Des pages

Sanctuaire – Partie 4 [EdP]

Le SEIGNEUR m’a montré en vision, que JÉSUS S’EST LEVÉ, ET A FERMÉ LA PORTE, ET EST ENTRÉ DANS LE SAINT DES SAINTS, AU 7ÈME MOIS 1844; mais Michael se lève (Daniel 12:1) pour délivrer son peuple, c’est dans le futur. {WLF 12.4}
Ceci, n’aura pas lieu, jusqu’à ce que JÉSUS ait terminé son office sacerdotal dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et DÉPOSE SES TENUES SACCORELLES, ET MET SES ROBES LES PLUS ROIES, ET SA COURONNE, POUR MONTER SUR LE CHAR NUAGEUX, POUR “battre les païens”. en colère », et DÉLIVRER SON PEUPLE. {WLF 12.5 1847}
ALORS JÉSUS AURA LA FAUCILLE AIGUISÉE DANS SA MAIN, (Apocalypse 14:14) ET ALORS LES SAINTS CRIERONT JOUR ET NUIT À JÉSUS SUR LE NUAGE, pour enfoncer sa faucille tranchante et moissonner. {WLF 12.6 1847}
CE SERA LE TEMPS DES TROUBLE DE JACOB, (Jérémie 30:5-8) à partir duquel, LES SAINTS SERONT LIVRÉS PAR LA VOIX DE DIEU. {WLF 12.7 1847}
Je crois que le SANCTUAIRE, qui doit être NETTOYÉ à la fin des 2300 jours, est le NOUVEAU TEMPLE DE JÉRUSALEM, dont CHRIST est le ministre. Le SEIGNEUR m’a montré en vision, il y a plus d’un an, que Frère Croisier avait la vraie lumière, sur la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, &c; et que c’était sa volonté que le frère C. écrive le point de vue qu’il nous a donné dans le Day-Star, Extra, 7 février 1846. Je me sens pleinement autorisé par le SEIGNEUR à recommander cet Extra à tous les saints. {WLF 12.8 1847}
Au début du SAINT SABBAT (5 janvier), nous nous sommes engagés dans la prière avec Bro. La famille de Belden à ROCKy Hill, Ct., et le SAINT-ESPRIT est tombé sur nous. J’ai été emmené en Vision vers le LIEU TRÈS SAINT, où j’ai vu JÉSUS intercéder encore pour Israël. SUR LE BAS DE SON VÊTEMENT ÉTAIT UNE CLOCHE ET UNE GRENADE, UNE CLOCHE ET UNE GRENADE. Alors j’ai vu que JÉSUS ne quitterait pas le LIEU TRÈS SAINT jusqu’à ce que chaque cas soit tranché soit pour le salut soit pour la destruction : et que la COLÈRE DE DIEU ne pouvait pas venir tant que JÉSUS n’aurait pas fini son travail dans le LIEU TRÈS SAINT – déposé sa tenue sacerdotale et s’est revêtu des vêtements de la vengeance. Alors JÉSUS sortira d’entre le PÈRE et l’homme, et DIEU ne se taira plus ; mais répands sa colère sur ceux qui ont rejeté sa vérité. J’AI VU QUE LA COLÈRE DES NATIONS, LA COLÈRE DE DIEU, ET LE TEMPS DE JUGER LES MORTS, ÉTAIENT DES ÉVÉNEMENTS SÉPARÉS, L’UN SUIVANT L’AUTRE. J’ai vu que Michael ne s’était pas levé, et que le TEMPS DE TROUBLE, tel qu’il n’y en avait jamais eu, n’avait pas encore commencé. Les nations se fâchent maintenant, mais QUAND NOTRE GRAND PRÊTRE A TERMINÉ SON TRAVAIL DANS LE SANCTUAIRE, il se lèvera, METTRA LES VÊTEMENTS DE LA VENGEANCE, ET ALORS LES SEPT DERNIERS FLÉAUX SERONT VERSÉS.
J’ai vu que LES QUATRE ANGES RETENIRONT LES QUATRE VENTS JUSQU’À CE QUE JÉSUS TRAVAILLE DANS LE SANCTUAIRE, ET ALORS VIENDRONT LES SEPT DERNIERS FLÉAUX. CES FLÉAUX ENRAGENT LES MÉCHANTS CONTRE LES JUSTES, et ils pensaient que nous les avions fait tomber sur eux, et s’ils pouvaient débarrasser la terre de nous, alors les FLÉAUX seraient arrêtés. UN DÉCRET A ÉTÉ PROMIS POUR TUER LES SAINTS, ce qui les a fait pleurer jour et nuit pour la délivrance. C’était le TEMPS DES PROBLÈMES DE JACOB. Alors TOUS LES SAINTS ont crié avec angoisse d’esprit, et ONT ÉTÉ LIVRÉ PAR LA VOIX DE DIEU. Puis les 144 000 ont triomphé. Leurs visages étaient illuminés de la GLOIRE DE DIEU. Ensuite, on m’a montré une entreprise qui hurlait de douleur. Sur leurs vêtements était écrit en gros caractères : tu es pesé dans la balance et trouvé léger. J’ai demandé qui était cette société. L’ange a dit, “Ce sont ceux qui ont une fois observé le SABBAT et l’ont abandonné.” Je les ai entendus crier d’une voix forte : « Nous avons cru en ta venue et nous l’avons enseignée avec énergie. Et pendant qu’ils parlaient, leurs yeux tombaient sur leurs vêtements et voyaient l’écriture, puis ils se lamentaient à haute voix. J’ai vu qu’ils avaient bu des eaux profondes et souillé le résidu avec leurs pieds – foulé aux pieds le SABBAT, et c’est pourquoi ils ont été pesés dans la balance et trouvés insuffisants. Ensuite, mon ange assistant m’a dirigé à nouveau vers la ville, où j’ai vu quatre anges se diriger vers la porte de la ville et présenter juste la carte d’or à l’ange à la porte. Alors je vis un autre ange voler rapidement de la direction de la gloire la plus excellente, et crier d’une voix forte aux autres anges, et agiter quelque chose de haut en bas dans sa main. J’ai demandé à mon ange présent une explication de ce que j’ai vu. Il m’a dit que je ne pouvais plus rien voir à ce moment-là, mais qu’il allait bientôt me montrer ce que signifiaient ces choses que je voyais alors. {Broadside2, 31 janvier 1849 par. 2} {Ms2-1849}
Je vais maintenant vous écrire la vision que DIEU m’a donnée le jour du SABBAT, le 24 mars. Nous avons eu une réunion glorieuse. J’ai été emporté en vision. {Lt5-1849}
J’ai vu que les COMMANDEMENTS DE DIEU et la PORTE FERMÉE ne pouvaient pas être séparés. J’ai vu [que] le temps pour que les COMMANDEMENTS DE DIEU brillent pour Son peuple était quand la PORTE A ÉTÉ OUVERTE dans l’APPARTEMENT INTÉRIEUR du SANCTUAIRE CÉLESTE {où l’ARCHE contient les commandements. Cette porte n’a pas été ouverte jusqu’à ce que la MÉDIATION DE JÉSUS soit terminée dans l’APPARTEMENT EXTÉRIEUR du SANCTUAIRE} en 1844. Alors JÉSUS se leva et FERME LA PORTE DANS L’APPARTEMENT EXTÉRIEUR et OUVRE LA PORTE DANS L’APPARTEMENT INTÉRIEUR et passa dans le LIEU TRÈS SAINT, et la foi d’Israël atteint maintenant à l’intérieur du SECOND VOILE où JÉSUS se tient maintenant près de l’ARCHE. J’ai vu que JÉSUS avait FERMÉ LA PORTE DANS LE LIEU SAINT et personne ne peut l’ouvrir, et qu’Il avait OUVERT LA PORTE DANS LE LIEU TRÈS SAINT et que personne ne peut la fermer; et que depuis que JÉSUS A OUVERT LA PORTE DANS LE LIEU TRÈS SAINT, les commandements brillent et DIEU teste Son peuple le SAINT SABBAT. J’ai vu que l’épreuve du SABBAT ne pouvait pas venir tant que la MEDIATION DE JESUS ​​n’était pas terminée dans le SAINT et qu’Il n’était pas passé dans le SECOND VOILE ; donc les Chrétiens qui sont morts avant le septième mois, 1844, et qui n’ont pas observé le vrai SABBAT, reposent dans l’espérance, car il n’y a pas eu de condamnation jusqu’à ce que la vraie lumière sur le SABBAT soit venue. {J’ai vu que Satan tentait le peuple de DIEU sur ce point parce que tant de bons Chrétiens étaient morts dans l’espérance, et n’avaient pas observé le vrai SABBAT.} {Lt5-1849} {Ms1-1849 qui a {…} formulations supplémentaires}. J’ai vu que l’épreuve du SABBAT ne pouvait pas venir tant que la MEDIATION DE JESUS ​​n’était pas terminée dans le SAINT et qu’Il n’était pas passé dans le SECOND VOILE ; donc les Chrétiens qui sont morts avant le septième mois, 1844, et qui n’ont pas observé le vrai SABBAT, reposent dans l’espérance, car il n’y a pas eu de condamnation jusqu’à ce que la vraie lumière sur le SABBAT soit venue. {J’ai vu que Satan tentait le peuple de DIEU sur ce point parce que tant de bons Chrétiens étaient morts dans l’espérance, et n’avaient pas observé le vrai SABBAT.} {Lt5-1849} {Ms1-1849 qui a {…} formulations supplémentaires}. J’ai vu que l’épreuve du SABBAT ne pouvait pas venir tant que la MEDIATION DE JESUS ​​n’était pas terminée dans le SAINT et qu’Il n’était pas passé dans le SECOND VOILE ; donc les Chrétiens qui sont morts avant le septième mois, 1844, et qui n’ont pas observé le vrai SABBAT, reposent dans l’espérance, car il n’y a pas eu de condamnation jusqu’à ce que la vraie lumière sur le SABBAT soit venue. {J’ai vu que Satan tentait le peuple de DIEU sur ce point parce que tant de bons Chrétiens étaient morts dans l’espérance, et n’avaient pas observé le vrai SABBAT.} {Lt5-1849} {Ms1-1849 qui a {…} formulations supplémentaires}.
SABBAT, le 24 mars 1849, nous avons eu une réunion douce et très intéressante avec les Frères à Topsham, Me. Le SAINT-ESPRIT a été répandu sur nous, et j’ai été emporté dans l’ESPRIT vers la VILLE DU DIEU VIVANT. Là, on m’a montré que les COMMANDEMENTS DE DIEU, et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, concernant la PORTE FERMÉE, ne pouvaient être séparés, et que le temps pour que les COMMANDEMENTS DE DIEU resplendissent, avec toute leur importance, et pour le peuple de DIEU pour être jugé sur la vérité du SABBAT, c’était quand la PORTE A ÉTÉ OUVERTE dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, où se trouve l’ARCHE, contenant les DIX COMMANDEMENTS. Cette porte n’a pas été ouverte, jusqu’à ce que la MEDIATION DE JESUS ​​soit terminée dans le LIEU SAINT du SANCTUAIRE en 1844. Alors, JESUS ​​se leva, et FERMAIT LA PORTE DANS LE LIEU SAINT, OUVRAIT LA PORTE DANS LE LIEU TRES SAINT, et passa à l’intérieur. le DEUXIÈME VOILE, où il se tient maintenant près de l’ARK ; et où atteint maintenant la foi d’Israël. {RH, 1er août 1849 par. 2}
O, vivons entièrement pour le SEIGNEUR, et montrons par une vie bien ordonnée et une conversation pieuse que nous avons été avec JÉSUS et que nous sommes ses disciples doux et humbles. Nous devons travailler tant que dure la journée, car lorsque viendra la nuit noire de trouble et d’angoisse, il sera trop tard pour travailler pour DIEU. JÉSUS est toujours dans son SAINT TEMPLE, et acceptera maintenant nos sacrifices, nos prières et nos confessions de fautes et de péchés, et pardonnera maintenant toutes les transgressions d’Israël, afin qu’elles soient effacées avant qu’il ne quitte le SANCTUAIRE. Quand JÉSUS quittera le SANCTUAIRE, alors celui qui est saint et juste sera encore saint et juste; car tous leurs péchés seront alors effacés, et ils seront scellés du SCEAU DU DIEU VIVANT. Mais ceux qui sont injustes et souillés seront encore injustes et souillés ; car alors il n’y aura plus de Prêtre dans le SANCTUAIRE pour offrir leurs sacrifices, leurs confessions et leurs prières devant le TRÔNE DU PÈRE. Par conséquent, ce qui est fait pour sauver les âmes de la tempête de colère à venir, doit être fait avant que JÉSUS ne quitte le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. {RH, 1er septembre 1849 par. sept}
Dit l’ange, le travail de JÉSUS est presque terminé dans le SANCTUAIRE. Ce n’est pas le moment d’être stupide maintenant; une œuvre rapide que l’Éternel fera sur la terre, les quatre anges lâcheront bientôt les quatre vents. L’ange dit : Prends garde à la façon dont tu marches sur l’enchantement tout autour de toi, à l’est et à l’ouest, au nord et au sud. Si Satan peut t’endormir maintenant, il est sûr de sa proie. J’ai vu que certains en Israël avaient été à moitié affamés de nourriture et quand la vérité présente leur a été présentée, ils l’ont mangée avec gratitude et gratitude comme des enfants à moitié affamés. {Ms5-1850}
L’ange dit: Pouvez-vous tenir dans la bataille au jour de l’Éternel? Vous avez besoin d’être lavés et de vivre en nouveauté de vie. (Alors j’ai vu ceux dont les mains sont maintenant engagées à combler la brèche et se tiennent dans les lacunes qui ont formellement, depuis 1844, enfreint les COMMANDEMENTS DE DIEU et ont suivi le Pape jusqu’à garder le premier jour au lieu du septième , devrait descendre dans l’eau et être baptisé dans la foi de la PORTE FERMÉE et en gardant les COMMANDEMENTS DE DIEU, et dans la FOI DE JÉSUS venant s’asseoir sur le TRÔNE de son père David et racheter Israël. ceux qui ont été baptisés comme une porte dans les églises professées devront être à nouveau baptisés hors de cette porte, et dans la foi mentionnée ci-dessus, et tous ceux qui n’ont pas été baptisés depuis 1844 devront être baptisés avant que JÉSUS vienne,
Dit l’ange, allez-vous couler et laisser les autres prendre les étoiles à votre couronne? J’ai dit à l’ange que je ne pouvais pas supporter d’en voir couler en Israël. Tu AVOCAT, sauve l’achat de Ton sang. Que pouvons-nous faire de plus pour toi ? O, que nous avions plus à donner au beau JÉSUS; plus à lui rendre pour sa bonté miséricordieuse envers nous. Nous ferons n’importe quoi, nous irons n’importe où, prêtez-nous seulement la force du SANCTUAIRE. {Ms5-1850}
Puis j’ai vu Bro. Bates. L’ange dit : Ne sois pas prompt à recevoir l’erreur, ni trop lent à recevoir la vérité. J’ai vu que les femmes de (Apocalypse 14: 4) signifiaient les églises et qu’il nous avait été demandé de «sortir d’elle» afin de ne pas être souillés, de participer à ses péchés et de recevoir ses FLÉAUX. J’ai vu ce frère. Bates n’avait pas appliqué correctement (Apocalypse 14:4) et son erreur avait semé la confusion. Puis j’ai vu qu’APRÈS QUE JÉSUS QUITTE LE SANCTUAIRE, LES FLÉAUX SERONT DÉVERSÉS. L’ange dit: C’est la COLÈRE DE DIEU et l’AGNEAU qui causent la destruction ou la mort des méchants. {Ms14-1850}
Alors j’ai vu que l’œuvre de JÉSUS dans le SANCTUAIRE était presque terminée, presque terminée, et après que Son œuvre soit terminée, Il viendra à la porte du TABERNACLE, ou porte du PREMIER APPARTEMENT, et confessera les péchés d’Israël sur la tête. du bouc émissaire. Alors Il revêtira les vêtements de la vengeance. Alors les FLÉAUX viennent sur les méchants, et ils ne viennent pas jusqu’à ce que JÉSUS revête les vêtements de la vengeance et s’assied sur le grand nuage blanc. Puis, tandis que les PESTES tombent, le bouc émissaire est emmené. Il fait une lutte acharnée pour s’échapper, mais il est retenu par la main qui l’emporte. S’il effectuait sa fuite, Israël serait détruit (ou tué). J’ai vu qu’il faudrait du temps pour l’emporter dans le pays de l’oubli après que les péchés auraient été mis sur sa tête. {Ms15-1850}
JÉSUS se revêt des vêtements de la vengeance et prend place sur le grand nuage blanc avant que les FLÉAUX ne soient déversés. Le grand nuage blanc, je vis, n’était pas dans le LIEU SAINT mais entièrement séparé du SAINT et du TRÈS SAINT, entièrement séparé du SANCTUAIRE. {Ms15-1850}
Alors que JÉSUS traversait le LIEU SAINT ou PREMIER APPARTEMENT, jusqu’à la porte pour confesser les péchés d’Israël sur le bouc émissaire, un ange dit : Cet APPARTEMENT s’appelle le SANCTUAIRE. Alors l’ange répéta ces mots et dit ceci est le temps dont il est question, et il vit qu’il n’y avait pas d’homme et s’étonna qu’il n’y avait pas d’INTERCESSEUR; nous n’avions pas de MÉDIATEUR entre DIEU et l’homme et les FLÉAUX ne pouvaient plus être retenus, car JÉSUS avait cessé de plaider pour Israël, et ils étaient couverts de la couverture de DIEU TOUT-PUISSANT et vivaient à Ses yeux, et ceux qui n’étaient pas couverts sentaient la PESTES, car ils n’avaient rien pour les abriter. {Ms15-1850}
Ensuite, il m’a été montré que les sept derniers FLÉAUX seront déversés, après que JÉSUS ait quitté le SANCTUAIRE. Dit l’ange – C’est la COLÈRE DE DIEU et l’AGNEAU qui causent la destruction ou la mort des méchants. A la VOIX DE DIEU les saints seront puissants et terribles comme une armée avec des bannières; mais ils n’exécuteront pas alors le jugement écrit. L’exécution du jugement aura lieu à la fin des 1000 ans. {RH, 1er novembre 1850 par. 4}
Lors de la conférence générale des croyants en la vérité présente, tenue à Sutton, (Vt.) Septembre 1850, il m’a été montré que les sept derniers FLÉAUX seront déversés après que JÉSUS aura quitté le SANCTUAIRE. L’ange dit: C’est la COLÈRE DE DIEU et l’AGNEAU qui causent la destruction ou la mort des méchants. A la VOIX DE DIEU les saints seront puissants et terribles comme une armée avec des bannières; mais ils n’exécuteront pas alors le jugement écrit. L’exécution du jugement aura lieu à la fin des 1000 ans. {ExV 33.1 1851}
Mais des sujets tels que le SANCTUAIRE, en relation avec les 2300 jours, les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS, sont parfaitement calculés pour expliquer le mouvement adventiste passé, montrer quelle est notre position actuelle et établir la foi de ceux qui doutent, et donner la certitude à l’avenir glorieux. Tels étaient, je l’ai souvent vu, les principaux sujets sur lesquels les messagers devaient s’attarder. {ExV 51.2 1851}
J’ai aussi vu que beaucoup ne réalisaient pas ce qu’ils devaient être pour vivre aux yeux du SEIGNEUR, sans GRAND PRÊTRE dans le SANCTUAIRE, à travers le TEMPS DE TROUBLE. Ceux qui reçoivent le SCEAU DU DIEU VIVANT, et sont protégés en TEMPS DE TROUBLE, doivent pleinement refléter l’image de JÉSUS. {ExV 58.2 1851}
L’épée ne peut pas les toucher. Ne voyez-vous pas que des prières montent de cette compagnie ? Son oreille est lourde. Cette fontaine est ouverte pour que Juda et Jérusalem puissent s’y laver. Pensez-vous qu’ils peuvent dissimuler le moindre péché et pourtant entrer là où sont les anges ? Ce SANCTUAIRE un grand GRAND PRÊTRE. Israël n’a pas raison. Pourquoi? O pourquoi n’êtes-vous pas amoureux de plonger-les élever, préparez-vous (quatre fois). Il arrive. À moins que vous ne soyez prêt, d’autres entreront avant vous. Ne les laissez pas aveugler leurs yeux sur leur propre destruction. Aidez les enfants à se préparer, les quatre anges attendent qu’Israël se prépare. Les anges attendront-ils ? Non, regarde ! Ne pouvez-vous pas voir ? Pas prêt, quelque chose à faire. Soi! Soi! Ô JÉSUS, aie pitié et pardonne à tes enfants égarés. {Ms2-1852}
Après qu’elle soit sortie de la vision, certaines choses ont été expliquées plus en détail. Le respect de ce temps éprouvera les âmes des hommes, la confusion s’installera et leur désir ne sera pas accompli. {Ms2-1852}
Ce désir était avec les gens de détrôner leurs rois, mais il ne serait pas accompli, car les rois régneraient jusqu’à ce que CHRIST commence à régner. Dit-elle, je voyais là-bas en Europe alors que les choses bougeaient pour accomplir leurs désirs qu’il y aurait un relâchement une ou deux fois. Cela servirait à endurcir le cœur des méchants, mais l’œuvre ne se stabiliserait pas, elle ne ferait qu’apparaître ; car l’esprit des dirigeants était aussi déterminé à se soutenir que l’esprit du peuple à prendre l’ascendant. J’ai vu que chaque parti gouvernait et que les dirigeants réfléchissaient intensément à ce travail devant eux. Les péchés d’Israël doivent aller au jugement à l’avance. Chaque péché doit être confessé au SANCTUAIRE. Ensuite, le travail se déplacera, il doit être fait maintenant (“Maintenant” fait probablement référence à un présent.) Le reste dans le TEMPS DE TROUBLE pleurera, “Mon DIEU, mon DIEU, pourquoi m’as-tu abandonné ?” {Ms2-1852}
Je suis de bon courage mais pas très bien de corps. Nous croyons que le SEIGNEUR nous donnera la force. L’ennemi a fait un puissant effort pour nous éloigner du Michigan, mais il n’a pas encore réussi. O que DIEU nous donne la force du SANCTUAIRE. Nous plaiderons pour elle jusqu’à ce qu’elle vienne, elle doit venir, nous ne pouvons pas travailler sans elle. Cela viendra de DIEU, croyons-nous, et [nous] entendons marcher par la foi. La promesse ne nous manquera pas, elle sera vérifiée. {Lt2-1853}
Que DIEU ait pitié de vous en JackSON, car je crains pour certains qu’ils soient tellement enfermés en eux-mêmes et dans les ténèbres et la tromperie du diable, qu’ils continueront jusqu’à ce que JÉSUS quitte le SANCTUAIRE et qu’ils soient pesés dans la balance et jugés insuffisants. {Lt3-1853}
2. Le point de vue de la “Porte ouverte et fermée” a été donné en 1849. L’application d’Apocalypse 3:7, 8, au SANCTUAIRE CÉLESTE et au ministère de CHRIST, était entièrement nouvelle pour moi. Je n’avais jamais entendu l’idée avancée par personne. Maintenant que le sujet du SANCTUAIRE est clairement compris, l’application est vue dans sa beauté et sa force. {ExV54 4.1 1854}
Ceux qui professent être les serviteurs du DIEU VIVANT doivent être disposés à être les serviteurs de tous, au lieu d’être exaltés au-dessus des frères, et ils doivent posséder un esprit courtois et aimable. S’ils se trompent, ils doivent être prêts à se confesser complètement. L’honnêteté de l’intention ne peut servir d’excuse pour ne pas avouer des erreurs. La confession ne diminuerait pas la confiance de l’église dans le messager, et il donnerait un bon exemple, un esprit de confession serait encouragé dans l’église, et une douce union en serait le résultat. J’ai vu que ceux qui professent être des enseignants doivent être des modèles de piété, de douceur et de grande humilité, possédant un esprit bienveillant, pour gagner des âmes à JÉSUS et la vérité de la BIBLE. Un ministre du CHRIST devrait être pur dans ses conversations et dans ses actions. Il devrait toujours garder à l’esprit qu’il manipule des mots d’inspiration, paroles d’un DIEU SAINT. Il doit garder à l’esprit que le troupeau est confié à ses soins, et qu’il doit porter leurs cas à JÉSUS, et plaider pour eux comme JÉSUS plaide pour nous auprès du PÈRE. On m’a rappelé les anciens enfants d’Israël, et j’ai vu à quel point les ministres du SANCTUAIRE devaient être purs et saints, parce qu’ils étaient amenés par leur travail dans une relation étroite avec DIEU. Ceux qui devraient servir, doivent être saints, purs et sans défaut, sinon DIEU les détruirait. J’ai vu que DIEU n’avait pas changé. Il était tout aussi saint et pur, tout aussi particulier que jamais. Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} et il doit porter leurs cas devant JÉSUS, et plaider pour eux comme JÉSUS plaide pour nous auprès du PÈRE. On m’a rappelé les anciens enfants d’Israël, et j’ai vu à quel point les ministres du SANCTUAIRE devaient être purs et saints, parce qu’ils étaient amenés par leur travail dans une relation étroite avec DIEU. Ceux qui devraient servir, doivent être saints, purs et sans défaut, sinon DIEU les détruirait. J’ai vu que DIEU n’avait pas changé. Il était tout aussi saint et pur, tout aussi particulier que jamais. Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} et il doit porter leurs cas devant JÉSUS, et plaider pour eux comme JÉSUS plaide pour nous auprès du PÈRE. On m’a rappelé les anciens enfants d’Israël, et j’ai vu à quel point les ministres du SANCTUAIRE devaient être purs et saints, parce qu’ils étaient amenés par leur travail dans une relation étroite avec DIEU. Ceux qui devraient servir, doivent être saints, purs et sans défaut, sinon DIEU les détruirait. J’ai vu que DIEU n’avait pas changé. Il était tout aussi saint et pur, tout aussi particulier que jamais. Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} et vit combien les ministres du SANCTUAIRE devaient être purs et saints, parce qu’ils étaient amenés par leur travail dans une relation étroite avec DIEU. Ceux qui devraient servir, doivent être saints, purs et sans défaut, sinon DIEU les détruirait. J’ai vu que DIEU n’avait pas changé. Il était tout aussi saint et pur, tout aussi particulier que jamais. Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} et vit combien les ministres du SANCTUAIRE devaient être purs et saints, parce qu’ils étaient amenés par leur travail dans une relation étroite avec DIEU. Ceux qui devraient servir, doivent être saints, purs et sans défaut, sinon DIEU les détruirait. J’ai vu que DIEU n’avait pas changé. Il était tout aussi saint et pur, tout aussi particulier que jamais. Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853} Il ne change pas ! Ceux qui professent être les ministres de JÉSUS doivent être des hommes d’expérience et de profonde piété, et puis en tout temps et en tous lieux ils peuvent répandre une sainte influence. {ExV54 21.1 1854} {Ms2-1853}
JÉSUS arrive ! Mais ne pas écouter les malheurs de l’humanité, et entendre le pécheur coupable confesser ses péchés, et lui parler de pardon ; car le cas de chacun sera alors tranché pour la vie ou la mort. Ceux qui ont vécu dans le péché resteront pécheurs pour toujours. Ceux qui ont confessé leurs péchés à JÉSUS dans le SANCTUAIRE, l’ont fait leur ami et ont aimé son apparition, auront le pardon écrit pour tous leurs péchés, et eux, ayant purifié leur âme « en obéissant à la vérité », resteront purs et saint pour toujours. {YI, 1er avril 1854 par. 4}
JÉSUS plaide maintenant pour vous dans le SANCTUAIRE. Vous pouvez maintenant venir à lui et il vous donnera de la force. Il effacera vos péchés si vous vous en repentez vraiment et si vous demandez humblement et sincèrement son pardon. Il connaît votre faiblesse et est prêt à avoir pitié de vous, bien que vous ayez peut-être beaucoup péché contre lui. Certains d’entre vous peuvent avoir des défauts qu’il vous semble difficile de corriger et de surmonter. Vous pouvez parfois vous sentir découragé et penser qu’il est impossible de vivre la religion ; mais ne renoncez pas à l’effort. Soyez déterminé à obtenir la victoire sur vous-même. Vous pouvez vivre votre métier. Vous pouvez donner un bon exemple à vos amis et associés, qui leur diront qu’il y a une réalité dans la religion, que vous êtes chrétiens en action et en vérité ; car ils verront que la religion corrige vos fautes, vous rend doux et humble, et ôte de toi l’orgueil, la vanité et l’orgueil. {YI, 1er mai 1854 par. 2}
LA PRIÈRE SECRÈTE, TROP NÉGLIGÉE, EST LA VIE DU CHRÉTIEN. Allons à DIEU seul et fixons nos pensées sur lui, excluons tout le reste, puis puisons par la foi vivante, la lumière et la force du SANCTUAIRE. Ne nous levons pas à genoux jusqu’à ce que nous puissions compter sur les promesses de DIEU avec une foi inébranlable. Alors nous bénéficierons de la prière secrète. {RH, 12 juin 1855 par. 8}
Wm. Miller et ceux qui étaient en union avec lui supposaient que la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, dont parle Daniel 8:14, signifiait la purification de la terre avant qu’elle ne devienne la demeure des saints. Cela devait avoir lieu à l’avènement de CHRIST, donc nous avons attendu cet événement à la fin des 2300 jours, ou années. Mais après notre déception, les ÉCRITURES ont été soigneusement sondées avec prière et réflexion sérieuse, et après une période de suspens quant à notre véritable position, la lumière s’est déversée sur nos ténèbres ; le doute et l’incertitude ont été balayés. {ST, 20 avril 1876 par. 7} {1T 58.2 1855-1868}
À l’automne 1846, nous avons commencé à observer le SABBAT BIBLIQUE, à l’enseigner et à le défendre. Mon attention a été attirée pour la première fois sur le SABBAT alors que j’étais en visite à New Bedford, Massachusetts, plus tôt dans la même année. C’est là que j’ai fait la connaissance de Joseph Bates, qui avait embrassé de bonne heure la foi adventiste et qui travaillait activement pour la cause. Elder B. observait le SABBAT et insistait sur son importance. Je n’ai pas ressenti son importance et j’ai pensé que frère B. avait commis une erreur en s’attardant davantage sur le QUATRIÈME COMMANDEMENT que sur les neuf autres. Mais le SEIGNEUR m’a donné une vue du SANCTUAIRE CÉLESTE. Le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le ciel, et on m’a montré L’ARCHE DE DIEU COUVERTE DU PROPRIÉTAIRE. DEUX ANGES SE TROUVENT, UN À CHAQUE EXTRÉMITÉ DE L’ARCHE, AVEC LEURS AILES DÉPLOYÉES AU-DESSUS DU SIÈGE DE MISÉRICORDE, ET LEURS VISAGES TOURNÉS VERS ELLE. Mon ange qui m’accompagnait m’a informé que ceux-ci représentaient toute l’armée céleste regardant avec révérence vers la LOI SAINTE qui avait été écrite par le DOIGT DE DIEU. JÉSUS souleva le couvercle de l’ARCHE, et je vis les TABLES DE PIERRE sur lesquelles étaient écrits les DIX COMMANDEMENTS. J’ai été étonné de voir le QUATRIÈME COMMANDEMENT au centre même des dix préceptes, avec un doux halo de lumière l’encerclant. L’ange dit : « C’est le seul des dix qui définit le DIEU VIVANT qui a créé les cieux et la terre et toutes les choses qui s’y trouvent. Lorsque les fondations de la terre furent posées, alors fut également posée la fondation du SABBAT. {1T 75.4 1855-1868} et je vis les TABLES DE PIERRE sur lesquelles les DIX COMMANDEMENTS étaient écrits. J’ai été étonné de voir le QUATRIÈME COMMANDEMENT au centre même des dix préceptes, avec un doux halo de lumière l’encerclant. L’ange dit : « C’est le seul des dix qui définit le DIEU VIVANT qui a créé les cieux et la terre et toutes les choses qui s’y trouvent. Lorsque les fondations de la terre furent posées, alors fut également posée la fondation du SABBAT. {1T 75.4 1855-1868} et je vis les TABLES DE PIERRE sur lesquelles les DIX COMMANDEMENTS étaient écrits. J’ai été étonné de voir le QUATRIÈME COMMANDEMENT au centre même des dix préceptes, avec un doux halo de lumière l’encerclant. L’ange dit : « C’est le seul des dix qui définit le DIEU VIVANT qui a créé les cieux et la terre et toutes les choses qui s’y trouvent. Lorsque les fondations de la terre furent posées, alors fut également posée la fondation du SABBAT. {1T 75.4 1855-1868} alors fut aussi posée la fondation du SABBAT. {1T 75.4 1855-1868} alors fut aussi posée la fondation du SABBAT. {1T 75.4 1855-1868}
Le cœur doit sortir dans une prière fervente tandis que les mains sont occupées, et Satan ne trouvera pas un tel accès facile, et l’âme, au lieu d’être élevée à la vanité, sera constamment rafraîchie, sera comme un jardin arrosé. Les anges seront ravis d’être près de tels travailleurs, car leur présence sera continuellement encouragée par eux. Une puissance assistera aux vérités publiées. Des rayons divins de lumière du SANCTUAIRE CÉLESTE accompagneront les précieuses vérités émises, de sorte que ceux qui lisent seront rafraîchis et fortifiés, et les âmes qui s’opposent à la vérité seront convaincues et obligées de dire : Ces choses sont ainsi ; ils ne peuvent pas être contredits. {1T 592.1 1855-1868}
L’Éternel a désigné une famille spéciale de la tribu de Lévi pour porter l’arche ; et d’autres des Lévites furent spécialement nommés par DIEU pour porter le TABERNACLE et tous ses MEUBLES, et pour effectuer le travail de montage et de démontage du TABERNACLE. Et si un homme, par curiosité ou par manque d’ordre, sortait de sa place et touchait une partie quelconque du SANCTUAIRE ou du MOBILIER, ou même s’approchait de l’un des ouvriers, il devait être mis à mort. DIEU n’a pas laissé Son SAINT TABERNACLE être porté, érigé et démonté, indistinctement, par n’importe quelle tribu qui pourrait choisir la fonction; mais des personnes ont été choisies qui pouvaient apprécier le caractère sacré du travail dans lequel elles étaient engagées. Ces hommes nommés par DIEU ont été chargés d’impressionner le peuple sur le caractère sacré spécial de l’ARK et de tout ce qui s’y rapportait, de peur qu’ils ne regardent ces choses sans se rendre compte de leur sainteté et qu’ils ne soient retranchés d’Israël. Toutes les choses concernant le LIEU TRÈS SAINT devaient être considérées avec révérence. {1T 652.1 1855-1868}
JÉSUS n’est pas venu sur terre comme l’attendait la joyeuse compagnie, pour NETTOYER le SANCTUAIRE, en purifiant la terre par le feu. J’ai vu qu’ils avaient raison dans leur calcul des périodes prophétiques. LE TEMPS PROPHETIQUE SE FERME EN 1844. Leur erreur consistait à ne pas comprendre ce qu’était le SANCTUAIRE, et la nature de sa NETTOYAGE. JÉSUS est entré dans le LIEU TRÈS SAINT pour NETTOYER le SANCTUAIRE à la fin des jours. Je regardai à nouveau la compagnie qui attendait, déçue. Ils avaient l’air triste. Ils examinèrent soigneusement les preuves de leur foi, et suivirent le calcul des périodes prophétiques, et ne purent découvrir aucune erreur. Le temps était accompli, mais où était leur SAUVEUR ? Ils l’avaient perdu. {1SG 148.1 1858}
On m’a alors montré la déception des disciples lorsqu’ils sont venus au sépulcre et n’ont pas trouvé le corps de JÉSUS. Marie dit: Ils ont enlevé mon SEIGNEUR, et je ne sais où ils l’ont mis. Les anges annoncèrent aux disciples affligés que leur SEIGNEUR était ressuscité et qu’il irait devant eux en Galilée. {1SG 149.1 1858}
J’ai vu que pendant que JÉSUS regardait les déçus avec la plus profonde compassion, il envoyait ses anges pour diriger leurs esprits afin qu’ils puissent le trouver et le suivre là où il était; qu’ils comprennent que la terre n’est pas le SANCTUAIRE ; qu’il doit nécessairement entrer dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE pour le NETTOYER; faire une EXPIATION SPÉCIALE POUR ISRAËL, et RECEVOIR LE ROYAUME DE SON PÈRE, puis RETOURNER SUR TERRE et LES EMMENER POUR HABITER AVEC LUI POUR TOUJOURS. La déception des disciples représente bien la déception de ceux qui attendaient leur SEIGNEUR en 1844. J’ai été ramené à l’époque où le CHRIST est monté triomphalement à Jérusalem. Les joyeux disciples croyaient qu’il devait alors prendre le royaume et régner en prince temporel. Ils suivirent leur roi avec de grands espoirs. Ils ont coupé les belles branches de palmier, et ôtèrent leurs vêtements de dessus, et avec un zèle enthousiaste les étendirent sur le chemin ; et certains allaient devant, et d’autres suivaient en criant : Hosanna au FILS de David ! Béni soit celui qui vient au nom de l’Éternel ! Hosanna au plus haut ! L’excitation troublait les pharisiens, et ils souhaitaient que JÉSUS réprimande ses disciples. Mais il leur dit : Si ceux-ci se taisaient, les pierres crieraient aussitôt. La prophétie de Zacharie 9:9 doit s’accomplir, pourtant, j’ai vu que les disciples étaient voués à une amère déception. Quelques jours plus tard, ils suivirent JÉSUS au Calvaire et le virent saignant et mutilé sur la cruelle croix. Ils ont été témoins de sa mort atroce et l’ont déposé dans la tombe. Leurs cœurs se sont effondrés de chagrin. Leurs attentes ne se sont pas réalisées en un seul détail. Leurs espoirs sont morts avec JÉSUS. Mais comme il est ressuscité des morts, et apparut à ses disciples affligés, leurs espoirs ravivés. Ils avaient perdu leur SAUVEUR ; mais encore ils l’avaient trouvé. {1SG 149.2 1858}
Chapitre XXVII. – Le sanctuaire.
On m’a alors montré la cruelle déception du peuple de DIEU. Ils n’ont pas vu JÉSUS au moment prévu. Ils ne savaient pas pourquoi leur SAUVEUR n’était pas venu. Ils ne pouvaient voir aucune preuve pourquoi le temps prophétique n’avait pas pris fin. Dit un ange, La PAROLE DE DIEU a-t-elle échoué ? DIEU n’a-t-il pas tenu ses promesses ? Non : il a rempli tout ce qu’il avait promis. JÉSUS s’est levé, et a fermé la porte du LIEU SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, et a ouvert une porte dans le LIEU TRÈS SAINT, et est entré pour NETTOYER le SANCTUAIRE. L’ange dit: Tous ceux qui attendent patiemment comprendront le mystère. L’homme s’est trompé ; mais il n’y a pas eu d’échec de la part de DIEU. Tout a été accompli que DIEU a promis; mais l’homme a erronément regardé la terre, croyant qu’elle était le SANCTUAIRE à NETTOYER à la fin des périodes prophétiques. Les attentes de l’homme ont échoué ; mais la promesse de DIEU pas du tout. JÉSUS a envoyé ses anges pour diriger les déçus, pour conduire leurs esprits dans le LIEU TRÈS SAINT où il était allé pour NETTOYER le SANCTUAIRE, et faire une EXPIATION SPÉCIALE POUR ISRAËL. JÉSUS a dit aux anges que tous ceux qui le trouveraient comprendraient l’œuvre qu’il devait accomplir. J’ai vu que pendant que JÉSUS était dans le LIEU TRÈS SAINT, il serait marié à la NOUVELLE JÉRUSALEM, et après que son travail aurait été accompli dans le LIEU TRÈS SAINT, il descendrait sur terre avec un pouvoir royal et prendrait pour lui les précieux qui avaient patiemment attendu son retour. {1SG 157.1 1858} {EW 250.1 1882} {EW 251.1 1882} JÉSUS a dit aux anges que tous ceux qui le trouveraient comprendraient l’œuvre qu’il devait accomplir. J’ai vu que pendant que JÉSUS était dans le LIEU TRÈS SAINT, il serait marié à la NOUVELLE JÉRUSALEM, et après que son travail aurait été accompli dans le LIEU TRÈS SAINT, il descendrait sur terre avec un pouvoir royal et prendrait pour lui les précieux qui avaient patiemment attendu son retour. {1SG 157.1 1858} {EW 250.1 1882} {EW 251.1 1882} JÉSUS a dit aux anges que tous ceux qui le trouveraient comprendraient l’œuvre qu’il devait accomplir. J’ai vu que pendant que JÉSUS était dans le LIEU TRÈS SAINT, il serait marié à la NOUVELLE JÉRUSALEM, et après que son travail aurait été accompli dans le LIEU TRÈS SAINT, il descendrait sur terre avec un pouvoir royal et prendrait pour lui les précieux qui avaient patiemment attendu son retour. {1SG 157.1 1858} {EW 250.1 1882} {EW 251.1 1882}
On m’a alors montré ce qui s’est passé dans le ciel lorsque les périodes prophétiques se sont terminées en 1844. J’ai vu que lorsque le ministère de JÉSUS dans le LIEU SAINT s’est terminé, et qu’il a fermé la porte de cet APPARTEMENT, une grande obscurité s’est installée sur ceux qui avaient entendu , et avaient rejeté les messages de la venue de CHRIST, et ils l’ont perdu de vue. JÉSUS se revêt alors de vêtements précieux. AUTOUR DU BAS DE SA ROBE ÉTAIT UNE CLOCHE ET UNE GRENADE, UNE CLOCHE ET UNE GRENADE. Il avait suspendu à ses épaules un BRESTPLATE d’un travail curieux. Et tandis qu’il se déplaçait, elle scintillait comme des diamants, magnifiant des lettres qui ressemblaient à des noms écrits ou gravés sur le BRESTPLATE. Après avoir été entièrement vêtu, avec quelque chose sur sa tête qui ressemblait à une couronne, des anges l’entourèrent, et dans un char enflammé, il passa à l’intérieur du SECOND VOILE. J’ai alors été invité à prendre connaissance des DEUX APPARTEMENTS du SANCTUAIRE CÉLESTE. Le RIDEAU, ou la PORTE, s’ouvrit et je fus autorisé à entrer. Dans le PREMIER APPARTEMENT, j’ai vu le CHANDELIER AVEC SEPT LAMPES, qui avait l’air riche et glorieux; aussi la table sur laquelle étaient les pains de proposition, l’autel des parfums et l’encensoir. Tous les MEUBLES de cet APPARTEMENT ressemblaient à l’or le plus pur et reflétaient l’image de celui qui entrait dans cet endroit. Le RIDEAU qui séparait ces DEUX APPARTEMENTS avait l’air glorieux. Il était de couleurs et de matières différentes, avec une belle bordure, avec des figures d’or travaillées dessus, représentant des anges. Le VOILE a été levé, et j’ai regardé dans le DEUXIÈME APPARTEMENT. J’y ai vu une ARK qui avait l’apparence d’être de l’or le plus fin. Comme bordure autour du sommet de l’ARK, se trouvait le plus bel ouvrage représentant des couronnes. Il était d’or fin. Dans l’ARCHE se trouvaient les TABLES DE PIERRE contenant les DIX COMMANDEMENTS. {1SG 158.1a 1858} {EW 251.2 1882} {EW 251.3 1882}
À chaque extrémité de l’ARK se trouvait un adorable chérubin aux ailes déployées. Leurs ailes étaient élevées vers le haut et se touchaient au-dessus de la tête de JÉSUS, alors qu’il se tenait près de l’arche. Leurs visages étaient tournés l’un vers l’autre, et ils regardaient vers le bas vers l’ARK, représentant toute l’armée angélique regardant avec intérêt la LOI DE DIEU. Entre les CHERUBIM se trouvait un ENcensoir D’OR. Et comme les prières des saints dans la foi montaient à JÉSUS, et qu’il les offrait à son PÈRE, un doux parfum s’élevait de l’ENCENS. Cela ressemblait à de la fumée des plus belles couleurs. Au-dessus de l’endroit où JÉSUS se tenait, devant l’arche, j’ai vu une gloire extrêmement brillante que je ne pouvais pas contempler. Il est apparu comme un TRÔNE où DIEU habitait. Au fur et à mesure que l’ENCENS montait jusqu’au PÈRE, l’excellente gloire vint du TRÔNE DU PÈRE à JÉSUS, et de JÉSUS il fut répandu sur ceux dont les prières étaient montées comme un doux ENCENS. La lumière et la gloire se sont déversées sur JÉSUS en abondance et ont éclipsé le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et la traîne de la gloire a rempli le temple. Je ne pouvais pas longtemps contempler la gloire. Aucune langue ne peut le décrire. Je fus bouleversé et détourné de la majesté et de la gloire de la scène. {1SG 158.1b 1858}
On m’a montré un SANCTUAIRE sur terre contenant DEUX APPARTEMENTS. Il ressemblait à celui du paradis. On m’a dit que c’était le SANCTUAIRE terrestre, une figure du céleste. Le MOBILIER du PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE terrestre était comme celui du PREMIER APPARTEMENT du céleste. Le VOILE a été levé, et j’ai regardé dans le SAINT DES SAINTS, et j’ai vu que les MEUBLES étaient les mêmes que dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. Les prêtres exerçaient leur ministère dans les DEUX APPARTEMENTS du terrestre. Dans le PREMIER APPARTEMENT, il servait tous les jours de l’année, et n’entrait dans le TRES SAINT qu’une fois par an, pour le LAVER des péchés qui y avaient été transportés. J’ai vu que JÉSUS exerçait son ministère dans les DEUX APPARTEMENTS du SANCTUAIRE CÉLESTE. Il est entré dans le SANCTUAIRE CÉLESTE par l’offrande de son propre sang. Les prêtres terrestres ont été enlevés par la mort, donc ils ne pouvaient pas continuer longtemps; mais JÉSUS, je l’ai vu, était prêtre pour toujours. Par les sacrifices et les offrandes apportées au SANCTUAIRE terrestre, les enfants d’Israël devaient saisir les mérites d’un SAUVEUR à venir. Et dans la sagesse de DIEU, les détails de cette œuvre nous ont été donnés afin que nous puissions y revenir et comprendre l’œuvre de JÉSUS dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. {1SG 160.1 1858} {EW 252.2 1882}
A la crucifixion, alors que JÉSUS mourut au Calvaire, il cria : C’est fini, et le VOILE du temple se déchira en deux, du haut vers le bas. C’était pour montrer que les services du SANCTUAIRE terrestre étaient à jamais finis, et que DIEU ne les rencontrerait plus dans leur temple terrestre, pour accepter leurs sacrifices. Le SANG DE JÉSUS fut alors versé, qui devait être administré par lui-même dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Alors que les prêtres du SANCTUAIRE terrestre entraient dans le TRÈS SAINT une fois par an pour NETTOYER le SANCTUAIRE, JÉSUS entra dans le TRÈS SAINT du céleste, à la fin des 2300 jours de Dan, viii, en 1844, pour faire une EXPIATION FINALE pour tous qui pourraient bénéficier de sa MEDIATION, et pour NETTOYER le SANCTUAIRE. {1SG 161.1 1858} {EW 253.1 1882}
Chapitre XXVIII. – Le message du troisième ange.
Alors que le ministère de JÉSUS se terminait dans le LIEU SAINT, et qu’il passa dans le PLUS SAINT, et se tint devant l’ARCHE contenant la LOI DE DIEU, il envoya un autre ange puissant sur terre avec le troisième message. Il plaça un parchemin dans la main de l’ange, et alors qu’il descendait sur terre avec majesté et puissance, il proclama un avertissement effrayant, la menace la plus terrible jamais portée à l’homme. Ce message était destiné à mettre les enfants de DIEU sur leurs gardes, et leur montrer l’heure de la tentation et de l’angoisse qui était devant eux. Dit l’ange, Ils seront amenés en combat rapproché avec la bête et son image. Leur seul espoir de vie ÉTERNELLE est de rester inébranlables. Bien que leurs vies soient en jeu, ils doivent pourtant retenir la vérité. Le troisième ange termine son message par ces mots : Voici la patience des saints ; voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU, et la FOI DE JÉSUS. En répétant ces mots, il montra le SANCTUAIRE CÉLESTE. Les esprits de tous ceux qui embrassent ce message sont dirigés vers le LIEU TRÈS SAINT où JÉSUS se tient devant l’Arche, faisant son intercession finale pour tous ceux pour qui la miséricorde persiste encore, et pour ceux qui ont violé par ignorance la LOI DE DIEU. CETTE EXPIATION est faite pour les justes morts ainsi que pour les justes vivants. JÉSUS fait une EXPIATION pour ceux qui sont morts, ne recevant pas la lumière sur les commandements de DIEU, qui ont péché par ignorance. {1SG 162.1 1858} faisant son intercession finale pour tous ceux pour qui la miséricorde persiste encore, et pour ceux qui ont violé par ignorance la LOI DE DIEU. CETTE EXPIATION est faite pour les justes morts ainsi que pour les justes vivants. JÉSUS fait une EXPIATION pour ceux qui sont morts, ne recevant pas la lumière sur les commandements de DIEU, qui ont péché par ignorance. {1SG 162.1 1858} faisant son intercession finale pour tous ceux pour qui la miséricorde persiste encore, et pour ceux qui ont violé par ignorance la LOI DE DIEU. CETTE EXPIATION est faite pour les justes morts ainsi que pour les justes vivants. JÉSUS fait une EXPIATION pour ceux qui sont morts, ne recevant pas la lumière sur les commandements de DIEU, qui ont péché par ignorance. {1SG 162.1 1858}
Après que JÉSUS eut ouvert la porte du TRÈS SAINT, la lumière du SABBAT fut vue, et le peuple de DIEU devait être testé et éprouvé, comme DIEU avait prouvé les enfants d’Israël autrefois, pour voir s’ils garderaient SA LOI. J’ai vu le troisième ange pointer vers le haut, montrant aux déçus le chemin vers le PLUS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ont suivi JÉSUS par la foi dans le TRÈS SAINT. Encore une fois, ils ont trouvé JÉSUS, et la joie et l’espoir surgissent à nouveau. Je les ai vus revenir sur le passé, depuis la proclamation du second avènement de JÉSUS, en passant par leurs voyages jusqu’au passage du temps en 1844. Ils voient leur déception expliquée, et la joie et la certitude les animent à nouveau. Le troisième ange a illuminé le passé, le présent et le futur, et ils savent que DIEU les a bien conduits par sa mystérieuse providence. {1SG 163.1 1858}
Il m’a été représenté que le reste a suivi JÉSUS dans le LIEU TRÈS SAINT, et a vu l’ARCHE et le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et a été captivé par leur gloire. JÉSUS a levé le COUVERCLE DE L’ARCHE, et voici ! les TABLES DE PIERRE, avec les DIX COMMANDEMENTS écrits dessus. Ils retracent les oracles animés ; mais ils reculent en tremblant lorsqu’ils voient le QUATRIÈME COMMANDEMENT vivre parmi les DIX SAINTS PRÉCEPTES, alors qu’une lumière plus brillante brille sur lui que sur les neuf autres, et qu’un halo de gloire l’entoure. Ils n’y trouvent rien les informant que le SABBAT a été aboli, ou changé au premier jour de la semaine. Il se lit comme lorsqu’il est prononcé par la BOUCHE DE DIEU dans une grandeur solennelle et terrible sur la montagne, tandis que les éclairs éclataient et que les tonnerres roulaient, et lorsqu’il est écrit avec SON PROPRE DOIGT SAINT dans les TABLES DE PIERRE. Six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est le SABBAT de l’Éternel, ton Dieu. Ils sont étonnés en voyant le soin apporté aux DIX COMMANDEMENTS. Ils les voient placés auprès de JÉHOVAH, éclipsés et protégés par sa sainteté. Ils voient qu’ils ont piétiné le QUATRIÈME COMMANDEMENT du DÉCALOGUE, et ont observé un jour transmis par les païens et les papistes, au lieu du jour sanctifié par JÉHOVAH. Ils s’humilient devant DIEU et pleurent leurs transgressions passées. {1SG 164.1 1858} Ils voient qu’ils ont piétiné le QUATRIÈME COMMANDEMENT du DÉCALOGUE, et ont observé un jour transmis par les païens et les papistes, au lieu du jour sanctifié par JÉHOVAH. Ils s’humilient devant DIEU et pleurent leurs transgressions passées. {1SG 164.1 1858} Ils voient qu’ils ont piétiné le QUATRIÈME COMMANDEMENT du DÉCALOGUE, et ont observé un jour transmis par les païens et les papistes, au lieu du jour sanctifié par JÉHOVAH. Ils s’humilient devant DIEU et pleurent leurs transgressions passées. {1SG 164.1 1858}
J’ai vu l’ENCENS dans l’ENcensoir fumer alors que JÉSUS offrait leurs confessions et leurs prières à son PÈRE. Et pendant qu’il montait, une lumière brillante reposait sur JÉSUS, et sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE ; et les sincères, ceux qui priaient, qui étaient troublés parce qu’ils s’étaient découverts transgresseurs de la LOI DE DIEU, étaient bénis, et leurs visages s’illuminaient d’espoir et de joie. Ils se joignirent à l’œuvre du troisième ange, élevèrent la voix et proclamèrent l’avertissement solennel. Mais peu ont d’abord reçu le message, mais ils ont continué avec énergie à proclamer l’avertissement. Alors j’ai vu beaucoup embrasser le message du troisième ange, et unir leurs voix à ceux qui avaient d’abord proclamé l’avertissement, et ils ont exalté DIEU et l’ont magnifié en observant son jour de repos sanctifié. {1SG 165.1 1858}
Beaucoup de ceux qui ont embrassé le troisième message n’avaient pas d’expérience dans les deux premiers messages. Satan comprit cela, et son mauvais œil était sur eux pour les renverser ; mais le troisième ange leur indiquait le LIEU TRÈS SAINT, et ceux qui avaient une expérience dans les messages passés leur indiquaient le chemin vers le SANCTUAIRE CÉLESTE. Beaucoup ont vu la parfaite chaîne de vérité dans les messages des anges et l’ont reçue avec joie. Ils les embrassèrent dans leur ordre, et suivirent JÉSUS par la foi dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ces messages m’étaient représentés comme une ancre pour tenir le corps. Et au fur et à mesure que les individus les reçoivent et les comprennent, ils sont protégés contre les nombreuses illusions de Satan. {1SG 165.2 1858}
On m’a rappelé la proclamation du premier avènement de CHRIST. Jean a été envoyé dans l’esprit et la puissance d’Elie pour préparer la voie à la venue de JÉSUS. Ceux qui ont rejeté le témoignage de Jean n’ont pas bénéficié des enseignements de JÉSUS. Leur opposition à la proclamation de son premier avènement les a placés là où ils ne pouvaient pas facilement recevoir la preuve la plus solide qu’il était le MESSIE. Satan a conduit ceux qui ont rejeté le message de Jean à aller encore plus loin, à rejeter JÉSUS et à le crucifier. Ce faisant, ils se sont placés là où ils ne pouvaient pas recevoir la bénédiction le jour de la Pentecôte, qui leur aurait enseigné le chemin vers le SANCTUAIRE CÉLESTE. LE DÉCHIREMENT DU VOILE DU TEMPLE A MONTRÉ QUE LES SACRIFICES ET LES ORDONNANCES JUIVES NE SERONT PLUS REÇUS. Le grand Sacrifice avait été offert et avait été accepté, et le SAINT-ESPRIT qui descendit le jour de la Pentecôte transporta l’esprit des disciples du SANCTUAIRE terrestre au céleste, où JÉSUS était entré par son propre sang, et répandit sur ses disciples les bienfaits de SON EXPIATION. Les Juifs ont été laissés dans une tromperie complète et une obscurité totale. Ils ont perdu toute la lumière qu’ils auraient pu avoir sur le PLAN DU SALUT, et ont toujours confiance en leurs sacrifices et offrandes inutiles. Ils ne sauraient bénéficier de la MEDIATION du CHRIST dans le LIEU SAINT. Le SANCTUAIRE CÉLESTE avait pris la place du terrestre, mais ils n’avaient aucune connaissance du chemin vers le céleste. {1SG 169.1 1858} et répandit sur ses disciples les bienfaits de SON EXPIATION. Les Juifs ont été laissés dans une tromperie complète et une obscurité totale. Ils ont perdu toute la lumière qu’ils auraient pu avoir sur le PLAN DU SALUT, et ont toujours confiance en leurs sacrifices et offrandes inutiles. Ils ne sauraient bénéficier de la MEDIATION du CHRIST dans le LIEU SAINT. Le SANCTUAIRE CÉLESTE avait pris la place du terrestre, mais ils n’avaient aucune connaissance du chemin vers le céleste. {1SG 169.1 1858} et répandit sur ses disciples les bienfaits de SON EXPIATION. Les Juifs ont été laissés dans une tromperie complète et une obscurité totale. Ils ont perdu toute la lumière qu’ils auraient pu avoir sur le PLAN DU SALUT, et ont toujours confiance en leurs sacrifices et offrandes inutiles. Ils ne sauraient bénéficier de la MEDIATION du CHRIST dans le LIEU SAINT. Le SANCTUAIRE CÉLESTE avait pris la place du terrestre, mais ils n’avaient aucune connaissance du chemin vers le céleste. {1SG 169.1 1858}
Tout le ciel a observé avec le plus profond intérêt la réception du message. Mais beaucoup de ceux qui professent aimer JÉSUS et qui versent des larmes en lisant l’histoire de la croix, au lieu de recevoir le message avec joie, sont agités de colère et se moquent de la bonne nouvelle de la venue de JÉSUS et déclarent qu’elle est illusion. Ils ne fréquenteraient pas ceux qui aimaient son apparition, mais les haïssaient et les excluaient des églises. Ceux qui rejetaient le premier message ne pouvaient pas bénéficier du second, et ne bénéficiaient pas du cri de minuit, qui devait les préparer à entrer avec JÉSUS par la foi dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. Et en rejetant les deux premiers messages, ils ne peuvent voir aucune lumière dans le message du troisième ange, qui montre le chemin vers le LIEU TRÈS SAINT. J’ai vu que les églises nominales, comme les Juifs ont crucifié JÉSUS, crucifié ces messages, et par conséquent ils n’ont aucune connaissance du mouvement effectué dans le ciel, ou du chemin vers le TRÈS SAINT, et ils ne peuvent pas bénéficier de l’intercession de JÉSUS là-bas. Comme les Juifs, qui ont offert leurs sacrifices inutiles, ils offrent leurs prières inutiles à l’APPARTEMENT que JÉSUS a quitté, et Satan, satisfait de la tromperie des prétendus disciples du CHRIST, les attache dans son piège et assume un caractère religieux, et conduit les esprits de ces chrétiens professés à lui-même, et travaille avec sa puissance, ses signes et ses prodiges mensongers. Il trompe certains d’une manière et d’autres d’une autre. Il a différentes illusions préparées pour affecter différents esprits. Certains regardent avec horreur une tromperie, tandis qu’ils en reçoivent volontiers une autre. Satan trompe certains avec le SPIRITUALISME. Il vient aussi comme un ange de lumière, et étend son influence sur le pays. J’ai vu partout de fausses réformes. Les églises étaient ravies, et considéraient que DIEU travaillait merveilleusement pour elles, alors que c’était un autre esprit. Il mourra et laissera le monde et l’église dans un état pire qu’avant. {1SG 171.1 1858}
J’ai vu que depuis que JÉSUS avait quitté le LIEU SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, et était entré dans le SECOND VOILE, les églises étaient restées comme l’étaient les Juifs; et ils se sont remplis de tout oiseau impur et odieux. J’ai vu de grandes iniquités et bassesses dans les églises; pourtant ils professent être chrétiens. Leur profession, leurs prières et leurs exhortations, sont une abomination aux yeux de DIEU. Dit l’ange, DIEU ne sentira pas dans leurs assemblées. L’égoïsme, la fraude et la tromperie sont pratiqués par eux sans les reproches de la conscience. Et sur tous ces mauvais traits ils jettent le manteau de la religion. On m’a montré la fierté des églises nominales. DIEU n’était pas dans leurs pensées; mais leurs esprits charnels s’attardent sur eux-mêmes. Ils ornent leurs pauvres corps mortels, puis se regardent avec satisfaction et plaisir. JÉSUS et les anges les regardèrent avec colère. L’ange dit: Leurs péchés et leur orgueil ont atteint le ciel. Leur portion est préparée. La justice et le jugement ont longtemps sommeillé, mais vont bientôt se réveiller. La vengeance est à moi, et je rendrai, dit l’Éternel. Les menaces effrayantes du troisième ange doivent se réaliser, et ils boiront la COLÈRE DE DIEU. Une foule innombrable d’anges maléfiques se répand sur tout le pays. Les églises et les corps religieux en sont bondés. Et ils regardent les corps religieux avec joie ; car le manteau de la religion couvre les plus grands crimes et iniquités. {1SG 190.1 1858} dit l’Éternel. Les menaces effrayantes du troisième ange doivent se réaliser, et ils boiront la COLÈRE DE DIEU. Une foule innombrable d’anges maléfiques se répand sur tout le pays. Les églises et les corps religieux en sont bondés. Et ils regardent les corps religieux avec joie ; car le manteau de la religion couvre les plus grands crimes et iniquités. {1SG 190.1 1858} dit l’Éternel. Les menaces effrayantes du troisième ange doivent se réaliser, et ils boiront la COLÈRE DE DIEU. Une foule innombrable d’anges maléfiques se répand sur tout le pays. Les églises et les corps religieux en sont bondés. Et ils regardent les corps religieux avec joie ; car le manteau de la religion couvre les plus grands crimes et iniquités. {1SG 190.1 1858}
J’ai vu que chaque cas était alors tranché pour la vie ou la mort. JÉSUS avait effacé les péchés de son peuple. Il avait reçu son royaume, et l’EXPIATION avait été faite pour les sujets de son royaume. Pendant que JÉSUS exerçait son ministère dans le SANCTUAIRE, le jugement avait continué pour les justes morts, puis pour les justes vivants. Les sujets du royaume étaient constitués. Le mariage de l’AGNEAU était terminé. Et le royaume, et la grandeur du royaume sous tout le ciel, furent donnés à JÉSUS, et aux héritiers du salut, et JÉSUS devait régner comme ROI DES ROIS, et SEIGNEUR DES SEIGNEURS. {1SG 197.3 1858}
Alors que JÉSUS quittait le LIEU TRÈS SAINT, j’entendis le tintement des grelots sur son vêtement, et alors qu’il partait, un nuage de ténèbres couvrit les habitants de la terre. Il n’y avait alors aucun MEDIATEUR entre un coupable et un DIEU offensé. Pendant que JÉSUS se tenait entre DIEU et l’homme coupable, une contrainte était sur le peuple; mais quand JÉSUS est sorti d’entre l’homme et le PÈRE, la retenue a été enlevée, et Satan avait le contrôle de l’homme. Il était impossible que les FLÉAUX soient déversés pendant que JÉSUS officiait dans le SANCTUAIRE ; mais alors que son œuvre est terminée là-bas, alors que son intercession se termine, il n’y a rien pour arrêter la COLÈRE DE DIEU, et elle éclate avec fureur sur la tête sans abri du pécheur coupable, qui a méprisé le salut et haï la réprimande. Les saints en ce temps effrayant, après la fin de la MEDIATION DE JESUS, vivaient devant un DIEU SAINT, sans INTERCESSEUR. Chaque cas a été décidé, chaque bijou numéroté. JÉSUS s’attarda un moment dans l’APPARTEMENT EXTÉRIEUR du SANCTUAIRE CÉLESTE, et les péchés qui avaient été confessés alors qu’il était dans le LIEU TRÈS SAINT, il les remit sur l’auteur du péché, le Diable. Il doit subir le châtiment de ces péchés. {1SG 198.1 1858}
Tant que ces maux restent intacts, tout se passe bien, mais lorsque le TÉMOIGNAGE JUSTE vient et que la réprimande et la réprimande sont données, il y a un soulèvement contre le TÉMOIGNAGE JUSTE. Cela n’est pas d’accord avec l’esprit charnel, leur sécurité charnelle est perturbée, ils résistent à l’œuvre de DIEU, et certains tomberont. Les noms de ceux qui seront purifiés, blanchis et éprouvés sont portés dans le SANCTUAIRE et mentionnés par JÉSUS à SON PÈRE, et ils sont portés à la connaissance spéciale de DIEU. Mais ceux qui choisissent leur propre voie égoïste, leur propre voie sombre, seront autorisés à continuer. Satan contrôlera la volonté et ils perdront la vie éternelle. Ceux qui sont sauvés doivent abandonner leur volonté, leur voie et être contrôlés par l’ESPRIT DE DIEU. Ils doivent mourir quotidiennement tout au long du parcours ; mourir, mourir à soi-même et être purifié par la vérité. {Ms4-1860}
Qui est comme toi, ô Éternel, parmi les dieux ? Qui est comme toi, glorieux en sainteté, craintif en louanges, faisant des merveilles ? Tu as étendu ta main droite, la terre les a engloutis. Dans ta miséricorde, tu as fait sortir le peuple que tu as racheté. Tu les as guidés par ta force vers ta sainte demeure. Le peuple entendra et aura peur. Le chagrin s’emparera des habitants de la Palestine. Alors les ducs d’Edom seront dans l’étonnement; les hommes forts de Moab, le tremblement s’emparera d’eux. Tous les habitants de Canaan fondront. La peur et l’effroi tomberont sur eux. Par la grandeur de ton bras, ils seront immobiles comme une pierre, jusqu’à ce que ton peuple passe, ô Éternel, jusqu’à ce que passe le peuple que tu as acquis. Tu les feras entrer, et tu les planteras dans la montagne de ton héritage, dans le lieu, ô Éternel, que tu as fait pour que tu habites, dans le SANCTUAIRE, ô Éternel, que tes mains ont établi. {3SG 237.1 1864}
Après que le SEIGNEUR eut donné des instructions à Moïse concernant le SANCTUAIRE, Il lui donna de nouveau des instructions spéciales concernant SON SABBAT. Et puis il a transmis du nuage de ses propres mains divines les TABLES DE PIERRE à Moïse, sur lesquelles il avait gravé de SON PROPRE DOIGT les DIX COMMANDEMENTS. {3SG 273.1 1864}
Chapitre XXIII. – Le sanctuaire.
Le TABERNACLE a été fait selon le commandement de DIEU. L’Éternel a suscité des hommes et les a dotés de capacités plus que naturelles pour accomplir les travaux les plus ingénieux. Ni ces ouvriers ni Moïse n’ont été laissés pour planifier la forme et l’exécution du bâtiment. DIEU lui-même a conçu le plan et l’a donné à Moïse, avec des instructions particulières quant à sa taille et sa forme, et les matériaux à utiliser, et a spécifié chaque article de MEUBLES qui devait y être. Il présenta à Moïse un modèle miniature du SANCTUAIRE CÉLESTE et lui ordonna de faire toutes choses selon le modèle qui lui était montré sur la montagne. Moïse a écrit toutes les instructions dans un livre et les a lues aux plus influents du peuple. {4aSG 5.1 1864}
Alors le SEIGNEUR demanda au peuple d’apporter une offrande volontaire pour faire de lui un SANCTUAIRE afin qu’il puisse habiter parmi eux. « Et toute l’assemblée des enfants d’Israël quitta la présence de Moïse. Et ils vinrent, tous ceux dont le cœur l’excitait, et tous ceux que son esprit rendait disposés, et ils apportèrent l’OFFRANDE DE L’ÉTERNEL pour l’œuvre du TABERNACLE d’assignation, et pour tout son service, et pour les VÊTEMENTS SAINTS. Et ils vinrent, hommes et femmes, tous ceux qui étaient de bon cœur, et apportèrent des bracelets, des boucles d’oreille, des bagues et des tablettes, tous des bijoux d’or, et chaque homme qui offrait, offrait une offrande d’or au SEIGNEUR.” {4aSG 5.2 1864}
De grands et coûteux préparatifs étaient nécessaires. Des matériaux précieux et coûteux doivent être collectés. Mais l’Éternel n’accepta que les offrandes volontaires. La dévotion à l’œuvre de DIEU, et le sacrifice du cœur, étaient d’abord nécessaires pour préparer une place pour DIEU. Et tandis que la construction du SANCTUAIRE se poursuivait, et que le peuple apportait ses offrandes à Moïse, et qu’il les présentait aux ouvriers, tous les sages qui travaillaient à l’ouvrage examinèrent les dons, et décidèrent que le peuple avait apporté suffisamment , et même plus qu’ils ne pourraient en utiliser. Et Moïse proclama dans tout le camp, disant : « Que ni homme ni femme ne fassent plus de travail pour l’offrande du SANCTUAIRE. Ainsi, les gens ont été empêchés d’apporter. {4aSG 5.3 1864}
Les murmures répétés des Israélites, et les visites de la COLÈRE DE DIEU à cause de leurs transgressions, sont enregistrées dans l’histoire sacrée pour le bénéfice du peuple de DIEU qui devrait ensuite vivre sur la terre ; mais plus particulièrement pour prouver un avertissement à ceux qui devraient vivre près de la fin des temps. Aussi leurs actes de dévotion, leur énergie et leur libéralité, en apportant leurs offrandes volontaires à Moïse, sont enregistrés pour le bénéfice du peuple de DIEU. Leur exemple dans la préparation si joyeuse du matériel pour le TABERNACLE est un exemple pour tous ceux qui aiment vraiment le CULTE DE DIEU. Ceux qui apprécient la bénédiction de la présence sacrée de DIEU, lors de la préparation d’un bâtiment qu’il peut rencontrer avec eux, devraient manifester un plus grand intérêt et un plus grand zèle dans l’œuvre sacrée dans la mesure où ils accordent plus de valeur à leurs bénédictions célestes qu’à leurs conforts terrestres. Ils devraient se rendre compte qu’ils préparent une maison pour DIEU. {4aSG 6.1 1864}
Beaucoup dépenseront beaucoup pour ériger des bâtiments confortables et savoureux pour eux-mêmes ; mais quand ils préparent un endroit pour recevoir la présence du Haut et de l’Exalté, ils manifestent une merveilleuse indifférence, et n’ont aucun intérêt particulier quant à la commodité, l’arrangement et l’exécution. Leurs offrandes ne sont pas données joyeusement du cœur; mais ils sont accordés à contrecœur, et ils étudient continuellement de quelle manière le bâtiment sacré peut être fait pour coûter le moins cher et répondre à l’objectif de maison de culte. Certains manifestent plus d’intérêt à construire leurs granges, où garder leur bétail, qu’ils ne le font à construire un lieu pour le CULTE DE DIEU. Une telle valeur sacralise les privilèges justement dans la proportion que montrent leurs œuvres. Et leur prospérité et leur force SPIRITUELLE seront justes selon leurs œuvres. DIEU ne fera pas reposer sa bénédiction sur ceux qui ont si peu estimé la valeur des choses divines. Les offrandes involontaires et limitées ne sont pas acceptées par DIEU. Ceux qui manifestent cet empressement à apporter à l’Éternel des offrandes acceptables, parmi les meilleures qu’ils possèdent, de leur plein gré, comme les enfants d’Israël apportaient leurs présents à Moïse, seront bénis dans la mesure où ils ont estimé la valeur des choses divines. {4aSG 6.2 1864}
Il est de quelque conséquence qu’un bâtiment préparé expressément pour que DIEU rencontre son peuple, soit aménagé avec soin, rendu confortable, propre et commode ; car elle doit être dédiée à DIEU et lui être présentée, et il doit être supplié de demeurer dans cette maison et de la rendre sacrée par sa sainte présence. On en donnerait volontairement assez à l’Éternel pour accomplir libéralement l’ouvrage, et alors les ouvriers pourraient dire : N’apportez plus d’offrandes. Une maison bâtie pour DIEU ne devrait jamais être endettée, car DIEU serait déshonoré. Il connaît tous les cœurs, et il récompensera tous ceux qui lui rendront librement, quand il le demandera, ce qu’il leur aura donné. S’ils retiennent ce qui appartient à DIEU, il les affligera dans leurs familles, et fera diminuer leurs biens, selon leur disposition à le voler. {4aSG 7.
Après que la construction du TABERNACLE fut achevée, Moïse examina tout le travail, et le compara avec le modèle, et les directives qu’il avait reçues de DIEU, et il vit que chaque partie était d’accord avec le modèle, et il bénit le peuple. DIEU a donné un modèle de l’ARK à Moïse avec des instructions spéciales sur la façon de le faire. L’ARCHE a été faite pour contenir les TABLES DE PIERRE, sur lesquelles DIEU GRAVA, DE SON PROPRE DOIGT, LES DIX COMMANDEMENTS. Il avait la forme d’un coffre et était recouvert et incrusté d’or pur. Il était orné de couronnes d’or tout autour du sommet. Le couvercle de ce COFFRE SACRÉ était le MERCY SEAT en or massif. À chaque extrémité du MERCY SEAT était fixé un chérubin d’or massif pur. Leurs visages étaient tournés l’un vers l’autre et regardaient avec révérence vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qui représente tous les anges célestes regardant avec intérêt et révérence la LOI DE DIEU déposée dans l’ARCHE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ces angelots avaient des ailes. Une aile de chaque ange était déployée vers le haut, tandis que l’autre aile de chaque ange couvrait leurs formes. L’ARK du SANCTUAIRE terrestre était le modèle de la véritable ARK dans le Ciel. Là, à côté de l’Arche céleste, se tiennent des anges vivants, à chaque extrémité de l’Arche, avec chacun, une aile éclipsant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et s’étendant vers le haut, tandis que les autres ailes sont repliées sur leurs formes en signe de révérence et d’humilité. {4aSG 7.2 1864} L’ARK du SANCTUAIRE terrestre était le modèle de la véritable ARK dans le Ciel. Là, à côté de l’Arche céleste, se tiennent des anges vivants, à chaque extrémité de l’Arche, avec chacun, une aile éclipsant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et s’étendant vers le haut, tandis que les autres ailes sont repliées sur leurs formes en signe de révérence et d’humilité. {4aSG 7.2 1864} L’ARK du SANCTUAIRE terrestre était le modèle de la véritable ARK dans le Ciel. Là, à côté de l’Arche céleste, se tiennent des anges vivants, à chaque extrémité de l’Arche, avec chacun, une aile éclipsant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et s’étendant vers le haut, tandis que les autres ailes sont repliées sur leurs formes en signe de révérence et d’humilité. {4aSG 7.2 1864}
Dans l’arche terrestre, Moïse devait placer les TABLES DE PIERRE. Celles-ci étaient appelées les TABLES DU TÉMOIGNAGE, et l’ARCHE était appelée l’ARCHE DU TÉMOIGNAGE, parce qu’elles contenaient le TÉMOIGNAGE DE DIEU dans les DIX COMMANDEMENTS. Le TABERNACLE était composé de DEUX APPARTEMENTS, séparés par un RIDEAU, ou VOILE. {4aSG 8.1 1864}
Tout le MOBILIER du TABERNACLE était en or massif, ou plaqué d’or. Les RIDEAUX du TABERNACLE étaient d’une variété de couleurs, les plus joliment disposés, et dans ces RIDEAUX étaient forgés, avec des fils d’or et d’argent, des CHERUBINS, qui devaient représenter l’armée angélique, qui sont liés au travail du SANCTUAIRE CÉLESTE , et qui servent d’anges aux saints sur la terre. {4aSG 8.2 1864}
A l’intérieur du SECOND VOILE était placée l’ARCHE du témoignage, et le beau et riche RIDEAU était tiré devant l’ARCHE SACRÉE. Ce RIDEAU n’atteignait pas le haut de l’édifice. La GLOIRE DE DIEU, qui était au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE, pouvait être vue des DEUX APPARTEMENTS, mais à un degré beaucoup moindre du PREMIER APPARTEMENT. Directement devant l’ARCHE, mais séparé par le RIDEAU, se trouvait l’AUTEL D’OR DE L’ENCENS. Le feu sur cet AUTEL a été allumé par le SEIGNEUR lui-même, et a été sacrément chéri en l’alimentant avec de l’ENCENS saint, qui a rempli le SANCTUAIRE de son nuage parfumé, jour et nuit. Son parfum s’étendait sur des kilomètres autour du TABERNACLE. Lorsque le prêtre offrit l’ENCENS devant le SEIGNEUR, il regarda vers le PROPRIÉTAIRE. Bien qu’il ne puisse pas le voir, il savait qu’il était là, et alors que l’ENCENS s’élevait comme un nuage, la gloire de l’Éternel est descendue sur le PROPRIÉTAIRE, et a rempli le LIEU TRÈS SAINT, et était visible dans le LIEU SAINT, et la gloire a souvent tellement rempli les DEUX APPARTEMENTS que le prêtre était incapable d’officier, et était obligé de se tenir à la porte. du TABERNACLE. Le prêtre dans le LIEU SAINT, dirigeant sa prière par la foi vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qu’il ne pouvait pas voir, représente le peuple de DIEU dirigeant ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {4aSG 8.3 1864} et la gloire remplissait souvent tellement les DEUX APPARTEMENTS que le prêtre ne pouvait pas officier, et était obligé de se tenir à la porte du TABERNACLE. Le prêtre dans le LIEU SAINT, dirigeant sa prière par la foi vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qu’il ne pouvait pas voir, représente le peuple de DIEU dirigeant ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {4aSG 8.3 1864} et la gloire remplissait souvent tellement les DEUX APPARTEMENTS que le prêtre ne pouvait pas officier, et était obligé de se tenir à la porte du TABERNACLE. Le prêtre dans le LIEU SAINT, dirigeant sa prière par la foi vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qu’il ne pouvait pas voir, représente le peuple de DIEU dirigeant ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {4aSG 8.3 1864} représente le peuple de DIEU dirigeant ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {4aSG 8.3 1864} représente le peuple de DIEU dirigeant ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {4aSG 8.3 1864}
Ces APPARTEMENTS SACRÉS n’avaient pas de fenêtres pour donner de la lumière. Le chandelier était fait d’or le plus pur et brûlait nuit et jour, et éclairait les DEUX APPARTEMENTS. La lumière des lampes sur le CHANDELIER se reflétait sur les planches plaquées d’or, aux côtés de l’édifice, et sur les MEUBLES sacrés, et sur les RIDEAUX de belles couleurs avec des CHERUBINS ouvrés de fils d’or et d’argent, dont l’aspect était glorieux. au-delà de la description. Aucune langue ne peut décrire la beauté, la beauté et la gloire sacrée que ces APPARTEMENTS présentaient. L’or du SANCTUAIRE reflétait les couleurs des RIDEAUX, qui apparaissaient comme les différentes couleurs de l’arc-en-ciel. {4aSG 9.1 1864}
Une fois par an seulement, le souverain sacrificateur pouvait entrer dans le LIEU TRÈS SAINT, après la préparation la plus soigneuse et la plus solennelle. Aucun œil mortel autre que celui du souverain sacrificateur ne pouvait contempler la grandeur sacrée de cet APPARTEMENT, car c’était la demeure particulière de la gloire visible de DIEU. Le grand prêtre y entrait toujours en tremblant, tandis que le peuple attendait son retour avec un silence solennel. Leurs désirs sincères étaient à DIEU pour sa bénédiction. Devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, DIEU conversa avec le souverain sacrificateur. S’il restait un temps inhabituel dans le TRÈS SAINT, le peuple était souvent terrifié, craignant qu’à cause de ses péchés, ou de quelque péché du prêtre, la gloire de l’Éternel ne l’ait tué. Mais quand le son du tintement des cloches sur ses vêtements se fit entendre, ils furent grandement soulagés. Il s’avança alors et bénit le peuple. {4aSG 9.2 1864} {ST, 24 juin, 1880 par. 15-16}
Après l’achèvement des travaux du TABERNACLE, « une nuée couvrit la tente d’assignation, et la gloire de l’Éternel remplit le TABERNACLE. Et Moïse ne put entrer dans la tente d’assignation, parce que la nuée y demeurait, et la gloire de l’Éternel remplissait le TABERNACLE. Et quand la nuée fut enlevée du dessus du TABERNACLE, les enfants d’Israël continuèrent tous leurs voyages. Mais si la nuée n’a pas été enlevée, alors ils n’ont pas voyagé jusqu’au jour où elle a été enlevée. Car la nuée de l’Éternel était sur le TABERNACLE le jour, et le feu y était la nuit, aux yeux de toute la maison d’Israël, pendant tous leurs voyages. Le TABERNACLE a été construit pour être démonté et emporté avec eux dans tous leurs déplacements. {4aSG 10.1 1864}
L’Éternel dirigea les Israélites dans tous leurs voyages à travers le désert. Quand c’était pour le bien du peuple, et pour la GLOIRE DE DIEU, qu’ils devaient planter leurs tentes dans un certain endroit, et y demeurer, DIEU leur signifia sa volonté par la colonne de nuée reposant directement au-dessus du TABERNACLE. Et c’est resté là jusqu’à ce que DIEU les fasse voyager à nouveau. Alors la nuée de gloire s’éleva au-dessus du TABERNACLE, et alors ils repartirent. Dans tous leurs voyages, ils ont observé un ordre parfait. Chaque tribu portait un étendard, avec le signe de la maison de son père dessus, et chaque tribu avait ordre de camper selon son propre étendard. Et quand ils voyageaient, les différentes tribus marchaient en ordre, chaque tribu sous sa propre bannière. Quand ils se reposèrent de leurs voyages, le TABERNACLE fut érigé, puis les différentes tribus dressèrent leurs tentes dans l’ordre, dans une position telle que DIEU l’avait commandé, autour du TABERNACLE, à une certaine distance de celui-ci. {4aSG 10.2 1864}
Quand les gens voyageaient, l’ARCHE DE L’ALLIANCE était portée devant eux. « Et la nuée de l’Éternel était sur eux pendant le jour, quand ils sortaient du camp. Et il arriva, lorsque l’arche partit, que Moïse dit : Lève-toi, Éternel, et que tes ennemis soient dispersés, et que ceux qui te haïssent fuient devant toi. Et quand il se reposa, il dit : Reviens, ô Éternel, vers les milliers d’Israël. {4aSG 11.1 1864}
Les fils d’Aaron ne prirent pas le feu sacré de l’AUTEL, que l’Éternel lui-même avait allumé, et dont il ordonna aux sacrificateurs d’utiliser lorsqu’ils offriraient de l’ENCENS devant lui. Ils prirent un feu commun et y mirent leurs ENcensoirs, et y mirent de l’ENCENS. C’était une transgression de l’ordre exprès de DIEU, et son jugement a rapidement suivi. Les fils d’Aaron, qui officiaient dans les choses saintes, n’auraient pas ainsi transgressé s’ils ne s’étaient pas adonnés librement à l’usage du vin et s’étaient partiellement enivrés. Ils ont satisfait l’appétit, qui a dégradé leurs facultés et les a disqualifiés pour leur office sacré. Leurs intellects étaient obscurcis, de sorte qu’ils n’avaient pas un sens réel de la différence entre le caractère sacré du feu que DIEU laissa tomber du Ciel, et qui brûlait continuellement sur l’AUTEL, et le feu commun, qu’il avait dit qu’ils ne devaient pas utiliser. S’ils avaient eu l’usage plein et clair de leurs facultés de raisonnement, ils auraient reculé d’horreur devant la transgression présomptueuse des commandements positifs de DIEU. Ils avaient été particulièrement favorisés de DIEU en étant du nombre des anciens qui ont été témoins de la GLOIRE DE DIEU sur la montagne. Ils comprirent que l’examen de conscience et la sanctification les plus soigneux étaient requis de leur part avant de se présenter dans le SANCTUAIRE, où la PRESENCE DE DIEU se manifestait. {4aSG 11.3 1864} Ils comprirent que l’examen de conscience et la sanctification les plus soigneux étaient requis de leur part avant de se présenter dans le SANCTUAIRE, où la PRESENCE DE DIEU se manifestait. {4aSG 11.3 1864} Ils comprirent que l’examen de conscience et la sanctification les plus soigneux étaient requis de leur part avant de se présenter dans le SANCTUAIRE, où la PRESENCE DE DIEU se manifestait. {4aSG 11.3 1864}
La GLOIRE DE DIEU a sanctifié le SANCTUAIRE, et pour cette raison les prêtres n’entraient jamais dans le lieu sanctifié par la PRESENCE DE DIEU avec des souliers aux pieds. Des particules de poussière pourraient s’accrocher à leurs chaussures, ce qui profanerait le SANCTUAIRE. Par conséquent, les prêtres étaient tenus de laisser leurs chaussures dans la cour, avant d’entrer dans le SANCTUAIRE. Dans la cour, à côté de la porte du TABERNACLE, se tenait la CAVE D’AIRAIN, dans laquelle les prêtres se lavaient les mains et les pieds avant d’entrer dans le TABERNACLE, afin que toute impureté puisse être enlevée, “afin qu’ils ne meurent pas”. Tous ceux qui officiaient dans le SANCTUAIRE étaient tenus par DIEU de faire des préparatifs spéciaux avant d’entrer là où la gloire de DIEU était révélée. {4aSG 62.1 1864}
David charge solennellement son FILS d’adhérer strictement à la LOI DE DIEU, et de garder tous SES STATUTS. Il rapporte à Salomon la parole de l’Éternel, qui lui a été annoncée par ses prophètes. « De plus, j’affermirai son royaume pour toujours, s’il est constant à pratiquer mes commandements et mes jugements, comme aujourd’hui. Maintenant donc, devant tout Israël, l’assemblée de l’Éternel, et devant l’audience de notre Dieu, observez et recherchez tous les commandements de l’Éternel, votre Dieu, afin que vous possédiez ce bon pays et que vous le quittiez pour un héritage pour tes enfants après toi pour toujours. Et toi, Salomon, mon FILS, connais le Dieu de ton père, et sers-le d’un cœur parfait et d’un esprit bien disposé ; car l’Éternel sonde tous les cœurs et comprend toutes les imaginations des pensées. Si tu le cherches, il sera trouvé par toi ; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours. Prends garde maintenant, car l’Éternel t’a choisi pour bâtir une maison pour le SANCTUAIRE. Sois fort et fais-le. {4aSG 95.1 1864}
Un SANCTUAIRE des plus splendides avait été construit, selon le modèle montré à Moïse sur la montagne, et ensuite présenté par l’Éternel à David. Le SANCTUAIRE terrestre a été fait comme le céleste. En plus des CHERUBIM au sommet de l’ARK, Salomon a fait deux autres anges de plus grande taille, debout à chaque extrémité de l’ARK, représentant les anges célestes gardant toujours la LOI DE DIEU. Il est impossible de décrire la beauté et la splendeur de ce TABERNACLE. Là, comme dans le TABERNACLE, l’ARCHE SACREE fut portée dans un ordre solennel et révérencieux, et placée à sa place sous les ailes des deux CHERUBIM majestueux qui se tenaient sur le sol. {4aSG 113.3 1864}
Les prêtres, qui exerçaient le ministère dans les choses sacrées, avaient reçu l’ordre de se laver les pieds et les mains avant d’entrer dans le TABERNACLE en présence de DIEU pour importuner Israël, afin qu’ils ne profanent pas le SANCTUAIRE. Si les prêtres étaient entrés dans le SANCTUAIRE la bouche polluée de tabac, ils auraient partagé le sort de Nadab et d’Abihu. Et pourtant les chrétiens de profession s’inclinent devant DIEU dans leurs familles pour prier la bouche souillée par la saleté du tabac. Ils vont à la maison qu’ils ont dédiée à DIEU, faisant profession de l’adorer, avec une chique de tabac stupéfiante dans la bouche, et la salive colorée qui tache leurs lèvres et leur menton, et leur haleine fétide qui pollue l’atmosphère. Ils laissent leurs ordures vénéneuses soit sur le sol, soit dans des récipients préparés à cet effet. C’est l’offrande qu’ils présentent à DIEU. Au lieu du nuage d’ENCENS parfumé remplissant la maison comme dans le cas de l’ancien TABERNACLE, il est rempli de l’odeur nauséabonde et polluée des crachats et chiques de tabac éjectés, et l’air respiré par la congrégation est empoisonné. {4aSG 127.1 1864}
DIEU a instruit Noé comment fabriquer cette immense ARCHE, pour son salut et celui de sa famille. Il a également enseigné à Moïse comment faire le TABERNACLE, et la broderie, et le travail habile qui devait orner le SANCTUAIRE. Les femmes travaillaient avec une grande ingéniosité la broderie d’argent et d’or. Les hommes habiles ne manquaient pas d’accomplir le travail de fabrication de l’Arche, du TABERNACLE et des vases d’or massif. {4aSG 154.3 1864}
J’ai vu que l’Éternel a encore quelque chose à voir avec les lois du pays. Pendant que JÉSUS est dans le SANCTUAIRE, l’esprit restrictif de DIEU est ressenti par les dirigeants et le peuple. Mais Satan contrôle dans une large mesure la grande masse du monde, et sans les lois du pays, nous éprouverions de grandes souffrances. Il m’a été montré que ce n’était pas une violation de la PAROLE DE DIEU, alors qu’il est en fait nécessaire, pour ses enfants, lorsqu’ils sont appelés à témoigner d’une manière licite, de prendre solennellement DIEU à témoin que ce qu’ils disent est la vérité, et rien que la vérité. {4bSG 43.1 1864}
Quand JÉSUS cesse de plaider pour l’homme, les cas de tous sont décidés pour toujours. C’est le moment de rendre compte à ses serviteurs. Ceux qui ont négligé la préparation de la pureté et de la sainteté, les préparant à être ceux qui attendent pour accueillir leur SEIGNEUR, leur soleil se couche dans l’obscurité et les ténèbres, et ne se lève plus. La probation se termine. Les intercessions du CHRIST cessent au Ciel, et elles sont finalement soudaines pour tous, et ceux qui ont négligé la purification de leurs âmes en obéissant à la vérité, se retrouvent endormis. Ils se sont lassés d’attendre et de regarder. Ils sont devenus indifférents à l’égard de la venue de leur MAÎTRE. Ils n’aspiraient pas à son apparition et pensaient qu’il n’y avait pas besoin d’une telle observation continue et persévérante. Ils avaient été déçus de leurs attentes, et le seraient peut-être encore. Ils ont conclu qu’il y avait encore assez de temps pour se réveiller. Ils seraient sûrs et ne perdraient pas l’occasion d’obtenir un trésor terrestre. Il serait sûr d’obtenir tout ce monde qu’ils pourraient. Et en obtenant cet objet, ils ont perdu toute inquiétude et tout intérêt pour l’apparition du MAÎTRE. Ils devinrent indifférents et insouciants, comme si sa venue était encore lointaine. Alors que leur intérêt était enfoui dans leurs gains mondains, le travail s’est terminé dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et ils n’étaient pas préparés. S’ils avaient seulement su que l’œuvre de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE se terminerait si tôt, comme ils auraient conduit différemment ! Avec quel sérieux auraient-ils regardé ! Le MAÎTRE a anticipé tout cela et leur a donné un avertissement opportun dans l’ordre de veiller. Il déclare distinctement la soudaineté de sa venue. Il ne mesure pas le temps, de peur de négliger une préparation momentanée, et dans notre indolence, prévoyons le moment où nous pensons qu’il viendra, et ajournons la préparation. « Veillez donc ; car vous ne savez pas. Pourtant, cette incertitude, et la soudaineté enfin annoncée, ne parviennent pas à accélérer notre vigilance et à nous faire passer de la stupidité à une vigilance sérieuse, pour notre MAÎTRE attendu. Ceux qui n’attendent pas et ne regardent pas sont finalement surpris de leur infidélité. Le MAÎTRE est venu, et au lieu d’être prêts à s’ouvrir à lui immédiatement, ils sont enfermés dans un sommeil mondain et sont enfin perdus. {PH098 13.2 1868} Ceux qui n’attendent pas et ne regardent pas sont finalement surpris de leur infidélité. Le MAÎTRE est venu, et au lieu d’être prêts à s’ouvrir à lui immédiatement, ils sont enfermés dans un sommeil mondain et sont enfin perdus. {PH098 13.2 1868} Ceux qui n’attendent pas et ne regardent pas sont finalement surpris de leur infidélité. Le MAÎTRE est venu, et au lieu d’être prêts à s’ouvrir à lui immédiatement, ils sont enfermés dans un sommeil mondain et sont enfin perdus. {PH098 13.2 1868}
DIEU veut que son peuple fixe ses yeux au ciel en attendant l’apparition glorieuse de notre SEIGNEUR et SAUVEUR JÉSUS-CHRIST. Alors que l’attention des mondains est tournée vers les diverses entreprises, la nôtre devrait être vers les Cieux, notre foi atteignant de plus en plus loin dans les mystères glorieux des trésors célestes, tirant les précieux rayons divins de lumière du SANCTUAIRE CÉLESTE, pour briller dans notre cœurs, comme il brille à la face de JÉSUS-CHRIST. Les moqueurs se moquent de ceux qui attendent, veillent et demandent : « Où est la promesse de sa venue ? Vous avez été déçu. Engagez-vous maintenant avec nous, et vous prospérerez dans les choses du monde. Obtenez du gain, obtenez de l’argent et soyez honoré du monde. Ceux qui attendent regardent vers le haut et répondent : « Nous regardons. Ils se détournent des plaisirs terrestres, et de la renommée mondaine, et de la tromperie des richesses, et se montrent en train de regarder. En les regardant, ils deviennent forts. Ils surmontent la paresse et l’égoïsme, et l’amour de la facilité. Le feu de l’affliction s’allume sur eux, et le temps d’attente semble long. Ils s’affligent parfois et la foi faiblit ; mais ils se rallient, surmontent leurs peurs et leurs doutes, et tandis que leurs yeux sont dirigés vers le ciel, disent à leurs adversaires : « Je veille, j’attends le retour de mon SEIGNEUR. Je me glorifierai dans la tribulation, dans l’affliction, dans les nécessités. {PH098 18.2 1868} “Je veille, j’attends le retour de mon SEIGNEUR.” Je me glorifierai dans la tribulation, dans l’affliction, dans les nécessités. {PH098 18.2 1868} “Je veille, j’attends le retour de mon SEIGNEUR.” Je me glorifierai dans la tribulation, dans l’affliction, dans les nécessités. {PH098 18.2 1868}
JÉSUS nous a laissé un mot : « Veillez donc, car vous ne savez pas quand le MAÎTRE de la maison viendra, le soir, ou à minuit, ou au chant du coq, ou le matin, de peur qu’en venant tout à coup il ne vous trouve endormi. Et ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez. Nous attendons et guettons le retour du MAÎTRE, qui doit apporter le matin, de peur qu’en venant soudainement, Il ne nous trouve endormis. A quelle heure est-il fait référence ici ? Pas à la révélation du CHRIST dans les nuées du ciel pour trouver un peuple endormi. Non; mais à Son retour de Son ministère dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, quand Il dépose Son habit sacerdotal et Se revêt de vêtements de vengeance, et quand le mandat est donné : “Celui qui est injuste, qu’il soit encore injuste : et celui qui est souillé, qu’il soit encore souillé ; et celui qui est juste, qu’il soit encore juste ; et celui qui est saint, qu’il soit encore saint. {2T 190.1 1868-1871}
Si seulement ils avaient su que l’œuvre de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE se terminerait si tôt, combien ils se seraient conduits différemment, avec quel sérieux auraient-ils observé ! Le MAÎTRE, anticipant tout cela, leur donne un avertissement opportun dans l’ordre de veiller. Il déclare distinctement la soudaineté de Sa venue. Il ne mesure pas le temps, de peur que nous ne négligeons une préparation momentanée et, dans notre indolence, prévoyons le moment où nous pensons qu’il viendra, et reportons la préparation. “Veillez donc, car vous ne savez pas.” Pourtant, cette incertitude prédite, et enfin la soudaineté, ne parvient pas à nous réveiller de la stupidité à un éveil sérieux, et à accélérer notre vigilance pour notre MAÎTRE attendu. Ceux qui ne sont pas trouvés à attendre et à regarder sont finalement surpris dans leur infidélité. Le MAÎTRE vient, et au lieu d’être prêts à s’ouvrir à Lui immédiatement, ils sont enfermés dans le sommeil mondain et sont finalement perdus. {2T 191.2 1868-1871}
Chapitre XXI. – Le sanctuaire.
Il est d’une certaine importance qu’un bâtiment préparé expressément pour que DIEU rencontre son peuple, soit arrangé avec soin, rendu confortable, propre et pratique ; car elle doit être dédiée à DIEU et lui être présentée, et il doit être supplié de demeurer dans cette maison et de la rendre sacrée par sa sainte présence. On en donnerait volontairement assez à l’Éternel pour accomplir libéralement l’ouvrage, et alors les ouvriers pourraient dire : N’apportez plus d’offrandes. Une maison bâtie pour DIEU ne devrait jamais être endettée, car DIEU serait déshonoré. Il connaît tous les cœurs, et il récompensera tous ceux qui lui rendront librement, quand il le demandera, ce qu’il leur aura donné. S’ils retiennent ce qui appartient à DIEU, il les affligera dans leurs familles, et fera diminuer leurs biens, selon leur disposition à le voler. {1SP 271.
Ces APPARTEMENTS SACRÉS n’avaient pas de fenêtres pour admettre la lumière. Le chandelier était fait d’or le plus pur et brûlait nuit et jour, et éclairait les DEUX APPARTEMENTS. La lumière des lampes sur le CHANDELIER se reflétait sur les planches plaquées d’or, aux côtés de l’édifice, et sur le MOBILIER SACRÉ, et sur les RIDEAUX de belles couleurs avec des CHERUBINS travaillés avec des fils d’or et d’argent, dont l’apparence était glorieuse au-delà de la description. Aucune langue ne peut décrire la beauté, la beauté et la gloire sacrée que ces APPARTEMENTS présentaient. L’or du SANCTUAIRE reflétait les couleurs des RIDEAUX, qui apparaissaient comme les différentes couleurs de l’arc-en-ciel. {1SP 274.1 1870}
Le CHRIST est le Cep vivant et si vous êtes des sarments de ce Cep, la nourriture de vie qui coule à travers lui vous nourrira, afin que vous ne soyez pas stériles ou infructueux. Vous vous êtes, en tant que famille et en tant qu’individus, professés connectés au service de CHRIST ; et pourtant vous êtes pesé dans les balances du SANCTUAIRE et trouvé léger. Vous avez tous besoin d’avoir une transformation complète avant de pouvoir faire les choses que les chrétiens désintéressés et dévoués devraient faire. Seule une conversion approfondie peut vous donner une idée correcte de vos défauts de caractère. Vous avez tous l’esprit et l’amour du monde dans une large mesure. L’apôtre Jean dit : « Si quelqu’un aime le monde, l’amour du PÈRE n’est pas en lui. Votre esprit égoïste rétrécit et réduit votre esprit à vos propres intérêts. Vous avez besoin d’une religion pure et sans tache. La simplicité de la vérité vous amènera à ressentir de la sympathie pour les malheurs des autres. Il y a ceux qui ont besoin de votre sympathie et de votre amour. Exercer ces traits de caractère fait partie du travail de la vie que CHRIST nous a donné à tous de faire. {3T 522.1 1872-1875}
L’Éternel a prononcé, par la bouche de Moïse, des bénédictions sur les obéissants et des malédictions sur les désobéissants. « Vous ne ferez pas de vous des idoles », était le commandement de DIEU. « Vous observerez MES SABBATS et respecterez MON SANCTUAIRE. Je suis l’Éternel. Si vous marchez dans mes statuts, et gardez mes commandements, et les mettez en pratique; alors je vous donnerai la pluie en temps voulu, et la terre produira son produit, et les arbres des champs donneront leur fruit. De nombreuses et grandes bénédictions sont énumérées, que Dieu accorderait ; et puis, au-dessus de toutes les autres bénédictions, il a promis : « J’établirai mon TABERNACLE parmi vous ; et mon âme ne vous aura pas en horreur. Et je marcherai au milieu de vous, et je serai votre Dieu, et vous serez mon peuple. « Mais si vous ne m’écoutez pas et ne pratiquez pas tous ces commandements ; et si vous méprisez mes statuts, ou si votre âme a en horreur mes jugements, de sorte que vous ne ferez pas tous mes commandements, mais que vous violerez mon alliance, je vous ferai aussi ceci: j’établirai même sur vous la terreur, la consomption et la fièvre ardente, qui dévorera les yeux et causera le chagrin de cœur; et vous semerez votre semence en vain; car vos ennemis le mangeront. Et je tournerai ma face contre vous, et vous serez tués devant vos ennemis. Ceux qui vous haïssent régneront sur vous, et vous fuirez quand personne ne vous poursuivra. {RH, 14 janvier 1873 par. 11} Ceux qui vous haïssent régneront sur vous, et vous fuirez quand personne ne vous poursuivra. {RH, 14 janvier 1873 par. 11} Ceux qui vous haïssent régneront sur vous, et vous fuirez quand personne ne vous poursuivra. {RH, 14 janvier 1873 par. 11}
Mais le massacre général de tous ceux qui ne voient pas ainsi le grand contraste entre le péché et la justice, et ne se sentent pas comme ceux qui se tiennent dans le conseil de DIEU et reçoivent la marque, est décrit dans l’ordre aux cinq hommes avec le massacre armes : « Allez après lui à travers la ville, et frappez ; ne laissez pas votre œil épargner, et n’ayez pas pitié; tuez tous les vieux et les jeunes, les servantes, les petits enfants et les femmes; mais ne vous approchez d’aucun homme sur qui est la marque; et commencez par MON SANCTUAIRE. {RH, 23 septembre 1873 par. 6}
La vie de CHRIST était humble, sans affectation ni étalage. Il vivait principalement en plein air, buvant l’eau pure des ruisseaux de montagne. Il montait et descendait les chemins de montagne escarpés vers sa vie de labeur, et vers son humble demeure, pour se reposer et se rafraîchir. Il était ravi des chanteurs heureux, qui chantaient, dans leurs notes variées, des louanges à leur CRÉATEUR. Les oiseaux, les fleurs naturelles qui ornaient les champs de leur beauté éclatante, les arbres majestueux et les hautes montagnes, les rochers déchiquetés et les collines perpétuelles, avaient tous des charmes particuliers pour lui. Le soleil, la lune et les étoiles, la gloire reflétant le coucher du soleil du soir, étaient également des objets de sa contemplation. Il a rassemblé des connaissances de la bibliothèque de SON PÈRE CÉLESTE sur la nature animée et inanimée. LES OLIVERAIERS ÉTAIENT SON SANCTUAIRE DE PRIÈRE. Là, à l’écart de tout regard humain, il a communié avec SON PÈRE CÉLESTE. Ses pouvoirs moraux ont été renforcés par sa méditation et sa communion avec DIEU. {YI, 1er septembre 1873 par. 8}
C’est lors de mon premier voyage vers l’est pour relater mes visions que la précieuse lumière concernant le SANCTUAIRE CÉLESTE s’est ouverte devant moi et qu’on m’a montré la PORTE ouverte et FERMÉE. Nous avons cru que le SEIGNEUR devait bientôt venir sur les nuées du ciel. On m’a montré qu’il y avait un grand travail à faire dans le monde pour ceux qui n’avaient pas eu la lumière et l’ont rejetée. Nos frères ne pouvaient pas comprendre cela avec notre foi en l’apparition immédiate de CHRIST. Certains m’ont accusé de dire : « Mon SEIGNEUR retarde sa venue », surtout les fanatiques. J’ai vu qu’en 1844, DIEU avait ouvert une porte et personne ne pouvait la fermer, et avait fermé une porte et personne ne pouvait l’ouvrir. Ceux qui ont rejeté la lumière qui a été apportée au monde par le message du deuxième ange sont entrés dans les ténèbres et combien grandes étaient ces ténèbres. {Lt2-1874}
DIEU pèse nos caractères, notre conduite et nos motivations dans la balance du SANCTUAIRE. Ce sera une chose effrayante d’être prononcée comme manquant d’amour et d’obéissance par notre RÉDEMPTEUR, qui est mort sur la croix pour attirer nos cœurs à lui. DIEU nous a accordé de grands et précieux dons. Il nous a donné la lumière et la connaissance de sa volonté pour que nous n’ayons pas à nous tromper ou à marcher dans les ténèbres. Être pesé dans la balance et trouvé insuffisant le jour du règlement final et des récompenses sera une chose effrayante, une terrible erreur qui ne pourra jamais être corrigée. Cherchera-t-on en vain dans le livre de DIEU vos noms, jeunes amis ? {PH013 15.1 1874}
Dans le désert de la tentation, CHRIST a vaincu au nom de l’homme sur le point de l’appétit. Son exemple d’abnégation et de maîtrise de soi, lorsqu’il souffre des affres de la faim, est un reproche au monde chrétien pour sa dissipation et sa gourmandise. Il y a actuellement neuf fois plus d’argent dépensé pour la satisfaction de l’appétit et pour satisfaire des convoitises folles et nuisibles, qu’il n’en est donné pour faire avancer l’évangile de CHRIST. Si Pierre était sur la terre maintenant, il exhorterait les prétendus disciples du CHRIST à s’abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. Et Paul appelait les églises en général à se NETTOYER de toute souillure de la chair et de l’esprit, perfectionnant la sainteté dans la crainte de DIEU. Et le CHRIST chasserait du temple ceux qui sont souillés par l’usage du tabac, polluant le SANCTUAIRE de DIEU par leurs haleines tabacnisées. Il disait à ces adorateurs, comme il disait aux Juifs : « Ma maison sera appelée de toutes les nations la maison de prière ; mais vous en avez fait un repaire de voleurs. Nous dirions à de tels, vos offrandes impies de chiques de tabac éjectées souillent le temple, et sont abhorrées de DIEU. Votre adoration n’est pas acceptable, car vos corps qui devraient être le temple du SAINT-ESPRIT sont souillés. Vous volez aussi le trésor de DIEU de milliers de dollars par l’indulgence d’un appétit contre nature. {RH, 8 septembre 1874 par. sept} et sont en horreur de DIEU. Votre adoration n’est pas acceptable, car vos corps qui devraient être le temple du SAINT-ESPRIT sont souillés. Vous volez aussi le trésor de DIEU de milliers de dollars par l’indulgence d’un appétit contre nature. {RH, 8 septembre 1874 par. sept} et sont en horreur de DIEU. Votre adoration n’est pas acceptable, car vos corps qui devraient être le temple du SAINT-ESPRIT sont souillés. Vous volez aussi le trésor de DIEU de milliers de dollars par l’indulgence d’un appétit contre nature. {RH, 8 septembre 1874 par. sept}
Dans les balances du SANCTUAIRE, les dons des pauvres, faits par amour au CHRIST, ne sont pas estimés selon la somme donnée, mais selon l’amour qui pousse au sacrifice. Les promesses de JÉSUS seront réalisées aussi sûrement par le pauvre libéral, qui n’a que peu à offrir, mais qui donne ce peu gratuitement, que par l’homme riche qui donne de son abondance. Le pauvre homme fait un sacrifice de son peu qu’il ressent vraiment. Il se prive vraiment de certaines choses dont il a besoin pour son propre confort, tandis que l’homme riche donne de son abondance, et ne ressent aucun besoin, et ne se refuse rien de ce dont il a vraiment besoin. Par conséquent, il y a un caractère sacré dans l’offrande du pauvre qui ne se trouve pas dans le don du riche ; car les riches donnent de leur abondance. La providence de DIEU a arrangé tout le plan de la bienveillance systématique au profit de l’homme. Sa providence ne s’arrête jamais. Si les serviteurs de DIEU suivent sa providence d’ouverture, tous seront des travailleurs actifs. {RH, 15 décembre 1874 par. 8}
Je vous supplie de sortir de cette position que vous avez volontairement prise. Mourir à soi. Je vous avertis de ne pas déformer les Témoignages pour faire un cas afin de justifier votre cours actuel, car les excuses ne [voileront] pas dans les balances du SANCTUAIRE. Vous êtes trompé, trompé par l’ennemi. Vous êtes sur la mauvaise piste. Mais si vous vous fortifiez et prenez une position que vous êtes excusable de faire comme vous l’avez fait, vous rassemblez les ténèbres autour de votre âme, faites plaisir à l’ennemi et attristez l’ESPRIT DE DIEU. Vous pouvez venir à la lumière si vous le voulez, mais c’est à votre choix de marcher dans la lumière ou d’errer plus longtemps dans les ténèbres. Vous n’êtes pas en règle avec DIEU. Qu’elle est solennelle l’époque dans laquelle nous vivons ! Oh, qu’il est important que nous soyons cachés en DIEU, sanctifiés et élevés et entièrement équipés pour toutes les bonnes œuvres ! {Lt16-1875}
Chaque cas passe en revue devant CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE avant qu’Il ne cesse de plaider pour l’homme. Chaque nom est répété par l’ange enregistreur. Leur valeur morale est estimée, leurs actes et leurs actions sont pesés dans une balance égale et ils sont récompensés en fonction de leurs œuvres. Ceux qui ont servi le monde et qui avaient honte de la croix de CHRIST, qui ont étudié leur propre convenance plutôt que la volonté de DIEU, leurs noms sont lus par l’ange enregistreur et ils sont déclarés indignes de la protection et de l’amour de CHRIST, et leur vie est perdu au-delà de la rédemption. Le Prince de la Vie en a honte et les renie devant Son PERE et Ses saints anges. {Ms7-1875}
Le SEIGNEUR envoya chercher les hommes pour prêcher le message qu’Il devait leur donner que le CHRIST apparaîtrait une seconde fois pour punir les habitants de la terre pour leur iniquité en 1844. Le temps passa. L’événement prévu n’a pas eu lieu. Pourtant, le message d’avertissement était de DIEU, pour tester et prouver les gens du monde qui ont entendu la note d’avertissement. L’erreur était dans l’événement. Ils ne se sont pas trompés de temps de prédication. DIEU leur a caché l’événement qui devait avoir lieu. Ils pensaient que CHRIST viendrait sur cette terre pour purifier le monde par le feu. Ils considéraient la terre comme le SANCTUAIRE à NETTOYER à la fin des 1335 [2300 ?] jours. Après le passage du temps, la lumière a brillé plus clairement sur les prophéties selon lesquelles le SANCTUAIRE à NETTOYER était au ciel. CHRIST est entré dans le SANCTUAIRE CÉLESTE le jour du grand JOUR D’EXPIATION antitypique pour le LAVER des péchés du peuple par la vertu de Son propre sang. {Ms6-1876}
Wm. Miller et ceux qui étaient en union avec lui supposaient que la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, dont parle Daniel 8:14, signifiait la purification de la terre avant qu’elle ne devienne la demeure des saints. Cela devait avoir lieu à l’avènement de CHRIST, donc nous avons attendu cet événement à la fin des 2300 jours, ou années. Mais après notre déception, les ÉCRITURES ont été soigneusement sondées avec prière et réflexion sérieuse, et après une période de suspens quant à notre véritable position, la lumière s’est déversée sur nos ténèbres ; le doute et l’incertitude ont été balayés. {ST, 20 avril 1876 par. sept}
Il m’a été montré que même si l’événement si solennellement proclamé ne s’est pas produit, comme dans le cas de Jonas, le message n’en était pas moins de DIEU, et a accompli le but qu’il avait conçu. La lumière subséquente sur les prophéties a révélé l’événement qui a eu lieu, dans le GRAND PRÊTRE entrant dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE DANS LE CIEL pour terminer l’EXPIATION pour les péchés de l’homme. Néanmoins, DIEU a voulu dans un but sage que ses serviteurs proclament la fin prochaine des temps. {ST, 4 mai 1876 par. 13}
Si une faim excessive excusait David d’avoir violé même la sainteté du SANCTUAIRE, et rendait son acte innocent, combien plus excusable était le simple acte des disciples de cueillir le grain et de le manger le jour du SABBAT. JÉSUS enseignerait à ses disciples et à ses ennemis que le SERVICE DE DIEU était avant tout ; et, si la fatigue et la faim accompagnaient le travail, il était juste de satisfaire les besoins de l’humanité, même le jour du sabbat. Cette sainte institution n’a pas été donnée pour interférer avec les besoins de notre être, apportant douleur et inconfort, au lieu de bénédiction. « Le SABBAT a été fait pour l’homme », pour lui donner repos et paix, et lui rappeler l’œuvre de son CRÉATEUR, pour ne pas être un lourd fardeau. {ST, 30 novembre 1876 par. 9}
Ainsi CHRIST, dans Sa propre justice sans tache, après avoir versé Son précieux sang, entre dans le LIEU SAINT pour NETTOYER le SANCTUAIRE. Et là, le courant cramoisi est mis au service de la réconciliation de DIEU avec l’homme. Certains peuvent considérer ce massacre de la génisse comme une cérémonie dénuée de sens, mais cela a été fait par l’ordre de DIEU et porte une signification profonde qui n’a pas perdu son application à l’époque actuelle. {4T 122.1 1876-1881}
Celui qui est fidèle en ce qui est le moins est fidèle aussi en beaucoup ; et celui qui est injuste en le moins est injuste aussi en beaucoup. Ce n’est pas l’ampleur de la question qui la rend juste ou injuste. Comme un homme traite avec ses semblables, il traitera avec DIEU. Celui qui est infidèle dans le mammon de l’injustice, ne se verra jamais confier les vraies richesses. Les enfants de DIEU ne doivent pas manquer de se souvenir que dans toutes leurs transactions commerciales ils sont éprouvés, pesés dans la balance du SANCTUAIRE. {4T 311.1 1876-1881}
Les ambassadeurs pour CHRIST ont un travail solennel et important, qui repose trop légèrement sur certains. Tandis que CHRIST est le ministre dans le SANCTUAIRE d’en haut, Il est aussi, à travers Ses délégués, le ministre de Son église sur la terre. Il parle au peuple par l’intermédiaire d’hommes choisis et poursuit son œuvre par eux, comme lorsqu’au temps de son humiliation il se déplaçait visiblement sur la terre. Bien que des siècles se soient écoulés, le laps de temps n’a pas changé sa promesse d’adieu à ses disciples : “Voici, je suis avec vous pour toujours, même jusqu’à la fin du monde.” Depuis l’ascension du CHRIST jusqu’à nos jours, des hommes ordonnés de DIEU, tirant leur autorité de Lui, sont devenus des maîtres de la foi. CHRIST, le VÉRITABLE BERGER, surveille Son œuvre par l’intermédiaire de ces sous-bergers. Ainsi la position de ceux qui travaillent dans la parole et la doctrine devient très importante. A la place du CHRIST, ils implorent le peuple de se réconcilier avec DIEU. {4T 393.1 1876-1881}
L’œuvre du ministre ne commence que lorsque la vérité est ouverte à l’entendement du peuple. Le CHRIST est notre MÉDIATEUR et le GRAND PRÊTRE officiant en présence du PÈRE. Il a été montré à Jean comme un AGNEAU qui avait été immolé, comme dans l’acte même de verser Son sang en faveur du pécheur. Lorsque la LOI DE DIEU est présentée au pécheur, lui montrant la profondeur de ses péchés, il doit alors être pointé vers l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde. Il faut lui enseigner la repentance envers DIEU et la foi envers notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST. Ainsi, le travail du représentant du CHRIST sera en harmonie avec Son travail dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. {4T 395.2 1876-1881}
Le monde des affaires ne se situe pas en dehors des limites du gouvernement de DIEU. Le Christianisme ne doit pas être simplement exhibé le jour du SABBAT et affiché dans le SANCTUAIRE ; c’est pour chaque jour de la semaine et pour chaque lieu. Ses revendications doivent être reconnues et respectées dans l’atelier, à la maison et dans les transactions commerciales avec les frères et avec le monde. Chez beaucoup, une mondanité absorbante éclipse le véritable sens de l’obligation chrétienne. La religion du CHRIST aura une telle influence sur le cœur qu’elle contrôlera la vie. Les hommes possédant l’article authentique de la vraie religion montreront dans toutes leurs transactions commerciales une perception aussi claire du droit que lorsqu’ils offrent leurs supplications au TRÔNE DE GRÂCE. La vie, avec toutes ses capacités, appartient à DIEU, et doit être utilisée pour promouvoir Sa gloire, au lieu d’être perverti au service de Satan en fraudant nos semblables. {4T 494.2 1876-1881}
Le père qui est le « groupe de maison » de la famille liera ses enfants au TRÔNE de DIEU par la foi vivante. Se méfiant de sa propre force, il accroche son âme impuissante à JÉSUS et s’empare de la force du TRÈS HAUT. Frères, priez chez vous, dans votre famille, nuit et matin ; priez sincèrement dans votre placard; et tandis que vous êtes engagé dans votre travail quotidien, élevez votre âme vers DIEU dans la prière. C’est ainsi qu’Énoch marchait avec DIEU. La prière silencieuse et fervente de l’âme s’élèvera comme l’ENCENS sacré jusqu’au TRÔNE DE GRÂCE et sera aussi agréable à DIEU que si elle était offerte dans le SANCTUAIRE. Pour tous ceux qui le cherchent ainsi, CHRIST devient une aide présente en cas de besoin. Ils seront forts au jour de l’épreuve. {4T 616.1 1876-1881}
JÉSUS les renvoyait fréquemment pour visiter leurs maisons et se reposer ; mais il résista doucement mais fermement à toutes leurs supplications pour qu’il se reposât lui-même. La nuit, il a trouvé les saisons de prière pour lesquelles il ne pouvait pas réclamer de temps pendant la journée. Pendant que le monde qu’il était venu sauver était ensommeillé, le RÉDEMPTEUR, dans le SANCTUAIRE des montagnes, allait intercéder pour l’homme auprès du PÈRE. Souvent, il passait des nuits entières en prière et en méditation, revenant le matin à son travail actif. {2SP 183.1 1877}
Si vous continuez comme vous l’avez fait, dans l’autosatisfaction, poursuivant votre propre plaisir, vous livrant aux dissipations du monde, vous perdez non seulement ce monde, mais le suivant. Et rappelez-vous que le jour du jugement n’est pas loin, quand le MAÎTRE dira : « Jeune homme, rends compte de ton intendance. Vous serez alors pesé dans les balances du SANCTUAIRE. Toutes vos paroles, vos actes et même vos motivations passeront l’épreuve éprouvante de Celui qui connaît le cœur de l’homme. Le jour est juste sur nous où l’esprit qui a gouverné la vie doit être testé. {Lt41-1877}
Dans une vision prophétique, il a été montré à Isaïe que cette pierre était un symbole du SAUVEUR du monde. Il dit : « Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même ; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et il sera pour un SANCTUAIRE; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup parmi eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. Transporté dans une vision prophétique jusqu’au premier avènement, il est montré au prophète que le CHRIST doit supporter des épreuves et des tests dont le traitement de la principale pierre angulaire du temple de Salomon est un symbole : « C’est pourquoi ainsi parle le SEIGNEUR DIEU : Voici , je pose en Sion pour fondement une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, un fondement sûr; celui qui croit ne se hâtera pas. {3SP 37.
Il fit descendre ses auditeurs à travers les types et les ombres de la loi cérémonielle jusqu’au CHRIST, – à sa crucifixion, à son sacerdoce et au SANCTUAIRE de son ministère, – le grand objet qui avait projeté son ombre en arrière dans l’âge juif. Lui, en tant que MESSIE, était l’Antitype de toutes les offrandes sacrificielles. L’apôtre a montré que selon les prophéties et l’attente universelle des Juifs, le MESSIE serait de la lignée d’Abraham et de David. Il a ensuite retracé sa descendance du grand patriarche Abraham, à travers le psalmiste royal. Il a prouvé à partir de l’ÉCRITURE ce qui devait être le caractère et les œuvres du MESSIE promis, ainsi que sa réception et son traitement sur terre, comme en témoignent les SAINTS prophètes. Il a ensuite montré que ces prédictions s’étaient également réalisées dans la vie, le ministère et la mort de JÉSUS, et par conséquent qu’il était bien le RÉDEMPTEUR du monde. {3SP 409.3 1878}
Belshazzar a été déclaré manquant. DIEU a pesé son caractère dans les balances de Son SANCTUAIRE ; Il a pesé ses motifs, son caractère, sa vie et son âme, et l’a déclaré vouloir; et ainsi ses annales subsisteront lorsque les livres du ciel seront ouverts et que l’œil du grand Juge scrutera les pages pour voir dont les noms y sont écrits. {Lt40a-1878}
De quel jugement vous jugez, vous serez jugés. Nous avons chacun un cas individuel pendant devant la cour du ciel. Votre caractère est pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et ce devrait être votre désir sincère de marcher humblement devant DIEU, en étant méfiant envers vous-même, jaloux de vous-même de peur de ne pas laisser briller votre lumière aux autres, jaloux de ne pas la GRACE DE DIEU et perdre tout ce qui a de la valeur. Toutes les dissensions, toutes les critiques et les différences doivent être mises de côté, avec toutes les mauvaises paroles et l’amertume ; et la bonté, l’amour, la compassion les uns pour les autres doivent être chéris, afin que la prière du CHRIST puisse être exaucée afin que ses disciples soient un comme il était un avec le PÈRE, «afin que le monde croie que tu m’as envoyé». {Lt51a-1878}
Satan pousse cette classe à aller de l’avant, [page déchirée ici]… [afin qu’il] puisse ensuite les utiliser pour accomplir ses desseins mieux qu’avant leur connexion avec l’église. Ils sont, Satan le sait, ses meilleurs agents actifs, alors qu’ils sont inchangés dans leur cœur et dans leur vie, et leurs œuvres sont en contraste si marqué avec leur profession, qu’ils sont une pierre d’achoppement pour les incroyants et une grande épreuve pour les croyants. Ainsi, l’ennemi juré ferme la porte à des dizaines d’âmes, dont la vie et le caractère, s’ils étaient consacrés au service de DIEU, feraient honneur à la cause s’ils cédaient aux revendications de DIEU. Quel compte auront à rendre au jour du jugement dernier ceux qui professent garder les COMMANDEMENTS DE DIEU, alors que leur vie contredit leur profession, car ils ne portent aucun fruit précieux. Ils sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE et trouvés insuffisants. {Ms1-1878}
Ces témoins de DIEU devraient être d’un caractère tel qu’ils montrent qu’ils ont une vérité d’une importance vitale, et que ceux qui sont liés à eux ont un travail important à faire. Les bâtiments ne sont pas trop beaux. Ils ne doivent pas être d’un ordre inférieur. Le SANCTUAIRE construit pour DIEU, pour inviter la présence du TRÈS HAUT, n’est pas trop beau. C’est le témoin fidèle de DIEU à chaque SABBAT, ramenant l’esprit à la création. Quand l’Éternel a posé les fondations de la terre, quand les étoiles du matin chantaient ensemble, et que tous les fils de DIEU poussaient des cris de joie, Il a posé les fondations pour Son SABBAT. C’est le mémorial de DIEU, pour ne jamais être de retour en arrière-plan, hors de vue. {Ms6-1878}
C’est un devoir très solennel de garder l’esprit pur, comme un SANCTUAIRE pour le DIEU TRÈS HAUT. Le cœur, l’esprit et l’âme doivent être consacrés au SERVICE DE DIEU et au bien de nos semblables. C’est une très petite offrande, au mieux, que nous pouvons faire à notre PÈRE CÉLESTE. Compte tenu de notre responsabilité envers DIEU, nous sommes tous sous l’obligation la plus forte de placer nos appétits et nos passions sous le contrôle de la volonté intelligente. Le goût a fait plus pour pervertir l’entendement et obscurcir le ciel SPIRITUEL que tout le reste. Satan engourdit l’intellect de beaucoup par l’indulgence de l’appétit, et ensuite il fait de ces intempérants des objets spéciaux de tentation, pour s’éloigner encore plus du chemin de l’obéissance et de la sainteté. Ceux à qui ont été confiés des talents précieux manqueront la vie ÉTERNELLE à moins qu’ils ne voient la nécessité de l’abnégation quotidienne, de ce que signifie être un vainqueur. {Ms6-1878}
Toute la nuit il doit être seul dans la montagne SANCTUAIRE avec son DIEU. Il passa toute la nuit en prière, épanchant son âme avec de grands cris et des larmes, non parce qu’il avait des péchés à confesser, ou pour apporter des remords à son cœur, non parce qu’il avait lui-même des soucis à soulager. Un monde dans les ténèbres de l’erreur pèse sur son âme, et pendant qu’il dort en sécurité, il prie pour qu’il ne périsse pas dans son péché et son impénitence. Ainsi se passa la nuit, et lorsque les choristes de la nature accordèrent leurs chants de louange au petit matin, CHRIST fut préparé pour la journée de travail actif et sérieux. {ST, 11 décembre 1879 par. 11}
Je ne cherche pas l’honneur ou la distinction, mais à être vrai et fidèle à mon poste de devoir n’importe où. Parfois j’ai peur d’être égoïste. J’aspire tellement au repos et il y a tellement de chagrin, tellement de perplexité pour savoir exactement quoi faire quand le pouvoir moral parmi notre propre peuple semble si faible. Et je vois qu’ils ont besoin d’apprendre les tout premiers principes, l’ABC de la piété pratique. Je crains, je crains fort, qu’un très grand nombre ne soient pesés dans la balance du SANCTUAIRE et jugés insuffisants. {Lt28-1880}
Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Cela interdit de profiter de nos semblables pour nous avantager nous-mêmes. Il nous est interdit de faire du tort à notre voisin en quoi que ce soit. Nous ne devrions pas voir la question du point de vue du mondain. Traiter nos semblables, dans tous les cas, comme nous voudrions qu’ils nous traitent, est une règle que nous devrions nous appliquer à nous-mêmes. LES LOIS DE DIEU doivent être obéies à la lettre. Dans toutes nos relations et relations avec nos semblables, qu’ils soient croyants ou incroyants, cette règle doit être appliquée : Aime ton prochain comme toi-même. Beaucoup de ceux qui professent être chrétiens ne supporteront pas la mesure de DIEU sur ce point ; mais sera trouvé insuffisant lorsqu’il sera pesé dans la balance du SANCTUAIRE. « Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit l’Éternel, et ne touchez pas à l’impur, et je vous recevrai, et vous serez un père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le SEIGNEUR TOUT-PUISSANT. Quelle promesse est-ce là. Nous ne devons pas perdre de vue le fait que cette promesse est basée sur l’obéissance à un commandement spécifique. DIEU appelle tous à se séparer du monde, et à ne pas suivre ses pratiques ou s’y conformer. “Mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous puissiez prouver quelle est cette volonté bonne, acceptable et parfaite de DIEU.” {RH, 18 mars 1880 par. 13} afin que vous puissiez prouver quelle est cette volonté bonne, acceptable et parfaite de DIEU. {RH, 18 mars 1880 par. 13} afin que vous puissiez prouver quelle est cette volonté bonne, acceptable et parfaite de DIEU. {RH, 18 mars 1880 par. 13}
Le matin du troisième jour, tous les enfants d’Israël obéirent au commandement de DIEU par Moïse et s’approchèrent de la montagne avec crainte et solennité. Affreux et grandiose était le lieu du SANCTUAIRE DE DIEU, saint et élevé la chaire d’où il était sur le point de prononcer son mémorable sermon. Les principes de la LOI DE DIEU ne sont pas originaires du Sinaï ; mais par une longue et dégradante servitude en Égypte, ils étaient devenus confus dans l’esprit de tout Israël. Le SEIGNEUR les avait maintenant amenés dans ce lieu grandiose de solitude, afin qu’il puisse plus clairement imprimer dans leur esprit la nature de ses exigences en prononçant SA LOI d’une voix audible. {ST, 6 mai 1880 par. 1}
Le SEIGNEUR donna alors à Moïse des instructions pour la construction d’un SANCTUAIRE, dans lequel la présence divine serait spécialement manifestée ; il a également donné d’autres instructions concernant le SABBAT. Enfin fut remis à Moïse, par la main de la MAJESTÉ DIVINE, le TÉMOIGNAGE, ou DIX COMMANDEMENTS, gravé sur DEUX TABLES DE PIERRE. {ST, 13 mai 1880 par. 5}
Le TABERNACLE mentionné ici était une tente temporaire aménagée pour le CULTE DE DIEU. Le SANCTUAIRE, dont DIEU donna le modèle à Moïse, n’avait pas encore été construit. {ST, 3 juin 1880 par. 3}
24 juin 1880 Le SANCTUAIRE.
Le TABERNACLE construit par les Hébreux dans le désert a été construit selon le commandement divin. Les hommes appelés de DIEU à cette fin étaient dotés par lui de capacités plus que naturelles pour accomplir les travaux les plus ingénieux. Pourtant, ni Moïse ni ces ouvriers n’ont été laissés pour planifier la forme et l’exécution du bâtiment. DIEU lui-même conçut et donna à Moïse le plan de cette structure sacrée, avec des instructions particulières quant à sa taille et sa forme, les matériaux à utiliser, et chaque article de MEUBLES qu’il devait contenir. Il présenta à Moïse un modèle miniature du SANCTUAIRE CÉLESTE et lui ordonna de faire toutes choses selon le modèle qui lui était montré sur la montagne. Et Moïse écrivit toutes les instructions dans un livre, et les lut au plus influent du peuple. {ST, 24 juin 1880 par. 1}
Et tous les hommes chez qui se trouvaient du bleu, de la pourpre, du cramoisi, du fin lin, du poil de chèvre, des peaux rouges de bélier et des peaux de blaireau, les apportèrent. Tous ceux qui offraient une offrande d’argent et d’airain apportaient l’offrande de l’Éternel; et chaque homme, avec qui a été trouvé du bois de shittim pour n’importe quel travail du service, l’a apporté. {ST, 24 juin 1880 par. 3}
Et toutes les femmes sages filèrent de leurs mains et apportèrent ce qu’elles avaient filé, de bleu, de pourpre, de cramoisi et de fin lin. Et toutes les femmes dont le cœur les excitait à la sagesse filaient du poil de chèvre. {ST, 24 juin 1880 par. 4}
Et les princes apportèrent des pierres d’onyx et des pierres à sertir pour l’éphod et pour le BRESTPLATE; et des épices, et de l’huile pour la lumière, et pour l’huile d’onction, et pour le doux ENCENS. {ST, 24 juin 1880 par. 5}
Le TABERNACLE a été construit de manière à pouvoir être démonté et transporté avec les Israélites dans tous leurs déplacements. Pourtant, c’était une structure d’une magnificence extraordinaire. Les murs étaient constitués de planches verticales fortement plaquées d’or le plus pur. Le bâtiment sacré était composé de DEUX APPARTEMENTS, séparés par un riche et beau RIDEAU, ou VOILE. Un VOILE similaire fermait l’entrée du PREMIER APPARTEMENT. Ces VOILES, avec le RIDEAU qui formait le plafond du TABERNACLE, étaient d’une variété de couleurs, très joliment agencées ; tandis que des CHERUBIM étaient incrustés de fils d’or et d’argent, pour représenter l’armée angélique, qui sont liés à l’œuvre du SANCTUAIRE CÉLESTE, et qui servent d’anges aux saints sur la terre. {ST, 24 juin 1880 par. dix}
Dans l’APPARTEMENT INTÉRIEUR se trouvait l’Arche, qui était l’objet le plus sacré lié à ce système de culte. C’était un coffre de bois précieux, recouvert à l’intérieur et à l’extérieur d’or pur, et ayant une couronne d’or sur le dessus. Dans l’ARCHE étaient placées les TABLES DE PIERRE sur lesquelles DIEU AVAIT GRAVÉ DE SON PROPRE DOIGT LES DIX COMMANDEMENTS. Il a été fait expressément dans ce but, et a donc été appelé l’ARCHE DE L’ALLIANCE, et l’ARCHE DU TESTAMENT, puisque les DIX COMMANDEMENTS étaient L’ALLIANCE DE DIEU, et la base de l’alliance conclue entre DIEU et Israël. {ST, 24 juin 1880 par. 11}
La couverture de ce COFFRE SACRÉ s’appelait le MERCY SEAT. C’était un travail coûteux et magnifique. Il a été battu à partir d’une seule pièce d’or solide, et DEUX CHERUBIM ont été faits, un debout à chaque extrémité, battus à partir de la même pièce d’or. Leurs visages étaient tournés l’un vers l’autre et regardaient avec révérence vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qui représente tous les anges célestes regardant avec intérêt et révérence la LOI DE DIEU déposée dans l’ARCHE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Une aile de chaque ange était déployée vers le haut, tandis que l’autre couvrait leurs formes. L’ARK du SANCTUAIRE terrestre était le modèle de la véritable ARK dans le Ciel. Là, à côté de l’arche céleste, se tiennent des anges vivants, chacun avec une aile ombrageant le siège de miséricorde, et s’étendant vers le haut, tandis que les autres ailes sont repliées sur leurs formes en signe de révérence et d’humilité. {ST, 24 juin 1880 par. 12}
Le VOILE du SANCTUAIRE n’a pas atteint le sommet de l’édifice. La GLOIRE DE DIEU, qui s’est manifestée au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE, était partiellement visible depuis le PREMIER APPARTEMENT. Directement devant l’ARCHE, mais séparé par le RIDEAU, se trouvait l’AUTEL D’OR DE L’ENCENS. Le feu sur cet AUTEL a été allumé par le SEIGNEUR lui-même, et a été sacrément chéri en l’alimentant avec de l’ENCENS saint, qui a rempli le SANCTUAIRE de son nuage parfumé, jour et nuit. Son parfum s’étendait tout autour du TABERNACLE. Lorsque le prêtre a offert l’ENCENS devant le SEIGNEUR, il a regardé vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE. Bien qu’il ne puisse pas le voir, il savait qu’il était là ; et comme l’ENCENS s’élevait comme un nuage, la gloire de l’Éternel descendit sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et remplit le LIEU TRÈS SAINT, et remplissait souvent tellement les DEUX APPARTEMENTS que le prêtre était incapable d’officier. Comme le prêtre dans le LIEU SAINT, a dirigé sa prière par la foi vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE, qu’il ne pouvait pas voir, ainsi le peuple de DIEU dirige ses prières vers CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne peuvent pas voir leur MÉDIATEUR avec l’œil naturel, mais avec l’œil de la foi, ils voient le CHRIST devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui adressent leurs prières, et revendiquent avec assurance les bénéfices de sa MÉDIATION. {ST, 24 juin 1880 par. 13} 1880 par. 13} 1880 par. 13}
Ainsi le SEIGNEUR a signifié qu’il a accepté le TABERNACLE construit pour sa présence; et toujours après cette manifestation, lorsque les enfants d’Israël campèrent, directement au-dessus du TABERNACLE reposait la colonne de nuée le jour, et la gloire éclatante dans la colonne de feu la nuit. Lorsque le nuage s’éleva, ils savaient que c’était le signal pour eux de reprendre leur marche en avant. Quand il continua à reposer sur le TABERNACLE, ils devaient se reposer de leur voyage. Lorsque l’Éternel signifia qu’il acceptait leur œuvre dans la manifestation de sa gloire, les cœurs du peuple furent inspirés de crainte et de gratitude. Il n’y avait pas de démonstrations bruyantes de joie, mais avec des cœurs adoucis et des larmes coulantes, ils murmuraient des mots bas, mais sincères, de gratitude que DIEU avait approuvé le travail de leurs mains, et avait daigné habiter plus directement avec eux que jamais auparavant. {ST, 24 juin 1880 par. 18}
En plus des TABLES DE TÉMOIGNAGE qui ont été données à Moïse sur la montagne, il y a reçu la loi rituelle ou cérémonielle, et des instructions complètes concernant la construction du TABERNACLE. Lorsque ce TABERNACLE fut finalement achevé, la gloire inégalée de l’Éternel reposa tellement sur lui que Moïse ne put d’abord y entrer. Mais une voix audible de la gloire divine au-dessus du MERCY SEAT lui parla et lui ordonna de s’approcher. Et là, le SEIGNEUR lui donna encore d’autres directives concernant les formes de culte à pratiquer dans le SANCTUAIRE. {ST, 15 juillet 1880 par. 1}
Par l’acte d’apporter l’offrande au SANCTUAIRE, l’individu se confessait pécheur, méritant la COLÈRE DE DIEU, et signifiait sa repentance et sa foi en JÉSUS-CHRIST, dont le sang ôterait la culpabilité du transgresseur. En plaçant ses mains sur la tête de la victime, le péché de l’individu était transféré sur la victime, et sa souffrance, le pécheur voyait CHRIST typifié, alors qu’il devait se donner en sacrifice pour nos péchés. L’Éternel a signifié son acceptation de l’offrande en la faisant consommer sur l’AUTEL. {ST, 15 juillet 1880 par. 6}
Le sang du FILS DE DIEU était symbolisé par le sang de la victime tuée, et DIEU aurait des idées claires et précises préservées entre le sacré et le commun. Le sang était sacré, dans la mesure où c’est uniquement par l’effusion du sang du FILS DE DIEU qu’il pouvait y avoir EXPIATION POUR LE PÉCHÉ. Le sang a également été utilisé pour NETTOYER le SANCTUAIRE des péchés du peuple, typifiant ainsi le SANG DU CHRIST qui seul peut NETTOYER du péché. La graisse devait être utilisée dans les offrandes sacrificielles avec les bêtes, mais en aucun cas ce n’était un aliment convenable. S’il était utilisé, la maladie serait le résultat certain. {ST, 15 juillet 1880 par. 11}
Les offrandes apportées au SANCTUAIRE devaient être sans tache ni défaut. Si une seule tache de péché avait reposé sur notre RÉDEMPTEUR, son sacrifice n’aurait pas assuré le salut de l’homme. CHRIST n’avait aucune obligation de devenir le sacrifice de l’homme. Il était au-dessus de la loi. Mais il prit sur lui la forme d’un serviteur, et sortit du camp, portant notre reproche. Il a souffert hors des portes de Jérusalem, signifiant ainsi qu’il est mort non seulement pour Israël, mais pour le monde entier. Lui-même sans péché, il a été fait péché pour nous, et toutes nos iniquités ont été portées sur lui. Mais lorsqu’il vint vers la nation qu’il était venu sauver, ils ne le reçurent pas, mais le crucifièrent. Ici, le type rencontre l’antitype. Les cérémonies du culte juif n’étaient alors plus nécessaires ; car le grand Sacrifice vers lequel tous les autres sacrifices pointaient avait maintenant été offert. Le mur médian de séparation entre Juifs et Gentils a été abattu, et toutes les nations, langues et peuples ont été invités à prendre part au salut acheté à un si grand prix. {ST, 15 juillet 1880 par. 12}
Et si quelqu’un, par curiosité ou par manque d’ordre, oubliait sa position et touchait une partie quelconque du SANCTUAIRE ou des MEUBLES, ou même s’approchait de l’un des ouvriers, il était puni de mort. DIEU n’a pas laissé son SAINT TABERNACLE être porté, et érigé, et démonté, indistinctement, par n’importe quelle tribu qui pourrait désirer le faire. des personnes étaient choisies pour l’office qui pouvaient apprécier le caractère sacré du travail dans lequel elles étaient engagées. Et ces hommes désignés par DIEU ont reçu l’ordre de faire comprendre au peuple le caractère sacré particulier de l’ARK et de tout ce qui s’y rapporte, de peur qu’ils ne regardent ces choses sans se rendre compte de leur sainteté, et qu’en rendant communes les choses sacrées, ils ne soient coupés d’Israël. Tout ce qui concernait le TRÈS SAINT devait être considéré avec révérence et sainte crainte. {ST, 29 juillet 1880 par. 5}
Lorsque le signal a été donné pour que le campement quitte leur maison au Sinaï, pour beaucoup, ce fut un son bienvenu. Alors qu’ils étaient engagés dans la construction du SANCTUAIRE, leurs activités occupées avaient servi à les garder satisfaits; mais ce travail accompli, l’inactivité devenait ennuyeuse. Même les peines de leur voyage leur étaient plus bienvenues que de n’avoir rien à faire. Mais alors que certains souhaitaient le changement, beaucoup étaient réticents à quitter les lieux. Ils avaient campé si longtemps dans ce voisinage qu’il était devenu leur maison. Ils avaient appris à aimer contempler la montagne sacrée sur les pics chenus et les crêtes arides de laquelle la grandiose et terrible GLOIRE DE DIEU s’était si souvent manifestée. La scène semblait gravée sur les tablettes de leur cœur. Pour beaucoup, l’endroit était si étroitement associé à la présence de DIEU et des saints anges qu’il semblait trop sacré pour le quitter sans réfléchir ou même avec joie. {ST, 29 juillet 1880 par. dix}
L’homme de DIEU priait, non pour un envol de sentiment heureux, mais pour une connaissance de la volonté divine. Et il désirait cette connaissance, non seulement pour lui-même, mais pour son peuple. Son grand fardeau était pour Israël, qui n’observait pas, au sens le plus strict, la LOI DE DIEU. Il reconnaît que tous leurs malheurs sont venus sur eux en conséquence de leurs transgressions de cette LOI SAINTE. Il dit : « Nous avons péché, nous avons fait le mal. . . . Car, à cause de nos péchés et des iniquités de nos pères, Jérusalem et ton peuple sont devenus l’opprobre de tous ceux qui nous entourent. Ils avaient perdu leur caractère particulier et saint en tant que peuple élu de DIEU. « Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière de ton serviteur et ses supplications, et fais briller ta face sur ton SANCTUAIRE qui est désolé. ” Le cœur de Daniel se tourne avec un désir intense vers le SANCTUAIRE désolé de DIEU. Il sait que sa prospérité ne peut être restaurée que si Israël se repent de ses transgressions de la LOI DE DIEU et devient humble, fidèle et obéissant. {RH, 8 février 1881 par. 22}
Le PÈRE et le FILS ont parlé à Moïse depuis les rochers. DIEU fit des rochers son SANCTUAIRE. SON TEMPLE était les collines éternelles. Le LÉGISLATEUR DIVIN est descendu sur la montagne rocheuse pour dire SA LOI à l’oreille de tout le peuple, afin qu’ils soient impressionnés par la grande et terrible démonstration de sa puissance et de sa gloire, et qu’ils craignent de transgresser SES COMMANDEMENTS. DIEU prononça SA LOI au milieu des tonnerres et des éclairs et de l’épais nuage au sommet de la montagne, et sa voix était comme la voix d’une trompette extrêmement forte. La LOI DE JÉHOVAH était immuable, et les tablettes sur lesquelles il écrivit cette loi étaient du roc solide, signifiant l’immuabilité de ses préceptes. ROCKy Horeb est devenu un lieu sacré pour tous ceux qui aimaient et vénéraient la LOI DE DIEU. {RH, 1 mars 1881 par. 13} {SL 74.3 1889}
Cette alliance solennelle a été enregistrée dans le LIVRE DE LA LOI, pour être conservée sacrément. Josué dressa alors une grande pierre sous un chêne qui était près du SANCTUAIRE de l’Éternel. « Et Josué dit à tout le peuple : Voici, cette pierre nous servira de témoin ; car elle a entendu toutes les paroles que l’Éternel nous a dites; elle vous servira donc de témoin, de peur que vous reniez votre Dieu. Ici, Josué déclare clairement que ses instructions et ses avertissements au peuple n’étaient pas ses propres paroles, mais les paroles de DIEU. Cette grande pierre se dresserait pour témoigner aux générations futures de l’événement qu’elle a été érigée pour commémorer, et serait un témoin contre le peuple, s’il dégénérait de nouveau en idolâtrie. {ST, 26 mai 1881 par. 5}
Au fur et à mesure que les fils d’Eli atteignaient l’âge adulte et entraient dans les devoirs de la prêtrise, les effets néfastes de leur formation initiale devinrent plus apparents. Bien qu’engagés dans une œuvre si importante et si sacrée, ils étaient « fils de Bélial ; ils ne connaissaient pas l’Éternel. Dès l’enfance, ils avaient été familiarisés avec les services solennels et impressionnants du SANCTUAIRE. Ils avaient été fidèlement instruits des commandements et des ordonnances de l’Éternel. Intellectuellement, ils avaient une connaissance de DIEU ; mais leurs cœurs n’avaient jamais cédé à l’influence de la GRÂCE DIVINE. Ils n’aimaient pas le caractère de DIEU ou ses exigences. {ST, 1er décembre 1881 par. 1}
Le service typique était le lien entre DIEU et Israël. Les offrandes sacrificielles étaient destinées à préfigurer le sacrifice du CHRIST, et ainsi à conserver dans le cœur du peuple une foi inébranlable dans le RÉDEMPTEUR à venir. Par conséquent, afin que le SEIGNEUR puisse accepter leurs sacrifices et continuer sa présence avec eux, et, d’autre part, que le peuple puisse avoir une connaissance correcte du PLAN DE SALUT et une juste compréhension de son devoir, il était de la plus haute importance que la sainteté du cœur et la pureté de la vie, la vénération de DIEU et la stricte obéissance à ses exigences soient maintenues par tous ceux qui sont liés au SANCTUAIRE. {ST, 1er décembre 1881 par. 8}
L’Éternel avait, par l’intermédiaire de Moïse, donné les directives les plus explicites concernant les offrandes sacrificielles. Mais des prêtres égoïstes et avides, pour servir leurs propres intérêts, s’étaient écartés de ces instructions. Le sacrifice des sacrifices de prospérités surtout, qui étaient faits en expression d’action de grâces à DIEU et présentés en grand nombre lorsque le peuple se réunissait aux fêtes annuelles, offraient une occasion favorable à des prêtres sans scrupules de s’enrichir aux dépens du personnes. L’Éternel avait ordonné que la graisse du sacrifice de prospérités soit brûlée sur l’AUTEL comme un type du grand Sacrifice; une portion déterminée, la poitrine et l’épaule droite, avec quelques parties mineures, étaient données au prêtre comme son avantage ; le reste devait être mangé par ceux qui apportaient l’offrande. {ST, 1er décembre 1881 par. 9}
La sagesse infinie avait prévu que les clameurs de l’appétit et la cupidité du gain pouvaient amener le prêtre à s’approprier les sacrifices solennellement consacrés à l’Éternel. Afin qu’il n’y ait pas de place pour la confusion ou l’incompréhension, les instructions les plus précises et les plus minutieuses avaient été données. {ST, 1er décembre 1881 par. dix}
Hophni et Phinehas, les fils d’Eli, méprisèrent les lois du SANCTUAIRE avec plus d’audace que n’importe lequel de leurs prédécesseurs. Tandis qu’ils se revêtaient des vêtements sacerdotaux et servaient devant l’Éternel, ils ne se souciaient que de la satisfaction de leurs propres appétits et passions avilis. Les prêtres n’étant pas satisfaits de leur part légitime des offrandes de paix, il était devenu d’usage qu’un de leurs serviteurs vienne pendant que les offrants cuisinaient leur portion dans un APPARTEMENT adjacent au SANCTUAIRE, et emportait tout ce qui pouvait être pris. avec le crochet de chair. Le grand nombre de sacrifices offerts en faisait un ajout considérable aux avantages du prêtre. {ST, 1er décembre 1881 par. 11}
Mais même cette dérogation aux commandements de l’Éternel n’a pas satisfait Hophni et Pinhas. Ils désirèrent la graisse, dont l’Éternel avait expressément dit qu’elle ne devait jamais être mangée, mais brûlée sur l’AUTEL comme une offrande pour lui-même. Comme ils avaient appris à mépriser l’autorité de leur père, ils méprisaient maintenant l’autorité de DIEU, et envoyaient leurs serviteurs demander la chair des sacrifices de prospérités avant que la graisse en ait été séparée. Lorsque l’offrant fit des remontrances : « Qu’ils ne manquent pas de brûler la graisse tout de suite, puis de prendre autant que ton âme le désire », la réponse fut : « Non, mais tu me la donneras maintenant ; et sinon, je le prendrai de force. Le peuple craignait les prêtres et se soumettait à leurs revendications illégales, se privant de leur part légitime de l’offrande. Ainsi, l’appétit, l’égoïsme et l’avarice ont triomphé, exerçant leur mauvaise influence sur le peuple au moment même où chaque cœur aurait dû être dirigé dans la pénitence et la foi vers le grand Sacrifice qui devait enlever les péchés du monde. Ces choses avaient une influence révélatrice sur les gens, et ils perdaient rapidement tout sens du caractère sacré des offrandes sacrificielles et de l’importance d’assister aux services du SANCTUAIRE. {ST, 1er décembre 1881 par. 12}
Les prêtres recréants ajoutèrent le libertinage au sombre catalogue de leurs crimes ; pourtant ils souillaient encore par leur présence le TABERNACLE de l’Éternel, et, chargés de péchés, osaient entrer en présence d’un DIEU SAINT. Comme les hommes d’Israël ont été témoins de la conduite corrompue des prêtres, ils ont pensé qu’il était plus sûr pour leurs familles de ne pas monter au lieu de culte désigné. Beaucoup partirent de Shiloh avec leur paix troublée, leur indignation suscitée, jusqu’à ce qu’ils décident enfin d’offrir eux-mêmes leurs sacrifices, concluant que cela serait tout aussi acceptable à DIEU que de sanctionner de quelque manière que ce soit les abominations pratiquées dans le SANCTUAIRE. {ST, 1er décembre 1881 par. 13}
Tandis que le cœur d’Eli était rempli d’anxiété et de remords par la mauvaise conduite de ses fils, il trouva soulagement et réconfort dans l’intégrité et le dévouement du jeune Samuel. Sa serviabilité immédiate et sa fidélité invariable allègent les fardeaux du prêtre soucieux. Éli aimait Samuel ; car il vit que la grâce et l’AMOUR DE DIEU reposaient sur lui. Il n’était pas d’usage pour les Lévites d’entrer dans leurs services particuliers avant l’âge de vingt-cinq ans. Mais Samuel avait fait exception à cette règle. Chaque année, des dépôts plus importants lui étaient confiés et, alors qu’il était encore enfant, un éphod de lin lui était placé, en signe de sa consécration à l’œuvre du SANCTUAIRE. {ST, 15 décembre 1881 par. 1}
Oh, vivons entièrement pour le SEIGNEUR et montrons par une vie bien ordonnée et une conversation pieuse que nous avons été avec JÉSUS et que nous sommes Ses disciples doux et humbles. Nous devons travailler tant que dure la journée, car lorsque viendra la nuit noire de trouble et d’angoisse, il sera trop tard pour travailler pour DIEU. JÉSUS est dans Son saint temple et acceptera maintenant nos sacrifices, nos prières et nos confessions de fautes et de péchés et pardonnera toutes les transgressions d’Israël, afin qu’elles soient effacées avant qu’Il ne quitte le SANCTUAIRE. Quand JÉSUS quittera le SANCTUAIRE, alors ceux qui sont saints et justes seront encore saints et justes ; car tous leurs péchés seront alors effacés, et ils seront scellés du SCEAU DU DIEU VIVANT. Mais ceux qui sont injustes et souillés seront encore injustes et souillés ; car alors il n’y aura plus de Prêtre dans le SANCTUAIRE pour offrir leurs sacrifices, leurs confessions et leurs prières devant le TRÔNE DU PÈRE. Par conséquent, ce qui est fait pour sauver les âmes de la tempête de colère à venir doit être fait avant que JÉSUS ne quitte le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. {EW 48.1 1882}
Ce point de vue a été émis en 1847 alors qu’il n’y avait que très peu de frères Adventistes observant le SABBAT, et parmi ceux-ci, peu d’entre eux supposaient que son observance était d’une importance suffisante pour tracer une ligne entre le peuple de DIEU et les incroyants. Maintenant, la réalisation de ce point de vue commence à être vue. “Le commencement de ce TEMPS DE TROUBLE”, mentionné ici ne fait pas référence au moment où les FLÉAUX commenceront à être déversés, mais à une courte période juste avant qu’ils ne soient déversés, pendant que CHRIST est dans le SANCTUAIRE. À ce moment-là, alors que l’œuvre du salut se termine, des troubles viendront sur la terre et les nations seront en colère, mais tenues en échec afin de ne pas empêcher l’œuvre du troisième ange. En ce temps-là viendra la « pluie de l’arrière-saison », ou rafraîchissement de la part de l’Éternel, pour donner de la puissance à la voix forte du troisième ange, et préparez les saints à se tenir debout dans la période où les sept derniers FLÉAUX seront déversés. {EW 85.3 1882} {ExV54 3.4 1854}
On m’a montré la déception des disciples lorsqu’ils sont venus au sépulcre et n’ont pas trouvé le corps de JÉSUS. Marie dit : « Ils ont enlevé mon SEIGNEUR, et je ne sais où ils l’ont mis. Les anges annoncèrent aux disciples affligés que leur SEIGNEUR était ressuscité et qu’il irait devant eux en Galilée. {EW 244.1 1882}
De la même manière, j’ai vu que JÉSUS considérait avec la plus profonde compassion les déçus qui avaient attendu sa venue ; et il envoya ses anges pour diriger leurs esprits afin qu’ils puissent le suivre là où il était. Il leur a montré que cette terre n’est pas le SANCTUAIRE, mais qu’Il doit entrer dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE pour faire une EXPIATION pour Son peuple et RECEVOIR LE ROYAUME DE SON PÈRE, et qu’Il retournerait alors sur la terre et emmenez-les habiter avec lui pour toujours. La déception des premiers disciples représente bien la déception de ceux qui attendaient leur SEIGNEUR en 1844. {EW 244.2 1882}
Le sanctuaire
Deux adorables chérubins, un à chaque extrémité de l’ARCHE, se tenaient avec leurs ailes déployées au-dessus d’elle, et se touchaient au-dessus de la tête de JÉSUS alors qu’Il se tenait devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE. Leurs visages étaient tournés l’un vers l’autre, et ils regardaient vers le bas vers l’ARK, représentant toute l’armée angélique regardant avec intérêt la LOI DE DIEU. Entre les CHERUBINS se trouvait un ENCENSEUR D’OR, et tandis que les prières des saints, offertes avec foi, montaient à JÉSUS, et qu’Il les présentait à Son père, un nuage de parfum s’éleva de l’ENCENS, ressemblant à une fumée des plus belles couleurs. Au-dessus de l’endroit où JÉSUS se tenait, devant l’Arche, il y avait une gloire extrêmement brillante que je ne pouvais pas contempler ; il est apparu comme le TRÔNE de DIEU. Comme l’ENCENS montait au PÈRE, l’excellente gloire est venue du TRÔNE à JÉSUS, et de Lui, il était versé sur ceux dont les prières étaient montées comme un doux ENCENS. La lumière s’est déversée sur JÉSUS en une riche abondance et a éclipsé le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et le train de gloire a rempli le temple. Je n’ai pas pu longtemps contempler l’éclat incomparable. Aucune langue ne peut le décrire. J’étais bouleversé et détourné de la majesté et de la gloire de la scène. {EW 252.1 1882}
Beaucoup regardent avec horreur la conduite des Juifs en rejetant et en crucifiant le CHRIST ; et en lisant l’histoire de ses abus honteux, ils pensent qu’ils l’aiment et qu’ils ne l’auraient pas renié comme l’a fait Pierre, ni crucifié comme l’ont fait les Juifs. Mais DIEU qui lit dans le cœur de tous, a mis à l’épreuve cet amour pour JÉSUS qu’ils professaient ressentir. Tout le ciel a observé avec le plus grand intérêt la réception du message du premier ange. Mais beaucoup de ceux qui professaient aimer JÉSUS, et qui versaient des larmes en lisant l’histoire de la croix, se moquaient de la bonne nouvelle de Sa venue. Au lieu de recevoir le message avec joie, ils ont déclaré que c’était une illusion. Ils haïssaient ceux qui aimaient Son apparition et les excluaient des églises. Ceux qui rejetaient le premier message ne pouvaient bénéficier du second ; ils n’ont pas non plus bénéficié du cri de minuit, qui devait les préparer à entrer avec JÉSUS par la foi dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. Et en rejetant les deux premiers messages, ils ont tellement obscurci leur compréhension qu’ils ne peuvent voir aucune lumière dans le message du troisième ange, qui montre le chemin vers le LIEU TRÈS SAINT. J’ai vu que comme les Juifs ont crucifié JÉSUS, ainsi les églises nominales avaient crucifié ces messages, et donc ils n’ont aucune connaissance du chemin vers le TRÈS SAINT, et ils ne peuvent pas bénéficier de l’intercession de JÉSUS là-bas. Comme les Juifs, qui offraient leurs sacrifices inutiles, ils offrent leurs prières inutiles à l’APPARTEMENT que JÉSUS a quitté ; et Satan, satisfait de la tromperie, prend un caractère religieux et ramène à lui l’esprit de ces prétendus chrétiens, agissant avec sa puissance, ses signes et ses prodiges mensongers, pour les attacher à son piège. Il en trompe certains d’une manière, d’autres d’une autre. Il a différentes illusions préparées pour affecter différents esprits. Certains regardent avec horreur une tromperie, tandis qu’ils en reçoivent volontiers une autre. Satan trompe certains avec le SPIRITUALISME. Il vient aussi comme un ange de lumière et étend son influence sur le pays au moyen de fausses réformes. Les églises s’exaltent, et considèrent que DIEU travaille merveilleusement pour elles, alors que c’est l’œuvre d’un autre esprit. L’excitation s’évanouira et laissera le monde et l’église dans un état pire qu’avant. {EW 260.1 1882} Il vient aussi comme un ange de lumière et étend son influence sur le pays au moyen de fausses réformes. Les églises s’exaltent, et considèrent que DIEU travaille merveilleusement pour elles, alors que c’est l’œuvre d’un autre esprit. L’excitation s’évanouira et laissera le monde et l’église dans un état pire qu’avant. {EW 260.1 1882} Il vient aussi comme un ange de lumière et étend son influence sur le pays au moyen de fausses réformes. Les églises s’exaltent, et considèrent que DIEU travaille merveilleusement pour elles, alors que c’est l’œuvre d’un autre esprit. L’excitation s’évanouira et laissera le monde et l’église dans un état pire qu’avant. {EW 260.1 1882}
Chaque cas avait été tranché pour la vie ou la mort. Pendant que JÉSUS exerçait son ministère dans le SANCTUAIRE, le jugement avait continué pour les justes morts, puis pour les justes vivants. CHRIST avait reçu son royaume, ayant fait l’EXPIATION pour son peuple et effacé ses péchés. Les sujets du royaume étaient constitués. Le mariage de l’AGNEAU était consommé. Et le royaume, et la grandeur du royaume sous tout le ciel, furent donnés à JÉSUS et aux héritiers du salut, et JÉSUS devait régner comme ROI DES ROIS et SEIGNEUR DES SEIGNEURS. {EW 280.1 1882}
Ce dont les habitants de Monterey ont besoin, c’est de religion. Ils veulent une religion bonne et humble – la GRÂCE DE DIEU adoucissante et subjuguée sur le cœur, crucifiant le moi avec les affections et les convoitises. La faiblesse et l’hésitation n’assureront jamais le respect de la profession chrétienne. Il est impossible d’atteindre les hommes là où ils sont et de les élever à moins qu’une certaine confiance ne leur soit inspirée pour votre sincérité et votre piété. Vous ne pouvez jamais les atteindre en quittant la plate-forme de la vérité et de la réforme, mais en amenant les autres à cette plate-forme que la PAROLE DE DIEU a prévue pour vous. Si les hommes opposés à notre foi voient que vous qui la professez êtes sérieux, constants et non corrompus en tout temps et en toutes circonstances, et que vous demeurez en CHRIST, la vigne vivante, et que vous êtes des disciples inébranlables de la vérité et de la réforme, vous refléterez la ESPRIT et caractère du CHRIST. Dans votre entreprise, dans les associations avec les croyants et les incroyants, dans le SANCTUAIRE, à la maison, en tout lieu, vous montrerez l’influence de l’amour d’un SAUVEUR qui aura une influence déterminante sur les incroyants. {Lt1-1882}
Ces hommes se considèrent comme n’ayant besoin d’aucune tristesse selon Dieu. Ils ne troubleront pas leur esprit et ne se repentiront pas devant DIEU de leurs erreurs et de leurs échecs, qui ont été le moyen d’éloigner les âmes de CHRIST. Ils ne se sont pas connectés avec DIEU et ont employé leurs talents à Sa gloire. Ils pensent vraiment qu’ils dégraderont leur caractère en manifestant un repentir authentique et en confessant leurs fautes les uns aux autres. Ils sont si éloignés de DIEU qu’ils estiment la faveur du monde comme la faveur de DIEU. Ils se flattent dans leur autosuffisance qu’avec de si bons caractères qu’ils ont, selon l’estimation des hommes, ils se dégraderaient pour manifester la honte et la douleur du péché. Un cœur brisé et un esprit contrit, le SEIGNEUR ne méprisera pas. BIBLE la repentance est pour eux associée à la dégradation. La PAROLE DE DIEU présente le seul véritable standard de ce qui est innocent et de ce qui est vertueux, vrai et excellent, et à moins que ces pécheurs respectables ne respectent le standard BIBLE, ils seront pesés dans la balance du SANCTUAIRE et jugés insuffisants. Nous pouvons être agréablement satisfaits de la mesure de nous-mêmes, mais manquer totalement lorsque nous sommes pesés dans la balance de DIEU. {Ms7-1882}
Le temps n’est pas loin où le test viendra à chaque âme. LA MARQUE DE LA BÊTE SERA APPLIQUEE SUR NOUS. Ceux qui ont peu à peu cédé aux exigences mondaines et se sont conformés aux coutumes mondaines, ne trouveront pas difficile de céder aux pouvoirs en place, plutôt que de se soumettre à la dérision, à l’insulte, à la menace d’emprisonnement et à la mort. LE CONCOURS EST ENTRE LES COMMANDEMENTS DE DIEU ET LES COMMANDEMENTS DES HOMMES. À cette époque, L’OR SERA SÉPARÉ DE LA SCORIE DANS L’ÉGLISE. La vraie piété sera clairement distinguée de son apparence et de ses oripeaux. BEAUCOUP D’ÉTOILE QUE NOUS AVONS ADMIRÉE POUR SA BRILLANCE S’ÉTEINDRONT ALORS DANS LES TÉNÈBRES. La paille comme un nuage sera emportée par le vent, même des endroits où nous ne voyons que des sols de blé riche. Tous ceux qui assument les ORNEMENTS du SANCTUAIRE, mais ne sont pas revêtus de la justice de CHRIST, apparaîtront dans la honte de leur propre nudité. {PH117 63.2 1882} {RH, 20 novembre 1913 par. 14}
L’Église ne peut se mesurer au monde, ni à l’opinion des hommes, ni à ce qu’elle a été. Sa foi et sa position dans le monde telles qu’elles sont maintenant doivent être comparées à ce qu’elles auraient été si sa course avait été continuellement en avant et en s’élevant. L’ÉGLISE SERA PESÉE DANS LES SOLDES DU SANCTUAIRE. Si son caractère moral et son état SPIRITUEL ne correspondent pas aux avantages et aux bénédictions que DIEU lui a conférés, elle sera trouvée déficiente. La lumière a brillé clairement et définitivement sur son chemin, et la lumière de 1882 l’appelle à rendre compte. Si ses talents ne sont pas améliorés, si son fruit n’est pas parfait devant DIEU, si sa lumière est devenue ténèbres, elle est en effet trouvée insuffisante. La connaissance de notre état tel que DIEU le voit, semble nous être cachée. Nous voyons, mais ne percevons pas ; nous entendons, mais ne comprenons pas ; et nous restons aussi insouciants que si la colonne de nuée le jour et la colonne de feu la nuit reposaient sur notre SANCTUAIRE. Nous professons connaître DIEU et croire la vérité ; mais dans les œuvres le nier. Nos actions sont directement contraires aux principes de vérité et de justice, par lesquels nous professons être gouvernés. {PH117 66.1 1882}
LA PAROLE DE DIEU PRÉSENTE LE SEUL VRAI STANDARD DE CE QUI EST INNOCENT ET DE CE QUI EST VERTUEUX, VRAI ET EXCELLENT ; et à moins que ces pécheurs respectables ne satisfassent à la norme de la BIBLE, ils seront pesés dans les balances du SANCTUAIRE et trouvés insuffisants. Nous pouvons être agréablement satisfaits de la mesure de nous-mêmes, mais manquer totalement lorsque nous sommes pesés dans la balance de DIEU. Votre travail de l’hiver dernier a été une honte, une honte pour tous ceux qui professent le nom de chrétiens. DIEU était au milieu de vous, témoin silencieux de toutes vos transactions. L’esprit de foule a prévalu. L’esprit de foule a été encouragé, bien qu’il y ait eu quelques remontrances faites. Ceux qui l’ont rédigé, ceux qui ont été les leaders dans ce domaine, sont condamnés devant DIEU aussi sûrement que l’a fait Belshatsar lorsqu’il s’est engagé dans sa fête sacrilège. Le même DIEU était au milieu de vous qui s’est révélé au roi comme la main exsangue qui a tracé les caractères sur le mur, “Pesé dans la balance et trouvé insuffisant”. Les hommes peuvent dire que vous allez bien, ou les hommes peuvent condamner, mais cela a très peu de conséquence. Les balances dans lesquelles le monde pèse les hommes peuvent déclarer l’imparfait ne pas vouloir du juste poids et de la pleine mesure, tandis que la mesure et le poids de DIEU disent : Vouloir. Quand DIEU pèse les motifs et le caractère, cela signifie quelque chose qui devrait remplir l’âme de terreur comme il l’a fait le roi coupable. Ce n’est pas une mince affaire de se trouver en défaut lorsqu’on le juge par quelqu’un qui ne se trompe jamais, quelqu’un qui a montré aux mortels de la compassion, de la sympathie et de l’amour ; manquer de sincérité, d’un véritable amour pour le CHRIST, qui est mort pour donner la vie, la paix et l’espérance à ceux qui sont perdus et défaits par le péché; manquer de bonté fraternelle et d’amour pour les frères chrétiens, qu’il a rachetés au prix de son propre sang. Pouvons-nous nous le permettre ? “Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” C’est le CHRIST que vous avez abusé et calomnié dans la personne de ses saints. {PH155 14.1 1882}
Ces institutions étaient des séminaires missionnaires, conçus pour maintenir un niveau plus élevé de morale et de religion à une époque où l’état déplorable de dégénérescence et de corruption réclamait fortement un tel effort de réforme. Le vieil Éli avait déshonoré l’Éternel en négligeant de retenir et de contrôler ses enfants. Ces fils dégénérés appelaient licence liberté, et sous le couvert de leur saint office pratiquaient les péchés les plus avilissants. Le caractère de ces hommes en tant que chefs de la nation, indique clairement l’état des choses existant à cette époque. Si Eli avait retenu son affection excessive pour ses fils et s’était acquitté de son devoir envers eux en tant que père et prêtre, leur vie aurait été plus noble et un destin plus heureux. Ils auraient pu être un honneur pour leur père, la couronne de la nation et les gardiens du SANCTUAIRE. Mais leurs crimes avaient souillé les ordonnances de l’Éternel et corrompu son peuple. Pour empêcher la dégénérescence morale de devenir universelle, il eut recours à un remède rapide et puissant. La justice divine a détruit le père et les fils. {ST, 22 juin 1882 par. 8}
N’êtes-vous pas disposé à accepter les promesses que l’Éternel fait ici et à vous débarrasser de l’égoïsme et à commencer à travailler sérieusement pour faire avancer sa cause ? Ne renforcez pas votre emprise sur ce monde en profitant de votre plus pauvre voisin, car l’œil de DIEU est sur vous ; Il lit chaque motif et vous pèse dans les balances du SANCTUAIRE. {5T 154.1 1882-1889}
Et il appela l’homme vêtu de lin, qui avait l’encrier de l’écrivain à son côté; et l’Éternel lui dit: PASSEZ AU MILIEU DE LA VILLE, AU MILIEU DE JÉRUSALEM, ET METTEZ UNE MARQUE SUR LE FRONT DES HOMMES QUI SOUFFRENT ET PLEURENT POUR TOUTES LES ABOMINATIONS QUI SE FONT AU MILIEU D’ELLE. Et aux autres qu’il m’a entendus, il a dit : Allez après lui à travers la ville, ET CHATTEZ. PAS PRÈS DE TOUT HOMME SUR QUI EST LA MARQUE ; ET COMMENCEZ À MON SANCTUAIRE. Puis ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. {5T 207.3 1882-1889}
JÉSUS est sur le point de quitter le SIÈGE DE MISÉRICORDE du SANCTUAIRE CÉLESTE pour revêtir des vêtements de vengeance et déverser Sa colère en jugements sur ceux qui n’ont pas répondu à la lumière que DIEU leur a donnée. “Parce que la condamnation d’une mauvaise œuvre n’est pas exécutée rapidement, le cœur des fils des hommes est pleinement déterminé à faire le mal.” Au lieu d’être adoucis par la patience et la longue patience que l’Éternel a exercées envers eux, ceux qui ne craignent pas DIEU et n’aiment pas la vérité renforcent leur cœur dans leur mauvaise conduite. Mais il y a même des limites à la patience de DIEU, et beaucoup dépassent ces limites. Ils ont dépassé les limites de la grâce, et donc DIEU doit intervenir et justifier Son propre honneur. {5T 207.4 1882-1889}
LA CLASSE QUI NE SE SENT PAS ATTRIBUÉE PAR LEUR PROPRE DÉCLENCHEMENT SPIRITUEL, NI NE PLEURENT SUR LES PÉCHÉS DES AUTRES, SERA LAISSÉE SANS LE SCEAU DE DIEU. L’Éternel charge ses messagers, les hommes avec des armes d’abattage dans leurs mains : « Allez après lui à travers la ville, et frappez. , et les femmes: mais ne s’approchent d’aucun homme sur qui est la marque; et commencer à MON SANCTUAIRE. Puis ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. {5T 211.1 1882-1889} {RH, 11 janvier 1887 par. 11}
Lorsque le peuple de DIEU était sur le point de construire le SANCTUAIRE dans le désert, de vastes préparatifs étaient nécessaires. Des matériaux coûteux ont été collectés, et parmi eux se trouvaient beaucoup d’or et d’argent. En tant que propriétaire légitime de tous leurs trésors, l’Éternel réclama ces offrandes du peuple; mais il n’a accepté que ceux qui ont été donnés gratuitement. Le peuple offrit volontiers, jusqu’à ce que Moïse ait dit : ” Le peuple apporte beaucoup plus qu’il n’en faut pour le service de l’œuvre que l’Éternel a commandé de faire. ” Et la proclamation fut faite à toute l’assemblée : « Que ni homme ni femme ne fassent plus de travail pour l’offrande du SANCTUAIRE. Ainsi, les gens ont été empêchés d’apporter. Car l’étoffe qu’ils avaient suffisait à tout le travail pour le faire, et trop. {5T 268.1 1882-1889}
Si des hommes aux idées limitées avaient été sur le terrain, ils auraient ouvert les yeux avec horreur. Comme Judas, ils auraient demandé : « À quoi sert ce gaspillage ? « Pourquoi ne pas tout fabriquer de la manière la moins chère ? » Mais LE SANCTUAIRE N’A PAS ÉTÉ CONÇU POUR HONORER L’HOMME, MAIS LE DIEU DU CIEL. Il avait donné des instructions précises sur la façon dont tout devait être fait. Le peuple devait apprendre qu’il était un être de grandeur et de majesté, et qu’il devait être adoré avec révérence et crainte. {5T 268.2 1882-1889}
Nous avons individuellement une affaire pendante devant la cour du ciel. Le caractère est pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et ce devrait être le désir sincère de tous de marcher humblement et prudemment, de peur que, négligeant de laisser leur lumière briller dans le monde, ils manquent la GRÂCE DE DIEU et perdent tout ce qui est précieux. Toutes les dissensions, toutes les différences et les critiques doivent être mises de côté, avec toutes les mauvaises paroles et l’amertume ; la bonté, l’amour et la compassion les uns pour les autres doivent être chéris, afin que la prière du CHRIST pour que ses disciples soient un comme il est un avec le PÈRE puisse être exaucée. L’harmonie et l’unité de l’église sont les références qu’ils présentent au monde que JÉSUS est le FILS DE DIEU. Une véritable conversion conduira toujours à un amour authentique pour JÉSUS et pour tous ceux pour qui Il est mort. {5T 279.1 1882-1889}
C’EST LE GRAND JOUR DE LA PRÉPARATION, ET L’ŒUVRE SOLENNELLE EN COURS DANS LE SANCTUAIRE CI-DESSUS DEVRAIT ÊTRE MAINTENUE CONSTAMMENT À L’ESPRIT DE ceux qui sont employés dans nos diverses institutions. Les soucis des affaires ne devraient pas être autorisés à absorber l’esprit à un degré tel que l’œuvre céleste, qui concerne chaque individu, sera considérée à la légère. LES SCÈNES SOLENNELLES DU JUGEMENT, LE GRAND JOUR DES EXPIATIONS, DEVRAIENT ÊTRE TENUES DEVANT LE PEUPLE, et pressées sur leurs consciences avec sérieux et puissance. Le sujet du SANCTUAIRE nous donnera des vues correctes de l’importance de l’œuvre pour cette époque. Sa juste appréciation conduira les ouvriers des maisons d’édition à manifester plus d’énergie et de zèle pour faire de l’ouvrage un succès. Personne ne devrait devenir négligent, aveuglé aux besoins de la cause et aux périls qui guettent chaque âme ; mais chacun devrait chercher à être un canal de lumière. {5T 420.3 1882-1889}
Comme l’intercession de Josué est acceptée, l’ordre est donné : « Ôte-lui les vêtements sales », et à Josué l’ange déclare : « Voici, j’ai fait passer ton iniquité loin de toi, et je te revêtirai de monnaie. de vêtements. « Alors ils mirent une belle mitre sur sa tête, et le vêtirent de vêtements. » Ses propres péchés et ceux de son peuple ont été pardonnés. Israël était revêtu de « vêtements de rechange » – la JUSTICE DE CHRIST qui leur était imputée. La mitre placée sur la tête de Josué était celle que portaient les prêtres et portait l’inscription « SAINTETÉ AU SEIGNEUR », signifiant que, malgré ses anciennes transgressions, il était maintenant qualifié pour servir devant DIEU dans Son SANCTUAIRE. {5T 469.2 1882-1889}
LA MAISON EST LE SANCTUAIRE POUR LA FAMILLE, ET LE PLACARD OU LE BOISSON LE LIEU LE PLUS RETIRÉ POUR LE CULTE INDIVIDUEL; MAIS L’ÉGLISE EST LE SANCTUAIRE DE LA CONGRÉGATION. IL DEVRAIT Y AVOIR DES RÈGLES CONCERNANT LE TEMPS, LE LIEU ET LA MANIÈRE DE CULTER. Rien de ce qui est sacré, rien qui se rapporte au CULTE DE DIEU, ne doit être traité avec négligence ou indifférence. Afin que les hommes puissent faire de leur mieux pour montrer les louanges de DIEU, leurs associations doivent être telles qu’elles garderont le sacré distinct du commun, dans leur esprit. Ceux qui ont des idées larges, des pensées et des aspirations nobles sont ceux qui ont des associations qui renforcent toutes les pensées des choses divines. Heureux sont ceux qui ont un SANCTUAIRE, qu’il soit haut ou bas, dans la ville ou parmi les grottes accidentées des montagnes, dans la modeste cabane ou dans le désert. Si c’est le mieux qu’ils puissent obtenir pour le MAÎTRE, Il sanctifiera le lieu par Sa présence, et il sera saint pour l’Éternel des armées. {5T 491.3 1882-1889}
LE LIEU DÉDIÉ À DIEU NE DOIT PAS ÊTRE UNE PIÈCE OÙ SE TRADULENT DES AFFAIRES MONDIALES. Si les enfants se réunissent pour adorer DIEU dans une pièce qui sert pendant la semaine d’école ou de débarras, ils seront plus qu’humains si, mêlés à leurs pensées dévotionnelles, ils n’ont pas aussi des pensées sur leurs études ou sur des choses qui se sont produits au cours de la semaine. L’éducation et la formation des jeunes devraient être d’un caractère qui exalterait les choses sacrées et encouragerait une pure dévotion pour DIEU dans Sa maison. Beaucoup de ceux qui professent être des enfants du Roi céleste n’ont aucune véritable appréciation du caractère sacré des choses ÉTERNELLES. Presque tous doivent apprendre à se conduire dans la MAISON DE DIEU. Les parents ne doivent pas seulement enseigner, mais ordonner à leurs enfants d’entrer dans le SANCTUAIRE avec sobriété et révérence. {5T 496.1 1882-1889}
LE GOÛT MORAL DES ADORATEURS DANS LE SAINT SANCTUAIRE DE DIEU DOIT ÊTRE ÉLEVÉ, RAFFINÉ, SANCTIFIÉ. Cette affaire a été malheureusement négligée. Son importance a été négligée, et en conséquence, le désordre et l’irrévérence sont devenus répandus, et DIEU a été déshonoré. Lorsque les dirigeants de l’église, les ministres et le peuple, les pères et les mères, n’ont pas eu des vues élevées sur cette question, que pourrait-on attendre des enfants inexpérimentés ? On les retrouve trop souvent en groupe, loin des parents qui devraient en avoir la charge. Bien qu’ils soient en présence de DIEU, et que Son œil les regarde, ils sont légers et insignifiants, ils chuchotent et rient, sont insouciants, irrévérencieux et inattentifs. On leur dit rarement que le ministre est l’ambassadeur de DIEU, que le message qu’il apporte est l’un des agents désignés par DIEU pour le salut des âmes, et que pour tous ceux qui ont le privilège mis à leur portée, ce sera une saveur de vie pour la vie ou de mort pour la mort. {5T 496.2 1882-1889}
Les esprits délicats et sensibles de la jeunesse obtiennent leur appréciation des travaux des serviteurs de DIEU par la façon dont leurs parents traitent la question. De nombreux chefs de famille font du service un sujet de critique chez eux, approuvant certaines choses et en condamnant d’autres. Ainsi le message de DIEU aux hommes est critiqué et remis en question, et fait un sujet de légèreté. Quelles impressions sont ainsi faites sur les jeunes par ces remarques négligentes et irrévérencieuses, seuls les livres du ciel le révéleront. Les enfants voient et comprennent ces choses bien plus vite que les parents ne le pensent. Leurs sens moraux reçoivent un biais erroné que le temps ne changera jamais complètement. Les parents pleurent la dureté de cœur de leurs enfants et la difficulté d’éveiller leur sensibilité morale pour répondre aux exigences de DIEU. Mais les livres des annales célestes tracent avec une plume infaillible la véritable cause. Les parents étaient inconvertis. Ils n’étaient pas en harmonie avec le ciel ou avec l’œuvre du ciel. Leurs idées basses et communes du caractère sacré du ministère et du SANCTUAIRE de DIEU ont été tissées dans l’éducation de leurs enfants. C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} Ils n’étaient pas en harmonie avec le ciel ou avec l’œuvre du ciel. Leurs idées basses et communes du caractère sacré du ministère et du SANCTUAIRE de DIEU ont été tissées dans l’éducation de leurs enfants. C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} Ils n’étaient pas en harmonie avec le ciel ou avec l’œuvre du ciel. Leurs idées basses et communes du caractère sacré du ministère et du SANCTUAIRE de DIEU ont été tissées dans l’éducation de leurs enfants. C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} des idées communes du caractère sacré du ministère et du SANCTUAIRE de DIEU ont été tissées dans l’éducation de leurs enfants. C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} des idées communes du caractère sacré du ministère et du SANCTUAIRE de DIEU ont été tissées dans l’éducation de leurs enfants. C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889} C’est une question de savoir si quelqu’un qui a été pendant des années sous cette influence dévastatrice de l’instruction à domicile aura jamais une révérence sensible et une haute estime pour le ministère de DIEU et les agences qu’Il a désignées pour le salut des âmes. Ces choses doivent être dites avec révérence, avec un langage approprié et avec une fine susceptibilité, afin que vous puissiez révéler à tous ceux que vous fréquentez que vous considérez le message des serviteurs de DIEU comme un message de DIEU lui-même. {5T 497.1 1882-1889}
Parents, faites attention à l’exemple et aux idées que vous donnez à vos enfants. Leur esprit est plastique et les impressions se font facilement. En ce qui concerne le service du SANCTUAIRE, si l’orateur a un défaut, ayez peur de le mentionner. Ne parlez que du bon travail qu’il fait, des bonnes idées qu’il a présentées, dont vous devriez tenir compte comme venant de l’agent de DIEU. On comprend aisément pourquoi les enfants sont si peu impressionnés par le ministère de la parole et pourquoi ils ont si peu de révérence pour la MAISON DE DIEU. Leur éducation a été défectueuse à cet égard. Leurs parents ont besoin d’une communion quotidienne avec DIEU. Leurs propres idées doivent être raffinées et ennoblies ; leurs lèvres ont besoin d’être touchées avec un charbon ardent provenant de l’AUTEL ; alors leurs habitudes, leurs habitudes à la maison feront une bonne impression sur l’esprit et le caractère de leurs enfants. Le niveau de la religion sera grandement élevé. De tels parents feront un grand travail pour DIEU. Ils auront moins de terre à terre, moins de sensualité, et plus de raffinement et de fidélité chez eux. La vie sera investie d’une solennité qu’ils ont à peine conçue. Rien ne sera rendu commun qui se rapporte au service et au CULTE DE DIEU. {5T 498.1 1882-1889}
TOUS DEVRAIENT ÊTRE ENSEIGNÉS À ÊTRE SOIGNÉS, PROPRES ET ORDONNÉS DANS LEUR HABILLEMENT, MAIS À NE PAS SE DONNER À CETTE PARURE EXTÉRIEURE QUI EST ENTIÈREMENT INAPPROPRIÉE POUR LE SANCTUAIRE. Il ne devrait y avoir aucune exposition des vêtements; car cela encourage l’irrévérence. L’attention du peuple est souvent attirée sur tel ou tel bel article vestimentaire, et ainsi s’immiscent des pensées qui ne devraient pas avoir de place dans le cœur des fidèles. DIEU doit être le sujet de la pensée, l’objet de l’adoration ; et tout ce qui détourne l’esprit du service solennel et sacré est une offense pour Lui. Le défilé d’arcs et de rubans, de volants et de plumes et d’ornements d’or et d’argent est une espèce d’idolâtrie et est tout à fait inapproprié pour le SERVICE sacré de DIEU, où l’œil de chaque adorateur doit être fixé sur sa gloire. TOUTES LES QUESTIONS D’HABILLEMENT DOIVENT ÊTRE STRICTEMENT GARDÉES, SUIVRE DE PRÈS LA RÈGLE DE LA BIBLE. La mode a été la déesse qui a gouverné le monde extérieur, et elle s’insinue souvent dans l’église. L’ÉGLISE DEVRAIT FAIRE DE LA PAROLE DE DIEU SA NORME, ET LES PARENTS DEVRAIENT RÉFLÉCHIR INTELLIGEMMENT À CE SUJET. Quand ils voient leurs enfants enclins à suivre les modes mondaines, ils doivent, comme Abraham, commander résolument leurs maisons après eux. Au lieu de les unir au monde, connectez-les à DIEU. Que personne ne déshonore le SANCTUAIRE DE DIEU par ses vêtements voyants. DIEU et les anges sont là. Le Saint d’Israël a parlé par l’intermédiaire de son apôtre : mais que ce soit l’homme caché du cœur, dans ce qui n’est pas corruptible, même l’ornement d’un esprit doux et tranquille, qui est aux yeux de DIEU de grand prix. {5T 499.1 1882-1889}
NOUS SOMMES DANS LE GRAND JOUR DE L’EXPIATION, ET L’ŒUVRE SACREE DU CHRIST POUR LE PEUPLE DE DIEU QUI SE PASSE ACTUELLEMENT DANS LE SANCTUAIRE CÉLESTE DEVRAIT ÊTRE NOTRE ÉTUDE CONSTANTE. Nous devrions enseigner à nos enfants ce que signifiait le JOUR D’EXPIATION typique et que c’était une saison spéciale de grande humiliation et de confession des péchés devant DIEU. Le JOUR D’EXPIATION antitypique doit avoir le même caractère. Quiconque enseigne la vérité par le précepte et l’exemple donnera à la trompette un certain son. Vous devez toujours cultiver la SPIRITUALITÉ, car il n’est pas naturel pour vous d’avoir un esprit céleste. Le grand travail est devant nous de conduire les gens loin des coutumes et des pratiques mondaines, de plus en plus haut, vers la SPIRITUALITÉ, la piété et le travail sérieux pour DIEU. C’est votre travail de proclamer le message du troisième ange, sonner la dernière note d’avertissement au monde. Que le SEIGNEUR vous accorde la vue SPIRITUELLE. J’écris ceci dans l’amour, voyant ton danger. Veuillez considérer ces choses attentivement et dans la prière. {5T 520.1 1882-1889}
LE GRAND PLAN DE RÉDEMPTION, TEL QUE RÉVÉLÉ DANS L’ŒUVRE DE CLÔTURE DE CES DERNIERS JOURS, DEVRAIT ÊTRE EXAMINÉ DE PLUS PRÈS. Les scènes liées au SANCTUAIRE ci-dessus devraient faire une telle impression sur les esprits et les cœurs de tous qu’elles peuvent être capables d’impressionner les autres. TOUS ONT BESOIN DE DEVENIR PLUS INTELLIGENTS EN CE QUI CONCERNE LE TRAVAIL DE L’EXPIATION, QUI SE PASSE DANS LE SANCTUAIRE CI-DESSUS. Lorsque cette grande vérité sera vue et comprise, ceux qui la détiennent travailleront en harmonie avec CHRIST pour préparer un peuple à se tenir debout dans le GRAND JOUR DE DIEU, et leurs efforts seront couronnés de succès. PAR L’ÉTUDE, LA CONTEMPLATION ET LA PRIÈRE, LE PEUPLE DE DIEU SERA ÉLEVÉ AU-DESSUS DES PENSÉES ET DES SENTIMENTS TERRESTRES COMMUNS ET SERA MIS EN HARMONIE AVEC LE CHRIST ET SON GRAND ŒUVRE DE NETTOYAGE DU SANCTUAIRE AU-DESSUS DES PÉCHÉS DU PEUPLE. Leur foi ira avec Lui dans le SANCTUAIRE, et les adorateurs sur terre passeront soigneusement en revue leurs vies et compareront leurs caractères avec le grand standard de justice. Ils verront leurs propres défauts; ils verront aussi qu’ils doivent avoir l’aide de l’ESPRIT DE DIEU s’ils veulent devenir qualifiés pour le grand et solennel travail pour ce temps qui est imposé aux ambassadeurs de DIEU. {5T 575.1 1882-1889}
Si ces personnes n’humilient pas leur cœur devant DIEU, si elles abritent les suggestions de Satan, le doute et l’infidélité s’empareront de l’âme, et elles verront tout sous un faux jour. Que les graines du doute soient une fois semées dans leur cœur et ils auront une moisson abondante à récolter. Ils en viendront à se méfier et à ne pas croire des vérités qui sont claires et pleines de beauté pour les autres qui ne se sont pas éduqués dans l’incrédulité. Ceux qui entraînent l’esprit à saisir tout ce dont ils peuvent se servir comme d’une cheville pour accrocher un doute, et qui suggèrent ces pensées à d’autres esprits, trouveront toujours l’occasion de douter. Ils remettront en question et critiqueront tout ce qui surgit dans le déploiement de la vérité, critiqueront le travail et la position des autres, critiqueront chaque branche du travail dans laquelle ils n’ont pas eux-mêmes une part. Ils se nourriront des erreurs, des fautes et des fautes des autres, « jusqu’à ce que », dit l’ange, le SEIGNEUR JÉSUS se lèvera de Son travail de MÉDIATION dans le SANCTUAIRE CÉLESTE et se revêtira des vêtements de la vengeance et les surprendra à leur impie. festin, et ils se trouveront mal préparés pour le festin des noces de l’AGNEAU. Leur goût a été tellement perverti qu’ils seraient enclins à critiquer même la table de l’Éternel dans son royaume. {5T 689.2 1882-1889} ” Leur goût a été tellement perverti qu’ils seraient enclins à critiquer même la table de l’Éternel dans son royaume. {5T 689.2 1882-1889} ” Leur goût a été tellement perverti qu’ils seraient enclins à critiquer même la table de l’Éternel dans son royaume. {5T 689.2 1882-1889}
Par la résistance à la vérité, les cœurs de ceux-ci s’installent dans la dureté fatale de l’impénitence confirmée. Ils se trompent et trompent les autres. Ils sont chrétiens de profession; ils rendent un hommage extérieur au CHRIST; ils s’unissent dans les services du SANCTUAIRE ; et pourtant le cœur, dont seul JÉSUS apprécie la fidélité, lui est étranger. Ils ont un nom à vivre, mais sont morts. Ils sont abandonnés aux ténèbres qu’ils ont choisies, les ténèbres de la nuit ÉTERNELLE. {LP 233.2 1883}
Félix avait une pénétration suffisante pour lire la disposition et le caractère des accusateurs de Paul. Il perçut les motifs de leurs flatteries et vit aussi qu’ils n’avaient pas réussi à étayer leurs accusations. Se tournant vers l’accusé, il lui fit signe de répondre par lui-même. Paul n’a pas gaspillé de mots dans des compliments complets, mais a simplement déclaré qu’il pouvait se défendre d’autant plus gaiement devant Félix, que ce dernier avait été si longtemps procureur, et avait donc une si bonne compréhension des lois et coutumes des Juifs. Petit à petit, il a ensuite réfuté les accusations portées contre lui. Il déclara qu’il n’avait causé aucun trouble dans aucune partie de Jérusalem, ni qu’il avait profané le SANCTUAIRE : ils ne peuvent pas non plus prouver les choses dont ils m’accusent maintenant. {LP 237.2 1883}
DIEU avait confié à Son peuple une œuvre à accomplir sur la terre. Le message du troisième ange devait être donné; l’esprit des croyants devait être dirigé vers le SANCTUAIRE CÉLESTE où CHRIST était entré pour faire l’EXPIATION pour Son peuple. La réforme du SABBAT devait être poursuivie. La violation de la LOI DE DIEU doit être réparée. Le message doit être proclamé d’une voix forte, afin que tous les habitants de la terre reçoivent les avertissements. Le peuple de DIEU doit purifier son âme par l’obéissance à la vérité et être prêt à se tenir sans faute devant Lui lors de Sa venue. {Ms4-1883}
La génisse ayant été tuée, le prêtre, revêtu de vêtements d’un blanc pur, prit dans ses mains le sang qui sortait du corps de la victime, et le jeta sept fois vers le temple. Ainsi CHRIST, dans sa propre justice sans tache, après avoir versé son précieux sang, est entré dans le SANCTUAIRE CÉLESTE pour servir en faveur du pécheur. Et là, le courant cramoisi est mis au service de la réconciliation de DIEU avec l’homme. “Et ayant un souverain sacrificateur sur la MAISON DE DIEU, approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, ayant nos cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et nos corps lavés d’une eau pure.” {RH, 9 janvier 1883 par. 6}
Il devrait y avoir des lectures de la BIBLE à la place de certains des discours réguliers ; même les étrangers en bénéficieront. Notre peuple, qui s’attend à ce que des événements si grands et si importants se produisent bientôt, devrait connaître les raisons de sa foi, afin qu’il puisse répondre avec douceur à tout homme qui lui demandera une raison de l’espérance qui est en lui. et la peur. Dans sa parole, DIEU a révélé des vérités qui profiteront à son église. En tant que peuple, NOUS DEVONS ÊTRE DES ÉTUDIANTS SERANTS DE LA PROPHÉTIE; NOUS NE DEVONS PAS REPOSER TANT QUE NOUS DEVENONS INTELLIGENTS EN CE QUI CONCERNE LE SUJET DU SANCTUAIRE, QUI EST SOULEVE DANS LES VISIONS DE DANIEL ET JOHN. Ce sujet jette une grande lumière sur notre position et notre travail actuels, et nous donne la preuve indubitable que DIEU nous a conduits dans notre expérience passée. Cela explique notre déception en 1844, nous montrant que le SANCTUAIRE à NETTOYER n’était pas la terre, comme nous l’avions supposé, mais que le CHRIST entra alors dans le TRÈS SAINT APPARTEMENT du SANCTUAIRE CÉLESTE, et y accomplit l’œuvre finale de son office sacerdotal, en accomplissement des paroles de l’ange au prophète Daniel, « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ. {RH, 27 novembre 1883 par. 9} {LS 278.1 1915}
Notre foi en référence aux messages des premier, deuxième et troisième anges était correcte. Les grandes marques que nous avons franchies sont inamovibles. Bien que les hôtes de l’enfer puissent essayer de les arracher à leur fondation et triompher en pensant qu’ils ont réussi, ils ne réussissent pas. Ces piliers de vérité se tiennent aussi fermes que les collines ÉTERNELLES, insensibles à tous les efforts des hommes combinés à ceux de Satan et de son armée. Nous pouvons apprendre beaucoup, et devrions constamment chercher dans les ÉCRITURES pour voir si ces choses sont ainsi. Le peuple de DIEU doit maintenant avoir les yeux fixés sur le SANCTUAIRE CÉLESTE, où se déroule le ministère final de notre grand GRAND PRÊTRE dans l’œuvre du jugement, où il intercède pour son peuple. {RH, 27 novembre 1883 par. dix}
L’ÉGLISE PROFESSÉE DU CHRIST S’EST ÉLOIGNÉE DE SON PRIVILÈGE, DE SON DEVOIR ET DE SON DIEU. Comme l’ancien Israël, elle a abandonné l’alliance et s’est jointe en harmonie avec le monde. L’orgueil, le luxe et le plaisir sont invités dans le SANCTUAIRE, et ses LIEUX SAINTS sont souillés. Ceux qui ont prêté allégeance à DIEU, apprécient la compagnie et l’esprit de ses ennemis déclarés. Leur choix détermine leur caractère. Fort est le SEIGNEUR DIEU qui les juge. {ST, 4 octobre 1883 par. 22}
Nous sommes debout comme une marque dans la combustion. Dans quelle position sommes-nous ! Le monde entier est dans les ténèbres. La tromperie est répandue partout; et voici l’église du reste prenant position sur une vérité importante. J’ai écrit ces grandes vérités dans mon quatrième volume, j’ai senti que nous n’étions pas prêts et j’ai dit à mon FILS, je dois y aller. Il a soutenu que je ne devais pas, alors que ma santé était si mauvaise, mais je sentais que je devais aller parler une fois de plus lors de nos réunions. Si seulement je pouvais vous dire à quel point mon cœur s’émeut quand je sens que le moment est venu et que tant de gens ne sont pas préparés. Nous n’avons pas de temps à consacrer à la frivolité, à reculer devant DIEU. Nous devons nous préparer à traverser le temps et l’éternité. Le travail se poursuit dans le SANCTUAIRE, mais comme nous sommes sensuels, somnolents, indifférents. Combien nos jeunes hommes et nos jeunes femmes pourraient faire ! Quelle riche expérience ils pourraient avoir ! Il semble parfois qu’il y ait eu une paralysie sur notre peuple ; qu’ils ne réalisent pas à quel point ils sont proches de la fin de la terre. Nous avons besoin de plus de porte-drapeaux. Nous avons besoin de plus de missionnaires pour aller dans le monde. {ST, 22 novembre 1883 par. 2}
TOUS CEUX QUI FORMERONT DES PERSONNAGES POUR LE CIEL DOIVENT ÊTRE DES CHRÉTIENS BIBLIQUES. ILS DOIVENT ÊTRE DILIGENTS DANS L’ÉTUDE DE LA CARTE DE VIE, et doivent examiner attentivement et dans la prière les motifs qui les poussent à l’action. Le monde des affaires ne se situe pas en dehors des limites du gouvernement de DIEU. LA VRAIE RELIGION NE DOIT PAS ÊTRE SIMPLEMENT PARADÉE LE SABBAT ET EXPOSÉE DANS LE SANCTUAIRE ; C’EST POUR TOUS LES JOURS ET POUR TOUS LES LIEUX. Ses revendications doivent être reconnues et respectées dans chaque acte de la vie. Les hommes qui possèdent l’article authentique montreront dans toutes leurs affaires une perception du droit aussi claire que lorsqu’ils offrent leurs supplications au TRÔNE DE GRÂCE. {ST, 20 décembre 1883 par. 14}
Mille ans auparavant, le psalmiste avait magnifié la faveur de DIEU envers Israël en faisant de sa sainte maison sa demeure : « A Salem est son TABERNACLE, et sa demeure à Sion. [Psaume 76:2.] « Il a choisi la tribu de Juda, la montagne de Sion qu’il aimait. Et il bâtit son SANCTUAIRE comme de hauts palais. [Psaume 78:68, 69.] Le premier temple avait été érigé pendant la période la plus prospère de l’histoire d’Israël. De vastes réserves de trésors à cet effet avaient été rassemblées par le roi David, et les plans de sa construction ont été faits par inspiration divine. Salomon, le plus sage des monarques d’Israël, avait achevé l’œuvre. Ce temple était le bâtiment le plus magnifique que le monde ait jamais vu. Pourtant l’Éternel avait déclaré par le prophète Aggée, concernant le second temple : « La gloire de cette dernière maison sera plus grande que celle de la première. ” ” J’ébranlerai toutes les nations, et la convoitise de toutes les nations viendra, et je remplirai cette maison de gloire, dit l’Éternel des armées. ” [Aggée 2:9, 7.] {4SP 23.2 1884}
Après la destruction du temple par Nabuchodonosor, il a été reconstruit environ cinq cents ans avant la naissance du CHRIST, par un peuple qui, après une captivité à vie, était retourné dans un pays dévasté et presque désert. Il y avait alors parmi eux des hommes âgés qui avaient vu la gloire du temple de Salomon, et qui pleuraient à la fondation du nouvel édifice, qu’il devait être si inférieur à l’ancien. Le sentiment qui prévalait est décrit avec force par le prophète : « Qui reste parmi vous qui a vu cette maison dans sa première gloire ? et comment le vois-tu maintenant ? n’est-ce pas à vos yeux en comparaison de cela comme rien? [Aggée 2:3.] Alors fut donnée la promesse que la gloire de cette dernière maison serait plus grande que celle de la première. {4SP 23.3 1884}
Mais le second temple n’avait pas égalé le premier en magnificence ; il n’était pas non plus sanctifié par ces signes visibles de la présence divine qui appartenaient au premier temple. Il n’y avait aucune manifestation de pouvoir surnaturel pour marquer son dévouement. Aucun nuage de gloire n’a été vu pour remplir le SANCTUAIRE nouvellement érigé. Aucun feu du Ciel n’est descendu pour consumer le sacrifice sur son AUTEL. La SHEKINAH n’habitait plus entre les CHERUBIM dans le LIEU TRÈS SAINT; l’arche, le siège de miséricorde et les tables du témoignage ne s’y trouvaient pas. Aucune voix ne sonna du Ciel pour faire connaître au prêtre interrogateur la volonté de JÉHOVAH. {4SP 24.1 1884}
Les chefs des factions opposées s’unissaient parfois pour piller et torturer leurs misérables victimes, et de nouveau ils se jetaient les uns sur les autres et les massacraient sans pitié. Même le caractère sacré du temple ne pouvait retenir leur horrible férocité. Les fidèles furent abattus devant l’AUTEL, et le SANCTUAIRE fut souillé par les corps des morts. Pourtant, dans leur présomption aveugle et blasphématoire, les instigateurs de cette œuvre infernale ont déclaré publiquement qu’ils ne craignaient pas que Jérusalem soit détruite, car c’était la propre ville de DIEU. Pour asseoir leur pouvoir plus solidement, ils ont soudoyé de faux prophètes pour qu’ils proclament, même lorsque les légions romaines assiégeaient le temple, que le peuple devait attendre la délivrance de DIEU. Jusqu’au bout, des multitudes s’accrochèrent à la croyance que le TRÈS HAUT interviendrait pour la défaite de leurs adversaires. Mais Israël avait rejeté la protection divine, et maintenant elle n’avait plus de défense. Malheureuse Jérusalem ! déchiré par des dissensions internes, le sang de ses enfants, tués les uns par les autres, cramoisi ses rues, tandis que des armées étrangères abattaient ses fortifications et tuaient ses hommes de guerre ! {4SP 30.1 1884}
Le feu n’avait pas atteint la sainte maison elle-même lorsque Titus entra, et, voyant sa splendeur inégalée, il fut poussé à un dernier effort pour sa préservation. Mais en sa présence même, un soldat enfonça une torche allumée entre les gonds de la porte, et en un instant les flammes éclatèrent à l’intérieur du SANCTUAIRE. Alors que l’éclat rouge révélait les murs des LIEUX SAINTS, scintillants d’or, une frénésie s’empara des soldats. Aiguillonnés par un désir de pillage, et remplis de rage par la résistance des Juifs, ils étaient incontrôlables. {4SP 35.1 1884}
DIEU avait fourni à son peuple un SANCTUAIRE d’une effroyable grandeur, convenant aux puissantes vérités confiées à sa confiance. Pour ces fidèles exilés, les montagnes étaient un emblème de la justice immuable de JÉHOVAH. Ils pointaient leurs enfants vers les hauteurs qui les dominaient d’une majesté immuable, et leur parlaient de Celui chez qui il n’y a ni variation ni ombre de virage, dont la parole est aussi durable que les collines éternelles. DIEU avait affermi les montagnes et les avait ceints de force; aucun bras autre que celui d’une puissance infinie ne pouvait les faire sortir de leur place. De la même manière, il avait établi SA LOI, fondement de son gouvernement dans les cieux et sur la terre. Le bras de l’homme pourrait atteindre ses semblables et détruire leur vie ; mais ce bras pouvait tout aussi bien déraciner les montagnes de leurs fondations et les précipiter dans la mer, comme cela pourrait changer un précepte de la LOI DE JÉHOVAH, ou effacer une de ses promesses à ceux qui font sa volonté. Dans leur fidélité à SA LOI, les serviteurs de DIEU devraient être aussi fermes que les collines immuables. {4SP 71.1 1884}
Depuis le rejet du premier message, un triste changement s’est produit dans les églises. Comme la vérité est rejetée, l’erreur est reçue et chérie. L’AMOUR POUR DIEU ET LA FOI EN SA PAROLE SE FROIDISSENT. LES ÉGLISES ONT ATTRIBUÉ L’ESPRIT DU SEIGNEUR, ET IL A ÉTÉ DANS UNE GRANDE MESURE RETIRÉ. Les paroles du prophète Ézéchiel sont terriblement applicables : « FILS DE L’HOMME, ces hommes ont érigé leurs idoles dans leur cœur et ont mis devant leur face la pierre d’achoppement de leur iniquité. Dois-je être interrogé par eux ? “Moi, l’Éternel, je répondrai à celui qui vient selon la multitude de ses idoles.” [Ézéchiel 14:3, 4.] Les hommes ne peuvent pas se prosterner devant des idoles de bois et de pierre, mais tous ceux qui aiment les choses du monde et prennent plaisir à l’injustice ont érigé des idoles dans leur cœur. LA MAJORITÉ DES PROFESSÉS CHRÉTIENS SERVENT D’AUTRES DIEUX QUE LE SEIGNEUR. LA FIERTÉ ET LE LUXE SONT CHÉRIS, LES IDOLES SONT INSTALLÉES DANS LE SANCTUAIRE, ET SES LIEUX SAINTS SONT POLLUÉS. {4SP 237.3 1884}
Chapitre XVIII. – Le sanctuaire.
L’ÉCRITURE qui, par-dessus toutes les autres, avait été à la fois le fondement et le pilier central de la foi adventiste était la déclaration : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ. [Daniel 8:14.] Ces paroles étaient familières à tous ceux qui croyaient en la venue prochaine de l’Éternel. Par la bouche de milliers de personnes, cette prophétie a été joyeusement répétée comme le mot d’ordre de leur foi. Tous sentaient que des événements qui s’y rapportaient dépendaient leurs attentes les plus brillantes et leurs espérances les plus chères. Il a été démontré que ces jours prophétiques se terminaient à l’automne 1844. Comme le reste du monde chrétien, les Adventistes soutenaient alors que la terre, ou une partie de celle-ci, était le SANCTUAIRE, et que le NETTOYAGE DU SANCTUAIRE était le purification de la terre par les feux du dernier grand jour. Ils ont compris que cela aurait lieu à la SECONDE VENUE DU CHRIST. D’où la conclusion que CHRIST reviendrait sur terre en 1844. {4SP 258.1 1884}
Mais le temps fixé arriva, et l’Éternel ne parut pas. Les croyants savaient que la PAROLE DE DIEU ne pouvait pas faillir ; leur interprétation de la prophétie doit être erronée ; mais où était l’erreur ? Beaucoup ont témérairement coupé le nœud de la difficulté en niant que les 2300 jours se sont terminés en 1844. Aucune raison ne pouvait être donnée pour cette position, sauf que le CHRIST n’était pas venu au moment de l’attente. Ils soutenaient que si les jours prophétiques s’étaient terminés en 1844, le CHRIST serait alors venu NETTOYER le SANCTUAIRE par la purification de la terre par le feu ; et que puisqu’il n’était pas venu, les jours n’auraient pas pu finir. {4SP 258.2 1884}
Accepter cette conclusion, c’était renoncer à l’ancien calcul des périodes prophétiques, et embrouiller toute la question. C’était un abandon délibéré de positions qui avaient été atteintes par une étude sérieuse et priante des ÉCRITURES, par des esprits éclairés par l’ESPRIT DE DIEU, et des cœurs brûlant de sa puissance vivante ; des positions qui avaient résisté aux critiques les plus pénétrantes et à l’opposition la plus amère des religieux populaires et des sages du monde, et qui avaient résisté aux forces combinées de l’érudition et de l’éloquence, ainsi qu’aux railleries et aux injures des honorables et des vils. Et tout ce sacrifice a été fait afin de maintenir la théorie que la terre est le SANCTUAIRE. {4SP 259.1 1884}
DIEU avait conduit son peuple dans le grand mouvement adventiste ; sa puissance et sa gloire avaient accompagné l’œuvre, et il ne voulait pas qu’elle se terminât dans les ténèbres et la déception, qu’on lui reprochât une excitation fausse et fanatique. Il ne laisserait pas sa parole impliquée dans le doute et l’incertitude. Bien que la majorité des adventistes aient abandonné leur ancien calcul des périodes prophétiques et, par conséquent, nié l’exactitude du mouvement basé sur celui-ci, quelques-uns n’étaient pas disposés à renoncer à des points de foi et d’expérience soutenus par les ÉCRITURES et par le témoignage spécial de l’ESPRIT. DE DIEU. Ils croyaient qu’ils avaient adopté de bons principes d’interprétation dans leur étude des ÉCRITURES et qu’il était de leur devoir de retenir les vérités déjà acquises et de poursuivre toujours le même cours de recherche biblique. Avec une prière sincère, ils ont revu leur position et ont étudié les ÉCRITURES pour découvrir leur erreur. Comme ils ne pouvaient voir aucune erreur dans leur explication des périodes prophétiques, ils furent amenés à examiner de plus près le sujet du SANCTUAIRE. {4SP 259.2 1884}
Dans leur enquête, ils apprirent que le SANCTUAIRE terrestre, construit par Moïse sur l’ordre de DIEU, selon le modèle qui lui était montré sur la montagne, était “une figure pour le temps alors présent, dans laquelle étaient offerts à la fois des dons et des sacrifices” ; que ses DEUX LIEUX SAINTS étaient « des modèles de choses dans les cieux » ; que le CHRIST, notre grand Souverain Sacrificateur, est « un ministre du SANCTUAIRE, et du vrai TABERNACLE, que l’Éternel a dressé, et non l’homme » ; que “le CHRIST n’est pas entré dans les LIEUX SAINTS faits avec les mains, qui sont les figures du vrai, mais dans le Ciel lui-même, pour apparaître maintenant en présence de DIEU pour nous.” [Hébreux 9:9, 23 ; 8:2 ; 9:24.] {4SP 260.1 1884}
Le SANCTUAIRE DANS LE CIEL, dans lequel JÉSUS exerce son ministère en notre faveur, est le grand original, dont le SANCTUAIRE construit par Moïse était une copie. DIEU plaça SON ESPRIT sur les bâtisseurs du SANCTUAIRE terrestre. La compétence artistique déployée dans sa construction était une manifestation de la sagesse divine. Les murs avaient l’apparence d’or massif, reflétant dans toutes les directions la lumière des SEPT LAMPES du CHANDELIER D’OR. La TABLE DES PAINS DE PROPOSITION et l’AUTEL DES ENCENS brillaient comme de l’or poli. Le magnifique RIDEAU qui formait le plafond, orné de figures d’anges en bleu, pourpre et écarlate, ajoutait à la beauté de la scène. Et au-delà du SECOND VOILE se trouvait la SAINTE SHEKINAH, la manifestation visible de la gloire de DIEU, devant laquelle seul le souverain sacrificateur pouvait entrer et vivre. La splendeur incomparable du TABERNACLE terrestre reflétait à la vision humaine les gloires de ce TEMPLE CÉLESTE où le CHRIST notre précurseur sert pour nous devant le TRÔNE de DIEU. {4SP 260.2 1884}
Comme le SANCTUAIRE sur terre avait DEUX APPARTEMENTS, le SAINT et le TRÈS SAINT, ainsi il y a DEUX LIEUX SAINTS dans le SANCTUAIRE AU CIEL. Et l’ARCHE contenant la LOI DE DIEU, l’AUTEL DE L’ENCENS, et d’autres instruments de service trouvés dans le SANCTUAIRE d’en bas, ont aussi leur contrepartie dans le SANCTUAIRE d’en haut. Dans une vision sainte, l’apôtre Jean reçut la permission d’entrer au Ciel, et il y vit le CHANDELIER et l’AUTEL D’ENCENS, et comme “le TEMPLE DE DIEU fut ouvert”, il vit aussi “l’ARCHE DE SON TESTAMENT”. [Apocalypse 4:5 ; 8:3 ; Apocalypse 11:19.] {4SP 261.1 1884}
Ceux qui cherchaient la vérité trouvèrent la preuve indiscutable de l’existence d’un SANCTUAIRE AU CIEL. Moïse fit le SANCTUAIRE terrestre d’après un modèle qui lui fut montré. Paul déclare que ce modèle était le véritable SANCTUAIRE qui est au Ciel. Jean témoigne qu’il l’a vu au paradis. {4SP 261.2 1884}
Dans le temple céleste, la demeure de DIEU, son TRÔNE est établi dans la justice et le jugement. Dans le LIEU TRÈS SAINT se trouve SA LOI, la grande règle de droit par laquelle toute l’humanité est testée. L’Arche qui enchâsse les tables de la loi est recouverte du SIÈGE DE MISÉRICORDE, devant lequel le CHRIST plaide son sang en faveur du pécheur. Ainsi est représentée l’union de la justice et de la miséricorde dans le plan de rédemption humaine. Cette union, la sagesse infinie pouvait seule concevoir, et la puissance infinie accomplir ; c’est une union qui remplit tout le Ciel d’émerveillement et d’adoration. Les CHERUBINS du SANCTUAIRE terrestre regardant avec révérence le SIÈGE DE MISÉRICORDE, représentent l’intérêt avec lequel l’armée céleste contemple l’œuvre de la rédemption. C’est le mystère de la miséricorde dans lequel les anges désirent regarder, que Dieu peut être juste pendant qu’il justifie le pécheur repentant, et renoue avec la race déchue; que CHRIST pouvait s’abaisser pour relever des multitudes innombrables de l’abîme de la ruine, et les revêtir des vêtements immaculés de sa propre justice, pour s’unir aux anges qui ne sont jamais tombés, et pour demeurer éternellement en présence de DIEU. {4SP 261.3 1884}
A la fin des 2300 jours, en 1844, aucun SANCTUAIRE n’avait existé sur terre depuis plusieurs siècles ; par conséquent, le SANCTUAIRE DANS LE CIEL doit être celui mis en évidence dans la déclaration : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ. Mais comment un SANCTUAIRE AU CIEL aurait-il besoin d’être NETTOYÉ ? Revenant aux ÉCRITURES, les étudiants de la prophétie ont appris que la NETTOYAGE n’était pas une élimination des impuretés physiques, car elle devait être accomplie avec du sang, et devait donc être une NETTOYAGE du péché. Ainsi parle l’apôtre : « Il était donc nécessaire que les schémas des choses dans les Cieux soient purifiés avec ceux-ci [le sang des animaux] ; mais les choses célestes elles-mêmes avec de meilleurs sacrifices que ceux-ci [même le précieux SANG DU CHRIST]. [Hébreux 9:23. ] Pour obtenir une connaissance plus approfondie du NETTOYAGE auquel la prophétie pointe, il était nécessaire de comprendre le ministère du SANCTUAIRE CÉLESTE. Cela ne pouvait être appris que du ministère du SANCTUAIRE terrestre ; car Paul déclare que les prêtres qui y officiaient servaient « à l’exemple et à l’ombre des choses célestes ». [Hébreux 8:5.] {4SP 262.1 1884}
Le ministère du SANCTUAIRE terrestre consistait en deux divisions : les prêtres servaient quotidiennement dans le LIEU SAINT, tandis qu’une fois par an le souverain sacrificateur exécutait une œuvre spéciale d’EXPIATION dans le TRÈS SAINT, pour la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE. Jour après jour, le pécheur repentant apportait son offrande à la porte du TABERNACLE et, posant sa main sur la tête de la victime, confessait ses péchés, les transférant ainsi en figure au sacrifice innocent. L’animal était alors tué, et le sang ou la chair était porté par le prêtre dans le LIEU SAINT. Ainsi le péché était, en figure, transféré au SANCTUAIRE. Tel a été le travail qui s’est poursuivi tout au long de l’année. Le transfert continuel des péchés au SANCTUAIRE, a rendu un nouveau travail de ministère nécessaire afin de les enlever. Le dixième jour du septième mois, le souverain sacrificateur entra dans l’APPARTEMENT INTÉRIEUR, ou LIEU TRÈS SAINT, dans lequel il lui était interdit, sous peine de mort, d’entrer à tout autre moment. Le NETTOYAGE DU SANCTUAIRE alors effectué complétait la ronde annuelle de service. {4SP 263.1 1884}
Le GRAND JOUR DES EXPIATIONS, deux chevreaux furent amenés à la porte du TABERNACLE et tirés au sort sur eux, “un lot pour l’Éternel, et l’autre lot pour le bouc émissaire”. Le bouc sur lequel est tombé le sort pour l’Éternel devait être immolé en sacrifice pour le péché pour le peuple. Et le sacrificateur devait apporter son sang dans le VOILE, et l’asperger sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE. « Et il fera l’EXPIATION pour le LIEU SAINT, à cause de l’impureté des enfants d’Israël, et à cause de leurs transgressions dans tous leurs péchés ; et il fera de même pour le TABERNACLE de la congrégation, qui demeure parmi eux au milieu de leur impureté. [Lévitique 16:8, 16.] {4SP 263.2 1884}
Et Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d’Israël, et toutes leurs transgressions dans tous leurs péchés, les mettant sur la tête du bouc, et lui enverra par la main d’un homme apte dans le désert; et le bouc portera sur lui toutes leurs iniquités dans un pays inhabité. [Lévitique 16:21, 22.] Le bouc émissaire n’entrait plus dans le camp d’Israël, et l’homme qui l’emmenait devait se laver et laver ses vêtements avec de l’eau avant de retourner au camp. {4SP 264.1 1884}
Toute la cérémonie avait pour but d’impressionner les Israélites par la SAINTETE DE DIEU et son horreur du péché, et, en outre, de leur montrer qu’ils ne pouvaient pas entrer en contact avec le péché sans être pollués. Chaque homme devait affliger son âme pendant que cette œuvre d’EXPIATION se déroulait. Toutes les affaires ont été mises de côté, et toute la congrégation d’Israël a passé la journée dans une humiliation solennelle devant DIEU, avec la prière, le jeûne et une profonde recherche du cœur. {4SP 264.2 1884}
Des vérités importantes concernant l’EXPIATION peuvent être apprises du service typique. Un substitut était accepté à la place du pécheur ; mais le péché n’a pas été annulé par le sang de la victime. Un moyen a donc été fourni par lequel il a été transféré au SANCTUAIRE. Par l’offrande du sang, le pécheur reconnaissait l’autorité de la loi, confessait sa culpabilité dans la transgression et exprimait son désir de pardon par la foi en un RÉDEMPTEUR à venir ; mais il n’était pas encore entièrement dégagé de la condamnation de la loi. Le JOUR DES EXPIATIONS, le souverain sacrificateur, ayant pris une offrande de la congrégation, entra dans le LIEU TRÈS SAINT avec le sang de cette offrande générale, et l’aspergea sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE, directement au-dessus de la loi, pour satisfaire ses revendications. . Puis, en sa qualité de MEDIATEUR, il prit les péchés sur lui, et les porta du SANCTUAIRE. Plaçant ses mains sur la tête du bouc émissaire, il confessa sur lui tous ces péchés, les transférant ainsi en figure de lui au bouc. Le bouc les emporta alors, et ils furent considérés comme à jamais séparés du peuple. {4SP 265.1 1884}
Tel était le service rendu ” à l’exemple et à l’ombre des choses célestes “. Et ce qui a été fait en type dans le ministère du terrestre, est fait en réalité dans le ministère du céleste. Après son ascension, notre SAUVEUR a commencé son travail en tant que notre souverain sacrificateur. Paul dit : « Le CHRIST n’est pas entré dans les LIEUX SAINTS faits de mains, qui sont les figures du vrai ; mais au Ciel même, pour apparaître maintenant en présence de DIEU pour nous. [Hébreux 9:24.] En harmonie avec le service typique, il commença son ministère dans le LIEU SAINT, et à la fin des jours prophétiques en 1844, comme prédit par Daniel le prophète, il entra dans le TRES SAINT pour accomplir le dernier division de son travail solennel,–pour NETTOYER le SANCTUAIRE. {4SP 265.2 1884}
Comme les péchés du peuple étaient anciennement transférés, en figure, au SANCTUAIRE terrestre par le sang de l’offrande pour le péché, ainsi nos péchés sont, en fait, transférés au SANCTUAIRE CÉLESTE par le SANG DU CHRIST. Et comme le NETTOYAGE typique du terrestre a été accompli par l’élimination des péchés par lesquels il avait été pollué, de même le NETTOYAGE réel du céleste doit être accompli par l’élimination ou l’effacement des péchés qui y sont enregistrés. Cela nécessite un examen des registres pour déterminer qui, par la repentance du péché et la foi en CHRIST, a droit aux bénéfices de SON EXPIATION. La NETTOYAGE DU SANCTUAIRE implique donc un travail de JUGEMENT INVESTIGATEUR. Ce travail doit être effectué avant la venue de CHRIST pour racheter son peuple ; car quand il viendra, sa récompense est avec lui pour rendre à chacun selon ses oeuvres. [Apocalypse 22:12.] {4SP 266.1 1884}
Ainsi ceux qui suivirent dans la lumière avancée de la parole prophétique virent qu’au lieu de venir sur terre à la fin des 2300 jours en 1844, CHRIST entra alors dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, en présence de DIEU, pour accomplir l’œuvre finale de l’EXPIATION, préparatoire à sa venue. {4SP 266.2 1884}
On a vu aussi que tandis que l’offrande pour le péché désignait CHRIST comme un sacrifice, et que le souverain sacrificateur représentait CHRIST comme un MÉDIATEUR, le bouc émissaire typifiait Satan, l’auteur du péché, sur qui les péchés du vrai pénitent être enfin placé. Lorsque le souverain sacrificateur, en vertu du sang de l’offrande pour le péché, ôta les péchés du SANCTUAIRE, il les plaça sur le bouc émissaire. Lorsque CHRIST, en vertu de son propre sang, enlèvera les péchés de son peuple du SANCTUAIRE CÉLESTE à la fin de son ministère, il les placera sur Satan, qui, dans l’exécution du jugement, devra porter la peine finale. Le bouc émissaire a été envoyé dans un pays inhabité, pour ne plus jamais revenir dans la congrégation d’Israël. Ainsi Satan sera banni à jamais de la présence de DIEU et de son peuple, et il sera effacé de l’existence dans la destruction finale du péché et des pécheurs. {4SP 266.3 1884}
Chapitre XIX. – Une porte ouverte et une porte fermée.
Le sujet du SANCTUAIRE était la clé qui ouvrait le mystère de la déception, montrant que DIEU avait conduit son peuple dans le grand mouvement adventiste. Elle ouvrait à la vue un système complet de vérité, connecté et harmonieux, et révélait le devoir présent en mettant en lumière la position et l’œuvre du peuple de DIEU. {4SP 268.1 1884} {GC88 423 1888}
Après le passage du temps de l’attente, en 1844, les adventistes croyaient encore que la venue du SAUVEUR était très proche ; ils soutenaient qu’ils avaient atteint une crise importante, et que l’œuvre de CHRIST, en tant qu’INTERCESSEUR de l’homme devant DIEU, avait cessé. Ayant donné l’avertissement du Jugement proche, ils ont senti que leur travail pour le monde était accompli, et ils ont perdu le fardeau de leur âme pour le salut des pécheurs, tandis que les moqueries audacieuses et blasphématoires des impies leur semblaient une autre preuve que l’ESPRIT DE DIEU avait été retiré à ceux qui rejettent sa miséricorde. Tout cela les a confirmés dans la conviction que la probation était terminée, ou, comme ils l’ont alors exprimé, “la porte de la miséricorde était fermée”. {4SP 268.2 1884}
Mais une lumière plus claire est venue avec l’enquête sur la question du SANCTUAIRE. On voyait maintenant l’application de ces paroles de CHRIST dans l’Apocalypse, adressées à l’église à ce moment précis : « Voici ce que dit le saint, le vrai, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre et l’homme ferme, et ferme et personne n’ouvre; je connais tes oeuvres; voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. [Apocalypse 3: 7, 8.] Ici, une PORTE ouverte ainsi qu’une PORTE FERMÉE est présentée. À la fin des 2300 jours prophétiques en 1844, CHRIST a changé son ministère du LIEU SAINT au LIEU TRÈS SAINT. Lorsque, dans le ministère du SANCTUAIRE terrestre, le Souverain Sacrificateur, le JOUR DES EXPIATIONS, entra dans le LIEU TRÈS SAINT, la porte du LIEU SAINT se ferma et la porte du LIEU TRÈS SAINT s’ouvrit. Alors, lorsque CHRIST passa du SAINT au TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, la porte, ou ministère, du premier APPARTEMENT fut fermée, et la porte, ou ministère, de ce dernier fut ouverte. CHRIST avait terminé une partie de son travail comme notre INTERCESSEUR, pour entrer dans une autre partie du travail; et il a encore présenté son sang devant le PERE en faveur des pécheurs. “Voici,” déclare-t-il, “j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3 1884} “J’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3 1884} “J’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.” {4SP 268.3 1884}
Ceux qui par la foi suivent JÉSUS dans la grande œuvre de l’EXPIATION, reçoivent les bienfaits de sa MÉDIATION en leur faveur ; mais ceux qui rejettent la lumière qui apporte à voir ce travail de ministère, n’en bénéficient pas. Les Juifs qui ont rejeté la lumière donnée lors du premier avènement de CHRIST, et ont refusé de croire en lui comme le SAUVEUR du monde, ne pouvaient pas recevoir le pardon par lui. Lorsque JÉSUS à son ascension entra par son propre sang dans le SANCTUAIRE CÉLESTE pour répandre sur ses disciples les bénédictions de sa MÉDIATION, les Juifs furent laissés dans l’obscurité totale, pour continuer leurs sacrifices et offrandes inutiles. Le ministère des types et des ombres avait cessé. Cette porte par laquelle les hommes avaient autrefois trouvé accès à DIEU, n’était plus ouverte. Les Juifs avaient refusé de le chercher par le seul moyen de le trouver alors, par le ministère dans le SANCTUAIRE DANS LE CIEL. Par conséquent, ils n’ont trouvé aucune communion avec DIEU. Pour eux, la porte était fermée. Ils n’avaient aucune connaissance de CHRIST comme le véritable sacrifice et le seul MÉDIATEUR devant DIEU; par conséquent, ils ne pouvaient pas recevoir les avantages de sa MÉDIATION. {4SP 269.1 1884}
La condition des juifs incroyants illustre la condition des insouciants et des incrédules parmi les chrétiens de profession, qui ignorent volontairement l’œuvre de notre miséricordieux GRAND PRÊTRE. Dans le service typique, lorsque le souverain sacrificateur entrait dans le LIEU TRÈS SAINT, tout Israël devait se rassembler autour du SANCTUAIRE et, de la manière la plus solennelle, humilier son âme devant DIEU, afin qu’il puisse recevoir le pardon de ses péchés et ne pas être coupé de la congrégation. Combien plus essentiel dans ce JOUR D’EXPIATION anti-typique que nous comprenions le travail de notre GRAND PRÊTRE, et sachions quels devoirs nous sont demandés. {4SP 270.1 1884}
Les hommes ne peuvent impunément rejeter les avertissements que DIEU dans la miséricorde leur envoie. Un message a été envoyé du Ciel au monde à l’époque de Noé, et leur salut dépendait de la manière dont ils traitaient ce message. Parce qu’ils ont rejeté l’avertissement, l’ESPRIT DE DIEU a été retiré de cette race pécheresse, et ils ont péri dans les eaux du déluge. Au temps d’Abraham, la miséricorde cessa de plaider contre les habitants coupables de Sodome, et tous sauf Lot avec sa femme et ses deux filles furent consumés par le feu envoyé du ciel. Ainsi aux jours de CHRIST. Le FILS DE DIEU a déclaré aux Juifs incrédules de cette génération : « Votre maison vous est laissée désolée. [Matthieu 23:38.] Regardant vers les derniers jours, la même puissance infinie déclare, concernant ceux qui « n’ont pas reçu l’amour de la vérité, afin d’être sauvés, ” ” Pour cette cause, DIEU leur enverra une forte illusion, afin qu’ils croient un mensonge; afin que soient damnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. [2 Thessaloniciens 2:10-12.] Alors qu’ils rejettent les enseignements de sa parole, DIEU retire SON ESPRIT, et les laisse aux tromperies qu’ils aiment. {4SP 270.2 1884}
Mais le CHRIST intercède toujours en faveur de l’homme, et la lumière sera donnée à ceux qui la recherchent. Bien que cela n’ait pas été compris au début par les Adventistes, cela a été rendu clair par la suite lorsque les ÉCRITURES qui définissent leur véritable position ont commencé à s’ouvrir devant eux. {4SP 271.1 1884}
Le passage du temps en 1844 a été suivi d’une période de grande épreuve pour ceux qui avaient encore la foi adventiste. Leur seul soulagement, en ce qui concerne la détermination de leur véritable position, était la lumière qui dirigeait leur esprit vers le SANCTUAIRE d’en haut. Comme cela a été dit, les Adventistes furent pendant une courte période unis dans la conviction que la porte de la miséricorde était fermée. Cette position fut bientôt abandonnée. Certains ont renoncé à leur foi dans leur ancien calcul des périodes prophétiques et ont attribué à des agents humains ou sataniques la puissante influence du SAINT-ESPRIT qui avait accompagné le mouvement Adventiste. Une autre classe soutenait fermement que l’Éternel les avait conduits dans leur expérience passée ; et tandis qu’ils attendaient, veillaient et priaient pour connaître la volonté de DIEU, ils virent que leur grand SACRE était entré dans une autre œuvre de ministère, et, le suivant par la foi,
Chapitre XX. – Le message du troisième ange.
Lorsque le CHRIST est entré dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE pour accomplir l’œuvre finale de l’EXPIATION, il a confié à ses serviteurs le dernier message de miséricorde à donner au monde. Tel est l’avertissement du troisième ange d’Apocalypse 14. Immédiatement après sa proclamation, le FILS DE L’HOMME est vu par le prophète venant dans la gloire récolter la moisson de la terre. {4SP 273.1 1884}
Comme prédit dans les ÉCRITURES, le ministère de CHRIST dans le LIEU TRÈS SAINT a commencé à la fin des jours prophétiques en 1844. À cette époque s’appliquent les paroles du Révélateur : « Le TEMPLE DE DIEU s’est ouvert dans le Ciel, et il a été vu dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT. [Apocalypse 11:19] Le testament de l’ARCHE DE DIEU est dans le DEUXIÈME APPARTEMENT du SANCTUAIRE. Lorsque le CHRIST y entra, pour servir au nom du pécheur, le TEMPLE INTÉRIEUR fut ouvert, et l’ARCHE DE DIEU fut amenée à la vue. À ceux qui, par la foi, ont vu le SAUVEUR dans son œuvre d’intercession, la majesté et la puissance de DIEU ont été révélées. Alors que le cortège de sa gloire remplissait le temple, la lumière du SAINT DES SAINTS était répandue sur son peuple qui attendait sur la terre. {4SP 273.2 1884}
Ils avaient par la foi suivi leur GRAND PRÊTRE du SAINT au TRÈS SAINT, et ils le virent plaider son sang devant l’ARCHE DE DIEU. Dans cette ARCHE SACRÉE se trouve la LOI DU PÈRE, la même qui fut prononcée par DIEU lui-même au milieu des tonnerres du Sinaï, et écrite de SON PROPRE DOIGT sur les TABLES DE PIERRE. Pas un seul commandement n’a été annulé; pas un iota ou un titre n’a été changé. Alors que DIEU a donné à Moïse une copie de SA LOI, il a conservé le grand original dans le SANCTUAIRE ci-dessus. Retraçant ses SAINTS PRECEPTES, les chercheurs de vérité trouvèrent, au SEIN même du DÉCALOGUE, le QUATRIÈME COMMANDEMENT, tel qu’il fut proclamé pour la première fois : « Souviens-toi du jour du SABBAT, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est le SABBAT de l’Éternel, ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton FILS, ni ta fille, ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni ton étranger qui est dans tes portes; car en six jours l’Éternel a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et il s’est reposé le septième jour; c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié. [Exode 20:8-11.] {4SP 273.3 1884}
L’ESPRIT DE DIEU a impressionné les cœurs de ces étudiants de sa parole. La conviction leur fut imposée qu’ils avaient transgressé par ignorance le QUATRIÈME COMMANDEMENT en négligeant le jour de repos du CRÉATEUR. Ils commencèrent à examiner les raisons d’observer le premier jour de la semaine au lieu du jour que DIEU avait sanctifié. Ils ne pouvaient trouver aucune preuve dans les ÉCRITURES que le QUATRIÈME COMMANDEMENT avait été aboli, ou que le SABBAT avait été changé ; la bénédiction qui avait d’abord sanctifié le septième jour n’avait jamais été supprimée. Ils avaient honnêtement cherché à connaître et à faire la volonté de DIEU, et maintenant, alors qu’ils se voyaient eux-mêmes transgresseurs de SA LOI, le chagrin remplissait leurs cœurs. Ils montrèrent aussitôt leur loyauté envers DIEU en gardant sanctifié son SABBAT. {4SP 274.1 1884}
Nombreux et sérieux furent les efforts déployés pour renverser leur foi. Nul ne pouvait manquer de voir que si le SANCTUAIRE terrestre était une figure ou un modèle du céleste, la loi déposée dans l’ARK sur terre était une transcription exacte de la loi dans l’ARK au Ciel, et qu’une acceptation de la vérité concernant le CÉLESTE SANCTUAIRE impliquait une reconnaissance des prétentions de la LOI DE DIEU, et l’obligation du SABBAT du QUATRIÈME COMMANDEMENT. C’était là le secret de l’opposition amère et déterminée à l’exposition harmonieuse des ÉCRITURES qui amenait à voir le ministère de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Combien d’hommes ont essayé de fermer la porte que DIEU avait ouverte, et d’ouvrir la porte qu’il avait fermée ! Mais « Celui qui ouvre et personne ne ferme, et qui ferme et personne n’ouvre », avait déclaré : « Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. [Apocalypse 3: 7, 8.] CHRIST avait ouvert la porte, ou ministère, du LIEU TRÈS SAINT, la lumière brillait de cette porte ouverte du SANCTUAIRE DANS LE CIEL, et le QUATRIÈME COMMANDEMENT a été montré comme étant inclus dans la loi à l’intérieur l’Arche; ce que DIEU avait établi, aucun homme ne pouvait le renverser. {4SP 275.1 1884}
Ceux qui avaient accepté la lumière concernant la MEDIATION de CHRIST et la perpétuité de la LOI DE DIEU, trouvèrent que telles étaient les vérités révélées dans le troisième message. L’ange déclare: “Voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS.” Cette déclaration est précédée d’un avertissement solennel et effrayant : « Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit sa marque sur son front ou sur sa main, celui-là boira du vin de la COLÈRE DE DIEU, qui est versé sans mélange dans la coupe de son indignation. [Apocalypse 14:9, 10.] Une interprétation des symboles employés était nécessaire pour comprendre ce message. Que représentaient la bête, l’image et la marque ? De nouveau, ceux qui cherchaient la vérité retournèrent à l’étude des prophéties. {4SP 275.2 1884}
Telles étaient les vérités capitales qui se sont ouvertes devant ceux qui ont reçu le message du troisième ange. Alors qu’ils passaient en revue leur expérience depuis la première proclamation du second avènement jusqu’au passage du temps en 1844, ils virent leur déception expliquée, et l’espoir et la joie animèrent à nouveau leurs cœurs. La lumière du SANCTUAIRE illuminait le passé, le présent et le futur, et ils savaient que DIEU les avait conduits par sa providence infaillible. Maintenant, avec un nouveau courage et une foi plus ferme, ils s’unirent pour donner l’avertissement du troisième ange. {4SP 283.1 1884}
Alors que la majorité des adventistes rejetaient les vérités concernant le SANCTUAIRE et la LOI DE DIEU, beaucoup ont également renoncé à leur foi dans le mouvement adventiste et ont adopté des vues erronées et contradictoires sur les prophéties qui s’appliquaient à cette œuvre. Certains ont été induits en erreur par des mises à l’heure répétées. La lumière du troisième message leur aurait montré qu’aucune période prophétique ne s’étend jusqu’à la venue du CHRIST ; que l’heure exacte de sa venue n’est pas prédite. Mais, se détournant de la lumière, ils continuèrent à fixer de temps en temps la venue de l’Éternel, et comme souvent ils furent déçus. {4SP 290.1 ​​1884}
Ceux qui voudraient partager les bienfaits de la MEDIATION DU SAUVEUR ne devraient permettre à rien d’interférer avec leur devoir de parfaire la sainteté dans la crainte de DIEU. Les heures consacrées jusque-là au plaisir, à l’étalage ou à la recherche d’un gain devraient maintenant être consacrées à une étude sérieuse et priante de la parole de vérité. LE SUJET DU SANCTUAIRE ET DU JUGEMENT D’INVESTIGATION DOIVENT ÊTRE CLAIREMENT COMPRIS PAR LE PEUPLE DE DIEU. Tous ont besoin de connaître par eux-mêmes la position et l’œuvre de leur grand GRAND PRÊTRE. Sinon, il leur sera impossible d’exercer la foi essentielle en ce moment, ou d’occuper la position que DIEU les destine à remplir. [Chaque individu a une âme à sauver ou à perdre. Chacun a une affaire pendante à la barre de DIEU. Chacun doit rencontrer le grand Juge face à face. Quelle importance, alors,
Nous devons témoigner des grandes vérités que DIEU nous a confiées. LE SANCTUAIRE DANS LE CIEL EST LE CENTRE MÊME DE L’ŒUVRE DU CHRIST EN FAVEUR DES HOMMES. Il concerne chaque âme vivant sur la terre. Il ouvre à notre vue le PLAN DE RÉDEMPTION, nous ramenant à la toute fin des temps et révélant l’issue triomphale de la lutte entre la justice et le péché. Il est de la plus haute importance que tous ceux qui ont reçu la lumière, jeunes et vieux, étudient ces sujets à fond et soient capables de répondre à quiconque leur demande une raison de l’espérance qui est en eux. {4SP 313.1 1884}
L’intercession de CHRIST en faveur de l’homme dans le SANCTUAIRE ci-dessus est aussi essentielle au PLAN DE SALUT que sa mort sur la croix. Par sa mort, il a commencé cette œuvre qu’après sa résurrection il est monté pour achever au ciel. Nous devons par la foi entrer dans le VOILE, « là où le précurseur est pour nous entré ». Là se reflète la lumière de la croix du Calvaire. Là, nous pourrons mieux comprendre les mystères de la rédemption. Le salut de l’homme s’accomplit à des frais infinis pour le Ciel ; le sacrifice consenti est égal aux exigences les plus larges de la LOI DE DIEU violée. JÉSUS a ouvert la voie vers le TRÔNE DU PÈRE, et par sa MÉDIATION, le désir sincère de tous ceux qui viennent à lui avec foi peut être présenté devant DIEU. {4SP 313.2 1884}
Solennelles sont les scènes liées à l’œuvre finale de l’EXPIATION. Importants sont les intérêts qui y sont impliqués. Le Jugement passe maintenant dans le SANCTUAIRE ci-dessus. Quarante ans que ce travail est en cours. Bientôt – personne ne sait combien de temps – cela passera aux cas des vivants. Dans la terrible présence de DIEU, nos vies doivent être passées en revue. En ce moment, plus que tous les autres, il incombe à chaque âme de tenir compte de l’avertissement du SAUVEUR : “Veillez et priez, car vous ne savez pas quand le temps est venu.” « Veillez donc, . . . de peur qu’en venant tout à coup il ne vous trouve endormi. [Marc 13:33, 35, 36.] {4SP 314.3 1884}
Le grand trompeur dit : “ Nous devons surveiller ceux qui attirent l’attention du peuple sur le SABBAT de JÉHOVAH ; ils en amèneront beaucoup à voir les prétentions de la LOI DE DIEU ; et la même lumière qui révèle le vrai SABBAT, révèle aussi le ministère de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et montre que la dernière œuvre pour le salut de l’homme avance maintenant. Maintenez l’esprit des gens dans les ténèbres jusqu’à ce que cette œuvre soit terminée, et nous sécuriserons aussi le monde et l’église. {4SP 337.2 1884}
Mais aussi longtemps que JÉSUS reste l’INTERCESSEUR de l’homme dans le SANCTUAIRE d’en haut, l’influence restrictive du SAINT-ESPRIT est ressentie par les dirigeants et le peuple. Il contrôle toujours, dans une certaine mesure, les lois du pays. Sans ces lois, la condition du monde serait bien pire qu’elle ne l’est actuellement. Alors que beaucoup de nos dirigeants sont des agents actifs de Satan, DIEU a aussi ses agents parmi les hommes dirigeants de la nation. L’ennemi pousse ses serviteurs à proposer des mesures qui entraveraient grandement l’œuvre de DIEU ; mais les hommes d’État qui craignent l’Éternel sont influencés par les saints anges pour opposer à de telles propositions des arguments sans réplique. Ainsi quelques hommes tiendront en échec un puissant courant de mal. L’opposition des ennemis de la vérité sera contenue afin que le troisième message puisse faire son œuvre. Quand le grand cri sera donné, cela retiendra l’attention de ces hommes de premier plan à travers lesquels le SEIGNEUR travaille maintenant, et certains d’entre eux l’accepteront, et se tiendront avec le peuple de DIEU à travers le TEMPS DE TROUBLE. {4SP 429.1 1884} {GC88 610.2 1888}
Lorsque le troisième message se termine, la miséricorde ne plaide plus pour les habitants coupables de la terre. Le peuple de DIEU a accompli son œuvre ; ils ont reçu la pluie de l’arrière-saison, ou le rafraîchissement de la part de l’Éternel, et ils sont préparés pour l’heure éprouvante qui les attend. Les anges vont et viennent au paradis. Un ange revenant de la terre annonce que son œuvre est accomplie, que le SCEAU DE DIEU a été apposé sur son peuple. Alors JÉSUS cesse son intercession dans le SANCTUAIRE d’en haut. Il lève les mains et dit d’une voix forte : « C’est fait » ; et toute l’armée angélique dépose ses couronnes alors qu’il fait l’annonce solennelle : « Celui qui est injuste, qu’il soit encore injuste ; et celui qui est souillé, qu’il soit encore souillé; et celui qui est juste, qu’il soit encore juste; et celui qui est saint, qu’il soit encore saint. [Apocalypse 22 : 11] Chaque cas a été décidé pour la vie ou la mort. CHRIST a fait l’EXPIATION pour son peuple et a effacé ses péchés. Le nombre de ses sujets est composé ; “le royaume et la domination et la grandeur du royaume sous tout le ciel” est sur le point d’être donné aux héritiers du salut, et JÉSUS doit régner en tant que ROI DES ROIS et SEIGNEUR DES SEIGNEURS. {4SP 431.2 1884}
Lorsqu’il quitte le SANCTUAIRE, les ténèbres couvrent les habitants de la terre. En cette période effrayante, les justes doivent vivre aux yeux d’un DIEU SAINT sans INTERCESSEUR. La contrainte qui pesait sur les méchants est supprimée, et Satan a le contrôle total sur ceux qui sont finalement impénitents. La puissance qui accompagne le dernier avertissement les a rendus furieux, et leur colère s’est enflammée contre tous ceux qui ont reçu le message. Le peuple de DIEU est alors plongé dans ces scènes d’affliction et de détresse décrites par le prophète comme LE TEMPS DES TROUBLES DE JACOB : {4SP 432.1 1884}
Ainsi parle l’Éternel : Nous avons entendu une voix de tremblement, de crainte, et non de paix. “Tous les visages sont devenus pâles. Hélas! car ce jour est grand, de sorte qu’aucun n’est comme lui : c’est même le TEMPS DES TROUBLES DE JACOB ; mais il en sera sauvé. [Jérémie 30:5-7.] {4SP 432.2 1884}
Comme Satan a poussé Esaü à marcher contre Jacob, ainsi il incitera les méchants à détruire le peuple de DIEU au TEMPS DE TROUBLE. Et comme il a accusé Jacob, il poussera ses accusations contre le peuple de DIEU. Il compte le monde comme ses sujets ; mais la petite compagnie qui observe les COMMANDEMENTS DE DIEU résiste à sa suprématie. S’il pouvait les effacer de la terre, son triomphe serait complet. Il voit que de saints anges les gardent, et il en déduit que leurs péchés ont été pardonnés ; mais il ne sait pas que leurs cas ont été décidés dans le SANCTUAIRE ci-dessus. Il a une connaissance exacte des péchés qu’il les a tentés de commettre, et il les présente devant DIEU sous le jour le plus exagéré, représentant ce peuple comme méritant tout autant que lui d’être exclu de la faveur de DIEU. Il déclare que l’Éternel ne peut pardonner leurs péchés en toute justice, et cependant le détruire lui et ses anges. Il les revendique comme sa proie et exige qu’ils soient livrés entre ses mains pour les détruire. {4SP 435.1 1884}
La marque de la délivrance a été placée sur ceux « qui soupirent et qui pleurent à cause de toutes les abominations qui se commettent ». Maintenant l’ange de la mort s’avance, représenté dans la vision d’Ézéchiel par les hommes avec les armes d’abattage, à qui l’ordre est donné : mais ne vous approchez d’aucun homme sur qui est la marque; et commencez par MON SANCTUAIRE. Le prophète dit : « Ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. [Ézéchiel 9:6.] L’œuvre de destruction commence parmi ceux qui professent être les gardiens SPIRITUELS du peuple. Les faux bergers sont les premiers à tomber. Il n’y a personne à plaindre ou à épargner. Hommes, femmes, jeunes filles et petits enfants périssent ensemble. {4SP 473.1 1884}
JÉSUS est notre SAUVEUR aujourd’hui. Il plaide pour nous dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, et il pardonnera nos péchés. Cela fait toute la différence dans le monde avec nous SPIRITUELLEMENT si nous nous appuyons sur DIEU sans aucun doute, comme sur une fondation sûre, ou si nous cherchons à trouver quelque justice en nous-mêmes avant de venir à lui. Regardez loin de vous-même vers l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde. C’est un péché de douter. La moindre incrédulité, si elle est chérie dans le cœur, implique l’âme dans la culpabilité et apporte une grande obscurité et un grand découragement. C’est dire que l’Éternel est faux; qu’il ne fera pas ce qu’il a promis; et il est grandement déshonoré. Certains ont chéri les doutes, le mécontentement et une disposition à être du mauvais côté, jusqu’à ce qu’ils aiment les doutes et semblent penser qu’il est louable d’être du côté de ceux qui doutent. Mais quand les croyants recevront la fin de leur foi, même le salut de leurs âmes, ceux qui doutent, qui ont semé l’incrédulité, récolteront ce qu’ils ont semé, et ce sera une moisson pitoyable et indésirable. {RH, 22 avril 1884 par. 6}
Nous vivons maintenant dans le JOUR D’EXPIATION antitypique. Le grand et solennel travail de clôture se poursuit dans le SANCTUAIRE ci-dessus. Tout homme est tenu d’affliger son âme devant DIEU ; chaque cœur doit être en harmonie avec la volonté divine. En cette période importante, le grand ennemi s’intercepte entre l’homme et son CRÉATEUR. Il cherche continuellement à séparer le peuple de DIEU de l’amour de JÉSUS, à l’éloigner de ses soins protecteurs. C’est lui qui incline l’âme humaine à la vanité. Il conduit les hommes à attirer l’attention sur eux-mêmes, et à recevoir les louanges et les honneurs qui doivent être rendus à DIEU. Et les plus grandes épreuves que les hommes rencontrent viennent en conséquence de leur aveuglement aux tentations de Satan. {RH, 12 août 1884 par. 5}
Chacun au JOUR DU JUGEMENT INVESTIGATEUR se tiendra dans son caractère tel qu’il est réellement ; il rendra un compte individuel à DIEU. Chaque mot prononcé, chaque manquement à l’intégrité, chaque action qui souille l’âme, sera pesé dans la balance du SANCTUAIRE. La mémoire sera vraie et vive dans la condamnation du coupable, qui en ce jour-là est trouvé léger. L’esprit se rappellera toutes les pensées et tous les actes du passé ; toute la vie passera en revue comme les scènes d’un panorama. Ainsi chacun sera condamné ou acquitté de sa propre bouche, et la justice de DIEU sera justifiée. {RH, 4 novembre 1884 par. 11}
Regardez maintenant l’image ci-contre. Il y en a un à qui DIEU a confié de précieux talents. Il connaît les ÉCRITURES, mais son cœur n’a jamais été sanctifié par les vérités qu’elles enseignent. Ses affections n’ont jamais été liées à DIEU, mais sont comme la vigne traînant sur le sol, ses vrilles saisissant les souches et les déchets de la terre. Tout son caractère est marqué par une petitesse, une terreur, un avilissement, ce qui témoigne à ceux qui observent ses voies que l’ESPRIT DE VÉRITÉ n’est pas entré dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, et L’A NETTOYÉ de sa souillure. {RH, 4 novembre 1884 par. 16}
Frères, 1884 est presque terminé. Améliorez ses quelques instants restants en réparant les torts. Faites un travail minutieux pour l’éternité. Chaque acte, chaque parole doit résister à l’épreuve du Jugement. Mettez vos cœurs en ordre. Mettez votre maison en ordre. Faites un travail minutieux pendant que JÉSUS exerce son ministère dans le SANCTUAIRE. Que ces appels ne soient pas lancés en vain. Le trésor de DIEU a été volé de milliers de dollars, et cette négligence est enregistrée contre vous dans les livres du ciel. {RH, 16 décembre 1884 par. 22}
Oh! chantez à l’Éternel un cantique nouveau; chantez à l’Éternel, toute la terre. Chantez à l’Éternel, bénissez son nom; montrer son salut de jour en jour. Déclarez sa gloire parmi les païens, ses merveilles parmi tous les peuples. Car l’Éternel est grand et très digne de louanges; il est à craindre par-dessus tous les dieux. Car tous les dieux de la nation sont des idoles ; mais l’Éternel a fait les cieux. L’honneur et la majesté sont devant lui ; la force et la beauté sont dans son SANCTUAIRE. Rendez à l’Éternel, ô familles du peuple, rendez à l’Éternel la gloire et la force. Rendez à l’Éternel la gloire due à son nom; apportez une offrande, et entrez dans ses parvis. Oh! adorez le SEIGNEUR dans la beauté de la sainteté; craignez devant lui, toute la terre. Dis parmi les nations que l’Éternel règne; le monde aussi sera établi qu’il ne sera pas ébranlé; il jugera le peuple avec droiture. Que les cieux se réjouissent, et que la terre se réjouisse ; que gronde la mer et sa plénitude. Que le champ soit joyeux et tout ce qu’il contient ; alors tous les arbres du bois se réjouiront devant l’Éternel; car il vient, car il vient pour juger la terre; il jugera le monde avec justice, et le peuple selon sa vérité. {RH, 23 décembre 1884 par. 1}
Satan avait été vaincu encore et encore ; et maintenant avec une méchanceté plus profonde et une plus grande ruse, il entreprit de concevoir un piège encore plus subtil et dangereux pour le serviteur de DIEU. Sanballat et ses compagnons ont été poussés à engager des hommes, professant être des amis de Néhémie, pour lui donner de mauvais conseils comme la parole de l’Éternel. La principale personne engagée dans ce travail infâme était un certain Shemaiah, qui avait auparavant été tenu en bonne réputation par Néhémie. Cet homme s’enferma dans une chambre près du SANCTUAIRE, comme s’il craignait que sa vie fût en danger, et là Néhémie alla le consulter comme un particulièrement favorisé de DIEU. Le temple était à cette époque protégé par des murailles et des portes, alors que les portes de la ville n’étaient pas encore érigées. Ce trompeur professa donc une grande inquiétude pour la sécurité de Néhémie, et lui conseilla de chercher refuge dans le temple : « Réunissons-nous dans la MAISON DE DIEU, dans le temple, et fermons les portes du temple ; car ils viendront te tuer; oui, dans la nuit ils viendront te tuer. La réponse intrépide du héros fut : « Un homme comme moi devrait-il fuir ? et qui est là, qui, étant comme moi, entrerait dans le temple pour sauver sa vie ? Je n’entrerai pas. {ST, 3 janvier 1884 par. 5}
Des dispositions ont également été prises pour soutenir le CULTE public DE DIEU. Un engagement a été donné par la congrégation de contribuer annuellement une somme déterminée pour le service du SANCTUAIRE, ainsi que d’apporter les dîmes et les “prémices de notre sol, et les prémices de tous les fruits de tous les arbres, année par année, à la maison de l’Éternel, ainsi que les premiers-nés de nos fils et de nos troupeaux, comme il est écrit dans la loi, et les premiers-nés de nos gros et de nos petits bétails, pour les amener à la maison de notre Dieu. {ST, 10 janvier 1884 par. 18}
Nous vivons dans le grand JOUR D’EXPIATION antitypique. JÉSUS est maintenant dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, faisant la réconciliation pour les péchés de son peuple, et le jugement des justes morts dure depuis près de quarante ans. Dans combien de temps les cas des vivants seront-ils examinés devant ce tribunal, nous ne le savons pas ; mais nous savons que nous vivons dans les dernières scènes de l’histoire de la terre, nous tenant, pour ainsi dire, aux frontières mêmes du monde ÉTERNEL. Il est important que chacun d’entre nous se demande : Comment en est ma cause devant les tribunaux célestes ? Mes péchés seront-ils effacés ? Suis-je de caractère défectueux, et tellement aveuglé à ces défauts par les coutumes et les opinions du monde, que le péché ne me paraît pas aussi excessivement offensant pour DIEU qu’il l’est réellement ? Ce n’est pas le moment de laisser notre esprit s’absorber dans les choses de la terre, tandis que nous ne pensons qu’occasionnellement à Dieu, et ne faisons qu’une légère préparation pour le pays vers lequel nous voyageons. {ST, 29 mai 1884 par. 3}
L’homme ambitieux recherche la position, l’honneur et le pouvoir. Il gagne son objet et s’enfonce dans la tombe. Le monde l’applaudit et l’appelle un homme qui a réussi; mais, pesé dans les balances du SANCTUAIRE, il est déclaré défaillant, et il est trop tard pour racheter son échec. Il a satisfait la vanité et chassé les illusions, et dans les livres du ciel la perte ÉTERNELLE est inscrite en face de son nom. {ST, 3 juillet 1884 par. 15}
Le peuple du SEIGNEUR est dans le GRAND JOUR DES EXPIATIONS, et une telle œuvre telle qu’on rapporte qu’elle est accomplie à Healdsburg ira dans toutes les églises de notre pays. Ils occuperont la même position que la congrégation d’Israël dans le type. Ils attendaient avec un cœur humble la sortie du GRAND PRÊTRE du LIEU TRÈS SAINT pour bénir le peuple. Ils confessaient leurs péchés, et ces péchés étaient portés dans le SANCTUAIRE et l’EXPIATION était faite au nom du pécheur. Au lieu que le peuple de DIEU soit maintenant si satisfait de lui-même parce qu’il est si continuellement occupé dans le service et le travail occupé de la cause, ces responsabilités mêmes devraient le conduire à la prière et à une profonde, sincère et spirituelle recherche du cœur, afin qu’aucun péché ne puisse rester non confessé et que aucun péché ne peut être chéri et pratiqué par eux. DIEU lit le cœur et le but de chaque âme. Il connaît les œuvres de tous. {Lt35-1885}
Il y en a beaucoup qui ont des professions de foi et des doctrines qui ne sont pas converties ; et à moins qu’ils n’humilient leurs cœurs devant DIEU, et n’introduisent la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, ils ne représenteront pas JÉSUS, mais déshonoreront Son nom et rendront sans effet la vérité de DIEU. Ils parlent beaucoup de la puissance de l’ennemi, mais n’apportent pas leur esprit à DIEU. Maintenant, si vous ouvrez vos cœurs à la vérité, alors votre compréhension sera claire et vous pourrez présenter la vérité aux autres. Mais s’il y a des doutes et de l’incrédulité, CHRIST ne peut pas apporter Sa lumière et la gloire de Sa présence dans vos âmes. Ne pouvez-vous pas maintenant commencer à cultiver la foi, parler des miséricordes de DIEU et louer DIEU de tout votre cœur ? C’est par la prière que vous recevrez la force de résister à la tentation. CHRIST pourvoira à vos désirs, soulagera vos doutes et remplira votre âme de joie. {Ms4-1885}
Leur langue, parlée et écrite, est très défectueuse. Leurs comptes sont si imparfaitement tenus qu’il est difficile de les régler. Une manière de parler non naturelle détruit la mélodie de la voix. Des attitudes et des gestes grossiers nuisent à la force de la vérité qu’ils présentent au peuple. Ces personnes pourraient, par la grâce qui leur est donnée, devenir entièrement différentes, à la fois dans leurs manières et dans leur caractère. Quelques semaines ou quelques mois de culture de soi vigilante – d’une inspection minutieuse et critique de soi, avec un effort sérieux pour corriger chaque défaut et combler chaque déficience, pour purifier l’âme et atteindre le Modèle parfait – en sépareraient les éléments grossiers. Les défauts ont été favorisés par une formation négligente. Que ces ouvriers lisent les directives du SEIGNEUR concernant Son œuvre en relation avec le SANCTUAIRE ; quel soin a été manifesté pour que ce soit fait avec précision ! {Ms37-1885}
Des efforts nombreux et déterminés ont été faits pour renverser la foi de ceux qui voulaient édifier les anciens déserts et réparer la brèche qui avait été faite dans la LOI DE DIEU. Combien Satan et les hommes ont essayé de fermer la porte qui avait été ouverte dans le SANCTUAIRE où JÉSUS était entré pour faire l’EXPIATION pour son peuple, et où les humbles et les fidèles le suivaient par la foi. CHRIST avait ouvert la porte, ou ministère, du LIEU TRÈS SAINT, et la lumière brillait de la porte ouverte afin que tous ceux qui le désiraient puissent voir les revendications du QUATRIÈME COMMANDEMENT et croire. DIEU avait établi SA LOI, et pas un iota ou un trait de celle-ci ne devait être annulé. {PrT, 3 novembre 1885 par. 5}
C’est en ce temps de probation que nous devons nous préparer soit à la vie ÉTERNELLE dans la gloire, soit à la perdition. C’est ici que nous sommes engagés dans le travail de formation du caractère ; et si nous réussissons, nous mériterons de la part du MAÎTRE l’accueil : « C’est bien, bon et fidèle serviteur. Le CHRIST est entré dans le département TRÈS SAINT, et nous a laissé un mot pour veiller et prier, de peur qu’il ne revienne soudainement et ne nous trouve endormis. Le personnage que nous sommes en train de créer viendra en revue devant DIEU avant que CHRIST ne quitte le SANCTUAIRE. Ici, DIEU verra quels personnages nous avons construits depuis le temps et l’éternité. Comment nous tiendrons-nous devant le grand ÉTERNEL ? Combien de gerbes aurons-nous apportées au MAÎTRE grâce à nos efforts sérieux ? {RH, 18 août 1885 par. 9}
Nous ne devons pas permettre à nos habitudes de devenir lâches et lentes pendant que nous sommes engagés dans l’œuvre de DIEU. Tous devraient être des hommes d’affaires prompts et pointus dans sa cause. Avec un peu plus d’étude et de ponctualité, beaucoup de temps pourrait être économisé dans nos réunions d’affaires de la Conférence, et de nombreuses erreurs évitées. Tout ce qui a un quelconque rapport avec l’œuvre et la cause de DIEU devrait être aussi proche de la perfection que le cerveau humain et les mains humaines peuvent le faire. DIEU n’est pas satisfait du manque actuel d’ordre et d’exactitude parmi ceux qui font des affaires en rapport avec sa cause. Il voulait que les choses soient faites avec autant d’ordre qu’on le voyait autrefois dans l’arrangement de son SANCTUAIRE et des armées d’Israël. Aucun travail mou et maladroit n’a été fait là-bas; car la mort aurait été la peine. {RH, 8 décembre 1885 par. 12}
La vieille année avec ses trois cent soixante-six jours de privilège et de devoir, est passée dans l’éternité ; et chaque jour un enregistrement a été fait dans les livres du Ciel. Nos caractères individuels y sont aussi distinctement et fidèlement représentés que le sont les traits du visage sur la plaque polie de l’artiste. L’Éternel ne se trompe jamais dans son appréciation de nos actes et de nos motifs. Nos vies se révèlent devant les anges dans leur vraie lumière. Si le caractère est désagréable et avili, si la disposition est dure, autoritaire et passionnée, ces traits excluront leur possesseur du Ciel. Tous nos actes, avec les motifs qui les ont poussés, sont pesés dans la balance du SANCTUAIRE, et les décisions rendues sont justes et égales. L’Éternel n’excuse pas chez l’un ce qu’il condamne chez l’autre. {ST, 1er janvier 1885 par. 1}
Ce n’est que par des efforts sérieux et persévérants, aidés par la GRÂCE DE DIEU, que nous pouvons atteindre cette hauteur d’excellence morale. Mais c’est la religion qui est la lumière du monde. L’église s’affaiblit par le manque de membres consacrés, qui sentent qu’ils ne sont pas les leurs ; que leur temps, leurs talents, leurs énergies, appartiennent au CHRIST ; qu’il les a rachetés avec son sang, et plaide pour eux dans le SANCTUAIRE d’en haut. Il y en a beaucoup qui n’ont jamais ressenti la nécessité de se soumettre et de vaincre les mauvais tempéraments. Ils chérissent l’amertume et la colère dans leurs cœurs, et ces mauvais traits souillent l’âme. Ils renient ainsi le CHRIST, et obscurcissent le chemin des autres. Personne ne sera excusé pour l’exposition d’humeurs incontrôlables; des milliers manqueront le paradis par leur manque de maîtrise d’eux-mêmes. {ST, 17 décembre 1885 par. dix}
Lorsque nous sommes tentés de pécher, souvenons-nous que JÉSUS plaide pour nous dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Lorsque nous ôtons nos péchés et que nous venons à lui avec foi, il prend nos noms sur ses lèvres et les présente à son PÈRE en disant : « Je les ai gravés sur la paume de mes mains ; Je les connais par leur nom. Et l’ordre va aux anges de les protéger. Puis, au jour de l’épreuve féroce, il dira : « Viens, mon peuple, entre dans tes chambres, et ferme tes portes autour de toi ; cache-toi pour un petit moment, jusqu’à ce que l’indignation soit passée. Quelles sont les chambres dans lesquelles ils doivent se cacher ? Ils sont la protection du CHRIST et des saints anges. Le peuple de DIEU n’est pas en ce moment tout en un seul endroit. Ils sont dans différentes compagnies, et dans toutes les parties de la terre ; et ils seront jugés individuellement, pas en groupe. Chacun doit passer le test pour lui-même.
Comme nous avons voyagé de Genève à Bâle, nous avons traversé de grandes et de petites villes ; et mes méditations étaient : Comment ces gens dans ces grandes villes doivent-ils être avertis ? Dans la vision de Jean, quatre anges puissants lui ont été montrés tenant les quatre vents, afin qu’ils ne soufflent pas sur la terre jusqu’à ce que les serviteurs de DIEU soient scellés sur leurs fronts. Quand ce travail est fait, alors les ministres de la vengeance sont appelés et commandés pour déverser sur la terre des tempêtes, des tonnerres, des pestes, des calamités. C’est maintenant qu’il faut travailler quand JÉSUS intercède dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. C’est maintenant notre opportunité et notre privilège d’être des collaborateurs de DIEU. {Lt38-1886}
Le travail de vaincre doit être fait ici dans cette vie. Par une repentance sincère et l’abandon de tout péché, le pardon sera inscrit contre vos noms. Les pensées seront pures si le cœur est pur. Si la fontaine est corrompue, le flux sera corrompu. Les hommes qui connaissent les ÉCRITURES et qui défendent le QUATRIÈME COMMANDEMENT seront-ils accusés dans les livres du ciel d’avoir transgressé le septième ? Est-ce que Satan aura l’occasion de narguer les anges de DIEU avec les sales caractères de ceux qui prétendent être Chrétiens ? Feront-ils honte à JÉSUS de les appeler frères ? Je m’adresse à vous qui ferez apporter cette épître devant vous, qui êtes des chefs, qui peuvent être appelés princes, parmi le peuple : « Soyez purs, vous qui portez les vases de l’Éternel. Humiliez vos âmes devant DIEU. JÉSUS est dans le SANCTUAIRE. Nous sommes dans le GRAND JOUR D’EXPIATION ; et si le JUGEMENT D’INVESTIGATION n’a pas déjà commencé pour les vivants, il commencera bientôt ; et à combien s’appliquent les paroles du VÉRITABLE TÉMOIN : « Je connais tes œuvres, que tu as un nom, que tu vis, et que tu es mort. Sois vigilant et fortifie les choses qui restent, qui sont prêtes à mourir : car je n’ai pas trouvé tes oeuvres parfaites devant DIEU. Souviens-toi donc comment tu as reçu et entendu, et tiens ferme et repens-toi. Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. {Lt51-1886} Sois vigilant et fortifie les choses qui restent, qui sont prêtes à mourir : car je n’ai pas trouvé tes oeuvres parfaites devant DIEU. Souviens-toi donc comment tu as reçu et entendu, et tiens ferme et repens-toi. Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. {Lt51-1886} Sois vigilant et fortifie les choses qui restent, qui sont prêtes à mourir : car je n’ai pas trouvé tes oeuvres parfaites devant DIEU. Souviens-toi donc comment tu as reçu et entendu, et tiens ferme et repens-toi. Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. {Lt51-1886}
Lorsque Belshazzar eut sa grande fête sacrificielle, il y avait un témoin présent qu’il ne discerna pas. Ils buvaient leur vin et avaient leur somptueux festin et louaient les dieux d’argent et d’or, vantant leur propre sagesse; mais tout contre le mur qui faisait face au roi, une main exsangue traçait les terribles caractères témoignant de sa véritable condition. Le message est venu, “Tu es pesé dans la balance et tu es trouvé léger.” Maintenant, le SEIGNEUR évalue les caractères dans le SANCTUAIRE, et les actes de ceux qui sont négligents et indifférents, se précipitant dans les sentiers du péché et de l’iniquité, sont enregistrés dans les livres des cieux. {Ms6a-1886}
Nous serions étonnés de notre propre indifférence alors que nous ne serions que vie et vivacité, si nous pouvions voir l’œuvre qui s’accomplit dans le ciel. Voici le travail de notre INTERCESSEUR; le grand JOUR D’EXPIATION antitypique et l’œuvre du jugement se poursuivent avec les morts, et combien de temps commenceront-ils avec les vivants, quand chacun de nos cas passera en revue devant DIEU ? Et qu’il soit compris par vous que si vous ne faites pas le travail que DIEU vous a donné, vous serez pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé léger. Pour nous qui avons cet espoir et cette foi, c’est une chose dangereuse de différer le jour de DIEU. Matthieu 24:48. {Ms10-1886}
La piété, la sobriété et la cohérence caractériseront la vie et l’exemple de chaque vrai chrétien. Le travail que CHRIST fait dans le SANCTUAIRE ci-dessus engagera les pensées et sera le fardeau de la conversation parce que par la foi il est entré dans le SANCTUAIRE. Il est sur terre, mais ses sympathies sont en harmonie avec l’œuvre que CHRIST accomplit au ciel. CHRIST est en train de NETTOYER le SANCTUAIRE CÉLESTE des péchés du peuple, et c’est l’œuvre de tous ceux qui travaillent avec DIEU pour NETTOYER LE SANCTUAIRE de l’âme de tout ce qui lui est offensant. Tout ce qui ressemble au mal, à l’envie, à la jalousie, à l’inimitié et à la haine sera mis de côté ; car de telles choses affligent le SAINT-ESPRIT DE DIEU et font honte au CHRIST. L’amour de soi n’existera pas, et aucun engagé dans ce travail ne sera enflé. L’exemple de la vie de CHRIST, la constance de son caractère, rendra son influence considérable. Il sera une épître vivante, connue et lue de tous les hommes. {Ms15-1886}
La maison érigée pour le CULTE DE DIEU doit être chérie avec une révérence sacrée par les parents et par les enfants. Il ne doit pas être utilisé pour des affaires courantes de quelque nature que ce soit. Les écoles devraient être déconnectées de la pièce qui est employée comme SANCTUAIRE où nous attendons que DIEU révèle Sa présence sacrée. Nos enfants ne reçoivent pas la formation appropriée en ce qui concerne le caractère sacré de la maison où DIEU est adoré et où Sa PAROLE est ouverte aux gens. Il n’est pas possible de leur faire former des idées correctes du SANCTUAIRE DE DIEU s’il est utilisé pour une salle de classe et à des fins commerciales courantes. Il devrait y avoir un lieu sacré, comme le SANCTUAIRE d’autrefois, où DIEU doit rencontrer Son peuple. Cet endroit ne doit pas être utilisé comme salle à manger ou comme salle d’affaires, mais simplement pour le CULTE DE DIEU. {Ms23-1886}
Lorsque les enfants fréquentent l’école de jour au même endroit où ils se rassemblent pour adorer le SABBAT, on ne peut pas leur faire ressentir le caractère sacré de l’endroit et qu’ils doivent entrer avec des sentiments de révérence. Le sacré et le commun sont si mélangés qu’il est difficile de les distinguer. C’est pour cette raison que la maison ou le SANCTUAIRE dédié à DIEU ne doit pas devenir un lieu commun. Son caractère sacré ne doit pas être confondu ou mêlé aux sentiments quotidiens ou à la vie professionnelle. Il devrait y avoir une crainte solennelle sur les fidèles lorsqu’ils entrent dans le SANCTUAIRE, et ils devraient laisser derrière eux toutes les pensées mondaines communes, car c’est le lieu où DIEU révèle Sa présence. C’est comme la salle d’audience du grand et ÉTERNEL DIEU; c’est pourquoi l’orgueil et la passion, la discorde et l’estime de soi, l’égoïsme et la convoitise, que DIEU déclare idolâtrie, sont inappropriés pour un tel endroit. Quelle concordance y a-t-il entre le CHRIST et Bélial, quelle concordance entre le TEMPLE DE DIEU et les idoles ? {Ms23-1886}
La maison de l’Éternel à Jérusalem en fit une louange et un saint nom révéré sur toute la terre. Les murs, les tours, les pierres, les rues, les fondations, la poussière même de la ville étaient sacrées pour la nation juive parce que DIEU a révélé la SHEKINAH de Sa présence dans le SANCTUAIRE, et là Ses bénédictions reposaient sur Son peuple chaque jour. Lorsque les doux rayons du soleil brillaient de la crête d’Olivet sur les dômes dorés et les pierres polies de la SAINTE maison, celui qui pensait que DIEU habitait le Mont Sion et qu’Il était dans Son SANCTUAIRE appela une union de prières pour la sagesse et la force. de Celui qui habitait entre les CHÉRUBINS. J’appelle votre esprit au caractère sacré et à la crainte qui étaient autrefois chéris pour la maison de DIEU, SON SANCTUAIRE. DIEU n’est confiné à aucun lieu particulier, mais anciennement, pèlerins de toutes les parties du monde se rassemblaient pour adorer à Jérusalem. La Pâque, la Pentecôte et la fête des TABERNACLES étaient des saisons qui remuaient les âmes des fidèles en Israël, vieux et jeunes, riches et pauvres, grands et petits, se joignaient à la grande procession montant à Jérusalem pour apparaître devant DIEU. Les longs trajets se faisaient pendant les saisons les plus favorables de l’année et par petites étapes, car beaucoup allaient à pied. Les bergers de leurs troupeaux, les bergers des montagnes sauvages, les fils des prophètes du mont Carmel, les [pêcheurs] de la mer de Galilée et les vagabonds rencontreraient des périls sur terre et sur mer pour se rassembler et se tenir debout à l’intérieur des portes de Jérusalem en ces occasions spéciales. Pendant leur voyage, la monotonie fastidieuse était soulagée par des chants sacrés. Matin et soir, les collines retentissaient d’actions de grâces et de louanges. La merveilleuse délivrance d’Égypte après le passage de la mer Rouge a été célébrée par des chants d’expérience, des actions de grâces et des louanges à leur merveilleux Libérateur. {Ms23-1886}
Miriam, la sœur de Moïse qui conduisit autrefois les femmes d’Israël avec des tambourins, en disant : « Chantez à l’Éternel, car il a triomphé glorieusement », les enfants d’Israël pendant quinze cents ans ont tissé leur merveilleuse expérience dans le chant. Ils chantaient les grands psaumes hébreux avec le même respect et la même dévotion qui inspiraient le compositeur de la mélodie sacrée. Ils ont exalté DIEU; ils ont apporté leur expérience dans l’histoire et ont élevé les œuvres merveilleuses de DIEU. Les visites des anges aux pères et Ses révélations aux prophètes étaient toutes intégrées dans leurs chants, célébrant la majesté, la puissance et les œuvres merveilleuses de JÉHOVAH. Au son du signal de la trompette et de la musique des cymbales, des voix de louange et d’action de grâce s’élevèrent de milliers de voix : « Je me suis réjoui quand ils m’ont dit : Entrons dans la maison de l’Éternel. Nos pieds se poseront dans tes portes, ô Jérusalem. Psaume 122:1, 2. Dans ces caravanes en marche vers la VILLE SAINTE, pas une ne partit les mains vides. Les fruits de leurs produits dans les champs et le jardin, et des offrandes de toutes sortes, étaient portés par les fidèles. Le plus beau et le meilleur de tout était pris pour être présenté en cadeau à JÉHOVAH dans le SANCTUAIRE. La dévotion à DIEU était l’ordre de tous ceux qui visitaient le SANCTUAIRE. Cela devrait être le cas chez nous. Lorsque ces pèlerins arrivèrent sur les collines environnantes en vue de la ville SAINTE, ils regardèrent avec une crainte révérencielle la masse vivante de gens qui, comme eux, se dirigeaient vers le temple. En voyant monter la fumée de l’ENCENS et en entendant les trompettes des Lévites annoncer le lever du jour, le peuple saisit l’inspiration de l’heure et éclata en chants sacrés. « L’Éternel est grand, et grandement digne de louange dans la ville de notre Dieu, dans la montagne de sa sainteté. Belle pour la situation, la joie de toute la terre, est la montagne de Sion, sur les flancs du nord. Psaume 48:1. “La paix soit dans tes murs, et la prospérité dans tes palais.” Psaume 122:7. “Ouvrez-moi les portes de la justice, j’y entrerai, et je louerai l’Eternel.” Psaume 118:19. « Je rendrai maintenant mes vœux à l’Éternel en présence de tout son peuple, dans les parvis de la maison de l’Éternel, au milieu de toi, ô Jérusalem. Psaume 116:18, 19. « A cause de la maison de l’Éternel, notre Dieu, je chercherai ton bien. Psaume 122:9. {Ms23-1886} “La paix soit dans tes murs, et la prospérité dans tes palais.” Psaume 122:7. “Ouvrez-moi les portes de la justice, j’y entrerai, et je louerai l’Eternel.” Psaume 118:19. « Je rendrai maintenant mes vœux à l’Éternel en présence de tout son peuple, dans les parvis de la maison de l’Éternel, au milieu de toi, ô Jérusalem. Psaume 116:18, 19. « A cause de la maison de l’Éternel, notre Dieu, je chercherai ton bien. Psaume 122:9. {Ms23-1886} “La paix soit dans tes murs, et la prospérité dans tes palais.” Psaume 122:7. “Ouvrez-moi les portes de la justice, j’y entrerai, et je louerai l’Eternel.” Psaume 118:19. « Je rendrai maintenant mes vœux à l’Éternel en présence de tout son peuple, dans les parvis de la maison de l’Éternel, au milieu de toi, ô Jérusalem. Psaume 116:18, 19. « A cause de la maison de l’Éternel, notre Dieu, je chercherai ton bien. Psaume 122:9. {Ms23-1886}
Ceci est une illustration du travail qui se déroule aujourd’hui dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Notre grand GRAND PRÊTRE se tient devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE et fait une EXPIATION pour nous. Et ne devrions-nous pas constamment humilier nos cœurs devant DIEU, avec confession et repentir ? Le CHRIST prend les prières qui sont offertes par les cœurs contrits et les présente au PÈRE mêlées à l’ENCENS de sa justice. Alors le pardon est écrit en face de leurs noms, et les péchés de ceux qui ont offert ces prières sont pardonnés. {Ms25-1886}
Nous vivons maintenant le GRAND JOUR D’EXPIATION. CHRIST se tient dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, faisant l’EXPIATION pour les péchés de Son peuple. Il est mort pour exalter la LOI DE DIEU et la rendre honorable, et oserons-nous la manipuler à notre convenance ? Oserons-nous passer pour nous-mêmes les heures de SON SAINT SABBAT ? {Ms26-1886}
L’apôtre, écrivant aux Galates, dit : « Ô Galates insensés, qui vous a ensorcelés, pour que vous n’obéissiez pas à la vérité… ? Galates 3:1. C’est une merveille que les hommes soient si indifférents quand leur seul espoir est d’obéir aux COMMANDEMENTS DE DIEU. Notre norme est la LOI SAINTE DE DIEU. Ceux qui prendront position du côté de la vérité sont un peuple élu. Quelle merveilleuse lumière ! Jean a vu en vision un temple ouvert dans le ciel, et comme il voit un peuple dont les esprits sont dirigés là-bas, il est amené à s’exclamer: “Voici la patience des saints: voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS. Apocalypse 14:12. Et le cantique sera: “Et ils l’ont vaincu à cause du sang de l’AGNEAU et à cause de la parole de leur témoignage.” Apocalypse 12:11. Qu’a-t-on vu dans l’ARK ? Tables de pierre dont le couvercle constituait le MERCY SEAT. CHRIST exerce son ministère dans le SANCTUAIRE devant l’ARCHE. La miséricorde et la vérité se sont rencontrées et se sont embrassées. {Ms48-1886}
Vous verrez par la prière de Salomon que la dépendance d’Israël était dans le DIEU d’Israël. Les gens qui ont construit le temple étaient nombreux et la maison qu’ils ont construite était grande et grandiose et le SEIGNEUR DIEU des cieux les a honorés parce qu’ils Lui avaient construit un SANCTUAIRE où ils pouvaient se réunir pour L’adorer. Ceux qui l’adoraient sincèrement avaient sa bénédiction. {Ms49-1886}
DIEU pèse les motifs, les buts, le caractère. Tous les hommes sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE, et DIEU voudrait que tous s’en rendent compte. Hannah a dit: “L’Éternel est un Dieu de connaissance, et par lui les actions sont pesées.” 1 Samuel 2:3. David a dit: “Les hommes de bas degré sont vanité, et les hommes de haut degré sont un mensonge: pour être mis en balance, ils sont tout à fait plus légers que la vanité.” Psaume 62:9. Isaïe dit : « Toi, le plus droit, tu pèses le chemin du juste. Esaïe 26:2. « Toutes les voies d’un homme sont pures à ses propres yeux ; mais l’Éternel pèse les esprits. Proverbes 16:2. {Ms65-1886}
Les faisceaux de lumière brillaient de la porte ouverte du TEMPLE DE DIEU dans le ciel, et notre attention fut attirée sur l’ARCHE DE DIEU dans ce temple, contenant les TABLES DE PIERRE, sur lesquelles étaient gravées la LOI DE DIEU. Nous avons vu, en traçant les commandements, que le QUATRIÈME COMMANDEMENT, placé au SEIN même du DÉCALOGUE, avait été perverti ; que nous avions par ignorance gardé le premier jour de la semaine, un jour de travail commun, comme sacré, lorsque le QUATRIÈME COMMANDEMENT déclarait que le septième jour était le SABBAT ordonné et mis à part par DIEU Lui-même pour que l’homme le sanctifie. Il a sanctifié le jour, et l’homme devait montrer un honneur particulier à DIEU en observant le jour qu’Il lui avait donné. Ce commandement est la grande vérité qui unit les deux dispensations, la Mosaïque et la Chrétienne, et la lumière sur le SANCTUAIRE montre leur relation l’une à l’autre.
Quelques-uns commencèrent à chercher dans les ÉCRITURES après la déception de 1844, et le résultat fut léger quant à ce qui constituait le SANCTUAIRE. Cette recherche a révélé le fait que la prophétie ne faisait pas référence à cette terre comme étant le SANCTUAIRE à NETTOYER à la fin des jours, mais au SANCTUAIRE CÉLESTE; et cette vérité expliqua notre déception en 1844. L’étude des ÉCRITURES révéla aussi la lumière sur le SABBAT. {Ms76-1886}
Maintenant, nous avons vu un grand travail à faire pour présenter cette lumière au peuple, car la question du SANCTUAIRE, si elle était comprise, éliminerait toutes les perplexités quant à notre position dans la prophétie et expliquerait clairement la déception de 1844. La lumière de la prophétie apparaissent alors clairs et puissants à ceux qui sonderaient les ÉCRITURES avec le cœur ouvert pour recevoir la vérité qui avait été si peu discernée. Un nouvel espoir et un nouveau courage prirent possession de nos âmes, et bien qu’au début nous ne voulions pas accepter le SABBAT et reconnaître que nous avions observé par ignorance un jour commun, qui avait été substitué par l’homme de péché à la place du JOUR SAINT DE DIEU, pourtant le la lumière était si claire des ÉCRITURES et des convictions qui ont accompagné la recherche des ÉCRITURES que nous ne pouvions pas être trouvés en train de combattre contre DIEU. {Ms76-1886}
La vérité de DIEU est la même à toutes les époques, bien que développée différemment pour répondre aux besoins de son peuple à diverses époques. Sous la dispensation de l’ANCIEN TESTAMENT, chaque travail important était étroitement lié au SANCTUAIRE. Dans le SAINT DES SAINTS, le grand JE SUIS a pris sa demeure, et aucun être humain n’a été autorisé à y entrer, sauf sur rendez-vous divin. Là, au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE, éclipsé par les ailes des CHERUBIM, demeurait la SHEKINAH de sa gloire, le signe perpétuel de sa présence ; tandis que le BRASIER du souverain sacrificateur, serti de pierres précieuses, faisait connaître depuis l’enceinte sacrée du SANCTUAIRE le message solennel de JÉHOVAH au peuple. Merveilleuse dispensation, lorsque le SAINT, le créateur des cieux et de la terre, a ainsi manifesté sa gloire et révélé sa volonté aux enfants des hommes ! {RH, 2 mars 1886 par. 1}
Depuis la création et la chute de l’homme jusqu’à nos jours, il y a eu un déploiement continuel du plan de DIEU pour la rédemption, par CHRIST, de la race déchue. Le TABERNACLE et le TEMPLE DE DIEU sur terre ont été calqués sur l’original dans le ciel. Autour du SANCTUAIRE et de ses offices solennels se rassemblaient mystiquement les grandes vérités qui devaient être développées à travers les générations successives. Il n’y a pas eu de temps où DIEU a accordé de plus grandes preuves de sa grandeur et de sa majesté exaltée, que lorsqu’il était le gouverneur reconnu d’Israël. Les manifestations d’un roi invisible étaient grandioses et incroyablement horribles. Un sceptre était balancé, mais il n’était tenu par aucune main humaine. L’ARCHE SACRÉE, couverte par le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et contenant la LOI SAINTE DE DIEU, était symbolique de JÉHOVAH lui-même. C’était le pouvoir des Israélites de conquérir au combat. Avant cela, des idoles ont été renversées, et pour y avoir jeté un coup d’œil imprudent, des milliers ont péri. Jamais dans notre monde l’Éternel n’a donné des manifestations aussi ouvertes de sa suprématie que lorsqu’il était le seul roi reconnu d’Israël. {RH, 2 mars 1886 par. 9}
Combien sage était l’arrangement de DIEU pour préserver une connaissance de lui-même sur la terre en donnant à l’homme sa LOI SAINTE, qui était le fondement de son gouvernement dans le ciel et sur la terre, et en y rattachant un système d’adoration qui serait une pratique continuelle. rappel d’un SAUVEUR à venir. Tandis que les ténèbres couvraient la terre et les ténèbres épaisses le peuple, le SEIGNEUR avait quelques humbles qui reconnaissaient sa souveraineté en respectant et en obéissant à la constitution de son royaume, les DIX COMMANDEMENTS. A travers les âges de l’idolâtrie et de l’apostasie, la promesse d’un MESSIE a fait briller l’étoile de l’espoir dans les cieux moraux obscurcis jusqu’au moment où le CHRIST a fait son premier avènement. {RH, 2 mars 1886 par. dix}
Dans l’offrande sacrificielle sur chaque AUTEL on voyait un RÉDEMPTEUR. Avec le nuage d’ENCENS s’éleva de chaque cœur contrit la prière que DIEU accepterait leurs offrandes comme montrant la foi dans la venue du SAUVEUR. Notre SAUVEUR est venu et a versé son sang en sacrifice, et maintenant il plaide ce sang devant son PÈRE dans le SANCTUAIRE dans les cieux. C’est maintenant, comme autrefois, seulement par les mérites de ce sang que le transgresseur de la LOI DE DIEU peut trouver le pardon. C’est en exerçant la repentance envers DIEU et la foi en notre SEIGNEUR JESUS ​​CHRIST. {RH, 2 mars 1886 par. 11}
Alors que nous nous réjouissons aujourd’hui que notre SAUVEUR soit venu, que les sacrifices de l’ancienne dispensation aient cédé la place à l’offrande parfaite pour le péché, nous ne sommes pas excusables de mépriser cette période. Ceux qui font des remarques grossières concernant le vieil âge juif, montrent qu’ils sont ignorants des ÉCRITURES et de la puissance de DIEU. Au milieu des ténèbres morales des nations idolâtres de cette époque, on voit des traces brûlantes du grand JE SUIS. Ses sorties sont inscrites dans les pages de l’histoire de la BIBLE. Ce qui est maintenant nécessaire, c’est l’illumination divine et une connaissance plus intelligente des relations merveilleuses de DIEU avec son peuple dans les temps anciens. Le psalmiste s’écrie : “Ton chemin, ô Dieu, est dans le SANCTUAIRE : qui est un Dieu aussi grand que notre Dieu.” Bâle, Suisse. {RH, 2 mars 1886 par. 12}
Ici, beaucoup de ceux qui professent être chrétiens ne supporteront pas la mesure de DIEU ; pesés dans les balances du SANCTUAIRE, ils seront trouvés insuffisants. Chers frères, “Sortez du milieu d’eux et séparez-vous, dit l’Éternel, et ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous recevrai, et je serai pour vous un père, et vous serez mes fils et mes filles, dit l’Éternel tout-puissant .” Quelle promesse est-ce! Mais nous ne devons pas perdre de vue le fait qu’il s’agit d’une promesse basée sur l’obéissance au commandement. DIEU nous appelle à être séparés du monde, nous ne devons pas imiter ou suivre leurs pratiques, ni être conformes au monde dans notre ligne de conduite à tous égards. Mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous puissiez prouver quelle est cette volonté bonne, acceptable et parfaite de DIEU. {RH, 27 avril 1886 par. 9}
Aujourd’hui, les anges observent le développement du caractère ; et bientôt nos vies devront passer en revue devant DIEU. Bientôt nous serons pesés dans les balances du SANCTUAIRE, et en face de nos noms sera inscrit le jugement rendu. Et nous recevrons le don suprême de la vie ÉTERNELLE ou nous serons punis d’une destruction éternelle de la part de l’Éternel. Nous pouvons être réticents à nous examiner de près maintenant pour voir quelle est notre condition SPIRITUELLE et si nos cœurs sont convenablement impressionnés par le message test de la vérité ; mais cela ne fera aucune différence avec l’œuvre du Jugement. Ses décisions seront rendues tout de même ; et lorsque le « FILS DE L’HOMME viendra dans la gloire de son PÈRE avec ses anges », « il rendra à chacun selon ses œuvres ». {ST, 7 janvier 1886 par. 4}
À l’époque juive, toutes les révélations de DIEU à son peuple, tout ce qui concernait son culte, étaient étroitement liés au SANCTUAIRE, au TABERNACLE dans le désert, et ensuite au temple. Ici, DIEU était adoré; ici, les offrandes sacrificielles lui étaient présentées. Ici se trouvait la PLAQUE DE BREST du souverain sacrificateur, sertie de pierres précieuses, d’où provenaient les messages de JÉHOVAH. Ici, dans le SAINT DES SAINTS, ombragé par les ailes des CHÉRUBINS, demeurait le signe perpétuel de la présence du SAINT, le CRÉATEUR des cieux et de la terre. Ici se trouvait l’ARCHE DE L’ALLIANCE, contenant les tables de la loi, l’ARCHE qui était pour Israël le symbole de la présence divine et le gage de la victoire au combat. Les idoles ne pouvaient pas se tenir devant l’arche sacrée de Dieu, et la mort était la peine d’une éruption cutanée, toucher irrévérencieux ou le regard de curiosité. {ST, 3 juin 1886 par. 2}
A partir du SAINT DES SAINTS, continue le grand travail d’instruction. Les anges de DIEU communiquent aux hommes. Le CHRIST officie dans le SANCTUAIRE. Nous ne Le suivons pas dans le SANCTUAIRE comme nous le devrions. CHRIST et les anges travaillent dans le cœur des enfants des hommes. L’église d’en haut, unie à l’église d’en bas, mène le bon combat sur la terre. Il doit y avoir une purification de l’âme ici sur la terre, en harmonie avec la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE PAR LE CHRIST DANS LE CIEL. Là, nous verrons plus clair comme nous sommes vus. Nous saurons comme nous sommes connus. {Lt37-1887}
C’est une chose mélancolique et décourageante d’observer le peu d’effet que les vérités solennelles relatives à ces derniers jours ont sur l’esprit et le cœur de ceux qui prétendent croire la vérité. Ils écoutent les discours prêchés, ils semblent être profondément intéressés car ils sont suspendus aux lèvres de l’orateur; et si ses paroles sont sublimes, ils sont ravis, les larmes coulent car l’amour du CHRIST est le thème qui leur est présenté. Mais avec la fin du discours, le charme est rompu. Entrez dans les maisons et vous serez surpris de ne pas entendre un mot qui vous laisserait penser qu’une impression profonde a été faite comme les circonstances le justifiaient dans la présentation de choses aussi édifiantes. C’était exactement comme s’ils avaient écouté une chanson ou une mélodie agréable. C’est fait et l’impression est partie comme la rosée du matin avant le soleil. Quelle en est la raison ? La vérité n’est pas introduite dans la vie. Ils n’ont pas accepté la vérité qui leur était parlée comme étant la PAROLE DE DIEU. Ils n’ont pas regardé au-delà de l’instrument vers le grand Ouvrier dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Vous n’avez pas pris la parole comme un message spécial de DIEU dont l’orateur n’était que celui à qui était confié le message. Est-il donc étonnant que la vérité soit si impuissante, qu’avec un grand nombre, s’il y a quelque excitation, un peu d’extase animale, un peu de connaissance de tête, l’influence n’est pas plus profonde ? {Lt37-1887} Vous n’avez pas pris la parole comme un message spécial de DIEU dont l’orateur n’était que celui à qui était confié le message. Est-il donc étonnant que la vérité soit si impuissante, qu’avec un grand nombre, s’il y a quelque excitation, un peu d’extase animale, un peu de connaissance de tête, l’influence n’est pas plus profonde ? {Lt37-1887} Vous n’avez pas pris la parole comme un message spécial de DIEU dont l’orateur n’était que celui à qui était confié le message. Est-il donc étonnant que la vérité soit si impuissante, qu’avec un grand nombre, s’il y a quelque excitation, un peu d’extase animale, un peu de connaissance de tête, l’influence n’est pas plus profonde ? {Lt37-1887}
Autrefois au service du SANCTUAIRE, DIEU exigeait que les offrandes sacrificielles soient faites plus le jour du SABBAT que tout autre jour. C’était du travail, mais ce n’était pas du travail servile. Ce n’était pas du travail pour gagner sa vie. Cela n’a pas été fait pour le gain ou pour un intérêt égoïste. Cela a été fait au SERVICE DE DIEU. {Lt67-1887}
Ici, nous voyons que l’église – LE SANCTUAIRE DU SEIGNEUR – a été la première à ressentir le coup de la COLÈRE DE DIEU. Les hommes anciens, ceux à qui DIEU avait donné une grande lumière, et qui s’étaient tenus comme les gardiens des intérêts SPIRITUELS du peuple, avaient trahi leur confiance. Cela nous montre qu’il ne faut pas regarder les hommes par exemple. Nous devons garder notre foi en DIEU; car il y a juste devant nous un temps qui éprouvera les âmes des hommes. Le CHRIST sur le mont des Oliviers a répété les jugements effrayants qui devaient précéder sa SECONDE VENUE : « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres. « Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; et il y aura des famines, des pestes et des tremblements de terre en divers lieux. Tout cela est le début des douleurs. Alors que ces prophéties reçurent un accomplissement partiel lors de la destruction de Jérusalem, ils ont une application plus directe dans les derniers jours. {RH, 11 janvier 1887 par. 12}
Il est possible d’être un croyant formel et partiel, et pourtant d’être pris en défaut, et de perdre la vie ÉTERNELLE. Il est possible de pratiquer certaines des injonctions de la BIBLE, et d’être considéré comme chrétien, et pourtant de périr parce qu’il vous manque les qualifications essentielles qui constituent le caractère chrétien. Les anges destructeurs ont la commission du SEIGNEUR, “Commencez par MON SANCTUAIRE.” Et « ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison ». Si les avertissements que DIEU a donnés sont négligés ou considérés avec indifférence, si vous souffrez que le péché soit chéri, vous scellez le destin de votre âme ; vous serez pesé dans les balances et trouvé léger. La grâce, la paix et le pardon seront à jamais retirés ; JÉSUS sera passé, pour ne plus jamais être à la portée de vos prières et de vos supplications. Alors que la miséricorde persiste encore, pendant que JÉSUS intercède pour nous, travaillons de fond en comble pour l’éternité. Tour Pellice, Italie. {RH, 11 janvier 1887 par. 24}
JÉSUS n’est pas prêché dans de très nombreuses chaires d’aujourd’hui. Tout et n’importe quoi sauf CHRIST est prêché, pour la simple raison que le prédicateur ne connaît pas CHRIST. Certains prennent l’habitude d’étudier différents auteurs, et pensent que cela les aidera grandement dans leurs discours. Ils se flattent d’avoir un discours très intellectuel, et ils peuvent l’avoir ; mais le troupeau n’est pas nourri du pain de vie; la crèche était placée au-dessus de leur portée. Ce dont le monde et les églises ont besoin aujourd’hui, c’est de la prédication du SANG DU CHRIST et de la vertu de SON EXPIATION, et d’apprendre ce qui constitue le péché, et d’avoir l’ESPRIT DU CHRIST entrelacé dans tous leurs travaux. Ce dont le monde a besoin aujourd’hui, c’est de savoir ce qu’il doit faire pour être sauvé. Il y a beaucoup de discours intéressants et agréables étant donné que l’orateur compte jusqu’au sommet du succès, mais ils ne sont pas ainsi enregistrés par Celui qui pèse les pensées et les motifs des hommes, qui ne regarde pas les apparences mais le cœur, qui pèse de tels discours. dans les balances du SANCTUAIRE et les déclare voulant. Le seul élément qui pourrait en faire un succès fait défaut : JÉSUS, la Lumière du monde. {RH, 22 février 1887 par. dix}
Les anciens porte-drapeaux savaient ce que c’était que de lutter avec DIEU dans la prière et de se réjouir de l’effusion de SON ESPRIT. Mais ceux-ci passent du stade de l’action ; et qui viennent occuper leurs places ? Comment ça se passe avec la génération montante ? sont-ils convertis à DIEU ? Sommes-nous conscients du travail qui se déroule dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, ou attendons-nous qu’une puissance irrésistible vienne sur l’église avant de nous réveiller ? Espérons-nous voir toute l’église ressuscitée ? Ce temps ne viendra jamais. {RH, 22 mars 1887 par. 2}
En 1844, notre grand GRAND PRÊTRE entra dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, pour commencer les travaux du JUGEMENT D’INVESTIGATION. Les cas des justes morts sont passés en revue devant DIEU. Lorsque cette œuvre sera achevée, le jugement sera prononcé sur les vivants. Combien précieux, combien importants sont ces instants solennels ! Chacun de nous a une affaire pendante devant la cour céleste. Nous devons être jugés individuellement selon les actes accomplis dans le corps. Dans le service typique, lorsque l’œuvre d’EXPIATION était accomplie par le souverain sacrificateur dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE terrestre, les gens devaient affliger leurs âmes devant DIEU et confesser leurs péchés, afin qu’ils puissent être expiés et effacés. dehors. En sera-t-il moins exigé de nous en ce jour d’expiation antitypique, quand le CHRIST dans le SANCTUAIRE ci-dessus plaide en faveur de son peuple, et la décision finale et irrévocable doit être prononcée sur chaque cas ? {RH, 22 mars 1887 par. 9}
Il [le CHRIST] marche au milieu des CHANDELIERS D’OR. Ainsi est symbolisée la relation de CHRIST à ses églises, et les étoiles sont utilisées pour représenter ses ministres. Il est représenté marchant de long en large parmi les CHANDELIERS D’OR. Il est en communion avec son peuple. Il connaît leur véritable état. Il observe leur ordre, leur vigilance, leur piété et leur dévouement ; et il y prend plaisir s’il voit ces fruits se manifester. Bien que CHRIST soit MÉDIATEUR dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, il marche pourtant de long en large au milieu des églises sur la terre. Il va d’église en église, de congrégation en congrégation, d’âme en âme. Il observe leur véritable état, ce qui est négligé, ce qui est en désordre et ce qui doit être fait. Il est représenté en train de marcher, ce qui signifie agitation, éveil, et une vigilance sans faille. Il observe si la lumière de l’une de ses sentinelles, ou CHANDELIERS, brûle faiblement ou s’éteint. Ces sous-bergers peuvent dormir, mais celui qui garde Israël ne sommeille ni ne dort. Si ces CHANDELIERS étaient laissés à la charge des puissances humaines, la flamme vacillante languirait et mourrait. Mais Il est le véritable gardien de la maison, le gardien insomniaque des parvis du temple. La surveillance continue, la présence et la grâce nourrissante du CHRIST sont la source de toute lumière et de toute vie. {RH, 31 mai 1887 par. 5} {HM, 1er novembre 1893 par. 5} la flamme vacillante languirait et mourrait. Mais Il est le véritable gardien de la maison, le gardien insomniaque des parvis du temple. La surveillance continue, la présence et la grâce nourrissante du CHRIST sont la source de toute lumière et de toute vie. {RH, 31 mai 1887 par. 5} {HM, 1er novembre 1893 par. 5} la flamme vacillante languirait et mourrait. Mais Il est le véritable gardien de la maison, le gardien insomniaque des parvis du temple. La surveillance continue, la présence et la grâce nourrissante du CHRIST sont la source de toute lumière et de toute vie. {RH, 31 mai 1887 par. 5} {HM, 1er novembre 1893 par. 5}
Ceux qui sont agités, impatients, insatisfaits, sous le poids des soins et de la responsabilité, cherchent à porter leur fardeau sans l’aide de JÉSUS. S’il était à leurs côtés, le soleil de sa présence disperserait tous les nuages, l’aide de son bras puissant allégerait tous les fardeaux. L’église s’affaiblit par le manque de membres consacrés, qui sentent qu’ils ne sont pas les leurs ; que leur temps, leurs talents, leurs énergies appartiennent au CHRIST ; qu’il les a rachetés avec son sang, et plaide pour eux dans le SANCTUAIRE d’en haut. {RH, 29 novembre 1887 par. 4}
Nous avons besoin de missionnaires BIBLES; ceux qui se sont liés à DIEU, et qui s’examineront chaque jour pour voir s’il n’y a pas quelque défaut dans leur caractère ; ceux qui regarderont dans le grand miroir, la LOI DE DIEU, pour voir si elle ne condamne pas une pratique à laquelle ils se livrent. Tous devraient garder à l’esprit que seuls ceux qui sont sans tache ni ride peuvent être acquittés devant DIEU. Le tempérament, le goût, les pensées, les sentiments, tout doit être mis à l’épreuve de la PAROLE DE DIEU. Ce sera un travail sérieux pour chacun de nous maintenant ; mais ce sera plus grave quand le Jugement sera assis, et que les livres seront ouverts, et que les défauts de caractère apparaîtront tels qu’ils sont quand chaque cas est décidé pour la vie ou pour la mort. La pesée du caractère dans la balance du SANCTUAIRE est l’œuvre de DIEU, mais l’étude approfondie de la BIBLE, l’élévation de nos caractères à la norme de DIEU est notre travail. Notre grand danger est de nous arrêter avant la pleine consécration de nous-mêmes à DIEU ; d’être chrétiens que de nom. DIEU nous tient responsables de la grande lumière qui brille sur notre chemin. Il a fait pour nous tout ce qu’un DIEU pouvait faire. Il a placé le salut à notre portée, et la question que nous devons décider maintenant est : allons-nous tirer le meilleur parti de ces bénédictions ? {ST, 19 mai 1887 par. 6} et la question que nous devons décider maintenant est : tirerons-nous le meilleur parti de ces bénédictions ? {ST, 19 mai 1887 par. 6} et la question que nous devons décider maintenant est : tirerons-nous le meilleur parti de ces bénédictions ? {ST, 19 mai 1887 par. 6}
Le SEIGNEUR évalue le caractère dans le SANCTUAIRE aujourd’hui, et ceux qui sont négligents et indifférents, se précipitant dans les sentiers de l’iniquité, ne résisteront pas à l’épreuve. DIEU nous a doté de facultés de raisonnement, et il exige que nous les utilisions pour sa gloire. Il nous a donné ce corps, qu’il veut que nous conservions en parfaite santé, afin que nous rendions le meilleur service à sa cause. Il a payé un prix infini pour notre rédemption, et pourtant des hommes et des femmes dépendant au jour le jour de sa miséricorde, pour la vie, pour la santé, pour la nourriture, pour toutes les bénédictions dont ils jouissent, refusent d’obéir à SES LOIS, refusent d’accepter sa FILS comme leur EXEMPLE et SAUVEUR. {ST, 29 décembre 1887 par. 6}
Nous pouvons nous réjouir dans l’espérance. Notre AVOCAT est dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, plaidant en notre nom. Par ses mérites nous pouvons avoir le pardon et la paix. Il est mort afin de laver nos péchés, de nous revêtir de sa justice et de nous préparer à la société céleste, où nous pourrons demeurer éternellement dans la lumière. Cher frère, chère sœur, quand Satan remplirait votre esprit de découragement, de tristesse et de doute, résistez à ses suggestions. Parlez-lui du SANG DE JÉSUS, qui NETTOIE de tout péché. Vous ne pouvez pas vous sauver du pouvoir du tentateur, mais il tremble et s’enfuit quand les mérites de ce précieux sang sont mis en avant. Alors n’accepterez-vous pas avec reconnaissance les bénédictions que JÉSUS accorde ? Ne prendrez-vous pas la coupe du salut qu’il présente, et n’invoquerez-vous pas le nom de l’Éternel? Ne vous méfiez pas de Celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière. Ne blessez pas un instant le cœur du SAUVEUR compatissant par votre incrédulité. Il observe avec le plus grand intérêt vos progrès dans la voie céleste ; il voit vos efforts sérieux; il note vos déclinaisons et vos récupérations, vos espoirs et vos peurs, vos conflits et vos victoires. {BEcho, 1er janvier 1888 par. 8}
Toutes les prédictions données par le CHRIST concernant la destruction de Jérusalem se sont réalisées à la lettre. Les Juifs ont fait l’expérience de la vérité de ses paroles d’avertissement : « Avec quelle mesure vous mesurez, cela vous sera mesuré de nouveau. [Matthieu 7:2.] {GC88 30.1 1888}
Des signes et des prodiges sont apparus, annonçant désastre et malheur. Au milieu de la nuit, une lumière artificielle brillait sur le temple et l’AUTEL. Sur les nuages ​​au coucher du soleil étaient représentés des chars et des hommes de guerre se rassemblant pour la bataille. Les prêtres qui servaient la nuit dans le SANCTUAIRE étaient terrifiés par des bruits mystérieux ; la terre trembla, et une multitude de voix se firent entendre criant : « Partons d’ici. La grande porte orientale, qui était si lourde qu’elle pouvait à peine être fermée par une vingtaine d’hommes, et qui était sécurisée par d’immenses barres de fer enfoncées profondément dans le pavé de pierre solide, s’ouvrit à minuit, sans action visible. {GC88 30.2 1888}
Titus a trouvé impossible de contrôler la rage des soldats; il entra avec ses officiers et inspecta l’intérieur de l’édifice sacré. La splendeur les émerveilla ; et comme les flammes n’avaient pas encore pénétré jusqu’au LIEU SAINT, il fit un dernier effort pour le sauver, et s’élançant, exhorta de nouveau les soldats à arrêter la marche de l’incendie. Le centurion Liberalis s’efforça d’imposer l’obéissance à son état-major ; mais même le respect pour l’empereur fit place à l’animosité furieuse contre les Juifs, à l’excitation féroce de la bataille et à l’insatiable espoir du pillage. Les soldats voyaient autour d’eux tout resplendissant d’or, qui brillait éblouissant dans la lumière sauvage des flammes ; ils supposaient que des trésors incalculables étaient amassés dans le SANCTUAIRE. Un soldat, inaperçu, enfoncez une torche allumée entre les gonds de la porte ; tout le bâtiment était en flammes en un instant. La fumée et le feu aveuglants forcèrent les officiers à battre en retraite, et le noble édifice fut abandonné à son sort. {GC88 34.1 1888}
La prophétie qui semblait révéler le plus clairement le temps du second avènement était celle de Daniel 8:14 : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ. Suivant sa règle de faire de l’ÉCRITURE son propre interprète, Miller apprit qu’un jour dans la prophétie symbolique représente une année ; [Nombres 14:34 ; Ézéchiel 4:6.] il a vu que la période de 2300 jours prophétiques, ou années littérales, s’étendrait bien au-delà de la fin de la dispensation juive, par conséquent, elle ne pouvait pas se référer au SANCTUAIRE de cette dispensation. Miller a accepté l’opinion généralement reçue selon laquelle, à l’ère chrétienne, la terre est le SANCTUAIRE, et il a donc compris que la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE annoncé dans Daniel 8:14 représentait la purification de la terre par le feu lors de la SECONDE VENUE DU CHRIST. Si donc, le point de départ correct pouvait être trouvé pour les 2300 jours, il a conclu que le moment du second avènement pouvait être facilement déterminé. Ainsi serait révélé le temps de cette grande consommation, « le temps où l’état actuel, avec tout son orgueil et sa puissance, sa pompe et sa vanité, sa méchanceté et son oppression, prendrait fin ; . . . quand la malédiction serait ôtée de dessus la terre, quand la mort serait détruite, récompense serait donnée aux serviteurs de DIEU, aux prophètes et aux saints, et à tous ceux qui craignent son nom, et à ceux qui détruisent la terre. {GC88 324.2 1888} toucherait à sa fin; . . . quand la malédiction serait ôtée de dessus la terre, quand la mort serait détruite, récompense serait donnée aux serviteurs de DIEU, aux prophètes et aux saints, et à tous ceux qui craignent son nom, et à ceux qui détruisent la terre. {GC88 324.2 1888} toucherait à sa fin; . . . quand la malédiction serait ôtée de dessus la terre, quand la mort serait détruite, récompense serait donnée aux serviteurs de DIEU, aux prophètes et aux saints, et à tous ceux qui craignent son nom, et à ceux qui détruisent la terre. {GC88 324.2 1888}
L’ange avait été envoyé à Daniel dans le but exprès de lui expliquer le point qu’il n’avait pas compris dans la vision du huitième chapitre, la déclaration relative au temps : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ. Après avoir demandé à Daniel de “comprendre la question et de considérer la vision”, les toutes premières paroles de l’ange sont : “Soixante-dix semaines sont déterminées sur ton peuple et sur ta ville sainte”. Le mot traduit ici par « déterminé » signifie littéralement « coupé ». Soixante-dix semaines, représentant 490 ans, sont déclarées par l’ange comme étant retranchées, comme appartenant spécialement aux Juifs. Mais de quoi étaient-ils coupés ? Comme les 2300 jours étaient la seule période de temps mentionnée au chapitre huit, ce doit être la période à partir de laquelle les soixante-dix semaines ont été retranchées ; les soixante-dix semaines doivent donc faire partie des 2300 jours, et les deux périodes doivent commencer ensemble. Les soixante-dix semaines ont été déclarées par l’ange à dater de la sortie du commandement de restaurer et de construire Jérusalem. Si la date de ce commandement pouvait être trouvée, alors le point de départ de la grande période des 2300 jours serait déterminé. {GC88 326.1 1888}
Jusqu’à présent, chaque spécification de la prophétie est accomplie de manière frappante, et le début des soixante-dix semaines est fixé sans conteste à BC 457, et leur expiration en AD 34. À partir de ces données, il n’y a aucune difficulté à trouver la fin des 2300 jours. Les soixante-dix semaines – 490 jours – ayant été coupées des 2300, il restait 1810 jours. Après la fin des 490 jours, les 1810 jours devaient encore être accomplis. De l’an 34, 1810 ans s’étendent jusqu’en 1844. Par conséquent, les 2300 jours de Daniel 8:14 se terminent en 1844. À l’expiration de cette grande période prophétique, sur le témoignage de l’ange de DIEU, “le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ”. Ainsi, le moment de la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE — dont on croyait presque universellement qu’il avait lieu au second avènement — était clairement indiqué. {GC88 328.2 1888}
Miller et ses associés ont d’abord cru que les 2300 jours se termineraient au printemps 1844, alors que la prophétie indique l’automne de cette année-là. La mauvaise compréhension de ce point apporta déception et perplexité à ceux qui avaient fixé la date antérieure comme le moment de la venue du SEIGNEUR. Mais cela n’affecta en rien la force de l’argument montrant que les 2300 jours se terminèrent en l’an 1844, et que le grand événement représenté par la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE devait alors avoir lieu. {GC88 328.3 1888}
En expliquant Daniel 8:14, “Jusqu’à deux mille trois cents jours, alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ”, Miller, comme il a été dit, a adopté l’opinion généralement reçue que la terre est le SANCTUAIRE, et il croyait que le NETTOYAGE DE LE SANCTUAIRE représentait la purification de la terre par le feu à la venue du SEIGNEUR. Quand, par conséquent, il a découvert que la fin des 2300 jours était définitivement prédite, il a conclu que cela révélait le temps du second avènement. Son erreur résultait de l’acceptation de l’opinion populaire quant à ce qui constitue le SANCTUAIRE. {GC88 352.1 1888}
Dans le système typique, qui était une ombre du sacrifice et du sacerdoce de CHRIST, la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE était le dernier service accompli par le souverain sacrificateur dans la ronde annuelle du ministère. C’était l’œuvre finale de l’EXPIATION, une suppression ou un éloignement du péché d’Israël. Cela préfigurait l’œuvre finale dans le ministère de notre GRAND PRÊTRE au Ciel, dans l’enlèvement ou l’effacement des péchés de son peuple, qui sont enregistrés dans les annales célestes. Ce service implique un travail d’investigation, un travail de jugement ; et il précède immédiatement la venue de CHRIST sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire ; car quand il vient, chaque cas a été décidé. JÉSUS dit : « Ma récompense est avec moi, pour rendre à chacun selon ce que sera son œuvre. [Apocalypse 22:12.] C’est cette œuvre de jugement, précédant immédiatement le second avènement, qui est annoncé dans le message du premier ange d’Apocalypse 14:7 : « Craignez DIEU, et donnez-lui gloire ; car l’heure de son jugement est venue. {GC88 352.2 1888}
Les arguments tirés des types de l’Ancien Testament indiquaient également que l’automne était le moment où l’événement représenté par la « NETTOYAGE DU SANCTUAIRE » devait avoir lieu. Cela a été rendu très clair lorsque l’attention a été accordée à la manière dont les types relatifs au premier avènement de CHRIST avaient été accomplis. {GC88 398.4 1888}
Le meurtre de l’agneau pascal était une ombre de la mort de CHRIST. Paul dit : « CHRIST notre Pâque est sacrifiée pour nous. [1 Corinthiens 5:7.] La gerbe de prémices qui, au moment de la Pâque, était agitée devant l’Éternel, était typique de la résurrection de CHRIST. Paul dit, en parlant de la résurrection du SEIGNEUR et de tout son peuple : « CHRIST les prémices ; ensuite ceux qui appartiennent au CHRIST lors de son avènement. [1 Corinthiens 15:23.] Comme la gerbe agitée, qui était le premier grain mûr récolté avant la moisson, CHRIST est les prémices de cette moisson immortelle de rachetés qui, à la future résurrection, seront rassemblés dans le grenier de DIEU. {GC88 399.1 1888}
Ces types étaient remplis, non seulement quant à l’événement, mais quant au temps. Le quatorzième jour du premier mois juif, le jour et le mois même où, pendant quinze longs siècles, l’agneau pascal avait été immolé, le CHRIST, ayant mangé la Pâque avec ses disciples, institua cette fête qui devait commémorer sa propre mort. comme “l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde”. Cette même nuit, il a été pris par des mains méchantes, pour être crucifié et mis à mort. Et comme antitype de la gerbe agitée, notre SEIGNEUR est ressuscité des morts le troisième jour, “les prémices de ceux qui sont morts”, [1 Corinthiens 15:20.] un échantillon de tous les justes ressuscités, dont « corps vil » sera changé et « façonné comme son corps glorieux ». [Philippiens 3:21.] {GC88 399.2 1888}
De la même manière, les types qui se rapportent au second avènement doivent être accomplis au moment indiqué dans le service symbolique. Sous le système mosaïque, la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, ou le GRAND JOUR DE L’EXPIATION, a eu lieu le dixième jour du septième mois juif, [Lévitique 16:29-34.] lorsque le souverain sacrificateur, ayant fait l’EXPIATION pour tout Israël , et ainsi ôté leurs péchés du SANCTUAIRE, s’avancèrent et bénirent le peuple. On croyait donc que le CHRIST, notre grand SACRE, apparaîtrait pour purifier la terre par la destruction du péché et des pécheurs, et pour bénir son peuple en attente avec l’immortalité. Le dixième jour du septième mois, le GRAND JOUR DES EXPIATIONS, le temps de la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, qui en 1844 tomba le 22 octobre, était considéré comme le temps de la venue du SEIGNEUR. Ceci était en harmonie avec les preuves déjà présentées que les 2300 jours se termineraient à l’automne, et la conclusion semblait irrésistible. {GC88 399.3 1888}
Chapitre XXIII – Qu’est-ce que le SANCTUAIRE ?
Mais DIEU avait conduit son peuple dans le grand mouvement adventiste ; sa puissance et sa gloire avaient accompagné l’œuvre, et il ne voulait pas qu’elle se terminât dans les ténèbres et la déception, qu’on lui reprochât une excitation fausse et fanatique. Il ne laisserait pas sa parole impliquée dans le doute et l’incertitude. Bien que beaucoup aient abandonné leur ancien calcul des périodes prophétiques et nié l’exactitude du mouvement basé sur celui-ci, d’autres n’étaient pas disposés à renoncer à des points de foi et d’expérience qui étaient soutenus par les ÉCRITURES et par le témoignage de l’ESPRIT DE DIEU. Ils croyaient qu’ils avaient adopté de bons principes d’interprétation dans leur étude des prophéties, et qu’il était de leur devoir de retenir les vérités déjà acquises et de continuer le même cours de recherche biblique. Avec une prière sincère, ils ont revu leur position, et étudié les ÉCRITURES pour découvrir leur erreur. Comme ils ne pouvaient voir aucune erreur dans leur calcul des périodes prophétiques, ils furent amenés à examiner de plus près le sujet du SANCTUAIRE. {GC88 410.1 1888}
Au cours de leur enquête, ils ont appris qu’il n’y a aucune preuve dans les ÉCRITURES soutenant l’opinion populaire selon laquelle la terre est le SANCTUAIRE ; mais ils trouvèrent dans la BIBLE une explication complète du sujet du SANCTUAIRE, de sa nature, de son emplacement et de ses services ; le témoignage des écrivains sacrés étant si clair et si ample qu’il place la question hors de toute question. L’apôtre Paul, dans l’Épître aux Hébreux, dit : « Alors, en vérité, la PREMIÈRE ALLIANCE avait aussi des ordonnances de service divin, et un SANCTUAIRE mondain. Car il y avait un TABERNACLE fait; le premier, où étaient le CHANDELIER, et la table, et le PAIN DE PROPOSITION ; qui s’appelle le SANCTUAIRE. Et après le SECOND VOILE, le TABERNACLE qui est appelé le PLUS SAINT DE TOUS, qui avait l’ENCENSEUR D’OR, et l’ARCHE DE L’ALLIANCE recouverte tout autour d’or, où était le pot d’or qui avait la MANNE, et la verge d’Aaron qui a fleuri, et les tables de l’alliance; et au-dessus, les CHERUBINS de gloire ombrageant le SIÈGE DE MISÉRICORDE. [Hébreux 9:1-5.] {GC88 411.1 1888}
Le SANCTUAIRE auquel Paul se réfère ici était le TABERNACLE construit par Moïse sur l’ordre de DIEU, comme la demeure terrestre du TRÈS HAUT. “Qu’ils fassent de moi un SANCTUAIRE, que je puisse habiter parmi eux,” [Exode 25:8.] était la directive donnée à Moïse alors qu’il était sur la montagne avec DIEU. Les Israélites voyageaient à travers le désert, et le TABERNACLE était construit de telle sorte qu’il pouvait être déplacé d’un endroit à l’autre; pourtant c’était une structure d’une grande magnificence. Ses murs se composaient de planches verticales fortement plaquées d’or et serties dans des douilles d’argent, tandis que le toit était formé d’une série de RIDEAUX, ou couvertures, l’extérieur en peaux, l’intérieur en fin lin magnifiquement travaillé avec des figures de CHERUBIM. Outre le parvis extérieur, qui contenait l’AUTEL DES OFFRANDES holocaustes, le TABERNACLE lui-même se composait de DEUX APPARTEMENTS appelés le LIEU SAINT et le LIEU TRÈS SAINT, séparés par un riche et beau RIDEAU, ou VOILE; un VOILE similaire fermait l’entrée du PREMIER APPARTEMENT. {GC88 411.2 1888}
Dans le LIEU SAINT se trouvait le CHANDELIER, au sud, avec ses SEPT LAMPES éclairant le SANCTUAIRE de jour comme de nuit ; au nord se tenait la TABLE DES PAIN DE PROPOSITION ; et devant le VOILE séparant le SAINT du TRÈS SAINT était l’AUTEL D’OR D’ENCENS, d’où le nuage de parfum, avec les prières d’Israël, montait chaque jour devant DIEU. {GC88 412.1 1888}
Dans le LIEU TRÈS SAINT se tenait l’Arche, un coffre de bois précieux recouvert d’or, le dépositaire des deux TABLES DE PIERRE sur lesquelles DIEU avait inscrit la loi des DIX COMMANDEMENTS. Au-dessus de l’ARCHE, et formant le couvercle du COFFRE SACRÉ, se trouvait le SIÈGE DE MERCY, une magnifique pièce de travail, surmontée de DEUX CHERUBINS, un à chaque extrémité, et tout en or massif. Dans cet APPARTEMENT la présence divine s’est manifestée dans la nuée de gloire entre les CHERUBIM. {GC88 412.2 1888}
Après l’établissement des Hébreux en Canaan, le TABERNACLE fut remplacé par le temple de Salomon, qui, bien qu’étant une construction permanente et sur une plus grande échelle, observait les mêmes proportions, et était pareillement meublé. Sous cette forme, le SANCTUAIRE a existé – sauf pendant qu’il était en ruines à l’époque de Daniel – jusqu’à sa destruction par les Romains, en l’an 70. {GC88 412.3 1888}
C’est le seul SANCTUAIRE qui ait jamais existé sur la terre, dont la BIBLE donne des informations. Ceci a été déclaré par Paul comme étant le SANCTUAIRE de la PREMIÈRE ALLIANCE. Mais la NOUVELLE ALLIANCE n’a-t-elle pas de SANCTUAIRE ? {GC88 412.4 1888}
Revenant au livre des Hébreux, les chercheurs de vérité découvrirent que l’existence d’un SANCTUAIRE DE LA SECONDE OU NOUVELLE ALLIANCE était impliquée dans les paroles de Paul déjà citées : “En vérité, la PREMIÈRE ALLIANCE avait aussi des ordonnances de service divin et une SANCTUAIRE.” Et l’utilisation du mot laisse également entendre que Paul a déjà fait mention de ce SANCTUAIRE. Revenant au début du chapitre précédent, ils lurent : « Maintenant, des choses que nous avons dites, voici la somme : Nous avons un tel souverain sacrificateur, qui est assis à la droite du TRÔNE de la MAJESTÉ dans les cieux ; un ministre du SANCTUAIRE et du véritable TABERNACLE, que l’Éternel a dressé, et non l’homme. [Hébreux 8:1, 2.] {GC88 412.5 1888}
Ici se révèle le SANCTUAIRE de la NOUVELLE ALLIANCE. Le SANCTUAIRE de la PREMIÈRE ALLIANCE a été dressé par l’homme, construit par Moïse ; c’est l’Éternel, et non l’homme, qui l’a lancée. Dans ce SANCTUAIRE, les prêtres terrestres accomplissaient leur service ; en cela, le CHRIST, notre grand souverain sacrificateur, sert à la droite de DIEU. Un SANCTUAIRE était sur terre, l’autre est au Ciel. {GC88 413.1 1888}
De plus, le TABERNACLE construit par Moïse a été fait d’après un modèle. L’Éternel lui ordonna: «Selon tout ce que je te montrerai, selon le modèle du TABERNACLE et le modèle de tous ses instruments, tu le feras de même.» [Exode 25:9, 40.] Et de nouveau l’ordre fut donné : « Prends garde de les faire selon leur modèle, qui t’a été montré sur la montagne. [Exode 25:9, 40.] Et Paul dit que le PREMIER TABERNACLE “était une figure pour le temps alors présent, dans laquelle étaient offerts à la fois des dons et des sacrifices” ; que ses LIEUX SAINTS étaient « des modèles de choses dans les cieux » ; que les prêtres qui offraient des dons selon la loi, servaient, « à l’exemple et à l’ombre des choses célestes », et que « le CHRIST n’est pas entré dans les LIEUX SAINTS faits de mains, qui sont les figures du vrai, mais dans le Ciel lui-même, maintenant pour apparaître en présence de DIEU pour nous. [Hébreux 9:9, 23 ; 8:5 ; 9:24.] {GC88 413.2 1888}
Les LIEUX SAINTS du SANCTUAIRE AU CIEL sont représentés par les DEUX APPARTEMENTS dans le SANCTUAIRE sur terre. Comme dans une vision, l’apôtre Jean reçut une vue du TEMPLE DE DIEU dans le Ciel, il y vit ” SEPT LAMPES DE FEU brûlant devant le TRÔNE “. [Apocalypse 4:5.] Il vit un ange « ayant un ENcensoir D’OR ; et il lui fut donné beaucoup d’ENCENS, qu’il devait offrir avec les prières de tous les saints sur l’AUTEL D’OR qui était devant le TRÔNE. [Apocalypse 8:3.] Ici, le prophète a été autorisé à contempler le PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE DANS LE CIEL; et il y vit les « SEPT LAMPES DE FEU » et « L’AUTEL D’OR » représentés par le CHANDELIER D’OR et l’AUTEL D’ENCENS dans le SANCTUAIRE sur terre. Encore une fois, “le TEMPLE DE DIEU fut ouvert” [Apocalypse 11:19.] et il regarda à l’intérieur du VOILE INTÉRIEUR, sur le SAINT DES SAINTS. Ici, il vit “l’ARCHE de SON TESTAMENT”, représentée par le COFFRE SACRÉ construit par Moïse pour contenir la LOI DE DIEU. {GC88 414.1 1888}
Ainsi ceux qui étudiaient le sujet trouvèrent la preuve indiscutable de l’existence d’un SANCTUAIRE AU CIEL. Moïse fit le SANCTUAIRE terrestre d’après un modèle qui lui fut montré. Paul déclare que ce modèle était le véritable SANCTUAIRE qui est au Ciel. Et Jean témoigne qu’il l’a vu au Ciel. {GC88 415.1 1888}
Le travail de CHRIST en tant qu’INTERCESSEUR de l’homme est présenté dans cette belle prophétie de Zacharie concernant celui “dont le nom est Le Germe”. Le prophète dit : « Il bâtira le temple de l’Éternel ; et il portera la gloire, et s’assiéra et régnera sur son trône [le PÈRE]; et il sera sacrificateur sur son trône; et le conseil de paix sera entre eux deux. [Zacharie 6:13.] {GC88 415.3 1888}
Il bâtira le temple de l’Éternel. Par son sacrifice et sa MÉDIATION, CHRIST est à la fois le fondement et le bâtisseur de l’ÉGLISE DE DIEU. L’apôtre Paul le désigne comme « la principale pierre angulaire ; en qui tout l’édifice convenablement assemblé s’élève pour devenir un saint temple dans l’Éternel; en qui vous aussi, dit-il, vous êtes édifiés ensemble pour être une habitation de DIEU par l’ESPRIT. [Éphésiens 2:20-22.] {GC88 416.1 1888}
Et il portera la gloire. Au CHRIST appartient la gloire de la rédemption pour la race déchue. À travers les âges ÉTERNELS, le cantique des rachetés sera : « À celui qui nous a aimés et nous a lavés de nos péchés par son propre sang, . . . à lui la gloire et la domination pour toujours et à jamais. [Apocalypse 1:5, 6.] {GC88 416.2 1888}
Il « s’assiéra et régnera sur son trône ; et il sera sacrificateur sur son TRÔNE. Pas maintenant « sur le TRÔNE de sa gloire » ; le royaume de gloire n’a pas encore été inauguré. Ce n’est que lorsque son œuvre de MEDIATEUR sera terminée que DIEU “lui donnera le TRÔNE de son père David”, un royaume dont “il n’y aura pas de fin”. [Luc 1:32, 33.] En tant que sacrificateur, CHRIST est maintenant assis avec le PÈRE sur son TRÔNE. [Apocalypse 3:21.] Sur le TRÔNE avec l’ÉTERNEL, Celui qui existe par lui-même, est celui qui “a porté nos peines et a porté nos peines”, qui “a été tenté en tous points comme nous le sommes, mais sans péché, ” afin qu’il soit ” capable de secourir ceux qui sont tentés “. “Si quelqu’un a péché, nous avons un AVOCAT auprès du PÈRE.” [Ésaïe 53:4; Hébreux 4:15 ; 2:18 ; 1 Jean 2:1] Son intercession est celle d’un corps transpercé et brisé, d’une vie sans tache. Les mains blessées, le côté percé, les pieds marqués, plaident pour l’homme déchu, dont la rédemption a été achetée à un prix si infini. {GC88 416.3 1888}
Et le conseil de paix sera entre eux deux. L’amour du PERE, non moins que celui du FILS, est la source du salut pour la race perdue. JÉSUS dit à ses disciples, avant de s’en aller : « Je ne vous dis pas que je prierai le PÈRE pour vous ; car le PÈRE lui-même vous aime. [Jean 16:26, 27.] DIEU était « en CHRIST, réconciliant le monde avec lui-même ». [2 Corinthiens 5:19.] Et dans le ministère dans le SANCTUAIRE d’en haut, “un conseil de paix sera entre eux deux”. « DIEU a tant aimé le monde qu’il a donné son FILS UNIQUE, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. » [Jean 3:16.] {GC88 416.4 1888}
La question Qu’est-ce que le SANCTUAIRE ? est clairement répondu dans les ÉCRITURES. Le terme SANCTUAIRE, tel qu’il est utilisé dans la BIBLE, se réfère, premièrement, au TABERNACLE construit par Moïse, comme modèle des choses célestes ; et, deuxièmement, au “véritable TABERNACLE” dans le Ciel, vers lequel le SANCTUAIRE terrestre indiquait. À la mort de CHRIST, le service typique a pris fin. Le « vrai TABERNACLE » au Ciel est le SANCTUAIRE de la NOUVELLE ALLIANCE. Et comme la prophétie de Daniel 8:14 s’accomplit dans cette dispensation, le SANCTUAIRE auquel elle se réfère doit être le SANCTUAIRE de la NOUVELLE ALLIANCE. A la fin des 2300 jours, en 1844, il n’y avait plus de SANCTUAIRE sur terre depuis plusieurs siècles. Ainsi la prophétie : « Jusqu’à deux mille trois cents jours ; alors le SANCTUAIRE sera NETTOYÉ », indique sans aucun doute le SANCTUAIRE DANS LE CIEL. {GC88 417.1 1888}
Mais la question la plus importante reste sans réponse : Qu’est-ce que la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE ? Qu’il y ait eu un tel service en relation avec le SANCTUAIRE terrestre, est déclaré dans les ÉCRITURES de l’Ancien Testament. Mais peut-il y avoir quoi que ce soit au Ciel à NETTOYER ? Dans Hébreux 9, le NETTOYAGE du SANCTUAIRE terrestre et du SANCTUAIRE CÉLESTE est clairement enseigné. « Presque toutes choses sont purgées dans le sang par la loi ; et sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. Il était donc nécessaire que les modèles des choses dans les cieux soient purifiés avec ceux-ci [le sang des animaux]; mais les choses célestes elles-mêmes avec de meilleurs sacrifices que ceux-ci », [Hébreux 9:22, 23.] même le précieux SANG DE CHRIST. {GC88 417.2 1888}
La NETTOYAGE, tant dans le service typique que dans le service réel, doit être accompli avec du sang ; dans le premier, avec du sang d’animaux ; dans ce dernier, avec le SANG DU CHRIST. Paul déclare, comme raison pour laquelle ce NETTOYAGE doit être effectué avec du sang, que sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. La rémission, ou le rejet du péché, est l’œuvre à accomplir. Mais comment le péché pourrait-il être lié au SANCTUAIRE, soit au Ciel, soit sur la terre ? Cela peut être appris en se référant au service symbolique ; car les prêtres qui officiaient sur la terre, servaient « à l’exemple et à l’ombre des choses célestes ». [Hébreux 8:5.] {GC88 417.3 1888}
Tel était le travail qui se poursuivait, jour après jour, tout au long de l’année. Les péchés d’Israël furent ainsi transférés au SANCTUAIRE, et un travail spécial devint nécessaire pour leur enlèvement. DIEU ordonna qu’une EXPIATION soit faite pour chacun des APPARTEMENTS SACRÉS. « Il fera l’EXPIATION pour le LIEU SAINT, à cause de l’impureté des enfants d’Israël, et à cause de leurs transgressions dans tous leurs péchés ; et il fera de même pour le TABERNACLE de la congrégation, qui demeure parmi eux au milieu de leur impureté. [Lévitique 16:16, 19.] UNE EXPIATION DEVAIT AUSSI ÊTRE FAITE POUR L’AUTEL, pour “LE NETTOYER et le sanctifier de l’impureté des enfants d’Israël”. [Lévitique 16:16, 19.] {GC88 418.2 1888}
Une fois par an, le GRAND JOUR DES EXPIATIONS, le prêtre entrait dans le LIEU TRÈS SAINT pour la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE. Le travail effectué là-bas a complété le cycle annuel de ministère. Le JOUR DES EXPIATIONS, deux chevreaux furent amenés à la porte du TABERNACLE et tirés au sort sur eux, “un sort pour l’Éternel, et l’autre pour le bouc émissaire”. [Lévitique 16:8, 21, 22.] Le bouc sur lequel est tombé le sort pour l’Éternel devait être immolé en sacrifice pour le péché pour le peuple. Et le sacrificateur devait apporter son sang dans le VOILE, et l’asperger sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE. Le sang devait aussi être aspergé sur l’AUTEL DES ENCENS, qui était devant le VOILE. {GC88 419.1 1888}
Le ministère du prêtre tout au long de l’année dans le PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE, “à l’intérieur du VOILE” qui formait la porte et séparait le LIEU SAINT de la cour extérieure, représente l’œuvre de ministère dans laquelle le CHRIST est entré lors de son ascension. C’était le travail du prêtre dans le ministère quotidien de présenter devant DIEU le sang de l’offrande pour le péché, ainsi que l’ENCENS qui montait avec les prières d’Israël. C’est ainsi que CHRIST a plaidé son sang devant le PÈRE en faveur des pécheurs, et a présenté devant lui aussi, avec le précieux parfum de sa propre justice, les prières des croyants pénitents. Tel était le travail de ministère dans le PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE AU CIEL. {GC88 420.3 1888}
C’est là que la foi des disciples du CHRIST l’a suivi alors qu’il s’élevait de devant eux. Ici se concentraient leurs espérances, “laquelle espérance que nous avons”, a dit Paul, “comme une ancre de l’âme, à la fois sûre et inébranlable, et qui entre dans celle-ci à l’intérieur du VOILE ; où est entré pour nous le précurseur, même JÉSUS a été établi souverain sacrificateur pour toujours. « Ni par le sang des boucs et des veaux, mais par son propre sang, il est entré une fois dans le LIEU SAINT, ayant obtenu pour nous la rédemption ÉTERNELLE. [Hébreux 6:19, 20 ; 9:12.] {GC88 421.1 1888}
Pendant dix-huit siècles, ce travail de ministère s’est poursuivi dans le PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE. Le SANG DU CHRIST, plaidé en faveur des croyants pénitents, a obtenu leur pardon et leur acceptation auprès du PÈRE, mais leurs péchés sont toujours restés inscrits dans les registres. Comme dans le service typique, il y avait une œuvre d’EXPIATION à la fin de l’année, ainsi avant que l’œuvre de CHRIST pour la rédemption des hommes ne soit achevée, il y a une œuvre d’EXPIATION pour l’enlèvement du péché du SANCTUAIRE. C’est le service qui a commencé à la fin des 2300 jours. À ce moment-là, comme l’avait prédit le prophète Daniel, notre Souverain Sacrificateur entra dans le lieu très saint pour accomplir la dernière partie de son œuvre solennelle, pour NETTOYER LE SANCTUAIRE. {GC88 421.2 1888}
Comme autrefois les péchés du peuple étaient par la foi placés sur l’offrande pour le péché, et par son sang transférés, en figure, au SANCTUAIRE terrestre, ainsi dans la NOUVELLE ALLIANCE les péchés du repentant sont par la foi placés sur CHRIST, et transférés , en fait, au SANCTUAIRE CÉLESTE. Et comme le NETTOYAGE typique du terrestre a été accompli par l’élimination des péchés par lesquels il avait été pollué, de même le NETTOYAGE réel du céleste doit être accompli par l’élimination ou l’effacement des péchés qui y sont enregistrés. Mais, avant que cela puisse être accompli, il doit y avoir un examen des registres pour déterminer qui, par la repentance du péché et la foi en CHRIST, a droit aux bénéfices de SON EXPIATION. La NETTOYAGE DU SANCTUAIRE implique donc un travail d’investigation, un travail de jugement. Ce travail doit être effectué avant la venue de CHRIST pour racheter son peuple ; car quand il viendra, sa récompense est avec lui pour rendre à chacun selon ses oeuvres. [Apocalypse 22:12.] {GC88 421.3 1888}
Chapitre XXIV – Dans le SAINT DES SAINTS
Tant la prophétie de Daniel 8:14, «Jusqu’à deux mille trois cents jours; alors le SANCTUAIRE SERA NETTOYÉ », et le message du premier ange : « Craignez DIEU, et donnez-lui gloire ; car l’heure de son Jugement est venue », a souligné le ministère de CHRIST dans le LIEU TRÈS SAINT, le JUGEMENT D’INVESTIGATION, et non la venue de CHRIST pour la rédemption de son peuple et la destruction des méchants. L’erreur n’avait pas été dans le calcul des périodes prophétiques, mais dans l’événement qui devait avoir lieu à la fin des 2300 jours. À cause de cette erreur, les croyants avaient subi une déception, mais tout ce qui avait été prédit par la prophétie, et tout ce à quoi ils pouvaient s’attendre, avait été accompli. Au moment même où ils déploraient l’échec de leurs espérances, l’événement s’était produit, annoncé par le message, et qui devait s’accomplir avant que l’Éternel n’apparaisse pour récompenser ses serviteurs. {GC88 423.2 1888}
CHRIST était venu, non pas sur la terre, comme ils s’y attendaient, mais, comme le préfigurait le type, dans le LIEU TRÈS SAINT du TEMPLE DE DIEU au Ciel. Il est représenté par le prophète Daniel comme venant à cette époque à l’ANCIEN DES JOURS : « J’ai vu dans les visions nocturnes, et voici, quelqu’un comme le FILS DE L’HOMME vint avec les nuées du ciel, et vint » — non terre, mais… ” à l’ANCIEN DES JOURS, et ils l’amenèrent devant lui “. [Daniel 7:13.] {GC88 424.1 1888}
Cette venue est également annoncée par le prophète Malachie. “L’Éternel, que vous cherchez, viendra tout à coup dans SON TEMPLE, le messager de l’alliance, en qui vous prenez plaisir. Voici, il viendra, dit l’Éternel des armées.” [Malachie 3:1.] La venue de l’Éternel dans SON TEMPLE a été soudaine, inattendue pour son peuple. Ils ne le cherchaient pas là-bas. Ils s’attendaient à ce qu’il vienne sur la terre, “dans un feu ardent pour se venger de ceux qui ne connaissent pas DIEU et qui n’obéissent pas à l’évangile”. [2 Thessaloniciens 1:8.] {GC88 424.2 1888}
Mais le peuple n’était pas encore prêt à rencontrer son SEIGNEUR. Il y avait encore un travail de préparation à accomplir pour eux. La lumière devait être donnée, dirigeant leurs esprits vers le TEMPLE DE DIEU au Ciel; et comme ils devraient par la foi suivre leur GRAND PRÊTRE dans son ministère là-bas, de nouveaux devoirs seraient révélés. Un autre message d’avertissement et d’instruction devait être donné à l’église. {GC88 424.3 1888}
Le prophète dit : « Qui pourra supporter le jour de sa venue ? et qui se tiendra quand il paraîtra? car il est comme le feu d’un raffineur et comme le savon d’un foulon ; et il siégera comme raffineur et purificateur d’argent; et il purifiera les fils de Lévi, et les purifiera comme de l’or et de l’argent, afin qu’ils offrent à l’Éternel une offrande de justice. [Malachie 3:2, 3.] Ceux qui vivent sur la terre lorsque l’intercession du CHRIST cessera dans le SANCTUAIRE d’en haut, doivent se tenir devant un DIEU SAINT sans MÉDIATEUR. Leurs robes doivent être sans tache, leurs caractères doivent être purifiés du péché par le sang de l’aspersion. Par la GRÂCE DE DIEU et leurs propres efforts diligents, ils doivent être vainqueurs dans la bataille contre le mal. Pendant que le JUGEMENT D’INVESTIGATION se déroule au Ciel, tandis que les péchés des croyants pénitents sont enlevés du SANCTUAIRE, il doit y avoir une œuvre spéciale de purification, d’élimination du péché, parmi le peuple de DIEU sur la terre. Ce travail est plus clairement présenté dans les messages d’Apocalypse 14. {GC88 425.1 1888}
Lorsque cette œuvre aura été accomplie, les disciples de CHRIST seront prêts pour son apparition. “Alors l’offrande de Juda et de Jérusalem sera agréable à l’Éternel, comme aux jours d’autrefois et comme aux années d’autrefois.” [Malachie 3:4.] Alors l’Église que notre SEIGNEUR doit recevoir pour lui-même sera «une Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable». [Éphésiens 5:27.] Alors elle apparaîtra « comme l’aurore, belle comme la lune, claire comme le soleil, et terrible comme une armée avec des bannières ». [Cantique des Cantiques 6:10.] {GC88 425.2 1888}
Outre la venue du SEIGNEUR dans SON TEMPLE, Malachie prédit aussi son second avènement, sa venue pour l’exécution du jugement, en ces termes : « Et je m’approcherai de vous pour le jugement ; et je serai un témoin rapide contre les sorciers, et contre les adultères, et contre les faux jureurs, et contre ceux qui oppriment le mercenaire dans son salaire, la veuve et l’orphelin, et qui détournent l’étranger de son droit, et Ne me crains pas, dit l’Éternel des armées. [Malachie 3: 5.] Jude fait référence à la même scène lorsqu’il dit: «Voici, l’Éternel vient avec dix mille de ses saints, pour exécuter un jugement sur tous et pour convaincre tous les impies d’entre eux de toutes leurs actions impies. .” [Jude 14, 15.] Cette venue, et la venue de l’Éternel dans SON TEMPLE, sont des événements distincts et séparés. {GC88 425.3 1888}
La venue de CHRIST comme notre souverain sacrificateur au LIEU TRÈS SAINT, pour le NETTOYAGE DU SANCTUAIRE, mis en évidence dans Daniel 8:14; la venue du FILS DE L’HOMME à l’ANCIEN DES JOURS, telle que présentée dans Daniel 7:13; et la venue du SEIGNEUR dans SON TEMPLE, prédite par Malachie, sont des descriptions du même événement ; et cela est également représenté par la venue de l’époux au mariage, décrite par le CHRIST dans la parabole des dix vierges, de Matthieu 25. {GC88 426.1 1888}
Au cours de l’été et de l’automne 1844, la proclamation : « Voici, l’Époux vient » fut donnée. Les deux classes représentées par les vierges sages et folles furent alors développées : une classe qui regardait avec joie l’apparition de l’Éternel, et qui s’était préparée avec diligence à sa rencontre ; une autre classe qui, influencée par la peur et agissant par impulsion, s’était contentée d’une théorie de la vérité, mais était dépourvue de la GRÂCE DE DIEU. Dans la parabole, lorsque l’époux est venu, “ceux qui étaient prêts sont entrés avec lui aux noces”. La venue de l’époux, ici présentée, a lieu avant le mariage. Le mariage représente la réception par le CHRIST de son royaume. La VILLE SAINTE, la NOUVELLE JÉRUSALEM, qui est la capitale et la représentante du royaume, est appelée « la mariée, la femme de l’AGNEAU ». L’ange dit à Jean : « Viens ici, Je te montrerai la fiancée, la femme de l’AGNEAU. “Il m’a emporté en esprit”, dit le prophète, “et m’a montré cette grande ville, la SAINTE Jérusalem, descendant du Ciel d’auprès de DIEU.” [Apocalypse 21:9, 10.] Il est donc clair que l’épouse représente la ville SAINTE, et les vierges qui sortent à la rencontre de l’époux sont un symbole de l’église. Dans l’Apocalypse, il est dit que le peuple de DIEU est invité au souper des noces. [Apocalypse 19:9.] S’il s’agit d’invités, ils ne peuvent pas être également représentés comme l’épouse. CHRIST, comme l’a déclaré le prophète Daniel, recevra de l’ANCIEN DES JOURS dans les Cieux, “la domination, et la gloire, et un royaume”, il recevra la NOUVELLE JÉRUSALEM, la capitale de son royaume, “préparée comme une épouse parée pour son mari.” [Daniel 7:14 ; Apocalypse 21:2.] Ayant reçu le royaume, il viendra dans sa gloire, comme ROI DES ROIS, et SEIGNEUR DES SEIGNEURS, pour la rédemption de son peuple, qui doit « s’asseoir avec Abraham, Isaac et Jacob », à sa table dans son royaume, [Matthieu 8:11 ; Luc 22:30.] pour prendre part au souper des noces de l’AGNEAU. {GC88 426.2 1888}
La proclamation « Voici, l’Époux vient », à l’été 1844, a amené des milliers de personnes à s’attendre à l’avènement immédiat du SEIGNEUR. Au temps fixé, l’Époux vint, non sur la terre, comme le peuple s’y attendait, mais à l’ANCIEN DES JOURS dans le Ciel, au mariage, à la réception de son royaume. “Ceux qui étaient prêts entrèrent avec lui au mariage, et la porte fut fermée.” Ils ne devaient pas être présents en personne au mariage; car cela a lieu dans le ciel, pendant qu’ils sont sur la terre. Les disciples de CHRIST doivent “attendre leur SEIGNEUR, lorsqu’il reviendra des noces”. [Luc 12:36.] Mais ils doivent comprendre son œuvre, et le suivre par la foi alors qu’il entre devant DIEU. C’est dans ce sens qu’on dit qu’ils entrent dans le mariage. {GC88 427.1 1888}
Dans la parabole, ce sont ceux qui avaient de l’huile dans leurs vases avec leurs lampes qui entraient au mariage. Ceux qui, connaissant la vérité des ÉCRITURES, avaient aussi l’ESPRIT et la GRÂCE DE DIEU, et qui, dans la nuit de leur amère épreuve, avaient patiemment attendu, cherchant dans la BIBLE une lumière plus claire, ceux-ci virent la vérité concernant le SANCTUAIRE DANS LE CIEL et le changement de ministère du SAUVEUR, et par la foi ils le suivirent dans son travail dans le SANCTUAIRE d’en haut. Et tous ceux qui, par le témoignage des ÉCRITURES, acceptent les mêmes vérités, suivant CHRIST par la foi alors qu’il entre devant DIEU pour accomplir la dernière œuvre de MÉDIATION, et à sa fin pour recevoir son royaume, tous ceux-ci sont représentés comme entrant dans le mariage. {GC88 427.2 1888}
Dans la parabole de Matthieu 22, la même figure du mariage est introduite, et le JUGEMENT D’INVESTIGATION est clairement représenté comme ayant lieu avant le mariage. Avant le mariage, le roi entre pour voir les invités, [Matthieu 22:11.] – pour voir si tous sont vêtus de l’habit de noce, la robe sans tache de caractère lavée et blanchie dans le sang de l’AGNEAU. [Apocalypse 7:14.] Celui qui est trouvé insuffisant est chassé, mais tous ceux qui, après examen, sont vus comme portant l’habit de noce, sont acceptés par DIEU, et jugés dignes d’une part dans son royaume et d’un siège sur son TRÔNE . Ce travail d’examen de caractère, de détermination de ceux qui sont préparés pour le royaume de DIEU, est celui du JUGEMENT D’INVESTIGATION, le travail de clôture dans le SANCTUAIRE d’en haut. {GC88 428.1 1888}
Lorsque le travail d’investigation sera terminé, lorsque les cas de ceux qui, à tous les âges, ont professé être des disciples du CHRIST auront été examinés et décidés, alors, et pas avant cela, la probation se terminera et la porte de la miséricorde sera fermée. . Ainsi, dans la seule courte phrase, “Ceux qui étaient prêts entrèrent avec lui pour le mariage, et la porte fut fermée”, nous sommes transportés à travers le ministère final du SAUVEUR, jusqu’au moment où la grande œuvre pour le salut de l’homme sera achevée. . {GC88 428.2 1888}
Dans le service du SANCTUAIRE terrestre, qui, comme nous l’avons vu, est une figure du service céleste, lorsque le grand prêtre le JOUR DES EXPIATIONS entra dans le LIEU TRÈS SAINT, le ministère dans le PREMIER APPARTEMENT cessa. DIEU ordonna : « Il n’y aura personne dans le TABERNACLE de la congrégation lorsqu’il entrera pour faire l’EXPIATION dans le LIEU SAINT, jusqu’à ce qu’il en sorte. [Lévitique 16:17.] Ainsi, lorsque le CHRIST est entré dans le SAINT DES SAINTS pour effectuer l’œuvre finale de l’EXPIATION, il a cessé son ministère dans le PREMIER APPARTEMENT. Mais lorsque le ministère dans le PREMIER APPARTEMENT s’est terminé, le ministère dans le DEUXIÈME APPARTEMENT a commencé. Lorsque, dans le service typique, le souverain sacrificateur quittait le SAINT le JOUR DE L’EXPIATION, il entra devant DIEU pour présenter le sang de l’offrande pour le péché au nom de tout Israël qui s’est vraiment repenti de ses péchés. Ainsi, CHRIST n’avait terminé qu’une partie de son travail en tant que notre INTERCESSEUR, pour entrer dans une autre partie du travail, et il a encore plaidé son sang devant le PÈRE en faveur des pécheurs. {GC88 428.3 1888}
Ce sujet n’était pas compris par les Adventistes en 1844. Après le passage du temps où le SAUVEUR était attendu, ils croyaient encore que sa venue était proche ; ils soutenaient qu’ils avaient atteint une crise importante, et que l’œuvre de CHRIST, en tant qu’INTERCESSEUR de l’homme devant DIEU, avait cessé. Il leur semblait être enseigné dans la BIBLE que la probation de l’homme se terminerait peu de temps avant la venue effective du SEIGNEUR sur les nuées du ciel. Cela semblait évident à partir de ces ÉCRITURES qui indiquent un temps où les hommes chercheront, frapperont et crieront à la porte de la miséricorde, et elle ne sera pas ouverte. Et il s’agissait pour eux de savoir si la date à laquelle ils avaient espéré la venue du CHRIST ne marquait pas plutôt le début de cette période qui devait précéder immédiatement sa venue. Ayant donné l’avertissement du Jugement proche, ils sentaient que leur travail pour le monde était terminé, et ils perdaient le fardeau de leur âme pour le salut des pécheurs, tandis que les moqueries audacieuses et blasphématoires des impies leur semblaient une autre preuve que l’ESPRIT DE DIEU avait été retiré de ceux qui rejetaient le mal. sa miséricorde. Tout cela les a confirmés dans la conviction que la probation était terminée, ou, comme ils l’ont alors exprimé, “la porte de la miséricorde était fermée”. {GC88 429.1 1888}
On voyait maintenant l’application de ces paroles de CHRIST dans la révélation, adressées à l’église en ce moment même : « Voici ce que dit celui qui est saint, celui qui est vrai, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne ferme; et ferme, et personne n’ouvre. Je connais tes oeuvres; voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. [Apocalypse 3:7, 8.] {GC88 430.1 1888}
Ce sont ceux qui par la foi suivent JÉSUS dans la grande œuvre de l’EXPIATION, qui reçoivent les bénéfices de sa MÉDIATION en leur faveur ; tandis que ceux qui rejettent la lumière qui fait voir ce travail de ministère n’en bénéficient pas. Les Juifs qui ont rejeté la lumière donnée au premier avènement de CHRIST, et ont refusé de croire en lui comme le SAUVEUR du monde, ne pouvaient pas recevoir le pardon par lui. Lorsque JÉSUS à son ascension entra par son propre sang dans le SANCTUAIRE CÉLESTE pour répandre sur ses disciples les bénédictions de sa MÉDIATION, les Juifs furent laissés dans l’obscurité totale, pour continuer leurs sacrifices et offrandes inutiles. Le ministère des types et des ombres avait cessé. Cette porte par laquelle les hommes avaient autrefois trouvé accès à DIEU, n’était plus ouverte. Les Juifs avaient refusé de le chercher par le seul moyen de le trouver alors, par le ministère dans le SANCTUAIRE DANS LE CIEL. Par conséquent, ils n’ont trouvé aucune communion avec DIEU. Pour eux, la porte était fermée. Ils n’avaient aucune connaissance de CHRIST comme le véritable sacrifice et le seul MÉDIATEUR devant DIEU; par conséquent, ils ne pouvaient pas recevoir les avantages de sa MÉDIATION. {GC88 430.2 1888}
Chapitre XXV – LA LOI DE DIEU Immuable
Le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le Ciel, et on a vu dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT. [Apocalypse 11:19.] Le testament de l’ARCHE DE DIEU est dans le SAINT DES SAINTS, le DEUXIÈME APPARTEMENT du SANCTUAIRE. Dans le ministère du TABERNACLE terrestre, qui servait “à l’exemple et à l’ombre des choses célestes”, cet APPARTEMENT n’a été ouvert que le GRAND JOUR DES EXPIATIONS, pour la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE. Par conséquent, l’annonce que le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le Ciel, et que l’ARCHE DE SON TESTAMENT a été vue, indique l’ouverture du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, en 1844, alors que le CHRIST y entra pour accomplir l’œuvre de clôture du EXPIATION. Ceux qui, par la foi, suivirent leur grand GRAND PRÊTRE, alors qu’il entrait dans son ministère dans le LIEU TRÈS SAINT, virent l’ARCHE DE SON TESTAMENT. Comme ils avaient étudié le sujet du SANCTUAIRE, ils en étaient venus à comprendre le changement de ministère du SAUVEUR, et ils virent qu’il officiait maintenant devant l’ARCHE DE DIEU, plaidant son sang au nom des pécheurs. {GC88 433.1 1888}
L’ARCHE dans le TABERNACLE sur terre contenait les deux TABLES DE PIERRE, sur lesquelles étaient inscrits les préceptes de la LOI DE DIEU. L’ARK n’était qu’un réceptacle pour les tables de la loi, et la présence de ces PRECEPTES DIVIN lui donnait sa valeur et sa sacralité. Lorsque le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le Ciel, l’ARCHE DE SON TESTAMENT a été vue. Dans le SAINT DES SAINTS, dans le SANCTUAIRE AU CIEL, la loi divine est consacrée de manière sacrée, la loi qui a été prononcée par DIEU lui-même au milieu des tonnerres du Sinaï, et écrite de SON PROPRE DOIGT sur les TABLES DE PIERRE. {GC88 433.2 1888}
La LOI DE DIEU dans le SANCTUAIRE DANS LE CIEL est le grand original, dont les préceptes inscrits sur les TABLES DE PIERRE, et enregistrés par Moïse dans le Pentateuque, étaient une transcription infaillible. Ceux qui parvinrent à comprendre ce point important furent ainsi amenés à voir le caractère sacré et immuable de la loi divine. Ils ont vu, comme jamais auparavant, la force des paroles du SAUVEUR : « Jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un iota ou un trait ne passera en aucune façon de la loi. [Matthieu 5:18.] La LOI DE DIEU, étant une révélation de sa volonté, une transcription de son caractère, doit durer à jamais, “comme un témoin fidèle dans le ciel”. Pas un seul commandement n’a été annulé; pas un iota ou un titre n’a été changé. Le psalmiste dit : “Pour toujours, ô Éternel, ta parole est établie dans les cieux.” «Tous SES COMMANDEMENTS sont sûrs. Ils tiennent bon pour toujours et à jamais. [Psaume 119:89 ; 111:7,
Au SEIN DU DÉCALOGUE se trouve le QUATRIÈME COMMANDEMENT, tel qu’il a été proclamé pour la première fois : « Souviens-toi du jour du SABBAT, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est le SABBAT de l’Éternel, ton Dieu; tu n’y feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni ton étranger qui est dans tes portes; car en six jours l’Éternel a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et se reposa le septième jour; c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié. [Exode 20:8-11.] {GC88 434.2 1888}
Ceux qui ont reçu la lumière concernant le SANCTUAIRE et l’immuabilité de la LOI DE DIEU, ont été remplis de joie et d’émerveillement, en voyant la beauté et l’harmonie du système de vérité qui s’est ouvert à leur compréhension. Ils désiraient que la lumière qui leur paraissait si précieuse fût communiquée à tous les chrétiens ; et ils ne pouvaient que croire qu’elle serait acceptée avec joie. Mais les vérités qui les placeraient en désaccord avec le monde n’étaient pas les bienvenues pour beaucoup de ceux qui prétendaient être des disciples du CHRIST. L’obéissance au QUATRIÈME COMMANDEMENT exigeait un sacrifice devant lequel la majorité recula. {GC88 454.1 1888}
La majorité des adventistes ont rejeté les vérités concernant le SANCTUAIRE et la LOI DE DIEU, et beaucoup ont également renoncé à leur foi dans le mouvement adventiste et ont adopté des vues erronées et contradictoires des prophéties qui s’appliquaient à cette œuvre. Certains ont été induits en erreur en fixant à plusieurs reprises un moment précis pour la venue de CHRIST. La lumière qui brillait maintenant au sujet du SANCTUAIRE leur aurait montré qu’aucune période prophétique ne s’étend jusqu’au second avènement ; que l’heure exacte de cet événement n’est pas prédite. Mais, se détournant de la lumière, ils continuèrent à fixer de temps en temps la venue de l’Éternel, et comme souvent ils furent déçus. {GC88 456.1 1888}
Dans le service typique, seuls ceux qui étaient venus devant DIEU avec confession et repentance, et dont les péchés, par le sang de l’offrande pour le péché, ont été transférés au SANCTUAIRE, avaient une part au service du JOUR D’EXPIATION. Ainsi, au grand jour de l’EXPIATION FINALE et du JUGEMENT D’INVESTIGATION, les seuls cas considérés sont ceux du peuple professé de DIEU. Le jugement des méchants est une œuvre distincte et séparée, et a lieu à une période ultérieure. « Le jugement doit commencer à la MAISON DE DIEU ; et s’il commence d’abord par nous, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’évangile ? [1 Pierre 4:17.] {GC88 480.1 1888}
Dans le service typique, le souverain sacrificateur, ayant fait l’EXPIATION pour Israël, s’avança et bénit la congrégation. Ainsi CHRIST, à la fin de son œuvre en tant que MÉDIATEUR, apparaîtra, « sans péché pour le salut » [Hébreux 9 :28.] pour bénir son peuple qui attend avec la vie ÉTERNELLE. Comme le prêtre, en enlevant les péchés du SANCTUAIRE, les a confessés sur la tête du bouc émissaire, ainsi CHRIST placera tous ces péchés sur Satan, l’initiateur et l’instigateur du péché. LE BOUC ÉMISSAIRE, PORTANT LES PÉCHÉS D’ISRAËL, A ÉTÉ ENVOYÉ « VERS UNE TERRE NON HABITÉE » ; [Lévitique 16:22.] AINSI SATAN, PORTANT LA CULPABILITÉ DE TOUS LES PÉCHÉS qu’il a fait commettre au peuple de DIEU, SERA CONFINÉ PENDANT MILLE ANS SUR LA TERRE, QUI SERA ALORS DÉSOLÉE, SANS HABITANT, et il sera à souffrez pour la dernière fois le châtiment complet du péché, dans les feux qui détruiront tous les méchants. Ainsi, le grand PLAN DE RÉDEMPTION atteindra son accomplissement dans l’éradication finale du péché et la délivrance de tous ceux qui ont été disposés à renoncer au mal. {GC88 485.3 1888}
Tous ceux qui ont reçu la lumière sur ces sujets doivent rendre témoignage des grandes vérités que Dieu leur a confiées. Le SANCTUAIRE DANS LE CIEL est le centre même de l’œuvre du CHRIST en faveur des hommes. Il concerne chaque âme vivant sur la terre. Il ouvre à la vue le PLAN DE RÉDEMPTION, nous ramenant à la toute fin des temps, et révélant l’issue triomphale de la lutte entre la justice et le péché. Il est de la plus haute importance que tous étudient à fond ces sujets, et soient capables de donner une réponse à quiconque leur demande une raison de l’espérance qui est en eux. {GC88 488.3 1888} {RH, 9 novembre 1905 par. 11}
Lorsque les travaux du JUGEMENT D’INVESTIGATION seront clos, le destin de tous aura été décidé pour la vie ou la mort. La probation est terminée peu de temps avant l’apparition de l’Éternel sur les nuées du ciel. Le CHRIST dans l’Apocalypse, attendant avec impatience ce temps, déclare : « Celui qui est injuste, qu’il soit encore injuste ; et celui qui est souillé, qu’il soit encore souillé; et celui qui est juste, qu’il soit encore juste; et celui qui est saint, qu’il soit encore saint. Et voici, je viens bientôt; et ma récompense est avec moi, pour rendre à chacun selon ce que sera son œuvre. [Apocalypse 22:11, 12.] {GC88 491.1 1888}
Les justes et les méchants vivront encore sur la terre dans leur état mortel – les hommes planteront et construiront, mangeront et boiront, tous inconscients que la décision finale et irrévocable a été prononcée dans le SANCTUAIRE d’en haut. Avant le déluge, après que Noé soit entré dans l’ARK, DIEU l’a enfermé et a fait sortir les impies ; mais pendant sept jours, le peuple, ne sachant pas que son destin était fixé, continua sa vie insouciante et aimant le plaisir, et se moqua des avertissements du jugement imminent. “Ainsi,” dit le SAUVEUR, “sera aussi la venue du FILS DE L’HOMME.” [Matthieu 24:39.] Silencieusement, inaperçue comme le voleur de minuit, viendra l’heure décisive qui marque la fixation du destin de chaque homme, le retrait final de l’offre de miséricorde aux hommes coupables. {GC88 491.2 1888}
Un seul ange a détruit tous les premiers-nés des Égyptiens et a rempli le pays de deuil. Quand David a offensé DIEU en dénombrant le peuple, un ange a causé cette terrible destruction par laquelle son péché a été puni. Le même pouvoir destructeur exercé par les saints anges lorsque DIEU commande, sera exercé par les mauvais anges lorsqu’il le permet. Il y a des forces maintenant prêtes, et n’attendant que la permission divine, pour semer partout la désolation. {GC88 614.2 1888}
Ceux qui honorent la LOI DE DIEU ont été accusés d’apporter des jugements sur le monde, et ils seront considérés comme la cause des convulsions effrayantes de la nature et des conflits et des effusions de sang parmi les hommes qui remplissent la terre de malheur. La puissance qui assiste au dernier avertissement a rendu furieux les méchants ; leur colère s’enflamme contre tous ceux qui ont reçu le message, et Satan excitera encore plus l’esprit de haine et de persécution. {GC88 614.3 1888}
Lorsque la PRESENCE DE DIEU fut finalement retirée de la nation juive, les prêtres et le peuple ne le savaient pas. Bien que sous le contrôle de Satan et influencés par les passions les plus horribles et les plus malignes, ils se considéraient toujours comme les élus de DIEU. Le ministère dans le temple a continué; des sacrifices étaient offerts sur ses autels souillés, et chaque jour la bénédiction divine était invoquée sur un peuple coupable du SANG DU FILS CHER DE DIEU, et cherchant à tuer ses ministres et ses apôtres. Ainsi, lorsque la décision irrévocable du SANCTUAIRE aura été prononcée, et que le destin du monde aura été fixé à jamais, les habitants de la terre ne le sauront pas. Les formes de religion seront continuées par un peuple à qui l’ESPRIT DE DIEU a été définitivement retiré ; et le zèle satanique que leur inspirera le prince du mal pour l’accomplissement de ses desseins malins, aura l’apparence du zèle pour DIEU. {GC88 614.4 1888}
Lorsque CHRIST cessera son intercession dans le SANCTUAIRE, la colère sans mélange menacée contre ceux qui adorent la bête et son image et reçoivent sa marque, [Apocalypse 14:9, 10.] sera déversée. Les FLÉAUX sur l’Egypte quand DIEU était sur le point de délivrer Israël, étaient de caractère similaire à ces jugements plus terribles et étendus qui doivent tomber sur le monde juste avant la délivrance finale du peuple de DIEU. Le Révélateur dit, en décrivant ces terribles fléaux : « Il tomba un ulcère malsain et douloureux sur les hommes qui portaient la marque de la bête et sur ceux qui adoraient son image. La mer ” devint comme le sang d’un homme mort, et toute âme vivante mourut dans la mer “. Et “les fleuves et les fontaines d’eaux sont devenues du sang”. [Apocalypse 16:2-6, 8, 9.] Aussi terribles que soient ces souffrances, la justice de DIEU est pleinement justifiée. L’ange de DIEU déclare : « Tu es juste, ô Éternel, . . . parce que tu as jugé ainsi. Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire ; car ils sont dignes. [Apocalypse 16:2-6, 8, 9.] En condamnant le peuple de DIEU à mort, ils ont aussi véritablement encouru la culpabilité de leur sang, comme s’il avait été versé de leurs mains. De la même manière, le CHRIST a déclaré les Juifs de son temps coupables de tout le sang des saints hommes qui avait été versé depuis les jours d’Abel ; car ils possédaient le même esprit, et cherchaient à faire la même œuvre, avec ces assassins des prophètes. {GC88 627.2 1888} ] En condamnant le peuple de DIEU à mort, ils ont aussi véritablement encouru la culpabilité de leur sang, comme s’il avait été versé de leurs mains. De la même manière, le CHRIST a déclaré les Juifs de son temps coupables de tout le sang des saints hommes qui avait été versé depuis les jours d’Abel ; car ils possédaient le même esprit, et cherchaient à faire la même œuvre, avec ces assassins des prophètes. {GC88 627.2 1888} ] En condamnant le peuple de DIEU à mort, ils ont aussi véritablement encouru la culpabilité de leur sang, comme s’il avait été versé de leurs mains. De la même manière, le CHRIST a déclaré les Juifs de son temps coupables de tout le sang des saints hommes qui avait été versé depuis les jours d’Abel ; car ils possédaient le même esprit, et cherchaient à faire la même œuvre, avec ces assassins des prophètes. {GC88 627.2 1888}
Maintenant, l’événement a lieu, annoncé dans le dernier service solennel du JOUR D’EXPIATION. Quand le ministère dans le SAINT DES SAINTS fut achevé, et que les péchés d’Israël furent enlevés du SANCTUAIRE en vertu du sang de l’offrande pour le péché, alors le bouc émissaire fut présenté vivant devant l’Éternel ; et en présence de l’assemblée du souverain sacrificateur, il confessa sur lui “toutes les iniquités des enfants d’Israël, et toutes leurs transgressions dans tous leurs péchés, les mettant sur la tête du bouc”. [Lévitique 16:21.] De la même manière, lorsque l’œuvre d’EXPIATION dans le SANCTUAIRE CÉLESTE aura été achevée, alors en présence de DIEU et des anges célestes, et de l’armée des rachetés, les péchés du peuple de DIEU seront placés sur Satan; il sera déclaré coupable de tout le mal qu’il leur aura fait commettre. Et comme le bouc émissaire a été envoyé dans un pays non habité, ainsi Satan sera banni sur la terre désolée, un désert inhabité et morne. {GC88 657.3 1888}
À moins que vous ne changiez, vous érigerez constamment des barrières autour de vos enfants pour les éloigner de CHRIST. Vous les lierez au monde parce que cela plaît à leurs esprits charnels. Lorsque l’ange avec l’encrier de l’écrivain place une marque sur ceux qui aiment JÉSUS et gardent SES COMMANDEMENTS, un autre ange suivra avec des armes destructrices dans ses mains, et le commandement ira de l’avant : les enfants et les femmes : mais n’approchez d’aucun homme sur qui est la marque ; et commencez par MON SANCTUAIRE. Ézéchiel 9:6. Ne regarderez-vous pas attentivement ces choses et n’y penserez-vous pas ? Ne ferez-vous pas, pour le bien de vos enfants, le travail dont DIEU vous a confié la responsabilité ? {Lt10-1888}
Aucun de ces éléments discordants ne pourra finalement contrecarrer les desseins de DIEU dans la préparation d’un peuple à se tenir debout dans le grand jour et dans l’achèvement final du PLAN DE SALUT. Mais les œuvres de tous doivent subir l’épreuve du grand Juge. Les anges de DIEU surveillent le développement du caractère ; les anges de DIEU pèsent la valeur morale dans les balances du SANCTUAIRE ; et le récit de l’œuvre de chaque homme est fait chaque jour dans les livres du ciel. Et chacun recevra une récompense selon ses oeuvres. {Lt33a-1888}
Les anges de DIEU surveillent le développement du caractère ; les anges de DIEU pèsent dans la balance de la valeur morale du SANCTUAIRE. Le récit est fait quotidiennement dans les livres du ciel du travail de chaque homme. Aucun de ces éléments discordants ne pourra retarder le GRAND JOUR DE DIEU et l’achèvement final de Ses plans ÉTERNELS. La vérité avance. Des champs missionnaires s’ouvrent constamment, et ceux qui utilisent les moyens que DIEU leur a confiés en tant que Ses intendants pour répandre la connaissance de la vérité, qui est d’origine céleste, sont de véritables missionnaires de DIEU et des collaborateurs de JÉSUS-CHRIST. “Ceux qui sont sages brilleront comme l’éclat du firmament, et ceux qui en ramènent beaucoup à la justice comme les étoiles pour toujours et à jamais.” {Lt33-1888}
On m’a montré que notre déception en 1844 n’était pas due à un échec dans le calcul des périodes prophétiques, mais dans les événements à venir. La terre était considérée comme le SANCTUAIRE. Mais le SANCTUAIRE qui devait être NETTOYÉ à la fin des périodes prophétiques était le SANCTUAIRE CÉLESTE et non la terre comme nous le supposions tous. Le SAUVEUR est entré dans le LIEU TRÈS SAINT en 1844 pour NETTOYER le SANCTUAIRE, et le JUGEMENT D’INVESTIGATION avait commencé pour les morts. {Lt38-1888}
Vous devez, si vous êtes sauvé dans le royaume de DIEU, être COMME CHRISTIEUX chez vous et à l’étranger, en bonne santé, dans la maladie, quand vous êtes au milieu du monde, quand vous êtes dans le SANCTUAIRE. Je sais que tu es en danger, et je t’écris cette lettre pour t’avertir. Lorsque les annales célestes rendront témoignage de votre fidélité et que le CHRIST viendra rendre à chacun ce qu’ont été ses oeuvres, chaque épreuve patiemment endurée recevra une récompense. Voulez-vous lire attentivement 1 Thessaloniciens 2:1-13. Si vous voulez simplement en faire votre expérience, comme DIEU vous demande de le faire, vous aurez une espérance qui ne vous fera pas honte. « Pour vous-mêmes, frères, sachez que notre entrée chez vous n’a pas été vaine ; mais même après cela, nous avions souffert auparavant, et avons été honteusement implorés, comme vous le savez, à Philippes, nous avons eu l’audace en notre Dieu de parler à vous l’EVANGILE DE DIEU avec beaucoup de contention. Car notre exhortation n’était ni tromperie, ni impureté, ni ruse. non pas pour plaire aux hommes, mais à DIEU, qui éprouve nos cœurs. Car nous n’avons à aucun moment utilisé des paroles flatteuses, comme vous le savez, ni un manteau de convoitise; DIEU est témoin : ni des hommes nous n’avons recherché la gloire, ni de vous, ni encore des autres, alors que nous aurions pu être à charge, comme les apôtres du CHRIST. Mais nous avons été doux parmi vous, comme une nourrice chérit ses enfants. Ainsi, étant affectueusement désireux de vous, nous avons voulu vous avoir communiqué, non seulement l’ÉVANGILE DE DIEU, mais aussi nos propres âmes, parce que vous nous étiez chers. . Car vous vous souvenez, frères, de notre labeur et de notre voyage : pour avoir travaillé nuit et jour, afin que nous ne soyons à la charge d’aucun de vous, nous vous avons prêché l’ÉVANGILE DE DIEU. Vous êtes témoins, et Dieu aussi, de la sainteté, de la justice et de l’irréprochabilité que nous nous sommes comportés parmi vous qui croyez : comme vous savez comment nous avons exhorté, réconforté et ordonné à chacun de vous, comme un père fait ses enfants, de marcher d’une manière digne de DIEU, qui vous a appelés à son royaume et à sa gloire. A cause de cela aussi, nous remercions Dieu sans cesse, parce que, lorsque vous avez reçu la PAROLE DE DIEU que vous avez entendue de nous, vous ne l’avez pas reçue comme la parole des hommes, mais comme elle est en vérité, la PAROLE DE DIEU, qui agit efficacement. aussi en vous qui croyez » 1 Thessaloniciens 2 :1-13. {Lt9a-1889} qui vous a appelés à son royaume et à sa gloire. A cause de cela aussi, nous remercions Dieu sans cesse, parce que, lorsque vous avez reçu la PAROLE DE DIEU que vous avez entendue de nous, vous ne l’avez pas reçue comme la parole des hommes, mais comme elle est en vérité, la PAROLE DE DIEU, qui agit efficacement. aussi en vous qui croyez » 1 Thessaloniciens 2 :1-13. {Lt9a-1889} qui vous a appelés à son royaume et à sa gloire. A cause de cela aussi, nous remercions Dieu sans cesse, parce que, lorsque vous avez reçu la PAROLE DE DIEU que vous avez entendue de nous, vous ne l’avez pas reçue comme la parole des hommes, mais comme elle est en vérité, la PAROLE DE DIEU, qui agit efficacement. aussi en vous qui croyez » 1 Thessaloniciens 2 :1-13. {Lt9a-1889}
Chaque tentation et chaque suggestion qu’il a pour satisfaire son inclination et sa passion, il rencontre et surmonte avec sa résolution, “Je garde sous mon corps et le soumets à la sujétion.” Puis il en donne la raison, ” de peur que je ne sois moi-même un naufragé après avoir prêché aux autres “. Quel résultat formidable est ici mis en évidence! Comme il nous est clairement présenté qu’il doit appliquer les principes de vérité qu’il a acceptés et qu’il prétend croire. [Il] doit appliquer ces principes lorsqu’il s’assied à la table d’un autre ou lorsqu’il engage une conversation avec d’autres. Il y a un principe à garder toujours devant lui, c’est qu’en tant que représentant de JÉSUS-CHRIST, il doit recueillir les rayons divins de la gloire. Il doit révéler que la lumière qu’il saisit avec son intellect a non seulement atteint les chambres de l’esprit, mais a pris possession du SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Il doit montrer toute la pertinence, tous les avantages de ce genre, pour élever ces vérités ennoblissantes et la lumière qui est d’origine céleste. {Ms3-1888}
Maintenant, vous allez chez vous. Qu’est-ce que cette rencontre vous a apporté ? Cela vous a-t-il amené là où vous pouvez voir le péril dans lequel se trouvent vos âmes et les autres âmes ? Pensez-vous que vous devez rentrer chez vous et vous engager dans ce travail comme vous ne l’avez jamais fait auparavant, que vous devez former et discipliner vos enfants, que vous devez apporter la BIBLE dans vos maisons et simplifier ses vérités afin que vos enfants puissent voir la grandeur et la bonté de la vérité et l’AMOUR DE DIEU. Et comme ils en voient l’importance dans votre foyer, vous devez les élever dans le SERVICE DE DIEU, car tout le monde peut être missionnaire, dans le foyer et dans le quartier. Nous pouvons avoir toute la vérité et nous pouvons en croire tous les principes, mais nous ne voulons pas la garder dans le parvis extérieur ; nous voulons qu’elle entre dans le SANCTUAIRE de l’âme afin qu’elle s’empare de nos vies et que nous ayons le CHRIST dans nos cœurs. {Ms4-1888}
Qu’est-ce que cela nous dit ? “Ceci est mon FILS bien-aimé, en qui je suis bien content.” Il vous dit, Moi, DIEU, j’ai envoyé Mon FILS dans votre monde, et par Lui est ouvert tout le ciel à l’homme déchu. Après le péché d’Adam, l’homme a été séparé de DIEU, mais CHRIST est entré. Il a été représenté à travers les offrandes sacrificielles, jusqu’à ce qu’Il vienne dans notre monde. Mais ici le CHRIST offre cette prière, et que nous dit-elle ? La race humaine est acceptée dans le BIEN-AIMÉ. Son long bras humain encercle la race, tandis que de Son bras divin Il saisit le TRÔNE de l’Infini, et Il ouvre à l’homme tout le ciel. Les portes sont aujourd’hui entrouvertes. Le CHRIST est dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et vos prières peuvent monter jusqu’au PÈRE. {Ms8-1888}
Maintenant, CHRIST est dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Et que fait-il ? Faisant l’EXPIATION pour nous, NETTOYANT LE SANCTUAIRE des péchés du peuple. Alors nous devons entrer par la foi dans le SANCTUAIRE avec Lui. Nous devons commencer le travail dans le SANCTUAIRE de nos âmes. Nous devons nous NETTOYER de toute souillure. Nous « devons nous NETTOYER de toute souillure de la chair et de l’esprit, perfectionnant la sainteté dans la [crainte] de DIEU ». Satan viendra vous tenter, et vous céderez à ses tentations. Quoi alors ? Pourquoi, venez humilier vos cœurs dans la confession et par la foi saisir le bras du CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Croyez que le CHRIST prendra votre confession et lèvera les mains devant le PÈRE – [mains] qui ont été meurtries et blessées en notre nom – et Il fera une EXPIATION pour tous ceux qui viendront avec la confession. Que faire si vous ne pouvez pas comprendre à ce sujet? Il dit : « Celui qui manque de ces choses [est aveugle, et ne peut voir de loin, et a oublié qu’il a été purgé de ses anciens péchés]. {Ms8-1888}
Que font nos jeunes hommes ? JÉSUS attend pour lier leurs cœurs à Son grand cœur d’amour, pour lier leurs intérêts aux Siens. Il leur dit : Jeunes hommes, fuyez les convoitises de la jeunesse. Obéirez-vous à sa voix ? Vous ne le faites sûrement pas maintenant. La vérité est un pouvoir inhérent et, si elle est introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, elle attirera les hommes et les femmes au CHRIST. Il gagnera son chemin vers les cœurs humains. A ceux qui regardent à Lui, CHRIST par SON ESPRIT SAINT révèle la beauté de la vérité. Il se montre être le SAUVEUR qui pardonne les péchés. {Ms8a-1888}
Mais quand ceux qui s’efforcent de toutes leurs forces de vaincre confessent leurs péchés, DIEU est fidèle et juste pour pardonner leurs péchés et les NETTOYER de toute iniquité à cause de CHRIST. Lorsqu’elle est amenée dans le SANCTUAIRE de l’âme, la vérité de DIEU agit par la foi et purifie l’âme, l’élevant, l’affinant, l’ennoblissant. {Ms8a-1888}
Et lorsque la position du CHRIST est passée du LIEU SAINT au LIEU TRÈS SAINT dans le SANCTUAIRE, c’est par la foi d’entrer avec Lui, de comprendre Son œuvre, puis de présenter au monde le dernier message de miséricorde qui doit être donné à le monde. Et c’est quoi? C’est un message pour préparer un peuple à la SECONDE VENUE DU FILS DE L’HOMME. C’est le grand jour de la préparation de DIEU, et donc chaque ministre de JÉSUS-CHRIST devrait avoir dans son cours d’action, dans le fardeau de son travail, un zèle et un intérêt et une intensité vivants dans ses efforts qui sont appropriés à la vérité qui est pour cela. temps, qui est prétendu être le dernier message de miséricorde à notre monde. {Ms13-1888}
Mais voici la société. John le voit et se demande ce que signifie la scène. Le récit remonte au chapitre précédent. Je ne le lirai pas, mais cela montre où le ciel envoie un message aux enfants des hommes, et ils commencent à l’embrasser et à suivre l’AGNEAU pas à pas jusqu’à ce qu’ils entrent dans le SANCTUAIRE, et jusqu’à ce qu’ils soient rachetés et se tiennent avec le AGNEAU sur le mont Sion. Et puis on explique pourquoi leur chanson était si différente de n’importe quelle autre chanson. C’était une nouvelle chanson. Et il poursuit en déclarant que dans leur bouche on n’a trouvé aucune ruse, car ils étaient sans faute devant le TRÔNE de DIEU. {Ms13-1888}
Eh bien, supposons que vous marchiez dans la lumière, et alors ? Eh bien, vos témoignages seront légers. Vous parlerez léger, et toutes ces mauvaises conjectures et mauvaises paroles seront mises de côté. Vous parlerez [lumière], et nous ne penserons pas à nous-mêmes et à ce que font les autres, mais à ce que DIEU et JÉSUS font. Eh bien, qu’est-ce qu’ils font? Ils NETTOYENT LE SANCTUAIRE. Eh bien, nous devrions être avec Lui dans cette œuvre et NETTOYER LE SANCTUAIRE de nos âmes de toute iniquité, afin que nos noms soient écrits dans le LIVRE DE VIE DE L’AGNEAU, afin que nos péchés soient effacés lorsque les temps de rafraîchissement viendront de la présence de l’Éternel. C’est l’œuvre la plus solennelle qui ait jamais été donnée aux mortels. {Ms26-1888}
Pourquoi il y a tant d’incertitude, si peu de sérieux et de zèle avec ceux qui prêchent le dernier message de miséricorde au monde, c’est parce que la vérité est gardée dans le parvis extérieur ; il n’est pas introduit dans le SANCTUAIRE de l’âme. Le pouvoir de la vérité ne se révèle pas dans leur caractère. Ils parlent de la LOI DE DIEU mais ne pratiquent ni les doctrines ni la vérité dans leur vie. Le péché est lié à leur cœur et entrelacé dans leur caractère, et ils n’ont ni le courage ni la confiance nécessaires pour fournir un travail sérieux, car ils savent que CHRIST n’est pas mis en relation vivante avec leurs pratiques de vie. Ils ont séparé leurs âmes de DIEU par leurs propres œuvres mauvaises ; ils n’aiment pas Dieu suprêmement, ils n’aiment pas non plus leur prochain comme eux-mêmes, et leur travail est dépourvu de résultats réels. {Ms27-1888}
L’Éternel comprend tout de vos épreuves; et bien qu’il puisse sembler impossible de vivre pour DIEU, vous constaterez que le chemin apparaîtra. Quand votre foi aura été éprouvée, comme l’Éternel a ouvert la mer Rouge, ainsi les eaux se diviseront, et sa providence tracera un chemin pour vos pieds. Il est sûr de servir DIEU. Ce n’est peut-être pas à votre avantage mondain de garder les voies de DIEU ; mais le transgresseur sera dans une perte ÉTERNELLE. « Car voici, le jour vient, qui brûlera comme une fournaise ; et tous les orgueilleux, oui, et tous ceux qui font le mal, seront du chaume; et le jour qui vient les embrasera, dit l’Éternel des armées, de sorte qu’il ne leur laissera ni racine ni rameau. Mais sur vous qui craignez mon nom se lèvera le SOLEIL DE JUSTICE avec la guérison sous ses ailes. Nous devons marcher avec prudence et humilité devant le SEIGNEUR pendant ces précieuses heures de probation. Nous devons nous rapprocher de JÉSUS jusqu’à ce que sa lumière soit versée sur nous. C’est le désir de notre SAUVEUR que nous soyons la lumière du monde, reflétant chaque rayon qui brille sur nous. Quels chemins droits devrions-nous tracer pour nos pieds, afin que le boiteux ne soit pas détourné du chemin ! C’est un âge de lumière. L’Éternel des cieux envoie des rayons de lumière dans les foyers du monde. Une lumière spéciale brille sur les COMMANDEMENTS DE DIEU. La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} C’est le désir de notre SAUVEUR que nous soyons la lumière du monde, reflétant chaque rayon qui brille sur nous. Quels chemins droits devrions-nous tracer pour nos pieds, afin que le boiteux ne soit pas détourné du chemin ! C’est un âge de lumière. L’Éternel des cieux envoie des rayons de lumière dans les foyers du monde. Une lumière spéciale brille sur les COMMANDEMENTS DE DIEU. La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} C’est le désir de notre SAUVEUR que nous soyons la lumière du monde, reflétant chaque rayon qui brille sur nous. Quels chemins droits devrions-nous tracer pour nos pieds, afin que le boiteux ne soit pas détourné du chemin ! C’est un âge de lumière. L’Éternel des cieux envoie des rayons de lumière dans les foyers du monde. Une lumière spéciale brille sur les COMMANDEMENTS DE DIEU. La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} Quels chemins droits devrions-nous tracer pour nos pieds, afin que le boiteux ne soit pas détourné du chemin ! C’est un âge de lumière. L’Éternel des cieux envoie des rayons de lumière dans les foyers du monde. Une lumière spéciale brille sur les COMMANDEMENTS DE DIEU. La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} Quels chemins droits devrions-nous tracer pour nos pieds, afin que le boiteux ne soit pas détourné du chemin ! C’est un âge de lumière. L’Éternel des cieux envoie des rayons de lumière dans les foyers du monde. Une lumière spéciale brille sur les COMMANDEMENTS DE DIEU. La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11} La porte du LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE est entrouverte, et à l’intérieur, comme dans le LIEU TRÈS SAINT de l’ancien SANCTUAIRE, se trouve l’ARCHE du témoignage. La loi du PLUS HAUT est sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE. La lumière de cette LOI brille sur le monde, pénétrant les ténèbres morales qui ont recouvert le peuple. {RH, 31 janvier 1888 par. 11}
Les dirigeants juifs étaient remplis d’orgueil SPIRITUEL. Leur désir de glorification de soi s’est manifesté jusque dans les services du SANCTUAIRE. Ils aimaient les sièges les plus élevés dans les synagogues et la louange des hommes. Ils aimaient les salutations sur les places publiques et se réjouissaient du son de leurs titres sur les lèvres des hommes. Au fur et à mesure que la vraie piété déclinait, ils devenaient plus jaloux de leurs traditions et cérémonies. Ne voyons-nous pas la même perversité dans l’église chrétienne d’aujourd’hui ? Ceux qui aiment DIEU avec des cœurs sincères devraient désirer plus ardemment la vérité telle qu’elle est en JÉSUS. Ils devraient sonder les ÉCRITURES avec des cœurs humbles, désirant intensément savoir ce qu’est la vérité ; car le CHRIST priait pour que ses disciples soient sanctifiés par la vérité. {RH, 7 février 1888 par. dix}
DIEU ne permit pas longtemps à cet homme fidèle de rester dans les ténèbres. « Et l’Éternel dit à Josué : Lève-toi ; pourquoi es-tu ainsi couché sur ta face? Israël a péché, et ils ont aussi transgressé mon alliance que je leur ai prescrite; car ils ont même pris de la chose maudite, et ils l’ont aussi volée, et aussi dissimulée, et ils l’ont mise même parmi leurs propres affaires. C’est pourquoi les enfants d’Israël n’ont pas pu tenir devant leurs ennemis, mais ont tourné le dos devant leurs ennemis, parce qu’ils étaient maudits. Je ne serai plus avec vous, si vous n’exterminez les maudits d’entre vous. Lors du siège de Jéricho, les enfants d’Israël avaient transgressé les commandements de l’Éternel et violé les conditions dans lesquelles il avait promis d’être leur défenseur et leur libérateur. Tout dans cette ville était maudit et devait être entièrement détruit, à l’exception de son or et de son argent, et de ses vases d’airain et de fer. Ceux-ci devaient être consacrés à l’Éternel et amenés dans le SANCTUAIRE; mais Acan, le FILS de Carmi, avait ignoré les instructions de l’Éternel, et avait pris du butin de Jéricho. Le camp fut fouillé, et le coupable se tint devant Josué et les anciens d’Israël. Josué dit : « Dis-moi maintenant ce que tu as fait. Et il dit : “ Quand j’ai vu parmi le butin un beau vêtement babylonien, et deux cents sicles d’argent, et une pièce d’or pesant cinquante sicles, alors je les ai convoités et je les ai pris ; et voici, ils sont cachés dans la terre au milieu de ma tente, et l’argent en dessous. Le péché de cet homme avait amené le désastre sur Israël. L’Éternel ne serait pas avec eux jusqu’à ce que le camp soit NETTOYÉ et qu’Acan soit détruit. La punition sommaire qui lui était infligée était d’enseigner à Israël comment DIEU considérait l’iniquité, afin qu’ils soient attentifs à obéir à toutes les instructions qui leur étaient données, à GARDER SES COMMANDEMENTS et à vivre. {RH, 20 mars 1888 par. 3}
Les fils d’Eli exerçaient un ministère sacré et se tenaient devant DIEU en tant que sacrificateurs pour offrir des sacrifices pour les péchés du peuple ; mais ils prêtaient peu d’attention à SES COMMANDEMENTS, et mettaient de côté les règles qui devaient régir les services du SANCTUAIRE. Ce faisant, ils ont méprisé le grand sacrifice à venir ; car ces prêtres avaient si longtemps pratiqué l’iniquité qu’ils avaient perdu tout sens de la signification de ce service. {RH, 20 mars 1888 par. 6}
Il ne suffisait pas que l’ARK et le SANCTUAIRE soient au milieu d’Israël. Il ne suffisait pas que les prêtres offraient des sacrifices, et que le peuple soit appelé les enfants de DIEU. L’Éternel ne tient pas compte des demandes de ceux qui chérissent l’iniquité dans leur cœur, et il est écrit que “celui qui détourne son oreille d’entendre la loi, même sa prière sera une abomination”. {RH, 20 mars 1888 par. 12}
Le jour des règlements définitifs est juste devant nous. En cette heure solennelle et terrible, l’infidélité du mari sera révélée à la femme, et l’infidélité de la femme au mari. Les parents apprendront alors, pour la première fois, quel était le vrai caractère de leurs enfants, et les enfants verront les erreurs et les fautes qui ont marqué la vie de leurs parents. L’homme qui a volé son prochain par de fausses représentations, ne doit pas s’enfuir avec ses gains mal acquis. DIEU a un enregistrement exact dans ses livres, de chaque compte injuste et de chaque transaction déloyale. Les actions secrètes de l’homme licencieux sont toutes connues de DIEU. DIEU n’est pas trompé par les apparences de piété. Il ne se trompe pas dans son appréciation du caractère. Les hommes peuvent être trompés par ceux qui ont le cœur corrompu, mais DIEU perce tous les déguisements et lit la vie intérieure. La valeur morale de chaque âme est pesée dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE. Ces pensées solennelles n’auront-elles pas sur nous une influence, afin que nous puissions cesser de faire le mal et apprendre à bien faire ? Il n’y a rien de gagné par une vie de péché, mais un désespoir sans espoir. {RH, 27 mars 1888 par. 13}
Que la foi s’empare des promesses de DIEU. JÉSUS est puissant pour sauver son peuple de ses péchés. La lumière du ciel a illuminé notre chemin. Le péché nous a été révélé par la PAROLE et l’ESPRIT DE VÉRITÉ, afin que nous ne soyons pas trouvés transgresseurs des PRÉCEPTES DIVIN; et il n’y a aucune possibilité de plaider l’excuse de l’ignorance. Le commandement est : « Éloignez-vous de l’iniquité. Nous devons imposer les principes de vérité aux jeunes et aux moins jeunes. Nous devons atteindre un niveau supérieur. Nous devons avoir faim et soif de justice. Que le cri monte vers DIEU pour la sagesse, pour la lumière, pour la puissance divine. “Demandez, et l’on vous donnera.” Nous sommes dans les périls des derniers jours. Le Jugement est devant nous, et comment apparaîtrons-nous, nous qui avons reçu la lumière du SANCTUAIRE CÉLESTE, à moins que nous ne « nous NETTOIONS de toute souillure de la chair et de l’esprit, » et parfaite « sainteté dans la crainte de DIEU ? {RH, 27 mars 1888 par. 18}
Nous vivons dans l’antitypique JOUR D’EXPIATION, et notre GRAND PRÊTRE est dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE, implorant son sang au nom de son peuple. La grande réalisation sur le Calvaire ne devrait pas devenir une vieille histoire oubliée pour aucun de nous. L’objet de ces réunions de camp est d’éveiller l’esprit à un sens plus vif de la solennité de ces choses. Saisissez la vérité telle qu’elle vous est présentée pour le bien de votre âme. Chérissez chaque nouvelle idée, chaque illumination divine, de peur que vous ne laissiez la vérité s’échapper de votre cœur, comme l’eau d’un vase qui fuit. Cherchez à marcher dans chaque rayon de lumière qui vient à vous par le ministère de la PAROLE. Au fur et à mesure que nous grandissons dans la connaissance de la vérité, nous serons en communion les uns avec les autres, et plus nous penserons à JÉSUS et à son amour sans pareil, plus profondément cet amour prendra possession de notre cœur, de notre esprit, et l’âme, et nous entrerons dans les scènes de l’HUMILIATION DU CHRIST, et deviendrons participants de la nature divine. {RH, 26 juin 1888 par. 6}
L’année où le roi Ozias mourut, Esaïe fut autorisé en vision à regarder dans le LIEU SAINT et dans le SAINT DES SAINTS dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Les RIDEAUX du SANCTUAIRE LE PLUS INTERNE furent tirés de côté, et un TRÔNE haut et élevé, dominant pour ainsi dire jusqu’aux cieux mêmes, fut révélé à son regard. Une gloire indescriptible émanait d’un personnage sur le TRÔNE, et sa suite remplissait le temple, comme sa gloire finira par remplir la terre. Les CHERUBIM étaient de chaque côté du SIÈGE DE MISÉRICORDE, comme gardes autour du grand roi, et ils brillaient de la gloire qui les enveloppait de la présence de DIEU. Alors que leurs chants de louange retentissaient en notes profondes et sérieuses d’adoration, les piliers de la porte tremblaient, comme secoués par un tremblement de terre. Ces êtres saints ont chanté la louange et la GLOIRE DE DIEU avec des lèvres non polluées par le péché. Le contraste entre les faibles louanges qu’il avait l’habitude de donner au CRÉATEUR et les ferventes louanges des séraphins étonna et humilia le prophète. Il eut momentanément le sublime privilège d’apprécier la pureté sans tache du caractère exalté de JÉHOVAH. Pendant qu’il écoutait le chant des anges, alors qu’ils criaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire », la gloire, la puissance infinie et la majesté inégalée de l’Éternel passèrent devant sa vision et furent imprimées dans son âme. A la lumière de ce rayonnement incomparable, qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} étonné et humilié le prophète. Il eut momentanément le sublime privilège d’apprécier la pureté sans tache du caractère exalté de JÉHOVAH. Pendant qu’il écoutait le chant des anges, alors qu’ils criaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire », la gloire, la puissance infinie et la majesté inégalée de l’Éternel passèrent devant sa vision et furent imprimées dans son âme. A la lumière de ce rayonnement incomparable, qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} étonné et humilié le prophète. Il eut momentanément le sublime privilège d’apprécier la pureté sans tache du caractère exalté de JÉHOVAH. Pendant qu’il écoutait le chant des anges, alors qu’ils criaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire », la gloire, la puissance infinie et la majesté inégalée de l’Éternel passèrent devant sa vision et furent imprimées dans son âme. A la lumière de ce rayonnement incomparable, qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} Pendant qu’il écoutait le chant des anges, alors qu’ils criaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire », la gloire, la puissance infinie et la majesté inégalée de l’Éternel passèrent devant sa vision et furent imprimées dans son âme. A la lumière de ce rayonnement incomparable, qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} Pendant qu’il écoutait le chant des anges, alors qu’ils criaient : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire », la gloire, la puissance infinie et la majesté inégalée de l’Éternel passèrent devant sa vision et furent imprimées dans son âme. A la lumière de ce rayonnement incomparable, qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8} qui rendait manifeste tout ce qu’il pouvait supporter dans la révélation du caractère divin, sa propre souillure intérieure se détachait devant lui avec une clarté saisissante. Ses paroles mêmes lui semblaient viles. {RH, 16 octobre 1888 par. 8}
Mais qui suis-je, et qu’est-ce que mon peuple, que nous devrions pouvoir offrir si volontiers après ce genre ? Car tout vient de toi, et nous t’avons donné ce qui t’appartient. 1 Chroniques 29:14. Le temps où David devait être rassemblé auprès de ses pères était presque venu ; mais avant la fin de sa carrière, il tourna son attention vers le SANCTUAIRE à ériger pour le SEIGNEUR. David n’était pas l’élu de l’Éternel pour bâtir le temple; mais il n’avait aucune jalousie dans son cœur à cause de cela, et n’en manifesta pas moins de zèle et de sérieux en sa faveur. Il avait préparé en abondance les matériaux les plus coûteux, l’or, l’argent, les pierres d’onyx et les pierres de diverses couleurs, le marbre et les bois les plus précieux. Et maintenant, tout ce précieux trésor qu’il avait amassé devait être confié à d’autres; car d’autres mains doivent construire la maison pour l’ARCHE, le symbole de la PRESENCE DE DIEU. {HR, 11 décembre 1888 al. 1}
On a montré à Jean le dernier travail pour cette époque (Apocalypse 14:9-12), et il a vu un peuple dont il dit : “Voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS.” Jean nous raconte ce qui lui fut ouvert en vision : « Et le TEMPLE DE DIEU s’ouvrit dans le ciel, et on vit dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT. Cette vision représente un peuple dont l’attention a été attirée sur le SANCTUAIRE dans les cieux. Là, Jean vit l’ARCHE DE DIEU, contenant les TABLES DE PIERRE sur lesquelles était gravée la LOI DE DIEU ; et ce peuple a cherché à être en harmonie avec le ciel en gardant tous les commandements de DIEU. Il y a eu une grande opposition parce qu’ils ont respecté le SABBAT du QUATRIÈME COMMANDEMENT, qui par le monde séculier et religieux a été ignoré. {RH, 18 décembre 1888 par. 8}
L’éternité exige de vous individuellement une expérience solide, telle qu’elle résistera à l’épreuve ; et c’est dans cette période probatoire que vous devez obtenir une transformation complète du caractère. La religion pure et sans souillure doit être introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme. Chacun a un travail à faire, et aucun ami ou ministre ne peut le faire à sa place ; chacun doit se repentir et confesser ses péchés à DIEU. Faites-en un travail minutieux. Croyez en vous-même; ayez la GRACE DE DIEU dans votre cœur pour vous-même. DIEU aura ses vrais et fidèles témoins dans tous les domaines de la vie, témoignant de la puissance de sa grâce. Ils peuvent être humbles, mais ils vivront sous le soleil du visage de DIEU, avec la BIBLE comme guide. {RH, 18 décembre 1888 par. 6}
Avançons ensemble pour atteindre la grande récompense et rejoignons le chant des rachetés. Si jamais nous chantons les louanges de DIEU au Ciel, nous devons d’abord les chanter ici. Des cœurs reconnaissants doivent jaillir sans cesse des notes d’action de grâces, et nos lèvres doivent raconter la bonté de l’Éternel et magnifier son saint nom. Toute plainte et murmure devrait cesser parmi les enfants du TRÈS HAUT. Nous devrions être les gens les plus heureux de la terre, parce que nous avons un puissant SAUVEUR dans le SANCTUAIRE d’en haut, qui est mort pour que nous puissions vivre. On pourrait déduire de nos visages tristes et de nos paroles de plainte que JÉSUS était encore dans le tombeau de Joseph, avec une grande pierre roulée devant la porte ; mais je vous déclare que JÉSUS est ressuscité, qu’il vous aime, qu’il vous représente dans les parvis de sa gloire, intercédant pour vous. Nous devrions nous réjouir et louer DIEU avec des chants de reconnaissance sincère. Déterminons que si cela coûte tout, nous aurons le Ciel et deviendrons participants de la nature divine. {ST, 27 janvier 1888 par. 9}
Le psalmiste David a eu cette expérience. Quand il considéra la condition florissante des méchants, il fut envieux de leur succès et dit : « Voici, ce sont les impies qui prospèrent dans le monde ; ils s’enrichissent. En vérité, j’ai NETTOYÉ mon cœur en vain et je me suis lavé les mains en toute innocence. Pendant toute la journée j’ai été tourmenté. Mais lorsqu’il entra dans le SANCTUAIRE et communia avec l’Éternel, il ne désira plus la part des méchants; car alors il comprit leur fin. Il vit que leur chemin menait enfin à la destruction, et que leur plaisir n’était que pour un temps. L’envie n’avait plus de place dans son cœur. Son esprit rebelle s’inclina dans une humble soumission à son DIEU, et il déclara : « Tu me conduiras par ton conseil, et ensuite tu me recevras dans la gloire. ” Il vit que la direction de l’Éternel avait infiniment plus de valeur que toute la prospérité temporelle du monde ; car la voie de l’Éternel a gardé les pieds dans les sentiers de la justice qui mènent à la gloire ÉTERNELLE. {ST, 3 février 1888 par. 3}
Le vrai serviteur de DIEU apportera les suggestions et les tentations de Satan au TRÔNE DE GRÂCE, où la paix et la soumission couleront dans l’âme. Lorsqu’il entrera dans le SANCTUAIRE, il connaîtra la fin de ceux qui n’ont pas la crainte de l’Éternel devant leurs yeux. L’Éternel a entendu nos murmures. Il dit : « Vous avez dit : Il est vain de servir DIEU ; et à quoi cela sert-il que nous ayons observé son ordonnance ? Cette question se présentera, avec plus ou moins de force, à l’esprit du peuple de DIEU ; mais avant de répondre, pensez à l’honneur exalté que le DIEU du Ciel vous a conféré. Pensez comment il a donné SON FILS UNIQUE, afin qu’une voie de salut puisse s’ouvrir pour vous. Pensez comment il vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière, vous a appelés à être les enfants du TRÈS HAUT, vous a appelés à un héritage incorruptible, sans souillure, et qui ne se fane pas. N’est-ce pas une indemnisation ? pas d’encouragements ? {ST, 3 février 1888 par. 4}
En ces derniers jours, un appel du Ciel vous invite à observer les statuts et les ordonnances de l’Éternel. Le monde a mis à néant la LOI DE JÉHOVAH ; mais DIEU ne restera pas sans témoin de sa justice, ni sans peuple sur la terre pour proclamer sa vérité. La porte du SANCTUAIRE CÉLESTE a été ouverte, et personne ne peut la fermer, et la lumière du SAINT DES SAINTS brille dans le monde. Le peuple de DIEU a eu son attention attirée sur l’ARK du témoignage, et la loi en son sein a été révélée avec ses préceptes inaltérables. Dans une vision sainte, Jean a vu l’Église du reste sur la terre, à une époque d’anarchie, et il les indique dans un langage sans équivoque : « Voici la patience des saints ; voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU, et la FOI DE JÉSUS. « Ils sont en harmonie avec cette loi qui repose dans l’ARCHE dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE CÉLESTE. Tout le devoir de l’homme se résume dans ses PRECEPTES SACRES. Au cœur de la LOI se trouve le COMMANDEMENT enjoignant à l’homme d’observer le SABBAT de JÉHOVAH, que le monde et l’Église ont foulé aux pieds. Pendant des siècles, les hommes ont marché dans l’aveuglement concernant le vrai SABBAT, et les temps de cette ignorance auxquels DIEU a fait un clin d’œil ; mais c’est maintenant le jour de la réforme, et il appelle partout les hommes à se repentir. Lorsque la lumière du commandement méprisé de DIEU a brillé sur le chemin de ceux qui ont sincèrement aimé DIEU, ils ont tardé à ne pas garder SES STATUTS. Ils comprirent qu’ils devaient sortir du monde et être séparés, et ne pas toucher à l’impur, afin qu’ils puissent revendiquer la promesse : « Je vous recevrai et je serai pour vous un PÈRE, et vous serez mes fils et mes filles, dit le SEIGNEUR TOUT-PUISSANT. Ils sont devenus les réparateurs de la brèche qui a été commise dans la LOI DE DIEU, parce qu’ils ont détourné leurs pieds du SABBAT, de faire leur plaisir le JOUR SAINT DE DIEU, et ont appelé le SABBAT un délice, le SAINT de l’Éternel, honorable , et l’ont honoré, ne disant pas leurs propres mots ou ne trouvant pas leur propre plaisir. {ST, 3 février 1888 par. 5}
Maintenant, cherchons le CHRIST pour nous-mêmes, et trouvons-le précieux pour nos âmes. Prenons soin de nos frères à l’intérieur et à l’extérieur de l’église. C’est notre privilège de renforcer constamment ceux qui nous entourent et de répandre une influence qui bénira et élèvera. Ne semez pas les graines de l’envie, de la querelle et du doute. Que votre conversation soit sainte devant DIEU. Cherchez par tous les moyens à devenir un temple digne de la demeure du SAINT-ESPRIT. Vous devez être des pierres vivantes, reflétant et émettant la lumière du Ciel. La vérité de DIEU vous a extrait du monde pour être équarri, taillé et équipé pour l’édifice céleste. La robe de votre caractère doit être lavée jusqu’à ce qu’elle soit sans tache, dans la fontaine ouverte pour toute impureté. Votre valeur morale sera pesée dans la balance du SANCTUAIRE, et si vous êtes pris en défaut, vous serez dans une perte ÉTERNELLE. Toute grossièreté, toute rugosité, doit être enlevée de votre caractère avant que JÉSUS ne vienne ; car quand il vient, la préparation de chaque âme est terminée. Si vous n’avez pas mis de côté votre envie, vos jalousies, votre haine les uns contre les autres, vous ne pouvez pas entrer dans le royaume de DIEU. Vous n’emporteriez que la même disposition avec vous; mais il n’y aura rien de ce caractère dans le monde à venir. Rien n’existera là-bas que l’amour, la joie et l’harmonie. Certains auront des couronnes plus brillantes que d’autres, mais il n’y aura pas de pensées jalouses dans aucun cœur parmi les rachetés. Chacun sera parfaitement satisfait, car tous seront récompensés selon leur travail ; car « ceux qui sont sages brilleront comme l’éclat du firmament ; et ceux qui en ramènent beaucoup à la justice, comme les étoiles pour toujours et à jamais. ” Tout le monde saura que ceux qui ont contribué à gagner des âmes à JÉSUS se sont engagés dans le plus grand travail qui ait jamais utilisé les pouvoirs de l’homme. Oh! ne devrions-nous pas consacrer toute notre énergie à cette grande et noble œuvre, ne cherchant pas à détruire et à abattre, mais par chaque parole et acte, avec tout le tact et l’influence à notre disposition, chercher à sauver et à édifier les autres dans la TRÈS SAINTE foi ? {ST, 10 février 1888 par. 12}
À l’époque de l’ancien Israël, les prêtres examinaient d’un œil critique chaque offrande apportée en sacrifice. Si un défaut était découvert dans l’animal présenté pour le service du SANCTUAIRE, il était refusé, car le SEIGNEUR avait commandé que l’offrande soit ” sans défaut “. Nous devons présenter nos corps comme un sacrifice vivant à DIEU ; et ne devrions-nous pas chercher à rendre l’offrande aussi parfaite que possible ? DIEU nous a donné toutes les instructions nécessaires à notre bien-être physique, mental et moral, et il est du devoir de chacun de nous de mettre nos habitudes de vie en conformité avec la norme divine, en tout point. L’Éternel sera-t-il satisfait de moins que ce que nous pouvons offrir de mieux ? “Tu aimeras le SEIGNEUR ton DIEU de tout ton coeur.” Si tu l’aimes de tout ton coeur, vous désirerez lui rendre le meilleur service de votre vie et vous chercherez constamment à mettre toutes les puissances de votre être en harmonie avec les lois qui favoriseront votre capacité à faire sa volonté. Vous ne vous sentirez pas satisfait de présenter à votre PÈRE CÉLESTE miséricordieux une offrande affaiblie par l’indulgence de l’appétit et de la passion. Vous plaiderez pour l’aide divine et la guérison. Et la grâce du CHRIST vous permettra de vaincre vos appétits pervers, et de commencer une œuvre de réforme dans votre vie. Vous ne devez pas suivre les coutumes du monde. « Ne vous conformez pas à ce monde ; mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit. {ST, 17 février 1888 par. 2} Vous ne vous sentirez pas satisfait de présenter à votre PÈRE CÉLESTE miséricordieux une offrande affaiblie par l’indulgence de l’appétit et de la passion. Vous plaiderez pour l’aide divine et la guérison. Et la grâce du CHRIST vous permettra de vaincre vos appétits pervers, et de commencer une œuvre de réforme dans votre vie. Vous ne devez pas suivre les coutumes du monde. « Ne vous conformez pas à ce monde ; mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit. {ST, 17 février 1888 par. 2} Vous ne vous sentirez pas satisfait de présenter à votre PÈRE CÉLESTE miséricordieux une offrande affaiblie par l’indulgence de l’appétit et de la passion. Vous plaiderez pour l’aide divine et la guérison. Et la grâce du CHRIST vous permettra de vaincre vos appétits pervers, et de commencer une œuvre de réforme dans votre vie. Vous ne devez pas suivre les coutumes du monde. « Ne vous conformez pas à ce monde ; mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit. {ST, 17 février 1888 par. 2} 17 février 1888 par. 2} 17 février 1888 par. 2}
Ce fait est illustré dans le cas de Nadab et Abihu. L’Éternel avait allumé un feu sacré, dont les sacrificateurs devaient tirer des charbons, pour brûler de l’ENCENS devant l’Éternel. Ils ne devaient pas utiliser le feu étranger dans les services du SANCTUAIRE ; mais, sous l’effet de la boisson forte, les fils d’Aaron perdirent tout sens des choses sacrées. Ils ont allumé leur ENCENS à partir d’un feu commun et ont ignoré le commandement de DIEU. L’Éternel n’a pas excusé leur péché parce qu’ils s’étaient rendus inaptes à leurs devoirs sacrés en s’adonnant à la boisson. Ils ont été retranchés de la congrégation d’Israël. DIEU traitant avec ces transgresseurs devrait être un avertissement aux enfants des hommes aujourd’hui. Vous devez offrir à DIEU un sacrifice vivant, saint et agréable. Comme ces intoxicants sont utilisés, les mêmes effets suivront que dans le cas de ces prêtres d’Israël. La conscience perdra sa sensibilité au péché, et un processus d’endurcissement à l’iniquité aura très certainement lieu, jusqu’à ce que le commun et le sacré perdent toute différence de signification. {ST, 17 février 1888 par. sept}
Eli n’a pas géré sa maison selon les règles de DIEU pour le gouvernement familial. Il a suivi son propre jugement. Il a permis à Satan de prendre les rênes entre ses mains ; et Eli découvrit, trop tard, que ses enfants avaient été précipités vers la destruction. La faveur de DIEU a été retirée de sa maison et la malédiction de la transgression était apparente dans la corruption et le mal qui ont marqué le cours de ses fils. Ils n’avaient aucune appréciation appropriée du caractère de DIEU ou du caractère sacré de SA LOI. Son service était pour eux une chose commune. Dès l’enfance, ils avaient été habitués au SANCTUAIRE et à son service, mais au lieu de grandir dans le respect, ils avaient perdu tout sens de sa sainteté et de sa signification. Le cours d’Eli dans l’éducation de ses enfants avait entraîné cet état d’esprit chez ses fils. Le père n’avait pas corrigé l’irrévérence pour son autorité, n’avait pas vérifié leur manque de respect pour les services solennels du SANCTUAIRE ; et quand ils ont atteint l’âge adulte, ils étaient pleins des fruits mortels du scepticisme et de la rébellion. {ST, 6 avril 1888 par. 6}
Bien que totalement inaptes à l’office, ils furent placés comme prêtres dans le SANCTUAIRE pour servir devant DIEU. L’Éternel avait donné les directives les plus précises concernant l’offrande des sacrifices; mais ces hommes méchants avaient porté leur mépris de l’autorité dans le SERVICE DE DIEU, et ils n’avaient pas prêté attention à la loi des offrandes, qui devaient être faites de la manière la plus solennelle. Les péchés du peuple étaient transférés par figure au sacrifice, qui représentait CHRIST, l’AGNEAU DE DIEU qui devait mourir pour les péchés du monde. Les prêtres reçurent l’ordre de manger dans le TABERNACLE certaines portions de l’offrande de paix. En participant au sacrifice et en portant leurs péchés devant DIEU, ils représentaient l’œuvre que CHRIST ferait pour nous dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, en portant nos péchés dans son propre corps. Les fils d’Eli, au lieu de sentir la grande solennité de ce service, ne pensaient qu’à satisfaire l’appétit, et ils demandaient au peuple la part qu’il désirait, prenant même par la violence la portion qui devait être consommée sur l’AUTEL DU SACRIFICE comme type du grand sacrifice du FILS DE DIEU sur le Calvaire. Cette irrévérence de la part des sacrificateurs ôta bientôt aux offrandes leur signification sainte et solennelle, et le peuple « abhorra l’offrande de l’Éternel ». Le grand sacrifice antitypique auquel ils devaient s’attendre n’avait plus de sens pour eux, “c’est pourquoi le péché des jeunes hommes était très grand devant l’Éternel”. {ST, 6 avril 1888 par. sept} prenant même par la violence la portion qui devait être consommée sur l’AUTEL DU SACRIFICE comme un type du grand sacrifice du FILS DE DIEU sur le Calvaire. Cette irrévérence de la part des sacrificateurs ôta bientôt aux offrandes leur signification sainte et solennelle, et le peuple « abhorra l’offrande de l’Éternel ». Le grand sacrifice antitypique auquel ils devaient s’attendre n’avait plus de sens pour eux, “c’est pourquoi le péché des jeunes hommes était très grand devant l’Éternel”. {ST, 6 avril 1888 par. sept} prenant même par la violence la portion qui devait être consommée sur l’AUTEL DU SACRIFICE comme un type du grand sacrifice du FILS DE DIEU sur le Calvaire. Cette irrévérence de la part des sacrificateurs ôta bientôt aux offrandes leur signification sainte et solennelle, et le peuple « abhorra l’offrande de l’Éternel ». Le grand sacrifice antitypique auquel ils devaient s’attendre n’avait plus de sens pour eux, “c’est pourquoi le péché des jeunes hommes était très grand devant l’Éternel”. {ST, 6 avril 1888 par. sept} n’avait plus d’importance pour eux, “c’est pourquoi le péché des jeunes gens était très grand devant l’Éternel”. {ST, 6 avril 1888 par. sept} n’avait plus d’importance pour eux, “c’est pourquoi le péché des jeunes gens était très grand devant l’Éternel”. {ST, 6 avril 1888 par. sept}
Éli a commis une grave erreur en permettant à ses fils d’exercer un saint office. En excusant leur cours, sous un prétexte et un autre, il devint aveugle à leurs péchés, mais enfin ils arrivèrent à un point où il ne put plus cacher ses yeux des crimes de ses fils. Les gens se sont plaints de leurs actes violents, et il était attristé et perplexe. Le père indulgent n’avait jamais décidément commandé leur obéissance, et en grandissant, ils abandonnèrent toute retenue. Ils avaient été élevés pour ne penser qu’à eux-mêmes, et maintenant ils ne se souciaient de personne d’autre. Ils ont vu le chagrin de leur père, mais leurs cœurs endurcis n’ont pas été touchés. Ils ont entendu ses doux remontrances, mais ils n’ont pas été impressionnés, et ils n’ont pas changé leur mauvaise conduite bien qu’ils aient été avertis des conséquences de leur péché. {ST, 6 avril 1888 par. 8}
L’enfant Samuel avait été amené à Eli par la pieuse Anne. Il devait se consacrer aux services du SANCTUAIRE, et la responsabilité de son éducation devait maintenant reposer sur le vieux prêtre. Les fils d’Eli, qui auraient dû être les instructeurs de l’enfant pieux, étaient tout à fait inaptes à un tel privilège. Il devait être séparé de leur compagnie, de peur que leur mauvaise influence ne pollue son esprit. Mais bien qu’Eli craignait pour leur influence sur Samuel, en tant que juge d’Israël, il a quand même soutenu ses fils méchants dans les positions de confiance les plus sacrées. Il leur permit de mêler leur corruption au SAINT SERVICE DE DIEU, et d’infliger un tort à la cause de la vérité, que les années ne pouvaient effacer. Les fils d’Eli étaient appelés les fils de Bélial, car ils ne connaissaient pas DIEU. Ils étaient entièrement dévoués au service de Satan ; et pourtant parce qu’ils étaient ses fils, Éli ne les a pas traités comme des transgresseurs, mais leur a permis de déshonorer DIEU et de nuire à son peuple. Mais lorsque le juge d’Israël a négligé son travail, DIEU a pris l’affaire en main. {ST, 6 avril 1888 par. 9}
Et un homme de Dieu vint vers Éli, et lui dit : Ainsi dit l’Éternel : Est-ce que je suis clairement apparu à la maison de ton père, lorsqu’ils étaient en Égypte, dans la maison de Pharaon ? et l’ai-je choisi parmi toutes les tribus d’Israël pour être mon sacrificateur, pour offrir sur mon AUTEL, pour brûler de l’ENCENS, pour porter un éphod devant moi ? et ai-je donné à la maison de ton père tous les sacrifices faits par le feu des enfants d’Israël? Pourquoi frappez-vous mon sacrifice et mon offrande, que j’ai commandés dans ma demeure; et honorez-vous vos fils plus que moi, pour vous engraisser de la plus grande de toutes les offrandes d’Israël, mon peuple? C’est pourquoi l’Eternel, l’Eternel d’Israel, dit: J’ai dit, en effet, que ta maison et la maison de ton pere marcheraient devant moi pour toujours; mais maintenant l’Éternel dit: Qu’il soit loin de moi; pour ceux qui m’honorent j’honorerai, et ceux qui me méprisent seront méprisés. . . Et je me susciterai un sacrificateur fidèle, qui fera selon ce qui est dans mon coeur et dans mon esprit; et je lui bâtirai une maison sûre; et il marchera devant le mien oint pour toujours. {ST, 6 avril 1888 par. dix}
DIEU a tenu Éli responsable des actions de ses fils, et l’a chargé d’honorer ses fils au-dessus de l’Éternel. Éli avait permis que l’offrande désignée par DIEU, comme une bénédiction pour Israël, devienne une chose en horreur, plutôt que de faire honte à ses fils pour leurs pratiques impies et abominables. Ceux qui suivent leur propre inclination dans une affection aveugle pour leurs enfants, les livrant à la satisfaction de leurs désirs égoïstes, et ne font pas appel à l’autorité de DIEU pour réprimander le péché et corriger le mal, qui corrompt les autres âmes, rendent manifeste que ils honorent leurs enfants méchants plus qu’ils n’honorent DIEU. Ils sont plus soucieux de protéger leur réputation que de glorifier DIEU ; plus désireux de plaire à leurs enfants que de plaire à DIEU et de préserver son service de toute apparence de mal. {ST, 6 avril 1888 par. 11}
La promesse avait été faite que la maison d’Aaron marcherait devant DIEU pour toujours ; mais ces promesses avaient été faites à condition qu’ils se consacrent à l’œuvre du SANCTUAIRE avec un seul cœur, et honorent DIEU dans toutes leurs voies, sans se servir eux-mêmes, ni suivre leurs propres inclinations perverses. Éli et ses fils avaient été éprouvés, et l’Éternel les trouva totalement indignes de la position élevée de sacrificateurs à son service. Et DIEU a déclaré: “Qu’il soit loin de moi.” Il n’a pas pu faire le bien qu’il avait voulu leur faire, parce qu’ils n’ont pas fait leur part. Dieu avait longtemps supporté les voies perverses de la maison d’Eli. Il leur avait donné de l’espace pour se repentir, mais ils ne se sont pas repentis, et la sentence différée a finalement été exécutée. Ils furent rendus méprisables devant le peuple qu’ils avaient opprimé, et en un jour, Éli et ses fils moururent devant l’Éternel; et le sacerdoce fut ôté à la famille d’Eli. {ST, 6 avril 1888 par. 12}
La seule façon d’être vraiment grand est d’être vraiment bon. Ceux qui en sont dignes se verront confier un travail important et seront placés à des postes importants. « Celui qui est fidèle en ce qui est le moins est fidèle aussi en beaucoup ; et celui qui est injuste en le moins est injuste aussi en beaucoup. Si Éli avait été un père sage et fidèle, il aurait été un juge et un prêtre sage et fidèle. S’il avait retenu ses fils à la maison, il aurait restreint leurs mauvaises pratiques dans le SANCTUAIRE ; et Israël n’aurait pas été corrompu par leurs abominations. Si les fils d’Eli avaient été des fils dévoués, ils auraient honoré DIEU et son service, et vécu devant lui ; mais ils ont déshonoré leur père, et ont méprisé le SERVICE DE DIEU, et ils ont souffert la récompense de leur mal ; car DIEU avait dit : « J’honorerai ceux qui m’honorent, et ceux qui me méprisent seront méprisés. {ST, 6 avril 1888 par. 13}
Frère Bates observait le SABBAT et insistait sur son importance. Je n’ai pas ressenti son importance et j’ai pensé que frère B. avait commis une erreur en s’attardant davantage sur le QUATRIÈME COMMANDEMENT que sur les neuf autres. Mais le SEIGNEUR m’a donné une vue du SANCTUAIRE CÉLESTE. Le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le ciel, et on m’a montré l’ARCHE DE DIEU recouverte du SIÈGE DE MISÉRICORDE. Deux anges se tenaient un à chaque extrémité de l’ARCHE, avec leurs ailes déployées sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE, et leurs visages tournés vers lui. Cet ange qui m’accompagnait m’a informé qu’il représentait toute l’armée céleste regardant avec révérence vers la LOI DE DIEU qui avait été écrite par le DOIGT DE DIEU. JÉSUS souleva le couvercle de l’ARCHE, et je vis les TABLES DE PIERRE sur lesquelles étaient écrits les DIX COMMANDEMENTS. J’ai été étonné de voir le QUATRIÈME COMMANDEMENT au centre même des dix préceptes, avec un doux halo de lumière qui l’entoure. L’ange dit : « C’est le seul des dix qui définit le DIEU VIVANT qui a créé les cieux et la terre et tout ce qui s’y trouve. Lorsque les fondations de la terre furent posées, alors fut également posée la fondation du SABBAT. On m’a montré que si le vrai SABBAT avait été observé, il n’y aurait jamais eu d’infidèle ou d’athée. L’observance du SABBAT aurait préservé le monde de l’idolâtrie. Le QUATRIÈME COMMANDEMENT a été foulé aux pieds, nous sommes donc appelés à réparer la violation de la loi et à plaider pour le SABBAT brisé. L’homme de péché qui s’est élevé au-dessus de DIEU, et a pensé changer les temps et les lois, a provoqué le changement du SABBAT du septième au premier jour de la semaine. En faisant cela, il a fait une brèche dans la LOI DE DIEU. Juste avant le GRAND JOUR DE DIEU, un message est envoyé pour avertir les gens de revenir à leur allégeance à la LOI DE DIEU que l’antéchrist a brisée. Il faut attirer l’attention sur la violation de la loi par le précepte et l’exemple. On m’a montré que le troisième ange proclamant les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS, représente les personnes qui reçoivent ce message et élèvent la voix d’avertissement au monde, pour garder les COMMANDEMENTS DE DIEU et SA LOI comme la prunelle de l’œil , et qu’en réponse à cet avertissement, beaucoup embrasseraient le SABBAT de l’Éternel. {LS80 236.3 1880} On m’a montré que le troisième ange proclamant les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS, représente les personnes qui reçoivent ce message et élèvent la voix d’avertissement au monde, pour garder les COMMANDEMENTS DE DIEU et SA LOI comme la prunelle de l’œil , et qu’en réponse à cet avertissement, beaucoup embrasseraient le SABBAT de l’Éternel. {LS80 236.3 1880} On m’a montré que le troisième ange proclamant les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS, représente les personnes qui reçoivent ce message et élèvent la voix d’avertissement au monde, pour garder les COMMANDEMENTS DE DIEU et SA LOI comme la prunelle de l’œil , et qu’en réponse à cet avertissement, beaucoup embrasseraient le SABBAT de l’Éternel. {LS80 236.3 1880}
Le passage du temps en 1844 fut une période de grands événements, ouvrant à nos yeux étonnés la NETTOYAGE DU SANCTUAIRE transpirant dans le ciel, et ayant décidé de la relation avec le peuple de DIEU sur la terre, [également] les messages des premier et deuxième anges et le troisième, déployant la bannière sur laquelle était inscrit « Les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS ». L’un des points de repère sous ce message était le TEMPLE DE DIEU, vu par Son peuple épris de vérité dans le ciel, et l’ARCHE contenant la LOI DE DIEU. La lumière du SABBAT du QUATRIÈME COMMANDEMENT a projeté ses puissants rayons sur le chemin des transgresseurs de la LOI DE DIEU. La non-immortalité des méchants est un vieux repère. Je ne peux plus me souvenir de rien qui puisse rentrer dans le cadre des anciens repères. Tout ce cri pour changer les vieux repères est tout imaginaire. {Ms13-1889}
Nous ressentons profondément l’état actuel de l’église dont les membres possèdent depuis longtemps une connaissance de ces événements qui doivent se produire vers la fin des temps dans l’accomplissement de l’histoire prophétique. CHRIST vient avec puissance et grande gloire, et les morts doivent être “jugés d’après les choses qui sont écrites dans les livres, selon leurs oeuvres”. Celui qui s’est tenu comme notre INTERCESSEUR ; qui entend toutes les prières pénitentielles et confessions; qui est représenté par un arc-en-ciel, symbole de grâce et d’amour, encerclant sa tête, doit bientôt cesser son travail dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. La grâce et la miséricorde descendront alors du TRÔNE, et la justice prendra leur place. Celui que son peuple a cherché assumera son droit, la fonction de juge suprême. “Le père . . . a confié tout jugement au FILS. . . . Et il lui a aussi donné le pouvoir d’exécuter le jugement, parce qu’il est le FILS DE L’HOMME. C’est lui, dit Pierre, qui a été ordonné de “juger les vivants [les vivants] et les morts”. “Il a fixé un jour où il jugera le monde avec justice par l’homme qu’il a établi.” {RH, 1er janvier 1889 par. 1}
Si CHRIST peut plaider pour nous dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, si nos œuvres sont accomplies en lui, si nous avons introduit sa grâce et sa vérité dans la formation de notre caractère, nous serons reconnus par le SEIGNEUR comme les sujets de son royaume. Si nous sommes enfants de DIEU, nous nous aimerons comme le CHRIST nous a aimés. Cette sévérité froide qui nous rend inaccessibles n’est pas du CHRIST, mais de Satan. Jésus a dit : « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. Ceux qui ouvrent la porte du cœur pour que JÉSUS puisse entrer, seront remplis d’amour et de gratitude. Ils ne désireront pas étouffer la lumière que DIEU leur a donnée. Ils rassembleront les rayons de la gloire divine et les projetteront en travers du chemin des autres. {RH, 28 mai 1889 par. 9}
Comment pouvons-nous prétendre essayer d’aider les autres, à moins d’avoir obtenu de l’aide nous-mêmes ? JÉSUS a dit : « Si vous ne mangez la chair du FILS DE L’HOMME et si vous ne buvez son sang, vous n’avez pas de vie en vous. . . . Car ma chair est vraiment de la viande, et mon sang est vraiment une boisson. . . . C’est l’ESPRIT qui vivifie; la chair ne profite de rien : les paroles que je vous dis, elles sont esprit, et elles sont vie. Nous devons être un avec lui. Nous devons aimer ceux pour qui il a donné sa vie. “Si quelqu’un n’a pas l’ESPRIT DU CHRIST, il ne lui appartient pas.” Tout le ciel s’intéresse à notre salut. Serons-nous intéressés pour notre propre salut ? Rejetons tout doute, tout ce qui envelopperait nos âmes de ténèbres. Nous savons que le monde est rempli d’iniquité, mais ne penserons-nous et ne parlerons-nous que de cela ? Chercherons-nous ici et là les défauts et les maux ? Allons-nous porter un regard critique sur les caractères de nos frères ? Ô pensons à la bonté de DIEU ! Parlons de sa puissance, chantons son amour. Confions nos âmes à DIEU comme à un CRÉATEUR fidèle, et cessons de nous inquiéter et de nous tourmenter. DIEU nous aidera à vivre au-dessus des choses de cette vie, et nous donnera une abondance de bonnes choses auxquelles penser et parler. Entrons dans la présence du CHRIST. Il NETTOIE le SANCTUAIRE CÉLESTE. Entrons-y par la foi. Des dispositions ont été prises pour notre NETTOYAGE. Une fontaine a été ouverte pour le péché et l’impureté. Demandez avec foi la GRACE DE DIEU, et vous ne demanderez pas en vain. {RH, 28 mai 1889 par. 11} chanter son amour. Confions nos âmes à DIEU comme à un CRÉATEUR fidèle, et cessons de nous inquiéter et de nous tourmenter. DIEU nous aidera à vivre au-dessus des choses de cette vie, et nous donnera une abondance de bonnes choses auxquelles penser et parler. Entrons dans la présence du CHRIST. Il NETTOIE le SANCTUAIRE CÉLESTE. Entrons-y par la foi. Des dispositions ont été prises pour notre NETTOYAGE. Une fontaine a été ouverte pour le péché et l’impureté. Demandez avec foi la GRACE DE DIEU, et vous ne demanderez pas en vain. {RH, 28 mai 1889 par. 11} chanter son amour. Confions nos âmes à DIEU comme à un CRÉATEUR fidèle, et cessons de nous inquiéter et de nous tourmenter. DIEU nous aidera à vivre au-dessus des choses de cette vie, et nous donnera une abondance de bonnes choses auxquelles penser et parler. Entrons dans la présence du CHRIST. Il NETTOIE le SANCTUAIRE CÉLESTE. Entrons-y par la foi. Des dispositions ont été prises pour notre NETTOYAGE. Une fontaine a été ouverte pour le péché et l’impureté. Demandez avec foi la GRACE DE DIEU, et vous ne demanderez pas en vain. {RH, 28 mai 1889 par. 11} Entrons-y par la foi. Des dispositions ont été prises pour notre NETTOYAGE. Une fontaine a été ouverte pour le péché et l’impureté. Demandez avec foi la GRACE DE DIEU, et vous ne demanderez pas en vain. {RH, 28 mai 1889 par. 11} Entrons-y par la foi. Des dispositions ont été prises pour notre NETTOYAGE. Une fontaine a été ouverte pour le péché et l’impureté. Demandez avec foi la GRACE DE DIEU, et vous ne demanderez pas en vain. {RH, 28 mai 1889 par. 11}
De la lumière que DIEU m’a donnée, je sais que le SEIGNEUR ferait beaucoup plus pour nous en tant que peuple si nous marchions dans l’humilité devant lui. Chacun des membres du peuple de DIEU sera testé et éprouvé, et nous voulons que vous soyez dans une position où vous supporterez la preuve de DIEU, et ne serez pas pris en défaut lorsque votre valeur morale sera pesée dans la balance du SANCTUAIRE. Nous voulons que vous soyez constamment en mouvement vers l’avant et vers le haut ; mais ce qui entrave dans une large mesure vos progrès, c’est votre amour-propre, la haute opinion que vous avez de votre propre capacité. S’il y a jamais eu un endroit où le moi avait besoin de mourir, c’est ici. Voyons la lutte à mort. Écoutons les gémissements mourants. L’auto-exaltation sépare toujours l’âme de DIEU, peu importe en qui elle se trouve, que ce soit chez ceux qui occupent des postes de responsabilité ou chez ceux qui occupent une place moins importante. Tout ce qui a été fait pour attirer l’attention sur soi a nui à la gloire qui aurait dû être rendue à DIEU, et a amaigri vos âmes. C’est par cette voie de l’estime de soi et de l’autosuffisance que Satan cherchera à piéger le peuple de DIEU. {RH, 18 juin 1889 par. 2}
La dîme devait être exclusivement consacrée à l’usage des Lévites, la tribu qui avait été mise à part pour le service du SANCTUAIRE. Mais ce n’était nullement la limite des contributions à des fins religieuses. Le TABERNACLE, comme plus tard le temple, a été érigé entièrement par des offrandes volontaires; et pour pourvoir aux réparations nécessaires et à d’autres dépenses, Moïse ordonna qu’aussi souvent que le peuple soit compté, chacun devait contribuer un demi-sicle pour “le service du TABERNACLE”. Au temps de Néhémie, une contribution était apportée chaque année à cette fin. De temps en temps, des offrandes pour le péché et des offrandes de remerciement étaient apportées à DIEU. Ceux-ci étaient présentés en grand nombre lors des fêtes annuelles. Et la disposition la plus libérale a été faite pour les pauvres. {RH, 10 septembre 1889 par. 6}
Avant même que la dîme puisse être réservée, il y avait eu une reconnaissance des revendications de DIEU. Le premier qui a mûri de chaque produit de la terre lui a été consacré. La première de la laine quand les moutons étaient tondus, du grain quand le blé était battu, la première de l’huile et du vin, a été mise à part pour DIEU. Ainsi étaient aussi les premiers-nés de tous les animaux ; et un prix de rachat a été payé pour le FILS premier-né. Les prémices devaient être présentées devant l’Éternel au SANCTUAIRE, et étaient ensuite consacrées à l’usage des prêtres. {RH, 10 septembre 1889 par. sept}
Pour favoriser le rassemblement du peuple pour le service religieux, ainsi que pour subvenir aux besoins des pauvres, une deuxième dîme de toute l’augmentation était nécessaire. Au sujet de la première dîme, l’Éternel avait déclaré : « J’ai donné aux enfants de Lévi tout le dixième en Israël. Mais en ce qui concerne le second, il ordonna : « Tu mangeras devant l’Éternel, ton Dieu, au lieu qu’il choisira pour y placer son nom, la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les premiers-nés de tes gros et de tes troupeaux; afin que tu apprennes à toujours craindre l’Éternel, ton Dieu. Cette dîme, ou son équivalent en argent, ils devaient pendant deux ans apporter à l’endroit où le SANCTUAIRE était établi. Après avoir présenté une offrande de remerciement à DIEU, et une portion déterminée au prêtre, les offrandes devaient utiliser le reste pour une fête religieuse, au cours de laquelle le Lévite, l’étranger, l’orphelin et la veuve doivent participer. Ainsi, des dispositions furent prises pour les offrandes de remerciements et les fêtes lors des fêtes annuelles, et le peuple fut attiré vers la société des prêtres et des lévites afin qu’il puisse recevoir instruction et encouragement dans le SERVICE DE DIEU. Tous les trois ans, cependant, cette deuxième dîme devait être utilisée à la maison, pour divertir le Lévite et les pauvres, comme Moïse l’a dit : “Afin qu’ils mangent dans tes portes et soient rassasiés”. Cette dîme fournirait un fonds pour les usages de la charité et de l’hospitalité. {RH, 17 septembre 1889 par. 1} Tous les trois ans, cependant, cette deuxième dîme devait être utilisée à la maison, pour divertir le Lévite et les pauvres, comme Moïse l’a dit : “Afin qu’ils mangent dans tes portes et soient rassasiés”. Cette dîme fournirait un fonds pour les usages de la charité et de l’hospitalité. {RH, 17 septembre 1889 par. 1} Tous les trois ans, cependant, cette deuxième dîme devait être utilisée à la maison, pour divertir le Lévite et les pauvres, comme Moïse l’a dit : “Afin qu’ils mangent dans tes portes et soient rassasiés”. Cette dîme fournirait un fonds pour les usages de la charité et de l’hospitalité. {RH, 17 septembre 1889 par. 1}
Les chrétiens qui ont un visage sombre dénaturent leur SEIGNEUR. Ils représentent la vie chrétienne comme une vie de labeur et de difficultés. Ils partent en deuil et en gémissant comme s’il s’agissait d’un dur labeur. La porte du Ciel est-elle fermée ? N’ont-ils pas de PERE au Ciel ? Vous pourriez penser à leur attitude que JÉSUS était dans le nouveau tombeau de Joseph, et qu’une grande pierre roula contre la porte. Mais JÉSUS est ressuscité. Il est monté en haut, a emmené la captivité en captivité et a fait des dons aux hommes. Il a rendu manifeste ce qu’il fera. Il brisera les fers du sépulcre, et fera sortir son peuple du pays de sa captivité. Nous habitons trop près des plaines de la terre. Levons les yeux vers les portes ouvertes du SANCTUAIRE CÉLESTE, où la lumière de la GLOIRE DE DIEU brille sur le visage de JÉSUS-CHRIST, qui « peut aussi sauver parfaitement ceux qui viennent à DIEU par lui ». Pourquoi ne pas parler du PLAN DE SALUT ? Pourquoi ne pas creuser dans les mines de la vérité pour les trésors de la sagesse, afin que vous puissiez apprécier les promesses de DIEU ? Pourquoi ne pas demeurer dans l’amour de CHRIST et parler du PLAN DE RÉDEMPTION ? Nous devrions étudier comment vaincre l’appétit, l’ambition et l’amour du monde. N’y a-t-il pas assez pour nous de devoir consacrer tant de temps à des choses de peu d’importance ? {ST, 15 avril 1889 par. 11} N’y a-t-il pas assez pour nous de devoir consacrer tant de temps à des choses de peu d’importance ? {ST, 15 avril 1889 par. 11} N’y a-t-il pas assez pour nous de devoir consacrer tant de temps à des choses de peu d’importance ? {ST, 15 avril 1889 par. 11}
John écrit sur des scènes qui ont à voir avec notre propre temps. Il dit: “Le TEMPLE DE DIEU a été ouvert dans le Ciel, et on a vu dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT.” Cette ARK contient les tables sur lesquelles est gravée la LOI DE DIEU. Sur l’île de Patmos, Jean vit dans une vision prophétique le peuple de DIEU, et vit qu’à ce moment l’attention des fidèles et vrais disciples de CHRIST serait attirée par la porte ouverte du LIEU TRÈS SAINT dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Il a vu que par la foi ils suivraient JÉSUS dans le VOILE où il exerce son ministère au-dessus de l’ARCHE DE DIEU contenant sa loi immuable. Le prophète a décrit les fidèles en disant: “Voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU et la FOI DE JÉSUS.” C’est la classe qui excitent la colère du dragon parce qu’ils obéissent à DIEU, et sont fidèles à SES COMMANDEMENTS. {ST, 22 avril 1889 al. 9}
Vous avez un travail à faire pour votre propre âme. Dépêchez-vous, ou il sera toujours trop tard. DIEU pardonnera maintenant le péché écarlate si vous faites ce que vous devez faire pour réparer vos torts. Je ne dis pas que votre cas est sans espoir, mais vous avez certainement failli annuler votre jour de grâce, et pourtant JÉSUS est dans le SANCTUAIRE. JÉSUS plaide en votre faveur. Vos frères et vos sœurs ont beaucoup travaillé pour vous ; ils vous ont manifesté tant d’intérêt que vous avez considéré le crime et les péchés comme une chose légère. Mais JÉSUS vous aime et je présente, ou élève, JÉSUS devant vous. {Lt1e-1890}
Pas de tort moral » – telle a été l’excuse invoquée par tous ceux qui ont été réprimandés pour une conduite similaire. Qu’est-ce qu’un mal moral ? Vos sens SPIRITUELS sont-ils devenus si aveuglés que vous ne pouvez pas discerner la vérité ? Ne savez-vous pas que les vignes ne porteront pas d’épines, ni les raisins de ronce ? Si la vérité était introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, elle créerait un pur goût moral. Alors toutes ces pratiques répréhensibles et démoralisantes seront considérées comme un reniement positif de CHRIST, un péché qui polluera l’âme. {Lt6a-1890}
O, combien de ceux qui prétendent être les enfants de DIEU font simplement une profession au lieu de faire les paroles de CHRIST. Ils ne mettent pas en pratique les principes de la vérité, mais suivent leur propre voie non sanctifiée, et non les voies de l’Éternel. Beaucoup prétendent croire, mais la vérité est gardée dans les parvis extérieurs et n’est pas amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Par conséquent, cela ne sanctifie pas les pensées, les paroles et les notions de ceux qui professent être les disciples de CHRIST. Une profession de la religion chrétienne, sans une manifestation de son fonctionnement [pratique], est une pierre d’achoppement à la fois pour les frères et pour ceux qui désirent être les disciples du CHRIST. {Lt8a-1890}
Sur la montagne, le CHRIST a clairement défini les principes des COMMANDEMENTS DE DIEU ; et celui qui connaît la vérité telle qu’elle est dans la loi, connaît la vérité telle qu’elle est en JÉSUS ; car la justice de la loi est la JUSTICE DE CHRIST. Cette justice, nous pouvons la revendiquer par la foi ; et par la foi en CHRIST, l’homme travaille à son propre salut avec crainte et tremblement. “Car c’est DIEU qui produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir.” Le pécheur “rejetera alors concernant l’ancienne conversation le vieil homme, qui est corrompu selon les convoitises trompeuses”; il sera “renouvelé dans l’esprit de sa pensée” et “revêtu de l’homme nouveau, qui, après DIEU, est créé dans la justice et la vraie sainteté”. La vérité en tant que principe permanent sera introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, et c’est la vérité telle qu’elle est en JÉSUS. Aucun homme [n’est capable] de conduire les brebis et les agneaux du troupeau de DIEU sans cette véritable expérience. {Lt8a-1890}
Il y a des esprits grossiers et même sensuels parmi les médecins. DIEU ne plaise que ce soit le caractère de celui qui prétend croire à la vérité sacrée. L’ESPRIT DE DIEU nous protégera de tout mal et nous donnera une appréciation de la réalité et de l’importance des choses SPIRITUELLES. Les vérités solennelles que nous professons sanctifieront l’âme si nous les amenons dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR du cœur. O que chaque médecin soit ce que DIEU voudrait de lui – pur, saint, sans souillure, barricadé par la grâce de CHRIST, sachant que CHRIST est son SAUVEUR personnel. {Lt13-1890} {Ms17-1890}
Quel est l’objet du ministère ? Est-ce pour mêler le comique au religieux ? Le théâtre est le lieu de telles expositions. Si le CHRIST est formé à l’intérieur, si la vérité avec sa puissance sanctifiante est amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, vous n’aurez pas d’hommes joyeux, ni d’hommes aigres, croisés et hargneux pour enseigner les précieuses leçons du CHRIST aux âmes qui périssent. . {Lt15-1890}
Le fait que l’on ne soit jamais découvert en tromperie ou fraude ne le rend pas moins coupable aux yeux de DIEU. Ce dont DIEU témoigne de nous, lorsque le caractère est pesé dans la balance dorée du SANCTUAIRE, c’est de tenir ferme pour toujours à moins que la triste décision, “vouloir” ne soit changée à cause de la repentance de l’âme et de la transformation du caractère. Alors le pardon est écrit, et la promesse est accomplie, “je te donnerai un nouveau cœur”. {Lt22-1890}
Rappelez-vous que toutes vos paroles, toutes vos voies, toutes vos actions sont ouvertes au vrai témoin. Il dit : « Je connais tes œuvres. Les actions de chaque jour sont passées les unes après les autres dans le livre des records. Qu’allez-vous y lire ? Vos paroles, vos œuvres, votre caractère sont pesés dans la balance du SANCTUAIRE. Les anges de DIEU surveillent le développement du caractère et évaluent la valeur morale. Profession et faux-semblant ne comptent pas auprès de DIEU. {Lt23-1890}
Les anges maléfiques sillonnent l’âme avec une série de tentations après l’autre, pour entourer notre ruine. Ils suggèrent de mauvaises pensées, excitent des désirs mondains [et] des convoitises charnelles, afin que le cœur s’éloigne de DIEU et ne réponde plus à l’influence du SAINT-ESPRIT, afin que la parole puisse être dite au Ciel : « Il est uni à ses idoles : laissez-le tranquille. Votre cœur devient de moins en moins sensible à l’influence de la vérité, car la vérité n’est pas introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. {Lt23-1890}
Ces serviteurs n’ont aucune excuse pour leur travail négligent. DIEU ne les excusera pas. La voie leur est clairement tracée dans les directions données à Moïse pour ceux qui étaient liés au service du SANCTUAIRE. Toute négligence de la part de ces anciens prêtres était punie de mort. N’est-ce pas une leçon pour nous ? DIEU a-t-il changé ? N’est-il pas aussi particulier aujourd’hui qu’il l’était alors ? Ces choses ont été écrites pour notre avertissement et instruction, sur qui les fins du monde sont venues, afin que nous n’offensions pas DIEU par notre désordre ou notre travail infidèle. {Lt24-1890}
Nous avons besoin d’être alarmés parce que l’égoïsme et la convoitise deviennent une puissance dominante parmi nous, et le SEIGNEUR est mécontent. La conscience de beaucoup est comme le caoutchouc de l’Inde. Les hommes peuvent être achetés et vendus par le plus offrant. Lorsque de tels hommes sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE, ils sont trouvés insuffisants, car la conscience, l’honneur, l’intégrité et la fidélité font défaut. Le péché de corruption devient si commun que le sens moral de beaucoup est perverti par cette pratique impie. Le temps de l’épreuve est sur nous, et beaucoup détiennent la vérité dans l’injustice. Ils ne se placent pas là où ils peuvent le mieux glorifier DIEU, mais le mieux se plaire et se glorifier eux-mêmes. Quand cela sert leur but, ils sont les AVOCATS les plus zélés de la vérité ; mais quand le test de l’épreuve vient sur eux, ils reculent sous la ligne de mesure de DIEU. {Lt41-1890}
Beaucoup ont trompé le monde, trahi la cause de CHRIST et couvert de honte le SEIGNEUR de gloire en déformant son caractère. Ceux-ci mentent contre la vérité. Ils acceptent et pratiquent des principes qui ne correspondent en aucune façon à la vérité de DIEU. Beaucoup sont disposés à s’avantager au détriment d’autrui, et cela prouve que la vérité n’a pas été introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, et que la LOI DE DIEU est pour eux lettre morte. Le commandement est : « Tu aimeras le SEIGNEUR ton DIEU de tout ton cœur… et ton prochain comme toi-même. Ils ont échoué à apprendre la leçon du pur FILS DE DIEU. Le VÉRITABLE TÉMOIN dit : « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et fais tes premières œuvres ; sinon je viendrai bientôt à toi, et ôtera ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {Lt41-1890}
Ceux qui travaillent avec DIEU doivent travailler avec la plume et la voix pour rencontrer les mauvaises tendances, pour corriger les erreurs qui se sont introduites parmi nous. La vérité ne doit plus être gardée dans la cour extérieure, mais être amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. La religion du CHRIST exige non seulement de mettre de côté l’orgueil, la méchanceté, la convoitise, l’injustice, [mais de revêtir] la bonté, l’amour, la générosité. Elle aspirera constamment, allant de grâce en grâce, de foi en plus grande foi, de gloire en plus grande gloire. {Ms16-1890}
Mais la norme du ministère a été considérablement abaissée, et le ministre du vrai SANCTUAIRE est déformé devant le monde. DIEU est prêt à accepter les hommes comme ses collaborateurs et à en faire la lumière du monde, des agents par lesquels il peut gracieusement infuser la lumière dans l’entendement. Si les hommes qui portent le message n’ont pas CHRIST demeurant en eux; s’ils ne sont pas vrais – et certains ne le sont pas – que l’Éternel les réveille de leur tromperie avant qu’il ne soit trop tard. DIEU veut que les hommes soient tendres, compatissants et aiment comme des frères. JÉSUS attend qu’ils leur ouvrent la porte, qu’il entre et infuse dans leurs cœurs la chaleur de son amour, sa bonté, sa tendre compassion, afin que l’ouvrier puisse, dans toute sa relation avec l’humanité, révéler le SAUVEUR au monde. {Ms19-1890}
Ceux qui détiennent théoriquement la vérité, du bout des doigts pour ainsi dire, qui n’ont pas introduit ses principes dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, mais ont gardé la vérité vitale dans la cour extérieure, ne verront rien de sacré dans l’histoire passée. de ce peuple qui a fait d’eux ce qu’ils sont et les a établis comme missionnaires sérieux et déterminés dans le monde. La vérité pour ce temps est précieuse, mais ceux dont les cœurs n’ont pas été brisés en tombant sur le ROCHER, LE CHRIST JÉSUS, ne verront pas et ne comprendront pas ce qu’est la vérité. Ils accepteront ce qui plaît à leurs idées et commenceront à fabriquer une autre fondation que celle qui est posée. Ils flatteront leur propre vanité et estime, pensant qu’ils sont capables d’enlever les piliers de notre foi et de les remplacer par des piliers qu’ils ont imaginés. {Ms28-1890}
La religion de JÉSUS est en danger. Il est mêlé à la mondanité. La politique mondaine prend la place de la vraie piété et de la sagesse qui vient d’en haut, et DIEU retirera Sa main prospère de la conférence. L’ARCHE DE L’ALLIANCE sera-t-elle retirée de ce peuple ? Les idoles seront-elles introduites en contrebande ? Faut-il introduire de faux principes et de faux préceptes dans le SANCTUAIRE ? L’Antéchrist sera-t-il respecté ? Les véritables doctrines et principes qui nous ont été donnés par DIEU, qui ont fait de nous ce que nous sommes, seront-ils ignorés ? L’instrumentalité de DIEU, la maison d’édition, deviendra-t-elle une simple institution politique et mondaine ? C’est directement là où l’ennemi, à travers des hommes aveugles et non consacrés, nous conduit. {Ms29-1890}
Quiconque la conférence peut mettre en relation avec les bureaux de publication, à moins qu’ils ne se tournent quotidiennement vers DIEU et ne soient fermement décidés que la vigilance ÉTERNELLE est le seul prix de la sécurité, à moins qu’ils ne demandent conseil à DIEU dans les petites ou grandes questions liées à Son œuvre sacrée, ils s’éloignera des chemins sûrs. À moins qu’ils ne soient des hommes convertis, qui réalisent le caractère sacré de l’œuvre pour ces derniers jours, ils mettront la cause en péril. Il ne leur suffit pas d’accepter la vérité. La question est : Sont-ils sanctifiés par la vérité ? La vérité est-elle introduite dans le SANCTUAIRE le plus intime de l’âme ? {Ms29-1890}
Car l’Éternel me parla ainsi d’une main forte, et m’ordonna de ne pas marcher dans la voie de ce peuple, en disant : Ne dites pas : Une confédération, à tous ceux à qui ce peuple dira : Une confédération ; ne craignez pas leur peur, et n’ayez pas peur. Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et il sera pour un SANCTUAIRE; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup parmi eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. Reliez le témoignage, scellez la loi parmi mes disciples. Et je m’attendrai à l’Éternel, qui cache sa face de la maison de Jacob, et je le chercherai. Voir, Moi et les enfants que l’Éternel m’a donnés, nous sommes pour des signes et des prodiges en Israël de la part de l’Éternel des armées, qui habite sur la montagne de Sion. Esaïe 8:11-18. {Ms40-1890}
Nous ne sommes pas soumis à l’homme, mais à DIEU. Les miséricordes de l’Éternel, si elles ne sont pas appropriées pour être une bénédiction pour les autres, sont retirées à celui à qui il a donné une grande lumière, car sa bonté n’est pas appréciée, son nom n’est pas magnifié à moins que la lumière et la connaissance de la vérité qui a brillé sur nous est transmise à tout ce que nous pouvons atteindre, éclairant d’autres esprits qui n’ont pas la connaissance de la vérité. Et quand le jugement siégera et que les livres seront ouverts, beaucoup, beaucoup, pesés dans les balances d’or du SANCTUAIRE, seront déclarés manquants. Ils étaient les dépositaires des dons sacrés et responsables de cacher la lumière et la connaissance données, afin qu’elles n’atteignent jamais ceux que DIEU avait désignés pour les recevoir par l’intermédiaire de ces agents. {Ms41-1890}
Lorsque vous apportez la vérité telle qu’elle est en JÉSUS dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, alors CHRIST demeure en vous. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire », dit-il. Abandonnez-vous entièrement à DIEU. Votre volonté, votre préférence, doit être immergée dans la VOLONTÉ DE DIEU et y être maintenue fermement jour après jour, heure après heure. Alors vous triompherez dans le DIEU de votre salut. {Ms42-1890}
Satan s’éloigne constamment de la fidélité et de la minutie dans les travaux essentiels de préparation au grand événement qui mettra à l’épreuve l’âme de chaque homme. Le travail dans le SANCTUAIRE CÉLESTE avance. JÉSUS NETTOIE LE SANCTUAIRE. Le travail sur terre correspond au travail dans le ciel. Les anges célestes sont constamment à l’œuvre pour attirer l’homme, l’agent vivant, à se tourner vers JÉSUS pour contempler et méditer sur JÉSUS afin qu’il puisse, en voyant la perfection de CHRIST, être impressionné par les imperfections de son propre caractère. Le CONSOLATEUR CHRIST a promis d’envoyer, a-t-il déclaré, “témoignera de moi”. C’est le fardeau du message pour cette époque. Allez élever JÉSUS comme le seul espoir du monde. Arrêtez vos polémiques, arrêtez vos débats, qui tendent à créer des préjugés et des oppositions et conduisent à des décisions immatures, qui attachent les âmes contre CHRIST alors qu’elles auraient pu être rassemblées avec CHRIST. {Ms48-1890}
Le PERE a opéré par Son FILS dans la création de tous les êtres célestes. « Par lui ont été créées toutes choses, . . . que ce soient des trônes, ou des dominions, ou des principautés, ou des puissances : toutes choses ont été créées par lui et pour lui. Colossiens 1:16. Les anges sont les ministres de DIEU, rayonnants de la lumière qui coule toujours de sa présence et qui foncent sur une aile rapide pour exécuter sa volonté. Mais le FILS, l’oint de DIEU, «l’image expresse de sa personne», «l’éclat de sa gloire», «soutenant toutes choses par la parole de sa puissance», détient la suprématie sur eux tous. Hébreux 1:3. « Un haut TRÔNE glorieux dès le commencement », était le lieu de Son SANCTUAIRE (Jérémie 17 : 12) ; « un sceptre de justice », le sceptre de son royaume. Hébreux 1:8. “L’honneur et la majesté sont devant Lui : la force et la beauté sont dans Son SANCTUAIRE.” Psaume 96:6. La miséricorde et la vérité vont devant sa face. Psaume 89:14. {PP 34.2 1890} {Lt256-1906}
Lors du dénombrement d’Israël, juste avant leur entrée en Canaan, Siméon était la plus petite tribu. Moïse, dans sa dernière bénédiction, n’a fait aucune référence à Siméon. Dans la colonie de Canaan, cette tribu n’avait qu’une petite partie du lot de Juda, et les familles qui devinrent ensuite puissantes formèrent différentes colonies et s’établirent en territoire hors des frontières de la Terre Sainte. Lévi ne reçut pas non plus d’héritage à l’exception de quarante-huit villes dispersées dans différentes parties du pays. Dans le cas de cette tribu, cependant, leur fidélité à JÉHOVAH lorsque les autres tribus ont apostasié, a assuré leur nomination au service sacré du SANCTUAIRE, et ainsi la malédiction a été changée en bénédiction. {PP 235.6 1890}
De plus, le premier-né de l’homme et de la bête devait appartenir à l’Éternel, pour être racheté uniquement par une rançon, en reconnaissance que lorsque le premier-né en Égypte périt, celui d’Israël, bien que gracieusement préservé, avait été justement exposé. au même destin mais pour le sacrifice expiatoire. “Tous les premiers-nés sont à moi”, a déclaré l’Éternel; « Car le jour où j’ai frappé tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, je me suis sanctifié tous les premiers-nés en Israël, hommes et bêtes : ils seront à moi », Nombres 3:13. Après l’institution du service du TABERNACLE, l’Éternel s’est choisi la tribu de Lévi pour l’œuvre du SANCTUAIRE, au lieu des premiers-nés du peuple. “Ils m’ont été entièrement donnés d’entre les enfants d’Israël”, a-t-il dit. “Au lieu des premiers-nés de tous les enfants d’Israël, je les ai pris à moi.” Nombres 8:16. Cependant, tout le peuple devait encore, en reconnaissance de la miséricorde de DIEU, payer un prix de rachat pour le FILS premier-né. Nombres 18:15, 16. {PP 274.4 1890}
Pendant son séjour sur la montagne, Moïse reçut des instructions pour la construction d’un SANCTUAIRE dans lequel la présence divine se manifesterait spécialement. « Qu’ils fassent de Moi un SANCTUAIRE ; afin que j’habite au milieu d’eux » (Exode 25:8), était le commandement de DIEU. Pour la troisième fois, l’observance du SABBAT fut enjointe. « C’est un signe entre moi et les enfants d’Israël pour toujours, a déclaré l’Éternel, afin que vous sachiez que je suis l’Éternel qui vous sanctifie. Vous observerez donc le SABBAT; car c’est saint pour vous. . . . Quiconque y fera quelque ouvrage, cette âme sera retranchée du milieu de son peuple. Exode 31:17, 13, 14. Des directives venaient d’être données pour l’érection immédiate du TABERNACLE pour le SERVICE DE DIEU; et maintenant le peuple pouvait conclure, parce que l’objet en vue était la GLOIRE DE DIEU, et aussi à cause de leur grand besoin d’un lieu de culte, qu’ils seraient justifiés de travailler à la construction le jour du SABBAT. Pour les protéger de cette erreur, l’avertissement a été donné. Même le caractère sacré et l’urgence de ce travail spécial pour DIEU ne doivent pas les amener à enfreindre Son saint jour de repos. {PP 313.3 1890}
Désormais, le peuple devait être honoré de la présence constante de son roi. “J’habiterai parmi les enfants d’Israël, et je serai leur Dieu”, “et le TABERNACLE sera sanctifié par ma gloire” (Exode 29:45, 43), était l’assurance donnée à Moïse. En tant que symbole de l’autorité de DIEU et l’incarnation de Sa volonté, il fut remis à Moïse une copie du DÉCALOGUE gravé par le DOIGT DE DIEU Lui-même sur deux TABLES DE PIERRE (Deutéronome 9 :10 ; Exode 32 :15, 16), pour être consacrée sacrément dans le SANCTUAIRE qui, une fois construit, devait être le centre visible du culte de la nation. {PP 314.1 1890}
Type. 30 – Le TABERNACLE et ses offices
L’ordre fut communiqué à Moïse alors qu’il était sur la montagne avec DIEU : « Qu’ils fassent de Moi un SANCTUAIRE ; afin que je puisse habiter parmi eux; et des instructions complètes ont été données pour la construction du TABERNACLE. Par leur apostasie, les Israélites perdirent la bénédiction de la Présence divine, et pour le moment rendirent impossible l’érection d’un SANCTUAIRE pour DIEU parmi eux. Mais après avoir été de nouveau pris en faveur du ciel, le grand chef a procédé à l’exécution de l’ordre divin. {PP 343.1 1890}
Des hommes choisis furent spécialement dotés par DIEU d’habileté et de sagesse pour la construction de l’édifice sacré. DIEU Lui-même a donné à Moïse le plan de cette structure, avec des instructions particulières quant à sa taille et sa forme, les matériaux à employer, et chaque article de MEUBLES qu’elle devait contenir. Les LIEUX SAINTS faits à la main devaient être des « figures du vrai », des « modèles des choses dans les cieux » (Hébreux 9 : 24, 23) – une représentation miniature du TEMPLE CÉLESTE où le CHRIST, notre grand SACRE, après avoir offert Sa vie en tant que sacrifice, était de servir au nom du pécheur. DIEU présenta devant Moïse sur la montagne une vue du SANCTUAIRE CÉLESTE, et lui ordonna de faire toutes choses selon le modèle qui lui était montré. Toutes ces instructions ont été soigneusement enregistrées par Moïse, qui les a communiquées aux chefs du peuple. {PP 343.2 1890}
Pour la construction du SANCTUAIRE, de grands et coûteux préparatifs furent nécessaires ; une grande quantité des matériaux les plus précieux et les plus coûteux était nécessaire; pourtant l’Éternel n’a accepté que des offrandes volontaires. « De tout homme qui le donne volontairement avec son cœur, vous prendrez mon offrande » était le commandement divin répété par Moïse à la congrégation. La dévotion à DIEU et un esprit de sacrifice étaient les premières conditions requises pour préparer une demeure pour le TRÈS HAUT. {PP 343.3 1890}
Tous les gens ont répondu d’un commun accord. «Ils vinrent, tous ceux dont le cœur l’excitait, et tous ceux que son esprit rendait disposés, et ils apportèrent l’offrande de l’Éternel pour l’œuvre du TABERNACLE d’assignation, et pour tout son service, et pour les SAINTS VÊTEMENTS. Et ils vinrent, hommes et femmes, tous ceux qui étaient de bon cœur, et apportèrent des bracelets, des boucles d’oreille, des bagues et des tablettes, tous des bijoux d’or ; et chaque homme qui offrait, offrait une offrande d’or à l’Éternel. {PP 344.1 1890}
Pendant que la construction du SANCTUAIRE était en cours, les gens, vieux et jeunes – hommes, femmes et enfants – continuaient à apporter leurs offrandes, jusqu’à ce que les responsables des travaux s’aperçoivent qu’ils en avaient assez, et même plus qu’ils ne pouvaient en utiliser. Et Moïse fit proclamer dans tout le camp : « Que ni homme ni femme ne fassent plus de travail pour l’offrande du SANCTUAIRE. Ainsi, les gens ont été empêchés d’apporter. Les murmures des Israélites et les visites des jugements de DIEU à cause de leurs péchés sont enregistrés comme un avertissement aux générations futures. Et leur dévouement, leur zèle et leur libéralité sont un exemple digne d’imitation. Tous ceux qui aiment le CULTE DE DIEU et apprécient la bénédiction de Sa présence sacrée manifesteront le même esprit de sacrifice en préparant une maison où Il pourra les rencontrer. Ils voudront apporter à l’Éternel une offrande du meilleur qu’ils possèdent. Une maison construite pour DIEU ne devrait pas être endettée, car Il est ainsi déshonoré. Une somme suffisante pour accomplir le travail devrait être donnée librement, afin que les ouvriers puissent dire, comme l’ont fait les constructeurs du TABERNACLE, “N’apportez plus d’offrandes.” {PP 344.5 1890}
Le bâtiment a été divisé en DEUX APPARTEMENTS par un riche et beau RIDEAU, ou VOILE, suspendu à des piliers plaqués or; et un VOILE similaire fermait l’entrée du PREMIER APPARTEMENT. Ceux-ci, comme le revêtement intérieur, qui formait le plafond, étaient des couleurs les plus magnifiques, bleu, violet et écarlate, magnifiquement disposés, tandis que des CHERUBIM incrustés de fils d’or et d’argent étaient pour représenter l’armée angélique qui est liée à l’œuvre. du SANCTUAIRE CÉLESTE et qui dispensent des esprits au peuple de DIEU sur terre. {PP 347.2 1890}
La tente sacrée était enfermée dans un espace ouvert appelé la cour, qui était entourée de tentures, ou écrans, de toile fine, suspendues à des piliers d’airain. L’entrée de cette enceinte se trouvait à l’extrémité orientale. Elle était fermée par des RIDEAUX d’étoffe coûteuse et de belle facture, bien qu’inférieurs à ceux du SANCTUAIRE. Les tentures de la cour n’étant qu’environ la moitié de la hauteur des murs du TABERNACLE, le bâtiment pouvait être clairement vu par les gens de l’extérieur. Dans la cour, et le plus près de l’entrée, se tenait l’AUTEL D’AIRAIN DES OFFRANDES holocaustes. Sur cet AUTEL étaient consumés tous les sacrifices faits par le feu à l’Éternel, et ses cornes étaient aspergées du sang expiatoire. Entre l’AUTEL et la porte du TABERNACLE se trouvait la CAVE, elle aussi d’airain, faite des miroirs qui avaient été l’offrande volontaire des femmes d’Israël. A la CAVE, les sacrificateurs devaient se laver les mains et les pieds chaque fois qu’ils pénétraient dans les APPARTEMENTS SACRÉS, ou s’approchaient de l’AUTEL pour offrir un holocauste à l’Éternel. {PP 347.3 1890}
Dans le PREMIER APPARTEMENT, ou LIEU SAINT, se trouvaient la TABLE DES PAIN DE PROPOSITION, le CHANDELIER ou PENDENTIF, et l’AUTEL D’ENCENS. La TABLE DES PAIN DE PROPOSITION se tenait au nord. Avec sa couronne ornementale, il était recouvert d’or pur. Sur cette table les prêtres devaient chaque sabbat déposer douze gâteaux, disposés en deux tas, et saupoudrés d’encens. Les pains qui ont été enlevés, étant considérés comme saints, devaient être mangés par les prêtres. Au sud se trouvait le CHANDELIER À SEPT BRANCHES, avec ses SEPT LAMPES. Ses branches étaient ornées de fleurs finement travaillées, ressemblant à des lys, et le tout était fait d’une seule pièce d’or massif. Comme il n’y avait pas de fenêtres dans le TABERNACLE, les lampes n’étaient jamais toutes éteintes en même temps, mais éclairaient de jour comme de nuit. Juste avant le VOILE séparant le LIEU SAINT du TRÈS SAINT et la présence immédiate de DIEU, se dressait l’AUTEL D’OR DES ENCENS. Sur cet AUTEL, le prêtre devait brûler de l’ENCENS matin et soir ; ses cornes ont été touchées par le sang de l’offrande pour le péché, et il a été aspergé de sang le GRAND JOUR DES EXPIATIONS. Le feu sur cet AUTEL a été allumé par DIEU Lui-même et a été sacrément chéri. Jour et nuit le SAINT ENCENS diffusait son parfum dans les APPARTEMENTS SACRES, et au dehors, loin autour du TABERNACLE. {PP 348.1 1890} Le feu sur cet AUTEL a été allumé par DIEU Lui-même et a été sacrément chéri. Jour et nuit le SAINT ENCENS diffusait son parfum dans les APPARTEMENTS SACRES, et au dehors, loin autour du TABERNACLE. {PP 348.1 1890} Le feu sur cet AUTEL a été allumé par DIEU Lui-même et a été sacrément chéri. Jour et nuit le SAINT ENCENS diffusait son parfum dans les APPARTEMENTS SACRES, et au dehors, loin autour du TABERNACLE. {PP 348.1 1890}
Au-delà du VOILE INTÉRIEUR se trouvait le SAINT DES SAINTS, où était centré le service symbolique de l’EXPIATION et de l’intercession, et qui formait le lien entre le ciel et la terre. Dans cet APPARTEMENT se trouvait l’Arche, un coffre en bois d’acacia, recouvert d’or à l’intérieur et à l’extérieur, et ayant une couronne d’or sur le dessus. Il a été fait comme dépositaire des TABLES DE PIERRE, sur lesquelles DIEU lui-même avait inscrit les DIX COMMANDEMENTS. C’est pourquoi on l’appelait l’ARCHE DU testament de DIEU, ou l’ARCHE DE L’ALLIANCE, puisque les DIX COMMANDEMENTS étaient la base de l’alliance conclue entre DIEU et Israël. {PP 348.2 1890}
Au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE se trouvait la SHEKINAH, la manifestation de la Présence divine ; et d’entre les CHERUBIM, DIEU fit connaître Sa volonté. Des messages divins étaient parfois communiqués au grand prêtre par une voix venant de la nuée. Parfois, une lumière tombait sur l’ange de droite, pour signifier l’approbation ou l’acceptation, ou une ombre ou un nuage reposait sur celui de gauche pour révéler la désapprobation ou le rejet. {PP 349.1 1890}
La LOI DE DIEU, enchâssée dans l’ARK, était la grande règle de justice et de jugement. Cette loi prononçait la mort sur le transgresseur ; mais au-dessus de la loi se trouvait le SIÈGE DE MISÉRICORDE, sur lequel la présence de DIEU était révélée, et à partir duquel, en vertu de l’EXPIATION, le pardon était accordé au pécheur repentant. Ainsi dans l’œuvre du CHRIST pour notre rédemption, symbolisée par le service du SANCTUAIRE, « la miséricorde et la vérité se rencontrent ; la justice et la paix se sont embrassées. Psaume 85:10. {PP 349.2 1890}
Aucune langue ne peut décrire la gloire de la scène présentée dans le SANCTUAIRE – les murs plaqués or reflétant la lumière du CHANDELIER D’OR, les teintes brillantes des RIDEAUX richement brodés avec leurs anges brillants, la table et l’AUTEL D’ENCENS, scintillants avec de l’or; au-delà du SECOND VOILE, l’ARCHE SACREE, avec ses CHÉRUBINS mystiques, et au-dessus, la SAINTE SHEKINAH, la manifestation visible de la présence de JÉHOVAH ; tout sauf un faible reflet des gloires du TEMPLE DE DIEU dans les cieux, le grand centre de l’œuvre pour la rédemption de l’homme. {PP 349.3 1890}
Une période d’environ six mois a été occupée dans la construction du TABERNACLE. Lorsqu’elle fut achevée, Moïse examina tout le travail des bâtisseurs, le comparant avec le modèle qui lui était montré sur la montagne et les instructions qu’il avait reçues de DIEU. « Ils firent ainsi comme l’Éternel l’avait commandé, et Moïse les bénit. Avec un vif intérêt, les multitudes d’Israël se pressaient autour pour contempler la structure sacrée. Tandis qu’ils contemplaient la scène avec une satisfaction respectueuse, la colonne de nuée flottait au-dessus du SANCTUAIRE et, descendant, l’enveloppait. “Et la gloire de l’Éternel remplit le TABERNACLE.” Il y eut une révélation de la majesté divine, et pendant un certain temps, même Moïse ne put entrer. Avec une profonde émotion, le peuple vit le gage que le travail de ses mains était accepté. Il n’y a pas eu de bruyantes manifestations de réjouissance. Une crainte solennelle reposait sur tous. Mais la joie de leurs cœurs s’est remplie de larmes de joie, et ils ont murmuré des mots bas et sincères de gratitude que DIEU avait daigné demeurer avec eux. {PP 349.4 1890}
Par ordre divin, la tribu de Lévi fut mise à part pour le service du SANCTUAIRE. Dans les premiers temps, chaque homme était le prêtre de sa propre maison. Au temps d’Abraham, le sacerdoce était considéré comme le droit d’aînesse du FILS aîné. Maintenant, au lieu du premier-né de tout Israël, l’Éternel accepta la tribu de Lévi pour l’œuvre du SANCTUAIRE. Par cet honneur insigne, il a manifesté son approbation de leur fidélité, à la fois en adhérant à son service et en exécutant ses jugements quand Israël a apostasié dans le culte du veau d’or. Le sacerdoce, cependant, était limité à la famille d’Aaron. Aaron et ses fils seuls furent autorisés à servir devant l’Éternel; le reste de la tribu était chargé de la charge du TABERNACLE et de son MOBILIER, et ils devaient assister les prêtres dans leur ministère, mais ils ne devaient pas sacrifier, brûler de l’ENCENS, ou voir les choses SAINTES jusqu’à ce qu’ils soient couverts. {PP 350.1 1890}
Conformément à leur fonction, une robe spéciale a été désignée pour les prêtres. « Tu feras des vêtements sacrés pour Aaron, ton frère, pour la gloire et pour la beauté », était la directive divine à Moïse. La robe du vulgaire prêtre était de lin blanc et tissée d’une seule pièce. Elle s’étendait presque jusqu’aux pieds et était confinée autour de la taille par une ceinture de lin blanc brodée de bleu, de violet et de rouge. Un turban en lin, ou mitre, complétait son costume extérieur. Moïse devant le buisson ardent reçut l’ordre d’ôter ses sandales, car le sol sur lequel il se tenait était saint. Les prêtres ne devaient donc pas entrer dans le SANCTUAIRE avec des souliers aux pieds. Des particules de poussière qui s’y accrocheraient profaneraient le LIEU SAINT. Ils devaient laisser leurs chaussures dans la cour avant d’entrer dans le SANCTUAIRE, et aussi de se laver les mains et les pieds avant de servir dans le TABERNACLE ou à l’AUTEL DES OFFRANDES BRULÉES. Ainsi fut constamment enseignée la leçon que toute souillure doit être éloignée de ceux qui s’approchent en la présence de DIEU. {PP 350.2 1890}
Les vêtements du souverain sacrificateur étaient faits d’étoffes coûteuses et d’un beau travail, dignes de sa position élevée. En plus de la robe de lin du vulgaire prêtre, il portait une robe de couleur bleue, également tissée d’une seule pièce. Autour de la jupe, il était orné de cloches d’or et de grenades bleues, violettes et écarlates. En dehors de cela se trouvait l’éphod, un vêtement plus court d’or, de bleu, de pourpre, d’écarlate et de blanc. Elle était confinée par une ceinture des mêmes couleurs, magnifiquement travaillée. L’éphod était sans manches, et sur ses épaulettes brodées d’or étaient fixées deux pierres d’onyx, portant les noms des douze tribus d’Israël. {PP 350.3 1890}
Au-dessus de l’éphod était le BRESTPLATE, le plus sacré des vêtements sacerdotaux. C’était du même matériau que l’éphod. Il avait la forme d’un carré, mesurant une envergure, et était suspendu aux épaules par un cordon bleu à anneaux d’or. La frontière était formée d’une variété de pierres précieuses, les mêmes qui forment les douze fondements de la Cité de DIEU. À l’intérieur de la bordure se trouvaient douze pierres serties d’or, disposées en rangées de quatre et, comme celles des épaulières, gravées des noms des tribus. La directive du SEIGNEUR était : « Aaron portera sur son cœur les noms des enfants d’Israël dans la PLAQUE DE BREST du jugement, lorsqu’il entrera dans le LIEU SAINT, comme mémorial devant le SEIGNEUR continuellement. Exode 28:29. Ainsi le CHRIST, le grand GRAND PRÊTRE, plaidant son sang devant le PÈRE en faveur du pécheur, porte sur son cœur le nom de toute âme repentante et croyante. Le psalmiste dit : « Je suis pauvre et nécessiteux ; pourtant l’Éternel pense à moi. Psaume 40:17. {PP 351.1 1890}
A droite et à gauche du BRESTPLATE se trouvaient deux grosses pierres d’un grand éclat. Ceux-ci étaient connus sous le nom d’Urim et de Thummim. Par eux, la volonté de DIEU a été révélée par le souverain sacrificateur. Lorsque des questions étaient portées devant l’Éternel pour décision, un halo de lumière entourant la pierre précieuse à droite était un signe du consentement ou de l’approbation divine, tandis qu’un nuage ombrageant la pierre à gauche était une preuve de refus ou de désapprobation. {PP 351.2 1890}
La mitre du souverain sacrificateur consistait en un turban de lin blanc, auquel était attachée par un lacet bleu une plaque d’or portant l’inscription : ” SAINTETÉ À JÉHOVAH “. Tout ce qui concernait l’habillement et la conduite des prêtres devait être tel qu’il impressionnait le spectateur avec un sens de la SAINTETE DE DIEU, du caractère sacré de Son adoration et de la pureté requise de ceux qui venaient en Sa présence. {PP 351.3 1890}
Non seulement le SANCTUAIRE lui-même, mais le ministère des prêtres devait “servir à l’exemple et à l’ombre des choses célestes”. Hébreux 8:5. Ainsi, il était d’une grande importance; et l’Éternel, par l’intermédiaire de Moïse, donna l’instruction la plus précise et la plus explicite concernant chaque point de ce service typique. Le ministère du SANCTUAIRE consistait en deux divisions, un service quotidien et un service annuel. Le service quotidien était accompli à l’AUTEL DES OFFRANDES BRUCEUSES dans la cour du TABERNACLE et dans le LIEU SAINT ; tandis que le service annuel était dans le TRES SAINT. {PP 351.4 1890}
Le service quotidien consistait en l’holocauste du matin et du soir, l’offrande d’ENCENS doux sur l’AUTEL D’OR et les offrandes spéciales pour les péchés individuels. Et il y avait aussi des offrandes pour les SABBATS, les nouvelles lunes et les fêtes spéciales. {PP 352.2 1890}
Chaque matin et chaque soir, un agneau d’un an était brûlé sur l’AUTEL, avec son offrande de viande appropriée, symbolisant ainsi la consécration quotidienne de la nation à JÉHOVAH, et sa dépendance constante au SANG EXPIANT DU CHRIST. DIEU a expressément ordonné que chaque offrande présentée pour le service du SANCTUAIRE soit « sans défaut ». Exode 12:5. Les prêtres devaient examiner tous les animaux apportés en sacrifice et rejeter tous ceux chez qui un défaut était découvert. Seule une offrande « sans défaut » pouvait être un symbole de sa parfaite pureté qui devait s’offrir comme « un agneau sans défaut et sans tache ». 1 Pierre 1:19. L’apôtre Paul désigne ces sacrifices comme une illustration de ce que les disciples de CHRIST doivent devenir. Il dit : « Je vous en supplie donc, frères, par les miséricordes de DIEU, que vous présentiez vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à DIEU, ce qui est votre service raisonnable. Romains 12:1. Nous devons nous donner au SERVICE DE DIEU, et nous devrions chercher à rendre l’offrande aussi parfaite que possible. DIEU ne sera satisfait de rien de moins que ce que nous pouvons offrir de mieux. Ceux qui l’aiment de tout leur cœur désireront lui rendre le meilleur service de la vie et chercheront constamment à mettre toutes les forces de leur être en harmonie avec les lois qui favoriseront leur capacité à faire sa volonté. {PP 352.3 1890} Ceux qui l’aiment de tout leur cœur désireront lui rendre le meilleur service de la vie et chercheront constamment à mettre toutes les forces de leur être en harmonie avec les lois qui favoriseront leur capacité à faire sa volonté. {PP 352.3 1890} Ceux qui l’aiment de tout leur cœur désireront lui rendre le meilleur service de la vie et chercheront constamment à mettre toutes les forces de leur être en harmonie avec les lois qui favoriseront leur capacité à faire sa volonté. {PP 352.3 1890}
Dans l’offrande de l’ENCENS, le prêtre était amené plus directement en présence de DIEU que dans tout autre acte du ministère quotidien. Comme le VOILE INTÉRIEUR du SANCTUAIRE ne s’étendait pas jusqu’au sommet de l’édifice, la GLOIRE DE DIEU, qui se manifestait au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE, était partiellement visible depuis le PREMIER APPARTEMENT. Lorsque le sacrificateur offrit de l’ENCENS devant l’Éternel, il regarda vers l’arche ; et tandis que le nuage d’ENCENS s’élevait, la gloire divine descendit sur le SIÈGE DE MISÉRICORDE et remplit le LIEU TRÈS SAINT, et remplissait souvent tellement les DEUX APPARTEMENTS que le prêtre était obligé de se retirer à la porte du TABERNACLE. Comme dans ce service typique, le prêtre regardait par la foi vers le SIÈGE DE MISÉRICORDE qu’il ne pouvait pas voir, ainsi le peuple de DIEU doit maintenant adresser ses prières au CHRIST, son grand GRAND PRÊTRE, qui, invisible à la vision humaine, plaide en leur faveur dans le SANCTUAIRE ci-dessus. {PP 353.1 1890}
L’ENCENS, montant avec les prières d’Israël, représente les mérites et l’intercession du CHRIST, sa justice parfaite, qui par la foi est imputée à son peuple, et qui seule peut rendre acceptable à DIEU le culte des êtres pécheurs. Devant le VOILE du LIEU TRÈS SAINT était un AUTEL d’intercession perpétuelle, devant le SAINT, un AUTEL d’EXPIATION continuelle. Par le sang et par l’ENCENS, DIEU devait être approché – symboles pointant vers le grand MÉDIATEUR, par lequel les pécheurs peuvent approcher JÉHOVAH, et par qui seul la miséricorde et le salut peuvent être accordés à l’âme repentante et croyante. {PP 353.2 1890}
Comme les prêtres matin et soir entraient dans le LIEU SAINT au moment de l’ENCENS, le sacrifice quotidien était prêt à être offert sur l’AUTEL dans la cour extérieure. Ce fut une période d’intense intérêt pour les fidèles qui se rassemblaient au TABERNACLE. Avant d’entrer dans la présence de DIEU par le ministère du prêtre, ils devaient s’engager dans une sérieuse recherche du cœur et dans la confession du péché. Ils se sont unis dans une prière silencieuse, le visage tourné vers le LIEU SAINT. Ainsi leurs requêtes montaient avec le nuage d’ENCENS, tandis que la foi s’emparait des mérites du SAUVEUR promis préfiguré par le sacrifice expiatoire. Les heures désignées pour le sacrifice du matin et du soir étaient considérées comme sacrées, et elles en vinrent à être observées comme l’heure fixée pour le culte dans toute la nation juive. Et quand plus tard les Juifs furent dispersés comme captifs dans des pays lointains, ils tournèrent encore à l’heure dite leurs visages vers Jérusalem et présentèrent leurs requêtes au DIEU d’Israël. Dans cette coutume, les chrétiens ont un exemple pour la prière du matin et du soir. Alors que DIEU condamne une simple série de cérémonies, sans esprit d’adoration, Il regarde avec grand plaisir ceux qui L’aiment, s’inclinant matin et soir pour demander le pardon des péchés commis et présenter leurs demandes de bénédictions nécessaires. {PP 353.3 1890} Il regarde avec grand plaisir ceux qui l’aiment, s’inclinant matin et soir pour demander le pardon des péchés commis et présenter leurs demandes de bénédictions nécessaires. {PP 353.3 1890} Il regarde avec grand plaisir ceux qui l’aiment, s’inclinant matin et soir pour demander le pardon des péchés commis et présenter leurs demandes de bénédictions nécessaires. {PP 353.3 1890}
Les pains de proposition étaient toujours gardés devant l’Éternel comme une offrande perpétuelle. Cela faisait donc partie du sacrifice quotidien. On l’appelait pains de proposition, ou « pains de la présence », parce qu’ils étaient toujours devant la face de l’Éternel. C’était une reconnaissance de la dépendance de l’homme envers DIEU pour la nourriture temporelle et SPIRITUELLE, et qu’elle n’est reçue que par la MÉDIATION de CHRIST. DIEU avait nourri Israël dans le désert avec du pain du ciel, et ils étaient toujours dépendants de Sa bonté, à la fois pour la nourriture temporelle et les bénédictions SPIRITUELLES. La MANNE et les PROPOSITIONS pointaient vers CHRIST, le Pain vivant, qui est toujours en présence de DIEU pour nous. Lui-même a dit : « Je suis le Pain vivant qui est descendu du ciel. Jean 6:48-51. L’encens était placé sur les pains. Quand le pain était enlevé chaque SABBAT, pour être remplacé par des pains frais, l’encens a été brûlé sur l’AUTEL comme mémorial devant DIEU. {PP 354.1 1890}
La partie la plus importante du ministère quotidien était le service rendu au nom des individus. Le pécheur repentant apporta son offrande à la porte du TABERNACLE, et, plaçant sa main sur la tête de la victime, confessa ses péchés, les transférant ainsi en figure de lui-même au sacrifice innocent. De sa propre main, l’animal a ensuite été tué, et le sang a été transporté par le prêtre dans le LIEU SAINT et aspergé devant le VOILE, derrière lequel se trouvait l’Arche contenant la loi que le pécheur avait transgressée. Par cette cérémonie le péché était, par le sang, transféré en figure au SANCTUAIRE. Dans certains cas, le sang n’a pas été transporté dans le LIEU SAINT; mais la chair devait alors être mangée par le sacrificateur, comme Moïse l’ordonna aux fils d’Aaron, en disant : « DIEU vous l’a donnée pour porter l’iniquité de la congrégation.
Comme il a été dit, le SANCTUAIRE terrestre a été construit par Moïse selon le modèle qui lui a été montré sur la montagne. C’était “une figure pour le temps alors présent, dans laquelle étaient offerts à la fois des dons et des sacrifices” ; ses DEUX LIEUX SAINTS étaient « des modèles de choses dans les cieux » ; Le CHRIST, notre grand Souverain Sacrificateur, est « un ministre du SANCTUAIRE, et du vrai TABERNACLE, que l’Éternel a planté, et non l’homme ». Hébreux 9:9, 23 ; 8:2. Comme dans une vision, l’apôtre Jean reçut une vue du TEMPLE DE DIEU dans le ciel, il y vit ” SEPT LAMPES DE FEU brûlant devant le TRÔNE “. Il vit un ange « ayant un ENcensoir D’OR ; et il lui fut donné beaucoup d’ENCENS, qu’il devait offrir avec les prières de tous les saints sur l’AUTEL D’OR qui était devant le TRÔNE. Apocalypse 4:5 ; 8:3. Ici, le prophète a été autorisé à voir le PREMIER APPARTEMENT du SANCTUAIRE dans le ciel; et il y vit les « SEPT LAMPES DE FEU » et « L’AUTEL D’OR » représentés par le CHANDELIER D’OR et l’AUTEL D’ENCENS dans le SANCTUAIRE sur terre. Encore une fois, “le TEMPLE DE DIEU fut ouvert” (Apocalypse 11:19), et il regarda à l’intérieur du VOILE INTÉRIEUR, sur le SAINT DES SAINTS. Ici, il vit “l’ARCHE DE SON TESTAMENT” (Apocalypse 11:19), représentée par le COFFRE SACRÉ construit par Moïse pour contenir la LOI DE DIEU. {PP 356.1 1890} Ici, il vit “l’ARCHE DE SON TESTAMENT” (Apocalypse 11:19), représentée par le COFFRE SACRÉ construit par Moïse pour contenir la LOI DE DIEU. {PP 356.1 1890} Ici, il vit “l’ARCHE DE SON TESTAMENT” (Apocalypse 11:19), représentée par le COFFRE SACRÉ construit par Moïse pour contenir la LOI DE DIEU. {PP 356.1 1890}
Moïse fit le SANCTUAIRE terrestre, « selon la manière qu’il avait vue ». Paul déclare que « le TABERNACLE et tous les ustensiles du ministère », une fois achevés, étaient « les modèles des choses dans les cieux ». Actes 7:44 ; Hébreux 9:21, 23. Et Jean dit qu’il a vu le SANCTUAIRE dans le ciel. Ce SANCTUAIRE, dans lequel JÉSUS exerce son ministère en notre faveur, est le grand original, dont le SANCTUAIRE construit par Moïse était une copie. {PP 357.1 1890}
Le TEMPLE CÉLESTE, la demeure du ROI DES ROIS, où « des milliers de milliers le servaient, et dix mille fois dix mille se tenaient devant lui » (Daniel 7:10), ce temple rempli de la gloire du TRÔNE ÉTERNEL, où les séraphins, ses brillants gardiens, VOILENT leurs visages en adoration – aucune structure terrestre ne pourrait représenter son immensité et sa gloire. Pourtant, des vérités importantes concernant le SANCTUAIRE CÉLESTE et le grand travail qu’il accomplissait pour la rédemption de l’homme devaient être enseignées par le SANCTUAIRE terrestre et ses services. {PP 357.2 1890}
Après Son ascension, notre SAUVEUR devait commencer Son œuvre en tant que notre GRAND PRÊTRE. Paul dit : « Le CHRIST n’est pas entré dans les LIEUX SAINTS faits de mains, qui sont les figures du vrai ; mais dans le ciel même, pour apparaître maintenant en présence de DIEU pour nous. Hébreux 9:24. Comme le ministère du CHRIST devait consister en DEUX GRANDES DIVISIONS, chacune occupant une période de temps et ayant une place distincte dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, ainsi le ministère typique consistait en DEUX DIVISIONS, LE SERVICE QUOTIDIEN ET LE SERVICE ANNUEL, et à chacune un département du SANCTUAIRE CÉLESTE. TABERNACLE était consacré. {PP 357.3 1890}
Comme CHRIST à Son ascension est apparu en présence de DIEU pour plaider Son sang en faveur des croyants pénitents, ainsi le prêtre dans le ministère quotidien aspergeait le sang du sacrifice dans le LIEU SAINT en faveur du pécheur. {PP 357.4 1890}
Le SANG DU CHRIST, s’il devait délivrer le pécheur repentant de la condamnation de la loi, ne devait pas annuler le péché ; cela resterait enregistré dans le SANCTUAIRE jusqu’à l’EXPIATION FINALE ; ainsi, dans le type, le sang de l’offrande pour le péché a enlevé le péché du pénitent, mais il est resté dans le SANCTUAIRE jusqu’au JOUR DE L’EXPIATION. {PP 357.5 1890}
Au grand jour de la sentence finale, les morts doivent être ” jugés d’après les choses qui ont été écrites dans les livres, selon leurs œuvres “. Apocalypse 20:12. Puis, en vertu du SANG EXPIANT DU CHRIST, les péchés de tous les vrais pénitents seront effacés des livres du ciel. Ainsi le SANCTUAIRE sera libéré, ou NETTOYÉ, de l’enregistrement du péché. Dans le type, cette grande œuvre d’EXPIATION, ou d’effacement des péchés, était représentée par les services du JOUR D’EXPIATION – la NETTOYAGE du SANCTUAIRE terrestre, qui a été accompli par l’enlèvement, en vertu du sang de l’offrande pour le péché. , des péchés par lesquels il avait été souillé. {PP 357.6 1890}
Comme dans l’EXPIATION FINALE, les péchés du vrai pénitent doivent être effacés des registres du ciel, ne plus être rappelés ou venir à l’esprit, de même dans le type ils ont été emportés dans le désert, séparés à jamais de la congrégation. {PP 358.1 1890}
Puisque Satan est à l’origine du péché, l’instigateur direct de tous les péchés qui ont causé la mort du FILS DE DIEU, la justice exige que Satan subisse le châtiment final. L’œuvre de CHRIST pour la rédemption des hommes et la purification de l’univers du péché sera clôturée par l’élimination du péché du SANCTUAIRE CÉLESTE et le placement de ces péchés sur Satan, qui portera le châtiment final. Ainsi, dans le service typique, le cycle annuel de ministère se terminait par la purification du SANCTUAIRE et la confession des péchés sur la tête du bouc émissaire. {PP 358.2 1890}
Ainsi, dans le ministère du TABERNACLE, et du temple qui a ensuite pris sa place, les gens ont été enseignés chaque jour les grandes vérités relatives à la mort et au ministère de CHRIST, et une fois par an, leurs esprits ont été reportés aux événements de clôture du grand controverse entre le CHRIST et Satan, la purification finale de l’univers du péché et des pécheurs. {PP 358.3 1890}
Nadab et Abihu n’auraient jamais commis ce péché fatal s’ils n’avaient pas d’abord été partiellement intoxiqués par l’usage gratuit du vin. Ils comprirent que la préparation la plus soigneuse et la plus solennelle était nécessaire avant de se présenter au SANCTUAIRE, où se manifestait la Présence divine ; mais par intempérance, ils ont été disqualifiés pour leur saint office. Leurs esprits sont devenus confus et leurs perceptions morales se sont émoussées de sorte qu’ils ne pouvaient pas discerner la différence entre le sacré et le commun. À Aaron et à ses fils survivants fut donné l’avertissement : « Ne bois ni vin ni boisson forte, ni toi, ni tes fils avec toi, quand vous entrerez dans le TABERNACLE d’assignation, de peur que vous ne mouriez : ce sera un statut pour toujours dans toute votre vie. générations : et afin que vous fassiez la différence entre le saint et l’impur, et entre l’impur et le pur ; et afin que vous enseigniez aux enfants d’Israël toutes les ordonnances que l’Éternel a prononcées. L’usage des liqueurs spiritueuses a pour effet d’affaiblir le corps, d’embrouiller l’esprit et d’avilir les mœurs. Cela empêche les hommes de réaliser le caractère sacré des choses saintes ou la force contraignante des exigences de DIEU. Tous ceux qui occupaient des postes de responsabilité sacrée devaient être des hommes de stricte tempérance, afin que leur esprit puisse être clair pour faire la distinction entre le bien et le mal, qu’ils puissent posséder la fermeté de principe et la sagesse pour administrer la justice et faire preuve de miséricorde. {PP 361.3 1890} Tous ceux qui occupaient des postes de responsabilité sacrée devaient être des hommes de stricte tempérance, afin que leur esprit puisse être clair pour faire la distinction entre le bien et le mal, qu’ils puissent posséder la fermeté de principe et la sagesse pour administrer la justice et faire preuve de miséricorde. {PP 361.3 1890} Tous ceux qui occupaient des postes de responsabilité sacrée devaient être des hommes de stricte tempérance, afin que leur esprit puisse être clair pour faire la distinction entre le bien et le mal, qu’ils puissent posséder la fermeté de principe et la sagesse pour administrer la justice et faire preuve de miséricorde. {PP 361.3 1890}
Le système sacrificiel, confié à Adam, a également été perverti par ses descendants. La superstition, l’idolâtrie, la cruauté et la licence ont corrompu le service simple et significatif que DIEU avait désigné. Par de longs rapports avec des idolâtres, le peuple d’Israël avait mêlé de nombreuses coutumes païennes à son culte ; c’est pourquoi l’Éternel leur donna au Sinaï des instructions précises concernant le service sacrificiel. Après l’achèvement du TABERNACLE, Il communiqua avec Moïse depuis la nuée de gloire au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE, et lui donna des directives complètes concernant le système d’offrandes et les formes d’adoration à maintenir dans le SANCTUAIRE. La loi cérémonielle fut ainsi donnée à Moïse, et écrite par lui dans un livre. Mais la LOI DES DIX COMMANDEMENTS parlée du Sinaï avait été écrite par DIEU Lui-même sur les TABLES DE PIERRE, et a été sacrément préservé dans l’ARK. {PP 364.3 1890}
La loi cérémonielle a été donnée par le CHRIST. Même après qu’il ne devait plus être observé, Paul l’a présenté devant les Juifs dans sa véritable position et valeur, montrant sa place dans le PLAN DE RÉDEMPTION et sa relation avec l’œuvre de CHRIST ; et le grand apôtre prononce cette LOI glorieuse, digne de son DIVIN SOURCE. Le service solennel du SANCTUAIRE symbolisait les grandes vérités qui devaient être révélées à travers les générations successives. Le nuage d’ENCENS montant avec les prières d’Israël représente Sa justice qui seule peut rendre la prière du pécheur acceptable à DIEU ; la victime saignante sur l’AUTEL DU SACRIFICE a témoigné d’un RÉDEMPTEUR à venir ; et du SAINT DES SAINTS brillait le signe visible de la Présence divine. Ainsi, d’âge en âge de ténèbres et d’apostasie, la foi a été maintenue vivante dans le cœur des hommes jusqu’à ce que le temps soit venu pour l’avènement du MESSIE promis. {PP 367.2 1890}
JÉSUS était la lumière de Son peuple – la Lumière du monde – avant qu’Il ne vienne sur terre sous forme d’humanité. Le premier rayon de lumière qui a percé l’obscurité dans laquelle le péché avait enveloppé le monde, est venu du CHRIST. Et de Lui sont venus tous les rayons de l’éclat du ciel qui sont tombés sur les habitants de la terre. Dans le PLAN DE RÉDEMPTION, CHRIST est l’ALPHA ET L’OMÉGA – le PREMIER ET LE DERNIER. {PP 367.3 1890}
Depuis que le SAUVEUR a versé son sang pour la rémission des péchés et est monté au ciel « pour paraître pour nous devant DIEU » (Hébreux 9:24), la lumière a jailli de la croix du Calvaire et des LIEUX SAINTS du SANCTUAIRE ci-dessus. Mais la lumière plus claire qui nous est accordée ne devrait pas nous faire mépriser ce qui, dans les temps anciens, était reçu par les types indiquant le SAUVEUR à venir. L’évangile du CHRIST éclaire l’économie juive et donne une signification à la loi cérémonielle. Au fur et à mesure que de nouvelles vérités sont révélées et que ce qui a été connu depuis le début est mis en lumière, le caractère et les desseins de DIEU se manifestent dans Ses relations avec Son peuple élu. Chaque rayon de lumière supplémentaire que nous recevons nous donne une compréhension plus claire du PLAN DE RÉDEMPTION, qui est l’accomplissement de la volonté divine dans le salut de l’homme. Nous voyons une beauté et une force nouvelles dans le MOT INSPIRÉ, et nous étudions ses pages avec un intérêt plus profond et plus absorbant. {PP 367.4 1890}
Le gouvernement d’Israël se caractérisait par l’organisation la plus complète, merveilleuse à la fois pour sa complétude et sa simplicité. L’ordre si frappant affiché dans la perfection et l’arrangement de toutes les œuvres créées de DIEU était manifeste dans l’économie hébraïque. DIEU était le centre de l’autorité et du gouvernement, le souverain d’Israël. Moïse se tenait comme leur chef visible, par la nomination de DIEU, pour administrer les lois en Son nom. Parmi les anciens des tribus, un conseil de soixante-dix fut ensuite choisi pour assister Moïse dans les affaires générales de la nation. Viennent ensuite les sacrificateurs, qui consultent le SEIGNEUR dans le SANCTUAIRE. Les chefs, ou princes, régnaient sur les tribus. Sous ceux-ci se trouvaient « des capitaines sur des milliers, et des capitaines sur des centaines, et des capitaines sur cinquantaine, et des capitaines sur des dizaines », et, enfin, des officiers qui pouvaient être employés pour des tâches spéciales. Deutéronome 1:15. {PP 374.2 1890}
Moïse n’avait pas soupçonné ce complot profond, et quand sa terrible signification éclata sur lui, il tomba face contre terre en faisant un appel silencieux à DIEU. Il se leva bien triste, mais calme et fort. La direction divine lui avait été accordée. « Demain encore, dit-il, l’Éternel montrera qui est à lui et qui est saint ; et le fera approcher de lui; il fera approcher de lui celui qu’il a choisi. L’épreuve devait être remise au lendemain, afin que tous aient le temps de la réflexion. Ensuite, ceux qui aspiraient au sacerdoce devaient venir chacun avec un ENCENSEUR, et offrir de l’ENCENS au TABERNACLE en présence de la congrégation. La loi était très explicite que seuls ceux qui avaient été ordonnés à l’office sacré devaient servir dans le SANCTUAIRE. Et même les prêtres, Nadab et Abihu, avait été détruit pour s’être aventuré à offrir un “feu étranger”, au mépris d’un ordre divin. Pourtant, Moïse défia ses accusateurs, s’ils osaient entreprendre un appel si périlleux, d’en référer à DIEU. {PP 398.3 1890}
Les Gabaonites ont été autorisés à vivre, mais ont été attachés comme esclaves au SANCTUAIRE, pour effectuer tous les services subalternes. «Josué les fit ce jour-là coupeurs de bois et puiseurs d’eau pour la congrégation et pour l’AUTEL de l’Éternel.» Ils acceptèrent ces conditions avec gratitude, conscients d’avoir commis une faute et heureux d’acheter la vie à n’importe quelles conditions. « Voici, nous sommes entre tes mains », dirent-ils à Josué ; “Comme il te semble bon et droit de nous faire, fais-le.” Pendant des siècles, leurs descendants ont été liés au service du SANCTUAIRE. {PP 506.2 1890}
À Josué, avec Éléazar le grand prêtre et les chefs des tribus, la distribution de la terre a été confiée, l’emplacement de chaque tribu étant déterminé par tirage au sort. Moïse lui-même avait fixé les limites du pays tel qu’il devait être divisé entre les tribus lorsqu’elles entreraient en possession de Canaan, et avait nommé un prince de chaque tribu pour s’occuper de la distribution. La tribu de Lévi, étant dévouée au service du SANCTUAIRE, n’était pas comptée dans cette attribution ; mais quarante-huit villes dans différentes parties du pays furent assignées aux Lévites comme leur héritage. {PP 511.3 1890}
L’ARK est restée à Shiloh pendant trois cents ans, jusqu’à ce qu’à cause des péchés de la maison d’Eli, elle tombe entre les mains des Philistins et Shiloh soit ruinée. L’ARK n’a jamais été renvoyée au TABERNACLE ici, le service du SANCTUAIRE a finalement été transféré au temple de Jérusalem, et Shiloh est tombé dans l’insignifiance. Il n’y a que des ruines pour marquer l’endroit où il se trouvait autrefois. Longtemps après, son sort servit d’avertissement à Jérusalem. “Allez maintenant à mon lieu qui était à Silo”, a déclaré l’Éternel par le prophète Jérémie, “où j’ai d’abord mis mon nom, et voyez ce que je lui ai fait à cause de la méchanceté de mon peuple Israël. . . . C’est pourquoi je ferai à cette maison, qui porte mon nom, en laquelle vous vous confiez, et au lieu que je vous ai donné, à vous et à vos pères, comme j’ai fait à Shiloh. Jérémie 7:12-14. {PP 514.4 1890}
Ils devaient maintenant habiter loin du SANCTUAIRE de l’Éternel, et c’est avec un cœur anxieux que Josué assista à leur départ, sachant combien seraient fortes les tentations, dans leur vie isolée et errante, de tomber dans les coutumes du tribus païennes qui habitaient sur leurs frontières. {PP 518.1 1890}
Alors que l’esprit de Josué et d’autres dirigeants était encore oppressé par des pressentiments anxieux, d’étranges nouvelles les parvinrent. Au bord du Jourdain, près du lieu du passage miraculeux du fleuve par Israël, les deux tribus et demie avaient érigé un grand autel, semblable à l’AUTEL D’OFFRANDE BRULÉE à Shiloh. La LOI DE DIEU interdit, sous peine de mort, l’établissement d’un autre culte que celui au SANCTUAIRE. Si tel était l’objet de cet autel, si on le laissait subsister, il détournerait le peuple de la vraie foi. {PP 518.2 1890}
Il y avait trois assemblées annuelles de tout Israël pour le culte au SANCTUAIRE. Exode 23:14-16. Shiloh fut pendant un temps le lieu de ces rassemblements ; mais Jérusalem devint plus tard le centre du culte de la nation, et ici les tribus se réunissaient pour les fêtes solennelles. {PP 537.1 1890}
Elqana a fidèlement observé les ordonnances de DIEU. Le culte à Shilo était toujours maintenu, mais en raison d’irrégularités dans le ministère, ses services n’étaient pas requis au SANCTUAIRE, auquel, étant Lévite, il devait assister. Pourtant, il monta avec sa famille pour adorer et sacrifier lors des rassemblements désignés. {PP 569.3 1890}
Il n’était pas habituel pour les Lévites d’entrer dans leurs services particuliers avant l’âge de vingt-cinq ans, mais Samuel avait fait exception à cette règle. Chaque année, des fiducies plus importantes lui étaient confiées; et alors qu’il était encore enfant, un éphod de lin fut placé sur lui en signe de sa consécration à l’œuvre du SANCTUAIRE. Tout jeune qu’il était lorsqu’il fut amené au ministère dans le TABERNACLE, Samuel avait déjà alors des devoirs à remplir dans le SERVICE DE DIEU, selon sa capacité. Ceux-ci étaient d’abord très humbles et pas toujours agréables; mais ils ont été exécutés au mieux de ses capacités et avec un cœur bien disposé. Sa religion était portée dans tous les devoirs de la vie. Il se considérait comme le serviteur de DIEU et son œuvre comme l’œuvre de DIEU. Ses efforts ont été acceptés, parce qu’ils étaient motivés par l’amour de DIEU et un désir sincère de faire Sa volonté. C’est ainsi que Samuel devint un collaborateur de l’Éternel des cieux et de la terre. Et DIEU l’a préparé pour accomplir une grande œuvre pour Israël. {PP 573.3 1890}
DIEU avait dit d’Abraham: “Je le connais, qu’il commandera à ses enfants et à sa maison après lui, et qu’ils garderont le chemin de l’Éternel, pour pratiquer la justice et le jugement.” Genèse 18:19. Mais Eli a permis à ses enfants de le contrôler. Le père est devenu le sujet des enfants. La malédiction de la transgression était apparente dans la corruption et le mal qui ont marqué le parcours de ses fils. Ils n’avaient aucune appréciation appropriée du caractère de DIEU ou du caractère sacré de Sa loi. Son service était pour eux une chose commune. Dès l’enfance, ils avaient été habitués au SANCTUAIRE et à son service ; mais au lieu de devenir plus respectueux, ils avaient perdu tout sens de sa sainteté et de sa signification. Le père n’avait pas corrigé leur manque de respect pour son autorité, n’avait pas arrêté leur manque de respect pour les services solennels du SANCTUAIRE ; et quand ils ont atteint l’âge adulte, ils étaient pleins des fruits mortels du scepticisme et de la rébellion. {PP 575.2 1890}
Pourtant Eli n’a pas manifesté les fruits de la vraie repentance. Il a avoué sa culpabilité, mais n’a pas renoncé au péché. Année après année, l’Éternel a retardé ses jugements menacés. Beaucoup aurait pu être fait au cours de ces années pour racheter les échecs du passé, mais le prêtre âgé n’a pris aucune mesure efficace pour corriger les maux qui polluaient le SANCTUAIRE de l’Éternel et menaient à la ruine des milliers d’Israélites. La patience de DIEU a poussé Hophni et Phinehas à endurcir leurs cœurs et à devenir encore plus audacieux dans la transgression. Les messages d’avertissement et de réprimande à sa maison ont été diffusés par Eli à toute la nation. Par ce moyen, il espérait contrecarrer, dans une certaine mesure, l’influence néfaste de sa négligence passée. Mais les avertissements furent ignorés par le peuple, comme ils l’avaient été par les prêtres. Les peuples des nations environnantes aussi, qui n’ignoraient pas les iniquités ouvertement pratiquées en Israël, devinrent encore plus audacieux dans leur idolâtrie et leur crime. Ils ne ressentaient aucun sentiment de culpabilité pour leurs péchés, comme ils l’auraient ressenti si les Israélites avaient préservé leur intégrité. Mais un jour de représailles approchait. L’autorité de DIEU avait été mise de côté, et Son adoration négligée et méprisée, et il devint nécessaire pour Lui d’intervenir, afin que l’honneur de Son nom puisse être maintenu. {PP 582.3 1890} que l’honneur de son nom puisse être maintenu. {PP 582.3 1890} que l’honneur de son nom puisse être maintenu. {PP 582.3 1890}
DIEU avait ordonné aux Hébreux d’enseigner Ses exigences à leurs enfants et de les familiariser avec toutes Ses relations avec leurs pères. C’était l’un des devoirs particuliers de chaque parent, qui ne devait pas être délégué à un autre. A la place des lèvres étrangères, les cœurs aimants du père et de la mère devaient instruire leurs enfants. Les pensées de DIEU devaient être associées à tous les événements de la vie quotidienne. Les œuvres puissantes de DIEU dans la délivrance de Son peuple et les promesses du RÉDEMPTEUR à venir devaient être souvent racontées dans les foyers d’Israël ; et l’usage des chiffres et des symboles a fait que les leçons données étaient plus solidement ancrées dans la mémoire. Les grandes vérités de la providence de DIEU et de la vie future furent imprimées dans le jeune esprit. Il a été formé pour voir DIEU de la même manière dans les scènes de la nature et les paroles de la révélation. Les étoiles du ciel, les arbres et les fleurs des champs, les hautes montagnes, les ruisseaux ondulants – tout parlait du CRÉATEUR. Le service solennel de sacrifice et d’adoration au SANCTUAIRE et les déclarations des prophètes étaient une révélation de DIEU. {PP 592.2 1890}
Comme ils s’approchaient de la ville, ils rencontrèrent des jeunes filles qui étaient sorties pour puiser de l’eau et leur demandèrent le voyant. En réponse, on leur dit qu’un service religieux était sur le point d’avoir lieu, que le prophète était déjà arrivé, qu’il devait y avoir une offrande sur “le haut lieu”, et après cela une fête sacrificielle. Un grand changement avait eu lieu sous l’administration de Samuel. Lorsque l’appel de DIEU lui parvint pour la première fois, les services du SANCTUAIRE furent méprisés. “Les hommes ont en horreur l’offrande de l’Éternel.” 1 Samuel 2:17. Mais le CULTE DE DIEU était maintenant maintenu dans tout le pays, et le peuple manifestait un intérêt pour les services religieux. Comme il n’y avait pas de ministère dans le TABERNACLE, les sacrifices étaient pour le temps offerts ailleurs ; et les villes des sacrificateurs et des lévites, où le peuple revenait pour s’instruire, ont été choisis à cet effet. Les points les plus élevés de ces villes étaient généralement choisis comme lieu de sacrifice, et étaient donc appelés “les hauts lieux”. {PP 609.1 1890}
Le destin d’Uzzah était un jugement divin sur la violation d’un commandement des plus explicites. Par l’intermédiaire de Moïse, l’Éternel avait donné des instructions spéciales concernant le transport de l’arche. Seuls les prêtres, les descendants d’Aaron, devaient le toucher, ou même le regarder à découvert. La directive divine était : « Les fils de Kehath viendront pour le porter, mais ils ne toucheront à aucune chose sainte, de peur qu’ils ne meurent. Nombres 4:15. Les prêtres devaient couvrir l’ARK, puis les Kehathites devaient la soulever par les bâtons, qui étaient placés en anneaux de chaque côté de l’ARK et n’étaient jamais enlevés. Aux Guershonites et aux Merarites, qui avaient en charge les RIDEAUX, les planches et les piliers du TABERNACLE, Moïse donna des charrettes et des boeufs pour le transport de ce qui leur était confié. «Mais aux fils de Kehath il n’en donna rien: parce que le service du SANCTUAIRE qui leur appartenait était qu’ils devaient porter sur leurs épaules. Nombres 7:9. Ainsi, dans l’arrivée de l’ARK de Kirjath-jearim, il y avait eu un mépris direct et inexcusable des directives de l’Éternel. {PP 705.2 1890}
Les cérémonies solennelles qui accompagnaient le retrait de l’ARK avaient fait une impression durable sur le peuple d’Israël, suscitant un intérêt plus profond pour le service du SANCTUAIRE et ravivant leur zèle pour JÉHOVAH. David s’efforça par tous les moyens en son pouvoir d’approfondir ces impressions. Le service de la chanson a été fait une partie régulière du culte religieux, et David a composé des psaumes, non seulement pour l’usage des prêtres dans le service du SANCTUAIRE, mais aussi pour être chantés par les gens dans leurs voyages à l’AUTEL national lors des fêtes annuelles. . L’influence ainsi exercée a été considérable et a abouti à la libération de la nation de l’idolâtrie. Beaucoup de peuples environnants, voyant la prospérité d’Israël, furent amenés à penser favorablement au DIEU d’Israël, qui avait fait de si grandes choses pour Son peuple. {PP 711.2 1890}
Le TABERNACLE construit par Moïse, avec tout ce qui appartenait au service du SANCTUAIRE, à l’exception de l’ARCHE, était encore à Guibea. C’était le but de David de faire de Jérusalem le centre religieux de la nation. Il s’était construit un palais et il estimait qu’il ne convenait pas que l’ARCHE DE DIEU repose sous une tente. Il décida de lui construire un temple d’une magnificence telle qu’il exprimerait l’appréciation d’Israël pour l’honneur accordé à la nation dans la présence constante de JÉHOVAH, son Roi. Communiquant son intention au prophète Nathan, il reçut la réponse encourageante : « Fais tout ce qui est dans ton cœur ; car l’Éternel est avec toi. {PP 711.3 1890}
David avait appris par sa propre expérience combien difficile est le chemin de celui qui s’écarte de DIEU. Il avait ressenti la condamnation de la loi enfreinte et avait récolté les fruits de la transgression ; et toute son âme était émue de sollicitude pour que les dirigeants d’Israël soient fidèles à DIEU, et que Salomon obéisse à la LOI DE DIEU, évitant les péchés qui avaient affaibli l’autorité de son père, aigri sa vie et déshonoré DIEU. David savait qu’il faudrait de l’humilité de cœur, une confiance constante en DIEU et une vigilance incessante pour résister aux tentations qui assailleraient sûrement Salomon dans son rang élevé ; car ces personnages éminents sont une marque spéciale pour les flèches de Satan. Se tournant vers son FILS, déjà reconnu comme son successeur sur le TRÔNE, David dit : « Et toi, Salomon, mon FILS, connais le DIEU de ton père, et sers-le d’un cœur parfait et d’un esprit bien disposé ; car l’Éternel sonde tous les cœurs et comprend toutes les imaginations des pensées. Si tu le cherches, il sera trouvé par toi ; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours. Prenez garde maintenant; car l’Éternel t’a choisi pour bâtir une maison pour le SANCTUAIRE. Sois fort et fais-le. {PP 750.3 1890}
Allons-nous oublier notre saint appel, frères? Verra-t-on parmi nous la triste détérioration de la piété qui a provoqué le rejet de la nation juive ? Nous qui avons eu une si grande lumière sur la VÉRITÉ BIBLIQUE laisserons-nous un formalisme sec et mort prendre la place du zèle et de la foi ? Notre lumière doit-elle s’éteindre dans les ténèbres ? Ne devons-nous pas travailler avec zèle pour contrecarrer les arts de l’ennemi ? Nous devons veiller et prier. Il faut se réveiller et accepter la situation. Nous sommes au JOUR DES EXPIATIONS, et nous devons travailler en harmonie avec l’ŒUVRE DU CHRIST de NETTOYER LE SANCTUAIRE des péchés du peuple. Qu’aucun homme qui désire être trouvé avec l’habit de noce ne résiste à notre SEIGNEUR dans son office. Tel qu’il est, ses disciples le seront aussi dans ce monde. Nous devons maintenant présenter au peuple l’œuvre que, par la foi, nous voyons notre grand Souverain Sacrificateur accomplir dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Ceux qui ne sympathisent pas avec JÉSUS dans son travail dans les parvis célestes, qui ne LAVENT pas le temple de l’âme de toute souillure, mais qui s’engagent dans une entreprise qui n’est pas en harmonie avec ce travail, se joignent à l’ennemi de DIEU et de l’homme pour diriger éloignez-vous de la vérité et travaillez pour cette fois. {RH, 21 janvier 1890 par. 4}
L’ESPRIT DE VÉRITÉ a une influence céleste qui raffine, élève l’esprit et le caractère. Nous devons étudier la pensée de CHRIST et recevoir la vérité telle qu’elle est en JÉSUS. Nous devons veiller et prier, consulter les oracles vivants de DIEU. Quand une convoitise prend possession de l’esprit de quelque manière ou à quelque degré que ce soit, et qu’il y a un abandon aux désirs charnels, nous perdons l’image de CHRIST dans l’esprit et le caractère. Le travail dans le SANCTUAIRE CÉLESTE devient obscur pour l’esprit de ceux qui sont contrôlés par les tentations du malin, et ils s’engagent dans des questions secondaires pour satisfaire leurs propres objectifs égoïstes, et leur véritable position morale est déterminée par leurs œuvres. {RH, 21 janvier 1890 par. 5}
Lorsque nous nous sentons dépourvus de la bénédiction de DIEU, sentons qu’il n’y a pas de vie SPIRITUELLE en nous, et que nous ne pouvons pas comprendre pourquoi nous sommes dans cette condition, nous ne devrions pas douter du SEIGNEUR et le blâmer pour nos ténèbres. Cela ne vient pas de DIEU, car il a promis puissance et plénitude de joie. Nous devrions sonder la PAROLE DE DIEU, et voir si nous n’avons pas permis à l’envie, aux mauvaises conjectures et à la haine de se déchaîner dans nos cœurs, ou si nous n’avons pas fait quelque chose pour gâcher le temple de l’âme. CHRIST est dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et il est là pour faire une EXPIATION pour le peuple. Il est là pour présenter son côté blessé et ses mains percées à son PÈRE. Il est là pour plaider pour son Église qui est sur la terre. Il NETTOIE LE SANCTUAIRE des péchés du peuple. Quel est notre travail ? – C’est notre travail d’être en harmonie avec le travail de CHRIST. Par la foi, nous devons travailler avec lui, être en union avec lui. {RH, 28 janvier 1890 par. sept}
Les ministres de DIEU ne doivent pas se contenter de rester dans l’ignorance des profondeurs de sa parole. Beaucoup ne font aucun progrès dans l’acquisition de la connaissance ; ce sont des serviteurs paresseux, qui ne réalisent pas l’importance de la vérité pour cette époque. Ils tombent facilement sous la tentation et se contentent de respecter une norme peu élevée. Ils ne se sacrifient pas, parce qu’ils n’ont pas l’ESPRIT DU CHRIST. Ils ne deviennent pas de plus en plus efficaces dans le travail, parce qu’ils ne deviennent pas de plus en plus intelligents dans les ÉCRITURES de vérité. Ils ne cherchent pas à se mettre en harmonie avec l’œuvre de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, où il fait une EXPIATION pour son peuple. Pendant que CHRIST NETTOIE LE SANCTUAIRE, les adorateurs sur terre devraient soigneusement revoir leur vie et comparer leur caractère au standard de la justice. Comme ils voient leurs défauts, ils devraient rechercher l’aide de l’ESPRIT DE DIEU pour leur permettre d’avoir la force morale de résister aux tentations de Satan et d’atteindre la perfection de la norme. Ils peuvent être vainqueurs des tentations mêmes qui semblaient trop fortes pour l’humanité ; car la puissance divine se combinera à leur effort humain, et Satan ne pourra pas les vaincre. {RH, 8 avril 1890 par. 3}
Ceux qui défendent la LOI DE DIEU, sont dans une position où ils ont besoin de beaucoup de l’ESPRIT DE DIEU. Si les ministres manquent de douceur, s’ils s’irritent facilement lorsqu’on les oppose, il est évident qu’ils ont besoin des lumières divines. Les hommes doivent manifester la grâce de CHRIST alors qu’ils travaillent pour les âmes. La vérité telle qu’elle est en JÉSUS aura une influence tout à fait différente sur l’esprit des incroyants, de celle qu’elle a eue lorsqu’elle a été présentée comme une théorie ou comme un sujet controversé. Si nous faisons de notre mieux pour présenter la vérité dans son caractère émouvant, croisant les opinions et les idées des autres, elle sera mal interprétée, mal appliquée et déformée, à ceux qui entretiennent l’erreur, afin de la faire apparaître sous un jour répréhensible. . Il y en a peu à qui tu apportes la vérité, qui n’aient pas bu du vin de Babylone. Il leur est difficile de comprendre la vérité, d’où la nécessité de l’enseigner telle qu’elle est en JÉSUS. Ceux qui prétendent aimer la vérité peuvent se permettre d’être doux et humbles de cœur, comme l’était le grand ENSEIGNANT. Ceux qui ont travaillé assidûment dans les mines de la PAROLE DE DIEU, et ont découvert le précieux minerai dans les riches veines de la vérité, dans les mystères divins qui ont été cachés pendant des siècles, exalteront le SEIGNEUR JÉSUS, la SOURCE DE TOUTE VÉRITÉ, en révélant dans leurs caractères le pouvoir sanctifiant de ce qu’ils croient. JÉSUS et sa grâce doivent être enchâssés dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Ensuite, il sera révélé en paroles, en prière, en exhortation, dans la présentation de la vérité sacrée, car c’est le grand secret du succès SPIRITUEL. Lorsque le moi est tissé dans nos travaux, alors la vérité que nous portons aux autres ne sanctifie pas, ne raffine pas, et ennoblissent nos propres cœurs; cela ne témoignera pas que nous sommes des vaisseaux aptes à l’usage du MAÎTRE. Ce n’est que par une prière fervente que nous pouvons avoir une douce communion avec JÉSUS, et par cette communion bénie, les paroles et l’esprit sont parfumés de l’ESPRIT DU CHRIST. Il n’y a pas un cœur qui ne supportera de regarder. JÉSUS, le précieux SAUVEUR, a ordonné la vigilance. La surveillance de soi ne doit pas être relâchée un instant. Le cœur doit être gardé avec diligence, car c’est en dehors de lui que se trouvent les questions de la vie. Surveillez et disciplinez vos pensées, afin de ne pas pécher avec vos lèvres. {RH, 3 juin 1890 par. dix} et par cette communion bénie, les paroles et l’esprit sont parfumés de l’ESPRIT DU CHRIST. Il n’y a pas un cœur qui ne supportera de regarder. JÉSUS, le précieux SAUVEUR, a ordonné la vigilance. La surveillance de soi ne doit pas être relâchée un instant. Le cœur doit être gardé avec diligence, car c’est en dehors de lui que se trouvent les questions de la vie. Surveillez et disciplinez vos pensées, afin de ne pas pécher avec vos lèvres. {RH, 3 juin 1890 par. dix} et par cette communion bénie, les paroles et l’esprit sont parfumés de l’ESPRIT DU CHRIST. Il n’y a pas un cœur qui ne supportera de regarder. JÉSUS, le précieux SAUVEUR, a ordonné la vigilance. La surveillance de soi ne doit pas être relâchée un instant. Le cœur doit être gardé avec diligence, car c’est en dehors de lui que se trouvent les questions de la vie. Surveillez et disciplinez vos pensées, afin de ne pas pécher avec vos lèvres. {RH, 3 juin 1890 par. dix}
C’est l’absence des grâces de l’ESPRIT DE DIEU qui laisse le foyer dans un état sombre et malheureux. Votre maison devrait être un SANCTUAIRE béni où DIEU peut entrer et où ses saints anges peuvent vous servir. Si l’impatience et la méchanceté se manifestent l’une à l’autre, les anges ne peuvent pas être attirés chez vous ; mais là où l’amour et la paix demeurent, ces êtres célestes aiment venir apporter encore plus de l’influence SAINTE de la maison d’en haut. {RH, 5 août 1890 par. 1}
C’est le privilège de chaque membre de l’église de demeurer en CHRIST, et de faire en sorte que CHRIST demeure dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Alors l’amour divin envahira tout l’être. La sagesse divine lui révélera les trésors cachés de la vérité. La vérité telle qu’elle est en JÉSUS sera révélée à ceux qui, bien que dans les ténèbres, cherchent le bon et le vrai chemin. Un grand nombre de ceux qui n’ont pas la vérité sont agités dans leurs ténèbres, leur ignorance et leur pauvreté SPIRITUELLE ; ils sont attirés par le CHRIST pour chercher les belles perles de la vérité. Maintenant, si les membres de l’église vivent de leur lumière, ils seront des ouvriers avec CHRIST pour conduire les chercheurs vers ces trésors cachés. Leurs amis et voisins pourront alors se réjouir à la lumière de la vérité telle qu’elle est en JÉSUS. {RH, 9 décembre 1890 par. 15}
Les apôtres avaient été associés à CHRIST dans son œuvre, mais il y avait encore pour eux de plus grandes réalisations qu’ils n’avaient encore atteintes. Ils avaient besoin d’être purifiés, renouvelés et consacrés à DIEU pour l’importante mission qui les attendait. Le MAÎTRE avait ouvert devant eux de nombreux joyaux précieux de la vérité qui avaient été cachés sous les décombres de l’erreur ; il les avait placés dans leur propre cadre de vérité ; et pourtant tout ce travail du FILS DE DIEU serait vain à moins que la vérité ne soit enchâssée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. La vérité révélée de DIEU doit devenir un principe permanent dans le cœur de ses disciples. L’enseignant de la vérité doit être une représentation vivante de son pouvoir sanctifiant. La vérité qu’il révèle aux autres doit devenir un agent vivant pour transformer son âme en image divine. Le ministre doit consacrer tout son capital de pouvoir confié au service du SEIGNEUR. {ST, 27 janvier 1890 par. 4}
Nous vous exhortons à monter au secours de l’Éternel contre les puissants. Fermez tout ce qui vous séparera de DIEU ; ôtez le péché du milieu de vous. Les gens du monde peuvent sembler passer sans perplexité et être plus favorisés que les justes. David dit : « Voici, ce sont des impies qui prospèrent dans le monde ; ils s’enrichissent. En vérité, j’ai NETTOYÉ mon cœur en vain et je me suis lavé les mains en toute innocence. Pendant toute la journée j’ai été tourmenté, et châtié chaque matin. . . . Quand je pensais savoir cela, cela me faisait trop mal ; jusqu’à ce que je sois entré dans le SANCTUAIRE de DIEU; alors j’ai compris leur fin. Il y en a beaucoup qui sont aujourd’hui dans le même état d’esprit que David ; mais s’ils allaient au SANCTUAIRE et comprenaient la dernière fin des méchants, ils n’en seraient plus envieux. {ST, 2 juin 1890 par. 12}
Ceux qui dépendent de leur propre justice au lieu de compter sur la JUSTICE DE CHRIST, perdront le prix ; ils seront pesés dans les balances du SANCTUAIRE et trouvés insuffisants. Que tous ceux qui s’efforcent d’obtenir le précieux bienfait de la vie ÉTERNELLE se méfient de leur propre force et, dans de nombreuses prières, jettent leur âme impuissante sur le CHRIST. Il y a trop peu de recherche de la PAROLE DE DIEU pour une direction précise dans le mode de vie. La plupart de ceux qui professent croire au CHRIST n’ont que des idées superficielles sur ce qui constitue le caractère chrétien. Un triste réveil arrivera tôt ou tard à ces âmes. Les pensées de ces croyants superficiels ne sont pas assez profondes ou assez fortes pour comprendre l’œuvre de l’EXPIATION, et la relation de cette œuvre avec leur propre travail et leur propre vie. Une si terrible tromperie est venue sur beaucoup, tant d’idées fausses se sont incrustées dans le caractère, qu’il semble nécessaire de mettre toute l’expérience en pièces afin que l’autodépendance et l’autosuffisance puissent être mises de côté, et l’obéissance extérieure approfondie en piété et en vérité intérieures. Ne vous trompez pas avec l’idée que votre propre droiture inhérente vous mettra en harmonie avec DIEU. Ne manquez pas de vous considérer comme un pécheur aux yeux de DIEU. Ne manquez pas de regarder JÉSUS élevé sur la croix ; et pendant que vous regardez, croyez et vivez; car par la foi dans le sacrifice expiatoire vous pouvez être justifiés par la rédemption qui est en CHRIST JESUS. Croyez que vous êtes pardonné, que vous êtes justifié, non dans la transgression et la désobéissance, mais dans la soumission à la volonté de DIEU. Si par la foi vous vous emparez de la JUSTICE DU CHRIST, alors ne négligez pas vos pensées, vos paroles, vos œuvres. Étudiez beaucoup et priez pour que, comme le CHRIST vous a montré le chemin, il puisse par sa grâce vous garder sur le chemin. Car nous sommes « gardés par la puissance de DIEU par la foi » ; et même la foi n’est pas de nous-mêmes, mais c’est aussi le don de DIEU. {ST, 1er décembre 1890 par. 1}
Il est bon que vous réfléchissiez soigneusement, solennellement, à ce que CHRIST est pour vous, et à ce que vous êtes pour CHRIST. Le CHRIST et l’éternité doivent être pour vous une réalité vivante. Vous avez besoin de la vérité, non pas gardée dans la cour extérieure, mais amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, sanctifiant l’homme tout entier. Si le cœur n’est pas constamment sous l’influence SAINTE de la vérité comme c’est le cas en CHRIST, le temple de l’âme sera souillé avec les acheteurs et les vendeurs. Puis-je impressionner votre esprit avec le fait, comme JÉSUS me l’a présenté, que la vérité doit trouver une place permanente dans le cœur ? Alors, par la puissance du SAINT-ESPRIT, il exercera son influence sur tout ce que vous ferez et direz. {Lt5b-1891}
Vous ne pouvez pas vous garder dans l’AMOUR DE DIEU sans révéler un SAUVEUR intérieur. Vous avez besoin de la vérité, sacrée, sainte vérité, amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme ; alors tu en montreras les fruits. Si DIEU vous a donné de grandes affections, laissez-les couler vers les objets appropriés. Vous ne pouvez pas trop aimer DIEU et votre SAUVEUR. Mais bien que vous puissiez être très effusif dans vos attentions envers les jeunes filles ou les femmes, vous n’avez pas un zèle ardent et un amour débordant pour JÉSUS, en qui sont centrées toutes nos espérances de vie ÉTERNELLE. {Lt8b-1891}
Il y en a beaucoup qui me sont représentés dans l’église qui ressemblent à des noyés engagés dans une lutte désespérée pour garder la tête hors de l’eau. Ils ne sont jamais morts à eux-mêmes dans leur vie religieuse. Le moi est leur idole ; ils adorent à son sanctuaire. La faiblesse et une expérience fluctuante ouvrent la voie aux tentations de Satan et elles seront facilement surmontées. Un fidèle qui s’attend à l’Éternel renouvellera sa force. Des épreuves de foi viendront, mais l’amour, la patience et la constance seront pesés par la balance d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE. {Lt26a-1891}
Satan est à côté d’eux pour les influencer dans le cours du mal ; et comme ils lui cèdent, ils influencent les autres à suivre la même voie. Ils ne réalisent pas le caractère sacré des choses de DIEU, mais en esprit ils se conforment au monde et échouent à vivre la vie divine, qui est opposée au monde et à ses coutumes. Ils ont une connaissance de la vérité, mais échouent à l’amener dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, afin qu’ils puissent être sanctifiés par la vérité. {Lt31-1891}
Que chacun s’examine de près pour voir s’il est dans la foi, pour voir si la vérité qu’il professe croire a été gardée dans le parvis extérieur, ou amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, afin qu’il puisse être sanctifié par là. Le cœur tout entier doit être pénétré et purifié par l’ESPRIT de DIEU qui cherche. JÉSUS ne demeurera pas dans l’âme où l’orgueil existe. Et si nous désirons Sa présence, le temple de l’âme doit être NETTOYÉ de tous les mauvais occupants. Si la porte du cœur est ouverte à JÉSUS, Il entrera ; Sa présence expulsera toute pensée impie, et par la foi nous pourrons avoir une douce communion avec DIEU. Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies, car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {Lt31-1891}
Rappelez-vous, vous construisez un caractère pour l’éternité. Vous avez échoué sur certains points encore et encore, comme beaucoup d’autres l’ont fait. Vous devez apporter plus de bois massif dans la construction de votre personnage et supprimer chaque pièce tachetée, vermoulue et en décomposition. Le monde porte un jugement sur nous, nos paroles, nos actions, nos échecs à rester fidèles aux principes. Le SEIGNEUR nous pèse dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE. Il donne à chacun de nous un poste de devoir et attend de nous que nous nous tournions vers lui pour obtenir des ordres, que nous soyons fiables et dignes de confiance, car des responsabilités sacrées et solennelles nous incombent. L’intendant doit être trouvé fidèle. {Lt34-1891}
Les hommes échouent parce qu’ils se fient à leur propre intelligence, à leur propre suffisance, plutôt qu’à Celui qui a dit : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. Quand ils se flattent de faire tant, la balance du SANCTUAIRE les enregistre comme rien, parce que l’image et la suscription du CHRIST manquent. O, y a-t-il un homme qui ait un sens de ce que CHRIST est pour lui, et de ce qu’il est pour CHRIST, qui servira le MAITRE avec un seul œil sur la GLOIRE DE DIEU ? {Lt34-1891}
Il ne sera pas décidé dans la mesure des soldes du SANCTUAIRE CÉLESTE si un homme est simplement innocent ou coupable, mais une question de degré de culpabilité. Chaque homme ne se trouvera pas jugé par son inscription au mérite ou à la culpabilité, mais le juste juge du travail de l’homme sera proportionné à la lumière que Dieu lui a donnée, aux circonstances qui l’entourent en comparaison avec ceux qui, malgré leurs opportunités et les avantages religieux étaient bien moindres que les siens, s’approprièrent ces avantages, s’emparant de la vie ÉTERNELLE, [et recherchèrent] toute l’aide qu’il pouvait obtenir afin qu’il puisse former un caractère qui le placerait parmi les bienheureux. {Lt52-1891}
Ces petits actes de sympathie, de gentillesse, omis, révèlent que s’ils étaient dans des positions où ils pourraient exercer leur pouvoir, la lourde main de l’égoïsme se rassemblerait, se profiterait et se ferait plaisir. S’ils n’opprimaient pas directement [ils] ne se soucieraient pas des autres maltraités et opprimés, mais passeraient inaperçus, disant avec Caïn : « Suis-je le gardien de mon frère ? Les mots vains et irréfléchis qui jugent mal et déforment les cas qui ont besoin d’aide en paroles, et la compassion la plus tendre qui leur est ouverte en soulageant leur nécessité comme ils le peuvent, même à leur propre désavantage, sont pesés dans la balance du SANCTUAIRE. L’entretien de mauvaises pensées, le regard impudique, l’action des ténèbres en secret, tout est amené en jugement. Isaïe parle de l’avancée du doigt et de la vanité. Que chaque homme et chaque femme étudient pour éviter cela. Cela signifie oppression et tort à quelqu’un. {Lt52-1891}
Chaque travailleur doit prendre conscience de sa responsabilité personnelle. Dis : « Je suis chrétien ; Je dois obéir aux SAINTS préceptes de la LOI DE DIEU. Je suis chrétien; Je ne peux que faire les oeuvres de CHRIST. Je ne suis pas autorisé à laisser un seul mot de ruse s’échapper de mes lèvres. Jamais CHRIST n’a dit de paroles dures et inconvenantes. Quoi que les hommes occupant des postes de confiance puissent faire qui semble tout à fait injuste et déraisonnable, ce n’est pas une excuse pour moi de riposter et d’ajouter un plus grand péché à celui déjà commis. Ce juste qui mesure le caractère, le pesant dans la balance d’or du SANCTUAIRE, me jugera par le fruit que je porte. {Ms13-1891}
Le passé avec son fardeau d’enregistrement a roulé dans l’éternité. Commencez dès maintenant à agir selon de bons principes, comme des gentilshommes chrétiens qui se traitent les uns les autres avec respect et gentillesse. Chaque travailleur doit s’éduquer pour réaliser sa responsabilité individuelle. Il devrait dire, je suis chrétien. Je dois obéir à toute parole qui sort de la BOUCHE DE DIEU. Je suis chrétien pour faire justice et juger par tous ceux qui sont associés à moi. Je suis chrétien; par conséquent, je dois avoir la pensée de CHRIST. Chaque mot et pensée doit être amené en captivité à JÉSUS-CHRIST. Pas un mot d’égoïsme ou de ruse ne doit s’échapper de mes lèvres. Jamais CHRIST n’a dit de paroles dures et inconvenantes. Quoi que fassent des hommes en position de confiance qui semblent tout à fait injustes et déraisonnables, ce ne sera pas une excuse pour moi de riposter, car cela ajouterait un plus grand péché à celui déjà commis. Ce juste qui l’a mesuré, le pesant dans la balance d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE, ne me jugera pas par ma profession, mais par le fruit que je porte. {Ms13a-1891}
Lundi 16 mars 1891. J’assistai à la réunion du matin et parlai avec foi. Si les hommes et les femmes avaient la foi qui agit par amour et purifie l’âme de toute espèce d’égoïsme, ils ne s’entasseraient pas à Battle Creek, où, n’ayant rien de spécial à faire, ils perdraient leur vitalité SPIRITUELLE et leur amour pour DIEU. Au lieu de cela, ils chercheraient des foyers parmi ceux qui sont dans les ténèbres, ceux qui n’ont même pas entendu dire qu’il y a un message d’un troisième ange à donner au monde. Les négligents, qui continueront à laisser inachevé le travail qu’ils doivent faire, seront pesés dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE et déclarés défaillants. {Ms23-1891}
Lorsque JÉSUS est dans le SANCTUAIRE d’en haut, lorsque nous avons un AVOCAT dans les parvis célestes, avec quel sérieux l’œuvre d’intercession correspondante devrait-elle se dérouler sur la terre ! Bien que nous puissions voir et devrions ressentir la culpabilité du péché, nous devons apprécier la MISÉRICORDE DE DIEU à travers l’EXPIATION. L’Éternel a promis qu’à cause du sacrifice propitiatoire, il pardonnera certainement nos iniquités si nous nous repentons. Maintenant, pendant que le CHRIST plaide en notre faveur, pendant que le PERE accepte les mérites du Sacrifice expiatoire, demandons et nous recevrons. Que tous confessent leurs péchés et qu’ils aillent d’avance en jugement afin qu’ils soient pardonnés à cause de CHRIST, et que le pardon soit écrit contre leurs noms. {Ms40-1891}
Quand cette église est pesée dans la balance du SANCTUAIRE, elle est trouvée légère, ayant quitté son premier amour. Le VÉRITABLE TÉMOIN déclare : « Je connais tes œuvres, et ton travail, et ta patience, et comment tu ne peux pas supporter ceux qui sont mauvais ; et tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et ne le sont pas, et tu les as trouvés menteurs : et tu as supporté, et a de la patience, et à cause de mon nom, tu as travaillé et tu ne t’es pas évanoui. Malgré tout cela, l’église se trouve en défaut. Quelle est la lacune fatale ? – “Tu as abandonné ton premier amour.” N’est-ce pas notre cas ? Nos doctrines peuvent être correctes ; nous pouvons haïr la fausse doctrine et ne pas recevoir ceux qui ne sont pas fidèles au principe ; nous pouvons travailler avec une énergie inlassable ; mais même cela n’est pas suffisant. Quelle est notre motivation ? Pourquoi sommes-nous appelés à nous repentir ? – « Tu as abandonné ton premier amour. ” Que chaque membre de l’église étudie cet important avertissement et réprimande. Que chacun voie si en combattant pour la vérité, si en débattant sur la théorie, il n’a pas perdu le tendre amour du CHRIST. CHRIST n’a-t-il pas été exclu des sermons et du cœur ? N’y a-t-il pas un danger que beaucoup continuent avec une profession de la vérité, faisant un travail missionnaire, alors que l’amour du CHRIST n’a pas été tissé dans le travail ? Cet avertissement solennel du VÉRITABLE TÉMOIN signifie beaucoup; il exige que vous vous souveniez d’où vous êtes tombé, que vous vous repentiez et que vous fassiez les premières œuvres ; “ou bien,” dit le VÉRITABLE TÉMOIN, “je viendrai bientôt à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.” Ô que l’Église se rende compte qu’elle a besoin de sa première ardeur d’amour ! Quand cela manque, toutes les autres excellences sont insuffisantes. L’appel à la repentance est de ceux qui ne peuvent être ignorés sans péril. Une croyance en la théorie de la vérité ne suffit pas. Présenter cette théorie aux incroyants ne fait pas de vous un témoin pour CHRIST. La lumière qui a réjoui votre cœur lorsque vous avez compris pour la première fois le message de cette époque est un élément essentiel de votre expérience et de vos travaux, et cela a été perdu de votre cœur et de votre vie. Le CHRIST voit votre manque de zèle et déclare que vous êtes tombé et que vous êtes dans une position périlleuse. {RH, 3 février 1891 par. 8} est un élément essentiel de votre expérience et de vos travaux, et cela a été perdu de votre cœur et de votre vie. Le CHRIST voit votre manque de zèle et déclare que vous êtes tombé et que vous êtes dans une position périlleuse. {RH, 3 février 1891 par. 8} est un élément essentiel de votre expérience et de vos travaux, et cela a été perdu de votre cœur et de votre vie. Le CHRIST voit votre manque de zèle et déclare que vous êtes tombé et que vous êtes dans une position périlleuse. {RH, 3 février 1891 par. 8}
Combien une œuvre de transformation est nécessaire parmi toutes les églises et dans le monde entier ! L’amour tendre et compatissant de JÉSUS a été exclu du cœur, et le moi et ses intérêts ont fermé les oreilles aux appels de la veuve et de l’orphelin. En raison de ce manque de service aux nécessiteux et aux malheureux, beaucoup sont élevés dans l’orgueil et sont pleins d’estime de soi et de pharisaïsme. Ils sont froids, durs, inimpressionnables. JÉSUS est mort pour sauver les pécheurs, et ses prétendus disciples devraient être des ouvriers avec lui. Mais au lieu de faire cela, ils s’enveloppent du vêtement de leur propre justice et, par leur vie quotidienne, se montrent dépourvus de la GRÂCE DE DIEU. Ils sont inaccessibles, parce qu’ils sont liés par l’égoïsme et la suffisance. Ils n’ont pas de religion à la maison, ils n’ont pas de religion de quartier, ils n’ont pas de religion religieuse. Leurs vies devraient être parfumées d’actes d’amour et de miséricorde, une saveur de vie pour la vie ; mais au lieu de cela, ils sont aussi dépourvus de beauté que les collines de Gilboa l’étaient de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} Leurs vies devraient être parfumées d’actes d’amour et de miséricorde, une saveur de vie pour la vie ; mais au lieu de cela, ils sont aussi dépourvus de beauté que les collines de Gilboa l’étaient de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} Leurs vies devraient être parfumées d’actes d’amour et de miséricorde, une saveur de vie pour la vie ; mais au lieu de cela, ils sont aussi dépourvus de beauté que les collines de Gilboa l’étaient de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} une saveur de vie à la vie; mais au lieu de cela, ils sont aussi dépourvus de beauté que les collines de Gilboa l’étaient de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} une saveur de vie à la vie; mais au lieu de cela, ils sont aussi dépourvus de beauté que les collines de Gilboa l’étaient de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} elles sont aussi dépourvues de beauté que l’étaient les collines de Gilboa de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} elles sont aussi dépourvues de beauté que l’étaient les collines de Gilboa de rosée et de pluie. Beaucoup de cette classe sont placés dans des postes de confiance, et ils ne connaissent ni le PERE ni le FILS. Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} Ils peuvent être zélés en certaines choses, et avoir quelques caractères essentiels aux positions qu’ils occupent ; mais le CHRIST, qui pèse les actions dans la balance du SANCTUAIRE, dit : « Je connais tes œuvres. « J’ai quelque chose contre toi, parce que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres; ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8} ou bien je viendrai à toi rapidement au moment et de la manière les moins attendus d’eux, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. {RH, 10 février 1891 par. 8}
La religion n’est pas une simple théorie, un sentiment ; c’est un travail sérieux de notre salut avec crainte et tremblement; car c’est ” DIEU qui produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir “. La foi et l’amour sont des plantes précieuses, mais elles ont besoin d’être soigneusement cultivées et soignées, afin qu’elles puissent s’épanouir dans la vie et porter des fruits pour la GLOIRE DE DIEU. Ceux qui entreront dans les demeures que CHRIST est allé préparer seront ceux qui AIMENT DIEU et GARDER SES COMMANDEMENTS. Ils doivent avoir l’or éprouvé par le feu, l’or de la foi et de l’amour. Ceux qui occupent des positions élevées dans la cause de DIEU doivent rechercher cet or ; ils ont besoin de la grâce transformatrice du CHRIST. La crucifixion de soi doit avoir lieu, ou leurs noms seront effacés du livre de vie. DIEU peut en faire des piliers dans son œuvre ; il peut en faire de fidèles serviteurs par sa grâce. Alors qu’ils cherchent DIEU pendant qu’il est encore appelé aujourd’hui. C’est maintenant le moment où le SEIGNEUR teste le caractère, pesant la valeur morale dans la balance du SANCTUAIRE. Ô, cherchons l’or éprouvé par le feu, cherchons le vêtement blanc de la justice de CHRIST, afin que la honte de notre nudité n’apparaisse pas, et oignons nos yeux avec le collyre céleste, afin que nous puissions discerner l’action de DIEU, et ne pas être trouvé tâtonnant dans notre aveuglement. {RH, 28 juillet 1891 par. dix} et ne pas être trouvé tâtonnant dans notre aveuglement. {RH, 28 juillet 1891 par. dix} et ne pas être trouvé tâtonnant dans notre aveuglement. {RH, 28 juillet 1891 par. dix}
Voici les puissantes agences pour déplacer le monde. La croix du Calvaire rend hommage à tous les pouvoirs de ceux qui croient au CHRIST, afin qu’ils soient des instruments pour le salut des âmes. L’effort humain doit s’unir au divin ; elle doit tirer son efficacité du ciel. Nous devons être ouvriers avec DIEU. Le SEIGNEUR est représenté comme ouvrant le cœur des hommes et des femmes pour recevoir la PAROLE, et le SAINT-ESPRIT rend la PAROLE efficace. Ceux qui reçoivent la vérité ont cette foi qui conduit à une action décidée, qui agit par amour et purifie l’âme. Ainsi la vérité est un sanctificateur. Son pouvoir de transformation se voit sur le personnage. Lorsqu’elle a été admise dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, elle n’agit pas superficiellement, laissant le cœur inchangé ; il ne réveille pas simplement les émotions, à la négligence du jugement et de la volonté ; mais elle descend jusque dans les profondeurs de la nature et amène tout l’être à une action harmonieuse. {RH, 6 octobre 1891 par. 3}
JÉSUS savait que tout ce qui était présenté qui n’était pas en harmonie avec ce qu’il était venu dévoiler sur terre était faux et illusoire. Mais il a dit : « Quiconque est de la vérité écoute ma voix. S’étant tenu dans les conseils de DIEU, ayant habité dans les hauteurs éternelles du SANCTUAIRE, tous les éléments de la vérité étaient en lui, et de lui ; car il était un avec DIEU. « En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et attestons que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage. Si je vous ai dit des choses terrestres, et que vous ne croyez pas, comment croirez-vous, si je vous dis des choses célestes ? Et personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le FILS DE L’HOMME qui est dans le ciel. “Chaque PAROLE DE DIEU est pure: il est un bouclier pour ceux qui placent leur confiance en lui. N’ajoute rien à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne, et tu seras trouvé menteur. {RH, 1er décembre 1891 par. dix}
Notre SAUVEUR compatissant n’est pas moins soucieux de son peuple maintenant. Il est plus disposé à donner SON ESPRIT SAINT comme guide et instructeur à ceux qui le lui demandent, que les parents terrestres ne le sont à donner de bons cadeaux à leurs enfants. N’ayez pas peur de faire confiance à DIEU ; fiez-vous à sa promesse sûre : « Demandez, et l’on vous donnera ». JÉSUS nous a présenté une vérité pleine de lumière et de vitalité SPIRITUELLE. Mais cette vérité a-t-elle été introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme ? CHRIST demeure-t-il dans vos cœurs par la foi ? Si CHRIST est en vous, vous le manifesterez aux autres. Nous devons avoir plus de JÉSUS, et moins, beaucoup moins, de soi. L’aspiration de nos cœurs devrait être : “Comme le cerf soupire après les ruisseaux d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu.” JÉSUS doit demeurer dans le cœur; et là où il est, les désirs charnels seront maîtrisés, et maintenu dans la sujétion par l’opération de l’ESPRIT DE DIEU. « Car les armes de notre guerre ne sont pas charnelles, mais puissantes par DIEU pour abattre des prises fortes ; renversant les imaginations, et toute chose élevée qui s’élève contre la connaissance de DIEU, et ramenant toute pensée en captivité à l’obéissance de CHRIST. {BEcho, 15 juin 1892 par. 6}
Tandis que CHRIST est le ministre dans le SANCTUAIRE d’en haut, il est aussi, à travers ses délégués, le ministre de son église sur la terre. Il parle au peuple par l’intermédiaire d’hommes choisis et poursuit son œuvre par eux, comme lorsqu’au temps de son humiliation il se déplaçait visiblement sur la terre. Bien que des siècles se soient écoulés, le laps de temps n’a pas changé sa promesse d’adieu à ses disciples. “Voici, je suis toujours avec vous, même jusqu’à la fin du monde.” [Matthieu 28:20.] Depuis l’ascension de CHRIST jusqu’à nos jours, les hommes ordonnés de DIEU, tirant leur autorité de lui, sont devenus des enseignants de la foi. Le CHRIST, le VÉRITABLE BERGER, surveille son œuvre par l’intermédiaire de ces sous-bergers. Ainsi la position de ceux qui travaillent dans la parole et la doctrine devient très importante. A la place du CHRIST, ils implorent le peuple de se réconcilier avec DIEU.
Le travail du ministre ne commence que lorsque la vérité est ouverte à la compréhension du peuple. Le CHRIST est notre MÉDIATEUR et grand prêtre officiant en présence du PÈRE. Il a été montré à Jean comme un AGNEAU qui avait été immolé, comme dans l’acte même de verser son sang en faveur du pécheur. Lorsque la LOI DE DIEU est présentée au pécheur, lui montrant la profondeur de ses péchés, il doit alors être pointé vers l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde. Il faut lui enseigner la repentance envers DIEU et la foi envers notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST. Ainsi, le travail du représentant du CHRIST sera en harmonie avec le travail du SAUVEUR dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. {GW92 13.2 1892
Il y en a trop dans les familles et dans l’église qui font peu de cas des incohérences flagrantes. Il y a des jeunes hommes qui apparaissent ce qu’ils ne sont pas. Ils semblent honnêtes et vrais; mais ils sont comme des sépulcres blanchis, beaux à l’extérieur, mais corrompus jusqu’à la moelle. Le cœur est taché, souillé de péché ; et ainsi le record tient dans les parvis célestes. Un processus s’est déroulé dans l’esprit qui les a rendus insensibles et passés. Mais si leurs caractères, pesés dans les balances du SANCTUAIRE, sont déclarés insuffisants au GRAND JOUR DE DIEU, ce sera une calamité qu’ils ne comprennent pas maintenant. La vérité, la vérité précieuse et sans tache, doit faire partie du personnage. {GW92 344.1 1892
Je suis tout à fait sérieux et terriblement dégoûté des démonstrations de confiance en soi et d’autosuffisance qui surgissent partout. Le caractère est pesé dans les balances dorées du SANCTUAIRE. Dit l’Éternel : « Je connais tes œuvres. Nous pouvons savoir que DIEU est au courant de chaque pensée, de chaque action ; et nous serons jugés selon les idées de DIEU, et non selon notre estimation de nous-mêmes. {Lt8-1892}
Dans le jugement, chaque œuvre sera estimée à sa vraie valeur et non selon l’opinion d’esprits finis de la louange vide et inconstante de ceux qui ont besoin de la sanctification de l’ESPRIT DE DIEU. Vous avez été gratifiée lorsque des lèvres humaines ont loué les discours de votre mari, mais il y avait si peu de valeur réelle dans beaucoup de ces discours que dans les livres du ciel des anges ont tracé en face de son nom : « Tel jour, en tel lieu, Robert Hare n’a pas prêché CHRIST et Lui crucifié comme le seul espoir du pécheur. Il est pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé léger. {Lt9-1892}
Il y en a beaucoup qui n’ont aucun intérêt à assister aux services du SANCTUAIRE, et qui n’ont pas ressenti la puissance de la PAROLE DE DIEU, parce que dans la prédication populaire elle est recouverte d’immondices inventées par l’homme. Présentez à ces âmes ce que CHRIST est pour vous, et ce qu’Il est pour tous ceux qui croient. Faites votre part dans la foi. Déposez la pauvre âme égarée errante sur le sein de l’amour infini du CHRIST. {Lt9-1892}
Quand je vois tout ce qui pourrait être fait dans les pays où je me trouve actuellement, mon cœur brûle en moi de montrer à ceux qui professent être des enfants de DIEU combien d’argent est gaspillé en vêtements, en MEUBLES coûteux, en plaisirs égoïstes, en excursions. simplement pour une satisfaction égoïste. Tout cela, c’est détourner les biens de l’Éternel, en utilisant pour se plaire des moyens qui sont tout à lui et qui devraient être consacrés à son service. Des âmes périssent à l’ombre de nos propres portes, et dans des pays étrangers, parce que l’argent que DIEU avait prévu de porter la lumière aux autres n’a pas coulé dans Son trésor ; parce que ceux qui professaient la vérité n’ont pas aimé la vérité et ne l’ont pas amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de leurs âmes, ramenant toute pensée captive à JÉSUS-CHRIST. Les âmes professant la piété sont aussi dépourvues de l’amour de CHRIST dans le cœur que le plus grand des pécheurs. {Lt10-1892}
Des âmes périssent dans l’ombre de nos propres portes, et dans des pays étrangers, parce que l’argent que DIEU a prévu pour porter la lumière aux autres n’a pas coulé dans Son trésor, parce que ceux qui professent la vérité n’ont pas aimé la vérité et ne l’ont pas apportée. dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de leur âme, amenant chaque pensée en captivité à JÉSUS-CHRIST. Tant de personnes professant la piété sont aussi dépourvues de l’amour de CHRIST dans leur cœur que le plus grand des pécheurs. {Lt10a-1892}
Nous devons chercher et servir le SEIGNEUR de tout notre cœur, de toute notre force, de tout notre esprit et de toute notre force, et aimer notre prochain comme nous-mêmes, sinon nous serons pesés dans la balance du SANCTUAIRE et déclarés insuffisants. Manquer quand la grande revue aura lieu, c’est manquer pour toujours. Il n’y aura pas de temps pour aller sur le sol et ramasser les points tombés, pas de temps pour se préparer à l’inspection du ciel. C’est notre heure, c’est notre jour. Des opportunités précieuses et dorées sont maintenant les nôtres pour devenir complets en Lui, même en CHRIST JÉSUS notre SEIGNEUR. Si nous échouons ici dans cette vie, il n’y a pas de deuxième probation. Nous ne devons pas maintenant manquer au respect du caractère chrétien. Les cœurs purs verront DIEU. {Lt11-1892}
Nous devons chercher et servir le SEIGNEUR de tout notre cœur, de toute notre force, de tout notre esprit et de toute notre force, et aimer notre prochain comme nous-mêmes, sinon nous serons pesés dans la balance du SANCTUAIRE et déclarés insuffisants. Manquer quand la grande revue aura lieu, c’est manquer pour toujours. Il n’y aura pas de temps pour aller sur le sol et ramasser les points tombés, pas de temps pour se préparer à l’inspection du ciel. C’est notre heure, c’est notre jour. Des opportunités précieuses et dorées sont maintenant les nôtres pour devenir complets en Lui, même en CHRIST JÉSUS notre SEIGNEUR. Si nous échouons ici dans cette vie, il n’y a pas de deuxième probation. Nous ne devons pas maintenant manquer au respect du caractère chrétien. Les cœurs purs verront DIEU. {Lt11-1892}
Ce n’est pas mon travail de faire croire aux hommes. Seul le SAINT-ESPRIT DE DIEU peut faire ce travail. Mais le même aveuglement qui a empêché les Juifs de recevoir CHRIST, empêche les gens de Le recevoir dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de leurs âmes aujourd’hui. Le temple de l’âme est souillé et, à moins qu’il ne soit purgé, il deviendra entièrement corrompu. L’Éternel vient, et pourtant, en tant que peuple, nous sommes loin de marcher dans la lumière. L’un a son idole préférée, l’autre son péché préféré, et il reste donc que le SAINT-ESPRIT ne peut pas faire grand-chose pour le croyant professé. {Lt11-1892}
Que signifie le terme « chrétien » ? Qu’est-ce que c’est que d’être CHRISTLIKE ? La vérité doit être amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme et non pas gardée dans la cour extérieure. Beaucoup, nous sommes désolés de le dire, agissent dans les préoccupations communes de la vie comme ils le feraient s’ils n’avaient jamais entendu la vérité. Le même amour-propre, le même égoïsme et l’auto-élévation, la même indulgence de la volonté personnelle, la même hâte d’humeur, le même orgueil sensible et l’insubordination sont quotidiennement manifestés par beaucoup. {Lt20-1892}
Ceux qui professent croire aux vérités spéciales pour cette époque doivent être convertis et sanctifiés par la vérité. En tant que chrétiens, nous sommes devenus les dépositaires de la vérité sacrée, et nous ne devons pas garder la vérité dans le parvis extérieur, mais l’amener dans le SANCTUAIRE de l’âme. Alors l’église possédera partout une vitalité divine. Les faibles seront comme David, et David comme l’ange de l’Éternel. Une question sera tout absorbante : Qui s’approchera le plus de la ressemblance de CHRIST ? Qui fera le plus pour gagner des âmes à la justice ? Quand c’est l’ambition des croyants, la dispute est finie ; la prière du CHRIST est exaucée. {Lt25b-1892}
Satan est à l’œuvre d’en bas pour attiser les pouvoirs infernaux de sa confédération du mal contre les justes. Il imprègne les agences humaines de ses propres attributs. Des efforts seront déployés par de mauvais anges, unis à des hommes mauvais pour harceler, persécuter et détruire, mais le SEIGNEUR DIEU d’Israël n’abandonnera pas ceux qui se confient en lui. Au milieu du renforcement de l’infidélité et de l’apostasie, au milieu de la prétendue illumination, qui est la présomption et l’illusion les plus aveugles, il y aura une lumière qui brillera sur le peuple de DIEU depuis le SANCTUAIRE d’en haut. La vérité de DIEU triomphera. Les COMMANDEMENTS DE DIEU seront piétinés comme ils ont été piétinés par Satan au ciel. {Lt30a-1892}
Le travail de bureau de l’ESPRIT DE DIEU est de qualifier les hommes pour qu’ils deviennent des enseignants. Le SAINT-ESPRIT pourrait être donné à tous les hommes pour les enseigner, mais DIEU ne travaille pas de cette façon. Le SEIGNEUR agit par l’intermédiaire d’agents humains. « Vous êtes mes témoins », dit l’Éternel. DIEU envoie des hommes et des femmes pour instruire et éduquer les autres, et pour prêcher au monde la nouvelle de l’évangile. Ce n’est que lorsque le travail de notre grand GRAND PRÊTRE sera terminé dans le SANCTUAIRE CÉLESTE que notre travail sera terminé. Le travail d’enseignement continuera, le soin des malades reposera sur nous, et des institutions seront nécessaires pour le traitement des affligés, et des moyens seront nécessaires pour l’extension de la connaissance du glorieux EVANGILE DE DIEU et de notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, jusqu’à ce qu’un peuple soit trouvé sans tache ni ride ou quoi que ce soit de semblable, se tenant irréprochable devant le ciel, et préparé pour le grand jour de l’Éternel. {Lt93-1892}
Nous demandons, est-ce que nos frères et sœurs se tiennent sur un terrain plus élevé qu’avant que l’Éternel ne leur envoie une aide spéciale selon leur demande ? Ont-ils avancé de jour en jour ? Les chrétiens qui prétendent croire à la vérité pratiquent-ils toute la vérité dans leur vie quotidienne ? Le SEIGNEUR a mis beaucoup de choses devant mon esprit pendant ces semaines d’impuissance forcée. Et combien dois-tu à ton SEIGNEUR, pour les précieuses vérités anciennes qui ont été retirées de dessous les ordures et présentées aux cœurs avec puissance comme une nouvelle révélation ? Comment avez-vous traité ces vérités ? Les avez-vous introduits dans le SANCTUAIRE de l’âme ? Avez-vous révélé aux intelligences célestes que vous recevez la vérité en agissant sur elles ? {Ms40-1892}
Dans certains endroits, la vérité a été introduite, et les âmes se sont emparées d’elle, mais elles sont dans des circonstances limitées et ne peuvent que peu faire pour obtenir des avantages qui donneraient du caractère à l’œuvre. Il est donc difficile d’étendre le travail à de nouveaux domaines. Lorsque la vérité est présentée et que les gens deviennent intéressés, les ministres leur disent, et les membres de l’église en font écho : « Cet intérêt s’éteindra ; vous abandonnerez ces nouvelles idées sur le SABBAT DU SEPTIÈME JOUR et la venue du SEIGNEUR. Ce peuple n’a pas d’église et vous n’avez pas de lieu de culte. Vous êtes une petite entreprise, pauvre et analphabète, il y a peu d’hommes talentueux parmi vous. ” Pouvons-nous nous attendre à ce que cela n’apporte aucune tentation à ceux qui voient les raisons de notre foi et ressentent la conviction de l’ESPRIT DE DIEU en ce qui concerne la VÉRITÉ BIBLIQUE présentée ? Il faut répéter souvent qu’à partir d’un petit début, de grands intérêts peuvent se développer. Si la sagesse, le jugement sanctifié et l’habile généralité sont manifestés par nous en tant que peuple pour édifier les intérêts du royaume de notre RÉDEMPTEUR dans le monde, d’humbles SANCTUAIRES seront érigés, où ceux qui lèvent la croix en obéissant à la vérité pourront trouver un foyer, un lieu où ils peuvent adorer DIEU selon les préceptes de leur propre conscience. {Lt2c-1892} d’humbles SANCTUAIRES seront érigés, où ceux qui lèvent la croix en obéissant à la vérité pourront trouver un foyer, un lieu où ils pourront adorer DIEU selon les préceptes de leur propre conscience. {Lt2c-1892} d’humbles SANCTUAIRES seront érigés, où ceux qui lèvent la croix en obéissant à la vérité pourront trouver un foyer, un lieu où ils pourront adorer DIEU selon les préceptes de leur propre conscience. {Lt2c-1892}
Des discours doctrinaux ont été prêchés au peuple, et beaucoup ont écouté et ont accepté les doctrines, qui avaient peu de connaissance de la PAROLE DE DIEU ; car ils n’ont pas étudié la BIBLE et n’ont jamais senti qu’il était de leur devoir de creuser profondément dans les mines de la vérité. Ils attrapent les vérités superficielles. Un travail beaucoup plus approfondi devrait être fait. Un système doit être adopté, afin que ceux qui veulent vraiment connaître la vérité telle qu’elle est en JÉSUS, aient la possibilité de devenir des étudiants, et qu’ils puissent rechercher avec ferveur la connaissance et la compréhension SPIRITUELLES, et participer à la riche provision du MAÎTRE. table. Ils ont travaillé diligemment pour le pain qui périt; qu’ils fassent maintenant un effort pour le pain céleste, et qu’ils travaillent avec un sérieux digne du trésor qu’ils recherchent. Nous ne plaidons pas que les sentiments peuvent être agités, les émotions éveillées, mais que le peuple de DIEU puisse être nourri avec sa portion de viande en temps voulu. Le travail de nos ministres doit être d’un autre ordre. Ils doivent développer leur patience et leur ressemblance au CHRIST, afin qu’ils puissent enseigner le mode de vie par le précepte et l’exemple. La vérité n’a de valeur pour aucune âme à moins qu’elle ne soit amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR et sanctifie l’âme. La piété dégénérera et la religion deviendra un sentimentalisme superficiel, à moins que le soc de la vérité ne pénètre profondément dans la terre en friche du cœur. Lorsque la vérité est reçue, elle opérera des changements radicaux dans la vie et le caractère ; car la religion signifie la demeure de CHRIST dans le cœur, et là où il est, l’âme poursuit son activité SPIRITUELLE, toujours croissante en grâce, toujours perfectionnée. Partout dans nos églises, il y a ceux qui sont SPIRITUELLEMENT paralysés. Ils ne manifestent pas la vie SPIRITUELLE. {RH, 24 mai 1892 par. 4}
Quel honneur a été accordé à l’homme, en ce qu’il a le privilège d’entrer en communion avec le SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ; car si nous souffrons avec lui, nous régnerons aussi avec lui dans la gloire. Le commandement est donné : « Travaillez à votre propre salut avec crainte et tremblement » ; mais cet encouragement est ajouté : « Car c’est DIEU qui produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir. «Nous donc, en tant qu’ouvriers avec lui, vous supplions aussi de ne pas recevoir la GRÂCE DE DIEU en vain. (Car il dit : Je t’ai exaucé dans un temps agréé, et au jour du salut je t’ai secouru : voici, maintenant est le temps agréé ; voici, maintenant est le jour du salut.) » Une puissance au-dessus et en dehors de l’homme doit travailler sur lui, afin que des bois solides puissent être introduits dans l’édifice de son caractère. Dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, la présence de DIEU doit demeurer. « Et quel accord le TEMPLE DE DIEU a-t-il avec les idoles ? Car vous êtes le temple du DIEU VIVANT ; comme Dieu l’a dit, j’habiterai en eux et j’y marcherai; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. « Ne savez-vous pas que vous êtes le TEMPLE DE DIEU, et que l’ESPRIT DE DIEU habite en vous ? Si quelqu’un souille le TEMPLE DE DIEU, DIEU le détruira; car le TEMPLE DE DIEU est saint, lequel temple vous êtes. “Quoi! Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du SAINT-ESPRIT qui est en vous, que vous avez de DIEU, et que vous ne vous appartenez pas ? Car vous avez été rachetés à un prix : glorifiez donc DIEU dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à DIEU. « Car par lui nous avons tous deux accès par un ESPRIT au PÈRE. Maintenant donc vous n’êtes plus des étrangers ni des étrangers, mais des concitoyens des saints et de la maison de DIEU ; et sont édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, JÉSUS-CHRIST lui-même étant la principale pierre angulaire ; en qui tout l’édifice convenablement assemblé s’élève pour devenir un saint temple dans l’Éternel; en qui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de DIEU par l’ESPRIT. {RH, 25 octobre 1892 par. 3}
Le ministre humain peut faire de son mieux pour vous aider dans toutes vos difficultés ; mais ce n’est qu’un homme mortel, et il ne peut rendre aucun service utile, si ce n’est de vous indiquer le vrai ministre. Il doit faire tout son travail en totale dépendance de DIEU, comme vous devez faire votre travail. Vous avez la même source que lui pour recevoir la lumière et la force, et à chaque fois que vous en avez besoin, vous pouvez vous approcher hardiment du TRÔNE DE GRÂCE. Du ministre ci-dessus, il est écrit. « C’est pourquoi il peut aussi sauver parfaitement ceux qui viennent à DIEU par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. . . . Car la loi fait des grands prêtres des hommes qui ont une infirmité; mais la parole du serment, qui était depuis la loi, fait le FILS, qui est consacré pour toujours. « Or, des choses dont nous avons parlé, voici la somme : Nous avons un tel souverain sacrificateur, qui est assis à la droite du TRÔNE de la MAJESTÉ dans les cieux ; un ministre du SANCTUAIRE et du véritable TABERNACLE, que l’Éternel a dressé, et non l’homme. {RH, 17 janvier 1893 par. 12}
Mais la norme du ministère a été considérablement abaissée, et le ministre du véritable SANCTUAIRE est déformé devant le monde. DIEU est prêt à accepter les hommes comme ses collaborateurs, et à en faire la lumière du monde, des agents par lesquels il peut gracieusement infuser la lumière dans l’entendement. Si les hommes qui portent le message n’ont pas CHRIST demeurant en eux, s’ils ne sont pas vrais, et certains ne le sont pas, que le SEIGNEUR les réveille de leur tromperie avant qu’il ne soit trop tard. DIEU veut que les hommes soient tendres, compatissants et aiment comme des frères. JÉSUS attend qu’ils leur ouvrent la porte, qu’il entre et infuse dans leur cœur la chaleur de son amour, sa bonté, sa tendre compassion; que le travailleur puisse, dans toute sa relation avec l’humanité, révéler le SAUVEUR au monde. {SpTA01a 11.1 1892}
Devant les hommes et les anges, les chrétiens sont tenus de montrer par le précepte et l’exemple la valeur du caractère chrétien. Ceux qui reçoivent CHRIST comme leur SAUVEUR personnel pourront le faire, et pour eux CHRIST est allé préparer des demeures dans le ciel. Il y en a qui déclarent que tous les hommes ont droit à une place dans le ciel, et dans le même souffle ils reconnaissent que tous les hommes ne sont pas faits pour cette demeure céleste. Si tous les hommes acceptaient seulement la vérité telle qu’elle est en JÉSUS, et lui donnaient une place dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, afin qu’ils puissent devenir sanctifiés par elle, ils seraient aptes au ciel. {ST, 2 mai 1892 par. 12}
JÉSUS nous a présenté de précieuses vérités pleines de lumière et de vitalité SPIRITUELLES. Mais cette vérité a-t-elle été introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme ? CHRIST demeure-t-il dans vos cœurs par la foi ? Si CHRIST est en vous, vous le manifesterez aux autres. Nous devons avoir plus de JÉSUS, et moins, beaucoup moins, de soi. La prière de nos cœurs devrait être : “Comme le cerf soupire après les ruisseaux d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu.” JÉSUS doit demeurer dans le cœur; et là où il est, les désirs charnels seront maîtrisés et maintenus en sujétion par l’opération de l’ESPRIT DE DIEU. « Car les armes de notre guerre ne sont pas charnelles, mais puissantes par DIEU pour renverser des forteresses ; renversant les imaginations, et toute chose élevée qui s’élève contre la connaissance de DIEU, et ramenant toute pensée en captivité à l’obéissance de CHRIST. {ST, 6 juin 1892 par. 5}
Notre PÈRE CÉLESTE a payé un prix infini pour que nous puissions venir à lui; et si notre vie passée a été pleine de péchés, nous pouvons maintenant nous repentir et venir à DIEU. La promesse est que tous ceux qui se repentent et se détournent de leurs transgressions seront pardonnés. Aucun n’a besoin d’être découragé parce que sa vie passée a été marquée par des caractères répréhensibles. Écoutez ce que dit le DIEU des cieux : « Quand je dirai au juste qu’il vivra certainement ; s’il se confie en sa propre justice et commet l’iniquité, toute sa justice ne sera pas rappelée; mais pour l’iniquité qu’il a commise, il en mourra. Encore une fois, quand je dis aux méchants : Tu mourras certainement ; s’il se détourne de son péché et fait ce qui est licite et juste; si le méchant rend le gage, rendez ce qu’il a volé, marchez dans les statuts de vie, sans commettre d’iniquité; il vivra sûrement, il ne mourra pas. Aucun de ses péchés qu’il a commis ne lui sera mentionné. «Venez maintenant, et plaidons ensemble, dit l’Éternel; si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront aussi blancs que la neige; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils seront comme la laine. Je suis tellement reconnaissante aujourd’hui que nous ayons un SAUVEUR vivant. Il y en a beaucoup qui se promènent aussi tristement que si le CHRIST était encore dans le tombeau de Joseph avec une grande pierre roulée devant la porte. Nos cœurs devraient être remplis d’espérance et de joie, et nous devrions être capables de dire avec des langues reconnaissantes : CHRIST est ressuscité et est à la droite de DIEU pour intercéder pour nous. Il a porté son sang dans le SANCTUAIRE, et nous NETTOYERA de tout péché. {ST, 29 août 1892 par. 4} ” “Venez maintenant, et plaidons ensemble, dit l’Éternel; si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront aussi blancs que la neige; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils seront comme la laine. Je suis tellement reconnaissante aujourd’hui que nous ayons un SAUVEUR vivant. Il y en a beaucoup qui se promènent aussi tristement que si le CHRIST était encore dans le tombeau de Joseph avec une grande pierre roulée devant la porte. Nos cœurs devraient être remplis d’espérance et de joie, et nous devrions être capables de dire avec des langues reconnaissantes : CHRIST est ressuscité et est à la droite de DIEU pour intercéder pour nous. Il a porté son sang dans le SANCTUAIRE, et nous NETTOYERA de tout péché. {ST, 29 août 1892 par. 4} ” “Venez maintenant, et plaidons ensemble, dit l’Éternel; si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront aussi blancs que la neige; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils seront comme la laine. Je suis tellement reconnaissante aujourd’hui que nous ayons un SAUVEUR vivant. Il y en a beaucoup qui se promènent aussi tristement que si le CHRIST était encore dans le tombeau de Joseph avec une grande pierre roulée devant la porte. Nos cœurs devraient être remplis d’espérance et de joie, et nous devrions être capables de dire avec des langues reconnaissantes : CHRIST est ressuscité et est à la droite de DIEU pour intercéder pour nous. Il a porté son sang dans le SANCTUAIRE, et nous NETTOYERA de tout péché. {ST, 29 août 1892 par. 4} « Je suis tellement reconnaissante aujourd’hui que nous ayons un SAUVEUR vivant. Il y en a beaucoup qui se promènent aussi tristement que si le CHRIST était encore dans le tombeau de Joseph avec une grande pierre roulée devant la porte. Nos cœurs devraient être remplis d’espérance et de joie, et nous devrions être capables de dire avec des langues reconnaissantes : CHRIST est ressuscité et est à la droite de DIEU pour intercéder pour nous. Il a porté son sang dans le SANCTUAIRE, et nous NETTOYERA de tout péché. {ST, 29 août 1892 par. 4} « Je suis tellement reconnaissante aujourd’hui que nous ayons un SAUVEUR vivant. Il y en a beaucoup qui se promènent aussi tristement que si le CHRIST était encore dans le tombeau de Joseph avec une grande pierre roulée devant la porte. Nos cœurs devraient être remplis d’espérance et de joie, et nous devrions être capables de dire avec des langues reconnaissantes : CHRIST est ressuscité et est à la droite de DIEU pour intercéder pour nous. Il a porté son sang dans le SANCTUAIRE, et nous NETTOYERA de tout péché. {ST, 29 août 1892 par. 4} {ST, 29 août 1892 par. 4} {ST, 29 août 1892 par. 4}
Puisque JÉSUS a fait pour nous un sacrifice si infini, qu’il est cruel que nous restions indifférents. Individuellement, nous avons coûté la vie au FILS DE DIEU, et il désire que nous marchions par une foi vivante, croyant en lui de tout notre cœur. Il voudrait que vous apportiez la vérité de DIEU dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR, pour adoucir et subjuguer l’âme ; car lorsque CHRIST habitera dans votre cœur par la foi, vous aimerez ceux pour qui il est mort. Supposons que la trompette de DIEU sonne ce soir, qui est prêt à répondre avec joie ? Combien d’entre vous crieraient : « Oh, arrêtez les roues du char ; Je ne suis pas prêt”? De combien serait-il écrit, comme il a été écrit à propos de Belshatsar : « Tu es pesé dans la balance et tu es trouvé léger » ? Manquer en ce jour-là, c’est manquer pour toujours ; car lorsque CHRIST viendra sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire, nous devons être tous prêts à être changés en un instant, en un clin d’œil, et à être enlevés à la rencontre de l’Éternel dans les airs. Votre seule sécurité est de venir à CHRIST et de cesser de pécher en ce moment même. La douce voix de la miséricorde résonne à vos oreilles aujourd’hui, mais qui peut dire si elle résonnera demain ? Combien sera précieuse l’apparition de CHRIST à ceux qui auront fait du bien sur la terre. JÉSUS, notre RÉDEMPTEUR, revient dans le monde, et tous ceux qui croient en lui, qui l’aiment et GARDER SES COMMANDEMENTS pourront dire : « Voici, c’est notre DIEU ; nous l’avons attendu, et il nous sauvera. {ST, 29 août 1892 par. 5} La douce voix de la miséricorde résonne à vos oreilles aujourd’hui, mais qui peut dire si elle résonnera demain ? Combien sera précieuse l’apparition de CHRIST à ceux qui auront fait du bien sur la terre. JÉSUS, notre RÉDEMPTEUR, revient dans le monde, et tous ceux qui croient en lui, qui l’aiment et GARDER SES COMMANDEMENTS pourront dire : « Voici, c’est notre DIEU ; nous l’avons attendu, et il nous sauvera. {ST, 29 août 1892 par. 5} La douce voix de la miséricorde résonne à vos oreilles aujourd’hui, mais qui peut dire si elle résonnera demain ? Combien sera précieuse l’apparition de CHRIST à ceux qui auront fait du bien sur la terre. JÉSUS, notre RÉDEMPTEUR, revient dans le monde, et tous ceux qui croient en lui, qui l’aiment et GARDER SES COMMANDEMENTS pourront dire : « Voici, c’est notre DIEU ; nous l’avons attendu, et il nous sauvera. {ST, 29 août 1892 par. 5}
Lorsque le SANCTUAIRE devait être construit, l’Éternel ordonna à Moïse, en disant : “Veille à ce que tu les fasses selon leur modèle, qui t’a été montré sur la montagne.” Moïse était plein de zèle pour faire l’œuvre de DIEU. Les hommes les plus talentueux et les plus habiles étaient à ses ordres pour exécuter ses suggestions; et pourtant il ne lui a pas été donné de faire une cloche, une grenade, un gland, une frange, un RIDEAU, ou n’importe quel vase du SANCTUAIRE, sauf selon le modèle qui lui a été montré comme l’idéal de DIEU. DIEU l’appela sur la montagne et lui révéla les choses célestes. L’Éternel le couvrit afin qu’il puisse voir DIEU et vivre, et voir les choses que DIEU aurait faites selon le modèle. Quarante jours il fut en communication directe avec DIEU ; et quand il descendit de la montagne, son visage resplendit de gloire, et il était prêt à donner des instructions sur la façon dont le SANCTUAIRE devait être construit selon le modèle qui lui était montré sur la monture. {ST, 21 novembre 1892 par. 1}
Le croyant trouve dans la PAROLE DE DIEU conseil et réconfort ; et en suivant la direction, il marche dans le chemin de la vie. La vérité précieuse est dévoilée à son esprit, et il la reçoit dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Les attraits du monde s’apprivoisent pour lui ; car la gloire et la valeur de l’éternité sont ouvertes devant lui. Il peut dire avec l’apôtre : « Maintenant nous avons reçu, non l’esprit du monde, mais l’ESPRIT qui est de DIEU ; afin que nous connaissions les choses qui nous sont librement données par DIEU. Comment peut-on se persuader que la PAROLE DE DIEU n’est qu’une fable savamment conçue ? Comment peut-il imaginer que la vie vitalement liée au CHRIST est inintéressante ? Ô que tous puissent en calculer le coût et conclure que la chose la plus profitable à faire pour une âme est de s’assurer de son appel et de son élection, afin qu’elle puisse se tenir jour après jour sur un terrain avantageux, regardant à JÉSUS, l’auteur et le consommateur de sa foi ! {YI, 22 décembre 1892 par. 2}
Si seulement nous pensions à DIEU aussi souvent que nous avons la preuve qu’il prend soin de nous, nous devrions toujours le garder dans nos pensées et nous réjouir de parler de lui et de le louer. Nous parlons des choses temporelles parce que nous nous y intéressons. Nous parlons de nos amis parce que nous les aimons ; nos joies et nos peines y sont liées. Pourtant nous avons infiniment plus de raisons d’aimer DIEU que d’aimer nos amis terrestres ; ce devrait être la chose la plus naturelle du monde de le mettre en premier dans toutes nos pensées, de parler de sa bonté et de parler de sa puissance. Les riches dons qu’Il nous a accordés n’étaient pas destinés à absorber nos pensées et notre amour au point que nous n’ayons rien à donner à DIEU ; ils doivent constamment nous le rappeler et nous lier par des liens d’amour et de gratitude à notre bienfaiteur céleste. Nous habitons trop près des basses terres de la terre. Levons les yeux vers la porte ouverte du SANCTUAIRE d’en haut, où la lumière de la GLOIRE DE DIEU brille sur la face du CHRIST, qui « peut aussi sauver parfaitement ceux qui viennent à DIEU par lui ». Hébreux 7:25. {SC 102.1 1892 1893}
DIEU a confié entre nos mains une œuvre des plus sacrées, et nous avons besoin de nous réunir pour recevoir des instructions sur ce qu’est la religion personnelle et la piété familiale ; nous devons comprendre quel rôle nous serons individuellement appelés à jouer dans la grande et importante œuvre d’édification de la cause et de l’œuvre de DIEU sur la terre, en confirmant la LOI SAINTE DE DIEU et en élevant le SAUVEUR comme “l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde. Nous avons besoin de recevoir la touche divine, afin que nous puissions comprendre notre travail à la maison. Les parents doivent comprendre comment ils peuvent envoyer du SANCTUAIRE de la maison des enfants chrétiens, formés et éduqués afin qu’ils soient aptes à briller dans le monde. Nous avons besoin du SAINT-ESPRIT, afin que nous ne déformions pas notre foi. Nous devons comprendre en ce qui concerne la division du travail, et comment chaque partie doit être reportée. Chacun doit comprendre le rôle qu’il doit jouer, et il doit y avoir harmonie de but et d’exécution dans le travail combiné de tous. Chacun doit concentrer ses énergies sur la portion du travail qu’il est appelé à accumuler, afin qu’aucun travail ne soit perdu ; qu’il n’y ait pas de bousculade, pas de croisement de chemins. Les ouvriers avec DIEU doivent faire preuve de tact consacré et faire tout leur possible pour qu’il n’y ait pas de gaspillage d’énergie ou de moyens. Chaque individu doit se réjouir du succès de son frère ouvrier et se rendre compte qu’il coopère lui-même avec les agences célestes pour l’avancement de la cause de la vérité, qui est sous la direction générale de JÉSUS-CHRIST. « Car vous êtes ouvriers avec DIEU ; vous êtes l’élevage de DIEU, vous êtes l’édifice de DIEU. {BEcho, 8 décembre 1893 par. 8} {Lt7-1893}
La vraie paix viendra parmi le peuple de DIEU lorsque, par un zèle uni et une prière fervente, la fausse paix, qui existe dans une large mesure, sera perturbée. . . . Ceux qui sont sous l’influence de l’ESPRIT DE DIEU ne seront pas fanatiques, mais calmes, inébranlables, sans extravagance. Mais que tous ceux qui ont vu la lumière de la vérité briller clairement et distinctement sur leur chemin, prennent garde à la façon dont ils crient, Paix et sécurité. Soyez prudent lorsque vous faites le premier pas pour supprimer les messages de vérité. Faites attention à l’influence que vous exercez en ce moment. Ceux qui professent croire aux vérités spéciales pour cette époque doivent être convertis et sanctifiés par la vérité. En tant que chrétiens, nous sommes devenus les dépositaires de la vérité sacrée, et nous ne devons pas garder la vérité dans le parvis extérieur, mais l’amener dans le SANCTUAIRE de l’âme. Alors l’église possédera partout une vitalité divine. Les faibles seront comme David, et David comme l’ange de l’Éternel. {GCDB, 6 février 1893 par. 11}
Les péchés d’Israël doivent aller au jugement à l’avance. Chaque péché doit être confessé au SANCTUAIRE, alors l’œuvre se déplacera, elle doit être faite maintenant. La pluie de l’arrière-saison vient sur ceux qui sont purs, tous donc la recevront comme autrefois. Personne ne reçoit la pluie de l’arrière-saison sauf ceux qui font tout ce qu’ils peuvent. CHRIST nous aidera. Tous pouvaient être vainqueurs par la GRACE DE DIEU par le SANG DE JESUS. Tout le ciel s’intéresse à l’œuvre. Les anges sont intéressés. {GCDB, 7 février 1893 par. 1}
Le grand besoin de l’âme est de connaître DIEU et JÉSUS-CHRIST qu’il a envoyé. La BIBLE abonde en leçons pratiques que le solliciteur peut sans risque présenter au peuple. S’il peut par ce moyen éclairer leurs esprits obscurcis et apporter dans le SANCTUAIRE de l’âme une connaissance de ce que signifie la religion pratique, il nourrira le peuple. Le thème inépuisable de l’AMOUR DE DIEU en donnant SON FILS pour qu’il meure pour les péchés du monde peut être présenté en toute sécurité. Le solliciteur peut dire à l’âme curieuse : “Voici l’AGNEAU DE DIEU, qui ôte le péché du monde.” Que le solliciteur aille de l’avant avec cette prière sur les lèvres : « Éternel, que veux-tu que je fasse ? Qu’ils travaillent comme devant Dieu et en présence des anges célestes ; qu’ils désirent être approuvés de DIEU en toutes choses, n’ayant d’yeux que pour sa gloire, et ils ne resteront pas vains dans l’œuvre qu’ils ont entreprise. Les revendications de DIEU doivent être toujours devant nos yeux, et nous ne devons jamais oublier que nous devons rendre compte des actes accomplis dans le corps. Alourdis par cette pensée, les solliciteurs veilleront sur les âmes, et leurs prières sortiront de lèvres sincères, demandant la sagesse de dire un mot de temps à autre à ceux qui ont besoin d’aide. Les ouvriers de ce genre élèveront et purifieront continuellement l’âme par l’influence sanctifiante de la vérité. Ils sentiront la valeur des âmes et profiteront des opportunités inestimables qui leur sont accordées pour faire connaître les richesses de la grâce du CHRIST à ceux qui sont dans la pauvreté et les ténèbres. {HM, 1 août 1893 par. 3} et nous ne devons jamais oublier que nous devons rendre compte des actes accomplis dans le corps. Alourdis par cette pensée, les solliciteurs veilleront sur les âmes, et leurs prières sortiront de lèvres sincères, demandant la sagesse de dire un mot de temps à autre à ceux qui ont besoin d’aide. Les ouvriers de ce genre élèveront et purifieront continuellement l’âme par l’influence sanctifiante de la vérité. Ils sentiront la valeur des âmes et profiteront des opportunités inestimables qui leur sont accordées pour faire connaître les richesses de la grâce du CHRIST à ceux qui sont dans la pauvreté et les ténèbres. {HM, 1 août 1893 par. 3} et nous ne devons jamais oublier que nous devons rendre compte des actes accomplis dans le corps. Alourdis par cette pensée, les solliciteurs veilleront sur les âmes, et leurs prières sortiront de lèvres sincères, demandant la sagesse de dire un mot de temps à autre à ceux qui ont besoin d’aide. Les ouvriers de ce genre élèveront et purifieront continuellement l’âme par l’influence sanctifiante de la vérité. Ils sentiront la valeur des âmes et profiteront des opportunités inestimables qui leur sont accordées pour faire connaître les richesses de la grâce du CHRIST à ceux qui sont dans la pauvreté et les ténèbres. {HM, 1 août 1893 par. 3} Les ouvriers de ce genre élèveront et purifieront continuellement l’âme par l’influence sanctifiante de la vérité. Ils sentiront la valeur des âmes et profiteront des opportunités inestimables qui leur sont accordées pour faire connaître les richesses de la grâce du CHRIST à ceux qui sont dans la pauvreté et les ténèbres. {HM, 1 août 1893 par. 3} Les ouvriers de ce genre élèveront et purifieront continuellement l’âme par l’influence sanctifiante de la vérité. Ils sentiront la valeur des âmes et profiteront des opportunités inestimables qui leur sont accordées pour faire connaître les richesses de la grâce du CHRIST à ceux qui sont dans la pauvreté et les ténèbres. {HM, 1 août 1893 par. 3}
Nous voulons le SAINT-ESPRIT DE DIEU, afin que nos œuvres soient conformes à notre foi. Oh, quelle œuvre, quelle œuvre sacrée est devant nous. Les parents ont besoin d’illumination, d’une touche divine, afin qu’ils puissent comprendre leur travail dans la vie familiale, pour envoyer du SANCTUAIRE à la maison des enfants chrétiens, moralement formés et éduqués pour faire briller leur lumière dans le monde. Nous devons comprendre en ce qui concerne le travail à poursuivre en Nouvelle-Zélande. Il doit y avoir des subdivisions de travail combinées avec une harmonie de but et d’exécution du travail qui doit être mis en œuvre. {Lt8a-1893}
Tandis que CHRIST est notre prêtre officiant dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, nous pouvons avoir foi en JÉSUS-CHRIST. Nous pouvons nous repentir de nos péchés, « Vous croyez en DIEU, croyez aussi en moi ». Toutes les dispositions ont été prises pour chaque nécessité de notre nature morale et SPIRITUELLE. La vérité en JÉSUS-CHRIST nous révèle « DIEU EST AMOUR » et qu’Il prend soin de nous. “Comme un père a pitié de ses enfants, ainsi l’Éternel a pitié de ceux qui le craignent.” {Lt12-1893}
Quel que soit le travail dans lequel vous vous engagez, vous devez chercher à le faire avec exactitude, avec diligence, en surmontant votre inclination à passer un moment facile qui ne sera pas appelé à exercer vos muscles et vos nerfs, et où vous n’aurez pas à solliciter l’esprit et le corps pour l’accomplir. Vous avez besoin d’apporter du bois massif de caractère dans votre bâtiment. Vous devez ressentir la revendication que l’évangile met sur vous. Vous professez croire la vérité, mais cher jeune homme, la vérité n’a jamais été introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme ; il a été gardé dans les cours extérieures. Lorsque la vérité est enchâssée dans le cœur, grâce à son pouvoir sanctifiant, la vertu apparaîtra dans la parole, dans le comportement, le caractère et l’esprit. Vous vous conduirez en représentant de JÉSUS-CHRIST en tout lieu et en toutes circonstances, et vous perdrez plutôt un œil droit, ou vous couperez une main droite, que de faire une action malhonnête. {Lt12a-1893}
Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ; éprouve-moi, et connais mes pensées ; et vois s’il y a quelque mauvaise voie en moi, et conduis-moi dans la voie éternelle. On voit combien il est nécessaire qu’il y ait une union de l’humain et du divin. Tout le cœur est d’être enrôlé dans le conflit. La LOI DE DIEU doit être écrite dans le cœur, sinon l’âme n’obéira jamais à la vérité, car la vérité de DIEU peut ne pas être la vérité pour celui qui prétend même y croire. des personnes peuvent professer aimer le SAUVEUR et pourtant rendre manifeste que l’amour ne les pousse pas à son service. Pourquoi l’amour du CHRIST n’exerce-t-il pas un pouvoir contraignant sur la vie ? C’est parce qu’elle n’a jamais été introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, qu’elle n’en a jamais été le principe d’action. « Avec le cœur l’homme croit à la justice ; et de la bouche on confesse pour le salut. {Lt13-1893}
Jean voit le peuple du reste en ces derniers jours regardant dans le SANCTUAIRE d’en haut, et il s’exclame : « Et le TEMPLE DE DIEU s’ouvrit dans le ciel, et on vit dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT ; et il y eut des éclairs, et des voix , et des tonnerres et un tremblement de terre et une grosse grêle ! La couverture de l’ARK était le MERCY SEAT. Qu’y avait-il dans cette ARK ? Sous le SIÈGE DE MISÉRICORDE dans l’ARCHE se trouvaient les DIX COMMANDEMENTS écrits avec le DOIGT DE DIEU. Ce peuple a été présenté à Jean regardant avec respect l’Arche et les TABLES DE PIERRE à l’intérieur de l’Arche sur lesquelles étaient gravés avec le DOIGT DE DIEU les DIX COMMANDEMENTS. Alors que Jean contemple cette scène, il s’exclame : voici ceux « qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU et qui ont le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST ». {Lt19-1893}
Il pourrait amener l’âme humaine au seuil du ciel et, par la porte ouverte, nous montrer sa gloire intérieure inondant le SANCTUAIRE CÉLESTE et resplendissant à travers ses portails, mais nous devons la contempler par la foi, non avec les yeux naturels. Il n’oublie pas que nous sommes Ses agents humains pour accomplir les oeuvres de DIEU dans un monde tout brûlé et gâché par la malédiction. C’est dans ce monde, qui est revêtu de ténèbres morales comme le drap de la mort, où les ténèbres couvrent la terre et les ténèbres grossières les gens, que nous devons marcher dans la lumière du ciel. {Lt30-1893}
Considérez bien le fait que toutes vos paroles acerbes, vos censures, vos suppositions maléfiques et votre autosuffisance pèseront contre vous lorsque votre caractère sera pesé dans les balances du SANCTUAIRE. Cherchez l’Éternel comme un petit enfant, et vous le trouverez. Vous devez tomber sur le ROCHER, CHRIST JÉSUS, et être brisé ; et alors l’Éternel placera sur toi son moule et te prendra pour sien. Il est si désireux, si prêt à vous emmener dans une communion plus étroite avec Lui. Il est disposé à vous apprendre à prier avec la confiance et l’assurance d’un petit enfant. Demandez au cher SAUVEUR de vous pardonner d’avoir si souvent manifesté les attributs de l’ennemi rusé, puis par la foi, revêtez CHRIST. Inscrivez à nouveau votre nom en tant qu’étudiant dans Son école. Apprenez à prier avec foi. Recevez la connaissance de JÉSUS de telle manière que vous intercéderez auprès de Lui avec douceur et humilité de cœur, en élevant des mains saintes sans colère ni doute. {Lt38-1893}
Que le SEIGNEUR vous guide tous, enseignants, élèves et membres d’église, pour faire un travail diligent pour l’éternité. La fin de toutes choses est proche. Il faut maintenant des hommes armés et équipés pour combattre pour DIEU. Veuillez lire Ézéchiel 9. Qui porte le signe, la marque DE DIEU sur leurs fronts ? Les hommes qui soupirent et pleurent pour les abominations commises au milieu de Jérusalem – parmi ceux qui professent être le peuple de DIEU – pas ceux qui sont absorbés par des jeux pour leur amusement égoïste. Après que la marque ait été placée sur cette classe – qui sont enregistrés dans les livres du ciel comme vainqueurs – par le messager angélique de DIEU, l’ordre est donné aux ministres de la destruction : « Allez après lui à travers la ville, et frappez : ne laissez pas votre œil épargner, et n’ayez pas pitié : tuez tout à fait les vieux et les jeunes, les servantes et les petits enfants, et les femmes ; mais n’approchez d’aucun homme sur qui est la marque. Et commencez par MON SANCTUAIRE. Puis ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. Que DIEU accorde que ces prédictions solennelles qui doivent si rapidement s’accomplir soient imprimées dans le cœur de tous ! Voir Apocalypse 7:1-4, 12-17 ; Zacharie 3. {Lt47-1893}
Dans notre expérience, nous avons vu des hommes et des femmes à qui était confiée une grande quantité de capital devenir résolument égoïstes dans l’esprit et la pratique, de sorte qu’ils ont même détourné les moyens de leur SEIGNEUR. Après que DIEU les ait essayés et testés, et qu’ils aient échoué à se repentir et à se réformer, leurs noms ont été enregistrés, “pesés dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE et trouvés insuffisants”. Que ce ne soit pas le cas avec vous. Pour l’amour du CHRIST, je vous implore d’être un fidèle intendant. Que le SAINT-ESPRIT nous guide avec la sagesse céleste et nous garde afin que nous n’utilisions pas la PAROLE DE DIEU de manière trompeuse. Nous voulons être capables de discerner le sens que DIEU voudrait que Sa Vérité transmette. {Lt63-1893}
En raison de la grande quantité confiée, nous avons dans notre expérience vu des hommes changer décidément d’esprit et de pratique, et détourner le capital confié à leur SEIGNEUR, et après que DIEU les ait essayés et testés, dans les livres du ciel était inscrit : “pesé dans le soldes du SANCTUAIRE CÉLESTE, et trouvé insuffisant ». Que ce ne soit pas le cas avec vous. Je vous implore pour l’amour du CHRIST d’être trouvé un intendant fidèle. Puisse le SAINT-ESPRIT nous guider avec une sagesse qui n’est pas la nôtre, et nous garder afin qu’aucun de ceux qui professent croire à la vérité ne manipule la PAROLE DE DIEU de manière trompeuse. Nous voulons discerner le sens que Celui qui a donné la Vérité transmettrait. {Lt63a-1893}
Un saint dans la maison sera un saint partout et recevra la récompense céleste. Les anges de DIEU surveillent constamment le développement du caractère et pèsent la valeur morale dans la balance dorée du SANCTUAIRE CÉLESTE. Ce qu’un homme ou une femme est en esprit, en caractère, dans sa vie familiale, il le sera dans l’église. A-t-il le caractère de CHRIST ? {Lt109-1893}
Que mon frère se souvienne que sa femme est une enfant de DIEU. Elle aime JÉSUS. Elle aime la vérité. Le premier amour est d’être vivifié et allumé dans l’amour qui, chéri, conduit à la patience, à la douceur et à la noblesse généreuse de l’âme. Par la foi en la vérité, qui est introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, vous devez tous les deux être sanctifiés. Vous êtes né de DIEU. Vivez maintenant la nouvelle vie à JÉSUS-CHRIST, marchant dans la lumière comme CHRIST est dans la lumière, pensant et faisant la volonté de DIEU. CHRIST, qui est votre vie, sera distribué à travers la vie familiale, à travers chaque phase de la vie professionnelle, dans toute l’église. C’est ainsi que nous devenons la lumière du monde. {Lt109-1893}
Il n’y a rien dit ou fait ou même pensé que DIEU ne sache pas ; rien ne peut échapper à son œil infini. Il y a un TÉMOIN à chaque pensée, parole et action de nos vies, et ce TÉMOIN est le SAINT, un DIEU qui hait le péché. Le DIEU du ciel mesure le caractère et pèse la valeur morale dans les balances d’or du SANCTUAIRE. Combien de personnes dans ces assemblées de la société secrète sont pesées et jugées insuffisantes – manquant des fruits d’une vie de piété et de service du cœur ! Je parle ce que je sais. Se trouver en manque quand DIEU, le CRÉATEUR du ciel et de la terre, pèse son caractère, est une chose terrible. CHRIST est mort pour chacune de leurs âmes, afin de les attirer à lui. DIEU a pris toutes les dispositions, accordé tous les dons, même le ciel lui-même. Ayant donné JÉSUS, Il ne retient rien au profit de l’homme. Votre esprit pour s’attarder sur ces choses. {Lt113-1893}
Je ne doute pas que les gens d’Auckland aient honte de confesser pour leurs enfants des actions querelleuses qui les ont rabaissés au lieu de les exalter, et ont fait servir la précieuse vérité à leur iniquité afin que la vérité ne soit pas exaltée mais abaissée. au niveau des choses communes. Maintenant, si la vérité avait été non seulement professée, mais crue et pratiquée, il y aurait eu beaucoup d’âmes amenées à la connaissance de la vérité. C’est un crime terrible, terrible porté sur l’âme de connaître la vérité et de ne pas l’amener dans la vie et de sanctifier le caractère. Je crains que beaucoup, très beaucoup, ne soient pesés dans les balances du SANCTUAIRE et déclarés insuffisants, lorsque le jugement siégera et que les livres seront ouverts, et que chacun sera jugé selon les actes accomplis. Oh, quelles redoutables responsabilités reposent sur chacun d’entre nous qui avons la lumière, la connaissance de la vérité, et qui pourtant pratiquent quelque chose d’entièrement opposé à la vérité. Oh, que chaque disciple professé soit un véritable et sincère acteur des PAROLES DU CHRIST. Quelle influence sortirait de chaque âme, quelle puissance se verrait dans l’influence qu’elles exercent ! {Lt144-1893}
Par la multitude de tes marchandises, ils ont rempli le milieu de toi de violence, et tu as péché; c’est pourquoi je te chasserai comme un profane de la montagne de Dieu, et je te détruirai, chérubin protecteur, du milieu des pierres de feu. Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté ; tu as corrompu ta sagesse à cause de ton éclat: je te jetterai à terre, je te mettrai devant des rois, afin qu’ils te voient. Tu as souillé tes SANCTUAIRES par la multitude de tes iniquités, mais l’iniquité de ton trafic; c’est pourquoi je ferai sortir un feu du milieu de toi, il te dévorera, et je te réduirai en cendres sur la terre, à la vue de tous ceux qui te verront. Tous ceux qui te connaissent parmi le peuple seront étonnés de toi : tu seras une terreur et tu ne seras plus jamais.
Mais je vous dis de bâtir dessus votre sainte foi, car c’est la PAROLE éternelle de JÉHOVAH. Comme Jean a une vision du peuple de DIEU, il dit : « Voici ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU. “Et le TEMPLE DE DIEU fut ouvert dans le ciel, et on vit dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT.” Chacun a l’œil dirigé vers le SANCTUAIRE où se trouvent les COMMANDEMENTS DE DIEU. Juste au-dessus de l’ARCHE DE SON TESTAMENT se trouve le SIÈGE DE MISÉRICORDE. Écrit sur le TRÔNE de DIEU se trouve Son arc de promesse. Eh bien, les gens qui gardent les commandements, ils ne périront pas, mais ils auront la vie éternelle. Voici l’arc de la promesse. DIEU a fait alliance, et Il sera avec Son peuple. Comment oser donner à la trompette un son incertain, comme ils le font quand ils disent que dimanche est le SABBAT, alors que DIEU ne leur a pas donné une syllabe pour le dire ? Mais il dit, “Je n’altérerai ni ne changerai ce qui est sorti de ma bouche.” {Ms11-1893}
Mais si les dirigeants se détournent sans cœur de ces cas individuels à cause de préjugés, ou à cause de leurs propres traits de caractère non CHRÉTIENS qui conduiraient à l’indifférence et à la négligence, le SEIGNEUR tracera leurs noms dans le livre de Son souvenir, et il y aura être écrit en lignes claires et distinctes, Pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé insuffisant. Ce sera une terrible sentence prononcée contre n’importe quel cas. {Ms32-1893}
En tant que peuple, nous prétendons avoir une lumière avancée, croyant aux prétentions divines de la LOI DE DIEU, et si ces SAINTS PRÉCEPTES sont écrits dans le cœur, ils produiront une vie sainte et une conversation pieuse. La sagesse et l’autorité de la LOI DIVINE sont suprêmes. « Je mettrai mes lois dans leur cœur, et je les écrirai dans leur esprit. » Hébreux 10:16. La vérité introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme soumet chaque pensée à l’obéissance de CHRIST. L’Éternel a un différend avec son peuple. L’égoïsme et l’orgueil qui sont chéris chez les membres de l’église sont manifestes à ses yeux et sont une offense pour lui. {Ms76-1893}
Du monde d’aujourd’hui, DIEU dit : « Malheur à celle qui est souillée et polluée, à la ville oppressante ! Elle n’a pas obéi à la voix ; elle n’a pas reçu de correction; elle ne s’est pas confiée en l’Éternel; elle ne s’est pas rapprochée de son Dieu. Ses princes en elle sont des lions rugissants ; ses juges sont des loups du soir ; ils ne rongeront pas les os jusqu’à demain. Ses prophètes sont des personnes légères et perfides : ses prêtres ont souillé le SANCTUAIRE, ils ont fait violence à la loi. {Ms103-1893}
Être chrétien demande plus qu’une profession de foi. Il doit y avoir un sérieux effort pour conquérir par la grâce librement donnée de DIEU. Tout ce qui nous entoure doit être fait pour être une aide à la croissance dans la grâce et la connaissance du CHRIST. Satan, le grand rebelle, cherche toujours à nous inciter à pécher contre DIEU. Il introduira de fausses imaginations, et balancera la compréhension contre la volonté révélée de DIEU, les passions inférieures contre la pureté et l’abnégation, le jugement indépendant contre les décisions de DIEU, la sagesse d’en bas contre la sagesse d’en haut. Mais le SAINT-ESPRIT est venu dans le monde pour s’assujettir toutes choses, et la VOLONTE DE DIEU sera-t-elle mise en arrière-plan, et la volonté de l’homme sera-t-elle tenue pour suprême ? La volonté de l’homme peut-elle être le pouvoir de contrôle dans le grand concours de DIEU pour le rétablissement de la sienne ? – Non, car ceux qui travaillent avec DIEU doivent avoir la pensée de CHRIST, et travailler avec la plume et la voix dans l’ESPRIT DE CHRIST pour faire face aux mauvaises tendances, pour corriger les erreurs, qui sont venues parmi nous. La vérité ne doit plus être gardée dans la cour extérieure, mais être amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. La religion du CHRIST exige non seulement le rejet de l’orgueil, de la méchanceté, de la convoitise, de l’injustice, mais la culture des précieuses grâces de l’humilité, du désintéressement, de la bonté, de l’amour, de la générosité et de la noblesse d’âme. Le chrétien devrait aspirer constamment, aller de grâce en grâce, de foi en foi plus grande, de gloire en gloire plus grande. {RH, 24 janvier 1893 par. 15} qui sont arrivés parmi nous. La vérité ne doit plus être gardée dans la cour extérieure, mais être amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. La religion du CHRIST exige non seulement le rejet de l’orgueil, de la méchanceté, de la convoitise, de l’injustice, mais la culture des précieuses grâces de l’humilité, du désintéressement, de la bonté, de l’amour, de la générosité et de la noblesse d’âme. Le chrétien devrait aspirer constamment, aller de grâce en grâce, de foi en foi plus grande, de gloire en gloire plus grande. {RH, 24 janvier 1893 par. 15} qui sont arrivés parmi nous. La vérité ne doit plus être gardée dans la cour extérieure, mais être amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. La religion du CHRIST exige non seulement le rejet de l’orgueil, de la méchanceté, de la convoitise, de l’injustice, mais la culture des précieuses grâces de l’humilité, du désintéressement, de la bonté, de l’amour, de la générosité et de la noblesse d’âme. Le chrétien devrait aspirer constamment, aller de grâce en grâce, de foi en foi plus grande, de gloire en gloire plus grande. {RH, 24 janvier 1893 par. 15} et noblesse d’âme. Le chrétien devrait aspirer constamment, aller de grâce en grâce, de foi en foi plus grande, de gloire en gloire plus grande. {RH, 24 janvier 1893 par. 15} et noblesse d’âme. Le chrétien devrait aspirer constamment, aller de grâce en grâce, de foi en foi plus grande, de gloire en gloire plus grande. {RH, 24 janvier 1893 par. 15}
Ô que cette expérience soit comprise dans tous nos rangs ! Si les enfants et les parents étaient convertis, et s’unissaient-ils seulement pour utiliser tous leurs talents confiés pour le MAÎTRE, et en les utilisant pour les doubler, quel travail pourrait être fait. Il n’y a jamais eu de moment dans l’histoire du monde où la demande de travailleurs ait été plus urgente qu’aujourd’hui. Les graines de la vérité doivent être semées, et les moissonneurs doivent suivre pour se rassembler dans les gerbes. Si les membres de toutes nos églises n’avaient que l’amour du CHRIST, et l’amour des âmes que sa présence intérieure transmettrait, ils seraient des travailleurs agressifs, et mettraient de côté leurs activités occupées sur des choses sans importance, et se consacreraient à l’intérêt leurs talents, et investissez dans ce qui apporterait un trésor à travers les âges ÉTERNELS. Au service du MAÎTRE, ils auraient augmenté de force et de lumière. Ô alors, pourquoi ne pas étudier comment vous pouvez atteindre les âmes qui sont hors de l’arche de sécurité ? Que votre travail soit proportionné à vos avantages et privilèges, et échangez sur les talents que vous avez à votre disposition, et vous aurez une expérience vivante dans les choses de DIEU. Certains s’excusent en disant qu’ils ne savent pas faire le genre de travail qui est demandé au missionnaire. Vous auriez dû savoir faire le travail dès le début de votre vie religieuse. Vous contenterez-vous de vous reposer dans l’ignorance et l’indifférence ? Oserez-vous être un serviteur paresseux jusqu’à la fin du chapitre ? Ou allez-vous maintenant chercher Dieu très sérieusement, et savoir ce que c’est que de manger la chair et de boire le sang du FILS DE L’HOMME, et de devenir ouvriers avec DIEU ? « Vous êtes l’élevage de DIEU, vous êtes le bâtiment de DIEU. « Vous devez rendre compte à DIEU de la façon dont vous construisez ; car toutes les dispositions ont été prises pour que vous réussissiez dans votre travail. Celui qui, de son doigt divin, a tracé les limites de la Judée, qui a désigné l’endroit exact où devait se dresser le temple, qui a élaboré des plans pour l’église juive et pour le service du SANCTUAIRE, quittera-t-il son peuple, son peuple élu, qui GARDE SES COMMANDEMENTS, à une expérience fortuite, à un accident, à trébucher dans les ténèbres ? Ceux à qui il a confié la lumière la plus précieuse, à qui il a confié le message du troisième ange, auront-ils moins de sa direction providentielle que n’en avait son ancien peuple ? {RH, 21 février 1893 par. dix} Celui qui, de son doigt divin, a tracé les limites de la Judée, qui a désigné l’endroit exact où devait se dresser le temple, qui a élaboré des plans pour l’église juive et pour le service du SANCTUAIRE, quittera-t-il son peuple, son peuple élu, qui GARDE SES COMMANDEMENTS, à une expérience fortuite, à un accident, à trébucher dans les ténèbres ? Ceux à qui il a confié la lumière la plus précieuse, à qui il a confié le message du troisième ange, auront-ils moins de sa direction providentielle que n’en avait son ancien peuple ? {RH, 21 février 1893 par. dix} Celui qui, de son doigt divin, a tracé les limites de la Judée, qui a désigné l’endroit exact où devait se dresser le temple, qui a élaboré des plans pour l’église juive et pour le service du SANCTUAIRE, quittera-t-il son peuple, son peuple élu, qui GARDE SES COMMANDEMENTS, à une expérience fortuite, à un accident, à trébucher dans les ténèbres ? Ceux à qui il a confié la lumière la plus précieuse, à qui il a confié le message du troisième ange, auront-ils moins de sa direction providentielle que n’en avait son ancien peuple ? {RH, 21 février 1893 par. dix} trébucher dans les ténèbres ? Ceux à qui il a confié la lumière la plus précieuse, à qui il a confié le message du troisième ange, auront-ils moins de sa direction providentielle que n’en avait son ancien peuple ? {RH, 21 février 1893 par. dix} trébucher dans les ténèbres ? Ceux à qui il a confié la lumière la plus précieuse, à qui il a confié le message du troisième ange, auront-ils moins de sa direction providentielle que n’en avait son ancien peuple ? {RH, 21 février 1893 par. dix}
DIEU a donné la lumière de la vérité à son église, et le remède contre le péché doit être présenté au monde malade du péché, dont les habitants périssent dans leur iniquité et leur ignorance. DIEU attend de son église qu’elle discipline et prépare ses membres pour l’œuvre d’éclairer le monde. Mais que personne ne sente que parce qu’il n’est pas instruit, on ne peut pas s’attendre à ce qu’il participe au travail. DIEU a une œuvre à vous confier. Il a donné à chacun son œuvre. Vous pouvez rechercher les ÉCRITURES par vous-même. « L’entrée de tes paroles éclaire ; il donne l’intelligence aux simples. La prière du cœur sincère offerte dans la foi sera entendue au ciel. Ce n’est peut-être pas grammatical; mais si le cœur y est, il montera au SANCTUAIRE où JÉSUS exerce son ministère, et il le présentera au PÈRE avec l’encens parfumé de sa propre perfection, sans un maladroit, parole balbutiante, gracieuse et parfaite par son mérite ; car sa justice l’affine et l’ennoblit, et la rend agréable devant le PÈRE. Le SEIGNEUR accepte la prière du cœur sincère et y répondra de sa plénitude abondante. La piété fervente, la sincérité du cœur, la contrition de l’âme, sont reconnaissantes à DIEU. La sincérité est la nécessité essentielle de la prière. Ceci avec un langage grossier et une expression imparfaite est beaucoup plus acceptable pour DIEU si c’est le meilleur que le suppliant peut offrir, que la prière parfaitement formulée et élégamment prononcée qui est offerte d’un cœur pharisaïque autosuffisant et important. {RH, 28 février 1893 par. 8} {OW, 1er décembre 1909 par. 9} Le SEIGNEUR accepte la prière du cœur sincère et y répondra de sa plénitude abondante. La piété fervente, la sincérité du cœur, la contrition de l’âme, sont reconnaissantes à DIEU. La sincérité est la nécessité essentielle de la prière. Ceci avec un langage grossier et une expression imparfaite est beaucoup plus acceptable pour DIEU si c’est le meilleur que le suppliant peut offrir, que la prière parfaitement formulée et élégamment prononcée qui est offerte d’un cœur pharisaïque autosuffisant et important. {RH, 28 février 1893 par. 8} {OW, 1er décembre 1909 par. 9} Le SEIGNEUR accepte la prière du cœur sincère et y répondra de sa plénitude abondante. La piété fervente, la sincérité du cœur, la contrition de l’âme, sont reconnaissantes à DIEU. La sincérité est la nécessité essentielle de la prière. Ceci avec un langage grossier et une expression imparfaite est beaucoup plus acceptable pour DIEU si c’est le meilleur que le suppliant peut offrir, que la prière parfaitement formulée et élégamment prononcée qui est offerte d’un cœur pharisaïque autosuffisant et important. {RH, 28 février 1893 par. 8} {OW, 1er décembre 1909 par. 9} Ceci avec un langage grossier et une expression imparfaite est beaucoup plus acceptable pour DIEU si c’est le meilleur que le suppliant peut offrir, que la prière parfaitement formulée et élégamment prononcée qui est offerte d’un cœur pharisaïque autosuffisant et important. {RH, 28 février 1893 par. 8} {OW, 1er décembre 1909 par. 9} Ceci avec un langage grossier et une expression imparfaite est beaucoup plus acceptable pour DIEU si c’est le meilleur que le suppliant peut offrir, que la prière parfaitement formulée et élégamment prononcée qui est offerte d’un cœur pharisaïque autosuffisant et important. {RH, 28 février 1893 par. 8} {OW, 1er décembre 1909 par. 9}
La LOI de l’Éternel est parfaite, elle convertit l’âme. Le SEIGNEUR JÉSUS pèse les hommes dans la balance d’or du SANCTUAIRE et leur accorde du crédit dans la mesure où leur pratique de la grande norme de justice le justifie. {RH, 28 mars 1893 par. 3}
Ceux qui se flattent qu’ils peuvent être chrétiens, et pourtant ne pas participer au travail et au sacrifice de CHRIST, sont sous une tromperie qui, si elle n’est pas brisée, s’avérera fatale à l’âme. L’Éternel a donné de nombreux avertissements pour les inciter à voir leur danger. Les paroles du prophète Malachie concernant la question de donner, ont une référence spéciale à notre propre temps : il viendra, dit l’Éternel des armées. Mais qui peut supporter le jour de sa venue ? et qui se tiendra quand il paraîtra? car il est comme le feu d’un affineur et comme le savon des foulons. La venue de CHRIST à laquelle il est fait référence ici n’est pas son second avènement sur cette terre, mais sa venue au JUGEMENT D’INVESTIGATION dans le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE dans les cieux. Ainsi, le message s’adresse spécialement à nous, qui vivons au temps du jugement. {RH, 9 mai 1893 par. 8} {Ms99-1893}
Les offrandes qui sont le fruit de l’abnégation suscitée par l’amour sont représentées par les paroles prononcées par DIEU à Corneille : « Tes prières et tes aumônes sont montées en mémoire devant DIEU. Qui ne désire pas de tels mémoriaux – des actes qui sont devant DIEU comme une voix parlant au nom de l’agent humain, gardant nos noms frais et parfumés dans le SANCTUAIRE CÉLESTE ? {RH, 16 mai 1893 par. 9}
Nous ne pouvons pas plaider que nous avons moins de lumière que l’ancien peuple de DIEU; car nous avons la vérité et la lumière qui leur a été donnée, et elle nous est parvenue comme un dépôt héréditaire, à donner à tous les peuples et à toutes les langues. Nous ne pouvons pas plaider que nous avons moins de lumière que la nation juive, qui, parce qu’ils n’exécutaient pas la parole, sont devenus un étonnement et un reproche devant le monde, parce qu’ils ne connaissaient pas le temps de leur visitation. Pouvons-nous nous attendre à ce que le SEIGNEUR nous favorise et nous établisse comme une louange sur la terre, si nous ne faisons pas sa PAROLE? Pouvons-nous nous attendre à ce que le SEIGNEUR nous accorde toujours des privilèges, simplement parce que dans le passé nous avons été élevés au ciel, comme l’était Capharnaüm ? Quand le jugement sera assis, et que les livres seront ouverts, et que chacun recevra selon ce qu’ont été ses oeuvres, qui osera plaider qu’ils ont fait beaucoup de choses acceptables qui devraient équilibrer leur passé dans la balance dorée du SANCTUAIRE ? « Ne vous y trompez pas ; On ne se moque pas de DIEU : car tout ce qu’un homme sème, il le récoltera aussi. Car celui qui sème pour la chair récoltera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’ESPRIT, moissonnera de l’ESPRIT la vie éternelle. {RH, 11 juillet 1893 par. 3}
Associez-vous, ô peuple, et vous serez mis en pièces ; et prêtez l’oreille, vous tous des pays lointains : ceignez-vous, et vous serez mis en pièces ; ceignez-vous, et vous serez mis en pièces. Prenez conseil ensemble, et cela n’aboutira à rien ; prononce une parole, et elle ne tiendra pas; car DIEU est avec nous. Car l’Éternel me parla ainsi d’une main forte, et m’ordonna de ne pas marcher dans la voie de ce peuple, en disant : Ne dites pas, une confédération, à tous ceux à qui ce peuple dira : Une confédération ; ne craignez pas leur peur, et n’ayez pas peur. Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et il sera pour un SANCTUAIRE. {RH, 19 septembre 1893 par. 2}
Si ceux qui sont engagés dans l’œuvre de DIEU sont chrétiens individuellement, leurs œuvres révéleront le fait. Ils présenteront CHRIST à ceux avec qui ils entrent en contact. Les professeurs de l’école du SABBAT n’occuperont pas leur temps à des choses sans importance, car ils se rendront compte que chaque instant est d’or et qu’ils devraient être employés à travailler avec toute la diligence dans le jardin de l’Éternel. L’œuvre de CHRIST dans le SANCTUAIRE ci-dessus, présentant son propre sang à chaque instant devant le SIÈGE DE MISÉRICORDE, alors qu’il intercède pour nous, devrait avoir sa pleine impression sur le cœur, afin que nous puissions réaliser la valeur de chaque instant. JÉSUS vit toujours pour intercéder pour nous; mais un moment passé avec insouciance ne peut jamais être récupéré. Que les enseignants et les élèves considèrent ce grand fait que le CHRIST ne cesse de s’engager dans son œuvre solennelle dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et si vous portez le joug de CHRIST, si vous soulevez le fardeau de CHRIST, vous serez engagé dans une œuvre de même nature que celle de votre Tête Vivante. {SSW, 1 octobre 1893 par. 3}
En tant que membre de la famille humaine, il était mortel, mais en tant que DIEU, il était une fontaine de vie pour le monde. Il aurait pu résister aux avances de la mort et refuser de se soumettre à sa domination, mais volontairement il a sacrifié sa vie afin de mettre en lumière la vie et l’immortalité. Il a porté le péché du monde, a enduré le châtiment, a donné sa vie en sacrifice, afin que l’homme ne meure pas ÉTERNELLEMENT. Comparez sa souffrance et son humiliation avec les richesses de sa gloire, avec la richesse des louanges qui jaillissent des langues immortelles, avec les hymnes d’adoration, avec l’hommage de millions d’anges saints dans les hauteurs du SANCTUAIRE, et cherchez à comprendre de quelle manière d’amour a inspiré le cœur de JÉSUS. {ST, 27 février 1893 par. 3}
La LOI DE DIEU est inexorable et ne diminue en rien la revendication d’une âme humaine. Elle maintient ses exigences envers chaque pécheur et manifeste son besoin de pénitence pour le péché, de foi en un SAUVEUR crucifié et ressuscité. Il insiste quotidiennement sur lui la nécessité de coopérer avec JÉSUS-CHRIST, afin qu’il puisse être déclaré innocent par les mérites de son substitut et de sa caution. Au jugement, vous penserez que c’est en effet au péril de votre âme que vous vous êtes détourné de la lumière et de l’évidence, que vous avez éduqué l’esprit à mépriser l’AGNEAU DE DIEU qui ôte les péchés du monde. Un enregistrement fidèle est fait des pensées, des paroles et des actes de chaque âme, et ils sont pesés dans les balances d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE. DIEU ne doit pas être joué avec. Dans la parabole des talents, celui qui cachait l’argent de son SEIGNEUR, et le lui rendit sans usure, est qualifié de “méchant et paresseux”. {YI, 8 juin 1893 par. 2}
L’autre que DIEU aurait utilisé comme son agent, était à tous égards dans une position aussi favorable que son frère ouvrier; mais combien différent est le résultat de sa vie. Il ne se considère pas comme justiciable de DIEU pour son temps et son influence. Il n’étudie pas pour se montrer approuvé à DIEU, un ouvrier qui n’a pas besoin d’avoir honte, mais néglige de se tourner vers DIEU pour la sagesse et la grâce afin qu’il puisse discerner et résister à toute tentation, aussi déguisée qu’elle puisse lui venir. Il ne pense pas qu’il soit approprié pour lui de vivre une vie de pénitence, d’exercer la foi, d’obéir, d’être saint dans toutes sortes de conduites. Il ne discerne pas qu’une vie de fidélité à DIEU dans chaque élément de son travail, travaillera finalement pour lui un caractère adapté pour le ciel par la grâce de CHRIST, si richement transmis à ceux qui travaillent pour lui. Mais il néglige toutes les précieuses dispositions de la GRÂCE DE DIEU, et devient coupable devant le ciel. Il est impossible à celui qui n’a qu’une maigre connaissance de DIEU et de JÉSUS-CHRIST qu’il a envoyé, de représenter DIEU correctement, ou de mener le combat chrétien, remportant des victoires sur la tentation de l’indifférence et de l’indolence. Il est sans but, et ce qu’il aurait pu faire avec son talent original n’est pas fait ; et quand il est pesé dans les balances du SANCTUAIRE, le verdict est prononcé : “Pesé et trouvé insuffisant”. Il est tenu pour responsable de tout ce qu’un vrai chrétien aurait pu faire avec son talent confié. Mais parce qu’il n’avait aucune conscience de sa responsabilité, il a gaspillé son temps, a utilisé ses vacances pour la satisfaction de soi, et au lieu d’entraîner ses pouvoirs pour servir les usages les plus nobles en devenant un missionnaire pour DIEU, en parlant à ses associés et en les gagnant du péché à DIEU, il n’a pas représenté les intérêts de son MAÎTRE, et sa lumière n’a pas brillé en bonnes œuvres pour le monde. La vérité qui n’est pas autorisée à produire la sanctification dans la vie produit une odeur de mort pour la mort. Comment cette âme s’est-elle dégagée des prétentions de DIEU, pour s’aventurer à faire sa propre volonté, comme si DIEU lui avait donné la vie à gaspiller comme de longues vacances ? C’était la négligence du GRAND AMOUR DE DIEU, son échec à rencontrer le sage dessein de son RÉDEMPTEUR, qui l’a séparé de SON PÈRE CÉLESTE; car lorsque DIEU ne peut se servir d’une âme comme son agent humain pour glorifier son nom par le salut des autres, il la qualifie de serviteur inutile, dont l’influence n’est pas de nature à se rassembler avec le CHRIST. Jeunes amis, quel cursus poursuivez-vous ? Ferez-vous partie de la classe des serviteurs méchants et paresseux, ou de ceux qui sont invités à la joie de leur SEIGNEUR, parce qu’ils sont vrais et fidèles par la grâce de CHRIST ? {YI, 8 juin 1893 par. sept}
Les jeunes décident maintenant de leur propre destinée ÉTERNELLE, et je voudrais vous demander de considérer le commandement auquel DIEU a annexé une telle promesse, “afin que tes jours se prolongent sur la terre que l’Éternel, ton Dieu, te donne.” Enfants, désirez-vous la vie ÉTERNELLE ? Alors respectez et honorez vos parents. Ne blessez pas et ne chagrinez pas leurs cœurs, et ne les faites pas passer des nuits blanches dans l’anxiété et la détresse à propos de votre cas. Si vous avez péché en ne leur rendant pas amour et obéissance, commencez maintenant à racheter le passé. Vous ne pouvez pas vous permettre de suivre un autre cours; car cela signifie pour vous la perte de la vie ÉTERNELLE. Le chercheur de cœur sait quelle est votre attitude envers vos parents ; car il pèse le caractère moral dans la balance d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE. Ô, avoue ta négligence envers tes parents, avoue ton indifférence à leur égard, et votre mépris du saint commandement de DIEU. Donnez votre cœur à DIEU, et soumettez votre volonté à la volonté de CHRIST. Les cœurs de vos parents ont été attirés vers vous par une tendre sympathie, et pouvez-vous leur rendre leur amour avec une froide ingratitude ? Ils aiment vos âmes, ils veulent que vous soyez sauvés ; mais n’as-tu pas souvent méprisé leurs conseils, et n’as-tu pas fait ta volonté, à ta guise ? N’avez-vous pas suivi votre propre jugement indépendant, alors que vous saviez qu’une conduite aussi obstinée ne rencontrerait pas l’approbation de DIEU ? Beaucoup de pères et de mères sont descendus le cœur brisé dans la tombe, à cause de l’ingratitude, du manque de respect que leur témoignaient leurs enfants. Ô mes jeunes amis, ne soyez pas du nombre de ceux qui affligent père et mère, qui sont des ouvriers d’iniquité, et qui ne savent pas ce que c’est que d’avoir le tendre ESPRIT DU CHRIST. Priez avec ferveur afin que vous puissiez être rendus capables, par la grâce de JÉSUS, qui était le sujet de ses parents, de garder le commandement de DIEU avec promesse, “afin que tes jours se prolongent sur la terre que l’Éternel, ton Dieu, te donne”. {YI, 22 juin 1893 par. 8}
CHRIST est toujours notre grand SACRE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et nous pouvons encore avoir foi en CHRIST. Nous pouvons nous repentir de nos péchés. JÉSUS dit : « Vous croyez en DIEU, croyez aussi en moi. Toutes les dispositions ont été prises pour répondre aux besoins de notre SPIRITUEL et de notre nature morale. DIEU EST AMOUR, et il prend soin de nous. « Comme un père a pitié de ses enfants, ainsi l’Éternel a pitié de ceux qui le craignent. La lumière et l’immortalité sont mises en lumière par le SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST. JÉSUS a dit qu’il a mis devant nous une porte ouverte, et que personne ne peut la fermer. La porte ouverte est devant nous, et par la grâce du CHRIST, des rayons de lumière miséricordieuse jaillissent des portes entrouvertes. {YI, 14 décembre 1893 par. 4}
Mais « que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ». Beaucoup sont aveuglés à leur véritable condition. Ils croient qu’ils sont en faveur de DIEU, qu’ils sont riches et augmentés en biens, et qu’ils n’ont besoin de rien. Mais quand le jugement sera assis, et que les livres seront ouverts, et que chacun recevra selon ses oeuvres, oseront-ils plaider qu’ils ont fait beaucoup de bonnes oeuvres, qui devraient balancer le passé dans la balance d’or du SANCTUAIRE ? – Non ; car ils sont SPIRITUELLEMENT misérables et misérables et pauvres et aveugles et nus. Le VÉRITABLE TÉMOIN leur dit : « Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu sois riche ; et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu, et que la honte de ta nudité n’apparaisse pas; et oins tes yeux avec un collyre, afin que tu puisses voir. {BEcho, 26 février, 1894 par. 6}
Beaucoup de ceux qui lisent ce récit ne comprennent pas sa signification. Cela signifie qu’au nom de l’humanité, la prière du CHRIST s’est frayé un chemin à travers l’ombre infernale de Satan, et a atteint le SANCTUAIRE même, le TRÔNE même de DIEU. Cette prière était pour nous; la réponse était pour nous, elle témoigne que vous êtes accepté dans le BIEN-AIMÉ. Cette prière même qui est entrée au ciel porte vers le haut vos prières, mes prières et les prières de chaque âme qui vient à DIEU avec une faim et une soif de justice. Le mérite de JÉSUS, Sa justice, parfume nos prières comme de l’ENCENS sacré qui monte vers DIEU. {BEcho, 12 novembre 1894 par. 8}
Presque toutes les personnes peuvent parler assez fort pour être entendues dans une conversation ordinaire, et pourquoi ne pas utiliser la même voix et le même talent lorsqu’elles sont appelées à rendre témoignage ou à offrir une prière ? Lorsque vous parlez des choses célestes et divines, pourquoi ne pas parler sur des tons distincts, de manière à rendre manifeste que vous savez de quoi vous parlez et que vous n’avez pas honte de montrer vos couleurs ? Pourquoi ne pas prier comme si vous aviez une conscience sans offense et que vous pouviez venir au TRÔNE DE GRÂCE dans l’humilité et pourtant avec une sainte audace, levant des mains saintes sans colère ni doute ? Ne vous prosternez pas et ne couvrez pas votre visage comme s’il y avait quelque chose que vous vouliez cacher ; mais levez les yeux vers le SANCTUAIRE CÉLESTE, où le CHRIST votre MÉDIATEUR se tient devant le PÈRE pour présenter vos prières comme un ENCENS parfumé, mêlé à son propre mérite et à sa justice sans tache. Vous êtes invité à venir, à demander, à chercher, à frapper, et vous êtes assuré que vous ne viendrez pas en vain. JÉSUS dit : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira; car quiconque demande reçoit, et celui qui cherche trouve, et à celui qui frappe, on ouvrira. Il illustre la volonté de Dieu de bénir en nous présentant la volonté d’un père d’accéder à la demande de son enfant. Il demande : « Si un FILS demande du pain à l’un d’entre vous qui est père, lui donnera-t-il une pierre, ou s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent pour un poisson ? ou s’il demande un œuf, lui offrira-t-il un scorpion ? Si donc, étant mauvais, vous savez donner de bons cadeaux à vos enfants, combien plus votre PÈRE CÉLESTE donnera-t-il le SAINT-ESPRIT à ceux qui le lui demandent ? [Luc 11:9-13.] {CE 127.2 1894}
Il est évident qu’il marche avec DIEU ; qu’il a été avec JÉSUS et qu’il l’a appris. Il a introduit la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme ; c’est pour lui une réalité vivante, et il présente la vérité dans la démonstration de l’ESPRIT et de la puissance. Les gens entendent le son joyeux. DIEU parle à leur cœur à travers l’homme consacré à son service. Au fur et à mesure que l’ouvrier élève JÉSUS par l’ESPRIT, il devient vraiment éloquent. Il est sérieux et sincère, et est aimé de ceux pour qui il travaille. {CE 142.1 1894}
O, je souhaite tant que le SEIGNEUR des cieux ouvre beaucoup d’yeux qui sont maintenant aveugles, afin qu’ils puissent se voir comme DIEU les voit, et leur donner un sens du travail à faire dans les champs de travail. Mais je n’ai aucun espoir que tous les appels que je lance seront vains, à moins que l’Éternel ne parle à l’âme et n’écrive ses exigences sur les tablettes du cœur. Chaque agent humain vivant ne peut-il pas avoir un sens élevé et élevé de ce que cela signifie d’avoir un champ vaste et important de travail missionnaire à domicile qui lui est assigné, sans la nécessité d’aller dans des pays lointains ? Et tandis que certains doivent proclamer le message de miséricorde à ceux qui sont loin, il y en a beaucoup qui doivent proclamer le message à ceux qui sont proches. Nos écoles doivent éduquer les écoles pour qualifier les jeunes à devenir missionnaires à la fois par le précepte et par l’exemple. Que celui qui agit en qualité d’enseignant garde toujours à l’esprit que ces enfants et ces jeunes sont l’achat du sang du FILS DE DIEU. Ils doivent être amenés à croire en CHRIST comme leur SAUVEUR personnel. Le nom de chaque croyant est gravé sur la paume de ses mains. Le CHEF BERGER regarde depuis le SANCTUAIRE CÉLESTE les moutons de son pâturage. “Il appelle ses brebis par leur nom et les fait sortir.” [Jean 10:3.] « Si quelqu’un a péché, nous avons un AVOCAT auprès du PÈRE, JÉSUS-CHRIST le juste. [1 Jean 2:1.] Ô vérité précieuse et bénie ! Il ne traite pas un cas avec indifférence. {CE 158.1 1894} {Ms34-1893} Le nom de chaque croyant est gravé sur la paume de ses mains. Le CHEF BERGER regarde depuis le SANCTUAIRE CÉLESTE les moutons de son pâturage. “Il appelle ses brebis par leur nom et les fait sortir.” [Jean 10:3.] « Si quelqu’un a péché, nous avons un AVOCAT auprès du PÈRE, JÉSUS-CHRIST le juste. [1 Jean 2:1.] Ô vérité précieuse et bénie ! Il ne traite pas un cas avec indifférence. {CE 158.1 1894} {Ms34-1893} Le nom de chaque croyant est gravé sur la paume de ses mains. Le CHEF BERGER regarde depuis le SANCTUAIRE CÉLESTE les moutons de son pâturage. “Il appelle ses brebis par leur nom et les fait sortir.” [Jean 10:3.] « Si quelqu’un a péché, nous avons un AVOCAT auprès du PÈRE, JÉSUS-CHRIST le juste. [1 Jean 2:1.] Ô vérité précieuse et bénie ! Il ne traite pas un cas avec indifférence. {CE 158.1 1894} {Ms34-1893}
Mais la vérité doit être introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Nous devons par une foi vivante saisir le bras de l’OMNIPOTENCE ; car CHRIST a dit : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. Mais si nous sommes ouvriers avec DIEU, nous pourrons tout faire. Nous serons testés, nous serons prouvés pour voir quel type de matériau nous avons apporté dans la construction de notre personnage. Si nous avons introduit dans notre vie et dans notre caractère des éléments qui ne sont pas d’ordre divin, cela se manifestera dans la guerre morale dans laquelle chaque âme sera appelée à jouer un rôle. La vérité ne peut pas être soutenue ou défendue à juste titre par des mots qui excitent l’incroyant à la résistance et à la contestation. Le véritable esprit qui contrôle le cœur sera révélé dans une entreprise où des idées sont présentées qui s’opposent aux idées que d’autres détiennent. Si ceux qui défendent la vérité sont sous le contrôle de l’ESPRIT DU CHRIST, ils seront calmes et maîtres d’eux-mêmes, gentils et courtois, et ne seront pas trahis par l’utilisation d’un langage dur. Ils ne seront pas accusateurs de ceux qui diffèrent honnêtement d’eux dans leurs opinions, ni ne considéreront leurs propres idées comme infaillibles, et ainsi seront amenés à considérer tous ceux qui diffèrent avec eux comme des ennemis et des apostats. Ils n’en feront pas des sujets de plaisanterie et de ridicule. {HM, 1 août 1894 par. 2} Ils n’en feront pas des sujets de plaisanterie et de ridicule. {HM, 1 août 1894 par. 2} Ils n’en feront pas des sujets de plaisanterie et de ridicule. {HM, 1 août 1894 par. 2}
Il y a une autre classe qui rencontre la perte parce qu’elle est indolente et dépense ses forces à se faire plaisir, à utiliser sa langue et à laisser ses muscles se rouiller d’inaction. Ils gaspillent leurs opportunités par l’inaction, et ne glorifient pas DIEU. Ils pourraient faire beaucoup s’ils mettaient leur temps et leur force physique à profit en acquérant les moyens de placer leurs enfants dans des positions favorables pour acquérir des connaissances ; mais ils préféreraient les laisser grandir dans l’ignorance plutôt que d’exercer leur propre capacité donnée par DIEU pour faire quelque chose par lequel leurs enfants pourraient être bénis avec une bonne éducation. De tels hommes et femmes sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE CÉLESTE et trouvés insuffisants. {HM, 1 octobre 1894 par. 6}
Selon votre propre mesure, vous pensez que les mauvaises choses que vous faites sont petites par rapport à vos bonnes actions, et que dans l’ensemble vous avez un bon bilan moyen. Mais DIEU ne mesure pas le caractère selon une norme humaine. Il pèse les pensées, les motifs, dans la balance d’or du SANCTUAIRE. Celui qui offense en un point en transgressant la loi, dit-il, est coupable de tous. L’esprit et le principe qui le rend coupable en un particulier le ferait échouer si la tentation le rattrapait sur n’importe quel autre précepte. Il enfreindrait les commandements de la loi aussi facilement en deuxième instance qu’en première instance. {Lt19-1894}
Donnez à JÉSUS votre dévotion là où Il est dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, cherchez le SAINT-ESPRIT comme SON REPRÉSENTANT partout où son peuple s’incline pour L’adorer. Il nous convient de mieux connaître JÉSUS, par une connaissance expérimentale, en tant que SAUVEUR personnel. Nous devrions rassembler chaque rayon de lumière divine, ne regardant pas vers la vieille Jérusalem où CHRIST était autrefois, mais vers la NOUVELLE JÉRUSALEM où il se trouve maintenant. Cueillons de l’arbre de vie, que DIEU a planté, des feuilles qui seront pour la guérison des nations, et des fruits, des fruits précieux et vivifiants comme nourriture pour l’âme. {Lt44-1894}
Aucune institution ne portera le sceau divin si elle n’est gérée selon les directives données par JÉSUS-CHRIST. Si dans une œuvre quelconque il y a un écart par rapport au grand standard de justice, ne serait-ce que pour un rien, cette œuvre est enregistrée dans les livres du ciel, pesée dans les balances du SANCTUAIRE et jugée insuffisante. {Lt45-1894}
Celui qui est devenu participant de la nature divine sait que sa citoyenneté est au-dessus. Il s’inspire de l’ESPRIT DU CHRIST. Son âme est cachée avec CHRIST en DIEU. Un tel homme que Satan ne peut plus employer comme instrument pour s’insinuer dans le SANCTUAIRE même de DIEU, pour profaner le TEMPLE DE DIEU. Il remporte des victoires à chaque pas. Il est rempli de pensées ennoblissantes. Il considère chaque être humain comme précieux, car CHRIST est mort pour chaque âme. {Lt58-1894}
Le chemin de l’obéissance à DIEU est comme une lumière qui brille de plus en plus jusqu’au jour parfait. Suivez étape après étape le chemin du devoir. Des endroits escarpés devront peut-être être escaladés, mais avancez sur le chemin de l’humilité, de la foi et de l’abnégation, en laissant derrière vous les nuages ​​du doute. N’ayez pas de chagrin sans espoir, car les vivants ont besoin de vos soins et de votre amour. Vous vous êtes enrôlé dans l’armée de l’Éternel; soyez de braves soldats de JÉSUS-CHRIST. Que des mots de pénitence et de louange reconnaissante montent devant DIEU comme un doux ENCENS dans Son SANCTUAIRE CÉLESTE. {Lt65a-1894}
Le prophète Daniel interpréta le songe au roi, et il ajouta l’avertissement solennel : « C’est pourquoi, ô roi, que mon conseil te soit agréable, et efface tes péchés par la justice, et tes iniquités en faisant miséricorde aux pauvres ; si cela peut être un allongement de ta tranquillité. Cet avertissement de DIEU a été passé comme un événement banal. Pendant douze mois, le roi a été testé et éprouvé. Pendant ce temps, ses actions ont été pesées dans la balance du SANCTUAIRE AU CIEL. {Lt71-1894}
Un certain homme demanda au CHRIST : « Que dois-je faire pour hériter la vie ÉTERNELLE ? Il lui dit : Qu’est-il écrit dans la loi ? comment lis-tu ? Et il répondit: Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Et il lui dit : Tu as bien répondu ; fais ceci, et tu vivras. C’est le grand test pour chaque âme, pour chaque caractère. Elle pointe directement vers le SANCTUAIRE INTÉRIEUR des affections de l’âme et revendique pour DIEU la première place, les premières pensées, la première action. Les prétentions de DIEU ne doivent pas prendre la deuxième place. {Lt78-1894}
L’église ne doit pas se croiser les mains en toute sécurité et dire: “Je suis riche, et je me suis enrichi de biens, et je n’ai besoin de rien.” Les disciples de CHRIST ne doivent pas se fier à l’expérience passée et ne parviennent pas à la perfection. Ce faisant, l’Église rencontrera la défaite et la ruine. De quoi dépendra-t-elle ? Entièrement et entièrement sur DIEU. Nous devons regarder vers le haut, l’œil de la foi doit pénétrer l’ombre infernale que Satan jette en travers de notre chemin et atteindre le SANCTUAIRE au-dessus, dans le SAINT DES SAINTS, où le CHRIST notre AVOCAT plaide en notre nom. Regardez à JÉSUS. Par la foi, saisissez l’esprit de ses intercessions. Il dit : « Je t’ai gravé sur la paume de mes mains. Demandez avec foi, et Il fera descendre sur l’âme assoiffée le SAINT-ESPRIT dans sa plénitude, dans sa toute puissance vivifiante, pour enseigner et sanctifier celui qui le reçoit. Croyez, mes enfants, crois seulement. {Lt89-1894}
Avant la croix, le pécheur voit sa dissemblance de caractère avec CHRIST. Il voit les terribles conséquences de la transgression ; il hait le péché qu’il a pratiqué, et il s’empare de JÉSUS par une foi vivante. Il a jugé sa position d’impureté à la lumière de la présence de DIEU et de l’intelligence céleste. Il l’a mesuré par l’étendard de la croix. Il l’a pesé dans les balances du SANCTUAIRE. La pureté du CHRIST lui a révélé sa propre impureté dans ses couleurs odieuses. Il se détourne du péché de souillure; il regarde à JÉSUS et vit. {Lt102-1894}
C’est par la bénédiction de DIEU accordée à l’âme désintéressée et bienveillante, qu’il a de quoi accorder des dons pour aider les nécessiteux, et apporter des dîmes et des offrandes pour porter l’évangile dans des régions au-delà. Rien ne peut être donné qui n’ait d’abord été reçu de notre PÈRE CÉLESTE. Le monde chrétien apprendra-t-il un jour que l’âme doit être purifiée des scories de l’égoïsme avant que CHRIST puisse être représenté dans son caractère ? Est-ce que quelque chose peut être retenu par ceux qui connaissent la béatitude de donner ? Dira-t-on des soi-disant croyants en JÉSUS-CHRIST qu’il a honte de les appeler frères ? L’égoïsme, la convoitise, l’orgueil et la vanité dénaturent le CHRIST au monde. Le nom de chrétien est appliqué par le monde aux hommes et aux femmes qui ne sont pas ainsi nommés dans les livres du ciel. Sur l’enregistrement ci-dessus, il est écrit d’eux, “Pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et trouvé insuffisant.” L’esprit mondain qui pousse le prétendu peuple de DIEU à s’approprier les biens de son SEIGNEUR, le fait jeter l’opprobre sur le nom de celui qui a exercé une bienfaisance sans bornes envers les fils des hommes. Le caractère de DIEU est falsifié devant le monde par ceux qui retiennent les moyens confiés à leur SEIGNEUR à des fins bienveillantes ; car ils ne représentent pas celui qui “a tant aimé le monde qu’il a donné son FILS UNIQUE, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle”. Melbourne, Australie. {MM, 1er novembre 1894 par. 8} les amène à blâmer le nom de celui qui a exercé une bienfaisance sans bornes envers les fils des hommes. Le caractère de DIEU est falsifié devant le monde par ceux qui retiennent les moyens confiés à leur SEIGNEUR à des fins bienveillantes ; car ils ne représentent pas celui qui “a tant aimé le monde qu’il a donné son FILS UNIQUE, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle”. Melbourne, Australie. {MM, 1er novembre 1894 par. 8} les amène à blâmer le nom de celui qui a exercé une bienfaisance sans bornes envers les fils des hommes. Le caractère de DIEU est falsifié devant le monde par ceux qui retiennent les moyens confiés à leur SEIGNEUR à des fins bienveillantes ; car ils ne représentent pas celui qui “a tant aimé le monde qu’il a donné son FILS UNIQUE, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle”. Melbourne, Australie. {MM, 1er novembre 1894 par. 8}
Frères et sœurs, portez un poids solennel aujourd’hui. DIEU est sur le terrain de camping, JÉSUS est sur le terrain de camping. Il observe toutes les œuvres extérieures et le SANCTUAIRE intérieur de l’âme. Nous voulons voir les enfants apprécier l’AMOUR DE DIEU, apprécier le SERVICE DE DIEU. Nous voulons entendre leurs voix joyeuses raconter ce que CHRIST a fait pour eux. Nous ne voulons pas qu’ils aient simplement une profession. Nous voulons qu’ils aient une œuvre intérieure de grâce dans leur cœur. Et maintenant, je vous en supplie, faites de ce jour un jour comme vous n’en avez jamais eu auparavant dans votre vie, un jour de consécration, un jour où vos péchés seront confessés ensemble et abandonnés pour toujours par JÉSUS-CHRIST. Il vous donnera de l’aide si vous venez à lui pécheur et pollué ; Il vous prendra; Il vous lavera; Il vous NETTOYERA. La question est posée : « L’Éthiopien peut-il changer de peau, ou le léopard ses taches ? C’est une impossibilité. Il ne peut jamais le faire, et le pécheur ne peut jamais changer. C’est DIEU, c’est JÉSUS-CHRIST, qui peut enlever le caractère taché et tacheté. {Ms48-1894}
Maintenant, combien passent par-dessus cela. Ils le lisent, mais ils ne saisissent pas sa signification. Cela signifie tout pour nous; cela signifie que la prière de CHRIST devrait se frayer un chemin à travers l’ombre infernale de Satan, et atteindre le SANCTUAIRE même, le TRÔNE même de DIEU. Cette prière était pour nous. Cette réponse était pour nous, que vous êtes accepté dans le BIEN-AIMÉ. Cette prière même qui est entrée au ciel, elle porte vos prières, mes prières, les prières de toute âme qui monte vers DIEU avec une faim et une soif de SPIRITUALITÉ et de justice : Cette prière monte, et les mérites de JÉSUS-CHRIST, Sa justice, donnent parfum à cette prière comme ENCENS saint qui monte à DIEU. C’est le travail même qui s’est poursuivi tout au long de cette époque jusqu’à aujourd’hui. L’enfant de DIEU le plus faible, le plus opprimé, le plus souffrant, pourquoi [il] [a] en JÉSUS-CHRIST l’espérance. La foi de CHRIST apporte une puissance infinie. Ils peuvent s’emparer de la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise ; ainsi pas une âme n’a besoin de s’évanouir, pas une âme n’a besoin d’être découragée. {Ms86-1894}
Un châtiment des plus graves et des plus terribles a été infligé à ces jeunes hommes qui ont osé entrer en présence de l’Éternel dans un état d’ébriété. Ils avaient été solennellement consacrés au service du SANCTUAIRE, et il fallait en faire un exemple devant les enfants d’Israël. Mais cette histoire de DIEU traitant avec eux sera-t-elle ignorée par nous, comme s’il s’agissait d’une question qui ne nous concerne pas ? L’Éternel a manifesté son mécontentement à l’égard d’une conduite de ce genre, et nous expose le principe dont il veut que nous nous souvenions. Tous ceux qui sont liés au SERVICE DE DIEU sont dans un office sacré, et les paroles que JÉSUS-CHRIST a prononcées de la colonne de nuée et de feu doivent être considérées et mises en pratique par nous. « Et l’Éternel dit à Moïse : Descends, donne des ordres au peuple, de peur qu’il ne pénètre jusqu’à l’Éternel pour contempler, et beaucoup d’entre eux périssent. Et que les sacrificateurs qui s’approchent de l’Éternel se sanctifient aussi, de peur que l’Éternel ne fasse irruption contre eux. {RH, 15 mai 1894 par. 4}
Il y aura ceux qui, après une faible résistance, céderont un point de vérité après l’autre. La raison pour laquelle ils le feront est qu’ils n’ont jamais apprécié la vérité comme ils le devraient. Ils n’ont jamais intronisé la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR du cœur, et ils n’ont pas été sanctifiés par la vérité. Ils céderont aux pouvoirs en place et obéiront aux hommes plutôt qu’à DIEU. Mais ceux qui tiennent fermement à la vérité répondront à ceux qui exigent leur soumission aux traditions des hommes et leur adhésion à la coutume de la majorité, qu’ils doivent allégeance à une autorité supérieure à celle de l’État. Ils déclareront qu’ils ne peuvent pas mettre de côté le SABBAT du grand CRÉATEUR pour une institution créée par l’homme. Ils déclareront qu’en tant que participants de la nature divine, ils sont placés dans une position où les ordonnances des hommes, lorsqu’ils sont en conflit avec les commandements de DIEU, n’ont ni force ni valeur. Ceux qui sont investis de l’autorité leur diront comme ils ont dit à Paul : « Tu es hors de toi » ; et lorsque la persuasion et la supplication sont vaines, une pression plus lourde sera exercée, et la fermeté des disciples de CHRIST sera mise à l’épreuve au plus haut point. Tous les dispositifs imaginables que les hommes et les démons peuvent inventer seront mis à contribution contre eux pour les vaincre ; mais ceux qui ont appris à s’accrocher à DIEU ne retrancheront pas un iota ou un trait de vérité. {RH, 23 octobre 1894 par. 5} et la fermeté des disciples de CHRIST sera mise à l’épreuve à l’extrême. Tous les dispositifs imaginables que les hommes et les démons peuvent inventer seront mis à contribution contre eux pour les vaincre ; mais ceux qui ont appris à s’accrocher à DIEU ne retrancheront pas un iota ou un trait de vérité. {RH, 23 octobre 1894 par. 5} et la fermeté des disciples de CHRIST sera mise à l’épreuve à l’extrême. Tous les dispositifs imaginables que les hommes et les démons peuvent inventer seront mis à contribution contre eux pour les vaincre ; mais ceux qui ont appris à s’accrocher à DIEU ne retrancheront pas un iota ou un trait de vérité. {RH, 23 octobre 1894 par. 5}
Le commandement du SABBAT est placé au SEIN DU DÉCALOGUE, au milieu des préceptes immuables de JÉHOVAH. Et pourtant, de nombreuses chaires de notre pays, un cri de mépris s’élève contre le SABBAT institué par le SEIGNEUR DIEU des cieux, et il est stigmatisé comme “L’ANCIEN SABBAT JUIF”. Que tous ceux qui recherchent la vérité se souviennent que le SABBAT a été institué en Éden avant qu’il n’y ait un Juif, et que le SAUVEUR a dit : « Le SABBAT a été fait pour l’homme. Le QUATRIÈME COMMANDEMENT a été prononcé avec les neuf autres préceptes moraux de DIEU, au milieu des tonnerres et de la grandeur du Mont Sinaï, et dans le SAINT DES SAINTS dans le SANCTUAIRE CÉLESTE au-dessus, se trouve l’ARCHE DE DIEU. On l’appelle “l’ARCHE DU TESTAMENT”, et sous sa couverture, le SIÈGE DE MISÉRICORDE, se trouvent les DIX COMMANDEMENTS qui ont été écrits avec le DOIGT DE DIEU. {ST, 8 janvier 1894 par. 2}
Tout comme vous vous comportez dans votre vie familiale, vous êtes inscrit dans les livres du ciel. Celui qui veut devenir un saint au ciel doit d’abord devenir un saint dans sa propre famille. Si les pères et les mères sont de vrais chrétiens dans la famille, ils seront des membres utiles de l’église et pourront conduire les affaires de l’église et de la société de la même manière dont ils conduisent leurs affaires familiales. Parents, ne laissez pas votre religion être simplement une profession, mais laissez-la devenir une réalité. Lorsque la vérité est introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, elle a un effet merveilleux et puissant sur la vie. Il expulsera l’amour de soi, l’indulgence envers soi-même, la hâte et la pétulance du tempérament, la sensibilité et l’orgueil. Ce sont les choses qui chassent CHRIST du cœur, et quand elles se manifestent dans la vie, les professeurs de religion ne peuvent éprouver cette noble joie qui rend libre le serviteur du CHRIST. Celui qui professe aimer la vérité, et pourtant ne la met pas dans la vie pratique, porte un joug pesant. Il admet que les principes de la vérité sont justes, et pourtant ne les met pas en pratique dans ses actions, et coupe ainsi son influence. Il est sujet à divers caprices de son propre caractère naturel, et prive DIEU du service pour lequel il a été acheté par le précieux SANG DU CHRIST. {ST, 7 mai 1894 par. 5} {Ms89-1894} Il est sujet à divers caprices de son propre caractère naturel, et prive DIEU du service pour lequel il a été acheté par le précieux SANG DU CHRIST. {ST, 7 mai 1894 par. 5} {Ms89-1894} Il est sujet à divers caprices de son propre caractère naturel, et prive DIEU du service pour lequel il a été acheté par le précieux SANG DU CHRIST. {ST, 7 mai 1894 par. 5} {Ms89-1894}
La confédération du mal ne tiendra pas. L’Éternel dit : « Peuple, associez-vous, et vous serez mis en pièces. . . . Prenez conseil ensemble, et cela n’aboutira à rien ; prononce une parole, et elle ne tiendra pas; car DIEU est avec nous. Car l’Éternel me parla ainsi d’une main forte, et m’ordonna de ne pas marcher dans la voie de ce peuple, en disant : Ne dites pas : Une confédération, à tous ceux à qui ce peuple dira : Une confédération ; ne craignez pas leur peur, et n’ayez pas peur. Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et il sera pour un SANCTUAIRE. {ST, 28 mai 1894 par. 11}
Dans une vision sainte, Jean a été emmené dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Il dit : « Le TEMPLE DE DIEU fut ouvert dans le ciel, et on vit dans SON TEMPLE l’ARCHE DE SON TESTAMENT. “Et après cela, je regardai, et voici, le temple du TABERNACLE du témoignage dans les cieux s’ouvrit.” Le SANCTUAIRE que Moïse a été commandé de faire devait être selon le modèle du SANCTUAIRE CÉLESTE. Dans l’ARCHE étaient placés les DIX COMMANDEMENTS qui avaient été écrits par le DOIGT DE DIEU. La loi qui a été placée dans l’ARCHE sur terre était une copie de la loi qui est contenue dans l’ARCHE DU TESTAMENT dans le ciel, et les préceptes de JÉHOVAH sont immuables. Les DIX COMMANDEMENTS constituent la norme morale du caractère. DIEU exige de la part de l’homme une parfaite conformité à SA LOI, et une malédiction est prononcée contre quiconque ne continue pas à les faire en toutes choses écrites dans la loi. {ST, 11 juin 1894 par. dix}
Compatissant à la tentation comme vous l’êtes, rien ne suffira comme protection contre le mal, sauf l’habitation de CHRIST dans vos cœurs par la foi en sa justice. Vous devez pratiquer ses vertus, en faisant de lui votre modèle quotidien. Lorsque la vérité est introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, elle sanctifie tout le caractère. Vous devez chérir la foi qui agit par amour et purifie l’âme. Comme vous croyez en CHRIST, faisant de lui votre SAUVEUR personnel, vous jetez sur lui votre âme impuissante, croyant qu’il pardonne vos transgressions passées. Alors vous devez apprendre à regarder continuellement à JÉSUS, l’auteur et le consommateur de votre foi, “qui, pour la joie qui était placée devant lui, a enduré la croix, méprisant la honte, et est assis à la droite du TRÔNE de DIEU.” {YI, 18 janvier 1894 par. dix}
Lorsque JÉSUS est compris par la foi et introduit dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, le SAINT-ESPRIT façonnera et façonnera le caractère à la ressemblance de CHRIST. Des leçons seront alors apprises quotidiennement à l’ÉCOLE DU CHRIST. Le caractère de l’arbre sera connu par ses fruits. « C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Le chrétien brillera comme une lumière au milieu des ténèbres morales du monde. Il sera tendre de cœur et attentif aux sentiments des autres. La PAROLE DE DIEU nous ordonne d’être “sages comme des serpents et inoffensifs comme des colombes”, et il est du devoir de chaque chrétien de se soumettre aux règles de la BIBLE, afin qu’il puisse être “un ouvrier qui n’a pas besoin de avoir honte.” Le travail venant des mains de ceux qui font cela, sera aussi durable que l’éternité. Il ne sera pas mêlé à une once d’égoïsme, et ce ne sera pas un travail lâche et négligent. {YI, 20 septembre 1894 par. dix}
La vision d’Esaïe représente la position du peuple de DIEU dans les derniers jours, lorsqu’il a le privilège de voir par la foi l’œuvre qui se déroule dans le SANCTUAIRE d’en haut. JÉSUS est assis avec SON PÈRE sur le TRÔNE, haut et élevé, et tous ceux qui viennent à DIEU par Lui trouveront accès au SANCTUAIRE INTÉRIEUR. La vue de la GLOIRE DE DIEU dans son excellente majesté prépare le cœur à l’humilité ; et l’œuvre même accomplie pour Ésaïe sera accomplie pour tous ceux qui s’humilient et reconnaissent leurs péchés ; car l’arc de la promesse est au-dessus du TRÔNE. {BEcho, 9 septembre 1895 par. 13}
Le CHRIST a dit : « Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. Si nous amassons notre trésor au ciel, nos cœurs seront au ciel ; si notre trésor est sur la terre, nos cœurs seront fixés sur les choses de la terre, inquiets des pertes et inquiets des gains et des richesses. La leçon du CHRIST concernant les deux oboles de la veuve montre que les petites offrandes des pauvres, données avec un cœur d’amour, sont aussi essentielles que les dons plus importants des riches. Ils font avancer le char du salut ; car ils forment un flot constant et sont accompagnés de prières d’une foi humble. Et comme dans les balances du SANCTUAIRE l’offrande est estimée selon l’esprit d’amour et de sacrifice qui l’a animée, les promesses seront tout aussi sûrement tenues pour le pauvre libéral qui a peu à offrir, mais donne ce peu gratuitement, quant à l’homme riche qui donne largement de son abondance. {BEcho, 9 décembre 1895 par. 5}
C’est le GRAND JOUR D’EXPIATION, et notre AVOCAT se tient devant le PÈRE, plaidant comme notre INTERCESSEUR. Au lieu d’envelopper autour de nous les vêtements de la propre justice, nous devrions être trouvés chaque jour nous humiliant devant DIEU, confessant nos propres péchés individuels, recherchant le pardon de nos transgressions et coopérant avec le CHRIST dans le travail de préparation de nos âmes pour refléter la image divine. À moins que nous n’entrions dans le SANCTUAIRE d’en haut, et que nous nous unissions au CHRIST pour travailler à notre propre salut avec crainte et tremblement, nous serons pesés dans la balance du SANCTUAIRE, et nous serons déclarés insuffisants. C’est notre jour de grâce. {Lt71-1895}
Mais je ne suis pas capable d’écrire comme je le ferais, bien que mon âme soit vivante à ce sujet. Alors je sais que DIEU dans toute Sa compassion regarde et voit ce que Son peuple fera pour l’élévation des opprimés, dans ce cas si urgent. Les hôtes angéliques attendent d’utiliser les hommes pour s’interposer et repousser le pouvoir des ténèbres. S’ils ne marchent pas dans la lumière que DIEU leur a donnée et ne les incitent pas à l’action, sérieux et déterminés, DIEU tiendra les hommes pour responsables. Ce serait mieux pour eux s’ils n’étaient jamais nés. Pesé dans les balances d’or du SANCTUAIRE et trouvé insuffisant ! Mais chacun de nous a un rôle à jouer, et il ne doit y avoir aucune trahison de la SAINTE VÉRITÉ qui nous est confiée. Nous sommes un spectacle pour le monde, pour les anges et pour les hommes. Consacrez tout ce que vous avez à DIEU. {Lt88a-1895}
Ne prononcez pas un mot bon marché ou n’accomplissez pas un acte inconvenant. Que la pensée, “Tu me vois, DIEU”, soit toujours présente dans ton esprit. Ne vous opposez jamais par des paroles ou des actes à des habitudes ordonnées et propres. Que toute votre influence soit du côté droit ; respecter l’autorité et pratiquer une obéissance sans faille aux règles de la maison ; cherchez à rendre votre foyer aussi agréable et gai, aussi saint et heureux que possible. Chacun devrait ressentir la responsabilité sacrée d’agir pour faire de son lieu de résidence une maison où l’honneur de DIEU demeurera. La maison doit être un SANCTUAIRE où DIEU est accueilli et adoré. {Lt96-1895}
Car le temps est venu où le jugement doit commencer à la MAISON DE DIEU ; et si cela commence d’abord par nous, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’ÉVANGILE DE DIEU ? Et si le juste est à peine sauvé, où apparaîtront l’impie et le pécheur ? «Et l’Éternel lui dit: Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et mets une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui crient à cause de toutes les abominations qui se commettent au milieu d’elle. Et aux autres qu’il m’a entendus, il a dit : Allez après lui à travers la ville, et frappez. pas près d’un homme sur qui est la marque; et commencer à MON SANCTUAIRE. Puis ils commencèrent par les hommes anciens qui étaient devant la maison. {Ms3-1895}
Nadab et Abihu, fils d’Aaron, n’ont pas pris soin de chérir un sens élevé du caractère sacré du service du SANCTUAIRE. Ils “prirent l’un d’eux son encensoir, et y mirent du feu, et y mirent de l’ENCENS, et offrirent devant l’Éternel un feu étranger, ce qu’il ne leur avait pas commandé. Et des feux s’éteignirent de la part de l’Éternel, et les dévorèrent, et ils moururent devant l’Éternel. Notez les paroles suivantes : « Alors Moïse dit à Aaron : C’est ce que l’Éternel a dit, disant : Je serai sanctifié par ceux qui s’approcheront de moi, et je serai glorifié devant tout le peuple. Allons-nous considérer cela? Des instructions spéciales ont été données pour que personne ne montre des signes de deuil. Il ne devait y avoir aucune découverte de la tête, aucun déchirement des vêtements. Pas un semblant de réflexion ne devait être jeté sur DIEU, dont le jugement était tombé sur ces profanateurs de choses saintes. {Ms29-1895}
Celui qui néglige le moindre devoir dans la vigne morale de l’Éternel sera enregistré comme manquant dans les livres du ciel, pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé insuffisant. DIEU a donné à chacun son œuvre, et celui qui néglige son œuvre porte atteinte à la cause de CHRIST. Nous devons être des adeptes de ce qui est bon, nous montrer approuvés à DIEU, des ouvriers qui n’ont pas à avoir honte, partageant à juste titre la PAROLE DE VÉRITÉ. Ceci est applicable, non seulement aux ministres qui prêchent la PAROLE, mais à toute âme qui croit en CHRIST. {Ms38-1895}
Beaucoup croient que JÉSUS est le RÉDEMPTEUR du monde ; mais est-il votre RÉDEMPTEUR? Est-il votre SAUVEUR personnel ? Jusqu’à ce que la vérité soit introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, explorant, recherchant les choses souillantes qui gâtent la vie et le caractère, cette âme ne verra jamais le royaume de DIEU. Car “l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’ESPRIT DE DIEU, car elles sont une folie pour lui : il ne peut pas non plus les connaître, car elles sont spirituellement discernées”. {Ms64-1895}
CHRIST était l’incarnation de la vérité et de la sainteté. C’était lui qui s’était tenu dans les conseils de DIEU, et avait habité dans le SANCTUAIRE LE PLUS INTÉRIEUR de l’ÉTERNEL. Il savait de quoi il parlait. Il leur présentait la vérité de l’ordre le plus élevé, révélant aux hommes l’Entendement infini, donnant aux hommes les paroles de la vie éternelle. Il leur révélait le caractère du PÈRE, mais les hommes qui se tenaient haut dans la connaissance et la position, qui prétendaient posséder une compréhension SPIRITUELLE supérieure, n’ont pas compris la connaissance que JÉSUS est venu transmettre. Ils n’ont pas réussi à saisir avec leur compréhension humaine ce qui était de toute éternité et était connu du PÈRE et du FILS. Les choses SPIRITUELLES sont SPIRITUELLEMENT discernées, et, manquant de l’ESPRIT DE DIEU, elles ont été laissées dans l’aveuglement des ténèbres. Refusant la lumière du ciel, “parce que lorsqu’ils connurent DIEU, ils ne l’ont pas glorifié comme DIEU, et n’ont pas non plus été reconnaissants », ils « sont devenus vains dans leurs imaginations, et leur cœur insensé s’est obscurci ». {Ms65-1895} {ST, 25 avril 1895 par. 11}
Sommes-nous chrétiens en actes et en vérité ? ou ne le sommes-nous que de nom ? Les chrétiens sont ceux qui grandissent dans un temple saint dans le SEIGNEUR. Mais « quel accord le TEMPLE DE DIEU a-t-il avec les idoles ? car vous êtes le temple du DIEU VIVANT; comme Dieu l’a dit, j’habiterai en eux et j’y marcherai; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Cela représente une croissance constante du caractère chrétien, une croissance de l’esprit SPIRITUEL. L’ÉGLISE DU CHRIST dans le monde doit être une grande puissance, et un nom et une louange sur toute la terre. JÉSUS a tout fait pour y parvenir. Maintenant, des efforts sérieux, profonds et sincères sont nécessaires pour racheter les infidélités passées. Du temps, un temps précieux, a été perdu dans les errances et les reculs de DIEU. Chaque caractère doit être pesé dans les balances du SANCTUAIRE ; si le caractère moral et l’avancement SPIRITUEL ne correspondent pas aux opportunités et aux bénédictions, “vouloir” est écrit contre le nom. {RH, 19 mars 1895 par. 12}
Il a aussi crié à mes oreilles d’une voix forte, disant : Faites approcher ceux qui ont la charge de la ville, chacun avec son arme destructrice à la main. Et voici, six hommes venaient du chemin de la porte supérieure, qui se trouve vers le nord, et chacun une arme de massacre à la main ; et l’un d’eux était vêtu de lin, avec un écritoire à côté de lui ; et ils entrèrent, et se tinrent à côté de l’AUTEL D’AIRAIN. Et la gloire du Dieu d’Israël monta du haut du chérubin sur lequel il était, jusqu’au seuil de la maison. Et il appela l’homme vêtu de lin, qui avait l’encrier de l’écrivain à son côté; et l’Éternel lui dit: Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et mets une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui crient à cause de toutes les abominations qui se commettent au milieu d’elle. Et aux autres, il dit à mes oreilles : Allez après lui à travers la ville, et frappez ; ne laissez pas votre œil épargner, et n’ayez pas pitié; tuez tous les vieux et les jeunes, les servantes, les petits enfants et les femmes; mais ne vous approchez d’aucun homme sur qui est la marque; et commencer à MON SANCTUAIRE. Puis ils commencèrent par les hommes anciens [hommes de responsabilité] qui étaient devant la maison. {RH, 21 mai 1895 par. 4}
L’huile dont ont tant besoin ceux qui sont représentés comme des vierges folles, n’est pas quelque chose à mettre à l’extérieur. Ils ont besoin d’amener la vérité dans le SANCTUAIRE de l’âme, afin qu’elle puisse NETTOYER, raffiner et sanctifier. Ce n’est pas la théorie dont ils ont besoin; ce sont les enseignements sacrés de la BIBLE, qui ne sont pas des doctrines incertaines et déconnectées, mais des vérités vivantes, qui impliquent des intérêts ÉTERNELS centrés sur le CHRIST. En lui se trouve le système complet de la vérité divine. Le salut de l’âme, par la foi en CHRIST, est le fondement et le pilier de la vérité. Ceux qui exercent une vraie foi en CHRIST la manifestent par la sainteté de caractère, par l’obéissance à la LOI DE DIEU. Ils se rendent compte que la vérité telle qu’elle est en JÉSUS atteint le ciel et englobe l’éternité. Ils comprennent que le caractère du chrétien doit représenter le caractère du CHRIST, et soyez plein de grâce et de vérité. L’huile de la grâce leur est conférée, qui entretient une lumière infaillible. Le SAINT-ESPRIT dans le cœur du croyant, le rend complet en CHRIST. Ce n’est pas une preuve irréfutable qu’un homme ou une femme est chrétien parce qu’il manifeste une émotion profonde lorsqu’il se trouve dans des circonstances excitantes. Celui qui est CHRISTEL a un élément profond, déterminé et persévérant dans son âme, et pourtant il a le sens de sa propre faiblesse, et n’est pas trompé et trompé par le Diable, et fait confiance en lui-même. Il a une connaissance de la PAROLE DE DIEU, et sait qu’il n’est en sécurité que s’il place sa main dans la main de JÉSUS-CHRIST, et qu’il le tient fermement. {RH, 17 septembre 1895 par. 8} le rend complet en CHRIST. Ce n’est pas une preuve irréfutable qu’un homme ou une femme est chrétien parce qu’il manifeste une émotion profonde lorsqu’il se trouve dans des circonstances excitantes. Celui qui est CHRISTEL a un élément profond, déterminé et persévérant dans son âme, et pourtant il a le sens de sa propre faiblesse, et n’est pas trompé et trompé par le Diable, et fait confiance en lui-même. Il a une connaissance de la PAROLE DE DIEU, et sait qu’il n’est en sécurité que s’il place sa main dans la main de JÉSUS-CHRIST, et qu’il le tient fermement. {RH, 17 septembre 1895 par. 8} le rend complet en CHRIST. Ce n’est pas une preuve irréfutable qu’un homme ou une femme est chrétien parce qu’il manifeste une émotion profonde lorsqu’il se trouve dans des circonstances excitantes. Celui qui est CHRISTEL a un élément profond, déterminé et persévérant dans son âme, et pourtant il a le sens de sa propre faiblesse, et n’est pas trompé et trompé par le Diable, et fait confiance en lui-même. Il a une connaissance de la PAROLE DE DIEU, et sait qu’il n’est en sécurité que s’il place sa main dans la main de JÉSUS-CHRIST, et qu’il le tient fermement. {RH, 17 septembre 1895 par. 8} et fait confiance en lui-même. Il a une connaissance de la PAROLE DE DIEU, et sait qu’il n’est en sécurité que s’il place sa main dans la main de JÉSUS-CHRIST, et qu’il le tient fermement. {RH, 17 septembre 1895 par. 8} et fait confiance en lui-même. Il a une connaissance de la PAROLE DE DIEU, et sait qu’il n’est en sécurité que s’il place sa main dans la main de JÉSUS-CHRIST, et qu’il le tient fermement. {RH, 17 septembre 1895 par. 8}
DIEU pèse les actions, et quiconque a été infidèle à sa gestion, qui n’a pas réussi à remédier aux maux auxquels il était en son pouvoir de remédier, ne sera pas estimé dans les parvis des cieux. Ceux qui sont indifférents aux besoins des nécessiteux seront comptés comme intendants infidèles et seront enregistrés comme ennemis de DIEU et des hommes. Ceux qui détournent les moyens que DIEU leur a confiés pour aider ceux-là mêmes qui ont besoin de leur aide, prouvent qu’ils n’ont aucun lien avec le CHRIST, parce qu’ils ne manifestent pas la tendresse du CHRIST envers ceux qui sont moins fortunés qu’eux. En tant que chrétiens, nous devons manifester au monde le caractère de CHRIST dans toutes les affaires de la vie. Être chrétien signifie agir à la place de CHRIST, représenter CHRIST. Nous ne devons pas chercher à nous débarrasser des responsabilités qui nous lient à nos semblables. DIEU ne nous a pas placés dans le monde simplement pour nous plaire, nous honorer et nous glorifier. Le caractère de notre christianisme est mis à l’épreuve par les personnes dépendantes qui nous entourent, qui sont ignorantes et impuissantes. Il n’est pas convenable d’empiler constructions sur constructions dans des localités où les facilités sont abondantes, et de négliger des champs lointains et rapprochés, où il faut commencer des entreprises missionnaires. Au lieu de fermer les yeux et les sens aux besoins de ceux qui n’ont rien, au lieu d’ajouter de plus en plus de facilités à ceux qui sont déjà abondants, cherchons à voir ce que nous pouvons faire pour soulager les détresses des pauvres âmes meurtries de les gens de couleur. Ceux qui accumulent des avantages sur des avantages là où il y a déjà des facilités plus que suffisantes, ne font pas un travail qui fortifiera les hommes dans la SPIRITUALITÉ, et pour avoir négligé des champs indigents, ils sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE et sont trouvés insuffisants. L’Éternel a donné une lumière abondante sur le sujet de la diffusion de la connaissance de la vérité, et personne n’est justifié de suivre une voie égoïste. Ceux à qui DIEU a confié beaucoup, qui disposent des plus grandes ressources pour faire une bonne œuvre en faveur des nécessiteux, et qui n’ont pas encore réussi à la faire, se sont retirés de leur propre chair et ont négligé leur ministère envers la possession achetée de DIEU. , afin de satisfaire leur propre inclination. Comment DIEU regarde-t-il ceux qui ont abandonné les pauvres à leur misère, les ignorants à leurs ténèbres et leur ignorance ? Comment considère-t-il ceux qui sont prêts à laisser les perdus rester les esclaves de circonstances qui auraient pu être changées de manière à apporter un soulagement aux affligés ? DIEU appelle les hommes à devenir des chrétiens BIBLES, à représenter l’exemple que leur a donné le CHRIST. Qui peut dire quel sera le résultat d’une vie d’abnégation et de porte-croix ? L’éternité révélera le résultat de suivre JÉSUS, et tous seront étonnés du fruit qui sera rendu manifeste. {RH, 10 décembre 1895 par. 4}
Si des personnes viennent à vous prétendant être sanctifiées, et pourtant annulant la LOI DE DIEU, et enseignant aux autres qu’ils peuvent la transgresser impunément, leur sanctification, lorsqu’elle est pesée dans la balance du SANCTUAIRE, n’a pas plus de poids auprès de DIEU qu’elle n’en avait. les longues prières prétentieuses des pharisiens. Plus la profession est élevée, plus la prétention est trompeuse, plus les imprudents sont susceptibles d’être trompés, et plus grande sera la colère d’un DIEU offensé. Ceux qui ont de hautes prétentions et qui ne tiennent pas compte de la LOI DE DIEU sont enregistrés dans les livres du ciel comme des rebelles contre le gouvernement divin. « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! car vous parcourez la mer et la terre pour faire un prosélyte; et quand il est fait, vous faites de lui un enfant de la géhenne deux fois plus que vous-mêmes. {ST, 31 janvier 1895 par. 2}
Voici ce que dit celui qui est saint, celui qui est vrai, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre et personne ne ferme; et ferme, et personne n’ouvre. Je connais tes oeuvres; voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer. JÉSUS emmène les hommes jusqu’au seuil même des cieux, et ouvre devant eux le SANCTUAIRE, inondé de la gloire de l’Éternel des armées, assis sur un TRÔNE élevé et élevé, et la traîne de sa gloire remplit le temple. Il a été soutenu par certains, à la fois par la plume et par la voix, que cela empêcherait les êtres humains de mener sagement les affaires de cette vie, de regarder des réalités invisibles. Il a été soutenu que les choses terrestres sembleraient si inférieures lorsqu’elles sont comparées aux choses célestes, que chaque pensée et impulsion serait engagée avec le monde à venir, et que les affaires terrestres seraient négligées. {ST, 28 mars 1895 par. 4}
Les relations puissantes de DIEU avec son peuple dans le passé doivent être répétées pour le bénéfice et la bénédiction de ceux qui suivent dans la foi, et à travers la PAROLE DE DIEU, voyez JÉSUS, leur GRAND PRÊTRE dans le SANCTUAIRE au ciel. Les messages de Jean ont eu une grande influence en exposant le fait que JÉSUS était le MESSIE, le RÉDEMPTEUR du monde. Personne ne pouvait douter de la sincérité de Jean, et les messages de ses lèvres avaient un grand pouvoir pour amener beaucoup de gens à la FOI DE JÉSUS-CHRIST. Les vérités énoncées par Jean étaient le message même que l’Éternel voulait qu’il porte ; mais les Juifs qui rejetaient la vérité étaient très ennuyés par son témoignage, et ils pensaient que tant que Jean continuerait à faire résonner son témoignage aux oreilles du peuple que JÉSUS était le MESSIE, ils ne devraient rien prévaloir contre ceux qui avaient foi en JÉSUS ils avaient crucifié. Beaucoup se détournaient continuellement de leur incrédulité et acceptaient CHRIST comme le MESSIE, et les ennemis de la vérité déclarèrent que le témoignage de Jean devait être réduit au silence afin que les miracles et la mission de JÉSUS puissent être oubliés. Ils espéraient mettre Jean à mort sur les fausses accusations de ses ennemis ; mais l’Éternel fit préserver son fidèle témoin de la mort. Bien qu’emprisonné sur l’île de Patmos pour la PAROLE DE DIEU et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, il n’a cessé de témoigner de la vérité. C’était un message de joie, proclamant le fait que le CHRIST n’était pas dans la tombe, mais était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} et les ennemis de la vérité ont déclaré que le témoignage de Jean devait être réduit au silence afin que les miracles et la mission de JÉSUS puissent être oubliés. Ils espéraient mettre Jean à mort sur les fausses accusations de ses ennemis ; mais l’Éternel fit préserver son fidèle témoin de la mort. Bien qu’emprisonné sur l’île de Patmos pour la PAROLE DE DIEU et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, il n’a cessé de témoigner de la vérité. C’était un message de joie, proclamant le fait que le CHRIST n’était pas dans la tombe, mais était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} et les ennemis de la vérité ont déclaré que le témoignage de Jean devait être réduit au silence afin que les miracles et la mission de JÉSUS puissent être oubliés. Ils espéraient mettre Jean à mort sur les fausses accusations de ses ennemis ; mais l’Éternel fit préserver son fidèle témoin de la mort. Bien qu’emprisonné sur l’île de Patmos pour la PAROLE DE DIEU et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, il n’a cessé de témoigner de la vérité. C’était un message de joie, proclamant le fait que le CHRIST n’était pas dans la tombe, mais était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} Ils espéraient mettre Jean à mort sur les fausses accusations de ses ennemis ; mais l’Éternel fit préserver son fidèle témoin de la mort. Bien qu’emprisonné sur l’île de Patmos pour la PAROLE DE DIEU et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, il n’a cessé de témoigner de la vérité. C’était un message de joie, proclamant le fait que le CHRIST n’était pas dans la tombe, mais était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} Ils espéraient mettre Jean à mort sur les fausses accusations de ses ennemis ; mais l’Éternel fit préserver son fidèle témoin de la mort. Bien qu’emprisonné sur l’île de Patmos pour la PAROLE DE DIEU et le TÉMOIGNAGE DE JÉSUS-CHRIST, il n’a cessé de témoigner de la vérité. C’était un message de joie, proclamant le fait que le CHRIST n’était pas dans la tombe, mais était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} mais c’était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et qui intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4} mais c’était un SAUVEUR ressuscité qui était monté en haut et qui intercédait pour son peuple jusqu’à ce qu’il revienne pour le prendre avec lui. {ST, 23 mai 1895 par. 4}
Mais la LOI originale de DIEU est déposée en toute sécurité dans l’ARCHE dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, et sera présentée à l’homme tout comme DIEU l’a gravée sur les TABLES DE PIERRE. Pour le ROI sur son TRÔNE et le plus humble de ses sujets, la LOI DE JUSTICE constituera la norme du caractère, et par ses préceptes chaque œuvre sera éprouvée et chaque pensée sera examinée. Le QUATRIÈME COMMANDEMENT se trouvera dans le SEIN DU DÉCALOGUE tel qu’il a été écrit par le DOIGT DE DIEU, et toute âme qui a osé exalter le faux sabbat au-dessus du SABBAT qui a été sanctifié et béni et donné à l’humanité pour le respect et l’observance , sera trouvé en désaccord avec la LOI DE DIEU. DIEU donna le SABBAT pour être un signe entre lui et son peuple, afin qu’ils sachent que c’était l’Éternel qui était leur sanctificateur. Ceux qui ont sciemment foulé aux pieds le vrai SABBAT, alors qu’ils ont élevé à sa place une fausse institution, devront répondre de leur action devant l’Éternel qui a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve. DIEU s’est proclamé un DIEU jaloux. {ST, 14 novembre 1895 par. sept}
Pas un vingtième partie de l’œuvre missionnaire à domicile n’est effectuée à Battle Creek qui devrait être faite pour mettre les choses en ordre dans le grand établissement commercial de la maison publique. Il faut une réforme des plus profondes au cœur de l’œuvre, et pourtant il y a un tel aveuglement, un tel aveuglement, que les hommes ont laissé les choses dériver comme elles l’ont fait. Où sont les hommes qui ont la crainte de DIEU devant eux, qui aiment DIEU, qui aiment leurs semblables, qui ont une tendre considération pour la jeunesse, à qui on peut confier le travail ? Où est l’homme qui peut agir en tant que président de la Conférence générale dans son état actuel embrouillé, confus et estropié ? Tout homme, même s’il a fait de son mieux, serait maintenant critiqué et considéré avec suspicion, parce que les gens ont été éduqués à considérer Battle Creek comme la puissance de DIEU, le SANCTUAIRE où habite la présence de DIEU. {Lt5-1896}
Vous comprenez peu le grand besoin et le désir ardent de l’âme. Certains luttent contre le doute, presque désespérés, presque sans espoir. Vous devez comprendre le quatrième chapitre de Zacharie. Les deux oliviers qui se tiennent en présence de DIEU vident, à travers les deux tuyaux d’or, l’huile d’or hors d’eux-mêmes dans le bol d’or, à partir duquel les lampes du SANCTUAIRE sont alimentées. L’huile d’or représente le SAINT-ESPRIT. C’est ce que les messagers célestes communiquent aux prédicateurs de la PAROLE. Les ministres de la justice doivent être continuellement renouvelés, afin qu’ils puissent à leur tour donner à l’église, lui donnant plus de force et d’efficacité. « Ni par la force, ni par la puissance, mais par mon ESPRIT, dit l’Éternel des armées. Les serviteurs de l’Éternel peuvent remporter des victoires, non par de simples manifestations extérieures, mais par la pureté intérieure, par la pureté de l’âme, la piété du cœur, par la sainteté, qui est plénitude pour DIEU. Ils dépendent de la GRÂCE DE DIEU, représentée par l’huile SAINTE vidée des oliviers à travers les tuyaux d’or dans le bol d’or du CHANDELIER. {Lt61-1896}
Par leurs paroles, leurs œuvres et leur esprit, ceux qui poursuivent une telle voie écrivent dans les livres du ciel un enregistrement qu’ils ne se soucieront pas de rencontrer, car DIEU ne les estime pas comme ils s’estiment eux-mêmes. Ils abusent de leurs possibilités de stage et négligent gravement les privilèges élevés qui leur sont conférés. Bien qu’ils ne trouvent rien dans la PAROLE DE DIEU pour justifier leurs actions ou approuver leurs opinions, ils persistent à leur manière. En ce jour-là, lorsque le jugement sera porté sur tous, la sentence sera prononcée contre eux : « Tu es pesé dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE et trouvé léger. {Lt78-1896}
Si le SEIGNEUR a situé Son SANCTUAIRE à Battle Creek, et nulle part ailleurs, il est juste et sensé de renvoyer toutes les questions à cet endroit. Mais nous savons qu’il préside à chaque portion de sa vigne morale. A chacun, selon sa capacité, Il a donné un travail, et ce travail doit être fait. {Lt88-1896}
Le mannequin des Pensées du Mont de la Bénédiction, avec les illustrations, que j’ai reçu. Les illustrations que je ne pouvais pas accepter sous aucune considération. Certains d’entre eux semblent préparés pour un almanach comique. Que quiconque lié au travail de Battle Creek pense qu’il est possible pour moi d’accepter ces coupes est des plus étonnants. Je n’ose pas faire confiance au livre Vie de CHRIST pour qu’ils l’illustrent, car je pense que leur sagesse s’est éloignée d’eux. DIEU ordonna à Moïse : « Fais tout selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. Tout ce qui concernait le SANCTUAIRE était de la plus parfaite exécution. {Lt90-1896}
Enseigner les ÉCRITURES, prier en famille, c’est le travail d’un évangéliste, et ce travail doit être mêlé à votre prédication. S’il est omis, la prédication sera, dans une large mesure, un échec. Vous devez être jaloux de vous-même. Vous et votre femme devez vous rapprocher des gens par un effort personnel. Enseignez-leur que l’AMOUR DE DIEU doit entrer dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de la vie familiale. Si vous le désirez, vous pouvez avoir la puissance intérieure du SAINT-ESPRIT pour vous aider dans votre travail. {Lt94-1896}
Qui sont les collaborateurs de DIEU ? Qui sont imprégnés de SON ESPRIT ? Qui réalisent dans leur vie la mission de JÉSUS-CHRIST ? Tous ceux-là s’assiéront avec CHRIST sur Son TRÔNE comme vainqueurs. Mais tous ceux qui s’exaltent, tous ceux qui oppriment leurs semblables de quelque manière que ce soit, font cela à JÉSUS-CHRIST, car toute âme a été rachetée à un prix infini, et par la foi en JÉSUS-CHRIST est capable de recevoir l’immortalité, de vivre à travers les âges ÉTERNELS . Combien de temps DIEU supportera-t-il avec une indifférence sans cœur le traitement des hommes envers leurs semblables ? Nous ne pouvons pas déterminer; mais ce que chaque homme sème, il récoltera une récolte de même nature. Mais si l’homme sème des actes d’amour et de compassion, des paroles de réconfort, d’espoir et d’encouragement, il récoltera ce qu’il a semé. Chaque acte passe en revue devant DIEU, chaque action est pesée dans la balance du SANCTUAIRE. {Lt101-1896}
[Si nous pouvons éveiller les sensibilités morales de notre peuple au sujet de la tempérance, une grande victoire sera remportée.] La tempérance dans le manger, le boire, le sommeil et l’habillement est l’un des grands principes de la vie religieuse. La vérité introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme guidera dans le traitement du corps. Rien de ce qui concerne la santé de l’agent humain ne doit être considéré avec indifférence. Notre bien-être ÉTERNEL dépend de l’utilisation que nous faisons durant cette vie de notre temps, de notre force et de notre influence. {Lt175-1896} {6T 375.1 1901 avec [] portion}
David ne pouvait pas comprendre cela jusqu’à ce qu’il entre dans le SANCTUAIRE de DIEU, et alors, dit-il, “j’ai compris leur fin”. « Assurément, tu les as placés dans des endroits glissants ; tu les as jetés à la destruction. Comment sont-ils amenés à la désolation, comme en un instant ! ils sont complètement rongés par la terreur. Comme un rêve quand on s’éveille; ainsi, ô Éternel, quand tu te réveilleras, tu mépriseras leur image. Ainsi mon cœur fut attristé, et mes rênes me piquèrent. J’étais si sotte et si ignorante ; J’étais comme une bête devant toi. Néanmoins, je suis continuellement avec toi : tu m’as tenu par ta main droite. « Il m’est bon de m’approcher de DIEU : j’ai placé ma confiance dans le SEIGNEUR DIEU, afin de déclarer toutes tes œuvres. {Ms4-1896}
DIEU veut que tous ceux qui sont liés au Sanatorium, que ce soit en tant que médecins, surintendants ou officiants dans n’importe quel département, soient exactement ce que la BIBLE exige, des chrétiens exemplaires. Toutes leurs transactions commerciales, qu’elles soient avec des croyants ou des non-croyants, devraient être aussi transparentes que la lumière du soleil. Le fait qu’on ne risque pas d’être découvert en tromperie ou en fraude, ou carrément en meurtre par faute professionnelle, ne le rend pas moins coupable aux yeux de DIEU. Ce que DIEU témoigne de nous lorsque le caractère est pesé dans la balance d’or du SANCTUAIRE tiendra bon pour toujours, à moins que la triste décision, “Vouloir”, ne soit changée à cause de la repentance de l’âme et de la transformation du caractère, et que le pardon soit écrit, et que la promesse accompli, « Je te donnerai un cœur nouveau. « Il faut un changement complet dans les principes qui gouvernent beaucoup de médecins quant à leur exemple en tant que chrétiens. Ils doivent répondre à une norme plus élevée, la norme BIBLE. {PH066 6.2 1896}
Il y a beaucoup de jeunes qui possèdent des talents, et s’ils étaient formés, ils seraient capables de faire un bon travail pour le MAÎTRE ; mais ceux qui pouvaient les aider à acquérir une éducation, amassent leurs trésors ou les utilisent simplement pour leur propre satisfaction, et échouent ainsi à édifier le royaume de notre SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST. Comment les anges du ciel considèrent-ils les filles de la richesse et de la mode qui se parent de bijoux coûteux et dépensent des milliers de dollars pour se glorifier ? Comment le CHRIST jugera-t-il ceux qui font des dons aux riches, quand les pauvres meurent de faim autour d’eux, quand les actions des hommes sont pesées dans les balances d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE ? JÉSUS n’a-t-il pas dit : « Ne savez-vous pas cela. . . vous ne vous appartenez pas ? Vous avez été rachetés à un prix : glorifiez donc DIEU dans votre corps et dans votre esprit, qui sont à DIEU » ? {HR, 17 mars 1896 par. 3}
Les fleuves de sang qui coulaient à l’action de grâces de la moisson, lorsque les sacrifices étaient offerts en si grand nombre, étaient destinés à enseigner une grande vérité. Car même les productions de la terre, les générosités prévues pour la subsistance de l’homme, nous sommes redevables à l’offrande de CHRIST sur la croix du Calvaire. DIEU nous enseigne que tout ce que nous recevons de lui est le don de l’amour rédempteur. De son instruction à Israël, il voudrait nous faire apprendre qu’il a fait amplement provision pour que les pauvres reçoivent les conforts de cette vie, et aussi pour que l’évangile soit porté à tous ceux qui périssent dans leurs péchés. L’ensemble du service du SANCTUAIRE a été conçu pour impressionner les gens sur le fait que les choses que DIEU s’est mises à part sont saintes. Ils devaient toujours observer la distinction entre le sacré et le commun. Les choses saintes doivent être gardées saintes. {HR, 10 novembre 1896 par. 12}
Lorsque DIEU a délivré Israël d’Égypte pour qu’il soit un trésor spécial pour lui-même, il leur a enseigné à consacrer une dîme de leurs biens au service du TABERNACLE. C’était une offrande spéciale, pour une œuvre spéciale. Tout ce qui restait de leur propriété appartenait à DIEU et devait être utilisé à sa gloire. Mais la dîme était mise de côté pour le soutien de ceux qui servaient dans le SANCTUAIRE. Il devait être donné à partir des prémices de toute la croissance, et, avec des dons et des offrandes, il fournissait amplement de moyens pour soutenir le ministère de l’évangile pour ce temps-là. {RH, 8 décembre 1896 par. 2}
Esaïe avait dénoncé le péché des autres ; mais maintenant il se voit exposé à la même condamnation qu’il avait prononcée contre eux. Il s’était contenté d’une cérémonie froide et sans vie dans son CULTE DE DIEU. Il ne le savait pas jusqu’à ce que la vision de l’Éternel lui soit donnée. Comme sa sagesse et ses talents apparaissaient peu maintenant alors qu’il considérait le caractère sacré et majestueux du SANCTUAIRE. Comme il était indigne ! combien inapte au service sacré ! Sa vision de lui-même pourrait être exprimée dans le langage de l’apôtre Paul : « Ô misérable que je suis ! qui me délivrera du corps de cette mort ? {RH, 22 décembre 1896 par. 3}
Des mots durs et méchants, des mots de censure et de critique de l’œuvre de DIEU et de ses messagers, sont utilisés par ceux qui professent être ses enfants. Lorsque ces âmes insouciantes discerneront la grandeur du caractère de DIEU, elles ne mêleront pas leur esprit et leurs attributs à son service. Lorsque nos yeux regardent par la foi dans le SANCTUAIRE et comprennent la réalité, l’importance et la sainteté du travail qui s’y fait, tout ce qui est de nature égoïste sera détesté par nous. Le péché apparaîtra tel qu’il est, la transgression de la LOI SAINTE DE DIEU. L’EXPIATION sera mieux comprise ; et par une foi vivante et active, nous verrons que tout ce que l’humanité possède de vertu, cela n’existe qu’en JÉSUS-CHRIST, le RÉDEMPTEUR du monde. {RH, 22 décembre 1896 par. dix}
Les séraphins devant le TRÔNE sont si remplis d’une crainte révérencielle en contemplant la GLOIRE DE DIEU qu’ils ne se regardent pas un instant avec complaisance, ou en admiration pour eux-mêmes ou les uns pour les autres. Leur louange et leur gloire sont pour l’Éternel des armées, qui est haut et élevé, et dont la gloire de la suite remplit le temple. Alors qu’ils voient l’avenir, quand toute la terre sera remplie de sa gloire, le chant de louange triomphal se fait écho de l’un à l’autre dans un chant mélodieux : « Saint, saint, saint est l’Éternel des armées. Ils sont pleinement satisfaits de glorifier DIEU ; et en sa présence, sous son sourire d’approbation, ils ne souhaitent rien de plus. En portant son image, en faisant son service et en l’adorant, leur plus haute ambition est pleinement atteinte. {RH, 22 décembre 1896 par. 11}
Ceux qui vivent la vie du monde, bien qu’ils puissent être considérés comme instruits et raffinés, manifestent qu’ils sont égoïstes, que les paroles du CHRIST ne demeurent pas en eux. Ils se séparent des nécessiteux et des affligés, et utilisent les dons que DIEU leur a confiés pour bénir leurs semblables en s’exaltant et en se glorifiant. Ils ne s’intéressent qu’à ce qui leur rapportera le plus d’argent. La valeur de l’homme est mesurée dans le monde par la somme d’argent qu’il possède, et ainsi les hommes cultivent l’amour de l’argent, placent le monde en premier et montrent clairement que les paroles du CHRIST ne demeurent pas dans leur cœur. Ils ne suivent pas les traces de notre RÉDEMPTEUR, qui a donné sa vie pour la rançon du monde. Ils se séparent de ceux qui sont dans la pauvreté, de ceux qui n’ont pas été favorisés d’avantages pour obtenir une éducation. Ils évaluent les hommes selon la somme d’argent qu’ils ont, mais JÉSUS place une estimation tout à fait différente sur l’âme humaine. Il pèse les hommes dans la balance d’or du SANCTUAIRE et demande : « À quoi profite un homme s’il gagne le monde entier et perd sa propre âme ? ou que donnera un homme en échange de son âme ? {ST, 20 février 1896 par. 4}
Au nom de JÉSUS-CHRIST de Nazareth, soyez forts dans le SEIGNEUR et dans la puissance de sa force. Sachez qu’il vous aime, et qu’il sera votre efficacité constante. «Lève-toi et brille; car ta lumière est venue. « Voici, bénissez l’Éternel, vous tous, serviteurs de l’Éternel, qui vous tenez la nuit dans la maison de l’Éternel. Levez vos mains dans le SANCTUAIRE, et bénissez le SEIGNEUR. L’Éternel qui a fait que le ciel et la terre te bénissent depuis Sion. {ST, 22 octobre 1896 par. 11}
Du caractère sacré qui était attaché au SANCTUAIRE terrestre parmi les enfants d’Israël, les chrétiens peuvent apprendre comment ils doivent considérer le lieu où le SEIGNEUR rencontre son peuple. DIEU lui-même a donné des règles d’ordre, parfaites et exactes, à observer dans son culte. Mais il y a eu un changement, non pas pour le meilleur mais pour le pire, dans les habitudes en matière de culte religieux. L’esprit de révérence a largement disparu. {YI, 8 octobre 1896 par. 3}
Au moment de la mort de CHRIST, certains prêtres exerçaient leur ministère dans le temple de Jérusalem. Ils ont ressenti le choc du tremblement de terre, et au même moment le VOILE du temple, qui séparait le LIEU SAINT du LIEU TRÈS SAINT, a été déchiré en deux de haut en bas par la même main exsangue qui a écrit les paroles de malheur sur les murs. du palais de Belshazzar. Le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE terrestre n’était plus sacré. Plus jamais la présence de DIEU n’éclipserait ce SIÈGE DE MISÉRICORDE. Jamais l’acceptation ou le mécontentement de DIEU ne se manifesteraient par la lumière ou l’ombre dans les pierres précieuses du BRESTPLATE du souverain sacrificateur. {SJ 147.1 1896 1900}
Il y a danger que le peuple de DIEU soit maintenant trouvé, comme l’étaient les Juifs, pesé dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE et trouvé léger. Le CHRIST a réprimandé les Juifs parce que, alors qu’ils étaient si précis dans les petites choses, payant des dîmes de menthe, d’anis et de cumin, ils ont négligé les questions plus importantes de la LOI, la miséricorde, la justice et l’AMOUR DE DIEU. {BEcho, 26 juillet 1897 par. 2}
Ainsi cette question était définitivement réglée pour tout chercheur de vérité. DIEU travaille; mais l’homme doit coopérer avec lui dans le grand PLAN DU SALUT. La condition de la vie ÉTERNELLE n’est pas simplement de croire, mais de mettre en pratique les PAROLES de DIEU. Les hommes, qui, de par leur travail de bureau, on aurait pu s’attendre à représenter le CHRIST dans la sympathie et l’amour pour ceux qui avaient besoin d’aide, ” sont passés de l’autre côté “. Ils savaient peu que l’univers des cieux les regardait, observait leurs œuvres, lisait les intentions et les buts de leurs cœurs et pesait leurs caractères dans la balance du SANCTUAIRE CÉLESTE. Ils ne savaient guère que cette même scène se reproduirait devant eux, sous le jour où DIEU la considère, au jour du Jugement, où chacun sera jugé selon ses oeuvres. {HM, 1 octobre 1897 par. 6}
Page 52, même livre [Gospel Reader]—L’arche debout au milieu de la Jordanie—voir les CHERUBIM à chaque extrémité de l’arche. Quelle fausse représentation des anges célestes regardant avec révérence le SIÈGE DE MISÉRICORDE, le couvercle de l’ARCHE. Un enfant pourrait prendre la représentation comme un oiseau recroquevillé. Mais lorsque l’ARK a été retirée du SANCTUAIRE, les CHERUBIM n’ont jamais été exposés à la vue. Cette arche sacrée, qui représentait JÉHOVAH au milieu de son peuple, était toujours couverte, afin qu’aucun œil curieux ne pût la regarder. Qu’il soit toujours couvert. {Lt28a-1897}
Avec quel soin chacun doit-il venir à l’étude des ÉCRITURES ! Avec quel acharnement à savoir tout ce qu’il lui est possible de savoir des raisons de chaque point de la foi ; en particulier la question du SANCTUAIRE, et les MESSAGES DES PREMIER, DEUXIÈME ET TROISIÈME ANGES, devrait-il étudier. {Lt98a-1897}
Les hommes de bas degré, dit le psalmiste, sont vanité, et les hommes de haut degré sont un mensonge ; ils sont tout à fait plus légers que la vanité. Si les pensées ou les motifs d’un roi ou d’un mendiant sont employés d’une manière malhonnête, même si ce n’est que pour convoiter un denier, l’Éternel le sait. Il y a un bon chemin et un mauvais chemin. Les actions accomplies sur cette terre déterminent le destin des acteurs. DIEU pèse chaque homme dans la balance du SANCTUAIRE. Vous avez été pesé dans la balance et trouvé léger. {Lt117-1897}
Heureux ceux qui ont le cœur pur ; car ils verront DIEU ! Aux yeux de DIEU, un cœur pur est plus précieux que l’or d’Ophir. Un cœur pur est le temple où DIEU habite, le SANCTUAIRE où le CHRIST prend sa demeure. Un cœur pur est au-dessus de tout ce qui est bon marché et bas ; c’est une lumière brillante, un trésor d’où sortent des mondes édifiants et sanctifiés. C’est un endroit où l’imagerie de DIEU est reconnue, et où le plus grand plaisir est de contempler Son image. C’est un cœur qui trouve son seul et unique plaisir et sa satisfaction en DIEU, et dont les pensées, les intentions et les buts sont animés par la piété. Un tel cœur est un lieu sacré ; c’est un trésor de toutes les vertus. Celui qui possède un tel cœur est un exemple pour petits et grands. Ce temple parfait ne veut aucun invité, ne savoure aucune compagnie qui ne s’harmonise pas parfaitement avec DIEU.
La vérité, introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, sanctifiera celui qui la reçoit. Cela ne le conduit jamais à commettre une action injuste. La vérité ne met jamais ses pieds délicats sur un terrain faux ou incertain, pour s’accommoder de n’importe quelle circonstance, aussi plausible soit-elle. {Lt118-1897}
Vous avez, à Adélaïde, fait comprendre combien il est dangereux de faire confiance à l’homme et de faire de la chair votre bras. Soumettez-vous à l’autorité du grand ENSEIGNANT en toute humilité d’esprit. Il vous armera de sa pensée, qui vous fortifiera pour discerner toute rébellion. C’est une grande erreur dans toutes nos églises que la religion soit souvent créditée aux personnes qui donnent en paroles un assentiment à la vérité ; mais à moins que la vérité ne soit introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, elle ne contrôle pas les pensées, les paroles ou la conduite de la vie. Nous avons simplement besoin d’avoir la vérité dans nos cœurs. {Lt158-1897}
Tu étais parfait dans tes voies…. jusqu’à ce que l’iniquité ait été trouvée en toi. « Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté ; tu as corrompu ta sagesse à cause de ton éclat. Tout cela était le don de DIEU. DIEU n’était pas responsable de cela, rendant le chérubin protecteur beau, noble et bon. « Par la multitude de tes marchandises, ils ont rempli le milieu de toi de violence, et tu as péché : … tu as souillé tes SANCTUAIRES par la multitude de tes iniquités, par l’iniquité de ton trafic. {Lt156-1897}
Peut-on alors s’étonner que le CHRIST, qui a fait toutes choses, ait choisi le plein air pour son SANCTUAIRE, qu’il ait voulu être entouré des œuvres de sa création ? Certes, il enseignait dans les synagogues, mais la plus grande partie de son œuvre se faisait, le plus grand nombre de ses leçons se donnaient en plein air. Il s’est placé sur les autoroutes du voyage, car il pouvait mieux atteindre les gens là où ils allaient et venaient des villes et des villages. Et ainsi les gens ordinaires ont eu l’occasion d’entendre les grandes leçons qu’il avait pour eux. Ceux-ci l’écoutaient avec joie, car ses leçons étaient liées et illustrées par les choses les plus courantes du monde naturel. Les choses que sa propre main avait faites, il les prit comme livre de leçons. Il voyait en eux bien plus que ce que des yeux et des sens limités pouvaient comprendre. {Ms16-1897}
Judas considérait plusieurs des disciples comme très déficients. Ils ne verraient pas leurs opportunités et profiteraient des circonstances. L’église ne prospérerait jamais avec des hommes aussi myopes. Peter était si impétueux; il déménagerait sans considération. Jean, qui rassemblait la puissance des vérités qui tombaient des lèvres du CHRIST, et les amenait dans le SANCTUAIRE de l’âme, était considéré par Judas comme un pauvre financier, celui qui ne pouvait pas garder l’église exempte d’embarras financier. Matthieu, qui avait reçu une éducation qui le qualifiait d’exactitude dans toutes ses entreprises, était très précis et particulier en ce qui concerne l’honnêteté. Il contemplait constamment les paroles de CHRIST, et s’absorbait tellement en elles qu’on ne pouvait pas lui faire confiance pour faire des affaires pointues et clairvoyantes. Ainsi Judas résuma tous les disciples, et se flattait que l’église serait souvent mise dans la perplexité et l’embarras s’il n’y avait pas sa capacité de gestion. Judas se croyait le capable, qui ne se laisserait pas tromper dans un marché. {Ms28-1897}
Chaque agent peut trouver quelque chose à faire pour sauver les âmes et faire avancer la vérité de DIEU. Par la PUISSANCE DE L’ESPRIT, cette vérité doit être transportée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme et agir sur la conscience, et sa présence y est révélée par les travaux accomplis pour restaurer l’image morale de DIEU dans l’homme. Il y a trop d’instructions vagues. N’est-il pas préférable de savoir individuellement en quoi nous croyons nous-mêmes, et en quoi consiste notre foi ? Alors nous pourrons dire : « Grâce et paix vous soient multipliées par la connaissance de DIEU et de JÉSUS notre SEIGNEUR, selon que sa puissance divine nous a donné tout ce qui a trait à la vie et à la piété, par la connaissance de lui qui nous a appelés à la gloire et à la vertu, par lesquelles nous ont été données des promesses extrêmement grandes et précieuses, afin que par elles vous participiez à la nature divine, ayant échappé à la corruption qui est dans le monde par la convoitise. {Ms46-1897}
CHRIST est venu pour semer la vérité dans le monde, et Il s’attend à ce que chaque enseignant soit un collaborateur avec Lui pour éduquer les jeunes à connaître DIEU et JÉSUS CHRIST qu’Il a envoyé. « Quiconque est de la vérité, a dit le CHRIST, écoute mes paroles. Ayant été dans les conseils de DIEU, ayant été le commandant de l’armée angélique, ayant été dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, les éléments de vérité Lui étaient familiers. Il comprenait tout ce qui concernait le salut de la race humaine, et Il disait ce qu’Il savait. Il est venu comme le révélateur de l’esprit INFINI, et Il a parlé avec une autorité incontestée, car Il déployait la sagesse de DIEU. La vérité de l’ordre le plus élevé, les paroles de la vie ÉTERNELLE, sont tombées de ses lèvres. {Ms69-1897}
Qu’en est-il de ceux qui ont des BIBLES et qui prétendent y croire ? Ils ne mangent pas la MANNE CÉLESTE. La lumière brille sur eux, mais elle n’est pas appréciée. De nombreux chrétiens de profession refusent de recueillir la lumière envoyée du ciel, car elle ne justifie pas la transgression de la LOI. Il y en a beaucoup qui enseignent la PAROLE DE VIE à d’autres qui sont eux-mêmes ennuyeux de compréhension. Ils n’apportent pas la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Ce n’est pas une réalité vivante pour eux, car ils ne le pratiquent pas. Il n’a pas été digéré et converti en muscles et tendons SPIRITUELS. Ils ont fermé les yeux, de peur de voir et de se convertir. {Ms107-1897}
Ce faux CHRIST réclamait ce que Satan réclamait au ciel – un droit à toutes choses. CHRIST dans Son humiliation était possesseur de toutes choses. En Lui, il n’y avait pas du tout de ténèbres. Selon les paroles de Siméon, Il était : « Une lumière pour éclairer les Gentils, et la gloire de mon peuple Israël. La lumière du SANCTUAIRE devait être maintenue allumée devant DIEU. Ce n’était jamais pour brûler ou sortir. DIEU était une lumière si resplendissante, que Lucifer occupait la position de chérubin couvrant, afin que l’univers puisse à tout moment contempler Sa gloire. La lumière n’était pas nécessaire pour éclairer le SANCTUAIRE CÉLESTE; c’était pour représenter son église, pour éclairer le monde. Son Israël choisi devait être la lumière du monde. Cette lumière ne devait jamais s’éteindre. {Ms112-1897}
Daniel aurait pu soutenir qu’à la table royale et sur ordre du roi, il n’y avait pas d’autre voie à suivre pour lui. Mais lui et ses compagnons avaient un conseil ensemble. Ils ont examiné tout le sujet pour savoir comment ils amélioreraient leurs pouvoirs physiques et mentaux en utilisant du vin. Ils ont étudié ce sujet très assidûment. Le vin en lui-même, ont-ils décidé, était un piège. Ils connaissaient l’histoire qui leur était parvenue dans les parchemins de Nadab et d’Abihu. Chez ces hommes, l’usage du vin avait encouragé leur amour pour celui-ci. Ils ont bu du vin avant leur service sacré dans le SANCTUAIRE. Leurs sens étaient confus. Ils ne pouvaient pas faire la différence entre le feu sacré et le feu commun. Dans leur état d’engourdissement cérébral, ils firent ce que l’Éternel avait commandé de ne pas faire à tous ceux qui servaient dans les offices sacrés. Ils mirent le feu commun sur leurs ENcensoirs, alors qu’ils avaient été expressément chargés de n’utiliser que le feu sacré du propre bois d’allumage de l’Éternel, qui ne s’éteignit jamais. {Ms122-1897}
Cette question est sérieuse, et il convient de l’aborder pleinement et de comprendre son sens. Les hommes peuvent être membres d’une église. Apparemment, ils peuvent travailler religieusement, effectuer une série de tâches prescrites d’année en année, et rester toujours non convertis. Il y a ceux qui écrivent sur des sujets religieux. Mais bien qu’ils prennent plaisir à faire ce travail pour la défense du christianisme, ils peuvent encore être inconvertis. Un homme peut prêcher des sermons agréables et divertissants, mais il peut être loin de CHRIST en ce qui concerne l’expérience authentique. Il peut être autosuffisant et exalté au sommet de la grandeur, mais n’a jamais expérimenté le travail intérieur de la grâce qui devrait former le caractère. Une telle personne est trompée par sa connexion et sa familiarité avec les vérités sacrées de l’évangile, qui ont atteint l’intellect, mais n’ont pas été plus profondes. La vérité n’a pas été introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. {Ms130-1897}
La plus profonde humilité devrait être ressentie par ceux qui ont les privilèges de l’illumination et de l’éducation dans les lignées missionnaires. Le SEIGNEUR DIEU des cieux, par qui toutes les actions sont pesées dans les balances d’or du SANCTUAIRE, regarde les milliers de gens de couleur, nos voisins, qui dans leur dénuement étendent leurs cas devant le Donateur de toutes miséricordes et bénédictions. Ces gens périssent dans leurs péchés. En tant que peuple, ils sont ignorants, beaucoup ne connaissant rien à la pureté, à la piété et à l’élévation. Mais parmi eux se trouvent des hommes et des femmes de perceptions rapides, d’excellents talents, et ceux-ci seront révélés une fois que l’ESPRIT DE DIEU tournera leur attention vers la PAROLE. Mais ils ont besoin de ministère, pas uniquement dans la PAROLE. Ceux qui veulent rendre service à DIEU dans ce domaine doivent aller parmi le peuple. {Ms164-1897}
C’est une leçon à appliquer à notre bâtiment SPIRITUEL de caractère en charpente massif. Le meilleur type de bois a été obtenu pour la construction de notre église. Nous n’avons pas lésiné sur la mesure, car nous voulions la présence des gens qui devaient se rassembler pour adorer DIEU, et nous voulions les anges célestes et JÉSUS-CHRIST parmi nous. Appliquons la figure, “Vous êtes le bâtiment de DIEU” – un temple préparé pour être une maison où DIEU présidera, une maison où les attributs de DIEU brilleront constamment dans nos caractères, montrant que nous vivons avec la PRÉSENCE DE DIEU. Le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme est consacré à DIEU et nous devons garder l’âme dédiée, NETTOYÉE, purifiée pour le dépositaire sacré de la vérité. {Ms182-1897}
5. Parmi les ouvriers du bureau, il y a ceux dont le cœur n’est pas pur, dont les mains sont souillées par l’iniquité, et dont les voies sont perverties, de sorte qu’ils ne représentent en aucune façon le CHRIST. Satan est à côté d’eux pour les influencer dans le cours du mal ; et comme ils lui cèdent, ils influencent les autres à suivre la même voie. Ils ne réalisent pas le caractère sacré des choses de DIEU, mais en esprit ils se conforment au monde et échouent à vivre la vie divine, qui est opposée au monde et à ses coutumes. Ils ont une connaissance de la vérité, mais échouent à l’amener dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, afin qu’ils puissent être sanctifiés par la vérité. {PH152 28.2 1897}
8. Que chaque âme considère attentivement sa condition et demande : Quel est mon état devant DIEU ? Laissez-le examiner de près le type de matériel qu’il apporte dans la construction de son personnage. Est-ce ce qui peut être comparé à des bois massifs, ou ce qui ne peut être comparé qu’à ce qui est pourri et vermoulu ? Nous sommes chargés dans la PAROLE DE DIEU de « garder ton cœur en toute diligence ; car c’est de là que viennent les problèmes de la vie. Le cœur inconverti est l’habitation du malin, et il est rempli de pensées impies, de mauvaises suppositions, d’envie, de jalousie, de mensonges et de passions incontrôlées, de conflits et de confusion et de toutes les mauvaises œuvres. Que chacun cherche diligemment et demande : Mon cœur est-il libre de tout cela ? Que chacun s’examine attentivement pour voir s’il est dans la foi, si la vérité qu’il professe croire a été gardée dans le parvis extérieur, ou amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, afin qu’il puisse être sanctifié par là. Le cœur tout entier doit être pénétré et purifié par l’ESPRIT de DIEU qui cherche. JÉSUS ne demeurera pas dans l’âme où l’orgueil existe; et si nous désirons sa présence, le temple de l’âme doit être NETTOYÉ de tous les mauvais occupants. Si la porte du cœur est ouverte à JÉSUS, il entrera, et sa présence expulsera toute pensée impie, et par la foi nous pourrons avoir une douce communion avec DIEU. Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies ; car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {PH152 30.1 1897} Le cœur tout entier doit être pénétré et purifié par l’ESPRIT de DIEU qui cherche. JÉSUS ne demeurera pas dans l’âme où l’orgueil existe; et si nous désirons sa présence, le temple de l’âme doit être NETTOYÉ de tous les mauvais occupants. Si la porte du cœur est ouverte à JÉSUS, il entrera, et sa présence expulsera toute pensée impie, et par la foi nous pourrons avoir une douce communion avec DIEU. Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies ; car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {PH152 30.1 1897} Le cœur tout entier doit être pénétré et purifié par l’ESPRIT de DIEU qui cherche. JÉSUS ne demeurera pas dans l’âme où l’orgueil existe ; et si nous désirons sa présence, le temple de l’âme doit être NETTOYÉ de tous les mauvais occupants. Si la porte du cœur est ouverte à JÉSUS, il entrera, et sa présence expulsera toute pensée impie, et par la foi nous pourrons avoir une douce communion avec DIEU. Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies ; car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {PH152 30.1 1897} Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies ; car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {PH152 30.1 1897} Si JÉSUS demeure dans le cœur, nous le glorifierons dans nos vies ; car le chrétien doit faire briller sa lumière dans le monde par de bonnes œuvres. {PH152 30.1 1897}
Paul écrivit à Timothée : « Prends garde à toi-même et à la doctrine ; continue en eux, car en faisant cela, tu te sauveras et tu sauveras ceux qui t’écoutent. Cette exhortation s’applique à tous ceux qui vivent ces derniers jours. Le SEIGNEUR exige un service complet et complet. L’esprit et les affections doivent lui être donnés. La lumière doit rester allumée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Alors les Chrétiens recevront une vision SPIRITUELLE. Ils seront capables de comprendre et de faire les exigences de DIEU. {RH, 2 février 1897 par. 15}
Nous n’avons qu’un seul canal d’approche vers DIEU. Nos prières ne peuvent lui parvenir que par un seul nom, celui du SEIGNEUR JÉSUS notre AVOCAT. SON ESPRIT doit inspirer nos pétitions. Aucun feu étranger ne devait être utilisé dans les ENcensoirs agités devant DIEU dans le SANCTUAIRE. Ainsi, l’Éternel lui-même doit allumer dans nos cœurs le désir ardent, si nos prières lui sont agréables. Le SAINT-ESPRIT intérieur doit faire des intercessions pour nous, avec des gémissements qui ne peuvent être prononcés. {RH, 9 février 1897 par. dix}
Des deux oliviers, l’huile d’or était vidée par des tuyaux d’or dans le bol du CHANDELIER, et de là dans les lampes d’or qui éclairaient le SANCTUAIRE. Ainsi, des saints qui se tiennent dans la PRÉSENCE DE DIEU, SON ESPRIT est transmis aux instruments humains qui sont consacrés à son service. La mission des deux oints est de communiquer lumière et puissance au peuple de DIEU. C’est pour recevoir la bénédiction pour nous qu’ils se tiennent dans la PRÉSENCE DE DIEU. Comme les oliviers se vident dans les tuyaux d’or, ainsi les messagers célestes cherchent à communiquer tout ce qu’ils reçoivent de DIEU. Tout le trésor céleste attend notre demande et notre réception ; et comme nous recevons la bénédiction, nous devons à notre tour la donner. C’est ainsi que les lampes SAINTES sont alimentées, et l’église devient un porteur de lumière dans le monde. {RH, 2 mars 1897 par. 9}
Plusieurs des disciples étaient considérés par Judas comme très déficients. Ils ne verraient pas leurs opportunités et profiteraient des circonstances. L’église, pensait-il, ne prospérerait jamais avec des hommes aussi myopes. Peter était si impétueux; il déménagerait sans considération. Jean, qui rassemblait la puissance des vérités qui tombaient des lèvres de CHRIST et les amenait dans le SANCTUAIRE de l’âme, était considéré par Judas comme un pauvre financier, celui qui ne pouvait pas garder l’église exempte d’embarras financier. Matthieu, qui avait reçu une éducation qui le qualifiait d’exactitude dans toutes ses entreprises, était très précis et particulier en ce qui concerne l’honnêteté. Il contemplait constamment les paroles de CHRIST, et s’absorbait tellement en elles qu’on ne pouvait pas lui faire confiance pour faire des affaires pointues et clairvoyantes. Ainsi Judas résuma tous les disciples, et se flattait que l’église serait souvent mise dans la perplexité et l’embarras s’il n’y avait pas sa capacité de gestion. Judas se croyait le capable, qui ne se laisserait pas tromper dans un marché. Dans sa propre estimation, il était un honneur pour la cause, et en tant que tel, il s’est toujours représenté. {RH, 5 octobre 1897 par. 6}
Les âmes de notre monde d’aujourd’hui ont besoin d’un SAUVEUR. L’Éternel a donné à son église l’occasion de travailler pour lui; il les a invités à venir au festin de l’évangile et à inviter d’autres à venir avec eux. Encore et encore, des occasions ont été données au peuple de DIEU de sortir par les routes et les haies, et de contraindre ceux qui s’y trouvent à entrer, afin que la maison de DIEU soit pleine. Dans la providence de DIEU, le Dr Kellogg a entrepris un travail par lequel il peut organiser des ouvriers pour faire avancer le travail d’apporter la vérité devant des milliers qui sont maintenant dans le vice et l’iniquité, afin qu’ils puissent être rachetés d’une vie de dissipation et de péché. . Tout le peuple de DIEU devrait s’intéresser à ce travail. Mais un amour de la facilité et de l’indulgence égoïste a été démontré par beaucoup. Nous sommes désolés de dire que certains qui ont eu le privilège de connaître la VÉRITÉ BIBLIQUE ne l’ont pas introduite dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. DIEU tient tous ceux-ci pour responsables de leurs talents mal utilisés, qui leur ont été confiés pour être améliorés, mais qu’ils ne lui ont pas rendus dans un service honnête et fidèle. {SpTA10 4.2 1897}
Tout [toute mauvaise habitude] qui diminue la puissance physique affaiblit l’esprit et rend moins claire la distinction entre le bien et le mal, entre le bien et le mal. Ce principe est illustré dans le cas de Nadab et Abihu. DIEU leur a donné une œuvre des plus sacrées à accomplir, leur permettant de s’approcher de lui dans leur service désigné ; mais ils avaient l’habitude de boire du vin, et ils entrèrent dans le SAINT service du SANCTUAIRE avec l’esprit confus. Il y avait le feu sacré, qui était allumé par DIEU lui-même ; mais ils ont utilisé le feu commun sur leurs ENCENSEURS, lorsqu’ils ont offert de l’ENCENS pour monter comme un doux parfum avec les prières du peuple de DIEU. Parce que leurs esprits étaient obscurcis par une indulgence impie, ils ont ignoré l’exigence divine; « Et un feu sortit de la part de l’Éternel, et les dévora, et ils moururent devant l’Éternel. {SpTEd 35. 2 1897} {NPU Gleaner, 14 avril 1909 par. 2 avec libellé []}
DIEU interdisait l’usage du vin aux prêtres qui servaient dans son SANCTUAIRE, et la même injonction aurait été faite contre le tabac, si son usage avait été connu ; car elle aussi a une influence engourdissante sur le cerveau. Et en plus d’obscurcir l’esprit, c’est impur et souillé. Que chacun résiste à la tentation de consommer du vin, du tabac, de la viande, du thé ou du café. L’expérience a démontré qu’un bien meilleur travail peut être accompli sans ces choses nocives. {SpTEd 35.3 1897}
Les fondations solidement posées, nous avons besoin de sagesse pour savoir construire. Quand Moïse était sur le point d’ériger le SANCTUAIRE dans le désert, il reçut cet avertissement : « Veille à ce que tu fasses toutes choses selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. Dans SA LOI, DIEU nous a donné un modèle. La formation de notre caractère doit être « d’après le modèle qui t’a été montré dans la montagne ». La LOI est la grande norme de justice. Il représente le caractère de DIEU, et est le test de notre loyauté envers son gouvernement. Et elle nous est révélée, dans toute sa beauté et son excellence, dans la vie du CHRIST. La LOI est le détecteur du péché. Nous avons un témoignage inspiré sur ce point : « Car je vivais autrefois sans la loi ; mais lorsque le commandement est venu [chez la conscience], le péché a repris vie et je suis mort. Et le commandement, qui a été ordonné à la vie, j’ai trouvé qu’il était jusqu’à la mort. Pour le péché, profitant du commandement, m’a trompé et m’a tué par lui. Romains 7:9-11. C’est le travail qu’il fera pour chaque âme qui vit dans le péché. La loi signale le péché, le condamne et envoie le pécheur à CHRIST pour le pardon et la NETTOYAGE. “La loi est sainte, et le commandement est saint, juste et bon.” {SpTEd 73.3 1897}
Les enfants doivent apprendre à participer aux tâches ménagères. On devrait leur apprendre comment aider le père et la mère dans les petites choses qu’ils peuvent faire. Leurs esprits devraient être entraînés à penser, leurs mémoires sollicitées pour se souvenir de leur travail assigné ; et dans la formation aux habitudes d’utilité à la maison, ils sont éduqués à faire des devoirs pratiques appropriés à leur âge. Si les enfants reçoivent une formation adéquate à domicile, on ne les trouvera pas dans la rue recevant l’éducation aléatoire que tant de gens reçoivent. Les parents qui aiment leurs enfants d’une manière sensée ne leur permettront pas de grandir avec des habitudes paresseuses et ignorant comment s’acquitter des tâches ménagères. L’ignorance n’est pas agréable à DIEU, et est défavorable à l’accomplissement de son œuvre. Être ignorant ne doit pas être considéré comme une marque d’humilité, ou quelque chose pour laquelle les hommes devraient être loués. Mais DIEU travaille pour les gens malgré leur ignorance. Ceux qui n’ont pas eu l’occasion d’acquérir la connaissance, ou qui ont eu l’occasion et n’ont pas réussi à l’améliorer, et se sont convertis à DIEU, peuvent être utiles au service du SEIGNEUR par l’opération de SON ESPRIT SAINT. Mais ceux qui ont une éducation et qui se consacrent au SERVICE DE DIEU peuvent rendre service d’une plus grande variété de manières et peuvent accomplir un travail beaucoup plus étendu pour amener les âmes à la connaissance de la vérité que ne le peuvent ceux qui ne sont pas instruits. Ils sont sur un terrain avantageux, à cause de la discipline d’esprit qu’ils ont eue. Nous ne déprécierions pas le moins du monde l’éducation, mais nous conseillerions qu’elle soit poursuivie avec un plein sens de la brièveté du temps et de la grande œuvre qui doit être accomplie avant la venue du CHRIST. Nous ne voudrions pas que les étudiants reçoivent l’idée qu’ils peuvent passer de nombreuses années à acquérir une éducation. Qu’ils utilisent l’éducation qu’ils peuvent acquérir en un temps raisonnable, pour faire avancer l’œuvre de DIEU. {SpTEd 223.1a 1897}
[Nous ne voudrions pas que les étudiants reçoivent l’idée qu’ils peuvent passer de nombreuses années à acquérir une éducation. Qu’ils utilisent l’éducation qu’ils peuvent acquérir en un temps raisonnable pour faire avancer l’œuvre de DIEU.] Notre SAUVEUR est dans le SANCTUAIRE plaidant en notre faveur. Il est notre GRAND PRÊTRE intercédant, faisant pour nous un sacrifice expiatoire, plaidant en notre faveur l’efficacité de son sang. Les parents devraient chercher à représenter ce SAUVEUR à leurs enfants, à établir dans leur esprit le PLAN DE SALUT, comment, à cause de la transgression de la LOI DE DIEU, CHRIST est devenu notre porteur de péché. Le fait que le FILS UNIQUE ENGENDRÉ DE DIEU a donné sa vie à cause de la transgression de l’homme, pour satisfaire la justice et défendre l’honneur de la LOI DE DIEU, devrait être constamment gardé à l’esprit des enfants et des jeunes. L’objet de ce grand sacrifice devrait également être gardé devant eux ; car c’est pour élever l’homme déchu dégradé par le péché que ce grand sacrifice a été fait. Le CHRIST a souffert afin que, par la foi en lui, nos péchés soient pardonnés. Il est devenu le substitut et le garant de l’homme, prenant lui-même la punition, quoique indigne, afin que nous qui la méritions soyons libres et retournions à notre allégeance à DIEU par les mérites d’un SAUVEUR crucifié et ressuscité. Il est notre seul espoir de salut. Par son sacrifice, nous qui sommes maintenant en probation, nous sommes prisonniers de l’espoir. Nous devons révéler à l’univers, au monde déchu et aux mondes non tombés, qu’il y a pardon avec DIEU, que par l’AMOUR DE DIEU nous pouvons être réconciliés avec DIEU. L’homme se repent, devient contrit de cœur, croit en CHRIST comme son sacrifice expiatoire, et réalise que DIEU s’est réconcilié avec lui. {SpTEd 223.1b 1897} {Lt60-1895 première partie avec [] portion.}
Il n’y a pas de religion dans l’intronisation de soi. DIEU nous demande d’être fidèles à lui, d’exploiter les talents qu’il nous a donnés, afin que nous puissions en gagner d’autres. Sa volonté doit être notre volonté en toutes choses. Toute dérogation à cette norme dégrade notre nature morale. Elle peut avoir pour effet de nous élever, de nous enrichir et de nous asseoir à côté des princes ; mais aux yeux de DIEU nous sommes impurs et impurs. Nous avons vendu notre droit d’aînesse pour un intérêt et un gain égoïstes, et dans les livres du ciel, il est écrit de nous, pesés dans les balances du SANCTUAIRE, et trouvés insuffisants. {ST, 21 janvier 1897 par. 12}
Les dirigeants juifs avaient instruit le peuple qu’à Jérusalem, ils devaient être enseignés par le précepte et l’exemple pour adorer DIEU. Ici, pendant la semaine de la Pâque, un grand nombre s’est rassemblé de toutes les parties de la Palestine et de pays lointains. Beaucoup étaient incapables d’apporter avec eux les sacrifices qui devaient être offerts comme typifiant l’unique grand Sacrifice. Pour leur commodité, les animaux étaient achetés et vendus dans les cours du temple. Ici, toutes les catégories de personnes se rassemblaient pour acheter leurs offrandes. Ici, les pièces étrangères étaient échangées contre la pièce du SANCTUAIRE. {ST, 16 septembre 1897 par. 2}
DIEU ordonna à Moïse pour Israël : « Qu’ils fassent de Moi un SANCTUAIRE ; afin que j’habite au milieu d’eux » (Exode 25:8), et il demeura dans le SANCTUAIRE, au milieu de son peuple. Pendant toute leur errance fatiguée dans le désert, le symbole de sa présence était avec eux. Alors CHRIST a érigé Son TABERNACLE au milieu de notre campement humain. Il a planté sa tente à côté des tentes des hommes, afin qu’il puisse habiter parmi nous et nous familiariser avec son caractère et sa vie divins. « La PAROLE s’est faite chair et a TABERNACLÉ parmi nous (et nous avons contemplé sa gloire, gloire comme le SEUL ENGENDRÉ du PÈRE), pleine de grâce et de vérité. Jean 1:14, RV, marge. {DA 23.3 1898}
Après avoir envoyé ce jugement sur l’Égypte, l’Éternel dit à Moïse: «Sanctifie-moi tous les premiers-nés, . . . à la fois de l’homme et de la bête: c’est le mien; « Car le jour où je frappai tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, je me suis sanctifié tous les premiers-nés en Israël, hommes et bêtes : ils seront à moi : je suis l’Éternel. Exode 13:2 ; Nombres 3:13. Après que le service du TABERNACLE ait été établi, le SEIGNEUR a choisi la tribu de Lévi à la place du premier-né de tout Israël pour servir dans le SANCTUAIRE. Mais les premiers-nés devaient toujours être considérés comme appartenant à l’Éternel, et devaient être rachetés par une rançon. {DA 51.4 1898}
La SHEKINAH avait quitté le SANCTUAIRE, mais dans l’Enfant de Bethléem était voilée la gloire devant laquelle les anges s’inclinent. Ce bébé inconscient était la semence promise, vers laquelle pointait le premier AUTEL à la porte d’Eden. C’était Shiloh, le donneur de paix. C’est Lui qui s’est déclaré à Moïse comme le JE SUIS. C’était lui qui, dans la colonne de nuée et de feu, avait été le guide d’Israël. C’était Celui que les voyants avaient prédit depuis longtemps. Il était le Désir de toutes les nations, la Racine et la Progéniture de David, et l’Étoile Brillante du Matin. Le nom de ce petit bébé impuissant, inscrit au rôle d’Israël, le déclarant notre frère, était l’espoir de l’humanité déchue. L’enfant pour qui l’argent de la rédemption avait été payé était Celui qui devait payer la rançon pour les péchés du monde entier. Il était le véritable « grand prêtre de la MAISON DE DIEU, ” le chef ” d’un sacerdoce immuable “, l’INTERCESSEUR à ” la droite de la MAJESTÉ en haut “. Hébreux 10:21 ; 7:24 ; 1:3. {DA 52.3 1898}
Il [Zacharie] se tenait devant l’AUTEL D’OR dans le LIEU SAINT du SANCTUAIRE. La nuée d’ENCENS avec les prières d’Israël montait devant DIEU. Soudain, il prit conscience d’une présence divine. Un ange de l’Éternel ” se tenait à droite de l’AUTEL “. La position de l’ange était une indication de faveur, mais Zacharie n’en a pas tenu compte. Pendant de nombreuses années, il avait prié pour la venue du RÉDEMPTEUR ; maintenant le ciel avait envoyé son messager pour annoncer que ces prières allaient être exaucées ; mais la MISÉRICORDE DE DIEU semblait trop grande pour lui. Il était rempli de peur et d’auto-condamnation. {DA 97.3 1898}
Jean trouva dans le désert son école et son SANCTUAIRE. Comme Moïse au milieu des montagnes de Madian, il était enfermé par la PRÉSENCE DE DIEU et entouré des preuves de Sa puissance. Ce n’était pas son lot d’habiter, comme le grand chef d’Israël, au milieu de la majesté solennelle des solitudes des montagnes ; mais devant lui étaient les hauteurs de Moab, au-delà du Jourdain, parlant de celui qui avait affermi les montagnes et les avait ceints de force. L’aspect sombre et terrible de la nature dans sa maison du désert décrivait de manière vivante la condition d’Israël. La vigne fructueuse de l’Éternel était devenue un désert désolé. Mais au-dessus du désert, les cieux se penchaient brillants et beaux. Les nuages ​​qui s’amoncelaient, assombris par la tempête, étaient arqués par l’arc-en-ciel de la promesse. Ainsi, au-dessus de la dégradation d’Israël brillait la gloire promise du règne du MESSIE. Les nuages ​​de la colère ont été couverts par l’arc-en-ciel de son alliance-miséricorde. {DA 102.4 1898}
Chaque Juif devait payer annuellement un demi-shekel en « rançon pour son âme » ; et l’argent ainsi recueilli servait à l’entretien du temple. Exode 30:12-16. En plus de cela, de grosses sommes ont été apportées en offrandes volontaires, pour être déposées dans le trésor du temple. Et il était exigé que toute monnaie étrangère soit changée pour une monnaie appelée shekel du temple, qui était acceptée pour le service du SANCTUAIRE. Le change d’argent donnait lieu à des fraudes et à des extorsions, et il était devenu un trafic honteux, qui était une source de revenus pour les prêtres. {DA 155.1 1898}
Dans trois jours, je le relèverai. Dans la mort du SAUVEUR, les puissances des ténèbres semblaient l’emporter, et elles exultaient de leur victoire. Mais du sépulcre déchiré de Joseph, JÉSUS est sorti vainqueur. “Ayant gâté des principautés et des puissances, il les a montrées ouvertement, triomphant d’elles.” Colossiens 2:15. En vertu de sa mort et de sa résurrection, il est devenu le ministre du “véritable TABERNACLE, que l’Éternel a dressé, et non un homme”. Hébreux 8:2. Les hommes ont élevé le TABERNACLE juif; les hommes ont construit le temple juif; mais le SANCTUAIRE d’en haut, dont le terrestre était un type, n’a été construit par aucun architecte humain. «Voici l’homme dont le nom est la branche; . . . Il bâtira le temple de l’Éternel; et il portera la gloire, et s’assiéra et régnera sur son trône; et Il sera sacrificateur sur Son TRÔNE. Zacharie 6:12, 13. {DA 165.5 1898}
Le service sacrificiel qui avait pointé vers CHRIST est décédé; mais les yeux des hommes étaient tournés vers le vrai sacrifice pour les péchés du monde. Le sacerdoce terrestre a cessé; mais nous regardons à JÉSUS, le ministre de la NOUVELLE ALLIANCE, et « au sang de l’aspersion, qui parle mieux que celui d’Abel ». « Le chemin vers le PLUS SAINT DE TOUS n’était pas encore rendu manifeste, alors que le PREMIER TABERNACLE était encore debout : . . . mais CHRIST étant venu souverain sacrificateur des biens à venir, par un TABERNACLE plus grand et plus parfait, non fait de mains, . . . par son propre sang, il est entré une fois dans le LIEU SAINT, ayant obtenu pour nous la rédemption ÉTERNELLE. Hébreux 12:24 ; 9:8-12. {DA 166.1 1898}
C’est pourquoi il peut aussi sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, puisqu’il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Hébreux 7:25. Bien que le ministère devait être retiré du terrestre au TEMPLE CÉLESTE; bien que le SANCTUAIRE et notre grand souverain sacrificateur soient invisibles à la vue humaine, les disciples ne devaient en subir aucune perte. Ils ne réaliseraient aucune rupture dans leur communion, et aucune diminution de puissance à cause de l’absence du SAUVEUR. Tandis que JÉSUS exerce son ministère dans le SANCTUAIRE d’en haut, Il est toujours par SON ESPRIT le ministre de l’église sur la terre. Il est retiré de l’œil des sens, mais sa promesse d’adieu est accomplie : « Voici, je suis avec vous pour toujours, même jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28:20. Alors qu’il délègue son pouvoir à des ministres inférieurs, sa présence énergisante est toujours avec son église. {DA 166.2 1898}
Lorsque Moïse était sur le point de construire le SANCTUAIRE comme lieu d’habitation pour DIEU, il lui fut ordonné de faire toutes choses selon le modèle qui lui était montré sur la montagne. Moïse était plein de zèle pour faire l’oeuvre de DIEU; les hommes les plus talentueux et les plus habiles étaient là pour exécuter ses suggestions. Pourtant, il ne devait fabriquer une cloche, une grenade, un pompon, une frange, un RIDEAU ou aucun récipient du SANCTUAIRE, que selon le modèle qui lui était montré. DIEU l’appela sur la montagne et lui révéla les choses célestes. L’Éternel le couvrit de sa propre gloire, afin qu’il voie le modèle, et selon lui toutes choses furent faites. Ainsi, à Israël, qu’il désirait faire de sa demeure, il avait révélé son glorieux idéal de caractère. Le modèle leur fut montré sur la montagne lorsque la loi fut donnée du Sinaï, et lorsque l’Éternel passa devant Moïse et proclama : « L’Éternel, Le SEIGNEUR DIEU, miséricordieux et miséricordieux, longanime et abondant en bonté et en vérité, gardant miséricorde pour des milliers, pardonnant l’iniquité, la transgression et le péché. Exode 34:6, 7. {DA 208.3 1898}
Ainsi se passèrent les jours de la vie terrestre de JÉSUS. Il renvoyait souvent ses disciples pour visiter leurs maisons et se reposer ; mais il résista doucement à leurs efforts pour l’éloigner de ses travaux. Il travailla toute la journée, instruisant les ignorants, guérissant les malades, rendant la vue aux aveugles, nourrissant la multitude ; et le soir ou au petit matin, Il s’en alla au SANCTUAIRE des montagnes pour communier avec Son PÈRE. Souvent, il passait la nuit entière en prière et en méditation, revenant à l’aube à son travail parmi le peuple. {DA 259.5 1898}
Quand il sortirait du tombeau, leur tristesse serait changée en joie. Après son ascension, il devait être absent en personne ; mais par le CONSOLATEUR, Il serait toujours avec eux, et ils ne devaient pas passer leur temps en deuil. C’était ce que voulait Satan. Il leur demandait de donner au monde l’impression qu’ils avaient été trompés et déçus ; mais par la foi, ils devaient regarder vers le SANCTUAIRE d’en haut, où JÉSUS servait pour eux ; ils devaient ouvrir leur cœur au SAINT-ESPRIT, SON REPRÉSENTANT, et se réjouir à la lumière de sa présence. Pourtant, des jours de tentation et d’épreuve viendraient, où ils seraient mis en conflit avec les dirigeants de ce monde et les dirigeants du royaume des ténèbres ; quand CHRIST n’était pas personnellement avec eux, et qu’ils n’ont pas discerné le CONSOLATEUR, alors il serait plus approprié pour eux de jeûner.
C’est sous les arbres d’Eden que les premiers habitants de la terre avaient choisi leur SANCTUAIRE. Là, le CHRIST avait communié avec le père de l’humanité. Lorsqu’ils ont été bannis du paradis, nos premiers parents adoraient encore dans les champs et les bosquets, et là, CHRIST les a rencontrés avec l’évangile de sa grâce. C’est le CHRIST qui a parlé avec Abraham sous les chênes à Mamré ; avec Isaac alors qu’il sortait pour prier dans les champs le soir du soir; avec Jacob sur le coteau de Béthel; avec Moïse parmi les montagnes de Madian; et avec le jeune David qui surveillait ses troupeaux. C’est sous la direction du CHRIST que pendant quinze siècles, le peuple hébreu avait quitté ses maisons une semaine par an, et avait habité dans des cabanes formées de branches vertes “de beaux arbres, de branches de palmiers et de branches d’arbres touffus, et saules du ruisseau. Lévitique 23:40. {DA 290.3 1898}
En formant Ses disciples, JÉSUS a choisi de se retirer de la confusion de la ville pour le calme des champs et des collines, plus en harmonie avec les leçons d’abnégation qu’Il désirait leur enseigner. Et pendant son ministère, il aimait rassembler les gens autour de lui sous les cieux bleus, sur une colline herbeuse ou sur la plage au bord du lac. Ici, entouré des œuvres de sa propre création, il pouvait faire passer les pensées de ses auditeurs de l’artificiel au naturel. Dans la croissance et le développement de la nature ont été révélés les principes de son royaume. Alors que les hommes devaient lever les yeux vers les collines de DIEU et contempler les œuvres merveilleuses de Ses mains, ils pouvaient apprendre de précieuses leçons de la vérité divine. L’enseignement du CHRIST leur serait répété dans les choses de la nature. Ainsi en est-il de tous ceux qui vont dans les champs avec CHRIST dans leur cœur. Ils se sentiront entourés d’une sainte influence. Les choses de la nature reprennent les paraboles de notre Seigneur et répètent ses conseils. Par la communion avec DIEU dans la nature, l’esprit s’élève et le cœur trouve le repos. {DA 291.1 1898}
La première étape devait maintenant être franchie dans l’organisation de l’église qui, après le départ de CHRIST, devait être SON REPRÉSENTANT sur terre. Aucun SANCTUAIRE coûteux n’était à leur disposition, mais le SAUVEUR conduisit Ses disciples à la retraite qu’Il aimait, et dans leur esprit les expériences sacrées de ce jour étaient à jamais liées à la beauté de la montagne, de la vallée et de la mer. {DA 291.2 1898}
Mais Pierre n’a compris que partiellement le but de son interlocuteur. Certaines classes étaient tenues pour exemptes du paiement du tribut. Au temps de Moïse, lorsque les Lévites furent mis à part pour le service du SANCTUAIRE, ils ne reçurent aucun héritage parmi le peuple. L’Éternel dit: «Lévi n’a ni part ni héritage avec ses frères; l’Éternel est son héritage. Deutéronome 10:9. Aux jours de CHRIST, les prêtres et les lévites étaient encore considérés comme particulièrement dévoués au temple et n’étaient pas tenus de verser la contribution annuelle pour son entretien. Les prophètes étaient également exemptés de ce paiement. En exigeant le tribut de JÉSUS, les rabbins mettaient de côté sa prétention de prophète ou d’enseignant, et traitaient avec lui comme avec n’importe quelle personne ordinaire. Un refus de sa part de payer le tribut serait représenté comme une déloyauté envers le temple ; tandis que, d’autre part, le paiement de celui-ci serait considéré comme justifiant leur rejet de Lui comme prophète. {DA 433.2 1898}
Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et Il sera pour un SANCTUAIRE; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup parmi eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. Transporté dans une vision prophétique jusqu’au premier avènement, il est montré au prophète que CHRIST doit supporter des épreuves et des tests dont le traitement de la principale pierre angulaire du temple de Salomon était symbolique. « C’est pourquoi ainsi parle le SEIGNEUR DIEU : Voici, je pose en Sion pour fondement une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire précieuse, un fondement sûr : celui qui croit ne se hâtera pas. Esaïe 8:13-15; 28:16. {DA 598.1 1898}
Les disciples ne connaissaient pas encore les ressources et la puissance illimitées du SAUVEUR. Il leur dit : « Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en mon nom. Jean 16:24. Il expliqua que le secret de leur succès serait de demander force et grâce en son nom. Il serait présent devant le PÈRE pour en faire la demande. La prière de l’humble suppliant qu’il présente comme son propre désir en faveur de cette âme. Chaque prière sincère est entendue au ciel. Il peut ne pas être exprimé couramment; mais si le cœur y est, il montera au SANCTUAIRE où JÉSUS exerce son ministère, et Il le présentera au PÈRE sans une seule parole maladroite et balbutiante, belle et parfumée de l’ENCENS de Sa propre perfection. {DA 667.3 1898} {ST, 18 juin 1902 par. dix}
Tout ce que portait le prêtre devait être entier et sans défaut. Par ces beaux vêtements officiels était représenté le caractère du grand antitype, JÉSUS-CHRIST. Rien d’autre que la perfection, dans l’habillement et l’attitude, dans la parole et l’esprit, ne pouvait être acceptable pour DIEU. Il est saint, et sa gloire et sa perfection doivent être représentées par le service terrestre. Rien d’autre que la perfection ne pouvait représenter correctement le caractère sacré du service céleste. L’homme fini pourrait déchirer son propre cœur en montrant un esprit contrit et humble. Ce DIEU discernerait. Mais aucune déchirure ne doit être faite dans les robes sacerdotales, car cela gâterait la représentation des choses célestes. Le souverain sacrificateur qui osait paraître dans les saints offices et s’engager dans le service du SANCTUAIRE, avec une robe déchirée, était considéré comme s’étant séparé de DIEU. En déchirant son vêtement, il s’est coupé d’être un personnage représentatif. Il n’était plus accepté par DIEU comme prêtre officiant. Cette ligne de conduite, telle qu’exhibée par Caïphe, montrait la passion humaine, l’imperfection humaine. {DA 709.1 1898} {Ms102-1897}
Lorsque le grand cri, “C’est accompli”, est sorti des lèvres du CHRIST, les prêtres officiaient dans le temple. C’était l’heure du sacrifice du soir. L’agneau représentant le CHRIST avait été amené pour être immolé. Vêtu de sa robe significative et belle, le prêtre se tenait debout avec un couteau levé, comme l’a fait Abraham quand il était sur le point de tuer son FILS. Avec un intérêt intense, les gens regardaient. Mais la terre tremble et tremble ; car l’Éternel lui-même s’approche. Avec un bruit déchirant, le VOILE INTÉRIEUR du temple est déchiré de haut en bas par une main invisible, ouvrant au regard de la multitude un lieu autrefois rempli de la présence de DIEU. Dans cet endroit, la SHEKINAH avait habité. Ici, DIEU avait manifesté Sa gloire au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE. Personne d’autre que le souverain sacrificateur n’a jamais levé le VOILE séparant cet APPARTEMENT du reste du temple. Il est entré une fois par an pour faire une EXPIATION pour les péchés du peuple. Mais voilà, ce VEIL est déchiré en deux. Le LIEU TRÈS SAINT du SANCTUAIRE terrestre n’est plus sacré. {DA 756.5 1898}
DIEU pèse chaque homme dans la balance du SANCTUAIRE. Chacun peut avoir sa propre norme individuelle, mais la LOI SAINTE ET IMMUABLE de DIEU, dans laquelle il n’y a ni variabilité ni ombre de virage, est la norme que tous doivent respecter. Lisez et prenez garde de ne pas périr dans la voie de votre choix : « Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. DIEU requiert les pouvoirs du cœur, de l’esprit et du corps. Ce sont là tous les talents de l’Éternel, prêtés par lui aux êtres humains afin qu’ils soient utilisés à la gloire de son nom. La vie elle-même est un talent de grande valeur, car lorsque la santé est une fois perdue, elle peut disparaître pour de bon en ce qui concerne ce monde. {Lt41-1898}
Quel était le péché de l’église de Sardes ? C’était un manque d’amour et d’intérêt pour fortifier les choses qui restaient. Ils ne devaient pas abandonner ces choses, mais les édifier sur la très sainte foi. Leurs œuvres ne pouvaient pas être parfaites devant DIEU jusqu’à ce qu’ils aient fait ce travail. Ils devaient garder frais dans leur mémoire les choses qu’ils avaient entendues et reçues, et devaient les communiquer aux autres. Ils devaient eux-mêmes tenir bon et se repentir d’avoir si peu utilisé la vérité pour aider les âmes qui étaient prêtes à mourir. Ce travail avait été négligé, et ils révélaient au monde que leurs œuvres ne correspondaient pas à leur foi. Les choses qu’ils avaient reçues et entendues, ils devaient les garder dans leur mémoire, et par amour pour les âmes, ils devaient les communiquer. DIEU a appelé à la repentance, à cause de ce manquement au devoir, ce qui a rendu leur œuvre imparfaite devant Lui. Ils furent pesés dans la balance du SANCTUAIRE et trouvés légers. {Lt44-1898}
Pourquoi cette déclaration est-elle faite ? Parce que c’est en contradiction avec les déclarations faites par le monde que CHRIST a changé le sabbat du septième jour au premier jour de la semaine. Il y a des milliers et des milliers qui portent haut l’étendard du sabbat du monde, exaltant l’image de la papauté créée par l’homme de péché. Les églises adorent l’image de la bête et reçoivent sa marque, de même que les habitants de Babylone adoraient l’image d’or que Nabuchodonosor érigea dans la plaine de Dura. L’ÉGLISE DE DIEU était captive à Babylone, profondément éprouvée, profondément humiliée. La gloire avait quitté Israël; les fils et les filles de Juda étaient captifs, et les vases sacrés du SANCTUAIRE étaient devenus la propriété du spoliateur. Leur beau temple était en ruines, et « Ichabod, Ichabod, la gloire a quitté Israël, » se faisait entendre dans des chants de lamentation. Les ordonnances extérieures avaient été autorisées à prendre la place de DIEU, les observances cérémonielles étaient adorées tandis que CHRIST, le fondement de tout leur service cérémoniel, était perdu de vue. {Lt60-1898}
Nous avons cette matière placée dans la balance céleste et pesée, et les résultats sont présentés devant nous. Tout cet exercice ambitieux de l’esprit pour s’exalter sera sûrement travaillé par des agents sataniques jusqu’à ce que les personnes, quelle que soit leur profession, révèlent des attributs héréditaires et cultivés qui les placeront dans l’échelle la plus basse ; et quand DIEU les pèsera dans la balance d’or du SANCTUAIRE CÉLESTE, la sentence sera prononcée, Tu es pesé dans la balance et trouvé léger. {Lt65-1898}
C’est le privilège de tous de donner au monde, dans leur gouvernement familial, dans leurs coutumes, pratiques et ordre, une preuve de ce que la vérité peut faire pour ceux qui lui obéissent. Vous ne devez pas vous permettre de descendre à un niveau bas et bon marché en paroles ou en œuvres. La vérité de DIEU introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, est le grand remède contre tous les désordres physiques, mentaux et SPIRITUELS. Tout ce que dit la PAROLE doit être ramené à la maison. Il doit être mangé comme le pain du ciel, comme la chair et le sang du FILS DE DIEU. L’homme déchu doit chaque jour tirer son pouvoir vitalisant de Celui qui a dit : « Je suis la Lumière du monde ». “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie.” En dehors de Lui, tout est sans valeur. {Lt107-1898}
Les caractères de beaucoup ont été façonnés par la fausse estimation placée sur les hommes riches du monde. L’homme possédant des maisons et des terres, loué et trompé par le respect qu’on lui porte, peut mépriser le pauvre qui possède des vertus que le riche n’a pas. Lorsqu’il sera pesé dans la balance d’or du SANCTUAIRE, l’homme riche égoïste et cupide sera trouvé insuffisant, tandis que l’homme pauvre, qui a compté dans la foi sur DIEU seul pour sa vertu et sa bonté, sera déclaré héritier des richesses ÉTERNELLES dans le royaume. de Dieu. {Ms22-1898}
Ces exercices repoussent le pouvoir de Satan. Ils expulsent les murmures et les plaintes, et Satan perd du terrain. DIEU nous enseigne que nous devons nous assembler dans Sa maison pour cultiver les attributs de l’amour parfait. Cela conviendra aux habitants de la terre pour les demeures que CHRIST est allé préparer pour ceux qui L’aiment. Ensuite, ils se réuniront dans le SANCTUAIRE de SABBAT en SABBAT, d’une nouvelle lune à l’autre, pour s’unir dans des chants plus nobles, dans des actions de grâces et des louanges à Celui qui est assis sur le TRÔNE, et à l’AGNEAU pour toujours et à jamais. {Ms24-1898}
Lorsque le CHRIST a donné cette parabole, il y en avait beaucoup dans la nation juive dans la condition pitoyable de l’homme riche, utilisant les biens de l’Éternel pour une satisfaction égoïste, se préparant à entendre la sentence, Tu es pesé dans les balances du SANCTUAIRE, et tu es trouvé vouloir. L’homme riche était favorisé de toutes les bénédictions temporelles et SPIRITUELLES, mais il refusait de coopérer avec DIEU dans l’utilisation de ces bénédictions. Ainsi en fut-il de la nation juive. L’Éternel avait fait des Juifs les dépositaires de la vérité sacrée. Il les avait désignés pour être les intendants de sa grâce. Mais ils se sont exaltés et se sont glorifiés du fait qu’ils étaient des enfants d’Abraham. DIEU a envoyé Son FILS pour les avertir, mais ils ne L’ont pas reçu. Se tenant au milieu d’eux, le CHRIST déclara : « Quand vous aurez élevé le FILS DE L’HOMME, alors vous saurez que je suis lui, et que je ne fais rien de moi-même ; mais comme mon PÈRE me l’a enseigné, je dis ces choses. {Ms81-1898}
La vérité doit exercer une influence sur la vie pratique. Les grandes et les petites choses sont toujours liées. Le fait que les petites choses ne soient pas vues et liées aux grands intérêts supérieurs est la cause de l’échec de nombreux membres d’église. Il y a de grands défauts dans la vie prétendument chrétienne. Leurs paroles ne sont pas levées par la vérité. Il y en a beaucoup dont les personnages sont maintenant pesés dans les balances du SANCTUAIRE, et ils sont prononcés “manquants” parce qu’ils ne mettent pas la vérité en pratique. {Ms82-1898}
Quand le SEIGNEUR pèsera dans la balance du SANCTUAIRE les actions de ceux qui se sont efforcés d’être les premiers, quand ils verront comment Il considère de tels conflits, ils s’inclineront devant Son marchepied, honteux de leur ligne de conduite. Tous ne peuvent pas être premiers, tous ne peuvent pas être maîtres. Marchez humblement devant DIEU, en Le reconnaissant comme votre MAÎTRE. C’est un grand malheur de ne pouvoir voir chez les autres des excellences supérieures et des pouvoirs d’une plus grande utilité qu’en soi-même. Si nous participons à la nature divine, DIEU nous préparera à trouver le bonheur dans l’activité et à nous reposer en portant le joug du CHRIST. Utiliser correctement les pouvoirs que DIEU nous a donnés, prier, attendre, veiller et travailler, porter le joug du CHRIST et apprendre quotidiennement de lui à être doux et humble de cœur, apportera une grande joie dans nos vies. {Ms88-1898}
Dans sa miséricorde et son amour, l’Éternel m’a donné ce témoignage à rendre. Lorsqu’ils sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE, beaucoup sont trouvés insuffisants. Les mots que j’ai tracés ici doivent être soigneusement étudiés. Il est nécessaire d’examiner de près votre acte de confiance par lequel vous approchez DIEU. Beaucoup ont renoncé, et renoncent, à leurs conditions d’acceptation auprès du PERE. Ils s’approchent de DIEU avec Sa promesse, et Lui demandent de les accomplir, alors qu’ainsi DIEU déshonorerait Son nom. Il y en a tellement qui n’ont aucune assurance. Ils s’aiment. Ils font ces choses qui déshonorent le nom de CHRIST, et CHRIST ne peut pas prendre leur nom sur Ses lèvres. {Ms98-1898}
La soumission et l’abandon au CHRIST sont les leçons les plus efficaces que les enfants et les jeunes peuvent apprendre. Ils doivent s’y entraîner sous la bannière du PRINCE EMMANUEL. Cette formation doit commencer dans le SANCTUAIRE de la maison. L’apôtre dit : « Enfants, obéissez à vos parents dans l’Éternel, car cela est juste. Honore ton père et ta mère, ce qui est le premier commandement avec promesse, afin que tu sois bien et que tu vives longtemps sur la terre. “Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.” C’est le conseil de DIEU. Les enfants respecteront-ils cette consigne ? Seront-ils sages pour le salut ? {Ms125-1898}
Le SEIGNEUR appelle à un travail sincère et sérieux. La demi-teinte gâte l’agent humain pour les deux mondes. Une fois pesés dans la balance du SANCTUAIRE, ceux qui ont fait un travail de surface seront trouvés insuffisants. Sans la vie en CHRIST, il ne peut y avoir de croissance SPIRITUELLE, pas de véritable développement. Chacun de nous a besoin de grandir dans la grâce et dans la connaissance de la vérité. Nous transformons nos bénédictions en malédiction, pour nos propres âmes et pour les âmes des autres, à moins que nous ne le fassions. {Ms157-1898}
En regardant à JÉSUS, l’AUTEUR et le FINISSEUR de notre foi, nous n’avons pas besoin de commettre les erreurs qui font inscrire en face de nos noms les mots : « Pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé insuffisant ». Ceux qui suivent le Chef divin dans ce monde seront avec Lui dans la cité de DIEU. Ils habiteront avec Lui sur la grande ferme de DIEU, la terre renouvelée et embellie. Eden sera restauré. {Ms161-1898}
Mais beaucoup de chrétiens de profession n’ont jamais vu le Chemin, la Vérité et la Vie. C’est la raison pour laquelle il y a si peu de liberté et de sanctification. Une sauvegarde après l’autre est retirée du SANCTUAIRE de la conscience. L’échec à vaincre laisse l’âme sans surveillance. Une mauvaise habitude, si elle n’est pas fermement combattue, se renforcera en chaînes d’acier, liant l’homme tout entier. La religion bâclée est une chose dangereuse à la maison, dans l’église ou n’importe où. Et éduquer l’esprit à chercher les défauts chez les autres rend l’âme impropre à la communion avec DIEU. C’est un levain du mal. L’acte même de chercher le mal chez les autres développe des défauts chez ceux qui regardent. Ceux-ci seraient alarmés s’ils voyaient les faits qui sont enregistrés contre eux dans les livres du ciel. {Ms164-1898} {YI, 21 septembre 1899 par. 6}
Dans chaque école établie, la théorie théologique la plus simple devrait être enseignée. Dans cette théorie, l’EXPIATION de CHRIST devrait être la grande substance, la vérité centrale. Le merveilleux thème de la rédemption devrait être présenté aux étudiants. Ms156, 1898
Psaumes 20:1, 2, 6: L’Éternel t’exauce au jour de la détresse; le nom du Dieu de Jacob te défende; envoie-toi secourir du SANCTUAIRE, et fortifie-toi hors de Sion. . . . Maintenant, je sais que l’Éternel sauve son oint; il l’entendra de son ciel saint avec la force salvatrice de sa main droite. {PH048 36.1 1898}
Bien que beaucoup ne rejettent pas positivement le message que l’Éternel leur envoie, ils y répondent peu dans leur vie et leur caractère, en comparaison de ce que l’Éternel est en droit d’attendre d’eux. Mais c’est le dessein de DIEU que la vérité soit portée dans le SANCTUAIRE de l’âme, et agisse sur la conscience, et que sa présence y soit révélée par les travaux accomplis pour restaurer l’image morale de DIEU dans l’homme. Chacun peut trouver quelque chose à faire pour sauver les âmes et faire avancer la vérité de DIEU. Et tous ceux qui s’engagent dans ce travail travaillent pour le temps et pour l’éternité. La promesse de l’Inspiration est : « Ceux qui sont sages brilleront comme l’éclat du firmament ; et ceux qui en ramènent beaucoup à la justice comme les étoiles pour toujours et à jamais. {RH, 1er février 1898 par. 14}
C’est la provision faite pour le peuple de DIEU à toutes les époques. Celui qui habite dans le SANCTUAIRE CÉLESTE juge avec droiture. Ceux qui ne luttent pas contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les dirigeants des ténèbres de ce monde, contre la méchanceté SPIRITUELLE dans les hauts lieux, sont ses soins particuliers. « C’est pourquoi, prenez toute l’armure de DIEU », l’armure qu’Il a fournie à chaque croyant, « afin que vous puissiez résister au mauvais jour et, après avoir tout fait, tenir bon. Tenez-vous donc debout, ayant pour ceinture vos reins la vérité, et portant sur le BRESTPLATE de la justice; et vos pieds chaussés de la préparation de l’Evangile de paix; surtout, prenez le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés des méchants. Et prenez le casque du salut et l’épée de l’ESPRIT, qui est la PAROLE DE DIEU; priant toujours avec toute prière et supplication dans l’ESPRIT, et veillant à cela avec toute persévérance et supplication pour tous les saints. {ST, 15 septembre 1898 par. 11}
C’est une erreur pour quiconque de supposer qu’il peut en toute sécurité passer à côté des petites choses avec indifférence. Au foyer et à l’église, il y a des choses qui sont considérées comme de « petites choses ». Mais ce sont ces “petites choses” qui ont de grands résultats. Ce sont les « petites choses » qui disciplinent l’âme et préparent les hommes à agir avec humilité sous de grandes responsabilités. Le levain de vérité est un principe vivant. Ce principe doit être pratiqué dans les petites choses, et exercer une influence sur la vie quotidienne. Les grandes et les petites choses sont toujours liées. C’est parce que les “petites choses” ne sont pas toujours vues et liées à celles d’intérêt supérieur que tant de chrétiens de profession échouent. Beaucoup dont les personnages sont maintenant pesés dans les balances du SANCTUAIRE sont déclarés faibles, parce qu’ils n’introduisent pas la vérité dans la vie pratique. {ST, 27 octobre 1898 par. 4}
Les énormes enjeux de l’éternité exigent de nous quelque chose de plus qu’une religion imaginaire. Une forme majestueuse de culte et de hautes cérémonies de dévotion ne constituent pas une lumière pour le monde ; et pourtant la vérité qui est regardée et admirée de la même manière qu’une belle image ou une belle fleur, et qui n’est pas amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, est considérée par beaucoup comme tout ce qui est requis chez un adorateur. Beaucoup entendent la vérité, et des probabilités et des possibilités imaginaires surgissent devant leur esprit, et ils pensent que, s’ils en avaient l’occasion, ils feraient quelque chose de merveilleux ; mais dans tout ce qu’ils semblent penser comme la somme totale de la religion, ils n’ont aucune idée de ce qu’est une religion pure et sans souillure. {YI, 17 février 1898 par. 1}
Pendant qu’il était sur terre, le RÉDEMPTEUR du monde a cherché à rendre ses leçons d’instruction claires et simples, afin que tous puissent les comprendre ; et peut-on s’étonner qu’il choisisse le plein air pour SANCTUAIRE, qu’il désire s’entourer des œuvres de sa création ? Certes, il enseignait dans les synagogues, mais la plus grande partie de son travail se faisait, le plus grand nombre de ses leçons se donnaient en plein air. Il avait des raisons particulières de recourir aux bosquets et au bord de mer. Il pouvait y avoir une vue imprenable sur le paysage et se servir d’objets et de scènes avec lesquels les humbles étaient familiers. Les choses que sa propre main avait faites, il les prit comme son livre de leçons. Il voyait en eux plus que des esprits finis ne pouvaient comprendre. Les oiseaux, chantant leurs chants sans souci, les fleurs de la vallée resplendissantes de leur beauté, le lys qui reposait dans sa pureté au sein du lac, les grands arbres, la terre cultivée, le grain ondulant, le sol aride, l’arbre qui ne portait pas de fruit, les collines éternelles, le ruisseau bouillonnant, le soleil couchant, teintant et dorant les cieux, – tout cela, il l’a employé pour impressionner ses auditeurs avec la vérité divine. Il a relié l’œuvre du doigt de DIEU dans les cieux et sur la terre à la parole de vie. De ceux-ci, il a tiré ses leçons d’instruction SPIRITUELLE. Il cueillait les lys, les fleurs de la vallée, et les plaçait entre les mains des petits enfants, comme instructeurs pour proclamer la vérité de sa parole. {YI, 24 mars 1898 par. sept} le ruisseau bouillonnant, le soleil couchant, teintant et dorant les cieux, tout cela, il l’a employé pour impressionner ses auditeurs avec la vérité divine. Il a relié l’œuvre du doigt de DIEU dans les cieux et sur la terre à la parole de vie. De ceux-ci, il a tiré ses leçons d’instruction SPIRITUELLE. Il cueillait les lys, les fleurs de la vallée, et les plaçait entre les mains des petits enfants, comme instructeurs pour proclamer la vérité de sa parole. {YI, 24 mars 1898 par. sept} le ruisseau bouillonnant, le soleil couchant, teintant et dorant les cieux, tout cela, il l’a employé pour impressionner ses auditeurs avec la vérité divine. Il a relié l’œuvre du doigt de DIEU dans les cieux et sur la terre à la parole de vie. De ceux-ci, il a tiré ses leçons d’instruction SPIRITUELLE. Il cueillait les lys, les fleurs de la vallée, et les plaçait entre les mains des petits enfants, comme instructeurs pour proclamer la vérité de sa parole. {YI, 24 mars 1898 par. sept} comme instructeurs pour proclamer la vérité de sa parole. {YI, 24 mars 1898 par. sept} comme instructeurs pour proclamer la vérité de sa parole. {YI, 24 mars 1898 par. sept}
Mais parce que les hommes n’aimaient pas qu’on leur dise leurs péchés, parce qu’ils ne voulaient pas être repris ou corrigés, ils ont décidé de lui résister. JÉSUS a vu ce que ceux qui étaient aveuglés par l’ennemi ne pouvaient pas voir. Il essaya de les convaincre que tout ce qui s’opposait aux principes qu’il enseignait était une illusion et un mensonge. « Quiconque est de la vérité, dit-il, écoute ma voix. Il était l’incarnation de la vérité et de la sainteté. Celui qui s’était tenu dans les conseils de DIEU, qui avait habité dans le SANCTUAIRE LE PLUS INTÉRIEUR de l’ÉTERNEL, parlait de ce qu’il savait. Il présentait la vérité de l’ordre le plus élevé, révélant aux hommes l’esprit de l’Infini. Mais les hommes qui prétendaient être élevés dans la connaissance et la compréhension SPIRITUELLE n’ont pas compris sa signification; et ce qui avait été évolué de toute éternité par le PÈRE et le FILS, eux, dans leur ignorance, se sont présentés comme des critiques à condamner. {YI, 22 septembre 1898 par. 9}
Les pierres ont souvent été utilisées comme mémoriaux des relations de DIEU avec son peuple. Josué, sachant que le temps de son service en tant que chef visible des enfants d’Israël était sur le point de se terminer, rassembla le peuple et lui fit renouveler son alliance avec son Créateur. Alors il « écrivit ces paroles dans le LIVRE de la LOI DE DIEU, et prit une grande pierre, et la plaça là sous un chêne qui était près du SANCTUAIRE de l’Éternel. « Voici, dit-il, cette pierre nous servira de témoin ; car il a entendu toutes les paroles de l’Éternel, qu’il nous a dites. Elle vous servira donc de témoin, de peur que vous ne reniez votre Dieu. {BEcho, 7 août 1899 par. 9}
Le SEIGNEUR DIEU des cieux, par qui toutes les actions sont pesées dans les balances d’or du SANCTUAIRE, regarde les milliers de gens de couleur, nos voisins, qui, dans leur dénuement, étendent leurs cas devant le Donateur de toutes miséricordes et bénédictions. Ces gens périssent dans leurs péchés. En tant que peuple, ils sont ignorants, beaucoup ne connaissant rien à la pureté, à la piété et à l’élévation. Mais parmi eux se trouvent des hommes et des femmes de perceptions rapides, d’excellents talents, et ceux-ci seront révélés une fois que l’ESPRIT DE DIEU tournera leur attention vers la PAROLE. {GCDB, 23 février 1899 par. 8}
Et une voix sortit du TRÔNE, disant : Louez notre DIEU, vous tous ses serviteurs, et vous qui le craignez, petits et grands. Et j’entendis comme la voix d’une grande foule, et comme la voix de grandes eaux, et comme la voix de grands tonnerres, disant : Alléluia ! car l’Éternel, l’Éternel, l’omnipotent règne. Soyons dans l’allégresse et réjouissons-nous, et rendons-lui hommage, car les noces de l’AGNEAU sont venues, et sa femme s’est préparée. Et à elle [l’Église qui obéit à un “Ainsi dit l’Éternel”] il fut accordé qu’elle soit vêtue de fin lin, pur et blanc; car le fin lin, c’est la justice des saints. Et il me dit : Écris : Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’AGNEAU. Et il me dit : Ce sont là les véritables paroles de DIEU. ‘ Pourquoi cette déclaration faite que ‘ce sont les vraies paroles de DIEU?’ Pourquoi cette déclaration est-elle faite ? – Parce que c’est en contradiction avec les déclarations faites par le monde que CHRIST a changé le SABBAT DU SEPTIÈME JOUR au premier jour de la semaine. Il y a des milliers et des milliers qui portent haut l’étendard du sabbat du monde, exaltant l’image de la papauté créée par l’homme de péché. L’église adore l’image de la bête et reçoit sa marque, de même que les habitants de Babylone adoraient l’image d’or que Nabuchodonosor érigea dans la plaine de Dura. L’ÉGLISE DE DIEU était captive à Babylone, profondément éprouvée, profondément humiliée. La gloire avait quitté Israël; les fils et les filles de Juda étaient captifs ; et les vases sacrés du SANCTUAIRE étaient devenus la propriété du spoiler. Leur beau temple était en ruines, et Ichabod, Ichabod, la gloire est retirée d’Israël’, a été entendu dans des chants de lamentation. « Les ordonnances extérieures avaient été autorisées à prendre la place de DIEU ; les observances cérémonielles étaient adorées, tandis que le CHRIST, le fondement de tout leur service cérémoniel, était perdu de vue. “Dit la PAROLE: ‘Heureux les coeurs purs; car ils verront DIEU.’ Malgré les inconvénients extérieurs, il y avait ceux qui, dans leur captivité, avaient des chansons à chanter, dans la nuit du découragement. L’Éternel a permis qu’ils soient brisés jusqu’à ce qu’ils trouvent en lui leur centre d’attraction. {GCDB, 7 mars 1899 par. 5} a été perdu de vue. » “Dit la PAROLE: ‘Heureux les coeurs purs; car ils verront DIEU.’ Malgré les inconvénients extérieurs, il y avait ceux qui, dans leur captivité, avaient des chansons à chanter, dans la nuit du découragement. L’Éternel a permis qu’ils soient brisés jusqu’à ce qu’ils trouvent en lui leur centre d’attraction. {GCDB, 7 mars 1899 par. 5} a été perdu de vue. » “Dit la PAROLE: ‘Heureux les coeurs purs; car ils verront DIEU.’ Malgré les inconvénients extérieurs, il y avait ceux qui, dans leur captivité, avaient des chansons à chanter, dans la nuit du découragement. L’Éternel a permis qu’ils soient brisés jusqu’à ce qu’ils trouvent en lui leur centre d’attraction. {GCDB, 7 mars 1899 par. 5}
Alors Bezaleel et Oholiab forgèrent tous les hommes sages, en qui l’Éternel mit sagesse et intelligence pour savoir comment accomplir toutes sortes d’ouvrages pour le service du SANCTUAIRE, selon tout ce que l’Éternel avait commandé. Et Moïse appela Betsaleel et Oholiab, et tous les hommes sages, dans le coeur desquels l’Eternel avait mis de la sagesse, tous ceux dont le coeur l’incitait à venir à l’oeuvre pour la faire. Et ils reçurent de Moïse toute l’offrande que les enfants d’Israël avaient apportée pour l’œuvre du service du SANCTUAIRE, pour en faire le reste. Et ils lui apportaient encore des offrandes gratuites chaque matin. Et tous les sages, qui ont fait tout l’ouvrage du SANCTUAIRE, sont sortis chacun de son ouvrage qu’ils avaient fait. {Lt9-1899}
J’espère que vous ne vous détournerez pas du message de l’évangile. Presque, pas entièrement persuadé, doit être perdu. Assurez-vous de vous placer dans le canal de lumière. Et je dois vous transmettre ce message : « N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un a le monde, l’amour du PÈRE n’est pas en lui. Vous n’avez pas une heure à perdre. Vous devez maintenant vous préparer pour la grande révision qui doit bientôt avoir lieu, quand tout doit être pesé dans la balance du SANCTUAIRE, pour voir s’ils sont complets en JÉSUS-CHRIST. {Lt21-1899}
Maintenant vient le contraste. « Le cœur est trompeur par-dessus tout, et désespérément méchant, qui peut le savoir ? Moi, l’Éternel, je sonde les coeurs, j’éprouve les reins, pour rendre à chacun selon ses voies et selon le fruit de ses actions. Comme la perdrix est assise sur des oeufs, et ne les couve pas; ainsi celui qui acquiert des richesses, et non par droit, les quittera au milieu de ses jours, et à la fin sera un insensé. Un haut TRÔNE glorieux depuis le début est le lieu de notre SANCTUAIRE. Éternel, espérance d’Israël, tous ceux qui t’abandonnent seront couverts de honte, et ceux qui s’éloignent de moi seront inscrits sur la terre, parce qu’ils ont abandonné l’Éternel, la source des eaux vives. Guéris-moi, ô Éternel, et je serai guéri; sauve-moi, et je serai sauvé ; car tu es ma louange. {Lt34-1899}
En traitant constamment des affaires pour les journaux, beaucoup semblent perdre leur discernement. Que le SEIGNEUR non seulement oigne vos yeux pour qu’ils voient, mais verse dans votre cœur l’huile SAINTE qui des deux oliviers coule à travers les deux tuyaux d’or dans le bol d’or, qui alimente la lampe du SANCTUAIRE. « Et il me répondit et dit : Ne sais-tu pas ce que c’est ? Et j’ai dit: Non, mon SEIGNEUR. Alors il dit : Ce sont les deux oints qui se tiennent près de l’Éternel de toute la terre. À moins que nous ne soyons bien éveillés, nous ne sommes pas capables de discerner les choses SPIRITUELLES. Nous perdons le sens du pouvoir de la vérité, et gérons les choses sacrées comme nous gérons les choses communes. Le résultat est la faiblesse et l’incertitude, et nous ne sommes pas des conseillers ou des guides sûrs. Réveillez-vous, frères; pour l’amour du CHRIST, réveillez-vous. Vous n’êtes pas sanctifié par la vérité. {Lt89-1899}
Et maintenant, Salomon, mon FILS, connais le Dieu de ton père, et sers-le d’un cœur parfait et d’un esprit bien disposé ; car l’Éternel sonde tous les cœurs et comprend toutes les imaginations des pensées. Si tu le cherches, il sera trouvé par toi; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours. Prenez garde maintenant; car l’Éternel t’a choisi pour bâtir une maison pour le SANCTUAIRE. Sois fort et fais-le. {Lt94-1899}
Dans Exode vingt-cinq, le MOBILIER du SANCTUAIRE a été décrit. Une ARCHE a été faite pour contenir la LOI DE DIEU qui avait été écrite par Son doigt sur deux TABLES DE PIERRE. DIEU ordonna : « Dans l’arche tu mettras le témoignage que je te donnerai. Et là je te rencontrerai, et je communierai avec toi du haut du SIÈGE DE MISÉRICORDE, d’entre les DEUX CHERUBINS qui sont sur l’ARCHE du témoignage, de toutes les choses que je te donnerai en commandement aux enfants d’Israël. Ce chapitre doit être lu et étudié. {Ms77-1899}
L’intercession sacerdotale du CHRIST se poursuit maintenant dans le SANCTUAIRE ci-dessus en notre faveur. Mais combien peu ont une réelle compréhension que notre grand Souverain Sacrificateur présente devant le PÈRE son propre sang, réclamant pour le pécheur qui le reçoit comme son SAUVEUR personnel toutes les grâces que son alliance embrasse comme la récompense de son sacrifice. Ce sacrifice l’a rendu abondamment capable de sauver parfaitement tous ceux qui viennent à DIEU par lui, puisqu’il vit pour intercéder en leur faveur. Que l’Éternel enseigne à son peuple l’importance des matières et des principes qui concernent la préparation à l’école supérieure. Ils en savent si peu par rapport à ce qu’ils pourraient savoir s’ils comprenaient ce qui est compris dans l’enseignement supérieur. Que le SEIGNEUR augmente nos facultés de perception, nous permettant d’apprendre les leçons qui comptent tant pour chaque âme. {Ms92-1899}
L’expérience de Nadab et Abihu devrait être une leçon pour tous ceux qui portent des responsabilités dans le SERVICE DE DIEU. Un exemple d’injustice déshonore grandement DIEU, et Il ne le tolérera pas. Le dixième chapitre du Lévitique enregistre le péché des fils d’Aaron et leur punition. Le feu sacré que DIEU commandait devait être utilisé au service du SANCTUAIRE représenté DIEU. Ce feu ne s’éteignit jamais ni jour ni nuit, et cela devait être utilisé dans tout leur service. Mais « Nadab et Abihu, fils d’Aaron, prirent chacun son encensoir et y mirent du feu, et y mirent de l’ENCENS, et offrirent devant l’Éternel un feu étranger, ce qu’il ne leur avait pas commandé. Et un feu sortit de la part de l’Éternel et les dévora, et ils moururent devant l’Éternel. Alors Moïse dit à Aaron : C’est ici ce que l’Éternel a dit, disant : Je serai sanctifié par ceux qui s’approcheront de moi, et devant tout le peuple je serai glorifié. {Ms109-1899}
Quand Aaron et ses fils auront fini de couvrir le SANCTUAIRE, et tous les vaisseaux du SANCTUAIRE, comme le camp doit avancer ; après cela, les fils de Kehath viendront le porter; mais ils ne toucheront à aucune chose sainte, de peur qu’ils ne meurent. Ces choses sont le fardeau des fils de Kehath dans le TABERNACLE de la congrégation. Koré, avec Dathan et Abiram, avait été honoré et placé dans des postes de confiance. Mais ils n’étaient pas contents. Ils voulaient être commandants. Ils ont oublié que DIEU et non Moïse les avait placés là où ils étaient, et ils ont accusé Moïse de prendre trop sur lui. {Ms110-1899}
Certains hommes ont été nommés pour effectuer certaines parties du service SAINT. Moïse et Aaron et ses fils étaient les plus étroitement liés au service du SANCTUAIRE. Ils devaient servir devant le TABERNACLE de témoignage. « L’Éternel dit à Aaron : Toi, tes fils et la maison de ton père avec toi, vous porterez l’iniquité du SANCTUAIRE ; et toi et tes fils avec toi porterez l’iniquité du sacerdoce… Vous garderez la charge du SANCTUAIRE, et la charge de l’AUTEL ; qu’il n’y ait plus de colère contre les enfants d’Israël…. Toi et tes fils avec toi garderez votre office de prêtre pour tout ce qui concerne l’AUTEL, et dans le VOILE : et vous servirez : Je vous ai donné votre office de prêtre comme un service de don ; et l’étranger qui s’approchera sera mis à mort. {Ms121-1899}
La tribu de Lévi reçut une position particulièrement importante. Ils devaient s’unir à d’autres pour prendre en charge le TABERNACLE. « Tes frères aussi de la tribu de Lévi, » dit DIEU, « t’amène avec toi, afin qu’ils soient joints à toi, et qu’ils te servent ; mais toi et tes fils avec toi servirez devant le TABERNACLE de témoignage…. Voici, j’ai pris vos frères les Lévites parmi les enfants d’Israël; à vous ils sont donnés comme un don pour le SEIGNEUR, pour faire le service du TABERNACLE de la congrégation…. Ils garderont ta charge et la charge de tout le TABERNACLE: seulement ils ne s’approcheront pas des ustensiles du SANCTUAIRE et de l’AUTEL, afin que ni eux, ni vous aussi, ne mouriez. Ils seront joints à toi, et garderont la charge du TABERNACLE de la congrégation, pour tout le service du TABERNACLE ; et aucun étranger ne s’approchera de toi. {Ms121-1899}
Dans les familles et dans l’église, il y en a trop qui font peu de cas des incohérences flagrantes. Il y a des jeunes hommes qui apparaissent ce qu’ils ne sont pas. Ils semblent honnêtes et vrais; mais ils sont comme des sépulcres blanchis, beaux à l’extérieur, mais corrompus jusqu’à la moelle. Le cœur est taché, souillé de péché ; ainsi le record tient dans les parvis célestes. Un processus s’est déroulé dans l’esprit qui les a rendus insensibles et passés. Mais si leurs caractères, pesés dans les balances du SANCTUAIRE, sont déclarés insuffisants au GRAND JOUR DE DIEU, ce sera une calamité qu’ils ne comprennent pas maintenant. La vérité, la vérité précieuse et sans tache, doit faire partie du personnage. {Ms122-1899}
CHRIST a offert Son corps brisé pour racheter l’héritage de DIEU, pour donner à l’homme une autre épreuve. “C’est pourquoi il peut sauver parfaitement ceux qui viennent à DIEU par lui, puisqu’il est toujours vivant pour intercéder en notre faveur.” Par sa vie sans tache, son obéissance, sa mort sur la croix du Calvaire, le CHRIST a intercédé pour la race perdue. Et maintenant, non pas comme un simple pétitionnaire, le Capitaine de notre Salut intercède pour nous, mais comme un Conquérant revendiquant Sa victoire. Son offrande est complète et, en tant que notre INTERCESSEUR, il exécute son travail autoproclamé, tenant devant DIEU l’ENcensoir contenant ses propres mérites sans tache et les prières, confessions et actions de grâces de son peuple. Parfumé du parfum de sa justice, l’ENCENS monte vers DIEU comme une douce odeur. L’offrande est tout à fait acceptable, et le pardon couvre toute transgression. Pour le vrai croyant, CHRIST est en effet le ministre du SANCTUAIRE, officiant pour lui dans le SANCTUAIRE et parlant à travers les agences désignées par DIEU. {Ms142-1899}
Je suis chargé de porter un message à ceux qui servent en annonçant la PAROLE DE DIEU aux autres. Vous devez être converti. C’est sûrement ce dont vous avez besoin. L’onction SPIRITUELLE du SEIGNEUR ne viendra jamais aux hommes et aux femmes autosuffisants. Beaucoup de ceux qui sont au service de DIEU, proclamant la vérité par la plume et la voix, ne sont pas travaillés par le SAINT-ESPRIT. Le moi a pris de grandes proportions. Jusqu’à ce que l’âme soit vidée de soi et que le SAINT-ESPRIT en prenne possession, vous ne serez pas prêt pour la venue du CHRIST. Vous serez certainement pesé dans la balance dorée du SANCTUAIRE CÉLESTE et vous serez pris en défaut. {Ms148-1899}
JÉSUS a testé le jeune dirigeant par une véritable norme – la LOI DE JUSTICE, qui exige que l’homme aime son prochain comme lui-même; et le souverain se montra dépourvu d’amour soit pour DIEU soit pour l’homme. Il se croyait parfait, mais il fut pesé dans la balance du SANCTUAIRE et trouvé léger. Il était éloigné de DIEU, car il considérait ce que DIEU lui avait confié comme ayant bien plus de valeur qu’un trésor céleste. Il s’en alla triste, parce qu’il ne pouvait pas conserver égoïstement ses biens et en même temps avoir le plaisir de suivre le CHRIST. {Ms150-1899}
La véritable œuvre missionnaire est celle dans laquelle l’œuvre du SAUVEUR est le mieux représentée, ses méthodes le plus fidèlement copiées, sa gloire la mieux promue. L’œuvre missionnaire qui ne respecte pas cette norme est enregistrée au ciel comme défectueuse ; il est pesé dans les balances du SANCTUAIRE et trouvé insuffisant. Jamais les médecins ne doivent négliger de diriger l’esprit de leurs patients vers le CHRIST, le grand Médecin de l’âme et du corps. Ce que les médecins essaient seulement de faire, CHRIST l’accomplit. L’agent humain s’efforce de prolonger la vie. CHRIST est la vie elle-même. {Ms159-1899} {Ms168-1899}
CHRIST s’était tenu dans les conseils de DIEU, Il avait habité dans les recoins les plus intimes du SANCTUAIRE CÉLESTE, et les vérités, pures et originales, Lui étaient familières. Il enseignait ce qu’il savait et témoignait de ce qu’il avait vu. Il était la VÉRITÉ, la PAROLE DE DIEU, la LUMIÈRE DE LA VIE, et Il a révélé la vérité d’un ordre supérieur. Il était la PAROLE, la SAGESSE DE DIEU, et Il a dit la vérité comme ayant autorité. Sa parole était puissante, parce qu’à partir de sa connaissance, il révélait une vérité qui ne peut jamais périr – les PAROLES DE LA VIE ÉTERNELLE. {Ms196-1899}
DIEU nous enseigne que nous devons nous assembler dans sa maison pour cultiver les attributs de l’amour parfait. Cela conviendra aux habitants de la terre pour les demeures que le CHRIST est allé préparer pour ceux qui l’aiment, où, de SABBAT en SABBAT, d’une nouvelle lune à l’autre, ils se réuniront dans le SANCTUAIRE pour s’unir dans des chants plus nobles, dans actions de grâces et louanges à celui qui est assis sur le TRÔNE et à l’AGNEAU pour toujours et à jamais. {RH, 24 octobre 1899 par. 6}
Mais une grande ignorance de la PAROLE DE DIEU prévaut, même parmi ceux qui prêchent cette PAROLE. Il y en a beaucoup qui enseignent la PAROLE DE VIE à d’autres alors qu’ils sont eux-mêmes ennuyeux de compréhension. Ils n’apportent pas la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Ce n’est pas une réalité vivante pour eux, car ils ne le pratiquent pas. Il n’a pas été digéré et converti en muscle et tendon SPIRITUELS. {ST, 11 janvier 1899 par. 2}
Mais toute la louange et la gloire doivent être données à DIEU. Aucun être humain ne doit s’asseoir sur le siège le plus élevé, acceptant les louanges des autres et oubliant que ses trésors appartiennent à DIEU. La bénédiction de DIEU est promise à ceux qui ont faim et soif de justice, mais rien n’est si offensant à Ses yeux que d’avoir faim et soif de la louange des hommes. Quand le SEIGNEUR pèsera dans la balance du SANCTUAIRE les actions de ceux qui se sont efforcés d’être les premiers, quand ils verront comment Il considère de tels conflits, ils s’inclineront devant Son marchepied, honteux de leur ligne de conduite. {ST, 8 mars 1899 par. sept}
CHRIST a pris position auprès des pauvres, afin qu’il puisse ôter de la pauvreté la stigmatisation que le monde lui a attachée. Il connaît le danger de l’amour des richesses. Il sait que cet amour cause la ruine de beaucoup d’âmes. Elle place les riches là où ils se livrent à tous les désirs de grandeur. Elle développe la faiblesse de l’humanité, et montre que, malgré leur abondance, beaucoup de riches ne sont pas riches envers DIEU. L’homme possédant des maisons et des terres, élevé et trompé par le respect qu’on lui porte, méprise le pauvre, qui pourtant peut posséder des vertus que le riche n’a pas. Lorsqu’il sera pesé dans la balance du SANCTUAIRE, le riche égoïste et avide sera trouvé insuffisant, tandis que le pauvre qui n’a dépendu que de DIEU pour sa bonté, sera déclaré héritier des richesses ÉTERNELLES. {ST, 21 juin 1899 par. 4}
Lorsque nous ressentons le besoin de notre cœur, lorsque nous aspirons à l’influence vivifiante du SAINT-ESPRIT, CHRIST s’approche de nous. Le moi est crucifié. CHRIST vit en nous, et la puissance de l’ESPRIT accompagne nos efforts ; alors l’âme s’affine et s’élève. La lumière du SANCTUAIRE CÉLESTE brille sur nous, et nous sommes capables d’exercer une influence qui est une saveur de vie sur la vie. Par une union avec le CHRIST, par une foi vivante, nous avons le privilège de jouir de l’efficacité de Sa MÉDIATION. Nous sommes crucifiés avec CHRIST, ensevelis avec CHRIST, ressuscités avec CHRIST, pour marcher en nouveauté de vie. {ST, 11 octobre 1899 par. 15}
J’en appelle à la jeunesse. Considérez vos manières. Prenez le temps de réfléchir. Pesez vos actions et voyez quel avantage cela vous rapportera de servir les desseins de Satan et de faire son plaisir. En faisant cela, vous déshonorez DIEU, et attristez le cher RÉDEMPTEUR, qui a payé la rançon pour vous en mourant sur la croix du Calvaire. Aucune puissance ne sera suffisante pour vous, entourés comme vous l’êtes par la tentation, jusqu’à ce que le CHRIST habite dans le cœur par la foi. Ensuite, vous en ferez votre modèle quotidien, en pratiquant ses vertus. Vous devez chérir cette foi qui agit par amour et purifie l’âme. Cette foi sera révélée dans votre vie lorsque vous ferez de CHRIST votre SAUVEUR personnel. En jetant votre âme impuissante sur CHRIST, vous recevrez le pardon pour vos transgressions passées ; et la vérité, introduite dans le SANCTUAIRE de l’âme, transformera tout le caractère. {YI, 3 août 1899 par. 1}
Le peuple de DIEU doit être un canal pour l’accomplissement de la plus haute influence dans l’univers. Dans la vision de Zacharie, les deux oliviers qui se tiennent devant DIEU sont représentés comme vidant l’huile d’or d’eux-mêmes à travers des tubes d’or dans le bol du SANCTUAIRE. De là, les lampes du SANCTUAIRE sont alimentées, afin qu’elles puissent donner une lumière brillante et brillante continue. Ainsi, des oints qui se tiennent dans la PRÉSENCE DE DIEU, la plénitude de la lumière divine, de l’amour et de la puissance est transmise à Son peuple, afin qu’il puisse transmettre aux autres la vie, la joie et le rafraîchissement. Ils doivent devenir des canaux par lesquels les instruments divins et humains coopèrent pour communiquer au monde la marée de l’amour de DIEU. {AUCR, 1er juin 1900 par. 47} {SW, 15 mai 1906 par. dix}
Le semeur sème la parole. Le CHRIST est venu pour semer la vérité dans le monde. Depuis la chute de l’homme, Satan a semé les graines de l’erreur. C’est par un mensonge qu’il a d’abord pris le contrôle des hommes, et ainsi il travaille toujours à renverser le royaume de DIEU sur la terre et à amener les hommes sous son pouvoir. Semeur d’un monde supérieur, le CHRIST est venu semer les graines de la vérité. Celui qui s’était tenu dans les conseils de DIEU, qui avait habité dans le SANCTUAIRE LE PLUS INTÉRIEUR de l’ÉTERNEL, pouvait apporter aux hommes les principes purs de la vérité. Depuis la chute de l’homme, CHRIST avait été le Révélateur de la vérité au monde. Par Lui, la semence incorruptible, « la PAROLE DE DIEU, qui vit et demeure éternellement », est communiquée aux hommes. 1 Pierre 1:23. Dans cette première promesse faite à notre race déchue en Eden, CHRIST semait la semence de l’évangile. Mais c’est à son ministère personnel parmi les hommes et à l’œuvre qu’il a ainsi établie que s’applique particulièrement la parabole du semeur. {COL 37.1 1900}
Celui qui habite dans le SANCTUAIRE CÉLESTE juge avec droiture. Son plaisir est plus dans Son peuple, luttant contre la tentation dans un monde de péché, que dans la multitude d’anges qui entourent Son TRÔNE. {COL 176.1 1900}
L’avertissement n’a pas été entendu par le peuple juif. Ils ont oublié DIEU et ont perdu de vue leur haut privilège en tant que SES REPRÉSENTANTS. Les bénédictions qu’ils avaient reçues n’apportaient aucune bénédiction au monde. Tous leurs avantages ont été appropriés pour leur propre glorification. Ils ont privé DIEU du service qu’Il exigeait d’eux, et ils ont privé leurs semblables de conseils religieux et d’un saint exemple. Comme les habitants du monde antédiluvien, ils suivaient toutes les imaginations de leurs cœurs mauvais. Ainsi, ils ont fait apparaître les choses sacrées comme une farce, en disant : « Voici le temple de l’Éternel, le temple de l’Éternel » (Jérémie 7 :4), alors qu’en même temps ils déformaient le caractère de DIEU, déshonoraient Son nom et polluer Son SANCTUAIRE. {COL 291.2 1900}
Nous devons louer DIEU par un service tangible, en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour faire avancer la gloire de Son nom. DIEU nous donne Ses dons afin que nous puissions aussi donner, et ainsi faire connaître Son caractère au monde. Sous l’économie juive, les cadeaux et les offrandes formaient une partie essentielle du culte de DIEU. Les Israélites ont appris à consacrer une dîme de tous leurs revenus au service du SANCTUAIRE. En plus de cela, ils devaient apporter des offrandes pour le péché, des dons volontaires et des offrandes de gratitude. C’étaient les moyens de soutenir le ministère de l’évangile pour cette époque. DIEU n’attend pas moins de nous qu’il n’attendait de son peuple autrefois. Le grand travail pour le salut des âmes doit être poursuivi. Dans la dîme, avec des dons et des offrandes, Il a pourvu à ce travail. Ainsi, Il entend que le ministère de l’évangile soit soutenu. Il revendique la dîme comme la sienne, et elle devrait toujours être considérée comme une réserve sacrée, à placer dans son trésor pour le bénéfice de sa cause. Il demande aussi nos dons volontaires et nos offrandes de gratitude. Tous doivent être consacrés à l’envoi de l’évangile jusqu’aux extrémités de la terre. {COL 300.3 1900}
Mais nul ne peut donner ce qu’il n’a pas lui-même reçu. Dans l’œuvre de DIEU, l’humanité ne peut rien engendrer. Aucun homme ne peut, par ses propres efforts, se faire un porte-lumière pour DIEU. C’était l’huile d’or vidée par les messagers célestes dans les tubes d’or, pour être conduite du bol d’or dans les lampes du SANCTUAIRE, qui produisait une lumière brillante et brillante continue. C’est l’AMOUR DE DIEU transmis continuellement à l’homme qui lui permet de communiquer la lumière. Dans le cœur de tous ceux qui sont unis à DIEU par la foi, l’huile d’or de l’amour coule librement, pour briller à nouveau dans de bonnes œuvres, dans un service réel et sincère pour DIEU. {COL 418.5 1900}
DIEU écrit déjà le compte rendu de certains cas, “Incurable”. “Il est attaché à ses idoles, laissez-le tranquille.” Le temps viendra bientôt où l’œuvre du jugement de DIEU commencera dans SON SANCTUAIRE. DIEU lui-même trace maintenant la ligne de séparation. Il dit : « Quant à moi aussi, mon œil n’épargnera pas, je n’aurai pas non plus pitié, mais je récompenserai leur chemin sur leur propre tête. Avec quel soin ce travail doit-il [être] dans chaque âme qui s’efforce d’obtenir la vie ÉTERNELLE. “Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep”, dit le CHRIST, “vous ne le pouvez pas non plus, si vous ne demeurez en moi”. Garde ça en tête. Chaque branche vivante porte du fruit. Quel est le caractère du fruit porté ? C’est le fruit le plus précieux : l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la douceur, la bonté, la foi, la douceur, la tempérance. {Lt3-1900}
Mon frère, je me sens peiné pendant que j’écris. Quand je pense au TEMPS DE TROUBLE qui est juste sur nous, ou je peux dire qui a commencé, mais qui n’a pas encore éclaté sur nous, ô comme mon cœur souffre, prêt à éclater, quand je vois des êtres humains qui sont dépendants de DIEU à chaque instant pour son pouvoir de garde, mais qui réprimandent et deviennent irritables et endoloris à cause de supposées déficiences ou de la négligence de leurs frères, qui portent les responsabilités les plus lourdes. J’ai entendu des gens dire : Un tel ministre est passé à côté de moi et ne m’a jamais regardé du tout, tandis que ces mêmes hommes sont venus me demander conseil, leur âme courbée comme une charrette sous des gerbes, non parce qu’ils se croyaient lésés, mais parce que ils ne voyaient pas comment alléger la pression de la dette sur le travail. Ils priaient en marchant. Ils ne regardaient rien de terrestre, mais au grand CHRIST compatissant dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Chaque cœur connaît sa propre amertume. {Lt48a-1900}
Pendant que nous sommes sur cette terre, nous devons témoigner de la bonté de DIEU par notre obéissance à SES COMMANDEMENTS. Le SEIGNEUR déclare : « Vous observerez mes SABBATS et vous respecterez MON SANCTUAIRE : Je suis le SEIGNEUR. Si vous marchez dans mes statuts, si vous gardez mes commandements et si vous les mettez en pratique, alors je vous donnerai la pluie en temps voulu, et votre terre produira son accroissement, et les arbres des champs produiront leur fruit. Et ton battage atteindra la vendange, et la vendange atteindra le temps des semailles; et vous mangerez votre pain à satiété, et vous habiterez en sécurité dans votre pays. {Lt55-1900}
Beaucoup de ministres n’entendront pas et seront convaincus. Ils n’entreront pas dans le SANCTUAIRE DE LA VÉRITÉ pour recevoir la connaissance de la vérité de la PAROLE, mais enlèveront la clé de la connaissance aux gens par la perversion des ÉCRITURES, arrachant la PAROLE DE DIEU de sa vraie signification. Ainsi, chaque pas gagné pour atteindre les gens pour les empêcher de se perdre dans l’erreur et la désobéissance nécessite une bataille dure et constante. Mais est-ce que ça va s’arrêter ? Non; relever la norme. Plantez des monuments commémoratifs de la vérité de DIEU dans tous les endroits possibles, et des conversions seront faites. Certains qui ne prennent pas immédiatement position aideront à faire avancer l’œuvre avec leurs moyens et avec leur sympathie. {Lt86-1900}
Le chant de Miriam était inspiré de DIEU. Conduits par elle, les enfants d’Israël chantaient : « Qui est comme toi, ô Éternel, parmi les dieux ? Qui est comme toi, glorieux en sainteté, craintif en louanges, faisant des merveilles ? Tu as étendu ta main droite, la terre les a engloutis. Tu as conduit dans ta miséricorde le peuple que tu as racheté: tu l’as guidé dans ta force vers ta sainte demeure…. Tu les feras entrer, et tu les planteras sur la montagne de ton héritage, au lieu, ô Éternel, que tu as fait pour que tu y habites; dans le SANCTUAIRE, ô Éternel, que tes mains ont établi. {Ms28-1900}
Il savait qu’il n’avait fait ni l’un ni l’autre, et la conviction de sa négligence à obéir aux quatre premiers commandements et aux six derniers commandements clairement spécifiés dans les paroles des oracles SAINTS de DIEU était imprimée par le SAINT-ESPRIT dans son cœur. Il se vit pesé dans les balances du SANCTUAIRE et trouvé léger. Il n’a pas servi DIEU suprêmement parce qu’il ne L’avait pas aimé suprêmement, de tout son cœur, de toute son âme, et de toute sa force, et de tout son esprit. Manquant décidément à cette exigence de la loi de JÉHOVAH, il échoua décidément à aimer son prochain comme lui-même. {Ms45-1900}
Les services religieux, les prières, la louange, la confession pénitente du péché, montent des vrais croyants comme l’ENCENS au SANCTUAIRE CÉLESTE, mais en passant par les canaux corrompus de l’humanité, ils sont tellement souillés qu’à moins d’être purifiés par le sang, ils ne peuvent jamais être de valeur auprès de DIEU. Ils ne montent pas dans une pureté sans tache, et à moins que l’INTERCESSEUR qui est à la droite de DIEU ne présente et ne purifie tout par Sa justice, cela n’est pas acceptable à DIEU. Tous les ENCENS des TABERNACLES terrestres doivent être humides avec les gouttes NETTOYANTES du SANG DU CHRIST. Il tient devant le PÈRE la censure de ses propres mérites, dans laquelle il n’y a aucune souillure de corruption terrestre. Il rassemble dans ce censeur les prières, les louanges et les confessions de son peuple, et avec celles-ci il met sa propre justice sans tache. Alors, parfumé des mérites de la propitiation du CHRIST, l’ENCENS se présente devant DIEU entièrement et entièrement acceptable. Ensuite, des réponses gracieuses sont retournées. {Ms50-1900}
Voici un peuple qui demande du travail, des efforts persévérants, pour se présenter sa vraie condition. Ils se sentent parfaitement satisfaits. Mais le RÉDEMPTEUR du monde les a pesés dans la balance du SANCTUAIRE, et Il les déclare manquants. Dans leur état actuel, ils sont offensants aux yeux de DIEU. Leur désobéissance et leur transgression les rendent si tièdes, leurs voies et leurs œuvres développent en eux des traits de caractère si répréhensibles, que le CHRIST ne peut pas prendre leur nom sur ses lèvres. Avec horreur, Il les chassera de Sa bouche comme dégoûtants. {Ms52-1900}
Ensuite, le SEIGNEUR a donné à Moïse les directives concernant la construction d’un SANCTUAIRE et le modèle de l’ARCHE lui a également été donné. Lorsque le peuple vit que Moïse n’était pas descendu de la montagne, il fut mécontent. Leur incrédulité a commencé à se révéler de manière marquée. (Voir Exode 32.) {Ms58-1900}
Tu te réjouiras de toute bonne chose. Si les enfants par le précepte et l’exemple étaient ainsi éduqués et entraînés dans la vie familiale, nous devrions voir un élément vital de la grâce céleste comme une grande force éducative circulant dans toutes nos écoles. Si les parents donnaient cette classe d’éducation à leurs enfants, il y aurait de la gaieté dans la vie familiale, et les jeunes apporteraient un esprit de révérence avec eux dans la salle de classe. Et quoi encore? Il y aurait une assistance dans le SANCTUAIRE où DIEU se réunit avec Son peuple, une assistance à toutes Ses saintes ordonnances désignées dans le CULTE DE DIEU, et dans toutes celles-ci il y aurait des expressions de gratitude pour la jouissance de tous les dons de Sa providence. Des actions de grâces et des louanges devraient être exprimées pour tout confort que DIEU accorde aux familles. {Ms68-1900}
Parents, pendant la semaine, vivez comme devant un DIEU SAINT, qui vous a donné des enfants pour que vous les formiez pour lui. Formez pour Lui la petite église de votre maison, afin que lorsque le SABBAT viendra, ils soient prêts à adorer dans le SANCTUAIRE DU SEIGNEUR. Chaque matin et chaque soir, présentez vos enfants à DIEU comme Son héritage racheté par le sang. Enseignez-leur que leur plus grand devoir et privilège est d’aimer et de servir DIEU. Apprenez-leur qu’en Lui ils vivent, se meuvent et ont leur être. Que la prière du début du SABBAT soit une prière de consécration et de dévotion. {Ms70-1900}
Il n’y a aucune excuse pour que la foi de nos églises soit si faible et faible. « Tournez-vous vers la Forteresse, prisonniers de l’espérance. Il y a de la force pour nous en CHRIST. Alors adorons DIEU dans la beauté de la sainteté. Entrons dans Son SANCTUAIRE avec louanges et actions de grâces. Le CHRIST nous parle en disant : « Je connais tes œuvres. « Je suis celui qui vit et qui était mort ; et voici, je suis vivant pour toujours. Notre SAUVEUR ne repose pas dans le nouveau tombeau de Joseph. Il a proclamé sur le sépulcre : « Je suis la résurrection et la vie. Alors ne confiez pas vos chagrins et vos difficultés à l’homme. Présentez-vous à Celui à qui vous êtes par création et par rédemption. Demandez et vous recevrez. {Ms78-1900}
Et toi, Salomon, mon FILS, connais le Dieu de ton père, et sers-le d’un cœur parfait et d’un esprit bien disposé ; car l’Éternel sonde tous les cœurs et comprend toutes les imaginations des pensées : si tu le cherches, il sera trouvé de toi; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours. Prenez garde maintenant; car l’Éternel t’a choisi pour bâtir une maison pour le SANCTUAIRE. Sois fort et fais-le. {Ms81-1900}
Tous ceux qui faisaient du service en relation avec le SANCTUAIRE étaient constamment éduqués en ce qui concerne l’intervention du CHRIST en faveur de la race humaine. Ce service a été conçu pour créer dans chaque cœur un amour pour la LOI DE DIEU, qui est la loi de Son royaume. L’offrande sacrificielle devait être une leçon de l’AMOUR DE DIEU révélé en CHRIST – dans la victime souffrante et mourante, qui a pris sur Lui le péché dont l’homme était coupable, l’innocent étant devenu péché pour nous. {Ms87-1900}
Satan conçoit, par son pouvoir trompeur magistral, de faire apparaître le mal comme la justice, de garder les hommes travaillant dans sa lignée, afin que ceux à qui DIEU a confié de grandes responsabilités soient pervertis de Son allégeance et servent ses desseins. “Tu as souillé tes SANCTUAIRES par la multitude de tes iniquités.” Ceci représente une administration SPIRITUELLE corrompue. L’influence qui est acquise à travers des positions de confiance est utilisée à des fins égoïstes au lieu d’être pour le bien des autres qui sont approuvés devant DIEU plus qu’eux, car leur dépendance est en DIEU, et ils recherchent Sa gloire et non la leur. Même maintenant, Satan continue et avance dans la même ligne où il a commencé. Il gouverne par les mêmes lois. Au ciel, il a perdu son principe d’abnégation et son souci désintéressé de ses associés, et peu à peu il introduisit un nouvel ordre de choses, consultant sa propre main. {Ms59-1900}
Il doit toujours y avoir dans le trésor du SEIGNEUR des moyens à utiliser pour l’agrandissement de Son territoire et la construction de SANCTUAIRES où ceux qui acceptent la vérité présente peuvent L’adorer dans la beauté de la sainteté. DIEU appelle Son peuple à Lui apporter de leurs moyens, en dîmes et en offrandes volontaires, afin que Ses ouvriers aient les moyens d’établir des monuments commémoratifs pour Lui dans les villages, les villes et les cités. Ces mémoriaux témoigneront constamment qu’après avoir créé la terre en six jours, DIEU donna le septième jour à son peuple comme jour de repos, pour être un signe entre lui et eux, afin qu’ils sachent qu’il était l’Éternel qui les a sanctifiés. . {Ms73-1900}
Le cas du roi Ozias révèle comment DIEU punira le péché de présomption. Le récit inspiré déclare à propos de ce roi : “ Ozias avait seize ans lorsqu’il commença à régner, et il régna cinquante-deux ans à Jérusalem. . . . Et il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, selon tout ce que fit son père Amatsia. Et il chercha DIEU aux jours de Zacharie, qui avait de l’intelligence dans les visions de DIEU; et tant qu’il cherchait l’Éternel, DIEU le faisait prospérer. . . . Mais quand il fut fort, son cœur s’éleva jusqu’à sa perdition, car il transgressa contre l’Éternel, son Dieu, et entra dans le temple de l’Éternel pour brûler de l’ENCENS sur l’AUTEL DES ENCENS. Et le sacrificateur Azaria entra après lui, et avec lui quatre-vingt sacrificateurs de l’Éternel, qui étaient des hommes vaillants; et ils résistèrent au roi Ozias, et lui dirent: Il ne t’appartient pas, Ozias, de brûler de l’ENCENS à l’Éternel, mais aux sacrificateurs, fils d’Aaron, qui sont consacrés à brûler de l’ENCENS. Sors du SANCTUAIRE ; car tu as transgressé; ce ne sera pas non plus pour ton honneur de la part du SEIGNEUR DIEU. {RH, 14 août 1900 par. 6}
De cette fontaine coule le puissant fleuve vu dans la vision d’Ezéchiel. «Ces eaux sortent vers le pays de l’est, et descendent dans le désert, et entrent dans la mer: qui étant amenées dans la mer, les eaux seront assainies. Et il arrivera que tout ce qui vit, qui bouge, où que viennent les fleuves, vivra. . . . Et près du fleuve, sur son bord, de part et d’autre, pousseront tous les arbres pour la nourriture, dont la feuille ne se fanera pas, et dont le fruit ne se consumera pas : il produira de nouveaux fruits selon ses mois, parce que ils ont sorti leurs eaux du SANCTUAIRE; et leurs fruits seront pour la nourriture, et leurs feuilles pour la médecine. Ezéchiel 47:8-12. {6T 227.3 1901}
À cause de leur négligence, l’Éternel a jeté un regard défavorable sur l’Église. Un amour de la facilité et de l’indulgence égoïste a été démontré par beaucoup. Certains qui ont eu le privilège de connaître la VÉRITÉ BIBLIQUE ne l’ont pas amenée dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. DIEU tient tous ceux-ci pour responsables des talents qu’ils ne lui ont pas rendus dans un service honnête et fidèle en faisant tous les efforts possibles pour rechercher et sauver ceux qui étaient perdus. Ces serviteurs paresseux sont représentés comme venant au souper de noces sans le vêtement de noces, la robe de la JUSTICE DU CHRIST. Ils ont théoriquement accepté la vérité, mais ils ne la pratiquent pas. Circoncis de profession, ils sont en réalité parmi les incirconcis. {6T 295.2 1901}
Dans tout ce qui concerne le succès de l’œuvre de DIEU, les toutes premières victoires doivent être remportées dans la vie familiale. Ici la préparation pour le SABBAT doit commencer. Tout au long de la semaine, que les parents se souviennent que leur foyer doit être une école dans laquelle leurs enfants seront préparés pour les tribunaux d’en haut. Que leurs mots soient des mots justes. Aucune parole que leurs enfants ne doivent entendre ne doit s’échapper de leurs lèvres. Que l’esprit soit exempt d’irritation. Parents, pendant la semaine, vivez comme devant un DIEU SAINT, qui vous a donné des enfants à former pour Lui. Formez pour Lui la petite église de votre maison, afin que le SABBAT tous soient prêts à adorer dans le SANCTUAIRE DU SEIGNEUR. Chaque matin et chaque soir, présentez vos enfants à DIEU comme Son héritage racheté par le sang. Enseignez-leur que c’est leur plus grand devoir et privilège d’aimer et de servir DIEU. {6T 354.1 1901}
Dans le travail du Sanatorium, les médecins, les matrones et les infirmières doivent coopérer avec DIEU pour rendre la santé aux malades. Ce faisant, ils coopèrent avec lui pour restaurer son image dans l’âme. Ne limitons pas le SAINT d’Israël. N’est-ce pas le CHRIST qui officie pour nous dans le SANCTUAIRE d’en haut, à la droite de DIEU ? N’intercède-t-il pas pour ceux qui souffrent physiquement et pour ceux qui souffrent SPIRITUELLEMENT ? Il les invite à venir à Celui qui était mort, mais qui est vivant pour toujours. {AUCR, 1er avril 1901 par. 4}
Ce n’est pas à vous de décortiquer les idées de celui-ci et de celui-là. Nous avons servi notre temps à cela à Minneapolis. Qu’il n’y en ait plus dans l’œuvre de DIEU. DIEU veut que nous réalisions que le jugement est juste sur nous. Prenons garde de peur qu’avant d’en être conscients, le voleur ne vienne sur nous d’un pas furtif. Tenons-nous là où nous ne regardons pas les défauts et les erreurs des autres, mais JÉSUS, en disant : « J’ai un cas individuel pendant devant les tribunaux célestes. Cela signifie tout pour moi que je sois pesé dans les balances du SANCTUAIRE et trouvé complet en lui, ou que je sois trouvé insuffisant. {GCB, 16 avril 1901 par. 15}
La vérité de DIEU pour cette époque teste le caractère. Le temps est venu où la vie de tous doit être examinée à la lumière de la LOI DE DIEU. Ceux qui suivent l’exemple d’hommes qui ne suivent pas l’exemple de CHRIST devront affronter un clair « Ainsi dit l’Éternel » au jour des comptes définitifs. Ceux qui ont eu confiance en leur propre justice, qui ont pensé qu’ils pouvaient être une loi pour eux-mêmes, qui ont refusé de se soumettre à la volonté de DIEU, se retrouveront pesés dans la balance du SANCTUAIRE et jugés insuffisants. DIEU appelle tout le monde à atteindre Son standard de justice. Tous doivent s’incliner devant Son autorité. Les pères, les ministres, les médecins, les hommes en autorité, ceux qui ont des postes à responsabilité, seront tenus pour responsables de l’influence que leur position leur donne sur les autres esprits. {Lt8-1901}
En ce moment, la seule sécurité de ceux qui gardent les COMMANDEMENTS DE DIEU est d’être d’un seul cœur, liés avec CHRIST et les uns avec les autres, cachés avec CHRIST en DIEU. Jean 13:33-35. Le SAUVEUR regarde le conflit à venir, et Il appelle Son peuple à se fortifier en s’emparant de Sa force, en faisant la paix avec Lui, afin que lorsqu’ils seront défiés, comme ils le seront, DIEU puisse leur donner l’expérience de Jacob , leur permettant de revendiquer les paroles de la promesse : « De plus, je ferai avec eux une alliance de paix ! ce sera une alliance éternelle; et JE les placerai, et les multiplierai, et établirai MON SANCTUAIRE au milieu d’eux pour toujours. Oui, je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que moi, l’Éternel, je sanctifie Israël, quand MON SANCTUAIRE sera au milieu d’eux. {Lt19-1901}
Les ministres de DIEU doivent être des ministres de justice, qui portent toujours le JOUG DU CHRIST et suivent toujours le chemin de la justice et de l’intégrité. Aucun mot causé par la dyspepsie religieuse ne doit être prononcé. DIEU a un peuple sur cette terre, et ceux qui enseignent la PAROLE et la doctrine doivent être un, comme CHRIST est un avec le PERE. Le SEIGNEUR désire que tous s’unissent par des cordes égales alors qu’ils s’engagent dans les services solennels de Son SANCTUAIRE. Alors que DIEU rencontre Son peuple, que ceux qui dirigent le service ne cherchent pas à attirer les gens à eux. Qu’ils disent plutôt : « DIEU est parmi nous. Nous sommes en présence de Celui que nous sommes venus adorer. C’est sa volonté que tous ceux qui l’adorent se respectent et s’aiment les uns les autres, mettant en pratique l’instruction donnée par le CHRIST juste avant sa crucifixion. Jean 17:19-26. {Lt19-1901}
Ceux qui ignorent ou font peu de cas de la réponse du CHRIST à l’avocat se trouveront pesés dans les balances d’or du SANCTUAIRE et déclarés faibles. DIEU n’accepte pas un cœur divisé. {Lt22-1901}
Enlever les chaussures des pieds en entrant dans la maison de culte n’est pas un devoir qui nous est demandé. Anciennement, ceux qui exerçaient un ministère sacré devaient, en entrant dans le SANCTUAIRE de DIEU, retirer leurs sandales et laver leurs pieds sur lesquels la poussière s’était accumulée. Mais il n’y a pas la moindre occasion pour que cela soit fait maintenant. {Lt29-1901}
Je pourrais en dire beaucoup plus, mais je n’en ai pas la force aujourd’hui. Vous êtes déjà confus par des hommes dont le conseil est erratique. Si vous sortez de ces hommes et que vous vous séparez, vous serez dans une bien meilleure position pour faire avancer le travail. Il n’y a aucune sécurité à suivre les conseils d’hommes qui ne sont pas vivifiés par le SAINT-ESPRIT, mais qui doivent être réformés, sinon ils seront pesés dans la balance du SANCTUAIRE et trouvés insuffisants. {Lt68-1901}
Les ouvriers de DIEU ne reçoivent pas beaucoup de récompense dans ce monde pour leur travail, mais ils amasse un trésor dans le ciel. Une gracieuse récompense les y attend. Ceux qui pensent qu’ils doivent utiliser des moyens pour faire un étalage perdront de nombreuses opportunités précieuses, et à moins qu’ils ne changent leur ligne de conduite, ils seront finalement pesés dans les balances d’or du SANCTUAIRE et seront trouvés insuffisants. {Lt110-1901}
Tous ceux qui participent à la nature divine se rendront compte que le SAINT-ESPRIT travaille avec eux, prenant la vérité de la PAROLE SACREE, là où CHRIST l’a placée, et l’imprimant dans l’âme. Mais nous sommes en grand danger de garder la vérité dans le parvis extérieur, en négligeant de l’amener dans le SANCTUAIRE de l’âme. Sérieusement et solennellement, nous devons nous préparer au NETTOYAGE du temple de l’âme, en nous rappelant que nous sommes un spectacle pour le monde, les anges et les hommes. Ce travail, lorsqu’il est bien fait, NETTOYERA le cœur de toute désunion, de tout conflit, de tout désir de suprématie. Les querelles, les querelles, les mauvaises pensées et les mauvaises paroles sont l’ivraie de l’ennemi, qu’il plante dans le cœur humain pour qu’elle pousse et produise une moisson funeste. Une œuvre mauvaise suit toujours une supériorité égoïste. {Ms14-1901}
On a beaucoup parlé du collège et de l’église distincts et séparés. Ça ne peut pas être. La même éducation est nécessaire dans l’église comme dans l’école. L’évangile prêché dans le SANCTUAIRE doit être l’évangile enseigné à l’école. Ceux qui fréquentent l’école doivent être préparés pour le service dans l’église. {Ms24-1901}
Faisons des efforts diligents pour servir DIEU. Nous devons atteindre un niveau supérieur. La vérité ne doit pas être gardée dans le parvis extérieur. Amenez ses principes dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme. Faites de CHRIST le guide de chaque action. Séparez tout égoïsme de l’âme, du corps et de l’esprit. Le detesté; car c’est le destructeur de la paix et de la piété. « Quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du SEIGNEUR JÉSUS, en rendant grâces à DIEU et au PÈRE par lui. » La grâce de notre SAUVEUR est la grande influence curative qui conforme la vie à la vie de DIEU. {Ms47-1901}
La moralité corrompue qui est introduite détruit le caractère sacré de ces institutions qui sont établies pour honorer et glorifier DIEU. Un homme marié qui choisit une jeune fille et lui prête une attention particulière se fait un grand tort à lui-même et à celle qui a été choisie, et fait profondément tort à sa femme. Ainsi, il met en péril une institution qui, en tant que SANCTUAIRE DE DIEU, devrait se présenter sans souillure de corruption. O, c’est tellement dommage que Satan ait tant d’aides parmi ceux qui devraient agir comme la main secourable du CHRIST, par leur exemple conduisant les jeunes à un niveau de pureté plus élevé. {Ms87-1901}
Le CHRIST a déposé sa couronne et sa robe royale, a démissionné de son haut commandement, a revêtu sa divinité d’humanité, et s’est fait pauvre pour nous, afin que nous puissions, par sa pauvreté, hériter du trésor céleste. Il s’est placé à la tête de l’humanité. Si nous marchons sur Ses traces, nous sommes acceptés par DIEU. Par le sacrifice de CHRIST, nous sommes « acceptés dans le BIEN-AIMÉ ». Comme les prières du CHRIST sont montées vers Son PÈRE, malgré l’ombre sombre des puissances des ténèbres à travers lesquelles elles sont passées, nos prières traverseront l’ombre infernale de Satan et entreront dans le SANCTUAIRE d’en haut. La même gloire qui a brillé du seuil du ciel au moment du baptême de CHRIST est révélée à tout chercheur sérieux de CHRIST. {Ms92-1901}
En tant que disciples de CHRIST, nous ne réalisons pas notre véritable position. Nous n’avons pas une vision correcte de nos responsabilités. Nous sommes les intendants de notre SEIGNEUR, et les intérêts et la prospérité de sa cause devraient recevoir notre première et meilleure attention. Dans les balances du SANCTUAIRE, nos dons ne sont pas estimés en fonction du montant donné, mais en fonction de l’abnégation, motivée par l’amour pour le CHRIST, que le don a coûté. {PUR, 24 octobre 1901 par. 3}
Les cas de tous sont en attente dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. Jour après jour, les anges de DIEU surveillent le développement du caractère et évaluent la valeur morale. Dans le Jugement, la question ne sera pas : « Quelle profession avez-vous exercée ? mais : « Qu’as-tu fait pour moi ? Quel fruit as-tu porté à ma gloire ? Il est maintenant temps de se préparer pour le roi à venir. Cultivez l’esprit; car il est capable de la culture la plus élevée. Préparez-vous à être parmi ceux qui seront sauvés avec un salut éternel lorsque le MAÎTRE viendra rassembler Ses joyaux. « Il n’apparaît pas encore ce que nous serons ; mais nous savons que, lorsqu’il paraîtra, nous serons semblables à lui; car nous le verrons tel qu’il est. {ST, 17 avril 1901 par. 16}
Surmonter signifie bien plus que nous ne le pensons. Cela signifie résister à l’ennemi et s’approcher de DIEU. Cela signifie prendre la croix et suivre le CHRIST, faire joyeusement les choses qui sont contraires à l’inclination naturelle. Le CHRIST est venu du ciel pour nous montrer comment vivre une vie de sacrifice de soi. Dans sa force, nous devons atteindre la perfection. Il nous a permis de faire cela, et quand Il viendra la deuxième fois, Il nous demandera pourquoi nous n’avons pas accompli Son dessein pour nous. Jour après jour, heure après heure, nous nous préparons pour le jugement, décidant de notre destin ÉTERNEL. Nous échangeons les biens de notre SEIGNEUR. Quand il viendra, il comptera avec nous pour voir comment nous avons amélioré ses biens. Des résultats proportionnés aux talents confiés seront exigés, et à chaque chrétien fidèle et désintéressé recevra une récompense proportionnée à son travail. Rien de ce qui est fait avec sincérité n’est vain. Tout est pesé avec précision dans la balance dorée du SANCTUAIRE. {ST, 17 juillet 1901 par. 5}
Dans le SANCTUAIRE de la maison, JÉSUS a reçu son éducation, non seulement de ses parents, mais de SON PÈRE CÉLESTE. Au fur et à mesure qu’il grandissait, DIEU lui ouvrit de plus en plus le grand travail devant lui. Mais malgré sa connaissance de cela, il ne prit aucun air de supériorité. Jamais, par manque de respect, il n’a causé de douleur ou d’anxiété à ses parents. Il se plaisait à les honorer et à leur obéir. Sans ignorer sa grande mission, il consulta leurs désirs et se soumit à leur autorité. {YI, 22 août 1901 par. 2}
Alors le travail avancera avec solidité et une force redoublée. Aux travailleurs de chaque ligne sera donnée une nouvelle efficacité. Les publications envoyées comme messagers de DIEU porteront le sceau de l’ÉTERNEL. Des rayons de lumière du SANCTUAIRE d’en haut accompagneront les précieuses vérités qu’ils portent. Comme jamais auparavant, ils auront le pouvoir d’éveiller dans les âmes la conviction du péché, de créer une faim et une soif de justice, d’engendrer une vive sollicitude pour les choses qui ne passeront jamais. Les hommes apprendront la réconciliation pour l’iniquité et la justice éternelle que le MESSIE a apportée par Son sacrifice. Beaucoup seront amenés à partager la glorieuse liberté des fils de DIEU, et se tiendront avec le peuple de DIEU pour accueillir la venue prochaine, en puissance et en gloire, de notre SEIGNEUR et SAUVEUR. {7T 149.2 1902}
Mes frères en position de responsabilité, que le SEIGNEUR non seulement oigne vos yeux pour qu’ils voient, mais verse dans vos cœurs l’HUILE SAINTE qui, des deux rameaux d’olivier, coule à travers les tuyaux d’or dans le bol d’or qui alimente les lampes du SANCTUAIRE. Puisse-t-il « vous donner l’ESPRIT de sagesse et de révélation dans sa connaissance : les yeux de votre entendement étant éclairés ; afin que vous sachiez quelle est l’espérance de son appel, . . . et quelle est l’infinie grandeur de sa puissance pour nous qui croyons. Ephésiens 1:17-19. {7T 154.2 1902}
Les puissances de Satan se rassemblent pour la bataille. Des conflits sévères sont devant nous. Unissez-vous, mes frères et sœurs, unissez-vous. Liez-vous à CHRIST. « Ne dites pas, une confédération ; . . . ne craignez pas leur peur, et n’ayez pas peur. Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et il sera pour un SANCTUAIRE à son peuple; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup parmi eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. {BTS, 1er décembre 1902 par. 1}
L’homme ne doit pas seulement lire la PAROLE DE DIEU, en supposant qu’une simple connaissance de cette PAROLE provoquera en lui une réforme de caractère. Ce travail, seul celui qui est le chemin, la vérité et la vie peut l’accomplir. Certaines doctrines de la vérité peuvent être fermement tenues. Elles peuvent être réitérées encore et encore, jusqu’à ce que les détenteurs en viennent à penser qu’ils sont en effet en possession des grandes bénédictions que ces doctrines représentent. Mais les vérités les plus grandes et les plus puissantes peuvent être détenues, et pourtant gardées dans la cour extérieure, exerçant peu d’influence pour rendre la vie quotidienne saine et parfumée. L’âme n’est pas sanctifiée par la vérité qui n’est pas pratiquée. Des préceptes corrects peuvent être prononcés par celui qui ne reçoit pas la vérité dans le SANCTUAIRE INTÉRIEUR de l’âme, mais lorsque sa voie est croisée, les pires de tous les sentiments sont éveillés, et ces sentiments le guident et le contrôlent dans ses relations avec les autres. Dans l’esprit et la vie, une telle personne est représentée par Chorazin et Bethsaïda. {Lt16-1902}
La mission des deux oints est de communiquer au peuple de DIEU cette grâce céleste qui seule peut faire de sa PAROLE une lampe aux pieds et une lumière sur le chemin. Des deux oliviers, l’huile d’or a été vidée à travers les tuyaux d’or dans le bol du CHANDELIER, et de là dans les lampes d’or qui éclairaient le SANCTUAIRE. Ainsi, des saints qui se tiennent dans la PRÉSENCE DE DIEU, SON ESPRIT est transmis aux instruments humains qui sont consacrés à Son service. {Lt67-1902}
Il y a beaucoup de choses que je sens maintenant qu’il est de mon devoir de présenter non seulement au Dr Kellogg, mais à notre peuple, en ce qui concerne la grande et solennelle vérité de cette époque, qui doit aller à chaque nation, parenté, langue et peuple. . Si ceux qui sont en charge de notre travail médical avaient réalisé leur obligation envers DIEU, s’ils avaient consacré une grande partie de leur temps, de leurs énergies, de leurs talents et de leurs moyens à accomplir un véritable travail missionnaire médical, à travers cette agence portant l’évangile à toutes les nations, familles , langues et peuples, la condition SPIRITUELLE de Battle Creek aujourd’hui ne serait pas ce qu’elle est. Les habitants de cette ville ne sont pas amenés à avoir foi dans les doctrines que nous prétendons croire et DÉFENDRE ; car nos œuvres y portent un témoignage plus important que nos paroles. DIEU remarque tout cela. Dans la balance de Son SANCTUAIRE, Il ne pèse pas la profession, mais le caractère – intentions, motifs, fins. Au jour où DIEU rendra à chaque homme selon ses oeuvres, on trouvera que la destinée de chaque ouvrier sera décidée par les principes et les motifs qui l’ont guidé durant cette vie. {Lt110-1902}
Vous perdez du terrain, et ce depuis un certain temps. On t’a enseigné le chemin de la vérité, et tes parents ont une grande confiance en tes principes, mais DIEU t’a pesé dans la balance du SANCTUAIRE et a prononcé la sentence : “Pesé et trouvé léger”. Mon frère, si votre vie vous était enlevée maintenant, votre perte serait une perte pour l’éternité. Vous avez un grand travail devant vous, et vous n’avez pas un moment à perdre. Satan joue le jeu de la vie pour votre âme. Vous êtes du côté des perdants. Vous attrapez des chardons. Votre association avec ceux qui ne sont pas consacrés à DIEU ne vous donne ni santé physique ni force SPIRITUELLE. {Lt142-1902}
Moi, l’Éternel, je sonde le cœur, déclare-t-il, j’éprouve les rênes, pour rendre à chacun selon ses voies et selon le fruit de ses actions. Comme la perdrix est assise sur des oeufs, et ne les couve pas; ainsi celui qui acquiert des richesses, et non par droit, les quittera au milieu de ses jours, et à sa fin sera un insensé. Un haut TRÔNE glorieux depuis le début est le lieu de notre SANCTUAIRE. Éternel, espérance d’Israël, tous ceux qui t’abandonnent seront couverts de honte, et ceux qui s’éloignent de moi seront inscrits sur la terre, parce qu’ils ont abandonné l’Éternel, la source des eaux vives. Guéris-moi, ô Éternel, et je serai guéri; sauve-moi, et je serai sauvé ; car tu es ma louange. “Ô Éternel, ma force et ma forteresse, et mon refuge au jour de l’affliction.” {Lt142-1902}
Il y a danger que le travail au restaurant, bien que considéré comme un moyen merveilleusement réussi de faire le bien, soit mené de telle manière qu’il ne favorisera que le bien physique des hommes et des femmes. Cette question mérite une attention particulière. Ceux qui sont choisis pour diriger ce travail doivent être des hommes prudents et consacrés, de peur que l’enquête prouve que la cause de DIEU n’est pas avancée par les efforts déployés. Un travail peut apparemment porter les caractéristiques de l’excellence suprême, mais il n’est bon aux yeux de DIEU que s’il est accompli avec un désir sincère de faire Sa volonté et d’accomplir Son dessein. Si DIEU n’est pas reconnu comme l’Auteur et la Fin de nos actions, elles sont pesées dans la balance du SANCTUAIRE, et jugées insuffisantes. {Lt145-1902}
Dans la famille et dans l’église, il y en a trop qui font peu de cas des incohérences flagrantes. Il y a des jeunes hommes qui apparaissent ce qu’ils ne sont pas. Ils semblent honnêtes et vrais; mais ils sont comme des sépulcres blanchis, beaux à l’extérieur, mais pleins de corruption à l’intérieur. Le cœur est taché, souillé de péché ; ainsi le record tient dans les parvis célestes. Un processus s’est déroulé dans l’esprit qui les a rendus insensibles et passés. Mais si leurs caractères, pesés dans les balances du SANCTUAIRE, sont déclarés insuffisants au GRAND JOUR DE DIEU, ce sera une calamité qu’ils ne comprennent pas maintenant. La vérité, la vérité précieuse et sans tache, doit faire partie du personnage. {MC 59.1 1902}
On m’a renvoyé à la vision d’Ézéchiel du puissant fleuve. «Ces eaux sortent vers le pays de l’est, et descendent dans le désert, et vont dans la mer; qui étant amenés dans la mer, les eaux seront assainies. Et il arrivera que tout ce qui vit, qui bouge, partout où viendront les fleuves, vivra…. Et près du fleuve, sur le bord de celui-ci, de part et d’autre, pousseront tous les arbres pour la nourriture, dont la feuille ne se fanera pas, et dont le fruit ne sera pas consommé; il produira de nouveaux fruits selon ses mois, parce que leurs eaux sont sorties du SANCTUAIRE; et son fruit sera pour la nourriture, et sa feuille pour la médecine. Que tous les médecins soient sages d’apprendre. {Ms41-1902}
La Pâque était la plus impressionnante et la plus importante des fêtes juives. Les dirigeants juifs avaient ordonné au peuple qu’à Jérusalem, ils devaient apprendre à adorer DIEU. Ici, pendant la semaine de la Pâque, de grands nombres se rassemblaient, venant de toutes les parties de la Palestine, et même de pays lointains. Les cours du temple étaient remplies d’une foule de promiscuité. Beaucoup étaient incapables d’apporter avec eux les sacrifices qui devaient être offerts comme typifiant le seul grand Sacrifice. Pour leur commodité, des animaux étaient achetés et vendus dans la cour extérieure du temple. Ici, toutes les catégories de personnes se rassemblaient pour acheter leurs offrandes. Ici, tout l’argent étranger était échangé contre la monnaie du SANCTUAIRE. {Ms60-1902}
CHRIST connaissait la vérité au sujet de Josué, et il dit à ceux qui se tenaient devant lui : « Ôtez-lui les vêtements sales ; et à Josué il dit : “Voici, j’ai fait disparaître ton iniquité” – les péchés que tu as commis – “et je te revêtirai d’un vêtement de rechange”. ” Alors ils lui mirent une belle mitre sur la tête, et le vêtirent d’un vêtement de rechange. ” « Alors ils mirent une belle mitre sur sa tête, et le vêtirent de vêtements. » Ses propres péchés et les péchés de son peuple ont été pardonnés. Israël était revêtu de « vêtements de rechange »—la JUSTICE DE CHRIST qui leur était imputée. La mitre placée sur la tête de Josué était celle qui était utilisée par les prêtres et portait l’inscription « Sainteté à l’Éternel », signifiant que malgré ses anciennes transgressions, il était maintenant qualifié pour servir devant DIEU dans Son SANCTUAIRE. {Ms70-1902}
Jusqu’à présent, nous n’avons guère été une lumière dans le monde, car nous nous accrochons à nos pratiques pécheresses et corruptrices. Nous avons été trop satisfaits de la lueur crépusculaire de l’illumination céleste. Nous n’avons pas encore acquis l’expérience qui nous fera nous sentir chez nous au paradis. Nous ne faisons encore que franchir le seuil du SANCTUAIRE contenant les vérités que tout enfant de DIEU doit recevoir et révéler à un monde gisant dans la méchanceté. {Ms102-1902}
Nos institutions de santé n’ont de valeur aux yeux du SEIGNEUR que lorsqu’il est autorisé à présider à leur gestion. Si ses plans et ses desseins sont considérés comme inférieurs aux plans des hommes, il considère ces institutions comme n’ayant pas plus de valeur que les institutions établies et dirigées par des mondains. DIEU ne peut cautionner aucune institution à moins qu’elle n’enseigne les principes vivants de Sa loi et ne mette ses propres actions en stricte conformité avec ces préceptes. Sur ces institutions qui ne sont pas maintenues selon Sa loi, Il prononce la sentence : « Non acceptées. Pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et trouvé insuffisant. {Ms154-1902}
Lorsque le CHRIST monta au ciel à la fin de Son ministère terrestre, les portes de la cité de DIEU furent rejetées sur leurs gonds étincelants, et Il y entra en vainqueur, pour y assumer dans le SANCTUAIRE CÉLESTE Son ministère en faveur de ceux pour à qui il avait donné sa vie. Le FILS divin-humain de DIEU se tient maintenant devant le PÈRE, plaidant nos causes et faisant l’EXPIATION pour nos transgressions. Ainsi Il confesse nos noms devant Son PERE et devant les anges. Ses mains portent encore les marques de la crucifixion. Il s’exclame : “Voici, je t’ai gravé sur la paume de mes mains !” Il désire que nous entrions enfin dans la cité céleste en vainqueurs. Par la grâce qu’il accorde constamment à l’humanité, il prépare un peuple à vivre avec lui à travers les âges incessants de l’éternité. Et quiconque choisit de Le suivre peut recevoir cette préparation. Glorifions son nom en acceptant le salut qui nous est si généreusement offert. {Ms155-1902}
Ce devrait toujours être le but du mari et de la femme de faire de leur vie unie tout ce que DIEU veut qu’elle soit pour eux et pour leurs enfants. Parents, n’oubliez pas que la formation de vos enfants est l’œuvre de votre vie. Prenez garde à vous-mêmes. Examinez vos cœurs de manière critique pour voir si vous êtes sous le contrôle de la grâce de DIEU. Cultivez-vous des traits de caractère qui recommanderont votre christianisme ? Lorsque des circonstances difficiles surviennent, sondez-vous les ÉCRITURES avec un cœur humble et priant ? Êtes-vous soumis à la PAROLE DE DIEU ? Êtes-vous un acteur de cette PAROLE ? Ici, dans le SANCTUAIRE de la maison, l’œuvre de DIEU pour vos enfants doit commencer. N’oubliez pas que vous avez l’obligation solennelle d’honorer votre confiance, de faire de vous des exemples de ce que vous désirez que vos enfants deviennent. Ne manquez pas de donner à vos enfants, dès leur plus jeune âge, l’instruction du patient qu’ils sont en droit de recevoir. {Ms158-1902}
DIEU peut communiquer avec son peuple aujourd’hui et lui donner la sagesse de faire sa volonté, tout comme il a communiqué avec son peuple d’autrefois et lui a donné la sagesse en construisant le SANCTUAIRE. « L’Éternel parla à Moïse, disant : Voici, j’ai appelé par son nom Betsaleel, le FILS d’Uri, le FILS de Hur, de la tribu de Juda ; et je l’ai rempli de l’ESPRIT DE DIEU, de sagesse et d’intelligence. , et dans la connaissance, et dans toutes les formes de travail, pour imaginer des ouvrages astucieux, pour travailler l’or, l’argent, l’airain, et tailler les pierres, les mettre en place, et tailler le bois, pour travailler dans tous les manière de travailler. Et moi, voici, j’ai donné avec lui Aholiab, le FILS d’Ahisamach, de la tribu de Dan ; le TABERNACLE de la congrégation, et l’arche du témoignage, et le propitiatoire qui est dessus, et tous les meubles du tabernacle, et la table et ses meubles, et le chandelier pur avec tous ses meubles, et l’autel des parfums, et l’autel des brûlés. OFFRANDE avec tous ses MEUBLES, et la CAVE et son pied, et les vêtements de service, et les VÊTEMENTS SAINTS pour Aaron le sacrificateur, et les vêtements de ses fils, pour servir dans l’office du sacrificateur, et l’huile d’onction, et le doux ENCENS pour le LIEU SAINT : ils feront selon tout ce que je t’ai commandé. {RH, 24 juin 1902 par. 3} et la CAVE et son pied, et les vêtements de service, et les VÊTEMENTS SAINTS pour le sacrificateur Aaron, et les vêtements de ses fils, pour servir dans l’office du sacrificateur, et l’huile d’onction, et le doux ENCENS pour le LIEU SAINT : selon ils feront tout ce que je t’ai commandé. {RH, 24 juin 1902 par. 3} et la CAVE et son pied, et les vêtements de service, et les VÊTEMENTS SAINTS pour le sacrificateur Aaron, et les vêtements de ses fils, pour servir dans l’office du sacrificateur, et l’huile d’onction, et le doux ENCENS pour le LIEU SAINT : selon ils feront tout ce que je t’ai commandé. {RH, 24 juin 1902 par. 3}
Par la prière, l’homme est préparé pour le devoir et préparé pour l’épreuve. Matin et soir, nos prières ferventes doivent monter vers DIEU pour sa bénédiction et sa direction. La vraie prière s’empare de l’OMNIPOTENCE et remporte la victoire. A genoux, le chrétien obtient la force de résister à la tentation. Et tandis que nous sommes engagés dans notre travail quotidien, nous devrions élever l’âme au ciel dans la prière. C’est ainsi qu’Énoch marchait avec DIEU. La prière silencieuse et fervente de l’âme s’élève comme l’ENCENS sacré jusqu’au TRÔNE DE GRÂCE, et est aussi agréable à DIEU que si elle était offerte dans le SANCTUAIRE. Pour tous ceux qui le cherchent ainsi, CHRIST est une aide présente en cas de besoin. Au jour de l’épreuve, ils seront courageux et forts. {ST, 29 janvier 1902 par. 2}
Mais les gens ont été lents à apprendre la leçon. Habitués comme ils l’avaient été en Egypte aux représentations matérielles de la Divinité, et celles-ci de la nature la plus dégradante, il leur était difficile de concevoir l’existence ou le caractère de l’Invisible. Par pitié pour leur faiblesse, DIEU leur a donné un symbole de sa présence. « Qu’ils fassent de Moi un SANCTUAIRE », dit-il ; “afin que j’habite parmi eux.” Exode 25:8. {Ed 35.1 1903}
Dans la construction du SANCTUAIRE comme lieu d’habitation pour DIEU, Moïse a reçu l’ordre de faire toutes choses selon le modèle des choses dans les cieux. DIEU l’appela sur la montagne, et lui révéla les choses célestes, et dans leur similitude le TABERNACLE, avec tout ce qui s’y rapportait, fut façonné. {Ed 35.2 1903}
Grand fut le privilège et l’honneur accordés à Israël dans la préparation du SANCTUAIRE ; et grande était aussi la responsabilité. Une structure d’une splendeur sans pareille, exigeant pour sa construction les matériaux les plus coûteux et la plus haute habileté artistique, devait être érigée dans le désert, par un peuple tout juste échappé à l’esclavage. Cela semblait une tâche prodigieuse. Mais Celui qui avait donné le plan de l’édifice s’était engagé à coopérer avec les bâtisseurs. {Ed 36.4 1903}
L’Éternel parla à Moïse, disant: Voici, j’ai appelé par son nom Betsaleel, fils d’Uri, fils de Hur, de la tribu de Juda, et je l’ai rempli de l’ESPRIT DE DIEU, de sagesse et d’intelligence, et dans la connaissance, et dans toutes sortes de travaux. . . . Et moi, voici, je lui ai donné Oholiab, fils d’Ahisamach, de la tribu de Dan, et j’ai mis de la sagesse dans le cœur de tous les sages, afin qu’ils fassent tout ce que je t’ai commandé. Exode 31:1-6. {Ed 36.51903}
Quelle école industrielle que dans le désert, ayant pour instructeurs le CHRIST et ses anges ! {Ed 37.1 1903}
A la préparation du SANCTUAIRE et à son ameublement, tout le peuple devait coopérer. Il y avait du travail pour le cerveau et la main. Une grande variété de matériel était nécessaire, et tous ont été invités à contribuer selon leurs propres souhaits. {Ed 37.2 1903}
La véritable éducation n’est pas l’obligation d’instruire un esprit non préparé et non réceptif. Les facultés mentales doivent être éveillées, l’intérêt éveillé. Pour cela, la méthode d’enseignement de DIEU a fourni. Celui qui a créé l’esprit et ordonné ses lois, a pourvu à son développement conformément à elles. Dans la maison et le SANCTUAIRE, à travers les choses de la nature et de l’art, dans le travail et dans la fête, dans la construction sacrée et la pierre commémorative, par des méthodes et des rites et des symboles innombrables, DIEU a donné à Israël des leçons illustrant Ses principes et préservant la mémoire de Ses œuvres merveilleuses. Puis, au fur et à mesure que l’enquête était faite, l’instruction donnée impressionnait l’esprit et le cœur. {Éd 41.2 1903}
La FÊTE DES TABERNACLES, ou fête des récoltes, avec ses offrandes du verger et des champs, son campement d’une semaine dans les cabanes feuillues, ses réunions sociales, le service commémoratif sacré, et la généreuse hospitalité aux ouvriers de DIEU, les Lévites du SANCTUAIRE, et aux Ses enfants, les étrangers et les pauvres, élevaient tous les esprits dans la gratitude envers Celui qui avait couronné l’année de sa bonté, et dont les sentiers perdaient de la graisse. {Ed 42.3 1903}
Par les dévots en Israël, un mois complet de chaque année était ainsi occupé. Ce fut une période exempte de soucis et de travail, et presque entièrement consacrée, dans le sens le plus vrai, à des fins d’éducation. {Éd 43.1 1903}
En répartissant l’héritage de Son peuple, c’était le dessein de DIEU de leur enseigner, et à travers eux au peuple des générations futures, des principes corrects concernant la propriété de la terre. Le pays de Canaan était partagé entre tout le peuple, à l’exception des Lévites seuls, en tant que ministres du SANCTUAIRE. Bien qu’on puisse pour un temps disposer de sa possession, on ne pouvait pas troquer l’héritage de ses enfants. Lorsqu’il en était capable, il était libre à tout moment de le racheter; les dettes étaient remises tous les sept ans, et la CINQUANTIÈME, ou ANNÉE DU JUBILÉ, toutes les propriétés foncières revenaient au propriétaire d’origine. Ainsi, chaque famille était assurée de sa possession, et une sauvegarde était offerte contre les extrêmes de la richesse ou de la pauvreté. {Éd 43.2 1903}
Tant à l’école qu’à la maison, une grande partie de l’enseignement était orale ; mais les jeunes ont aussi appris à lire les écrits hébreux, et les rouleaux de parchemin des ÉCRITURES DE L’ANCIEN TESTAMENT étaient ouverts à leur étude. Les principaux sujets d’étude dans ces écoles étaient la LOI DE DIEU, avec l’instruction donnée à Moïse, l’histoire sacrée, la musique sacrée et la poésie. Dans les annales de l’histoire sacrée ont été tracés les pas de JÉHOVAH. Les grandes vérités exposées par les types au service du SANCTUAIRE furent mises en évidence, et la foi saisit l’objet central de tout ce système – l’AGNEAU DE DIEU, qui devait ôter le péché du monde. Un esprit de dévotion était entretenu. Non seulement les étudiants ont appris le devoir de la prière, mais ils ont appris comment prier, comment approcher leur CRÉATEUR, comment exercer la foi en Lui, et comment comprendre et obéir aux enseignements de SON ESPRIT. L’intellect sanctifié a fait sortir de la MAISON DU TRÉSOR DE DIEU des choses nouvelles et anciennes, et l’ESPRIT DE DIEU s’est manifesté dans la prophétie et le chant sacré. {Éd 47.2 1903}
Dans l’ENSEIGNANT envoyé de DIEU, le ciel a donné aux hommes ce qu’il y a de mieux et de plus grand. Celui qui s’était tenu dans les conseils du TRÈS HAUT, qui avait demeuré dans le SANCTUAIRE LE PLUS INTÉRIEUR de l’ÉTERNEL, était Celui choisi pour révéler en personne à l’humanité la connaissance de DIEU. {Éd 73.2 1903}
Ministres nommés du SANCTUAIRE, les Lévites ne recevaient aucun héritage foncier ; ils habitaient ensemble dans des villes mises à part pour leur usage, et recevaient leur soutien des dîmes et des dons et offrandes consacrés au service de DIEU. Ils étaient les enseignants du peuple, invités à toutes leurs festivités, et partout honorés comme serviteurs et représentants de DIEU. A toute la nation fut donné le commandement : « Prends garde à toi-même de ne pas abandonner le Lévite tant que tu vivras sur la terre. « Lévi n’a ni part ni héritage avec ses frères ; l’Éternel est son héritage. Deutéronome 12:19 ; 10:9. {Éd 148.5 1903}
Travaillez à votre propre salut avec crainte et tremblement. Craignez-vous par votre esprit et vos paroles d’offenser DIEU ? “C’est DIEU qui produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir.” « Vous êtes l’élevage de DIEU ; vous êtes l’édifice de DIEU. Le SANCTUAIRE, construit par l’église dans le désert, selon les directives données à Moïse sur la montagne, était une leçon de choses sur ce que leurs caractères devraient être en simplicité, en beauté, en harmonie. Pièce parfaitement ajustée à la pièce. Quand la congrégation s’est déplacée d’un endroit à un autre, le TABERNACLE a été démonté et emporté avec eux, et quand ils ont campé, il a été érigé à nouveau. Dans ce travail, différentes tâches ont été assignées à différentes personnes. Chacun avait une tâche précise. Il n’y avait pas de discorde ; car chacun avait son ouvrage. {GCB, 6 avril 1903 par. 31}
JÉSUS exerce son ministère dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, mais Il est aussi avec Ses ouvriers ; car il déclare : « Voici, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde. Il est le DIRECTEUR SPIRITUEL de Son église sur la terre, et Il aspire à voir les membres remplis d’une détermination à travailler harmonieusement pour l’avancement de Son royaume. Il a suscité une succession d’ouvriers qui tirent leur autorité de Lui, le GRAND ENSEIGNANT. Il a choisi pour Son œuvre des hommes aux talents variés et aux capacités variées. Certains d’entre eux pourraient ne pas être les hommes que vous choisiriez, mais vous traverserez une expérience qui vous amènera à voir que DIEU exalte des hommes que vous considéreriez comme inférieurs à vous-mêmes. Lorsque le jugement sera rendu et que les livres seront ouverts, beaucoup seront surpris par l’estimation du caractère de DIEU. Ils se rendront compte que DIEU ne voit pas comme l’homme voit, qu’Il ne juge pas comme jugent les êtres humains. Il lit dans le coeur. Il connaît les motifs qui poussent à l’action, et Il reconnaît et recommande chaque effort fidèle déployé pour Lui. {Lt21-1903}
La sagesse d’en haut est d’abord pure, puis paisible, douce et facile à supplier, pleine de miséricorde et de bons fruits, sans partialité et sans hypocrisie. Et le fruit de la justice est semé dans la paix de ceux qui font la paix. Deux personnes peuvent s’engager dans les mêmes actes d’adoration extérieure, mais le service de l’un, lorsqu’il est pesé dans la balance d’or du SANCTUAIRE, peut être trouvé insuffisant, tandis que le service de l’autre peut être accepté. Seul le service accompli avec sincérité, avec un cœur humble et contrit, est agréable à DIEU. {Lt39-1903}
Au Sinaï, DIEU a cherché à impressionner Israël avec la sainteté de Son caractère et ses exigences et la culpabilité excessive de la transgression. Mais les gens ont été lents à apprendre la leçon. Habitués comme ils l’avaient été en Égypte aux représentations matérielles de la divinité, et celles-ci de la nature la plus dégradante, il leur était difficile de concevoir l’existence ou le caractère de l’Invisible. Par pitié pour leur faiblesse, DIEU leur a donné un symbole de sa présence. “Qu’ils fassent de moi un SANCTUAIRE”, a-t-il dit, “afin que je puisse habiter parmi eux.” {Lt44-1903}
C’est sous Sa direction que le TABERNACLE a été construit. Grand fut le privilège et l’honneur accordés à Israël dans la préparation du SANCTUAIRE ; et grande était aussi la responsabilité. Une structure d’une splendeur sans pareille, exigeant pour sa construction les matériaux les plus coûteux et les plus hautes compétences artistiques, devait être érigée dans le désert par un peuple tout juste échappé à l’ESCLAVAGE. Cela semblait une tâche prodigieuse. Mais Celui qui avait donné le plan de l’édifice s’était engagé à coopérer avec les bâtisseurs. {Lt44-1903}
Que le sanatorium de Washington soit construit comme le SEIGNEUR nous a ordonné de construire tous nos sanatoriums. Que ce soit simple, mais substantiel, pratique et attrayant. Que tout soit propre et ordonné. Alors que nous nous efforcerons de faire ce travail, recherchons la sagesse de DIEU à chaque étape, afin que les ouvriers puissent être sous la direction de Celui qui a donné compétence et compréhension dans la construction de l’ARCHE et du SANCTUAIRE. Nous ne devons pas ériger un bâtiment qui conduira à des expressions d’étonnement et d’admiration, à moins que ce ne soit pour sa cohérence avec la vérité de cette époque, la vérité que nous, les adventistes du septième jour, professons croire. {Lt223-1903}
Je pourrais dire beaucoup concernant le SANCTUAIRE ; l’ARCHE contenant la LOI DE DIEU ; la couverture de l’ak, qui est le MERCY SEAT; les anges à chaque extrémité de l’ARK ; et d’autres choses liées au SANCTUAIRE CÉLESTE et au GRAND JOUR D’EXPIATION. Je pourrais dire beaucoup sur les mystères du ciel ; mais mes lèvres sont fermées. Je n’ai aucune envie d’essayer de les décrire. {Lt253-1903}
DIEU sera le SANCTUAIRE de Son peuple s’il obéit à Sa PAROLE, croyant et proclamant les simples vérités de l’évangile que CHRIST a proclamées lorsqu’il était dans ce monde. Nous devons maintenant prier comme nous n’avons jamais prié auparavant. Nous vivons le GRAND JOUR D’EXPIATION, et nous devons confesser nos péchés et faire un travail diligent de repentance. Nous devons mettre toutes nos capacités à l’œuvre, afin d’être délivrés des hommes méchants et déraisonnables. Satan descend comme un bel ange et présente de belles images devant les yeux de ceux qui ont tellement perverti leurs voies devant DIEU qu’ils ne voient pas ce qu’ils sont ou ne savent pas ce dont ils ont besoin. L’ennemi est descendu avec une grande puissance, pour travailler avec toute la tromperie de l’injustice en ceux qui périssent. DIEU appelle à la repentance et à la reconversion. {Lt259-1903}
En ce jour de sa venue, le CHRIST préservera ceux qui l’ont suivi, le Chemin, la Vérité et la Vie. Il s’est engagé à être leur SANCTUAIRE. Il leur dit : Entrez pour un moment dans une retraite sûre, et cachez-vous jusqu’à ce que je nettoie la terre de son iniquité. {Lt264-1903}
Faites de la PAROLE DE DIEU l’homme de votre conseil. Ce sera une lampe à vos pieds et une lumière sur votre sentier. Étudiez la PAROLE pour voir ce que DIEU a révélé concernant qui Il est. Il est « le TOUT-PUISSANT », « d’éternité en éternité », un guide infaillible. De qui d’autre vous risqueriez-vous à dépendre dans les moments difficiles ? Quelle folie pourrait être plus grande que de mettre de côté la sagesse de DIEU et d’accepter la sagesse de celui qui est tombé de sa position exaltée au ciel en tant que chérubin protecteur et qui est devenu le chef d’une race apostate ? Voulez-vous vous unir à l’architrompeur ? Recevrez-vous ses mensonges trompeurs ? Continuera-t-on à dire de toi : ‘Tu es pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et tu es trouvé léger’ ? {Lt265-1903}
L’Éternel sait tout de vos perplexités. Si vous lui faites pleinement confiance, il sera pour vous un SANCTUAIRE. Mais n’essayez pas de maintenir les interprétations du mot que vous aviez auparavant, car elles ne sont pas la vérité. Mettez-vous au travail en coopération avec DIEU. Vous devez venir à la lumière, et alors vos points de vue seront tout à fait différents de ceux que vous avez actuellement. Priez votre PÈRE CÉLESTE au nom de JÉSUS. Il vous aime, mais Il veut que vous abandonniez les théories et les doctrines que vous soutenez et qui sont contraires à Sa PAROLE. {Lt267-1903}
La question du SANCTUAIRE est une doctrine claire et définie telle que nous l’avons tenue en tant que peuple. Vous n’êtes pas vraiment clair sur la personnalité de DIEU, qui est tout pour nous en tant que peuple. Vous avez pratiquement détruit le SEIGNEUR DIEU lui-même. {Lt300-1903}
Pourquoi devriez-vous prendre la liberté de faire les déclarations que vous avez faites, comme si vous aviez l’autorité pour dire ainsi, alors que ce sont des mensonges ? Vous avez rendu les faits de notre foi sans effet devant les incroyants, et la vérité qui devrait toujours être mise en évidence et exaltée auprès de ce peuple que vous avez virtuellement nié et ignoré dans vos nombreuses déclarations. Comment as-tu osé faire ça ? Cela nous oblige maintenant à présenter notre véritable position qui nous constitue, les Adventistes du Septième jour. Quelle que soit l’influence que DIEU vous a donnée dans le passé, elle a été miséricordieuse envers vous, laissant la lumière briller sur vous. {Lt300-1903}
Nous ne pouvons pas un seul instant avoir une fausse représentation sur ces sujets solennels et importants de la vérité qui ont été la foi de notre peuple depuis 1844. Cela signifie beaucoup pour nous. L’Éternel veut que je vous dise que l’ennemi, par ses tromperies spécieuses, a placé son incrédulité dans votre esprit, et vous avez travaillé dessus. Tous ceux qui reçoivent vos présentations entreront sur des chemins étranges s’ils se connectent avec vous. Vous apportez un feu étrange et commun, mais pas le feu du propre allumage de DIEU ; et maintenant je dois dire clairement à notre peuple que le SEIGNEUR nous a conduits pas à pas et nous a montré une lumière claire sur le SANCTUAIRE CÉLESTE dans le TRÈS SAINT DES SAINTS où DIEU s’est révélé à Ses élus. {Lt300-1903}
Le simple fait d’être membre de l’église ne servira à rien dans la controverse qui nous occupe. DIEU pèse les hommes et leurs actions dans la balance dorée du SANCTUAIRE. Le TEMPS DE TROUBLE va sûrement rechercher et essayer chaque prétendant. Ceux qui prétendent être chrétiens et pourtant agissent comme des pécheurs seront punis comme des pécheurs. La sévérité de leur châtiment sera proportionnelle au degré auquel ils ont utilisé leurs opportunités et leurs talents pour entraver la cause de DIEU. {Ms18-1903}
Dans la balance du SANCTUAIRE, l’église adventiste du septième jour doit être pesée. Elle sera jugée sur les privilèges et les avantages qu’elle a eus. Si son expérience SPIRITUELLE ne correspond pas aux avantages que le CHRIST, à un prix infini, lui a accordés ; si les bénédictions conférées ne l’ont pas qualifiée pour accomplir l’œuvre qui lui a été confiée, la sentence sera prononcée contre elle : « trouvée insuffisante ». Par la lumière accordée, les opportunités données, elle sera jugée. {Ms32-1903}
DIEU a préparé la joie, la paix, l’amour et un triomphe glorieux pour tous ceux qui Le servent en esprit et en vérité. Son peuple qui garde les commandements est appelé et choisi pour être prêt à chaque instant, pour recevoir une grâce et une puissance accrues et une connaissance accrue de l’action du SAINT-ESPRIT. Beaucoup ne sont pas en mesure de recevoir les dons précieux de l’ESPRIT, que DIEU attend pour leur communiquer. Ils n’atteignent pas plus haut et toujours plus haut pour le pouvoir d’en haut, afin que, à travers les dons accordés, ils puissent être reconnus comme le peuple particulier de DIEU, zélé pour les bonnes œuvres. {Ms32-1903}
C’est le dessein de DIEU que Son peuple soit un peuple sanctifié, purifié, saint, communiquant la lumière à tous ceux qui l’entourent. C’est Son dessein qu’en illustrant la vérité dans leur vie, ils seront une louange sur la terre. La grâce de CHRIST est suffisante pour y parvenir. Mais que le peuple de DIEU se souvienne que ce n’est qu’en croyant et en mettant en pratique les grands principes de l’évangile de CHRIST qu’Il peut en faire une louange sur la terre. Ce n’est qu’en utilisant leurs capacités données par DIEU dans Son service qu’ils apprécieront la plénitude et la puissance de la promesse sur laquelle l’église a été appelée à se tenir. Si ceux qui prétendent croire en CHRIST comme leur SAUVEUR n’atteignent que le bas niveau de la mesure mondaine, l’église échoue à porter la riche moisson que DIEU attend. “Trouvé manquant”, est écrit sur son dossier. {Ms32-1903}
Des remontrances solennelles d’avertissement, qui se manifestent par la destruction d’installations de service chèrement chéries, dites-nous : “Souviens-toi donc d’où tu es tombé, et repens-toi, et fais les premières œuvres” – sois converti et réformé, comme le sont les nouveaux convertis. Pourquoi y a-t-il une si faible perception de la véritable condition SPIRITUELLE de l’église ? N’y a-t-il pas sur les murs de Sion des sentinelles aveugles qui ne perçoivent pas ? Beaucoup ne sont-ils pas indifférents et bien satisfaits, comme si la colonne de nuée le jour et la colonne de feu la nuit reposaient sur le SANCTUAIRE ? N’y a-t-il pas ceux qui occupent des postes de direction, prétendant connaître DIEU, qui dans la vie et le caractère Le renient ? N’y en a-t-il pas beaucoup qui se considèrent comme Son peuple particulier et choisi, mais qui se contentent de vivre sans la preuve que, d’une vérité, DIEU est parmi eux, pour les sauver des pièges et des attaques de Satan ? N’aurions-nous pas maintenant une lumière beaucoup plus grande si dans le passé nous avions reçu ses avertissements, marché dans la lumière comme le CHRIST est dans la lumière, reconnu sa présence et nous nous sommes détournés de toutes les pratiques malhonnêtes ? Alors la lumière du ciel aurait brillé dans le temple de l’âme, nous permettant de comprendre la vérité et d’aimer DIEU suprêmement et notre prochain comme nous-mêmes. Ô comme le CHRIST est déshonoré par ceux qui, se disant chrétiens, déshonorent le nom qu’ils portent en ne faisant pas correspondre leur vie à leur profession, en ne se traitant pas les uns les autres avec l’amour et le respect que DIEU attend d’eux par des paroles aimables et actions courtoises. {Ms32-1903} reconnu sa présence et s’est-il détourné de toutes les pratiques malhonnêtes ? Alors la lumière du ciel aurait brillé dans le temple de l’âme, nous permettant de comprendre la vérité et d’aimer DIEU suprêmement et notre prochain comme nous-mêmes. Ô comme le CHRIST est déshonoré par ceux qui, se disant chrétiens, déshonorent le nom qu’ils portent en ne faisant pas correspondre leur vie à leur profession, en ne se traitant pas les uns les autres avec l’amour et le respect que DIEU attend d’eux par des paroles aimables et actions courtoises. {Ms32-1903} reconnu sa présence et s’est-il détourné de toutes les pratiques malhonnêtes ? Alors la lumière du ciel aurait brillé dans le temple de l’âme, nous permettant de comprendre la vérité et d’aimer DIEU suprêmement et notre prochain comme nous-mêmes. Ô comme le CHRIST est déshonoré par ceux qui, se disant chrétiens, déshonorent le nom qu’ils portent en ne faisant pas correspondre leur vie à leur profession, en ne se traitant pas les uns les autres avec l’amour et le respect que DIEU attend d’eux par des paroles aimables et actions courtoises. {Ms32-1903} déshonorer le nom qu’ils portent en ne faisant pas correspondre leur vie à leur profession, en ne se traitant pas les uns les autres avec l’amour et le respect que DIEU attend d’eux par des paroles aimables et des actions courtoises. {Ms32-1903} déshonorer le nom qu’ils portent en ne faisant pas correspondre leur vie à leur profession, en ne se traitant pas les uns les autres avec l’amour et le respect que DIEU attend d’eux par des paroles aimables et des actions courtoises. {Ms32-1903}
Ne dites pas : Une confédération, à tous ceux à qui ce peuple dira : Une confédération ; ne craignez pas leur peur, et n’ayez pas peur. Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et Il sera pour un SANCTUAIRE; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup d’entre eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. {Ms45-1903}
Dans les temps anciens, le SEIGNEUR ordonna à Moïse de lui construire un SANCTUAIRE. Le peuple devait fournir le matériel, et il fallait trouver des hommes habiles pour manier le précieux matériel. Parmi la multitude se trouvaient des Égyptiens qui avaient agi comme surveillants pour un tel travail et comprenaient parfaitement comment cela devait être fait. Mais le travail ne dépendait pas d’eux. Le SEIGNEUR s’est uni aux agents humains, leur donnant la sagesse de travailler habilement. {Ms52-1903}
Mais nous ne nous sommes pas trompés. Malgré le triomphe apparent de Satan sur la terre, CHRIST poursuit Son œuvre de MÉDIATION dans le SANCTUAIRE CÉLESTE. La PAROLE DE DIEU dépeint la méchanceté et la corruption qui devraient exister dans le monde dans les derniers jours. Alors que nous voyons l’accomplissement de la prophétie, notre foi dans le triomphe final du royaume de CHRIST devrait être augmentée. Nous devrions aller de l’avant avec courage pour faire notre travail désigné. {Ms57-1903}
Tout le monde est maintenant jugé. Chacun sera pesé dans les balances du SANCTUAIRE. Ceux qui sont entièrement formés pour le ciel seront avec la famille céleste dans les parvis d’en haut. Il y a une classe dont la formation a été telle qu’ils seront aptes à recevoir la punition avec les désobéissants et les transgresseurs. Prenons ces questions en considération et réfléchissons sérieusement à la nature des impressions qui seront laissées sur les esprits sensibles des jeunes qui sont amenés à être quotidiennement associés aux centaines d’hommes et de femmes du monde qui viennent au sanatorium de Battle Creek. . {Ms155-1903}
Tout ce qui pouvait être fait a été fait pour rendre notre salut possible. Le CHRIST a obtenu une victoire éternelle, afin de nous ouvrir la porte du ciel. Pour obtenir notre salut, Il a été suspendu à la croix du Calvaire. Pour nous, il a été mis au tombeau. Pour nous, il est ressuscité des morts ; et pour nous aussi, il a déclaré sur le sépulcre déchiré de Joseph. “Je suis la résurrection et la vie.” Et quand, à la fin de Son ministère terrestre, Il monta au ciel, les portes de la cité de DIEU s’ouvrirent toutes grandes, et Il entra en vainqueur, pour y assumer, dans le SANCTUAIRE CÉLESTE, Son ministère en faveur de ceux pour qui Il avait donné sa vie. Le divin FILS DE DIEU humain se tient maintenant en présence du PÈRE, plaidant nos causes et présentant Son sacrifice comme l’EXPIATION pour nos transgressions. {ST, 14 janvier 1903 par. 5}
La maison est une école de formation, dans laquelle les enfants doivent apprendre de leurs parents la signification de l’autodiscipline et de la maîtrise de soi. Que les parents se souviennent que sous l’autorité de DIEU, ils doivent faire le travail qu’Il leur a confié. Dans le SANCTUAIRE de la maison Son travail pour leurs enfants doit commencer. Ils doivent coopérer avec lui en faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour devenir des enseignants aptes à leurs enfants. Ils doivent se familiariser avec les devoirs qui leur incombent et, par une exécution fidèle de ces devoirs, se montrer fidèles à DIEU et à leurs enfants. {ST, 16 septembre 1903 par. 1}
Il est nécessaire d’examiner de près l’acte de confiance par lequel nous nous approchons de DIEU. Beaucoup n’ont aucune assurance d’être acceptés par lui. Ils ont perdu, et continuent de perdre, les conditions sur lesquelles l’acceptation est basée. Lorsqu’ils sont pesés dans les balances du SANCTUAIRE, ils sont trouvés insuffisants ; car ils s’aiment ; Le principe chrétien est bas dans l’échelle, et leur profession de connaître le CHRIST est une tromperie. Ils s’approchent de DIEU avec ses promesses, et lui demandent de les accomplir, alors qu’en agissant ainsi il déshonorerait son nom. Dans sa miséricorde et son amour, l’Éternel leur a rendu ce témoignage, et les paroles tracées ici doivent être soigneusement étudiées. {SW, 4 juin 1903 par. 4}
Dans la formation du caractère, il est de la plus haute importance que nous creusions profondément, en enlevant tous les déchets et en construisant sur le ROC solide et immuable, CHRIST JESUS. Les fondations solidement posées, il faut de la sagesse pour savoir construire. Lorsque Moïse était sur le point d’ériger le SANCTUAIRE dans le désert, il reçut l’avertissement suivant : « Voyez. . . que tu fasses toutes choses selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. Dans SA LOI, DIEU nous a donné un modèle, et c’est d’après ce modèle que nous devons construire. La loi est la grande norme de justice. Il représente le caractère de DIEU, et est le test de notre loyauté envers son gouvernement. {YI, 19 février 1903 par. 3}
La prière, la louange et la confession du peuple de DIEU montent comme des sacrifices au SANCTUAIRE CÉLESTE. Mais ils ne montent pas dans une pureté sans tache. Passant à travers les canaux corrompus de l’humanité, ils sont tellement souillés qu’à moins d’être purifiés par la justice du grand GRAND PRÊTRE, ils ne sont pas acceptables par DIEU. Le CHRIST rassemble dans l’ENcensoir les prières, les louanges et les sacrifices de son peuple, et avec ceux-ci il met les mérites de sa justice sans tache. Puis, parfumées de l’ENCENS de la propitiation du CHRIST, nos prières, entièrement et entièrement acceptables, s’élèvent devant DIEU, et des réponses gracieuses nous sont rendues. {YI, 16 avril 1903 par. 12}
Dans le SANCTUAIRE et le temple, qui étaient les symboles terrestres de la demeure de DIEU, un APPARTEMENT était consacré à Sa présence. Le VOILE incrusté de CHERUBIM à son entrée ne devait être levé par aucune main sauf une. Lever ce VOILE et s’immiscer sans y être invité dans le mystère sacré du LIEU TRÈS SAINT, c’était la mort. Car au-dessus du SIÈGE DE MISÉRICORDE et des anges prosternés et adorateurs habitait la gloire du PLUS SAINT, gloire sur laquelle personne ne pouvait regarder et vivre. Le seul jour de l’année désigné pour le ministère dans le LIEU TRÈS SAINT, le souverain sacrificateur en tremblant entra dans la PRÉSENCE DE DIEU, tandis que des nuages ​​d’ENCENS voilaient la gloire de sa vue. Dans toutes les cours du temple, tout son était étouffé. Aucun prêtre n’a exercé son ministère aux ALTAIRES. Les foules d’adorateurs, s’inclinant dans une crainte silencieuse, envoyèrent leurs pétitions pour la miséricorde de DIEU. {8T 284.5 1904} {MH 437.1 1905}
J’ai eu peur qu’il y ait des malentendus quant à la façon dont je considère le livre Living Temple. Ce livre contient des déclarations trompeuses et n’aurait jamais dû être publié. Il y a là le début de théories qui, poussées jusqu’à leur conclusion logique, détruiraient la foi dans la question du SANCTUAIRE et dans l’EXPIATION. Je ne pense pas que le Dr Kellogg ait vu cela clairement. Je ne pense pas qu’il se soit rendu compte qu’en posant son nouveau fondement de foi, il dirigeait ses pas vers l’infidélité. {Lt33-1904}
Pendant quarante jours, Moïse était sur la montagne. Pendant son séjour, il reçut des instructions pour la construction d’un SANCTUAIRE dans lequel la présence divine serait spécialement manifestée. Pour la troisième fois, l’observance du SABBAT fut enjointe. « C’est un signe entre moi et les enfants d’Israël pour toujours, a déclaré DIEU, afin que vous sachiez que je suis JÉHOVAH qui vous sanctifie. Vous observerez donc le SABBAT; car c’est saint pour vous…. Quiconque y fera quelque ouvrage, cette âme sera retranchée du milieu de son peuple. {Lt69-1904}
On n’a pas de temps à perdre. Des temps troublés sont devant nous. Le monde est agité par l’esprit de la guerre. Bientôt, les scènes de trouble dont parlent les prophéties auront lieu. La prophétie du onzième de Daniel a presque atteint son accomplissement complet. Une grande partie de l’histoire qui s’est déroulée dans l’accomplissement de cette prophétie se répétera. Au verset 30, il est parlé d’une puissance qui « sera affligée, et reviendra, et s’indignera contre la SAINTE ALLIANCE : ainsi fera-t-il ; il reviendra même, et aura intelligence avec ceux qui abandonnent la SAINTE ALLIANCE. Et les armes se tiendront de sa part, et elles souilleront le SANCTUAIRE de la force, et ôteront le sacrifice quotidien, et elles placeront l’abomination qui fait la désolation. Et ceux qui commettent le mal contre l’alliance seront corrompus par des flatteries : mais les gens qui connaissent leur DIEU seront forts et feront des exploits. {Lt103-1904}
Les membres de notre église ont-ils appris la science de cet amour ? S’aiment-ils comme le CHRIST les a aimés ? Je vous dis qu’il y en a beaucoup qui manqueraient à l’amour chrétien, s’ils étaient pesés dans la balance du SANCTUAIRE. Nous devons maintenant garder la solidité SPIRITUELLE de notre foi en CHRIST et traiter l’âme avec le plus grand soin, de peur d’attraper la froideur des influences mondaines. DIEU ordonne à Son peuple de veiller et de prier toujours, de peur qu’il n’entre en tentation, rompant avec le courant céleste de la vie. Ceux qui vivent conformément aux voies du monde, prononçant les paroles et suivant les coutumes du mondain, ne peuvent absolument pas observer les lois d’origine céleste. {Lt123-1904}
Depuis que j’ai assisté aux réunions de Berrien Springs, mon travail a été continu et éprouvant. Pendant que j’y étais, j’ai vu ce que nous devrons rencontrer à l’avenir. La seule façon dont nous pouvons avancer dans notre travail est au nom du PÈRE, du FILS et du SAINT-ESPRIT. Le Livre qui contient la volonté de DIEU nous concernant est entre nos mains. Une unité bénie sera appréciée par ceux qui sont vraiment des enfants de DIEU. Ils ne feront, par leurs paroles et leurs actes, amener personne à douter de la personnalité distincte de DIEU, ni du SANCTUAIRE et de son ministère. {Lt233-1904}
Nous devons tous garder à l’esprit le sujet du SANCTUAIRE. DIEU ne plaise que le bruit des mots venant des lèvres humaines devrait diminuer la croyance de notre peuple dans la vérité qu’il y a un SANCTUAIRE AU CIEL, et qu’un modèle de ce SANCTUAIRE a été autrefois construit sur cette terre. DIEU désire que Son peuple se familiarise avec ce modèle, gardant toujours à l’esprit le SANCTUAIRE CÉLESTE, où DIEU est tout et en tous. Nous devons garder nos esprits soutenus par la prière et l’étude de la PAROLE DE DIEU, afin que nous puissions saisir ces vérités. {Lt233-1904}
Beaucoup de travailleurs missionnaires médicaux sont confus, et ils ne s’amélioreront pas à moins qu’ils ne soient convertis et les influences qui leur ont été communiquées par le trompeur satanique, qui a conclu qu’il travaillera chaque âme qui se donnera à travailler, sont supprimé. Rien de tel ne peut être donné aux étudiants pour les perfectionner dans cette connaissance qui est pour la vie ÉTERNELLE. Le Dr Kellogg est certainement confus et est un homme dangereux. Il y a des chants de degrés qui peuvent être chantés, comme lorsqu’ils montaient les marches du temple juif. Pourtant, il y a un grand besoin du SAINT-ESPRIT DE DIEU. À moins que ces missionnaires médicaux ne trouvent leur sort et ne se tiennent à leur place, et ne s’enracinent et ne s’enracinent dans la vérité, ils ne sont pas de véritables éducateurs de jeunes hommes et de jeunes femmes. Leur grand travail est à l’intérieur, NETTOYER le temple de l’âme de toute souillure morale et SPIRITUELLE. Lorsque le SANCTUAIRE de l’âme sera purifié, NETTOYÉ de toutes les fausses théories et de toutes les pratiques oppressives, alors CHRIST prendra Sa demeure à l’intérieur. À moins que le Dr Kellogg ne se détourne des desseins de Satan, il ne deviendra jamais un homme libre, car il s’est lié avec le grand trompeur. Le travail n’ira jamais, jamais dans des lignes sacrées, pures et belles à moins que l’influence du Dr Kellogg ne soit soit NETTOYÉE de sa propre conception humaine sous des agences sataniques, soit qu’il s’enlève lui-même, ou que DIEU l’enlève, qu’il ne gâchera plus le peuple de DIEU. Quand il rompra avec Satan, nous le saurons tous. Le travail effectué ne sera pas sous un boisseau ou un lit. Il avait de grandes influences pour l’aider lors de la première Conférence générale à Battle Creek. Depuis cette époque, quand le SEIGNEUR JÉSUS a tendu la main pour l’aider, il ne l’a pas saisie, mais a choisi sa propre ligne de conduite. Il ne s’est pas réformé, et par conséquent il n’a pas le pouvoir de rompre avec l’ennemi. Aussi longtemps qu’il continue dans le même cours d’action, le SEIGNEUR ne peut pas travailler dans le même partenariat. {Ms45-1904}
Dans une représentation qui est passée devant moi, j’ai vu un certain travail se faire par des missionnaires médicaux. Nos frères ministres regardaient, observaient ce qui se faisait, mais ils ne semblaient pas comprendre. Le fondement de notre foi qui avait été établi par tant de prières, une telle recherche sérieuse des ÉCRITURES, était en train d’être démonté pilier par pilier. Notre foi était de n’avoir rien sur quoi se reposer – le SANCTUAIRE avait disparu, l’EXPIATION avait disparu. J’ai compris qu’il fallait faire quelque chose. {Ms46-1904}
Et ils vinrent, tous ceux que le cœur excitait, et tous ceux que son esprit rendait disposés, et ils apportèrent l’offrande de l’Éternel à l’ouvrage du TABERNACLE d’assignation. Exode 35:21. L’œuvre avançait selon la parole de l’Éternel. Un SANCTUAIRE a été construit qui pouvait être transporté d’un endroit à l’autre, afin que dans tous les voyages des enfants d’Israël la connaissance de DIEU soit révélée. {Ms144a-1904}
Il n’y aura pas d’ivrognes dans cette maison. Il y a une telle discipline qu’ils ne voudront jamais la mener à bien, parce qu’ils saisiront fermement le DIEU VIVANT, et ils converseront, prieront et travailleront avec ces enfants, et ne se reposeront jamais. Eh bien, je leur ai dit que tant que mes enfants vivraient, s’ils avaient la tête grise comme moi, j’avais une responsabilité envers cet enfant que j’avais mis au monde. J’ai deux fils vivants, deux fils dans la tombe, et j’ai un mari dans la tombe, et mon père et ma mère des deux côtés de la maison dont j’ai eu la garde dans leurs dernières heures, qui sont morts dans la foi; et je veux que notre maison soit un SANCTUAIRE où l’ESPRIT du SEIGNEUR puisse habiter. {Ms151-1904}
L’Éternel parla à Moïse, disant: Parle aux enfants d’Israël, qu’ils m’apportent une offrande. Vous prendrez mon offrande à tout homme qui la donnera volontairement de tout son cœur. . . . Et qu’ils fassent de moi un SANCTUAIRE ; afin que je puisse habiter parmi eux. {RH, 22 septembre 1904 par. 4}
DIEU n’a-t-il pas parlé dans Sa parole concernant les événements solennels qui doivent bientôt avoir lieu ? En lisant ces choses, croyez-vous ce qu’Il dit ? Ou avez-vous, en écoutant une philosophie spécieuse, renoncé à votre foi en DIEU ? Un pouvoir peut-il éviter la punition qui doit s’abattre sur vous à moins que vous n’humiliiez vos cœurs devant DIEU et que vous ne confessiez vos péchés ? Comment cela se passe-t-il, mes frères dans l’œuvre médicale missionnaire? Le DIEU VIVANT ne vous parle-t-il pas de Sa parole concernant les événements qui se déroulent en accomplissement de cette parole ? Bientôt aura lieu le dernier grand règlement de compte avec l’homme. Vos vies ont-elles été telles que vous puissiez ensuite être pesé dans la balance du SANCTUAIRE, et ne pas être pris en défaut ? Ou votre foi a-t-elle été modelée et restreinte jusqu’à ce qu’elle devienne incrédule ? Votre obéissance aux hommes est-elle devenue une rébellion contre DIEU ? « Examinez-vous, si vous êtes dans la foi; faites vos preuves. {SpTB02 17.1 1904}
S’il y a d’abord un esprit bien disposé, un chemin vers le SANCTUAIRE sera trouvé. Mais ceux dont les cœurs sont humbles et contrits ne s’engageraient pas dans le travail qui a été fait pendant des années à Battle Creek, un travail d’accusation et de condamnation des frères, et en particulier des ministres. C’est l’influence du grand trompeur qui a conduit à ce travail. Lorsque les hommes et les femmes prendront conscience de leur propre faiblesse et de leur entière dépendance de DIEU, un niveau de christianisme très différent de celui qui apparaît maintenant apparaîtra. {SpTB02 21.2 1904}
Cette manière de travailler rend mon fardeau plus lourd que DIEU ne l’a jamais conçu. Cette expérience douloureuse me fait mal au cœur. Je suis chargé de dire [à] ceux qui s’efforcent de démolir la fondation qui a fait de nous des Adventistes du Septième Jour : Nous sommes le peuple qui observe les commandements de DIEU. Au cours des cinquante dernières années, chaque phase de l’hérésie a été amenée à peser sur nous, à obscurcir nos esprits concernant l’enseignement de la PAROLE – en particulier concernant le ministère de CHRIST dans le SANCTUAIRE CÉLESTE et le message du ciel pour ces derniers jours, comme donné par les anges du quatorzième chapitre de l’Apocalypse. Des messages de tous ordres et de toutes sortes ont été exhortés aux Adventistes du Septième jour à prendre la place de la vérité qui, point par point, a été recherchée par une étude priante et attestée par la puissance miraculeuse du SEIGNEUR. Mais les balises qui ont fait de nous ce que nous sommes doivent être préservées, et elles seront préservées, comme DIEU l’a signifié à travers Sa PAROLE et les témoignages de SON ESPRIT. Il nous demande de nous accrocher fermement, avec l’emprise de la foi, aux principes fondamentaux qui reposent sur une autorité indiscutable. {Lt95-1905} {SpTB02 59.1 1904} {Ms44-1905}
Sanctifiez l’Éternel des armées lui-même; et qu’il soit votre crainte, et qu’il soit votre terreur. Et Il sera pour un SANCTUAIRE; mais comme pierre d’achoppement et comme pierre d’achoppement pour les deux maisons d’Israël, comme éperon et comme piège pour les habitants de Jérusalem. Et beaucoup parmi eux trébucheront, et tomberont, et seront brisés, et pris au piège, et seront pris. Reliez le témoignage, scellez la loi parmi mes disciples. {Lt277-1905}
Combien de lumière précieuse est contenue dans la PAROLE pour notre avertissement et notre instruction ! Le SEIGNEUR JÉSUS ne doit en aucun cas être déshonoré par notre ligne de conduite. Individuellement, nous devons être pesés dans les balances du SANCTUAIRE. À chaque âme, je dirais : Et si vous êtes pris en défaut ? Aussi, les motivations des hommes et des femmes sont mesurées par le SEIGNEUR. Hannah a dit: “L’Éternel est un Dieu de jugement, et par lui les actions sont pesées.” Isaïe a dit: “Tu es le plus droit, tu pèses le chemin du juste.” Salomon trace les mots: “Toutes les voies d’un homme sont pures à ses yeux, mais l’Éternel pèse l’esprit.” {Lt320-1905}
Cet homme fait imprimer des tracts et des discours et a les représentations les plus frappantes et les figures des deux mille trois cents jours, le SANCTUAIRE, et chaque point de la vérité présente se détachant dans des représentations vives. Il est, croyons-nous, le messager de DIEU pour réveiller les églises. Tous ces tracts, toutes les illustrations sont payés — chaque centime — par ceux qui viennent écouter. Les cotisations sont augmentées pour couvrir plus que toutes les dépenses. Ce n’est pas une dépense de moyens coûteuse, mais cela coûte beaucoup d’argent, et les citoyens s’engagent à soutenir le travail. Nous lui avons conseillé de faire exactement ce qu’il avait fait, car l’Éternel avait approuvé l’œuvre. Je n’avais pas d’autre conseil à donner. Il se repose une courte période pendant que la tente est plantée dans une autre localité de la ville. {Lt351-1905}
O avec quel tremblement nous avons marché, travaillé et sondé les ÉCRITURES. Chapitre après chapitre d’expérience s’est ouvert devant nous dans des transactions remarquables. Il y avait des réunions de quelques-uns, environ une douzaine, et les ÉCRITURES ont été fouillées point par point jusqu’à ce que chaque point soit établi dans la foi. Nous avons plaidé la promesse : « Le secret de l’Éternel est avec ceux qui le craignent, et il nous montrera son alliance. {Lt366-1905}
Ces hommes avaient un esprit critique et c’est d’abord l’un puis l’autre qui fut convaincu sur la question du SANCTUAIRE. La représentation était si claire et distincte du modèle que DIEU leur avait donné dans la monture que les arguments les plus convaincants ont été avancés. Au fur et à mesure que l’amour de CHRIST progressait dans nos cœurs, la vérité claire et distincte était justifiée. C’était des mois de recherche urgente. Une fois que la vérité était harmonieuse dans l’esprit de ceux qui priaient et cherchaient, alors tous la présentaient devant d’autres esprits, et à mesure que le nombre d’observateurs du SABBAT augmentait, il y avait une harmonie dans nos rangs de compréhension. {Lt366-1905}
Il y avait eu du deuil et des soupirs sur notre compréhension au début, mais cela n’a fait aucun gain perceptible dans la connaissance des faits BIBLIQUES. Nous avons présenté la vérité telle que nous la défendons maintenant, et comme certains s’y sont opposés, nous avons juste patiemment repris le sujet encore et encore et encore de la question du SANCTUAIRE jusqu’à ce que la GLOIRE DE DIEU vienne sur nous. Encore et encore, la salle où nous nous sommes réunis était si pleine de la GLOIRE DE DIEU. Nos voix se sont élevées vers DIEU pour la prière, le chant et la louange. Et cela a souvent été justifié par la GLOIRE DE DIEU en vision. L’affaire a été présentée et confirmée. Cela nous a coûté beaucoup de travail pour rendre chaque point clair aux esprits critiques, mais toujours de telles bénédictions sont venues que les visages de tous les présents exprimaient la GLOIRE DE DIEU. Ainsi nous nous sommes établis sur la question de la question du SANCTUAIRE. Je ne peux pas commencer à présenter l’expérience puissante. Cette expérience a été portée d’un endroit à l’autre, mais je n’ai pas la force d’entrer dans toute l’expérience. Qu’il suffise de dire que nous avons été confirmés et établis. {Lt366-1905}
Plusieurs fois cette expérience a été répétée dans la présentation de la vérité dans de nouveaux endroits. De nouvelles perceptions furent communiquées, amenant à la conscience des vibrations vigoureuses – des cordes d’une importance aussi frappante qu’il existe entre le CHRIST et nos propres cœurs. Les visions ont été données pour confirmer le message. Il ne s’agissait pas de dépendre de la simple PAROLE, mais de la confirmation de cette PAROLE avec une grande puissance. L’ESPRIT DU CHRIST et de la recherche la plus proche de DIEU étaient manifestes. Tous ceux qui l’ont cherché de tout leur cœur l’ont trouvé. Les faibles dans la foi dans les preuves de la BIBLE ont été confirmés, renforcés et installés. Tous n’ont [pas] discerné la question du SANCTUAIRE dans ses importantes portées jusqu’à ce que les représentations leur viennent dans l’application claire de la vérité des visions que DIEU a données. La puissance, la gloire et l’honneur coulaient des lèvres humaines. Lorsque des opposants sont venus bloquer le chemin par un raisonnement spécieux, le SEIGNEUR a soulevé de nombreuses raisons fortes par l’ESPRIT DE DIEU pour confirmer la PAROLE. {Lt366-1905}
Les disciples qui Lui étaient associés dans Son œuvre, JÉSUS les relâchait souvent pour un temps, afin qu’ils puissent visiter leurs maisons et se reposer ; mais leurs efforts furent vains pour le détourner de ses travaux. Toute la journée, Il a servi les foules qui venaient à Lui, et le soir, ou au petit matin, Il s’en alla au SANCTUAIRE des montagnes pour communier avec Son PÈRE. {MH 55.1 1905}
Lors de la colonie d’Israël en Canaan, le pays fut partagé entre tout le peuple, les Lévites seuls, en tant que ministres du SANCTUAIRE, étant exceptés de la répartition égale. Les tribus étaient numérotées par familles, et à chaque famille, selon son nombre, était attribué un héritage. {MH 184.1 1905}
Il y en a beaucoup d’autres pour qui nous pourrions faire de notre foyer une bénédiction. Nos divertissements sociaux ne devraient pas être gouvernés par les préceptes de la coutume mondaine, mais par l’ESPRIT DU CHRIST et l’enseignement de Sa parole. Les Israélites, dans toutes leurs festivités, comprenaient le pauvre, l’étranger et le Lévite, qui était à la fois l’assistant du prêtre dans le SANCTUAIRE, et un enseignant religieux et missionnaire. Ceux-ci étaient considérés comme les hôtes du peuple, pour partager leur hospitalité à toutes les occasions de réjouissances sociales et religieuses, et pour être tendrement soignés en cas de maladie ou de besoin. C’est comme ceux-là que nous devrions accueillir dans nos foyers. Combien un tel accueil pourrait faire pour remonter le moral et encourager l’infirmière missionnaire ou l’enseignante, la mère accablée de soins et qui travai