garde-toi de rien dire à personne ; mais va, montre-toi au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a commandé, pour leur servir de témoignage. Si les prêtres avaient connu les faits concernant la guérison du lépreux, leur haine du Christ aurait pu les amener à rendre une sentence malhonnête. Jésus a demandé à l’homme de se présenter au temple avant que les rumeurs concernant le miracle ne leur soient parvenues. Ainsi, une décision impartiale pourrait être obtenue, et le lépreux restauré serait autorisé à s’unir à nouveau avec sa famille et ses amis.
Il y avait d’autres objets que le Christ avait en vue en enjoignant le silence à l’homme. Le Sauveur savait que ses ennemis cherchaient toujours à limiter son œuvre et à détourner le peuple de lui. Il savait que si la guérison du lépreux se faisait entendre à l’étranger, d’autres malades de cette terrible maladie s’agglutineraient autour de lui, et le cri s’élèverait que les gens seraient contaminés à leur contact. Beaucoup de lépreux n’utiliseraient pas le don de la santé au point d’en faire une bénédiction pour eux-mêmes ou pour les autres. Et en attirant les lépreux autour de lui, il donnerait lieu à l’accusation qu’il brisait les restrictions de la loi rituelle. Ainsi, son travail de prédication de l’évangile serait entravé.
L’événement a justifié l’avertissement du Christ. Une multitude de personnes avaient été témoins de la guérison du lépreux, et ils étaient impatients d’apprendre la décision des prêtres. Lorsque l’homme est revenu vers ses amis, il y avait une grande excitation. Malgré la prudence de Jésus, l’homme ne fit plus aucun effort pour dissimuler le fait de sa guérison. Il aurait en effet été impossible de le cacher, mais le lépreux a publié l’affaire à l’étranger. Considérant que c’était seulement la modestie de Jésus qui lui imposait cette restriction, il alla proclamer la puissance de ce Grand Guérisseur. Il ne comprenait pas que chacune de ces manifestations rendait les prêtres et les anciens plus déterminés à détruire Jésus. L’homme restauré a estimé que le bienfait de la santé était très précieux. Il se réjouit de la vigueur de la virilité et de sa restauration dans sa famille et dans la société, et sentit qu’il était impossible de s’abstenir de rendre gloire au Médecin qui l’avait guéri. Mais son acte en embrasant l’affaire à l’étranger a eu pour résultat d’entraver l’œuvre du Sauveur. Cela a amené le peuple à affluer vers lui en une telle foule qu’il a été forcé pendant un certain temps de cesser ses travaux.
Chaque acte du ministère de Christ avait une grande portée dans son but. Il comprenait plus qu’il n’apparaissait dans l’acte lui-même. Ainsi dans le cas du lépreux. Tandis que Jésus servait tous ceux qui venaient à lui, il aspirait à bénir ceux qui ne venaient pas. Alors qu’il attirait les publicains, les païens et les samaritains, il aspirait à atteindre les prêtres et les enseignants qui étaient enfermés par les préjugés et la tradition. Il n’a laissé aucun moyen par lequel ils pourraient être atteints. En envoyant le lépreux guéri aux prêtres, il leur a donné un témoignage propre à désarmer leurs préjugés.
Les pharisiens avaient affirmé que l’enseignement du Christ était opposé à la loi que Dieu avait donnée par Moïse ; mais sa directive au lépreux purifié de présenter une offrande selon la loi a réfuté cette accusation. C’était un témoignage suffisant pour tous ceux qui voulaient être convaincus.
Les dirigeants de Jérusalem avaient envoyé des espions pour trouver un prétexte pour faire mourir Christ. Il a répondu en leur donnant une preuve de son amour pour l’humanité, de son respect pour la loi et de son pouvoir de délivrance du péché et de la mort. Ainsi il a rendu témoignage d’eux : « Ils m’ont rendu le mal pour le bien, et la haine pour mon amour. Psaume 109:5. Celui qui, sur la montagne, a donné le précepte : « Aimez vos ennemis », a lui-même illustré le principe, ne rendant pas « mal pour mal, ou balustrade pour balustrade, mais au contraire bénissant ». Matthieu 5:44 ; 1 Pierre 3:9.
Les mêmes prêtres qui condamnèrent le lépreux au bannissement attestèrent sa guérison. Cette sentence, publiquement prononcée et enregistrée, était un témoignage permanent pour le Christ. Et comme l’homme guéri a été réintégré dans la congrégation d’Israël, sur la propre assurance des prêtres qu’il n’y avait pas une souillure de la maladie sur lui, il était lui-même un témoin vivant pour son bienfaiteur. Avec joie, il présenta son offrande et magnifia le nom de Jésus. Les prêtres étaient convaincus de la puissance divine du Sauveur. L’opportunité leur fut accordée de connaître la vérité et de profiter de la lumière. Rejeté, il passerait, pour ne jamais revenir. Par beaucoup la lumière a été rejetée ; pourtant il n’a pas été donné en vain. De nombreux cœurs ont été émus qui, pendant un certain temps, n’ont fait aucun signe. Pendant la vie du Sauveur, sa mission semblait susciter peu de réponse d’amour de la part des prêtres et des enseignants ; mais après son ascension, “un grand nombre de sacrificateurs obéissaient à la foi”. Actes 6:7.
L’œuvre de Christ en purifiant le lépreux de sa terrible maladie est une illustration de son œuvre en purifiant l’âme du péché. L’homme qui est venu à Jésus était ” plein de lèpre “. Son poison mortel a imprégné tout son corps. Les disciples cherchaient à empêcher leur maître de le toucher ; car celui qui touchait un lépreux devenait impur. Mais en posant sa main sur le lépreux, Jésus n’a reçu aucune souillure. Son toucher conférait un pouvoir vivifiant. La lèpre a été purifiée. Ainsi en est-il de la lèpre du péché, profondément enracinée, mortelle et impossible à purifier par la puissance humaine. « Toute la tête est malade et tout le cœur défaille. De la plante du pied jusqu’à la tête, il n’y a rien de sain ; mais des blessures, des ecchymoses et des plaies putréfiées. Esaïe 1:5, 6. Mais Jésus, venant habiter dans l’humanité, ne reçoit aucune souillure. Sa présence a des vertus curatives pour le pécheur. Quiconque tombera à ses pieds, disant avec foi : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur », entendra la réponse : « Je le ferai ; sois purifié. Matthieu 8:2, 3, RV
Dans certains cas de guérison, Jésus n’a pas immédiatement accordé la bénédiction recherchée. Mais dans le cas de la lèpre, à peine l’appel a-t-il été fait qu’il a été accordé. Lorsque nous prions pour des bénédictions terrestres, la réponse à notre prière peut être retardée, ou Dieu peut nous donner autre chose que ce que nous demandons, mais ce n’est pas le cas lorsque nous demandons la délivrance du péché. C’est sa volonté de nous purifier du péché, de faire de nous ses enfants et de nous permettre de vivre une vie sainte. Christ « s’est livré lui-même pour nos péchés, afin de nous délivrer du présent monde mauvais, selon la volonté de Dieu et notre Père ». Galates 1:4. Et « c’est la confiance que nous avons en lui que, si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute ; et si nous savons qu’il nous écoute, quoi que nous demandions, nous savons que nous avons les requêtes que nous désirons. de lui.” 1 Jean 5:14, 15. « Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1:9.
Lors de la guérison du paralytique à Capharnaüm, le Christ a de nouveau enseigné la même vérité. C’est pour manifester sa puissance de pardonner les péchés que le miracle a été accompli. Et la guérison du paralytique illustre aussi d’autres vérités précieuses. Il est plein d’espoir et d’encouragement, et de par sa connexion avec les pharisiens ergoteurs, il a aussi une leçon d’avertissement.
Comme le lépreux, ce paralytique avait perdu tout espoir de guérison. Sa maladie était le résultat d’une vie de péché, et ses souffrances étaient aigries par le remords. Il avait depuis longtemps fait appel aux pharisiens et aux médecins, espérant un soulagement de la souffrance mentale et de la douleur physique. Mais ils le déclarèrent froidement incurable et l’abandonnèrent à la colère de Dieu. Les pharisiens considéraient l’affliction comme une preuve du mécontentement divin, et ils se tenaient à l’écart des malades et des nécessiteux. Pourtant, souvent, ceux-là mêmes qui s’exaltaient comme saints étaient plus coupables que ceux qu’ils condamnaient.
L’homme paralytique était entièrement impuissant et, ne voyant aucune perspective d’aide d’aucun côté, il avait sombré dans le désespoir. Puis il a entendu parler des œuvres merveilleuses de Jésus. On lui a dit que d’autres aussi pécheurs et impuissants que lui avaient été guéris; même les lépreux avaient été purifiés. Et les amis qui ont rapporté ces choses l’ont encouragé à croire que lui aussi pourrait être guéri s’il pouvait être porté à Jésus. Mais son espoir est tombé quand il s’est souvenu de la façon dont la maladie avait été amenée sur lui. Il craignait que le pur Médecin ne le tolère en sa présence.
Pourtant, ce n’était pas tant la restauration physique qu’il désirait que le soulagement du fardeau du péché. S’il pouvait voir Jésus et recevoir l’assurance du pardon et de la paix avec le Ciel, il serait content de vivre ou de mourir, selon la volonté de Dieu. Le cri du mourant était : Oh, que je puisse venir en sa présence ! Il n’y avait pas de temps à perdre ; déjà sa chair atrophiée montrait des signes de décomposition. Il supplia ses amis de le porter sur son lit jusqu’à Jésus, ce qu’ils s’empressèrent de faire. Mais si dense était la foule qui s’était rassemblée dans et autour de la maison où se trouvait le Sauveur, qu’il était impossible pour le malade et ses amis de l’atteindre, ou même de venir entendre sa voix.
Jésus enseignait dans la maison de Pierre. Selon leur coutume, ses disciples étaient assis tout près de lui, et ” il y avait à côté de lui des pharisiens et des docteurs de la loi qui étaient venus de toutes les villes de Galilée, de Judée et de Jérusalem “. Ceux-ci étaient venus comme espions, cherchant une accusation contre Jésus. À l’extérieur de ces fonctionnaires se pressait la multitude promiscuité, les impatients, les respectueux, les curieux et les incrédules. Différentes nationalités et toutes les couches de la société étaient représentées. “Et la puissance du Seigneur était présente pour guérir.” L’Esprit de vie planait sur l’assemblée, mais les pharisiens et les docteurs n’ont pas discerné sa présence. Ils ne ressentaient aucun besoin et la guérison n’était pas pour eux. « Il a rassasié de bonnes choses les affamés ; et les riches, il les a renvoyés à vide. Luc 1:53.
À plusieurs reprises, les porteurs du paralytique essayaient de se frayer un chemin à travers la foule, mais en vain. Le malade regarda autour de lui avec une inexprimable angoisse. Alors que l’aide tant attendue était si proche, comment pouvait-il perdre espoir ? Sur sa suggestion, ses amis le portèrent au sommet de la maison et, brisant le toit, le firent descendre aux pieds de Jésus. Le discours fut interrompu. Le Sauveur regarda le visage triste et vit les yeux suppliants fixés sur lui. Il comprenait le cas; Il avait attiré à lui cet esprit perplexe et sceptique. Alors que le paralytique était encore chez lui, le Sauveur avait apporté la conviction à sa conscience. Lorsqu’il s’est repenti de ses péchés et qu’il a cru au pouvoir de Jésus de le guérir, les miséricordes vivifiantes du Sauveur avaient d’abord béni son cœur ardent.
Maintenant, dans des paroles qui tombaient comme de la musique à l’oreille de la victime, le Sauveur dit : « Mon fils, sois joyeux ; tes péchés te soient pardonnés.
Le fardeau du désespoir roule de l’âme du malade ; la paix du pardon repose sur son esprit et brille sur son visage. Sa douleur physique a disparu et tout son être est transformé. Le paralytique impuissant est guéri ! le pécheur coupable est pardonné !
Avec une foi simple, il a accepté les paroles de Jésus comme l’aubaine d’une vie nouvelle. Il ne demanda rien d’autre, mais resta dans un silence béat, trop heureux pour les mots. La lumière du ciel irradiait son visage, et le peuple regardait la scène avec crainte.
Les rabbins avaient attendu avec impatience de voir ce que le Christ ferait de cette affaire. Ils se rappelaient comment l’homme leur avait fait appel pour obtenir de l’aide, et ils lui avaient refusé l’espoir ou la sympathie. Non satisfaits de cela, ils avaient déclaré qu’il souffrait la malédiction de Dieu pour ses péchés. Ces choses leur revinrent à l’esprit lorsqu’ils virent le malade devant eux. Ils marquaient l’intérêt avec lequel tous regardaient la scène, et ils éprouvaient une peur terrible de perdre leur propre influence sur le peuple.
Ces dignitaires n’échangeaient pas de mots ensemble, mais en se regardant les uns les autres, ils lisaient la même pensée en chacun, qu’il fallait faire quelque chose pour arrêter le flot des sentiments. Jésus avait déclaré que les péchés du paralytique étaient pardonnés. Les pharisiens pris à ces paroles comme un blasphème, et pensèrent qu’ils pouvaient présenter cela comme un péché digne de mort. Ils disaient dans leur cœur : « Il blasphème : qui peut pardonner les péchés, sinon un seul, même Dieu ? Marc 2:7, RV
Fixant son regard sur eux, sous lequel ils se recroquevillèrent et reculèrent, Jésus dit : « Pourquoi pensez-vous du mal dans vos cœurs ? Car est-il plus facile de dire : Tes péchés te sont pardonnés ? ou de dire : Lève-toi et marche ? Mais afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, dit-il en se tournant vers le paralytique, lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison.
Alors celui qui avait été porté sur une litière à Jésus se relève avec l’élasticité et la force de la jeunesse. Le sang vivifiant bondit dans ses veines. Chaque organe de son corps entre en activité soudaine. L’éclat de la santé succède à la pâleur de la mort prochaine. « Et aussitôt il se leva, prit le lit, et sortit devant eux tous ; à tel point qu’ils furent tous dans l’étonnement, et glorifièrent Dieu, en disant : Nous ne l’avons jamais vu de cette manière.
Oh, merveilleux amour du Christ, se penchant pour guérir les coupables et les affligés ! Divinité affligeant et apaisant les maux de l’humanité souffrante ! Oh, merveilleux pouvoir ainsi déployé aux enfants des hommes ! Qui peut douter du message du salut ? Qui peut mépriser la miséricorde d’un Rédempteur compatissant ?
Il ne fallait rien de moins qu’un pouvoir créatif pour restaurer la santé de ce corps en décomposition. La même voix qui parlait de vie à l’homme créé à partir de la poussière de la terre avait parlé de vie au paralytique mourant. Et la même puissance qui donnait vie au corps avait renouvelé le cœur. Celui qui, à la création, « parla, et cela fut », qui « commanda, et cela tint ferme » (Psaume 33 :9), avait annoncé la vie à l’âme morte dans ses offenses et ses péchés. La guérison du corps était une preuve de la puissance qui avait renouvelé le cœur. Le Christ ordonna au paralytique de se lever et de marcher, «afin que vous sachiez», a-t-il dit, «que le Fils de l’homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés».
Le paralytique a trouvé en Christ la guérison de l’âme et du corps. La guérison spirituelle était suivie d’une restauration physique. Cette leçon ne doit pas être négligée. Il y a aujourd’hui des milliers de personnes souffrant de maladies physiques, qui, comme le paralytique, aspirent au message : “Tes péchés sont pardonnés”. Le fardeau du péché, avec son agitation et ses désirs insatisfaits, est le fondement de leurs maladies. Ils ne peuvent trouver aucun soulagement jusqu’à ce qu’ils viennent au Guérisseur de l’âme. La paix que lui seul peut donner donnerait de la vigueur à l’esprit et de la santé au corps.
Jésus est venu pour « détruire les œuvres du diable ». « En lui était la vie », et il dit : « Je suis venu afin qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance. Il est « un esprit vivifiant ». 1 Jean 3:8 ; Jean 1:4 ; 10h10 ; 1 Corinthiens 15:45. Et Il a toujours le même pouvoir vivifiant que lorsqu’Il guérissait les malades sur terre et parlait de pardon au pécheur. Il « pardonne toutes tes iniquités », Il « guérit toutes tes maladies ». Psaume 103:3.
L’effet produit sur le peuple par la guérison du paralytique était comme si le ciel s’était ouvert et avait révélé les gloires d’un monde meilleur. Alors que l’homme qui avait été guéri traversait la multitude, bénissant Dieu à chaque pas et portant son fardeau comme s’il était le poids d’une plume, les gens reculèrent pour lui donner de la place et, avec des visages émerveillés, le regardèrent en chuchotant doucement entre eux, “Nous avons vu des choses étranges aujourd’hui.”
Les pharisiens étaient muets d’étonnement et accablés par la défaite. Ils virent qu’il n’y avait là aucune occasion pour leur jalousie d’enflammer la multitude. L’œuvre merveilleuse accomplie sur l’homme qu’ils avaient livré à la colère de Dieu avait tellement impressionné le peuple que les rabbins furent pour un temps oubliés. Ils virent que Christ possédait un pouvoir qu’ils avaient attribué à Dieu seul ; pourtant la douce dignité de ses manières était en contraste marqué avec leur propre attitude hautaine. Ils étaient déconcertés et décontenancés, reconnaissant, mais sans l’avouer, la présence d’un être supérieur. Plus la preuve que Jésus avait le pouvoir sur terre de pardonner les péchés était forte, plus ils s’enracinaient fermement dans l’incrédulité. De la maison de Pierre, où ils avaient vu le paralytique restauré par sa parole, ils s’en allèrent inventer de nouveaux plans pour faire taire le Fils de Dieu.
Les maladies physiques, aussi malignes et profondes soient-elles, ont été guéries par la puissance du Christ ; mais la maladie de l’âme s’emparait plus fermement de ceux qui fermaient les yeux contre la lumière. La lèpre et la paralysie n’étaient pas aussi terribles que la bigoterie et l’incrédulité.
Dans la maison du paralytique guéri, il y eut une grande joie lorsqu’il retourna dans sa famille, portant avec aisance le lit sur lequel il avait été lentement retiré de leur présence peu de temps auparavant. Ils se rassemblèrent avec des larmes de joie, osant à peine en croire leurs yeux. Il se tenait devant eux dans toute la vigueur de la virilité. Ces bras qu’ils avaient vus sans vie n’avaient pas tardé à obéir à sa volonté. La chair qui avait été ratatinée et plombée était maintenant fraîche et rougeâtre. Il marchait d’un pas ferme et libre. La joie et l’espoir étaient écrits dans chaque linéament de son visage ; et une expression de pureté et de paix avait pris la place des marques du péché et de la souffrance. De joyeuses actions de grâces montèrent de cette maison, et Dieu fut glorifié par son Fils, qui avait rendu l’espoir à celui qui était désespéré et la force à celui qui était frappé. Cet homme et sa famille étaient prêts à donner leur vie pour Jésus. Aucun doute n’a obscurci leur foi, aucune incrédulité n’a entaché leur fidélité à Celui qui avait apporté la lumière dans leur maison obscurcie.

Chapitre 28
Lévi-Matthieu
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 9:9-17; Marc 2:14-22 ; Luc 5:27-39]

Parmi les fonctionnaires romains en Palestine, aucun n’était plus détesté que les publicains. Le fait que les taxes aient été imposées par une puissance étrangère était une irritation continuelle pour les Juifs, étant un rappel que leur indépendance avait disparu. Et les collecteurs d’impôts n’étaient pas simplement les instruments de l’oppression romaine ; ils étaient extorqueurs pour leur propre compte, s’enrichissant aux dépens du peuple. Un Juif qui acceptait cette fonction aux mains des Romains était considéré comme trahissant l’honneur de sa nation. Il était méprisé comme apostat et classé parmi les plus vils de la société.
A cette classe appartenait Lévi-Matthieu qui, après les quatre disciples de Génésareth, fut le prochain à être appelé au service du Christ. Les pharisiens avaient jugé Matthieu selon son emploi, mais Jésus vit en cet homme un cœur ouvert à l’accueil de la vérité. Matthieu avait écouté l’enseignement du Sauveur. Alors que l’Esprit de conviction de Dieu révélait son état de pécheur, il aspirait à demander l’aide de Christ ; mais il était habitué à l’exclusivité des rabbins, et ne pensait pas que ce Grand Maître le remarquerait.
Un jour, assis à son poste de péage, le publicain vit Jésus s’approcher. Grand fut son étonnement d’entendre les mots qui s’adressaient à lui-même : “Suivez-moi”.
Matthieu « a tout quitté, s’est levé et l’a suivi ». Il n’y avait aucune hésitation, aucun questionnement, aucune pensée de l’entreprise lucrative à échanger contre la pauvreté et les difficultés. Il lui suffisait d’être avec Jésus pour écouter ses paroles et s’unir à lui dans son œuvre.
Ainsi en était-il des disciples précédemment appelés. Lorsque Jésus ordonna à Pierre et à ses compagnons de le suivre, ils laissèrent immédiatement leurs barques et leurs filets. Certains de ces disciples avaient des amis qui dépendaient d’eux pour leur soutien ; mais lorsqu’ils reçurent l’invitation du Sauveur, ils n’hésitèrent pas et demandèrent : Comment vivrai-je et soutiendrai-je ma famille ? Ils obéissaient à l’appel ; et quand ensuite Jésus leur demanda : « Lorsque je vous ai envoyés sans bourse, sans sac et sans souliers, vous manquait de quelque chose ? ils pourraient répondre, “Rien.” Luc 22:35.
Pour Matthieu dans sa richesse, et pour André et Pierre dans leur pauvreté, la même épreuve a été apportée ; la même consécration était faite par chacun. Au moment du succès, lorsque les filets étaient remplis de poissons et que les impulsions de l’ancienne vie étaient les plus fortes, Jésus demanda aux disciples à la mer de tout quitter pour l’œuvre de l’évangile. Ainsi, chaque âme est testée pour savoir si le désir du bien temporel ou de la communion avec Christ est le plus fort.
Le principe est toujours exigeant. Aucun homme ne peut réussir dans le service de Dieu à moins que tout son cœur ne soit dans l’œuvre et qu’il considère tout sauf une perte pour l’excellence de la connaissance de Christ. Aucun homme qui fait la moindre réserve ne peut être le disciple du Christ, encore moins peut-il être son collaborateur. Quand les hommes apprécieront le grand salut, le sacrifice de soi vu dans la vie de Christ sera vu dans la leur. Partout où Il ouvre la voie, ils se réjouiront de le suivre.
L’appel de Matthieu à être l’un des disciples du Christ a suscité une grande indignation. Pour un enseignant religieux, choisir un publicain comme l’un de ses assistants immédiats était une offense aux coutumes religieuses, sociales et nationales. En faisant appel aux préjugés du peuple, les pharisiens espéraient retourner le courant du sentiment populaire contre Jésus.
Parmi les publicains, un intérêt généralisé s’est créé. Leurs cœurs étaient attirés vers le divin Maître. Dans la joie de sa nouvelle vie de disciple, Matthieu aspirait à amener ses anciens associés à Jésus. En conséquence, il organisa un festin chez lui et rassembla ses parents et ses amis. Non seulement les publicains étaient inclus, mais beaucoup d’autres qui étaient de réputation douteuse, et ont été proscrits par leurs voisins plus scrupuleux.
Le divertissement a été donné en l’honneur de Jésus, et il n’a pas hésité à accepter la courtoisie. Il savait bien que cela offenserait le parti pharisien, et le compromettrait aussi aux yeux du peuple. Mais aucune question de politique ne pouvait influencer Ses mouvements. Avec lui, les distinctions extérieures ne pesaient rien. Ce qui faisait appel à son cœur était une âme assoiffée de l’eau de la vie.
Jésus était assis en invité d’honneur à la table des publicains, par sa sympathie et sa bienveillance sociale montrant qu’il reconnaissait la dignité de l’humanité ; et les hommes aspiraient à devenir dignes de sa confiance. Sur leurs cœurs assoiffés, ses paroles sont tombées avec une puissance bénie et vivifiante. De nouvelles impulsions ont été réveillées et la possibilité d’une nouvelle vie s’est ouverte à ces exclus de la société.
Lors de tels rassemblements, beaucoup ont été impressionnés par l’enseignement du Sauveur qui ne l’a reconnu qu’après son ascension. Lorsque le Saint-Esprit fut répandu et que trois mille furent convertis en un jour, il y en avait parmi eux beaucoup qui entendirent la vérité pour la première fois à la table des publicains, et certains d’entre eux devinrent des messagers de l’évangile. Pour Matthieu lui-même, l’exemple de Jésus à la fête était une leçon constante. Le publicain méprisé est devenu l’un des évangélistes les plus dévoués, dans son propre ministère suivant de près les pas de son Maître.
Lorsque les rabbins apprirent la présence de Jésus à la fête de Matthieu, ils saisirent l’occasion pour l’accuser. Mais ils ont choisi de travailler à travers les disciples. En réveillant leurs préjugés, ils espéraient les éloigner de leur maître. C’était leur politique d’accuser le Christ devant les disciples, et les disciples devant le Christ, pointant leurs flèches là où ils seraient le plus susceptibles de blesser. C’est ainsi que Satan a agi depuis la désaffection au ciel ; et tous ceux qui essaient de semer la discorde et l’aliénation sont poussés par son esprit.
“Pourquoi mange ton Maître avec les publicains et les pécheurs ?” questionnaient les rabbins envieux.
Jésus n’a pas attendu que ses disciples répondent à l’accusation, mais lui-même a répondu : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin d’un médecin, mais ceux qui sont malades. Mais allez et apprenez ce que cela signifie, j’aurai pitié, et non pas de sacrifice, car je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la repentance. Les Pharisiens prétendaient être spirituellement entiers, et donc n’avoir pas besoin de médecin, alors qu’ils considéraient les publicains et les Gentils comme périssant de maladies de l’âme. Alors n’était-ce pas Son travail, en tant que médecin, d’aller à la classe même qui avait besoin de Son aide ?
Mais bien que les pharisiens aient une si haute opinion d’eux-mêmes, ils étaient vraiment dans un état pire que ceux qu’ils méprisaient. Les publicains étaient moins fanatiques et autosuffisants, et étaient donc plus ouverts à l’influence de la vérité. Jésus a dit aux rabbins : “Allez et apprenez ce que cela signifie, j’aurai pitié et non des sacrifices.” Ainsi, il a montré que s’ils prétendaient exposer la parole de Dieu, ils ignoraient totalement son esprit.
Les pharisiens ont été réduits au silence pour le moment, mais ne sont devenus que plus déterminés dans leur inimitié. Ils cherchèrent ensuite les disciples de Jean-Baptiste et essayèrent de les dresser contre le Sauveur. Ces Pharisiens n’avaient pas accepté la mission du Baptiste. Ils avaient montré avec mépris sa vie sobre, ses habitudes simples, ses vêtements grossiers, et l’avaient déclaré fanatique. Parce qu’il dénonçait leur hypocrisie, ils avaient résisté à ses paroles et avaient essayé de soulever le peuple contre lui. L’Esprit de Dieu s’était emparé du cœur de ces moqueurs, les convainquant de péché ; mais ils avaient rejeté le conseil de Dieu, et avaient déclaré que Jean était possédé d’un démon.
Or, quand Jésus vint se mêler aux gens, mangeant et buvant à leurs tables, ils l’accusèrent d’être un glouton et un buveur de vin. Ceux-là mêmes qui ont porté cette accusation étaient eux-mêmes coupables. Comme Dieu est déformé et revêtu par Satan de ses propres attributs, les messagers du Seigneur ont été falsifiés par ces hommes méchants.
Les pharisiens ne considéreraient pas que Jésus mangeait avec des publicains et des pécheurs afin d’apporter la lumière du ciel à ceux qui étaient assis dans les ténèbres. Ils ne verraient pas que chaque mot laissé tomber par le divin Enseignant était une semence vivante qui germerait et porterait du fruit à la gloire de Dieu. Ils avaient décidé de ne pas accepter la lumière ; et bien qu’ils s’étaient opposés à la mission du Baptiste, ils étaient maintenant prêts à courtiser l’amitié de ses disciples, espérant s’assurer leur coopération contre Jésus. Ils représentaient que Jésus mettait à néant les anciennes traditions ; et ils opposaient la piété austère du Baptiste à la conduite de Jésus dans les festins avec les publicains et les pécheurs.
Les disciples de Jean étaient à ce moment dans une grande tristesse. C’était avant leur visite à Jésus avec le message de Jean. Leur professeur bien-aimé était en prison et ils passaient leurs journées dans le deuil. Et Jésus ne faisait aucun effort pour libérer Jean, et semblait même jeter le discrédit sur son enseignement. Si Jean avait été envoyé par Dieu, pourquoi Jésus et ses disciples ont-ils suivi une voie si différente ?
Les disciples de Jean n’avaient pas une compréhension claire de l’œuvre de Christ ; ils pensaient qu’il pourrait y avoir un fondement pour les accusations des pharisiens. Ils observaient nombre des règles prescrites par les rabbins, et espéraient même être justifiés par les œuvres de la loi. Le jeûne était pratiqué par les Juifs comme un acte de mérite, et les plus rigides d’entre eux jeûnaient deux jours par semaine. Les pharisiens et les disciples de Jean jeûnaient lorsque ceux-ci vinrent à Jésus avec la question suivante : « Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous souvent, mais tes disciples ne jeûnent-ils pas ?
Très tendrement Jésus leur répondit. Il n’a pas essayé de corriger leur conception erronée du jeûne, mais seulement de les redresser par rapport à sa propre mission. Et Il l’a fait en employant la même figure que le Baptiste lui-même avait utilisée dans son témoignage à Jésus. Jean avait dit : « Celui qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux, qui se tient debout et l’écoute, se réjouit beaucoup à cause de la voix de l’époux : c’est pourquoi ma joie est accomplie. Jean 3:29. Les disciples de Jean ne pouvaient manquer de rappeler ces paroles de leur maître, car, reprenant l’illustration, Jésus dit : « Pouvez-vous faire jeûner les enfants de la chambre de l’époux, tandis que l’époux est avec eux ?
Le Prince des cieux était parmi Son peuple. Le plus grand cadeau de Dieu avait été donné au monde. Joie aux pauvres; car Christ était venu pour les faire héritiers de son royaume. Joie aux riches; car il leur enseignerait comment s’assurer les richesses éternelles. Joie aux ignorants; Il les rendrait sages à salut. Joie aux savants; Il leur ouvrirait des mystères plus profonds qu’ils n’avaient jamais sondés ; des vérités cachées depuis la fondation du monde seront ouvertes aux hommes par la mission du Sauveur.
Jean-Baptiste s’était réjoui de contempler le Sauveur. Quelle occasion de se réjouir les disciples qui ont eu le privilège de marcher et de parler avec la Majesté du ciel ! Ce n’était pas le moment pour eux de pleurer et de jeûner. Ils doivent ouvrir leur cœur pour recevoir la lumière de sa gloire, afin qu’ils puissent éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.
C’était une image lumineuse que les paroles du Christ avaient évoquée, mais à travers elle s’étendait une ombre lourde, que son œil seul discernait. « Les jours viendront, dit-il, où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ces jours-là. Quand ils verraient leur Seigneur trahi et crucifié, les disciples pleureraient et jeûneraient. Dans ses dernières paroles qu’il leur adressa dans la chambre haute, il leur dit : « Un peu de temps, et vous ne me verrez pas ; et encore un peu de temps, et vous me verrez. En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, mais le monde se réjouira ; et vous serez attristés, mais votre tristesse se changera en joie. Jean 16:19, 20.
Quand il sortirait du tombeau, leur tristesse serait changée en joie. Après son ascension, il devait être absent en personne ; mais par le Consolateur, Il serait toujours avec eux, et ils ne devaient pas passer leur temps en deuil. C’était ce que voulait Satan. Il leur demandait de donner au monde l’impression qu’ils avaient été trompés et déçus ; mais par la foi, ils devaient regarder vers le sanctuaire d’en haut, où Jésus les servait ; ils devaient ouvrir leur cœur au Saint-Esprit, son représentant, et se réjouir à la lumière de sa présence. Pourtant, des jours de tentation et d’épreuve viendraient, où ils seraient mis en conflit avec les dirigeants de ce monde et les dirigeants du royaume des ténèbres ; quand Christ n’était pas personnellement avec eux, et qu’ils n’ont pas réussi à discerner le Consolateur, alors il serait plus approprié pour eux de jeûner.
Les pharisiens cherchaient à s’exalter par leur rigoureuse observance des formes, tandis que leurs cœurs étaient remplis d’envie et de querelles. «Voici», dit l’Écriture, «vous jeûnez pour les querelles et les débats, et pour frapper du poing de la méchanceté: vous ne jeûnerez pas comme vous le faites aujourd’hui, pour faire entendre votre voix en haut. Est-ce un tel jeûne que j’ai choisi ? un jour pour qu’un homme afflige son âme? est-ce de baisser la tête comme un jonc, et d’étendre sous lui le sac et la cendre ? appelleras-tu cela un jeûne et un jour agréable au Seigneur ? Esaïe 58:4, 5.
Le vrai jeûne n’est pas un simple service formel. L’Ecriture décrit le jeûne que Dieu a choisi, “pour délier les liens de la méchanceté, pour défaire les lourds fardeaux, et pour libérer les opprimés, et que vous brisiez tout joug”; pour « tirer ton âme vers l’affamé et rassasier l’âme affligée ». Ésaïe 58:6, 10. Ici est exposé l’esprit et le caractère mêmes de l’œuvre de Christ. Toute sa vie a été un sacrifice de lui-même pour le salut du monde. Que ce soit en jeûnant dans le désert de la tentation ou en mangeant avec les publicains au festin de Matthieu, il donnait sa vie pour la rédemption des perdus. Le véritable esprit de dévotion ne se manifeste pas dans un deuil inutile, dans de simples humiliations corporelles et d’innombrables sacrifices, mais il se manifeste dans l’abandon de soi dans le service volontaire de Dieu et de l’homme.
Poursuivant sa réponse aux disciples de Jean, Jésus prononça une parabole, disant : « Personne ne met un morceau d’un vêtement neuf sur un vieux ; s’il en est autrement, alors le neuf fait une déchirure, et la partie qui a été retirée du neuf ne s’accorde pas avec l’ancienne. Le message de Jean-Baptiste ne devait pas être entremêlé de tradition et de superstition. Une tentative de mêler la prétention des pharisiens à la dévotion de Jean ne ferait que rendre plus évidente la rupture entre eux.
Les principes de l’enseignement du Christ ne pouvaient pas non plus être unis aux formes du pharisaïsme. Le Christ ne devait pas fermer la brèche qui avait été faite par les enseignements de Jean. Il rendrait plus nette la séparation entre l’ancien et le nouveau. Jésus a encore illustré ce fait en disant : « Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon le vin nouveau éclatera les bouteilles et se répandra, et les bouteilles périront. Les bouteilles en peau qui servaient de récipients pour contenir le vin nouveau, au bout d’un certain temps devinrent sèches et cassantes, et ne valaient plus rien pour servir à nouveau au même usage. Dans cette illustration familière, Jésus a présenté la condition des dirigeants juifs. Les prêtres, les scribes et les dirigeants étaient fixés dans une ornière de cérémonies et de traditions. Leurs cœurs s’étaient contractés, comme les outres de vin séchées auxquelles il les avait comparés. Tant qu’ils se contentaient d’une religion légale, il leur était impossible de devenir les dépositaires de la vérité vivante du ciel. Ils pensaient que leur propre justice était suffisante et ne désiraient pas qu’un élément nouveau fût introduit dans leur religion. La bonne volonté de Dieu envers les hommes, ils ne l’acceptaient pas comme quelque chose en dehors d’eux-mêmes. Ils l’ont lié à leur propre mérite à cause de leurs bonnes œuvres. La foi qui agit par amour et purifie l’âme ne pouvait trouver lieu d’union avec la religion des pharisiens, faite de cérémonies et d’injonctions des hommes. L’effort d’unir les enseignements de Jésus avec la religion établie serait vain. La vérité vitale de Dieu, comme le vin en fermentation, ferait éclater les vieilles bouteilles en décomposition de la tradition pharisaïque.
Les pharisiens se croyaient trop sages pour avoir besoin d’être instruits, trop justes pour avoir besoin du salut, trop honorés pour avoir besoin de l’honneur qui vient du Christ. Le Sauveur s’est détourné d’eux pour en trouver d’autres qui recevraient le message du ciel. Dans les pêcheurs sans instruction, dans le cabaret de la place du marché, dans la femme de Samarie, dans le petit peuple qui l’écoutait avec joie, il trouva ses bouteilles neuves pour le vin nouveau. Les instruments à utiliser dans l’œuvre évangélique sont ces âmes qui reçoivent avec joie la lumière que Dieu leur envoie. Ce sont Ses agences pour transmettre la connaissance de la vérité au monde. Si par la grâce de Christ Son peuple devient de nouvelles outres, Il les remplira de vin nouveau.
L’enseignement du Christ, bien qu’il ait été représenté par le vin nouveau, n’était pas une nouvelle doctrine, mais la révélation de ce qui avait été enseigné dès le commencement. Mais pour les pharisiens, la vérité de Dieu avait perdu sa signification et sa beauté originelles. Pour eux, l’enseignement du Christ était nouveau à presque tous égards, et il était méconnu et non reconnu.
Jésus a souligné le pouvoir du faux enseignement de détruire l’appréciation et le désir de la vérité. “Aucun homme”, a-t-il dit, “ayant bu du vieux vin tout de suite ne désire du nouveau; car il dit: Le vieux est meilleur.” Toute la vérité qui a été donnée au monde par les patriarches et les prophètes a brillé dans une nouvelle beauté dans les paroles du Christ. Mais les scribes et les pharisiens n’avaient aucun désir pour le précieux vin nouveau. Jusqu’à ce qu’ils soient vidés des anciennes traditions, coutumes et pratiques, ils n’avaient aucune place dans l’esprit ou dans le cœur pour les enseignements du Christ. Ils se sont accrochés aux formes mortes et se sont détournés de la vérité vivante et de la puissance de Dieu.
C’est cela qui a causé la ruine des Juifs, et cela prouvera la ruine de beaucoup d’âmes de nos jours. Des milliers font la même erreur que les pharisiens que le Christ a réprimandés lors de la fête de Matthieu. Plutôt que d’abandonner une idée chérie ou de rejeter une idole d’opinion, beaucoup refusent la vérité qui descend du Père de la lumière. Ils ont confiance en eux-mêmes, dépendent de leur propre sagesse et ne réalisent pas leur pauvreté spirituelle. Ils insistent pour être sauvés d’une manière qui leur permette d’accomplir un travail important. Quand ils voient qu’il n’y a aucun moyen de se mêler à l’œuvre, ils rejettent le salut fourni.
Une religion légale ne peut jamais conduire des âmes à Christ ; car c’est une religion sans amour et sans Christ. Le jeûne ou la prière qui est actionné par un esprit d’auto-justification est une abomination aux yeux de Dieu. L’assemblée solennelle pour le culte, la ronde des cérémonies religieuses, l’humiliation extérieure, le sacrifice imposant, proclament que celui qui fait ces choses se considère comme juste et comme ayant droit au ciel ; mais tout cela n’est qu’un leurre. Nos propres œuvres ne peuvent jamais acheter le salut.
Comme c’était aux jours de Christ, c’est ainsi maintenant; les pharisiens ne connaissent pas leur dénuement spirituel. Pour eux vient le message : « Parce que tu le dis, je suis riche, et je me suis enrichi de biens, et je n’ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es misérable, misérable, pauvre, aveugle et nu. Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche ; et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu, et que la honte de ta nudité n’apparaisse pas. Apocalypse 3:17, 18. La foi et l’amour sont l’or éprouvé par le feu. Mais pour beaucoup, l’or s’est estompé et le riche trésor a été perdu. La justice de Christ est pour eux comme une robe jamais portée, une fontaine intacte. Il leur est dit : « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, et repens-toi, et faire les premiers travaux; ou bien je viendrai bientôt à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. Apocalypse 2:4, 5.
“Les sacrifices de Dieu sont un esprit brisé : un cœur brisé et contrit, ô Dieu, tu ne mépriseras pas.” Psaume 51:17. L’homme doit être vidé de lui-même avant de pouvoir être, au sens le plus complet, un croyant en Jésus. Lorsque le moi est renoncé, alors le Seigneur peut faire de l’homme une nouvelle créature. Les bouteilles neuves peuvent contenir le vin nouveau. L’amour de Christ animera le croyant d’une vie nouvelle. En celui qui regarde à l’Auteur et au Consommateur de notre foi, le caractère de Christ sera manifeste.

Chapitre 29
Le sabbat

Le sabbat a été sanctifié à la création. Comme ordonné pour l’homme, il a son origine quand ” les étoiles du matin chantaient ensemble, et tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie “. Job 38:7. La paix couvée sur le monde ; car la terre était en harmonie avec le ciel. « Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici, cela était très bon » ; et Il se reposa dans la joie de Son œuvre achevée. Genèse 1:31.
Parce qu’il s’était reposé le jour du sabbat, « Dieu a béni le septième jour et l’a sanctifié », – l’a mis à part pour un usage saint. Il l’a donné à Adam comme jour de repos. C’était un mémorial de l’œuvre de la création, et donc un signe de la puissance de Dieu et de son amour. L’Écriture dit : « Il a fait que ses œuvres merveilleuses soient mémorables. « Les choses qui sont faites », déclarent « les choses invisibles de Lui depuis la création du monde », « même Sa puissance et sa divinité éternelles ». Genèse 2:3 ; Psaume 111:4 ; Romains 1:20, RV
Toutes choses ont été créées par le Fils de Dieu. « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu. . . . Toutes choses ont été faites par Lui; et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans lui. Jean 1 : 1-3. Et puisque le sabbat est un mémorial de l’œuvre de la création, il est un gage de l’amour et de la puissance du Christ.
Le sabbat appelle nos pensées à la nature et nous met en communion avec le Créateur. Dans le chant de l’oiseau, le soupir des arbres et la musique de la mer, nous pouvons encore entendre sa voix qui a parlé avec Adam en Eden dans la fraîcheur du jour. Et tandis que nous contemplons sa puissance dans la nature, nous trouvons du réconfort, car la parole qui a créé toutes choses est celle qui communique la vie à l’âme. Celui « qui a ordonné à la lumière de briller des ténèbres, a brillé dans nos cœurs, pour donner la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Jésus-Christ ». 2 Corinthiens 4:6.
C’est cette pensée qui a réveillé la chanson, –
. . . . . « Toi, Seigneur, tu m’as réjoui par ton œuvre ;
. . . . . Je triompherai dans les oeuvres de tes mains.
. . . . . Ô Seigneur, que tes œuvres sont grandes !
. . . . . Et tes pensées sont très profondes.
. . . . . Psaume 92:4,5.
Et le Saint-Esprit par le prophète Isaïe déclare : « À qui donc comparerez-vous Dieu ? ou quelle ressemblance comparerez-vous avec lui ? . . . N’as-tu pas su ? n’as-tu pas entendu ? cela ne vous a-t-il pas été dit dès le début ? n’avez-vous pas compris depuis les fondements de la terre ? C’est lui qui est assis sur le cercle de la terre, et ses habitants sont comme des sauterelles ; qui étend les cieux comme un rideau, et les déploie comme une tente pour y habiter. . . . À qui donc me comparerez-vous, ou serai-je égal ? dit le Saint. Levez vos yeux en haut, et voyez qui a créé ces choses, qui fait sortir leur armée par nombre : Il les appelle tous par des noms par la grandeur de sa force, car il est fort en puissance ; pas un n’échoue. Pourquoi dis-tu, ô Jacob, et dis-tu, ô Israël, que ma voie est cachée à l’Éternel, et mon jugement est passé outre de mon Dieu? N’as-tu pas su ? n’as-tu pas entendu dire que le Dieu éternel, le Seigneur, le Créateur des extrémités de la terre, ne se lasse pas et ne se lasse pas ? . . . Il donne du pouvoir aux faibles; et à ceux qui n’ont pas de force, il augmente la force. « Ne crains rien ; car je suis avec toi : ne sois pas effrayé ; car je suis ton Dieu : je te fortifierai ; oui, je t’aiderai; oui, je te soutiendrai de la main droite de ma justice. “Regardez-moi, et soyez sauvés, toutes les extrémités de la terre, car je suis Dieu, et il n’y en a pas d’autre.” C’est le message écrit dans la nature, que le sabbat est chargé de garder en mémoire. Lorsque le Seigneur ordonna à Israël de sanctifier ses sabbats, il dit : « Ils seront un signe entre moi et vous, afin que vous sachiez que je suis Jéhovah votre Dieu. Esaïe 40:18-29; 41:10 ; 45:22 ; Ézéchiel 20:20, RV
Le sabbat était incorporé dans la loi donnée du Sinaï ; mais ce n’était pas alors d’abord connu comme un jour de repos. Le peuple d’Israël en avait connaissance avant d’arriver au Sinaï. Sur le chemin, le sabbat était observé. Lorsque certains l’ont profanée, le Seigneur les a réprimandés en disant : « Combien de temps refusez-vous de garder mes commandements et mes lois ? Exode 16:28.
Le sabbat n’était pas pour Israël simplement, mais pour le monde. Elle avait été portée à la connaissance de l’homme en Éden et, comme les autres préceptes du Décalogue, elle est d’une obligation impérissable. De cette loi dont le quatrième commandement fait partie, le Christ déclare : « Jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un iota ou un trait ne passera en aucune façon de la loi. Tant que les cieux et la terre dureront, le sabbat continuera comme signe de la puissance du Créateur. Et quand l’Eden fleurira à nouveau sur terre, le saint jour de repos de Dieu sera honoré par tous sous le soleil. « D’un sabbat à l’autre », les habitants de la nouvelle terre glorifiée monteront « pour se prosterner devant moi, dit l’Éternel ». Matthieu 5:18; Esaïe 66:23.
Aucune autre institution consacrée aux Juifs n’a autant tendu à les distinguer des nations environnantes que le sabbat. Dieu a conçu que son observance devrait les désigner comme Ses adorateurs. Ce devait être un signe de leur séparation de l’idolâtrie et de leur connexion avec le vrai Dieu. Mais pour sanctifier le sabbat, les hommes doivent eux-mêmes être saints. Par la foi, ils doivent devenir participants de la justice de Christ. Lorsque l’ordre fut donné à Israël : « Souvenez-vous du jour du sabbat, pour le sanctifier », le Seigneur leur dit aussi : « Vous serez pour moi des hommes saints. Exode 20:8 ; 22h31. Ce n’est qu’ainsi que le sabbat pouvait distinguer Israël en tant qu’adorateurs de Dieu.
Comme les Juifs se sont éloignés de Dieu et n’ont pas réussi à s’approprier la justice de Christ par la foi, le sabbat a perdu sa signification pour eux. Satan cherchait à s’exalter et à éloigner les hommes de Christ, et il a travaillé à pervertir le sabbat, parce qu’il est le signe de la puissance de Christ. Les dirigeants juifs ont accompli la volonté de Satan en entourant le jour de repos de Dieu d’exigences pesantes. Aux jours du Christ, le sabbat était devenu si perverti que son observance reflétait le caractère d’hommes égoïstes et arbitraires plutôt que le caractère du Père céleste aimant. Les rabbins représentaient virtuellement Dieu comme donnant des lois auxquelles il était impossible pour les hommes d’obéir. Ils ont amené le peuple à considérer Dieu comme un tyran et à penser que l’observance du sabbat, comme il l’exigeait, rendait les hommes durs et cruels. C’était l’œuvre de Christ de dissiper ces idées fausses. Bien que les rabbins l’aient suivi avec une hostilité impitoyable, il n’a même pas semblé se conformer à leurs exigences, mais est allé droit devant, observant le sabbat selon la loi de Dieu.
Un jour de sabbat, alors que le Sauveur et ses disciples revenaient du lieu de culte, ils traversèrent un champ de céréales mûrissant. Jésus avait continué son œuvre jusqu’à une heure tardive, et en traversant les champs, les disciples commencèrent à ramasser les épis, et à manger les grains après les avoir frottés dans leurs mains. N’importe quel autre jour, cet acte n’aurait suscité aucun commentaire, car celui qui traversait un champ de céréales, un verger ou une vigne était libre de cueillir ce qu’il désirait manger. Voir Deutéronome 23:24, 25. Mais faire cela le jour du sabbat était considéré comme un acte de profanation. Non seulement la cueillette du grain était une sorte de moisson, mais le fait de le frotter dans les mains était une sorte de battage. Ainsi, de l’avis des rabbins, il y a eu double délit.
Les espions se plaignirent aussitôt à Jésus en disant : « Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat.
Lorsqu’il a été accusé d’avoir enfreint le sabbat à Béthesda, Jésus s’est défendu en affirmant sa filiation à Dieu et en déclarant qu’il travaillait en harmonie avec le Père. Maintenant que les disciples sont attaqués, il cite ses accusateurs à des exemples de l’Ancien Testament, des actes accomplis le jour du sabbat par ceux qui étaient au service de Dieu.
Les enseignants juifs étaient fiers de leur connaissance des Écritures et, dans la réponse du Sauveur, il y avait une réprimande implicite pour leur ignorance des Écrits sacrés. « N’avez-vous pas lu jusqu’à ceci, dit-il, ce que David a fait, quand lui-même avait faim, et ceux qui étaient avec lui ; comment il entra dans la maison de Dieu, et prit et mangea les pains de proposition, . . . qu’il n’est permis de manger qu’aux prêtres seuls ? “Et il leur dit: Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat.” « N’avez-vous pas lu dans la loi comment, les jours de sabbat, les prêtres du temple profanent le sabbat et sont irréprochables ? Mais je vous dis qu’il y a en ce lieu un plus grand que le temple. “Le Fils de l’homme est aussi maître du sabbat.” Luc 6:3, 4 ; Marc 2:27, 28 ; Matthieu 12:5, 6.
S’il était juste pour David de satisfaire sa faim en mangeant du pain qui avait été réservé à un usage sacré, alors il était juste que les disciples subviennent à leurs besoins en cueillant le grain aux heures sacrées du sabbat. Encore une fois, les prêtres du temple accomplissaient un plus grand travail le jour du sabbat que les autres jours. Le même travail dans les affaires séculières serait un péché ; mais le travail des prêtres était au service de Dieu. Ils accomplissaient ces rites qui indiquaient la puissance rédemptrice de Christ, et leur travail était en harmonie avec l’objet du sabbat. Mais maintenant, Christ Lui-même était venu. Les disciples, en faisant l’œuvre de Christ, étaient engagés dans le service de Dieu, et ce qui était nécessaire à l’accomplissement de cette œuvre, il était juste de le faire le jour du sabbat.
Christ enseignerait à ses disciples et à ses ennemis que le service de Dieu est avant tout. L’objet de l’œuvre de Dieu dans ce monde est la rédemption de l’homme ; par conséquent, ce qui doit être fait le jour du sabbat dans l’accomplissement de cette œuvre est en accord avec la loi du sabbat. Jésus a ensuite couronné son argumentation en se déclarant le « Seigneur du sabbat », – un au-dessus de toute question et au-dessus de toute loi. Ce Juge infini acquitte les disciples du blâme, en faisant appel aux statuts mêmes qu’ils sont accusés d’avoir violés.
Jésus n’a pas laissé passer l’affaire en réprimandant ses ennemis. Il déclara que dans leur aveuglement ils s’étaient trompés sur l’objet du sabbat. Il a dit: “Si vous aviez su ce que cela signifie, j’aurai pitié, et non pas de sacrifice, vous n’auriez pas condamné l’innocent.” Matthieu 12:7. Leurs nombreux rites sans cœur ne pouvaient pas suppléer à l’absence de cette intégrité véridique et de cet amour tendre qui caractériseront toujours le véritable adorateur de Dieu.
Encore une fois, le Christ a réitéré la vérité que les sacrifices n’avaient en eux-mêmes aucune valeur. Ils étaient un moyen et non une fin. Leur but était de diriger les hommes vers le Sauveur, et ainsi de les mettre en harmonie avec Dieu. C’est le service d’amour que Dieu valorise. Quand cela fait défaut, le simple tour de cérémonie est une offense pour Lui. Donc avec le sabbat. Il a été conçu pour amener les hommes en communion avec Dieu ; mais quand l’esprit était absorbé par des rites ennuyeux, l’objet du sabbat était contrecarré. Sa simple observance extérieure était une moquerie.
Un autre sabbat, alors que Jésus entrait dans une synagogue. Il y vit un homme qui avait la main desséchée. Les pharisiens le regardaient, impatients de voir ce qu’il ferait. Le Sauveur savait bien qu’en guérissant le jour du sabbat, il serait considéré comme un transgresseur, mais il n’a pas hésité à abattre le mur des exigences traditionnelles qui barricadait le sabbat. Jésus ordonna à l’affligé de se tenir debout, puis demanda : « Est-il permis de faire du bien les jours de sabbat, ou de faire du mal ? pour sauver des vies ou pour tuer ? C’était une maxime parmi les Juifs que ne pas faire le bien, quand on en avait l’occasion, c’était faire le mal ; négliger de sauver la vie, c’était tuer. Ainsi Jésus rencontra les rabbins sur leur propre terrain. « Mais ils ont gardé le silence. Et quand il les regarda de tous côtés avec colère, attristé de l’endurcissement de leur coeur, il dit à l’homme : Étends ta main. Et il l’étendit, et sa main fut restaurée comme l’autre. Marc 3:4, 5.
Interrogé : « Est-il permis de guérir les jours de sabbat ? Jésus répondit : « Quel homme y aura-t-il parmi vous qui ait une seule brebis, et si elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la saisira-t-il pas et ne la retirera-t-il pas ? Combien alors un homme vaut-il mieux qu’un mouton ? C’est pourquoi il est permis de bien faire les jours de sabbat. Matthieu 12:10-12.
Les espions n’osaient pas répondre au Christ en présence de la multitude, de peur de s’impliquer dans la difficulté. Ils savaient qu’Il avait dit la vérité. Plutôt que de violer leurs traditions, ils laisseraient un homme souffrir, tandis qu’ils soulageraient une brute à cause de la perte pour le propriétaire si elle était négligée. C’est ainsi qu’on s’occupait plus d’un animal muet que de l’homme, qui est fait à l’image de Dieu. Cela illustre le fonctionnement de toutes les fausses religions. Ils trouvent leur origine dans le désir de l’homme de s’élever au-dessus de Dieu, mais ils ont pour résultat de dégrader l’homme au-dessous de la brute. Toute religion qui fait la guerre à la souveraineté de Dieu prive l’homme de la gloire qui était la sienne à la création et qui doit lui être rendue en Christ. Chaque fausse religion enseigne à ses adhérents à ne pas se soucier des besoins, des souffrances et des droits humains. L’évangile accorde une grande valeur à l’humanité en tant qu’achat du sang de Christ, et il enseigne une tendre considération pour les besoins et les malheurs de l’homme. Le Seigneur dit : « Je rendrai l’homme plus précieux que l’or fin ; même un homme que le coin d’or d’Ophir. Esaïe 13:12.
Lorsque Jésus se tourna vers les pharisiens pour leur demander s’il était permis le jour du sabbat de faire le bien ou de faire le mal, de sauver une vie ou de tuer, il les confronta à leurs propres desseins pervers. Ils chassaient sa vie avec une haine amère, tandis qu’il sauvait des vies et apportait le bonheur à des multitudes. Vaut-il mieux tuer le jour du sabbat, comme ils avaient l’intention de le faire, que de guérir les affligés, comme il l’avait fait ? Était-il plus juste d’avoir le meurtre dans le cœur le jour saint de Dieu que l’amour envers tous les hommes, qui trouve son expression dans des actes de miséricorde ?
Dans la guérison de la main desséchée, Jésus a condamné la coutume des Juifs et a laissé le quatrième commandement tel que Dieu l’avait donné. « Il est permis de bien faire les jours de sabbat », a-t-il déclaré. En balayant les restrictions insensées des Juifs, Christ a honoré le sabbat, tandis que ceux qui se plaignaient de lui déshonoraient le jour saint de Dieu.
Ceux qui soutiennent que le Christ a aboli la loi enseignent qu’il a enfreint le sabbat et justifié ses disciples à faire de même. Ainsi, ils prennent vraiment le même terrain que les Juifs ergoteurs. En cela, ils contredisent le témoignage du Christ lui-même, qui a déclaré : « J’ai gardé les commandements de mon Père et je demeure dans son amour. Jean 15:10. Ni le Sauveur ni ses disciples n’ont enfreint la loi du sabbat. Christ était un représentant vivant de la loi. Aucune violation de ses saints préceptes n’a été constatée dans sa vie. Considérant une nation de témoins qui cherchaient une occasion de le condamner, il pouvait dire sans contestation : « Lequel de vous me convainc de péché ? Jean 8:46, RV
Le Sauveur n’était pas venu pour mettre de côté ce que les patriarches et les prophètes avaient dit ; car Lui-même avait parlé par ces hommes représentatifs. Toutes les vérités de la parole de Dieu viennent de lui. Mais ces joyaux inestimables avaient été placés dans de faux décors. Leur précieuse lumière avait été faite pour servir l’erreur. Dieu a voulu qu’ils soient retirés de leurs cadres d’erreur et replacés dans le cadre de la vérité. Ce travail, seule une main divine pouvait l’accomplir. Par son lien avec l’erreur, la vérité avait servi la cause de l’ennemi de Dieu et de l’homme. Le Christ était venu le placer là où il glorifierait Dieu et oeuvrerait au salut de l’humanité.
« Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat », a dit Jésus. Les institutions que Dieu a établies sont pour le bénéfice de l’humanité. “Tout est pour vous.” « Soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir ; tout est à vous; et vous êtes à Christ; et Christ est à Dieu. 2 Corinthiens 4:15 ; 1 Corinthiens 3:22, 23. La loi des dix commandements, dont le sabbat fait partie, Dieu a donné à son peuple comme une bénédiction. « L’Éternel nous a commandé, dit Moïse, de mettre en pratique toutes ces lois, de craindre l’Éternel, notre Dieu, toujours pour notre bien, afin qu’il nous garde en vie. Deutéronome 6:24. Et par le psalmiste, le message a été donné à Israël : « Servez le Seigneur avec joie : venez devant sa présence avec des chants. Sachez que le Seigneur est Dieu : c’est lui qui nous a créés, et non nous-mêmes ; nous sommes son peuple et les brebis de son pâturage. Entrez dans ses portes avec actions de grâces, et dans ses parvis avec louanges. Psaume 100:2-4. Et de tous ceux qui empêchent “le sabbat de le souiller”, le Seigneur déclare : “Je les amènerai eux-mêmes sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière”. Esaïe 56:6, 7.
“C’est pourquoi le Fils de l’homme est aussi maître du sabbat.” Ces paroles sont pleines d’enseignement et de réconfort. Parce que le sabbat a été fait pour l’homme, c’est le jour du Seigneur. Il appartient à Christ. Car « toutes choses ont été faites par lui ; et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans lui. Jean 1:3. Puisqu’il a fait toutes choses, il a fait le sabbat. Par lui, il a été mis à part comme mémorial de l’œuvre de la création. Cela le désigne à la fois comme le Créateur et le Sanctificateur. Il déclare que celui qui a créé toutes choses dans les cieux et sur la terre, et par qui toutes choses tiennent ensemble, est le chef de l’Église, et que par sa puissance nous sommes réconciliés avec Dieu. Car, parlant d’Israël, il a dit : « Je leur ai donné mes sabbats, pour être un signe entre moi et eux, afin qu’ils sachent que je suis l’Éternel qui les sanctifie », – rendez-les saints. Ézéchiel 20:12. Alors le sabbat est un signe de la puissance de Christ pour nous sanctifier. Et il est donné à tous ceux que Christ sanctifie. Comme signe de sa puissance sanctifiante, le sabbat est donné à tous ceux qui, par le Christ, deviennent une partie de l’Israël de Dieu.
Et le Seigneur dit : « Si tu détournes ton pied du sabbat, pour ne pas faire ton plaisir en mon jour saint ; et appelez le sabbat un délice, le saint du Seigneur, honorable; . . . alors tu te plairas dans le Seigneur. Ésaïe 58:13, 14. Pour tous ceux qui reçoivent le sabbat comme un signe de la puissance créatrice et rédemptrice du Christ, ce sera un délice. Voyant Christ en elle, ils se réjouissent en Lui. Le sabbat les dirige vers les œuvres de la création comme une preuve de son puissant pouvoir de rédemption. Alors qu’il évoque la paix perdue d’Eden, il parle de la paix restaurée par le Sauveur. Et chaque objet dans la nature répète son invitation : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Matthieu 11:28.

Chapitre 30
« Il en ordonna douze »
[Ce chapitre est basé sur Marc 3 :13-19 ; Luc 6:12-16]

« Et il monta sur une montagne, et appela à celui qu’il voulait, et ils vinrent à lui. Et il en ordonna douze, afin qu’ils soient avec lui, et qu’il les envoyât prêcher.
C’est sous les arbres protecteurs du flanc de la montagne, mais à peu de distance de la mer de Galilée, que les douze furent appelés à l’apostolat et que fut prononcé le sermon sur la montagne. Les champs et les collines étaient les lieux de villégiature préférés de Jésus, et une grande partie de son enseignement était donnée à ciel ouvert, plutôt que dans le temple ou les synagogues. Aucune synagogue n’aurait pu recevoir les foules qui le suivaient ; mais ce n’est pas pour cette seule raison qu’il a choisi d’enseigner dans les champs et les bosquets. Jésus aimait les scènes de la nature. Pour lui, chaque retraite tranquille était un temple sacré.
C’est sous les arbres d’Eden que les premiers habitants de la terre avaient choisi leur sanctuaire. Là, le Christ avait communié avec le père de l’humanité. Lorsqu’ils ont été bannis du paradis, nos premiers parents adoraient encore dans les champs et les bosquets, et là, Christ les a rencontrés avec l’évangile de sa grâce. C’est le Christ qui parla avec Abraham sous les chênes de Mamré ; avec Isaac alors qu’il sortait pour prier dans les champs le soir du soir; avec Jacob sur le coteau de Béthel; avec Moïse parmi les montagnes de Madian; et avec le jeune David qui surveillait ses troupeaux. C’est sous la direction du Christ que, pendant quinze siècles, le peuple hébreu avait quitté ses maisons une semaine par an et avait habité dans des cabanes formées de branches vertes “de beaux arbres, de branches de palmiers et de branches d’arbres touffus, et de saules”. du ruisseau. Lévitique 23:40.
En formant ses disciples, Jésus a choisi de se retirer de la confusion de la ville vers le calme des champs et des collines, plus en harmonie avec les leçons d’abnégation qu’il désirait leur enseigner. Et pendant son ministère, il aimait rassembler les gens autour de lui sous les cieux bleus, sur une colline herbeuse ou sur la plage au bord du lac. Ici, entouré des œuvres de sa propre création, il pouvait faire passer les pensées de ses auditeurs de l’artificiel au naturel. Dans la croissance et le développement de la nature ont été révélés les principes de son royaume. Alors que les hommes devaient lever les yeux vers les collines de Dieu et contempler les œuvres merveilleuses de ses mains, ils pouvaient apprendre de précieuses leçons de la vérité divine. L’enseignement du Christ leur serait répété dans les choses de la nature. Ainsi en est-il de tous ceux qui vont dans les champs avec Christ dans leur cœur. Ils se sentiront entourés d’une sainte influence. Les choses de la nature reprennent les paraboles de notre Seigneur et répètent ses conseils. Par la communion avec Dieu dans la nature, l’esprit s’élève et le cœur trouve le repos.
La première étape devait maintenant être franchie dans l’organisation de l’église qui, après le départ de Christ, devait être son représentant sur terre. Aucun sanctuaire coûteux n’était à leur disposition, mais le Sauveur a conduit ses disciples à la retraite qu’il aimait et, dans leur esprit, les expériences sacrées de ce jour étaient à jamais liées à la beauté des montagnes, des vallées et de la mer.
Jésus avait appelé ses disciples pour les envoyer comme ses témoins, pour déclarer au monde ce qu’ils avaient vu et entendu de lui. Leur fonction était la plus importante à laquelle des êtres humains aient jamais été appelés, et venait juste après celle de Christ lui-même. Ils devaient être des ouvriers avec Dieu pour le salut du monde. Comme dans l’Ancien Testament, les douze patriarches se tiennent en tant que représentants d’Israël, ainsi les douze apôtres devaient se tenir en tant que représentants de l’église évangélique.
Le Sauveur connaissait le caractère des hommes qu’il avait choisis ; toutes leurs faiblesses et leurs erreurs étaient ouvertes devant lui ; Il savait les périls qu’ils devaient traverser, la responsabilité qui leur incomberait ; et son cœur soupira pour ces élus. Seul sur une montagne près de la mer de Galilée, il passa toute la nuit à prier pour eux, pendant qu’ils dormaient au pied de la montagne. Aux premières lueurs de l’aube, il les appela à sa rencontre ; car il avait quelque chose d’important à leur communiquer.
Ces disciples avaient été pendant un certain temps associés à Jésus dans un travail actif. Jean et Jacques, André et Pierre, avec Philippe, Nathanaël et Matthieu, avaient été plus étroitement liés à Lui que les autres et avaient été témoins de plus de Ses miracles. Pierre, Jacques et Jean étaient dans une relation encore plus proche avec Lui. Ils étaient presque constamment avec lui, témoins de ses miracles et écoutant ses paroles. Jean s’est enfoncé dans une intimité encore plus étroite avec Jésus, de sorte qu’il se distingue comme celui que Jésus aimait. Le Sauveur les aimait tous, mais John était l’esprit le plus réceptif. Il était plus jeune que les autres, et avec plus de la confiance confiante de l’enfant, il ouvrit son cœur à Jésus. Ainsi, il entra davantage en sympathie avec le Christ et, par lui, l’enseignement spirituel le plus profond du Sauveur fut communiqué à son peuple.
A la tête de l’un des groupes dans lesquels les apôtres sont divisés se trouve le nom de Philippe. Il a été le premier disciple à qui Jésus a adressé le commandement distinct : “Suivez-moi”. Philippe était de Bethsaïda, la ville d’André et de Pierre. Il avait écouté l’enseignement de Jean-Baptiste et avait entendu son annonce de Christ comme l’Agneau de Dieu. Philippe était un chercheur sincère de la vérité, mais il avait le cœur lent à croire. Bien qu’il se soit uni au Christ, son annonce à Nathanaël montre qu’il n’était pas pleinement convaincu de la divinité de Jésus. Bien que le Christ ait été proclamé par la voix du ciel comme le Fils de Dieu, pour Philippe, il était « Jésus de Nazareth, le fils de Joseph ». Jean 1:45. Encore une fois, lorsque les cinq mille ont été nourris, le manque de foi de Philippe a été démontré. C’est pour l’éprouver que Jésus interrogea, « D’où achèterons-nous du pain pour que ceux-ci mangent ? La réponse de Philippe était du côté de l’incrédulité : « Deux cents deniers de pain ne leur suffisent pas, pour que chacun d’eux en prenne un peu. Jean 6:5, 7. Jésus était attristé. Bien que Philippe ait vu ses oeuvres et senti sa puissance, il n’avait pourtant pas la foi. Lorsque les Grecs interrogent Philippe au sujet de Jésus, il ne saisit pas l’occasion de les présenter au Sauveur, mais il va le dire à André. Encore une fois, dans ces dernières heures avant la crucifixion, les paroles de Philippe étaient telles qu’elles décourageaient la foi. Lorsque Thomas dit à Jésus : « Seigneur, nous ne savons où tu vas ; et comment pouvons-nous connaître le chemin ? le Sauveur répondit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. . . . Si vous m’aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père. De Philippe vint la réponse d’incrédulité : « Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jean 14:5-8. Si lent de cœur, si faible dans la foi, était ce disciple qui depuis trois ans était avec Jésus.
En contraste heureux avec l’incrédulité de Philippe se trouvait la confiance enfantine de Nathanaël. C’était un homme d’une nature extrêmement sérieuse, dont la foi s’emparait de réalités invisibles. Pourtant, Philippe était étudiant à l’école du Christ, et le divin Enseignant supporta patiemment son incrédulité et sa stupidité. Lorsque le Saint-Esprit a été répandu sur les disciples, Philippe est devenu un enseignant selon l’ordre divin. Il savait de quoi il parlait et il enseignait avec une assurance qui convainquait les auditeurs.
Pendant que Jésus préparait les disciples à leur ordination, quelqu’un qui n’avait pas été convoqué pressa sa présence parmi eux. C’était Judas Iscariot, un homme qui professait être un disciple du Christ. Il s’avança alors, sollicitant une place dans ce cercle intérieur de disciples. Avec un grand sérieux et une apparente sincérité, il déclara : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. Jésus ne le repoussa ni ne l’accueillit, mais prononça seulement ces paroles lugubres : « Les renards ont des terriers, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. Matthieu 8:19, 20. Judas croyait que Jésus était le Messie; et en rejoignant les apôtres, il espérait s’assurer une position élevée dans le nouveau royaume. Cet espoir que Jésus a voulu anéantir par la déclaration de sa pauvreté.
Les disciples étaient impatients que Judas devienne l’un des leurs. Il avait une apparence imposante, un homme d’un discernement aiguisé et d’une capacité exécutive, et ils le recommandèrent à Jésus comme quelqu’un qui l’aiderait grandement dans son œuvre. Ils ont été surpris que Jésus l’ait reçu si froidement.
Les disciples avaient été très déçus que Jésus n’ait pas essayé d’obtenir la coopération des dirigeants d’Israël. Ils ont estimé que c’était une erreur de ne pas renforcer sa cause en s’assurant le soutien de ces hommes influents. S’Il avait repoussé Judas, ils auraient, dans leur esprit, mis en doute la sagesse de leur Maître. L’histoire postérieure de Judas leur montrerait le danger de permettre à toute considération mondaine d’avoir du poids pour décider de l’aptitude des hommes à l’œuvre de Dieu. La coopération d’hommes tels que les disciples étaient impatients de s’assurer aurait livré l’œuvre entre les mains de ses pires ennemis.
Pourtant, lorsque Judas rejoignit les disciples, il n’était pas insensible à la beauté du caractère du Christ. Il sentit l’influence de cette puissance divine qui attirait les âmes vers le Sauveur. Celui qui n’est pas venu pour briser le roseau meurtri ni éteindre le lin fumant ne repousserait pas cette âme alors qu’un seul désir tendait vers la lumière. Le Sauveur a lu le cœur de Judas ; Il connaissait les profondeurs de l’iniquité dans lesquelles, s’il n’était délivré par la grâce de Dieu, Judas tomberait. En reliant cet homme à lui-même, il l’a placé là où il pouvait, jour après jour, être mis en contact avec l’effusion de son propre amour désintéressé. S’il ouvrait son cœur au Christ, la grâce divine bannirait le démon de l’égoïsme, et même Judas pourrait devenir un sujet du royaume de Dieu.
Dieu prend les hommes tels qu’ils sont, avec des éléments humains dans leur caractère, et les forme pour son service, s’ils veulent être disciplinés et apprendre de lui. Ils ne sont pas choisis parce qu’ils sont parfaits, mais malgré leurs imperfections, afin que, par la connaissance et la pratique de la vérité, par la grâce de Christ, ils puissent se transformer à son image.
Judas a eu les mêmes opportunités que les autres disciples. Il a écouté les mêmes précieuses leçons. Mais la pratique de la vérité, que le Christ exigeait, était en contradiction avec les désirs et les desseins de Judas, et il ne voulait pas céder ses idées afin de recevoir la sagesse du Ciel.
Avec quelle tendresse le Sauveur a traité celui qui devait être son traître ! Dans son enseignement, Jésus a insisté sur des principes de bienveillance qui frappaient à la racine même de la convoitise. Il a présenté devant Judas le caractère odieux de la cupidité, et à plusieurs reprises le disciple s’est rendu compte que son caractère avait été dépeint, et son péché signalé ; mais il ne voulait pas confesser et abandonner son iniquité. Il était autosuffisant et au lieu de résister à la tentation, il a continué à suivre ses pratiques frauduleuses. Le Christ était devant lui, un exemple vivant de ce qu’il devait devenir s’il récoltait le bénéfice de la médiation et du ministère divins ; mais la leçon après la leçon est tombée sans suite sur les oreilles de Judas.
Jésus ne lui adressa aucun reproche sévère pour sa convoitise, mais avec une patience divine, il supporta cet homme égaré, tout en lui donnant la preuve qu’il lisait dans son cœur comme un livre ouvert. Il a présenté devant lui les incitations les plus élevées pour bien faire; et en rejetant la lumière du ciel, Judas serait sans excuse.
Au lieu de marcher dans la lumière, Judas a choisi de conserver ses défauts. Les mauvais désirs, les passions vengeresses, les pensées sombres et maussades étaient chéries jusqu’à ce que Satan ait le contrôle total de l’homme. Judas est devenu un représentant de l’ennemi de Christ.
Lorsqu’il s’est associé à Jésus, il avait de précieux traits de caractère qui auraient pu être une bénédiction pour l’église. S’il avait voulu porter le joug de Christ, il aurait pu être parmi les principaux des apôtres ; mais il s’endurcit le cœur lorsque ses défauts furent signalés, et dans l’orgueil et la rébellion choisit ses propres ambitions égoïstes, et ainsi se rendit inapte à l’œuvre que Dieu lui aurait confiée.
Tous les disciples avaient de graves fautes lorsque Jésus les a appelés à son service. Même Jean, qui s’est associé le plus étroitement avec le doux et l’humble, n’était pas lui-même naturellement doux et docile. Lui et son frère étaient appelés « les fils du tonnerre ». Pendant qu’ils étaient avec Jésus, le moindre affront qui lui était fait suscitait leur indignation et leur combativité. Mauvais tempérament, vengeance, esprit de critique, tout était dans le disciple bien-aimé. Il était fier et ambitieux d’être le premier dans le royaume de Dieu. Mais jour après jour, en contraste avec son propre esprit violent, il vit la tendresse et la patience de Jésus, et entendit ses leçons d’humilité et de patience. Il ouvrit son cœur à l’influence divine et devint non seulement un auditeur mais un exécutant des paroles du Sauveur. Le moi était caché en Christ. Il a appris à porter le joug du Christ et à porter son fardeau.
Jésus a réprimandé ses disciples, il les a avertis et mis en garde ; mais Jean et ses frères ne l’ont pas quitté; ils ont choisi Jésus, malgré les reproches. Le Sauveur ne s’est pas retiré d’eux à cause de leur faiblesse et de leurs erreurs. Ils ont continué jusqu’à la fin à partager ses épreuves et à apprendre les leçons de sa vie. En contemplant le Christ, leur caractère s’est transformé.
Les apôtres différaient largement dans leurs habitudes et leurs dispositions. Il y avait le publicain Lévi-Matthieu et le fougueux zélote Simon, le haïsseur intransigeant de l’autorité de Rome ; le généreux et impulsif Pierre et le mesquin Judas ; Thomas, sincère, mais timide et craintif, Philippe, lent de cœur et enclin au doute, et les fils ambitieux et francs de Zébédée, avec leurs frères. Ceux-ci ont été réunis, avec leurs différents défauts, tous avec des tendances héritées et cultivées au mal; mais en Christ et par lui, ils devaient demeurer dans la famille de Dieu, apprenant à devenir un dans la foi, dans la doctrine et dans l’esprit. Ils auraient leurs épreuves, leurs griefs, leurs divergences d’opinions ; mais tant que Christ demeurait dans le cœur, il ne pouvait y avoir de dissension. Son amour conduirait à s’aimer les uns les autres; les leçons du Maître conduiraient à l’harmonisation de toutes les différences, amenant les disciples à l’unité, jusqu’à ce qu’ils soient d’un seul esprit et d’un seul jugement. Christ est le grand centre, et ils s’approcheraient l’un de l’autre dans la mesure où ils s’approchaient du centre.
Lorsque Jésus eut terminé son instruction aux disciples, il rassembla le petit groupe autour de lui, et s’agenouillant au milieu d’eux, et posant ses mains sur leurs têtes, il offrit une prière les consacrant à son œuvre sacrée. Ainsi, les disciples du Seigneur ont été ordonnés au ministère de l’Évangile.
Comme ses représentants parmi les hommes, le Christ ne choisit pas des anges qui ne sont jamais tombés, mais des êtres humains, des hommes de passions semblables à ceux qu’ils cherchent à sauver. Le Christ a pris sur lui l’humanité, afin qu’il puisse atteindre l’humanité. La divinité avait besoin de l’humanité ; car il fallait à la fois le divin et l’humain pour apporter le salut au monde. La divinité avait besoin de l’humanité, pour que l’humanité puisse offrir un canal de communication entre Dieu et l’homme. Il en va de même pour les serviteurs et messagers du Christ. L’homme a besoin d’un pouvoir extérieur et au-delà de lui-même, pour le restaurer à la ressemblance de Dieu, et lui permettre de faire l’œuvre de Dieu ; mais cela ne rend pas l’action humaine non essentielle. L’humanité s’empare de la puissance divine, Christ habite dans le cœur par la foi ; et par la coopération avec le divin, le pouvoir de l’homme devient efficace pour le bien.
Celui qui a appelé le pêcheur de Galilée appelle encore des hommes à son service. Et Il est tout aussi désireux de manifester Sa puissance à travers nous qu’à travers les premiers disciples. Aussi imparfaits et pécheurs que nous soyons, le Seigneur nous offre l’offre de partenariat avec lui-même, d’apprentissage du Christ. Il nous invite à nous soumettre à l’instruction divine, afin que, unis au Christ, nous puissions accomplir les œuvres de Dieu.
“Nous avons ce trésor dans des vases d’argile, afin que l’extrême grandeur de la puissance soit de Dieu, et non de nous-mêmes.” 2 Corinthiens 4:7, RV C’est pourquoi la prédication de l’évangile a été confiée aux hommes égarés plutôt qu’aux anges. Il est manifeste que la puissance qui agit à travers la faiblesse de l’humanité est la puissance de Dieu ; et ainsi nous sommes encouragés à croire que le pouvoir qui peut aider d’autres aussi faibles que nous peut nous aider. Et ceux qui sont eux-mêmes « entourés d’infirmité » devraient pouvoir « avoir compassion des ignorants et de ceux qui sont hors du chemin ». Hébreux 5:2. Ayant été eux-mêmes en péril, ils connaissent les dangers et les difficultés du chemin, et pour cette raison sont appelés à tendre la main aux autres en péril. Il y a des âmes embarrassées de doutes, accablées d’infirmités, faibles de foi, et incapable de saisir l’invisible; mais un ami qu’ils peuvent voir, venir à eux à la place de Christ, peut être un lien pour fixer leur foi tremblante sur Christ.
Nous devons être des ouvriers avec les anges célestes pour présenter Jésus au monde. Avec un empressement presque impatient, les anges attendent notre coopération ; car l’homme doit être le canal pour communiquer avec l’homme. Et lorsque nous nous donnons à Christ avec une dévotion sans réserve, les anges se réjouissent de pouvoir parler à travers nos voix pour révéler l’amour de Dieu.

Chapitre 31
Le Sermon sur la montagne
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 5; 6 ; 7]

Christ rassemblait rarement ses disciples seuls pour recevoir ses paroles. Il n’a pas choisi pour son auditoire ceux qui connaissaient le chemin de la vie. C’était Son travail d’atteindre les multitudes qui étaient dans l’ignorance et l’erreur. Il a donné Ses leçons de vérité là où ils pouvaient atteindre la compréhension obscurcie. Il était lui-même la vérité, se tenant les reins ceints et les mains toujours tendues pour bénir, et par des paroles d’avertissement, de supplication et d’encouragement, cherchant à élever tous ceux qui viendraient à lui.
Le sermon sur la montagne, bien que donné spécialement aux disciples, a été prononcé à l’écoute de la multitude. Après l’ordination des apôtres, Jésus est allé avec eux au bord de la mer. Ici, au petit matin, les gens avaient commencé à se rassembler. Outre les foules habituelles des villes galiléennes, il y avait des gens de Judée, et même de Jérusalem même; de Pérée, de Décapolis, d’Idumée, loin au sud de la Judée ; et de Tyr et Sidon, les cités phéniciennes au bord de la Méditerranée. « Lorsqu’ils eurent entendu les grandes choses qu’il avait faites », ils « vinrent pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies : . . . une vertu sortit de lui et les guérit tous. Marc 3:8 ; Luc 6:17-19.
La plage étroite n’offrait même pas de place debout à portée de sa voix pour tous ceux qui désiraient l’entendre, et Jésus conduisit le chemin du retour vers le flanc de la montagne. Atteignant un espace plat qui offrait un lieu de rassemblement agréable pour la vaste assemblée, il s’assit sur l’herbe, et les disciples et la multitude suivirent son exemple.
La place des disciples était toujours à côté de Jésus. Le peuple le pressait constamment, mais les disciples comprirent qu’ils ne devaient pas être chassés de sa présence. Ils étaient assis tout près de lui, afin de ne pas perdre une parole de son instruction. Ils étaient des auditeurs attentifs, avides de comprendre les vérités qu’ils devaient faire connaître à tous les pays et à toutes les époques.
Avec le sentiment qu’on pouvait s’attendre à quelque chose de plus que d’habitude, ils pressèrent maintenant leur Maître. Ils croyaient que le royaume allait bientôt être établi et, d’après les événements de la matinée, ils rassemblèrent l’assurance qu’une annonce à son sujet allait être faite. Un sentiment d’attente envahissait également la multitude, et des visages impatients témoignaient d’un profond intérêt. Alors que les gens étaient assis sur la colline verdoyante, attendant les paroles du divin Maître, leurs cœurs étaient remplis de pensées de gloire future. Il y avait des scribes et des pharisiens qui attendaient avec impatience le jour où ils devraient dominer les Romains détestés et posséder les richesses et la splendeur du grand empire du monde. Les pauvres paysans et pêcheurs espéraient entendre l’assurance que leurs taudis misérables, la maigreur de la nourriture, la vie de labeur, et la peur du besoin devait être échangée contre des demeures d’abondance et des jours d’aisance. Au lieu de l’unique vêtement grossier qui était leur couverture le jour et leur couverture la nuit, ils espéraient que le Christ leur donnerait les riches et coûteuses robes de leurs vainqueurs. Tous les cœurs frémissaient de l’orgueilleuse espérance qu’Israël allait bientôt être honoré devant les nations comme l’élu du Seigneur, et Jérusalem exaltée comme la tête d’un royaume universel.
Christ a déçu l’espoir de la grandeur mondaine. Dans le sermon sur la montagne, il a cherché à défaire l’œuvre qui avait été forgée par une fausse éducation et à donner à ses auditeurs une juste conception de son royaume et de son propre caractère. Pourtant, Il n’a pas attaqué directement les erreurs du peuple. Il a vu la misère du monde à cause du péché, mais il n’a pas présenté devant eux une description vivante de leur misère. Il leur a enseigné quelque chose d’infiniment meilleur que ce qu’ils avaient connu. Sans combattre leurs idées sur le royaume de Dieu, il leur indiqua les conditions d’y entrer, les laissant tirer leurs propres conclusions quant à sa nature. Les vérités qu’il a enseignées ne sont pas moins importantes pour nous que pour la multitude qui l’a suivi. Nous avons tout autant qu’eux besoin d’apprendre les principes fondamentaux du royaume de Dieu.
Les premières paroles de Christ au peuple sur la montagne étaient des paroles de bénédiction. Heureux sont ceux, dit-il, qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle et ressentent leur besoin de rédemption. L’évangile doit être prêché aux pauvres. Elle n’est pas révélée aux orgueilleux spirituels, à ceux qui prétendent être riches et n’ayant besoin de rien, mais à ceux qui sont humbles et contrits. Une seule fontaine a été ouverte pour le péché, une fontaine pour les pauvres en esprit.
Le cœur orgueilleux s’efforce de gagner le salut ; mais à la fois notre titre au ciel et notre aptitude à y accéder se trouvent dans la justice de Christ. Le Seigneur ne peut rien faire pour le rétablissement de l’homme jusqu’à ce que, convaincu de sa propre faiblesse et dépouillé de toute autosuffisance, il se soumette au contrôle de Dieu. Ensuite, il peut recevoir le don que Dieu attend de lui accorder. A l’âme qui en ressent le besoin, rien n’est retenu. Il a un accès illimité à Celui en qui habite toute plénitude. « Car ainsi parle le haut et le haut qui habite l’éternité, dont le nom est Saint ; J’habite dans le haut et saint lieu, avec celui aussi qui est d’un esprit contrit et humble, pour raviver l’esprit des humbles et raviver le cœur des contrits. Esaïe 57:15.
“Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.” Par ces paroles, le Christ n’enseigne pas que le deuil en lui-même a le pouvoir d’ôter la culpabilité du péché. Il ne sanctionne ni la prétention ni l’humilité volontaire. Le deuil dont il parle ne consiste pas en mélancolie et en lamentation. Tandis que nous nous attristons à cause du péché, nous devons nous réjouir du précieux privilège d’être enfants de Dieu.
Nous sommes souvent tristes parce que nos mauvaises actions nous amènent des conséquences désagréables ; mais ce n’est pas du repentir. La vraie tristesse pour le péché est le résultat de l’action du Saint-Esprit. L’Esprit révèle l’ingratitude du cœur qui a méprisé et attristé le Sauveur, et nous conduit avec contrition au pied de la croix. Par chaque péché, Jésus est blessé à nouveau ; et tandis que nous regardons celui que nous avons percé, nous pleurons les péchés qui l’ont affligé. Un tel deuil conduira à la renonciation au péché.
Le mondain peut déclarer cette douleur comme une faiblesse ; mais c’est la force qui lie le pénitent à l’Infini par des liens indissolubles. Cela montre que les anges de Dieu ramènent à l’âme les grâces perdues par l’endurcissement du cœur et la transgression. Les larmes du pénitent ne sont que les gouttes de pluie qui précèdent le soleil de la sainteté. Cette douleur annonce une joie qui sera une fontaine vivante dans l’âme. « Reconnaît seulement ton iniquité, que tu as transgressé contre l’Éternel, ton Dieu » ; “et je ne ferai pas tomber ma colère sur vous, car je suis miséricordieux, dit l’Éternel.” Jérémie 3:13, 12. “A ceux qui pleurent en Sion”, Il a désigné de donner “la beauté pour la cendre, l’huile de joie pour le deuil, le vêtement de louange pour l’esprit de lourdeur”. Esaïe 61:3.
Et pour ceux aussi qui pleurent dans l’épreuve et le chagrin, il y a du réconfort. L’amertume du chagrin et de l’humiliation vaut mieux que les indulgences du péché. Par l’affliction, Dieu nous révèle les taches de peste dans nos caractères, afin que par sa grâce nous puissions surmonter nos fautes. Des chapitres inconnus nous concernant nous sont ouverts, et l’épreuve vient, si nous accepterons la réprimande et le conseil de Dieu. Lorsque nous sommes traduits en justice, nous ne devons pas nous inquiéter et nous plaindre. Nous ne devrions pas nous rebeller ou nous inquiéter de la main de Christ. Nous devons humilier l’âme devant Dieu. Les voies du Seigneur sont obscures pour celui qui veut voir les choses sous un jour qui lui est agréable. Ils apparaissent sombres et sans joie à notre nature humaine. Mais les voies de Dieu sont des voies de miséricorde et la fin est le salut. Élie ne savait pas ce qu’il faisait quand, dans le désert, il a dit qu’il en avait assez de la vie et a prié pour qu’il puisse mourir. Le Seigneur dans sa miséricorde ne l’a pas pris au mot. Il y avait encore une grande œuvre à faire pour Élie ; et quand son œuvre fut accomplie, il ne devait pas périr dans le découragement et la solitude dans le désert. Pas pour lui la descente dans la poussière de la mort, mais l’ascension dans la gloire, avec le convoi des chars célestes, vers le trône d’en haut.
La parole de Dieu pour les affligés est : « J’ai vu ses voies, et je le guérirai ; je le conduirai aussi, et je lui rendrai la consolation, ainsi qu’à ses affligés. “Je changerai leur deuil en joie, je les consolerai et les réjouirai de leur douleur.” Esaïe 57:18; Jérémie 31:13.
“Heureux les doux.” Les difficultés que nous avons à rencontrer peuvent être très atténuées par cette douceur qui se cache dans le Christ. Si nous possédons l’humilité de notre Maître, nous nous élèverons au-dessus des affronts, des rebuffades, des ennuis auxquels nous sommes quotidiennement exposés, et ils cesseront d’assombrir l’esprit. La plus haute preuve de noblesse chez un chrétien est la maîtrise de soi. Celui qui, sous l’abus ou la cruauté, ne parvient pas à maintenir un esprit calme et confiant prive Dieu de son droit de révéler en lui sa propre perfection de caractère. L’humilité de cœur est la force qui donne la victoire aux disciples de Christ ; c’est le gage de leur lien avec les tribunaux d’en haut.
“Bien que le Seigneur soit élevé, il a cependant du respect pour les humbles.” Psaume 138:6. Ceux qui révèlent l’esprit doux et humble de Christ sont tendrement considérés par Dieu. Ils peuvent être regardés avec mépris par le monde, mais ils ont une grande valeur à Ses yeux. Non seulement les sages, les grands, les bienfaisants obtiendront un passeport pour les cours célestes ; non seulement le travailleur occupé, plein de zèle et d’activité agitée. Non; les pauvres d’esprit, qui aspirent à la présence d’un Christ qui demeure, les humbles de cœur, dont la plus haute ambition est de faire la volonté de Dieu, ceux-ci obtiendront une entrée abondante. Ils seront du nombre de ceux qui auront lavé leurs robes et les auront blanchies dans le sang de l’Agneau. « C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône habitera au milieu d’eux. Apocalypse 7:15.
“Heureux ceux qui ont faim et soif de justice.” Le sentiment d’indignité conduira le cœur à avoir faim et soif de justice, et ce désir ne sera pas déçu. Ceux qui font de la place dans leur cœur pour Jésus réaliseront son amour. Tous ceux qui aspirent à porter l’image du caractère de Dieu seront satisfaits. Le Saint-Esprit ne laisse jamais sans assistance l’âme qui regarde à Jésus. Il prend des choses de Christ et les lui montre. Si l’œil est fixé sur Christ, l’œuvre de l’Esprit ne cesse pas tant que l’âme n’est pas rendue conforme à son image. L’élément pur de l’amour dilatera l’âme, lui donnant une capacité pour des réalisations plus élevées, pour une connaissance accrue des choses célestes, afin qu’elle ne reste pas en deçà de la plénitude. « Heureux ceux qui ont faim et soif de justice !
Les miséricordieux obtiendront miséricorde, et les cœurs purs verront Dieu. Toute pensée impure souille l’âme, altère le sens moral et tend à effacer les impressions du Saint-Esprit. Cela obscurcit la vision spirituelle, de sorte que les hommes ne peuvent pas contempler Dieu. Le Seigneur peut pardonner et pardonne au pécheur repentant ; mais bien que pardonné, l’âme est gâchée. Toute impureté de parole ou de pensée doit être évitée par celui qui veut avoir un clair discernement de la vérité spirituelle.
Mais les paroles du Christ couvrent plus que la libération de l’impureté sensuelle, plus que la libération de cette souillure cérémonielle que les Juifs évitaient si rigoureusement. L’égoïsme nous empêche de contempler Dieu. L’esprit égoïste juge Dieu comme tout à fait semblable à lui-même. Tant que nous n’avons pas renoncé à cela, nous ne pouvons pas comprendre Celui qui est amour. Seul le cœur désintéressé, l’esprit humble et confiant, verra Dieu comme ” miséricordieux et miséricordieux, longanime et abondant en bonté et en vérité “. Exode 34:6.
“Heureux les artisans de paix.” La paix du Christ est née de la vérité. C’est l’harmonie avec Dieu. Le monde est en inimitié avec la loi de Dieu ; les pécheurs sont en inimitié avec leur Créateur; et par conséquent ils sont ennemis les uns des autres. Mais le psalmiste déclare : « Une grande paix règne pour ceux qui aiment ta loi, et rien ne les offensera. Psaume 119:165. Les hommes ne peuvent pas fabriquer la paix. Les plans humains pour la purification et l’élévation des individus ou de la société échoueront à produire la paix, parce qu’ils n’atteignent pas le cœur. La seule puissance qui peut créer ou perpétuer la vraie paix est la grâce du Christ. Lorsqu’elle est implantée dans le cœur, elle chasse les mauvaises passions qui causent des conflits et des dissensions. “Au lieu de l’épine s’élèvera le sapin, et au lieu de la ronce s’élèvera le myrte.” et le désert de la vie “se réjouira, et s’épanouir comme la rose. Esaïe 55:13; 35:1.
Les multitudes s’étonnaient de cet enseignement si contraire aux préceptes et à l’exemple des pharisiens. Le peuple en était venu à penser que le bonheur consistait à posséder les choses de ce monde, et que la renommée et l’honneur des hommes étaient très convoités. C’était très agréable d’être appelé “Rabbin”, et d’être vanté comme sage et religieux, ayant leurs vertus exhibées devant le public. Cela était considéré comme la couronne du bonheur. Mais en présence de cette foule immense, Jésus a déclaré que le gain et l’honneur terrestres étaient la seule récompense que de telles personnes recevraient jamais. Il parlait avec certitude, et une puissance convaincante accompagnait ses paroles. Les gens ont été réduits au silence et un sentiment de peur s’est emparé d’eux. Ils se regardèrent d’un air dubitatif. Qui d’entre eux serait sauvé si les enseignements de cet Homme étaient vrais ? Beaucoup étaient convaincus que ce remarquable enseignant était animé par l’Esprit de Dieu et que les sentiments qu’il exprimait étaient divins.
Après avoir expliqué ce qui constitue le vrai bonheur et comment il peut être obtenu, Jésus a souligné plus clairement le devoir de ses disciples, en tant qu’enseignants choisis par Dieu pour conduire les autres sur le chemin de la justice et de la vie éternelle. Il savait qu’ils souffriraient souvent de déception et de découragement, qu’ils rencontreraient une opposition décidée, qu’ils seraient insultés et que leur témoignage serait rejeté. Eh bien, Il savait que dans l’accomplissement de leur mission, les humbles qui écoutaient si attentivement Ses paroles allaient endurer la calomnie, la torture, l’emprisonnement et la mort, et Il a poursuivi :
« Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice : car le royaume des cieux est à eux. Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, car votre récompense dans les cieux est grande, car c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous.
Le monde aime le péché et hait la justice, et c’était la cause de son hostilité envers Jésus. Tous ceux qui refusent son amour infini trouveront dans le christianisme un élément troublant. La lumière du Christ balaie les ténèbres qui couvrent leurs péchés, et le besoin de réforme est rendu manifeste. Tandis que ceux qui cèdent à l’influence du Saint-Esprit commencent la guerre contre eux-mêmes, ceux qui s’accrochent au péché font la guerre à la vérité et à ses représentants.
Ainsi, des conflits sont créés et les disciples de Christ sont accusés de troubler le peuple. Mais c’est la communion avec Dieu qui leur apporte l’inimitié du monde. Ils portent l’opprobre du Christ. Ils foulent le chemin qui a été foulé par les plus nobles de la terre. Non pas avec tristesse, mais avec joie, s’ils devaient être persécutés. Chaque épreuve ardente est l’agent de Dieu pour leur raffinement. Chacun les prépare pour leur travail en tant que collaborateurs avec Lui. Chaque conflit a sa place dans la grande bataille pour la justice, et chacun ajoutera à la joie de leur triomphe final. Ayant cela à l’esprit, l’épreuve de leur foi et de leur patience sera acceptée avec joie plutôt que redoutée et évitée. Soucieux de remplir leur obligation envers le monde, fixant leur désir sur l’approbation de Dieu, Ses serviteurs doivent accomplir tous leurs devoirs,
« Vous êtes le sel de la terre », a dit Jésus. Ne vous retirez pas du monde pour échapper à la persécution. Vous devez demeurer parmi les hommes, afin que la saveur de l’amour divin soit comme le sel pour préserver le monde de la corruption.
Les cœurs qui répondent à l’influence du Saint-Esprit sont les canaux par lesquels coule la bénédiction de Dieu. Si ceux qui servent Dieu étaient retirés de la terre et son Esprit retiré parmi les hommes, ce monde serait abandonné à la désolation et à la destruction, fruit de la domination de Satan. Bien que les méchants ne le sachent pas, ils doivent même les bénédictions de cette vie à la présence, dans le monde, du peuple de Dieu qu’ils méprisent et oppriment. Mais si les chrétiens ne sont tels que de nom, ils sont comme le sel qui a perdu sa saveur. Ils n’ont aucune influence positive dans le monde. Par leur fausse représentation de Dieu, ils sont pires que les incroyants.
“Vous êtes la lumière du monde.” Les Juifs pensaient confiner les bénéfices du salut à leur propre nation ; mais Christ leur a montré que le salut est comme le soleil. Il appartient au monde entier. La religion de la Bible ne doit pas être confinée entre les couvertures d’un livre, ni dans les murs d’une église. Il ne doit pas être sorti occasionnellement pour notre propre bénéfice, puis être soigneusement mis de côté à nouveau. C’est sanctifier la vie quotidienne, se manifester dans chaque transaction commerciale et dans toutes nos relations sociales.
Le vrai caractère n’est pas façonné de l’extérieur et revêtu; il rayonne de l’intérieur. Si nous souhaitons diriger les autres sur le chemin de la justice, les principes de la justice doivent être enchâssés dans nos propres cœurs. Notre profession de foi peut proclamer la théorie de la religion, mais c’est notre piété pratique qui proclame la parole de vérité. La vie cohérente, la conversation sainte, l’intégrité inébranlable, l’esprit actif et bienveillant, l’exemple pieux, – ce sont les moyens par lesquels la lumière est transmise au monde.
Jésus ne s’était pas attardé sur les spécifications de la loi, mais il n’a pas laissé ses auditeurs conclure qu’il était venu pour mettre de côté ses exigences. Il savait que les espions étaient prêts à saisir chaque mot qui pourrait être arraché pour servir leur dessein. Il connaissait les préjugés qui existaient dans l’esprit de beaucoup de ses auditeurs, et il n’a rien dit pour ébranler leur foi dans la religion et les institutions qui leur avaient été confiées par Moïse. Christ Lui-même avait donné à la fois la loi morale et la loi cérémonielle. Il n’est pas venu pour détruire la confiance dans sa propre instruction. C’est à cause de sa grande vénération pour la loi et les prophètes qu’il a cherché à briser le mur des exigences traditionnelles qui enserraient les Juifs. Tandis qu’il mettait de côté leurs fausses interprétations de la loi,
Les pharisiens se vantaient de leur obéissance à la loi ; pourtant ils connaissaient si peu ses principes par la pratique quotidienne que pour eux les paroles du Sauveur ressemblaient à de l’hérésie. Alors qu’il balayait les ordures sous lesquelles la vérité avait été enterrée, ils pensaient qu’il balayait la vérité elle-même. Ils se disaient à voix basse qu’il faisait la loi à la légère. Il lut leurs pensées, et leur répondit en disant :
« Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Ici, Jésus réfute l’accusation des pharisiens. Sa mission envers le monde est de défendre les revendications sacrées de cette loi qu’ils lui reprochent d’avoir enfreinte. Si la loi de Dieu pouvait être changée ou abrogée, alors Christ n’aurait pas à subir les conséquences de notre transgression. Il est venu expliquer la relation de la loi à l’homme et illustrer ses préceptes par sa propre vie d’obéissance.
Dieu nous a donné ses saints préceptes, parce qu’il aime les hommes. Pour nous protéger des résultats de la transgression, il révèle les principes de justice. La loi est une expression de la pensée de Dieu ; reçue en Christ, elle devient notre pensée. Elle nous élève au-dessus du pouvoir des désirs et tendances naturels, au-dessus des tentations qui mènent au péché. Dieu veut que nous soyons heureux, et il nous a donné les préceptes de la loi afin qu’en leur obéissant nous puissions avoir de la joie. Quand à la naissance de Jésus les anges ont chanté,–
. . . . . “Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
. . . . . Et sur la terre la paix, la bienveillance envers les hommes » (Luc 2 : 14),
ils énonçaient les principes de la loi qu’il était venu magnifier et rendre honorables.
Lorsque la loi a été proclamée du Sinaï, Dieu a fait connaître aux hommes la sainteté de son caractère, afin qu’ils puissent voir le péché des leurs. La loi a été donnée pour les convaincre de péché et révéler leur besoin d’un Sauveur. Il le ferait alors que ses principes étaient appliqués au cœur par le Saint-Esprit. Ce travail est encore à faire. Dans la vie de Christ, les principes de la loi sont rendus clairs ; et tandis que le Saint-Esprit de Dieu touche le cœur, tandis que la lumière de Christ révèle aux hommes leur besoin de son sang purificateur et de sa justice justifiante, la loi est toujours un agent pour nous amener à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi. “La loi du Seigneur est parfaite, elle convertit l’âme.” Psaume 19:7.
“Jusqu’à ce que le ciel et la terre passent”, a dit Jésus, “un iota ou un trait ne passera en aucune façon de la loi, jusqu’à ce que tout soit accompli.” Le soleil qui brille dans les cieux, la terre solide sur laquelle vous habitez, sont les témoins de Dieu que sa loi est immuable et éternelle. Même s’ils peuvent passer, les préceptes divins perdureront. “Il est plus facile au ciel et à la terre de passer, qu’un seul titre de la loi échoue.” Luc 16:17. Le système de types qui désignait Jésus comme l’Agneau de Dieu devait être aboli à sa mort ; mais les préceptes du Décalogue sont aussi immuables que le trône de Dieu.
Puisque « la loi du Seigneur est parfaite », toute variation par rapport à celle-ci doit être mauvaise. Ceux qui désobéissent aux commandements de Dieu et enseignent aux autres à le faire sont condamnés par le Christ. La vie d’obéissance du Sauveur a maintenu les exigences de la loi ; cela prouvait que la loi pouvait être observée dans l’humanité, et montrait l’excellence du caractère que l’obéissance développerait. Tous ceux qui obéissent comme lui déclarent également que la loi est « sainte, juste et bonne ». Romains 7:12. D’un autre côté, tous ceux qui enfreignent les commandements de Dieu soutiennent l’affirmation de Satan selon laquelle la loi est injuste et ne peut être obéie. Ainsi ils secondent les tromperies du grand adversaire, et jettent le déshonneur sur Dieu. Ce sont les enfants du méchant, qui fut le premier rebelle contre la loi de Dieu. Les admettre au ciel apporterait à nouveau des éléments de discorde et de rébellion, et mettre en péril le bien-être de l’univers. Aucun homme qui néglige volontairement un principe de la loi n’entrera dans le royaume des cieux.
Les rabbins considéraient leur justice comme un passeport pour le ciel ; mais Jésus la déclara insuffisante et indigne. Les cérémonies extérieures et une connaissance théorique de la vérité constituaient la justice pharisaïque. Les rabbins prétendaient être saints par leurs propres efforts pour observer la loi ; mais leurs œuvres avaient séparé la justice de la religion. Alors qu’ils étaient pointilleux dans les observances rituelles, leurs vies étaient immorales et dégradées. Leur soi-disant justice ne pourrait jamais entrer dans le royaume des cieux.
La plus grande tromperie de l’esprit humain à l’époque du Christ était qu’un simple assentiment à la vérité constitue la justice. Dans toute l’expérience humaine, une connaissance théorique de la vérité s’est avérée insuffisante pour le salut de l’âme. Il ne produit pas les fruits de la justice. Un respect jaloux pour ce qu’on appelle la vérité théologique accompagne souvent une haine de la vérité authentique telle qu’elle se manifeste dans la vie. Les chapitres les plus sombres de l’histoire sont accablés par le bilan des crimes commis par des religieux sectaires. Les pharisiens prétendaient être les enfants d’Abraham et se vantaient de posséder les oracles de Dieu ; pourtant ces avantages ne les préservaient pas de l’égoïsme, de la malignité, de l’avidité du gain et de la plus basse hypocrisie. Ils se croyaient les plus grands religieux du monde,
Le même danger existe toujours. Beaucoup tiennent pour acquis qu’ils sont chrétiens, simplement parce qu’ils souscrivent à certains principes théologiques. Mais ils n’ont pas introduit la vérité dans la vie pratique. Ils n’y ont pas cru et ne l’ont pas aimée, donc ils n’ont pas reçu la puissance et la grâce qui viennent par la sanctification de la vérité. Les hommes peuvent professer la foi dans la vérité ; mais s’il ne les rend pas sincères, bons, patients, indulgents, d’esprit céleste, c’est une malédiction pour ses possesseurs, et par leur influence c’est une malédiction pour le monde.
La justice que Christ a enseignée est la conformité du cœur et de la vie à la volonté révélée de Dieu. Les hommes pécheurs ne peuvent devenir justes que s’ils ont foi en Dieu et maintiennent un lien vital avec lui. Alors la vraie piété élèvera les pensées et ennoblira la vie. Alors les formes extérieures de la religion s’accordent avec la pureté intérieure du chrétien. Alors les cérémonies requises au service de Dieu ne sont pas des rites vides de sens, comme ceux des pharisiens hypocrites.
Jésus reprend les commandements séparément et explique la profondeur et l’étendue de leurs exigences. Au lieu de retirer un iota de leur force, il montre à quel point leurs principes sont étendus et expose l’erreur fatale des Juifs dans leur démonstration extérieure d’obéissance. Il déclare que par la mauvaise pensée ou le regard lubrique, la loi de Dieu est transgressée. Celui qui devient complice de la moindre injustice enfreint la loi et dégrade sa propre nature morale. Le meurtre existe d’abord dans l’esprit. Celui qui donne à la haine une place dans son cœur met les pieds sur le chemin du meurtrier, et ses offrandes sont en horreur à Dieu.
Les Juifs cultivaient un esprit de représailles. Dans leur haine des Romains, ils prononçaient de dures dénonciations et plaisaient au méchant en manifestant ses attributs. Ainsi, ils s’entraînaient à accomplir les actes terribles auxquels il les avait conduits. Dans la vie religieuse des Pharisiens, rien ne recommandait la piété aux Gentils. Jésus leur ordonna de ne pas se tromper en pensant qu’ils pourraient dans leur cœur se dresser contre leurs oppresseurs et nourrir le désir de venger leurs torts.
Il est vrai qu’il y a une indignation qui est justifiable, même chez les disciples du Christ. Quand ils voient que Dieu est déshonoré et que Son service est déconsidéré, quand ils voient des innocents opprimés, une juste indignation remue l’âme. Une telle colère, née d’une morale sensible, n’est pas un péché. Mais ceux qui, à n’importe quelle provocation supposée, se sentent libres de se livrer à la colère ou au ressentiment ouvrent leur cœur à Satan. L’amertume et l’animosité doivent être bannies de l’âme si nous voulons être en harmonie avec le ciel.
Le Sauveur va plus loin que cela. Il dit : « Si tu apportes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi ; laisse là ton offrande devant l’autel, et va; réconcilie-toi d’abord avec ton frère, puis viens offrir ton offrande. Beaucoup sont zélés dans les services religieux, tandis qu’il existe entre eux et leurs frères des différends malheureux qu’ils pourraient concilier. Dieu leur demande de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour rétablir l’harmonie. Jusqu’à ce qu’ils le fassent, Il ne peut pas accepter leurs services. Le devoir du chrétien à cet égard est clairement indiqué.
Dieu déverse Ses bénédictions sur tous. « Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Il est « bon envers les ingrats et envers les méchants ». Luc 6:35. Il nous demande d’être comme lui. « Bénissez ceux qui vous maudissent », dit Jésus ; “faites du bien à ceux qui vous haïssent, . . . afin que vous soyez enfants de votre Père qui est dans les cieux. Ce sont les principes de la loi, et ce sont les sources de la vie.
L’idéal de Dieu pour ses enfants est plus élevé que ce que la pensée humaine peut atteindre. « Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est dans les cieux est parfait. Cette commande est une promesse. Le plan de rédemption envisage notre rétablissement complet du pouvoir de Satan. Le Christ sépare toujours l’âme contrite du péché. Il est venu pour détruire les oeuvres du diable, et Il a prévu que le Saint-Esprit soit communiqué à toute âme repentante, pour l’empêcher de pécher.
Le libre arbitre du tentateur ne doit pas être considéré comme une excuse pour un acte répréhensible. Satan jubile quand il entend les soi-disant disciples du Christ faire des excuses pour leur difformité de caractère. Ce sont ces excuses qui mènent au péché. Il n’y a aucune excuse pour le péché. Un tempérament saint, une vie semblable à celle de Christ, est accessible à tout enfant de Dieu qui se repent et qui croit.
L’idéal du caractère chrétien est la ressemblance à Christ. Comme le Fils de l’homme était parfait dans sa vie, ses disciples doivent être parfaits dans leur vie. Jésus a été en toutes choses rendu semblable à ses frères. Il s’est fait chair, tout comme nous. Il avait faim, soif et fatigue. Il était soutenu par la nourriture et rafraîchi par le sommeil. Il partageait le sort de l’homme ; pourtant Il était le Fils irréprochable de Dieu. Il était Dieu dans la chair. Son caractère doit être le nôtre. Le Seigneur dit de ceux qui croient en lui : « J’habiterai en eux et je marcherai en eux ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 2 Corinthiens 6:16.
Christ est l’échelle que Jacob a vue, la base reposant sur la terre, et la plus haute ronde atteignant la porte du ciel, jusqu’au seuil même de la gloire. Si cette échelle avait manqué d’un seul pas d’atteindre la terre, nous aurions été perdus. Mais Christ nous atteint là où nous sommes. Il a pris notre nature et a vaincu, afin que nous puissions vaincre en prenant Sa nature. Fait « à la ressemblance d’une chair pécheresse » (Romains 8 :3), il a vécu une vie sans péché. Maintenant, par sa divinité, il s’empare du trône des cieux, tandis que par son humanité, il nous atteint. Il nous ordonne par la foi en lui d’atteindre la gloire du caractère de Dieu. C’est pourquoi nous devons être parfaits, comme notre “Père qui est dans les cieux est parfait”.
Jésus avait montré en quoi consiste la justice et avait indiqué Dieu comme sa source. Maintenant, Il s’est tourné vers des devoirs pratiques. Dans l’aumône, dans la prière, dans le jeûne, dit-il, ne faites rien pour attirer l’attention ou gagner des louanges à vous-même. Donnez avec sincérité, pour le bien des pauvres qui souffrent. Dans la prière, laissez l’âme communier avec Dieu. Dans le jeûne, n’allez pas la tête baissée et le cœur rempli de pensées personnelles. Le cœur du pharisien est un sol stérile et sans profit, dans lequel aucune semence de vie divine ne peut fleurir. C’est celui qui se livre le plus sans réserve à Dieu qui lui rendra le service le plus acceptable. Car par la communion avec Dieu, les hommes deviennent des ouvriers avec lui pour présenter son caractère dans l’humanité.
Le service rendu dans la sincérité du cœur a une grande récompense. “Votre Père qui voit en secret Lui-même vous récompensera ouvertement.” Par la vie que nous vivons par la grâce de Christ, le caractère est formé. La beauté originelle commence à être restaurée dans l’âme. Les attributs du caractère de Christ sont transmis et l’image du Divin commence à briller. Les visages des hommes et des femmes qui marchent et travaillent avec Dieu expriment la paix du ciel. Ils sont entourés de l’atmosphère du paradis. Pour ces âmes, le royaume de Dieu a commencé. Ils ont la joie du Christ, la joie d’être une bénédiction pour l’humanité. Ils ont l’honneur d’être acceptés à l’usage du Maître ; on leur fait confiance pour faire son œuvre en son nom.
“Nul ne peut servir deux maîtres.” Nous ne pouvons pas servir Dieu avec un cœur divisé. La religion biblique n’est pas une influence parmi tant d’autres ; son influence doit être suprême, pénétrant et contrôlant toutes les autres. Ce n’est pas comme une touche de couleur brossée ici et là sur la toile, mais c’est pour imprégner toute la vie, comme si la toile était trempée dans la couleur, jusqu’à ce que chaque fil du tissu soit teint d’une teinte profonde et inaltérable. .
« Si donc ton œil est simple, tout ton corps sera illuminé. Mais si ton œil est mauvais, tout ton corps sera dans les ténèbres. La pureté et la fermeté du but sont les conditions pour recevoir la lumière de Dieu. Celui qui désire connaître la vérité doit être disposé à accepter tout ce qu’elle révèle. Il ne peut faire aucun compromis avec l’erreur. Être hésitant et sans conviction dans l’allégeance à la vérité, c’est choisir les ténèbres de l’erreur et de l’illusion satanique.
La politique mondaine et les principes immuables de justice ne se fondent pas imperceptiblement, comme les couleurs de l’arc-en-ciel. Entre les deux, une ligne large et claire est tracée par le Dieu éternel. La ressemblance de Christ se distingue de celle de Satan comme midi en contraste avec minuit. Et seuls ceux qui vivent la vie de Christ sont Ses collaborateurs. Si un péché est chéri dans l’âme, ou une mauvaise pratique conservée dans la vie, tout l’être est contaminé. L’homme devient un instrument d’iniquité.
Tous ceux qui ont choisi le service de Dieu doivent reposer sous sa protection. Le Christ montra les oiseaux qui volaient dans les cieux, les fleurs des champs, et demanda à ses auditeurs de considérer ces objets de la création de Dieu. « Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Il a dit. Matthieu 6:26, RV La mesure de l’attention divine accordée à tout objet est proportionnelle à son rang dans l’échelle de l’être. Le petit moineau brun est veillé par la Providence. Les fleurs des champs, l’herbe qui tapisse la terre, partagent l’attention et les soins de notre Père céleste. Le grand maître artiste a pensé aux lys, les rendant si beaux qu’ils éclipsent la gloire de Salomon. Combien plus se soucie-t-il de l’homme, qui est l’image et la gloire de Dieu. Il aspire à voir ses enfants révéler un caractère à sa ressemblance.
Tous ceux qui choisissent le royaume d’amour, de justice et de paix du Christ, en faisant passer son intérêt avant tout autre, sont liés au monde d’en haut, et chaque bénédiction nécessaire à cette vie leur appartient. Dans le livre de la providence de Dieu, le volume de la vie, une page nous est donnée à chacun. Cette page contient chaque détail de notre histoire ; même les cheveux de la tête sont comptés. Les enfants de Dieu ne sont jamais absents de Son esprit.
« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain. Matthieu 6:34, RV Nous devons suivre Christ jour après jour. Dieu n’accorde pas d’aide pour demain. Il ne donne pas à ses enfants toutes les directions pour leur voyage de vie à la fois, de peur qu’ils ne deviennent confus. Il leur dit tout ce dont ils peuvent se souvenir et effectuer. La force et la sagesse transmises sont pour l’urgence actuelle. « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse », – pour aujourd’hui, – « qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche ; et il lui sera donné. Jacques 1:5.
« Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. Ne te crois pas meilleur que les autres hommes, et érige-toi en leur juge. Puisque vous ne pouvez pas discerner le motif, vous êtes incapable de juger un autre. En le critiquant, vous vous condamnez vous-même ; car tu montres que tu es complice de Satan, l’accusateur des frères. Le Seigneur dit : « Examinez-vous, si vous êtes dans la foi ; faites vos preuves. C’est notre travail. “Si nous nous jugeons nous-mêmes, nous ne devrions pas être jugés.” 2 Corinthiens 13:5 ; 1 Corinthiens 11:31.
Le bon arbre produira de bons fruits. Si le fruit est désagréable et sans valeur, l’arbre est mauvais. Ainsi, le fruit porté dans la vie témoigne de la condition du cœur et de l’excellence du caractère. Les bonnes œuvres ne peuvent jamais acheter le salut, mais elles sont une preuve de la foi qui agit par amour et purifie l’âme. Et bien que la récompense éternelle ne soit pas accordée à cause de notre mérite, elle sera néanmoins proportionnelle à l’œuvre qui a été accomplie par la grâce de Christ.
Ainsi, le Christ a exposé les principes de son royaume et les a montrés comme étant la grande règle de vie. Pour impressionner la leçon, Il ajoute une illustration. Il ne suffit pas, dit-il, que vous entendiez Mes paroles. Par l’obéissance, vous devez en faire le fondement de votre caractère. Le moi n’est que du sable mouvant. Si vous construisez sur des théories et des inventions humaines, votre maison tombera. Par les vents de la tentation, les tempêtes de l’épreuve, elle sera balayée. Mais ces principes que j’ai donnés perdureront. Recevez-Moi ; construire sur Mes paroles.
« Quiconque donc entend ces paroles que je dis et les met en pratique sera semblable à un homme sage, qui a bâti sa maison sur le roc ; et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé, et ont battu cette maison. ; et elle ne tomba pas, car elle était fondée sur le roc. Matthieu 7:24, 25, RV

Chapitre 32
Le Centurion
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 8 :5-13 ; Luc 7:1-17]

Christ avait dit au noble dont il avait guéri le fils : « Si vous ne voyez pas de miracles et de prodiges, vous ne croirez pas. Jean 4:48. Il était attristé que sa propre nation requière ces signes extérieurs de sa messianité. À maintes reprises, il s’était émerveillé de leur incrédulité. Mais il s’est émerveillé de la foi du centurion qui est venu à lui. Le centurion n’a pas mis en doute le pouvoir du Sauveur. Il ne lui a même pas demandé de venir en personne pour accomplir le miracle. “Dis seulement un mot,” dit-il, “et mon serviteur sera guéri.”
Le serviteur du centurion était atteint de paralysie et gisait à l’article de la mort. Chez les Romains, les serviteurs étaient des esclaves, achetés et vendus sur les places du marché, et traités avec abus et cruauté ; mais le centurion était tendrement attaché à son domestique, et désirait vivement sa guérison. Il croyait que Jésus pouvait le guérir. Il n’avait pas vu le Sauveur, mais les rapports qu’il avait entendus lui avaient inspiré la foi. Malgré le formalisme des Juifs, ce Romain était convaincu que leur religion était supérieure à la sienne. Il avait déjà franchi les barrières des préjugés nationaux et de la haine qui séparaient les conquérants des peuples conquis. Il avait manifesté du respect pour le service de Dieu et avait montré de la bonté envers les Juifs en tant que Ses adorateurs. Dans l’enseignement du Christ, tel qu’il lui avait été rapporté, il a trouvé ce qui répondait au besoin de l’âme. Tout ce qu’il y avait de spirituel en lui répondait aux paroles du Sauveur. Mais il se sentait indigne d’entrer en présence de Jésus, et il appela les anciens juifs à demander la guérison de son serviteur. Ils connaissaient le Grand Instructeur et sauraient, pensait-il, s’approcher de Lui pour gagner Ses faveurs.
Lorsque Jésus est entré à Capharnaüm, il a été accueilli par une délégation d’anciens, qui lui ont fait part du désir du centurion. Ils disaient «qu’il était digne de qui il ferait cela, car il aime notre nation, et il nous a bâti une synagogue».
Jésus partit aussitôt pour la maison de l’officier ; mais, pressé par la multitude, il avançait lentement. La nouvelle de sa venue le précédait, et le centurion, dans sa méfiance envers lui-même, lui envoya le message : « Seigneur, ne te trouble pas, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. Mais le Sauveur continua sa route, et le centurion, s’aventurant enfin à s’approcher de lui, compléta le message en disant : « Moi-même, je ne me suis pas cru digne de venir à toi. « mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. Car je suis un homme sous autorité, ayant des soldats sous moi, et je dis à cet homme : Va, et il s’en va ; et à un autre, Viens, et il vient; et à mon serviteur : Faites ceci, et il le fera. De même que je représente la puissance de Rome et que mes soldats reconnaissent mon autorité comme suprême, ainsi tu représentes la puissance du Dieu infini, et toutes les choses créées obéissent à ta parole. Tu peux ordonner à la maladie de s’en aller, et elle t’obéira. Tu peux invoquer Tes messagers célestes, et ils transmettront la vertu de guérison. Ne dis qu’un mot, et mon serviteur sera guéri.
“Lorsque Jésus entendit ces choses, il s’étonna de lui, se retourna et dit au peuple qui le suivait : Je vous le dis, je n’ai pas trouvé une si grande foi, non, pas en Israël.” Et au centurion, il dit : « Comme tu as cru, qu’il te soit fait ainsi. Et son serviteur fut guéri à la même heure.
Les anciens juifs qui recommandèrent le centurion au Christ avaient montré à quel point ils étaient loin de posséder l’esprit de l’évangile. Ils n’ont pas reconnu que notre grand besoin est notre seul droit à la miséricorde de Dieu. Dans leur pharisaïsme, ils félicitèrent le centurion pour la faveur qu’il avait témoignée à “notre nation”. Mais le centurion a dit de lui-même : « Je ne suis pas digne. Son cœur avait été touché par la grâce du Christ. Il a vu sa propre indignité; pourtant il craignait de ne pas demander de l’aide. Il ne s’est pas fié à sa propre bonté ; son argument était son grand besoin. Sa foi s’est emparée de Christ dans son vrai caractère. Il ne croyait pas en lui simplement en tant que faiseur de miracles, mais en tant qu’ami et Sauveur de l’humanité.
C’est ainsi que tout pécheur peut venir à Christ. « Non par les oeuvres de justice que nous avons faites, mais selon sa miséricorde, il nous a sauvés. » Tite 3:5. Lorsque Satan vous dit que vous êtes un pécheur et que vous ne pouvez pas espérer recevoir la bénédiction de Dieu, dites-lui que Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. Nous n’avons rien pour nous recommander à Dieu ; mais l’argument que nous pouvons invoquer maintenant et à jamais est notre condition totalement impuissante qui fait de son pouvoir rédempteur une nécessité. Renonçant à toute dépendance de soi, nous pouvons regarder vers la croix du Calvaire et dire :
. . . . . « Je n’apporte aucun prix dans ma main ;
. . . . . Simplement à ta croix je m’accroche.
Les Juifs avaient été instruits dès l’enfance concernant l’œuvre du Messie. Les déclarations inspirées des patriarches et des prophètes et l’enseignement symbolique du service sacrificiel avaient été les leurs. Mais ils avaient ignoré la lumière ; et maintenant ils ne voyaient en Jésus rien à désirer. Mais le centurion, né dans le paganisme, éduqué dans l’idolâtrie de la Rome impériale, formé comme soldat, apparemment coupé de la vie spirituelle par son éducation et son environnement, et encore plus exclu par le sectarisme des Juifs et par le mépris des ses propres compatriotes pour le peuple d’Israël, cet homme a perçu la vérité à laquelle les enfants d’Abraham ont été aveuglés. Il n’a pas attendu de voir si les Juifs eux-mêmes recevraient Celui qui prétendait être leur Messie. Comme la « lumière qui éclaire tout homme qui vient dans le monde » (Jean 1 :
Pour Jésus, c’était un gage de l’œuvre que l’évangile devait accomplir parmi les Gentils. Avec joie, il attendait avec impatience le rassemblement des âmes de toutes les nations dans son royaume. Avec une profonde tristesse, il dépeint aux Juifs le résultat de leur rejet de sa grâce : « Je vous dis que beaucoup viendront de l’orient et de l’occident, et s’assiéront avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume de paradis. Mais les enfants du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents. Hélas, combien se préparent encore à la même déception fatale ! Alors que les âmes dans les ténèbres païennes acceptent Sa grâce, combien y en a-t-il dans les terres chrétiennes sur lesquelles la lumière ne brille que pour être ignorées.
A plus de vingt milles de Capharnaüm, sur un plateau surplombant la vaste et belle plaine d’Esdrelon, se trouvait le village de Naïn, et c’est là que Jésus se dirigea ensuite. Beaucoup de ses disciples et d’autres étaient avec lui, et tout le long du chemin, les gens venaient, avides de ses paroles d’amour et de pitié, amenant leurs malades pour sa guérison, et toujours avec l’espoir que celui qui exerçait un pouvoir si merveilleux se rendrait lui-même connu comme le roi d’Israël. Une multitude se pressait sur ses pas, et c’était une troupe joyeuse et pleine d’attente qui le suivait sur le chemin rocailleux vers la porte du village de montagne.
Alors qu’ils s’approchent, un train funéraire est vu venant des portes. A pas lents et tristes, il se dirige vers le lieu de l’enterrement. Sur une bière ouverte portée devant se trouve le corps du mort, et autour de lui se trouvent les personnes en deuil, remplissant l’air de leurs cris lamentables. Tous les habitants de la ville semblent s’être rassemblés pour montrer leur respect pour les morts et leur sympathie aux personnes endeuillées.
C’était un spectacle pour éveiller la sympathie. Le défunt était le fils unique de sa mère, et elle était veuve. La personne en deuil solitaire suivait jusqu’à la tombe son unique soutien et réconfort terrestre. “Lorsque le Seigneur la vit, il eut pitié d’elle.” Alors qu’elle avançait aveuglément, pleurant, ne remarquant pas sa présence, il s’approcha d’elle et lui dit doucement : « Ne pleure pas. Jésus était sur le point de changer son chagrin en joie, mais il ne pouvait s’empêcher de lui témoigner cette tendre sympathie.
“Il est venu et a touché la bière;” pour Lui, même le contact avec la mort ne pouvait donner aucune souillure. Les porteurs s’arrêtèrent et les lamentations des personnes en deuil cessèrent. Les deux compagnies se rassemblèrent autour de la bière, espérant contre tout espoir. L’un était présent qui avait banni la maladie et vaincu les démons ; la mort était-elle aussi soumise à son pouvoir ?
D’une voix claire et autoritaire, les mots sont prononcés : “Jeune homme, je te le dis, lève-toi.” Cette voix perce les oreilles des morts. Le jeune homme ouvre les yeux. Jésus le prend par la main et le relève. Son regard tombe sur celle qui a pleuré à côté de lui, et la mère et le fils s’unissent dans une longue étreinte joyeuse. La multitude regarde en silence, comme envoûtée. “Il y a eu une peur sur tous.” Silencieux et respectueux, ils restèrent un peu de temps comme s’ils étaient en présence même de Dieu. Alors ils « glorifient Dieu, disant : Qu’un grand prophète s’est levé parmi nous ; et que Dieu a visité son peuple. Le train funéraire revint à Naïn en cortège triomphal. « Et cette rumeur à son sujet se répandit dans toute la Judée et dans toute la région d’alentour.
Celui qui se tenait à côté de la mère affligée à la porte de Naïn, veille avec chaque personne en deuil à côté de la bière. Il est touché de sympathie pour notre chagrin. Son cœur, aimé et plaint, est un cœur d’une tendresse immuable. Sa parole, qui rappelait les morts à la vie, n’est pas moins efficace aujourd’hui que lorsqu’elle s’adressait au jeune homme de Naïn. Il dit : « Tout pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre. Matthieu 28:18. Cette puissance n’est pas diminuée par le passage des années, ni épuisée par l’activité incessante de sa grâce débordante. Pour tous ceux qui croient en lui, il est toujours un Sauveur vivant.
Jésus a changé le chagrin de la mère en joie lorsqu’il a rendu son fils; pourtant le jeune homme n’a été appelé qu’à cette vie terrestre, pour endurer ses peines, ses labeurs et ses périls, et pour repasser sous le pouvoir de la mort. Mais Jésus réconforte notre douleur pour les morts avec un message d’espérance infinie : « Je suis celui qui vit, et j’étais mort ; et voici, je suis vivant pour toujours, . . . et ont les clefs de l’enfer et de la mort. « Puisque donc les enfants ont part à la chair et au sang, il a aussi lui-même participé à la même chose ; que, par la mort, il puisse détruire celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable ; et délivrez ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie soumis à la servitude. Apocalypse 1:18 ; Hébreux 2:14, 15.
Satan ne peut pas tenir les morts dans sa poigne quand le Fils de Dieu leur donne la vie. Il ne peut pas retenir dans la mort spirituelle une âme qui, dans la foi, reçoit la parole de puissance du Christ. Dieu dit à tous ceux qui sont morts dans le péché : « Réveille-toi, toi qui dors, et relève-toi d’entre les morts. Éphésiens 5:14. Ce mot est la vie éternelle. Comme la parole de Dieu qui a fait vivre le premier homme, nous donne encore la vie ; comme la parole du Christ, «Jeune homme, je te le dis, lève-toi», a donné la vie aux jeunes de Naïn, de même cette parole, «Lève-toi d’entre les morts», est la vie de l’âme qui la reçoit. Dieu « nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé ». Colossiens 1:13. Tout nous est offert dans sa parole. Si nous recevons la parole, nous avons la délivrance.
Et « si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts vivifiera aussi vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous ». « Car le Seigneur lui-même descendra du ciel avec un cri, avec la voix de l’archange et avec la trompette de Dieu ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; ensuite, nous qui serons vivants et qui resterons, nous serons enlevés avec eux. dans les nuées, pour rencontrer le Seigneur dans les airs : et ainsi serons-nous toujours avec le Seigneur. Romains 8:11 ; 1 Thessaloniciens 4:16, 17. C’est la parole de consolation par laquelle il nous ordonne de nous consoler les uns les autres.

Chapitre 33
Qui sont mes frères ?
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 12 :22-50 ; Marc 3:20-35]

Les fils de Joseph étaient loin d’être en sympathie avec Jésus dans son œuvre. Les rapports qui leur parvenaient au sujet de sa vie et de ses travaux les remplissaient d’étonnement et de consternation. Ils apprirent qu’il consacrait des nuits entières à la prière, que tout au long de la journée il était envahi par de grandes compagnies de gens, et ne se donnait pas le temps de manger. Ses amis sentaient qu’il s’épuisait par son travail incessant ; ils étaient incapables d’expliquer son attitude envers les pharisiens, et certains craignaient que sa raison devienne instable.
Ses frères en ont entendu parler, ainsi que l’accusation portée par les pharisiens qu’il a chassé les démons par le pouvoir de Satan. Ils ressentaient vivement le reproche qui leur était adressé par leur relation avec Jésus. Ils savaient quel tumulte ses paroles et ses œuvres avaient créé, et n’étaient pas seulement alarmés par ses déclarations audacieuses, mais indignés par sa dénonciation des scribes et des pharisiens. Ils décidèrent qu’il fallait le persuader ou le contraindre de cesser cette manière de travailler, et ils obtinrent que Marie s’unît à eux, pensant que par son amour pour elle ils pourraient l’amener à être plus prudents.
C’était juste avant cela que Jésus avait accompli une seconde fois le miracle de guérir un possédé, aveugle et muet, et les pharisiens avaient réitéré l’accusation : « Il chasse les démons par le prince des démons. Matthieu 9:34. Christ leur a dit clairement qu’en attribuant l’œuvre du Saint-Esprit à Satan, ils se coupaient eux-mêmes de la source de bénédiction. Ceux qui avaient parlé contre Jésus lui-même, sans discerner son caractère divin, pouvaient recevoir le pardon ; car, par le Saint-Esprit, ils pourraient être amenés à voir leur erreur et à se repentir. Quel que soit le péché, si l’âme se repent et croit, la culpabilité est lavée dans le sang de Christ ; mais celui qui rejette l’œuvre du Saint-Esprit se place là où la repentance et la foi ne peuvent lui venir. C’est par l’Esprit que Dieu agit sur le cœur ; lorsque les hommes rejettent volontairement l’Esprit et déclarent qu’Il vient de Satan, ils coupent le canal par lequel Dieu peut communiquer avec eux. Lorsque l’Esprit est finalement rejeté, il n’y a plus rien que Dieu puisse faire pour l’âme.
Les pharisiens à qui Jésus a adressé cet avertissement n’ont pas eux-mêmes cru à l’accusation qu’ils portaient contre lui. Il n’y avait pas un seul de ces dignitaires qui ne se soit senti attiré vers le Sauveur. Ils avaient entendu la voix de l’Esprit dans leur propre cœur le déclarant être l’oint d’Israël et les pressant de se confesser ses disciples. A la lumière de sa présence, ils avaient réalisé leur impie et avaient aspiré à une justice qu’ils ne pouvaient pas créer. Mais après leur rejet de Lui, il serait trop humiliant de Le recevoir comme Messie. Ayant mis les pieds sur le chemin de l’incrédulité, ils étaient trop fiers pour confesser leur erreur. Et pour éviter de reconnaître la vérité, ils ont essayé avec une violence désespérée de contester l’enseignement du Sauveur. La preuve de sa puissance et de sa miséricorde les exaspéra. Ils ne pouvaient pas empêcher le Sauveur de faire des miracles, ils ne pouvaient pas faire taire son enseignement ; mais ils firent tout ce qui était en leur pouvoir pour le dénaturer et falsifier ses paroles. L’Esprit de conviction de Dieu les suivait toujours, et ils ont dû ériger de nombreuses barrières pour résister à sa puissance. L’agence la plus puissante qui puisse être exercée sur le cœur humain s’efforçait avec eux, mais ils ne cédaient pas.
Ce n’est pas Dieu qui aveugle les yeux des hommes ou endurcit leur cœur. Il leur envoie la lumière pour corriger leurs erreurs et les conduire dans des sentiers sûrs ; c’est par le rejet de cette lumière que les yeux sont aveuglés et le cœur endurci. Souvent, le processus est graduel et presque imperceptible. La lumière vient à l’âme par la parole de Dieu, par ses serviteurs ou par l’action directe de son Esprit ; mais quand un rayon de lumière est ignoré, il y a un engourdissement partiel des perceptions spirituelles, et la seconde révélation de lumière est moins clairement discernée. Ainsi l’obscurité augmente, jusqu’à ce qu’il fasse nuit dans l’âme. Ainsi en était-il de ces dirigeants juifs. Ils étaient convaincus qu’une puissance divine accompagnait le Christ, mais pour résister à la vérité, ils attribuèrent l’œuvre du Saint-Esprit à Satan. Ce faisant, ils ont délibérément choisi la tromperie ;
Étroitement lié à l’avertissement du Christ concernant le péché contre le Saint-Esprit, il y a un avertissement contre les paroles vaines et mauvaises. Les mots sont une indication de ce qui est dans le cœur. “De l’abondance du coeur la bouche parle.” Mais les mots sont plus qu’une indication de caractère; ils ont le pouvoir de réagir sur le personnage. Les hommes sont influencés par leurs propres mots. Souvent sous une impulsion momentanée, incitée par Satan, ils expriment la jalousie ou le mal en supposant, exprimant ce qu’ils ne croient pas vraiment ; mais l’expression réagit sur les pensées. Ils sont trompés par leurs paroles et en viennent à croire ce qui a été dit à l’instigation de Satan. Ayant une fois exprimé une opinion ou une décision, ils sont souvent trop fiers pour la rétracter et essaient de prouver qu’ils ont raison, jusqu’à ce qu’ils en viennent à croire qu’ils l’ont été. Il est dangereux de prononcer un mot de doute, dangereux de remettre en question et de critiquer la lumière divine. L’habitude de la critique négligente et irrévérencieuse réagit sur le caractère, en favorisant l’irrévérence et l’incrédulité. Beaucoup d’hommes qui s’adonnent à cette habitude sont restés inconscients du danger, jusqu’à ce qu’ils soient prêts à critiquer et à rejeter l’œuvre du Saint-Esprit. Jésus a dit : « Toute parole vaine que les hommes diront, ils en rendront compte au jour du jugement. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.
Puis Il ajouta un avertissement à ceux qui avaient été impressionnés par Ses paroles, qui L’avaient entendu avec joie, mais qui ne s’étaient pas abandonnés pour le séjour du Saint-Esprit. Ce n’est pas seulement par résistance mais par négligence que l’âme est détruite. «Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme», a dit Jésus, «il marche dans des lieux arides, cherchant du repos, et n’en trouve pas. Alors il dit: Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti; et quand il est venu, il la trouve vide, balayée et garnie. Alors il s’en va, et prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui, et ils entrent et habitent là.
Il y en avait beaucoup à l’époque de Christ, comme il y en a aujourd’hui, sur lesquels le contrôle de Satan pour le temps semblait rompu ; par la grâce de Dieu, ils ont été libérés des mauvais esprits qui dominaient l’âme. Ils se réjouissaient de l’amour de Dieu ; mais, comme les auditeurs du terrain pierreux de la parabole, ils ne demeuraient pas dans son amour. Ils ne s’abandonnaient pas quotidiennement à Dieu, afin que Christ puisse habiter dans leur cœur ; et quand l’esprit mauvais revint, avec « sept autres esprits plus méchants que lui », ils étaient entièrement dominés par la puissance du mal.
Lorsque l’âme s’abandonne au Christ, une nouvelle puissance prend possession du nouveau cœur. Un changement s’opère que l’homme ne pourra jamais accomplir par lui-même. C’est une œuvre surnaturelle, apportant un élément surnaturel dans la nature humaine. L’âme qui est soumise à Christ devient sa propre forteresse, qu’il détient dans un monde révolté, et il veut qu’aucune autorité ne soit connue en elle, sauf la sienne. Une âme ainsi gardée en possession par les agents célestes est imprenable aux assauts de Satan. Mais à moins que nous ne nous soumettions au contrôle de Christ, nous serons dominés par le méchant. Nous devons inévitablement être sous le contrôle de l’une ou l’autre des deux grandes puissances qui se disputent la suprématie du monde. Il n’est pas nécessaire que nous choisissions délibérément le service du royaume des ténèbres pour tomber sous sa domination. Nous n’avons qu’à négliger de nous allier au royaume de la lumière. Si nous ne coopérons pas avec les agents célestes, Satan prendra possession du cœur et en fera sa demeure. La seule défense contre le mal est l’habitation de Christ dans le cœur par la foi en sa justice. À moins que nous ne devenions vitalement connectés à Dieu, nous ne pourrons jamais résister aux effets impies de l’amour-propre, de l’auto-indulgence et de la tentation de pécher. Nous pouvons abandonner de nombreuses mauvaises habitudes, pour le moment nous pouvons nous séparer de Satan ; mais sans une connexion vitale avec Dieu, par l’abandon de nous-mêmes à Lui instant après instant, nous serons vaincus. Sans une connaissance personnelle du Christ et une communion continuelle, nous sommes à la merci de l’ennemi, et nous exécuterons ses ordres à la fin.
« Le dernier état de cet homme est pire que le premier. Il en sera de même, dit Jésus, pour cette génération méchante. Il n’y a personne d’aussi endurci que ceux qui ont méprisé l’invitation de la miséricorde et qui ont fait du mal à l’Esprit de grâce. La manifestation la plus courante du péché contre le Saint-Esprit consiste à mépriser constamment l’invitation du Ciel à se repentir. Chaque pas dans le rejet de Christ est un pas vers le rejet du salut et vers le péché contre le Saint-Esprit.
En rejetant Christ, le peuple juif a commis le péché impardonnable ; et en refusant l’invitation de la miséricorde, nous pouvons commettre la même erreur. Nous insultons le Prince de la vie et lui faisons honte devant la synagogue de Satan et devant l’univers céleste quand nous refusons d’écouter ses messagers délégués, et écoutons à la place les agents de Satan, qui détourneraient l’âme de Christ. Tant qu’on fait cela, on ne peut trouver ni espoir ni pardon, et on finira par perdre tout désir de se réconcilier avec Dieu.
Pendant que Jésus enseignait encore le peuple, ses disciples apportèrent le message que sa mère et ses frères étaient absents et désiraient le voir. Il savait ce qu’il y avait dans leurs cœurs, et « Il répondit et dit à celui qui lui parlait : Qui est ma mère ? et qui sont Mes frères ? Et il étendit la main vers ses disciples, et dit : Voici ma mère et mes frères ! Car quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère.
Tous ceux qui voulaient recevoir Christ par la foi étaient unis à Lui par un lien plus étroit que celui de la parenté humaine. Ils deviendraient un avec Lui, comme Il était un avec le Père. En tant que croyante et exécutante de ses paroles, sa mère était liée à lui plus étroitement et de façon plus salutaire que par sa relation naturelle. Ses frères ne tireraient aucun avantage de leur relation avec lui à moins qu’ils ne l’acceptent comme leur Sauveur personnel.
Quel soutien le Christ aurait-il trouvé dans ses parents terrestres s’ils avaient cru en lui comme quelqu’un du ciel et avaient coopéré avec lui pour accomplir l’œuvre de Dieu ! Leur incrédulité a jeté une ombre sur la vie terrestre de Jésus. C’était une partie de l’amertume de cette coupe de malheur qu’il a vidée pour nous.
L’inimitié allumée dans le cœur humain contre l’évangile était vivement ressentie par le Fils de Dieu, et elle lui était très douloureuse dans sa maison ; car son propre cœur était plein de bonté et d’amour, et il appréciait la tendresse dans les relations familiales. Ses frères désiraient qu’il cédât à leurs idées, alors qu’une telle conduite aurait été tout à fait en désaccord avec sa mission divine. Ils le considéraient comme ayant besoin de leurs conseils. Ils le jugeaient de leur point de vue humain et pensaient que s’il ne disait que des choses acceptables pour les scribes et les pharisiens, il éviterait la controverse désagréable que ses paroles soulevaient. Ils pensaient qu’il était hors de lui en revendiquant l’autorité divine et en se plaçant devant les rabbins comme réprobateur de leurs péchés.
Avec leur courte ligne de mesure, ils ne pouvaient pas comprendre la mission qu’il était venu accomplir, et ne pouvaient donc pas sympathiser avec lui dans ses épreuves. Leurs paroles grossières et peu appréciées montraient qu’ils n’avaient aucune véritable perception de son caractère et ne discernaient pas que le divin se mélangeait à l’humain. Ils le voyaient souvent plein de chagrin ; mais au lieu de le réconforter, leur esprit et leurs paroles n’ont fait que blesser son cœur. Sa nature sensible a été torturée, Ses motivations ont été mal comprises, Son œuvre a été incomprise.
Ses frères avançaient souvent la philosophie des pharisiens, qui était usée et blanchie par l’âge, et présumaient de penser qu’ils pouvaient enseigner celui qui comprenait toute vérité et comprenait tous les mystères. Ils ont librement condamné ce qu’ils ne pouvaient pas comprendre. Leurs reproches le sondaient jusqu’au vif, et son âme était fatiguée et affligée. Ils ont avoué la foi en Dieu, et pensaient qu’ils justifiaient Dieu, alors que Dieu était avec eux dans la chair, et qu’ils ne Le connaissaient pas.
Ces choses ont rendu son chemin épineux à parcourir. Le Christ était si peiné par le malentendu dans sa propre maison que c’était un soulagement pour lui d’aller là où cela n’existait pas. Il y avait une maison qu’il aimait visiter, la maison de Lazare, de Marie et de Marthe ; car dans l’atmosphère de foi et d’amour son esprit se reposait. Pourtant, personne sur terre ne pouvait comprendre sa mission divine ou connaître le fardeau qu’il portait au nom de l’humanité. Souvent, il ne pouvait trouver de soulagement qu’en étant seul et en communion avec son Père céleste.
Ceux qui sont appelés à souffrir pour l’amour du Christ, qui doivent endurer l’incompréhension et la méfiance, même dans leur propre foyer, peuvent trouver du réconfort dans la pensée que Jésus a enduré la même chose. Il est ému de compassion pour eux. Il leur demande de trouver de la compagnie en lui et du soulagement là où il l’a trouvé, en communion avec le Père.
Ceux qui acceptent Christ comme leur Sauveur personnel ne sont pas laissés orphelins, pour supporter seuls les épreuves de la vie. Il les reçoit comme membres de la famille céleste ; Il leur ordonne d’appeler Son Père leur Père. Ce sont ses « petits », chers au cœur de Dieu, liés à lui par les liens les plus tendres et les plus durables. Il a envers eux une tendresse excessive, dépassant de loin ce que notre père ou notre mère a ressenti envers nous dans notre impuissance tant le divin est au-dessus de l’humain.
De la relation de Christ avec son peuple, il y a une belle illustration dans les lois données à Israël. Lorsque, par pauvreté, un Hébreu avait été contraint de se départir de son patrimoine et de se vendre comme esclave, le devoir de le racheter ainsi que son héritage revenait à celui qui était le plus proche parent. Voir Lévitique 25:25, 47-49 ; Ruth 2:20. Ainsi, l’œuvre de notre rédemption et de notre héritage, perdu par le péché, est tombée sur Celui qui est notre « proche parent ». C’est pour nous racheter qu’il est devenu notre parent. Plus proche que père, mère, frère, ami ou amant est le Seigneur notre Sauveur. « Ne crains pas, dit-il, car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom ; tu es à moi. “Depuis que tu étais précieux à mes yeux, tu as été honorable, et je t’ai aimé: c’est pourquoi je donnerai des hommes pour toi, et des gens pour ta vie.” Esaïe 43:1, 4.
Christ aime les êtres célestes qui entourent son trône ; mais qu’est-ce qui expliquera le grand amour dont il nous a aimés ? Nous ne pouvons pas le comprendre, mais nous pouvons savoir qu’il est vrai dans notre propre expérience. Et si nous entretenons la relation de parenté avec Lui, avec quelle tendresse devrions-nous considérer ceux qui sont frères et sœurs de notre Seigneur ! Ne devrions-nous pas être prompts à reconnaître les revendications de notre relation divine ? Adoptés dans la famille de Dieu, ne devrions-nous pas honorer notre Père et nos parents ?

Chapitre 34
L’invitation
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 11:28-30]

“Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.”
Ces paroles de réconfort furent adressées à la multitude qui suivait Jésus. Le Sauveur avait dit que ce n’est que par lui-même que les hommes pouvaient recevoir la connaissance de Dieu. Il avait parlé de ses disciples comme de ceux à qui la connaissance des choses célestes avait été donnée. Mais il n’a laissé personne se sentir exclu de ses soins et de son amour. Tous ceux qui travaillent et sont chargés peuvent venir à lui.
Les scribes et les rabbins, avec leur attention pointilleuse aux formes religieuses, avaient un sentiment de besoin que les rites de pénitence ne pouvaient jamais satisfaire. Les publicains et les pécheurs pouvaient prétendre se contenter du sensuel et du terrestre, mais dans leur cœur résidaient la méfiance et la peur. Jésus a regardé les affligés et les cœurs accablés, ceux dont les espoirs étaient anéantis et qui, avec des joies terrestres, cherchaient à apaiser le désir de l’âme, et Il a invité tous à trouver le repos en Lui.
Tendrement, il ordonna au peuple qui travaillait : « Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi ; car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Par ces paroles, le Christ s’adresse à chaque être humain. Qu’ils le sachent ou non, tous sont fatigués et chargés. Tous sont accablés de fardeaux que seul Christ peut enlever. Le fardeau le plus lourd que nous portons est le fardeau du péché. Si nous devions porter ce fardeau, il nous écraserait. Mais l’Innocent a pris notre place. “Le Seigneur a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.” Esaïe 53:6. Il a porté le fardeau de notre culpabilité. Il prendra la charge de nos épaules fatiguées. Il nous donnera du repos. Il portera aussi le fardeau des soucis et du chagrin. Il nous invite à lui confier tous nos soucis ; car Il nous porte sur Son cœur.
Le frère aîné de notre race est près du trône éternel. Il considère chaque âme qui tourne son visage vers Lui comme le Sauveur. Il sait par expérience quelles sont les faiblesses de l’humanité, quels sont nos besoins et où est la force de nos tentations ; car il a été tenté en tous points comme nous, mais sans péché. Il veille sur toi, enfant tremblant de Dieu. Êtes-vous tenté? Il délivrera. Êtes-vous faible? Il va se renforcer. Êtes-vous ignorant? Il éclairera. Êtes-vous blessé? Il guérira. Le Seigneur « donne le nombre des étoiles » ; et pourtant « Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et panse leurs blessures ». Psaume 147:4, 3. « Viens à moi », telle est son invitation. Quelles que soient vos angoisses et vos épreuves, étalez votre cause devant le Seigneur. Votre esprit sera préparé à l’endurance. La voie vous sera ouverte pour vous dégager de l’embarras et de la difficulté. Plus vous vous savez faible et impuissant, plus vous deviendrez fort dans sa force. Plus vos fardeaux sont lourds, plus les autres sont bénis en les jetant sur le porteur du fardeau. Le repos que Christ offre dépend de conditions, mais ces conditions sont clairement spécifiées. Ce sont celles auxquelles tous peuvent se conformer. Il nous dit exactement comment trouver Son repos.
« Prenez mon joug sur vous », dit Jésus. Le joug est un instrument de service. Le bétail est attelé pour le travail, et le joug est essentiel pour qu’il puisse travailler efficacement. Par cette illustration, le Christ nous enseigne que nous sommes appelés à servir aussi longtemps que durera la vie. Nous devons prendre sur nous son joug, afin d’être ses collaborateurs.
Le joug qui lie au service est la loi de Dieu. La grande loi d’amour révélée en Éden, proclamée au Sinaï et dans la nouvelle alliance écrite dans le cœur, est celle qui lie l’ouvrier humain à la volonté de Dieu. Si nous devions suivre nos propres inclinations, aller exactement là où notre volonté nous mènerait, nous tomberions dans les rangs de Satan et deviendrions possesseurs de ses attributs. C’est pourquoi Dieu nous confine à Sa volonté, qui est haute, noble et élevée. Il désire que nous assumions patiemment et sagement les devoirs du service. Le joug du service que Christ lui-même a porté dans l’humanité. Il a dit : « Je prends plaisir à faire ta volonté, ô mon Dieu ; oui, ta loi est dans mon cœur. Psaume 40:8. “Je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.” Jean 6:38. Amour pour Dieu, zèle pour sa gloire et amour pour l’humanité déchue, amené Jésus sur terre pour souffrir et mourir. C’était le pouvoir de contrôle de Sa vie. Ce principe qu’il nous invite à adopter.
Il y en a beaucoup dont le cœur souffre sous une charge de soins parce qu’ils cherchent à atteindre la norme mondiale. Ils ont choisi son service, accepté ses perplexités, adopté ses coutumes. Ainsi leur caractère est entaché, et leur vie faite d’une lassitude. Afin de satisfaire l’ambition et les désirs mondains, ils blessent la conscience et s’attirent un fardeau supplémentaire de remords. L’inquiétude continuelle épuise les forces vitales. Notre-Seigneur veut qu’ils se débarrassent de ce joug de servitude. Il les invite à accepter son joug ; Il dit : « Mon joug est doux et mon fardeau est léger. Il leur ordonne de chercher premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et sa promesse est que tout ce qui leur est nécessaire pour cette vie leur sera ajouté. L’inquiétude est aveugle et ne peut discerner l’avenir ; mais Jésus voit la fin depuis le commencement. Dans chaque difficulté, il prépare sa voie pour apporter un soulagement. Notre Père céleste a mille façons de pourvoir à nos besoins, dont nous ne savons rien. Ceux qui acceptent le seul principe de rendre le service et l’honneur de Dieu suprêmes verront les perplexités disparaître et un chemin clair devant leurs pieds.
« Apprenez de moi », dit Jésus ; « car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos ». Nous devons entrer à l’école du Christ, apprendre de lui la douceur et l’humilité. La rédemption est ce processus par lequel l’âme est formée pour le ciel. Cette formation signifie une connaissance du Christ. Cela signifie l’émancipation des idées, des habitudes et des pratiques acquises à l’école du prince des ténèbres. L’âme doit être délivrée de tout ce qui s’oppose à la fidélité à Dieu.
Dans le cœur du Christ, où régnait une parfaite harmonie avec Dieu, régnait une paix parfaite. Il n’a jamais été exalté par les applaudissements, ni découragé par la censure ou la déception. Au milieu de la plus grande opposition et des traitements les plus cruels, Il était encore de bon courage. Mais beaucoup de ceux qui professent être ses disciples ont un cœur anxieux et troublé, parce qu’ils ont peur de se confier à Dieu. Ils ne s’abandonnent pas complètement à Lui ; car ils reculent devant les conséquences que peut entraîner une telle reddition. À moins qu’ils ne fassent cette reddition, ils ne peuvent pas trouver la paix.
C’est l’amour de soi qui apporte l’agitation. Lorsque nous naissons d’en haut, le même esprit sera en nous qui était en Jésus, l’esprit qui l’a conduit à s’humilier afin que nous puissions être sauvés. Alors nous ne chercherons pas la place la plus élevée. Nous désirerons nous asseoir aux pieds de Jésus et apprendre de lui. Nous comprendrons que la valeur de notre travail ne consiste pas à faire étalage et bruit dans le monde, et à être actifs et zélés par nos propres forces. La valeur de notre travail est proportionnelle à la transmission du Saint-Esprit. La confiance en Dieu apporte des qualités d’esprit plus saintes, de sorte que dans la patience nous puissions posséder nos âmes.
Le joug est placé sur les bœufs pour les aider à tirer la charge, pour alléger le fardeau. Ainsi avec le joug de Christ. Lorsque notre volonté est engloutie dans la volonté de Dieu et que nous utilisons ses dons pour bénir les autres, nous trouverons le fardeau de la vie léger. Celui qui marche dans la voie des commandements de Dieu marche en compagnie de Christ, et dans son amour le cœur est au repos. Lorsque Moïse pria : « Montre-moi maintenant ta voie, afin que je te connaisse », le Seigneur lui répondit : « Ma présence ira avec toi, et je te donnerai du repos. Et par les prophètes, le message a été donné : « Ainsi dit le Seigneur : Tenez-vous sur les chemins, et voyez, et demandez les anciens sentiers, où est le bon chemin, et marchez-y, et vous trouverez du repos pour vos âmes. ” Exode 33:13, 14 ; Jérémie 6:16. Et Il dit : « O que tu as écouté Mes commandements ! alors ta paix aurait été comme un fleuve, et ta justice comme les vagues de la mer. Esaïe 48:18.
Ceux qui prennent Christ au mot et soumettent leur âme à sa garde, leur vie à son ordre, trouveront la paix et la quiétude. Rien du monde ne peut les rendre tristes quand Jésus les rend heureux par sa présence. Dans un acquiescement parfait, il y a un repos parfait. Le Seigneur dit: “Tu le garderas dans une paix parfaite, celui dont l’esprit est arrêté sur toi, car il se confie en toi.” Esaïe 26:3. Nos vies peuvent sembler un enchevêtrement; mais si nous nous engageons envers le sage Maître Ouvrier, Il fera ressortir le modèle de vie et de caractère qui sera à Sa propre gloire. Et ce caractère qui exprime la gloire – le caractère – de Christ sera reçu dans le Paradis de Dieu. Une race rénovée marchera avec lui vêtue de blanc, car elle en est digne.
Comme par Jésus nous entrons dans le repos, le ciel commence ici. Nous répondons à son invitation, Venez, apprenez de moi, et en venant ainsi nous commençons la vie éternelle. Le ciel est une approche incessante de Dieu par le Christ. Plus longtemps nous serons dans le ciel de béatitude, plus et toujours plus de gloire s’ouvrira à nous ; et plus nous en savons sur Dieu, plus intense sera notre bonheur. Alors que nous marchons avec Jésus dans cette vie, nous pouvons être remplis de son amour, satisfaits de sa présence. Tout ce que la nature humaine peut supporter, nous pouvons le recevoir ici. Mais qu’est-ce que cela par rapport à l’au-delà ? Là « ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône habitera au milieu d’eux. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif; ni le soleil ne les éclairera, ni aucune chaleur. Car l’Agneau qui est au milieu du trône les nourrira et les conduira aux sources d’eaux vives, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. Apocalypse 7:15-17.

Chapitre 35
“La paix perdure”
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 8:23-34; Marc 4:35-41 ; 5:1-20 ; Luc 8:22-39]

Ce fut une journée mouvementée dans la vie de Jésus. Au bord de la mer de Galilée, il avait dit ses premières paraboles, par des illustrations familières expliquant à nouveau au peuple la nature de son royaume et la manière dont il devait être établi. Il avait comparé son propre travail à celui du semeur ; le développement de Son royaume à la croissance de la graine de moutarde et l’effet du levain dans la mesure de farine. Il avait décrit la grande séparation finale des justes et des méchants dans les paraboles du blé, de l’ivraie et du filet de pêche. Le caractère extrêmement précieux des vérités qu’il enseignait avait été illustré par le trésor caché et la perle de grand prix, tandis que dans la parabole du maître de maison, il enseignait à ses disciples comment ils devaient travailler en tant que ses représentants.
Toute la journée, il avait enseigné et guéri; et comme le soir arrivait, les foules se pressaient toujours contre lui. Jour après jour, il les avait servis, s’arrêtant à peine pour se nourrir ou se reposer. Les critiques malveillantes et les fausses déclarations avec lesquelles les pharisiens le poursuivaient constamment rendaient ses travaux beaucoup plus sévères et harcelants ; et maintenant la fin de la journée le trouva si épuisé qu’il décida de se retirer dans un endroit solitaire de l’autre côté du lac.
La rive orientale de Génésareth n’était pas inhabitée, car il y avait des villes ici et là au bord du lac ; pourtant c’était une région désolée par rapport au côté ouest. Il contenait une population plus païenne que juive et avait peu de communication avec la Galilée. Ainsi, il offrait à Jésus la retraite qu’il recherchait, et il ordonna maintenant à ses disciples de l’y accompagner.
Après qu’il eut congédié la multitude, ils le prirent, « tel qu’il était », dans la barque, et partirent à la hâte. Mais ils ne devaient pas partir seuls. Il y avait d’autres bateaux de pêche près du rivage, et ceux-ci furent rapidement remplis de gens qui suivaient Jésus, toujours désireux de le voir et de l’entendre.
Le Sauveur fut enfin soulagé de la pression de la multitude et, accablé de fatigue et de faim, il se coucha à l’arrière du bateau et s’endormit bientôt. La soirée avait été calme et agréable, et la tranquillité reposait sur le lac ; mais soudain l’obscurité s’étendit sur le ciel, le vent balaya sauvagement les gorges des montagnes le long de la rive orientale, et une violente tempête éclata sur le lac.
Le soleil s’était couché et la noirceur de la nuit s’était installée sur la mer orageuse. Les vagues, fouettées avec fureur par les vents hurlants, s’élancèrent violemment sur la barque des disciples et menacèrent de l’engloutir. Ces hardis pêcheurs avaient passé leur vie sur le lac et avaient guidé leur embarcation en toute sécurité à travers bien des tempêtes ; mais maintenant leur force et leur habileté n’ont servi à rien. Ils étaient impuissants sous l’emprise de la tempête, et l’espoir leur fit défaut lorsqu’ils virent que leur bateau se remplissait.
Absorbés dans leurs efforts pour se sauver, ils avaient oublié que Jésus était à bord. Maintenant, voyant leur travail vain et la mort devant eux, ils se souvinrent sur l’ordre de qui ils s’étaient mis en route pour traverser la mer. En Jésus était leur seul espoir. Dans leur impuissance et leur désespoir, ils criaient : « Maître, Maître ! Mais les ténèbres denses le cachèrent à leur vue. Leurs voix étaient couvertes par le grondement de la tempête, et il n’y avait pas de réponse. Le doute et la peur les assaillirent. Jésus les avait-il abandonnés ? Celui qui avait vaincu la maladie et les démons, et même la mort, était-il maintenant impuissant à aider ses disciples ? A-t-il été oublieux d’eux dans leur détresse?
Encore une fois, ils appellent, mais il n’y a pas de réponse sauf le hurlement de l’explosion de colère. Déjà leur bateau coule. Un instant, et apparemment ils seront engloutis par les eaux affamées.
Soudain, un éclair perce les ténèbres et ils voient Jésus couché endormi, non dérangé par le tumulte. Dans l’étonnement et le désespoir, ils s’exclament : « Maître, ne te soucies-tu pas que nous périssions ? Comment peut-il reposer si paisiblement, alors qu’ils sont en danger et luttent contre la mort ?
Leur cri réveille Jésus. Alors que l’éclat de la foudre le révèle, ils voient la paix du ciel sur son visage ; ils lisent dans son regard un amour tendre et oublieux, et, leur cœur se tournant vers lui, crient : « Seigneur, sauve-nous : nous périssons.
Jamais âme n’a poussé ce cri sans s’en apercevoir. Alors que les disciples saisissent leurs rames pour faire un dernier effort, Jésus se lève. Il se tient au milieu de ses disciples, tandis que la tempête fait rage, que les vagues déferlent sur eux et que l’éclair illumine son visage. Il lève sa main, si souvent employée dans des actes de miséricorde, et dit à la mer en colère : “Paix, tais-toi.”
La tempête cesse. Les flots coulent pour se reposer. Les nuages ​​roulent et les étoiles brillent. Le bateau repose sur une mer tranquille. Puis, se tournant vers ses disciples, Jésus demande avec tristesse : « Pourquoi avez-vous peur ? n’avez-vous pas encore la foi ? Marc 4:40, RV
Un silence tomba sur les disciples. Même Pierre n’essaya pas d’exprimer la crainte qui remplissait son cœur. Les bateaux qui étaient partis pour accompagner Jésus avaient été dans le même péril que celui des disciples. La terreur et le désespoir s’étaient emparés de leurs occupants ; mais le commandement de Jésus amena le calme sur la scène du tumulte. La furie de la tempête avait poussé les bateaux à proximité, et tous à bord virent le miracle. Dans le calme qui a suivi, la peur a été oubliée. Les gens murmuraient entre eux : « Quel genre d’homme est-ce que même les vents et la mer lui obéissent ?
Lorsque Jésus s’est réveillé pour affronter la tempête, il était dans une paix parfaite. Il n’y avait aucune trace de peur dans les mots ou les regards, car aucune peur n’était dans son cœur. Mais Il ne s’est pas reposé dans la possession du pouvoir tout-puissant. Ce n’était pas en tant que “Maître de la terre, de la mer et du ciel” qu’Il reposait en paix. Ce pouvoir qu’Il avait établi, et Il dit : “Je ne peux rien faire de Moi-même.” Jean 5:30. Il a fait confiance à la puissance du Père. C’est dans la foi – la foi dans l’amour et la sollicitude de Dieu – que Jésus s’est reposé, et la puissance de cette parole qui a calmé la tempête était la puissance de Dieu.
Comme Jésus s’est reposé par la foi dans les soins du Père, ainsi nous devons nous reposer dans les soins de notre Sauveur. Si les disciples avaient eu confiance en lui, ils auraient été gardés en paix. Leur peur au moment du danger a révélé leur incrédulité. Dans leurs efforts pour se sauver, ils ont oublié Jésus ; et ce n’est que lorsque, désespérés de ne plus dépendre d’eux-mêmes, ils se tournèrent vers lui qu’il put leur venir en aide.
Combien de fois l’expérience des disciples est la nôtre ! Lorsque les tempêtes de la tentation se rassemblent, que les éclairs violents éclatent et que les vagues nous submergent, nous luttons contre la tempête seule, oubliant qu’il y a Quelqu’un qui peut nous aider. Nous nous fions à notre propre force jusqu’à ce que notre espoir soit perdu et que nous soyons prêts à périr. Alors nous nous souvenons de Jésus, et si nous l’invoquons pour nous sauver, nous ne pleurerons pas en vain. Bien qu’il blâme douloureusement notre incrédulité et notre confiance en nous, il ne manque jamais de nous donner l’aide dont nous avons besoin. Que ce soit sur terre ou sur mer, si nous avons le Sauveur dans nos cœurs, il n’y a pas lieu d’avoir peur. Une foi vivante dans le Rédempteur adoucira la mer de la vie et nous délivrera du danger de la manière qu’il sait être la meilleure.
Il y a une autre leçon spirituelle dans ce miracle de l’apaisement de la tempête. L’expérience de chaque homme témoigne de la véracité des paroles de l’Écriture : « Les méchants sont comme la mer agitée, quand elle ne peut se reposer. . . . Il n’y a pas de paix, dit mon Dieu, pour les méchants. Ésaïe 57:20, 21. Le péché a détruit notre paix. Tant que le moi est insoumis, nous ne pouvons trouver aucun repos. Les passions magistrales du cœur qu’aucun pouvoir humain ne peut contrôler. Nous sommes aussi impuissants ici que l’étaient les disciples pour apaiser la tempête qui faisait rage. Mais Celui qui a dit la paix aux flots de Galilée a prononcé la parole de paix pour chaque âme. Quelle que soit la violence de la tempête, ceux qui se tournent vers Jésus en criant : « Seigneur, sauve-nous », trouveront la délivrance. Sa grâce, qui réconcilie l’âme avec Dieu, apaise les conflits de la passion humaine, et dans son amour le cœur est en repos. « Il fait de la tempête un calme, de sorte que les vagues de celui-ci sont immobiles. Alors sont-ils heureux parce qu’ils se taisent; alors il les amène au refuge qu’ils désirent. Psaume 107:29, 30. « Étant justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. « L’œuvre de la justice sera la paix ; et l’effet de la justice la tranquillité et l’assurance pour toujours. Romains 5:1 ; Esaïe 32:17.
Au petit matin, le Sauveur et ses compagnons arrivèrent à terre, et la lumière du soleil levant toucha la mer et la terre comme avec la bénédiction de la paix. Mais à peine avaient-ils mis le pied sur la grève que leurs yeux furent accueillis par un spectacle plus terrible que la fureur de la tempête. De quelque cachette parmi les tombes, deux fous se précipitèrent sur eux comme pour les mettre en pièces. Autour de ces hommes pendaient des morceaux de chaînes qu’ils avaient brisées en s’échappant de l’internement. Leur chair était déchirée et saignait là où ils s’étaient coupés avec des pierres tranchantes. Leurs yeux brillaient dans leurs cheveux longs et emmêlés, la ressemblance même de l’humanité semblait avoir été effacée par les démons qui les possédaient, et ils ressemblaient plus à des bêtes sauvages qu’à des hommes.
Les disciples et leurs compagnons s’enfuirent effrayés ; mais bientôt ils remarquèrent que Jésus n’était pas avec eux, et ils se retournèrent pour le chercher. Il se tenait là où ils L’avaient laissé. Lui qui avait apaisé la tempête, qui avait auparavant rencontré Satan et l’avait vaincu, ne s’enfuit pas devant ces démons. Lorsque les hommes s’approchèrent de lui, grinçant des dents et la bouche écumante, Jésus leva cette main qui avait fait signe aux flots de se reposer, et les hommes ne purent s’approcher davantage. Ils se tenaient furieux mais impuissants devant lui.
Avec autorité, il ordonna aux esprits impurs de sortir d’eux. Ses paroles pénétrèrent les esprits obscurcis des malheureux. Ils se rendirent vaguement compte que quelqu’un était proche qui pourrait les sauver des démons tourmenteurs. Ils sont tombés aux pieds du Sauveur pour l’adorer ; mais quand leurs lèvres s’ouvrirent pour implorer sa miséricorde, les démons parlèrent à travers eux, criant avec véhémence : « Qu’ai-je à faire avec toi, Jésus, toi le Fils de Dieu le plus haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas.
Jésus a demandé : « Quel est ton nom ? Et la réponse fut : « Mon nom est Légion : car nous sommes nombreux. Utilisant les hommes affligés comme moyens de communication, ils supplièrent Jésus de ne pas les envoyer hors du pays. Sur un flanc de montagne non loin de là, un grand troupeau de porcs paissait. Dans ceux-ci, les démons ont demandé à être autorisés à entrer, et Jésus les a soufferts. Aussitôt une panique s’empara du troupeau. Ils se précipitèrent follement sur la falaise, et, incapables de s’arrêter sur le rivage, plongèrent dans le lac et périrent.
Pendant ce temps, un changement merveilleux s’était opéré chez les démoniaques. La lumière avait brillé dans leur esprit. Leurs yeux rayonnaient d’intelligence. Les visages, si longtemps déformés à l’image de Satan, devinrent soudain doux, les mains tachées de sang se turent, et d’une voix joyeuse les hommes louèrent Dieu pour leur délivrance.
De la falaise, les gardiens des porcs avaient vu tout ce qui s’était passé, et ils se dépêchèrent de publier la nouvelle à leurs patrons et à tout le peuple. Dans la peur et l’étonnement, toute la population a afflué pour rencontrer Jésus. Les deux démoniaques avaient été la terreur du pays. Personne n’avait été en sécurité pour passer à l’endroit où ils se trouvaient ; car ils se précipiteraient sur chaque voyageur avec la fureur des démons. Or, ces hommes étaient vêtus et sains d’esprit, assis aux pieds de Jésus, écoutant ses paroles et glorifiant le nom de celui qui les avait guéris. Mais les gens qui ont vu cette scène merveilleuse ne se sont pas réjouis. La perte des porcs leur semblait plus importante que la délivrance de ces captifs de Satan.
C’était par miséricorde envers les propriétaires de porcs que cette perte leur avait été permise. Ils étaient absorbés par les choses terrestres et ne se souciaient pas des grands intérêts de la vie spirituelle. Jésus désirait rompre le charme de l’indifférence égoïste, afin qu’ils puissent accepter sa grâce.
Mais le regret et l’indignation pour leur perte temporelle ont aveuglé leurs yeux sur la miséricorde du Sauveur.
La manifestation d’un pouvoir surnaturel éveilla les superstitions du peuple et excita ses craintes. D’autres calamités pourraient découler de la présence de cet étranger parmi eux. Ils craignaient la ruine financière et étaient déterminés à être libérés de sa présence. Ceux qui avaient traversé le lac avec Jésus racontèrent tout ce qui s’était passé la nuit précédente, leur péril dans la tempête, et comment le vent et la mer s’étaient apaisés. Mais leurs paroles sont restées sans effet. Dans la terreur, le peuple se pressa autour de Jésus, le suppliant de s’éloigner d’eux, et il s’exécuta, s’embarquant aussitôt pour la rive opposée.
Les habitants de Gergesa avaient devant eux la preuve vivante de la puissance et de la miséricorde du Christ. Ils virent les hommes rendus à la raison ; mais ils craignaient tellement de mettre en danger leurs intérêts terrestres que Celui qui avait vaincu le prince des ténèbres sous leurs yeux fut traité d’intrus, et le don du ciel fut détourné de leurs portes. Nous n’avons pas l’occasion de nous détourner de la personne de Christ comme l’avaient fait les Gergésiens ; mais il y en a encore beaucoup qui refusent d’obéir à sa parole, parce que l’obéissance impliquerait le sacrifice d’un intérêt matériel. De peur que sa présence ne leur cause une perte pécuniaire, beaucoup rejettent sa grâce et chassent son Esprit d’eux.
Mais bien différent était le sentiment des démoniaques restaurés. Ils désiraient la compagnie de leur libérateur. En sa présence, ils se sentaient à l’abri des démons qui avaient tourmenté leur vie et gaspillé leur virilité. Alors que Jésus était sur le point d’entrer dans la barque, ils se tenaient près de lui, s’agenouillaient à ses pieds et le suppliaient de les garder près de lui, où ils pourraient toujours écouter ses paroles. Mais Jésus leur ordonna de rentrer chez eux et de dire quelles grandes choses le Seigneur avait faites pour eux.
Il y avait là pour eux une tâche à accomplir, aller dans une maison païenne et raconter la bénédiction qu’ils avaient reçue de Jésus. Il était difficile pour eux d’être séparés du Sauveur. De grandes difficultés étaient sûres de les assaillir en association avec leurs compatriotes païens. Et leur long isolement de la société semblait les avoir disqualifiés pour le travail qu’Il avait indiqué. Mais dès que Jésus a souligné leur devoir, ils étaient prêts à obéir. Non seulement ils ont parlé de Jésus à leurs propres familles et voisins, mais ils sont allés dans toute la Décapole, déclarant partout son pouvoir de sauver et décrivant comment il les avait libérés des démons. En faisant ce travail, ils pourraient recevoir une plus grande bénédiction que si, simplement pour leur propre bénéfice, ils étaient restés en sa présence. C’est en travaillant à répandre la bonne nouvelle du salut que nous nous rapprochons du Sauveur.
Les deux démoniaques restaurés furent les premiers missionnaires que Christ envoya pour prêcher l’évangile dans la région de la Décapole. Pendant quelques instants seulement, ces hommes avaient eu le privilège d’entendre les enseignements du Christ. Pas un seul sermon de ses lèvres n’était jamais tombé sur leurs oreilles. Ils ne pouvaient pas instruire le peuple comme pouvaient le faire les disciples qui avaient été quotidiennement avec Christ. Mais ils portaient en leur propre personne la preuve que Jésus était le Messie. Ils pouvaient dire ce qu’ils savaient; ce qu’eux-mêmes avaient vu, entendu et ressenti de la puissance de Christ. C’est ce que peuvent faire tous ceux dont le cœur a été touché par la grâce de Dieu. Jean, le disciple bien-aimé, a écrit : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et ce que nos mains ont touché, de la Parole de vie ; . . . ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons. 1 Jean 1:1-3. En tant que témoins du Christ, nous devons dire ce que nous savons, ce que nous avons nous-mêmes vu, entendu et ressenti. Si nous avons suivi Jésus pas à pas, nous aurons quelque chose de juste à dire sur la manière dont il nous a conduits. Nous pouvons dire comment nous avons testé sa promesse et trouvé la promesse vraie. Nous pouvons témoigner de ce que nous avons connu de la grâce du Christ. C’est le témoignage que notre Seigneur appelle, et faute de quoi le monde périt.
Bien que les habitants de Gergesa n’aient pas reçu Jésus, il ne les a pas laissés dans les ténèbres qu’ils avaient choisies. Lorsqu’ils lui ordonnèrent de s’éloigner d’eux, ils n’avaient pas entendu ses paroles. Ils ignoraient ce qu’ils rejetaient. C’est pourquoi il leur envoya de nouveau la lumière, et par ceux qu’ils ne refusaient pas d’écouter.
En causant la destruction des porcs, c’était le but de Satan de détourner le peuple du Sauveur et d’empêcher la prédication de l’évangile dans cette région. Mais cet événement même réveilla tout le pays comme rien d’autre n’aurait pu le faire, et attira l’attention sur Christ. Bien que le Sauveur lui-même soit parti, les hommes qu’il avait guéris sont restés comme témoins de sa puissance. Ceux qui avaient été médiums du prince des ténèbres sont devenus des canaux de lumière, des messagers du Fils de Dieu. Les hommes s’émerveillaient en écoutant la merveilleuse nouvelle. Une porte a été ouverte à l’évangile dans toute cette région. Lorsque Jésus revint en Décapole, le peuple s’attroupa autour de lui, et pendant trois jours, non seulement les habitants d’une ville, mais des milliers de toute la région environnante, entendirent le message du salut. Même le pouvoir des démons est sous le contrôle de notre Sauveur,
La rencontre avec les démoniaques de Gergesa a eu une leçon pour les disciples. Cela a montré les profondeurs de la dégradation dans lesquelles Satan cherche à entraîner toute la race humaine, et la mission du Christ de libérer les hommes de son pouvoir. Ces êtres misérables, habitant le lieu des tombes, possédés par des démons, esclaves de passions incontrôlées et de convoitises répugnantes, représentent ce que l’humanité deviendrait si elle était livrée à la juridiction satanique. L’influence de Satan est constamment exercée sur les hommes pour distraire les sens, contrôler l’esprit pour le mal et inciter à la violence et au crime. Il affaiblit le corps, obscurcit l’intellect et avilit l’âme. Chaque fois que les hommes rejettent l’invitation du Sauveur, ils s’abandonnent à Satan. Des multitudes dans tous les domaines de la vie, à la maison, dans les affaires et même dans l’église, le font aujourd’hui. C’est à cause de cela que la violence et le crime ont envahi la terre, et que les ténèbres morales, comme le drap de la mort, enveloppent les habitations des hommes. Par ses tentations spécieuses, Satan conduit les hommes à des maux de plus en plus mauvais, jusqu’à ce qu’il en résulte une dépravation et une ruine totales. La seule sauvegarde contre son pouvoir se trouve dans la présence de Jésus. Devant les hommes et les anges, Satan s’est révélé comme l’ennemi et le destructeur de l’homme ; Christ, en tant qu’ami et libérateur de l’homme. Son Esprit développera dans l’homme tout ce qui ennoblira le caractère et rendra digne la nature. Elle édifiera l’homme pour la gloire de Dieu dans le corps, l’âme et l’esprit. « Car Dieu ne nous a pas donné l’esprit de crainte ; mais de puissance, et d’amour, et d’un esprit sain. 2 Timothée 1:7. Il nous a appelés « à l’obtention de la gloire » – caractère – « de notre Seigneur Jésus-Christ ; » nous a appelés à être « conformes à l’image de son Fils ». 2 Thessaloniciens 2:14 ; Romains 8:29.
Et les âmes qui ont été dégradées en instruments de Satan sont encore, par le pouvoir de Christ, transformées en messagers de justice, et envoyées par le Fils de Dieu pour dire quelles « grandes choses le Seigneur a faites pour toi, et a eu compassion de toi ». .”

Chapitre 36
Le toucher de la foi
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 9:18-26; Marc 5:21-43 ; Luc 8:40-56]

De retour de Gergesa vers la rive ouest, Jésus trouva une multitude rassemblée pour le recevoir, et ils le saluèrent avec joie. Il est resté au bord de la mer pendant un certain temps, enseignant et guérissant, puis s’est rendu à la maison de Lévi-Matthieu pour rencontrer les publicains à la fête. C’est là que Jaïrus, le chef de la synagogue, le trouva.
Cet ancien des Juifs vint à Jésus dans une grande détresse et se jeta à ses pieds en s’écriant : « Ma petite fille est à l’article de la mort ; je te prie, viens lui imposer les mains afin qu’elle soit guérie ; et elle vivra.
Jésus partit aussitôt avec le chef pour sa maison. Bien que les disciples aient vu tant de ses oeuvres de miséricorde, ils furent surpris de sa soumission aux supplications du hautain rabbin ; pourtant ils accompagnaient leur Maître, et le peuple les suivait, impatient et impatient.
La maison du chef n’était pas très éloignée, mais Jésus et ses compagnons avançaient lentement, car la foule le pressait de toutes parts. Le père anxieux était impatient de retard; mais Jésus, ayant pitié du peuple, s’arrêtait de temps en temps pour soulager quelqu’un qui souffrait, ou pour consoler un cœur troublé.
Pendant qu’ils étaient encore en route, un messager se fraya un chemin à travers la foule, apportant à Jaïrus la nouvelle que sa fille était morte, et qu’il était inutile de troubler davantage le Maître. La parole a attiré l’oreille de Jésus. « Ne craignez rien », a-t-il dit ; “Crois seulement, et elle sera guérie.”
Jaïrus se rapprocha du Sauveur, et ensemble ils se précipitèrent vers la maison du souverain. Déjà les pleureuses et les joueurs de flûte embauchés étaient là, remplissant l’air de leur clameur. La présence de la foule et le tumulte secouèrent l’esprit de Jésus. Il essaya de les faire taire en disant : « Pourquoi faites-vous tout ce tapage et pleurez-vous ? la demoiselle n’est pas morte, mais elle dort. Ils s’indignèrent des paroles de l’Étranger. Ils avaient vu l’enfant dans les bras de la mort, et ils se moquaient de lui. Les obligeant tous à quitter la maison, Jésus prit avec lui le père et la mère de la jeune fille, et les trois disciples, Pierre, Jacques et Jean, et ensemble ils entrèrent dans la chambre de la mort.
Jésus s’approcha du chevet et, prenant la main de l’enfant dans la sienne, il prononça doucement, dans la langue familière de sa maison, les mots : « Demoiselle, je te le dis, lève-toi.
Instantanément, un tremblement traversa la forme inconsciente. Les pulsations de la vie battaient à nouveau. Les lèvres se sont ouvertes avec un sourire. Les yeux s’ouvrirent largement comme si elle venait de dormir, et la jeune fille regarda avec émerveillement le groupe à côté d’elle. Elle se leva, ses parents la serrèrent dans leurs bras et pleurèrent de joie.
Sur le chemin de la maison du chef, Jésus avait rencontré, dans la foule, une pauvre femme qui, depuis douze ans, souffrait d’une maladie qui faisait de sa vie un fardeau. Elle avait dépensé tous ses moyens en médecins et en remèdes, seulement pour être déclarée incurable. Mais ses espoirs se sont ravivés lorsqu’elle a entendu parler des guérisons que le Christ a accomplies. Elle se sentait assurée que si seulement elle pouvait aller à Lui, elle serait guérie. Dans la faiblesse et la souffrance, elle est venue au bord de la mer où il enseignait et a essayé de se frayer un chemin à travers la foule, mais en vain. De nouveau, elle le suivit depuis la maison de Lévi-Matthieu, mais ne put toujours pas l’atteindre. Elle commençait à désespérer, lorsque, se frayant un chemin à travers la multitude, il s’approcha d’où elle était.
L’occasion en or était venue. Elle était en présence du Grand Médecin ! Mais au milieu de la confusion, elle ne pouvait pas lui parler, ni attraper plus qu’un bref aperçu de sa silhouette. Craignant de perdre sa seule chance de soulagement, elle s’avança en se disant : « Si je peux seulement toucher son vêtement, je serai guérie. Comme il passait, elle tendit la main et réussit à peine à toucher le bord de son vêtement. Mais à ce moment-là, elle sut qu’elle était guérie. Dans ce seul contact, elle a concentré la foi de sa vie, et instantanément sa douleur et sa faiblesse ont fait place à la vigueur d’une santé parfaite.
Avec un cœur reconnaissant, elle essaya alors de se retirer de la foule ; mais soudain Jésus s’arrêta, et le peuple s’arrêta avec lui. Il se retourna et, regardant autour de lui, demanda d’une voix distinctement entendue au-dessus de la confusion de la multitude : « Qui m’a touché ? Les gens ont répondu à cette question avec un regard étonné. Bousculé de tous côtés, et grossièrement pressé ici et là, comme il l’était, cela semblait une étrange enquête.
Pierre, toujours prêt à parler, dit : “Maître, la multitude te presse et te presse, et tu dis : Qui m’a touché ?” Jésus répondit: “Quelqu’un m’a touché, car je vois qu’une vertu est sortie de moi.” Le Sauveur pouvait distinguer le contact de la foi du contact occasionnel de la foule insouciante. Une telle confiance ne devrait pas être passée sans commentaire. Il adresserait à l’humble femme des paroles de réconfort qui seraient pour elle une source de joie, des paroles qui seraient une bénédiction pour ses disciples jusqu’à la fin des temps.
Regardant vers la femme, Jésus insista pour savoir qui l’avait touché. Trouvant la dissimulation vaine, elle s’avança en tremblant et se jeta à ses pieds. Avec des larmes de gratitude, elle a raconté l’histoire de sa souffrance et comment elle avait trouvé un soulagement. Jésus dit doucement : « Ma fille, console-toi bien : ta foi t’a guérie ; vas en paix.” Il n’a donné aucune opportunité à la superstition de revendiquer une vertu curative pour le simple fait de toucher Ses vêtements. Ce n’est pas par le contact extérieur avec lui, mais par la foi qui s’est emparée de sa puissance divine, que la guérison s’est opérée.
La foule émerveillée qui se pressait autour de Christ ne réalisa aucun accroissement de puissance vitale. Mais quand la femme souffrante a avancé sa main pour le toucher, croyant qu’elle serait guérie, elle a ressenti la vertu de guérison. Donc dans les choses spirituelles. Parler de religion d’une manière désinvolte, prier sans faim d’âme et sans foi vivante, ne sert à rien. Une foi nominale en Christ, qui l’accepte simplement comme le Sauveur du monde, ne peut jamais apporter la guérison à l’âme. La foi qui est au salut n’est pas un simple assentiment intellectuel à la vérité. Celui qui attend la connaissance complète avant d’exercer la foi, ne peut pas recevoir la bénédiction de Dieu. Il ne suffit pas de croire au Christ ; nous devons croire en lui. La seule foi qui nous sera bénéfique est celle qui l’embrasse comme un Sauveur personnel ; qui s’approprie ses mérites. Beaucoup considèrent la foi comme une opinion. La foi qui sauve est une transaction par laquelle ceux qui reçoivent Christ s’unissent dans une relation d’alliance avec Dieu. La foi authentique est la vie. Une foi vivante signifie un accroissement de vigueur, une confiance confiante, par laquelle l’âme devient une puissance conquérante.
Après avoir guéri la femme, Jésus lui a demandé de reconnaître la bénédiction qu’elle avait reçue. Les dons que l’évangile offre ne doivent pas être obtenus furtivement ou appréciés en secret. Alors le Seigneur nous appelle pour la confession de sa bonté. “Vous êtes mes témoins, dit le Seigneur, que je suis Dieu.” Esaïe 43:12.
Notre confession de sa fidélité est l’agence choisie par le ciel pour révéler le Christ au monde. Nous devons reconnaître sa grâce comme révélée par les saints hommes d’autrefois ; mais ce qui sera le plus efficace, c’est le témoignage de notre propre expérience. Nous sommes les témoins de Dieu lorsque nous révélons en nous-mêmes le fonctionnement d’une puissance qui est divine. Chaque individu a une vie distincte de toutes les autres et une expérience essentiellement différente de la leur. Dieu désire que notre louange monte vers Lui, marquée par notre propre individualité. Ces précieuses reconnaissances à la louange de la gloire de sa grâce, lorsqu’elles sont soutenues par une vie semblable à celle du Christ, ont un pouvoir irrésistible qui travaille pour le salut des âmes.
Lorsque les dix lépreux vinrent à Jésus pour être guéris, il leur ordonna d’aller se montrer au prêtre. En chemin, ils ont été purifiés, mais un seul d’entre eux est revenu pour lui rendre gloire. Les autres s’en allèrent, oubliant Celui qui les avait guéris. Combien font encore la même chose ! Le Seigneur travaille continuellement pour le bien de l’humanité. Il donne toujours Ses bienfaits. Il relève les malades des lits de languissement, Il délivre les hommes d’un péril qu’ils ne voient pas, Il charge des anges célestes de les sauver de la calamité, de les protéger de « la peste qui marche dans les ténèbres » et de « la destruction qui ravage à midi » (Psaume 91:6) ; mais leurs cœurs ne sont pas impressionnés. Il a donné toutes les richesses du ciel pour les racheter, et pourtant ils sont inconscients de son grand amour. Par leur ingratitude ils ferment leur cœur à la grâce de Dieu.
C’est pour notre propre bénéfice de garder chaque don de Dieu frais dans notre mémoire. Ainsi la foi est renforcée pour réclamer et recevoir de plus en plus. Il y a pour nous un plus grand encouragement dans la moindre bénédiction que nous recevons nous-mêmes de Dieu que dans tous les récits que nous pouvons lire sur la foi et l’expérience des autres. L’âme qui répond à la grâce de Dieu sera comme un jardin arrosé. Sa santé jaillira rapidement ; sa lumière se lèvera dans l’obscurité, et la gloire du Seigneur sera vue sur lui. Souvenons-nous donc de la bonté de cœur du Seigneur et de la multitude de ses tendres miséricordes. Comme le peuple d’Israël, dressons nos pierres de témoignage et inscrivons dessus la précieuse histoire de ce que Dieu a fait pour nous. Et alors que nous passons en revue ses relations avec nous dans notre pèlerinage, déclarons, d’un cœur fondu de gratitude, « Que dois-je rendre au Seigneur pour tous ses bienfaits envers moi ? Je prendrai la coupe du salut et j’invoquerai le nom du Seigneur. Je rendrai mes vœux au Seigneur maintenant en présence de tout son peuple. Psaume 116:12-14.

Chapitre 37
Les premiers évangélistes
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 10; Marc 6:7-11 ; Luc 9:1-6]

Les apôtres étaient membres de la famille de Jésus, et ils l’avaient accompagné pendant qu’il voyageait à pied à travers la Galilée. Ils avaient partagé avec Lui les labeurs et les épreuves qui les avaient dépassés. Ils avaient écouté ses discours, ils avaient marché et parlé avec le Fils de Dieu, et de ses instructions quotidiennes ils avaient appris comment travailler à l’élévation de l’humanité. Alors que Jésus servait les vastes multitudes qui se rassemblaient autour de lui, ses disciples étaient présents, désireux d’exécuter ses ordres et d’alléger son travail. Ils ont aidé à organiser le peuple, à amener les affligés au Sauveur et à promouvoir le confort de tous. Ils guettaient les auditeurs intéressés, leur expliquaient les Écritures et travaillaient de diverses manières pour leur bénéfice spirituel. Ils enseignaient ce qu’ils avaient appris de Jésus et obtenaient chaque jour une riche expérience. Mais il leur fallait aussi une expérience de travail solitaire. Ils avaient encore besoin de beaucoup d’instruction, de grande patience et de tendresse. Or, pendant qu’il était personnellement avec eux, pour leur signaler leurs erreurs, les conseiller et les corriger, le Sauveur les envoya comme ses représentants.
Pendant qu’ils étaient avec lui, les disciples avaient souvent été perplexes devant l’enseignement des prêtres et des pharisiens, mais ils avaient apporté leurs perplexités à Jésus. Il avait mis devant eux les vérités de l’Écriture en contraste avec la tradition. Ainsi, il avait renforcé leur confiance dans la parole de Dieu et, dans une grande mesure, les avait libérés de leur peur des rabbins et de leur servitude à la tradition. Dans la formation des disciples, l’exemple de la vie du Sauveur était bien plus efficace que n’importe quelle simple instruction doctrinale. Quand ils ont été séparés de Lui, chaque regard, ton et parole leur sont revenus. Souvent, lorsqu’ils étaient en conflit avec les ennemis de l’évangile, ils répétaient ses paroles, et lorsqu’ils voyaient leur effet sur le peuple, ils se réjouissaient grandement.
Appelant les douze autour de lui, Jésus leur ordonna de sortir deux par deux à travers les villes et les villages. Aucun n’a été envoyé seul, mais le frère était associé au frère, l’ami à l’ami. Ainsi, ils pouvaient s’entraider et s’encourager, se conseiller et prier ensemble, la force de chacun complétant la faiblesse de l’autre. De la même manière, il envoya ensuite les soixante-dix. C’était le dessein du Sauveur que les messagers de l’évangile soient associés de cette manière. De nos jours, le travail d’évangélisation aurait beaucoup plus de succès si cet exemple était suivi de plus près.
Le message des disciples était le même que celui de Jean-Baptiste et du Christ lui-même : « Le royaume des cieux est proche. Ils ne devaient entrer en aucune controverse avec le peuple pour savoir si Jésus de Nazareth était le Messie ; mais en son nom, ils devaient faire les mêmes oeuvres de miséricorde qu’il avait faites. Il leur dit : « Guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons : vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.
Au cours de son ministère, Jésus a consacré plus de temps à guérir les malades qu’à prêcher. Ses miracles témoignaient de la véracité de ses paroles, qu’il n’était pas venu pour détruire mais pour sauver. Sa justice allait devant lui, et la gloire de l’Éternel était son derrière. Partout où il allait, la nouvelle de sa miséricorde le précédait. Là où il était passé, les objets de sa compassion se réjouissaient de leur santé et mettaient à l’épreuve leurs nouveaux pouvoirs. Des foules se rassemblaient autour d’eux pour entendre de leurs lèvres les œuvres que le Seigneur avait accomplies. Sa voix était le premier son que beaucoup aient jamais entendu, son nom le premier mot qu’ils aient jamais prononcé, son visage le premier qu’ils aient jamais regardé. Pourquoi n’aimeraient-ils pas Jésus et ne feraient-ils pas retentir ses louanges ? En traversant les villes et les cités, il était comme un courant vital, diffusant la vie et la joie partout où il allait.
Les disciples de Christ doivent travailler comme lui. Nous devons nourrir les affamés, vêtir les nus et réconforter les souffrants et les affligés. Nous devons servir les désespérés et inspirer l’espoir aux désespérés. Et pour nous aussi la promesse s’accomplira : « Ta justice marchera devant toi ; la gloire de l’Éternel sera ton derrière. Esaïe 58:8. L’amour de Christ, manifesté dans un ministère désintéressé, sera plus efficace pour réformer le malfaiteur que ne le feront l’épée ou la cour de justice. Celles-ci sont nécessaires pour semer la terreur chez le transgresseur, mais le missionnaire aimant peut faire plus que cela. Souvent le cœur s’endurcit sous la réprimande ; mais il fondra sous l’amour de Christ. Le missionnaire ne peut pas seulement soulager les maladies physiques, mais il peut conduire le pécheur au Grand Médecin, qui peut purifier l’âme de la lèpre du péché. Par ses serviteurs, Dieu veut que les malades, les malheureux, les esprits malins entendent sa voix. Par ses agents humains, il désire être un consolateur tel que le monde ne le connaît pas.
Lors de leur première tournée missionnaire, les disciples ne devaient se rendre que vers ” les brebis perdues de la maison d’Israël “. S’ils avaient maintenant prêché l’évangile aux Gentils ou aux Samaritains, ils auraient perdu leur influence auprès des Juifs. En excitant les préjugés des pharisiens, ils se seraient entraînés dans une polémique qui les aurait découragés au début de leurs travaux. Même les apôtres furent lents à comprendre que l’évangile devait être porté à toutes les nations. Jusqu’à ce qu’ils puissent eux-mêmes saisir cette vérité, ils n’étaient pas prêts à travailler pour les Gentils. Si les Juifs recevaient l’évangile, Dieu avait l’intention d’en faire Ses messagers auprès des Gentils. Ils furent donc les premiers à entendre le message.
Partout dans le champ du travail de Christ, il y avait des âmes éveillées à leur besoin, affamées et assoiffées de la vérité. Le temps était venu d’annoncer son amour à ces cœurs ardents. Pour tous ceux-ci, les disciples devaient aller en tant que ses représentants. Les croyants seraient ainsi amenés à les considérer comme des enseignants divinement désignés, et lorsque le Sauveur leur serait enlevé, ils ne seraient pas laissés sans instructeurs.
Lors de cette première tournée, les disciples ne devaient aller que là où Jésus avait été avant eux et s’était fait des amis. Leur préparation au voyage devait être des plus simples. Rien ne doit être autorisé à détourner leur esprit de leur grand travail, ni à exciter de quelque manière que ce soit l’opposition et à fermer la porte à un travail ultérieur. Ils ne devaient pas adopter la robe des enseignants religieux, ni utiliser aucune apparence vestimentaire pour les distinguer des humbles paysans. Ils ne devaient pas entrer dans les synagogues et convoquer le peuple pour le service public ; leurs efforts devaient être déployés dans le travail de maison en maison. Ils ne devaient pas perdre de temps en salutations inutiles ou en allant de maison en maison pour se divertir. Mais en tout lieu, ils devaient accepter l’hospitalité de ceux qui en étaient dignes, ceux qui les accueilleraient chaleureusement comme s’ils recevaient le Christ lui-même. Ils devaient entrer dans la demeure avec la belle salutation, “La paix soit dans cette maison.” Luc 10:5. Ce foyer serait béni par leurs prières, leurs chants de louange et l’ouverture des Écritures dans le cercle familial.
Ces disciples devaient être des hérauts de la vérité, pour préparer la voie à la venue de leur Maître. Le message qu’ils devaient porter était la parole de la vie éternelle, et la destinée des hommes dépendait de leur réception ou de leur rejet. Pour impressionner le peuple par sa solennité, Jésus ordonna à ses disciples : « Quiconque ne vous recevra pas et n’entendra pas vos paroles, quand vous sortirez de cette maison ou de cette ville, secouez la poussière de vos pieds. En vérité, je vous le dis, il sera plus tolérable pour le pays de Sodome et Gomorrhe au jour du jugement que pour cette ville-là.
Maintenant l’œil du Sauveur pénètre dans l’avenir ; Il voit les domaines plus larges dans lesquels, après sa mort, les disciples doivent être ses témoins. Son regard prophétique embrasse l’expérience de Ses serviteurs à travers tous les âges jusqu’à ce qu’Il revienne une seconde fois. Il montre à ses disciples les conflits qu’ils doivent affronter ; Il révèle le caractère et le plan de la bataille. Il leur expose les périls qu’ils doivent affronter, l’abnégation qui sera nécessaire. Il veut qu’ils en comptent le coût, afin qu’ils ne soient pas pris au dépourvu par l’ennemi. Leur guerre ne doit pas être menée contre la chair et le sang, mais « contre les principautés, contre les puissances, contre les dirigeants mondiaux de ces ténèbres, contre les armées spirituelles de la méchanceté dans les lieux célestes ». Éphésiens 6:12, RV Ils doivent lutter contre des forces surnaturelles, mais ils sont assurés d’une aide surnaturelle. Toutes les intelligences du ciel sont dans cette armée. Et plus que des anges sont dans les rangs. Le Saint-Esprit, le représentant du Capitaine de l’armée du Seigneur, descend pour diriger la bataille. Nos infirmités peuvent être nombreuses, nos péchés et nos fautes graves ; mais la grâce de Dieu est pour tous ceux qui la recherchent avec contrition. Le pouvoir de l’Omnipotence est enrôlé au nom de ceux qui ont confiance en Dieu.
« Voici, dit Jésus, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc sages comme des serpents et inoffensifs comme des colombes. Le Christ lui-même n’a pas supprimé une seule parole de vérité, mais il l’a toujours prononcée avec amour. Il a exercé le plus grand tact et une attention réfléchie et bienveillante dans ses relations avec le peuple. Il n’a jamais été impoli, n’a jamais prononcé inutilement un mot sévère, n’a jamais causé de douleur inutile à une âme sensible. Il n’a pas censuré la faiblesse humaine. Il a sans crainte dénoncé l’hypocrisie, l’incrédulité et l’iniquité, mais des larmes coulaient dans sa voix alors qu’il prononçait ses réprimandes cinglantes. Il a pleuré sur Jérusalem, la ville qu’il aimait, qui a refusé de le recevoir, le Chemin, la Vérité et la Vie. Ils l’ont rejeté, le Sauveur, mais il les a regardés avec une tendresse pleine de pitié et un chagrin si profond qu’il en a brisé le cœur. Chaque âme était précieuse à Ses yeux. Alors qu’il s’est toujours porté avec une dignité divine, il s’est incliné avec la plus tendre considération pour chaque membre de la famille de Dieu. Dans tous les hommes, il a vu des âmes déchues qu’il avait pour mission de sauver.
Les serviteurs de Christ ne doivent pas mettre en pratique les diktats du cœur naturel. Ils ont besoin d’avoir une communion étroite avec Dieu, de peur que, sous la provocation, ils ne se soulèvent et ne déversent un torrent de paroles qui ne conviennent pas, qui ne sont pas comme la rosée ou les averses immobiles qui rafraîchissent les plantes fanées. C’est ce que Satan veut qu’ils fassent ; car ce sont ses méthodes. C’est le dragon qui est en colère ; c’est l’esprit de Satan qui se révèle dans la colère et l’accusation. Mais les serviteurs de Dieu doivent être ses représentants. Il désire qu’ils ne traitent que dans la monnaie du ciel, la vérité qui porte sa propre image et inscription. La puissance par laquelle ils doivent vaincre le mal est la puissance de Christ. La gloire de Christ est leur force. Ils doivent fixer leurs yeux sur Sa beauté. Ensuite, ils peuvent présenter l’évangile avec un tact et une douceur divins.
Ceux qui sont amenés à polémiquer avec les ennemis de la vérité doivent rencontrer non seulement des hommes, mais Satan et ses agents. Qu’ils se souviennent des paroles du Sauveur : « Voici, je vous envoie comme des agneaux parmi les loups. Luc 10:3. Laissez-les se reposer dans l’amour de Dieu, et l’esprit sera gardé calme, même sous l’abus personnel. Le Seigneur les revêtira d’une panoplie divine. Son Saint-Esprit influencera l’esprit et le cœur, afin que leurs voix n’entendent pas les notes de l’aboiement des loups.
Poursuivant son instruction à ses disciples, Jésus a dit : « Méfiez-vous des hommes. Ils ne devaient pas mettre implicitement leur confiance en ceux qui ne connaissaient pas Dieu, et leur ouvrir leurs conseils ; car cela donnerait un avantage aux agents de Satan. Les inventions de l’homme vont souvent à l’encontre des plans de Dieu. Ceux qui bâtissent le temple du Seigneur doivent bâtir selon le modèle montré sur la montagne, la similitude divine. Dieu est déshonoré et l’évangile est trahi lorsque ses serviteurs dépendent du conseil d’hommes qui ne sont pas sous la direction du Saint-Esprit. La sagesse du monde est une folie devant Dieu. Ceux qui s’y fient se tromperont sûrement.
« Ils vous livreront aux conseils, . . . oui et devant des gouverneurs et des rois vous serez amenés à cause de moi, en témoignage pour eux et pour les Gentils. Matthieu 10:17, 18, RV La persécution répandra la lumière. Les serviteurs de Christ seront amenés devant les grands hommes du monde qui, sans cela, pourraient ne jamais entendre l’évangile. La vérité a été déformée à ces hommes. Ils ont entendu de fausses accusations concernant la foi des disciples de Christ. Souvent, leur seul moyen de connaître son véritable caractère est le témoignage de ceux qui sont traduits en justice pour leur foi. Lors de l’examen, ceux-ci sont tenus de répondre et leurs juges d’écouter les témoignages rendus. La grâce de Dieu sera dispensée à Ses serviteurs pour faire face à l’urgence. « Il vous sera donné, dit Jésus, en cette même heure ce que vous direz. Car ce n’est pas vous qui parlez, mais l’Esprit de votre Père qui parle en vous. Alors que l’Esprit de Dieu illumine l’esprit de ses serviteurs, la vérité sera présentée dans sa puissance divine et sa valeur. Ceux qui rejettent la vérité accuseront et opprimeront les disciples. Mais sous la perte et la souffrance, même jusqu’à la mort, les enfants du Seigneur doivent révéler la douceur de leur exemple divin. Ainsi apparaîtra le contraste entre les agents de Satan et les représentants de Christ. Le Sauveur sera élevé devant les dirigeants et le peuple. jusqu’à la mort, les enfants du Seigneur doivent révéler la douceur de leur exemple divin. Ainsi apparaîtra le contraste entre les agents de Satan et les représentants de Christ. Le Sauveur sera élevé devant les dirigeants et le peuple. jusqu’à la mort, les enfants du Seigneur doivent révéler la douceur de leur exemple divin. Ainsi apparaîtra le contraste entre les agents de Satan et les représentants de Christ. Le Sauveur sera élevé devant les dirigeants et le peuple.
Les disciples n’étaient pas dotés du courage et de la force des martyrs jusqu’à ce qu’une telle grâce soit nécessaire. Alors la promesse du Sauveur s’est accomplie. Lorsque Pierre et Jean ont témoigné devant le conseil du Sanhédrin, les hommes « se sont émerveillés ; et ils apprirent qu’ils avaient été avec Jésus. Actes 4:13. D’Étienne, il est écrit que “tous ceux qui étaient assis dans le conseil, le regardant fixement, virent son visage comme s’il avait été le visage d’un ange”. Les hommes ” n’ont pas pu résister à la sagesse et à l’esprit par lesquels il parlait “. Actes 6:15, 10. Et Paul, écrivant son propre procès à la cour des Césars, dit : « Lors de ma première défense, personne n’a pris ma part, mais tous m’ont abandonné. . . . Mais le Seigneur s’est tenu près de moi et m’a fortifié; afin que par moi le message soit pleinement proclamé, et que tous les Gentils l’entendent, et je fus délivré de la gueule du lion.
Les serviteurs de Christ ne devaient préparer aucun discours préétabli à présenter lorsqu’ils seraient traduits en justice. Leur préparation devait se faire jour après jour en conservant précieusement les précieuses vérités de la parole de Dieu et en priant pour renforcer leur foi. Lorsqu’ils étaient mis à l’épreuve, le Saint-Esprit rappelait à leur souvenir les vérités mêmes qui seraient nécessaires.
Un effort sérieux et quotidien pour connaître Dieu et Jésus-Christ qu’il a envoyé apporterait puissance et efficacité à l’âme. La connaissance obtenue par une recherche diligente des Écritures serait flashée dans la mémoire au bon moment. Mais si quelqu’un avait négligé de se familiariser avec les paroles du Christ, s’il n’avait jamais testé la puissance de sa grâce dans l’épreuve, il ne pouvait pas s’attendre à ce que le Saint-Esprit rappelle ses paroles. Ils devaient servir Dieu quotidiennement avec une affection sans partage, puis lui faire confiance.
L’inimitié envers l’évangile serait si amère que même les liens terrestres les plus tendres seraient ignorés. Les disciples du Christ seraient trahis à mort par les membres de leur propre maison. « Vous serez haïs de tous à cause de mon nom », ajouta-t-il ; “mais celui qui persévérera jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.” Marc 13:13. Mais Il leur ordonna de ne pas s’exposer inutilement à la persécution. Lui-même a souvent quitté un champ de travail pour un autre, afin d’échapper à ceux qui cherchaient sa vie. Quand il fut rejeté à Nazareth, et que ses propres concitoyens essayèrent de le tuer, il descendit à Capharnaüm, et là le peuple fut étonné de son enseignement ; “car sa parole était avec puissance.” Luc 4:32. Ainsi, ses serviteurs ne devaient pas être découragés par la persécution, mais chercher un endroit où ils pourraient encore travailler pour le salut des âmes.
Le serviteur n’est pas au-dessus de son maître. Le Prince des cieux s’appelait Belzébuth, et Ses disciples seront déformés de la même manière. Mais quel que soit le danger, les disciples du Christ doivent avouer leurs principes. Ils devraient mépriser la dissimulation. Ils ne peuvent pas rester non engagés jusqu’à ce qu’ils soient assurés de la sécurité en confessant la vérité. Ils sont placés comme des gardiens, pour avertir les hommes de leur péril. La vérité reçue du Christ doit être communiquée à tous, librement et ouvertement. Jésus a dit: “Ce que je vous dis dans les ténèbres, vous le dites dans la lumière; et ce que vous entendez dans l’oreille, vous le prêchez sur les toits.”
Jésus Lui-même n’a jamais acheté la paix par compromis. Son cœur débordait d’amour pour toute la race humaine, mais il n’était jamais indulgent envers leurs péchés. Il était trop leur ami pour rester silencieux pendant qu’ils poursuivaient une voie qui ruinerait leurs âmes, les âmes qu’il avait achetées avec son propre sang. Il travaillait pour que l’homme soit fidèle à lui-même, fidèle à son intérêt supérieur et éternel. Les serviteurs de Christ sont appelés à la même œuvre, et ils doivent prendre garde de ne pas abandonner la vérité en cherchant à prévenir la discorde. Ils doivent « suivre les choses qui mènent à la paix » (Romains 14 :19) ; mais la vraie paix ne peut jamais être assurée par un principe compromettant. Et aucun homme ne peut être fidèle à ses principes sans provoquer une opposition. Un christianisme qui est spirituel sera combattu par les enfants de la désobéissance. Mais Jésus dit à ses disciples, “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent pas tuer l’âme.” Ceux qui sont fidèles à Dieu n’ont pas à craindre le pouvoir des hommes ni l’inimitié de Satan. En Christ, leur vie éternelle est assurée. Leur seule crainte devrait être de renoncer à la vérité et de trahir ainsi la confiance dont Dieu les a honorés.
C’est l’œuvre de Satan de remplir le cœur des hommes de doute. Il les amène à considérer Dieu comme un juge sévère. Il les tente à pécher, puis à se considérer comme trop vils pour s’approcher de leur Père céleste ou pour exciter sa pitié. Le Seigneur comprend tout cela. Jésus assure ses disciples de la sympathie de Dieu pour eux dans leurs besoins et leurs faiblesses. Pas un soupir n’est poussé, pas une douleur ressentie, pas un chagrin ne transperce l’âme, mais le battement vibre jusqu’au cœur du Père.
La Bible nous montre Dieu dans son haut et saint lieu, non pas dans un état d’inactivité, ni dans le silence et la solitude, mais entouré de dix mille fois dix mille et des milliers de milliers d’intelligences saintes, toutes attendant de faire sa volonté. Par des canaux que nous ne pouvons pas discerner, Il est en communication active avec chaque partie de Sa domination. Mais c’est dans ce bout de monde, dans les âmes qu’il a données à sauver par son Fils unique, que son intérêt et l’intérêt de tout le ciel sont centrés. Dieu se penche de son trône pour entendre le cri des opprimés. À chaque prière sincère, il répond : « Me voici. Il élève les affligés et les opprimés. Dans toutes nos afflictions, Il est affligé. Dans chaque tentation et chaque épreuve, l’ange de sa présence est près de délivrer.
Pas même un moineau ne tombe à terre sans que le Père ne s’en aperçoive. La haine de Satan contre Dieu l’amène à haïr chaque objet des soins du Sauveur. Il cherche à gâter l’ouvrage de Dieu, et il prend plaisir à détruire même les créatures muettes. C’est seulement grâce aux soins protecteurs de Dieu que les oiseaux sont préservés pour nous réjouir avec leurs chants de joie. Mais Il n’oublie pas même les moineaux. “N’ayez donc pas peur, vous valez plus que beaucoup de moineaux.”
Jésus poursuit : Comme vous me confessez devant les hommes, ainsi je vous confesserai devant Dieu et les saints anges. Vous devez être Mes témoins sur terre, des canaux par lesquels Ma grâce peut s’écouler pour la guérison du monde. Je serai donc votre représentant au ciel. Le Père ne voit pas votre caractère défectueux, mais Il vous voit revêtu de Ma perfection. Je suis le moyen par lequel les bénédictions du Ciel vous parviendront. Et quiconque me confesse en partageant mon sacrifice pour les perdus sera confessé comme participant à la gloire et à la joie des rachetés.
Celui qui confesserait Christ doit avoir Christ demeurant en lui. Il ne peut communiquer ce qu’il n’a pas reçu. Les disciples pourraient parler couramment des doctrines, ils pourraient répéter les paroles de Christ lui-même ; mais à moins qu’ils ne possédaient la douceur et l’amour de Christ, ils ne Le confessaient pas. Un esprit contraire à l’esprit du Christ le renierait, quelle que soit la profession. Les hommes peuvent renier Christ par de mauvaises paroles, par des propos insensés, par des paroles mensongères ou méchantes. Ils peuvent le renier en évitant les fardeaux de la vie, en recherchant le plaisir pécheur. Ils peuvent le renier en se conformant au monde, par un comportement peu courtois, par l’amour de leurs propres opinions, en se justifiant, en chérissant le doute, en empruntant des ennuis et en demeurant dans les ténèbres. De toutes ces manières, ils déclarent que Christ n’est pas en eux. Et « quiconque me reniera devant les hommes », dit-il,
Le Sauveur a dit à ses disciples de ne pas espérer que l’inimitié du monde envers l’Évangile serait vaincue et qu’après un certain temps son opposition cesserait. Il dit : « Je ne suis pas venu envoyer la paix, mais l’épée. Cette création de conflits n’est pas l’effet de l’évangile, mais le résultat de l’opposition à celui-ci. De toutes les persécutions, la plus difficile à supporter est la divergence dans le foyer, l’éloignement des amis terrestres les plus chers. Mais Jésus déclare : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Et celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi.
La mission des serviteurs du Christ est un grand honneur et une mission sacrée. « Celui qui vous reçoit, dit-il, me reçoit, et celui qui me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé. Aucun acte de bonté qui leur est montré en son nom ne manquera d’être reconnu et récompensé. Et dans la même tendre reconnaissance, Il inclut les plus faibles et les plus humbles de la famille de Dieu : « Quiconque donnera à boire à l’un de ces petits » – ceux qui sont comme des enfants dans leur foi et leur connaissance du Christ – « une coupe de de l’eau froide uniquement au nom d’un disciple, en vérité, je vous le dis, il ne perdra en aucune façon sa récompense.
Ainsi le Sauveur a terminé son instruction. Au nom du Christ, les douze élus sortirent, comme il était parti, « pour prêcher l’évangile aux pauvres, . . . pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour prêcher la délivrance aux captifs, et le recouvrement de la vue aux aveugles, pour remettre en liberté ceux qui sont meurtris, pour prêcher l’année de grâce du Seigneur. Luc 4:18, 19.

Chapitre 38
Viens te reposer un moment
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 14:1, 2, 12, 13 ; Marc 6:30-32 ; Luc 9:7-10]

Au retour de leur tournée missionnaire, « les apôtres se rassemblèrent auprès de Jésus et lui dirent tout, tant ce qu’ils avaient fait que ce qu’ils avaient enseigné. Et il leur dit : Venez à part dans un lieu désert, et reposez-vous un peu ; car il y avait beaucoup d’allers et venues, et ils n’avaient pas même le loisir de manger.
Les disciples vinrent à Jésus et lui dirent tout. Leur relation intime avec lui les a encouragés à exposer devant lui leurs expériences favorables et défavorables, leur joie de voir les résultats de leurs travaux et leur chagrin face à leurs échecs, leurs défauts et leurs faiblesses. Ils avaient commis des erreurs dans leur premier travail en tant qu’évangélistes, et alors qu’ils racontaient franchement à Christ leurs expériences, il vit qu’ils avaient besoin de beaucoup d’instructions. Il vit aussi qu’ils étaient devenus fatigués dans leurs travaux et qu’ils avaient besoin de se reposer.
Mais là où ils se trouvaient alors, ils ne pouvaient obtenir l’intimité dont ils avaient besoin ; “car il y avait beaucoup d’allées et venues, et ils n’avaient pas tant de loisir que de manger.” Le peuple se pressait après le Christ, anxieux d’être guéri et désireux d’écouter ses paroles. Beaucoup se sont sentis attirés par lui ; car il leur semblait être la source de toutes les bénédictions. Beaucoup de ceux qui se pressaient alors autour de Christ pour recevoir le précieux bienfait de la santé l’ont accepté comme leur Sauveur. Beaucoup d’autres, craignant alors de le confesser à cause des pharisiens, se convertirent à la descente du Saint-Esprit et, devant les prêtres et les chefs en colère, le reconnurent comme Fils de Dieu.
Mais maintenant, Christ aspirait à la retraite, afin d’être avec ses disciples ; car il avait beaucoup à leur dire. Dans leur travail, ils avaient traversé l’épreuve du conflit et rencontré des oppositions sous diverses formes. Jusqu’ici ils avaient consulté Christ en tout ; mais depuis quelque temps ils étaient seuls, et parfois ils s’étaient beaucoup inquiétés de savoir quoi faire. Ils avaient trouvé beaucoup d’encouragement dans leur travail ; car Christ ne les a pas renvoyés sans son Esprit, et par la foi en lui, ils ont opéré de nombreux miracles ; mais ils avaient besoin maintenant de se nourrir du Pain de Vie. Ils avaient besoin d’aller dans un lieu de retraite, où ils pourraient communier avec Jésus et recevoir des instructions pour un travail futur.
“Et il leur dit: Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu.” Le Christ est plein de tendresse et de compassion pour tous ceux qui sont à son service. Il montrerait à ses disciples que Dieu n’exige pas de sacrifice, mais la miséricorde. Ils avaient mis toute leur âme au travail pour le peuple, et cela épuisait leur force physique et mentale. C’était leur devoir de se reposer.
Comme les disciples avaient vu le succès de leurs travaux, ils risquaient de s’attribuer le mérite, de chérir l’orgueil spirituel et de tomber ainsi sous les tentations de Satan. Une grande œuvre était devant eux, et tout d’abord ils devaient apprendre que leur force n’était pas en eux-mêmes, mais en Dieu. Comme Moïse dans le désert du Sinaï, comme David parmi les collines de Judée, ou Élie près du ruisseau de Kerith, les disciples avaient besoin de se détacher des scènes de leur activité trépidante, pour communier avec le Christ, avec la nature et avec leur propre cœur. .
Alors que les disciples avaient été absents de leur tournée missionnaire, Jésus avait visité d’autres villes et villages, prêchant l’évangile du royaume. C’est à peu près à cette époque qu’Il reçut la nouvelle de la mort du Baptiste. Cet événement mit en évidence devant lui la fin à laquelle tendaient ses propres pas. Les ombres s’amoncelaient sur son chemin. Des prêtres et des rabbins veillaient sur sa mort, des espions étaient suspendus à ses pas, et de toutes parts les complots pour sa ruine se multipliaient. La nouvelle de la prédication des apôtres dans toute la Galilée parvint à Hérode, attirant son attention sur Jésus et son œuvre. «C’est Jean-Baptiste», dit-il; « il est ressuscité des morts » ; et il exprima le désir de voir Jésus. Hérode craignait constamment qu’une révolution ne se produise en secret, dans le but de le renverser du trône, et briser le joug romain de la nation juive. Parmi le peuple, l’esprit de mécontentement et d’insurrection sévissait. Il était évident que les travaux publics du Christ en Galilée ne pouvaient pas être longtemps poursuivis. Les scènes de ses souffrances approchaient, et il aspirait à être séparé pour un temps de la confusion de la multitude.
Le cœur attristé, les disciples de Jean avaient porté son corps mutilé jusqu’à sa sépulture. Puis ils « sont allés le dire à Jésus ». Ces disciples avaient été envieux de Christ lorsqu’il semblait éloigner le peuple de Jean. Ils s’étaient rangés du côté des pharisiens en l’accusant lorsqu’il s’était assis avec les publicains au festin de Matthieu. Ils avaient douté de sa mission divine parce qu’il n’avait pas mis le Baptiste en liberté. Mais maintenant que leur maître était mort, et qu’ils aspiraient à être consolés dans leur grande douleur et à être guidés quant à leur travail futur, ils vinrent à Jésus et unirent leur intérêt au sien. Eux aussi avaient besoin d’une période de calme pour communier avec le Sauveur.
Près de Bethsaïda, à l’extrémité nord du lac, se trouvait une région isolée, maintenant magnifique avec le vert frais du printemps, qui offrait une retraite bienvenue à Jésus et à ses disciples. Pour cet endroit, ils se mirent en route, allant dans leur bateau à travers l’eau. Ici, ils seraient loin des voies de circulation, de l’agitation et de l’agitation de la ville. Les scènes de la nature étaient en elles-mêmes un repos, un changement reconnaissant aux sens. Ici, ils pouvaient écouter les paroles du Christ sans entendre les interruptions de colère, les répliques et les accusations des scribes et des pharisiens. Ici, ils pouvaient profiter d’une courte saison de précieuse communion dans la société de leur Seigneur.
Le repos que Christ et Ses disciples prenaient n’était pas un repos complaisant. Le temps qu’ils ont passé à la retraite n’a pas été consacré à la recherche du plaisir. Ils ont parlé ensemble de l’œuvre de Dieu et de la possibilité d’apporter une plus grande efficacité à l’œuvre. Les disciples avaient été avec Christ et pouvaient le comprendre ; pour eux, il n’a pas besoin de parler en paraboles. Il corrigea leurs erreurs et leur expliqua la bonne manière d’aborder le peuple. Il leur ouvrit plus pleinement les précieux trésors de la vérité divine. Ils étaient vivifiés par la puissance divine et inspirés par l’espoir et le courage.
Bien que Jésus puisse accomplir des miracles et ait donné à ses disciples le pouvoir d’accomplir des miracles, il ordonna à ses serviteurs épuisés de partir à l’écart dans la campagne et de se reposer. Lorsqu’il a dit que la moisson était grande et que les ouvriers étaient peu nombreux, il n’a pas insisté auprès de ses disciples sur la nécessité d’un labeur incessant, mais a dit : « Priez donc le maître de la moisson qu’il envoie des ouvriers dans sa moisson. .” Matthieu 9:38. Dieu a assigné à chacun son travail, selon sa capacité (Ephésiens 4:11-13), et Il ne voudrait pas que quelques-uns soient chargés de responsabilités tandis que d’autres n’ont aucun fardeau, aucun travail d’âme.
Les paroles de compassion du Christ sont dites à ses ouvriers aujourd’hui aussi sûrement qu’elles ont été dites à ses disciples. « Écartez-vous, . . . et reposez-vous un peu », dit-il à ceux qui sont fatigués. Il n’est pas sage d’être toujours sous la tension du travail et de l’excitation, même en répondant aux besoins spirituels des hommes ; car de cette manière la piété personnelle est négligée, et les pouvoirs de l’esprit, de l’âme et du corps sont surmenés. L’abnégation est exigée des disciples du Christ, et des sacrifices doivent être faits ; mais il faut aussi veiller à ce que, par leur excès de zèle, Satan ne profite de la faiblesse de l’humanité et que l’œuvre de Dieu ne soit gâchée.
Aux yeux des rabbins, c’était le propre de la religion d’être toujours en effervescence. Ils comptaient sur certaines performances extérieures pour montrer leur piété supérieure. Ainsi, ils ont séparé leurs âmes de Dieu et se sont construits dans l’autosuffisance. Les mêmes dangers existent toujours. Au fur et à mesure que l’activité augmente et que les hommes réussissent à faire n’importe quel travail pour Dieu, il y a danger de se fier aux plans et aux méthodes humains. Il y a une tendance à moins prier et à avoir moins de foi. Comme les disciples, nous risquons de perdre de vue notre dépendance à l’égard de Dieu et cherchons à faire de notre activité un sauveur. Nous devons constamment regarder à Jésus, réalisant que c’est sa puissance qui fait le travail. Alors que nous devons travailler avec ferveur pour le salut des perdus, nous devons aussi prendre du temps pour la méditation, la prière et l’étude de la parole de Dieu.
Aucune autre vie n’a jamais été aussi encombrée de travail et de responsabilité que celle de Jésus ; pourtant combien de fois Il a été trouvé en prière ! Combien constante était sa communion avec Dieu ! À maintes reprises dans l’histoire de sa vie terrestre, on trouve des récits tels que ceux-ci : ” Se levant bien avant le jour, il sortit, et s’en alla dans un lieu solitaire, et là pria. ” « De grandes multitudes se rassemblèrent pour entendre et être guéries par lui de leurs infirmités. Et il se retira dans le désert et pria. “Et il arriva, en ces jours-là, qu’il sortit sur une montagne pour prier, et passa toute la nuit à prier Dieu.” Marc 1:35 ; Luc 5:15, 16 ; 6h12.
Dans une vie entièrement consacrée au bien des autres, le Sauveur a jugé nécessaire de se retirer des voies de communication et de la foule qui le suivait jour après jour. Il doit se détourner d’une vie d’activité incessante et de contact avec les besoins humains, pour rechercher la retraite et la communion ininterrompue avec son Père. Ne faisant qu’un avec nous, partageant nos besoins et nos faiblesses, il était entièrement dépendant de Dieu et, dans le lieu secret de la prière, il recherchait la force divine, afin de pouvoir aller de l’avant préparé au devoir et à l’épreuve. Dans un monde de péché, Jésus a enduré des luttes et des tortures d’âme. En communion avec Dieu, il pouvait décharger les douleurs qui l’écrasaient. Ici, il a trouvé réconfort et joie.
En Christ, le cri de l’humanité est parvenu au Père de la miséricorde infinie. En tant qu’homme, il a supplié le trône de Dieu jusqu’à ce que son humanité soit chargée d’un courant céleste qui devrait relier l’humanité à la divinité. Par une communion continuelle, il a reçu la vie de Dieu, afin qu’il puisse donner la vie au monde. Son expérience doit être la nôtre.
« Venez à l’écart », nous ordonne-t-il. Si nous prêtions attention à sa parole, nous serions plus forts et plus utiles. Les disciples cherchèrent Jésus et lui dirent toutes choses ; et Il les a encouragés et instruits. Si aujourd’hui nous prenions le temps d’aller vers Jésus et de lui dire nos besoins, nous ne serions pas déçus ; Il serait à notre droite pour nous aider. Nous avons besoin de plus de simplicité, de plus de confiance et de confiance en notre Sauveur. Celui dont le nom est appelé « Le Dieu puissant, le Père éternel, le Prince de la paix » ; Celui dont il est écrit : « Le gouvernement reposera sur son épaule », est le Merveilleux Conseiller. Nous sommes invités à Lui demander la sagesse. Il « donne à tous libéralement, et ne fait pas de reproches ». Esaïe 9:6; Jacques 1:5.
En tous ceux qui sont sous la formation de Dieu doit être révélée une vie qui n’est pas en harmonie avec le monde, ses coutumes ou ses pratiques ; et chacun a besoin d’avoir une expérience personnelle pour obtenir une connaissance de la volonté de Dieu. Nous devons l’entendre individuellement parler au cœur. Lorsque toutes les autres voix sont étouffées et que nous attendons tranquillement devant lui, le silence de l’âme rend plus distincte la voix de Dieu. Il nous ordonne : « Tais-toi, et sache que je suis Dieu. Psaume 46:10. C’est seulement ici que le vrai repos peut être trouvé. Et c’est la préparation efficace pour tous ceux qui travaillent pour Dieu. Au milieu de la foule pressée et de la tension des activités intenses de la vie, l’âme ainsi rafraîchie sera entourée d’une atmosphère de lumière et de paix. La vie exhalera des parfums et révélera une puissance divine qui atteindra le cœur des hommes.

Chapitre 39
« Donnez-leur à manger »
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 14 :13-21 ; Marc 6:32-44 ; Luc 9:10-17; Jean 6:1-13]

Le Christ s’était retiré dans un endroit isolé avec ses disciples, mais cette rare saison de quiétude paisible fut bientôt interrompue. Les disciples pensaient s’être retirés là où ils ne seraient pas dérangés ; mais dès que la multitude manqua le divin Maître, elle demanda : « Où est-il ? Certains d’entre eux avaient remarqué la direction dans laquelle le Christ et ses disciples étaient allés. Beaucoup sont allés à leur rencontre par voie terrestre, tandis que d’autres les ont suivis dans leurs bateaux sur l’eau. La Pâque était proche et, de loin et de près, des bandes de pèlerins en route pour Jérusalem se rassemblaient pour voir Jésus. Des additions ont été faites à leur nombre, jusqu’à ce qu’il y ait eu cinq mille hommes rassemblés sans compter des femmes et des enfants. Avant que Christ n’atteigne le rivage, une multitude l’attendait. Mais il atterrit sans être remarqué par eux et passa un peu de temps à part avec les disciples.
Du haut de la colline, il regarda la multitude mouvante et son cœur fut rempli de sympathie. Interrompu comme il l’était et privé de son repos, il n’était pas impatient. Il a vu une plus grande nécessité exiger Son attention alors qu’Il regardait les gens venir et venir encore. Il ” fut ému de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger “. En quittant sa retraite, il a trouvé un endroit commode où il pouvait les servir. Ils n’ont reçu aucune aide des prêtres et des dirigeants; mais les eaux curatives de la vie ont coulé du Christ alors qu’il enseignait à la multitude la voie du salut.
Le peuple a écouté les paroles de miséricorde coulant si librement des lèvres du Fils de Dieu. Ils ont entendu les paroles gracieuses, si simples et si claires qu’elles étaient comme le baume de Galaad pour leurs âmes. La guérison de sa main divine a apporté joie et vie aux mourants, et soulagement et santé à ceux qui souffraient de la maladie. La journée leur sembla comme le paradis sur terre, et ils étaient complètement inconscients du temps qu’il s’était écoulé depuis qu’ils n’avaient rien mangé.
Enfin la journée s’écoula loin. Le soleil se couchait à l’ouest, et pourtant les gens s’attardaient. Jésus avait travaillé toute la journée sans nourriture ni repos. Il était pâle de fatigue et de faim, et les disciples le supplièrent de cesser son labeur. Mais il ne pouvait se soustraire à la multitude qui se pressait contre lui.
Les disciples vinrent finalement à lui, demandant instamment que, pour leur propre bien, le peuple soit renvoyé. Beaucoup étaient venus de loin et n’avaient rien mangé depuis le matin. Dans les villes et villages environnants, ils pourraient être en mesure d’acheter de la nourriture. Mais Jésus dit : “Donnez-leur à manger”, puis, se tournant vers Philippe, il demanda : “Où achèterons-nous du pain, pour que ceux-ci mangent ?” Il a dit cela pour tester la foi du disciple. Philip regarda par-dessus la mer de têtes et pensa à quel point il serait impossible de fournir de la nourriture pour satisfaire les besoins d’une telle foule. Il répondit que deux cents deniers de pain ne suffiraient pas à se partager entre eux, afin que chacun en ait un peu. Jésus a demandé quelle quantité de nourriture pouvait être trouvée parmi la compagnie. « Il y a ici un garçon, dit André, qui a cinq pains d’orge et deux petits poissons ; mais que sont-ils parmi tant d’autres ? Jésus ordonna que ceux-ci lui soient apportés. Puis il ordonna aux disciples de faire asseoir le peuple sur l’herbe par groupes de cinquante ou de cent, pour maintenir l’ordre, et que tous puissent voir ce qu’il allait faire. Lorsque cela fut accompli, Jésus prit la nourriture, « et levant les yeux vers le ciel,
Il bénit et rompit, et donna les pains à ses disciples, et les disciples à la multitude. « Et ils mangèrent tous et furent rassasiés. Et ils emportèrent douze paniers pleins de fragments et de poissons.
Celui qui enseignait au peuple le moyen d’assurer la paix et le bonheur était tout aussi attentif à ses nécessités temporelles qu’à son besoin spirituel. Les gens étaient fatigués et défaillants. Il y avait des mères avec des bébés dans les bras et des petits enfants accrochés à leurs jupes. Beaucoup étaient debout depuis des heures. Ils avaient été si intensément intéressés par les paroles du Christ qu’ils n’avaient pas une seule fois pensé à s’asseoir, et la foule était si grande qu’il y avait danger qu’ils se piétinent les uns les autres. Jésus leur donnerait une chance de se reposer, et Il leur ordonna de s’asseoir. Il y avait beaucoup d’herbe dans l’endroit, et tous pouvaient se reposer confortablement.
Christ n’a jamais opéré de miracle que pour pourvoir à une véritable nécessité, et chaque miracle était de nature à conduire le peuple à l’arbre de vie, dont les feuilles sont destinées à la guérison des nations. La simple nourriture passée entre les mains des disciples contenait tout un trésor d’enseignements. C’était de l’humble nourriture qui avait été servie ; les poissons et les pains d’orge étaient la nourriture quotidienne des pêcheurs de la mer de Galilée. Le Christ aurait pu répandre devant le peuple un riche repas, mais la nourriture préparée simplement pour la satisfaction de l’appétit n’aurait donné aucune leçon pour leur bien. Christ leur a enseigné dans cette leçon que les dispositions naturelles de Dieu pour l’homme avaient été perverties.
Si les hommes d’aujourd’hui étaient simples dans leurs habitudes, vivant en harmonie avec les lois de la nature, comme l’ont fait Adam et Eve au début, il y aurait une provision abondante pour les besoins de la famille humaine. Il y aurait moins de désirs imaginaires et plus d’opportunités de travailler dans les voies de Dieu. Mais l’égoïsme et l’indulgence d’un goût contre nature ont introduit le péché et la misère dans le monde, par excès d’une part, et par manque de l’autre.
Jésus n’a pas cherché à attirer les gens à lui en satisfaisant le désir de luxe. Pour cette grande foule, fatiguée et affamée après une longue et passionnante journée, le simple repas était une assurance non seulement de sa puissance, mais de sa tendre attention pour eux dans les besoins communs de la vie. Le Sauveur n’a pas promis à ses disciples le luxe du monde ; leur tarif peut être simple et même peu abondant ; leur sort peut être enfermé par la pauvreté ; mais sa parole est engagée que leurs besoins seront satisfaits, et il a promis ce qui est bien meilleur que le bien mondain, le confort durable de sa propre présence.
En nourrissant les cinq mille, Jésus lève le voile du monde de la nature et révèle la puissance qui s’exerce constamment pour notre bien. Dans la production des récoltes de la terre, Dieu opère un miracle chaque jour. Grâce à des agents naturels, le même travail est accompli qui a été accompli dans l’alimentation de la multitude. Les hommes préparent le sol et sèment la graine, mais c’est la vie de Dieu qui fait germer la graine. C’est la pluie, l’air et le soleil de Dieu qui le font sortir, ” d’abord la lame, puis l’épi, après cela le grain plein dans l’épi “. Marc 4:28. C’est Dieu qui nourrit chaque jour des millions de personnes dans les champs de récolte de la terre. Les hommes sont appelés à coopérer avec Dieu dans le soin du grain et la préparation du pain, et à cause de cela ils perdent de vue l’action divine. Ils ne rendent pas à Dieu la gloire due à son saint nom. L’action de sa puissance est attribuée à des causes naturelles ou à des instruments humains. L’homme est glorifié à la place de Dieu, et ses dons gracieux sont pervertis à des fins égoïstes, et sont devenus une malédiction au lieu d’une bénédiction. Dieu cherche à changer tout cela. Il désire que nos sens obtus soient stimulés pour discerner sa bonté miséricordieuse et le glorifier pour l’action de sa puissance. Il désire que nous le reconnaissions dans ses dons, afin qu’ils soient, comme il l’a voulu, une bénédiction pour nous. C’est pour accomplir ce but que les miracles du Christ ont été accomplis.
Après que la multitude eut été nourrie, il restait une abondance de nourriture. Mais Celui qui disposait de toutes les ressources d’un pouvoir infini a dit : « Rassemblez les fragments qui restent, afin que rien ne soit perdu. Ces mots signifiaient plus que mettre le pain dans les paniers. La leçon était double. Rien ne doit être gaspillé. Nous ne devons laisser échapper aucun avantage temporel. Nous ne devons rien négliger de ce qui tendra à profiter à un être humain. Que tout soit rassemblé pour soulager la nécessité des affamés de la terre. Et il devrait y avoir la même attention dans les choses spirituelles. Lorsque les paniers de fragments ont été ramassés, les gens ont pensé à leurs amis à la maison. Ils voulaient qu’ils partagent le pain que le Christ avait béni. Le contenu des corbeilles était distribué à la foule avide et emporté dans toute la région environnante. Ainsi ceux qui étaient à la fête devaient donner aux autres le pain qui descend du ciel, pour satisfaire la faim de l’âme. Ils devaient répéter ce qu’ils avaient appris des choses merveilleuses de Dieu. Rien ne devait être perdu. Pas un mot concernant leur salut éternel ne devait tomber inutilement à terre.
Le miracle des pains enseigne une leçon de dépendance envers Dieu. Lorsque Christ a nourri les cinq mille personnes, la nourriture n’était pas à portée de main. Apparemment, il n’avait aucun moyen à sa disposition. Le voici avec cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants, dans le désert. Il n’avait pas invité la grande multitude à le suivre ; ils sont venus sans invitation ni ordre ; mais il savait qu’après avoir écouté si longtemps ses instructions, ils auraient faim et s’évanouiraient ; car Il était un avec eux dans leur besoin de nourriture. Ils étaient loin de chez eux et la nuit était proche. Beaucoup d’entre eux n’avaient pas les moyens d’acheter de la nourriture. Celui qui, à cause d’eux, avait jeûné quarante jours dans le désert ne les laisserait pas rentrer chez eux à jeun. La providence de Dieu avait placé Jésus là où il était ;
Et quand nous sommes amenés dans des endroits difficiles, nous devons dépendre de Dieu. Nous devons faire preuve de sagesse et de jugement dans chaque action de la vie, afin de ne pas, par des mouvements imprudents, nous mettre en épreuve. Nous ne devons pas plonger dans les difficultés en négligeant les moyens que Dieu a prévus et en abusant des facultés qu’il nous a données. Les ouvriers de Christ doivent obéir implicitement à ses instructions. L’œuvre est celle de Dieu, et si nous voulons bénir les autres, Ses plans doivent être suivis. Le soi ne peut pas devenir un centre ; le soi ne peut recevoir aucun honneur. Si nous planifions selon nos propres idées, le Seigneur nous laissera à nos propres erreurs. Mais quand, après avoir suivi ses instructions, nous sommes amenés dans des endroits difficiles, il nous délivrera. Nous ne devons pas abandonner dans le découragement, mais dans chaque situation d’urgence, nous devons demander l’aide de Celui qui a des ressources infinies à sa disposition. Souvent, nous serons entourés de circonstances éprouvantes, et alors, en toute confiance, nous devrons dépendre de Dieu. Il gardera toute âme qui est amenée dans la perplexité en essayant de garder la voie du Seigneur.
Le Christ nous a ordonné, par l’intermédiaire du prophète, “Distribue ton pain à l’affamé” et “rassasie l’âme affligée” ; « quand tu verras celui qui est nu, que tu le couvres » et « amène les pauvres qui sont rejetés dans ta maison ». Esaïe 58:7-10. Il nous a dit : « Allez par tout le monde, et prêchez l’évangile à toute créature. Marc 16:15. Mais combien de fois nos cœurs s’effondrent et la foi nous fait défaut, alors que nous voyons combien le besoin est grand et combien les moyens entre nos mains sont petits. Comme André regardant les cinq pains d’orge et les deux petits poissons, nous nous exclamons : « Que sont-ils parmi tant d’autres ? Nous hésitons souvent, ne voulant pas donner tout ce que nous avons, craignant de dépenser et d’être dépensé pour les autres. Mais Jésus nous a dit : « Donnez-leur à manger. Son commandement est une promesse ; et derrière elle se trouve la même puissance qui nourrissait la multitude au bord de la mer.
Dans l’acte de Christ de subvenir aux besoins temporels d’une multitude affamée se cache une profonde leçon spirituelle pour tous Ses ouvriers. Christ a reçu du Père; Il a communiqué aux disciples; ils ont donné à la multitude; et les gens entre eux. Ainsi, tous ceux qui sont unis à Christ recevront de lui le pain de vie, la nourriture céleste, et la donneront aux autres.
En s’appuyant entièrement sur Dieu, Jésus a pris le petit stock de pains; et bien qu’il n’y ait eu qu’une petite portion pour sa propre famille de disciples, il ne les a pas invités à manger, mais a commencé à leur distribuer, en leur ordonnant de servir le peuple. La nourriture s’est multipliée entre ses mains ; et les mains des disciples, tendues vers le Christ lui-même le pain de vie, n’étaient jamais vides. Le petit magasin suffisait à tout. Une fois les besoins du peuple satisfaits, les fragments furent rassemblés, et Christ et ses disciples mangèrent ensemble de la précieuse nourriture fournie par le ciel.
Les disciples étaient le canal de communication entre le Christ et le peuple. Cela devrait être un grand encouragement pour Ses disciples aujourd’hui. Le Christ est le grand centre, la source de toute force. Ses disciples doivent recevoir leurs provisions de Lui. Les plus intelligents, les plus spirituels, ne peuvent donner sans réserve que lorsqu’ils reçoivent. Par eux-mêmes, ils ne peuvent rien subvenir aux besoins de l’âme. Nous ne pouvons transmettre que ce que nous recevons de Christ ; et nous ne pouvons recevoir que dans la mesure où nous transmettons aux autres. Alors que nous continuons à transmettre, nous continuons à recevoir ; et plus nous donnons, plus nous recevrons. Ainsi, nous pouvons constamment croire, faire confiance, recevoir et transmettre.
L’œuvre d’édification du royaume de Christ ira de l’avant, même si, selon toute apparence, elle progresse lentement et que des impossibilités semblent témoigner contre l’avancée. L’œuvre est de Dieu, et Il fournira les moyens, et enverra des aides, de vrais disciples fervents, dont les mains aussi seront remplies de nourriture pour la multitude affamée. Dieu n’oublie pas ceux qui travaillent avec amour pour donner la parole de vie aux âmes périssantes, qui à leur tour tendent la main pour la nourriture d’autres âmes affamées.
Dans notre travail pour Dieu, il y a le danger de compter trop largement sur ce que l’homme peut faire avec ses talents et ses capacités. Ainsi nous perdons de vue le seul Maître Ouvrier. Trop souvent, l’ouvrier pour Christ ne réalise pas sa responsabilité personnelle. Il risque de rejeter son fardeau sur les organisations, au lieu de s’appuyer sur Celui qui est la source de toute force. C’est une grande erreur de se fier à la sagesse humaine ou aux nombres dans l’œuvre de Dieu. Le succès du travail pour Christ ne dépend pas tant du nombre ou du talent que de la pureté du but, la vraie simplicité d’une foi sérieuse et dépendante. Des responsabilités personnelles doivent être assumées, des devoirs personnels doivent être assumés, des efforts personnels doivent être faits pour ceux qui ne connaissent pas le Christ. Au lieu de rejeter votre responsabilité sur quelqu’un que vous pensez plus richement doté que vous ne l’êtes, travaillez selon vos capacités.
Quand la question vient à l’esprit dans votre cœur : « D’où achèterons-nous du pain, afin que ceux-ci mangent ? que votre réponse ne soit pas la réponse de l’incrédulité. Lorsque les disciples entendirent la directive du Sauveur : « Donnez-leur à manger », toutes les difficultés surgirent dans leur esprit. Ils se sont interrogés,
Allons-nous dans les villages pour acheter de la nourriture ? Alors maintenant, alors que les gens sont privés du pain de vie, les enfants du Seigneur demandent : Enverrons-nous chercher quelqu’un de loin pour venir les nourrir ? Mais qu’a dit le Christ? « Faites asseoir les hommes », et Il les y a nourris. Alors quand vous êtes entourés d’âmes dans le besoin, sachez que le Christ est là. Communiez avec Lui. Apportez vos pains d’orge à Jésus.
Les moyens en notre possession peuvent sembler insuffisants pour le travail ; mais si nous avançons dans la foi, croyant en la toute-puissance de Dieu, des ressources abondantes s’ouvriront devant nous. Si l’œuvre est de Dieu, Lui-même fournira les moyens de son accomplissement. Il récompensera la confiance honnête et simple envers lui. Le peu qui est sagement et économiquement utilisé au service du Seigneur des cieux augmentera dans l’acte même de donner. Dans la main du Christ, la petite provision de nourriture est restée intacte jusqu’à ce que la multitude affamée soit rassasiée. Si nous allons à la source de toute force, les mains de la foi tendues pour recevoir, nous serons soutenus dans notre travail, même dans les circonstances les plus difficiles, et nous serons capables de donner aux autres le pain de vie.
Le Seigneur dit : « Donnez, et il vous sera donné. « Celui qui sème peu moissonnera peu ; et celui qui sème avec bénédictions moissonnera aussi avec bénédictions. . . . Et Dieu est capable de vous faire abonder toute grâce; afin que vous, ayant toujours toute suffisance en tout, puissiez abonder en toute bonne œuvre; comme il est écrit,–
. . . . . « Il a dispersé, il a donné aux pauvres :
. . . . . Sa justice demeure éternellement.
« Et celui qui fournit de la semence au semeur et du pain pour la nourriture, fournira et multipliera votre semence pour la semence, et augmentera les fruits de votre justice : vous étant enrichis en tout jusqu’à toute libéralité, qui opère par nous des actions de grâces envers Dieu. Luc 6:38; 2 Corinthiens 9:6-11, RV, marge.

Chapitre 40
Une nuit sur le lac
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 14:22-33; Marc 6:45-52 ; Jean 6:14-21]

Assis sur la plaine herbeuse, dans le crépuscule du soir de printemps, le peuple mangeait de la nourriture que Christ avait fournie. Les paroles qu’ils avaient entendues ce jour-là leur étaient venues comme la voix de Dieu. Les œuvres de guérison dont ils avaient été témoins étaient telles que seule la puissance divine pouvait les accomplir. Mais le miracle des pains a séduit tout le monde dans cette vaste multitude. Tous ont participé à son bénéfice. Au temps de Moïse, Dieu avait nourri Israël avec la manne dans le désert ; et qui était celui-ci qui les avait nourris ce jour-là sinon celui que Moïse avait prédit? Aucune puissance humaine ne pourrait créer à partir de cinq pains d’orge et de deux petits poissons une nourriture suffisante pour nourrir des milliers de personnes affamées. Et ils se dirent l’un à l’autre : « C’est d’une vérité ce prophète qui doit venir au monde.
Toute la journée la conviction s’est renforcée. Cet acte suprême est l’assurance que le Libérateur tant attendu est parmi eux. Les espoirs du peuple montent de plus en plus haut. C’est lui qui fera de la Judée un paradis terrestre, un pays où coulent le lait et le miel. Il peut satisfaire tous les désirs. Il peut briser le pouvoir des Romains détestés. Il peut délivrer Juda et Jérusalem. Il peut soigner les soldats blessés au combat. Il peut ravitailler des armées entières en nourriture. Il peut conquérir les nations et donner à Israël la domination tant recherchée.
Dans son enthousiasme, le peuple est prêt à le couronner roi. Ils voient qu’il ne fait aucun effort pour attirer l’attention ou s’assurer l’honneur. En cela, Il est essentiellement différent des prêtres et des dirigeants, et ils craignent qu’Il n’insiste jamais sur Sa prétention au trône de David. Se concertant, ils conviennent de le prendre de force et de le proclamer roi d’Israël. Les disciples s’unissent à la multitude pour déclarer le trône de David l’héritage légitime de leur Maître. C’est la modestie du Christ, disent-ils, qui lui fait refuser un tel honneur. Que le peuple exalte son Libérateur. Que les prêtres et les dirigeants arrogants soient forcés d’honorer Celui qui vient revêtu de l’autorité de Dieu.
Ils s’arrangent avec empressement pour réaliser leur dessein; mais Jésus voit ce qui est à pied, et comprend, comme ils ne le peuvent pas, quel serait le résultat d’un tel mouvement. Même maintenant, les prêtres et les dirigeants chassent sa vie. Ils l’accusent d’éloigner le peuple d’eux. La violence et l’insurrection suivraient un effort pour le placer sur le trône, et le travail du royaume spirituel serait entravé. Le mouvement doit être vérifié sans délai. Appelant ses disciples, Jésus leur ordonne de prendre la barque et de retourner immédiatement à Capharnaüm, le laissant renvoyer le peuple.
Jamais auparavant un commandement du Christ n’avait semblé aussi impossible à accomplir. Les disciples espéraient depuis longtemps un mouvement populaire pour placer Jésus sur le trône ; ils ne pouvaient supporter l’idée que tout cet enthousiasme devait être réduit à néant. Les multitudes qui se rassemblaient pour célébrer la Pâque étaient impatientes de voir le nouveau prophète. Pour Ses disciples, cela semblait l’occasion en or d’établir leur Maître bien-aimé sur le trône d’Israël. A la lueur de cette nouvelle ambition, il leur était difficile de s’en aller d’eux-mêmes et de laisser Jésus seul sur ce rivage désolé. Ils ont protesté contre l’arrangement; mais Jésus parlait maintenant avec une autorité qu’il n’avait jamais assumée envers eux. Ils savaient qu’une nouvelle opposition de leur part serait inutile, et en silence ils se tournèrent vers la mer.
Jésus ordonne maintenant à la multitude de se disperser ; et sa manière est si décisive qu’ils n’osent pas désobéir. Les mots de louange et d’exaltation meurent sur leurs lèvres. Dans l’acte même d’avancer pour le saisir, leurs pas sont arrêtés, et le regard joyeux et avide s’efface de leurs visages. Dans cette foule se trouvent des hommes d’esprit fort et de ferme détermination; mais l’attitude royale de Jésus et ses quelques mots d’ordre calmes apaisent le tumulte et déjouent leurs desseins. Ils reconnaissent en Lui une puissance au-dessus de toute autorité terrestre, et sans aucun doute ils se soumettent.
Laissé seul, Jésus ” monta à l’écart sur une montagne pour prier “. Pendant des heures, il a continué à implorer Dieu. Ce n’était pas pour lui-même mais pour les hommes que ces prières étaient faites. Il a prié pour avoir le pouvoir de révéler aux hommes le caractère divin de sa mission, afin que Satan ne puisse pas aveugler leur compréhension et pervertir leur jugement. Le Sauveur savait que les jours de son ministère personnel sur terre touchaient à leur fin et que peu de gens le recevraient comme leur Rédempteur. Dans le travail et le conflit de l’âme, il a prié pour ses disciples. Ils devaient être cruellement jugés. Leurs espoirs longtemps caressés, fondés sur une illusion populaire, devaient être déçus de la manière la plus douloureuse et la plus humiliante. Au lieu de son exaltation sur le trône de David, ils devaient assister à sa crucifixion. Ce devait être en effet son véritable couronnement. Mais ils n’ont pas discerné cela, et en conséquence de fortes tentations viendraient à eux, qu’il leur serait difficile de reconnaître comme des tentations. Sans le Saint-Esprit pour éclairer l’esprit et élargir la compréhension, la foi des disciples échouerait. Il était douloureux pour Jésus que leurs conceptions de son royaume soient, dans une si grande mesure, limitées à l’agrandissement et à l’honneur mondains. Pour eux, le fardeau était lourd sur son cœur, et il déversa ses supplications avec une agonie amère et des larmes.
Les disciples ne s’étaient pas éloignés immédiatement du pays, comme Jésus le leur avait ordonné. Ils ont attendu un moment, espérant qu’Il viendrait à eux. Mais comme ils virent que les ténèbres se rassemblaient rapidement, ils ” montèrent dans un navire et traversèrent la mer en direction de Capharnaüm “. Ils avaient quitté Jésus avec des cœurs mécontents, plus impatients que jamais avec lui depuis qu’ils l’avaient reconnu comme leur Seigneur. Ils murmuraient parce qu’il ne leur avait pas été permis de le proclamer roi. Ils se reprochaient de céder si facilement à son commandement. Ils ont estimé que s’ils avaient été plus persistants, ils auraient peut-être atteint leur objectif.
L’incrédulité prenait possession de leurs esprits et de leurs cœurs. L’amour de l’honneur les avait aveuglés. Ils savaient que Jésus était haï des pharisiens et ils étaient impatients de le voir exalté comme ils pensaient qu’il devait l’être. Être unis à un enseignant qui pouvait faire de grands miracles, et pourtant être vilipendé comme trompeur, était une épreuve qu’ils ne pouvaient pas endurer. Devaient-ils toujours être considérés comme des disciples d’un faux prophète ? Le Christ n’affirmerait-il jamais son autorité en tant que roi ? Pourquoi celui qui possédait un tel pouvoir ne s’est-il pas révélé dans son vrai caractère et n’a-t-il pas rendu leur chemin moins douloureux ? Pourquoi n’avait-il pas sauvé Jean-Baptiste d’une mort violente ? Ainsi les disciples ont raisonné jusqu’à ce qu’ils aient attiré sur eux de grandes ténèbres spirituelles. Ils se demandaient : Jésus pouvait-il être un imposteur, comme l’affirmaient les pharisiens ?
Les disciples avaient ce jour-là été témoins des œuvres merveilleuses de Christ. Il avait semblé que le ciel était descendu sur la terre. Le souvenir de ce jour précieux et glorieux aurait dû les remplir de foi et d’espérance. S’ils avaient, par abondance de cœur, conversé ensemble à propos de ces choses, ils ne seraient pas entrés en tentation. Mais leur déception avait absorbé leurs pensées. Les paroles du Christ, « Rassemblez les fragments, . . . que rien ne soit perdu », ont été ignorées. Ce furent des heures de grande bénédiction pour les disciples, mais ils avaient tout oublié. Ils étaient au milieu d’eaux troubles. Leurs pensées étaient orageuses et déraisonnables, et le Seigneur leur a donné quelque chose d’autre pour affliger leur âme et occuper leur esprit. Dieu fait souvent cela quand les hommes se créent des fardeaux et des ennuis. Les disciples n’avaient pas besoin de créer des ennuis. Déjà le danger approchait à grands pas.
Une violente tempête s’était abattue sur eux, et ils n’y étaient pas préparés. C’était un contraste soudain, car la journée avait été parfaite ; et quand le vent les a frappés, ils ont eu peur. Ils ont oublié leur désaffection, leur incrédulité, leur impatience. Tout le monde a travaillé pour empêcher le bateau de couler. Il n’y avait qu’une courte distance par mer de Bethsaïda au point où ils s’attendaient à rencontrer Jésus, et par temps ordinaire le voyage ne demandait que quelques heures ; mais maintenant ils étaient chassés de plus en plus loin du point qu’ils cherchaient. Jusqu’au quatrième quart de la nuit, ils peinèrent aux avirons. Alors les hommes fatigués se sont donnés pour perdus. Dans la tempête et l’obscurité, la mer leur avait appris leur propre impuissance, et ils aspiraient à la présence de leur Maître.
Jésus ne les avait pas oubliés. L’Observateur sur le rivage a vu ces hommes effrayés lutter contre la tempête. Pas un instant il ne perdit de vue ses disciples. Avec la plus profonde sollicitude, ses yeux suivaient la barque secouée par la tempête avec son précieux fardeau ; car ces hommes devaient être la lumière du monde. Comme une mère dans l’amour tendre regarde son enfant, ainsi le Maître compatissant a regardé ses disciples. Lorsque leurs cœurs ont été soumis, leur ambition impie apaisée, et dans l’humilité, ils ont prié pour de l’aide, elle leur a été donnée.
Au moment où ils se croient perdus, une lueur révèle une figure mystérieuse qui s’approche d’eux sur l’eau. Mais ils ne savent pas que c’est Jésus. Celui qui est venu pour leur aide, ils comptent comme un ennemi. La terreur les envahit. Les mains qui avaient saisi les rames avec des muscles comme le fer lâchèrent prise. Le bateau se balance au gré des vagues ; tous les yeux sont rivés sur cette vision d’un homme marchant sur les flots blancs de la mer écumante.
Ils pensent que c’est un fantôme qui présage leur destruction, et ils crient de peur. Jésus avance comme s’il voulait les dépasser ; mais ils le reconnaissent, et crient, implorant son aide. Leur Maître bien-aimé se tourne, Sa voix fait taire leur peur : « Ayez bon courage : c’est moi ; n’aie pas peur.”
Dès qu’ils ont pu créditer le fait merveilleux, Peter était presque fou de joie. Comme s’il pouvait à peine croire encore, il s’écria : « Seigneur, si c’est toi, ordonne-moi de venir à toi sur l’eau. Et Il a dit : Viens.
Regardant Jésus, Pierre marche en toute sécurité ; mais comme, satisfait de lui-même, il regarde en arrière vers ses compagnons dans la barque, ses yeux se détournent du Sauveur. Le vent est violent. Les vagues roulent haut et viennent directement entre lui et le Maître; et il a peur. Pendant un moment, le Christ est caché à sa vue, et sa foi s’effondre. Il commence à couler. Mais tandis que les flots parlent avec la mort, Pierre lève les yeux des eaux furieuses et, les fixant sur Jésus, crie : « Seigneur, sauve-moi. Immédiatement, Jésus saisit la main tendue et dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?
Marchant côte à côte, la main de Pierre dans celle de son Maître, ils montèrent ensemble dans la barque. Mais Peter était maintenant soumis et silencieux. Il n’avait aucune raison de se vanter de ses semblables, car à force d’incrédulité et d’auto-exaltation, il avait bien failli perdre la vie. Quand il détourna les yeux de Jésus, il perdit pied et il coula au milieu des flots.
Quand les ennuis nous arrivent, combien de fois sommes-nous comme Pierre ! Nous regardons les vagues, au lieu de garder les yeux fixés sur le Sauveur. Nos pas glissent et les eaux fières coulent sur nos âmes. Jésus n’a pas ordonné à Pierre de venir à lui pour qu’il périsse ; Il ne nous appelle pas à le suivre, puis nous abandonner. « N’ayez pas peur », dit-il ; « car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom ; tu es à moi. Quand tu traverseras les eaux, je serai avec toi; et à travers les fleuves, ils ne te submergeront pas : quand tu marches à travers le feu, tu ne seras pas brûlé ; la flamme ne s’allumera pas non plus sur toi. Car je suis l’Éternel, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton Sauveur. Esaïe 43:1-3.
Jésus a lu le caractère de ses disciples. Il savait à quel point leur foi allait être mise à l’épreuve. Dans cet incident sur la mer, il a voulu révéler à Pierre sa propre faiblesse, – pour montrer que sa sécurité dépendait constamment de la puissance divine. Au milieu des tempêtes de la tentation, il ne pouvait marcher en toute sécurité que si, dans une totale méfiance à lui-même, il devait compter sur le Sauveur. C’était sur le point où il se croyait fort que Pierre était faible ; et ce n’est que lorsqu’il a discerné sa faiblesse qu’il a pu réaliser son besoin de dépendre de Christ. S’il avait appris la leçon que Jésus cherchait à lui enseigner dans cette expérience sur la mer, il n’aurait pas échoué lorsque la grande épreuve s’est abattue sur lui.
Jour après jour, Dieu instruit Ses enfants. Par les circonstances de la vie quotidienne, il les prépare à jouer leur rôle sur cette scène plus vaste à laquelle sa providence les a assignés. C’est la question de l’épreuve quotidienne qui détermine leur victoire ou leur défaite dans la grande crise de la vie.
Ceux qui ne réalisent pas qu’ils dépendent constamment de Dieu seront vaincus par la tentation. Nous pouvons maintenant supposer que nos pieds sont en sécurité et que nous ne serons jamais ébranlés. Nous pouvons dire avec confiance : « Je sais en qui j’ai cru ; rien ne peut ébranler ma foi en Dieu et en sa parole. Mais Satan prévoit de profiter de nos traits de caractère héréditaires et cultivés, et de nous aveugler sur nos propres nécessités et défauts. Ce n’est qu’en réalisant notre propre faiblesse et en regardant fermement Jésus que nous pouvons marcher en toute sécurité.
A peine Jésus eut-il pris place dans la barque que le vent cessa, “et aussitôt la barque arriva au pays où ils allaient”. A la nuit d’horreur succéda la lumière de l’aube. Les disciples, et d’autres qui étaient aussi à bord, se prosternèrent aux pieds de Jésus avec un cœur reconnaissant, en disant : « En vérité, tu es le Fils de Dieu !

Chapitre 41
La crise en Galilée
[Ce chapitre est basé sur Jean 6:22-71]

Lorsque le Christ a interdit au peuple de le déclarer roi, il savait qu’un tournant dans son histoire était atteint. Les multitudes qui désiraient l’élever au trône aujourd’hui se détourneraient de lui demain. La déception de leur ambition égoïste transformerait leur amour en haine et leurs louanges en malédictions. Pourtant, sachant cela, Il n’a pris aucune mesure pour éviter la crise. Dès le début, il n’avait offert à ses disciples aucun espoir de récompenses terrestres. A quelqu’un qui voulait devenir son disciple, il avait dit : « Les renards ont des terriers, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. Matthieu 8:20. Si les hommes avaient pu avoir le monde avec Christ, des multitudes lui auraient offert leur allégeance ; mais un tel service, il ne pouvait pas l’accepter. Parmi ceux qui étaient maintenant liés à lui, il y en avait beaucoup qui avaient été attirés par l’espoir d’un royaume mondain. Ceux-ci doivent être détrompés. L’enseignement spirituel profond dans le miracle des pains n’avait pas été compris. Cela devait être clair. Et cette nouvelle révélation apporterait avec elle un test plus approfondi.
Le miracle des pains a été rapporté de loin, et très tôt le lendemain matin, les gens ont afflué vers Bethsaïda pour voir Jésus. Ils sont venus en grand nombre, par terre et par mer. Ceux qui l’avaient quitté la nuit précédente revinrent, s’attendant à le trouver encore là ; car il n’y avait pas eu de barque par laquelle il pût passer de l’autre côté. Mais leur recherche fut infructueuse, et beaucoup se rendirent à Capharnaüm, le cherchant toujours.
Entre-temps, il était arrivé à Génésareth, après une absence d’un jour seulement. Dès qu’on sut qu’il avait débarqué, le peuple “ courut dans toute cette région d’alentour, et se mit à transporter dans des lits les malades, là où ils avaient appris qu’il était ”. Marc 6:55.
Au bout d’un certain temps, il se rendit à la synagogue, et là ceux qui étaient venus de Bethsaïda le trouvèrent. Ils ont appris de ses disciples comment il avait traversé la mer. La fureur de la tempête, et les nombreuses heures de rames infructueuses contre les vents contraires, l’apparition du Christ marchant sur l’eau, les peurs ainsi suscitées, ses paroles rassurantes, l’aventure de Pierre et son résultat, avec l’apaisement soudain de la tempête et l’atterrissage du bateau, ont tous été fidèlement racontés à la foule émerveillée. Non content de cela, cependant, beaucoup se rassemblèrent autour de Jésus, demandant : « Rabbi, quand es-tu venu ici ? Ils espéraient recevoir de sa propre bouche un autre récit du miracle.
Jésus n’a pas satisfait leur curiosité. Il dit tristement : « Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Ils ne l’ont pas cherché pour un motif valable; mais comme ils avaient été nourris avec les pains, ils espéraient encore recevoir un bénéfice temporel en s’attachant à lui. Le Sauveur leur a dit : « Ne travaillez pas pour la viande qui périt, mais pour cette viande qui dure jusqu’à la vie éternelle. Ne cherchez pas simplement un avantage matériel. Que ce ne soit pas le principal effort pour subvenir aux besoins de la vie actuelle, mais recherchez la nourriture spirituelle, même cette sagesse qui durera jusqu’à la vie éternelle. Cela, le Fils de Dieu seul peut le donner ; « car Dieu le Père a scellé pour lui ».
Pour le moment, l’intérêt des auditeurs était éveillé. Ils s’écrièrent : « Que ferons-nous pour accomplir les œuvres de Dieu ? Ils avaient accompli des travaux nombreux et pénibles afin de se recommander à Dieu ; et ils étaient prêts à entendre parler de toute nouvelle observance par laquelle ils pourraient obtenir un plus grand mérite. Leur question signifiait : Que devons-nous faire pour mériter le ciel ? Quel est le prix que nous devons payer pour obtenir la vie à venir ?
« Jésus répondit et leur dit : C’est l’œuvre de Dieu, que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. Le prix du ciel est Jésus. Le chemin vers le ciel passe par la foi en « l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ». Jean 1:29.
Mais le peuple n’a pas choisi de recevoir cette déclaration de la vérité divine. Jésus avait fait l’œuvre même que la prophétie avait annoncée que le Messie ferait ; mais ils n’avaient pas été témoins de ce que leurs espoirs égoïstes avaient imaginé comme son œuvre. Christ avait en effet autrefois nourri la multitude avec des pains d’orge; mais du temps de Moïse, Israël avait été nourri de la manne pendant quarante ans, et des bénédictions bien plus grandes étaient attendues du Messie. Leurs cœurs mécontents se demandaient pourquoi, si Jésus pouvait accomplir tant d’œuvres merveilleuses comme ils en avaient été témoins, ne pouvait-il pas donner la santé, la force et la richesse à tout son peuple, le libérer de ses oppresseurs et l’élever au pouvoir et à l’honneur ? Le fait qu’Il prétendait être l’Envoyé de Dieu, et pourtant refusait d’être le roi d’Israël, était un mystère qu’ils ne pouvaient pas sonder. Son refus a été mal interprété. Beaucoup ont conclu qu’il n’osait pas affirmer ses prétentions parce qu’il doutait lui-même du caractère divin de sa mission. Ainsi ils ont ouvert leurs cœurs à l’incrédulité, et la semence que Satan avait semée a porté des fruits de son espèce, dans l’incompréhension et la défection.
Maintenant, à moitié moqueur, un rabbin demanda : « Quel signe montres-tu donc, pour que nous puissions te voir et te croire ? que fais-tu? Nos pères ont mangé la manne dans le désert ; comme il est écrit, il leur a donné à manger du pain du ciel.
Les Juifs honoraient Moïse comme le donateur de la manne, attribuant des louanges à l’instrument et perdant de vue Celui par qui l’œuvre avait été accomplie. Leurs pères avaient murmuré contre Moïse, avaient douté et renié sa mission divine. Maintenant, dans le même esprit, les enfants ont rejeté Celui qui portait le message de Dieu à eux-mêmes. « Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné ce pain du ciel. Le donneur de la manne se tenait au milieu d’eux. C’était le Christ lui-même qui avait conduit les Hébreux à travers le désert et les avait nourris quotidiennement du pain du ciel. Cette nourriture était un type du vrai pain du ciel. L’Esprit vivifiant, jaillissant de la plénitude infinie de Dieu, est la vraie manne. Jésus a dit : « Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Jean 6:33,
Pensant toujours qu’il s’agissait de nourriture temporelle à laquelle Jésus faisait référence, certains de ses auditeurs s’exclamèrent : « Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus dit alors clairement : « Je suis le pain de vie.
La figure utilisée par le Christ était familière aux Juifs. Moïse, sous l’inspiration du Saint-Esprit, avait dit : « L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur. Et le prophète Jérémie avait écrit : « Tes paroles ont été trouvées, et je les ai mangées ; et ta parole a été pour moi la joie et l’allégresse de mon cœur. Deutéronome 8:3 ; Jérémie 15:16. Les rabbins eux-mêmes avaient un dicton, que manger du pain, dans sa signification spirituelle, était l’étude de la loi et la pratique des bonnes œuvres ; et on disait souvent qu’à la venue du Messie, tout Israël serait nourri. L’enseignement des prophètes a mis en évidence la profonde leçon spirituelle du miracle des pains. Cette leçon que Christ cherchait à ouvrir à ses auditeurs dans la synagogue. S’ils avaient compris les Ecritures, ils auraient compris ses paroles quand il a dit : « Je suis le pain de vie. La veille seulement, la grande multitude, lorsqu’elle était faible et fatiguée, avait été nourrie par le pain qu’il avait donné. Comme de ce pain ils avaient reçu la force physique et le rafraîchissement, ainsi de Christ ils pouvaient recevoir la force spirituelle pour la vie éternelle. « Celui qui vient à moi, dit-il, n’aura jamais faim ; et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais il a ajouté : « Vous aussi, vous m’avez vu, et vous ne croyez pas. et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais il a ajouté : « Vous aussi, vous m’avez vu, et vous ne croyez pas. et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais il a ajouté : « Vous aussi, vous m’avez vu, et vous ne croyez pas.
Ils avaient vu Christ par le témoignage du Saint-Esprit, par la révélation de Dieu à leurs âmes. Les preuves vivantes de sa puissance avaient été devant eux jour après jour, mais ils demandaient encore un autre signe. Si cela avait été donné, ils seraient restés aussi incrédules qu’avant. S’ils n’étaient pas convaincus par ce qu’ils avaient vu et entendu, il était inutile de leur montrer des œuvres plus merveilleuses. L’incrédulité trouvera toujours une excuse au doute et écartera par la raison la preuve la plus positive.
Encore une fois, le Christ a fait appel à ces cœurs têtus. “Celui qui vient à moi, je ne le chasserai en aucune façon.” Tous ceux qui l’ont reçu dans la foi, a-t-il dit, devraient avoir la vie éternelle. Pas un ne pouvait être perdu. Pas besoin pour Pharisiens et Sadducéens de se disputer concernant la vie future. Les hommes n’ont plus besoin de pleurer dans un chagrin sans espoir pour leurs morts. “C’est la volonté de celui qui m’a envoyé, que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour.”
Mais les chefs du peuple furent scandalisés, « et ils dirent : N’est-ce pas Jésus, le fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère ? comment se fait-il donc qu’il dise : Je suis descendu du ciel ? Ils ont essayé de susciter des préjugés en se référant avec mépris à l’origine modeste de Jésus. Ils faisaient allusion avec mépris à sa vie d’ouvrier galiléen et à sa famille comme étant pauvre et humble. Les prétentions de ce charpentier sans instruction, disaient-ils, étaient indignes de leur attention. Et à cause de sa naissance mystérieuse, ils ont insinué qu’il était de filiation douteuse, représentant ainsi les circonstances humaines de sa naissance comme une tache sur son histoire.
Jésus n’a pas tenté d’expliquer le mystère de sa naissance. Il n’a fait aucune réponse aux questions concernant sa descente du ciel, comme il n’en avait fait aucune aux questions concernant sa traversée de la mer. Il n’a pas attiré l’attention sur les miracles qui ont marqué sa vie. Volontairement, il s’était fait sans réputation et avait pris sur lui la forme d’un serviteur. Mais ses paroles et ses œuvres ont révélé son caractère. Tous ceux dont le cœur était ouvert à l’illumination divine reconnaîtraient en lui « le Fils unique du Père, plein de grâce et de vérité ». Jean 1:14.
Le préjugé des pharisiens était plus profond que leurs questions ne l’indiquent ; elle avait sa racine dans la perversité de leur cœur. Chaque parole et chaque acte de Jésus suscitait en eux des antagonismes ; car l’esprit qu’ils chérissaient ne pouvait trouver en lui aucun accord de réponse.
« Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes, Et ils seront tous enseignés de Dieu. Tout homme donc qui a entendu parler du Père et qui l’a appris vient à moi. Personne ne viendra jamais à Christ, sauf ceux qui répondent à l’appel de l’amour du Père. Mais Dieu attire tous les cœurs à Lui, et seuls ceux qui résistent à Son attirance refuseront de venir à Christ.
Dans les paroles : « Ils seront tous enseignés de Dieu », Jésus se réfère à la prophétie d’Isaïe : « Tous tes enfants seront enseignés du Seigneur ; et grande sera la paix de tes enfants. Esaïe 54:13. Cette Écriture, les Juifs se l’approprièrent. C’était leur vantardise que Dieu était leur enseignant. Mais Jésus a montré combien cette prétention est vaine ; car il a dit : « Tout homme donc qui a entendu parler du Père et qui l’a appris vient à moi. Ce n’est qu’à travers Christ qu’ils pouvaient recevoir la connaissance du Père. L’humanité ne pouvait pas supporter la vision de sa gloire. Ceux qui avaient appris l’existence de Dieu avaient écouté la voix de son Fils, et en Jésus de Nazareth ils allaient reconnaître celui qui, par nature et par révélation, a déclaré le Père.
“En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.” Par l’intermédiaire du bien-aimé Jean, qui a écouté ces paroles, le Saint-Esprit a déclaré aux églises : « Voici le témoignage que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie. 1 Jean 5:11, 12. Et Jésus dit : « Je le ressusciterai au dernier jour. Christ est devenu une seule chair avec nous, afin que nous devenions un seul esprit avec lui. C’est en vertu de cette union que nous devons sortir de la tombe, non seulement en tant que manifestation de la puissance du Christ, mais parce que, par la foi, sa vie est devenue la nôtre. Ceux qui voient Christ dans son vrai caractère et le reçoivent dans leur cœur ont la vie éternelle. C’est par l’Esprit que Christ habite en nous ; et l’Esprit de Dieu, reçu dans le cœur par la foi,
Le peuple avait renvoyé Christ à la manne que leurs pères avaient mangée dans le désert, comme si la fourniture de cette nourriture était un miracle plus grand que celui que Jésus avait accompli ; mais Il montre à quel point ce don était maigre comparé aux bénédictions qu’Il était venu accorder. La manne ne pouvait soutenir que cette existence terrestre ; elle n’empêchait pas l’approche de la mort, ni n’assurait l’immortalité ; mais le pain du ciel nourrirait l’âme jusqu’à la vie éternelle. Le Sauveur a dit : « Je suis ce pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C’est le pain qui descend du ciel, afin qu’un homme en mange et ne meure pas. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. A cette figure, le Christ en ajoute maintenant une autre. Ce n’est qu’en mourant qu’il a pu donner la vie aux hommes, et dans les paroles qui suivent, il désigne sa mort comme moyen de salut. Il dit : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.
Les Juifs étaient sur le point de célébrer la Pâque à Jérusalem, en commémoration de la nuit de la délivrance d’Israël, lorsque l’ange destructeur frappa les maisons d’Égypte. Dans l’agneau pascal, Dieu leur a demandé de contempler l’Agneau de Dieu et, par le symbole, de recevoir Celui qui s’est donné pour la vie du monde. Mais les Juifs étaient venus pour rendre le symbole très important, alors que sa signification était inaperçue. Ils n’ont pas discerné le corps du Seigneur. La même vérité qui était symbolisée dans le service pascal était enseignée dans les paroles du Christ. Mais c’était encore indécis.
Alors les rabbins s’exclamèrent avec colère : « Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? Ils affectaient de comprendre ses paroles dans le même sens littéral que Nicodème lorsqu’il demandait : « Comment un homme peut-il naître alors qu’il est vieux ? Jean 3:4. Dans une certaine mesure, ils comprenaient la signification de Jésus, mais ils n’étaient pas disposés à le reconnaître. En interprétant mal ses paroles, ils espéraient porter préjudice au peuple contre lui.
Le Christ n’a pas adouci sa représentation symbolique. Il a réitéré la vérité dans un langage encore plus fort : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme et ne buvez son sang, vous n’avez pas de vie en vous. Quiconque mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une viande, et mon sang est vraiment une boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang habite en moi et moi en lui.
Manger la chair et boire le sang du Christ, c’est le recevoir comme Sauveur personnel, croyant qu’il pardonne nos péchés et que nous sommes complets en lui. C’est en contemplant son amour, en s’attardant sur lui, en le buvant, que nous devons devenir participants de sa nature. Ce que la nourriture est pour le corps, Christ doit l’être pour l’âme. La nourriture ne peut nous être bénéfique que si nous la mangeons, à moins qu’elle ne devienne une partie de notre être. Ainsi Christ n’a aucune valeur pour nous si nous ne le connaissons pas comme un Sauveur personnel. Une connaissance théorique ne nous servira à rien. Nous devons nous nourrir de lui, le recevoir dans le cœur, afin que sa vie devienne notre vie. Son amour, sa grâce doivent être assimilés.
Mais même ces chiffres ne présentent pas le privilège de la relation du croyant avec Christ. Jésus a dit : “Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.” Comme le Fils de Dieu a vécu par la foi au Père, nous devons vivre par la foi au Christ. Jésus était si pleinement soumis à la volonté de Dieu que le Père seul est apparu dans sa vie. Bien que tenté en tous points comme nous le sommes, il s’est tenu devant le monde sans être souillé par le mal qui l’entourait. Ainsi, nous devons aussi vaincre comme Christ a vaincu.
Êtes-vous un disciple de Christ ? Alors tout ce qui est écrit concernant la vie spirituelle est écrit pour vous, et peut être atteint en vous unissant à Jésus. Votre zèle languit ? ton premier amour s’est refroidi ? Acceptez à nouveau l’amour offert par le Christ. Mangez de sa chair, buvez de son sang, et vous deviendrez un avec le Père et avec le Fils.
Les Juifs incrédules ont refusé de voir autre chose que le sens le plus littéral des paroles du Sauveur. Par la loi rituelle, il leur était interdit de goûter le sang, et ils interprétaient maintenant la langue du Christ comme un discours sacrilège et se disputaient entre eux. Beaucoup même de disciples ont dit : « C’est une parole dure ; qui peut l’entendre ?
Le Sauveur leur répondit : « Cela vous offense-t-il ? Et si vous voyiez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ? C’est l’esprit qui vivifie; la chair ne profite de rien : les paroles que je vous dis, elles sont esprit, et elles sont vie.
La vie de Christ qui donne la vie au monde est dans sa parole. C’est par sa parole que Jésus a guéri les maladies et chassé les démons ; par sa parole, il a calmé la mer et ressuscité les morts ; et le peuple rendit témoignage que sa parole était puissante. Il prononça la parole de Dieu, comme il l’avait fait à travers tous les prophètes et enseignants de l’Ancien Testament. La Bible entière est une manifestation du Christ, et le Sauveur a voulu fixer la foi de ses disciples sur la parole. Lorsque sa présence visible doit être retirée, la parole doit être leur source de pouvoir. Comme leur Maître, ils devaient vivre « de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Matthieu 4:4.
Comme notre vie physique est soutenue par la nourriture, notre vie spirituelle est soutenue par la parole de Dieu. Et chaque âme doit recevoir la vie de la parole de Dieu pour elle-même. Comme nous devons manger pour nous-mêmes afin de recevoir de la nourriture, ainsi nous devons recevoir la parole pour nous-mêmes. Nous ne devons pas l’obtenir simplement par l’intermédiaire de l’esprit d’autrui. Nous devrions étudier attentivement la Bible, demandant à Dieu l’aide du Saint-Esprit, afin que nous puissions comprendre sa parole. Nous devrions prendre un verset et concentrer notre esprit sur la tâche de vérifier la pensée que Dieu a mise dans ce verset pour nous. Nous devrions nous attarder sur la pensée jusqu’à ce qu’elle devienne nôtre et que nous sachions « ce que dit le Seigneur ».
Dans ses promesses et ses avertissements, Jésus veut dire moi. Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que moi, en croyant en lui, je ne périsse pas, mais que j’aie la vie éternelle. Les expériences relatées dans la parole de Dieu doivent être mes expériences. La prière et la promesse, le précepte et l’avertissement sont à moi. « Je suis crucifié avec le Christ : néanmoins je vis ; pourtant pas moi, mais Christ vit en moi ; et la vie que je vis maintenant dans la chair, je la vis par la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et s’est donné pour moi. Galates 2:20. A mesure que la foi reçoit et assimile ainsi les principes de vérité, ils deviennent une partie de l’être et le moteur de la vie. La parole de Dieu, reçue dans l’âme, façonne les pensées et entre dans le développement du caractère.
En regardant constamment Jésus avec l’œil de la foi, nous serons fortifiés. Dieu fera les révélations les plus précieuses à son peuple affamé et assoiffé. Ils découvriront que Christ est un Sauveur personnel. En se nourrissant de sa parole, ils découvrent que c’est esprit et vie. La parole détruit la nature naturelle, terrestre, et donne une nouvelle vie en Jésus-Christ. Le Saint-Esprit vient à l’âme comme un Consolateur. Par l’action transformatrice de sa grâce, l’image de Dieu est reproduite dans le disciple ; il devient une nouvelle créature. L’amour prend la place de la haine, et le cœur reçoit la similitude divine. C’est ce que signifie vivre « de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». C’est manger le Pain qui descend du ciel.
Christ avait dit une vérité sacrée et éternelle concernant la relation entre Lui et Ses disciples. Il connaissait le caractère de ceux qui prétendaient être ses disciples, et ses paroles mettaient leur foi à l’épreuve. Il a déclaré qu’ils devaient croire et agir selon son enseignement. Tous ceux qui le recevaient participeraient à sa nature et seraient conformes à son caractère. Cela impliquait l’abandon de leurs ambitions chéries. Cela exigeait l’abandon complet d’eux-mêmes à Jésus. Ils ont été appelés à se sacrifier, doux et humbles de cœur. Ils doivent marcher dans le chemin étroit parcouru par l’Homme du Calvaire, s’ils veulent partager le don de la vie et la gloire du ciel.
Le test était trop grand. L’enthousiasme de ceux qui avaient cherché à le prendre par la force et à le faire roi se refroidit. Ce discours à la synagogue, déclaraient-ils, leur avait ouvert les yeux. Maintenant, ils étaient détrompés. Dans leur esprit, ses paroles étaient une confession directe qu’il n’était pas le Messie et qu’aucune récompense terrestre ne devait être réalisée par rapport à lui. Ils avaient accueilli sa puissance miraculeuse ; ils étaient impatients d’être libérés de la maladie et de la souffrance ; mais ils n’entraient pas en sympathie avec sa vie d’abnégation. Ils ne se souciaient pas du mystérieux royaume spirituel dont il parlait. Les insincères, les égoïstes, qui l’avaient cherché, ne le désiraient plus. S’il ne consacrait pas son pouvoir et son influence à obtenir leur liberté des Romains, ils n’auraient rien à faire avec lui.
Jésus leur dit clairement : « Il y en a parmi vous qui ne croient pas. ajoutant : « C’est pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par mon Père. Il souhaitait qu’ils comprennent que s’ils n’étaient pas attirés par lui, c’était parce que leur cœur n’était pas ouvert au Saint-Esprit. “L’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui : il ne peut pas non plus les connaître, parce qu’elles sont spirituellement discernées.” 1 Corinthiens 2:14. C’est par la foi que l’âme contemple la gloire de Jésus. Cette gloire est cachée, jusqu’à ce que, par le Saint-Esprit, la foi soit allumée dans l’âme.
Par la réprimande publique de leur incrédulité, ces disciples étaient encore plus éloignés de Jésus. Ils étaient très mécontents, et voulant blesser le Sauveur et satisfaire la malice des pharisiens, ils lui tournèrent le dos et le quittèrent avec dédain. Ils avaient fait leur choix, avaient pris la forme sans l’esprit, l’enveloppe sans l’amande. Leur décision n’a jamais été renversée par la suite; car ils ne marchaient plus avec Jésus.
“Dont l’éventail est dans sa main, et il purifiera complètement son sol et rassemblera son blé dans le grenier.” Matthieu 3:12. C’était l’une des périodes de purge. Par les paroles de la vérité, la balle était séparée du blé. Parce qu’ils étaient trop vaniteux et pharisaïques pour recevoir des reproches, trop amoureux du monde pour accepter une vie d’humilité, beaucoup se sont détournés de Jésus. Beaucoup font encore la même chose. Les âmes sont testées aujourd’hui comme l’étaient ces disciples dans la synagogue de Capharnaüm. Lorsque la vérité est portée au cœur, ils voient que leur vie n’est pas conforme à la volonté de Dieu. Ils voient le besoin d’un changement complet en eux-mêmes ; mais ils ne sont pas disposés à entreprendre le travail d’abnégation. Par conséquent, ils sont en colère lorsque leurs péchés sont découverts. Ils s’en vont offensés, comme les disciples quittèrent Jésus en murmurant : « C’est une parole dure ;
Louanges et flatteries seraient agréables à leurs oreilles ; mais la vérité n’est pas la bienvenue ; ils ne peuvent pas l’entendre. Quand les foules suivent, et que les multitudes sont nourries, et que les cris de triomphe se font entendre, leurs voix sont fortes en louanges ; mais quand la recherche de l’Esprit de Dieu révèle leur péché et leur ordonne de le quitter, ils tournent le dos à la vérité et ne marchent plus avec Jésus.
Lorsque ces disciples mécontents se sont détournés de Christ, un esprit différent a pris le contrôle d’eux. Ils ne pouvaient rien voir d’attrayant en Celui qu’ils avaient autrefois trouvé si intéressant. Ils recherchaient ses ennemis, car ils étaient en harmonie avec leur esprit et leur travail. Ils ont mal interprété ses paroles, falsifié ses déclarations et contesté ses motivations. Ils ont soutenu leur course en rassemblant tous les objets qui pouvaient être retournés contre lui ; et une telle indignation fut suscitée par ces fausses nouvelles selon lesquelles sa vie était en danger.
La nouvelle se répandit rapidement que, de par sa propre confession, Jésus de Nazareth n’était pas le Messie. Et ainsi, en Galilée, le courant du sentiment populaire se retourna contre lui, comme, l’année précédente, il l’avait été en Judée. Hélas pour Israël ! Ils ont rejeté leur Sauveur, parce qu’ils aspiraient à un conquérant qui leur donnerait le pouvoir temporel. Ils voulaient la viande qui périt, et non celle qui dure jusqu’à la vie éternelle.
Avec un cœur ardent, Jésus a vu ceux qui avaient été Ses disciples s’éloigner de Lui, la Vie et la Lumière des hommes. La conscience que sa compassion n’était pas appréciée, que son amour n’était pas partagé, que sa miséricorde était méprisée, que son salut était rejeté, le remplissait d’un chagrin inexprimable. Ce sont de tels développements qui ont fait de lui un homme de douleur et habitué à la douleur.
Sans tenter d’empêcher ceux qui le quittaient, Jésus se tourna vers les douze et leur dit : « Voulez-vous aussi vous en aller ?
Pierre répondit en demandant : « Seigneur, à qui irions-nous ? « Tu as les paroles de la vie éternelle », a-t-il ajouté. “Et nous croyons et sommes sûrs que tu es ce Christ, le Fils du Dieu vivant.”
« A qui irions-nous ? Les enseignants d’Israël étaient esclaves du formalisme. Les pharisiens et les sadducéens étaient en constante querelle. Quitter Jésus, c’était tomber parmi des tenants des rites et des cérémonies, et des hommes ambitieux qui recherchaient leur propre gloire. Les disciples avaient trouvé plus de paix et de joie depuis qu’ils avaient accepté le Christ que dans toutes leurs vies antérieures. Comment pourraient-ils revenir à ceux qui avaient méprisé et persécuté l’Ami des pécheurs ? Ils attendaient depuis longtemps le Messie ; maintenant il était venu, et ils ne pouvaient pas se détourner de sa présence vers ceux qui chassaient sa vie et les avaient persécutés parce qu’ils étaient devenus ses disciples.
« A qui irions-nous ? Pas de l’enseignement du Christ, Ses leçons d’amour et de miséricorde, jusqu’aux ténèbres de l’incrédulité, la méchanceté du monde. Alors que le Sauveur a été abandonné par beaucoup de ceux qui avaient été témoins de ses œuvres merveilleuses, Pierre a exprimé la foi des disciples : « Tu es ce Christ. La seule pensée de perdre cette ancre de leur âme les remplissait de peur et de douleur. Être privé d’un Sauveur, c’était être à la dérive sur une mer sombre et orageuse.
Beaucoup de paroles et d’actes de Jésus semblent mystérieux aux esprits finis, mais chaque mot et chaque acte avait son but précis dans l’œuvre pour notre rédemption ; chacun a été calculé pour produire son propre résultat. Si nous étions capables de comprendre ses desseins, tout semblerait important, complet et en harmonie avec sa mission.
Bien que nous ne puissions pas maintenant comprendre les œuvres et les voies de Dieu, nous pouvons discerner son grand amour, qui sous-tend toutes ses relations avec les hommes. Celui qui vit près de Jésus comprendra une grande partie du mystère de la piété. Il reconnaîtra la miséricorde qui administre la réprimande, qui teste le caractère et met en lumière le but du cœur.
Lorsque Jésus a présenté la vérité éprouvante qui a fait reculer tant de ses disciples, il savait quel serait le résultat de ses paroles ; mais Il avait un dessein de miséricorde à accomplir. Il prévoyait qu’à l’heure de la tentation, chacun de ses disciples bien-aimés serait mis à rude épreuve. Son agonie à Gethsémané, sa trahison et sa crucifixion seraient pour eux une épreuve des plus éprouvantes. Si aucun test préalable n’avait été donné, beaucoup de ceux qui étaient animés par des motifs purement égoïstes auraient été liés à eux. Quand leur Seigneur a été condamné dans la salle du jugement; quand la multitude qui l’avait salué comme leur roi siffla après lui et l’insulta ; lorsque la foule moqueuse cria : « Crucifie-le ! » – lorsque leurs ambitions mondaines furent déçues, ces égoïstes auraient, en renonçant à leur allégeance à Jésus, attiré sur les disciples un chagrin amer et déchirant, en plus de leur chagrin et de leur déception face à la ruine de leurs plus chers espoirs. En cette heure de ténèbres, l’exemple de ceux qui se sont détournés de lui aurait pu entraîner d’autres avec eux. Mais Jésus a provoqué cette crise alors que par sa présence personnelle, il pouvait encore fortifier la foi de ses vrais disciples.
Rédempteur compatissant, qui, en pleine connaissance du destin qui l’attendait, a tendrement aplani le chemin pour les disciples, les a préparés pour leur épreuve suprême et les a renforcés pour l’épreuve finale !

Chapitre 42
Tradition
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 15 :1-20 ; Marc 7:1-23]

Les scribes et les pharisiens, s’attendant à voir Jésus à la Pâque, lui avaient tendu un piège. Mais Jésus, connaissant leur but, s’était absenté de ce rassemblement. “Alors s’assemblèrent vers lui les pharisiens et certains des scribes.” Comme il n’allait pas vers eux, ils vinrent vers lui. Pendant un certain temps, il avait semblé que le peuple de Galilée accepterait Jésus comme le Messie et que le pouvoir de la hiérarchie dans cette région serait brisé. La mission des Douze, indiquant l’extension de l’œuvre du Christ et mettant plus directement les disciples en conflit avec les rabbins, avait excité de nouveau la jalousie des chefs de Jérusalem. Les espions qu’ils avaient envoyés à Capharnaüm au début de son ministère, qui avaient essayé de fixer sur lui l’accusation d’infraction au sabbat, avaient été mis dans la confusion ; mais les rabbins étaient résolus à réaliser leur dessein.
Comme auparavant, le motif de plainte était son mépris des préceptes traditionnels qui encombraient la loi de Dieu. Celles-ci étaient prétendument conçues pour veiller au respect de la loi, mais elles étaient considérées comme plus sacrées que la loi elle-même. Lorsqu’ils se heurtaient aux commandements donnés du Sinaï, la préférence était donnée aux préceptes rabbiniques.
Parmi les observances les plus rigoureusement appliquées figurait celle de la purification cérémonielle. La négligence des formes à observer avant de manger était considérée comme un péché odieux, à punir à la fois dans ce monde et dans l’autre ; et c’était considéré comme une vertu de détruire le transgresseur.
Les règles concernant la purification étaient innombrables. La durée d’une vie était à peine suffisante pour qu’on les apprenne toutes. La vie de ceux qui essayaient d’observer les exigences rabbiniques était une longue lutte contre les souillures cérémonielles, une ronde interminable de lavages et de purifications. Tandis que le peuple était occupé de distinctions insignifiantes et d’observances que Dieu n’avait pas exigées, son attention était détournée des grands principes de sa loi.
Christ et ses disciples n’ont pas observé ces ablutions cérémonielles, et les espions ont fait de cette négligence le motif de leur accusation. Cependant, ils n’ont pas attaqué directement le Christ, mais sont venus à lui en critiquant ses disciples. Devant la multitude, ils dirent : « Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? car ils ne se lavent pas les mains quand ils mangent du pain.
Chaque fois que le message de la vérité parvient à des âmes dotées d’un pouvoir spécial, Satan incite ses agents à déclencher une dispute sur une question mineure. Ainsi, il cherche à détourner l’attention du vrai problème. Chaque fois qu’un bon travail est commencé, il y a des ergoteurs prêts à entrer en dispute sur des formes ou des technicités, pour éloigner les esprits des réalités vivantes. Lorsqu’il apparaît que Dieu est sur le point de travailler d’une manière spéciale pour son peuple, qu’il ne se laisse pas entraîner dans une controverse qui ne fera que ruiner les âmes. Les questions qui nous préoccupent le plus sont : Est-ce que je crois d’une foi salvatrice au Fils de Dieu ? Ma vie est-elle en harmonie avec la loi divine ? “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle, et celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie.” « Et par ceci nous savons que nous le connaissons, si nous gardons ses commandements. Jean 3:36; 1 Jean 2:3.
Jésus n’a fait aucune tentative pour se défendre ou défendre ses disciples. Il n’a fait aucune référence aux accusations portées contre lui, mais a continué à montrer l’esprit qui animait ces tenants des rites humains. Il leur a donné un exemple de ce qu’ils faisaient à plusieurs reprises, et avaient fait juste avant de venir à sa recherche. « Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, dit-il, afin que vous puissiez garder votre propre tradition. Car Moïse a dit : Honore ton père et ta mère ; et, Quiconque maudit son père ou sa mère, qu’il meure de mort. il sera libre. Et vous ne lui permettez plus de rien faire pour son père ou sa mère. Ils ont mis de côté le cinquième commandement comme sans conséquence, mais ont été très exacts dans la réalisation des traditions des anciens. Ils enseignaient au peuple que la dévotion de leurs biens au temple était un devoir plus sacré que même l’entretien de leurs parents ; et que, quelque grande que fût la nécessité, c’était un sacrilège de donner au père ou à la mère une partie de ce qui avait été ainsi consacré. Un enfant indélicat n’avait qu’à prononcer le mot «Corban» sur sa propriété, la consacrant ainsi à Dieu, et il pouvait la conserver pour son propre usage pendant sa vie, et après sa mort, elle devait être affectée au service du temple. Ainsi, il était libre, dans la vie et dans la mort, de déshonorer et de frauder ses parents, sous le couvert d’une prétendue dévotion à Dieu.
Jamais, en paroles ou en actes, Jésus n’a diminué l’obligation de l’homme de présenter des dons et des offrandes à Dieu. C’est Christ qui a donné toutes les directives de la loi concernant les dîmes et les offrandes. Lorsqu’il était sur terre, il a félicité la pauvre femme qui a tout donné au trésor du temple. Mais le zèle apparent pour Dieu de la part des prêtres et des rabbins était un prétexte pour couvrir leur désir d’auto-agrandissement. Le peuple a été trompé par eux. Ils portaient de lourds fardeaux que Dieu n’avait pas imposés. Même les disciples du Christ n’étaient pas entièrement libérés du joug qui leur avait été lié par des préjugés hérités et l’autorité rabbinique. Or, en révélant le véritable esprit des rabbins, Jésus a cherché à libérer de l’esclavage de la tradition tous ceux qui étaient vraiment désireux de servir Dieu.
« Hypocrites, dit-il en s’adressant aux espions rusés, Ésaïe a bien prophétisé à votre sujet, en disant : Ce peuple s’approche de moi de sa bouche et m’honore de ses lèvres ; mais leur cœur est loin de Moi. Mais c’est en vain qu’ils m’adorent, enseignant comme doctrines des commandements d’hommes. Les paroles du Christ étaient une mise en accusation de tout le système du pharisaïsme. Il déclara qu’en plaçant leurs exigences au-dessus des préceptes divins, les rabbins se plaçaient au-dessus de Dieu.
Les députés de Jérusalem étaient remplis de rage. Ils ne pouvaient pas accuser Christ d’avoir violé la loi donnée du Sinaï, car il parlait comme son défenseur contre leurs traditions. Les grands préceptes de la loi, qu’il avait présentés, apparaissaient en contraste frappant avec les règles mesquines que les hommes avaient conçues.
A la multitude, et ensuite plus complètement à ses disciples, Jésus a expliqué que la souillure ne vient pas de l’extérieur, mais de l’intérieur. La pureté et l’impureté appartiennent à l’âme. C’est la mauvaise action, la mauvaise parole, la mauvaise pensée, la transgression de la loi de Dieu, et non la négligence des cérémonies extérieures faites par l’homme, qui souillent un homme.
Les disciples ont noté la rage des espions alors que leur faux enseignement était exposé. Ils virent les regards en colère et entendirent les mots à demi murmurés de mécontentement et de vengeance. Oubliant combien de fois le Christ avait donné la preuve qu’il lisait le cœur comme un livre ouvert, ils lui ont parlé de l’effet de ses paroles. Espérant qu’il pourrait concilier les fonctionnaires furieux, ils dirent à Jésus : « Sais-tu que les pharisiens ont été offensés, après avoir entendu cette parole ?
Il répondit: “Toute plante que mon Père céleste n’a pas plantée sera déracinée.” Les coutumes et les traditions si chères aux rabbins étaient de ce monde, pas du ciel. Quelle que soit leur autorité auprès du peuple, ils ne pouvaient supporter l’épreuve de Dieu. Toute invention humaine qui a été substituée aux commandements de Dieu sera trouvée sans valeur en ce jour où “Dieu amènera toute œuvre en jugement, avec toute chose secrète, soit bonne, soit mauvaise”. Ecclésiaste 12:14.
La substitution des préceptes des hommes aux commandements de Dieu n’a pas cessé. Même chez les chrétiens, on trouve des institutions et des usages qui n’ont pas de meilleur fondement que les traditions des pères. De telles institutions, reposant sur une simple autorité humaine, ont supplanté celles de nomination divine. Les hommes s’accrochent à leurs traditions, vénèrent leurs coutumes et nourrissent la haine contre ceux qui cherchent à leur montrer leur erreur. En ce jour, alors qu’il nous est demandé d’attirer l’attention sur les commandements de Dieu et la foi de Jésus, nous voyons la même inimitié qui s’est manifestée aux jours de Christ. Au sujet du reste du peuple de Dieu, il est écrit : « Le dragon s’est irrité contre la femme, et est allé faire la guerre au reste de sa postérité, qui garde les commandements de Dieu et a le témoignage de Jésus-Christ. Apocalypse 12:17.
Mais “toute plante que mon Père céleste n’a pas plantée sera déracinée”. Au lieu de l’autorité des soi-disant pères de l’Église, Dieu nous demande d’accepter la parole du Père éternel, le Seigneur du ciel et de la terre. Ici seulement est la vérité non mêlée d’erreur. David a dit : « J’ai plus d’intelligence que tous mes maîtres, car tes témoignages sont ma méditation. Je comprends mieux que les anciens, parce que je garde tes préceptes. Psaume 119: 99, 100. Que tous ceux qui acceptent l’autorité humaine, les coutumes de l’église ou les traditions des pères, prêtent attention à l’avertissement véhiculé dans les paroles du Christ: «En vain ils m’adorent, enseignant pour des doctrines les commandements des hommes.

Chapitre 43
Barrières levées
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 15:21-28; Marc 7:24-30]

Après la rencontre avec les pharisiens, Jésus se retira de Capharnaüm, et traversant la Galilée, se rendit dans les collines aux confins de la Phénicie. Regardant vers l’ouest, il pouvait voir, étalées sur la plaine en contrebas, les anciennes villes de Tyr et de Sidon, avec leurs temples païens, leurs magnifiques palais et marchés de commerce, et les ports remplis de navires. Au-delà s’étendait l’étendue bleue de la Méditerranée, sur laquelle les messagers de l’évangile devaient porter la bonne nouvelle aux centres du grand empire du monde. Mais le moment n’était pas encore venu. Le travail qui l’attendait maintenant était de préparer ses disciples à leur mission. En venant dans cette région, il espérait trouver la retraite qu’il n’avait pas réussi à obtenir à Bethsaïda. Pourtant, ce n’était pas son seul but en entreprenant ce voyage.
« Voici, une femme cananéenne sortit de ces confins, et cria, disant : Aie pitié de moi, ô Seigneur, fils de David ; ma fille est affligée d’un démon. Matthieu 15:22, RV Les habitants de ce district étaient de l’ancienne race cananéenne. Ils étaient idolâtres, méprisés et haïs par les Juifs. A cette classe appartenait la femme qui venait maintenant à Jésus. Elle était païenne et était donc exclue des avantages dont jouissaient quotidiennement les Juifs. Il y avait beaucoup de Juifs vivant parmi les Phéniciens, et la nouvelle de l’œuvre du Christ avait pénétré dans cette région. Certaines personnes avaient écouté ses paroles et avaient été témoins de ses œuvres merveilleuses. Cette femme avait entendu parler du prophète qui, disait-on, guérissait toutes sortes de maladies. Lorsqu’elle a entendu parler de sa puissance, l’espoir a surgi dans son cœur. Inspiré par l’amour d’une mère, elle résolut de lui présenter le cas de sa fille. C’était son objectif résolu d’apporter son affliction à Jésus. Il doit guérir son enfant. Elle avait demandé l’aide des dieux païens, mais n’avait obtenu aucun soulagement. Et parfois, elle était tentée de penser : Qu’est-ce que ce professeur juif peut faire pour moi ? Mais la parole était venue, Il guérit toutes sortes de maladies, que ceux qui viennent à Lui pour obtenir de l’aide soient riches ou pauvres. Elle a décidé de ne pas perdre son seul espoir.
Christ connaissait la situation de cette femme. Il savait qu’elle avait hâte de le voir et il s’est placé sur son chemin. En s’occupant de son chagrin, il pouvait donner une représentation vivante de la leçon qu’il avait l’intention d’enseigner. Pour cela, il avait amené ses disciples dans cette région. Il leur a demandé de voir l’ignorance existant dans les villes et les villages proches de la terre d’Israël. Les gens qui avaient eu toutes les chances de comprendre la vérité n’avaient aucune connaissance des besoins de ceux qui les entouraient. Aucun effort n’a été fait pour aider les âmes dans les ténèbres. Le mur de séparation que l’orgueil juif avait érigé, empêchait même les disciples de sympathiser avec le monde païen. Mais ces barrières devaient être brisées.
Le Christ n’a pas immédiatement répondu à la demande de la femme. Il reçut ce représentant d’une race méprisée comme l’auraient fait les Juifs. En cela, il a voulu que ses disciples soient impressionnés par la manière froide et sans cœur avec laquelle les Juifs traiteraient un tel cas, comme en témoigne son accueil de la femme, et la manière compatissante avec laquelle il leur ferait faire face à une telle détresse, comme en témoigne son octroi ultérieur de sa demande.
Mais bien que Jésus n’ait pas répondu, la femme n’a pas perdu la foi. Comme il passait, comme si elle ne l’entendait pas, elle le suivit, continuant ses supplications. Agacé par ses importunités, les disciples demandent à Jésus de la renvoyer. Ils voyaient que leur maître la traitait avec indifférence, et ils supposaient donc que le préjugé des Juifs contre les Cananéens lui plaisait. Mais c’était à un Sauveur plein de pitié que la femme s’adressait, et en réponse à la demande des disciples, Jésus dit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. Bien que cette réponse paraisse conforme au préjugé des Juifs, c’était une réprimande implicite aux disciples, qu’ils comprirent ensuite comme leur rappelant ce qu’Il leur avait souvent dit, à savoir qu’Il était venu dans le monde pour sauver tous ceux qui l’accepterait.
La femme insista sur sa cause avec une ferveur accrue, s’inclinant aux pieds du Christ et criant : « Seigneur, aide-moi. Jésus, rejetant apparemment toujours ses supplications, selon le préjugé insensible des Juifs, répondit : « Il n’est pas convenable de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens. Cela affirmait virtuellement qu’il n’était pas juste de prodiguer les bénédictions apportées au peuple favorisé de Dieu sur les étrangers et les étrangers d’Israël. Cette réponse aurait complètement découragé un chercheur moins sérieux. Mais la femme a vu que son opportunité était venue. Sous le refus apparent de Jésus, elle a vu une compassion qu’il ne pouvait cacher. “Vérité, Seigneur,” répondit-elle, “mais les chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.” Pendant que les enfants de la maison mangent à la table du père, même les chiens ne restent pas à jeun. Ils ont droit aux miettes qui tombent de la table abondamment fournies. Ainsi, tandis qu’il y avait beaucoup de bénédictions données à Israël, n’y avait-il pas aussi une bénédiction pour elle ? Elle était considérée comme un chien, et n’avait-elle pas alors la prétention d’un chien à une miette de sa bonté ?
Jésus venait de quitter son champ de travail parce que les scribes et les pharisiens cherchaient à lui ôter la vie. Ils murmuraient et se plaignaient. Ils manifestèrent de l’incrédulité et de l’amertume, et refusèrent le salut qui leur était si généreusement offert. Ici, Christ rencontre quelqu’un d’une race malheureuse et méprisée, qui n’a pas été favorisée par la lumière de la parole de Dieu ; pourtant, elle cède immédiatement à l’influence divine du Christ et a une foi implicite en sa capacité d’accorder la faveur qu’elle demande. Elle mendie les miettes qui tombent de la table du Maître. Si elle peut avoir le privilège d’un chien, elle est prête à être considérée comme un chien. Elle n’a aucun préjugé ou orgueil national ou religieux pour influencer son cours, et elle reconnaît immédiatement Jésus comme le Rédempteur, et comme étant capable de faire tout ce qu’elle lui demande.
Le Sauveur est satisfait. Il a testé sa foi en Lui. Par ses relations avec elle, il a montré que celle qui a été considérée comme une paria d’Israël n’est plus une étrangère, mais une enfant dans la maison de Dieu. En tant qu’enfant, c’est son privilège de partager les dons du Père. Le Christ accorde maintenant sa demande et termine la leçon aux disciples. Se tournant vers elle avec un regard de pitié et d’amour, il dit : « Ô femme, ta foi est grande : qu’il te soit fait comme tu veux. A partir de cette heure sa fille est devenue entière. Le démon ne la troublait plus. La femme partit, reconnaissant son Sauveur, et heureuse de l’exaucement de sa prière.
Ce fut le seul miracle que Jésus a accompli pendant ce voyage. C’est pour l’accomplissement de cet acte qu’il se rendit aux confins de Tyr et de Sidon. Il voulait soulager la femme affligée, et en même temps laisser un exemple dans son œuvre de miséricorde envers l’un d’un peuple méprisé au profit de ses disciples quand il ne serait plus avec eux. Il souhaitait les faire sortir de leur exclusivité juive pour s’intéresser à travailler pour les autres en dehors de leur propre peuple.
Jésus aspirait à dévoiler les profonds mystères de la vérité qui avaient été cachés pendant des siècles, que les Gentils devraient être cohéritiers avec les Juifs, et “participer à Sa promesse en Christ par l’évangile”. Ephésiens 3:6. Cette vérité, les disciples furent lents à l’apprendre, et le divin Maître leur donna leçon sur leçon. En récompensant la foi du centurion de Capharnaüm et en prêchant l’évangile aux habitants de Sychar, il avait déjà donné la preuve qu’il ne partageait pas l’intolérance des Juifs. Mais les Samaritains avaient une certaine connaissance de Dieu ; et le centurion avait fait preuve de bonté envers Israël. Maintenant, Jésus mit les disciples en contact avec un païen, qu’ils considéraient comme n’ayant aucune raison au-dessus de n’importe lequel de son peuple, d’attendre sa faveur. Il donnerait un exemple de la façon dont une telle personne devrait être traitée. Les disciples avaient pensé qu’il dispensait trop librement les dons de sa grâce. Il montrerait que son amour ne devait pas être circonscrit à une race ou à une nation.
Lorsqu’il a dit : « Je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël », il a dit la vérité, et dans son œuvre pour la femme cananéenne, il accomplissait sa mission. Cette femme était l’une des brebis perdues qu’Israël aurait dû sauver. C’était leur travail assigné, le travail qu’ils avaient négligé, que Christ faisait.
Cet acte ouvrit plus complètement l’esprit des disciples au travail qui les attendait parmi les Gentils. Ils ont vu un large champ d’utilité en dehors de la Judée. Ils voyaient des âmes portant des peines inconnues des plus favorisés. Parmi ceux qu’on leur avait appris à mépriser se trouvaient des âmes aspirant à l’aide du puissant Guérisseur, affamées de la lumière de la vérité, qui avait été si abondamment donnée aux Juifs.
Par la suite, lorsque les Juifs se détournèrent encore plus obstinément des disciples, parce qu’ils déclaraient que Jésus était le Sauveur du monde, et lorsque le mur de séparation entre Juifs et Gentils fut renversé par la mort de Christ, cette leçon, et d’autres similaires qui dirigé vers l’œuvre évangélique sans restriction de coutume ou de nationalité, avait une puissante influence sur les représentants du Christ, dans la direction de leurs travaux.
La visite du Sauveur en Phénicie et le miracle qui s’y est produit avaient un but encore plus vaste. Pas seulement pour la femme affligée, ni même pour ses disciples et ceux qui ont reçu leurs travaux, l’œuvre a été accomplie ; mais aussi « afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ; et qu’en croyant vous ayez la vie par son nom. Jean 20:31. Les mêmes agents qui éloignaient les hommes de Christ il y a mille huit cents ans sont à l’œuvre aujourd’hui. L’esprit qui a construit le mur de séparation entre Juif et Gentil est toujours actif. L’orgueil et les préjugés ont construit de solides murs de séparation entre les différentes classes d’hommes. Christ et Sa mission ont été déformés, et des multitudes ont le sentiment qu’ils sont virtuellement coupés du ministère de l’évangile. Mais qu’ils ne se sentent pas fermés à Christ.
Dans la foi, la femme de Phénicie se jeta contre les barrières qui s’étaient dressées entre Juifs et Gentils. Contre le découragement, quelles que soient les apparences qui auraient pu la faire douter, elle fait confiance à l’amour du Sauveur. C’est ainsi que le Christ désire que nous ayons confiance en lui. Les bénédictions du salut sont pour chaque âme. Rien d’autre que son propre choix ne peut empêcher un homme de participer à la promesse en Christ par l’évangile.
La caste est odieuse à Dieu. Il ignore tout de ce personnage. A ses yeux, les âmes de tous les hommes ont la même valeur. Il « a fait d’un seul sang toutes les nations des hommes pour habiter sur toute la face de la terre, et a déterminé les temps d’avance et les limites de leur habitation ; afin qu’ils cherchent le Seigneur, s’ils pouvaient le rechercher, et le trouver, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous. Sans distinction d’âge, de rang, de nationalité ou de privilège religieux, tous sont invités à venir à lui et à vivre. « Quiconque croit en lui n’aura pas honte. Car il n’y a pas de différence. “Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni libre.” “Le riche et le pauvre se rencontrent : le Seigneur est le Créateur de tous.” « Le même Seigneur sur tous est riche pour tous ceux qui l’invoquent. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Actes 17:26, 27 ; Galates 3:28 ; Proverbes 22:2 ; Romains 10:11-13.

Chapitre 44
Le vrai signe
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 15:29-39; 16:1-12 ; Marc 7:31-37 ; 8:1-21]

“Il sortit de nouveau des confins de Tyr, et vint par Sidon jusqu’à la mer de Galilée, au milieu des confins de la Décapole.” Marc 7:31, RV
C’est dans la région de la Décapole que les démoniaques de Gergesa avaient été guéris. Ici, le peuple, alarmé par la destruction des pourceaux, avait contraint Jésus à s’éloigner du milieu d’eux. Mais ils avaient écouté les messagers qu’il avait laissés derrière eux, et le désir de le voir s’était éveillé. Comme il revenait dans cette région, une foule se rassembla autour de lui, et un homme sourd et bégayant lui fut amené. Jésus n’a pas, selon sa coutume, restauré l’homme par une parole seulement. Le prenant à part de la multitude, il mit ses doigts dans ses oreilles et toucha sa langue ; levant les yeux vers le ciel, il soupira en pensant aux oreilles qui ne seraient pas ouvertes à la vérité, aux langues qui refusaient de reconnaître le Rédempteur. Au mot « Soyez ouvert », la parole de l’homme a été rétablie et, ignorant l’ordre de ne le dire à personne, il a publié à l’étranger l’histoire de sa guérison.
Jésus monta sur une montagne, et là la multitude afflua vers lui, amenant ses malades et ses boiteux, et les déposant à ses pieds. Il les a tous guéris; et le peuple, tout païen qu’il était, glorifiait le Dieu d’Israël. Pendant trois jours, ils continuèrent à se presser autour du Sauveur, dormant la nuit en plein air, et tout au long de la journée pressant avidement d’entendre les paroles du Christ et de voir ses œuvres. Au bout de trois jours, leur nourriture était épuisée. Jésus ne voulait pas les renvoyer affamés, et il a appelé ses disciples à leur donner de la nourriture. De nouveau, les disciples ont révélé leur incrédulité. A Bethsaïda, ils avaient vu comment, avec la bénédiction du Christ, leur petit magasin servait à nourrir la multitude ; pourtant, ils n’apportaient pas tout ce qu’ils avaient, se fiant à sa puissance pour le multiplier pour les foules affamées. De plus, ceux qu’il a nourris à Bethsaïda étaient des Juifs ; c’étaient des Gentils et des païens. Les préjugés juifs étaient encore forts dans le cœur des disciples, et ils répondirent à Jésus : « D’où un homme peut-il rassasier ces hommes avec du pain ici dans le désert ? Mais obéissant à sa parole, ils lui apportèrent ce qu’ils avaient, sept pains et deux poissons. La multitude a été nourrie, sept grands paniers de fragments restants. Quatre mille hommes, sans compter les femmes et les enfants, furent ainsi rafraîchis, et Jésus les renvoya le cœur joyeux et reconnaissant.
Puis, prenant une barque avec ses disciples, il traversa le lac jusqu’à Magdala, à l’extrémité sud de la plaine de Génésareth. Aux confins de Tyr et de Sidon, son esprit avait été rafraîchi par la confiance confiante de la femme syrophénicienne. Le peuple païen de la Décapole l’avait reçu avec joie. Alors qu’il débarquait une fois de plus en Galilée, là où sa puissance s’était manifestée de la manière la plus frappante, où la plupart de ses œuvres de miséricorde avaient été accomplies et son enseignement donné, il rencontra une incrédulité méprisante.
Une députation de pharisiens avait été rejointe par des représentants des sadducéens riches et seigneuriaux, le parti des prêtres, les sceptiques et l’aristocratie de la nation. Les deux sectes avaient été à l’inimitié amère. Les sadducéens ont courtisé la faveur du pouvoir en place afin de maintenir leur propre position et leur autorité. Les pharisiens, d’autre part, ont entretenu la haine populaire contre les Romains, aspirant au temps où ils pourraient secouer le joug du conquérant. Mais Pharisien et Sadducéen s’unirent maintenant contre Christ. Comme cherche comme; et le mal, partout où il existe, se ligue avec le mal pour la destruction du bien.
Maintenant, les pharisiens et les sadducéens sont venus à Christ, demandant un signe du ciel. Lorsque, aux jours de Josué, Israël sortit pour combattre les Cananéens à Bethhoron, le soleil s’était arrêté sur l’ordre du chef jusqu’à ce que la victoire soit remportée ; et de nombreuses merveilles similaires s’étaient manifestées dans leur histoire. Un tel signe a été exigé de Jésus. Mais ces signes n’étaient pas ce dont les Juifs avaient besoin. Aucune simple preuve extérieure ne pouvait leur être bénéfique. Ce dont ils avaient besoin n’était pas une illumination intellectuelle, mais une rénovation spirituelle.
« Ô hypocrites, dit Jésus, vous pouvez discerner la face du ciel », – en étudiant le ciel, ils pourraient prédire le temps – « mais ne pouvez-vous pas discerner les signes des temps ? Les propres paroles de Christ, prononcées avec la puissance du Saint-Esprit qui les a convaincus de péché, étaient le signe que Dieu avait donné pour leur salut. Et des signes venus directement du ciel avaient été donnés pour attester la mission du Christ. Le chant des anges aux bergers, l’étoile qui guidait les sages, la colombe et la voix du ciel lors de son baptême, étaient des témoins pour lui.
« Et il soupira profondément dans son esprit, et dit : Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? “Aucun signe ne lui sera donné, si ce n’est le signe du prophète Jonas.” Comme Jonas était trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, Christ devait être en même temps « au cœur de la terre ». Et comme la prédication de Jonas était un signe pour les Ninivites, de même la prédication de Christ était un signe pour Sa génération. Mais quel contraste dans la réception du mot ! Les habitants de la grande ville païenne tremblèrent en entendant l’avertissement de Dieu. Les rois et les nobles se sont humiliés ; les grands et les petits crièrent ensemble au Dieu des cieux, et sa miséricorde leur fut accordée. « Les hommes de Ninive se lèveront en jugement avec cette génération, avait dit le Christ, et la condamneront : parce qu’ils se sont repentis à la prédication de Jonas ; et voici, un plus grand que Jonas est ici. Matthieu 12:40, 41.
Chaque miracle accompli par Christ était un signe de sa divinité. Il accomplissait l’œuvre même qui avait été prédite pour le Messie ; mais pour les pharisiens, ces œuvres de miséricorde étaient une offense positive. Les dirigeants juifs regardaient avec une indifférence sans cœur la souffrance humaine. Dans de nombreux cas, leur égoïsme et leur oppression avaient causé l’affliction que le Christ a soulagée. Ainsi ses miracles étaient pour eux un reproche.
Ce qui conduisit les Juifs à rejeter l’œuvre du Sauveur était la plus haute preuve de son caractère divin. La plus grande signification de Ses miracles se voit dans le fait qu’ils étaient pour la bénédiction de l’humanité.
La plus haute preuve qu’il est venu de Dieu est que sa vie a révélé le caractère de Dieu. Il a fait les œuvres et prononcé les paroles de Dieu. Une telle vie est le plus grand de tous les miracles.
Lorsque le message de la vérité est présenté de nos jours, nombreux sont ceux qui, comme les Juifs, crient : Montrez-nous un signe. Faites-nous un miracle. Christ n’a opéré aucun miracle à la demande des pharisiens. Il n’a fait aucun miracle dans le désert en réponse aux insinuations de Satan. Il ne nous donne pas le pouvoir de nous justifier ou de satisfaire les exigences de l’incrédulité et de l’orgueil. Mais l’évangile n’est pas sans un signe de son origine divine. N’est-ce pas un miracle que nous puissions nous libérer de l’esclavage de Satan ? L’inimitié contre Satan n’est pas naturelle au cœur humain ; il est implanté par la grâce de Dieu. Quand quelqu’un qui a été contrôlé par une volonté obstinée et capricieuse est libéré et s’abandonne de tout son cœur à l’appel des agents célestes de Dieu, un miracle se produit ; il en est de même lorsqu’un homme qui a été dans une forte illusion en vient à comprendre la vérité morale. Chaque fois qu’une âme se convertit et apprend à aimer Dieu et à garder ses commandements, la promesse de Dieu s’accomplit : « Je vous donnerai aussi un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau. Ézéchiel 36:26. Le changement dans les cœurs humains, la transformation des caractères humains, est un miracle qui révèle un Sauveur toujours vivant, travaillant pour sauver les âmes. Une vie cohérente en Christ est un grand miracle. Dans la prédication de la parole de Dieu, le signe qui doit se manifester maintenant et toujours est la présence de l’Esprit Saint, pour faire de la parole une puissance régénératrice pour ceux qui l’entendent. C’est le témoignage de Dieu devant le monde de la mission divine de Son Fils.
Ceux qui désiraient un signe de Jésus avaient tellement endurci leur cœur dans l’incrédulité qu’ils ne discernaient pas dans son caractère la ressemblance de Dieu. Ils ne verraient pas que Sa mission était dans l’accomplissement des Ecritures. Dans la parabole de l’homme riche et de Lazare, Jésus dit aux pharisiens : « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas non plus persuadés, même si l’un d’entre eux est ressuscité d’entre les morts. Luc 16:31. Aucun signe qui pourrait être donné dans le ciel ou sur la terre ne leur serait bénéfique.
Jésus ” poussa un profond soupir dans son esprit ” et, se détournant du groupe d’ergoteurs, rentra dans la barque avec ses disciples. Dans un silence douloureux, ils traversèrent de nouveau le lac. Ils ne retournèrent cependant pas à l’endroit qu’ils avaient quitté, mais se dirigèrent vers Bethsaïda, près de l’endroit où les cinq mille avaient été nourris. Arrivé de l’autre côté, Jésus dit : « Prenez garde et gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Les Juifs avaient pris l’habitude depuis l’époque de Moïse de retirer le levain de leurs maisons à la saison de la Pâque, et on leur avait ainsi appris à le considérer comme un type de péché. Pourtant, les disciples n’ont pas compris Jésus. Dans leur brusque départ de Magdala, ils avaient oublié de prendre du pain, et ils n’avaient avec eux qu’un seul pain. À cette circonstance, ils ont compris que Christ se référait, les avertissant de ne pas acheter le pain d’un pharisien ou d’un sadducéen. Leur manque de foi et de perspicacité spirituelle les avait souvent conduits à une conception erronée similaire de ses paroles. Or, Jésus leur reprochait de penser que celui qui avait nourri des milliers de personnes avec quelques poissons et des pains d’orge pouvait, dans cet avertissement solennel, se référer uniquement à la nourriture temporelle. Il y avait danger que le raisonnement astucieux des pharisiens et des sadducéens ne levât ses disciples d’incrédulité, les amenant à penser légèrement aux œuvres de Christ.
Les disciples étaient enclins à penser que leur Maître aurait dû accorder la demande d’un signe dans les cieux. Ils croyaient qu’il était pleinement capable de faire cela, et qu’un tel signe ferait taire ses ennemis. Ils n’ont pas discerné l’hypocrisie de ces ergoteurs.
Des mois plus tard, « quand une foule innombrable se rassembla, au point qu’ils marchaient les uns sur les autres », Jésus répéta le même enseignement. « Il se mit à dire tout d’abord à ses disciples : Gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie. Luc 12:1.
Le levain placé dans la farine agit imperceptiblement, transformant toute la masse en sa propre nature. Donc, si l’hypocrisie est autorisée à exister dans le cœur, elle imprègne le caractère et la vie. Exemple frappant de l’hypocrisie des Pharisiens, le Christ l’avait déjà réprimandé en dénonçant la pratique du «Corban», par laquelle un manquement au devoir filial était dissimulé sous un prétexte de libéralité envers le temple. Les scribes et les pharisiens insinuaient des principes trompeurs. Ils cachaient la tendance réelle de leurs doctrines, et profitaient de toutes les occasions pour les inculquer astucieusement dans l’esprit de leurs auditeurs. Ces faux principes, une fois acceptés, ont travaillé comme levain dans la farine, imprégnant et transformant le caractère. C’était cet enseignement trompeur qui rendait si difficile pour les gens de recevoir les paroles de Christ.
Les mêmes influences agissent aujourd’hui à travers ceux qui tentent d’expliquer la loi de Dieu de manière à la rendre conforme à leurs pratiques. Cette classe n’attaque pas ouvertement la loi, mais propose des théories spéculatives qui sapent ses principes. Ils l’expliquent pour en détruire la force.
L’hypocrisie des pharisiens était le produit de l’égoïsme. La glorification d’eux-mêmes était l’objet de leur vie. C’est ce qui les a amenés à pervertir et à mal appliquer les Écritures, et les a aveuglés quant au but de la mission de Christ. Ce mal subtil, même les disciples du Christ risquaient de le chérir. Ceux qui se classaient parmi les disciples de Jésus, mais qui n’avaient pas tout quitté pour devenir ses disciples, étaient influencés en grande partie par le raisonnement des pharisiens. Ils oscillaient souvent entre la foi et l’incrédulité, et ils ne discernaient pas les trésors de sagesse cachés en Christ. Même les disciples, bien qu’extérieurement ils aient tout quitté pour l’amour de Jésus, n’avaient pas cessé dans leur cœur de rechercher de grandes choses pour eux-mêmes. C’est cet esprit qui a suscité les conflits pour savoir qui devrait être le plus grand. C’est ce qui s’est interposé entre eux et le Christ, les rendant si peu sympathiques à sa mission d’abnégation, si lents à comprendre le mystère de la rédemption. Comme le levain, s’il est laissé pour achever son travail, causera la corruption et la décomposition, de même l’esprit égoïste, chéri, produit la souillure et la ruine de l’âme.
Parmi les disciples de notre Seigneur aujourd’hui, comme autrefois, combien ce péché subtil et trompeur est répandu ! Combien de fois notre service au Christ, notre communion les uns avec les autres, est gâché par le désir secret de s’exalter ! Comme la pensée de l’autosatisfaction est prête et le désir d’approbation humaine ! C’est l’amour de soi, le désir d’une voie plus facile que celle que Dieu a désignée qui conduit à la substitution des théories et des traditions humaines aux préceptes divins. Les paroles d’avertissement du Christ sont adressées à ses propres disciples : « Prenez garde et gardez-vous du levain des pharisiens.
La religion du Christ est la sincérité même. Le zèle pour la gloire de Dieu est le motif implanté par le Saint-Esprit ; et seule l’action efficace de l’Esprit peut implanter ce motif. Seule la puissance de Dieu peut bannir l’égoïsme et l’hypocrisie. Ce changement est le signe de Son œuvre. Lorsque la foi que nous acceptons détruit l’égoïsme et les faux-semblants, lorsqu’elle nous conduit à rechercher la gloire de Dieu et non la nôtre, nous pouvons savoir qu’elle est du bon ordre. “Père, glorifie ton nom” (Jean 12:28), était la tonalité de la vie de Christ, et si nous le suivons, ce sera la tonalité de notre vie. Il nous ordonne de « marcher comme il a marché » ; et « à ceci nous savons que nous le connaissons, si nous gardons ses commandements ». 1 Jean 2:6, 3.

Chapitre 45
La préfiguration de la croix
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 16:13-28; Marc 8:27-38 ; Luc 9:18-27]

L’œuvre de Christ sur terre touchait à sa fin. Devant lui, en contours vifs, s’étendaient les scènes où ses pieds tendaient. Avant même qu’Il ne prenne l’humanité sur Lui, Il a vu toute la longueur du chemin qu’Il devait parcourir pour sauver ce qui était perdu. Chaque affliction qui déchirait son cœur, chaque insulte qui s’abattait sur sa tête, chaque privation qu’il était appelé à endurer, était ouverte à sa vue avant qu’il ne dépose sa couronne et sa robe royale et ne descende du trône pour revêtir son divinité avec l’humanité. Le chemin de la crèche au Calvaire était tout devant ses yeux. Il savait l’angoisse qui viendrait sur lui. Il savait tout, et pourtant il a dit : « Voici, je viens : dans le volume du Livre, il est écrit à mon sujet, je prends plaisir à faire ta volonté, ô mon Dieu : oui, ta loi est dans mon cœur. Psaume 40:7, 8.
Toujours devant lui, il a vu le résultat de sa mission. Sa vie terrestre, si pleine de labeur et d’abnégation, était réconfortée par la perspective qu’il n’aurait pas tout ce travail pour rien. En donnant sa vie pour la vie des hommes, il regagnerait le monde à sa loyauté envers Dieu. Bien que le baptême de sang doive d’abord être reçu; quoique les péchés du monde devaient peser sur son âme innocente ; bien que l’ombre d’un malheur indescriptible était sur lui; pourtant, pour la joie qui était placée devant lui, il a choisi de supporter la croix et a méprisé la honte.
Aux compagnons choisis de son ministère, les scènes qui s’offraient à lui étaient encore cachées ; mais le temps était proche où ils devaient voir son agonie. Ils devaient voir celui qu’ils avaient aimé et confié, livré entre les mains de ses ennemis et pendu à la croix du Calvaire. Bientôt, Il doit les laisser faire face au monde sans le confort de Sa présence visible. Il savait à quel point la haine amère et l’incrédulité les persécuteraient, et il désirait les préparer à leurs épreuves.
Jésus et ses disciples étaient maintenant entrés dans l’une des villes autour de Césarée de Philippe. Ils étaient au-delà des limites de la Galilée, dans une région où régnait l’idolâtrie. Ici, les disciples ont été soustraits à l’influence dominante du judaïsme et mis en contact plus étroit avec le culte païen. Autour d’eux étaient représentées des formes de superstition qui existaient dans toutes les parties du monde. Jésus désirait qu’une vision de ces choses les conduise à sentir leur responsabilité envers les païens. Pendant son séjour dans cette région, il s’efforça de se retirer de l’enseignement du peuple et de se consacrer plus pleinement à ses disciples.
Il était sur le point de leur parler des souffrances qui l’attendaient. Mais d’abord, il s’en alla seul et pria pour que leurs cœurs soient préparés à recevoir ses paroles. En les rejoignant, il ne communiqua pas immédiatement ce qu’il désirait leur communiquer. Avant de faire cela, il leur a donné l’occasion de confesser leur foi en lui afin qu’ils soient fortifiés pour l’épreuve à venir. Il a demandé : « Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?
Malheureusement, les disciples ont été forcés de reconnaître qu’Israël n’avait pas reconnu leur Messie. Certains, en effet, lorsqu’ils virent ses miracles, l’avaient déclaré Fils de David. Les multitudes qui avaient été nourries à Bethsaïda avaient voulu le proclamer roi d’Israël. Beaucoup étaient prêts à l’accepter comme prophète ; mais ils ne croyaient pas qu’il était le Messie.
Jésus posa alors une deuxième question, relative aux disciples eux-mêmes : « Mais qui dites-vous que je suis ? Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »
Dès le début, Pierre avait cru que Jésus était le Messie. Beaucoup d’autres qui avaient été convaincus par la prédication de Jean-Baptiste et avaient accepté Christ, commencèrent à douter de la mission de Jean lorsqu’il fut emprisonné et mis à mort ; et ils doutaient maintenant que Jésus soit le Messie, qu’ils attendaient depuis si longtemps. Beaucoup de disciples qui s’étaient ardemment attendus à ce que Jésus prenne sa place sur le trône de David l’ont quitté quand ils ont compris qu’il n’avait pas une telle intention. Mais Pierre et ses compagnons ne se sont pas détournés de leur allégeance. Le cours hésitant de ceux qui louaient hier et condamnaient aujourd’hui n’a pas détruit la foi du vrai disciple du Sauveur. Pierre a déclaré : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Il n’a pas attendu les honneurs royaux pour couronner son Seigneur, mais l’a accepté dans son humiliation.
Pierre avait exprimé la foi des douze. Pourtant, les disciples étaient encore loin de comprendre la mission du Christ. L’opposition et la fausse représentation des prêtres et des dirigeants, alors qu’elle ne pouvait pas les détourner du Christ, leur causait toujours une grande perplexité. Ils ne voyaient pas clairement leur chemin. L’influence de leur formation précoce, l’enseignement des rabbins, le pouvoir de la tradition, interceptaient encore leur vision de la vérité. De temps en temps, de précieux rayons de lumière de Jésus brillaient sur eux, mais souvent ils étaient comme des hommes tâtonnant parmi les ombres. Mais ce jour-là, avant qu’ils ne soient confrontés à la grande épreuve de leur foi, le Saint-Esprit reposa sur eux avec puissance. Pendant un peu de temps, leurs yeux se détournèrent des « choses qui se voient », pour contempler « les choses qui ne se voient pas ». 2 Corinthiens 4:18.
Jésus répondit à Pierre, disant : « Tu es béni, Simon Barjona, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.
La vérité que Pierre avait confessée est le fondement de la foi du croyant. C’est ce que le Christ lui-même a déclaré être la vie éternelle. Mais la possession de cette connaissance n’était pas un motif d’auto-glorification. Par aucune sagesse ou bonté personnelle, cela n’avait été révélé à Pierre. Jamais l’humanité ne peut, par elle-même, parvenir à la connaissance du divin. « C’est aussi haut que le ciel ; que peux-tu faire ? plus profond que l’enfer; que peux-tu savoir ? Job 11:8. Seul l’esprit d’adoption peut nous révéler les choses profondes de Dieu, que « l’œil n’a pas vues, ni les oreilles entendues, et qui ne sont pas entrées dans le cœur de l’homme ». « Dieu nous les a révélés par son Esprit ; car l’Esprit sonde toutes choses, oui, les profondeurs de Dieu. 1 Corinthiens 2:9, 10. « Le secret du Seigneur est avec ceux qui le craignent ; » et le fait que Pierre discernait la gloire de Christ était une preuve qu’il avait été « enseigné de Dieu ». Psaume 25:14; Jean 6:45. Ah, en effet, “tu es béni, Simon Barjona, car la chair et le sang ne te l’ont pas révélé.”
Jésus a poursuivi : « Je te dis aussi que tu es Pierre, et sur ce roc je bâtirai mon Église ; et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre lui. Le mot Pierre signifie une pierre, une pierre qui roule. Pierre n’était pas le roc sur lequel l’église a été fondée. Les portes de l’enfer ont prévalu contre lui lorsqu’il a renié son Seigneur avec des jurons et des jurons. L’église a été bâtie sur Celui contre qui les portes de l’enfer ne pouvaient prévaloir.
Des siècles avant l’avènement du Sauveur, Moïse avait indiqué le Rocher du salut d’Israël. Le psalmiste avait chanté « le Rocher de ma force ». Esaïe avait écrit : « Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici, je pose en Sion pour fondement une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, un fondement sûr. Deutéronome 32:4 ; Psaume 62:7 ; Esaïe 28:16. Pierre lui-même, écrivant par inspiration, applique cette prophétie à Jésus. Il dit : « Si vous avez goûté que le Seigneur est miséricordieux : à qui venant, pierre vivante, certes rejetée des hommes, mais élue par Dieu, précieuse, vous aussi, comme des pierres vivantes, vous édifiez une maison spirituelle. 1 Pierre 2:3-5, RV
“Personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.” 1 Corinthiens 3:11. «Sur ce roc, dit Jésus, je bâtirai mon Église.» En présence de Dieu et de toutes les intelligences célestes, en présence de l’armée invisible de l’enfer, Christ a fondé Son Église sur le Rocher vivant. Ce rocher est lui-même, son propre corps, pour nous brisé et meurtri. Contre l’église bâtie sur cette fondation, les portes de l’enfer ne prévaudront pas.
Comme l’église est apparue faible lorsque Christ a prononcé ces paroles ! Il n’y avait qu’une poignée de croyants, contre lesquels toute la puissance des démons et des méchants serait dirigée ; pourtant les disciples de Christ n’avaient rien à craindre. Édifiés sur le Rocher de leur force, ils ne pouvaient être renversés.
Pendant six mille ans, la foi s’est bâtie sur le Christ. Pendant six mille ans, les déluges et les tempêtes de la colère satanique ont battu le Rocher de notre salut ; mais il reste impassible.
Pierre avait exprimé la vérité qui est le fondement de la foi de l’église, et Jésus l’honorait maintenant comme le représentant de tout le corps des croyants. Il a dit : « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux ; et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux ; et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.
« Les clefs du royaume des cieux » sont les paroles du Christ. Toutes les paroles de la Sainte Écriture sont les siennes et sont ici incluses. Ces mots ont le pouvoir d’ouvrir et de fermer le ciel. Ils déclarent les conditions dans lesquelles les hommes sont reçus ou rejetés. Ainsi, l’œuvre de ceux qui prêchent la parole de Dieu est une saveur de vie pour la vie ou de mort pour la mort. C’est une mission chargée de résultats éternels.
Le Sauveur n’a pas confié l’œuvre de l’Évangile à Pierre individuellement. Plus tard, répétant les paroles qui avaient été dites à Pierre, il les appliqua directement à l’église. Et la même chose fut annoncée en substance aux douze en tant que représentants du corps des croyants. Si Jésus avait délégué une autorité spéciale à l’un des disciples au-dessus des autres, nous ne les trouverions pas si souvent en train de se disputer pour savoir qui devrait être le plus grand. Ils se seraient soumis au vœu de leur Maître et auraient honoré celui qu’Il avait choisi.
Au lieu de nommer quelqu’un pour être leur chef, le Christ a dit aux disciples : « Ne vous faites pas appeler Rabbi ; « Vous ne serez pas non plus appelés maîtres, car un seul est votre maître, c’est-à-dire Christ. Matthieu 23:8, 10.
“Le chef de tout homme, c’est Christ.” Dieu, qui a tout mis sous les pieds du Sauveur, « l’a donné pour être le chef de toutes choses à l’Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous ». 1 Corinthiens 11:3 ; Ephésiens 1:22, 23. L’église est édifiée sur Christ comme sa fondation; c’est obéir à Christ comme son chef. Il ne doit pas dépendre de l’homme, ni être contrôlé par l’homme. Beaucoup prétendent qu’une position de confiance dans l’église leur donne le pouvoir de dicter ce que les autres hommes doivent croire et ce qu’ils doivent faire. Cette affirmation, Dieu ne la sanctionne pas. Le Sauveur déclare : « Vous êtes tous frères. Tous sont exposés à la tentation et sont sujets à l’erreur. Nous ne pouvons compter sur aucun être fini pour nous guider. Le Rocher de la foi est la présence vivante du Christ dans l’église. De cela les plus faibles peuvent dépendre, et ceux qui se croient les plus forts se révéleront les plus faibles, à moins qu’ils ne fassent de Christ leur efficacité. “Maudit soit l’homme qui se confie à l’homme et qui fait de la chair son bras.” Le Seigneur « est le Rocher, Son œuvre est parfaite ». “Heureux tous ceux qui placent leur confiance en lui.” Jérémie 17:5 ; Deutéronome 32:4 ; Psaume 2:12.
Après la confession de Pierre, Jésus ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Christ. Cette charge a été donnée à cause de l’opposition déterminée des scribes et des pharisiens. Plus que cela, le peuple, et même les disciples, avaient une si fausse conception du Messie qu’une annonce publique de Lui ne leur donnerait aucune idée vraie de Son caractère ou de Son œuvre. Mais jour après jour, il se révélait à eux comme le Sauveur, et c’est ainsi qu’il désirait leur donner une vraie conception de lui comme le Messie.
Les disciples s’attendaient toujours à ce que le Christ règne en tant que prince temporel. Bien qu’il ait si longtemps caché son dessein, ils croyaient qu’il ne resterait pas toujours dans la pauvreté et l’obscurité ; le temps était proche où il établirait son royaume. Que la haine des prêtres et des rabbins ne serait jamais vaincue, que le Christ serait rejeté par sa propre nation, condamné comme trompeur et crucifié comme malfaiteur, une telle pensée que les disciples n’avaient jamais entretenue. Mais l’heure de la puissance des ténèbres approchait, et Jésus devait ouvrir à ses disciples le conflit qui les attendait. Il était triste car il anticipait le procès.
Jusqu’ici, il s’était abstenu de leur faire connaître quoi que ce soit relatif à ses souffrances et à sa mort. Dans sa conversation avec Nicodème, il avait dit : “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l’homme doit-il être élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.” Jean 3:14, 15. Mais les disciples n’ont pas entendu cela, et s’ils avaient entendu, ils n’auraient pas compris. Mais maintenant ils ont été avec Jésus, écoutant ses paroles, voyant ses œuvres, jusqu’à ce que, malgré l’humilité de son environnement et l’opposition des prêtres et du peuple, ils puissent se joindre au témoignage de Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Maintenant, le moment est venu de lever le voile qui cache l’avenir. « A partir de ce moment-là, Jésus commença à montrer à ses disciples comment il devait aller à Jérusalem,
Sans voix de chagrin et d’étonnement, les disciples ont écouté. Christ avait accepté que Pierre le reconnaisse comme Fils de Dieu ; et maintenant ses paroles pointant vers sa souffrance et sa mort semblaient incompréhensibles. Pierre ne pouvait pas garder le silence. Il saisit son maître, comme pour le tirer de sa perte imminente, s’exclamant : « Que cela soit loin de toi, Seigneur : cela ne t’arrivera pas.
Pierre aimait son Seigneur ; mais Jésus ne l’a pas félicité d’avoir ainsi manifesté le désir de le soustraire à la souffrance. Les paroles de Pierre n’étaient pas telles qu’elles seraient une aide et une consolation pour Jésus dans la grande épreuve devant lui. Ils n’étaient pas en harmonie avec le dessein de grâce de Dieu envers un monde perdu, ni avec la leçon de sacrifice de soi que Jésus était venu enseigner par son propre exemple. Pierre ne désirait pas voir la croix dans l’œuvre de Christ. L’impression que feraient ses paroles était directement opposée à celle que le Christ désirait faire dans l’esprit de ses disciples, et le Sauveur fut poussé à prononcer l’un des reproches les plus sévères qui soient jamais sortis de ses lèvres : « Retire-toi derrière moi, Satan. : tu es une offense pour moi, car tu ne savoures pas les choses qui sont de Dieu, mais celles qui sont des hommes.
Satan essayait de décourager Jésus et de le détourner de sa mission ; et Pierre, dans son amour aveugle, donnait voix à la tentation. Le prince du mal était l’auteur de la pensée. Son instigation était derrière cet appel impulsif. Dans le désert, Satan avait offert au Christ la domination du monde à condition d’abandonner le chemin de l’humiliation et du sacrifice. Maintenant, il présentait la même tentation au disciple de Christ. Il cherchait à fixer le regard de Pierre sur la gloire terrestre, afin qu’il ne voie pas la croix vers laquelle Jésus désirait tourner les yeux. Et à travers Pierre, Satan pressait à nouveau la tentation sur Jésus. Mais le Sauveur n’en a pas tenu compte; Sa pensée était pour son disciple. Satan s’était interposé entre Pierre et son Maître, afin que le cœur du disciple ne fût pas touché à la vision de l’humiliation de Christ pour lui. Les paroles du Christ ont été dites, non à Pierre, mais à celui qui essayait de le séparer de son Rédempteur. « Passe derrière moi, Satan. Ne vous interposez plus entre Moi et Mon serviteur égaré. Laisse-Moi venir face à face avec Pierre, afin que Je lui révèle le mystère de Mon amour.
C’était pour Pierre une leçon amère, et une leçon qu’il n’a apprise que lentement, que le chemin du Christ sur terre passe par l’agonie et l’humiliation. Le disciple a reculé devant la communion avec son Seigneur dans la souffrance. Mais dans la chaleur du feu de la fournaise, il devait apprendre sa bénédiction. Longtemps après, lorsque sa forme active fut courbée par le fardeau des années et des travaux, il écrivit : « Bien-aimé, ne trouve pas étrange l’épreuve ardente qui doit t’éprouver, comme s’il t’arrivait quelque chose d’étrange : mais réjouis-toi, car comme vous participez aux souffrances de Christ; afin que, lorsque sa gloire sera révélée, vous vous réjouissiez aussi d’une joie extrême. 1 Pierre 4:12, 13.
Jésus expliqua alors à ses disciples que sa propre vie d’abnégation était un exemple de ce que la leur devrait être. Appelant autour de lui, avec les disciples, le peuple qui s’était attardé près de lui, il dit: “Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive.” La croix était associée au pouvoir de Rome. C’était l’instrument de la forme de mort la plus cruelle et la plus humiliante. Les criminels les plus bas devaient porter la croix jusqu’au lieu d’exécution; et souvent, alors qu’il était sur le point d’être mis sur leurs épaules, ils résistaient avec une violence désespérée, jusqu’à ce qu’ils soient maîtrisés et que l’instrument de torture leur soit attaché. Mais Jésus ordonna à ses disciples de prendre la croix et de la porter après lui. Aux disciples Ses paroles, quoique vaguement comprises, indiquait leur soumission à l’humiliation la plus amère, la soumission même à la mort pour l’amour de Christ. Aucun abandon de soi plus complet n’aurait pu être décrit par les paroles du Sauveur. Mais tout cela, il l’avait accepté pour eux. Jésus n’a pas considéré le ciel comme un endroit à désirer pendant que nous étions perdus. Il a quitté les parvis célestes pour une vie de reproche et d’insulte, et une mort de honte. Lui qui était riche du trésor inestimable du ciel, s’est fait pauvre, afin que par sa pauvreté nous soyons riches. Nous devons suivre le chemin qu’il a parcouru.
L’amour des âmes pour lesquelles le Christ est mort signifie la crucifixion de soi. Celui qui est enfant de Dieu doit désormais se considérer comme un maillon de la chaîne laissée tomber pour sauver le monde, un avec le Christ dans son plan de miséricorde, allant avec lui chercher et sauver les perdus. Le chrétien doit toujours se rendre compte qu’il s’est consacré à Dieu et que, par son caractère, il doit révéler Christ au monde. L’abnégation, la sympathie, l’amour manifestés dans la vie du Christ doivent réapparaître dans la vie de l’ouvrier pour Dieu.
« Quiconque voudra sauver sa vie la perdra ; mais quiconque perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle, celui-là la sauvera. L’égoïsme c’est la mort. Aucun organe du corps ne pourrait vivre s’il confinait son service à lui-même. Le cœur, à défaut d’envoyer sa force vitale à la main et à la tête, perdrait rapidement sa puissance. Comme notre sang, l’amour du Christ est diffusé à travers chaque partie de son corps mystique. Nous sommes membres les uns des autres, et l’âme qui refuse de donner périra. Et « à quoi sert un homme, dit Jésus, s’il gagne le monde entier et perd son âme ? ou que donnera un homme en échange de son âme ?
Au-delà de la pauvreté et de l’humiliation du présent, il indiqua aux disciples sa venue dans la gloire, non dans la splendeur d’un trône terrestre, mais avec la gloire de Dieu et des armées des cieux. Et puis, Il a dit : « Il rendra à chacun selon ses œuvres. Puis, pour les encourager, il fit la promesse : « En vérité, je vous le dis, il y en a qui se tiennent ici, qui ne goûteront pas la mort, jusqu’à ce qu’ils voient le Fils de l’homme venir dans son royaume. Mais les disciples n’ont pas compris ses paroles. La gloire semblait loin. Leurs yeux étaient fixés sur la vue la plus proche, la vie terrestre de pauvreté, d’humiliation et de souffrance. Faut-il renoncer à leurs ardentes attentes du royaume du Messie ? Ne devaient-ils pas voir leur Seigneur exalté sur le trône de David ? Se pourrait-il que le Christ devait vivre un vagabond humble et sans abri, méprisé, rejeté, et mis à mort ? La tristesse opprimait leur cœur, car ils aimaient leur Maître. Le doute harcelait aussi leur esprit, car il paraissait incompréhensible que le Fils de Dieu subisse une si cruelle humiliation. Ils se sont demandé pourquoi il devait se rendre volontairement à Jérusalem pour subir le traitement qu’il leur avait dit qu’il était là pour recevoir. Comment a-t-il pu se résigner à un tel sort et les laisser dans des ténèbres plus grandes que celles dans lesquelles ils tâtonnaient avant de se révéler à eux ?
Dans la région de Césarée de Philippe, le Christ était hors de portée d’Hérode et de Caïphe, raisonnaient les disciples. Il n’avait rien à craindre de la haine des Juifs ni de la puissance des Romains. Pourquoi ne pas travailler là-bas, à distance des pharisiens ? Pourquoi a-t-il besoin de se livrer à la mort ? S’il devait mourir, comment se faisait-il que son royaume devait être établi si solidement que les portes de l’enfer ne prévaudraient pas contre lui ? Pour les disciples, c’était en effet un mystère.
Ils voyageaient déjà le long des rives de la mer de Galilée vers la ville où tous leurs espoirs allaient être anéantis. Ils n’osaient pas protester contre le Christ, mais ils parlaient ensemble à voix basse et douloureuse de ce que serait l’avenir. Même au milieu de leurs interrogations, ils s’accrochaient à la pensée qu’une circonstance imprévue pourrait éviter le destin qui semblait attendre leur Seigneur. Ainsi s’affligèrent-ils et doutèrent-ils, espérèrent-ils et craignirent-ils pendant six longs et sombres jours.

Chapitre 46
Il a été transfiguré
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 17:1-8 ; Marc 9:2-8 ; Luc 9:28-36]

Le soir approche alors que Jésus appelle à ses côtés trois de ses disciples, Pierre, Jacques et Jean, et les conduit à travers les champs, et loin sur un chemin accidenté, jusqu’à un flanc de montagne solitaire. Le Sauveur et ses disciples ont passé la journée à voyager et à enseigner, et l’ascension de la montagne ajoute à leur fatigue. Christ a enlevé les fardeaux de l’esprit et du corps de nombreux souffrants ; Il a envoyé le frisson de la vie à travers leurs cadres affaiblis; mais lui aussi est entouré d’humanité, et avec ses disciples, il est fatigué de l’ascension.
La lumière du soleil couchant s’attarde encore sur le sommet de la montagne et dore de sa gloire déclinante le chemin qu’ils parcourent. Mais bientôt la lumière s’éteint des collines comme des vallées, le soleil disparaît derrière l’horizon occidental et les voyageurs solitaires sont enveloppés dans l’obscurité de la nuit. La morosité de leur environnement semble en harmonie avec leur vie douloureuse, autour de laquelle les nuages ​​s’amoncellent et s’épaississent.
Les disciples n’osent pas demander au Christ où il va, ni dans quel but. Il a souvent passé des nuits entières dans les montagnes en prière. Celui dont la main a formé montagne et vallée est à l’aise avec la nature, et savoure sa quiétude. Les disciples suivent là où Christ montre le chemin ; pourtant ils se demandent pourquoi leur Maître les conduit dans cette pénible ascension alors qu’ils sont fatigués et qu’il a lui aussi besoin de repos.
Actuellement, Christ leur dit qu’ils ne doivent plus aller plus loin. S’écartant un peu d’eux, l’Homme de douleur verse ses supplications avec de grands cris et des larmes. Il prie pour avoir la force de supporter l’épreuve au nom de l’humanité. Il doit Lui-même reprendre possession de l’Omnipotence, car c’est seulement ainsi qu’Il peut contempler l’avenir. Et il répand les désirs ardents de son cœur pour ses disciples, afin qu’à l’heure de la puissance des ténèbres leur foi ne défaille pas. La rosée est lourde sur sa forme courbée, mais il n’en tient pas compte. Les ombres de la nuit s’amoncellent autour de lui, mais il ne regarde pas leur obscurité. Ainsi les heures passent lentement. Au début, les disciples unissent leurs prières aux siennes dans une dévotion sincère ; mais au bout d’un moment ils sont pris de lassitude, et, tout en essayant de conserver leur intérêt pour la scène, ils s’endorment. Jésus leur a parlé de ses souffrances ; Il les a pris avec Lui afin qu’ils puissent s’unir à Lui dans la prière ; même maintenant, il prie pour eux. Le Sauveur a vu les ténèbres de ses disciples et a désiré alléger leur chagrin en leur assurant que leur foi n’a pas été vaine. Tous, même parmi les douze, ne peuvent pas recevoir la révélation qu’il désire donner. Seuls les trois témoins de son angoisse à Gethsémané ont été choisis pour être avec lui sur la montagne. Maintenant, le fardeau de sa prière est qu’ils reçoivent une manifestation de la gloire qu’il avait auprès du Père avant que le monde fût, afin que son royaume soit révélé aux yeux humains et que ses disciples soient fortifiés pour le contempler.
Sa prière est entendue. Tandis qu’il est incliné dans l’humilité sur le sol pierreux, soudain les cieux s’ouvrent, les portes dorées de la ville de Dieu s’ouvrent, et un saint rayonnement descend sur la montagne, enveloppant la forme du Sauveur. La Divinité de l’intérieur brille à travers l’humanité et rencontre la gloire venant d’en haut. Résultant de Sa position prostrée, Christ se tient dans une majesté divine. L’agonie de l’âme est partie. Son visage brille maintenant « comme le soleil », et ses vêtements sont « blancs comme la lumière ».
Les disciples, s’éveillant, voient le flot de gloire qui illumine la montagne. Dans la peur et l’étonnement, ils contemplent la forme rayonnante de leur Maître. Alors qu’ils deviennent capables de supporter la merveilleuse lumière, ils voient que Jésus n’est pas seul. A côté de lui se trouvent deux êtres célestes, en étroite conversation avec lui. Ce sont Moïse, qui sur le Sinaï avait parlé avec Dieu ; et Élie, à qui le haut privilège a été donné – accordé à un seul autre des fils d’Adam – de ne jamais tomber sous le pouvoir de la mort.
Sur le mont Pisga quinze siècles auparavant, Moïse s’était tenu debout, contemplant la Terre promise. Mais à cause de son péché à Meriba, ce n’était pas à lui d’y entrer. Ce n’était pas pour lui la joie de conduire l’armée d’Israël dans l’héritage de leurs pères. Sa supplication angoissée, “Je te prie, laisse-moi passer et voir le bon pays qui est au-delà du Jourdain, cette belle montagne et le Liban” (Deutéronome 3:25), a été refusée. L’espoir qui depuis quarante ans avait éclairé les ténèbres des errances du désert doit être renié. Une tombe sauvage était le but de ces années de labeur et de soins accablants. Mais celui qui « peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons » (Éphésiens 3 :20), avait dans cette mesure exaucé la prière de son serviteur. Moïse passa sous la domination de la mort, mais il ne devait pas rester dans le tombeau. Christ lui-même l’a appelé à la vie. Satan le tentateur avait réclamé le corps de Moïse à cause de son péché ; mais Christ le Sauveur l’a fait sortir du tombeau. Jude 9.
Moïse sur la montagne de la transfiguration était un témoin de la victoire du Christ sur le péché et la mort. Il représentait ceux qui sortiront du tombeau à la résurrection des justes. Élie, qui avait été transporté au ciel sans avoir vu la mort, représentait ceux qui vivront sur la terre lors de la seconde venue du Christ, et qui seront « changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette » ; quand « ce mortel doit revêtir l’immortalité » et « ce corruptible doit revêtir l’incorruptibilité ». 1 Corinthiens 15:51-53. Jésus était revêtu de la lumière du ciel, tel qu’il apparaîtra lorsqu’il viendra « une seconde fois sans péché pour le salut ». Car il viendra « dans la gloire de son Père avec les saints anges ». Hébreux 9:28 ; Marc 8:38. La promesse du Sauveur aux disciples était maintenant accomplie.
Les disciples ne comprennent pas encore la scène ; mais ils se réjouissent que l’Enseignant patient, le doux et humble, qui a erré çà et là comme un étranger impuissant, soit honoré par les favorisés du ciel. Ils croient qu’Élie est venu annoncer le règne du Messie et que le royaume de Christ est sur le point d’être établi sur la terre. Le souvenir de leur peur et de leur déception qu’ils banniraient à jamais. Ici, où la gloire de Dieu est révélée, ils aspirent à s’attarder. Pierre s’exclame : « Maître, il est bon que nous soyons ici : et faisons trois tabernacles ; un pour toi, et un pour Moïse, et un pour Elie. Les disciples sont convaincus que Moïse et Élie ont été envoyés pour protéger leur Maître et pour établir son autorité en tant que roi.
Mais avant la couronne doit venir la croix. Ce n’est pas l’investiture de Christ comme roi, mais la mort qui doit s’accomplir à Jérusalem, est le sujet de leur conférence avec Jésus. Portant la faiblesse de l’humanité, et chargé de sa douleur et de son péché, Jésus marchait seul au milieu des hommes. Alors que les ténèbres de l’épreuve à venir pressaient sur lui, il était dans la solitude de l’esprit, dans un monde qui ne le connaissait pas. Même ses disciples bien-aimés, absorbés dans leurs propres doutes, chagrins et espoirs ambitieux, n’avaient pas compris le mystère de sa mission. Il avait habité au milieu de l’amour et de la communion du ciel ; mais dans le monde qu’Il avait créé, Il était dans la solitude. Or le ciel avait envoyé ses messagers à Jésus ; pas des anges, mais des hommes qui avaient enduré la souffrance et le chagrin, et qui pouvaient sympathiser avec le Sauveur dans l’épreuve de sa vie terrestre. Moïse et Élie avaient été des collaborateurs de Christ. Ils avaient partagé son aspiration au salut des hommes. Moïse avait plaidé pour Israël : « Mais maintenant, si tu pardonnes leur péché… ; sinon, efface-moi, je te prie, de ton livre que tu as écrit. Exode 32:32. Élie avait connu la solitude de l’esprit, car pendant trois ans et demi de famine, il avait porté le fardeau de la haine et du malheur de la nation. Seul, il avait représenté Dieu sur le mont Carmel. Seul, il s’était enfui dans le désert dans l’angoisse et le désespoir. Ces hommes, choisis entre tous les anges autour du trône, étaient venus communier avec Jésus concernant les scènes de ses souffrances et le réconforter avec l’assurance de la sympathie du ciel. L’espoir du monde, le salut de chaque être humain, était le fardeau de leur entretien.
A force d’être submergés par le sommeil, les disciples entendirent peu ce qui s’était passé entre le Christ et les messagers célestes. A défaut de veiller et de prier, ils n’avaient pas reçu ce que Dieu désirait leur donner, la connaissance des souffrances de Christ et la gloire qui devait suivre. Ils ont perdu la bénédiction qui aurait pu être la leur en partageant son abnégation. Le cœur lent à croire étaient ces disciples, peu sensibles au trésor dont le ciel cherchait à les enrichir.
Pourtant, ils ont reçu une grande lumière. Ils étaient assurés que tout le ciel était au courant du péché de la nation juive en rejetant Christ. Ils reçurent un aperçu plus clair de l’œuvre du Rédempteur. Ils voyaient de leurs yeux et entendaient de leurs oreilles des choses qui dépassaient la compréhension de l’homme. Ils étaient des “témoins oculaires de sa majesté” (2 Pierre 1:16), et ils se rendirent compte que Jésus était bien le Messie, dont les patriarches et les prophètes avaient témoigné, et qu’il était reconnu comme tel par l’univers céleste.
Tandis qu’ils regardaient encore la scène sur la montagne, « une nuée brillante les couvrit. Et voici, une voix sortit de la nuée, qui dit : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance ; écoutez-le. Comme ils virent la nuée de gloire, plus brillante que celle qui allait devant les tribus d’Israël dans le désert; en entendant la voix de Dieu parler avec une majesté affreuse qui fit trembler la montagne, les disciples tombèrent frappés à terre. Ils sont restés prostrés, le visage caché, jusqu’à ce que Jésus s’approche et les touche, dissipant leurs craintes avec sa voix bien connue : « Lève-toi et n’aie pas peur. S’aventurant à lever les yeux, ils virent que la gloire céleste avait disparu, les formes de Moïse et d’Elie avaient disparu. Ils étaient sur la montagne, seuls avec Jésus.

Chapitre 47
Ministère
[Ce chapitre est basé sur Matthieu 17:9-21 ; Marc 9:9-29 ; Luc 9:37-45]

Toute la nuit s’était passée dans la montagne ; et au lever du soleil, Jésus et ses disciples descendirent dans la plaine. Absorbés par leurs pensées, les disciples étaient émerveillés et silencieux. Même Peter n’avait pas un mot à dire. Ils se seraient volontiers attardés dans ce lieu saint qui avait été touché par la lumière du ciel, et où le Fils de Dieu avait manifesté sa gloire ; mais il y avait du travail à faire pour le peuple, qui cherchait déjà Jésus de loin et de près.
Au pied de la montagne, un grand groupe s’était rassemblé, conduit jusqu’ici par les disciples qui étaient restés en arrière, mais qui savaient où Jésus s’était rendu. Alors que le Sauveur approchait, il ordonna à ses trois compagnons de garder le silence sur ce dont ils avaient été témoins, en disant : « Ne racontez la vision à personne, jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. La révélation faite aux disciples devait être méditée dans leur propre cœur, et non publiée à l’étranger. Le rapporter aux multitudes n’exciterait que le ridicule ou l’émerveillement. Et même les neuf apôtres ne comprendraient la scène qu’après la résurrection de Christ d’entre les morts. La lenteur de compréhension même des trois disciples privilégiés se voit dans le fait que malgré tout ce que Christ avait dit de ce qui était devant lui, ils se demandèrent entre eux ce que signifierait la résurrection d’entre les morts. Pourtant, ils n’ont demandé aucune explication à Jésus. Ses paroles sur l’avenir les avaient remplis de chagrin ; ils ne cherchaient aucune autre révélation concernant ce qu’ils voulaient croire qu’il n’arriverait jamais.
Alors que les gens dans la plaine aperçurent Jésus, ils coururent à sa rencontre, le saluant avec des expressions de révérence et de joie. Pourtant, son œil vif a discerné qu’ils étaient dans une grande perplexité. Les disciples semblaient troublés. Une circonstance venait de se produire qui leur avait causé une amère déception et une humiliation.
Pendant qu’ils attendaient au pied de la montagne, un père leur avait amené son fils, pour être délivré d’un esprit muet qui le tourmentait. L’autorité sur les esprits impurs, pour les chasser, avait été conférée aux disciples lorsque Jésus envoya les douze prêcher à travers la Galilée. Tandis qu’ils avançaient forts dans la foi, les mauvais esprits avaient obéi à leur parole. Or, au nom du Christ, ils ordonnèrent à l’esprit tortionnaire de quitter sa victime ; mais le démon ne se moquait d’eux que par une nouvelle démonstration de sa puissance. Les disciples, incapables d’expliquer leur défaite, ont estimé qu’ils apportaient le déshonneur sur eux-mêmes et sur leur Maître. Et dans la foule il y avait des scribes qui profitaient de cette occasion pour les humilier. Se pressant autour des disciples, ils leur posèrent des questions, cherchant à prouver qu’eux et leur Maître étaient des trompeurs. Ici, déclarant triomphalement les rabbins, était un mauvais esprit que ni les disciples ni le Christ lui-même ne pouvaient vaincre. Les gens étaient enclins à se ranger du côté des scribes, et un sentiment de mépris et de mépris envahissait la foule.
Mais soudain les accusations cessèrent. Jésus et les trois disciples ont été vus s’approcher, et avec une répulsion rapide de sentiment, les gens se sont tournés vers eux. La nuit de communion avec la gloire céleste avait laissé sa trace sur le Sauveur et ses compagnons. Sur leurs visages était une lumière qui intimidait les spectateurs. Les scribes reculèrent de peur, tandis que le peuple accueillait Jésus.
Comme s’il avait été témoin de tout ce qui s’était passé, le Sauveur vint sur les lieux du conflit et, fixant son regard sur les scribes, demanda : « Que leur demandez-vous ?
Mais les voix si audacieuses et provocantes auparavant étaient maintenant silencieuses. Un silence était tombé sur toute la compagnie. Alors le père affligé se fraya un chemin à travers la foule, et tombant aux pieds de Jésus, raconta l’histoire de son ennui et de sa déception.
« Maître, dit-il, je t’ai amené mon fils, qui a un esprit muet ; et partout où il le prend, il le déchire : . . . et j’ai dit à tes disciples de le chasser; et ils ne pouvaient pas.
Jésus regarda autour de lui la multitude effrayée, les scribes ergoteurs, les disciples perplexes. Il a lu l’incrédulité dans chaque cœur; et d’une voix pleine de tristesse, il s’écria : « Ô génération incrédule, jusques à quand serai-je avec vous ? combien de temps vais-je te souffrir ? Puis il